Views
3 years ago

Pour - Pierrefitte Socialiste

Pour - Pierrefitte Socialiste

II SEINE-SAINT-DENIS

II SEINE-SAINT-DENIS MERCREDI 19 MAI 2010 24heures sport transports FAITS DIVERS AULNAY-SOUS-BOIS Nouvellesoirée agitée C’est une nouvelle soirée de violence qu’a connue Aulnay-sous-Bois lundi soir. Vers 22 h 30, les pompiers, appelés pour un incendie dans un local à poubelles, ont été accueillis à coups de pétards. Les policiers, envoyés sur place pour sécuriser l’intervention des pompiers, ont à leur tour reçu divers projectiles. Un adolescent, suspecté d’avoir participé à l’embuscade, a été interpellé et placé en garde à vue. Un peu plus tard, un bus des Transports rapides automobiles (TRA) est caillassé dans le secteurduGros-Saule.Versminuit,dans le même quartier, un jeune est interpellé à proximité d’une valise contenant des morceaux de bitume et une bouteille. Un troisième jeune de 20 ans a été interpellé peu après. Ces incidents feraient suite à l’interpellation, la veille, d’un mineur à scooter, dans la cité du Gros-Saule. Ce soir-là, peu avant 18 heures, le conducteur du deux-roues avait percuté une voiture de police en essayant d’échapper à un contrôle. Légèrement blessé, il a été soigné à l’hôpital et placé en garde à vue. Il devrait être déféré aujourd’hui en vue del’ouvertured’uneinformationjudiciaire. BOBIGNY-DRANCY- ROSNY Deuxadosarrêtés aprèsdesvols deportables A.F. A14ans,ilsviennentdepasser leur première nuit en garde à vue. Lundi après-midi, deux adolescents de Drancy et Bobigny ont été interpellés après une série de vols à l’arraché. C’est le dernier des quatre vols qui les a menés à leur perte. Sur le quai du RER, à Drancy, le premier jeune passe en courant et attrape le téléphone portable d’une jeune fille. Celle-ci se lance à sa poursuite, laissant son sac à main sur le banc, aussitôt volé par le deuxième ado. Quelques minutes plus tard, l’un des garçons est arrêté par la police ferroviaire. Le second est interpellé par la police de Drancy, un peu plus loin. Les deux jeunes étaient en possession des effets de leur victime mais aussi de quatre autres téléphones portables, volés un peu plus tôt dans le tramway et à la station de métro Pablo-Picasso à Bobigny, un autre dans le RER E et un dernier sur le quai du RER à Rosny-sous-Bois. Ils avaient aussi un chèque, volé le week-end dernier lors d’un cambriolage à Drancy. Ils étaient toujours en garde à vue hier. VOSCONTACTSleParisien EditiondeSeine-Saint-Denis,25,avenueMichelet, 93408Saint-OuenCedex,Tél.01.40.10.31.50. Fax01.40.10.35.43. SECRÉTARIAT: Joëlle Blosse 01.40.10.31.50. RÉDACTION: Véronique Maribon-Ferret (responsable) 40.41, Blandine Seigle (adjointe) 33.91, Julien Duffé (adjoint) 32.22.SPORTS: Olivier François 33.43, Thierry Raynal 35.82 (responsables). ABONNEMENTS: 0 825 003 002 (0,150 € TTC/min). PUBLICITÉ:Laurent Bietho 01.40.10.53.36. PETITESANNONCESEMPLOI: Irène Fernandes 01.40.10.52.41 (fax•60.41).CARNET: Christiane Nouygues 01.40.10.52.45 (fax•52.35). ANNONCESLÉGALES: 01.40.10.51.51 (fax 51.81). edition93@leparisien.presse.fr Tél. de nuit (20 h 30 - 1 h) : 01.40.10.34.58 SAINT-DENIS Lequartierdelagarecraint leretourdesdealers SAINT-DENIS,DIMANCHE.Lasituations’estamélioréedanslequartierdelagare:lesdealersontdésertélesbergesducanal,laprésencepolicièreaétérenforcée,ledernier squatdu29,rueDelauneaétéfermé…Deseffortsjugésencoreinsuffisantsparleshabitantsquiredoutent«untroisièmeétéchaud». (LP/N.P.) Huit mois après la visite éclair du ministre de l’Intérieur dans le quartier de la gare à Saint-Denis, les habitants tirent à nouveau la sonnette d’alarme. Aujourd’hui, à leur demande,desassociationsderiverainset des élus seront reçus à la sous-préfecture par Christian Lambert, le