Le nouvel ordre du monde Arabe - Base de connaissance AEGE

bdc.aege.fr

Le nouvel ordre du monde Arabe - Base de connaissance AEGE

PROMOTION MSIE 17

Mémoire

LE NOUVEL ORDRE DU MONDE ARABE

Mars 2013

Auteurs

Hichem EL PHIL / Coordinateur

Lea CAMHAJI

Philippe GAUCHER

Hery-Zo RAJERY

Avertissement et Copyright

Ce document d’analyse, d’opinion, d'étude et/ou de recherche a été réalisé par un (ou des) membre(s) de l’AEGE.

Préalablement à leurs publications et/ou diffusions, elles ont été soumises au Conseil scientifique de l'Association. L'analyse, l'opinion et/ou la recherche

reposent sur l'utilisation de sources éthiquement fiables mais l'exhaustivité et l'exactitude ne peuvent être garantie. Sauf mention contraire, les projections

ou autres informations ne sont valables qu'à la date de la publication du document, et sont dès lors sujettes à évolution ou amendement dans le temps. Le

contenu de ces documents et/ou études n'a, en aucune manière, vocation à indiquer ou garantir des évolutions futures. Le contenu de cet article n’engage

la responsabilité que de ses auteurs, il ne reflète pas nécessairement les opinions du (des) employeur(s), la politique ou l’opinion d’un organisme

quelconque, y compris celui de gouvernements, d’administrations ou de ministères pouvant être concernés par ces informations. Et, les erreurs éventuelles

relèvent de l’entière responsabilité des seuls auteurs.

Les droits patrimoniaux de ce document et/ou étude appartiennent à l'Association, voire un organisme auquel les sources auraient pu être empruntées.

Toute utilisation, diffusion, citation ou reproduction, en totalité ou en partie, de ce document et/ou étude ne peut se faire sans la permission expresse du(es)

rédacteur(s) et du propriétaire des droits patrimoniaux.


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

EXECUTIVE SUMMARY

Since the two world wars, the map of the world has be redrawn by the two colonials empires French and

British. Moreover, the new world America also contributed to this new deal. Then, the Ottoman Empire was

declined and appears weak regarding the Western countries that were discovering the new naturals

resources such as oil, minerals…The governance defined by those powerful states are ending up soon.

Thus, the nationalism impulse from the Arabic countries, as a new independent state, is going to not improve

itself anymore. Also, the Arabic people got revolting. The following question rose: what is the main reason of

those social demonstrations? How to explain the similar origin between the endogenous and exogenous

parameters of those revolts?

The lack of freedom, the kleptocratie, the unemployment and the need of democracy are they enough to

change a popular dissent into a revolt raising a brutal fall of those steadies’ regimes from a decade? The

time of democracy is still really set up in the Arabic world, or is it a simply geopolitical change initiated by

some strategists whom the thoughts put down a new deal of the world order?

Previously, those strategists used to work through secret missions in order to support the foreign revolts in

overseas countries. Nevertheless, with the new technologies such as Internet and the social network like

Facebook, Twitter, a new “weapon “has been introduced and thus modified deeply the relationship on the

International chessboard. So far, how those new technologies could have been contributed to knock over the

Arabic regimes, as the Otpor Serbian system? Those peaceful contestation methods, developing into the

Gene Sharp ideological book are taught by Canvas (ex Otpor). This one advocates to use peaceful methods

to set up democracy. How in some extend, the cyber--activists in the Arabic countries have spread out the

non-violent struggle for democracy?

Firstly, we will look at the similitude of the actions takeover on the different countries, and their plan as well

by pointing out the influence of the NGO, especially American.

Secondly, the spend of those technologies by subversion through the use of the new technologies of the

information and communication , the involvement of high politicians and the intervention of specialized in the

“exportation of democracy” got a combination together and some consequences.

To conclude, we will analyze, in this survey, the impact of the politic and economy matters on those changes

to a regional and global scale. We finally will focus on Middle East and North Africa area.

Mots clés : Monde arabe, révolution, Tunisie, Egypte, Etats Unis, Gene Sharp, Otpor, cyber-guerre,

Anonymous, Wikileaks, information, désinformation, propagande, cyber-dissident, dictature, démocratie,

médias, symboles, géopolitique

2


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

SOMMAIRE

I. INTRODUCTION ........................................................................................................................................... 4

II. LES CAUSES ENDOGENES COMMUNES AUX SOULEVEMENTS EN TUNISIE ET EN EGYPTE ................. 4

1. LES CAUSES POLITIQUES .............................................................................................................................. 5

a) Echec de la construction d’Etats modernes .................................................................................................. 5

b) Des régimes autoritaires et sclérosés ........................................................................................................... 5

c) Une opposition légale délégitimée ................................................................................................................. 5

2. LES CAUSES ECONOMIQUES ......................................................................................................................... 6

a) Répartition inégalitaire de la croissance ........................................................................................................ 6

b) Des classes moyennes qui s'appauvrissent .................................................................................................. 7

c) Des populations jeunes en marge de l’échiquier socio-économique ............................................................. 8

3. LES CAUSES SOCIETALES ........................................................................................................................... 11

a) Une absence de libertés fondamentales ..................................................................................................... 11

b) Sentiment d’exclusion national au profit des réseaux sociaux internet ....................................................... 12

4. SYNTHESE ...................................................................................................................................................... 13

III. LES CAUSES EXOGENES COMMUNES AUX SOULEVEMENTS EN TUNISIE ET EN EGYPTE ................. 14

1. LE « SMART POWER », UN NOUVEL OUTIL DE PUISSANCE ...................................................................... 14

a) Gene Sharp et la théorie de la non-violence ............................................................................................... 14

b) Albert Einstein Institute et la Nationale Intelligence Council ........................................................................ 15

c) Soutien aux « révolutions des pays de l’Est » ............................................................................................. 16

d) Le mouvement Otpor, déclencheur de la lutte non-violente préconisé par G. Sharp .................................. 16

e) Le cyber- activisme, vecteur de la diplomatie 2.0 ........................................................................................ 18

f) Le prisme de la cyber--dissidence dans le monde arabe ............................................................................ 19

2. LE ROLE DES MEDIAS / MEDIAS SOCIAUX .................................................................................................. 22

a) Facebook : fer de lance des cyber--activistes ............................................................................................. 22

b) Cyber-guerre ............................................................................................................................................... 26

c) Les réseaux anonymes et leur ingérence .................................................................................................... 28

d) Symboles et cyber--dissidence .................................................................................................................... 38

e) Le rôle des médias ...................................................................................................................................... 41

f) La désinformation est-elle un crime ?.......................................................................................................... 47

3. UNE NOUVELLE GEOPOLITIQUE DU MONDE ARABE ................................................................................. 48

a) Pourquoi le « printemps arabe » ne concerne-t-il pas les monarchies arabes ? ......................................... 48

b) Remodelage du monde arabe ..................................................................................................................... 48

IV. AXES DE REFLEXION ................................................................................................................................ 50

3


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

I. INTRODUCTION

Est-il vrai que personne n’a rien vu venir ? Que la vague de contestation populaire sans précèdent, qui

naquit en Tunisie pour se propager comme une flamme dans le monde arabe donnant lieu à des

soulèvements populaires tout aussi spectaculaires, n’était pas prévisible. ? Ces révoltes, provoquant la chute

de régimes qui ont tétanisé leur peuple durant des décennies, changeant irrémédiablement les paramètres

de la géopolitique mondiale, rendrait il caduque l’équation qui interdisait à plus de 300 millions d’arabes de

croire à la démocratie ?

Il est tout de même étonnant de constater que cette succession de mouvements subversifs envers tous ces

régimes autocratiques et despotiques mais qui ne dérangeaient pas outre mesure, deviennent la clé de

voute d’un élan solidaire à l’échelle mondiale canalisé par des ONG et une sphère médiatico-politique qui

jusqu’alors étaient bien discrètes sur les dérives dictatoriaux de ces régimes. Qui sont les auteurs de cet

accompagnement révolutionnaire ? Quels sont leurs desseins et comment ont-ils opéré ? Avec l’avènement

et la généralisation d’Internet, Facebook, Twitter, une nouvelle arme a émergé, susceptible de modifier

profondément les rapports de force tant au niveau des écosystèmes nationaux qu’à l’échelle internationale.

Les « révolutions arabes » ont validé le fait que les prochaines guerres mondiales seront cybernétiques et

numériques. Le développement d’Internet paraissant illimité devient un enjeu géostratégique majeur: Les

futurs conflits qui opposeront les grandes puissances, notamment celui qui opposera les Etats Unis à la

Chine et à la Russie se dérouleront d’abord sur Internet. La guerre de l’information que se sont livrés les

divers acteurs durant les « révolutions arabes » ont induit des enseignements et des nouvelles techniques

que mettront à profit les grands groupes internet au service de la géopolitique. .

Aussi, par-delà les aspirations des peuples à la liberté, à la démocratie et à la paix, les bouleversements du

monde arabe, s’inscrivent dans une logique d’un nouvel ordre mondial, induit et subi, et dont les effets ne

seraient jamais totalement maitrisés : Depuis la chute de l’empire Ottoman et la naissance de nouveaux étatnations

sous tutelle des empire coloniaux de l’époque, la France et la Grande Bretagne, le monde arabe,

traversé durant près d’un siècle par diverses idéologies politiques et religieuses, se retrouve au 21ème siècle

face à son échec d’intégration à l’histoire du monde contemporain. Dans le même temps, les deux

puissances tutélaires vont devoir passer le relais. C’est dans ce nouveau contexte historique, rendant

totalement caduque les accords de Sykes-Picot que prend naissance aujourd’hui un nouvel ordre dans le

monde arabe. Notre propos est d’examiner essentiellement les manœuvres stratégiques et les outils

informationnels utilisés par les puissances régionales et mondiales pour affaiblir et déstabiliser les régimes

en place en vue de leur éclatement.

II. LES CAUSES ENDOGENES COMMUNES AUX SOULEVEMENTS EN

TUNISIE ET EN EGYPTE

Tous les indicateurs du développement humain (IDH) de l'ensemble du monde arabe sont au rouge et se

situent en deçà du seuil de tolérance, illustrant la carence des systèmes politico-culturel de ces pays. Il est

indéniable qu’au vu des visées géopolitiques des puissances en présence et au regard de la faiblesse

structurelle du monde arabe, aucun pays arabe n'est à l'abri du mouvement contestataire qui a pris

naissance en Tunisie : Parce que l'on trouve dans la plupart d'entre eux les mêmes ingrédients explosifs,

4


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

notamment un système politique sclérosé et répressif, une corruption institutionnalisée et un ras-le-bol d'une

situation sociale bloquée. Partout, les progrès du développement économique − pourtant patents − ne sont

pas assez rapides ou volontaristes au regard des besoins, des effets de la mondialisation, et de la

croissance de la population. Pour autant, l'onde de choc, réelle, se traduira diversement.

1. LES CAUSES POLITIQUES

A contre-courant du vaste mouvement de recomposition stratégique qui s'opère sur le plan international

avec la constitution de grands ensembles politiques sur une base géographique dans la perspective de la

mondialisation des flux économiques et culturels, le monde arabe campe sur ses divisions politiques, sur ses

disparités économiques et sur ses crispations sécuritaires. Il demeure le grand absent du mouvement de

redéploiement planétaire, en dépit des défis qui se posent à lui, en dépit aussi des convoitises qu'il suscite

du fait de sa position géostratégique à l'intersection de trois continents (Europe-Asie-Afrique) et de son rôle

de grand pourvoyeur d'énergie de l'économie mondiale.

a) Echec de la construction d’Etats modernes

Rares sont les pays arabes rendus à l’indépendance qui ont échappé à la polarisation idéologique liée à

la tension Est-Ouest et qui ont construit leur devenir sur l’éducation, au statut de la femme, au dépassement

des structures tribales, ethniques ou sectaires. Rares sont ceux qui ont résolument freiné la croissance

démographique, toléré le pluralisme politique et la liberté de la presse, permis le développement de la

société civile. Rares enfin les régimes arabes qui ont pu éviter le style archaïque du pouvoir, la longévité

indéfinie des dirigeants (Kadhafi est arrivé au pouvoir en 1969, Moubarak en 1980, Ben Ali en 1987, le père

Assad en 1970, Saleh du Yemen en 1978, sans aborder le cas des monarchies héréditaires)

l’autoglorification, la fraude électorale, la toute-puissance de la police, la confusion des pouvoirs. Cet échec

retentissant fait que les dirigeants arabes ne peuvent plus se revendiquer de la légitimité du combat national

post colonial d’où la perte de la légitimité du pouvoir.

b) Des régimes autoritaires et sclérosés

Tant en Égypte qu’en Tunisie, les régimes sont caractérisés par le despotisme, le népotisme et

l’appropriation de l’espace politique par certains, à l’instar d’ailleurs de la totalité des pays arabes. Même si

une nuance peut être apportée en Tunisie où l’autoritarisme établi après l’indépendance du pays et jusqu’à

la prise de pouvoir de Ben Ali en 1987, était « éclairé ».

En Egypte où une certaine liberté politique avait pu régner durant la période parlementaire (1958-1961),

l’Etat est bel et bien caractérisée par l’existence d’un régime totalitaire. Nasser, Sadate et Moubarak

entretenait un système de monopartisme réel. La situation n’a guère évolué sous Moubarak, sous le règne

duquel l’offre politique s’est diversifiée sans pour autant que l’espace politique s’ouvre dans les faits

c) Une opposition légale délégitimée

Eu égard à la domestication que l’État leur impose les partis politiques légaux et « tolérés » ne peuvent

pas gagner en légitimité auprès des populations de la majorité des régimes républicains du monde arabe.

Seuls les partis islamistes, œuvrant dans la clandestinité, semblaient, alors, avoir une forte légitimité dans

les couches sociales les plus défavorisés. Quant à la mouvance laïque, elle doit se résoudre à rester aux

5


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

marges de la démarche partisane en privilégiant d’investir les sphères associatives et syndicales. L’espace

politique paraissait donc dépolitisé alors même que le mécontentement des populations était réel.

