09.09.2014 Views

Mobilier et objets d'art des 18e et 19e siècles - Tajan

Mobilier et objets d'art des 18e et 19e siècles - Tajan

Mobilier et objets d'art des 18e et 19e siècles - Tajan

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

MARDI 11 JUIN 2002

139

G V

PARIS - MARDI 11 JUIN 2002 - FOUR SEASONS HOTEL, GEORGE V


MOBILIER

ET OBJETS D’ART

DES XVII, XVIII, XIX E SIÈCLES

ET BEL AMEUBLEMENT

1


MOBILIER ET OBJETS D’ART DES XVII, XVIII, XIXE SIÈCLES ET BEL AMEUBLEMENTA-

MARDI 11 JUIN 2002 À 19 HEURES

FOUR SEASONS HOTEL GEORGE V

31 AVENUE GEORGE V

75008 PARIS

EXPOSITIONS

ESPACE TAJAN (EXPOSITION PARTIELLE)

37 RUE DES MATHURINS 75008 PARIS

LE SAMEDI 1 ER JUIN 2002 DE 11 À 18 HEURES

DU LUNDI 3 AU VENDREDI 7 JUIN 2002 DE 9 À 19 HEURES

FOUR SEASONS HOTEL GEORGE V

31 AVENUE GEORGE V 75008 PARIS

DIMANCHE 9 JUIN 2002 DE 14 À 20 HEURES8

LUNDI 10 JUIN 2002 DE 10 À 19 HEURES

PENDANT L’EXPOSITION : 01 49 52 72 61/62RCREDI 27 MARS 2002 DE 11 À 12

HEURES

RENSEIGNEMENTS

WILFRID CAZO

+33 1 53 30 30 21 - objets-art3@tajan.org

ANTOINE GEOFFROY D’ASSY

+33 1 53 30 30 73 - objets-art2@tajan.org

EXPERTS

OLIVIER LE FUEL

ET ROLAND DE L’ESPÉE

14 RUE DROUOT 75009 PARIS

+33 1 42 46 10 46 fax +33 1 48 00 90 98

lefueldelespee@wanadoo.fr

ARNOULD DE CHARETTE

37 RUE DES MATHURINS 75008 PARIS

+33 1 53 30 30 50 fax +33 1 53 30 30 31

GEORGES ET LOUIS LEFEBVRE

24 RUE DU BAC 75006 PARIS

+33 1 42 61 18 40 fax +33 1 42 86 91 58

JACQUES SAINT-BRIS

66 AVENUE HENRI-MARTIN 75116 PARIS

+33 1 45 04 40 24 fax +33 1 45 04 24 25

THIERRY PORTIER

26, BD POISSONNIÈRE 75009 PARIS

+33 1 48 00 03 45

LUCIEN ARCACHE

39 RUE DUMONT D’URVILLE 75116 PARIS

+33 1 45 00 26 80 fax +33 1 45 01 80 95

TAJAN

37 RUE DES MATHURINS

75008 PARIS (F)

+33 1 53 30 30 30

+33 1 53 30 30 31 fax

www.tajan.com

TAJAN S.A. SOCIÉTÉ DE VENTES VOLONTAIRES DE MEUBLES AUX ENCHÈRES PUBLIQUES

SOCIÉTÉ ANONYME À DIRECTOIRE ET CONSEIL DE SURVEILLANCE, AGRÉÉE EN DATE DU 7 NOVEMBRE 2001 SOUS LE N° 2001-006. N° RCS PARIS B 398 182 295


301 COUPE ET SON COUVERCLE EN VERMEIL

Elle repose sur un piedouche, lobé et feuillagé surmonté

de demi-godrons, posé sur une base carrée.

Elle est ornée à mi-corps de guirlandes fleuries

disposées sur un fond amati ; les anses représentent

des branches, agrémentées de feuillages. Le

col est constitué d’une frise de rinceaux. Le couvercle

en terrasse comporte une ligne feuillagée :

du gui et ses fruits, sur un fond amati ; il est surmonté

d’un personnage debout le bras gauche

appuyé sur une ancre. L’ensemble est présenté

sur un socle carré en bois foncé (un petit choc).

LONDRES 1827/1828.

Signé REBECCA EMES et Edward BARNARD.

Haut. : 33,5 cm sans le socle - Poids : 2616 g

4 200/5 000 €

303 GOBELET COUVERT EN VERMEIL

Il repose sur trois pieds boule ; le corps est décoré au repoussé de deux personnages assis à une

table et buvant, servis par un troisième debout un plateau à la main : l’ensemble de la scène dans

un décor champêtre. Le couvercle est bordé de fruits et de feuillages également au repoussé ;

au centre une prise en forme de boule.

AUGSBOURG vers 1685-1690.

Maitre orfèvre non identifié présence d’une striche

Haut. : 15 cm - Poids : 352 g 3 000/3 500 €

304 PICHET À COUVERCLE EN VERMEIL

Il repose sur un piedouche en terrasse ; le corps est entièrement décoré au repoussé de fruits et

de guirlandes feuillagées disposés sur des parties lisses ou amaties ; il est orné d’une anse à enroulements.

Le couvercle à charnière comporte un appui pouce, sa bordure est décorée et la prise

représente un cerf couché, la tête tournée vers la droite.

LEIPZIG fin XVII e siècle / début XVIII e siècle.

Maître orfèvre : IB non identifié. Comporte également un poinçon “ouvrages exempts d’impôts”

utilisé en AUTRICHE-HONGRIE au XIX e siècle.

Haut. : 22,5 cm - Poids : 618 g 12 000/15 000 €

302 GRANDE COUPE RONDE

en argent reposant sur un piedouche maté terminé par un large filet. L’intérieur de la coupe est

creux et décoré de motifs ovales et lisses disposés en dégradé sur trois niveaux ; décor effectué

au repoussé sur un fond maté rappelant la base. ITALIE. Fabrication moderne à 925°/00 (copie inspirée

des coupes de la Renaissance)

Travail de BRANDIMARTE

Diam. à la base : 23 cm - Diam. de la coupe : 45,5 cm

Haut. : 14,5 cm - Poids : 2182 g

1 200/1 500 €

305 GOBELET COUVERT EN VERMEIL

Il repose sur trois pieds boule ; le corps est décoré au repoussé de branchages fleuris et feuillagés,

tout comme le couvercle surmonté d’une prise en forme de sphère.

Dorure postérieure

MOSCOU milieu du XVIII e siècle.

Maître Orfèvre : Fedor PETROF, exerce vers 1750-1768 (un deuxième poinçon de Maître figure également,

répertorié vers 1846 à MOSCOU mais non identifié).

Présence d’une striche.

Haut. : 11,5 cm - Poids : 122 g 600/750 €

6 7


306 PLATEAU PRÉSENTOIR EN VERMEIL

reposant sur un piedouche rond bordé

de filets disposés en terrasse. Le plateau

est constitué de six lobes bordés de

godrons et d’une ligne de perles aplaties

; le marli est gravé de divers entrelacs

et de petites corbeilles contenant

des fruits sur un fond amati. Au centre

un motif à l’identique disposé en rosace.

AUGSBOURG début du XVIII e siècle.

Maître orfèvre : Elias ADAM reçu en

1703 (mort en 1745)

Diam. : 24 cm - Poids : 456 g

6 000/7 500 €

307 SUCRIER ET SON COUVERCLE EN VIEUX

SHEFFIELD DORÉ

Il repose sur un piedouche orné de motifs pincés

droits qui se prolongent sur le corps et le

couvercle ; le corps est également constitué de

réserves gravées de motifs feuillagés et orné de

deux anses. Le couvercle est surmonté d’une

prise en forme de pomme de pins sur une terrasse

rayonnante.

SHEFFIELD 1787.

Orfèvre TB & S

Haut. : 21 cm

450/550 €

308 AIGUIÈRE CASQUE EN VERMEIL

Elle repose sur un piedouche orné de godrons et surmonté d’une

bague identique ; le corps lisse est ceinturé d’un jonc orné de courts

godrons. Sous le bec verseur, en application, une tête de jeune fille,

de face encadrée de cheveux tressés en nattes, disposée au sommet

d’une cariatide stylisée placée au centre d’une réserve amatie. La

même tête de jeune fille se retrouve appliquée à la base de l’anse.

Présence d’une striche.

Travail allemand de CELLER.

Maître Orfèvre Levin DEDEKE reçu en 1691, décédé en 1733.

Haut. à l’anse : 22,5 cm - Poids : 740 g

9 000/12 000 €

8 9


309 PAIRE DE BOUGEOIRS

en bronze argenté. La base chantournée

est surmontée d’une terrasse soulignée

de filets. Le fût et le binet sont à pans.

XVIII e siècle.

Haut. : 23,5 cm

500/600 €

310 SERVICE QUATRE PIÈCES

en argent composé de : une théière, une cafetière, un sucrier, un pot à lait. Chaque pièce repose

sur un piedouche orné de palmettes et surmonté d’une bague identique. Le corps est décoré à mihauteur

de canaux, la partie supérieure délimitée par une ligne de palmettes que l’on retrouve sur

le couvercle à charnière latérale (pour les deux verseuses) ou à l’emporte pièce (pour le sucrier) surmonté

d’une graine en forme de fruit. Les becs sont détachés et se terminent en tête de chien. Les

anses en bois noir sont à double attache reliées au corps par un motif de godrons. Les corps sont

Monogrammés.

Minerve travail de CHRISTOFLE d’aprés un modèle de CARDEILHAC.

Haut. de la cafetière : 28 cm - Haut. de la théière : 23 cm - Poids 2670 g

2 500/3 500 €

311 SUITE DE TROIS BOUGEOIRS EN ARGENT

Chacun repose sur une base octogonale chantournée en forme d’arbalète surmontée de filets disposés

en dégradé ; le fût et le binet sont à huit pans ; ils sont surmontés d’une bobèche bordée de

filets.

PERPIGNAN vers 1767 (et vers 1765 pour l’un des trois).

M.O. VAUVER reçu durant la première moitié du XVIII e siècle.

Deux bougeoirs sont timbrés d’une armoirie d’alliance sur l’ombilic et surmontés de bobèches

anciennes non poinçonnées ; le troisième, non gravé, possède sa bobèche très bien marquée.

Haut. : 24,5 cm - Poids : 1764 g

7 500/8 200 €

312 CHOCOLATIÈRE TRIPODE

en argent. Elle repose sur trois pieds cambrés à

attaches d’écusson. Le corps est lisse agrémenté

d’un manche latéral en bois clair (postérieur) ;

le bec rapporté est surmonté d’un couvre-bec à

charnière, la gorge est rehaussée de filets disposés

en chute à sa base. L’appui-pouce est à

enroulements. La graine pivotante est en forme

de toupie.

PARIS 1766/67.

Maitre Orfèvre Guillaume PIGERON reçu en 1762.

Haut. : 25 cm - Poids : 856 g

5 800/6 200 €

10 11


313 CUILLÈRE À OLIVES EN ARGENT

Modèle à filets ; le percé est constitué

de ramures feuillagées : au centre un

motif en rosace. Armoirie effacée sur la

spatule.

PARIS 1785. Maître orfèvre illisible.

Long. : 32,3 cm - Poids : 180 g

2 300/3 000 €

314 CUILLÈRE SAUPOUDREUSE EN ARGENT

Le vermeil d’origine légèrement usé. Modèle à filets, la spatule se termine par une fine coquille disposée

en éventail ; le cuilleron est percé, au centre, d’un motif disposé en damier entouré de

feuillages stylisés à enroulements ; il est également bordé de filets. Armoirie d’alliance au XIX e siècle :

LE MENEUST de BREQUIGNY (Bretagne) et RENNEL (Lorraine).

Poinçon de la reconnaissance de NICE pour la fin du XVIII e siècle et poinçon d’essayeur à

CHAMBERY au milieu du XVIII e siècle.

Long. : 22,3 cm - Poids : 122 g

1 500/2 500 €

315 PAIRE D’AIGUIÈRES À LIQUEUR EN CRISTAL ET VERMEIL

Le cristal est taillé de fines cannelures droites. Elles reposent sur un piedouche décoré de feuilles

de laurier, de filets et de rubans croisés. Le corps est ceinturé d’une large bague ornée d’enroulements

feuillagés sur fond amati : au centre un bouton perlé est rapporté. L’anse est à double

attache, le col est agrémenté d’une guirlande, le bec verseur est lisse et échancé. Le bouchon en

cristal est surmonté d’une terrase feuillagée bordée de filets et de rubans (Un petit fêle : n’est visible

qu’à l’intérieur du col ; usures du vermeil).

Minerve signées TOURON.

Haut. 22,5 cm - Poids brut : 1506 g

1 900/2 500 €

316 PAIRE DE BOUGEOIRS

en argent reposant sur une base hexagonale à contours en arbalète, surmontés de filets disposés

en terrasse. Le fût est à six pans disposés entre deux collerettes ; le binet est à l’identique. L’ombilic

est timbré d’une armoirie d’alliance couronnée : LE FER de la GERVINAIS, BONABAN et LA MOTTE

(évéché de St Malo) et LESQUEN (évéché de St Malo et de St Brieuc).

RENNES 1735/36.

Maître Orfèvre Jean Baptiste 1 er BUCHET reçu en 1724.

Haut. : 23,2 cm - Poids : 988 g

6 000/7 000 €

12 13


317 TERRINE EN ARGENT

de forme rectangulaire et son couvercle à côtes pincées droites. Les angles sont coupés ; la bordure

est soulignée de filets en rappel sur la prise en forme de bouton. Ornée d’une armoirie : un

griffon ailé pour la famille PORTER PARIS 1809/1819

Orfèvre Jean Nicolas BOULANGER (reçu Maître en 1733) : son poinçon à partir de 1798.

