Trihebdo n° 90

triathlon.hebdo.com

Trihebdo n° 90

Au soleil

*Guadeloupe

*Maurice

VITRINE : Dans la hotte du Pere Noel

,

,,


www.triathlon-hebdo.com

noel magique...

Il fallait s’en douter. C’était une évidence, mais

les mythes ont la peau dure. Depuis tout petit

on nous le répète, on nous le martèle presque.

Les parents, les oncles et les tantes, les grands

parents et même les amis de la famille sont

dans le coup. La télévision s’en mêle sans parler

des supermarchés qui reprennent unanimement

l’information à leur compte pendant tout

le mois de décembre...

C’est de notre devoir de vous dire la vérité.

Nous devons parler ici de code de déontologie

ou de respect de la profession de journaliste,

quasi enquêteur.

Triathlon Hebdo lève le voile au risque de bouleverser

la vie d’un grand nombre de nos lecteurs.

Il est temps d’avertir les plus sensibles d’entre

vous. L’information est aussi exclusive que brutale

: le Père Noël n’attend pas le 25 Décembre

au pôle nord mais bien plus au sud, sous le soleil

exactement, à se prélasser sur les plus belles

plages de la planète !!!

Nous avons mené l’enquête et que ce soit à Karukera

ou à l’Île Maurice il ne nous a pas échappé.

Nous y étions et ce dernier, même rasé de

près, n’a pas trompé notre équipe. Je sais, c’est

dur à lire et à admettre, ne soyez pas effondré,

nous ne sombrerons du côté paparazzi en vous

montrant les photos insoutenables de ce vieux

bougre en slip de bain. Non ! restons correct et

bouclons plutôt ce numéro par une vitrine qui

nous rappellera que même si le barbu se la coule

douce, Noël aura bien lieu, cette année encore,

dans moins d’un mois.

L’honneur est sauf.

La rédaction

évènement.fr

Coup d’oeil

www.triathlon-hebdo.com

Ce magazine vous est offert par nos annonceurs.

D’aprés une idée originale de TC, réalisé par Jacvan. Ont collaboré á ce numéro : Pierre Mouliérac,

Jean-Jacques Fabien ... et vous !

Contacter la rédaction : redaction.trihebdo@gmail.com

Contacter la régie pub : pub.trihebdo@gmail.com

Texte et photos by Jacvan

Pointe-a-Pitre

(Guadeloupe, 971)

20 novembre 2011

Karukera-Fiat triathlon :

La passe de 3 pour Sylvain Sudrie

zoom.fr

La vitrine de noël

L’Adipure - Trainer par Adidas

C’est la première chaussure « barefoot » (pied

nu) conçu pour les entraînements en salle et

la récupération. Idéalement adaptée à votre

pied (sensation de seconde peau), elle offre

une meilleure interaction avec le sol et permet

d’être plus rapide. Elle optimise également

l’équilibre, l’agilité et la force.

Synonyme de confort et protection, l’Adipure

Trainer est la compagne idéale pour améliorer

vos séances et développer votre plein

potentiel. Pour découvrir de nouvelles sensations

pendant vos entraînements et lors

de votre récupération, adoptez là !

Disponible dès avril 2012

PFM Headband et Basic Gloves par Asics

Pour affronter l’hiver avec élégance. Le PFM Headband

est un bandeau ergonomique et réflechissant

contre le froid et l’hulmidité. Les Basic Gloves sont

des gants colorés qui assurent une excellente protection

contre le froid.

prix de vente consei lé : 12€ (bandeau) et 15€ (gants)

plus d’infos : 04 67 15 40 00

prix de vente conseillé : 100€

plus d’infos : 0800 01 10 01

L’Abdo Rider de Double D

Il avait mis un point d’honneur à défendre

son titre acquis depuis deux ans. Terminer

sur une victoire était un bon moyen de

conclure une saison 2011 encore riche

en résultats. Aussi, Sylvain Sudrie n’a laissé

L’hiver rime avec renforcement musculaire,

gainage et autres exercices de musculation

pour les triathlètes. Spécialement

conçu pour l’entraînement quotidien à la

maison, Double D est un appareil de musculation

unique qui permet de travailler

l’ensemble des abdominaux, mais aussi les

muscles des bras, de la poitrine, et les fessiers.

Un appareil idéal pour entretenir sa

forme physique et sculpter sa silhouette,

tout en étant certains d’effectuer les bons

mouvements lors des exercices.

Facile à utiliser, il présente 5 niveaux d’inclinaison

pour 5 positions de travail

aucune chance à ses concurrents prenant

les devants dès la natation. Et gagner ici

avec une belle avance n’était pourtant pas

une mince affaire…

recit.fr

1.5 - 40 - 10 km

1.5 - 40 - 10 km

Ocean Indian Triathlon :

Parrain et Marraine font le show

Quand on propose un triathlon

au soleil on se garantit le succès,

surtout quand de nombreux pays

grelottent et qu’il a fallu se résoudre

à ranger la combi. Oui mais

quand cela se passe à des milliers

de kilomètres dans un pays

où le triple effort est loin d’être le

sport roi et qui rayonne à travers

le monde pour la beauté de ses

paysages plus que par son attractivité

sportive, la mission devient

un peu plus compliquée.

Et pourtant, c’est le pari qu’est en

passe de réussir le triathlon de l’Ile

Maurice.

