La Fabrique Opéra - Grenoble - Alpes Solidaires

rhone.alpesolidaires.org

La Fabrique Opéra - Grenoble - Alpes Solidaires

Dossier de Presse


Opéra en quatre parties

De Giuseppe VERDI

Livret : Temistocle SOLERA

Les 15, 16, 17 et 19 Février 2013

au Summum de Grenoble

I. Sommaire :

I. Sommaire Page 1

II. La Fabrique Opéra Grenoble poursuit son action…. Page 2

III. Un concept qui se développe en France Page 3

IV. NABUCCO, un opéra politique et populaire Page 4

V. La distribution Page 6

VI. L’équipe artistique Page 7

VII. Les partenaires pédagogiques Page 18

VIII. La Fabrique Opéra - Grenoble : l’association pilote Page 20

IX. Nos actions pédagogiques Page 21

X. Nos actions solidaires Page 22

XI. Le Summum, salle d’opéra ? Page 23

XII. Quelques chiffres Page 25

XIII. Une campagne de promotion ambitieuse Page 26

XIV. Les partenaires publics et privés Page 28

XV. Contacts Page 29

1 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


II. La Fabrique Opéra-Grenoble poursuit son action de

démocratisation de l’Art lyrique :

Le concept de la Fabrique Opéra a été testé à Grenoble depuis 2007: La Flûte enchantée (2007), La Traviata (2008),

West Side Story (2009), Don Giovanni (2010), et Carmen (2011) puis l’année dernière avec Aïda, avec un succès

croissant. La Fabrique Opéra-Grenoble, « ville pilote » pour le développement du concept, proposera, du 15 au 19

Février 2013, au Summum de Grenoble : NABUCCO de VERDI.

Le modèle imaginé par Patrick SOUILLOT et son équipe s’est mis en place grâce au dynamisme et à l’implication des

proviseurs, directeurs et professeurs des établissements d’enseignement technique partenaires, sans cesse plus

nombreux.

Depuis 2007, le lycée Argouges (Grenoble), le lycée Prévert (Fontaine) et l’Ecole Academy (Grenoble) ont été rejoints

par l’IMT (Institut des Métiers et Techniques - Grenoble), le lycée Louise Michel (Grenoble) et Supcréa (Grenoble) et

dernièrement l’ICM (Institut de la Communication et des Médias)– Université Stendhal (Echirolles)

Le projet de «La Fabrique Opéra-Grenoble» est devenu un véritable projet d’agglomération qui permet cette année à

près de 530 jeunes, issus de ces établissements d’enseignement technique et d’apprentissage, de travailler à la

«fabrication» d’un opéra en mettant leurs compétences et leur créativité au service de la conception et la réalisation

des costumes, décors, maquillages, coiffures, dispositifs scéniques, réalisation de supports de communication etc…

Projet d’excellence culturelle mais aussi de cohésion sociale, La Fabrique Opéra-Grenoble donne toute sa signification

à «La culture comme lien social». Le projet est soutenu institutionnellement par la Région Rhône Alpes, le Conseil

Général de l’Isère et par Grenoble Alpes Métropole.

En transformant le Summum de Grenoble en véritable salle d’opéra, c’est la musique « classique » qui investit un lieu

populaire. Faire tomber la barrière du lieu est un élément déterminant de notre stratégie, car l’Opéra est non

seulement un genre musical, mais aussi le lieu où il se déroule habituellement. Si 4% des français déclarent aller au

moins une fois par an à l’opéra, près de 25% de notre public n’ont jamais assisté à un concert classique ou un opéra, et

25 % ont déjà assisté à au moins un de nos spectacles.

C’est donc pour nous une satisfaction de constater que notre action atteint ses buts, tant en terme d’ouverture au

nouveau public et en terme de fidélisation.

En six ans, plus de 65 000 spectateurs ont pu apprécier, et souvent découvrir l’opéra, la magie et l’intensité

émotionnelle du spectacle vivant. Notre exigence et nos choix artistiques nous permettent de contenter à la fois les

amateurs éclairés, les aficionados de l’opéra, ainsi que les personnes qui découvrent pour la première fois, souvent en

famille, un spectacle lyrique. Ce sont près de 3 000 jeunes qui, en participant à ce projet, ont découvert cet art

magique, mais surtout ont pu valoriser leurs compétences en s’intégrant à ce projet dont les maitres-mots sont :

excellence, exigence, dépassement de soi et transmission des savoirs.

Gageons que cette année encore, grâce au talent, à l’énergie, à la mobilisation et l’investissement des 530 personnes

qui vont participer à Nabucco, le succès public sera au rendez-vous, et que nous accueillerons toujours plus de

spectateurs.

2 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


III. Un concept qui se développe en France grâce au Fonds de

dotation « La Fabrique Opéra »:

Depuis des décennies, l’opéra, art historiquement populaire, souffre d’une image élitiste qui éloigne des salles de

spectacle, une grande partie de la population. Beaucoup d’actions au niveau national ou local œuvrent pour élargir le

public et pour en faciliter l’accès.

Comparée à nos voisins européens, la France souffre d’un manque d’orchestres et de salles d’opéra. Cette rareté est

aussi un des facteurs de l’éloignement du public populaire. L’opéra est non seulement la forme musicale mais aussi le

lieu dans lequel il se déroule. Là encore, ces salles souvent marquées par une histoire bourgeoise, ont une image

élitiste qui éloigne le public peu habitué à fréquenter les lieux culturels.

Enfin le prix des productions a explosé ces dernières décennies, et bien que cet art soit l‘un des plus subventionnés, le

prix des places reste souvent réservé à des personnes ayant un fort pouvoir d’achat.

Malgré les dispositifs existants visant à élargir le public à toutes les couches de la population, la sociologie du public

n’a pas fondamentalement changé. La dernière étude du Ministère de la Culture réalisée en 2008 (pratiques culturelles

des Français) par le sociologue Olivier DONNAT, précise qu’entre 1973 et 2008, la moyenne d’âge des spectateurs des

concerts de musique classique est passée de 39 à 50 ans.

Devant ce simple constat, il est nécessaire de penser de nouvelles stratégies pour renouveler efficacement le public

des salles de concert et d’opéra.

C’est pourquoi, La Fabrique Opéra a mis en place une stratégie novatrice dont le but est d’amener des jeunes à

découvrir l'Art lyrique, en valorisant leurs propres compétences et en les intégrant à un projet culturel. Ce sont les

notions d'excellence, de dépassement de soi, d’investissement, de compétence, de travail individuel et collectif qui

sont les maîtres mots de notre action.

Cette approche permet non seulement à des jeunes et à leurs familles d’aborder l’Opéra en y étant associés de près,

mais aussi de prendre conscience que leurs compétences peuvent être valorisées dans un domaine qu’ils ignoraient

ou pensaient inatteignable.

C'est aussi l'occasion de faire travailler ensemble des personnes très différentes (musiciens amateurs et

professionnels, professeurs, lycéens, apprentis, étudiants, scolaires, intervenants, techniciens...) et prouver que la

diversité des personnes et des compétences est une force irremplaçable.

Au-delà d’un simple projet culturel, ce sont les valeurs de partage, de générosité, de respect de la diversité, des

valeurs humanistes et de solidarité, qui sont au centre de notre action. Peu de projets permettent à des personnes si

différentes de travailler de concert, dans un but désintéressé.

La Fabrique Opéra (fonds de dotation) implante ce concept éprouvé par l’expérience grenobloise depuis 2007, dans

différentes zone géographiques, aussi bien en agglomération qu’en zone rurale.

«La Fabrique Opéra», a pour stratégie principale de prendre en compte les leçons des expériences antérieures et de

développer un concept basé sur les points suivants:

1- Confier à des jeunes issus des lycées techniques et centres d’apprentissage d’une région, la conception

et la réalisation des costumes, décors, maquillages, coiffures, gestion, organisation de séances pédagogiques…

2- Choisir un lieu populaire et des œuvres accessibles.

3- Faire travailler ensemble des solistes professionnels, musiciens et choristes amateurs, techniciens,

décorateurs, éclairagistes, ingénieurs du son…

4- Rendre l’opéra compréhensible en intégrant une narration succincte en français (personnage, voix off).

5- Proposer des places à prix raisonnable (en optimisant les coûts à tous les niveaux de la production).

3 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


IV. NABUCCO, un opéra politique et populaire

Nabucco est l’œuvre qui fait passer Verdi à la postérité. Donné pour la première fois à Milan en 1842, l’opéra rompt

avec les principales règles de l’époque, à tel point que la critique en Europe est extrêmement mauvaise (voire violente,

les critiques parisiens jugent l’opéra « barbare »).

De fait, on trouve dans Nabucco ce qui rend l’opéra verdien tout à fait particulier, un usage des chœurs renouvelé,

plus présent, plus puissant, plus direct….

Le chœur chez Verdi acquiert le statut d’un personnage à part entière. Cette présence du chœur à côté des solistes

permet de symboliser l’articulation société / individu.

