La puissance d'En Haut - Mission Chrétienne Globale

spcm.org

La puissance d'En Haut - Mission Chrétienne Globale

28 ♦

nous. Je me rends compte que beaucoup de gens essayent

d’intellectualiser et d’interpréter de manière théorique des choses

qui devraient tout simplement être expérimentées. Ils se

troublent eux-mêmes en essayant d’appréhender avec leur

intelligence ce qui doit être reçu par la foi comme une expérience

consciente.

L’Eglise a grand besoin de se réformer sur ce point. Les

Eglises devraient s’éveiller à la réalité en ce qui concerne le

baptême du Saint-Esprit et prendre une position nouvelle. Elles

devraient prendre une ferme position concernant les qualifications

des ministères et des conducteurs de l’Eglise. Elles devraient

refuser d’établir comme pasteur quelqu’un dont les

qualifications pour ce poste ne sont pas bien satisfaites. Même

s’il possède beaucoup d’autres qualités susceptibles de le recommander,

les Eglises ne devraient pas le nommer à ce poste

s’il n’a pas prouvé qu’il possédait ce revêtement de puissance

pour gagner des âmes à Christ. C’était autrefois la coutume dans

les Eglises, et je crois que cela se pratique encore dans certains

endroits, de faire un appel de candidature au poste de pasteur.

Il fallait alors contrôler les fruits spirituels du candidat pressenti,

pour juger de sa qualification, et constater qu’il était bien

appelé par Dieu pour exercer ce ministère. Beaucoup d’Eglises

devraient être très satisfaites d’avoir pu faire appel à un ministère

fructueux et non à un sarment desséché, c’est-à-dire à

quelqu’un qui n’est qu’un intellectuel, avec une tête bien pleine

mais peu de cœur, un auteur élégant, mais sans onction, un

grand logicien, mais avec peu de foi, un homme à l’imagination

fertile, peut-être, mais sans la puissance du Saint-Esprit.

Les Eglises devraient obliger les séminaires de théologie à

leur rendre des comptes très stricts dans ce domaine. Sinon, je

crains que les séminaires de théologie ne s’éveillent jamais à

leurs responsabilités. Il y a quelques années, une branche de

l’Eglise d’Ecosse fut tellement excédée par le manque d’onction

et de puissance des pasteurs formés par son séminaire de

théologie qu’elle décida de ne plus employer de pasteurs issus de

ce séminaire, tant que ce dernier n’aurait pas réglé ce problème.

Cette réprimande fut nécessaire, juste, et opportune. Elle eut, je

le crois, un effet très salutaire. Il est absolument nécessaire

qu’un séminaire de théologie ne soit pas qu’un endroit où l’on

enseigne la doctrine. Mais il doit aussi, et tout particulièrement,

permettre de développer l’expérience chrétienne. Il est certain

More magazines by this user
Similar magazines