11.06.2014 Views

La Fabrique Opéra - Grenoble - Alpes Solidaires

La Fabrique Opéra - Grenoble - Alpes Solidaires

La Fabrique Opéra - Grenoble - Alpes Solidaires

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

Dossier de Presse


Opéra en quatre parties<br />

De Giuseppe VERDI<br />

Livret : Temistocle SOLERA<br />

Les 15, 16, 17 et 19 Février 2013<br />

au Summum de <strong>Grenoble</strong><br />

I. Sommaire :<br />

I. Sommaire Page 1<br />

II. <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra <strong>Grenoble</strong> poursuit son action…. Page 2<br />

III. Un concept qui se développe en France Page 3<br />

IV. NABUCCO, un opéra politique et populaire Page 4<br />

V. <strong>La</strong> distribution Page 6<br />

VI. L’équipe artistique Page 7<br />

VII. Les partenaires pédagogiques Page 18<br />

VIII. <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong> : l’association pilote Page 20<br />

IX. Nos actions pédagogiques Page 21<br />

X. Nos actions solidaires Page 22<br />

XI. Le Summum, salle d’opéra ? Page 23<br />

XII. Quelques chiffres Page 25<br />

XIII. Une campagne de promotion ambitieuse Page 26<br />

XIV. Les partenaires publics et privés Page 28<br />

XV. Contacts Page 29<br />

1 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


II. <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra-<strong>Grenoble</strong> poursuit son action de<br />

démocratisation de l’Art lyrique :<br />

Le concept de la <strong>Fabrique</strong> Opéra a été testé à <strong>Grenoble</strong> depuis 2007: <strong>La</strong> Flûte enchantée (2007), <strong>La</strong> Traviata (2008),<br />

West Side Story (2009), Don Giovanni (2010), et Carmen (2011) puis l’année dernière avec Aïda, avec un succès<br />

croissant. <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra-<strong>Grenoble</strong>, « ville pilote » pour le développement du concept, proposera, du 15 au 19<br />

Février 2013, au Summum de <strong>Grenoble</strong> : NABUCCO de VERDI.<br />

Le modèle imaginé par Patrick SOUILLOT et son équipe s’est mis en place grâce au dynamisme et à l’implication des<br />

proviseurs, directeurs et professeurs des établissements d’enseignement technique partenaires, sans cesse plus<br />

nombreux.<br />

Depuis 2007, le lycée Argouges (<strong>Grenoble</strong>), le lycée Prévert (Fontaine) et l’Ecole Academy (<strong>Grenoble</strong>) ont été rejoints<br />

par l’IMT (Institut des Métiers et Techniques - <strong>Grenoble</strong>), le lycée Louise Michel (<strong>Grenoble</strong>) et Supcréa (<strong>Grenoble</strong>) et<br />

dernièrement l’ICM (Institut de la Communication et des Médias)– Université Stendhal (Echirolles)<br />

Le projet de «<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra-<strong>Grenoble</strong>» est devenu un véritable projet d’agglomération qui permet cette année à<br />

près de 530 jeunes, issus de ces établissements d’enseignement technique et d’apprentissage, de travailler à la<br />

«fabrication» d’un opéra en mettant leurs compétences et leur créativité au service de la conception et la réalisation<br />

des costumes, décors, maquillages, coiffures, dispositifs scéniques, réalisation de supports de communication etc…<br />

Projet d’excellence culturelle mais aussi de cohésion sociale, <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra-<strong>Grenoble</strong> donne toute sa signification<br />

à «<strong>La</strong> culture comme lien social». Le projet est soutenu institutionnellement par la Région Rhône <strong>Alpes</strong>, le Conseil<br />

Général de l’Isère et par <strong>Grenoble</strong> <strong>Alpes</strong> Métropole.<br />

En transformant le Summum de <strong>Grenoble</strong> en véritable salle d’opéra, c’est la musique « classique » qui investit un lieu<br />

populaire. Faire tomber la barrière du lieu est un élément déterminant de notre stratégie, car l’Opéra est non<br />

seulement un genre musical, mais aussi le lieu où il se déroule habituellement. Si 4% des français déclarent aller au<br />

moins une fois par an à l’opéra, près de 25% de notre public n’ont jamais assisté à un concert classique ou un opéra, et<br />

25 % ont déjà assisté à au moins un de nos spectacles.<br />

C’est donc pour nous une satisfaction de constater que notre action atteint ses buts, tant en terme d’ouverture au<br />

nouveau public et en terme de fidélisation.<br />

En six ans, plus de 65 000 spectateurs ont pu apprécier, et souvent découvrir l’opéra, la magie et l’intensité<br />

émotionnelle du spectacle vivant. Notre exigence et nos choix artistiques nous permettent de contenter à la fois les<br />

amateurs éclairés, les aficionados de l’opéra, ainsi que les personnes qui découvrent pour la première fois, souvent en<br />

famille, un spectacle lyrique. Ce sont près de 3 000 jeunes qui, en participant à ce projet, ont découvert cet art<br />

magique, mais surtout ont pu valoriser leurs compétences en s’intégrant à ce projet dont les maitres-mots sont :<br />

excellence, exigence, dépassement de soi et transmission des savoirs.<br />

Gageons que cette année encore, grâce au talent, à l’énergie, à la mobilisation et l’investissement des 530 personnes<br />

qui vont participer à Nabucco, le succès public sera au rendez-vous, et que nous accueillerons toujours plus de<br />

spectateurs.<br />

2 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


III. Un concept qui se développe en France grâce au Fonds de<br />

dotation « <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra »:<br />

Depuis des décennies, l’opéra, art historiquement populaire, souffre d’une image élitiste qui éloigne des salles de<br />

spectacle, une grande partie de la population. Beaucoup d’actions au niveau national ou local œuvrent pour élargir le<br />

public et pour en faciliter l’accès.<br />

Comparée à nos voisins européens, la France souffre d’un manque d’orchestres et de salles d’opéra. Cette rareté est<br />

aussi un des facteurs de l’éloignement du public populaire. L’opéra est non seulement la forme musicale mais aussi le<br />

lieu dans lequel il se déroule. Là encore, ces salles souvent marquées par une histoire bourgeoise, ont une image<br />

élitiste qui éloigne le public peu habitué à fréquenter les lieux culturels.<br />

Enfin le prix des productions a explosé ces dernières décennies, et bien que cet art soit l‘un des plus subventionnés, le<br />

prix des places reste souvent réservé à des personnes ayant un fort pouvoir d’achat.<br />

Malgré les dispositifs existants visant à élargir le public à toutes les couches de la population, la sociologie du public<br />

n’a pas fondamentalement changé. <strong>La</strong> dernière étude du Ministère de la Culture réalisée en 2008 (pratiques culturelles<br />

des Français) par le sociologue Olivier DONNAT, précise qu’entre 1973 et 2008, la moyenne d’âge des spectateurs des<br />

concerts de musique classique est passée de 39 à 50 ans.<br />

Devant ce simple constat, il est nécessaire de penser de nouvelles stratégies pour renouveler efficacement le public<br />

des salles de concert et d’opéra.<br />

C’est pourquoi, <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra a mis en place une stratégie novatrice dont le but est d’amener des jeunes à<br />

découvrir l'Art lyrique, en valorisant leurs propres compétences et en les intégrant à un projet culturel. Ce sont les<br />

notions d'excellence, de dépassement de soi, d’investissement, de compétence, de travail individuel et collectif qui<br />

sont les maîtres mots de notre action.<br />

Cette approche permet non seulement à des jeunes et à leurs familles d’aborder l’Opéra en y étant associés de près,<br />

mais aussi de prendre conscience que leurs compétences peuvent être valorisées dans un domaine qu’ils ignoraient<br />

ou pensaient inatteignable.<br />

C'est aussi l'occasion de faire travailler ensemble des personnes très différentes (musiciens amateurs et<br />

professionnels, professeurs, lycéens, apprentis, étudiants, scolaires, intervenants, techniciens...) et prouver que la<br />

diversité des personnes et des compétences est une force irremplaçable.<br />

Au-delà d’un simple projet culturel, ce sont les valeurs de partage, de générosité, de respect de la diversité, des<br />

valeurs humanistes et de solidarité, qui sont au centre de notre action. Peu de projets permettent à des personnes si<br />

différentes de travailler de concert, dans un but désintéressé.<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra (fonds de dotation) implante ce concept éprouvé par l’expérience grenobloise depuis 2007, dans<br />

différentes zone géographiques, aussi bien en agglomération qu’en zone rurale.<br />

«<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra», a pour stratégie principale de prendre en compte les leçons des expériences antérieures et de<br />

développer un concept basé sur les points suivants:<br />

1- Confier à des jeunes issus des lycées techniques et centres d’apprentissage d’une région, la conception<br />

et la réalisation des costumes, décors, maquillages, coiffures, gestion, organisation de séances pédagogiques…<br />

2- Choisir un lieu populaire et des œuvres accessibles.<br />

3- Faire travailler ensemble des solistes professionnels, musiciens et choristes amateurs, techniciens,<br />

décorateurs, éclairagistes, ingénieurs du son…<br />

4- Rendre l’opéra compréhensible en intégrant une narration succincte en français (personnage, voix off).<br />

5- Proposer des places à prix raisonnable (en optimisant les coûts à tous les niveaux de la production).<br />

3 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


IV. NABUCCO, un opéra politique et populaire<br />

Nabucco est l’œuvre qui fait passer Verdi à la postérité. Donné pour la première fois à Milan en 1842, l’opéra rompt<br />

avec les principales règles de l’époque, à tel point que la critique en Europe est extrêmement mauvaise (voire violente,<br />

les critiques parisiens jugent l’opéra « barbare »).<br />

De fait, on trouve dans Nabucco ce qui rend l’opéra verdien tout à fait particulier, un usage des chœurs renouvelé,<br />

plus présent, plus puissant, plus direct….<br />

Le chœur chez Verdi acquiert le statut d’un personnage à part entière. Cette présence du chœur à côté des solistes<br />

permet de symboliser l’articulation société / individu.<br />

Loin des conventions du bel canto, aussi bien narratives que musicales, Verdi offre une musique qui est en partie le<br />

résultat d’une jeunesse humble, passée dans l’auberge familiale. Il y a presque toujours, dans le chœur verdien, les<br />

