12.11.2014 Views

Etat des lieux - Lot-et-Garonne

Etat des lieux - Lot-et-Garonne

Etat des lieux - Lot-et-Garonne

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

Sommaire<br />

SOMMAIRE................................................................................................................ 1<br />

PREAMBULE............................................................................................................. 3<br />

CHAPITRE 1. FONCIER, TERRITOIRE ET AGRONOMIE........................................ 5<br />

1. PRESENTATION DU DEPARTEMENT DE LOT-ET-GARONNE .......................................... 7<br />

1.1. L’agriculture, occupation principale du sol… ..................................................................... 7<br />

1.2. ... <strong>et</strong> facteur d’identité paysagère du département ........................................................... 10<br />

2. LES EXPLOITATIONS AGRICOLES ........................................................................... 11<br />

2.1. Evolution du nombre <strong>des</strong> exploitations <strong>et</strong> <strong>des</strong> surfaces exploitées............................... 11<br />

2.2. Des différences d’évolution selon l’orientation technico-économique (OTEX)............. 12<br />

2.3. Statut <strong>des</strong> exploitations agricoles ...................................................................................... 13<br />

3. TRANSMISSIONS ET INSTALLATIONS....................................................................... 14<br />

3.1. Une population d’exploitants qui vieillit ............................................................................ 14<br />

3.2. Caractéristiques <strong>des</strong> installations ...................................................................................... 14<br />

4. EVOLUTION DU FONCIER AGRICOLE ....................................................................... 16<br />

4.1. Une perte d’espaces agricoles............................................................................................ 16<br />

4.2. Des indicateurs de la pression foncière ............................................................................ 16<br />

4.3. La gestion du foncier agricole ............................................................................................ 18<br />

5. LES PRATIQUES CULTURALES ............................................................................... 20<br />

5.1. Rotation <strong>des</strong> cultures........................................................................................................... 20<br />

5.2. Amendements <strong>et</strong> fertilisation .............................................................................................. 20<br />

5.3. Protection phytosanitaire .................................................................................................... 21<br />

5.4. Préparation <strong>des</strong> sols ............................................................................................................ 21<br />

5.5. Irrigation ................................................................................................................................ 22<br />

5.6. Un plan pour la réduction <strong>des</strong> produits phytosanitaires ................................................. 22<br />

CHAPITRE 2. EMPLOI, FORMATION, RECHERCHE ET EXPERIMENTATION ... 25<br />

1. LES EMPLOIS AGRICOLES ..................................................................................... 27<br />

1.1. Un emploi agricole significatif ............................................................................................27<br />

1.2. Evolution <strong>des</strong> caractéristiques de la main d’œuvre agricole .......................................... 28<br />

1.3. Les salaires en agriculture .................................................................................................. 31<br />

1.4. Âge de la main d’œuvre ....................................................................................................... 31<br />

2. LES FORMATIONS EN AGRICULTURE....................................................................... 33<br />

2.1. La formation continue <strong>des</strong> exploitants agricoles.............................................................. 33<br />

2.2. La formation continue <strong>des</strong> salariés agricoles ................................................................... 35<br />

2.3. La formation initiale en agriculture .................................................................................... 36<br />

3. RECHERCHE ET EXPERIMENTATION........................................................................ 39<br />

CHAPITRE 3. ECONOMIE DES FILIERES ............................................................. 45<br />

1. PRESENTATION GENERALE DES CARACTERISTIQUES DE L’ACTIVITE AGRICOLE .......... 47<br />

1.1. Un departement de polyculture …...................................................................................... 47<br />

1.2. …soumis à un contexte européen <strong>et</strong> national en évolution ............................................ 49<br />

1.3. Des productions bien valorisées ........................................................................................ 50<br />

1.4. La situation économique <strong>des</strong> exploitations agricoles...................................................... 52<br />

1.5. Les signes d’Identification de qualité <strong>et</strong> d’origine (SIQO) en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> .............. 53<br />

1.6. Les Coopératives d’Utilisation du Matériel Agricole (Cuma)........................................... 55<br />

1.7. Des opérateurs agricoles dynamiques .............................................................................. 55<br />

2. LES FRUITS ET LEGUMES ...................................................................................... 56<br />

2.1. L’arboriculture ...................................................................................................................... 58<br />

La filière Prune d’Ente .............................................................................................................................. 59<br />

Fruits frais : la filière POMME................................................................................................................... 62<br />

Fruits frais : la filière Kiwi.......................................................................................................................... 64<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 - 1 -


Fruits à coque : la filière nois<strong>et</strong>te <strong>et</strong> noix .................................................................................................. 66<br />

2.2. Légumes frais ....................................................................................................................... 68<br />

La filière fraise .......................................................................................................................................... 69<br />

La filière tomate de frais ........................................................................................................................... 71<br />

2.3. Cultures industrielles........................................................................................................... 73<br />

La filière légumes de conserve................................................................................................................. 74<br />

La filière Tabac......................................................................................................................................... 75<br />

3. LE VIN................................................................................................................. 77<br />

La filière viticole........................................................................................................................................ 78<br />

4. CEREALES, OLEAGINEUX ET PROTEAGINEUX .......................................................... 80<br />

La filière gran<strong>des</strong> cultures ........................................................................................................................ 81<br />

5. L’ELEVAGE.......................................................................................................... 82<br />

La filière bovin viande............................................................................................................................... 84<br />

La filière bovin lait..................................................................................................................................... 86<br />

La filière ovin viande................................................................................................................................. 89<br />

La filière caprine ....................................................................................................................................... 90<br />

Aviculture : Les filières volaille, œufs <strong>et</strong> palmipè<strong>des</strong> à foie gras............................................................... 91<br />

La filière équine ........................................................................................................................................ 93<br />

6. AUTRES FILIERES: SEMENCES ET APICULTURE ....................................................... 94<br />

La filière semences................................................................................................................................... 94<br />

La filière apicole........................................................................................................................................ 96<br />

7. UN MODE DE PRODUCTION EN PLEIN ESSOR............................................................ 98<br />

L’agriculture biologique............................................................................................................................. 98<br />

8. L’AGRITOURISME ............................................................................................... 101<br />

8.1. Le réseau Bienvenue à la ferme........................................................................................ 101<br />

8.2. Le réseau Accueil Paysan ................................................................................................. 101<br />

8.3. Les marchés de producteurs de pays.............................................................................. 102<br />

8.4. Les chartes <strong>et</strong> réseaux locaux .......................................................................................... 102<br />

CHAPITRE 4. EAU................................................................................................. 105<br />

1. LES RESSOURCES EN EAU .................................................................................. 107<br />

1.1. Climatologie ........................................................................................................................ 107<br />

1.2. Hydrographie : les eaux superficielles............................................................................. 108<br />

1.3. Les eaux souterraines........................................................................................................ 111<br />

1.4. Le stockage de l’eau : lacs collinaires ............................................................................. 112<br />

2. LA QUALITE DE L’EAU......................................................................................... 116<br />

2.1. L’état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> lié à la Directive Cadre sur l’Eau............................................................ 116<br />

2.2. Mesures mises en œuvre - Réglementations .................................................................. 121<br />

3. LES PRELEVEMENTS POUR L’IRRIGATION ............................................................. 128<br />

3.1. L’agriculture irriguée en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> ......................................................................... 128<br />

3.2. Les volumes d’eau prélevés............................................................................................. 129<br />

3.3. Origine <strong>des</strong> prélèvements pour l’irrigation...................................................................... 129<br />

3.4. Les techniques d’irrigation................................................................................................ 132<br />

3.5. La gestion collective de l’irrigation .................................................................................. 133<br />

SYNTHESE ............................................................................................................ 135<br />

1. CHIFFRES CLES ................................................................................................. 136<br />

2. FORCES ET FAIBLESSES ..................................................................................... 137<br />

3. OPPORTUNITES ET MENACES .............................................................................. 139<br />

GLOSSAIRE .......................................................................................................... 140<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -2-


Préambule<br />

Aujourd’hui l’agriculture est reconnue pour sa multifonctionnalité : elle est source de<br />

richesse, d’emplois, elle façonne <strong>et</strong> entr<strong>et</strong>ient les paysages <strong>et</strong> contribue au maintien du<br />

patrimoine naturel. En <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, les paysages <strong>et</strong> l’activité agricole sont l’héritage d’un<br />

développement ancien de l’agriculture dans la Vallée de la <strong>Garonne</strong>. Le département<br />

bénéficie d’une agriculture de polyculture, à la fois dynamique, moderne <strong>et</strong> consciente de la<br />

nécessité de préserver les paysages <strong>et</strong> l’environnement.<br />

Avec 7200 exploitations agricoles en 2010 <strong>et</strong> 284 300 hectares cultivés, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong> occupe le premier rang national pour la production de prunes à pruneaux, de<br />

nois<strong>et</strong>tes, kiwis, fraises mais arrive également en tête à l’échelle régionale pour de<br />

nombreuses cultures : pomme de terre, tomate, pomme, melon… La part importante<br />

d’exploitations de p<strong>et</strong>ite taille, très diversifiées <strong>et</strong> comptant <strong>des</strong> productions à forte valeur<br />

ajoutée, caractérise le département. Une soixantaine de productions significatives sont<br />

ainsi recensées en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>. Les conditions agro-climatiques, le dynamisme reconnu<br />

d’un monde agricole marqué par d’importants brassages de populations, ont contribué à<br />

<strong>des</strong>siner un pays agricole très varié. L’irrigation constitue un atout indiscutable, garant du<br />

maintien <strong>et</strong> du développement de productions à forte valeur ajoutée. La qualité <strong>des</strong> produits<br />

est par ailleurs une préoccupation majeure pour l’agriculture départementale.<br />

Face au contexte réglementaire, économique <strong>et</strong> technologique, l’agriculture est en constante<br />

évolution <strong>et</strong> se r<strong>et</strong>rouve menacée. Les premières tendances du recensement agricole de<br />

l’année 2010 confirment les craintes de voir disparaître un secteur économique stratégique<br />

pour notre département fragilisé notamment par l’érosion ces dix dernières années du<br />

nombre d’exploitations agricoles <strong>et</strong> de la surface agricole. Dans un contexte mouvant de<br />

réformes <strong>et</strong> de crises à répétition, le Conseil général a donc souhaité, au travers <strong>des</strong> <strong>Etat</strong>s<br />

généraux de l’agriculture, engager une réflexion participative sur l’agriculture<br />

départementale <strong>et</strong> ses perspectives.<br />

Ce document vous propose un état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture départementale, préalable<br />

indispensable à la démarche <strong>des</strong> <strong>Etat</strong>s généraux de l’agriculture. Outre l’intérêt de disposer<br />

d’un document de référence départemental pour les questions agricoles, c<strong>et</strong> état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> a<br />

permis d’identifier les problématiques <strong>et</strong> les besoins de l’activité agricole locale <strong>et</strong> de réaliser<br />

un diagnostic de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>.<br />

Ce document est structuré autour de quatre thématiques inhérentes à l’activité agricole :<br />

• foncier, territoire <strong>et</strong> agronomie,<br />

• emploi, formation, recherche <strong>et</strong> expérimentation,<br />

• économie <strong>des</strong> filières,<br />

• eau.<br />

Les forces, les faiblesses, les opportunités <strong>et</strong> les menaces de l’agriculture lot-<strong>et</strong>-garonnaise<br />

ont ainsi pu être révélées. Pour constituer ce document, les sources statistiques officielles<br />

(Agreste) ont été utilisées <strong>et</strong> complétées par <strong>des</strong> données recueillies auprès de divers<br />

organismes agricoles. Même s’ils demandent à être approfondis, les premiers résultats du<br />

recensement agricole de 2010 ont aussi pu être intégrés.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 - 3 -


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -4-


FONCIER<br />

TERRITOIRE<br />

AGRONOMIE<br />

Chapitre 1. FONCIER, TERRITOIRE ET<br />

AGRONOMIE<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 - 5 -


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -6-


1. <br />

Le département de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> recouvre 538 000 hectares, ce qui fait de lui le plus p<strong>et</strong>it<br />

d’Aquitaine qui possède <strong>des</strong> géants comme la Gironde, plus grand département français<br />

avec 1 020 000 ha, les Lan<strong>des</strong> (935 000 ha) <strong>et</strong> la Dordogne (923 000 ha).<br />

En 2011, il se divise en 4 arrondissements, 40 cantons <strong>et</strong> 319 communes. Il existe en outre<br />

20 communautés de communes, dont 2 communautés d’agglomération (Agen <strong>et</strong><br />

Marmande).<br />

1.1. L’AGRICULTURE, OCCUPATION PRINCIPALE DU SOL…<br />

54% de la surface départementale est utilisée par l’agriculture soit une surface agricole<br />

utilisée (SAU) de 289 000 ha en 2009 (284 300 ha d’après le recensement agricole 2010).<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est donc, avec les Pyrénées Atlantiques, un département aquitain très<br />

largement occupé par l’agriculture (voir tableau n° 1 ). En revanche, la superficie boisée est de<br />

135 000 ha, soit un quart de la superficie du département. A titre de comparaison, en<br />

Dordogne, Gironde <strong>et</strong> Lan<strong>des</strong>, les surfaces boisées couvrent environ la moitié de la surface<br />

départementale (<strong>et</strong> même 70% pour les Lan<strong>des</strong>).<br />

Tableau n° 1.<br />

Surface occupée par l’agriculture pour chaque département aquitain<br />

Superficie totale<br />

(en ha)<br />

Surface Agricole<br />

Utilisée en 2009 (en ha)<br />

% de surface occupée<br />

par l’agriculture<br />

Dordogne Gironde Lan<strong>des</strong><br />

Source : Mémento de la statistique agricole 2010, DRAAF Aquitaine<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong><br />

Pyrénées-<br />

Atlantiques<br />

923 000 1 020 000 935 000 538 000 768 000<br />

353 000 250 000 217 000 289 000 427 000<br />

38% 25% 23% 54% 56%<br />

C<strong>et</strong>te importante surface agricole départementale se répartit en 2009 de la façon<br />

suivante :<br />

terres arables : 240 000 ha<br />

<br />

surface Toujours en Herbe : 28 000 ha<br />

cultures permanentes : 23 000 ha dont vignes : 7 000 ha<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est en eff<strong>et</strong> un département cultivé avec soin depuis <strong>des</strong> siècles <strong>et</strong> les<br />

vocations <strong>des</strong> différents terroirs ont été mesurées <strong>et</strong> valorisées dans le cadre de 10 p<strong>et</strong>ites<br />

régions agricoles relativement homogènes (voir figure 1).<br />

C<strong>et</strong>te classification a été créée en 1946 par l’INSEE. Si les espaces agricoles ont pu évoluer<br />

depuis, elle a le mérite de faire apparaître les principales caractéristiques du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong> :<br />

• une situation très diversifiée qui s’explique par le prolongement <strong>des</strong> régions agricoles<br />

<strong>des</strong> départements voisins (Lan<strong>des</strong>, Bergeracois, Périgord, Causses, Gers…),<br />

• l’importance du <strong>Lot</strong> <strong>et</strong> de la <strong>Garonne</strong> qui structurent les espaces,<br />

• la diversité <strong>et</strong> la richesse <strong>des</strong> orientations agricoles traditionnelles du département.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 - 7 -


LES PETITES REGIONS AGRICOLES<br />

DURAS<br />

COTEAUX NORD DU<br />

LOT-ET-GARONNE<br />

BERGERACOIS<br />

PLAINES DE LA GARONNE<br />

ET DU LOT<br />

Miramont-de-Guyenne<br />

PERIGORD NOIR<br />

Marmande<br />

COTEAUX BORDURE<br />

LANDES<br />

Tonneins<br />

Villeneuve-sur-<strong>Lot</strong><br />

Fumel<br />

CAUSSES<br />

Casteljaloux<br />

Agen<br />

PAYS DE<br />

SERRES<br />

GRANDES LANDES<br />

Nérac<br />

COTEAUX<br />

SUD GARONNE<br />

0 10 20<br />

Kilomètres<br />

Source: INSEE<br />

Source Conception: : INSEE Conseil général de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Conception : Conseil général de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Figure 1. Cartographie <strong>des</strong> p<strong>et</strong>ites régions agricoles <strong>et</strong> <strong>des</strong> cultures traditionnellement dominantes<br />

La nomenclature Corine Land Cover décrit l’occupation du sol en 2006 (voir Figure 2). Elle est<br />

réalisée par photo-interprétation <strong>et</strong> sa précision est suffisante à l’échelle du département (les<br />

zones de plus de 5 ha sont représentées).<br />

Les espaces du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> apparaissent clairement occupés principalement par<br />

l’agriculture :<br />

• à l’exception de la partie forêt <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong> dans le Sud-Ouest <strong>et</strong> du secteur<br />

appartenant au Périgord nord, dominés par les espaces forestiers,<br />

• les agglomérations importantes sont peu nombreuses (Agen, Marmande, Villeneuvesur-<strong>Lot</strong>).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -8-


L’OCCUPATION DU SOL<br />

0 5 10km<br />

Les types d'espaces selon la nomenclature Corine Land Cover<br />

Terres arables (231)<br />

Cultures permanentes (300)<br />

Prairies (475)<br />

Zones agricoles hétérogenes (1103)<br />

Forêts (1123)<br />

Mi<strong>lieux</strong> à végétation arbustive <strong>et</strong>/ou herbacée (237)<br />

Cours d'eau<br />

Zones urbanisées (163)<br />

Zones industrielles ou commerciales (35)<br />

Mines, décharges <strong>et</strong> chantiers (22)<br />

Espaces verts artificialisés, non agricoles (18)<br />

Eaux continentales (19)<br />

Zones humi<strong>des</strong> intérieures (1)<br />

Autres cours d'eau principaux<br />

Source : Corine Land Cover 2006, IGN<br />

<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> <strong>Lot</strong> Conception : Conseil général de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Source: Corine Land Cover 2006<br />

Auteur: Maéva Le Joubioux<br />

Figure 2. Cartographie <strong>des</strong> territoires agricoles, artificialisés <strong>et</strong> forestiers en 2006<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -9-


1.2. ... ET FACTEUR D’IDENTITE PAYSAGERE DU DEPARTEMENT<br />

Sur la rive gauche de la<br />

<strong>Garonne</strong>, l’influence <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong><br />

se fait sentir jusqu’à Nérac <strong>et</strong><br />

Casteljaloux, puis en allant vers<br />

l’Est, les coteaux de l’Albr<strong>et</strong> se<br />

développent <strong>et</strong> préfigurent le<br />

Gers. Les coteaux occupent<br />

largement la rive droite du <strong>Lot</strong> <strong>et</strong><br />

de la <strong>Garonne</strong>, avec <strong>des</strong><br />

paysages contrastés du type<br />

girondin vers Duras, périgourdin<br />

au Nord <strong>et</strong> quercynois au Nor<strong>des</strong>t.<br />

Entre <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> <strong>Lot</strong>, le Pays de<br />

Serres est composé de plateaux<br />

calcaires coupés de vallons<br />

encaissés.<br />

Les vallées présentent l’aspect<br />

d’un terroir riche où se<br />

succèdent vergers, vignes,<br />

cultures maraîchères <strong>et</strong><br />

céréalières.<br />

Source : CAUE 47<br />

Source : DIREN Aquitaine<br />

Figure 3. Cartographie <strong>des</strong> entités paysagères<br />

<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est le plus p<strong>et</strong>it département d’Aquitaine (538 000 ha). Il se caractérise<br />

par sa forte occupation agricole <strong>et</strong> sa diversité <strong>des</strong> productions agricoles. La surface agricole<br />

utilisée est en eff<strong>et</strong> de 284 300 ha en 2010 (53 % de la surface totale).<br />

Pour ce département, l’activité agricole est donc un facteur de développement économique<br />

mais aussi une valeur paysagère essentielle.<br />

L’eau, de part la présence du <strong>Lot</strong> <strong>et</strong> de la <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> un réseau hydrographique dense, est<br />

également essentielle à l’identité du territoire.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -10-


2. <br />

Les données statistiques<br />

fournies par Agreste<br />

(recensement agricole de 2000<br />

<strong>et</strong> enquête structure 2007)<br />

perm<strong>et</strong>tent de caractériser<br />

rapidement la structure <strong>et</strong> les<br />

orientations <strong>des</strong> exploitations<br />

agricoles du département.<br />

La comparaison <strong>des</strong> données<br />

entre 2000 <strong>et</strong> 2007, voire 2010<br />

témoigne <strong>des</strong> récentes<br />

tendances d’évolution.<br />

En 2007, 73% <strong>des</strong> exploitations<br />

agricoles du département étaient<br />

professionnelles.<br />

Définitions (Agreste)<br />

L’exploitation agricole est définie comme une unité<br />

économique qui participe à la production agricole <strong>et</strong> qui<br />

répond à l’un <strong>des</strong> critères suivants :<br />

• un hectare ou plus de surface agricole utilisée<br />

• 20 ares ou plus de cultures spécialisées,<br />

• ou une activité de production supérieure à un seuil<br />

minimum, par exemple une vache.<br />

Une exploitation agricole professionnelle répond à <strong>des</strong><br />

critères supplémentaires justifiant d’une activité de production<br />

significative, à savoir :<br />

• au minimum un emploi annuel équivalent à 75% d’un<br />

temps plein,<br />

• <strong>et</strong> une marge brute standard minimum de 8 Unité de<br />

Dimension Européenne (UDE), équivalente à 12 ha<br />

de blé.<br />

2.1. EVOLUTION DU NOMBRE DES EXPLOITATIONS ET DES SURFACES EXPLOITEES<br />

En 2010, 7 200 exploitations sont présentes en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, alors qu’elles étaient 9 346<br />

en 2000. Depuis 2000, le nombre d’exploitations a donc diminué de 23%.<br />

Parallèlement, la SAU est passée de 303 000 ha à 284 300 ha, soit une diminution de 6%.<br />

Evolution du nombre <strong>des</strong> exploitations professionnelles <strong>et</strong> de leur SAU<br />

Pendant la période 2000 à 2007, le nombre <strong>des</strong> exploitations agricoles professionnelles a<br />

diminué de 19 % (de 5 783 à 4 689). C<strong>et</strong>te diminution est supérieure à la diminution <strong>des</strong><br />

exploitations professionnelles pour la France entière (-17 %).<br />

Les exploitations de moins de 35 ha sont les plus touchées (-30 %), celles de 35 à 50 ha<br />

restent stables alors que celles qui dépassent les 50 <strong>et</strong> 100 ha augmentent. Malgré tout, les<br />

exploitations de moins de 50 ha sont encore majoritaires (57 %).<br />

C’est maintenant plus du tiers <strong>des</strong> surfaces qui sont utilisées par <strong>des</strong> gran<strong>des</strong> exploitations<br />

de plus de 100 ha (qui représentent 13% <strong>des</strong> exploitations). En 2010, les plus de 50 ha<br />

représentent 28% <strong>des</strong> exploitations <strong>et</strong> valorisent 71% <strong>des</strong> surfaces agricoles.<br />

Entre 2000 <strong>et</strong> 2007, la surface agricole utilisée par les exploitations professionnelles est<br />

passée de 266 051 ha à 259 953 ha, soit une baisse de 2,3 % (6 098 ha).<br />

La n<strong>et</strong>te diminution du nombre d’exploitations professionnelles (-19%) ne s’est donc<br />

heureusement pas traduite par une perte de surface équivalente (-2,3%) mais par un<br />

agrandissement <strong>des</strong> exploitations restantes. La surface moyenne utilisée est ainsi passée de<br />

46 ha en 2000 à 55 ha en 2007. C’est une augmentation comparable à celle de la Dordogne<br />

<strong>et</strong> <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong>.<br />

Les exploitations non-professionnelles<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> recensait 3 563 exploitations non professionnelles en 2000 <strong>et</strong> 2 771 en<br />

2007. Cela représente une baisse de 22 % inférieure à la moyenne nationale de 33 %.<br />

La SAU correspondante est de 29 000 ha, mais elle a diminué de 22 % entre 2000 <strong>et</strong> 2007<br />

(de 37 000 à 29 000 ha, soit une perte de 7 992 ha). La diminution de ces p<strong>et</strong>ites<br />

exploitations s’accélère.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -11-


2.2. DES DIFFERENCES D’EVOLUTION SELON L’ORIENTATION TECHNICO-<br />

ECONOMIQUE (OTEX)<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> connaît encore<br />

une grande diversité<br />

d’exploitations avec de forts<br />

pourcentages en cultures<br />

spécialisées (20 %), gran<strong>des</strong><br />

cultures (35 %), polyculture avec<br />

ou sans élevage (23 %), viticulture<br />

(6 %) (Figure 4). L’importance <strong>des</strong><br />

orientations cultures spécialisées<br />

<strong>et</strong> polycultures est tout à fait<br />

caractéristique du département.<br />

Figure 4. Répartition <strong>des</strong> exploitations selon leur OTEX en 2007<br />

Orientation<br />

technico-économique<br />

... selon la surface agricole<br />

valorisée<br />

Polyélevage<br />

Bovins lait<br />

Viticulture<br />

Gran<strong>des</strong> Cultures<br />

<strong>et</strong> Herbivores<br />

Bovins viande<br />

Horticulture, maraîchage<br />

Herbivores<br />

Fruits<br />

Polyculture<br />

Gran<strong>des</strong> cultures<br />

... selon le nombre d'exploitations<br />

120000<br />

100000<br />

SAU valorisée<br />

80000<br />

60000<br />

40000<br />

20000<br />

0<br />

0 500 1000 1500 2000 2500<br />

Recensement agricole de 2000<br />

Nombre d'exploitations<br />

Enquête structure de 2007<br />

Figure 5. Evolution de la SAU <strong>et</strong> du nombre d’exploitation selon l’OTEX entre 2000 <strong>et</strong> 2007<br />

L’observation par OTEX sur la période 2000-2007 montre une baisse importante du nombre<br />

d’exploitations orientées vers les gran<strong>des</strong> cultures (-20 %), <strong>et</strong> vers la viticulture (-35 %).<br />

Cependant, la SAU totale a stagné pour les gran<strong>des</strong> cultures <strong>et</strong> diminué de 10 % pour la<br />

viticulture.<br />

La crise viticole a accéléré la restructuration <strong>des</strong> exploitations viticoles <strong>et</strong> a favorisé<br />

l’agrandissement <strong>des</strong> plus grosses exploitations au détriment <strong>des</strong> plus p<strong>et</strong>ites. Une partie<br />

<strong>des</strong> vignes a cependant été arrachée.<br />

Concernant les exploitations de gran<strong>des</strong> cultures, on peut penser qu’une grande surface<br />

étant nécessaire pour rentabiliser ces productions, les plus p<strong>et</strong>ites exploitations ont disparu<br />

ou se sont diversifiées alors que les grosses exploitations se sont agrandies par fermage.<br />

Il y a également une diminution <strong>des</strong> exploitations orientées vers le polyélevage, les bovins<br />

lait, les gran<strong>des</strong> cultures <strong>et</strong> herbivores ainsi que la polyculture ; ce qui se traduit par une<br />

diminution <strong>des</strong> surfaces consacrées à ces OTEX. La perte <strong>des</strong> exploitations diversifiées est<br />

un phénomène qui se rencontre dans toute l’Aquitaine.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -12-


Au contraire, maraîchage, fruits, bovins viande ont vu le nombre d’exploitations <strong>et</strong> leurs<br />

surfaces augmenter. On peut penser que, concernant l’élevage, la crise laitière a conduit à<br />

une réorientation vers d’autres types d’élevages.<br />

2.3. STATUT DES EXPLOITATIONS AGRICOLES<br />

En 2010, on trouve 68 % d’exploitants<br />

individuels, 32 % en société. Même si<br />

les exploitants individuels sont toujours<br />

majoritaires, les formes sociétaires, <strong>et</strong><br />

surtout les statuts de GAEC <strong>et</strong> d’EARL<br />

progressent. Les exploitations en<br />

société utilisent d’ailleurs la majorité <strong>des</strong><br />

terres du département (63% de la SAU).<br />

C<strong>et</strong>te évolution a un impact sur la<br />

structure <strong>des</strong> exploitations :<br />

augmentation de la taille, fermage<br />

privilégié, salariat préféré à la main<br />

d’œuvre familiale, spécialisation plus<br />

importante.<br />

En 2007, les terres sont en faire valoir<br />

direct pour 46 % <strong>et</strong> en fermage pour<br />

54 % (incluant le fermage familial).<br />

Cependant le faire valoir direct reste le<br />

mode privilégié <strong>des</strong> exploitants<br />

individuels. 63% de la surface <strong>des</strong><br />

exploitants individuels est en faire valoir<br />

direct. En comparaison, les exploitations<br />

agricoles en société ont en moyenne<br />

seulement 37% de leur surface en faire<br />

valoir direct.<br />

Définitions<br />

E.A.R.L. : Exploitation Agricole à Responsabilité<br />

Limitée. Forme de société civile spécifique à<br />

l’agriculture, régie par le code rural, elle est plus<br />

souple que le GAEC : la société unipersonnelle ou<br />

entre époux est admise, la participation de tous les<br />

associés aux travaux n’est pas obligatoire. En<br />

revanche, les associés ne bénéficient pas de la<br />

transparence juridique. La responsabilité financière<br />

<strong>des</strong> associés est limitée.<br />

G.A.E.C. : Groupement Agricole d’Exploitation en<br />

Commun. Forme de société spécifique à<br />

l’agriculture, régie par le code rural, le GAEC se<br />

caractérise principalement par la participation de tous<br />

les associés aux travaux, une responsabilité<br />

financière limitée <strong>et</strong> le principe de transparence : les<br />

associés conservent sur le plan économique, social<br />

<strong>et</strong> fiscal leur statut de chef d’exploitation.<br />

S.C.E.A. : Société Civile d’Exploitation Agricole.<br />

La S.C.E.A est une société civile régie par les<br />

dispositions du code civil. Elle a pour but, soit<br />

l’exploitation d’un domaine agricole, de forêts, la<br />

gestion de terres bâties ou non bâties, soit à la fois la<br />

gestion <strong>et</strong> l’exploitation de ces derniers. La<br />

responsabilité financière <strong>des</strong> associés n’est pas<br />

limitée.<br />

<br />

Les exploitations du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> sont traditionnellement de p<strong>et</strong>ites structures familiales.<br />

Le département connaît cependant une restructuration comparable à la région Aquitaine <strong>et</strong> à<br />

beaucoup de régions françaises qui se caractérise par :<br />

- une diminution du nombre d’exploitations (-23% entre 2000 <strong>et</strong> 2010 d’exploitations),<br />

- un agrandissement <strong>des</strong> exploitations (surface moyenne en hausse de 46 ha en 2000 à<br />

56 ha en 2010) par reprise <strong>des</strong> surfaces laissées par la perte d’exploitations,<br />

- une professionnalisation <strong>des</strong> exploitations (de moins en moins d’exploitations nonprofessionnelles),<br />

- une augmentation <strong>des</strong> formes sociétaires : en 2007, 57 % d’exploitations individuelles,<br />

36 % en société,<br />

- une spécialisation <strong>des</strong> exploitations même si la part <strong>des</strong> exploitations agricoles sans<br />

production dominante reste importante en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -13-


3. <br />

3.1. UNE POPULATION D’EXPLOITANTS QUI VIEILLIT<br />

Sur les quelques 6 000 chefs d’exploitations <strong>et</strong> co-exploitants du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> (en 2007),<br />

l’âge moyen est de 49 ans, contre 48 pour l’Aquitaine. Les moins de 50 ans sont 52,5 %<br />

contre 53,7 % pour la région. Mais les moins de 40 ans ne sont que 17,4 % contre 22,2 %<br />

pour l’Aquitaine. La situation est à peu près identique dans tous les départements aquitains,<br />

sauf pour les Pyrénées-Atlantiques où l’âge moyen est de 46 ans.<br />

La population <strong>des</strong> chefs d’exploitation vieillit : 47,5 % ont plus de 50 ans. La<br />

pyramide <strong>des</strong> âges se déséquilibre. C’est une situation qui n’est pas nouvelle, mais<br />

qui s’intensifie. Les chiffres du recensement 2010 confirment c<strong>et</strong>te tendance avec<br />

50% <strong>des</strong> exploitants qui ont plus de 53 ans.<br />

En 2010, les exploitants de plus de 50 ans représentent 4 400 exploitations <strong>et</strong> cultivent<br />

136 000 ha. Seul un quart d’entre eux connaissent déjà leur successeur. La transmission<br />

s’effectue d’ailleurs 8 fois sur 10 dans le cadre familial.<br />

3.2. CARACTERISTIQUES DES INSTALLATIONS<br />

Nombre, âge <strong>et</strong> bénéficiaires de la Dotation Jeunes Agriculteurs (DJA)<br />

Le renouvellement est fonction du nombre d’installations qui, après avoir beaucoup décliné,<br />

se stabilise entre 200 <strong>et</strong> 250 selon les années toutes catégories confondues (aidées <strong>et</strong> non<br />

aidées <strong>et</strong> tous âges confondus).<br />

Tableau n° 2.<br />

Evolution <strong>des</strong> installations en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Installations A titre<br />

A titre principal<br />

totales secondaire* Moins de 40 ans Dont DJA<br />

2000 211 28 111 63<br />

2002 252 57 129 58<br />

2004 219 33 93 49<br />

2006 219 54 108 55<br />

2008 243 62 120 60<br />

2009 54 143 45<br />

2010 42 114 36<br />

* nombre d’installés à titre secondaire avec présence d’une SAU sans les connexes (travaux agricoles, forestiers…). Source :<br />

MSA (CMSA OES D.LG.)<br />

Définition<br />

Le nombre de DJA diminue sensiblement depuis 2009.<br />

52 % <strong>des</strong> nouveaux installés ont moins de 40 ans, soit 133<br />

Un exploitant est dit à titre<br />

secondaire si :<br />

en moyenne. Sur ces 133, 64 seulement ont souhaité • moins de 50% de son temps<br />

accéder au dispositif de la DJA. On peut rajouter que 52 %<br />

de travail est consacré à l'activité<br />

agricole<br />

<strong>des</strong> installés sont <strong>des</strong> femmes, dont 32 % pour les moins<br />

• <strong>et</strong>/ou l’activité agricole<br />

de 40 ans. Les premières tendances du recensement<br />

constitue moins 50% de son<br />

agricole 2010 confirment la féminisation de ce secteur revenu.<br />

d’activité.<br />

A titre de comparaison, l’Aquitaine installe 57,5 % d’agriculteurs de moins de 40 ans <strong>et</strong> la<br />

France entière 61 %. A contrario, l’Aquitaine installe moins de femmes (49 %) <strong>et</strong> la France<br />

entière seulement 47,7 %.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -14-


Surfaces exploitées à l’installation<br />

Près de 60 % s’installent sur <strong>des</strong> surfaces inférieures à 25 ha <strong>et</strong> seulement 40 % en activité<br />

exclusive.<br />

On remarque généralement une différence entre les installations dans le cadre familial <strong>et</strong><br />

celles hors cadre familial :<br />

• les installations hors cadre familial se font plutôt sur de p<strong>et</strong>ites surfaces <strong>et</strong>/ou <strong>des</strong><br />

productions atypiques. L’investissement est donc plus faible.<br />

• dans un cadre familial, les surfaces sont plus gran<strong>des</strong>. Les investissements sont<br />

souvent importants.<br />

De plus, 55 % <strong>des</strong> installations se font en société (qui sont le plus souvent dans le cadre<br />

familial) sur <strong>des</strong> exploitations de 99 ha de surface moyenne. Les installations individuelles se<br />

réalisent sur 40 ha en moyenne.<br />

Répartition dans le département<br />

En ce qui concerne les installations aidées, on peut noter que 35 % se font dans les Côteaux<br />

Nord, 13 % dans les Coteaux Sud <strong>et</strong> bordure Lan<strong>des</strong>, 15 % dans la vallée de la <strong>Garonne</strong>, 15<br />

% dans la vallée du <strong>Lot</strong> <strong>et</strong> 24 % dans le Pays de Serres.<br />

Difficultés rencontrées<br />

Le nombre d’installations diminue. Plusieurs raisons expliquent partiellement c<strong>et</strong>te baisse :<br />

• la diminution du montant de la DJA,<br />

• les conditions d’obtention de la DJA : elle est réservée aux moins de 40 ans <strong>et</strong> aux<br />

titulaires d’une capacité professionnelle agricole de niveau IV, équivalente à un<br />

brev<strong>et</strong> professionnel agricole,<br />

• l’importance <strong>des</strong> investissements à réaliser pour reprendre <strong>des</strong> exploitations aux<br />

capitaux de plus en plus importants,<br />

• l’accès souvent difficile au foncier,<br />

• les difficultés économiques selon les filières <strong>et</strong> la volatilité <strong>des</strong> prix qui ne sécurise<br />

pas le revenu de l’agriculteur.<br />

On peut noter que quelques proj<strong>et</strong>s de p<strong>et</strong>ite dimension s’organisent autour de circuits courts<br />

ou alternatifs.<br />

<br />

La problématique de l’installation <strong>et</strong> de la reprise <strong>des</strong> exploitations est essentielle pour<br />

assurer la pérennité de l’activité agricole du territoire. C’est pourquoi <strong>des</strong> ai<strong>des</strong> de l’<strong>Etat</strong><br />

(DJA) complétées par celles de la Région <strong>et</strong> du Département facilitent les investissements<br />

nécessaires à l’installation, en particulier pour les installations hors cadre familial.<br />

Aujourd’hui il y a environ 230 installations par an en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> mais seulement un quart<br />

d’entres elles ont bénéficiées de la DJA.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -15-


4. <br />

4.1. UNE PERTE D’ESPACES AGRICOLES<br />

Malgré sa forte vocation agricole, le département a perdu 17 900 ha entre 2000 (302 200 ha)<br />

<strong>et</strong> 2010 (284 300 ha), ce qui correspond à une diminution de 6%.<br />

Les surfaces perdues profitent<br />

en partie à l’urbanisation <strong>et</strong> aux<br />

aménagements. On peut par<br />

exemple, estimer que la LGV<br />

*<br />

consommerait en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong>, avec une emprise de<br />

70 m à 200 m suivant le relief,<br />

sur plus de 100 km de traj<strong>et</strong>,<br />

environ 1 500 ha de terres<br />

agricoles (source RFF).<br />

Une partie <strong>des</strong> terres r<strong>et</strong>ourne<br />

également vers la friche (terre<br />

qui se transforme en lan<strong>des</strong> <strong>et</strong><br />

parcours).<br />

Figure 6. Destination <strong>des</strong> terres agricoles perdues d’après le recensement agricole de 2000<br />

*Territoire artificiel = territoire urbanisé<br />

Source : Recensement général de l’agriculture, 2000<br />

4.2. DES INDICATEURS DE LA PRESSION FONCIERE<br />

Des zones<br />

identifiées de<br />

pression urbaine<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

présente <strong>des</strong> zones où<br />

s’exerce une forte pression<br />

urbaine, <strong>et</strong> <strong>des</strong> zones où le<br />

mitage de l’espace agricole<br />

est fort.<br />

Des axes de pression<br />

urbaine se développent le<br />

long de la RN 21 entre<br />

Agen <strong>et</strong> Villeneuve <strong>et</strong> le<br />

long de la D 812 entre<br />

Marmande <strong>et</strong> Tonneins.<br />

Une zone de mitage de<br />

l’espace agricole se situe le<br />

long de l’axe Baïse-<strong>Lot</strong>.<br />

Figure 7. Cartographie<br />

schématique du<br />

mitage <strong>et</strong> <strong>des</strong> axes<br />

de développement<br />

urbain.<br />

Source : DIREN Aquitaine<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -16-


Dynamique du marché foncier<br />

Il est assez difficile de suivre de manière précise <strong>et</strong> exhaustive les transferts du foncier car<br />

lorsque les terres ne sont pas « préemptables » par la Safer, les notaires ne font pas<br />

toujours de déclarations.<br />

La Safer <strong>Garonne</strong>-Périgord fait cependant état d’un taux d’ouverture de marché (surface<br />

vendue / SAU totale) de 1,5 % donc un taux supérieur à la moyenne nationale qui est de<br />

1,3%. Il se libère ainsi 5 000 à 6 000 ha chaque année.<br />

C’est un marché ouvert. A titre de comparaison, dans les Pyrénées Atlantiques, ce chiffre est<br />

proche de 1,2 %.<br />

Les prix du foncier agricole<br />

LA VALEUR VENALE DES TERRES AGRICOLES ET SON<br />

EVOLUTION ENTRE 1999 ET 2010<br />

Côteaux Nord de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Périgord noir<br />

Bergeracois<br />

Duras<br />

+ 52%<br />

Plaines de la <strong>Garonne</strong><br />

<strong>et</strong> du <strong>Lot</strong><br />

+ 26 % Pays de serres<br />

Causses<br />

Côteaux bordure Lan<strong>des</strong><br />

Gran<strong>des</strong> Lan<strong>des</strong><br />

+ 42%<br />

+ 54 %<br />

Côteaux Sud-<strong>Garonne</strong><br />

+ 46%<br />

0 5 10<br />

Kilomètres<br />

Noms <strong>des</strong> p<strong>et</strong>ites régions agricoles<br />

+ 50 % : % d'augmentation<br />

de la valeur <strong>des</strong> terres entre 1999 <strong>et</strong> 2010<br />

Prix <strong>des</strong> terres agricoles moyen par ha en 2010<br />

6 520 € (1)<br />

6 080 € (1)<br />

5 480 € (1)<br />

4 810 € (1)<br />

4 170 € (1)<br />

Source: Safer - SSP- Terres d'Europe - Scafr<br />

Conception de la carte: Conseil général de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Figure 8. Cartographie <strong>des</strong> prix moyens <strong>des</strong> terres agricoles <strong>et</strong> de leur évolution par p<strong>et</strong>ites régions<br />

agricoles<br />

Le prix moyen <strong>des</strong> terres agricoles en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est de 4 170 euros/ha (en pays de<br />

Serres) à 6 520 euros par ha en plaines de Garone <strong>et</strong> du <strong>Lot</strong>.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -17-


Ce prix a beaucoup augmenté ces 11 dernières années : 50% d’augmentation en moyenne<br />

sur les coteaux, 42% en Pays de Serres <strong>et</strong> dans une moindre mesure dans les plaines où les<br />

prix étaient déjà élevés. C<strong>et</strong>te augmentation générale peut traduire une pression foncière<br />

pour tous les secteurs <strong>et</strong> impose <strong>des</strong> investissements plus importants pour les agriculteurs<br />

qui souhaitent s’installer ou développer leur exploitation.<br />

Cependant, les prix <strong>des</strong> terres dépendent également de leur nature. En moyenne en 2006<br />

les prix étaient de :<br />

• 4 280 euros/ ha de terres labourables,<br />

• 2280 euros /ha de prairies naturelles,<br />

• 12 820 euros/ha en vignes d’appellation.<br />

Le prix <strong>des</strong> vignes<br />

d’appellation traduit bien<br />

les réussites <strong>et</strong> difficultés<br />

<strong>des</strong><br />

différentes<br />

appellations.<br />

Après une n<strong>et</strong>te<br />

augmentation en 2000, la<br />

crise viticole explique la<br />

baisse importante <strong>des</strong><br />

prix.<br />

Figure 9. Evolution du prix<br />

<strong>des</strong> vignes<br />

d’appellation en<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Prix moyen <strong>des</strong> vignes (en milliers d'euros)<br />

35,0<br />

30,0<br />

25,0<br />

20,0<br />

15,0<br />

10,0<br />

4.3. LA GESTION DU FONCIER AGRICOLE<br />

5,0<br />

0,0<br />

1991<br />

1992<br />

1993<br />

1994<br />

1995<br />

1996<br />

1997<br />

1998<br />

1999<br />

2000<br />

2001<br />

2002<br />

2003<br />

2004<br />

2005<br />

2006<br />

2007<br />

Buz<strong>et</strong> Côtes de Duras Côtes du Marmandais<br />

Source : Agreste<br />

Beaucoup d’agriculteurs qui cessent leur activité ne souhaitent pas vendre ou louer leurs<br />

terres. Ils trouvent <strong>des</strong> formules de remplacement avec la Sogap, par les conventions de<br />

gestion qui recouvrent actuellement 5 000 ha ou par les contrats de patrimoine (appuyés par<br />

