Views
3 years ago

bulletin-BCE-mars-2014_01

bulletin-BCE-mars-2014_01

mois au-dessous de 1 %

mois au-dessous de 1 % au Danemark et à un niveau proche de 0 % en Suède. Ce ralentissement a résulté d’une moindre hausse des prix de l’énergie et de plus faibles tensions d’origine interne sur les prix. Dans le même temps, en Suisse, l’évolution annuelle des prix à la consommation est devenue positive fin 2013 et début 2014. Dans les principaux pays d’Europe centrale et orientale (PECO) appartenant à l’UE, le redressement de l’activité s’est poursuivi, soutenu par la vigueur des exportations, même si la demande intérieure s’est également accélérée. Selon des données provisoires, au quatrième trimestre 2013, le PIB en volume a fortement augmenté en République tchèque et en Roumanie, en partie sous l’effet de facteurs temporaires, et a également continué de progresser à un rythme robuste en Hongrie et en Pologne. Pour la suite, l’activité économique devrait continuer à se renforcer en 2014, la demande intérieure jouant un rôle croissant, en particulier les investissements, qui devraient être soutenus par l’absorption de fonds mis à disposition par l’UE. Les exportations devraient également contribuer à la croissance. L’IPCH annuel a continué de fléchir nettement dans les principaux PECO ces derniers mois. L’inflation a été freinée par la faible progression des prix des produits alimentaires et de l’énergie, par la dissipation des effets de base liés aux précédentes hausses (ou, plus récemment, à des réductions de la fiscalité indirecte et des prix administrés), ainsi que par des tensions contenues sur les coûts d’origine interne. Les perspectives d’inflation étant modérées, la politique monétaire est restée accommodante dans les principaux PECO. En Turquie, la croissance du PIB en volume, qui avait été très soutenue au premier semestre 2013, est revenue à 0,9 % en rythme trimestriel au troisième trimestre, reflétant la dissipation des effets de la hausse des investissements publics début 2013, une certaine diminution des stocks et un ralentissement de la consommation publique et privée ainsi que la détérioration des conditions de financement. Au quatrième trimestre 2013 et début 2014, il semble que la demande intérieure ait été freinée par le resserrement de la politique monétaire, par des mesures réglementaires visant à décourager les prêts aux particuliers, par l’accroissement des tensions politiques et par l’incertitude élevée liée à la volatilité sur les marchés financiers et sur les taux de change, tandis que le début de reprise observé dans l’UE devrait soutenir les exportations. En dépit d’un certain ralentissement de l’économie au dernier trimestre 2013, l’augmentation de l’IPC annuel reste nettement supérieure à l’objectif de la banque centrale, en raison des répercussions de la dépréciation de la livre turque et des anticipations d’une hausse de l’inflation. En Russie, le PIB en volume s’est légèrement redressé au troisième trimestre 2013 par rapport aux faibles niveaux d’activité observés plus tôt dans l’année, mais il est resté modéré, progressant de 0,2 % en rythme trimestriel, les investissements ayant augmenté à un rythme lent et la forte progression de la consommation privée ayant été largement compensée par la hausse des importations. La demande extérieure, conjuguée à un certain redressement de l’investissement privé, devrait avoir soutenu la production début 2014. Au quatrième trimestre 2013, l’inflation a oscillé à un niveau légèrement supérieur à l’objectif de la banque centrale, mais elle est revenue sous sa limite supérieure en janvier, essentiellement sous l’effet des évolutions favorables des prix des produits alimentaires. Pays émergents d’Asie En Chine, la croissance du PIB en volume fléchit, tout en restant robuste ; au quatrième trimestre 2013, elle est revenue à 7,7 % en rythme annuel, la légère progression de la demande intérieure n’ayant pu compenser la baisse de la contribution des exportations nettes. La croissance du PIB en volume est ressortie à 7,7 % pour l’ensemble de l’année 2013, sans changement par rapport à 2012. L’excédent du compte courant a diminué pour s’établir à 2,1 % du PIB. 18 BCE Bulletin mensuel Mars 2014