échos des beuveries romagnoles…<br />

C’est l’occasion de souligner ici la popularité de l’opéra, car entre tous les genres musicaux, l’Opéra, était indissociable<br />

de la vie de la cité, de la politique.<br />

Verdi est, de ce point de vue, un paroxysme : Il est, le compositeur du Risorgimento, de l’unité Italienne.<br />

Quand, en 1859, on crie « Viva VERDI ! » tous les soirs à Rome, après « Un ballo di Maschera » c’est à la fois pour<br />

acclamer le maître, mais aussi pour crier son patriotisme : Vittorio Emmanuelle Re D’Italia ».<br />

De tous ses opéras, Nabucco est le plus politique : il parle d’une Italie sous domination étrangère, qui n’aspire qu’à la<br />

liberté. D’où son succès, d’où le fait que le chœur des esclaves soit toujours bissé, partout en Italie et qu’il n’a manqué<br />

d’être choisi comme hymne national que parce qu’il parlait d’un peuple en esclavage.<br />

Verdi, Shakespeare, Molière, Haendel, Sophocle nous ont montré la dimension à la fois humaine et intemporelle de<br />

l’Art. Ils ont fait naître la beauté à la Cour comme à la ville. Ils ont été aimés et ont écrit sans distinction de rang ou de<br />

richesse. Ils ont eu, en leur temps, une œuvre politique, qui cependant reste éternelle parce qu’elle parle de ce qui est<br />

universel, intemporel en nous : l’art n’est pas affaire de distinction ou de critique, de technique ou de position sociale,<br />

il est affaire de tripes, de beauté, de laideur, d’intensité, bref, d’humanité.<br />

C’est ce qui fait que 170 ans plus tard, le chœur des esclaves reste en Italie, le morceau symbolique de la<br />

déconsidération du pouvoir politique.<br />

Personnages<br />

Nabucco, roi de Babylone (Baryton)<br />

Fenena, fille de Nabucco (Soprano)<br />

Abigaïlle, esclave, présumée fille de Nabucco (Soprano)<br />

Ismaël, neveu du roi des Hébreux, amoureux de Fenena (Ténor)<br />

Zaccaria, Grand prêtre de Jérusalem (Basse)<br />

Le Grand Prêtre de Babylone (Basse)<br />

Abdallo, vieil officier au service de Nabucco (Ténor)<br />

Anna, sœur de Zaccaria (Soprano)<br />

4 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Synopsis<br />

Acte I. Jérusalem. Le temple de Salomon. Les Hébreux supplient Jéhovah de leur venir en aide face aux troupes<br />

babyloniennes. Le grand prêtre Zaccaria qui a pris en otage Fenena, la fille de Nabucco, le roi de Babylone, excite la<br />

ferveur de son peuple. Fenena sera la garantie de la paix entre hébreux et babyloniens. Mais le neveu du roi des<br />

hébreux, Ismaël annonce l'avancée des troupes babyloniennes. Les hébreux sont prêts à se défendre. Ismaël se<br />

retrouve seul avec Fenena : ils chantent leur amour réciproque et sont prêts à s'enfuir ensemble. Nabucco surgit dans<br />

le temple mais Zaccaria menace de tuer Fenena, s'il ne capitule pas. Mais Ismaël s'interpose et empêche le grand<br />

prêtre de tuer la jeune fille. Nabucco peut ainsi reprendre sous son aile sa fille, piller le temple et emprisonner les<br />

hébreux et leur meneur.<br />

Acte II. L'impie. Nabucco, omnipotent à Babylone, désigne sa fille recouvrée, Fenena pour diriger le royaume des<br />

vainqueurs. Mais il ne sait pas qu'elle s'est convertie à la religion juive. Abigaïlle dévoile son appétit de puissance tout<br />

en ne cachant pas sa naissance adultérine. Alors qu'il se déclare l'égal de Dieu, Nabucco est foudroyé par le tonnerre. Il<br />

devient fou. Abigaïlle en profite pour prendre le pouvoir.<br />

Acte III. <strong>La</strong> prophétie. Abigaïlle réalisera le vœu de Nabucco : exterminer le peuple hébreu. Sur les bords de l'Euphrate,<br />

le peuple soumis pleure la patrie lointaine (célèbre chœur "va pensiero"...). Zaccaria prédit l'imminence du châtiment<br />

divin.<br />

Acte IV. L'idole renversée. Nabucco comprend que Fenena périra avec le peuple dont elle a épousé la foi. Le roi<br />

parvient à se ressaisir et délivrer sa fille. Un miracle fait tomber la statue de Baal, le dieu des babyloniens. Nabucco<br />

pardonne aux juifs et permet leur retour dans leur terre. Abigaïlle, coupable et repentante, met fin à ses jours, en<br />

implorant le pardon de Fenena.<br />

5 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


V. Distribution<br />

Œuvre :<br />

NABUCCO<br />

Compositeur :<br />

Giuseppe VERDI<br />

Librettiste :<br />

Temistocle SOLERA<br />

Création : Téatro alla Scala – Milan, le 9 Mars 1842<br />

Date des représentations : 15, 16, 17 et 19 Février 2013<br />

Lieu :<br />

Le Summum - <strong>Grenoble</strong><br />

Période de production : à partir du 20 Janvier 2013<br />

Chœurs :<br />

Direction :<br />

Orchestre :<br />

Direction :<br />

Mise en scène :<br />

Nabucco :<br />

Ismaël:<br />

Abigaïlle :<br />

Fenena :<br />

Zaccaria :<br />

Grand Prêtre Baal :<br />

Anna :<br />

Abdallo :<br />

Chef de chant et Chef assistant :<br />

Assistants mise en scène :<br />

Scénographe :<br />

Directeur technique :<br />

Son :<br />

Lumières :<br />

Décors :<br />

Costumes :<br />

Maquillages :<br />

Coiffures :<br />

Placement et ventede programmes<br />

Création Web<br />

Chœurs de <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra<br />

Annick HORRAS<br />

L’Orchestre – orchestre symphonique universitaire de <strong>Grenoble</strong><br />

Patrick SOUILLOT<br />

Jean-Jacques DURAND<br />

Pierre Yves PRUVOT<br />

Sergei STILMANCHENKO<br />

Natacha FINETTE CONSTANTIN<br />

Marie GAUTROT<br />

Antoine ABELLO<br />

Tolunay GUMUS<br />

Marlène ASSAYAG<br />

Olivier TROMMENSCHLAGER<br />

Frédéric ROUILLON<br />

Christèle CARLIER / Camille DURAND / Claudine SARZIER<br />

Catherine BECHETOILLE<br />

Dan ARAMA<br />

Jiri HEGER<br />

Dan FELICE<br />

Institut des Métiers et de Techniques (IMT - <strong>Grenoble</strong>)<br />

SupCréa (<strong>Grenoble</strong>)<br />

Lycée André ARGOUGES (<strong>Grenoble</strong>)<br />

École Coiffure et Esthétique ACADEMY (<strong>Grenoble</strong>)<br />

Lycée Jacques PREVERT (Fontaine)<br />

Lycée Louise Michel (<strong>Grenoble</strong>)<br />

ICM – Université Stendhal (Echirolles)<br />

6 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


VI. L’équipe artistique<br />

Patrick SOUILLOT<br />

Chef d’orchestre<br />

Patrick SOUILLOT est un chef d’orchestre pour le moins atypique. Sa vocation<br />

lui a été inspirée par Léonard BERNSTEIN, découvert à la télévision lors de la<br />

retransmission d’un concert.<br />

Après un parcours académique, il devient le plus jeune professeur de<br />

direction d’orchestre diplômé en France. En 1986, il rencontre Leonard<br />

BERNSTEIN qui, à l’issue d’une masterclass au Conservatoire américain de<br />

Fontainebleau, lui propose de devenir son élève puis son assistant.<br />

Il partage l’affiche de la tournée des 70 ans de BERNSTEIN à travers le monde<br />

avec le Schleswig Holstein Musik Festival Orchestra, et assiste ensuite le chef<br />

à Vienne, Amsterdam, Munich… Il aborde tous les styles de musique, s’essaie<br />

au cabaret, enregistre des musiques de film, de ballet et de théâtre.<br />

Depuis 1989, il est le directeur musical de « L’Orchestre ». Il s’investit<br />

particulièrement auprès de ces jeunes musiciens dont il tire le meilleur et<br />

auxquels il transmet sa passion. Un engagement partagé, musical et humain.<br />

Il est lauréat de concours internationaux (1er Prix du concours DAVIDOFF de Hambourg, demi-finaliste du concours de<br />

Besançon) et a été l’invité d’orchestres prestigieux à Riga, Sofia, Montpellier, Cracovie, Stuttgart, Cannes, Avignon,<br />

Toulouse, Moscou, Ankara, Hong Kong, Hambourg, Doha…<br />

Il accompagne des solistes célèbres comme Marie-Claire ALAIN, Patrice FONTANAROSA ou François-René DUCHABLE,<br />

Marina CHICHE, David GUERRIER, Nicolas STAVY, Véronique GENS, Philippe DO, Gulsin ONAY, Emre SEN, Cihat ASKIN...<br />

Par ailleurs, il poursuit brillamment sa carrière internationale. Il a ainsi dirigé le London Symphony Orchestra à<br />

l’invitation de Sir Colin DAVIS, qui sélectionne chaque année de jeunes chefs prometteurs pour son « Conducting<br />

Discovery Day ».<br />

Il continue à diriger des orchestres prestigieux partout dans le monde. En 2000 il a enregistré les musiques pour le<br />

Château de Versailles, un disque consacré à la musique française, de Marin MARAIS à DEBUSSY.<br />

Très attaché aussi à la musique américaine et particulièrement aux œuvres de Leonard BERNSTEIN, il a fait une tournée<br />

en 1997 et 1998 avec Candide (version scénique). Toujours éclectique dans ses choix musicaux, il programme les<br />