Après trois éditions, le nombre

de concurrents croît d’année en

année pour atteindre 216 inscrits

pour l’édition qui s’est déroulée le

13 novembre dernier.

La recette ?

Trouver tout d’abord une tête

d’affiche pour parrainer l’épreuve,

gage généralement d’une certaine

qualité. Après Olivier Marceau

(en 2009 et 2010), cette année la

manifestation avait un parrain et

une marraine avec Fréderic Belaubre

et Charlotte Morel. Un autre

«couple» international de choix

avait également tenu à participer

à cet événement en la personne

de Thomas Hellriegel et Caroline

Koll.

Quatre grands noms du triathlon

c’est bien, ajouter une autre personnalité,

cela peut être mieux. Il

répond présent chaque année au

rendez-vous, c’est Laurent Jalabert.

Il a terminé à deux reprises

sur la seconde marche du podium

derrière Olivier Marceau sur les

deux précédentes éditions.

Le cadre bien entendu est un des

ingrédients parmi les plus importants

du succès. Et pour ceux qui

ont la chance de connaître l’Ile

Maurice, c’est un paysage somptueux

pour s’adonner à sa passion.

Même s’il y a du courant parfois un

peu fort, même si certaines portions

de route n’ont pas le revêtement

idéal, même si courir sur le

sable fin à trois reprises brûlent un

peu les abdos… on oublie tout ça

devant la grandeur du Morne qui

A quelques semaines de Noël, vous êtes en panne d’inspiration pour

trouver LE cadeau qui fera plaisir au triathlète ?

Triathlon-hebdo a pensé à vous : pour tous les goûts, tous types de triathlètes

et surtout pour toutes les bourses...

Home Trainer Lemond Revolution

L’équipe Garmin Cervelo

utilise ce Home

Trainer depuis 2 ans.

Révolutionnaire car

on fixe le vélo sans la

roue arrière. Au final

une super fluidité de

pédalage, semblable

à la pratique en extérieur,

et pas d’usure

du pneu arrière. Utilisé

par l’équipe Garmin

Cervelo depuis 2

ans.

prix de vente consei lé : 499€

: du

plus facile au plus difficile. Il est équipé

d’une console affichant la durée de l’exercice,

le nombre de répétitions et le nombre

de calories dépensés dans la séance. Il

est facile à déplacer (roulettes) et pratique

à ranger (pliable).

prix de vente consei lé : 99€

plus d’infos : En vente dans tous les magasins de

sport spécialisés et en vente par correspondance

Roues Cosmic Carbone SLE

Roues alliant différentes

technologies

comme l’Exalith (pour

la durabilité et une

esthétique unique),

Griplink (meilleure

adhérence, bonne tenue

de route et risque

de crevaison réduit),

Powerlink (transfert

d’énergie, résistance

réduite, conduite

améliorée, longévité

supérieure), ISM (jante

allégée pour une

rigidité identique),

FTS-L (renforcement

des principaux éléments

de transmission,

QRM (qualité

de roulement Mavic

+), SUP (raccord de

Skibat, fini de se battre !

jante soudé à l’arc),

Maxtal (alliage d’aluminium

30% plus résistant).

Poids (paire de roues

avec pneus - WTS) :

2395 grammes.

prix de vente consei lé :

infos : www.mavic.com

Pour beaucoup de triathlètes, l’hiver rime

avec ski de fond. L’occasion de se faire une

condition. Toujours un peu galère de transporter

les skis et les bâtons. D’où l’idée de

skibat.

Un accessoire malin, petit, léger,

pratique pour porter ses skis et ses

bâtons d’une seule main !

prix de vente consei lé : 14,50€

1290

plus d’infos : http://catalogue.skibat.fr

Texte by JACVAN et photos organisation

Ile Maurice

13 novembre 2011

Etienne DIEMUNSCH

2e du triathlon de Karukera - Guadeloupe

Photo Jacvan

Clic’on

www.azurtriandrun.com

www.compressport.com

www.ekoi.fr

www.foor.fr

www.hawk-racing.fr

www.kiwami.fr

www.newtonrunning.com

www.triangle.cc

www.star-events.cc/site

Coup de coeur

C’est en Afrique du Sud dans

le pays d’origine de Stoltz que

Conrad et Liezen se sont dits

«oui» il y a quelques jours...

Le quadruple champion du monde

Xterra a réalisé une superbe

saison sur le circuit américain

avant de passer à côté lors du rendez-vous

mondial hawaiien. Mais

il nous avait confié que son regard

était tourné vers l’un des événements

les plus importants de sa

vie... son mariage.

Triathlon-hebdo leur souhaite tout

nos voeux de bonheur.


évènement.fr

Karukera-Fiat triathlon :

Texte et photos by Jacvan

Pointe-a-Pitre

(Guadeloupe, 971)

20 novembre 2011

1.5 - 40 - 10 km

La passe de 3 pour Sylvain Sudrie

Il avait mis un point d’honneur à défendre

son titre acquis depuis deux ans. Terminer

sur une victoire était un bon moyen de

conclure une saison 2011 encore riche

en résultats. Aussi, Sylvain Sudrie n’a laissé

aucune chance à ses concurrents prenant

les devants dès la natation. Et gagner ici

avec une belle avance n’était pourtant pas

une mince affaire…


évènement.fr

Pas une mince affaire... donc...

