PLAN 2010-1 - Ordre des ingénieurs du Québec

oiq.qc.ca

PLAN 2010-1 - Ordre des ingénieurs du Québec

Ouverture des mises en candidature au Conseil d'administration : voir pages centrales

La revue de l'Ordre des ingénieurs du Québec

DOSSIER

ùèyty&ïppm

Un changement

de culture

s'implante

au sein des

entreprises.

a\

S L'ingénieur et son employeur :f

I quen qu'en w. est-il „ v^ de , l'indépendance £

professionnelle? p. 40

V,

o


I

Le génie pour la SANTE

La professeure Natalia Nuno et les articulations artificielles du futur

Jusqu'à récemment, l'arthroplastie totale était le traitement

chirurgical le plus populaire pour solutionner les maladies

articulaires de la hanche chez les personnes âgées.

Cependant, le nombre d'opérations pratiquées chez des

patients plus jeunes étant en forte croissance, les articulations

artificielles conventionnelles, des prothèses dites

« à tige fémorale » qui ont une durée de vie utile d'une

quinzaine d'années, sont mal adaptées à cette clientèle

plus active et à leur espérance de vie.

Au Laboratoire de recherche en imagerie et orthopédie de

l'ÉTS, les techniques de modélisation numériques, telles

que la conception assistée par ordinateur (CAO) et l'analyse

par éléments finis (AEF) permettent à Natalia Nuno,

professeure en génie de la production automatisée, de faire

d'importants progrès en ce domaine.

Entre autres projets, elle collabore avec l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont

au développement de prothèses

de resurfaçage. Il s'agit en fait de la renaissance d'une

technique qui avait été abandonnée il y a une quarantaine

d'années. Elle revient en force, notamment grâce à

l'utilisation de nouveaux matériaux et aux technologies

de fabrication qui permettent de meilleures tolérances de

forme et d'états de surface.

L'équipe de la professeure Nuno travaille également à un

nouveau desig n de prothèse dite «à tige courte», avec

la firme Wright Medical Technology et l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont,

pour les patients à qui la prothèse de

resurfaçage ne convient pas, par exemple en raison d'un

stock osseux insuffisant. À l'aide de modélisations numériques,

on étudie la stabilité primaire de cette prothèse

qui devrait être sur le marché en 2010.

Mais en dépit des avantages importants de ces nouvelles

techniques, Natalia Nuno travaille déjà aux prochaines

étapes. Grâce au soutien du Fonds québécois de recherche

sur la nature et les technologies (FQRNT), et en collaboration

avec l'Institut des matériaux industriels du Conseil

national de recherches Canada (CNRC) à Boucherville,

elle explore les possibilités offertes par les matériaux

biomimétiques pour la conception de prothèses moins

rigides présentant des propriétés similaires aux tissus osseux.

Éventuellement, une prothèse avec une tige en biomatériau

composite solliciterait l'os plus efficacement, en améliorant

le transfert de la charge du corps.

D'autres travaux, entrepris avec l'Institut biomécanique

de Valence, en Espagne, laissent entrevoir la possibilité

de produire un jour des implants semi-personnalisés, offrant

des propriétés mécaniques différentes pour chaque

patient. En effet, le traitement des données géométriques

des articulations par logiciels de CAO et AEF ouvre la porte

à une toute nouvelle génération de prothèses sur mesure.

Une innovation inestimable pour les futurs patients.

Université du Québec

École

de technologie

supérieure

Le Québec a évolué, ses industries aussi.

L'ÉTS a contribué à cette évolution.

Depuis 35 ans, l'ÉTS, encore et toujours, I

l'industrie


\

/

ô

et

%

s

Cours intensifs

réservés aux ingénieurs

M'HiMJm-l

IAOET

IJI.VJI.1JI

Le Centre d'Innovations en Programmes Éducatifs (CIPE) est l'organisme qui offre le plus de cours intensifs dans une vaste

gamme de sujets en génies civil, électrique, mécanique ou en environnement au Québec. Le CIPE dispense des unités de

formation continue et confère l'éligibilité à divers remboursements d'impôts pour la formation. Les cours se déroulent sur un

à quatre jours à Montréal et à Gatineau. Visitez notre site web pour en savoir plus. Voici quelques sujets offerts dans les

prochains mois.

Titre du cours 2010 Ville

Civil fév mars avr

Introduction au positionnement par satellites GPS (Global Positioning System) et à ses

applications au domaine du génie 1 et 2 Montréal

Évaluation et réhabilitation des ponts 29 et 30 Montréal

Électrique fév mars avr

Echauffement et charge admissible des équipements électriques

(câbles, lignes, transformateurs, etc.)

16 et 17 Montréal

Protection par la mise à la terre et la liaison équipotentielle 16 et 17 Montréal

Les bases d'électrotechnique: machines électriques, production, transport et consommation

de l'énergie électrique

17,18 et 19 Montréal

Exposition aux arcs électriques, CSA Z462 : Êtes-vous prêts ? 13 Montréal

I Général fév mars avr

Connaître et maîtriser la profession de consultant • 26 Gatineau

Certification de produits 5 Montréal

Développer des propositions gagnantes 30 Montréal

Mécanique

Conception optimisée des systèmes de chauffage solaire 23 et 24 Gatineau

Conception modulaire de produits pour une production flexible 9 et 10 Montréal

Étude de cas réels de sécurisation de machines avec le standard CSA Z432-04 15 et 16 Montréal

Introduction aux systèmes d'extinction automatique à l'eau 23 et 24 Montréal

Il

Optimisation et contrôle des fours, chaudières et systèmes de vapeur

12,13,14et 15 Montréal

La conception d'équipement industriel 13 et 14 Montréal

Développement et conception de pièce en thermoplastique pour l'injection 20 et 21

Montréal

Les principes de combustion et les chaudières industrielles

Santé-sécurité et environnement

22 et 23 Montréal

L'ingénierie complexe des procédés alimentaires et pharmaceutiques 15 et 16 Montréal

Principes de gestion et de protection des arbres lors de travaux de construction 10 et 11 Montréal

Contrôle des émissions atmosphériques 25 et 26 Montréal

Études de caractérisation et réhabilitation environnementales (Phases I à IV) 7 et 8 Montréal

Réhabilitation in situ des sites contaminés 14 et 15 ; Montréal

Bruit environnemental 19 et 20 Gatineau

Cours en entreprise

Le programme de formation à forfait du CIPE est offert à toute entreprise ou organisation qui souhaite offrir une formation adaptée de haut niveau sur les lieux mêmes du travail

ou à un endroit désigné. Pour obtenir plus d'informations sur ces programmes, visitez notre site Internet au www.cipe.ca, ou appelez Karen Donohue au 1-877-374-2338. Vous

pouvez aussi lui adresser un courriel à kdonohue@cipe.ca

Description complète des cours et inscription : www.cipe.ca

Tél.: 1-877-374-2338 • Fax: 1-800-866-6343 1 Place Ville-Marie, Bureau 2001 Montréal,QC H3B2C4 • Courriel : info@cipe.ca


RESEAU

DES INGÉNIEURS

DU QUÉBEC

FORMATION

CONTINUE

CONSULTEZ LA L J £ 7 =

AINSI QUE LES

DESCRIPTIONS DES FORMATIONS AU www.reseaulQ.qc.ca,

Toutes les formations répondent aux exigences de la loi sur les compétences (loi du 1 %).

CALENDRIER HIVER SQ10

Titre du cours

Génie

Civil

Systèmes pour l'évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées

Mise à jour sur le Code national du bâtiment

Le monitoring dans la maintenance et la gestion des infrastructures

Electrique

Applications de la norme CSA Z462-08 sur la sécurité électrique en milieu de travail

Éclairage aux diodes électroluminescentes : un incontournable pour le développement durable

Les GNSS (systèmes de navigation globale par satellite) et leurs applications en génie

Environnement;

Évaluation environnementale, phases I à IV: approche logique et approche projet

Traitements biologique et physico-chimique des eaux usées

L'ingénieur leader du développement durable : intégration du DD dans les projets d'ingénierie

Général

Conception et gestion de la réorganisation des espaces industriels

Mécanique

Sécurité des machines à fluides sous pression

Analyse de défaillance et maintenance prédictive des appareils sous pression

Conception de systèmes de chauffage, ventilation et conditionnement de l'air (CVCA)

Santé-Sécurité

Sécurisation des machines dangereuses

Le cadenassage et les permis de travail pour les ingénieurs

Gestion

Piloter des initiatives de changement en entreprise

Gestion des conflits interpersonnels au travail

Évaluation d'entreprise : méthodes et outils de base

Gestion de projets

Gestion du risque dans un projet*

Mise en place et gestion d'un bureau de projet

Techniques de communication en gestion de projet

Les habiletés fondamentales de management: un éclairage à quatre volets

Faites avancer votre

Les indicateurs de performance et l'analyse comparative (benchmarking): se mesurer, se comparer, s'améliorer

Habiletés politiques

SOFEDUC

Le RéseaulQ est membre

carrière!

institutionnel

autorisé par la société de formation et

d'éducation continue (SOFEDUC) à émettre

des Unités d'éducation continue (UEC). Une

UEC correspond à dix heures de formation.

•ate

18 et 19 février

15 et 16 mars

16 mars

13 et 14 avril

15 et 16 avril

29 et 30 avril

8 et 9 mars

30 et 31 mars

31 mars et 1 er avril

I et 9 avril

15 et 16 février

18 et 19 mars

21 et 22 avril

22 et 23 février

26 février

17 février

23 et 24 février

25 et 26 février

24 mars

29 et 30 mars

I avril

:n collaboration avec HEC MONTREAL

12 et 13 avril

22 et 23 avril

3 et 4 mars, 29 et 30 avril (Montréal)

15 et 16 avril (Laval)

Consultez la section Carrière et formation du WWW. reSBSUlO. CJC. C3.

Pour information, composez le 514 845-9664/1 866 845-9664, poste 102


M Ordre

; des ingénieurs

liliiiil!!!- du Québec

L'Ordre des ingénieurs

du Québec (fondé en

1920) a comme mission

d'assurer la protection

du public en contrôlant

l'exercice de la

profession dans le cadre

de ses lois constitutives

et de mettre la

profession au service

de l'intérêt du public.

Comité exécutif

2009-2010

Présidente :

Maud Cohen, ing.

Vice-président en titre,

aux Affaires publiques

et corporatives :

Zaki Ghavitian, ing.

Vice-président

aux Affaires professionnelles :

Éric Potvin, ing.

Vice-président aux Finances

et trésorier :

Stéphane Bilodeau, ing.

Représentante du public :

Nicole Vallières, avocate

Conseil d'administration

2009-2010

(20 ingénieurs élus)

Montréal :

Micheline Bétournay, ing.

Maud Cohen, ing.

Sonia de Lafontaine, ing.

Zaki Ghavitian, ing.

François P. Granger, ing.

Sandra Gwozdz, ing.

Giuseppe Indelicato, ing.

Josée Morency, ing.

Louise Quesnel, ing.

Dominique Verreault, ing.

Sid Zerbo, ing.

Québec :

Anne-Marie Tremblay, ing.

Nadia Lalancette, ing.

Jean-Marie Mathieu, ing., avocat

Estrie :

Stéphane Bilodeau, ing.

Outaouais :

Michaël Côté, ing.

Abitibi-Témiscamingue :

Luc Fortin, ing.

Saguenay-Lac-Saint-Jean :

Éric Potvin, ing.

Mauricie-Bois-Francs-

Centre-du-Québec :

Daniel Lebel, ing.

Est-du-Québec :

Sylvain Brisson, ing.

(4 administrateurs nommés

par l'Office des professions

du Québec)

Sylvain Blanchette

Guy Levesque, infirmier

Richard Talbot

Nicole Vallières, avocate

Directeur général :

André Rainville, ing.

Envoi de Poste-publications

n°40069191

PLAN

SOMMAIRE

Directeur des Communications

et des Affaires publiques

Daniel Boismenu

RÉDACTION

Chef des éditions

Geneviève Terreault

Coordonnalrice des éditions

Sandra Etchenda

Infographiste

Michel Dubé

Révision technique

Jean-Pierre Trudeau, ing.

Jonathan Vianou, ing.

Révision

Rédaction Scriptoria

Correction

Dominique Vallerand

PUBUCITÉ

Isabelle Bérard

Jean Thibault

Communications Publi-Services

450 227-8414, poste 300

PLAN est publié par la Direction

des communications et des

affaires publiques de l'Ordre

des ingénieurs du Québec.

PLAN vise à informer les membres

sur les conditions de pratique de

la profession d'ingénieur et sur les

services de l'Ordre. PLAN vise

aussi à contribuer à l'avancement

de la profession et à une protection

accrue du public. Les opinions

exprimées dans PLAN ne sont

pas nécessairement celles de

l'Ordre. La teneur des textes

n'engage que les auteurs.

Les produits, méthodes et services

annoncés sous forme publicitaire

dans PLAN ne sont en aucune

façon approuvés, recommandés,

ni garantis par l'Ordre.

Le statut des personnes dont il est

fait mention dans PLAN était

exact au moment de l'entrevue.

#CCAB

Tirage certifié :

61 274 exemplaires.

Dépôt légal

Bibliothèque nationale

du Québec

Bibliothèque nationale

du Canada

ISSN 0032-0536

Droits de reproduction,

totale ou partielle, réservés

® Licencié de la marque PLAN,

propriété de l'Ordre des ingénieurs

du Québec

Gare Windsor, bureau 350

1100, rue De La Gauchetière Ouest

Montréal (Québec) H3B 2S2

Téléphone: 514 845-6141

1 800 461-6141

Télécopieur: 514 845-1833

www.oiq.qc.ca

www.membres.eiq.qc.ca

Dans le présent document,

le masculin est utilisé sans aucune

discrimination et uniquement pour

alléger le texte.

PLAN : : FÉVRIER-MARS 2010 : : VOL. XLVII N° 1 : : 3,50 $

DOSSIER DÉVELOPPEMENT DURABLE

Un changement de culture

PAR GILLES DR0UIN

Pour une organisation, le

développement durable exige

d'abord et avant tout un

changement de culture.

18 De la théorie à la pratique PAR JEANNE MORAZAIN

La loi québécoise sur le développement durable a-t-elle

une incidence sur la pratique des ingénieurs ?

2 4 Le front NORD PAR GILLES DROUIN

Depuis au moins quinze ans, le pergélisol dégèle davantage

sous l'effet de la hausse des températures de l'air observée

aux hautes latitudes nordiques.

3 0 Traiter la nature en alliée PAR JONATHAN VIANOU, ING.

Manifeste d'experts avec Hubert Reeves

7

8

10

13

34

37

40

42

44

50

Éditorial

Courrier des lecteurs

Mosaïque

Mot d'Ordre

Vie universitaire

10 Examen professionnel

12 Liste des permis

Encadrement professionnel

L'acquisition d'expérience par les ingénieurs juniors :

une nécessité enrichissante vers l'obtention du titre d'ingénieur.

Éthique et déontologie

L'ingénieur et son employeur :

qu'en est-il de l'indépendance professionnelle ?

Instances décisionnelles

Femmes en ingénierie

Régionale des ingénieurs de Montréal

Ce papier contient jusqu'à 70 % de

; bois ceilitie et est 100 % recyclable

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 5


T ? MIEUX

V • y CONSOMMER

POUR MIEUX PERFORMER

RÉDUIRE LES COÛTS D'EXPLOITATION

DE MON BÂTIMENT TOUT EN PROFITANT

D'UN APPUI FINANCIER, C'EST PLUS

QU'UNE BONNE AFFAIRE.

5

Mille et une mesures d'efficacité énergétique.

Mille et une solutions d'affaires.

Pour vous aider à réaliser des économies d'énergie,

Hydro-Québec vous offre des appuis financiers visant

l'optimisation des performances énergétiques de

votre entreprise, notamment en ce qui concerne :

• l'éclairage;

• le chauffage;

• la climatisation ;

• l'isolation.

Programme Appui aux initiatives -

Optimisation énergétique des bâtiments

www.hydroquebec.com/affaires

UN CHOIX D'AFFAIRES RENTABLE ET RESPONSABLE.

Hydro

Québec


ÉDITORIAL

RECONSTRUIRE HAÏTI,

C'EST S'ENGAGER À LONG

Lorsque la poussière est retombée sur la terre qui venait de trembler,

personne n'imaginait l'ampleur de la dévastation humaine et matérielle

qu'Haïti avait subie. Dans l'effondrement des bâtiments, des milliers

de gens avaient perdu la vie et l'urgence d'agir envers les survivants nous

interpellait immédiatement dans tout le Québec, qui compte environ

130 000 personnes d'origine haïtienne.

La compassion de tous et la solidarité se sont manifestées de

diverses manières dans les heures qui suivirent le séisme, et la communauté

internationale s'est très rapidement mobilisée avec l'aide

d'ingénieurs pour mettre en sécurité les bâtiments publics, protéger

la population des édifices menaçant de s'écrouler et commencer le

déblaiement des tonnes de gravats.

Nombre d'infrastructures - même si elles avaient respecté les

normes de base, ce qui n'était évidemment pas le cas - n'auraient pas

résisté à la force des deux secousses, d'une magnitude de 7 et de

6,1 sur l'échelle de Richter, qui se produisirent les 12 et 20 janvier dernier

ni à la centaine de répliques qui les accompagnèrent, ce qui nous rappelle

la fragilité des choses en notre bas monde. Les trois quarts des

constructions de Port-au-Prince ont été détruits et de grandes villes proches

de l'épicentre du séisme ont été endommagées à près de 50 %,

comme à Jacmel, à Gressier ou à Carrefour, voire à 90 °/o à Léogane.

Une fois la population secourue dans ses premiers besoins essentiels,

nous devrons passer à la phase de reconstruction pour laquelle

des ingénieurs québécois ont déjà retroussé leurs manches pour aider

les Haïtiens à rebâtir eux-mêmes leur pays.

Dans les jours qui ont suivi la catastrophe, l'Ordre des ingénieurs

du Québec a encouragé ses membres à se mettre en rapport avec

Ingénieurs sans frontières Québec (isfq.qc.ca) pour participer bénévolement

à des projets d'ingénierie à long terme.

Nous sommes en mesure d'offrir un encadrement qui sera d'un grand

secours aux ingénieurs et aux techniciens haïtiens, trop peu nombreux.

La moitié du génie canadien à l'international est composée d'ingénieurs

du Québec, qui sont très recherchés pour leur expertise, tant

en solutions techniques qu'en gestion de projet, et pour leurs qualités

humaines, en particulier leur engagement social. À Haïti, où le français

est une des langues officielles, il a toujours été facile à nos membres

de communiquer avec leurs collègues locaux et ainsi de partager une

même vision qui permette de donner à l'ingénierie haïtienne les

moyens de créer, sur place et durablement, ses propres structures et

ses propres emplois.

Lorsque les médias auront délaissé les actions d'urgence - pour

lesquelles des ingénieurs ont été déployés -, c'est un investissement

personnel et à long terme qui doit nous mobiliser.

Des ingénieurs prenant un congé sabbatique, mais également des

étudiants en génie qui devront effectuer des stages dans leur programme

d'études seront bien inspirés d'œuvrer à la reconstruction de l'habitat,

des bâtiments publics, des immeubles commerciaux et des infrastructures

de Port-au-Prince et des localités environnantes. Ils apporteront

ainsi la preuve, une fois de plus, que l'engagement social, qui est une

des valeurs essentielles prônées par l'Ordre des ingénieurs du Québec,

n'est pas une vaine expression. La solidarité avec les plus démunis fait

aussi partie du sens de l'éthique qui oriente nos actions selon notre

conscience professionnelle et elle trouve ici sa place.

Entre les ingénieurs et étudiants en génie du Québec et les habitants

d'Haïti, un engagement de plusieurs mois, voire plusieurs années, se joue

au-delà de la générosité du moment pour garantir leur pérennité.

Pour commentaires, bulletin@oiq.qc.ca.

REBUILDING HAITI IS A LONG-TERM

COMMITMENT

When the dust settled again on the ground that had just been shaken

by earthquakes, no one imagined the extent of the human and material

destruction suffered by Haiti. Thousands of people lost their lives

in the buildings that collapsed and the urgency for action to help the

survivors was immediately on everyone's mind in Québec, which has

a population of approximately 130,000 people of Haitian origin.

Everyone's compassion and solidarity were demonstrated in various

ways in the hours after the earthquake, and the international community

quickly mobilized, with the assistance of engineers, to secure

public buildings, protect the population from buildings that were on

the verge of collapse and begin to clear the tons of rubble.

Even if basic standards had been met, which was apparently not

the case, a number of infrastructures would not have withstood the

force of the two earthquakes that occurred on Januaiy 12 and 20 at

magnitudes of 7 and 6.1 on the Richter scale, or the hundred some

aftershocks that accompanied them, reminding us of the fragility of things

in our world. Three-fourths of the buildings in Port-au-Prince were

destroyed and 50% of the major cities near to the epicentre of the

seismic activity, such as Jacmel, Gressier and Carrefour, and 90% of

Léogane, were damaged.

Once the basic first needs of the population have been met, we

will have to move into the reconstruction phase, for which Québec engineers

have already rolled up their sleeves in an effort to help Haitians

rebuild their country.

In the days after the catastrophe, the Ordre des ingénieurs du

Québec encouraged its members to contact Quebec's chapter of engineers

without borders (isfq.qc.ca) and volunteer for long-term engineering

projects.

We are able to offer guidance that will be of great help to the small

number of Haitian engineers and technicians.

Half of the Canadian engineering that is done abroad involves

Québec engineers, who are highly sought after for their expertise both

in technical solutions and project management, but also for their

humanity and social commitment. In Haiti, where French is an official

language, it has always been easy for our members to communicate

with local colleagues and thus share the same vision, which makes it

possible to provide Haitian engineering the means to create its own

sustainable structures and jobs on site.

When the media has abandoned the emergency response efforts,

for which engineers have been deployed, it will take personal, longterm

investment to mobilize us.

Both engineers on sabbatical leave and engineering students who

have to complete internships for their academic programs will find great

inspiration in working to rebuild the homes, public buildings, commercial

buildings and infrastructures of Port-au-Prince and surrounding areas.

Accordingly, they will prove yet again that social commitment, one of the

core values advocated by the Ordre des ingénieurs du Québec, is not

an empty expression. Solidarity with the less fortunate is also part of the

ethics that guide our actions according to our professional conscience

and it plays its role here.

Between Québec engineers and engineering students and the citizens

of Haiti, a commitment of several months, even years, beyond the

generosity of the moment, is what it will take to guarantee their survival.

For comments, bulletin@oiq.qc.ca.