œuvres du grand répertoire, mais se plaît surtout à jouer des pièces de compositeurs inconnus ou mal connus de la<br />

période romantique, postromantique et du début du XXe siècle.<br />

Il a fait ses débuts en Asie, à Hong Kong, en Juin 2005. Il a été le chef d’orchestre en résidence à l’Opéra d’Ankara pour<br />

« Le Printemps de la France en Turquie ». On le retrouve pour la saison 2007 à Riga pour <strong>La</strong> Damnation de Faust, ou<br />

encore en tournée avec le spectacle « MOZART l’Egyptien ».<br />

Il est le premier chef invité de l’Orchestre symphonique d’Eskisehir (Turquie) et a dirigé le premier concert classique<br />

en Arabie Saoudite, lors du Forum économique de Djeddah en 2008.<br />

En 2007 il crée le concept de « <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra » qui a permis, en 6 saisons, à plus de 3000 jeunes de<br />

l’agglomération grenobloise, de découvrir l’opéra en y participant et en valorisant leurs compétences, et a partagé sa<br />

passion avec plus de 65 000 spectateurs.<br />

On le retrouve cette saison avec l’Ensemble Orchestral de Paris au Chatelet à Paris, mais aussi à Kuala Lumpur avec le<br />

Malaysian Philharmonic…<br />

7 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Jean Jacques DURAND<br />

Metteur en scène<br />

"Les montagnards sont là... ou bien là! Et il faut être bien partout !" lui<br />

disait Maurice BAQUET.<br />

Né en Savoie, il "monte" à Paris pour achever des études de Sciences-Eco,<br />

(qui lui donneraient un "vrai métier" dixit sont père) tout en poursuivant<br />

opiniâtrement le parcours de théâtre initié au Conservatoire de<br />

Chambéry...(Premier Prix de Comédie).<br />

Il intègre pendant trois années la troupe des "Compagnons de l’Étoile et<br />

du Théâtre École" sous la houlette de Jean-<strong>La</strong>urent COCHET et d'Odette<br />

LAURE, avec des compagnons qui deviendront bien plus célèbres (Carole<br />

BOUQUET, Fabrice LUCCHINI...). Il goûte au plaisir de la télévision avec<br />

quelque séries : Le temps des as , Jean Moulin, Week-end de Noël<br />

COWARD pour « Au théâtre ce soir ».<br />

Au théâtre, il joue "Croque Monsieur" avec Jacqueline MAILLAN, puis deux Bourgeois gentilhomme avec Jean Le<br />

POULAIN... qui le surnomme "Le comédien-aviateur"... en effet, un "vrai métier" (Instructeur du Personnel Navigant<br />

Commercial à Air Inter puis Air France) lui permet de créer sa compagnie "les Tréteaux aux 4 vents".<br />

Il peut alors produire, jouer, mettre en scène et mener des tournées en Afrique, Océan Indien, Ile Maurice, Réunion,<br />

Antilles et même en Savoie, avec Christian MARIN dans Le tourniquet de Victor LANOUX puis Maurice BAQUET dans Six<br />

heures au plus tard...<br />

Acteur, metteur en scène, mais désormais auteur, il écrit sa première pièce pour Christian MARIN Avant que ça<br />

commence, suivie de quatre autres...<br />

Éclectique, il met en scène des spectacles de la variété au classique : deux spectacles pour le quatuor "Couleur Café"<br />

ou Les deux timides de Eugène <strong>La</strong>biche ou encore Le souper de J.C BRISVILLE remarqué aux Estivales et à Avignon.<br />

Avec le harpiste Serge REYNIER il joue Harpo son "One man show à deux!" et prépare l'adaptation de l’Histoire du<br />

Soldat d’Igor STRAVINSKY.<br />

Il a la chance de mettre en scène sa fille Camille dans Le voyage de M. Perrichon ou dans son One Woman-Show, ainsi<br />

que dans Noces de sable de Didier Van CAUVELAERT... ou encore, grâce à Patrick SOUILLOT, dans la narratrice de ce<br />

Nabucco ...<br />

Séance de travail au lycée A. Argouges<br />

8 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Annick HORRAS<br />

Chef de chœur<br />

Professeure agrégée d’Education musicale au collège Lionel TERRAY de<br />

Meylan, Annick HORRAS s’est en même temps impliquée avec passion<br />

dans la formation pédagogique des jeunes professeurs. Passionnée par le<br />

chant choral elle fonde l’Ensemble Vocal de Meylan en 1983. Depuis, en<br />

abordant des répertoires riches et éclectiques, elle a conduit à<br />

l’excellence cette formation, groupe d’amateurs fidèles, par son exigence<br />

musicale et son approche profondément humaniste de la musique.<br />

Parmi ses prestations, on peut citer des messes de MOZART, HAYDN,<br />

SCHUBERT, DVORAK, BRUCKNER, STRAVINSKY, PUCCINI, des motets et<br />

cantates de BACH, le Requiem de FAURE, le Requiem de MOZART, le<br />

Requiem de VERDI, les Zigeunerlieder de BRAHMS, le Gloria de POULENC …<br />

mais aussi des œuvres aussi différentes que la Misa Criolla, Carmina<br />

Burana, des chansons de GERSHWIN ou le Canto général de THEODORAKIS<br />

sur des poèmes de NERUDA…<br />

Le choix des œuvres est toujours dicté par un souci de découverte et le goût de la difficulté à vaincre. S'y ajoute le<br />

bonheur de participer au message humaniste porté par la musique, dans un esprit de partage avec un public toujours<br />

chaleureux.<br />

Engagée dans le travail d’excellence avec les amateurs, elle aborde les œuvres par l’émotion et la musique. C’est en<br />

partie pour cela que <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra- <strong>Grenoble</strong> lui a confié cette année encore la mise en place d’un dispositif qui<br />

permet à tous les choristes du département de l’Isère (et même au-delà) de s’investir sans que leurs activités<br />

« habituelles » en souffrent.<br />

Cette année le chœur de <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra réuni 130 choristes, essentiellement du département.<br />

Répétition de mise en scène des chœurs de Nabucco – Lycée Louise Michel -27/28 Octobre 2012<br />

9 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Frédéric ROUILLON<br />

Chef de chant / chef assistant<br />

Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris,<br />

Frédéric ROUILLON y a reçu l'enseignement de Serge ZAPOLSKY et de<br />

François-Xavier ROTH.<br />

Il travaille dans des maisons telles que le Théâtre du Châtelet, Le<br />

Théâtre des Champs-Elysées, le Frankfurter Oper, l’Opéra de Rouen,<br />

L’Opéra de Reims, L’Opéra de Limoges...<br />

Il y collabore avec des metteurs en scène tels que Claus GUTH, Peter<br />

MUSSBACH, Robert CARSEN, Alain GARICHOT, Yannis KOKKOS, François de<br />

CARPENTRIE…et des chefs d’orchestre tels que Kent NAGANO, Kazushi<br />

ONO, Alain ALTINOGLU, Miquel ORTEGA, Guido Johannes RUMSTADT,<br />

Friedmann LAYER …<br />

Frédéric ROUILLON a eu la chance de travailler avec des artistes aussi<br />

variés que Vivica GENAUX, Christiane KARG, Mady MESPLE, June<br />

ANDERSON, Julia MIGENES, Kim BEGLEY, Neil SHICOFF, Christian GERHAHER,<br />

Paul GAY, Florian LACONI… mais aussi, Jean-Claude CARRIERE, Charles<br />

BERLING ou encore Elvis COSTELLO et STING.<br />

Chef d’orchestre, Frédéric ROUILLON a déjà dirigé L’Ensemble de Basse-Normandie, l’Orchestre Symphonique<br />

d’Eskisehir (Turquie), l'Orchestre de l'Opéra de Reims...<br />

En 2012 Frédéric ROUILLON était en tournée dans toute la France avec L’Opéra de Quat’Sous, produit par le CDN de<br />

Sartouville et mis en scène par <strong>La</strong>urent FRECHURET.<br />

Après avoir été chef assistant de la production de Carmen de BIZET à l’opéra de Rouen, il collabore avec Friedmann<br />

<strong>La</strong>yer à l’opéra de Francfort sur une nouvelle production de Pelléas et Mélisande de DEBUSSY.<br />

Il est actuellement assistant de Jean DEROYER au Théâtre de Caen pour L’Enfant et les Sortilèges de RAVEL et Trouble in<br />

Tahiti de BERNSTEIN.<br />

D’autres projets sont en cours d’élaboration comme Les Vêpres Siciliennes de VERDI à Francfort, <strong>La</strong> Damnation de<br />

Faust de BERLIOZ à Rouen, L’Histoire du Soldat de STRAVINSKY au festival de l’Académie BACH….<br />

Depuis quatre ans, Frédéric ROUILLON est l’assistant de Patrick SOUILLOT. Après West Side Story, Don Giovanni, Carmen<br />

et Aïda, on pourra le retrouver sur la nouvelle production de Nabucco de VERDI.<br />

Il viendra aussi diriger le Messie de HAENDEL à <strong>Grenoble</strong> avec L’Orchestre en décembre.<br />

Répétition publique « dans la tête d’un chef d’orchestre »<br />

10 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


L’ORCHESTRE<br />

Orchestre Symphonique Universitaire de <strong>Grenoble</strong><br />

Créé en 1977 l'Orchestre Symphonique Universitaire de <strong>Grenoble</strong> constitue aujourd'hui une formation unique en<br />

France, composée d'une centaine de musiciens, dont une majorité d'étudiants français ou européens. Il associe des<br />

amateurs et un encadrement professionnel.<br />

L’orchestre aborde un répertoire éclectique de haut niveau, mariant avec bonheur grands classiques, œuvres peu<br />

connues ou musiques de films, tous les genres musicaux sans exclusive… Au fil des saisons, les musiciens ont<br />

interprété le Stabat Mater de DVORAK, Candide de BERNSTEIN, Un Américain à Paris de GERSHWIN, Casse-noisette de<br />

TCHAIKOWSKY, Mission Impossible de <strong>La</strong>lo SCHIFRIN, mais aussi de la musique sud et afro-américaine, faisant partager<br />

au public grenoblois les premières auditions françaises. L'Orchestre a accompagné de grands solistes : Patrice<br />

