2101-Le-Progressiste-du-07-octobre-2009

xaviertruti

2101-Le-Progressiste-du-07-octobre-2009

Le

1 euro

Progressiste

Mercredi 07 Octobre 2101 - N° 2101

La chance de la Martinique

c’est le travail des Martiniquais

Hebdomadaire du PPM - Fondateur : Aimé Césaire

Rivière-Salée,

Daniel ROBIN,

courageux, prend date…

VIE DU PARTI :

à Bellefontaine

(voir p2) (voir pp. 5 et 6)

BANANE :

Serge Letchimy

et les producteurs

(pp. 7 et 8)

CULTURE :

Au théâtre Aimé

Césaire

(pp.11-12)

Les meilleurs spécialistes des affaires martiniquaises sont les Martiniquais eux-mêmes »

(Dr ALIKER)


EDITO

DANIEL ROBIN,

COURAGEUX, PREND

DATE AVEC SON EQUIPE.

Notre Secrétaire

Général

Les urnes ont livré leur verdict dans la

municipale partielle de Rivière Salée.

396 voix se sont portées sur la liste

du Rassemblement Démocratique Saléen,

conduite par Daniel Robin. Le Résultat de

ce premier tour, 19 mois après le scrutin de

mars 2008, s’apparente plus à un troisième

tour. Après une belle campagne

d’explication de son projet pour la commune,

l’équipe du RDS a retrouvé ses 396

voix du second tour de la dernière élection.

C’est le signe d’un ancrage durable de

cette équipe sur la commune, gage de succès

futurs. Reste alors à faire fructifier cet

acquis par un travail de proximité, un travail

de terrain, pour expliquer et faire partager

les projets pour la commune, pour

faire partager également les valeurs de

gauche portées par cette équipe jeune

dynamique et compétente.

Didier LAGUERRE

Résultat final du Premier

Tour des Elections

Municipales de

Rivière Salée en

Martinique

Dimanche, 04 Octobre 2009

Lesueur : 2794

Duville : 2519

Robin : 396

Le Progressiste - Page 2 - Mercredi 07 octobre 2009


ENVIRONNEMENT

Amendement Letchimy :

une initiative à suivre de très près

le 9 octobre 2008, le Député Serge

Letchimy a posé une question

préalable dans le débat sur le

Grenelle de l’Environnement, et

demandé à ce que le Parlement

habillite les collectivités locales

d’Outre-Mer à légiférer dans le

domaine de l’environnement.

Après une présentation de la situation

environnementale, de l’urgence à agir,

de l’importance de l’Outre-Mer, Serge

Letchimy a revendiqué pour l’Outre-

Mer « le droit à la construction d’une

conscience collective locale, le droit à

l’élaboration endogène d’une capacité

d’action, de conception et de résistance,

face aux catastrophes climatiques

et aux effondrements écologiques. »

Concrètement, il a défendu

l’amendement suivant, visant à ajouter

après l’alinea 2 de l’article premier :

« Pour ce qui concerne les régions, les

départements et collectivités d’outremer,

compte tenu de leurs caractéristiques

environnementales et de la

richesse de leur biodiversité, l’État

fera reposer sa politique sur des choix

stratégiques spécifiques qui seront

déclinés dans le cadre de mesures

propres à ces collectivités.

« Ces choix comporteront notamment

un cadre expérimental pour le

développement durable, au titre d’une

gouvernance locale adaptée, reposant

sur les dispositions de l’alinéa 3 de

l’article 73 de la Constitution. »

Cet amendement, adopté, signifie

que les collectivités d’Outre-Mer

pourront exercer des politiques de

développement durable spécifiques,

à titre expérimental.

On ne peut etre que d’accord avec

cette possibilité d’ouvrir les compétences

des collectivités locales à

l’autonomie législative en la matière

meme si sur la réalisation concrète, on

peut avoir de très forts doutes, sur la

capacité des dites collectivités à agir

sur le terrain.

Jeff Lafontaine

Evolution institutionnelle :

les jeunes sont exclus du Banquet

12 897 mots dans 73 pages.

Les rapports définitifs du

congrès des élus du 18 juin

2009 ne citent jamais les

mots « jeunes » ni « jeunesse

». En effet les politiques

de jeunesse sont de la compétence

de l’Etat, et les élus

de la coalition 74 n’ont pas

jugé utile de s’en occuper.

