Octobre 11 - BECI

beci.be

Octobre 11 - BECI

n° 10

Magazine de Beci

Brussels Enterprises Commerce & Industry

Brussels Airport

Vital pour l’économie bruxelloise

DOSSIER MOBILITÉ & TRANSPORT

COMMENT NOUS DÉPLACERONS-NOUS DEMAIN ?


n° 10

Magazine de Beci

Brussels Enterprises Commerce & Industry

Brussels Airport

Vital pour l’économie bruxelloise

DOSSIER MOBILITÉ & TRANSPORT

COMMENT NOUS DÉPLACERONS-NOUS DEMAIN ?


edito

© Reporters

Jean-Claude Daoust,

président de BECI

Marché de l’emploi : think Brussels !

La zone métropolitaine bruxelloise est un vivier de près d’un million de postes, ce qui en fait le plus important bassin

d’emploi du pays. Dans la même zone se trouvent également 143 000 demandeurs d’emploi.

Si on se limite à Bruxelles, la Région compte 60 % des emplois et 75 % des demandeurs de la zone metropolitaine. Le

réservoir des offres d’emploi et celui des demandeurs disponibles ne fonctionnent apparemment pas comme des vases

communicants. Un vrai marché de l’emploi inclusif fait défaut à Bruxelles. Les raisons sont multiples et connues.

Deux d’entre elles me préoccupent particulièrement.

La première, c’est la connaissance des langues nationales dans un marché de l’emploi qui se situe sur la « ligne de contact »

de deux cultures et de zones linguistiques. Même si on peut discuter du niveau de connaissance linguistique requis, la

nécessité de la connaissance acceptable des deux langues ne peut être contestée.

Les efforts consentis en matière de formation en langue en Wallonie et dans la Région bruxelloise sont légion : des chèques

langue ont été créés et des formations courtes, des cours du soir et l’enseignement en immersion sont proposés… Mais ces

efforts ne portent pas leurs fruits. Trop peu de francophones maîtrisent correctement le néerlandais.

Je voudrais pointer un deuxième point névralgique : Bruxelles a laissé tomber ses demandeurs d’emploi.

Pendant trop longtemps, les dirigeants ont estimé que beaucoup de demandeurs d’emploi ne pourraient jamais trouver

un poste sur le marché bruxellois, qui est certes exigeant. Leur objectif principal consistait à empêcher ces personnes

de sombrer dans la pauvreté, et à éviter que les communes ne doivent en supporter le coût. Les conséquences de cette

politique furent désastreuses.

Il est primordial que les demandeurs d’emploi restent en contact d’une manière ou d’une autre avec la réalité du marché

de l’emploi. Ce n’est pas le cas à Bruxelles. Un trop grand nombre de chercheurs d’emploi est éloigné de la réalité du monde

du travail. C’est très grave.

1

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Il faut agir à quatre niveaux :

Au niveau de la « disparité » entre l’offre et la demande.

En effet, les personnes qui ont la volonté de travailler ne sont pas nécessairement celles que les employeurs cherchent

à engager. Une action beaucoup plus forte au niveau des fonctions critiques est nécessaire à court terme.

Il est trop facile de dire que les exigences posées par ces métiers ou leurs conditions de travail posent problèmes.

Sur le long terme il faut agir au niveau de l’enseignement.

La tertiarisation et un niveau d’exigences de plus en plus élevé

Est-ce que cela suppose que, dans l’avenir, tout le monde doit devenir spécialiste ? La réponse est évidemment oui

et ceci n’a rien de neuf. Chaque demandeur d’emploi doit présenter, à son niveau et dans son domaine, ce qu’il

peut apporter du point de vue du travail, du point de vue de l’attitude.

Les opérateurs privés et le besoin de partenariat

Une collaboration intense et continue entre les opérateurs d’emploi et de formation est nécessaire. Je doute que

la redistribution des compétences dans le cadre de la reforme d’état soit axée sur les réels besoins du plus grand

réservoir d’emploi du pays. Une collaboration entre le secteur privé, Actiris, Bruxelles Formation, le VDAB, le Forem

et l’ONEM s’impose avec comme objectif commun « think Brussels ».

L’explosion démographique

La thématique de l’explosion démographique est omniprésente dans la politique régionale actuelle. On se demande

comment on va financer et construire les écoles, les crèches, les centres hospitaliers etc.

Mais personne ne pose la question de l’impact de l’explosion démographique sur le marché de l’emploi. Et pourtant,

il est impératif qu’un nombre suffisant de bruxellois contribue aux impôts et à la sécurité sociale afin d’éviter que

Bruxelles ne prenne le chemin de la Grèce.


sommaire OCTOBRE 11

BRUSSELS, ENTERPRISES,

COMMERCE & INDUSTRY

1 Edito

4 Enjeux :Santé au travail :

BECI se met au sport responsable

6 Enjeux : Seniors au travail :

La revanche des têtes grises ?

8 Enjeux : Augmentez votre force de vente !

22 Espace Membres

31 BECI International :

Suspensions tarifaires

50 Enjeux : AXA Wo_Men@Work Award

58 Bloc-notes

60 Demandes d’admission

L’ENTREPRISE AU QUOTIDIEN

30 Boîte à Outils : Imposition des commissions

secrètes : on n’y échappera plus !

33 Bizzbox

Entreprendre est le mensuel de Beci

(Chambre de Commerce & Union

des Entreprises de Bruxelles)

Editeur responsable



t f +32 2 640 93 28

www.beci.be

Rédaction

Responsable : Roel Veyt

Collaborateurs :


Production & Abonnements

Design :

Graphisme – Impression : DB Print

Traduction :

Translations International

Photos de couverture : The Brussels Airport


Tous d

écrite de l’éditeur

Abonnements


Infos : t

PROFIL D’ENTREPRISE BRUSSELS AIRPORT

14 Brussels Airport, un moteur pour l’économie

bruxelloise

16 Du vert dans le ciel de l’aéroport

18 à Brussels Airport, ça vole et ça roule !

PUBLICITÉ

Entreprendre/Dynamiek est lu chaque mois

par plus de 21.000 décideurs.

Tirage moyen par numéro : 13.130 ex.

DOSSIER TRANSPORT & MOBILITÉ

35 Bye bye le ‘tout-à-la-route’

42 Les camions mis au repos forcé le dimanche ?

44 Bepark : Parksharing pour répondre au besoin

de parking

46 Work Tomorrow Move Today :

la mobilité réanimée

DOSSIER SÉCURITÉ

Infos et réservations :

Geneviève N. Juste


Véronique Legein


NOS PROCHAINS DOSSIERS

Entreprendre – Dynamiek

Novembre 2011


Décembre 2011

Dossier International

54 Cybercriminologie :

11% des pages web sont infectées

10-32-2225

PRINTED

ON

TCF PAPER

Partenaires structurels de Beci


Chef, j'ai encore quelques documents cruciaux !

© merak sa

la meilleure alternative

www.merak.eu


enjeux

SANTÉ AU TRAVAIL

BECI se met au sport responsable

Un belge sur deux a des problèmes de poids et près d’un sur cinq est obèse . Est-ce le problème

de l’employeur ? Cela peut le devenir, oui sachant que cela influe sur la productivité et qu’il est

possible d’agir sur l’état de santé de son personnel en rendant le sport, parfois coûteux en temps

et en argent, accessible à tous. Un réel outil en faveur de l’amélioration de la santé et de la lutte

contre le stress.

Exemple à suivre avec BECI, qui

a mis sur pied un programme

sportif voulu responsable, précédé

d’un check-up pour épouser les

aptitudes de chacun.

inciterait à penser que l’on se sentait

mieux avant », explique Anco Wijbinga,

Wellness Manager chez Aspria

Royal la Rasante, qui ne plaide pas

nécessairement pour une approche

4

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

« En offrant la possibilité de faire du sport aux frais de l’entreprise, c’est un

avantage social que nous donnons. Et si nous l’organisons pendant les heures

actives, c’est une décision réfléchie : nous savons que cela améliore la qualité de

vie, on en ressort moins fatigué, plus énergique et plus productif. »

« Les quelques 250 évènements que

nous organisons par an sont au cœur

de notre métier, chez BECI. Les nombreuses

inconnues – experts dispersés,

variété de disciplines engagées…

– et le degré d’urgence inhérents à ce

type d’actions réclament de sérieuses

aptitudes relationnelles et organisationnelles

et sont sources de stress.

En pratiquant un sport ensemble

dans le cadre de l’entreprise, en plus

de travailler sur les tensions et la fatigue,

nous favorisons de meilleurs

échanges entre nous et développons

notre esprit d’équipe », raisonne David

Van der Auwera, Directeur Commercial

BECI qui se réjouit d’avoir déjà

enregistré plus de 50% de réponses

positives à l’initiative.

David Van der Auwera, Directeur Commercial de BECI

Et sinous l’organisons pendant les

heures de travail, c’est une décision réfléchie

: nous savons que cela améliore

la qualité de vie, on en ressort moins

fatigué, plus énergique et plus productif

», précise David Van der Auwera.

C’est donc à quelques enjambées de

leurs bureaux, dans le décor du Bois de

la Cambre, que les équipes de BECI terminent

leur semaine de travail au pas

de course, pour une séance de jogging

collective hebdomadaire organisée

par la starter ‘People First’ et accompagnée

par Catherine Lallemand, (...) au

5000 m junior. Avantages de la course

‘no pain no gain’. L’impact d’une activité

comme la course n’étant pas

identique pour tous, BECI a offert à

chacun un check-up. Chacun débutera

ainsi à son niveau, au sein d’un

groupe homogène de coureurs. « Le

check-up que nous avons réalisé pour

BECI se compose d’un questionnaire

étendu et de prises de différentes mesures.

Il permet d’identifier l’aptitude

« L’activité physique est excellente pour la santé mais il faut,

pour rester motivé, éviter que cela ne devienne fatigant ou

douloureux, ce qui inciterait à penser que l’on se sentait mieux

avant. »

Anco Wijbinga, Wellness Manager chez Aspria Royal La Rasante

Investir dans le bien-être de son

personnel

Pour le responsable BECI, il est normal

qu’un employeur qui demande

de plus en plus à son personnel investisse

dans son bien-être. Il y a dans la

relation employés-entreprise d’autres

valeurs que le travail. C’est le message

qu’il adresse aux collaborateurs. « En

offrant la possibilité de faire du sport

aux frais de l’entreprise, c’est un avantage

social que nous donnons.

à pied : elle ne nécessite pas d’équipement

et se pratique partout. Outre son

effet majeur sur la condition physique

et le contrôle du poids, elle permet de

développer les capacités cardiovasculaires.

Le sport responsable

« L’activité physique est excellente

pour la santé mais il faut, pour rester

motivé, éviter que cela ne devienne

fatigant ou douloureux, ce qui

à l’activité physique, voire le besoin de

consulter un médecin au préalable. Le

test à l’effort aide à mieux appréhender

la condition physique pour adopter

la bonne cadence », détaille Anco

Wijbinga, quiprône un bon équilibre

entre le travail physique et la récupération.

Car rien ne sert de courir si on n’en a

pas de plaisir.

Sylvie Cousin


enjeux

« Il est normal qu’un employeur qui demande de plus en plus à son personnel

investisse dans son bien-être. »

5

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

BECI a offert à chacun un check-up.

Rien ne sert de courir si on n’en a pas de plaisir.


enjeux

SENIORS AU TRAVAIL

La revanche des têtes grises ?

Les prépensions ont écarté trop tôt la main d’oeuvre expérimentée,

en pénurie dans l’industrie. Or, les seniors ont aussi du

know-how à offrir ou à enseigner. L’initiative du Fonds de l’Expérience

Professionnelle vient réhabiliter le travail des plus de 45

ans. De quoi nous éviter quelques cheveux gris trop précoces…

© Imago/Reporters

6

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Rappelez-vous, la CCT 17

permet(tait) aux entreprises

de prépensionner leurs seniors

avant 50 ans. C’était en 1974 et cela devait

résoudre le chômage des jeunes.

Mais nous sommes en 2011. En pleine

guerre des talents. Face au problème

du vieillissement et de son financement.

Rehausser le taux d’emploi de

nos seniors est donc à l’ordre du jour.

« Une vraie valeur pour l’employeur»,

entend-on à présent, malgré les stéréotypes

sociaux circulant sur à propos

des personnes mures. Celles-ci sont

parfois considérées comme éloignées

des réalités professionnelles, d’autres

fois fortes de compétences liées à

l’expérience, la maturité, la stabilité…

Ces stéréotypes ont précisément été

analysés par le SPF Emploi Travail et

Concertation Sociale. Conclusions : il

n’y a, en lien avec l’âge, aucun frein

physique, psychosocial ou cognitif à

une activité professionnelle productive.

Opérationnel depuis 2004, le

Fonds de l’Expérience Professionnelle,

qui est né suite à cette analyse, encourage

les entrepr

Travail physique ou intellectuel

Le fonds subsidie des aménagements

de type ergonomique réduisant la

charge physique ou l’exposition aux

vibrations et aux mouvements répétitifs,

tel un appareil électrique qui

évitera à l’ouvrier de lever des charges

lourdes, pouvant à la longue causer

des lombalgies.

Mais la solution peut être la réorientation,

si, par exemple, après 35 ans de

service, un ouvrier se sent trop fatigué

pour souder en hauteur. On lui confiera

la responsabilité de former les jeunes.

« Sa nouvelle fonction ne doit pas devenir

un problème en soi. Des outils

facilitent sa réorientation », précise

Yvette Charlet, développeur de projet

chargée d’informer les entreprises et

les partenaires sociaux et de faciliter

l’administration des dossiers.

Le Fonds vise aussi à anticiper ou à

résoudre les troubles psychosociaux.

Un employé ne supporte plus sa charge

de stress ? Son transfert vers un poste

administratif peut requérir une formation

éligible pour la subvention.

Le Fonds, qui en 5 ans a déjà accepté

de nombreux dossiers (30% en plus en

2009), a financé pour 50% des projets

d’ergonomie, pour 19% des changements

de fonction, pour 17% l’acquisition

de compétences et pour 13% de

nouvelles organisations.

Est-on vieux à 45 ans ?

Le ‘taux de vieillissement’ exprime

la part des 45 ans et + dans l’effectif

global, apprend-on avec amertume.

Mais celle-ci s’évanouit quelque peu

en sachant que le fonds propose des

Face au problème du vieillissement, rehausser le

taux d’emploi de nos séniors est à l’ordre du jour.

conseils afin d’adapter l’organisation

en cas, par exemple, de taux supérieur

à la moyenne actuelle de 30%.

Est-on donc vieux à 45 ans ? Non, nous

rassure-t-on au SPF. « Mais lorsque

le Fonds visait les 55 ans et +, on en

trouvait très peu dans le privé. Seuls

25% des 55-65 ans étaient au travail à

l’époque ! », répond Anne Himpens,

Conseillère à la Direction du Fonds.

« Depuis 2 à 3 ans on réengage des +

de 50 ans dans la région, ce qui était

impensable avant », se réjouit Isabelle

Flamion, développeur de projets sur

Bruxelles. En outre, « plus tôt on agit,

plus de chances on a d’allonger la carrière.

C’est de la prévention », ajoute

Yvette Charlet.

Sylvie Cousin

En pratique

Le Fonds est ouvert aux organisations du secteur privé, en ordre d’ONSS et de TVA, qui fournissent les factures d’achat

de matériel ou de formation destiné à un + de 45 ans qui reste à l’effectif un an. Les subsides couvrent la 1ère année 70 à

50% de l’investissement amorti sur 5 ans, selon que l’entreprise ait mesuré les facultés de travail et ait diagnostiqué les

facteurs de risque, avant la réalisation du projet et pour autant qu’elle en ait fait la demande au préalable.

Plus d’infos et outils sur www.fondsdelexperienceprofessionnelle.be ou au 02 233 45 97.


HR SERVICES

5 bonnes raisons de confier la gestion de votre

personnel à votre nouveau bras droit :

la gestion de votre personnel « all-in »


une personne de contact attitrée et polyvalente


un soutien proactif

un logiciel HRonline novateur

un prix fixe mensuel

une gestion sans souci de votre personnel



www.comfoHRt.be

Securex. Bien plus qu’un secrétariat social.

HR SERVICES HEALTH & SAFETY HR INSURANCE HR CONSULTING SOCIAL ADMIN HR RESEARCH


enjeux

BOOST YOUR SALES

Augmentez votre force de vente !

Développé par BECI spécialement

pour ses membres,

le programme « Boost your

sales » offre aux PME des

outils concrets et un accompagnement

personnalisé

pour améliorer leur stratégie

commerciale.

8

© Imago/Reporters

L« Boost your sales » est basé sur

un accompagnement personnalisé

de l’entreprise par un spécialiste

chevronné.

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Lancé par BECI cet été, « Boost

your sales » est issu des enseignements

du service « Business

Relations Intelligence », qui fournit

aux membres qui en font la demande

une liste d’entreprises qui servira

de base à leur prospection commerciale.

« Nous avons constaté que nos

membres, en particulier les PME et

les très petites entreprises (TPE), ne

savaient pas toujours comment exploiter

efficacement le listing que

nous leur communiquions », explique

David Van der Auwera, Directeur

Commercial de BECI. « Nous avons

donc réfléchi à la façon dont nous

pourrions les aider à développer et

à affiner leur stratégie commerciale

et leur fournir des outils concrets et

adaptés à leur situation ».

Cinq modules sur mesure

« Boost your sales » est basé sur un

accompagnement personnalisé de

l’entreprise par un spécialiste chevronné.

Le programme est composé

de 5 modules complémentaires axés

sur les différents aspects d’une stratégie

commerciale.

Check-up commercial : Au cours de

la première étape du parcours d’accompagnement,

le conseiller passe

en revue la politique commerciale

actuelle avec le dirigeant et son

équipe. L’objectif de ces entretiens est

de cerner les points forts et les points

à améliorer, et d’identifier toutes les

actions susceptibles de générer des

revenus supplémentaires à court et à

moyen terme. Au terme du check-up,

le dirigeant recevra un plan d’action

et une série de conseils pratiques

pour faciliter sa mise en oeuvre.

Segmentation : Le module « segmentation

» vise à donner au dirigeant ou

au responsable commercial les outils

lui permettant de segmenter son

marché et sa clientèle, c’est-à-dire

d’identifier les différents types de

clients et de concevoir, pour chaque

segment, la politique commerciale la

plus appropriée.

Outils commerciaux : Indispensable

pour la préparation des négociations,

ce module se concentre sur la définition,

la préparation et la personnalisation

des outils et messages commerciaux

qui permettront de réduire

la durée du cycle de vente et de garantir

le « oui » du client.

Tactique Concurrence : Ce module est

centré sur l’identification des avantages

commerciaux qui permettront

à l’entreprise de se différencier de la

concurrence en proposant une offre

commerciale à haute valeur ajoutée,

afin de préserver, voire d’augmenter,

la marge bénéficiaire de l’entreprise.

Coaching de la force de vente : L’objectif

de ce module est d’aider le

chef d’entreprise ou le responsable

commercial à mettre en place une

politique de coaching et de suivi de

l’équipe commerciale.

