Agir pour les habitants des quartiers en difficulté - PMB

projaide.cg94.fr

Agir pour les habitants des quartiers en difficulté - PMB

Agir pour

les habitants

des quartiers

en difficulté

LA POLITIQUE DE LA VILLE

MODE D’EMPLOI

TÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONS

TÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONS

TÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONS

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYEN

NETÉÉDUCATION

ÉDUCATION

ÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

SANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

SANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

SANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

SANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

NSANTÉHABITATEMPLOI

NSANTÉHABITATEMPLOI

NSANTÉHABITATEMPLOI

NSANTÉHABITATEMPLOI

NSANTÉHABITATEMPLOI

NSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITA

ÉDUCATIONSANTÉHABITA

ÉDUCATIONSANTÉHABITA

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITAT

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITAT

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITAT

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITAT

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITAT

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITAT

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOY

ENNETÉÉDUCATION

ENNETÉÉDUCATION

ENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCA

HABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCA

HABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCA

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHA

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHA

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHA

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHA

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHA

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHA

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHA

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHA

BITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICIT

BITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICIT

BITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICIT

BITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICIT

BITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICIT

BITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICIT

BITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICIT

OYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDU

OYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDU

OYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDU

OYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDU

OYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDU

CATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

CATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

CATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

CATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

CATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

CATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

CATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉ

HABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLO

HABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLO

HABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLO

HABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLO

HABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLO

HABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLO

HABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLO

ICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉ

ICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉ

ICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉ

ICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉ

ICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉ

DUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSAN

DUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSAN

DUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSAN

DUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSAN

DUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSAN

DUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSAN

DUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSAN

TÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMP

TÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMP

TÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMP

TÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMP

TÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMP

TÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMP

TÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMP

LOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNET

LOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNET

LOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNET

LOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNET

LOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNET

ÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSA

ÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSA

ÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSA

ÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSA

ÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSA

ÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSA

ÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSA

NTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEM

NTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEM

NTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEM

NTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEM

NTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEM

NTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEM

NTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEM

PLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNE

PLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNE

PLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNE

PLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNE

PLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNE

PLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNE

PLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNE

TÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONS

TÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONS

TÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONS

TÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONS

TÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONS

TÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONS

TÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONS

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

ANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATE

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYEN

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYEN

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYEN

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYEN

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYEN

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYEN

MPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYEN

NETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

NETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

NETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

NETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

NETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

NETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

NETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIO

NSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITA

NSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITA

NSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITA

NSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITA

NSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITA

NSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITA

NSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITA

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOY

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOY

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOY

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOY

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOY

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOY

TEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOY

ENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCA

ENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCA

ENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCA

ENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCA

ENNETÉÉDUCATIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCA

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANT

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANT

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANT

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANT

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANT

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANT

TIONSANTÉHABITATEMPLOICITOYENNETÉÉDUCATIONSANT

É


Délégation interministérielle à la Ville - 2007

REPÈRES

Dates clés

En chiffres

Depuis 2003, l’Observatoire national des zones urbaines sensibles

(Onzus) mesure les écarts de développement entre les quartiers

et leurs agglomérations.

Indicateurs ZUS Moyenne nationale

Taux de chômage des 15-59 ans 22% 10%*

(en 2005)

Taux de chômage des 15-24 ans 42% 23%*

(en 2005)

Revenu fiscal annuel moyen 10540 € 17184 €

par unité de consommation (en 2002)

Enfants de 5 ans présentant 17% 12%

des problèmes de surpoids

ou d’obésité (en 2002-2003)

Taux de réussite au brevet 68% 81%

(juin 2005)

(France hors ZUS)

Élèves en retard de 2 ans 6% 3%

ou plus en 6 e

(France hors ZUS)

* Autres quartiers de l’agglomération.

