Le programme pour l'évaluation internationale des compétences ...

bdaa.ca

Le programme pour l'évaluation internationale des compétences ...

PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE


PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE

Favoriser le

développement

et l’utilisation du

capital humain

est au cœur des

priorités

Le programme pour l’évaluation internationale

des compétences des adultes (PEICA) de l’OCDE

La population constitue l’actif le plus précieux de n’importe quel pays. Ce que les gens savent et peuvent

faire a de profondes répercussions sur leur qualité de vie et sur les générations futures. Il est donc essentiel

de favoriser le développement efficace et l’utilisation optimale des compétences pour assurer la croissance

économique, le bien être et le progrès social.

Le Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) de l’OCDE appuiera les

efforts déployés par les pays pour concevoir et mettre en œuvre des politiques favorables au développement

des compétences et à l’utilisation optimale des compétences existantes. À cette fin, il aidera les gouvernements

à évaluer et à suivre le niveau et la répartition des compétences de la population adulte ainsi qu’à déterminer

dans quelle mesure ces compétences sont utilisées dans divers contextes.

Le PEICA mesure

différemment le

capital humain et

éclaire l’élaboration

des politiques liées

aux compétences

Les mesures directes

des compétences

montrent ce qui

se passe après

leur acquisition et

expliquent les écarts

de qualité

Les données probantes

confirment que la

scolarisation ne

reflète pas fidèlement

les compétences

fondamentales…

… et font ressortir

les écarts révélateurs

entre les résultats

éducationnels des

divers pays

Le PEICA est une enquête auprès des ménages qui recueillera de l’information comparable dans un grand

nombre de pays. Cette enquête sera réalisée dans chaque pays auprès d’un échantillon de 4500 à 5000 adultes,

au minimum, et évaluera directement leurs compétences fondamentales en plus de recueillir de l’information

sur les antécédents, les résultats et les contextes du développement et de l’utilisation de ces compétences.

Dans le contexte d’autres travaux sur le développement des compétences, cette base d’information exhaustive :

1) permettra d’évaluer de façon plus complète le capital humain; 2) révélera dans quelle mesure les compétences

des gens sont réellement mises à contribution au travail; 3) déterminera le rôle joué par les compétences dans

l’amélioration des perspectives d’emploi; 4) aidera à comprendre l’incidence de l’éducation et de la formation

sur les débouchés professionnels et le statut social; 5) aidera les gouvernements à comprendre comment

les systèmes d’éducation et de formation peuvent favoriser l’acquisition de ces compétences; 6) aidera les

gouvernements à bien tenir compte des priorités quand vient le temps d’investir des ressources limitées dans

l’éducation et la formation; et 7) contribuera à la création de partenariats stratégiques pour la mise en œuvre

des politiques.

Auparavant, les compétences étaient mesurées de façon approximative et presque exclusivement en fonction

de l’éducation formelle reçue à une étape donnée de la vie. Le PEICA mesure directement les compétences

des gens. S’il est important de mesurer directement ce que les gens peuvent faire, c’est que cette façon de

procéder aide à tenir compte de l’acquisition et de la perte de compétences, qui peuvent se produire après

la scolarisation initiale. En d’autres mots, le PEICA tient compte de ce que les gens apprennent en milieu de

travail ou de façon informelle dans leur vie de tous les jours, mais il tient également compte des compétences

que les gens oublient peut être en vieillissant. Surtout, les mesures directes des compétences tiennent compte

des écarts de qualité de l’éducation et de la formation données aux adultes, et ce, au sein de chacun des pays

ainsi qu’entre eux.

La Figure 1 confirme que l’éducation formelle ne reflète que partiellement les compétences réellement

acquises. Elle illustre les données d’enquêtes antérieures sur les compétences des adultes 1 . La distribution des

compétences selon les niveaux de scolarité (chacun représenté par une barre dans la Figure 1) dans divers

pays montre que les gens sans diplôme d’études secondaires ont parfois de solides compétences fondamentales

et, inversement, que les gens qui ont terminé leur secondaire ou qui ont obtenu un grade universitaire

ne présentent pas nécessairement un niveau élevé de compétences fondamentales. Le chevauchement est

important.