Long. : 30,6 cm - Larg. : 21,6 cm

Haut. : 8,5 cm - Poids : 1422 g

4 600/5 600 €

318 TERRINE EN ARGENT

La description et les dimensions sont identiques au numéro

précédent : sauf pour la prise qui est un bouquet fleuri et

feuillagé, présenté dans une corbeille ronde ; et sauf pour

l’armoirie de la famille PORTER (représentée différemment)

qui orne le corps et le couvercle.

LONDRES 1832/1833.

Attribuée à l’orfèvre John EDWARDS.

Poids : 1298 g

4 600/5 600 €

320 MÉNAGÈRE EN ARGENT

composée de : 12 couverts de table, 12 couverts

à dessert, 12 couverts à poisson, 12

fourchettes à gâteau, 12 fourchettes à huitre,

12 pelles à glace, 12 cuillères à café, 12

cuillères à moka, 12 grands couteaux de

table, 12 petits couteaux, 6 pièces de service.

Les lames des couteaux sont signées

CARDEILHAC FRANCE.

Soit au total 162 pièces.

Modèle à filets ornés d’agraphes et d’une

coquille stylisée (dénommé SCEAUX).

Minerve Travail de la Maison CHRISTOFLE.

Poids, sans les couteaux : 7240 g

8 200/10 000 €

319 SÉRIE DE 24 COUVERTS À ENTREMETS EN VERMEIL

Modèle à filets terminés par un léger enroulement et une

coquille inclinée. Les spatules sont monogrammées.

Minerve Orfèvre FOUQUET-LAPAR

Poids : 2766 g

2 500/3 000 €

14

15


321 CHOCOLATIÈRE TRIPODE

EN ARGENT

Les pieds à attaches d’écusson ;

La gorge du bec est soulignée de

filets et terminée par un léger bouton,

puis un motif triangulaire. Le

manche latéral en bois noir est relié

au corps par une attache rayonnante.

Le couvercle est bordé de

godrons ; la graine escamotable

figure un bouquet disposé sur une

terrasse rayonnante.

Armoirie d’alliance postérieure surmontée

d’une couronne de Comte.

Poinçons de Province française au

XVIII e siècle.

Haut. : 22 cm - Poids : 536 g

2 300/3 000 €

322 MONTURE D’HUILIER EN

ARGENT

disposée sur un plateau

ovale reposant sur quatre

pieds à attaches feuillagées.

La bordure est à filets

contours ; deux anses

réhaussées d’un motif en

forme de coquille de crustacé.

Les entourages de flacons

et les porte-bouchons

sont décorés de grappes de

raisins et de ceps de vigne

en alternance.

Poinçons d’un Maître abonné

du XVIII e siècle en FRANCE,

non identifié.

Long. : 29 - Larg. : 18 cm

Poids : 850 g

1 800/2 700 €

16

17


323 CARTEL ET SON SOCLE

en placage d’écaille brune et marqueterie de cuivre à rocailles, rinceaux

feuillagés et enroulements. Le cadran de Balthazar à Paris.

Ornements de bronze ciselé à chute de branchages fleuris, espagnolettes,

masques, feuilles d’acanthe, jeune femme tenant une

lyre et symbolisant la musique, têtes de béliers et draperies. À

l’amortissement, une urne flammée cantonnées de têtes de

jeunes femmes dans le goût de l’antique.

Epoque Régence.

(quelques accidents)

Le mouvement et les aiguilles rapportés.

Haut. : 142 - Larg. : 57 - Prof. : 27 cm

7 500/9 000 €

324 COMMODE DE FORME RECTANGULAIRE

légèrement galbée en façade en placage de bois de violette marqueté

de filets. Elle ouvre à trois rangs de tiroirs séparés par une

cannelure de cuivre, les montants cannelés. Elle repose sur des

petits pieds.

Epoque Régence.

Dessus de marbre brèche marron. Décoration de bronze ciselé.

(restaurations, reprises dans le fonds).

Haut. : 85 - Larg. : 130 - Prof. : 65 cm

9 000/12 000 €

325 COFFRE D’APPARAT ET SON PIÉTEMENT

de forme rectangulaire en placage d’écaille, d’ivoire et ivoire teinté, ébène, bois de rapport, marqueté

de bouquets de fleurs réunis par un noeud de ruban, oiseaux, rinceaux feuillagés, dans des

encadrements de filets, cartouches. La partie supérieure présente un décor à cinq faces et repose

sur un socle présentant un tiroir (modifié) en ceinture décorée de festons. Il repose sur six pieds,

colonnes toscannes décorées de filets, réunis par une entretoise, supporté par des pieds boule.

Attribué à Pierre Gole.

Epoque Louis XIV.

(restaurations)

Hauteur totale : 85,5 - Larg. : 60 - Prof. : 40 cm

Cassette sur son piétement

Paris c.1655-1665

80 000/120 000 €

Pierre GOLE, menuisier en ébène ordinaire du Roi en 1651.

18 19


Né à Bergen en Hollande vers 1620, Pierre Gole vient

assez tôt à Paris. Dès 1643, il travaille comme apprenti

menuisier chez Adriaan Garband (1) son beau-frère.

Celui-ci, bien que malade fut certainement son mentor et

confie à Gole la responsabilité de l’atelier. Les sœurs de

Garband étaient mariées au jeune frère de Pierre Gole,

Adrien et à Jean Marot, « architecte des Bâtiments du

Roi ». Cette alliance a très certainement favorisé l’introduction

à la cour et l’obtention de commandes royales

comme les cabinets de la Guerre et de la Paix réalisés en

1665-1668 (2).

Notre « cassette d’apparat » est à rapprocher du cabinet

en ivoire livrés par Gole en 1662 au frère de Louis XIV

Philippe d’Orléans au Palais Royal pour son « cabinet

blanc » aujourd’hui conservé à Londres au Victoria et

Albert Museum reproduit ci contre (3). En effet, un certain

nombre de points confirme la parenté des deux

meubles.

Le piétement de ceux-ci ont une structure identique

dans la composition avec les pieds en colonnes toscannes

comprenant des chapiteaux intermédiaires dites

« astragales » réalisé en bronze sur le cabinet de

Philippe d’Orléans et en ébène sur notre cabinet. La

même marqueterie florale se retrouve également dans le

bas de ces colonnes, présente avec la représentation de

fleurs dressées alors qu’à la partie supérieure, on retrouve

également cannelures simulées, pour l’un en ébène

sur fond d’ivoire, pour l’autre en ivoire sur fond d’ébène.

Le décor général de la marqueterie présente des similitudes

entre les deux meubles , en particulier les panneaux

floraux des faces avant et arrière de notre cassette

et ceux du tiroir placés en ceinture du cabinet

d’Orléans.

proche de ce type de meuble à fond d’écaille marqueté

d’ivoire commandé par celui-ci entre 1653 et 1661. Le

Cardinal en possédait deux mentionnés dans son inventaire

après décès (5)

« … une cassette d’écaille de tortue, profilée d’iv

toute couverte de marqueterie de fleurs et oiseaux de

bois diverses couleurs, posée sur quatre boules d’ivoire

façon d’écailles de tortue longue d’un sept pouces

(51cm), large d’un pied un pouce (35 cm), haute de dix

pouces (27 cm)… une autre petite table et une cassette

pareille à celle-ci dessus, … »

Ces meubles témoignent du goût pour les cabinets intérieurs

réservés au plus haut membre de la cour dont il

n’existe aujourd’hui que très peu d’exemples ; réalisés

vers 1655-1665. Notre cassette d’apparat est l’un des

rares témoins de la naissance de l’ébénisterie française

au milieu du XVIIè siècle.

(1) : « Pierre Gole, ébéniste du roi Louis XIV » par Th. H.

Lunsingh Scheurleer in Burlington Magazine, juin 1980,

p 380 à 394.

(2) : « A la recherche du mobilier Louis XIV » par Th. H.

Lunsingh Scheurleer in Antologia di belle Arti, 1985, n°

27-28 p 38 à 45

(3) : « The Philippe d’Orléans ivory cabinet by Pierre Gole

» par Th. H. Lunsingh Scheurleer in Burlington Magazine,

juin 1984

(4) : “17th Century Cabinets” Rijksmueum Dossiers par

Reinier Barsen – 2000 p 52 à 54

(5) : Paris Bibliothèque Nationale, Département des

manuscrits. Mélange Colbert

Une étude sur ce meuble sera remis à l’acquéreur.

C’est vers 1650 que Gole développe cette nouvelle marqueterie

florale décorée d’oiseaux, de fleurs et de rubans

dont un cabinet est conservé au Rijksmuseum (4) illustre

cette production ; reprenant les colonnes toscanes, l’entretoise

feuillagée et ce décor symétrique par rapport à

un axe central présent dans ces trois meubles.

Etabli rue de l’Arbre sec, Pierre Gole compte parmi sa

clientèle de nombreux membres de la cour ; il travaille en

particulier à cette époque pour le Cardinal Mazarin qui lui

avait commandé de nombreux meubles à fond d’écailles

et un nombre plus restreint de meubles, utilisant de l’ivoire.

La « cassette d’apparat » que nous présentons est très

20 21


327 CARTEL DE FORME MOUVEMENTÉE ET SON SOCLE

en placage d’écaille brune et marqueterie de cuivre à rocailles,

branchages fleuris, rinceaux et filets d’encadrements. Le cadran

de GRIBELIN à Paris. Ornements de bronze ciselé et redoré à

rocailles, feuilles d’acanthe, enfants jardiniers, masques, draperies,

culot et enroulements. À l’amortissement un enfant ailé assis

sur une sphère et tenant deux colombes symbolisant l’Amour.

Époque Régence. (petits accidents).

Haut. : 132 - Larg. : 48 - Prof. : 21 cm

6 000/7 500 €

328 COMMODE DE FORME RECTANGULAIRE

la façade légèrement galbée en placage de bois de violette marquetée

de filets d’encadrements. Elle ouvre à trois tiroirs en façade,

la ceinture légèrement festonnée. Les montants arrondis. Elle

repose sur des petits pieds.

Estampillée LARDIN.

Début de l’époque Louis XV

Dessus de marbre gris veiné de blanc, chutes et sabots en bronze

doré.

(restaurations)

Haut. : 85,5 - Larg. : 75,5 - Prof. : 48,5 cm

André-Antoine Lardin, ébéniste reçu maître en 1750

5 500/7 500 €

326 TAPISSERIE DE BRUXELLES

de la tenture des femmes célèbres d’après J. JORDAENS représentant Judith et Holopherne. Elle

présente une riche bordure de feuilles d’acanthe, guirlandes de fleurs, de fruits et d’oiseaux.

Signée I CORDYS.

XVII e siècle.

(restaurations)

Haut. : 373 - Larg. : 344 cm

25 000/30 000 €

22

La tenture des « femmes célèbres » dont cette pièce fait partie, a été réalisée d’après les cartons du peintre Jacob Jordaens (1595-

1645) (1). On en connaît aujourd’hui huit pièces : Marc-Antoine et Cléopâtre, Salomon et la Reine de Saba, David et Abigaïl, Artémis

et les cendres de Mausole, Judith et Holopherne, Didon et Iarbas, Sémiramis reine de Babylone et enfin Esther et Assuérus. La plupart

porte la marque de Bruxelles et celle du licier I. CORDYS. Les cartons de cette tenture ont aussi été réemployés pour illustrer

des dictons et proverbes, ainsi : « Judith et Holopherne » pour « Tandem Bona Causa Triumphat » (La Bonne Cause Triomphe Enfin).

Ce thème est fréquent au XVII e siècle. En effet, cette tenture des « femmes illustres » ou « femmes fortes » est également tissée à

Aubusson vers 1670-1680 vraisemblablement d’après les cartons de Charles Poërson (2). On retrouve dans l’inventaire après décès

de Mazarin en 1661, parmi les « Tapisseries modernes rehaussées d’or » au numéro 1707, la description d’une « tenture de tapisserie

de laine et soie relevée d’or, fabriquée à Bruxelles, représentant diverses histoires des « femmes illustres » composée de huict

pièces avecq leur bordures de fleurs et feuillages (…) (3).

(1) « Jacob Jordaens » R-A d’Hulst, 1982, p 305.

(2) « Lisses et délices, Chefs d’œuvre de la tapisserie de Henri IV à Louis XIV » Château de Chambord, 7 septembre-5 janvier 1997, p 200.

(3) B.N. Mélanges Colbert 75, folio 435 et 436.

23


329 MÉDAILLON OVALE

en marbre blanc veiné représentant le portrait de Louis XIV portant un casque empanaché et vêtu

d’une armure à l’antique.

(quelques égrenures). XIX e siècle.

Haut. : 84 - Larg. : 69 cm

55 000/60 000 €

Ce bas-relief est inspiré de Martin Desjardins ; les représentations de Louis XIV connurent une grande vogue

à partir de la Restauration et tout au long du XIXe siècle.

24

25


330 DEUX SABLIERS

pouvant former pendants en ivoire tourné

et ivoire sculpté de rosaces. Les montants

à colonnettes en balustre. Les bases circulaires

sont ornées de plaquettes d’ivoire

à décor rayonnant.

Travail italien du XIX e dans le style du XVII e

siècle.

(quelques petits accidents et manques).

Haut. : 23 - Diam. : 12 - Haut. : 23,5 cm

1 800/2 400 €

331 STATUETTE

en ivoire sculpté peint polychrome et doré représentant l’Enfant Jésus

endormi.

Travail indo-portugais de la fin du XVII e ou du début du XVIII e siècle.

(quelques accidents, et restaurations).

Long. : 23 cm

1 500/2 400 €

333 TABLE DE MILIEU DE FORME RECTANGULAIRE

en bois sculpté et doré de rinceaux, feuilles d’acanthe et asperges sur fond amati. Les pieds

balustres ajourés ornés de passementeries, feuilles d’acanthe, rinceaux, rosaces et enroulements

sont réunis par une entretoise mouvementée présentant une tablette sculptée d’une frise d’oves et

croisillons.

Style Régence. (quelques accidents).

