RISQUES NATURELS - Syntec ingenierie

syntec.ingenierie.fr

RISQUES NATURELS - Syntec ingenierie

RISQUES NATURELS

20/10/2011


DREAL / Pascaline COUSIN

20/10/2011


Pascaline COUSIN

Gestion du risque d’inondation

Quelques évolutions récentes des cadres d’intervention

• Fiabiliser les ouvrages de protection

• Promouvoir une approche globale de gestion du

risque d’inondation pour en réduire les

conséquences négatives

!

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Pascaline COUSIN

Gestion du risque d’inondation

Quelques évolutions récentes des cadres d’intervention

• Fiabiliser les ouvrages de protection :

o Décret n°2007-1735 du 11/12/2007, dit « décret digues »

! Réalisation tous les 10 ans d’une « étude de dangers »

o

Arrêté du 07/04/2011 portant agrément d’organismes

intervenant pour la sécurité des ouvrages hydrauliques

• Promouvoir une approche globale de gestion du

risque d’inondation pour en réduire les

conséquences négatives

#

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Pascaline COUSIN

Fiabiliser les ouvrages de protection de Loire

Les études de dangers

• Une fiabilisation des ouvrage engagée depuis les années 70, mise

en œuvre à travers le Plan Loire, renforcée par le décret de 2007

• Un patrimoine important, avec plus de 500 km de digues qui doivent

faire l’objet d’une étude de dangers :

o

o

3 systèmes d’endiguement protégeant plus de 50000 hab.

39 systèmes d’endiguement protégeant plus de 1000 hab.

• Un patrimoine hétérogène et ancien

$

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Pascaline COUSIN

Fiabiliser les ouvrages de protection de Loire

Les études de dangers

• Une approche pluridisciplinaire

(hydrologie, géologie, morphologie,

hydraulique, modélisation!) mettant

à contribution des outils de pointe

• Une méthode d’analyse fonctionnelle des systèmes d’endiguement construite pour

les études de dangers

• Des difficultés à dépasser :

o Mécanismes de défaillance : du dire d’expert à la quantification du risque

o Tronçons « homogènes » de digues : un référentiel à construire

o Modélisation des mécanismes de brèches : vers des modèles physiques ?

o Taille des modèles hydrauliques

%

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Gestion du risque d’inondation

Quelques évolutions récentes des cadres d’intervention

• Fiabiliser les ouvrages de protection

Pascaline COUSIN

• Promouvoir une approche globale de gestion du

risque d’inondation pour en réduire les

conséquences négatives :

o

o

Directive 2007/60/CE du 23/10/2007, dite « directive

inondations »

! Plan de Gestion du Risque d’inondation sur les districts

hydrographiques

! Stratégies locales sur les territoires les plus exposés au

risque

Dispositifs des Programmes d’Actions de Prévention des

Inondations et du Plan Submersions Rapides

&

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Promouvoir une approche globale de

gestion du risque d’inondation

Cas des vals de l’Orléanais

Pascaline COUSIN

• Une démarche lancée sur la Loire,

avec la réalisation des

« études de vals »

• Une démarche de planification concertée progressive :

o

o

Une analyse conjointe des systèmes d’endiguement et de l’occupation des sols dans les zones

protégées

Une définition d’un schéma d’aménagement des vals et d’évolution du système d’endiguement

• Une ingénierie au service de l’ensemble des pouvoirs publics :

o

o

o

Assurer une large concertation tout en mobilisant des outils techniques complexes

Faire émerger puis accompagner des choix politiques partagés entre État et collectivités

Articuler les différents outils de la politique de gestion du risque d’inondation

'

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


DOL de BRETAGNE

/ Auguste BOURDAIS

20/10/2011


Auguste BOURDAIS

• Le marais de Dol de Bretagne :

o

12 000 ha situés sous le niveau des plus hautes eaux

• La digue de la Duchesse Anne :

o Construction en 1024

o Depuis 1850, divisée en 2 parties : maritime (17km) et

continentale (14km)

o Protection normalement établie à 9,50m NGF

o Population protégée estimée à 21 209 personnes

()

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Auguste BOURDAIS

• Les missions de l’association des 8 000

propriétaires :

o

o

o

protéger le marais contre l’invasion de la mer,

pourvoir au d'ennoiement du marais,

gérer les eaux en période d’étiage.

