COMMENT BIEN GÉRER SON CAPITAL DE VIE? - SHEKINA

spcm.org

COMMENT BIEN GÉRER SON CAPITAL DE VIE? - SHEKINA

Le projet

Comment bien gérer son capital de vie?

Ce projet du suprême commandement est

confirmé par un célèbre texte de l’Evangile:

«Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus pour l’éprouver:

Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle?

Jésus lui dit: Qu’est-il écrit dans la loi? Qu’y lis-tu? Il

répondit: Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton

cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée;

et ton prochain comme toi-même.

Tu as bien répondu, lui dit Jésus; fais cela et tu vivras.

Mais lui, voulant se justifier, dit: Qui est mon prochain?»

(Luc 10:25-29)

Pour répondre à cette dernière question, Jésus

raconte le récit du bon Samaritain. Dans cette histoire,

un sacrificateur, un Lévite et un Samaritain

sont confrontés tour à tour à la détresse d’un malheureux.

Seul, parmi les trois, le Samaritain va agir

avec amour en prenant soin du blessé.

L’histoire du bon Samaritain est tellement

connue que nous oublions souvent que Jésus adresse

cette parabole à un religieux qui vient de réciter

le suprême commandement.

Ce contexte est pourtant primordial pour comprendre

l’objectif de Jésus. En mettant en cause

deux Juifs religieux et un Samaritain, Jésus met en

scène des hommes qui ont un dénominateur commun:

ils se réclament tous de la loi de Moïse.

La théologie du Samaritain est la moins bonne.

Pourtant son attitude démontre que sa vie est réellement

traversée par l’amour de Dieu.

Mesuré par cet exemple d’amour, l’interlocuteur

de Jésus se retrouve face à sa propre stérilité

spirituelle. Jésus termine l’entretien sur cette invitation:

«Fais cela (aime ton prochain) et tu vivras.»

Pour Jésus, une vie en bonne santé spirituelle est

une vie qui met son capital au service de l’amour

Les Samaritains

n’étaient pas des

Juifs d’origine, mais

un peuple avec des

races mélangées issu

des déportations de

720 av. J.-C. Suite à

l’influence du culte

juif, les Samaritains

devinrent monothéistes

et acceptèrent

la loi de Moïse.

Ecartés du Temple

par les Juifs, les

Samaritains offraient

leurs sacrifices dans

leur propre sanctuaire

élevé sur le mont

Garizim.

19

More magazines by this user
Similar magazines