Avril 2012, Vol. 3, no 2 - Santé Montérégie

santemonteregie.qc.ca

Avril 2012, Vol. 3, no 2 - Santé Montérégie

adapter aux besoins de nos aînés?

consultations gériatriques

thérapeutiques (ECGT). Ces

l’avancement de ce projet. Bonne lecture!

CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX RICHELIEU-YAMASKA

AVRIL 2012 - VOL. 3, NO 2

PAGE 3

JOURNÉE

DE FORMATION

ACCRÉDITÉE POUR

LES INFIRMIÈRES

PAGE 4

OPTIMISATION

DU SOUTIEN À DOMICILE :

PASSAGE À L'ACTION

PAGE 6

LE MILIEU DE VIE,

MOI J’Y CROIS!

PAGE 8

LA PRÉVENTION DES

ERREURS DE MÉDICAMENTS,

C’EST POSSIBLE!

CAHIER SPÉCIAL

À L’INTÉRIEUR

L’APPROCHE ADAPTÉE À LA PERSONNE ÂGÉE : :

VERS UN HÔPITAL

ACCUEILLANT

ENVERS NOS AÎNÉS!

Au cours des vingt-cinq prochaines années, le visage de la population québécoise

changera : le nombre de personnes de 65 ans et plus doublera pour atteindre une

Page 2

proportion de 25 % de la population. Le changement sera bien visible d’ici dix ans, car

la majorité des babyboomers nés entre 1946 et 1964 atteindront cet âge. À une époque

où on agit et communique plus vite que jamais, saurons-nous ralentir le rythme et nous

Poser la question, c’est y répondre : il le faudra bien!

Actuellement, 20 % des personnes de 75 ans et plus,

résidant sur le territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

ont eu au moins un séjour à l’hôpital et près de 32 %

Beaucoup d’initiatives ont déjà vu le jour. L’équipe

tandem à l’urgence, composée d’une infirmière et

de ces personnes ont visité l’urgence. Le défi futur

pour le CSSS Richelieu-Yamaska sera lié au

vieillissement de sa population. Adapter nos services

« Le seul,

le vrai,

l'unique regard

d’une travailleuse sociale, repère

déjà les personnes vulnérables et

aux aînés est devenu nécessaire et s’inscrit dans une

priorité de la planification stratégique du CSSS

c'est de changer

en perte d’autonomie. Sur les

Richelieu-Yamaska.

de regard »,

Marcel Proust

unités de soins, le travail se

poursuit avec les équipes de

C’est un virage déjà débuté avec le continuum

personnes âgées, dans lequel s’inscrit ce nouveau

projet qui touchera l’ensemble des services :

initiatives reflètent un souci déjà présent de mieux

répondre aux besoins de nos aînés.

l’approche adaptée à la personne âgée. Le Ministère

Cet encart spécial a pour but de vous donner un

en a fait une orientation pour tous les centres

hospitaliers avec une échéance d’implantation pour

2015.

aperçu de ce projet qui a déjà débuté sa mise en place

et qui se poursuivra dans les deux ou trois prochaines

années. C’est le début d’une série d’actions en

communication pour vous tenir informés de

Il s’agit d’un projet d’une grande envergure. Il

touchera les patients, leur entourage et leurs familles,

le personnel et les équipes médicales. Répondre aux

besoins spécifiques des personnes âgées en milieu de

courte durée demande de revoir les façons de voir la

personne âgée et de revoir les pratiques. L’Hôpital

Honoré-Mercier ne part pas de zéro.


UN HOMME

D’ACTION!

La nouvelle du départ de notre

directeur général a touché

beaucoup de monde. C’est avec

regret que le conseil d’administration a

accepté sa démission et au nom des

membres du conseil, je veux témoigner

de notre admiration envers un homme

d’action avec qui nous avons eu un

grand plaisir à travailler.

Daniel Castonguay avait la capacité de

travailler avec les autres, de partager sa

vision, de mobiliser les gens et

d’engendrer des résultats. Il peut partir

la tête haute pour avoir réussi à faire

du CSSS Richelieu-Yamaska un

établissement aujourd’hui cité en

exemple et reconnu au Québec pour sa

performance, et même au Canada, pour

la qualité et la sécurité de ses soins et

services.

Daniel avait le courage de ses

opinions. C’était un homme de

conviction, juste et passionné. Je

retiendrai de mon parcours à ses côtés

que la rigueur et le dialogue permettent

de soulever des montagnes.

D’autres défis l’attendent maintenant

au CSSS Champlain-Charles LeMoyne.

Réjeanne Boudreau,

actuellement directrice

générale adjointe,

assumera l'intérim en

attendant que le poste

de directeur général

soit comblé.

«

Daniel Castonguay avait la

capacité de travailler avec

les autres, de partager sa

vision, de mobiliser les gens

et d’engendrer des résultats

«

Malgré la tristesse de le voir partir,

nous sommes surtout fiers de lui.

Aussi, c’est avec assurance que nous

poursuivrons notre route avec à la barre

une femme de cœur et d’expérience.

Madame Réjeanne Boudreau,

actuellement directrice générale

adjointe, assumera l’intérim à la

Direction générale jusqu’à ce que le

poste soit comblé. Nous remercions

d’ailleurs Mme Boudreau de sa

collaboration durant cette période de

transition.

Daniel, ce n’est qu’un Au revoir!

Jean Lemonde,

Président du CSSS Richelieu-Yamaska

MADAME

FRANCE LE BLOND

À LA DIRECTION

DES SERVICES

D’HÔTELLERIE ET DE

NUTRITION CLINIQUE

La direction du Centre de santé et de

services sociaux Richelieu-Yamaska

annonçait dernièrement la nomination de

madame France Le Blond, au poste de

directrice des services d’hôtellerie et de

nutrition clinique. Mme Le Blond est entrée

en fonction à la fin du mois de février.

Peut-être l’avez-vous déjà rencontrée?

La nouvelle direction dédiée aux services

d’hôtellerie et nutrition englobe les volets

touchant l’ensemble des services

alimentaires, l’approche nutritionnelle ainsi

que les services d’hygiène-salubrité et

buanderie-lingerie.

Bienvenue à Mme Le Blond!

2 L ’ É C H O D U R É S E A U AV R I L 2 0 1 2


MOT DU DIRECTEUR

GÉNÉRAL

M. Daniel Castonguay, directeur général

AU REVOIR!

Vous avez appris dernièrement

mon départ prochain de la

Direction générale. Je ne vous

cacherai pas que j’ai été touché par les

marques d’appréciation que j’ai reçues

lors des divers échanges avec plusieurs

d’entre vous depuis l’annonce de mon

départ. Mais, je m’en voudrais de quitter

sans partager avec vous le grand

sentiment de fierté qui m’habite quand

je regarde le chemin parcouru

collectivement par les équipes du CSSS.

Depuis mon arrivée, nous avons

travaillé ensemble à l’amélioration de

l’accessibilité et de la continuité des

services qui sont offerts à notre

population. Nous avons fait des

avancées incroyables dans plusieurs

secteurs. Mais, ce qui me rend le plus

fier est de pouvoir constater la

mobilisation de tous, autant les

employés, les médecins, les

gestionnaires et les bénévoles, pour

situer la personne au cœur de nos

préoccupations. La clé du succès, pour

une amélioration continue et une plus

grande accessibilité aux services et aux

soins de santé pour la clientèle, réside

dans ce concept de mobilisation autour

de la personne.

Je suis très fier de l’organisation que

je quitte aujourd’hui. Une organisation

reconnue au niveau canadien pour son

offre de soins et de services sécuritaires.

