23.12.2014 Views

la lettre - Filmer en Alsace

la lettre - Filmer en Alsace

la lettre - Filmer en Alsace

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

AUTOMNE<br />

HIVER 2010<br />

<strong>la</strong> <strong>lettre</strong><br />

<strong>Filmer</strong><br />

dans le Grand-Est<br />

Tournage de La 7 e poule<br />

de Elisabet Gustafson<br />

PHOTO ACA/BUREAU D’ACCUEIL<br />

DES TOURNAGES ALSACE


L’ant<strong>en</strong>ne MEDIA Strasbourg vous informe<br />

et vous aide à monter vos dossiers<br />

Un programme de l’Union Europé<strong>en</strong>ne<br />

C<strong>la</strong>ude Monet à Giverny,<br />

<strong>la</strong> maison d’Alice<br />

©Bix Films<br />

Souti<strong>en</strong>s au secteur audiovisuel<br />

et cinéma :<br />

Formation<br />

Production indép<strong>en</strong>dante<br />

Distribution<br />

credit: European Television and<br />

media Managem<strong>en</strong>t Academy<br />

Promotion & Festivals<br />

Nouvelles Technologies<br />

Mission Paradis<br />

©Seppia<br />

Rdv de <strong>la</strong> coproduction<br />

rhénane<br />

Ant<strong>en</strong>ne MEDIA Strasbourg<br />

Communauté urbaine de Strasbourg<br />

Direction de <strong>la</strong> culture<br />

Adresse de visite : 6, rue du Jeu des Enfants<br />

03 88 60 95 89<br />

www.mediafrance.eu


éditorial<br />

<strong>la</strong> <strong>lettre</strong><br />

Tournage de La confiance de Franck Vialle<br />

PHOTO JOHAN JARTON POUR LE DEUXIEME SOUFFLE<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, filmer dans le Grand-Est… <br />

<strong>Filmer</strong> dans le vaste monde.<br />

<strong>Filmer</strong> ses équinoxes orageux, ses écumes de joie,<br />

ses marges fragiles, ses interstices.<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>la</strong> finitude des êtres, <strong>la</strong> naissance des couleurs, le <strong>la</strong>ngage des sons.<br />

<strong>Filmer</strong> ta bataille et filmer mon rêve.<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> nomade, <strong>en</strong> finesse, <strong>en</strong> rêvant, <strong>en</strong> colère,<br />

<strong>en</strong> gourmand, <strong>en</strong> apnée, <strong>en</strong> amour et <strong>en</strong> sil<strong>en</strong>ce.<br />

<strong>Filmer</strong> l’invisible.<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>la</strong> grâce.<br />

Esquisser, retracer, romancer, composer, imaginer et guetter.<br />

Attraper une main, un éc<strong>la</strong>t de rire et une lumière.<br />

<strong>Filmer</strong> sans souci… et sans le sou.<br />

Montrer toutes les faces, démonter les farces.<br />

Et se battre pour les faire <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre, avec le sou !<br />

Pour imager des histoires uniques, rares et belles.<br />

Inspirées.<br />

Pour le p<strong>la</strong>isir de réfléchir <strong>en</strong>semble.<br />

Et pour 2011 glissez dans <strong>la</strong> poche de votre manteau<br />

Pr<strong>en</strong>ds garde à <strong>la</strong> douceur des choses du poète Paul-Jean Toulet.<br />

Antoinette Spielmann,<br />

présid<strong>en</strong>te de <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Merci pour ce numéro à : Didier Asson, Estelle Cavoit, Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é, Josiane<br />

Chiarisoli, Michèle Clém<strong>en</strong>t, Philippe Collin, Sylvia Dubost, Dami<strong>en</strong> Fritsch,<br />

Gl<strong>en</strong>n Handley, Georges Heck, Anaïs Kleinprintz, Julia Laur<strong>en</strong>ceau, Gaspard<br />

Lehembre, Yannis Metzinger, Jean-Philippe Rameau, Antoinette Spielmann,<br />

Raphaël Soatto, Jonathan Strutz, Amandine Thev<strong>en</strong>in, Laura Vreys<strong>en</strong>, Christian<br />

Weiss, Michel Woch.<br />

<strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Antoinette Spielmann,<br />

présid<strong>en</strong>te<br />

Josiane Schauner et Yannis<br />

Metzinger, Association des<br />

producteurs audiovisuels<br />

d’<strong>Alsace</strong> (APAA)<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch<br />

et Jean-Cyrille Muzelet,<br />

Safire <strong>Alsace</strong><br />

Marie-Michèle Catte<strong>la</strong>in,<br />

Vidéo Les Beaux Jours<br />

Gl<strong>en</strong>n Handley,<br />

Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong><br />

Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé,<br />

iconoval<br />

Isabelle Pantic Guillet,<br />

Ina Grand-Est<br />

Jean-François Moris,<br />

Université de Strasbourg<br />

Stéphanie Dalfeur,<br />

<strong>Alsace</strong> Cinémas<br />

Georges Heck,<br />

Départem<strong>en</strong>t audiovisuel<br />

et cinéma de <strong>la</strong> direction<br />

de <strong>la</strong> culture de <strong>la</strong> Ville<br />

et de <strong>la</strong> Communauté urbaine<br />

de Strasbourg<br />

Laur<strong>en</strong>t Bog<strong>en</strong>,<br />

DRAC <strong>Alsace</strong> et Lorraine<br />

<strong>en</strong> Franche-Comté<br />

Jean-Philippe Rameau,<br />

Institut régional de l’image<br />

et du multimédia (Irimm)<br />

<strong>en</strong> Bourgogne<br />

Estelle Cavoit, Association<br />

des producteurs audiovisuels<br />

Rhin-Rhône (Aparr)<br />

<strong>en</strong> Lorraine<br />

Anaïs Kleinprintz,<br />

Films <strong>en</strong> Lorraine<br />

<strong>en</strong> Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Raphaël Soatto,<br />

Office régional culturel<br />

de Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

(Orcca)<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

est sout<strong>en</strong>u par :<br />

- le ministère<br />

de <strong>la</strong> Culture et<br />

Communication<br />

DRAC <strong>Alsace</strong><br />

- <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong><br />

- <strong>la</strong> Ville de Strasbourg<br />

et par :<br />

- <strong>la</strong> Scam (Safire).<br />

SOMMAIRE<br />

Éditorial.....................................1<br />

<strong>Alsace</strong>-Lorraine ......................2<br />

Nouvelles technologies ......3<br />

Histoires de films ..................4<br />

Histoires de films ..................6<br />

Diffusion ...................................8<br />

Retour de .................................9<br />

R<strong>en</strong>contres ........................... 10<br />

Souti<strong>en</strong>s aux auteurs ....... 12<br />

Chiffres Grand-Est ............ 14<br />

Forum <strong>Alsace</strong> ....................... 22<br />

Grand-Est .............................. 23<br />

Histoires de films ............... 24<br />

Histoires de films ............... 26<br />

Bureau d'accueil <strong>Alsace</strong>... 28<br />

Films<br />

<strong>en</strong> fabrication ..................3 à 13<br />

sortis de fabrique ......23 à 27<br />

primés, sélectionnés............29<br />

L’INVITÉ<br />

Philippe Collin<br />

<strong>en</strong> cahier c<strong>en</strong>tral<br />

Responsable<br />

de <strong>la</strong> publication :<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Coordination<br />

et secrétariat de rédaction :<br />

Marie Frering<br />

Graphisme :<br />

L’intranquille<br />

Impression :<br />

Ott imprimeurs, Wasselonne<br />

1 er trimestre 2011<br />

ISBN <strong>en</strong> cours<br />

Contact :<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

c/o La Maison de l’image<br />

31 rue Kag<strong>en</strong>eck<br />

67000 Strasbourg<br />

téléphone 03 88 23 86 51<br />

info@filmer<strong>en</strong>alsace.eu<br />

www.filmer<strong>en</strong>alsace.eu<br />

Contact pour La Lettre :<br />

<strong>la</strong>-<strong>lettre</strong>@<strong>la</strong>poste.net<br />

1


alsace-lorraine<br />

Remp<strong>la</strong>çant D<strong>en</strong>is Darroy, Laur<strong>en</strong>t Bog<strong>en</strong> est le nouveau conseiller audiovisuel<br />

pour les Directions régionales des affaires culturelles d'<strong>Alsace</strong> et de Lorraine.<br />

2<br />

PHOTO DR<br />

Coordonner,<br />

rassembler, sout<strong>en</strong>ir<br />

Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é : Vous êtes conseiller audiovisuel aux DRAC<br />

<strong>Alsace</strong> et Lorraine depuis le mois de juin dernier, quel est<br />

votre parcours <br />

Laur<strong>en</strong>t Bog<strong>en</strong> : Je suis né à Strasbourg il y a quarante<br />

ans. J'ai une double formation <strong>en</strong> sci<strong>en</strong>ces<br />

politiques et <strong>en</strong> cinéma (un DEA dans les deux<br />

domaines), une passion depuis le lycée. Après<br />

une année à Séville où j'ai travaillé pour le<br />

cinéma de l'Exposition universelle, j'ai été<br />

coopérant à Saint-Domingue où j'ai programmé<br />

<strong>la</strong> salle de cinéma de l'Ambassade de France. À<br />

mon retour <strong>en</strong> France, j'ai passé des concours<br />

admi nistratifs. Ainsi, je suis dev<strong>en</strong>u chargé de<br />

mission cinéma au ministère de <strong>la</strong> Jeunesse et<br />

des Sports. Ce travail consistait surtout à sout<strong>en</strong>ir<br />

des asso ciations ayant des projets éducatifs dans<br />

le cinéma et dans les quatre dernières années<br />

à organiser le Prix de <strong>la</strong> jeunesse au festival de<br />

Cannes.<br />

L.D. : Quelles sont vos premières observations concernant<br />

le paysage audiovisuel alsaci<strong>en</strong> et lorrain <br />

L.B. : Les contextes <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> et <strong>en</strong> Lorraine sont<br />

assez différ<strong>en</strong>ts. En Lorraine, tout est <strong>en</strong>core <strong>en</strong><br />

friche et ne demande qu'à se développer, alors<br />

que le tissu semble plus d<strong>en</strong>se et structuré <strong>en</strong><br />

<strong>Alsace</strong>, au niveau de <strong>la</strong> production, du nombre<br />

de tournages, des salles de cinéma, de l'édu cation<br />

à l'image. Je p<strong>la</strong>ce beaucoup d'espoir dans<br />

l'émerg<strong>en</strong>ce d'un pôle image <strong>en</strong> Lorraine dès<br />

2011, qui devrait conc<strong>en</strong>trer et coordonner les<br />

différ<strong>en</strong>ts domaines d'interv<strong>en</strong>tion de <strong>la</strong> Région<br />

et des différ<strong>en</strong>ts part<strong>en</strong>aires institutionnels et<br />

apporter une véritable plus-value et davantage<br />

d'efficacité aux actions de souti<strong>en</strong>.<br />

L.D. : Cette solution serait-elle pertin<strong>en</strong>te <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> où il y a deux fonds de souti<strong>en</strong>,<br />

deux bureaux d'accueil de tournage, des souti<strong>en</strong>s au développem<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> Région et à<br />

l'Ag<strong>en</strong>ce culturelle <br />

L.B. : Il y a toujours moy<strong>en</strong> de mieux coordonner et de mieux travailler <strong>en</strong><br />

synergie, mais nous sommes sur des terrains politiques différ<strong>en</strong>ts. Je p<strong>en</strong>se<br />

néanmoins que <strong>la</strong> volonté de travailler davantage <strong>en</strong>semble existe. Notre<br />

préoccupation à tous doit être le rayonnem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> profession, tant au<br />

niveau de <strong>la</strong> production que de l'accueil de tournages. Mon rôle <strong>en</strong> tant que<br />

représ<strong>en</strong>tant de l’État peut aussi être de rassembler les g<strong>en</strong>s autour d'une<br />

même table pour déterminer des <strong>en</strong>jeux communs et fédérateurs.<br />

L.D. : En tant que représ<strong>en</strong>tant de l'État, contrôlez-vous <strong>la</strong> mise <strong>en</strong> application des<br />

conv<strong>en</strong>tions État-Région <br />

L.B. : Je suis quelqu'un de pragmatique qui préfère montrer comm<strong>en</strong>t les<br />

choses peuv<strong>en</strong>t être améliorées. Je suis vigi<strong>la</strong>nt sur le fonctionnem<strong>en</strong>t et <strong>la</strong><br />

composition des commissions consultatives ; je dois avoir les garanties que<br />

leurs membres ne puiss<strong>en</strong>t être juges et parties. Il serait préférable qu'ils<br />

soi<strong>en</strong>t tous extérieurs à <strong>la</strong> région, mais je n'ai pour l'instant pas remarqué<br />

de dysfonctionnem<strong>en</strong>t.<br />

L.D. : De quels moy<strong>en</strong>s financiers disposez-vous directem<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> DRAC <br />

L.B. : Je peux sout<strong>en</strong>ir certaines actions éducatives, notamm<strong>en</strong>t auprès de<br />

publics défavorisés, ainsi qu'un certain nombre de festivals artistiquem<strong>en</strong>t<br />

exigeants et tournés vers le public, comme Villerupt, Fameck et Caméras<br />

des Champs <strong>en</strong> Lorraine. En <strong>Alsace</strong>, les festivals Aug<strong>en</strong>blick, AnimaStar,<br />

du film fantastique, des droits de l'homme à Strasbourg, l'Étrange<br />

Festival, les R<strong>en</strong>contres internationales du cinéma d'animation (RICA) de<br />

Wissembourg, ou <strong>en</strong>core Espoirs <strong>en</strong> 35 mm à Mulhouse. Je regrette aussi<br />

qu'il n'y ait pas de festival majeur à Strasbourg.<br />

Ce n'est pas, à de très rares exceptions, <strong>la</strong> vocation des DRAC de sout<strong>en</strong>ir<br />

directem<strong>en</strong>t <strong>la</strong> production audiovisuelle.<br />

L.D. : Comm<strong>en</strong>t comptez-vous développer les re<strong>la</strong>tions inter-régionales <br />

L.B. : En m'inscrivant tout d'abord dans <strong>la</strong> continuité, avec les r<strong>en</strong>contres de<br />

Gérardmer <strong>en</strong> mars, celles de Belfort, les initiatives comme La Lettre, mais<br />

aussi dans le domaine de <strong>la</strong> formation. Ainsi, l'initiative franc-comtoise de<br />

mettre <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce dans <strong>la</strong> grande région une formation à <strong>la</strong> production pour<br />

le web est à saluer.<br />

L.D. : Quelles actions <strong>en</strong>visagez-vous vis-à-vis de <strong>la</strong> diffusion des films <br />

L.B. : L'économie de l'exploitation va être tota lem<strong>en</strong>t bouleversée dans<br />

les prochaines années. Il s'agit de convaincre les salles de l'urg<strong>en</strong>ce du<br />

passage au numérique. La plupart – les indép<strong>en</strong>dantes, dans les petites<br />

villes, <strong>en</strong> milieu rural, les “1 à 3 écrans” – a accès aux aides du CNC. Pour<br />

les salles de plus de 4 écrans, princi pa lem<strong>en</strong>t dans les grandes villes, ce<br />

rééquipem<strong>en</strong>t pourra <strong>en</strong> partie être couvert par <strong>la</strong> contribution numérique<br />

payée par les distributeurs, mais elles devront égalem<strong>en</strong>t être sout<strong>en</strong>ues<br />

par les collectivités territoriales.<br />

Une salle équipée d'un projecteur numérique, pourra plus facilem<strong>en</strong>t<br />

diffuser du “hors film” : retransmissions d'opéras, de spectacles vivants,<br />

de r<strong>en</strong>contres sportives – avec toutes les questions que ce<strong>la</strong> pose aux<br />

exploitants sur leur métier – mais aussi favoriser <strong>la</strong> diffusion de télé films<br />

et de docum<strong>en</strong>taires produits <strong>en</strong> région.<br />

Plus que jamais, <strong>la</strong> salle pourra être un médiateur précieux <strong>en</strong>tre le public<br />

et les œuvres.<br />

Propos recueillis par Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é, APAA


nouvelles technologies<br />

Révolution technique pour les salles de cinéma,<br />

<strong>la</strong> transition vers le numérique n'est pas une mince affaire…<br />

Transition des salles de cinéma<br />

vers le numérique<br />

L’année 2009 marque le record absolu depuis 1982 <strong>en</strong> nombre<br />

d’<strong>en</strong>trées (200 millions de spectateurs) avec une progression de<br />

11 millions, ce qui représ<strong>en</strong>te une hausse de 6 % par rapport à 2008.<br />

C’est aussi son niveau le plus élevé depuis 1982. Les chiffres pour<br />

l’année 2010 confirm<strong>en</strong>t l’<strong>en</strong>gouem<strong>en</strong>t des spectateurs pour les<br />

salles obscures. Si globalem<strong>en</strong>t <strong>la</strong> fréqu<strong>en</strong>tation progresse de 5,7 %<br />

<strong>en</strong>tre 2008 et 2009, cette évolution n’est pas homogène dans toutes<br />

les catégories d’exploitation. Ainsi, les <strong>en</strong>trées augm<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t de 7,9 %<br />

dans <strong>la</strong> grande exploitation tandis qu’elles progress<strong>en</strong>t de 3,3 % dans<br />

<strong>la</strong> moy<strong>en</strong>ne exploitation. La fréqu<strong>en</strong>tation des établissem<strong>en</strong>ts de <strong>la</strong><br />

petite exploitation connaît une croissance quasi nulle de 0,4 %.<br />

Les salles de cinéma viv<strong>en</strong>t une révolution technique sans précéd<strong>en</strong>t<br />

avec l’ère du numérique. L’<strong>en</strong>gouem<strong>en</strong>t du public pour <strong>la</strong> 3D a<br />

accéléré le mouvem<strong>en</strong>t de l’équipem<strong>en</strong>t des salles <strong>en</strong> numérique.<br />