nouveaupréfetdeSeine-Saint-Denis. Si le secteur n’a plus rien d’un supermarché du crack à ciel ouvert, la situation reste « très fragile » et tous redoutent«untroisièmeétéchaud». « Le quartier avait retrouvé un semblantdecalmeendébutd’année.Mais aveclesbeauxjours,lesdealersreviennent », s’alarme Samira Marquaille, présidente de l’association Sans crier gare. « Nous sommes nous aussi inquiets à l’approche de l’été, reconnaît Philippe Prunier, le patron de la police du département. Mais la lutte contre les trafics est un travail de longue haleine et nous ne lâcherons pas. On ne vapasperdreletravaildéjàfait»,rassure-t-il. Le 15 septembre, Brice Hortefeux, venuenurgencelesoirmêmedelaparutiond’unreportagedansnotrejournal, avait promis un « combat sans merci » contre les trafiquants. « Après une période de renseignement, nous avons mis en place un plan répressif impliquant tous les services de la police de l’agglomération parisienne, indique Christian Lambert, le préfet. Le rouleaucompresseurs’estmisenplace». Interpellationsdedealers,évacuations de squats, présence renforcée des forces de l’ordre… En quelques mois, les policiers ont porté des coups durs auxtrafiquants.Lesdealersontdéserté le parvis et les berges du canal ne sont plus le domaine réservé des consommateursdecracketdesprostituées. Les habitants réclament encore des renforts policiers La fermeture du dernier squat au 29,rueDelaune,le26avril,etl’installation d’une porte métallique à l’entrée de cette copropriété ont soulagé les habitants. « Avant, il y avait jusqu’à 50 crackers dans la cage d’escalier, se souvient un commerçant. On travaillait la peur au ventre. » Pour autant, les dealers n’ont pas tous quitté Saint- Denis et font désormais appel à des rabatteurs à vélo qui conduisent les Unlieud’accueilpourlescrackers Les crackers et tous les consommateurs de drogues dures ont désormais leur lieu d’accueil. Aujourd’hui, l’association Proses, déjà présente à Montreuil, ouvre un Carud (centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour les usagers de drogue) à Saint-Denis. Située au 25, boulevard Carnot dans un vaste local de 110 m 2 , cette structure financée par la CPAM (300 000 € de budget de fonctionnement par an), offrira aux consommateursdestupéfiantsdelagare,souvent en errance, un lieu où se poser. Hommes et femmes pourront venir boire un café, prendre une douche ou laverleurlinge.Ilstrouverontdumatérielpourconsommersansrisquesanitaire. « Nous les informons sur les règles d’hygiène et les traitements de substitution»,expliqueSergeLongere, le directeur de Proses. S’ils le souhaitent, ils pourront rencontrer assistante consommateurs jusqu’à des points de venteplusreculés. Aujourd’hui, les riverains réclameront encore des renforts policiers. « Brice Hortefeux avait annoncé 52 policiers supplémentaires, rappelle Stéphane Peu, l’élu PC du quartier. A la place, nous avons eu 23 agents de la police ferroviaire qui ne peuvent pas intervenir au-delà du parvis. » « Une quarantaine de policiers parisiens ont été affectés au réseau nord, répond Philippe Prunier. Ils ne dépendent pas du commissariatlocalmaisprennentleur serviceàl’antennedepolicedelagare. Toutes les voies d’accès sont contrôlées.Ilyachaquejour70à80policiers dans ce quartier, c’est plus que les 50annoncés.» Les riverains interpelleront aussi le préfet sur la vidéosurveillance préconisée par l’audit de sécurité, qui aurait dû être installée fin 2009. « Certains traînent des pieds, commente Christian Lambert. Mais c’est un outil qui permet d’augmenter le taux d’élucidation.Etilvaêtredeplusenplusdifficile pourlesélusrécalcitrantsd’expliquerà leurs administrés que les caméras ne serventàrien.» NATHALIEPERRIER sociale, infirmière ou éducateur. « Les