Tous les efforts consentis par tout un

chacun sont récompensés et doivent se

poursuivre pour conserver ce niveau

d’excellence. La mobilisation de tous

pour assurer une prestation sécuritaire

de soins se ressent dans toute

l’organisation et a été reconnue par une

organisation externe comme Agrément

Canada.

Je quitte pour aller relever de

nouveaux défis, mais je vais continuer à

vous suivre dans la réalisation de la

planification stratégique que nous nous

sommes donné en 2011. Nous avons

élaboré des principes directeurs qui

vous guideront vers l’atteinte de la

vision que le CSSS s’est donnée, soit

d’être reconnu, d’ici 2015, comme un

chef de file parmi les CSSS, pour

l’intégration et la continuité de ses

services.

Plusieurs projets définis dans la

planification stratégique sont en cours

de réalisation et sont promus à une

belle réussite. Mme Réjeanne Boudreau

assumera l’intérim de la Direction

générale jusqu’à la nomination d’une

nouvelle personne. Elle sera appuyée par

une équipe de direction engagée vers la

réalisation des nombreux projets de

l’organisation.

Je voudrais remercier les gestionnaires

pour tout le travail qu’ils ont accompli.

Ils sont des acteurs de changement

importants dans l’organisation et leur

apport est essentiel pour la réalisation

des projets futurs. Je voudrais saluer le

dévouement des médecins, des

employés et des bénévoles qui œuvrent

à chaque jour auprès de la personne et

de la population pour assurer les

meilleurs soins et services de santé.

Merci à vous tous pour votre

contribution, au quotidien, à

l’excellence des services et je vous

souhaite les plus grands succès dans

la poursuite de la réalisation de la

mission du CSSS Richelieu-Yamaska.

Soyez fiers de ce que vous offrez à

votre population!

JOURNÉE DE

FORMATION

CONTINUE

ACCRÉDITÉE

Pour le plaisir d’apprendre, ensemble…

LE CECII A PENSÉ À VOUS!

Le Conseil exécutif des infirmières et

infirmiers (CECII) invite les infirmières et

infirmières auxiliaires à une journée de

formation intégrant des activités accréditées,

le 24 mai prochain, au Club de Golf La

Providence. Des formations seront offertes en

avant-midi, en après-midi et en soirée.

Il sera également possible d’assister à la

journée complète ou à deux blocs de

votre choix.

Voici un aperçu des activités :

1. Réanimation cardio-respiratoire (RCR).

2. Démence, délirium et dépression chez la

personne âgée, comment s’y retrouver?

Conférence d’Anne-Marie Despault,

infirmière clinicienne clinique et cognition

au CSSS La Pommeraie.

3. Assurer une évaluation et des actions

concertées afin d’optimiser le

traitement d’une plaie.

Conférence de Manon Desjourdy, infirmière

clinicienne en soins de plaies au CSSS

Richelieu-Yamaska.

Le dépliant d’inscription sera disponible à

partir du 16 avril 2012. Vous y trouverez le

calendrier de formation. La date limite

d’inscription est le 7 mai 2012. Le nombre

de participants est limité.

Important : La formation est accréditée

dans le cadre des nouvelles normes de

formation de l’OIIQ. Cependant, les coûts

d’inscription et de transport à l’activité sont

aux frais des participants. La journée est

présentée en trois blocs, de manière à

respecter les contraintes de travail des

infirmières et infirmières auxiliaires qui

souhaitent y participer.

Pour en savoir plus sur cette journée,

vous êtes invités à suivre les informations

sur vos unités et babillards du CECII.

L ’ É C H O D U R É S E A U AV R I L 2 0 1 2 3


OPTIMISATION DU SOUTIEN À DOMICILE

PASSAGE À L’ACTION!

b

La démarche d’optimisation du soutien à domicile, qui a débuté

l’automne dernier, se poursuit de manière accélérée. « La

participation enthousiaste des intervenants aux différents ateliers

Kaizen a permis de trouver des pistes d'amélioration de processus

intéressantes, affirme Lise Langlois, directrice des services

ambulatoires et de première ligne. Les changements apportés leur

ont permis de dégager une plus grande disponibilité pour accomplir

les tâches à valeur ajoutée qui relèvent de leurs compétences et

dans lesquelles ils excellent pour le bénéfice de notre clientèle. »

Quatre ateliers de travail, appelés Kaizen, ont été tenus auprès de

51 participants provenant des CLSC de la MRC-d’Acton, des

Maskoutains et des Patriotes, de la Direction des soins infirmiers et

des pratiques professionnelles, de la Direction des affaires

médicales, de la Direction des ressources humaines et des médecins

des CLSC. En 15 jours d’ateliers, 162 activités d’amélioration ont été

identifiées et de ce nombre, 44 % sont déjà mises en place.

La démarche – par où commencer?

Une cartographie de l’ensemble du soutien à domicile (SAD) a

d’abord été réalisée. Ce schéma, appelé chaîne de valeur, illustre les

demandeurs de service, l’organisation du travail, les grandes étapes

du processus et la planification des services sous l’angle de l’usager,

c’est-à-dire son cheminement à travers le processus. Cet exercice,

jumelé à une collecte et à une analyse de données, permet de

prioriser les ateliers d’amélioration.

Cartographie simplifiée du SAD

Planification des ressources et services

Analyse populationnelle

Entente de gestion

Liste d’attente pour les services SAD

Planification quotidienne

Visites à domicile, fournitures médicales, prêt d’équipements

Demandeur

(référent)

Prescriptions/demandes

clientèle

Trier et

traiter les

demandes

Grandes étapes du processus

Planifier et

prodiguer

les soins et

services

4 L ’ É C H O D U R É S E A U AV R I L 2 0 1 2

Usager

Ses attentes, ses besoins

jusqu’à la cessation de

l’épisode de service

Évaluer

les

besoins

Coordonner et

prioriser les

services


am

À ce jour, les quatre ateliers, suivant une méthodologie Lean, ont

couvert un volet spécifique de la cartographie (discipline ou


portion de processus). Chacun d’entre eux avait pour mandat :

• d’augmenter le temps consacré aux usagers en éliminant les

tâches à non valeur ajoutée;


• de réviser la répartition des tâches, les rôles et responsabilités

des intervenants;



• d’harmoniser les pratiques entre les trois CLSC;

m

• de planifier la gestion du changement.


QUATRE ATELIERS –


DE SEPTEMBRE 2011 À MARS 2012


Septembre 2011 – L’organisation du travail en SAD

L’organisation du travail a été le premier volet regardé afin que


les ateliers subséquents basent leur réflexion sur une organisation

optimale du travail pour définir leurs nouveaux processus

respectifs. Le


modèle d’organisation en équipe interdisciplinaire a


été retenu. Les territoires des CLSC des Maskoutains et des Patriotes


ont donc été découpés respectivement en trois secteurs


géographiques et en deux groupes clientèles spécifiques (résidences

et soins palliatifs).


Le réaménagement physique des espaces de


bureaux reflète maintenant les nouvelles équipes qui comptent dans

leur rang des intervenants de toutes les spécialités du SAD. Le CLSC

de la MRC-d’Acton, peu touché par ce premier atelier, fonctionnait

déjà en équipe interdisciplinaire.


Une des résultantes du travail interdisciplinaire est la


réalisation de plans d’intervention interdisciplinaire(PII).