((

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Auguste BOURDAIS

Arrêté Préfectoral du 02 février 2011

• Prescriptions relatives à l’ouvrage, à faire réaliser

par un organisme agréé, avec des échéances très

courtes (échelonnées jusqu’à fin 2011) :

o

o

o

o

o

Diagnostic de sureté

Consignes de surveillance et d’exploitation

Visite technique approfondie

Étude de dangers

Etc.

• Prescriptions d’aménagements : rétablissement de

la continuité altimétrique (31/12/2013)

(*

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Auguste BOURDAIS

Les difficultés de mise en œuvre de cet arrêté

• 1) Les aménagements sur la digue

Entrée du port du Vivier sur Mer

Stationnement à l’emplacement de la digue

Emplacement de la

crête arasée de la

digue de La Duchesse

Anne

(!

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Auguste BOURDAIS

Les difficultés de mise en œuvre de cet arrêté

2) Les contraintes

écologiques et culturelles du

site – concertation

systématique avec ABF et

DREAL, même pour des

campagnes géotechniques,

préalables à la réalisation

des travaux, afin de définir

les modes opératoires

(#

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Auguste BOURDAIS

Les difficultés de mise en œuvre de cet arrêté

3) La définition des modalités de surveillance à partir de l’étude de

dangers. Cas des situations exceptionnelles

($

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


RFF / M. DUCREAU

20/10/2011


M. DUCREAU

Le risque sismique

• Implication sur un projet d’infrastructure linéaire :

la Ligne à Grande Vitesse Bretagne – Pays de la Loire

o

o

o

182 km de LGV entre Le Mans et Rennes

32 km de raccordement

Sur le territoire de 3 départements

(Sarthe, Mayenne et Ille et Vilaine)

(&

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


M. DUCREAU

Le risque sismique

• La réglementation

o Code de l’environnement R. 563-1 à R. 563-8.

o Eurocode 8 : Conception et dimensionnement des

structures pour leur résistance au séisme.

o Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux

règles de construction parasismique

Décrets d’application

! relatif à la prévention du risque sismique

! portant délimitation des zones de sismicité du territoire

français.

o Référentiel technique / pour la réalisation

des LGV

• Et des projets de réglementation (notamment)

o

Projet d’arrêté applicable aux ponts

('

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


M. DUCREAU

Le risque sismique

• Application des nouvelles réglementations avec les

différentes étapes dun projet

PROJET

2003

APS

Pré-dimensionnement

Estimation / Ratio

2006

Pré APD

Caractérisation des

ouvrages en terre et

fondations des OA

2009

Phase

consultation

PPP

Compléments

détude

2011

Etudes APD

Plan dexécution

Réalisation

2005

Réglementation

2010

AFPS 92

Carte nationale daléa sismique

projet de futur zonage

EUROCODE 8

Projet darrêté relatif aux ponts

Arrêté du 22 octobre 2010

(+"

19

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


M. DUCREAU

Le risque sismique

• Délimitation des zones de sismicité du territoire

,-."/0,"

Carte applicable avec AFPS 92

Carte du décret du 22 octobre 2010

*)"

20

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


M. DUCREAU

Le risque sismique

• Avec application Eurocode 8 et arrêté

Talus à 3B / 2H

F = 0,95 < 1 du référentiel

o

Exemple de calcul sur un remblai denviron 6,5 m

Talus à 2B / 1H

Coefficient de sécurité OK

• Conséquences

o

o

o

Volume de terrassement

Acquisition foncière

Dispositions constructives des ouvrages darts renforcées

*(

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


M. DUCREAU

Le risque sismique

• Les relations avec lingénierie

o Entre les intervenants :

! Le Maitre douvrage (implication, connaissance !)