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 7


i f • Is " ' " " 1

COURRIER DES LECTEURS

Les répercussions du contexte

socioéconomique actuel en Amérique

du Nord sur les ingénieurs

Au fil du temps, la profession d'ingénieur s'est spécialisée dans divers

secteurs de l'industrie. Cette diversification est devenue encore plus

importante au cours des quarante dernières années. Au milieu du

XX e siècle, il n'était pas rare qu'un jeune ingénieur ait déjà reçu

plusieurs offres d'emploi avant même qu'il ait obtenu son diplôme

universitaire. La demande était forte par rapport au nombre de

candidats disponibles. À partir des années 1960, on a commencé à

observer une forte augmentation du nombre de diplômés en génie

chaque année afin de répondre aux besoins pressants de notre

société. Cet essor a eu pour effet d'amoindrir la valeur de la profession

dans certains secteurs où les futurs employeurs avaient, dès lors,

l'embarras du choix. L'ingénieur a donc parfois été contraint d'accepter

des emplois au rabais pour accomplir des tâches souvent ennuyeuses

qui ne faisaient pas toujours appel à ses compétences. Cette situation

s'est aggravée, et beaucoup d'ingénieurs voulurent améliorer leur

condition en réorientant leur carrière. Certains optèrent pour des

fonctions administratives plus rémunératrices et surtout plus gratifiantes

au sein des entreprises. Aujourd'hui, il est courant de voir un ingénieur,

après quelques années de pratique dans un domaine technique, devenir

directeur après avoir suivi une formation d'appoint en administration,

en droit, en gestion des affaires ou dans un autre domaine. Cette

réorientation est un choix personnel qui peut être très approprié pour

plusieurs, mais elle est bien souvent influencée par un contexte social

qui n'est pas toujours conforme aux motivations de l'ingénieur.

Notre profession a été confinée dans beaucoup de cas à un rôle

technique de second ordre. On tolère parfois que l'ingénieur fasse

part de son opinion en matière d'éthique, de qualité et de stratégie

de l'entreprise, mais il arrive que l'employeur ne se montre pas

attentif à certaines réflexions qu'il a le devoir moral de considérer.

L'ingénieur est donc souvent placé à l'écart pour travailler dans son

coin comme une étrange créature que personne ne comprend et

qui peut finir par ne plus se comprendre lui-même.

Il y aurait néanmoins une manière de corriger cette tendance et de

renverser la vapeur en aidant réellement l'industrie par la même occasion.

L'ingénieur devrait normalement pouvoir exercer pleinement sa

profession en utilisant ses connaissances, notamment ce qu'il a appris

pendant ses études. Est-ce normal que l'ingénieur n'utilise pas plus

que 10 % des connaissances acquises à l'université? Est-ce la formation

qui est mal adaptée aux besoins de l'industrie ou est-ce plutôt

l'industrie qui refuse trop souvent de considérer les véritables besoins

et enjeux sociaux en ne permettant pas à l'ingénieur d'y répondre

véritablement par l'exercice de sa profession dans le cadre de projets

plus innovateurs? L'ingénieur devrait avoir la possibilité de travailler

sur des projets d'innovation motivants dans le secteur de son choix.

De plus, cette activité de recherche ne doit pas être concentrée

uniquement dans le milieu universitaire et accessible à un nombre

restreint d'individus. Nous devons plutôt élargir nos horizons en

favorisant le développement de toute bonne idée constructive qui peut

provenir de milieux sociaux différents. Les plus belles réalisations

sont souvent accomplies par des équipes multidisciplinaires. C'est ici

que le gouvernement pourrait intervenir en mettant sur pied un

programme de soutien qui serait parrainé par l'Ordre pour faire le suivi

des projets auprès des innovateurs responsables.

Nous proposons d'établir un service pour aider au départ

l'ingénieur à cibler les entreprises auprès desquelles il pourra exercer

sa profession dans un environnement approprié. Plus précisément,

ce service aurait comme mandat d'aider l'ingénieur en lui fournissant

de l'information sur les possibilités du marché. L'Ordre pourrait agir

comme médiateur afin d'offrir la possibilité à certains ingénieurs de

combiner leurs forces en se regroupant pour travailler sur un même

projet au lieu d'œuvrer en solitaires.

Par ailleurs, il existe des carrières plus marginales concernant des

domaines de pratique non traditionnels, qui ne sont pas répertoriés

sur les sites de recherche. Il est parfois difficile d'arriver à exercer

ces carrières souvent embryonnaires ; elles peuvent pourtant mieux

répondre aux aspirations de certains ingénieurs et permettre à long

terme une plus grande émergence des innovations et une avance

technologique plus rapide et mieux ciblée.

Sommes-nous obligés, en tant que société, de connaître une crise

économique majeure avant d'opter pour la voie du changement? Il

est possible de travailler ensemble, dans le respect de tous, en poursuivant

un but commun. Nous éviterions ainsi l'exode de nos ingénieurs

vers d'autres nations qui accepteraient de prendre quelques

risques et d'être plus attentives à leurs besoins en leur permettant

de parachever certains projets pour lesquels ces nations d'accueil

seraient les ultimes bénéficiaires. Nous éviterions aussi que tous les

autres qui décident de demeurer au pays n'aient jamais l'occasion

de développer certaines idées géniales qui, tôt ou tard, apparaîtront

chez un de nos voisins. Il est possible d'amorcer dès maintenant un

changement nécessaire, en aidant les ingénieurs, un par un, à accéder

à cette voie de réussite, de confiance et d'authenticité.

Richard Lauzon, ing.

(Spécialisé dans le domaine métallurgique)

Les propos contenus dans ce texte n'engagent que leur auteur

et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'Ordre.

Le CENTRE DE FORMATION CONTINUE

de la Faculté de génie de l'UdeS vous offre

des formations pour ingénieurs en exercice au

Campus de Longueuil et à Laval (été 2010 - automne 2010).

GESTION DE L'INGÉNIERIE • FORMATIONS SPÉCIALISÉES ET SUR MESURE

En genie,

la formation continue

fait partie du programme

www.USherbrooke.ca/genie/formationcontinue

formationcontinue.genie@USherbrooke.ca

1 800 493-6464 ou 1 819 821-7932

H

UNIVERSITE DE

SHERBROOKE

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 8


Ordre

des ingénieurs

du Québec

COLLOQUE ANNUEL

LES 10 ET 11 JUIN 2010/GATINEAU

Rendez-vpus

avec le CrPÎT

LES INGÉNIEURS SONT PARTOUT,

LES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION AUSSI !

SACHEZ LES METTRE AU SERVICE DE VOTRE TRAVAIL

JEUDI 10 JUIN 2010

VENDREDI 11 JUIN 2010

7 h 30 à 8 h 30

8 h 30 à 11 h 30

12h à 13 h 30

14 h à 17 h

14 h à 17 h

14 h à 17 h

14 h 30 à 17 h

17 h

18 h 30

Inscription et déjeuner

Atelier A : L'implantation stratégique

d'un système de gestion intégrée

Animateur : Robert Pellerin, ing., professeur

agrégé - École Polytechnique de Montréal

Atelier B : L'analyse de risque en Tl :

être proactif, c'est gagnant !

Animateur : Jean-Marc Robert, ing. jr, professeur,

département de génie logiciel et des Tl -

École de technologie supérieure

Atelier C : Les Tl et le Web 2.0 pour

intégrer et fidéliser la relève

Animatrice : Anne Bourhis, professeure

agrégée et directrice du Service de l'enseignement

de la gestion des ressources humaines -

HEC Montréal

Dîner-conférence :

L'ingénieur et l'éthique

Conférencier : Le juge John H. Gomery

Atelier D : La gestion des contrats Tl :

les clés du succès

Animateur : Francois Coallier, ing., professeur

et directeur du département de génie logiciel

et des Tl - École de technologie supérieure

Atelier E : Intégrer efficacement les

bonnes pratiques de sécurité en Tl

Animateur : Marc-André Drapeau, ing. jr,

M. Ing. CISSP, analyste en sécurité de

l'information - Loto-Québec

Atelier F : L' « open innovation » -

Équipes virtuelles, résultats réels

Animatrice : Isabelle Deschamps, ing.,

professeure - responsable des programmes

en gestion de l'innovation - École de technologie

supérieure

Atelier F (suite) :

Animateurs : Louis Veilleux, président,

Chantiers Innovation - Techno Montréal

Jacques Ouellet, premier vice-président, R-D

et commercialisation - CRIM

Cocktail

Gala de l'excellence

7 h 30 à 8 h 30 Inscription et déjeuner

8 h 30 à 11 h 30 Atelier G : Mieux comprendre les crédits

d'impôt sur la RS & DE

Animateur : Marco Cipolla, ing., président -

Cipolla R&D Consultants inc.

Innovation et protection de la propriété

intellectuelle : les deux font la paire

Animateur : Marc Benoît, associé, agent de

brevets - BENOiT & CÔTÉ

Atelier H : Plan de continuité des

affaires : avoir un plan B, c'est essentiel

Animateur : Christophe Reverd, CISSP- Auditia

Atelier I : Le travail à distance : comment

s'organiser et maintenir son leadership

Animatrice : Line Dubé, professeure,

management et technologie - HEC Montréal

Visite technique 1 : Nav Canada

Visite technique 2 : Concert Airlaid Itée

12hà13h30 Dîner-conférence :

L'engagement et la passion

Conférencier : Marcel Lebœuf, comédien

14 h Assemblée générale annuelle

L'Ordre des ingénieurs du Québec remercie ses partenaires :

Hydro

Québec

Association des

ingénieurs-conseils

du Québec

Université du Québec

École de technologie supérieure

Pour information complète et inscription :

rendez-vous dès le 22 février 2010 au www.membres.oiq.qc.ca

{MMMUTM

mydimate

planeta r

Loi du 1 % : Pour les employeurs, les coûts associés à la participation aux activités de formation de l'Ordre des ingénieurs du Quebec sont admissibles

aux fins du crédit d'impôt en vertu de la Loi favorisant le développement de la formation de la main d'œuvre.


8 e Salon des technologies

environnementales du Québec (TEQ)

R

ÉSEAU environnement a l'honneur d'organiser le 8 e Salon des

technologies environnementales du Québec (STEQ), les 16 et

17 mars 2010 au Centre des congrès de Québec. Le STEQ

accueillera cette année plus de 2 500 participants, 170 exposants

et 100 conférenciers autour d'échanges de connaissances et d'expériences

pratiques apportant des solutions à caractère économique

et environnemental. L'air et les changements climatiques, le traitement

de l'eau potable et des eaux usées ainsi que la gestion des matières

résiduelles sont quelques-uns des thèmes clés qui seront abordés

au cours de l'événement, dans le cadre du salon d'exposition et des

conférences techniques et scientifiques. Pour consulter le programme,

visitez le site Internet www.steq.reseau-environnement.com

Recyc-Québec octroie sept bourses

d'études supérieures

L

a société d'État Recyc-Québec a alloué sept bourses à des

étudiants inscrits à un programme de 2 e ou 3 e cycle dans une

université québécoise, pour un montant total de 27 000 $.

Deux bourses d'un montant de 6 000 $ chacune ont été

remises à des étudiants de doctorat tandis que cinq bourses de

niveau maîtrise d'un montant de 3 000 $ chacune ont été accordées

pour l'année 2009-2010.

Christine Pinsonneault, ing. jr, étudiante de maîtrise en génie

de l'environnement à l'ETS, figure parmi les titulaires de cette bourse

de 3 000 $. Cette récompense encourage ses travaux sur les « Effets

de l'utilisation d'un remblai d'agrégats recyclés (gestion in situ) sur

les nouvelles structures de béton». Pour sa part, Charles Thibodeau,

étudiant au doctorat en génie à l'ETS, s'est vu attribuer une bourse

de 6 000 $ pour ses travaux sur l'«Optimisation de l'implantation

d'un système de gestion décentralisée des résidus alimentaires

et des eaux usées dans de nouveaux développements résidentiels

au Québec».

Les bourses d'études supérieures Recyc-Québec ont été créées

en mars 2009 afin d'encourager la réalisation de travaux et de

srecherches permettant d'améliorer les connaissances ou de

développer le savoir-faire dans le domaine de la gestion responsable

des matières résiduelles.

Examen professionnel

La flamme olympique en haute technologie !

Par Noël Vinet, ing.

L

e compte à rebours est déjà amorcé pour les jeux d'hiver de

Vancouver 2010. Le flambeau olympique se déplacera durant

106 jours à travers tout le Canada, visitant plus de 10 000 communautés

avant d'atteindre Vancouver.

Dans la région des Appalaches, les Beaucerons désiraient

souligner cet événement international d'une façon bien spéciale.

En effet, un partenariat entre les entreprises Bolduc Solution de Sainte-

Clotilde-de-Beauce, Veilleux & fils de Saint-Georges et Luminergie

de Montréal a permis la construction et l'installation d'une structure

représentant la flamme olympique en HT (haute technologie).

Jérôme Lachance, ing., de chez Bolduc Solution, a mis ses talents

à profit pour dessiner sur son ordinateur cette structure de la flamme

en aluminium poli.

Les partenaires ont choisi d'installer la flamme au sommet du

mont Grand Morne, à Sainte-Clotilde-de-Beauce dans les Appalaches.

Étant donné que ce site exceptionnel, d'où l'on peut observer les

étoiles et le ciel sans aucune pollution lumineuse, n'est pas alimenté

en électricité, il a fallu recourir à la haute technologie pour éclairer

la flamme olympique au haut de cette montagne.

AVIS A TOUS LES INGENIEURS STAGIAIRES ET JUNIORS

Conformément au Règlement sur les autres conditions et modalités de délivrance des permis de l'Ordre des ingénieurs du

les prochaines séances d'examen auront lieu comme suit :

Québec,

RÉGION DATE DATE LIMITE D'INSCRIPTION

Gatineau Samedi 10 avril 2010, 13 h 10 février 2010

Québec Samedi 17 avril 2010,13 h 17 février 2010

Montréal Mercredi 5 mai 2010,18 h 30 5 mars 2010

Sept-îles Samedi 29 mai 2010, 13 h 29 mars 2010

Saguenay (arrondissement) Samedi 19 juin 2010,13 h 19 avril 2010

Pour vous inscrire à l'une de ces séances, vous devez utiliser la fiche d'inscription que vous trouverez sur notre site extranet sous la rubrique Ingénieur juniorstagiaire

> Ingénieur junior diplômé du Québec. Pour toute information additionnelle, vous pouvez communiquer avec la préposée à l'examen professionnel

au numéro suivant: 514 845-6141 ou I 800 461-6141, poste 3158.

En conformité avec la Politique linguistique de l'Ordre, les candidats à l'examen professionnel peuvent, à leur choix, passer les épreuves soit en français, soit en anglais.

Le document Notes préparatoires à l'examen est disponible uniquement en français.

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 10


La protection du public vous intéresse ?

L'Ordre des ingénieurs du Québec est l'organisme qui régit la profession

d'ingénieur au Québec. Son rôle consiste à encadrer la pratique du

génie afin d'en assurer la qualité et, de ce fait, la protection du public.

APPEL DE CANDIDATURES AU POSTE

DE SYNDIC ADJOINT

AU BUREAU DU SYNDIC

Fonctions

Sous l'autorité du syndic, le titulaire du poste enquêtera sur des allégations

d'inconduite professionnelle par les membres et veillera à l'observance par

les ingénieurs des dispositions du Code des professions, de la Loi sur les

ingénieurs et des règlements de l'Ordre.

Le titulaire analysera les informations provenant du public, des membres

ou d'autres sources, présumant qu'un ou plusieurs membres ont fait preuve

d'indiscipline professionnelle. Il devra, après enquête pertinente, rendre

une décision sur la nécessité de déposer ou non une plainte au Conseil de

discipline et motiver ses décisions.

11 sera responsable des recherches, démarches et entrevues requises, de la

correspondance relative à ses décisions et des rapports pertinents aux

enquêtes qui lui seront confiées. Le cas échéant, il assumera la préparation

des dossiers pour l'audition disciplinaire consistant, entre autres, à établir

la preuve de sa plainte, à préparer les témoignages, à choisir la jurisprudence

pertinente, à obtenir les expertises et à recommander les sanctions.

Ces activités se réalisent en collaboration avec le personnel du Bureau du

syndic : secrétaire juridique, analyste, avocat.

Exigences

a) Être membre de l'Ordre des ingénieurs du Québec.

b) Avoir exercé la profession d'ingénieur pendant au moins 10 ans.

c) Posséder de bonnes connaissances des diverses disciplines et des

milieux de l'exercice de la profession.

d) Être disponible pour se déplacer dans toute la province.

e) Ne pas avoir fait l'objet d'une limitation de pratique ou de sanctions

disciplinaires.

Qualités requises

Avoir une facilité pour le travail d'équipe et les relations interpersonnelles; faire

preuve d'ouverture d'esprit, de discernement, de rigueur intellectuelle,

d'esprit d'analyse et de synthèse ; avoir le sens des priorités ; se soucier du client ;

respecter un engagement professionnel.

Maîtriser les communications écrites et verbales, en français et en anglais;

connaître la bureautique.

Une formation en techniques d'enquêtes et d'entrevues sera un atout, de

même que la connaissance de la législation et de la réglementation professionnelles

concernant la profession d'ingénieur.

Classe d'emploi : XII

Échelle salariale au I" avril 2010 : entre 72 315 $ et 94 004 $

Statut : poste

permanent

Vous êtes priés de faire parvenir votre demande, accompagnée d'une

lettre présentant les motifs de votre intérêt pour le poste et d'un curriculum

vitae complet, avant le 1 er mars 2010 à :

Madame Francine Beauchamp

Coordonnatrice aux ressources humaines

Ordre des ingénieurs du Québec

1100, rue De La Gauchetière Ouest, bureau 350

Montréal (Québec) H3B 2S2

Adresse courriel : rh@oiq.qc.ca

L'Ordre des ingénieurs du Québec souscrit pleinement aux principes de la

Loi sur l'équité en matière d'emploi. Veuillez noter que seules les personnes

convoquées en entrevue recevront un accusé de réception.

PRIX GENIE INNOVATION 2010

de l'Ordre des ingénieurs du Québec

Vous avez participé activement

à un projet d'innovation ayant

une dimension scientifique ou

technologique importante ?

Présentez votre candidature

au prix Génie innovation 2010

Ce prix a pour but d'encourager l'innovation liée à

l'ingénierie en reconnaissant le mérite autant du

point de vue des résultats obtenus que des efforts

investis. Cette innovation doit obligatoirement

contribuer à l'amélioration de la qualité de vie des

êtres humains et correspondre aux valeurs fondamentales

de l'ingénieur qui sont : la compétence,

la responsabilité, l'engagement social et le sens de

l'éthique. Les réalisations peuvent être accomplies

à l'échelle provinciale ou régionale.

Critères d'admissibilité

• Les dossiers de candidature

doivent faire l'objet d'une réalisation

datant de moins de deux

ans (c.-à-d., l'innovation doit

avoir été introduite sur le

marché depuis moins de

deux ans).

• L'innovation doit avoir une

dimension scientifique ou

technologique importante.

• Un ingénieur ou une équipe

(ou une organisation) ne peut

recevoir cette distinction plus

d'une fois.

Critères de sélection

L'évaluation des candidatures est

basée sur les critères suivants :

• la contribution à l'avancement

des sciences et des technologies

du génie;

• l'éthique du projet ou de

l'innovation ;

• la pertinence du projet ou de

l'innovation doit être en regard

de la protection du public et de

l'intérêt public;

• la valeur économique et

sociale de l'innovation

(retombées du projet) ;

le projet doit avoir contribué

de façon marquante au

progrès scientifique sur une

ou plusieurs années;

l ' e n g a g e m e n t personnel du

responsable du projet.

m

i

Ordre

j des ingénieurs

du Québec

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 11


MOSAÏQUE

PERMIS D'INGÉNIEUR DÉLIVRÉS PAR LE COMITÉ EXÉCUTIF DE L'ORDRE DES INGÉNIEURS DE QUÉBEC

DU 26 NOVEMBRE 2009 AU 18 JANVIER 2010

Abboud, Elie

Adam, Sylvain

Alectine, Pierre Pascale

Alexieva, Krasimira

Aloise, Frédéric

Amany, Aya

Amrouche, Farida

André-Lescop, Caëlle

Arsenault, François

Audet, Jonathan

Barcelo, Philippe

Barnabo, Tibamam

Moïse

Barrière, Nicolas

Barrionuevo, Luis

Bastien, Frédérik

Bauduin Brunelle, Loïc

Beaubien, Jean-François

Beaudoin, Daniel

Beaudry, Jean

Beaudry, Michel

Beggar, Hicham

Béland, Noé

Belia, Evangelina

Benkassa, Aïssa

Benterki, Nawel

Bergeron, Marie-Eve

Bergeron, Simon

Béron, Vincent

Berrada, Ibtissame

Bettez-Poirier, Philippe

Blouin, Eric

Boisvert, Maxime

Boivin, Antoine

Bolduc, Alexandre

Boni, Stéphanie

Botero, Mario Andrés

Bouchard, Jean-Luc

Boucher,

Etienne-Antoine

Boudreau, Christine

Boulanger-Desautels,

Dominique

Bourassa, Mathieu

Bouthillier, Jonathan

Boutin, Yan

Boyer, Dominique

Bujeault, Annie

Bureau, Charles

Bureau, Loïc

Cadrin-Alepin, Nicolas

Capogrosso, Gaspare

Carignan, Alain

Caron, Christian

Carrai Stril, Alejandra

Carrier, Frédérik

Chahwan, John Assaad

Charpentier, Alexis

Chartrand, Mathieu

Chauvin, Frédéric

Chenail, Marc-Antoine

Chikhi, Karim

Chouinard Mauzeroll,

Luc

Choukri, Radouane

Chowdhuiy, Rajib

Cimon, Olivier

Ciobanu, Alin-Dragos

Cloutier, Benjamin

Cloutier, Etienne

Coache, Vincent

Corriveau, Jean

Côté, Danny

Courchesne, Steve

Couto Machado,

Ricardo-Jorge

Couture, Vincent

Cuellar Trujillo, Cilberto

Danztigian, Julie

D'Argy, Eric

De Gagné, Andrée-Anne

Debeissat, Frédéric

Desmeules, Jean-Robert

Desrochers, Eric

Desrosiers, Simon

Dionne, François

Djellid, Radouane

Doucet, Jocelyn

Doyon, Guillaume

Drew, Robin

Drolet, Michel

Droz, Pascal

Dubois, Jean-François

Dugas, Tommy

Dumont, Andréanne

El-Ouaqaf, Boujemaa

Fankem Bouobda,

Eric Hubert

Flavien, Clarel D

Folea, lulian G

Fontaine, Karine

Fortin, Benoit

Fortin, Mathieu

Fournier, Benoit

Fournier, Véronique

Gaetano, Salvatore

Gagné, Louis

Gagnon, Andréane

Gagnon, Benjamin

Gagnon, Jérôme

Gagnon, Marc

Gagnon, Sophie

Gamache, Martin

Garneau, Philippe

Gaston, Kennet

Gaudet, Eric

Gendron, Nicolas

Gentile, Nathalie

Geoffroy, Sébastien

Ghattas, Shady

Ghyselincks, Joshua

Giroux, Benoit

Gôtz, Andreas

Goulet, Maxime

Granger, David

Grigoriu, Maria-Anca

Guédéhoussou, Chantai

Guévremont, David

Guimont-Hébert,

François

Hallé, Denis

Heimrich, Alexandre

Himmich, Rachid

Hocine, Farouk

Houle, Francois

Houle, Louis-David

Houle, Simon

Huszar, Robert

Jacques, Caroline

Jamgotchian, Garo

Kahn, Alexandre

Kaoussias, Peter

Karumuhinzi, Clément

Kechroud, Riyad

Keita, Amara Kobele

Kenny, Christian

Kernisan, Jean Joseph

Eryc

Khoriaty, Charles

Khoury, Philippe

Kozlick, Stuart Brahm

Labbé, Jean-Nicolas

Labrosse, Jonathan

Laçasse, Jean-François

Laçasse, Louis

Lacroix, David

Lajoie, Marie-Eve

Lamontagne, Benoit

Lamontagne, Michel

Lamothe, Marianne

Lamoureux, Benoit

Lapointe, Nathalie

Laporte, Pierre-André

Larivière, Marc-André

Laroche, Patrick

Larochelle, Patrick

Latrach, Faiek

Lavoie, Terry

Le Brun, Guillaume

Le Hénaff, Franck

Lebel, Karina

Leblanc, Annie

LeBlanc, Marc

Lederc, Jean Sébastien

Lefebvre, Jean-François

Legault, André

Lemay, Sébastien

Lemelin, Stephane

Lemieux, François

Lemire, Isabelle

Lepire, Audrey

Leprohon, Sébastien

Lessard, Eric

Letendre, Vincent

Locquet, Vincent

Lorazo, Patrick

Luckenuik, Simon

Maillet, Michel Maurice

Manikel, Jason Edwards

Marchand, Catherine

Marcotte, Nicolas

Marcotte, Olivier

Marmen, Benoit

Martel, Sébastien

Massicotte, Patrice

Masson, Geneviève

Matte, Frédéric

McMartin, Luc

Menasria, Nora

Mercier, Elisabeth

Michaud, Karine

Montpetit, André

Morin, Frédéric

Morissette, Vincent

Moysan-Champagne,

Emilie

Mulambu-Mvuluya,

Faustin

Neves, Gonçalo

Nguyen, Anh-Thu

Nguyen, Marie-France

Nguyen, Ngan Hoa

Nolin, Simon

Ouehb, Lyes

Paillé, Mathieu

Paiva Vidaurre,

Lincoln Jésus

Paquette, Mathieu

Parant, Marie-Anne

Parent, Amélie

Parmar, Rohitkumar

Paul, Serge Martin

Payette, Félix-Antoine

Pedneault, Nicolas

Pena Ahumada, Roman

Peterschein Gagnon,

Steeve

Petrescu, Florin-Viorel

Picard, Julien

Picotte, Alain

Pigeon, Eric

Poirier, Stéphane

Poitras, Simon

Popescu, Dan Adrian

Poulin, Yanick

Préville, David

Rajotte, Bruno

Reit, Laurent

Rekouane, Rachid

Renaud, Jean-François

Richard, Alain

Richard, Jonathan

Rioux, Jean-Philippe

Roy, Rémy

Roy, Yoan

Ruesga, Carlos Emilio

Rufiange, Francois

Sahraoui, Naïma

Saindon, Amélie

Saritsky, Emilio

Signorile, Giovanni

Simard, Charles

Si-Martin, Serge

St-Pierre, Marc

Subie, Marina

Szymanski, Alexandre

Szymsiak, Lukasz

Taddeo, Roberto

Tavares Oliveira,

Pedro Miguel

Thomas, Caroline

Thomas-Côté, Philippe

Torchinsky, Jason

Tran-Khanh, Alexandre

Tremblay, Cari

Tremblay, Mélisa

Tremblay, Pierre-Luc

Tremblay, Sébastien

Trudeau, Daniel

Truong Thanh-Thong

Turcotte, Jean-Philippe

Turenne, Eric

Turgeon, Benoît

Valotaire, Michel

Vanderlinden, Martine

Vasquez Villalobos,

Manuel Vladimir

Voinea, Anca-Maria

Yahiaoui, Abdallah

Sogemec

ASSURANCES

_

ftv

POUR TOUS

VOS

BESOINS D'ASSURANCES SERVICE PRÉFÉRENCE

SOGEMEC ASSURANCES

ÉVOLUE AVEC VOUS

Avec le SERVICE PRÉFÉRENCE de

Sogemec Assurances, toutes vos

assurances sont pensées en fonction

de votre style de vie et de vos besoins.

