Mise à jour économique - Juillet 2011 - Québec International

quebecinternational.ca

Mise à jour économique - Juillet 2011 - Québec International

Juillet 2011

Mise à jour

économique

Région

métropolitaine

de Québec


MÉTHODOLOGIE

La publication Mise à jour économique – Région

métropolitaine de Québec (RMR) dresse le portrait

des principaux indicateurs économiques qui

permettent d’évaluer la performance de la région.

Elle permet également de comparer l’évolution

d’un certain nombre de variables économiques

de la région avec celles de sept autres régions

métropolitaines du Canada : Montréal, Toronto,

Ottawa, Winnipeg, Calgary, Edmonton et

Vancouver. Notre choix s’est porté sur ces régions

de référence parce qu’elles font partie, comme

Québec, des huit plus grandes régions métropolitaines

du Canada et parce qu’elles présentent une

économie diversifiée comparable à celle de la

RMR de Québec. Quatre thématiques ont été

retenues pour cette analyse : la croissance

économique, le marché du travail, les investissements

et l’activité touristique. Cette publication

est basée sur l’information disponible en juillet

2011. Elle s’appuie sur des données statistiques

publiées par des organismes reconnus.

NOTE AUX

LECTEURS

MEMBRES

DE L’ÉQUIPE

Cette étude a été produite par le département

d’Études économiques et veille stratégique de

Québec International. Les professionnels de cette

équipe ont pour mandat d’assurer la disponibilité

d’une information économique de qualité. Ils sont

appelés à suivre l’évolution de la conjoncture

économique et de l’environnement d’affaires

aux plans régional, national et international et à

réaliser différentes recherches et analyses permettant

d’identifier des opportunités, d’orienter

les stratégies de développement et de définir les

actions à mettre en place pour soutenir la

croissance de notre économie régionale.

Denis Hardy

Vice-président

Louis Gagnon

Économiste principal

Juan-Pablo Camacho

Économiste

2


SOMMAIRE

Les données statistiques disponibles pour le

deuxième trimestre de 2011 indiquent que la RMR

de Québec a poursuivi sur sa lancée. Le marché

de l’emploi a enregistré un gain de 3 200

travailleurs alors que le taux de chômage s’est

fixé à 5,8 %. De plus, la mise à jour des projets

d’investissement a fait ressortir la présence de

140 chantiers en cours d’une valeur approximative

de 8,1 G$ qui permettront de créer ou maintenir

environ 9 000 emplois dans la région.

Le secteur manufacturier commence également

à donner des signaux positifs au deuxième

trimestre de 2011, ce qui témoigne de la bonne

santé économique de la région. En effet, des

entreprises ont graduellement recommencé à

embaucher et à investir. Bien qu’il reste beaucoup

de chemin à faire pour retrouver un rythme de

croissance convenable dans ce secteur, des fabricants

de la région réussissent à tirer leur épingle

du jeu malgré les incertitudes économiques

mondiales encore persistantes. Le dynamisme

régional et la bonne performance de l’économie

canadienne sont des facteurs qui contribuent à

remplir les carnets de commandes.

Cette bonne performance augure bien pour la

croissance du PIB réel, du revenu personnel

disponible par habitant et du salaire moyen.

Les premiers résultats pour 2011 devraient être

disponibles à la fin du mois d’août.

La RMR de Québec est également en bonne position

pour entamer la seconde moitié de 2011.

Les efforts continus pour diversifier le tissu

économique régional contribueront à atténuer

l’impact des contraintes qui affectent encore

l’économie mondiale. La région peut aussi compter

sur des conditions attrayantes pour attirer des

investissements. À cet effet, 14 projets d’investissement

de sociétés étrangères sont en cours à

Québec. Ils devraient générer des dépenses

d’environ 1,7 G$ et contribuer à créer ou maintenir

environ 3 000 emplois.

3


1

Contrairement

Risques inhérents

au scénario

aux attentes de plusieurs experts, la reprise économique

mondiale a été plus modeste en première moitié d’année de 2011.