Une aide de la Région

Proposé par BECI avec l’aide de

consultants spécialisés, « Boost your

sales » est un programme personnalisé.

« La durée et le contenu de chaque

module dépendront de la situation de

l’entreprise », explique David Van der

Auwera. « La journée de prestation

est facturée 1.200 EUR HTVA par jour.

Cependant, le coût réel pour l’entreprise

est moitié moins élevé : la Région

de Bruxelles-Capitale soutient

en effet ce programme pour les PME

et intervient à concurrence de 50 %

de l’investissement engagé. » Une

raison supplémentaire de franchir le

pas !

Frédéric Wauters

Plus d’infos :

Business Relations Intelligence

de BECI

raf@beci.be – T +32 2 643 78 10


BÉNÉFICIEZ DE

D’AVANTAGES

FINI LES COÛTS

D’IMPRESSION

ÉLEVÉS. IMPRIMEZ

VOUS-MÊME VOS

DOCUMENTS A3.

Imprimer, numériser, copier et faxer

jusqu’au format A3 avec la nouvelle gamme

d’imprimantes jet d’encre couleur A3 de

Brother. 141%, c’est la différence entre une

feuille A4 et A3. Ces imprimantes utilisent

également des cartouches d’encre à haut

rendement afin de réduire les coûts. Bénéficiez

de 141% d’avantages. Imprimez vous-même

vos brochures professionnelles en “rectoverso

automatique”, vos présentations et vos

affiches A3. Votre entreprise et vos produits

bénéficierons de l’attention qu’ils méritent.

L’impression sur A3 déjà à partir de 199,

TVA et taxes incl.

Bénéficiez de 141% d’avantages!

Visitez www.brother141.be

Avec écolabels Energy Star et Blue Angel.

Programme de recyclage de cartouches d’encre gratuit.


enjeux

Participer à la Semaine Européenne de

la Réduction des Déchets : ça vous dit ?

Près de 400 kg de déchets par personne et par an, c’est beaucoup

! Et si nous réduisions notre production de déchets ?

C’est possible, en soumettant un projet dans le cadre de la

Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD).

La SERD se tiendra du 19 au 27 novembre 2011. Il s’agit

d’une initiative qui s’inscrit dans le cadre du programme

Life+ de la Commission européenne. Dans plus de 20 pays

européens, des milliers de projets seront mis sur pied.

Et si votre entreprise nous rejoignait cette année ?

10

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Organisation

La SERD est organisée par des instances

publiques, de l’ensemble de l’Europe,

ayant des compétences dans le domaine

de la prévention des déchets.

Pour la Région de Bruxelles-Capitale,

c’est Bruxelles Environnement qui fait

office d’organisateur.

A leur tour, les organisateurs font appel

à des « porteurs de projet » qui organisent

des actions lors de la SERD.

Ces porteurs de projet sont répartis

en 5 catégories : outre les entreprises

et l’industrie, des services publics, des

associations/ONG, des établissements

d’enseignement et autres participent

également.

Thèmes

Plusieurs thèmes entrent en ligne de

compte, tels que l’utilisation d’emballages

et autres matériaux à la place

des variantes jetables, le compostage,

la lutte contre le gaspillage alimentaire,

etc.

Nous allons approfondir deux de ces

thèmes :

réduire la consommation de papier

Si vous souhaitez réduire la consommation

de papier dans votre entreprise,

vous pouvez commencer par informer

vos collaborateurs de la possibilité

d’imprimer et de copier en recto-verso,

par encourager l’utilisation de papier

brouillon, etc. Mais ce n’est pas tout.

Vous pouvez aller plus loin dans la

dématérialisation : numérisation de

la communication interne et externe,

archivage numérique (qui permet en

outre de gagner de la place !), inscriptions

et commandes en ligne,... Et pourquoi

ne pas évoluer vers un bureau sans

papier (paperless office) ? Pour d’autres

conseils et des méthodes pour conserver

les résultats engrangés au niveau des

économies, consultez le site Internet

de Bruxelles Environnement : www.

bruxellesenvironnement.be/semainedelareductiondesdechets/

éco-conception

Vous pouvez également mettre sur

pied une action relative à l’éco-concept

de produits et de leurs emballages, en

valorisant par exemple les efforts fournis

ou en lançant un nouveau produit

développé selon l’éco-concept (tenir

compte, dès la phase de conception,

des critères environnementaux d’un

produit ou service, c.-à-d. lors de sa production,

sa distribution, son utilisation

et sa fin de vie).

Inscriptions

Vous souhaitez vous attaquer à votre

montagne de déchets ou sensibiliser

votre personnel, les collègues ou les

fournisseurs ?

Planifiez d’ores et déjà cette Semaine

dans vos activités !

Les expériences précédentes ont démontré

que la préparation et l’organisation

des actions relatives à la réduction des

déchets devaient se faire à temps pour

augmenter les chances de réussite du

projet.

Les inscriptions peuvent se faire

jusqu’au 3 novembre 2011.

Vous trouverez de plus amples informations

sur la SERD sur le site européen :

www.ewwr.eu ou sur le site bruxellois

www.bruxellesenvironnement.be/semainedelareductiondesdechets

N’hésitez pas à adresser vos questions

à ecocons@ibgebim.be

Colloque Prévention des déchets – bloquez la date

Le mardi 22 novembre se tiendra le colloque « Instruments économiques qui contribuent à la réduction des déchets » à

Bruxelles. Ce colloque est organisé par Bruxelles Environnement et l’ACR+, avec le soutien de Fost Plus.

Vous pouvez vous y inscrire gratuitement en ligne.

Toutes les infos sur www.bruxellesenvironnement.be/wastepreventionconference


Youth@Work

Où trouver vos

futurs employés?

L’Europe doit faire face à une pénurie de main d’œuvre. Une société vieillissante

et des taux de natalité en déclin signifient que la population européenne en

âge de travailler commencera à diminuer dès 2012. Le risque que les travailleurs

de demain ne disposent pas des compétences requises par les employeurs existe

également étant donné le besoin croissant en employés hautement qualifiés

dans les entreprises.

Diane Mbarushimana,

créatrice de porte-bébés

L’année de ses 27 ans, alors qu’elle termine ses

études de tourisme, Diane Mbarushimana met

au monde la petite Malika. Originaire du Rwanda,

elle emmène son nouveau-né partout, grâce

à un porte-bébé inspiré du portage traditionnel

africain et confectionné par ses soins. «Beaucoup

de parents m’arrêtaient dans la rue pour savoir où

je l’avais acheté. A l’époque, je ne savais pas dans

quel domaine travailler, donc je me suis dit que

je pourrais créer ma propre société et commercialiser

des produits textiles pour jeunes enfants.»

Diane se forme alors pendant un an à la gestion

d’entreprise. Mais c’est Debuut, une coopérative

d’activités, qui l’aide à faire ses premiers pas,

Cette situation est aggravée par la crise

économique et financière que l’Europe connaît

actuellement. Les jeunes ont été le plus

durement touchés car ils manquent souvent

d’expérience pour être compétitifs sur un

marché du travail où les emplois se font rares.

Aujourd’hui, cinq millions de jeunes sont sans

emploi dans l’Union européenne, c’est-à-dire

un million de plus depuis le début de la crise.

C’est un énorme gâchis de talent et de potentiel

humain, tant pour les jeunes concernés que la

société dans son ensemble.

Les inadéquations entres les compétences

acquises par les jeunes et celles requises par

les employeurs jouent également un rôle dans

le chômage des jeunes. Ces disparités résultent

en un grand nombre de postes qui restent

vacants alors que le nombre de jeunes

chômeurs augmente.

L’UE et les gouvernements nationaux collaborent

pour remédier à ces problèmes. Toutefois, ces

mesures ne seront efficaces que si elles sont

soutenues sur le terrain. En tant qu’employeur

d’une PME, avez-vous déjà réfléchi à tout ce que

les jeunes peuvent apporter à votre entreprise ?

Ils n’ont peut-être pas d’expérience, mais

grâce à une formation ou des études récentes,

ils possèdent une connaissance à jour des

techniques et développements actuels,

y compris dans le domaine informatique.

Les jeunes travailleurs peuvent être des vecteurs

d’énergie, d’enthousiasme et d’innovation

et sont ouverts à l’idée de travailler dans d’autres

pays. La vision nouvelle d’un jeune sur le monde

peut vous aider à attirer de nouveaux clients,

à explorer de nouveaux marchés ou à repenser

des processus de production.

En outre, les jeunes ont souvent l’envie de

devenir entrepreneurs eux-mêmes en

montant leur propre entreprise. Une personne

jeune peut également poursuivre les activités

de votre entreprise une fois que vous prenez

votre pension.

Par conséquent, pour

garantir le succès futur de

votre entreprise, tirez parti

d’un des plus grand atouts

de l’UE: ses jeunes !

Carole Charlier,

styliste de montres chez «Ice-Watch»

Carole Charlier est une jeune femme pleine

d’enthousiasme. Il y a 5 ans, fraîchement diplômée

en infographie, elle décroche son premier

emploi chez TKS, une petite entreprise de

3 personnes où elle avait été stagiaire.

La société, spécialisée dans les objets promotionnels,

se développe et lance les montres

«Ice-Watch» qui rencontrent un énorme succès.

Les responsabilités de Carole évoluent aussi

et à 26 ans, elle occupe à présent un poste

à haute responsabilité: elle dirige le stylisme

des collections. «J’analyse les tendances à venir,

les futures couleurs à la mode, les matières et

textures en vogue. Strass, cuir, silicone…»

C’est elle qui décide à quoi les montres «Ice-

Watch» de demain ressembleront.

Services publics de l’emploi (SPE)

Présents dans tous les États membres de l’UE,

les SPE fournissent des services gratuits aux

demandeurs d’emploi et aux employeurs à la

recherche de nouveaux travailleurs. Ces services

incluent l’octroi d’informations et de soutien

et l’organisation des placements chez les

employeurs.


Connecter les jeunes et les entreprises

Belgique


Environ 20 % des jeunes sont

actuellement au chômage.

en lui permettant de créer sa PME et de tester sa

viabilité pendant 18 mois avant de se lancer seule.

Faute de garanties financières, Diane ne peut

prétendre à un prêt bancaire. La jeune maman

se tourne alors vers microStart, un nouvel

organisme belge de microcrédit à but non

lucratif participant à l’initiative «Progress

Microfinance» de l’Union européenne. Son prêt

de 3 000 euros en poche, elle finance la fabrication

de 40 premiers porte-bébés. Prospection,

recherche de tissus, création de modèles,

promotion… Diane éprouve vite une grande

satisfaction à superviser chaque étape de la

production. Ce qu’elle apprécie aussi, c’est

d’être sa propre patronne : «Je fais ce que j’aime

et je peux combiner vie professionnelle et vie

familiale», un avantage inestimable à ses yeux.

Le parcours de Carole n’est pas un cas rare

dans les petites et moyennes entreprises (PME).

En effet, les PME offrent souvent aux jeunes la

possibilité d’acquérir de l’expérience et d’assumer

des responsabilités importantes. Pour

Carole, l’avantage est évident: «Dans une plus

grosse boîte, je n’aurais pas atteint si rapidement

ma fonction actuelle. Cela m’a aussi ouvert

beaucoup de portes, j’ai visité pas mal de pays et

rencontré des tas de personnes» explique-t-elle.

« Ton premier emploi EURES »

Opérationnelle à partir du début de 2012,

l’action « Ton premier emploi EURES » vise

à combler plus facilement les postes pour

lesquels il est difficile de trouver des travailleurs

dans toute l’Europe. Le programme établira

un lien entre un jeune intéressé par le travail

dans un autre État membre et une entreprise

à la recherche de jeunes employés. De cette

manière, cette action fournira aux jeunes âgés

de 18 à 30 ans des opportunités de travailler

à l’étranger leur permettant de développer

leurs carrières et aux employeurs une main

d’œuvre jeune, mobile et compétente. Un

soutien financier est également disponible

aussi bien pour les demandeurs d’emploi que

les employeurs (principalement des PME).

Et sa petite affaire tourne bien ! La jeune femme

projette d’élargir sa gamme de produits pour

jeunes enfants et d’associer sa PME à un programme

de réinsertion professionnelle. Un bon

moyen de partager son expérience et de donner

leur chance à d’autres personnes sans emploi,

comme elle auparavant.

Sous la marque «Ice-Watch», l’entreprise occupe

aujourd’hui plus de 30 personnes et distribue

ses montres dans plus de 6 000 boutiques

dans le monde entier. La PME a fait le choix de

favoriser l’emploi des jeunes – qui sont aussi

ses clients. Selon Carole, «Les jeunes sont un

maillon essentiel. Une PME se doit d’être dynamique

et en perpétuel renouvellement,

les jeunes y apportent des idées nouvelles,

la motivation et l’énergie dont elle a besoin.»

EURES, le Portail européen

sur la mobilité de l’emploi

Le portail EURES fournit plus d’un million d’offres

d’emploi en ligne quotidiennement ainsi que des

informations sur les opportunités de formation

à travers l’Europe. Un réseau de conseillers EURES

des services de l’emploi de l’UE fournit un soutien

et des conseils aux demandeurs d’emploi intéressés

par le travail dans un autre État membre et

aux employeurs souhaitant recruter des employés

de l’étranger.

http://ec.europa.eu/eures

Les PME représentent plus de 99 %

des entreprises.



67 % de l’ensemble des travailleurs

sont employés dans des PME.

31 % des jeunes voudraient lancer

leur propre entreprise.

(Sources: Eurostat, Eurobaromètre)

Contacts utiles

Organisations au niveau européen

BUSINESSEUROPE

www.businesseurope.eu

Union européenne de l’artisanat et des petites

et moyennes entreprises (UEAPME)

www.ueapme.com

EUROCHAMBRES – Association des chambres

de commerce et d’industrie européennes

www.eurochambres.be

Financement au niveau européen

Instrument européen de microfinancement Progress

http://www.ec.europa.eu/epmf

Fonds social européen (FSE)

http://ec.europa.eu/esf

Niveau national

ABE

www.abe-bao.be

ACTIRIS (l’Office Régional Bruxellois de l’Emploi)

www.actiris.be

ADG – Arbeitsamt der Deutschsprachigen

Gemeinschaft

http://www.adg.be

Fédération des Chambres de Commerce

et d’Industrie de Belgique

http://www.cci.be

Fédération des Entreprises de Belgique –

Verbond van Belgische Ondernemingen – FEB-VBO

www.vbo-feb.be

Forem (le service public wallon de l’emploi

et de la formation)

www.leforem.be

Unie van Zelfstandige Ondernemers – UNIZO

www.unizo.be

Union des Classes Moyennes – UCM

www.ucm.be

VDAB (l’office flamand de l’emploi et

de la formation professionnelle)

www.vdab.be


profil d’entreprise

INTERVIEW CEO ARNAUD FEIST

« Brussels Airport, un moteur pour

l’économie bruxelloise »

L’impact économique de l’aéroport de Bruxelles est de premier plan pour la Capitale. Logique,

puisque Brussels Airport est le principal point d’entrée du transport de personnes, pour Bruxelles

bien sûr, mais également pour l’ensemble de la Belgique et même pour l’Espace Schengen.

14

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Brussels Airport est le principal point d’entrée du transport de personnes en Belgique.

Plongeons dans le volet économique

de Brussels Airport, avec

Arnaud Feist, CEO de l’aéroport

de Bruxelles.

Brussels Airport est donc le principal

point d’entrée du transport

de personnes en Belgique. Mais

quel rôle joue donc l’aéroport

dans le transport de fret ?

Arnaud Feist : « L’aéroport de Bruxelles

se situe en deuxième position pour le

transport de biens et marchandises,

derrière le port d’Anvers.

Il répond surtout à une demande différente

de celle d’Anvers. En effet, certains

produits possèdent des qualités

pour lesquelles le transport en avion

est davantage adapté que les voies

maritimes ou terrestres. Ce sont par

exemple les marchandises pour lesquelles

le rapport prix/poids est plus

avantageux par les airs.

On peut citer également certains

biens périssables, les animaux vivants

et les marchandises de grande

valeur. L’avion répond également davantage

à certains critères d’urgence.

Imaginons le cas où des tee-shirts ont

été imprimés dans un pays et doivent

arriver à Bruxelles pour un salon qui

commence le lendemain.

Pensons aussi aux pièces de rechange

pour une machine en panne qui paralyse

un processus de production,

voire une usine entière...

Les situations où des marchandises

doivent être transportées par avion

sont donc multiples. »

Quand on évoque un impact

économique, on pense immédiatement

aux débouchés en

termes d’emplois. Quel rôle joue

Brussels Airport dans l’emploi en

Belgique ?

Arnaud Feist : « Tout d’abord, il faut

savoir que quelque 21.000 personnes

travaillent au sein de l’aéroport.

Ensuite, des études récentes montrent

que pour chaque emploi créé directement

par l’aéroport, deux autres

emplois indirects voient le jour. Je

pense par exemple à une société


profil d’entreprise

de transport routier dont les chauffeurs

assureront la livraison de biens

depuis l’aéroport de Bruxelles vers

toute autre destination. De ce fait,

Brussels Airport assure directement

ou indirectement un revenu à plus de

60.000 ménages. De plus, certaines

sociétés s’implantent dans les environs

immédiats de l’aéroport car leur

activité dépend de cette proximité.

Il pourrait s’agir d’un labo médical

effectuant des tests très spécialisés

sur des échantillons sanguins en provenance

de toute l’Europe. »

« Le fait que Bruxelles soit la Capitale européenne renforce l’impact économique

de Brussels Airport. L’aéroport se positionne au même niveau que d’autres

grands aéroports européens comme Paris ou Londres en nombre de destinations

desservies en Europe. Il y a en effet plus de 230 destinations directes, dont la

plupart en Europe. C’est nettement plus que ce qu’offrent des aéroports implantés

dans d’autres villes de taille comparable à celle de Bruxelles. »

15

Le fait que Bruxelles soit la Capitale

européenne renforce-t-il l’impact

économique de Brussels Airport ?

Arnaud Feist : « Naturellement. L’aéroport

se positionne au même niveau

que d’autres grands aéroports européens

comme Paris ou Londres en

nombre de destinations desservies

en Europe. Il y a en effet plus de 230

destinations directes, dont la plupart

en Europe.

C’est nettement plus que ce qu’offrent

des aéroports implantés dans

d’autres villes de taille comparable à

celle de Bruxelles.

Une grande partie du trafic « business

» résulte d’ailleurs directement ou

indirectement de la présence des institutions

européennes à Bruxelles.

Venez voir, un vendredi soir, à l’aéroport.

Vous verrez le nombre d’Européens

qui partent de Bruxelles pour

passer le week-end chez eux.

Cette vocation européenne de

Bruxelles est elle aussi créatrice d’emplois.

De nombreuses sociétés telles

que des bureaux de lobbying, des

cabinets d’avocats ou des bureaux

de traduction se sont installées à

Bruxelles pour profiter de cette proximité

des instances européennes.

Et une partie de leur personnel part

à l’étranger ou en revient régulièrement…

par les airs. »

En dehors de l’Europe, quelles

autres destinations constituent

les atouts de Brussels Airport ?