POUR EN SAVOIR PLUS :

1 800 361-5303 / 514 350-5070 / 418 658-4244

Par courriel ou Internet :

information@sogemec.qc.ca / www.sogemec.qc.ca

SOGEMEC ASSURANCES

partenaire du

RESEAU

DES INGÉNIEURS

DU QUÉBEC

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 12


MOT D'ORDRE

Par Sandra Etchenda

L'inscription annuelle est en

Depuis le 1 er février 2010, les membres de

l'Ordre peuvent s'inscrire en ligne par le

truchement du site extranet de l'Ordre à

l'adresse suivante : www.membres.oiq.qc.ca.

L'an dernier, quelque 40 000 membres ont

choisi ce mode pour s'inscrire au tableau de

l'Ordre. Cinq d'entre eux ont eu la chance

de gagner l'une des cinq cartes-cadeaux de

1 000 $ grâce au concours « Soyez top

chrono! », lancé pour la première fois dans le

cadre de l'inscription annuelle 2009. Cette

année, les membres qui s'inscriront en ligne

avant le 15 mars 2010 pourront gagner

l'une des 5 cartes-cadeaux de 1000 $ en

matériel électronique et informatique.

Et ceux qui s'inscriront en ligne pour la

première fois seront également admissibles à

un autre tirage de 5 cartes-cadeaux de 500 $!

En plus d'être sécuritaire, facile d'accès

et simple d'utilisation, l'inscription en

ligne est aussi écologique ; c'est ce

qu'avaient à dire quatre des cinq gagnants

de l'édition 2009 du concours «Soyez

top chrono ! » Martin Dufour, ing., s'est dit

très content d'avoir reçu ce prix qui lui a

servi à s'acheter le téléviseur à écran plat

qu'il convoitait depuis longtemps. Pour ce

féru d'Internet, renouveler son inscription

annuelle en ligne allait de soi : « M'inscrire

en ligne, c'est non seulement sécuritaire

et rapide, mais de plus, cela m'a permis de me faire plaisir. Je recommande

ce mode d'inscription à tous mes confrères.»

Harold Forester, Eng.

(Laval, Québec)

Cinq jours après avoir reçu sa cartecadeau

de 1 000 $, Harold Forester, Eng.,

a eu le désagrément de constater que son

téléviseur ne fonctionnait plus ; il s'en est

donc offert un nouveau. Harold Forester

considère que s'inscrire en ligne est avant

tout un geste écologique. «Qu'il y ait eu

un concours ou pas, je me serais inscrit

en ligne, car je pense que c'est ma façon

de faire, un tant soit peu, ma part pour

l'environnement en réduisant l'utilisation

de papier», a-t-il déclaré.

Martin Dufour, ing.

(Lambton,

Québec)

Pour l'ingénieur Khamphone

Sanakhouphet, s'inscrire en ligne n'a que

des avantages. «C'est très pratique, car

j'ai pu mettre à jour mon dossier en

quelques minutes et éviter la paperasse,

payer ma cotisation en un rien de temps,

et tout cela, dans le confort de mon

foyer. » Avec sa carte-cadeau Khamphone

Sanakhouphet a joint l'utile à l'agréable :

il s'est procuré un ordinateur plus performant

avec lequel il a fait des recherches

Khamphone Sanakhounphet,

ing. (Montréal, Québec)

d'emploi et... s'est trouvé un nouveau travail.

Pratique, c'est le premier mot qui vient à l'esprit d'Edgar Olougouna,

ing., pour parler de l'inscription en ligne. «Plus besoin de remplir

de formulaire ni d'aller chercher un timbre

pour être inscrit à l'Ordre ! C'est un moyen

plus soucieux de l'environnement et j'espère

que les membres vont l'adopter». Edgar

Olougouna a profité d'une courte visite

à Montréal (il vit à Irving aux États-Unis)

pour s'acheter un appareil photo. «Ce que

je retiens de l'aventure de mon inscription

en ligne l'an dernier, c'est d'avoir vu ma

photo dans la revue PLAN, c'était trop cool I »

Edgar Olougouna, ing.

(Irving, États-Unis)

La période d'inscription est ouverte

depuis le 1 er février et se termine le 31 mars 2010. Une fois de

plus, le concours « Soyez top chrono ! » s'adresse aux membres

qui s'inscriront en ligne avant le 15 mars 2010. N'attendez plus

et inscrivez-vous maintenant!

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 13


^

i

DOSSIER

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Pour une organisation,

le développement

P durable exige d'abord

et avant tout un

changement de culture.

Par Gilles Drouin

w

ue le virage vert de votre entreprise soit dicté

par les clients ou pax la pression populaire,

ou encore qu'il naisse d'une prise de conscience

personnelle de certains membres de la haute

direction, l'implantation d'un plan de développement

durable ne s'improvise pas. Il y a des étapes à respecter

et un lythme à maintenir afin que toutes les parties

prenantes progressent ensemble.

Dès le départ, il est essentiel de comprendre de quoi

il s'agit. Le développement durable est parfois associé

exclusivement à la protection de l'environnement

et à une utilisation optimale des matières premières.

En fait, le concept englobe également les aspects sociaux,

comme les conditions de travail et les retombées

pour la localité. Ces effets sont d'ailleurs plus visibles

lorsqu'une entreprise est le seul ou le principal employeur

d'une localité.


wmÊÊÊÊÊÊÊÊÊmmÊÊÊÊÊÊm

« Le développement durable implique que l'entreprise se préoccupera

autant des effets de ses décisions sur l'environnement que

sur le développement des conditions associées au travail des

— s employés, sur la communauté ainsi que sur les acteurs qui gravi-

Ïï tent autour de l'organisation », explique Francine Craig, direc-

'ïf' trice du développement des affaires chez Neuvaction, une firme

de consultants dont la mission est d'abord de fournir

; un accompagnement stratégique aux entreprises. Il

y a cinq ans, la firme a ajouté le volet du développement

durable à son offre de services.

Pour une organisation, le développement durable exige

d'abord et avant tout un changement de culture, une façon d'être

et de penser différente. « Le développement durable

transforme la culture organisationnelle d'une entreprise

parce qu'il entraîne, entre autres, que le bénéfice

net (bottom line) n'est plus le seul critère dans

la prise de décision. »

DÉCLENCHER LA RÉFLEXION

Un changement de culture ne se fait pas en deux

temps, trois mouvements. Il faut prendre le temps

de s'asseoir, d'examiner ses pratiques et de repérer

celles que l'on doit changer. Avant tout, il est essentiel

de bien comprendre la démarche qui mène à la mise

en action d'un plan de développement durable. « Il faut commencer

par travailler sur le "mental", sur les attitudes», croit

Francine Craig. Neuvaction propose ainsi une approche d'accompagnement

qui vise d'abord à déclencher la réflexion, plutôt qu'une

recette magique qui s'appliquerait à tous les contextes. «Il n'y a

pas deux situations identiques, remarque Francine Craig. Il faut

savoir s'adapter à la réalité de l'entreprise. »

LE DIAGNOSTIC, UN EXERCICE QUI

REQUIERT MOINS DE TEMPS QUE L'ON

POURRAIT LE CROIRE, POSE LES BASES DE

CE QUI SERA LE PLAN DE DÉVELOPPEMENT

DURABLE DE L'ENTREPRISE.

«Une autre dimension de l'implantation des principes du

développement durable dans une entreprise concerne aussi le jeu

d'influence entre les acteurs qui font partie de l'organisation et

ceux qui sont en périphérie», ajoute Francine Craig. La principale

question est de savoir comment l'organisation influence

ces acteurs et comment ceux-ci pèsent dans sa prise de décision.

Par exemple, il y a 25 ans, une compagnie pouvait fabriquer un

produit avec comme unique but de maximiser sa production,

sans se soucier des conséquences sur l'environnement ou la

santé des travailleurs. Aujourd'hui, une telle entreprise devrait

fort probablement affronter l'opposition d'un groupe de citoyens

ou se voir obligée de mettre fin à une relation d'affaires avec un

client ayant pris le virage vert.

Dans un premier temps, il faut donc identifier toutes les personnes

concernées, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise.

Francine Craig

Séance de formation

À l'interne, c'est relativement facile. La

haute direction le conseil d'administration,

les salariés et le syndicat, ou encore des

représentants des employés, des salariés,

constituent les acteurs. À l'externe, il est

possible d'identifier des groupes de clients,

des fournisseurs, des représentants de la

communauté, du gouvernement, des groupes

de pression, bref toutes les personnes qui

peuvent exercer une certaine influence sur

l'entreprise. Tous ces gens peuvent participer

à l'établissement d'un diagnostic.

POSER LE DIAGNOSTIC

Le diagnostic, un exercice qui requiert

moins de temps que l'on pourrait le croire,

pose les bases de ce qui sera le plan de

développement durable de l'entreprise. La

démarche relève toutefois du cas par cas.

Certaines entreprises consulteront tous

leurs clients, d'autres sélectionneront les

plus importants ou établiront un échantillonnage

représentatif.

Pour établir un diagnostic, on doit tenir

compte des faits et des perceptions. Il est

important de prendre en considération ces

deux aspects : les faits viendront principalement

de la haute direction et de certains

employés ; les acteurs externes et la majorité

des employés apporteront surtout des perceptions

qui s'ajouteront à celles de la direction.

Divers moyens (sondage téléphonique,

remue-méninges, entrevue en personne, etc.)

permettent de colhger les données.

Par exemple, la sécurité du travail constitue

un des volets du développement

durable. Il faut évaluer comment l'entreprise

gère les questions qui y sont liées. Il y aura

les faits comme le taux personnalisé de

cotisation à la Commission de la santé et

de la sécurité du travail (CSST), le nombre

de secteurs, le nombre d'accidents par

heures travaillées, l'existence d'un comité,

la fréquence de ses réunions et ainsi de

suite. Et il y aura la perception des employés :

l'employeur ne se préoccupe pas de la

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 15


DOSSIER DEVELOPPEMENT DURABLE

«IL S'AGIT D'INTÉGRER DE NOUVEAUX

INDICATEURS DE PERFORMANCE QUI

SONT LIÉS À L'ENVIRONNEMENT.»

sécurité des travailleurs, il lésine sur les budgets ou, au contraire,

il n'hésite pas à investir pour assurer un maximum de sécurité.

Ce diagnostic fournit des données brutes qui seront présentées

à tous les participants. Est-ce que tout le monde est sur la même

longueur d'onde ? Quels sont les écarts de perception ? Quelles

sont les forces et les faiblesses de l'entreprise ? Les écarts

sont révélateurs et ils indiquent souvent les actions

à entreprendre en priorité.

«À cette occasion, poursuit Francine Craig,

nous allons chercher des données supplémentaires

pour les intégrer à notre analyse afin

d'aller plus en profondeur. À titre d'accompagnateurs,

nous produisons un rapport comportant

des recommandations qui sont vraiment

en hen avec les besoins de l'organisation. »

« Plus le processus conduisant à poser le

diagnostic est bien fait, ajoute-t-elle, plus les

Et les ingénieurs?

La démarche qui mène à la mise en place d'un plan de

développement durable est sensiblement la même pour

tous les types d'entreprises. Cependant, étant donné

que le développement durable implique la plupart du temps un

changement dans la culture organisationneUe, les caractéristiques

propres à chaque domaine peuvent colorer le portrait.

Ainsi, les ingénieurs sont des gens rationnels qui accordent

beaucoup d'importance au contrôle de toutes les

facettes d'un projet. « Il arrive parfois que l'ingénieur ait plus

de difficultés à visualiser tous les effets qu'un changement

de culture peut apporter à une entreprise, avance Francine

Craig. Ils ne sont pas les seuls dirigeants d'entreprise à avoir

ce problème. »

«Ce type de gestionnaire veut voir les chiffres, poursuit la

consultante, il veut des résultats clairs et précis. Or il n'est pas

toujours facile dès le départ de traduire en dollars les changements

qu'apporte le développement durable, bien que nous

possédions de plus en plus d'exemples concrets en ce sens. »

Par ailleurs, instaurer des mesures qui respectent les

principes du développement durable réclame que les employés

prennent des responsabilités, ce qui signifie que le gestionnaire

doit accorder une certaine liberté aux employés et leur laisser

prendre des initiatives. « C'est une des pratiques de gestion les

plus significatives pour les employés, souligne Francine Craig.

Il faut comprendre que la responsabilisation accrue peut être

source d'innovation. Mon expérience en gestion participative

m'a appris que, généralement, plus on accorde de responsabilités

aux employés, plus on favorise la créativité, l'innovation, le

ressourcement et le sentiment d'appartenance. »

recommandations que nous allons faire ensuite colleront à la réalité

de l'entreprise et seront bien acceptées. » Ces recommandations

pourront servir de base à un plan de développement durable et

fixer quelques cibles à atteindre. C'est l'entreprise qui détermine

l'ordre dans lequel elle réalisera les actions choisies.

PARTICIPATION ET ENGAGEMENT

Ce n'est qu'un début. «Nous en sommes encore à la phase du

déclencheur, précise Francine Craig. L'entreprise s'est constitué

une base de données et a défini des priorités d'actions.

Nous poursuivons notre accompagnement pendant

im an et demi à deux ans pour mettre en place

ces actions, pour élaborer un plan d'action et

nous assurer que l'entreprise possède les

ressources pour la mise en œuvre. »

Par la suite, durant cette période viendra

la nomination d'un responsable, la formation

d'un comité, et l'entreprise aura même

élaboré une politique du développement

durable. «Nous pensons qu'il faut environ

24 mois pour bien amorcer le changement

de culture organisationnelle nécessaire

à l'intégration complète d'une approche de

développement durable dans une entreprise»,

indique la consultante.

À ce stade toutefois, les actions mises en branle par la direction

font office d'engagements pour les parties prenantes. « On ne

peut pas demander aux gens de participer à une démarche sans leur

dire à quoi elle va servir ultérieurement et à quoi la direction s'engage»,

prévient Francine Craig.

Le plan de développement durable, avec ses objectifs et ses

moyens, s'intègre à la planification stratégique. Le tableau de

bord financier de l'entreprise devient un tableau de bord de

développement durable. « Il s'agit d'intégrer de nouveaux indicateurs

de performance qui sont liés à l'environnement, au bienêtre

et aux conditions associés au travail des employés, aux

retombées dans la communauté », signale Francine Craig.

La gouvernance de l'entreprise est d'ailleurs un facteur critique.

« Si la haute direction ne suit pas, il faut ralentir le processus

tant et aussi longtemps qu'il n'y a pas un consensus qui se

dégage sur les effets dans l'entreprise et l'énergie qu'il faudra

y mettre, sinon la démarche ne fonctionnera pas», nous dit

Francine Craig. Par exemple, si le conseil d'administration refusait

d'accorder un budget pour la réalisation de certaines activités,

comme un programme de gestion de matières résiduelles

jugé prioritaire, il y aurait une incohérence nuisible au plan de

développement durable. « Il faut que la haute direction soit

convaincue que travailler dans une perspective de développement

durable peut aider l'entreprise à mieux se développer, à être plus

efficace et rentable», estime la consultante.

En outre, pour qu'un plan de développement durable réussisse,

il est essentiel que tous les membres de l'organisation, de la haute

direction aux employés, sans oublier le conseil d'administration,

aient la même compréhension de ce qu'est le développement

durable et des retombées qu'aura la mise en place d'un plan de

développement durable.


PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 16


Pensez LEED®

Pensez bleu.

Obtenir une certification LEED est

plus que jamais possible avec

l'aide du gaz naturel. En effet, une

chaudière à gaz naturel à haute

efficacité permet d'atteindre à

elle seule près du tiers du seuil

d'économie demandé par LEED.

Renseignez-vous auprès de nos

experts et profitez des aides

financières de nos programmes

en efficacité énergétique. Pour

réaliservotre projet LEED, pensez

bleu dès le début.

Pour plus de renseignements, contactez-nous

1 800 567-1313 / www.gazmetro.com

GazMétro

la vie en bleu


DOSSIER

DEVELOPPEMENT DURABLE

De la théorie à la

La loi québécoise sur

le développement

durable a-t-elle

une incidence sur

la pratique des

ingénieurs ?

Par Jeanne Morazain

De tout temps, les ingénieurs ont

participé au développement de la

société. Aujourd'hui, leur contribution

doit s'inscrire dans une perspective

de développement durable. Dans

quelle mesure ce nouveau paradigme changet-il

leur pratique ?

L'ingénieur Denis Isabel, vice-président

des activités de restauration minière et

géotechnique de la division Mines et métallurgie

de SNC-Lavalin, constate que les

façons de faire changent lentement et que

ce sont les grandes entreprises qui pavent

la voie. «La plupart de nos clients industriels

les plus importants ont des programmes

de développement durable.

Plusieurs ont des programmes visant des

objectifs spécifiques et effectuent des audits

pour vérifier l'atteinte des cibles. Ils ne se

préoccupent plus uniquement de l'aspect

biophysique des projets, ils s'inquiètent

aussi de leurs répercussions sur les communautés

locales pour une intégration

réussie dans l'environnement sociétal. Certaines

entreprises vont au-delà de leurs obligations.

Récemment -et je n'avais jamais

vu cela - une entreprise a financé une étude

du bassin versant complet d'une rivière en

amont comme en aval afin de mieux planifier

les travaux de restauration du site

après son exploitation. »

Généralement, plus on monte dans la

hiérarchie d'une entreprise, plus le développement

durable est jugé important.

Paradoxalement, observe Denis Isabel,

Denis Isabel, ing.

ce sont les hauts dirigeants qui sont les plus réfractaires : « Ils

accordent une grande importance à l'aspect financier, de sorte

qu'on est souvent contraint de recourir à des arguments économiques

pour les convaincre. »

Les ingénieurs qui travaillent dans les entreprises orientées

vers un développement durable doivent en respecter les principes

dans leur pratique. Et c'est dès la définition d'un projet qu'ils

doivent agir, insiste Denis Isabel : « Le développement durable

doit être un critère de conception et demeurer un terme de référence

tout au long de l'ingénierie détaillée. »

Les grandes entreprises, qui sont souvent de grands donneurs

d'ordre, créent une impulsion qui aura éventuellement un effet

18 PLNM FÉVRIER-MARS 2010


d'entraînement sur l'ensemble des milieux d'affaires. L'adoption

par le gouvernement du Québec d'une loi sur le développement

durable donne plus de force encore à cette impulsion.

Le 13 avril 2006, le gouvernement du Québec adoptait la Loi

sur le développement durable. « Le Québec était alors le sixième

État à le faire », souligne Robert Lauzon, directeur du Bureau de

coordination du développement durable au ministère du Développement

durable, de l'Environnement et des Parcs. «Aujourd'hui

encore, seulement une douzaine de gouvernements dans le monde

ont une telle loi. »

La loi québécoise vise à instaurer un nouveau cadre de gestion

au sein de l'administration publique. Près de 150 organismes

- les ministères, les agences gouvernementales, les sociétés

d'État - sont visés. Les municipalités, les établissements de

santé et de services sociaux ainsi que le réseau de l'éducation

le seront à une date qui reste à déterminer. «Nous souhaitons,

comme la Loi les y invite, qu'ils adhèrent dès maintenant sur une

base volontaire», indique Robert Lauzon.