Les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, les catastrophes au Japon,

la crise des dettes souveraines en Europe, les risques de surchauffe dans

les pays émergents et le financement de la dette américaine sont des

facteurs qui ont entraîné certains déséquilibres. La seconde moitié

d’année s’annonce toute aussi chargée. Les perspectives de croissance

demeureront au rendez-vous, mais la patience sera encore de mise avant

de percevoir des résultats de loin supérieurs aux attentes.

Malgré une position enviable, le Canada devra jongler avec plusieurs défis

- Les plans de relance gouvernementaux ont commencé à prendre fin

graduellement.

- Les restrictions budgétaires freinent les dépenses gouvernementales.

- Les hausses de taxes et de certains tarifs entraînent des ajustements

du côté des consommateurs.

- L’appréciation du huard et la lente reprise économique américaine

donnent du fil à retordre aux exportateurs canadiens.

La patience est de mise pour les États-Unis

- Près de sept millions d’emplois qui existaient avant la crise n’ont

toujours pas été récupérés.

- L’endettement public suscite des inquiétudes auprès des agences de

notation et de vives discussions auprès du gouvernement américain.

La crise des dettes souveraines retient l’attention en Europe

- Les plans de relance arrivent à échéance et ils n’ont pas donné les

résultats souhaités.

- De nouvelles mesures d’austérité seront nécessaires dans certains pays.

Le Japon est de nouveau en récession

- Les zones touchées par les catastrophes naturelles ont affecté 7 %

du PIB japonais.

- Cependant, les efforts de reconstruction devraient se répercuter

positivement dès le second semestre de 2011.

4

Les risques de surchauffe persistent dans les pays émergents

- Les autorités gouvernementales multiplient les politiques monétaires

restrictives pour retrouver un équilibre plus soutenable du côté de

la production industrielle et de la consommation.

- L’inflation constitue toujours une préoccupation importante.

- Les pays émergents demeurent des contributeurs importants

à la croissance économique mondiale.


Croissance trimestrielle du PIB réel (%)

T1-2010 T2-2010 T3-2010 T4-2010

Québec 2,1 0,4 0,1 0,6

Saskatoon 3,7 (0,5) 0,7 1,5

Régina 3,2 (0,3) 0,2 1,3

Calgary 1,6 1,6 0,5 0,8

Edmonton 1,9 1,3 0,8 0,8

Montréal 1,9 0,3 (0,2) 0,5

Hamilton 1,2 0,6 0,4 0,5

Toronto 1,1 0,6 0,4 0,4

Ottawa 0,5 0,3 0,4 0,3

Winnipeg 0,7 (0,1) 1,4 0,3

Halifax 1,4 0,6 0,2 0,2

Vancouver 2,0 0,1 0,3 0,2

Victoria 1,6 (0,1) 0,1 (0,0)

Sources : Conference Board du Canada et Québec International

'000

415

Évolution du marché de l'emploi dans la RMR de Québec

%

6,0

410

5,5

405

400

395

390

5,0

4,5

4,0

385

3,5

380

T2 -2005 T2 -2006 T2 -2007 T2 -2008 T2 -2009 T2 -2010 T2 -2011

3,0

Nombre d'emplois (gauche)

Taux de chômage (droite)

Sources : Statistique Canada et Québec International

5


Marché

2du travail

Le deuxième trimestre est demeuré favorable au marché du travail pour

la RMR de Québec. La région y a dénombré 413 100 emplois, un gain de

3 200 par rapport à la même période en 2010. Elle a également observé

un accroissement de la population active de 1,1 %. Cette hausse supérieure

à celle de l’emploi (+0,8 %) a d’ailleurs entraîné une légère augmentation

du taux de chômage. Ce dernier est passé de 5,5 % au deuxième trimestre

de 2010 à 5,8 % à la même période en 2011.

La RMR de

Québec a

enregistré

un gain

de 3 200

emplois au

deuxième

trimestre

de 2011

Une fois encore, l’embauche s’est accélérée du côté des postes à plein

temps. Plus de 11 900 travailleurs se sont ajoutés dans la région,

comblant ainsi la perte de 8 700 postes à temps partiel. De plus, le

nombre de travailleurs âgés de 25 ans et plus a continué de s’accroître

par rapport à l’an dernier, affichant un gain de 18 400 emplois au

deuxième trimestre de 2011. À l’inverse, le nombre de jeunes en emploi

âgés de 15 à 24 ans a diminué de 15 100 depuis un an.

