01.11.2014 Views

Les réseaux sociaux et le fonctionnement conjugal (ACFAS

Les réseaux sociaux et le fonctionnement conjugal (ACFAS

Les réseaux sociaux et le fonctionnement conjugal (ACFAS

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

Facebook

Fonctionnement conjugal

Anik Ferron

Yvan Lussier

Colloque : Les médias sociaux et la perspective consommateur : un point de vue

multidisciplinaire; Montréal, 9 Mai 2012


Objectifs

Identifier les conflits sur Facebook.

Déterminer l’impact de Facebook sur le fonctionnement conjugal

et la satisfaction sexuelle.

Identifier le type d’attachement et les facteurs de personnalité des

couples qui naviguent sur Facebook.


Introduction

Plus de 600 millions de personnes naviguent sur Facebook

(Facebook, 2011).

La compagnie a gagné au-dessus de 2 milliards en 2010

(Womack, 2010).

Depuis l'arrivée des différents réseaux sociaux comme Facebook,

on observe non seulement de nouvelles façons de faire des

rencontres amoureuses, mais aussi de nouvelles sources de

tensions conjugales.


La principale motivation de Facebook est de garder contact avec

ses amis et pour s’en faire de nouveau (Ellison, Steinfield, &

Lampe, 2008).

Kalpidou (2011) suggère que les caractéristiques de la

personnalité sont reliées au nombre d’amis sur Facebook.

Plusieurs croient que Facebook n’exerce aucune influence sur les

relations conjugales. (Subrahmanyam et al., 2008).


Il existe une association entre le temps passé sur Facebook et

le sentiment de jalousie ressenti chez l'un des partenaires

(Muise, Christofides, & Desmarais, 2009).

La différentiation de soi et un attachement anxieux sont des

déterminants de la jalousie sur Facebook (Errington, 2011).

Un profil Facebook qui ne correspond pas à la véritable

identité de la personne peut créer des conflits dans la relation

de couple.


Selon Broemer et Diehl (2003), dans les relations amoureuses,

certaines personnes ont tendance à se comparer à d’autres afin

de déterminer si elles constituent une menace pour leur

relation.

Une difficulté à s’adapter psychologiquement entraine une plus

grande probabilité à se sentir menacé dans sa relation

d’intimité (Jenkins, Buboltz, Schwartz, & Johnson, 2005).


Une relation en ligne permet de présenter les aspects de soi

désirés tout en restant anonyme. Maheu et Subtonik (2001)

spécifient que le « flirt » en ligne, comparativement à la relation

« face à face » mène aussi à une satisfaction érotique.

D’ailleurs, 20% des usagers d’Internet ont déjà eu des activités

sexuelles en ligne (Cooper et al., 2001).


Méthode

PARTICIPANTS

284 Hommes et 537 Femmes

Âge : M = 30,04 ans ET = 10,78

Scolarité : secondaire complété (36,3 %) 1 er cycle universitaire

complété (26,7 %).

Revenu annuel : Entre 15 000$ et 25 000$ (51,2 %) 55 000$ et

plus (18,1 %).

753 participants sur 821 ont répondu qu’ils utilisaient Facebook.

31,6 % ont plus de 300 amis sur Facebook.

50,1 % vont plus de 4 fois par jour sur Facebook.

42,6 % passent plus de 1 heure par jour sur Facebook.


INSTRUMENTS

Échelle d’ajustement conjugal : 4 items (α = 0,83) (Dyadic

Adjustment Scale, DAS, Spanier ; 1976; élaborée par Sabourin,

Valois, & Lussier, 2005).

Échelle d’attachement : 10 items (α = 0,84) adaptés

Brassard, Lafontaine, Lussier et Valois (2011).

Échelle de satisfaction sexuelle : 4 items (α = 0,93) (Nowinsky

& Lopiccolo, 1979).

Échelle de personnalité : 15 items (α = 0,79) (Ickes, 2003).

Dévoilement de soi: 3 items. Cette mesure s’inspire de l’échelle

de mesure de Real me scale de McKenna et al. (2002). Ces items

présentent un alpha de Cronbach de 0,71.

par


Tableau 1. Quelles sont les principales motivations

de l’utilisation de Facebook :

Motivations Pourcentage Effectif

Regarder les photos

de ses amis

Échanger avec des

collègues

Faire de nouvelles

rencontres

Rencontrer des

partenaires sexuels

54,4 %

36,8 %

12,1 %

2,7 %

447

302

99

22


Tableau 2. Lorsque mon conjoint(e) navigue sur

Facebook , cela entraine:

Conflits Pourcentage Effectif

Des disputes

La jalousie

La surveillance

27,6 %

47,1 %

41,6 %

182

310

274


Tableau 3. Infidélité Virtuelle

Types Pourcentage Effectif

Infidélité

(émotionnelle)