Terres du Sud) qui recouvrent 1 500 ha environ.<br />

Le rôle de la Safer <strong>Garonne</strong> Périgord<br />

Son territoire d’action se situe sur trois départements la Dordogne, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> le<br />

Tarn-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> est ainsi positionnée sur deux régions, Aquitaine <strong>et</strong> Midi-Pyrénées.<br />

Elle dispose de 40 collaborateurs répartis sur 3 départements. Le service foncier à Agen<br />

(<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>) compte 9 collaborateurs.<br />

Ses missions<br />

• maintenir <strong>et</strong> développer l’agriculture <strong>et</strong> les espaces forestiers,<br />

• participer au développement local,<br />

• préserver les paysages, l’environnement <strong>et</strong> les ressources naturelles.<br />

2008<br />

2009<br />

2010<br />

La Safer est aujourd’hui un opérateur foncier polyvalent. A leur création, les Safer avaient un<br />

rôle exclusivement agricole. Si les transactions de biens agricoles au profit <strong>des</strong> exploitants <strong>et</strong><br />

notamment l’installation <strong>des</strong> jeunes agriculteurs, demeurent l'essentiel de leurs activités,<br />

l'évolution législative a conféré aux Safer une mission à <strong>des</strong>tination de l'ensemble <strong>des</strong><br />

utilisateurs de foncier en milieu rural.<br />

Les collectivités territoriales (Régions, Départements, Communautés de Communes,<br />

Communes) bénéficient de leur appui dans le cadre de leurs besoins fonciers.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -18-


La Safer apporte également son concours lors de la création d'ouvrages linéaires<br />

(autoroutes, TGV) par l'anticipation <strong>des</strong> besoins fonciers <strong>et</strong> la création de stock foncier.<br />

Leur action consiste également à aider les entrepreneurs (artisans, commerçants) ou<br />

porteurs de proj<strong>et</strong>s, dépendants ou non du régime agricole, à trouver une propriété conforme<br />

à leurs proj<strong>et</strong>s, en réorientant le bâti agricole sous réserve de céder les terres à <strong>des</strong><br />

agriculteurs.<br />

Ses domaines d’action :<br />

<br />

• installation de jeunes agriculteurs <strong>et</strong> agrandissement d’exploitation,<br />

• expertise <strong>et</strong> vente de biens agricoles <strong>et</strong> ruraux,<br />

• aménagement parcellaire, restructuration<br />

• gestion <strong>et</strong> Location de terres,<br />

• transmission d’exploitation,<br />

• préservation <strong>des</strong> paysages <strong>et</strong> <strong>des</strong> ressources naturelles,<br />

• compensation d’emprise,<br />

• constitution de réserves foncières pour les proj<strong>et</strong>s <strong>des</strong> collectivités,<br />

• accompagnement <strong>des</strong> porteurs de proj<strong>et</strong>s,<br />

• réduction du gaspillage de terres <strong>et</strong> observation du marché foncier.<br />

Organisation <strong>et</strong> concertation<br />

Tous les proj<strong>et</strong>s sont étudiés en Comité Technique. Il y en a un par département <strong>et</strong> cela tous<br />

les mois. Il est composé de représentants <strong>des</strong> organisations professionnelles agricoles, <strong>des</strong><br />

collectivités territoriales, de l’<strong>Etat</strong>, <strong>des</strong> Conseils Régionaux <strong>et</strong> Généraux, <strong>des</strong> associations de<br />

protection de l’environnement.<br />

Lors de concurrence, <strong>des</strong> Commissions Locales d’Aménagement Foncier sont tenues. Les<br />

candidats présentent leurs proj<strong>et</strong>s devant <strong>des</strong> représentants d’organisations<br />

professionnelles, <strong>des</strong> collectivités <strong>et</strong> de la Safer. L’avis émit par c<strong>et</strong>te commission est<br />

transmis au Comité Technique qui le prend en considération. Le Conseil d’Administration<br />

composé <strong>des</strong> actionnaires, valide tous les dossiers.<br />

L’<strong>Etat</strong> représenté par les Commissaires du Gouvernement Agriculture <strong>et</strong> Finances valide les<br />

dossiers en veillant ainsi à la conformité <strong>des</strong> orientations prises par la Safer avec la politique<br />

d’aménagement du territoire définie par les pouvoirs publics.<br />

<br />

<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> a subi une déprise de 17 900 ha entre 2000 <strong>et</strong> 2010, soit un peu plus de<br />

1 800 ha agricoles perdus par an.<br />

En 2000, les terres perdues alimentaient pour 57 % l’artificialisation, pour 32 % les friches.<br />

(les chiffres pour 2010 ne sont pas encore disponibles).<br />

Le phénomène de pression foncière a <strong>des</strong> conséquences multiples :<br />

- perte de la vocation agricole <strong>des</strong> terres (définitive dans le cas de l’urbanisation),<br />

- conflits d’usages entre exploitants agricoles <strong>et</strong> néo-ruraux,<br />

- difficultés d’accès au foncier pour les exploitants agricoles.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -19-


5. <br />

Les gran<strong>des</strong> cultures occupent la plus grande surface dans le département, soit 60 %.<br />

Agreste a conduit en 2006 une étude portant sur les trois principales pratiques culturales :<br />

• blé tendre,<br />

• maïs,<br />

• tournesol.<br />

Blé <strong>et</strong> tournesol : L’étude a porté sur le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> la Dordogne.<br />

Maïs : L’étude a porté sur 4 départements, Dordogne, Lan<strong>des</strong>, <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> Pyrénées<br />

Atlantiques.<br />

5.1. ROTATION DES CULTURES<br />

Les rotations <strong>des</strong> cultures sont utilisées à plusieurs niveaux :<br />

phytosanitaires : pour éviter les problèmes <strong>des</strong> nuisibles <strong>et</strong> champignons liés à la<br />

culture dans le cadre d'un système de production mono culture ;<br />

<br />

agronomique : perm<strong>et</strong> aussi de maintenir les ressources du sol <strong>et</strong> de la terre. Elles<br />

perm<strong>et</strong>tent de maintenir également une activité biologique <strong>et</strong> de nutrition <strong>des</strong><br />

plantes ;<br />

économique : pour une meilleure utilisation <strong>des</strong> surfaces en fonction de la maturité<br />

<strong>des</strong> espèces.<br />

Etude statistique (2006)<br />

Le blé tendre est souvent cultivé sur précédent tournesol (40 %), maïs grain ou fourrage<br />

(38 %), parfois sur une céréale à paille (14 %).<br />

Maïs : 86 % de la sole sont cultivés en monoculture.<br />

Tournesol : 64 % de la sole sur précédent blé, 16 % sur précédent maïs grain.<br />

5.2. AMENDEMENTS ET FERTILISATION<br />

L'apport d'éléments fertilisants à court terme ou à long terme perm<strong>et</strong> d'améliorer l'état<br />

physique <strong>et</strong>/ou chimique <strong>des</strong> sols afin d'optimiser l'alimentation <strong>des</strong> plantes. Ils perm<strong>et</strong>tent<br />

d'améliorer la qualité <strong>et</strong> les rendements <strong>des</strong> cultures mais également l'environnement.<br />

Il perm<strong>et</strong> aussi de corriger, sur <strong>des</strong> sols pauvres ou peu fournis, les manques ou absence<br />

d'éléments nutritifs nécessaires au bon état végétatif de la plante du semis à la récolte.<br />

La fertilisation peut être chimique ou organique :<br />

<br />

chimique : apport d'engrais comme l'azote, le phosphore, la potasse (NPK) ainsi que<br />

les oligo-éléments nécessaires au sols (dans le cas de carence) <strong>et</strong> à la plante pour<br />

un besoin annuel ;<br />

organique : par l'apport de fumier (paille + déjection animale) perm<strong>et</strong>tant de favoriser<br />

la structure du sol <strong>et</strong> améliorer la complexe argilo humique.<br />

Etude statistique (2006)<br />

<br />

Blé<br />

La quasi totalité de la sole de blé (97 %) ne reçoit pas de fumure organique (identique à la<br />

moyenne nationale).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -20-


65 % de la sole reçoivent entre 160 <strong>et</strong> 200 unités d’azote.<br />

35 % de la sole ne reçoivent aucun apport en acide phosphorique <strong>et</strong> 68 % aucun apport de<br />

potasse.<br />

Seulement 75 % de la sole font l’obj<strong>et</strong> d’enregistrements <strong>des</strong> pratiques phytosanitaires <strong>et</strong> de<br />

fertilisation azotée, contre 96 % en France.<br />

Pour la moitié de la sole, la fertilisation est raisonnée en tenant compte du précédent cultural<br />

<strong>et</strong> de l’objectif de rendement.<br />

Maïs<br />

23 % reçoivent de la fumure organique.<br />

31 % de la sole reçoivent entre 180 <strong>et</strong> 210 unités d’azote.<br />

23 % reçoivent entre 210 <strong>et</strong> 240 unités.<br />

Tournesol<br />

94 % ne reçoivent pas de fumure organique.<br />

64 % reçoivent plus de 60 unités d’azote, contrairement à la moyenne française qui n’en<br />

reçoit pas (30 %) ou entre 40 <strong>et</strong> 60 unités (30 %).<br />

5.3. PROTECTION PHYTOSANITAIRE<br />

Par définition, il s'agit de "protéger la santé <strong>des</strong> plantes". L'utilisation de produits perm<strong>et</strong>tant<br />

un bon état sanitaire <strong>des</strong> plantes sans comprom<strong>et</strong>tre la qualité, le rendement <strong>et</strong> la santé <strong>des</strong><br />

plantes.<br />

L'utilisation de traitements phytosanitaires peut être chimique ou biologique. A ce jour,<br />

l'utilisation chimique est la plus répandue même si le développement de traitements<br />

biologiques ces dernières années a été mis en avant.<br />

Etude statistique (2006)<br />

Blé : 90 % de la sole reçoivent au moins un traitement phytosanitaire <strong>et</strong> chaque nouvelle<br />

parcelle reçoit en moyenne 3,2 traitements, soit la moitié de la moyenne nationale (6,3).<br />

Maïs : 99 % ont reçu un traitement. En moyenne, il y a 3,2 traitements par parcelle.<br />

Tournesol : 97 % de la sole reçoivent au moins 1 traitement phytosanitaire <strong>et</strong> 2,8 traitements<br />

sont réalisés en moyenne par parcelle.<br />

5.4. PREPARATION DES SOLS<br />

Le labour est une technique perm<strong>et</strong>tant d'enfouir les résidus <strong>des</strong> cultures (apport de matière<br />

organique), d'aérer les sols, d'éviter le compactage <strong>et</strong> de préparer le semis pour les cultures<br />

suivantes. Aujourd’hui les techniques culturales simplifiées (sans labour) se développent.<br />

Etude statistique (2006)<br />

Blé : La préparation du sol se fait à 77 % par un travail profond ou superficiel sans<br />

r<strong>et</strong>ournement. C’est 34 % de plus que la moyenne française, 21 % par un labour.<br />

Maïs : 80 % de la sole sont labourés.<br />

Tournesol : 61 % de la sole sont labourés, 39 % reçoivent un travail profond sans labour.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -21-


5.5. IRRIGATION<br />

L’irrigation <strong>des</strong> cultures est traitée dans le chapitre 4 : Eau.<br />

5.6. UN PLAN POUR LA REDUCTION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES<br />

A la suite du Grenelle de l’environnement, le plan Ecophyto 2018 constitue l’engagement <strong>des</strong><br />

parties prenantes de réduire de 50 % l’usage <strong>des</strong> pestici<strong>des</strong> au niveau national dans un délai<br />

de dix ans.<br />

Le plan Ecophyto 2018, en application depuis 2009, vise à réduire l’utilisation <strong>des</strong> produits<br />

phytosanitaire ainsi que leur impact tout en conservant la compétitivité <strong>des</strong> exploitations<br />

agricoles. Afin d’être efficace sur l’ensemble du territoire, il a été décliné <strong>et</strong> adapté dans<br />

chaque région.<br />

En Aquitaine, ses actions concernent notamment l’expérimentation pour développer <strong>des</strong><br />

solutions afin de réduire l’usage <strong>des</strong> produits phytosanitaires, le contrôle de l’utilisation <strong>et</strong> de<br />

la distribution de ces produits, la formation <strong>des</strong> acteurs concernés, la surveillance <strong>des</strong><br />

parasites en culture pour ajuster au mieux les interventions.<br />

Les chiffres clés de l’avancement du plan Ecophyto en 2011 en France<br />

Epidémiosurveillance :<br />

• Plus de 3 000 bull<strong>et</strong>ins de santé du végétal ont déjà été publiés,<br />

• Plus de 8000 parcelles régulièrement observées,<br />

• Plus de 2700 observateurs sur le terrain.<br />

Diffusion <strong>des</strong> bonnes pratiques :<br />

• plus de 1200 fermes DEPHY de démonstration <strong>et</strong> d’acquisition de références<br />

sont impliquées dans un réseau national.<br />

• 38 exploitations d’enseignement agricole engagées dans la démarche<br />

Ecophyto.<br />

Certification :<br />

• plus de 80 000 professionnels ont déjà suivi une formation.<br />

Source : Ministère en charge de l’agriculture<br />

<br />

Les statistiques à l’échelle du département sur les pratiques culturales sont peu<br />

nombreuses. Un <strong>des</strong> objectifs du plan Ecophyto est de réaliser <strong>des</strong> enquêtes plus fréquentes<br />

sur les pratiques phytosanitaires, notamment en cultures fruitières <strong>et</strong> légumières.<br />

Sur gran<strong>des</strong> cultures, la réglementation <strong>et</strong> les coûts <strong>des</strong> intrants contribuent à faire évoluer<br />

ces pratiques vers l’agriculture raisonnée.<br />

Les pratiques innovantes en matière de pilotage <strong>des</strong> apports aux cultures ou encore de<br />

travail du sol ou de rotation existent <strong>et</strong> sont à développer.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -22-


Synthèse : FONCIER – TERRITOIRE – AGRONOMIE<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est un territoire aux nombreux atouts pour l’agriculture :<br />

• <strong>des</strong> conditions naturelles variées (coteaux, vallées de la <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> du <strong>Lot</strong>,<br />

confluence avec les régions landaise <strong>et</strong> quercynoise, <strong>et</strong>c…) qui ont permis de<br />

développer historiquement une agriculture diversifiée (cultures légumières <strong>et</strong><br />

fruitières, céréalières, viticulture, élevage),<br />

• un réseau hydrographique très dense qui perm<strong>et</strong> l’irrigation <strong>et</strong> donc une plus grande<br />

diversité <strong>et</strong> richesse <strong>des</strong> cultures pratiquées,<br />

• un taux d’utilisation agricole <strong>des</strong> surfaces élevé <strong>et</strong> une réelle importance économique<br />

de l’agriculture (en 2010, 7 200 exploitations agricoles valorisent 284 300 ha).<br />

L’agriculture a donc, dans ce département une importance particulière, tant au niveau<br />

économique, paysager, social ou environnemental. En 2010, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> représentait<br />

15 % du potentiel économique agricole de l’Aquitaine.<br />

Cependant, le département enregistre une baisse significative du nombre d’exploitations<br />

agricoles (- 23% entre 2000 <strong>et</strong> 2010). En 10 ans, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> a donc perdu près d’un<br />

quart de ses exploitations agricoles. C<strong>et</strong>te baisse est le résultat d’un phénomène de<br />

restructuration global induit notamment par un agrandissement <strong>des</strong> exploitations, une<br />

augmentation <strong>des</strong> formes sociétaires (assez modérée en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, en comparaison<br />

avec l’Aquitaine), <strong>et</strong> de moins en moins d’exploitations non professionnelles.<br />

L’évolution <strong>des</strong> exploitations agricoles vers <strong>des</strong> exploitations plus gran<strong>des</strong>, plus spécialisées<br />

conduit à une amélioration de la productivité mais bouleverse en même temps les mo<strong>des</strong><br />

d’agriculture traditionnels du département.<br />

En parallèle, les installations sont de moins en moins nombreuses <strong>et</strong> presque la moitié <strong>des</strong><br />

exploitants ont plus de 50 ans, ce qui pose la question de la pérennité <strong>et</strong> de la transmission<br />

<strong>des</strong> exploitations. Les difficultés pour les candidats à l’installation sont multiples : accès au<br />

foncier difficile, investissements importants, difficultés économiques de certaines filières,<br />

manque de sécurisation de leur revenu…<br />

C<strong>et</strong>te diminution <strong>des</strong> exploitations s’est accompagnée d’une perte d’espaces agricoles de<br />

l’ordre de 17 900 ha entre 2000 <strong>et</strong> 2010. Ces espaces ont été artificialisés ou ont simplement<br />

perdu leur vocation agricole. Des phénomènes de mitage <strong>et</strong> de pression foncière existent<br />

dans le département, notamment au niveau <strong>des</strong> vallées de la <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> du <strong>Lot</strong>.<br />

Par ailleurs, les pratiques culturales doivent aujourd’hui poursuivre leur adaptation afin de<br />

mieux prendre en compte l’environnement face aux nouvelles exigences réglementaires <strong>et</strong><br />

sociétales.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -23-


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -24-


EMPLOI<br />

FORMATION<br />

RECHERCHE<br />

Chapitre 2. EMPLOI, FORMATION,<br />

RECHERCHE ET EXPERIMENTATION<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -25-


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -26-


1. <br />

1.1. UN EMPLOI AGRICOLE SIGNIFICATIF<br />

Les exploitants <strong>et</strong> salariés agricoles<br />

En 2007, on recense en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 5 968 chefs d’exploitation <strong>et</strong> co-exploitants. Ce<br />

chiffre est supérieur à celui de la Dordogne <strong>et</strong> <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong>, inférieur à la Gironde <strong>et</strong> aux<br />

Pyrénées-Atlantiques qui approchent les 9 000. Il comprend 782 pluriactifs (13 %), un<br />

pourcentage identique à celui de l’Aquitaine.<br />

Tableau n° 3. Les actifs <strong>des</strong> exploitations professionnelles en 2007<br />

Exploitants <strong>et</strong><br />

coexploitants<br />

Autres actifs<br />

familiaux<br />

Dordogne Gironde Lan<strong>des</strong> <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong><br />

Pyrénées-<br />

Atlantiques<br />

Aquitaine<br />

5 862 8 938 4 698 5 968 8 707 34 173<br />

1 486 1 494 1 019 1 025 3 104 8 128<br />

En ajoutant les chefs d’exploitations non professionnelles, ce chiffre s’élève à 7 460 (Source<br />

Agreste). Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> fait partie <strong>des</strong> départements comptant un nombre élevé de<br />

chefs d’exploitation en France.<br />

De plus, Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est également un <strong>des</strong> départements français comptant le plus de<br />

femmes comme chefs d’exploitation même si elles ne représentent que 25 % environ <strong>des</strong><br />

chefs d’exploitation.<br />

Sur les exploitations professionnelles du département, 1 025 actifs familiaux <strong>et</strong><br />

1 562 salariés permanents sont présents.<br />

Le volume de travail exprimé en UTA (unité de travail annuel) est de 12 096 unités, le plus<br />

élevé après la Gironde qui compte dans ses exploitations viticoles un nombre considérable<br />

de salariés permanents (13 484, soit près de 50 % <strong>des</strong> UTA).<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est parmi les 15 départements français employant le plus de main<br />

d’œuvre salariée agricole.<br />

Evolution <strong>des</strong> actifs agricoles par rapport à la population active<br />

Tableau n° 4. Part <strong>des</strong> actifs agricoles dans la population active en 2000 <strong>et</strong> 2007<br />

Année 2000 2007<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 9,6% 7,5%<br />

Aquitaine 6,7% 5,1%<br />

France métropolitaine 3,3% 2,6%<br />

Source : INSEE – « Estimations d’emploi localisées »<br />

L’emploi agricole dans le département du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> occupe une place importante<br />

puisqu’en 2007, il représente 7,5 % de la population active totale, soit 1,5 fois plus qu’en<br />

Aquitaine <strong>et</strong> 3 fois plus qu’en France métropolitaine.<br />

Cependant, lorsque l’on compare ces chiffres à ceux de 2000, l’emploi agricole se réduit<br />

beaucoup plus rapidement en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> qu’au niveau national, notamment pour<br />

l’emploi non salarié.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -27-


Entre 2000 <strong>et</strong> 2010, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> voit diminuer d’un quart son emploi agricole total. Le<br />

travail <strong>des</strong> saisonniers a chuté quant à lui d’un cinquième en 10 ans.<br />

L’emploi selon l’orientation technico-économique<br />

Main d’oeuvre Totale<br />

2,4% 0,6%<br />

3,1%<br />

Main d’oeuvre Salariée<br />

1,1%<br />

3,3% 1,2%<br />

14,5%<br />

4,3%<br />

22,9%<br />

Gran<strong>des</strong> cultures pures e<br />

Gran<strong>des</strong> cultures pures <strong>et</strong> mixtes<br />

Polyculture<br />

Polyculture<br />

Légumes Légumes en terre en <strong>et</strong> terre hors-sol <strong>et</strong> hors<br />

Polyculture Polyculture élevage élevage<br />

Arboriculture<br />

22,6%<br />

10,9%<br />

22,4%<br />

15,8%<br />

16,9%<br />

19,5%<br />

Bovins Bovins lait lait<br />

Viticulture<br />

Viticulture<br />

Aviculture<br />

Aviculture<br />

Bovins viande<br />

Bovins viande<br />

8,7%<br />

29,9%<br />

Figure 10. Répartition de la main d’œuvre totale ou salariée selon les systèmes de production<br />

Source : CER FRANCE 47 "Analyses de Groupes - 2009" (2 300 exploitations)<br />

Une observation plus détaillée <strong>des</strong> systèmes de production agricoles en 2009 montre que les<br />

systèmes à dominante « Gran<strong>des</strong> cultures », emploient le plus de main d’œuvre agricole<br />

totale. Pour ce qui concerne seulement la main d’œuvre salariée, ce sont les systèmes<br />

maraîchers, arboricoles <strong>et</strong> polycultures qui emploient le plus de salariés (75 %). Entre 2000<br />

<strong>et</strong> 2008, ce phénomène s’est accru (+17 %). Au contraire les orientations de gran<strong>des</strong><br />

cultures <strong>et</strong> élevage (bovin, avicole, polyculture élevage) contribuent moins à l’emploi salarié.<br />

1.2. EVOLUTION DES CARACTERISTIQUES DE LA MAIN D’ŒUVRE AGRICOLE<br />

De moins en moins de non salariés<br />

Le nombre d’UTA (non salariée) par exploitation agricole s’élève à 1,14 environ en 2007<br />

(avec 4 689 exploitations agricoles professionnelles).<br />

La main d’œuvre non salariée se compose pour 82 % <strong>des</strong> chefs d’exploitation <strong>et</strong><br />

coexploitants <strong>et</strong> pour 18 %, de conjoints participant aux travaux <strong>et</strong> d’ai<strong>des</strong> familiaux.<br />

Tableau n° 5.<br />

Evolution de la main d’œuvre agricole<br />

Année 2000 2007 Evolution<br />

Main d'œuvre non salariée (UTA 1 ) 8 500 6 500 - 24%<br />

MOS 2 totale (en ETP 3 ) 5 581 5 982 + 7%<br />

TOTAL 14 081 12 482 -11%<br />

Sources : Agreste "Mémento de la Statistique Agricole – 2010 », « Recensement agricole 2000 », « Enquêtes structure –<br />

2007 » <strong>et</strong> Observatoire de l’Emploi (ODE) de la production agricole en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

1 UTA : Unité de Travail Annuel mesure de la quantité de travail humain fourni sur chaque exploitation agricole professionnelle.<br />

C<strong>et</strong>te unité équivaut au travail d'une personne travaillant à temps plein pendant une année. Ces UTA familiales regroupent les<br />

exploitants <strong>et</strong> tous les membres de leur famille participant au travail sur l'exploitation non salariés.<br />

2 MOS : Main d’oeuvre Salariée (y compris la main d’œuvre salariée familiale).<br />

3 ETP : Equivalent Temps Plein (durée de travail effective / durée légale sur la base de 1 820 heures annuelles).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -28-


La main d’œuvre non salariée a baissé de 24 % sur la période 2000-2007 contre 19 % au<br />

niveau national sur la même période. C<strong>et</strong>te baisse est moindre chez les chefs d’exploitation<br />

<strong>et</strong> coexploitants (19 %) par rapport aux conjoints <strong>et</strong> ai<strong>des</strong> familiaux qui ont baissé de 39 %.<br />

Parallèlement, la main d’œuvre salariée évolue de manière saisonnière, contrairement à la<br />

main d’œuvre non salariée qui évolue de façon plus linéaire ; son évolution entre 2000 <strong>et</strong><br />

2007 est donc plus difficile à interpréter.<br />

En 2007, la répartition entre la main-d’œuvre non<br />

salariée <strong>et</strong> la main d’œuvre salariée est presque à<br />

égalité. En 2000, c<strong>et</strong>te même répartition était de<br />

60 % pour la première <strong>et</strong> 40 % pour la seconde.<br />

70%<br />

60%<br />

50%<br />

40%<br />

C<strong>et</strong>te baisse de la main d’œuvre agricole<br />

non salariée est due en partie à :<br />

• un nombre de cessations d’activité<br />

beaucoup plus important que d’installations,<br />

• un transfert d’une partie de la main d’œuvre<br />

familiale vers le statut de salarié.<br />

30%<br />

20%<br />

10%<br />

0%<br />

2000 2007<br />

Main d'œuvre non salariée Main d'œuvre salariée<br />

Figure 11. Répartition de la main d’œuvre agricole entre non salariés <strong>et</strong> salariés en ETP en 2000 <strong>et</strong><br />

2007<br />

A l’inverse, le développement <strong>des</strong> exploitations sous forme sociétaire (de 18 % à 43 % <strong>des</strong><br />

exploitations entre 1997 <strong>et</strong> 2007 d’après Agreste) a permis à certains actifs familiaux<br />

d’accéder au statut de coexploitants.<br />

Evolution du nombre de salariés agricoles<br />

Nombre de salariés<br />

25 000<br />

20 000<br />

15 000<br />

10 000<br />

5 000<br />

0<br />

2000<br />

2001<br />

2002<br />

2003<br />

2004<br />

2005<br />

Salariés totaux (effectif)<br />

2006<br />

2007<br />

2008<br />

7 000<br />

6 000<br />

5 000<br />

4 000<br />

3 000<br />

2 000<br />

1 000<br />

0<br />

Salariés totaux (ETP)<br />

Nombre d'ETP<br />

Source : Observatoire de l’Emploi (ODE) de la production agricole en<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

% en ETP<br />

70%<br />

60%<br />

50%<br />

40%<br />

30%<br />

20%<br />

10%<br />

0%<br />

64%<br />

62%<br />

36%<br />

38%<br />

2000 2008<br />

Homme Femme<br />

Figure 12. Evolution du nombre de salariés <strong>et</strong> de la répartition homme/femme entre 2000 <strong>et</strong> 2008<br />

On constate qu’il n’y a pas de mouvement structurel significatif dans l’évolution de la main<br />

d’œuvre salariée entre 2000 <strong>et</strong> 2008. En eff<strong>et</strong>, le taux moyen d’évolution, sur c<strong>et</strong>te période,<br />

de la main d’œuvre salariée est de -2 % en effectif <strong>et</strong> de 0 % en ETP. Ce résultat diffère de<br />

l’évolution observée entre 2000 <strong>et</strong> 2007 en raison de la n<strong>et</strong>te diminution du nombre de<br />

salariés (en termes d’ETP <strong>et</strong> d’effectif) en 2008. C<strong>et</strong>te tendance sera à confirmer ou non<br />

selon les prochains résultats du recensement agricole effectué en 2010.<br />

Si les salariées femmes pèsent 43 % <strong>des</strong> effectifs totaux en 2008, elles représentent 38 %<br />

<strong>des</strong> ETP totaux. Depuis 2000, ce chiffre a peu évolué : il a oscillé entre 36 <strong>et</strong> 39%.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -29-


Une hausse <strong>des</strong> salariés permanents<br />

Sur la période 2000-2008, le taux d’évolution<br />

moyen pour les permanents a connu une<br />

hausse de 3 % (en effectif <strong>et</strong> ETP).<br />

Ce taux moyen est de 0 % pour les temps<br />

partiels.<br />

Le taux d’évolution moyen de la main<br />

d’œuvre saisonnière est en effectif <strong>et</strong> en ETP<br />

de moins 3 %.<br />

Figure 13. Evolution <strong>des</strong> ETP selon le type<br />

de main d’œuvre (saisonnière,<br />

temps partiel ou permanent à<br />

temps plein)<br />

Source : Observatoire de l’Emploi (ODE) de la production<br />

agricole en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

En 2007, les salariés permanents représentent 44 % (en ETP) de l’emploi salarié agricole <strong>et</strong><br />

21 % de la main d’œuvre agricole totale (en ETP) contre respectivement 21 <strong>et</strong> 15 % en<br />

2000. C<strong>et</strong>te évolution semble s’effectuer d’une manière assez régulière.<br />

En ce qui concerne les autres statuts de salariés, peu d’évolutions sont remarquées sur c<strong>et</strong>te<br />

même période excepté en 2008, où l’on note une chute en ETP certainement conjoncturelle<br />

due à la crise.<br />

Les exploitations agricoles se restructurent, l’emploi également. L’accroissement de<br />

la main d’œuvre permanente peut s’expliquer par :<br />

• l’agrandissement <strong>des</strong> exploitations agricoles qui nécessitent plus de travail,<br />

• l’évolution <strong>des</strong> systèmes de production qui allongent les pério<strong>des</strong> d’emploi,<br />

• une technicité accrue sur certains postes de travail,<br />

• une offre de main d’œuvre saisonnière moins nombreuse.<br />

Evolution globale de la répartition entre les types de mains d’œuvre agricole<br />

17%<br />

15%<br />

10%<br />

9%<br />

En 2007<br />

En 2000<br />

61%<br />

52%<br />

En conclusion, entre 2000 <strong>et</strong> 2007, plusieurs<br />

évolutions traduisent la restructuration <strong>des</strong><br />

exploitations agricoles:<br />

• une diminution de la part de la main<br />

d’œuvre non salariée (61 à 52%),<br />

• une hausse de la part <strong>des</strong> salariés<br />

permanents (15 à 21%).<br />

15%<br />

21%<br />

Main d'œuvre non salariée<br />

MOS à Temps partiel<br />

MOS Permanente<br />

MOS saisonnière<br />

Figure 14. Répartition de la main d’œuvre agricole salariée <strong>et</strong> non salariée en ETP en 2000 <strong>et</strong> 2007<br />

Sources : Agreste "Mémento de la Statistique Agricole – 2010 », « Recensement agricole 2000 », « Enquêtes structure –<br />

2007 » <strong>et</strong> Observatoire de l’Emploi (ODE) de la production agricole en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -30-


La durée annuelle moyenne du travail d’un salarié augmente<br />

Le nombre moyen de jours travaillés par salarié a augmenté de 16 % sur la période 2000 –<br />

2008, soit 13 jours de plus en moyenne par salarié par an <strong>et</strong> plus particulièrement pour les<br />

femmes (+ 24%, soit 15 jours en moyenne).<br />

En 2008, la situation est la suivante :<br />

• les salariés permanents travaillent en moyenne 271 jours par an,<br />

• les salariés à temps partiel 48 jours par an,<br />

• <strong>et</strong> les saisonniers 26 jours par an.<br />

Source : Observatoire de l’Emploi (ODE) de la production agricole en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

L’augmentation du temps de travail salarié <strong>des</strong> femmes est multifactorielle :<br />

• <strong>des</strong> conjointes d’exploitants qui prennent le statut de salarié,<br />

• un personnel féminin pour qui le temps partiel ou saisonnier peut constituer un<br />

complément de revenus pour le foyer familial,<br />

• pour certaines femmes, une flexibilité qui perm<strong>et</strong> d’allier travail <strong>et</strong> famille,<br />

• <strong>des</strong> cultures spécialisées qui nécessitent un travail fin <strong>et</strong> précis.<br />

1.3. LES SALAIRES EN AGRICULTURE<br />

D’après l’ODE, en 2008, le salaire moyen <strong>des</strong> femmes serait inférieur de 6 % à celui <strong>des</strong><br />

hommes mais c<strong>et</strong> écart tendrait à se réduire (il était de 8 % en 2000).<br />

Globalement, le taux horaire en agriculture correspond au SMIC, mais compte tenu <strong>des</strong><br />

spécificités ci-<strong>des</strong>sous :<br />

• heures supplémentaires inhérentes à l’activité agricole,<br />

• indemnité de congés payés aux saisonniers,<br />

• valorisation de certains postes,<br />

les métiers du salariat agricole sont donc souvent peu rémunérateurs ce qui explique<br />

en partie le manque d’attractivité de ces métiers.<br />

1.4. ÂGE DE LA MAIN D’ŒUVRE<br />

Comparaison Hommes/Femmes de la main d’œuvre salariée<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

Les écarts entre les hommes <strong>et</strong> femmes<br />

sont les plus significatifs pour les moins<br />

de 40 ans : les hommes sont plus<br />

présents (+ 4% en moyenne pour les<br />

moins de 40 ans).<br />

Figure 15. Répartition de la main d’œuvre<br />

salariée homme <strong>et</strong> femme par<br />

tranche d’âge en 2008<br />

Sources : Observatoire de l’Emploi (ODE) de la<br />

production agricole en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Comparaison de la main d’œuvre agricole salariée/non salariée<br />

Tableau n° 6. Age moyen de la main d’œuvre agricole en 2008<br />

Age moyen main d’œuvre non salariée<br />

2008<br />

49.0 ans<br />

Age moyen de la main d’oeuvre salariée<br />

34.6 ans<br />

Sources : Observatoire de l’Emploi (ODE) de la production agricole en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> Agreste "Mémento de la Statistique<br />

Agricole – 2010 »<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -31-


La main d’œuvre salariée est<br />

beaucoup plus jeune en moyenne<br />

que la main d’œuvre non salariée<br />

avec un écart d’âge moyen de<br />

près de 14 ans. Ceci est<br />

particulièrement significatif pour<br />

les moins de 40 ans.<br />

Parallèlement, pour toutes les<br />

tranches d’âges supérieures à<br />

40 ans, la main d’œuvre non<br />

salariée est plus nombreuse que la<br />

main-d’œuvre salariée.<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

Figure 16. Répartition de la main d’œuvre salariée <strong>et</strong> non salariée par tranche d’âge en 2008<br />

Sources : Observatoire de l’Emploi (ODE) de la production agricole<br />

en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> Agreste « Mémento de la Statistique Agricole – 2010 »<br />

<br />

Avec ses quelques 12 000 Unités de Travail Annuel, la production agricole lot-<strong>et</strong>-garonnaise<br />

emploie 7,5% <strong>des</strong> actifs.<br />

D’après le recensement agricole de 2010, l’emploi agricole se structure aujourd’hui de la<br />

manière suivante (en terme d’Unité de Travail Annuel) :<br />

- main d’œuvre familiale : 63%,<br />

- salariés permanents : 12%,<br />

- saisonniers, entreprises de travaux agricoles <strong>et</strong> CUMA : 25%.<br />

L’emploi agricole reste particulièrement lié à la production <strong>des</strong> fruits <strong>et</strong> légumes, de<br />

l’arboriculture <strong>et</strong> aux systèmes de polyculture qui fournissent les trois quarts <strong>des</strong> emplois<br />

salariés.<br />

Les emplois indirectement liés à l’agriculture (amont <strong>et</strong> aval <strong>des</strong> filières agricoles,<br />

expérimentation, organismes agricoles, transport, <strong>et</strong>c…) ne sont pas comptabilisés mais<br />

contribuent largement à démontrer l’importance de l’agriculture dans le domaine de l’emploi.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -32-


2. <br />

2.1. LA FORMATION CONTINUE DES EXPLOITANTS AGRICOLES<br />

La formation <strong>des</strong><br />

chefs d’entreprise<br />

du secteur agricole<br />

est financée en<br />

grande majorité par<br />

l’organisme national<br />

VIVEA avec l’aide<br />

de co-financeurs<br />

(FSE, FEADER <strong>et</strong><br />

ADEC).<br />

VIVEA : Fonds pour la Formation <strong>des</strong><br />

Entrepreneurs du Vivant<br />

C’est un fonds mutualisé mis en place par la profession agricole depuis<br />

2001. Ses contributeurs sont <strong>des</strong> actifs non salariés : chefs d’exploitation<br />

agricole, entrepreneurs du paysage, de travaux agricoles ou forestiers. Ils<br />

versent chaque année une contribution collectée par la MSA, VIVEA en<br />

assure la gestion <strong>et</strong> la mutualisation.<br />

C<strong>et</strong>te contribution leur perm<strong>et</strong> de bénéficier d’un droit personnel à la<br />

formation par la prise en charge totale ou partiel de leurs frais de<br />

formation.<br />

Ses missions<br />

• financer la formation,<br />

• orienter la politique de formation professionnelle continue,<br />

• développer <strong>et</strong> assurer la promotion de la formation,<br />

• améliorer l’adéquation entre l’offre <strong>et</strong> les besoins.<br />

• développer la prospective, l’innovation <strong>et</strong> l’expérimentation.<br />

Des éléments de comparaison<br />

Tableau n° 7.<br />

Caractéristiques <strong>des</strong> sessions de formation en France, en Aquitaine <strong>et</strong> dans le <strong>Lot</strong> <strong>et</strong><br />

<strong>Garonne</strong><br />

Année 2009 National Aquitaine <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong><br />

Durée moyenne d'une session 17,1 H 18,6 H 12,1 H<br />

Nombre moyen de stagiaires 7 5,7 6,3<br />

Prix moyen/heure stagiaire 14,50 € 14 € 15 €<br />

Montant moyen pris en<br />

charge/formation<br />

1 421 € 1 074 € 1 112 €<br />

% sessions annulées / agréées 37,50% 38,50% 51,70%<br />

Source : VIVEA – Délégation Aquitaine-Midi-Pyrénées – 2010<br />

En comparaison avec l’Aquitaine <strong>et</strong> la France entière, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> :<br />

• beaucoup plus de sessions agréées sont annulées,<br />

• les sessions durent moins longtemps,<br />

• la prise en charge du montant de la formation est plus faible que la moyenne<br />

nationale mais quand même plus élevée que la moyenne régionale.<br />

Un faible nombre d’agriculteurs a recours à la formation continue<br />

Moins de 7% <strong>des</strong> exploitants agricoles sont formés chaque année (moyenne 2007-2008-<br />

2009), contre 9,8% pour l’Aquitaine <strong>et</strong> 12,7% au niveau national.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est dans les dix derniers départements français en terme de pourcentage<br />

d’exploitants agricoles formés chaque année, avec les départements de la région Provence<br />

Alpes Côte d’Azur. Il présente également le plus faible taux de formation <strong>des</strong> agriculteurs<br />

<strong>des</strong> départements aquitains (les départements 33 <strong>et</strong> 64 ont le taux de formation le plus<br />

élevé).<br />

VIVEA souligne cependant une amélioration en 2010.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 - 33 -


Les crédits de formation sont partiellement utilisés<br />

Les crédits de formation départementaux consommés sont en moyenne de 110 000 euros<br />

annuels depuis trois ans, hors cofinancement. Ils sont n<strong>et</strong>tement inférieurs aux crédits<br />

alloués qui atteignent environ 150 000 euros annuels.<br />

Plus de la moitié <strong>des</strong> formations programmées en 2009 ont été annulées, soit 52% contre<br />

37% d’annulation au niveau national. Ce taux d’annulation est élevé <strong>et</strong> augmente depuis<br />

trois ans.<br />

Thèmes <strong>et</strong> profil <strong>des</strong> stagiaires<br />

Les thèmes qui attirent le plus d’agriculteurs en formation sont par ordre décroissant pour<br />

l’année 2009 :<br />

• l’informatique (30% du volume d’heures de formation) : le volume de formation sur<br />

le thème de l’informatique a quasiment doublé en 2008 <strong>et</strong> 2009, comparativement à<br />

2007. Ceci est lié entre autres à l’essor <strong>des</strong> nouvelles technologies informatiques ;<br />

• les techniques animales <strong>et</strong> végétales (20%),<br />

• la gestion <strong>des</strong> ressources humaines <strong>et</strong> l’organisation du travail (19%) : il est à<br />

noter que ce thème s’est développé depuis 2008, en termes d’offre <strong>et</strong> de demande,<br />

à la suite d’un appel d’offre de l’organisme VIVEA.<br />

En 2009, les bénéficiaires de formation ont été principalement les arboriculteurs <strong>et</strong> les<br />

viticulteurs, avec respectivement 14,5 % <strong>et</strong> 14 % de taux de formation (6,5 % pour les<br />

maraîchers <strong>et</strong> 4 % pour les gran<strong>des</strong> cultures).<br />

Les hommes participent plus<br />

fréquemment aux formations que<br />

les femmes, respectivement<br />

7,5% <strong>et</strong> 4,5%. Par ailleurs, plus<br />

de 65 % <strong>des</strong> bénéficiaires de<br />

formation continue ont entre 40<br />

<strong>et</strong> 60 ans, 29 % ont moins de 40<br />

ans (année 2009).<br />

Figure 17. Pyramide <strong>des</strong> âges <strong>des</strong><br />

stagiaires par sexe<br />

Source : VIVEA – Délégation Aquitaine Midi-Pyrénées - 2010<br />

Annexe : Quelques chiffres repères pour le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

2007 2008 2009<br />

Nombre de contributeurs 7 793 7 546 7 187<br />

Nombre de stagiaires formés 552 (7%) 433 (5,7 %) 492 (6,8%)<br />

Nombre d’heures stagiaires 10 279 H 9 348 H. 11 330 H.<br />

Crédits d’engagement 111 368 € 164 468 € 164 468 €<br />

Autorisation d’agrément 219 778 € 161 809 € 273 808 €<br />

Nombre de sessions agréées 209 148 174<br />

Nombre de sessions annulées 89 58 90<br />

% sessions annulées/agréées 42,6% 39,2 % 51,7 %<br />

Nombre de sessions payées 120 89 84<br />

Montant facturé 137 125€ 89 092 € 106 802 €<br />

Durée moyenne d’une session collective 14,5 H 11,7 H. 12,1 H<br />

Nombre moyen de stagiaires /session collective 5,6 5,7 6,3<br />

Prix moyen à l’heure stagiaire 13,8 € 15,4 € 15 €<br />

Source : VIVEA<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -34-


2.2. LA FORMATION CONTINUE DES SALARIES AGRICOLES<br />

FAFSEA : Fonds national assurance formation <strong>des</strong><br />

salariés <strong>des</strong> exploitations <strong>et</strong> entreprises agricoles.<br />

Le principe<br />

Tout employeur, quelque soit la taille de son entreprise,<br />

participe au financement de la formation professionnelle<br />

continue <strong>des</strong> salariés en versant une cotisation à<br />

l’organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) dont il<br />

relève. Il s’agit du FAFSEA pour les exploitations<br />

agricoles. Le montant de la cotisation varie en fonction<br />

<strong>des</strong> effectifs de l’entreprise.<br />

Ses missions<br />

Pour les salariés de la production agricole <strong>et</strong> <strong>des</strong> activités<br />

annexes, le FAFSEA finance :<br />

• <strong>des</strong> plans de formation (liste <strong>des</strong> actions de formation<br />

<strong>et</strong> les modalités de leur mise en oeuvre : effectifs<br />

concernés, formateurs, lieu <strong>et</strong> coûts pressentis...<br />

déterminées par l’entreprise),<br />

• <strong>des</strong> congés individuels de formation,<br />

• <strong>des</strong> bilans de compétences,<br />

• <strong>des</strong> formations en alternance (contrats de qualification,<br />

d'adaptation, d'orientation)<br />

• <strong>et</strong> le capital de temps de formation (pour certains<br />

secteurs uniquement).<br />

Pour répondre aux besoins <strong>des</strong> entreprises, c<strong>et</strong><br />

organisme propose <strong>des</strong> programmes de formation par<br />

filière, dans <strong>des</strong> gui<strong>des</strong> régionaux, édités chaque année<br />

<strong>et</strong> à la disposition <strong>des</strong> salariés.<br />

Nous n’avons pu obtenir du<br />

FAFSEA <strong>des</strong> données récentes sur<br />

la formation <strong>des</strong> salariés en<br />

agriculture. C<strong>et</strong>te partie est basée<br />

sur « l’étude <strong>des</strong> entreprises<br />

employeurs de main d’œuvre dans<br />

les filières fruits <strong>et</strong> légumes <strong>et</strong><br />

viticoles » du CER France <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong> en mars 2007.<br />