2. LES CAUSES ECONOMIQUES

Ce mouvement contestataire dans les pays arabes peut être expliqué par des modèles de

développement qui ont surtout favorisé une élite composée de politiques et d’hommes d’affaires étroitement

liés. C’est notamment le cas en Égypte et en Tunisie. Dès lors, les ratings habituels qui mettaient en

évidence les insuffisances de la concurrence, du fonctionnement du marché du travail, du rôle des banques,

de la corruption ne remettaient pas en cause une connivence profonde entre les opérateurs et le pouvoir.

Au fil des années, cette connivence a touché toutes les sphères de ces sociétés. Elle s’est traduite à des

niveaux aussi différents que, choisir les opérateurs pour un grand projet, obtenir un appel d’offres public,

développer prioritairement une région, octroyer un crédit à une PME, trouver un emploi dans

l’administration…

a) Répartition inégalitaire de la croissance

Les richesses économiques n’étaient pas équitablement partagées au sein des populations provoquant

ainsi de fortes inégalités sociales et géographiques. La redistribution des richesses n’avait pas sa place dans

les stratégies de développement des pays arabes: Seule comptait la croissance.

Mais la croissance du PIB d’un pays ne traduit pas nécessairement une augmentation du pouvoir d’achat

des citoyens. Elle pourrait cacher aussi leur endettement croissant. C’est ce qui se passe en Egypte et en

Tunisie à partir de 1996. (Cf. Tableau Evolution PIB & Croissance)

Tableau : Evolution PIB & Croissance (Egypte)

6


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Tableau : Evolution PIB & Croissance (Tunisie)

b) Des classes moyennes qui s'appauvrissent

Parmi les slogans entendus dans les rues arabes figuraient de nombreuses récriminations contre la vie

chère et les salaires très bas. Le monde arabe a connu l'émergence d'une classe éduquée, mais qui n'a pu

prendre l'ascenseur social, du fait, qu’il n'y a pas eu deduction des taux de pauvreté au cours des vingt

dernières années, soulignent les auteurs du rapport 1 conjoint réalisé par le Programme des Nations unies

pour le développement (PNUD) et la Ligue arabe : Environ 40 % de la population des dix-huit pays arabes,

soit 140 millions de personnes, vit en dessous du seuil de pauvreté..

Ainsi, depuis plus de quarante ans toutes les révoltes arabes ont éclaté lorsque les prix des produits de

base du panier de la ménagère augmentaient significativement. Ce fut notamment le cas à la fin des années

70 en Egypte, au Maroc et en Tunisie lorsque les missions du FMI recommandaient de ne plus

subventionner les prix des produits essentiels (blé tendre, sucre, huile) de façon à permettre le

développement de la production locale.

Aussi, l'enjeu n'est pas seulement d'accélérer la croissance économique, "mais de transformer cette

croissance pour réduire la pauvreté grâce à des politiques de redistribution" et "d'adopter un modèle basé

sur le développement humain qui considère les libertés comme les bases du développement", indique

toujours le rapport. Il recommande à ces Etats à sortir d'un modèle de développement centré sur la

production d'hydrocarbures et de matières premières.

1

7


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

$

11 000

9 000

7 000

5 000

3 000

1 000

PIB

Tunisie

Tx Croissance réèl

99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11

Source: CIA World Factbook - Version Janvier , 2011

7%

6%

5%

4%

3%

2%

1%

0%

-1%

-2%

Le graphe ci-contre révèle

une chute du taux de

croissance à partir de 2008

induisant un écart négatif

important avec le PIB. Celuici

traduit une érosion

significative du pouvoir

d’achat et une perte

d’emploi importante durant

les deux années précédant

la chute du régime.

7 000

6 000

5 000

4 000

3 000

2 000

1 000

0

Egypte

PIB Tx de croissance réèl

99 00 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11

Source: CIA World Factbook - Version Janvier , 2011

8%

7%

6%

5%

4%

3%

2%

1%

0%

Idem pour l’Egypte.

Ainsi, en 2008, des émeutes et contestations populaires se propageaient dans les pays du Maghreb.

Peu politiques, elles restaient très locales et concentrées sur les difficultés du quotidien qui persistaient

malgré les progrès du développement économique. Les observateurs, à l’époque, relativisaient toutefois

l’impression de «marmite sociale » 2 au bord de l’explosion. Des émeutes qui, deux ans plus tard, se sont

transformés en soulèvements populaires.

c) Des populations jeunes en marge de l’échiquier socio-économique

Toutes les nations arabes connaissent une croissance élevée des jeunes de moins de 25 ans

représentant entre 45 et 60 % de la population selon les pays. Or, les économies de ces pays sont

incapables de créer des emplois adaptés à la demande

2

8


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Pourcentage de la population de moins de 25 ans dans le monde arabe 3

En 2010, le monde arabe a le taux de chômage chez les jeunes le plus élevé de la planète, estimé à près

de 25%, contre une moyenne mondiale de 14%, selon un rapport de l'Organisation Internationale du Travail 4.

La région arabe est confrontée à une "poussée de jeunes", ce qui, combiné avec des taux de chômage

élevés, induit nécessairement des troubles sociaux. Ce phénomène est aggravé, en Tunisie, par la

répartition géographique du chômage traduisant des disparités régionales, voire une dichotomie entre le

littoral surdéveloppé et une périphérie sous-développée.

Les politiques et mécanismes sociaux qui cherchent à rééquilibrer la redistribution des richesses peuvent

aider à réduire le rythme de creusement des inégalités entre régions. Mais en vain l’écart était trop important.

Et ce n’est pas par hasard que les premières révoltes populaires les plus violentes ont pris naissance dans

ces régions défavorisées.

Le phénomène est similaire en Egypte où, sur le plan territorial, même si aucune zone n’est épargnée par

la pauvreté, force est de constater que certaines régions le sont plus que d’autres. C’est le cas en particulier

de la Haute-Égypte, encore plus rurale que le Delta. Certes, ce déséquilibre régional n’est pas nouveau,

mais il ne fait aucun doute que le basculement dans la mondialisation renforce le déséquilibre économique

entre Nord et Sud qui s’ajoute aux différences socioculturelles. C’est dans cette même Haute-Égypte, plus

précisément à Nag Hammadi, qu’une fusillade a coûté la vie à six coptes le 6 janvier 2010. En fait, ce

meurtre fait suite à des heurts réguliers depuis une vingtaine d’années entre membres des deux

communautés, particulièrement en Haute-Égypte où les coptes sont les plus nombreux et où l’islamisme

radical est le plus prégnant.

3 Arte – Dessous des cartes – février 2012

4

9


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Proportion de chômeurs diplômés du supérieur 5

Le graphe révèle que la

proportion de chômeurs de

diplômés du supérieur a atteint

des limites intolérables, plus de

20% dans des pays comme

l’Egypte et la Tunisie dont le taux

a augmenté de près de 12 points

en dix ans, alors que le taux

moyen des diplômés du

supérieur dans les pays

développés avoisine les 4%.

Les régions intérieures, où les révoltes étaient les plus violentes, sont les plus touchées par le chômage

des jeunes. Alors que l'axe littoral concentre 74 % des emplois non agricoles et plus de 75 % des emplois

industriels et tertiaires. Les régions côtières se taillent, de surcroît, la part du lion en matière

d'investissements publics, soit 65 %.

Emmanuel Todd et Youssef Courbage développe la théorie 6 selon laquelle la concomitance de trois

phénomènes : alphabétisation, baisse de la fécondité et taux d’endogamie induisent des mutations

profondes dans la structuration des sociétés. L’Iran, par exemple, a fait sa révolution de 1979 au moment où

son taux d’alphabétisation atteignait celui des Français du Bassin parisien en 1789, soulignent les auteurs.

Le taux d’alphabétisation, notamment des femmes, a atteint de hauts niveaux dans certains pays arabes,

notamment en Tunisie et en Egypte, alors que celui de la fécondité diminuait rapidement. La plupart des

pays arabes passent de 6 ou 7 enfants par femme dans les années 1970-80 à 2 ou 3 en 2010. Pour

exemple, le taux de fécondité en Tunisie est désormais inférieur à celui de la France. En ce qui concerne

l’alphabétisation, la situation en Tunisie en 2011 est proche de celle de la France en 1789

On a assisté, durant ces trois dernières décennies, à la montée de l'esprit contestataire et à la

sécularisation des sociétés dans certains pays du monde arabe, notamment ceux ayant adopté un schéma

de développement post colonial s’inscrivant dans la modernité.

5

« Atteindre la viabilité financière tout en visant l’excellence », Banque mondiale, 2011/

http://menablog.banquemondiale.org/un-nouvel-outil-d-%C3%A9valuation-de-la-gouvernance-desuniversites?page=1

6 « Le rendez-vous des civilisations », par Youssef Courbage et Emmanuel Todd

10


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

3. LES CAUSES SOCIETALES

a) Une absence de libertés fondamentales

Malgré le fait que les libertés de la presse et d’expression ont été extrêmement limitées dans les pays

arabes, l'administration américaine a été, au mieux, ambivalente et, au pire, conforme (par son silence) dans

les violations des droits de l'homme.

En Égypte comme en Tunisie et dans les autres pays arabes traversés par des soulèvements populaires,

c’est cette situation, commune à toutes les couches sociales, qui a créé un mouvement unifié. Des jeunes

défavorisés, des individus issus des classes moyennes, des diplômés au chômage se rencontrent dans une

même aspiration à « la liberté et à la dignité ». Le monde arabe est traversé par ce profond désir de droits de

l'homme et de démocratie, même si cette base commune se traduit différemment dans chaque pays.

En termes de mesure indicative du degré de la liberté d’expression de l’opposition dans les pays arabes,

nous pouvons utiliser l’indice de la liberté de la presse qui est un classement annuel des pays établi et publié

par Reporters Sans Frontières. Un plus petit score de l'indice correspond à une plus grande liberté de la

presse

Le classement des pays arabes et leurs rangs selon l’indice de la liberté de la presse 2010 7

Selon ce classement, les pays arabe se retrouvent dans les dernières places d’une liste de 178 pays à

travers le monde. Les pays où il y a eu des mouvements populaires, sont les derniers au niveau de la liberté

de la presse. Cependant il faut admettre que les critères déterminant le degré de liberté d’expression

n’intègrent pas le concept de l’anthropologie sociale et culturelle dans la définition de ces critères.

7 Press Freedom Index 2010, Reporters without Borders for freedom of information, 2010, < http://en.rsf.org>

11


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

b) Sentiment d’exclusion national au profit des réseaux sociaux internet

Michel Camau et Vincent Geisser (2003) 8 définissent la notion d’espace protestataire comme une

nouvelle forme de protestation virtuelle dans la société de l’information, qu’instaurent les technologies de

l’information et de la communication en tant que moyen et outil de contact interactif permettant des

échanges d’idées et d’informations entre internautes.

Le développement fulgurant des réseaux sociaux sur Internet, devenus une caisse de résonance des

frustrations des populations du monde arabe ont promu la création de communautés virtuelles se situant à la

périphérie de la sphère mediatico-social nationale. Ces réseaux ne s’inscrivent pas dans le prolongement

des leviers de la société civile, totalement phagocytée par les relais institutionnels des pouvoirs en place,

mais constituent une nébuleuse de communauté de personnes interagissant comme un contre-pouvoir

virtuel aux structures étatiques en place. Le sentiment d’appartenance national a laissé progressivement la

place au sentiment d’appartenance à la communauté des réseaux sociaux.

Les révoltes en Tunisie et en Egypte ressemblent aux bouleversements politiques observés dans le

passé sauf sur un point, le rôle clé joué par les réseaux sociaux: Facebook, Twitter ainsi que les blogs,

émettant notamment de l’étranger, échappaient à la censure des pouvoirs en place. Toutes ces technologies

étaient devenues des armes redoutables de mobilisation.

Utilisation et taux de pénétration d’Internet en 2010 dans les pays arabes (Maghreb et Moyen-Orient) 9

8 Le syndrome autoritaire : Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali de Michel Camau et Vincent Geisser

( septembre 2003)

9

12


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

En général, le taux de pénétration d’Internet le plus élevé dans le monde arabe est enregistré dans les

pays du Golfe : le Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Qatar, le Koweït, l’Oman et l’Arabie saoudite. Cela

s’explique en partie par l’intérêt que portent ces pays au développement des services électroniques et

surtout par les tarifs très abordables. Dans les pays non producteurs de pétrole, les taux les plus élevés sont

ceux de : la Tunisie, le Maroc, la Jordanie, le Liban et l’Égypte.

Malgré la disponibilité de ressources financières provenant de l’exportation de pétrole, l’Algérie, la Libye

et l’Iraq enregistrent un faible taux. La phobie que suscite l’utilisation d’Internet comme outil de

communication de masse non contrôlé par leurs pouvoirs publics peut apporter une part d’explication.

Pourquoi les réseaux sociaux ont-ils été si utiles aux manifestants tunisiens et égyptiens? Comment ces

outils seront-ils utilisés par la suite? Vont-ils vraiment changer le monde?

4. SYNTHESE

Les soulèvements des populations arabes ont fait couler beaucoup d’encre. Lun des articles les plus

intéressants fut publié par l’Economist 10 qui avait mis son "shoe-thrower’s index", un indexe qui sert à

identifier les facteurs déterminants ayant contribué à l’instabilité politique dans les pays arabes et à les

classer (cf. tableau ci-après) selon leur probabilité de désobéissance sociale.

Le classement de « l’Economiste » selon l’indice d’instabilité dans les pays de la ligue arabe

10 The Economist, “Arab unrest index: The Shoe-Thrower's index”, The Economist online, le 9 février

2011, < http://www.economist.com/blogs/dailychart/2011/02/arab_unrest_index... (Consulté le 5 juin

2012)>

13


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Le poids attribué à chaque facteur est indiqué en ordre décroissant :

1) 35% : Population en dessous de l’âge de 25 ans

2) 15% : Nombre d’années que le gouvernement du pays est au pouvoir

3) 15% : Le niveau de corruption.