Des données comparatives entre 2010-2011 et 2011-2012

pour les périodes 1 à 11 montrent une augmentation de 38 %

du nombre de PII réalisés.

d

Octobre 2011 - L’acheminement d’une demande de

service et son traitement par les accueils en SAD

Le deuxième atelier portait sur les liens entre nos demandeurs de

service et les accueils en SAD. Plusieurs lacunes observées, telles

des informations incomplètes ou illisibles, entravent la fluidité des


demandes. Des appels doivent être faits aux demandeurs afin de

préciser des informations. Les actions principales identifiées pour

augmenter la rapidité de traitement des demandes touchent donc :

• La délégation du traitement de demandes de nature cléricale,

une fois optimisé, à des agentes administratives.

• L’élimination de transcriptions d’information par la promotion

de la transmission de demandes électroniques, appelée DSIE

(demandes de services interétablissement), auprès de tous les

professionnels de notre CSSS demandeurs de services (déjà

utilisé par les travailleurs sociaux de l’hôpital).

D’ailleurs, à cet effet, les premiers résultats sont déjà

tangibles. En date du 3 mars, un mois seulement après les

premières séances de formation, 29 % des demandes

transmises aux accueils par l’hôpital étaient sous forme

électronique. Un bon de 480 %!

p

p

me

j l l ge


t ya


e

e )


les

Janvier 2012 – Soins infirmiers

LA DIRECTION

Médecins, infirmières, infirmières auxiliaires et assistantes infirmièreschefs,

appuyés d’une conseillère en soins infirmiers, ont identifié en DES RESSOURCES






équipe, lors d’un troisième atelier, plus d’une cinquantaine d’actions.


p


HUMAINES TOUJOURS


L’accès à l’information

est un facteur limitatif important dans le travail à


ent domicile.

EN RECRUTEMENT!





Des solutions ont pu rapidement être déployées afin d’éliminer des

Accueil de candidates à la profession infirmière

retranscriptions d’information, soit :



Avec l'été qui approche, le CSSS est fier d’avoir recruté de

• l’utilisation de la demande de service initiale comme Cardex;

er.

nouvelles ressources vives d'esprit et intéressées à parfaire

• les notes évolutives et plan thérapeutique infirmier (PTI) mis à

leur expérience soit, des candidates à la profession

jour chez l’usager;

d'infirmière (CEPI) et les externes en soins infirmiers.

• l’harmonisation de formulaires avec cases à cocher afin de


Dernièrement, ces futures employées ont fait le choix de

faciliter la saisie des informations.





leur

assignation

estivale,


sous

forme

d'encan


d'assignation


Des données préliminaires démontrent un gain de 12 % d'heures par ancienneté, lors de deux soirées organisées par la

ant


en soins infirmiers réinvesties en heures directes aux usagers. Un Direction des ressources humaines, en collaboration avec la




début fort encourageant.



p Direction des programmes de santé publique, des soins



D’autres actions augmentant la portion du temps à domicile des infirmiers et des pratiques professionnelles.



intervenants sont présentement à l’étude.


Plusieurs gestionnaires, autant du programme santé



physique que du programme hébergement-milieu de vie,




Mars 2012 – Services psychosociaux



étaient présents pour vanter les mérites de leur équipe et




En date du 6 février, 200 personnes étaient en attente d’évaluation des attirer ces futurs employés vers leur unité respective. Ce


besoins ou de services psychosociaux de l’un ou l’autre de nos trois même soir, 32 assignations comme CEPI et 50 comme





CLSC. L’accès rapide à des services de qualité est un enjeu majeur pour externes en soins infirmiers ont été choisies. Ces nouvelles


notre clientèle. L’analyse de la cartographie du processus a mis en

recrues sont les bienvenues parmi nous et nous espérons


lumière beaucoup de tâches cléricales assumées par les intervenants qu'elles profiteront de leur été pour mettre en pratique


psychosociaux. Dans l’optique de maximiser le potentiel


humain


de

toutes les connaissances acquises durant leur formation.


chacun, les services ont éliminé les activités qui n’ont pas de valeur Elles sont votre relève et sont également là pour vous aider



ajoutée. Un transfert de tâches est donc prévu. Quelques-unes des idées dans la dispensation des soins et services. En retour, elles


à mettre en place se traduisent par :

comptent sur le transfert de vos connaissances et votre


soutien.


Révision de la composition


des


équipes (travailleurs sociaux vs


techniciens en travail social) et du partage des responsabilités; En recrutement partout au Québec


• L’utilisation d’un logiciel de planification des visites à

domicile

Dans ces titres d’emploi et dans tous les autres, la

commun aux autres disciplines du SAD;

Direction des ressources humaines est toujours en


recrutement. Pour ce faire, l’équipe de la dotation des

• Simplification de 18 démarches distinctes de référence (ex :


ressources humaines a participé à plusieurs activités de

hébergement, lit temporaire, programmes spécifiques d’aide, etc.);



recrutement


au


cours de l’année avec comme objectif de

• Meilleur repérage des usagers et de leurs services.

faire connaître les possibilités de carrières qu’offre notre

L’actualisation de tous ces changements demeurent un défi pour

CSSS aux personnes à la recherche d’emploi ainsi qu’aux

l’ensemble de l’organisation de par leur nombre et leur ampleur. Cela étudiants. L’équipe s’est rendue dans les différentes régions

s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue, où les ajustements du Québec et a visité plusieurs établissements scolaires et

se vivent au quotidien.

foires de l’emploi. À cet effet, si vous désirez participer

au recrutement du personnel, vous êtes invité à

contacter la Direction des ressources humaines. Si vous

connaissez quelqu’un d’intéressé à travailler au sein de

notre organisation, vous êtes invité à soumettre leur

candidature à l’adresse courriel suivante :

dotation.csssry@rrsss16.gouv.qc.ca

Qui de mieux placé que vous pour être agent recruteur?


L ’ É C H O D U R É S E A U AV R I L 2 0 1 2 5


LE MILIEU DE VIE,

MOI J’Y CROIS!

Sans relâche, le CSSS Richelieu-

Yamaska poursuit ses actions pour

améliorer l’implantation de

l’approche milieu de vie en centre

d’hébergement. Pour les intervenants en

santé, celle-ci est une expression

entendue à profusion au quotidien.

Cependant, il est essentiel que tout le

personnel, les médecins et les bénévoles

comprennent de quelle manière le milieu

de vie doit se concrétiser. Le milieu de vie

c’est l’affaire de tous, car le résident

hébergé est « chez-lui ».

Le ministère de la Santé et des Services

sociaux a défini les orientations

ministérielles « Un milieu de vie de qualité

pour les personnes hébergées en CHSLD »,

lesquelles guident la philosophie et les

pratiques devant prévaloir en centre

d’hébergement et de soins de longue

durée. Aussi, que ce soit le dictionnaire

Robert, le Conseil des aînés ou la

Fédération québécoise des CHSLD, chacun

élabore sa propre définition du milieu de

vie. Les centres d’hébergement de la

Montérégie ont, quant à eux, adopté

celle-ci en 2005 :

« Notre raison d’être est de créer un

milieu de vie où le résident se sent « chezlui

» et est valorisé comme membre de la

collectivité. Pour réaliser un tel milieu de

vie, nous devons continuellement être à

l’écoute des résidents et de leur famille,

les respecter et adopter une approche

personnalisée dans l’ensemble de nos

actions et de nos décisions quotidiennes.

Nous améliorerons ainsi la qualité de vie

et la satisfaction de tous. »

Toutefois, peu importe les mots utilisés,

le milieu de vie, c’est avant tout une

affaire de relation humaine! C’est mettre le

résident et sa famille, ses proches, au

cœur de nos préoccupations quotidiennes.