Arnaud Feist : « On peut évidemment

se rendre dans le monde entier à partir

de l’aéroport de Bruxelles.

Mais Brussels Airport propose une

offre particulièrement bien développée

vers toutes les destinations africaines.

Le réseau de Brussels Airlines

est assez unique en son genre.

Cela ne veut pas dire que les autres

continents ne sont pas desservis.

L’aéroport est très bien organisé pour

les destinations d’Amérique du Nord

et particulièrement la Côte Est. L’offre

vers le Moyen-Orient, avec ses nombreuses

connexions directes, constitue

un autre atout.

Nous ne couvrons pas encore toute

l’Asie, mais l’aéroport propose des

Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport

liaisons très performantes vers des

destinations telles que Delhi, Mumbai,

Chennai, Beijing et Shanghai.

Bangkok rejoindra bientôt la liste de

nos destinations asiatiques. »

Pas de maillons faibles, alors au

niveau des destinations ?

Arnaud Feist : « Quelques destinations

manquantes en Asie et en Amérique

du Sud méritent notre attention,

pour le trafic passagers.

Nous y travaillons. Nous sommes en

revanche très performants en ce qui

concerne le fret vers l’Asie.

Plusieurs compagnies du Moyen

Orient et d’Asie, parmi lesquelles Singapore

Airlines Cargo et Saudi Arabian

Airlines ont choisi d’implanter

leur hub européen à Brussels Airport,

créant de ce fait des centaines d’emplois

dans notre pays.

Leur choix constitue aussi un soutien

apprécié à notre économie et aux activités

d’importation et d’exportation

que nous entretenons avec l’Asie. »

Propos recueillis par Hélène Legrand

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE


profil d’entreprise

ENVIRONNEMENT

Du vert dans le ciel de l’aéroport

Des installations photovoltaïques,

une station d’épuration

des eaux usées. Brussels

Airport multiplie les efforts

pour réduire son impact environnemental.

Des initiatives à

saluer et à découvrir.

The Brussels Airport Company a mis en service une

station d’épuration des eaux usées

L’aéroport de Bruxelles se profile

de plus en plus, sur le plan

environnemental, parmi les

meilleurs acteurs de l’aviation européenne.

16

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Station d’épuration des eaux

usées

En effet, The Brussels Airport Company

a mis en service, il y a un an environ,

une station d’épuration des eaux

usées. Un investissement conséquent

puisqu’il atteint 3,5 millions d’euros.

« Cette station poursuit trois objectifs

», explique Christel Vandenhouten,

responsable environnementale de

Brussels Airport. « Cette station traite

les eaux sanitaires des bâtiments des

terminaux ainsi que celles des avions

de pluie et de fonte des neiges contenant

des produits de dégivrage des

avions. Compte tenu de ce volume

de liquide provenant du dégivrage,

la station d’épuration a une capacité

de traitement maximale de 2,4 millions

de litres d’eaux usées par jour.

Comme l’a souligné Arnaud Feist, CEO

de Brussels Airport : « Nous avons fait

procéder à plusieurs études à propos

des liquides rejetés et des possibilités

de traitement des différents flux. (…)

Il est apparu que la solution optimale,

là. La société a également lancé un

premier projet d’énergie solaire.

Fin 2010, des panneaux solaires photovoltaïques

ont été installés sur le

toit du CCOT, un bâtiment du service

incendie. Cette installation expérimentale

génère de l’électricité qui

est injectée dans le réseau de distribution.

Avec une puissance de pointe

de 15 kW, l’installation peut générer

quelques 12.000 kWh par an, ce qui

correspond à la consommation annuelle

de trois à quatre familles.

« The Brussels Airport Company a mis en service une station d’épuration des eaux

usées. Cette station traite les eaux sanitaires des bâtiments des terminaux ainsi

que celles des avions. Ce n’est pas rien. Il faut en effet savoir que les bâtiments du

terminal sont utilisés quotidiennement par des milliers de membres du personnel

et en moyenne 30.000 passagers. Plus de 300 avions atterrissent chaque jour,

avec des eaux sanitaires à épurer. »

Christel Vandenhouten, responsable environnementale de Brussels Airport

», ajoute-t-elle. « Ce n’est pas rien. Il

faut en effet savoir que les bâtiments

du terminal sont utilisés quotidiennement

par des milliers de membres

du personnel et en moyenne 30.000

passagers. Plus de 300 avions atterrissent

chaque jour, avec des eaux sanitaires

à épurer. »

Mais ce n’est pas tout. wDepuis peu,

la station traite également les eaux

sur les plans environnemental, juridique,

de l’aménagement du territoire

et financier, était la construction

d’une station d’épuration qui nous

soit propre ».

Voilà qui est fait.

Energie solaire

Mais les efforts environnementaux

de Brussels Airport ne s’arrêtent pas

Depuis, d’autres projets d’installations

photovoltaïques sont à l’étude.

« Nous sommes actuellement à la

phase d’étude et d’évaluation de

notre projet-pilote. Notre objectif est

naturellement d’étendre ce type de

projets », explique Christel Vandenhouten.

Qui a dit qu’un aéroport ne

pouvait pas être vert ?

H.L.


Ne laissez pas les huiles usagées envoyer

l’environnement au diable.

Faites reprendre vos huiles usagées par un opérateur agréé.

Une seule goutte d’huile usagée peut polluer

1.000 litres d’eau. C’est pourquoi, en tant

qu’utilisateur professionnel d’huile, vous avez

l’obligation de faire reprendre vos huiles usagées

par un opérateur agréé. Encore faut-il

y satisfaire de manière adéquate. En effet :

les seules procédures de collecte qui permettent

de recycler vos huiles en respectant

l’environnement, sont celles de l’OWD, de l’IBGE

et de l’OVAM. Par exemple, il ne faut pas mêler

vos huiles à d’autres déchets, car cela complique

sérieusement le recyclage. La collecte de

vos huiles usagées est également avantageuse

pour votre portefeuille. Les petites quantités

collectées vous donnent en effet droit, sous

certaines conditions, à des compensations

forfaitaires. Alors ? N’êtes-vous pas diablement

convaincu ?

D’abord lubrifier, puis recycler

Valorlub est une initiative du secteur privé et a été reconnu ou accepté par les trois autorités régionales.


profil d’entreprise

MOBILITÉ

A Brussels Airport, ça vole et ça roule !

A l’heure actuelle, dire que la mobilité est un enjeu crucial est devenu un lieu commun. Mais pour un

aéroport, cela reste fondamental puisque des milliers de passagers et de biens y transitent chaque jour.

Qui plus est, les heures de pointe de la circulation n’y sont guère différentes de celles du centre-ville.

Il faut donc absolument gérer la mobilité pour éviter les goulots d’étranglement et les engorgements.

18

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

La mobilité est un enjeu crucial à l’aéroport de Bruxelles.

1. Le ferroviaire

Il faut savoir que 14 % des Belges et

25 % des étrangers se rendent en

train à l’aéroport. Les responsables

de Brussels Airport cherchent à

augmenter ces taux pour réduire

l’affluence automobile autour de

l’aéroport. Les instances de Brussels

Airport travaillent dans ce cadre en

étroite collaboration avec la SNCB.

« Nous étions le tout premier aéroport

au monde à avoir sa propre gare en

1955 », explique Jan Van der Cruysse,

responsable de la communication de

Brussels Airport. « De ce point de vue,

il y a belle lurette que nous ne figurons

plus parmi les meilleurs, mais

des améliorations sont prévues. »

Il faut dire que l’aéroport de Bruxelles

n’est guère aidé par sa situation

puisqu’il se trouve en bout de ligne,

dans un cul-de-sac.

« Notre check-in démarre parfois à

trois heures du matin déjà. Les trains

devraient dès lors être disponibles

plus tôt le matin, mais cela semble

difficilement compatible avec l’offre

de liaisons ferroviaires actuelle.

Néanmoins, les choses évoluent et

Brussels Airport va bientôt se doter

d’une gare flambant neuve.

Et surtout d’une nouvelle liaison. En

effet, le passager anversois qui souhaitait

se rendre à l’aéroport devait

jusqu’à présent se rendre à Bruxelles,

y changer de train et prendre la

liaison vers l’aéroport.

Et cela avec armes et bagages. Ce qui

décourageait plus d’un vacancier

d’utiliser ce moyen de transport.

Infrabel a entrepris des travaux importants

et a installé au centre de la

E19 une voie centrale qui accueillera

une ligne directe vers l’aéroport de

Bruxelles. C’est ce qu’on appelle la

liaison Diabolo. Après Bruxelles et

Louvain, c’est maintenant toute la

région d’Anvers qui sera reliée directement

à l’aéroport.

En 2012, on devrait donc disposer de

lignes directes vers Amsterdam, Anvers

et Malines.

« C’est très important pour les passagers

bien sûr mais aussi pour

les nombreuses personnes qui travaillent

à l’aéroport », souligne Jan

Van der Cruysse.

Il reste maintenant à planifier le tout

avec la SNCB pour établir les horaires

et les fréquences.


Un bon assureur fait partie intégrante de votre entreprise.

Ethias, l’assurance d’une protection optimale et du

meilleur service pour votre entreprise.

Ethias SA, rue des Croisiers 24, 4000 Liège. RPM Liège TVA BE 0404.484.654

Plus info’s

www.ethias.be

04 220 31 31


profil d’entreprise

La mobilité est un enjeu crucial à

l’aéroport de Bruxelles.

compagnies privées qui desservent

directement l’aéroport depuis Anvers

ou d’autres destinations.

Et les bus des tour-opérateurs.

L’utilisation des liaisons continues

de De Lijn est d’ailleurs gratuite lors

de trajets entre les divers arrêts sur

le terrain de l’aéroport. L’aéroport en

supporte le coût lui-même. « Il est

fondamental pour nous d’offrir ces

services, notamment au personnel de

l’aéroport. »

4. Le fret

Brucargo, le pôle fret de l’aéroport,

est bien situé sur la carte du pays et

la carte d’Europe. Il est facilement

accessible à proximité du ring et de

l’autoroute qui relie Amsterdam à Paris.

Seul point noir : sortir de Brucargo.

En effet, les camions doivent emprunter

la chaussée d’Haecht avec ses

carrefours et ses feux de circulation.

Résultat : une circulation peu efficace

pour les camions et potentiellement

dangereuse pour les automobilistes.

Cette situation sera modifiée radicalement

dès le mois prochain.

Des travaux ont été entrepris pour

relier Brucargo directement à l’aéroport.

Une bonne nouvelle donc pour

le trafic, les riverains et les camionneurs

!

H.L.

20

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

2. Le parking

On l’a dit : la voiture reste un des

moyens privilégiés pour se rendre à

l’aéroport, surtout pour la clientèle

business qui représente une partie

importante des passagers de Brussels

Airport. « Il faut donc que nous ayons

des places de parking en nombre

suffisant », explique le responsable

communication de l’aéroport. Actuellement,

l’aéroport bruxellois dispose

de 12.500 places de parking.

Le rapport entre le nombre de places

disponibles et le nombre total de passagers

est plus élevé que dans la plupart

des autres aéroports. Cela s’explique

essentiellement du fait que le

passager qui voyage pour des raisons

professionnelles est un utilisateur

régulier de ces parkings. Or, notre aéroport

se caractérise par une proportion

élevée de voyageurs ‘business’.

Les parkings offrent également des

formules tarifaires attractives aux

vacanciers.

A cet égard, nous menons une concurrence

agressive à de nombreux autres

aéroports. Nous avons désormais des

formules pour les week-ends, des forfaits

semaine, etc. ».

3. Les bus

Impressionnant. L’aéroport accueille

un bus à la minute. Il faut dire que

la STIB, De Lijn et les TEC assurent

tous trois des liaisons vers l’aéroport

bruxellois. S’y ajoutent toutes les

Connector a remisé le tunnel au placard

Actuellement, Brussels Airport est desservi par deux jetées :

la jetée B, qui compte 23 portes et accueille essentiellement les vols longcourriers

la jetée A, qui compte 31 portes pour le trafic intra-européen et 6 portes

pour le trafic à destination de l’Afrique. Problème : cette jetée est située

au milieu du tarmac et est reliée aux installations par un tunnel.

Ce passage souterrain donne l’impression aux voyageurs que le trajet est

long, fastidieux et sombre. Du coup, Brussels Airport a entrepris d’importants

travaux pour remplacer ce tunnel impersonnel par un bâtiment qui

va relier le terminal à la jetée A. C’est ce qu’on appelle le ‘Connector’.

Ce bâtiment sera large et lumineux. Il accueillera les contrôles de sécurité

des jetées A et B. D’où un énorme gain en efficacité et capacité – donc en

confort pour le passager.

D’autres travaux ont été entrepris aux jetées : la prolongation de la jetée A

pour en augmenter le nombre de portes. « Notre objectif est de permettre

aux compagnies faisant partie d’une même alliance de poser leurs avions

les uns à côté des autres ou à proximité. Ce qui n’est pas toujours possible

actuellement. Si un passager fait le voyage Washington-Bruxelles-Bujumbura,

il arrivera par la jetée B et devra tout traverser pour se rendre à la

jetée A. Ce n’est ni confortable, ni efficace. Le Connector et la jetée A Ouest

apportent donc une solution astucieuse à nos problèmes de croissance et

font à nouveau de nous un des aéroports les plus séduisants d’Europe.

Le gain d’efficacité s’applique également aux compagnies aériennes partenaires.

Le handling et le catering sont généralement assurés par les

mêmes entreprises pour tous les membres d’une alliance. Le travail est

donc nettement plus facile pour elles si les avions se trouvent à proximité

les uns des autres.

L’échéance pour tous ces travaux ?

2014 pour le Connector

2015 pour l’ouverture de la jetée A Ouest.


Si j’ai un souci avec mon téléphone pendant

mon service de nuit, quelqu’un peut-il m’aider ?

Indépendants et PME,

en cas de besoin, notre équipe

technique vous aide 24h/24, 7j/7

au 0800 33 500.

Indépendants et PME, votre temps est précieux.

Nous nous adaptons.

Nos techniciens sont toujours plus à votre service. Un dérangement ? Une question technique ?

Ils vous aident 24h/24 et 7j/7 au numéro unique 0800 33 500.

Découvrez toutes nos initiatives pour mieux vous servir

sur www.belgacom.be/bizzservices

Belgacom et Proximus

vous emmènent vers un meilleur service.


vous bougez !

Espace membres

Vous désirez faire connaître votre activité ? Annoncer un changement stratégique, un

déménagement de vos bureaux, des résultats financiers en progrès… ? Profitez de la visibilité qui

vous est offerte dans les pages d’Entreprendre, lu par 21.000 décideurs, en envoyant un communiqué

d’une quinzaine de lignes accompagné d’une photo, à rv@beci.be

Attention : les textes publicitaires ne sont pas publiés. La rédaction se réserve le droit d’écourter les textes trop longs.

22

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Comptabilité


Deloitte Belgique

Deloitte Belgique a annoncé la nomination de 8 nouveaux associés – deux femmes et six hommes – dans les lignes de

service suivantes : Comptabilité, Audit & Enterprise Risk Services, Consultance et Fiscalité. L’octroi du titre d’associé à ces

experts atteste de la valeur extrême qu’accorde Deloitte Belgique au talent et aux opportunités de développement de ses

collaborateurs.

Ces récentes nominations portent à 150 le nombre total d’associés travaillant aujourd’hui pour Deloitte en Belgique. Rik

Vanpeteghem, CEO de Deloitte Belgique, confirme l’ambition de Deloitte de devenir ‘la’ référence en tant qu’employeur

d’un personnel hautement qualifié qui ne cesse de promouvoir la compétence de ses experts.

« Nos associés sont les principaux actionnaires de Deloitte ; leur engagement porte en partie sur le développement de

nos activités et sur la vente de nos services aux clients.

Devenir associé chez Deloitte requiert de l’expérience, le sens du leadership, une éthique professionnelle à toute épreuve

et une véritable passion pour la qualité et le service au client. Les huit nouveaux associés que nous venons de nommer

répondent tous à ces critères et jouissent d’une réputation de spécialistes sans faille dans leurs domaines de compétence

respectifs. Je me réjouis sincèrement de collaborer étroitement avec chacun d’eux. » Les huit nouveaux associés ont été

désignés dans les départements suivants :

Didier Bouckaert

Thomas Carlier

Corine Magnin

Johan Van Grieken

Audit & Enterprise Risk Services

Fiscalité

Consultance

Steven Moors

Ben Amez

Jeroen Lemmens

Liesbet Nevelsteen

Deloitte


T


espace membres

Monizze : le nouvel émetteur

de chèque repas électronique

Le marché des titres en papier est en transformation digitale

depuis plusieurs années. Sous l’initiative du gouvernement,

l’Arrêté Royal autorisant l’émission de chèques repas électroniques

a été publié en novembre 2010. Fini donc les pertes de

temps et d’argent (chèques périmés ou perdus) mais aussi, fini

les tracasseries journalières, le transport, les vols et la distribution

associés à l’émission de papiers. Dans ce contexte Monizze

est le seul nouvel émetteur de chèques repas électroniques

à avoir reçu les 4 signatures des Ministres compétents. Monizze

est une jeune entreprise innovante, 100% belge, axée sur

la simplification de la vie de ses clients. Emetteur de chèques

repas électroniques, Monizze restera concentrée sur la digitalisation

des coupons, tickets, ou autres chèques en papier. Les

fondateurs et coactionnaires de Monizze n’en sont pas à leur

premier essai : Jean-Louis Van Houwe, Administrateur Délégué,

a gagné ses galons dans de grandes entreprises dont Alcatel,

IBM et CSC ; Stéphane Jacobs chez PWC, IBM et Mobile-for,

pionnier de l’introduction du paiement de parking ou de ticket

De Lijn par SMS. Les autres coactionnaires de Monizze sont

Grégoire de Streel et Jean Zurstrassen, connus pour la création

de Skynet, KeytradeBank et Tunz. Constamment, Monizze travaille

sur l’innovation et la facilité d’utilisation. Par exemple,

Monizze développe des applications smart phone qui permettront

à l’utilisateur de gérer ses comptes de façon beaucoup

plus simple. En bref, Monizze transforme aujourd’hui de façon

simple et totalement sécurisée le chèque repas en format électronique,

et très bientôt, suivront beaucoup d’autres coupons,

tickets ou autres chèques en papier.

Monizze


T +32 498 44 57 99

info@monizze.be

www.monizze.be

Hamon et Daoust

nominés pour ‘l’Entreprise de

l’Année 2011

Ernst & Young organise pour la 16ième année consécutive

l’élection de ‘L’Entreprise de l’Année’, en collaboration

avec L’Echo et BNP Paribas Fortis. Les 5 entreprises

nominées pour cette édition sont Bia Overseas

(Brabant-Wallon), Daoust (Bruxelles – membre BECI),

Hamon (Brabant-Wallon – membre BECI), Lampiris

(Liège) et Pranarôm (Hainaut).