La difficulté étant, pour les exploitants désireux de s’équiper rapidem<strong>en</strong>t,<br />

de trouver un financem<strong>en</strong>t les <strong>la</strong>issant libres de leur choix,<br />

sachant que les salles devront être équipées à l’horizon 2012. Autant<br />

dire demain matin.<br />

Un des modes de financem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> transition au numérique consiste<br />

à transférer les économies réalisées par les distributeurs au bénéfice<br />

des salles de cinéma, considérant que les fichiers numériques<br />

leur permettrai<strong>en</strong>t de réaliser une économie. Il est pour l’instant<br />

plus économique de faire réaliser des fichiers numériques que de<br />

multiplier les copies films. Le CNC a donc demandé de faire reverser<br />

par le distributeur une partie de cette économie sous <strong>la</strong> forme d’une<br />

contribution nommée VPF (virtual print fee).<br />

De nouveaux intermédiaires, appelés tiers investisseurs, ont proposé<br />

d’assurer cette collecte au profit des distributeurs et exploitants avec<br />

qui ils aurai<strong>en</strong>t passé contrat. Les petites salles qui ne bénéfici<strong>en</strong>t pas<br />

d’un nombre suffisant de copies <strong>en</strong> début d’exploitation n’intéress<strong>en</strong>t<br />

pas ces investisseurs. Seule une aide publique peut fournir une<br />

alternative que le secteur privé ne parvi<strong>en</strong>t pas pour l’instant à<br />

proposer.<br />

En plus de <strong>la</strong> mutation technique que représ<strong>en</strong>te le passage au numérique,<br />

les petites et moy<strong>en</strong>nes salles doiv<strong>en</strong>t assumer des travaux<br />

d’aménagem<strong>en</strong>t.<br />

Le CNC a mis <strong>en</strong> œuvre depuis septembre 2010 un dispositif d’aide<br />

à hauteur de 145 millions d’euros pour les cinémas équipés de 1 à<br />

3 écrans. Cette aide est sélective. Elle pourra financer une partie de<br />

l’investissem<strong>en</strong>t total. L’exploitant est t<strong>en</strong>u d’apporter au minimum<br />

10 % du devis <strong>en</strong> fonds propres.<br />

Le CNC <strong>en</strong>courage les cinémas à se tourner vers les collectivités<br />

territoriales pour participer au financem<strong>en</strong>t. Au titre de sa politique<br />

culturelle 2011, <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong> réservera 300 000 euros <strong>en</strong> investissem<strong>en</strong>t<br />

au souti<strong>en</strong> à <strong>la</strong> numérisation des salles de cinéma <strong>en</strong><br />

complém<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> loi du 30 septembre 2010 re<strong>la</strong>tive à l’équipem<strong>en</strong>t<br />

numérique (source : dossier de presse Région <strong>Alsace</strong> du 10 décembre<br />

2010).<br />

À ce jour, 49 salles sont équipées <strong>en</strong> numérique <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>.<br />

Michèle Clém<strong>en</strong>t, iconoval<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Bordereau Baude<strong>la</strong>ire<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Meryem de Lagarde (HD)<br />

Dans une salle de consultation du c<strong>en</strong>tre Baude<strong>la</strong>ire de<br />

l’hôpital Saint-Antoine à Paris, les médecins reçoiv<strong>en</strong>t<br />

des personnes précaires ou étrangères. Des dialogues<br />

étonnants se déroul<strong>en</strong>t <strong>en</strong>tre médecins et pati<strong>en</strong>ts, qui<br />

dévoil<strong>en</strong>t d’autres manières de vivre notre société.<br />

Coproduction Les Films de l'avalée, Cinaps TV<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Les trois sœurs et <strong>la</strong> mort<br />

Court métrage fiction de 35’ de Véronique Bett<strong>en</strong>court (16 mm)<br />

Les <strong>en</strong>fants et petits-<strong>en</strong>fants du peintre Pierre Roguin<br />

se retrouv<strong>en</strong>t dans sa maison, trois tournages ont alors<br />

lieu : Valérie tourne une fiction avec les membres de<br />

sa famille, Vinc<strong>en</strong>t réalise un docum<strong>en</strong>taire et Juliette,<br />

14 ans, tourne <strong>en</strong> mini-dv un journal filmé…<br />

Production Les Films de l'avalée<br />

Chili, <strong>la</strong> tête dans les étoiles<br />

[titre provisoire]<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 30’ de Rémi Briand (DVCPROHD)<br />

Le quotidi<strong>en</strong> et l'intimité d'une équipe de sci<strong>en</strong>tifiques<br />

avec B<strong>en</strong>oît Neichel, astronome qui travaille sur le site<br />

de l'Observatoire américain Gemini au Chili. B<strong>en</strong>oît a<br />

comme spécialité l'optique adaptative, qui est aussi une<br />

spécialité française.<br />

R productions<br />

L’Arbre d’<strong>en</strong> face<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Pierre Toussaint (HD)<br />

Au Burkina Faso, L’Arbre d’<strong>en</strong> face est un c<strong>en</strong>tre d’accueil<br />

pour <strong>en</strong>fants orphelins ou abandonnés. Son directeur,<br />

Barnabé Fischer, va solliciter l’avis des différ<strong>en</strong>tes<br />

personnes impliquées dans leur éducation, avant de<br />

pr<strong>en</strong>dre des décisions lourdes de conséqu<strong>en</strong>ces.<br />

Bix films<br />

3


histoires de films<br />

Chroniqueur sur Actuabd.com, animateur du site BD de France Télévisions et réalisateur champard<strong>en</strong>nais, Laur<strong>en</strong>t Boileau s’intéresse<br />

depuis longtemps à l’univers de <strong>la</strong> bande dessinée. Celle-ci est au cœur de six docum<strong>en</strong>taires qu’il a réalisés depuis 2003. Parmi<br />

ces films, produits par Mosaïque films, Les artisans de l’imaginaire, consacré à L’Atelier rémois 510 TTC composé de scénaristes,<br />

dessinateurs et coloristes réunis dans un même lieu, Les chevaux de papier évoquant <strong>la</strong> prédominance du cheval dans le bestiaire de <strong>la</strong><br />

BD, Franquin, Gaston et compagnie qui raconte <strong>la</strong> trajectoire du bédéiste Franquin ou <strong>en</strong>core Sokal, l’art du beau, portait de l’auteur<br />

de BD et de jeux vidéo B<strong>en</strong>oît Sokal. Son dernier film, La Pologne de Marzi, évoque l’<strong>en</strong>fance de Marz<strong>en</strong>a Sowa <strong>en</strong> Pologne et <strong>la</strong><br />

vie dans ce pays dans les années 80.<br />

4<br />

PHOTO DR<br />

Chemins de traverse<br />

Laur<strong>en</strong>t Boileau travaille étroitem<strong>en</strong>t avec <strong>la</strong> société de production<br />

Mosaïque films installée <strong>en</strong> Champagne-Ard<strong>en</strong>ne, à Reims. Il effectue<br />

égalem<strong>en</strong>t une programmation m<strong>en</strong>suelle de docum<strong>en</strong>taires à l’Escal de<br />

Witry-les-Reims. Ces projections sont souv<strong>en</strong>t accompagnées d’interv<strong>en</strong>tions<br />

de participants à <strong>la</strong> production. Il est <strong>en</strong> train de réaliser un long<br />

métrage d’une adaptation pour le grand écran de l’œuvre inspirée par<br />

l’<strong>en</strong>fance du dessinateur d’origine coré<strong>en</strong>ne Jung qui fut adopté par une<br />

famille belge, Couleur de peau : miel. La sortie de ce film, Approved for<br />

Adoption qui mé<strong>la</strong>nge prises de vues réelles et animation et fiction, est<br />

prévue <strong>en</strong> début 2012.<br />

Raphaël Soatto : Comm<strong>en</strong>t avez-vous r<strong>en</strong>contré Jung et qu'est-ce qui vous a poussé à<br />

travailler sur l'adaptation de Couleur de peau : miel <br />

Laur<strong>en</strong>t Boileau : Fin 2007, j'ai eu un véritable coup de cœur pour le tome I<br />

de Couleur de peau : miel. Grand lecteur de BD et de romans graphiques, je<br />

ne connaissais de Jung que ses ouvrages à consonance asiatique : Yasuda,<br />

Kwaïdan ou Kyoteru. Parmi mes 400 lectures de l’année 2007, son nouveau<br />

livre Couleur de peau : miel s’est imposé à moi, un roman autobiographique<br />

dans lequel il se raconte, avec sincérité et pudeur. C'est l'histoire d’un petit<br />

garçon retrouvé à l’âge de cinq ans dans les rues de Séoul, puis p<strong>la</strong>cé dans<br />

un orphelinat et <strong>en</strong>fin adopté par une famille belge. Avec son regard décalé<br />

et un ton souv<strong>en</strong>t ironique, Jung y relit sa propre vie et s’interroge sur<br />

son passé, ses racines et son statut d’adopté. J'ai demandé à l'attachée de<br />

presse de <strong>la</strong> maison d'édition s'il était possible de r<strong>en</strong>contrer l'auteur. Nous<br />

nous sommes vus à Paris, puis je suis allé lui r<strong>en</strong>dre plusieurs fois visite<br />

à Bordeaux, là où il habite actuellem<strong>en</strong>t. De nos discussions est né petit à<br />

petit ce projet de long métrage.<br />

R.S. : Jung est co-scénariste du film Avez-vous travaillé à distance pour écrire le<br />

scénario <br />

L.B. : Nous avons préféré que je pr<strong>en</strong>ne <strong>en</strong> charge le début du scénario afin<br />

d’apporter un regard neuf sur le récit. Nous avons sélectionné dans le livre<br />

ce qui nous semb<strong>la</strong>it incontournable. Puis j’ai retravaillé l’histoire avec<br />

une nouvelle dramaturgie. Mais Jung m'a servi de garant dans ce travail,<br />

afin de dissocier l’important du secondaire, par rapport à son vécu. Mon<br />

rôle a aussi été de le titiller sur des aspects qu’il n’avait pas abordé dans <strong>la</strong><br />

BD, afin de parfois faire ressortir d’autres points de vue. Même si ce travail<br />

sur lui n’est pas toujours évid<strong>en</strong>t, je cherche à<br />

donner au personnage un aspect moins lisse, un<br />

peu plus écorché, plus humain. Bi<strong>en</strong> <strong>en</strong>t<strong>en</strong>du, je<br />

ti<strong>en</strong>s à toujours respecter sa pudeur, mais c’est<br />

aussi mon rôle de l’aider à visiter des chemins<br />

de traverse. Nous avons alterné des séances de<br />

travail à distance (vive Skype et internet !) et des<br />

séances dans un même lieu.<br />

R.S. : Comm<strong>en</strong>t définiriez-vous les apports du film par<br />

rapport à <strong>la</strong> BD <br />

L.B. : Dans <strong>la</strong> partie “historique-famille belge”,<br />

je trouvais important de se focaliser égalem<strong>en</strong>t<br />

sur les personnages secondaires, dont les frères<br />

et sœurs, alors que le livre est plus tourné sur<br />

le ress<strong>en</strong>ti personnel de Jung. Il fal<strong>la</strong>it donc<br />

préserver <strong>la</strong> substantifique moëlle de ce qu’il<br />

avait pu apporter, mais <strong>en</strong> l’expliquant par les<br />

interactions avec d’autres personnages. Par<br />

exemple, <strong>la</strong> grand-mère qui intervi<strong>en</strong>t dans une<br />

case ou deux des albums, aura dans le film une<br />

scène complète. En cinéma, on ne peut pas être<br />

aussi symbolique qu’<strong>en</strong> BD. Comme Jung le dit<br />

à <strong>la</strong> fin de l’album, depuis son adoption, il n’est<br />

jamais retourné <strong>en</strong> Corée, et c’est <strong>en</strong>tre autres de<br />

ce point que je vou<strong>la</strong>is démarrer le film. Bi<strong>en</strong> sûr,<br />

pour nos repérages, il a souv<strong>en</strong>t eu l’occasion d’y<br />

aller, mais nous avons préféré qu’il se “préserve”<br />

pour les scènes filmées. Effectivem<strong>en</strong>t, ce retour<br />

fait partie du scénario, et comme nous avons<br />

choisi de ne pas faire appel à un acteur pour<br />

interpréter son propre rôle, nous voulons donner<br />

un aspect de sincérité à ce voyage qui devrait<br />

être fort.<br />

R.S. : Le film navigue <strong>en</strong>tre fiction et docum<strong>en</strong>taire.<br />

Quel est son traitem<strong>en</strong>t Quelles <strong>en</strong> sont les ambitions<br />

artistiques <br />

L.B. : L'aspect hybride du film est le chall<strong>en</strong>ge<br />

le plus important. Nous mé<strong>la</strong>ngeons à <strong>la</strong> fois<br />

de <strong>la</strong> prise de vues réelles et de l'animation, un<br />

aspect docum<strong>en</strong>taire et de <strong>la</strong> fiction. Finalem<strong>en</strong>t,<br />

l’animation est une suite assez logique de mon<br />

travail réalisé ces dernières années sur différ<strong>en</strong>ts<br />

docum<strong>en</strong>taires autour de <strong>la</strong> bande dessinée.<br />

Mais je ne souhaitais pas rester sur l’aspect<br />

“historique” de l’histoire de Jung. Son point de<br />

vue, <strong>en</strong> tant qu’adulte, m’intéresse beaucoup. De<br />

nos nombreuses conversations est ressortie cette<br />

<strong>en</strong>vie de Jung de “r<strong>en</strong>contrer” l’<strong>en</strong>fant de cinq<br />

ans qu’il était et qui est resté, <strong>en</strong> quelque sorte, <strong>en</strong><br />

Corée. Des images du petit garçon animé par<strong>la</strong>nt<br />

avec le Jung réel se sont rapidem<strong>en</strong>t imposées à<br />

moi. D’où cette <strong>en</strong>vie de raconter cette histoire<br />

<strong>en</strong> animation et <strong>en</strong> prises de vues réelles. Certes,<br />

il y a une approche docum<strong>en</strong>taire, car nous<br />

n’allons pas évoquer des choses que Jung ne<br />

ress<strong>en</strong>t pas. Mais nous sommes bi<strong>en</strong> dans <strong>la</strong><br />

fiction, car dans les prises de vues réelles, il va se


<strong>en</strong>contrer lui-même <strong>en</strong>fant (<strong>en</strong> image animée), et tout un dialogue<br />

va pouvoir arriver. Nous avons bi<strong>en</strong> <strong>en</strong>t<strong>en</strong>du une idée de <strong>la</strong> quête<br />

dans ce retour <strong>en</strong> Corée, mais nous ne savons pas <strong>en</strong>core <strong>en</strong> écrire<br />

<strong>la</strong> fin, car elle dép<strong>en</strong>d de ce qui se déroulera à ce mom<strong>en</strong>t-là ! Par<br />

exemple, <strong>la</strong> première nuit de ce retour, Jung va rêver une séqu<strong>en</strong>ce<br />

animée. Même si nous avons déjà une idée de ce rêve, il n’est pas<br />

<strong>en</strong>core abouti car son imaginaire de Coré<strong>en</strong> adopté et vivant <strong>en</strong><br />

Belgique depuis quarante ans ne peut pas <strong>en</strong>core développer toute<br />

cette part d’inconnu.<br />

R.S. : Considérez-vous <strong>la</strong> réalisation de ce premier long métrage comme un<br />

accomplissem<strong>en</strong>t <br />

L.B. : Un accomplissem<strong>en</strong>t non, mais il s'inscrit dans une suite<br />

presque logique d'un parcours. Je ne suis pas un réalisateur de<br />

docum<strong>en</strong>taires frustré. J'adore le cinéma mais ce n'était pas un but<br />

<strong>en</strong> soi. Je me s<strong>en</strong>s bi<strong>en</strong> dans <strong>la</strong> réalisation de ce film et je vois de<br />

nouveaux champs d'expression s'ouvrir à moi.<br />

R.S. : Vous avez plusieurs cordes à votre arc, mais <strong>la</strong> BD semble être un fil rouge<br />

tout au long de votre carrière <br />

L.B. : En effet puisque depuis 2003, j'ai réalisé six films qui touch<strong>en</strong>t<br />

de près ou de loin à <strong>la</strong> bande dessinée. C'est un média que j'apprécie<br />

depuis longtemps. Aujourd'hui, <strong>la</strong> BD est aussi éclectique que le<br />

cinéma. Il y <strong>en</strong> a pour tous les goûts et pour tout âge. Je suis cont<strong>en</strong>t<br />

de contribuer, très modestem<strong>en</strong>t, à changer l'image “jeunesse” qui<br />

lui colle trop souv<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> peau. Maint<strong>en</strong>ant je ne me vois pas tourner<br />

tous mes films autour de <strong>la</strong> bande dessinée. J'ai des sujets qui me<br />

ti<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t à cœur et qui n'ont aucun li<strong>en</strong> avec <strong>la</strong> bande dessinée…<br />

R.S. : Depuis combi<strong>en</strong> de temps travaillez-vous avec Mosaïque films, société<br />

basée <strong>en</strong> région Champagne-Ard<strong>en</strong>ne, région dont vous êtes vous-même<br />

originaire <br />

L.B. : Depuis maint<strong>en</strong>ant dix ans, j'apprécie de travailler avec<br />

