Magazine n° 92 novembre 2008 - Territoire de Belfort

cg90.fr

Magazine n° 92 novembre 2008 - Territoire de Belfort

92novembre 2008

Le MensUeL

DU ConseiL généraL DU territoire De BeLFort

LES RENCONTRES DU TERRITOIRE 2008

4

PAGES POUR COMPRENDRE LES ENJEUX

ET RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE

EDITO

Le Conseil général vit au rythme des habitants du Territoire de Belfort, et ce dernier

trimestre est le moment, pour l’administration départementale et les élus de préparer

leur budget pour l’année 2009. Comme chaque année, nous devrons prendre des

décisions, fixer des orientations, définir des priorités pour l’action publique locale. Si

le Conseil général dispose de compétences très larges pour améliorer les conditions de

vie de ses habitants, la conjoncture économique actuelle n’est pas sans contraindre ses

capacités d’intervention.

« les Rencontres du

Vous le savez, le problème du financement des nombreuses et lourdes

Territoire, comme chaque

compétences transférées par l’Etat dans le cadre de l’acte I de la

année, sont l’occasion de

décentralisation n’est toujours pas résolu. Les dépenses obligatoires

débattre avec vous des

augmentent, et pour ne pas en faire payer le prix au contribuable, nous

politiques publiques du

devons faire des choix. Autrement dit, nous a lons plus que jamais devoir

faire mieux avec moins.

Conseil général »

Pour ma part, je considère que pour réaliser les arbitrages nécessaires nous devons faire preuve

d’innovation et surtout nous rapprocher au plus près des citoyens - de vous - bénéficiaires mais aussi

acteurs de l’action publique afin que les choix opérés soient les meilleurs et les plus partagés possibles,

au nom de l’intérêt général. Ainsi, les Rencontres du Territoire, comme chaque année, sont l’occasion

de débattre avec vous des politiques publiques du Conseil général et de ses interventions pour l’année

2009, dans tous ses domaines de compétences.

Nous avons pris le parti, compte tenu des enjeux qui se font jour, de vous interroger au moyen du

questionnaire qui accompagne ce document et votre magazine Vivre Le Territoire. Cette démarche

n’est pas neutre, e le a pour objectif, pour les élus que nous sommes de disposer de l’opinion la plus

large possible sur les grandes priorités pour 2009 et pour demain.

Je sais combien vous attachez d’importance à l’implication citoyenne, j’espère que cette démarche

recuei lera votre participation en remplissant ce questionnaire et en venant nombreux aux réunions

publiques qui seront organisées les 9, 10 et 11 décembre prochain afin d’échanger ensemble sur les

résultats qui découleront de cette enquête.

Yves Ackermann

Président du Conseil général

du Territoire de Belfort

Remplissez le questionnaire joint à ce numéro de Vivre Le Territoire

de novembre 2008 ou en ligne sur www.cg90.fr

Rencontres du Territoire 2008

Répondez au questionnaire !

Donnez votre opinion sur les priorités du département

pour 2009 en remplissant le questionnaire joint à ce magazine.

Les résultats vous seront présentés au cours de trois réunions

publiques organisées les 9, 10 et 11 décembre prochains.

plus d’infos en page 2.

La culture

en pratiques


SOMMAIRE

ViVre Le territoire n°92

3. Édito

Agir au plus près de vous

4. Événement

Le Territoire cité

en référence

12. Reportage

photo

9 e édition du Mois du

film documentaire

14. Micro-trottoir

« Pour moi, la culture...»

25. Agenda

Zoom sur l’actualité

culturelle et sportive > 25

Agenda du mois

de novembre > 26

28. Mémoire

Léon Deubel,

poète maudit

29. Jeux

Mots emmêlés,

échecs et concours

30. Parole des élus

Les groupes

de l’assemblée

départementale

s’expriment

31. Internet

Lire, écouter, voir… sur le

nouveau www.cg90.fr

Pour recevoir gratuitement

ce magazine sur cassette

audio, écrivez à : Direction

de la Communication,

Conseil général du Territoire

de Belfort, Place de la

Révolution française, 90020

Belfort Cedex. Tél. 03 84 90 90 05.

Enregistrement réalisé par les donneurs

de voix de la Bibliothèque sonore de

Belfort, 24 rue Deferre. Permanences les

mercredis et samedis de 10 h à 11 h 45.

Tél. 03 84 21 01 97

DOSSIER

La culture en pratiques

Apprendre à surfer sur internet, pratiquer

le chant, faire du théâtre, jouer d’un

instrument, lire, écrire, danser, peindre,

sculpter… Le Conseil général soutient les

associations et structures du Territoire afin

que chaque habitant puisse avoir accès à

la pratique culturelle de son choix.

À retrouver en page 15

LE CONSEIL GÉNÉRAL EN ACTIONS

6. Un lieu unique pour aider

à construire sa vie

8. Les prédateurs sont-ils méchants ?

10. Coup double sur la Coulée verte

11. Quand Vogel allie le geste à la musique

11. Une semaine pour découvrir la Serbie

LE TERRITOIRE EN ACTIONS

21. Le Pôle Véhicule du Futur affine

sa stratégie

22. Trois structures s’unissent pour créer

Travaux Solidaires Groupe

23. Les Francs-comtois se donnent

rendez-vous sur le web

23. Un alternateur parmi les plus puissants

du monde, sort du Territoire

24. Des étudiants confortablement logés

24. L’IUT a du génie

Rencontres du Territoire 2008

Répondez au questionnaire !

Comme chaque année, le Conseil général

vous propose « les Rencontres du Territoire »,

un vaste débat public pour comprendre et

décider ensemble des grandes orientations

de la Collectivité pour l’année à venir.

Cette année, le Conseil général a décidé

d’amplifier cette démarche et de vous offrir

la possibilité de donner votre opinion sur les

priorités du département, pour 2009.

Vous avez dès aujourd’hui l’occasion de

remplir le questionnaire joint à ce numéro

de Vivre le Territoire. Pour vous y aider,

un document explicatif accompagne le

questionnaire. Les résultats vous seront

présentés par le Président et les élus du

Conseil général au cours de trois réunions

publiques organisées le 9 décembre à Delle

(18h – salle des fêtes), le 10 à Rougegoutte

(18h – salle communale de la Cité) et le

11 à Belfort (18h – Atria). Ces trois réunions

seront ainsi l’occasion d’échanger et de

définir ensemble les actions prioritaires

pour 2009.

Vous avez jusqu’au 15 novembre prochain

pour remplir le questionnaire et l’adresser

(sans affranchissement) au moyen de

l’enveloppe T qui l’accompagne. Vous pouvez

également remplir le questionnaire en ligne

sur www.cg90.fr

2

vivre le Territoire • Hôtel du département • Place de la Révolution française • 90020 Belfort Cedex • Tél. : 03 84 90 90 90 • Fax : 03 84 57 06 31 • Courriel : conseil.general@cg90.fr • Site internet :

www.cg90.fr • Directeur de la publication : Yves Ackermann • Directeur de la communication : Serge Tisserand • Rédacteur en chef : Patrick Fitamant • Journalistes : Christel Jourdan, Diane Major, Catherine

Robet, Nathalie Gauthier, Sophie Denis, Alexandre Angel • Photographies : Samuel Carnovali, Archives départementales, Jean-François Lami, Territoire de Musiques • Coordination : Alain Poncet •

Réalisation :

contact.infos@spherepublique.fr • Impression : Schraag • Tirage : 64 000 exemplaires •Dépôt légal n° 23-95, ISSN 1259 184 XT

Photo de couverture : Dans le cadre de l’opération Cultures collèges, menée par le Conseil général, des élèves de l’établissement de Montreux-Château

ont travaillé, au mois de mai dernier, avec les professionnels du Centre chorégraphique national de Franche-Comté à Belfort (CCN). ©Samuel Carnovali

vivre le territoire N°92

le magaziNe du coNseil géNéral du territoire de belfort


édito

Agir au plus près

de vous

:::: Madame, Monsieur

Yves Ackermann lors de la présentation à la presse nationale

du Contrat départemental d’accès à l’emploi,

au siège de l’Assemblée des Départements de France, à Paris.

Bien qu’il ait eu du mal à le reconnaître, le gouvernement

finit par admettre que la récession est là. Alors que nos

dirigeants prétendaient que la France ne subirait pas la

crise mondiale, tel un nuage de Tchernobyl s’arrêtant à nos

frontières, on voit bien que le capitalisme financier fait des

dégâts considérables dans notre pays aussi.

Il ne s’agit pas d’accabler Nicolas Sarkozy et

son gouvernement en les accusant d’être à

l’origine de cette crise mondiale, mais on

peut s’interroger sur ce qui a été fait depuis

l’élection présidentielle de 2007. Il parle

maintenant « d’idée folle » lorsqu’il évoque un marché tout

puissant sans contre-pouvoir politique. Il est fâcheux qu’un

Chef de l’État se rende compte si tardivement des dégâts

qui peuvent être provoqués par le libéralisme à outrance

qu’il a toujours soutenu.

Quand il prive l’État de 15 milliards d’euros pour faire plaisir

aux plus riches, quand il privatise La Poste, quand il

libéralise notre système de santé, quand il démantèle le

droit du travail, quand il menace l’Éducation nationale en

réduisant de manière drastique le nombre d’enseignants, il

organise un affaiblissement de l’État qui ne peut que nous

être préjudiciable. Face à un marché devenu fou, il nous

faut trouver les moyens de protéger les Français. Ce n’est

pas avec une puissance publique complètement désarmée

que nous le pourrons.

En tant que président de l’Union européenne, Nicolas

Sarkozy doit agir rapidement avant qu’il ne soit trop tard

et que nos concitoyens ne subissent trop lourdement les

effets d’un désastre financier à nul autre pareil.

« … le capitalisme financier

fait des dégâts considérables

dans notre pays. »

primordial à jouer afin de soutenir notre économie. C’est

pour cette raison qu’il nous faut réussir les défis majeurs

que sont la ligne à grande vitesse ou le site médian. C’est

aussi pour cela qu’il nous faut soutenir les entreprises en

difficulté, notamment par des opérations immobilières

telles que nous avons pu le faire pour Rencast, Nipson ou

les transports Buffa. En rachetant leurs

locaux, avec pour certains l’aide de la

Sempat, nous leur avons permis de sauver

des emplois.

Vous le voyez, jour après jour, le Conseil

général intervient au plus près de vous afin de trouver des

solutions aux problèmes qui se posent, qu’ils soient économiques

ou sociaux.

C’est dans cet esprit que vous trouverez ci-joint une enquête

que vous pourrez nous renvoyer afin de connaître votre

avis sur la situation de notre département et d’envisager

les politiques prioritaires pour 2009. Cette démarche de

concertation donnera lieu, par la suite, aux Rencontres du

Territoire, réunions de restitution lors desquelles nous dégagerons

des perspectives d’avenir en fonction des réponses

que vous nous aurez apportées.

À l’heure où le gouvernement envisage de supprimer les

départements, tout comme il a affaibli la puissance publique,

j’ai pour ambition de porter des projets utiles au développement

harmonieux de notre territoire et en adéquation

avec vos attentes, car proche de vos préoccupations.

Bien à vous,

De leur côté, les collectivités territoriales sont les premiers

investisseurs dans notre pays. Nous avons donc un rôle

Yves Ackermann

Président du Conseil général

du Territoire de Belfort

le magazine du conseil général du territoire de belfort

vivre le territoire N°92

3


ÉVÉNEMENT

Ahmed Bendjazia embauché

en CDAE à l’hôtel Ibis de Belfort.

L’entreprise Auchan a engagé

Émeric Lebeau en CDAE.

4

vivre le territoire N°91

le magazine du conseil général du territoire de belfort


événement

Emploi

Le Territoire cité en référence

Fin septembre, plusieurs médias nationaux se sont tournés vers le Territoire de Belfort.

L’objet de leur intérêt ? Le Contrat départemental d’accès à l’emploi (CDAE) créé par le

Conseil général. Ce dispositif original a été présenté comme une alternative pertinente

au Revenu de solidarité active (RSA) du Gouvernement.

:::: Crise financière majeure, récession…

Cet été, le chômage en France a connu

sa plus forte hausse depuis quinze ans

portant le nombre de demandeurs

d’emploi (chômeurs inscrits à l’ANPE

en catégorie 1) à près de 1 950 000 personnes.

Dans ce contexte particulièrement

difficile, les problématiques

de « retour à l’emploi » se posent de

manière cruciale.

Le Revenu de solidarité active

sous le feu des critiques

Au gouvernement, afin d’encourager

le travail et de réduire le nombre de travailleurs

pauvres, le haut commissaire

aux solidarités actives contre la pauvreté,

Martin Hirsch, a

«

conçu le Revenu de solidarité

active qui doit

être généralisé le 1 er juin

2009. En remplaçant le

RMI et l’Allocation de

parent isolé (API), le

RSA permet aux personnes

qui reprennent

un emploi de cumuler

une partie de leur

ancienne allocation et leur salaire. Si

chacun s’accorde à dire qu’en relevant

les minima sociaux le RSA apportera

un réel progrès, la question de son

financement, entre autre, est loin de

faire l’unanimité. Une autre critique

souvent évoquée concerne le risque

que le RSA ne favorise le temps partiel

et donc la précarité.

À ce jour,

le dispositif a permis

à 250 habitants

du département

bénéficiaires du RMI,

de reprendre pied

dans le monde du

travail. »

Le Territoire de Belfort

suscite l’intérêt

Fin septembre, alors que la polémique

sur le coût du RSA fait la « Une »

de nombreux quotidiens, une partie

de la presse nationale et spécialisée

s’intéresse au Territoire de Belfort. En

effet, depuis 2004, le Conseil général

expérimente son propre dispositif

qui, s’il poursuit les mêmes objectifs

semble par contre présenter d’autres

avantages.

Sur les ondes de France inter, le 24 septembre

: « Il n’y a pas que le RSA dans la

vie, le Conseil général du Territoire de

Belfort dit avoir trouvé mieux et il n’en

est pas peu fier. Là-bas, on parle de CDAE,

Contrat départemental d’accès

à l’emploi. Formule qui

a un avantage sur le RSA,

selon ses inventeurs : il sort

durablement les RMIstes de

la précarité… »

La veille, le 23 septembre, le

quotidien national France

Soir titrait : « le CDAE :

une alternative au RSA »,

et citant Yves Ackermann,

Président du Conseil général, soulignait

: « Le CDAE (…) c’est d’emblée un

contrat à temps plein, rémunéré au

Smic. De plus, l’originalité du dispositif

est de proposer aux bénéficiaires un suivi

personnalisé assuré par des conseillers

emploi-formation-insertion… »

Le quotidien économique, Les Échos,

du 19 septembre 2008, relevait pour

sa part que « ce dispositif compte

245 entreprises partenaires et, grâce aux

aides de Bruxelles, ne reviendrait pas

plus cher à la collectivité que ce que lui

coûte un RMIste ».