Les jeunes sont une

fois de plus relégués,

exclus du

Banquet, avec une

majuscule, par allusion

au Banquet de

Platon. Se rassembler

pour manger,

mais aussi partager

les nourritures intellectuelles.

Qui parmi les adultes connaît

encore Le Banquet de Platon et l’a

investi de sens pour sa

vie ?

Qui s’intéresse à leur

culture ? Les jeunes

sont exclus par deux

fois du Banquet : de

l’accès à la nourriture,

au logement, au bienêtre,

à la formation, au

travail ; et exclus aussi

du développement de

soi, et même de l’amour, car

les adultes semblent leur indiquer

que seule compte la possession

des biens matériels.

Qui peut croire, qu’après

autant de cris de désespoir lancés

par tous ces jeunes, que

les promesses de suite du

conflit apaiseront leur douleur,

assouviront leur soif d’exister,

leur fera une place de citoyen.

Ce n’est pas fini.

Jeff Lafontaine

Le Progressiste - Page 3 - Mercredi 07 octobre 2009


KOUTT ZEPON

CLAUDE LISE :

TOUJOURS LA MEME LIGNE

DE DEFENSE

Il nous a habitués à un mode de

défense et … il n’y change rien. Claude

Lise, invité de « Politix » ce lundi 5

octobre, est interrogé pour justifier et

par ailleurs expliquer sa démarche

récente au Sénat au cours de laquelle

il a réclamé l’Autorité Organisatrice

Unique des Transports via une habilitation.

Une décision vécue comme un

passage en force pas très loyal par

Pierre Samot qu’il a pourtant désigné

comme « grand ami de son Parti ».Et

comme à l’accoutumée, il se pose en

victime. Sans le nommer vraiment

directement, il se lance dans une

attaque stupide contre Serge

Letchimy. A croire qu’il a oublié que ce

dernier n’est plus … le Président de la

CACEM. Toujours la même technique :

faire oublier ses incuries et ses traditionnelles

inepties en trouvant toujours

un bouc-émissaire. La meilleure technique

pour se faire oublier et diriger le

projecteur vers un autre. C’est vieux

comme le monde, Claude Lise, ce

genre de technique !!! Cela ne dupe

plus personne et surtout pas la presse

qui a appris depuis longtemps à

décrypter ce genre de message. Alors,

assumez, Monsieur le Sénateur, assumez

!! C’est le b.a. BA de la … RES-

PONSABILITE.

SAMOT PAS CONTENT…

TOUT BONNEMENT !!

Le Président de la CACEM ne décolère

pas !!! Il n’a pas apprécié la méthode

utilisée par son ami LISE pour réclamer

au Sénat que le Conseil Général moribond

qu’il dirige toujours plus ou moins

soit reconnu Autorité Organisatrice

Unique des

Transports. Pas

une concertation,

pas une

information des

concernés.

Le monarque

agit seul ! Le

Président de la

CACE, Autorité

Organisatrice

des Transports

de la CACEM,

vraie réussite de

la mandature

Letchimy, n’a

pas apprécié la

blague. « Moi,

consulté, jamais

… », « moi ami

de son Parti,

jamais ».

Alors, feuilleton

à suivre !! Il va

finir par faire

découvrir sa

vraie nature, ce Lise !!!!

LES GROSSIERETES

DE LA BANDE A CHABEN

Dimanche dernier, sous un soleil

magnifique, notre ami, Maurice

Antiste, maire du François, ouvrait

avec brio la fête de la Saint-Michel.

Beaucoup de personnalités présentes

au rang desquelles on comptait le

Président de notre Parti, Serge

Letchimy. Bien sûr, comme à

l’accoutumée, les personnalités présentes

étaient courtoisement invitées à

dire leur bonheur d’être là et c’est là

aussi que les choses …. dérapent. La

représentante de la bande à Chaben,

Marie-Hélène Léotin, se lance dans

une campagne en règle pour un changement

institutionnel, mêlant ça et là,

dans une forme qui ressemblait

presque à de la condescendance, un

égrenage des aides et subventions

accordées par la Région à la

Commune. Sous une pluie de protestations

venant de la salle, comble pour

l’occasion, elle a eu droit à une volée

de bois vert de Serge Letchimy et

Serge Larcher lui rappelant fortement

qu’il y avait un temps pour tout et surtout

un « temps pour le respect et la

hauteur de vue ». Sacrée équipe… la

Bande à Chaben. Ma grand-Mère dirait

« mi dé indiscrets, bon dié ».