C’est en 1996 qu’Ernst & Young organisait, pour la

première fois en Belgique francophone, l’élection de

‘L’Entreprise de l’Année’ afin de féliciter les entreprises

florissantes de Wallonie et de Bruxelles pour leurs excellentes

prestations. Philippe Pire, Associé Ernst &

Young, précise : « ‘L’Entreprise de l’Année’ couronne

les entreprises qui affichent une croissance et des résultats

spectaculaires et qui se distinguent en matière

d’entrepreneuriat, de stratégie, de sens de l’innovation,

d’ouverture sur le monde et de persévérance. »

Hamon (Mont Saint-Guibert, membre BECI) :

Acteur de premier plan dans le domaine de l’engineering

et du contracting, le Groupe Hamon propose à ses

clients des produits et services diversifiés comme la

conception et la fabrication de composants-clés, l’installation

et l’entretien de systèmes de dépollution de l’air,

etc. L’objectif de l’entreprise ? Offrir à ses clients des solutions

novatrices et sur mesure tout en veillant au bienêtre

de ses collaborateurs.

Daoust (Bruxelles, membre BECI) :

Depuis plus de 50 ans, Daoust met un point d’honneur

à satisfaire tant les employeurs que les travailleurs intérimaires.

Ce qui compte le plus aux yeux de l’entreprise,

c’est la dimension humaine de sa mission. Outre

ses départements spécialisés en intérim, Daoust étend

son offre et propose désormais à sa clientèle des services

diversifiés comme la Sélection de Personnel, l’Outplacement,

les Titres-Services et le Jobcoaching.

Le trophée est remis au lauréat le lundi 10 octobre 2011. A

l’heure de l’impression de ce numéro d’octobre de notre

mensuel, le gagnant n’était pas encore connu.

Daoust

Galerie de la Porte Louise 203 Bte 5 / 5

1050 Bruxelles

T +32 2 513 14 14

info@daoust.be

www.daoust.be

Hamon Thermal Europe

Axisparc A

Rue Emile Francqui 2

1435 Mont-Saint-Guibert

T +32 10 39 05 40


23

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE


vous bougez !

24

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Wim Vanhove devient Director Managed Document Services chez

Ricoh Belgium

Wim Vanhove, Director Managed Document

Services (MDS) chez Ricoh Belgium.

Ricoh Belgium, acteur majeur sur le marché des services documentaires gérés,

des solutions bureautiques, de l’impression de production et des services IT, a

nommé Wim Vanhove (38 ans) au poste de Director Managed Document Services

(MDS).

Cette nouvelle division comprend l’ensemble des services qui permettent de

cartographier l’infrastructure documentaire (tant papier que digitale), de l’optimaliser

et de la gérer (que ce soit en interne ou externe). En poste chez Ricoh

Belgium depuis 12 ans, Wim Vanhove est aujourd’hui à la tête d’une division

composée de 86 collaborateurs.

« Il y a deux ans, je relevais déjà un nouveau défi en devenant Director ICT »,

souligne Wim Vanhove. « Aujourd’hui, Ricoh me confie la direction d’une toute

nouvelle division qui compte 86 collaborateurs dont 26 spécialistes software et

IT, 19 consultants, project managers, spécialistes en Office Productivity et TCO

ainsi que 41 spécialistes Outsourcing.

J’envisage une croissance du chiffre d’affaires de ma division de 25% d’ici fin

2013.

Entouré d’une équipe efficace et motivée au sein d’une division proposant des

services à la pointe de la technologie, je suis certain que nous y arriverons.

J’aime relever les challenges et celui-ci ne me fait pas peur ! »

Ricoh Belgium

Medialaan 28A

1800 Vilvoorde

T +32 2 558 26 00

www.ricoh.be

Transport palettisé pour alimenter les chantiers bruxellois

La société MPro, concessionnaire du Port de Bruxelles au

bassin Vergote, a débuté le transport de matériaux de

construction sur palettes par voie d’eau à destination du

chantier UP-site, qui se déroule à proximité, au quai des Péniches.

Pour cette première livraison, une cargaison de 1 000

tonnes de blocs de bétons a été acheminée chez MPro en

provenance de la société Coeck, située à Niel (à proximité

de Willebroek).

Cette livraison initiale a permis d’éviter 64 mouvements de

camions entre Willebroek et Bruxelles.

Les blocs de béton seront stockés dans un espace dédié chez

MPro, et acheminés au fur et à mesure des besoins du chantier,

situé à une distance de 400 mètres. Pour la durée du

chantier, c’est un total de 10 000 tonnes de matériaux de

construction qui seront ainsi acheminés par voie d’eau.

Pour pallier au fait que ce type de transport par voie d’eau

est encore, à l’heure actuelle, plus cher que le transport par

la route, la Région de Bruxelles-Capitale a décidé d’accorder

un subside de 1,32€ par tonne de marchandise palettisée

transportée par la voie d’eau.

L’objectif est d’arriver, grâce à la généralisation de ce mode

de transport, à un modèle économique auto-suffisant.

Le Port de Bruxelles, en collaboration avec la Région, ses partenaires

privés et son expert en transport, favorise ainsi un

transfert modal de la route vers la voie d’eau.

Place des Armateurs 6

1000 Bruxelles

T +32 2 420 67 00

portdebruxelles@port.irisnet.be

www.portdebruxelles.be


www.beci.be

Les marchés publics bruxellois se mettent au vert

50% d’achats durables dès 2011 sur un marché belge de 20 à 30 milliards d’euros

En association avec Bruxelles Environnement et la Ministre bruxelloise Evelyne Huytebroeck, BECI lance

un cycle novateur de séminaires pour favoriser l’accès aux marchés publics en optimisant les capacités des

entreprises à intégrer la dimension durable dans leurs offres et par une communication précise de l’agenda et

des perspectives dans le secteur environnement.

Programme

26 octobre 2011

Les clauses environnementales dans les marchés publics en Belgique et à Bruxelles

50% des marchés publics seront assortis de ces clauses dès cette année !

26 novembre 2011

Les parcs publics et espaces verts de la Région de Bruxelles-Capitale

Communes et Région s’adaptent à la réalité du tissu économique bruxellois

28 février 2012

15 millions d’euros directement mobilisables pour dépolluer votre site

Brussels Greenfield répond à votre besoin jusqu’en 2013

Mars

1.300.000 habitants à Bruxelles demain : du logement durable pour tous ?

Volonté publique, entreprises privées

Mai

1,5 milliard d’euros sur 20 ans pour la réfection de 500km d’égout

Autant de marchés pour votre entreprise ?

Les invitations pour chaque événement vous seront communiquées avec le lieu du séminaire.

Pour tout renseignement, contactez le département events de BECI,

events@beci.be ou au 02 643 78 05


vous bougez !

Freddy Arnauts nommé responsable commercial


Freddy Arnauts a récemment été nommé responsable du développement

commercial chez PICS Belgium. Freddy peut s’appuye sur une riche expérience

en ventes, marketing et gestion de projets, principalement dans le

secteur médical et pharmaceutique. En tant que gestionnaire intérimaire,

il a eu l’occasion pendant quelques années d’explorer la Supply Chain et

d’apporter des solutions visant à l’amélioration de l’efficacité.

26

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Freddy Arnauts, responsable du

développement commercial chez PICS

Belgium.

PICS est le “Centre de connaissances en gestion de la Supply Chain”. En

d’autres termes, le lieu de rencontre où toutes les connaissances sur les diverses

facettes de la gestion de la chaîne d’approvisionnement est partagée

entre les professionnels. Son objectif principal est d’augmenter les connaissances

et compétences logistiques des responsables impliqués dans la planification,

l’achat, la gestion des stocks, la production et la distribution.

Cette connaissance est transmise à travers des cours, des formations personnalisées,

des modules pratiques, des séminaires, des master classes, des

visites d’entreprises et du réseautage.

PICS Belgium

Royaerstraat 2

2610 Wilrijk

T +32 3 844 32 18

freddt@picsbelgium.be

www.picsbelgium.be

Dexia reconduit son partenariat avec MasterCard

Dexia et MasterCard ont annoncé la reconduction de leur

accord permettant aux clients de Dexia Banque de jouir des

fonctionnalités liées à la marque Maestro sur leur carte de

banque.

Parmi ces fonctionnalités, en vacances comme toute l’année,

les porteurs de carte Maestro apprécient avant tout de

pouvoir payer leurs achats et de pouvoir retirer de l’argent

partout en Europe et dans le monde, et en toute sécurité.

Il est en effet possible de payer avec Maestro auprès de plus

de 13 millions de commerçants dans le monde.

Sur Internet, l’acceptation de Maestro est grandissante et

permet aux clients de Dexia Banque de payer avec leur carte

de débit sur de nombreux sites de commerce en ligne, tant

belges (comme Connections, Kinepolis, Ici Paris XL, Thomas

Cook, Decathlon, etc.) qu’étrangers (comme La Redoute et 3

Suisses). Les achats y sont réalisés avec la plus grande sécurité

grâce au protocole d’authentification SecureCode

rendu obligatoire pour tous paiements avec Maestro.

Christophe Burm, Directeur Marketing chez Dexia Banque

commente : « C’est pour toutes ces raisons -l’acceptation, la

sécurité, la flexibilité, mais aussi pour le caractère innovant

de Maestro- que Dexia a décidé de renouveler son partenariat

avec MasterCard Europe ».

Dexia

Boulevard Pachéco 44

1000 Bruxelles

T +32 2 222 11 11

www.dexia.be


espace membres

:


Cette année, Ernst & Young Belgique nomme pas moins de

9 nouveaux associés, tous des collaborateurs qui ont fait

leurs classes dans l’entreprise.

Parmi eux, deux femmes, fait notable dans un secteur traditionnellement

masculin.

Avec cette vague de nominations, Ernst & Young compte à

présent 70 associés au sein de l’entreprise et poursuit ainsi

pleinement le rajeunissement de ses cadres supérieurs.

Ces nouveaux associés possèdent déjà d’importants états

de service à l’intérieur de la société et gravissent ainsi les

échelons chez Ernst & Young Belgique.

« Ernst & Young veut représenter davantage qu’un tremplin

pour les jeunes. Elle ambitionne d’être un lieu où les

talents peuvent s’épanouir et se voient offrir des opportunités

tant au niveau national qu’international. Dans un

environnement tellement changeant et compétitif, notre

objectif est de réaliser une croissance durable et de qualité.

Notre ambition demeure de devenir le plus important

conseiller du marché des entreprises en Belgique.

Cette année, nous envisageons le recrutement de 300

personnes, parmi lesquelles nous recherchons spécifiquement

150 jeunes gradués en affaires juridiques, financières

ou économiques » explique Rudi Braes, Managing Partner.

Les 9 nouveaux associés sont Marie-Laure Moreau, Nicole

Verheyen, Ömer Turna, Han Wevers, Tristan Dhondt, Philippe

Verhoeven, Peter Moreau, Robin Collard et Kris Volkaerts.

Ernst & Young

De Keetlaan 2

1831 Diegem

T +32 2 774 91 11

www.ey.com/be

27

Pascal Faes rejoint NautaDutilh en tant que partner

NautaDutilh a nommé Pascal Faes en tant que partner.

L’arrivée de Monsieur Faes permet à NautaDutilh de continuer

à renforcer son expertise dans les matières fiscales

et corporate. Pascal Faes (1960) est avocat depuis 1991 et

était précédemment partner chez Van Bael & Bellis. Monsieur

Faes jouit d’une connaissance accrue du droit fiscal

doublée d’une riche expérience des transactions. Il dispose

d’une expertise particulière dans la constitution de structures

fiscales (d’acquisition) et la planification fiscale internationale.

« Nous nous réjouissons de l’arrivée de Pascal Faes. Son expérience

en tant que fiscaliste et le fait qu’il fut actif à plusieurs

reprises dans le domaine des fusions et acquisitions

représente une plus-value importante pour NautaDutilh »,

déclare Philippe Francois, Managing Partner de NautaDutilh

Bruxelles.

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

NautaDutilh

Chaussée de la Hulpe 120

1000 Bruxelles

T +32 2 566 80 00

ndbru@nautadutilh.com

www.nautadutilh.com

NautaDutilh a nommé Pascal Faes en tant que partner.


vous bougez !

Sodexo, fournisseur officiel de chèques-repas

électroniques

28

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Sodexo est fière d’avoir obtenu l’agrément pour l’émission de

chèques-repas électroniques.

Sodexo, émetteur de référence de chèques-repas depuis

1965, est particulièrement fière d’avoir obtenu l’agrément

pour l’émission de chèques-repas électroniques. L’entreprise,

alliée à Atos Worldline (ex-Banksys avec le réseau

Bancontact/Mister Cash), a opté pour un système simple

et fiable. La Sodexo Card® est aujourd’hui utilisée avec succès,

à l’instar d’une carte bancaire classique, par quelque

2.000 travailleurs pour leurs dépenses alimentaires quotidiennes

que ce soit dans un restaurant, un commerce

de proximité ou une grande surface. « Cet agrément couronne

de nombreuses heures de travail. Nos équipes ont

travaillé d’arrache-pied ces deux dernières années pour

trouver la solution technologique qui réponde à toutes les

exigences définies dans l’Arrêté Royal et aux besoins de

tous les acteurs, de l’employé à la petite épicerie locale.

» Explique Philippe Symons, CEO de Sodexo Motivation

Solutions.

Sodexo a choisi le système offrant :

La liberté de choix entre le chèque-repas papier et le

chèque-repas électronique

Le réseau d’acceptation le plus large possible, allant de

la grande surface à la petite épicerie de quartier,

Une sécurité optimale pour les utilisateurs grâce à un

code secret (code PIN) et à un service de Card Stop®,

Une gestion administrative limitée pour les entreprises

et les commerçants.

Sodexo

Rue Charles Lemaire 1

1160 Bruxelles

T +32 2 679 12 11

www.sodexo.be

Thierry Joachim nommé Sales Manager

Government & Industry chez Getronics Belux

En tant que plus grand fournisseur de services ICT du

Benelux et acteur majeur à l’échelle mondiale, Getronics

vient de renforcer son équipe de vente locale avec l’arrivée

d’un nouveau Sales Manager expérimenté. Thierry

Joachim a rejoint l’équipe en avril 2011 en tant que Sales

Manager Government & Industry Getronics Belux.

Il se consacre, dans le cadre de sa nouvelle fonction, au

renforcement des activités de vente auprès des clients de

l’entreprise dans les secteurs industriel et public.

Avec cette nomination, Getronics Belux souligne non seulement

ses priorités dans le domaine des institutions européennes,

des institutions gouvernementales, du secteur

industriel et des marchés financiers mais aussi sa volonté

de fournir à ses clients le meilleur service possible.

Son chiffre d’affaires mondial de 1.97 milliards d’euros

(2010) et ses quelque 12.000 collaborateurs positionnent

Getronics comme le plus grand fournisseur de services

TIC aux grandes entreprises du Benelux et un acteur majeur

sur le plan mondial. Getronics se spécialise dans les

services de l’environnement de travail, la connectivité, les

centres de données informatiques et le conseil.

De Kleetlaan 12B - 1831 Diegem,

T +32 2 229 91 11

www.getronics.be


espace membres

Sam van de Kerckhof rejoint Destrée Organisation

Après 15 ans passés à la direction de

Meeting Time et un peu plus de 20

ans dans l’industrie des conférences

et des événements, Sam van de Kerckhof

a pris la décision de rejoindre son

plus fidèle confrère et ami, Nicolas Le

Brun, à la direction de Destrée Organisation.

Destrée Organisation, dont la

fondation par Jean Destrée remonte

à 1958, fut une des premières sociétés

d’organisation de congrès en Europe.

« Désormais, nous nous présenterons

comme un cabinet d’experts dirigé par

trois associés reconnus dans le monde

de l’organisation de congrès et d’événements.

Entourés par une équipe d’une

dizaine de personnes, nous souhaitons

innover dans la Meeting Industry : en

unissant nos compétences, nous offrons

à nos clients notre maîtrise en

matière de consultance, de gestion

de projets internationaux, de conseil

en communication stratégique et de

scénarisation d’événements. « Nous

sommes également heureux et fiers

de vous annoncer que Destrée Organisation

a obtenu de l’IBGE le label «

Entreprise éco-dynamique », ce qui fait

de nous le premier PCO belge à obtenir

cette distinction. »

Destree Organisation

Meetings & Events Partners

Rue de la Longue Haie 35-39

1000 Bruxelles

T +32 2 512 44 42

www.destree.be

Accor dynamise ses marques économiques

29

Accor, recentré sur le métier de l’hôtellerie et doté de trois

expertises reconnues - opérateur d’hôtels, franchiseur,

gestionnaire d’actifs hôteliers - révèle sa nouvelle stratégie

et inaugure un nouveau chapitre de son histoire avec

les marques économiques ibis, ibis styles et ibis budget.

L’observation des modes de vie et de consommation en

évolution permanente a constitué le point de départ de

la réflexion que Accor a mené pour ses marques économiques.

Les attentes des consommateurs ont profondément

évolué. La segmentation verticale marques économiques,

marques haut de gamme a vécu et désormais

toutes les marques doivent être en mesure de projeter à

leurs clients une image valorisante et de proposer un traité

moderne, contemporain et design. Accor a ainsi estimé

que les produits et les services de l’hôtellerie économique

du Groupe devaient être repensés pour dépasser leur segment

de marché et intégrer les changements des consommateurs.

IBIS acquiert un statut de Méga Marque avec 3

marques :« Nous lançons un projet d’envergure pour imposer

Accor comme la référence mondiale de l’hôtellerie

capable d’inventer les hôtels du futur.

Nous nous appuierons pour cela sur la marque corporate

Accor que nous ferons émerger auprès du grand public.

Notre ambition s’illustre par une nouvelle signature :

« Open New Frontiers in Hospitality ». Notre objectif est

de proposer une expérience hôtelière inédite, à travers

des marques repositionnées et des services tournés vers la

modernité et l’innovation, déclare Denis Hennequin Président-directeur

général de Accor.

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

«ibis» qui reste «ibis» «Etap Hotel» qui deviendra « ibis budget »

«all seasons» qui deviendra « ibis styles »

Accor Hospitality

Avenue Hermann Debroux 54

1160 Bruxelles

T +32 2 481 69 65

www.accorhotels.com


oîte à outils

30

FISCALITÉ

Imposition des commissions

secrètes : on n’y échappera plus !

L’application de l’Art. 219 du CIR 92 (relative à la taxation

des commissions secrètes) s’est heurtée pendant longtemps

à une série d’échappatoires. Une instruction interne leur a

désormais barré la route. L’Administration annonce en outre des

contrôles internes visant l’application stricte de cet article de loi.

Il est donc grand temps de définir ce qui est possible et ce qui ne l’est pas !

La disposition légale

Conformément à l’Art. 219 du CIR 92, une taxation distincte

s’applique aux coûts tels que définis à l’article 57

(= commissions, honoraires, courtages, traitements, pensions

etc.), aux avantages de toute nature définis dans les

articles 31, deuxième alinéa, 2°, et 32, deuxième alinéa, 2°,

qui ne sont pas justifiés par des fiches individuelles et un

relevé récapitulatif, aux bénéfices dissimulés qui ne se retrouvent

pas parmi les composantes des fonds propres de

la société, aux avantages visés par 53, 24°et aux avantages

de toute nature.

L’impôt se monte à 309 % de ces coûts, avantages de toute

nature et bénéfices dissimulés.