Thomas Schmitt, son producteur. L'activité et le développem<strong>en</strong>t<br />

de Mosaïque films démontr<strong>en</strong>t qu'il est possible de réaliser et de<br />

produire des films de qualité <strong>en</strong> région.<br />

R.S. : En plus de votre métier de réalisateur, vous programmez des séances de<br />

cinéma docum<strong>en</strong>taire à l'Escal (c<strong>en</strong>tre culturel) de Witry-les-Reims. Quelle est<br />

votre motivation <br />

L.B. : Je trouve que le docum<strong>en</strong>taire est une formidable ouverture<br />

sur notre société et sur notre p<strong>la</strong>nète. J'ai donc une programmation<br />

très éclectique. Mon idée est de fidéliser un public curieux du<br />

monde qui l'<strong>en</strong>toure ou de terres inconnues. Il y a aussi une volonté<br />

de provoquer <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre puisque chaque projection est suivie d'un<br />

petit débat et d'un verre de l'amitié. Ce<strong>la</strong> permet aussi d'offrir une<br />

nouvelle diffusion à des films trop vite oubliés après leur passage<br />

à <strong>la</strong> télévision.<br />

R.S. : Quel type de public arrivez-vous à toucher <br />

L.B. : Un public plutôt adulte mais ce<strong>la</strong> arrive aussi, <strong>en</strong> fonction des<br />

sujets, que des par<strong>en</strong>ts vi<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t avec des <strong>en</strong>fants. C'est souv<strong>en</strong>t<br />

très <strong>en</strong>richissant. En fonction du thème du film, il y a aussi des<br />

spectateurs touchés directem<strong>en</strong>t par le sujet évoqué.<br />

R.S. : Avez-vous d'ores et déjà des projets à v<strong>en</strong>ir <br />

L.B. : Je suis actuellem<strong>en</strong>t pris à plein-temps par <strong>la</strong> réalisation<br />

d'Approved for Adoption, et ce jusqu'à décembre 2011. Je n'ai donc<br />

pas le temps de développer de nouveaux projets. Par contre, j'ai<br />

déjà deux ou trois idées <strong>en</strong> tête mais c'est <strong>en</strong>core un peu tôt pour<br />

<strong>en</strong> parler !<br />

Propos recueillis par Raphaël Soatto, Orcca<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Un figuier sans feuilles<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 50’ de Marc Weymuller (HD)<br />

La mémoire des habitants du nouveau vil<strong>la</strong>ge de<br />

Belchite, construit sur l'ordre de Franco, s'efface peu à<br />

peu. Alors que les plus âgés, prisonniers de leur mémoire,<br />

s'<strong>en</strong>ferm<strong>en</strong>t dans des souv<strong>en</strong>irs liés à l'anci<strong>en</strong> vil<strong>la</strong>ge, les<br />

plus jeunes, eux, s'<strong>en</strong> détach<strong>en</strong>t complètem<strong>en</strong>t.<br />

Coproduction Les Films de l'avalée, Voo TV, Pantal<strong>la</strong> partida<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Les incontournables d’Olivier Greif<br />

Docum<strong>en</strong>taires de 645’ (durée totale)<br />

de Anne Bramard-B<strong>la</strong>gny et Julia B<strong>la</strong>gny (HDcam)<br />

Cette collection de douze DVD est un témoignage sur<br />

l’œuvre profondém<strong>en</strong>t originale et pionnière de ce<br />

compositeur, riche et étonnante, à l’image de l’œuvre. On<br />

y retrouvera des répétitions, des générales, des captations,<br />

des interviews d’artistes et de compositeurs…<br />

Abb reportages<br />

Savoir raison garder<br />

L’<strong>en</strong>vers et l’<strong>en</strong>droit de l’isoloir<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52' de Mamounata Nikiema<br />

Au Burkina Faso, les re<strong>la</strong>tions <strong>en</strong>tre les différ<strong>en</strong>ts acteurs<br />

politiques sont souv<strong>en</strong>t difficiles. Avec le commissaire<br />

Sangho et Mam Aminata, nous allons dans les coulisses de<br />

<strong>la</strong> CENI (commission électorale nationale indép<strong>en</strong>dante).<br />

Coproduction Vie des hauts production,<br />

Les Films ess<strong>en</strong>tiels (Burkina)<br />

Une (contre) histoire du TNS<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Michel Deutsch (HD)<br />

La déc<strong>en</strong>tralisation culturelle racontée à travers l’histoire<br />

exemp<strong>la</strong>ire du TNS. Le film veut confronter les g<strong>en</strong>s du<br />

métier à l’économie et à l’institution du théâtre dans le<br />

“nouveau monde” <strong>en</strong> train de naître sous nos yeux.<br />

Seppia<br />

Naufragés<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Juli<strong>en</strong> Glowinski<br />

et Pierre-Antoine Rousseau (HD et RED)<br />

À bord du Némésis, cargo de 10 000 tonnes, Mickheil<br />

et son équipage sont prisonniers depuis plusieurs mois.<br />

Nous partons <strong>en</strong> Turquie avec Pascal Pouille, inspecteur<br />

de <strong>la</strong> fédération internationale des transports (ITF) à <strong>la</strong><br />

r<strong>en</strong>contre du navire abandonné.<br />

Coproduction RGfilms, Fechner média<br />

5


histoires de films<br />

6<br />

Les séances de l’invité de <strong>la</strong> Safire sont toujours les conséqu<strong>en</strong>ces d’un coup<br />

de cœur ou d’une r<strong>en</strong>contre. Pour Guil<strong>la</strong>ume Giovanetti et Çag<strong>la</strong> Z<strong>en</strong>circi que<br />

nous avons invités <strong>en</strong> juin 2010, tout avait comm<strong>en</strong>cé à Doc Ouest, un samedi<br />

<strong>en</strong>soleillé, durant lequel il avait fallu faire preuve d’une grande volonté pour<br />

préférer <strong>la</strong> salle obscure au bleu de <strong>la</strong> mer. Avec Anne-Noëlle Gaesller, nous<br />

avions alors découvert Six, un objet étrange, fascinant, poétique et drôle, qui<br />

raconte <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre de six personnes dans un bar de Tokyo nommé La Jetée,<br />

comme le film de Chris Marker, un bar dont <strong>la</strong> patronne a disparu. Forcés<br />

d’autogérer leurs nombreuses consommations, les cli<strong>en</strong>ts se rapproch<strong>en</strong>t,<br />

boiv<strong>en</strong>t <strong>en</strong>semble, refont le monde. Chaque personnage est évoqué avant qu’il<br />

ne r<strong>en</strong>tre dans le bar, par un mom<strong>en</strong>t de sa journée où il est seul, un mom<strong>en</strong>t<br />

qui n’apparti<strong>en</strong>t qu’à lui et qui contribue ainsi à définir son rapport au monde<br />

et <strong>la</strong> p<strong>la</strong>ce qu’il y occupe.<br />

Les séances de l’invité<br />

de <strong>la</strong> Safire<br />

26 juin 2010<br />

Guil<strong>la</strong>ume Giovanetti<br />

et Çag<strong>la</strong> Z<strong>en</strong>circi<br />

Six<br />

Ata<br />

Camera obscura<br />

PHOTO AFSANEH CHEHREHGOSHA<br />

À l’énergie<br />

Le film se finit. Dans l’impossibilité de déterminer<br />

si ce que nous v<strong>en</strong>ons de voir est de<br />

l’ordre de <strong>la</strong> fiction ou du docum<strong>en</strong>taire, se<br />

doutant que le film emprunte à l’un à l’autre,<br />

nous découvrons ses auteurs : deux tr<strong>en</strong>t<strong>en</strong>aires<br />

le sourire aux lèvres, un couple d’auteurs, de<br />

globe-trotters, d’amoureux du cinéma qui le<br />

pratique “à l’énergie”, à leur(s) <strong>en</strong>vie(s).<br />

Leurs films sont de <strong>la</strong> « fiction sincère », dis<strong>en</strong>t-ils.<br />

Leur démarche signe un geste et une expéri<strong>en</strong>ce<br />

collective. La mise <strong>en</strong> scène de Six procède ainsi<br />

d’un dispositif simple, d’un prétexte : l’abs<strong>en</strong>ce<br />

de <strong>la</strong> patronne du bar des cinéphiles de Tokyo,<br />

<strong>en</strong> réalité parce qu’elle ne vou<strong>la</strong>it pas être<br />

filmée, <strong>en</strong> cinéma, pour permettre <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre<br />

de personnes qui ont touché ou interpellé les<br />

cinéastes. Fiction ou docum<strong>en</strong>taire, là n’est<br />

donc plus <strong>la</strong> question, car <strong>la</strong> vie et sa mise <strong>en</strong><br />

scène s’interpénètr<strong>en</strong>t.<br />

On aimerait bi<strong>en</strong> continuer à <strong>en</strong> discuter à<br />

l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong> <strong>en</strong> leur proposant<br />

une séance de l'invité. R<strong>en</strong>dez-vous est pris, non<br />

sans difficulté, car il faut réussir à trouver une<br />

p<strong>la</strong>ce dans l’ag<strong>en</strong>da des deux réalisateurs qui<br />

finiss<strong>en</strong>t le montage de leur dernier film avant<br />

de partir dans l’Hima<strong>la</strong>ya.<br />

Outre Six, <strong>la</strong> séance de l'invité nous fait découvrir<br />

Ata, un moy<strong>en</strong> métrage de fiction, et leur<br />

dernière réalisation, Camera obscura.<br />

Ata raconte <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre, <strong>en</strong> France, de Ahatjan,<br />

un ouvrier sans papiers ouïgour, et d’une jeune<br />

Turque v<strong>en</strong>ue retrouver le jeune homme qu’elle<br />

aime. L’histoire est inspirée de ce qu’a vécu Çag<strong>la</strong>,<br />

<strong>la</strong> réalisatrice, lors de son arrivée <strong>en</strong> France. La<br />

jeune femme ne trouvait pas de travail comme<br />

traductrice et assise dans un café, désespérait<br />

d’<strong>en</strong> trouver. Un homme asiatique lui par<strong>la</strong> alors<br />

dans une <strong>la</strong>ngue qu’elle se surprit à compr<strong>en</strong>dre.<br />

Cette r<strong>en</strong>contre troub<strong>la</strong>nte et inatt<strong>en</strong>due lui<br />

inspira une histoire, qu’elle développa avec<br />

Guil<strong>la</strong>ume. Pour eux, il fut immédiatem<strong>en</strong>t c<strong>la</strong>ir<br />

que Ahatjan devait jouer sa propre histoire.<br />

Une seconde r<strong>en</strong>contre inatt<strong>en</strong>due leur fit<br />

déterminer l’interprète du second personnage<br />

(Çag<strong>la</strong> à l’ori gine) : une jeune femme turque<br />

v<strong>en</strong>ue retrouver un amour de vacances <strong>en</strong> France,<br />

<strong>la</strong>issée sur le carreau par le jeune homme qu’elle<br />

était v<strong>en</strong>ue revoir. Le scénario se réécrivit avec<br />

ce second parcours. Le tournage se fit de façon<br />

chronologique afin que les personnages reviv<strong>en</strong>t<br />

leur histoire pour être à même de l’interpréter,<br />

mais aussi pour mieux <strong>la</strong> raconter, car ils <strong>en</strong> sont<br />

dev<strong>en</strong>us les auteurs.<br />

Comm<strong>en</strong>t faire tourner des personnes qui inter -<br />

prèt<strong>en</strong>t leur vie tout <strong>en</strong> <strong>la</strong> fictionnalisant (Ahatjan<br />

ne connaissant pas <strong>en</strong> réalité celle qui interprète<br />

Çag<strong>la</strong>, un nouveau personnage qui a elle-même<br />

apporté de nouveaux élém<strong>en</strong>ts à l’histoire) <br />

Pour Çag<strong>la</strong> et Guil<strong>la</strong>ume, <strong>la</strong> réponse est évid<strong>en</strong>te.<br />

Si le jeu des “comédi<strong>en</strong>s” sonne faux, c’est qu’ils<br />

« n’ont pas su s’adapter à eux ». Il faut alors réécrire<br />

<strong>en</strong>semble pour que <strong>la</strong> fiction soit de nouveau<br />

sincère et que les personnages/personnes/<br />

comédi<strong>en</strong>s puiss<strong>en</strong>t réel le m<strong>en</strong>t s’exprimer. « On<br />

forge de <strong>la</strong> fiction au fur et à mesure du tournage,<br />

tous <strong>en</strong>semble ». « Tous <strong>en</strong>semble », là est<br />

<strong>la</strong> clé du cinéma pratiqué par les deux auteurs.<br />

Les défauts qu’ils trouv<strong>en</strong>t à Ata (le personnage<br />

du jeune homme aban donnant <strong>la</strong> jeune femme<br />

turque leur semble faible), ils l’expliqu<strong>en</strong>t par le<br />

fait que toute l’équipe ne vivait pas <strong>en</strong>semble et<br />

ne pouvait ainsi appr<strong>en</strong>dre à se connaître pour<br />

définir l’expéri<strong>en</strong>ce cinématographique comme<br />

une expéri<strong>en</strong>ce de vie totale. L’erreur ne sera pas<br />

reproduite, pour Camera obscura tout le monde<br />

a été logé au même <strong>en</strong>droit, a mangé au même<br />

<strong>en</strong>droit afin que <strong>la</strong> pellicule imprime, voire soit<br />

<strong>la</strong> résultante de tout ce qui s’est créé égalem<strong>en</strong>t<br />

hors champ.<br />

À l’origine de l’av<strong>en</strong>ture de Camera obscura, il<br />

y a une projection de Ata <strong>en</strong> Turquie. Les deux<br />

cinéastes découvr<strong>en</strong>t alors dans leur public des<br />

personnes malvoyantes. Surpris par leur façon de<br />

s’approprier le film qu’ils vi<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t d’<strong>en</strong> t<strong>en</strong>dre,<br />

Çag<strong>la</strong> et Guil<strong>la</strong>ume décid<strong>en</strong>t de mettre <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce un<br />

atelier de réalisation avec eux. Camera osbcura


Six de Guil<strong>la</strong>ume Giovanetti et Çag<strong>la</strong> Z<strong>en</strong>circi<br />

sera fait à <strong>la</strong> fois des films réalisés par les participants<br />

et de leur appr<strong>en</strong>tissage (l’appré h<strong>en</strong>sion<br />

du cadre par une feuille b<strong>la</strong>nche où chacun<br />

p<strong>la</strong>ce les élém<strong>en</strong>ts qu’il veut filmer <strong>en</strong> indiquant<br />

sa taille, le champ vécu de façon physique par<br />

les nouveaux réalisateurs qui l’arp<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t, le défi<br />

relevé de créer un objet visuel). Comme pour<br />

Ata ou Six, le point de départ est invariable :<br />

<strong>la</strong> vie a créé <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre dont les auteurs s’empar<strong>en</strong>t<br />

pour <strong>la</strong> mettre <strong>en</strong> scène et ce, avec ses<br />

protagonistes. Pour d’autres projets, ce<strong>la</strong> les<br />

a am<strong>en</strong>és à suivre des personnes <strong>en</strong> Italie, au<br />

Pakistan, <strong>en</strong> Iran.<br />

Ce qui inspire ainsi dans le cinéma de Çag<strong>la</strong> et<br />

Guil<strong>la</strong>ume, plus que <strong>la</strong> question de <strong>la</strong> frontière<br />

<strong>en</strong>tre fiction et docum<strong>en</strong>taire sur <strong>la</strong>quelle on<br />

pourrait gloser à l’infini, c’est bi<strong>en</strong> <strong>la</strong> liberté<br />

que s’octroi<strong>en</strong>t les deux cinéastes, leur façon<br />

de partager leur désir de création avec ceux<br />

qu’ils film<strong>en</strong>t, leur façon de faire du cinéma un<br />

art de vivre <strong>en</strong> dehors de toute normativité, de<br />

« Tourner, tourner, tourner. À l’énergie. »<br />

Julia Laur<strong>en</strong>ceau, Safire <strong>Alsace</strong><br />

http://czggfilms.free.fr/FIlms.html<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Les mannequins<br />

Court métrage fiction de 16’ de Kasia Lipinska (HD)<br />

Une femme cadre mène une vie sereine dans son<br />

appartem<strong>en</strong>t de luxe. Son rapport à soi sera complètem<strong>en</strong>t<br />

bouleversé au cours d’une nuit. Les trois “fantômes” du<br />

passé, du prés<strong>en</strong>t et du futur vont lui r<strong>en</strong>dre visite <strong>en</strong><br />

l'emm<strong>en</strong>ant vers <strong>la</strong> frontière rêve-réalité…<br />

Collectif Breaking the Waves<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Carnets du Brésil<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Luis Miranda, (HD)<br />

À travers les écrits et <strong>la</strong> riche iconographie des découvreurs<br />

du Brésil, on partage émerveillem<strong>en</strong>t, av<strong>en</strong>tures<br />

et r<strong>en</strong>contres avec les Indi<strong>en</strong>s. Des <strong>en</strong>treti<strong>en</strong>s avec des<br />

spécialistes, des traitem<strong>en</strong>ts visuels animés, des archives<br />

et des photos retrac<strong>en</strong>t cette découverte.<br />

Coproduction Cresc<strong>en</strong>do films, Arte France<br />

Le déménagem<strong>en</strong>t<br />

(La BNU tourne une page)<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Gaël Lachaux (HD)<br />

Les derniers jours de <strong>la</strong> BNU avant sa fermeture pour<br />

trois ans – le temps d’un réaménagem<strong>en</strong>t radical<br />

de son architecture intérieure, c’est l’av<strong>en</strong>ture d’un<br />

dép<strong>la</strong>cem<strong>en</strong>t de plus de trois millions d’ouvrages.<br />