évolutions ÉCONOMIQUES et monétaires Environnement extérieur de la zone euro Dans l’ensemble, les indicateurs à haute fréquence ont montré début 2014 un ralentissement progressif de la croissance, confirmant la poursuite de la décélération observée au dernier trimestre 2013. Les indicateurs de confiance pour le secteur manufacturier se sont dégradés en janvier et en février, tandis que les indicateurs pour le secteur non manufacturier ont progressé. Les agrégats de monnaie et du crédit ont continué de ralentir en janvier, les autorités essayant de réduire progressivement la dépendance de l’économie vis‐à‐vis de la croissance du crédit. Les données de janvier et février doivent être interprétées avec précaution, en raison de la fluctuation de la date du Nouvel An chinois, qui, en 2014, est tombé le 31 janvier. Par ailleurs, en raison du Nouvel An, certains indicateurs d’activité, comme la FBCF et la production industrielle, ne sont pas publiés en février. Les tensions inflationnistes ont été contenues en janvier, la hausse annuelle de l’IPC demeurant stable, tandis que la contraction de l’indice des prix à la production s’est légèrement accentuée. Les taux du marché monétaire sur les échéances courtes ont diminué en février, reflétant peut-être l’élargissement de l’accès des banques aux facilités de liquidité de la Banque populaire de Chine ainsi que la hausse du niveau de liquidité résultant d’opérations d’open market au cours de la période du Nouvel An chinois. Afin d’éviter les épisodes de volatilité des taux du marché monétaire observés en 2013, la Commission de régulation bancaire de Chine (China Banking Regulatory Commission) a renforcé les règles de liquidité fin février 2014. Début mars, les autorités chinoises ont fixé un objectif de croissance de 7,5 % pour 2014, identique à celui de l’an dernier. L’objectif d’inflation est également resté inchangé, à 3,5 %. Les autorités ont apporté de légères modifications à d’autres objectifs, ce qui confirme leur intention de rééquilibrer l’économie, de façon progressive cependant. En 2013, la croissance du PIB en volume des autres principaux pays asiatiques est restée inférieure aux moyennes de long terme. Une série d’indicateurs souligne la poursuite d’une croissance modérée au cours du premier semestre 2014, même si l’Inde et l’Indonésie (deux pays affectés par la volatilité sur les marchés financiers en 2013) ont échappé aux pires effets de la crise financière début 2014, ce qui reflète peut-être, dans une certaine mesure, les améliorations de leurs déséquilibres extérieurs. En Inde, la croissance du PIB en volume reste modérée. Après avoir rebondi au troisième trimestre 2013, elle s’est ralentie en rythme annuel au quatrième trimestre, revenant à 4,6 %, en raison d’une baisse de la croissance des investissements et des exportations. La hausse des prix de gros est restée élevée au deuxième semestre 2013, reflétant en partie l’accroissement des tensions inflationnistes imputables à la dépréciation de la roupie. Même si l’inflation est revenue à 5,0 % en janvier en raison de la baisse des prix des produits alimentaires, elle reste supérieure à la fourchette cible implicite de la banque centrale (4,0 % – 4,5 % à court terme). En janvier 2014, la Banque de réserve de l’Inde a relevé son principal taux directeur, tandis que la roupie demeurait relativement stable en dépit de la volatilité élevée des marchés financiers dans certaines économies de marché émergentes. En Indonésie, après trois trimestres de croissance relativement modérée, l’activité a rebondi au quatrième trimestre 2013, en raison essentiellement des solides performances à l’exportation, qui ont également contribué à réduire le déficit courant (revenu à moins de 2 % du PIB). En dépit de relèvements des taux d’intérêt de 175 points de base en 2013, l’inflation mesurée par l’IPC est demeurée sensiblement supérieure à la fourchette cible d’inflation de la banque centrale (3,5 % – 5,5 %), ressortant à 7,8 % en février 2014. En Corée du Sud, après une croissance très faible en 2012, l’activité s’est progressivement redressée courant 2013. En rythme annuel, la croissance du PIB en volume a atteint 3,9 % au quatrième trimestre 2013, reflétant une progression plus vigoureuse des exportations. L’inflation est restée légèrement supérieure à 1,0 % en février 2014, ce niveau étant encore inférieur à la fourchette cible de la Banque de Corée (2 % – 4 %). BCE Bulletin mensuel Mars 2014 19

Le Bulletin - mars 2012 - CREVALE
2016-bce-circulaire-procuration-de-la-direction-3-mars
Bulletin mars-avril 2010 - Hérouville Saint-Clair
Bulletin mars-avril 2013 - Hérouville Saint-Clair
bulletin RFVE n°3 - mars 2007 - Réseau Français des Villes ...
Le bulletin des salariés agricoles de l'Aveyron mars 2012
Bulletin mars-avril 2012 - Hérouville Saint-Clair
Bulletin n°3, mars 2009 - Ecole nationale supérieure d'architecture ...
Bulletin des athlètes Numéro 015 Mars 2011 - International Olympic ...
Téléchargez le bulletin municipal de Mars 2012. - Mazamet
Bulletin Section neuvevilloise Mars – Avril 2011 - CAS La Neuveville
Notre bulletin 123 (mars 2012) - Association pour le Droit de Mourir ...
Bulletin spécial - février 2013 (santé) - Ville de Sainte-Marie
Bulletin Mars-Avril 2011 - Hérouville Saint-Clair
BULLETIN PROFEL n°4 [février-mars 2009] - The Global ...
Bulletin mensuel Légion Royale du Canada - Forces canadiennes ...
BBuuulllllleeetttiiinnn mmeeennnsssuuueeell - Accès au site...
mensuel la londe mars 09 - Mairie de La Londe les Maures
Réunion SFAF du 30 mars 2006 sur les comptes au ... - touax group
bulletin 09 / 2eme trimestre 2006 - Association des amis de Raoul ...