Le plateau en marbre noir à décor polychrome en scagliola d’oiseaux, rinceaux et branchages fleuris

dans des encadrements. Il présente au centre un masque de personnage dans un médaillon.

(quelques accidents et manques).

Haut. : 82 - Larg. : 110 - Prof. : 62 cm

12 000/15 000 €

332 STATUETTE

en ivoire sculpté représentant la

Vierge se tenant sur un croissant

de lune.

Travail indo-portugais du XVIII e

siècle. (petits manques).

Haut. : 27 cm

2 400/3 000 €

26

27


334 MIROIR

de forme mouvementée en bois

doré mouluré et sculpté de chimères,

fleurettes, cartouches,

volutes. Elle présente à la partie

inférieure des enroulements terminés

par des motifs asymétriques.

Epoque Régence/ Louis XV.

(restaurations, modifications possibles

dans les proportions).

Haut. : 193 - Larg. : 102 cm

20 000/22 000 €

335 TAPISSERIE DE BRUXELLES

représentant Diane et ses suivantes chassant dans une forêt animée d’un cours d’eau et d’un

village à l’arrière plan. Bordure ornée de trophées, vases, guirlandes de fleurs, feuilles d’acanthe.

XVIII e siècle.

(restaurations, deux bordures refaites vraisemblablement diminuées dans ses dimensions)

Haut. : 420 - Larg. : 620 cm

38 000/46 000 €

Notre exemplaire est à rapprocher d’une tapisserie présentant le même sujet mais de dimensions réduites.

Cf Collection de Mr B vente Paris Galerie Charpentier le douze juin 1936 n°94 reproduite planche XXXIII.

28

29


336 GLACE À FRONTON

à double encadrement. En bois redoré, mouluré et sculpté

de chimères, fleurettes, palmettes. Elle présente des cartouches

dans les écoinçons.

Début de l’époque Louis XV.

(restaurations)

Haut. : 160 - Larg. : 87 cm

7 500/9 000 €

337 SUITE DE SIX CHAISES

à dossier mouvementé en bois relaqué crème et redoré

sculpté de fleurettes, la ceinture sinueuse. Ils reposent sur

des pieds cambrés.

Epoque Louis XV.

(petits éclats, restaurations)

Haut. : 91 - Larg. : 56 - Prof. : 51 cm

15 000/18 000 €

338 COMMODE

de forme galbée en placage de bois de violette marqueté en feuille dans des encadrements. Elle

ouvre à deux rangs de tiroirs et repose sur des pieds cambrés. Décoration de bronze ciselé et doré

tel que : chutes feuillagées, poignées, tablier, sabots.

Estampillée MACRET.

Epoque Louis XV.

Dessus de marbre brêche marron.

(restaurations)

Haut. : 83,5 - Larg. : 104 - Prof. : 57,5 cm

Pierre Macret, ébéniste reçu maître vers 1758.

15 000/18 000 €

30

31


339 COMMODE

de forme galbée en placage de satiné, amarante et bois teinté marqueté de bouquets de fleurs et

feuillages dans des encadrements de filets. Elle ouvre à deux tiroirs sans traverse et repose sur des

pieds cambrés. Décoration de bronze ciselé et doré tel que poignées feuillagées, chutes décorées

de feuilles d’acanthe, sabots, culot.

Estampillée HANSEN.

Epoque Louis XV.

Dessus de marbre sarancolin mouluré

(quelques accidents et manques de placage, fentes)

Haut. : 85 - Larg. : 132 - Prof. : 66,5 cm

Hubert Hansen, ébéniste reçu maître en 1747

30 000/38 000 €

Provenance :

Vraisemblablement Paris Galerie Georges Petit le 9 décembre 1922 n°49

32

33


340 CARTEL

de forme mouvementée et son socle en placage de corne

verte. Le cadran de MARTINOT à Paris. Ornements de

bronze bronze ciselé et doré à amours tenant une corne

d’abondance ou des guirlandes fleuries, rocailles,

masques, feuilles d’acanthe et enroulements.

Estampillé LATZ.

Epoque Louis XV. (quelques usures à l’émail du cadran et

l’échappement d’époque postérieure).

Haut. : 127 - Larg. : 42 cm

6 000/9 000 €

342 PAIRE DE MEUBLES À GRADINS

en placage de bois de rose et amarante présentant à la partie supérieure trois étagères et à la partie

inférieure deux vantaux. Les montants arrondis, il repose sur des petits pieds. Décoration de

bronze ciselé et doré tel que : chutes, entrées de serrures, sabots. Plateau de marbre brèche.

Attribué à TURCOT.

Epoque Louis XV.

Haut. : 192 - Larg. : 73 - Prof. : 52 cm

22 000/27 000 €

Turcot, famille d’ébénistes actifs au XVIII e siècle.

Une paire de meubles similaire estampillée Turcot fut vendue à l’hôtel Drouot le 11 février 1991 sous le n°68.

Jean Pierre LATZ, cet artisan mort le 4 Août 1754 n’appartenait

pas à la communauté des menuisiers de Paris mais il possédait

le droit de marque en vertu du privilège que lui avait octroyé le

roi. Son inventaire mentionne 83 pendules et cartels mais aussi

des bureaux, secrétaires, commodes, …

341 PAIRE DE CHAISES

à dossier en anse de panier, mouluré, en bois relaqué

crème, la ceinture galbée. Elle repose sur des pieds cambrés.

Estampillées I.POTHIER

Epoque Louis XV.

(restaurations, renforts)

Haut. : 95,5 - Larg. : 57,5 - Prof. : 51 cm

Jean Jacques Potier, menuisier reçu maître en 1750.

3 000/3 800 €

34 35


343 PAIRE DE LANTERNES CAGES À PANS

à six bras de lumière, en bronze doré ciselé de feuilles d’acanthe,

vases, rocailles, grenades et enroulements.

Style Louis XV.

Haut. : 110 - Larg. : 59 cm

9 000/12 000 €

344 PAIRE DE SELLETTES PORTE TORCHÈRES

en bois doré mouluré et sculpté de rinceaux feuillagés, feuilles

d’acanthe et chutes de feuillages. Les fûts balustres, les piétements

tripodes ornés d’enroulements.

Travail italien du XVIII e siècle. (reprises à la dorure).

Haut. : 88 - Larg. : 44 cm

22 000/25 000 €

36 37


345 BUREAU PLAT

de forme mouvementée en laque de Chine et laque

européenne rouge et or dans le goût de la Chine décorées

de pagodes, bateaux, oiseaux, branches de prunier.

Il ouvre à trois tiroirs en ceinture et repose sur des

pieds cambrés. Riche décoration de bronze ciselé et

redoré tel que : chutes feuillagées ornées de feuilles

d’acanthe, sabots ajourés, entrées de serrure, poignées

à volutes.

Estampillé P.Roussel.

Epoque Louis XV.

(reprises au décor)

Haut. : 78 - Larg. : 162,5 - Prof. : 86,5 cm

450 000/550 000 €

Pierre I Roussel, ébéniste reçu maître en 1745.

C’est avec le règne de Louis XV que la vogue pour les

meubles en laque se développe sous l’influence des « marchands-mercier

». Commencé dès 1730, cette évolution se

poursuit tout au long du XVIIIè siècle bien qu’il faille marquer

à partir de 1760 une légère inclinaison pour le « néo-classicisme

militant » qui donnera une préférence au laque du

Japon en particulier vers les années 1775-1780.

Les meubles en laque rouge sont peu fréquents au milieu du

XVIIIè siècle, le célèbre marchand Lazare Duvaux, successeur

de Thomas Hébert, dont l’activité nous est connue par

son « livre-journal » (1) ne livre que deux bureaux (2) dont la

couleur n’est pas précisée. Parmi les clients de Duveaux, il

faut citer en premier lieu la Marquise de Pompadour qui lui

permit de doubler son chiffre d’affaires d’un bond de 50 000

livres (3). Celle-ci possédait à Versailles un cabinet en laque

rouge et fut peut-être à l’origine de la livraison pour le roi

dans son cabinet intérieur d’un bureau en laque rouge exécuté

en vernis martin aujourd’hui conservé au Metropolitan

Museum de New York (4).

Pierre Roussel, fils d’un compagnon ébéniste s’installe au faubourg Saint Antoine, très vite son atelier se développe ;

son inventaire après décès témoigne d’un commerce florissant (5) comprenant trois ateliers, une boutique et un

magasin avec un fond estimé à dix huit mille livres en 1783. Certains meubles étaient en laque rouge comme ces :

«deux vieilles encoignures en lac rouge avec leurs cartels en couleur sans marbre » (6) peut-être en suite avec le

bureau que nous présentons.

(1) : « livre-journal » de Lazare Duveaux tome II 1873

(2) :Cf note n°1298 page 146, n°3039 page 349

(3) : « Le Mobilier Français en laque au XVIIIè siècle » par Thibault Wolvesperges, 2000, p181

(4) : « Le Mobilier Royal Français » par Pierre Verlet, tome IV – 1990, p 49 à 51

(5) : « The James A de Rothschild Collection at Waddesdon Manor » par G. de Bellaigue, 1974

(6) : Cf note 3, p 305

38

39


346 SUITE DE QUATRE FAUTEUILS

en bois naturel à dossier arrondi, mouluré et sculpté de fleurettes, les accoudoirs galbés. La ceinture

sinueuse repose sur des pieds cambrés.

Estampillés J.DELAUNAY

Epoque Louis XV.

(restaurations)

Ils sont garnis en tapisserie au point à décor polychrome.

Haut. : 93 - Larg. : 64 - Prof. : 55 cm

Jean Delaunay, menuisier actif à paris au XVIII e siècle. 5 500/6 000 €

347 PAIRE DE CHENÊTS

en bronze ciselé et redoré représenant un

homme et une femme sur des terrasses

ornées de volutes et rochers symbolisant

Vénus et Vulcain.

Epoque Louis XV.

(Avec leurs fers)

Haut. : 35 - Larg. : 40 - Prof. : 54 cm

6 000/9 000 €

Une paire de chenêts de modèle identique fut

vendue à Paris le 27 juin 1988 sous le n°53. Les

chenêts sont à rapprocher de ceux réalisés par le

bronzier Jacques Caffiéri reproduit dans

Vergoldete Bronzen (1).

(1) Vergoldete Bronzen par H Ottomayer et Peter

Pröschel. 1986 vol I page 113 figure 245.

40 41


348 COMMODE

de forme galbée en bois laqué noir à décor polychrome et doré

dans le goût de la Chine de phénix, papillon, oiseaux branchés

et branchages fleuris. Elle ouvre à deux tiroirs sans traverse.

Montants et pieds cambrés.

Estampillée Mathieu CRIAERD.

Époque Louis XV. (quelques restaurations).

Ornements de bronze ciselé et redoré à rocailles ajourées, branchages

fleuris, agrafes et encadrements.

Dessus de marbre brèche d’Alep rapporté.

Haut. : 91 - Larg. : 62 - Prof. : 70 cm

70 000/90 000 €

Matthieu CRIAERD, reçu Maître le 29 juillet 1738.

Établi rue Traversière-Saint-Antoine, Matthieu Criaerd travailla nottament

pour les magasins de Jean-François Oeben, ébéniste du Roi et

également pour les marchands Hébert et Gaudreaus fournisseurs du

Garde-Meuble royal.

Ses meubles, aux formes souvent très mouvementées, présentent

tantôt des marqueteries, tantôt des panneaux en laque dans le goût

de la Chine dont il s’était fait une spécialité. Une commode présentant

ce décor en laque figurait dans les collections de la comtesse de Brye

au château de Louvigny.

Bibliographie :

“ Les Ébénistes du XVIII e siècle “ par François de Salvertre, éditions de Nobele, pages 76 et 77.

“ Les Ébénistes français de Louis XIV à la Révolution “ par Alexandre Pradère, éditions Chêne. Une commode d’un

modèle comparable est reproduite planche 221, page 222.

42 43


349 GRAND LUSTRE CORBEILLE

en bronze doré à six lumières à décor de pendeloques

et obélisques.

Epoque Louis XV (transformation).

Haut. : 110 - Diam. : 70 cm

7 500/9 000 €

350 BUREAU DE PENTE

en placage de bois de violette marqueté en feuilles dans des

encadrements. L'abattant, marqueté de croisillons

découvre trois tiroirs, un casier et un secret. Pieds cambrés.

Estampillé HEDOUIN.

Epoque Louis XV.

Ornements de bronze ciselé et redoré à rocailles ajourées

et feuillages.

(quelques restaurations au placage)

Haut. : 85 - Larg. : 84 - Prof. : 47 cm

26 000/30 000 €

Jean-Baptiste HEDOUIN, reçu maître le 22 mai 1738.

351 PAIRE DE FAUTEUILS À CHÂSSIS

à dossier mouvementé en bois partiellement

laqué crème, mouluré et sculpté de

feuilles d'acanthe, volutes, fleurettes. Les

accoudoirs terminés en coup de fouet, la

ceinture galbée. Il repose sur des pieds

cambrés.

Ancien travail étranger.

Ils sont garnis en ancienne tapisserie au

point à décor polychrome de personnages

et de fleurs.

Haut. : 97 - Larg. : 69 - Prof. : 54 cm

30 000/38 000 €

Ces sièges sont inspirés de la production de

Nicolas Heurtaut.

44 45


352 CONSOLE

de forme galbée et ajourée en bois redoré mouluré et sculpté de guirlandes de fleurs, feuilles d’acanthe,

feuillages, cartouches. Elle repose sur quatre pieds cambrés terminés par des enroulements.

Epoque Louis XV.

Dessus de marbre brèche marron.

(restaurations)

Haut. : 83 - Larg. : 145 - Prof. : 72 cm

40 000/45 000 €

46 47


353 BERLIN ? (PORCELAINE)

Paire de grands vases cylindriques à pavillon évasé,

fond bleu vermiculé or, orné sur la panse de larges

réserves soulignées de dorure à décor polychrome

représentant des scènes galantes.