Coproduction Cerigo films, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Francis Bueb, le contrebandier<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Robin Hunzinger (HD)<br />

En 1994, Francis Bueb quitta sa vie parisi<strong>en</strong>ne pour<br />

s’installer dans Sarajevo <strong>en</strong> guerre. Il y créa le C<strong>en</strong>tre<br />

culturel André Malraux. Il n’a plus jamais quitté <strong>la</strong><br />

ville. Pourquoi cet homme est-il v<strong>en</strong>u s'<strong>en</strong>fermer<br />

dans ce “péché du monde” <br />

Coproduction Bix films, Groupe Ga<strong>la</strong>ctica<br />

7


diffusion<br />

Après deux ans d’exploitation aux cinémas Les 400 Coups à Angers, sept ans de distribution à Paris (Sony, Pyramide et TFM) et trois<br />

ans de production chez ANA Films, Stéphanie Dalfeur a pris <strong>la</strong> direction d’<strong>Alsace</strong> Cinémas <strong>en</strong> septembre 2010. R<strong>en</strong>contre avec notre<br />

ex-collègue de l’APAA pour <strong>en</strong> savoir un peu plus sur ses nouvelles fonctions et sur <strong>Alsace</strong> Cinémas…<br />

8<br />

Cinémas adhér<strong>en</strong>ts<br />

de <strong>Alsace</strong> Cinémas<br />

Bas-Rhin<br />

Cinéma Rex<br />

(B<strong>en</strong>feld)<br />

Cinéma Amitié<br />

(Erstein)<br />

Mégarex<br />

(Hagu<strong>en</strong>au)<br />

Le Rohan<br />

(Mutzig)<br />

Cinéma Adalric<br />

(Obernai)<br />

La Castine<br />

(Reichshoff<strong>en</strong>)<br />

Ciné Cubic<br />

(Saverne)<br />

Cinéma Select<br />

(Sélestat)<br />

Cinéma Star<br />

(Strasbourg)<br />

Cinéma Saint-Exupéry<br />

(Strasbourg)<br />

Cinéma Vox<br />

(Strasbourg)<br />

Haut-Rhin<br />

Cinéma Pa<strong>la</strong>ce<br />

(Altkirch)<br />

Espace Grün<br />

(Cernay)<br />

Le Colisée<br />

(Colmar)<br />

Cinéma Florival<br />

(Guebwiller)<br />

Cinéma Bel Air<br />

(Mulhouse)<br />

Le Pa<strong>la</strong>ce<br />

(Mulhouse)<br />

Le Saint-Grégoire<br />

(Munster)<br />

Le Cercle<br />

(Orbey)<br />

Cinéma Le Rex<br />

(Ribeauvillé)<br />

La Passerelle<br />

(Rixheim)<br />

La Coupole<br />

(Saint-Louis)<br />

Re<strong>la</strong>is culturel<br />

(Thann)<br />

Cinéma Gérard Philippe<br />

(Witt<strong>en</strong>heim)<br />

Une toile régionale<br />

Yannis Metzinger : Bonjour Stéphanie, pouvez-vous nous<br />

prés<strong>en</strong>ter <strong>Alsace</strong> Cinémas <br />

Stéphanie Dalfeur : <strong>Alsace</strong> Cinémas est une association<br />

de droit local créée <strong>en</strong> 1999 par C<strong>la</strong>ude<br />

Brasseur, qui fédère les cinémas indé p<strong>en</strong>dants<br />

d’<strong>Alsace</strong>. Vingt-six cinémas répartis dans toute<br />

<strong>la</strong> région adhèr<strong>en</strong>t à l’association. À l’ori gine,<br />

l’idée était de créer un réseau pour faire<br />

circuler les copies de films réc<strong>en</strong>ts d'art et essai<br />

de salle <strong>en</strong> salle. Aujourd’hui, le projet asso ciatif<br />

a évolué et se conc<strong>en</strong>tre sur deux axes forts :<br />

l’éducation à l’image au travers de trois dispositifs<br />

nationaux (Lycé<strong>en</strong>s au cinéma, Collège<br />

au cinéma et Passeurs d’images) pour lesquels<br />

nous travaillons <strong>en</strong> concertation avec <strong>la</strong> DRAC,<br />

<strong>la</strong> Région et les départem<strong>en</strong>ts du Bas-Rhin et<br />

Haut-Rhin, et l’animation du réseau avec le<br />

festival Aug<strong>en</strong>blick – le festival de cinéma <strong>en</strong><br />

<strong>la</strong>ngue allemande. Nous sommes basés à B<strong>en</strong>feld<br />

et l’association, présidée par Pascal Hachard,<br />

comporte deux perman<strong>en</strong>ts, Éti<strong>en</strong>ne Wehrlin,<br />

chargé de mission, et mon poste de directrice.<br />

Y.M. : En quoi consiste précisém<strong>en</strong>t Passeurs d’images <br />

S.D. : C’est <strong>la</strong> mise <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce, hors temps sco<strong>la</strong>ire,<br />

de projets d’action culturelle cinématographique<br />

et audiovisuelle m<strong>en</strong>és <strong>en</strong> concertation avec<br />

des c<strong>en</strong>tres socioculturels, des collectivités, des<br />

associations… <strong>en</strong> direction des publics, priori tairem<strong>en</strong>t<br />

les jeunes, qui, pour des raisons sociales,<br />

géographiques ou culturelles, sont éloignés<br />

d’un <strong>en</strong>vironnem<strong>en</strong>t de pratiques et d’une offre<br />

cinématographiques. On peut dire que Passeurs<br />

d’images allie deux actions complé m<strong>en</strong>taires :<br />

le voir et le faire, <strong>la</strong> diffusion et <strong>la</strong> pratique.<br />

<strong>Alsace</strong> Cinémas est coordinateur <strong>en</strong> région de ce<br />

dispositif national.<br />

PHOTO YANNIS METZINGER<br />

Y.M. : Quels sont les chantiers que vous souhaitez mettre<br />

<strong>en</strong> œuvre <strong>en</strong> 2011 <br />

S.D. : Il n’y a pas de nouveau chantier à proprem<strong>en</strong>t<br />

parler, mais <strong>la</strong> continuation des cinq<br />

missions que j’ai m<strong>en</strong>tionnées. Si je peux <strong>en</strong><br />

approfondir une plus qu’une autre, ce<strong>la</strong> sera<br />

celle de l’animation du réseau et notamm<strong>en</strong>t<br />

l’orga nisation du festival de cinéma Aug<strong>en</strong>blick<br />

qui consacre sa programmation à <strong>la</strong> découverte<br />

de films de <strong>la</strong>ngue allemande. La spécificité<br />

de ce festival est qu’il se déroule sur tout le<br />

territoire <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, dans les cinémas adhér<strong>en</strong>ts<br />

au réseau, sur deux semaines. La prochaine<br />

édition, <strong>la</strong> septième, aura lieu du mardi 8 au<br />

v<strong>en</strong>dredi 25 novembre 2011.<br />

Nous souhaitons aussi sout<strong>en</strong>ir <strong>la</strong> diffusion des<br />

films produits <strong>en</strong> région et faire découvrir nos<br />

auteurs. À nous de trouver avec nos part<strong>en</strong>aires<br />

naturels (l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>, Vidéo Les<br />

Beaux Jours, l’APAA et <strong>la</strong> Safire…) les moy<strong>en</strong>s<br />

les plus effi caces pour commu niquer sur cette<br />

diffusion. L’accès aux salles n’est pas suffisant, il<br />

est néces saire d’in former le public et lui donner<br />

<strong>en</strong>vie de v<strong>en</strong>ir r<strong>en</strong>contrer les auteurs de leur<br />

région…<br />

Y.M. : Comm<strong>en</strong>t voyez-vous l'arrivée du numérique dans<br />

les cinémas et quelle est votre position sur ce sujet <br />

S.D. : Sans être nostalgique, l’arrivée du numérique<br />

va forcém<strong>en</strong>t marquer <strong>la</strong> fin de vie du<br />

35 mm et de toute une ambiance <strong>en</strong> salle liée<br />

à <strong>la</strong> pellicule. En dehors d’une qualité de projection<br />

impeccable et de <strong>la</strong> projection 3D, le<br />

spectateur ne sera pas concerné directem<strong>en</strong>t par<br />

cette révolution technologique.<br />

Par contre, les professionnels de <strong>la</strong> filière<br />

cinéma seront touchés de plein fouet et de<br />

diverses façons (perte d’emploi pour certains :<br />

projectionnistes, transporteurs de copies ; gain<br />

d’économie pour d’autres : distributeurs…),<br />

cette mutation est coûteuse et aujourd’hui il<br />

est nécessaire d’accompagner les cinémas <strong>en</strong><br />

mettant <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce des dispositifs d’aide. Les<br />

collectivités sont sollicitées et ont consci<strong>en</strong>ce de<br />

l’<strong>en</strong>jeu économique et culturel que représ<strong>en</strong>te<br />

cette mutation inéluctable. <strong>Alsace</strong> Cinémas est<br />

fortem<strong>en</strong>t prés<strong>en</strong>t sur le terrain et des r<strong>en</strong>contres<br />

avec les collectivités ont d’ores et déjà eu lieu.<br />

Propos recueillis par Yannis Metzinger, APAA<br />

stephanie.dalfeur@alsace-cinemas.org


etour de…<br />

Les États généraux du film docum<strong>en</strong>taire de Lussas, r<strong>en</strong>dez-vous de fin<br />

d’été au cœur de l’Ardèche, poursuit son indisp<strong>en</strong>sable travail de recherche<br />

d’année <strong>en</strong> année, réunissant l’espace d’une semaine d’une d<strong>en</strong>sité in croyable<br />

de très nombreux films et auteurs, et des c<strong>en</strong>taines d’amateurs, et de<br />

professionnels.<br />

Le chemin noir de Abdal<strong>la</strong>h Badis, sélection Incertains regards<br />

EXTRAIT DE HORS CHAMP, QUOTIDIEN DES ÉTATS GÉNÉRAUX, MARDI 24 AOÛT 2010<br />

Faire des films,<br />

un acte politique majeur<br />

Les t<strong>en</strong>tes p<strong>la</strong>ntées un peu tout autour du vil<strong>la</strong>ge donn<strong>en</strong>t un air de petit<br />

Woodstock. Toute une organisation bi<strong>en</strong> huilée veille à ce que cette<br />

université d’été se déroule dans les meilleures conditions possibles,<br />

avec ses cinq salles dont plusieurs installées pour l’occasion, toutes<br />

pleines à craquer du matin au soir tard… et ça marche !<br />

Il faut y avoir été pour saisir à quel point faire des films aujourd’hui<br />

est dev<strong>en</strong>u un acte politique majeur, parce que tous les films qui<br />

y sont proposés, œuvres réc<strong>en</strong>tes aussi bi<strong>en</strong> que plus anci<strong>en</strong>nes,<br />

d’ici et d’ailleurs (cette année d'Afrique, de Russie, du Danemark<br />

notamm<strong>en</strong>t), interrog<strong>en</strong>t notre monde. Et travaill<strong>en</strong>t <strong>la</strong> question des<br />

formes pour le dire, leur adéquation au cont<strong>en</strong>u, et celle, dev<strong>en</strong>ue<br />

<strong>en</strong>core plus aiguë aujourd’hui, des conditions de production. Ce qui<br />

nous conduit parfois aux frontières extrêmes du docum<strong>en</strong>taire avec<br />

les œuvres de l’Israéli<strong>en</strong> Avi Mograbi (Z32) ou du Chinois Wang Bing<br />

(L’homme sans nom).<br />

Les organisateurs mettai<strong>en</strong>t <strong>en</strong> avant cette année ces t<strong>en</strong>sions<br />

<strong>en</strong>tre les <strong>en</strong>jeux économiques et artistiques exacerbées par « les<br />

boule versem<strong>en</strong>ts <strong>en</strong>g<strong>en</strong>drés par l’<strong>en</strong>vahissem<strong>en</strong>t des technologies<br />

numériques (depuis les outils pour filmer jusqu’aux moy<strong>en</strong>s de<br />

diffusions) » et ont t<strong>en</strong>u à réaffirmer <strong>la</strong> nécessité de rev<strong>en</strong>diquer<br />

auprès des télévisions de service public un <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t réel <strong>en</strong> faveur<br />

du docum<strong>en</strong>taire.<br />

La sélection Incertains regards (titre <strong>en</strong> écho à <strong>la</strong> section du festival<br />

de Cannes dédié à un cinéma plus atypique que dans <strong>la</strong> sélection<br />

officielle et à des cinéastes peu connus) était d’une certaine manière<br />

le fil rouge de <strong>la</strong> semaine, qui réunissait des docum<strong>en</strong>taires réalisés<br />

dans <strong>la</strong> dernière année. Dans <strong>la</strong> sélection, deux films étai<strong>en</strong>t réunis,<br />

proches par le thème, l’immigration algéri<strong>en</strong>ne, et très différ<strong>en</strong>ts dans<br />

<strong>la</strong> forme comme dans les conditions de production.<br />

Le premier, Mon oncle de Kabylie, est un film de Chloé Hunzinger, (de<br />

Strasbourg), qui raconte l’histoire d’un garçon v<strong>en</strong>u <strong>en</strong> 1948 de Kabylie<br />

dans le sud de <strong>la</strong> France, avec trois autres cousins, pour m<strong>en</strong>er leurs<br />

études <strong>en</strong> internat. Après l’Indép<strong>en</strong>dance, les trois sont retournés<br />

vivre dans l’Algérie nouvelle, le premier a choisi de se marier avec<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Hchouma<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Zouhair Chebbale (HD)<br />

Saïda a été p<strong>la</strong>cée comme petite bonne. Violée à l’adolesc<strong>en</strong>ce,<br />

<strong>en</strong>ceinte, elle a été chassée puis recueillie par<br />

l’association Solidarité féminine. Le film nous plonge<br />

dans <strong>la</strong> condition de <strong>la</strong> femme marocaine et des comportem<strong>en</strong>ts<br />

régis par <strong>la</strong> honte et <strong>la</strong> pudeur : <strong>la</strong> hchouma.<br />

Coproduction Bix films, <strong>Alsace</strong> 20, 2M (Maroc)<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

La confiance<br />

Court métrage fiction de 45’ de Franck Vialle (35 mm)<br />

Pierre est père depuis quatre ans. Avec Angèle, ils ont<br />

accompagné les premiers pas de Victor. Lui comm<strong>en</strong>ce à<br />

appr<strong>en</strong>dre le <strong>la</strong>ngage des grands, tandis que ses par<strong>en</strong>ts<br />

appr<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t au jour le jour son <strong>la</strong>ngage de petit. Tous<br />

appr<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t <strong>la</strong> formu<strong>la</strong>tion du rôle qu’ils ont à jouer.<br />

Le Deuxième Souffle<br />

Hollywood sur Seine<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 90’ de Michel Ferry (Betacam)<br />

En 1970, Edouard Luntz attaque <strong>la</strong> Fox et son boss,<br />

Darryl Zanuck, qui lui impose le re-montage du Grabuge.<br />

Il s’oppose à Zanuck, producteur de Ford, Mankiewicz,<br />

Kazan et Huston. Après un procès de trois ans, Luntz<br />

gagne… mais ce sera son dernier film à sortir <strong>en</strong> salle.<br />

Coproduction Le Deuxième Souffle, Atopic<br />

Avoir 15 ans sous l’Occupation,<br />

les Alsaci<strong>en</strong>nes racont<strong>en</strong>t<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Nadège Buhler (Betacam)<br />

Marguerite, Madeleine et Paulette ont vécu leur ado lesc<strong>en</strong>ce<br />

sous l’Occupation. Grâce à leurs témoignages, à<br />

l’aide d’un journal de guerre que l’une d’elles a conservé<br />

jusqu’à aujourd’hui, le film propose une plongée dans<br />

l’<strong>Alsace</strong> de l’Évacuation de Strasbourg.<br />

Coproduction Des Jours Meilleurs, <strong>Alsace</strong> 20,<br />

Vosges télévision-Images plus<br />

Pass<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Donato Rotunno (HDV)<br />

À l'occasion d'un mariage à Montemilone <strong>en</strong> Italie du<br />

Sud, une énorme fête familiale réunit pour <strong>la</strong> dernière<br />

fois l'intégralité d'une famille. C'est un retour aux<br />

racines, mais surtout un film sur une immigration réussie<br />

ou comm<strong>en</strong>t se définir Europé<strong>en</strong>.<br />

Coproduction Ère production, Tarantu<strong>la</strong> Luxembourg<br />

9


etour de… (suite)<br />

r<strong>en</strong>contres<br />

Huit films, huit auteurs, un week-<strong>en</strong>d de r<strong>en</strong>contres et d’émotions, les 5 et<br />

6 novembre 2010 à Guebwiller, voici <strong>la</strong> forme prise cette année par Des films,<br />

des auteurs, organisé chaque année par <strong>la</strong> Safire et qui s'installe pour deux<br />

jours <strong>en</strong> li<strong>en</strong> étroit avec des habitants d'une commune alsaci<strong>en</strong>ne pour am<strong>en</strong>er<br />

films et réalisateurs vers le public. Nous avons proposé à Christian Weiss, coorganisateur<br />

de <strong>la</strong> troisième édition, de nous donner sa vision des choses.<br />