C’est connaître la personne hébergée dans

sa globalité et adapter les soins et

services dispensés, et les moyens utilisés

jour après jour, pour tenir compte de ses

caractéristiques personnelles, de ses

émotions, de ses besoins évolutifs et de

ses attentes. Dans un milieu de vie, il y a

une relation qui s’établit entre une

personne hébergée et les intervenants qui

y œuvrent. Comme on le voit, le milieu de

vie est un défi au quotidien.

Comment concilier le milieu de vie

et les exigences de soins?

La dispensation de soins et de services

de qualité, empreints d’un savoir et d’un

savoir-faire conformes aux principes et aux

normes de pratiques en vigueur, est un

incontournable dans les centres

d’hébergement.

Le milieu de soins se transforme en

milieu de vie lorsque les trois dimensions

suivantes sont bien intégrées et présentes

au quotidien :

• la dimension humaniste/relationnelle

favorise l’établissement d’une relation

significative intervenant-résident basée

sur l’unicité de la personne et le respect

de ses choix et décisions;

• la composante organisationnelle propose

des soins et services personnalisés,

souples, variés, respectant les besoins et

les attentes du résident, ainsi que ses

habitudes de vie antérieures;

• la composante environnementale crée un

milieu adapté, intime, personnalisé et

sécuritaire qui rappelle l’environnement

familial.

Le cheminement du milieu de soins vers

la création d’un milieu de vie se concrétise

donc dans le savoir-être des gens et la

souplesse de l’organisation du travail et

des soins et services offerts. Le résident

est « chez-lui » au sein de sa chambre, de

son unité, de ses aires communes. Il y

reçoit les soins et services qu’il requiert,

dans le respect de ses besoins et attentes.

Dans un prochain numéro, nous

vous présenterons de quelle façon

l’implantation de l’approche milieu de

vie est évaluée.

LA FONDATION

DU CLSC DES

PATRIOTES

REND HOMMAGE À

M. GEORGES ADAM

M. Georges Adam est décédé le mercredi

21 mars dernier, à l’âge de 91 ans.

La Fondation désire lui rendre hommage en

raison de ses multiples contributions, entre

autres, à la Fondation du CLSC des Patriotes.

À la Fondation du CLSC, un fonds spécial qui

porte son nom fut constitué en 2003 avec,

pour vocation, d’aider les personnes

« malchanceuses » dans la vie en raison d’une

maladie, d’un handicap physique, intellectuel

ou social. M. Adam a permis ainsi au CLSC de

venir en aide à des dizaines de familles en

facilitant l’accès à des services de répit aux

parents qui ont un enfant atteint d’un trouble

envahissant du développement (TED), d’une

déficience physique ou mentale. Le Fonds

Georges-Adam a également permis à des

dizaines d’enfants d’avoir accès à des colonies

de vacances ou à des garderies spécialisées.

Il servait également à l’occasion de fonds de

dépannage pour suppléer aux services

gouvernementaux. Par exemple, il a aidé

l’organisme Aide-à-tout à maintenir les

services d’aide à domicile à plus d’une dizaine

de personnes, menacées d’interruption de

service à la suite de problèmes financiers de

l’organisme. Au cours des dix dernières années,

le CLSC a pu presque doublé l’offre d’accès à

des colonies de vacances pour des enfants de

milieux modestes ou pour des enfants ayant

besoin d’un camp de jour ou d’une colonie de

vacances spécialisée. Le fonds a également

permis le financement d’équipements

spécialisés nécessaires aux services à domicile.

Un homme d’exception!

M. Adam avait décidé de donner de son

vivant à ses concitoyens. Encore tout

récemment, il a décidé de contribuer

financièrement à la campagne de la Fondation

du CLSC pour des médecins spécialistes au

CLSC. Georges Adam mérite le respect pour

tout le bien auquel il a contribué dans notre

communauté. Il mérite également qu’on se

souvienne de lui, qui était lui-même

hypothéqué par la vie. Il avait perdu l’usage de

la vue voilà une quinzaine d’année et souffrait

de surdité. Vraiment, un homme d’exception!

6 L ’ É C H O D U R É S E A U AV R I L 2 0 1 2


L’APPROCHE ADAPTÉE À LA PERSONNE ÂGÉE : :

VERS UN HÔPITAL

ACCUEILLANT

ENVERS NOS AÎNÉS!

Au cours des vingt-cinq prochaines années, le visage de la population québécoise

changera : le nombre de personnes de 65 ans et plus doublera pour atteindre une

proportion de 25 % de la population. Le changement sera bien visible d’ici dix ans, car

la majorité des babyboomers nés entre 1946 et 1964 atteindront cet âge. À une époque

où on agit et communique plus vite que jamais, saurons-nous ralentir le rythme et nous

adapter aux besoins de nos aînés?

Poser la question, c’est y répondre : il le faudra bien!

Actuellement, 20 % des personnes de 75 ans et plus,

résidant sur le territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

ont eu au moins un séjour à l’hôpital et près de 32 %

de ces personnes ont visité l’urgence. Le défi futur

pour le CSSS Richelieu-Yamaska sera lié au

vieillissement de sa population. Adapter nos services

aux aînés est devenu nécessaire et s’inscrit dans une

priorité de la planification stratégique du CSSS.

C’est un virage déjà débuté avec le continuum

personnes âgées, dans lequel s’inscrit ce nouveau

projet qui touchera l’ensemble des services :

l’approche adaptée à la personne âgée. Le Ministère

en a fait une orientation pour tous les centres

hospitaliers avec une échéance d’implantation pour

2015.

Il s’agit d’un projet d’une grande envergure. Il

touchera les patients, leur entourage et leurs familles,

le personnel et les équipes médicales. Répondre aux

besoins spécifiques des personnes âgées en milieu de

courte durée demande de revoir les façons de voir la

personne âgée et de revoir les pratiques. L’Hôpital

Honoré-Mercier ne part pas de zéro.

Beaucoup d’initiatives ont déjà vu le jour. L’équipe

tandem à l’urgence, composée d’une infirmière et

« Le seul,

le vrai,

l'unique regard

c'est de changer

de regard »,

Marcel Proust

d’une travailleuse sociale, repère

déjà les personnes vulnérables et

en perte d’autonomie. Sur les

unités de soins, le travail se

poursuit avec les équipes de

consultations gériatriques

thérapeutiques (ECGT). Ces

initiatives reflètent un souci déjà présent de mieux

répondre aux besoins de nos aînés.

Cet encart spécial a pour but de vous donner un

aperçu de ce projet qui a déjà débuté sa mise en place

et qui se poursuivra dans les deux ou trois prochaines

années. C’est le début d’une série d’actions en

communication pour vous tenir informé de

l’avancement de ce projet. Bonne lecture!


AU CSSS RICHELIEU-YAMASKA,

ON NE VERRA PLUS JAMAIS LES PERSON

L’approche adaptée à la personne âgée touchera l’ensemble de l’Hôpital Honoré-Mercier et le

CSSS Richelieu-Yamaska.

Le comité de direction de même que le comité stratégique du continuum personnes âgées

soutiennent le projet. Un comité d’orientation de l’approche adaptée à la personne âgée voit

à la réalisation du projet. Deux comités de travail ont déjà débuté leurs travaux; un premier

représentant les équipes de l’urgence et un second en médecine-gériatrie avec les équipes du

neuvième étage.