4) 15% : Eloignement par rapport aux principes démocratiques

5) 10% : Produit Intérieur Brut (PIB) par personne

6) 5% : Niveau de censure

Il ressort de l’examen de ce tableau que :

Le facteur, le plus lourd dans le calcul, est le pourcentage de personnes en dessous l’âge de

25 ans.

Le nombre d’années au pouvoir fut un facteur déterminant : le régime de Moubarek a chuté en Égypte

après 30 ans au pouvoir ainsi que celui de Ben Ali en Tunisie qui a été déchu après 23 ans au pouvoir.

• Selon l’Economist, le PIB par personne ne tient pas compte forcément du nombre de personnes vivantes

sous le seuil de la pauvreté. Dans le cas de l’Égypte, les révoltes populaires ont été propulsées en

grande partie par la classe moyenne mais aussi par le nombre élevé de la population vivant au seuil de la

pauvreté.

• L’accès à l’Internet, et les autres réseaux sociaux ont joué des rôles importants dans le renversement des

régimes en Égypte et en Tunisie. Du fait que la Tunisie et l’Egypte soient branchées sur les technologies

internet a contribué au succès du renversement de Moubarek et de Ben Ali; Au contrario d’autres pays

comme le Yémen et la Somalie qui ne pourraient offrir l’accès à ces technologies.

III. LES CAUSES EXOGENES COMMUNES AUX SOULEVEMENTS EN

TUNISIE ET EN EGYPTE

1. LE « SMART POWER », UN NOUVEL OUTIL DE PUISSANCE

a) Gene Sharp et la théorie de la non-violence

Inconnu du grand public, le philosophe Gene Sharp a élaboré une théorie de la non-violence comme

arme politique: « De la dictature à la démocratie » 11 . Professeur émérite de sciences politiques à l'Université

du Massachusetts à Dartmouth et candidat au prix Nobel, il est connu pour ses nombreux écrits sur la lutte

non violente. En 2012, il reçoit le prix « Right Livelihood Award » 12. .

11

12

14


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Fondé en 1980, le prix « Right Livelihood », décerné chaque année dans l'enceinte du Parlement

Suédois, est souvent désigné comme « le Prix Nobel alternatif ». Ce prix lui a été octroyé pour "avoir

développé et articulé les principes fondamentaux et les stratégies de résistances non-violentes et les avoir

diffusés dans des zones en conflit à travers le monde" 13. Ayant étudié les théories de désobéissance civile,

Gene Sharp, considère que celles-ci peuvent être appréhendées comme une technique d’action politique,

voire militaire. Dans cette optique, en 1983, Gene Sharp créé le Programme sur les actions non-violentes au

Centre des affaires internationales de l’université d’Harvard. Il y développe des recherches en sciences

sociales sur l’usage possible de la désobéissance civile par la population ouest-européenne pour faire face à

une éventuelle invasion par les troupes du Pacte de Varsovie 14 . Simultanément il fonde à Boston, l’Albert

Einstein Institution, une association dédiée à faire « progresser l'étude et l'utilisation de l'action non violente

stratégique dans les conflits à travers le monde ». L'Institution s'engage 15 , notamment, à « la défense des

libertés et de la démocratie ».

b) Albert Einstein Institute et la Nationale Intelligence Council

« Gene Sharp est l'un des penseurs les plus imaginatifs stratégiques de notre temps. Dans les arènes de

l'US Army War College de la défense et des Affaires étrangères à travers le monde, « il a donné des

conférences convaincantes sur ses théories.» Tels furent les propos élogieux du Major General Edward B.

Atkeson de l’U.S. Army et officier du renseignement au sein du National Intelligence Council 16 .

Cette relation entre l’institution Albert Einstein et la Nationale Intelligence Council s’est manifesté dans la

réalisation d’études et l’organisation de conférences sur la non-violence en collaboration avec le colonel

Robert Helvey 17 , ex attaché militaire à l’ambassade américaine à Rangoon (Birmanie) de 1983 à 1985,

doyen de l’école de formation des attachés militaires des ambassades américaines 18 et président du conseil

d’administration de l’Albert Einstein Institute 19 en 2003. En Birmanie, en Serbie et en Irak, Robert Helvey

s’est engagé dans la mise en œuvre des stratégies de « lutte non-violente » au profit de groupes

d’opposition locaux.

13 < http://www.rightlivelihood.org/sharp.html>

14

15 < http://www.aeinstein.org/organizationsd637.html>

16 < https://www.cia.gov/library/center-for-the-study-of-intelligence/csi-publications/csistudies/studies/vol53no1/index.html#contributors>

17 HELVEY, Robert . On Strategic Nonviolent Conflict: Thinking about the Fundamentals, Boston, Albert Einstein

Institution, 2004. < https://www.aeinstein.org/organizations/org/OSNC.pdf>

18 Thierry Meyssan, “L’Albert Einstein Institution: la non-violence version CIA”, Réseau Voltaire, 4 juin 2007, <


19

15


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

c) Soutien aux « révolutions des pays de l’Est »

En 1998 Gene Sharp et Robert Helvey, se retrouvent en Europe de l'Est pour former Otpor, un groupe de

jeunes serbes opposés à Slobodan Milosevic. Les formations ont été financées 20 par le National Endowment

for Democracy (NED) et l'International Republican Institute (IRI) présidé par le sénateur John McCain,

candidat à l’élection présidentielle de 2008, et qui gère près de 75 millions de dollars annuellement répartis à

des mouvements dissidents dans le monde 21 . D’autres organisations et agences étaient impliquées dans le

processus tels que l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) et la Freedom House,

ONG américaine dirigée alors par l'ancien patron de la CIA, James Woolsey. On examinera, aussi, comment

l’Open Society Institute de la fondation de Georges Soros et le National Democratic Institute for International

Affairs (NDI) un think tank américain lié au Parti démocrate dans le cadre du National Endowment for

Democracy, ont participé activement à ce processus. On soulignera qu’à la tête de la NDI

préside Madeleine K. Albright, secrétaire d'État des États-Unis entre 1997 et 2001.

d) Le mouvement Otpor, déclencheur de la lutte non-violente préconisé par G. Sharp

Otpor, qui signifie “résistance” en serbe, est une organisation militante fondée en 1998 par un groupe

d’étudiants. Rendue célèbre par ses coups d’éclats plein d’humour et d’efficacité, elle a joué un rôle

déterminant dans la chute du régime de Slobodan Milosevic en 2000. Ses actions ont commencé dès 1998

par des pratiques de contestation spectaculaires et sans violence. L’un des enjeux était de faire preuve

d’humour pour ridiculiser le régime de Milosevic. En même temps, Otpor a œuvré pour l’unification de

l’opposition serbe, jusque-là très divisée, lors de l’élection présidentielle de septembre 2000.

Après la chute du régime de Milosevic, Otpor est devenu un centre de formation pour l'action non-violente

(CANVAS) et a formé des jeunes révolutionnaires de différents pays, en Géorgie, puis en Ukraine, mais

aussi en Biélorussie et dernièrement les jeunes révoltés du monde arabe. Ses membres fondateurs,

Slobodan Djinovic et Srdja Popovic que l’on retrouve en 2000 avec Gene Sharp et Robert Helvey, ont fondé

l’organisation Canvas pour diffuser la culture de la non-violence dans le monde par la publication de manuels

gratuits et téléchargeables et par des formations aux meilleures techniques de résistance non-violentes à

destination des activistes et des cyber--dissidents.

Gene Sharp (centre)

Popovic (à gauche) leader Serbe du mouvement Otpor

Robert Helvey (ancien colonel de l’armée américaine) –

Doyen de l’école de formation des attachés militaires des

ambassades US

20 Template Revolutions: Marketing U.S. Regime Change in Eastern Europe


21 J.-G. Allard, « La face cachée de John McCain », le Grand Soir, 21 août 2008


16


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

On soulignera la présence de l’Albert Einstein Institute, Freedom House et l’International Republican

Institute parmi les partenaires de Canvas 22

Dans les soulèvements populaires des pays arabes en 2011, Sharp semblent avoir passé le relais à son

disciple Peter Ackerman, ancien membre du conseil de l’Albert Einstein Institute et fondateur (en 2002) du

Centre international pour les conflits non violents 23 (ICNC) qui a offert des séances de formation nonviolence

pour les activistes égyptiens et tunisiens. De 2005 à 2009 24 , il a été nommé président du conseil

d’administration de Freedom House et membre du conseil d'administration du Council on Foreign

Relations 25 . Peter Ackeman participe en mars 2007 à la conférence sur les facteurs clés de « la résistance

civile » 26 , sous l’égide du « Centre for International Studies » 27 (CIS) et de « l’European Studies Centre » 28 .

Son intervention, « Quels sont les facteurs clés qui déterminent le succès ou l’échec de la résistance

civile? », s’inscrit dans le prolongement de ses activités en tant qu’auteur et producteur d’études et de films

documentaires sur la mise en œuvre de « stratégies des conflits non violents ». A ce titre, en 2002,

Ackerman a coproduit un film documentaire, « Bringing Down A Dictator», concernant la chute du régime

serbe de Slobodan Milosevic. Le film a été diffusé dans les autres républiques des pays de l’Est, notamment

22 < http://www.canvasopedia.org/index.php/external-links>

23

24

25

26 Conference on civil resistance & power politics, St Antony’s College, University of Oxford, 15-18 March 2007


27

28 < http://www.sant.ox.ac.uk/esc/about.html>

17


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

dans l'ancienne République de Géorgie en 2003 29 afin d’inciter les cyber-activistes dans leur lutte non

violente contre le pouvoir lors de « la révolution des roses ». En Février 2011, le film a été diffusé sur la

chaîne Al Djazira permettant aux cyber-activistes égyptien de le visionner 30 lors des réunions des membres

du « mouvement des jeunes du 6 avril », fer de lance de la contestation des jeunes égyptiens durant les

manifestations qui ont provoqué la chute du régime de Moubarak.

Nous relèverons le parrainage « singulier » de diverses instances institutionnelles et civiles dans

l’organisation de la conférence précitée « Conference on civil resistance & power politics ».

e) Le cyber-activisme, vecteur de la diplomatie 2.0

« L’une de mes missions au département d’Etat est de changer l’image des Etats-Unis dans le monde

musulman grâce aux technologies et aux médias sociaux. Quand un Etat contrôle et verrouille la presse et

Internet, il est difficile de communiquer directement avec les activistes locaux. Il faut donc être diplomate,

rencontrer le gouvernement, expliquer, influencer. C’est l’art de maximiser le pouvoir des technologies au

service de buts diplomatiques » tels furent les propos de Alec Ross, conseiller d’Hillary Clinton et spécialiste

de la "diplomatie digitale 2.0 ». Il ajoute, par ailleurs, concernant le rôle des Etats Unis dans le cyber--

activisme en Tunisie, que « les Etats-Unis ont développé des outils appropriés à la situation. » et, dit-il,

« nous sommes fiers d’avoir entraîné et formé des militants de la liberté partout dans le monde » 31 . Il

considérait que, pendant les « révolutions arabes », «le Che Guevara du 21ème siècle est le réseau»

Ainsi, en quelques années, les réseaux sociaux ont pris une place centrale dans la politique américaine

et a fortiori dans sa stratégie d’influence internationale. Dès l’entrée en fonction de Barack Obama en 2009,

29 Tbilisi's "Revolution of Roses' Mentored by Serbian Activists, Peter Baker, Washington Post November 25, 2003 - <

http://pqasb.pqarchiver.com/washingtonpost/access/463803231.html?FMT=ABS&FMTS=ABS:FT&date=Nov+25%2C

+2003&author=Peter+Baker&pub=The+Washington+Post&edition=&startpage=A.22&desc=Tbilisi%27s+%27Revoluti

on+of+Roses%27+Mentored+by+Serbian+Activists%3B+Foes+of+Milosevic+Trained+Georgians>

30


31 Alec Ross : “Internet est un droit de l’homme du XXIe siècle”, Les InRocks, 15 février 2011,


18


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

le « smart power » 32 est apparu comme le nouveau mode de déploiement de la diplomatie américaine à

travers le monde, Twitter et Facebook sont devenus des canaux de communication clés pour la Maison

Blanche.

Sur Twitter, sans être une star, Alec Ross a déjà son lot de fidèles. Plus de 378.000 abonnés (followers),

à ce jour, qui suivent à travers ses tweets les dernières inflexions de la politique étrangère américaine. Ainsi,

au moment des « révolutions arabes » et par son activisme auprès des jeunesses « révolutionnaires» à qui

il a pu envoyer des messages forts, tels que "les citoyens doivent avoir le droit de critiquer un gouvernement

sans peur de représailles », Alec Ross, témoigne le soutien du gouvernement américain aux activistes

égyptiens et tunisiens.

Il est évident que les révoltes dans les pays arabes se sont appuyées sur Internet qui est loin d’être

l’unique manifestation de cette nouvelle donne dans la diplomatie américaine. A cet effet, le Baker Institute

for Public Policy de l’Université de Rice a récemment publié un document 33 sous forme d’état des lieux du

développement de la cyber diplomatie du Département d’Etat américain. Ainsi, des progrès de l’e-démocratie

américaine de Colin Powell à Hilary Clinton au phénomène de Wikileaks en passant par la mise en place

d’un cyber commandement américain, United States Cyber- Command (USCYBER-COM) 34 , à Fort Meade,

l’étude fournit une bonne vision d’ensemble de la manière dont Internet a révolutionné la gestion des

relations internationales américaines.