En outre, la répartition des compétences et l’ampleur du chevauchement entre les niveaux de scolarité varient

grandement entre les pays. Dans le pays A, par exemple, la répartition des compétences est nettement en

faveur des titulaires d’un grade universitaire. Par contre, dans le pays B, les titulaires d’un diplôme d’études

secondaires sont à peu près aussi qualifiés que les titulaires d’un grade universitaire du pays C, d’où l’importance

pour évaluer le capital humain des pays de mesurer directement les compétences fondamentales tout en

recueillant de l’information sur l’éducation formelle.

1 L’Enquête internationale sur l’alphabétisation des adultes 1994 1998 contient de l’information comparable sur les compétences des

adultes tirée de questionnaires remplis dans 18 pays de l’OCDE. L’Enquête sur la littératie et les compétences des adultes 2003 2007

contient elle aussi de l’information sur les compétences des adultes obtenue par des questionnaires remplis dans neuf pays de l’OCDE.


PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE

Figure 1. Intervalle interquartile dans la répartition des compétences

par niveaux de scolarité

Niveaux de compétences fondamentales au 25e et au 75e centile sur une échelle de 0 à

500 points, par niveaux de scolarité, chez les adultes de 16 à 65 ans

Source : Enquête sur la littératie et les compétences des adultes, 2003-2007

Incidence des compétences

Les retombées des

compétences sont

considérables…

… mais elles ne sont

pas automatiques

C’est pourquoi le

PEICA entre en

scène

Les données

probantes montrent

que les compétences

fondamentales

constituent des

outils déterminants

pour les individus…

… et les pays

On reconnaît généralement que les compétences sont un atout. Les travailleuses et travailleurs qualifiés sont

plus productifs et, par conséquent, ont tendance à toucher un revenu plus élevé et à jouir de meilleures

perspectives d’emploi. À son tour, une productivité plus élevée jette les bases d’un niveau de vie plus élevé.

Les données antérieures sur les compétences des adultes montrent toutefois que les compétences ne se

traduisent pas automatiquement par des revenus plus élevés ou par une plus grande productivité. Divers

facteurs influent sur le degré avec lequel les compétences sont efficacement mises à profit, y compris

l’agencement efficace des gens et des emplois, la conception des tâches et l’organisation du milieu de travail.

Le mauvais agencement des compétences entraîne des conséquences à court terme, tels des déficits de

compétences, et, à plus long terme, entrave la croissance et l’égalité des chances.

Le PEICA enrichira la base d’information permettant de déterminer où se situent les plus grands avantages et

sur quelles questions les politiques devraient se concentrer.

Diverses études montrent que les compétences sont des outils essentiels permettant aux gens d’évoluer dans

diverses sphères de la vie : éducation, emploi, famille et citoyenneté 2 . Ces outils protecteurs de base découlent

des compétences fondamentales, y compris la littératie, la numératie et la résolution de problèmes, que mesure

le PEICA. Les gens dont les compétences fondamentales sont déficientes sont plus à risque d’être défavorisés

sur le plan économique et social, une situation caractérisée par des emplois précaires et peu payants, un taux

de chômage plus élevé, des troubles psychologiques et des problèmes de santé.

Au delà de leur rôle dans la réussite personnelle des gens et de leur incidence sur l’égalité des chances, les

compétences fondamentales sont également associées directement à la prospérité des pays, en matière de

développement social aussi bien qu’économique . Ce qui est particulièrement frappant, c’est que le niveau de

2 Voir par exemple les études fondées sur les enquêtes auprès des cohortes de naissances en Grande-Bretagne, la Longitudinal Study

of Adult Learning (enquête longitudinale sur l’apprentissage des adultes) aux États-Unis et l’Enquête auprès des jeunes en transition au

Canada.


PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE

compétences fondamentales n’est pas seul à avoir une incidence sur le développement économique régional

et national 3 ; la façon dont ces compétences sont réparties et utilisées à des fins productives compte elle aussi

pour beaucoup.

Les conclusions

de recherche

confirment le

lien entre les

compétences

fondamentales et un

éventail de résultats

économiques…

La Figure 2 illustre quatre conclusions de recherche qui établissent un lien entre les compétences fondamentales

et les résultats économiques et professionnels.

Les adultes qui maîtrisent mal les compétences fondamentales sont systématiquement surreprésentés au

bas de l’échelle de répartition des revenus.

