Etude de la conception et du contrôle comportemental ... - Admiroutes

admiroutes.asso.fr

Etude de la conception et du contrôle comportemental ... - Admiroutes

42

délivrer ses opinions et ses jugements sur les caractères de la situation ou à propos des

autres acteurs avec lesquels il communique. Ces énoncés expriment en fait la vision du

monde des acteurs. Chaque point de vue et chaque jugement est pris en compte dans

l'ensemble des actes de communication, semblables à des actes de paroles [Searle 69].

Cette composante doit interpréter les appréciations des acteurs à partir de leurs

communications et en faire automatiquement la synthèse.

Ontologie des connaissances : les catégories fondamentales du langage de

communication

Le système d'interprétation des messages échangés entre les professionnels, doit

représenter le sens de la situation à gérer coopérativement, c'est-à-dire représenter la

structure et l'organisation de la perception de cette situation, au fur et à mesure qu'elle

évolue et telle que les acteurs se la représentent. Pour cela, il est nécessaire de catégoriser

les messages puis de définir une forme standard pour ceux-ci. Nous retenons cinq types

d'énoncés :

10. le type "fait affirmé",

11. le type "question posée",

12. le type "jugement",

13. le type "ordre donné",

14. le type "action commentée".

Chaque message est composé d'un ou de plusieurs énoncés référant à ces cinq types. Le

contenu cognitif des messages classés en énoncés typés est décomposé en catégories

cognitives relatives au domaine des situations d'urgence. Nous faisons l’hypothèse que les

informations échangées prennent place dans les quatre catégories cognitives suivantes :

5. les connaissances spatiales,

6. les connaissances temporelles,

7. les connaissances organisationnelles,

8. les connaissances de perception subjective de la situation.

Ces catégories se déclinent toutes selon divers traits sémantiques typiques [Jackendoff

1983]. La dernière catégorie apparaît ici comme fondamentale car elle traite des opinions

propres à chaque acteur, qui peuvent être parfois mal comprises ou mal ressenties par les

autres.

Cette catégorisation du discours permet de structurer les messages en énoncés appartenant

à certains des cinq types, chaque énoncé étant constitué de divers traits sémantiques

relatifs aux quatre catégories précédemment définies. A chaque trait sémantique, il sera

possible d’attacher une estimation de son importance, sur une échelle subjective informée

par l’acteur qui génère le message. Le langage de communication est donc contraint, ce

qui correspond bien au caractère très technique du problème traité.

More magazines by this user
Similar magazines