A l’exception <strong>des</strong> postes qui<br />

requièrent de l’expertise <strong>et</strong>/ou <strong>des</strong><br />

responsabilités<br />

(normes<br />

phytosanitaires,<br />

qualité,<br />

mécanique…), le niveau de<br />

qualification <strong>des</strong> salariés est faible.<br />

Les causes en sont multiples :<br />

• <strong>des</strong> salariés sans ou avec<br />

très peu de diplômes de<br />

formation initiale,<br />

• un contexte professionnel<br />

globalement<br />

peu<br />

« apprenant»,<br />

• une formation continue<br />

difficile à m<strong>et</strong>tre en œuvre.<br />

Une formation initiale faible à l’embauche<br />

En agriculture, la majorité <strong>des</strong><br />

tâches confiées paraissent simples<br />

à réaliser <strong>et</strong> n’exigent pas de prérequis.<br />

Dès lors, elles sont<br />

accessibles à <strong>des</strong> personnes<br />

n’ayant pas ou peu de diplôme.<br />

78 % <strong>des</strong> salariés ont au plus un<br />

CAP-BEP.<br />

Figure 18. Répartition <strong>des</strong> salariés<br />

agricoles employés selon<br />

leur niveau de formation<br />

initiale<br />

Source : Etude 2007 <strong>des</strong> entreprises employeurs<br />

de main-d’œuvre dans les filières fruits <strong>et</strong><br />

légumes <strong>et</strong> viticole – CER France <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Aucune formation<br />

CAP-BEP<br />

BAC<br />

BAC +2<br />

> BAC+2<br />

12%<br />

39%<br />

9%<br />

1%<br />

39%<br />

Un contexte professionnel « peu apprenant »<br />

Les contraintes externes, les aléas du marché <strong>et</strong> du climat exigent de la réactivité <strong>et</strong> une<br />

forte productivité. Pour répondre à ces contingences externes, les agriculteurs disent ne pas<br />

avoir d’autres choix que de segmenter les tâches <strong>et</strong> d’ajuster la durée d’emploi selon les<br />

besoins. Dès lors, le processus d’apprentissage interne est fragilisé <strong>et</strong> les salariés ont <strong>des</strong><br />

difficultés à avoir une vision globale de leur métier. Le savoir-faire ainsi acquis est parcellaire<br />

<strong>et</strong> difficile à valoriser, sauf sur <strong>des</strong> activités techniques spécifiques comme par exemple la<br />

taille ou la conduite d’engins.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -35-


Une formation professionnelle difficile à m<strong>et</strong>tre en œuvre<br />

Globalement, les employeurs connaissent mal les dispositifs de la formation professionnelle<br />

continue <strong>et</strong> utilisent de façon inégale, les fonds collectés par leur OPCA (Organisme Paritaire<br />

Collecteur Agréé).<br />

80 % <strong>des</strong> salariés permanents ne partent jamais en formation <strong>et</strong> seulement 1% y vont<br />

régulièrement.<br />

(Source : Etude <strong>des</strong> entreprises employeurs de main-d’œuvre dans les filières fruits <strong>et</strong> légumes <strong>et</strong> viticole – CER France <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong> – Mars 2007)<br />

Certains employeurs jugent l’offre de formation peu adaptée à leurs besoins ou trop difficile à<br />

m<strong>et</strong>tre en œuvre <strong>et</strong> préfèrent former eux-mêmes les salariés.<br />

Le comportement <strong>des</strong> salariés constitue également un frein au développement de la<br />

formation permanente : Pour eux, faire un stage de formation « en salle » les rem<strong>et</strong> en<br />

situation d’échec scolaire. Les fondamentaux en français <strong>et</strong> en mathématiques sont parfois<br />

peu ou mal maîtrisés. Il est dès lors difficile de demander à ces salariés d’acquérir <strong>des</strong><br />

savoirs plus élaborés <strong>et</strong> de s’investir durablement dans un cursus de formation diplômante<br />

ou qualifiante. Ce manque de confiance se r<strong>et</strong>rouve aussi dans leur refus de s’éloigner de<br />

leur lieu de vie, même de façon temporaire, <strong>et</strong> dans la difficulté qu’ils ont à s’adapter à un<br />

autre contexte.<br />

Le besoin en formation est toutefois plus élevé dans les entreprises de taille plus importante<br />

(plus de 10 salariés) où les fonctions sont plus nombreuses <strong>et</strong> mieux définies. Ces fonctions<br />

demandent <strong>des</strong> compétences pointues notamment en termes de management du personnel.<br />

Quelle que soit la taille de l’entreprise, il y a un réel besoin de polyvalence qui<br />

nécessite l’acquisition <strong>et</strong> le développement de compétences transverses au sein de<br />

la même entreprise.<br />

2.3. LA FORMATION INITIALE EN AGRICULTURE<br />

De moins en moins d’élèves<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> compte :<br />

• 1 établissement public sur les sites de Sainte-Livrade, Nérac <strong>et</strong> Tonneins<br />

FAZANIS,<br />

• 8 établissements privés : 2 lycées professionnels <strong>et</strong> 6 Maisons Familiales<br />

Rurales (MFR).<br />

A la rentrée 2010, les effectifs étaient de 721 élèves pour le public (soit 35 %) <strong>et</strong> 1 339<br />

élèves pour le privé (soit 65 %).<br />

Tableau n° 8.<br />

Effectifs <strong>des</strong> élèves en enseignement agricole<br />

Nombre<br />

Evolution<br />

2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011<br />

d’élèves<br />

2007-2010<br />

Public 821 798 757 721 -9%<br />

Privé 1406 1352 1361 1339 -2%<br />

TOTAL 2227 2150 2118 2060 -5%<br />

Source : Agreste Aquitaine – Novembre 2010<br />

De la rentrée 2007 à la rentrée 2010, on peut observer une baisse de 5 % <strong>des</strong> effectifs.<br />

C<strong>et</strong>te baisse est plus significative dans le secteur public confirmant la tendance nationale<br />

(moins 9 % contre moins 2 % dans le privé). Malgré c<strong>et</strong>te baisse, l’enseignement agricole<br />

reste attractif car il est aux côtés <strong>des</strong> territoires <strong>et</strong> <strong>des</strong> filières.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -36-


Une majorité d’élèves en cycle court<br />

Plus de la moitié (57%) <strong>des</strong> élèves sont en cycle court (niveau 5 <strong>et</strong> 6) alors que les élèves de<br />

niveau 3 (BTSA) ne représentent que 10 % à la rentrée 2010.<br />

L’organisation départementale de l’enseignement supérieur agricole fait que lorsque les<br />

bacheliers de l’enseignement général <strong>et</strong> technologique poursuivent leurs étu<strong>des</strong> en BTS<br />

agricole « production »,<br />

ils le font hors du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong>, sauf s’ils<br />

suivent ce cursus en<br />

apprentissage (CFA).<br />

Figure 19. Répartition <strong>des</strong><br />

élèves selon<br />

leur niveau<br />

d’étude<br />

Source : Agreste Aquitaine – Novembre 2010<br />

Une orientation vers les formations pour « services » plutôt que pour la<br />

« production »<br />

Tableau n° 9.<br />

Répartition <strong>des</strong> élèves par secteur professionnel<br />

Secteur professionnel Nombre d’élèves %<br />

Services 824 40,00%<br />

Production agricole 148 7,18%<br />

Aménagement espace <strong>et</strong> environnement 110 5,34%<br />

Transformation 167 8,11%<br />

Enseignement général <strong>et</strong> technologique 811 39,37%<br />

TOTAL 2060 100%<br />

Source : Agreste Aquitaine – Novembre 2010<br />

Le secteur professionnel <strong>des</strong> services est fortement représenté par les formations « services<br />

aux personnes » qui sont essentiellement <strong>des</strong> formations de niveau 5 <strong>et</strong> 6.<br />

Une partie <strong>des</strong> élèves suivant les cursus d’enseignement général <strong>et</strong> technologique s’oriente<br />

vers les métiers de la production.<br />

Seuls 7 % <strong>des</strong> élèves sont en formation professionnelle « production »<br />

La répartition <strong>des</strong> élèves selon la catégorie socioprofessionnelle de leur parent<br />

Tableau n° 10. Répartition <strong>des</strong> élèves selon la catégorie socioprofessionnelle (CSP)<br />

CSP du parent responsable Nombre d’élèves (en %)<br />

Agriculteurs exploitants 7,6<br />

Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 8,7<br />

Cadres, professions intellectuelles 6,2<br />

Employés 22,3<br />

Ouvriers agricoles 3,9<br />

Ouvriers non agricoles 19,6<br />

Professions intermédiaires 14,3<br />

R<strong>et</strong>raités 2,2<br />

Autres (sans activité professionnelle) 15,2<br />

TOTAL 100<br />

Source : Agreste Aquitaine – Novembre 2010<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -37-


Les élèves issus du milieu agricole représentent 11 % <strong>des</strong> catégories socioprofessionnelles.<br />

Ce taux est plus élevé dans le public où les élèves issus du milieu agricole représentent<br />

entre 15 <strong>et</strong> 18 %.<br />

Place de l’apprentissage dans l’enseignement agricole public <strong>et</strong> par niveau<br />

L’apprentissage recouvre deux réalités :<br />

• il est un moyen de réconcilier le jeune avec<br />

l’acte d’apprendre <strong>et</strong> auquel cas, les<br />

formations dispensées sont essentiellement<br />

de niveau 5 <strong>et</strong> 6,<br />

• il est un moyen d’apprendre un métier <strong>et</strong><br />

auquel cas il s’adresse à <strong>des</strong> élèves titulaires<br />

du bac.<br />

83 % <strong>des</strong> apprentis sont dans les niveaux 4 <strong>et</strong><br />

5.<br />

Figure 20. Répartition <strong>des</strong> apprentis en agriculture selon leur niveau d’étu<strong>des</strong><br />

Source : Agreste Aquitaine – Novembre 2010<br />

<br />

L’offre de formation continue en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> réussit difficilement à mobiliser les<br />

agriculteurs <strong>et</strong> agricultrices. Les raisons sont multiples :<br />

- difficulté à s’absenter de leur exploitation (fonctionnement à flux tendu, faible délégation),<br />

- un coût de formation perçu comme élevé <strong>et</strong> une méconnaissance <strong>des</strong> dispositifs de la<br />

formation professionnelle,<br />

- une faible détection de leurs besoins en amont,<br />

- <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de formation parfois trop éloignés de leur domicile…<br />

Parallèlement, <strong>des</strong> besoins ont été identifiés, notamment par VIVEA, qui s’est donné quatre<br />

priorités de formation <strong>des</strong> agriculteurs autour de :<br />

- la stratégie d’entreprise,<br />

- l’économie <strong>et</strong> la recherche de valeur ajoutée,<br />

- le social : organisation du travail seul ou à plusieurs, santé <strong>et</strong> sécurité,<br />

- l’environnement : techniques respectueuses de l’environnement.<br />

Développer la formation continue <strong>des</strong> agriculteurs <strong>et</strong> de leurs salariés devient un enjeu<br />

important pour accroître les compétences nécessaires afin de s’adapter aux profon<strong>des</strong><br />

mutations <strong>et</strong> à la complexité croissante de l’entreprise agricole <strong>et</strong> de son environnement.<br />

De plus, les conditions de travail difficiles (pénibilité, flexibilité), <strong>des</strong> employeurs peu formés<br />

au management, <strong>des</strong> emplois parfois éloignés de centres urbains ou de bourgs importants,<br />

de faibles perspectives d’évolution (sur le plan de la carrière <strong>et</strong> sur le plan <strong>des</strong> salaires),<br />

constituent <strong>des</strong> freins au développement <strong>des</strong> métiers de l’agriculture.<br />

C<strong>et</strong>te attractivité <strong>des</strong> métiers de l’agriculture reste d’ailleurs faible puisque même les élèves<br />

de l’enseignement agricole se <strong>des</strong>tinent très peu à la production (seulement 7%).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -38-


3. <br />

Des organismes de recherche généralistes<br />

Premier institut de recherche agronomique en Europe, deuxième dans le monde, l'Inra mène<br />

<strong>des</strong> recherches finalisées pour une alimentation saine <strong>et</strong> de qualité, pour une agriculture<br />

compétitive <strong>et</strong> durable, <strong>et</strong> pour un environnement préservé <strong>et</strong> valorisé (Source : site intern<strong>et</strong> de l’Inra).<br />

L’Inra possède à Bourran, Domaine de la Tour de Rance, une exploitation arboricole d’une<br />

cinquantaine d’hectares, consacrée aux fruits à noyaux :<br />

• centre de ressources pour les prunes (prune d’ente, mirabelle, mais aussi cerisier <strong>et</strong><br />

pêcher), afin de conserver les diversités qui seront peut-être précieuses à l’avenir,<br />

• observations liées à l’adaptation <strong>des</strong> arbres fruitiers aux changements climatiques<br />

(arrivée du printemps <strong>et</strong> débourrement de plus en plus précoce, alors que les gels tardifs<br />

restent fréquents),<br />

• conduite avec réduction drastique <strong>des</strong> intrants (engrais, phytosanitaire, eau, mais aussi<br />

carburant <strong>des</strong> engins agricoles).<br />

Les centres de recherche <strong>et</strong> d’expérimentation agricole perm<strong>et</strong>tent, quant à eux, la mise au<br />

point de nouvelles techniques de cultures agricoles, leur adaptation aux conditions de<br />

production locale ainsi que le transfert <strong>des</strong> résultats auprès de l'ensemble <strong>des</strong> producteurs du<br />

département.<br />

Invenio<br />

Créé le 31 mai 2010, Invenio est le centre de recherche expérimentation de la filière Fruits <strong>et</strong><br />

Légumes d’Aquitaine. Il a pour mission de répondre aux besoins <strong>des</strong> producteurs <strong>et</strong> de<br />

fournir de véritables avantages concurrentiels par l’amélioration de leurs productions <strong>et</strong> la<br />

qualité de leurs produits tout en prenant en compte la rentabilité économique <strong>des</strong><br />

entreprises.<br />

Invenio entr<strong>et</strong>ient <strong>des</strong> relations scientifiques <strong>et</strong> techniques avec l’Inra, le CTIFL, le Bip, le<br />

SRAL, les Chambres d’Agriculture, les Chambres de Métiers, l’enseignement (notamment le<br />

lycée agricole Etienne Restat à Sainte-Livrade-sur-<strong>Lot</strong> <strong>et</strong> l’Enita de Bordeaux) <strong>et</strong> le réseau<br />

national <strong>des</strong> Centres d’Expérimentation français <strong>et</strong> européen.<br />

Le programme d’expérimentation mis en œuvre par Invenio, en 2011, a pour objectif de<br />

répondre aux principales problématiques de la profession dans le secteur <strong>des</strong> fruits <strong>et</strong><br />

légumes en matière de matériel végétal, de protection de la plante, d’optimisation <strong>des</strong><br />

techniques de production (conduite de culture), de maîtrise <strong>des</strong> impacts agroenvironnementaux<br />

(métho<strong>des</strong> alternatives <strong>et</strong> production durable, maîtrise <strong>des</strong> déch<strong>et</strong>s issus<br />

de la production, mécanisation de la production…) <strong>et</strong> de production biologique.<br />

Il est structuré en six Pôles Filières Produits …:<br />

Fraise : le comité de pilotage du pôle fraise,<br />

constitué <strong>des</strong> membres de la commission<br />

technique de l'AOPn (Association d’Organisations<br />

de Producteurs nationales), réunit <strong>des</strong> producteurs<br />

référents issus <strong>des</strong> différents bassins de<br />

production.<br />

Les thématiques de recherche du Pôle fraise sont :<br />

• le renouvellement variétal,<br />

• la protection phytosanitaire <strong>et</strong> biologique,<br />

• la physiologie de la plante,<br />

• l'optimisation de la production.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -39-


Carotte / Asperge : le principal axe de recherche de ce pôle sont les maladies<br />

telluriques <strong>et</strong> la modélisation <strong>des</strong> maladies du feuillage.<br />

Melon / Poivron - Aubergine / Courg<strong>et</strong>te / Salade : les travaux poursuivis portent<br />

sur les systèmes intégrés en rotation.<br />

Pomme : la réduction <strong>des</strong> intrants <strong>et</strong> la maîtrise de la charge dans la production de<br />

pomme conventionnelle <strong>et</strong> biologique constituent les axes de recherche du pôle.<br />

Châtaigne : le pôle oriente ses travaux sur la maîtrise <strong>et</strong> la conduite du matériel<br />

végétal pour faire face aux besoins du marché, aux pressions parasitaires <strong>et</strong> celles<br />

<strong>des</strong> maladies. Il optimise également la conduite de vergers de châtaigniers.<br />

Prune d’Ente : l’équipe s’attache principalement à la mise au point de la conduite de<br />

vergers conventionnels <strong>et</strong> biologiques.<br />

…<strong>et</strong> quatre Pôles Transversaux :<br />

Machinisme : le pôle a pour vocation de créer, d'optimiser <strong>et</strong> de faire évoluer les<br />

agro-équipementiers.<br />

Les proj<strong>et</strong>s d'innovation qu'il mène, servent à la fois les producteurs pour qui la<br />

mécanisation peut apporter <strong>des</strong> réponses aux enjeux économiques <strong>et</strong><br />

environnementaux, <strong>et</strong> aux équipementiers pour qui l'évolution technique de leurs<br />

matériels est obligatoire pour leur pérennité.<br />

Santé <strong>des</strong> plantes : l’équipe de ce pôle concentre ses travaux de recherche sur la<br />

mise au point de métho<strong>des</strong> alternatives <strong>et</strong> de lutte intégrée dans les différentes<br />

cultures de fruits <strong>et</strong> légumes.<br />

Un double objectif est poursuivi : technique <strong>et</strong> économique. Il s’agit de diminuer <strong>et</strong><br />

raisonner l'utilisation <strong>des</strong> produits phytosanitaires chimiques <strong>et</strong> de garantir aux<br />

producteurs une qualité de produits élevée. La conjugaison de ces facteurs contribue<br />

à la pérennisation de leur entreprise.<br />

<br />

Agroécologie : l’équipe de ce pôle établit <strong>des</strong> références techniques issues à la fois<br />

de l'agriculture biologique <strong>et</strong> de l'agriculture conventionnelle afin de faire évoluer les<br />

pratiques de l'ensemble <strong>des</strong> producteurs vers une agriculture plus « écologique ».<br />

Elle aide ainsi les producteurs à concilier les contraintes imposées à leur entreprise,<br />

avec sa viabilité économique.<br />

INVENIO travaille en partenariat étroit avec le lycée agricole de Sainte Livrade-sur-<strong>Lot</strong><br />

dans le but de créer une plateforme « Agroécologique » en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, vitrine <strong>des</strong><br />

bonnes pratiques dans ce domaine.<br />

Irrigation – Climat : le pôle a pour objectif de réaliser une approche de l'irrigation <strong>et</strong><br />

du climat dans le but d'optimiser la qualité <strong>des</strong> fruits <strong>et</strong> légumes ainsi que l'équilibre<br />

physiologique <strong>des</strong> plantes.<br />

Il est entièrement géré par l'Association Climatologique de la Moyenne <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> du<br />

Sud-Ouest (ACMG).<br />

<br />

<br />

<br />

<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -40-


Autres organismes de recherche en fruits <strong>et</strong> légumes<br />

<br />

Noix : le centre de recherche est basé à Creysse dans le <strong>Lot</strong>, mais le département<br />

est partie prenante au travers de la Chambre d’agriculture.<br />

Nois<strong>et</strong>te : l’Association Nationale <strong>des</strong> Producteurs de Nois<strong>et</strong>tes (ANPN) conduit <strong>des</strong><br />

expérimentations sur la nois<strong>et</strong>te à Cancon.<br />

L'ANPN est reconnue station de référence pour la<br />

nois<strong>et</strong>te. L’Association intègre, depuis 15 ans, le<br />

concept de développement durable <strong>et</strong> expérimente<br />

les techniques alternatives respectueuses de<br />

l’environnement <strong>et</strong> de la santé publique. Les<br />

thèmes d’actions concernent la maîtrise <strong>des</strong><br />

ravageurs, de la qualité, l’économie d’eau <strong>et</strong><br />

d’énergie.<br />

<br />

Fraise : le CIREF, création variétale, après Ciflor<strong>et</strong>te, Charlotte <strong>et</strong> autres réussites,<br />

m<strong>et</strong> au point les variétés de fraise de l’avenir.<br />

<br />

<br />

Pruneau : le Bureau Interprofessionnel du Pruneau, collabore avec Invenio pour<br />

améliorer les technologies du séchage.<br />

Arboriculture fruitière : le Conservatoire Végétal Régional d'Aquitaine (CVRA)<br />

entr<strong>et</strong>ient à Montesquieu une collection de près de 2 000 variétés d’arbres fruitiers.<br />

Gran<strong>des</strong> cultures<br />

<br />

La Chambre d’agriculture conduit une plateforme d’essais à Saint Antoine de Ficalba<br />

<strong>et</strong> participe avec la FNAMS <strong>et</strong> le SAMS à l’expérimentation de la production<br />

semencière.<br />

Tabac<br />

La SCA Tabac <strong>Garonne</strong> Adour (TGA) est<br />

engagée depuis 2004 dans une démarche de<br />

management de qualité. Elle a une certification<br />

Agriconfiance pour l’ensemble de la production<br />

tabacole qu’elle administre. La coopérative<br />

conduit également une démarche de certification<br />

SMQE (Système de management de la qualité <strong>et</strong><br />

de l’environnement).<br />

Forte de son expérience en matière de traçabilité<br />

<strong>et</strong> de qualité <strong>des</strong> produits, la coopérative poursuit<br />

les objectifs suivants :<br />

• adapter les mo<strong>des</strong> de production <strong>et</strong><br />

configuration d’atelier au marché, c’est-à-dire expérimenter <strong>des</strong> schémas de<br />

production perm<strong>et</strong>tant de répondre aux attentes <strong>des</strong> industriels sur <strong>des</strong> tabacs<br />

compétitifs, respectant néanmoins deux critères essentiels à la commercialisation<br />

du produit, qualité <strong>et</strong> environnement ;<br />

• tester deux ateliers compétitifs, l’un en virginie <strong>et</strong> le second en burley avec du<br />

matériel perm<strong>et</strong>tant de travailler davantage de surfaces dans <strong>des</strong> conditions<br />

optimum de production ;<br />

• informer les producteurs <strong>des</strong> évolutions par <strong>des</strong> réunions de terrain <strong>et</strong> également<br />

sous forme de bull<strong>et</strong>ins d’information avec <strong>des</strong> indicateurs technico-économiques<br />

chiffrés.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -41-


Viticulture<br />

La Chambre d’agriculture participe au programme d’expérimentation conduit par la<br />

commission régionale viticole d’Aquitaine.<br />

Eau <strong>et</strong> irrigation<br />

Utilisation rationnelle de l’eau : travaux conduits par l’ACMG en liaison avec la<br />

Chambre d’agriculture <strong>et</strong> les organisations professionnelles spécialisées. L’ACMG<br />

participe également à <strong>des</strong> travaux de recherche sur le gel, la grêle <strong>et</strong> les orages.<br />

Energie <strong>et</strong> agro-ressources<br />

Economie d’énergie : travaux de l’Institut <strong>des</strong> huiles végétales pures, <strong>et</strong> du pôle<br />

énergie de la Chambre d’agriculture.<br />

<br />

Des relations privilégiées avec le laboratoire de chimie agroindustrielle de<br />

l’ENSIACET de Toulouse perm<strong>et</strong>tent d’aborder la problématique <strong>des</strong> agroressources<br />

(produits <strong>et</strong> coproduits d’origine agricole).<br />

Elevage <strong>et</strong> sélection animale<br />

<br />

<br />

Elevage : <strong>des</strong> travaux de recherche expérimentation sont conduits dans les<br />

départements voisins. Bovins lait <strong>et</strong> viande en Pyrénées Atlantiques, ovins en<br />

Dordogne, palmipè<strong>des</strong> dans les Lan<strong>des</strong> <strong>et</strong> porcs dans les Pyrénées Atlantiques <strong>et</strong><br />

Lan<strong>des</strong>. La Chambre d’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> suit pour chaque filière élevage,<br />

<strong>des</strong> fermes de référence qui enrichissent les données au niveau départemental <strong>et</strong><br />

régional.<br />

Centre de sélection bovine de Casteljaloux<br />

Conditionnement, conservation<br />

Agrotec apporte un appui en recherche <strong>et</strong> développement dans les domaines de<br />

l’utilisation du froid, de la maîtrise de l’atmosphère : conditionnement sous<br />

atmosphère modifiée, utilisation de polymères plastiques ou biologiques, fruits <strong>et</strong><br />

légumes entiers ou 4 ème gamme, caractérisation qualitative <strong>des</strong> produits, relations<br />

produit-procédé, mesure constituants gazeux.<br />

Agrotec travaille avec de nombreux partenaires de la recherche en France, en<br />

Angl<strong>et</strong>erre, en Espagne, en Grèce <strong>et</strong> en Italie.<br />

<br />

Les organismes de recherche présents en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> ou partenaires sont nombreux <strong>et</strong><br />

couvrent beaucoup de champs de recherche agricole.<br />

En lien avec les filières présentes, les thématiques liées aux fruits <strong>et</strong> légumes <strong>et</strong><br />

particulièrement aux prunes, à la fraise ou encore à la nois<strong>et</strong>te se sont développées dans le<br />

département.<br />

D’autres thématiques pourraient être développées pour répondre aux besoins à l’avenir :<br />

adaptation au changement climatique, agroressources (bois-énergie, méthanisation ou<br />

autres).<br />

Les liens entre recherche <strong>et</strong> exploitants agricoles sont particulièrement importants : ils se<br />

font par la chambre d’agriculture ou les organismes techniques. Cependant <strong>des</strong> liens plus<br />

directs <strong>et</strong> réciproques avec les agriculteurs doivent être encouragés.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -42-


Conclusion : EMPLOI – FORMATION – RECHERCHE<br />

Les actifs agricoles représentent 7,5 % de la population active en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>. En plus<br />

<strong>des</strong> 6 000 chefs d’exploitations professionnelles <strong>et</strong> co-exploitants dans le département, la<br />

production agricole emploie également un peu plus de 1 000 actifs familiaux <strong>et</strong> 1 500<br />

salariés permanents. Au total, ce sont 12 000 unités de travail annuel qui sont nécessaires à<br />

l’agriculture.<br />

Il y a peu d’évolution en termes de nombre d’emplois salariés si ce n’est une progression de<br />

la part <strong>des</strong> salariés permanents. En revanche, la main d’oeuvre non salariée (exploitants,<br />

conjoints <strong>et</strong> ai<strong>des</strong> familiaux) a diminué de 24 % entre 2000 <strong>et</strong> 2007.<br />

Au niveau de la formation continue, les résultats sont à améliorer sur le département :<br />

• moins de 7 % <strong>des</strong> chefs d’exploitations participent à une formation chaque année<br />

(moyenne 2007 à 2009), soit presque 6 % de moins que la moyenne française (12,7<br />

%),<br />

• 80 % <strong>des</strong> salariés agricoles permanents ne partent jamais en formation continue. Les<br />

raisons évoquées sont une offre de formation mal adaptée ou encore un manque de<br />

motivation <strong>des</strong> salariés, souvent peu qualifiés lors de l’embauche.<br />

La formation agricole initiale est assurée par 9 établissements en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> pour 2 000<br />

élèves, un effectif en diminution de l’ordre de 5 % en 3 ans (2007-2010). Les problématiques<br />

majeures sont le manque d’intérêt pour les parcours liés à la production agricole (7 % <strong>des</strong><br />

effectifs seulement) <strong>et</strong> l’importance <strong>des</strong> diplômes de cycles courts (en majorité de niveau<br />

brev<strong>et</strong> <strong>des</strong> collèges).<br />

Par ailleurs, l’apprentissage concerne pour l’essentiel <strong>des</strong> élèves de niveau lycée (83 % <strong>des</strong><br />

apprentis).<br />

Les structures assurant la recherche <strong>et</strong> l’expérimentation ainsi que leurs partenaires hors<br />

département couvrent une grande partie <strong>des</strong> thématiques nécessaires au développement de<br />

l’agriculture : nouvelles techniques de production, progrès variétal, métho<strong>des</strong> alternatives<br />

pour une meilleure prise en compte de l’environnement sont de nature à développer les<br />

différentes filières.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -43-


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -44-


ECONOMIE<br />

DES FILIERES<br />

Chapitre 3. ECONOMIE DES FILIERES<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -45-


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -46-


1. <br />

<br />

1.1. UN DEPARTEMENT DE POLYCULTURE …<br />

Des exploitations aux orientations technico-économiques très diversifiées<br />

<br />

Une exploitation est classée spécialisée dès que son activité principale représente au<br />

moins 80 % de son produit brut total.<br />

Une exploitation est classée mixte si ses deux activités principales représentent au<br />

moins 80 % de son produit brut total.<br />

<br />

Une exploitation est classée en polyculture ou en polyculture-élevage si 80 % de son<br />

produit brut total est réalisé par 3 activités ou plus.<br />

Polyculture<br />

18%<br />

Volailles <strong>et</strong><br />

palmipè<strong>des</strong><br />

3%<br />

Bovin viande<br />

1%<br />

Bovin lait<br />

6%<br />

Gran<strong>des</strong> cultures +<br />

autre production<br />

végétale<br />

14%<br />

Polyculture élevage<br />

19%<br />

Gran<strong>des</strong> cultures +<br />

autre production<br />

animale<br />

7%<br />

Gran<strong>des</strong> cultures<br />

14%<br />

Légumes<br />

6%<br />

Arboriculture<br />

9%<br />

Viticulture<br />

3%<br />

Figure 21. Répartition <strong>des</strong> exploitations agricoles lot-<strong>et</strong>-garonnaise selon leur type d’orientation<br />

technico-économique.<br />

Elevage pour la viande ou le lait, gran<strong>des</strong> cultures, fruits <strong>et</strong> légumes, vin, les productions<br />

agricoles lot-<strong>et</strong>-garonnaise sont extrêmement diverses.<br />

Il en résulte que les exploitations ont majoritairement <strong>des</strong> orientations mixtes (21% <strong>des</strong><br />

exploitations) <strong>et</strong> de polyculture (37% <strong>des</strong> exploitations). Moins de la moitié d’entres elles sont<br />

spécialisées (42%).<br />

L’équilibre économique <strong>des</strong> exploitations dépend donc pour beaucoup de plusieurs filières,<br />

ce qui peut constituer une force.<br />

D’un autre côté, les performances sont souvent moindres pour chaque filière <strong>et</strong> la<br />

structuration d’une filière peut être plus difficile.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -47-


Répartition <strong>des</strong> cultures dans la Surface Agricole Utilisée<br />

Tableau n° 11. Les surfaces <strong>des</strong> cultures pratiquées en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

SAU (en ha) 2000 2005 2009<br />

Evolution<br />

2000-2009<br />

Céréales-Oléagineux-Protéagineux<br />

(y compris semences)<br />

170 500 165 619 169 690 0%<br />

Cultures industrielles <strong>et</strong> pommes de terre 2 800 2 270 1 955 -30%<br />

Légumes frais 7 614 7 600 7 247 -5%<br />

Semences <strong>et</strong> plants divers (hors semences<br />

SCOP)<br />

2 593 3 200 2 450 -6%<br />

Fourrages annuels <strong>et</strong> prairies temporaires 33 648 39 000 38 300 +14%<br />

Cultures fruitières 14 892 14 939 15 300 +3%<br />

Vignes 8 129 8 656 7 305 -10%<br />

Surfaces toujours en herbe 30 269 27 000 26 200 -13%<br />

Total SAU <strong>des</strong> exploitations 302 380 299 363 289 218 -4%<br />

Répartition de de la surface la surface agricole utilisée<br />

utilisée du du <strong>Lot</strong> <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> garonne en 2009 en 2009<br />

10%<br />

14%<br />

3%<br />

Céréales-Oléagineux-Protéagineux<br />

(y compris semences)<br />

Cultures industrielles <strong>et</strong> pommes de<br />

terre<br />

Légumes frais<br />

Semences <strong>et</strong> plants divers (hors<br />

semences SCOP)<br />

Cultures fruitières<br />

6%<br />

1%<br />

3%<br />

1%<br />

62%<br />

Vignes<br />

Fourrages annuels <strong>et</strong> prairies<br />

temporaires<br />

Surface toujours en herbe (prairies<br />

permanentes)<br />

Figure 22. Répartition <strong>des</strong> différentes cultures dans la SAU du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> en 2009<br />

Source : Statistique agricole annuelle<br />

Les céréales, oléagineux <strong>et</strong> protéagineux occupent une large majorité de la SAU<br />

(62%). Si <strong>des</strong> évolutions ont eu lieu selon les productions (moins de maïs sur les<br />

terres les plus difficiles à irriguer au profit du tournesol par exemple), la surface<br />

consacrée à ces cultures reste stable. De la même manière, les surfaces en légumes<br />

frais, semences <strong>et</strong> cultures fruitières se maintiennent globalement.<br />

Les cultures industrielles <strong>et</strong> les pommes de terres occupent une surface mo<strong>des</strong>te<br />

mais complémentaire aux gran<strong>des</strong> cultures. Elle est en légère régression depuis<br />

2000.<br />

Concernant les surfaces consacrées à l’élevage, les surfaces perdues en prairies<br />

permanentes ont été remplacées par <strong>des</strong> prairies temporaires <strong>et</strong> <strong>des</strong> surfaces<br />

fourragères. Elles occupent un quart de la SAU départementale.<br />

Enfin, la viticulture, après une augmentation <strong>des</strong> surfaces jusqu’en 2005, a été<br />

marquée par la crise <strong>et</strong> la campagne d’arrachage qui a suivi.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -48-


1.2. …SOUMIS A UN CONTEXTE EUROPEEN ET NATIONAL EN EVOLUTION<br />

La Loi de Modernisation de l’Agriculture <strong>et</strong> de la pêche (LMAP)<br />

Adoptée en juill<strong>et</strong> 2010, c<strong>et</strong>te loi s’inscrit dans une stratégie globale pour le territoire français.<br />

Elle sera, au niveau national, prolongée par <strong>des</strong> plans de développement <strong>des</strong> filières laitière,<br />

de l’élevage, <strong>des</strong> fruits <strong>et</strong> légumes, <strong>et</strong> <strong>des</strong> gran<strong>des</strong> cultures. Au niveau communautaire, elle<br />

trace la vision de la France pour la Pac de demain, celle d’une agriculture performante <strong>et</strong><br />

durable sur <strong>des</strong> marchés régulés.<br />

Les orientations qui impactent l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> sont les suivantes :<br />

Développer une politique publique de l’alimentation<br />

Objectif : garantir au consommateur une alimentation sûre <strong>et</strong> de qualité<br />

Les nouveautés : La mise en place d’un programme national de<br />

l’alimentation, l’obligation de respecter les règles nutritionnelles en<br />

restauration collective (scolaire, hôpitaux…), la création d’un observatoire<br />

de l’alimentation <strong>et</strong> l’obligation d’indiquer le pays d’origine sur les<br />

étiqu<strong>et</strong>tes <strong>des</strong> produits alimentaires.<br />

Renforcer la compétitivité de l’agriculture<br />

Objectif : garantir aux agriculteurs leur revenu <strong>et</strong> les faire gagner en<br />

compétitivité<br />

Les nouveautés :<br />

• la contractualisation entre producteurs <strong>et</strong> ach<strong>et</strong>eurs est encouragée <strong>et</strong><br />

obligatoire pour les secteurs laitiers (depuis le 1 er avril 2011) <strong>et</strong> <strong>des</strong> fruits <strong>et</strong><br />

légumes (depuis le 1 er mars 2011) ;<br />

• le rôle <strong>des</strong> organisations de producteurs <strong>et</strong> <strong>des</strong> interprofessions est renforcé.<br />

• l’observatoire de la formation <strong>des</strong> prix <strong>et</strong> <strong>des</strong> marges est élargi ;<br />

• la mise en place d’une taxe additionnelle pour les distributeurs qui ne<br />

modèreront pas leurs marges lors <strong>des</strong> crises dans le secteur <strong>des</strong> fruits <strong>et</strong><br />

légumes ;<br />

• la création d’un fonds national de gestion <strong>des</strong> risques en agriculture afin<br />

d’accroître la couverture <strong>des</strong> risques liés aux aléas climatiques, phytosanitaires,<br />

sanitaires <strong>et</strong> environnementaux.<br />

Inscrire l’agriculture dans un développement durable <strong>des</strong> territoires<br />

Objectif : réduire de moitié la perte de surfaces agricoles d’ici 2020<br />

Les nouveautés : la création d’un observatoire de la consommation <strong>des</strong> terres agricoles <strong>et</strong> de<br />

<strong>des</strong> commissions départementales, la création d’une taxe sur les plus values dégagées par<br />

la vente <strong>des</strong> terrains agricoles devenus constructibles, <strong>et</strong> l’obligation de créer un plan<br />

régional de l’agriculture durable.<br />

Vers la nouvelle Politique Agricole Commune (Pac)<br />

Mise en place depuis 1962, la Pac a connue de nombreuses évolutions. Afin de garantir une<br />

agriculture européenne compétitive <strong>et</strong> plus respectueuse de l’environnement, elle fait l’obj<strong>et</strong><br />

d’une nouvelle réforme à partir de 2013. Même si la nouvelle Pac est toujours en débat, les<br />

ministres de l’agriculture se sont cependant déjà orientés vers les modifications suivantes en<br />

2008 :<br />

• la suppression <strong>des</strong> jachères obligatoires,<br />

• l’augmentation progressive <strong>des</strong> quotas laitiers avant leur disparition en 2015,<br />

• le renforcement <strong>des</strong> ai<strong>des</strong> aux secteurs rencontrant <strong>des</strong> problèmes spécifiques,<br />

• un financement supplémentaire pour les 12 nouveaux états membres,<br />

• une répartition du budg<strong>et</strong> plus favorable au développement durable,<br />

• une simplification du principe de conditionnalité.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -49-


Les objectifs de la future Pac<br />

Objectif n° 1: Une production alimentaire viable :<br />

• contribuer au revenu agricole <strong>et</strong> limiter ses variations,<br />

• améliorer la compétitivité du secteur agricole <strong>et</strong> l’apport de valeur ajoutée dans<br />

la chaîne alimentaire.<br />

Objectif n° 2: Une gestion durable <strong>des</strong> ressources n aturelles <strong>et</strong> <strong>des</strong> mesures en faveur du<br />

climat :<br />

• garantir la mise en oeuvre de pratiques de production durables,<br />

• favoriser la croissance écologique par l'innovation,<br />

• poursuivre les actions d’atténuation <strong>des</strong> changements climatiques <strong>et</strong><br />

d'adaptation à ces changements.<br />

Objectif n° 3: Un développement territorial équilib ré :<br />

• soutenir l’emploi rural <strong>et</strong> préserver le tissu social dans les zones rurales,<br />

• améliorer les conditions économiques <strong>des</strong> zones rurales <strong>et</strong> promouvoir la<br />

diversification,<br />

• perm<strong>et</strong>tre la diversité structurelle dans les systèmes agricoles, améliorer les<br />

conditions d'exploitation <strong>des</strong> p<strong>et</strong>ites structures <strong>et</strong> développer les marchés<br />

locaux.<br />

Source : COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE<br />

ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS, La PAC à l'horizon 2020: Alimentation, ressources naturelles <strong>et</strong><br />

territoire - relever les défis de l'avenir, 2010.<br />

De nombreuses incertitu<strong>des</strong> persistent quant à la réforme de la Pac après 2013. Elle devrait<br />

avoir <strong>des</strong> conséquences importantes pour les agriculteurs lot-<strong>et</strong>-garonnais.<br />

1.3. DES PRODUCTIONS BIEN VALORISEES<br />

Tableau n° 12. La valeur de la production agricole en 2010 (hors subventions)<br />

VALEUR DE LA PRODUCTION<br />

AGRICOLE (en millions d’euros)<br />

hors subventions<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> Aquitaine Part du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

dans la valeur de la<br />

production d'Aquitaine<br />

Produits végétaux 607,8 3356,7 18%<br />

Céréales 149,7 695 22%<br />

dont blé tendre 69,9 101,3 69%<br />

dont maïs 64,2 554,1 12%<br />

Oléagineux 39,8 69,3 57%<br />

Tabac 5,9 12,1 49%<br />

Fourrages 32,2 221,1 15%<br />

Légumes frais 101 217,2 47%<br />

Fruits 200,2 341,6 59%<br />

Vins d'appellations 28,8 1553,1 2%<br />

Autres produits végétaux 50,1 247,6 20%<br />

dont semences 31 - -<br />

Produits animaux 111,6 1275,3 9%<br />

Viande bovine 25,9 368,4 7%<br />

Porcins 7,2 64,4 11%<br />

Ovins 4 45,2 9%<br />

Volailles <strong>et</strong> œufs 36,2 456,7 8%<br />

Laits <strong>et</strong> produits laitiers 31,5 288,5 11%<br />

Autres produits animaux<br />

(palmipè<strong>des</strong>, <strong>et</strong>c…)<br />

37,1 336,2 11%<br />

Production totale (hors services) 719,4 4632,1 16%<br />

Source: AGRESTE compte de l'agriculture - résultats provisoires 2010<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -50-


Répartition de la valeur de la production agricole<br />

Répartition de la valeur de la production agricole<br />

du du <strong>Lot</strong> <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> garonne en 2009<br />

16%<br />

26%<br />

Céréales <strong>et</strong> oléagineux<br />

Tabac<br />

7%<br />

4%<br />

4%<br />

14%<br />

1%<br />

Légumes frais<br />

Fruits<br />

Vins d'appellations<br />

Autres produits végétaux<br />

Fourrages<br />

28%<br />

Produits animaux<br />

Avec ses 719,4 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010, l’agriculture tient une<br />

place importante dans l’économie départementale. A titre de comparaison, l’industrie<br />

agro-alimentaire réalise 700 millions d’euros de chiffre d’affaires dans le département<br />

(source CCI).<br />

<br />

Les productions végétales représentent 84% de la valeur de l’agriculture du<br />

département :<br />

• les fruits <strong>et</strong> légumes occupent 9% de la SAU mais assurent 42% de la valeur de<br />

la production départementale. Ces productions dégagent de fortes valeurs ajoutées<br />

<strong>et</strong> ont un rôle majeur dans l’économie agricole du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> de l’Aquitaine :<br />

59% <strong>des</strong> fruits <strong>et</strong> 49% <strong>des</strong> légumes aquitains (en valeur) sont produits en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong> pour 300 millions d’euros de chiffre d’affaires ;<br />

• les céréales <strong>et</strong> oléagineux assurent un quart du chiffre d’affaires de l’agriculture<br />

lot-<strong>et</strong>-garonnaise. Si la production de maïs en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> reste peu importante<br />

dans la production régionale, le blé tendre en revanche représente près de 70% de<br />

la production de l’Aquitaine. De même, le département produit plus de la moitié <strong>des</strong><br />

oléagineux de l’Aquitaine en valeur ;<br />

• le tabac aquitain, produit pour moitié en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> représente encore 12,1<br />

millions d’euros de chiffre d’affaires pour l’Aquitaine ;<br />

• enfin les vins d’appellations ont un poids économique de près de 30 millions<br />

d’euros en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, mais cela reste faible par rapport à la valeur du vin de<br />

Gironde qui assure à lui seul plus de 90% du chiffre d’affaires aquitain (un peu plus<br />

de 1,5 milliards d’euros).<br />

<br />

Les productions animales représentent une moindre part dans la valeur de<br />

l’agriculture du département. L’élevage avicole (volailles, œufs <strong>et</strong> palmipè<strong>des</strong> à foie<br />

gras) tient une place non négligeable. Viennent ensuite le lait <strong>et</strong> les produits laitiers <strong>et</strong><br />

la viande bovine.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -51-


1.4. LA SITUATION ECONOMIQUE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES<br />

Données CER France : l’échantillon est celui <strong>des</strong> 3 000 exploitations adhérentes au CER<br />

France <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, soit 65 % <strong>des</strong> exploitations professionnelles.<br />