Le risque pour les adultes d’être au chômage augmente invariablement en fonction du nombre de

compétences fondamentales qu’ils maîtrisent mal.

• Un faible rendement dans plusieurs domaines à la fois est étroitement lié au risque de recevoir de l’aide

sociale.

Les adultes qui maîtrisent bien les compétences fondamentales ont beaucoup plus de chances de toucher

un revenu d’investissements dans les marchés financiers.

Figure 2. Compétences fondamentales et retard économique

Rapports de cotes ajustés 1,2 montrant le risque de retard économique en fonction du nombre de

compétences fondamentales mal maîtrisées par les adultes de 16 à 65 ans

Nombre de compétences fondamentales (compréhension de textes suivis, compréhension de

textes schématiques, numératie et résolution de problèmes) mal maîtrisées par l’adulte

1.Les rapports de cotes correspondent au risque relatif qu’une situation se produise chez un groupe donné comparativement à un

groupe de référence. Un rapport de 1 signifie un risque égal qu’une situation se produise chez un groupe donné comparativement

au groupe de référence. Les coefficients inférieurs à 1 indiquent que le risque que la situation se produise chez un groupe donné est

moindre que pour le groupe de référence, et les coefficients supérieurs à 1 signifient un risque plus élevé.

2. Les cotes sont ajustées en fonction de l’âge, du sexe, du niveau de scolarité, du niveau de scolarité des parents, de la situation par

rapport au marché du travail, du statut professionnel, du revenu, du statut d’immigrante ou d’immigrant et de la situation linguistique

Source : Enquête sur la littératie et les compétences des adultes, 2003-2007

… et de résultats

sociaux

L’incidence des compétences sur la vie des gens et la prospérité des pays va bien au delà du revenu de

travail et de la croissance économique. À titre d’exemple, les avantages des compétences pour la santé sont

potentiellement énormes. Parce que les coûts liés aux soins de santé ne cessent d’augmenter, il importe

clairement de les endiguer et de comprendre le rôle que peuvent jouer les compétences à cette fin. De

plus, l’incidence des compétences sur les comportements civiques et sociaux peut avoir des répercussions

importantes sur le fonctionnement démocratique et les relations d’affaires.

3 Quelques études démontrent que les compétences fondamentales jouent un rôle déterminant dans le développement économique et

l’amélioration du niveau de vie. Voir S. Coulombe, J.F. Tremblay et S. Marchand, Performance en littératie, capital humain et croissance

dans quatorze pays de l’OCDE, Ottawa, Statistique Canada, 2004.


PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE

La Figure 3 illustre la corrélation ajustée entre, d’une part, les compétences fondamentales et la santé et, d’autre

part, les compétences fondamentales et l’engagement civique. Deux faits se démarquent:

Les compétences

fondamentales sont

liées à la santé, ainsi

qu’à l’emgagement

civique et social

• La participation des adultes à des groupes ou à des organisations communautaires est étroitement liée au

nombre de compétences fondamentales qu’ils maîtrisent mal.

Les adultes qui maîtrisent mal trois ou quatre compétences fondamentales sont plus à risque de signaler

un mauvais état de santé.

Figure 3. Compétences fondamentales et retard social

Rapports de cotes ajustés 1 montrant le risque de retard social en fonction du nombre de compétences

fondamentales mal maîtrisées par les adultes de 16 à 65 ans

Nombre de compétences fondamentales (compréhension de textes suivis, compréhension de textes

schématiques, numératie et résolution de problèmes) mal maîtrisées par l’adulte

1 Les cotes sont ajustées en fonction de l’âge, du sexe, du niveau de scolarité, du niveau de scolarité des parents, de la situation par rapport

au marché du travail, du statut professionnel, du revenu, du statut d’immigrante ou d’immigrant et de la situation linguistique.

Source : Enquête sur la littératie et les compétences des adultes, 2003-2007

Les résultats sont

les mêmes dans un

grand nombre de

pays…

… et le rapport

demeure clair même

après rajustement en

fonction du niveau

de scolarité

Le PEICA permettra

de procéder à

une analyse

capable d’éclairer

la conception

et le ciblage des

politiques

Les résultats illustrés dans les Figures 2 et 3 sont les mêmes dans un grand nombre de pays, confirmant ainsi

que les compétences fondamentales ont une incidence économique et sociale considérable dans un vaste

éventail de contextes et de cadres institutionnels fondés sur la culture.