10<br />

une Alsaci<strong>en</strong>ne, <strong>la</strong> tante de <strong>la</strong> réalisatrice, et de<br />

rester <strong>en</strong> France. Le film nous donne à suivre<br />

le parcours singulier d’un homme, aujourd’hui<br />

au bout d’un parcours jalonné d’étapes qui<br />

fur<strong>en</strong>t autant d’épreuves parfois heureuses,<br />

parfois douloureuses, inscrites dans le contexte<br />

de <strong>la</strong> grande Histoire, suivant un fil narratif<br />

linéaire mais c<strong>la</strong>ir, s<strong>en</strong>sible et précis. Le film<br />

a été coproduit par France 3, qui l’a diffusé, ce<br />

qui faisait presque figure d’exception tant le<br />

nombre de films produits dans une économie<br />

difficile étai<strong>en</strong>t <strong>la</strong>rgem<strong>en</strong>t majoritaires à Lussas.<br />

C’était le cas du film de Abdal<strong>la</strong>h Badis, Le<br />

chemin noir, dont <strong>la</strong> durée elle-même, 1 h 45,<br />

était déjà un défi à ce que les télévisions<br />

accept<strong>en</strong>t aujourd’hui. Longueur justifiée par<br />

le traitem<strong>en</strong>t associant témoignages poignants<br />

d’anci<strong>en</strong>s ouvriers immigrés, v<strong>en</strong>us jeunes travailler<br />

dans <strong>la</strong> sidérurgie lorraine aujourd’hui<br />

sinistrée, et séqu<strong>en</strong>ces oniriques, évocatrices de<br />

ces figures liées aux origines culturelles.<br />

Dans ces paysages et ces cités, Le chemin noir<br />

traverse <strong>la</strong> France d’aujourd’hui et celle d’hier<br />

avec ces vieux Arabes fatigués d’une vie de<br />

<strong>la</strong>beur et qui att<strong>en</strong>d<strong>en</strong>t <strong>la</strong> fin de leur vie, <strong>en</strong><br />

partageant leurs souv<strong>en</strong>irs avec les nouvelles<br />

générations qui sont déjà dans un tout autre<br />

univers. Abdal<strong>la</strong>h Badis, porté par une longue<br />

expéri<strong>en</strong>ce du théâtre, a construit un film<br />

hommage qui transc<strong>en</strong>de les formes habituelles<br />

du docum<strong>en</strong>taire, s’av<strong>en</strong>turant dans<br />

des registres inspirés par sa propre intuition<br />

formelle. Le résultat est parfois surpr<strong>en</strong>ant,<br />

suscitant admiration et p<strong>la</strong>isir dans le même<br />

mouvem<strong>en</strong>t.<br />

Le premier film a été prés<strong>en</strong>té à Strasbourg<br />

déjà plusieurs fois, il le sera à nouveau à <strong>la</strong><br />

Médiathèque de Neudorf le 22 février, lors<br />

d’une soirée dédiée à <strong>la</strong> question de l’écriture<br />

du docum<strong>en</strong>taire. Le second le sera à l’automne<br />

prochain, <strong>en</strong> li<strong>en</strong> avec <strong>la</strong> prochaine édition du<br />

Mois du film docum<strong>en</strong>taire. Ce sont sans doute<br />

là les chemins possibles que peuv<strong>en</strong>t emprunter<br />

ces films pour r<strong>en</strong>contrer leurs publics et<br />

donner lieu aux échanges qu’ils appell<strong>en</strong>t.<br />

C’est pour ce<strong>la</strong> que Lussas est indisp<strong>en</strong>sable<br />

chaque année à l’orée d’une nouvelle saison<br />

pour donner l’é<strong>la</strong>n à cette soif de cinéma, d’un<br />

cinéma qui parle du monde. Et c’est aussi<br />

pour cette raison même qu’à nouveau, il faut<br />

constater à regret le peu de professionnels de<br />

nos régions prés<strong>en</strong>ts. Comm<strong>en</strong>t ne pas rappeler<br />

que ce détour par ce petit vil<strong>la</strong>ge si accueil<strong>la</strong>nt<br />

et vivifiant de l’Ardèche <strong>la</strong> troisième semaine<br />

d’août est un détour à faire absolum<strong>en</strong>t chaque<br />

fois que possible <br />

Georges Heck<br />

Christian Weiss, Didier Asson, Guil<strong>la</strong>ume Brac, Cécile Enjalbal, Dami<strong>en</strong> Fritsch<br />

PHOTOS AFSANEH CHEHREHGOSHA<br />

Au cinéma convivial<br />

L’idée d’organiser ces r<strong>en</strong>contres à Guebwiller date de discussions avec<br />

Afsaneh Chehrehgosha (membre de <strong>la</strong> Safire), alors qu’elle exposait ses<br />

photos dans ma grange à Murbach lors de l’animation Art et ba<strong>la</strong>de. La<br />

Safire a <strong>en</strong>suite pris contact avec moi au printemps dernier pour évaluer<br />

les possibilités d’organisation dans <strong>la</strong> vallée du Florival. Avec le Collectif<br />

citoy<strong>en</strong> de Guebwiller, nous organisons depuis près de deux ans des<br />

soirées Caméra citoy<strong>en</strong>ne avec un film et un débat animé par des invités<br />

experts sur différ<strong>en</strong>ts thèmes.<br />

La r<strong>en</strong>contre avec Didier Asson et Cécile Enjalbal a emporté <strong>la</strong> décision<br />

d’organiser l’édition 2010 de Des films, des auteurs à Guebwiller.<br />

Durant l’été, Didier m’<strong>en</strong>voyait des films pour les visionner. Ce<strong>la</strong><br />

pr<strong>en</strong>ait forme, les choix étai<strong>en</strong>t discutés, argum<strong>en</strong>tés et fin septembre, le<br />

programme était quasi bouclé. Nous étions aussi d’accord sur <strong>la</strong> gratuité<br />

afin de r<strong>en</strong>dre l’accès libre à toutes et tous. J’ai proposé de faire une soirée<br />

au cinéma Florival et une autre dans <strong>la</strong> grande salle de l’hôtel de l’Ange<br />

chez Franco qui nous <strong>la</strong> mettait à disposition comme pour nos soirées<br />

Caméra citoy<strong>en</strong>ne. Médias, dossier, affichage, mailing, prés<strong>en</strong>ce des<br />

réalisateurs, tout se mettait <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce.<br />

Si j’insiste sur l’organisation, c’est que le processus de montage de cet<br />

événem<strong>en</strong>t fait partie de sa réussite : il faut de <strong>la</strong> confiance, des échanges<br />

francs, un partage des tâches, de l’<strong>en</strong>thou siasme à faire et à le faire bi<strong>en</strong>.<br />

Lorsque tout est là, ce<strong>la</strong> ne peut que réussir. Ce fut le cas. Nous avons<br />

eu une bonne couverture médiatique, le public était prés<strong>en</strong>t, c’était très<br />

<strong>en</strong>courageant pour une première édition à Guebwiller.<br />

Le choix de <strong>la</strong> programmation ne pouvait <strong>la</strong>isser indiffér<strong>en</strong>t : elle était très<br />

diversifiée dans <strong>la</strong> forme et le fond. La prés<strong>en</strong>ce des réalisateurs était aussi<br />

un point primordial car les échanges avec <strong>la</strong> salle fur<strong>en</strong>t très riches, très<br />

directs. La convi vialité était égalem<strong>en</strong>t de mise avec des pauses <strong>en</strong>tractes et<br />

des soirées qui se terminai<strong>en</strong>t au bar de l’hôtel de l’Ange et qui favorisai<strong>en</strong>t<br />

des échanges plus intimes avec les réalisateurs.<br />

Les films Je ne peux ici que donner mon ress<strong>en</strong>ti personnel et je dois avouer<br />

qu’ils m’ont tous beaucoup touché. Le Naufragé de Guil<strong>la</strong>ume Brac nous met<br />

dans une ambiance particulière où beaucoup est suggéré, ce qui <strong>la</strong>isse dans<br />

<strong>la</strong> tête une histoire qui se poursuit et des paysages filmés avec beaucoup<br />

de délicatesse. On s<strong>en</strong>t très fort les deux solitudes des personnages prin -<br />

cipaux et <strong>la</strong> ma<strong>la</strong>dresse dans le contact de l’autre, <strong>en</strong>tre curiosité et<br />

indiscrétion. Dans Anissoroma, Christian Van der Heyd<strong>en</strong> nous amène sur<br />

les traces de ses périples africains où il recherche des amis r<strong>en</strong>contrés vingtcinq<br />

ans plus tôt et où il essaye de combler le désir d'un ami de retrouver<br />

un fils expatrié <strong>en</strong> France. C’est un film très personnel au s<strong>en</strong>s où l'on s<strong>en</strong>t<br />

l’émotion de l’amitié, le respect de <strong>la</strong> parole donnée, une pudeur de filmer,


<strong>la</strong> s<strong>en</strong>sation du temps différ<strong>en</strong>t… Rêve général de Julia Laur<strong>en</strong>ceau<br />

nous replonge dans <strong>la</strong> lutte CPE de 2006, le foisonnem<strong>en</strong>t autour de<br />

<strong>la</strong> structuration de <strong>la</strong> grève et <strong>la</strong> construction militante active, dans les<br />

années qui ont suivi, de deux-trois protagonistes de cette grève dans<br />

<strong>la</strong> lutte féministe et <strong>la</strong> gestion et ani mation d’un café alternatif. Très<br />

“formateur” et qui pose pas mal de questions sur l’action collective.<br />

Cette première soirée suivie par près d’une c<strong>en</strong>taine de personnes avait<br />

atteint son but : surpr<strong>en</strong>dre dans <strong>la</strong> diversité.<br />

Le l<strong>en</strong>demain, <strong>la</strong> grande salle de l’hôtel transformée <strong>en</strong> cinéma am<strong>en</strong>ait<br />

un style plus ambiance festival, mais les conditions de projection étai<strong>en</strong>t<br />

bonnes, malgré <strong>la</strong> vie d’un tel lieu. L’après-midi, Laura Zornitta de TV-<br />

Doller, après avoir animé <strong>la</strong> table ronde sur le travail des réalisateurs,<br />

prés<strong>en</strong>tait son film sur l’Altertour 2009 qu’elle avait suivi dans sa<br />

partie alsaci<strong>en</strong>ne. Il décrivait ce tour de France cycliste autogéré qui<br />

visitait toutes les initiatives citoy<strong>en</strong>nes et pratiques alternatives “antidopage”<br />

! Nous qui avions organisé deux étapes, nous étions à <strong>la</strong> fois<br />

dans un film de souv<strong>en</strong>irs mais surtout dans l’ambiance que Laura<br />

mettait bi<strong>en</strong> <strong>en</strong> avant avec ce regard et ce s<strong>en</strong>s du montage qui lui sont<br />

propres. La soirée débuta avec Le calme de <strong>la</strong> rivière empoisonnée<br />

de Dami<strong>en</strong> Fritsch qui comm<strong>en</strong>ce comme un conte africain pour se<br />

terminer dans un récit de souffrances pour ce réfugié survivant du<br />

génocide rwandais. Caméra fixe, émotion qui va <strong>en</strong> gradation jusqu’à<br />

nous figer dans une horreur froide. Changem<strong>en</strong>t radical avec le film<br />

suivant de Zouhair Chebbale sur <strong>la</strong> démarche artistique de création<br />

du rappeur mulhousi<strong>en</strong> Maïza, filmé sur plus d’un an. Docum<strong>en</strong>t,<br />

mais aussi réflexion sur l’art dans <strong>la</strong> vie de quartier, chanter pour ne<br />

pas plonger… Les deux derniers films sont des r<strong>en</strong>contres avec des<br />

regards, des bribes de vie, des espoirs et des déceptions. Regarder les<br />

autres différemm<strong>en</strong>t : les compagnons d’Emmaüs dans La par<strong>en</strong>thèse<br />

d’Anne-Noëlle Gaessler et les personnes <strong>en</strong> formation dans les jardins<br />

d’insertion, dans Jardin de passage de Pierre Toussaint.<br />

Après tous ces mois de préparation et d’échanges pour que cette fête<br />

ait lieu, le l<strong>en</strong>demain il y avait comme une abs<strong>en</strong>ce tellem<strong>en</strong>t tous les<br />

personnages de ces films m’étai<strong>en</strong>t dev<strong>en</strong>us familiers, je m’étais un<br />

peu attaché à eux (j’avais visionné les films plusieurs fois) et d’avoir<br />

r<strong>en</strong>contré les réalisatrices et réalisateurs qui “col<strong>la</strong>i<strong>en</strong>t” si bi<strong>en</strong> avec<br />

leurs films, ce<strong>la</strong> avait <strong>en</strong>core augm<strong>en</strong>té <strong>la</strong> proximité.<br />

Les retours du public ont été positifs et je crois bi<strong>en</strong> que nous sommes<br />

prêts pour une deuxième édition que nous accueillerions avec grand<br />

p<strong>la</strong>isir <strong>en</strong> 2011.<br />

Christian Weiss,<br />

Collectif citoy<strong>en</strong> de Guebwiller<br />

http://collectifcitoy<strong>en</strong>-guebwiller.blogspot.com<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

La Cerisaie<br />

(de Tchekov)<br />

Film de théâtre de 135’ de Alexandre Gavras (Num)<br />

Après un exil à Paris, Lioubov Andreevna Raveskaïa<br />

(Jeanne Balibar) retrouve les si<strong>en</strong>s dans <strong>la</strong> maison familiale,<br />

une demeure ouverte sur une cerisaie. Ruinée, elle<br />

est obligée d’<strong>en</strong>visager de v<strong>en</strong>dre <strong>la</strong> propriété.<br />

Coproduction Unlimited, TNS, Ina,<br />

Vosges télévision – Images plus<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Détours<br />

Court métrage fiction de 24’<br />

de Yannis et Alexis Metzinger (HD)<br />

Christophe appr<strong>en</strong>d que son amour de jeunesse sera de<br />

passage le temps d’une journée dans le vil<strong>la</strong>ge de son<br />

<strong>en</strong>fance. Il décide d'aller à sa r<strong>en</strong>contre – ri<strong>en</strong> que pour<br />

<strong>la</strong> voir, mais peut-être aussi pour l'aborder, s'il <strong>en</strong> a le<br />

courage.<br />

Coproduction Cerigo films, <strong>Alsace</strong> 20<br />

P<strong>la</strong>nète Côte d’Azur<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 20’ de Arnaud Gobin (HDCam)<br />

Qui sait que l'observatoire de Nice fut <strong>en</strong> son temps le<br />

plus grand observatoire d'Europe Qui sait que c'est à<br />

Cannes, après <strong>la</strong> guerre, que l’on développa les premiers<br />

missiles europé<strong>en</strong>s et plus tard <strong>la</strong> fusée Ariane <br />

Coproduction Ère production, France Télévisions Pôle<br />

Nord-Est<br />

Malbrouck,<br />

d'un château à l'autre<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Jean-Luc Marino (HDV)<br />

Sept siècles d'histoires autour d'un château qui a inspiré<br />

une célèbre comptine <strong>en</strong>fantine. Un film <strong>en</strong>tre réel et<br />

imaginaire, un château à faire vivre comme dans notre<br />

<strong>en</strong>fance…<br />

Coproduction Ère production, Mirabelle TV<br />

Irak, <strong>la</strong> paix ou le chaos<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52' (Public Sénat) et de 22' (Arte),<br />

de Dominique H<strong>en</strong>nequin (HD cam)<br />

Alors qu’une nouvelle ère semble s’installer <strong>en</strong> Irak, le<br />

film revi<strong>en</strong>t sur cette période int<strong>en</strong>se pour décrypter ce<br />

qui s’est passé au travers de <strong>la</strong> vie quoti di<strong>en</strong>ne. Il va<br />

retrouver Warka, Mohamed, Ahmed, Qasim, Amani…<br />

Nomades TV<br />

11


souti<strong>en</strong>s aux auteurs<br />

Depuis toujours les aides à l’écriture ont été le premier levier pour faire avancer l’auteur dans son travail de recherche et de développem<strong>en</strong>t<br />

d’un projet. En <strong>Alsace</strong>, l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong> distribue <strong>en</strong>viron une vingtaine d’aides à l’écriture et au développem<strong>en</strong>t pour un<br />

montant d’<strong>en</strong>viron 40 000 euros. 1 500 euros maximum pour une aide à l’écriture et 4 500 pour une aide au développem<strong>en</strong>t et trois<br />

bourses d’aide à <strong>la</strong> première œuvre dotées de 10 200 euros chacune. Mais ce dispositif reste <strong>la</strong>rgem<strong>en</strong>t insuffisant et réellem<strong>en</strong>t<br />

inadapté (l’attribution se fait sous forme de remboursem<strong>en</strong>t de factures). Les auteurs cherch<strong>en</strong>t ailleurs. Joseph Tran Ti<strong>en</strong> Duc vi<strong>en</strong>t<br />

d’obt<strong>en</strong>ir l’aide à l’écriture du CNC, Julia Laur<strong>en</strong>ceau <strong>la</strong> bourse Brouillon d’un rêve de <strong>la</strong> Scam (Société civile des auteurs multimédia).<br />

Depuis cette année les deux aides sont cumu<strong>la</strong>bles. Zouhair Chebbale a été récomp<strong>en</strong>sé d’une Étoile de <strong>la</strong> Scam pour son dernier film.<br />

Tous trois témoign<strong>en</strong>t de l’importance de ces aides et de cette reconnaissance pour continuer leur travail.<br />

Joseph Tran Ti<strong>en</strong> Duc<br />

PHOTOS DR<br />

Julia Laur<strong>en</strong>ceau<br />

PHOTOS DR<br />

Zouhair Chebbale<br />

PHOTO AFSANEH CHEHREHGOSHA<br />

12<br />

Trois auteurs-réalisateurs<br />

<strong>en</strong>couragés<br />

Joseph Tran Ti<strong>en</strong> Duc,<br />

aide à l'écriture du CNC<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch : Quand est-ce que vous avez comm<strong>en</strong>cé<br />

