Views
3 years ago

bulletin-BCE-mars-2014_01

bulletin-BCE-mars-2014_01

3 PRIX ET COÛTS Selon

3 PRIX ET COÛTS Selon l’estimation rapide d’Eurostat, la hausse annuelle de l’IPCH dans la zone euro s’est établie à 0,8 % en février 2014, sans changement par rapport au chiffre (révisé à la hausse) de janvier. Tandis que les prix de l’énergie ont diminué plus fortement, en rythme annuel, en février qu’au cours du mois précédent, les hausses des prix des produits manufacturés et des services ont été plus marquées qu’en janvier. Sur la base des informations disponibles et des cours constatés des contrats à terme sur l’énergie, l’inflation, en rythme annuel, devrait demeurer proche des niveaux actuels au cours des prochains mois. Par la suite, l’inflation devrait augmenter progressivement pour atteindre des niveaux plus proches de 2 %, conformément aux anticipations d’inflation à moyen et à long terme pour la zone euro. Dans le même temps, ces anticipations restent solidement ancrées à un niveau compatible avec l’objectif de maintenir l’inflation à des taux inférieurs à, mais proches de 2 %. Les projections macroéconomiques de mars 2014 établies par les services de la BCE pour la zone euro prévoient une hausse annuelle de l’IPCH de 1,0 % en 2014, de 1,3 % en 2015 et de 1,5 % en 2016. Au dernier trimestre 2016, la hausse annuelle de l’IPCH devrait s’établir à 1,7 %. Compte tenu de la nouveauté que constitue l’horizon de projection à trois ans retenu pour les projections macroéconomiques de mars 2014 établies par les services de la BCE, il convient de souligner que les projections reposent sur un certain nombre d’hypothèses techniques, notamment une stabilité des taux de change et une baisse des cours du pétrole, et que l’incertitude entourant les projections s’accroît avec l’allongement de l’horizon de projection. Les risques pesant sur les perspectives d’évolution des prix sont considérés comme limités, tant à la hausse qu’à la baisse, et globalement équilibrés à moyen terme. 3.1 prix à la consommation La hausse de l’IPCH de la zone euro s’est maintenue à des niveaux légèrement inférieurs à 1 % depuis octobre 2013, affichant un ralentissement par rapport aux taux de croissance annuels de l’ordre de 1,5 % enregistrés mi‐2013. Selon l’estimation rapide d’Eurostat pour février 2014, l’inflation est demeurée inchangée à 0,8 % depuis décembre dernier. Les chiffres de l’inflation plus faibles par rapport à mi–2013 s’expliquent principalement par des rythmes annuels de variation négatifs des prix de l’énergie et un fort ralentissement de la hausse des Tableau 9 Évolution des prix (variations annuelles en pourcentage, sauf indication contraire) 2012 2013 2013 2013 2013 2013 2014 2014 Sept. Oct. Nov. Déc. Janv. Fév. IPCH et composantes 1) Indice global 2,5 1,4 1,1 0,7 0,9 0,8 0,8 0,8 Énergie 7,6 0,6 - 0,9 - 1,7 - 1,1 0,0 - 1,2 - 2,2 Produits alimentaires 3,1 2,7 2,6 1,9 1,6 1,8 1,7 1,5 Produits alimentaires non transformés 3,0 3,5 2,9 1,4 0,9 1,5 1,3 . Produits alimentaires transformés 3,1 2,2 2,4 2,2 2,0 2,0 2,0 . Produits manufacturés hors énergie 1,2 0,6 0,4 0,3 0,2 0,3 0,2 0,6 Services 1,8 1,4 1,4 1,2 1,4 1,0 1,2 1,3 Autres indicateurs de prix Prix à la production 2,8 - 0,2 - 0,9 - 1,3 - 1,2 - 0,8 - 1,4 . Cours du pétrole (en euros par baril) 86,6 81,7 83,0 80,0 80,0 80,8 78,8 79,4 Cours des matières premières hors énergie 0,5 - 8,2 - 12,9 - 12,2 - 11,7 - 11,4 - 9,3 - 7,8 Sources : Eurostat, BCE et calculs de la BCE à partir des données de Thomson Reuters 1) La hausse de l’IPCH et de ses composantes (hors produits alimentaires transformés et non transformés) en février 2014 est une estimation rapide d’Eurostat. 60 BCE Bulletin mensuel Mars 2014

