Echanges N°62, Automne 2010 - Conseil général du Calvados

calvados.fr

Echanges N°62, Automne 2010 - Conseil général du Calvados

Magazine du service

Europe et international

du Conseil général du Calvados

N°62

AUTOMNE 2010

Entre vous et nous Découverte professionnelle autour de la littérature jeunesse.

Actualité La journée européenne des langues.

Apprendre à vivre ensemble Be healthy, be sporty, be European !

Service Europe et international Deux nouveaux visages.

Traditions et coutumes La Hongrie s’invite dans votre cuisine.


Félicitations !

Madame la Présidente, chère Madame Lenourrichel,

nous nous approprions l’espace dédié habituellement à

votre édito pour vous rendre hommage et nous espérons

que vous ne nous en tiendrez pas rigueur.

Vous avez reçu, le 13 septembre dernier, les insignes de

Chevalier de la Légion d’Honneur des mains d’Anne

d’Ornano, présidente du Conseil général du Calvados,

pour votre implication pour les jumelages du

département.

Vous avez été élue présidente de la Commission Europe

du Conseil général en 2004. Depuis, vous avez œuvré

pour la construction européenne en soutenant les comités

de jumelage du département dans leurs actions. Vous

êtes l’instigatrice du jumelage départemental qui a été

officialisé en 2007 avec la province de Trévise en Italie.

Vous avez souhaité mettre en place des réunions territoriales

pour aller au contact des élus et des comités de jumelage

du département afin de connaître leurs

difficultés, leurs besoins et leurs attentes.

Les jeunes occupent aussi une place importante dans

votre conception des jumelages. Vous soutenez et impulsez

les actions mises en place pour eux. Ainsi, l’année

dernière, l’action des assistants « Speak 14 » a été étendue

à la langue italienne. Le travail mené en faveur des

Clubs Europe dans les collèges est reconnu au-delà des

frontières du département. Vous avez été élue présidente

de la commission franco-allemande de l’Association Française

du Conseil des Communes et Régions d’Europe, en

2008.

Enfin, vous permettez aux calvadosiens d’avoir « l’Europe

à portée de main » grâce à de nombreuses animations

de sensibilisation aux cultures européennes. Votre action

se caractérise par votre dévouement, votre disponibilité

et votre écoute à l’égard des habitants du Calvados.

Entre vous

et nous

A la découverte de

l’illustration et de la littérature

jeunesse en Italie.

Sommaire

6

4

Apprendre à

vivre ensemble

«Be healthy, be sporty, be

European !»

Service Europe et

international

Les Chocalate Donuts en

concert en Allemagne.

Felicitations ! Congratulations !

Herzlichen Glückwunsch !

Congratulazioni !

7

Céline, Christa, Christelle, Doris, Laure, Laurence,

Ludivine, Mathilde, Rachel, Sarah,

Séverine, Sophie A. et Sophie P.

Traditions et coutumes

La Hongrie s’invite dans votre cuisine.

8

Conseil général du Calvados » Direction générale adjointe Jeunesse, Culture et Territoires » Service Europe et international

9, rue Saint Laurent - BP20520 - 14035 Caen Cedex - Tél. 02 31 57 18 10 - Fax 02 31 57 18 11

échanges est un magazine tiré à 1600 exemplaires (3 numéros par an). N°ISSN 1622-8065

Rédaction : Directrice de publication » Doris Rouxel / Rédaction du magazine » Séverine Gabrièle, Marianne Riou

Conception graphique et réalisation » Libre Cours Caen . Impression » Conseil général du Calvados

Crédit photo » Service Europe et international, S. Gabrièle, M. Riou, L. Miragliese, J.M. Gatey, G. Wait, S. Werner, J. Kulow, F. Le Buan.

Page de couverture » Rencontre franco-italienne de jeunes à Giberville.

Le journal se dégage de toute responsabilité sur les idées soutenues dans les citations des articles.


Témoignages

» Anne-Laure Henry, 14 ans, élève en 3ème au collège Louis Pergaud de

Dozulé, s’est rendue à Strasbourg, du 17 au 19 mai dernier, pour visiter, en compagnie

d’autres jeunes européens, le Parlement.