Loin des conventions du bel canto, aussi bien narratives que musicales, Verdi offre une musique qui est en partie le

résultat d’une jeunesse humble, passée dans l’auberge familiale. Il y a presque toujours, dans le chœur verdien, les

échos des beuveries romagnoles…

C’est l’occasion de souligner ici la popularité de l’opéra, car entre tous les genres musicaux, l’Opéra, était indissociable

de la vie de la cité, de la politique.

Verdi est, de ce point de vue, un paroxysme : Il est, le compositeur du Risorgimento, de l’unité Italienne.

Quand, en 1859, on crie « Viva VERDI ! » tous les soirs à Rome, après « Un ballo di Maschera » c’est à la fois pour

acclamer le maître, mais aussi pour crier son patriotisme : Vittorio Emmanuelle Re D’Italia ».

De tous ses opéras, Nabucco est le plus politique : il parle d’une Italie sous domination étrangère, qui n’aspire qu’à la

liberté. D’où son succès, d’où le fait que le chœur des esclaves soit toujours bissé, partout en Italie et qu’il n’a manqué

d’être choisi comme hymne national que parce qu’il parlait d’un peuple en esclavage.

Verdi, Shakespeare, Molière, Haendel, Sophocle nous ont montré la dimension à la fois humaine et intemporelle de

l’Art. Ils ont fait naître la beauté à la Cour comme à la ville. Ils ont été aimés et ont écrit sans distinction de rang ou de

richesse. Ils ont eu, en leur temps, une œuvre politique, qui cependant reste éternelle parce qu’elle parle de ce qui est

universel, intemporel en nous : l’art n’est pas affaire de distinction ou de critique, de technique ou de position sociale,

il est affaire de tripes, de beauté, de laideur, d’intensité, bref, d’humanité.

C’est ce qui fait que 170 ans plus tard, le chœur des esclaves reste en Italie, le morceau symbolique de la

déconsidération du pouvoir politique.

Personnages

Nabucco, roi de Babylone (Baryton)

Fenena, fille de Nabucco (Soprano)

Abigaïlle, esclave, présumée fille de Nabucco (Soprano)

Ismaël, neveu du roi des Hébreux, amoureux de Fenena (Ténor)

Zaccaria, Grand prêtre de Jérusalem (Basse)

Le Grand Prêtre de Babylone (Basse)

Abdallo, vieil officier au service de Nabucco (Ténor)

Anna, sœur de Zaccaria (Soprano)

4 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Synopsis

Acte I. Jérusalem. Le temple de Salomon. Les Hébreux supplient Jéhovah de leur venir en aide face aux troupes

babyloniennes. Le grand prêtre Zaccaria qui a pris en otage Fenena, la fille de Nabucco, le roi de Babylone, excite la

ferveur de son peuple. Fenena sera la garantie de la paix entre hébreux et babyloniens. Mais le neveu du roi des

hébreux, Ismaël annonce l'avancée des troupes babyloniennes. Les hébreux sont prêts à se défendre. Ismaël se

retrouve seul avec Fenena : ils chantent leur amour réciproque et sont prêts à s'enfuir ensemble. Nabucco surgit dans

le temple mais Zaccaria menace de tuer Fenena, s'il ne capitule pas. Mais Ismaël s'interpose et empêche le grand

prêtre de tuer la jeune fille. Nabucco peut ainsi reprendre sous son aile sa fille, piller le temple et emprisonner les

hébreux et leur meneur.

Acte II. L'impie. Nabucco, omnipotent à Babylone, désigne sa fille recouvrée, Fenena pour diriger le royaume des

vainqueurs. Mais il ne sait pas qu'elle s'est convertie à la religion juive. Abigaïlle dévoile son appétit de puissance tout

en ne cachant pas sa naissance adultérine. Alors qu'il se déclare l'égal de Dieu, Nabucco est foudroyé par le tonnerre. Il

devient fou. Abigaïlle en profite pour prendre le pouvoir.

Acte III. La prophétie. Abigaïlle réalisera le vœu de Nabucco : exterminer le peuple hébreu. Sur les bords de l'Euphrate,

le peuple soumis pleure la patrie lointaine (célèbre chœur "va pensiero"...). Zaccaria prédit l'imminence du châtiment

divin.

Acte IV. L'idole renversée. Nabucco comprend que Fenena périra avec le peuple dont elle a épousé la foi. Le roi

parvient à se ressaisir et délivrer sa fille. Un miracle fait tomber la statue de Baal, le dieu des babyloniens. Nabucco

pardonne aux juifs et permet leur retour dans leur terre. Abigaïlle, coupable et repentante, met fin à ses jours, en

implorant le pardon de Fenena.

5 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


V. Distribution

Œuvre :

NABUCCO

Compositeur :

Giuseppe VERDI

Librettiste :

Temistocle SOLERA

Création : Téatro alla Scala – Milan, le 9 Mars 1842

Date des représentations : 15, 16, 17 et 19 Février 2013

Lieu :

Le Summum - Grenoble

Période de production : à partir du 20 Janvier 2013

Chœurs :

Direction :

Orchestre :

Direction :

Mise en scène :

Nabucco :

Ismaël:

Abigaïlle :

Fenena :

Zaccaria :

Grand Prêtre Baal :

Anna :

Abdallo :

Chef de chant et Chef assistant :

Assistants mise en scène :

Scénographe :

Directeur technique :

Son :

Lumières :

Décors :

Costumes :

Maquillages :

Coiffures :

Placement et ventede programmes

Création Web

Chœurs de La Fabrique Opéra

Annick HORRAS

L’Orchestre – orchestre symphonique universitaire de Grenoble

Patrick SOUILLOT

Jean-Jacques DURAND

Pierre Yves PRUVOT

Sergei STILMANCHENKO

Natacha FINETTE CONSTANTIN

Marie GAUTROT

Antoine ABELLO

Tolunay GUMUS

Marlène ASSAYAG

Olivier TROMMENSCHLAGER

Frédéric ROUILLON

Christèle CARLIER / Camille DURAND / Claudine SARZIER

Catherine BECHETOILLE

Dan ARAMA

Jiri HEGER

Dan FELICE

Institut des Métiers et de Techniques (IMT - Grenoble)

SupCréa (Grenoble)

Lycée André ARGOUGES (Grenoble)

École Coiffure et Esthétique ACADEMY (Grenoble)

Lycée Jacques PREVERT (Fontaine)

Lycée Louise Michel (Grenoble)

ICM – Université Stendhal (Echirolles)

6 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


VI. L’équipe artistique

Patrick SOUILLOT

Chef d’orchestre

Patrick SOUILLOT est un chef d’orchestre pour le moins atypique. Sa vocation

lui a été inspirée par Léonard BERNSTEIN, découvert à la télévision lors de la

retransmission d’un concert.

Après un parcours académique, il devient le plus jeune professeur de

direction d’orchestre diplômé en France. En 1986, il rencontre Leonard

BERNSTEIN qui, à l’issue d’une masterclass au Conservatoire américain de

Fontainebleau, lui propose de devenir son élève puis son assistant.

Il partage l’affiche de la tournée des 70 ans de BERNSTEIN à travers le monde

avec le Schleswig Holstein Musik Festival Orchestra, et assiste ensuite le chef

à Vienne, Amsterdam, Munich… Il aborde tous les styles de musique, s’essaie

au cabaret, enregistre des musiques de film, de ballet et de théâtre.

Depuis 1989, il est le directeur musical de « L’Orchestre ». Il s’investit

particulièrement auprès de ces jeunes musiciens dont il tire le meilleur et

auxquels il transmet sa passion. Un engagement partagé, musical et humain.

Il est lauréat de concours internationaux (1er Prix du concours DAVIDOFF de Hambourg, demi-finaliste du concours de

Besançon) et a été l’invité d’orchestres prestigieux à Riga, Sofia, Montpellier, Cracovie, Stuttgart, Cannes, Avignon,

Toulouse, Moscou, Ankara, Hong Kong, Hambourg, Doha…

Il accompagne des solistes célèbres comme Marie-Claire ALAIN, Patrice FONTANAROSA ou François-René DUCHABLE,

Marina CHICHE, David GUERRIER, Nicolas STAVY, Véronique GENS, Philippe DO, Gulsin ONAY, Emre SEN, Cihat ASKIN...

Par ailleurs, il poursuit brillamment sa carrière internationale. Il a ainsi dirigé le London Symphony Orchestra à

l’invitation de Sir Colin DAVIS, qui sélectionne chaque année de jeunes chefs prometteurs pour son « Conducting

Discovery Day ».

Il continue à diriger des orchestres prestigieux partout dans le monde. En 2000 il a enregistré les musiques pour le

Château de Versailles, un disque consacré à la musique française, de Marin MARAIS à DEBUSSY.

Très attaché aussi à la musique américaine et particulièrement aux œuvres de Leonard BERNSTEIN, il a fait une tournée

en 1997 et 1998 avec Candide (version scénique). Toujours éclectique dans ses choix musicaux, il programme les

œuvres du grand répertoire, mais se plaît surtout à jouer des pièces de compositeurs inconnus ou mal connus de la

période romantique, postromantique et du début du XXe siècle.