évolutions ÉCONOMIQUES et monétaires Prix et coûts Graphique 41 Ventilation de l’IPCH : principales composantes (variations annuelles en pourcentage ; données mensuelles) IPCH global (échelle de gauche) Produits alimentaires (échelle de gauche) Énergie (échelle de droite) IPCH global hors énergie et produits alimentaires Produits manufacturés hors énergie Services 7 35 4 4 6 30 5 25 3 3 4 20 3 15 2 2 2 10 1 5 1 1 0 0 - 1 - 5 0 0 - 2 - 10 - 3 2004 2006 2008 2010 2012 - 15 - 1 2004 2006 2008 2010 2012 - 1 Source : Eurostat prix des produits alimentaires non transformés (cf. graphique 41). Outre les contributions moins importantes de ces composantes généralement plus volatiles, des pressions désinflationnistes ont également été perceptibles dans la hausse de l’IPCH hors produits alimentaires et énergie, traduisant des réactions décalées à la faiblesse passée de l’économie de la zone euro mais aussi des répercussions à la hausse moins importantes que prévu des relèvements de la fiscalité indirecte. Si l’on se penche sur les données les plus récentes, l’estimation rapide d’Eurostat d’un maintien de la hausse de l’IPCH global à 0,8 % en février 2014 masque des diminutions des taux de croissance des composantes volatiles de l’IPCH et une accentuation de la hausse des services et des produits manufacturés hors énergie, principales composantes de l’IPCH hors produits alimentaires et énergie (cf. tableau 9). S’agissant des principales composantes de l’IPCH, les taux de variation annuels majoritairement négatifs des prix de l’énergie depuis l’été 2013 reflètent essentiellement une baisse des cours du pétrole, en euros. En particulier, les reculs enregistrés au cours des deux premiers mois de 2014 (– 1,2 % en janvier et – 2,2 % en février) reflètent principalement des effets de base, ceux-ci ayant exercé une influence baissière cumulée de quelque 0,2 point de pourcentage sur la variation annuelle de l’IPCH. L’examen des principaux postes de la composante énergie en janvier 2014, dernier mois pour lequel une ventilation détaillée est disponible, montre que le fléchissement des taux de croissance annuels s’explique, notamment, par des baisses plus importantes, en rythme annuel, des prix des carburants automobiles, des autres combustibles liquides et du gaz, ainsi que par un net recul du rythme de progression annuel des prix de l’électricité. La forte décélération de la hausse des prix des produits alimentaires, revenue de plus de 3 % mi‐2013 à 1,5 % en février 2014, a résulté principalement d’un ralentissement sensible de la hausse des prix des produits alimentaires non transformés, après des taux de l’ordre de 5 %, l’effet haussier lié aux mauvaises conditions météorologiques qui avait précédemment affecté les prix des fruits et légumes s’étant dissipé. En janvier 2014, le rythme annuel de variation des prix des fruits et des légumes est ressorti à, respectivement, 0,6 % et 2,2 %, niveaux nettement inférieurs aux rythmes de progression élevés, de l’ordre de 10 %, observés durant l’été 2013. BCE Bulletin mensuel Mars 2014 61

2016-bce-circulaire-procuration-de-la-direction-3-mars
Le Bulletin - mars 2012 - CREVALE
Bulletin mars-avril 2010 - Hérouville Saint-Clair
Bulletin mars-avril 2013 - Hérouville Saint-Clair
bulletin RFVE n°3 - mars 2007 - Réseau Français des Villes ...
Bulletin n°3, mars 2009 - Ecole nationale supérieure d'architecture ...
Le bulletin des salariés agricoles de l'Aveyron mars 2012
Bulletin mensuel Légion Royale du Canada - Forces canadiennes ...
Bulletin mars-avril 2012 - Hérouville Saint-Clair
Bulletin Mars-Avril 2011 - Hérouville Saint-Clair
Bulletin spécial - février 2013 (santé) - Ville de Sainte-Marie
Résultats 2009 & perspectives Mars 2010 - Guerbet
Résultats 2012 & perspectives Mars 2013 - Guerbet
Bulletin des athlètes Numéro 015 Mars 2011 - International Olympic ...
Bulletin Section neuvevilloise Mars – Avril 2011 - CAS La Neuveville
Téléchargez le bulletin municipal de Mars 2012. - Mazamet
BBuuulllllleeetttiiinnn mmeeennnsssuuueeell - Accès au site...
Réunion SFAF du 30 mars 2006 sur les comptes au ... - touax group