J’ai mieux compris l’Europe et je me

suis fait des copines espagnoles

« Avant cette visite, l’Europe, pour moi, c’était juste un continent ; je le connaissais

surtout par l’Eurovision ou les informations, et j’avais juste entendu parler du

Parlement. Au cours de l’année scolaire, grâce à mes cours de 4 ème , j’avais

tout de même pris conscience qu’en Europe il y a beaucoup de pays

pauvres et que l’on parle plein de langues différentes. Je n’imaginais

pas que c’était si difficile d’organiser l’Europe comme nous l’a

expliqué le député, Jean-Paul Gauzès, qui nous a fait visiter le

Parlement. Le plus génial, ça a été de partager ma chambre avec

deux Espagnoles. Au début, nous étions intimidées, nous ne comprenions rien ; elles ont eu des difficultés

à prononcer mon nom et moi les leurs : Argiñé et Alsne. C’était la première fois que je parlais espagnol

avec des Espagnoles ! Nous avons fini par nous détendre, parler un peu en anglais, un peu en espagnol,

c’était amusant. Maintenant ce sont des copines et nous gardons contact via Facebook. Suite

à ça, j’ai eu envie de recevoir une des Espagnoles qui sont venues au collège en juin pour un

échange. Et je vais sans doute correspondre avec des Italiennes grâce au club Europe du collège.

C’est certain, je vais continuer à pratiquer les langues étrangères ! »

3

« Je suis arrivé à Caen il y a 15 ans à cause d’une histoire d’amour. Mais j’avais aussi envie de découvrir

d’autres cultures. Peut-être simplement parce que je suis Irlandais : il me fallait sortir de mon île. J’ai cinq

frères et sœurs : nous sommes trois à vivre hors d’Irlande !

Ça fait deux ans que je fais partie du comité de jumelage ; je n’en suis président que depuis janvier. C’est un

article sur le comité, dans le bulletin municipal, qui m’a donné envie d’adhérer, pour découvrir l’Allemagne.

Quand on est étranger dans un pays, on voyage chez soi au début. Mais, petit à petit, on a besoin de s’ouvrir à

autre chose…

Cette année, nous sommes allés à Frickenhausen (commune de Basse Franconie jumelée avec Luc depuis 1991) en juin;

4 jeunes sont venus avec nous via le service jeunesse de la ville, ainsi que des musiciens de l’association «Guitare pour tous».

Je souhaite travailler avec des associations afin de diversifier le public concerné par les échanges. En ce qui me concerne, j’ai

créé des liens en Allemagne depuis deux ans. Pour moi, c’est un peu comme avoir une seconde maison pour les vacances : on revient

chaque année au même endroit, on retrouve les mêmes personnes. »

* Son groupe de musiques traditionnelles se nomme Irish stew, du nom d’un plat irlandais typique.

** Nom des habitants de Luc-sur-Mer.

» James Mac Namara, Irlandais, a de nombreuses casquettes :

il enseigne l’anglais, est musicien* et, depuis cet hiver, est également président

du comité de jumelage de Luc-sur-Mer.

**

« Je suis lutin , européen,

irlandais et j’habite en France »

» Marie Perrier, 23 ans, est conseillère municipale à Lisieux. Elle parle anglais,

allemand et italien. Mais son histoire d’amour avec l’italien ne coulait pas de source…

Un coup de foudre pour l’italien

« Après avoir étudié l’allemand et l’anglais en section européenne, on m’a imposé l’italien quand je suis

entrée en seconde. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça n’a pas été une grande réussite. Un vrai

blocage ! Alors, à la fin du deuxième trimestre, mes parents ont décidé de m’envoyer à Rome, chez une

de leurs connaissances, pendant trois jours. Sur place, j’ai dû me « dépatouiller » pour discuter avec le plus

jeune des enfants du couple, de plus de dix ans mon aîné. J’ai eu un vrai coup de foudre pour ces gens et

un déclic s’est produit avec la langue. Depuis, j’y retourne chaque année. Je suis passée de 9/20 de moyenne

en classe de seconde à 15/20 ! Finalement, ça m’a été très utile d’aller à l’étranger : je n’avais pas les

mêmes a priori sur la pratique quotidienne de la langue que sur l’apprentissage en classe. Par la suite, j’ai

continué à apprendre et pratiquer les langues étrangères, sans m’inquiéter de la parfaite exactitude de mes propos. Et, aujourd’hui, en travaillant

dans le tourisme, cela me sert au quotidien, et je me réjouis de pratiquer l’italien car Lisieux est en train de créer un jumelage avec une ville

italienne. »


