salon de Francfort - Magazine Sports et Loisirs

sportsetloisirs.ch

salon de Francfort - Magazine Sports et Loisirs

Lever le voile sur

Laurent Missbauer

Photos: Laurent Missbauer,

United Pictures et constructeurs

l’automobile de demain

L’automobile de demain continuera à

susciter des émotions sans que le plaisir

de conduire ne disparaisse pour

autant. Ce plaisir ira cependant de pair

avec des consommations pour le

moins réduites grâce à la formidable

capacité d’innovation dont l’industrie

automobile a fait preuve ces dernières

années. Et cela non seulement dans la

catégorie des véhicules urbains,

comme la Citroën Révolte, qui illustre

cette page et qui est propulsée par

une motorisation hybride, mais dans

toutes les catégories. On en a eu une

preuve éclatante au salon de Francfort.

BMW et Mercedes, pour ne citer que

deux exemples parmi tant d’autres, y

ont présenté pour la première fois plusieurs

modèles hybrides. En attendant

d’en faire de même avec sa Cayenne

hybride, Porsche a présenté sa nouvelle

Cayenne diesel, sa Panamera

équipée du système stop & start et

son nouveau coupé Cayman encore

plus économique que son prédécesseur.

Enfin, Lancia et Citroën ont présenté

de nouvelles motorisations diesel

dont la soif modérée va de pair

avec un réel plaisir de conduite. C’est

ça le progrès!

5

sportsetloisirs.ch


La chancelière Angela Merkel et la BMW Vision hybride.

Des premières mondiales, des VIP

et de belles... carrosseries.

La Lamborghini Reventon Spyder.

La Ford C-Max.

La Rolls-Royce Silver Ghost.

L’Aston Martin Rapid.

La Porsche Panamera.

La Bentley Mulsanne.

6

La Jaguar XJ.


L’Audi R8 Sypder.

La Maserati Gran Cabrio.

Lewis Hamilton et

Dieter Zetsche,

le PDG de Mercedes.

La Mercedes SLS.

Michael Schumacher et la

Ferrari 458.

L’Audi R8 E-Tron électrique. La nouvelle Citroën C3.

La Mini Concept.

La Citroën DS3.

7

sportsetloisirs.ch


INSPIRATION

8

La 300 SLR des

années cinquante.

La Porsche 911 Sport Classic de 2009

et la Porsche 911 RS de 1973.

Lewis Hamilton et Dieter Zetsche.

LE PASSÉ A PLUS QUE

La Trabant NT.

La nouvelle Mercedes SLS.

L’industrie automobile

trouve

une bonne partie

de son inspiration

dans le

passé. Il n’est

ainsi guère besoin

d’être un

grand clerc pour

prétendre que le

passé a plus que

jamais de l’avenir. On a une nouvelle

fois pu s’en convaincre à

Francfort avec la Mercedes SLS,

réinterprétation de la SLR des années

cinquante, avec la 911 Sport

Classic dont l’aileron en forme de

queue de canard est directement

inspiré de la 911 RS de 1973 et

avec la Trabant NT, NT signifiant

ici New Trabant. Mais la meilleure

preuve que le passé a plus que jamais

de l’avenir a été fournie par

BMW avec sa Vision ED, une

BMW M1 à moteur hybride qui ne

consomme

que 3,76 litres

aux 100

km, bien

qu’elle développe

356

La Trabant break originale.

chevaux et accélère de 0 à 100

km/h en 4,8 secondes.

Si une marque automobile illustre

parfaitement le tournant écologique

dans lequel a baigné le dernier

salon de Francfort, c’est bien

BMW. Sur son stand, le constructeur

de Munich n’a pas fait rêver

les visiteurs du salon avec sa formule

1 construite dans l’usine ultramoderne

de Peter Sauber dans

l’Oberland zurichois – BMW quittera

toute activité en F1 dès la fin

de l’année – ni avec le prototype

BMW M1 Hommage qui avait

rendu justement hommage l’année

passée à la BMW M1 originale

de 1978. Non, BMW a présenté

le prototype d’un coupé à

hautes performances doté de la

technologie BMW ActiveHybrid:

la BMW Vision EfficientDynamics,

appelée ci-après uniquement

BMW Vision ED.

