Rapport annuel 2006 - BNP Paribas

media.bnpparibas.com

Rapport annuel 2006 - BNP Paribas

glossaire

ABSA

Action à Bon de Souscription d’Action.

Action L’action est un titre négociable constatant le droit de l’actionnaire inscrit en compte chez

la société émettrice ou chez un intermédiaire habilité. Elle représente une partie du capital

d’une société anonyme ou d’une société en commandite par actions. Depuis la dématérialisation

des valeurs mobilières, les actions sont inscrites en compte au nom de leur propriétaire,

soit dans les livres de la société (forme “nominative”), soit auprès d’un intermédiaire habilité (

forme au “porteur”).

ADP

ADR

(American Depositary Receipt)

AMF

(Autorité des Marchés Financiers)

AMS

Action à Dividende Prioritaire.

C’est un certificat négociable de dépôt, représentatif d’une ou plusieurs actions, dont la

valeur nominale est libellée en dollars et dont le paiement des intérêts est également assuré

en dollars ; il permet, sous certaines conditions, à une société non américaine d’être cotée

aux États-Unis.

Créée par la loi de Sécurité Financière du 17 juillet 2003, l’AMF est issue de la fusion de la COB

(Commission des Opérations de Bourse) et du CMF (Conseil des Marchés Financiers). Parmi

ses missions figurent donc celles héritées de ces deux institutions, à savoir : élaborer les

règlements des marchés financiers, notamment des Bourses de valeurs, veiller à la protection

de l’épargne investie en valeurs mobilières, surveiller l’information financière délivrée

aux investisseurs, et enfin proposer des mesures visant à améliorer le bon fonctionnement

des marchés, notamment au plan international. La loi a également confié deux nouvelles

missions à l’AMF : la régulation des conseillers en investissement financier et le contrôle des

agences de notation et des analystes financiers.

Asset Management and Services.

Animation/Contrat d’animation Les contrats d’animation ont été lancés par la SBF-Bourse de Paris en août 1992. Ils consistent

en un partenariat signé entre la SBF (devenue depuis Euronext), une société cotée et un

intermédiaire financier (l’“animateur”). Ce dernier s’engage à avoir une présence active sur le

marché en assurant lors de chaque séance un nombre minimal de transactions, et ce aux fins

de favoriser la liquidité du titre. Les contrats d’animation concernent principalement les valeurs

moyennes.

Arbitrage Activité consistant à profiter des écarts de valorisation entre deux actifs financiers, par exemple

deux actions lors d’OPE ou d’OPA. Les arbitragistes interviennent donc, dans ce contexte, en

cas d’écart entre le cours de la cible et le "prix" proposé par l’initiateur de l’offre.

Augmentation de capital Un des moyens d’accroître les fonds propres de la société. Elle est réalisée soit par augmentation

du nominal des actions existantes, soit par la création d’actions nouvelles provenant de souscriptions

en numéraire, d’apports en nature ou de bénéfices, réserves, primes d’émission ou d’apport

incorporés au capital. Les augmentations de capital peuvent être réalisées avec ou sans droit

préférentiel de souscription. Elles peuvent permettre de faire participer de nouveaux actionnaires

au capital de la société. Elles doivent avoir été préalablement autorisées par une AGE.

Autocontrôle Pourcentage de son propre capital détenu par une société. Les actions représentant l’autocontrôle

sont privées du droit de vote, ne perçoivent pas de dividende et n’entrent pas en

ligne de compte pour le calcul du bénéfice par action.

Autofinancement Excédent permettant le financement des investissements sans appel à des fonds extérieurs

(augmentations de capital, emprunts, etc.).

Avis d’opéré Compte-rendu adressé par un intermédiaire financier à un client suite à la passation d’un

ordre de Bourse ; ce document relate les conditions d’exécution de cet ordre.

Avoir fiscalInstitué afin d’éviter la double imposition au niveau de la société et de l’actionnaire, il est égal

à la moitié du dividende net perçu par l’actionnaire (personne physique résidente française). Il

est déductible de l’impôt sur le revenu ou remboursé par le Trésor s’il est supérieur au montant

de l’impôt à payer.

B to B, ou B2B

Business to Business : transactions réalisées sur Internet entre deux entreprises.

More magazines by this user
Similar magazines