% du nombre d'exploitations spécialisées selon la filière dominante<br />

100%<br />

90%<br />

80%<br />

70%<br />

60%<br />

50%<br />

40%<br />

30%<br />

20%<br />

10%<br />

0%<br />

Arboriculture<br />

Prune d’ente<br />

Viticulture<br />

Gran<strong>des</strong> cultures<br />

Légumes hors sol<br />

Bovins lait<br />

Bovins viande<br />

Situation saine Situation sensible Situation difficile<br />

Aviculture<br />

Palmipè<strong>des</strong><br />

Ensemble <strong>des</strong> exploitations<br />

Figure 23. Répartition de la situation économique <strong>des</strong> exploitations selon leur filière dominante en<br />

2009<br />

Source : CER France<br />

Entre 2007 <strong>et</strong> 2009, la baisse <strong>des</strong> résultats moyens d’exploitation a entraîné une<br />

dégradation de la situation financière. En 2009, 69 % <strong>des</strong> exploitations sont en situation<br />

saine (moins 3 % par rapport à 2007), 18 % en situation sensible (+ 3 %) <strong>et</strong> 13 % en<br />

situation difficile.<br />

La situation en 2009 est cependant différente selon la filière dominante (filière représentant<br />

80% du chiffre d’affaires). Les exploitations spécialisées en légumes hors sol <strong>et</strong> palmipè<strong>des</strong><br />

ont globalement plus de difficultés. Au contraire, très peu <strong>des</strong> exploitations spécialisées dans<br />

l’élevage bovin (lait ou viande) sont en situation difficile.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -52-


1.5. LES SIGNES D’IDENTIFICATION DE QUALITE ET D’ORIGINE (SIQO) EN LOT-ET-<br />

GARONNE<br />

Le Label Rouge<br />

Reconnu dès 1960, le Label Rouge est le plus ancien <strong>des</strong> signes officiels de<br />

qualité. Les produits sous Label Rouge se différencient par rapport aux produits<br />

courants similaires tant sur le plan gustatif que sur l’image qu’ils véhiculent <strong>et</strong> sont<br />

directement perceptibles par le consommateur final.<br />

Le Label Rouge est détenu par une structure collective, appelée ODG (Organisme<br />

de Défense <strong>et</strong> de Gestion) qui rassemble l’ensemble <strong>des</strong> opérateurs concernés.<br />

L’organisation <strong>et</strong> la structuration de l’ODG fait l’obj<strong>et</strong> d’une reconnaissance par<br />

l’Inao.<br />

L’ODG a notamment en charge l’élaboration du Cahier <strong>des</strong> Charges, qui devra être<br />

reconnu par l’Inao, puis faire l’obj<strong>et</strong> d’une homologation par arrêté interministériel.<br />

La certification repose sur la mise en œuvre très stricte de ce cahier <strong>des</strong> charges.<br />

L’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) <strong>et</strong> l’AOP (Appellation d’Origine<br />

Protégée)<br />

L’AOC désigne un produit originaire d’une région ou d’une aire d’appellation<br />

déterminée dont la qualité ou les caractères sont dus essentiellement à ce milieu<br />

géographique. Elle résulte de la combinaison d’une production <strong>et</strong> d’un terroir qui<br />

s’exprime par le savoir-faire <strong>des</strong> hommes.<br />

L’AOP est l’équivalent européen de l’AOC pour tous les produits autres que le vin.<br />

L’IGP (Indication Géographique Protégée)<br />

L'Indication Géographique Protégée établit un lien géographique entre un produit <strong>et</strong><br />

une région. Elle désigne un produit originaire d'une région, dont une qualité<br />

déterminée, la réputation ou une autre caractéristique peut être attribuée à c<strong>et</strong>te<br />

origine géographique <strong>et</strong> dont la production <strong>et</strong>/ou la transformation <strong>et</strong>/ou l'élaboration<br />

ont lieu dans l'aire géographique délimitée.<br />

De nombreux SIQO sont présents en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> :<br />

• les labels rouges ne sont pas spécifiques à une zone<br />

géographique. Les productions lot-<strong>et</strong>-garonnaises peuvent<br />

donc obtenir l’un <strong>des</strong> 470 labels rouges disponibles.<br />

Cependant la fraise lot-<strong>et</strong>-garonnaise s’est distinguée en obtenant un label<br />

rouge pour trois variétés.<br />

• 4 appellations viticoles sont reconnues par une AOP, ainsi que le Floc de<br />

Gascogne. 6 appellations viticoles sont <strong>des</strong> IGP. A cela s’ajoute l’Armagnac qui<br />

a obtenu l’AOC au niveau français.<br />

• Deux IGP sont présentes pour l’agneau, une pour le bœuf <strong>et</strong> 3 pour les<br />

volailles. Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> valorise également le canard à foie gras <strong>et</strong> la<br />

production porcine par deux IGP du Sud-Ouest.<br />

• Enfin les fruits <strong>et</strong> légumes se distinguent évidemment par le pruneau d’Agen.<br />

Les IGP Melon du Quercy, Asperge <strong>des</strong> sables <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong> <strong>et</strong> l’AOP Noix du<br />

Périgord s’étendent également en partie sur le département.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -53-


Tableau n° 13. Les AOP, AOC <strong>et</strong> IGP présentes en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

SIQO français SIQO européen Nom du SIQO<br />

Produits viticoles<br />

AOC AOP Buz<strong>et</strong> (blanc, rosé <strong>et</strong> rouge)<br />

AOC AOP Côtes de Duras (blanc, blanc sec, rosé <strong>et</strong> rouge)<br />

AOC AOP Côtes du Brulhois (rosé <strong>et</strong> rouge)<br />

AOC AOP Côtes du Marmandais (blanc, rosé <strong>et</strong> rouge)<br />

IGP Agenais (blanc, rosé <strong>et</strong> rouge)<br />

IGP Comté Tolosan (blanc, rosé <strong>et</strong> rouge)<br />

IGP Côtes de Gascogne (blanc, rosé <strong>et</strong> rouge)<br />

IGP Côtes du Condomois (blanc, rosé <strong>et</strong> rouge)<br />

IGP <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> (blanc, rosé <strong>et</strong> rouge)<br />

IGP Thézac-Perricard (blanc, rosé <strong>et</strong> rouge)<br />

AOC<br />

Armagnac (Armagnac, Armagnac-Ténarèze, Bas<br />

Armagnac, Blanche Armagnac, Haut-Armagnac)<br />

AOC AOP Floc de Gascogne (blanc <strong>et</strong> rosé)<br />

Produits de l'élevage<br />

IGP Agneau du Périgord<br />

IGP Agneau du Quercy<br />

IGP Canard à foie gras du Sud-Ouest<br />

IGP Jambon de Bayonne<br />

IGP Bœuf de Bazas<br />

IGP Volailles de Gascogne<br />

IGP Volailles <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong><br />

IGP Volailles du Gers<br />

Fruits <strong>et</strong> légumes<br />

IGP Pruneau d’Agen<br />

IGP Melon du Quercy<br />

AOC AOP Noix du Périgord<br />

IGP Asperge <strong>des</strong> sables <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong><br />

Source : INAO<br />

De part sa position au cœur de plusieurs régions agricoles du Sud-Ouest (Lan<strong>des</strong>,<br />

Périgord, Quercy, Gascogne…), le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> a la chance de bénéficier de<br />

nombreux signes d’origines. Cependant, les producteurs du département ont su<br />

également se distinguer par <strong>des</strong> produits spécifiques comme les appellations<br />

viticoles, le label rouge pour la fraise <strong>et</strong> bien sûr le traditionnel pruneau d’Agen.<br />

Une certification spécifique : Agriconfiance ®<br />

C<strong>et</strong>te certification est née en 1992 de la volonté <strong>des</strong> entreprises<br />

coopératives d’engager une démarche commune de management de la<br />

qualité de la production agricole dans le respect de l'environnement,<br />

fondée sur <strong>des</strong> normes nationales <strong>et</strong> internationales <strong>et</strong> garantie par <strong>des</strong><br />

organismes certificateurs indépendants.<br />

La signature Agriconfiance® engage tous les intervenants de la chaîne<br />

de production <strong>et</strong> perm<strong>et</strong> de répondre aux exigences de transparence, de<br />

sécurité <strong>des</strong> aliments <strong>et</strong> de respect de l’environnement <strong>des</strong><br />

consommateurs.<br />

En 2011, 120 entreprises coopératives ont c<strong>et</strong>te certification ce qui représentent 30 000<br />

agriculteurs français.<br />

La certification agriculture biologique est traitée dans la partie 7 de ce chapitre.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -54-


1.6. LES COOPERATIVES D’UTILISATION DU MATERIEL AGRICOLE (CUMA)<br />

Des solutions collectives perm<strong>et</strong>tent d’alléger les charges <strong>des</strong> exploitations. Ainsi, le recours<br />

aux Cuma s’est bien développé en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>. En 2011, 140 Cuma sont actives <strong>et</strong><br />

regroupent 4 200 agriculteurs adhérents. Elles investissent pour 3 millions d’euros par an en<br />

moyenne.<br />

Les Cuma sont particulièrement actives dans le secteur de l’élevage qui nécessite l’utilisation<br />

de matériel lourd à <strong>des</strong> saisons très ciblées (foin, ensilage, épandage de fumier…). Par<br />

ailleurs, la part de matériel détenu en Cuma est importante en viticulture (machine à<br />

vendanger) <strong>et</strong> tomates industries (mécanisation de la plantation à la récolte).<br />

Les Cuma s’impliquent également dans le domaine environnemental en investissant dans<br />

<strong>des</strong> matériels <strong>et</strong> équipements qui favorisent la préservation de l’environnement (matériel<br />

relatif à la biomasse <strong>et</strong> à l’entr<strong>et</strong>ien de l’espace).<br />

L’organisation <strong>des</strong> agriculteurs en Cuma perm<strong>et</strong> de maîtriser les charges de matériel sur les<br />

exploitations tout en bénéficiant de matériels performants <strong>et</strong> diminuant la pénibilité du travail.<br />

1.7. DES OPERATEURS AGRICOLES DYNAMIQUES<br />

De nombreux organismes, coopératives, associations sont présents selon les filières. Par<br />

leurs activités, ils perm<strong>et</strong>tent l’organisation, l’innovation <strong>et</strong> la représentation <strong>des</strong> filières. Ils<br />

sont évoqués de manière non exhaustive dans les fiches filières qui leur correspondent<br />

(pages suivantes).<br />

Le Société Coopérative Agricole Terres du Sud a un rôle tranversal pour les filières <strong>et</strong><br />

représente avec ses filiales environ 437 millions d’euros de chiffre d’affaires, 11 000<br />

adhérents <strong>et</strong> 1 195 salariés.<br />

Le Groupe Terres du Sud est organisé en trois pôles :<br />

<br />

Le pôle végétal : 52,4% du chiffre d’affaires du Groupe. Collecte, stockage,<br />

transformation, commercialisation, semences : 570 salariés (Sud Légumes, Cave <strong>des</strong><br />

7 Monts, Castemaïs, Epi de Gascogne, Alcor, Sud Agro, Sofertis, Sudagro,…).<br />

<br />

<br />

Le pôle animal : 34,1% du chiffre d’affaires du Groupe. Alimentation animale, activité<br />

ponte <strong>et</strong> matériel d’élevage, volailles, palmipè<strong>des</strong> : 304 salariés (Terres du sud<br />

Aliments, Chamberlanne, Sud Elevage, Sud Ouest Volailles, Sud Production,<br />

Palmigord, Foie gras St Laurent, Terres du Sud Foie Gras, Expalliance, Tradisud).<br />

Le pôle distribution : 13,5% du chiffre d’affaires du groupe. 51 points de vente,<br />

(Gamm Vert, Terres du Sud, Delta Sud, Rabot, Lisavert) : 321 salariés.<br />

Département de polyculture, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> se distingue par sa production de fruits <strong>et</strong><br />

légumes <strong>et</strong> la diversité <strong>des</strong> autres cultures pratiquées (blé, maïs, semences, cultures<br />

industrielles, tabac). L’aviculture <strong>et</strong> la viticulture représentent également un chiffre d’affaires<br />

important.<br />

Avec 720 millions d’euros de chiffre d’affaires <strong>et</strong> 284 300 ha de surface, l’agriculture joue un<br />

rôle essentiel dans l’économie départementale.<br />

De nombreux signes de qualité ont su se développer qu’ils soient ou non spécifiques au <strong>Lot</strong><strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

<strong>et</strong> contribuent à la réussite <strong>des</strong> productions, ils représentent d’ailleurs 66% de la<br />

valeur de la production agricole lot-<strong>et</strong>-garonnaise. Ce sont 38% <strong>des</strong> exploitations qui ont <strong>des</strong><br />

productions sous signes de qualité en 2010.<br />

De la même manière, les Cuma sont une autre forme de mutualisation en agriculture <strong>et</strong><br />

tiennent aujourd’hui une place importante pour l’activité agricole.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -55-


2. <br />

La situation régionale<br />

La production légumière d’Aquitaine occupe le 2 ème rang national <strong>et</strong> la production fruitière le<br />

3 ème rang. Si la pomme domine n<strong>et</strong>tement la production fruitière en tonnage, le pruneau est<br />

le plus important en terme de chiffre d’affaires. De même parmi les légumes, le maïs doux <strong>et</strong><br />

la carotte sont dominants en volume, mais la tomate <strong>et</strong> la fraise l’emportent en chiffre<br />

d’affaires. Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est toujours prépondérant tant pour les fruits que pour les<br />

légumes.<br />

Une partie croissante de la production est sous Signes d’Identification de Qualité <strong>et</strong> d’Origine<br />

(SIQO) : pruneau d’Agen, fraises Garigu<strong>et</strong>te <strong>et</strong> Ciflor<strong>et</strong>te, kiwi de l’Adour, <strong>et</strong>c...<br />

L’organisation générale de l’aval <strong>des</strong> filières fruits <strong>et</strong> légumes en Aquitaine<br />

Le regroupement de la production <strong>et</strong> le<br />

conditionnement sont d’abord assurés par<br />

les Organisations de Producteurs,<br />

coordonnées par l’Association <strong>des</strong><br />

Producteurs de Fruits <strong>et</strong> Légumes du<br />

Sud-Ouest (APFelso).<br />

Les produits sont ensuite dirigés vers la<br />

vente en frais ou vers la transformation (le<br />

partage est très variable selon les<br />

produits). L’Aquitaine compte 33<br />

entreprises de transformation de fruits <strong>et</strong><br />

légumes de plus de 20 salariés dont 70%<br />

se trouvent en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> pour 51%<br />

<strong>des</strong> salariés correspondants. Ce sont à la<br />

fois de grands groupes coopératifs<br />

spécialisés (France-Prune) <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

implantations locales de grands groupes<br />

français ou mondiaux.<br />

La mise en place de la contractualisation<br />

en 2011 (voir encadré) aura un impact fort<br />

sur ce secteur qui est pour l’instant difficile<br />

à évaluer.<br />

Les modalités de la contractualisation pour<br />

les fruits <strong>et</strong> légumes<br />

L’ach<strong>et</strong>eur, qu’il s’agisse d’une organisation<br />

de producteurs, d’un expéditeur, d’un<br />

grossiste, d’un distributeur ou d’un détaillant,<br />

a l’obligation de proposer un contrat pour<br />

une durée de 3 ans au producteur, au plus<br />

tard le 1er mars 2011.<br />

Le contrat doit obligatoirement mentionner :<br />

• les volumes <strong>et</strong> les caractéristiques <strong>des</strong><br />

fruits <strong>et</strong> légumes fournis. Il devra préciser<br />

les marges de variation à la hausse ou à la<br />

baisse <strong>et</strong> il pourra tenir compte de la<br />

saisonnalité de la production,<br />

• les modalités de collecte <strong>et</strong> de livraison<br />

<strong>des</strong> produits,<br />

• les modalités de détermination du prix en<br />

précisant les indicateurs choisis,<br />

• les modalités de facturation <strong>et</strong> de<br />

paiement,<br />

• les modalités de révision du contrat,<br />

• les modalités de résiliation avec une durée<br />

de préavis qui ne peut être inférieure à 4<br />

mois.<br />

Les tendances d’évolution <strong>des</strong> productions en fruits <strong>et</strong> légumes<br />

Les producteurs se regroupent pour atteindre une taille critique face aux enjeux <strong>des</strong><br />

nouveaux circuits de commercialisation <strong>et</strong> <strong>des</strong> contraintes règlementaires.<br />

Les produits se diversifient par la haute qualité (<strong>et</strong> le bio) ou/<strong>et</strong> l’exploitation de<br />

nouvelles variétés. De nouveaux fruits <strong>et</strong> légumes se développent avec <strong>des</strong><br />

exigences en terme de garantie (sanitaire, d’origine, <strong>et</strong>c.).<br />

<br />

La concentration <strong>des</strong> grossistes <strong>et</strong> expéditeurs se poursuit pour pouvoir répondre aux<br />

exigences <strong>des</strong> grands donneurs d’ordre.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -56-


La commercialisation complémentaire <strong>et</strong> directe (AMAP, Vente à la ferme, <strong>et</strong>c…) se<br />

développe.<br />

La vente de proximité est davantage reconnue, soit par <strong>des</strong> indépendants<br />

(détaillants, forains, <strong>et</strong>c.) soit par de nouveaux formats de magasins liés à la grande<br />

distribution.<br />

Les premières tendances du recensement agricole 2010 confirment la spécialisation fruits <strong>et</strong><br />

légumes (6 ème département français).<br />

L’importance du M.I.N. d’Agen-Boé pour la production lot-<strong>et</strong>-garonnaise<br />

Le M.I.N. (Marché d’Intérêt National) est un service public qui participe à l’organisation de la<br />

distribution <strong>des</strong> produits alimentaires frais au niveau régional. Il est au service de la<br />

production locale <strong>et</strong> du commerce indépendant. Créé il y a près de 50 ans, le M.I.N. d’Agen-<br />

Boé accueille historiquement une très forte activité liée aux fruits <strong>et</strong> légumes frais.<br />

L’ensemble du M.I.N. concentre 55 entreprises (fin 2010) <strong>et</strong> emploie près de 500 personnes<br />

dont plus de 420 permanents, avec un chiffre d’affaires fin 2009 de 205 millions d’€, dont<br />

127,7 millions d’€ pour les fruits <strong>et</strong> légumes (soit 62% du CA) <strong>et</strong> 151.266 tonnes traitées.<br />

En terme de chiffre d’affaires, le M.I.N. d’Agen représente le 5 ème pôle économique réalisé<br />

sur le département du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> traite la moitié de la production de fruits <strong>et</strong> légumes<br />

du département, hors industrie (analyse Préfecture du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> – décembre 2010).<br />

Au-delà de la mise en relation entre producteurs <strong>et</strong> ach<strong>et</strong>eurs, les M.I.N. participent à la<br />

concurrence <strong>et</strong> la liberté de commerce, la défense <strong>et</strong> la sécurité <strong>des</strong> consommateurs,<br />

l’aménagement du territoire <strong>et</strong> la logistique urbaine le maintien <strong>des</strong> ceintures vertes, la<br />

promotion de la consommation locale de produits locaux <strong>et</strong> les circuits courts… Les<br />

dimensions du M.I.N. sont multiples <strong>et</strong> sont décrites dans le schéma suivant issu de l’étude<br />

sur la modernisation du M.I.N. d’Agen Boé.<br />

<br />

Développement<br />

Durable<br />

• Transports optimisés<br />

• Bâtiments adaptés<br />

• Gestion <strong>des</strong> déch<strong>et</strong>s<br />

• Production d’énergie<br />

Aménagement du<br />

territoire<br />

• Urbanisme<br />

• Infrastructures<br />

• Desserte/Distribution<br />

M.I.N.<br />

Marché de gros<br />

Pôle économique<br />

• Synergie type cluster<br />

• Emplois diversifiés<br />

• Point de fixation économique<br />

• Espace organisé<br />

Figure 24. Les 4 dimensions d’un MIN<br />

Soutien à la filière agricole<br />

• Garantie<br />

• Consommation locale<br />

• Circuit Court<br />

• Outil<br />

Source: Syndicat Mixte du site du<br />

MIN d’Agen-Boé<br />

Cependant, le rôle <strong>des</strong> M.I.N. tend à s’affaiblir, pris en tenaille entre une organisation de<br />

mise sur le marché contournant les M.I.N. (la grande distribution, les cash) <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

opportunités de plus en plus nombreuses de vente directe (Vente à la ferme, Amap, …).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -57-


Face à ces difficultés <strong>et</strong> aux faiblesses internes au M.I.N. d’Agen-Boé, un programme de<br />

modernisation est en cours d’étude. Globalement il s’agit d’améliorer la structuration du site,<br />

de renforcer son attractivité <strong>et</strong> de développer <strong>des</strong> outils de mark<strong>et</strong>ing <strong>et</strong> de communication<br />

pour améliorer la visibilité de l’offre du M.I.N.<br />

A noter que la contractualisation obligatoire depuis le 1 mars 2011 pour les fruits <strong>et</strong> légumes<br />

a fait l’obj<strong>et</strong> d’un aménagement dans le cadre <strong>des</strong> M.I.N. : la durée du contrat d’achat <strong>des</strong><br />

fruits <strong>et</strong> légumes sur un M.I.N. pourra être inférieure à un an (au lieu de 3 ans).<br />

Le rôle de la structure Agriabris<br />

Depuis 1995, la société Agriabris a été mise en place. Le principe est le suivant :<br />

l'agriculteur, par un système de location-vente, passe un contrat avec une structure<br />

indépendante (Agriabris) lui perm<strong>et</strong>tant d'acquérir, sans réaliser une avance de trésorerie<br />

importante, un outil de travail lui assurant la pérennité de ses cultures.<br />

Ce système a été essentiel pour les producteurs de fruits <strong>et</strong> légumes qui ont pu ainsi réaliser<br />

<strong>des</strong> investissements nécessaires à leur activité.<br />

2.1. L’ARBORICULTURE<br />

Répartition de la SAU arboricole 2009<br />

11%<br />

13%<br />

5%<br />

Pommes<br />

Répartition du chiffre d'affaires<br />

arboricole 2009<br />

8%<br />

6%<br />

12%<br />

14%<br />

Prunes à pruneaux<br />

Nois<strong>et</strong>tes, noix<br />

Kiwis<br />

Autres<br />

15%<br />

57%<br />

59%<br />

Les surfaces de production « arboriculture » sont de 15 300 ha en 2009. Elles<br />

assurent 6% de la SAU départementale <strong>et</strong> 28% du chiffre d’affaires de l’agriculture.<br />

Depuis 2000, on constate :<br />

• une augmentation <strong>des</strong> surfaces en fruits à coques de 1 226 ha <strong>et</strong> du verger prune<br />

d’ente de 955 ha,<br />

• une forte diminution de 1 868 ha <strong>des</strong> vergers de pêche, cerise, abricot, poire,<br />

• une stabilité <strong>des</strong> surfaces en pommiers,<br />

• soit au total une progression <strong>des</strong> surfaces de production « arboriculture » de 420 ha,<br />

• <strong>et</strong> une progression du chiffre d’affaires <strong>des</strong> surfaces de production « arboriculture »<br />

de 20% depuis 2000.<br />

La production dominante est la prune d’ente avec 57% de la SAU arboricole <strong>et</strong> 59%<br />

du chiffre d’affaires en 2009. Viennent ensuite les fruits à coque 14% de chiffre<br />

d’affaires les pommes 13%. Les autres espèces arboricoles sont marginales avec<br />

11% de la SAU <strong>et</strong> 6% de chiffre d’affaires. Le kiwi occupe 5% mais 8% du chiffre<br />

d’affaires.<br />

<br />

Les fruits frais, pêches <strong>et</strong> nectarines (237 ha) <strong>et</strong> poires (308 ha) comme la cerise ou<br />

le raisin de table complètent la gamme de certains producteurs.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -58-


La filière Prune d’Ente<br />

La filière PRUNE d’ENTE<br />

Chiffres clés<br />

Production moyenne sur 5 ans<br />

Consommation moyenne<br />

Californie 150 000 t 61 % USA 37 %<br />

Chili 25 000 t 10 % UE 34 %<br />

Argentine 15 000 t 6 % Asie 12 %<br />

France 50 000 t 20 % Autres 17 %<br />

Sud-ouest<br />

Dont <strong>Lot</strong><strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

47 000 t<br />

35 000 t<br />

94 % de la production<br />

nationale<br />

70 % de la production<br />

nationale<br />

Monde<br />

246 300 T<br />

1 130 exploitations cultivent <strong>des</strong> prunes d’Ente en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> ce qui représente<br />

8 950 ha de vergers, soit environ 8 ha par exploitation en 2010.<br />

La production annuelle se situe autour de 11 000 T en moyenne depuis 2000 en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong>.<br />

Surface en production (en ha)<br />

10000<br />

9000<br />

8000<br />

7000<br />

6000<br />

5000<br />

4000<br />

3000<br />

2000<br />

1000<br />

0<br />

1989<br />

1990<br />

1991<br />

1992<br />

1993<br />

1994<br />

1995<br />

1996<br />

1997<br />

1998<br />

1999<br />

2000<br />

2001<br />

2002<br />

2003<br />

2004<br />

2005<br />

2006<br />

Superficie <strong>des</strong> vergers purs <strong>et</strong> associés en production (ha)<br />

Production récoltée <strong>des</strong> vergers purs <strong>et</strong> associés (en T)<br />

2007<br />

2008<br />

2009<br />

2010<br />

20000<br />

18000<br />

16000<br />

14000<br />

12000<br />

10000<br />

8000<br />

6000<br />

4000<br />

2000<br />

0<br />

Source : Agreste, statistique agricole annuelle<br />

Figure 25. Evolution <strong>des</strong> surfaces <strong>et</strong> de la production <strong>des</strong> vergers de prunes à pruneaux entre 1989<br />

<strong>et</strong> 2010 en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Depuis l’an 2000, la surface en production a progressé d’environ 13 % (+ 1000 ha entre<br />

2000 <strong>et</strong> 2010).<br />

Les pruniculteurs sont plus jeunes que l’ensemble <strong>des</strong> agriculteurs : 14,1 % de plus de<br />

60 ans contre 24,2 % pour l’ensemble.<br />

La production française de pruneaux représente un chiffre d’affaires de 219 M€ dont 173<br />

M€ pour le département.<br />

Les organisations de producteurs regroupent 99,8 % de la production française de<br />

pruneaux <strong>et</strong> le <strong>Lot</strong> <strong>et</strong> <strong>Garonne</strong> regroupe 82 % <strong>des</strong> entreprises de transformation.<br />

La main d'œuvre directe de l'ensemble de la filière est de presque 7 000 emplois.<br />

Depuis 2002, la production lot-<strong>et</strong>-garonnaise a obtenu la reconnaissance nominative par<br />

l'intermédiaire de l'IGP (identification géographique protégée) <strong>et</strong> 95 % de la production se<br />

trouve dans le champ de l'IGP Pruneau d'Agen.<br />

Production (en T)<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -59-


Contexte<br />

Le pruneau est la production emblématique du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>. Fruit séché issu de la prune<br />

d’Ente (3 kg de prunes pour 1 kg de pruneaux), il joue un grand rôle dans l’équilibre<br />

économique <strong>des</strong> 1 130 exploitations qui en produisent.<br />

La filière pruneau a su très tôt s’organiser pour défendre ses intérêts, le Bureau<br />

Interprofessionnel du Pruneau (BIP) a été créé en 1963.<br />

Composé <strong>des</strong> représentants <strong>des</strong> producteurs <strong>et</strong> <strong>des</strong> transformateurs privés <strong>et</strong> coopératifs, le<br />

BIP représente la filière auprès <strong>des</strong> pouvoirs publics <strong>et</strong> de l’Union Européenne, assure le<br />

développement de l’image <strong>et</strong> de la notoriété du pruneau. Il conduit également les recherches<br />

techniques appliquées.<br />

L’obtention de l’IGP Pruneau d’Agen perm<strong>et</strong> de distinguer la production lot-<strong>et</strong>-garonnaise <strong>et</strong><br />

de valoriser les produits à un prix un peu plus élevé que la concurrence.<br />

Problématique<br />

La production française de pruneaux souffre d’un déficit de compétitivité élevé par rapport à<br />

la concurrence (Chili, Californie, Argentine). Ce manque de compétitivité est dû à de<br />

nombreux facteurs :<br />

• manque de productivité dû aux vieillissements <strong>des</strong> vergers,<br />

• poids <strong>des</strong> charges sociales, fiscales <strong>et</strong> de législation environnementale,<br />

• coût très élevé de séchage <strong>des</strong> prunes,<br />

• contraintes climatiques,<br />

• pratiques culturales qualitatives,<br />

• faible dimension <strong>des</strong> structures d’exploitations.<br />

(Source : BIP <strong>et</strong> Comité économique du Pruneau)<br />

Le verger lot-<strong>et</strong>garonnais<br />

fonctionne<br />

depuis longtemps grâce<br />

aux ai<strong>des</strong> de l’Europe. La<br />

réforme de la PAC<br />

(2013) change c<strong>et</strong>te<br />

situation <strong>et</strong> devrait<br />

supprimer le soutien de<br />

l’Europe spécifique aux<br />

pruniculteurs.<br />

L’incertitude <strong>des</strong><br />

producteurs concernant<br />

l’avenir de la PAC<br />

conduit à un manque de<br />

renouvellement du<br />

verger.<br />

C’est<br />

pourquoi<br />

l’interprofession a lancé<br />

un Plan de Reconquête<br />

de la Compétitivité (voir<br />

encadré) en juill<strong>et</strong> 2011<br />

afin de rétablir une<br />

situation économique<br />

viable en l’absence<br />

d’ai<strong>des</strong> spécifiques.<br />

Le Plan de Reconquête pour la Compétitivité (en 3 axes)<br />

Le verger<br />

Objectif : doubler la productivité du verger d’ici à 2020<br />

Le verger, âgé de 28 ans en moyenne en 2011 <strong>et</strong> conduit en<br />

basse densité, doit être rajeuni de manière accélérée en<br />

remplaçant les vieux vergers par <strong>des</strong> plantations à haute densité <strong>et</strong><br />

en raisonnant l’irrigation. La qualité <strong>des</strong> fruits sera maintenue voire<br />

améliorée ainsi que la prise en compte de l’environnement.<br />

Le séchage<br />

Objectif : réduire le coût de séchage de moitié d’ici à 2020<br />

Globalement, il est envisagé de concentrer les stations de<br />

séchages : cela perm<strong>et</strong>trait de réduire le poids <strong>des</strong><br />

amortissements, de faciliter le respect <strong>des</strong> normes<br />

environnementales <strong>et</strong> de créer <strong>des</strong> emplois permanents pour<br />

l’encadrement <strong>des</strong> équipes de séchage.<br />

La consommation d’énergie doit également être réduite par une<br />

bonne isolation, l’utilisation d’énergies renouvelables (solaire <strong>et</strong><br />

biomasse) ou d’autres nouvelles technologies.<br />

D’autres solutions sont à l’étude comme la possibilité de stocker<br />

au froid les prunes afin d’allonger la période d’utilisation <strong>des</strong><br />

équipements de séchage ou encore en réduisant la durée <strong>et</strong> le<br />

taux de séchage du pruneau.<br />

La dynamique commerciale<br />

Plusieurs idées sont à l’étude : la révision de la normalisation afin<br />

d’améliorer l’adaptation au consommateur actuel, la possibilité de<br />

transformer l’IGP en AOP, la réorganisation de la gouvernance de<br />

la filière, la mise en œuvre d’un plan collectif de relance<br />

commerciale.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -60-


Organisation / Commercialisation<br />

La filière pruneau dispose d’outils commerciaux performants.<br />

Le groupe France Prune <strong>et</strong> ses filiales Goutouly <strong>et</strong> Ibres Martin assurent la vente de 65 %<br />

<strong>des</strong> volumes.<br />

Prunidor <strong>et</strong> UPF (2 coopératives) font 20 %, les industriels privés font le complément avec<br />

15 %.<br />

Le pruneau a longtemps utilisé la publicité générique télévisée qui soutenait la<br />

consommation. C<strong>et</strong>te stratégie reposait sur un consensus fort mais <strong>des</strong> divergences sont<br />

apparues avec les entreprises qui ont les moyens de m<strong>et</strong>tre en avant leur marque propre.<br />

PRODUCTION INTERPROFESSION TRANSFORMATION<br />

Comité Economique du<br />

Pruneau<br />

Organise la production<br />

Représente les producteurs<br />

<strong>et</strong> les organisations de<br />

producteurs<br />

4 organisations de<br />

Producteurs<br />

Associatives<br />

UPI<br />

SYPRUSI<br />

SYNPPA<br />

SUD-OUEST BIO<br />

Producteurs<br />

1500 exploitations<br />

Bureau national<br />

Interprofessionnel du<br />

pruneau (BIP)<br />

Définit <strong>et</strong> m<strong>et</strong> en œuvre<br />

l’Accord interprofessionnel<br />

pour chaque campagne<br />

3 coopératives<br />

FRANCE PRUNE<br />

UPF<br />

PRUNIDOR<br />

Chambre syndicale de<br />

la Prune d’Ente<br />

Représente les<br />

transformateurs <strong>et</strong> les<br />

opérateurs privés<br />

Transformateurs <strong>et</strong><br />

opérateurs privés<br />

FELCOOP, section<br />

fruits <strong>et</strong> légumes<br />

transformés<br />

Transformateurs<br />

coopératifs<br />

Transformateurs<br />

23 transformateurs<br />

La filière prune d’Ente est une spécificité du département : le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> assure 70 % de<br />

la production nationale. Elle est confrontée à l’évolution <strong>des</strong> politiques européennes <strong>et</strong><br />

s’efforce d’y apporter une réponse.<br />

Un effort de modernisation du verger est en cours.<br />

La présence locale d’outils, de savoirs-faire accumulés, l’existence de marques<br />

commerciales <strong>et</strong> l’émergence de l’IGP offrent <strong>des</strong> perspectives.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -61-


Fruits frais : la filière Fruits POMME frais<br />

La filière POMME<br />

Chiffres clés<br />

Production nationale<br />

Production de pommes<br />

1 700 000 t<br />

Surface en vergers<br />

de pommiers<br />

Production Aquitaine 197 700 t 4 171 ha<br />

Production <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 90 200 t 1 923 ha<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> produit 5,3% de la production française de pommes.<br />

210 producteurs cultivent 1923 ha de vergers de pommiers.<br />

La moitié <strong>des</strong> vergers fait moins de 10 ha, 40 % ont plus de 15 ans.<br />

Les principales variétés sont : Golden, Gala, Fuji, Braeburn <strong>et</strong> Granny Smith.<br />

Contexte<br />

La pomme est le fruit le plus commercialisé <strong>et</strong> le plus échangé dans le monde.<br />

C’est un produit moderne car facile à conserver, à transporter, à utiliser.<br />

La surface du verger lot-<strong>et</strong>-garonnais reste stable avec 1 908 ha en 2000 <strong>et</strong> 1 923 en 2008. Il<br />

résiste mieux que le verger français qui a perdu 500 000 t sur la même période.<br />

Problématique<br />

C’est une problématique de risque. La filière est confrontée en permanence :<br />

Au risque économique : L’année 2009 a été catastrophique au niveau <strong>des</strong> prix. Les<br />

producteurs ont perdu de 3 000 à 5 000 €/ha. La mondialisation induit la variabilité.<br />

Des outils de régularisation restent à inventer.<br />

Au risque climatique : Les protections anti-grêle, la lutte contre le gel, l’irrigation<br />

perm<strong>et</strong>tent d’assurer la bonne fin de la production.<br />

<br />

<br />

Au risque financier : Avec un investissement de l’ordre de 50 000 €/ha, le risque<br />

financier est considérable. Il faut optimiser chaque facteur de production, gérer au<br />

plus près chaque poste de charge, particulièrement la main d’œuvre qui représente<br />

près de 50 % du coût de production.<br />

Au risque sociétal : Avec les variétés actuelles, la protection phytosanitaire est lourde<br />

(tavelure). L’avenir repose sur l’apparition de variétés résistantes, ce qui implique <strong>des</strong><br />

financements considérables en recherche développement <strong>et</strong> promotion.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -62-


Organisation<br />

La production est commercialisée en frais : 40 % environ en coopérative, le reste par le<br />

négoce, avec seulement 3 % de vente directe.<br />

L’offre lot-<strong>et</strong>-garonnaise est atomisée.<br />

Il n’existe pas comme dans beaucoup d’autres filières, un leader économique qui peut tirer<br />

vers le haut, en assurant une protection en cas de campagne difficile.<br />

La filière pomme, comme pour toutes les filières <strong>des</strong> fruits frais est soumise à une<br />

concurrence devenue mondiale. Le secteur <strong>des</strong> pommes est fragilisé malgré une tradition <strong>et</strong><br />

la présence d’acteurs commerciaux. Sur un marché devenu mondial, le pilotage par l’aval est<br />

déterminant.<br />

Objectifs pour la filière pomme :<br />

- maintenir le verger autour de 2 000 ha,<br />

- optimiser la conduite en mécanisant le maximum d’interventions,<br />

- rechercher les variétés de demain, celles qui demanderont peu de traitements (résistants<br />

tavelure),<br />

- réinsérer le verger dans un environnement favorable à l’activité <strong>des</strong> auxiliaires,<br />

- rassembler la production autour d’une entité économique crédible <strong>et</strong> durable.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -63-


Fruits frais : la Fruits filière frais Kiwi<br />

La filière KIWI<br />

Chiffres-clés<br />

En moyenne entre 2002 <strong>et</strong> 2006, la production française est de 76 000 T ce qui place la<br />

France en deuxième position <strong>des</strong> producteurs européens, derrière l’Italie (données Eurostat).<br />

L’Aquitaine produit 50% <strong>des</strong> kiwis français <strong>et</strong> le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> représente environ 18%<br />

de la production française.<br />

Surface en production (en ha)<br />

800<br />

700<br />

600<br />

500<br />

400<br />

300<br />

200<br />

100<br />

0<br />

1989<br />

1990<br />

1991<br />

1992<br />

1993<br />

1994<br />

1995<br />

1996<br />

1997<br />

1998<br />

1999<br />

2000<br />

2001<br />

2002<br />

2003<br />

2004<br />

2005<br />

2006<br />

2007<br />

2008<br />

2009<br />

2010<br />

Superficie <strong>des</strong> vergers purs <strong>et</strong> associés en production (ha)<br />

Production récoltée <strong>des</strong> vergers purs <strong>et</strong> associés (en T)<br />

18000<br />

16000<br />

14000<br />

12000<br />

10000<br />

8000<br />

6000<br />

4000<br />

2000<br />

0<br />

Figure 26. Evolution <strong>des</strong> surfaces <strong>et</strong> de la production <strong>des</strong> vergers de kiwi entre 1989 <strong>et</strong> 2010<br />

Source : Agreste, statistique agricole annuelle<br />

La production lot-<strong>et</strong>-garonnaise est stable depuis 2000 (mais variable selon les années <strong>et</strong><br />

les conditions climatiques) <strong>et</strong> est en moyenne de 14 300 T.<br />

Les vergers en production occupent 700 ha <strong>et</strong> n’ont pas connu d’augmentation depuis<br />

2007.<br />

Production (en T)<br />

Contexte<br />

Depuis une trentaine d’années, les arboriculteurs ont également développé la production de<br />

kiwis.<br />

Anecdotique en 1980, elle dépasse les 600 ha au RGA 2000, <strong>et</strong> atteint 700 ha en 2007.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est à c<strong>et</strong>te date le premier département producteur d’Aquitaine, devant<br />

les Lan<strong>des</strong>, 640 ha <strong>et</strong> les Pyrénées Atlantiques 365 ha.<br />

La consommation du kiwi est en progression constante en France. Il est aujourd’hui au 6 ème<br />

rang <strong>des</strong> fruits métropolitains consommés.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -64-


Problématiques<br />

Le risque économique est peu élevé. Le marché est porteur <strong>et</strong> les producteurs plantent.<br />

Le risque climatique est bien couvert par la lutte antigel <strong>et</strong> la production contre la grêle.<br />

Le risque financier est très élevé du fait du niveau de l’investissement.<br />

Le kiwi, qui est peu sensible aux maladies ne connaît que peu de parasites, est économe en<br />

intrants, <strong>et</strong> peut être facilement converti à la production bio. Il faut cependant noter<br />

l’apparition d’une maladie bactérienne à laquelle le kiwi jaune est particulièrement sensible<br />

due à la bactérie pseudomonas syringae pv.<br />

Actinidiae (PSA) <strong>et</strong> pour laquelle il n’existe<br />

aucun traitement autorisé à ce jour.<br />

Enfin le climat doux <strong>et</strong> surtout peu venté du <strong>Lot</strong><strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

convient très bien à c<strong>et</strong>te espèce.<br />

Une <strong>des</strong> particularités de c<strong>et</strong>te production est<br />

sa dépendance à l’apiculture : les producteurs<br />

de kiwi ont en eff<strong>et</strong> besoin d’abeilles pour<br />

assurer la pollinisation, nécessaire au<br />

grossissement <strong>des</strong> kiwis.<br />

Organisation<br />

Contrairement au bassin de l’Adour qui dispose de deux importantes organisations de<br />

producteurs (la coopérative Scaap Kiwifruits <strong>et</strong> sa marque « Oscar » <strong>et</strong> Kiwi SIKIG S.A.), la<br />

commercialisation est très diverse, coopératives <strong>et</strong> négoces privés avec un gros producteur<br />

opérateur dans la Vallée de la <strong>Garonne</strong>.<br />

Il existe deux signes de qualité mais le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> n’est concerné que par le label rouge<br />

Kiwi – Hayward.<br />

La France exporte 40% de sa production, en premier lieu en Espagne. Hors saison de<br />

production, elle importe <strong>des</strong> kiwis de Nouvelle-Zélande puis d’Italie.<br />

La filière kiwi, après une grave crise, s’est stabilisée. La climatologie de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est<br />

adaptée <strong>et</strong> le marché est bien structuré.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -65-


Fruits à Fruits coque à : coque<br />

La filière NOISETTE <strong>et</strong> NOIX<br />

la filière nois<strong>et</strong>te<br />

Chiffres clés<br />

Production mondiale : environ 1 million de tonnes dont 90 % sont produits en Turquie.<br />

Pays producteur de<br />

nois<strong>et</strong>tes<br />

Production Surface Valeur<br />

Italie 120 000 t - -<br />

Orégon (USA) 40 000 t - -<br />

France 7 000 t sur 3 300 ha 11,2 millions d’€<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 4 550 t sur 1 820 ha 6,2 millions d’€<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est donc<br />

le premier département<br />

producteur de nois<strong>et</strong>tes en<br />

France, avec plus de 40 %<br />

<strong>des</strong> plantations de nois<strong>et</strong>iers.<br />

En 2010, en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> :<br />

• 1 820 ha de vergers sont<br />

plantés en nois<strong>et</strong>te,<br />

• 540 ha en noix.<br />

Surfaces <strong>des</strong> vergers en<br />

production<br />

2000<br />

1500<br />

1000<br />

500<br />

0<br />

1350 ha<br />

200 ha<br />

Noix :<br />

+170%<br />

1820 ha<br />

Nois<strong>et</strong>tes:<br />

+35%<br />

540 ha<br />

2007 2008 2009 2010<br />

Figure 27. Evolution de la surface <strong>des</strong> vergers de noix <strong>et</strong> nois<strong>et</strong>tes en production entre 2007 <strong>et</strong> 2010<br />

Source : Agreste, statistique agricole annuelle<br />

Contexte<br />

En 1990, la surface en verger de nois<strong>et</strong>tes était d’à peine 300 ha <strong>et</strong> de 100 ha pour les noix.<br />

Toujours en augmentation, ces surfaces ont cependant beaucoup augmentée depuis 2005 <strong>et</strong><br />

particulièrement depuis 2007. Parallèlement le verger de noix a presque triplé entre 2007 <strong>et</strong><br />

2010.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> occupe aujourd’hui une place prépondérante, il a doublé sa surface en<br />

10 ans <strong>et</strong> plante plus de 100 ha chaque année pour 200 ha plantés par an au niveau<br />

national.<br />

Par ailleurs, la production turque est en baisse car les vergers sont anciens, situés dans <strong>des</strong><br />

zones montagneuses avec <strong>des</strong> variétés sélectionnées pour la cueill<strong>et</strong>te manuelle. La<br />

production italienne est également située dans <strong>des</strong> zones peu mécanisables.<br />