Il a fait ses débuts en Asie, à Hong Kong, en Juin 2005. Il a été le chef d’orchestre en résidence à l’Opéra d’Ankara pour

« Le Printemps de la France en Turquie ». On le retrouve pour la saison 2007 à Riga pour La Damnation de Faust, ou

encore en tournée avec le spectacle « MOZART l’Egyptien ».

Il est le premier chef invité de l’Orchestre symphonique d’Eskisehir (Turquie) et a dirigé le premier concert classique

en Arabie Saoudite, lors du Forum économique de Djeddah en 2008.

En 2007 il crée le concept de « La Fabrique Opéra » qui a permis, en 6 saisons, à plus de 3000 jeunes de

l’agglomération grenobloise, de découvrir l’opéra en y participant et en valorisant leurs compétences, et a partagé sa

passion avec plus de 65 000 spectateurs.

On le retrouve cette saison avec l’Ensemble Orchestral de Paris au Chatelet à Paris, mais aussi à Kuala Lumpur avec le

Malaysian Philharmonic…

7 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Jean Jacques DURAND

Metteur en scène

"Les montagnards sont là... ou bien là! Et il faut être bien partout !" lui

disait Maurice BAQUET.

Né en Savoie, il "monte" à Paris pour achever des études de Sciences-Eco,

(qui lui donneraient un "vrai métier" dixit sont père) tout en poursuivant

opiniâtrement le parcours de théâtre initié au Conservatoire de

Chambéry...(Premier Prix de Comédie).

Il intègre pendant trois années la troupe des "Compagnons de l’Étoile et

du Théâtre École" sous la houlette de Jean-Laurent COCHET et d'Odette

LAURE, avec des compagnons qui deviendront bien plus célèbres (Carole

BOUQUET, Fabrice LUCCHINI...). Il goûte au plaisir de la télévision avec

quelque séries : Le temps des as , Jean Moulin, Week-end de Noël

COWARD pour « Au théâtre ce soir ».

Au théâtre, il joue "Croque Monsieur" avec Jacqueline MAILLAN, puis deux Bourgeois gentilhomme avec Jean Le

POULAIN... qui le surnomme "Le comédien-aviateur"... en effet, un "vrai métier" (Instructeur du Personnel Navigant

Commercial à Air Inter puis Air France) lui permet de créer sa compagnie "les Tréteaux aux 4 vents".

Il peut alors produire, jouer, mettre en scène et mener des tournées en Afrique, Océan Indien, Ile Maurice, Réunion,

Antilles et même en Savoie, avec Christian MARIN dans Le tourniquet de Victor LANOUX puis Maurice BAQUET dans Six

heures au plus tard...

Acteur, metteur en scène, mais désormais auteur, il écrit sa première pièce pour Christian MARIN Avant que ça

commence, suivie de quatre autres...

Éclectique, il met en scène des spectacles de la variété au classique : deux spectacles pour le quatuor "Couleur Café"

ou Les deux timides de Eugène Labiche ou encore Le souper de J.C BRISVILLE remarqué aux Estivales et à Avignon.

Avec le harpiste Serge REYNIER il joue Harpo son "One man show à deux!" et prépare l'adaptation de l’Histoire du

Soldat d’Igor STRAVINSKY.

Il a la chance de mettre en scène sa fille Camille dans Le voyage de M. Perrichon ou dans son One Woman-Show, ainsi

que dans Noces de sable de Didier Van CAUVELAERT... ou encore, grâce à Patrick SOUILLOT, dans la narratrice de ce

Nabucco ...

Séance de travail au lycée A. Argouges

8 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Annick HORRAS

Chef de chœur

Professeure agrégée d’Education musicale au collège Lionel TERRAY de

Meylan, Annick HORRAS s’est en même temps impliquée avec passion

dans la formation pédagogique des jeunes professeurs. Passionnée par le

chant choral elle fonde l’Ensemble Vocal de Meylan en 1983. Depuis, en

abordant des répertoires riches et éclectiques, elle a conduit à

l’excellence cette formation, groupe d’amateurs fidèles, par son exigence

musicale et son approche profondément humaniste de la musique.

Parmi ses prestations, on peut citer des messes de MOZART, HAYDN,

SCHUBERT, DVORAK, BRUCKNER, STRAVINSKY, PUCCINI, des motets et

cantates de BACH, le Requiem de FAURE, le Requiem de MOZART, le

Requiem de VERDI, les Zigeunerlieder de BRAHMS, le Gloria de POULENC …

mais aussi des œuvres aussi différentes que la Misa Criolla, Carmina

Burana, des chansons de GERSHWIN ou le Canto général de THEODORAKIS

sur des poèmes de NERUDA…

Le choix des œuvres est toujours dicté par un souci de découverte et le goût de la difficulté à vaincre. S'y ajoute le

bonheur de participer au message humaniste porté par la musique, dans un esprit de partage avec un public toujours

chaleureux.

Engagée dans le travail d’excellence avec les amateurs, elle aborde les œuvres par l’émotion et la musique. C’est en

partie pour cela que La Fabrique Opéra- Grenoble lui a confié cette année encore la mise en place d’un dispositif qui

permet à tous les choristes du département de l’Isère (et même au-delà) de s’investir sans que leurs activités

« habituelles » en souffrent.

Cette année le chœur de La Fabrique Opéra réuni 130 choristes, essentiellement du département.

Répétition de mise en scène des chœurs de Nabucco – Lycée Louise Michel -27/28 Octobre 2012

9 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Frédéric ROUILLON

Chef de chant / chef assistant

Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris,

Frédéric ROUILLON y a reçu l'enseignement de Serge ZAPOLSKY et de

François-Xavier ROTH.

Il travaille dans des maisons telles que le Théâtre du Châtelet, Le

Théâtre des Champs-Elysées, le Frankfurter Oper, l’Opéra de Rouen,

L’Opéra de Reims, L’Opéra de Limoges...

Il y collabore avec des metteurs en scène tels que Claus GUTH, Peter

MUSSBACH, Robert CARSEN, Alain GARICHOT, Yannis KOKKOS, François de

CARPENTRIE…et des chefs d’orchestre tels que Kent NAGANO, Kazushi

ONO, Alain ALTINOGLU, Miquel ORTEGA, Guido Johannes RUMSTADT,

Friedmann LAYER …

Frédéric ROUILLON a eu la chance de travailler avec des artistes aussi

variés que Vivica GENAUX, Christiane KARG, Mady MESPLE, June

ANDERSON, Julia MIGENES, Kim BEGLEY, Neil SHICOFF, Christian GERHAHER,

Paul GAY, Florian LACONI… mais aussi, Jean-Claude CARRIERE, Charles

BERLING ou encore Elvis COSTELLO et STING.

Chef d’orchestre, Frédéric ROUILLON a déjà dirigé L’Ensemble de Basse-Normandie, l’Orchestre Symphonique

d’Eskisehir (Turquie), l'Orchestre de l'Opéra de Reims...

En 2012 Frédéric ROUILLON était en tournée dans toute la France avec L’Opéra de Quat’Sous, produit par le CDN de

Sartouville et mis en scène par Laurent FRECHURET.

Après avoir été chef assistant de la production de Carmen de BIZET à l’opéra de Rouen, il collabore avec Friedmann

Layer à l’opéra de Francfort sur une nouvelle production de Pelléas et Mélisande de DEBUSSY.

Il est actuellement assistant de Jean DEROYER au Théâtre de Caen pour L’Enfant et les Sortilèges de RAVEL et Trouble in

Tahiti de BERNSTEIN.

D’autres projets sont en cours d’élaboration comme Les Vêpres Siciliennes de VERDI à Francfort, La Damnation de

Faust de BERLIOZ à Rouen, L’Histoire du Soldat de STRAVINSKY au festival de l’Académie BACH….

Depuis quatre ans, Frédéric ROUILLON est l’assistant de Patrick SOUILLOT. Après West Side Story, Don Giovanni, Carmen

et Aïda, on pourra le retrouver sur la nouvelle production de Nabucco de VERDI.

Il viendra aussi diriger le Messie de HAENDEL à Grenoble avec L’Orchestre en décembre.

Répétition publique « dans la tête d’un chef d’orchestre »

10 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


L’ORCHESTRE

Orchestre Symphonique Universitaire de Grenoble

Créé en 1977 l'Orchestre Symphonique Universitaire de Grenoble constitue aujourd'hui une formation unique en

France, composée d'une centaine de musiciens, dont une majorité d'étudiants français ou européens. Il associe des

amateurs et un encadrement professionnel.

L’orchestre aborde un répertoire éclectique de haut niveau, mariant avec bonheur grands classiques, œuvres peu

connues ou musiques de films, tous les genres musicaux sans exclusive… Au fil des saisons, les musiciens ont

interprété le Stabat Mater de DVORAK, Candide de BERNSTEIN, Un Américain à Paris de GERSHWIN, Casse-noisette de

TCHAIKOWSKY, Mission Impossible de Lalo SCHIFRIN, mais aussi de la musique sud et afro-américaine, faisant partager

au public grenoblois les premières auditions françaises. L'Orchestre a accompagné de grands solistes : Patrice

FONTANAROSA, Kim SYLVAIN, Stephen IMBODEN ou Jacques MARMOUD, Nicolas STAVY, David GUERRIER… et se produit en

France et en Europe.