Entre vous et nous

4

L’illustration et la littérature jeunesse

se découvrent par delà les frontières

Laurine Miragliese, 28 ans, est responsable du réseau des bibliothèques de la communauté

de communes de Vassy depuis juillet 2008. En avril dernier, elle s’est envolée vers Sàrmede

(Province de Trévise*) en Italie pour y découvrir les méthodes de travail de la fondation Mostra

Internazionale d’Illustrazione per l’infanzia (www.sarmedemostra.it) autour

de l’illustration de la littérature jeunesse.

Un

« bibliobus »

de la région de

Vittorio

Venetto.

« Mon désir, explique

Laurine, est, notamment

dans le

cadre de mon travail

quotidien

avec les écoles, de

faire apprécier le

livre aux gens et de

leur faire découvrir

la dimension esthétique

de l’illustration

jeunesse. Je

me tiens

au courant

des initiatives

dont

font preuve

mes collègues

français

mais aussi étrangers

autour du livre. Le

travail de la fondation Mostra

Internazionale per l’infanzia m’a semblé aussi remarquable qu’abordable.

» Pour organiser ce stage, Laurine se rapproche donc de la bibliothèque

départementale de prêt (qui avait déjà organisé un

évènement avec la fondation) et du service Europe et international

qui la font bénéficier de leurs contacts et d’une aide concrète. Et la

voilà partie pour 15 jours de travail intense, entre la découverte de la

fondation et la visite des 28 bibliothèques italiennes du réseau à l’aide

du bibliobus local : « Sur place, j’ai trouvé des informations sur l’illustration

que je ne pouvais pas trouver en France. Il est difficile, chez

nous, d’avoir de la matière dans ce domaine, alors que la fondation

dispose d’un catalogue recensant 10 ans d’expositions sur l’illustration :

une mine d’informations sur les auteurs. J’ai également pu appréhender

l’évolution des mentalités au regard de l’illustration depuis 20 ans.

Certes, le travail de la fondation est différent du mien puisqu’elle a

essentiellement pour but d’organiser, chaque année, une exposition

autour de l’illustration. Mais je bénéficie maintenant de l’expérience

de l’équipe dans le cadre de l’animation autour de ce thème : rencontre

avec des comédiens, des conteurs, visites théâtralisées, etc. Je

me suis également confrontée à une organisation différente d’un réseau

de bibliothèques en milieu rural… » Un échange que Laurine

peut désormais mettre à profit concrètement : « Je pense essayer de

faire traduire certains livres que j’ai découverts pour les présenter aux

enfants ; j’aimerais aussi, peut-être avec l’aide du service Europe et

international, monter une exposition sur la Vénétie, où se trouve Sàrmede.

Et pourquoi ne pas faire venir des bibliothécaires italiens chez

nous ? Ils ont moins de moyens mais beaucoup d’énergie. Développer

un projet pérenne ou un échange régulier suite à cette rencontre me

tient à cœur ! »

* jumelée avec le Calvados depuis 2008

** Du 16 octobre au 19 décembre 2010 Sàrmede accueille la 28 ème édition de l’exposition “Le Immagini

della Fantasia” qui a pour thème cette année « les contes du Brésil »

Fare insieme !

Giberville – Murlo : les jeunes échangent !

Du 4 au 18 juillet, un groupe de 19 jeunes de 14 à 17 ans a navigué entre l’Italie et la France,

pour échanger sur la gestion de l’eau dans ces deux pays.