Le marché de l’emploi a réservé quelques surprises dans la région ce

printemps. En effet, le secteur manufacturier s’est relevé, après quatre

trimestres négatifs consécutifs, avec un gain de 5 500 emplois.

Les fabricants de produits chimiques, de même que de produits en

caoutchouc et en plastique ont rehaussé les perspectives d’embauche

dans le secteur des biens non durables. Les fabricants de machines et de

produits électroniques et informatiques ont fait de même du côté des

biens durables. L’industrie de la construction a aussi bien fait avec l’ajout

de 9 500 emplois. À l’inverse, l’embauche a ralenti dans le secteur des

services, une diminution de 8 300 emplois par rapport au deuxième

trimestre de 2010. Une contraction du nombre d’emplois s’est notamment

observée dans l’administration publique, dans le secteur commercial et

dans les services d’information, culturels et de loisirs. Ce recul n’a pu être

compensé par les gains enregistrés dans les services professionnels,

scientifiques et techniques, les services administratifs, les services de

santé, les services sociaux, les services d’hébergement et les services

de restauration.

Dans l’ensemble, le besoin de main-d’œuvre reste élevé dans la RMR

de Québec en 2011. Lors d’un sondage réalisé en janvier par Québec

International, la Chambre de commerce et d’industrie de Québec et

Léger Marketing, les chefs de 263 entreprises de la région avaient

répondu, dans une proportion de 73 %, qu’ils prévoyaient embaucher

cette année. De plus, Québec International appuiera cet automne

plusieurs entreprises régionales dans leur recherche de main-d’œuvre

dans le nord-est américain, en France et au Brésil.

6


3

Investissements

Selon une compilation effectuée par Québec International, plus de

140 projets d’investissement sont en cours de réalisation dans la région

de Québec. L’ensemble de ces chantiers résidentiels, institutionnels,

industriels et commerciaux devrait générer des dépenses de 8,1 G$ et

contribuera à créer ou maintenir près de 9 000 emplois.

Le secteur privé compte 77 projets en cours d’une valeur de 4,1 G$. De

ce nombre, 16 proviennent d’entreprises étrangères (1,7 G$) qui sont

principalement actives dans les milieux de la R-D, du vaccin, de la fibre

optique, du pétrole et du commerce de détail.

L’activité résidentielle regroupe 44 % des projets privés à Québec,

soit 34, d’une valeur de 1,8 G$. Bien que ce secteur d’activité diminue en

intensité cette année par rapport au sommet de 2010 (6 652 unités),

plusieurs facteurs contribuent à maintenir l’intérêt des acheteurs

potentiels. En effet, la rareté d’unités locatives persiste alors que le taux

d’inoccupation était de 1 % en avril, l’un des plus faibles au Canada.

De plus, les opportunités d’embauche continuent de s’additionner et les

conditions d’emprunt demeurent favorables. Ces facteurs permettent

ainsi de rester confiant devant la baisse annuelle de 13,3 % des mises en

chantier au deuxième trimestre de 2011.

Des dépenses

en immobilisation

de

plus de 8,1 G$

en cours dans

la région

Le marché institutionnel poursuit également son expansion à Québec.

Une dizaine de projets évalués à plus de 440 M$ sont en cours et permettront

d’ajouter plus d’un million de pieds carrés d’espaces à bureaux.

La demande reste supérieure à l’offre d’espaces disponibles comme le

fait ressortir le faible taux d’inoccupation de 4,6 % observé au deuxième

trimestre, tout particulièrement pour les édifices de classe B.

Pour leur part, les secteurs commercial, industriel, de l’hébergement et

de la restauration comptent 17 projets d’une valeur de 182 M$. La vitalité

économique régionale, l’importance d’investir en R-D et l’amélioration

soutenue des attraits touristiques stimulent l’investissement dans ces

secteurs.

De son côté, le secteur public regroupe 60 projets d’une valeur de 4 G$.

La réfection du réseau routier et l’amélioration du réseau d’aqueduc sont

encore à l’agenda. Des travaux de modernisation et d’agrandissement

d’hôpitaux et d’établissements scolaires se poursuivent ou sont en cours

de démarrage. De plus, les différents paliers de gouvernement accentuent

leur implication dans l’ajout d’infrastructures sportives, culturelles

et scientifiques.