Et maintenant…

L’application effective du tarif de 309% est particulièrement

lourde. Il est donc recommandé de ne désormais

plus laisser passer le moindre avantage non taxé.

Informez votre client de l’ampleur du risque !

Auparavant…

Il arrivait fréquemment dans la pratique qu’un contrôleur

des contributions constate que les avantages de toute nature

dont bénéficie le chef d’entreprise ne figurent pas sur

une fiche individuelle et sur le relevé récapitulatif et ne

soient pas non plus portés en compte au chef d’entreprise.

Dans ces cas précis, il fallait normalement appliquer l’imposition

des commissions secrètes. Or, le contrôleur des

contributions faisait souvent preuve de souplesse et permettait,

après le constat, d’ajouter au bénéfice de la société

un montant considéré comme une dépense on admise

(libéralité), équivalent à l’avantage de toute nature.

Parfois aussi, le contrôleur portait le montant en compte

du chef d’entreprise via un compte courant.

Il y a une dizaine d’années, le Ministre des Finances de

l’époque réduisait sensiblement la liberté d’action du

contrôleur des contributions en imposant que la technique

des redressements ‘a posteriori’ ne soit plus utilisée

que pour corriger la valeur des avantages en nature

déclarés de bonne foi. Le ministre compétent avait déjà,

Guy Van De Velde - Partner Deloitte

Accountancy. gvandevelde@deloitte.com

quelques années plus tôt, mis le halte-là à la pratique de

l’ajout en tant que dépense non admise en stipulant que

l’avantage de toute nature devait être déclaré comme un

revenu imposable dans le chef du bénéficiaire.

Malgré ces instructions, force était de constater que les

fonctionnaires du contrôle des contributions étaient parfois

encore disposés à appliquer l’ancien système. L’instruction

interne du 27 juillet 2011 illustre la volonté de

l’Administration d’y mettre fin définitivement.

La nouvelle instruction n’empêche pas pour autant de

choisir la solution alternative qui consiste à veiller à ce

qu’il n’y ait plus d’avantage. Si le chef d’entreprise doit

payer à sa société le montant de l’avantage de toute nature,

il n’est évidemment plus question d’un privilège et il

s’ensuit que plus rien ne doit être mentionné sur la fiche

et qu’il n’y aura plus d’imposition. Cette solution peut

être mise en œuvre en facturant effectivement l’avantage.

Cette facturation doit se faire avant la clôture de

l’année fiscale.

La nouvelle instruction

La nouvelle instruction stipule que des avantages de

toute nature ne peuvent jamais faire l’objet d’un redressement

a posteriori. L’Administration annonce de plus des

contrôles internes afin de veiller à une application stricte

de cette interdiction. On notera cependant qu’une imputation

a priori sur le compte courant reste possible. La circulaire

(AFER n° 71/2010) du 01/12/2010 précise en outre

qu’une certaine souplesse administrative sera acceptée.

Un petit retard dans la remise des fiches est accepté et

ne donne pas lieu à l’application de l’imposition séparée,

pour autant que ce retard :

ne soit pas systématique ou intentionnel;

n’ait pas pour objectif d’éviter ou de contourner l’impôt;

n’empêche pas l’administration de soumettre les revenus

à l’impôt dans les délais ;

ou ne rende pas cette taxation plus compliquée sans

que des circonstances particulières ne le justifient dans

les faits.

Dans tous les autres cas, une application stricte de l’Art.

219 du CIR 92 aura lieu.

Caroline Claeren – Tax Department


SUSPENSIONS TARIFAIRES

Comment épargner de l’argent en demandant

une exemption des droits d’importation

Nous vous apportons ici l’information sur la possibilité d’éviter des frais lors de l’importation

de matières premières et de produits semi-finis d’une provenance extérieure à l’UE.

31

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Certaines matières premières ou certains produits semi-finis sont éligibles à l’exemption des droits d’importation.

De quoi s’agit-il ?

Lorsque certaines matières premières ou certains produits

semi-finis (ainsi que leurs éventuels substituts) s’avèrent indisponibles

ou en quantité insuffisante à l’intérieur de l’UE

et doivent y être importés afin d’y subir une transformation,

ils sont éligibles à l’exemption des droits d’importation. L’ensemble

des demandes à ce sujet est soumis à discussion par

la Commission Européenne et les Etats membres selon un

rythme semestriel (1er janvier et 1er juillet).

Si aucune objection n’est formulée de la part des entreprises

ou par la Commission à l’encontre des exemptions demandées,

celles-ci sont accordées et les produits concernés peuvent

être importés exempts de droits pour une période de

cinq ans.

Que cela signifie-t-il pour vous ?

Les nouvelles demandes peuvent être introduites auprès

du SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie durant

toute l’année mais de préférence avant le 1er février ou le 1er

août. Vous pouvez introduire une demande lorsque le produit

satisfait aux trois conditions suivantes :

le produit est importé de l’extérieur de l’UE parce qu’il n’est

à l’intérieur de celle-ci soit pas disponible, soit seulement en

quantité insuffisante. Il ne peut donc être question de l’existence

d’une production européenne d’un produit analogue,

susceptible de remplacer celui pour lequel la suspension des

droits est sollicitée.

Le produit doit subir une transformation (industrielle) à

l’intérieur de l’UE.

L’exemption des droits doit permettre au demandeur une

économie annuelle minimale de € 20.000.

Pour davantage d’information ou l’accès au formulaire de demande, consultez

http://www.economie.fgov.be/nl/ondernemingen/politique_commerciale/suspensions_tarifaires

Pour toute question, vous pouvez prendre contact avec le SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie :

Jozef De Proft, jef.deproft@economie.fgov.be, T +32 2 277 72 62

Valère Vangeel, valere.vangeel@economie.fgov.be, T +32 2 277 69 85


profil d’entreprise

32

Mireille, la première entreprise à obtenir une

norme pour sa gestion énergétique

La blanchisserie Mireille voit aujourd’hui ses importants

efforts écologiques récompensés par

deux normes vertes : la norme ISO 14001 pour sa

gestion de l’environnement et la norme EN 16001

pour sa gestion de l’énergie. L’entreprise de services

située à Heusden est aussi la toute première

au Benelux à décrocher cette norme EN 16001. Et

ses projets restent ambitieux. Afin de parvenir à

un rejet nul des eaux usées, Mireille étudie actuellement

la possibilité de récupérer l’eau de pluie.

Au cours des cinq dernières années, l’entreprise a

déjà investi 4 millions d’euros dans des processus

de production écologiques.

Mireille traite et entretient chaque semaine plus de

45.000 vêtements de travail.

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Normes pour la gestion de l’environnement et de

l’énergie

L’obtention de ces deux nouvelles normes ISO sont la

conséquence logique de la politique écologique menée par

Mireille. La norme ISO 14001 est très rare dans le secteur

d’activité de cette entreprise de services, et la norme EN

16001 est carrément une première dans le Benelux. Une

preuve que Mireille mène depuis longtemps déjà une

politique active et préventive en matière d’environnement

et d’énergie.

Koen Vandevenne, Directeur financier :

« Ces cinq dernières années, nous avons libéré 4 millions

d’euros pour des améliorations écologiques. Cela va d’une

diminution spectaculaire de notre consommation d’eau grâce

à l’optimisation des flux d’eau internes jusqu’à la mise en

place de nouvelles installations permettant l’épuration et

la réutilisation des eaux usées finales. Nous voulons réduire

au maximum notre empreinte écologique et nous nous

engageons dès lors à nous améliorer en continu, en allant

bien plus loin que ce que la loi prévoit. Ces deux nouvelles

normes sont, dans ce cadre, une très belle reconnaissance

de nos efforts. »

Nouvelle étude en vue de récupérer l’eau de pluie

La boucle écologique de Mireille semble à présent bouclée

: une consommation d’eau réduite et une réutilisation des

eaux usées épurées. Mais ses projets demeurent ambitieux.

L’entreprise étudie en effet comment récupérer l’eau de pluie

en toute sécurité, sans perte de qualité.

Marc Neyens, Directeur de la Production :

« Grâce à un traitement spécifique ultérieur, nous pouvons

aujourd’hui réutiliser la moitié de toutes les eaux usées dans

l’eau de traitement. Nous voulons augmenter cette proportion

en y ajoutant la récupération d’eau de pluie. Par ailleurs, nous

étudions la possibilité d’applications complémentaires pour

la part restante des eaux usées épurées afin de parvenir, à

terme, à une perte nulle. »

Une politique écologique logique

Les investissements en termes d’écologie rapportent,

et Mireille le prouve une fois encore avec des chiffres

impressionnants.

Outre une consommation d’eau réduite de moitié pour

le même volume de production, Mireille économise

également 37 % sur sa consommation de gaz et 20 % sur

sa consommation d’électricité par rapport à l’année de

référence 2004.

Ainsi, l’électricité nécessaire aux installations servant à

l’épuration des eaux est produite par des panneaux solaires.

La quantité de diesel utilisé a également été réduite d’un

cinquième grâce à la réorganisation des itinéraires. Toutes

les améliorations axées sur les sources d’énergie et les

processus dans le cadre du traitement des eaux usées – plus

importantes que les solutions classiques end-of-pipe – se

traduisent par une réduction de 93 % des déchets dans les

eaux usées et de 27 % des émissions de CO2 pour l’ensemble

des activités. Non moins important : gérer intelligemment

l’énergie est aujourd’hui un comportement tout à fait

naturel pour les collaborateurs de Mireille. Ainsi, sans

investissement matériel spécifique, les efforts de chacun

ont permis de réaliser une économie de plus de 4 % (en

éteignant les machines et l’éclairage au moment opportun,

par exemple).


Un présentoir Bizzbox dans votre entreprise ?

Communiquer via le réseau Bizzbox ?

www.bizzbox.be’

.

Les entreprises ont enfin leur réseau.

l’actualité économique bruxelloise bizzbox news

Grâce à 200 points de diffusion disséminés dans 390 entreprises à Bruxelles, les présentoirs Bizzbox

diffusent l’information économique et institutionnelle des acteurs bruxellois. Créé en association

avec Beci, le réseau veut renforcer les relations entre institutions de la capitale et promouvoir l’activité

économique bruxelloise. La rubrique Bizzbox News entend renforcer cet objectif.

BIZZ

BOX

Vincent Gilleman, pour Bizzbox

FOCUS : 2012 pour VISITBRUSSELS :

« Nous aimons les défis ! »

VISITBRUSSELS a présenté un plan d’actions ambitieux pour 2012, avec

comme point d’appui la synergie entre les différents acteurs du tourisme

bruxellois. Rencontre avec Patrick Bontinck, son directeur.

Patrick Bontinck,

VISITBRUSSELS

Bizzbox : 6.500.000 nuitées en 2012, ambitieux ou réaliste ?

Patrick Bontinck, VISITBRUSSEL : Réalistement ambitieux ! De

2009 à 2010 nous avons progressé de 8%, et nous sommes sur le

point de dépasser les 6 millions en 2011.

Bizzbox : Comment y arriverez-vous ?

P.B., VISITBRUSSELS : Nous n’essayons pas d’atteindre tout seul

cette ambition… Nous travaillons étroitement avec nos partenaires.

Le gouvernement bruxellois a lancé cette démarche en

2008 en créant le BIP et en y regroupant des ASBL en charge de

la culture, du tourisme, et de l’image de notre Région. En 2010,

les équipes de la Fondation pour les Arts nous ont rejointes ;

Bruxellimage et BruxellesTournage se sont regroupés au sein

du même bureau. En 2011, le Réseau des Arts (RAB/BKO) nous a

sollicité afin de développer une plateforme unique pour la promotion

de la culture, et BAPEO, l’association des organisateurs

d’évènements en espace public a vu le jour. Enfin, VISITBRUS-

SELS a été choisie par le gouvernement bruxellois afin de soutenir

sa politique de city marketing. 2012 sera donc l’année de la

plus grande cohérence possible de l’image de Bruxelles véhiculée

à l’international. C’est aussi pour cela que nous travaillons

au quotidien avec les institutions bruxelloises - BIP, BLBE, Brussels

Invest & Export, la Maison de la Mode et du Design, Atrium,

Innoviris, ABE, CES RBC, les Relations extérieures… En regroupant

nos forces commerciales au delà des intérêts propres à

chacun, nous pourrons, secteur public et secteur privé, augmenter

le nombre de visiteurs à Bruxelles, et tous, bénéficier de cette

croissance.

VISITBRUSSELS, une équipe qui a de l’ambition !

Bizzbox : Citymarketing ? Dites nous en plus.

P.B., VISITBRUSSELS : Dans un monde touristique en concurrence

accrue et avec des moyens de promotion limités, il est

fondamental de cibler nos actions afin d’assurer le meilleur return

on investment (ROI). Le client est donc au centre de notre

stratégie, basée autour de macro-cibles : clientèle professionnelle

(Business to Business) ; clientèle individuelle (Business to

Consumer) ; clientèle grand public (Business to Mass Audience).

Nos produits sont développés en fonction des désirs et des habitudes

de consommation de ces clients. Il en est de même pour

notre site internet qui a été redéfini autour de l’axe You are/

You want. Nous continuerons à être présents aux salons les plus

importants, et nous nous appuyons sur ce qui fait notre force

et notre reconnaissance : nos musées, notre multitude d’événements

culturels et grand public, et en 2012, notre gastronomie

ainsi que notre capacité d’accueil et d’organisation de congrès.

Je suis convaincu que Bruxelles sera demain encore plus ‘une

ville à visiter’.

Plus d’infos ou pour recevoir le plan d’actions 2012 :

www.visitbrussels.be

BIZZBOX Y EST PRESENT!

33

N°10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

BON À SAVOIR : Accompagnez une mission économique

avec le prince Philippe

Au premier semestre 2012, Bruxelles Invest & Export conduira les entreprises bruxelloises au

Vietnam (du 10 au 16 mars) et au Japon (du 2 au 8 juin). Le prince Philippe présidera ces deux

importantes missions économiques.

Infos/inscriptions : Isabelle Laverge, 02 800 40 85, ilaverge@mrbc.irisnet.be.

www.brusselsinvestexport.be

Un présentoir bizzbox dans

votre entreprise?

Communiquer via le réseau bizzbox?

02 345 74 55 - Info@bizzbox.Be

INFORMER.

COMMUNIQUER.

Les entreprises ont

enfin leur réseau.


www.volkswagen.be

De nouveaux moteurs TDI à la hauteur de vos exigences.

BlueMotion Technologies. Un nouveau moteur plus sobre: 7,2 l / 100 KM.

Pour le lancement du nouveau Crafter, nos ingénieurs ont reçu une consigne claire mais particulièrement

ambitieuse : faire encore mieux dans tous les domaines. Et le résultat est à la hauteur : ses moteurs sont plus

économiques et plus performants, sa charge utile a été nettement améliorée et son intérieur est encore plus

confortable… Nous sommes d’ailleurs tellement convaincus par sa fiabilité que nous vous offrons une troisième

année de garantie (ou jusqu’à 250.000 km maximum*). Alors, que demander de plus ? Eh bien, peut-être le pack

Sound & Cool avec airco, radio et rétroviseurs réglables électriquement à 499 € HTVA seulement ! N’hésitez pas

à venir essayer le nouveau Crafter chez votre concessionnaire Volkswagen Utilitaires.

Le nouveau Crafter. A toute épreuve.

Commercial

Vehicles

* La garantie prend fin à la première des deux échéances atteinte. Prix au 01/08/2011. Informations environnementales (AR 19/03/2004) : www.volkswagen.be


Transport & Mobilité

Bye bye le ‘tout-à-la-route’ 35

Les camions mis au repos forcé le dimanche ? 42

Bepark :

Parksharing pour répondre au besoin de parking 44

Work Tomorrow Move Today : la mobilité réanimée 46

DOSSIER

L’EUROPE DES TRANSPORTS / APPELS À PROJET

Bye bye le ‘tout-à-la-route’

L’Europe prend le transport à bras le corps. Elle libèrera plus de 350 millions€

de subsides en 2012. De nombreux appels à projet sont lancés en quête

d’innovation. Cap sur l’efficacité énergétique, les modes de transports

alternatifs, une plus grande indépendance face au fuel importé et fossile,...

C’est que l’Europe a des ambitions de marché unique qui relierait les régions

oubliées, les pays voisins, et ferait de la multimodalité une réalité. Conférence

avec les parties concernées qui nous livrent leurs secrets, bien utiles pour

prétendre à la subsidiation peu aisée des projets…

35

avions un territoire ferroviaire morcelé,

des régions oubliées, des modes de transport

non harmonisés, des écarts de techno-

«Nous

logies,... Nous avons avancé. La Chine reconnaît la qualité

de notre marché aérien. Mais il nous reste à harmoniser

nos modes de transports, à supprimer toutes les barrières

entre pays, et à adopter une approche environnementale,

car il est temps de changer drastiquement », entame Marianne

Barnabo, Senior Consultant ESL&Network. D’ici

2050, l’Europe entend réduire sa dépendance aux carburants

importés, diminuer sa consommation de fuel fossile

et réduire de 60% les émissions de carbones dues au transport.

Son action portera sur les transports intervilles en luttant

contre le ‘tout à la route’ : le but est que la moitié de la distance

moyenne interurbaine parcourue habituellement

par la route soit transférée vers le rail ou le fluvial. Enfin,

plus de véhicules à carburant traditionnel ne devrait rouler

d’ici 2050 dans nos villes. Ceci, tout en maintenant la

libre circulation des personnes et des marchandises. « Ce

qui complique les choses est que nous avons affaire à trois

parties prenantes qui ne parlent pas toujours le même

langage », se prononce Stéphane Joris, Associate GIS-

ESL&Network, une société de consultants établie dans le

quartier européen à Bruxelles et spécialisée dans la gestion

et le financement des projets internationaux, dont les

L’Europe entend harmoniser les modes de transport.

experts ont déjà décroché plus de 130 millions € pour des

projets combinant des fonds publics et privés en Europe et

dans les pays tiers.


dossier

Transport & Mobilité

Comment faire financer votre projet ?

La BEI est l’Institution de financement de l’Union Européenne dont les différents pays sont actionnaires. Elle peut financer

jusqu’à 50% de votre projet avec un taux d’intérêt révisable ou fixer et vous procurer l’assistance technique de

ses ingénieurs et économistes. Soit via des prêts individuels, si votre programme coûte plus de 25 millions d’euros, soit

via des prêts intermédiaires aux banques et institutions de crédit pour les aider à financer des projets moins vastes. Le

plus difficile ? La première phase consiste à recevoir l’approbation sur l’éligibilité de votre projet. Qu’est-ce qui différencie

un projet retenu d’un autre ? « Vous augmentez vos chances si vous démontrez que vous avez tenu compte des

aspects environnementaux, de la création d’emploi, de durabilité et bien sûr la réflexion financière est fondamentale

», conseille une experte de GIS-ESL Network.