! Le maitre dœuvre ou lassistant au MOA (référent, pertinent,

documenté!)

! Les entreprises – sociétés géotechniques (géotechniciens,

territoriales)

! Les institutions (LCPC – SETRA)

o Les « missions »:

! Conseil

! Alerte

! Rapport

! Estimation financière

! Impact planning

Aide à la décision du

Maitre douvrage

**"

22

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Lionel PERES (Laudun lArdoise)

20/10/2011


Lionel PERES

Lingénierie au service des populations

Témoignage Commune de Laudun-lArdoise

Inondations dans le Gard Sept 2002 & Déc 2003

*#

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Lionel PERES

Lingénierie au service des populations

Le Plan Communal de Sauvegarde (PCS)

12

34567829

38

:;42

89 628

;


Lionel PERES

Lingénierie au service des populations

PREDICT, une aide à la décision en temps réel

pour la gestion du risque inondation

!"##$# &'"($'#$# )*+,-.-/"01&# $& /$2.# *+$3 42.",/# 5$ 61'5*$ 7"'/$'*85+9-/

*%

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Lionel PERES

Lingénierie au service des populations

PREDICT, une aide à la décision en temps réel

pour la gestion du risque inondation

()F*(

()F$#

*&

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Michèle DUVAL (LAFARGE)

20/10/2011


Michèle DUVAL

Conséquences de l’imperméabilisation des sols

et des changements climatiques

• Ruissellement des eaux pluviales et augmentation du risque

d’inondation surtout quand les phénomènes climatiques et

d’urbanisation se conjuguent

• Saturation des réseaux d’assainissement

• Accroissement de la pollution des eaux et/ou des nappes dû à une

accumulation de polluants dans les eaux de ruissellement

• Réduction de l’infiltration naturelle vers les nappes phréatiques

• Augmentation de la température en zone urbaine (îlot de chaleur)

*+

Crédit Photo : La Chaîne Météo

mardi 29 septembre 2009

+ Frais

+ Chaud

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

Différent Albedos

(mesure pour Ilots de chaleur)

Toiture végétalisée 0.60/0.70

Peinture 0.50/0.90

Pelouse 0.25/0.30

Béton 0.10/0.35

Arbres

0.15/0.18

Goudron

0.05/0.20

Bitume

0.03/0.15

20/10/2011


Des solutions pour répondre à ces risques naturels

• Revêtements drainants et structures réservoirs en matériaux poreux (dalles

végétales ou à joints drainants, bétons poreux, enrobés et résines drainants!)

• Fonction: gérer et maintenir le cycle de l’eau des précipitations en milieu

urbain tout en répondant aux besoins de déploiement durable.

Réduit le risque

dinondation

Système complet

Michèle DUVAL

Une double

fonction de

portance et de

drainage

!)

Limite la pollution

Abaisse la

température du

revêtement

Lutte contre

limperméabilisation des

sols

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

Reproduit le cycle

de leau

Régénère la nappe

20/10/2011


Exemple d’application à travers le monde

• Cas de L’ouragan Katrina (29 août 2005)

o

o

o

o

Michèle DUVAL

Passage de l’ouragan dans le Sud-Est des Etats-Unis (Nouvelle-Orléans)