7


%

5,5

5,0

4,5

4,0

3,5

3,0

Marché des immeubles de bureaux

(taux d’inoccupation et loyer moyen brut)

T2-2010 T3-2010 T4-2010 T1-2011

$/pi 2

19,40

19,20

19,00

18,80

18,60

18,40

18,20

18,00

17,80

17,60

17,40

Taux d’inoccupation (gauche)

Loyer moyen brut (droite)

Sources: Groupe Altus et Québec International

Mises en chantier par secteur d'activité

Nombre

800

700

600

500

(19,1 %)

+15,3 %

(27,3 %)

+74,5 %

+28,7 %

(32,6 %)

(3,5 %)

400

300

200

+38,5 %

(9,3 %)

+17,2 %

(34,2 %)

(42,7 %)

100

+10,7 %

(3,8 %) (10,8 %)

0

Maisons

individuelles

Maisons

jumelées

Maisons

en rangée

Copropriétés

Logements

locatifs

T2-2009 T2-2010 T2-2011

Sources : Société canadienne d'hypothèques et de logement et Québec International

8


Activité

4touristique

Selon l’Office du tourisme de Québec, l’indice composite de l’activité

touristique était de 96,8 au premier trimestre de 2011, contre 103,1 à la

même période en 2010. Toutes les composantes étaient à la baisse.

Les plus importantes diminutions provenaient de l’indice de fréquentation

des boutiques (-22 %) et des sites/attraits (-18,4 %). Soulignons

aussi que le taux d’occupation hôtelier s’est fixé à 49 % au premier

trimestre, comparativement à 49,4 % à la même période l’an dernier.

De son côté, l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec est

demeuré très achalandé au premier trimestre de 2011. Le nombre de

passagers s’est accru de 18,5 % par rapport à l’an dernier, pour

atteindre 411 779 personnes (embarquées/débarquées). La hausse de

l’achalandage provenait des vols intérieurs (+6,3 %), transfrontaliers

(+14 %) et internationaux (+32,3 %). Selon les résultats préliminaires

d’avril et de mai, l’aéroport poursuivait sur sa lancée. Elle affichait

une hausse du nombre de passagers de 6,9 % par rapport aux mêmes

mois de 2010. Le maintien de cette bonne performance pourrait

éventuellement contribuer à donner de l’énergie à l’ensemble du secteur

touristique régional.

Le nombre

de passagers

s’est accru

de 18,5 %

à l’aéroport

de Québec

Indicateurs touristiques de la région de Québec

Indice de fréquentation

sites/attraits

Indice de fréquentation

des restaurants

Indice d’occupation

hôtelière

Indice de fréquentation

des boutiques

Indice de composite

de l’activité touristique

0 25 50 75 100 125

T1-2011

T1-2010

Sources : Office du tourisme de Québec et Québec International

9


Projets d’investissement privés non résidentiels en cours dans la RMR de Québec

Nom de l’entreprise Investissement (M$) Secteur d’activité Description du projet

Ultramar 850,0 Pétrole Modernisation de son usine

de raffinage de produits pétroliers

Endoceutics & Bayer 300,0 Pharmaceutique Investissement en R-D sur la mise

au point d’un médicament pour

les femmes ménopausées

Bell 225,0 Télécommunication Développement d’un réseau

de fibres optiques

Glaxo Smith Kline 90,0 Fabrication de vaccins Agrandissement de l’usine

GM Developpement 88,0 Immobilier Construction d’un immeuble

de bureaux

La Capitale Assurance 80,0 Assurances Expansion du siège social

Immostar - Place de

l’Escarpement

59,0 Immobilier Construction d’un immeuble

de bureaux

Corporation Corbec 25,0 Produits métalliques Construction d’une usine

Trimco Gestion & courtage

immobilier

22,0 Immobilier Construction d’un immeuble

de bureaux

Kevlar Group 22,0 Immobilier Développement commercial

Sanimax 15,0 Biomasse Construction d’une chaudière

à biomasse

Novik 12,9 Matériaux composites Expansion

Best Buy 11,0 Commercial Implantation d’un magasin

Biscuits Leclerc 7,0 Transformation

d’aliments

Construction d’un Centre

de l’Innovation, R ET D

EXFO 2,0 Optique-photonique Rénovation du siège social

Vigneault Chocolatier 1,3 Transformation

d’aliments

Sources : Indicateur des projets au Québec et Québec International

Développement de marché et

nouveaux produits, équipements

10


Principaux indicateurs économiques :

