Views
3 years ago

Télécharger (3664Kb) - Depositum

Télécharger (3664Kb) - Depositum

87 normal, même lui il

87 normal, même lui il était un peu fâché. ( ... ) Il faut vraiment qu'elles respectent la réponse des malades. Réaction des étudiantes cohorte 2012 à ce propos : Étudiante 7 (2012) : Justement, nous on en apprend beaucoup sur leur culture pour savoir comment réagir, peut-être que eux aussi auraient besoin d'avoir une base ( ... ), y connaissent pas notre culture. Pour nous, c'est peut-être juste de l'étonnement, on n'est pas habitué de voir ça, s'ils ne sont pas conscients de ça, eux ils prennent ça du mauvais côté. Savoir culturel Les éléments du savoir culturel ont été intégrés dans la dimension des habiletés culturelles pmsque ces éléments étaient étroitement reliés à la collecte des données lors de la consultation. Habiletés culturelles Les habiletés culturelles concernent l'habileté à recueillir des données et à réaliser un examen physique. Campinha-Bacote (2003) suggère d'utiliser l'outil de collecte des données de Giger et Davidhizar (1991) qui comprend six variables à évaluer auprès d'un client provenant d'une autre culture 1 . La dimension des habiletés culturelles «Recueillir des données» a été analysée en fonction de ces six variables, cependant elles n 'ont pas toutes été utilisées compte tenu du sens des données recueillies. En lien avec la communication, la principale faiblesse qui est ressortie chez les trois groupes de participants est que les étudiantes ne parlent pas la langue wolof. En effet, les patients hommes et femmes ont témoigné avoir une certaine méfiance à l'égard des traducteurs et le fait que les étudiantes ne comprenaient pas la langue wolof les empêchaient de valider si les propos traduits étaient justes ou pas. Patient 3: Le problème, ce que j'ai vu à travers les Toubabs : le langage [parce que les étudiantes ne peuvent vérifier si ce que dit le traducteur est juste]. Patiente (non reconnue lors de la traduction): D'abord les Toubabs doivent savoir que nous on n ' a pas fait l'école, on ne parle pas français et, peut-être, elles aussi doivent montrer, faire des efforts pour apprendre un peu le wolof et 1 La communication, la perception de l'espace, la perception du temps, l'organisation sociale, le contrôle de l'environnement et les variations biologiques (voir p. 23 de ce mémoire).

88 peut-être ça va faciliter leurs travaux. Parce que nous on a des difficultés, parce que des fois on leur parle, mais elles ne comprennent pas et on veut réellement qu'elles comprennent, on veut s'assurer qu'elles comprennent parce que rien ne nous dit que le traducteur traduit. Les étudiantes de la cohorte 2012 se sont montrées compréhensives face à la méfiance des patients. Étudiante 8 (20 12) : Aussi le fait que ce sont des traducteurs pas professionnels (...)moi je ne serais pas à l'aise de parler avec quelqu'un que, peut-être, il ne va pas garder ce que tu vas lui dire. C'est sûr que les patients doivent être moins à 1 'aise avec eux à cause de ça. Également, les trois groupes de participants ont mentionné que les étudiantes leur posaient parfois des questions gênantes, non-adaptées à la culture ou encore inutiles selon eux. L'échange ci-dessous entre M. Faye et un patient montre comment il peut être inconfortable pour certains hommes de répondre à des questions portant sur ses femmes ou ses enfants car, dans ce village, les hommes travaillent aux champs et peuvent se sentir moins concernés par les questions d'ordre familiale qui est considérée comme l'espace de la femme. Patient 2: ( ... )les questions qu'ils vous posent, ce n'est pas des questions qui sont simples à répondre. M. Faye: Quand vous dites que c' est des questions qui ne sont pas simples, qu'est-ce qu'ils vous posent comme questions? Patient 2: C'est des questions qui touchent un peu 1 notre vie par exemple les femmes ou bien les enfants, et peut-être c'est des choses qui sont pas agréables à dire. Réaction des étudiantes cohorte 2012 face à ces propos : Étudiante 7 (2012): Pis en même temps, un mal de tête ça peut être un symptôme de plein de choses, on veut être sûres de ne pas passer à côté de quelque chose d'important aussi, si tu le laisses partir avec juste des Tylénol pis finalement il avait le palu ... t'as pas fait grand-chose. Mais je comprends que pour eux, peut-être, c'est difficile à comprendre, nous on essaie de tout voir l' ensemble mais eux «j'aijuste mal à la tête». 1 Dans le contexte sénégalais, «un peu» signifie souvent «pas du tout» ou paradoxalement «beaucoup».

Télécharger (345Kb) - DEPOSITUM
Télécharger (512Kb) - DEPOSITUM
Téléchargement - Quartier Libre
Télécharger - Université de Bretagne Occidentale
Télécharger le domaine Sciences Humaines et Sociales
Télécharger la plaquette Master SSSATI
Télécharger - Université de Bretagne Occidentale
Télécharger IUEM - Université de Bretagne Occidentale
Télécharger le domaine Sciences, Technologies, Santé
Télécharger le communiqué - Institut Curie
Télécharger le numéro - Syntec ingenierie
Télécharger la Plaquette EPI
Téléchargement - Quartier Libre
Télécharger le programme
Télécharger - ANFH
Télécharger - ANFH
télécharger - CDG27
Télécharger le flyer
Télécharger - Mercure
télécharger - LogiPays
Télécharger - PCF
Télécharger - PCF
Télécharger - Pcf
Télécharger - Pcf