FONTANAROSA, Kim SYLVAIN, Stephen IMBODEN ou Jacques MARMOUD, Nicolas STAVY, David GUERRIER… et se produit en<br />

France et en Europe.<br />

Parrainé par le grand violoniste Ivry GITLIS, l’Orchestre fête ses 25 ans en juin 2002 et nous offre la IXe Symphonie de<br />

BEETHOVEN, œuvre emblématique et universelle.<br />

Cette rencontre musicale avec des solistes venus du monde entier, des chorales françaises et allemandes, confirme le<br />

dynamisme et l’excellence de cette formation, son ancrage dans la vie culturelle, musicale et sociale de <strong>Grenoble</strong>.<br />

Reconnu comme un modèle du genre, au-delà des frontières hexagonales, l’Orchestre Symphonique Universitaire de<br />

<strong>Grenoble</strong> a reçu en 2002 le Golden Star Award de la Communauté Européenne, pour ses concerts à Oxford en 2001.<br />

Fort de son expérience, l’Orchestre s’attache à créer des évènements forts, et suscite des rencontres imprévues. C’est<br />

ainsi que l’orchestre a accueilli Jacques ATTALI pour sa première expérience de direction d’orchestre. Ce concert a<br />

donné lieu à une soirée de gala à Paris au Théâtre Marigny pour le lancement du réseau Publicis Events Worldwide. Il<br />

accueille d’autres musiciens amateurs, tel Daniel COHEN, généticien, pianiste et chef d’orchestre…<br />

L’Orchestre s’est produit à Paris, au Palais des Congrès et a enregistré des chansons avec Elie SEMOUN et Youssou<br />

N’DOUR à l’occasion du Téléthon 2005.<br />

En 2007 l’Orchestre aborde l’opéra en proposant au Summum (avec <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra) de <strong>Grenoble</strong> <strong>La</strong> Flûte<br />

Enchantée, puis réitère son expérience avec <strong>La</strong> Traviata en 2008 et enfin West Side Story en 2009.et Don Giovanni de<br />

MOZART en 2010.<br />

<strong>La</strong> saison 2010-11 a commencé par des concerts consacrés au Sacre du Printemps de STRAVINSKY et à des lieder de R.<br />

STRAUSS, (l’Hexagone de Meylan et <strong>La</strong> Source à –Fontaine), puis des concerts à <strong>Grenoble</strong> et à St Martin d’Uriage avec<br />

le Requiem de MOZART.<br />

<strong>La</strong> saison 2011-12, a mis en exergue la création du Te Deum de Dominique JOUBERT à Valence, Voiron, <strong>Grenoble</strong>, puis<br />

un programme de BRAHMS (Ouverture tragique – variations sur un thème de Haydn) et BEETHOVEN (3 ème concerto pour<br />

piano) interprété par Monsieur José BUSTANI, Ambassadeur du Brésil.<br />

Depuis 2010 l’Orchestre rayonne dans la région grenobloise avec des répétitions publiques d’un nouveau genre :<br />

«Dans la tête d’un chef d’orchestre »<br />

L’Orchestre développe un partenariat avec le Grésivaudan, et rayonne dans tout le département.<br />

11 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Pierre Yves PRUVOT<br />

Nabucco<br />

Après une formation complète de musicien (trompette et piano) et<br />

parallèlement à des études d'ingénieur, Pierre-Yves PRUVOT se tourne<br />

vers l'apprentissage du chant et bénéficie de l'enseignement de Pascale<br />

REYNAUD, Margreet HONIG, Ruben LIFSCHITZ et Dalton BALDWIN. Diplômé<br />

du Conservatoire national supérieur de musique de Lyon, il est aussi<br />

lauréat de plusieurs concours internationaux, dont le prestigieux<br />

Concours Reine Elisabeth à Bruxelles en 2000.<br />

Il se produit depuis sur les scènes françaises et étrangères dans les rôles<br />

du grand répertoire : VERDI (Nabucco, Germont), PUCCINI(Scarpia),<br />

DEBUSSY (Golaud), SAINT SAENS (Le Grand Prêtre de Dagon), BERLIOZ<br />

(Méphistophélès), BIZET (Zurga), MOZART (Leporello, Don Alfonso), Rossini<br />

(Figaro), TCHAIKOVSKI (Onéguine). Pierre-Yves PRUVOT a chanté sous la<br />

baguette de Nello SANTI, Michel PLASSON, Frédéric CHASLIN, Emmanuel<br />

KRIVINE, Jean-Claude MALGOIRE, Peter CSABA Guy Van WAAS, Philippe<br />

HERREWEGHE, Hervé NIQUET, Didier TALPAIN, Jacques MERCIER, Alberto<br />

ZEDDA Marc SOUSTROT, Jean-Yves OSSONCE, Marco GUIDARINI, Ivan<br />

FISCHER…<br />

Parmi une discographie nombreuse et éclectique, citons des récitals consacrés à POULENC et SAUGUET avec le pianiste<br />

Charles BOUISSET, des airs de concert de BEETHOVEN, la cantate Ivanhoé de SAINT SAENS, les oratorios Rébecca de<br />

FRANCK, Les Saintes-Maries de la mer de PALHADILHE et <strong>La</strong> Terre promise de MASSENET, ainsi que de nombreux opéras<br />

en première mondiale : le rôle-titre du Falstaff de SALIERI, Le Docteur Miracle et Don Procopio de BIZET, Mathilde de<br />

Guise de HUMMEL, Céphale et Procris de GRETRY, Le Cœur du moulin de SEVERAC… Plusieurs nouveautés paraîtront<br />

dans les prochains mois : Amadis de Gaule de Johann Christian BACH, <strong>La</strong> Mort d’Abel de KREUTZER et Lodoïska de<br />

CHERUBINI, ainsi qu’un programme de duos rares d’opéras français aux côtés de son épouse, la soprano Hjördis<br />

THEBAULT.<br />

Parmi ses projets à venir, citons les rôles-titre du Barbier de Séville de ROSSINI, de Gianni Schicchi de PUCCINI et<br />

du Falstaff de VERDI ainsi que des concerts à Sofia, au Festival d’Ambronay, à Rome, Saint-Pétersbourg, Venise…<br />

Pierre-Yves PRUVOT est le fondateur des éditions Symétrie.<br />

12 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Natacha FINETTE CONSTANTIN<br />

Abigaïlle<br />

Soprano française née à l’île Maurice, Natacha est diplômée du<br />

Conservatoire et du CESMD de Toulouse ; Elle obtient plusieurs prix lors<br />

de concours internationaux de chant, dont celui des Voix Nouvelles à<br />

Paris. Elle intègre ensuite l’Atelier Lyrique de l’Opéra National de Paris, de<br />

2003 à 2005, où elle obtient les Prix Lyriques du cercle Carpeaux pour la<br />

saison 2003/2004 et de l’AROP pour la saison 2004/2005.<br />

Son répertoire, principalement romantique, va du baroque à la musique<br />

contemporaine et met en avant une couleur vocale chaleureuse, un<br />

ambitus large, une agilité, et un jeu de scène touchant. Elle a été invitée<br />

dans de nombreux théâtres français (notamment l ’Opéra de Paris et le<br />

Théâtre des Champs-Elysées ), à Radio France, mais aussi en Italie, en<br />

Suisse et dans l’Océan Indien, où elle interprète les rôles d ’Argentine<br />

(L’île de merlin ou le monde renversé de GLUCK ) en octobre 2012, Aïda<br />

(VERDI) en mars 2012 , Madame Butterfly (PUCCINI), Desdemona ( Otello de VERDI) , Leonora et Ines ( Il Trovatore de<br />

VERDI ), Fiordiligì ( Così fan tutte de MOZART), Donna Elvira ( Don Giovanni de MOZART), Mimi ( <strong>La</strong> Bohème de PUCCINI),<br />

<strong>La</strong> comtesse ( Le Nozze di Figaro de MOZART), Mélisande (Pelléas et Mélisande de DEBUSSY), Blanche de la Force ( Le<br />

Dialogue des Carmélites de POULENC), Juditha ( Juditha Triumphans de VIVALDI), Dido ( Dido et Aeneas de PURCELL),<br />

Camille (Louise de CHARPENTIER), Frasquita (Carmen de BIZET), Nicolette (L’Amour des trois oranges de PROKOFIEV,<br />

version française ), Chocholka (Příhody lišky Bystroušky - <strong>La</strong> Petite Renarde rusée - de Leoš JANACEK, version tchèque ),<br />

la comtesse Ceprano ( Rigoletto de VERDI ), sous la direction de chefs renommés tels Sylvain CAMBRELING, Kent<br />

NAGANO, Renato PALUMBO, Rafael FRUHBECK DE BURGOS , Dominique TROTTEIN , Patrick SOUILLOT , Olivier HOLT, Jean-<br />

Luc TINGAUD , Martin WETTGES … et collabore avec des metteurs en scène comme André ENGEL , Francesca ZAMBELLO,<br />

Jean-Louis MARTINOTY , Gilbert DEFLO , Jérôme SAVARY , Bob WILSON, Mickaël HANEKE , Angela BRANDT , Raphaëlle<br />

CAMBRAY …. Lors de la création mondiale du Gladiateur de DEBUSSY en 2008, elle a été Fulvie.<br />

Elle se produit également en concert dans des œuvres de Messiaen (Chants de Terre et de Ciel), Rossini (<strong>La</strong> Petite<br />

Messe Solennelle), BERG, STRAUSS…<br />

Après une formation chez Harmoniques (Paris), elle est professeur de chant en musiques actuelles et chant lyrique.<br />

Après son rôle de Abigaïlle dans Nabucco à <strong>Grenoble</strong>, on la retrouvera en Argentine dans L île de Merlin de GLUCK.<br />