RMR de Québec

Données désaisonnalisées

PIB réel (M$ de 2002)

Variation trimestrielle (en %)

Revenu personnel disponible par habitant ($)

Variation trimestrielle (en %)

Ventes au détail (M$)

Variation trimestrielle (en %)

26 043

2,1

29 527

0,4

12 247

3,4

2010 2011

T1 T2 T3 T4 T1 T2

26 151

0,4

30 478

3,2

12 000

(2,0)

26 185

0,1

30 037

(1,4)

26 342

0,6

30 106

0,2

Indice des prix à la consomation (2002 = 100) 114,2 114,8 114,6 115,5 nd nd

Données non désaisonnalisées

Marché du travail

Population active 408 700 433 800 440 900 441 000 431 300 438 400

Nombre d’emplois total 387 900 409 900 421 700 421 200 400 800 413 100

Manufacturiers

Transformation des aliments

Produits chimiques

Produits en caoutchouc et plastique

Produits métalliques

Matériel de transport et machines

Produits informatiques, électroniques et électroniques

32 700

6 200

2 100

nd

4 700

2 400

1 600

27 300

6 500

3 000

nd

4 800

1 500

nd

12 145

1,2

25 400

6 300

1 800

nd

2 200

nd

2 500

12 528

3,2

31 200

7 900

nd

nd

1 600

3 100

3 200

nd

nd

nd

nd

nd

nd

30 800

4 900

3 200

2 300

2 700

3 200

2 200

nd

nd

nd

nd

nd

nd

32 800

4 200

3 200

4 600

3 300

4 900

2 100

Construction 16 000 16 800 21 400 23 600 23 300 26 300

Services

Services financiers, d’assurances et d’immobilier

Services professionnels, scientifiques et techniques

Commerce

Transport et entreposage

Hébergement et restauration

Administration publique

Chômeurs

Taux de chômage (en %)

Taux d’activité (en %)

Taux d’emploi (en %)

Immobilier

Mises en chantier

Maison individuelle

Maison jumelée et maison en rangée

Copropriété

Logement locatif

336 400

33 600

28 900

61 600

13 200

29 900

42 700

20 800

5,1

65,3

62,0

1 125

326

239

206

293

359 000

32 200

35 000

64 700

14 700

27 700

51 100

23 900

5,5

69,1

65,3

367 700

34 200

36 500

66 100

12 300

28 600

53 000

19 300

4,4

70,0

67,0

360 500

35 000

35 100

63 400

10 600

29 400

51 000

19 900

4,5

69,8

66,7

345 400

31 600

37 800

59 000

12 800

28 100

46 700

30 500

7,0

68,6

64,5

350 700

31 900

38 500

57 200

13 400

34 500

46 400

25 300

5,8

69,0

65,0

Marché de la revente 2 181 1 977 1 417 1 541 2 004 nd

2 050

708

385

512

445

Taux d’inoccupation résidentiel (en %) 0,6 1,0 1,0

Indice d’abordabilité Desjardins 166,9 168,3 165,5 166,3 167,1 nd

Taux d’inoccupation des édifices à bureaux (en %) 4,6 5,3 5,4 4,6 4,2 4,6

Valeur des permis de bâtir (000$)

Commercial (000$)

Industriel (000$)

Institutionnel (000$)

Résidentiel (000$)

Faillites

487 626

94 661

10 477

17 246

365 242

493 025

81 872

41 823

48 025

321 305

1 688

422

217

504

545

370 556

56 871

28 561

16 735

268 389

1 789

312

213

697

567

383 243

77 331

17 418

36 251

252 243

1 110

215

206

523

166

373 592

82 019

4 082

13 301

274 190

Faillites personnelles 478 485 456 537 463 nd

Faillites d’affaires 37 29 27 31 37 nd

Tourisme

Nombre de passagers totaux à l’Aéroport de Québec 347 574 275 270 287 697 279 548 411 779 nd

nd : non disponible

Sources : Conference Board du Canada, Société canadienne d’hypothèques et de logement, Institut de la statistique du Québec,