La Loi prévoit que le gouvernement se donne une stratégie

après une consultation publique et que chaque organisme élabore

un plan d'action pour préciser la forme de sa contribution

à la Stratégie gouvernementale de développement durable 2008-

2013. Des indicateurs de résultats et de performance doivent aussi

être définis pour mesurer les progrès accomplis au sein de chaque

PIAN : FÉVRIER-MARS 2010 :: 19


DOSSIER DÉVELOPPEMENT DURABLE

«LES INGÉNIEURS ONT UNE OBLIGATION

DE FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT

DURABLE EN VERTU DE LEUR CODE

DE DÉONTOLOGIE.»

organisme, à l'échelle du gouvernement et dans la société dans

son ensemble. Enfin, un commissaire au développement durable,

relevant du vérificateur général, sera nommé. «Tout cela est maintenant

réalisé, rapporte Robert Lauzon. Virtuellement, toutes les

organisations ont adopté et rendu public leur Plan d'action de

développement durable. Le Québec est en tête du peloton pour

ce qui est de la démarche. Le défi maintenant est de mettre tout

cela en pratique. Mais sans précipitation. En l'absence de modèles,

nous devons prendre le temps de bien réfléchir aux meilleures

façons de faire. »

La réalisation de cet ambitieux programme gouvernemental

passe en partie par les ingénieurs qui œuvrent au sein de la fonction

publique. « Leurs organisations ont des objectifs et des cibles

à atteindre, et sont soumises à des mesures de résultats, précise

Robert Lauzon. Avant toute décision importante, les ingénieurs

sont tenus de prendre en compte les 16 principes du développement

durable qu'énonce la loi. » Certains ingénieurs sont plus

directement concernés, parce qu'ils sont associés à la mise en

œuvre du Plan d'action de leur ministère ou de leur organisme,

ou à des interventions de nature environnementale.

Robert Lauzon est convaincu que le virage pris par l'administration

publique aura un effet d'entraînement : « La grande

majorité des ministères et des organismes gouvernementaux remplissent

leur mandat grâce à des collaborations externes. Les

impératifs du développement durable et les outils qui seront mis

au point influenceront leur façon de travailler. »

Les lois, politiques et programmes gouvernementaux seront

révisés progressivement. Chaque révision est une occasion d'apporter

des modifications qui favorisent un développement durable.

Par exemple, la révision en cours de la Loi sur les mines ajoute

des exigences concernant la restauration des sites et les garanties

financières requises. Ainsi, au fil des ans, tous les secteurs

d'activité, tous les types de projets et toutes les professions

seront touchés.

Les ingénieurs sont aux premières loges dans l'élaboration

et la gestion de la plupart des projets des entreprises et des gouvernements.

Ils sont donc des acteurs majeurs en matière de

développement durable. « Non seulement ils peuvent l'être, mais

ils doivent l'être », affirme Denis Isabel. L'article 2.01 de leur

code de déontologie stipule en effet que « dans tous les aspects

de son travail, l'ingénieur doit respecter ses obligations envers

l'homme et tenir compte des conséquences de l'exécution de ses

travaux sur l'environnement et sur la vie, la santé et la propriété

de toute personne». «Les exigences du développement durable

ouvrent la porte à une interprétation plus large de l'article 2.01 »,

croit Denis Isabel. Selon Robert Lauzon,

«les ingénieurs ont une obligation de

favoriser le développement durable en

vertu de leur code de déontologie, et le

nouvel environnement d'affaires que met en

place le gouvernement leur fournit une

occasion de mieux s'y conformer».

Rappelons que l'Ordre des ingénieurs

du Québec a appuyé l'adoption d'une loi sur

le développement durable, recommandant

même qu'elle comporte plus d'éléments

contraignants (normes, cadre réglementaire),

qu'elle fixe davantage d'obligations et prévoie

des sanctions. Toutefois, l'Ordre a insisté

sur la nécessité de soutenir l'innovation,

la recherche et le transfert technologique

dans le cadre des actions gouvernementales

découlant de son application.

Ingénieurs Canada de son côté a publié

dès 1990 un premier Guide national sur

l'environnement et le développement durable.

Une deuxième version a été produite alors

que Denis Isabel était président du comité

Environnement de cet organisme. «Notre

guide propose une vision holistique du

rôle de l'ingénieur dans le façonnement

de l'avenir; en plus d'être innovateur,

l'ingénieur doit également montrer à ses

collègues et à ses clients comment ces

innovations sont dans l'intérêt de la sécurité,

de la santé et du bien-être publics, de

l'environnement et du développement

durable, de la gestion et de la minimisation

des risques, des valeurs sociales et

culturelles. »

Ce guide recommande de travailler en

équipe multidisciplinaire regroupant toute

l'expertise pertinente, de ne pas hésiter à

faire appel à des tiers pour mieux comprendre

le développement durable et définir

les meilleures pratiques, de solliciter la participation

des intervenants de la société

civile. «La population a le droit de poser

des questions et il faut lui répondre»,

souligne Denis Isabel. L'étude du cycle de

vie devrait aussi être utilisée afin de déterminer

les coûts et les avantages d'une

meilleure intendance environnementale.

Denis Isabel constate que cette approche

fait progressivement sa place dans les

entreprises qui implantent des programmes

de développement durable.

L'innovation devrait être au cœur de la

démarche. «Dans un domaine qui incorpore

beaucoup de récupération, de recyclage

et de valorisation et qui mise sur

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 20


Loi sur le développement durable

l'écoefficacité, les nouvelles technolo

gies sont porteuses pour éliminer ou

traiter les effluents, produire mieux,

consommer moins de ressources

et d'énergie », explique Denis Isabel.

Sur le plan économique enfin, les coûts

liés à la protection de l'environnement

et à l'atténuation des répercussions

sociales doivent être comptabilisés dans

l'évaluation de la viabilité économique d'un projet.

« L'internalisation de ces coûts n'est pas encore systématique,

regrette Denis Isabel. On le fait pour certains aspects seulement

- par exemple les gaz à effet de serre - ou de façon détournée,

au moyen notamment de mesures de prévention de certains risques. »

Faire du développement durable un objectif de société demeurera

un vœu pieux sans la participation active des ingénieurs.

Ceux-ci devront toutefois adopter une nouvelle perspective et revoir

leurs façons de faire en conséquence. Le virage est amorcé, mais

il reste encore beaucoup de sensibilisation et de formation à

faire. « Un des défis majeurs est que les intervenants sociaux se

sentent autant interpellés par la démarche que ceux du monde

économique et environnemental. » Selon Robert Lauzon, ce défi

interpelle également les ingénieurs dans leurs pratiques et dans

leurs relations.


La loi québécoise définit le développement durable comme un

« développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

la capacité des générations futures à répondre aux leurs.

Le développement durable s'appuie sur une vision à long

terme qui prend en compte le caractère indissociable des

dimensions environnementale, sociale et économique des

activités de développement. » Sa mise en œuvre implique le

respect de 16 principes :

• santé et qualité de vie;

• équité et solidarité sociales;

• protection de l'environnement;

• efficacité économique;

• participation et engagement;

• accès au savoir;

• subsidiarité (délégation des pouvoirs et

responsabilités au niveau approprié d'autorité);

• partenariat et coopération intergouvernementale;

• prévention des risques;

• précaution ;

• protection du patrimoine culturel;

• préservation de la biodiversité;

• respect de la capacité de support des écosystèmes;

• production et consommation responsables;

• pollueur payeur;

• internalisation des coûts.

Maîtrise en génie de la construction

Gestion des projets de construction

offerte par l'ÉTS à Québec

OBJECTIFS ET CONTENU

Permettre aux ingénieurs et aux professionnels concernés de mieux exercer des fonctions de

niveau cadre relatives à la direction de travaux et à la gestion de projets de construction. Plus

spécifiquement, il s'agit de pouvoir:

• diriger les travaux de gestion, de planification et de contrôle des travaux de construction, et

diriger les ressources humaines qui sont sous leur responsabilité;

• utiliser les méthodes modernes d'analyse de données et de prise de décision et faire

l'analyse financière de toutes les phases d'un projet de construction;

• maîtriser l'administration et les aspects juridiques des contrats de construction;

• faire la gestion des projets de construction canadiens au niveau international.

ENSEIGNEMENT ACCELERE

L'ÉTS propose une formule d'enseignement qui facilite l'accès aux études aux

personnes déjà actives sur le marché du travail. Les cours sont offerts toutes les deux

semaines le vendredi après-midi et en soirée ainsi que le samedi toute la journée. Cette

formule permet notamment de compléter chacun des cours en six semaines environ.

COURS OFFERTS (45 CRÉDITS)

Optimisation et analyse de faisabilité (3 cr.)

Techniques avancées de planification (3 cr.)

Gestion et assurance de la qualité en construction (3 cr.)

Nouvelles Tl appliquées au génie de la construction (3 cr.)

Analyse du risque dans la gestion de projets (3 cr.)

Gestion de l'entretien des ouvrages d'infrastructure (3 cr.)

Aspects légaux et administration des contrats (3 cr.)

Séminaires sur la gestion de la construction (3 cr.)

Projets de construction internationaux (3 cr.)

Ingénierie des coûts des projets de construction (3 cr.)

Projet d'application (1S cr.)

Renseignements et admission :

École de technologie supérieure

CITÉ-ÉTS

1 877 813-5233 (sans frais)

514-396-8474

cite-ets@etsmtl.ca

www.etsmtl.ca/cite-ets/mgc-qc

Université du Québec

École

de technologie

supérieure

CITÉ

TS

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 21


Drôles de noms...

mais drôlement avantageux!

>REER FÉRIQUE

>CELI FÉRIQUE

• Rendements concurrentiels

• Aucuns frais d'administration, d'entrée, de sortie,

d'ouverture de compte, de transfert interfonds ou

transaction

de

• Aucune

commission*

• Conseils objectifs et planification financière sans frais

• Politique d'investissement responsable

• Frais de gestion parmi les plus bas au Canada

• Et tout ça offert par une société sans but lucratif

dont vous pouvez être membre : à vous les profits !

Conçus pour les ingénieurs, leurs entreprises

et leurs familles. Voir les conditions d'admissibilité

au vww.ferique.com.

Les Fonds FÉRIQUE : il y a un peu de génie là-dedans.

Jean Pomagalski (1905-1969)

Ingénieur français d'origine polonaise.

L'un des pionniers de la technologie du téléphérique

Découvrez d'autres inventeurs de génie au www.ferique.com.

I I »

Fonds FERIQUE

Prenez rendez-vous avec un conseiller FÉRIQUE dès aujourd'hui.

1-800-291-0337 > www.ferique.com

Placements Planification de la retraite Fiscalité Finances personnelles Assurances Gestion des risques Succession

* Note : un placement dans un organisme de placement collectif peut donner lieu à des frais de gestion et d'autres frais. Les ratios de frais de gestion varient

d'une année à l'autre. Veuillez lire le prospectus avant d'effectuer un placement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur

fluctue souvent et leur rendement passé n'est pas indicatif de leur rendement futur. Les Fonds FÉRIQUE sont distribués par Placements Banque Nationale

inc., a titre de Placeur principal, et par Services d'investissement FÉRIQUE. Les Fonds FÉRIQUE payent des frais de gestion à Gestion FÉRIQUE lui permettant

d'assumer les frais de conseillers en valeurs, de mise en marché et de distribution des Fonds FERIQUE ainsi que les frais d'administration du gérant des

Fonds FERIQUE. Chaque Fonds FERIQUE assume ses propres frais d'exploitation. Les Fonds FÉRIQUE sont sans commission lorsqu'un porteur de parts souscrit

par l'entremise de Placements Banque Nationale inc. ou de Services d'investissement FÉRIQUE; certains frais de courtage pourraient toutefois être exigibles

si la souscription se fait par l'entremise d'un courtier indépendant.


£j=p Pour avoir accès à une information

stratégique gratuite afin de planifier

vos investissements:

1

2

3

Rendez-vous sur l'Extranet de l'Ordre des ingénieurs.

Allez à la section Consentements.

Cochez Oui à Gestion FÉRIQUE.

r

GESTION FÉRIQUE - Fonds communs de

Je consens à ce que

soient transmis à GE:

services financiers (coi

:m

©

- CONSENTEMENTS

+ INSCRIPTION ANNUELLE

Gestion FÉRIQUE:

par des ingénieurs, pour les ingénieurs.


DOSSIER

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Depuis au moins quinze ans,

le pergélisol fond davantage

sous l'effet de la hausse des

températures de l'air

observée aux hautes

latitudes nordiques.

Par Gilles Drouin

a planète se réchauffe et les effets

se font sentir clairement dans les

régions polaires. Le Grand Nord

canadien vivra sans doute des

bouleversements importants au cours

des prochaines années. Les populations

locales devront s'adapter à ces

nouvelles conditions, qui pourraient

néanmoins leur apporter une certaine

prospérité. Déjà, les populations nordiques

sont en croissance et le développement

économique se traduit par

l'augmentation du trafic aérien et de la taille

des avions, sans oublier les possibilités que le

réchauffement climatique ouvre pour l'exploitation

des ressources naturelles et le transport

plus facile de ces ressources par voie

maritime grâce à une saison de navigation qui

pourrait s'avérer plus longue, malgré les

enjeux de protection de l'environnement

que cela soulève.

La fragilité d'un élément important

risque toutefois de compliquer le scénario.

En effet, le pergélisol se dérobe sous

les infrastructures. Mélange de glace et de

dépôts meubles, le pergélisol avait habitué les ingéniéurs à une

solidité digne du béton. Seule une mince couche superficielle

de quelques dizaines de centimètres, appelée « mollisol », dégelait

pendant l'été et regelait l'hiver; les concepteurs d'infrastructures

tenaient compte de cette caractéristique dans les

calculs, les techniques de construction et les programmes

d'entretien.

Cependant, depuis au moins quinze

ans, le pergélisol dégèle davantage sous l'effet combiné de

la chaleur accumulée pendant l'été et de la hausse des températures

de l'air observée aux hautes latitudes nordiques. Le mollisol

est de plus en plus profond. L'eau de fonte de la glace de

' *

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 24


sol s'écoule difficilement puisque le soussol

est encore gelé. Le terrain perd alors

de sa capacité portante et cette instabilité

menace les fondations des infrastructures

comme les routes, les pistes d'atterrissage

et les bâtiments en plusieurs endroits du

Grand Nord canadien, y compris au Nunavik,

qui couvre tout le nord du Québec à partir

du 55 e parallèle, une ligne qui coupe la

province à la limite sud de la baie d'Hudson.

« Depuis le début des années 2000, déclare

Gilles Grondin, ingénieur civil au Service de la géotechnique et de

la géologie du ministère des Transports du Québec (MTQ), nous

observons principalement des tassements en bordure des remblais

des infrastructures et parfois sur toute leur largeur, ainsi que la

formation de mares d'eau au pied des talus, ce qui favorise la

dégradation du pergéhsol. »

Transports Québec est propriétaire de 13 des 14 aéroports du

Nunavik, des bâtiments qui s'y trouvent et des routes d'accès.

« Le ministère a inspecté toutes ces infrastructures construites

sur le pergélisol depuis 2004 et inspecte deux fois par année

9 des 13 infrastructures aéroportuaires qui présentent des dégradations

liées au pergéhsol », indique la géographe Anick Guimond,

agente de recherche au Bureau de la coordination du Nord-du-Québec

et, à ce titre, coordonnatrice des projets de recherche sur les effets

des changements climatiques sur le pergélisol et sur les infrastructures

qui appartiennent au ministère.

« Lorsqu'on a construit les infrastructures actuelles, le réchauffement

climatique n'était pas perceptible et tout le monde considérait

que le pergélisol constituait une base stable », explique Gilles

Grondin. Les analyses géotechniques de l'époque se limitaient

donc au mollisol. Mais comme maintenant le sol s'affaisse davantage,

il faut planifier toutes les constructions en fonction de ces

tassements. « Dans le contexte actuel, souligne Richard Fortier,

ingénieur en génie physique et membre chercheur du Centre d'études

nordiques (CEN) de l'Université Laval, il faut éviter de se mettre

en position de vulnérabilité en construisant des infrastructures

sans avoir fait, au préalable, les investigations

nécessaires pour bien caractériser le

sol et évaluer les risques d'un pergéhsol qui

pourrait se dégrader. »

Anick Guimond

« La sécurité des installations n'est pas

menacée, ajoute Anick Guimond, mais dans

tous les cas, le ministère a intensifié l'entretien

et la surveillance. » De 2004 à la

fin de décembre 2009, le MTQ a également

consacré trois millions de dollars en

recherche et développement pour améliorer

Maîtrise en génie mécanique

offerte par l'ÉTS à Québec

OBJECTIFS ET CONTENU

Former des spécialistes en génie mécanique aptes à favoriser le transfert technologique dans

l'industrie.

Pour ce faire, l'étudiant acquiert des connaissances avancées en génie mécanique et

développe les habiletés et aptitudes nécessaires pour déterminer les besoins en technologie

dans une entreprise donnée. Il apprend aussi à définir, justifier, planifier et mener à terme un

projet d'implantation d'une technologie existante ou des projets de recherche appliquée ou

de développement dans les champs d'application du génie mécanique.

ENSEIGNEMENT ACCÉLÉRÉ

L'ÉTS propose une formule d'enseignement qui facilite l'accès aux études aux

personnes déjà actives sur le marché du travail. Les cours sont offerts toutes les deux

semaines le vendredi après-midi et en soirée ainsi que le samedi toute la journée. Cette

formule permet notamment de compléter chacun des cours en six semaines environ.

Renseignements et admission :

École de technologie supérieure

CITÉ-ÉTS

1 877 813-5233 (sans frais), 514-396-8474

cite-ets@etsmtl.ca

www.etsmtl.ca/cite-ets/mec-qc

COURS OFFERTS (45 CRÉDITS)

Contextes d'application de la gestion de projets (3 cr.)

Analyse de faisabilité (3 cr.)

Gestion de projets multiples (3 cr.)

Gestion de ressources humaines en situation de projets (3 cr.)

Ingénierie avancée de projets (3 cr.)

Thermique des énergies renouvelables (3 cr.)

Fatigue, endommagement et mécanique de la rupture (3 cr.)

Énergies renouvelables (3 cr.)

Application de la méthode des éléments finis (3 cr.)

Technologie éolienne (3 cr.)

Matériaux composites (3 cr.)

Efficacité énergétique (3 cr.)

Mécanique des fluides avancée (3 cr.)

Projet technique (6 cr.)

Université du Québec

École

de technologie

supérieure

CITÉ

TS

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 25


DOSSIER DÉVELOPPEMENT DURABLE

wmmÊÊË^^ÊÊÊÊÊÊÊ^^ÊËm

POUR MIEUX CARACTERISER LE

PERGÉLISOL, IL FAUT FORER

DAVANTAGE, CE QUI N'EST PAS

UNE TÂCHE FACILE SOUS LES

LATITUDES NORDIQUES.

ses connaissances sur les effets du dégel du pergélisol sur ses

infrastructures de transport et sur les techniques d'adaptation

potentielles. Les travaux ont porté principalement sur la caractérisation

du pergélisol au moyen de forages et de relevés géophysiques,

sur le suivi du régime thermique ainsi que sur

l'expérimentation de techniques d'adaptation. « Ces renseignements

nous serviront à élaborer une stratégie d'adaptation spécifique à

chaque infrastructure qui devrait être achevée en 2011», mentionne

Anick Guimond.

MIEUX CONNAÎTRE LE PERGÉLISOL

En 2008-2009, Transports Québec a commandé

et financé une importante campagne

de forages (jusqu'à 15 m). Les données récoltées

permettront d'améliorer la planification

de l'entretien ainsi que d'orienter les choix

d'adaptation des pistes et même leur éventuelle

expansion; elles alimentent aussi

un modèle prédictif de comportement des

sols qui est actuellement en préparation.

«Une meilleure connaissance de la qualité

Michel Allard

de glace et de la nature des sols composant le pergélisol sous

les infrastructures nous permet de prédire quelles sont les sections

d'infrastructure qui sont plus sensibles aux variations de

température et d'intervenir rapidement, voire même de prévenir

des problèmes potentiels comme une instabilité de remblai»,

nous dit Gilles Grondin. Toujours en collaboration avec les

chercheurs du CEN, le MTQ a procédé à l'automatisation des

instruments de mesure déjà sur place, dont des thermistances

enfouies sous les pistes qui mesurent la température du pergéhsol.

Le MTQ a aussi investi dans des travaux de cartographie des

dépôts meubles qui donnent une première idée de la situation. Réalisée

par l'équipe du géographe Michel Allard, membre chercheur

au CEN, cette cartographie a permis de mieux déhmiter les zones

où le dégel du pergéhsol est susceptible d'engendrer des problèmes

aux neuf infrastructures aéroportuaires qui subissent des dégradations

liées aux effets du dégel du pergéhsol. Ces travaux de cartographie

et les relevés géophysiques ont permis une meilleure

planification des travaux de forages profonds réalisés en 2008-2009.

« Il s'agit d'une version préliminaire de la cartographie, fondée

sur l'observation des terrains et de sondages, stratégiquement

localisés, précise cet expert du pergéhsol mondialement reconnu.

Nous établissons ensuite un zonage en fonction de la stabilité des

sols dans des conditions de réchauffement de la température »

(voir l'encadré « Un cas type »). De façon générale, Michel Allard

remarque que, dans la partie méridionale du Nord, entre le 55 e

et le 60 e parallèles, le pergélisol est discontinu et que sa température

est plus proche du point de fusion de la glace. Il dégèle

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 26

rapidement en créant de petits lacs appelés mares de thermokarst.

« Pour l'instant, ce phénomène ne touche pas les populations, mais

il faudra en tenir compte dans l'aménagement de routes ou dans

l'exploitation des ressources minérales sur le territoire », prévient

Michel Allard. Au nord du 60 e parallèle, les températures du

pergélisol augmentent aussi, mais il reste encore du temps avant

que le dégel atteigne une couche plus profonde de pergélisol.

Une deuxième phase des travaux permettra une meilleure caractérisation

du pergélisol et une meilleure intégration des modèles

de prédiction de la température. La caractérisation du pergéhsol

vise à déterminer plus précisément sa teneur en glace, un facteur

essentiel pour prédire son comportement à des températures

supérieures, ainsi que sa profondeur.

Pour mieux caractériser le pergéhsol, il faut forer davantage,

ce qui n'est pas une tâche facile sous les latitudes nordiques. « Sans

l'aide d'une machinerie lourde, nous pouvons forer et échantillonner

le pergéhsol jusqu'à cinq ou six mètres de profondeur,

indique Richard Fortier. Pour forer plus profondément et dans des

sols plus grossiers comme le till, il faut une logistique plus complexe

et plus coûteuse, et faire appel à des foreurs professionnels.

Par des méthodes géophysiques de surface, nous parvenons toutefois

à obtenir des données sur le pergéhsol jusqu'à une vingtaine

Un cas type

L'exemple de Salluit illustre bien l'importance de tenir compte de

la présence du pergélisol pour la conception et la construction d'infrastructure.

Dans ce village situé tout près de l'extrémité nord du

Québec, le camion à incendie était garé dans une caserne de pompier

construite sur une dalle de béton non équipée d'un dispositif

d'extraction de chaleur en sous-fondation. Le simple fait de chauffer

ce bâtiment, pour éviter le gel de l'eau dans la citerne du

camion, a entraîné un réchauffement et un dégel du pergélisol riche

en glace sous la dalle de béton et le remblai du bâtiment. Le tassement

du pergélisol et l'affaissement de la dalle de béton sont tels

que la caserne de pompier a été déplacée à un autre endroit dans

la communauté, moins vulnérable à la dégradation du pergélisol.