Tout d’abord en raison du plateau présent.

De quoi rendre jaloux bon nombre

d’organisateurs d’épreuves régionales

qui peinent à réunir de telles

pointures de triathlon. 4 champions

du monde étaient au départ de la 19e

édition du Karukera – Fiat triathlon :

Sylvain Sudrie (champion du monde

2010), Etienne Diemunsch (champion

du monde de duathlon 2011), Olivier

Marceau (champion du monde 2000)

et Hervé Faure (plusieurs fois sacré

champion du monde par équipe).

Ajoutez également à cette belle liste,

la présence du jeune Aurélien Lescure

auteur d’une belle saison.

Même si nous sommes sur la fin de saison,

chacun se sentait d’attaque pour

mobiliser toute l’énergie restante pour

offrir aux spectateurs une épreuve de

qualité. Et tous les professionnels ont

joué le jeu pour tenter d’aller chercher

la meilleure place.

Sylvain Sudrie n’a pas ménagé ses efforts

pour aller chercher sa 3e victoire

consécutive. « C’est toujours un plaisir

de venir courir ici. Terminer sa saison

sur une victoire et sous le soleil, ça

donne de l’énergie pour préparer la

saison 2012 !

Je me suis senti bien sur le vélo. Je ne

me suis pas mis dans le rouge car je

sentais que j’étais en manque d’entraînement.

Ce qui est surtout positif c’est

que je suis parvenu à garder un bon

rythme pendant toute la course à pied,

régulier. C’était appréciable. »

Encore sur le flux des championnats du

monde LD qui s’étaient déroulés peu


évènement.fr

de temps avant, il n’a laissé

que peu de chances à ses adversaires.

Etienne Diemunsch a bien

tenté de jouer sa carte. « J’ai

tenté un coup à vélo mais

j’ai peu d’expérience de cette

épreuve qui n’est pas dans

les configurations que je pratique

généralement, de fait,

je ne pouvais pas aller titiller

Sudrie pour la gagne. Mais je

suis très satisfait de ma course

et de ma place ».

Aurélien Lescure complétait

le podium suivi d’Olivier

Marceau, de Hervé Faure et

du premier Guadeloupéen,

Olivier Noglotte. « Je ne termine

qu’à 5 secondes de

Faure. Ça m’aurait fait plaisir

de taper un concurrent de

cette envergure. Mais je dois

relativiser. Je préfère faire un

top 10 en réalisant un bon

chrono ».

Car même si cette épreuve

c’est du plaisir avant tout,

ce n’est pas une épreuve qui

doit se prendre à la légère en

raison d’une autre difficulté

de taille : la chaleur.

« Je n’ai jamais eu aussi chaud

sur une course » commentait

Etienne Diemusnch. « Nous

ne sommes plus habitués à

de fortes températures à cette

époque de l’année en métropole,

c’est d’autant plus

saisissant » reprenait Aurélien

Lescure.

De son côté, Caroline Koll

voyait ce handicap pour

certains comme son principal

atout. « J’ai plus eu de

difficultés à ma remettre

du voyage et du décalage

horaire (elle arrivait de l’Ile

Maurice où elle a terminé 2e)

que de la chaleur ! Entre la

température, les trous sur la

route, la présence de chiens

et de vaches, j’avais même

l’impression d’être chez moi

(ndlr : elle habite en Afrique

du Sud près de Johannesburg)…

Pour autant elle

n’avait pas un avantage certains

compte tenu de ses adversaires

: l’une résidant en

Martinique et l’autre étant

Guadeloupéenne… « Même

si j’ai un niveau internatio-


évènement.fr

Air-France : un partenaire dans la course

nal, je ne sous-estime jamais

mes adversaires d’autant qu’il

y a deux jours, j’étais tellement

fatiguée à cause de jetlag,

que je ne savais même pas si

je pourrais courir 2 km ! Aussi,

je me suis donnée à fond

pendant toute la course… en

plus je ne connaissais pas les

écarts… alors dans le doute, je

me suis donnée à fond ».

Ce qui lui permet donc de

remporter la victoire devant la

jeune Mathilde Batailler (Martinique)

et l’inoxydable Guylyne

Louis « qui commence à

s’oxyder » plaisantait la Guadeloupéenne

après le passage

de la ligne d’arrivée.

« Je prends toujours beaucoup

de plaisir. Et même si à 49 ans,

on me dit souvent que j’ai le

physique d’une cadette, je vois

bien que les chronos commencent

à baisser… Mais quoiqu’il

en soit, je serai présente tant

que le Karukera aura lieu car

c’est du pur plaisir de courir

sur une si belle épreuve et à

domicile ! »

Soleil, triathlon et plaisir, la recette

du succès…

Air France est l’un des partenaires du Karukera – Fiat

Triathlon. La compagnie aérienne française est très

implantée aux Antilles. Cela revêtait ainsi une double

importance de participer à cette épreuve pour certains

des employés de la firme française. Parmi eux deux collègues,

amis de 20 ans, unis par la même passion du

triathlon : Philippe Ballereau et Frédéric Viargues. L’un

est pilote et l’autre est chef de cabine principal.

Ils sont arrivés le samedi soir pour reprendre un vol 24

heures plus tard. Entre temps, ils en ont profité pour

participer au triathlon guadeloupéen, Philippe sur le

sprint et Frédéric sur le courte distance. 24 heures aussi

au cours desquelles ils auront également pris soin de

se reposer car on ne plaisante pas avec les obligations

professionnelles comme tient à le rappeler Philippe.