Abonnez-vous au Progressiste

Abonnement annuel : 50 euros - Abonnement de soutien : 60 euros

Nom : ………………………….………………………………………………………………

Prénom : …………………………….…………………………………………………………

Adresse : ………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

Libellez vos chèques à l’ordre du PPM et renvoyez

Votre coupon à l’adresse suivante :

Parti Progressiste Martiniquais. Ancien Réservoir de Trénelle

97200 - Fort-de-France.


Depuis notre

Convention du 12

septembre et la

motion finale, en toute

démocratie clairement

exprimée, la position du

PPM agrée à beaucoup de

Martiniquais et recueille

l’adhésion de nombre

d’entre eux, pour ne pas

dire de la grande majorité. Il

ne se passe pas de jour

sans que des partis, des

groupements d’individus,

des associations, manifestent

résolument leurs préférences

pour la solution que

nous défendons, nous le

font savoir et nous rejoignent.

Partout nous

sommes sollicités pour des

débats dans des forums

d’échanges et de discussions.

VIE DU PARTI

LE PPM reçu par le Balisier

de Bellefontaine.

Samedi 3 octobre, le président

Serge LETCHIMY était

l’invité du Balisier de

Bellefontaine. Foule importante

de militants du Nord

Caraïbe. En préambule, le

président du balisier, Irénée

RHINO, posait le questionnement

de nombre

d’administrés : avec ce statut,

qu’est-ce qui va changer dans

notre vie ? Dans notre quotidien

? Et de poursuivre :

« Seul le peuple éclairé, seul

le peuple informé, seul le

peuple raisonné a raison.

Seul le peuple sait ce qui lui

convient, ce qui est bon pour

lui. Le peuple doit faire librement

son choix. Pour cette

raison, nous devons lui tenir

le langage de la sincérité et

de la vérité. C’est ensemble

que nous bâtirons un argumentaire

pour une vue plus

juste de la situation qui nous

concerne. Il ne faut pas laisser

à d’autres le soin de

s’exprimer et de choisir à

notre place ».

Pour Félix ISMAIN, maire,

conseiller général de Case-

Pilote-Bellefontaine, « la

Vue de Bellefontaine

situation que nous vivons est

le fait d’un autocrate mégalomane

qui, à l’occasion d’un

mariage contre nature avec

un parricide déboussolé, s’est

converti précipitamment aux

vertus de l’autonomie, allant

jusqu’à observer un moratoire

honteux sur son idéologie

indépendantiste qui fonde

pourtant son mouvement ».

Et vint Serge LETCHIMY :

« Nous ne sommes plus en

Le Progressiste - Page 5 - Mercredi 07 octobre 2009


cette sinistre journée

du Congrès du 18 juin

2009 où, pour faire

entendre notre voix et notre

choix face à un déni manifeste

de démocratie où il nous fut

empêché de nous exprimer,

nous dûmes, en désespoir de

cause, griffonner hâtivement

notre position sur le premier

papier qui nous est tombé

sous la main. Depuis,

l’histoire s’est dépêchée de

remettre les évènements à

leur vraie place. La raison et

le bon sens prévalent désormais.

Notre peuple, et cela se

sent, cela se voit tous les

jours, son libre arbitre aidant,

se dirige en totale liberté et en

pleine responsabilité vers le

choix que lui dicte son cœur.

Maintenant, le message est

limpide, dépouillé des scories

du doute, débarrassé des

hésitations d’une appréhension

complexe. Le cheminement

vers la compréhension

se fait sans effort,

l’explication se révèle évidence.

Ce choix, le choix de ce

statut, va porter sur la

Martinique des 30 prochaines

années. Ces décisions se

voudront irréversibles. Nous

devons être clairs et savoir

que notre destin ne peut se

résumer à un numéro et que

si nous allons dans le 74, le

principe d’égalité de nos

droits sera bafoué. Nous proposons

deux étapes avant

d’accéder à un statut institutionnalisé

de notre autonomie.

Cette période de six ans

est impérative afin de négocier

avec l’Etat tous les éléments

qui doivent composer

ce statut. Dans le contexte

socio-économique actuel,

Félix ISMAIN, Maire de

Bellefontaine, Conseiller

Général de Case-Pilote-

Bellefontaine

quelle réponse apporter aux

jeunes, aux marins-pêcheurs,

aux agriculteurs, aux chefs

d’entreprise, aux décideurs

économiques, alors que

l’Agenda 21 et le SMDE sont

deux coquilles vides servant

de hochets dérisoires à deux

responsables de collectivités

sans imagination !