Contrer les effets de l’hosp

Il est connu que les milieux de soins aigus comme

l’Hôpital Honoré-Mercier ne sont pas adaptés au

rythme et aux besoins des aînés. Tout va trop

vite, entre autres! Dans l’approche adaptée à la

personne âgée, il est important de tout faire pour

éviter que l’état de la personne âgée qui entre à

l’hôpital ne se dégrade. La sensibilisation aux

effets de l’hospitalisation et des pistes de

solution en vue de les réduire seront initiés. C’est

ce qui constitue l’essentiel du plan d’action.

Une personne âgée est à risque, en raison de sa

vulnérabilité liée au vieillessement normal, d’avoir

des complications pouvant mener à un déclin

fonctionnel lorsqu’elle est hospitalisée. Cet état

peut être irréversible et il peut affecter la qualité

de vie à long terme de la personne âgée et celle

de ses proches; sans oublier des impacts plus

importants sur sa condition de santé. Ce déclin

peut être évité si des interventions sont

effectuées différemment auprès de la personne

âgée à son arrivée à l’urgence, et même avant si

possible.

L’approche adaptée à la

personne âgée présente six

cibles prioritaires :

A : Autonomie et mobilité

I : Intégrité de la peau

N : Nutrition et hydratation

E : Élimination

E : État cognitif

S : Sommeil

Une journée d'hospitalisation au lit exigera trois jours de réad


NES ÂGÉES DE LA MÊME FAÇON.

italisation

Autonomie et mobilité

Saviez-vous que?

• Le repos au lit est rarement

indiqué et peut être néfaste pour

la personne âgée.

• Le fait de bouger est souvent

aussi important que de prendre sa

médication.

• Une journée d’hospitalisation au

lit exigera trois jours de

réadaptation à la personne âgée

pour revenir à sa mobilité

initiale.

Prévenir le déclin fonctionnel

passe par la mobilisation et le

maintien de l’autonomie, une

cible prioritaire de l’approche

adaptée à la personne âgée.

État cognitif

Au quotidien, tout le monde a

besoin de chercher des

informations dans l’environnement.

Elles sont organisées afin de s’en

faire une idée, de former des

concepts, de prendre des décisions,

etc. C’est ce qu’on appelle l’état

cognitif. La personne âgée

hospitalisée peut perdre plus

facilement la notion du temps et

ses points de repère. Il faut l’aider

à s’orienter dans le temps, l’espace

et avec les personnes (visages

familiers). Il est important

d’intervenir sur l’état cognitif de la

personne âgée pour prévenir des

états confusionnels liés aux effets

de l’hospitalisation. Cliniquement,

cet état peut s’appeler le délirium.

Intégrité, nutrition et

élimination

Au-delà du manque de

connaissances de la physiologie du

vieillissement, certains mythes, ou

idées préconçues, sont tenaces. À

titre d’exemple, que la personne

âgée n’a pas à manger beaucoup ou

qu’il peut être « normal » d’avoir de

l’incontinence lorsqu’hospitalisée.

Chaque personne âgée veut

maintenir son autonomie le plus

longtemps possible.

L’hospitalisation, par ses effets

possibles, peut prédisposer à

l’instauration de problèmes de

santé absents à l’admission comme

la dénutrition, la déshydratation ou

l’incontinence.

aptation à la personne âgée pour revenir à sa mobilité initiale.


L’environnement

Vieillir, c’est accepter que le corps,

la vision et la force musculaire

changent. Il faut revoir la

perception du vieillissement.

Des petits gestes au

quotidien qui font toute

la différence!

C’est là que l’environnement de la

personne âgée prend tout son sens.

Avec cette préoccupation en tête,

les environnements physiques et

les approches sur le plan humain

devront être revus afin d’être plus

adaptés à la personne âgée.

L'approche adaptée

à la personne âgée,

une affaire de coeur!

En conclusion, l’approche adaptée à la personne âgée est aussi et

surtout une affaire de cœur et non de haute technologie. Ce projet

mettra en lumière le travail humain et centré sur les aînés, souvent

méconnu et peu valorisé, mais bien présent et effectué par le

personnel.

Les cibles prioritaires sont maintenant connues : l’autonomie et la

mobilité, l’état cognitif, l’intégrité, la nutrition, l’élimination et

l’environnement. Chaque comité devrait tenir quelques rencontres

d’ici l’été 2012 afin de déterminer les meilleures stratégies à

privilégier pour que l’Hôpital Honoré-Mercier prenne un virage

favorable aux personnes âgées et que ces actions s’inscrivent

également dans tout le continuum personnes âgées du CSSS

Richelieu-Yamaska.

L’implantation de l’approche adaptée à la personne âgée se

fera progressivement, service par service, d’ici deux à trois ans.

L’engagement de tous sera nécessaire pour la réalisation

de ce projet.

Vous démarrez un projet et vous aimeriez recevoir les conseils du comité d’orientation de

l’approche adaptée à la personne âgée? N’hésitez pas à contacter madame Suzanne Boivin,

directrice du programme de santé physique, au 450 771-3333, poste 3210.

Crédits : istockphoto.com

Texte inspiré d'un document du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke.

AVRIL 2012


DES BESOINS À LA HAUTEUR

DE VOTRE GÉNÉROSITÉ!

La 23e édition du Music-hall de la Fondation Aline-Letendre, qui

clôturait la campagne 2011-2012, a obtenu un résultat sans

précédent. Cela s’explique en bonne partie par la performance des

nombreuses activités organisées depuis août dernier et par le blitz

autour du Music-hall.

Cette campagne veut répondre aux besoins exprimés par le CSSS

Richelieu-Yamaska pour l’aménagement des nouveaux lits en soins

palliatifs, pour l’achat de plusieurs équipements qui améliorent la

qualité de vie des résidents, sans oublier les aménagements et les

loisirs qui assurent le maintien du milieu de vie qu’est le Centre

d’hébergement de l’Hôtel-Dieu-de-Saint-Hyacinthe.

Activités de la Fondation à venir :

13 JUILLET : 12 pinceaux pour une promesse se

mettent à l’œuvre

2 AOÛT : Journée de golf Germain Larivière

26 AOÛT : Défi Vélo Santé 2012

4 SEPTEMBRE : Premier tirage de la Loterie Un p’tit 1000 $ plus

Pour plus d’information : contactez la Fondation au 450 771-3600

ou visitez le www.fondationalineletendre.com

UN NOUVEAU LOOK!

La Fondation se met à la page

des changements survenus dans

le réseau de la santé et des

services sociaux au cours des

dernières années. Elle délaisse

donc la signature des anciens

établissements en faveur d’un

nouveau logo. Les lettres

patentes, qui dataient de 1994,

ne nommaient aucune des

installations pour qui les fonds

étaient destinés. Le conseil

d’administration de la

Fondation a donc procédé à des

modifications et identifie

clairement que celle-ci se

consacre à la clientèle des

centres d’hébergement

Marguerite-Adam, de

Montarville et du CLSC des

Patriotes, à Beloeil et à Saint-

Bruno.

Le Concert bénéfice de la

Symphonie vocale succède

aux soupers spaghettis

Le Concert bénéfice de la

Symphonie vocale succède aux

soupers spaghettis qui auront,

en 18 ans, permis aux centres

d’amasser près de 200 000 $.

L’événement est sous la

présidence d’honneur de

M. Sylvain Dessureault,

directeur général de la Caisse

du Mont-Saint-Bruno. C’est un

concert unique en son genre

par le fait qu’il s’agit d’un

chœur d’hommes à 90 %, qui

interprète ses pièces

sans partition, sauf lors de

pot-pourri.