Pour rappel, il y a peu de temps, une certaine réserve existait en France pour s’inscrire dans cette

diplomatie 2.0. Aujourd’hui, la France semble bien en passe de prendre ce tournant de la diplomatie digitale

engagé par les Etats-Unis. En ce sens, le Quai d’Orsay définissait, dans une tribune 35 publiée en février

2012, les réseaux sociaux comme un « espace où il importe d’être présent et actif si l’on veut exister, si l’on

veut y faire partager nos valeurs (…)». La diplomatie française se montre de plus en plus soucieuse de

déployer la présence digitale du réseau diplomatique français, d’utiliser les réseaux sociaux comme des

canaux performants d’information et comme de puissants vecteurs d’influence pour diffuser l’action de la

France à l’international.

f) Le prisme de la cyber-dissidence dans le monde arabe

Alors que le monde évolue et que la technologie sert de plus en plus à créer des réseaux sociaux et de

nouvelles voies de communication, Hillary Clinton, annonce en 2009 à Marrakech (Maroc)

l'initiative, Société civile 2.0, qui « vise à aider les organisations locales de par le monde à utiliser les

techniques informatiques pour se faire connaître, à créer une base d'appui à leur cause et à établir des

relations avec d'autres groupes aux objectifs communs dans d'autres pays». Cette stratégie a été consacrée

lors du sommet 36 inaugural de l'Alliance des mouvements de jeunesse (Alliance of Youth Movements) à New

32 « Le smart power américain, un défi pour l’Europe », Fondation Robert Schuman, 9 février 2009.


33 From Tunis to Tunis: Considering the Plancks of U.S. International Cyber- Policy, 2005-2011.


34 http://www.defense.gov/home/features/2010/0410_cyber-sec/ -

35 La diplomatie française à l’ère du web 2.0 - < http://ambafrance-es.org/france_espagne/spip.php?article5703>

36

19


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

York au mois de décembre 2008. En 2009 et en 2010 d’autres sommets se sont déroulés à Mexico et à

Londres.

Ont participé à toutes ces rencontres une combinaison des membres, du Département d'État, du Council

of Foreign Relation ( CFR) considéré comme l'un des « think tanks» les plus influents en politique étrangère

des Etats Unis, des conseillers de la sécurité nationale et une pléiade de représentants de sociétés

américaines publics et privés opérant, notamment, dans le secteur des NTIC et des médias tels que AT&T,

Google, Facebook, NBC, ABC , CBS, CNN, MSNBC, et MTV

Ces évènements ont conduit à la naissance de « Movements.org », une organisation dédiée à

l'identification, la connexion, et le soutien aux cyber-activistes, selon la mission affichée sur le site. Ce

mouvement a officiellement un partenariat avec le département d’Etat américain et la Columbia Law

School. Ses commanditaires corporatifs incluent Google, Pepsi, et le Groupe Omnicon, tous membres du

Council on Foreign Relations (CFR).

Les fondateurs du mouvement sont :

- Jared Cohen 37 , membre du CFR, directeur de « Google Ideas », et ex conseillé au département

d’Etat de Condoleezza Rice et de Hillary Clinton.

- Jason Liebman 38 , travaille avec des méga-entreprises et des conglomérats comme Proctor &

Gamble, Kodak, Staples, Ford ainsi que des organismes gouvernementaux tels que le Département

d'État des États-Unis et le Département de la Défense. Il a aussi collaboré avec Google pour 4 ans

où il a travaillé en partenariat avec Time Warner (CFR), Nouvelles Corporation (Fox News, CFR)

Viacom, Warner Music, Sony Pictures, Reuters, le New York Times et le Washington Post

Company.

- Roman Sunder, a fondé « access 360 Media », une société de publicité et il a organisé le PTTOW,

sommet qui a réuni 35 cadres supérieurs de sociétés comme AT&T (CFR), Quicksilver, Activison,

Facebook, HP, YouTube, Pepsi, et le gouvernement américain pour discuter de l'avenir de

«l'industrie de la jeunesse." Il est également membre du conseil de Next Gen, un autre organisme

sans but lucratif axé sur le «changement pour la prochaine génération."

Le directeur exécutif du mouvement est David Nassar 39 , ancien responsable des programmes du NDI, de

l’IRI et de l’USAID pour le moyen -Orient

Il est difficile, compte tenu des affiliations de ces hommes et de leurs relations dans la sphère publique et

privée, de croire que le changement qu'ils projettent de réaliser s’inscrit dans une démarche universaliste

prônant les valeurs de liberté, de démocratie, et de droit de l’homme. Le propos n’est pas de remettre en

cause les intentions des uns et des autres, mais les valeurs des systèmes économiques qu’ils incarnent,

incorporer dans la sphère de la rhétorique du bien-être, sont aux antipodes des réelles préoccupations des

37

38

39

20


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

jeunes qui, imprégné d’un néo libéralisme de gauche, ont adhéré en chœur à ce mouvement, par naïveté: Il

est vrai que la présence de Whoopi Goldberg au premier sommet de New York en 2008 embaumait les

cœurs juvéniles.

Lors du deuxième congrès tenu à Mexico en octobre 2009, Hillary Clinton s’est spécialement déplacé

pour accueillir les cyber-activistes venus de divers horizons.

Ce sommet a rassemblé des experts en nouvelles technologies et réseaux sociaux, comme Facebook,

Twitter, et Youtube, ainsi que des fonctionnaires des agences de Washington, spécialistes dans la

subversion et la déstabilisation de gouvernement non inféodés à l’agenda de Washington. Le but était de

former ces jeunes à l’usage des réseaux sociaux pour promouvoir des actions politiques contre leur

gouvernement. En clair former des leaders de la blogosphère aux techniques de soulèvement des masses

par la non-violence.

Ahmed Bensaada 40 , dans « Arabesques américaines » conclut : « L’existence de tels sommets et la liste

des personnes qui y participent nous renseignent à plusieurs égards. Ils nous montrent d’abord que le

gouvernement américain identifie les cyber-activistes « intéressants » à travers le monde par l’intermédiaire

de ses ambassades et s’arrange pour les faire participer à ces sommets. Ils nous indiquent que les leaders

mondiaux dans le domaine des nouvelles technologies sont partie prenant dans la formation des cyberdissidents,

et donc, dans la déstabilisation des gouvernements étrangers. Finalement, ils prouvent l’étroite

collaboration entre le gouvernement américain, les organismes et agences non gouvernementales

d’ « exportation de la démocratie » et les grandes compagnies œuvrant dans les domaines des nouvelles

40 Ahmed Bensaada, Arabesques américaines : le rôle des Etas Unis dans les révoltes de la rue arabe, 2011

21


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

technologies». Il est certain que cette stratégie s’est développée sur le concept du « soft power » ou le

pouvoir par l’influence et la séduction.

« Le concept de soft power se met en exergue par la conquête des territoires mentaux. Ainsi, Hollywood,

arme de « distraction massive », aurait plus d’efficacité qu’une division blindée et l'admiration que portent

des millions d'hommes au mode de vie US serait la meilleure protection du pays… ». Cette explication de

François-Bernard Huyghe 41 trouve échos dans les populations jeunes du monde arabe ayant vécu la

révolution 2.0. Une génération éprise de liberté et de démocratie, vivant dans le confinement d’une société

tombée dans le conformisme et le conservatisme, s’est projetée dans un imaginaire mondialiste imprégné

des « valeurs » du modèle américain.

Faire que le sentiment d’appartenance à la communauté Facebook soit plus fort que le sentiment

d’appartenance à la communauté nationale, tel est le génie des stratèges américains de la « Diplomatie

Publique » ayant incité les jeunes générations du monde arabe à réaliser un parricide politique au sein de

leur nation.

2. LE ROLE DES MEDIAS / MEDIAS SOCIAUX

La stratégie des révoltes arabes consiste à affaiblir et a désorganiser les piliers du pouvoir (l’Etat, les

forces vives) et à neutraliser les forces de sécurité. Robert Helvey, membre de l’Institut Albert Einstein

explique que l’objectif n’est pas de détruire les forces armées ou de police, mais de les convaincre

d’abandonner le gouvernement actuel et de leur faire comprendre qu’ils ont une place dans le pouvoir à

venir 42 . Par le biais d’opérations psychologiques à leur destination, la stratégie vise à nouer des liens avec

les militaires pour négocier. Nous verrons plus loin comment.

Les médias servent, quant à eux, à donner une aura internationale à ces mobilisations contre un Etat

supposément « répressif ». Les manifestations de rue, les grèves de la faim, donnent l’impression que le

pays se trouve dans une situation chaotique, instable, et que le pouvoir est prêt à tomber devant

l’insurrection populaire. Lorsque pour rétablir l’ordre et faire appliquer la loi, le pouvoir réagit, les médias sont

utilisés pour accuser le gouvernement de répression et de violation des droits humains. Tout ceci permet de

justifier n’importe quelle agression externe ou interne contre l’Etat.

a) Facebook : fer de lance des cyber-activistes

Alors que les médias traditionnels locaux sont accusés d'être à la solde des régimes autoritaires, les

réseaux sociaux les ont supplantés. Plus rapides et plus efficaces, ils se sont faits l'écho du soulèvement

populaire. Les tentatives de censure n'ont abouti ni en Egypte ni en Tunisie. La révolte l'a emporté avec

l'aide d'Internet et par extension des réseaux sociaux. L'utilité sociale d'Internet conduit d'ailleurs Alec Ross,

conseillé d'Hillary Clinton, à affirmer qu'il s'agit « d'un droit de l'homme du 21e siècle. »

Aussi, en essayant désespérément de museler la contestation en bloquant les sites de réseaux sociaux

(Tunisie) ou en coupant tous les systèmes de communication (Égypte), les gouvernements n’ont finalement

réussi qu’à attiser le mécontentement à l’origine de leur disparition. En fin de compte, les médias sociaux ne

41 François-Bernard Huyghe- Les politiques internationales d’influence, mai 2009-

< http://www.huyghe.fr/actu_407.htm>

42 Manon Loizeau Comment la CIA prépare les révolutions colorées,

< http://www.youtube.com/watch?v=cO7DMyZA62o>

22


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

sont que des outils et des caisses de résonnance qui peuvent contribuer à mobiliser l’opinion publique quand

il existe une cause commune et des circonstances favorables. Alors qu’ils ont occupé une place centrale en

Égypte et en Tunisie, ceux-ci ont joué un rôle moins important au Yémen, en Syrie et au Bahreïn.

L'étude d'une agence basée à Dubaï, Spot On Public Relations (figure ci-après), a montré que le média

social comptait 15 millions d'utilisateurs dans les 17 pays arabes (contre 14 millions de journaux vendus).

Dans le monde arabe, il y a désormais plus d'utilisateurs de Facebook que de lecteurs de presse

Depuis les évènements de 2009 en Iran, jusqu’aux révoltes arabes en 2011, le monde a découvert ainsi

l’incroyable pouvoir de mobilisation des réseaux sociaux. Facebook, Twitter ou YouTube sont devenus une

des sources principales d’information et un moyen de rassemblement incontournable.

Les réseaux sociaux ont, semble-t-il, été les moteurs des soulèvements dans la mesure où ils ont permis

aux contestataires de poursuivre leur lutte contre les régimes en place lorsque tout rassemblement politique

était prohibé, toute communication à des fins de manifestation étaient bloquées, et lorsque la liberté

d’expression était limitée. En d’autres termes, il semble que Facebook et Twitter aient joué un rôle capital

pour contrer la répression et pour maintenir le combat des manifestants au-dedes contraintes imposées

par les gouvernements. Les cyber-activistes étaient des centaines, voire plus, à s’activer sur la Toile.

En Tunisie sur 10.5 millions de personnes, 3.6 millions sont connectés à internet, soit 34% de la

population :On ne dénombre pas moins de 2 millions de comptes Facebook en 2011. En Egypte, ils sont 17

millions sur 80 millions d'habitants, c'est à dire 20% de la population, dont 5 millions possèdent un compte

Facebook.

Par ailleurs, les réseaux de télécommunications mobiles sont aussi très importants. En Egypte selon les

chiffres du gouvernement : plus de 56 millions de personnes possèdent un téléphone portable soit 70% de la

23


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

population Egyptienne. Alors que la Tunisie comptait en 2010 près de 10 millions d’abonnés, soit 95 % de la

population.

Sur la période novembre 2010-mai 2011, les six premiers mois de la chute du régime en Tunisie, le

nombre de compte Facebook a augmenté de 50%.

Durant la semaine précédant la chute de d'Hosni Moubarak, selon Philippe Howard 43 , le nombre de

tweets concernant les changements en Egypte est passé de 2 300 à 230.000 par jour à travers le monde.

Les vidéos contenant des protestations ou des commentaires politiques se sont propagées massivement :

5,5 millions de visionnages pour les 23 vidéos les plus regardées. Toujours selon l’étude de Philippe

Howard, le nombre de contenus en ligne produits par des groupes d'opposition sur Facebook ou à partir de

blogs a également augmenté. Autre chose: les discussions sur des blogs ou sur Twitter présageaient des

retournements dans l'opinion publique. Alors qu'en décembre 2010, seuls 5% des blogs tunisiens

s'exprimaient sur le gouvernement Ben Ali, ce chiffre est monté jusqu'à 20% un mois plus tard, le jour de sa

destitution, des milliers de personnes descendaient dans la rue en Tunisie pour protester contre l'ancien

régime le jour même où le mot "révolution" arrivait en tête des recherches sur les blogs du pays.

Tous ces chiffres témoignent bien de l'importance des moyens de communications au sein des sociétés

égyptienne et tunisienne, a surement joué en leur faveur pour accélérer le processus de soulèvement des

populations locales.

43 Philippe N. Howard, Muzammil M. Hussain - Democracy's Fourth Wave? Digital Media and the Arab Spring (Oxford

Studies in Digital Politics)

24


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

La page Facebook « Nous sommes tous Khaled Saïd »

Des poings levés, des caricatures de Moubarak, une place Tahrir fourmillante de manifestants. La page

Facebook « Nous sommes tous Khaled Said » appelle à une Egypte libre, et à l’arrêt de la violence des

forces de l’ordre. 36.332 images d’espoir et de haine, des articles sur la souffrance du peuple, des textes de

propagande anti-Moubarak, des vidéos You Tube de soutien envoyé des quatre coins du monde, en somme,

des appels à l’aide, à la mobilisation, à l’action, et 1.128.734 personnes « aiment ça ».