Nous, au PPM, nous refusons

de renfermer ce pays dans le

racisme et la xénophobie ! Je

ne suis pas raciste ! Et ceux

qui avancent des arguments

spécieux et trompeurs pour

masquer leurs carences sont

pitoyables et nauséeux. Nous

devons dans ce pays sacraliser

45.000 hectares de terres

cultivables pour notre agriculture.

Nous devons assurer la

formation de nos jeunes. Si

celle-ci n’est pas assurée, la

faute nous en incombe, mais

surtout à ceux qui ont failli à

leur mission. Un pays ne se

développe pas sans ingénierie.

(…) Nous sommes contre

le report des élections régionales

; la situation économique

dans laquelle se trouve

le pays est par trop catastrophique.

Tout cela nous amène à dire

que nous devons gagner la

bataille de l’autonomie !

Cependant, nous devons éviter

les dangers du scrutin à la

proportionnelle intégrale qui

n’assure pas de contrepouvoirs.

Tout cela pour vous dire

que le combat du PPM est un

combat juste ; nous sommes

de vrais, d’authentiques autonomistes

! »

Dès lors, les questions pouvaient

être posées : Emma,

une habitante de Fond

Boucher, de déclarer : « Je

vous remercie, messieurs.

Maintenant, j’ai tout compris

! ». Tel autre de confesser

: « J’ai compris, j’ai réalisé.

Je vous avoue qu’avant

de venir ici, j’étais pour le 74.

Aujourd’hui, vous m’avez fait

réaliser que j’étais dans

l’erreur ».

Témoignages d’hommes et

de femmes que l’échange

et les explications ont amenés

à une juste compréhension

du problème qui les

assaille et de la solution

qu’ils doivent prendre.

C’est ainsi que tous les

jours, nous irons à la rencontre

des habitants de ce

pays pour leur tenir le langage

de la vérité.

Serge SOUFFLEUR

Le Progressiste - Page 6 - Mercredi 07 octobre 2009


ECONOMIE

Serge Letchimy rencontre l’UGPBAN

à Rungis. 3 octobre 2009

présenté les deux activités

principales de ce réseau que

sont le murissage et la commercialisation

des bananes

(157 000 tonnes en 2008) en

provenance, principalement

des Antilles, ainsi que le

conditionnement et la commercialisation

de divers

autres fruits et légumes.

Répondant à une invitation

des dirigeants de

l’Union

des

Groupements de Producteurs

de BANanes de Guadeloupe

et de Martinique (UGPBAN),

Serge LETCHIMY, accompagné

de Daniel DISER (président

Banalliance) et Sandra

ALEXIA (directrice générale

de Banalliance) a été reçu le

Jeudi 24 septembre, par Eric

de LUCY (président

del’UGPBAN et Philippe

RUELLE, ( directeur général

de «l’Union des groupements»),

accompagnés de

plusieurs de leurs collaborateurs.

Consacrée à l’examen de la

filière banane en amont de

la production, cette rencontre

s’inscrivait dans le

prolongement des visites

effectuées sur le terrain en

LE Député sur le terrain

Martinique auprès des

exploitants et producteurs,

au mois d’août 2009.

A cette occasion le député

a pu visiter la murisserie

de Fruidor Ile de France

sur le marché de Rungis

l’une des antennes du premier

réseau de murisserie

de France dont l’Union des

groupements a récemment

fait l’acquisition ; messieurs

Yann BERROU et

Jean-Marc PILOQUET, respectivement

directeur de

Fruidor Rungis et directeur

général de Fruidor, lui ont

Le député a souhaité

ensuite que soient évoquées

les différentes stratégies

déployées par

l’Union des groupements

pour affronter les principaux

défis du secteur. Ont

été alors principalement

évoquées les questions

suivantes.

A. Sur la question des

pesticides lui a été présenté

le plan « Banane durable

» signé entre le ministère de

l’agriculture, les producteurs

et les collectivités locales.