Aïda en 2012<br />

13 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Marie GAUTROT<br />

Fenena<br />

Après des classes préparatoires littéraires Marie GAUTROT intègre<br />

l’Ecole du Louvre, (archéologie égyptienne et histoire de l’architecture).<br />

Elle débute également le chant auprès de Marie-Claire COTTIN. de<br />

Gerda HARTMANN, Pierre MERVANT, Susan MANOFF, Olivier REBOUL et<br />

des classes d’art dramatique de Georges WERLER et Emmanuelle<br />

CORDOLIANI au CNSM de Paris. Marie GAUTROT accorde une grande place<br />

au récital qu’elle partage, avec les pianistes Frédéric ROUILLON Caroline<br />

DUBOST, Frédéric LAGARDE, Wilhem LATCHOUMIA, Maria BELOUSSOVA et<br />

le violoncelliste Michel STRAUSS.<br />

Elle se produit comme soliste dans des messes ou oratorios comme <strong>La</strong><br />

Damoiselle Elue de DEBUSSY la Passion selon Saint Jean de BACH le<br />

Requiem de MOZART le Requiem de VERDI le Stabat Mater de PERGOLESE,<br />

le Requiem de SCHUMANN, la Rhapsodie pour contralto de BRAHMS,<br />

Pâques à New York d'HONNEGER, le Poème de l’Amour et de la Mer de<br />

CHAUSSON ou dans le Chant de la Terre de MAHLER, sous la direction de<br />

chefs tels David LEVY, Evelyne SCHWAB, Oswald SALLABERGER, Mark<br />

FOSTER, Michel PIQUEMAL…<br />

Marie GAUTROT découvre le monde de l’opéra à l'âge de quatre ans en incarnant le petit Dolore dans Madame<br />

Butterfly de PUCCINI... Par la suite, ses engagements incluent le rôle-titre dans Djamileh de BIZET, Orphée de GLUCK,<br />

Carmen de BIZET, Tisbé dans Cenerentola de ROSSINI, la Maman, la Tasse chinoise et l’Ecureuil dans l’Enfant et les<br />

Sortilèges de RAVEL, Geneviève dans Un long Dîner de Noël de HINDEMITH à l’Opéra de Metz, la Grande Duchesse de<br />

Gérolstein de OFFENBACH , l’Opinion publique dans Orphée aux Enfers de OFFENBACH au Festival d’Aix-en-Provence, ou<br />

Marguerite dans la Damnation de Faust de BERLIOZ au Théâtre du Châtelet, sous la direction notamment de Alain<br />

ALTINOGLU, Miguel ORTEGA , et la mise en scène de Mireille LAROCHE, Jeanne ROTH, Wissam ARBACHE….<br />

Récemment Marie GAUTROT a chanté Mallika dans <strong>La</strong>kmé de DELIBES à l’Opéra de Rouen, un écuyer et une fille-fleur<br />

dans Parsifal de WAGNER à l’Opéra de Nice, un récital POULENC /WEILL avec Jeanne-Marie GOLSE à Caen, la Cantate sur<br />

la mort de Joseph II de BEETHOVEN à la salle Gaveau ainsi que Chérubin dans les Noces de Figaro de MOZART à l'Opéra<br />

de Rouen et de Versailles. Elle est attendue dans Marguerite de la Damnation de Faust de BERLIOZ à l’Opéra de Rouen,<br />

à l’Opéra de Limoges et au Festival Berlioz de la Côte Saint André.<br />

Marie GAUTROT travaille pour la troisième fois avec <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra. Après le rôle titre dans Carmen en mars 2011,<br />

elle a interprété le rôle d’Amnéris dans Aïda, et cette année, elle est Fenena dans Nabucco.<br />

Essayages au lycée André Argouges<br />

14 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Marlène ASSAYAG<br />

Anna<br />

Née en 1984 à Bagnolet, elle obtient ses diplômes de flûte à bec, de<br />

piano et d’harmonie- écriture. Elle découvre l’art lyrique en<br />

interprétant, à 14 ans, le rôle-titre de l’opéra pour enfant de Nicolas<br />

BACRI, Fleur et le miroir magique (Dir. Jean ROUDON) ; elle décide alors de<br />

se consacrer au chant.<br />

Dans le cadre de ses études, elle participe aux master-classes de Francis<br />

DUDZIAK, Sylvie SULLE, Nicolas COURJAL, <strong>La</strong>ura SARTI Jeff COHEN, Udo<br />

REINEMANN, Erika GUIOMAR, Felice VENANZZONI, Antoine PALLOC et<br />

Vincent Le TEXIER.<br />

En 2007, on lui confie son premier rôle, Amour (Orphée et Eurydice de<br />

GLÜCK) et l'année suivante, elle est Norina (Don Pasquale de DONIZETTI,<br />

M.S. de Nathalie SPINOSI).<br />

Au cours de la saison 2008-2009, elle poursuit les rôles d’opéra du<br />

XVIIIe et du Bel Canto avec Louise (Le Nègre des Lumières de Saint-<br />

George/Guédé, Dir. Bertrand CERVERA ; M.S. Diana ILIESCU et Petrika IONESCO (Tournée en Région parisienne et au<br />

Théâtre Mogador) ; Elvira (L'Italienne à Alger de ROSSINI, Dir. Frédéric LOISEL ; M.S. Nathalie SPINOSI).<br />

De 2007 à 2012, elle chante le Requiem de MOZART (Festival "Musique en l'Ile", à Paris -Dir. Frédéric LOISEL) et<br />

interprète de nombreux oratorios à Paris et en région parisienne tels que : l'Exsultate Jubilate de MOZART, le Stabat<br />

Mater de PERGOLESE, le Motet In Furore Justissimae irae de VIVALDI et le Stabat Mater de BOCCHERINI<br />

<strong>La</strong> saison 2010-2011 lui offre l'opportunité d'incarner la Prima Donna (Viva la Mamma ! de DONIZETTI, Dir. Federico<br />

SANTI ; Mise en Espace : François de CARPENTRIES) aux Théâtres d’Arras et Boulogne-sur-mer et aux Opéras de Reims et<br />

Rouen). Cette production sera reprise au Théâtre de Poissy, en mai 2013. Puis elle effectue une nouvelle tournée en<br />

Région Parisienne en étant distribuée dans Dom Juan aux enfers, adaptation d’après Dom Juan de MOLIERE et Don<br />

Giovanni de MOZART ;( M.S. Nathalie SPINOSI).<br />

En 2011-2012, elle chante, à Brest, son premier rôle haendélien, Romilda (Serse), avec l’ensemble Matheus - Dir. Jean-<br />

Christophe SPINOSI. Elle se produit à nouveau en Bretagne avec l’ensemble Matheus et J-Ch. SPINOSI durant cette<br />

saison dans le Requiem de FAURE ; Le Nozze di Teti e Peleo de ROSSINI et la IXème Symphonie de BEETHOVEN. Puis elle<br />

est Carolina (Il Matrimonio segreto de CIMAROSA ; M.Sc. Nathalie SPINOSI, en région parisienne). Elle est ensuite<br />

engagée dans le rôle de Silva, dans une création d’opéra pour enfants, <strong>La</strong> Fée de Dominique SPAGNOLO. Cette œuvre<br />

sera reprise à l’Opéra de Massy en mai 2013.<br />

En avril 2012, elle présente le concours d'entrée au CNIPAL, où elle sera pensionnaire pour la saison 2012-2013.<br />

Cette même saison, elle sera la Comtesse Adèle dans Le Comte Ory de ROSSINI avec l’ensemble Matheus, dirigé par J-<br />

Ch SPINOSI, puis chantera la partie soprano soliste du Messie de HAENDEL, aux côtés de Frédéric LOISEL.<br />

Marlène ASSAYAG est titulaire de nombreuses récompenses : Prix d'Honneur du concours Léopold Bellan 2007, niveau<br />

Excellence ; 1 er prix du concours de l'UFAM 2007, niveau Honneur ; Prix de Concert, mention très bien, à la Schola<br />

Cantorum, en 2008 ; 1 er prix et Prix du Public du Concours International "Symphonies d'Automne 2009", à Mâcon et la<br />

même année, elle est lauréate du Concours International de Musique Vibrarte à Paris.<br />

15 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Sergei STILMACHENKO<br />

Ismaël<br />

De nationalité canadienne, il commence ses études dans sa ville natale,<br />

au conservatoire de Kharkov, en Ukraine. Il poursuit sa formation au<br />

Canada et aux États-Unis, puis se perfectionne en France, où il intègre<br />

l’Atelier Lyrique de l’Opéra National de Paris en 2001.<br />

Il remporte plusieurs concours internationaux, parmi lesquels Rosa<br />

Ponselle International Competition à New York en 1994, Concours de<br />

Musique Tchèque à Toronto, en 1999, Concours Joseph Rouleau à<br />

Montréal en 2000, concours international à Marmande en 2001, et le<br />

concours de musique de Chambre Amber Nightingale à Kaliningrad en<br />

2006.<br />

Sa carrière l’amène à se produire sur les grandes scènes internationales : il se produit plus de 150 fois sur la scène de<br />

l’Opéra National de Paris, mais aussi, à l’Opéra Real de Madrid, l’Opéra Comique, l’Opéra de Montréal, l’Opéra<br />

National de Toulouse et Strasbourg, Limoges, Vancouver, Kharkov.….<br />

Ces différentes apparitions l’ont conduit à travailler sous la direction de prestigieux chefs d’orchestre, notamment<br />

Alexandre VEDERNIKOV, Kent NAGANO, James CONLON, Jiri BELOHLAVEK, Marcello VIOTTI, Pinchas STEINBERG, Stéphane<br />

DENEVE, Bruno CAMPANELLA, Jesus LOPEZ-COBOS…., et avec de célèbres metteurs en scène tels que Robert CARSEN,<br />

Jérôme SAVARY, Colline SERREAU, Francesca ZAMBELLO, <strong>La</strong>urent PELLY….<br />