«À plusieurs endroits à Salluit, explique Richard Fortier, le

pergélisol riche en glace est si vulnérable que, même s'il n'y avait

pas une hausse des températures de l'air, le simple fait d'aménager

un bâtiment chauffé sur une dalle de béton et un remblai peut perturber

suffisamment le régime thermique du sol pour provoquer

le dégel du pergélisol. Les infrastructures majeures telles que les

garages municipaux qui nécessitent une dalle de béton doivent donc

être construites soit sur les terrains stables au dégel, soit sur

des pieux pour permettre la circulation de l'air sous l'infrastructure

et ainsi éviter la transmission de la chaleur du bâtiment

dans le pergélisol. »

La carte de Salluit établie par Michel Allard montre que le village

se subdivise en trois grandes zones. L'arrière-pays est une

zone à haut risque qui repose sur un pergéhsol riche en glace avec

des pentes assez fortes ; au centre, une colline, où les bâtiments

sont sur le roc, ne pose aucun problème ; près de la mer, on trouve

une plaine composée de sédiments marins et un pergéhsol à forte

teneur en glace. Le terrain plat et les techniques de construction

font en sorte que les infrastructures ont assez bien résisté jusqu'ici.

En effet, les maisons sont bâties sur des radiers et des chevalets,

ce qui en fait presque des habitations flottantes. L'air circule sous

ces bâtiments, et le sol est ainsi maintenu à ime température plus

froide. Toute nouvelle construction exigera toutefois une analyse

approfondie du sol.

Suite p. 27


OUVERTURE DES MISES EN CANDIDATURE AUX POSTES D'ADMINISTRATEURS POUR LES ÉLECTIONS GÉNÉRALES 2010

En 2010, sept (7) postes d'administrateurs, répartis dans quatre (4) des huit (8) régions, sont à pourvoir au cours

des prochaines élections générales au Conseil d'administration de l'Ordre des ingénieurs du Québec :

REGIONS

Montréal

Québec

Abitibi-Témiscamingue

Outaouais

ADMINISTRATEURS SORTANTS

Micheline BÉTOURNAY, ing

Maud COHEN, ing

Zaki GHAVITIAN, ing

Dominique VERREAULT, ing

Anne-Marie TREMBLAY, ing

Luc FORTIN, ing

Michaël CÔTÉ, ing

DATE DE CLÔTURE DES MISES EN CANDIDATURE :

CONDITIONS REQUISES POUR ÊTRE CANDIDAT

1 er mars 2010, à 16 heures

DATE DE CLÔTURE DU SCRUTIN : 30 avril 2010, à 16 heures

• Seuls peuvent être candidats dans une région donnée les membres qui y ont leur domicile personnel (Loi sur

les ingénieurs, art.10) et qui sont inscrits au tableau de l'Ordre au 1 er mars 2010, soit au moins 45 jours avant

la date de la clôture du scrutin (Code des professions, art. 66.1).

• Le candidat qui est radié ou dont le droit d'exercer des activités professionnelles est limité ou suspendu avant

l'élection n'est pas admissible pour l'élection en cours. (Code des professions, art. 66.1)

• Si une personne candidate cesse d'avoir son domicile personnel dans une région donnée après la mise en

candidature, ou si elle décède, l'élection se continue entre les autres candidats (Règlement sur les élections

au Conseil d'administration de l'Ordre des ingénieurs du Québec, art. 17).

• Tout membre du personnel de l'Ordre ou membre d'un comité statutaire de l'Ordre n'est pas éligible au poste

d'administrateur (Règlement sur les élections au Conseil d'administration de l'Ordre des ingénieurs du Québec,

art. 17).

• Le bulletin de présentation d'un candidat doit être rédigé de façon analogue à celui figurant en page deux (2)

du présent avis, et être signé par la personne qui pose sa candidature (Règlement sur les élections au Conseil

d'administration de l'Ordre des ingénieurs du Québec, art. 17).

• Le bulletin doit également être signé par cinq (5) « proposeurs », membres de l'Ordre, qui ont leur domicile personnel

dans la région du candidat proposé. Il est recommandé d'obtenir la signature de plus de cinq (5) proposeurs,

au cas où certains n'auraient pas qualité pour accomplir cette formalité (Règlement sur les élections, art. 17).

• Le bulletin de présentation et les documents l'accompagnant doivent obligatoirement être remis au secrétaire

de l'Ordre au plus tard le 1 er MARS 2010, à 16 heures, (Loi sur les ingénieurs, art.10, et Règlement sur les

élections au Conseil d'administration de l'Ordre des ingénieurs du Québec, art. 18), soit « au plus tard à 16 heures

le 60 e jour qui précède la date de la clôture du scrutin ».

M c Caroline Simard, avocate, LL. M.

Secrétaire de l'Ordre des ingénieurs du Québec

1100, rue De La Gauchetière Ouest, bureau 350, Montréal (Québec) H3B 2S2

Téléphone : 514 845-6141 ou 1 800 461-6141, poste 3152. Télécopieur : 514 840-2088

Courriel : secretaire.oiq@oiq.qc.ca

www.oiq.qc.ca


ÉLECTIONS GÉNÉRALES 2010

Bulletin de présentation pour l'élection d'un administrateur

dans la région de

Je, soussigné, ayant mon domicile personnel dans la région électorale de

depuis (date)

, étant dûment appuyé dans le bulletin de présentation ci-dessous,

dépose ma candidature au poste d'administrateur pour cette région.

De plus, je m'engage à respecter le Code de bonne conduite des candidats lors des élections au Conseil d'administration

de l'Ordre des ingénieurs du Québec, prévu à l'annexe XII du Règlement sur les élections au Conseil d'administration de

l'Ordre des ingénieurs du Québec.

Veuillez trouver sous pli : (obligatoire)

- ma photo récente (photographie couleur, haute définition, format passeport) ;

- un bref curriculum vitas, ainsi qu'un court texte, énonçant mes objectifs (ce texte, qu'il soit écrit dans une ou

plusieurs langues, ne peut dépasser 400 mots au total).

En foi de quoi, j'ai signé à ce jour de 2010.

Signature

Nous, soussignés, membres en règle de l'Ordre des ingénieurs du Québec, ayant domicile dans la région électorale du candidat,

appuyons, comme candidat à la prochaine élection au poste d'administrateur de l'Ordre des ingénieurs du Québec.

Nom du membre

qui appuie le candidat

N° de membre Date Signature du membre

2


Ordre

NOTICE OF ELECTIONS

to the Board of Directors of the Ordre des ingénieurs du Québec

(Regulation respecting elections to the Board of Directors of the Ordre des ingénieurs du Québec, s.14)

de du in Q 9 S e ec rs

CALL FOR NOMINATIONS FOR DIRECTORSHIPS FOR THE 2010 GENERAL ELECTION

In its upcoming elections in 2010, the Board of Directors of the Ordre des ingénieurs du Québec will be filling

seven (7) directorships in four (4) of the eight regions :

REGIONS

Montréal

Québec City

Abitibi-Témiscamingue

Outaouais

OUTGOING DIRECTORS

Micheline BÉTOURNAY, Eng.

Maud COHEN, Eng.

Zaki GHAVITIAN, Eng.

Dominique VERREAULT, Eng.

Anne-Marie TREMBLAY, Eng.

Luc FORTIN, Eng.

Michaël CÔTÉ, Eng.

CONDITIONS REQUISES POUR ÊTRE CANDIDAT

CLOSING DATE FOR NOMINATIONS: 4:00 P.M., March 1st, 2010

CLOSING DATE OF THE POLL: 4:00 P.M., April 30, 2010

• • To be eligible, candidates must have their personal domicile in the region they wish to represent (Engineers

Act, s.10) and must be registered on the OIQ roll by March 1st, 2010; that is, at least 45 days prior to the poll

closing date (Professional Code, s. 66.1).

• A candidate who is struck off the roll or whose right to engage in professional activities is restricted or suspended

before the election is no longer eligible for the election in progress (Professional Code, s. 66.1).

• If a candidate stops having his personal place of residence in a given region after nomination, or if the candidate

dies, the election shall continue between the other candidates (Regulation respecting elections to the Board of

Directors of the Ordre des ingénieurs du Québec, s.17).

• Any permanent employee of the Order or any member of a statutory committee of the Order is not eligible for the

office of director (Regulation respecting elections [...], s.17).

• The nomination paper of a candidate must be drawn up in a manner similar to the one appearing on page four (4)

of this notice and signed by the candidate (Regulation respecting elections [...], s.17).

• The nomination paper must also be signed by five (5) "endorsers," members of the Order who have their personal

domicile in the same region as the proposed candidate. It is suggested that candidates obtain more than the

required five signatures in the event that any of the endorsers should be deemed inadmissible (Regulation

respecting elections [...], s.17).

• The nomination paper and supporting documents must absolutely reach the OIQ Secretary by 4:00 P.M. on

March 1st, 2010 (Engineers Act, s.10 and Regulation respecting elections [...], s. 17), that is, "by no later than

4 P.M. on the 60th day before the poll closing date."

Secretary of the Ordre des ingénieurs du Québec

1100, De La Gauchetière West, Office 350, Montréal (Québec) H3B 2S2

Telephone: 514 845-6141 or 1 800 461-6141, ext. 3152. Fax: 514 840-2088

E-Mail: secretaire.oiq@oiq.qc.ca

www.oiq.qc.ca

3


GENERAL ELECTIONS 2010

Nomination paper for election of a director

in the

region

I, the undersigned, having my personal domicile in the

electoral region since (date)

, being duly supported in the nomination paper

hereabove, submit my candidacy as director for that region.

Furthermore, I agree to comply with the Code de bonne conduite des candidats lors des élections au Conseil d'administration

de l'Ordre des ingénieurs du Québec, provided in appendix XII of the regulation named Règlement sur les élections au

Conseil d'administration de l'Ordre des ingénieurs du Québec available only in French.

Please find enclosed herewith : (mandatory)

- a recent photograph (color photography, high-definition, passport size) ;

- a short curriculum vitae and a brief summary of my objectives (the summarycan be written in one or more languages,

but may not exceed a toted of 400 words).

In witness whereof, I have signed at this _____ day of 2010.

Signature

Nous, soussignés, membres en règle de l'Ordre des ingénieurs du Québec, ayant domicile dans la région électorale du candidat,

appuyons, comme candidat à la prochaine élection au poste d'administrateur de l'Ordre des ingénieurs du Québec.

Member's name

(endorsers)

Member's no. Date Member's Signature

1

Ordre

des ingénieurs

du Québec

4


DOSSIER DÉVELOPPEMENT DURABLE

de mètres de profondeur. » Ainsi, les méthodes de résistivité électrique

et de géoradar permettent d'interpréter les conditions de

pergélisol sous des sections longitudinales et transversales des

pistes jusqu'à des profondeurs de l'ordre de 10 m. Ce spécialiste

de la géophysique du pergélisol rappelle que le pergélisol peut être

riche en glace et potentiellement instable au dégel jusqu'à des

dizaines de mètres de profondeur. « Il faut connaître cette variabilité

pour adapter les infrastructures, que ce soit un bâtiment,

une route ou une piste d'atterrissage», ajoute-t-il.

«L'objectif de ces travaux de caractérisation est de concevoir

des modèles de tassement, signale Gilles Grondin. Si on arrive à

prédire quel sera le tassement dans un sol donné sur une période

de 20 ans, une analyse coût/bénéfice permettra ensuite de choisir

la meilleure solution. » Par exemple, dans les cas extrêmes, on pourra

décider de changer le tracé d'une route. Ailleurs, un entretien annuel

comme le remplissage des tassements avec du gravier suffira.

FAIRE LES BONS CHOIX

D'ici là, le MTQ investit dans l'expérimentation de diverses techniques

de préservation du pergélisol. « Nos défis sont la gestion

de l'eau et de la neige en bordure de remblais d'infrastructures»,

résume Anick Guimond. Pour prévenir ou amoindrir les effets de

la fonte du pergélisol durant l'été, il faut tout mettre en œuvre pour

que le froid agisse pleinement durant la saison froide. En été, le

drainage de l'eau est un facteur essentiel pour retarder la fonte.

Relancer la recherche

k

Dans un rapport rendu public en novembre 2009, la Table ronde

nationale sur l'environnement et l'économie (TRNEE) presse le gouvernement

de relancer la recherche sur le climat afin de mieux comprendre

les effets du réchauffement des températures sur les

communautés nordiques.

Cet organisme est parrainé par le gouvernement fédéral et est composé

de représentants du milieu industriel canadien ainsi que d'écologistes.

Dans son rapport intitulé Franc Nord, Adaptation de l'infrastructure

du Nord canadien au changement climatique, la TRNEE établit quatre

cibles qui devraient constituer la priorité du gouvernement :

• intégrer les risques climatiques aux politiques, processus et

mécanismes gouvernementaux ;

• s'assurer que les intérêts du Nord sont représentés et que les communautés

participent à l'élaboration de solutions d'adaptation

au changement climatique;

• renforcer la capacité et l'information scientifique utilisées dans

le Nord pour appuyer les efforts d'adaptation à long terme ;

• améliorer la capacité de la collectivité à gérer le risqueclimatique

que court l'infrastructure nordique et tirer parti des possibilités.

Les routes, les bâtiments, les tours de communications, les installations

maritimes (comme les estacades), les systèmes énergétiques

et les sites d'élimination des déchets des collectivités ainsi que des

exploitants des ressources énergétiques et minières sont menacés

par les changements climatiques. La TRNEE croit qu'Ottawa doit

augmenter le financement consacré à la restauration des infrastructures.

La révision des codes et des normes de construction

et d'ingénierie doit se faire en tenant compte des situations particulières

du Grand Nord canadien.

Le rapport se trouve sur le site Web de la TRNEE,

à l'adresse http://nrtee-trnee.ca.

Maîtrise en génie

Réseaux de télécommunications

offerte par TÊTS à Québec

OBJECTIFS ET CONTENU

Former des spécialistes en génie des télécommunications aptes à concevoir des services de

télécommunications avancés reposant sur les technologies d'Internet. Il s'agit de pouvoir :

• acquérir les habiletés et les aptitudes nécessaires pour déterminer les besoins en

technologie dans une entreprise donnée;

• apprendre à définir, à justifier, à planifier et à mener à terme un projet d'implantation d'une

technologie existante ou des projets de recherche appliquée ou de développement dans les

champs d'application du génie des télécommunications dans un monde dominé par les

technologies d'Internet.

ENSEIGNEMENT ACCÉLÉRÉ

L'ÉTS propose une formule d'enseignement qui facilite l'accès aux études aux

personnes déjà actives sur le marché du travail. Les cours sont offerts toutes les deux

semaines le vendredi après-midi et en soirée ainsi que le samedi toute la journée. Cette

formule permet notamment de compléter chacun des cours en six semaines environ.

Renseignements et admission :

École de technologie supérieure

CITÉ-ÉTS

1 877 813-5233 (sans frais), 514-396-8474

cite-ets@etsmtl.ca

www.etsmtl.ca/cite-ets/mgr-qc

COURS OFFERTS (45 CRÉDITS)

Modélisation, estimation et contrôle pour les réseaux

de télécommunications (3 cr.)

Réseaux haut débit et nouvelles technologies de IP (3 cr.)

Mobilité et téléphonie IP (3 cr.)

Sécurité des réseaux d'entreprise (3 cr.)

Technologies et réseaux optiques WOM

(Wavelength Division Multiplexing) (3 cr.)

Systèmes de communication numérique avancés (3 cr.)

Sécurité de l'Internet (3 cr.)

Sujets spéciaux en réseaux de télécommunications (3 cr.)

Contextes d'application de la gestion de projets (3 cr.)

Gestion de projets multiples (3 cr.)

Gestion des ressources humaines en situation de projets (3 cr.)

Ingénierie avancée de projets (3 cr.)

Analyse de faisabilité (3 cr.)

Projet technique (6 cr.)

Université du Québec

École

de technologie

supérieure

CITÉ

TS

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 27


DOSSIER DEVELOPPEMENT DURABLE

C'est ici que le génie qu'il faut mettre en pratique dans le Nord

se démarque davantage des pratiques qui ont cours dans le Sud.

Les règles qu'on observe sous nos latitudes clémentes engendrent

souvent des problèmes si on les applique dans les régions

nordiques. «De façon générale, avance l'ingénieur Guy Doré, il

faut tenir compte de la thermodynamique plutôt que simplement

se fonder sur des principes mécaniques lorsque nous concevons

des infrastructures nordiques. » Il est d'autant plus crucial de comprendre

le régime thermique du sol et des remblais qui aura tôt

ou tard un effet sur la capacité portante et

les aspects mécaniques des sols en général.

Professeur en génie civil à l'Université

Laval, Guy Doré est aussi un membre

chercheur du CEN. Il mène plusieurs expériences

afin d'évaluer la pertinence de

techniques d'adaptation au changement

climatique. Il s'intéresse ainsi au drainage.

Un bon drainage est essentiel, mais pour

qu'il soit efficace, on doit adapter les procédés

aux conditions nordiques. « Dans le

Guy Doré, ing.

Sud, aménager un fossé en bordure du remblai d'une route est

une technique courante, fait observer Guy Doré. Dans le Nord, cette

pratique est impensable.» En été, l'eau stagnante dans le fossé

ne fera qu'accélérer la fonte du pergéhsol. Il faut donc éloigner

le plus possible l'eau de la base du remblai. En hiver, la neige s'accumule

dans ces fossés. Étant donné que la neige constitue un

isolant naturel, elle empêche le froid de figer plus profondément

le pergéhsol pendant l'hiver, ce qui accélère le dégel l'été suivant.

«Une technique simple, qui semble prometteuse, consiste à construire

des remblais en pente douce (de l'ordre de 1 dans 6) ; cela

empêche l'accumulation de neige», exphque Gilles Grondin. Les

simples méthodes de déblayage de la neige sont aussi en cause.

« Pour que l'onde de froid hivernal pénètre bien dans le pergéhsol

et permette son maintien à longterme, les équipes d'entretien des

pistes d'atterrissage et des routes doivent décharger de la neige

là où elle ne risque pas d'isoler les talus des remblais et le pergélisol ».

Le remblai lui-même peut être un facteur aggravant puisque

l'accumulation d'eau et de neige favorisera l'accumulation de

la chaleur dans le sol. Deux approches sont à l'essai. La première

consiste à utiliser un remblai de pierres composé uniquement

de blocs de grande taille. « Ce remblai comporte beaucoup

de vides qui créent des cellules de convection favorisant l'évacuation

de l'air chaud en hiver», précise Guy Doré. L'autre technique

consiste à insérer un écran drainant fait de deux membranes

géotextiles séparées par de petits cônes en polymères, un produit

utihsé habituellement pour le drainage. Judicieusement positionné,

l'écran permet cette fois d'évacuer l'air chaud grâce à un

effet de cheminée, tandis que l'air froid entre par l'autre extrémité.

Au Nunavik, les pistes d'atterrissage ne sont pas pavées, mais

gravelées. L'absence de revêtement bitumineux est un avantage

dont les chemins d'accès, pavés, ne bénéficient pas. En effet, la

couleur foncée de l'asphalte ne fait qu'accentuer les effets du

réchauffement sur le pergélisol par sa grande capacité à capter

la chaleur. « Nous expérimentons des surfaces claires qui vont

réfléchir une grande partie de la radiation solaire », nous dit Guy

Doré. L'idée vient de l'aviation américaine, qui a peint en blanc

Des normes et des bonnes

pratiques en préparation

Outre la stratégie d'adaptation du ministère des Transports du

Québec, deux autres documents devraient contribuer d'ici la fin de

2010 à mieux orienter et encadrer les pratiques du génie dans le

Grand Nord.

• L'Association des transports du Canada prépare un guide des

bonnes pratiques pour le développement et la gestion des infrastructures

de transport sur le pergéhsol, document auquel collaborent

plusieurs chercheurs, dont l'ingénieur Guy Doré.

• L'Association canadienne de normalisation (ACNOR) élabore

des normes pour l'aménagement des villages.

la piste de son aéroport de Thulé, au Groenland, il y a une trentaine

d'années. « Ça fonctionne très bien pour préserver le remblai,

remarque Guy Doré, mais il faut repeindre tous les trois ans, sans

oubher que la peinture rend la piste un peu glissante. »

Il existe toutefois des bitumes colorés de conception européenne

destinés d'abord aux aménagements architecturaux pour l'agencement

des couleurs et qui réduisent l'effet d'îlots de chaleur qui

se crée dans les villes. «Nous essayons d'adapter cette technologie

à la production à prix abordable de bitumes clairs pour les routes

nordiques », mentionne Guy Doré. Une expérience a été réalisée à

Dawson City avec un pavage importé de France, à un coût prohibitif.

Mieux comprendre le comportement du pergéhsol en période

de changement climatique et imaginer des solutions pour s'adapter

aux nouvelles conditions ne représente pas une mince tâche. Dans

un contexte où le Canada est de plus en plus soucieux d'affirmer

sa présence dans l'Arctique canadien, il est certain que les ingénieurs

apporteront leur contribution. « Et il y a de beaux défis à

relever pour eux », conclut Richard Fortier.


Le Nord, voie de l'avenir

Au milieu du XIX e siècle, la conquête de l'ouest des États-Unis

battait son plein. John Soûle, un éditorialiste américain, appelait

alors ses jeunes compatriotes à migrer vers cette nouvelle frontière

et à profiter des occasions offertes par la croissance économique.

« Go West, young man, and grow up with the country»,

avait-il écrit à l'époque.

Au cours des prochaines années, le Grand Nord pourrait bien

représenter une de ces destinations porteuses d'avenir, la chaleur

en moins ! « Il faudra une nouvelle génération d'ingénieurs capables

de comprendre le pergélisol», estime Michel Allard, qui

souhaite également que la formation en génie comporte des cours

sur le milieu nordique.

L'ingénieur Richard Fortier s'inquiète du peu d'expertise actuelle

en génie appliqué aux conditions du Grand Nord. « Il n'est pas possible

d'appliquer les méthodes du Sud au contexte nordique sans

faire une mise à niveau, soutient-il. Il faut que les ingénieurs soient

sensibilisés aux conditions différentes qui existent dans le Nord. »

Déjà peu nombreux, les ingénieurs qui répondent à ce dernier

critère ne restent pas dans les territoires nordiques aussi longtemps

qu'il le faudrait. « Il y a une rotation du personnel plus importante

dans le Nord, remarque Richard Fortier. Lorsque les gens quittent

la région sans préparer leur relève, il y a une perte d'expertise importante

à un moment où nous en avons besoin plus que jamais. »

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 28


h ï f

RECHERCHONS:

INGÉNIEURS

« Mon métier est en constante évolution mais

heureusement, j'ai été entraînée pour faire face

à ['inattendu. En une seule journée, je peux

effectuer la mise à niveau de nos technologies,

résoudre une variété de problèmes ou même

réparer de la machinerie lourde. »

Lieutenant de vaisseau AMY O'RIELLY

WANTED:

ENGINEERS

"My job is constantly evolving, but I was given

the training to deal with whatever comes my

way. Updating our technology, repairing heavy

machinery, solving problems. It's all in a

day's work."

Lieutenant (Navy) AMY O'RIELLY

F O R C E S . C A

COMBATTEZ AVEC LES FORCES CANADIENNES

t/W

1-800-856-8488

FIGHT WITH THE CANADIAN FORCES

Canada


DOSSIER

DEVELOPPEMENT DURABLE

En cette Année internationale de la

biodiversité, Hubert Reeves est

déterminé à faire comprendre que la

protection de la biodiversité est

indispensable à la survie des humains.

« La biodiversité, ce n'est pas simplement

les ours polaires ou les vers de terre, c'est

nous-mêmes », dit-il souvent.