Fin du XIX e siècle.

Haut. : 108 cm

12 000/15 0000 €

355 COMMODE

de forme rectangulaire à léger ressaut en placage de bois de rose, amarante et bois teinté marqueté

de bouquets de fleurs, rinceaux feuillagés, fleurs de lys, dans des encadrements de filets et

de grecques. Elle ouvre à trois tiroirs en façade. Les montants arrondis à cannelures simulées. Elle

repose sur des pieds cambrés.Trace d'estampille, vraisemblablement P. ROUSSEL

Epoque Louis XV.

(fortes restaurations, replacage)

Dessus de marbre brèche d’Alep réparé.

Décoration de bronze ciselé.

Haut. : 87,5 - Larg. : 111 cm

22 000/30 000 €

354 SUITE DE DIX CHAISES

à dossier ajouré en bois mouluré

et laqué vert et jaune décoré

de volutes, moulures, la ceinture

sinueuse. Elles reposent sur

des pieds cambrés.

Travail Italien XVIII e siècle.

Venise ?

(restaurations, renforts)

Haut. : 88 - Larg. : 50

Prof. : 45 cm

9 000/12 000 €

Des chaises de modèle similaire

sont reproduites dans “les laques

vénitiennes du XVIII e siècle “par

S.Levy 1968 page 1 - planches

52,55 et 56.

48 49


356 LUSTRE À DOUZE BRAS DE

LUMIÈRE

en verre polychrome de Venise.

Il est orné de fleurettes et

feuillages. Le fût balustre.

Haut. : 98 - Larg. : 121 cm

3 000/4 600 €

357 PAIRE D’ENCOIGNURES D’AP-

PLIQUE

en placage de bois de violette

marqueté en feuilles dans des

encadrements. Elles ouvrent à

deux vantaux et présentent

deux tablettes.

Époque Louis XV. (quelques restaurations

d’entretien dans les

fonds et manque un des petits

pieds).

Haut. : 88 - Larg. : 45 cm

Prof. : 32 cm

2 700/3 000 €

358 SECRÉTAIRE À ABATTANT

de forme galbée en placage de bois de rose, amarante

et bois teinté marqueté de bouquets de

fleurs, noeuds de rubans dans des encadrements

de filets. Il ouvre à un abattant démasquant quatre

tiroirs et quatre casiers. La partie inférieure présente

deux vantaux, pans coupés dans les angles. Il

repose sur des petits pieds.

Epoque Louis XV.

(restaurations)

Dessus de marbre brèche marron.

Haut. : 130 - Larg. : 98,5 - Prof. : 44,5 cm

9 000/12 000 €

50 51


359 PENDULE DITE “AUTEL À VÉNUS”

en marbre blanc et bronze ciselé et doré.

Elle présente un autel surmonté d’un pot à

feu et de nuées. Il est cantonné de Vénus et

d’un amour ailé tenant une colombe. L’autel

présente un mécanisme à mouvement tournant,

les heures en chiffres arabes ornées en

strass. Il est flanqué d’un écusson surmonté

s’une couronne fermée.

La base est ciselée d’une frise de perles et

branchages fleuris. Elle repose sur des pieds

griffes feuillagés.

Époque Louis XVI. (quelques usures à la dorure).

Haut. : 36 - Larg. : 38 - Prof. : 24 cm

12 000/15 000 €

Réf. Une pendule comparable en bronze ciselé et

doré, cette fois à l’allégorie du Roi Louis XV et de

Minerve, exécutée autour de 1770, présente un

cadran tournant semblable au nôtre indiquant en

chiffres arabes et en strass les heures et les

minutes. Cette pendule est conservée à la Wallace

Collection de Londres (F 259), elle est reproduite

planche 4.2.1 page 232 de l’ouvrage “ Vergoldete

Bronzen “ par Hans Ottomeyer et Peter Pröschel.

Une pendule comparable en bronze patiné et

bronze doré : « Clio accompagnée par le Génie du

Temps » ; les personnages d’après Jean Antoine

Houdon, le mouvement par Jean André Lepaute

est reproduite page 104, 142 de l’ouvrage : « les

ouvriers du Temps » par Jean Dominique Augarde.

Un modèle de la pendule citée ci-dessus avait été

livrée au Prince de Condé entre 1769 et 1772. Ce

modèle présente aussi un cadran tournant, inscrit

dans une sphère, indiquant en émail blanc et noir

les heures et les jours en chiffres arabes. Ce

modèle de pendule sera enrichi sur sa base, vers

1800, de plaques à motifs géométriques en lapislazuli.

360 FAUTEUIL

à dossier médaillon en bois redoré, mouluré et sculpté de joncs rubannés, feuilles d’acanthe. La

ceinture arrondie repose sur des pieds fuselés décorés de rubans et feuilles d’acanthe. Trace d’estampille.

Epoque Louis XVI.

(restaurations, éclats)

Haut. : 87 - Larg. : 64 - Prof. : 56 cm

Vraisemblablement Jean-François-Marcoul LANGON, menuisier reçu maître en 1769.

5 500/7 000 €

361 SECRÉTAIRE EN ACAJOU

encadré de colonnes détachées à cannelures de cuivre et d’encadrements de bronze

à rang de perles

Il ouvre par un abattant surmonté d’un tiroir, et à la partie inférieure, par deux portes

dissimulant trois tiroirs et un petit coffre

L’intérieur comporte de nombreux tiroirs visibles ou à secret.

Epoque Louis XVI.

Haut. : 145 - Larg. : 104 - Prof. : 46 cm

18 000/22 000 €

52 53


362 CAPODIMONTE (PORCELAINE)

Important coffret à bijoux rectangulaire à coins abattus,

décor polychrome surmonté d'un groupe Bacchus et

Daphné. Les quatre cotés sont ornés de bas-relief à décor

mythologique ainsi que le couvercle. Aux angles, des têtes

de femme, sur le couvercle,des cartouches avec cornes

d'abondance fleuries. Base moulurée soulignée de motifs

écailles rehaussés de dorure.

Fin du XIX e siècle.

une main restaurée et un bras restauré au groupe du sommet.

Long. : 34 - Larg. : 29 cm - Haut. avec le groupe : 35 cm

Par tradition familiale, ce coffret à bijoux proviendrait de la

Reine Jeanne de Bulgarie par sa mère Jeanne de Savoie

princesse de Monténégro. Cadeau de la ville de Naples à

l'occasion de son mariage.

8 000/9 000 €

364 PAIRE DE GUÉRIDONS

en bronze ciselé et doré orné de guirlandes

de feuillages. Ils reposent sur quatre pieds

en cariatide surmontés de vases fleuris.

Sabots en gaine réunis par une entretoise

ajourée.

Style Louis XVI.

Haut. : 72 - Diam. : 62 cm

10 000/15 000 €

365 SUITE DE SIX CHAISES

à dossier rectangulaire en bois relaqué crème,

mouluré et sculpté de piastres. La ceinture

droite repose sur des pieds antérieurs fuselés à

cannelures rudentées et des pieds postérieurs

cannelés.

Epoque Louis XVI.

Haut. : 86,5 - Larg. : 46 - Prof. : 41 cm

15 000/18 000 €

363 BUREAU DE PENTE FORMANT

COMMODE

en placage d’amarante, bois de

rapport et bois de fruitier, marqueté

de chevrons, losange.

L’abattant formant écritoire

démasque quatre casiers, un

vantail et cinq tiroirs. La partie

inférieure présente quatre tiroirs,

les montants à pans coupés. Il

repose sur des petits pieds.

Travail Italien fin du XVIII e / début

XIX e siècle.

(restaurations)

Haut. : 98 - Larg. : 107 cm

Prof. : 51 cm

7 500/9 000 €

54 55


366 PAIRE DE MARQUISES FORMANT

PETIT CANAPÉ

en bois relaqué crème à dossier en

chapeau de gendarme, les accoudoirs

ornés de balustres détachées.

La ceinture à léger ressaut repose sur

huit pieds fuselés et cannelés, ornés

d’oves marque à l’encre “9” W1790.

Attribué à Jean-Baptiste Sené.

Epoque Louis XVI.

(restaurations)

Haut. : 91,5 - Larg. : 113 - Prof. : 65 cm

75 000/100 000 €

56 57


368 COMMODE

à léger ressaut en acajou et placage de satiné, elle ouvre à deux tiroirs sans traverse. Les montants

à cannelures simulées, elle repose sur des pieds fuselés. Riche décoration de bronze ciselé et redoré

tel que : chutes à feuilles d’acanthe, frises d’oves, poignées à guirlandes de laurier, tablier orné

d’une frise de pomme de pin, sabots. Dessus de marbre jaune veiné.

Estampillée N.GREVENICH.

Epoque Louis XVI.

(restaurations)

Haut. : 86,5 - Larg. : 103,5 - Prof. : 49,5 cm

Nicolas Grevenich, ébéniste reçu maître en 1768.

22 000/30 000 €

367 SUITE DE QUATRE FAUTEUILS

à dossier mouvementé en chapeau de gendarme, en bois redoré, mouluré et sculpté de feuilles

d’acanthe, fleurettes, rubans, perles, asperges.Les accoudoirs terminés par des enroulements,

ceinture légèrement cintrée. Ils reposent sur des pieds fuselés et cannelés.

Epoque Louis XVI.

(restaurations)

Ils sont garnis en ancienne tapisserie d’Aubusson à fond crème et décor polychrome dans des

médaillons de fables de la Fontaine dans des entourages de guirlandes de fleurs.

XVIII e siècle.

(restaurations)

Haut. : 98,5 - Larg. : 63,5 - Prof. : 57 cm

22 000/30 000 €

58 59


369 GARNITURE DE CHEMINÉE COMPRENANT :

a) Paire de candélabres à dix branches de

lumières en bronze ciselé et doré orné de feuilles

d’acanthe, têtes de satyres, cassolettes, pomme

de pin. Ils reposent sur des bases triangulaires à

guirlandes de laurier supportés par des patins.

Haut.: 101,5 cm

b) Pendule en bronze ciselé et doré de forme lyre.

La partie supérieure ornée d’une pomme de pin,

têtes de béliers, pampre de vigne. Le cadran

signé de Leyri et Worms à Paris orné de chiffres

romains pour les heures et flanqué de feuilles

d’acanthe. Base à guirlande de laurier supportée

par quatre pieds en forme de griffe de lion.

Haut. : 92 cm

Style Louis XVI.

20 000/26 000 €

370 BERGÈRE

en confessionnal en bois redoré, mouluré et

sculpté de raies de coeur, perles, joncs rubannés,

feuilles d’acanthe, les accoudoirs à enroulements.

Elle repose sur des pieds fuselés à cannelures,

asperges, perles, terminées à la partie supérieure

en plume de flèche.

Epoque Louis XVI.

Haut. : 101 - Larg. : 46 - Prof. : 56 cm

9 000/12 000 €

371 PAIRE DE TABLES DE SALON

de forme rectangulaire en bronze patiné et bronze

ciselé et doré d’une frise d’entrelacs et rosaces,

feuilles d’acanthe, rosaces, ombilics et enroulements.

Les montants cambrés ornés de têtes de griffons

sont réunis par une entretoise en balustre, ciselée de

frises de palmettes et terminés par des griffes feuillagées

tenant des boules.

Dessus de marbre brèche jaune et violine encastré.

Style Louis XVI.

Haut. : 91 - Larg. : 97 - Prof. : 56 cm

22 000/30 000 €

Réf. Une table de salon d’un modèle comparable, cette fois

d’époque Louis XVI, a été vendue dans la vente Christie’s

Monaco le 4 décembre 1993, Collection Hubert de

Givenchy.

60 61


372 SUITE DE QUATRE FAUTEUILS

à dossier gondole en acajou et placage d’acajou orné de têtes de béliers, la ceinture droite. Ils reposent

sur des pieds antérieurs en gaine et des pieds postérieurs arqués.

XIX e siècle.

Haut. : 79 - Larg. : 62 - Prof. : 57 cm

9 000/12 000 €

373 PAIRE DE PETITS SECRÉTAIRES À ABATTANTS

de forme mouvementée en placage de bois de rose, sycomore, palissandre et bois teinté marqueté

de frises d’entrelacs, bouquets de fleurs dans des encadrements de filets et de grecques. Ils

ouvrent à un abattant démasquant un casier, quatre tiroirs. Ils présentent des tablettes en marbre

à fond de glace. La partie inférieure présente trois vantaux. Ils reposent sur des petits pieds.

Décoration de bronze ciselé tel que : galerie ajourée, moulures.

XIX e siècle avec des éléments plus anciens.

Dessus de marbre vert.

Haut. : 106,5 - Larg. : 62 - Prof. : 30 cm

30 000/35 000 €

62 63


374 LUSTRE À HUIT BRANCHES DE

LUMIÈRE

en bois doré et laqué et rouge,

décoré de feuilles d’acanthe, le

fût à palmettes terminé par un

fleuron.

Travail italien, dans le goût

Néoclassique.

(quelques éclats)

monté à l’électricité.

Haut. : 73,5 - Diam. : 63 cm

3 000/3 500 €

376 PARIS (MANUFACTURE DU DUC

D’ORLÉANS)

Paire de vases en porcelaine polychrome

et doré ornées de bustes à

l’antique, pampres de vignes, rinceaux

feuillagés, fleurs. Les anses

en forme de têtes de lions.

Fin du XVIII e siècle.

Bases en bronze doré ornées de

perles, azurées.

XIX e siècle

Haut. : 31 cm

9 000/12 000 €

375 BUSTE EN TERRE CUITE

représentant un homme de qualité.

Attribué à Pierre-Louis DESEINE.

Travail autour de 1810. (quelques usures)

Haut. : 72 cm

. 4 300/5 500 €

Louis-Pierre DESEINE, sculpteur et écrivain (Paris 1749

– id. 1822)

Sculpteur du Prince de Condé, prix de Rome en 1780

et Académicien en 1791. Il exécuta sous la Restauration

les bustes des principaux membres de la famille royale.