Le CDAE maintenu et reconnu

Reconnu dès le début 2008 par Martin

Hirsch comme une initiative pilote,

le CDAE a pu se développer dans le

Territoire et s’est étendu au secteur

non marchand (administrations, collectivités,

associations…). À ce jour, le

dispositif a permis à 250 habitants du

département bénéficiaires du RMI,

de reprendre pied dans le monde du

travail. Plus de 80 personnes en sont

déjà sorties avec un contrat à durée

indéterminée à plein temps. Cette

récente reconnaissance médiatique

vient confirmer le bien-fondé de cette

initiative originale du Conseil général.

L’avenir dira si, comme ce fut le cas

pour le RMI, le Territoire de Belfort sera

une fois encore à l’origine d’un dispositif

qui, à terme, sera mis en œuvre à

l’échelon national. :: PF

LA PRESSE EN PARLE

Les Échos (19/09)

Actualités sociales hebdomadaires

France Soir (23/09)

France 3 régions

France 2 (reportage

en préparation)

France inter (24/09)

en bref

Créé en 2004 par le Conseil

général du Territoire

de Belfort, le contrat

départemental d’accès

à l’emploi est un contrat

à plein temps rémunéré

au Smic, proposé par des

entreprises volontaires

à des bénéficiaires du

RMI. Le Conseil général

verse à l’entreprise un

aide équivalente au

RMI en contrepartie de

l’engagement d’une

embauche. Durant

une période de 18 mois

maximum, l’employeur et le

salarié sont accompagnés

par un professionnel du

Conseil général.

en chiffres

250 bénéficiaires

245 entreprises

41 emplois créés à ce jour

contact

:: Conseil général du

Territoire de Belfort

Direction générale adjointe

du développement social,

éducatif et culturel

Étienne Petitmengin

Place de la

Révolution française

90020 Belfort Cedex

Tél. 03 84 90 90 50

Courriel : etienne.

petitmengin@cg90.fr

En savoir plus :

www.cg90.fr / actu

le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°92

5


Le Conseil général

en actions

À savoir

La Maison départementale

des personnes handicapées

et la Maison des aînés sont

regroupées au sein de la

Maison de l’autonomie.

Retrouvez toutes les aides

en faveur des personnes

handicapées sur

www.cg90.fr

> Agissons ensemble dans le

Territoire > Accompagner les

personnes handicapées

Contact

:: Maison de l’autonomie

Centre des 4 As - 3 e étage

Rue de l’As de carreau

à Belfort

Tél. 03 70 04 89 89

La Maison de l’autonomie

est ouverte du lundi

au vendredi de 8 h 45 à

12 h 00 et de 14 h 00 à 16 h 30.

À savoir

LA SEMAINE DE L’EMPLOI DES

PERSONNES HANDICAPÉES.

Du 17 au 21 novembre, de

nombreuses animations

proposées par les partenaires

de l’emploi sont organisées

dans le Territoire de Belfort.

Plus d’infos sur

www.semaine-emploihandicap.com

MAISON DÉPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPÉES

Un lieu unique

pour aider à construire sa vie

Quel moyen de transport utiliser pour aller travailler lorsque le handicap ne permet pas

de conduire un véhicule ? Comment obtenir de l’aide pour s’habiller le matin ? Quelle

que soit la question, la Maison départementale des personnes handicapées, au sein de

la Maison de l’ autonomie créée par le Conseil général, propose des réponses adaptées.

Mieux encore, elle permet à chacun de construire un projet de vie qui va au-dede

l’aide matérielle.

:::: À la Maison départementale des

personnes handicapées, certains détails

ne trompent pas. Les boutons d’ascenseurs

sont placés très bas, la large porte

d’entrée automatique est barrée de

deux lignes de couleur contrastante.

Au sol, un guide-line podotactile (un

relief au sol que l’on peut sentir avec

le pied) nous conduit directement à la

borne d’accueil, également surbaissée,

sur laquelle a été installé un dispositif

d’amplification sonore. Pas de doute, les

usagers trouvent ici rapidement leurs

marques. « Les aménagements ont été

réalisés sur les conseils de nos deux ergothérapeutes,

spécialistes des espaces

adaptés », explique Agnès Terzibachian,

la directrice de la Maison départementale

des personnes handicapées. « Nous

avons voulu que cette maison soit la

plus accueillante possible. C’est pourquoi

un espace libre-service permet de

recevoir le public sans rendez-vous, que

ce soit pour un renseignement ou pour

mettre en œuvre un projet personnalisé

de compensation du handicap avec la

personne. »

Des équipes mobilisées autour

de l’usager

Le bureau d’accueil permanent fait

toute l’originalité de la MDPH. Face à la

personne handicapée, un interlocuteur

unique écoute et analyse les besoins.

Un dossier est élaboré qui permettra

ensuite aux différents professionnels

d’apporter une réponse pertinente. Ce

sont eux, ergothérapeutes, assistants

sociaux, spécialistes de l’emploi ou de

la scolarité des enfants, qui se déplacent

au domicile de l’usager pour lui

proposer des solutions. « Par exemple,

si vous êtes malentendant et en recherche

d’emploi, nous pouvons vous aider

à trouver un poste en rapport

avec votre statut et

dans lequel vous pourrez

faire valoir vos compétences

», poursuit la directrice.

« Le référent emploi fera le

lien avec les différents partenaires, les

employeurs et les organismes d’aide

à l’emploi. » Emploi, école, transport,

logement… Chaque projet est personnalisé.

Pour le mettre en œuvre, le

Conseil général dispose de plusieurs

outils. La Prestation de compensation du

handicap (PCH) finance les aides humaines

(pour la toilette, les repas…) techniques

(un fauteuil roulant, l’adaptation

du logement…) ou encore animalières

(chien guide d’aveugle…). Au quotidien,

une aide ménagère peut également être

financée pour l’entretien du logement.

Depuis cette année, les enfants bénéficient

également de la PCH pour faire

« Un espace libre

service permet

de recevoir le public

sans rendez-vous. »

appel, par exemple, à un auxiliaire de

vie à domicile. Pour les plus démunis,

le département a créé un fonds pour

l’adaptation du logement ou du véhicule

qui vient en complément de la PCH.

Le sport et la culture aussi

Une autre originalité de la MDPH est de

compter parmi ses équipes un référent

sport. Yannick Calley reçoit ainsi toutes

les personnes handicapées qui souhaitent

pratiquer une activité

physique. « Nous avons une

bonne offre handisport dans

le Territoire de Belfort. Mon

rôle consiste à mettre en

relation les pratiquants, les

clubs, les fabricants de matériels sportifs

adaptés et de proposer ainsi à toutes les

personnes qui viennent me trouver une

solution sportive, qu’il s’agisse de loisir

ou de compétition. » Si besoin, des aides

départementales peuvent être accordées

pour l’achat d’équipements spéciaux,

par exemple le handbike (vélo

à bras), beaucoup plus cher qu’un vélo

traditionnel. Comme pour le sport, la

culture à aussi son spécialiste, que ce soit

pour aller au cinéma ou pratiquer une

activité culturelle. Parce que la vie d’une

personne handicapée n’est pas faite que

de besoins de première nécessité… :: CR

6

vivre

le territoire N°92 le magazine du conseil général du territoire de belfort


L’accueil de la Maison de l’autonomie est adapté

à tous les types de handicap.

Maryline, atteinte d’un handicap évolutif

« Avec mon compagnon et mes deux enfants, j’ai une vie de famille bien remplie !

Lorsque nous avons décidé de faire construire notre maison à Auxelles-Bas,

j’ai tout de suite pensé aux aménagements adaptés. Je suis atteinte d’une maladie

évolutive alors je dois prévoir l’avenir et imaginer comment me déplacer dans

ma maison si je dois utiliser un fauteuil roulant. J’ai rencontré M me Coffineau,

ergothérapeute à la Maison départementale des personnes handicapées.

Elle m’a beaucoup aidée dans mon projet, en me proposant même des équipements

auxquels je n’avais pas pensé, comme la selle sur roulettes qui permet de s’asseoir en

position debout tout en me déplaçant. Très pratique pour faire la cuisine ou s’installer

à la table à langer pour changer le petit dernier ! Sur ses conseils, et grâce

à l’aide financière du Conseil général, nous avons adapté la salle de bains avec

un bac à douche extraplat pour y accéder en fauteuil, installé des portes larges et

coulissantes, des portes de garage et un portail électriques. Ça n’a l’air de rien mais

ce sont des aménagements extrêmement coûteux, même lorsque l’on travaille.

Pourtant, c’est loin d’être un luxe ! »

Maryline a trouvé les solutions

d’aménagement de son logement

grâce aux conseils d’une ergothérapeute.


Le conseil général en actions

à savoir

« Nos prédateurs sontils

méchants ?», à la

Maison départementale

de l’environnement (site

du Malsaucy). Jusqu’au

14 décembre 2008. L’entrée est

libre. Ouverture : tous les aprèsmidi

de 14 h à 18 h pendant les

vacances de la Toussaint.

Les mercredis, samedis,

dimanches et jours fériés de 14 h

à 18 h jusqu’au 14 décembre.

Programme complet disponible

sur

www.cg90.fr

>PréservonsleTerritoire

>Les-prédateurs-sont-ils

méchants?

Secourir et

protéger

Afin d’étendre son réseau de

correspondants en Franche-

Comté, l’association Athénas,

avec le Conseil général du

Territoire de Belfort, organise,

le samedi 8 novembre, une

formation « premiers soins »

réservée aux adultes.

Renseignements auprès de

l’association.

Tél. 03 84 24 66 05 ou

athenas@libertysurf.fr

Contact

:: Conseil général

du Territoire de Belfort

Maison de l’environnement

Tél. 03 84 29 18 12

Courriel : maison.

environnement@cg90.fr

Maison de l’environnement

Les prédateurs sont-ils méchants ?

Tueurs nés, nuisibles, menaçants… Ils nourrissent nos peurs enfantines et alimentent

d’effroyables légendes. Loup, renard, hibou… Jusqu’au 14 décembre, la Maison départementale

de l’environnement du Conseil général nous présente les prédateurs sous leur

vraie nature. Pour les réhabiliter mais aussi pour qu’ils ne soient pas considérés comme

de jolies peluches avides de caresses.

:::: Il s’agit de la suite du programme

« La biodiversité en question » démarré

avec l’exposition « Où sont nos

papillons ? ». Considérés comme nuisibles

ou dangereux, les prédateurs ont,

pendant longtemps, été massivement

exterminés en France. Aujourd’hui, ils

continuent de susciter une certaine

crainte même si nous les côtoyons de

moins en moins et si nous leur reconnaissons

une certaine utilité. « Plus

qu’une exposition, il s’agit d’une opération

qui s’articule autour de trois volets :

découvrir, apprendre et protéger »,

explique Vincent Rouire, le directeur

de la Maison de l’environnement. Si le

caractère ludique et distrayant de l’opération

est évident, son objectif principal

est de donner aux visiteurs les moyens

d’agir pour l’environnement.

En « découvrant » tout d’abord. « Nous

souhaitons combattre l’idée communément

admise que, si un animal tue,

c’est qu’il est méchant. » Grâce à un

quiz interactif mâtiné de spectacles de

marionnettes, les visiteurs peuvent tester

leurs connaissances en matière de

prédateurs. Sur la base d’un jeu télévisé

dont les animateurs vedettes sont des

animaux, le public humain est amené

à réfléchir à sa condition de plus grand

prédateur de tous les temps.

Un conte, spécialement créé pour la

Maison de l’environnement, amène

les spectateurs à témoigner de leur

expérience propre et une exposition

de photos exceptionnelles permet de

8

mieux connaître la fonction de prédation

dans la nature.

Pour « apprendre », des rencontresdébats

sont animées par des spécialistes

du terrain (vétérinaires, naturalistes,

photographes animaliers, techniciens

cynégétiques…) qui racontent ce qu’ils

ont vécu au cours de leurs

« Considérés

comme nuisibles

ou dangereux, les

prédateurs ont,

pendant longtemps,

été massivement

exterminés en

pérégrinations. « En nous

faisant partager leurs

observations et les émotions

ressenties au cours de

brèves et belles rencontres,

ces spécialistes donnent

une image réaliste de ces

animaux qui ne sont ni des

France.

monstres sanguinaires ni »

des animaux de compagnie. »

L’association Athénas s’associe au volet

« protéger » en proposant aux visiteurs

de parrainer un animal blessé recueilli

et soigné par le Centre régional de soins

à la faune sauvage avant d’être remis

« Nos poubelles années »

s’exporte en Bulgarie

L’exposition imaginée par la Maison départementale de l’environnement

en 2006 a séduit une délégation bulgare. « La ville de Varna, proche de la

mer Noire, qui compte 800 000 habitants, est menacée par une urbanisation

galopante », explique Vincent Rouire. « Elle cherchait une animation originale

qui serve également à la formation des jeunes en matière de gestion des déchets .»

Le Conseil général du Territoire de Belfort prête gracieusement l’exposition, visible

à l’Ecopark de Varna par le public et les scolaires jusqu’à la fin du mois

de novembre.

vivre le territoire N°92 le magazine du conseil général du territoire de belfort

en liberté. Implanté près de Lons-le-

Saunier, ce centre, géré par Athénas,

est soutenu par le Conseil général du

Territoire de Belfort depuis plusieurs

années. « Athénas est habilitée par les

pouvoirs publics pour s’occuper des animaux

sauvages. Elle forme les gardes

nature, les gardes-chasse,

les vétérinaires et toute

personne susceptible d’intervenir

dans la chaîne de

soins. »Grâce à son activité,

des centaines de prédateurs

à poils ou à plumes

sont soignés et relâchés

chaque année.

Cette incursion dans le

monde fascinant des prédateurs permet

de mieux les connaître et peutêtre

de moins les craindre. Même si, il

faut bien l’avouer, l’histoire du grand

méchant loup racontée aux enfants

n’est pas près de disparaître… :: NG


Buse variable

©Fabrice Cahez

© Gédéon programmes

« L’homme qui rêvait d’être loup » Ce film

documentaire de Philippe Molins présente la vie de

Werner Freund, qui partage le quotidien de cinq

meutes de loups. Présenté le 9 novembre à 15h.


Le conseil général en actions

Pistes cyclables

Coup double sur la Coulée verte

Vélo des villes ou vélo des champs ? À vous de choisir sur l’une ou l’autre des deux pistes

À savoir

Le Conseil général

du Territoire de Belfort

a déjà réalisé plus de

47 km de pistes cyclables

dans l’ensemble du

département. D’ici 2011,

près de 65 km de pistes

seront accessibles aux

habitants du Territoire et aux

cyclotouristes.

de la Coulée verte aménagées par le Conseil général, entre Essert et Bavilliers. La première,

en enrobé, facilite les déplacements à bicyclette, tandis que l’autre, en sablé, permet

la pratique d’activités de plein air, de la promenade familiale à la foulée sportive.

:::: En quelques mois, le projet de rénovation

de la Coulée verte est devenu

réalité. La priorité a été donnée au

tronçon urbain de l’itinéraire dont la

10

fréquentation a nettement augmenté

ces dernières années, en particulier

pour des usages utilitaires comme les

trajets domicile/travail ou scolaires.