« Je n’ai pas la même expérience que Frédéric concernant

les courses en escale. Il sait gérer ces courses en

rotation, il m’a donc pas mal conseillé pour me permettre

à moi aussi de me lancer. Je voulais me faire plaisir,

c’est pour cela que je me suis plutôt aligné sur le sprint.

C’est une histoire d’organisation pour permettre d’allier

les exigences de notre métier.

On ne prend pas cette participation à la légère car on

n’oublie pas notre profession qui passe avant tout. On

ne s’aligne pas si on n’a pas pris les devants de savoir

qu’on pourra se reposer comme il se doit avant de reprendre

nos fonctions ».

Une fois réglée l’organisation inhérente à une course

lors d’une escale, place au plaisir…

« C’est 24 h chrono mais c’est aussi une opportunité

formidable de se faire plaisir sur des épreuves offrant

un cadre somptueux. Nous avons couru la semaine dernière

sur l’Ile Maurice, aujourd’hui à Karukera… C’est

une bonne chose qui nous permet d’allier le travail, le

sport et l’amitié. Certes, on ressent un peu la fatigue

du voyage pendant la course mais on est pas là pour

faire des performances. Et puis avec les années, cette

énergie déployée pendant la course, c’est devenu notre

moteur donc on arrive bien à gérer… »

Ses amis et proches

ne l’oublient

pas... Vincent Castener

est encore

dans leur coeur et

avec eux dans la

course.

Ils ont tenu à poser

à ses côtés avec les

professionnels réunis

sur cette épreuve.


évènement.fr

La 20e édition menacée

Le triathlon de Karukera…

Ne cherchez pas Karukera sur une carte de Guadeloupe

puisque ce n’est pas le nom d’une ville mais l’ancien nom

donné à la Guadeloupe avant l’arrivée des premiers Européens

au moment de la découverte de l’Ile par Christophe

Colomb en 1493. Le triathlon de Karukera a choisi

deux villes pour s’étendre.

Le départ se fait de la plage du Gosier du Canella Beach

Hotel tandis que l’arrivée se fait à la caserne de la gendarmerie

de Petit Pérou dans la proche banlieue de Pointeà-Pitre.

L’arrivée dans une caserne de gendarmerie : le

lieu peut paraître singulier. Mais tout s’explique quand

on sait qu’à la tête de l’organisation, on retrouve toute

une équipe de gendarmes. Quand on connait la rigueur

militaire ajoutée à une épreuve dans sa 19e édition, on

se doute bien que c’est une manifestation très bien rôdée.

« Elle s’améliore d’année en année. J’en suis à ma 4e participation.

Chaque année est une évolution positive. Bon

nombre d’organisateurs devraient prendre exemple sur

cette épreuve » rappelle Sylvain Sudrie.

« C’est devenu au fil des années la manifestation de

triathlon la plus importante de l’île » souligne la locale

Guylyne Louis avant d’ajouter « j’espère que ce rendezvous

pourra perdurer pour des années encore ». Car si

le sourire est de rigueur à l’arrivée de la 19e édition du

triathlon de Karukera, le doute est également dans tous

les esprits.

Est-ce que la 20e édition verra le jour ?

L’épreuve est devenue victime de son succès. Les organisateurs

ont placé le niveau de qualité très haut. De fait,

la machine est devenue de plus en plus importante à gérer

et demande de très longs mois de préparation.

Quand on sait que la plupart des gendarmes partie prenante

dans cette organisation sont membres du groupe

d’intervention spécialisés, cela complique encore plus la

tâche. Une centaine de gendarmes sont mobilisés le jour

de la course mais toujours sur le fil du rasoir. Une intervention

d’envergure et le triathlon perdrait la majorité

de son staff d’organisation.

La seule perspective d’avenir passe par un partenariat

fort avec les clubs locaux et la ligue. Encore faut-il que

tous les acteurs prennent conscience du difficile avenir

du triathlon de Karukera. La 20e édition ? verdict dans

quelques mois…

Les résultats

TOP 10 HOMMES

1 SUDRIE Sylvain 01:59:20 / BEAUVAIS TRIATHLON

2 DIEMUNSCH Etienne 02:01:37 / EC SARTROUVILLE

3 LESCURE Aurelien 02:04:01 / SUD TRIATHLON PERFORMANCE

4 MARCEAU Olivier 02:05:40 / SAINT RAPHAEL TRI

5 FAURE Herve 02:06:52 / VITROLLES

6 NOGLOTTE OLIVIER 02:06:58 / U.S.POMPIERS

7 FOURMONT BENOIT 02:10:28 / Foyal Triathlon Club

8 GUIRRIEC JULIEN 02:13:37 / LES GRENOUILLES BLEUES

9 PIGEAU SYLVAIN 02:17:03 / LES GRENOUILLES BLEUES

10 DARDENNE CEDRIC 02:17:22 / C.N.R.B.T.

TOP 5 FEMMES

1 KOLL Caroline 02:25:15 / TEAM CHARENTE

2 BATAILLER Mathilde 02:34:05 / Foyal triathlon Club

3 LOUIS GUYLYNE 02:34:38 / G.T.D

4 DALMASO Sandrine 02:39:27 / C.N.R.B.T.

5 TALEC MAJORIE 02:55:07 / FOYAL TRIATHLON CLUB


évènement.fr

3 questions à :

Etienne Diemunsch, cap sur Rio 2016

Etienne Diemunsch revient sur le déroulement

de la dernière course de la saison

avant de nous parler de ses ambitions de

2012 et après…

Peux-tu nous parler de ta course ici en

Guadeloupe ?