On retrouve conservé au château de Versailles les

bustes de Luynes, de Joseph-Louis Lagrange, de La

Fontaine,…

Un homme en buste, d’un modèle comparable, portant

une veste et une cravate fait partie des collections du

Musée Carnavalet.

Parmi ses nombreux écrits, il convient de citer :

«Considérations sur les Académies » ou « Mémoire sur

la nécessité du rétablissement des maîtrises et des

Corporations »

377 CONSOLE DE FORME RECTANGULAIRE

en bois laqué blanc, vert et doré, orné de frises de poste, raie-de-cœur. Les montants antérieurs

en sphinges à têtes et griffes de lions. L’arrière orné d’une pareclose décorée de pilastre et orné de

palmettes et feuillages. Plateau en placage de marbre vert.

Travail Italien, début du XIX e siècle.

(fentes, restaurations)

Haut. : 106 - Larg. : 181 - Prof. : 96 cm 18 000/22 000 €

64 65


378 VASE

de forme Médicis en porphyre de Suède

décoré de moulures. Il repose sur une

base carrée.

XIX e siècle.

Haut. : 40,5 cm

Un dessin illustrant ce type de vase ainsi

qu’un modèle presque identique sont reproduits

dans : ”PORFYR” exposition du 15

décembre 1985 au 2 février 1990. Bukowski,

Stökholm page 22 n° 272 et page 69 n° 24.

9 000/12 000 €

379 RARE PENDULETTE

en bronze argenté, émaillé, orné de brillants

représentant à la partie supérieure un remouleur

reposant sur un socle orné de lapi-lazuli. La

base en forme de coffret présente une montre

ornée de chiffres romains pour les heures. Le

mouvement vraissemblablement signé de “A.

BOURGNEUF” (peu lisible). Elle est décorée de

personnages jouant de la musique, noeuds de

rubans, volutes feuillagés, fleurs et repose sur

quatre patins.

XIX e siècle, Vienne ?

Haut. : 19,5 - Larg. : 13 cm

Bourgneuf fils - Lamballe- Horloger mécanicien en

1840

9 000/12 000 €

380 GUÉRIDON

en acajou, placage d’acajou et bois patiné. Il

repose sur trois pieds à têtes d’aigles ornés de

feuilles d’acanthe terminée par des sabots.

Galerie de bronze ajouré. Il présente deux plateaux

en marbre bleu turquin.

Fin XVIII e siècle/début XIX e siècle

(restaurations)

Haut. : 73 - Diam. : 65 cm

4 600/6 000 €

66

67


381 RARE PENDULE

En bronze ciselé, doré et patiné. Elle représente Robinson

Crusoé vêtu d’un bonnet et de son costume en peau de bête,

tenant dans la main gauche un fusil. A ses cotés, est agenouillé

« Vendredi » vêtu d’un pagne. Derrière celui-ci un manguier

chargé de ses fruits avec un perroquet branché. Le mouvement

et la cadran à lunettes, à palmettes et perles, sont inscrits

dans un socle à pans coupés à palmettes, orné sur les

cotés de deux chèvres cabrées mangeant des pampres, les

pans coupés présentent des cactus poussant dans des tonneaux

de bois, sur le devant et sur la droite, Robinson sous un

palmier taille une barque dans un tronc d’arbre , sur la gauche,

il est assis sous une tente sommaire près d’une table, sur

laquelle se trouve un livre ouvert et une coupe, à ses pieds,

son fusil et un panier chargé de fruits. Base en marbre griotte

rouge supporté par des patins.

Epoque Directoire

Haut. : 53,5 - Larg. : 37 - Prof. : 14,5 cm

60 000/65 000 €

Cette pendule est l’un des rares exemplaires que l’on connaisse,

directement inspiré, de l’histoire de Robinson Crusoé. Un exemplaire

est conservé au Palais Pitti à Florence (1). Un autre exemplaire a figuré

à l’Exposition « De Noir et d’Or, Pendules au bon sauvage » collection

de Monsieur et Madame DUESBERG, 1993, Musées Royaux

d’Art et d’Histoire, Musée Bellevue, reproduit p 22-23. Les représentations

de noirs sur des pendules sont relativement rares, les sujets

les plus fréquents sont l’Amérique, la Nourrice Africaine ; leurs source

proviennent de l’histoire de Paul et Virginie (1789), Attala (1800) et

Robinson Crusoé (1719). Ce dernier roman fut très en vogue dans la

seconde moitié du XVIIIè siècle, il raconte les aventures de Robinson

naufragé dans une île déserte à l’embouchure de l’Orénoque. Notre

pendule illustre la rencontre de Robinson avec Vendredi « jeune sauvage

» qu’il sauve des anthropophages et qui va devenir par la suite

son compagnon et son serviteur.

(1) Exposition à Florence, Palais Pitti , du 24 avril au 30 juin 1977,

n°26.

68 69


382 POT COUVERT

en porcelaine blanche décorée, en bleu sous couvert, rouge de fer et émail or, de médaillons de

chrysanthèmes sur fond de pivoines et rinceaux feuillagés. Le bord est cerclé de cuivre doré à décor

ciselé de dragons. La prise du couvercle est en cuivre doré et ciselé d’un dragon parmi les nuages

et pétales de lotus.

Imari, Japon XVII e - XVIII e siècle pour la porcelaine.

Il présente une monture en bronze ciselé et doré orné de dragons, feuillages et repose sur une base

terminée en volutes.

XVIII e siècle.

Haut. : 55 cm

22 000/25 000 €

383 TABLE À ÉCRIRE

de forme rectangulaire en acajou et placage

d’acajou. Le plateau coulissant, ouvre à un tiroir

en ceinture formant écritoire. Pieds en gaine.

Décoration de bronze ciselé et doré tel que : moulures,

entrées de serrures à motifs rayonnant,

feuillages et sabots.

Travail Russe fin du XVIII e siècle ou début du

XIX e siècle.

(restaurations)

Haut. : 75 - Larg. : 83 - Prof . : 53 cm

24 000/30 000 €

70 71


384 PAIRE DE GROUPES

en bronze à patine brune représentant Flore et Zéphyr et l’Amour et l’Amitié. Les bases en forme

de colonnes tronquées à canaux et nuées sont ornées de frises de godrons et joncs rubanés.

Fin du XVIII e ou début du XIX e siècle.

Haut. : 48 - Haut. : 46 cm

11 000/13 000 €

Réf. Cette paire de groupes en bronze est à rapprocher

d’une paire de girandoles Flore et Zéphyr,

Amour et Amitié.

Le premier tirage en plâtre date de 1773 ;

Manufacture nationale de Sèvres : casier modèle

324 et casier modèle 265.

En 1773 par le jeu des collaborations, Boizot travailla

à nouveau pour la Comtesse du Barry. On

sait que l’architecte Claude Ledoux (1736 - 1806)

en même temps qu’il était chargé de la construction

du château de Louveciennes, devait aussi en

diriger la décoration intérieure. Il confia alors au

ciseleur-fondeur Gouthière le soin de réaliser les

bronzes. Celui-ci demanda à Boizot les modèles

de deux pièces importantes, les grandes girandoles,

pour lesquelles voici le mémoire qu’il écrit

à Ledoux :” Pour les frais de deux groupes que

j’ai fait modeler par Monsieur Boisseau, auquel

j’ai payé pour ses modèles et esquisses en terre

la somme de 1500 livres. “

Au salon de la même année, Boizot exposant

sous le numéro 240 deux groupes : l’un l’Amour

et l’Amitié, l’autre Zéphyr et Flore. Les deux

groupes de 18 pouces de haut sont destinés à

être exécutés en argent. (Livret du Salon, 1773,

page 43).

Le chroniqueur Bachaumont émet une brève

remarque à l’occasion de l’Exposition en question

: “ Que Monsieur Boizot s’en tienne donc au

jeu d’un ciseau agréable et folâtre, tel que les

deux groupes, dont l’un l’Amour et l’Amitié,

l’autre Zéphyr et Flore soutenant des corbeilles.

Tous deux sont gracieux, l’exécution en est libre,

facile et légère “.

Il paraît évident que les girandoles faites pour

Gouthière, et celles exposées par Boizot au Salon

de 1773, étaient les mêmes modèles.

Une fois à Sèvres, Boizot choisit de créer des

exemplaires en biscuit de ces deux modèles.

Il semble que les deux girandoles de Boizot eurent

un succès certain dans le monde des arts décoratifs

et les modèles en métal se retrouvent en

1790, dans un dessin à la plume et aquarelle de

Jean Demosthène Dugourc, exécuté par l’architecte

et dessinateur du Cabinet de Monsieur,

Frère du Roi, pour un projet de table console avec

ses garnitures, destinées au Mobilier de Madame

Élisabeth.

Bibliographie :

“ Louis Simon BOIZOT, (1743-1809) Sculpteur du

Roi et directeur de l’atelier de sculpture à la

Manufacture de Sèvres “ Somogy, Éditions d’Art.,

cf. pages 202 N° 59.

“ Vergoldete Bronzen “ par Ottomeyer et

Pröschel, planche 4.15.6, page 287.

72 73


74

385 PAIRE DE SELLETTES

en acajou, placage d’acajou, bois patiné et doré, le plateau cylindrique orné d’un

marbre blanc veiné encastré et décoré de rosaces, palmettes sur fond de poirier noirci.

Elles reposent sur trois pieds ornés de vestales drapées réunies par une entretoise

terminés en jarret et sabot de bête. Base et pieds griffes. Elles sont ornées d’une frise

de raie de coeur et présentent à l’amortissement une pomme de pin.

Italie - Fin XVIII e , début XIX e siècle (quelques accidents de placage, restaurations)

Haut. : 115 - Diam. : 42,5 cm

60 000/75 000 €

Provenance :

Ancienne collection du Prince C, Naples.

75


386 PAIRE DE STATUETTES EN BRONZE CISELÉ

ET DORÉ

représentant Mars et Minerve drapés dans

le goût de l’Antique.

Fin du XVIII e ou début du XIX e siècle.

Socles quadrangulaires en marbre vert de

mer.

Haut. : 27 - Haut. 26 cm

4 300/4 600 €

387 TABLE DE SALON

de forme haricot en acajou et placage

d’acajou. Les montants ajourés sont terminés

par quatre patins.

Elle porte une estampille de CANABAS.

Epoque Louis XVI. (restaurations et parties

refaites)

Haut. : 69 - Larg. : 98 - Prof. : 48 cm

4 600/6 000 €

Joseph GENGENBACH dit CANABAS, reçu

maître le 1 er avril 1766.

388 TABLE DE SALON

de forme rectangulaire en placage de bois de rose marqueté en feuille dans des encadrements de

filets. La partie supérieure formant écritoire présentant deux godets et un plateau en bronze doré.

Elle ouvre à un tiroir et repose sur des pieds à l’imitation du bambou réunis par une tablette. Pieds

arqués terminés par des sabots. Attribué à l’Escalier de Cristal.

vers 1860 - 1880

(restaurations)

Haut. : 82 - Larg. : 50 - Prof. : 47,5 cm

12 000/15 000 €

L’escalier de Cristal fut fondé par Marie-Jeanne-Rosalie Desarnaud et fut célèbre sous la Restauration pour

ses meubles d’ébénisterie et ses objets de cristal montés en bronze. Installée au 162-163 Palais Royal, la maison

fut reprise vers 1847 par Lahoche et Boin, Lahoche seul en 1852, Lahoche et Pannier en 1857 et enfin

Panier Frères de 1890 à 1923. Dès la seconde moitié du XIX e siècle, l’établissement se spécialise dans la copie

de meubles du XVIII e siècle inspiré des créations de style Louis XV et Louis XVI.

76

77


389 PAIRE DE GUÉRIDONS

en bronze ciselé et doré de feuilles d’acanthe,

palmettes ajourées et enroulements. Le fût

balustre est supporté par des pieds cambrés

terminés par des griffes tenant des boules.

Les plateaux en marqueterie de marbres : vert

destour, leranto rosso, campan grand mélange,

griotte, sarancolin, fleur de pêcher, brèche

d’Alep et brèche de benou à décor rayonnant

dans des encadrements en marbre blanc, verde

antico et jaune de Sienne.

Style Restauration.

Haut. : 78 - Diam. : 76 cm

9 000/12 000 €

390 PENDULE

en bronze ciselé, doré et patiné symbolisant

“la découverte du Nouveau Monde” représentant

un sauvage assis sur un bâteau

tenant un arc et une flèche . La partie supérieure

décorée de congélations. Le cadran à

chifffres romains pour les heures est flanquée

d’une frise de négrillons se livrant au

commerce. Elle repose sur quatre patins.

Début du XIX e siècle

(restaurations, fêle au cadran)

Haut. : 54 - Larg. : 41 - Prof. : 14 cm

27 000/30 000 €

Une pendule identique a figuré à l’exposition:”la

pendule au Nègre” à Saint Omer, avril-juin 1978

reproduite page 22/23. Deux autres exemplaires

sont conservés à la Rochelle au Musée du

Nouveau Monde et en Belgique au Musée

Bellevue dans la collection de M.et Mme

F.DUESBERG à Mons.

Cf “Pendules à sujets exotiques et bronze doré

français”1998 page 9.

78 79


393 PAIRE D’ATHÉNIENNES

couvertes en tôle à patine brune, bronze patiné et bronze ciselé et doré de frises de palmettes,

feuilles d’acanthe, pommes de pin et enroulements. Les montants en “ consoles “ ornés de sirènes

ailées sont réunis par une entretoise et terminés par des griffes. Les bases triangulaires évidées azurées

sont surmontées d’un vase feuillagé et reposent sur trois patins ornés de perles.

Style Empire.