Jusqu’en 2011, il évoluait en tant que baryton ; il choisit désormais d’aborder le répertoire de ténor, il est ainsi Ismaël<br />

dans Nabucco de Verdi.<br />

Antoine ABELLO<br />

Zaccaria<br />

Antoine ABELLO, fils d’André ABELLO, est une basse internationale.<br />

Il commence dès l’âge de 7 ans en intégrant la maîtrise de l’Opéra<br />

d’Avignon où il se produira dans Turandot, Mireille à l’Opéra d’Avignon<br />

et Carmen aux Chorégies d’Orange.<br />

En parallèle il étudie le violon, les percussions, puis le cor d’harmonie au<br />

conservatoire d’Avignon. A 23 ans il commence une formation de chant<br />

lyrique en tessiture Baryton-Basse au CNR de Clermont-Ferrand tout en<br />

continuant des cours de cor d’harmonie puis décide de se consacrer<br />

uniquement au chant à l’ENM de Pantin.<br />

Il participe à des quatuors de BRAHMS ainsi qu’à différents oratorios :<br />

Pilate dans <strong>La</strong> Passion selon Saint Jean, la basse solo dans la messe en<br />

sol de SCHUBERT et au festival d’Houlgate 2007, où il chante en quatuor<br />

et solo des lieder et mélodies françaises.<br />

Dans le domaine de l’opéra il interprète les rôles d’Ambroise et du passeur dans Mireille avec l’Albert <strong>La</strong>nce Lyric<br />

Company, le rôle de Don Alfonso dans Cosi fan tutte mis en scène par Nathalie SPINOSI, le rôle d’Escamillo dans<br />

Carmen mis en scène par Jean-Michel de MAISON-ROUGE, de Masetto et du Commandeur dans Don Giovanni mis en<br />

scène par Philippe DESANDRE, le rôle de Zuniga dans Carmen et du Commandeur (à l’Acropolis de Nice) mis en scène<br />

par Mr Henry MARY, ainsi que divers petits rôles à l’opéra d’Avignon dans Le Dialogue des Carmélites, <strong>La</strong> Flûte<br />

Enchantée, Thaïs, ou encore <strong>La</strong> Bohème aux Chorégies d’Orange. Finaliste du concours international Opéra en Arles en<br />

juin 2011, il obtient le prix spécial Radio France.<br />

16 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Tolunay YAMAN GUMUS<br />

Grand Prêtre Baal<br />

Né à Ankara, en Turquie, en 1973. Tolunay GUMUS étudie le chant dans la<br />

classe de Çolakoğlu DEVA à l'Université Technique du Moyen Orient<br />

(Middle East Technical University d'Ankara). Il s’installe en Italie en 1994,<br />

et poursuit ses études supérieures avec Alberto JONA, puis avec Tagliareni<br />

ANTONINO.<br />

Il a travaillé comme artiste du chœur, pour certains opéras prestigieux,<br />

dont le Teatro Regio de Turin, le Teatro Regio de Parme, et au Théâtre du<br />

Capitole à Toulouse. Il a chanté les rôles secondaires dans certains des<br />

grands opéras tels que Monterone dans Rigoletto, Docteur Grenvil dans<br />

<strong>La</strong> Traviata, <strong>La</strong> Voix dans Idomeneo et le Commendatore dans Don<br />

Giovanni.<br />

En 2012 il commence sa collaboration avec la <strong>Fabrique</strong> Opéra <strong>Grenoble</strong>,<br />

dans Aïda dans le rôle du Grand Prêtre.<br />

Il se produit aussi comme soliste lors de nombreux concerts avec<br />

orchestre ou en récital.<br />

Olivier TROMMENSCHLAGER<br />

Abdallo<br />

Olivier TROMMENSCHLAGER est né en1986 à Mulhouse dans une famille de<br />

musiciens et fait ses études musicales au Conservatoire de Mulhouse dont il est<br />

lauréat en solfège et trombone. Néanmoins, il s’oriente vers des études<br />

d’ingénieur tout en poursuivant une pratique sportive de haut niveau (basket).<br />

Olivier continue ce parcours atypique en se produisant sur scène en tant<br />

qu’imitateur de célébrités. Le succès arrive rapidement et les spectacles<br />

s’enchaînent malgré son très jeune âge, avec entre autres, le Festival d’Avignon<br />

en 2004 pour ses 18 ans. Entre Patrick BRUEL et Elvis PRESLEY, il fait aussi avec une<br />

voix « trafiquée », le final du grand air de Figaro du Barbier de Séville. Sentant<br />

que sa voix commence à prendre de l’ampleur, il essaie de mettre au programme<br />

de son spectacle le Sarastro de <strong>La</strong> Flûte Enchantée de W.A MOZART. Pour cela il<br />

écoute l’interprétation de ce rôle par M. Samuel RAMEY, c’est le coup de foudre.<br />

A 19 ans, il reprend ses études musicales au conservatoire de Mulhouse dans la<br />

classe de Mme WOHLUTTER, qui l’initie à la technique vocale classique .Il participe<br />

à des spectacles, dans lesquels il interprète les airs de Leporello, Colas de Bastien<br />

et Bastienne, ou Pausanias dans l’Education Manquée de CHABRIER.<br />

Les choses s’enchaînent rapidement. S’illustrant dans un premier temps comme baryton, il obtient son premier rôle<br />

lors de l’été 2009 (Le Passeur dans Mireille de GOUNOD). En avril 2010 il est sélectionné pour être pensionnaire du<br />

CNIPAL (Centre National d’Insertion Professionnelle d’Artistes Lyriques) à Marseille. Au cours de cette saison, il<br />

interprète Brissac dans Les Mousquetaires au Couvent à Neuilly, et Norton dans <strong>La</strong> Cambiale di Matrimonio de ROSSINI<br />

avec le Centre Lyrique Clermont Auvergne. Il se distingue cette même année en étant finaliste des concours de<br />

Clermont Ferrand et de Marmande en catégorie Opérette. Il bénéficie des conseils prodigués par plusieurs chanteurs<br />

de renom, Béatrice URIA MONZON, Giovanni MEONI, Jean-Luc BALLESTRA, Fabio ARMILIATO, Jean Pierre FURLAN, et sa<br />

voix évolue vers une tessiture plus aigüe, celle de ténor. Il est engagé par Patrick SOUILLOT pour le rôle du Messager<br />

dans Aïda et il est, Rabonier dans <strong>La</strong> Rondine de PUCCINI à Nancy.<br />

17 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


VII. Les partenaires pédagogiques<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra est un concept unique qui permet à des lycéens et apprentis de valoriser leurs compétences en<br />

participant à un projet culturel d’excellence. Cette expérience leur permet de travailler à la production d’un spectacle<br />

lyrique, dans des conditions d’exigence professionnelle.<br />

Ces jeunes apportent leur talent, leur créativité et leur savoir-faire à la conception et à la réalisation des costumes,<br />

décors, coiffures, maquillages. Ils travaillent sous la responsabilité des équipes pédagogiques de ces établissements,<br />

en collaboration avec l’équipe artistique et technique de <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra <strong>Grenoble</strong>. Qu’il nous soit donné ici<br />

l’occasion de souligner la compétence, l’investissement et la disponibilité de tous ces professeurs, et des directeurs<br />

d’établissement.<br />

Le Lycée Argouges - <strong>Grenoble</strong> :<br />

Depuis 2007, le lycée Argouges est un partenaire historique de nos productions. C’est la section mode-matériaux qui<br />

travaille à l’élaboration et à la réalisation des costumes.<br />

Au total, ce sont plus de cent costumes sur mesure ou en série, qui sont réalisés pour les solistes et les chœurs. Les<br />

jeunes travaillent dès la genèse du projet à l’élaboration des costumes, dans le cadre esthétique choisi par le metteur<br />

en scène.<br />

www.ac-grenoble.fr/argouges/fr<br />

Le Lycée professionnel Prévert - Fontaine :<br />

Le Lycée Jacques Prévert apporte sa contribution depuis 4 ans au projet de <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra.<br />

Les élèves du CAP Coiffure prennent en charge chaque soir la réalisation des coiffures des solistes et des choristes (90<br />

personnes). Les élèves des sections tertiaires prennent en charge l’organisation et l’accueil de 2 000 élèves issus des<br />

écoles primaires et collèges de l’Isère qui assistent à la répétition générale. En participant à la réalisation de Carmen,<br />

chacun est mis en situation professionnelle réelle et s’appuie sur ses connaissances théoriques mais aussi sur ses<br />

capacités à travailler en équipe, pour s’adapter aux exigences du spectacle.<br />

www.ac-grenoble/lycee/jacques prevert.fontaine/<br />

L’Institut des Métiers et des Techniques - CCI - <strong>Grenoble</strong> :<br />

L’IMT, premier CFA (Centre de Formation et d’Apprentissage) de L’Isère, est un acteur de la formation et de l’emploi<br />

des jeunes. L’établissement propose une formation en alternance du CAP au BAC+5 dans un grand nombre de secteurs<br />

(bâtiment, automobile, soins et services, tertiaire, restauration et métiers de bouche). L’IMT réalise les décors des<br />

opéras. Les apprentis en serrurerie, menuiserie, électricité, charpente, peinture, carrosserie, travaillent en équipe à la<br />

réalisation des éléments de décor, de la conception au montage.<br />

www.imt-grenoble.fr<br />

Supcréa - <strong>Grenoble</strong> :<br />

Ecole supérieure de la création graphique et de la communication visuelle : les étudiants de 3 e année de design<br />

graphique de Supcréa réalisent les projections vidéo qui sont intégrées au dispositif scénographie de Nabucco.<br />

www.supcrea.com<br />

L’Ecole coiffure et Esthétique Academy -<strong>Grenoble</strong> :<br />

Ecole spécialisée dans l’esthétique, Ecole Academy assure depuis 2007 le maquillage des artistes. Phase fondamentale<br />

dans la préparation d’un spectacle, c’est l’expression même des artistes qui est soulignée par cet art… Depuis, Ecole<br />

Academy a développé une section de maquillage artistique professionnelle.<br />

www.ecoleacademy.com<br />

18 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


Le Lycée Louise Michel -<strong>Grenoble</strong> :<br />

Le Lycée Louise Michel est un établissement professionnel et technologique (1700 élèves dont 600 étudiants de BTS),<br />

dont la vocation est de travailler en collaboration étroite avec les milieux professionnels.<br />