Président depuis 2001 de la Ligue ROC,

une association environnementale indépendante

française, Hubert Reeves a chapeauté

un ouvrage collectif intitulé Humanité et

biodiversité : Manifeste pour une nouvelle

«MOI QUI AIME À TOURNER

MON REGARD VERS LES ÉTOILES,

JE LE TOURNE DE PLUS EN PLUS

SOUVENT VERS LA TERRE :

SES HÔTES SONT EN PÉRIL.»

alliance. Le livre, accessible sur le site Web

(www.biodiversite2012.org) de la Ligue

ROC depuis décembre dernier, est divisé en

trois parties : « Une société en mouvement »,

«Subordonner l'économie au vivant» et

« De la connaissance à l'intégration de la

biodiversité ». À travers les regards croisés de spécialistes (scientifiques,

sociologues, philosophes, juristes...), ce manifeste propose

une stratégie afin de mobiliser les citoyens ainsi que les représentants

de la société civile dans les mesures indispensables à la sauvegarde

de la biodiversité. Car pour Hubert Reeves, l'humain fait

face à un énorme défi : celui de montrer que l'intelligence n'est

pas un cadeau empoisonné.

PLAN a échangé quelques mots avec un des rares Québécois

dont un astéroïde porte le nom (astéroïde 9631).

PLAN : Comment résumeriez-vous votre philosophie par rapport

à l'écologie et à l'environnement?

H. R. : Moi qui aime à tourner mon regard vers les étoiles, je

le tourne de plus en plus souvent vers la Terre : ses hôtes sont

en péril. La vie telle que nous pouvons la voir autour de nous

est la résultante de plus de trois milliards d'années d'évolution,

mais nous avons le pouvoir de rayer des populations entières d'espèces

et même la nôtre. Notre puissance nous menace. Notre

avenir est de notre responsabihté. Nous vivons une époque décisive.

Heureusement, d'une crise peut survenir une orientation

nouvelle, balayant les nuisances de la précédente.

PLAN : Quel serait le changement de paradigme le plus important

à opérer dans nos têtes afin d'éviter le pire pour l'espèce

humaine ?

H. R. : Reconnaître que la vie sur Terre nécessite une multitude

d'espèces avec chacune un nombre d'individus important dont

chacun est porteur de gènes différents, que tous les milieux naturels

sont à maintenir en bon état de façon que nous puissions encore

en profiter. En résumé, admettre notre dépendance du reste du vivant

et nous considérer comme en devoir d'assurer sa pérennité. En

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 30


RECHERCHONS:

INGÉNIEURS CIVILS

«J'ai toujours voulu venir en aide aux autres. Et

c'est exactement l'occasion qui m'est donnée ici.

Que ce soit en participant aux efforts de reconstruction

après une inondation ou en érigeant

école où il n'y en avait pas avant, j'ai la

d'exercer un métier que j'aime. »

Sous-lieutenant JAMES KIM

une

chance

WANTED:

CIVIL ENGINEERS

"I've always enjoyed helping others. Now I have

the opportunity to do just that. Whether

helping

out with flood relief, or building a school where

there was none, I know I'm making a difference.

2nd Lieutenant JAMES KIM

F O R C E S . C A

1-800-856-8488

COMBATTEZ AVEC LES FORCES

CANADIENNES

FIGHT WITH THE CANADIAN FORCES

Canada


DOSSIER DEVELOPPEMENT DURABLE

En mars, c'est la

fête du génie !

« Concevoir le futur», tel est le thème de

l'édition 2010, qui mettra le Mois national

du génie à l'avant-scène pour célébrer

l'excellence en génie à travers tout le Canada.

L'Ordre profite de l'occasion pour rendre

hommage à ses 58 783 membres qui mettent

leur expertise et leur professionnalisme au

profit du bien-être de la société.

L'Ordre salue également la relève de la

profession, les quelque 14 000 étudiants des

13 écoles et facultés d'ingénierie du Québec.

Ordre

des ingénieurs

~ du Québec

i v S

I m n

Pour renseignements : www.nem-mng.ca

«ADMETTRE NOTRE DEPENDANCE

DU RESTE DU VIVANT ET NOUS

CONSIDÉRER COMME EN DEVOIR

D'ASSURER SA PÉRENNITÉ.»

fait, le changement commence depuis qu'un nouveau mot tend

à remplacer le mot nature ; c'est le mot biodiversité. Le scientifique

E.O. Wilson en donne la définition suivante : « La totalité

de toutes les variations de tout le vivant. » Le succès de ce néologisme

tient au fait qu'il a symbolisé l'émergence de nouveaux

regards sur cette infime diversité du vivant que le mot nature n'évoquait

pas du tout. La biodiversité constitue le « moteur » du vivant :

elle est la garantie d'un potentiel d'évolution pour l'avenir : à nous

de la ménager, de la sauvegarder, de lui permettre de s'épanouir...

PLAN : Certains tiennent la technologie pour responsable des

maux environnementaux, d'autres soutiennent qu'elle fait partie

de la solution. Comment entrevoyez-vous le rôle de la technologie

pour un environnement plus sain ?

H. R. : Homo sapiens ne s'est pas encore imposé de limites

et l'impact des activités de notre espèce pourrait mener à un

désastre. Depuis un siècle, même si nous avons, par exemple,

inventé des médicaments qui protègent nos vies, d'autres inventions

de la chimie de synthèse sont plutôt destructrices de la vie

des autres espèces ; et comme nous dépendons du reste du vivant,

cela nous met en danger, tout comme l'usage immodéré des

énergies fossiles, et plus généralement la vie à l'occidentale. Maintenant

l'alerte est lancée... Le génie humain permet d'inventer

le meilleur et le pire. Savoir créer une technologie est une chose ;

décider de l'utiliser ou non en est une autre. Ce qui compte, c'est

le choix que fait une société démocratique bien éclairée par les

scientifiques et pouvant débattre avant de décider.

PLAN : Si des solutions technologiques existent pour bon

nombre de problèmes, pourquoi ne sont-elles pas utilisées ? Qui

devrions-nous blâmer : les politiciens, les écologistes, les scientifiques,

les ingénieurs, les économistes?

H. R. : Chacun doit, dans la mesure du possible, s'intéresser

à la vie publique. Mais les décideurs, ceux qui après avoir examiné

sous tous les angles le dossier qui nécessite un rejet, une

acceptation avec ou sans condition, ont forcément une lourde

responsabilité. Et quand il s'agit des élus qui tiennent à leur mandat,

cela peut devenir un dilemme. Le problème est que les

échéances électorales sont courtes alors que la responsabilité des

décisions concerne de futurs électeurs, les «pas encore nés»...

PLAN : Comment imaginez-vous nos sociétés en 2100 ?

H. R. : Nul ne connaît l'avenir et on peut tout imaginer. Mais il

est évident que l'avenir se fabrique chaque jour et que ses artisans,

ce sont nous, les humains. Le cinéma nous montre actuellement

des films épouvantables... Aucun scénario riant ne nous est proposé.

Le pire est imaginé et le montrer veut peut-être nous dissuader

de contribuer aux catastrophes projetées sur les écrans. Mon voeu

est qu'elles restent virtuelles. C'est pourquoi je suis engagé dans

la vie associative. Nous nous mobilisons pour que les forces positives

l'emportent, et nous venons de pubher un ouvrage collectif

au titre exphcite Humanité et biodiversité : Manifeste pour une nouvelle

alliance. Voilà ! traitons la nature en alliée...


PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 32


Ordre

des ingénieurs

du Québec


VIE UNIVERSITAIRE

Par Dédy Bilamba

QUAND LES ÉTUDIANTS

S'IMPLIQUENT POUR

LA RELÈVE !

D

ans le cadre de sa démarche de promotion pour

favoriser la relève dans le domaine du génie,

l'Ordre des ingénieurs du Québec a lancé à

l'automne une campagne de communication intitulée

«Il y a une place pour toi... en ingénierie!» à l'intention

des jeunes de 12 à 18 ans. L'un des volets de cette

campagne consiste à montrer six portraits vidéo

personnes issues du monde du génie du Québec.

L'objectif des capsules vidéo est de démystifier les

études et la profession d'ingénieur en apportant

de

une

réponse aux idées reçues et autres clichés entourant le

génie. Il est évident que les membres de l'Ordre sont euxmêmes

les meilleurs ambassadeurs pour communiquer

ce message, d'où la collaboration entre l'Ordre et certains

de ses membres pour réaliser ces portraits.

L'une des vidéos présente Isabelle Tremblay, ing., qui

travaille à l'Agence spatiale ; elle décrit l'importance de la

créativité et du travail d'équipe dans la profession d'ingénieur.

On fait aussi la connaissance de l'ingénieur Martin Roy

(lauréat du Grand Prix d'excellence 2007 décerné par

l'Ordre), de la firme Martin Roy & associés; il explique avec

passion l'influence de l'ingénieur sur la société, notamment

sur le plan écologique, et nous parle de sa participation à la

construction d'édifices comme la TOHU.

L'ingénieure Sophie Duchesne, chercheuse à l'Institut

national de la recherche scientifique, rappelle pour sa part

que les études en génie restent agréables et accessibles pour

qui veut réussir.

David Gingras, ing. jr au service de Motion Composites

(firme qui a remporté la Distinction du génie innovateur

2009, décernée par l'Ordre), évoque l'influence qu'ont les

innovations réalisées par les ingénieurs sur la vie quotidienne.

Lorsque l'on parle de la relève, le monde universitaire est bien

entendu un relais fort important. Ainsi, on trouve parmi ces portraits

deux étudiants qui illustrent le lien direct avec la relève en génie. Il

s'agit de Maxime Caron, de l'École de technologie supérieure, et

de lérôme Cinq-Mars, de l'Université Laval. Leur participation dans

des projets passionnants durant leurs études fait d'eux de parfaits

représentants pour inciter les élèves du secondaire et des cégeps

à s'orienter vers des études en science puis en génie.

C'est au nom de l'équipe de la Formule SAE (Society of Automative

Engineers) de l'Université Laval que lérôme Cinq-Mars, étudiant en

génie mécanique, s'est prêté au jeu des caméras dans son atelier.

En action et accompagné de ses coéquipiers, ce sont toutes les valeurs

du travail d'équipe et de la compétition que Jérôme communique

dans la capsule vidéo.

T U AS ENVIE DE G A G ^

OU 20 JANVIER AU 31 MA. •MIC. JESwSré» « PLUS

S ^ S S DU QUÉBEC ET VOTE POUR

TA PRÉFÉRÉEl

SÈ!LE L M E E S NTS R ÙR WWW. PUCEP0URT01.CA.

Maxime Caron, étudiant en génie électrique, décrit le parcours

qui l'a mené aux études en génie, jusqu'à sa participation à l'édition

2007 du Décathlon solaire à Washington. Au sein de l'Équipe

Montréal, Maxime a participé à la conception d'une maison écologique,

qui obtiendra la 4 e place du concours parmi vingt

concurrents

internationaux. C'est d'ailleurs dans cette maison, reconstruite dans

son intégralité près de la Biosphère, que s'est déroulée la rencontre.

Le public peut trouver le portrait de ces deux étudiants passionnés

et passionnants, ainsi que ceux des autres ingénieurs, sur le site

Internet www.placepourtoi.ca.

Cette collaboration entre les étudiants et l'Ordre contribue au

rayonnement des études et de la profession d'ingénieur au Québec.

En effet, la description des différents projets réalisés illustre bien la

richesse des études en génie au Québec, et l'énergie dont font preuve

les ingénieurs s'en trouve valorisée et publicisée.

34 PIAN : FÉVRIER-MARS 2010


Parce que la vie fait

partie de nos plans.

[Un milieu où s'équilibrent carrière et vie]

IMAGINEZ : la chance d'œuvrer sur une variété

de projets d'envergure en ingénierie qui importent

socialement et pour un leader qui incarne le

dépassement. Cela exige du cran, du talent et

la capacité de travailler en équipe soudée. En

retour, ici on a le génie de réaliser son plein

potentiel et de s'offrir une qualité de vie.

Salaires et avantages concurrentiels.

ingénieur • technicien • dessinateur • surveillant de

chantier • gestionnaire de projets • expert technique

administration • technologies de l'information

Vous vous reconnaissez. Faisons connaissance.

Consultez la liste complète de nos

défis professionnels au bpr.Cd

3PR

RIGUEUR ET AUDACE

EN INGENIERIE

BATIMENT • INFRASTRUCTURE • ENERGIE • INDUSTRIEL

Maîtrise en génie

concentration Technologies de l'information

offerte par TÊTS à Québec

OBJECTIFS ET CONTENU

Ce programme sur le développement et l'intégration des Tl dans les organisations et

destiné aux professionnels de services Tl a pour objectif de :

• répondre aux besoins de perfectionnement des intervenants responsables de la

gestion, du développement, de l'intégration et des opérations des technologies de

l'information dans les organisations.

• acquérir des connaissances et des compétences de haut niveau en :

•Gouvernance et gestion de services Tl ;

•Architecture et ingénierie des systèmes de traitement de l'information ;

•Gestion de projets et de portefeuilles Tl.

ENSEIGNEMENT ACCÉLÉRÉ

L'ÉTS propose une formule d'enseignement qui facilite l'accès aux études pour les

personnes déjà actives sur le marché du travail. Les cours sont offerts toutes les deux

semaines le vendredi après-midi et en soirée ainsi que le samedi toute la journée. Cette

formule permet notamment de compléter chacun des cours en six semaines environ.

COURS OFFERTS (45 CRÉDITS)

Sécurité des réseaux d'entreprise (3 cr.)

Progiciels de gestion intégrée en entreprise (3 cr.)

Conception de services de réseautique et de messagerie (3 cr.)

Entrepôts de données et intelligence d'affaires (3 cr.)

Sujets spéciaux en Tl (3 cr.)

Gestion des services Tl (3 cr.)

Gestion de projets en génie logiciel (3 cr.)

Gestion de projets multiples (3 cr.)

Ingénierie avancée de projets (3 cr.)

Gouvernance desTI et architectures d'entreprises (3 cr.)

Projet d'application (15 cr.)

Renseignements et admission :

École de technologie supérieure

CITÉ-ÉTS

1 877 813-5233 (sans frais)

514-396-8474

cite-ets@etsmtl.ca

www.etsmtl.ca/cite-ets/mti-qc

Université du Québec

École

de technologie

supérieure

CITI :TS


N'est pas ingénieur

qui veut.

Soyez fiers de l'être.

WMA

1

mG

il Ordre

| des ingénieurs

• r du Québec

L'Ordre des ingénieurs du Québec est l'organisme qui régit la profession d'ingénieur au Québec. Son rôle consiste à encadrer la pratique du génie

afin d'en assurer la qualité et, de ce fait, la protection du public.

COMITÉ D'INSPECTION PROFESSIONNELLE

L'Ordre recherche 4 inspecteurs (contractuel) Postes à temps partiel

Les postes et leurs priorités

L'Ordre recherche des ingénieurs qui, sous l'autorité du Comité d'inspection professionnelle

(C1P), auront la responsabilité d'effectuer la vérification des dossiers,

livres et registres d'ingénieurs, à leur lieu de travail, conformément au Programme

de surveillance générale de l'exercice de la profession approuvé par le

Conseil d'administration de l'Ordre. Ces inspections devront être réalisées sur

demande partout au Québec, mais plus particulièrement dans la région de Montréal.

Ces postes sont sous la supervision du coordonnateur à l'inspection et secrétaire

suppléant au CIP.

Rémunération

Ces postes à temps partiel (de 3 à 5 jours/semaine) sont rémunérés sur la base d'honoraires

forfaitaires équivalents à 65 $ l'heure pour chaque inspection réalisée.

Exigences

a) Etre membre de l'Ordre des ingénieurs du Québec et avoir exercé la profession

d'ingénieur pendant au moins 10 ans.

b) Ne pas siéger à titre d'administrateur de l'Ordre des ingénieurs du Québec ou

être membre d'un autre comité statutaire prévu au Code des professions afin

d'assurer la plus grande autonomie et indépendance possible à l'inspecteur,

et éviter toute apparence de conflit d'intérêts ou tout conflit d'intérêts.

c) Ne pas avoir fait l'objet d'une décision disciplinaire rendue par le Comité

de discipline de l'Ordre des ingénieurs du Québec déclarant le membre

coupable d'une infraction et ne pas avoir fait l'objet d'une décision du

Comité administratif rendue en vertu de l'article 55 du Code des professions

à la suite de recommandations du Comité d'inspection professionnelle

au cours des 15 dernières années.

d) Avoir une facilité pour les relations interpersonnelles ; faire preuve d'ouverture

d'esprit, de curiosité, d'objectivité, d'intégrité et de rigueur intellectuelle ;

avoir de la facilité à s'exprimer et à rédiger en français ; respecter un

engagement professionnel.

e) S'engager à faire preuve d'impartialité et de discrétion.

f) S'engager à éviter toute apparence de conflit d'intérêts ou tout conflit d'intérêts.

g) Avoir démontré un intérêt pour l'Ordre, partager les valeurs de l'Ordre (l'accessibilité,

la transparence, la rigueur et l'équité) et avoir souscrit aux

valeurs fondamentales de la profession d'ingénieur (la compétence, le

sens de l'éthique, la responsabilité et l'engagement social) par ses activités

professionnelles serait un atout.

h) Être disponible pour voyager au Québec et avoir accès à un véhicule automobile.

Envoi des candidatures

Veuillez faire parvenir votre demande accompagnée d'une lettre décrivant les

motifs de votre intérêt pour le poste et d'un curriculum vite, avant le 26 février

2010, par courriel à : rh@oiq.qc.ca ou par courrier à :

M" Francine Beauchamp

Coordonnatrice aux ressources humaines

Ordre des ingénieurs du Québec

Gare Windsor, bureau 350

1100, rue De La Gauchetière Ouest, 3" étage

Montréal (Québec) H3B 2S2

L'Ordre des ingénieurs du Québec souscrit pleinement aux principes

de la Loi sur l'équité en matière d'emploi. Seules les personnes convoquées

en entrevue recevront un accusé de réception. Le masculin est utilisé

sans aucune discrimination et uniquement pour alléger le texte.

e

Ordre

ijf i des ingénieurs

S»»' du Québec


ENCADREMENT PROFESSIONNEL

Par Serge Beaulieu, ing.

The English version of this column is available

http://www.oiq.qcca/publications/chroniquesplan.html

at

. .11 ii'

L'acquisition d'expérience par les ingénieurs juniors :

une nécessité enrichissante vers l'obtention du

titre d'ingénieur

Imaginez un instant : une auto vous renverse alors que vous

traversez la rue. Transporté d'urgence à l'hôpital, vous apprenez

que vous faites une hémorragie interne et qu'un jeune

médecin résident doit vous opérer dans les prochaines minutes.

«Très bien, mais n'y aura-t-il pas un chirurgien expérimenté

pour le superviser, le conseiller, le guider? », vous demandez-vous,

avec une pensée inquiète pour vos précieux organes!

Imaginez maintenant un individu ou une entreprise qui aurait

à utiliser une nouvelle technologie conçue par un ingénieur junior

fraîchement diplômé et sans expérience de travail... Pour chaque

domaine du génie, il serait possible de fournir des exemples tels

que celui-ci, prouvant tous la même chose : l'ingénieur, comme

d'autres professionnels, a besoin d'être supervisé pendant un

certain temps avant que le permis lui soit accordé. Pour l'ingénieur

junior, les 36 mois généralement imposés avant son inscription

au tableau en tant qu'ingénieur ne relèvent donc pas d'une

« épreuve de passage » ou du « purgatoire », mais plutôt d'un

cheminement indispensable.

UNE MÉTHODE ÉPROUVÉE

Tout comme la médecine, le génie est une profession qui, si

elle n'est pas bien pratiquée, peut entraîner de graves préjudices

aux clients, aux employeurs et au public en général. Pour cette

raison, l'Ordre des ingénieurs du Québec juge que l'ingénieur

doit, à l'obtention de son titre, être en mesure de pratiquer avec

toute l'autonomie et le jugement professionnel nécessaires. En

d'autres termes, le prétendant au titre d'ingénieur doit maîtriser

l'ensemble des compétences voulues et posséder déjà une certaine

expérience.

Comme cette expérience ne peut s'acquérir aux dépens du

public, l'Ordre exige des diplômés en génie de pratiquer d'abord

en tant qu'ingénieurs juniors. Cette idée n'est pas nouvelle et

a fait ses preuves depuis longtemps. Par exemple, à l'époque

de la construction des cathédrales, il y a mille ans, les apprentis

bâtisseurs devaient travailler de longues années sous l'œil et les

conseils avisés d'un maître avant de prétendre à leur indépendance

professionnelle. Aujourd'hui, la formation universitaire

du futur ingénieur doit être complétée, entre autres, par l'acquisition

d'une expérience pertinente, sous la direction et la surveillance

d'un ingénieur.

UN CHEMINEMENT DES PLUS ENRICHISSANTS

C'est ainsi que pour exercer toute activité professionnelle réservée

aux ingénieurs par la Loi sur les ingénieurs, l'ingénieur junior doit

nécessairement travailler sous la direction et la surveillance

immédiates d'un ingénieur expérimenté. Ce « maître » assume

une responsabilité importante concernant l'encadrement et l'apprentissage.

Il voit, entre autres, à la progression du degré de

complexité des problèmes que l'ingénieur junior sera appelé à

résoudre.

Pendant tout ce passage, l'ingénieur junior doit exercer

couramment des activités reliées aux matières qu'il a étudiées,

participer aux aspects administratifs, économiques, sociaux et

légaux de la pratique du génie et résoudre des problèmes

exigeant l'application des sciences du génie dans au moins un

des domaines suivants : recherche, développement, conception,

production, construction, installation, maintenance ainsi que

vente et commercialisation techniques. Il profite aussi de l'expérience

et des compétences de son « maître » pour assumer des

responsabilités croissantes.

CE QU'IL EST BON DE SAVOIR

Lorsqu'il recherche un emploi, l'ingénieur junior a la responsabilité

de vérifier que son emploi lui permettra d'acquérir de l'expérience

pertinente dans la pratique du génie et de s'entendre avec

son employeur sur sa supervision.

Pour sa part, l'employeur de l'ingénieur junior doit connaître

les lois et règlements liés à la pratique du génie au Québec. Il

peut confier la supervision de l'ingénieur junior à un ingénieur

qui travaille pour lui. S'il n'en compte pas parmi son personnel,

il peut aussi demander à un ingénieur externe à l'entreprise d'encadrer

de près la pratique de l'ingénieur junior et de surveiller

la préparation des travaux professionnels de ce dernier.

Peu importe la formule retenue, il est important de noter que

l'ingénieur d'expérience doit accompagner assidûment l'ingénieur

junior pour s'assurer de la qualité de son travail et pour en

témoigner devant l'Ordre. Cette attestation constitue un élément

clé pour l'obtention du permis d'ingénieur. C'est également à

l'ingénieur de prendre la responsabilité professionnelle des

travaux exécutés par l'ingénieur junior. C'est notamment pour

cette raison que l'ingénieur doit authentifier (signer ou signer

et sceller) les documents d'ingénieur préparés par l'ingénieur

junior. D'ailleurs, l'ingénieur junior ne peut pas obtenir de sceau.

La période d'acquisition d'expérience dure généralement trois

ans pour les diplômés du Québec, éventuellement moins longtemps

pour les diplômés de l'étranger ayant déjà accumulé une expérience

récente et pertinente. Il est à noter que, pendant cette étape,

l'ingénieur junior doit remplir le formulaire Certification d'expérience

chaque fois qu'il change d'employeur.

Par ailleurs, l'ingénieur junior peut aussi compléter son juniorat

par un programme de parrainage. Ce programme volontaire

comprend une série de six rencontres destinées à faciliter son

intégration dans la profession. D'une durée minimale de 75 minutes,

chaque rencontre lui permet d'échanger avec un ingénieur

d'expérience sur les droits et obligations inhérents au statut

d'ingénieur ainsi que sur les valeurs fondamentales de la profession.

