Views
3 years ago

7g6VnZR2N

7g6VnZR2N

DEPP DIRECTION DE L’ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE ET DE LA PERFORMANCE NOTE D’INFORMATION n° 39 – Novembre 2014 Un collégien sur cinq concerné par la « cyber-violence » En 2013, 18 % des collégiens déclarent avoir été insultés, humiliés ou victimes d’actions dévalorisantes (surnoms, photos ou films « méchants ») par Internet ou par téléphone portable ; 5 % des élèves déclarent même des violences faites via les nouvelles technologies, pouvant s’apparenter à du « cyber-harcèlement ». Ce phénomène touche beaucoup plus souvent les élèves en situation de harcèlement quel que soit le type de violence (55 %). Les filles en sont plus souvent les victimes, et il concerne davantage les élèves de troisième. En revanche, l’écart est faible entre les élèves des collèges Éclair et les autres. Tamara Hubert, DEPP-B3 Selon l’enquête nationale de climat scolaire et de victimation (voir p. 4 « SOURCE »), en 2013, 18 % des élèves déclarent avoir été insultés, humiliés ou victimes d’actions dévalorisantes (dans le questionnaire, il s’agit d’un surnom, de photos ou de films méchants, de happy slapping, c’est-à-dire d’actes de violence filmés) par le biais des « nouvelles technologies » de comunication, telles que le téléphone portable ou Internet (FIGURE 1). Ces modes de diffusion des insultes sont d’autant plus graves qu’elles restent inscrites dans le temps et vont au-delà des murs du collège. La « cyberviolence » (voir p. 4 « DÉFINITIONS ») en milieu scolaire peut favoriser une mise à l’écart qui dépasse les seules frontières de l’établissement. Hausse de la cyber-violence en deux ans Ces violences sont en progression par rapport à l’enquête de 2011 : 9 % des élèves déclaraient avoir été insultés ou humiliés par SMS ou Internet (le happy slapping et les photos et films méchants sur Internet n’étaient alors pas pris en compte). En 2013, en prenant les mêmes indicateurs, le taux est de 14 %. En général, il n’y a pas plus d’insultes par Internet dans les établissements relevant de l’éducation prioritaire, même si l’on retrouve une plus forte fréquence des insultes à caractère discriminatoire déjà observée sur l’ensemble des insultes : 1,5 % des élèves d’Éclair (Écoles, collèges, lycées pour l’ambition, l’innova- 1 – Proportions d’élèves ayant connu une cyber-violence selon le type d’établissement et le sexe (%) Directrice de la publication : Catherine Moisan Secrétaire de rédaction : Marc Saillard Maquettiste : Frédéric Voiret Impression : DEPP/DVE ISSN 1286-9392 Département de la valorisation et de l’édition 61-65, rue Dutot – 75732 Paris Cedex 15 MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE, DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Insultes et brimades par Internet ou SMS Ensemble Éclair Hors Éclair Filles Garçons Surnoms méchants 7,4 7,8 7,4 9,5 5,4 Insultes 9,7 9,8 9,8 11,9 7,7 Insultes par rapport à l'origine 1,1 2,0 1,0 1,1 1,0 Insultes par rapport à la religion 0,6 1,5 0,6 0,7 0,5 Insultes par rapport à la tenue vestimentaire 4,0 4,1 4,1 5,6 2,6 Insultes par rapport à l'apparence physique 1,5 2,3 1,4 2,0 1,0 Humiliation 2,2 2,5 2,2 2,8 1,7 Au moins une des violences ci-dessus 13,5 14,4 13,4 16,5 10,5 Publication de photos ou films « méchants » 7,2 6,9 7,2 8,6 5,9 Happy slapping 2,4 4,1 2,3 1,9 2,9 Au moins une violence par Internet ou SMS 18,2 19,3 18,2 21,1 15,5 Lecture : 7,4 % des élèves ont déclaré avoir reçu un surnom méchant par Internet ou SMS (7,8 % en Éclair) ; 13,5 % ont déclaré un fait de violence par Internet ou SMS parmi les 7 premiers faits présentés ; on atteint 18,2 % en ajoutant les deux derniers faits. Champ : élèves de collèges publics et privés sous contrat de France métropolitaine + DOM. Source : MENESR-DEPP, enquête nationale de victimation en milieu scolaire 2013.

A l'école des enfants heureux....enfin presque - Unicef
A l'école des enfants heureux… - Unicef
Violences à l'école et mutations du système éducatif français : vers ...
à l’égard des enfants
clasches_guide-harcelement-sexuel-2014_web-bd
Rapport en pdf - France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères
sexuel
Synthèse du rapport annuel 2012 de l'ONDRP - inhesj
RAPPORT D’ENQUÊTE
La prostitution est une violence faite aux femmes
DPincesteFINAL_nophone
Autonome_FAE_201506_diversite-sexuelle-tabous-persistants
Rapport-enquete-AMTV_mars-2015_BD
mdm_rapport_congolais_expulses_dangola
plaquette-fauteinexcusable-employeur
Dr Grégoire Rubovszky - Stress-trauma.com
De la déscolarisation aux violences anti-scolaires: l'éclairage ... - acelf
Brochure - République et Canton du Jura
PRÉVENIR REPÉRER AGIR
MARCHEMONDIALEDESFEMM ES - Tushita Graphic Vision