1977 /// premières opérations

«habitat et vie sociale»

1981 /// création de la

Commission nationale pour

le développement social

des quartiers

1983 /// création du Conseil

national de prévention de la

délinquance

1988 /// création du Comité

interministériel des villes,

du Conseil national des villes

et de la DIV

1990 /// création du ministère

en charge de la Ville

1992 /// lancement des

Grands projets urbains

1994 /// mise en place

du Fonds interministériel

d’intervention pour la Ville

1996 /// création des zones

franches urbaines (ZFU) et des

zones urbaines sensibles (ZUS)

1997 /// lancement des

contrats locaux de sécurité

1998 /// lancement des

contrats de ville 2000-2006

1999 /// lancement des

Grands projets de ville

2003 /// création de l’Agence

nationale pour la rénovation

urbaine et de l’Observatoire

national des ZUS

2007 /// lancement de l’Agence

nationale pour la cohésion

sociale et l’égalité des chances

et des nouveaux contrats urbains

de cohésion sociale (Cucs)

millions

4,7 d’habitants

VIVENT DANS LES

751 ZUS de métropole

et des DOM, soit environ

8% de la population

française.*

de ces

25% résidents

SONT ÉTRANGERS

ou français par acquisition

(soit plus de deux fois

et demie la moyenne

nationale).*

de ces

32% résidents

ONT MOINS DE 20ANS,

contre 25% dans

l’ensemble de la France

métropolitaine.*

* Chiffres du recensement de 1999.


Agir pour les habitants des quartiers en difficulté 3

Agir pour la cohésion

sociale des villes

En mobilisant acteurs nationaux et locaux, la politique

de la ville vise à réduire les inégalités territoriales au sein

des agglomérations.

De nombreux quartiers d’habitat social de nos villes

sont aujourd’hui au cœur de la «crise des banlieues».

Ces quartiers mal insérés, ces «cités hors des villes»

regroupent plus de 5 millions d’habitants.

C’est pour aider ces quartiers à trouver toute leur place dans le

développement des agglomérations que fut progressivement

mise en place une politique spécifique : la «politique de la ville».

Son enjeu : œuvrer pour un équilibre au sein des villes qui profite

à tous les habitants.

Une politique partenariale

Pour répondre au cumul de difficultés qui touchent ces territoires,

cette politique recouvre une grande diversité d’interventions

qui complètent les autres politiques publiques (éducation, logement,

action sociale…). Elle requiert l’appui de tous les acteurs concernés

pour agir sur tous les leviers à la fois : développement social et culturel,

revitalisation économique, développement de l’emploi, rénovation urbaine

et amélioration du cadre de vie, sécurité, citoyenneté et prévention

de la délinquance, santé…

C’est une politique interministérielle. Ses principales orientations

se décident, depuis 1988, au sein du Comité interministériel des villes

(CIV). Présidée par le Premier ministre, cette instance gouvernementale

arrête les programmes et en répartit les moyens.

La politique de la ville est mise en œuvre par les collectivités

territoriales. Elle repose aussi plus largement sur la mobilisation

des organismes publics, bailleurs sociaux, caisses d’allocations

familiales, associations, monde économique… et sur la participation

des habitants de ces quartiers.

Dans un cadre contractuel… L’État propose

des contrats aux collectivités territoriales. Ces contrats sont

passés entre les préfets et les maires ou les présidents d’EPCI

(établissement public de coopération intercommunale) et sont ciblés

PAUPÉRISATION

PROGRESSIVE

Les grands ensembles ont été

construits entre les années 1950

et 1975, dans l’élan positif de

l’après-guerre. Objectif: répondre

à la crise du logement et accueillir

dans de bonnes conditions les

travailleurs des Trente Glorieuses.

La dégradation du cadre bâti,

des constructions trop rapides

qui ont montré leurs faiblesses ou

encore le manque d’équipements

publics et de dessertes vers

les centres urbains ont contribué

au départ des habitants les plus

aisés vers les centres-villes

ou les zones pavillonnaires,

répondant mieux à leurs attentes.

