La puissance d'En Haut - Mission Chrétienne Globale

spcm.org

La puissance d'En Haut - Mission Chrétienne Globale

62 ♦

Si telle est la véritable définition d’un divertissement innocent,

il est donc impossible à un pécheur impénitent ou à un

chrétien rétrograde de supposer qu’il puisse s’engager dans un

quelconque divertissement innocent. S’ils pouvaient le faire,

comme le croyait le pasteur âgé dont j’ai parlé, cela signifierait

que l’inconverti aurait eu d’abord son cœur changé, et que le

chrétien rétrograde serait retourné à Dieu. Un divertissement

innocent est un service d’amour rendu à Dieu, le meilleur service

que l’on puisse Lui rendre à ce moment précis.

Il faut bien se rappeler tout cela quand on se propose de

s’engager dans un divertissement quelconque. Il ne faut pas se

demander : “Quel mal y a-t-il à cela ?” Mais : “Quel bien cela

peut-il faire ?” “Est-ce la meilleure façon pour moi de passer mon

temps ?” “Est-ce la meilleure activité que je puisse faire en ce

moment pour glorifier Dieu et étendre Son Royaume ?” Sinon, il

ne s’agit pas d’un divertissement innocent, mais d’un péché. Si

l’on pose la question : “Ne devons-nous donc jamais chercher à

nous amuser ?” je répondrais : “C’est notre privilège et notre

devoir de nous élever au-dessus du désir de nous amuser. Tous

nos désirs doivent être soumis à notre soif de vivre dans la

lumière de Dieu, et d’être dans une communion si profonde avec

Lui que nous n’aurons plus aucun intérêt pour toute forme

divertissement.” C’est certainement notre privilège d’enfant de

Dieu, de marcher si près de Lui, et de rester en communion si

étroite avec Lui, que nous n’aurons plus besoin de nous engager

dans tout ce qui fait la joie et l’excitation du monde : sports,

passe-temps et loisirs de toutes sortes. Nous n’aurons pas

besoin de cela pour être comblés et joyeux. Quand un chrétien

apprécie vraiment son privilège de pouvoir être en communion

avec Dieu, il repoussera instinctivement toute sollicitation de

s’engager dans des divertissements mondains. De tels passetemps

lui apparaîtront bien ternes, bien peu satisfaisants, et

même répugnants. S’il est attiré par les choses d’en haut, comme

il devrait l’être, il lui semblera qu’il ne peut pas se permettre de

descendre au niveau du monde pour en rechercher les plaisirs.

Un chrétien qui met sa joie à pratiquer les sports et les

passe-temps de ce monde, ou qui a besoin de les pratiquer, a

certainement abandonné son premier amour pour retourner

dans le monde. Un homme spirituel ne peut trouver aucune joie

dans la compagnie du monde. Une telle compagnie ne provoque

en lui que de la répulsion. La compagnie du monde est pleine

More magazines by this user
Similar magazines