Haut. : 122 - Larg. : 47 cm

18 000/22 000 €

391 DEUX VASQUES

pouvant former pendants, en porphyre de Suède mouluré. Piédouches. Bases carrées à degrés.

Début du XIX e siècle.

Haut. : 31 - Larg. : 47 cm - Haut. : 34 - Larg. : 49 cm

25 000/27 000 €

392 BUSTE EN TERRE CUITE

représentant l’Empereur Napoléon. La base est ornée d’un

aigle aux ailes éployées et flèches.

Attribué à Lorenzo BARTOLINI.

Époque Empire. (quelques petits et éclats).

Haut. : 67 - Larg. : 35 - Prof. : 27 cm

5 000/6 000 €

Lorenzo BARTOLINI (1777-1850).

Réf. Il s’agit du buste de l’Empereur Napoléon d’après CHAUDET.

Notre buste a été exécuté autour de 1810, époque où BARTOLI-

NI est retenu pour exécuter la commande du buste de Napoléon.

Un buste comparable, cette fois en marbre, est conservé aujourd’hui

dans les collections du château de Versailles.

Biblio. :

“ Dictionnaire des sculpteurs italiens du XVIIIème siècle “ par

Alfonso Panzetta.

“ Les Sculpteurs Italiens “ par Vincenzo Vicario.

80

81


394 MOBILIER DE SALON COMPRENANT:

Un canapé, cinq fauteuils, deux bergères en acajou et placage d’acajou, les dossiers droits moulurés

ornés de cornes d’abondance, feuilles de lotus. La ceinture légèrement cintrée repose sur des

pieds antérieurs en double balustre et des pieds postérieurs arqués.

Estampillé Jacob.D.R.MESLEE.

Epoque Empire

Ils portent des anciennes étiquettes à l’encre avec l’inscription : ”Vte de Sinetti - Salon”.

Garniture en tapisserie au point à fond jaune et décor polychrome de fleurs sur un motif géométrique.

Dim. du canapé : 97 x 205 x 70 cm

Dim. des fauteuils : 96,5 x 65,5 x 52 cm

Dimension des bergères: 96,5 x 65,5 x 55 cm

L’estampille Jacob.D.R Meslée fut utilisée de 1803 à 1813.

38 000/45 000 €

82 83


395 PENDULE EN BRONZE PATINÉ ET

BRONZE CISELÉ ET REDORÉ

Le cadran de Marchand à Paris,

inscrit dans une rocaille est orné

d’un serpent. Il est surmonté de

Diane, assise, drapée dans le goût

de l’antique. La base en marbre

vert de mer est ornée d’une couronne

de laurier, flèche et frise de

palmettes.

Epoque Empire. (manque la lunette)

Haut. : 72 - Larg. : 46 cm

Prof. : 23 cm

6 000/7 500 €

396 SECRÉTAIRE

de forme rectangulaire en acajou, placage d’acajou à

ramages et bois patiné, les montants en gaine. Il

ouvre à un tiroir, un abattant démasquant quatre

tiroirs et cinq secrets. La partie inférieure présente

deux vantaux découvrant une étagère et un coffre ;

riche décor de bronze ciselé et doré tel que : palmettes,

rosaces, feuilles de lierre, cariatides. Dessus

de granit noir.

Par Molitor non signé.

Epoque Empire

Haut. : 139 - Larg. : 98 - Prof. : 43 cm

40 000/45 000 €

Un certificat de Monsieur Ulrich Leben confirmant que ce

secrétaire figurera sous le numéro de catalogue 60b de

l’annexe des oeuvres raisonnées de Bernard Molitor sera

remis à l’acquéreur.

84 85


397 PARAVENT

à quatre feuilles orné de peintures sur papier, représentant sur une face des jeunes femmes sur des

terrasses et dans des pavillons, sur l'autre des jeunes femmes. Encadrement bois laqué noir et or

à décor d'oiseaux et fleurs.

Chine XIX e siècle et panneaux peints XVIII e siècle.

(accidents et manques).

Haut. : 178 - Larg. d'une feuille : 69 cm 8 000/9 000 €

398 GUÉRIDON

en acajou et placage d’acajou. Il repose

sur des doubles colonnes à bagues

réunies par un socle triangulaire.

Dessus de granit.

Epoque Empire.

(quelques restaurations)

Haut. : 75 - Diam . : 113,5 cm

15 000/18 000 €

399 SUITE DE QUATRE CHAISES

à dossier renversé légèrement cintré en bois relaqué crème et doré ornée de moulures, rosaces,

palmettes. La ceinture droite. Elles reposent sur des pieds antérieurs fuselés et des pieds postérieurs

arqués.

Epoque Empire

Elles portent des anciennes étiquettes à l’encre avec l’inscription: “Monceau Boudoir, 4 chaises en

gondole or et blanc” la marque au fer 153, les marques au pochoir 926 ......898 ; la marque du

Garde-meuble de Louis-Philippe et la marque au pochoir: “Palais Royal”.

Epoque Empire.

Haut. : 84 - Larg. : 52 - Prof. : 55 cm

30 000/38 000 €

Ces chaises sont à rapprocher d’une livraison pour le Grand Trianon le 20 août 1810 (1). Une chaise de modèle

similaire est reproduite dans:”Empire” par M.Deschamps 1994 page 29.

Le domaine de Monceaux aménagé par le Duc de Chartres en 1778, confisqué en 1794, fut rendu au Duc

d’Orléans en 1814 et exproprié en 1852.

(1) “Versailles Le Grand Trianon” par D. Ledoux - Lebard tome I .1975 page 30

86 87


400 PENDULE

en bronze ciselé et doré représentant la toilette de Flore avec à la partie supérieure un miroir et un

coffre orné de bijoux. Elle est flanquée d’un amour sur un ployant. Le cadran orné de chiffres

romains pour les heures est signé Lépine Hger de l’Impératrice et le mouvement Lépine Hger

n°4364. Base rectangulaire à pans coupés en marbre vert.

Attribuée à Thomire.

Epoque Empire

(petits manques, restaurations)

Haut. : 42,5 - Larg. : 42 cm

38 000/55 000 €

Une pendule identique fut livrée à l’impératrice Joséphine au Palais de Saint-Cloud en 1805 conservée dans

ses petits appartements. Lors de la succession de l’horloger Lépine en 1810, ses héritiers réclameront le paiement

de cette pendule que Josépine avait gardée ... mais qu’elle négligea de faire régler. Elle valait 1400 francs

et fut finalement réglée 900 francs. Placée en 1811 au Grand Trianon dans un appartement de suite de l’aile

gauche, elle est installée en 1837 chez le Duc d’Orléans au Petit Trianon (1).

(1) Versailles, le Petit Trianon par Denise Ledoux-Lebard, 1989, p180 et 181.

Un modèle identique se trouvait à Londres en 1997. cf “Partridge recent acquisition” n°52

88 89


401 PAIRE DE CANDÉLABRES À SIX BRAS DE LUMIÈRE

en bronze ciselé et doré de palmettes, frises de palmettes

et couronnes de laurier. Les bases circulaires

sont terminées par des griffes.

Époque Empire. (reprises à la dorure).

Haut. : 55 - Larg. : 28 cm

5 000/6 000 €

402 BERLIN ET DRESDE (PORCELAINE)

Grand vase de forme balustre à décor noir et

or sur fond blanc, orné de frises de personnages

polychromes dans le style étrusque.

XIX e siècle.

Haut.: 102 cm

Marqué Berlin, porte un cachet Dresden.

6 000/7 500 €

403 SECRÉTAIRE À ABATTANT

de forme rectangulaire en acajou et placage d’acajou à ramages, les montants à colonnes détachées.

Il ouvre à un tiroir, un abattant démasquant cinq tiroirs et un secret et deux vantaux à la partie

inférieure découvrant trois tiroirs. Riche décoration de bronze ciselé et redoré tel que: cariatides

soutenant un panier de fleurs, têtes de guerriers, bagues à palmettes, allégories.

Attribué à Jean Jacques WERNER.

Epoque Empire.

Dessus de marbre bleu turquin.

Haut. : 139 - Larg. : 96 - Prof. : 50,5 cm

22 000/25 000 €

Un secrétaire de modèle similaire fut vendu à Londres le 22 juin 1989 sous le n°114

On retrouve ce modèle de guerriers casqués à l’antique sur une commode et un secrétaire attribués à Werner

vendu à Monaco le 13 décembre 1997 n°105.

90 91


404 PAIRE DE FLAMBEAUX

en bronze ciselé et doré, les fûts formés d’amours

ailés tenant des vases. Les bases quadrangulaires en

marbre, griotte sont ornées de masques. Les contre

socles à frises de rais-de-cœur.

Époque Empire.

Haut. : 34 cm

4 000/5 000 €

406 GUÉRIDON

en bronze ciselé et doré, orné de godrons et d’une frise d’amours

tenant des guirlandes de grappes de raisins, pampres de vignes ;

animé d’oiseaux et d’écureuils. Il repose sur trois pieds cambrés à

masque de satyre, joncs rubanés réunis par un plateau. Pieds à

griffes de lion et boules.

Attribué à Pierre-Philippe Thomire

Epoque Empire

Dessus de marbre en brocatelle.

Haut. : 75 - Larg. : 71 cm

42 000/52 000 €

Un guéridon de modèle identique est conservé à Paris au Musée Cognac-Jay

(1). On retrouve une frise similaire sur un guéridon en bronze doré conservé

dans le grand Musée Nissim de Camondo (2)

(1)Cf : “Musée Cognac-Jay, le mobilier” par Isabelle Neto 2001, n° 40 p

104,105

(2) “Le Musée Nissim de Camondo” par N. Cacs et G. Mabille 1991 p 63

405 PENDULE

en bronze ciselé et doré. Le cadran

de Pre DUPUIN à Paris est inscrit

dans une façade à l’Antique ciselée

de palmettes, couronnes de laurier,

frise d’oiseaux aux ailes éployées,

rinceaux et enroulements. Les côtés

sont ornés de torches flammées et

rubans. La partie inférieure présente

des amours se réchauffant. Au premier

plan une jeune femme assise

symbolisant la musique, auprès d’elle

une partition sur un guéridon et

une harpe ciselée d’un cygne et palmettes.

La base rectangulaire est

ornée d’une frise de lyres, guirlandes

de fleurs et nœuds de rubans et

repose sur quatre patins.

Fin de l’époque Empire. (quelques

cheveux à l’émail du cadran et

manque la lunette).

Haut. : 55 - Larg. : 45 - Prof. : 23 cm

6 000/9 000 €

Réf. Une pendule d’un modèle comparable, d’époque Empire,

est reproduite planche A, page 388, de l’ouvrage : “

Encyclopédie de la Pendule française du Moyen Age au XX e

siècle “ par Pierre Kjellberg, éditions de l’Amateur.

92 93


407 ENCRIER COUVERT

de forme rectangulaire en bronze à

patine brune et bronze ciselé et doré

de rosaces, palmettes et branchages

fleuris. Le couvercle est surmonté

d’un guerrier à cheval dans le goût de

l’Antique. Il présente à l’intérieur deux

godets et un casier incurvé formant

plumier. La base est ciselée d’une frise

de feuilles de laurier.

Début de l’époque Restauration.

(manque la lance du cavalier et

quelques usures).

Haut. : 23 - Larg. : 18 - Prof. : 10 cm

3 300/3 600 €

408 MEUBLE À HAUTEUR D’APPUI

de forme rectangulaire en placage d’érable moucheté et amarante marqueté de losanges, palmettes,

rosaces, rinceaux feuillagés. Il présente quatre montants en console et repose sur une

plinthe.

XIX e siècle

(restaurations, transformations)

Dessus de granit noir restauré

Haut. : 86 - Larg. : 299 - Prof. : 51,5 cm

9 000/12 000 €

409 IMPORTANTE TABLE DE SALLE À MANGER

de forme ronde en acajou, à bandeau, elle repose sur un fût central à godrons ; et repose sur quatre

pieds en jarrêts de bêtes terminés par des griffes de lions. Attribuée à Alphonse Jacob.

Epoque Restauration

Elle présente sept allonges en placage d’acajou.

Haut. : 74,5 - Diam. : 182 cm

Dimension d’une allonge : 55 cm

Longueur avec les sept allonges : 567 cm

60 000/70 000 €

94 95


410 TAPIS D’AUBUSSON

à fond bordeaux et crème à décor polychrome représentant au centre une rosace décorée de guirlandes

de fleurs et de rubans. Il est orné de volutes feuillagés, bouquets de fleurs, feuilles d’acanthe

et rosaces.

Epoque Restauration / Louis-Philippe.

(quelques restaurations)

477 x 439 cm

12 000/15 000 €

96

97


411 PETIT VASE

en opaline jaune et filets dorés. La panse ornée d’un semis de

fleurs.

Epoque Restauration.

Haut. : 14,5 cm

600/700 €

414 ENCRIER

en opaline savonneuse à côtes, monture en argent

décorée de palmettes et repose sur trois pieds.

Epoque Restauration.

(manques)

Haut. : 8 - Larg. : 6 cm

2 500/3 000 €

415 COFFRET

de forme rectangulaire à pans coupés en opaline

blanche à décor polychrome et doré de branches

fleuries de lilas et frise de feuillages, Il est orné d’une

monture en “Manheim” ciselé et doré décoré de

cordes, volutes et perles. Attribué à l’atelier de

François Robert.

Epoque Restauration - Vers 1830-1835

Travail de Baccarat

(petites usures au décor)

Haut. : 13 - Larg. : 16 - Prof. : 12 cm

1 500/2 400 €

412 FLACON

à panse pommiforme et son bouchon

aplati en opaline bleue et

bronze ciselé et doré décoré de

palmettes. Attribué à la manufacture

du Creusot.

Fin de l’époque Empire - début

Restauration

Haut. : 10,5 cm

900/1 200 €

Un coffret presque identique est reproduit dans l’ouvrage :

”les Opalines” par C.Vincendeau 1998 page 124.