Je n’avais jamais eu aussi chaud sur une

course. L’année dernière, j’avais eu chaud

sur une coupe du monde au Mexique mais

je ne pense pas l’avoir ressenti aussi difficilement.

En natation, Sudrie était positionné sur la

ligne de départ à une quinzaine de mètres

de moi. Il est parti vite mais je suis parvenu

à prendre ses pieds. Il a alors fait l’anguille,

deux, trois zig-zags et voilà qu’il m’a lâché.

Sur le premier tour, on limite la casse avec

Aurélien Lescure car on a seulement une

quinzaine de secondes de retard. Mais en

revanche, sur le deuxième tour, il a pris

plus d’une minute.

Cependant, nous avions fait l’effort en natation

et nous étions parvenus à prendre

un peu d’avance sur nos poursuivants. Je

ne voulais pas que le groupe rentre tout de

suite alors j’ai pris la poudre d’escampette.

Aurélien Lescure n’a pas pu accrocher. Sur

la fin du parcours j’ai néanmoins commencé

à souffrir de la chaleur. D’autant que je

ne suis pas du tout habitué à ce type d’effort

mais je suis satisfait de mon vélo et de

ma course en général.

Que penses-tu de l’organisation de

cette course ?

C’est vraiment une très belle organisation.

On sent que tout est bien préparé. Rien

n’est laissé au hasard. Et puis c’est une ambiance

particulière. On échange beaucoup

avec des amateurs qui ont envie d’en savoir

plus sur nous. Le triathlon se développe en

Guadeloupe et une épreuve comme le Karukera-Fiat

Triathlon y contribue très largement

en prenant de l’ampleur d’année en

année. J’espère que cela ne sera pas la dernière

édition comme on peut l’entendre. Ce

serait vraiment dommage de perdre une si

belle épreuve.

Après une saison 2011 très positive,

quelles sont les perspectives pour

2012 ?

Le gros objectif est de se placer pour la préparation

olympique 2016 avec une place

en prépa dès 2013. Une Olympiade ça se

prépare sur 4 ans et je veux vraiment être à

Rio en 2016. Ça va se jouer dès l’année prochaine

et il faudra se montrer performant

à l’entame de la saison pour montrer que

j’ai ma place.

Concernant le duathlon, c’est un type

d’effort que j’apprécie. Je pense que ce

n’est pas incompatible avec une saison de

triathlon étant donné que je ne participe

qu’aux épreuves les plus importantes.

Ça reste un effort intéressant dans son ensemble

et une belle vitrine pour moi-même

si cette pratique est peu médiatisée.


ecit.fr

Ocean Indian Triathlon :

Texte by JACVAN et crédit photos Jean Jacques Fabien, Indian Ocean Triathlon

Bel ombre

(Ile Maurice)

13 novembre 2011

1.5 - 40 - 10 km

Parrain et Marraine font le show

Quand on propose un triathlon

au soleil on se garantit le succès,

surtout quand de nombreux pays

grelottent et qu’il a fallu se résoudre

à ranger la combi. Oui mais

quand cela se passe à des milliers

de kilomètres dans un pays

où le triple effort est loin d’être le

sport roi et qui rayonne à travers

le monde pour la beauté de ses

paysages plus que par son attractivité

sportive, la mission devient

un peu plus compliquée.

Et pourtant, c’est le pari qu’est en

passe de réussir le triathlon de l’Ile

Maurice.

Après trois éditions, le nombre

de concurrents croît d’année en

année pour atteindre 216 inscrits

pour l’édition qui s’est déroulée le

13 novembre dernier.

La recette ?

Trouver tout d’abord une tête

d’affiche pour parrainer l’épreuve,

gage généralement d’une certaine

qualité. Après Olivier Marceau

(en 2009 et 2010), cette année la

manifestation avait un parrain et

une marraine avec Fréderic Belaubre

et Charlotte Morel. Un autre

«couple» international de choix

avait également tenu à participer

à cet événement en la personne

de Thomas Hellriegel et Caroline

Koll.

Quatre grands noms du triathlon

c’est bien, ajouter une autre personnalité,

cela peut être mieux. Il

répond présent chaque année au

rendez-vous, c’est Laurent Jalabert.

Il a terminé à deux reprises

sur la seconde marche du podium

derrière Olivier Marceau sur les

deux précédentes éditions.

Le cadre bien entendu est un des

ingrédients parmi les plus importants

du succès. Et pour ceux qui

ont la chance de connaître l’Ile

Maurice, c’est un paysage somptueux

pour s’adonner à sa passion.

Même s’il y a du courant parfois un

peu fort, même si certaines portions

de route n’ont pas le revêtement

idéal, même si courir sur le

sable fin à trois reprises brûlent un

peu les abdos… on oublie tout ça

devant la grandeur du Morne qui


ecit.fr

se dresse devant nous.

Côté course, Frédéric Belaubre

et Charlotte Morel ont

honoré leur rang de parrain et

marraine en ne laissant aucune

chance à leurs adversaires

de venir leur souffler la victoire.