Il revient à l'ingénieur junior de trouver un parrain et de

s'inscrire au programme. Une fois terminé, le parrainage apporte

un crédit d'expérience de huit mois.

ET PUIS, UN JOUR...

Aucun finissant en génie ne peut s'afficher comme ingénieur ni

prétendre aux droits et privilèges associés à ce titre. Par exemple,

il lui est interdit d'authentifier des documents d'ingénierie, de

donner son avis ou de faire une consultation, au risque de s'exposer

à une poursuite judiciaire. Bref, l'ingénieur junior est

encore un apprenti, d'où son titre provisoire.

Cependant, une fois les crédits d'expérience accumulés et reconnus

par l'Ordre, l'examen professionnel réussi et les autres conditions

remplies, l'ingénieur junior reçoit de l'Ordre son permis et

son sceau d'ingénieur et il est inscrit au tableau des membres

à ce titre. Dès lors, il peut exercer de plein droit sa profession.

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 37


ENCADREMENT PROFESSIONNEL

DES REGLES

PRECISES

Le Règlement sur les autres conditions et modalités de délivrance des permis

de l'Ordre des ingénieurs du Québec, Code des professions [(c. 1-9, r.l .2)] [L.R.Q,

c. C-26, a. 94, par. i)] énonce notamment que :

3. Sous réserve de son inscription au tableau, le titulaire d'un permis d'ingénieur

junior peut utiliser le titre d'« ingénieur junior » en français ou de « Junior Engineer»

en anglais.

Il peut utiliser l'abréviation «ing. jr» en français ou «Jr. Eng.» en anglais.

Il ne peut de quelque façon :

V prétendre être ingénieur ;

utiliser le titre d'« ingénieur » ou son abréviation « ing. » sans y accoler le

mot «junior» ou son abréviation «jr», ni aucun titre, désignation ou abréviation

pouvant laisser croire qu'il l'est, ou s'attribuer des initiales pouvant laisser

croire qu'il l'est ;

3° se laisser annoncer ou désigner par le titre d'« ingénieur» ou son abréviation

« ing. » sans que n'y soit accolé le mot « junior » ou son abréviation « jr »,

ou par un titre, une abréviation ou des initiales pouvant laisser croire qu'il

est ingénieur.

7. L'expérience en génie doit être d'une durée totale d'au moins 36 mois, consécutifs

ou non, dont au moins 12 mois accomplis au Canada de façon à assurer

une bonne connaissance des conditions locales canadiennes, notamment au regard

de la loi, des normes, de l'économie, du climat, des ressources et de la technologie.

L'expérience en génie doit être certifiée conformément à l'article 21.

En outre, l'expérience en génie doit avoir permis au candidat ou à l'ingénieur junior :

1 ° d'exercer régulièrement des activités reliées aux matières étudiées au cours

du programme menant au diplôme dont il est titulaire ; et

2° de résoudre des problèmes exigeant l'application des sciences du génie

dans au moins un des domaines d'activité suivants : recherche, développement,

conception, production, construction, installation, maintenance, vente

et commercialisation techniques ; et

3° de participer, soit :

a) à l'application des aspects financiers, économiques, réglementaires et juridiques

du travail d'ingénieur ; ou

b) à la gestion et à l'animation d'une équipe technique ; ou

c) à la résolution de problèmes techniques industriels ou environnementaux ;

et

4° de progresser dans la complexité des problèmes résolus et d'avoir assumé

des responsabilités croissantes.

8. Le candidat ou l'ingénieur junior n'exerce une activité professionnelle

réservée par la loi à l'ingénieur que sous la direction et la surveillance immédiates

d'un ingénieur

21. Après chaque période de travail au cours de laquelle il a acquis de l'expérience

en génie, le candidat ou l'ingénieur junior fait certifier chacune d'elles

par les personnes suivantes qui remplissent et signent le formulaire de certification

fourni par l'Ordre ou un écrit semblable :

1 ° son supérieur immédiat et, si ce dernier est un ingénieur, un autre ingénieur

qui a une connaissance personnelle du travail qu'il a accompli ;

2° son supérieur immédiat et, si ce dernier n'est pas un ingénieur, deux ingénieurs

qui ont une connaissance personnelle du travail qu'il a accompli.

Le formulaire de certification prévu au premier alinéa comporte notamment les

parties suivantes :

a) l'identification du candidat ou de l'ingénieur junior et de la personne qui

certifie la période de travail ;

b) la description de l'expérience de travail ;

c) l'appréciation de l'expérience de travail par la personne qui certifie cette

expérience.

Les formulaires de certification complétés sont ensuite envoyés à l'Ordre pour

qu'ils soient versés au dossier.

Le Réseau des ingénieurs

du Québec fait de vous

quelqu'un de privilégié

POUR VOS ASSURANCES AUTO ET HABITATION,

PROFITEZ DE TARIFS PRÉFÉRENTIELS ET D'UNE VALEUR SÛRE À TOUS POINTS DE VUE

••

Grâce au partenariat entre le Réseau des ingénieurs du Québec et

La Personnelle, vous avez accès à des protections d'assurance auto

qui vous permettent d'éviter des soucis financiers, telles que:

• la garantie Valeur à neuf* ou l'option Valeur plus MC *, toutes

deux offertes pour une période pouvant aller jusqu'à cinq ans ;

• l'option 0$ de franchise* et le Pardon d'accident*.

Offrez-vous le privilège de comparer dès aujourd'hui !

Demandez une soumission :

1 888 GROUPES

(1 8 8 8 4 7 6 - 8 7 3 7) -r-, RÉSEAU

lapersonnelle.com/reseaulQ L ^ d u o u r s laPersonnelle

Assurance de groupe auto et habitation

Certaines conditions s'appliquent. MC Marque de commerce d'une compagnie affiliée à La Personnelle, assurances générales inc.

MD Marque déposée de La Personnelle, compagnie d'assurances.

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 38


RabaisCampus @ com

jusqu a

8 9

RESEAU

rabais

sur le prix en kiosque

DES INGÉNIEURS

DU QUÉBEC

RabaisCampus ©

com

Abonnements a tarifs spéciaux a vos

journaux et magazines préférés

Journaux

52 sem '6 jrs,

'6 irs

Le Journal de Montréal

fous les jour

Le Journal de Québec

Tous le s jour

Avec prime valant jusqu'à 46$

Le Soleil

52 scm.

National Post

13 sem

The Globe and Mail

15 sem

fhe Ottawa Sun

30 sem

• Des tarifs plus bas sont disponibles pour les secieurs

15,46$

189,99 $

37,50 $

95,68 $

57,30 $

it régulier.

kiosque

bas pnx

Science^ Nature & Voyages

301.08 S Biosphere

24,95 S

Çd m'Intéresse

72,00 S

Ciel * Espace

95,00 $

Géo

73,00 $

La Recherche

72,00$

National Geographic

59,95 S

Quatre Temps

23,47 S

Québec Science

32,95 S

Science A Vie

69,95 S

Terre Sauvage

54,95$

26,95 $

Autres litres disponibles

Super Économies

Actualités

Courrier International

L'actualité (avec renouv. autom >

119,00 $

35,00 $

Cinéma : Musique, Photo & Télé

7 Jours

Le Lundi

Moi A Cle

56,95$

Le Monde Diplomatique

72,00 $

P M o w a a l W .. e£s5EB8K iw»nj

L'Express

17,95 $

49,95 $

Point de Vue

52 nosni

Paris Match

99,00 $

Positif

12 nos il i

Protégez-Vous a.ec version Interne»

35,00$

Première 12 nos 11 ; 42,75$

Autres titres disponibles dans la seclioi

Vidéo TED Québec Audio G no-. • 1

TVHebdO 52 nos M; 56,95 $

Affaires • Marketing & Informatique Entertainment weekly 40 nos

Rolling Stone 26 nos 11 ; 26,50$

Inlopresse'incluant les 2 guidesi

10 nos


ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIE

The English version of this column is available at

http://www.oiq.qc.ca/publications/chroniquesplan.html

Par M e Charles Dupuis, avocat

L'ingénieur et son employeur :

qu'en est-il de l'indépendance professionnelle?

Dans quelle mesure l'ingénieur salarié est-il professionnellement

indépendant de son employeur? Voilà

une question qui est très souvent posée, sous une

forme ou sous une autre, au Bureau du syndic ou par

l'intermédiaire du site Internet de l'Ordre. Et pour cause : ce sujet

est fondamental dans la pratique de l'ingénieur I Voici donc

quelques réflexions qui pourront vous éclairer.

LA NAVETTE CHALLENGER, UN EXEMPLE TRISTEMENT

ÉLOQUENT

Qui n'a jamais entendu parler de la navette Challenger, dont le

départ avait été discuté par les ingénieurs de la NASA et leurs

patrons? Citant un ouvrage américain, François Vandenbroek,

ing., rappelle qu'à cette occasion, un ingénieur avait su faire preuve

d'indépendance professionnelle :

Le matin du 28 janvier 1986, la NASA désire lancer la navette

spatiale Challenger. Des conditions météorologiques prévalant

dans la région ce matin-là incitent quelques ingénieurs

salariés à douter de la sécurité du lancement prévu et ils expriment

leur crainte à leur employeur (NASA) qui décide malgré

tout de procéder au lancement. Refusant de céder aux

pressions de son employeur, un des ingénieurs s'y oppose

jusqu'à la mise à feu. La NASA, faisant fi de l'opinion de cet

ingénieur, lance la navette'.

Nous savons maintenant que la navette spatiale Challenger

explosa, entraînant la mort de ses sept occupants.

LE CONTRAT DE TRAVAIL VERSUS LA LOI

Au Québec, l'ingénieur salarié est normalement lié par un « contrat

de travail » avec son employeur. Le Code civil définit le contrat

de travail comme « ...celui par lequel une personne, le salarié,

s'oblige, pour un temps limité et moyennant rémunération, à

effectuer un travail sous la direction et le contrôle d'une autre

personne, l'employeur. » (art. 2085 C.C.Q.)

Parlant de contrat de travail, le cabinet Ogilvy Renault a publié

un livre qui fait état des perspectives juridiques de la construction

au Québec et dans lequel nous pouvons lire ceci :

La doctrine et la jurisprudence nous rappellent que la carac-

. téristique dominante de ce contrat est le droit d'exercice par

l'employeur d'un pouvoir de surveillance, de direction et de

contrôle de la prestation de travail de l'employé préposé 2 .

Or le propre de l'exercice d'une activité professionnelle est

l'indépendance d'action, c'est-à-dire qu'habituellement, personne

ne pourrait forcer ou obliger un ingénieur à agir d'une

façon particulière, notamment dans l'exécution d'une activité professionnelle

(matérielle ou intellectuelle) qui lui est réservée par

la Loi sur les ingénieurs. Certains pourraient voir une incompatibilité

entre l'exercice d'une activité professionnelle et le statut d'employé.

Est-ce exact ?

D'une part, le contenu obligationnel d'un contrat de travail

conclu entre un ingénieur et son employeur résulte de la convention

négociée et du régime supplétif pertinent proposé par le

Code civil. Comme pour tout contrat, un ingénieur devra agir

de bonne foi, tant au moment de l'élaboration du contrat qu'au

cours de son exécution. Mais il faut souligner que ce contenu

obligationnel est de nature privée, c'est-à-dire qu'il n'engage que

les personnes liées par le contrat.

D'autre part, l'ingénieur est un professionnel assujetti à des

devoirs déontologiques imposés par diverses lois, notamment

la Loi sur les ingénieurs et le Code des professions, et par divers

règlements découlant de ces lois, notamment le Code de déontologie

des ingénieurs. Contrairement au contrat d'emploi, les

dispositions contenues dans ces lois, dans ces règlements et

notamment dans le Code de déontologie sont d'ordre public,

c'est-à-dire que leur application ne peut être exclue par convention

et qu'elles doivent donc recevoir priorité.

L'INDÉPENDANCE PROFESSIONNELLE. UNE OBLIGATION

Parlant de l'indépendance professionnelle, François Vandenbroek,

ing., écrit :

Sauvegarder son indépendance professionnelle, c'est conserver

la capacité de poser les actes réservés à sa profession à

l'abri de toute forme d'intervention, tant réelle qu'apparente,

de la part de toute personne, employeur et client inclus. [...].

Sans cette indépendance à l'égard des clients, de l'employeur

et des tiers, l'ingénieur ne pourrait respecter ses

obligations envers le public. De plus, l'indépendance professionnelle

aide les ingénieurs à conserver la confiance de

leurs clients ainsi que l'estime du public 3 .

Comment résoudre le conflit apparent entre l'obligation

d'indépendance imposée par le Code de déontologie et l'obligation

de subordination imposée par le contrat de travail ? Selon

l'Office des professions du Québec, l'ingénieur salarié conserve

son entière indépendance professionnelle. En d'autres termes,

même s'il est lié à son employeur, l'ingénieur salarié doit travailler

selon les règles de l'art de sa profession. « Un employeur

ne peut donc exiger d'un ingénieur salarié qu'il renonce à son

indépendance professionnelle 4 . »

Marie-France Bich, aujourd'hui juge à la Cour d'appel du

Québec, va même plus loin en liant l'obligation professionnelle

au contenu même du contrat de travail :

Mais la superposition des qualités de professionnel et de salarié

a d'autres effets. Par exemple, il est important de souligner

que, les codes de déontologie étant d'ordre public, ils doivent

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 40


W È j ^ l École de gestion

John-Molson

Université Concordia

être pris en considération aux fins de définir

le contenu obligationnel du contrat

d'emploi qui unit l'employeur à celui

ou à celle qui a choisi d'exercer sa

profession dans le cadre d'un contrat

de travail. D'une certaine façon, on

pourrait dire que l'employeur qui embauche

un professionnel pour œuvrer

à ce titre hérite en même temps du

faisceau des exigences et des contraintes

qui entourent l'exercice de la profession

en cause 5 .

Encore tout récemment, la Cour d'appel

du Québec rappelait que les normes

du Code de déontologie des ingénieurs

ont pour objectif de maintenir un standard

professionnel de haute qualité et de protéger,

non pas l'ingénieur, mais le public.

« Conformément à cet objectif, ces textes

législatifs et réglementaires ont préséance

sur les termes d'un contrat ou d'une règle

ou d'une pratique administrative et doivent

recevoir une application large (Loi d'interprétation,

L.R.Q. c 1-16, art. 41) 6 .»

Ainsi, malgré les termes explicites de

son contrat de travail, l'ingénieur devra, en

cas de besoin, prioriser son indépendance

professionnelle, régie et imposée

par

l'article 3.05.03 du Code de déontologie.

Précisons, par ailleurs, que si le supérieur

de l'ingénieur salarié est lui-même ingénieur,

il risque de commettre une infraction

à l'article 4.02.03 b) et c) en incitant

son confrère (et employé) à ne pas respecter

le Code de déontologie.

Références

1. François Vandenbroek, l'ingénieur et son Code de

déontologie, Trois-Rivières, éditions Juriméga, 1993,

p. 94.

2. Ogilvy Renault S.E.N.C., La Construction au Québec -

perspectives juridiques, Montréal, Éditions Wilson &

Lafleur, 1998, p. 485.

3. F. Vandenbroek, p. 92.

4. Op. cit.

5. Marie-France Bich, Le défi du droit nouveau pour les

professionnels, Journées Maximilien Caron, Éditions

Thémis, 1995, p. 66.

6. Décision Louis Tremblay, ing., ès qualité de syndic

O.I.Q. c. Chyslain Dionne, ing., [2006] QCCA 1441, p. 9.

V

Executive

MBA

Enrichissez votre futur

Séance d'information

3 février 2010 à I8h00

10 mars 2010 à I2h00 et I8h00

30 mars 2010 à I8h00

1450 rue Guy, salle 6.425

Sharon Nelson

514.848.2424, poste 3697

U N I V E R S I T E

Concord i a

U N I V E R S I T Y

johnmolson.concordia.ca/emba

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 41


INSTANCES DÉCISIONNELLES

Par M c Caroline Simard, Secrétaire de

l'Ordre

Le Comité exécutif s'est réuni en séances

extraordinaires les 29 octobre et 4 novembre.

Le 89 e Conseil d'administration a tenu sa

6 e séance ordinaire le 7 novembre. Le Comité

exécutif s'est réuni en séance ordinaire le

20 novembre ajournée au 24 novembre 2009.

COMITÉ EXÉCUTIF (CE)

Séances extraordinaires des 29 octobre et 4 novembre 2009

Aux séances du 29 octobre et du 4 novembre, le CE a reçu et

approuvé la programmation visant à établir la planification

stratégique de l'Ordre pour le Colloque des dirigeants et des

cadres de l'Ordre.

CONSEIL D'ADMINISTRATION

Séance ordinaire du 7 novembre 2009

Le Conseil d'administration de l'Ordre a discuté de la révision

de la Loi sur les ingénieurs et approuvé la conclusion d'un contrat

pour une nouvelle plateforme Web pour l'Ordre.

Le Conseil d'administration a délégué à un comité le pouvoir

de statuer sur les demandes d'admission ou d'inscription

lorsqu'une personne a été reconnue coupable d'une infraction

judiciaire ou encore d'une décision disciplinaire émanant d'un

autre ordre professionnel.

Le Conseil d'administration a été informé du projet de loi créant

Infrastructures Québec et a transmis à l'Office des professions

du Québec quatre nouveaux programmes de génie pour inclure

au Règlement sur les diplômes délivrés par les établissements

d'enseignement désignés qui donnent droit aux certificats de

spécialistes des ordres professionnels.

Le Conseil d'administration a nommé M me Anne-Marie Gagnon,

ing., comme secrétaire du Comité d'inspection professionnelle,

a renouvelé les mandats de MM. Pierre-Paul Dumoulin, ing., et

Gilles Rivard, ing., comme membres du CIP, le mandat de M. Jean

Crépault, ing., comme inspecteur sur la compétence du CIP et

les mandats de M me Micheline Sayad, ing., et MM. Gilbert

Théberge, ing., François Poirier, ing., Raynald Simard, ing., et

Denis Dufour, ing., comme inspecteurs du CIP. Par ailleurs, le

Conseil d'administration a nommé M me Nora Manoli, ing., comme

inspectrice du CIP.

Le Conseil d'administration a reçu l'état des résultats et a décidé

de bonifier sa Politique de valorisation de l'excellence professionnelle

en faisant passer la bourse d'encouragement aux

études supérieures à 7 500 $.

COMITÉ EXÉCUTIF (CE)

Séance ordinaire du 20 novembre ajournée au 24 novembre 2009

Le Comité exécutif (CE) a procédé à la mise à jour du tableau

des membres en date du 17 novembre 2009. Il a délivré des

permis conformément aux articles 40 du Code des professions

et 35 de la Charte de la langue française, et a accordé des permis

temporaires conformément à la Loi sur les ingénieurs.

Le CE a autorisé des poursuites pour pratique illégale dans deux

dossiers et a procédé à l'étude des recommandations du Comité

d'inspection professionnelle (CIP) concernant l'application de

l'article 55 du Code des professions dans trois dossiers.

Le CE a recommandé la nomination des membres du Comité

de surveillance des élections, le renouvellement du mandat des

membres du Comité de révision et du Conseil de discipline.

Le CE a recommandé le renouvellement des mandats de

MM. Gérald Lamoureux, ing., et Raymond Moisan, ing., comme

inspecteurs du CIP, la nomination de M. Gilles Guertin, ing., à

titre d'inspecteur portant sur la compétence et secrétaire-suppléant

du CIP et de M. Sylvain Harbec, ing., à titre d'inspecteur et

secrétaire-suppléant du CIP.

Le CE a reçu l'état des résultats trimestriels au 30 septembre

2009 et a procédé à la nomination des jurys pour le prix universitaire

du Mérite 2010 et la Bourse d'excellence aux études

supérieures 2010.

Avis de limitation du droit d'exercice

Conformément à l'article 182.9 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26),

avis est donné par la présente que, le 20 novembre 2009, M.

Jean-

Pierre Ouellet, ing., dont le domicile professionnel est situé au 1521, rue

Henry-Howison (Québec), G1Y 3L8, a fait l'objet d'une décision du

Comité exécutif de l'Ordre des ingénieurs du Québec relativement à son

droit d'exercice, à la suite des recommandations du Comité d'inspection

professionnelle, à savoir :

« D'ENTÉRINER ET DONNER ACTE à la limitation définitive volontaire

d'exercice de l'ingénieur Jean-Pierre Ouellet dans les domaines de la

mécanique du bâtiment, de l'électricité du bâtiment et du

urbain ;

drainage

D'ORDONNER à l'ingénieur Jean-Pierre Ouellet de s'y conformer. »

Ces limitations du droit d'exercice de l'ingénieur Jean-Pierre

sont en vigueur depuis le 20 novembre 2009.

Montréal, ce 21 décembre 2009

Caroline Simard, avocate

Secrétaire de l'Ordre des ingénieurs du Québec

Avis de radiation

Ouellet

S

Ordre

|1 ; des ingénieurs

du Québec

Conformément aux articles 133 et 180 du Code des professions (L.R.Q.,

c. C.-26), avis est donné par la présente que, le 6 janvier 2010, le Conseil

de discipline a ordonné la radiation provisoire du tableau de l'Ordre des

ingénieurs du Québec de M. Haim Katz, ayant son domicile professionnel

au 789, avenue Stuart à Outremont (Québec), H2V 3H4.

Les actes reprochés à M. Haim Katz ont notamment trait à son défaut de

donner suite, de façon diligente, à l'engagement qu'il a pris de répondre

aux demandes formulées par la syndic adjointe dans le cadre

d'une

enquête qu'elle mène au sujet de sa conduite professionnelle ainsi qu'à

son défaut de répondre de façon complète et satisfaisante à une lettre

qu'elle lui a fait parvenir, contrevenant ainsi à l'article 4.02.02 du Code de

déontologie des ingénieurs et à l'article 114 du Code des professions.

La radiation provisoire est exécutoire dès sa signification à l'intimé, et ce,

jusqu'à ce que la décision finale sur la plainte disciplinaire portée contre

lui soit rendue. En conséquence, M. Haim Katz est radié provisoirement

à compter du 7 janvier 2010, le tout nonobstant appel.

Montréal, ce 7 janvier 2010

Josée Le Tarte

Secrétaire du Conseil de discipline

Ordre

des ingénieurs

du Québec

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 42


Q^NOTARiUS

— Au service des professionnels

LA SIGNATURE NUMÉRIQUE DE

NOTARIUS

LA SIGNATURE OFFICIELLE ET LE SCEAU DE SÉCURITÉ

ÉLECTRONIQUE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DE :

Ordre

des ingénieurs

du Québec

12

Appraisal Institute

of Canada

Institut canadien

des évaluateurs

• à

ORDRE DES

ÉVALUATEURS AGRÉÉS

DU QUÉBEC

ARCHITECTURAL INSTITUTE OF BRITISH

COLUMBIA

Professional Engineers /S A Chambre

and Geoscientists of BC

notaires

du Québec

http://www.notarius.com

For more information contact Notarius at

514-281-1442 or toll free 1-800-567-6703


FEMMES EN INGÉNIERIE

SOUPER-CONFÉRENCE

« COACHING INTÉGRAL

POUR UNE PERFORMANCE GLOBALE»

Compte rendu de l'événement

'est le 4 novembre à Longueuil qu'avait lieu le souper-conférence annuel du Comité Femmes

en ingénierie (CFI) de la Section régionale de Plein-Sud.