Les premiers travaux, terminés début

juillet, ont donc consisté à réaliser une

piste bitumée entre la rue Vinez, à Essert,

et le lieu-dit « Chemin stratégique », à

Bavilliers. Puis, en août, les engins de

chantier se sont attelés à la création

d’une nouvelle piste en sablé réservée

aux piétons. Dans les toutes prochaines

années, l’ensemble du cheminement en

sablé, d’Essert à Châtenois-les-Forges,

sera entièrement rénové, à raison de deux

à trois kilomètres par an.

Un projet imaginé

avec les habitants

« Le macadam, ce n’est pas bon pour

les joggers ! », « Pourquoi les patineurs

seraient privés de nature,

condamnés aux pistes du

centre-ville ? »… Les usagers

se sont largement exprimés

sur le projet de rénovation

de la Coulée verte

lors de deux concertations

publiques organisées à Bavilliers par le

Conseil général, en mai et juillet 2007.

Finalement, le projet a permis de

concilier les loisirs et l’utilitaire. Les

deux pistes sont séparées en partie par

le canal de la Haute-Saône. Ainsi, pas

de risque pour un piéton d’être heurté

par un vélo. « Des panneaux de signalisation

seront installés pour interdire,

« Pas de risque

pour un piéton

d’être heurté

par un vélo. »

vivre le territoire N°92 le magazine du conseil général du territoire de belfort

par exemple, aux engins motorisés,

comme les motos, d’emprunter cette

voie », précise Christian Reynaud, directeur

des transports au Conseil général.

Et au milieu coule un canal…

La Coulée verte, c’est aussi un morceau

de nature aux portes de l’agglomération

et un patrimoine fluvial méconnu

des habitants. « Une piste cyclable ne

se résume pas à une bande de bitume

ou de sable », explique Stéphane Curie,

architecte paysagiste (cabinet Gallois-

Curie) qui travaille sur l’intégration

de la Coulée verte dans le paysage.

« Le Conseil général a souhaité mettre

en valeur les écluses qui disparaissent

sous la végétation, ainsi que le pont de

grès rose, remarquable par son arche en

forme d’ellipse. » La concertation publique

a aussi montré que les Belfortains

sont très attachés à la présence

de l’eau qui donne

une note bucolique à la

promenade. Les différentes

essences d’arbres qui

longent la piste seront aussi

valorisées. En attendant que

le printemps prochain révèle cet écrin

de verdure, n’attendez pas pour chausser

les baskets ou enfourcher le vélo.

La Coulée verte vous attend ! :: CR

Retrouvez les détails de la rénovation de la

Coulée verte sur www.cg90.fr > Facilitons les

transports > Les pistes cyclables


Le conseil général en actions

Exposition à l’espace multimédia Gantner

Quand Vogel allie

le geste à la musique

:::: Dans un tableau, les couleurs peuvent

être comparées à des partitions,

une ligne sinueuse évoquer un son

oscillant. En musique, les sons prennent

des formes variées, claires pour

les aigus ou sombres pour les graves…

Partant de cette idée, l’artiste et

physicien allemand Peter Vogel opère

un savant mélange entre circuits électroniques,

cybernétique et créations

artistiques pour que les formes, les

sons et la lumière interagissent. À l’espace

Gantner, il présente notamment

une grande frise murale composée de

systèmes électroniques reliés entre

eux. Grâce à des capteurs sensibles à

la lumière, au son et au mouvement,

les visiteurs qui s’approchent de l’œuvre

peuvent littéralement « jouer » de la

sculpture murale comme d’un instrument

de musique. « Les œuvres de

Peter Vogel sont réactives et ludiques »,

commente Valérie Perrin, directrice de

l’espace multimédia Gantner, « mais

au-delà du simple fait de provoquer une

réaction, elles nous entraînent dans un

processus créatif. L’œuvre d’art n’existe

que par l’intervention du visiteur. » La

danse étant l’art du mouvement par

excellence, Valérie Perrin a eu l’idée de

faire appel à la danseuse Anne-Laure

Emery pour réaliser une chorégraphie

devant la grande frise sonore, le dimanche

16 novembre à 17 h. Les spectateurs

de tous âges pourront ainsi apprécier

les réactions de l’œuvre avant de créer

eux-mêmes, l’instant d’un mouvement

de bras, une forme sonore originale. :: CR

Exposition Peter Vogel,

jusqu’au 1 er février 2009

Espace multimédia Gantner

1, rue de la Varonne à Bourogne

Renseignements : 03 84 23 59 72

Courriel : lespace@cg90.fr

Retrouvez la frise sonore de Peter Vogel

en vidéo sur www.cg90.fr > Partageons nos

passions dans le territoire > Espace multimédia

Gantner > les rencontres artistiques

À savoir

Musique électronique

à l’espace multimédia Gantner

Artiste multicarte, Peter Vogel

est également compositeur

de musique électronique.

Il donnera un concert où

il dévoilera de nouvelles

possibilités de jeux entre

la frise sonore, un ordinateur

et le piano de la musicienne

japonaise Rei Nakamura.

Rendez-vous dimanche

1 er février à 17 h à l’espace

Gantner.

Coopération internationale

Une semaine pour découvrir la Serbie

:::: Les premiers accords de coopération

entre la ville de Novi Beograd,

en Serbie, et le Conseil général du

Territoire de Belfort ont été signés en

2001. L’objectif était de renforcer les

liens culturels, historiques et économiques

qui unissent les deux collectivités.

Le Territoire de Belfort compte en effet

une communauté d’Europe de l’est,

notamment serbe, importante. Fidèle

à sa volonté de s’ouvrir aux autres

et convaincu des bénéfices que les

cultures étrangères apportent à notre

Territoire, le département a décidé

d’organiser, en partenariat avec l’association

serbe Drugari, une semaine

consacrée à la découverte de la Serbie

et des Balkans. Musique folklorique,

rock balkanique ou chants traditionnels

feront le bonheur des mélomanes

La fanfare serbe Ziveli

tandis que d’autres pourront s’initier

aux danses serbes. Côté histoire,

plusieurs rendez-vous permettront

de mieux comprendre l’évolution

des Balkans, une région d’Europe qui

évoque aujourd’hui encore la guerre.

Dans le même esprit, les Archives

départementales du Conseil général

présentent une exposition hommage

aux combattants de la Première Guerre

mondiale envoyés sur le front d’Europe

de l’est (voir l’article page 25). La

culture contemporaine ne sera pas en

reste avec une exposition de photographies

à la bibliothèque universitaire

de Belfort, des films documentaires au

théâtre Granit et à la Maison pour tous

de Danjoutin, ou encore une conférence

littéraire avec un auteur serbe…

Sans oublier une grande fête populaire,

le samedi 15 novembre à l’Arche

de Bethoncourt, pour réunir toutes les

générations ! :: CR

Semaine de la Serbie, du 13 au 23 novembre

dans le Territoire de Belfort.

Retrouvez le programme complet sur

www.cg90.fr

Le commerce

équitable entre

au collège

À l’occasion de la semaine de

la solidarité internationale,

le Conseil général organise,

le jeudi 20 novembre, une

opération de sensibilisation

dans les collèges du

département. Un menu

unique, élaboré avec des

produits de la filière courte

et du commerce équitable,

sera proposé aux demipensionnaires.

Il s’agit de

sensibiliser les jeunes aux

défis posés à l’agriculture

pour nourrir la planète,

mais aussi d’engager une

démarche auprès des chefs

cuisiniers visant à privilégier

les produits de qualité,

locaux et de saison.

Contact : Direction de

l’éducation et de la culture

Tél. 03 84 90 90 79

le magazine du conseil général du territoire de belfort

vivre le territoire N°92

11


REPORTAGE

REPORTAGE

9 e édition du Mois

du film documentaire

Du 4 au 20 novembre

dans les salles du Territoire

© delphinecordier.net

du 4 au 20

novembre 08

9 ème édition

Programme et renseignements

sur le nouveau sitewww.cg90.fr

et au 03 84 90 99 40

Le Conseil général

du Territoire de Belfor t

présente

De l’autre côté

histoires

de frontières

Bavilliers 19 Nov. Beaucourt 18 Nov. Belfort 4-6-7-8-17 Nov. Danjoutin 20 Nov.

Delémont (Jura- Suisse)8 Nov.Delle15 Nov. Essert12 Nov. Etueffont13 Nov.

G i r o m a g n y1 4 N o v. P o r r e n t r u y ( J u r a - S u i s s 5 e ) N o v. Ve s c e m o n t 1 1 N o v.S e r m a m a g n y9 N o v.

:::: « De l’autre côté : histoires de frontières », tel

est le thème du Mois du film documentaire 2008

relayé par le Conseil général dans le Territoire de

Belfort. Du 4 au 20 novembre, les bibliothèques

et salles de cinéma du département et de nos

voisins helvétiques vont accueillir une quinzaine

de documentaires. Aperçu en images de cette

9 e édition. ::

Deux questions à Gilles Barthélémy, organisateur de la manifestation

et vidéothécaire à la Médiathèque départementale du Conseil général.

Vivre le Territoire : Pourquoi avoir choisi le thème des frontières

pour cette 9 e édition du Mois du film documentaire ?

Gilles Barthélémy : Le thème des « frontières » est à prendre au sens

large. Il y a, d’une part, l’ouverture du Mois du film documentaire

à un nouveau partenaire : la République et Canton du Jura. Deux

projections seront proposées en Suisse, l’une à Porrentruy et l’autre

à Delémont. D’autre part, il y a également cette notion de frontières

humaines, sociales, physiques… qui sont développées dans la programmation

de cette année.

© Marie Borelli

VLT : Quelles sont, pour vous, les perles de la programmation 2008 ?

GB : Deux films sont, pour moi, très forts. Le premier s’intitule « Les

nouvelles d’ici bas ». Il décrit la vie d’une infirmière qui suit plusieurs

Sans domicile fixe (SDF) de la région de Pontarlier. Il est empreint

d’une dimension humaine incroyable, juste et émouvante sans

jamais tomber dans le voyeurisme. Le second se nomme « Trois

soldats allemands ». Il raconte les destins de familles d’Alsace et de

Lorraine, dont certains membres ont fait partie de l’armée allemande.

Ce film est un vrai thriller. L’auteur, François Callat, a su donner au

réel la force d’une fiction. Fascinant.

Contact

:: Médiathèque départementale

Gilles Barthélemy

Tél. 03 84 90 99 40

Courriel : gilles.barthélémy@cg90.fr


DR

« Mur » de Simone Bitton

Sur le chantier aberrant du mur séparant l’Israël de la Palestine, les mots du quotidien et les chants

sacrés, en hébreu et en arabe, résistent aux discours de la guerre et se fraient un chemin dans le

fracas des foreuses et des bulldozers.

Bibliothèque universitaire de Belfort (Faubourg des Ancêtres) - Jeudi 6 novembre à 17 h

« L’homme qui rêvait d’être loup » de Philippe Molins

© Zehner Franco

Depuis vingt-cinq ans, Werner Freund vit et « parle » avec des loups. Cinq meutes de 25 loups

issus du Canada, de l’Arctique et de l’Europe centrale. Son amour et sa passion pour ces fauves

l’ont amené à devenir l’un des leurs.

Maison départementale de l’environnement à Sermamagny - Dimanche 9 novembre à 15 h

« Sans papiers ni crayon » de Marie Borelli

Aller à l’école ? Fastoche ! Mais qu’en est-il pour les enfants de sans

papiers, arrivés illégalement sur le territoire français ? Ils sont là

parce que leurs parents ont fui la guerre, les persécutions ou la

pauvreté. Sont-ils des écoliers comme tous les autres ?

Bibliothèque municipale d’Essert - Mercredi 12 novembre à 20 h 30

« Mémoires d’un chien de frontière »

de Karel Prokop

De sa naissance dans un chenil de la police en 1948 à son

service « actif » près du rideau de fer, un chien des gardesfrontières

tchécoslovaques nous permet de suivre l’histoire

de l’Europe de l’après-guerre avec les péripéties de la guerre

froide.

Salle de l’EISCAE à Étueffont - Jeudi 13 novembre à 20 h 30

Et aussi…

« D’un mur l’autre : de Berlin à Ceuta » de Patric Jean

:: Cinéma des Quais à Belfort, le mardi 4 novembre à 20 h 30

:: Galerie du Sauvage à Porrentruy (Jura - Suisse),

le mercredi 5 novembre à 20 h 30

« I never promised you a rose garden »

de Guy-Marc Hinant et Dominique Lohlé

:: La Poudrière, place de l’arsenal à Belfort,

le vendredi 7 novembre à 20 h 30

Soirée organisée en collaboration avec L’espace multimédia Gantner

« Chronique des hauts plateaux » de Christophe de Ponfilly

:: Cinéma « La Grange » à Delémont (Jura - Suisse),

le samedi 8 novembre à 16 h 30

:: Foyer Georges Brassens à Beaucourt,

le mardi 18 novembre à 20 h 30

« Des nouvelles d’ici-bas » de François Royet

:: Bibliothèque municipale de Belfort,

le samedi 8 novembre à 15 heures

« Fils de Suisses » de Jean-Pierre Stücki-Galli

:: Salle communale de Vescemont, le mardi 11 novembre à 18 h

« Mi-hommes, mi-bêtes » de Gérald Caillat

:: Médiathèque de Delle, le samedi 15 novembre à 18 h

DR

« Une planète sans frontières ? »

d’Alain Lasfargues

Et si, dans quelques heures, l’ONU votait la suppression

des frontières ? Animant en vrai-faux direct ce compte

à rebours imaginaire, Annette Gerlach et Laurent Bailly

passent en revue les remous qu’une telle décision

créerait d’un bout à l’autre du globe.

Théâtre des Deux Sapins à Giromagny - Vendredi 14 novembre à 20h30

« Trois soldats allemands » de François Caillat

:: Salle Jean Moulin à Bavilliers, le mercredi 19 novembre à 20 h 30

Dans le cadre de la Semaine de la Serbie du 15 au 23 novembre :

« Au-dedes montagnes » de Predrag Pierre Nikolic

et Marc Richaud

suivi de « L’odeur du cuivre » de Predrag Pierre Nikolic

:: Théâtre Granit, scène nationale, le lundi 17 novembre à 20 h 30

« Femmes des 12 frontières » de Claudine Bories

:: Maison pour tous de Danjoutin, le jeudi 20 novembre à 20 h 30

le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°92

13


MICRO-TROTTOIR

« Pour moi, la culture… »

Nathalie

et Élio, Belfort

Jean-Louis, Dorans

C’est une bonne

partie de la vie !

Sans culture, on ne serait

pas grand-chose !

J’habite Dorans mais

je vais à Belfort pour le

théâtre, le cinéma…

J’y vais environ tous

les 15 jours et j’apprécie

notamment

le festival Entrevues.

La programmation

culturelle me convient

bien par rapport à

d’autres villes et c’est

moins cher qu’à Paris !

