Cours d'eau sur grès… - Parc naturel régional des Vosges du Nord

parc.vosges.nord.fr

Cours d'eau sur grès… - Parc naturel régional des Vosges du Nord

les MINI-MÉMOS du PARC n˚3

Cours d’eau

sur grès…

une originalité écologique

P a r c

n a t u r e l

r é g i o n a l

des Vosges du Nord

Et

si

on

habitait

le monde

?

autrement


Des rivières pauvres…

c’est notre richesse

Les rivières qui prennent naissance sur le socle gréseux

des Vosges du Nord ne sont pas comme les autres.

Le grès, roche sédimentaire formée il y a plus de 200 millions

d’années au cours de la période géologique dite

du Bundsanstein, confère à nos rivières

des caractéristiques particulières.

En effet, la Moder, le Rothbach, la Zinsel du Nord,

le Falkensteinerbach ou le Schwarzbach possèdent

des eaux légèrement acides et faiblement minéralisées,

qui s’écoulent sans grosses variations saisonnières de débit

sur des lits mineurs fortement sableux.

Des espèces remarquables…

Les fonds de vallées gréseux des Vosges du Nord abritent de nombreuses espèces

liées aux milieux aquatiques et aux zones humides (prairies, friches ou forêts

alluviales). On peut y observer plus de 50 espèces animales et près de 60 espèces

végétales remarquables au niveau régional, national, voire européen.

Voici, par exemple, quelques habitants méconnus des ruisseaux :

Le Gomphe serpentin…

la sentinelle de nos cours d’eau

Cette libellule est une redoutable prédatrice aérienne d’insectes volants. L’adulte

se tient souvent posé le long des berges ou dans les secteurs de friche ouverts

et très ensoleillés. La larve du Gomphe

vit dans les eaux courantes et

pures durant 3 ou 4 ans. De régime

carnivore, elle se nourrit de petits

animaux aquatiques qu’elle chasse,

à l’affût, tapie dans le sable au

fond de la rivière.


Dans les vallées des Vosges du Nord, les multiples trous d’eau aménagés pertubent le fonctionnement

naturel des ruisseaux et artificialisent les paysages.

Le Chabot…

un prédateur nocturne

à grande bouche

Le Chabot est un petit poisson de 10 à 15 cm au corps en

forme de massue. Sa tête est large et plate et sa bouche

impressionnante et entourée de grosses lèvres. Il est

surtout actif de nuit et reste discret la journée, en se cachant

parmi les pierres, la végétation aquatique et les cavités des

sous-berges. Excellent prédateur, il chasse à l’affût et aspire les

petites proies qui passent à sa proximité (larves d’insectes aquatiques

essentiellement).

La lamproie de Planer…

une drôle de bête qui passe inaperçue :

Son corps est de même forme que l’anguille et se termine

par une bouche sans mâchoire, en forme de ventouse.

L’adulte mesure entre 12 et 15 centimètres. Contrairement aux autres

poissons la lamproie est dépourvue d’opercules, mais présente

sur chaque flanc 7 fentes branchiales, elle affectionne les petits ruisseaux

et les rivières de tête de bassin. La larve se développe, enfouie dans le sable

et la vase au fond des rivières durant 5 à 6 ans.

Aveugle, elle filtre les microorganismes des banquettes alluvionnaires.

Suite à l’accouplement, la femelle déposera dans un nid formé

dans le gravier plus d’un millier d’oeufs. Une fois la descendance garantie,

tous les individus meurent. Durant tout

son stade adulte, la lamproie

de Planer ne se nourrit pas.


Des espaces menacés…

Rivières entravées

et vallées suraménagées

Et

si

on

habitait

le monde

P a r c

n a t u r e l

r é g i o n a l

des Vosges du Nord

?

autrement

La gestion individuelle des fonds de vallées par les riverains menace

l’équilibre et la dynamique naturelle des rivières. Les fonds de vallées

du site Natura 2000 sont marqués par une multiplicité

de petits aménagements : étangs, ouvrages hydrauliques en tous genres

(prises d’eau, buses, seuils, canaux de dérivation…), cabanons,

plantations d’épicéas, enrochements des berges.