Ce plan qui vise tout

d’abord à mettre en accord

la filière avec les exigences

du développement et de

Le Progressiste - Page 7 - Mercredi 07 octobre 2009


ECONOMIE

l’agriculture durables vise les

trois objectifs suivants :

Economique, en ce qu’il

entend assurer la pérennité

de la filière

Social, en ce qu’il comporte

un volet relatif à la formation

et aux conditions de travail ;

Environnemental, en ce qu’il

prévoit une réduction de

l’impact de la production sur

l’environnement s’agissant

de l’usage des pesticides et

herbicides et du recyclage

des déchets, etc.)

B. Sur la stratégie commerciale

et marketing de

l ’ U n i o n

d e s

g r o u p e -

m e n t s .

La nouvelle

campagne

de

promotion

publicitaire

qui débutera

en

o c t o b r e

devrait toucher

les

2/3 de la population française.

Les interlocuteurs du

député lui ont précisé sur ce

point que ce choix repose

sur trois impératifs :

- Faire connaître et reconnaître

l’origine Guadeloupe et

Martinique ;

- Générer la préférence du

consommateur pour cette origine

en insistant notamment

sur la qualité supérieure de

ce produit et sa certification.

- Qualité et certification sont

en effet au cœur du nouveau

cahier des charges de l’Union

des groupements, adopté en

2004.

C. Accords commerciaux

avec les producteurs du

Cameroun et de la

République dominicaine

Ces accords sont destinés à

assurer la pérennité et la

variété des offres de l’Union

auprès des distributeurs.

Cette matinée d’échange

d’information a permis au

député de prendre la mesure

des initiatives et des efforts

de la profession dans un marché

complexe.

Le député a été particulièrement

attentif aux

mesures présentées pour

répondre aux défis sociaux

et environnementaux,

questions auxquelles il a

toujours attaché le plus

grand intérêt.

Abonnez-vous au Progressiste

Abonnement annuel : 50 euros - Abonnement de soutien : 60 euros

Nom : ………………………….………………………………………………………………

Prénom : …………………………….…………………………………………………………

Adresse : ………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………

Libellez vos chèques à l’ordre du PPM et renvoyez

Votre coupon à l’adresse suivante :

Parti Progressiste Martiniquais. Ancien Réservoir de Trénelle

97200 - Fort-de-France.


SOCIAL :

POUR LA FSU, UNE RENTREE SCOLAIRE PESANTE !

Pour le Secrétaire

départemental de la

F é d é r a t i o n

Syndicale Unitaire, Thierry

RENARD (F.S.U.= plus

i e u r s s y n d i c a t s

d’enseignants et de personnels

de l’Education, de

la Culture, de la

Jeunesse… : SNES,

S N U I P P , S N E T A P ,

SNUEP,SNEPS…), la rentrée

de septembre est

marquée par des pressions

accrues sur les personnels

et des surcharges

de travail.Seul trouve (un

peu) grâce à ses yeux le

nouveau Recteur de

l’Académie.

Au Rectorat, le « dégraissage

» est en marche : le ratio

est de 1 pour 3 (une personne

accomplit les tâches de

trois !) et les personnels,

ballottés, n’arrivent pas à

faire face aux vérifications

d’attributions de postes. Les

Techniciens et Ouvriers de

Service (TOS) sont de

moins en moins nombreux ;

il manque environ 400 personnels

! D’où l’appel à des

sociétés privées –notamment

pour l’entretien des

espaces verts dans les

lycées et collèges- et des

dépenses accrues pour les

collectivités : 20.000 euros

pour un nettoyage par

semaine, or, par exemple,

trois Contrats Aidés à temps

plein non renouvelés s’en

chargeaient au Lycée

Acajou II. Dans le Premier

Degré, il manque 90 agents

en Vie Scolaire.

Suite page 10…

Le Progressiste - Page 9 - Mercredi 07 octobre 2009


VETUSTE

ET MAL-ETRE.

Quant à l’état des établissements,

les lycées du Lorrain

et de Trinité, le collège

Gérard Café du Marin, ne

sont pas mieux lotis que le

Lycée Schoelcher. Les personnes

font des dépressions

et il y a une quarantaine

de suicides par an dont

on ne parle pas. Les personnels

n’arrivent pas à gérer

leur propre temps ; les

emplois du temps, justement,

sont jugés aberrants.

Les situations de souffrance

se sont banalisées.

« L’éducation, ce n’est pas

quelque chose de comptable,

ça a à voir avec

l’humain ! ». Les professeurs

débutants titulaires

d’un master sont payés au

SMIC ; les stagiaires effectuant

9 heures de cours en

plus de leurs heures de formation

touchent 300

euros/mois.