Hellriegel auteur d’un bon

vélo n’a pas plus faire mieux

que la deuxième marche du

podium.

Quant à Laurent Jalabert,

pour la première fois, il a du

se résoudre à abandonner la

partie, victime d’une chute

dans la descente de Chamarel.

Heureusement sans gravité,

d’autant qu’il encadrait la

semaine suivante un stage

vélo.

Il s’est vengé en réalisant

deux fois 6 heures de vélo la

semaine suivante (en vue de

sa préparation de l’IM de Cozumel

le 28 novembre).

Bref, une course qui au-delà

du niveau représenté cherchait

avant tout le dépaysement

que l’on est en droit

d’attendre sur une course à

l’autre bout du monde… et

même la pluie qui s’est invitée

de dernière minute sur la

course ne pouvait pas gâcher

tout cela !


ecit.fr

Dans la course avec :

L’Ocean Indian Triathlon n’est pas réservé aux triathlètes aguerris.

Bien au contraire… Si certains sont alignés pour aller titiller

les premières places, pour la majorité des participants il s’agit

surtout de trouver un gentil prétexte à des vacances sportives

dans l’autre hémisphère.

Et c’est le cas de l’équipe des Chapettes, réunies pour leur premier

triathlon en relais sur cette manifestation. Elles reviennent

pour nous sur cette aventure :

Nous avons découvert ce triathlon, lors du trail blanc de Serre-

Chevalier en janvier dernier. Laurent de VO2max y faisait la

promotion et nous avons mordu à ce concept «Relais/Soleil».

Effectivement, il s’agissait de notre premier triathlon et pour

tout vous dire nous sommes partis dans un esprit vacances,

détente et absolument pas compétition ...

Certes nous nous étions entraînées (sans prétention de performances)

afin d’aller jusqu’au bout de notre épreuve !

Lors des reconnaissances de parcours, nous étions un peu inquiètes

les unes pour les autres, nager à contre courant, pédaler

avec un vélo de fortune et courir dans le sable était tout

nouveau pour nous !

Pourtant nous n’avons pas été ridicules, il est vrai qu’en relais

l’équipe des Chapettes...

ce triathlon est à la portée des moins avertis, finir 93/122…

Heureuses ! Et quelle organisation ! La sensation de faire partie

d’une équipe tant entre Chapettes qu’avec les autres participants

! Jamais seule et toujours un sourire des Mauriciens si

chaleureux ! Vraiment ce fut un moment inoubliable !

Plutôt coutumières des 10kms, nous avons tout de même terminé

un semi-marathon en mai dernier à Aix-en-Provence et

nous faisons au moins une course par mois sans palmarès, mais

toujours du bonheur et de la découverte !

Les résultats

TOP 10 HOMMES

1 BELAUBRE Frédéric 2:53:27

2 HELLRIEGEL Thomas 2:54:08

3 JOUFFRET Christophe 03:03:59

4 LIEBECK Martin 3:11:01

5 VIARGUES Frédéric 3:13:52

6 SCHLEGEL Maik 3:14:36

7 DESVAUX Simon 3:15:41

8 BERTRES J Marie 3:17:00

9 PHILIPPE Olivier 3:18:17

10 MEHEUST Ludovic 3:18:37

TOP 5 FEMMES

1 MOREL Charlotte 3:08’49

2 KOLL Caroline 3:20:50

3 GEHNBOCK Sylvia 3:27:17


zoom.fr

La vitrine de noël

A quelques semaines de Noël, vous êtes en panne d’inspiration pour

trouver LE cadeau qui fera plaisir au triathlète ?

Triathlon-hebdo a pensé à vous : pour tous les goûts, tous types de triathlètes

et surtout pour toutes les bourses...

L’Adipure - Trainer par Adidas

C’est la première chaussure « barefoot » (pied

nu) conçu pour les entraînements en salle et

la récupération. Idéalement adaptée à votre

pied (sensation de seconde peau), elle offre

une meilleure interaction avec le sol et permet

d’être plus rapide. Elle optimise également

l’équilibre, l’agilité et la force.

Synonyme de confort et protection, l’Adipure

Trainer est la compagne idéale pour améliorer

vos séances et développer votre plein

potentiel. Pour découvrir de nouvelles sensations

pendant vos entraînements et lors

de votre récupération, adoptez là !

Disponible dès avril 2012

PFM Headband et Basic Gloves par Asics

Pour affronter l’hiver avec élégance. Le PFM Headband

est un bandeau ergonomique et réflechissant

contre le froid et l’hulmidité. Les Basic Gloves sont

des gants colorés qui assurent une excellente protection

contre le froid.

prix de vente conseillé : 12€ (bandeau) et 15€ (gants)

plus d’infos : 04 67 15 40 00

prix de vente conseillé : 100€

plus d’infos : 0800 01 10 01

L’Abdo Rider de Double D

L’hiver rime avec renforcement musculaire,

gainage et autres exercices de musculation

pour les triathlètes. Spécialement

conçu pour l’entraînement quotidien à la

maison, Double D est un appareil de musculation

unique qui permet de travailler

l’ensemble des abdominaux, mais aussi les

muscles des bras, de la poitrine, et les fessiers.

Un appareil idéal pour entretenir sa

forme physique et sculpter sa silhouette,

tout en étant certains d’effectuer les bons

mouvements lors des exercices.