Fédération des Chambres immobilières du Québec, Surintendant des faillites, Groupe Altus, Office du tourisme de Québec, Statistique Canada,

Aéroport de Québec, Mouvement Desjardins et Québec International

1 777

515

348

659

255

nd

nd

nd

nd

nd

11


Principaux indicateurs économiques :

Capitale-Nationale

Données annuelles 2005 2006 2007 2008 2009 2010

PIB au prix de base (M$)

Variation trimestrielle (en %)

Revenu personnel disponible par habitant ($)

Variation trimestrielle (en %)

Revenu d’emploi par habitant ($)

Variation trimestrielle (en %)

Population

Variation trimestrielle (en %)

23 787

nd

23 308

nd

23 106

nd

664 649

0,3

25 029

5,2

24 261

4,1

23 881

3,4

668 734

0,6

26 649

6,5

25 257

4,1

24 842

4,0

673 360

0,7

27 604

3,6

26 371

4,4

25 855

4,1

679 839

1,0

27 821

0,8

27 429

4,0

26 500

2,5

686 408

1,0

nd

nd

nd

nd

nd

nd

693 859

1,1

2010 2011

Données trimestrielles T1 T2 T3 T4 T1 T2

Marché du travail

Population active 368 700 387 400 394 700 393 700 386 400 398 900

Nombre d’emplois total 347 900 366 800 378 500 373 300 355 300 373 800

Manufacturiers

Transformation des aliments

Produits chimiques

Produits en caoutchouc et plastique

Produits métalliques

Matériel de transport et machines

Produits informatiques, électroniques et électroniques

27 700

3 500

2 400

nd

4 200

nd

nd

23 600

3 500

3 000

nd

4 300

nd

nd

20 600

2 800

1 900

nd

2 200

nd

2 600

22 300

4 800

nd

nd

nd

2 100

3 200

23 700

3 200

2 800

nd

2 300

2 100

2 200

29 300

3 800

2 900

3 100

3 800

2 300

2 100

Construction 11 300 13 500 17 600 20 100 20 400 23 800

Services

Services financiers, d’assurances et d’immobilier

Services professionnels, scientifiques et techniques

Commerce

Transport et entreposage

Hébergement et restauration

Administration publique

Chômeurs

Taux de chômage (en %)

Taux d’activité (en %)

Taux d’emploi (en %)

Immobilier

Valeur des permis de bâtir (000$)

Commercial (000$)

Industriel (000$)

Institutionnel (000$)

Résidentiel (000$)

Faillites

303 800

27 300

29 300

56 000

10 400

26 400

36 800

20 800

5,6

63,7

60,1

355 200

72 205

10 649

17 721

254 625

318 800

25 500

31 100

59 200

11 600

25 500

41 000

20 600

5,3

66,8

63,2

505 368

93 493

44 188

45 657

322 030

331 100

27 700

31 900

60 800

11 300

27 300

44 700

16 300

4,1

67,8

65,0

343 104

49 341

28 541

26 995

238 227

325 000

26 700

31 100

55 500

11 300

28 500

44 500

20 400

5,2

67,4

63,9

396 034

78 619

30 087

34 606

252 723

308 100

25 500

32 700

50 900

13 400

26 800

42 200

31 000

8,0

66,0

60,7

295 717

56 003

4 169

12 100

223 445

315 800

25 800

32 500

52 600

13 900

2 900

41 700

Faillites personnelles 469 492 443 552 448 nd

Faillites d’affaires 31 26 27 29 31 nd

Tourisme

Indice composite de l’activité touristique 103,1 98,2 99,4 98,4 96,8 nd

Indice d’occupation hôtelière 102,7 99,3 104,4 100,2 98,9 nd

Indice de fréquentation sites/attraits 103,9 89,5 85,0 92,3 85,5 nd

Indice de fréquentation des boutiques 121,2 99,1 98,7 99,7 99,2 nd

Indice de fréquentation des restaurants 98,2 99,2 97,6 97,7 97,0 nd

Taux d’occupation hôtelier (en %) 49,4 55,1 71,6 48,1 49,0 nd

Nombre de passagers totaux à l’Aéroport de Québec 347 574 275 270 287 697 279 548 411 779 nd

nd : non disponible

Sources : Institut de la statistique du Québec, Surintendant des faillites, Office du tourisme de Québec, Statistique Canada, Aéroport de