La page Facebook a été créée par le cyber-activiste Wael Ghonim (jeune cadre chez Google,

responsable marketing pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord) en hommage au jeune bloggeur Khaled

Said, arrêté à la sortie d’un cyber-café d’Alexandrie et battu à mort par les policiers en juin 2010. Cet

évènement qui a marqué les esprits est devenu le symbole d’une détérioration de la liberté d’expression et

d’une répression sans bornes.

Comme beaucoup de « leaders du net », Wael Ghonim est devenu le porte-parole de la contestation du

peuple égyptien et a tissé un lien entre les nouveaux médias du peuple et la sphère publique des médias

traditionnels. Invité sur nombre de plateaux TV nationaux comme Al-Jazeera ou Dream 2 et internationaux

comme CNN, Wael Ghonim a pu offrir d’avantage de visibilité à son média Facebook, grâce à ses interviews

sur les chaînes TV. Ainsi, il semble que si les médias numériques offrent des avantages que les médias

traditionnels ne permettent pas, ceux-ci jouent des rôles différents, voir même complémentaires, l’un étant

plus interactif, l’autre plus visible.

C’est dans ce sens que les révoltes qui ont ébranlé la rue arabe ne sont pas exemptes de propagandes,

mensonges et autres manipulations médiatiques, loin s’en faut. En effet, comme dans tous les

bouleversements politiques sérieux, les médias majeurs y ont mis leur grain de sel. En plus, dans ce cas

précis, il faut aussi tenir compte des médias sociaux et de la blogosphère qui ont été de la partie.

À notre sens, le « médiamensonge » commun aux révoltes des populations arabes est celui de la

spontanéité des soulèvements populaires. De nombreux documents, comme expliqués précédemment,

montrent qu’il n’en est rien et que dans la plupart des pays arabes, les cyber-activistes ont été i) identifiés, ii)

mis en réseau entre eux et avec des experts des nouvelles technologies et iii) formés par des organismes

occidentaux « d’exportation de la démocratie », en particulier américains. Cette méconnaissance de la réalité

relève autant d’une naïveté journalistique patente pour certains professionnels des médias que d’un

mensonge par omission pour d’autres.

25


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

En Tunisie, le symbole de la « révolution du jasmin » a été rapidement déboulonné, quelques mois à

peine après la fuite du président Ben Ali. Présenté comme un universitaire sans emploi, travaillant comme

vendeur ambulant, Mohammed Bouazizi s’est immolé par le feu devant le siège du gouvernorat (préfecture),

geste qui a mis le feu aux poudres en Tunisie. Son spectaculaire suicide a été expliqué par le fait qu’un

agent municipale, une femme, Fayda Hamdi, lui aurait non seulement confisqué sa balance, mais aussi

administré une gifle, geste encore plus intolérable, dans la culture arabe, car venant d’une femme.

L’enquête a montré que Mohammed Bouazizi n’était pas un universitaire, qu’il avait insulté Fayda

Hamdi 44 après qu’elle lui ait confisqué sa balance et, surtout, que la gifle était une pure invention. Autre

précision troublante : le propre frère de la policière, militant syndicaliste, a participé à créer la légende autour

de l’icône de la « révolution » Mohammed Bouazizi, légende à laquelle il est difficile d’être insensible et qui a

fait les choux gras d’une presse à sensation.

Quelque mois avant l’immolation de Bouazizi, en 2010, deux autres jeunes avaient fait de même : à

Monastir, sur la côte, le 3 mars, et à Metlaoui, à l’ouest du pays, le 20 novembre 2010. Les medias n’en

n’ont pas fait échos. Le geste de Bouazizi appartient donc à une série d’actes désespérés. Mais celui-là

restera gravé dans les mémoires car «Bouazizi » a perdu son outil de travail (sa charrette de vendeur

ambulant), après avoir été giflé par une femme, agent municipal, originaire d’une des régions les plus

pauvres de la Tunisie. Bouazizi cristallise en lui tous les facteurs endogènes ayant provoqué les révoltes en

Tunisie, notamment, le chômage des jeunes diplômés et la pauvreté des régions du Nord-Ouest du pays.

Telle est la première charge qui explose après les premiers soulèvements populaires.

Selon Ahmed Bensaada 45 , « les cyber--activistes tunisiens se sont saisis du drame de Bouazizi.

Facebook, Twitter et toute la blogosphère, ont exprimé leur soutien à cette cause. Plusieures groupes ont

été créés sur Facebook et les tweets avec le mot-clic « #sidibouzid » ont envahi la plateforme de

microblogage. Plus de 3000 vidéos ont aussi été publiés sur You Tube avec « Sidi Bouzid » comme mot

clé ». En effet, au plus fort de la révolte, ces cyber-activistes ont fait des nouvelles technologies le meilleur

usage. Mezri Haddad 46 , précise que pour NDitech, les messages Twitter comportant le mot-clic

« #sidibouzid » ont été transmis à un rythme estimé à 28.000 par heure.

b) Cyber-guerre

Le 25 janvier 2011, lors des manifestations qui ont amené la chute du régime Moubarak, les services de

téléphonie et d’Internet ont été interrompus pendant 5 jours en Egypte.

44 Tunisie: Fayda Hamdi, la femme fusible. < http://www.youtube.com/watch?v=NWqyckzEPQA>

45 Idem 40

46 Mezri Haddad, La face cachée de la révolution tunisienne – septembre 2011

26


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Pour ce faire, les autorités égyptiennes ont ordonné aux 4 fournisseurs d’accès de supprimer la

transmission des routes BGP (Border Gateway Protocol) isolant la quasi-totalité des groupes d’adresses IP

égyptiennes puisqu’elles ne sont plus connues des routeurs dans l’ensemble du globe. Comme le montre le

graphe, il a suffi de quelques heures pour ainsi fermer Internet.

Les alternatives sont minces, mais un groupe d’activistes suédois, Telecomix, défenseurs des libertés

numériques met à disposition des outils pour contrer la censure sur le Net en essayent malgré tout de créer

un moyen de faire une passerelle via des radioamateurs en utilisant le protocole irc (Internet Relay Channel)

et le morse.

En Tunisie, lorsque le gouvernement a bloqué, début janvier 2011, la possibilité de mettre en ligne sur

Facebook des vidéos prises en Tunisie montrant les exactions du régime, des membres de Telecomix ont

mis en place une méthode 47 permettant de les faire sortir du territoire tunisien afin de les mettre en ligne à

partir du territoire européen et de permettre aux cyber-activistes tunisiens de continuer à les partager et les

diffuser sur le réseau social Facebook.

En janvier 2010, la Secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, annonce officiellement la volonté des

USA « d’aider financièrement à concurrence de 30 millions de dollars les entreprises et les ONG fabriquant

des logiciels anti censure pour aider les opposants vivant sous des régimes autoritaires à contourner les

blocages, crypter leurs messages et effacer leurs traces. Les bénéficiaires des fonds fédéraux devaient

distribuer leurs logiciels gratuitement, les traduire en différentes langues et offrir des programmes de

formation » 48 . L'une des ONG ayant reçu des fonds fédéraux est le projet TOR (The Onion Router). Géré par

47 Telecomix Message to North Africa and the Middle east,


48 Yves Eudes, « Washington défend l'Internet libre...mais sous surveillance », Le Monde, 21 février 2011

27


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

des hackeurs américains et européens, TOR a créé un réseau international de serveurs permettant

de crypter tous les types de messages et de se connecter sans laisser de traces. Pour avoir une idée de

l’utilisation du programme TOR, on précisera qu’il a été téléchargé plus de 36 millions de fois au cours de

l’année 2010 seulement 49

On remarquera que l'un des responsables américains de TOR, Jacob Appelbaum, syndicaliste influent de

New York s’est déplacé en Tunisie, après la chute du régime, en octobre 2011, à trois semaines seulement

de l'échéance électorale du 23 octobre 2011, date des élections pour une assemblée constituante.

Arturo FILASTO & Jacob APPELBAUM – en Tunisie, 3 octobre 2011 50

c) Les réseaux anonymes et leur ingérence

Anonymous

Alors que les média « mainstream » ont mis un temps indéfini à se rendre compte de ce qui se passait

dans le monde arabe, les Anonymous ont répondu présent dès le départ.

Les Anonymous Tunisiens ont collaboré avec les autres au sein de « OpTunisia », une opération lancée

dès le 2 janvier 2011, moins de deux semaines après l’immolation de Bouazizi, bien avant que la plupart des

média occidentaux ne se décident à parler de quoi que ce soit.

49 < http://blogs.mediapart.fr/blog/nihile/070411/garder-son-anonymat-sur-internet-possible-grace-tor>

50 Le troisième meeting des blogueurs arabes en Tunisie : le parfum d’un printemps arabe, octobre 2011,

< http://successfule-commerce.blogspot.com/2011/10/le-troisieme-meeting-des-blogueurs.html>

28


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Opération Tunisia et ses supports 51

« Op Tunisia » était déjà prêt aux opérations visant à soutenir les cyber-activiste tunisiens lors des

révoltes pendant lesquelles le gouvernement avait censuré internet.

Le 2 janvier 2011, huit sites gouvernementaux ou proches de la présidence tunisienne ont été mis hors

service par saturation de leurs serveurs. A mesure que les Anonymous réalisaient l’importance du

mouvement contestataire, et profitant de l’omerta des médias internationaux, ils ont collaboré de plus en plus

avec les cyber-activistes tunisiens pour les aider à partager des vidéos avec le reste du monde. A cet effet,

Anonymous a rapidement mis au point un «kit de secours» traduit en français et en arabe, informant les

cyber-dissidents sur la façon de préserver leur anonymat en ligne et les méthodes pour éviter d’être détectés

sur internet par la cyber-police du régime. Tout a été planifié et réalisé dans une semi clandestinité

médiatique ou des dizaines d’anonymes sont intervenus.

Mais on ne peut faire de la politique tout en affectant de ne pas en faire. L'absence de leaders, de

programme, de discours structuré devient à partir d'un certain moment, parfaitement irresponsable et

dangereux parce que cela ouvrait la porte à toutes les manipulations et à toutes les dérives que permet,

entre autres l'anonymat.

51

29


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Opération Tunisia

Autre détail: Anonymous est logiquement perçu comme un mouvement d'inspiration anglo saxonne or, la

«rue arabe", d’une façon générale, est quelque peu paranoïaque, elle a tendance à voir derrière tout ce qui

est anglo-saxon, la main de la CIA. Ce soutien pourrait donc, un jour, être reproché aux anonymes tunisiens.

Auraient-ils torts ?

Car, si "Anonymous" dénoncent la restriction des droits et libertés, leurs cyber-attaques ont eu pour

conséquences que de renforcer la notion de "terrorisme informatique" et de camoufler des opérations

gouvernementales d'infiltration du web et de la vie privée des citoyens en justifiant certains types de

législations dans le domaine de la cyber-sécurité. Cela rappelle toutes les législations sécuritaires et autres

développées après le 11 septembre 2001, octroyant aux américains un droit d’ingérence et une hégémonie

planétaire, justifiés par la guerre au terrorisme international.

Opération Egypte

30


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Le rôle de Wikileaks

"La première guerre de l'information a commencé. Wikileaks est le champ de bataille. Vous êtes les

troupes", avance sur Twitter John Perry Barlow 52 , cofondateur de l'influente Electronic Frontier Foundation

(EFF), connu pour avoir publié en 1996 la "Déclaration d'indépendance d'Internet". Mais "si Wikileaks est

terroriste, qui est terrorisé ?" s'interroge-t-il.

- Il y a ceux qui considèrent que ces documents sont authentiques et qu’il suffit de savoir les

interpréter et de les analyser.

- Puis il y a ceux, dont beaucoup font partie des médias alternatifs (différente du discours

hégémonique d'une société), qui émettent des doutes.

- Il y a ceux qui considèrent ces fuites tout simplement comme une opération de manipulation qui vise

certains pays précis, dans l’intérêt de la politique étrangère des Etats-Unis.

- Et enfin, il y a ceux qui déplorent les fuites et les qualifient de « trahison » ou d’atteinte à la «

sécurité ».

De toutes ces opinions, c’est sans doute cette dernière qui est la plus inconséquente.

Wikileaks est à l’origine de la diffusion d’un certain nombre de "révélations". Il est particulièrement difficile

d’évaluer la véracité de ces documents mais également de comprendre leur(s) objectif(s)

Ce n’est pas tant la nature des informations qui est importante, mais le moment et la manière dont elles

sont présentées. Il y a donc une certaine réserve à ne pas prendre ces communications au pied de la lettre.

La Tunisie constitue probablement le premier cas où Assange et Wikileaks peuvent revendiquer de

manière crédible d'avoir contribué à la chute du régime de Ben Ali; La plupart des organes de presse sont

d'accord que certains câbles du Département d'Etat faisant partie des fuites de documents de Wikileaks et

ayant porté sur les excès et le style de vie somptueux du clan Ben Ali, ont joué un rôle clé, poussant la petite

bourgeoisie tunisienne dans les rues. En partie grâce à Assange, les chaînes de télévision occidentales ont

ainsi pu montrer des images de la foule tunisienne brandissant des pancartes où on pouvait lire "Yes We

Can !" plutôt que de lire un slogan beaucoup plus réaliste et populiste "Les prix alimentaires sont vraiment

trop élevés !" Car ceux-ci montent en flèche en 2010 53 : L'indice des prix alimentaires de la Banque

mondiale, qui a augmenté de 15% en six mois (entre octobre 2010 et janvier 2011), est en hausse de près

de 30% entre 2010 et 2011.