Marc Chiassai, président du comité de jumelage de Giberville depuis 2007, explique : « Dès signature de la charte entre

les deux villes en 2006, nous avions émis l’idée d’inscrire le jumelage dans la durée et avons défini trois axes, qui devaient

impulser une dynamique aux échanges : la culture, le sport et la jeunesse. En 2008, nous avons tenté de lancer un

échange de jeunes en postulant pour une subvention au programme européen Jeunesse en Action (www.jeunesseenaction.fr).

Notre projet, pas assez développé, n’a pas été retenu. Alors, à l’automne 2009, nous avons décidé de relancer

l’idée mais en cherchant une solution pour que notre demande aboutisse : nous nous sommes donc rapprochés du point

information jeunesse de Giberville et avons monté le dossier avec eux. » Après de nombreuses heures de travail, le projet obtiendra

la subvention européenne tant attendue. Les jeunes, impliqués à chaque étape, se sont réunis pour faire des recherches sur

la gestion de l’eau, thématique de la rencontre. Du 4 au 11 juillet, ils se sont retrouvés en France autour d’activités telles que : visite des plages du débarquement,

traversée des grèves dans la baie du Mont-Saint-Michel ou sports nautiques ; en Italie, du 11 au 18, ils

ont pu découvrir la gestion de l’eau par la ville de Sienne depuis le Moyen Âge ou le fonctionnement d’un aqueduc…

« C’est notre volonté qui nous a portés, continue Marc Chiassai. Et malgré la difficulté de proposer un échange bilatéral

immédiat, nous y tenions vraiment : c’était le meilleur moyen d’inciter les jeunes à tisser des liens et, qui sait ?, à être

eux-mêmes instigateurs de ce type de projets à l’avenir... »


Actualité

L’Europe et le Calvados

fêtent les langues

Steinunn LEBRETON

fait découvrir sa langue

maternelle, l’islandais,

aux collégiens.

5

Depuis 2001, chaque 26 septembre, l’Europe célèbre la Journée européenne

des langues. De nombreuses manifestations sont organisées

pour encourager les européens à préserver leur diversité

linguistique : l’Union européenne compte 23 langues. À cette

occasion, le Conseil général du Calvados n’était pas en reste :

vendredi 24, au collège Marcel Gambier, à Lisieux, une centaine

de collégiens venus de trois collèges de la ville célébraient

eux aussi les langues européennes.

À l’initiative du Conseil de l’Europe, la Journée européenne des

langues est l’occasion de rappeler aux européens la richesse de leur

multilinguisme et la diversité culturelle qu’elle implique. Son but est

d’encourager l’apprentissage des langues étrangères, garant de cette

diversité et d’une meilleure communication et compréhension des

peuples européens entre eux. Apprentissage scolaire, formation tout

au long de la vie ou pratique personnelle, l’accent est mis sur tous les

modes de découverte et d’apprentissage des langues. À travers toute

l’Europe, des animations sont organisées : émissions de radios, évènements

musicaux, cafés linguistiques, tout est possible, il suffit d’en

avoir envie !

Le Conseil général du Calvados

soutient l’apprentissage des langues

Dans le Calvados, le Conseil général, par le biais du service Europe et

international, a apporté sa pierre à l’édifice. Si le service incite à l’apprentissage

des langues étrangères de par ses attributions et bon nombre

de ses actions tout au long de l’année, il organise une journée de

découverte de langues moins connues.

Vendredi 24 septembre, une centaine de collégiens de trois collèges

de Lisieux s’étaient donné rendez-vous au collège Marcel Gambier

pour découvrir le multilinguisme européen. Objectif : leur démontrer,

de façon ludique, l’intérêt de pratiquer plusieurs langues étrangères

et pas seulement l’anglais. De nombreux ateliers étaient prévus : initiation

à la langue bulgare avec Nadejda, à l’islandais avec Steinunn

et à l'italien avec Stefania, animations autour de la langue et la culture

allemandes grâce à

l’intervention du

DeutschMobil. Les élèves

ont également pu rencontrer

des traducteurs/interprètes professionnels

en anglais, allemand et

espagnol. Jane Rollet (anglais), Marie-

Christine Pena-Soubras (espagnol) et Marion Winter-Baucher

(allemand) ont participé bénévolement à cette journée.