consommateurs de crack sont souvent en rupture de droits depuis des années.Ilsn’ontniressourcesniaccès à l’aide médicale d’Etat. Notre mission consiste à leur redonner cela », poursuit Serge Longere. L’association table sur une trentaine de visiteurs par jour et envisage d’ouvrir, comme à Montreuil, un lieu d’hébergement d’une dizaine de places sur un autre site à Saint-Denis. N.P. Ladélinquance diminue LepréfetLambertl’affirme: «Saint-Denisreprésente10% deladélinquanceetcompte 105 000habitants.Nousneles laisseronspastomber.»Depuis septembre,lapoliceadéployédes moyenssupplémentairesdans cetteville,etplusparticulièrement surlesecteurdelagare,où «environ70à80policiers tournentenpermanence»,assure lepréfet,sanscompterlapolice ferroviaire.Danscequartier,la délinquancealégèrementdiminué (-3%)entreoctobreetavril dernierparrapportà octobre2008-avril2009,puisque l’onestpasséde850à810faits surcettemêmepériode.«Letaux d’élucidationestpasséde50% à63%etcelagrâceauxaffaires dedrogue»,sefélicitePhilippe Prunier,lepatrondelapolice du93.Entrejanvieretavril2010, dufaitdelaprésencepolicière accrue,237personnesontété interpelléesàlagare, essentiellementdanslecadre d’affairesdeviolence,dedrogueet devol.Lesdifférentesopérations depoliceontégalementpermisde saisirplusieurskilosdecocaïne, d’héroïneetdecannabis,des armesetdel’argentenliquide. Enfinetsurtout,aucoursdeces derniersmois,douzedealers,àla têted’importantsréseaux,ontété arrêtésetécroués.

MERCREDI 19 MAI 2010 SEINE-SAINT-DENIS III 24heures sport transports VIVRE ENSEINE- SAINT-DENIS SAINT-DENIS Lafacrenforce sesliensaveclaville L’universitéParis-VIIIet Saint-Denis ont signé hier une charte de partenariat. La ville va soutenir Paris-VIII pour favoriser la réussite des étudiants et leur insertion professionnelle. Elle pourra bénéficier de l’intervention des équipes de recherche de la fac dans le domaine du développement urbain : les étudiants des filières culturelle et artistique seront incités à expérimenter leurs travaux pratiques dans la ville. Des logements devraient être réservésauxétudiantsdanslesnouvelles constructions, et l’accès aux associationsetauxloisirs leurserafacilité. DUGNY Mimounraconte salégende SANTÉ L’AP-HPvasupprimerdesemplois Du rififi en perspective à l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris). Alorsquelesdiscussionsautour du budget 2010 ont démarré hier par un conseil exécutif regroupant dirigeants et médecins, le chiffre de 1 000 suppressions d’emplois cette année est de nouveau mis surlatable.Dansunelettreadresséele 7 mai aux directeurs d’hôpitaux et aux représentants de la communauté médicale,ledirecteurfinancierdel’AP-HP 1 2 3 4 5 6 Leshôpitauxtouchés Groupeshospitaliers LaPitié-Salpêtrière(XIII e ),Charles-Foix(V e ) Bichat(XVIII e ),Beaujon(92),LouisMourier(92), Bretonneau(XVIII e ),CharlesRichet(95) Tenon(XX e ),Saint-Antoine(XII e ),Rothschild(XII e ), Armand-Trousseau(XII e ) Cochin(XIV e ),Hôtel-Dieu(IV e ),Broca(XIII e ), LaCollégiale(V e ) Bicêtre(94),Paul-Brousse(94),AntoineBéclère(92) réaffirme cet objectif et détaille les efforts demandés aux hôpitaux franciliens (lire ci-dessous). Ce sont une cinquantaine « d’emplois médicaux » (médecins) et 980 « emplois non médicaux»(infirmières,aides-soignantes, secrétaires) qui sont sur la sellette. Aucun licenciement n’aura lieu. Mais des postes ne seront pas remplacés. Objectif : réduire le déficit de l’AP-HP d’icià2012. Aprèsles95,50M€dedéficiten2009, lebudget2010devraitêtredenouveau Nombredepostessupprimés 154 HôpitaleuropéenGeorges-Pompidou(XV e ),Broussais(XIV e ), C.