52 < http://editions-hache.com/essais/barlow/barlow2.html>

53

31


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Lorsque certains déclarent que les documents de Wikileaks ne sont que propagande, c’est aussi

ducteur. Il faut non seulement analyser l’authenticité des documents (et leurs sources) mais aussi, et c’est

peut-être le plus important, analyser l’interprétation qui est faite de ces documents. Ce n’est donc pas

l’authenticité de ces documents qui est mis en doute, mais l’interprétation qui en est faite. C’est leur

interprétation qui constitue la véritable opération de propagande de la part de leurs auteurs et des médias.

Cette propagande consiste à décrire ces documents comme des « analyses objectives » d’une réalité

concrète, ce qui n’est pas le cas. Les documents sont « objectifs » dans la mesure où ils reproduisent des

points de vue exprimés par leurs auteurs, ce qui ne signifie nullement qu’ils sont le reflet de la réalité. Il y a là

une différence, à la fois pour pouvoir dénoncer la propagande et discerner la part de vérité.

Blogosphère, poids de l'armée, violences policières, financement américain de l'opposition, voici ce que

les notes diplomatiques américaines rendues publiques par Wikileaks disent de l'Egypte de Moubarak.

Wikileaks révèle au sujet des relations entre les deux pays que les Etats-Unis n'ont pas seulement

financé l'armée égyptienne, ils ont aussi soutenu des organisations de promotion de la démocratie en Egypte

(encadré ci-après)

L'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) aurait ainsi prévu de consacrer

66,5 millions de dollars en 2008 et 75 millions en 2009 à des programmes égyptiens sur la démocratie et la

bonne gouvernance, selon une note de l'ambassade des Etats-Unis au Caire du 6 décembre 2007.

32


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

(1) La ministre égyptienne de la Coopération internationale Fayza Aboulnaga aurait demandé dans une

lettre à l’ambassade que l’USAID cesse de financer dix de ces organisations “au motif (qu’elles)

n’ont pas été correctement enregistrées comme ONG”, selon une troisième note du 28 février 2008.

33


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Ainsi, les États-Unis ont financé à hauteur de plusieurs dizaines de millions de dollars des organisations

de promotion de la démocratie au grand dam du président Hosni Moubarak, selon des notes obtenues par

Wikileaks.

34


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

(7) “Le président Moubarak est profondément sceptique à l’égard du rôle des États-Unis dans la promotion

de la démocratie”, souligne un autre télégramme diplomatique datant du 9 octobre 2007 (ci-après).

“Toutefois, les programmes du gouvernement américain aident à établir des institutions démocratiques et à

renforcer les voix d’individus en faveur d’un changement en Égypte”, ajoute la note américaine.

35


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Wikileaks 54 a divulgué 1055 câbles provenant de l’ambassade des Etas unis à Tunis et 2.769 provenant

d’Egypte. Les premières diffusions ont commencé le 28 novembre 2010

On notera que L'Irak est le pays le plus commenté avec 15.365 télégrammes dévoilés, dont 6 677 venant

de ce pays. Des informations qui n’avaient rien d’exceptionnelles.

Le dernier convoi de militaires américains a quitté l'Irak le 16 décembre 2011, mettant un point final au

retrait des Etats-Unis ayant débuté six mois auparavant dans la foulée des évènements qui ont ébranlé le

monde arabe. Toute cette agitation miltaro-politico-médiatique durant l’année 2011 a fait confusion.

Wikileaks, par-delà les objectifs réels du projet, a certainement contribué, sciemment ou non, à cette

overdose informationnelle annihilant toute réflexion sur les évènements en cours entre 2010 et 2011.

C’est dans ce contexte que cinq principaux organes de la presse « traditionnelle » ont participé depuis

l'origine à l'édition des documents bruts transmis par Wikileaks :






The New York Times (États-Unis),

The Guardian (Royaume-Uni),

Der Spiegel (Allemagne),

Le Monde (France),

El País (Espagne).

Wikileaks avait négocié pendant plusieurs mois la coopération avec ces cinq organes de presse. Cent

vingt journalistes de ces médias ont alors lu les télégrammes et décidé ceux qui seraient finalement

publiés 55. Selon quels critères cette auto censure a-t-elle été appliquée ? Qui a décidé de ce qui doit être

publié ou non ? Qui a négocié au nom de Wikileaks ? Quels étaient les termes de cette négociation ? A

l’heure actuelle peu de réponses peuvent être données à ces questions.

Aussi, concernant la Tunisie, nous savons que c’est le site « Nawaat 56 » qui a relayé, à partir du 28

novembre 2010, en exclusivité, une partie des révélations divulguées par Wikileaks concernant les

documents confidentiels échangés entre l’ambassade américaine à Tunis et le Département d’Etat

américain. Ces informations ont été diffusées seulement trois semaines avant le déclenchement des révoltes

en Tunisie suite à l’immolation de Bouazizi le 17 décembre 2010.

Sami Ben Gharbia, cyber--activiste et fondateur du site « Nawaat », fut distingué par le magazine

américain Foreign Policy 57 en 2011. On soulignera que, selon le magazine Jeune Afrique 58 , le site

« Nawaat », hébergé en Hollande, serait financé par la fondation du financier américain, George Soros,

l'Open Society Institute.

54

55

56 http://nawaat.org/portail/2010/11/28/tunileaks-les-documents-devoiles-par-wikileaks-concernant-la-tunisiequelques-reactions-a-chaud/

57

58 < http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2706p095.xml0/>

36


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

D’autre part, alors que les nombreuses informations, contenues dans la banque de données Wikileaks 59 ,

sont accessibles à tous, le public dans son ensemble ne prendra pas la peine de les consulter. Il se

contentera de lire les informations qui auront été sélectionnées et interprétées par les principaux organes de

presse. Ce qui donna lieu à un « consensus » médiatique concernant les principaux thèmes développés par

Wikileaks. Consensus des slogans, repris en chœur par les foules durant les manifestations.

Les principaux thèmes développés par les médias sur la Tunisie et l’Egypte en référence aux câbles de

Wikileaks :

Tunisie







Les préoccupations américaines des questions relatives aux droits de lʼHomme

Le pouvoir despotique en Tunisie

Le manque de transparence du système politique

Le népotisme et l’affairisme des clans familiaux au pouvoir

La corruption

Le chômage des diplômés du supérieur

Egypte



Violation systématique des droits de l’Homme : le câble « 10CAIRO » du 12 janvier 2010 rappelle que

l’Égypte est sous état d’urgence depuis 1967

L'usage routinier de la torture : La pratique de la torture, selon le second télégramme « 10CAIRO » du

15 janvier 2009, serait largement répandue,

Soutien des USA aux organisations de promotion de la démocratie en Egypte (USAID, NED, NDI, ..)



Les intérêts économiques de l’armée : Les Forces armées égyptiennes possèdent un pan entier de

l’économie. De 25 à 45 %, selon certaines estimations.

Propagande sur le refus des militaires à soutenir la candidature du fils de Moubarak comme successeur

Ces versions éditées et interprétées par les médias officiels sont ainsi acceptées par l’opinion publique

parce qu’elles proviennent de sources généralement considérées comme « fiables » ; alors qu’en fait, ce qui

nous est livré est une distorsion soigneusement élaborée et compliquée de la réalité. Des formes limitées de

débat critique et de transparence sont tolérées, tandis qu’il s’agit de faire accepter par le public dans son

ensemble les orientations de la politique étrangère américaine sous couvert des indignations et

revendications des populations arabes. « Pourquoi les documents de Wikileaks sont-ils une « révélation »

pour certains ? Tout simplement parce que les grands médias ont une solide emprise sur la diffusion et

l’interprétation de l’information. Ce sont des « révélations » parce que les gens sont endoctrinés par des

mythes » 60 . La question est de savoir pourquoi un tel soutien à une source aussi peu « qualifiable » de la

part de la presse « mainstream » ?

59


60 < http://www.legrandsoir.info/Wikileaks-et-la-Guerre-Mondiale-de-l-Information.html>

37


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Ajoutons à cela le fait qu'une certaine opacité entoure les activités de Wikileaks : Financements, relations

média, relations avec les institutions américaines et notamment le département d’Etat. Sur son site Web,

Wikileaks a formulé sa mission comme suit: «Wikileaks sera une version de Wikipédia pour diffuser les

documents publics confidentiels. Nos principales cibles sont les régimes oppressifs en Asie, l'ancien bloc

soviétique, l'Afrique subsaharienne et le Moyen-Orient, mais nous nous attendons aussi à venir en aide à

ceux qui en Occident souhaitent révéler les comportements contraires à l'éthique de leurs propres

gouvernements » 61

C’est clair, l’engagement géopolitique affiché de Wikileaks « s’inscrit » dans les dossiers prioritaires de la

politique étrangère des Etats Unis d’Amérique.

L’ONU fait l’objet de pressions de la part d’un certain nombre d’États membres pour créer en son sein un

organisme pour « faire la police » sur internet. Ces pays évoquent les fuites de Wikileaks comme raison

principale d’un contrôle plus strict d’internet.

d) Symboles et cyber-dissidence

Les stratégies des mouvements non-violents sont connues depuis des décennies, néanmoins, après la

révolution orange en Ukraine il y a quelques années, les médias serbes ont alimenté l’idée qu’une

protestation non violente est une marque de fabrique serbe, Otpor, qui a reçu un award d’MTV en 2000

(« MTV Free your Mind Award » - l’award « libérez votre esprit ») et nous obtenons un savoir-faire

parfaitement exportable.

Et même si les médias ont donné une touche romantique à l’histoire, c’est bien le documentaire d’Otpor

« Bringing Down a Dictator » (« Faire tomber un dictateur », 2002) visionné par 23 millions de personnes, qui

a assuré la diffusion de leurs idées. Mais pourquoi ne pas être romantique ? Après tout, le symbole d’Otpor

serait le fruit d’un homme épris. C’est une fille dont il était amoureux qui est venue demander à Nenad Duda

Petrovic 62 , de créer un logo pour une organisation étudiante. Il ne lui a fallu que peu de temps pour styliser

un poing qui allait devenir le symbole de la résistance populaire, et que l’on a retrouvé depuis en Géorgie, au

Vénézuela et au « printemps arabe ».

Tunisie Egypte Otpor Serbe

61

62 < http://www.everydayrebellion.com/petrovic-on-design/>

38


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Les manifestants égyptiens qui reprennent le symbole d'Otpor

durant leurs manifestations pacifiques inspirées du modèle Serbe. (2011)

Parmi les actions enseignées dans le manuel de Gene Sharp (cité plus haut), on soulignera : l’empathie

avec la police et l’armée, les manifestations dans la joie, la désinformation, la nécessité de filmer des scènes

de morts, la médiatisation des cortèges funéraires, la diffusion massive de messages électroniques créant

une atmosphère de chaos et une utilisation accrue des nouvelles technologies (audiovisuelle) produisant

une instantanéité très forte. En pratique, on retrouve les mêmes modes opératoires des manifestants lors

des « révolutions colorées » comme la fraternisation et les embrassades avec les forces de l’ordre pour les

neutraliser tout en leur offrant des fleurs.

Fraternisation avec l’armée

..

En Egypte

…en Tunisie

des slogans identiques

En Egypte

...en Tunisie

39


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

De ce qui s’est passé en Tunisie et en Egypte, on retiendra cette remarque du journal « Le Monde

Diplomatique » évoquant « les révolutions colorées »: « Ces manifestations ont un air de spontané. De là

vient leur force. Pourtant presque chaque détail en est pensé» 63 , selon un enseignement bien établi.

Et, si en Libye et en Syrie, le « hard power » a prévalu, c’est que la méthode Otpor n’a pas fonctionné.

Tout le monde se souvient de l'auteur du blog "A gay girl in Damascus", un étudiant américain installé en

Ecosse se faisant passer pour une cyber-activiste du nom de « Amina Arraf ». Le supposé cousin de Amina,

un certain « Abdallah » annonce sa disparition. Des soutiens ont créé une page Facebook pour la défendre,

"Free Amina Abdallah". Une enquête menée par le site Electronic Intifada a remonté la piste. C'est alors que

le visage de « Amina Arraf » est devenu celui de Tom MacMaster. Comble de l’ironie, la page Facebook

existe toujours.

A l’avant-garde des révoltes arabes, les cyber-activistes se retrouvent très rapidement sous les feux des

projecteurs médiatiques de sorte qu’ils ont connu une célébrité fulgurante. Autant pour l’Egypte que pour la

Tunisie, à la chute des régimes, ces cyber-dissidents 64 , tels que :

- Wael Ghoneim (Egyptien marié à une américaine, Directeur MENA chez Google, est félicité 65

quelques jours après les émeutes de la place Tahrir par le PDG de Google, Eric Schmidt),

- Adel Mohamed (Egyptien, cofondateur du Mouvement de la Jeunesse du 6 avril, reconnait sur Al

Jazeera avoir poursuivi une formation chez Canvas durant l’été 2009),

- Ahmed Maher (Egyptien, militant au sein d’un groupe d’opposition du nom de Kifaya - « c’est

assez » en français et « Kmara » en ukrainien – qui collabore étroitement avec le think Tank

américain RAND),

- Slim Amamou (Tunisien, nommé secrétaire d’Etat à la jeunesse dans le premier gouvernement

après la chute du régime de Ben Ali),

- Lina Ben Mhenni (Tunisienne, a étudié 66 aux États-Unis en 2008-2009, dans le cadre du programme

Fulbright, a été proposée au Prix Nobel de la Paix en 2011),

ont vécu quelque jours de gloire avant de rentrer dans l’anonymat. Ils n’étaient probablement pas

conviés à participer aux enjeux géostratégiques.

Les blogueurs et cyber-dissidents ont joué un rôle-clé dans les révoltes arabes. « Ce sont eux qui ont

donné une structure narrative et un contenu politique aux révoltes. C’est comme cela qu'ils ont façonné

l'opinion publique », dira Ahmed Bensaada lors d’un colloque international 67 .