« Nous souhaitions faire découvrir notre métier à ces jeunes et transmettre

notre passion, car nous n’avons pas souvent l’occasion de nous

adresser directement à un public de collégiens. C’est encore un métier

méconnu où les langues sont notre outil de travail. C’est important

de mettre en avant les langues pendant cette journée et montrer notamment

aux jeunes ce que l’on peut faire concrètement après avoir

fait des études de langue » expliquent-elles.

L’Eurobus était également présent. Ludivine Lempérière, a proposé

aux élèves des animations autour des langues notamment grâce à un

écran tactile présentant les 23 langues de l'Union européenne. Les

élèves ont pu revoir leurs connaissances géographiques grâce au

puzzle géant européen, et en savoir plus sur les actions du Conseil

général en faveur des jeunes (cf. encadré).

Pour plus d’infos sur la journée européenne des langues :

http://edl.ecml.at

Les actions du Service Europe et international en faveur des langues étrangères

- ateliers de découverte thématiques autour des langues pour les collégiens ;

- programme Speak 14 : cours de conversation avec des assistants de langue pour les élèves

des collèges (en anglais, allemand et italien) ;

- soutien financier pour les collèges qui emmènent les élèves voir des films en version originale ;

- organisation de séjours à l’étranger pour jeunes et adultes avec cours linguistiques ;

- découverte de la langue et de la culture allemandes à l’aide du DeutschMobil dans les écoles et collèges

(CM2-5ème);

- subventions favorisant les séjours à l’étranger pour les collégiens ;

- organisation de rencontres européennes de jeunes ;

- aide à la recherche de stages en entreprise à l’étranger pour les étudiants ;

- aide financière aux comités de jumelage pour l’organisation de cours du soir en langue étrangère, etc.

Le puzzle géant de l’Eurobus pour mieux

situer géographiquement les pays

européens.

Les 23 langues de l’Union européenne :

allemand, anglais, danois, espagnol, français, finnois, grec, italien, néerlandais, portugais, suédois, estonien, hongrois, maltais, islandais, letton,

lituanien, polonais, tchèque, slovaque, slovène, bulgare, roumain et irlandais.


Apprendre à vivre ensemble

6 « Be healthy, be sporty,

be European!”

Le service Europe et international a organisé, du 21 au 28 août à Clécy, une rencontre

entre 24 jeunes européens, autour du thème de l’alimenation saine et de la pratique de

sports de plein air. C’est la cinquième année consécutive que le service organise ce type

de rencontres thématiques entre jeunes européens (thème et pays diffèrent tous les ans),

à l’aide du PEJA (Programme Européen Jeunesse en Action).

Le 21 août dernier, 24 jeunes européens, âgés de 14 à 16 ans,

s’étaient donné rendez-vous à Clécy dans le Calvados. 24 jeunes

venus confronter les savoirs, us et coutumes de leurs pays sur le thème

« Be healthy, be sporty, be european ». Chaque groupe de 6 a préparé

la rencontre dans son pays d’origine (Allemagne, Italie, Pologne et

France) pendant les mois précédents. Séverine Gabrièle, responsable

du projet au Conseil général, explique le but de la rencontre : « Nous

souhaitions permettre à ces jeunes de se rencontrer autour d’un

thème qui les concerne tous. Nous les avons incité à partager leur expérience,

à discuter sur leurs habitudes respectives en matière d’alimentation

et de pratique sportive. À l’aide de jeux, de débats, ils

devaient acquérir de nouvelles connaissances sur les autres cultures

et prendre du recul sur leur propre culture. Nous avons organisé une

rencontre avec un pédiatre qui a abordé avec eux « l’alimentation

chez les adolescents » et avec Annie Chevalier, championne d’Europe

des moins de 21 ans de kayak-polo, qui leur a parlé de son sport et

de ses habitudes alimentaires.