à faire des films <br />

Joseph Tran Ti<strong>en</strong>duc : J’ai fait une option cinéma<br />

au lycée et après j’ai tout de suite réalisé mon<br />

premier film La remontée des <strong>la</strong>rmes, film très<br />

personnel autour de ma famille vietnami<strong>en</strong>ne.<br />

J’ai été poussé par Gautier Gumpper et Jean-Marie<br />

Fawer qui ont prés<strong>en</strong>té le projet à France 3 <strong>Alsace</strong><br />

qui l'a accepté, il y a de ça dix ans maint<strong>en</strong>ant. Je<br />

n’ai ri<strong>en</strong> réalisé depuis, parce que je n’avais pas<br />

de sujet à <strong>la</strong> hauteur de mon premier film.<br />

Je suis retourné dans mon pays et j’ai col<strong>la</strong>boré<br />

avec <strong>la</strong> télévision vietnami<strong>en</strong>ne grâce à un oncle<br />

qui y travaille. Je n'avais pas <strong>en</strong>vie de faire des<br />

films par obligation, pour continuer à être dans<br />

le bain ou pour garder mon statut. Ce<strong>la</strong> fait<br />

trois ans que je suis rev<strong>en</strong>u <strong>en</strong> France et je vis<br />

de mon travail <strong>en</strong> intérim. Je suis dans cette<br />

situation pour pouvoir repartir à tout mom<strong>en</strong>t<br />

au Vietnam. Depuis que j’ai écrit mon nouveau<br />

film, Les secondes noces de Madame Khang, je<br />

me suis inscrit au rev<strong>en</strong>u de solidarité active<br />

(RSA). Je travaille sur ce projet depuis que j’ai<br />

terminé mon premier film, c'est-à-dire presque<br />

sept ans. Je n’aime pas forcer mon écriture.<br />

J’aime bi<strong>en</strong> avoir beaucoup vécu les choses. Là,<br />

je vais raconter l’histoire de quelqu’un qui est<br />

dev<strong>en</strong>u tellem<strong>en</strong>t proche que je le considère<br />

de ma famille. Je vis chez lui quand je vais au<br />

Vietnam, je connais toute sa famille. L’écriture<br />

est un passage où je peux être totalem<strong>en</strong>t sincère<br />

et complètem<strong>en</strong>t moi-même. Je ne souffre pas<br />

p<strong>en</strong>dant l’écriture et je n’ai pas trop peur de <strong>la</strong><br />

page b<strong>la</strong>nche.<br />

D.F. : À quel mom<strong>en</strong>t comm<strong>en</strong>ce l'écriture du film <br />

J.T.T. D. : L’écriture sur papier est une étape que<br />

je passe très vite. C’est juste de <strong>la</strong> verbalisation,<br />

de <strong>la</strong> formu<strong>la</strong>tion. Mais j’ai l’impression d’écrire<br />

depuis sept ans. À chaque fois que je vois mon personnage, je vois une<br />

scène et je <strong>la</strong> garde <strong>en</strong> tête. Je travaille avec un carnet de notes. J’ai écrit<br />

ce projet <strong>en</strong> deux jours et je l’ai <strong>en</strong>voyé au CNC pour une aide à l’écriture<br />

que j’ai obt<strong>en</strong>ue. C’est bi<strong>en</strong> parce que ça marque le départ de quelque<br />

chose. J’ai eu 7 000 euros. Ce<strong>la</strong> va me donner <strong>la</strong> possibilité de retourner au<br />

Vietnam. Mais le vrai départ ça a été lorsque mon personnage m’a dit qu’il<br />

était prêt pour faire le film. J’étais très cont<strong>en</strong>t d’obt<strong>en</strong>ir l'aide du CNC,<br />

parce qu’il n’y a pas beaucoup d’élus, <strong>en</strong>viron deux ou trois projets sur 80<br />

dossiers <strong>en</strong> moy<strong>en</strong>ne. Je suis donc dans un certain confort, d’autant que<br />

c’est une garantie pour le producteur qui travaille avec moi (Ana films) et<br />

qui va pouvoir demander l’aide au développem<strong>en</strong>t, dotée de 20 000 euros<br />

maximum. Le paradoxe est que j’avais demandé une aide ici <strong>en</strong> région<br />

que je n’ai pas obt<strong>en</strong>ue. Je ne sais même pas pourquoi, vu qu’on n'a jamais<br />

de notes de refus. C’est quand même le minimun qu’on puisse demander<br />

et ça peut nous aider à continuer de travailler pour améliorer le projet.<br />

Quand il y a un refus sans justification, là, on se s<strong>en</strong>t vraim<strong>en</strong>t seul. Mais<br />

maint<strong>en</strong>ant on va attaquer une autre étape du projet, le développem<strong>en</strong>t,<br />

qui sera certainem<strong>en</strong>t plus difficile pour moi.<br />

Julia Laur<strong>en</strong>ceau,<br />

bourse Brouillon d'un rêve de <strong>la</strong> Scam<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch : Quel est le sujet de votre prochain film <br />

Julia Laur<strong>en</strong>ceau : À l’heure actuelle, tel qu’il est écrit, ça parle d’un <strong>en</strong>droit,<br />

une île <strong>en</strong> Grèce, qui est idéalisée, et de <strong>la</strong> façon dont ce lieu peut avoir une<br />

réalité au-delà de cette idéalisation. Au travers de personnages qui, soit<br />

sont nés sur cette île et n’<strong>en</strong> sont jamais partis, soit ont décidé de vivre sur<br />

cette île, je veux montrer comm<strong>en</strong>t ce lieu façonne les personnes restées là.<br />

Je suis allée là par hasard lors de vacances. En rev<strong>en</strong>ant de ce premier<br />

voyage, j’ai tout de suite écrit et j’ai déposé cette écriture à l’Ag<strong>en</strong>ce<br />

culturelle d’<strong>Alsace</strong> qui m’a accordé une aide au développem<strong>en</strong>t et je suis<br />

repartie trois semaines <strong>en</strong> repérages avec une traductrice. À ce mom<strong>en</strong>t-là,<br />

l’île m’est apparue autrem<strong>en</strong>t, il n’y avait presque personne, il faisait froid<br />

et je me s<strong>en</strong>tais un peu comme une Barbare chez les Grecs. Je suis rev<strong>en</strong>ue<br />

et j’ai réécrit <strong>en</strong> faisant beaucoup d’<strong>en</strong>torses à <strong>la</strong> poésie. C’est cette écriture<br />

que j’ai déposée à <strong>la</strong> bourse Brouillon d’un rêve.<br />

D.F. : Ce<strong>la</strong> fait un processus déjà très long de travail.<br />

Comm<strong>en</strong>t appréh<strong>en</strong>dez-vous l’écriture <br />

J.L. : Ce sont des lignes qui donn<strong>en</strong>t une ambiance. Maint<strong>en</strong>ant j’ai intégré<br />

comm<strong>en</strong>t ça marche. Je p<strong>en</strong>se que ce qui doit fonctionner dans l’écriture<br />

du synopsis pour des lecteurs de commission, c’est de <strong>la</strong>isser une part de<br />

mystère et quelque chose qui ne soit pas complètem<strong>en</strong>t littéral.<br />

D.F. : N'att<strong>en</strong>d<strong>en</strong>t-ils pas aussi l’implication de l’auteur <br />

J.L. : Oui, bi<strong>en</strong> sûr. Mais je p<strong>en</strong>se que tout marche sur <strong>la</strong> suggestion dans le<br />

synopsis.


D.F. : Il a été déposé au CNC <br />

J.L. : Oui, mais sans succès. À <strong>la</strong> Scam, j’ai eu une bourse de 5 000 euros,<br />

le maximum possible étant 6000 euros. Les auteurs que j’ai r<strong>en</strong>contrés<br />

lors de <strong>la</strong> remise de <strong>la</strong> bourse m’ont fait des retours sur ce qu’ils avai<strong>en</strong>t<br />

aimé, ou non, dans le projet. Ce que je constate, c’est qu’aujourd’hui il<br />

y a une sur<strong>en</strong>chère de l’écriture. Quand on dépose une demande dans<br />

une commission, souv<strong>en</strong>t le dossier est déjà bi<strong>en</strong> avancé. Ce<strong>la</strong> pourrait<br />

presque déjà être du développem<strong>en</strong>t. Ce n’est plus deux ou trois pages<br />

comme dans le temps.<br />

D.F. : Mais à <strong>la</strong> Scam ça peut être deux ou trois pages, voire qu’une seule ou même<br />

une autre forme de prés<strong>en</strong>tation. Mais qu’est-ce que génère cette écriture <br />

J.L. : Pour l’instant, ça génère de <strong>la</strong> peur, parce que j’ai du mal à faire ce<br />

film qui est important pour moi. Il y a le film rêvé que j’ai peur de ne pas<br />

réussir à faire. Je ne p<strong>en</strong>se pas faire l’image de ce film et ça m’inquiète<br />

de travailler avec un opérateur. J’ai été sout<strong>en</strong>ue par des auteurs et ça<br />

c’est bi<strong>en</strong>. Ce n’est pas vrai pour toutes les commissions. Idéalem<strong>en</strong>t, je<br />

me serais bi<strong>en</strong> acheté une caméra. Mais je p<strong>en</strong>se retourner sur l’île sans<br />

personne et faire le point là-bas.<br />

Zouhair Chebbale,<br />

Étoile de <strong>la</strong> Scam<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch : Qu'est-ce que les Étoiles de <strong>la</strong> Scam <br />

Zouhair Chebbale : C’est une récomp<strong>en</strong>se de 4 000 euros pour 30 films<br />

diffusés dans l’année. Il y a <strong>en</strong>viron 500 films inscrits et c’est l’auteur<br />

qui doit faire <strong>la</strong> démarche. Je l’ai eu pour mon film Un piranha sous <strong>la</strong><br />

capuche. C’est un film qui parle de l’<strong>en</strong>vie de réussir dans un domaine<br />

qu’on aime, <strong>en</strong> l’occurr<strong>en</strong>ce ici <strong>la</strong> musique rap. Ce qui est bi<strong>en</strong>, c’est<br />

que le film passe p<strong>en</strong>dant un mois au Forum des images à Paris.<br />

D. F. : Au-delà du prix, qu’est-ce que ce<strong>la</strong> représ<strong>en</strong>te pour vous <br />

Z.C. : Je vais être très pragmatique. Piranha est un film qui a eu moins<br />

d’audi<strong>en</strong>ce sur France 3 <strong>Alsace</strong> que mes précéd<strong>en</strong>ts films, alors que<br />

pour moi c’est un de mes films les plus aboutis. Autant je suis cont<strong>en</strong>t<br />

d’avoir une Étoile de <strong>la</strong> Scam, autant je sais que ce film ne va pas<br />

m’aider à faire des films pour <strong>la</strong> télévision. Le prochain film que je<br />

tourne au Maroc sur des petites bonnes, je le fais avec <strong>Alsace</strong> 20 et<br />

je suis assez libre de faire ce que je veux, alors qu’il a été refusé par<br />

France 3 <strong>Alsace</strong> parce qu’il n’était pas assez local. L’Étoile, c’est vrai, a<br />

généré quelques contacts de producteurs, qui sont intéressés à ce que<br />

je leur propose des “sujets”. Mais moi je n’arrive pas à travailler à <strong>la</strong><br />

commande. Étoile ou pas Étoile, j’essaye de garder un regard critique<br />

sur ce que je fais et je ne me s<strong>en</strong>s pas <strong>en</strong>core assez sûr pour prét<strong>en</strong>dre<br />

faire du long métrage.<br />

D. F. : Comm<strong>en</strong>t vivez-vous l’expéri<strong>en</strong>ce de l’écriture <br />

Z.C. : Comme un calvaire [rire]. J’ai une quinzaine de projets dans mon<br />

ordinateur avec <strong>en</strong>viron quatre à cinq pages écrites pour chacun. Je<br />

p<strong>en</strong>se que c’est très facile d’avoir des idées de films mais après pour<br />

les développer c’est autre chose. Quatre ou cinq pages doiv<strong>en</strong>t suffir<strong>en</strong>t<br />

pour s’adresser à un producteur. À ce stade, j’ai souv<strong>en</strong>t comme réponse<br />

« va plus loin » ou « c’est pas le mom<strong>en</strong>t », donc je <strong>la</strong>isse tomber. Moi<br />

je préfère cinq pages d’int<strong>en</strong>tions que vingt-cinq de développem<strong>en</strong>t qui<br />

ne sont souv<strong>en</strong>t que des suppositions. Pour moi, ceux qui sav<strong>en</strong>t écrire<br />

et filmer ce sont des cinéastes, les autres, des réalisateurs. Le jour où<br />

j’arriverai à produire une vraie écriture pour un film, je serai cinéaste,<br />

c'est-à-dire quand je construirai mon écriture.<br />

Propos recueillis par Dami<strong>en</strong> Fritsch, Safire <strong>Alsace</strong><br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Le piano<br />

Court métrage fiction de 20’ de Levon Minasian (HD)<br />

Loussiné est une jeune pianiste tal<strong>en</strong>tueuse. Elle habite<br />

avec son grand-père dans une maisonnette préfabriquée<br />

et se prépare à un concours international. Le ministère de<br />

<strong>la</strong> Culture met à sa disposition un superbe piano. Mais <strong>la</strong><br />

maisonnette est trop petite pour y faire <strong>en</strong>trer un piano…<br />

Coproduction Cerigo films, BOA films, France 2<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Le temps du brevet<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Marc Grün (HDV)<br />

Avec ce cinquième volet d'une collection de docum<strong>en</strong>taires<br />

consacrée au rapport au temps chez les <strong>en</strong>fants,<br />

nous plongeons cette fois-ci dans ce temps à <strong>la</strong> jonction<br />

de deux mondes : celui de l'adolesc<strong>en</strong>ce.<br />

Coproduction Ère production, France Télévisions pôle Nord-Est<br />

Hansi, <strong>en</strong>tre création et provocation<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Horst Brand<strong>en</strong>burg<br />

et Christian Monzinger (HDCam)<br />

À travers l'histoire de Hansi, célèbre caricaturiste alsaci<strong>en</strong><br />

connu pour ses dessins germanophobes et décédé<br />

<strong>en</strong> 1951, ce film est une réflexion sur l'id<strong>en</strong>tité régio nale.<br />

Doit-on retrouver ses racines locales dans un monde qui<br />

s'internationalise à tout va <br />

Coproduction Ère production, France Télévisions pôle Nord-Est<br />

Buffalo Bill et <strong>la</strong> conquête de l’Est<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 80' (Arte) ; 60' (France 3) ;<br />

45' (MDR-Allemagne) de Vinc<strong>en</strong>t Froehly<br />

Tout le monde connaît le nom, tout le monde connaît <strong>la</strong><br />

lég<strong>en</strong>de. Mais personne ne connaît sa véritable histoire.<br />

Buffalo Bill : l'un des plus grands héros que l'Amérique ait<br />

jamais connu… ou produit <br />

Coproduction Ère production, BRB, Arte,<br />

France Télévisions pôle Nord-Est, MDR


chiffres grand-est<br />

14<br />

Les aides de <strong>la</strong> CUS sessions 1 et 2 et de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong><br />

2010<br />

CUS<br />

Région <strong>Alsace</strong><br />

demandé obt<strong>en</strong>u demandé obt<strong>en</strong>u<br />

DOCUMENTAIRES<br />

Des bus à Beyrouth, 52’ • RÉALISATION Aïdan Obrist • PRODUCTEUR Ana films 20 045 € 16000 € 19000 € 15000 €<br />

C<strong>la</strong>ude Monet à Giverny, 52’ • RÉALISATION Philippe Piguet • PRODUCTEUR Bix films 15 000 € 15000 € 15000 € 15000 €<br />

Carnets du Brésil, 52’ • RÉALISATION Luis Miranda • PRODUCTEUR Cresc<strong>en</strong>do films 31 650 € 22000 € 30000 € 18000 €<br />

Petits jardins secrets, 52’ • RÉALISATION Mariette Feltin • PRODUCTEUR La Curieuse 12 000 € 10 000 € 15000 € 15000 €<br />

Disparus, les oubliés de <strong>la</strong> Seconde Guerre mondiale, 52’ • RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Lutaud • PRODUCTEUR Seppia 16 000 € 16000 € 20000 € 15000 €<br />

Terre à terre, 52’ • RÉALISATION Jean Will • PRODUCTEUR Seppia 10 000 € 10 000 € 20000 € 15000 €<br />

La t<strong>en</strong>ture de l'Apocalypse, 52’ • RÉALISATION Rodolphe Viémont • PRODUCTEUR Ana films 17 935 € 14000 € 17000 € 17000 €<br />

L'insaisissable Monsieur Kahn, 52’ • RÉALISATION Robin Hunzinger • PRODUCTEUR Bix films 15 000 € 15000 € 20000 € 18000 €<br />

Emmène-moi, 52’ • RÉALISATION Anne-Noëlle Gaessler • PRODUCTEUR Dora films 17 000 € 12000 € 17000 € 15000 €<br />

Hansi, <strong>en</strong>tre création et provocation, 52’ • RÉALISATION Horst Brand<strong>en</strong>bourg • PRODUCTEUR Ère productions 22155 € 12000 € 21 000 € 15000 €<br />

El Rocio, l'âme andalouse 52’ • RÉALISATION Jean-C<strong>la</strong>ude Poirson et Lorraine Robinson • PRODUCTEUR Human Doors films 16880 € 0 € 16000 € 15000 €<br />

La main noire, 52’ • RÉALISATION Jean-Baptiste Frappat • PRODUCTEUR Jem productions 36 925 € AJOURNEMENT 35000 € 35000 €<br />