Ainsi, avec la fabrique opéra, le travail entrepris permet à des étudiants de la filière tertiaire de participer activement à<br />

la gestion de la salle du Summum: vente de programme, accueil, placement.<br />

http://www.ac-grenoble.fr/lycee/louise.michel/<br />

Institut de la Communication et des Médias -Echirolles :<br />

Dans le cadre du partenariat entre l’Université Stendhal <strong>Grenoble</strong> 3 et la <strong>Fabrique</strong> Opéra, la licence professionnelle<br />

Webmestre éditorial réalise le site de <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra <strong>Grenoble</strong>.<br />

Les étudiants du master Audiovisuel et Médias Numériques conçoivent et réalisent des clips vidéos sur les coulisses de<br />

la générale de Nabucco au Summum.<br />

www.u-grenoble3.fr<br />

19 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


VIII. <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong> : l’association pilote<br />

Créée en 2009, <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra- <strong>Grenoble</strong>, association loi 1901 reconnue d’intérêt général, est présidée par le<br />

Docteur Jean CHUNG MINH, et domiciliée : 6 rue Beyle Stendhal / 38 000 <strong>Grenoble</strong>, ville pilote du concept : «<strong>La</strong><br />

<strong>Fabrique</strong> Opéra»<br />

Sa mission :<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong> développe le concept de <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra (fonds de dotation). Son objet est de<br />

démocratiser l’Art lyrique, en produisant des spectacles de qualité, accessibles au plus grand nombre, en associant<br />

localement des lycées, des établissements d’enseignement technique, et centres d’apprentissage, à la production.<br />

Sa stratégie :<br />

Valoriser sur un territoire, toutes les compétences utiles à la production d’une œuvre lyrique, en associant des jeunes<br />

issus de lycées et d’établissements techniques, des musiciens amateurs, de jeunes professionnels à une équipe<br />

artistique et des solistes de renommée internationale :<br />

- en visant un public jeune,<br />

- en intégrant des amateurs encadrés par des professionnels,<br />

- en invitant des personnes isolées ou en difficultés.<br />

Les membres du bureau du Conseil d’Administration :<br />

Président :<br />

M. Jean CHUNG MINH<br />

Vice-présidente :<br />

Mme Marie-Jeanne MONTOYA<br />

Trésorier :<br />

M. Olivier BOULET<br />

Secrétaire :<br />

M. Jean-Marie SEIGNEURIN<br />

N° SIRET: 517 991 154 00025<br />

Licences de spectacle: 2-1034240 / 3-1034241<br />

20 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


IX. Nos actions pédagogiques<br />

Ouverture de la répétition générale aux scolaires :<br />

Depuis la production de <strong>La</strong> Traviata (2008), nous travaillons avec les classes du secteur tertiaire (accueil, secrétariat,<br />

gestion) du Lycée Jacques PREVERT (Fontaine). Celles-ci organisent l’accueil de 2 300 scolaires (du CM1 à la 3ème)<br />

venant de tout le département.<br />

Cette initiative soutenue par le Conseil Général de l’Isère permet à ces jeunes de découvrir, souvent pour la première<br />

fois, un spectacle lyrique dans des conditions proches de celles d’une représentation. Lors de cette répétition<br />

générale, nous valorisons aussi le travail réalisé par tous les lycéens et apprentis qui, dans l’ombre, ont travaillé à tous<br />

les éléments techniques de la production.<br />

En 4 ans ce sont plus de 7 000 scolaires qui ont pu au travers de cette répétition générale, et aussi d’actions<br />

pédagogiques annexes (visites des ateliers, des loges, du décor, rencontre avec les artistes etc.), découvrir un art<br />

vivant extraordinairement exigeant.<br />

Quand on sait que les enfants qui ont une éducation artistique ou qui naissent dans un milieu culturellement privilégié<br />

(les parents sont des lecteurs etc…) vont « consommer » quatre fois plus de culture que les autres, on comprend<br />

l’importance de cette sensibilisation à l'Art lyrique.<br />

L’ouverture de la répétition générale s’adresse aussi à des personnes en grande précarité. Vous retrouverez le détail<br />

de cette action dans le chapitre « Nos actions solidaires »<br />

Dans la tête d’un chef d’orchestre :<br />

Depuis Septembre, 2009, dans le cadre des actions pédagogiques et de la communication originale que nous mettons<br />

en place, nous avons développé un concept de répétitions publiques, appelé « Dans la tête d’un chef d’orchestre ».<br />

Nous investissons des lieux, souvent insolites (salles municipales, gymnases, ou entreprises grâce à un partenariat avec<br />

des Comités d’Entreprise de la région), pour répéter, et invitons une partie du public à s’installer au sein même de<br />

l’orchestre, à côté des musiciens. Le chef d’orchestre explique alors, comment il travaille, sur quels points il se<br />

concentre, et guide l’audition des spectateurs, en leur faisant toucher du doigt, la progression de son travail.<br />

Pour terminer ces séances, nous invitons quelques personnes volontaires parmi le public, à venir diriger l’orchestre sur<br />

quelques mesures.<br />

21 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


X. Nos actions solidaires<br />

Cette année, nous poursuivons notre partenariat en travaillant avec les associations solidaires et les réseaux d’habitat<br />

social, car nous voulons, dans le cadre de notre projet culturel d’excellence, affirmer aussi nos valeurs citoyennes et<br />

solidaires.<br />

Ainsi nous ouvrons la répétition générale au Summum à des personnes défavorisées ou en réinsertion. En invitant près<br />

de 300 personnes nous affirmons que l’Art et la Culture sont des éléments fondamentaux dans l’intégration de ces<br />

personnes fragiles, par l’intermédiaire de nos partenaires sociaux afin d’en faire bénéficier des publics oubliés et<br />

éloignés de l’opéra.<br />

Le Secours Populaire Français – <strong>Grenoble</strong> :<br />

Le Secours Populaire, association généraliste de la solidarité, place l’accès à la culture au cœur de ses préoccupations.<br />

Ainsi, les sorties « spectacles » permettent aux familles dans la précarité de sortir de leur isolement. Au-delà de la<br />

découverte, le but est de vivre ensemble un moment d’échange et de convivialité. L’accès à la culture est aussi une clé<br />

de la réussite de l’accompagnement scolaire : le Secours Populaire permet ainsi aux enfants de s’épanouir pleinement<br />

et d’acquérir des connaissances de manière ludique.<br />

www.spf38.org<br />

Cultures du cœur Isère :<br />

Considérant que la culture constitue une force d’expression et de transmission des valeurs de notre société, ainsi<br />

qu’une forme d’adhésion à la citoyenneté, l’association loi 1901 Culture du Cœur s’est donné pour objectif de<br />

favoriser l’accès à la culture des jeunes et de leurs familles, lorsque ceux-ci se trouvent dans un situation financière<br />

précaire et donner plus et mieux à ceux qui ont le moins.<br />

www.culturesducoeur.org<br />

Accueil SDF – <strong>Grenoble</strong> :<br />

L’Accueil des SDF est une association née à <strong>Grenoble</strong> il y a 50 ans. Depuis lors elle ouvre tous les jours ses portes, rue<br />

du Vieux Temple, pour accueillir des gens en grande précarité, leur offrir un sourire, un bon petit déjeuner et des<br />

vêtements s’ils en ont besoin. Chaque année, plus de mille personnes viennent chercher un peu de réconfort et un<br />

moment de convivialité.<br />

Nous travaillons avec d’autres organisations locales qui travaillent en lien avec le CCAS, que nous ne pouvons toutes<br />

citer ici, et qui contribuent à compenser les inégalités existantes en donnant plus et mieux à ceux qui ont le moins.<br />

22 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


XI. Le Summum, salle d’opéra ?<br />

Depuis le début de notre action en 2007, nos spectacles ont été accueillis au Summum de <strong>Grenoble</strong>. Si notre choix<br />

s’est arrêté sur cette salle, c’est parce qu’il s’agit d’un lieu populaire à dimension humaine. Car l’opéra se nourrit<br />

avant tout des histoires d’hommes et de femmes, de leurs émotions, leur vie, leurs rêves, leurs drames…<br />

Il faut donc une salle qui permette à la fois cette proximité avec les acteurs, qui fait la spécificité et la richesse du<br />

spectacle vivant, et rende possible une approche économique réaliste pour une telle entreprise.<br />

Le Summum est tout cela à la fois, et offre par ses dimensions la possibilité d’installer les équipements techniques<br />

nécessaires non seulement à l’accomplissement artistique du projet, mais aussi au confort des spectateurs.<br />

Quid de l’acoustique ?<br />

Souvent la question est posée de savoir si l’acoustique du Summum se prête à l’opéra.<br />

<strong>La</strong> réponse est indéniablement OUI, car nous mettons en place un système de « reprise sonore », bien différent de<br />

ceux utilisés lors des concerts de musique amplifiée.<br />

Notre préoccupation majeure est de ne pas distordre le rapport entre la vision de l’action sur scène et la perception<br />

auditive des spectateurs, et ce, quelle que soit leur place.<br />

Des chanteurs sonorisés ?... oui mais pas amplifiés !<br />

Quelques esprits malins se sont étonnés que nous ayons l’ambition de démocratiser l’opéra avec des chanteurs<br />

équipés de micros. Il ne s’agit pas d’amplification, comme on l’entend habituellement dans les concerts de variété, de<br />

rock ou autres… il s’agit d’un dispositif sonore permettant à chacun, quelle que soit sa place, de bénéficier d’un<br />

confort d’écoute maximal.<br />

On pourrait sans nul doute trouver toutes sortes d’arguments pour répondre à cette curieuse interrogation… <strong>La</strong><br />

meilleure des réponses se trouve dans les expériences menées à l’étranger, notamment en Allemagne (festival de la<br />

Waldbühne, avec la Philharmonie de Berlin par exemple, en 2006 avec Placido DOMINGO ou encore en 1999 «a<br />

Romantic Opéra Night» sous la direction de James LEVINE) et en Italie (les Arènes de Vérone…www.arena-verona.fr),<br />

et même en France, avec la tournée d’Opéra en plein air (www.operaenpleinair.com)<br />