Parrainé par le grand violoniste Ivry GITLIS, l’Orchestre fête ses 25 ans en juin 2002 et nous offre la IXe Symphonie de

BEETHOVEN, œuvre emblématique et universelle.

Cette rencontre musicale avec des solistes venus du monde entier, des chorales françaises et allemandes, confirme le

dynamisme et l’excellence de cette formation, son ancrage dans la vie culturelle, musicale et sociale de Grenoble.

Reconnu comme un modèle du genre, au-delà des frontières hexagonales, l’Orchestre Symphonique Universitaire de

Grenoble a reçu en 2002 le Golden Star Award de la Communauté Européenne, pour ses concerts à Oxford en 2001.

Fort de son expérience, l’Orchestre s’attache à créer des évènements forts, et suscite des rencontres imprévues. C’est

ainsi que l’orchestre a accueilli Jacques ATTALI pour sa première expérience de direction d’orchestre. Ce concert a

donné lieu à une soirée de gala à Paris au Théâtre Marigny pour le lancement du réseau Publicis Events Worldwide. Il

accueille d’autres musiciens amateurs, tel Daniel COHEN, généticien, pianiste et chef d’orchestre…

L’Orchestre s’est produit à Paris, au Palais des Congrès et a enregistré des chansons avec Elie SEMOUN et Youssou

N’DOUR à l’occasion du Téléthon 2005.

En 2007 l’Orchestre aborde l’opéra en proposant au Summum (avec La Fabrique Opéra) de Grenoble La Flûte

Enchantée, puis réitère son expérience avec La Traviata en 2008 et enfin West Side Story en 2009.et Don Giovanni de

MOZART en 2010.

La saison 2010-11 a commencé par des concerts consacrés au Sacre du Printemps de STRAVINSKY et à des lieder de R.

STRAUSS, (l’Hexagone de Meylan et La Source à –Fontaine), puis des concerts à Grenoble et à St Martin d’Uriage avec

le Requiem de MOZART.

La saison 2011-12, a mis en exergue la création du Te Deum de Dominique JOUBERT à Valence, Voiron, Grenoble, puis

un programme de BRAHMS (Ouverture tragique – variations sur un thème de Haydn) et BEETHOVEN (3 ème concerto pour

piano) interprété par Monsieur José BUSTANI, Ambassadeur du Brésil.

Depuis 2010 l’Orchestre rayonne dans la région grenobloise avec des répétitions publiques d’un nouveau genre :

«Dans la tête d’un chef d’orchestre »

L’Orchestre développe un partenariat avec le Grésivaudan, et rayonne dans tout le département.

11 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Pierre Yves PRUVOT

Nabucco

Après une formation complète de musicien (trompette et piano) et

parallèlement à des études d'ingénieur, Pierre-Yves PRUVOT se tourne

vers l'apprentissage du chant et bénéficie de l'enseignement de Pascale

REYNAUD, Margreet HONIG, Ruben LIFSCHITZ et Dalton BALDWIN. Diplômé

du Conservatoire national supérieur de musique de Lyon, il est aussi

lauréat de plusieurs concours internationaux, dont le prestigieux

Concours Reine Elisabeth à Bruxelles en 2000.

Il se produit depuis sur les scènes françaises et étrangères dans les rôles

du grand répertoire : VERDI (Nabucco, Germont), PUCCINI(Scarpia),

DEBUSSY (Golaud), SAINT SAENS (Le Grand Prêtre de Dagon), BERLIOZ

(Méphistophélès), BIZET (Zurga), MOZART (Leporello, Don Alfonso), Rossini

(Figaro), TCHAIKOVSKI (Onéguine). Pierre-Yves PRUVOT a chanté sous la

baguette de Nello SANTI, Michel PLASSON, Frédéric CHASLIN, Emmanuel

KRIVINE, Jean-Claude MALGOIRE, Peter CSABA Guy Van WAAS, Philippe

HERREWEGHE, Hervé NIQUET, Didier TALPAIN, Jacques MERCIER, Alberto

ZEDDA Marc SOUSTROT, Jean-Yves OSSONCE, Marco GUIDARINI, Ivan

FISCHER…

Parmi une discographie nombreuse et éclectique, citons des récitals consacrés à POULENC et SAUGUET avec le pianiste

Charles BOUISSET, des airs de concert de BEETHOVEN, la cantate Ivanhoé de SAINT SAENS, les oratorios Rébecca de

FRANCK, Les Saintes-Maries de la mer de PALHADILHE et La Terre promise de MASSENET, ainsi que de nombreux opéras

en première mondiale : le rôle-titre du Falstaff de SALIERI, Le Docteur Miracle et Don Procopio de BIZET, Mathilde de

Guise de HUMMEL, Céphale et Procris de GRETRY, Le Cœur du moulin de SEVERAC… Plusieurs nouveautés paraîtront

dans les prochains mois : Amadis de Gaule de Johann Christian BACH, La Mort d’Abel de KREUTZER et Lodoïska de

CHERUBINI, ainsi qu’un programme de duos rares d’opéras français aux côtés de son épouse, la soprano Hjördis

THEBAULT.

Parmi ses projets à venir, citons les rôles-titre du Barbier de Séville de ROSSINI, de Gianni Schicchi de PUCCINI et

du Falstaff de VERDI ainsi que des concerts à Sofia, au Festival d’Ambronay, à Rome, Saint-Pétersbourg, Venise…

Pierre-Yves PRUVOT est le fondateur des éditions Symétrie.

12 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Natacha FINETTE CONSTANTIN

Abigaïlle

Soprano française née à l’île Maurice, Natacha est diplômée du

Conservatoire et du CESMD de Toulouse ; Elle obtient plusieurs prix lors

de concours internationaux de chant, dont celui des Voix Nouvelles à

Paris. Elle intègre ensuite l’Atelier Lyrique de l’Opéra National de Paris, de

2003 à 2005, où elle obtient les Prix Lyriques du cercle Carpeaux pour la

saison 2003/2004 et de l’AROP pour la saison 2004/2005.

Son répertoire, principalement romantique, va du baroque à la musique

contemporaine et met en avant une couleur vocale chaleureuse, un

ambitus large, une agilité, et un jeu de scène touchant. Elle a été invitée

dans de nombreux théâtres français (notamment l ’Opéra de Paris et le

Théâtre des Champs-Elysées ), à Radio France, mais aussi en Italie, en

Suisse et dans l’Océan Indien, où elle interprète les rôles d ’Argentine

(L’île de merlin ou le monde renversé de GLUCK ) en octobre 2012, Aïda

(VERDI) en mars 2012 , Madame Butterfly (PUCCINI), Desdemona ( Otello de VERDI) , Leonora et Ines ( Il Trovatore de

VERDI ), Fiordiligì ( Così fan tutte de MOZART), Donna Elvira ( Don Giovanni de MOZART), Mimi ( La Bohème de PUCCINI),

La comtesse ( Le Nozze di Figaro de MOZART), Mélisande (Pelléas et Mélisande de DEBUSSY), Blanche de la Force ( Le

Dialogue des Carmélites de POULENC), Juditha ( Juditha Triumphans de VIVALDI), Dido ( Dido et Aeneas de PURCELL),

Camille (Louise de CHARPENTIER), Frasquita (Carmen de BIZET), Nicolette (L’Amour des trois oranges de PROKOFIEV,

version française ), Chocholka (Příhody lišky Bystroušky - La Petite Renarde rusée - de Leoš JANACEK, version tchèque ),

la comtesse Ceprano ( Rigoletto de VERDI ), sous la direction de chefs renommés tels Sylvain CAMBRELING, Kent

NAGANO, Renato PALUMBO, Rafael FRUHBECK DE BURGOS , Dominique TROTTEIN , Patrick SOUILLOT , Olivier HOLT, Jean-

Luc TINGAUD , Martin WETTGES … et collabore avec des metteurs en scène comme André ENGEL , Francesca ZAMBELLO,

Jean-Louis MARTINOTY , Gilbert DEFLO , Jérôme SAVARY , Bob WILSON, Mickaël HANEKE , Angela BRANDT , Raphaëlle

CAMBRAY …. Lors de la création mondiale du Gladiateur de DEBUSSY en 2008, elle a été Fulvie.

Elle se produit également en concert dans des œuvres de Messiaen (Chants de Terre et de Ciel), Rossini (La Petite

Messe Solennelle), BERG, STRAUSS…

Après une formation chez Harmoniques (Paris), elle est professeur de chant en musiques actuelles et chant lyrique.

Après son rôle de Abigaïlle dans Nabucco à Grenoble, on la retrouvera en Argentine dans L île de Merlin de GLUCK.

Aïda en 2012

13 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Marie GAUTROT

Fenena

Après des classes préparatoires littéraires Marie GAUTROT intègre

l’Ecole du Louvre, (archéologie égyptienne et histoire de l’architecture).