Ils ont aussi vécu de nouvelles expériences sportives en pratiquant du

canoë-kayak, de l’escalade et n’ont pas reculé devant le parcours

aventure ! Pendant une après-midi, ils sont passés derrière les fourneaux

pour concocter un repas « européen » (quiche lorraine, risotto,

klusky na parze -beignets à la vapeur accompagnés d’une gelée de

myrtille- et crème au citron).

Pour leur permettre d’aller à la rencontre de la population locale, ils

ont tenu un stand sur leur rencontre et leur pays sur le marché de

Thury-Harcourt et ont également visité une ferme d’agriculture biologique

à Leffard. Cette rencontre leur aura permis de prendre

conscience de leurs différences mais aussi des points communs qui

les unissent en tant que jeunes Européens ».

Renseignements complémentaires sur le PEJA :

www.jeunesseenaction.fr

www.drjscs-basse-normandie.jeunesse-sports.gouv.fr

Serge Rochefort : 02 31 52 73 00

Des jeunes emballés

Les jeunes qui ont navigué entre les quatre langues et se sont souvent réfugiés

dans l’Anglais, étaient emballés.

Léa Mauduit >

« Chacun doit trouver une alimentation

qui lui convienne »

16 ans, originaire d’Hérouville (Calvados)

« J’adore les langes étrangères, je suis donc

à l’affût de ce genre de rencontres. Ce

n’était pas si difficile de parler des langues

différentes, on a fait des mélanges. Ça m’a

donné envie d’apprendre l’Italien. Je suis végétarienne,

je m’intéresse aux médecines alternatives

alors je n’étais pas toujours

d’accord avec le pédiatre. Ce qui est important,

c’est que chacun trouve une alimentation

qui lui convienne… »

< Liliana Tosato

« On va sûrement garder contact

via Facebook »

16 ans, originaire de Trévise en Italie

« J’ai adoré apprendre des choses sur les autres

cultures, la façon de penser des autres, la cuisine,

les coutumes. Pour moi c’est important d’être

européenne car, demain, c’est nous qui ferons

l’Europe. Je vais essayer de changer mes habitudes

alimentaires, de manger moins de sucre ;

mais je mangerai du beurre, comme les Français,

c’est si bon ! Et on va sûrement garder contact

via Facebook avec certains autres jeunes. »

Katharina Wenz >

« J’ai appris plein de choses sur

les autres cultures »

14 ans, originaire de Würzburg en Allemagne

« Ce n’était pas évident de communiquer au

début, mais on se débrouille, on parle avec les

mains. J’ai appris plein de choses sur les autres

cultures, sur l’alimentation et me suis beaucoup

amusée. Chez moi, je vais essayer de

faire plus de sport, d’aller moins souvent au

fast food et de manger plus de légumes. »

< Sebastian Karwat

« On est tous pareils ! »

16 ans, originaire de Stare Budkowice en

Pologne (Silésie) « Je suis ravi d’avoir rencontré

d’autres jeunes venus d’Allemagne,

de France et d’Italie. Pour moi, être européen,

ne signifie pas grand chose. On est

tous pareils finalement… Le sport c’était génial.

J’en fais beaucoup à la maison, mais,

sinon, ma vie n’est pas très saine. Je vais essayer

de manger plus de fruits. »


Service Europe et international

Deux nouveaux visages au service

Europe et international !

Sophie Aschenbrenner et Sarah Fuchs vont passer une année avec l’équipe du service Europe

et international. La première, en tant que volontaire européenne, la seconde en tant

que lectrice DeutschMobil. Rencontre.

Sophie Aschenbrenner, en

service volontaire européen

Sophie, 19 ans, est originaire de Prosselsheim,

petite bourgade de Basse

Franconie, dans les environs de Würzburg.

Elle vient tout juste de passer son

Abitur* avec, en matières principales, le

Français et l’Allemand. « Je passe deux

semaines de vacances en France

chaque été. J’ai d’ailleurs découvert la

Normandie de cette façon il y a

quelques années. Ma mère, professeur

de Français, m’a transmis sa passion

pour la France : les maisons, la cuisine, l’atmosphère... Cette annonce

dans le journal du Bezirk Unterfranken pour un poste en SVE dans le

Calvados m’a tout de suite emballée ! » Son rêve ? « Devenir journaliste.