Ville construite dans un site très exposé aux risques naturels (ouragans

tropicaux et inondations) => vulnérabilité à la menace de l’eau

Urbanisation croissante (80% des zones urbanisées se trouvent en

dessous du niveau de la mer) qui accroît cette vulnérabilité

Vues aériennes de la ville inondée après le passage de l'ouragan Katrina

Source: www.mondial-infos.fr

BILAN

Source: www.makeitrightnola.org

Nombreuses pertes humaines et matériels

Dégâts évalués à plus de 200 milliards de dollars

!(

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Michèle DUVAL

Exemple d’application à travers le monde

• Cas de L’ouragan Katrina (29 août 2005) – les solutions proposées

o Projet de reconstruction via la fondation « Make It Right » de maisons écoresponsables,

durables et résistantes face aux risques naturels

o Vues de récentes maisons construites par la fondation, le 24 août 2010

Accès par le

toit

Tissu pour fenêtre

spécial ouragan

Fondation

surélevée

Structure plus

résistante :

durabilité

Source: www.mondial-infos.fr

Intérêt et fonctionnement du béton drainant:

Aménagement

paysager

Béton

drainant

Source: www.makeitrightnola.org

" Utilisé pour la confection des trottoirs et des allées, il a une double fonction de portance et de

drainage

" Permet linfiltration des eaux pluviales à travers le sol, favorisant ainsi l’alimentation des nappes

et réduisant les risques dinondation et d’engorgement des canalisations

" Fourni par la société Lafarge situé à Los Angeles.

!*"

32

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Michèle DUVAL

Lafarge lance une offre globale hydromedia

• Présents sur les différents continents, notamment en Amérique du

Nord, Lafarge s'est penché sur ces problématiques.

• Cette solution de béton drainant, commercialisée sous le nom

« Hydromedia », a fait l'objet d'un programme de recherche au centre

de Recherche du groupe, le LCR, basé à Lyon.

L'offre Globale

est une solution optimisée , fruit d'un

travail collaboratif entre :

o Centres de recherche universitaires : Instrumentation d'un parking réalisé

en béton Hydromedia

o Entreprises de TP : mise au point des modes de mise en œuvre

o Ingénieries : mise au point des principes de dimensionnement mécanique

et hydraulique adaptés

o Maîtres d’ouvrage : apport d’une solution éco-responsable, générant des

crédits de points pour des projets labellisés HQE, BREEAM ou LEED

!!

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Karim ESSYAD (BG 21)

20/10/2011


Karim ESSYAD

Vallée du M'Zab (Algérie)

!$

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Vallée du M'Zab

Karim ESSYAD

Des crues au Sahara ?

!%

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Karim ESSYAD

Gestion traditionnelle de l'eau

• Seule ressource = crues de l'oued !

• Barrages traditionnels

o

o

o

Favorisent l'alimentation de la nappe phréatique

Piègent les limons

Permettent le captage et la distribution de l'eau

o

Acteurs traditionnels de l'eau " rôle social central

!&

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Urbanisation aujourd'hui

Karim ESSYAD

,E9 7E286;

0@A78;@E8

GD@; FED94;EH68

.EAA8 7438;28

1;I@2ED@>42 ;


Karim ESSYAD

… et hier

,E9 7E286;

0@A78;@E8

GD@; FED94;EH68

!+

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Karim ESSYAD

Conséquence : risque très élevé !

• Crue octobre 2008

Crue 2008

#)

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Karim ESSYAD

Crues : principe directeur

• Crue de projet : 700 m3/s

• Capacité en ville : 250 m3/s

Déficit de capacité très

important

• Densité du bâti

• Patrimoine (UNESCO)

Ne pas "éventrer la ville"

Bou Brik

El Haimeur

Ouvrages de rétention amont

El Abiod

#(

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Karim ESSYAD

La concertation

• Acteurs traditionnels de l'eau " rôle social central

• Très forte inquiétude vis-à-vis du projet :

o Les règles (de répartition) seront-elle encore valables ?

o L'autorité/la compétence des acteurs est-elle mise en cause ?

o Le rôle de ces acteurs sera t'il modifié ?

• 1er axe : Associer !

o

Solliciter / Comprendre / Prendre en compte / Valoriser

• 2ème axe : Expliquer (permettre l'appropriation) !

o

o

Projet = extrapolation "moderne" des principes traditionnels

Projet " meilleure exploitation des crues (Durée #, débit

régulier!)

