Views
3 years ago

Télécharger (3664Kb) - Depositum

Télécharger (3664Kb) - Depositum

49 Certaines

49 Certaines différences culturelles peuvent amener les stagiaires à remettre en question leur propre culture. Cet échange concernant les différentes normes d'asepsie suite à des points de suture réalisés par un membre sénégalais de la clinique l'illustre : Étudiante 7 (20 11): Y a fait ses points de façon pas du tout stérile non plus ... Je n'ai pas vu le suivi de cet enfant-là, mais c'était quand même propre. Je trouvais ça fou un peu, c'est là que tu te rends compte que à Rouyn on utilise des gants stériles, un champ stérile ( ... ). Tu te dis est-ce que c'est eux qui ne sont pas du tout stériles ou si c'est nous qui le sommes trop? Étudiante 3 (2011): C'est comme ça là-bas, y souffrent une journée mais le lendemain y vont mieux, l'autre d'après y vont encore mieux. Tandis que nous c'est tout de suite les calmants, c'est un peu différent comme méthode de soms. Il semble que le stage favorise les prises de conscience des étudiantes surtout en termes d'ouverture culturelle et d'humilité culturelle comme le dit cette étudiante: « ( ... )pis on apprend à être plus tolérants puis on apprend à avoir un sens plus critique je crois. Par exemple, la culture c'est tellement différent qu'on apprend à voir un autre côté de la médaille» (étudiante 1, 2011). De plus, selon les anciens, montrer de l'ouverture aux certitudes de l 'autre, reconnaître ses propres limites, reconnaître l'autre expert de sa situation, reconnaître nos différences et échanger, se donner un cadre commun dans lequel on peut discuter sans jugement de part et d'autre, respecter les idées de chacun ainsi que les croyances et les us et coutumes sont des éléments qui favorisent une bonne relation avec les patients/traducteurs/professionnels de la santé au Sénégal. La dimension de la conscience culturelle s'est reflétée à travers les exemples d'ethnocentrisme, d'a priori et de préjugés vécus sur le terrain, puis par la remise en question de sa propre culture et enfin par l'ouverture culturelle et l'humilité culturelle. Les principaux besoins de formation qui ont été soulevés au travers de ces exemples sont de (a) connaître les différences culturelles et connaître sa propre culture, (b) reconnaître qu'il existe des méthodes de soins différentes, ( c) reconnaître les situations entrant en conflit avec leurs valeurs, ( d) reconnaître que la culture influence notre façon de travailler/penser/interpréter et ( e) développer une certaine humilité culturelle. 3.1.1.3 Savoir culturel. Le savoir culturel exige une forte connaissance du milieu de stage, des croyances, des pratiques, des normes et peut être à la fois formel et informel, ce

50 qui rend très complexe l'acquisition de ce savoir. Pr Brûlé réalise des stages depuis dix ans dans cette région du Sénégal dont quatre ans dans ce village et c'est donc à partir de son expérience qu'il parvient à expliquer aux étudiantes de nombreuses notions socioculturelles telles que les tabous et la médecine traditionnelle. Notes d'observation : Les grigris (petit objet en cuir fabriqué et donné par un marabout dans un but de protection contre des sorts ou pour guérir de certains symptômes physiques ou mentaux) sont portés par les gens. Il ne faut pas les toucher et il faut demander à la personne de les tasser. Ils sont placés dans la zone où il y a un problème de santé. Ça peut nous aider dans l'identification du problème. Également, il est prévu dans les activités d'évaluation du cours SOI 2521-02 que les étudiantes réalisent un travail de session portant sur une pathologie tropicale (ou un groupe de pathologies tropicales) et en fassent la présentation devant le groupe lors de la seconde fin de semaine préparatoire (en février). Les choix de celles-ci représentent les pathologies les plus fréquemment rencontrées en clinique dans ce village. Après la présentation, les étudiantes créent un « cahier » regroupant tous les tableaux résumés pour chacune des pathologies, tableaux qu' elles peuvent consulter en clinique par la suite. Cependant, une fois sur le terrain, il semble que ces connaissances ne soient pas complètement intégrées, tel que le mentionne cette étudiante lors du groupe de discussion : « [Il faudrait] Une journée de révision [pour les pathologies] » (étudiante 2, 2011 ). Par ailleurs, les anciens ont suggéré d'élargir la préparation clinique en intégrant ces sujets: Plus de connaissances sur la culture locale, approfondissement des traitements pharmacologiques des pathologies tropicales étudiées et rencontrées sur place, nutrition dans les pays en voie de développement, notions de base en ethnopsychiatrie. Le savoir culturel implique des connaissances sociales et médicales. La première fin de semaine préparatoire a déjà permis de discuter de nombreux sujets en lien avec les croyances, pratiques et valeurs des Sénégalais relativement à la santé. Quant aux connaissances médicales, celles-ci sont approfondies lors de la deuxième fin de semaine préparatoire. Les anciens ainsi que les participantes de la cohorte 2011 ont confirmé que 1' acquisition de ces connaissances s'avère essentielle et que les connaissances médicales pourraient être revues. Considérant que la présentation des pathologies tropicales se fait en

Télécharger (512Kb) - DEPOSITUM
Télécharger (345Kb) - DEPOSITUM
Télécharger - Anancy
Télécharger le PDF - Formation Continue - Sciences Po Grenoble
Télécharger le PDF - Formation Continue - Sciences Po Grenoble
téléchargement ici. - L'UNAM
télécharger - cordm
Téléchargement - Quartier Libre
en téléchargement - SNED
Télécharger (2,5 Mo)
Téléchargement ProgStratMarques - Recherche Marketing & Etudes ...
Télécharger la plaquette CHAIRE - Celsa
Télécharger le document - Besançon
Télécharger - ANFH
Télécharger - SNUipp
téléchargement en PDF ici. - Silence
Télécharger (.pdf) - CRIFPE
Télécharger (PDF, 1.81MB)
Télécharger - SNUipp
Télécharger la plaquette Master SSSATI