Elle débute également le chant auprès de Marie-Claire COTTIN. de

Gerda HARTMANN, Pierre MERVANT, Susan MANOFF, Olivier REBOUL et

des classes d’art dramatique de Georges WERLER et Emmanuelle

CORDOLIANI au CNSM de Paris. Marie GAUTROT accorde une grande place

au récital qu’elle partage, avec les pianistes Frédéric ROUILLON Caroline

DUBOST, Frédéric LAGARDE, Wilhem LATCHOUMIA, Maria BELOUSSOVA et

le violoncelliste Michel STRAUSS.

Elle se produit comme soliste dans des messes ou oratorios comme La

Damoiselle Elue de DEBUSSY la Passion selon Saint Jean de BACH le

Requiem de MOZART le Requiem de VERDI le Stabat Mater de PERGOLESE,

le Requiem de SCHUMANN, la Rhapsodie pour contralto de BRAHMS,

Pâques à New York d'HONNEGER, le Poème de l’Amour et de la Mer de

CHAUSSON ou dans le Chant de la Terre de MAHLER, sous la direction de

chefs tels David LEVY, Evelyne SCHWAB, Oswald SALLABERGER, Mark

FOSTER, Michel PIQUEMAL…

Marie GAUTROT découvre le monde de l’opéra à l'âge de quatre ans en incarnant le petit Dolore dans Madame

Butterfly de PUCCINI... Par la suite, ses engagements incluent le rôle-titre dans Djamileh de BIZET, Orphée de GLUCK,

Carmen de BIZET, Tisbé dans Cenerentola de ROSSINI, la Maman, la Tasse chinoise et l’Ecureuil dans l’Enfant et les

Sortilèges de RAVEL, Geneviève dans Un long Dîner de Noël de HINDEMITH à l’Opéra de Metz, la Grande Duchesse de

Gérolstein de OFFENBACH , l’Opinion publique dans Orphée aux Enfers de OFFENBACH au Festival d’Aix-en-Provence, ou

Marguerite dans la Damnation de Faust de BERLIOZ au Théâtre du Châtelet, sous la direction notamment de Alain

ALTINOGLU, Miguel ORTEGA , et la mise en scène de Mireille LAROCHE, Jeanne ROTH, Wissam ARBACHE….

Récemment Marie GAUTROT a chanté Mallika dans Lakmé de DELIBES à l’Opéra de Rouen, un écuyer et une fille-fleur

dans Parsifal de WAGNER à l’Opéra de Nice, un récital POULENC /WEILL avec Jeanne-Marie GOLSE à Caen, la Cantate sur

la mort de Joseph II de BEETHOVEN à la salle Gaveau ainsi que Chérubin dans les Noces de Figaro de MOZART à l'Opéra

de Rouen et de Versailles. Elle est attendue dans Marguerite de la Damnation de Faust de BERLIOZ à l’Opéra de Rouen,

à l’Opéra de Limoges et au Festival Berlioz de la Côte Saint André.

Marie GAUTROT travaille pour la troisième fois avec La Fabrique Opéra. Après le rôle titre dans Carmen en mars 2011,

elle a interprété le rôle d’Amnéris dans Aïda, et cette année, elle est Fenena dans Nabucco.

Essayages au lycée André Argouges

14 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Marlène ASSAYAG

Anna

Née en 1984 à Bagnolet, elle obtient ses diplômes de flûte à bec, de

piano et d’harmonie- écriture. Elle découvre l’art lyrique en

interprétant, à 14 ans, le rôle-titre de l’opéra pour enfant de Nicolas

BACRI, Fleur et le miroir magique (Dir. Jean ROUDON) ; elle décide alors de

se consacrer au chant.

Dans le cadre de ses études, elle participe aux master-classes de Francis

DUDZIAK, Sylvie SULLE, Nicolas COURJAL, Laura SARTI Jeff COHEN, Udo

REINEMANN, Erika GUIOMAR, Felice VENANZZONI, Antoine PALLOC et

Vincent Le TEXIER.

En 2007, on lui confie son premier rôle, Amour (Orphée et Eurydice de

GLÜCK) et l'année suivante, elle est Norina (Don Pasquale de DONIZETTI,

M.S. de Nathalie SPINOSI).

Au cours de la saison 2008-2009, elle poursuit les rôles d’opéra du

XVIIIe et du Bel Canto avec Louise (Le Nègre des Lumières de Saint-

George/Guédé, Dir. Bertrand CERVERA ; M.S. Diana ILIESCU et Petrika IONESCO (Tournée en Région parisienne et au

Théâtre Mogador) ; Elvira (L'Italienne à Alger de ROSSINI, Dir. Frédéric LOISEL ; M.S. Nathalie SPINOSI).

De 2007 à 2012, elle chante le Requiem de MOZART (Festival "Musique en l'Ile", à Paris -Dir. Frédéric LOISEL) et

interprète de nombreux oratorios à Paris et en région parisienne tels que : l'Exsultate Jubilate de MOZART, le Stabat

Mater de PERGOLESE, le Motet In Furore Justissimae irae de VIVALDI et le Stabat Mater de BOCCHERINI

La saison 2010-2011 lui offre l'opportunité d'incarner la Prima Donna (Viva la Mamma ! de DONIZETTI, Dir. Federico

SANTI ; Mise en Espace : François de CARPENTRIES) aux Théâtres d’Arras et Boulogne-sur-mer et aux Opéras de Reims et

Rouen). Cette production sera reprise au Théâtre de Poissy, en mai 2013. Puis elle effectue une nouvelle tournée en

Région Parisienne en étant distribuée dans Dom Juan aux enfers, adaptation d’après Dom Juan de MOLIERE et Don

Giovanni de MOZART ;( M.S. Nathalie SPINOSI).

En 2011-2012, elle chante, à Brest, son premier rôle haendélien, Romilda (Serse), avec l’ensemble Matheus - Dir. Jean-

Christophe SPINOSI. Elle se produit à nouveau en Bretagne avec l’ensemble Matheus et J-Ch. SPINOSI durant cette

saison dans le Requiem de FAURE ; Le Nozze di Teti e Peleo de ROSSINI et la IXème Symphonie de BEETHOVEN. Puis elle

est Carolina (Il Matrimonio segreto de CIMAROSA ; M.Sc. Nathalie SPINOSI, en région parisienne). Elle est ensuite

engagée dans le rôle de Silva, dans une création d’opéra pour enfants, La Fée de Dominique SPAGNOLO. Cette œuvre

sera reprise à l’Opéra de Massy en mai 2013.

En avril 2012, elle présente le concours d'entrée au CNIPAL, où elle sera pensionnaire pour la saison 2012-2013.

Cette même saison, elle sera la Comtesse Adèle dans Le Comte Ory de ROSSINI avec l’ensemble Matheus, dirigé par J-

Ch SPINOSI, puis chantera la partie soprano soliste du Messie de HAENDEL, aux côtés de Frédéric LOISEL.

Marlène ASSAYAG est titulaire de nombreuses récompenses : Prix d'Honneur du concours Léopold Bellan 2007, niveau

Excellence ; 1 er prix du concours de l'UFAM 2007, niveau Honneur ; Prix de Concert, mention très bien, à la Schola

Cantorum, en 2008 ; 1 er prix et Prix du Public du Concours International "Symphonies d'Automne 2009", à Mâcon et la

même année, elle est lauréate du Concours International de Musique Vibrarte à Paris.

15 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Sergei STILMACHENKO

Ismaël

De nationalité canadienne, il commence ses études dans sa ville natale,

au conservatoire de Kharkov, en Ukraine. Il poursuit sa formation au

Canada et aux États-Unis, puis se perfectionne en France, où il intègre

l’Atelier Lyrique de l’Opéra National de Paris en 2001.

Il remporte plusieurs concours internationaux, parmi lesquels Rosa

Ponselle International Competition à New York en 1994, Concours de

Musique Tchèque à Toronto, en 1999, Concours Joseph Rouleau à

Montréal en 2000, concours international à Marmande en 2001, et le

concours de musique de Chambre Amber Nightingale à Kaliningrad en

2006.

Sa carrière l’amène à se produire sur les grandes scènes internationales : il se produit plus de 150 fois sur la scène de

l’Opéra National de Paris, mais aussi, à l’Opéra Real de Madrid, l’Opéra Comique, l’Opéra de Montréal, l’Opéra

National de Toulouse et Strasbourg, Limoges, Vancouver, Kharkov.….

Ces différentes apparitions l’ont conduit à travailler sous la direction de prestigieux chefs d’orchestre, notamment

Alexandre VEDERNIKOV, Kent NAGANO, James CONLON, Jiri BELOHLAVEK, Marcello VIOTTI, Pinchas STEINBERG, Stéphane

DENEVE, Bruno CAMPANELLA, Jesus LOPEZ-COBOS…., et avec de célèbres metteurs en scène tels que Robert CARSEN,

Jérôme SAVARY, Colline SERREAU, Francesca ZAMBELLO, Laurent PELLY….