-Celton(92),Vaugirard-Gabriel-Pallez(XV e ) 130 127 116 102 Source:Média Leshôpitauxdel’APHPdevrontsupprimer980emploisenéquivalentstempsplein (horsmédecins).L’effortestrépartientresixgroupeshospitaliers.Letableauci-dessus faitétatuniquementdesdestructionsnettesd’emplois,soit678postes.Les300autres nesontpasrépertoriéesdanscedocumentcar,selonladirection,lescréditsdégagés grâceàcessuppressionsdepostesserontréallouésdanslesdifférentshôpitaux.Ils financerontdesmesurescommelapromotionprofessionnelle. 70 «Onnesaitpasoùonva!» dans le rouge de 80 millions d’euros. Le « rétablissement doit se faire prioritairement par la maîtrise des dépenses », explique la lettre de cadrage dudirecteurfinancier,dontnousavons obtenu une copie. Autrement dit, les salaires représentant 70 % des dépenses,l’AP-HPdevraréduireseseffectifs. Problème : une virulente contestation sociale avait frappé les hôpitaux l’hiver dernier (grèves à répétition, occupation du siège social). « Nous avions obtenu la suspension du plan stratégique.Maisc’étaitavantlesrégionales. Et là, à peine les élections passées, ils repartent à l’offensive sur les emplois », souligne Rose-May Rousseau, secrétaire départemental de la CGT.Selonelle,«lalettredecadragedu directeurfinancier,unancienmembre du cabinet de M me Bachelot, est l’expression d’une logique purement comptable. On met en danger la santé de la population ». Très remontés, les représentants de la communauté médicale (lire ci-dessous) ont été un peu rassurés hier lors de la réunion avec la direction.Lesdirigeantsseseraientengagés à discuter avant d’engager des restructurations. BORISCASSEL PIERRECORIAT présidentdelacommissionmédicaledel’AP-HP Aux JO de 1956, Alain Mimoun décrochaitlamédailled’ordumarathon. L’athlète a donné son nom à de nombreuxstades,dontceluideDugny,qu’il avait inauguré. Demain, il revient pour la projection du film de Benjamin Rassat«laLégended’AlainMimoun». Demainà20heures,salleHenri-Salvador,parvisEdith-Piaf.Entréelibre. Quelestl’étatd’espritdelacommunautémédicale? PIERRE CORIAT. La porte n’est pas fermée, la négociation se poursuit. La direction est revenue sur son plan de suppressions d’emplois arbitraire et a accepté de travailler sur un plan par projets, ce que nous demandions depuisledébut. Quelssontlespointsquibloquent? La direction refuse toujours de nous dire combien de postes ont déjà été supprimés depuis que les restructurations ont commencé. De plus, elle exigequecetteannéeledéficitcumulé ne dépasse pas les 420 M€, sur un budget de 6,4 milliards ! C’est cette logiquecomptablequiestinacceptable. Queproposez-vous? Depuisledébut,nousdisonsquenous nesommespasopposésàdesrestructurations mais elles doivent être guidées par l’offre de soins ! Nous proposons une stratégie basée sur la modernisation, une meilleure offre de soins, desinvestissements. Commentvoyez-vousl’avenir? On ne sait pas où on va! Malgré nos rencontres avec le chef de l’Etat, nous n’avons toujours aucune réponse du gouvernement, de la ministre. Je ne comprends pas cette absence totale d’engagement. Ilfautquelarelationde confiancesoitrestaurée. PROPOSRECUEILLISPAR SÉBASTIENRAMNOUX pourla biodiversité dusamedi22mai19haudimanche23mai19h ParcdépartementalduSausset•ParcdépartementalGeorges-Valbon•ParcdépartementalJean-Moulin– LesGuilands•Jardinspartagés–Saint-Ouen•ParcFaure-AulnaysousBois•BoisdeBondy-Bondy•Parcdela légiond’honneur–Saint-Denis•Parcdescoteauxd’Avron–Neuilly-Plaisance•Lesmursàpêches-Montreuil•Parcdes Beaumonts-Montreuil•ParcforestierdelaPoudrerie–Sevran•ParcdépartementaldelaHaute-Ile Renseignementsetinscriptionssur MUSEUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE ouau0143939843

« La burqa est même interdite à La Mecque » - Pierrefitte Socialiste
L'Itinérant n°1139
L'Itinérant n°1138
L'Itinérant n°1134
L'Itinérant n°1140
L'Itinérant n°1135
FÉVRIER
Tuberculose:toutsur ledépistageauChêne-Pointu - Pierrefitte Socialiste