Dans leurs petites propriétés, avec la plus grande discrétion et sans réelle

connaissance des impacts de leurs travaux, les riverains curent, creusent,

rectifient le lit des ruisseaux, artificialisent les berges, plantent des espèces

végétales invasives ou remblaient les zones humides. Ces modifications des fonds

de vallées sont sources de désordres environnementaux (érosion, ensablement,

baisse des débits, réchauffements des eaux, disparition d’espèces animales

et végétales…) et génèrent des coûts importants pour les collectivités

qui interviennent pour restaurer le « bon fonctionnement » des cours d’eau.


Un réseau écologique ...

européen

En Europe, la variété de climats, de paysages et de cultures induit

une grande diversité biologique (milieux, faune et flore).

L’Union Européenne a choisi d’agir pour la conservation

de ce patrimoine naturel en s’appuyant sur un vaste réseau de sites

désignés, à travers toute l’Europe, pour leurs richesses naturelles.

Ce réseau baptisé « Natura 2000 » doit permettre de préserver

les habitats naturels et les habitats d’espèces animales ou végétales,

qui sont devenus rares ou menacés dans l’Union Européenne.

Le réseau est constitué de deux types de sites :

• les espaces importants pour la survie des oiseaux rares ou menacés

(zones de reproduction, d’alimentation, d’hivernage ou de migration)

désignés au titre de la directive européenne « Oiseaux » (79/409/

CEE) de 1979 ;

• les espaces destinés à protéger et à gérer de manière adaptée, des

milieux naturels, des plantes, ou des espèces animales, actuellement

rares et vulnérables. Ces sites sont désignés au titre de la directive

européenne « Habitats-Faune-Flore » (92/43/CEE) de 1992.

Les deux principaux sites N2000 pour la préservation

des cours d’eau dans les Vosges du nord sont :

La Haute Moder et affluents, …

un grand bassin de cours d’eau au cœur du

massif gréseux

Moselle (57) et Bas-rhin (67)

33 communes,

277,8 km de cours d’eau et 3978 ha

La Sauer et le Steinbach, …

perles des cours d’eau des Vosges du Nord

Bas-Rhin (67)

17 communes,

80 km de cours d’eau, et 770 ha


La reconnaissance européenne…

et l’action du Parc

Les particularités écologiques des cours d’eau

sur grès des Vosges du Nord ont permis le

classement de plus de 400 kilomètres de rivière en site Natura 2000 (cf. encart).

Ce programme européen de préservation de la nature concerne plusieurs hauts

affluents et sous-affluents du Rhin. Sur les sites retenus dans les Vosges du Nord,

l’Etat a désigné le Parc naturel régional pour mener une large concertation

avec tous les partenaires locaux, afin de définir collectivement des objectifs

de préservation et un plan d’action permettant de préserver leurs richesses

biologiques. Un document cadre appelé « document d’objectifs » est en cours

de rédaction pour chaque site. Il définit : l’état des lieux du site (espèces,

milieux naturels et activités), les enjeux, les objectifs de développement

durable et la description des mesures techniques permettant de maintenir,

voire de développer les populations d’espèces rares et les surfaces d’habitats

naturels remarquables. Une fois le document d’objectifs approuvé, le Sycoparc

est chargé de mener l’animation des sites Natura 2000 « Cours d’eau »

et de mettre en œuvre les plans d’actions définis. Ses principales missions

sont de proposer aux propriétaires des terrains des contrats Natura 2000 (aide

financière pour des opérations de gestion/restauration), ou des chartes de

bonnes pratiques (engagement permettant d’être exonéré de la Taxe foncière

sur le non bâti), mais aussi de mener des actions de conseil, de formation, de

sensibilisation, de suivi scientifique et de veille sur les projets d’aménagement

du territoire.

Pour en savoir plus

Maison du Parc

BP 24- 67290 LA PETITE PIERRE

Tél. 03 88 01 49 59

e-mail : contact@parc-vosges-nord.fr

ou consulter les sites internet du Parc

www.parc-vosges-nord.fr

www.biosphere-vosges-pfaelzerwald.org

P a r c

n a t u r e l

r é g i o n a l

des Vosges du Nord

WELCOME *

BYZANCE - crédits photos : SYCOPARC - JC. BACH - P. HELBRINGER (Alsace Village)

More magazines by this user
Similar magazines