Je suis prof à la retraite,

alors je prends aussi le

temps de lire la presse

pour me tenir au

courant de ce qui

se passe.

Olivia, Denney

J’ai commencé

l’éveil musical

quand j’avais 3 ans à

l’association des « P’tits

bouts », à Belfort. Et

cette année, j’apprends

le solfège et le piano.

C’est trois fois par

semaine, le mercredi et

le soir après l’école. Et je

fais aussi de la danse

classique, en tutu, tous

les mercredis aprèsmidi

! En plus, je prends

des bandes dessinées à

la bibliothèque.

Marie et Paul, Belfort

On vit à Belfort

depuis 70 ans et il

y a beaucoup de choses

à faire dans les

alentours ! Quand on est

à la retraite, on a un

grand choix d’activités.

Nous allons souvent à la

bibliothèque pour

emprunter des sagas,

des romans policiers, je

fais aussi de la reliure

dans une association à

Bavilliers… Je vais

parfois au cinéma avec

ma fille, mais on regarde

surtout la télé ! Depuis

que je suis à la retraite,

je prends aussi le temps

de découvrir le Territoire,

notamment le Ballon

d’Alsace où je vais

souvent me balader.

Angéline,

Evette-Salbert

Je fais de la danse

moderne, du

solfège, de la chorale et

du piano au

Conservatoire, depuis

l’âge de 6 ans. Et je suis

aussi en 4 e en section

musicale au collège

Rimbaud, à Belfort.

J’y suis depuis la 6 e , mais

il fallait présenter un

dossier pour y entrer…

ça nous permet de

pouvoir travailler

davantage le solfège et

nos instruments après

les cours parce qu’on a

un emploi du temps

adapté. Sinon, avec le

Conservatoire, on va voir

des spectacles. L’année

dernière, on a donné

deux concerts à la

Maison du peuple.

C’était impressionnant

car il y avait beaucoup

de monde, mais je suis

habituée car je fais des

spectacles de danse

depuis que je suis petite.

Pour les enfants,

c’est surtout la

lecture. On habite à côté

de la bibliothèque alors

c’est pratique. Là, j’ai dû

emmener les livres dans

la poussette. Mais avec

six enfants, c’est difficile

de trouver des activités

qui plaisent à tous et où

ils peuvent rester en

place ! L’un de mes fils

aime beaucoup les

musées, surtout celui du

château parce qu’il y a

des canons ! On va aussi

au théâtre de

marionnettes dans le

quartier de la Pépinière.

Ça les impressionne !

Sinon, leur papa les

emmène à des fêtes

villageoises, comme la

fête de l’âne, à Suarce.

14

vivre le territoire N°92

le magazine du conseil général du territoire de belfort


92novembre 2008

Le MensUeL

Dossier

De ViVre Le territoire

DU ConseiL généraL DU territoire De BeLFort

3 Page 16

:: 3 questions à Michel Reiniche,

Conseiller général et vice-président en charge

de l’éducation et de la culture

3 Page 17

:: Théâtre des Deux Sapins

Comédiens amateurs

et compagnie professionnelle

:: Centre socio-culturel de Giromagny

« Un art de la solidarité et du don de soi »

3 Page 18

:: Maison pour tous

« Le plaisir de chanter tous ensemble »

:: Ensemble vocal Arcanes

Des voix en or

3 Pages 19

:: La Rosemontoise

Une association débordante

d’activités

:: Espace mulimédia Gantner

« Avec internet, je peux voir

ce qui se fait ailleurs »

3 Page 20

:: GéNéRiQ Festival

« Tumulte scénique », à domicile

:: Prix des collèges

Lire, critiquer, s’exprimer...

La culture

en pratiques


dossier

La culture en pratiques

Sortir de la routine pour vivre de nouvelles expériences. S’exprimer, s’enrichir, partager,

aller à la rencontre de l’autre, s’ouvrir au monde… Pour que chaque habitant puisse

accéder à la pratique culturelle de son choix, le Conseil général soutient activement les

associations et les petites structures. Dans le Territoire, la culture n’est pas réservée à

une élite. Elle est l’affaire de tous. Témoignage de ses habitants qui font du Territoire

de Belfort un département où la culture se vit et se partage au quotidien.

Michel Reiniche,

conseiller général et vice-président

en charge de l’éducation

et de la culture

3 questions à Michel Reiniche, conseiller général et vice-président

en charge de l’éducation et de la culture au Conseil général

« Augmenter le capital culturel

des jeunes »

Vivre le Territoire : Quel doit être,

selon vous, la place de la culture dans

la société d’aujourd’hui ?

Michel Reiniche : La culture individuelle

n’est pas seulement la somme

des connaissances générales d’un

individu. Elle n’est pas seulement la

connaissance des sciences, des arts, du

patrimoine, de l’architecture, de la peinture,

de la musique, de la littérature…

La culture individuelle se construit et

évolue au contact des œuvres de l’art

et de l’esprit.

Elle est essentielle pour permettre à

chacun de s’émanciper, de s’ouvrir

aux autres et au monde, de s’élever, de

s’humaniser, de comprendre la culture

collective qui est la marque des groupes

sociaux.

Elle est donc un élément de renforcement

de cohésion sociale tout en

apparaissant, par ailleurs, comme un

levier de développement économique

et touristique dans la mesure où une

vie culturelle de qualité augmente

de façon certaine l’attractivité d’un

territoire.

VLT : Quel rôle joue le Conseil général

dans la vie culturelle du Territoire ?

MR : Notre objectif principal est de renforcer

la démocratisation culturelle en

favorisant l’accès du plus grand nombre

aux pratiques et aux expériences

culturelles.

Pour cela, le Conseil général soutient

activement la création, l’expression

culturelle sous toutes ses formes : danse,

musique, arts plastiques, lecture, théâtre,

cinéma, et poursuit résolument son

action culturelle de proximité grâce à

des opérations telles que « Conte et

compagnies », « Le Mois du film documentaire

», ou encore « Territoire en

scène » dont le succès est grandissant.

VLT : En tant que vice-président en

charge de la culture, quels projets

avez-vous en ce domaine pour le

département ?

MR : La définition d’une politique culturelle

départementale n’appartient pas

au seul vice-président. La direction de

la culture y joue un très grand rôle.

Tous les projets actuels sont soumis à la

dure réalité budgétaire dans le contexte

actuel particulièrement difficile.

Néanmoins, le renforcement de la

démocratisation culturelle passe par

une augmentation du capital culturel

des jeunes. C’est la raison pour laquelle

il nous paraît nécessaire, mais aussi

possible, de mettre en place un système

de développement culturel, notamment

dans le domaine des enseignements

artistiques, avec les communes

et les communautés de communes.

Une première étape pourrait consister

en une harmonisation des cursus de

formation musicale dans toutes les écoles

de musique du département. ::

vivre le territoire N°92

le magazine du conseil général du territoire de belfort

16


Le dossier

La culture en pratiques

théâtre des deux sapins

Comédiens amateurs

et compagnie professionnelle

:::: Depuis 1995, la gestion du théâtre

des Deux Sapins, à Giromagny, est assurée

par une compagnie professionnelle,

le théâtre du Pilier de Belfort, avec, à sa

tête, Marcel Guignard. Confier la gestion

d’une scène artistique située en zone

rurale à une compagnie à la pointe de la

création n’avait à l’époque rien d’anodin.

« Dès le début, nous avons voulu offrir

au public des spectacles de qualité, faire

découvrir des auteurs contemporains

et toute une palette de genres comme

le drame ou la tragédie, précise Marcel

Guignard. Nous avons également un rôle

à jouer dans le paysage culturel. » En effet,

le Conseil général a confié au théâtre du

Pilier une véritable mission de service

public, notamment en matière de formation.

La compagnie assiste trois troupes

de théâtre amateur, à Giromagny,

Rougemont-le-Château et Beaucourt.

« L’objectif est de sortir le théâtre amateur

du traditionnel vaudeville et de l’amener

Jean-Paul Bourreau (assis de dos), comédien du Théâtre du Pilier, donne ses derniers conseils pour la

première représentation du nouveau spectacle amateur de la troupe de Giromagny.

à être de plus en plus exigeant vis-à-vis de

lui-même et de ses choix artistiques. » Un

comédien spécialement désigné assiste

les troupes dans la mise en scène et la

direction des acteurs. Pour autant, il ne

s’agit pas de transformer les amateurs

en professionnels, mais de les ouvrir à

la création pour en faire, en retour, des

spectateurs curieux et exigeants. « Pour

chacun d’entre nous, le théâtre peut

devenir une source de développement

personnel, conclut Marcel Guignard. Les

gens en ont assez de la culture Kleenex,

consommable en masse et jetable ! Nous

leur montrons qu’il existe autre chose. »

Les chiffres de fréquentation du théâtre

des Deux Sapins sont là pour le prouver.

La moitié des spectateurs viennent des

communes du Pays-sous-Vosgien. ::

À savoir

Le Théâtre du Pilier organise

des ateliers théâtre à l’espace

Louis Jouvet, à Belfort. Il mène

également, en partenariat

avec le Conseil général, des

ateliers de pratique artistique

en milieu scolaire avec les

collèges Châteaudun, à

Belfort, Val de Rosemont, à

Giromagny et Michel Colucci,

à Rougemont-le-Château.

Rens. : 03 84 28 39 42

Contact

:: Théâtre du Pilier

6 Rue Metz-Juteau, BP 30 144,

90 003 Belfort Cedex

Tél. 03 84 28 39 42

Contact@theatredupilier.com

www.theatredupilier.com

Yves Danthon, comédien amateur

« Un art de la solidarité et du don de soi »

:::: « L’envie de faire du théâtre m’est

venue très tôt, pendant mes études à

l’École normale. Puis, en tant que professeur,

j’ai beaucoup utilisé le théâtre

avec mes élèves et aujourd’hui je suis

comédien amateur dans la troupe du

centre socioculturel de Giromagny.

Depuis quelques années, nous jouons

des pièces plus difficiles, des textes que

nous n’aurions pas imaginé interpréter

sans l’aide d’un professionnel du Théâtre

du Pilier. Personnellement, je préfère

cela au théâtre de boulevard dont le

seul objectif est de divertir. Avec des

pièces comme « Génousie », de René de

Obaldia, que nous avons jouée en octobre

dernier au théâtre des Deux Sapins,

on touche à la nature humaine, à l’émotion…

Jouer en amateur demande des

sacrifices. Il faut être rigoureux, apprendre

son texte le soir après la journée de

travail, être là pour les répétitions même

si on est fatigué car les autres comptent

sur vous… Mais quelle récompense

lorsque l’on monte sur les planches ! Je ne

connais rien de plus excitant que d’être

dans la peau d’un personnage, de vivre

une histoire de façon intense le temps du

spectacle ! C’est une passion, un art de la

solidarité et du don de soi. Aujourd’hui

retraité, je continue à utiliser le théâtre

dans d’autres activités. Par exemple, je

collabore aux formations d’auxiliaires de

vie à domicile. Je monte des petits sketches

pour apprendre aux élèves à faire face à

certaines situations. Et bien sûr, c’est moi

qui joue le rôle du papy grincheux !» ::

À savoir

Parallèlement à l’atelier

théâtre pour adultes, le

Centre socioculturel de la

Haute Savoureuse propose

de nombreuses activités pour

les enfants (cirque, théâtre,

danse, arts plastiques), un

espace multimédia pour les

adolescents, ainsi qu’un club

d’échecs, un atelier chantant et

différentes activités manuelles

(art floral, vannerie…).

Contact

:: Centre socioculturel

de la Haute Savoureuse

à Giromagny.

Tél. 03 84 29 03 90

Courriel : scgiro@wanadoo.fr

le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°92

17


À savoir

Les répétitions ont lieu tous

les mercredis de 20 h à 22 h 15

au Foyer Georges Brassens à

Beaucourt.

Patricia, choriste

« Le plaisir de chanter tous ensemble »

:::: Soutenue par le Conseil général, la

Maison pour tous de Beaucourt propose

de nombreuses activités culturelles aux

habitants du Sud-Territoire. Cette association,

qui programme les concerts du

Patricia, institutrice,

choriste d’ Accroche-cœur.

foyer Georges Brassens, propose des ateliers

de photographie, de théâtre, de bricolage…

Depuis 2004, les amoureux de la

chanson se retrouvent dans une chorale,

nommée Accroche-cœur.

« Nous étions quelques amis au sein de

l’association à partager l’envie de chanter,

explique Patricia, institutrice. Notre

originalité, c’est de reprendre des chansons

d’artistes qui sont venus à Beaucourt,

comme Jofroi, Marie Renaud, Michèle

Bernard, pour les faire connaître plus

largement. » Pour Patricia, le travail avec

Accroche-cœur reste très convivial. « La

chorale, c’est le plaisir de la musique, c’est le

plaisir de chanter tous ensemble. Pendant

un instant, on oublie le quotidien. »

En quatre ans, Accroche-cœur a eu l’occasion

de faire de belles rencontres, notamment

avec des chœurs allemands et

canadiens, et de se produire plusieurs fois

sur scène. Le prochain concert aura lieu

le 14 novembre à l’église de Beaucourt, à

l’occasion de la réception de la chorale

d’Offemont. Le chef, Jean-Marie Aubert,

dirige actuellement 17 chanteurs venant

de Beaucourt et de ses environs. Mais

« après une journée de travail, surtout en

maternelle, confie Patricia, on a parfois

la voix un peu fatiguée ! Alors si on pouvait

être un peu plus nombreux… » Chanteurs

en herbe, n’hésitez plus, Accroche-cœur

recrute ! ::

Contact

:: Maison pour tous

Luc Renaud

Tél. 03 84 56 53 98

Courriel : contact@mptbeaucourt.fr

Ensemble vocal Arcanes

Des voix en or

À savoir

Arcanes répète tous les jeudis

à 20h30 au Conservatoire

de musique et de danse de

Belfort. Des week-ends de

formation complètent ce

travail hebdomadaire.

Contact

:: Anne-Catherine Carega

Présidente

:: Jean-Michel Montornès

Directeur musical

Tél. 03 84 21 83 74

www.arcanes-belfort.fr

:::: L’association Arcanes fête en 2008

ses vingt ans d’existence. Un anniversaire

marqué par une programmation

spéciale qui prendra fin les 7 et 8 novembre

au théâtre Granit, avec deux représentations

de l’opéra Orphée et Eurydice,

de Gluck, en partenariat avec l’ensemble

instrumental de Belfort et financé par le

fonds franco-suisse du Conseil général.