L’événement aura lieu le

17 avril prochain, à 19 h 30,

au Centre Marcel-Dulude, situé

au 530 boul. Clairevue à Saint-

Bruno. Vous pouvez vous

procurer des billets dans l’un

ou l’autre des centres

d’hébergement Marguerite-

Adam ou de Montarville; au

CLSC à Beloeil et à St-Bruno;

ou au Familiprix de Mont-St-

Hilaire.

Prix des billets : adultes

(25 $); 12 ans et moins (12 $).

70 000 $ POUR LA

CAMPAGNE FAMILLE

Le 2 mars dernier a eu lieu la clôture de la 4e édition de la

Campagne Famille Honoré-Mercier. Un montant de 70 000 $

sera investi de nouveau cette année par la Fondation dans le

financement de petits équipements de soins, en fonction des

besoins exprimés par les employés. Cette campagne, dont

l’activité principale est la Loto-Honoré, a permis d’amasser

280 000 $ en quatre ans. Cette année s’est avérée une édition

spéciale avec la nouvelle activité, Plonger pour la Santé, qui a

permis de verser un montant supplémentaire de 7 826 $ à la

Campagne Famille Honoré-Mercier 2012.

ÉRIC LUCAS LANCE LA

3e ÉDITION DU TOUR DE LA

MONTAGNE DESJARDINS

Le Tour de la Montagne Desjardins de la Fondation Honoré-

Mercier aura lieu le 21 mai prochain et a comme porte-parole

l’athlète Éric Lucas.

Le Tour de la Montagne consiste en une course à pied de 23 km

autour du Mont Saint-Hilaire, pouvant être complétée seule ou en

équipe. L’événement, maintenant bien connu dans la région, a

pour but de faire la promotion de la santé par l'activité physique

auprès du public que dessert l’Hôpital Honoré-Mercier.

La deuxième édition du Tour de la Montagne Desjardins s'est

avérée un franc succès. 500 coureurs y avaient pris part et

75 000 $ avaient été amassés pour financer deux appareils

hémodialyseurs (reins artificiels).

L’événement a déjà été annoncé pour les trois prochaines

années, avec Desjardins à titre de commanditaire présentateur de

l’événement.

Inscription

Fondation Honoré-Mercier : 450 773-4733

www.tourdelamontagne.com

L ’ É C H O D U R É S E A U AV R I L 2 0 1 2 7


LA PRÉVENTION DES

ERREURS DE MÉDICAMENTS,

C’EST POSSIBLE!

Le type d’événement indésirable déclaré le plus fréquemment en gestion des

risques est l’erreur liée à la médication. La plupart du temps, l’erreur de

médicament n’a pas de conséquence sur l’état de santé de l’usager, mais la grande

fréquence de ce type d’erreur augmente le risque qu’un événement indésirable

majeur survienne.

C’est dans un but de prévention qu’un projet d’amélioration a été coordonné par

la gestion des risques. L’objectif du projet : réduire les erreurs de médication de

50 % en optimisant le processus d’administration de la médication pour que celuici

soit optimal, standardisé et plus sécuritaire.

Une analyse a permis de mieux cerner la problématique dans l’organisation.

Dans un premier temps, une équipe de professionnels (médecin, pharmacien,

infirmière, infirmière auxiliaire, conseillère, etc.) a participé à des ateliers de

travail pour identifier les causes des erreurs, les problématiques principales et les

solutions à implanter. Dans un deuxième temps, cette équipe a travaillé sur le

processus standardisé (cartographie).

Par la suite, en 2011, une première expérimentation du processus cartographié a

été réalisée à l’Unité de médecine, au 7e étage de l’hôpital, suivie d’une deuxième

expérimentation, débutée en décembre 2011, à l’Unité de psychiatrie courte durée

du 11e étage. L’affiche présente ici un résumé de la démarche.

Un beau succès!

Il faut particulièrement souligner les résultats probants obtenus au 11e étage, et

ce, grâce au leadership du chef d’unité, Karyne Robert, et à la remarquable

implication de toute l’équipe : psychiatres, professionnels, membres du personnel.

En effet, c’est la première fois, depuis 2004, qu’il n’y aucune erreur de

médicament déclarée pour plus de 30 jours consécutifs! Le portrait des erreurs

de médicaments déclarées depuis le 17 décembre 2011 est celui-ci :

• Période 10 (à partir du 17 décembre 2011, 15 jrs) : aucune erreur

• Période 11 (28 jrs) : aucune erreur

• Période 12 (28 jrs) : aucune erreur

• Période 13 (non finale, 12 jours) : 1 erreur

La gestionnaire de l’unité, Karyne Robert, maintient le cap et pour consolider le

changement, elle affiche les indicateurs de résultats. Ainsi, l’équipe du 11e est

toujours au courant des résultats et maintient sa motivation à poursuivre le

travail d’amélioration qui est en cours.

La prochaine étape est de planifier un déploiement pour implanter le processus

cartographié dans les autres unités et services du CSSS.

BILAN

COMPARATIF

DES

MÉDICAMENTS

Projet d’a


Responsab


1CONTEXTE

Optimiserl’administrationdesmédicaments

Augmentationdesdéclarationsd’erreursdemédicaments:de67%de

2007(HHM:+35%depuis2007,CHHD:+62%depuis2007).

L’erreur de médicament est le type d’incident/accident déclaré le p

fréquemmentdepuisquelquesannées.

Le risque inhérent à une grandefréquence: survenue d’un événem

indésirablemajeur


Limiteduprocessusàoptimiser:



Del’ordonnancefaiteparlemédecin

jusqu’àl’administrationdelamédicationàl’usag



Qualitatif







Quantitatif






Projet




2SITUATIONACTUELLEETANALYSE

Équipecollaboratriceàparticiperauprojet

L’infirmièreauxiliaireestnouvellementintégréedansl’équipe(spécifiqueau11 e

Besoind’unprocessusd’administrationquisoitefficaceetsécuritairetoutenay

untravailenéquipequisoitoptimal

Ilyaplusieursinterruptionspendantl’administrationdelamédication

Lesomissionsdemédicationssontfréquentes

Au7e:plusde16erreursdéclarées/période

Au11e:tendanceàlahaussedunombrederapportsdedéclaration

d’incidents/accidentsdetype«erreursdemédicaments»,34erreurs/période

Projetbiendéfini

Limiteréalisteetclaire

Objectifsréalisablesetclairs

3OBJECTIFS

Réduireleserreursdemédicamentsde50%

Revoirl’organisationdutravailpendantl’administrationdelamédication

Créerunprocessusd’administrationdelamédicationquisoitoptimaletsécuritaire

Livrables

Cartographied’unprocessusd’administrationdelamédicationstandardisé

Outild’implantationetdesuividuprocessusstandardisépermettantun

déploiementdanslesunités/servicesduCSSS

Implicationdesparties

Ttez vos connaanc





Implicationdesgestionnaires

Implicationdesmédecins

Implicationdesconseillers

Implicationdupersonnel

1. De quel délai dispose l’équipe de soins

pour réaliser le BCM à l’admission en

courte durée (hôpital)?

a) 8 heures

b) 24 heures

c) 4 jours

d) 7 jours

8 L ’ É C H O D U R É S E A U AV R I L 2 0 1 2


mélioration – Diminuer les erreurs de médicaments

bles:KaryneRobert,MaryseHébert ConseillèreDACP:MyriamGuay

4MÉTHODOLOGIE

puis

plus

ent

ger.


e )

ant

e


Équipedetravail:médecin,pharmacien,infirmière,infirmièreauxiliaire,conseillères…


Ateliersdetravail

DiagrammeIshikawa


Outilquisertàcomprendre

lescausesd’unproblèmeet

àenidentifierleseffets.

