Views
3 years ago

Télécharger (3664Kb) - Depositum

Télécharger (3664Kb) - Depositum

81 informations que les

81 informations que les étudiantes ont eu de la difficulté à intégrer : les relations entre la situation familiale et les activités des enfants (aider aux tâches, les différences entre une éducation à l'école coranique ou française, s'occuper des plus jeunes enfants, etc.), le rang dans la famille, la présence de coépouses, etc. Consultation 3 : Superviseur 2 demande à la patiente si elle est allée à l'école française. Elle est allée à 1 'école coranique, mais n'y va plus. Superviseur 2 explique à l'étudiante qu'à l'école coranique, les enfants sont éduqués à être très réservés, soumis. Aussi, Superviseur 2 explique que comme elle n'y va plus, elle a peut-être été réquisitionnée à la maison pour les tâches (repas, ménage). L'étudiante 10 explique que la patiente lui avait dit qu'elle était la seule fille avec deux grands frères et deux petits frères (et la mère est traductrice pour la Mission-Stage). Superviseur 2 dit que cela peut valider son impression que la patiente est très épuisée en lien avec ces tâches. Concernant la variable du contrôle de l'environnement, les étudiantes s'intéressaient aux croyances des patients en les questionnant avec ouverture sur l'utilisation de la médecine traditionnelle et s'ils avaient consulté des marabouts. Consultation 7: L'étudiante 5 demande : «Avez-vous fait quelque chose pour diminuer la douleur?» -Oui, la médecine traditionnelle. «C'est quoi?» -Des feuilles. Le traducteur explique que ce sont des feuilles d'arbre qui sont séchées au soleil, pilées et mélangées avec un liquide et c'est bu. « Est-ce que c'est efficace? » -Oui, pour 4 heures. Malgré ces questions, les superviseurs, M. Faye et l' ICP intervenaient régulièrement pour donner des compléments d' information afin que l'étudiante ait un portrait plus global de la situation. Par exemple, lors de la consultation 4 : « Le patient avait des grigris à la taille (les étudiantes n'ont pas fait de remarque à ce sujet)». Enfin, l'emploi de termes médicaux dans les questions aux patients a été une des difficultés importantes des étudiantes dans l'utilisation de leur compétence culturelle. Par exemples, les termes suivants ont été utilisés par les étudiantes et non compris par les traducteurs : menstruée, démanger, champs périphériques, inspiration, verres fumés, gouttes lubrifiantes, nausée, ballonnée, parties intimes, etc. Aussi, la plupart des étudiantes ont trouvé difficile d'interroger directement les patients au sujet de la sexualité ou des organes génitaux car cela est un sujet tabou entraînant souvent de la gêne tant chez les patients que chez les traducteurs. Par ailleurs, les Sénégalais étant centrés sur le présent, les étudiantes ont eu beaucoup de difficultés avec les questions en lien avec la notion du temps. Ainsi, il

82 n'était pas rare que les patients ne connaissent pas leur âge ou qu'ils n'arrivent pas à répondre aux questions demandant une réponse en lien avec le temps. Consultation 2 : «Est-ce que vous urinez plus souvent que d'habitude?» -La traductrice n 'a pas compris. L'étudiante 4 répète plus tranquillement. La traductrice pose la question au patient qui répond 'souvent' ». En résumé, lors du questionnaire, les étudiantes ont adapté certaines de leurs questions au contexte culturel du patient, notamment en utilisant 1 'échelle nominale de la douleur et, pour certaines étudiantes, en utilisant des mots en langue wolof. Par leur manque d'expérience de la culture sénégalaise locale, les étudiantes ont questionné plus sommairement les patients sur leur situation maritale et/ou familiale ainsi que sur leurs croyances en lien avec leur santé. Les superviseurs, M. Faye et l' ICP aidaient alors les étudiantes à intégrer ces informations à l'état de santé du patient. Enfin, l'utilisation de termes non usuels pour les traducteurs et les questions en lien avec le temps et la sexualité ont été des difficultés rencontrées par les étudiantes tout au long du stage. 3.2.2.3 La communication lors de l'examen physique. Lors de 1 'examen physique, les étudiantes ont systématiquement expliqué au fur et à mesure les examens qui seraient faits et respecté l' intimité des patients. Consultation 5 : « Maintenant, je vais écouter vos poumons, resp1rer par la bouche ». - Le traducteur répète en mimant la consigne. Le patient comprend bien la consigne. Consultation 2 : Elles vont dans le bureau de Boubacar pour faire l'examen des organes génitaux et le toucher rectal. « La traductrice va accompagner, mais elle va se mettre dos à l'examen». Finalement, c'est un traducteur masculin plus âgé qui accompagne. L'intimité a été respectée tout au long de l'examen. En contrepartie, la principale difficulté était que les étudiantes avaient du mal à expliquer certaines consignes telles qu'inspirer la bouche ouverte lors de l'auscultation des poumons ou encore pour 1 ' examen de la vision. Dans ces cas, les étudiantes et les traducteurs répétaient et mimaient ce qu'elles attendaient d'eux. Consultation 4: L'étudiante 10 répète «Prenez de bonnes inspirations Monsieur ». E12 ausculte aussi le patient. Elle aussi mime la respiration. Le patient ne respire pas assez fort. L'étudiante 12 dit : « Il ne comprend pas de prendre des grandes inspirations ».

Télécharger (345Kb) - DEPOSITUM
Télécharger (512Kb) - DEPOSITUM
Télécharger le PDF - Formation Continue - Sciences Po Grenoble
Télécharger - Anancy
téléchargement ici. - L'UNAM
Téléchargement - Quartier Libre
en téléchargement - SNED
Télécharger - SNUipp
télécharger - cordm
Télécharger le document
Télécharger la plaquette Master SSSATI
Télécharger - Université de Bretagne Occidentale
Télécharger le domaine Sciences Humaines et Sociales
Télécharger - Université de Bretagne Occidentale
Télécharger le domaine Sciences, Technologies, Santé
Télécharger IUEM - Université de Bretagne Occidentale
Télécharger - SNUipp
Télécharger la plaquette CHAIRE - Celsa
Télécharger le communiqué - Institut Curie
Télécharger le numéro - Syntec ingenierie
Télécharger le document - Besançon
Télécharger - ANFH
Télécharger le PDF - Formation Continue - Sciences Po Grenoble