« Sur nos trois concerts de l’année, il s’agit

du plus ambitieux car il fait appel à une

mise en scène, un orchestre… », explique

Anne-Catherine Carega, présidente

d’Arcanes. L’association mène également

« des actions pédagogiques avec l’IUFM,

le lycée Courbet, le collège Rimbaud et

le Conservatoire afin de sensibiliser un

public jeune, trop peu présent dans les

concerts ». Arcanes se compose de vingtcinq

chanteurs qui viennent du Territoire

de Belfort, mais aussi du Doubs et

d’Alsace. Si certains n’hésitent pas à faire

autant de kilomètres, c’est parce qu’en

vingt ans, Arcanes s’est construit une

vivre le territoire N°92 le magazine du conseil général du territoire de belfort

18

certaine notoriété. L’ensemble, dirigé

par Jean-Michel Montornès, travaille des

œuvres de la Renaissance au xxi e siècle,

en passant par l’opérette, la chanson…

« Nous essayons de faire des programmes

originaux », confie Anne-Catherine

Carega. À Arcanes, l’ambiance est bonne

mais reste studieuse ! « Les membres

sont recrutés après avoir été auditionnés

et sont tenus de prendre des cours

de chant », explique la présidente. Une

qualité reconnue puisque, depuis 1992,

l’association assure la direction artistique

de la saison de musique Vocalise à

Belfort. Nul doute que le chœur d’Arcanes

battra encore longtemps ! ::


Le dossier

La culture en pratiques

La Rosemontoise

Une association débordante d’activités

:::: Sous ses airs de doyenne, la

Rosemontoise, association créée en

1922, n’a pas pris une ride. L’âge lui vaut

même d’être l’une des associations

culturelles les plus importantes du

Nord-Territoire. Située à Rougegoutte,

elle fédère une dizaine de clubs culturels

et sportifs dont l’un des plus fameux

est la chorale composée de soixantedix

chanteurs amateurs. « Cette chorale

réunit toutes les générations. Et cela

depuis 40 ans !, annonce le président

de l’association, M. Viellot. La section

musique compte également une fanfare

et un groupe de trompes de chasse,

les Échos du Rosemont, dont la notoriété

n’est plus à faire. » Tous clubs confondus,

environ 450 personnes trouvent auprès

de l’association matière à s’exprimer,

tant sur le plan artistique que sportif.

« La Rosemontoise joue un peu le rôle

de centre culturel, poursuit le président,

elle assure également un service logistique

auprès d’autres associations du secteur,

plus petites, en aidant au montage

de manifestations, en mettant à disposition

un chapiteau ou du matériel, par

exemple. » Activités pour les personnes

âgées club de théâtre enfants et adultes,

ou encore loisirs sportifs comme

la pêche, le tennis ou la pétanque, sont

parmi les autres secteurs d’activité de

la Rosemontoise dont le credo pourrait

se résumer en deux mots : convivialité

et proximité ! ::

À savoir

Le club de la chorale de la

Rosemontoise répète tous

les samedis à 18 h à la mairie

de Rougegoutte. Les trompes

de chasse Les Échos du

Rosemont répètent, quant à

eux, les vendredis soirs à 20 h.

Pour tout renseignement :

:: Mairie de Rougegoutte

Tél. 03 84 27 12 67

M me Lemaire, institutrice à la retraite

« Avec internet, je peux voir

ce qui se fait ailleurs »

:::: Au-dede ses expositions et rencontres

artistiques autour de la culture

numérique, l’espace multimédia Gantner

du Conseil général propose des ateliers

d’initiations à l’informatique et de sensibilisation

à internet. M me Lemaire, institutrice

à la retraite, vient d’entamer

son apprentissage. « L’informatique, ça

m’a pris depuis que je suis à la retraite.

Je trouve cela incroyable de pouvoir, à

domicile, m’informer sur tout un tas

de choses diverses et variées. » Pour

mieux manipuler les outils de recherche

sur la toile, elle décide d’acquérir

quelques notions. « Je n’ai assisté, pour

l’instant, qu’au premier cours mais

déjà l’appareil me semble plus familier.

L’intervenant a été formidable, l’initiation

était empreinte de pédagogie sans

être rébarbative. » Une nouvelle activité

qui recoupe l’une de ses passions :

la broderie. « Je réalise des expositions

pour lesquelles je dois sans cesse renouveler

mes œuvres. Avec Internet, je peux

voir ce qui se fait ailleurs, ce qui se faisait

dans le temps à tel endroit ou tel autre

car chaque village a son propre point

de croix ! » Si aujourd’hui elle n’est pas

encore équipée, M me Lemaire entend

acquérir rapidement un ordinateur

pour pouvoir « pratiquer le plus souvent

possible ». Et cerise sur le gâteau,

« cela va me permettre de communiquer

davantage avec mes enfants qui vivent

loin de moi ». De petites révolutions qui

s’acquièrent en quelques clics. ::

Contact

:: Espace multimédia Gantner

Tél. 03 84 23 59 72

Courriel : lespace@cg90.fr

le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°92

19

Novice en informatique

mais avide de découverte,

M me Lemaire se familiarise

avec l’ordinateur, chaque

dernier jeudi du mois, à

l’espace multimédia Gantner.

À savoir

Les « Jeudis de l’Espace »

proposent, chaque dernier

jeudi du mois, des initiations

à l’utilisation de l’ordinateur,

à la navigation sur internet

et à la création multimédia.

De 17 h à 20 h à l’espace

multimédia Gantner.

Contact :

vincent.marguet@cg90.fr


Le dossier

La culture en pratiques

GéNéRiq fESTivAl

« Tumulte scénique » à domicile

À savoir

En 2008, le festival GéNéRiQ

s’est déroulé à Belfort,

Bâle, Baume-les-Dames,

Montbéliard, Kingersheim,

Freiburg, Besançon,

Mulhouse et Dijon.

eN chiffres

8 000 spectateurs se sont

déplacés lors de la 1 re édition

de GéNéRiQ Festival.

En 2008, ils étaient 13 000.

:::: Rock, ryhtm & blues, soul, hip-hop,

électro… Le Conseil général contribue

à la promotion des musiques actuelles

dans le département en apportant son

soutien à l’association Territoire de

musiques et à la Poudrière de Belfort. En

ce moment, elles préparent la troisième

édition de GéNéRiQ festival, qui aura

lieu mi-février 2009. « La spécificité de

ce festival, explique Jean-Paul Roland,

directeur de Territoire de musiques, est

d’être porté par cinq structures culturelles

du Grand Est : les Eurockéennes

de Belfort, le Cylindre de Besançon, la

Vapeur de Dijon, le Noumatrouff de

Mulhouse et la Poudrière de Belfort. »

GéNéRiQ prend ainsi place sur l’axe

métropolitain Rhin-Rhône pour former

un réseau culturel collaboratif. L’objectif

est de remuer les centres urbains de

la métropole par des « tumultes scéniques

» et de toucher un maximum

de personnes d’horizons divers. La

programmation, très éclectique, fait

la part belle aux talents émergents du

monde entier. « Nous sommes attentifs

aux nouveautés musicales et guidés par

nos coups de cœur du moment. Nous

fonctionnons un peu comme un labo ! »,

confie Jean-Paul Roland. Rendez-vous

hivernal, GéNéRiQ se déroule dans

trois régions, dans des lieux variés :

salles de spectacles, théâtres, bureaux,

bars, bibliothèques, haltes-garderies ou

appartements… « Dans ces lieux atypiques,

l’approche musicale de l’artiste

sera différente par la proximité avec

les spectateurs, explique Jean-Paul

Roland. Il va s’adapter à de nouveaux

publics, à une acoustique différente… »

Si vous souhaitez participer activement

au festival GéNéRiQ, les organisateurs

recherchent encore des appartements

pouvant accueillir un « tumulte scénique

» en 2009 ! ::

Contact

:: Territoire de musiques

30A, Grande rue

90800 Bavilliers

Tél. 03 84 22 46 58

Site : www.generiq-festival.com

Aloïs, élève de 4 e au collège

Mozart à Danjoutin

Privée de Bonbecs, c’est un

livre rigolo qui explique bien

ce qu’est le diabète mais un

peu trop répétitif. Moi, j’ai

défendu et critiqué Zohra

l’insoumise. L’auteur pensait

qu’on allait le « casser »

sévèrement, mais finalement,

il était plutôt d’accord avec

nos arguments.

pRix DES CollÈGES

Lire, critiquer, s’exprimer…

:::: Récompenser l’un des livres qui leur

sont proposés… Tel est le principe du

« prix des collèges ». Chaque année, des

élèves volontaires de 4 e et 5 e désignent

leur livre favori parmi une sélection

d’ouvrages jeunesse proposée par la

Médiathèque départementale. Initiée

en 1999 par le Conseil général, la manifestation

a pour vocation de développer

le goût de lire mais aussi de favoriser

l’expression orale en apprenant à faire

prévaloir son choix. « Les collégiens

ont quatre mois pour lire puis développer

un argumentaire afin de défendre

leur préférence », explique Véronique

Poulet, responsable du secteur jeunesse

à la Médiathèque départementale

et organisatrice de la manifestation.

C’est ensuite à l’occasion de deux cérémonies

au mois de mai, que les porteparole

désignés expliquent les choix

de leur groupe de travail devant l’ensemble

des élèves. « Après les exposés,

Après l’attribution des prix, séance de dédicaces.

Les écrivains vont ensuite à la rencontre

d’autres élèves au sein des collèges pour des

discussions autour de la littérature jeunesse.

un débat s’engage avec la salle et les

auteurs présents. Puis, chaque participant

vote, à titre personnel, pour le livre

qu’il a préféré. » Un événement qui fait

des collégiens non plus de simples lecteurs,

mais des jeunes qui abordent la

littérature avec un regard critique. ::

Plus d’infos sur www.cg90.fr /

partageonsnospassionsdansleTerritoire /

La-médiathèque-départementale

/ Prixdescollèges

92novembre 2008

Le Dossier

De ViVre Le territoire


Le territoire

en actions

Recherche

Le Pôle Véhicule du Futur affine

sa stratégie

Labellisé en juillet 2006, ce pôle de compétitivité soutenu

par 14 collectivités territoriales d’Alsace et de Franche-

Comté, dont le Conseil général du Territoire de Belfort,

concentre désormais son énergie sur les véhicules à usage

spécifique et sur la thématique des mobilités du futur.

:::: À lui seul, le thème retenu pour

les rencontres internationales du salon

Mobilis – les 18 et 19 novembre proch

ains au centre de congrès Atria à Belfort

– résume les nouvelles

préoccupations du Pôle

Véhicule du Futur (PVF) :

« Solutions de mobilité

urbaine – Concepts, nouveaux

usages et services ».

Si, au moment de sa labellisation

en juillet 2006

pour une durée de trois

ans, ce pôle de compétitivité,

dont l’objectif est

d’insuffler une dynamique d’échanges

entre industriels, laboratoires de

recherche publics et centres de formation,

positionnait Peugeot et ses équipementiers

au cœur de sa problématique,

il accorde aujourd’hui une place de plus

en plus large aux PME.

Cette évolution est consécutive à l’évaluation,

orchestrée en avril 2008, des

71 pôles de compétitivité que compte

l’Hexagone. « Elle a démontré un besoin

de clarification de la stratégie du Pôle

Véhicule du Futur et la nécessité d’ajustements

dans sa méthode de gouvernance

», explique Brigitte Morgulis,

secrétaire générale du Pôle.

« Le Pôle Véhicule du

Futur a pour ambition

de devenir une référence

mondiale dans la

capacité à proposer

des solutions intégrées

pour les véhicules et

mobilités du futur. »

Le Conseil général du Territoire de Belfort

a fortement appuyé cette réorientation

stratégique, arguant de la présence

dans l’aire urbaine, en général, et dans

le Territoire, en particulier,

de nombreuses PME

capables de concevoir, de

produire et d’industrialiser

des véhicules destinés

à un usage urbain.

Trois véhicules

innovants présentés au

public à Mobilis

Le projet Vécovil – création

d’un véhicule hybride électricité/

gaz (véhicule de voirie propre) – est l’un

des exemples de la forte implication de

la collectivité territoriale dans le PVF,

dont la labellisation vient d’être renouvelée

pour trois ans.

L’ensemble des projets soutenus par

le pôle de compétitivité devrait lui

permettre, à terme, de devenir une

référence mondiale dans la capacité à

proposer des solutions intégrées – c’està-dire

allant de la conception au système

d’exploitation, en passant par les communications

embarquées (en termes

de sécurité, d’agrément de conduite ou

d’occupation des passagers).

le magazine du conseil général du territoire de belfort

À l’instigation du Conseil général du

Territoire de Belfort, le public pourra

découvrir au salon Mobilis, vitrine du

PVF en France et à l’étranger, quelques

prototypes de véhicules innovants,

propulsés grâce à l’électricité, au gaz

naturel ou à l’hydrogène, les énergies

de demain dans l’univers automobile.

Le salon sera ouvert au grand public le

19 novembre après-midi.

Un autre projet, baptisé HYVOIR

(HYdrogène-VOIRie) devrait se concrétiser

à moyen terme. Porté par le laboratoire

INEVA-CNRT, dont une partie du

financement est assurée par le département,

il démontrera la capacité à développer

un véhicule fonctionnant avec

une pile à combustible. :: JO

vivre le territoire N°92

21

L’histoire des véhicules de

demain s’écrira avec la pile à

combustible qui est au cœur

des recherches du laboratoire

INEVA-CNRT.

en chiffres

Le Conseil général finance :

:: le Pôle Véhicule du Futur

(30 000 euros)

:: le salon Mobilis

(27 000 euros)

:: le projet Vécovil

(106 000 euros)

:: le salaire d’un chercheur

d’INEVA-CNRT (plateforme

pile à combustible)

à hauteur de 50 %

(en collaboration

avec la Communauté

d’ agglomération

belfortaine)


Le Territoire en actions

Insertion

À savoir

À l’instar des membres

de Travaux Solidaires

Groupe, d’autres acteurs

œuvrant dans le domaine

de l’insertion sont amenés,

à terme, à se regrouper. Le

Conseil général souhaite

ainsi soutenir la création de

trois pôles qui couvriraient

l’ensemble du département.

le saviez-vous ?

L’association intermédiaire

Passerelles pour l’emploi

propose des services

d’entretien d’espaces verts,

de tâches administratives,

de garde d’enfant, de

nettoyage…

Ces dépenses liées aux

services à la personne

donnent droit à une

réduction d’impôt sur le

revenu égale à 50 % des

sommes versées.

Pour en savoir plus, vous

pouvez contacter

Travaux Solidaires Groupe.

Trois structures s’unissent pour

créer Travaux Solidaires Groupe

Afin d’offrir plus de cohérence dans les parcours d’insertion, le Conseil général encourage

le regroupement des structures pour créer de véritables « pôles d’insertion ». Travaux

Solidaires Groupe est le premier à s’être constitué.

:::: Formation inadaptée, âge, chômage

de longue durée ou endettement…

L’éloignement du monde du

travail revêt différentes formes. Afin

de prendre en compte ces besoins

spécifiques, plusieurs dispositifs existent,

comme par exemple le secteur de

l’insertion par l’activité économique.

C’est dans ce domaine qu’intervient

Travaux Solidaires Groupe qui réunit

Sapin, Passerelles pour l’emploi et les

Chantiers de l’économie solidaire. « Nos

publics souffrent généralement d’une

forte stigmatisation, relève Isabelle

Martin, directrice de la structure, mais

il s’agit de personnes qui ont une réelle

envie de travailler. » Travaux Solidaires

Groupe peut répondre aux besoins des

entreprises, des collectivités, mais aussi

des particuliers. En plus d’avantages fiscaux

pouvant être accordés, le recours à

une association intermédiaire présente

l’avantage de ne pas avoir à traiter les

formalités administratives (gestion

des congés, versement de la paie…)

qui incombent au particulier lorsqu’il

recrute un employé en direct.