Problématique<br />

La filière nois<strong>et</strong>te doit proposer la qualité que demande le marché, à un prix compétitif, sans<br />

ai<strong>des</strong> compensatoires.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -66-


Il faut pour cela :<br />

• créer <strong>des</strong> vergers de dimension économiquement rentable (plus de 20 ha) ;<br />

• s’assurer <strong>des</strong> ressources en eau (2 000 m 3 /ha/an en moyenne pour un verger de<br />

nois<strong>et</strong>tes). Pour cela Unicoque a ratifié une Convention de Développement Durable<br />

Intégrant la Ressource en Eau avec le Conseil général de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, les<br />

services de l’<strong>Etat</strong> <strong>et</strong> la Chambre d’agriculture. L’objectif est d’accompagner le<br />

développement du verger de fruits à coque par la réalisation de p<strong>et</strong>ites r<strong>et</strong>enues dites<br />

de « nouvelle génération » qui assure une utilisation économe en eau, une<br />

contribution au débit d’étiage <strong>et</strong> qui intègrent <strong>des</strong> aménagements environnementaux.<br />

Il est prévu de d’utiliser en 2030 20 millions de m 3 pour l’irrigation <strong>des</strong> vergers de<br />

fruits à coque, à 80% issus de 400 r<strong>et</strong>enues (en 2011 : 7,5 millions de m 3 prélevés à<br />

50% dans 150 r<strong>et</strong>enues <strong>et</strong> à 50% dans les rivières) ;<br />

• favoriser le modèle de production durable s’appuyant sur <strong>des</strong> itinéraires techniques<br />

raisonnés <strong>et</strong> responsables. On peut noter que la protection phytosanitaire ne<br />

demande qu’un p<strong>et</strong>it nombre d’applications. La filière se heurtera cependant à la<br />

limitation <strong>des</strong> matières actives ;<br />

• trouver <strong>des</strong> formules de séchage économes en énergie <strong>et</strong> privilégiant les énergies<br />

renouvelables.<br />

Organisation<br />

La filière française est très organisée, autour<br />

d’une seule organisation de producteurs,<br />

Unicoque basée en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> à Cancon<br />

qui rassemble 98 % de la production<br />

nationale de nois<strong>et</strong>tes. Elle a développé la<br />

marque Koki <strong>et</strong> s’est engagée dans une<br />

démarche de développement durable.<br />

Unicoque regroupe en 2011 près de 180<br />

producteurs exploitant 3 000 ha de nois<strong>et</strong>iers<br />

<strong>et</strong> produisant 6 500 tonnes de nois<strong>et</strong>tes. Son<br />

chiffre d’affaires, qui s’élève à plus de 159 M€<br />

en 2011, fait vivre près de 1 200 personnes<br />

dans le Grand Sud-Ouest de la France.<br />

L'Association Nationale <strong>des</strong> Producteurs de Nois<strong>et</strong>tes (ANPN), en collaboration avec<br />

Unicoque a lancé un programme de développement ambitieux en vue de doubler les<br />

tonnages à l’horizon 2015. En plus <strong>des</strong> jeunes vergers déjà en place qui vont entrer en<br />

production, le plan de développement proposé vise à la plantation de 1 400 ha<br />

supplémentaires en 5 ans (soit 280 ha par an) <strong>et</strong> concerne 70 producteurs actuels<br />

(accroissement de leur atelier de 10 ha chacun en moyenne) <strong>et</strong> 50 à 70 nouveaux<br />

producteurs (plantation de 10 à 15 ha supplémentaires chacun), principalement aux environs<br />

de Cancon pour limiter les coûts de logistique.<br />

La filière <strong>des</strong> fruits à coque a acquis une réelle importance. Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est au cœur<br />

d’un proj<strong>et</strong> de développement organisé autour de l’organisation de producteurs Unicoque. La<br />

coque est sur les rails. Là encore, la réussite est la conséquence d’une bonne structuration<br />

économique.<br />

Le verger actuellement planté a un potentiel de 11 000 t. Unicoque se m<strong>et</strong> en place pour être<br />

capable de traiter 20 000 t en 2020 <strong>et</strong> 30 000 t en 2030. Le verger passerait alors à<br />

10 000 ha.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -67-


2.2. LEGUMES FRAIS<br />

Répartition de la SAU légumes frais<br />

2009<br />

Répartition du chiffre d'affaires<br />

légumes frais 2009<br />

14%<br />

12%<br />

Fraises<br />

Tomates en frais<br />

29%<br />

29%<br />

22%<br />

Melons<br />

38%<br />

Pommes de terre<br />

Autres<br />

10%<br />

14%<br />

5%<br />

27%<br />

Les surfaces de production « légumes frais » occupent 2% de la SAU <strong>et</strong> 23% du<br />

chiffre d’affaires. La superficie a diminué de 2 077 ha avec comme principales<br />

cultures touchées par c<strong>et</strong>te baisse : la fraise -330 ha (qui s’est dirigée vers les serres<br />

<strong>et</strong> le Hors Sol), -260 ha de tomates en frais, -200 ha pour le melon.<br />

La fraise à elle seule représente 11% de la SAU pour 29% du chiffre d’affaires <strong>des</strong><br />

cultures spécialisées. A l’inverse, la pomme de terre occupe 39% de la SAU pour<br />

seulement 10% du chiffre d’affaires. La tomate en frais quant à elle, représente 22%<br />

de la SAU, pour 27% du chiffre d’affaires.<br />

Le chiffre d’affaires <strong>des</strong> surfaces de production « légumes frais » a diminué depuis<br />

2000 de 16%.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -68-


La filière Fruits fraise frais<br />

La filière FRAISE<br />

Chiffres clés<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> assure 23% de la production française <strong>et</strong> est ainsi le premier<br />

département producteur de fraise.<br />

France<br />

Aquitaine<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Production<br />

44 000 t<br />

18 000 t<br />

10 000 t sur 439 ha<br />

La fraise représente 7% du chiffre d’affaires agricole départemental.<br />

Les mo<strong>des</strong> de production :<br />

• 31% <strong>des</strong> surfaces sont en production hors sol (138 ha),<br />

• 20% <strong>des</strong> surfaces sont en production hors sol chauffé (85 ha),<br />

• 40% <strong>des</strong> surfaces sont cultivées sous abris hauts (174 ha) <strong>et</strong> près de 30% sous<br />

chenille (127 ha).<br />

Principales variétés : La<br />

répartition de la production<br />

par variété (ci-contre) est<br />

effectuée d’après les<br />

données de l’Association<br />

Interprofessionnelle de la<br />

Fraise du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

(AIFLG) qui regroupe 81%<br />

de la production<br />

départementale de fraise.<br />

62% de c<strong>et</strong>te production<br />

bénéficie donc d’un label<br />

rouge (Garigu<strong>et</strong>te, Ciflor<strong>et</strong>te<br />

<strong>et</strong> Charlotte).<br />

11%<br />

9%<br />

13%<br />

10%<br />

17%<br />

40%<br />

Garigu<strong>et</strong>te<br />

Cléry<br />

Charlotte<br />

Darselect<br />

Ciflor<strong>et</strong>te<br />

Autres ron<strong>des</strong> (dont<br />

Mara <strong>des</strong> bois)<br />

Contexte<br />

Figure 28. Profil variétal de la production lot-<strong>et</strong>-garonnaise de fraises<br />

Source : AIFLG<br />

Longtemps une production discrète en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, la fraise s’est beaucoup développée<br />

partir de 1969. En eff<strong>et</strong>, le maraîchage <strong>et</strong> l’arboriculture étaient déjà bien présents <strong>et</strong> les<br />

agriculteurs ont pu facilement intégrer la fraise dans leur production.<br />

La concurrence est devenue forte : longtemps leader européen, la France a été dépassée<br />

par ses voisins :<br />

• Espagne : 288 000 t,<br />

• Pologne : 200 000 t,<br />

• Allemagne : 145 000 t,<br />

• Royaume-Uni : 80 000 t.<br />

En conséquence, si la production lot-<strong>et</strong>-garonnaise atteignait 25 000 t en 1985, le<br />

département ne produit plus que 10 000 t en 2010.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -69-


Problématique<br />

La production traditionnelle de plein champ a été reconvertie en quelques années en une<br />

production extrêmement sophistiquée à base d’investissements lourds (serres, chauffage…)<br />

s’appuyant sur une recherche de pointe en physiologie <strong>et</strong> création variétale.<br />

La filière a bénéficié de la création dans les années 1990 par le GIE Fruits <strong>et</strong> Légumes<br />

d’Aquitaine, de la société Agriabris qui a permis à un grand nombre de producteurs<br />

d’accéder à <strong>des</strong> outils de production répondant aux exigences de la culture.<br />

Elle illustre d’une façon positive, ce que peut apporter la connaissance <strong>et</strong> l’intelligence à une<br />

filière déstabilisée par une concurrence basée sur <strong>des</strong> coûts de production très bas.<br />

La surface a été réduite de moitié en 10 ans, mais les fraisiculteurs restants produisent sur<br />

une période plus longue qu’avant une fraise d’excellente qualité gustative.<br />

Organisation<br />

La filière fraise est bien structurée autour d’une interprofession locale <strong>et</strong> d’un pôle de<br />

création variétale.<br />

L’Association Interprofessionnelle de la Fraise du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> (AIFLG) rassemble<br />

350 producteurs <strong>et</strong> 13 structures de commercialisation coopératives ou privées.<br />

Dès sa création en 1998, l'AIFLG s'est fixée 3 missions :<br />

• améliorer la qualité du produit par la mise en place de démarche qualitative<br />

commune, Pour obtenir un signe de reconnaissance vis-à-vis du<br />

consommateur, l'obtention d'un Label Rouge était indispensable <strong>et</strong> a nécessité<br />

<strong>des</strong> années de travail (2004 à 2009). Le 1 er Label Rouge Fraise a été créé en<br />

2009 pour les variétés Garigu<strong>et</strong>te <strong>et</strong> Ciflor<strong>et</strong>te puis en 2011 pour la Charlotte ;<br />

• animer <strong>et</strong> dynamiser le réseau d'entreprises ;<br />

• valoriser l'image de la fraise de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> au travers d'actions de<br />

communication.<br />

La recherche expérimentation pour c<strong>et</strong>te production est menée par le Ciref qui a pour<br />

mission de répondre aux besoins de la filière en matière d’innovation variétale <strong>et</strong> le pôle<br />

fraise d’Invenio qui optimise les techniques culturales.<br />

La filière fraise, en s’appuyant sur la recherche menée en Aquitaine, <strong>et</strong> sur <strong>des</strong> acteurs<br />

économiques reconnus perm<strong>et</strong> au <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> de devenir le premier acteur national<br />

devant la Dordogne. La réussite de c<strong>et</strong>te production trouve sa pertinence dans une approche<br />

fondée sur une expérimentation performante, amenant l’ensemble <strong>des</strong> intervenants à se<br />

centrer sur la création de valeur ajoutée, au profit <strong>des</strong> agriculteurs. La logique d’aval a pris le<br />

pas sur la logique d’amont.<br />

Objectifs de la filière fraise<br />

- poursuivre la mutation vers la production hors sol,<br />

- obtenir les variétés de 2 ème <strong>et</strong> 3 ème génération qui continueront à illustrer la stratégie<br />

qualitative de la profession,<br />

- offrir une alternative aux serristes producteurs de tomate, dont les outils de production ne<br />

sont plus techniquement adaptés à la concurrence européenne <strong>et</strong> mondiale,<br />

- regagner <strong>des</strong> parts de marché en ayant pour objectif de revenir en 10 ans au niveau de<br />

production <strong>des</strong> années 1980 (20 000 t).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -70-


a filière tomate Légumes de frais frais<br />

La filière TOMATE<br />

Chiffres clés<br />

Pays producteurs Production Production exportée<br />

Espagne 1,4 millions de t 700 000 t exportées<br />

Maroc 800 000 t 325 000 t exportées<br />

Hollande 600 000 t 480 000 t exportées<br />

Belgique 550 000 t 440 000 t exportées<br />

France<br />

550 000 t<br />

Aquitaine<br />

45 000 t<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

35 000 t<br />

Les mo<strong>des</strong> de production :<br />

• 80% <strong>des</strong> surfaces sont en production hors sol<br />

• 95% <strong>des</strong> surfaces sont sous abris.<br />

Contexte<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, avec Marmande est le berceau de la tomate d’expédition. Dès le 19 ème<br />

siècle, on exportait vers l’Angl<strong>et</strong>erre.<br />

Avec la mondialisation <strong>des</strong> échanges, la production s’est développée partout.<br />

Elle s’est considérablement modernisée, <strong>et</strong> n’est plus<br />

aujourd’hui concevable que sous abri pour les raisons<br />

suivantes :<br />

• la concurrence oblige à approvisionner le marché toute<br />

l’année,<br />

• la gestion du climat en température <strong>et</strong> hygrométrie<br />

perm<strong>et</strong> d’éviter les maladies cryptogamiques,<br />

• la culture sur substrat perm<strong>et</strong> de s’affranchir <strong>des</strong><br />

maladies du sol,<br />

• dans une enceinte confinée, on peut utiliser avec<br />

succès la protection biologique grâce à l’efficacité <strong>des</strong><br />

prédateurs.<br />

Les régions de production les plus importantes sont le Sud-est (47 %) <strong>et</strong> la Br<strong>et</strong>agne (35 %),<br />

le Sud-ouest, en baisse de 10 % depuis 2006, ne représente plus que 7 % de la production<br />

nationale.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -71-


Problématique<br />

Après la vague <strong>des</strong> investissements <strong>des</strong> années 90, on constate une certaine stagnation. Le<br />

parc de serres vieillit, il ne correspond plus aux exigences modernes de rentabilité.<br />

Les serres sont trop basses, <strong>et</strong> gagnent à être reconverties vers la fraise hors sol.<br />

Il faut investir dans de nouveaux outils performants, lumineux, moins consommateurs<br />

d’énergie. Il faut également investir dans les nouvelles sources d’énergie renouvelable, dont<br />

l’existence conditionne d’ailleurs les ai<strong>des</strong> à l’investissement, le bois énergie notamment.<br />

La Hollande, par exemple, renouvelle son parc de serres, <strong>et</strong> utilise la cogénération à base de<br />

gaz naturel. La tomate est désormais un sous produit de la vente d’électricité.<br />

Organisation<br />

Dès 1974, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> a abandonné la vente au marché de gré à gré (directement<br />

entre le vendeur <strong>et</strong> l’ach<strong>et</strong>eur) pour créer le marché au cadran (vente aux enchères) de<br />

Marmande, suivi de ceux d’Agen <strong>et</strong> de Nérac.<br />

Dans les années 90, l’évolution de la distribution, avec l’apparition <strong>des</strong> gran<strong>des</strong> centrales<br />

d’achat a conduit à leur disparition <strong>et</strong> leur remplacement par de nouveaux outils de<br />

conditionnement <strong>et</strong> commercialisation.<br />

On trouve désormais quelques opérateurs (Silène, Cadralbr<strong>et</strong>…) <strong>et</strong> le plus important, Odelis<br />

basé à Marmande qui traite environ 55 000 tonnes provenant de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, de<br />

Provence <strong>et</strong> du Roussillon.<br />

Odelis fait partie <strong>des</strong> 4 principales organisations de producteurs avec Prince de Br<strong>et</strong>agne,<br />

Saveol, Océane, qui commercialisent la moitié <strong>des</strong> tonnages français.<br />

Fruits <strong>et</strong> Légumes d’Aquitaine m<strong>et</strong> en œuvre une politique de formation de dirigeants<br />

d’entreprises de production en Fruits <strong>et</strong> Légumes, qui concerne d’ailleurs toutes les<br />

productions fruitières <strong>et</strong> légumières.<br />

La filière tomate de frais, est enracinée dans le passé <strong>et</strong> la culture agricole <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

Garonnaise. Autrefois fleuron de l’agriculture du Marmandais, c<strong>et</strong>te filière est aujourd’hui en<br />

butte à un marché mondialisé.<br />

Après une vague de construction dans les années 90, l’importance <strong>des</strong> investissements à<br />

m<strong>et</strong>tre en œuvre pour réaliser de nouvelles serres préservant la compétitivité provoque la<br />

stagnation de la filière. Il s’agit d’une activité hautement capitalistique. Le coût de l’énergie<br />

rend nécessaire la mise en œuvre de techniques complexes telle la cogénération ou la<br />

recherche d’énergies de substitution.<br />

L’élaboration d’un nouveau programme d’investissements en concertation avec tous les<br />

acteurs de la filière, analogue dans ses ambitions à celui <strong>des</strong> années 1990, prenant en<br />

compte les nouvelles sources d’énergie renouvelables serait nécessaire.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -72-


2.3. CULTURES INDUSTRIELLES<br />

Répartition de la SAU cultures<br />

industrielles 2009<br />

Répartition du chiffre d'affaires<br />

cultures industrielles 2009<br />

20%<br />

14%<br />

Tomates industrielles<br />

23%<br />

27%<br />

Mais doux<br />

17%<br />

Haricots verts indus<br />

49%<br />

Tabac<br />

19%<br />

31%<br />

Les systèmes de production « cultures industrielles » occupent 1% de la SAU<br />

départementale <strong>et</strong> 2% du chiffre d’affaires de l’agriculture en 2009.<br />

La SAU consacrée aux cultures industrielles a diminué de 1 046 ha depuis 2000,<br />

dont une perte de 830 ha en maïs doux. Ce dernier occupe 49% de la surface totale<br />

pour 31% de chiffre d’affaires en 2009.<br />

Les autres cultures industrielles se partagent le reste de la surface soit 51%, pour<br />

dégager 69% de chiffre d’affaires.<br />

Le tabac occupe en 2009 une SAU de 800 ha, <strong>et</strong> 23% du chiffre d’affaires <strong>des</strong><br />

cultures industrielles.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -73-


La filière légumes de conserve<br />

La filière légumes industriels<br />

Chiffres clés<br />

Contexte<br />

Produits SAU en 2000 SAU en 2009<br />

Maïs doux 2 750 1 920<br />

Haricot vert 600 650<br />

Tomate 650 564<br />

Source : Agreste<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> a été longtemps le département leader du Sud-ouest en légumes de<br />

conserve.<br />

Les vallées du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> consacraient de gran<strong>des</strong> superficies à la tomate de conserve,<br />

au haricot vert au céleri branche, <strong>et</strong>c. De nombreuses <strong>et</strong> importantes unités industrielles<br />

passaient <strong>des</strong> contrats avec les producteurs, assurant expérimentation <strong>et</strong> assistance<br />

technique. Les surfaces en haricot vert ont atteint jusqu’à 7 000 ha.<br />

L’innovation variétale (maturité groupée) a permis la mécanisation de la récolte <strong>et</strong><br />

bouleversé la situation. Le haricot vert est parti vers les Lan<strong>des</strong> <strong>et</strong> la Gironde où on peut<br />

cultiver de gran<strong>des</strong> superficies planes, avec une ressource en eau abondante.<br />

Beaucoup d’industriels locaux, UCAVL, Bon, Larroche, Lomagenais ont été liquidés.<br />

La production de légumes de conserve en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> s’est tout de même maintenue<br />

grâce à l’action <strong>des</strong> producteurs, désormais réunis dans une organisation de producteurs,<br />

Uniproledi.<br />

Problématique <strong>et</strong> organisation<br />

La coopérative Uniproledi contrôle en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> de 2 200 à 2 500 ha de cultures, dont<br />

1 300 ha de maïs doux, 350 ha de tomates, 450 ha de haricots verts <strong>et</strong> 200 ha de p<strong>et</strong>its pois.<br />

C<strong>et</strong>te coopérative est polyvalente <strong>et</strong> assure le suivi technique, fournit les semences <strong>et</strong> plants<br />

<strong>et</strong> peut réaliser les principales opérations (semis, plantation, récolte).<br />

Uniproledi cherche à conforter les outils industriels existants car ils garantissent la pérennité<br />

de la production.<br />

Les velléités <strong>des</strong> industriels de délocaliser la production vers les pays de l’Est se sont très<br />

vite calmées, lorsqu’ils se sont aperçu <strong>des</strong> garanties apportées par le Sud-ouest : climat,<br />

irrigation, sols non pollués, savoir-faire.<br />

L’avenir de ces productions en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est donc a priori plutôt favorable.<br />

Terres du Sud a pris une participation importante dans la compagnie « Jus de Marmande »<br />

(ex. Pampryl) qui gère la production de tomates pour jus, <strong>des</strong>tinée à l’unité de production de<br />

Marmande pour environ 8 000 t (115 ha).<br />

La filière <strong>des</strong> légumes de conserve constitue un complément de revenus pour les<br />

exploitations de gran<strong>des</strong> cultures. Le savoir-faire <strong>des</strong> agriculteurs départementaux est<br />

reconnu. La rentabilité est supérieure à celle <strong>des</strong> céréales.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -74-


La filière Tabac<br />

La filière TABAC<br />

Chiffres clés<br />

Producteurs<br />

Monde<br />

Europe<br />

France<br />

Aquitaine<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Production<br />

7 millions de t<br />

270 000 t<br />

15 000 t (perte de 20% en 10 ans)<br />

4 500 t<br />

2 040 t, soit 14% de la production française.<br />

Le tabac lot-<strong>et</strong>-garonnais est produit sur 542 ha par 254<br />

producteurs (Source : Tabac Adour <strong>Garonne</strong>, 2011).<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> produit :<br />

- du Virginie (20 % de la production),<br />

- du Burley (80 % de la production) en séchoir traditionnel.<br />

700 à 1 200 heures de travail sont nécessaires pour un<br />

hectare de tabac.<br />

La marge brute dégagée à l’hectare est de 6 000 à<br />

8 000 euros.<br />

En Aquitaine, les producteurs de tabac cultivent en<br />

moyenne 1,7 ha. En <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, la surface moyenne<br />

par exploitation est de 2,13 ha.<br />

Contexte<br />

Depuis les années 50, le tabac constituait un <strong>des</strong> maillons forts de la production agricole du<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>. Très bien structurée, la filière dont le seul ach<strong>et</strong>eur était la SEITA possédait<br />

ses propres organisations syndicales, ses structures de formation <strong>et</strong> d’assistance technique<br />

spécialisée, ses caisses d’assurance. A c<strong>et</strong>te époque, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> était le premier<br />

département français producteur.<br />

L’évolution du marché (goût américain, baisse de la consommation) <strong>et</strong> les réglementations<br />

européennes (ouverture à la concurrence, découplage) ont bouleversé c<strong>et</strong>te situation ce qui<br />

a conduit a une diminution de la production. Le marché européen est pourtant largement<br />

déficitaire en tabac.<br />

Problématique<br />

Le découplage <strong>des</strong> ai<strong>des</strong> PAC a fait baisser le prix payé au producteur. Malgré <strong>des</strong> efforts<br />

<strong>des</strong> industriels pour rémunérer le prix au kilo, la filière joue sa pérennité à long terme sans<br />

une restructuration du système de production.<br />

Le maintien de la filière passe par l'amélioration de la productivité du secteur au travers la<br />

modernisation <strong>des</strong> exploitations.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -75-


A ce titre, un dispositif d'aide qui s'inscrit dans le cadre de PDRH (Programme de<br />

Développement Hexagonal Rural) avec le soutien <strong>des</strong> collectivités territoriales perm<strong>et</strong> aux<br />

exploitations tabacoles de bénéficier d'ai<strong>des</strong> à afin d'accroître leur compétitivité <strong>et</strong> de leur<br />

perm<strong>et</strong>tre une adaptation au marché.<br />

Organisation<br />

Les planteurs de tabac sont depuis<br />

longtemps organisés au niveau national.<br />

En <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, la coopérative Tabac<br />

<strong>Garonne</strong> Adour centralise la production de<br />

tabac.<br />

L’usine de Sarlat, qui appartient à l’Union<br />

<strong>des</strong> Coopératives Agricoles <strong>des</strong> Planteurs<br />

de Tabac, transforme ensuite 80% de la<br />

production française. Le tabac constitue<br />

une production aux débouchés assurés <strong>et</strong><br />

bien valorisée pour les agriculteurs.<br />

En 2007, la structure TRADITAB s’est implantée à Tonneins. Elle est composé de 3 entités :<br />

la fédération nationale <strong>des</strong> planteurs de tabac, la caisse de réassurance mutuelle agricoles<br />

<strong>des</strong> planteurs de tabac <strong>et</strong> de la coopérative Tabac <strong>Garonne</strong> Adour. Elle commercialise du<br />

tabac à rouler produit dans le Sud-Ouest <strong>et</strong> a créée une marque « 1937 », date de la<br />

première plantation de tabac en France à Clairac. Ce tabac du terroir ne dispose pas encore<br />

d’une unité de transformation <strong>et</strong> ne valorise que 70 tonnes de tabac produit localement mais<br />

la qualité <strong>et</strong> l’image du terroir constitue un positionnement nouveau pour le tabac.<br />

La filière tabac, dont le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> était autrefois le premier producteur français, s’est<br />

fortement réduite sous l’influence de l’évolution du marché, de l’ouverture à la concurrence <strong>et</strong><br />

de la disparition <strong>des</strong> ai<strong>des</strong> PAC. C<strong>et</strong>te filière essaie aujourd’hui se maintenir avec un pilotage<br />

mené par l’aval : la commercialisation de la production est donc assurée.<br />

Le tabac reste une production traditionnelle en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, elle est bien adaptée aux<br />

p<strong>et</strong>ites <strong>et</strong> moyennes exploitations de polyculture : c’est une production qui nécessite une<br />

faible surface <strong>et</strong> qui est très bien valorisée.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -76-


3. <br />

6000<br />

5000<br />

Evolution <strong>des</strong> surfaces viticoles<br />

40000000<br />

Evolution du CA Viticole<br />

4000<br />

30000000<br />

3000<br />

2000<br />

20000000<br />

1000<br />

10000000<br />

0<br />

AOC 2000<br />

AOC2009 Autres vins<br />

2000<br />

Autres vins<br />

2009<br />

0<br />

2000 2009<br />

La surface totale viticole du département représente 3% de la SAU totale, (dont 77 %<br />

de vignes AOC).<br />

Le département du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> a cependant conservé une production viticole<br />

conséquente (6 923 ha en 2008), sans commune mesure avec son grand voisin<br />

girondin (120 640 ha), <strong>et</strong> même avec la Dordogne qui compte encore 13 563 ha de<br />

vignes.<br />

Le département compte 4 AOC viticoles : les Côtes du Marmandais, les Côtes de<br />

Duras, les vins du Buz<strong>et</strong>, les Côtes du Brulhois.<br />

Figure 29. Cartographie <strong>des</strong> A.O.C viticoles de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -77-


La filière viticole<br />

La filière VITICOLE<br />

Chiffres clés<br />

20 % <strong>des</strong> exploitations agricoles du<br />

département sont concernées par la viticulture<br />

La surface moyenne en vigne par<br />

exploitation est de 7 ha.<br />

4 AOC viticoles en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> pour un<br />

peu plus de 4 800 ha <strong>et</strong> 245 000 hL produits en<br />

2009<br />

19%<br />

3% 1%<br />

32%<br />

Figure 30. Répartition <strong>des</strong> volumes 2009 par<br />

appellation présente en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

17%<br />

Surface plantée en vigne en ha<br />

10 000<br />

9 000<br />

8 000<br />

7 000<br />

6 000<br />

5 000<br />

4 000<br />

3 000<br />

2 000<br />

1 000<br />

0<br />

1989<br />

1991<br />

La surface totale baisse graduellement<br />

avec la diminution du nombre<br />

d’exploitations, la spécialisation <strong>et</strong> la<br />

moindre disponibilité de la main d’œuvre<br />

familiale. La surface plantée en vigne est<br />

de 7 305 ha en 2010.<br />

Source : Agreste – statistique agricole annuelle<br />

Figure 31. Evolution de la surface plantée en vigne en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Tableau n° 14. Caractéristiques de la viticulture lot-<strong>et</strong>-garonnaise<br />

Appellation<br />

Date<br />

d’obtention<br />

de l’AOC<br />

1993<br />

1995<br />

1997<br />

1999<br />

2001<br />

2003<br />

2005<br />

2007<br />

Nombre de<br />

producteurs<br />

Brulhois 2011 118<br />

Surface en<br />

production<br />

en 2009<br />

(en ha)<br />

52 (en <strong>Lot</strong><strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>)<br />

Volume<br />

produit<br />

en 2009<br />

(en hL)<br />

% de<br />

Rouge<br />

% de<br />

Rosé<br />

% de<br />

Blanc<br />

2 462 98 2 -<br />

Buz<strong>et</strong> 1973 230 2 064 102 100 72 25 3<br />

Duras 1937 190 1 651 94 000 54 10 36<br />

Marmandais 1990 121 957 53 000 83 16 1<br />

Vin de table - 510 8 500<br />

Vin de Pays - 768 59 640<br />

Source : Chambre d’agriculture, d’après DGDDI<br />

2009<br />

Variables selon les<br />

zones géographiques.<br />

La crise viticole a conduit de 2007 à 2009 à l’arrachage de 703 ha de vignoble en AOC<br />

(soit 12 %) <strong>et</strong> de 47 ha de vignoble en vin de pays (soit 4 %).<br />

28%<br />

Brulhois Buz<strong>et</strong> Duras<br />

Marmandais Vins de Pays Vins de table<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -78-


Contexte<br />

Les caves coopératives constituent la base structurante de la viticulture : Buz<strong>et</strong>, Duras,<br />

Cocumont, Brulhois, Mézin, Monflanquin, Tsar.<br />

Les différentes appellations possèdent un syndicat de cru. Tous ne sont pas rattachés au<br />

Comité interprofessionnel <strong>des</strong> vins du Sud-ouest.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> viticole comprend aussi nombre de caves particulières, notamment à<br />

Duras (50 % de l’appellation) ; ce sont <strong>des</strong> entreprises autonomes, ayant chacune <strong>des</strong><br />

stratégies individuelles. Il n’y a pas de politique globale au niveau <strong>des</strong> caves particulières.<br />

Il apparait également qu’il y a peu d’exploitations pratiquant la monoculture de la vigne (sauf<br />

vins de Buz<strong>et</strong>), la vigne est souvent un atelier secondaire <strong>des</strong> exploitations.<br />

Problématiques<br />

Il y a une identité globale de la filière viticole de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> donc une organisation<br />

transversale capable de dynamiser <strong>et</strong> de faire vivre « l’identité viticole » du département.<br />

Peu d’opérateurs hors département, travaillent les vins du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, celui-ci n’est pas<br />

un département incontournable de la filière viticole française malgré la renommée de ses<br />

appellations.<br />

Peu d’exploitations pratiquent la monoculture de la vigne comme en Gironde, en Languedoc<br />

ou en Bourgogne par exemple. C’est un « atelier de l’exploitation » <strong>et</strong> la mentalité du<br />

viticulteur lot-<strong>et</strong>-garonnais est donc moins dépendante de son terroir.<br />

En fait, comme dans les autres filières, le viticulteur lot-<strong>et</strong>-garonnais élabore un produit<br />

correspondant à une demande ou à un prix identifié.<br />

La filière vigne est confrontée à la crise d’ensemble <strong>et</strong> à la concurrence sur tous les<br />

créneaux. Toutes les appellations connaissent une conjoncture difficile. La performance de<br />

l’outil commercial conditionne la situation <strong>des</strong> exploitations. L’oenotourisme peut également<br />

offrir une perspective nouvelle.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -79-


4. <br />

Répartition de la SAU SCOP 2009<br />

Répartition du CA SCOP 2009<br />

33%<br />

37%<br />

Céréales à paille<br />

27%<br />

33%<br />

Maïs<br />

Oléagineux,<br />

protéagineux<br />

30%<br />

40%<br />

<br />

<br />

<br />

Chacun <strong>des</strong> trois groupes d’espèces (céréales à paille, maïs, oléagineux <strong>et</strong><br />

protéagineux) se répartissent la surface de façon homogène en 2009.<br />

La part du chiffre d’affaires est supérieure pour le maïs (40% du chiffre d’affaires pour<br />

30% de la SAU), contrairement aux oléagineux (33% de la SAU pour 27% du chiffre<br />

d’affaires).<br />

Depuis 2000, une baisse <strong>des</strong> surfaces en maïs – 15 900 ha au profit <strong>des</strong> oléagineux,<br />

protéagineux qui progressent de 17 550 ha est enregistrée.<br />

Quant au chiffre d’affaires SCOP, il subit une forte chute en 2008 <strong>et</strong> 2009,<br />

conséquence de la chute <strong>des</strong> prix sur le marché mondial. C<strong>et</strong>te tendance s’est<br />

inversée en 2010.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -80-


La filière gran<strong>des</strong> cultures<br />

La filière Gran<strong>des</strong> cultures<br />

Chiffres clés<br />

Culture Superficie Rendement Remarques<br />

Blé 50 000 ha 57 qx En comparaison : la Beauce a un rendement de<br />

75 à 90 qx/ha<br />

Maïs 50 000 ha 85 qx<br />

Tournesol 40 800 ha 25 qx<br />

Colza 7 000 ha 33 qx<br />

Soja 3 300 ha La production de soja du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

constitue les ¾ de l’Aquitaine<br />

En gran<strong>des</strong> cultures spécialisées, la performance <strong>des</strong> équipements modernes perm<strong>et</strong> à 1<br />

UTA de travailler facilement 200 ha.<br />

Contexte<br />

Les gran<strong>des</strong> cultures sont désormais les principales productions du département, elles<br />

occupent plus de 60 % de la SAU totale. La surface moyenne <strong>des</strong> exploitations spécialisées<br />

est de 100 à 120 ha. Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> produit près de 60 % du blé d’Aquitaine, 70 % du<br />

tournesol <strong>et</strong> 52 % du colza. Il ne produit en revanche que 15 % du maïs.<br />

Les gran<strong>des</strong> cultures figurent peu ou prou, dans presque toutes les exploitations.<br />

Problématique<br />

La mondialisation, l’évolution de la PAC ont changé les règles. La filière gran<strong>des</strong> cultures est<br />

devenue imprévisible. Le prix se fait à Chicago <strong>et</strong> dépend <strong>des</strong> événements climatiques <strong>et</strong><br />

politiques planétaires.<br />

On a constaté ces dernières années, une envolée <strong>des</strong> prix suivie d’une chute brutale, puis<br />

d’une nouvelle embellie depuis 2010. Par ailleurs, les intrants évoluent eux aussi, en fonction<br />

du cours <strong>des</strong> matières premières. Les céréaliers vont devoir s’adapter à ce nouveau<br />

contexte.<br />

Ils devront maîtriser leurs coûts de production par une technicité accrue <strong>et</strong> une très bonne<br />

gestion de leurs investissements (en particulier en mécanisation). Ils devront aussi<br />

apprendre à lisser le résultat, bon ou mauvais sur une période de plusieurs années.<br />

L’accroissement du capital foncier par entreprise pourra poser problème lors <strong>des</strong><br />

successions.<br />

Commercialisation<br />

Elle est essentiellement assurée par Terres du Sud sur le département. On trouve également<br />

le négoce avec le groupe ACTAGRO.<br />

La filière gran<strong>des</strong> cultures concerne presque toutes les exploitations de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, elle<br />

occupe plus de 60 % de la SAU totale. La dimension <strong>des</strong> exploitations est trop réduite pour<br />

qu’elles soient exclusivement centrées sur les gran<strong>des</strong> cultures, elles sont pour la plupart<br />

dans une logique de polyculture. La difficulté d’être performant, avec <strong>des</strong> superficies<br />

mo<strong>des</strong>tes vis-à-vis <strong>des</strong> concurrents <strong>et</strong> les surcoûts de production qui en découlent,<br />

expliquent ce choix.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -81-


5. <br />

Surfaces fourragères (SFP) <strong>et</strong> productions animales<br />

Répartition de la surface fourragère principale<br />

en 2009<br />

15%<br />

Répartition du CA par élevages sur<br />

(SFP) 2009<br />

7%<br />

43%<br />

49%<br />

44%<br />

42%<br />

Maïs fourrage <strong>et</strong> ensilage<br />

Surface toujours en herbe<br />

Prairies temporaires<br />

Lait Bovins viande Ovins<br />

Avec ses 64 800 ha, la surface fourragère occupe 24% de la SAU <strong>et</strong> reste stable<br />

depuis 2000. Elle est affectée essentiellement aux troupeaux laitiers, bovins viande,<br />

<strong>et</strong> ovins.<br />

90 % du chiffre d’affaires sont dégagés par le secteur bovin (lait +viande) en 2009.<br />

Globalement le chiffre d’affaires a diminué de 47% depuis l’année 2000.<br />

Principales évolutions<br />

Evolution de l'effectif Bovins 2000/2009<br />

35000<br />

30000<br />

25000<br />

20000<br />

15000<br />

10000<br />

5000<br />

0<br />

Vaches laitières<br />

Vaches allaitantes<br />

En conséquence, les effectifs<br />

ont également baissé avec -<br />

20% de vaches laitières <strong>et</strong> de<br />

vaches allaitantes.<br />

2000 2009<br />

Les livraisons de lait ont diminué<br />

de 31 millions de litres, passant de<br />

129 millions de litres pour la<br />

campagne 2000 à 98 millions de<br />

litres pour la campagne 2009.<br />

Volume de lait (en milliers<br />

d'hectolitre)<br />

1400<br />

1200<br />

1000<br />

800<br />

600<br />

400<br />

200<br />

0<br />

Evolution du litrage de lait<br />

2000 2009<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -82-


Les élevages hors sol représentent 8% du chiffre d’affaires global en 2009. Il<br />

augmente de 8% depuis 2000.<br />

Evolution de l'effectif porcs<br />

Evolution du CA porcin<br />

50000<br />

8 000 000<br />

40000<br />

7 800 000<br />

30000<br />

7 600 000<br />

20000<br />

7 400 000<br />

10000<br />

0<br />

2000 2009<br />

7 200 000<br />

7 000 000<br />

2000 2009<br />

Les effectifs porcins ont diminué de 9 800 têtes <strong>et</strong> le chiffre d’affaires perd 7% entre<br />

2009 <strong>et</strong> 2000.<br />

On constate depuis<br />

l’année 2000, une<br />

progression du<br />

tonnage <strong>des</strong> ventes<br />

de canards gras<br />

(+35%). En<br />

revanche, les<br />

ventes de poul<strong>et</strong>s<br />

de chair sont moins<br />

importantes (-8%).<br />

10000<br />

8000<br />

6000<br />

4000<br />

2000<br />

0<br />

Evolution de la production de volailles (en tonnes)<br />

Canards gras<br />

2000<br />

Canards gras<br />

2009<br />

Poul<strong>et</strong>s 2000 Poul<strong>et</strong>s 2009<br />

36000000<br />

30000000<br />

24000000<br />

18000000<br />

12000000<br />

6000000<br />

0<br />

Evolution du Chiffre d'affaire <strong>des</strong> volailles<br />

2000 2009<br />

Globalement le<br />

chiffre d’affaires<br />

de l’activité<br />

volailles <strong>et</strong> gras,<br />

évolue à la<br />

hausse depuis<br />

2000 (+8%).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -83-


La filière bovin Elevage viande bovin<br />

La filière BOVIN VIANDE<br />

Chiffres clés<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est le berceau de la race Blonde d’Aquitaine qui constitue le cheptel<br />

vaches allaitantes du département.<br />

25 700 vaches allaitantes en 2009 (Agreste) contre 32 000 en 2000<br />

1 054 dossiers de prime vache allaitante<br />

Une moyenne de 28 vaches par exploitation<br />

1/3 <strong>des</strong> exploitations détiennent moins de 10 vaches ou font moins de 10 ventes par an<br />

(source : service élevage, Chambre d’Agriculture 47).<br />

Contexte<br />

Le troupeau allaitant est un élément stabilisateur de l’exploitation. Il perm<strong>et</strong> d’utiliser <strong>des</strong><br />

terres difficiles, <strong>et</strong> représente une « épargne » que l’on peut mobiliser aux moments difficiles.<br />

Il ne dégage pas une forte rentabilité, mais montre <strong>des</strong> situations financières saines.<br />

Les exploitations qui ont <strong>des</strong> bovins viande sont <strong>des</strong> exploitations de polyculture qui<br />

associent l’élevage aux gran<strong>des</strong> cultures, à la vigne, au prunier ou au tabac.<br />

La majorité d’entre elles est située dans les coteaux nord <strong>et</strong> en Albr<strong>et</strong> (Néracais, Mézinais).<br />

On y r<strong>et</strong>rouve donc les quelques 840 éleveurs viande du département. Les systèmes sont<br />

variés : 416 naisseurs, 156 naisseurs engraisseurs, 71 engraisseurs <strong>et</strong> 156 éleveurs de<br />

veaux sous la mère (source : Observatoire de l’élevage bovin viande en Aquitaine 2009).<br />

On assiste malgré tout à une diminution régulière de l’élevage bovins viande dans le<br />

département.<br />

Problématique<br />

L’élevage bovin viande est un métier de passion très exigeant en temps <strong>et</strong> en compétence<br />

technique, il maintient une forme d’agriculture techniquement <strong>et</strong> culturellement équilibrée.<br />

La performance technique exige <strong>des</strong> bâtiments <strong>et</strong> installations modernes. La pression<br />

sociétale impose <strong>des</strong> mises aux normes pour les rej<strong>et</strong>s d’effluents.<br />

Les aléas du marché sont importants. Les éleveurs <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-Garonnais ne peuvent pas<br />

concurrencer l’Argentine, leur coût de production est structurellement plus élevé (taille <strong>des</strong><br />

troupeaux, taille <strong>des</strong> exploitations, coût de la main d’œuvre).<br />

Ils peuvent compenser par la qualité <strong>et</strong> la proximité, mais il faut pour cela conserver les outils<br />

indispensables que sont le marché aux bestiaux d’Agen, <strong>et</strong> l’abattoir de Villeneuve<br />

désormais seul en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, ainsi que les salles de découpe.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -84-


Organisation / Commercialisation<br />

La commercialisation est assurée par deux organisations de producteurs, <strong>des</strong> négociants<br />

indépendants <strong>et</strong> <strong>des</strong> bouchers qui achètent en élevage.<br />

On commence à voir de la découpe <strong>et</strong> de la vente à la ferme.<br />

Expalliance (groupe Terres du Sud) regroupe environ 450 éleveurs en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, mais<br />

s’étend sur les Lan<strong>des</strong> <strong>et</strong> la Gironde.<br />

AG2M rassemble 276 éleveurs, <strong>et</strong> dispose de nombreux ach<strong>et</strong>eurs, 14 négociants,<br />

15 bouchers <strong>et</strong> 2 négociants abatteurs.<br />

A noter qu’en 2009, une activité bovine « bio » a été développée avec un transformateur<br />

local.<br />

La filière bovin viande est une filière traditionnelle du département. Elle s’est orientée vers<br />

<strong>des</strong> productions de qualité. Cependant, le prix de la viande bovine ne peut pas dépasser un<br />

certain seuil, car sinon la consommation se reporte sur d’autres vian<strong>des</strong>. Il faut donc<br />

privilégier :<br />

• Une production extensive avec la meilleure autonomie fourragère <strong>et</strong> <strong>des</strong> charges<br />

minimales<br />

• Une meilleure technicité (les vaches ne font pas en moyenne un veau par an)<br />

• Une recherche de valeur ajoutée par l’engraissement<br />

• Une meilleure valorisation <strong>des</strong> avants.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -85-


La filière Elevage bovin lait bovin<br />

La filière BOVIN LAIT<br />

Chiffres clés<br />

Quota départemental : 125 millions de litres<br />

Quota réalisé : 99 millions de litres (80 %)<br />

Nombre de producteurs : 476 en 2008, 441 en 2009, 394 en 2010. La densité <strong>des</strong><br />

élevages laitiers est très faible, surtout dans le Sud du département.<br />

Sources : BD Carto<br />

Conception : DDT 47, 2008<br />

Figure 32. Cartographie de la production de lait par canton (collectée <strong>et</strong> en vente directe)<br />

Contexte<br />

L’élevage laitier a constitué pendant plusieurs décennies une production structurante <strong>et</strong><br />

stabilisatrice. Depuis l’avènement <strong>des</strong> quotas laitiers, il y a eu une forte spécialisation.<br />

Aujourd’hui les exploitations laitières sont principalement localisées dans les coteaux nord <strong>et</strong><br />