413 VASE

en opaline blanche à décor polychrome et doré

d’amours dans un médaillon sur fond bleu, fleurs,

filets, feuillages, palmettes.

Vers 1830-1840

(usures au décor)

Haut. : 44,5 cm

1 900/2 400 €

416 PAIRE DE VASES

en opaline blanche de forme galbée à col

évasé.

Epoque Restauration-Louis Philippe

Haut. : 34,5 - Diam. : 15 cm

1 000/1 200 €

98 99


417 FLACON ET SON BOUCHON

à panse pommiforme en opaline

savonneuse. Il est orné d’une

monture en bronze ciselé et doré

orné de feuillages.

Epoque Charles X

(petites égrenures au bouchon)

Haut. : 14 cm

900/1 200 €

418 VASE DE FORME OVOÏDE

en opaline à fond rose et blanche à

décor polychrome et doré de filets, arcatures,

fleurs, palmettes, rosaces.

Dans le goût “Troubadour”. Epoque

Charles X

Haut. : 33,5 cm

1 000/1 500 €

420 PAIRE DE FLACONS ET LEUR BOUCHON

en forme de coussins aplatis en opaline blanche et verte à décor

de spirale dans les angles. Attribué à la manufacture du Creuzot.

Epoque Charles X

Haut. : 8 - Larg. : 10 - Prof. : 10 cm

1 200/1 800 €

421 TASSE ET SA SOUCOUPE

en opaline savonneuse ornée d’une monture en bronze ciselé et

doré à feuilles d’acanthe, fleurettes. L’anse à enroulement.

Epoque Charles X

Haut. : 5 - Larg. : 10,5 cm

1 200 €

419 PAIRE D’ASSIETTES

en opaline rose à décor polychrome

et or d’arcatures,

fleurs, palmettes. La bordure

en forme de ruban torsadé en

pâte de verre?

Epoque Charles X

Diam. : 22,5 cm

1 200/1 500 €

422 ENCRIER

de forme cylindrique en opaline gorge de pigeon à côtes ornée

d’une monture en bronze ciselé et doré.

Attribué à la Cristallerie du Creusot.

Epoque Charles X - vers 1818-1820

Haut. : 7 - Diam. : 7,7 cm

1 100/1 500 €

100 101


426 VASE DE FORME MÉDICIS

en cristal de couleur améthyste, décor

polychrome or et argent orné de chiens

dans un médaillon, guirlandes de palmettes,

fleurs, volutes. Il est orné d’une

monture en bronze ciselé et doré ornés

de quadrillages, feuillages. Base carrée.

Attribué à J.B.Desvignes.

Epoque Charles X - Vers 1825-1827

(quelques petites usures au décor)

Haut. : 18 - Diam. : 11,5 cm

3 000/4 600 €

423 FLACON À PARFUM ET SON

BOUCHON

en opaline bleue à décor de

bagues, le bouchon conique.

Attribué à la manufacture du

Creusot.

Epoque Charles X - Vers 1830

Haut. : 21 cm

460/600 €

424 BAGUIER

en forme de coupe sur pied en opaline améthyste

à décor doré et polychrome de guirlandes

et de fleurs, filets, feuillages. Base

ronde. Attribué à la manufacture du Creusot.

Epoque Charles X - Vers 1826

Haut. : 13,5 - Larg. : 13,5 cm

1 500/1 800 €

427 PAIRE DE VASES DE FORME MÉDICIS

en opaline turquoise. Ils sont ornés

d’une monture en bronze ciselé et doré

ornée de faisans, palmettes. Attribué à

la manufacture du Creusot.

Epoque Charles X - Vers 1825-1827

Haut. : 23 - Diam. : 21 cm

3 800/4 600 €

Une paire de vases de modèle identique

réalisée en gorge de pigeon faisait partie de

la collection Castille. Vente Versailles le

17 mars 1991 n°149.

425 PAIRE DE FLACONS ET LEUR

BOUCHON

à panse pommiforme en opaline

bleue à décor or et argent,

de fleurs, filets. Attribué à la

Cristallerie du Creusot.

Epoque Charles X .

(quelques usures)

Haut. : 12,5 cm

750/900 €

Un flacon de modèle identique est

reproduit dans:”les Opalines” par

C.Vincendeau 1998 page 6.

102 103


428 CURIEUX CONFITURIER

en forme de pastèque en opaline

à fond rose à décor argenté

de fleurs, rinceaux,

feuillages. Sur un plateau en

forme de feuille. Attribué à

Saint Louis.

Vers 1845

(quelques usures)

Haut. : 14 - Larg. : 26 cm

Prof. : 17 cm

1 200/1 500 €

430 COUPE

en opaline savonneuse dite clair de lune en forme de vase antique ; Elle est ornée d’une monture

en bronze ciselé et doré représentant des faisans sur des feuilles de chêne

Attribuée à la Cristallerie du Creusot.

Epoque Charles X - Vers 1823-1825

Haut. : 10,5 - Diam. : 21 cm

1 800/2 400 €

Une paire de coupes de modèle identique faisait partie de la collection Castille, Vente Versailles, 17 mars 1991

n°160.

429 PAIRE DE VASES

à col évasé en opaline jaune

citron à forme d’ananas et

feuilles d’acanthe en relief à

rehaut d’or. Attribué à Saint

Louis.

Milieu du XIX e siècle

(quelques usures)

Haut. : 39,5 - Diam. : 18,5 cm

3 000/4 000 €

Un modèle similaire attribué à

Baccarat est reproduit dans:”les

Opalines” par C. Vincendeau 1998

p 37.

431 COUPE

en opaline savonneuse dite clair de

lune en forme de vase antique. Elle est

ornée d’une monture en bronze ciselé

et doré. Les anses en forme de serpents

accolés.

Attribuée à la Cristallerie du Creusot

Epoque Charles X - Vers 1823-1825

Haut. : 11,5 - Diam. : 16 cm

1 800/2 400 €

Une coupe de modèle similaire est reproduite

dans :”l’Opaline française au XIXe

siècle” par Y.AMIC - Paris 1952, planche

XV.

104 105


432 “ HERIZ “

décoré d'une importante rosace stylisée polychrome, sur

champ cerise à grandes palmes géométrisantes.

Ecoinçons à fleurs stylisées sur fond blanc ou cerise.

Large bordure florale sur fond bleu-marine.

Légères usures et réparations d'entretien

IRAN

594 x 343 cm

12 000/15 000 €

433 NORD-OUEST

Tapis à décor floral géométrisant

polychrome, sur champ rouge.

Bordure florale sur fond jaune et

contrebordures.

Usures et réparations d'entretien.

IRAN.

550 x 386 cm

7 500/9 000 €

106

107


434 PAIRE DE JARDINIÈRES

en placage de citronnier, amarante,

bois teinté marqueté de dauphins,

fleurs de lys, feuillages,

rosaces. Les montants en gaine

réunis par des croisillons et une

glace à la partie postérieure. Elles

reposent sur des pieds antérieurs

en patins à volutes et sur des

pieds postérieurs en plinthe.

Deuxième moitié du XIX e siècle.

Italie ?

Haut. : 100 - Larg. : 164 cm

Prof. : 46 cm

40 000/46 000 €

108 109


435 PETIT BUREAU

plat à volet en placage d’érable moucheté et amarante marqueté

de rosaces, volutes. Il ouvre à deux tiroirs en ceinture

et repose sur des pieds mouvementés réunis par un double

balustre. Sabots à griffes de lions.

Epoque Charles X

(restaurations)

Haut. : 73 - Larg. : 148 - Prof. : 52 cm

3 800/4 600 €

436 ENSEMBLE COMPRENANT :

a) suite de quatre chaises à dossier gondole en érable moucheté et amarante marqueté de rosaces,

volutes feuillagés, rinceaux. Elles reposent sur des pieds antérieurs en console et des pieds postérieurs

arqués.

Haut. : 78,5 - Larg. : 48,5 - Prof. : 41,5 cm

Epoque Charles X

(restaurations, petits éclats)

b) paire de fauteuils à dossier gondole en érable moucheté et amarante marqueté de rosaces, palmettes,

volutes. Les accoudoirs galbés. Ils reposent sur des pieds antérieurs en console et des

pieds postérieurs arqués.

Haut. : 82 - Larg. : 54,5 - Prof. : 44,5 cm

Epoque Charles X

(restaurations)

12 000/15 000 €

110 111


439 TABLE DITE D’AQUARELLISTE

de forme quadrangulaire en placage

d’érable moucheté et amarante marqueté

de filets, palmettes. Le caisson

pivotant présente une tablette inclinable

et un tiroir. Il repose sur des

pieds à l’imitation du bambou réunis

par deux plateaux supportés par des

roulettes.

Epoque Charles X

(quelques éclats)

Haut. : 75 - Larg. : 36 - Prof. : 36 cm

4 600/6 000 €

437 CANAPÉ

de forme mouvementée en placage de merisier et amarante marqueté de rinceaux feuillagés,

volutes. Les accoudoirs renversés. Il repose sur des pieds à griffes de lions.

Epoque Charles X

(restaurations)

Haut. : 98,5 - Larg. : 205 - Prof. : 54,5 cm

3 000/3 800 €

440 ISPAHAN

décoré d'un grand médaillon central à décor polychrome

sur champ rouge fleuri. Large bordure florale sur fond

bleu nuit.

Légères usures et réparations d'entretien

IRAN

485 x 305 cm

4 600/6 000 €

438 TABLE

de forme rectangulaire en acajou

et placage d’acajou. Elle ouvre à

quatre tiroirs opposés en ceinture

et repose sur des pieds fuselés

à godrons terminés par des

roulettes.

Angleterre XIX e siècle.

(restaurations)

Haut. : 71 - Larg. : 96

Prof. : 106,5 cm

4 600/6 000 €

112 113


441 PORTE-MONTRE

en forme de lyre en bronze doré, cristal taillé et lapis

lazuli. Il est orné de feuilles d’acanthe, branches de

laurier, palmettes. Il repose sur une base ronde à

décor ajouré, en cristal de Baccarat.

Epoque Charles X

Haut. : 18,5 - Diam. : 11,5 cm

1 800/2 400 €

442 PETITE TRAVAILLEUSE

de forme rectangulaire en érable

moucheté et palissandre, marqueté

de rosaces, rinceaux feuillagés. Le

plateau démasque un miroir au

revers et des casiers. Elle ouvre à un

tiroir en ceinture formant écritoire et

repose sur des pieds en X réunis par

une tablette et terminés par des roulettes.

Epoque Charles X

Haut. : 72 - Larg. : 50,5 cm

Prof. : 35,5 cm

1 800/2 400 €

443 COMMODE

de forme rectangulaire en placage

d’érable moucheté, amarante et palissandre

marqueté de palmettes rinceaux

feuillagés, volutes, rosaces

dans des encadrements de filets. Elle

ouvre à un tiroir en ceinture formant

écritoire démasquant trois tiroirs. Elle

ouvre à deux vantaux démasquant

trois tiroirs à l’anglaise. Dessus de

marbre gris veiné.

Epoque Charles X.

(fentes)

Haut. : 97,5 - Larg. : 128,5 cm

Prof. : 55,5 cm

4 600/6 000 €

114 115


444 TABLE DE NUIT

de forme rectangulaire en placage

d’érable moucheté et amarante marqueté

de rinceaux feuillagés, feuillages dans des

encadrements de filets et de grecques.

Elle ouvre à un tiroir et un vantail et repose

sur des roulettes. Dessus de marbre

Saint Anne mouluré.

Epoque Charles X.

(fentes)

Haut. : 78 - Larg. : 41 - Prof. : 36 cm

600/900 €

446 “ FERAHAN ”

décoré de fleurs de lotus et

grosses palmettes polychromes

sur champ bleu

nuit. Large bordure florale et

contrebordures.

Réparations et usures.

IRAN

623 x 530 cm

6 000/7 500 €

445 LIT

à chevêts renversés en placage d’érable moucheté et amarante marqueté de palmettes, rinceaux

feuillagés. Il repose sur des petits pieds.

Epoque Charles X.

Haut. : 77 - Larg. : 212 - Prof. : 105 cm

1 500/1 800 €

447 SECRÉTAIRE À ABATTANT

en placage d’érable moucheté et amarante

marqueté de rosaces, rinceaux feuillagés,

volutes. Il ouvre à un tiroir en doucine, un

abattant démasquant un intérieur en placage

de citronnier comprenant un casier, six

tiroirs et deux secrets. La partie inférieure

présente deux vantaux démasquant trois

tiroirs à l’anglaise. Il repose sur des petits

pieds. Dessus de marbre Saint Anne.

Epoque Charles X.

(fentes)

Haut. : 147,5 - Larg. : 97,5 - Prof. : 43 cm

4 600/6 000 €

116

117


448 GUÉRIDON

de forme ovale en placage de fruitier marqueté de

grappes de raisins, volutes, rinceaux feuillagés,

rosaces dans des encadrements de filets. Le plateau

basculant repose sur un fût cannelé terminé

par quatre pieds en forme de trèfle.

XIX e siècle Italie ou France ?

Haut. : 73,5 - Larg. : 195 - Prof. : 160,5 cm

20 000/25 000 €

449 TAPIS D’AUBUSSON

de forme rectangulaire à décor polychrome au centre d’une rosace dans une réserve à branchages

fleuris sur fond crème. Il est orné de rinceaux feuillagés, perroquets et oiseaux branchés sur fond

brun. La bordure à frise de branchages fleuris sur fond tête-de-nègre.

Epoque Restauration.

(quelques usures et restaurations).

606 x 540 cm

26 000/30 000 €

118

119


450 TAPIS DE SMYRNE

BOURLOU

de forme rectangulaire à

fond orange et crême

orné de losanges, volutes,

motifs géométriques. Il

présente quatre bordures.