Cette incidence demeure marquée même après rajustement en fonction du niveau de scolarité ou d’autres

variables contextuelles, confirmant ainsi que les compétences fondamentales sont liées à un éventail de

résultats, peu importe le niveau de scolarité. C’est en partie parce que les mesures directes brossent un tableau

plus actuel des compétences d’une personne en dressant à la fois l’inventaire des compétences acquises et de

celles perdues au fils des ans de même que de l’apprentissage effectué dans divers contextes.

Le PEICA permettra d’examiner beaucoup plus en détail ces corrélations et leurs variations selon les groupes

sociodémographiques et contribuera ainsi à éclairer la conception et le ciblage des interventions.


PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE

Les compétences à l’ère de l’information

Les compétences

fondamentales

jouent un rôle

important dans

l’utilisation efficace

de la technologie

L’incidence économique et sociale des compétences fondamentales s’accentuera vraisemblablement à mesure

que s’intensifiera le virage vers des sociétés axées sur le savoir. Les technologies de l’information et des

communications (TIC) continuent de transformer la façon dont les gens travaillent, utilisent les médias et

les services publics, interagissent avec leurs amis et leur famille et cherchent et obtiennent de l’information

pour résoudre des problèmes tant au travail qu’à la maison. Il est donc fort probable que les compétences

fondamentales joueront un rôle plus grand comme outils indispensables pour favoriser la productivité, pour

obtenir un emploi et faciliter l’exercice de ses droits et de ses responsabilités civiques et, plus généralement,

pour assurer le bien être économique, social et personnel.

Le PEICA permettra

d’analyser le degré

de préparation des

gens à utiliser les

TIC

Les données

probantes

établissent un

lien entre les

compétences

fondamentales et

l’accès aux TIC et

leur utilisation

Le PEICA permettra d’examiner de façon détaillée qui a accès aux TIC et de voir dans quelle mesure les

divers groupes d’adultes utilisent l’ordinateur et Internet à la maison et au travail. Plus important encore, il

évaluera directement, et pour la première fois, la capacité qu’ont les adultes de résoudre des problèmes dans

des environnements à forte composante technologique.

Lors d’analyses de données antérieures sur les compétences des adultes, une forte corrélation a été remarquée

entre les compétences fondamentales et l’accès à un ordinateur et à Internet ainsi que leur utilisation –

qui à leur tour sont étroitement liés au revenu et à la facilité à trouver un emploi. La Figure 4 illustre deux

conclusions de recherche:

Les adultes qui n’ont jamais utilisé Internet ou un ordinateur maîtrisent généralement moins bien les

compétences fondamentales.

• Chez les adultes qui s’y connaissent au moins un peu en TIC, ceux qui maîtrisent mal les compétences

fondamentales utilisent Internet et l’ordinateur beaucoup moins souvent que ceux qui les maîtrisent bien.

Figure 4. Compétences fondamentales, accès aux tic et utilisation de celles ci

Rapports de cotes ajustés 1 montrant le risque de retard dans l’accès aux TIC et dans leur utilisation

en fonction du niveau de maîtrise des compétences fondamentales chez les adultes de 16 à 65 ans

1 Les cotes sont ajustées en fonction de l’âge, du sexe, du niveau de scolarité, du niveau de scolarité des parents, de la situation par

rapport au marché du travail, du statut professionnel, du revenu, du statut d’immigrante ou d’immigrant et de la situation linguistique.

Source : Enquête sur la littératie et les compétences des adultes, 2003-2007


PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE

Mise en œuvre de politiques efficaces pour l’acquisition des compétences

L’éducation et

les compétences

fondamentales étant

étroitement liées,

il est difficile de

déchiffrer ce lien

Le PEICA

contribuera à

trouver des réponses

à ces questions

complexes

Le lien est fort entre

les compétences

fondamentales et

l’éducation

L’éducation est un facteur clé qui peut ajouter aux compétences fondamentales, mais ces deux éléments sont

interactifs et se renforcent mutuellement. Les compétences fondamentales constituent une composante

essentielle du capital humain, que l’éducation et la formation peuvent contribuer à constituer. De plus, elles

facilitent la poursuite de l’apprentissage et le développement d’autres compétences. Parallèlement, un faible

niveau de compétences fondamentales peut entraver l’apprentissage, les individus étant moins portés à

participer à cet apprentissage et les employeurs étant moins disposés à soutenir les membres de leur personnel

et à investir en eux, malgré le caractère avantageux de ces options pour tous. L’interprétation du lien observé

doit tenir compte de cette complexité.