à la limite du Périgord noir. Le pays de Serres compte encore <strong>des</strong> exploitations laitières.<br />

Les chocs économiques, l’augmentation du prix <strong>des</strong> intrants en 2007, la baisse du prix du lait<br />

en 2009 ont ébranlé la filière. Les producteurs qui restent sont cependant plutôt jeunes <strong>et</strong><br />

dynamiques (66 % ont moins de 50 ans <strong>et</strong> représentent 78 % <strong>des</strong> quotas).<br />

L’irrigation perm<strong>et</strong> d’assurer l’approvisionnement fourrager sans à coup : 50 à 70 % de la<br />

ration est basée sur le maïs ensilage. Le parc bâtiment a été également partiellement<br />

modernisé.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -86-


Problématiques<br />

La production laitière repose sur <strong>des</strong> exploitations spécialisées qui ont atteint un niveau<br />

d’efficience considérable au bout de nombreuses années d’efforts.<br />

Il faut même plusieurs générations pour constituer le capital foncier, financier, génétique<br />

indispensable.<br />

Tout arrêt de la production est irréversible ; pour la conserver, il faut surmonter différents<br />

types de contraintes :<br />

Economiques, car dans un<br />

marché désormais mondialisé,<br />

sans garantie sur les prix, il faut<br />

maîtriser les coûts de<br />

production, en optimisant la main<br />

d’œuvre. Cela implique <strong>des</strong><br />

investissements dans les<br />

bâtiments <strong>et</strong> les salles de traite.<br />

<br />

Sociales, car les jeunes éleveurs<br />

veulent vivre une vie sociale<br />

normale (problème du<br />

remplacement) <strong>et</strong> avoir une<br />

sécurité en cas de coup dur. Ils<br />

ont par ailleurs du mal à trouver<br />

<strong>des</strong> salariés formés.<br />

Stratégiques : nécessité de<br />

définir un proj<strong>et</strong> laitier lot-<strong>et</strong>garonnais.<br />

Les évolutions au niveau européen <strong>et</strong><br />

national que sont la fin annoncée pour<br />

2015 <strong>des</strong> quotas laitiers <strong>et</strong> la récente<br />

mise en place de la contractualisation<br />

obligatoire (avril 2011) auront sans<br />

doute un impact fort sur la production<br />

laitière <strong>et</strong> sont à l’origine de nombreuses<br />

incertitu<strong>des</strong> pour les éleveurs.<br />

Les modalités de la contractualisation<br />

pour le lait<br />

Les laiteries ont l’obligation de proposer un<br />

contrat pour une durée de 5 ans, au plus tard le<br />

1er avril 2011. Le contrat porte sur le lait de<br />

vache cru. La durée minimale du contrat sera de 5<br />

ans.<br />

Le contrat doit obligatoirement mentionner :<br />

• les volumes <strong>et</strong> les caractéristiques du lait<br />

livrés. Dans le cadre du régime actuel <strong>des</strong><br />

quotas, le volume inscrit dans le contrat sera<br />

établi par référence au quota individuel.<br />

• les modalités de collecte<br />

• les modalités précises de détermination du<br />

prix de base du lait qui pourra prendre pour<br />

référence <strong>des</strong> indicateurs tels que ceux<br />

élaborés par l’interprofession nationale ou les<br />

interprofessions régionales. Il devra également<br />

préciser les modalités de paiement du lait en<br />

fonction de sa composition <strong>et</strong> de sa qualité.<br />

• les modalités de facturation <strong>et</strong> de paiement<br />

du lait.<br />

• les modalités de révision du contrat.<br />

• les modalités de résiliation avec une durée<br />

de préavis qui ne peut être inférieure à 12<br />

mois.<br />

Organisation<br />

L’essentiel du lait collecté est commercialisé en lait conditionné pour lequel la demande est<br />

forte.<br />

La collecte est principalement assurée par 4 grands groupes industriels, la coopérative<br />

SODIAL (37 % <strong>des</strong> quotas), Lactalis qui possède Ladhuie, Bongrain <strong>et</strong> l’espagnol Leche<br />

Pascual. Deux p<strong>et</strong>ites laiteries, Broc <strong>et</strong> la Lémance complètent le paysage.<br />

Ssuite à l’arrêt du GIE Sud Lait, 26 producteurs ont été repris par les autres industriels, <strong>et</strong> 14<br />

ont arrêté la production.<br />

En mars 2012, Leche Pascual arrêtera la collecte <strong>et</strong> les 38 producteurs concernés devront<br />

trouver une solution.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -87-


La filière bovin lait paraît fortement ébranlée par le choc économique résultant de<br />

l’augmentation du coût <strong>des</strong> intrants, puis de la baisse du prix du lait. Le quota départemental<br />

est loin d’être atteint (80 %), c’est le signe d’une crise profonde. Il semble que le modèle<br />

basé sur la polyculture <strong>et</strong> l’élevage, <strong>et</strong> non exclusivement sur l’élevage, soit pourtant assez<br />

performant du point de vue économique.<br />

Les perspectives pour c<strong>et</strong>te filière sont incertaines : le manque de renouvellement <strong>des</strong><br />

exploitations, la fin <strong>des</strong> quotas laitiers pour 2015 <strong>et</strong> la faible densité <strong>des</strong> exploitations laitières<br />

(qui augmente les coûts de collecte) laissent penser qu’une concentration <strong>des</strong> bassins de<br />

production <strong>et</strong> une spécialisation <strong>des</strong> exploitations auront lieu. Des relations<br />

interprofessionnelles plus fortes seront nécessaires en Aquitaine.<br />

Objectifs <strong>et</strong> besoins de la filière<br />

Former de la main d’œuvre qualifiée <strong>et</strong> disponible pour répondre aux besoins d’une<br />

production astreignante.<br />

Repenser le système d’alimentation en revenant à <strong>des</strong> notions simples d’autonomie<br />

fourragère <strong>et</strong> de production <strong>des</strong> compléments alimentaires (tourteaux, céréales).<br />

Maintenir les volumes dans le département pour que les industriels ne détournent pas leur<br />

collecte.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -88-


a filière ovin Elevage viande ovin<br />

La filière OVIN VIANDE<br />

Chiffres clés<br />

15 024 brebis déclarées en prime à la brebis (-23 % en 9 ans) (source DDAF 2009)<br />

203 éleveurs (-25 % en 9 ans)<br />

Un troupeau moyen de 74 têtes<br />

Seuls 3 élevages produisent du lait de brebis.<br />

Contexte<br />

La production de viande ovine est presque toujours une activité de complément à la<br />

polyculture.<br />

La production la plus fréquente est celle de l’agneau lourd élevé au lait de la mère <strong>et</strong> fini en<br />

bergerie, abattu à moins de 6 mois pour 18 kg de carcasse.<br />

L’élevage ovin viande est en diminution, plusieurs facteurs peuvent l’expliquer (source<br />

service élevage de la Chambre d’agriculture 47) :<br />

• image passéiste,<br />

• départs en r<strong>et</strong>raite,<br />

• activité complémentaire éliminée en cas de surcharge de travail,<br />

• contrainte forte pour l’identification <strong>des</strong> animaux.<br />

Commercialisation<br />

La commercialisation se fait par la vente directe, la vente en boucherie, ou par Expalliance<br />

ou Univia.<br />

Il faut noter l’existence sur le département de deux signes officiels de qualité :<br />

• le label rouge « Agneau <strong>des</strong> Pays d’Oc »,<br />

• l’IGP Agneau du Périgord pour le nord du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>.<br />

La filière ovine présente de nombreux atouts :<br />

- Elevage facile à entreprendre en « installation »<br />

- Valorisation <strong>des</strong> surfaces difficiles<br />

- Système de production très adaptable<br />

- Marché porteur pour la production sous label.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -89-


La filière Elevage caprine caprin<br />

La filière CAPRIN LAIT<br />

Chiffres clés<br />

44 producteurs de lait de chèvre répartis en :<br />

• 23 laitiers : 250 chèvres/élevage en moyenne<br />

• 19 fromagers : 50 à 60 chèvres/élevage en moyenne<br />

2 engraisseurs de chevreaux<br />

6 000 chèvres<br />

680 L de lait/chèvre en moyenne<br />

Contexte<br />

La filière est bien structurée, la production est bien adaptée au département qui dispose d’un<br />

bon potentiel technique.<br />

La demande <strong>des</strong> laiteries est soutenue, le marché du fromage progresse.<br />

Les résultats économiques sur 10 ans sont stables <strong>et</strong> la production de lait de chèvre peut<br />

faire l’obj<strong>et</strong> d’un proj<strong>et</strong> d’installation pour un couple de jeunes éleveurs.<br />

Le label « cabécou d’Autan » <strong>et</strong> les démarches bio confortent encore les perspectives.<br />

Problématique<br />

Pour la collecte laitière, le zonage est rigide <strong>et</strong> cantonné au nord du <strong>Lot</strong>.<br />

Le renouvellement <strong>des</strong> éleveurs n’est pas satisfaisant.<br />

Commercialisation<br />

400 000 l de lait sont transformés dans les exploitations fromagères. Les produits sont<br />

vendus en direct (marchés, restaurants, <strong>et</strong>c.).<br />

2 333 000 l sont vendus aux unités de collecte :<br />

• Lescure Bougon située à Claix (16) qui dispose d’un centre de caillage à<br />

Caussade, <strong>et</strong> fabrique le « cabécou de Caussade »,<br />

• Fromagerie de la Lémance, située à Fumel qui collecte du lait bio.<br />

La filière caprine est localement bien structurée <strong>et</strong> arrive à installer de jeunes agriculteurs.<br />

C’est une activité facile d’accès, intéressante économiquement mais qui connaît<br />

actuellement <strong>des</strong> tensions sur le prix <strong>des</strong> fromages.<br />

Il faut trouver de nouveaux éleveurs pour créer ou reprendre <strong>des</strong> élevages <strong>et</strong> imaginer <strong>des</strong><br />

solutions aux problèmes de travail (temps passé, disponibilités…)<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -90-


Aviculture : Les filières volaille, Elevage œufs <strong>et</strong> palmipè<strong>des</strong> avicole à foie gras<br />

Chiffres clés<br />

Les filières VOLAILLE DE CHAIR, ŒUF<br />

<strong>et</strong> PALMIPEDES A FOIE GRAS<br />

<br />

Volaille de chair<br />

8,4 millions de têtes<br />

Un chiffre d’affaires de 29 millions d’euros réparti en :<br />

Catégorie Nombre de têtes CA en million Nombre d’éleveurs<br />

en millions<br />

d’euros<br />

Volaille standard 2 5.5 10<br />

Volaille certifiée 0.5 0.7 4<br />

Label rouge 4.5 13 180<br />

Volaille bio 1 4.5 20<br />

Volaille fermière 0.4 5 50<br />

<br />

Oeufs<br />

800 000 poules pondeuses<br />

240 millions d’oeufs<br />

20 millions d’euros de chiffre d’affaires<br />

Plusieurs mo<strong>des</strong> de productions :<br />

• Œufs standard (œufs cage <strong>et</strong> œufs au sol) : 550 000 poules pondeuses pour<br />

3 éleveurs<br />

• Œufs alternatifs<br />

• Œufs de plein air : 100 000 poules pondeuses pour 10 éleveurs<br />

• Œufs bio : 140 000 poules pondeuses pour 20 éleveurs<br />

<br />

Palmipè<strong>des</strong> à foie gras<br />

5 ème département français<br />

2,5 millions de têtes pour 1 400 tonnes produites<br />

Le chiffre d’affaires atteint les 45 millions d’euros<br />

200 producteurs sont en filière longue (Terres du Sud, Maïsadour) <strong>et</strong> 80 producteurs en<br />

vente directe.<br />

Contexte<br />

Le chiffre d’affaires de la filière avicole est presque l’équivalent de celui de la prune. Elle est<br />

en plein développement sur tous les créneaux de production. Elle peut représenter un<br />

complément d’activité sur une exploitation, ou une activité spécialisée.<br />

Longtemps en r<strong>et</strong>ard sur ses voisins du Gers ou <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong>, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est en train<br />

de les rattraper.<br />

La filière avicole utilise une part importante <strong>des</strong> céréales produites dans le département<br />

(150 000 tonnes en 2010).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -91-


Problématiques<br />

Pour le poul<strong>et</strong> label, on constate un vieillissement <strong>des</strong> éleveurs <strong>et</strong> du parc de bâtiment. Les<br />

organisations économiques s’en inquiètent <strong>et</strong> m<strong>et</strong>tent en œuvre <strong>des</strong> moyens pour lancer <strong>et</strong><br />

spécialiser de nouveaux éleveurs.<br />

Pour le poul<strong>et</strong> standard, la création de sites de production est également encouragée.<br />

Des moyens de diversification sont possibles avec la création d’un site pilote d’élevage de<br />

din<strong>des</strong> standard.<br />

Cependant, toutes les initiatives de création d’élevage rencontrent même en bio, <strong>des</strong><br />

oppositions <strong>et</strong> <strong>des</strong> conflits de voisinage.<br />

Organisation/commercialisation<br />

<br />

En volaille de chair<br />

Terres du Sud <strong>et</strong> ses filiales ASSOV <strong>et</strong> Sud Production, <strong>et</strong> la coopérative Volailles d’Albr<strong>et</strong>.<br />

<br />

En poules pondeuses<br />

Pour les œufs standard, 3 éleveurs (Varescon, Vand<strong>et</strong>el, Evrard)<br />

Pour les œufs alternatifs, Terres du Sud <strong>et</strong> le GIE Biogaline<br />

<br />

En palmipè<strong>des</strong><br />

On trouve, outre les producteurs fermiers, à peu près tous les opérateurs du Sud-Ouest,<br />

Terres du Sud (Palmigord), Agropalm, COFAF, Aviservices, Euralis (Monfort), Maïsadour<br />

(Delpeyrat), Volgers (Comtesse du Barry), <strong>et</strong>c.<br />

La filière avicole est une filière bien valorisée au niveau régional <strong>et</strong> en plein développement<br />

en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> avec 51,5 millions d’euros de chiffres d’affaires tout type de production<br />

confondu.<br />

Cela nécessite la création ou l’agrandissement <strong>des</strong> sites d’élevage, souvent encouragés par<br />

<strong>des</strong> structures collectives comme Terres du Sud ou Volailles d’Albr<strong>et</strong>. Cependant, les proj<strong>et</strong>s<br />

se heurtent bien souvent à l’opposition du voisinage.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -92-


La filière Elevage équine équin<br />

La filière EQUINE<br />

Chiffres clés<br />

35 880 équidés sont présents en Aquitaine en 2010. 70% d’entres eux appartiennent à<br />

<strong>des</strong> exploitations agricoles. Ces chevaux sont <strong>des</strong>tinés à la reproduction, à la monte, à<br />

l’attelage, à l’utilisation ou à la boucherie.<br />

La filière équine emploie 2 600 ETP (Equivalent Temps Plein) en Aquitaine,<br />

principalement dans les élevages <strong>et</strong> les établissements équestres.<br />

594 exploitations agricoles possèdent <strong>des</strong> chevaux en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> en 2006 pour un<br />

nombre d’équidés sur ces exploitations de 2 386 (source Agreste 2006). 54% de ces<br />

exploitations sont professionnelles.<br />

Le nombre d’équidés en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> se répartit de la manière suivante :<br />

- 1548 chevaux de selle, sport, loisirs <strong>et</strong> course<br />

- 380 chevaux lourds<br />

- 458 ânes, mul<strong>et</strong>s ou bardots<br />

La production d’animaux pour la boucherie sur le département atteint 275 tonnes<br />

équivalent carcasse, soit 17% de la production régionale (source Agreste 2006).<br />

Contexte<br />

Le chiffre d’affaires de l’activité équine en Aquitaine est de plus de 160 millions d’euros (hors<br />

cavaliers professionnels <strong>et</strong> étalonnage), ce qui confirme l’intérêt grandissant de la filière.<br />

L’élevage équin devient un élément moteur de la restructuration du paysage agricole<br />

aquitain.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est plutôt orienté vers les chevaux « de sang » (chevaux de selle, sport,<br />

loisirs <strong>et</strong> course) puisque c<strong>et</strong>te catégorie représente 86 % du cheptel départemental. Les<br />

centres équestres sont très nombreux sur le département (aucune donnée officielle n’existe<br />

sur c<strong>et</strong>te thématique). Par ailleurs le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> compte pas moins de 6 hippodromes.<br />

Organisation<br />

La filière est bien représentée par <strong>des</strong> éleveurs professionnels <strong>et</strong> amateurs <strong>et</strong> <strong>des</strong> syndicats<br />

spécialisés qui s’impliquent dans la défense de la qualité du cheval produit en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong>.<br />

La filière équine a une place non négligeable en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>. La particularité de c<strong>et</strong><br />

élevage se trouve dans la pluralité de sa vocation : loisirs <strong>et</strong> tourisme vert, gestion du<br />

patrimoine naturel (élevage extensif), production de viande, activité sportive…<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -93-


6. <br />

La filière semences<br />

La filière SEMENCES<br />

Chiffres clés<br />

Producteurs Surface cultivée Valeur de la production<br />

France 323 656 ha 678,64 millions d’euros<br />

Sud-ouest 84 169 ha 268,87 millions d’euros<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 9 564 ha 31,11 millions d’euros<br />

Source : FNAMS<br />

ESPECES SUPERFICIE EN HA VALEUR EN K€<br />

B<strong>et</strong>teraves 1 420 10 650<br />

Céréales 3 241 3 565<br />

Fourragères 333 400<br />

Protéagineux 26 31<br />

Maïs 2 142 9 210<br />

Oléagineux 1 817 3 452<br />

Potagères 585 3 802<br />

TOTAL 9 564 31 110<br />

Source : FNAMS<br />

900 producteurs de semences en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> (800 à 1 000 selon les années).<br />

Contexte<br />

La semence est la base de la production agricole.<br />

L’agriculteur multiplicateur produit à l’identique <strong>des</strong> semences conformes aux « semences de<br />

base » fournies par l’obtenteur.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est considéré par les principales maisons grainières (SYNGENTA,<br />

LIMAGRAIN, KWS, VANDERHAVE), mais aussi Terres du Sud <strong>et</strong> sa filiale Epi de<br />

Gascogne, Vilmorin, <strong>et</strong>c., comme une zone exceptionnellement favorable pour plusieurs<br />

raisons :<br />

• conditions agro-climatiques,<br />

• irrigation,<br />

• topographie,<br />

• niveau technique <strong>et</strong> savoir faire <strong>des</strong> producteurs.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -94-


Problématique<br />

L’espèce phare, celle qui a attiré les gran<strong>des</strong> sociétés est la b<strong>et</strong>terave sucrière. Avec<br />

1 420 ha, essentiellement dans l’Albr<strong>et</strong>, elle représente 43 % de la surface nationale pour un<br />

produit brut de plus de 10 millions d’euros.<br />

Malgré son importance <strong>et</strong> sa bonne adaptation à la région, c’est une production fragile. Le<br />

sérieux <strong>et</strong> la rigueur <strong>des</strong> producteurs peut être mis en péril par la présence de flux de pollens<br />

perturbateurs, provenant de repousses dans <strong>des</strong> territoires mal maîtrisés (autres surfaces<br />

agricoles, friches, espaces verts <strong>des</strong> villes, talus, jardins familiaux, <strong>et</strong>c.).<br />

Les mêmes difficultés gu<strong>et</strong>tent les productions de semences potagères. La situation est plus<br />

facilement gérable pour le maïs ou les céréales dont les pollens voyagent moins.<br />

Organisation<br />

Les producteurs de semences sont<br />

très organisés, au niveau<br />

départemental, dans le cadre du<br />

SAMS (Syndicat <strong>des</strong> Agriculteurs<br />

Multiplicateurs de Semences), au<br />

niveau national par la FNAMS,<br />

Fédération Nationale <strong>des</strong> Agriculteurs<br />

Multiplicateurs de Semences, qui<br />

défend les intérêts <strong>des</strong> producteurs,<br />

élabore les références techniques, <strong>et</strong><br />

collecte les données économiques.<br />

La mise en culture fait l’obj<strong>et</strong> de<br />

contrats entre le producteur<br />

multiplicateur <strong>et</strong> le semencier donneur<br />

d’ordre.<br />

Les entreprises de production de<br />

semences sont bien implantées en<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> : KWS à Buz<strong>et</strong>-sur-<br />

Le contrat de multiplication<br />

La loi stipule que le contrat de multiplication est<br />

obligatoire pour multiplier de la semence. Il est établi<br />

entre un agriculteur multiplicateur <strong>et</strong> un établissement<br />

semencier. Il doit être conforme à la convention-type<br />

de multiplication de l’espèce considérée, elle-même<br />

agréée par les pouvoirs publics. L’établissement<br />

semencier doit le faire enregistrer obligatoirement par<br />

le Gnis (Groupement national interprofessionnel <strong>des</strong><br />

semences <strong>et</strong> plants), afin de faire respecter les droits<br />

<strong>et</strong> devoirs de chacun, mais aussi pour déclarer la<br />

culture en vue <strong>des</strong> contrôles menés par le SOC<br />

(Service officiel de contrôle <strong>et</strong> de certification).<br />

En eff<strong>et</strong>, la certification <strong>des</strong> semences est obligatoire<br />

pour qu’elles puissent être commercialisées dans<br />

l’Union européenne. C<strong>et</strong>te certification garantit une<br />

identité variétale <strong>et</strong> une pur<strong>et</strong>é variétale, une qualité<br />

technologique (faculté germinative minimum, pur<strong>et</strong>é<br />

spécifique...), <strong>et</strong> une qualité sanitaire.<br />

Source : FNAMS <strong>et</strong> Gnis<br />

Baïse, Syng<strong>et</strong>a à Nérac <strong>et</strong> SES VanderHave à Nérac qui va bientôt avoir sa nouvelle unité<br />

de production à Calignac.<br />

La filière semences, traditionnelle en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, repose sur une technicité locale réelle,<br />

une climatologie adaptée <strong>et</strong> la présence <strong>des</strong> principaux opérateurs.<br />

La production de semences est une production sûre, qui stabilise au travers <strong>des</strong> contrats,<br />

l’équilibre économique de près de 1 000 exploitations du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> (1/5 ème <strong>des</strong><br />

exploitations professionnelles).<br />

Elle a souvent remplacé dans l’Albr<strong>et</strong> notamment, la production d’ail, de melon, ou de tomate<br />

de plein champ.<br />

A partir <strong>des</strong> savoir-faire agricoles <strong>des</strong> producteurs, <strong>et</strong> du savoir-faire industriel <strong>des</strong><br />

obtenteurs, on peut envisager le développement de nouvelles activités.<br />

La semence bio, pour une agriculture en pleine croissance a encore été peu approchée par<br />

les gran<strong>des</strong> sociétés. Le développement du secteur nécessite pourtant une vraie<br />

professionnalisation de la production. Des contacts sont en cours entre les sociétés <strong>et</strong><br />

l’interprofession.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -95-


La filière apicole<br />

La filière apicole<br />

Chiffres-clés<br />

La situation en<br />

Aquitaine<br />

En 2009, l’Aquitaine a<br />

produit 567 000 kg de miel<br />

<strong>et</strong> représente ainsi 3,5% du<br />

miel français (statistique<br />

agricole annuelle).<br />

L’évolution de l’apiculture<br />

en Aquitaine (figure cicontre)<br />

montre que le<br />

nombre de ruches diminue<br />

(-36% entre 2000 <strong>et</strong> 2009)<br />

<strong>et</strong> la production annuelle<br />

moyenne diminue<br />

globalement ces dernières<br />

années.<br />

Production en<br />

kg/ruche/an<br />

25<br />

20<br />

15<br />

10<br />

5<br />

0<br />

1989<br />

Evolution de la production annuelle moyenne par<br />

ruche <strong>et</strong> du nombre de ruches en production en<br />

Aquitaine<br />

1991<br />

1993<br />

1995<br />

1997<br />

1999<br />

2001<br />

2003<br />

2005<br />

2007<br />

2009<br />

90000<br />

80000<br />

70000<br />

60000<br />

50000<br />

40000<br />

30000<br />

20000<br />

10000<br />

0<br />

Nombre de ruches en<br />

production<br />

Figure 33. Evolution de la<br />

production apicole en Aquitaine<br />

Production moyenne par ruche (kg/ruche/an)<br />

Nombre de ruches en production<br />

Source : Agreste, statistique annuelle agricole<br />

Enquête de l’ADAAQ auprès de 27 apiculteurs professionnels aquitains en 2008.<br />

Le nombre de ruches moyen est de 330 en Aquitaine.<br />

Les principaux produits sont le miel (9 tonnes par exploitation en moyenne) <strong>et</strong> le pollen<br />

produit par 63% <strong>des</strong> apiculteurs. Quelques producteurs font également de la gelée royale <strong>et</strong><br />

vendent <strong>des</strong> produits de l’élevage (essaims, reines, ruches en production…).<br />

Les services de pollinisation (accords avec les agriculteurs) sont pratiqués par 63%<br />

d’entres eux.<br />

Entre 2008 <strong>et</strong> 2009, le taux de perte (mortalité <strong>des</strong> abeilles) a été de 35% en Aquitaine.<br />

<br />

Bilan 2010 du Groupement de Défense Sanitaire apicole de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Ce bilan fait état dans le département de :<br />

362 apiculteurs<br />

13 717 ruches <strong>et</strong> 787 ruchers<br />

2450 ruches transhumantes.<br />

Les exploitants non-professionnels sont très nombreux dans l’apiculture. Selon le RGA, en<br />

2000, 69% <strong>des</strong> apiculteurs français étaient d’ailleurs non-professionnels.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -96-


Contexte <strong>et</strong> problématiques<br />

La production <strong>des</strong> produits de la ruche baisse de manière inquiétante.<br />

L’abeille rend en eff<strong>et</strong> <strong>des</strong> services essentiels. Ainsi les abeilles domestiques assurent 80%<br />

de la pollinisation <strong>et</strong> leur diminution m<strong>et</strong> en péril <strong>des</strong> productions agricoles <strong>et</strong> de nombreuses<br />

plantes sauvages.<br />

Les causes essentielles sont :<br />

• l’intoxication par les produits phytosanitaires,<br />

• les pathologies de l’abeille.<br />

Organisation/Commercialisation<br />

La grande majorité <strong>des</strong> exploitations enquêtées par l’ADAAQ pratique la vente directe.<br />

Cependant, la majeure partie de la production est vendue en gros (négociants, apiculteurs,<br />

artisans de l’alimentation) <strong>et</strong> demi-gros (supermarchés, restaurants, p<strong>et</strong>its magasins).<br />

La filière est structurée autour de plusieurs organismes :<br />

<br />

L’ ADAAQ : Association de Développement de l’Apiculture en AQuitaine<br />

Active depuis 2003, elle vise au développement <strong>et</strong> à la structuration de l’apiculture en<br />

Aquitaine en favorisant l’acquisition <strong>et</strong> la diffusion <strong>des</strong> connaissances techniques.<br />

Elle contribue à faire connaître l’apiculture dans le paysage agricole <strong>et</strong> joue un rôle<br />

d’interface entre les pouvoirs publics <strong>et</strong> les apiculteurs. Ses actions sont les suivantes:<br />

• création de l’IGP Miels <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong> de Gascogne,<br />

• création de la marque Apiculteurs en Aquitaine,<br />

• conduite de programmes d’expérimentation <strong>et</strong> diffusion <strong>des</strong> informations<br />

techniques,<br />

• création d’un observatoire technico-économique apicole en Aquitaine,<br />

• formations <strong>et</strong> visites-échanges.<br />

Le Groupement de Défense Sanitaire Apicole (GDSA) de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> a pour but<br />

l’amélioration de l’état sanitaire <strong>des</strong> abeilles en diffusant les connaissances <strong>et</strong> les<br />

pratiques sanitaires <strong>et</strong> en accompagnant les apiculteurs adhérents.<br />

Le syndicat l’Abeille Gasconne rassemble les apiculteurs lot-<strong>et</strong>-garonnais <strong>et</strong><br />

représente leurs intérêts auprès <strong>des</strong> autres professions agricoles.<br />

La filière apicole présente <strong>des</strong> particularités très importantes :<br />

- peu d’apiculteurs sont exploitants professionnels, la production est donc dispersée<br />

- les ventes <strong>des</strong> produits apicoles se font essentiellement au niveau local<br />

- un lien fort avec d’autres filières agricoles au travers <strong>des</strong> services de pollinisation<br />

- une grande sensibilité au contexte écologique de part l’inquiétante mortalité <strong>des</strong> abeilles.<br />

C’est également une filière en voie de structuration ce qui devrait contribuer au maintien de<br />

l’apiculture <strong>et</strong> sa visibilité au niveau aquitain <strong>et</strong> lot <strong>et</strong> garonnais.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -97-


7. <br />

La filière produits de l’agriculture biologique<br />

L’agriculture biologique<br />

Chiffres clés<br />

La production biologique est très bien implantée en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> :<br />

• l’Aquitaine est la première région française pour les surfaces en agriculture biologique,<br />

• le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est le 1er département bio en Aquitaine avec 30% <strong>des</strong> surfaces<br />

engagées en bio d’Aquitaine le sont dans le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>,<br />

• 5,10% de la surface agricole départementale est cultivée selon les mo<strong>des</strong> de production<br />

biologique ; c’est mieux que dans l’ensemble de l’Aquitaine (3,5%) <strong>et</strong> beaucoup plus que<br />

la moyenne française (2%).<br />

Nombre d'exploitations en<br />

agriculture biologique en 2010<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -98-<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong><br />

Aquitaine<br />

Evolution 2009-2010 34% 38,60%<br />

Part du <strong>Lot</strong> <strong>et</strong> <strong>Garonne</strong> dans<br />

l’agriculture bio aquitaine<br />

(en %)<br />

489 1 954 25%)<br />

Surfaces certifiées AB 8 403 27 728 30%<br />

Surfaces en conversion 6 477 21 809 30%<br />

Total surfaces engagées en bio 14 880 49 537 30%<br />

% SAU 5,10% 3,50%<br />

Nombre de transformateurs 74 445 17%<br />

Nombre de distributeurs 28 163 17%<br />

Source : ARBIO, 2010<br />

L’évolution est très positive <strong>et</strong> rapide : +34%<br />

d’exploitations en agriculture biologique entre 2009 <strong>et</strong><br />

2010.<br />

Presque tous les types de cultures sont concernés par<br />

la production biologique. Cependant <strong>des</strong> différences<br />

existent dans le développement de ces productions en<br />

bio :<br />

• les céréales, oléagineux <strong>et</strong> protéagineux<br />

correspondent à 55% <strong>des</strong> surfaces en bio <strong>et</strong><br />

représentent respectivement 45, 62 <strong>et</strong> 67% <strong>des</strong><br />

surfaces régionales bio pour ces cultures ;<br />

• surfaces fourragères <strong>et</strong> prairies, moins<br />

consommatrices d’intrants sont aussi bien<br />

représentées dans les surfaces en bio (33%) ;<br />

• fruits <strong>et</strong> légumes sont <strong>des</strong> cultures qui utilisent<br />

moins de surfaces pour une plus grande valeur<br />

ajoutée.<br />

STH<br />

1202 ha<br />

9%<br />

LES CULTURES ENGAGEES DANS<br />

L'AGRICULTURE BIOLOGIQUE<br />

Autres<br />

fourrages<br />

3279 ha<br />

24%<br />

Vigne<br />

551 ha<br />

4% Fruits<br />

1046 ha<br />

8% Légumes<br />

328 ha<br />

2%<br />

Céréales<br />

3436 ha<br />

26%<br />

Oléagineux<br />

2777 ha<br />

21%<br />

Protéagineux<br />

827 ha<br />

6%<br />

Source : ARBIO, 2010<br />

Figure 34. Répartition <strong>des</strong> surfaces en agriculture biologique selon le type de culture en 2010


Contexte<br />

La demande en produits biologiques s’accroît. Le marché alimentaire bio mondial est passé<br />

de 1,6 milliards d’euros en 2005 (1,2 %) à 3 milliards d’euros en 2009 (2 %).<br />

Les achats consommateurs ont augmenté de 19 % entre 2008 <strong>et</strong> 2009. Ils trouvent les<br />

produits en magasins spécialisés bio (38 %), <strong>et</strong> en gran<strong>des</strong> surfaces (45 %) ainsi qu’en<br />

vente directe.<br />

Problématiques<br />

La France, leader au début a vite été dépassée par <strong>des</strong> nations plus pragmatiques qui ont<br />

tout mis en œuvre pour pousser leurs agriculteurs vers ce nouveau marché.<br />

Aujourd’hui, nous n’occupons que le 5 ème rang mondial. Nous importons d’ailleurs 38 % <strong>des</strong><br />

produits consommés en France.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> peut tirer parti de son savoir-faire diversifié, de ses sols <strong>et</strong> de son climat.<br />

Il bénéficie d’une forte implantation d’opérateurs commerciaux <strong>et</strong> de transformateurs<br />

spécialisés (plus de 20), soit les 2/3 <strong>des</strong> opérateurs du grand Sud-Ouest adhérents à<br />

ARBIO.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> abrite à l’Agropole ECOCERT, un <strong>des</strong> plus importants organismes de<br />

certification de produits biologiques.<br />

Organisation<br />

L’offre de production biologique est atomisée mais en voie de structuration. Les producteurs<br />

commercialisent sur les marchés ou par <strong>des</strong> regroupements de producteurs.<br />

Ces regroupements de producteurs sont déjà bien implantés en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> comme la<br />

coopérative <strong>des</strong> agriculteurs biologistes du Sud Ouest (CABSO) <strong>et</strong> l’organisation de<br />

producteurs Sud-Ouest Bio.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> concentre également un nombre important d’entreprises agroalimentaires<br />

de produits biologiques dont certaines ont développé <strong>des</strong> procédés innovants (voir annexe<br />

page suivante).<br />

Terres du Sud m<strong>et</strong> en place <strong>des</strong> filières spécialisées, viande bovine, volailles, mais aussi jus<br />

de fruits, avec un proj<strong>et</strong> de production de jus de raisin bio à Monflanquin.<br />

95% <strong>des</strong> acteurs de la filière bio du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> sont adhérents d’ARBIO qui représente<br />

l’Interprofession.<br />

Le CIVAM Agrobio 47 est l’association <strong>des</strong> agriculteurs biologiques du département. Il<br />

assure la formation <strong>et</strong> le suivi technique <strong>des</strong> agriculteurs, soutient la conversion, aide à la<br />

structuration de filières <strong>et</strong> au développement de la restauration collective en bio. La<br />

promotion de l’agriculture biologique <strong>et</strong> la défense <strong>des</strong> intérêts de la profession font aussi<br />

partie de ses missions.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -99-


Annexe : Les entreprises agro-alimentaires en produits biologiques<br />

Nom de l’entreprise<br />

Productions<br />

Commune<br />

d’implantation<br />

GIE Biogalline Œufs Saint Jean de Thurac<br />

Coop <strong>Garonne</strong> Tomate pour jus Tonneins<br />

SARL Bio<strong>Garonne</strong> Expédition fruits <strong>et</strong> légumes Port Sainte Marie<br />

Fromagerie de la<br />

Lémance<br />

Fromages (vache, brebis, chèvre)<br />

Montayral<br />

Les Amis de Juli<strong>et</strong> Pomme de la variété Juli<strong>et</strong> Saint Vite<br />

Sojami Produits à base de soja Estillac<br />

OP Sud-Ouest bio Fruits <strong>et</strong> légumes Saint Sylvestre<br />

SCA CABSO Fruits <strong>et</strong> légumes Port Sainte Marie<br />

Biolo’klock Confitures, compotes Montpezat<br />

Biopress Huiles alimentaires Tonneins<br />

Bioviver Conserves fruits <strong>et</strong> légumes Bazens<br />

Danival<br />

Conserves, plats préparés,<br />

produits japonais<br />

Andiran<br />

Favols Confitures, compotes, fruits secs Bias<br />

La Panacée <strong>des</strong> plantes Produits de santé Estillac<br />

Lou prunel Pruneaux <strong>et</strong> fruits secs Bias<br />

Pastidelis Pâtisseries à base de céréales Saint Front la Lémance<br />

Pollenergie Pollens, propolis, gelée royale Saint Hilaire de Lusignan<br />

Vitamont Jus de fruits <strong>et</strong> de légumes Monflanquin<br />

Aquibio Surgelés Saint Sylvestre<br />

Biocoop Distributeur Port Sainte Marie<br />

Paysan.fr Distributeur Marmande<br />

Terres du Sud<br />

Gran<strong>des</strong> cultures, aliments<br />

fourragers, poul<strong>et</strong>s, oeufs<br />

Clairac<br />

La filière bio en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> connaît une évolution rapide. Le mouvement mo<strong>des</strong>te<br />

jusqu’en 2010 s’accélère <strong>et</strong> désormais, 5,3% de la SAU sont engagés en agriculture<br />

biologique. La présence d’acteurs économiques dans le département engendre une synergie<br />

entre l’amont <strong>et</strong> l’aval.<br />

En eff<strong>et</strong>, la filière est bien structurée au niveau régional (ARBIO), départemental (Appui bio<br />

de la Chambre d’Agriculture <strong>et</strong> CIVAM Bio), appuyée par la recherche expérimentation<br />

(INVENIO).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -100-


8. <br />

8.1. LE RESEAU BIENVENUE A LA FERME<br />

Le réseau « Bienvenue à la Ferme » est composé :<br />

de plus de 5800 agriculteurs adhérents au niveau national ;<br />

de relais « Bienvenue à la Ferme » régionaux <strong>et</strong> départementaux qui, dans chaque<br />

département <strong>et</strong> dans une vingtaine de régions, conseillent les agriculteurs dans leur<br />

activité, garantissent la qualité <strong>des</strong> produits <strong>et</strong> activités, informent sur les possibilités<br />

d'accueil <strong>et</strong> d'activités sur les exploitations, assurent la promotion du réseau<br />

<strong>et</strong> d'un service de l'Assemblée Permanente <strong>des</strong> Chambres d'Agriculture qui a pour<br />

objectifs :<br />

• le développement de la marque « Bienvenue à la Ferme », propriété de l'APCA,<br />

• le développement <strong>des</strong> relations avec les autres partenaires du tourisme rural,<br />

• la communication nationale de la marque,<br />

• l'animation <strong>des</strong> relais « Bienvenue à la Ferme »,<br />

• la représentation <strong>des</strong> intérêts du réseau Bienvenue à la ferme auprès <strong>des</strong><br />

Pouvoirs Publics.<br />

Tableau n° 15. Les exploitations labellisées « Bienvenue à la ferme » en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Type de prestations<br />

Nombre de<br />

fermes<br />

GASTRONOMIE 69<br />

HEBERGEMENT 12<br />

LOISIRS 15<br />

Détail de la prestation Nombre de fermes<br />

concernées<br />

Produits de la ferme 68<br />

Ferme auberge 4<br />

Camping à la ferme 3<br />

Chambres d’hôte 6<br />

Gîtes 6<br />

Ferme de découverte 8<br />

Ferme équestre 7<br />

Au total, 86 exploitations agricoles sont labellisées<br />

Bienvenue à la Ferme en 2011 en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

8.2. LE RESEAU ACCUEIL PAYSAN<br />

Il s’agit d’un réseau national créé en 1987. Il est structuré autour d’une fédération nationale,<br />

d’associations régionales <strong>et</strong> départementales.<br />

Peu développé en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, ce réseau ne concerne que deux exploitations ayant une<br />

production de foie gras pour l’une <strong>et</strong> de pruneaux, noix <strong>et</strong> nois<strong>et</strong>tes pour l’autre.<br />

Les prestations proposées sont <strong>des</strong> visites de la ferme, <strong>des</strong> produits paysans <strong>et</strong> un gîte pour<br />

l’une.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -101-


8.3. LES MARCHES DE PRODUCTEURS DE PAYS<br />

Les marchés de producteurs de pays sont une marque déposée par les chambres<br />

d’agriculture. C<strong>et</strong>te marque certifie :<br />

• la vente directe du producteur au consommateur,<br />

• l’authenticité <strong>des</strong> produits préparés à partir de savoir-faire traditionnel.<br />

Ils sont essentiellement développés en Aquitaine, <strong>et</strong> en particulier en Gironde, Dordogne <strong>et</strong><br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>.<br />

En 2011, 127 producteurs du département participent à ces marchés. Leurs productions sont<br />

extrêmement variées : vin, pruneaux, fruits <strong>et</strong> légumes variés, nois<strong>et</strong>tes, miel, volailles <strong>et</strong> foie<br />

gras, escargots, viande, pain <strong>et</strong> pâtisseries, <strong>et</strong>c…<br />

22 villes <strong>et</strong> villages du département accueillent ces marchés souvent festifs en juill<strong>et</strong> <strong>et</strong> août<br />

de manière régulière (toutes les semaines ou sur plusieurs dates).<br />

8.4. LES CHARTES ET RESEAUX LOCAUX<br />

Les réseaux Fermes de <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> Fermes du Val d’Albr<strong>et</strong> se sont développés ces<br />

dernières années <strong>et</strong> comportent en 2011 respectivement 26 <strong>et</strong> 12 exploitations agricoles<br />

adhérentes. Ce sont les communautés de communes qui ont été à l’origine de ces initiatives.<br />

L’objectif actuel n’est pas forcément de développer ces réseaux de proximité mais plutôt<br />

d’améliorer la qualité de l’accueil <strong>des</strong> visiteurs <strong>et</strong> ach<strong>et</strong>eurs.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -102-


Conclusion : ECONOMIE <strong>des</strong> FILIERES<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> représente 15% du potentiel économique agricole de l’Aquitaine en 2010.<br />

Gran<strong>des</strong> cultures, cultures légumières <strong>et</strong> fruitières, élevage, viticulture, polyculture : aucune<br />

orientation technico-économique ne prédomine en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>. La diversité <strong>des</strong><br />

productions est similaire à la diversité <strong>des</strong> situations <strong>des</strong> exploitations. 58 % <strong>des</strong><br />

exploitations ont d’ailleurs au moins deux ateliers de production (qui assurent 80 % du chiffre<br />

d’affaires). La coexistence de multiples filières <strong>et</strong> la complémentarité de certaines<br />

productions a permis aux exploitations agricoles de trouver <strong>des</strong> équilibres économiques<br />

moins aléatoires que dans d’autres départements.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est de façon historique un département représentant énormément de<br />

cultures animales ou végétales. C<strong>et</strong>te diversité s’observe également à l’échelle de<br />

l’exploitation. Il s’agit là d’une caractéristique qui fait parfois sa faiblesse mais également sa<br />

force.<br />

C<strong>et</strong>te structuration perm<strong>et</strong> aux agriculteurs de maintenir une activité <strong>et</strong> un revenu sur<br />

l’exploitation lors de situations délicates pour une filière ou d’une année difficile (mévente,<br />

accidents climatiques,…) mais à l’inverse ne leur perm<strong>et</strong> pas de se spécialiser sur une<br />

activité bien précise, ce qui les rend moins compétitifs.<br />

Qu’elles soient très anciennes en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> ou en plein développement, les<br />

performances de chaque filière sont bien souvent conditionnées à leur mode d’organisation<br />

<strong>et</strong> de commercialisation.<br />

Les agriculteurs sont soumis à une forte concurrence européenne <strong>et</strong> à l’intensification <strong>des</strong><br />

échanges au niveau mondial.<br />

Par ailleurs, les exploitations ont su développer <strong>des</strong> activités de diversification (production<br />

d’énergies renouvelables, agrotourisme, transformation à la ferme…). En 2010, cela<br />

concerne une exploitation sur dix, soit 800 exploitations agricoles.<br />

Les circuits courts de commercialisation constituent un mode de distribution complémentaire<br />

pour 20 % <strong>des</strong> exploitations lot-<strong>et</strong>-garonnaises. Près de la moitié d’entres elles réalisent plus<br />

de 50 % du chiffre d’affaires par les circuits courts (vente à la ferme, marchés, vente à un<br />

commerçant détaillant).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -103-