Facile à utiliser, il présente 5 niveaux d’inclinaison

pour 5 positions de travail

Home Trainer Lemond Revolution

L’équipe Garmin Cervelo

utilise ce Home

Trainer depuis 2 ans.

Révolutionnaire car

on fixe le vélo sans la

roue arrière. Au final

une super fluidité de

pédalage, semblable

à la pratique en extérieur,

et pas d’usure

du pneu arrière. Utilisé

par l’équipe Garmin

Cervelo depuis 2

ans.

prix de vente conseillé : 499€

: du

plus facile au plus difficile. Il est équipé

d’une console affichant la durée de l’exercice,

le nombre de répétitions et le nombre

de calories dépensés dans la séance. Il

est facile à déplacer (roulettes) et pratique

à ranger (pliable).

prix de vente conseillé : 99€

plus d’infos : En vente dans tous les magasins de

sport spécialisés et en vente par correspondance

Roues Cosmic Carbone SLE

Roues alliant différentes

technologies

comme l’Exalith (pour

la durabilité et une

esthétique unique),

Griplink (meilleure

adhérence, bonne tenue

de route et risque

de crevaison réduit),

Powerlink (transfert

d’énergie, résistance

réduite, conduite

améliorée, longévité

supérieure), ISM (jante

allégée pour une

rigidité identique),

FTS-L (renforcement

des principaux éléments

de transmission,

QRM (qualité

de roulement Mavic

+), SUP (raccord de

Skibat, fini de se battre !

jante soudé à l’arc),

Maxtal (alliage d’aluminium

30% plus résistant).

Poids (paire de roues

avec pneus - WTS) :

2395 grammes.

prix de vente conseillé :

Pour beaucoup de triathlètes, l’hiver rime

avec ski de fond. L’occasion de se faire une

condition. Toujours un peu galère de transporter

les skis et les bâtons. D’où l’idée de

skibat.

Un accessoire malin, petit, léger,

pratique pour porter ses skis et ses

bâtons d’une seule main !

prix de vente conseillé : 14,50€

1290

infos : www.mavic.com

plus d’infos : http://catalogue.skibat.fr


zoom.fr

Turtles

A vous les conditions extrêmes pour vos trails hivernaux.

Grâce à ce système plus aucun risque de glisser

sur la neige ou pire le verglas. Offrez des chaînes à

vos chaussures avec les Turtles. Vous n’avez plus qu’à

les poser sur vos chaussures de trail ou de marche.

Réalisé en élastomère de haute résistance, vos turtles

retrouveront leur forme d’origine après chaque utilisation.

La bande extérieure épouse la morphologie

de la chaussure et le strap velcro assure de conserver

le système bien en place.

Le positionnement multi directionnel assure une stabilité

longitudinale et transversale.

Auris sport : le bienfait des aimants

Toute une gamme de produits qui vous propose de soigner quelques maux du

quotidien grâce à un système d’aimant. Véritable amortisseur de chocs, le clip

genou a été spécialement conçu pour les activités sportives ou du quotidien.

Confortable grâce à sa sangle de réglage et son coussinet en mousse néoprène.

Il est préconisé en cas d’effort ou de douleurs et pour les rotules instables.

RS800CX GPS Pack Multisport par Polar

prix de vente conseillé :

plus d’infos :

24.90

www.aurismagnetic.com

Veste thermique PREMIUM par Ekoï

Encore plus classe , technique et confortable !

Fibres WINDTEX made in Italie, 300 grammes :

ETANCHE / RESPIRANT / CONFORT de par son élasticité

/ Séchage ultra rapide : absorbe et chasse la

transpiration, résiste aux agressions extérieures : vent

et pluie / Fibre souple et douce

Coupe anatomique : longueur

des bras, fermeture des poignets

en lycra doux et elastique,

col doublé en polaire, bas

du dos protégé, 4 poches arrières

dont une avec zip pour

clés ou portable

- 4 tailles : S/M/L/XL

- FABRICATION 100% MADE

IN ITALIE

Testé et approuvé par le team

EKOI de JC CURRIT

prix de vente conseillé : 24.99 €

(crampons) et 3.30€ (strap)

plus d’infos : 04 50 43 50 26

prix de vente conseillé :

plus d’infos :

549.90

www.polarfrance.fr

Parapluie ergonomique Senz°

prix de vente

conseillé : 95€

plus d’infos :

www.ekoi.fr

Selle ISM Racing

Avec son design improbable, ISM mise à 100% sur le confort !

Avec son poids maîtrisé de 230grammes, elle adopte une forme

atypique mais redoutablement efficace.

Le périnée est complètement soulagé, vous n’avez plus de compression

néfaste pour une meilleure performance au final. Très recherchée

en triathlon et contre-la-montre (position souvent avancée,

en bec de selle), la selle ISM se développe de plus en plus

pour la course en ligne et les cyclosportifs.

prix de vente conseillé :

155€

Le meilleur de polar dans un seul

pack mais en édition limitée…

Avec les trois capteurs proposés,

vous pouvez pratiquer n’importe

quel sport d’endurance, du

triathlon au ski de fond. Le capteur

GPS5 vous permet de visualiser

votre parcours sur une carte

après l’entraînement.

Lors de l’utilisation du capteur

de foulée en course, l’indice de

course à pied évalue vos performances.