Le PEICA produira une base d’information qui aidera à mieux comprendre les processus complexes

d’acquisition et de maintien des compétences. Cette information appuiera les efforts déployés par les

gouvernements pour mettre en œuvre des politiques plus efficaces de développement des compétences.

Les données déjà recueillies sur les compétences des adultes montrent qu’il existe un lien étroit entre les

compétences fondamentales, et l’éducation et la formation. La Figure 5 illustre trois observations:

Les adultes qui n’ont pas terminé leur secondaire sont beaucoup plus à risque de mal maîtriser les

compétences fondamentales.

• De la même manière, les adultes qui n’ont jamais suivi d’études postsecondaires sont beaucoup plus à

risque de mal maîtriser les compétences fondamentales.

Les adultes qui maîtrisent moins bien les compétences de base sont moins portés à poursuivre leurs

études et leur formation.

Figure 5. Compétences fondamentales, niveau de scolarité/de formation et

participation à l’éducation/à la formation

Rapports de cotes ajustés 1 montrant le risque de retard dans le niveau de scolarité et de formation et

la participation à l’éducation et à la formation en fonction du nombre de compétences fondamentales

mal maîtrisées par les adultes de 16 à 65 ans

Nombre de compétences fondamentales (compréhension de textes suivis, compréhension de textes schématiques, numératie et

résolution de problèmes) mal maîtrisées par l’adulte

1 Les cotes sont ajustées en fonction de l’âge, du sexe, du niveau de scolarité, du niveau de scolarité des parents, de la situation par

rapport au marché du travail, du statut professionnel, du revenu, du statut d’immigrante ou d’immigrant et de la situation linguistique.

Source : Enquête sur la littératie et les compétences des adultes, 2003-2007


PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE

Le lien est peut être

attribuable en partie

au fait que la poursuite

des études après l’âge

de 15 ans ajoute

aux compétences

fondamentales…

… mais la variabilité

du rendement est très

grande à un même

niveau de scolarité

L’efficacité avec laquelle

les systèmes d’éducation

transmettent

les compétences

fondamentales est

inégale…

Il importe de déterminer si la poursuite d’études ou d’une formation ajoute aux compétences fondamentales. Il

est difficile de répondre à cette question, mais le PEICA permettra d’en analyser quelques facettes. Les Figures

1 et 5 montrent bien la corrélation positive entre le niveau de scolarité et les compétences fondamentales.

Les adultes plus scolarisés maîtrisent généralement mieux les compétences fondamentales que ceux moins

scolarisés. Il est possible que ce lien découle exclusivement du fait que les gens qui maîtrisent déjà bien ces

compétences n’hésitent pas à poursuivre leurs études. Cependant, une analyse plus poussée révèle que les

adultes qui ont récemment atteint un niveau donné de scolarité maîtrisent généralement mieux les compétences

fondamentales que ceux qui présentent un profil similaire et qui sont sur le point d’atteindre ce même niveau

de scolarité.

Bien qu’un niveau de scolarité plus élevé puisse accroître la maîtrise des compétences fondamentales, les données

probantes suggèrent que d’autres facteurs entrent également en jeu. Seulement 30 p. 100 de la variabilité totale

de la maîtrise des compétences chez les 16 65 ans peut être attribuée au niveau de scolarité. Diverses raisons

peuvent expliquer ces observations.

La plus importante de ces raisons est le caractère variable de la qualité de l’éducation et de la formation

offertes aux adultes. Les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves, par exemple,

qui portent sur des compétences similaires, ont contribué à confirmer que certains systèmes d’éducation

présentaient de manière globale et constante moins de variabilité et aidaient de façon constante les élèves de 15

ans à obtenir un meilleur rendement moyen.