« L’objectif est

d’amener

les personnes

à se prendre en

Une obligation

de résultats

En 2007, le chiffre d’affaires

des trois structures confondues

représentait plus

de trois millions d’euros.

main.

« Nous avons des spécificités,

mais nous fonctionnons comme

»

toute entreprise, explique Isabelle

Martin. Nous sommes exigeants avec

nos salariés. Il y a des périodes d’essai,

des sanctions… » Pour la constitution

du pôle « on a pris le meilleur des pratiques

de chacun pour en faire profiter

les autres, poursuit la directrice. Les

avantages de ce regroupement sont

nombreux : travailler en cohérence sur

le suivi des parcours, réaliser des économies

en mutualisant la direction,

la comptabilité… » Actuellement, 340

personnes travaillent par

le biais de l’association. Le

temps de présence dans

ces structures varie mais il

excède rarement deux ans.

« Le travail en insertion ne

doit pas être une fin en soi,

explique Isabelle Martin.

L’objectif est d’amener les personnes à

se prendre en main. » Pour cela, un suivi

socioprofessionnel est mis en place.

En 2007, il a permis à 69 personnes de

quitter la structure pour un emploi ou

une formation. :: SD

Marie-Christine, 48 ans

Contact

:: Travaux Solidaires Groupe

Isabelle Martin

Zone industrielle, rue des

Courbes fauchées

90800 Bavilliers

Tél. 03 84 58 98 54

contact@travaux-solidaires.org

www.travaux-solidaires.org

« En 2006, j’ai été licenciée. Je pensais retrouver du travail par moi-même.

J’ai envoyé de nombreuses lettres, en vain. Au bout de 3 mois, je commençais

à avoir une mauvaise image de moi : seule à 46 ans, sans diplôme… Je suis allée

à Passerelles. Là, on m’a écoutée, je n’étais pas qu’un numéro. J’ai accepté des

missions de ménage chez des particuliers. Rien à voir avec ce que je faisais avant,

mais ça me faisait du bien de sortir et d’avoir une activité. Les gens de l’association

m’ont aidée à traverser cette période difficile. Dix mois après mon licenciement,

j’ai été appelée pour une mission chez Téléperformance. Quelques mois plus tard,

je signais un CDI. »

22

vivre le territoire N°92

le magazine du conseil général du territoire de belfort


Le Territoire en actions

Développement économique

Les Francs-comtois se donnent

rendez-vous sur le web

:::: L’Agence régionale de développement

de Franche-Comté (ARD) vient de

créer le site internet Ambassadeurs de

Franche-Comté. Ce nouvel outil vise à

développer un réseau grâce auquel les

Francs-comtois se tiennent informés de

l’évolution économique de leur région,

et ceci afin de promouvoir l’attractivité

du Territoire en France comme à l’étranger.

« Nos atouts sont méconnus, précise

Aline Poirier, chef de projet à l’ARD. Avec

un outil comme internet, les Francscomtois

d’ici et d’ailleurs restent en

contact avec leur région et peuvent ainsi

valoriser son image dans leur entourage

professionnel. » Une attention toute

particulière est accordée à ceux qui

souhaitent revenir en Franche-Comté

pour y créer leur activité ou rejoindre

une entreprise. Le site internet dispose

dans cette optique, de nombreux outils,

comme l’annuaire des agences immobilières

ou la rubrique offres d’emploi.

« Nous devons faire face à une fuite des

cerveaux. Les cadres partent travailler

hors de Franche-Comté et les entreprises

de la région doivent recruter ailleurs »

poursuit Aline Poirier. « Internet peut

nous aider à inverser la tendance. » Pour

rejoindre le réseau, il suffit de s’inscrire

sur le site internet www.ambassadeursfranche-comte.com

:: CR

Contact

:: Agence régionale de développement

de Franche-Comté

Tél. 03 81 81 82 83

Courriel : ambassadeurs@ardfc.org

À SAVOIR

Ils sont fabriqués en Franche-

Comté…

:: les emballages sphériques

des chewing-gums

Hollywood ;

:: les costumes et

accessoires de la série

télévisée Kaamelott ;

:: les implants vasculaires ;

:: les montres Herbelin…

Alstom Power Turbo Machine

Un alternateur, parmi les

plus puissants du monde,

sort du Territoire

Le convoi sur rail du stator

sorti des usines Alstom de

Belfort

:::: Plus de 100 000 heures de travail

auront été nécessaires pour construire

l’un des plus puissants alternateurs de

turbine nucléaire. Capable de produire

1 450 mégawatts, il a été entièrement

assemblé et testé dans les usines Alstom

de Belfort. Cette machine servira à produire

de l’électricité pour la centrale

nucléaire de la ville d’Oskarshamn, en

Suède. Elle est la première d’une belle

série qui fait d’Alstom Power Turbo

Machine le leader mondial en matière de

rénovation et de construction de centrales

nucléaires. « Le prochain alternateur sera

encore plus puissant : 1 750 mégawatts

pour la nouvelle centrale nucléaire de

Flamanville 3 », nous confie Alain Renard,

directeur de l’activité alternateur. « C’est

un projet énorme qui prendra trois ans

et demi entre les études de réalisation,

la fabrication et la livraison sur site. »

Et pour sortir une machine exceptionnelle,

il faut un convoi exceptionnel ! Le

26 septembre dernier, le stator de l’alternateur

d’Oskarshamn (la partie statique

de la machine), accusant un poids de

445 tonnes, a été placé entre deux wagons

de chemin de fer, comme pris en tenaille.

Là encore, nouveau record. Aucun colis de

ce poids n’avait jamais été transporté

par rail. L’autre partie de l’alternateur, le

rotor (la partie qui tourne), a pris, quant

à elle, la route. Plus légère que le stator

(270 tonnes), elle a rejoint sa moitié

au port autonome de Strasbourg pour

un voyage sur barge puis en bateau

jusqu’en Suède. « L’alternateur est arrivé

à bon port le 8 octobre au soir. C’est

très rapide pour un transport de cette

ampleur. » Avec des contrats fermes

pour le Mexique, la Chine et les États-

Unis, l’usine Alstom de Belfort turbinera

à fond jusqu’en 2010 ! :: CR

À SAVOIR

:: Le soleil envoie une

puissance de 1,3 kilowatt

sur une surface de 1 m 2 .

:: Environ 100 000 ampoules

de 100 watts représentent

1 mégawatt.

:: Une centrale nucléaire

moderne produit entre

500 et 2 000 mégawatts.

le magazine du conseil général du territoire de belfort

vivre le territoire N°92

23


Le Territoire en actions

Résidence universitaire

Des étudiants confortablement logés

À savoir

Le Conseil général a

également financé la

construction d’un restaurant

universitaire et d’une Maison

de l’étudiant pour l’Université

technologique de Belfort

Montbéliard sur le site de

Sévenans.

:::: Construite en 1969, la résidence

universitaire Duvillard à Belfort ne

répondait plus aux normes de sécurité

et aux besoins actuels des étudiants.

Pendant deux ans, de 2006 à

2008, elle a bénéficié d’importants travaux

de réhabilitation, financés pour

un montant de 678 000 euros par le

Conseil général du Territoire de Belfort.

Désormais, les 268 chambres qui la

composent, dont 23 réservées au rez-dechaussée

pour les personnes à mobilité

réduite, s’apparentent à de véritables

logements. Dans un espace de 9 m 2 , le

cabinet d’architecture « Atelier 3D »,

maître d’œuvre de l’opération, a concilié

confort et fonctionnalité. Toutes les

chambres disposent d’une cabine de

salle de bains comprenant une douche,

un lavabo et des toilettes. Des placards

ont été installés avec un emplacement

micro-ondes et un réfrigérateur intégré.

Côté espace de travail, une table

La résidence universitaire Duvillard comprend également un restaurant universitaire.

ergonomique optimise l’espace tandis

qu’un branchement multimédia permet

de se connecter à internet. Vivre

en résidence universitaire, c’est également

partager des moments conviviaux.

Au centre des deux immeubles

rénovés, un puits de lumière vient éclairer

l’office commun où les étudiants

peuvent cuisiner et partager un moment

de détente. Si les logements sont désormais

confortables, la résidence n’en a

pas perdu sa finalité sociale. Accessibles

aux étudiants boursiers, le loyer restemodéré

: environ 230 euros par mois,

charges comprises. :: CR

comment

s’inscrire ?

Admission sur dossier

pour les élèves titulaires

du baccalauréat (séries

scientifiques

ou technologiques), d’un

diplôme d’accès aux études

universitaires (DAEU B option

scientifique) ou intégration

directe en 2 e année pour

certaines formations

scientifiques post-bac.

Inscription sur

http://www.iut-bm.

univ-fcomte.fr

Renseignements au

03 84 58 77 12 / 13

ou

candidatures@

iut-bm.univ-fcomte.fr

Enseignement supérieur

L’IUT a du génie

:::: Attendu depuis de nombreuses

années par les entreprises de la région

et fortement appuyé par les collectivités

locales, un nouveau DUT Génie

civil vient d’ouvrir à l’IUT de Belfort. La

première promotion compte déjà une

cinquantaine d’étudiants. « Cette nouvelle

formation est un succès puisque

nous affichons pratiquement complet »,

constate Jérémie Trombik, responsable

du département Génie civil. « C’est

une filière d’avenir. Les entreprises du

secteur manquent de personnels d’encadrement

pour le bâtiment ou les

ouvrages de constructions comme les

ponts. » Jusque là, les étudiants intéressés

par ces métiers devaient se rendre

à Strasbourg ou à Lyon. À Belfort, ils

bénéficient d’une formation pointue

avec de nombreuses sorties sur le terrain,

notamment sur les chantiers. De

leur côté, les entreprises de bâtiment

et de travaux publics applaudissent

des deux mains cette nouvelle formation

diplômante Bac+2. L’entreprise

Colas Est apporte son parrainage à la

première promotion et la Fédération

du bâtiment et des travaux publics du

Territoire de Belfort assure le lien entre

l’IUT et les entreprises du secteur pour

les visites de chantier, notamment. « Le

prochain objectif sera l’ouverture d’une

licence professionnelle qui permettra

aux étudiants de suivre, parallèlement

Les sorties géologiques sont au programme

du nouveau DUT Génie civil.

à leur formation, un apprentissage en

entreprise. » Les lycéens des filières

Sciences et technologies de l’industrie

(STI) et des filières scientifiques (S) peuvent

d’ores et déjà se renseigner auprès

de leur établissement sur les prochaines

dates de dépôt de candidature au

DUT Génie civil. :: CR

24

vivre le territoire N°92

le magazine du conseil général du territoire de belfort


L’agenDa de vivre le Territoire

AGENdA

du 1 er au 30 novembre 2008

fESTivAl ENTREvuES

Ivres de films

Du 20 au 30 novembre 2008

ARCHivES DÉpARTEmENTAlES

Zoom

sur l’actualité

culturelle

et sportive

« De Belfort à Belgrade :

hommage aux poilus d’Orient »

:::: Villes et villages serbes, installations

militaires, soldats au combat, bâtiments

détruits, hommes souffrants du

paludisme… Les photographies prises

par Pierre Jaminet, Belfortain parti en

campagne sur le front d’Orient de 1915

à 1917, racontent toute la violence de la

guerre menée au côté des Serbes. Une

sélection faite par les Archives départementales

parmi 900 photographies

retrace le périple de ce soldat parti

avec son appareil photo. Cette exposition

rend hommage, à l’occasion de la

Semaine de la Serbie (voir page 11), aux

Embarquement d’une partie de l’armée serbe à Corfou

(Grèce). Les soldats partent combattre à Salonique au

côté des Français.

poilus d’Orient et vient commémorer l’armistice du 11 novembre 1918 qui met fin à la

Grande Guerre. Elle sera visible, du 27 octobre au 28 novembre 2008, dans le hall du Conseil

général et aux abords de la préfecture (le long du boulevard Carnot). :: CJ

Contact

:: Archives départementales

Tél. 03 84 90 92 00

Plus d’infos sur www.cg90.fr/PartageonsnospassionsdansleTerritoire/Archivesdepartementales

:::: La 22 e édition d’Entrevues se profile à peine

que l’on ressent déjà le vertige de l’embarras du

choix. Le survol de la programmation concoctée

par Catherine Bizern a de quoi donner le tournis :

hommages à des cinéastes et des comédiens,

colloque sur les espions au cinéma, transversale

dédiée au thème de l’ivresse, sans compter la

compétition. Organisé par la ville de Belfort, en

collaboration avec la Cinémathèque française

et en partenariat avec le cinéma Pathé Belfort,

Entrevues verra le Conseil général, partenaire

actif de la manifestation, remettre le prix du

documentaire et proposer, lors d’une soirée

exceptionnelle, le nouveau film de l’Israélien

Avi Moghrabi. :: AA

Contact

:: Catherine Bizern

Déléguée générale et

directrice artistique

d’Entrevues

Tél. : 03 84 22 94 44

CATAloGuE iDÉÉ

Envie d’une nouvelle activité ?

:::: L’Institut pour le développement, l’éducation et les

échanges (IDÉÉ) offre aux habitants de l’aire urbaine

l’occasion de se former, s’initier, se perfectionner ou

s’épanouir. Avec plus de 20 langues étrangères proposées,

l’IDÉÉ est l’une des Universités populaires les plus

complètes en termes de choix de langues auxquelles

s’ajoutent, cette année, des initiations au braille et à la

langue des signes. Des animations dans l’air du temps,

des ateliers originaux et des conférences captivantes

composent la programmation de cette nouvelle saison

de formations que soutient financièrement le Conseil

général du Territoire de Belfort. :: CJ

Plus d’informations sur www.ideeup.org

Contact

:: IDÉÉ

Tél. 03 84 28 70 96

Courriel : ideeup@voila.fr

Apprendre l’espagnol, s’initier à

internet, réfléchir aux enjeux du

vieillissement de la population…

La programmation 2008-2009 de

l’IDÉÉ répond à toutes les attentes.

le magaziNe du coNseil géNéral du territoire de belfort vivre le territoire N°92

25


Toutes les informations complémentaires sur

www.cg90.fr > agenda des manifestations

Jusqu’au dimanche 21 décembre

Beaucourt > Musée Frédéric Japy

Japy sonne le réveil

Du mercredi au dimanche de 14 h à 17 h.

Jusqu’au dimanche 23 novembre

Belfort > École d’art Gérard Jacot

Exposition « Visions »

Jusqu’au samedi 29 novembre

Belfort > Théâtre Michel Dèque

D’Amsterdam aux Marquises

Tréteaux 90

Jusqu’au 1 er février 2009

Bourogne > Espace Gantner

Exposition monographique

de Peter Vogel

Jusqu’au mardi 11 novembre

Belfort > Atria

Foire aux livres

De 10 h à 19 h les week-ends et les jours

fériés. De 14 h à 19 h en semaine.