Si ses allures de fauve ne sont pas

sans rappeler les formes de la

BMW M1, sa motorisation ne fait

nullement référence à la compétition

automobile et à la formule 1

mais bien à la nouvelle technologie

hybride. Cette nouvelle BMW


JAMAIS DE L’AVENIR

Vision ED s’inscrit, pour reprendre

les propos de BMW, dans

«l’optique des exigences futures

à remplir par une mobilité durable».

Et ces exigences ne vont

pas de pair avec la poursuite de

l’engagement en formule 1, surtout

si celui-ci n’apporte pas les

victoires escomptées.

L’objectif du développement de

ce prototype BMW Vision ED est

de réaliser des performances routières

rivalisant avec celles d’une

BMW M et dépassant même celles

d’une M1, tout en proposant

une carrosserie qui suscite des

émotions (tout comme celle de la

M1 de 1978) et une soif de chameau,

ou presque!

La BMW Vision ED fournit une

impression réaliste du potentiel

de la technologie BMW Active-

Hybrid et BMW EfficientDynamics.

Dans le cadre d’un

concept d’hybridation complète,

le concept car BMW Vision ED

est animé par un trois cylindres

turbo diesel et deux moteurs

électriques. La puissance totale

du système est de 356 chevaux

pour un couple maximal de

La BMW M1 originale pose entre son inspiratrice de 1972 et le prototype de 2008 (à g.).

800 Newtons-mètres. Avec sa

transmission intégrale, elle passe

de 0 à 100 km/h en 4,8 secondes

et sa vitesse maximale, bridée

électroniquement, est de 250

km/h. La BMW M1, elle, se

contentait respectivement de

277 chevaux et de 6,0 secondes,

même si la vitesse de pointe

atteignait 265 km/h. La BMW

Vision ED gagne en revanche

sur toute la ligne au niveau de la

consommation: 3,76 l/100 km!

Enfin, on relèvera que l’aérodynamique

de la BMW Vision ED

a été développée en faisant appel

au savoir-faire acquis en F1,

c’est déjà ça. Les millions consacrés

à la formule 1 n’ont pas été

entièrement investis à perte...

Le coefficient de pénétration

dans l’air a ainsi été optimisé à

0,22. Mettant en avant la technicité,

le style de la carrosserie visualise

légèreté, rigueur et qualité

aérodynamique. Quant au

choix du concept d’une 2+2 places,

plutôt que d’une stricte

deux places, il s’inscrit lui aussi

dans un contexte de meilleure

efficacité énergétique, le célèbre

Efficient Dynamics. Il fait ainsi

davantage référence à la Lamborghini

Espada et surtout à la

Lamborghini Marzal (dont elle

reprend les portes «papillon»)

plutôt qu’à la BMW M1 dont

les premiers prototypes avaient

été justement conçus chez Lamborghini.

La BMW M1 Hommage

de 2008.

La BMW M1 originale de 1978.

ET DÉVELOPPEMENT

La BMW M1 Vision

hybride de 2009.

sportsetloisirs.ch

9


LANCIA DELTA

Miss Suisse 2008

Whitney Toyloy et sa

Lancia Delta.

Partenaire officiel du

concours de Miss Suisse

depuis plusieurs années,

Lancia a pu à nouveau

compter à Francfort sur

des hôtesses faisant

honneur à l’élégance de

la marque italienne.

Une nouvelle fois, quelquesunes

des hôtesses les plus élégantes

du salon se trouvaient

sur le stand Lancia à Francfort.

La firme italienne, qui parraine

depuis plusieurs années le

concours de Miss Suisse, met

en effet un point d’honneur à

soigner les détails et à ce que

ceux-ci reflètent l’élégance qui

lui sert d’image de marque.

Cette élégance et ce soin du détail

se retrouvent aussi bien

dans l’habitacle que sous le capot

de la Lancia Delta 1.9 Twinturbo

Multijet de 190 chevaux

qui s’avère particulièrement

économique (5,7 litres aux 100

km en moyenne). Ce puissant

turbodiesel permet ainsi à la

Lancia Delta d’obtenir l’étiquette

de rendement

énergétique

A, la meilleure

qui soit.