QUELLES

REVENDICATIONS ?

Le gros problème, nous dit

Thierry RENARD, reste la

recherche d’unité syndicale :

la FSU et notamment son

syndicat du secondaire

SNES, majoritaire en lycées

et collèges, a été littéralement

exclu du K5F (Collectif

du 5 février). La ligne « politique

» du K5F sur

l’Education est différente de

celle du LKP guadeloupéen,

où toutes les forces vives

ont été maintenues dans le

mouvement. Ici, le volet

Education est « très édulcoré

». Pour sa part, la FSU se

bat pour des titulaires

« nationaux » avec une formation

digne de ce nom

pour les précaires martiniquais.

Au Conseil

Economique et Social

Régional (CESR), elle

défend le principe de 9

heures de cours + 9 heures

de formation payées 18

heures.

ETAT ET COLLECTIVITES

Une audience a été obtenue

avec le nouveau Recteur qui

semble un homme

d’ouverture, estime la FSU,

même s’il reste dans la droite

ligne de ses prédécesseurs.

Il a assuré vouloir utiliser

tous les moyens pour

que l’Education Nationale

fonctionne mieux. Mais le

problème demeure de la

synergie entre l’Etat et les

collectivités locales : c’est

un véritable Plan Marshall

qu’il faut mettre en place

pour le bâti scolaire, y compris

dans le primaire ! Le

Contrat de Projet

Etat/Région/Département

2007-2013 prévoit 220 millions

d’euros ; quant à présent,

l’Etat a mis 10M,

l’Europe 10, la Région et le

Département…0. Or les

mairies sont demandeuses.

ET LA GRIPPE A ?

Si l’on peut assurer dans les

établissements les éléments

basiques d’hygiène, il est

impossible de concevoir des

lieux de confinement ; d’où

un sentiment de panique :

dès qu’un enfant tousse, il

est exclu. Faut-il lui prendre

sa température ? Il n’y a pas

de thermomètre ! Les infirmières

sont sur zone, pas

dans l’établissement. « C’est

une situation aberrante de

poudre aux yeux ».

Propos recueillis

par Daniel COMPERE

Le Progressiste - Page 10 - Mercredi 07 octobre 2009


MAGNIFIQUE « CAHIER d’un RETOUR AU PAYS NATAL»,

pour l’ouverture de la saison 2010, au Théâtre Municipal

Le Théatre Aimé Césaire

Magnifique, le terme

n’est pas trop fort,

pour désigner la

représentation de l’œuvre

f o n d a m e n t a l e d ’ A i m é

Césaire, « Cahier d’un

Retour au Pays Natal », cela

veut dire à la fois l’éclat et la

beauté de la poésie, la générosité

de la mise en scène,

l’apparente simplicité du

verbe, la grandeur de

l’ensemble, qui fait que l’on a

le souffle coupé devant tant

de maîtrise de

l’interprétation, et ce « pouvoir

de transmutation », qui

part de l’horrible réalité coloniale,

au désir de Liberté

que le Poème déclenche

irrémédiablement.

RUDDY SYLAIRE, comédien

haïtien, y est magistral,

et le spectateur adhère complètement

au message, il est

conquis d’emblée par la ferveur

communicative que

l’acteur promet avec passion

CULTURE

et conviction. Il est accompagné

de Laurent PHENIS,

auteur –compositeur multiinstrumentiste,

en particulier

d’instruments fabriqués avec

du bambou, avec leurs sonorités

d’origines ethniques si

diverses.