Infidélité

(sexuelle)

33,9 % 253

17,3 % 129


Les liens

Anxiété

directs

Névrosisme

Extraversion

Facebook

par jour

Consciencieux

Plainte du

conjoint


Nombre d’amis

r = 0,13

r = 0,23

DAS

Conflit

Facebook

r = - 0,14


Régression multiple hiérarchique

prédisant l’ajustement conjugal

Attachement /personnalité ΔR2 Bêta

0,32***

Évitement -,542***

Anxiété -0,065

Extraversion -0,08*

Amabilité ,044

Consciencieux -0,08

Névrosisme -0,09***

Ouverture -0,03

Facebook 0,04***

Amis Facebook 0,10***

Conflit Facebook -0,10*

Plainte du conjoint -0,07

* p < 0,05. ** p< 0,01. * ** p< 0,001.


Régression multiple hiérarchique

prédisant l’insatisfaction sexuelle

Attachement /personnalité ΔR2 Bêta

0,17***

Évitement ,368***

Anxiété 0,01

Extraversion 0,03

Amabilité ,002

Consciencieux 0,08

Névrosisme 0,09**

Ouverture 0,01

Facebook/Dévoilement 0,04***

Amis Facebook -0,13***

Conflit Facebook -0,02

Absence de dévoilement -0,11***

* p < 0,05. ** p< 0,01. * ** p< 0,001.


Discussion

Une grande proportion des participants aiment regarder les

photos de leurs amis (54,4%), ce qui peut augmenter le

sentiment de rivalité.

En cohérence avec les recherches de Muise (2009), la

jalousie est ressentie à 47 % lorsque le conjoint navigue sur

Facebook et cela entraine la surveillance du compte à 41 %.

Les résultats de corrélations appuient les liens théoriques

entre le nombre de fois par jour que la personne navigue

sur Facebook et les plaintes du conjoint (Muise, 2009).


Le nombre d’amis sur Facebook, les plaintes reliées à Facebook

et les conflits vécus sur Facebook contribuent significativement à

expliquer les fluctuations observées au niveau de l’ajustement

conjugal et de la satisfaction sexuelle.

Quant à l’infidélité virtuelle, les participants de l’étude qui

naviguent sur Facebook ont dit avoir été infidèles (17,3 %)

33,9 % . Ces résultats concordent avec les résultats de (Cooper et

al., 2001).


Internet présente une menace sérieuse pour les relations

monogames, car il facilite non seulement des activités

sexuelles agréables, mais aussi le développement de relations

romantiques, ce qui peut être encore plus menaçant pour les

couples.

Sur le plan clinique, les thérapeutes de différentes orientations

théoriques, comme les thérapeutes conjugaux et les sexologues,

sont appelés à travailler ensemble et à faire de la recherche

pour soutenir un modèle théorique qui intègrera cette réalité.

Notre société fait face à un défi de taille, celui de s’intégrer

dans le cyberespace sans trop créer une onde de choc.


Lien pour participer à l’étude:

https://www.surveymonkey.com/s/doctorat


Cette présentation, Facebook et le fonctionnement

conjugal, est disponible sur le site Internet du

laboratoire de couple de l’Université du Québec à

Trois-Rivières.

www.uqtr.ca/lab_couple


Références

Broemer, P. & Diehl, M. (2003). Romantic jealousy as a social comparison outcome: When similarity stings. Journal of Experimental

Psychology 40, 393-400.

Cooper, A., & McLoughlin, I. P. (2001). What clinicians need to know about internet sexuality. Sexual & Relationship Therapy, 16, 321-327.

Ellison, N.B., Steinfield, C., & Lampe, C. (2007). The benefits of Facebook “friends:” Social capital and college students’ use of online social

network sites. Journal of Computer-Mediated Communication, 12(4), article 1.

Errington, A. (2011) How do couples' attachment style and level of differentiation affect jealousy as related to facebook usage? Dissertation

Abstracts International, 1502029.

Facebook. (2011, June). Facebook statistics. Repéré à http://www.facebook.com

Jenkins, S.M., Buboltz Jr., W.C., Schwartz, J.P., & Johnson, P. (2005). Differentiation of self and psychosocial development. Contemporary

Family Therapy 27(2), 251- 261.

Maheu, M., & Subotnik, R. (2001). Infidelity on the Internet. Naperville, IL: Sourcebooks Inc.

Muise, A., Christofides, E., & Desmarais, S. (2009). More information than you ever wanted: Does Facebook bring out the green-eyed monster

of jealousy? CyberPsychology & Behavior 12(9), 441-444.

Subrahmanyam, K., Reich, S.M., Waechter, N., & Espinoza, G. (2008). Online and offline social networks: Use of social networking sites by

emerging adults. Journal of Applied Developmental Psychology, 29, 420-433.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!