Fiche "La ville de la transition écologique et de l'innovation" - Grenoble

infos.grenoble.fr

Fiche "La ville de la transition écologique et de l'innovation" - Grenoble

LA VILLE DE LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET DE L’INNOVATION

LA PROBLEMATIQUE

Les villes qui concentreront 70 % de la population mondiale, estimée par les Nations Unies à 9,2 milliards en

2050, ont un rôle déterminant pour lutter contre les défis qui menacent la planète: le réchauffement climatique

(+ 2 à + 6°C d’ici la fin du siècle), la raréfaction des ressources, les menaces climatiques, la disparition

d’espèces végétales et animales (70 % des arbres de la planète seraient à moyen terme menacés), fonte des

glaces (l’Arctique a déjà perdu 40 % de sa surface de banquise en 30 ans), la montée du niveau des mers, les

migrations d’espèces animales et de population.

«Si la durée de vie moyenne de chaque produit circulant dans l’économie humaine pouvait être multiplié par

deux, si l’on pouvait recycler deux fois plus de matériaux, si on avait besoin de mobiliser moitié moins de matière

pour fabriquer un produit, on pourrait diviser le flux de matière par huit » Citation de Donella Meadows,

Dennis Meadows, et Jorgen Randers dans «Les limites à la croissance (dans un monde fini)».

En même temps, la transition écologique est un formidable gisement d’emploi et d’innovation, capable de

relancer l’économie européenne et locale dans tous ses secteurs d’excellence et de maintenir son avance technologique.

LES MOTS CLES

Economie verte, Mutualisation, Démarche coopérative, Nouveaux usages, Recyclage, Valorisation, Energie fatale, Energies

renouvelables, Pratiques innovantes, Médiation citoyenne, Entretien, Modestie, Relation, Infléchissement, Redistribution,

Partage, Cohésion, Atténuation, Réparation, Optimisation, Changement, Transition, Révolution, Innovation,

Connivence éco citoyenne, Apaisement, Transformation,...

La ville de la transition écologique et de l’innovation

Compte tenu des défis environnementaux à relever, cet enjeu est transversal et structurera l’ensemble de la démarche.

Pour qu’un urbanisme intégré soit mis en oeuvre à l’échelle de toute la Ville de Grenoble, il s’agira de généraliser et

adapter à l’ensemble de la cité les objectifs vertueux, ambitieux et novateurs expérimentés sur les Éco-quartiers de

Bonne, Bouchayer-Viallet, Blanche Monier ou en cours d’expérimentation à travers l’Écocité grenobloise (Presqu’ile,

Esplanade, Flaubert …)...

À travers cette démarche trois thématiques sont essentielles :

> le renforcement de la nature en ville, de la biodiversité et la diminution de l’artificialisation des sols ;

> la mobilité durable, qui sera au coeur de la conception urbaine ;

> la question de l’énergie, puisqu’il s’agira en particulier de gérer les cycles de ressources (énergie, eau, matériaux,

déchets) et leurs effets sur l’environnement et de développer les énergies renouvelables et de récupération, dans une

logique de réduction de la consommation individuelle des ressources et de division par 4 des émissions de GES à l’horizon

2050.

En outre cette démarche devra être au service des objectifs économiques et sociaux d’intégration de tous, de solidarité,

de cohésion, d’acceptation et d’équité. L’ensemble des autres thématiques du projet urbain demeure (logements, équipements

et services, emplois, gestion des ressources, végétalisation et qualité de l’espace public, etc.), mais ils trouvent

leur cohérence globale autour des solutions de mobilité durable et de gestion coopérative de l’énergie et des ressources.

C’est dans ce cadre de cohérence qu’il s’agit de donner des réponses aux débats sur la densité, sur la forme urbaine, sur

les polarités de services, l’économie, les mutations foncières.

Extrait de la délibération du 28 janvier 2013, lancement de la révision du PLU


LA VILLE DE LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET DE L’INNOVATION

Objectif:

L’Ecocité

Changer d’échelle en généralisant et adaptant à l’ensemble de la cité les objectifs vertueux, ambitieux et innovants déclinés sur les

Ecoquartiers de Bonne, Blanche Monier, Bouchayer-Viallet... Aller vers une vision intégrée de l’urbanisme en travaillant à l’échelle

de l’îlot, et en mutualisant les questions de mobilité et d’énergie, afin de rendre la vie en ville plus attractive et offrant une meilleure

qualité de services et d’usages.

L’Ecocité déclinée sur la Presqu’ile

L’énergie décarbonnée et maîtrisée

> Un réseau mutualisé d’eau tempérée alimenté par la chaleur fatale

issue du réseau d’assainissement, par l’intermédiaire de pompes à

chaleur à haut rendement, et le stockage intersaisonnier du surplus

d’énergie produite l’été par la centrale d’incinération des ordures

ménagères.

> Un réseau électrique intelligent (smart grid) qui permettra d’optimiser

la gestion des pics de consommation, avec une électricité plus

verte et l’installation de « compteurs communicants » dans les logements,

transformant l’abonné en «consommacteur».

> Une centrale photovoltaïque intégrée en toiture installée sur la

toiture du Synchrotron de l’ESRF qui permettra la production annuelle

d’environ 1200 MW h/an et qui contribuera à l’équilibre énergétique

de la Presqu’île.

> Une Microcentrale hydroélectrique sur le Drac avec des turbines qui

permettront de valoriser de très basses chutes d’eau en limitant au

maximum les travaux de génie civil dans le court d’eau avec des rendements

particulièrement intéressants (7 GWh/an).

> Un éclairage public actif afin de permettre des économies d’énergie,

lutter contre la pollution lumineuse et préserver la biodiversité. Un

pilotage des éclairages sera testé sur la Presqu’île, avec un travail sur

la couleur des matériaux. L’objectif recherché est une réduction de

85% des consommations.

Une nouvelle mobilité

> Le Pavillon Mobilité qui proposera aux utilisateurs des choix de

modes de déplacement adaptés à leurs besoins, y compris des

parkings mutualisés, des véhicules électriques en libre service, des

vélos…

> Le Pass Mobilité qui donnera accès à tous les services de nouvelles

mobilités, en temps réel en fonction du trafic, par internet et Smart

Phone.

Des ilots urbains intégrés

> Dont notamment les ilots Cambridge, où près de 500 logements

seront réalisés d’ici 2018 (dont 150 logements sociaux et 50 en accession

sociale), avec, face à ce quartier, la Place de l’Energie, jouxtant

l’école GreEn-ER.

Ces îlots seront novateurs car ils favoriseront l’intimité tout en étant

ouverts sur l’espace public et participeront à la création d’une ville

source de lien social. Un nouveau métier est nécessaire à leur bon

fonctionnement : le manager d’îlot.

Ce manager assurera l’accompagnement des nouveaux arrivants,

les conseils pour les changements de comportement dans la gestion

énergétique de l’habitat et pour se servir du pass-mobilité, la gestion

des espaces mutualisés et surtout une présence humaine et du lien

social.

More magazines by this user
Similar magazines