Peuple rom, une nation sans frontière, 52’ • RÉALISATION Tania Rakhmanova• PRODUCTEUR Mano a mano 26 375 € 16000 € 25000 € 15000 €<br />

Ceux du cinéma, 52’ • RÉALISATION Gabriel Goubet • PRODUCTEUR Seppia 14 000 € 0 € 13400 € 10 000 €<br />

Francis Bueb, le contrebandier, 52’ • RÉALISATION Robin Hunzinger • PRODUCTEUR Bix films 15825 € 15000 € 15000 € 15000 €<br />

Le déménagem<strong>en</strong>t, 52’ • RÉALISATION Gaël Lachaux • PRODUCTEUR Cerigo films 17 000 € 14250 € 18000 € 12000 €<br />

De maisons <strong>en</strong> maisons, sur le chemin des aides à domicile, 52’ • RÉALISATION Guil<strong>la</strong>ume Terver • PRODUCTEUR Cresc<strong>en</strong>do films 15 825 € AJOURNEMENT 20000 € 15000 €<br />

Avoir 15 ans sous l'occupation, 52’ • RÉALISATION Nadège Buhler • PRODUCTEUR Des Jours meilleurs 15 825 € 15000 € 15000 € 15000 €<br />

Algérie, les années après l'indép<strong>en</strong>dance, 52’ • RÉALISATION Chloé Hunzinger • PRODUCTEUR Real productions 22000 € 20000 € 22000 € 18000 €<br />

Au-delà des coups, 52’ • RÉALISATION Didier Asson • PRODUCTEUR Cerigo films 16 000 € AJOURNEMENT 17000 € AJOURNEMENT<br />

Un désir ordinaire, 52’ • RÉALISATION Hélène Trigueros • PRODUCTEUR Dynamo production 4 220 € 0 € 4 000 € 0 €<br />

Sous les pavés, <strong>la</strong> rivière, 52’ • RÉALISATION Nico<strong>la</strong>s Dupuis • PRODUCTEUR Nokill - - 8 000 € 0 €<br />

La leçon de cathédrale, 52’ • RÉALISATION Bruno Agui<strong>la</strong> et D<strong>en</strong>is Becker • PRODUCTEUR Novi productions 15825 € AJOURNEMENT 15000 € 0 €<br />

Footballeurs c<strong>la</strong>ndestins, 52’ • RÉALISATION Xavier Villetard • PRODUCTEUR Bix films 15000 € 0 € 17 000 € 0 €<br />

Jacques, Jean-Bernard et Jean, 52’ • RÉALISATION Anna Feillou • PRODUCTEUR Bix films 13000 € 0 € 15 000 € 0 €<br />

Webcam Stories, 52’ • RÉALISATION Alexis Metzinger • PRODUCTEUR Cerigo films 15000 € 0 € 18 000 € 0 €<br />

Je me souvi<strong>en</strong>s de vous, Robert Lyn<strong>en</strong>, 52’ • RÉALISATION Jacques Tréfouël • PRODUCTEUR Les Films du lieu - - 10 000 € 0 €<br />

Grandeur nature, <strong>la</strong> forêt secrète, 52’ • RÉALISATION Marc Giraud • PRODUCTEUR Gedeon programmes - - 13000 € 0 €<br />

La vie des g<strong>en</strong>s, 26’ • RÉALISATION Matthias J<strong>en</strong>ny • PRODUCTEUR Les Films de l'Étranger 12000 € 0 € 12000 € 0 €<br />

Cœurs de brousse, 43’ et 52’ • RÉALISATION Nico<strong>la</strong>s Gruaud • PRODUCTEUR Seppia 15000 € 15000 € 15000 € 0 €<br />

La déc<strong>en</strong>tralisation à travers l'histoire du TNS, 52’ • RÉALISATION Michel Deutsch • PRODUCTEUR Seppia 18000 € 15000 € 20000 € 0 €<br />

Sawah, une r<strong>en</strong>contre <strong>en</strong>tre l'Egypte et l'<strong>Alsace</strong>, 52’ • RÉALISATION Vinc<strong>en</strong>t Moon • PRODUCTEUR 3 Cafés prod - - 15000 € 0 €<br />

L'échappée (ex PZB), 52’ • RÉALISATION Yann Kerninon • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle films et associés 15000 € 0 € - -<br />

La terre me parle, 52’ • RÉALISATION Luciano Ibarra et Jérôme Champion • PRODUCTEUR FilFil films 18990 € 0 € - -<br />

L'Ouest sauvage, 52’ • RÉALISATION Aline Fischer • PRODUCTEUR Bellota films 31 650 € 0 € - -<br />

COURTS MÉTRAGES<br />

Haram, 15’ • RÉALISATION B<strong>en</strong>oît Martin • PRODUCTEUR Année zéro 21 100 € 16 000 € 30 000 € 15 000 €<br />

Eau forte, 15’ • RÉALISATION Lucie Duchêne • PRODUCTEUR Prométhée productions 15825 € 7 000 € 40000 € 15000 €<br />

Quinze septembre, 15’ • RÉALISATION Pauline Bureau • PRODUCTEUR Vudeface production 15825 € RETIRÉ 25000 € 15000 €<br />

Le piano, 12’ • RÉALISATION Levon Minasian • PRODUCTEUR Cerigo films - - 15000 € 15000 €<br />

Margelle, 30’ • RÉALISATION Omar Mouldouira • PRODUCTEUR Les Films de l'Étranger 20000 € 15 000 € 20000 € 10 000 €<br />

Un, deux, trois, quatre, 20’ • RÉALISATION Kartik Singh • PRODUCTEUR Mysteo 21 100 € 13 000 € 20000 € 15000 €<br />

Feu, 19’ • RÉALISATION Stéphanie Vasseur • PRODUCTEUR 24 Mai production - - 30000 € 15000 €<br />

Abribus, 18’ • RÉALISATION Carine Hazan • PRODUCTEUR Cassiopée films - - 25000 € 13000 €<br />

Les parapluies migrateurs, 15’ • RÉALISATION Mé<strong>la</strong>nie Laleu • PRODUCTEUR La Main productions - - 35000 € 17000 €<br />

L'héritier, 47’ • RÉALISATION Jean-Marie Straub • PRODUCTEUR Les Fées productions 21 100 € 0 € 30000 € 15000 €<br />

Visite à domicile, 20’ • RÉALISATION David Meadeb • PRODUCTEUR 10:15 productions - - 15000 € 0 €<br />

Le beau petit chalet • RÉALISATION Sébasti<strong>en</strong> Auger • PRODUCTEUR Affreux, sales et méchants productions - - 25000 € AJOURNEMENT<br />

La liste du père Noël, 15’ • RÉALISATION Walid Mattar • PRODUCTEUR Barney production - - 22500 € AJOURNEMENT<br />

Rue des P<strong>la</strong>tanes, 15’ • RÉALISATION Judith Havas • PRODUCTEUR Boa films - - 30000 € 0 €<br />

À l'ombre de <strong>la</strong> lumière, 30’ • RÉALISATION Gautier Gumpper • PRODUCTEUR Ana films 21 100 € 0 € 20000 € 0 €


Les aides de <strong>la</strong> CUS sessions 1 et 2 et de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong><br />

2010<br />

CUS<br />

Région <strong>Alsace</strong><br />

demandé obt<strong>en</strong>u demandé obt<strong>en</strong>u<br />

C'est parce qu'on imagine, 15’ • RÉALISATION Olivier Bouffard • PRODUCTEUR Carlito films - - 30000 € 0 €<br />

This is not a Safari, 12’ • RÉALISATION Stéphane Bouquet • PRODUCTEUR Filmo - - 30000 € 0 €<br />

Oui Monsieur, 12’ • RÉALISATION Marc Barbe • PRODUCTEUR Guns and Knives - - 40 000 € 0 €<br />

Onctions extrêmes, 15’ • RÉALISATION Lionel Vania Arazi • PRODUCTEUR Ki<strong>en</strong> productions 21 100 € 0 € 20 000 € 0 €<br />

Berlinoises, 10’ • RÉALISATION Rocco Labbe • PRODUCTEUR Pilgrimage - - 21 500 € 0 €<br />

Tango, 10’ • RÉALISATION David Morley • PRODUCTEUR Sombrero productions 36925 € 15000 € 25000 € 0 €<br />

La grand-mère dans le bus qui a retourné <strong>la</strong> théorie du pouvoir d’Aboubakar, 12’ • RÉALISATION Yohann Gloagu<strong>en</strong> • PRODUCTEUR 31 Juin films 26375 € 0 € 25000 € 0 €<br />

Assurance-vie, 10’ • RÉALISATION Bruno Lefèvre • PRODUCTEUR Utopie films 24 265 € 0 € 23000 € 0 €<br />

Le vernissage, 6’ • RÉALISATION Erwann Lameignière • PRODUCTEUR Fantastic Pictures - - 32000 € 0 €<br />

L'av<strong>en</strong>ir dure longtemps, 20’ • RÉALISATION Emmanuel Bonn • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle films et associés 15000 € 15000 € 15000 € 0 €<br />

Point de fuite, 15’ • RÉALISATION B<strong>en</strong>jamin d'Aoust • PRODUCTEUR Les Films au long cours - - 30000 € 0 €<br />

Liga me, 10’ • RÉALISATION Cristina Pinheiro • PRODUCTEUR Libris films - - 22000 € 0 €<br />

Alice et <strong>la</strong> bête, 12’ • RÉALISATION Isabelle Gely • PRODUCTEUR Mezzanine films 18825 € 0 € 25000 € 0 €<br />

Le temps d'un discours, 18’ • RÉALISATION Christophe Gand • PRODUCTEUR Parfum de films 8 440 € AJOURNEMENT 10 000 € 0 €<br />

Tuer l'<strong>en</strong>nui, 14’ • RÉALISATION Juli<strong>en</strong> Paolini • PRODUCTEUR Yukunkun productions - - 38000 € 0 €<br />

Le grand collider, 14’ • RÉALISATION B<strong>en</strong>oît Bourreau • PRODUCTEUR Les Films de l'Étranger - - 15000 € 0 €<br />

Parmi nous, 45’ • RÉALISATION Clém<strong>en</strong>t Cogitore • PRODUCTEUR Kasak productions 10 550 € 7 000 € - -<br />

La 7 e poule, 28’ • RÉALISATION Elisabet Gustafson • PRODUCTEUR La Voie <strong>la</strong>ctée 21 100 € 20000 € - -<br />

À <strong>la</strong> longue, 30’ • RÉALISATION Sylvain Pioutaz • PRODUCTEUR Kometa films 18 990 € 10 000 € - -<br />

Détours, 15’ • RÉALISATION Yannis Metzinger • PRODUCTEUR Cerigo films 25 000 € 0 € - -<br />

Tu ne dis ri<strong>en</strong>, 30’ • RÉALISATION Christophe Delsaux • PRODUCTEUR La Vie est belle films associés 21 100 € 0 € - -<br />

LONGS MÉTRAGES<br />

Noces de cristal, 110’ • RÉALISATION Tonie Marshall • PRODUCTEUR Soudaine Compagnie - - 100 000 € 75000 €<br />

Tous les soleils, 110’ • RÉALISATION Philippe C<strong>la</strong>udel • PRODUCTEUR UGC YM - - 100 000 € 100000 €<br />

Approved for Adoption, 90’ • RÉALISATION Jung H<strong>en</strong>in et Laur<strong>en</strong>t Boileau • PRODUCTEUR Mosaïque films 105 500 € 100 000 € 100 000 € 100000 €<br />

Avant moi, je croyais, 90’ • RÉALISATION Michel Leclerc • PRODUCTEUR 31 Juin films 105 500 € AJOURNEMENT 100 000 € 0 €<br />

Les fils du v<strong>en</strong>t, 90’ • RÉALISATION Bruno Le Jean • PRODUCTEUR Les Films du Veyrier 47475 € 30000 € - -<br />

La p<strong>la</strong>ce, 110’ • RÉALISATION Marie Dumora • PRODUCTEUR Les Films du poisson 31 650 € 0 € - -<br />

Voici le temps des assassins, 110’ • RÉALISATION Tonie Marshall • PRODUCTEUR Soudaine Compagnie 105 500 € 60000 € 100 000 € 100000 €<br />

Sil<strong>en</strong>ce d’amour, 110’ • RÉALISATION Philippe C<strong>la</strong>udel • PRODUCTEUR UGC YM 105 500 € 70 000 € 100 000 € 100000 €<br />

FICTIONS TV<br />

Xanadu, 8 x 52’ • RÉALISATION Podz et Jean-Philippe Amar • PRODUCTEUR Haut et court 158250 € 80000 € 200000 € 150000 €<br />

La tribu des ex, 90’ • RÉALISATION Joyce Bunuel • PRODUCTEUR ICT-Nelka films 105 500 € 50000 € 75000 € 0 €<br />

La Cerisaie, 135’ • RÉALISATION Alexandre Gavras • PRODUCTEUR Unlimited 100 000 € 45000 € - -<br />

AIDE A LA RECHERCHE D'UN DIFFUSEUR AUDIOVISUEL<br />

En att<strong>en</strong>dant l'euro, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Pascal Cling • PRODUCTEUR Les Espérologues - - 7 000 € 4000 €<br />

Laetitia et ses loups, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Jean-Luc Nachbauer • PRODUCTEUR Les Films de l'Europe - - 7 000 € 4000 €<br />

Voyages d'hiver, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Jean-Luc Nachbauer • PRODUCTEUR Les Films de l'Europe - - 7 000 € 4000 €<br />

PAD - Prêt à découper, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Anne-Marie Martin et Anne-Elène De<strong>la</strong>vigne • PRODUCTEUR Faites un voeu - - 7 000 € 4000 €<br />

Le vieil homme et les fables, série, 20 x 3’ • RÉALISATION Mathieu Rolin • PRODUCTEUR Amopix - - 7 000 € 7000 €<br />

Sous les tilleuls, docum<strong>en</strong>taire, démo 4’ • RÉALISATION Anja Unger • PRODUCTEUR Cresc<strong>en</strong>do films - - 7 000 € 5000 €<br />

Mon beau sapin, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Jean-Luc Nachbauer • PRODUCTEUR Les Films de l'Europe - - 7 000 € 0 €<br />

Tout simplem<strong>en</strong>t C<strong>la</strong>ra Haskil, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Pascal Cling • PRODUCTEUR Seppia - - 7 000 € 0 €<br />

L'agonie du fleuve Jaune, docum<strong>en</strong>taire, 90’ • RÉALISATION Jérôme Lidolf • PRODUCTEUR Des Jours meilleurs - - 7 000 € 0 €<br />

15


chiffres grand-est (suite)<br />

Les aides de l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong><br />

2010<br />

AIDES À LA PREMIÈRE ŒUVRE<br />

L’Échappée, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Yann Kerninon • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle 10 200 € 10 200 €<br />

Les Navets b<strong>la</strong>ncs, court métrage, 20’ • RÉALISATION Rachel Lang • PRODUCTEUR Chevaldeuxtrois 10 200 € 10 200 €<br />

Lambda 330, court métrage, 20’ • RÉALISATION Caroline Cutaia et Domitille Leca • PRODUCTEUR Robinson production 10 200 € 10 200 €<br />

AIDES À L’ÉCRITURE<br />

accompagnem<strong>en</strong>t<br />

Au-delà des coups, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Didier Asson Suivi tutoral 1 500 € 1 500 €<br />

L'Appel, court métrage • RÉALISATION Julia Saccani Résid<strong>en</strong>ce d'écriture de fiction 1 500 € 1 500 €<br />

Chink, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Matthias Berger Suivi tutoral 1 500 € 1 500 €<br />

A Majeur, docum<strong>en</strong>taire, • RÉALISATION Olivier Lelong Suivi tutoral 1 210 € 800 €<br />

La frontière dép<strong>la</strong>cée, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Gilles Weinzaepfl<strong>en</strong> Suivi tutoral 1 500 € 800 €<br />

Shangri-<strong>la</strong> sur Ardèche, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Sophie Desgeorge Suivi tutoral 320 € 320 €<br />

Sur <strong>la</strong> corde raide, long métrage • RÉALISATION Levon Minasian - 1 500 € 1 000 €<br />

Les mines de paroles, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION A<strong>la</strong>in Giorgetti • PRODUCTEUR Cresc<strong>en</strong>do films Suivi tutoral 1 500 € 1 500 €<br />

Elord, paysan <strong>en</strong> Haïti, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Hervé Roesch Suivi tutoral 1 500 € 1 500 €<br />

Farwest, court métrage • RÉALISATION Célia Wag<strong>en</strong>führer Résid<strong>en</strong>ce d'écriture de fiction 1 500 € 0 €<br />

Un seul mot, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Virginie Desbois Suivi tutoral 1 200 € 0 €<br />

AIDES AU DÉVELOPPEMENT<br />

Les Pieds-Rouges, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Chloé Hunzinger • PRODUCTEUR Real productions 4 500 € 4 500 €<br />

Un cimetière de “boches”, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Stefanie Rieke • PRODUCTEUR Yvoir films 4 500 € 4 500 €<br />

Je ne t'aime pas, long métrage de fiction • RÉALISATION Franck Beauvais • PRODUCTEUR Les Films du bélier 4 500 € 4 000 €<br />

La naissance de l'<strong>Alsace</strong>, docum<strong>en</strong>taire, 3 x 26' • RÉALISATION Alexis Metzinger et Mélissa Décaire • PRODUCTEUR Cerigo films 4 500 € 4 000 €<br />

Le pays-usine, docum<strong>en</strong>taire, 104’ • RÉALISATION Jean-François Moris • PRODUCTEUR Dora films 4 500 € 4 000 €<br />