Son couple

maximal et sa vitesse

de pointe

s’élèvent respectivement

à 400

Nm à 2000

tours/min et à

222 km/h, alors

qu’il ne lui faut

que 7,9 secondes

Hôtesse Lancia au

Salon de Francfort

2009

Un turbodiesel sobre et performant

pour passer de 0 à 100 km/h.

Ces excellentes prestations s’expliquent

par d’importantes

nouveautés techniques introduites

sur la base du 1.9 Multijet,

à l’instar des deux turbocompresseurs

(d’où la dénomination

Twinturbo): un plus

compact qui réagit promptement

même aux régimes de

rotation les plus bas et un autre

plus grand qui garantit une

puissance maximale. Un autre

élément intéressant est sans aucun

doute la disponibilité du

couple dès 1250 tours/min qui

s’élève à 300 Nm: ceci se traduit

par une réponse immédiate du

Twinturbo Diesel à chaque sollicitation

de l’accélérateur.

Equipée du moteur 1.9 Diesel

Twinturbo, la Lancia Delta est

vendue à partir de 41890

francs. Elle complète le nouveau

label «Lancia collection

ecoloChic» qui réunit en un

seul concept écologie et élégance,

des éléments distinctifs

de Lancia. En ce qui concerne

le premier point, on rappellera

que la consommation moyenne

ne s’élève qu’à 5,7 l/100 km,

une valeur qui, elle aussi, est remarquable.

Ce qui l’est un peu

moins, c’est sa suspension un

George Clooney

s’apprête à monter

à bord de la

Lancia Delta, la

voiture officielle

de plusieurs

festivals

internationaux

de cinéma.

peu trop molle à notre goût sur

des routes sinueuses négociées

à vive allure. Il est vrai cependant

qu’une Lancia doit se

conduire avec élégance. Ce

n’est certainement pas Whitney

Toyloy, Miss Suisse 2008,

ou George Clooney qui nous

contrediront. Et ceux qui désireraient

des voitures un peu

plus sportives trouveront leur

bonheur chez Alfa Romeo ou

chez Abarth, deux marques qui,

tout comme Lancia, appartiennent

au groupe Fiat qui va de

succès en succès, non seulement

avec la Fiat 500 mais également,

justement, avec la Lancia

Delta.

A Francfort, le public a pu en

outre admirer la Delta Executive

qui avait transporté auparavant

les politiciens présents

au sommet du G8 à L’Aquila.

Enfin, on relèvera que le groupe

Fiat, fidèle à sa politique du

«downsizing» qui réduit la cylindrée

des propulseurs tout en

augmentant leur puissance, a

présenté à Francfort le nouveau

moteur 1.8 turbodiesel de 200

chevaux. Sa vitesse de pointe

passe à 230 km/h et l’exercice

du 0 à 100 km/h est effectuée en

seulement 7,4 secondes.

10


La Révolte, une

réinterprétation moderne de la 2CV.

Avec la Révolte, véritable surprise

du salon de Francfort, Citroën

serait-il sur le point de

nous refaire le coup de Fiat

avec sa 500? En tout cas, les

responsables de Citroën ne cachent

pas que la Révolte est,

selon eux, une «provocation

stylistique inspirée par la

2 CV». Cette dernière est «une

icône qui incarne au mieux la

notion de petite voiture», lit-on

dans le communiqué de presse

diffusé à Francfort. On y apprend

cependant que la Révolte

«remet en question l’ensemble

des codes de la 2 CV et

prend le contrepied systématique

des valeurs qui sont à l’origine

du mythe que la 2 CV matérialise

encore aujourd’hui.»

Citroën, qui a longtemps eu

peur de faire clairement référence

à son passé, tient à dissiper

tout malentendu.

A l’image de la nouvelle Fiat

500, la Révolte surfe sur la

vague du succès du «rétrodesign»

mais n’entend en aucun

cas être une voiture utilitaire.