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -104-


EAU<br />

Chapitre 4. EAU<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -105-


<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -106-


1. <br />

1.1. CLIMATOLOGIE<br />

Un climat de type<br />

« océanique dégradé »<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> se trouve dans la<br />

zone climatique océanique mais<br />

présente un climat océanique<br />

dégradé : <strong>des</strong> étés chauds, <strong>des</strong> hivers<br />

doux avec <strong>des</strong> pluies régulières<br />

pendant l’année même si les épiso<strong>des</strong><br />

de sécheresse sont fréquents.<br />

Quelques différences sont à noter par<br />

rapport au climat du littoral aquitain :<br />

• une pluviométrie plus<br />

importante au printemps,<br />

• <strong>des</strong> précipitations plus faibles<br />

en automne.<br />

Température (°C)<br />

Lien entre climatologie <strong>et</strong> agriculture<br />

25<br />

20<br />

15<br />

10<br />

5<br />

0<br />

Graphique climatique - AGEN, <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Janv.<br />

Fév.<br />

Mars<br />

Avril<br />

Mai<br />

Juin<br />

Juil.<br />

Août<br />

Sept.<br />

Oct.<br />

Nov.<br />

Déc.<br />

Cumuls mensuels de précipitations (mm)<br />

Températures moyennes (°C)<br />

Figure 35. Graphique climatique pour la station météorologique d’Agen<br />

Source : MétéoFrance<br />

90<br />

80<br />

70<br />

60<br />

50<br />

40<br />

30<br />

20<br />

10<br />

0<br />

Précipitations (mm)<br />

Figure 36. Evolution du cumul annuel d’évapotranspiration potentielle depuis 1971 à Agen<br />

Source : ACMG<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -107-


Définition : EvapoTranspiration Potentielle<br />

L’ETP (évapotranspiration potentielle)<br />

représente la perte d’eau maximale par<br />

évapotranspiration d’un gazon non limité en<br />

eau.<br />

L’ETP Penman est calculée par Météofrance à<br />

partir de plusieurs variables climatiques :<br />

température de l’air, vitesse du vent <strong>et</strong><br />

rayonnement thermique incident.<br />

A partir de l’ETP, on peut calculer<br />

l’évapotranspiration réelle d’une culture selon<br />

ses caractéristiques.<br />

Pour obtenir un rendement maximum d’une<br />

culture, il faut compenser ses pertes d’eau<br />

par évapotranspiration en réalisant <strong>des</strong><br />

apports d’eau (précipitations ou irrigation).<br />

L’année 1976 avait été une année<br />

exceptionnelle en termes<br />

d’évapotranspiration. Depuis, les années<br />

1989, 1995, 2004 <strong>et</strong> récemment 2009 ont<br />

atteint la même valeur d’ETP (environ 385<br />

mm). 2003, année de canicule, a largement<br />

dépassé ce seuil (avec une ETP d’environ<br />

435 mm).<br />

1.2. HYDROGRAPHIE : LES EAUX SUPERFICIELLES<br />

Cours d’eau <strong>et</strong> bassins versants<br />

Tout le réseau hydrographique s’ordonne autour de deux grands cours d’eau qui ont donné<br />

leur nom au département : la <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> son affluent le <strong>Lot</strong>.<br />

Ce sont vers eux <strong>et</strong> principalement la <strong>Garonne</strong> que convergent de très nombreux cours<br />

d’eau qui drainent l’ensemble <strong>des</strong> collines <strong>et</strong> coteaux de la région. Composé de plus de<br />

4600km de linéaire de ruisseaux <strong>et</strong> de rivières, le chevelu hydrographique du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

se distingue par sa densité.<br />

La carte suivante présente les cours d’eau du département : leur densité est très importante<br />

<strong>et</strong> homogène sauf pour la partie Sud-Ouest qui correspond à la région <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong>. Le <strong>Lot</strong> <strong>et</strong><br />

la <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> leurs principaux affluents sont également localisés.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -108-


UNE HYDROGRAPHIE TRÈS DENSE ORGANISÉE AUTOUR DE LA GARONNE ET DU LOT<br />

Localisation <strong>des</strong> principaux cours d'eau<br />

La Thèze<br />

La Lémance<br />

La Lède<br />

Le <strong>Lot</strong><br />

Le Tolzac de Verteuil<br />

Le Trec de la Greffière<br />

Le Dropt<br />

Le Boudouyssou<br />

Le Tolzac<br />

Le Lisos<br />

L'Avance<br />

La P<strong>et</strong>ite Séoune<br />

Masse de Prayssas<br />

La Barguelonne<br />

La Séoune<br />

Le Ciron<br />

L'Auvignon<br />

La Baise<br />

Canal Latéral à la <strong>Garonne</strong><br />

La Gélise<br />

L'Osse<br />

La <strong>Garonne</strong><br />

L'Auzoue<br />

0 10 20<br />

Kilomètres<br />

Rivière de l'Auroue<br />

Le Gers<br />

Cours d'eau principaux<br />

Cours d'eau<br />

0 10 0<br />

20<br />

Kilomètres<br />

LES COURS D'EAU :<br />

Département du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Source: BD Carthage, IGN<br />

Conception: Maéva Le Joubioux<br />

Sources : BD Carthage, IGN<br />

Conception : Conseil général de<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -109-


LES BASSINS VERSANTS<br />

Dropt<br />

Lisos<br />

Gupie<br />

Trec Canaule<br />

Tolzac<br />

La Lède<br />

Lémance-Thèze<br />

<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> affluents<br />

<strong>Lot</strong> <strong>et</strong> affluents<br />

Ciron<br />

Avance<br />

Ourbise<br />

Boudouyssou-Tancanne<br />

Pays de Serres <strong>Garonne</strong><br />

Séoune<br />

Agenais rive droite<br />

Bruilhois<br />

Gélise-Osse<br />

Baïse<br />

Auvignon<br />

Gers<br />

0 7,5 15<br />

Kilomètres<br />

Sources: DDT, BD Carthage, IGN<br />

Conception : Conseil général de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Figure 37. Cartographie <strong>des</strong> bassins versants du département<br />

Débits<br />

La <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> le <strong>Lot</strong> ont un régime pluvionival, entraînant généralement de hautes eaux <strong>et</strong><br />

parfois <strong>des</strong> crues catastrophiques en hiver <strong>et</strong> au printemps <strong>et</strong> <strong>des</strong> basses eaux en été <strong>et</strong><br />

automne. Les caprices <strong>des</strong> cours d’eau expliquent que les villes ont été construites sur la<br />

rive droite, sur <strong>des</strong> terrasses à l’abri <strong>des</strong> inondations.<br />

Mo<strong>des</strong> de gestion<br />

Trois types de cours d’eau se distinguent selon leur mode d’alimentation <strong>et</strong> leur taille :<br />

• le fleuve <strong>et</strong> les rivières réalimentés par <strong>des</strong> réserves importantes situées hors du<br />

département (<strong>Garonne</strong>, Gers, <strong>Lot</strong>, Baïse),<br />

• les cours d’eau dont le débit d’étiage peut être soutenu par <strong>des</strong> r<strong>et</strong>enues collinaires<br />

de taille variable (Dropt, Séoune, Tolzac de Verteuil, Lémance, Masse de<br />

Prayssas…),<br />

• les cours d’eau non réalimentés très sensibles aux variations saisonnières <strong>et</strong> dont les<br />

débits d’étiage perturbent la vie aquatique (Lède, Gupie, Tolzac de Monclar…).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -110-


1.3. LES EAUX SOUTERRAINES<br />

L’Agence de l’eau distingue deux types d’eaux souterraines :<br />

Les nappes libres<br />

Elles sont alimentées par les précipitations au niveau de toute leur surface qui est à la<br />

pression atmosphérique (elles sont dites aussi phréatiques comme par exemple les nappes<br />

alluviales).<br />

Les nappes dites captives ou profon<strong>des</strong><br />

Elles sont profon<strong>des</strong> lorsque le système aquifère qui les contient s’ennoie sous <strong>des</strong> terrains<br />

imperméables <strong>et</strong> se m<strong>et</strong> en pression ; une nappe captive comporte une partie libre (zone<br />

d’affleurement) au niveau de laquelle les pluies s’infiltrent <strong>et</strong> la rechargent.<br />

Les nappes libres <strong>et</strong> captives sont désignées souvent par le nom de masses d’eau<br />

souterraines.<br />

Description <strong>des</strong> nappes phréatiques<br />

<br />

Jurassique (en bleu sur le schéma)<br />

On distingue cinq réservoirs aquifères calcaires plus ou moins karstiques qui s’étendent sur<br />

la majorité <strong>des</strong> départements de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> de la Dordogne.<br />

Crétacé (en vert sur le schéma)<br />

Toutes les étu<strong>des</strong> récentes ont reconnu trois principaux aquifères plus ou moins karstiques<br />

dans la série du Crétacé supérieur de la plate-forme nord-aquitaine. Ils sont surtout captés<br />

en Périgord blanc <strong>et</strong> Périgord noir car relativement peu profonds (300 à 400 m), mais<br />

n’existent pas dans la moitié sud-orientale du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, car érodés sous la<br />

discordance <strong>des</strong> terrains du Tertiaire.<br />

Figure 38. Schéma <strong>des</strong> principaux aquifères captés dans le secteur d’Agen<br />

Evolution piézométrique <strong>et</strong> taux de recharge<br />

Les mesures piézométriques perm<strong>et</strong>tent la création de cartes ayant pour vocation de<br />

représenter les principaux sens d’écoulement <strong>des</strong> nappes. Une étude a été effectuée en<br />

2007.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -111-


De manière générale, les cartes piézométriques montrent une certaine indépendance<br />

hydraulique entre chacun <strong>des</strong> différents aquifères.<br />

L’étude montre que la plupart <strong>des</strong> ouvrages présente un niveau piézométrique en baisse<br />

continue <strong>et</strong> ce quelles que soient les évolutions du volume annuel prélevé au droit du forage<br />

considéré. L’explication principale est vraisemblablement liée au niveau général<br />

d’exploitation de ces nappes <strong>et</strong> de leur inertie.<br />

Tableau n° 16. Les baisses du niveau piézométrique <strong>des</strong> nappes enregistrées sur le département<br />

Système Baisse<br />

Crétacé -0,97m<br />

Jurassique -1,02m<br />

Baisse moyenne<br />

du département : -1,06m<br />

Globalement, à la vue <strong>des</strong> résultats, 89% <strong>des</strong> ouvrages attestent d’une baisse plus ou moins<br />

marquée <strong>des</strong> niveaux piézométriques sur les différentes pério<strong>des</strong> d’observation. C’est<br />

surtout en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> que les baisses sont observées.<br />

Pour le département, les nappes d’eau souterraines alimentent près de 40 % de la<br />

population en eau potable. C<strong>et</strong>te ressource, initialement réservée à c<strong>et</strong> usage montre<br />

<strong>des</strong> signes de faiblesse ces dernières années. C’est pourquoi <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> pour<br />

améliorer la connaissance ont <strong>et</strong> vont être lancées. Elles pourraient conduire à la<br />

mise en place d’un SAGE notamment pour les nappes du Jurassique <strong>et</strong> du Crétacé.<br />

1.4. LE STOCKAGE DE L’EAU : LACS COLLINAIRES<br />

La situation actuelle lot-<strong>et</strong>-garonnaise (chiffres SDCI <strong>et</strong> Chambre d’agriculture)<br />

• 100 r<strong>et</strong>enues collectives, stockant plus de 30 millions de m 3 d’eau dont 25<br />

r<strong>et</strong>enues de réalimentation pour 28 Mm 3 stockés (le Dropt compte 5 r<strong>et</strong>enues pour<br />

15 Mm 3 ),<br />

• 3 500 r<strong>et</strong>enues individuelles, stockant 70 millions de m 3 d’eau,<br />

• 53 Associations Syndicales Autorisées (ASA), dont 11 réalisent du soutien<br />

d’étiage en plus de la réalimentation.<br />

De plus, <strong>des</strong> réseaux collectifs d’irrigation ont été mis en place dans les années 60 <strong>et</strong> 80 à<br />

partir de la <strong>Garonne</strong>, du <strong>Lot</strong>, <strong>des</strong> rivières réalimentées <strong>et</strong> du système Neste (Baïse <strong>et</strong> Gers).<br />

Densité <strong>des</strong> plans d’eau<br />

Ces plans d’eau sont très nombreux <strong>et</strong> particulièrement denses au nord du département<br />

(bassins versants du Dropt, de la Gupie, de la Lède <strong>et</strong> de Canaule <strong>et</strong> Trec <strong>et</strong> celui de Tolzac)<br />

<strong>et</strong> au sud (bassins versants de la Baïse, l’Auvignon, <strong>et</strong> la Gélise <strong>et</strong> Osse) : 1 à plus de 2<br />

r<strong>et</strong>enues sont présentes par km 2 .<br />

C<strong>et</strong>te répartition s’explique logiquement par le manque de possibilités de prélèvements dans<br />

les ressources naturelles en eau dans ces zones.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -112-


Sources : BD Carthage, BD Carto<br />

Conception : DDT 47, 2009<br />

Figure 39. Cartographie <strong>des</strong> plans d’eau déclarés <strong>et</strong> non déclarés<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -113-


Sources : BD Carto<br />

Conception : DDT 47, 2009<br />

Figure 40. Cartographie de la densité <strong>des</strong> plans d’eau par sous-bassin versant<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -114-


L’envasement <strong>des</strong> plans d’eau<br />

Certaines réserves collinaires sont envasées<br />

La coopérative Terres du Sud suggère la création d’une structure (Groupement d’Intérêt<br />

Economique) intégrant les industriels, les collectivités territoriales, pour acquérir une<br />

machine à désenvaser <strong>et</strong> la proposer aux propriétaires de lacs, les utilisateurs prenant en<br />

charge le coût de fonctionnement.<br />

La réglementation actuelle : peu d’autorisations pour la construction de<br />

nouvelles ressources<br />

Depuis quelques années, peu de ressources en eau ont été créées. Toutefois, dans le cadre<br />

du Plan Départemental <strong>des</strong> Plans d’Eau (PDPE) initié en 2010 par l’<strong>Etat</strong>, la Direction<br />

Départementale <strong>des</strong> Territoires (DDT), la Chambre d’Agriculture <strong>et</strong> le Conseil Général de<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, c<strong>et</strong>te tendance doit s’inverser pour rétablir l’équilibre besoins / ressources<br />

sur les secteurs déficitaires.<br />

Ce plan départemental doit perm<strong>et</strong>tre de favoriser l’émergence de ressources en eau<br />

d’intérêt collectif <strong>et</strong> d’en faciliter la création dans le respect de la Loi sur l’Eau <strong>et</strong> les Mi<strong>lieux</strong><br />

Aquatiques (LEMA) de 2006 <strong>et</strong> du Schéma Directeur d’Aménagement <strong>et</strong> de Gestion <strong>des</strong><br />

Eaux (SDAGE) de 2009.<br />

Plusieurs bassins versants sont concernés par <strong>des</strong> proj<strong>et</strong>s de création de ressource en eau<br />

de réalimentation (Auvignons, Dropt, Lède, Tolzat, Séoune,…). Sur certains de ces bassins<br />

versants les maîtrises d’ouvrages sont à définir <strong>et</strong> les Plans de Gestion <strong>des</strong> Etiages (PGE)<br />

sont à faire aboutir.<br />

Dans le cadre du PDPE, il y a également d’identifiées sur le département, une cinquantaine<br />

de ressource en eau individuelle ou semi-collective à réaliser d’içi 2015.<br />

<br />

Les ressources en eau sont importantes en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, qu’elles soient naturelles<br />

(réseau hydrologique dense, présence de nappes aquifères) ou construites pour les besoins<br />

de l’agriculture <strong>et</strong> pour le soutien <strong>des</strong> étiages (100 millions de m 3 stockés dans les plans<br />

d’eau).<br />

Ces ressources en eau sont essentielles pour le département afin d’assurer l’eau potable,<br />

une production agricole riche <strong>et</strong> diversifiée, <strong>et</strong> de répondre aux besoins <strong>des</strong> industriels.<br />

Les besoins actuels en prélèvements d’eau (données Agence de l’Eau) sont :<br />

- l’eau potable : 12 à 13 millions de m 3 dans les eaux de surfaces <strong>et</strong> 19 à 21 millions<br />

dans les eaux souterraines soit en moyenne 32 millions de m 3 ;<br />

- l’irrigation : 84 millions de m 3 en moyenne sur la période 2002 -2008 ;<br />

- l’industrie : de l’ordre de 10,6 millions de m 3 .<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -115-


2. <br />

2.1. L’ETAT DES LIEUX LIE A LA DIRECTIVE CADRE SUR L’EAU<br />

La Directive Cadre sur l’Eau (DCE) transposée en droit français par la loi du 21 avril 2004,<br />

établi un cadre pour une politique communautaire de l’eau.<br />

C<strong>et</strong>te directive fixe un objectif d’atteinte du bon état <strong>des</strong> eaux superficielles <strong>et</strong> souterraines<br />

en 2015.<br />

Les états membres ont désormais <strong>des</strong> objectifs de résultats globaux à respecter <strong>et</strong> visent,<br />

après les décisions du Grenelle de l’environnement, un objectif très ambitieux, soit 66% <strong>des</strong><br />

masses d’eau en « bon état » pour 2015, de 88% en 2021 <strong>et</strong> 100% en 2027.<br />

Définitions<br />

La masse d’eau est une unité élémentaire homogène du point de vue <strong>des</strong> caractéristiques<br />

naturelles <strong>et</strong> du point de vue <strong>des</strong> pressions exercées sur le milieu. L’état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>et</strong> les<br />

objectifs de la DCE se déclinent par masse d’eau.<br />

L’état écologique est évalué en fonction de l’état biologique (organismes aquatiques,<br />

poissons, algues, macro invertébrés) <strong>et</strong> l’état physico-chimique (pH, oxygène, <strong>et</strong>c …)<br />

Les résultats de l’état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> réalisé en 2006-2007<br />

L’état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> masses d’eau affiché à ce jour a été réalisé par les agences de l’eau<br />

en 2006-2007 (Une réactualisation <strong>des</strong> données sera réalisée en 2012).<br />

<br />

Les eaux souterraines<br />

L’Agence de l’Eau Adour <strong>Garonne</strong>, sur le département, compte 20 masses d’eau<br />

souterraines.<br />

Dans le bassin Adour <strong>Garonne</strong>, 45 masses d’eau souterraines étaient en mauvais état<br />

chimique en 2008. Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est un <strong>des</strong> départements les plus impactés par ces<br />

contaminations liées aux produits phytosanitaires <strong>et</strong> aux nitrates.<br />

Toujours dans le bassin Adour-<strong>Garonne</strong>, 18 masses d’eau libres souterraines sont en<br />

mauvais état quantitatif en 2008. L’état quantitatif <strong>des</strong> masses d’eau du département n’est<br />

cependant pas encore réalisé.<br />

<br />

Les eaux superficielles<br />

Le département compte 162 masses d’eau superficielles dont 2 lacs d’une superficie<br />

supérieure à 50 ha.<br />

Le Trec, la Lémance <strong>et</strong> le Dropt sont en mauvais état chimique (en rouge sur la Figure 41).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -116-


Concernant l’état écologique, les résultats pour le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> sont les suivants:<br />

Tableau n° 17. <strong>Etat</strong> écologique <strong>des</strong> masses d’eau du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

<strong>Etat</strong> écologique <strong>des</strong> Nombre de<br />

% de masses d’eau<br />

masses d’eau masses d’eau<br />

Très bon 1<br />

Bon 37 23%<br />

Moyen 93 58%<br />

Médiocre 18 11%<br />

Mauvais 12 8%<br />

Seul la Briolance (affluent Lémance) est en très bon état écologique. Globalement 75%<br />

masses d’eau du département sont dégradées.<br />

Les objectifs de bon état<br />

Pour la qualité de l’eau <strong>et</strong> <strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong> aquatiques, les objectifs globaux fixés par la DCE sont<br />

les suivants :<br />

- bon état écologique pour les masses d’eau naturelles en 2015,<br />

- bon potentiel écologique pour les masses d’eau fortement modifiées en 2015,<br />

- non détérioration par rapport à l’état actuel,<br />

- arrêt <strong>des</strong> émissions de substances dangereuses prioritaires avant 2020.<br />

Un report de délai d’atteinte du bon état en 2015 est possible s’il est justifié par les<br />

conditions naturelles, la faisabilité technique ou <strong>des</strong> coûts disproportionnés (dérogations<br />

2021 <strong>et</strong> 2027).<br />

Tableau n° 18. Les objectifs globaux pour le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Objectif global SDAGE Nombre de<br />

% de masses d’eau<br />

masses d’eau<br />

Bon état 2015 33 20%<br />

Bon état 2021 86 53%<br />

Bon état 2027 43 27%<br />

<br />

Le risque de non atteinte du bon état<br />

Les paramètres qui influent sur les délais de non atteinte <strong>des</strong> objectifs ont été évalués dans<br />

le SDAGE.<br />

Pour le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, les principaux paramètres sur lesquels porte le risque de ne pas<br />

atteindre le bon état écologique sont :<br />

• l’hydromorphologie : ce sont les éléments physiques qui constituent les cours<br />

d’eau (berges, lits, ligne d’eau, transport solide…) <strong>et</strong> l’hydrologie de la rivière (débit<br />

faible). La majorité <strong>des</strong> masses d’eau du département sont concernées. La<br />

nécessité du maintien de la libre circulation <strong>des</strong> espèces aquatiques, du transport<br />

<strong>des</strong> sédiments <strong>et</strong> <strong>des</strong> écoulements naturels conditionnent le bon fonctionnement<br />

hydromorphologique du cours d’eau ;<br />

• les pollutions diffuses dont principalement les nitrates les substances chimiques<br />

<strong>et</strong> les produits phytosanitaires avec <strong>des</strong> bassins très impactés.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -117-


Figure 41. Cartographie <strong>des</strong> cours d’eau selon leur état chimique<br />

Source : Agence de l’eau Adour <strong>Garonne</strong><br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -118-


Figure 42. Cartographie <strong>des</strong> cours d’eau selon leur état écologique<br />

Source : Agence de l’eau Adour <strong>Garonne</strong><br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -119-


D’autres indicateurs complètent c<strong>et</strong> état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> DCE :<br />

Qualité physico-chimique<br />

Environ 41% <strong>des</strong> stations ont une eau de qualité générale mauvaise à très mauvaise. Sur<br />

ces 18 stations dégradées, les nitrates sont en partie responsables ou co-responsables de la<br />

dégradation (14 exclusivement). Ensuite, viennent les matières azotées sur 6 stations, les<br />

matières organiques oxydables sur 4 stations <strong>et</strong> les matières phosphorées sur 4 stations.<br />

38.6% <strong>des</strong> stations de mesure ont un indice de qualité globale supérieur ou égal à 50 (ce qui<br />

équivaut à une qualité passable), il n’y en avait que 36% en 2007.<br />

Qualité bactériologique<br />

Les résultats pour l’année 2008, sont médiocres : sur les 114 analyses d’Escherichia coli, 22<br />

se sont révélées supérieures au seuil maximal de 2000 E.coli /100mL soit 21.9%.<br />

Les raisons de ces dégradations sont diverses mais 3 reviennent régulièrement :<br />

• les rej<strong>et</strong>s <strong>des</strong> industries agroalimentaires qui, soit après un traitement physicochimique<br />

individuel classique, soit en surchargeant les stations d’épuration<br />

communales entraînent une forte concentration en matières nutritives<br />

biodégradables <strong>et</strong> par conséquent une augmentation de la concentration <strong>des</strong> microorganismes<br />

dans les eaux ;<br />

• les rej<strong>et</strong>s directs issus de défaillances <strong>des</strong> réseaux de collecte <strong>des</strong> eaux usées<br />

domestiques. Il peut y avoir une absence de raccordement, l’impact <strong>des</strong> pluies sur<br />

les réseaux unitaires, <strong>des</strong> problèmes de dimensionnement, <strong>et</strong>c. ;<br />

• les rej<strong>et</strong>s <strong>des</strong> stations d’épuration non exploitées ou non entr<strong>et</strong>enues<br />

correctement, les dysfonctionnements ponctuels.<br />

Qualité biologique<br />

IGBN (Indice Biologique Global<br />

Normalisé)<br />

Sur un total de 52 cours d’eau analysés<br />

entre les années 1998 à 2009, la<br />

majorité <strong>des</strong> cours d’eau sont de bonne<br />

à moyenne qualité.<br />

Figure 43. Répartition <strong>des</strong> résultats de<br />

l’indice IGBN selon la qualité<br />

biologique en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

<br />

Suivi Agence de l’eau de la contamination par les produits phytosanitaires<br />

Source : Fédération de pêche<br />

L’Agence de l’eau a créé, afin d’appréhender le niveau de contamination <strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong><br />

aquatiques un réseau phytosanitaire patrimonial Adour <strong>Garonne</strong> perm<strong>et</strong>tant de r<strong>et</strong>ranscrire<br />

la qualité <strong>des</strong> eaux superficielles du bassin. En 2008, 152 stations ont été positionnées afin<br />

de connaître l’état général du bassin vis-à-vis de la contamination par les pestici<strong>des</strong>.<br />

En <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, plusieurs molécules interdites ont été r<strong>et</strong>rouvées sur la période 2006 à<br />

2008 :<br />

• le S-métolachlore, herbicide utilisé pour le désherbage du maïs. Pic sur le Trec <strong>et</strong><br />

la Gupie en 2008 (13μg/L),<br />

• l’AMPA <strong>et</strong> le glyphosate, herbicide utilisé sur les gran<strong>des</strong> cultures, viticulture <strong>et</strong><br />

arboriculture ainsi que chez les particuliers. Ces molécules se r<strong>et</strong>rouvent sur<br />

l’ensemble du bassin avec <strong>des</strong> pics de concentration dans le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>,<br />

Charente <strong>et</strong> Gers ;<br />

• le Diuron, herbicide utilisé pour la vigne, en arboriculture <strong>et</strong> en usage non<br />

agricole, est r<strong>et</strong>rouvé en forte concentrations (jusqu’à 3,2μg/L) sur le Trec, la Gupie<br />

<strong>et</strong> la <strong>Garonne</strong>,<br />

25%<br />

31%<br />

2%<br />

Très bonne Bonne Moyenne Médiocre<br />

42%<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -120-


• l’atrazine (herbicide interdit en 2003) est présente en concentrations considérées<br />

comme résiduelles (provoquées par une contamination ancienne <strong>et</strong> un lessivage<br />

<strong>des</strong> sols) mais on note également <strong>des</strong> pics de plusieurs μg/L sur certaines stations<br />

de Gironde <strong>et</strong> de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> qui témoignent de l’utilisation actuelle de c<strong>et</strong>te<br />

molécule,<br />

• le bentazone est un herbicide utilisé sur céréales de printemps <strong>et</strong> d’hiver. Dans le<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, un pic de 1,44μg/L est relevé sur le Dropt en 2007,<br />

• l’acétochlore est un herbicide utilisé en association avec d’autres molécules sur le<br />

maïs. Il est r<strong>et</strong>rouvé essentiellement dans le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> sur la Grande Baïse à<br />

un pic de 3,4μg/L en 2007,<br />

• concernant les molécules non-herbici<strong>des</strong> les plus toxiques on r<strong>et</strong>rouve<br />

principalement les molécules suivantes : zirame (fongicide), mancozèbe (fongicide),<br />

carbofuran (insecticide) r<strong>et</strong>rouvées entre autre dans le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, le<br />

tébuconazole (fongicide) r<strong>et</strong>rouvé dans le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>.<br />

2.2. MESURES MISES EN ŒUVRE -REGLEMENTATIONS<br />

Un cadre juridique fort : le Schéma Directeur d’Aménagement <strong>et</strong> de Gestion <strong>des</strong><br />

Eaux (SDAGE 2010 – 2015)<br />

Le SDAGE Adour-<strong>Garonne</strong> est en application. Ce document de planification pour la gestion<br />

équilibrée <strong>des</strong> ressources en eau <strong>et</strong> <strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong> aquatiques est composé de 232<br />

dispositions avec une portée juridique forte (opposable à l’ensemble <strong>des</strong> actes<br />

administratifs ; les documents d’urbanismes devront être rendus compatibles sous trois ans).<br />

<br />

Les 6 orientations fondamentales du SDAGE<br />

Suite à l’état <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> <strong>des</strong> ressources en eau du bassin en 2004, six orientations<br />

fondamentales ont été définies pour le SDAGE 2010-2015.<br />

Elles fixent les gran<strong>des</strong> priorités <strong>des</strong> acteurs de l'eau pour la période 2010-2015 :<br />

• créer les conditions favorables à une bonne gouvernance,<br />

• réduire l’impact <strong>des</strong> activités sur les mi<strong>lieux</strong> aquatiques,<br />

• gérer durablement les eaux souterraines, préserver <strong>et</strong> restaurer les fonctionnalités<br />

<strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong> aquatiques,<br />

• une eau de qualité pour assurer activités <strong>et</strong> usages,<br />

• maîtriser la gestion quantitative de l’eau dans la perspective du changement<br />

climatique,<br />

• privilégier une approche territoriale <strong>et</strong> placer l’eau au cœur de l’aménagement du<br />

territoire.<br />

<br />

3 priorités pour atteindre les objectifs du SDAGE<br />

Pour atteindre les objectifs du SDAGE <strong>et</strong> notamment le bon état <strong>des</strong> eaux, trois priorités ont<br />

été dégagées :<br />

• réduire les pollutions diffuses de toutes origines (nitrates, pestici<strong>des</strong>, produits<br />

dangereux...), notamment dans les secteurs considérés comme prioritaires pour<br />

l’alimentation en eau potable ;<br />

• préserver <strong>et</strong> restaurer le fonctionnement naturel <strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong> aquatiques en<br />

restaurant la continuité écologique <strong>et</strong> en prenant en compte la morphologie naturelle<br />

<strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong> ;<br />

• maintenir une quantité d’eau suffisante dans les rivières <strong>et</strong> les nappes en<br />

été <strong>et</strong> en automne, en m<strong>et</strong>tant en place une gestion plus économe <strong>et</strong> rationnelle de<br />

la ressource en eau.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -121-


Un programme de mesures (PDM) est associé au SDAGE. Il traduit ses dispositions sur le<br />

plan opérationnel en listant les actions à réaliser au niveau de chaque unité hydrographique<br />

de référence (UHR) déclinées pour chaque masse d’eau pour atteindre les objectifs de<br />

résultats donnés, à savoir deux grands types d’objectifs :<br />

les objectifs de la directive cadre sur l’eau (DCE) :<br />

• la non dégradation de l’état actuel <strong>des</strong> eaux,<br />

• l’atteinte du bon état <strong>des</strong> eaux en 2015 pour près de 60 % <strong>des</strong> masses d’eau<br />

superficielles <strong>et</strong> souterraines, 88 % par report de délai en 2021 <strong>et</strong> quasiment la<br />

totalité par report de délai en 2027,<br />

• l’atteinte <strong>des</strong> objectifs fixés par les directives européennes sectorielles (eaux<br />

résiduaires urbaines, nitrates, alimentation en eau potable, baignade, Natura<br />

2000,…),<br />

• la réduction <strong>des</strong> substances dangereuses.<br />

les objectifs spécifiques au bassin Adour <strong>Garonne</strong> :<br />

• la gestion quantitative <strong>des</strong> rivières <strong>et</strong> <strong>des</strong> eaux souterraines,<br />

• la restauration <strong>des</strong> fonctionnalités naturelles <strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong> aquatiques <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

poissons migrateurs,<br />

• la restauration de la qualité <strong>des</strong> eaux <strong>des</strong>tinées à la production d’eau potable <strong>et</strong> à<br />

la baignade,<br />

• la réduction <strong>des</strong> risques d’inondations.<br />

Des outils de gestion concertée à l’échelle <strong>des</strong> bassins: SAGE, PGE, contrats<br />

de rivière<br />

<br />

Schémas d’Aménagement <strong>et</strong> de Gestion <strong>des</strong> Eaux (SAGE)<br />

Tableau n° 19. Les SAGE en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Nom de l’outil de gestion<br />

Contrat de rivière <strong>Lot</strong> Aval<br />

SAGE Vallée de <strong>Garonne</strong><br />

SAGE Ciron<br />

SMAV <strong>Lot</strong><br />

Maître d’ouvrage<br />

SMEAG (pas encore acté en<br />

novembre 2011)<br />

Syndicat Mixte d'Aménagement du<br />

Bassin Versant du Ciron.<br />

<strong>Etat</strong> d’avancement en<br />

juill<strong>et</strong> 2011<br />

Le dossier définitif<br />

présenté le 15 juin 2011<br />

à la commission de<br />

planification de l’AEAG<br />

a reçu un avis favorable<br />

En cours<br />

En cours<br />

SAGE Dropt EPIDropt Emergence avant 2015<br />

SAGE Nappe Jurassique Début avant 2015<br />

Les Commissions Locales de l’Eau (Cle) constituées dans le cadre <strong>des</strong> SAGE <strong>et</strong> les comités<br />

rivières dans le cadre <strong>des</strong> contrats de rivière, prennent une place incontournable dans la<br />

mise en œuvre <strong>des</strong> dispositions du SDAGE.<br />

<br />

Contrats de rivière<br />

Le contrat de rivière <strong>Lot</strong> est engagé sur sa partie lot-<strong>et</strong>-garonnaise. Il est porté par le SMAV<br />

<strong>Lot</strong>. Il est dans sa phase d’élaboration <strong>et</strong> il est porté par le Syndicat Mixte d’Aménagement<br />

de la Vallée du <strong>Lot</strong> (SMAVLOT).<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -122-


PGE<br />

Le PGE, Plan de Gestion <strong>des</strong> Etiages, fixe les règles de partage de la ressource en eau en<br />

situation normale <strong>et</strong> en situation de crise, ainsi que les moyens de son contrôle. Il vise à<br />

r<strong>et</strong>rouver une situation d’équilibre entre les usages de l’eau <strong>et</strong> les mi<strong>lieux</strong> naturels, traduit par<br />

le respect <strong>des</strong> débits d’objectifs d’étiage.<br />

Le département est couvert par 4 grands PGE (<strong>Garonne</strong> Ariège, <strong>Lot</strong>, Neste Rivière de<br />

Gascogne <strong>et</strong> Dropt), par une charte de bassin (Lède) <strong>et</strong> deux PGE sont en cours<br />

d’élaboration (Séoune <strong>et</strong> Tolzac).<br />

Tableau n° 20. Les Plans de Gestion <strong>des</strong> Etiages en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Nom de l’outil de<br />

gestion<br />

PGE DROPT<br />

PGE DIVISIONNAIRE DU<br />

TOLZAC<br />

PGE NESTE RIVIERE DE<br />

GASCOGNE<br />

Maître d’ouvrage <strong>Etat</strong> d’avancement en juill<strong>et</strong> 2011<br />

Syndicat de<br />

réalimentation du Dropt<br />

SI du Tolzac<br />

Arrêté le 5 septembre 2003<br />

En attente de validation après avis<br />

favorable de la commission planification<br />

agence de l’eau le 15 juin 2011<br />

CACG Validé le 2 mai 2002<br />

PGE LOT Entente Vallée du <strong>Lot</strong> 30 avril 2008<br />

PGE SEOUNE Conseil Général 82 En cours<br />

PGE GARONNE ARIEGE SMEAG 12 février 2004 – révision en cours<br />

CHARTE DE BASSIN LEDE SI de la Lède Arrêté le 5 septembre 2003<br />

Des maîtres d’ouvrage locaux pour la gestion <strong>des</strong> sous-bassins versants<br />

La mise en œuvre du PDM passe par <strong>des</strong> structures de gestion de sous-bassin cohérentes<br />

qui pilotent les programmes d’actions pour favoriser l’atteinte <strong>des</strong> objectifs du SDAGE.<br />

L’engagement <strong>des</strong> collectivités territoriales (Département <strong>et</strong> Région) par leur appui technique<br />

<strong>et</strong> financier vient soutenir les programmes d’actions portés par les maîtres d’ouvrages,<br />

globalement <strong>des</strong> EPCI (SIVU, SIVOM, syndicat mixte, <strong>et</strong> communautés de communes).<br />

Ces regroupements volontaires se sont saisis de missions variables en fonction de leurs faits<br />

générateurs, dans la pratique, le plus souvent, <strong>des</strong> inondations. Aujourd’hui leurs actions se<br />

sont souvent étendues à l’entr<strong>et</strong>ien <strong>et</strong> à l’aménagement <strong>des</strong> cours d’eau, le suivi <strong>et</strong> la<br />

protection de la qualité <strong>des</strong> eaux <strong>et</strong> de la ressource, la restauration physique <strong>et</strong> biologique<br />

<strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong> aquatiques, <strong>et</strong> pour certains la gestion quantitative (bassin du Dropt, du Tolzac,<br />

de le Lède de la Séoune, <strong>des</strong> Auvignon, <strong>et</strong>c.) dans le cadre <strong>des</strong> PGE (vol<strong>et</strong> quantitatif du<br />

SAGE).<br />

Sur les 25 bassins versants identifiés, la majorité possède actuellement au moins une<br />

maîtrise d’ouvrage cohérente, un schéma de gestion à l’échelle de leur territoire respectif<br />

découlant d’une étude préalable <strong>et</strong> cadré par la procédure de Déclaration Intérêt Général<br />

(D.I.G).<br />

Pour la mise en œuvre <strong>et</strong> le suivi <strong>des</strong> programmes de gestion sur les cours d’eau ainsi que<br />

l’animation <strong>des</strong> bassins, les maîtres d’ouvrages se sont organisés pour recruter <strong>des</strong><br />

techniciens de rivières au nombre de huit répartis sur un ou plusieurs bassins versant (voir<br />

figure 44). 80% du département est couvert par un technicien de rivières.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -123-


Si c<strong>et</strong>te organisation a permis jusque là <strong>des</strong> avancées significatives en matière de lutte<br />

contre les inondations <strong>et</strong> de reconquête de la qualité <strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong> aquatiques, elle est<br />

relativement hétérogène.<br />

Des outils de gestion <strong>des</strong> risques<br />

<br />

Les PPRI<br />

Pour limiter les conséquences <strong>des</strong> risques dans les secteurs urbanisés, le Préf<strong>et</strong> dispose<br />

d’un outil réglementaire créé par l’article L 562-1 du Code de l’Environnement : le Plan de<br />

Prévention <strong>des</strong> Risques Naturels qui se décline en Plan de Prévention <strong>des</strong> Risques<br />

d’Inondation lorsqu’il vise à prévenir <strong>et</strong> limiter les conséquences de fortes crues.<br />

Le Programme d’Actions <strong>et</strong> Prévention <strong>des</strong> Inondations (PAPI) du bassin du Brulhois<br />

Le PAPI est une démarche visant à réduire les dommages aux personnes <strong>et</strong> aux biens dus<br />

aux inondations. Il s’agit de réduire le risque de manière pragmatique, d’améliorer les outils<br />

<strong>et</strong> les métho<strong>des</strong> d’intervention afin d’être plus efficace en cas de crise. L'objectif pour le<br />

bassin du Brulhois est de « favoriser les écoulements <strong>des</strong> ruisseaux, m<strong>et</strong>tre en place <strong>des</strong><br />

systèmes de protection, de ralentissement <strong>des</strong> eaux » afin de réduire les eff<strong>et</strong>s <strong>des</strong> crues qui<br />

ont causé <strong>des</strong> inondations en 2008. L’élaboration de ce programme a débuté en 2011.<br />

Sources : BD Carthage<br />

Conception : CATER<br />

Figure 44. Localisation <strong>des</strong> périmètres de mise en place d’outils de gestion de l’eau<br />

Des zones de vigilance définies par le SDAGE<br />

Zone de vigilance nitrates « gran<strong>des</strong> cultures »<br />

Ce zonage résulte d’opérations de sensibilisation <strong>et</strong> de promotion <strong>des</strong> bonnes pratiques, de<br />

démarches volontaires (plans d’actions concertés) ainsi que d’obligations réglementaires.<br />

La majeure partie du département est classée en zone de vigilance pour les pollutions<br />

diffuses « nitrates gran<strong>des</strong> cultures » selon le SDAGE Adour-<strong>Garonne</strong> 2010-2015.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -124-


Zone de vigilance pestici<strong>des</strong><br />

Ce zonage hydrographique englobe les zones où les teneurs en nutriments <strong>et</strong><br />

phytosanitaires comprom<strong>et</strong>tent l’atteinte <strong>des</strong> objectifs du SDAGE ainsi que les bassins où<br />

ces mêmes polluants, sans atteindre les valeurs seuils du bon état du classement en zone<br />

vulnérable ou de l’eau brute SDAGE, méritent qu’une surveillance de ces paramètres soit<br />

maintenue <strong>et</strong> que les éventuelles tendances à la hausse soient prévenues.<br />

L’ensemble du département du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est concerné par ce zonage.<br />

Zone de Répartition <strong>des</strong> Eaux (ZRE)<br />

Une Zone de Répartition <strong>des</strong> Eaux se caractérise par une insuffisance chronique <strong>des</strong><br />

ressources en eau par rapport aux besoins. L’inscription d’une ressource (bassin<br />

hydrographique ou système aquifère) en ZRE constitue le moyen pour l’<strong>Etat</strong> d’assurer une<br />

gestion plus fine <strong>des</strong> deman<strong>des</strong> de prélèvements dans c<strong>et</strong>te ressource, grâce à un<br />

abaissement <strong>des</strong> seuils de déclaration <strong>et</strong> d’autorisation de prélèvements. Elle constitue un<br />

signal fort de reconnaissance d’un déséquilibre durablement instauré entre la ressource <strong>et</strong><br />

les besoins en eau.<br />

Une ZRE implique un renforcement du régime de déclaration <strong>et</strong> d’autorisation <strong>des</strong><br />

prélèvements en eau. Ainsi, tout prélèvement est soumis à autorisation dès lors qu’il<br />

dépasse une capacité de 8m 3 /h.<br />

En <strong>Lot</strong> <strong>et</strong> <strong>Garonne</strong>, tout le département est classé en ZRE.<br />

D’autres programmes autour de la gestion de l’eau<br />

<br />

Programme d’Actions Territorial Trec-Canaule<br />

Il s'agit de la mise en place d'actions volontaires agricoles <strong>et</strong> non agricoles en vue<br />

d'améliorer les pratiques <strong>et</strong> la réduction <strong>des</strong> transferts <strong>des</strong> intrants par la mise en place<br />

d'actions sur le vol<strong>et</strong> aménagement de l'espace. Pour la Chambre d'Agriculture, il s'agit d'une<br />

zone test pour étudier <strong>des</strong> pratiques <strong>et</strong> trouver <strong>des</strong> solutions agronomiques, tout en<br />

maintenant le niveau économique <strong>des</strong> exploitations agricoles.<br />

Tableau n° 21. Les autres programmes de gestion de l’eau<br />

Nom<br />

Plan d’Actions Territorial<br />

Trec-Canaule<br />

Etude paysagère du Plan<br />

<strong>Garonne</strong><br />

Schéma Directeur<br />

d’Entr<strong>et</strong>ien du Lit <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

Berges de la <strong>Garonne</strong><br />

(SDE)<br />

Maître<br />

d’ouvrage<br />

Chambre<br />

d’Agriculture 47<br />

SMEAG<br />

SMEAG<br />

En cours<br />

En cours<br />

Avancement<br />

Trois documents produits :<br />

Diagnostic de l’état initial<br />

Proj<strong>et</strong> d’état à atteindre<br />

Programme d’actions<br />

Mais pas de Maîtrise d’ouvrage pour<br />

porter ces actions<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -125-


DES ESPACES À PROTÉGER DES POLLUTIONS D'ORIGINE AGRICOLE<br />

0 2,5 5<br />

Kilomètres<br />

Un patrimoine naturel à protéger : les ZNIEFF<br />

(Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique <strong>et</strong> Floristique<br />

ZNIEFF de type II:<br />

grands ensembles naturels riches<br />

ou peu modifiés, ou offrant <strong>des</strong><br />

potentialités biologiques importantes<br />

ZNIEFF de type I:<br />

secteurs de superficie en général<br />

limitée, définis par la présence<br />

d’espèces ou de mi<strong>lieux</strong> rares,<br />

remarquables ou caractéristiques<br />

du patrimoine naturel national ou<br />

régional.<br />

Un zonage réglementaire (Directive Nitrate) :<br />

les zones vulnérables<br />

Communes classées en zone vulnérable,<br />

c'est-à-dire ou les eaux sont<br />

atteintes ou menacées de pollution<br />

(teneur en nitrate supérieure à 40 mg/L<br />

ou tendances à l'eutrophisation)<br />

Les cours d'eau principaux<br />

Autres cours d'eau majeurs<br />

<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> <strong>Lot</strong><br />