63 Dans l’ombre des révolutions spontanées :< http://www.monde-diplomatique.fr/2005/01/GENTE/11838>

64 < http://www.cyber-dissidents.org/bin/dissidents.cgi?id=3&c=EG>

65 < http://www.nytimes.com/2011/02/16/world/middleeast/16google.html?_r=0>

66 < http://fr.wikipedia.org/wiki/Lina_Ben_Mhenni>

67 < http://www.evenements.uqam.ca/?com=detail&eID=96371>

40


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

e) Le rôle des médias

Le rôle d’Al Jazeera

Thierry Meyssan révèle 68 « qu’Al Jazeera a été conçue par deux personnalités franco-israéliennes, les

frères David et Jean Frydman, en partant d’une idée saoudienne ». L’objectif était de « créer un média où

des israéliens et des arabes pourraient débattre librement, échanger des arguments, et apprendre à se

connaître, alors que ceci était interdit par la situation de guerre qui bloquait toute perspective de paix. En

effet, en juin 1994, le groupe BBC et la compagnie saoudienne Orbit avaient créé un journal télévisé en

arabe, BBC Arabic, mais la rigidité de la monarchie saoudienne se révéla incompatible avec la liberté de ton

de BBC. L’accord fut résilié et la majorité des journalistes arabisants de la BBC se retrouvèrent au chômage.

David et Jean Frydman ont alors proposé à l’émir Hamad du Qatar de créer une chaîne qatarie, Al Jazeera,

et de recruter les journalistes arabophones mis au chômage par la BBC 69. Ce qui fut réalisé.

Qu’on le veuille ou non, Al Jazeera a d’une certaine manière répondu à une demande dans le monde

arabe, qui avait plus encore que le monde occidental, très mal vécu la couverture médiatique de la première

guerre du Golfe, en 1991, par la seule chaîne d’information continu qu’était CNN. La frustration des

populations arabes qui s’ensuivit a consacré Al Jazeera lors de la deuxième guerre du Golfe en 2003, après

s’être peu à peu imposé, grâce à la couverture des attentats du 11 Septembre 2001 et la diffusion exclusive

d’une séquence vidéo montrant Oussama Ben Laden revendiquer ces attentats du World Trade Center.

Al Jazeera a révolutionné la diffusion de l’information dans le monde arabe. Loin du discours officielle et

de « langue de bois », la chaîne a rencontré le succès auprès des masses arabes parce qu’elle a osé lever

le tabou en parlant des problèmes réels des populations arabes. Le temps du média d’Etat unique, contrôlé

par le pouvoir, est probablement révolu. Les régimes monopolistiques n’avaient plus le contrôle de

l’information.

« Une des singularités de la chaîne dans l’espace médiatique panarabe est sans conteste son traitement

de l’islam politique. Al-Jazeera a choisi de donner la parole, sans tabou ni émoi, à toutes les expressions

islamistes: des plus libérales aux plus extrémistes. Elle a été par là même un grand espace de débat public

pour la critique des politiques d’éradication de l’islamisme et un lieu de banalisation de ce courant

politique » 70 .

Aussi, agacés par l’activité « subversive » de cette chaîne, l’Irak, le Koweït, le Bahreïn et l’Autorité

palestinienne ont fermé les bureaux d’Al Jazeera sur leur sol, tandis que la Tunisie (2006) et l’Arabie

Saoudite (2003) sont allés jusqu’à rappeler leurs ambassadeurs au Qatar. Outre l’accusation de

désinformation et d’instrumentalisation de l’opposition islamiste dans les pays visés, la chaîne était accusée

de propager une doctrine religieuse rigoriste, le wahabisme.

La question qui mérite d’être posée : est-ce que la chaîne n’a pas participé depuis sa création à

l’islamisation par en bas du monde arabe ? Il est difficile d’apporter une réponse concluante à cette

interrogation. Il n’en demeure pas moins vrai qu’en banalisant l’islamisme politique, Al-Jazeera a aussi

68

69 < http://www.alterinfo.net/Al-Jazeera-des-freres-Frydman-a-Al-Qaradaoui_a82571.html>

70 Olfa Lamloum, Al-Jazeera, miroir rebelle et ambigu du monde arabe,

41


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

banalisé dans le même mouvement le recours au débat politique et contradictoire. Des débats qui avaient

« hypnotisés » les populations arabes alors que celles-ci en avaient été totalement exclus dans leur propre

pays. « Y a-t-il une autre façon de rompre avec l’autoritarisme ? » 71 Au regard des bouleversements qui

affectent aujourd’hui le monde arabe et des régimes islamistes induits dans ces pays, ces analyses

paraissent se confirmer dans la nature des pouvoirs en place actuellement en Egypte, en Tunisie et en

Libye.

Avant le déclenchement des évènements du « Printemps arabe », un câble de Wikileaks souligne que le

Qatar utilise la chaîne Al-Jazeera comme « une monnaie d'échange dans les négociations de politique

étrangère en adaptant sa couverture médiatique pour répondre à d'autres dirigeants étrangers et en offrant

de cesser la diffusion de critiques en échange de concessions majeures aux États-Unis » 72 .

Ainsi, l’Emir du Qatar a fait part au sénateur américain John Kerry d’une proposition qu’il avait faite à l’ex

président égyptien Hosmi Moubarak selon laquelle « Al Jazeera était disponible à cesser les émissions

critiques sur l’Egypte en contrepartie d’un changement de position de la politique égyptienne vis-à-vis des

négociations israélo-palestiniennes » 73 , selon un télégramme confidentiel de l'ambassade américaine à

Doha en Février 2010.

Et puis est survenu le « printemps arabe », avec le rôle que l’on sait de certains médias : réseaux sociaux

en tête, sans doute, mais aussi, les médias de masse, à commencer par Al-Jazeera, un peu tiède au début,

mais ensuite à la pointe de la mobilisation médiatique en faveur des révoltés arabes. Devenue pour certains

une sorte d’organisation révolutionnaire la chaîne de Doha, se voyait, décerner par Hillary Clinton des

éloges appuyés 74 . Un revirement pour le moins surprenant de la part des Etats Unis qui, il n’y a pas si

longtemps, cherchait surtout à faire taire une voix impertinente, y compris en bombardant les locaux d’où elle

émettait, à Kaboul, à Bagdad et même à Doha 75 . Assez pour susciter bien des interrogations dans le monde

arabe, bien des interprétations aussi, et même bien des accusations au regard de la suite des événements.

En effet, après les débuts glorieux de la couverture médiatique des soulèvements tunisiens et égyptiens,

les choses sont devenues beaucoup plus compliquées lorsque le théâtre des opérations s’est déplacé à

Bahreïn, avec une contre-révolution, menée par les saoudiens, coupable de violations des droits de l’homme

« de plus en plus flagrantes » 76 . A observer son silence, plus d’un téléspectateur arabe a pu se faire la

remarque qu’il y avait à l’évidence, pour Al-Jazeera, de bonnes et de moins bonnes « révolutions ». C’est ce

qui incite Ghassan Ben Jeddou 77 , journaliste tunisien et directeur du bureau d'Al Jazeera à Beyrouth, a

présenté sa démission, en avril 2011, en contestation à la subjectivité de la chaîne qatarie lors de la

couverture médiatique des révoltes arabes. Dans un article, celui-ci dénonce Al Jazeera qui, dit-il, « a détruit

un rêve entier de professionnalisme et d'objectivité. Le professionnalisme est désormais devenu un

journalisme de caniveau après qu'Al Jazeera soit départie de son rôle de médium d'information pour se muer

en chambre d'opérations pour des campagnes de propagande» 78 .

71 Ibid

72 < http://www.guardian.co.uk/world/2010/dec/05/wikileaks-cables-al-jazeera-qatari-foreign-policy>

73 Ibid

74

75 Ibid

76

77

78

42


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Le professionnalisme, la déontologie, la conscience, ne font plus partie du décor journalistique,

notamment quand il est question de vérifier les sources d'informations. Celles-ci sont contrôlées par les

fondateurs des chaînes. A ce sujet, Alain Gresh, spécialiste du Proche-Orient pour le Monde diplomatique et

auteur du blog «Nouvelles d'Orient», déclare sur RFI, il y a quelques mois, en soulevant l'enjeu de la crise en

Syrie : Il faut quand même s'interroger sur le poids que jouent aujourd'hui l'Arabie Saoudite et le Qatar dans

l'aide à l'opposition syrienne, cela laisse planer quelques doutes. On a du mal à croire que l'objectif essentiel

de l'Arabie Saoudite soit la démocratie en Syrie quand on sait qu'il n'y a pas d'élections en Arabie Saoudite.

Il faut quand même voir aussi le cynisme de certaines parties extérieures qui sont prêtes à jouer avec

l'avenir du peuple syrien pour des raisons géopolitiques, à savoir l'affaiblissement de la Syrie,

l'affaiblissement de l'Iran» 79 .

En Tunisie, la chaîne qatarie s'est très tôt impliquée, au lendemain de l'immolation du jeune Mohamed

Bouazizi, qui marque le début des révoltes le 17 décembre 2011. Sa connaissance et son expérience du

terrain tunisien ont fait la différence. De leur côté, les médias occidentaux mettront plusieurs jours pour réagir

et mesurer la portée de ces événements historiques. Al-Jazeera n'a pas été surprise, elle qui dénonce

depuis des années la situation de la population dans les pays concernés. Après, la couverture de la chaîne a

fait tache d'huile. La révolte en Egypte n'aurait sans doute pas eu lieu si les égyptiens n'avaient pas vu, sur

Al-Jazeera, les manifestations tunisiennes se dérouler en direct sous leurs yeux. « Alors que les situations

étaient confuses, la chaîne était en interactivité avec ce qui se passait et donc très regardée », décrypte

Agnès Levallois 80 . En multipliant les vidéos amateurs prises avec des téléphones portables, en pointant ses

caméras sur l'avenue Bourguiba de Tunis ou la place Tahrir au Caire, Al-Jazeera n'a pas seulement couvert

ces manifestations, elle les vivait de l'intérieur. Sans qu'aucune chaîne occidentale, de la BBC à CNN en

passant par les chaines françaises, ne puisse atteindre un tel niveau de couverture.

Al-Jazeera s’est distinguée par une couverture enthousiaste et participative des révoltes dans les pays

arabes. Dès le début, la chaîne pris le parti d’accompagner les manifestants, de soutenir leurs

revendications et même de prendre part à leur révolte, une réactivité sans précédent en termes de

couverture des évènements.

Concrètement, ce soutien a pris plusieurs formes 81 : d’une part, une interaction entre les rédactions tant

arabophone qu’anglophone et la couverture médiatique des évènements en continu avec la diffusion

systématique et abondante des images filmées et montées par les manifestants eux-mêmes selon des

objectifs précis, et d’autre part, celui de relayer ces informations de manière quasi instantanée à travers les

réseaux sociaux et même en direct sur internet via streaming. La chaîne se distingue en outre par la

diffusion de contenus sous Licence Creative Commons (non soumis à redevance pour leur réutilisation)

depuis 2009 ce qui a grandement facilité la propagation des images et des reportages.

79

80 < http://agneslevallois.com/>

81 Al Jazeera. Liberté d’expression et pétromonarchie, Claire Gabrielle Talon, Puf

43


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Les chaînes télévisuelles les plus regardées en Tunisie - Février 2011 82

Al-Jazeera

Actuellement la tendance s’est inversée. En Tunisie, en Egypte et en Libye, la chaîne qatarie a connu une

forte baisse d'audience 83 en 2012. Les spectateurs lui préfèrent de nouvelles chaînes locales, plus libres

qu'auparavant, et lui reprochent un traitement partial de l'actualité.

La chaîne qatarie a enregistré une baisse d'audience significative dans les Etats du "printemps arabe", en

particulier en Egypte, où est apparue la chaîne privée ONTV, qui occupe désormais une position importante

dans le paysage médiatique égyptien.

En Tunisie, le nombre de téléspectateurs d'Al-Jazira est passé de 950.000 en janvier 2012 à 200.000 en

décembre 2012, plusieurs téléspectateurs préférant les chaînes locales. La même chose s'est produite en

Libye, avec l'émergence de la chaîne Al-Hurra, dont le nombre de téléspectateurs – environ 800.000 –

approche de celui d'Al-Jazira.

Pour expliquer la baisse, deux facteurs peuvent être avancés : le premier est l'élargissement de la marge de

liberté dans les pays ayant vécu les révoltes arabes, où les citoyens disposent de leurs propres chaînes qui

ont encore plus de marge de liberté que la chaîne qatarie.

82 < http://www.mdweb-int.com/>

83 < http://www.courrierinternational.com/article/2013/03/04/al-jazira-recule-dans-les-pays-du-printemps-arabe>

44


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Le deuxième facteur est imputé à la qualité de la couverture de la révolution syrienne par la chaîne qatarie,

qui n'a pas réussi la séparation entre sa ligne éditoriale et l'agenda politique de l'Etat du Qatar, alors qu'elle

se considère comme indépendante.

En ce qui concerne le monde arabe, l’influence des médias sur les politiques est connue. L’ancienne

secrétaire d’Etat de Bill Clinton, Madeleine Albright, est allée jusqu’à affirmer que la chaîne CNN, lors de la

première guerre du Golfe, est devenue le seizième membre du Conseil de sécurité de l’ONU. Avec les

révoltes arabes, « Al Jazeera est devenue pas moins que le chef d’orchestre de la Ligue arabe » 84 .

Le rôle de France 24

Quand les médias français n'avaient pas encore parlé des révoltes en Tunisie la chaîne France 24 suivait

les évènements de très près, se retrouvant ainsi propulsée sur le devant de la scène médiatique tunisienne.

A l'instar de la chaîne Al Jazeera, la chaîne de télévision arabophone et francophone avait peu d'accès en

Tunisie sous l’ancien régime.