Citroën précise ainsi que

la Révolte se veut luxueuse et

Révolte, la 2CV

du XXI e siècle! La Révolte a été l’une des surprises de Francfort.

colorée, alors que les premières

2 CV étaient spartiates et grises.

Alors que la 2 CV était «simplissime»,

la Révolte joue la

carte de la technologie de

pointe avec une motorisation

hybride. Un moteur thermique

traditionnel de petite cylindrée

est en effet associé à un moteur

électrique, capable,

contrairement à la Honda Insight

hybride, de rouler en

mode ZEV (Zero Emission Vehicule),

c’est-à-dire en mode

entièrement électrique et donc

sans émission nocive.

La Révolte offre également la

possibilité de recharger les batteries

qui alimentent le moteur

électrique. «Enfin», précise encore

Citroën, «si la 2 CV était

lente et rebondissante, la Révolte

est vive et nerveuse.»

Qualifiée de «petite urbaine

ultra-chic qui s’offre le luxe de

toutes les impertinences», la

Révolte est «l’expression active

de la créativité et du dynamisme

de Citroën». La marque

célèbre actuellement son

90 e anniversaire avec plusieurs

innovations. En plus de la Révolte,

ainsi que des nouvelles

C3 et DS3 évoquées au début

de ce reportage, on relèvera l’arrivée

de la nouvelle motorisation

V6 HDi de 240 chevaux

pour la Citroën C5 que nous

avons eu l’occasion d’essayer

du côté d’Avenches dans sa

version Tourer.

Avec cette nouvelle motorisation,

la C5 – et également la

C6 – franchit un nouveau

pas dans le domaine de

l’agrément, avec des

prestations en termes de

plaisir de conduite (un

couple de 450 Nm au régime

de 1600 t/m), de silence

et de performances

encore plus abouties

tout en proposant une diminution

de la consommation

de carburant et

des émissions de CO2

pouvant aller jusqu’à

15%. Quant au SUV C-

Crosser, il reçoit une nouvelle

boîte de vitesses à double

embrayage et un nouvel aménagement

intérieur qui permet un

gain notoire en termes de perception

de qualité.

CITROËN

La 2CV,

inspiratrice de

la Citroën

Révolte.

La Citroën

C-Crosser

dispose désormais

d’une transmission

à double

embrayage

sportsetloisirs.ch

11


PORSCHE

Le stand Porsche a été pris d’assaut

Avec quatre premières mondiales

(911 Turbo, 911 GT3 RS,

911 GT3 Cup et 911 Sport

Classic limitée à 250 exemplaires)

et une première européenne

(Porsche Panamera),

le stand Porsche a été pris d’assaut

à Francfort. Il l’a été d’autant

plus que la grande messe

allemande de l’automobile accueillait

également pour la première

fois la Cayenne Diesel

La nouvelle Porsche 911 Turbo est désormais

plus puissante et plus sobre...

ainsi que les nouvelles versions

de la Boxster et de la Cayman

qui, toutes les trois, se

distinguent par des consommations

d’essence très basses

compte tenu de leur puissance.

La nouvelle 911 Turbo ne déroge

pas, elle non plus, à sa réputation

de voiture à très haute

performance la plus sobre de

sa catégorie. La 7 e génération de

la 911 Turbo a en effet réduit les

émissions de CO2 de 18 % par

rapport à la version précédente

et ne consomme plus que 11,4

l/100 km. Tout cela malgré une

accélération de 0 à 100 km/h en

3,4 secondes et une vitesse de

pointe de 312 km/h! Avec son

nouveau moteur de 500 chevaux,

la 911 Turbo peut être

couplée pour la première fois

à la boîte de vitesse à double

embrayage PDK à 7 rapports.

Elle peut également être équipée

d’un nouveau volant optionnel

à trois branches avec

palettes de changement de vitesse

(monter les rapports à

droite et rétrograder à gauche)

au lieu du volant de série avec

ses deux commandes habituelles

pour changer de vitesse.

Un air de Carrera GT pour

la nouvelle Cayman

Présentée également pour la première

fois à Francfort, la nouvelle Cayman est

elle aussi encore plus performante tout

en étant jusqu’à 16% plus sobre. Commercialisée

à partir de 76 000 francs, la

Cayman est désormais équipée d’un 6

cylindres de 2,9 litres développant 265

chevaux contre 245 auparavant. Elle atteint

265 km/h en vitesse de pointe et

passe de 0 à 100 km/h en 5,8 secondes.