Fin XIX e siècle - début

XX e siècle.

dim: 6,48 x 5,10 m

75 000 €

120

121


451 PAIRE DE CANDÉLABRES

à sept branches de lumière en

bronze ciselé et marbre noir orné

de feuilles d'acanthe. Le fût cylindrique

décoré de perles et d'animaux

ailés à têtes d'aigles terminés

par une base triangulaire.

XIX e siècle. Percés pour l’électricité.

Haut. : 78 cm

3 000/4 600 €

453 TABLE DE SALON

de forme ovale en placage d’ébène et incrustations en sycomore de rinceaux, palmettes,

médaillons, filets d’encadrements et filets d’encadrements à grecques. Les montants à colonnettes

sont réunis par une entretoise octogonale surmontée d’un vase balustre et terminés par quatre

patins. Elle est ornée de médaillons en porcelaine polychrome à sujet de profils de jeunes femmes

sur fond cerise et doré.

Travail anglais de la seconde moitié du XIX e siècle. (quelques accidents et fentes).

Haut. : 73 - Larg. : 138 - Prof. : 100 cm

4 600/6 000 €

452 CADRE DE FORME MOUVEMENTÉE EN

IVOIRE

sculpté de rocailles, fleurettes, coquillages,

cygnes aux ailes éployées, panier de fleurs

et fruits et gerbes de blé. Les écoinçons

sont ornés d’amours musiciens et amours

ailés se tenant sur des fontaines à rocailles

ornées de bouquets fleuris et guirlandes de

fleurs.

À l’amortissement deux urnes dans le goût

de l’Antique.

Seconde moitié du XIX e siècle. (petits accidents).

Haut. 54 - Larg. 36 cm

4 600/6 000 €

454 PAIRE DE CHAISES

DE HARPISTES

en bois doré et sculpté de

rosaces, frise d’entrelacs, branchages

de lauriers et plaques

azurées. Les dossiers arrondis

sculptés de frises de feuilles

d’acanthe et perles, branchages

et enroulements. Pieds

fuselés en forme de carquois et

tors de rubans. Pieds arrière

gaine arqués.

Signées LOIDRAULT. Paris.

Seconde moitié du XIX e siècle.

(repris à la dorure)

Haut. : 71 - Larg. : 32 cm

Prof. : 38 cm

LOIDRAULT avait présenté des

œuvres lors de l’Exposition

Universelle de 1889.

5 400/6 000 €

122

123


455 GRAND PARAVENT

à cinq feuilles garnies

de velours de

soie de couleur

verte, à encadrements

cloutés.

Haut. : 285

Largeur d’une feuille :

68,5 cm

7 000/9 000 €

456 CORPS DE FONTAINE

couvert en cuivre mouluré. Les

poignées en forme d'anneaux

sont ornées de coeurs en application.

Le déversoir en plomb est

surmonté d'un motif stylisé. Il présente

la marque au "C" couronné.

XVIII e siècle.

(quelques accidents et restaurations)

Haut. : 118 - Larg. : 69 cm

7 500/8 000 €

457 MÉDAILLER

en acajou et placage d’acajou à ramages, les montants en pilastre cannelé. Il ouvre à un vantail

démasquant vingt tiroirs à médailles. La partie inférieure présente un tiroir en ceinture et repose sur

des pieds antérieurs en console et des pieds postérieurs en gaine réunis par un croisillon et un

miroir. Base rectangulaire. Riche décoration de bronze ciselé tel que: guirlandes de fleurs, frises de

feuillages, rosaces, entrées de serrures décorées d’amours, feuilles d’acanthe, scènes à l’antique.

Signé” A.CHEVRIE -FABt 7, rue de Belleyme Paris”.

Deuxième moitié du XIX e siècle

Haut. : 155 - Larg. : 80 - Prof. : 45 cm

12 000/15 000 €

A.Chevrié participa aux expositions de 1878 à 1889 où il obtint une médaille d’argent et hors concours en 1894.

Cf Mme Ledoux-Lebard “Le Mobilier Français du XIXe siècle” Editions de l’Amateur 1984-1989 page 126.

124

125


458 PAIRE DE FAUTEUILS

en bois laqué noir et placage d’ébène. Les dossiers mouvementés à frontons triangulaires et colonnettes

cannelées. Les accotoirs à crosses. Pieds en balustre à canaux réunis par une entretoise à

décrochements. Pieds arrière gaines arqués. Ils sont incrustés en os de deux jeunes femmes dans

le goût de l’Antique se tenant sous des arcatures, plaques à sujets d’enfants jouant, frises de

masques, rinceaux feuillagés et chimères dans le goût de la Renaissance, rosaces et filets d’encadrements.

Ils sont incrustés de plaques à motifs géométriques en lapis-lazuli et plaques en écaille

rouge.

Travail italien du XIX e siècle.

(quelques accidents).

Haut. : 133 - Larg. : 65 - Prof. : 63 cm

5 300/6 000 €

459 PAIRE DE PLATEAUX DE FORME

MOUVEMENTÉE

en placage de lapis-lazuli. La

moulure en marbre de Carrare

ornée d’une frise de godrons.

Seconde moitié du XIX e siècle.

Haut. : 5 - Larg. : 125 cm

Prof. : 58 cm

8 000/9 000 €



CONDITIONS DE VENTE ET ENCHÈRES

La vente sera faite au comptant et conduite en Euros (€).

Les acquéreurs paieront en sus des enchères, les frais suivants,

frais dégressifs par tranche et par lot :

jusqu’à 100 000 € : 15% + TVA soit 17,94% TTC

au-delà de 100 000 € : 12% + TVA soit 14,35% TTC.

GARANTIES

Conformément à la loi, les indications portées au catalogue engagent

la responsabilité de TAJAN, sous réserve des rectifications éventuelles

annoncées au moment de la présentation de l’objet et portées au

Procès-Verbal de la vente. Une exposition préalable permettant aux

acquéreurs de se rendre compte de l’état des biens mis en vente, il

ne sera admis aucune réclamation une fois l’adjudication prononcée.

Les restaurations et les retouches des œuvres ne sont pas signalées.

Les objets d’une valeur supérieure à 15 245 € figurant dans nos catalogues

sont vérifiés par l’association internationale « The Art Loss

Register » chargée de rechercher les œuvres d’art volées ou dont les

propriétaires auraient été spoliés.

ENCHÈRES

Les enchères suivent l’ordre des numéros au catalogue.

TAJAN est libre de fixer l’ordre de progression des enchères et les

enchérisseurs sont tenus de s’y conformer.

Le plus offrant et dernier enchérisseur sera l’adjudicataire.

En cas de double enchère reconnue effective par TAJAN, l’objet sera

remis en vente, tous les amateurs présents pouvant concourir à cette

deuxième mise en adjudication.

TERMS OF SALE AND BIDS

The sale will be conducted in Euros (€).

Purchasers pay in addition to the hammer price, a buyer’s premium of :

from 0 to 100 000 € : 15% + VAT totalising 17,94%

for amounts superior to 100 000 € : 12% + VAT totalising 14,35%.

GUARANTEES

The auctioneer is bound by the indications in the catalogue, modified

only by eventual announcements made at the time of the sale noted

into the legal records thereof. Prospective bidders should inspect the

property before bidding to determine its condition, size, and whether

or not it has been repaired, restored or repainted. Exhibitions prior to

the sale at TAJAN or on the sale point permits buyers to establish the

condition of the works offered for sale, and therefore no claims will be

accepted alter the fall of the hammer.

Objects with a value of more than 15 245 € are verified

by the in international association « The Art Loss Register », which

researches stolen or despoiled works of art.

BIDS

Biddings will be in accordance with the lot numbers listed in the catalogue

or as announced by the auctioneer, and will be in increments

determined by the auctioneer.

The highest and last bidder will be the purchaser.

Should the auctioneer recognise two simultaneous bids on an object,

the lot will be put up for sale again and all those present in the saleroom

may participate in this second opportunity to bid.

ORDRE D’ACHAT / ABSENTEE BID FORM

ENCHÈRES PAR TÉLÉPHONE / TELEPHONE BID FORM

MOBILIERS ET OBJETS D’ART DES XVII E , XVIII E ET XIX E SIÈCLES ET BEL AMEUBLEMENT

FOUR SEASONS HOTEL GEORGE V - 11 JUIN 2002 À 19 HEURES

NOM ET PRÉNOM / NAME AND FIRST NAME

ADRESSE / ADDRESS

TÉL / PHONE

PORTABLE / MOBILE

FAX

RÉFÉRENCES BANCAIRES / BANK REFERENCES NOM DE LA BANQUE / NAME OF BANK N° DE COMPTE / ACCOUNT N°

ADRESSE DE LA BANQUE / BANK ADDRESS N° DE TÉLÉPHONE DE LA BANQUE / BANK TEL N°

TÉLÉPHONE PENDANT LA VENTE / TELEPHONE DURING THE AUCTION

ORDRE D’ACHAT ET ENCHÈRES PAR TÉLÉPHONE

Si vous souhaitez faire une offre d’achat par écrit ou enchérir par

téléphone, vous pouvez utiliser le formulaire prévu à cet effet en fin de

catalogue. Celle-ci doit nous parvenir au plus tard 2 jours avant la vente

accompagnée de vos coordonnées bancaires.

Dans le cas de plusieurs offres d’achat d’égal montant, la première

offre reçue par TAJAN l’emporte sur les autres.

Les enchères par téléphone sont un service gracieux rendu aux clients

qui ne peuvent se déplacer. En aucun cas TAJAN ne pourra être tenue

responsable d’un problème de liaison téléphonique.

ABSENTEE BIDS AND TELEPHONE BIDS

If you wish to make a bid in writing or a telephone bid, you should use

the form included at the end of this catalogue. This should be received

by us no later than two days before the sale accompanied by your

bank references.

In the event of identical bids, the earliest will take precedence.

Telephone bids are a free service designed for clients who are unable

to be present at an auction.

TAJAN cannot be held responsible for any problems due to technical

difficulties.

LOT N O

DESCRIPTION DU LOT / LOT DESCRIPTION

* LIMITE EN € / TOP LIMIT OF BID IN €

RETRAIT DES ACHATS

En cas de paiement par chèque ou par virement, la délivrance des objets

pourra être différée jusqu’à l’encaissement.

Dès l’adjudication, l’objet sera sous l’entière responsabilité de l’adjudicataire.

L’acquéreur sera lui-même chargé de faire assurer ses acquisitions,

TAJAN déclinant toute responsabilité quant aux dommages que

l’objet pourrait encourir, et ceci dès l’adjudication prononcée.

Les acheteurs sont invités à se renseigner auprès de TAJAN

+33 1 53 30 30 04 avant de venir retirer leurs objets. En effet TAJAN dispose

de plusieurs lieux de stockage, choisis en fonction des disponibilités

et de la nature des ventes.

La formalité de licence d’exportation peut requérir un délai de cinq à six

semaines, celui-ci pouvant être sensiblement réduit selon la rapidité avec

laquelle l’acquéreur précisera ses instructions à TAJAN.

COLLECTION OF PURCHASES

If payment is made by cheque or by wire transfer, lots may not be withdrawn

until the payment has been cleared.

From the moment the hammer falls, sold items will become the exclusive

responsability of the buyer. The buyer will be solely responsible for

the insurance. TAJAN assumes no liability for any damage to items

which may occur after the hammer falls.

Buyers at TAJAN are requested to confirm with TAJAN +33 1 53 30 30 04

before withdrawing their purchases. TAJAN has several storage warehouses

depending on the type of goods sold at the auctions.

An export license can take five to six weeks to process, although this

time may be significantly reduced depending upon how promptly the

buyer supplies the necessary information to TAJAN.

L’ÉTAT DE MARCHE DES PENDULES ET L’ÉTAT DES MÉCANISMES NE SONT PAS GARANTIS.

AVIS

M. A.DE CHARRETTE A DÉCRIT LES LOTS SUIVANTS : 301 À 322.

M. ARCACHE A DÉCRIT LES LOTS SUIVANTS : 432, 433, 440, 446.

MM. OLIVIER LE FUEL ET ROLAND DE L’ESPEE ONT DÉCRIT LES LOTS SUIVANTS : 324, 326, 328 À 329, 334 À 339, 341, 342,

344 À 347, 349, 351, 352, 354, 355, 358, 360, 361, 363 À 370, 372 À 374, 376 À 381, 382 (en collaboration avec M. PORTIER),

383, 385, 388, 390, 394, 396, 398 À 400, 403, 406, 408, 409, 410 À 431, 434 À 439, 441 À 445, 447, 448, 450, 451, 455, 457.

M. LEFEBVRE A DÉCRIT LES LOTS SUIVANTS : 353, 362, 402.

M. PORTIER A DÉCRIT LES LOTS SUIVANTS : 397, 382 (en collaboration avec M. de L’ESPÉE).

M. SAINT BRIS A DÉCRIT LES LOTS SUIVANTS : 323, 324, 327, 330 À 333, 340, 343, 348, 350, 356, 357, 359, 371, 375, 384,

386, 387, 389, 393, 395, 401, 404, 405, 407, 452 À 454, 456, 458, 459.

* LES LIMITES NE COMPRENANT PAS LES FRAIS LÉGAUX / THESE LIMITS DO NOT INCLUDE FEES AND TAXES

APRÈS AVOIR PRIS CONNAISSANCE DES CONDITIONS DE VENTE ÉNONCÉES CI-DESSUS, JE DÉCLARE LES ACCEPTER ET VOUS PRIE D'ACQUÉRIR

POUR MON COMPTE PERSONNEL AUX LIMITES INDIQUÉES EN €, LES LOTS QUE J'AI DÉSIGNÉS.

I HAVE READ THE TERMS OF SALE, I GRANT YOU PERMISSION TO PURCHASE ON MY BEHALF THE FOLLOWING ITEMS WITHIN THE LIMITS INDICATED IN €.

DATE

SIGNATURE OBLIGATOIRE / REQUIRED SIGNATURE

FAXER À / PLEASE FAX TO +33 1 53 30 30 31

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!