Dès les années 1970, peuplés

de familles moins favorisées,

souvent issues de l’immigration,

soumises au chômage et à la crise

économique, ces quartiers

sont entrés peu à peu dans

une spirale de paupérisation.


Délégation interministérielle à la Ville - 2007

PROGRAMMES

Quelques

innovations

qui font

leurs preuves

La dotation

de solidarité urbaine

Pour donner les moyens d’agir

aux communes les plus pauvres,

une dotation leur est attribuée.

Cette dotation de solidarité

urbaine voit son montant

doubler entre 2005 et 2009

(soit plus de 600 millions

d’euros supplémentaires).

Les adultes-relais

En confiant des missions

de médiation sociale et culturelle

à des habitants des quartiers

sans emploi, ce dispositif

permet d’améliorer les rapports

sociaux entre les habitants

et de faciliter leurs relations

avec les services publics.

Budget 2007 : 91 millions

d’euros.

Ville-vie-vacances

(VVV)

Ce dispositif s’adresse d’abord

aux jeunes de 11-18 ans

des quartiers sensibles qui

ne partent pas en vacances.

Il permet à 800 000 d’entre

eux de pratiquer des activités

sportives et ludiques chaque

année. Il est porté par près

de 2200associations. Budget

2007 : 10 millions d’euros.

Le programme national

de rénovation urbaine

(PNRU)

Lancé en 2003, il prévoit de

rénover en profondeur 530 quartiers

d’ici à 2013. Environ

5 millions d’habitants sont

concernés par ces opérations

de démolition-reconstructionrénovation

de logements

et d’équipements publics.

Les zones franches

urbaines (ZFU)

100 ZFU ont été créées pour

attirer les entreprises, développer

l’activité économique et l’emploi

dans les quartiers sensibles.

Dans ces zones, les entreprises

bénéficient d’un dispositif

complet d’exonérations fiscales

et de cotisations sociales.

En contrepartie, elles doivent

réserver un tiers de leurs

nouvelles embauches

aux habitants des ZUS.

Les ateliers santé ville

Ces ateliers mettent en réseau

tous les professionnels de

la santé (services municipaux

de santé, centres de santé,

Protection maternelle et infantile,

etc.). Objectif : développer

des projets de santé au plus

près des besoins des publics

en situation de précarité,

qui connaissent des problèmes

spécifiques (addictions,

souffrance psychique, obésité,

manque d’accès aux soins…).

Budget 2007 : 11 millions

d’euros.

La réussite éducative

Lancé en 2005, ce programme

prévoit la création de

750 équipes pluridisciplinaires

(enseignants, éducateurs,

psychologues, pédopsychiatres,

travailleurs sociaux…)

pour prendre en charge

individuellement et hors

temps scolaire, les enfants et

adolescents les plus en difficulté.

Budget 2007 : 109 millions

d’euros.


Agir pour les habitants des quartiers en difficulté 5

sur des territoires prioritaires qu’ils ont identifiés ensemble. En 2007,

les contrats urbains de cohésion sociale (Cucs) ont remplacé la dernière

génération de contrats de ville.

Ils définissent un projet de développement pour chaque quartier

et programment des actions précises dans cinq champs prioritaires :

habitat et cadre de vie ; emploi et développement économique ;

éducation ; citoyenneté et prévention de la délinquance ; santé.

… sur des territoires prioritaires Pour agir plus

efficacement, en évitant la dispersion des moyens, et pour mieux

évaluer les résultats obtenus, les quartiers concernés sont identifiés

sur la base d’indicateurs économiques et sociaux.

La liste, établie en 1996, des 751 zones urbaines sensibles (ZUS)

sert encore aujourd’hui de référence ; d’autres quartiers prioritaires

y ont été ajoutés par la suite, notamment dans le cadre du programme

national de rénovation urbaine (PNRU) et des nouveaux contrats

urbains de cohésion sociale (Cucs).