Son poids de 1330 kg, très faible pour le

segment, contribue par ailleurs fortement

au dynamisme et à la sobriété de

la Cayman. Elle ne s’est ainsi contentée

que de 9,2 litres aux 100 kilomètres pendant

notre essai. On notera encore que

la nouvelle Cayman se distingue notamment

de l’ancienne version par une partie

frontale redessinée. Celle-ci lui donne

désormais un

petit air de

Carrera GT du

plus bel effet.

La partie frontale

de la nouvelle

Cayman...

...a été directement

inspirée de

la Carrera GT.

...il en va de même pour la nouvelle Cayman.

12


La Cayenne Diesel, une Porsche très «verte»

Livre sur les tracteurs Porsche Diesel.

L’engouement pour

les Porsche Diesel

Les tracteurs Porsche ont droit à deux

clubs particulièrement actifs: le Club

Porsche Diesel Classic en Allemagne*

et le Porsche Diesel Registry** aux

Etats-Unis. Quant au Docteur Giuseppe

Beconcini, un passionné italien

de Porsche, il organise chaque année

une rencontre internationale de tracteurs

Porsche dans la localité de Fucecchio,

près de Florence. Sa passion

pour les tracteurs Porsche est telle

qu’il en possède une trentaine. Il vient

de leur consacrer un livre de 146 pages

intitulé «Porsche, mito e trattori

nelle campagne italiane». Publié chez

La Versiliana Editrice***, il coûte

20 euros et son numéro ISBN est le

suivant: 978 88 95081 59 5.

*www.porsche-diesel-classic.de

**www.porsche-diesel.com

***www.laversilianaeditrice.com/

popupLibri.php?ID=80

Vendue à partir de 86 200 francs,

la Cayenne Diesel s’inscrit parfaitement

dans la tendance des voitures

à consommation modérée

que l’on a ressentie sur de nombreux

stands au salon de Francfort.

Pour la petite histoire, on relèvera

que la Cayenne Diesel n’est

pas le premier véhicule Porsche

à être propulsé par un moteur

diesel. Dans les années cinquante

et soixante, plusieurs dizaines de

milliers de tracteurs Porsche ont

en effet été produits sous la dénomination

Porsche Diesel. Aujourd’hui,

ils sont très recherchés

et figurent en bonne place chez

les collectionneurs de Porsche,

aussi bien en Europe qu’aux

Etats-Unis. Parmi les personnalités

qui ont succombé à leur

charme, on relèvera le multiple

champion du monde des rallyes

Walter Röhrl ainsi que Karl-Friedrich

Scheufele, le directeur de la

manufacture horlogère Chopard.

Son tracteur Porsche côtoie désormais

une 550 Spyder ainsi que

différentes 356 et 911.

Pour en revenir à la Porsche

Cayenne Diesel, on remarquera

qu’elle allie de façon insoupçonnée

le caractère sportif et la polyvalence

d’un tout-terrain Porsche

à une sobriété exemplaire.

Nous n’avons par exemple

consommé que 7,9 l au 100 km

sur un trajet de près d’une heure

effectué à 110 km/h de moyenne,

ce qui correspond aux données

d’usine pour le cycle extraurbain.

Il s’agit là d’une valeur

remarquable pour un véhicule

affichant plus de deux tonnes

sur la balance et développant

240 chevaux. Avec son couple

maximal de 550 Nm à 2250 t/m,

la Cayenne Diesel s’avère un véhicule

idéal pour tracter une remorque,

par exemple pour transporter

des chevaux ou une voiture

de course. Quant à ses performances

(214 km/h en vitesse

de pointe et 8,3 secondes pour

passer de 0 à 100 km/h), elles

s’avèrent tout à fait honnêtes.

Un autre aspect qui revêt une

importance non négligeable

pour une certaine clientèle, la

Cayenne Diesel partage la même

carrosserie que la Cayenne V6

essence, cela jusqu’au logo

Cayenne apposé sur le hayon arrière.