L’équipe du Théâtre de Fortde-France,

avec à sa tête

MICHELE CESAIRE, a voulu

inaugurer ce cycle « UNE

SAISON CHEZ CESAIRE

2010 » avec cette première

création, « support de résistance

culturelle et identitaire,

voie privilégiée de la Liberté

d’expression ». C’est la première

manifestation qui sera

suivie, tout au long de

l’année 2010, d’autres créations

dont nous parlerons

plus tard. Référons nous à

l’avant-propos de la

Directrice qui illustre parfaitement

cette volonté de promouvoir

la création théâtrale

: « Le brassage des

Le Progressiste - Page 11 - Mercredi 07 octobre 2009

genres, des cultures, des

nationalités, sera la thématique

générale de cette

année 2010. Il s’agit de refuser

le repli insulaire pour

ouvrir le champ des possibles,

se renforcer, avancer…

Les freins idéologiques

et politiques de tous bords

ont été nombreux, mais quoi

qu’il en soit, l’Histoire est en

marche et le combat pour la

création théâtrale continue

»…

C’est là le but recherché

par le Théâtre de Fort-de-

France, ce THEATRE AIME

CESAIRE, lieu d’échanges

et de débats…Ainsi l’ont

voulu l’Edilité Foyalaise et

Serge LETCHIMY…

Jeannie DARSIERES

(Notons tout de suite le prochain

rendez-vous, le mercredi

7 octobre, à 19h30, un

film de Sarah MALDOROR

« BELYA POUR CESAIRE »,

au Théâtre).


CULTURE :

L’INTRO DE SERGE L. AU THÉÂTRE

Michèle CESAIRE m’a demandé

d’ouvrir la saison théâtrale 2010, et

c’est avec plaisir que j’ai accepté.

3 raisons ont motivé ma participation

:

- D’abord l’importance que

j’accorde à la culture et notamment

le Théâtre dans l’éveil de la

conscience collective martiniquaise.

- Ensuite, la place que la

Ville accorde à la « création artistique

»

- Enfin, je tenais à saluer le

travail fait par Michèle, son équipe

et le Sermac. Les résultats sont globalement

remarquables malgré les

faibles moyens. Précisons qu’en

2008, 3618 entrées ont été comptabilisées

avec 33 représentations

(pour un théâtre d’à peine 200

places). J’insiste sur le volet éducatif

puisque de nombreuses actions

ont été conduites par l’intermédiaire

des établissements scolaires avec

les enfants.

Au-delà de ces enjeux, nous voulons

rendre hommage à celui qui

nous a quittés le 17 avril 2008 et qui

nous a laissé sa pensée et sa poésie

vivante en héritage.

Le théâtre municipal s’appelle

désormais le théâtre Aimé CESAI-

RE, honorant le souvenir du fondateur

politique et culturel de notre

identité martiniquaise.

Michèle et l’équipe ont choisi pour

ouvrir cette période « une saison

chez CESAIRE » qui démarre avec

cette magnifique interprétation du

« cahier d’un retour au pays

natal » interprété et mis en scène

par Ruddy SYLAIRE. C’est une

création

Tout cela symbolise

quoi ?

Notre volonté certes,

mais surtout avec

humilité, notre ambition

de faire que Fortde-France

et son

théâtre soient porteurs

d’un nouveau

projet sociétal dont

« les ferrements »,

terme cher à Aimé

CESAIRE, ont été

posés par lui, dans

ce même lieu durant

56 ans.

Imaginer la ville,

La mettre en scène,

Faire vivre les lieux symboliques et

identitaires…

….font partie de nos préoccupations

premières

C’est pourquoi en 2010, nous favoriserons,

avec la création artistique,

les débats centrés autour de la culture

et de l’éducation…

L’ouverture « des champs du possible

» a été signifiée par le précurseur

Aimé CESAIRE lui-même et

c’est l’une des raisons pour laquelle

cette nouvelle saison théâtrale lui

étant dédiée, nous redécouvrirons

ce soir avec émotion l’un de ses

textes fondamentaux.

Je vous souhaite

une bonne soirée !

COMITÉ DE RÉDACTION :

Daniel COMPERE

Jeannie DARSIERES

Didier LAGUERRE

Laurence LEBEAU

Daniel RENAY

Serge SOUFFLEUR

Victor TISSERAND

Appel du « Progressiste » aux Militants, aux sympathisants, à tous les Démocrates

qui lui ont toujours fait confiance.

« Le Progressiste », organe du Parti Progressiste Martiniquais, a besoin de l’aide matérielle,

intellectuelle de tous les militants, démocrates et sympathisants.

Nous les remercions d’envoyer leurs dons (à l’ordre du PPM), leurs articles et leurs suggestions

au siège du PPM : Ancien Réservoir de Trénelle

Fort-de-France.

Directeur de la Publication : Daniel COMPERE

18, Allée des Perruches - Rte de l’Union - 97200 Fort-de-France

Téléléphone du siège du PPM : 0596 71 88 01 - Site Internet : www.ppm-martinique.fr

Email : d.compere@ool.fr

N° de CPPAP : 0511 P 11495

Le Progressiste - Page 12 - Mercredi 07 octobre 2009

Similar magazines