#*

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Karim ESSYAD

Aujourd'hui, la vallée est protégée

#!

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Laurent VIGNEAU (ARTELIA)

20/10/2011


Laurent VIGNEAU

La Réunion Double patrimoine mondial

Premier parc national

#$

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Laurent VIGNEAU

La Réunion: 800 000 habitants aujourdhui,

Un million en 2030 => Lenjeu de la DENSITE

Ce que lon veut protéger

Ce qui sera urbanisé en 2030

Au rythme actuel

Ce qui peut être urbanisé

Ce qui est déjà urbanisé

#%

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Laurent VIGNEAU

Eléments de méthodes pour la densification de la

Réunion

( J ,K LM1NOPN Q 628 RA8 382D8S

* J ,MT 0LP0PTOUOPNT V1 T5F


Laurent VIGNEAU

Eléments de méthodes pour la densification de la Réunion

Les résultats

1 – Caractérisation des tissus et bilan des densités;

2 – Aptitudes des tissus à la densification;

3 – Bilan des capacités de lîle par tissus, communes, régions;

4 – Guides pratiques de mise en œuvre de la densité;

5 – Cas décole

#'

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Eléments de méthodes pour la densification de la Réunion

La vulgarisation

15 leviers => 15 fiches dactions

Laurent VIGNEAU

Conférences, séminaires, publications et sensibilisations

#+

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Laurent VIGNEAU

Eléments de méthodes pour la densification de la Réunion

La prévention des risques à long terme

Les regards croisés des différents items de lingénierie permettent:

• De concrétiser la prévention des risques en termes de choix de société,

• Dappréhender les enjeux pour mieux les formaliser,

• De dresser le champ du faisable pour sécuriser lavenir,

• De vulgariser les conclusions pour mettre en route les actions.

$)

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Merci !

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Michèle DUVAL

Lafarge lance une offre globale hydromedia

$*

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Réduction du risque d’inondation

$ 78*+ +%&30( 6,(* 1+-,9+,-* 3*-&'%.5* :,/ ;0,* 5* -


Reproduction du cycle de l’eau

Michèle DUVAL

Concentration des eaux de

ruissellement en un point

Les revêtements drainants

préservent le cycle naturel de

leau et réduit les risques

dinondation, en luttant contre

limperméabilisation des sols.

Le fonctionnement dun sol drainant permet

une gestion naturelle rappelant le cycle de

leau en zone rurale; et limite les effets

néfastes de lurbanisation liés à

limperméabilisation des villes.

$#

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Michèle DUVAL

Abaissement de la température du revêtement

$ $% &*1,-* 3%- -%>0((*&*(+ /(?-%-0,)* 6'&0(+-* :,* 5,45/1%40( 6,

-*=@+*&*(+ 6-%/(%(+ 3*-&*+ 6%.%/11*- (0+%.5*&*(+ 5% +*&3'-%+,-* *(

1,-?%9*

Béton drainant

Enrobé

$$

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011


Les 14 cibles HQE

Michèle DUVAL

Cibles Catégories Descriptif

1

Relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat

2 Eco -

Construction

Choix intégré des procédés et produits de construction

3 Chantier à faibles nuisances

4

Gestion de l’énergie

5 Eco - Gestion

Gestion de l’eau

6 Gestion des déchets d’activité

7 Gestion de l’entretien et de la maintenance

8

Confort hygrothermique

9 Confort acoustique

10 Confort

Confort visuel

11 Confort olfactif

12

Qualité sanitaire des espaces

13 Santé

Qualité sanitaire de l’air

14 Qualité sanitaire de l’eau

$%

10 e RENCONTRES DE L’INGÉNIERIE

de la construction et de l’industrie

20/10/2011

More magazines by this user
Similar magazines