Une organisation adaptée

Pour conduire cette politique, une organisation spécifique

a progressivement été mise en place depuis la fin des années 1980.

Celle-ci s’est traduite par la création, en 1990, d’un ministère de la Ville

doté, à partir de 1994, d’un budget propre, et par la mise en place

d’un Conseil national des villes (CNV), instance de concertation et de

proposition, présidée par le Premier ministre ou le ministre en charge

de la Ville. Le ministre en charge de la Ville dispose d’une Délégation

interministérielle à la Ville (DIV) directement placée sous sa tutelle,

qui prépare et exécute les décisions du Comité interministériel des villes.

La Délégation interministérielle à la Ville

Créée en 1988, la DIV est chargée de concevoir, d’animer et d’évaluer

la politique de la ville. Elle définit et suit le budget et les moyens

mis en œuvre. Elle assure aussi une fonction de laboratoire d’idées

et de repérage des initiatives innovantes. Pour mener à bien ses

missions, elle s’appuie sur des équipes pluridisciplinaires composées

de sociologues, d’économistes, d’architectes, de statisticiens…

Pour le compte du ministre en charge de la Ville, elle assure la tutelle

administrative et la mise en synergie de deux agences : l’Agence

nationale pour la rénovation urbaine (Anru), et l’Agence nationale

pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé).

LES CUCS

En 2007, les contrats urbains

de cohésion sociale (Cucs) ont

succédé aux précédents contrats

de ville, afin de rendre ceux-ci

plus simples et plus lisibles.

Signés pour trois ans reconductibles,

conclus entre l’État

et les communes concernées

ou les EPCI, ils fixent un cadre

de mise en œuvre aux projets

de développement social et

urbain des quartiers en difficulté.

Cette nouvelle génération

de contrats met l’accent

sur des programmes d’actions

plus précis et mieux évalués.

L’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru)

Créée il y a trois ans, l’Anru est chargée du programme national

de rénovation urbaine (PNRU), qui prévoit de rénover 530quartiers


Délégation interministérielle à la Ville - 2007

à l’horizon 2013, pour un budget total d’environ 30 milliards d’euros

d’investissement.

L’Anru a été créée dans le but de simplifier les démarches des

collectivités territoriales et des bailleurs sociaux désireux de promouvoir

des projets de rénovation complète de leurs quartiers.

Ce «guichet unique» de financement des projets regroupe les partenaires

nationaux de la rénovation urbaine: l’État; l’Union d’économie sociale

du logement (UESL), gestionnaire du 1% logement ; l’Union sociale

pour l’habitat (USH), «le mouvement HLM» ; la Caisse des Dépôts ;

l’Agence nationale de l’habitat (Anah).

TRENTE ANS

DE POLITIQUE

DE LA VILLE

Depuis la fin des années 1970,

les moyens mobilisés se sont

accrus progressivement et ont

permis de freiner le processus

de marginalisation des territoires

défavorisés. Malgré ces moyens,

ces quartiers restent confrontés

à des difficultés structurelles

profondes qui dépassent

le champ de la politique

de la ville: crise économique,

chômage et départ de leurs

habitants les plus aisés,

remplacés par de nouveaux

arrivants en situation précaire.

Malgré la persistance

des difficultés, la politique

de la ville a initié un nouveau

mode d’action publique

reposant sur l’approche globale,

la transversalité et le partenariat.

Des réponses nouvelles et

efficaces ont pu émerger.

L’Agence nationale pour la cohésion sociale

et l’égalité des chances (Acsé) L’Acsé est l’opérateur

des programmes de développement social (éducation, santé,

prévention de la délinquance, lien social, développement économique,

accès à l’emploi…) conduits en faveur des habitants des quartiers

sensibles. Créée fin 2006, elle intervient aussi plus largement pour

l’intégration des populations immigrées, la lutte contre les discriminations

et l’illettrisme, la mise en place du service civil volontaire.

Elle dispose d’un budget d’intervention annuel d’environ 500 millions

d’euros (dont plus des deux tiers consacrés à la politique de la ville).