5PLAND’ACTION

Problématiques Détails Solutions Avancement

Bonnespratiquesnonrespectées Onpréparelamédicationàl’avance.

Formationetinformationoffertesaupersonnelsur:Les5bons(bonnes


Cellequipréparelamédicationn’estpas

pratiques),doublevérificationindépendante,préparermédicationselon

toujourscellequiladonne.

processuspour1patientàlafois,vérifieridentitédel’usageravec2identifiants, Réaliséà100%

Onsignelafeuilled’admissiondumédicament etc.

(FADM)avantd’avoirdonnélamédication.

Délaisetomissionsparcequela Onnereçoitpaslamédicationprescriteen Incluregestiondel’ordonnancedansnouveauprocessusstandardisé:Lorsqu’il

médicationestmanquante

urgence(STAT)dansundélairaisonnable.

s’agitd’unSTAT,prioriserlesuiviàlapharmacie/revoirlagestionduSTATà

Lamédicationn’estpastransféréeavecle

l’unité(parMDetpersonnel)/gestiondelanouvelleordonnance.

patientquandilestdéplacéd’unité.(ouentre Assurerlesuivid’unpttransféré(fairesuivremédication).

Réaliséà90%

urgenceetunité).

Formationetinformationofferteaupersonnel.

Onoubliedefaireunsuivipourunpatientqui

étaitabsentoupourmédicationmanquante.

Erreursduesaufaitquela Pardesappelstéléphoniques,cloched’appel,de Processusd’administrationdelamédicationaétéstandardisé:onidentifieune

personnequidonnelamédication nombreuxdéplacements,etc.

personnepourdonnerlamédicationetonmetenplacedespratiquesdans

Réalisé100%

estsouventdérangée

l’organisationdutravailpouréviterdedérangercettepersonneplus

particulièrementauxheuresdegrandedistributiondelamédication.

Autresélémentsreliésàla

communication


Lemédecinfaitsonordonnancesurunefeuille

d’ordonnancenonidentifiéeaunomdupt/

CodesFADMnonstandardisés.




Gestiondudossier:Plaquernouvellefeuilled’ordonnancesviergeparcommis.

StandardisercodesFADM.

Signalvisuelsurletableaud’assignationindiquantquidistribuelamédication.

ÉTAPEFUTURE:PlanifierundéploiementpourimplanterleprocessusstandardisédanslesautresunitésetservicesduCSSS.

FACTEURSCLÉSDESUCCÈS

Communication

Ateliersdetravail

Cartographieduprocessusstandardisé


Processus,étapeparétape,del’arrivéedupatientà

l’urgencejusqu’àsonadmissionsurl’unitéetà

l’administrationdesonmédicament.



Structureformelleetinformelle:

Planifierdesrencontresdeservices

Permettreaupersonneld’exprimerleurscommentairesetyréagir

rapidement/courtesrencontresd’équipefréquentes

Communication

Communiquerprojetauxdirigeants,médecins,personnel

Impliquerlepersonneletlesprofessionnels

Outillerlesgestionnairesetlepersonnel

Faireconnaîtrelesrésultats

6RÉSULTATS

Projetd’expérimentationau7e,HHM:février2011

Projetd’expérimentationau11e,HHM:décembre2011janvier2012

Premiersrésultats:

Meilleurtravaild’équipeetmeilleurecommunicationdansl’équipe.

• Diminutiondeserreursdemédicamentsayanteuune Souplessedansl’assignationpermettantdes’ajusterauxbesoinsdelaclientèle.


conséquencepourl’usager

• Diminutiondeserreurs«d’identitédel’usager»

Arrêtduprojetenl’absenceduchefrégulier


Planifierlesprojetsd’expérimentation

Planifier,réaliser,évaluer,agiraux7eetau11eétages.




Réalisé100%

Première fois,

depuis 2004, qu’il

n’y aucune erreur

de médicament

déclarée pour

plus de 30 jours

consécutifs!

Processusimplantéetrespecté/outild’implantationélaboréetbonifié.

Satisfactionetmobilisationdel’équipe.

Suividesindicateursdepuisle17décembre2011:

• Période10(15jrs)+Période11(28jrs)+Période12(28jrs):Aucunrapportdedéclarationd’erreurde

médicament.

• Période13 (12jrs):1rapportdedéclarationd’erreurdemédicament.

Trouverdessolutionsenéquipeauxproblématiquesidentifiées:ex:ajustement

del’assignation/modulespourrépondreauxbesoinsdesptsetassurerleur

sécurité(maispasaudétrimentdel’uniformisationduprocessus)

Communiquerlesrésultats

Maintenirlecap:leadershipduchef

2. Quelles sont les 3 étapes

permettant de réaliser le BCM?

a)

b)

c)

LE SAVIEZ-VOUS?

Lors de l’admission de l’usager, l’histoire pharmacothérapeutique,

l’étude des divergences et la résolution des divergences doivent

être réalisées dans un délai inférieur ou égal à 24 heures.

Question 2 :

1- Histoire pharmacothérapeutique

2- Étude des divergences

3- Résolution des divergences

Question1 :

b) 24 heures

L ’ É C H O D U R É S E A U AV R I L 2 0 1 2 9


TRANSPORT COLLECTIF SUR LE TERRITOIRE DE LA MRC D’ACTON :

UN GRAND SUCCÈS!

Il y a quelques années, un projet de

transport collectif a vu le jour sur le

territoire de la MRC d’Acton pour

répondre aux besoins d’autonomie des

personnes handicapées. Avec les années,

devant le nombre grandissant de besoins, la

volonté de plusieurs partenaires du milieu a

permis de développer un réseau de

transport collectif à moindre coût,

améliorant ainsi l’accès aux services

communautaires et de santé. Ainsi, depuis

janvier dernier, les gens du territoire

peuvent profiter d’un coût de transport à

1 $.

Pouvoir se rendre à ses rendez-vous de

santé, participer aux activités proposées par

les organisations du milieu ou aller à la

pharmacie est facile pour beaucoup d’entre

nous. Il ne suffit que de prendre notre auto

et d’y aller.

Pourtant, pour d’autres personnes, il faut

y penser à deux fois avant de se rendre du

point A au point B. Pour certains, c’est une

question de planification et de budget.

Un projet en évolution

Depuis 1992, les autobus Omnibus Région

d’Acton sillonnent les rues et les rangs de la

MRC d’Acton pour répondre aux besoins

d’autonomie des personnes handicapées. En

2005, les principaux partenaires corporatifs

de la région participent à la mise en place

du service de transport collectif, la flotte de

taxis locale s’associe et vient compléter

l’offre de service pour le déplacement des

plus petits groupes d’utilisateurs. Toute la

population peut maintenant se déplacer sur

le territoire ou vers les régions voisines.

Quelques années d’opération plus tard, le

nombre de personnes utilisatrices stagne et

nous constatons qu’il y a encore des

annulations d’activités ou de rendez-vous et

qu’il y a toujours autant de personnes

isolées.

Les partenaires membres des tables de

concertation intersectorielle PEF-0-5 ans et

À toute jeunesse de la MRC d’Acton

souhaitent une utilisation maximale des

services et multiplient les initiatives pour

contrer ce problème, sans pour autant

trouver « la solution ».

Dans une perspective de développement

des communautés et de développement

durable, les partenaires se mobilisent

autour de cette problématique et procèdent

à des investigations. Après analyse, ils

constatent que le coût du transport semble

le principal obstacle peu importe la

catégorie d’âges des répondants.