36

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Appel à la matière grise pour

réaliser cette Zone unique de

transport européen

La Commission Européenne travaille

actuellement à la création d’une

infrastructure unique pourvue de

nouvelles trajectoires de transport, le

TEN-T (Trans-European Network for

Transport), ainsi qu’à la création d’instruments

financiers pour stimuler l’innovation

chez des porteurs de projets,

lors du prochain cycle financier 2014-

2020 dont le budget reste à fixer. Celui

du cycle en cours (2007-2013) était de

8 milliards €,sans compter les budgets

des états membres, de la Banque d’Investissement

etc. Participer au TEN-T

donne de la visibilité aux entreprises.

Comment réaliser cet espace unifié ?

« En développant les liaisons nécessaires

pour éviter les goulots d’étranglement

de la route, en complétant les

sections manquantes identifiées par

une étude scientifique basée sur des

critères économiques, géographiques

et démographiques », précise Helmut

Morsi, Deputy Head of Unit, DG Mobilité

et Transport de la CE.H. Morsi : « En

plus, on ne peut plus penser mode par

mode, mais briguer une multimodalité

intégrée. »

Quelques projets Marco Polo pour

inspiration

Le prochain appel à projets Marco Polo

(lancement planifié en automne 2011),

financera cinq types d’actions pour un

budget total de quelques 60 millions

d’euros.

Un projet Marco Polo doit revêtir un

des 5 aspects suivants :

Projet de transport international

de marchandises avec transfert de

la route vers le rail ou l’eau. Donc

aucun itinéraire routier ne sera pris

en compte ? « Si, vous pouvez bien

imaginer d’intercaler dans votre

trajectoire des tronçons par la route

ainsi que de passer sur des pays

non éligibles, simplement ceux-ci

ne seront pas subsidiés », précise

Stéphane Joiris (GIS-ESL&Network).

En principe au plus long est le trajet, au

plus grand est le subside. Mais il y a des

exceptions, comme le cas de Charleroi

to Dresden. (voir encadré p. 38) Autre

exemple : pour éviter de transporter

ses denrées périssables réfrigérées par

la route, Mac Andrews a combiné les

conteneurs ferroviaires et maritimes,

ces derniers reliant par la mer Bilbao

à Tilbury (Angleterre) et à Rotterdam.

Projet technologique autour de

services IT, par exemple, destinés

5 Questions à poser à votre agence Web, AVANT de l'engager !

1. Vous me remboursez si je n’aime pas à 100% le design de mon site? Oui !

2. Vous me garantissez que mon site sera maintenu en première place dans Google? Oui !

3. Prenez-vous la responsabilité de ramener du traffic sur mon site? Oui !

Bertrand Jacob, Gérant

4. Ecrirez-vous du contenu de grande qualité

pour mon site? Oui !

5. Vous exercez depuis ? 2008 !

www.1site1clic.com / fr / actionBECI

Analyse GRATUITE

de votre site

010 / 48 64 58

Appelez Maintenant!


Design: www.acg-bxl.be

Plus de

600 000 camions

en moins

dans la ville

chaque année

Plus de

90 000 tonnes de

CO 2

économisés

chaque année

Situation privilégiée

Situé à cinq heures de navigation d’Anvers, le

port de Bruxelles offre une accessibilité exceptionnelle

à la navigation fluviale et maritime

jusqu’à 4 500 tonnes. Le port est situé au

centre d’un réseau dense d’autoroutes et

de voies ferrées.

Outil performant

Un terminal à conteneurs est opérationnel

à l’avant-port, desservant les quatre modes

de transport présents sur le site portuaire:

fluvial, maritime, rail et route. Outre les terrains

situés le long de la voie d’eau, le Port

de Bruxelles offre 160 000 m 2 d’entrepôts au

centre TIR.

Au service de Bruxelles

Le domaine portuaire bénéfi cie d’un hinterland de

plus de deux millions d’habitants et représente un poids

économique important: près de 360 entreprises génèrent

12 000 emplois, dont près de 6 000 emplois directs, et

un trafic annuel par la voie d’eau de plus de 6 millions

de tonnes.

Bruxelles,

ville portuaire

au cœur de l’Europe

www.portdebruxelles.be

Place des Armateurs, 6 - B-1000 Bruxelles - Tél.: +32 (0)2 420 67 00 - Fax: +32 (0)2 420 69 74 - portdebruxelles@port.irisnet.be


dossier

Transport & Mobilité

38

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

L’Union Européenne a lancé Marco Polo, un projet de transport international de marchandises avec transfert de la

route vers le rail ou l’eau.

à gérer la co- ou la multimodalité.

Exemple de projet subsidié : ItaloExpress

utilise ses propres locomotives

et wagons. Et passe ainsi

d’un three-stop-shop à un one-stopshop

en introduisant un service de

track & trace améliorant la ponctualité,

la flexibilité et les prix, auparavant

gérés distinctement par

l’opérateur, la compagnie de chemins

de fer et le terminal.

Projet exploitant une autoroute de

la mer afin d’extraire de la route

vers l’eau un important trafic de

marchandises. Le plus bel exemple

est le projet Ro-RO Past France, lancé

par Spliethoff’s Bevrachtingskantoor

of Amsterdam. Fini de passer

sur le corridor routier congestionné

de France, Ro-RO Past France relie

Bilbao à Zeebrugge.

5 erreurs à éviter dans la défense de votre

projet

Les subsides européens sont conséquents, mais il n’est pas simple de les

obtenir. Quels conseils Stéphane Joris (GIS-ESL&Network) donnerait-il aux

candidats ? Voici 5 erreurs fréquentes qui sont inspirées du livre de Martin

Teitel…

1. Parler problème plutôt que solution

Développer vos solutions novatrices, et ne consacrez pas l’essentiel des pages

de votre dossier à la description du problème.

2. Adresser à une problématique spécifique des solutions génériques

Vous serez plus convaincant en témoignant de l’ensemble des différences

que présente votre application par rapport à celles des autres.

3. Utilisez le jargon

Décrivez votre projet dans vos propres mots. Pour vous assurer que vous êtes

compris par tous, faites relire votre dossier par une connaissance

4. Des budgets aberrants

Exemple : compter le même tarif horaire pour des prestations en Turquie

et en Bulgarie n’a aucun sens.

Programme visant à éviter les navettes

routières tournant à vide, à

en réduire le nombre ou à améliorer

les flux logistiques. Exemple de

projet subsidié : Sirius2 Crating

imagine un système d’emballage

5. Copier les expressions inscrites dans les directives

Si vous vous contentez de dire « mon projet ne crée aucune concurrence

déloyale », vous ne serez pas crédible. Il est nécessaire d’argumenter, en

fournissant les supports à vos affirmations », conclut le responsable.


dossier

Transport & Mobilité

40

Les longues distances seront assurées encore majoritairement par l’air mais 40% du fuel devra être durable.

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

et de palette innovant pour éviter

le transport de bouteilles vides entre

le site de fabrication en France et la

plateforme logistique en Allemagne.

Proposition de méthode collaborative

en faveur d’une meilleure

coopération intermodale.

Une école espagnole de Barcelone envoyait

ses étudiants sur les bateaux

appareillant en Méditerranée reliant

l’Espagne et l’Italie. Grâce au fond

Marco Polo, l’école a pu prendre une

dimension européenne.

A noter que l’Europe a lancé sur des

sujets proches d’autres appels à projet

tels que STEER ‘Intelligent Energy for

Europe’ qui soutient avec une enveloppe

de quelque 12 millions d’euros

des actions de promotion d’une énergie

plus durable dans le transport, ou

Elena (European Local ENergy Assistance)

qui supporte également les projets

d’efficacité énergétique plus spécifiquement

dans le transport urbain.

Sylvie Cousin

Témoignage d’Inter Ferry Boat

Une autre façon de relier Charleroi à Dresden

IFB (SNCB logistics) est un acteur de logistique intermodale qui propose du transport durable en Europe grâce à un réseau

international fiable. 4 business units régionales collaborent pour couvrir chacune des quatre régions européennes, Est,

Nord, Ouest, Sud. Son projet ? Introduire le Shuttle Concept avec du modal shift sur un horizon 2020, pour relier directement

Charleroi à Dresden, grâce à un consortium entre HS international, Inter Ferry Boat et le terminal de Charleroi

Dry Port. Il s’agit là d’un changement majeur dans la chaîne logistique. C’est le seul acteur à proposer des remorques

innovantes, aménagées pour amortir les chocs et des wagons avec procédé de charge et décharge en minimisant les

manœuvres et donc les risques d’accidents et le temps de transfert. Koen Triangle (Inter Ferry Boat) : « Nous avons

augmenté la fréquence d’une navette à trois par semaine et nous avons réduit le temps de transfert. » Quel a été l’apport

principal de Marco Polo qui a financé la partie innovation de ce projet de type Modal Shift ? « Surtout la prise de

risques. On a pu investir pendant deux à trois ans sans avoir nos garanties de résultat. Nous avons pu ainsi améliorer

notre modèle opératoire et réagir à des problèmes imprévus », soutient Koen Triangle. C’est une réelle valeur ajoutée

que nous avons pu construire dans la chaine de transport, mais le chantier nécessaire au renforcement des corridors

a duré 36 mois. Il s’agissait de garder nos clients ! Cela nous a en outre permis d’améliorer la relation », ajoute-t-il. Et

quel a été l’élément le plus difficile ? « Travailler pour ne pas créer de distorsion de concurrence. Avec un trajet de 700

km, relativement court donc, il leur fallait démontrer clairement qu’ils offraient un service innovant pour une niche de

marché : il n’y avait pas de service de barge disponible. Cette innovation a fortement réduit le temps de transfert. Autre

difficulté : monter à la Commission que vous avez assez de clients pour votre service, et aussi que vous allez sécuriser

le transfert », témoigne S. Joiris (GIS-ESL&Network).


dossier

Transport & Mobilité

LIMITATION DU TRAFIC

Les camions mis au repos forcé le dimanche ?

Un projet vise à interdire la circulation

des poids lourds sur notre territoire le dimanche,

mais les rapports d’étude d’impact

économique ne sont pas favorables :

entrave à la libre circulation des marchandises,

magasins en rupture de stock

avec en prime des automobilistes qui aimeront

encore moins le lundi matin.

Alors les camions connaîtront-ils le jour

du seigneur ? Le point

© AP/Reporters

Un projet européen vise l’élargissement

des horaires du trafic poids lourds et

favoriserait des transports à certaines

heures pour en freiner à d’autres. .

Le projet d’une éventuelle interdiction de circulation des

poids lourds le dimanche est issu d’une concertation qui remonte

à début 2011 entre le ministre wallon des transports,

Benoît Lutgen, et son homologue flamande, Hilde Crevits, et dont

le sujet aurait déjà inspiré une seconde étude, la première étant

sans appel, selon Dominique Michel, Administrateur délégué

de Comeos, le porte-parole belge des commerces et des services.

« Cela conduirait à une intensification du trafic de camions les

autres jours, à une multiplication des trajets et à une hausse du

« Que faisons-nous de l’approvisionnement

des magasins après les ventes du samedi

soir pour assurer un stock de produits frais le

lundi 1ère heure ? Par ailleurs, ce sont 20 à 30

000 camions à qui l’on interdirait nos routes

le dimanche. Comment résorbe-t-on le trafic

accru le lundi à l’heure où l’activité reprend ? ».

Etienne Schouppe, le secrétaire d’Etat à la Mobilité

trafic en heures de pointe ». En outre, à la table des discussions,

point de ministre bruxellois.

Interrogé sur sa participation au projet, le secrétaire d’Etat à la

Mobilité, Etienne Schouppe dit ne pas non plus être de la partie,

et y être franchement hostile. « Que faisons-nous de l’approvisionnement

des magasins après les ventes du samedi

soir pour assurer un stock de produits frais Le lundi 1ère heure

? Par ailleurs, ce sont 20 à 30 000 camions à qui l’on interdirait

nos routes le dimanche. Comment résorbe-t-on le trafic accru le

lundi à l’heure où l’activité reprend ? » s’inquiète le secrétaire

d’Etat particulièrement opposé à l’idée de mettre à mal une partie

de l’économie et de créer des pertes supplémentaires remettant

en cause le principe du ‘just in time’ « N’oublions pas que

trois quarts des transports des marchandises s’effectue encore

par la route », ajoute-t-il.

Afin d’étayer les avis d’une base scientifique, une nouvelle étude

a été commandée il y a plusieurs mois et devrait fournir ses

conclusions. Comeos en attend les résultats ainsi que la concertation

promise au niveau du secteur par le Ministre des Transports.

Elargissement des horaires ?

Un projet européen vise l’élargissement des horaires du trafic

poids lourds et favoriserait des transports à certaines heures

pour en freiner à d’autres. « Cela permettrait de rouler tous les

autres jours selon un horaire étendu et donc de réduire le spectre

horaire autorisé du dimanche de quelques heures seulement,

par exemple pour faciliter les retours en fin de week-end de la

côte ou des Ardennes. Dans ce cas, la situation serait totalement

différente » s’exprime Etienne Schouppe.

Mais à quel horizon ce projet est-il prévu ? « C’est encore prématuré

d’en parler aujourd’hui, nous sommes tributaires de

l’avancement des discussions entre le Parlement Européen et la

Commission. Mais je ne désespère pas que l’ensemble des pays

qui souhaitent appliquer une autre taxation, plus intelligente,

selon les heures de consommation effectives de l’infrastructure

routière, puissent dégager une solution déjà en 2013. Puisque

la décision politique est déjà prise et que l’enjeu porte sur une

plus grande fluidité des transports, particulièrement autour des

grands centres européens… »

Sylvie Cousin


“Service, qualité

et fiabilité, c’est

ça Fujitsu.”

Bart Peers,

directeur des opérations, Van Oirschot.

Bart Peers, directeur des opérations, Van Oirschot.

Rik Vanbrabandt, SPHINX-IT, Partenaire Officiel Fujitsu.

Les entreprises solides se distinguent par la qualité de leurs produits, le service qu’elles

fournissent et la fiabilité de leur gestion d’entreprise. Bart Peers, directeur des opérations

pour un important grossiste en appareil de chauffage et de ventilation, travaille depuis

des années avec Rik Vanbrabandt de chez SPHINX-IT, un Partenaire Fujitsu. Cette longue

collaboration s’est formée sur base d’une confiance mutuelle qui s’est vue renforcée par

la technologie élaborée et les solutions TIC intelligentes d’économie d’énergie

proposées par Fujitsu. Grâce à sa remarquable vision de l’entreprise durable et

aux services TIC de haute qualité qu’elle fournit aux petites, moyennes et grandes

entreprises, Fujitsu s’est hissée à la quatrième place du classement mondial. Surfez sur

http://be.fujitsu.com/fr/onlinepromo et découvrez tout ce que Fujitsu peut apporter

à votre entreprise.

shaping tomorrow with you


dossier

Transport & Mobilité

BEPARK :

Le Parksharing pour répondre au besoin de parking

Suivons cet automobiliste qui quitte

son bureau. Il traverse un grand parking,

presque vide à cette heure tardive,

pour se rendre à un dîner en ville.

Plusieurs feux rouges et embouteillages

plus tard, il arrive dans les

temps en vue du restaurant. Il s’installera

pourtant à table avec une vingtaine

de minutes de retard.

Il n’a pu trouver rapidement une place

de stationnement.

Laif/Reporters

44

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Frustration grandissante des

conducteurs

Tout automobiliste a vécu plus d’une fois

cette frustration. L’usager de la route fait

face à des problèmes de mobilité de plus

en plus importants. Entre le réaménagement

du territoire urbanistique et le parc

automobile en constante augmentation,

le conducteur est bien en peine de trouver

sa place, dont le nombre diminue afin

de partager l’espace avec d’autres types

d’usagers.

Une solution : stationner sur le

parking de quelqu’un d’autre

Certaines initiatives existent afin de

mettre fin à ce genre de situation. Parmi

celles-ci, Bepark, qui offre à ses utilisateurs

une solution de parksharing. L’idée de son

fondateur, Julien Vandeleene, est de mettre

à la disposition des automobilistes des

places de parking non utilisées lors de certaines

plages horaires : « Le parking d’une

grande surface, réservé aux clients de celleci

pendant les heures d’ouverture, pourrait

être utilisé par les riverains ou les clients

des restaurateurs de quartier en soirée. »

La jeune entreprise bruxelloise Bepark offre à ses utilisateurs une

solution de parksharing.

Un revenu supplémentaire pour

l’entreprise

Julien Vandeleene : « Bepark se positionne

comme un partenaire prenant en charge

toute la gestion du parking pour la société

qui fournit des places. L’entreprise se voit

octroyer une rémunération pour l’usage

qui est fait de son espace. Si le parking n’est

pas sécurisé, Bepark peut gérer toutes les

étapes de la mise en place d’une barrière

d’accès. »

Gestion en ligne simplifiée et

application mobile

Côté conducteur, le système est très simple.

L’utilisateur s’inscrit en ligne et a accès à

une plateforme qui lui permet de trouver

rapidement un parking affilié à la communauté

de Bepark. Dans un proche avenir,

une application mobile sera également

disponible.

Plus besoin de pièces de monnaie

Arrivé sur place, l’automobiliste reconnaît

aisément le parking grâce à une signalisation

spécifique, reprenant les informations

horaires et numéros de contact.

Le conducteur appelle le numéro grâce

à son GSM et il reçoit un code d’accès au

parking.

L’onglet historique, sur le site, facilite les

éventuels remboursements de frais, au lieu

des tickets épars, perdus ou illisibles.

Sylvie Cousin

« L’idée est de mettre à la

disposition des automobilistes

des places de parking non

utilisées lors de certaines

plages horaires. Le parking

d’une grande surface, réservé

aux clients de celle-ci pendant

les heures d’ouverture, pourrait

être utilisé par les riverains ou

les clients des restaurateurs de

quartier en soirée. »

Julien Vandeleene,

Manager de Bepark

Bepark soutenu par BECI

BECI encourage activement cette initiative, qui permet une gestion intelligente de l’espace, et propose ses propres places de parking.

Aux côtés de BECI, Match et D’Ieteren se sont également lancés dans l’aventure en confiant la gestion de leur parking à Bepark.

Bepark offre aux entreprises et aux automobilistes de gagner du temps et de l’argent. Les éléments du succès semblent donc

réunis pour cette jeune entreprise !

Plus d’infos : www.bepark.be


dossier

Transport & Mobilité

WORK TOMORROW – MOVE TODAY

« La mobilité réanimée »

La deuxième édition de Work Tomorrow – Move Today avait pour thème ‘La mobilité réanimée’

et a attiré quelque 200 participants dans le majestueux auditorium de la KBC, à Bruxelles

(21/06/2011). Trois grands chapitres au programme : le débat, un récapitulatif des modes de

transport alternatifs via les transports en commun et quelques témoignages utiles, rehaussés de

conseils et d’astuces, en provenance d’entreprises qui ont mis en place une politique durable pour

les trajets entre le travail et le domicile. Nous avons terminé sur une note créative, avec la voiture

à pilote automatique et la remise des Business Mobility Awards. L’après-midi a été mouvementée:

l’inspiration ne manquait pas, les opinions se sont affrontées et les bons exemples nous ont incités

à prendre les choses en main.

46

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

La 2e édition de Work Tomorrow Move Today a attiré 200

participants dans l’auditorium de la KBC à Bruxelles.

© Studio Dann

Un changement de mentalité

Il faut que les mentalités changent.