Des acteurs locaux La politique de la ville n’existerait

pas sans le réseau d’acteurs locaux qui la mettent en œuvre

collectivement sur le terrain. Les communes, agglomérations,

départements, régions mobilisent leurs propres services et s’appuient

sur un réseau de professionnels du social, de l’économie et de l’urbain :

chefs de projet politique de la ville, coordonnateurs de CLSPD

(conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance), chargés

de mission ZFU, travailleurs sociaux, médiateurs…

D’autres partenaires tels que les caisses d’allocations familiales ou

les bailleurs sociaux sont systématiquement impliqués. Quinze centres

de ressources ont pour mission de qualifier ces professionnels et

de capitaliser leurs expériences.

Le lien avec les habitants est assuré par les nombreuses associations

qui œuvrent au quotidien dans les quartiers.

Les services déconcentrés de l’État sont aussi directement mobilisés :

éducation nationale, police, justice, équipement, logement, emploi,

social, culture, jeunesse et sport, santé.

Au cœur de la coordination: les préfets, les sous-préfets chargés

de mission pour la politique de la ville et, dans six départements,

les préfets délégués à l’égalité des chances. Dans certains quartiers,

les préfets nomment aussi des délégués de l’État.


Agir pour les habitants des quartiers en difficulté 7

EXPERTISES

Les

principales

missions

de la DIV


Pour aider les

quartiers défavorisés

et leurs habitants,

aucun acteur public

ou parapublic ne peut

agir seul avec une

pleine efficacité.

La DIV est au service

de ses partenaires.”

Concevoir

La DIV assiste le ministre en charge de la politique

de la ville dans l’élaboration de la législation. Elle prépare

les décisions du Comité interministériel des villes. Elle élabore

les contrats urbains de cohésion sociale, définit et gère

le budget nécessaire. La DIV contribue par ailleurs à la définition

des politiques urbaines européennes.

Animer

La DIV relaye les attentes des acteurs de la ville auprès

des partenaires nationaux et européens. Elle accompagne

ces professionnels dans l’exercice de leur métier. Elle participe

à leur formation et organise des échanges d’expériences,

y compris à l’échelle européenne. La DIV anime, en outre,

une mission de veille et de prospective. Elle réalise des études

et des analyses au service des politiques publiques.

Coordonner

La DIV favorise la cohérence des interventions des

différents ministères. Elle les mobilise pour qu’ils prennent

en compte la spécificité des quartiers défavorisés dans leurs

politiques. Elle les aide à évaluer et adapter leurs actions.

Par ailleurs, elle favorise la synergie entre le programme urbain,

mis en place par l’Anru, et les programmes de développement

social, portés par l’Agence nationale pour la cohésion sociale.

Expérimenter

La DIV repère et soutient les expériences innovantes

initiées dans les quartiers, notamment par les associations.

Elle valorise et diffuse les bonnes pratiques, et généralise

à plus grande échelle les dispositifs jugés les plus efficaces.

Expertiser

La DIV mesure l’impact des politiques menées par

l’intermédiaire de l’Observatoire national des ZUS (Onzus).

Créé en 2003, l’Onzus publie chaque année un rapport

sur l’évolution des territoires défavorisés sur la base d’indicateurs

spécifiques (emploi, développement économique, formation

scolaire, accès au système de santé, sécurité, etc.). Elle développe

aussi un outil statistique sur les ZUS, le «système d’information

géographique».

Pour en savoir plus : www.ville.gouv.fr


Délégation

interministérielle à la Ville

194, avenue du Président-Wilson

93217 Saint-Denis La Plaine

Tél. 01 49 17 46 46

www.ville.gouv.fr

Crédits photos : DGUHC, Christiane Jumeau, Photothèque Anru, URBA IMAGES SERVER / F. Achdou et J.C. Pattacini. Conception et réalisation : (réf. 2DIVBRO007).

More magazines by this user
Similar magazines