Le capteur cyclisme sans

fil vous indique précisément votre

vitesse de pédalage.

Contenu du coffret :

- Cardiofréquencemètre Polar

RS800 CX

- Emetteur Polar

Wearlink+WIND

- Capteur GPS Polar G5

- Capteur de vitesse WIND

- Accéléromètre S3

- Interface Polar Pro Trainer 5 et

interface irda USB

- Manuel d’utilisation

- Support vélo universel

Et si on pensait aussi aux

spectateurs et aux supporters

qui n’hésitent pas

à braver les intempéries

pour encourager leur(s)

triathlète(s) préféré(s).

Nouveau, ergonomique,

léger, indestructible avec

prix de vente conseillé : 42.95€

plus d’infos : 09 61 57 51 09

www.senzumbrellas.fr

ses baleines inédites, le

parapluie Senz° résiste

aux conditions les plus

extrêmes et vous assure

une protection UV

(UPF+50).

Existe en 6 coloris, garantie

2 ans


zoom.fr

Racer by Newton

Le modèle Racer de la marque Newton. La version

course se distingue par un amorti allégé au

talon, et s’adresse à des coureurs plus légers et

rapides. Plus d’informations sur les technologies

innovantes Newton dans la fiche produit.

- Foulée Pronatrice

- Poids de la chaussure 244 g

- Profil du coureur Léger ( inf à 80kg )

- Sexe Homme

- Surface Route

- Type d’utilisation Compétition

prix de vente conseillé : 160€

G-STAR S par Gir’s

Le G-STAR S est un vélo taillé pour les challenges XXL. Son cadre particulièrement léger

(960 grammes) allié à un positionnement sur mesure grâce à l’apport du concept BB3

vous garantira du plaisir et de la performance dans la durée. Alterner descentes et montées

avec sérénité n’est plus une évidence quand la course au poids déraisonnée qui a

caractérisé l’évolution des vélos ces dernières années, a privilégié l’impact des chiffres au

comportement dynamique d’un cadre.

Pour GIR’S, gagner quelques grammes dans les ascensions ne peut en aucun cas se

payer cash dans les descentes. Un vélo conçu pour des

parcours vallonnés et exigeants, doit être avant tout

cohérent, en particulier pour la rigidité du corps «

douille-boîte-bases ». Ensuite le Twinflex du G-STAR

S fera la différence en apportant un confort dynamique

propice à vous préserver des vibrations et

des à coups du pédalage.

Après, il ne vous reste qu’à trouver une excuse

pour rentrer un peu plus tard que prévu. Mais

là, c’est votre affaire…

prix conseillé : 2190€ (module cadre)

plus d’infos : www.girs.fr

ProRacing Socks RUN par Compressport

Gamme PRIMA par Kiwami

Nouveauté avec coloris très tendance ! Modèle qui se

décline en trifonction ou en ensemble short + singlet.

Il est conseillé pour les courtes distances. Modèle qui

convient aux hommes et aux femmes.

Pour la trifonction :

- Tissu très hydrofuge et gainant super léger.

- Découpe anatomique dos nageur avec tirette Kiwami

- Galon en silicone anti-recul sur la cuisse, confortable

et non compressif

- Pas de chamoisine

Pour le top-singlet :

- Tissu très hydrofuge et gainant super léger.

- Zip frontal 35 cm pour une ouverture maximale en

cas de chaleur

- Dos mesh anti-UV pour une protection et aération

optimales

- Poches dorsales faciles d’accès

Pour le short :

- Tissu très hydrofuge et gainant super léger.

- Fine chamoisine anatomique à l’entrejambe

- Galon silicone non compressif anti recul sur la cuisse

- Cordelette de maintien de la taille

Prix :

Pédalier 3D et plateaux ovalisés Qrings ovalisés par ROTOR

Spécialement réalisé pour Juan José Cobo (Geox) récent vainqueur du

Tour d’Espagne 2011 peint à la main exceptionnellement, avec le dessin

d’un Bison, son surnom.

Couleur rouge, en rapport avec le maillot rouge du leader du classement

général de la Vuelta. Les équipes Garmin Cervelo, Vacansoleil et

Saur Sojasun profitent également de ce matériel.

prix de vente conseillé :

299€ (manivelles seules)

Les chaussettes pensées et

conçues pour les coureurs. Retrouvez

toute la technologie

Compressport au service de vos

pieds.

Les Grip3D.DOTS sont multidirectionnels

et assurent un grip

maximum dans la chaussure

évitant au pied de glisser pendant

l’effort. Placés à l’arrière

du pied, ils protègent le tendon

d’achille.

Structure de sur tissage extérieur

des 3D.DOTS pour une

absorption et un amorti sur les

zones de chocs. Pied droit/pied

gauche pour respecter l’anatomie

du pied. Thermoaération,

ne retiennent pas l’eau, antibactérien,

coupe anatomique.

Acupressure qui permet d’activer

la circulation sanguine par

massge multipoints.

Existe aussi pour le vélo.

prix de vente : Run Lowcut

(15€), RunhighCut (16€),

Bike (18€), Trail (20€)

plus d’infos :

www.compressport.com

159€ (trifonction

disponible de XXS à

XL),

79€ (singlet disponible

de XS XL),

79€ (short disponible

de XS à XL)

Plus d’infos :

www.kiwami.fr

More magazines by this user
Similar magazines