Source: INPN, DREAL Aquitaine, BD Carthage, IGN<br />

Conception: Conseil général de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Figure 45. Cartographie <strong>des</strong> ZNIEFF <strong>et</strong> <strong>des</strong> zones vulnérables<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -126-


Les zones vulnérables issues de la Directive Nitrate<br />

Délimitée depuis 1997, une zone vulnérable est une partie du territoire où la pollution <strong>des</strong><br />

eaux par le rej<strong>et</strong> direct ou indirect de nitrates d'origine agricole <strong>et</strong> d'autres composés azotés<br />

susceptibles de se transformer en nitrates, menace à court terme la qualité <strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong><br />

aquatiques <strong>et</strong> plus particulièrement l'alimentation en eau potable. Sont désignées comme<br />

zones vulnérables les zones où :<br />

• les eaux douces superficielles <strong>et</strong> souterraines, notamment celles <strong>des</strong>tinées à<br />

l'alimentation en eau potable, ont ou risquent d'avoir une teneur en nitrates<br />

supérieure à 50 mg/l,<br />

• les eaux <strong>des</strong> estuaires, les eaux côtières ou marines <strong>et</strong> les eaux douces<br />

superficielles qui ont subi ou montrent une tendance à l'eutrophisation<br />

susceptible d'être combattue de manière efficace par une réduction <strong>des</strong> apports<br />

en azote.<br />

Dans ces zones, les agriculteurs doivent respecter un programme d'action qui comporte <strong>des</strong><br />

prescriptions à la gestion de la fertilisation azotée <strong>et</strong> de l'interculture par zone vulnérable. Il<br />

est construit en concertation avec tous les acteurs concernés, sur la base d'un diagnostic<br />

local. En dehors <strong>des</strong> zones vulnérables, un code <strong>des</strong> bonnes pratiques agricoles, établi au<br />

niveau national est d'application volontaire.<br />

<br />

Un patrimoine naturel riche à protéger<br />

Les Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique <strong>et</strong> Floristique couvrent 23 700 ha en<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>. On en recense 175 dans le département. L’inventaire ZNIEFF n’a pas de<br />

portée juridique. Cependant, largement diffusé, les éléments d'information qu'il contient<br />

relatifs aux espèces <strong>et</strong> aux mi<strong>lieux</strong> naturels doivent être pris en compte dans les opérations<br />

d'aménagement ou dans l'élaboration <strong>des</strong> documents de planification.<br />

<br />

Globalement <strong>et</strong> à quelques exceptions, la qualité <strong>des</strong> eaux dans le Département est<br />

dégradée. Il convient d'intervenir par <strong>des</strong> plans d'actions concertés à l'échelle de bassin<br />

versant (cas Plan d'Actions Territorialisées du bassin du Trec) afin de réduire les pollutions<br />

diffuses qui contribuent en partie à c<strong>et</strong>te dégradation (rappelons que l’objectif du Grenelle<br />

concernant la réduction de l’usage <strong>des</strong> pestici<strong>des</strong> est de 50% en 2018).<br />

Eaux souterraines :<br />

5 aquifères dédiés à deux usages principaux : l’irrigation <strong>et</strong> l’alimentation en eau potable<br />

7 nappes alluviales alimentant les cours d’eau<br />

Menaces : baisse piézométrique, teneurs en nitrate qui augmentent en Dordogne, états<br />

chimique <strong>et</strong> quantitatif mauvais sur une grande majorité <strong>des</strong> masses d’eau.<br />

Eaux superficielles : une qualité biologique relativement bonne.<br />

Menaces : état chimique, écologique <strong>et</strong> qualité générale préoccupants. De nombreux<br />

produits phytosanitaires détectés en trop fortes concentrations (herbici<strong>des</strong> maïs <strong>et</strong> céréales)<br />

Les enjeux majeurs pour la qualité de l’eau<br />

- La réduction <strong>des</strong> pollutions diffuses<br />

- L’hydromorphologie <strong>des</strong> cours d’eau avec <strong>des</strong> problèmes de pollutions ponctuelles à régler<br />

(assainissement <strong>et</strong> pluvial).<br />

- L’équilibre hydrologique qui doit être trouvé entre les usages majoritairement agricoles<br />

(poids économique fort pour le département) <strong>et</strong> le bon fonctionnement <strong>des</strong> mi<strong>lieux</strong><br />

aquatiques (ressource fragile).<br />

- L’alimentation en eau potable reste bien entendu l’enjeu majeur pour les années à venir.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -127-


3. <br />

La pratique de l’irrigation est ancienne en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>. Le développement <strong>des</strong><br />

productions « spéciales » arboriculture, légumes, tabac, qui nécessitait de l’eau a déclenché<br />

dans les années 60 la création progressive <strong>des</strong> ressources en eau.<br />

3.1. L’AGRICULTURE IRRIGUEE EN LOT-ET-GARONNE<br />

Surfaces irriguées<br />

En 2000, la superficie irrigable du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> était de 115 000 ha, soit 38 % de la SAU<br />

(un peu plus que les Lan<strong>des</strong> 114 000 ha).<br />

En 2007, seuls les chiffres <strong>des</strong> exploitations professionnelles sont disponibles. Celles-ci sont<br />

dotées de 99 368 ha irrigables <strong>et</strong> irriguent réellement 62 700 ha (63 % <strong>des</strong> capacités). Dans<br />

les Lan<strong>des</strong> par exemple, on irrigue 94 000 ha pour 107 000 ha irrigables (soit 87,8 %). Ces<br />

différences peuvent s’expliquer par la plus grande dépendance au maïs de sols landais alors<br />

que les lot-<strong>et</strong>-garonnais peuvent en fonction de la PAC <strong>et</strong> du marché se tourner vers <strong>des</strong><br />

cultures sèches, par exemple blé ou tournesol.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> possède<br />

depuis longtemps une surface<br />

irrigable importante. C<strong>et</strong>te<br />

surface a encore augmenté<br />

entre 1980 <strong>et</strong> 2000 <strong>et</strong> reste<br />

stable depuis 2000, de<br />

manière identique au<br />

département <strong>des</strong> Lan<strong>des</strong>.<br />

Les ai<strong>des</strong> de la PAC ont été<br />

pendant longtemps favorables<br />

à l’irrigation <strong>et</strong> ont favorisé<br />

son développement.<br />

Figure 46. Evolution <strong>des</strong> surfaces irriguables entre 1970 <strong>et</strong> 2007 en Aquitaine, par département<br />

Assolement <strong>des</strong> cultures irriguées<br />

Vergers<br />

17,7%<br />

Cultures de<br />

semences<br />

5,3%<br />

Autres<br />

0,1%<br />

Les céréales occupent 2/3 <strong>des</strong><br />

surfaces irriguées (en particulier le<br />

maïs). Vergers, légumes <strong>et</strong> fruits<br />

représentent un peu moins d’un quart<br />

de l’assolement.<br />

Légumes <strong>et</strong><br />

fruits<br />

4,3%<br />

Cultures<br />

industrielles<br />

1,5%<br />

Oléoprotéagine<br />

ux<br />

1,2%<br />

Fourrages<br />

3,7%<br />

Céréales<br />

66,2%<br />

L’irrigation est indispensable pour<br />

certaines cultures emblématiques du<br />

département : la prune, le kiwi, la fraise<br />

ou les semences.<br />

Figure 47. Répartition <strong>des</strong> surfaces<br />

irriguées selon les cultures en<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Source : Chambre d’agriculture 47<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -128-


Les besoins en eau <strong>des</strong> cultures<br />

Une culture de maïs a un besoin effectif en eau de 1700 m 3 /ha en année moyenne <strong>et</strong><br />

2600m 3 /ha en année quinquennale sèche. Les besoins en eau pour une culture de vergers<br />

sont de 2000 m 3 /ha en année moyenne <strong>et</strong> 2900 m 3 /ha en année sèche.<br />

3.2. LES VOLUMES D’EAU PRELEVES<br />

Avec 84 millions de m 3 prélevés,<br />

l’irrigation représente environ 62%<br />

de l’eau prélevée.<br />

Les volumes d’eau d’irrigation<br />

varient beaucoup selon les<br />

conditions climatiques : de 64<br />

millions de m 3 en 2007 à 115<br />

millions de m 3 en 2003.<br />

Figure 48. Evolution <strong>des</strong> prélèvements<br />

en eau pour l’irrigation entre<br />

2002 <strong>et</strong> 2008<br />

Volume prélevé (en milliers de m3)<br />

200000<br />

180000<br />

160000<br />

140000<br />

120000<br />

100000<br />

80000<br />

60000<br />

40000<br />

20000<br />

0<br />

Source : Agence de l’eau<br />

prélevés selon les départements aquitains<br />

3.3. ORIGINE DES PRELEVEMENTS POUR L’IRRIGATION<br />

La situation en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

En moyenne, les prélèvements d’eau se<br />

font globalement à :<br />

• 44% dans les eaux de surface,<br />

• 30% dans les r<strong>et</strong>enues collinaires,<br />

• 26% dans les nappes phréatiques.<br />

C<strong>et</strong>te répartition reste stable selon les<br />

années climatiques même si les<br />

volumes prélevés totaux sont très<br />

variables.<br />

Figure 50. Répartition <strong>des</strong> prélèvements<br />

pour l’irrigation en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong> selon leur origine entre<br />

2002 <strong>et</strong> 2008<br />

Source : Agence de l’eau<br />

Volume d'eau (en millions de m3)<br />

Volumes d'eau prélevés pour l'irrigation<br />

(moyenne 2002-2008: 84 millions de m3 par an)<br />

140<br />

120<br />

100<br />

80<br />

60<br />

40<br />

20<br />

0<br />

Dordogne Gironde Lan<strong>des</strong> <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong><br />

Réseau collectif Prélèvements individuels<br />

Pyrénées-<br />

Atlantiques<br />

R<strong>et</strong>enues<br />

collinaires<br />

30%<br />

25 millions<br />

de m3<br />

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008<br />

70 % de prélèvements en eau de<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> se font par <strong>des</strong><br />

prélèvements individuels. Cela<br />

correspond à la moyenne du bassin<br />

Adour <strong>Garonne</strong>.<br />

Les prélèvements individuels sont<br />

encore plus répandus en Gironde<br />

(95%) <strong>et</strong> dans les Lan<strong>des</strong> (88%).<br />

Seules les Pyrénées-Atlantiques<br />

utilisent majoritairement les<br />

réseaux collectifs.<br />

Source : Agence de l’eau, rapport 2007<br />

Figure 49. Les volumes d’eau<br />

Origine <strong>des</strong> PRELEVEMENTS POUR<br />

L'IRRIGATION en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Total: 84 millions par an en moyenne entre 2002 <strong>et</strong> 2008<br />

Nappe<br />

phréatique<br />

25,6%<br />

22 millions<br />

de m3<br />

Nappe<br />

captive<br />

0,5%<br />

0,4 millions<br />

de m3<br />

Eau de<br />

surface<br />

43,9%<br />

37 millions<br />

de m3<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -129-


Comparaison avec les autres départements aquitains <strong>et</strong> l’ensemble du bassin<br />

Adour-<strong>Garonne</strong> (année 2007)<br />

100%<br />

90%<br />

80%<br />

70%<br />

60%<br />

50%<br />

40%<br />

30%<br />

20%<br />

10%<br />

0%<br />

Dordogne Gironde Lan<strong>des</strong> <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong><br />

Pyrénées-<br />

Atlantiques<br />

Bassin<br />

Adour-<br />

<strong>Garonne</strong><br />

Eaux de surface Nappe phréatique Nappe profonde R<strong>et</strong>enue collinaire<br />

Figure 51. Répartition de l’origine <strong>des</strong> prélèvements en eau pour l’irrigation selon les départements<br />

aquitains en 2007<br />

Source : Agence de l’eau, rapport 2007<br />

La répartition existante en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est proche de la moyenne du Bassin Adour-<br />

<strong>Garonne</strong> même si le département utilise un peu moins les nappes <strong>et</strong> davantage les r<strong>et</strong>enues<br />

collinaires.<br />

La situation est très différente en Gironde <strong>et</strong> dans les Lan<strong>des</strong> du fait de la présence de la<br />

nappe <strong>des</strong> sables.<br />

Localisation <strong>des</strong> prélèvements en eau d’irrigation <strong>et</strong> leurs origines en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<br />

<strong>Garonne</strong><br />

La cartographie suivante présente l’importance <strong>des</strong> volumes d’eau prélevés <strong>et</strong> leurs origines<br />

par canton. Plusieurs constats peuvent être fait :<br />

• les cantons du Val de <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> de l’Albr<strong>et</strong> sont les cantons qui prélèvent le plus<br />

(2 à 6 millions de m 3 par canton). Ils utilisent en majorité de l’eau de surface <strong>et</strong> <strong>des</strong><br />

nappes phréatiques,<br />

• au contraire, il y a <strong>des</strong> besoins très réduits en eau d’irrigation dans l’Agenais,<br />

• les cantons Nord du département ont <strong>des</strong> besoins plus modérés <strong>et</strong> les<br />

prélèvements se font en majorité dans les r<strong>et</strong>enues collinaires <strong>et</strong> pour le reste dans<br />

les rivières,<br />

• l’agriculture irriguée est plus ou moins développée selon les territoires. Les<br />

besoins <strong>et</strong> les types de ressources en eau ont une répartition hétérogène sur le<br />

département.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -130-


LES PRÉLÈVEMENTS EN EAU POUR L'IRRIGATION<br />

(Moyenne 2002-2008)<br />

Sur la période 2002-2008, 84 millions de m3 ont été<br />

prélevés chaque année pour l'irrigation en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

dont:<br />

- 30% dans les r<strong>et</strong>enues collinaires<br />

- 44% dans les eaux de surface<br />

- 26 % dans les nappes phréatiques<br />

RÉPARTITION DES PRÉLÈVEMENTS EN EAU<br />

selon la ressource utilisée <strong>et</strong> par canton<br />

5 600 000<br />

2 800 000<br />

560 000<br />

Eau de surface<br />

Nappe captive<br />

Nappe phréatique<br />

R<strong>et</strong>enue collinaire<br />

VOLUMES D'EAU PRÉLEVÉS POUR L'IRRIGATION<br />

par canton (en m3)<br />

3 190 000 à 5 520 000 (8)<br />

2 100 000 à 3 190 000 (8)<br />

1 390 000 à 2 100 000 (7)<br />

750 000 à 1 390 000 (9)<br />

0 à 750 000 (10)<br />

0 10 20<br />

Sources: Agence de l'eau Adour-<strong>Garonne</strong>, IGN<br />

Conception: Maéva Le Joubioux<br />

Kilomètres<br />

Sources : BD Carthage, IGN<br />

Conception : Conseil général de<br />

<strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -131-


3.4. LES TECHNIQUES D’IRRIGATION<br />

Les dernières enquêtes d’Agreste, menées sur la région Aquitaine, perm<strong>et</strong>tent de connaître<br />

les tendances en matière d’équipements pour l’irrigation.<br />

Le maïs<br />

Le canon enrouleur reste le mode d’irrigation majoritaire pour le maïs. Il se pratique souvent<br />

sur de p<strong>et</strong>ites surfaces, <strong>et</strong> son utilisation est en baisse.<br />

Le pivot ou la rampe apporte davantage d’eau à l’hectare (plus de passages avec de plus<br />

p<strong>et</strong>ites quantités) pour de meilleurs<br />

résultats en termes de rendement.<br />

Seul un quart <strong>des</strong> irrigants utilise les<br />

avis techniques (Chambre d’agriculture<br />

ou autres) pour déclencher les apports<br />

d’eau <strong>et</strong> 17% ont <strong>des</strong> outils de pilotage<br />

de type pluviomètre ou tensiomètre. Les<br />

58% restants font une simple<br />

observation de leur parcelle.<br />

Figure 52. Le matériel d’irrigation utilisé pour le maïs en Aquitaine<br />

Les vergers<br />

Deux tiers <strong>des</strong> vergers aquitains sont irrigués<br />

<strong>et</strong> si l’aspersion reste majoritaire, elle est en<br />

recul au profit d’un mode d’irrigation plus<br />

économe : le microj<strong>et</strong>.<br />

Presque la moitié <strong>des</strong> surfaces sont irriguées<br />

par <strong>des</strong> moyens économes (microj<strong>et</strong>s <strong>et</strong><br />

goutte à goutte).<br />

75% <strong>des</strong> surfaces sont irriguées selon les<br />

bull<strong>et</strong>ins techniques <strong>des</strong> organisations de<br />

producteurs.<br />

Figure 53. Part <strong>des</strong> surfaces en vergers irrigués selon leur mode d’irrigation en Aquitaine en 2007<br />

Les cultures légumières<br />

Les cultures légumières sont<br />

essentiellement irriguées par aspersion.<br />

Figure 54. Part <strong>des</strong> surfaces en légumes<br />

irrigués selon leur mode d’irrigation<br />

en Aquitaine en 2007<br />

Efficience du matériel d’irrigation<br />

Figure 55. Efficiences<br />

comparées de<br />

différents systèmes<br />

d’irrigation<br />

Source : INRA ; Expertise Sécheresse,<br />

2006<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -132-


Irrigation de précision : quelles possibilités ?<br />

Au niveau de l’irrigant, <strong>des</strong> économies d’eau sont possibles par un ajustement plus précis<br />

<strong>des</strong> dates <strong>et</strong> <strong>des</strong> volumes d’irrigation. Selon la nature du sol, le type de cultures, la superficie<br />

de la parcelle <strong>et</strong> le rendement escompté, les besoins en eau sont différents. Une conduite<br />

précise de l’irrigation suppose la connaissance de l’état hydrique du sol (notamment par<br />

l’utilisation de tensiomètres) <strong>et</strong> le suivi de la météorologie. Enfin, l’utilisation de matériel<br />

correctement réglé <strong>et</strong> contrôlé garantira la qualité de la répartition de la dose d’irrigation.<br />

Système de pilotage de l’irrigation<br />

Plusieurs techniques de relevés existent ; son<strong>des</strong> watermark (tension du sol), son<strong>des</strong><br />

capacitives (humidité du sol), système Pepista (variation de diamètre de la tige).<br />

Soit les relevés sont à faire manuellement, soit les données sont transférées au boîtier<br />

central qui les envoie par GPRS à l’ordinateur de l’agriculteur.<br />

Des outils d’ai<strong>des</strong> à la décision<br />

Les apports d’eau sont calculés à partir <strong>des</strong> sta<strong>des</strong> de cultures, <strong>des</strong> relevés tensiométriques<br />

<strong>et</strong> <strong>des</strong> prévisions météorologiques.<br />

Les Chambres d’agriculture proposent aussi <strong>des</strong> bull<strong>et</strong>ins de conseil irrigation.<br />

Des économies d’eau peuvent également être réalisées au niveau <strong>des</strong> infrastructures<br />

collectives d’irrigation. Le transport de l’eau depuis les barrages jusqu’au point de<br />

prélèvement peut être optimisé ; l’efficacité peut passer alors de 30 % (gestion manuelle) à<br />

85 % (gestion automatique).<br />

3.5. LA GESTION COLLECTIVE DE L’IRRIGATION<br />

Les Associations Syndicales Autorisées (ASA) sont <strong>des</strong> regroupements de propriétaires<br />

constitués en vue de perm<strong>et</strong>tre l'exécution <strong>et</strong> l'entr<strong>et</strong>ien à frais communs de travaux<br />

immobiliers, à savoir ici <strong>des</strong> installations d'irrigation. Les adhérents d'une ASA sont les<br />

propriétaires <strong>des</strong> parcelles situées dans le périmètre de l'association défini lors de sa<br />

constitution.<br />

<br />

L’irrigation reste une pratique majeure pour les agriculteurs lot-<strong>et</strong>-garonnais. Elle est<br />

coûteuse en temps, en matériel, en ressources en eau, mais elle constitue une assurance<br />

face aux irrégularités du climat. Elle contribue fortement à l’amélioration de la qualité. C’est<br />

grâce à elle qu’on peut diversifier les productions <strong>et</strong> maintenir une densité d’exploitations qui<br />

limite la déprise <strong>et</strong> la détérioration <strong>des</strong> paysages du département.<br />

La situation actuelle<br />

L’irrigation est un usage majeur de l’eau <strong>et</strong> représente 67 à 115 millions de m3 d’eau<br />

prélevée selon les années.<br />

C<strong>et</strong>te eau est prélevée à :<br />

44% dans les eaux de surface<br />

30% dans les r<strong>et</strong>enues collinaires<br />

26% dans les nappes phréatiques.<br />

Le Val de <strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> l’Albr<strong>et</strong> sont les zones où les besoins sont les plus importants <strong>et</strong> les<br />

prélèvements se font en majorité dans les eaux de surface (<strong>Garonne</strong>, Baïse, Gélise…) ou<br />

dans les nappes phréatiques.<br />

Dans la zone Nord du département, les prélèvements se font davantage dans les r<strong>et</strong>enues<br />

collinaires.<br />

Le choix du matériel d’irrigation <strong>et</strong> le développement de techniques de pilotage de l’irrigation<br />

sont <strong>des</strong> clés pour économiser <strong>et</strong> mieux valoriser l’eau prélevée.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -133-


Conclusion : EAU<br />

En <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>, l’eau est un élément primordial pour le développement économique. Le<br />

réseau <strong>des</strong> cours d’eau <strong>et</strong> <strong>des</strong> eaux souterraines est très présent <strong>et</strong> répond aux besoins de<br />

tous les usages : eau potable (12 à 13 millions de m 3 par an), agriculture (84 millions de m 3<br />

en moyenne), industrie (10 millions de m 3 environ) mais aussi loisirs, tourisme, production<br />

d’électricité <strong>et</strong> écosystèmes (données de l’Agence de l’Eau).<br />

L’agriculture est néanmoins l’un <strong>des</strong> principaux usagers de l’eau. L’irrigation s’est en eff<strong>et</strong><br />

développée très tôt en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> a rendu possible la grande richesse agricole du<br />

département. En conséquence, les r<strong>et</strong>enues collinaires sont très nombreuses dans certains<br />

secteurs <strong>et</strong> perm<strong>et</strong>tent de stocker 30 % de l’eau d’irrigation utilisée chaque année (44 %<br />

proviennent <strong>des</strong> eaux de surface <strong>et</strong> les 26 % restants sont prélevés dans les nappes<br />

phréatiques).<br />

L’état qualitatif de l’eau est au coeur de la politique de l’eau régie par le SDAGE Adour<br />

<strong>Garonne</strong> : la qualité <strong>des</strong> cours d’eau lot-<strong>et</strong>-garonnais est très souvent médiocre. La gestion<br />

de l’eau s’organise à différentes échelles pour concourir aux objectifs de bon état <strong>des</strong> eaux.<br />

Dans la perspective du changement climatique, <strong>des</strong> épiso<strong>des</strong> climatiques extrêmes<br />

devraient se multiplier, perturbant ainsi l’équilibre hydrologique <strong>et</strong> augmentant les besoins en<br />

eau <strong>des</strong> différents usagers <strong>et</strong> notamment de l’agriculture. L’anticipation de ces changements<br />

<strong>et</strong> la bonne gestion quantitative <strong>et</strong> qualitative de l’eau seront indispensables pour préserver<br />

la ressource en eau, essentielle pour tous les usages.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -134-


Chapitre 5. SYNTHESE<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> subit une déprise liée à l’urbanisation <strong>et</strong><br />

aux divers aménagements <strong>et</strong> infrastructures. C<strong>et</strong>te<br />

évolution est identique à la plupart <strong>des</strong> départements<br />

français. Diminution du nombre d’exploitations agricoles,<br />

difficultés d’installation en agriculture, pression foncière<br />

sont autant de facteurs expliquant la perte d’espaces<br />

agricoles.<br />

Néanmoins, en matières de recherche <strong>et</strong> d’expérimentation, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> bénéficie d’un<br />

environnement aquitain favorable. De nombreuses filières sont implantées à proximité de<br />

centres de recherche <strong>et</strong> d’expérimentation, ce qui explique leurs capacités à m<strong>et</strong>tre en<br />

oeuvre <strong>des</strong> techniques compétitives.<br />

La climatologie du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> <strong>et</strong> les capacités d’irrigation sur le département expliquent<br />

le maintien <strong>des</strong> nombreuses filières de production. Le développement de réseaux d’irrigation<br />

performants perm<strong>et</strong> aux agriculteurs de compenser les irrégularités du climat.<br />

L’absence d’une filière dominante selon un modèle unique perm<strong>et</strong> aux agriculteurs d’assurer<br />

une certaine performance économique. Il faut noter que la présence d’un acteur aval<br />

performant détermine la réussite d’une filière <strong>et</strong> garantit aux agriculteurs la fixation de valeur<br />

ajoutée au sein de leur exploitation.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est donc un département au sein duquel cohabitent différentes formes<br />

d’agriculture. Il compte de nombreuses filières ayant <strong>des</strong> organisations <strong>et</strong> <strong>des</strong> mo<strong>des</strong> de<br />

gouvernance <strong>et</strong> de production très différents. Développer un dialogue <strong>et</strong> <strong>des</strong> règles de<br />

coexistence <strong>et</strong> de convergence <strong>des</strong> différentes formes d’agriculture participera au maintien<br />

d’une agriculture performante en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong>.<br />

Les paragraphes suivants résument les chiffres clés ainsi que les principales forces <strong>et</strong><br />

faiblesses inhérentes à l’agriculture lot-<strong>et</strong>-garonnaise <strong>et</strong> les menaces <strong>et</strong> opportunités qui<br />

agissent sur l’objectif majeur que nous devons nous fixer : maintenir <strong>et</strong> développer<br />

durablement l’agriculture lot-<strong>et</strong>-garonnaise.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -135-


1. <br />

• Chiffre d’affaires de l’agriculture :<br />

719.4 millions d’euros<br />

• Chiffre d’affaires de<br />

l’agroalimentaire :<br />

700 000 millions d’euros<br />

• 284 300 hectares de SAU<br />

• 7 200 exploitations<br />

• 7,5 % de la population active lot-<strong>et</strong>garonnaise<br />

• 12 000 Unités de travail annuelles<br />

(exploitants agricoles, actifs familiaux,<br />

salariés permanents <strong>et</strong> saisonniers)<br />

SYNTHÈSE<br />

• Au niveau national,<br />

1er département producteur de :<br />

- prunes d’ente,<br />

- fraises,<br />

- nois<strong>et</strong>tes.<br />

• Au niveau régional,<br />

1er département producteur de :<br />

- pommes,<br />

- pommes de terre,<br />

- poires.<br />

• 1er département d’Aquitaine en<br />

termes de surface bio<br />

En 2010, l’agriculture en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Premiers résultats du recensement agricole 2010<br />

En 2010, 7 200 exploitations agricoles utilisent 284 300 ha de surface agricole.<br />

La surface agricole utilisée a diminué<br />

de 6 %, soit une perte de 17 900 ha.<br />

Le nombre d’exploitations agricoles a<br />

diminué de 22 % en 10 ans.<br />

Le nombre d’exploitations agricoles a<br />

diminué de 22 % en 10 ans.<br />

Les exploitations spécialisées<br />

résistent mieux : le nombre<br />

d’exploitations mixtes (polyculture,<br />

polyélevage…) a été divisé par 2<br />

entre 2000 <strong>et</strong> 2010.<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> représente<br />

toujours 15 % du potentiel<br />

économique agricole aquitain.<br />

L’emploi agricole a diminué de 25 % entre 2000 <strong>et</strong> 2010, ce qui accompagne la baisse<br />

du nombre d’exploitations. Dans le même temps, le travail fourni par les Entreprises de<br />

travaux agricoles (ETA) <strong>et</strong> les Cuma a doublé en 10 ans.<br />

Cependant, le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est le 6e département français en terme de volume de<br />

travail saisonnier de part l’importance <strong>des</strong> cultures permanentes <strong>et</strong> du maraîchage.<br />

11 % <strong>des</strong> exploitations agricoles développent une activité de diversification. Il s’agit,<br />

pour un quart d’entres elles, de transformation <strong>des</strong> produits à la ferme <strong>et</strong> pour une sur cinq<br />

d’agrotourisme.<br />

20 % <strong>des</strong> exploitations du département pratiquent la vente directe.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -136-


2. <br />

FORCES<br />

• Un département de polyculture<br />

L’équilibre économique <strong>des</strong> exploitations agricoles dépend très souvent de plusieurs<br />

productions.<br />

• Un chiffre d’affaires agricole important<br />

Le chiffre d’affaires de l’agriculture lot-<strong>et</strong>-garonnaise est de 719,4 millions d’euros en<br />

2010, ce qui est comparable au chiffre d’affaires de l’industrie agroalimentaire (700<br />

millions d’euros par an).<br />

• Un taux élevé d’utilisation agricole <strong>des</strong> surfaces<br />

54 % de la superficie de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est occupée par l’agriculture, confirmant<br />

l’importance sociale, paysagère <strong>et</strong> environnementale de l’agriculture.<br />

• Des productions diversifiées à forte valeur ajoutée<br />

Les fruits <strong>et</strong> légumes occupent 9 % de la SAU mais assurent 42 % de la valeur de la<br />

production départementale.<br />

• Un nombre d’emplois agricoles encore important :<br />

7 500 exploitations agricoles en 2007 représentant 12 000 UTH (Unité de travail humain).<br />

Les actifs agricoles sont encore 7,5 % de la population active (3 fois plus qu’en France<br />

métropolitaine)<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> est parmi les 15 départements français employant le plus de main<br />

d’oeuvre salariée agricole grâce à la production <strong>des</strong> fruits <strong>et</strong> légumes, de l’arboriculture <strong>et</strong><br />

aux systèmes de polyculture qui fournissent les trois quarts <strong>des</strong> emplois salariés.<br />

• Une restructuration engagée <strong>des</strong> exploitations agricoles<br />

Elles évoluent pour devenir plus gran<strong>des</strong>, plus spécialisées ce qui contribue à une<br />

amélioration de la productivité.<br />

• L’existence de marques commerciales <strong>et</strong> de signes d’identification de qualité <strong>et</strong><br />

d’origine reconnus<br />

Cela perm<strong>et</strong> une reconnaissance de la qualité <strong>des</strong> produits agricoles <strong>et</strong> optimise leur<br />

valorisation.<br />

• La présence de structures assurant la recherche <strong>et</strong> l’expérimentation<br />

Elles couvrent une grande partie <strong>des</strong> thématiques nécessaires au développement de<br />

l’agriculture <strong>et</strong> sont à l’origine de la réussite économique de certaines filières.<br />

• L’accès à l’eau<br />

Le <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> possède depuis longtemps une surface irrigable importante (38 % de<br />

la SAU).<br />

• Des filières dynamiques pour la plupart, bien structurées <strong>et</strong> ancrées dans le<br />

territoire du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

• La présence locale d’outils, de savoir-faire accumulés<br />

(tabac, pruniculture, cultures fruitières <strong>et</strong> légumières...).<br />

• Une production biologique déjà bien développée<br />

5,1 % de la surface agricole départementale en production biologique : c’est plus<br />

important que l’Aquitaine (3,5 %) <strong>et</strong> beaucoup plus que la moyenne française (2 %).<br />

• La présence de structures de commercialisation <strong>et</strong> de transformation forte<br />

L’Agropole, le Min d’Agen...<br />

• Le recours aux Cuma bien développé<br />

En 2011, 140 Cuma sont actives <strong>et</strong> regroupent 4 200 agriculteurs adhérents.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -137-


FAIBLESSES<br />

• Une perte importante d’espaces agricoles<br />

Ce département a perdu 17 900 ha de terres agricoles entre 2000 <strong>et</strong> 2010.<br />

• Des phénomènes de mitage <strong>et</strong> de pression foncière<br />

• Un nombre d’exploitations agricoles en forte diminution<br />

Une diminution de 25 % <strong>des</strong> exploitations agricoles entre 2000 <strong>et</strong> 2010.<br />

• Un vieillissement <strong>des</strong> exploitants agricoles<br />

La moitié <strong>des</strong> exploitants ont plus de 50 ans en 2007, ce qui pose le problème de la<br />

transmission <strong>des</strong> exploitations.<br />

• Les installations en agriculture peu nombreuses<br />

230 installations par an en moyenne ces dix dernières années, avec une diminution<br />

marquée pour les raisons suivantes : accès au foncier, investissements importants,<br />

difficultés économiques de certaines filières, manque de sécurisation du revenu, déficit<br />

d’image du métier d’agriculteur.<br />

• L’emploi agricole diminue<br />

Le nombre d’emploi se réduit plus rapidement en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> qu’au niveau national.<br />

• La faible attractivité <strong>des</strong> métiers de l’agriculture<br />

Même les élèves de l’enseignement agricole (en formation initiale) se <strong>des</strong>tinent très peu<br />

aux métiers de la production (seulement 7 %).<br />

• L’offre de formation continue en <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> réussit difficilement à<br />

mobiliser les agriculteurs<br />

Moins de 7 % <strong>des</strong> exploitants agricoles se rendent en formation continue chaque année.<br />

• Manque de professionnalisation <strong>des</strong> salariés agricoles <strong>et</strong> <strong>des</strong> chefs<br />

d’entreprises<br />

Les formations initiales ou continues <strong>des</strong> salariés agricoles ont peu de succès.<br />

• Manque de spécialisation <strong>des</strong> exploitations<br />

C<strong>et</strong>te caractéristique peut conduire à <strong>des</strong> performances souvent moindres pour chaque<br />

filière.<br />

• Dégradation de la situation financière de certaines exploitations<br />

Seuls 69 % sont en situation saine (échantillon CER France).<br />

• Manque de structuration de certaines filières<br />

Conflits possibles entre certaines formes d’agriculture <strong>et</strong> manque d’échanges interfilières.<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -138-


3. <br />

OPPORTUNITES<br />

• Des conditions naturelles variées<br />

Les terroirs de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> offrent la possibilité de développer de nombreuses<br />

cultures.<br />

• La réussite commerciale de certaines filières plus dynamiques<br />

• Une demande sociétale pour <strong>des</strong> productions agricoles plus respectueuses de<br />

l’environnement<br />

• Une forte demande en produits biologiques<br />

• Le développement <strong>des</strong> agroressources <strong>et</strong> <strong>des</strong> énergies renouvelables<br />

Possibilité de développer <strong>et</strong> de pérenniser <strong>des</strong> filières alternatives.<br />

• Le développement d’une demande accrue pour les circuits de proximité<br />

La vente directe offre d’autres débouchés <strong>et</strong> une meilleure valorisation <strong>des</strong> produits<br />

agricoles.<br />

MENACES<br />

• Le changement climatique<br />

Dans la perspective du changement climatique, les aléas climatiques extrêmes devraient<br />

se multiplier (sécheresse…).<br />

• Des marchés très fluctuants<br />

Le prix <strong>des</strong> céréales <strong>et</strong> <strong>des</strong> fruits <strong>et</strong> légumes varie beaucoup <strong>et</strong> a influencé le revenu <strong>des</strong><br />

agriculteurs <strong>et</strong> le devenir de l’agriculture.<br />

• Evolution <strong>des</strong> réglementations <strong>et</strong> <strong>des</strong> conditions d’obtention <strong>des</strong> ai<strong>des</strong><br />

publiques<br />

Cela implique <strong>des</strong> investissements très importants à réaliser pour les agriculteurs.<br />

• La mise en place de la contractualisation, notamment pour le Min d’Agen<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -139-


Glossaire<br />

Aapra Association aquitaine de promotion agroalimentaire<br />

ACMG Association climatologique de Moyenne <strong>Garonne</strong><br />

Adaaq Association de développement de l’apiculture en Aquitaine<br />

Adec A ssociation pour le développement <strong>des</strong> entreprises <strong>et</strong> <strong>des</strong> compétences<br />

Agrotec Centre de ressources technologiques de l’agropole d’Agen<br />

AIFLG Association interprofessionnelle de la fraise du <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

Amap Association pour le maintien d’une agriculture paysanne<br />

Anitta Association nationale interprofessionnelle <strong>et</strong> technique du tabac<br />

ANPN Association nationale <strong>des</strong> producteurs de Nois<strong>et</strong>tes<br />

AOC Appellation d’origine contrôlée<br />

AOP Appellation d’origine protégée<br />

Apfelso Association <strong>des</strong> producteurs de fruits <strong>et</strong> légumes du sud-ouest (elle a remplacé le BGSO)<br />

Arbio Association interprofessionnelle au service <strong>des</strong> opérateurs bio de la région Aquitaine (relais régional<br />

de l’Agence bio)<br />

Area Agriculture respectueuse de l’environnement en Aquitaine<br />

Asa Associations syndicales autorisées<br />

BCAE Bonnes conditions agricoles <strong>et</strong> environnementales<br />

BD Carthage Base de données Carthage (données générales sur l’eau)<br />

BD Carto Base de données cartographiques de l’IGN (données sur l’aménagement du territoire <strong>et</strong> son<br />

découpage administratif)<br />

Bip Bureau interprofessionnel du pruneau<br />

BRGM Bureau de recherches géologiques <strong>et</strong> minières<br />

BTSA Brev<strong>et</strong> de technicien supérieur agricole<br />

CACG Compagnie d’aménagement <strong>des</strong> coteaux de Gascogne<br />

CCI Chambre de commerce <strong>et</strong> d’industrie<br />

CDCEA Commission départementale de la consommation <strong>des</strong> espaces agricoles<br />

CDT Comité départemental du tourisme<br />

Cegara Centre de gestion agricole <strong>et</strong> rural d’Aquitaine<br />

Cer Centre d’économie rurale<br />

C<strong>et</strong>a Centre d’étu<strong>des</strong> techniques agricoles<br />

CFA Centre de formation d’apprentis<br />

Ciref Centre interrégional de recherche <strong>et</strong> d’expérimentation de la fraise<br />

Civam Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture <strong>et</strong> le milieu rural<br />

Cle Commissions locales de l’eau<br />

CMD conventions de mise à disposition<br />

CSP Catégorie socio-professionnelle<br />

CTIFL Centre technique interprofessionnel <strong>des</strong> fruits <strong>et</strong> légumes<br />

Cuma Coopérative d’utilisation du matériel agricole<br />

CVRA Conservatoire végétal régional d’Aquitaine<br />

DCE Directive cadre sur l’eau<br />

Ddaf Direction départementale de l’agriculture <strong>et</strong> de la forêt. Elles font aujourd’hui partie <strong>des</strong> DDT<br />

(Direction départementale du territoire)<br />

Diren Direction régionale de l’environnement, elle fait aujourd’hui partie <strong>des</strong> Dreal (Direction régionale<br />

de l’environnement, de l’aménagement <strong>et</strong> du logement)<br />

DJA Dotation jeune agriculteur<br />

EARL Exploitation agricole à responsabilité limitée<br />

Énita École nationale d’ingénieur <strong>des</strong> travaux agricoles<br />

Énsiac<strong>et</strong> École nationale supérieure <strong>des</strong> ingénieurs en arts chimiques <strong>et</strong> technologiques (à Toulouse)<br />

EDE Établissement départemental de l’élevage<br />

EPFL Établissement public foncier local<br />

ÉTP Équivalent temps plein<br />

ÉTP ÉvapoTranspiration potentielle<br />

FAFSEA Fonds national assurance formation <strong>des</strong> salariés <strong>des</strong> exploitations <strong>et</strong> entreprises agricoles<br />

FDGDON Fédération départementale <strong>des</strong> groupements de défense contre les organismes nuisibles<br />

Feader Fonds européen agricole pour le développement rural<br />

Felcoop Fédération française de la coopération fruitière, légumière <strong>et</strong> horticole<br />

Fnams Fédération nationale nationale <strong>des</strong> agriculteurs agriculteurs multiplicateurs multiplicateurs de<br />

semences<br />

FSE Fonds social européen<br />

Gaec Groupement agricole d’exploitation en commun<br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -140-


GDSA Groupement de défense sanitaire apicole<br />

Gie Groupement d’intérêt économique<br />

GVA Groupement de vulgarisation agricole<br />

IGBN Indice biologique global normalisé<br />

IGN Institut géographique national<br />

IGP Indication géographique protégée<br />

Inao Institut national de l’origine <strong>et</strong> de la qualité<br />

Inra Institut national de la recherche agronomique<br />

Insee Institut national de la statistique <strong>et</strong> <strong>des</strong> étu<strong>des</strong> économiques<br />

Invenio Centre de recherche <strong>et</strong> d’expérimentation de la filière fruits <strong>et</strong> légumes d’Aquitaine<br />

LGV Ligne à grande vitesse<br />

LMA Loi de modernisation de l’agriculture<br />

Min Marché d’intérêt national<br />

Mos Main d’oeuvre salariée<br />

MSA Mutualité sociale agricole<br />

OCM Organisation commune de marché<br />

ODE Observatoire de l’emploi<br />

ODG Organisme de défense <strong>et</strong> de gestion d’un produit sous SIQO<br />

OP Organisation de producteurs<br />

OPCA Organisme paritaire agréé<br />

Otex Orientation technico-économique<br />

Pac Politique agricole commune<br />

Papi Programme d’actions <strong>et</strong> prévention <strong>des</strong> inondations<br />

Pat Programme d’actions territorial<br />

PDE Plan de développement de l’exploitation agricole<br />

PDM Programme de mesures (du SDAGE)<br />

PDPE Plan départemental <strong>des</strong> plans d’eau<br />

PDRH Plan de développement rural hexagonal<br />

PGE Plan de gestion <strong>des</strong> étiages<br />

Plu Plan locaux d’urbanisme<br />

PMBE Plan de modernisation <strong>des</strong> bâtiments d’élevage<br />

PPRI Plan de prévention <strong>des</strong> risques d’inondation<br />

PSA Pseudomonas syringae pv. actinidiae (bactériose du Kiwi)<br />

PVE Plan végétal environnement<br />

RGA Recensement général agricole<br />

SCEA Société civile d’exploitation agricole<br />

Safer Sociétés d’aménagement foncier <strong>et</strong> d’établissement rural (la Sogap est la Safer <strong>Garonne</strong> Périgord)<br />

Sage Schéma d’aménagement <strong>et</strong> de gestion <strong>des</strong> eaux<br />

Sams Syndicat <strong>des</strong> agriculteurs multiplicateurs de semences<br />

Sau Surface agricole utile<br />

Scop Surface en céréales, oléagineux <strong>et</strong> protéagineux<br />

Scot Schéma de cohérence territorial<br />

Sdage Schéma directeur d’aménagement <strong>et</strong> de gestion <strong>des</strong> eaux<br />

SDCI Syndicat départemental <strong>des</strong> collectivités irrigantes<br />

SDE Schéma directeur d’entr<strong>et</strong>ien du lit <strong>et</strong> <strong>des</strong> berges de la <strong>Garonne</strong><br />

Seita Société d’exploitation industrielle <strong>des</strong> tabacs <strong>et</strong> <strong>des</strong> allum<strong>et</strong>tes<br />

SFP Surface fourragère principale<br />

Siad Salon international de la bio <strong>et</strong> de l’agri-durable<br />

Siqo Signe d’identification de qualité <strong>et</strong> d’origine<br />

Sivom Syndicat intercommunal à vocations multiples<br />

Sivu Syndicat intercommunal à vocation unique<br />

Smavlot Syndicat mixte d’aménagement de la vallée du <strong>Lot</strong><br />

Smeag Syndicat mixte d’étu<strong>des</strong> <strong>et</strong> d’aménagement de la <strong>Garonne</strong><br />

SMQE Système de management de la qualité <strong>et</strong> de l’environnement<br />

Sral Service régional de l’alimentation<br />

TGA Tabac <strong>Garonne</strong> Adour<br />

Ucapt Union <strong>des</strong> coopératives agricoles <strong>des</strong> planteurs de tabac<br />

UDE Unité de dimension européenne<br />

UHR Unité hydrographique de référence<br />

UTA Unité de travail humain<br />

Vivea Fonds pour la formation <strong>des</strong> entrepreneurs du vivant<br />

Znieff Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique <strong>et</strong> floristique<br />

ZRE Zone de répartition <strong>des</strong> eaux<br />

Crédit photo : Xavier Chambelland, Conseil général de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong><br />

<strong>Etat</strong> <strong>des</strong> <strong>lieux</strong> de l’agriculture de <strong>Lot</strong>-<strong>et</strong>-<strong>Garonne</strong> 2010-2011 -141-

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!