Déjà, le 23 octobre 2009, un an avant le déclenchement des révoltes en Tunisie, France 24 diffusait un

reportage sur le manque de liberté de la presse en Tunisie et sur la censure de You Tube et Daily Motion.

Elle dresse également un portrait explicite de l’ancien président tunisien Ben Ali «portrait d'un président à

vie» 85 où sont interviewés des opposants au régime et des cyber-dissidents, dans la foulée des débats

politiques initiés sur Al Jazeera. En partie à cause de ce passé d'une chaîne étiquetée de « neutre et sans

complaisance » à l'égard du régime de Ben Ali que celle-ci a obtenu une certaine crédibilité en Tunisie. Pour

les Tunisiens, la chaîne a une certaine crédibilité au même titre que la chaîne Al Jazeera lorsque commence

la couverture des révoltes populaires en 2010.

Sur les plateaux, les islamistes et bien d'autres figures devenues aujourd'hui des acteurs clefs de la

« transition démocratique », défilent. La chaîne surfe alors sur la vague des révoltes arabes et couvre les

différents évènements privilégiant aussi les émissions de débats politiques. Près de 75% 86 des Tunisiens la

regardaient en 2011. Taux qui a baissé de façon significative, à l’instar d’Al Jazeera, à 47% en 2012. Car

une première rupture arrive alors avec le public tunisien lors des élections d'octobre 2011. Un rapport de la

mission d'observation électorale de l'Union européenne en Tunisie sous-entend que la chaîne aurait

privilégié la couverture 87 du parti islamiste en Tunisie plus que les autres. Il est vrai que lors des

soulèvements populaires, notamment en Tunisie, France 24 se retrouve, comme par hasard, en première

ligne durant les premières manifestations à Sidi Bouzid. Nul n’aurait pu imaginer, à ce moment, que ces

manifestations allaient être le prélude d’un bouleversement géopolitique régional.

Aussi, au vu de notre analyse plus haut et des stratégies examinées dans le cadre du développement du

« soft power » américain, les propos de Thierry Meyssan 88 , nous interpellent. En effet, celui-ci déclare que

84 Brahimi El-Mili explique comment les Arabes ont été manipulés ;


85

86

87

88 L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication

45


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

« les officiers de guerre psychologique américains s’étaient réunis avec les responsables des chaînes

satellitaires, dont Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, Fox, France 24, Future TV, MTV, pour rédiger à

l’avance de fausses informations, selon un « storytelling », élaboré par l’équipe de Benjamin J. Rhodes 89 à la

Maison-Blanche. Une procédure de validation réciproque a été mise au point et chaque média devant citer

les mensonges des autres pour les rendre plus crédibles aux yeux des téléspectateurs ». On relèvera que

depuis 1998 des officiers de l’United States Army’s Psychological Operations Unit (PSYOP), unités

d’opérations psychologiques, élaborent et planifient ce genre d’opérations psychologiques ayant pour

objectifs de propager des informations afin d’influencer les opinions publics, les gouvernements et la société

civile pour induire ou renforcer des comportements favorables aux objectifs américains. Ils sont une partie

intégrante de l'éventail stratégique des activités diplomatiques, informationnelles, militaires et économiques

déployé par les États-Unis.

Comment France 24, dans le sillage de cette stratégie, a-t-il couvert les évènements du « printemps

arabe » ? le 25 Janvier 2011, deux semaines après le départ de Ben Ali, alors que la Tunisie était dans une

phase semi chaotique avec des violences et une insécurité sur tout le territoire, France 24 diffuse, déjà, une

émission consacrée aux évènements en Tunisie en prenant comme point focal Sidi Bouzid, « là où la

révolution tunisienne a commencé », titrait le documentaire 90 . En visionnant ce documentaire, on soulignera

que dès la première minute ( 40 secondes), la commentatrice évoque et soulève, déjà, la question du retour

des islamistes sur la scène politique tunisienne, islamistes qui, par ailleurs, étaient totalement absents durant

les révoltes populaires ainsi que lors du cyber-activisme des dissidents qui ont cadré les mouvements de

foule. La question mérite d’être posée, comment se fait-il qu’une journaliste de France 24 puisse être aussi

prémonitoire quant au retour des islamistes sur la scène politique tunisienne ? D’autre part, le visionnage de

ce documentaire, résume à lui tout seul tout le « storytelling » développé autour des révoltes en Tunisie,

« broderie de l’imaginaire sur une toile de vérité » 91 . « Personne n’oublie que ce chômeur de 26 ans est mort

en martyr et en héros » commente la journaliste (1’18’’) sans équivoque: « La création et La glorification »

des « martyrs » 92 sont les vecteurs des stratégies mises en place dans le cadre des actions de non-violence

développées par Gene Sharp dans son manuel «De la dictature à la démocratie ». Tout le commentaire est

construit sur des certitudes induites en faisant appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion. Il est évident que

faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le

sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à

l’inconscient pour y implanter des idées ciblant autant les opinions publiques « passives » que les acteurs.

« La révolte est rupture du silence ; mais elle est aussi « nostalgie de l’innocence » 93 disait Camus,

89 < http://www.nytimes.com/2013/03/16/world/middleeast/benjamin-rhodes-obamas-voice-helps-shapepolicy.html?pagewanted=all&_r=0>

90 < http://www.france24.com/fr/20110122-tunisie-r%C3%A9volution-jasmin-sidi-bouzid-bouazizi-libert%C3%A9-

expression-trabelsi>

91 Brahimi El-Mili explique comment les Arabes ont été manipulés ;


92 < http://www.fragmentsweb.org/TXT2/p_srevtx.html>

93 Camus, L’homme révolté, p.274

46


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

perception qui véhicule inconsciemment un sentiment de culpabilité chez les révoltés. Pour les stratèges de

la manipulation, cette perversion de la révolte doit être annihilée chez l’individu pour le libérer de toute

entrave psychologique freinant sa dynamique révolutionnaire.

Quant à France 24, un épisode survenu en 2008 était quelque peu annonciateur de la ligne éditoriale de

la chaîne. En effet, Richard Labévière, auteur de plusieurs livres sur le terrorisme international 94 est licencié

pour « faute grave » au cours de l'été 2008. Dans une conférence 95 de presse donnée à Beyrouth, il déclare

que ce licenciement intervient dans un contexte de mise au pas de l'audiovisuel extérieur de la France.

L’année 2008 a vu, aussi, l’organisation du premier sommet de l’Alliance of Youth Movement à New York et

le déclenchement de la « digital diplomacy » d’Alec Ross.

f) La désinformation est-elle un crime ?

Dans la « Guerre en Syrie », nous évoquerons la distorsion qui existe entre le terrain et « l’information »

diffusée. La manipulation des chiffres devient une règle : Le vendredi 15 juillet 2011, l’AFP, suivie des

bulletins de France 24, d’Euronews et du journal Le Monde, avait annoncé 450 à 500.000 manifestants à

Hama (Syrie) et « la fin prochaine du régime » 96 . Il convenait de s’interroger sur l’origine de « l’information »,

d’autant plus que la ville de Hama ne compte pas plus de 400.000 habitants, ce qu’aucune rédaction n’a

vérifié.

Mais la Guerre en Syrie, sujet non abordé par notre étude, sera pour les années à venir une encyclopédie

pour tous ceux qui étudieront « la guerre de l’information ».

Mais il est indéniable que, sans une complicité active des médias « mainstream », les guerres en Irak et

en Afghanistan, les renversements en Tunisie et en Egypte, le dépeçage de la Libye et la descente aux

enfers de la Syrie, n’auraient pas pu être réalisés aussi facilement.

Quand les médias ont inventé la fable du bombardement de Benghazi par Kadhafi pour envahir la Libye,

quand ils ont laissé, sans broncher, les dirigeants occidentaux, avec la caution morale de quelques

intellectuels atlantistes, donner le pouvoir à des milices proches d’Al-Qaeda et créer une guerre civile afin

d’accomplir des objectifs géostratégiques dont les peuples d’Occident et d’Orient ne verront, probablement,

jamais les bénéfices, une question mérite d’être posée, y a-t-il eu crime médiatique ?

Nul besoin ici de mentionner toute la panoplie de désinformation commise par les médias « mainstream »

tant la liste est longue et presque sans fin. Nous souhaitons rappeler que le traitement médiatique du drame

syrien semble atteindre un degré de cynisme, de la part de ces médias, rarement égalé : la désinformation

tue des innocents. La guerre menée par l’information n’est pas une vue de l’esprit, elle est une arme autant

que le bombardier B29 qui a tué 250.000 personnes à Hiroshima.

Mais ces « révolutions » révèlent que si les médias de l’oligarchie et du « mainstream » sont de plus en

plus totalitaires, ils perdent de leur puissance. Car ils sont concurrencés par les médias alternatifs sur

Internet. Sites, blogs, forums, réseaux sociaux permettent aujourd’hui de se faire une opinion

94 Richard Labévière, Les coulisses de la terreur, Grasset, 2003

95 < http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-la-verite-sur-le-journalisme-fran-ais-richard-labeviere-video-etposts-113470235.html>

96

47


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

indépendamment des médias classiques. Bafouée par ces derniers, la liberté revient par la fenêtre des

médias numériques. Si la révolution numérique a fait chuter des régimes, elle contribuera probablement à

libérer les opinions publiques de l’oligarchie médiatique.

3. UNE NOUVELLE GEOPOLITIQUE DU MONDE ARABE

a) Pourquoi le « printemps arabe » ne concerne-t-il pas les monarchies arabes ?

A la différence des « révolutions colorées » qui avaient pour objectif de renverser simplement des

gouvernements (anti US par des pro US), les insurrections populaires dans le monde arabe, d’une toute

autre nature, entrecroisent les objectifs géopolitique des Etats Unis dont la finalité s’inscrit dans un

processus régional devant aboutir, avec l’appui des islamistes, à la transformation des sociétés et à

l’éclosion de nouvelles entités géographiques. L’alliance des monarchies pétrolières est indispensable dans

cette phase.

b) Remodelage du monde arabe

Un remodelage souhaité de longue date par les américains, mais qui n’a réellement pris corps que sous

la présidence de Georges Bush qui a trouvé, dans les attentats du 11 septembre 2001, un excellent motif de

mise en œuvre de cette manœuvre à grande échelle, aujourd’hui connue sous le nom de projet du Grand

Moyen-Orient rebaptisé depuis en « Nouveau Moyen-Orient » 97

En effet, le lieutenant-colonel retraité Ralph Peters de l’US Army propose en 2006 une carte remodelée

du « Nouveau Moyen-Orient » 98 dans laquelle chacun des pays arabes se trouve divisé en trois ou quatre

mini-territoires sur des bases confessionnelles et ethniques.

Le souci de ménager les intérêts sécuritaires, stratégiques et économiques américains continuera à

primer, même si la volonté de propager la démocratie par un « effet domino » partant de pays

judicieusement choisis, est clairement affirmée. Ce projet d’une immense portée, puisqu’il couvre une zone

comprenant environ 22 pays allant de l’Afghanistan à la Mauritanie, ne résulte évidemment pas d’un subit

élan philanthropique visant à tirer les peuples concernés des griffes de leurs dictateurs, à promouvoir la

démocratie et le bien-être économique et social.

Il reste à savoir si les Etats-Unis, qui ne sont pas encore sortis d’une crise économique qui les a

considérablement affaiblis, sont financièrement prêts à se doter des moyens requis (investissements

financiers, aides à la consolidation des nouvelles démocraties, etc.) pour mener à terme une nouvelle

politique internationale aussi vaste et ambitieuse, à moins que le Qatar et l’Arabie Saoudite n’y contribuent

de façon plus effective.

97 < http://www.mondialisation.ca/le-projet-d-un-nouveau-moyen-orient/4126>

98 < http://mecanoblog.wordpress.com/2010/04/18/la-recomposition-geopolitique-programmee-du-moyen-orient/>

48


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

Carte élaborée par le Lieutenant-Colonel américain Ralph PETERS et publiée dans le « Armed Forces Journal » en juin

2006. Peters est colonel retraité de l'Académie Nationale de Guerre US. (Carte sous Copyright 2006 du Lieutenant-Colonel

Ralph Peters) – Source : Mahdi Darius NAZEMROAYA, Le projet d'un « Nouveau Moyen-Orient ». Plans de refonte du

Moyen-Orient, in Mondialisation.ca, 11 décembre 2006

49


MSIE 17 – Mémoire – Le Nouvel Ordre du Monde Arabe 2013

IV. AXES DE REFLEXION

L’analyse approfondie des événements permet de dégager cinq éléments qui rendent possible la

compréhension de la réalité de ces bouleversements et de leurs conséquences :

(1) Existence d’un malaise sociétal et politique réel dans le monde arabe mais instrumentalisé,

(2) Des soulèvements populaires pilotés et mis en scènes par des forces étrangères afin de promouvoir

des intérêts géostratégiques,

(3) La mise en œuvre de techniques éprouvées de manipulation des foules et de déstabilisation des

régimes, guerre de l’information et cyber--guerre avec la participation de jeunes contestataires

embrigadés.

(4) Des sociétés livrées au chaos avec des conséquences inconnues,

(5) Des bouleversements géopolitiques à l’échelle de l’Afrique et du moyen orient : un nouveau Sykes-

Picot.?

(6) « Le droit d’ingérence », sous couvert de prétextes humanitaires civilisateurs, devient le vecteur de

toute stratégie hégémonique. Démocratie et droit d’ingérence sont-ils compatibles ?

(7) Zbigniew Brzezinski a déclaré : “pour la première fois de l’histoire de l’humanité, la masse des

peuples est politiquement éveillée” 99 et Hillary Clinton d’ajouter : “Il y a une guerre de l’information et

nous sommes en train de la perdre”. Les médias alternatifs sont-ils le vecteur de la révolution de

l’information sur Internet ?

____________________________________________________________________

99 < http://www.youtube.com/watch?v=LWi4cDnqE1Y&feature=related>

50

More magazines by this user
Similar magazines