À ce moment, chaque transport sur le

territoire coûte 2,75 $. Par exemple, un

parent qui se rend dans un CPE paie 11,00 $

de transport (deux fois l’aller-retour) et

7,00 $ de frais de garde pour un total de

18,00 $ par jour. Une personne qui se dirige

vers une organisation du milieu (pharmacie)

ou au CLSC paie 5,50 $ pour l’aller-retour.

La vie en milieu rural est intimement liée à

la mobilité des personnes.

Pour les partenaires, la gratuité du service

de transport collectif n’est pas une option

responsable, constructive et durable. La

tarification devient leur principale cible :

trouver un moyen de diminuer le montant

versé par l’utilisateur tout en ne menaçant

pas l’équilibre budgétaire du service de

transport actuel.

En 2010 : Un projet est déposé auprès de

différents bailleurs de fonds régionaux ou

nationaux. Il faut informer, mobiliser,

expérimenter et mettre en place un nouveau

modèle de « tarification sociale ».

En décembre 2011 : le conseil

d’administration de la Fondation Santé

Daigneault-Gauthier a accepté de devenir

partenaire de la « tarification sociale ».

Il contribue ainsi à l’amélioration de l’accès

aux services de santé du CSSS (CLSC de la

MRC-d’Acton) pour l’ensemble de la

population de son territoire.

Au mois de janvier 2012 : En plus des

sources de financement traditionnelles liées

au transport :

• 15 nouveaux partenaires publics,

parapublics, privés ou communautaires se

sont ajoutés et les démarches de

partenariat se continuent.

• Le nombre de circuits offerts est en

constante augmentation, ce qui signifie la

possibilité de se déplacer plus souvent

vers différentes destinations.

• Le nombre de transports est passé de

3 725 en 2010 à 6 617 en décembre

2011, soit plus de 57 % d’augmentation

et la courbe de croissance du nombre de

transport ne ralentie pas encore.

• Le coût du billet est maintenant de 2,75 $

et est partagé entre l’utilisateur, 1,00 $,

et le partenaire 1,75 $.

Toutes les personnes qui se dirigent vers

les organisations suivantes se voient offrir

la tarification sociale : CPE La Douce Couvée

d’Acton Vale et de Roxton Falls et ses

milieux de garde familiaux, Maison jeunesse

l’Oxy-Bulle de Roxton Falls, Loisirs Upton,

Ressources Femmes, Maison de la famille

Valoise, Centre de bénévolat d’Acton Vale,

Maison des jeunes d’Acton Vale, Caisse

populaire Desjardins d’Acton Vale et de Ste-

Christine, La petite ferme de l’auberge de

Roxton, Palestrie d’Acton Vale, Pharmacie

Brunet, Pro-Cycle d’Acton Vale, Le Petit

Pont, Carrefour Jeunesse Emploi comté de

Johnson, Vision compétences, la

Coopérative de solidarité de santé de la MRC

d’Acton, et le CLSC de la MRC-d’Acton.

La tarification sociale, un projet novateur,

réalisé et porté par de gens de chez nous.

Un projet qui rayonne déjà auprès des

autres régions de la Montérégie!

1 0 L ’ É C H O D U R É S E A U AV R I L 2 0 1 2


DÉJÀ DEUX ANS

POUR L’ACCUEIL

CLINIQUE!

Un message de

l’exécutif du conseil

multidisciplinaire

En 2010, un nouveau

service, l’accueil

clinique, a vu le jour

pour mieux outiller les médecins

de première ligne. Depuis le

début, 1 800 patients, dont près

de 800, dès la première année,

ont bénéficié de ce service et

plus de 130 médecins du

territoire, membres ou non du

Conseil des médecins, dentistes et

pharmaciens, réfèrent des patients à l’accueil

clinique.

La Direction des affaires médicales et la

Direction des services ambulatoires et de

première ligne ont travaillé, de concert avec

les médecins de première ligne, pour dresser

une liste de protocoles correspondant aux

problématiques les plus souvent rencontrées à

l’urgence et qui peuvent être traitées en

ambulatoire.

Plusieurs efforts ont été déployés pour

arrimer les services avec ce nouveau concept

d’offre de service : plages horaires dédiées en

radiologie, collaboration avec le personnel de

l’Unité de médecine de jour et de l’urgence,

suivi disponible pour des examens durant les

heures d’ouverture des cliniques médicales,

etc. Ce concept novateur est même devenu

une référence pour d’autres CSSS au Québec.

Depuis sa mise en place, un site Internet a

été conçu et regroupe 17 protocoles cliniques,

correspondant à des pathologies courantes,

présentés sous forme d’algorithme pour guider

les médecins des cliniques médicales et

groupes de médecine de famille (GMF) du

territoire. Le médecin peut suivre une

procédure virtuellement, imprimer une requête

pour des examens diagnostiques, référer son

patient à l’infirmière de l’accueil clinique et

obtenir ses résultats pour effectuer le suivi,

dans la même journée. Il demeure responsable

du suivi de son patient tout au long du

processus grâce à un accès rapide et convivial

aux plateaux techniques de l’hôpital.

L’équipe de l’accueil clinique

Des guides d’aide à la pratique ont été

ajoutés au site Internet pour aider les

médecins de première ligne à établir des

diagnostics ou à servir d’étape préalable à la

référence vers un spécialiste.

L’organisation du CSSS Richelieu-Yamaska et

les médecins de première ligne sont fiers de ce

projet précurseur qui représente, pour eux, un

modèle d’accessibilité de soins et services. La

mise en place de l’accueil clinique aura permis

de noter des gains importants pour le CSSS,

notamment :

➢ Une participation de ce projet à la

réduction de la durée moyenne de séjour

sur civière à l’urgence étant donné que la

clientèle est dirigée au bon endroit;

➢ Ce projet permet au CSSS d’assumer sa

responsabilité populationnelle, puisque

les médecins du territoire réfèrent leur

clientèle à ce service reconnu par eux

comme étant rapide, efficace et

personnalisé;

➢ La communication entre les médecins de

première ligne et les médecins

spécialistes a été améliorée grâce à

l’élaboration de protocoles, de guides

d’aide à la pratique, etc.;

➢ L’organisation a également profité de ce

projet pour présenter aux médecins de

famille de son territoire tous les services

offerts dans ses CLSC et centres

d’hébergement.

Votre horaire est chargé?

Vous avez le goût de joindre

vos compétences à celles de

vos collègues pour développer

certains projets cliniques reliés à

votre discipline qui vous tiennent

à cœur? Le comité de pairs est

une opportunité exclusive!

Le comité de pairs est composé

de professionnels volontaires,

issus d’une même discipline,

travaillant au CSSS et partageant

un projet professionnel commun.

Ce projet doit toucher

l’avancement du champ de

compétences et l’amélioration de

la qualité des soins et des

services. Une fois les étapes

requises complétées, les

professionnels de ce groupe sont

libérés de leurs fonctions

habituelles, sur une base régulière

(au frais du conseil

multidisciplinaire), pour la

réalisation de ce projet.

Voici des exemples de sujets qui

peuvent être abordés par un

comité de pairs :

- harmonisation de certaines

pratiques;

- développement d’outils cliniques

utiles à la pratique;

- identification des besoins de

révision, d’élaboration de

programme ou de protocole

d’intervention et de procédure

afin d’améliorer la qualité des

pratiques.

Pensez-y!

Pour plus d’information,

contactez l’un des membres de

votre CECM!

L ’ É C H O D U R É S E A U AV R I L 2 0 1 2 1 1

More magazines by this user
Similar magazines