Jusqu’au dimanche 14 décembre

Sermamagny > Maison

départementale de l’environnement

Les prédateurs sont-ils méchants ?

Jusqu’au samedi 1 er novembre

Beaucourt > Foyer Georges Brassens

Soirées Publiques de l’Atelier Théâtre

Maison Pour Tous

Du dimanche 2

au dimanche 23 novembre

Belfort > Salle des fêtes

Après-midi dansant

Les 2, 4, 9 et 23 novembre. Le mardi de 14 h à

18 h 30 et le dimanche de 14 h à 18 h.

Maison des femmes

Lundi 3 novembre

Belfort > La poudrière

Don Caballero (math rock/USA)

Généric (postr rock/Besançon)

Du mardi 4 au mercredi 19 novembre

Andelnans > Salle des fêtes

Exposition : La vie, rien d’autre

Tous les jours de 15 h à 18 h sauf les 6, 13 et

17 novembre.

Jeudi 6 novembre

Belfort > Le Granit

Soirée connaissance des mondes

19h30.

> École d’art Gérard Jacot

Belfort > CCN

Drame musical : Lulu

Répétition publique à 19 h.

Dimanche 9 novembre

Bavilliers > Centre Jean Moulin

Salon des artistes

Châtenois-les-forges > ACChâtenois

La Châtenaise

Course sur route : 10 km.

Châtenois-les-Forges/Trévenans

Mercredi 12 novembre

Belfort > IDEE

Regards sociologiques sur...

Les politiques européennes

de développement durable

Du mercredi 12 novembre

au jeudi 20 novembre

Belfort > Le Granit

Jeunesses Françaises

Les 12, 14, 19 à 20h30 et les 13, 18, 20 à 19h30.

Spectacle hors abonnement :

tarif unique 3 €.

Grandvillars > Salle des fêtes

Don du sang

Vendredi 14 novembre

et samedi 15 novembre

Giromagny > Salle des fêtes

Bourse de Noël

Dépôt le 14 de 9 h 30 à 11 h 30 et de 14 h à

18 h 30, vente le 15 de 9 h à 16 h.

Belfort > Centre culturel des résidences

Émigrés - C ie cafarnaüm

Samedi 15 novembre

Belfort > Temple Saint Jean

Concert

La Cantarelle - 20 h.

Danjoutin > Maison pour tous

Marché de douceurs

De 14 h à 18 h.

Club de l’âge d’or

Samedi 1 er novembre

Belfort > La poudrière

Metal Rumble vol. 2 Arkangel +

Hangman’s chair + Jack and the

bearded fishermen + Guilty of reason

Eye of the dead

Bavilliers > Centre Jean Moulin

Loto

AAPPMA

Grandvillars > Salle des fêtes

Tarots

Association Communautaire de Culture

et Loisirs Populaires

Dimanche 2 novembre

Belfort > Mairie

Concert Vocalises : Opérette 100 %

à 11 h. Concert gratuit. Arcanes

Du dimanche 2 novembre

au mercredi 5 novembre

Belfort > Théâtre de marionnettes

Pierre et le loup

Dimanche 2 à 11 h, mardi 4 à 14 h 30 et

mercredi 5 à 14 h 30. Public : 3 ans.

Durée : 45 minutes.

Vendredi 7 novembre

Beaucourt > Maison Pour Tous

Amestoy Trio en concert à 20h30

Vendredi 7 novembre

et samedi 8 novembre

Belfort > Le Granit

Orphée et Eurydice

Vendredi 7 à 20h30 et samedi 8 à 19h30.

Belfort > La poudrière

Week-end Électro

Vendredi à 20h30 / Entrée libre. Projection

suivie d’une sélection musicale, en présence

de Guy-Marc Hinant. Samedi à 22h. Tarif

unique : 8 €. Soirée électro Citizen Kain,

NoXi.Co, Sarah Parker, D’joul, diRty bl0nd3.

Samedi 8 novembre

Belfort > CCSRB

Bourse aux jouets et vente

de vêtements

Plus petit matériel de puériculture.

Vente de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

Valdoie > Salle Sainte Jeanne d’Arc

Loto

ASMA90

Du dimanche 9 novembre

au dimanche 23 novembre

Belfort > Théâtre de marionnettes

Les trois petits cochons

Dimanche 9 à 11 h, mercredi 19 à 14h30,

dimanche 23 à 11 h. Public : 2-3 ans. Durée : 45 min.

Du mercredi 12 novembre

au mercredi 19 novembre

Bavilliers > Bibliothèque

Les mots se livrent

Du jeudi 13 novembre

au dimanche 23 novembre

Belfort

Semaine de la Serbie

Du jeudi 13 novembre

au mercredi 17 décembre

Belfort > Le Granit

Jeunesses Françaises

Vernissage mercredi 12 novembre à 18 h,

en présence des artistes.

Jeudi 13 novembre

Belfort > La poudrière

The Dodos (pop folk psychedelichappy-hardcore/SF-USA)

The

Mabuses (pop/Uk-France)

Belfort > IDEE

La Grande Guerre fondatrice du

département du Territoire de Belfort

Belfort> IDEE

Le libéralisme hier et aujourd’hui,

enjeux et défis

Vendredi 14 novembre

Belfort > École d’art Gérard Jacot

Vendredis/vidéo

16h30.

Lepuix-gy

Braderie du Secours Catholique

Caritas

Châtenois-les-Forges > Centre socioéducatif

Bourse aux jouets et à la puériculture

Dépôt le vendredi 14 de 9 h à 19 h. Vente le

samedi de 9 h à 15 h.

Belfort > Le Granit

Faiz Ali Faiz

20 h 30

Delle > École primaire des Marronniers

Bourse aux livres

Belfort > Le Phare

Handball : championnat de France

Belfort. St Cyr à 20 h 15. Entrée 6 € et 3 €.

BAUHB

Vellescot > Salle communale

Concours de belote

Comité des fêtes

Beaucourt > Foyer Georges Brassens

Soirée hommage à Claude Geney

Beaucourt en fête

26

vivre le territoire N°92

le magazine du conseil général du territoire de belfort


L’agenda de vivre le Territoire du 1 er au 30 novembre 2008

Bavilliers > Centre Jean Moulin

Soirée dansante

Samedi 15 novembre

et dimanche 16 novembre

Belfort > Salle des fêtes

Loto

Samedi à 19 h, dimanche à 13 h

Amicale des Jardiniers Municipaux

de Belfort

Valdoie > Centre Jean Moulin

Exposition de l’atelier peinture

Samedi de 14 h à 19 h, dimanche de 10 h à

18 h. Entrée libre.

AVO

Bourogne > Foyer Léon Mougin

22 e Automne des Arts Locaux

Foyer Rural et Action Culturelle

Dimanche 16 novembre

Danjoutin > Maison pour tous

Thé dansant

De 14 h à 19 h. entrée 5 €.

Club de l’âge d’or

Eloie > Maison du temps libre

Salon sucré salé

Entrée gratuite de 10 h à 17 h.

Association sportive et culturelle

Rougemont-le-Château > Foyer Rural

Bourse aux jouets

De 9 h à 18 h.

C’POUR TOI

Lepuix-gy > Prieuré de Chauveroche

Concert

15 h.

La Cantarelle

Du mercredi 19 novembre

au vendredi 28 novembre

Territoire de Belfort > Médiathèque

départementale

Les petites fugues

Jeudi 20 novembre

Belfort > CCI90

Climat, où vas-tu ? Ce que nous

enseignent les glaces polaires.

Vendredi 21 novembre

Belfort > Le Granit

Olivia Rosenthal et Denis lachaud

dépassent les bornes

20 h 30. Entrée libre.

Delle > Caveau des remparts

« Jazz au caveau » Céline Bonacina

« Alefa ! » Trio

Delle animation

Beaucourt > Foyer Georges Brassens

Boubacar Traoré

En concert à 20 h 30

Maison pour tous

Belfort > La poudrière

Fanfare balkanique + Dj

Conseil général

Belfort > École d’art Gérard Jacot

Vendredi/vidéo

16 h 30.

Vendredi 21 novembre

et samedi 22 novembre

Anjoutey > Salle Roger Goessel

Exposition sur la guerre 14-18

Vendredi de 14 h à 18 h et samedi de 10 h à

19 h. Conférence samedi à 17 h sur la bataille

de Verdun

Du vendredi 21 novembre

au dimanche 23 novembre

Valdoie > Près de l’église

Bourse aux skis

Dépôt vendredi de 18 h à 20 h et samedi

de 9 h à 11 h. Vente samedi de 14 h à 19 h

et dimanche de 10 h à 17 h.

Samedi 22 novembre

Bavilliers > Centre Jean Moulin

Loto

20 h.

ASB foot

Beaucourt > Foyer Georges Brassens

La Patiente

Théatre Compagnie Cafarnaüm

Valdoie > Centre Jean Moulin

Soirée dansante

À partir de 19 h 30 - Val d’Oye

Samedi 22 novembre

et dimanche 23 novembre

Evette-salbert > Salle polyvalente

Expo d’automne

samedi de 14 h à 19 h et dimanche de 10 h

à 18 h

Atelier d’Arts plastiques (AAP)

Fontaine > Salle des Fêtes

Exposition artisanale

Le samedi de 14 h à 18 h

et le dimanche de 10 h à 18 h. .

Comité de loisirs (CLF)

Du samedi 22 novembre

au dimanche 30 novembre

Belfort > Cinéma Pathé

Entrevues : Festival international

du film

Du samedi 22 novembre

au dimanche 7 décembre

Belfort > Grand hôtel du tonneau d’or

Exposition autour du temps

Entrée libre de 14 h à 18 h tous les jours.

GRAAL

Dimanche 23 novembre

Rougemont-le-château > Stade

Corrida de Rougemont

10 h. 7,7 km

ACAB

Belfort > Salle St Louis

Repas choucroute

12 h.

Paroisse St Louis

Du lundi 24 novembre

au vendredi 28 novembre

Belfort > La poudrière

Les afters du festival Entrevues

23 h. Gratuit sur présentation d’un ticket

d’entrée du festival ou sur invitation

Mardi 25 novembre

Belfort > IDEE

Sciences et techniques : la matière

a une histoire

Mercredi 26 novembre

Belfort > IDEE

Le vieillissement : vecteur de

solidarités et secteur économique

Du mercredi 26 novembre

au dimanche 30 novembre

Belfort > Le Granit

Le silence des communistes

Les 26 et 28 à 20 h 30, les 27 et 29 à 19 h 30

le 30 à 17 h.

Jeudi 27 novembre

Belfort > IDEE

Histoire de l’art : Courbet ou

l’invention du réalisme

Vendredi 28 novembre

et samedi 29 novembre

Valdoie > Centre Jean Moulin

Bourse aux jouets, bibelots…

Dépôt vendredi de 8 h 30 à 18 h, vente

samedi de 8 h 30 à 17 h.

CSF

Du vendredi 28 novembre

au dimanche 30 novembre

Belfort > Salle des fêtes

Marché soroptimiste

Vendredi de 13 h à 18 h, samedi de 9 h à 18 h

et dimanche de 10 h à 18 h.

Soroptimiste

Vendredi 28 novembre

Beaucourt > Foyer Georges Brassens

Marie Cherrier et Bœuf en concert

à 20 h 30

Maison Pour Tous

Samedi 29 novembre

Bavilliers > Centre Jean Moulin

Les chandelnans

Je veux voir la Maire.

20 h 30.

Grandvillars > Salle des fêtes

Tarots

Samedi 29 novembre

et dimanche 30 novembre

Andelnans > Salle des fêtes

Marché de la St Nicolas

Commision Culture et Loisirs

Samedi 29 novembre

et dimanche 30 novembre

Giromagny > Théâtre des deux sapins

20 000 lieues sous les mers

Théâtre du Pilier

Cravanche > Salle communale

Marché de Noël

Entrée libre. Samedi de 14 h à 19 h.

Dimanche de 14 h à 18 h.

La cravanchoise Arts plastiques

Andelnans > Salle des fêtes

Marché de la Saint Nicolas

Entrée gratuite. Samedi à 17 h et

dimanche à 15 h

Dimanche 30 novembre

Offemont > MIEL

Concert annuel du Groupe Vocal

ASC Éloie 2002 Section Chorale

Bavilliers > Place Jean Moulin

Vente Branches de sapins

Dès 8 h.

Bavilliers environnement

Bavilliers > Centre Jean Moulin

Puces jouets

Dès 8 h.

Comité des fêtes

Bavilliers > Centre Jean Moulin

Concert roumain

Dès 20 h.

École de musique

Pour annoncer

une manifestation : www.cg90.

fr/agenda/formulaire

Agenda.php

le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°92

27


MÉMOIRE

À savoir

L’expression « poète

maudit » qualifie un poète

talentueux, qui, incompris

dans sa jeunesse, rejette

les valeurs de la société

et se conduit de manière

dangereuse, provocante ou

autodestructrice. Après Paul

Verlaine, Arthur Rimbaud ou

encore Charles Baudelaire,

Léon Deubel est considéré

comme le dernier poète

dates

1879 : Naissance à Belfort

1899 : La Chanson

balbutiante

1901 : Le Chant des routes et

des déroutes

1905 : La Lumière natale

1913 : Régner

1913 : Suicide à

Maisons-Alfort

La maison de l’oncle de Léon

Deubel, rue de Mulhouse,

aujourd’hui donation Jardot.

Photo de droite :

Le buste de Léon Deubel

dans le square Lechten.

Enfant du pays

Léon Deubel, poète maudit

Une rue porte son nom. Son buste orne le square Lechten.

Et son portrait en médaillon décore la salle du théâtre

Granit…

:::: Léon Deubel naît à Belfort le

22 mars 1879, au 42 de la rue du

Faubourg de France où son père exerce

la profession d’aubergiste. Sa jeunesse

est assombrie par la désunion de ses

parents et le décès précoce de sa mère.

Il est confié à sa grand-mère et à son

oncle, qui tient une affaire très prospère

d’épicerie en gros dans la rue

de Mulhouse. Il étudie à l’institution

Sainte-Marie puis entre comme pensionnaire

au collège de Baume-les-

Dames. À 18 ans, il refuse le travail que

lui propose son oncle et devient répétiteur

au collège de Pontarlier, puis d’Arbois.

Il collabore à des revues littéraires

et anarchistes comme Le Jura Socialiste

et La Vie meilleure. En 1899, il publie

sa première plaquette de poésie, La

Chanson balbutiante. Ses opinions, ses

articles satiriques et son indiscipline le

font révoquer de l’enseignement. Il part

pour Paris où il vit pendant un an dans

le plus complet dénuement avant d’être

appelé sous les drapeaux. Grâce à des

héritages, il voyage en Italie et regagne

la capitale en 1904. Il reprend sa vie de

bohème, édite des livres qui se vendent

28

vivre le territoire N°92

peu, dirige des revues éphémères, se

fait traducteur, copiste ou vendeur,

sans jamais quitter la misère. En 1913,

il se suicide en se jetant dans la Marne,

à Maisons-Alfort.