Si l’opéra souffre en France d’un tel déficit de popularité, c’est bien en partie parce qu’il a été cantonné dans des lieux<br />

fermés, difficiles d’accès, et la plupart du temps réservés à des personnes issues de couches sociales favorisées, tant<br />

en terme d’éducation que de moyens. Combattons l’intimidation sociale !<br />

C’est bien à ces deux facteurs que nous voulons nous attaquer. A cela rien de nouveau, et les autres pays qui ont<br />

redonné à l’opéra ses racines populaires ont mis en place des concerts ou des festivals où les chanteurs, à cause de la<br />

dimension des lieux, sont équipés de micros.<br />

Les techniques actuelles permettent au chanteur de ne pas modifier ni sa voix ni sa puissance quand il se produit dans<br />

de telles conditions. Ainsi la qualité artistique n’a pas à souffrir de la dimension du spectacle et du lieu auquel il est<br />

dédié.<br />

Qui pourrait reprocher à la Philharmonie de Berlin de produire chaque année, des concerts devant plus de 10 000<br />

personnes avec des artistes, chanteurs ou instrumentistes jouant ou chantant dans un micro ?<br />

Qui pourrait nier la qualité et le succès de ces opéras présentés chaque été dans le somptueux décor des Arènes de<br />

Vérone ?<br />

Nous soutenons, que c’est en partie en créant de grands évènements populaires, d’une qualité artistique sans<br />

concession, que la musique en général et l’opéra en particulier, trouveront la place qu’ils méritent auprès du public le<br />

plus large possible.<br />

23 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


« Carré OR » : Tarif Normal : 62 €<br />

Réduit : 55 €<br />

« Carré ARGENT » : Tarif Normal : 52 €<br />

Tarif CE : 49 €<br />

Tarif Réduit : 45 €<br />

« Gradin 1 » : Tarif Normal : 39 €<br />

Tarif CE : 36 €<br />

Tarif Réduit : 32 €<br />

« Gradin 2 » : Tarif Normal : 27 €<br />

Tarif CE : 24 €<br />

Tarif réduit : 20 €<br />

24 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


XII. Quelques chiffres<br />

Depuis deux ans, <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra produit chaque année un spectacle lyrique porté par une équipe de<br />

professionnels ainsi que de très nombreux bénévoles, fortement investis dans l’association.<br />

Les chiffres de l’édition 2012 avec Aïda de VERDI :<br />

- 10 000 spectateurs aux 4 représentations au Summum,<br />

- 2 300 écoliers ou collégiens et 300 personnes en situation précaire, contactées par l’intermédiaire<br />

d’associations sociales, ont assisté à la répétition générale au Summum,<br />

- 7 solistes professionnels, 85 musiciens amateurs, encadrés par des professionnels, 85 choristes adultes ont été<br />

dirigés par Patrick SOUILLOT et mis en scène par Raphaëlle CAMBRAY,<br />

- 450 jeunes de 16 à 22 ans, principalement issus des quartiers prioritaires, ont participé à la conception, à la<br />

réalisation des décors, à la confection des costumes, à la réalisation des coiffures et des maquillages…<br />

- des ateliers de rencontres tout au long de l’année scolaire, animés par la direction artistique de <strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong><br />

Opéra <strong>Grenoble</strong> en lien avec les équipes pédagogiques des établissements partenaires, permettent de rester<br />

en lien avec l’ensemble des participants,<br />

- des rencontres entre artistes et publics éloignés,<br />

- des répétitions publiques « Dans la tête d’un chef d’orchestre ».<br />

Un spectacle, c’est aussi une économie. Le prix des places va de 20 à 62 €.( le prix moyen constaté en 2012 avec Aïda<br />

était de 38€)<br />

Le prix moyen d’une place à l’opéra de Paris est de 73€, avec une fourchette de prix allant de 10 à 200€<br />

Il convient de préciser, pour donner sens à ces chiffres, que les spectacles de l’Opéra de Paris sont plus que largement<br />

subventionnés, alors que la part des subventions dans l’économie de nos spectacles, ne dépasse pas 15%.<br />

Nous donnons à chaque élève des établissements partenaires de notre projet (450 personnes), une invitation valable<br />

pour une personne. En croisant cette place avec les dispositifs existants (carte M’RA et Chèque Culture du Conseil<br />

Général de l’Isère), il est possible d’obtenir 3 places pour 24€… soit 8€ par place.<br />

Enfin, nous expliquons sans relâche, qu’une place pour un spectacle vivant est légitimement plus onéreuse qu’une<br />

place de cinéma, mais que les émotions d’un moment privilégié sont uniques et irremplaçables.<br />

Vente des places :<br />

Internet :<br />

www.digitick.com<br />

www.fnac.com<br />

www.dispobillet.fr<br />

www.francebillet.com<br />

Guichets :<br />

Fnac<br />

Géant<br />

Carrefour<br />

Magasins U<br />

Intermarché<br />

En direct :<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra<br />

6 rue Beyle Stendhal<br />

38000 <strong>Grenoble</strong><br />

contact@lafabriqueopera.com<br />

+33 (0) 4 76 01 96 88<br />

25 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


XIII. Une campagne de promotion ambitieuse<br />

Communication :<br />

- 180 000 tracts distribués sur l’ensemble de la Région Rhône-<strong>Alpes</strong><br />

- 6 500 affiches (2 formats différents)<br />

- 280 000 sets de table distribués dans les restaurants isérois<br />

- 80 000 marque-pages distribués gratuitement<br />

- Spots sur les écrans numériques des trams et bus de la Semitag<br />

- 1 rame de tram personnalisée<br />

- Affichage Colonnes Morris (Mairie de <strong>Grenoble</strong>)<br />

- Affichage Aquilux (Mairies de la Metro)<br />

Presse :<br />

- Partenariat avec le Dauphiné Libéré<br />

- Rédactionnels et encarts dans Le Métroscope, Les Affiches de <strong>Grenoble</strong>, Beaux Quartiers, Le Petit Bulletin,<br />

Captiv’en Grésivaudan...<br />

Télévision, radio, internet :<br />

- www.nabucco2013.com<br />

- Partenariat avec France Bleu Isère,<br />

- Suivi par les médias locaux : France 3, Télé<strong>Grenoble</strong>,<br />

- Référencement sur les sites internet culturels, locaux…<br />

- Opérations de mailing…<br />

Divers :<br />

- Conférences de presse, Forum Fnac <strong>Grenoble</strong>.<br />

- Voitures personnalisées qui circulent dans l’agglomération grenobloise pendant trois mois<br />

Carmen en 2011<br />

26 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


<strong>La</strong> production d’un spectacle de cette envergure et de cette ambition nécessite un budget modeste au regard des<br />

productions institutionnelles. Pour autant ce budget reste significatif pour une structure associative.<br />

<strong>La</strong> production d’Aïda a coûté 496 000 €, hors valorisation comptable du bénévolat et des contributions volontaires en<br />

nature, du droit d’usage gratuit d’occupation des biens mis à disposition.<br />

Les recettes se répartissent comme suit :<br />

Répartition des recettes Aïda<br />

12%<br />

28%<br />

60%<br />

Recettes Billetterie,<br />

programmes, encarts<br />

publicitaires<br />

Mécénat et<br />

partenariats privés<br />

Subventions publiques<br />

En 2012, pour Aïda, la part des subventions publiques représente près de 12% et représente sur le budget global :<br />

- 5% <strong>La</strong> communauté d’agglomération - <strong>La</strong> Métro<br />

- 4% <strong>La</strong> Région Rhône-<strong>Alpes</strong><br />

- 2% Le Conseil Général de l’Isère<br />

- 0.2% <strong>La</strong> Mairie de <strong>Grenoble</strong><br />

Les dépenses se répartissent comme suit :<br />

Répartition des dépenses Aïda<br />

Salaires et charges artistes<br />

30%<br />

9%<br />

17%<br />

Salaires et charges techniciens<br />

Salaires et charges production<br />

Communication<br />

8%<br />

8%<br />

Location salles et equipement<br />

4%<br />

4%<br />

20%<br />

Costumes, décors, coiffure…<br />

Frais de production<br />

Résidence Artistes<br />

27 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


XIV. Nos partenaires publics et privés<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra- <strong>Grenoble</strong> développe des liens entre le tissu économique local, les établissements partenaires, et<br />

propose aux entreprises de s’associer à l’image d’un projet fondé sur la créativité, l’exigence, le dynamisme, la<br />

cohésion sociale. Des Fondations nationales soutiennent aussi son action.<br />

Merci à nos partenaires sans qui cette aventure ne pourrait pas perdurer.<br />

Les partenaires pédagogiques :<br />

Les partenaires institutionnels :<br />

Les mécènes :<br />

Les partenaires privés :<br />

Les partenaires communication :<br />

Et les municipalités suivantes (en l’état actuel): Corenc, Crolles, Fontaine, Le Fontanil, <strong>Grenoble</strong>, Meylan, Sassenage,<br />

Seyssins…<br />

Les principaux partenaires sociaux :<br />

28 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>


XV. Contacts<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong><br />

6 rue Beyle Stendhal<br />

38000 <strong>Grenoble</strong><br />

Telephone: +33 (0) 4 76 01 96 88 / Mail: contact@lafabriqueopera.com<br />

www.nabucco2013.fr<br />

Directeur artistique et chef d’orchestre : Patrick SOUILLOT - 06 58 44 96 90<br />

patrick.souillot@lafabriqueopera.com<br />

Directeur administratif : Olivier BOULET - 06 80 28 81 24<br />

olivier.boulet@lafabriqueopera.com<br />

Directeur de production : Romain FEILLEUX - 06 58 44 86 92<br />

romain.feilleux@lafabriqueopera.com<br />

Directrice projet et partenariats: Eléonore PERRIER - 06 58 45 96 89<br />

eleonore.perrier@lafabriqueopera.com<br />

Assistante administrative et commerciale Karine PETILLON -<br />

karine.petillon@lafabriqueopera.com<br />

29 NABUCCO – Dossier de presse<br />

<strong>La</strong> <strong>Fabrique</strong> Opéra - <strong>Grenoble</strong>

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!