À mon retour de France, j’entamerai des études de journalisme,

français et littérature, mais d’ici là, je suis ravie de faire cette expérience

de volontariat. Cette année comme SVE est un tremplin pour ma vie

future. »

En tant que « volontaire » Sophie participera à toutes les activités du

service, comme l’Eurobus, qui propose des animations sur l’Europe

dans les collèges, ou les rencontres européennes de jeunes; elle témoignera

dans les clubs Europe de son expérience et du programme

Jeunesse en Action devant les jeunes…

Sophie est l’une des quatre jeunes volontaires accueillis cette année

dans le Calvados dans un projet de jumelage.

Sarah Fuchs, lectrice

DeutschMobil

Sarah, 26 ans, titulaire d’un master en

ethnologie effectué à l’université de

Munich, est originaire de Friedrichshafen,

aux abords du Lac de Constance.

Si elle n’était jamais venue dans le Calvados,

elle connait déjà la France pour

avoir habité deux ans à Paris, entre travail

dans un jardin d’enfants et cours

comme assistante de langue. Postuler

pour devenir lectrice Deutschmobil lui

a tout de suite semblé évident : « Le

travail pour le programme DeutschMobil m’a attiré parce que c´est

un projet qui fait appel à de nombreux domaines : la didactique, la

pédagogie, la communication en public, l´évènementiel.. » Sarah espère

acquérir des compétences professionnelles qu’elle pourra ensuite

mettre à profit dans le domaine de la coopération interculturelle où

elle souhaite travailler plus tard. Mais, surtout, « provoquer l’enthousiasme

de beaucoup de jeunes français(es) pour l’Allemagne et la

langue allemande ! » Une année riche en rencontres pour Sarah, fin

prête à parcourir les routes des académies de Caen et de Rouen pour

faire découvrir son pays d’origine aux collégiens et élèves du primaire

grâce à des animations ludiques.

L’action DeutschMobil est réalisée par la Fédération des Maisons

franco-allemandes en collaboration avec la fondation Bosch et

Mercedes Benz.

7

Contact : sve@cg14.fr

* Équivalent du baccalauréat

Contact :

deutschmobil@cg14.fr

Chocolate Donuts : Party on the [german] Moon* !

Le groupe calvadosien Chocolate Donuts a fait vibrer les jeunes allemands lors du

festival en plein air « Umsonst und Draussen » à Würzburg.

Le 18 juin dernier, à l’occasion du festival « Umsonst und Draussen », le groupe calvadosien Chocolate

Donuts s’est produit sur la scène bas-franconienne à Würzburg. C’est dans le cadre du partenariat

entre le Calvados et le Bezirk de Basse Franconie autour des musiques actuelles que ce « voyage musical »

a pu être organisé par le Service Europe et international.

En résidence au Cargö depuis octobre 2008, « Chocolate Donuts » est un des groupes phares de la

scène calvadosienne avec, à leur palmarès, les Transmusicales, la Cigale et le Bataclan ! Pour Damien Maurice,

directeur de l’action accompagnement des groupes régionaux au Cargö, « se produire à l’étranger est

une sacrée opportunité pour de jeunes musiciens en cours de professionnalisation comme les Chocolate Donuts.

Cela leur permet de se faire un petit public hors de France, de faire parler d’eux. » Sofian, le chanteur, est revenu «

ravi de l’accueil, du public, de l’expérience. C’était la première fois que nous jouions hors de France. Le festival était très « cool ». Ça nous a

donné envie de continuer à nous produire à l’étranger et notamment en Allemagne. » L’exemple même d’une action conjointe réussie entre

le service Europe et international, l’ODACC (office départemental d’action culturelle du Calvados), le Cargö et les partenaires allemands du

Bezirk de Basse Franconie qui n’en sont pas à leur coup d’essai : les Chapo-T s’étaient rendus en Basse-Franconie en 2009 pour participer à

un stage musical et le festival Jazzitudes à Lisieux a accueilli le groupe Solus, originaire de la région partenaire du Calvados.