Bruno De Lille : « Un quart des déplacements

en voiture à Bruxelles sont inférieurs

à un kilomètre. S’il est vrai que

la voiture est le mode de transport idéal

dans certaines circonstances, il faut cesser

de croire que c’est le cas toujours et

partout. »

Nous sommes d’ailleurs trop souvent

seul dans la voiture. Eddy Kleynen :

« L’occupation moyenne d’un véhicule

en Flandre et de 1,04. Ce chiffre ne descendra

heureusement jamais en dessous

de 1 ! » Le Prof. Raul Rojas allait contredire

cette affirmation plus tard dans

l’après-midi en affirmant que d’ici l’an

2050, des véhicules pilotés par ordinateur

assureront un trafic plus sûr que

ceux qui sont conduits par un être humain.

Débats et collaboration

Le programme a débuté avec le débat

sur la mobilité interrégionale, en présence

de la Ministre Brigitte Grouwels,

du Secrétaire d’État Bruno De Lille, de

Serge Drugmand, représentant du Ministre

Philippe Henry, et d’Eddy Klynen,

Président de la commission d’encadrement

du ‘Pendelfonds’ (Fonds des

Navetteurs). Le tout sous la direction

taquine et les traits d’esprit de Christophe

Deborsu, journaliste à la RTBF et

trait d’union humain entre les régions.

Vive les grèves de train !

Ambitieux, les politiciens ont placé la

barre très haute pour la région de la

métropole bruxelloise. Bruxelles souhaite

réduire de 20 % le trafic automobile

d’ici 2018, tandis que la Flandre

s’efforce de réduire de 20 % le nombre

de voitures dans le trafic entre le domicile

et le lieu de travail, notamment via

le Pendelfonds. En tant que représentant

de la Wallonie, Serge Drugmand

n’a pas voulu tomber dans le piège des

pourcentages (Pas de fétichisme des

chiffres), tout en précisant que le problème

était moins sérieux en Wallonie

qu’en Flandre en raison d’une démographie

différente. Il y a pourtant eu

une belle unanimité sur une série de

points traitant de la façon d’atteindre

ces objectifs.

Les grèves de train démontrent qu’il

est possible de se comporter autrement.

Ces jours-là, la circulation des

voitures à Bruxelles diminue d’environ

25 %, tout simplement parce que

les navetteurs sont contraints de trouver

d’autres solutions. Nous ne nous

avancerons pourtant pas aussi loin que

Christophe Deborsu, qui a lancé : « Vive

les grèves de train ! »

Il y a en outre un consensus quant à

l’avenir des alternatives :

La ponctualité des transports en commun

doit être améliorée.

Le transport multimodal est essentiel.

Il est remarquable de constater


dossier Transport & Mobilité

« Un quart des déplacements en voiture à Bruxelles sont

inférieurs à un kilomètre. S’il est vrai que la voiture est le

mode de transport idéal dans certaines circonstances, il faut

cesser de croire que c’est le cas toujours et partout. »

Bruno De Lille, Secrétaire d’Etat de la Mobilité

également l’intérêt pour une taxation

urbaine interrégionale (une sorte de

taxe au kilomètre astucieuse) au sein

de la zone du RER d’ici 2019, du moins

si des alternatives sont disponibles

d’ici là. Nous pensons notamment à

un réseau RER performant et à la mise

en service d’une ligne de tram Tervuren-Aéroport-Jette.

Brigitte Grouwels :

« L’instauration d’une taxe au kilomètre

d’ici 2019 dépend totalement de la collaboration

entre les régions. »

Les avis sur l’infrastructure et la

concurrence

La gestion de l’infrastructure ne fait pas

encore l’unanimité. Il y a par exemple

le projet de Bruxelles de réduire la largeur

de l’E40 en tant que voie d’accès

à la ville. Par ailleurs, tout le monde

ne semble pas encore convaincu que

la modification de Ring autour de

Bruxelles sera bénéfique à chaque région.

Les soucis de mobilité qui concernent

les parcs d’entreprises ne font pas

l’objet d’une approche unifiée parce

que nous continuons à nous considérer

comme des concurrents.

Les conséquences de ces divergences

ont été clairement exprimées par

Bruno De Lille : « Il n’existe pas de plan

de mobilité interrégional ». Et tant

que cela sera le cas, nous risquons de

passer à côté de nombreuses opportunités.

Notamment celle de l’adaptation

du Ring de Bruxelles, pourtant indispensable

à une mobilité acceptable

dans notre région.

Brussels Metropolitan Mobility,

une centrale de transport en communs

interrégionaux

Le thème ‘Rouler autrement’ a succédé

au débat, avec des intervenants qui

n’étaient pas les premiers venus et qui

représentaient tous les acteurs du secteur

des transports publics, dans l’ordre

suivant :

De Lijn, TEC, STIB et SNCB. Nous

avons entendu une série de constats

47

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE


dossier

Transport & Mobilité

« Je plaide en faveur d’une agence de la mobilité au sein

de Brussels Metropolitan qui constituerait un pouvoir

organisateur chapeautant les quatre opérateurs »

Kris Lauwers de la STIB

48

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

intéressants, mais aussi de propositions

audacieuses. Citons notamment

les affirmations suivantes :

Stéphane Thiery (TEC) : « Les entreprises

doivent réfléchir de manière proactive

à leur lieu d’implantation et sceller à ce

propos un partenariat avec tous les acteurs

impliqués, donc aussi avec nous,

pour préserver leur mobilité et celle de

leur personnel (une situation win-win

pour tous). »

Kris Lauwers (STIB) : « A certains endroits

à Bruxelles, il y a des lignes des

bus qui courent 3 m au-dessus des lignes

de métro... » « Je plaide en faveur d’une

agence de la mobilité au sein de Brussels

Metropolitan qui constituerait un

pouvoir organisateur chapeautant les

quatre opérateurs. » Il plaide également

pour un meilleur financement.

20 % des impôts bruxellois sont actuellement

injectés dans les transports en

commun, alors qu’en Flandre, cela ne

représente que quelques pour-cent.

Le potentiel est d’ailleurs énorme en

Flandre, où la part du marché des transports

en commun se situe autour de

15%, pour 48 % à Bruxelles !

Jannie Haek (SNCB) : « Trois trains à

double étage, c’est une heure d’embouteillages

en moins ! » Que de potentiel !

« La mobilité est en rapport direct avec

la dynamique sociale. » « La communication

est une forme de transport durable.

» « Les personnes jeunes pensent

en termes d’expérience et non en termes

de possession. Elles rejettent de plus en

plus la possession d’un véhicule ! »

Il importe cependant que la mobilité

soit abordée sous la forme d’un réseau,

une sorte de ‘cloud’, donc. Il faut pouvoir

passer facilement d’un moyen de

transport à un autre, en fonction du

moyen de transport le plus approprié à

un moment précis.

Mentionnons aussi, en provenance du

secteur privé, l’intervention en forme

d’appel au secours de M. A. Minot, responsable

de la sécurité chez GSK Biologicals,

à propos de l’(in)accessibilité

des parcs d’entreprises en général et de

celui de GSK en particulier.

Des outils de mobilité pour les entreprises

Le chapitre concernant « Les outils de

mobilité pour votre organisation » a été

entamé après la pause-café. Grégory

Falisse (UWE) y a notamment présenté

un véritable calculateur de mobilité : il

doit permettre aux entreprises de calculer

leurs coûts de mobilité totaux.

Didier Pierre (NNOf) a expliqué en quoi

son entreprise de taille moyenne pouvait

contribuer à une gestion durable

du trafic entre le domicile et le travail,

mais il a tenu à préciser que les camions

sont un élément vital de l’économie

belge.

Joris Mateusen (Absoluut) s’est étonné

de la tolérance belge face à l’augmentation

continue des prix des carburants.

Il a donc évoqué la communication en

tant qu’outil d’un changement de mentalité

chez l’être humain ‘qui s’habitue

à tout’. C’est aussi à Joris Mateusen que

l’on doit cette note cocasse : lorsque

Karel Lowette lui a signalé « qu’il avait

encore deux minutes », il lui a rétorqué,

flegmatique : « Je préfère entendre cela

de vous que de mon docteur. »

Pour l’innovation, il fallait écouter le

Professeur Raul Rojas, de l’Université

Libre de Berlin, qui a regardé plus loin

que ce qui est technologiquement faisable

aujourd’hui. N’est-ce pas exactement

ce que font les entreprises, tous

les jours ? Il a déclaré sans ambages que

« dans 20 ans, nous disposerons d’un

transport autonome (c’est-à-dire sans

conducteur) dans une zone contrôlée

telle que le périmètre d’un aéroport.

Dans 50 ans, ce sera également le cas

sur la voie publique. » Ceci permettrait

de retirer une foule de véhicules

de leur lieu de stationnement pour les

utiliser de manière plus efficace. Il est

« Trois trains à double étage, c’est une

heure d’embouteillages en moins ! »

Jannie Haek de la SNCB


dossier Transport & Mobilité

également possible d’organiser un carpooling

automatique via le système

d’appel du véhicule. On se demande

quand cela facilitera les discussions autour

du BOB.

L’après-midi s’est terminée avec la

remise du ‘Brussels Mobility Award’

par Mme Hilde Crevist, Ministre flamande

de la Mobilité et des Travaux

Publics. Deux ‘awards’ ont été remis :

« Dans 20 ans, nous disposerons d’un transport autonome

(c’est-à-dire sans conducteur) dans une zone contrôlée

telle que le périmètre d’un aéroport. Dans 50 ans, ce sera

également le cas sur la voie publique. »

Professeur Raul Rojas, de l’Université Libre de Berlin

un pour le secteur public, l’autre pour

le secteur privé. Les nominés étaient

respectivement : Gezinszorg Villers, la

Clinique Jessa (Hasselt), l’Université

de Gand et De Webfabriek, Mobistar

et Procter&Gamble. Une mention honorable

a été décernée à l’initiative des

vélos pliants pour les collaborateurs de

la Webfabriek. Les ‘awards’ ont finalement

été décernés à la Clinique Jessa et

à Mobistar.

Il y aura aussi, à partir de 2012, un award

spécifique de Brussels Metropolitan

pour les entreprises qui contribuent

à une mobilité interrégionale durable.

Cet award est dénommé ‘TRAMM!’,

pour ‘Three Regions Award for Metropolitan

Mobility’.

Comme de coutume, l’après-midi s’est

clôturée par une courte réception de

networking. Rendez-vous l’année prochaine,

pour la troisième édition, le 19

juin 2012.

49

Business

to bowling

Brussels’ bowling & business center

Bowling

Stones serait

la solution...

n’est-ce pas ?

› 36 pistes de bowling,

le plus grand complexe

du Bénélux

› Emplacement central

et unique près du ring

de Bruxelles

› Parking pour 400 voitures

› Diverses facilitées pour

les meetings et les team

buildings

› Restaurant n9ne, bistro,

lounge bar et salles de

banquets

› 450m2 de terrasse

Pour plus d’information, demandez notre brochure BtB!

Chaussée de Bruxelles 397 / 1780 Wemmel / T 02 532 36 26

wemmel@bowlingstones.be

www.bowlingstones.be


enjeux

AXA WO_MEN@WORK AWARD

Mesdames, ne vous heurtez

plus au plafond de verre

Pour la deuxième fois consécutive, JUMP et AXA se sont mis en

quête du manager qui, tout au long de sa carrière, s’est montré

le plus assidu à la mise en oeuvre de l’ égalité professionnelle.

Forts du succès de la précédente édition – dont le lauréat était

Albert Ragon, le CEO de Danone Belgium – les organisateurs

espèrent recevoir cette année encore de nombreux dossiers de

candidature de qualité.

50

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

politique de mixité

efficace est possible,

«Une

comme en témoignent

les 28 dossiers de candidature du premier

AXA Wo_Men@Work Award », explique

Els Blaton. Elle est l’une des trois

femmes parmi les dix personnes en

charge de la gestion journalière d’AXA

Belgium, sponsor du programme de

mixité de l’entreprise et présidente du

jury de l’AXA Wo_Men@Work Award.

Elle s’est penchée avec attention sur les

dossiers de l’an dernier : « Une analyse

des dossiers introduits a montré que

l’engagement personnel du CEO et les

modèles de flexibilité au travail constituaient

les deux conditions principales

de la réussite de la politique d’égalité

au sein d’une entreprise. »Les statistiques

sont claires : en Belgique seulement

5% des membres des comités

de direction et 8% des membres des

conseils d’administration sont des

femmes.

Dans la plupart des entreprises,

le plafond de verre ne s’est donc

pas encore fissuré ?

Els Blaton : « On entend souvent dire

que le plafond de verre est le principal

obstacle pour les femmes qui ambitionnent

une fonction de haut niveau.

Nous pourrions discuter pendant des

heures du pourquoi de ce plafond,

mais je crois qu’il est bien plus utile

de tout mettre en oeuvre pour le briser.

Et les femmes ne sont pas les seules à

détenir les clés, c’est aussi le rôle de

l’entreprise dans laquelle elles travaillent

et du CEO. » « L’entreprise se

doit de créer un climat favorable. Et il

ne faut pas non plus sous-estimer le

rôle et l’engagement personnel du CEO.

Une analyse des dossiers introduits

l’an dernier a montré que l’engagement

personnel du CEO et les modèles

de flexibilité au travail constituaient

les deux conditions principales de la

réussite de la politique d’égalité au sein

d’une entreprise. »

Que doivent faire les

entreprises et leurs managers

pour percer ce plafond de verre?

Els Blaton : « Une entreprise peut combattre

le plafond de verre avec beaucoup

de créativité et d’innovation. Par

exemple, en veillant à un bon équilibre

entre le travail et la vie de famille : soit

grâce à une organisation flexible, soit

grâce aux possibilités offertes par le

télétravail. En parallèle, il existe des

programmes de coaching et de soutien

au développement professionnel des

talents féminins. Il est prouvé que le

mentoring, le networking et les formations

ont un effet positif sur la carrière

des femmes et la culture d’entreprise.

Il existe donc de multiples possibilités,

mais il importe avant tout de parvenir

à un équilibre. »

C’est peut-être un cliché, mais

la mixité a-t-elle du sens pour

les entreprises ?

Els Blaton : « Les entreprises soucieuses

Els Blaton, CIO AXA Belgium.

de l’égalité obtiennent de meilleurs résultats.

Une célèbre étude de McKinsey

a révélé que les entreprises qui comptent

davantage de femmes réalisent de

meilleures performances en matière

de leadership, de contrôle et de qualité

de l’environnement de travail.

Dès que trois managers sur dix sont

des femmes, on identifie des différences

statistiques pertinentes. Les

entreprises qui se sont “féminisées”

réalisent aussi de meilleures performances

financières : entre 2003 et

2005, on constate que leur bénéfice

d’exploitation est 1,5 fois supérieur. »

« Ce sont précisément les différences

et la complémentarité qui constituent

une valeur ajoutée.

Une bonne mixité entre hommes et

femmes modifie la dynamique de collaboration.

Elle permet un dialogue plus constructif

par la multiplication des points de

vue et des angles d’approche.

Elle enrichit la vision de chacun et de

chacune, et a ainsi un impact important

sur la stratégie d’une entreprise.

Un management sain et efficace passe

inévitablement par une politique

d’égalité active.

C’est l’ensemble de l’entreprise qui en

tire des bénéfices: directeurs, collaborateurs,

et de manière indirecte les

clients eux-mêmes.»


enjeux

« Je ne suis ni pour ni contre les quotas de femmes dans les conseils d’administration, mais

je voudrais mettre en garde contre une approche trop unilatérale de la problématique.

Les femmes qui aboutiraient à des fonctions de haut niveau “parce qu’il le faut bien”

risquent de ne pas avoir le bon impact dans l’entreprise. D’où l’importance de la mise

en place d’une politique d’égalité structurelle. »

Les mesures légales telles que

les quotas de femmes au sein

des conseils d’administration

sont-elles efficaces ?

Els Blaton : « Dans le Financial Times,

Lucy Kellaway écrivait déjà que nous

menons un faux débat. Plutôt que de

discuter du bien fondé ou non de ces

quotas, il vaudrait mieux se demander

comment attirer davantage de femmes

dans l’ensemble de l’entreprise et

comment soutenir la promotion des

meilleures d’entre elles. La recherche

de l’équilibre est un combat, mais les

entreprises et organisations doivent

également s’occuper d’urgence de l’afflux

de talents féminins à des fonctions

de direction. »

« Je ne suis ni pour ni contre les quotas

de femmes dans les conseils d’administration,

mais je voudrais mettre

en garde contre une approche trop

unilatérale de la problématique. Les

femmes qui aboutiraient à des fonctions

de haut niveau “parce qu’il le

faut bien” risquent de ne pas avoir

le bon impact dans l’entreprise. D’où

l’importance de la mise en place

d’une politique d’égalité structurelle.

La mixité ne doit pas être considérée

Els Blaton, CIO AXA Belgium

comme un effet de mode, mais elle

doit au contraire devenir un véritable

élément structurel de la culture de

l’entreprise, et ce à quelque niveau

que ce soit. Plus encore que dans les

conseils d’administration, il doit tout

simplement y avoir plus de femmes à

des postes de direction, pour qu’elles

ne soient plus considérées comme de

simples “représentantes des femmes”

mais jugées comme tout un chacun sur

base de leurs mérites.

Il y a évidemment une guerre de talents

à gagner, mais aussi une guerre

pour l’égalité. »

51

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

C’est le jeudi 1er décembre que sera connu le nom du lauréat du deuxième AXA Wo_Men@Work Award. Le succès

de l’édition précédente signifie pour AXA et JUMP que l’égalité et la mixité sont des thèmes d’actualité dans nombre

d’entreprises et d’organisations et que des initiatives structurelles s’imposent plus que jamais. Le jury, composé d’experts

du secteur public et du secteur privé, procédera à la sélection de 3 nominés parmi les dossiers de candidatures introduits.

Du 15 au 27 novembre, chacun aura la possibilité de voter en ligne pour le candidat de son choix.

Plus d’info sur www.axawomenatworkaward.be


Event

BECI After Work

52

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

BECI After Work, c’est une occasion par excellence de nouer de nouveaux contacts dans le monde des affaires ou de retrouver des collègues, le tout dans une

ambiance agréable et conviviale. Notre concept ‘Happy Hour’ vous offre une coupe de champagne et de la bière Léon en guise de bienvenue.

Nous avons le plaisir de vous inviter

au prochain BECI After Work qui

aura lieu le jeudi 20 octobre 2011,

au Warwick Barsey Hotel (Avenue

Louise 381, 1050 Bruxelles). Un verre

de champagne et de la bière Léon

vous seront offerts entre 18h30 et

20h. Participation: 15 euro HTVA/pers

- places limitées. Inscriptions sur le

site www.beci.be


dossier

Sécurité

CYBERCRIMINOLOGIE

11% des pages web sont infectées, le saviez-vous ?