Aucune inscription n’y fait

référence à son moteur diesel.

Relevons enfin que sa consommation

moyenne s’élève à 9,3 litres

aux 100 kilomètres (244 g

de CO2/ km). Avec son réservoir

de 100 litres, son autonomie incroyable

est de plus de 1000

kilomètres!

PORSCHE

13

sportsetloisirs.ch


HONDA

Conduite coulée = le fond du

compteur de vitesse est vert.

Conduite agressive = le fond du

compteur de vitesse est bleu.

Des feuilles et des fleurs récompensent

le conducteur en fonction

de sa conduite écologique.

Un tableau synoptique

présente le score atteint.

Une hybride sûre et économique

INSIGHT

La Citroën Révolte hybride et la

BMW Vision hybride ont été

deux des grandes vedettes du

salon de Francfort. Le seul hic,

car il y en a un, c’est qu’on ne

sait pas si ces deux prototypes

vont donner lieu un jour à des

modèles de série. Chez Honda,

qui avait frappé un grand coup

au salon de Genève en présentant

son étonnante Insight Hybrid

et son non moins étonnant

robot Asimo, la propulsion hybride

est une réalité bien tangible.

Vendue à partir

de 28 800 francs, la

Honda Insight a

même pour ambition,

selon les propos

de l’importateur

suisse, d’être «la première

hybride pour

tous».

Avec sa ligne très aérodynamique,

ses

sièges rabattables et

son hayon, elle se

distingue par un système

IMA très compact,

IMA signifiant ici assistance

moteur intégrée.

Pratiquement, cela veut dire

qu’un moteur électrique de

14 chevaux vient en aide au

moteur à essence 1,3l (88

chevaux) lorsque le besoin

s’en fait sentir, par exemple

La Honda Insight hybride

est l’une des voitures les plus

«vertes» du marché suisse.

Le robot Asimo et Yasunari Seki, le concepteur de la Honda Insight.

lors d’une montée ou lors d’un

dépassement. On notera par

ailleurs que le moteur électrique

d’appoint se transforme en

générateur pour récupérer

l’énergie de freinage.

En outre, un système unique,

l’Eco-Assist, aide le conducteur

à adopter un style de conduite

écologique. Il s’agit notamment

d’un système de pictogrammes

qui s’affichent au tableau de

bord et qui sont attribués au

conducteur en fonction de sa

conduite écologique. L’objectif

est de faire grandir des pictogrammes

de plantes en les dotant

de feuilles puis de fleurs

(voir les pictogrammes cicontre).

Pour les mériter, le pied

doit se faire léger sur la pédale

de l’accélérateur. Suffisamment

pour maintenir le fond du tachymètre

dans le vert. S’il vire

au bleu, c’est que l’ordinateur

juge l’accélération trop vigoureuse

et énergivore... Il s’agit là

d’une véritable aide pour les

conducteurs n’ayant que de faibles

notions de conduite économique.

Passionnés d’une telle

conduite après avoir participé

en 1993 et en 1994 à l’Eco-Tour

d’Europe, nous avons beaucoup

apprécié ce système ludique.

Il en va de même pour la transmission

à variation continue.

Celle-ci peine certes à savoir parfois

quelles sont les véritables

intentions du conducteur, par

exemple lors d’une montée, et a

alors tendance à mouliner de façon

exagérée. Il suffit alors de

passer le levier de vitesse en

mode S et de changer les rapports

à notre guise pour que le

moteur ne s’égare pas dans la

zone élevée du compte-tours.

Une fois cette pratique bien assimilée,

nous avons beaucoup

apprécié cette Honda Insight

avec laquelle nous n’avons

consommé que 5,9 l aux 100

km. On relèvera enfin pour

conclure que la Honda Insight,

soumise cet été à une série de

crash-tests de l’organisme indépendant

Euro NCAP, a décroché

la note maximale de 5 étoiles.

L’Insight n’est ainsi pas seulement

très écologique (101

g/km d’émissions de CO2) mais

également très sûre. Cela pour le

plus grand bonheur de son

concepteur Yasunari Seki et du...

robot Asimo.

14

More magazines by this user
Similar magazines