* À écouter : Party On The Moon, Dance For My Funeral, French Boy/French Girl sur www.myspace.com/chocolated0nuts


Traditions et coutumes

8

La Hongrie s’invite dans votre

cuisine.

Cet été, du 8 au 13 juillet, les membres du comité de jumelage de Cuverville-Démouville-

Sannerville se sont envolés pour Paka, dans la région de Zala en Hongrie. François Le Buan,

président du comité de jumelage intercommunal et vice-président du Comité départemental

des jumelages nous parle de ce beau pays et nous livre les secrets de préparation du

Goulasch.

« Depuis 10 ans que je vais en Hongrie, je n’ai jamais trouvé beaucoup

de différences entre leurs coutumes et les nôtres ; encore moins maitenant

qu’ils sont rentrés dans l’Union Européenne. Finalement, la différence

qui frappe le plus concerne le niveau de vie, puisque le salaire

moyen en Hongrie est de 400 euros. Ce que je retiendrai de la Hongrie,

c’est, pêle-mêle, l’amabilité des familles d’accueil, la beauté des

paysages et le respect des traditions. Une des traditions culinaires les

plus connues du pays est le Goulasch.

Le Goulasch est une recette typique de la Hongrie. On mange ce plat

lors des réunions de famille, des fêtes de village,

sans cérémonial particulier. Il existe plusieurs

sortes de Goulasch, les plus connus sont au porc ou au bœuf, ou réunissent

les deux. On peut même confectionner un Goulasch avec des

poissons d’eau douce ! ».

Si vous voulez goûter au vrai Goulasch « made in Hongrie» nous vous

donnons rendez-vous à la prochaine Fête de l’Europe qui se déroulera

à Bénouville (entre Caen et la mer) les 21 et 22 mai 2011.

Comme d’autres comités de jumelage du département, le comité

de jumelage de Cuverville-Démouville-Sannerville participera à cette

grande manifestation européenne de découverte des cultures européennes.

A cette occasion, un groupe originaire de Paka préparera

spécialement du goulasch pour vous le faire découvrir. A vos assiettes !

Hongrie

Paka

Les ingrédients pour un bon Goulasch (8 personnes):

- 250 g de saindoux

- 2 oignons émincés

- 1kg de bœuf ou de porc coupé en petits morceaux

- 2 cuil. à s. de paprika doux et 2 cuil. à s. de paprika fort

- concentré de tomate

- 10 tomates pelées coupées en dés

- 500 g pommes de terre en dés

- 1 poivron vert et 1 poivron rouge

Mélangez progressivement les ingrédients ci-dessus dans une

cocotte et laisser mijoter à feu doux… Jó étvágyat !*

* Bon appétit en hongrois.

Un plat de goulasch préparé pour la venue du groupe français à Paka en juillet dernier.

Agenda

L’agenda du service Europe et international et du comité départemental des jumelages

6 au 10 octobre : « Aménagement du territoire et collectivités territoriales : deux approches

différentes pour une problématique commune ». Séminaire franco-allemand entre le Conseil d’Architecture

d’Urbanisme et d’Environnement, la chambre syndicale des géomètres experts et la DLE (Direction pour le

développement rural) de Basse-Franconie, dans le Calvados.

20 octobre : Animation du DeutschMobil à l’occasion des rencontres autour du cinéma allemand

(Cinéma Lux - Caen).

23 octobre : Ateliers thématiques pour les comités de jumelage du département, à Maltot (Comité

départemental des jumelages)

30 octobre au 2 novembre : Festival vidéo jeunes franco-allemand à Trévières.

7 au 13 novembre : Séjour linguistique pour les adultes des comités de jumelage à Plymouth (Devon)

(Comité départemental des jumelages).

27 novembre : Atelier de Noël avec fabrication de couronnes de l’Avent, dans une commune du

département.

29 et 30 novembre : ateliers de Noëls européens dans les collèges.

28 novembre et 5 décembre : Veillées de Noëls européens au château de Bénouville.

Retrouvez le calendrier détaillé sur www.serviceeurope.cg14.fr

More magazines by this user
Similar magazines