Views
3 years ago

la commune de Saint-Michel-sur-Orge, représentée - crpve

la commune de Saint-Michel-sur-Orge, représentée - crpve

Geneviève-des-Bois. A ce titre, les habitants des deux communes fréquentent les équipements commerciaux sans référence aux limites administratives. Un développement accéléré dans les années 60 A la fin des années 60, la progression démographique et l’industrialisation de la région parisienne contribuèrent fortement au développement du sud de l’Ile de France, par conséquent de la commune de St Michel sur Orge en leur donnant sa configuration actuelle. La réalisation, à partir des années 60 de l’autoroute A6, celle de la francilienne, enfin celle du grand ensemble d’habitation privé du Bois des Roches, a totalement modifié son équilibre urbain, économique, social et financier. Une petite partie de la ZUS se trouve du territoire communal de Ste-Geneviève-des-Bois. Un aménagement urbain hétérogène L’urbanisation est fortement marquée par les conceptions dominantes de l’époque de construction : isomorphisme des immeubles, monofonctionnalité résidentielle, axe central de circulation automobile avec ramification vers les îlots résidentiels sur une voirie béton, espaces de stationnement en pied d’immeubles, espaces urbains vastes mais peu qualifiés et de statut privatif. Eloigné des principales voies rapides de circulation automobile (autoroute A6, routes nationales 20, 104, 445 ou encore 7) favorisant les liaisons inter-territoires, le quartier ne bénéficie pas de l’irrigation attendue. Il se développe en poches résidentielles sur la partie est de la ville, au-dede la voie ferrée qui sépare la commune en deux. La conséquence immédiate de cette construction de la ville est l’absence de véritable centre-ville commun à l’ensemble des différents quartiers. Le territoire s’en trouve marqué par les différentes étapes de l'urbanisation : il est constitué de tissus urbains, homogènes dans leur identité mais hétérogènes au sein de la ville. Le projet urbain du quartier du Bois des Roches s’attachera à modifier cette situation. Une mixité sociale malgré des problématiques lourdes Le peuplement du quartier reflète la mixité issue de la diversité des statuts de l’offre des logements : sociaux, locatif libre, copropriétés. Sur les 4.087 logements situés dans la ZUS, chaque statut de logement représente environ 1/3 de l’ensemble. Des difficultés budgétaires structurelles et récurrentes Les capacités d’intervention de la ville sur les problématiques sociales qui sont de son ressort se heurtent à la difficulté que représente sa structure budgétaire. Ce territoire est à la jonction de deux tendances : les difficultés sociales d’une part de la population et la faiblesse des ressources locales. Le potentiel fiscal de la ville est inférieur à la moyenne des villes en « contrat de ville » du département de l’Essonne. Pour répondre aux difficultés auxquelles elle doit faire face, St-Michelsur-Orge s’appuie depuis 20 ans, sur des dispositifs spécifiques d’accompagnement financier mis en place au niveau national, régional et départemental. Communauté d’agglomération du Val d’Orge - Contrat Urbain de Cohésion Sociale du Val d’Orge 2007/2009– page 144 sur 159

Des évolutions engagées o Banlieue 89 A la fin des années 1980, la Municipalité s’engage dans le programme « Banlieues 89», pour l’aménagement des abords du centre commercial, la construction du théâtre et de la brasserie, la rénovation des cinémas existants, le nouveau tracé de la rue Berlioz favorisant l’installation de commerces en pieds d’immeubles. o La rénovation du centre commercial A plusieurs reprises, des tentatives de rénovation plus ou moins lourdes sont entreprises afin de redonner à l’unité commerciale un dynamisme indispensable à son maintien ; seul l’hyper résiste dans les faits. o Les mutations du patrimoine Dans le milieu des années 70, une partie du patrimoine est cédé à ses occupants, donnant lieu à la création des premières copropriétés, à la parcellisation du locatif libre et à l’entrée dans le quartier des 5 bailleurs sociaux, dont le dernier en 2005. Les projets ou les tentatives de vente à la découpe du parc locatif libre font l’objet d’une vigilance effective de la municipalité et de la population dans l’intérêt des résidents. Des évolutions de la gouvernance locale La création en 2000 de la communauté d’agglomération du Val d’Orge autour de 6 puis 9 communes a conduit à réorganiser la gouvernance locale, selon les principes de respect de l’autonomie et des identités communales, la subsidiarité de l’action communautaire et enfin la solidarité entre les territoires. Avec la volonté de préserver et d’améliorer le cadre de vie, la communauté d’agglomération veille à associer les habitants aux projets qu’elle promeut ; le conseil de développement est consulté sur les grandes orientations. Désormais, en partageant ses compétences avec la communauté d’agglomération, la ville partage aussi son influence à une échelle qui garantit l’intérêt général et des services à la population mutualisés et qui permet de rehausser le niveau des prestations publiques. Maître d’ouvrage en titre, la communauté d’agglomération est responsable au même titre que la commune, des compétences qui lui ont été transférées, en matière de développement économique, d’environnement, ou encore d’aménagement du territoire… A terme, ces politiques seront motrices de nouvelles solidarités, en générant des richesses dont le Territoire à nécessairement besoin, et en apportant de nouveaux services aux citoyens-usagers. La commune constitue le socle démocratique le plus légitime pour apporter les réponses quotidiennes aux besoins des habitants sur les champs des solidarités, de l’éducation, du logement ou encore du cadre de vie. Acteur majeur, la commune doit renforcer sa capacité de maître d’œuvre sur ces différents volets et son efficacité pour accompagner mieux encore des populations fragilisées singulièrement dans le quartier. Sur le fond, rien n’oppose ni ne s’oppose donc à la ville membre ni à la communauté d’agglomération dans le portage du projet visant la transformation urbaine et sociale du territoire. Sur la forme, des complémentarités sont encore à rechercher, des ambiguïtés sont à lever, ce au service du projet d’ensemble. Communauté d’agglomération du Val d’Orge - Contrat Urbain de Cohésion Sociale du Val d’Orge 2007/2009– page 145 sur 159

Iris - Commune : Saint-Michel-sur-Orge - 91570 - Insee
Contrat Urbain de Cohésion sociale du Val d'Yerres - crpve
Représenté par son Président Directeur Générale, Monsieur Michel ...
contrat urbain de cohesion sociale grand avignon - CRPV-PACA
contrat urbain de cohesion sociale de saint-laurent ... - CRPV-PACA
Quartiers en difficulté : et si l'on avait bradé un peu ... - CRPV-PACA
Ville de Port-Saint-Louis-du-Rhône Convention cadre - CRPV-PACA
cucs commune de saint-benoît - SIG Politique de la Ville ...
contrat urbain de cohesion sociale de hyeres les ... - CRPV-PACA
contrat urbain de cohesion sociale de cagnes sur ... - CRPV-PACA
Contrat Urbain de Cohésion Sociale de Grasse 2007 ... - CRPV-PACA
Contrat urbain de cohésion sociale de Vitrolles - CRPV-PACA
La Galathée - Trois Communes - Deuil-la-Barre
Télécharger le document du CUCS - SIG Politique de la Ville
contrat urbain de cohésion sociale du Grand Nancy - SIG Politique ...