L'activité, qui se déroulait sous le thème de l'accompagnement professionnel (coaching),

a réuni pas moins d'une soixantaine de participants, autant des hommes que des femmes,

un succès qui témoigne une fois de plus de l'intérêt de nos membres envers les activités

de développement professionnel et de réseautage.

Les participants ont pu faire la connaissance de deux conférenciers. En première partie,

Sylvie Béland, ing., conseillère aux Affaires spatiales auprès de l'ambassade du Canada à

Paris à titre de déléguée permanente canadienne à l'Agence spatiale européenne, a fait part

de son impressionnant cheminement de carrière. Elle a souligné l'importance de maintenir

un équilibre entre le travail et la famille comme facteur clé de réussite professionnelle et

a fait valoir la pertinence de saisir les occasions favorables lorsqu'elles se présentent à

nous. Ce témoignage de courage et de détermination s'est avéré très motivant et inspirant.

Sylvie Béland a par ailleurs abordé la question de la présence des femmes au sein de

l'Agence spatiale canadienne à Saint-Hubert, autant dans les postes de direction que parmi

les autres catégories d'employés. Elle a également exposé des pistes de solutions pour accroître

la présence des femmes au sein des organisations en général.

De gauche à droite :

Martin cloutier, ing.,

Sylvie Béland, ing.,

Diane Begin, ing., et

Stéphanie Duchesne, ing. jr

En seconde partie, Martin Cloutier, ing., professionnel en gestion de projet (PMP),

spécialiste en gestion de changement et en accompagnement, a proposé aux participants

un survol du monde du coaching intégral dans sa présentation : « Le coaching intégral pour

une performance globale». La présentation s'est terminée par un court exercice de

méditation, un moyen de détente simple et efficace. Les participants ont même pu repartir

avec un feuillet proposant des exercices à faire à la maison.

Le coaching en quelques mots

Pour Martin Cloutier, la méthode de coaching intégral permet de réunir toutes les dimensions

d'un individu {cognitive, émotionnelle, somatique, interpersonnelle, spirituelle et morale),

pour atteindre un meilleur équilibre et soutenir la complexité de l'être humain.

Lorsque nous avons plusieurs objectifs en tête, parfois contradictoires, il est important

de s'interroger sur nos réelles motivations : est-ce que chaque objectif soutient quelque

chose de vraiment important dans ma vie ? Il importe de bien associer ces objectifs à nos

valeurs personnelles. Le processus du coaching intégral met en œuvre une démarche de

changements orientés vers l'atteinte de résultats globaux et durables.

Pour connaître les activités de la Section régionale Plein-Sud, consultez le site

http://femmes.legenial.com

LE LEADERSHIP DES FEMMES EN STIM,

SCIENCES, TECHNOLOGIES,

INGÉNIEURIE ET MATHÉMATIQUES

Le Comité femmes de l'Ordre et l'AFFESTIM

(Association francophone à propos des

femmes en sciences, technologies, ingénierie

et mathématiques) ont, en juin dernier, tenu

un kiosque à l'occasion du Colloque 2009 de

l'Ordre des ingénieurs du Québec afin de

promouvoir un ouvrage intitulé Le leadership

des femmes en STIM, sciences, technologies,

ingénierie et mathématiques.

Cet ouvrage collectif s'intéresse à

l'apprentissage du leadership féminin et à son

exercice autant sur le plan national que sur la

scène internationale et s'adresse aux femmes

et aux hommes qui œuvrent dans divers

domaines de la recherche, de l'enseignement

ou de l'industrie. Accroître le leadership des

femmes en sciences et inciter plus de filles à

choisir les STIM, puis les convaincre d'y

poursuivre leur carrière afin de contrer le

manque de relève dans les STIM au Canada

est l'un des buts recherchés par ce livre.

Le leadership des femmes en STIM est publié

aux Presses de l'Université du Québec. Quatre

femmes en sont les auteures, il s'agit de M mes

Louise Lafortune, Claire Deschêsnes, ing.,

Marie-Claude Williamson et Pauline Provencher.

Les INGénieuses de l'ETS

Promouvoir le génie au féminin à l'École de

technologie supérieure de Montréal (ETS) et

être un véritable portail d'information pour

les étudiantes, c'est la mission du nouveau

regroupement social, les INGénieuses.

Vous souhaitez y contribuer en organisant

des activités qui promeuvent les femmes en

ingénierie? Contactez les INGénieuses sans

plus tarder par téléphone au : 514 396-8950,

poste 7379, ou par courriel à

ingenieuses@ens.etsmtl.ca.

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 44


Chambre de commerce

du Montréal métropolitain

Board of Trade of Metropolitan Montreal DEJEUNERS-CAUSERIES

LES VOIX D'AFFAIRES

Desjardins

LES ECOLES DE GENIE : FER DE LANCE DE NOTRE RELANCE

m

YVES

BEAUCHAMP

Directeur général, École de technologie supérieure

CHRISTOPHE GUY

Directeur général, École Polytechnique de Montréal

MARDI 9 MARS 2010

de midi à 14 h

Inscription :

WWW.CCMM.QC.CA/BEAUC H AMP-GUY

514 871-4000 poste 4001

Présenté par :

En collaboration avec :

Bell

les affaires S BOMBARDIER CJ\J a* Hydro

Québec

©SITO

SNC-LAVAUN

GRAND PRIX D'EXCELLENCE

Appel de candidatures

Le Grand Prix d'excellence est la plus haute distinction attribuée

par l'Ordre des ingénieurs du Québec à un ingénieur québécois.

Objectif

Souligner la carrière exceptionnelle d'un ingénieur

en tant que modèle pour la profession.

Admissibilité

Être ingénieur depuis au moins 15 ans et membre

de l'Ordre des ingénieurs du Québec au moment

du dépôt de la candidature.

Mise en candidature

La candidature peut être parrainée par une personne,

une association ou un organisme. Elle doit être appuyée

par cinq personnes, dont au moins trois ingénieurs.

® Ordre

| des ingénieurs

111 is du Québec

Date limite :

Lundi 19 avril 2010

Prix

Une médaille de prestige conçue par un artiste

québécois sera remise au lauréat dans le cadre du

Colloque annuel de l'Ordre des ingénieurs du

Québec en juin prochain, à Sherbrooke.

Pour obtenir un exemplaire du dossier de mise en candidature,

téléphonez à l'Ordre des ingénieurs du Québec

au 514 845-6141 ou au 1 800 461-6141, poste 3123, ou

consultez le site extranet : membres.oiq.qc.ca.

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 45


RESSOURCES DE L'INGÉNIEUR

!

CONTEX

ENVIRONNEMENT

www.contex.ca

Hygiène industrielle spécialisée

Génie physique, radiations ionisantes

et rayonnement

électromagnétique

Biologie et chimie de l'environnement

Bruit et dosimétrie sonore

Qualité de l'air et de l'eau

Conformité de chambres blanches,

blocs opératoires, laboratoires spécialisés

1 888 965-7522

514 932-9552

Montréal, 1626 Selkirk

Toronto. 1 Younge, suite 1808

Concepteur

et manufacturier

de produits reliés

à la construction

et à l'entretien

des réseaux

électriques

MACLEAN

POWER

SYSTEMS

I

Homologué ISO 9001 (2000)

Alain Quenneville, Ing.

Directeur, Recherche et Développement

225 Ford, Châteauguay

(Québec) Canada J6J 4Z2

Téléphone : (450) 698-0520

Télécopieur : (450) 692-5670

aquenneville@macleanpower.com

www.macleanpower.com

Qntugc

CENTURY 21

Immo-Plus

Courtier Immobilier Agréé/Chartered Real Estate Broker

Saad Guessous, ing.jr

Agent immobilier affilié/Afilliated Real Estate Agent

1980 Notre Dame O., Montréal, Québec H3J 1M8

Cell (514) 804-9321

Bur (514)933-1221

Téléc (514)933-1251

Sans Frais (866)933-1221

Courriel saad.guessous@century21 .ca

www.saadguessous.ca

Chaque franchisé de CENTURY 21 Québec est indépendant et autonome.

® et MC Marques déposées de Century 21 Real Estate LLC. utilisées sous licence.

S U B A

3 N

R

E

U

T

P E N S E Z P L U S L O I N

t r u ^ t b

2. to 1

duce as

innova

b * nn IPAXIO

CREER, PROTEGER, PROSPÉRER

" • • y Si ce que vous créez et inventez

IPAXIO s.e.n.c., agents de

1 change

innova

ifUfr*

est important, notre expertise l'est tout autant.

brevets

www.ipaxio.com 450-663-0478

.éllbataire & Professionnel

À chacun sa

spécialité-

La nôtre, vous aider à rencontrer !

Pour une présence

publicitaire continue...

À PEU DE FRAIS !

LA SECTION RESSOURCES DE L'INGÉNIEUR

PLËN

Cocktail Souper Plein air Culture

LA 3GI7E VISUELLE

514.528.8885 www. BOITE VISUELLE .com

Renseignements : Isabelle Bérard

Communications Publi-Services

450 227-8414, poste 300

iberard@publi-services.com

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 46


CONCEPT

PAR/VDESIGN

UN PARTENAIRE D'EXPÉRIENCE

HYDRO INTERNATIONAL

INC.

Expertises et travaux

sous-marins

Inspection

Construction

Environnement

Ingénierie

ACCRÉDITÉE g^Mjj

Partout au

Québec

www.spghydro.com

Germanischer Lloyd

Concept ParaDesign est une entreprise

oeuvrant dans le domaine de la conception

mécanique, du design industriel et de

l'ingénierie. L'entreprise excelle dans plusieurs

secteurs, mais se spécialise dans la

conception d'équipements mobiles et de

machinerie industrielle.

Grâce à son réseau de partenaires experts,

Concept ParaDesign est en mesure de vous

offrir une gamme de services complète.

De solution à innovation

1 Conception mécanique

• Ingénierie mécanique

• Optimisation de poste de travail

• Conception de gabarit

• Gestion de projet

• Programmation Plus 1

et SolidWorks

• Location de dessinateurs

d'expérience

• Formation sur SolidWorks

2160, rue Cyrille-Duquet, suite 270

Québec, Québec G1N2G3

Tél. : 418 688-7600

Fax:418 688-7635

info@conceptparadesign.com

Urgences 24 heures

ISO 9001

y#

V 1

450-922-351 5

^

ZRC: LEADER MONDIAL

info@neosoft.ca

\w\

Plus de 50 années de succès

la PRÉVENTION DE LA

dans

CORROSION

Enduits de zinc de réparation et de

galvanisation à froid

VRAIE PROTECTION

GALVANIQUE

ÉGAL À LA GALVANISATION À

CONFORME AUX NORMES

Z.R.C. TRADITIONNEL

Z.R.C. GALVILITE

Z.R.C. 221 LOW VOC

Z.R.C. ZERO VOC

(idéal pourcert. LEED®)

CHAUD*

CANADIENNE

CAN/ONGC 1.181

Transports Québec

ASTM A-780

USDA - FDA

MIL-P-26915A

Pour spécifications d'architecture et d'ingénierie,

rapports de tests, études de cas et guides:

(514) 863-6382

WWW.ZRCWORLDWIDE.COM

INFO@META-PLUS.CA

Réseau de distributeurs établis dans la province

• Selon Underwriter's Laboratories DTOV 2 MH7035

PARTENAIRE DE CONFIANCE POUR NATIONAL INSTRUMENTS,

PARTENAIRE DE CONFIANCE POUR VOUS!

Neosoft Technologies est maintenant

partenaire de National Instruments.

Neosoft offre des solutions efficaces

un service inégalé.

^ ^ S J T T W ï W ^ l

jIfl 1 JJ)JM

etH^HéMMjijMÉHlfifl

Neosoft sert principalement les entre- F ^ T ^ B H ^ T

prises oeuvrant en haute technologie T* I \ i t ^ k m

et les centres de recherche.

- Ingénierie informatique / électronique - Ingénieurs certifiés CLD

- Systèmes de tests automatisés - Acquisition de données

- Intégration de systèmes - Automatisation et contrôle

- Simulation, Hardware in the Loop - Systèmes embarqués

- Vision automatisée - Consultation et Formation

LabVIEW, TestStand, FPGA, Vision, Real-Time, FieldPoint, etc.

Montréal: 514-433-2513 + Québec: 418-948-8324

Sans frais: 1-866-NEO-SFT1

PUvN : FÉVRIER-MARS 2010 :. 47


RESSOURCES DE L'INGÉNIEUR

É D I T I O N

S P É C I A L E

I

lx

• • • •

SIMULATION D'INGÉNIERIE

FLUIDES

CHALEUR

IMPACT

CONTRAINTES

T : 450.919.1714

INFO@LXSIM.COM

WWW.LXSIM.COM

EXPERTS-CONSEILS

COMPÉTENCE EXPERTISE RESSOURCES

Génie Mécanique • Génie Industriel • Structure

• Design Industriel • Automatisation • Conception

• Dessins techniques • Modélisation 3D

• Publication technique • Analyse par éléments finis

SOLlDWorks «Catia^Pro Engineer» Solid Edge «Inventor

•Autocad* Automation Studio •SOLlDWorks

Simulation

Location de personnel technique compétent

/PW

MONTRÉAL : 514.373.8131 VICTORIAVILLE : 819.751.0088

ÉTUDE &

RECHERCHE É

Paul Biron, ing. (B.Eng.'56)

Président

- Préparation de vos demandes de brevet, dessins industriels

et marques de

commerce

- Collaboration avec agents de brevet si besoin

Pour une estimation: breveterl@videotron.ca ou 1-888-637-0553

En avril 2010, ne manquez pas,

dans PLAN, l'édition spéciale

célébrant le 90 e anniversaire de

l'Ordre des ingénieurs du Québec.

• Que pense notre vox pop des

ingénieurs ?

• Quels sont les différents visages

du génie québécois ?

• Qui est le plus ancien membre

de l'Ordre ?

• Qui est la première femme

ingénieure au Québec ?

... et bien plus encore.

L'Ordre a 90 ans...

Ça se fête et ça se lit !

ffli

iiiiiiiiiil"

Ordre

j des ingénieurs

du Québec

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 48


I ^Êb I Gouvernement Government

du Canada of Canada

Le Laboratoire de la technologie des matériaux

de CANMET est en recrutement

À l'automne 2010, le Laboratoire de la technologie des matériaux de CANMET déménagera dans

des installations de recherche ultramodernes à Hamilton (Ontario), au Canada. Des postes seront

alors créés pour des scientifiques, des techniciens et des ingénieurs qui se spécialisent dans les

domaines suivants :

• la corrosion

• les techniques modernes de traitement

et de façonnage des métaux

• le moulage

la simulation des procédés, les essais

mécaniques, la soudure

l'informatique appliquée au génie

des matériaux

Pour en savoir plus, consultez carrieres.rncan.gc.ca

CANMET Materials Technology Laboratory

is Recruiting

The CANMET Materials Technology Laboratory will be relocating to a state-of-the-art research

facility in Hamilton, Ontario, Canada in fall 2010. Positions will be available for scientific,

engineering, and technical specialists in the following areas:

• Corrosion

• Advanced processing and

metal-forming

• Casting

To learn more visit careers.nrcan.gc.ca

• Process simulation, mechanical

testing, welding

• Computational materials engineering

Canada


RÉGIONALE DES INGÉNIEURS DE MONTRÉAL (RIM)

Mot de la présidente

ANCA TISMANARIU, ING.

Quelques mots

pour nos collaborateurs...

Le conseil d'administration de la RIM a

tenu, il y a quelques jours, une rencontre

avec les collègues qui, par leur travail

bénévole, ont contribué à l'organisation

de nos activités. D'autres personnes,

désireuses d'apporter leur concours aux

activités à venir, ont également répondu

à l'invitation. J'ai été impressionnée pat le

grand nombre des participants, par leur

enthousiasme et par la générosité avec

laquelle ils nous ont offert leur appui.

Je veux leur rendre hommage et remercier nos nombreux collègues

qui, ces dernières années, ont fait la richesse de la Régionale des ingénieurs

de Montréal. Leur expérience professionnelle variée nous a

aidés à connaître et à comprendre les différents aspects des problèmes

de carrière et de formation que peuvent vivre les ingénieurs.

Elle a mis en lumière les difficultés d'intégration sur le marché du travail,

d'évolution professionnelle, de gestion des relations humaines, de

réorientation ou même de changement de carrière.

Pour essayer d'offrir une réponse à toutes ces questions, la Régionale,

enrichie par le désir de ses collaborateurs bénévoles de partager leur

savoir et leur expérience, a organisé diverses manifestations : rencontres

avec des professionnels qui nous ont donné de meilleurs

outils pour exercer notre profession, présentations pour promouvoir

l'ingénierie devant des étudiants en train de choisir leur carrière, rencontres

avec les ingénieurs formés à l'étranger, conférences et visites

industrielles, etc.

Le dynamisme de nos collaborateurs a animé des soirées réseautage

très recherchées et a fait prendre son envol au Club des ingénieurs,

jeune comité de la RIM qui se propose de faciliter la communication

entre les ingénieurs actifs dans différents champs de spécialisation,

qu'ils soient en début de carrière ou déjà expérimentés.

Nous vous remercions de votre présence et de votre généreuse implication.

Nous ferons des efforts pour continuer de vous offrir des

occasions de découvrir certaines solutions aux problèmes que vous

rencontrez.

Collégialement,

Anca Tismanariu, ing.

Présidente

President@rim-oiq.org

Événements à venir

LE 26 FÉVRIER 2010 - SESSION RENCONTRE-INTÉGRATION-RÉSEAUTAGE ENTRE

LES NOUVEAUX ARRIVANTS AYANT UNE FORMATION EN GÉNIE À L'ÉTRANGER,

LES INGÉNIEURS JUNIORS ET DES MEMBRES DE L'ORDRE DES INGÉNIEURS DU

QUÉBEC (OIQ)

Vous êtes ingénieur ? Votre emploi vous passionne et vous avez le goût

de partager vos expériences professionnelles ? Vous pouvez parrainer

un ingénieur junior.

Dans le but d'informer les nouveaux arrivants ayant une formation en

génie à l'étranger, de les encourager dans leur cheminement professionnel

et dans les démarches de reconnaissance auprès de l'OIQ,

nous invitons des ingénieurs chevronnés à parler de leur expérience de

travail et de leurs défis devant l'évolution de la profession.

• Lieu : PROMIS, Organisme d'aide aux nouveaux arrivants,

3333, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal

• Date : le 26 février 2010, de 18 h à 20 h 30

• Entrée gratuite. Café et viennoiseries seront offerts.

• Inscription : rimadmin@rim-oiq.org

Salvator Esquivel, ing.jr.

Comité Stages, parrainage et intégration

LE 18 MARS 2010 - ATELIER-CONFÉRENCE INTITULÉ LA PROFESSION

D'INGÉNIEUR : UN DROIT EXCLUSIF À BIEN COMPRENDRE

Dans le cadre de sa nouvelle campagne de prévention pour mieux voir

à l'application de la Loi sur les ingénieurs, l'Ordre des ingénieurs du

Québec vous invite à un atelier-conférence qui traitera de sujets tels

que : • Un survol rapide des lois et règlements en vigueur; • Qu'est-ce

la pratique illégale ? Exemples, jurisprudence, explications ; • Le sceau

et la signature d'ingénieur; • Le génie dans le domaine municipal et le

permis de construction; • Le domaine industriel : notre talon

d'Achille ; • Ing. versus B.Ing. : où commence la pratique illégale ?

• « Puis-je incorporer une société? », demandent les ingénieurs. « Ça

dépend », répond l'Ordre. Pourquoi une telle réponse? • Attention,

avant de faire le pas : les avantages, mais surtout les conséquences

légales et financières de créer une entreprise comme ingénieur.

Cet atelier-conférence est animé par madame Daniela Petrulian, ing.,

M.Ing., MBA, conseillère à la Direction des affaires professionnelles de

l'Ordre des ingénieurs du Québec, secrétaire du Comité de planification

de la surveillance de la pratique illégale, secrétaire suppléante du

Comité sur la pratique professionnelle et responsable du volet de prévention

de la pratique illégale de la profession.

• Lieu : Salon Le Collectionneur au café du Musée des Beaux Arts

1384, rue Sherbrooke Ouest, Montréal (près du métro Guy-

Concordia)

• Date : le 18 mars 2010 de 18 h à 21 h

• Coût : 25 $

• Inscription : rimadmin@rim-oiq.org

Sébastien Deveaux, ing.

Comité Formation continue

» Ordre

| des ingénieurs

du Québec

Régionale des ingénieurs de Montréal

6830, avenue du Parc, bureau 568, Montréal (Québec) H3N 1W7 • Téléphone : 514 270-6917

• Télécopieur: 514 270-8421 • www.rim-oiq.org • Courriel: rimadmin@rim-oiq.org

• Inscriptions : inscript@rim-oiq.org • Responsable du bulletin : Yves Réhel, ing.

• Révision : Yves Réhel, ing. • Inscriptions à notre liste d'envoi électronique : rimadmin@rim-oiq.org

PLAN : FÉVRIER-MARS 2010 : : 50


J'ai choisi le NOUVEAU

Régime d'assurance vie

temporaire jusqu'à

85 ans afin que nous

tirions, ma famille et

moi, avantage de la

protection qu'ont choisie

49 000 ingénieurs.

'W

En effet, un ingénieur sur trois a choisi, le Régime d'assurance vie temporaire d'Ingénieurs Canada,

recommandé par le Réseau des ingénieurs du Québec pour assurer son avenir financier.

Il y a encore mieux! Les assurés, comme moi ont maintenant la possibilité de conserver la même excellente

couverture à des taux exclusifs et abordables jusqu'à lage de 85 ans! Je peux donc dorénavant assurer la

sécurité financière de ma famille longtemps après avoir pris ma retraite.

Voici une excellente raison de demander une couverture d'assurance vie temporaire!

Consultez le

manuvie.com/PLAN

ou communiquez sans frais par téléphone avec un représentant de notre Service à la clientèle

au 1 877 598-2273, du lundi au vendredi, entre 8 h et 20 h, heure de l'Est.

PENDANT QUE VOUS ÊTES EN LIGNE, PROFITEZ-EN POUR JETER UN COUP D'ŒIL

SUR LES AUTRES RÉGIMES QUI VOUS SONT OFFERTS!

• Protection accidents graves • Assurance invalidité pour particulier et pour entreprise

Parrainé par : Recommandé par : Établi par :

RESEAU

DES INGÉNIEURS

ingénieurscanada BTARF DU QUÉBEC

DU Financière Manuvïe

Ingénieurs Canada est le nom commercial

utilisé par le Conseil canadien des ingénieurs

La Compagnie d'Assurance-Vie Manufacturers


Vous avez réalisé des projets

construction commerciale en

de

bois?

Faites-les

connaître !

Profitez d'une vitrine Internet offerte par cecobois:

www.cecobois.com/repertoire

Qu'elles soient récentes ou anciennes, que vous ayez utilisé

une charpente traditionnelle ou innovante, faites-nous parvenir

les photos de vos réalisations accompagnées d'une brève

description à info@cecobois.com.

Pour plus d'information ou pour vous inscrire, rendez-vous sur le www.cecobois.com/repertoire

cecobois

Centre d'expertise

sur la construction

commerciale en bois

www.cecobois.com

More magazines by this user
Similar magazines