COMMENT BIEN GÉRER SON CAPITAL DE VIE? - SHEKINA

spcm.org

COMMENT BIEN GÉRER SON CAPITAL DE VIE? - SHEKINA

Comment bien gérer son capital de vie?

Le prochain

« Recommande aux

riches de faire du

bien, d'être riches en

bonnes œuvres,

d'avoir de la libéralité,

de la générosité

et de s'amasser ainsi

pour l'avenir un trésor

placé sur un

fondement solide,

afin de saisir la vie

véritable.»

( I Timothée 6:19)

à un pauvre de venir prendre les miettes qui tombaient

de sa table. Pour cela, il avait soigneusement

fermé sa porte... Une fois mort, le riche découvre à

ses dépens que sa porte close, de quelques centimètres,

est devenue un abîme infranchissable qui le

sépare du paradis (voir Luc 16:19-31) .

«Tels sont les riches. Des biens qui sont communs, ils

les regardent comme leur étant propres, parce qu'ils s'en

sont emparés les premiers. Si chacun, après avoir pris sur

ses richesses de quoi satisfaire ses besoins personnels,

abandonnait son superflu à celui qui manque du nécessaire,

il n'y aurait ni riche, ni pauvre. Vous qui engloutissez

tout dans le gouffre d'une insatiable avarice, vous croyez

ne faire de mal à personne, lorsque vous privez du nécessaire

tant de misérables.

Quel est l'homme injustement avide? N'est-ce pas

celui qui n'est point satisfait lorsqu'il a suffisamment?

Quel est le voleur public? N'est-ce pas celui qui prend

pour lui seul ce qui est à chacun? N'es-tu pas un homme

injustement avide, un voleur public, toi qui t'appropries

seul de ce que tu as reçu pour le dispenser aux autres?

On appelle brigand celui qui dépouille les voyageurs

habillés, mais celui qui ne revêt pas le pauvre nu, méritet-il

un autre nom? Le pain que vous enfermez est à celui

qui a faim; l'habit que vous tenez dans vos coffres est à

celui qui est nu; la chaussure qui se gâte chez vous est à

celui qui n'en a pas; l'or que vous enfermez est à celui qui

est dans le besoin. Ainsi vous faites tort à tous ceux dont

vous pourriez soulager la pauvreté.

Voilà de beaux discours, dites-vous, mais l'or est plus

beau... Que ne puis-je donc vous mettre sous les yeux

toute la misère du pauvre, afin que vous sentiez de quels

gémissements et de quelles larmes vous composez votre

trésor!»

(Extrait d'un sermon de Basile le Grand, prédicateur du troisième

siècle.)

162

More magazines by this user
Similar magazines