Québec et Québec International

25 100

6,3

67,9

63,6

nd

nd

nd

nd

nd

12


LEXIQUE

Région métropolitaine

de recensement (RMr)

Territoire formé d’une ou de

plusieurs municipalités voisines

les unes des autres qui sont

situées autour d’un grand

centre urbain d’au moins

100 000 habitants.

Chômeur

Personne sans emploi disponible

pour travailler et qui cherche

activement un emploi.

Emploi

Ensemble des personnes résidant

dans un territoire donné et ayant

effectué un travail quelconque

contre rémunération ou en vue

d’obtenir un bénéfice ainsi que les

personnes absentes de leur travail

mais qui maintiennent un lien

d’emploi.

Population active

Population civile de 15 ans et plus,

hors institution et hors réserve,

qui sont en emploi ou en

chômage.

Taux d’activité

Population active exprimée en

pourcentage de la population

de 15 ans et plus.

Taux de chômage

Nombre de chômeurs exprimé

en pourcentage de la population

active.

Indice des prix

à la consommation (IPC)

Indicateur mesurant la variation

des prix d’un panier de biens

et services payés par les

consommateurs.

Produit intérieur brut

Valeur sans double compte des

biens et services produits dans

le territoire économique d’une

région au cours d’une période

donnée, sans égard au caractère

étranger ou non de la propriété

des facteurs de production.

Le PIB aux prix de base correspond

au PIB calculé aux prix du

marché, moins les prélèvements

fiscaux applicables aux produits,

plus les subventions à la consommation.

Revenu personnel

disponible

Revenu personnel moins les

impôts directs des particuliers,

des cotisations d’assurance

sociale et autres transferts

courants aux administrations

publiques.

Taux d’emploi

Nombre de personnes actives

exprimé en pourcentage de la

population de 15 ans et plus.

Faillite

État d’être en faillite ou fait

de devenir failli.

13


Investissements

Les investissements sont les

dépenses en immobilisation

relatives aux constructions

nouvelles, aux améliorations

importantes apportées à des

constructions déjà existantes,

ainsi qu’à l’achat de machines

et d’équipement neufs.

Ces dépenses comprennent

également celles des particuliers

au titre de la construction

résidentielle, mais excluent

l’achat de terrains, de constructions

déjà existantes, de machines

ou d’équipement d’occasion (à

moins qu’ils n’aient été importés).

Valeur des permis de bâtir

La valeur des permis de bâtir

correspond à la valeur des

intentions de construction en

bâtiment dans le secteur non

résidentiel et le nombre de

logements autorisés et la valeur

des projets de construction

dans le secteur résidentiel.

Taux d’inoccupation

L’indicateur taux d’inoccupation

des logements locatifs mesure

le pourcentage de tous les

appartements et maisons en

rangée inoccupés et à louer.

Indice touristique

L’indice de base 100 est égal

au rapport entre la somme

des résultats d’un échantillon

au cours d’un mois et la somme

des résultats du même

échantillon pour le même

mois de l’année de base.

Taux d’occupation Hôtelier

Le taux d’occupation est

le rapport entre le nombre

de chambres (emplacements)

occupés et le nombre de

chambres (emplacements)

offerts par les hôtels ouverts

sur un territoire donné.

Indice d’abordabilité

Desjardins

Indice permettant d’évaluer si

le niveau des prix des maisons

est soutenable en comparant

les coûts de possessions d’une

résidence par rapport aux

revenus des ménages. La valeur

de l’indice est obtenue en

établissant le ratio entre le revenu

disponible moyen des ménages

et le revenu nécessaire pour

qu’une institution financière

accepte de financer l’achat.

14


www.quebecinternational.ca

Québec International compte sur l’appui financier du gouvernement du Québec, de Développement économique Canada,

de la Ville de Québec et d’un vaste réseau de partenaires publics et privés pour réaliser ses différents mandats.

More magazines by this user
Similar magazines