Jusqu’en 2011, il évoluait en tant que baryton ; il choisit désormais d’aborder le répertoire de ténor, il est ainsi Ismaël

dans Nabucco de Verdi.

Antoine ABELLO

Zaccaria

Antoine ABELLO, fils d’André ABELLO, est une basse internationale.

Il commence dès l’âge de 7 ans en intégrant la maîtrise de l’Opéra

d’Avignon où il se produira dans Turandot, Mireille à l’Opéra d’Avignon

et Carmen aux Chorégies d’Orange.

En parallèle il étudie le violon, les percussions, puis le cor d’harmonie au

conservatoire d’Avignon. A 23 ans il commence une formation de chant

lyrique en tessiture Baryton-Basse au CNR de Clermont-Ferrand tout en

continuant des cours de cor d’harmonie puis décide de se consacrer

uniquement au chant à l’ENM de Pantin.

Il participe à des quatuors de BRAHMS ainsi qu’à différents oratorios :

Pilate dans La Passion selon Saint Jean, la basse solo dans la messe en

sol de SCHUBERT et au festival d’Houlgate 2007, où il chante en quatuor

et solo des lieder et mélodies françaises.

Dans le domaine de l’opéra il interprète les rôles d’Ambroise et du passeur dans Mireille avec l’Albert Lance Lyric

Company, le rôle de Don Alfonso dans Cosi fan tutte mis en scène par Nathalie SPINOSI, le rôle d’Escamillo dans

Carmen mis en scène par Jean-Michel de MAISON-ROUGE, de Masetto et du Commandeur dans Don Giovanni mis en

scène par Philippe DESANDRE, le rôle de Zuniga dans Carmen et du Commandeur (à l’Acropolis de Nice) mis en scène

par Mr Henry MARY, ainsi que divers petits rôles à l’opéra d’Avignon dans Le Dialogue des Carmélites, La Flûte

Enchantée, Thaïs, ou encore La Bohème aux Chorégies d’Orange. Finaliste du concours international Opéra en Arles en

juin 2011, il obtient le prix spécial Radio France.

16 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Tolunay YAMAN GUMUS

Grand Prêtre Baal

Né à Ankara, en Turquie, en 1973. Tolunay GUMUS étudie le chant dans la

classe de Çolakoğlu DEVA à l'Université Technique du Moyen Orient

(Middle East Technical University d'Ankara). Il s’installe en Italie en 1994,

et poursuit ses études supérieures avec Alberto JONA, puis avec Tagliareni

ANTONINO.

Il a travaillé comme artiste du chœur, pour certains opéras prestigieux,

dont le Teatro Regio de Turin, le Teatro Regio de Parme, et au Théâtre du

Capitole à Toulouse. Il a chanté les rôles secondaires dans certains des

grands opéras tels que Monterone dans Rigoletto, Docteur Grenvil dans

La Traviata, La Voix dans Idomeneo et le Commendatore dans Don

Giovanni.

En 2012 il commence sa collaboration avec la Fabrique Opéra Grenoble,

dans Aïda dans le rôle du Grand Prêtre.

Il se produit aussi comme soliste lors de nombreux concerts avec

orchestre ou en récital.

Olivier TROMMENSCHLAGER

Abdallo

Olivier TROMMENSCHLAGER est né en1986 à Mulhouse dans une famille de

musiciens et fait ses études musicales au Conservatoire de Mulhouse dont il est

lauréat en solfège et trombone. Néanmoins, il s’oriente vers des études

d’ingénieur tout en poursuivant une pratique sportive de haut niveau (basket).

Olivier continue ce parcours atypique en se produisant sur scène en tant

qu’imitateur de célébrités. Le succès arrive rapidement et les spectacles

s’enchaînent malgré son très jeune âge, avec entre autres, le Festival d’Avignon

en 2004 pour ses 18 ans. Entre Patrick BRUEL et Elvis PRESLEY, il fait aussi avec une

voix « trafiquée », le final du grand air de Figaro du Barbier de Séville. Sentant

que sa voix commence à prendre de l’ampleur, il essaie de mettre au programme

de son spectacle le Sarastro de La Flûte Enchantée de W.A MOZART. Pour cela il

écoute l’interprétation de ce rôle par M. Samuel RAMEY, c’est le coup de foudre.

A 19 ans, il reprend ses études musicales au conservatoire de Mulhouse dans la

classe de Mme WOHLUTTER, qui l’initie à la technique vocale classique .Il participe

à des spectacles, dans lesquels il interprète les airs de Leporello, Colas de Bastien

et Bastienne, ou Pausanias dans l’Education Manquée de CHABRIER.

Les choses s’enchaînent rapidement. S’illustrant dans un premier temps comme baryton, il obtient son premier rôle

lors de l’été 2009 (Le Passeur dans Mireille de GOUNOD). En avril 2010 il est sélectionné pour être pensionnaire du

CNIPAL (Centre National d’Insertion Professionnelle d’Artistes Lyriques) à Marseille. Au cours de cette saison, il

interprète Brissac dans Les Mousquetaires au Couvent à Neuilly, et Norton dans La Cambiale di Matrimonio de ROSSINI

avec le Centre Lyrique Clermont Auvergne. Il se distingue cette même année en étant finaliste des concours de

Clermont Ferrand et de Marmande en catégorie Opérette. Il bénéficie des conseils prodigués par plusieurs chanteurs

de renom, Béatrice URIA MONZON, Giovanni MEONI, Jean-Luc BALLESTRA, Fabio ARMILIATO, Jean Pierre FURLAN, et sa

voix évolue vers une tessiture plus aigüe, celle de ténor. Il est engagé par Patrick SOUILLOT pour le rôle du Messager

dans Aïda et il est, Rabonier dans La Rondine de PUCCINI à Nancy.

17 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


VII. Les partenaires pédagogiques

La Fabrique Opéra est un concept unique qui permet à des lycéens et apprentis de valoriser leurs compétences en

participant à un projet culturel d’excellence. Cette expérience leur permet de travailler à la production d’un spectacle

lyrique, dans des conditions d’exigence professionnelle.

Ces jeunes apportent leur talent, leur créativité et leur savoir-faire à la conception et à la réalisation des costumes,

décors, coiffures, maquillages. Ils travaillent sous la responsabilité des équipes pédagogiques de ces établissements,

en collaboration avec l’équipe artistique et technique de La Fabrique Opéra Grenoble. Qu’il nous soit donné ici

l’occasion de souligner la compétence, l’investissement et la disponibilité de tous ces professeurs, et des directeurs

d’établissement.

Le Lycée Argouges - Grenoble :

Depuis 2007, le lycée Argouges est un partenaire historique de nos productions. C’est la section mode-matériaux qui

travaille à l’élaboration et à la réalisation des costumes.

Au total, ce sont plus de cent costumes sur mesure ou en série, qui sont réalisés pour les solistes et les chœurs. Les

jeunes travaillent dès la genèse du projet à l’élaboration des costumes, dans le cadre esthétique choisi par le metteur

en scène.

www.ac-grenoble.fr/argouges/fr

Le Lycée professionnel Prévert - Fontaine :

Le Lycée Jacques Prévert apporte sa contribution depuis 4 ans au projet de La Fabrique Opéra.

Les élèves du CAP Coiffure prennent en charge chaque soir la réalisation des coiffures des solistes et des choristes (90

personnes). Les élèves des sections tertiaires prennent en charge l’organisation et l’accueil de 2 000 élèves issus des

écoles primaires et collèges de l’Isère qui assistent à la répétition générale. En participant à la réalisation de Carmen,

chacun est mis en situation professionnelle réelle et s’appuie sur ses connaissances théoriques mais aussi sur ses

capacités à travailler en équipe, pour s’adapter aux exigences du spectacle.

www.ac-grenoble/lycee/jacques prevert.fontaine/

L’Institut des Métiers et des Techniques - CCI - Grenoble :

L’IMT, premier CFA (Centre de Formation et d’Apprentissage) de L’Isère, est un acteur de la formation et de l’emploi

des jeunes. L’établissement propose une formation en alternance du CAP au BAC+5 dans un grand nombre de secteurs

(bâtiment, automobile, soins et services, tertiaire, restauration et métiers de bouche). L’IMT réalise les décors des

opéras. Les apprentis en serrurerie, menuiserie, électricité, charpente, peinture, carrosserie, travaillent en équipe à la

réalisation des éléments de décor, de la conception au montage.

www.imt-grenoble.fr

Supcréa - Grenoble :

Ecole supérieure de la création graphique et de la communication visuelle : les étudiants de 3 e année de design

graphique de Supcréa réalisent les projections vidéo qui sont intégrées au dispositif scénographie de Nabucco.

www.supcrea.com

L’Ecole coiffure et Esthétique Academy -Grenoble :

Ecole spécialisée dans l’esthétique, Ecole Academy assure depuis 2007 le maquillage des artistes. Phase fondamentale

dans la préparation d’un spectacle, c’est l’expression même des artistes qui est soulignée par cet art… Depuis, Ecole

Academy a développé une section de maquillage artistique professionnelle.

www.ecoleacademy.com

18 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


Le Lycée Louise Michel -Grenoble :

Le Lycée Louise Michel est un établissement professionnel et technologique (1700 élèves dont 600 étudiants de BTS),

dont la vocation est de travailler en collaboration étroite avec les milieux professionnels.