54

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

© Imago/Reporters

Flooding, phishing, sniffing,

DDOS, Brute Force… Vous préférez

le bon vieux Cheval de

Troie ? Le crime sévit partout

sur la toile et vise tout public,

du plus petit épargnant

via ce qu’il croit à tort être

son écran de homebanking, à

la toute puissance d’un état

coupé de ses liaisons externes

par un assaut de requêtes sur

ses canaux internet… Le cybercrime

croît à une vitesse

vertigineuse et l’ingéniosité

des pirates ne semble jamais

devoir connaître d’égale chez

nos législateurs. Néanmoins,

la sécurité, jugée trop coûteuse,

n’intéresse personne à

part les pirates. A moins que

vous peut-être ? Ampleur du

phénomène et conseils pour

vous protéger.

En 2011, sur 1,7 trillion d’emails envoyés, 89,1% sont des SPAM.

Il prolifère sur la toile une espèce

indésirable ; ce sont les logiciels

malveillants, les antivirus zombies

et les réseaux de robots, véritables

machines de guerre appelées

botnets dont le seul objectif est de

mettre votre serveur KO. Il y règne

des pratiques néfastes comme le

flooding (ou inondation de requêtes

sur un serveur), le sniffing (ou écoute

des communications soi-disant protégées),

l’intrusion (par identification

de failles de sécurité sur des

applications), le phishing (email ou

site contrefait)… Pas plus glorieuse la

motivation de communautés qui s’y

adonnent, peuplées d’‘hacktivistes’

(comprenez kacking + activistes)

qu’ils soient des black ou white hats,

aux intentions juste rebelles ou malhonnêtes,

et qui trouvent dans la

multitude d’actions des parrains de la

cybercriminologie, toujours bien une

cause qui conviendra à leurs convictions.

Triste constat. Et, en plus leurs

nuits ne sont plus blanches : ces pirates

de la toile, équipés d’un simple

ordinateur, voire celui d’un cybercafé,

et d’un logiciel trouvé sur le net (les

Kiddies) lancent un programme qui

fait leur sale boulot à leur place et envoient

leurs innombrables requêtes

sur les ordinateurs cibles pour finir

par les assommer et les rendre inopérants!

Enfantin paraît-il, mais cela

ne fait rire que les hackers puisque

déjouer les attaques est bien plus difficile

que de les exécuter.

Contrôlable ?

L’action des criminels du net connaît

une puissance difficilement conce-


dossier Sécurité

qu’il n’arrivait pas à télécharger à sa

guise ! Mais le cybercrime a bien sûr

d’autres mobiles, des gains financiers

ou des vols de documents confidentiels

pour les hacktivistes, des pertes

de revenus, d’image, d’information,

de services chez les victimes telles

des grandes entreprises comme

Le transfert de l’environnement

fixe vers le mobile (tablettes, Smartphones…)

est un des faits les plus

remarquables, aux dires de Tom

Wuyts, Director WAN, Internet &

Security chez Belgacom. Car les dangers

en sont démultipliés, à en juger

les chiffres de fin 2010 émanant

« Le transfert de l’environnement fixe vers le mobile (tablettes,

Smartphones…) est un des faits les plus remarquables. Car les

dangers en sont démultipliés, à en juger les chiffres de fin 2010

: 19% des Belges ont un Smartphone. 80% y stockent des infos

personnelles, 24% de nature bancaire, et 10% des données de

leur carte de crédit. »

Tom Wuyts, Director WAN, Internet & Security chez Belgacom

vable ; le bulletin de l’été 2011 aura

été chaud au niveau hacking puisque

les applications infectées téléchargées

ont été 2,5 fois plus nombreuses

qu’en janvier.

Vous n’avez pas peur ? En 2011, sur

1,7 trillion d’emails envoyés de par le

monde, 89,1% sont des SPAM. 20 millions

de vidéos se téléchargent sur Facebook

par mois, 2 billions de vidéos

sont visionnées sur YouTube par jour.

Parlons des rapports de force, c’est

« David contre Goliath » nous illustre

Olivier Vermeersch de Nomado Telecom,

acteur en téléphonie internet,

secteur cible des hacktivistes.

Pourquoi a-t-on écorché la crédibilité

de Belgacom en rendant publiques

les données de ses clients ADSL ?

Uniquement parce qu’un surnommé

Vendetta, gros consommateur de

vidéos en ligne, voulait réagir à la

publicité sur l’internet illimité alors

Sony, Amazon, Rabobank ou des pays

comme l’Egypte, la Birmanie…

« Nomado collabore avec la Computer

Crime Unit pour pincer les hackers

même à l’étranger.

Les gains sont attirants pour qui peut

intercepter des données de clients de

providers en ligne et vendre leurs minutes

à d’autres », témoigne Olivier

Vermeersch (Nomado).

« Le continent Africain, grâce à un

nouveau câble océanique, va renforcer

début 2012 le haut débit, la VoIP

et la TV. Les PC seront donc connectés

en permanence sur des systèmes souvent

pirates, sans mise à jour de sécurité

et plus vulnérables, bref un terrain

de choix pour les malwares… »

s’inquiète Marc Blanchard, épidémiologiste

chef du département technologique

de Bitdefender en France.

Mobile donc risqué

Depuis les 1ers Local Area networks,

suivis de l’essor de l’internet, puis

du mobile, les problèmes de sécurité

n’ont fait que se corser.

du bureau de recherche Ovum et de

l’European Association for e-Identity

and Security : 19% des Belges ont un

Smartphone. 80% y stockent des infos

personnelles, 24% de nature bancaire,

et 10% des données de leur carte

de crédit. 70% des employés utilisent

les applications du bureau à usage

personnel. Les softs malveillants sur

mobiles ont cru de 22% en 2011, 76%

pour Android selon McAfee (août

2011).

La sécurité n’intéresse personne…

Pour les hackers, les opportunités de

profit pleuvent. Une vraie législation

55

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

« Nomado collabore avec la Computer Crime Unit pour

pincer les hackers même à l’étranger. Les gains sont

attirants pour qui peut intercepter des données de clients

de providers en ligne et vendre leurs minutes à d’autres »

Olivier Vermeersch, CEO de Nomado Telecom


dossier

Sécurité

« Le continent Africain, grâce à un nouveau câble océanique,

va renforcer début 2012 le haut débit, la VoIP et la TV. Les

PC seront donc connectés en permanence sur des systèmes

souvent pirates, sans mise à jour de sécurité et plus

vulnérables, bref un terrain de choix pour les malwares… »

Marc Blanchard, ‘virus docteur’ de Bitdefender France

gestion des emails (le nom de domaine

correspond-il à la dénomination

exacte de la société ?), méfiance

à l’égard des sites dits protégés sans

que l’adresse url ne commence par

https : //etc.

A noter que des outils existent

comme le collaborative password

manager avec ses profils d’utilisateur.

Ou les antivirus mais qui font

aussi partie du problème, puisqu’il y

a sans doute autant de faux que de

vrais et que les « rogues » sont des

petites bêtes qui se dédoublent une

fois l’une détectée, l’autre poursuit sa

route en toute immunité.

Tom Wuyts (Belgacom) annonce l’arrivée

du ‘Mobile Device Protection’

pour PME.

De plus en plus d’acteurs en offriront.

Mais comment en cas d’intrusion,

l’intervention dans la boîte mail des

mobiles privés est-elle acceptée ?

« Le personnel apprécie que l’employeur

assure l’intégrité de toutes

les données privées et professionnelles

de leur mobile », nous préciset-on

chez Belgacom qui prévoit aussi

une solution all in (hardware & sécurité).

Sylvie Cousin

3 cas qui laissent songeur

internationale du cyberespace est

requise, ainsi qu’un gros effort d’éducation

car avant que l’administrateur

ait pu se former pour détecter un

nouveau vers, de nouveaux malwares

ont vu le jour.

« Et puis, administrateurs et développeurs

ne s’entendent pas bien »,

ajoute le ‘virus docteur’ Blanchard.

Alors que faire, attendre après des

produits 100% sécurisés ?

C’est le danger des solutions gratuites.

« La centrale téléphonique IP

Asterisk est gratuite mais requiert de

très bonnes connaissances en sécurisation

des réseaux pour prévenir les

failles » prévient Mr Habib, CTO de

Nomado.

Prudence !

Les conseils semblent d’une banalité

alarmante face à la créativité manifeste

des hacktivistes : politique de

mots de passe (en changer tous les

mois, utiliser des caractères spéciaux

hors du dictionnaire des pirates…),

Sony ne s’amuse plus avec ses jeux

Victime de son succès avec la vente en ligne de ses consoles Playstation,

dans l’urgence la firme Sony néglige la sécurité de certains serveurs.

Résultat : cette année, ce sont 100 millions de comptes avec carte de

crédit qui se voient exposés, ce qui devrait inscrire Sony dans l’histoire

des cyber attaques les plus coûteuses dont les dégâts ont été estimés

entre 1 et 2 billions de dollars.

La célébrité n’attend pas les années pour Michael Calce

Il n’est pas le plus connu mais c’est une superstar du cyberspace. Michael,

alias “MafiaBoy”, est un génie de l’IT qui a mené des DDOS ou Denial

of Service (déni de service) et s’est rendu célèbre pour ses attaques

contre des grands noms malgré leurs hauts dispositifs de sécurité : Dell,

CNN, Amazon, Ebay…

Attaques contre la Birmanie, un cas plutôt nébuleux…

La perversité de la cyber criminalité ? Elle a parfois le soutien des états,

telles les attaques contre la Birmanie soutenues par la Russie par ex., invoquant

le secret défense pour ne pas coopérer avec les forces de police

étrangères. Sous-entendu ? Des membres d’agences de renseignement

russes protègeraient les cyber criminels du pays.

Et qui détient l’expertise recherchée par les gouvernements pour lutter

contre l’hacktivisme ? Les pirates eux-mêmes…


Via Digichambers

Sans quitter votre bureau,

toutes les démarches pour vos exportations

en quelques clics.

Efficace, rapide et facile.

Place à un nouveau service rapide, efficace et fiable :

vos certificats d’origine sont maintenant disponibles

online grâce à Beci et Digichambers.

Il suffit d’une signature électronique pour obtenir

(en format digital) tous vos documents d’exportation

légalisés sur votre ordinateur.

Contactez-nous au 02 648 78 03

ou surfez sur www.digichambers.be

Un gain de temps et d’argent !


BLOC-NOTES

58

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Formations

Management

& Resources Humaines

Opleiding bemiddeling/mediation te

Gent (NL)

Van 28 augustus tot 2 december 2011

(12 dagen)

Cycle de Formation de base et

spécifique en médiation civile et

commerciale

Du 13 octobre 2011 au 9 février 2012

(12 jours)

FAIRE FAIRE ou comment réussir la

délégation responsable

Jeudi 27 octobre 2011 de 9h à 17h

Organisation

Gagnez 12 ans d’expérience professionnelle

en 1 an: Alter Ego –

Assistante de direction

A partir de septembre 2011 – de 9h

à 13h

Vente-Marketing

MARKETING : CYCLE MARKETING

POUR DIRIGEANTS PME

Formation: 3 modules de 4 x 4h –

8/10/2011, 19/11/2011 & 10/12/2011

14/01/2012, 04/02/2012,

03/03/2012 & 24/03/2012

21/04/2012, 12/05/2012,

02/06/2012 & 16/06/2012

Les samedis matins de 9h à 13h

Boostez vos ventes par le networking

Mardi 18 octobre 2011 de 9h à 17h

Quelle place pour les réseaux sociaux

dans la stratégie marketing de votre

PME ?

Jeudi 20 octobre 2011 de 14 à 17h

Techniques de vente

Vendredis 21 et 28 octobre 2011 de 9h

à 17h

Le Networking ou comment développer

votre activité grâce à votre réseau

relationnel

Mardi 29 novembre de 9h30 à

12h30Vendredi 20 mai 2011 de 14h

à 17h

Organisation personnelle et

efficacité

9 étapes clés pour réussir sans à coup

les projets qui vous sont confiés

Mardi 25 octobre 2011 de 9h à 17h00

bMediation

Communication NonViolente et

Médiation

Les vendredis 25 et samedi 26 novembre

2011 de 9h à 18h

Infos: Brigitte van der Mensbrugghe

02 643 78 30 – bvdm@beci.be

Marchés publics

Séminaires

Les clauses environnementales dans

les marchés publics en Belgique et à

Bruxelles

Mercredi 26 octobre 2011 de 16h à 18h

Législation sociale

CYCLE ELECTIONS SOCIALES 2012

18/10/2011, 17/01/2012 &

27/03/2012

Saisies et cessions de rémunération :

l’employeur doit-il en faire trop ?

Jeudi 17 novembre 2011 de 14h à 17h

Infos: Frédéric Simon

T +32 2 643 78 17 – fs@beci.be

Activités du

département international

Visite au siège de la Banque Africaine

de Développement (BAD) à Tunis

2 -> 4 novembre 2011

Training on SEPA (Managing risk,

optimising liquidity and increasing

the efficiency of the financial supply

chain) – part of the International

Business Academy in collaboration

with ING

Mercredi 16 novembre 2011 de 10h à

13h

Incoming Delegation from Sri Lanka

Jeudi 17 novembre 2011

Training on documentary credit - part

of the International Business Academy

in collaboration with ING

Mercredi 30 novembre 2011 de 10h

à 13h

Infos: Beci’s International Department

on 02/643.78.02. or internatio-


Events

18/10/2011 BECI Millésimes

18/10/2011 BECI Thematic

Breakfast

20/10/2011 Synergy Day 2011

20/10/2011 BECI After Work

14/11/2011 BECI Prejob Day

“Vente, finance et

administration”

18/11/2011 BECI Job Day

“Vente, finance et

administration”

30/11/2011 BECI Soirée Info

07/12/2011 BECI Entrepreneurs

Night

12/12/2011 BECI Prejob Day « IT,

Ingénieurs & Green

Jobs »

16/12/2011 BECI Job Day « IT,

Ingénieurs & Green

Jobs »

Infos: www.beci.be

events@beci.be


Brussels Enterprises Commerce &

Industry

Afrika-Verein e.V

Netherlands-African Business Council

Centre for Mediation & Arbitration, Paris

Paris Chamber of Commerce & Industry

Addis Ababa Chamber of Commerce &

Sectoral Associations

Burundi Federal Chamber of Commerce

& Industry

Kenya National Chamber of Commerce &

Industry

Uganda National Chamber of Commerce

& Industry

Mauritius Chamber of Commerce &

Industry

Promofirenze – Special Agency of the

Florence Chamber of Commerce, Italy




















































:


DEMANDES D’ADMISSIONS À BECI

PAR PRESENTATION AU CONSEIL D’ADMINISTRATION *

60

N° 10 - OCTOBRE 2011 - ENTREPRENDRE

Actigroup SA


del : Michel Bruyr

Architecture Détails - D’Aoust Bernard PPE -


AR-REC NV


types : bureaux, usines, ateliers, locaux d’institutions

et autres locaux à usage commercial ou professionnel,


Arsima Projects SPRL


aux utilisateurs concernant le type et la configuration

du matériel informatique et les applications logicielles


sation,

de recherche du rendement, de contrôle, d’in-



Art du Propre SPRL




des ménages en tant qu’employeurs de personnel domestique

del : Arjan Kondakciu

Aston Carter International SA


Azarae, Nurul Ariani SPRL

del : Vincent Libouton

Backstage Communication



dans les domaines des relations publiques et de la


de campagnes publicitaires pour des tiers, en utilisant



Bekaert SA

Paul Buysse

Bench Marketing SPRL




Sibille

Dheur Georgette Véronique PPE -


Dheur

Document Dialog NV

teurs

concernant le type et la configuration du matériel

-



Domus Pura SPRL



nages

en tant qu’employeurs de personnel domestique

del : Régis Leroy

Econergie Concept et Services SCRI


d’équipements aérauliques et frigorifiques industriels



faisant appel au génie acoustique, aux techniques de la

climatisation, de la réfrigération, de l’assainissement et

de la lutte contre la pollution, etc. del : Didier Bernard

Electrolux Belgium SA


gers

non électriques 3102001 - la fabrication de meubles

et d’éléments modulaires pour cuisines équipées del :

Robert Van Itterbeeck

Epikairos SPRL


Fertinel Christine PPE



tinel

Fill The Gap SA




FMT Vastgoedbeheer BV


Freemind Consulting Belgium SPRL Rue de la Techno-

formatique

del : Angelo Santoro

Generations Recruitment SPRL


orientation et placement de personnel à l’intention de

l’employeur ou du demandeur d’emploi: formulation



Grun Julie SPRL


Hasco Cash Register SPRL


consumentenartikelen - Réparation d’autres biens per-


IC Transport SPRL Rue Antoon Van Oos 1 - 1120 Bruxelles


automobiles pour le transport des personnes, y compris




Internove PPE



pour les affaires et autres conseils de gestion del : Frédéric

Martin

Izzi One SPRL

-


del

Jouniaux Laurence PPE


Klenske Nicholas PPE



les affaires et autres conseils de gestion del : Nicholas

Klenske

LYNX U SPRL


et de courrier del : Benoît Dufour

Maison BM et Tradition SPRL





Maison Lefebvre PPE


merce

de détail de biens neufs en magasin spécialisé

n.c.a. del : Daniel De Ruyck

MDM Business & Services SPRL -

-




MySponsor SA

-


Kenneth Bérard

NAKI SPRL



Next Planet ASBL

del : Philippe Delstanche

Nyya SPRL

Nadia Ben Ayad

One Phone Belgium SA


matériels de télécommunication en magasin spécialisé



Origami Music ASBL

Bruxelles del : Laurence Morel

Passion Macaron SPRL


Pics Belgium VZW



Prosper Invest SPRL



de plusieurs autres entreprises classées dans différents

secteurs économiques del : Thuy Nga Bui

Rainbow Careers SA



Remaco SA


spécialisé del : Patrick Van De Velde

Richcast - Arjuna Productions SA


lisation

de films publicitaires et films promotionnels,

-




du rendement, de contrôle, d’information du gestion,

etc. del : Ron Mulkherjee

Safeline Europe SPRL



de disques magnétiques ou optiques, machines de

mise d’informations sur support sous forme codée

-


-



techniques de sécurité, etc. del : Lars Odlén

Semantics SPRL


- Autres formes d’enseignement del : Vanderheeren

Sorel SPRL

del : Bérénice Sorel

Sthree Services - Computer Futures SA Place Shuman


long terme des actions émanant de plusieurs autres entreprises

classées dans différents secteurs économiques


n.c.a. del : Kurt Schreurs

TaylorWessing SCRL


Flion

Timeforyou SPRL



Toyo Ink Europe SA

-



gros d’autres produits intermédiaires n.c.a. del : Andrey


Vanderperren J. SA

thoudt

Vivanor Group SPRL

-


électriques ou manuelles


VNS - Vincotte Nuclear Safety SA



del : Sammy Shihab

Ysearch International SPRL


2B2 - Van Merris Véronique ASBL -


4M’S SPRL


machine-to-machine

et vos machines communiquent entre elles

antivol

distributeurs

automatiques

paiements mobiles

tracking & tracing

Pour gérer vos stocks à distance ou être

en communication permanente avec votre flotte,

BASE business vous offre des plans tarifaires m2m

nationaux ou à l'étranger sur mesure.

chacun son business, chacun sa solution télécom

info sur www.BASE.be/business

More magazines by this user
Similar magazines