Education des femmes et des filles (PDF, 451.8 Kb)

diplomatie.belgium.be

Education des femmes et des filles (PDF, 451.8 Kb)

16

Tableau 10 : Effectifs des enseignants selon le sexe et parité F/H en fonction du type d’école en 2000/01

dans le 1 er cycle de l’enseignement fondamental et dans l’enseignement préscolaire au Mali

Types d'école Femmes Hommes Parité F/H Total F+H

Public 2 770 7 291 0,38 10 061

Privé 409 1 481 0,28 1 890

Communautaire 664 2 765 0,24 3 429

Medersa 253 2 133 0,12 2 386

CED 1 21 0,05 22

Total 1 er cycle de

l'enseignement fondamental

4 097 13 691 0,30 17 788

Total enseignement préscolaire 534 66 8,09 600

Source : (Lange, 2003)

3.3.2. Le rôle des autres acteurs

On constate souvent que les enseignants, en tant que groupe professionnel constitué,

ont peu d’influence sur les politiques scolaires, les orientations ou les grandes réformes en

cours. Le sens des relations est demeuré de type vertical et hiérarchique et leurs avis sont

rarement pris en compte. L’origine extérieure du financement des réformes renforce la non

participation des enseignants aux prises de décisions ou aux critiques possibles sur la mise en

place de ces réformes. En effet, toutes ces réformes financées par l’extérieur sont assorties de

stages rémunérés destinés à l’ensemble du personnel relevant des ministères de l’Éducation

(directeurs de l’enseignement, inspecteurs de l’enseignement, conseillers pédagogiques,

enseignants), et pour pouvoir bénéficier de ces avantages financiers corollaires aux réformes,

il faut bien entendu manifester un minimum de semblant d’adhésion à ces réformes. Si,

collectivement, les enseignants pourraient présenter des critiques ou des contre-projets,

individuellement, compte tenu de leurs faibles revenus, leur dépendance vis-à-vis des revenus

annexes engendrés par la mise en place des réformes rend difficile toute participation au débat

et toute prise de parole. Leurs stratégies pourraient donc se définir comme des stratégies

d’évitement ou de contournement, qui ne peuvent se dévoiler. A ce titre, on connaît très mal

les positions des enseignants face aux politiques spécifiques en faveur des filles.

Les entrepreneurs peuvent parfois jouer un rôle dans l’éducation et la formation

professionnelle. Par entrepreneurs, nous entendons ici aussi bien les entreprises du secteur

moderne que les entreprises artisanales. Les relations entre les systèmes scolaires et le milieu

des entreprises sont très peu été étudiées et donc peu connues. Leur influence sur les

politiques d’éducation, sur leurs politiques de formation à l’intérieur des entreprises ou sur les

liens qui les unissent aux différentes écoles publiques ou privées de formation générale ou

professionnelle sont très peu abordés. Dans ce domaine aussi, les attitudes des employeurs

face à la formation professionnelle des femmes et à leur recrutement sont peu connues en ce

qui concerne les pays en développement.

Enfin, rappelons que l’action des États en faveur du développement de la scolarisation

est loin d’être négligeable et les écoles publiques s’avèrent souvent moins sexistes les écoles

privées ou communautaires. Dans les pays les plus pauvres, en particulier ceux d’Afrique

Conférence « De Pékin aux Objectifs du Millénaire… les femmes et les filles en marche vers l’éducation »

23 mai 2006

Document 2 – Page 16

More magazines by this user
Similar magazines