Ainsi, avec la fabrique opéra, le travail entrepris permet à des étudiants de la filière tertiaire de participer activement à

la gestion de la salle du Summum: vente de programme, accueil, placement.

http://www.ac-grenoble.fr/lycee/louise.michel/

Institut de la Communication et des Médias -Echirolles :

Dans le cadre du partenariat entre l’Université Stendhal Grenoble 3 et la Fabrique Opéra, la licence professionnelle

Webmestre éditorial réalise le site de La Fabrique Opéra Grenoble.

Les étudiants du master Audiovisuel et Médias Numériques conçoivent et réalisent des clips vidéos sur les coulisses de

la générale de Nabucco au Summum.

www.u-grenoble3.fr

19 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


VIII. La Fabrique Opéra - Grenoble : l’association pilote

Créée en 2009, La Fabrique Opéra- Grenoble, association loi 1901 reconnue d’intérêt général, est présidée par le

Docteur Jean CHUNG MINH, et domiciliée : 6 rue Beyle Stendhal / 38 000 Grenoble, ville pilote du concept : «La

Fabrique Opéra»

Sa mission :

La Fabrique Opéra - Grenoble développe le concept de La Fabrique Opéra (fonds de dotation). Son objet est de

démocratiser l’Art lyrique, en produisant des spectacles de qualité, accessibles au plus grand nombre, en associant

localement des lycées, des établissements d’enseignement technique, et centres d’apprentissage, à la production.

Sa stratégie :

Valoriser sur un territoire, toutes les compétences utiles à la production d’une œuvre lyrique, en associant des jeunes

issus de lycées et d’établissements techniques, des musiciens amateurs, de jeunes professionnels à une équipe

artistique et des solistes de renommée internationale :

- en visant un public jeune,

- en intégrant des amateurs encadrés par des professionnels,

- en invitant des personnes isolées ou en difficultés.

Les membres du bureau du Conseil d’Administration :

Président :

M. Jean CHUNG MINH

Vice-présidente :

Mme Marie-Jeanne MONTOYA

Trésorier :

M. Olivier BOULET

Secrétaire :

M. Jean-Marie SEIGNEURIN

N° SIRET: 517 991 154 00025

Licences de spectacle: 2-1034240 / 3-1034241

20 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


IX. Nos actions pédagogiques

Ouverture de la répétition générale aux scolaires :

Depuis la production de La Traviata (2008), nous travaillons avec les classes du secteur tertiaire (accueil, secrétariat,

gestion) du Lycée Jacques PREVERT (Fontaine). Celles-ci organisent l’accueil de 2 300 scolaires (du CM1 à la 3ème)

venant de tout le département.

Cette initiative soutenue par le Conseil Général de l’Isère permet à ces jeunes de découvrir, souvent pour la première

fois, un spectacle lyrique dans des conditions proches de celles d’une représentation. Lors de cette répétition

générale, nous valorisons aussi le travail réalisé par tous les lycéens et apprentis qui, dans l’ombre, ont travaillé à tous

les éléments techniques de la production.

En 4 ans ce sont plus de 7 000 scolaires qui ont pu au travers de cette répétition générale, et aussi d’actions

pédagogiques annexes (visites des ateliers, des loges, du décor, rencontre avec les artistes etc.), découvrir un art

vivant extraordinairement exigeant.

Quand on sait que les enfants qui ont une éducation artistique ou qui naissent dans un milieu culturellement privilégié

(les parents sont des lecteurs etc…) vont « consommer » quatre fois plus de culture que les autres, on comprend

l’importance de cette sensibilisation à l'Art lyrique.

L’ouverture de la répétition générale s’adresse aussi à des personnes en grande précarité. Vous retrouverez le détail

de cette action dans le chapitre « Nos actions solidaires »

Dans la tête d’un chef d’orchestre :

Depuis Septembre, 2009, dans le cadre des actions pédagogiques et de la communication originale que nous mettons

en place, nous avons développé un concept de répétitions publiques, appelé « Dans la tête d’un chef d’orchestre ».

Nous investissons des lieux, souvent insolites (salles municipales, gymnases, ou entreprises grâce à un partenariat avec

des Comités d’Entreprise de la région), pour répéter, et invitons une partie du public à s’installer au sein même de

l’orchestre, à côté des musiciens. Le chef d’orchestre explique alors, comment il travaille, sur quels points il se

concentre, et guide l’audition des spectateurs, en leur faisant toucher du doigt, la progression de son travail.

Pour terminer ces séances, nous invitons quelques personnes volontaires parmi le public, à venir diriger l’orchestre sur

quelques mesures.

21 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


X. Nos actions solidaires

Cette année, nous poursuivons notre partenariat en travaillant avec les associations solidaires et les réseaux d’habitat

social, car nous voulons, dans le cadre de notre projet culturel d’excellence, affirmer aussi nos valeurs citoyennes et

solidaires.

Ainsi nous ouvrons la répétition générale au Summum à des personnes défavorisées ou en réinsertion. En invitant près

de 300 personnes nous affirmons que l’Art et la Culture sont des éléments fondamentaux dans l’intégration de ces

personnes fragiles, par l’intermédiaire de nos partenaires sociaux afin d’en faire bénéficier des publics oubliés et

éloignés de l’opéra.

Le Secours Populaire Français – Grenoble :

Le Secours Populaire, association généraliste de la solidarité, place l’accès à la culture au cœur de ses préoccupations.

Ainsi, les sorties « spectacles » permettent aux familles dans la précarité de sortir de leur isolement. Au-delà de la

découverte, le but est de vivre ensemble un moment d’échange et de convivialité. L’accès à la culture est aussi une clé

de la réussite de l’accompagnement scolaire : le Secours Populaire permet ainsi aux enfants de s’épanouir pleinement

et d’acquérir des connaissances de manière ludique.

www.spf38.org

Cultures du cœur Isère :

Considérant que la culture constitue une force d’expression et de transmission des valeurs de notre société, ainsi

qu’une forme d’adhésion à la citoyenneté, l’association loi 1901 Culture du Cœur s’est donné pour objectif de

favoriser l’accès à la culture des jeunes et de leurs familles, lorsque ceux-ci se trouvent dans un situation financière

précaire et donner plus et mieux à ceux qui ont le moins.

www.culturesducoeur.org

Accueil SDF – Grenoble :

L’Accueil des SDF est une association née à Grenoble il y a 50 ans. Depuis lors elle ouvre tous les jours ses portes, rue

du Vieux Temple, pour accueillir des gens en grande précarité, leur offrir un sourire, un bon petit déjeuner et des

vêtements s’ils en ont besoin. Chaque année, plus de mille personnes viennent chercher un peu de réconfort et un

moment de convivialité.

Nous travaillons avec d’autres organisations locales qui travaillent en lien avec le CCAS, que nous ne pouvons toutes

citer ici, et qui contribuent à compenser les inégalités existantes en donnant plus et mieux à ceux qui ont le moins.

22 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


XI. Le Summum, salle d’opéra ?

Depuis le début de notre action en 2007, nos spectacles ont été accueillis au Summum de Grenoble. Si notre choix

s’est arrêté sur cette salle, c’est parce qu’il s’agit d’un lieu populaire à dimension humaine. Car l’opéra se nourrit

avant tout des histoires d’hommes et de femmes, de leurs émotions, leur vie, leurs rêves, leurs drames…

Il faut donc une salle qui permette à la fois cette proximité avec les acteurs, qui fait la spécificité et la richesse du

spectacle vivant, et rende possible une approche économique réaliste pour une telle entreprise.

Le Summum est tout cela à la fois, et offre par ses dimensions la possibilité d’installer les équipements techniques

nécessaires non seulement à l’accomplissement artistique du projet, mais aussi au confort des spectateurs.

Quid de l’acoustique ?

Souvent la question est posée de savoir si l’acoustique du Summum se prête à l’opéra.

La réponse est indéniablement OUI, car nous mettons en place un système de « reprise sonore », bien différent de

ceux utilisés lors des concerts de musique amplifiée.

Notre préoccupation majeure est de ne pas distordre le rapport entre la vision de l’action sur scène et la perception

auditive des spectateurs, et ce, quelle que soit leur place.

Des chanteurs sonorisés ?... oui mais pas amplifiés !

Quelques esprits malins se sont étonnés que nous ayons l’ambition de démocratiser l’opéra avec des chanteurs

équipés de micros. Il ne s’agit pas d’amplification, comme on l’entend habituellement dans les concerts de variété, de

rock ou autres… il s’agit d’un dispositif sonore permettant à chacun, quelle que soit sa place, de bénéficier d’un

confort d’écoute maximal.