… et les expériences

de vie des adultes

après l’école varient

d’une façon qui influe

sur les compétences

fondamentales

La sous utilisation

des compétences et

leur perte possible

menacent le rendement

des investissements en

éducation

La maîtrise des

compétences

fondamentales semble

s’effriter avec l’âge

Certains pays semblent

mieux réussir que

d’autres à atténuer la

perte des compétences

pouvant être attribuée

au vieillissement

En outre, les compétences ne demeurent pas statiques après la fin des études. Lorsque les jeunes terminent leur

scolarité obligatoire pour poursuivre leurs études et travailler, ils conservent ou perdent leurs compétences

ou en acquièrent de nouvelles, selon la nature de leur cheminement et de leurs propres expériences de vie. Le

résultat final dépend en partie de l’ampleur des possibilités d’apprentissage efficace dont les gens disposent et

tirent parti.

Leviers stratégiques pour optimiser l’utilisation des compétences

Il est plutôt inutile de produire les meilleures compétences du monde si les économies n’en tirent pas parti

de façon optimale. La sous utilisation des compétences – qu’elle découle d’un mauvais agencement entre les

compétences des travailleuses et travailleurs et celles exigées par l’emploi, ou tout simplement du fait que les

gens sont retirés du marché du travail – représente une perte des ressources investies dans leur acquisition.

De plus, les compétences qui ne sont pas utilisées activement risquent de se déprécier. Le PEICA fournira

une base d’information qui aidera à mieux comprendre les processus plus vastes d’acquisition et de perte des

compétences.

Des données antérieures sur les compétences des adultes ont contribué à révéler un rapport inversement

proportionnel constant entre les compétences fondamentales et l’âge. Comme le montre la Figure 6, les

cohortes plus âgées affichent de façon constante un rendement moyen moindre que les cohortes plus jeunes.

Cette tendance demeure même après un rajustement en fonction des augmentations moyennes du niveau

de scolarité des cohortes plus jeunes. Il est important de comprendre cette tendance lors de l’élaboration des

politiques.

Il s’agit néanmoins d’un rapport complexe dont les mécanismes sont liés à l’acquisition et à la perte des

compétences au cours de la vie. La Figure 6 montre par exemple que la courbe du pays A diffère de celle du pays

B, une différence peut être attribuable à des politiques différentes qui favorisent l’acquisition et le maintien des

compétences. Le PEICA permettra d’examiner cette question plus en détail, particulièrement pour les pays qui

recueillent des données conjoncturelles. Certains pays participant au PEICA auront deux ou trois observations

des compétences mesurées sur une période de neuf à 18 ans.


PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE

Les connaissances

stratégiques dans ce

domaine prennent une

importance encore plus

grande dans le contexte

du vieillissement de la

population

Divers facteurs repoussent l’âge du départ à la retraite, y compris l’adoption de stratégies en ce sens, qui visent

à la fois à financer le revenu de retraite et les autres dépenses liées à l’âge 4 , l’intégration tardive au marché du

travail à la suite d’études plus longues et le meilleur état de santé des personnes âgées. Il est donc encore plus

important de comprendre l’ampleur de la perte de compétences attribuable au vieillissement et d’y chercher de

possibles solutions

Figure 6. Rapport entre l’âge et les compétences fondamentales

Maîtrise moyenne des compétences fondamentales sur une échelle de 0 à 500 points chez les adultes

de 16 à 65 ans

Remarque

Les résultats des pays A et B sont ajustés en fonction du statut d’immigrante ou d’immigrant et du niveau de scolarité.

Source : Enquête internationale sur l’alphabétisation des adultes, 1994-1998

Les habitudes de vie

qui comprennent le

traitement fréquent

d’information textuelle

pourraient contrer le

déclin des compétences

associé au vieillissement

Ce que font les gens au travail et dans leur vie quotidienne pourrait contrer l’effritement de leurs compétences.

Des données antérieures sur les compétences des adultes suggèrent par exemple que la participation fréquente

à des activités de lecture au travail ou à la maison pourrait contribuer à atténuer le déclin des compétences

associé au vieillissement (voir la Figure 7).

Figure 7. Activités de lecture et compétences fondamentales

Maîtrise moyenne des compétences fondamentales sur une échelle de 0 à 500 points chez les adultes

de 16 à 65 ans, en fonction des activités de lecture au travail et dans la vie quotidienne, ajustée selon

le nombre d’années de scolarité et le statut de personne née à l’étranger

4 La proportion des personnes âgées et inactives par rapport aux personnes actives devrait presque doubler dans les pays de l’OCDE,

passant d’environ 38 p. 100 en 2000 à un peu plus de 70 p. 100 en 2050. Voir OCDE, Vivre et travailler plus longtemps, Paris, 2006.


PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE

Le PEICA recueillera

de l’information sur les

compétences utilisées au

travail et à la maison…

En recueillant de l’information sur les tâches que les gens accomplissent au travail et les compétences auxquelles

ils doivent faire appel, le PEICA ouvrira la voie à une analyse actuelle et approfondie des compétences utilisées

au travail et du mauvais agencement des compétences. Certaines personnes présentent peut être, par exemple,

un niveau de compétences inférieur aux exigences de leur emploi.

… et permettra

d’examiner de plus près

le mauvais agencement

des compétences

En effet, l’agencement n’est pas toujours parfait. La Figure 8 montre qu’en moyenne environ 15 p. 100 de la

population active dans l’ensemble des pays est en situation de surplus de compétences – une situation dans

laquelle le niveau des compétences fondamentales des travailleuses et travailleurs est jugé élevé par rapport

aux exigences de leur emploi – et qu’environ 23 p. 100 de la population active est en situation déficitaire – une

situation dans laquelle le niveau des compétences fondamentales des travailleuses et travailleurs est jugé faible

par rapport aux exigences de leur emploi.

Figure 8. Agencement des compétences maîtrisées et des compétences utilisées

Pourcentage de travailleuses et travailleurs de 16 à 65 ans aux divers degrés d’agencement, selon la

maîtrise des compétences fondamentales et leur utilisation au travail

Les données du PEICA

démontrent qu’un

pourcentage élevé

de travailleuses et

travailleurs se trouvent

dans une situation

de dispartité des

compétences


PEICA

Le programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes de l’OCDE

Les adultes qui

maîtrisent bien

les compétences

fondamentales mais

qui occupent un emploi

n’y faisant pas appel

risquent de les perdre

Le mauvais agencement des compétences est un phénomène très répandu qui peut avoir des conséquences

négatives au chapitre de la productivité et de la perte des compétences. De nombreux travailleurs et travailleuses

hautement qualifiés risquent par exemple de perdre leurs compétences à force de ne pas les utiliser. La perte

potentielle des compétences est une réelle menace au rendement des investissements en éducation. Elle peut se

produire en situation de mauvais agencement des compétences, dans laquelle des gens qualifiés n’accomplissent

que des tâches routinières au travail. Il se peut aussi qu’un changement technologique ou organisationnel rende

les compétences dépassées.

Une analyse plus

poussée est nécessaire

pour saisir toute

l’ampleur des

mécanismes qui

favorisent l’acquisition

des compétences et

ceux qui, à l’inverse,

entraînent leur

effritement

Le PEICA permettra d’approfondir les questions soulevées dans le présent document et de nombreuses autres.

Par exemple, pourquoi certains adultes peu scolarisés affichent ils de solides résultats aux évaluations des

compétences alors que d’autres plus scolarisés en affichent de beaucoup moins bons? Le PEICA permettra

également une analyse actuelle et approfondie des compétences utilisées au travail et des mauvais agencements

des compétences. Ainsi, il éclairera les gouvernements dans l’évaluation et le suivi du niveau et de la distribution

des compétences au sein de la population adulte et de l’ampleur avec laquelle ces compétences sont utilisées, et

il les aidera à cibler leurs efforts de manière à améliorer la base de compétences de la population et à optimiser

l’utilisation des compétences existantes.

L’objectif est d’aider les pays à élaborer et à mettre en œuvre des politiques qui rentabilisent les investissements

dans les compétences pour les individus et leurs employeurs. Et ces investissements ne se limitent pas aux

fonds publics; ils englobent également les systèmes fiscaux et les autres mesures visant à inciter les individus

et les entreprises à investir dans les compétences. En examinant l’ensemble des compétences disponibles,

peu importe où et comment elles ont été acquises, le PEICA favorise une approche pangouvernementale des

politiques liées aux compétences.

Le PEICA contribuera à établir la base d’information nécessaire à la conception et au déploiement de politiques

qui tirent le maximum du capital humain de chaque pays en favorisant le développement – et l’utilisation – des

compétences de sa population de manière à soutenir la croissance économique et l’inclusion sociale.

More magazines by this user
Similar magazines