Poésie et amitié

Léon Deubel a pu compter sur le soutien

d’admirateurs fidèles, dont le

Franc-comtois Louis Pergaud, passé

à la postérité pour La Guerre des boutons.

Sa route a aussi croisé celle de Paul

Léautaud, de Max Jacob et du compositeur

Edgard Varèse, qui a mis en musique

quelques-uns de ses poèmes. Après

sa mort, la société des amis de Léon

Deubel s’est donné pour but de faire

connaître son œuvre et de publier ses

inédits. Sa poésie peut être rattachée au

mouvement symboliste : très marquée

par l’héritage de Verlaine, Mallarmé

et Laforgue, elle est classique dans sa

forme mais originale par son rythme

et ses images.

maudit. Léon Deubel chez Louis Pergaud, en 1904

Belfort et Deubel

Léon Deubel a nourri des sentiments

ambivalents à l’égard de sa ville natale.

le magazine du conseil général du territoire de belfort

Dans sa correspondance, il la dit « triste,

d’un climat rageur, déconcertant,

toujours emplie du piétinement des

armées en marche ». Mais un poème

de 1905 la présente sous un meilleur

jour : « Dans son enceinte étroite et

vétuste elle veille / La victoire autrefois

a proclamé son nom / On entend

sourdement quand juillet l’ensommeille

/ Gronder la majesté captive des

canons ». La réconciliation de Belfort

avec son poète maudit a été scellée dans

l’entre-deux-guerres. Sur le portique

d’entrée du cimetière de Bellevue est

inscrit l’un de ses plus beaux quatrains :

« Rien ne s’efface. Tout survit / Hier à

demain vient se coudre / Le chemin

garde dans sa poudre / Le pas de ceux

qui l’ont suivi ». :: Xavier Laurent

Contact

:: Archives départementales

4 rue de l’Ancien théâtre

90 000 Belfort

Tél. 03 84 90 92 00

Courriel : xavier.laurent@cg90.fr


JEUX

Mots emmêlés

de Yvon dit Claude AUGÉ

E M B A U C H A G E I O L P M E

E T O F F E R R E R R E I R T S

P R E O H I E N C A E E N U U T

N R R C A R T E L L M S F P R E

U U E T H R I E A T O I O V N E

M V E U A N M T I A N E R R E H

E E C I A E I E R T T E M O R P

I E N V N V L C C R A D A M R A

R E A T E E A E I E G A T U O R

E E N R R E C R E E E E I N E G

R T R E R A T E C H N I Q U E O

T E E T R A V A I L E N U N E H

S O T T I S E E C N A L E E V T

U E L A I O L I R R E C U S E R

L I A N T N O I T A T N E I R O

Ces 56 mots mêlés se lisent en tous sens : horizontalement, de gauche à droite, de

droite à gauche ; verticalement, de haut en bas et de bas en haut ; en diagonale, de

gauche à droite, de droite à gauche, de bas en haut, de gauche à droite et de droite à

gauche.

Toutes les lettres, déjà mises dans l’ordre dans cette grille, vous permettront de trouver

le mot complémentaire dont ci-après quelques informations:

Événement toujours très attendu (sans l’article).

Horizontalement, de gauche. à droite : aïoli - cartel - embauchage - étoffer - liant - pré -

récuser - sottise - technique - travail.

De droite à gauche : armada - élancées - emploi - envoi - génie - orientation -

promettre - renaît - routage - strier.

Verticalement, de haut en bas : éclaircie - este - informatique - montage - turne - vélo.

De bas en haut : alternance - limiter - lustrerie - natter - orthographe - rêvée.

En diagonale, de haut en bas, de gauche. à droite : - entravera - techniciennes - Var.

De bas en haut : avanie - évêché - futé - lei - lettre - opus - reçu - taira - trace - vitale.

En diagonale, de haut en bas, de droite à gauche : BTP - élire - entraînée - féru - forum -

gêne - oralement - verres.

De bas en haut, de droite à gauche : arroser - gomme - tâter.

Échecs

Où s’initier et jouer aux échecs à Belfort ?

Stade Échiquéen Anatoli KARPOV,

34 bis Rue André Parant à Belfort,

tous les jours de 14 H à 19 H (sauf dimanche

et lundi) - 03.84.21.52.80

Pièces en désordre

Cette rubrique est assurée par Sébastien Monsieux,

Conseiller Cette rubrique Technique est assurée et Pédagogique par Sébastien du jeu Monsieux, d’échecs

pour conseiller le Territoire technique de et Belfort. pédagogique Elle vous du présente jeu d’échecs deux

positions pour le Territoire de combinaison de Belfort. avec, Elle pour vous chacune présente d’elles, deux

une positions légende de et combinaison une question avec, vous pour mettant chacune sur la d’elles, voie.

une légende et une question vous mettant sur la voie.

Deux pour le prix d’une

Concours

La culture en pratiques

1 er prix : un bon d’achat de livres, disques,

DVD d’une valeur de 100 €

2 e prix : un bon d’achat de livres, disques,

DVD d’une valeur de 75 €

3 e prix : un bon d’achat de livres, disques,

DVD d’une valeur de 50 €

Et 20 CD de Gilbert Sigrist « Jazz Comptines ».

1

2

Les séances

d’initiation au

multimédia organisées

par l’Espace Gantner

s’appellent :

a) Les mardis du Net

b) Les mercredis du

multimédia

c) Les jeudis de l’espace

Initié par le Conseil

général, le Prix des

collèges s’adresse à

des élèves de :

a) 5 e et 6 e

b) 4 e et 5 e

c) 3 e et 4 e

3

Le festival GéNéRiQ se déroule :

a) En février

b) En juin

c) En novembre

L’association culturelle « la

4 Rosemontoise » se trouve à :

a) Delle

b) Anjoutey

c) Rougegoutte

5

La chorale de la Maison Pour

Tous à Beaucourt s’appelle :

a) Tous en chœur

b) Accroche-cœur

c) Clef des chants

Les Noirs jouent et gagnent.

Le Cf3 ne peut tout défendre

Échecs :

1/ 1. ... Fxd2+ 2. Cxd2 Da5 et les Noirs gagnent soit le Cd2, soit le Fg5.

2/ 1. Dxd7+ Rxd7 2. Cc5+ Re7 3. Cxe4 et les Blancs ont une pièce d’avance.

Mots emmêlés : solution = rentrée

Les Blancs jouent et gagnent.

Grâce à une fourchette

Envoyez vos réponses avant le 15 novembre 2008 sur www.cg90.fr, rubrique

concours VLT ou sur papier libre, en mentionnant vos nom, prénom, adresse,

commune, code postal et téléphone à Vivre le Territoire, Direction de la

Communication, Hôtel du Département, place de la Révolution française,

90020 Belfort Cedex.

Extrait du règlement : Le jeu concours est ouvert à tous. Une seule réponse sera admise par

foyer. Le tirage au sort des gagnants parmi les réponses exactes sera effectué par Maître

Antoine, huissier à Belfort. Les réponses expédiées après le 15 novembre 2008 ne seront

pas prises en compte. Les gagnants seront avertis par courrier. La participation implique

l’acceptation du règlement déposé chez Maître Antoine. Réponses à retourner à Vivre le

Territoire – Direction de la communication – Hôtel du Département place de la Révolution

française – 90020 Belfort Cedex.

le magazine du conseil général du territoire de belfort vivre le territoire N°92 29


PAROLE DES ÉLUS

30

L’échec de la droite

Nicolas Sarkozy a déclaré : « L’idée de la toute puissance du

marché qui ne devait être contrariée par aucune règle, par

aucune intervention politique, était une idée folle. »

Qui sont donc ces fous qui baissent de 13 milliards les

impôts des plus riches ?

Qui sont donc ces fous qui privatisent La Poste ?

Qui sont donc ces fous qui libéralisent la santé ?

Qui sont donc ces fous qui démantèlent le droit du

travail ?

Qui sont donc ces fous qui organisent dans tous les

domaines les reculs de l’État (éducation, recherche, service

public, santé) ?

Nicolas Sarkozy veut faire croire aux Français que tous

les malheurs d’aujourd’hui et de demain n’ont rien à voir

avec sa politique mais sont dus à la crise internationale.

Il déclare la grave maladie du capitalisme pour s’empresser

d’appeler les Français à l’aider à « refonder le capitalisme ».

Il découvre opportunément la nécessité d’un nouveau

« Bretton Woods », proposé par le PS depuis plusieurs

années pour mieux réguler les marchés financiers et améliorer

leur transparence. Il évoque les paradis fiscaux mais

refuse toute initiative en tant que président de l’Union

européenne pour favoriser une harmonisation fiscale et

lutter contre la fraude fiscale (200 milliards d’euros) en

s’attaquant notamment au secret bancaire qui assure la

fortune de quelques États.

Il propose une augmentation des minima sociaux qui

ne compensera pas les effets des politiques de rigueur

imposées par son gouvernement aux ménages les plus

modestes. Cela ne l’empêche pas non plus de maintenir le

financement immoral du RSA qui concerne tous les petits

épargnants mais pas les grandes fortunes qui bénéficient

du bouclier fiscal.

Enfin, il exalte la croissance durable, au moment même

où il rabote la fiscalité écologique.

En dépit de cette nouvelle imposture politique, il apparaît

comme l’un des dirigeants occidentaux les moins

qualifiés pour aider l’Europe et la France à s’extraire de

cette crise.

Jean-Claude Chérasse

Vice-président du Conseil général

Conseiller général du canton Belfort Nord

Parti Socialiste

vivre le territoire N°92

Mobilisons-nous

pour l’hôpital médian

le magazine du conseil général du territoire de belfort

Le centre hospitalier de Belfort-Montbéliard est issu de

la fusion, en 2000, de deux établissements de même

taille, distants de 22 km et regroupant environ 2 000

agents chacun.

Depuis cette fusion, le CHBM doit relever plusieurs

défis afin de répondre aux demandes de soins d’un bassin

de population de 350 000 habitants.

Il est donc urgent de regrouper les médecins en petites

équipes solides, et non éparpillées, et d’atteindre un seuil

d’activité obligatoire afin d’être autorisé à exercer certaines

spécialités. Il faut ensuite mutualiser les moyens car

l’avenir de la médecine passe par des équipements de

pointe très coûteux.

Comment attirer de nouveaux médecins sans un équipement

de pointe quand on sait qu’un médecin qui sort de

l’université a en moyenne 100 offres d’emploi ?

Il faut préserver les emplois hospitaliers. Un chirurgien

fait travailler 100 personnes !

Les élus du Nord Franche-Comté se sont mobilisés, au-de

des étiquettes des uns et des autres, afin de défendre une

offre de soins de qualité.

Le regroupement de l’offre de soins dans l’Aire Urbaine, sur

le site médian de Trévenans, n’a pour seul objectif que de

permettre aux patients, à nos concitoyens, de bénéficier

d’un hôpital moderne et d’éviter ainsi, à terme, d’aller à

Besançon ou Mulhouse pour être soigné.

Au final, ce n’est ni l’intérêt du Territoire de Belfort ni celui

du Pays de Montbéliard qu’il s’agit de défendre, mais celui

de l’offre de soins dans l’Aire Urbaine et, bien entendu, des

patients qui souhaitent un hôpital de qualité.

L’implantation d’une plateforme médicale de haute technologie

sur un site médian est une priorité acceptée de

tous. Seules doivent primer la qualité et la pérennité des

soins qui seront offerts à la population.

Cédric Perrin

Conseiller général du canton de Beaucourt

Union pour un Mouvement Populaire


internet

Lire, écouter, voir...

Ce mois-ci sur le nouveau site

www.cg90.fr

Culture

Aménagements

La desserte du Pays-sous-Vosgien

Environnement

:::: La seconde tranche des travaux

de la desserte du Pays-sous-Vosgien,

entre Valdoie et Sermamagny, avance

rapidement. Après la mise en service

cet été d’un nouveau carrefour giratoire

sur la RD 465 desservant la future route

départementale, le chantier se prépare à

passer l’hiver pour une fin des travaux en

2009. La dernière visite de chantier a permis

de faire le point sur cet aménagement

structurant du Nord du département.

À voir en vidéo sur www.cg90.fr

En ligne sur Web TV90

Un nouveau sentier de promenade

autour de la marnière de Foussemagne

:::: Ancienne carrière, la marnière de Foussemagne est

devenue au fil du temps un espace naturel remarquable.

Le Conseil général, propriétaire du site, en assure la

préservation et la promotion. Cette année, il a réalisé un

nouveau sentier de promenade qui permettra à tous d’en

découvrir les richesses, comme le triton alpestre ou le

crapaud sonneur. À découvrir, un avant-goût en vidéo sur

www.cg90.fr

En ligne sur Web TV90

Les petits prédateurs en images

:::: La nouvelle exposition de la Maison départementale de

l’environnement s’intéresse aux petits carnivores. Les loups, rapaces,

fouines, renards, chauves-souris et autres animaux qui peuplent nos

campagnes vous sont présentés à travers un programme varié d’animations, de rencontres

et de découvertes, qui se dérouleront du 25 octobre au 14 décembre 2008 (voir article

page 8). Le directeur de la Maison de l’environnement nous donne les clefs de l’exposition

en vidéo sur le site internet du Conseil général.

www.cg90.fr > Préservons le Territoire > Maison départementale de l’environnement >

Les prédateurs sont-ils méchants ?

Un physicien artiste

à l’espace Gantner

:::: Peter Vogel imagine des œuvres cybernétiques

qui réagissent aux mouvements des visiteurs grâce

aux nombreux capteurs photosensibles et sonores

qui les composent (voir article page 11). À l’occasion

de l’ouverture de son exposition à l’espace Gantner, le

11 octobre dernier, il a offert au public un concert de

musique à partir de l’une de ses œuvres, une grande

frise murale faite de circuits électroniques. Retrouvez

cet événement artistique et musical en vidéo

sur www.cg90.fr

En ligne sur Web TV90

Social

le magazine du conseil général du territoire de belfort

Les grandes politiques

solidaires du département

:::: Ce sont les feuilles de route

du Conseil général en matière de

solidarité. Les nouveaux schémas

départementaux pour la protection

de l’enfance, le soutien aux personnes

handicapées et l’aide aux personnes

âgées sont désormais en ligne sur

www.cg90.fr dans leur version

complète. Ils constituent, pour les

partenaires du département, un guide

indispensable à la mise en œuvre de nouvelles actions

en faveur des habitants du Territoire.

• Enfance : www.cg90.fr > Aidons nos enfants >

La maltraitance

• Personnes handicapées : www.cg90.fr > Agissons ensemble

> Accompagner les personnes handicapées > Le schéma

départemental en faveur des personnes handicapées

• Personnes âgées : www.cg90.fr > Agissons ensemble

> Mieux vieillir dans le Territoire > Le schéma

départemental en faveur des personnes âgées

vivre le territoire N°92

31

More magazines by this user
Similar magazines