On pourrait sans nul doute trouver toutes sortes d’arguments pour répondre à cette curieuse interrogation… La

meilleure des réponses se trouve dans les expériences menées à l’étranger, notamment en Allemagne (festival de la

Waldbühne, avec la Philharmonie de Berlin par exemple, en 2006 avec Placido DOMINGO ou encore en 1999 «a

Romantic Opéra Night» sous la direction de James LEVINE) et en Italie (les Arènes de Vérone…www.arena-verona.fr),

et même en France, avec la tournée d’Opéra en plein air (www.operaenpleinair.com)

Si l’opéra souffre en France d’un tel déficit de popularité, c’est bien en partie parce qu’il a été cantonné dans des lieux

fermés, difficiles d’accès, et la plupart du temps réservés à des personnes issues de couches sociales favorisées, tant

en terme d’éducation que de moyens. Combattons l’intimidation sociale !

C’est bien à ces deux facteurs que nous voulons nous attaquer. A cela rien de nouveau, et les autres pays qui ont

redonné à l’opéra ses racines populaires ont mis en place des concerts ou des festivals où les chanteurs, à cause de la

dimension des lieux, sont équipés de micros.

Les techniques actuelles permettent au chanteur de ne pas modifier ni sa voix ni sa puissance quand il se produit dans

de telles conditions. Ainsi la qualité artistique n’a pas à souffrir de la dimension du spectacle et du lieu auquel il est

dédié.

Qui pourrait reprocher à la Philharmonie de Berlin de produire chaque année, des concerts devant plus de 10 000

personnes avec des artistes, chanteurs ou instrumentistes jouant ou chantant dans un micro ?

Qui pourrait nier la qualité et le succès de ces opéras présentés chaque été dans le somptueux décor des Arènes de

Vérone ?

Nous soutenons, que c’est en partie en créant de grands évènements populaires, d’une qualité artistique sans

concession, que la musique en général et l’opéra en particulier, trouveront la place qu’ils méritent auprès du public le

plus large possible.

23 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


« Carré OR » : Tarif Normal : 62 €

Réduit : 55 €

« Carré ARGENT » : Tarif Normal : 52 €

Tarif CE : 49 €

Tarif Réduit : 45 €

« Gradin 1 » : Tarif Normal : 39 €

Tarif CE : 36 €

Tarif Réduit : 32 €

« Gradin 2 » : Tarif Normal : 27 €

Tarif CE : 24 €

Tarif réduit : 20 €

24 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


XII. Quelques chiffres

Depuis deux ans, La Fabrique Opéra produit chaque année un spectacle lyrique porté par une équipe de

professionnels ainsi que de très nombreux bénévoles, fortement investis dans l’association.

Les chiffres de l’édition 2012 avec Aïda de VERDI :

- 10 000 spectateurs aux 4 représentations au Summum,

- 2 300 écoliers ou collégiens et 300 personnes en situation précaire, contactées par l’intermédiaire

d’associations sociales, ont assisté à la répétition générale au Summum,

- 7 solistes professionnels, 85 musiciens amateurs, encadrés par des professionnels, 85 choristes adultes ont été

dirigés par Patrick SOUILLOT et mis en scène par Raphaëlle CAMBRAY,

- 450 jeunes de 16 à 22 ans, principalement issus des quartiers prioritaires, ont participé à la conception, à la

réalisation des décors, à la confection des costumes, à la réalisation des coiffures et des maquillages…

- des ateliers de rencontres tout au long de l’année scolaire, animés par la direction artistique de La Fabrique

Opéra Grenoble en lien avec les équipes pédagogiques des établissements partenaires, permettent de rester

en lien avec l’ensemble des participants,

- des rencontres entre artistes et publics éloignés,

- des répétitions publiques « Dans la tête d’un chef d’orchestre ».

Un spectacle, c’est aussi une économie. Le prix des places va de 20 à 62 €.( le prix moyen constaté en 2012 avec Aïda

était de 38€)

Le prix moyen d’une place à l’opéra de Paris est de 73€, avec une fourchette de prix allant de 10 à 200€

Il convient de préciser, pour donner sens à ces chiffres, que les spectacles de l’Opéra de Paris sont plus que largement

subventionnés, alors que la part des subventions dans l’économie de nos spectacles, ne dépasse pas 15%.

Nous donnons à chaque élève des établissements partenaires de notre projet (450 personnes), une invitation valable

pour une personne. En croisant cette place avec les dispositifs existants (carte M’RA et Chèque Culture du Conseil

Général de l’Isère), il est possible d’obtenir 3 places pour 24€… soit 8€ par place.

Enfin, nous expliquons sans relâche, qu’une place pour un spectacle vivant est légitimement plus onéreuse qu’une

place de cinéma, mais que les émotions d’un moment privilégié sont uniques et irremplaçables.

Vente des places :

Internet :

www.digitick.com

www.fnac.com

www.dispobillet.fr

www.francebillet.com

Guichets :

Fnac

Géant

Carrefour

Magasins U

Intermarché

En direct :

La Fabrique Opéra

6 rue Beyle Stendhal

38000 Grenoble

contact@lafabriqueopera.com

+33 (0) 4 76 01 96 88

25 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


XIII. Une campagne de promotion ambitieuse

Communication :

- 180 000 tracts distribués sur l’ensemble de la Région Rhône-Alpes

- 6 500 affiches (2 formats différents)

- 280 000 sets de table distribués dans les restaurants isérois

- 80 000 marque-pages distribués gratuitement

- Spots sur les écrans numériques des trams et bus de la Semitag

- 1 rame de tram personnalisée

- Affichage Colonnes Morris (Mairie de Grenoble)

- Affichage Aquilux (Mairies de la Metro)

Presse :

- Partenariat avec le Dauphiné Libéré

- Rédactionnels et encarts dans Le Métroscope, Les Affiches de Grenoble, Beaux Quartiers, Le Petit Bulletin,

Captiv’en Grésivaudan...

Télévision, radio, internet :

- www.nabucco2013.com

- Partenariat avec France Bleu Isère,

- Suivi par les médias locaux : France 3, TéléGrenoble,

- Référencement sur les sites internet culturels, locaux…

- Opérations de mailing…

Divers :

- Conférences de presse, Forum Fnac Grenoble.

- Voitures personnalisées qui circulent dans l’agglomération grenobloise pendant trois mois

Carmen en 2011

26 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


La production d’un spectacle de cette envergure et de cette ambition nécessite un budget modeste au regard des

productions institutionnelles. Pour autant ce budget reste significatif pour une structure associative.

La production d’Aïda a coûté 496 000 €, hors valorisation comptable du bénévolat et des contributions volontaires en

nature, du droit d’usage gratuit d’occupation des biens mis à disposition.

Les recettes se répartissent comme suit :

Répartition des recettes Aïda

12%

28%

60%

Recettes Billetterie,

programmes, encarts

publicitaires

Mécénat et

partenariats privés

Subventions publiques

En 2012, pour Aïda, la part des subventions publiques représente près de 12% et représente sur le budget global :

- 5% La communauté d’agglomération - La Métro

- 4% La Région Rhône-Alpes

- 2% Le Conseil Général de l’Isère

- 0.2% La Mairie de Grenoble

Les dépenses se répartissent comme suit :

Répartition des dépenses Aïda

Salaires et charges artistes

30%

9%

17%

Salaires et charges techniciens

Salaires et charges production

Communication

8%

8%

Location salles et equipement

4%

4%

20%

Costumes, décors, coiffure…

Frais de production

Résidence Artistes

27 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


XIV. Nos partenaires publics et privés

La Fabrique Opéra- Grenoble développe des liens entre le tissu économique local, les établissements partenaires, et

propose aux entreprises de s’associer à l’image d’un projet fondé sur la créativité, l’exigence, le dynamisme, la

cohésion sociale. Des Fondations nationales soutiennent aussi son action.

Merci à nos partenaires sans qui cette aventure ne pourrait pas perdurer.

Les partenaires pédagogiques :

Les partenaires institutionnels :

Les mécènes :

Les partenaires privés :

Les partenaires communication :

Et les municipalités suivantes (en l’état actuel): Corenc, Crolles, Fontaine, Le Fontanil, Grenoble, Meylan, Sassenage,

Seyssins…

Les principaux partenaires sociaux :

28 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble


XV. Contacts

La Fabrique Opéra - Grenoble

6 rue Beyle Stendhal

38000 Grenoble

Telephone: +33 (0) 4 76 01 96 88 / Mail: contact@lafabriqueopera.com

www.nabucco2013.fr

Directeur artistique et chef d’orchestre : Patrick SOUILLOT - 06 58 44 96 90

patrick.souillot@lafabriqueopera.com

Directeur administratif : Olivier BOULET - 06 80 28 81 24

olivier.boulet@lafabriqueopera.com

Directeur de production : Romain FEILLEUX - 06 58 44 86 92

romain.feilleux@lafabriqueopera.com

Directrice projet et partenariats: Eléonore PERRIER - 06 58 45 96 89

eleonore.perrier@lafabriqueopera.com

Assistante administrative et commerciale Karine PETILLON -

karine.petillon@lafabriqueopera.com

29 NABUCCO – Dossier de presse

La Fabrique Opéra - Grenoble

More magazines by this user
Similar magazines