Plumes, paillettes et "cas soc", docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Audrey Vinel • PRODUCTEUR Innervision 4 500 € 4 500 €<br />

demandé<br />

ACA<br />

obt<strong>en</strong>u<br />

Formation continue<br />

L’Institut national de l’audiovisuel et l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong> sign<strong>en</strong>t une conv<strong>en</strong>tion qui permettra <strong>la</strong><br />

t<strong>en</strong>ue de formations continue de l’Ina dans les locaux de l’Ag<strong>en</strong>ce. Le premier stage intitulé Sonorisation<br />

de confér<strong>en</strong>ce s’est déroulé du 6 au 10 décembre 2010. Deux autres sessions sont prévues <strong>en</strong> 2011 : Le droit<br />

et l’image photographique et Panorama du media global.<br />

Par ailleurs, dans le cadre de leurs missions respectives, l’ACA et l’Ina ont conv<strong>en</strong>u de travailler <strong>en</strong>semble à une<br />

analyse plus fine des besoins des professionnels de l’audiovisuel <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> afin de proposer d’autres formations,<br />

<strong>en</strong> adéquation avec les besoins du secteur.<br />

Plus d’info<br />

sur l’offre de formation Ina :<br />

www.ina-sup.com<br />

et sur le programme<br />

de formations<br />

proposées par l’ACA :<br />

www.culture-alsace.org<br />

sur <strong>la</strong> rubrique formations<br />

16<br />

Avoir 15 ans sous l'Occupation de Nadège Buhler


Les aides de <strong>la</strong> Région Bourgogne<br />

2010<br />

Région Bourgogne<br />

AIDES À L'ÉCRITURE LONGS MÉTRAGES<br />

Le <strong>la</strong>c des cygnes, 100’ • RÉALISATION F<strong>la</strong>vi<strong>en</strong> Rochette 6 000 € 0 €<br />

Chair, 100’ • RÉALISATION Nico<strong>la</strong>s Zappi 6 000 € 0 €<br />

Dans l'oubli d'exister, 80’ • RÉALISATION Boj<strong>en</strong>a Horackova 6 000 € 0 €<br />

Projet Madeleine Pauliac, 120’ • RÉALISATION Sabrina Karine 6 000 € 0 €<br />

De l'intérieur, 110’ • RÉALISATION Fabi<strong>en</strong> Lefizelier 1 000 € 0 €<br />

Le R<strong>en</strong>ouveau testam<strong>en</strong>t, 80’ • RÉALISATION Nico<strong>la</strong>s Orzeckowsky 6 000 € 0 €<br />

P<strong>la</strong>ce au soleil, 90’ • RÉALISATION Hélène De Crécy 6 000 € 5000 €<br />

Saint-Ange, 90’ • RÉALISATION Pierre Van Maël • PRODUCTEUR Ama productions 6 000 € 5000 €<br />

L'eau douce, 85’ • RÉALISATION Arthur Joffe • PRODUCTEUR Manitou productions 6 000 € 0 €<br />

L'<strong>en</strong>fant du Sahara, 80’ • RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Merlin • PRODUCTEUR Rézina productions 6 000 € 0 €<br />

AIDES À L'ÉCRITURE DOCUMENTAIRES<br />

Racines, 52’ • RÉALISATION Daniel Der<strong>en</strong>ne 4 487 € 0 €<br />

Les êtres humaines, 75’ • RÉALISATION Valérie Gaudissart-Potash 5 700 € 5 000 €<br />

Le temps des moissons, 52’ • RÉALISATION Frédéric Jacovlev • PRODUCTEUR Camera lucida productions 3 000 € 0 €<br />

Gustave Jossot, 52’ • RÉALISATION Marc Faye 6 000 € 5000 €<br />

Le cœur de l'Europe, 52’ ou 90' • RÉALISATION K<strong>la</strong>us Hack<strong>en</strong>berg 6 000 € 0 €<br />

Bernard Loiseau : vie et mort dans <strong>la</strong> haute cuisine, 84’ • RÉALISATION Rudolph Chelminski • PRODUCTEUR Sofoco productions 6 000 € 0 €<br />

Il était une voix… <strong>la</strong> radio, 2 x 52’ • RÉALISATION Didier Ray • PRODUCTEUR Dynamo production 6 000 € 0 €<br />

Musique et cerveau, 2 x 52’ • RÉALISATION Anne Bramard B<strong>la</strong>gny 6 000 € 0 €<br />

Ozark-Guédelon, 52’ • RÉALISATION Viviane Aubry et Nico<strong>la</strong>s Bilder • PRODUCTEUR Ava productions 6 000 € 0 €<br />

Naufragés, 52’ • RÉALISATION Juli<strong>en</strong> Glowinski et Pierre-Antoine Rousseau • PRODUCTEUR Rgfilms 6 000 € 3500 €<br />

Ow<strong>en</strong>s Long, le temps d'une étreinte, 52’ • RÉALISATION Simon Panay • PRODUCTEUR Orok films 6 000 € 0 €<br />

Champs d'artistes, 52’ • RÉALISATION Corinne Hernandez • PRODUCTEUR Les Films du Bouloi 4 200 € 0 €<br />

Une liberté sous contrôle, 52’ • RÉALISATION Hélène Trigueros • PRODUCTEUR Dynamo production 6 000 € 5000 €<br />

Cluny <strong>en</strong> héritage, 52’ • RÉALISATION Marie Katsirelu et Bernard Gazet 6 000 € 0 €<br />

Révolution intérieure, 52’ • RÉALISATION Pascaline Mussot 6 000 € 0 €<br />

La cousine québécoise, 52’ • RÉALISATION Jean-Sébasti<strong>en</strong> Seguin 25000 € 0 €<br />

AIDES À L'ÉCRITURE TÉLÉFILMS<br />

Les insatiables, 8 x 26’ • RÉALISATION A.Lanier, J. Singaye, M. Al<strong>la</strong>ire, C. Jung, B. Haberkorn, N. Morel • PRODUCTEUR Scope productions 6 000 € 0 €<br />

Une femme sous emprise, 110’ • RÉALISATION Pierre-Yves Pruvost 6 000 € 1500 €<br />

La nouvelle aire, 90’ • RÉALISATION F. Lebon, V. Burgevin, B. Vigneron, J. Vocat, J. Bruno, E. F. Grima • PRODUCTEUR Les Films d'Avalon 6 000 € 0 €<br />

AIDES À LA PRODUCTION LONGS MÉTRAGES<br />

Tu seras mon fils, 105’ • RÉALISATION Gilles Legrand • PRODUCTEUR Épithète films 200000 € 0 €<br />

Voir <strong>la</strong> mer, 85’ • RÉALISATION Patrice Leconte • PRODUCTEUR Produire à Paris 200000 € 180000 €<br />

L'œil du cheval, 100’ • RÉALISATION Thierry Barrier • PRODUCTEUR Araucania films 145000 € 0 €<br />

Dernière séance, 90’ • RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Achard • PRODUCTEUR Les Films du Worso 200000 € 200000 €<br />

AIDES À LA PRODUCTION DOCUMENTAIRES<br />

Le lycée, un <strong>la</strong>byrinthe , 52’ • RÉALISATION Jean Vercoutère • PRODUCTEUR Mosaïques films 15000 € 0 €<br />

La ligne de démarcation, 52’ • RÉALISATION Jean-Michel Dury • PRODUCTEUR Faites un vœu 25000 € 0 €<br />

Dominique Vivant D<strong>en</strong>on, collectionneur d'av<strong>en</strong>tures, 52’ • RÉALISATION Patrick Nasles • PRODUCTEUR Mécanos productions 47000 € 0 €<br />

Les gallo-bataves, 52’ • RÉALISATION Virginie Saclier • PRODUCTEUR Aximée productions 34000 € 20000 €<br />

Jules R<strong>en</strong>ard, homme de combat, 52’ • RÉALISATION Jacques Trefouel • PRODUCTEUR Les Films du lieu-dit 45000 € 45000 €<br />

43 Tirailleurs, 52’ • RÉALISATION Mireille Hannon • PRODUCTEUR Z'azimut films 30000 € 30000 €<br />

Les premières nuits des présid<strong>en</strong>ts de <strong>la</strong> République française, 60’ • RÉALISATION Jean-Charles D<strong>en</strong>iau • PRODUCTEUR MMM productions 30000 € 15000 €<br />

Les vagabonds des étoiles, 100’ • RÉALISATION B<strong>la</strong>ise Othnin-Girard • PRODUCTEUR 13 Production 50000 € 0 €<br />

Bourgogne, <strong>en</strong> vert du décor, 52’ • RÉALISATION Philippe Tourancheau • PRODUCTEUR Les Bons Cli<strong>en</strong>ts 25000 € 0 €<br />

Un désir ordinaire, 52’ • RÉALISATION Hélène Trigueros • PRODUCTEUR Dynamo productions 25000 € 25000 €<br />

Je me souvi<strong>en</strong>s de vous, Robert Lyn<strong>en</strong>, 52’ • RÉALISATION Jacques Trefouel • PRODUCTEUR Les Films du lieu-dit 15000 € 0 €<br />

Le Graal du vin. Quatre saisons à <strong>la</strong> Romanée-Conti, 52’ • RÉALISATION Thomas Bravo-Maza • PRODUCTEUR Compagnie des phares et balises 25000 € 0 €<br />

demandé<br />

obt<strong>en</strong>u<br />

17


chiffres grand-est (suite)<br />

Les aides de <strong>la</strong> Région Bourgogne<br />

2010<br />

(suite)<br />

Région Bourgogne<br />

AIDES À LA PRODUCTION COURTS MÉTRAGES<br />

This is not a safari, 12’ • RÉALISATION Stéphane Bouquet • PRODUCTEUR Filmo 25000 € 0 €<br />

Une jeunesse française, 20’ • RÉALISATION David Roux • PRODUCTEUR Libris films 25000 € 0 €<br />

Zacune pati<strong>en</strong>ce d'ange, 8’ • RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Molinaro et Sébasti<strong>en</strong> Careil • PRODUCTEUR Fast prod 25000 € 0 €<br />

L'arme secrète, 15’ • RÉALISATION Coralie Fargeat • PRODUCTEUR Zorba production 25000 € 0 €<br />

Tapage nocture, 7’ • RÉALISATION Olivier Riou • PRODUCTEUR Les Films au long cours 20000 € 0 €<br />

Ba<strong>la</strong>de des harpes, 20’-30’ • RÉALISATION D<strong>en</strong>ys Fleutot • PRODUCTEUR ICAV 25000 € 0 €<br />

La poule, 11’ • RÉALISATION A<strong>la</strong>in Bellon • PRODUCTEUR El<strong>la</strong>bel productions 25000 € 0 €<br />

Les <strong>en</strong>fants de <strong>la</strong> nuit, 26’ • RÉALISATION Caroline Deruas • PRODUCTEUR Les Films au long cours 25000 € 0 €<br />

Tango, 10’ • RÉALISATION David Morley • PRODUCTEUR Sombrero productions 25000 € 0 €<br />

Quoi L'éternité, 22’ • RÉALISATION Thibault Gobry • PRODUCTEUR Zorba production 25000 € 0 €<br />

Château Mouton-Rothschild, 20’ • RÉALISATION Louis Aubert • PRODUCTEUR Satourne productions 25000 € 0 €<br />

La dernière p<strong>la</strong>ine, 50’ • RÉALISATION David Depesseville • PRODUCTEUR Andolfi 25000 € 0 €<br />

Le <strong>la</strong>pin, 8’-10’ • RÉALISATION Basti<strong>en</strong> Bernini • PRODUCTEUR El<strong>en</strong>a films 15000 € 0 €<br />

Sev<strong>en</strong> Addict, 5’ • RÉALISATION Juli<strong>en</strong> Gayot • PRODUCTEUR Darma productions 25000 € 0 €<br />

Le congrès, 15’ • RÉALISATION Christophe H<strong>en</strong>ry • PRODUCTEUR Constance production 25000 € 0 €<br />

Le beau petit chalet, 15’ • RÉALISATION Sébasti<strong>en</strong> Auger • PRODUCTEUR Affreux, sales et méchants productions 25000 € 0 €<br />

Un fantasme de Bel<strong>la</strong> B., 23’ • RÉALISATION Jean-Luck Levasseur • PRODUCTEUR 24-25 production 25000 € 0 €<br />

Expresso, 20’ • RÉALISATION Vinc<strong>en</strong>t Harter • PRODUCTEUR Gulliver productions 25000 € 25000 €<br />

La taupinière, 18’ • RÉALISATION Mickaël Avignon • PRODUCTEUR Les Films du requin 25000 € 0 €<br />

D'une minute à l'autre, 15’ • RÉALISATION Laure Becdelièvre • PRODUCTEUR Bathysphère productions 25000 € 0 €<br />

La vocation, 25’ • RÉALISATION Patrice Carré • PRODUCTEUR Kazak productions 25000 € 0 €<br />

L'être et les maux, 30’ • RÉALISATION Frédéric Paradiso • PRODUCTEUR Armada production 25000 € 0 €<br />

La rayure, 8’ • RÉALISATION Daniel Anton • PRODUCTEUR Parmi les lucioles films 25000 € 0 €<br />

Contredanse, 14’ • RÉALISATION Jérémie Schel<strong>la</strong>ert • PRODUCTEUR Sibel Films 20177 € 0 €<br />

La rhapsodie des omelettes urbaines, 10’ • RÉALISATION Luc Annest • PRODUCTEUR Sev<strong>en</strong>dogs production 25000 € 0 €<br />

Le souffle au cœur, 20’ • RÉALISATION Khourban Cassam-Ch<strong>en</strong>aî • PRODUCTEUR Koro films 25000 € 0 €<br />

Viol<strong>en</strong>ce elle seule, 25’ • RÉALISATION Éric Capitaine • PRODUCTEUR De films <strong>en</strong> aiguille 25000 € 25000 €<br />

Humus, 30’ • RÉALISATION Frédéric Labonde • PRODUCTEUR Les Films de l'avalée 25000 € 0 €<br />

La part de Franck, 30’ • RÉALISATION Dominique Baumard • PRODUCTEUR Les Films du Worso 25000 € 0 €<br />

Crevettes sautées, 15’ • RÉALISATION David Braun • PRODUCTEUR S<strong>en</strong>dsudsou production 25000 € 0 €<br />

Le Maistre, 12’ • RÉALISATION Auréli<strong>en</strong> Annonier • PRODUCTEUR Sebibiprod 15050 € 0 €<br />

Junior, 25’ • RÉALISATION Julia Ducournau • PRODUCTEUR Kazak productions 25000 € 0 €<br />

Brushing, politique, etc., 15’ • RÉALISATION Marjo<strong>la</strong>ine Boully-So<strong>la</strong>ro et Nadia Jandeau • PRODUCTEUR Cantina films 25000 € 0 €<br />

Bocuse, 14’ • RÉALISATION Stéphanie Pillonca-Kervern et Géraldine R<strong>en</strong>ault • PRODUCTEUR Les Films du Worso 20000 € 0 €<br />

Abribus, 18’ • RÉALISATION Carine Hazan • PRODUCTEUR Cassiopée films 25000 € 0 €<br />

La dernière caravane, 12’ • RÉALISATION Foued Mansour • PRODUCTEUR C'est à voir 15000 € 15000 €<br />

Feu, 19’ • RÉALISATION Stéphanie Vasseur • PRODUCTEUR 24 Mai production 25000 € 0 €<br />

En ligne, 18’ • RÉALISATION Nico<strong>la</strong>s M<strong>en</strong>igot • PRODUCTEUR Öpame films 22000 € 0 €<br />

Crime gris, 18’ • RÉALISATION Nico<strong>la</strong>s Fauvel • PRODUCTEUR Öpame films 20000 € 0 €<br />

Mariage blues, 12’ • RÉALISATION Touria B<strong>en</strong>zari • PRODUCTEUR Veo 2 max 23000 € 0 €<br />

Les pisseuses, 26’ • RÉALISATION Géraldine Feiflin • PRODUCTEUR Bathysphère productions 25000 € 0 €<br />

Le <strong>la</strong>ngage des cathédrales, 26’ • RÉALISATION Olivier Nelli • PRODUCTEUR Aragami – Vidéo internet production 18395 € 0 €<br />

L'albatros, 30’ • RÉALISATION Emmanuel Bonnat • PRODUCTEUR Année zéro 25000 € 0 €<br />

J'aurais voulu que tu sois là, 22’ • RÉALISATION Geoffroi Heissler • PRODUCTEUR Lumina films 25000 € 0 €<br />

Cow Boy Up, 12’ • RÉALISATION Eric Boissier • PRODUCTEUR Fae fata productions 25000 € 0 €<br />

C'est parce qu'on imagine, 15’ • RÉALISATION Olivier Bouffard • PRODUCTEUR Carlito 25000 € 0 €<br />

Un figuier sans feuilles, 50’ • RÉALISATION Marc Weymuller • PRODUCTEUR Les Films de l'avalée 25000 € 0 €<br />

Le mur d'arg<strong>en</strong>t, 55’ • RÉALISATION Muriel Beltramo • PRODUCTEUR MB films 25000 € 0 €<br />

L'armoire, 12’ • RÉALISATION Jérôme Debusschère • PRODUCTEUR Satourne productions 25000 € 0 €<br />

L'air de ri<strong>en</strong>, 8’ • RÉALISATION Sylvie Lazzarini • PRODUCTEUR Fire<strong>la</strong>nd productions 25000 € 0 €<br />

demandé<br />

obt<strong>en</strong>u<br />

18


Les aides de <strong>la</strong> Région Bourgogne<br />

2010<br />

(suite)<br />

Région Bourgogne<br />

demandé<br />

obt<strong>en</strong>u<br />

La dernière p<strong>la</strong>ine, 55’ • RÉALISATION David Depesseville • PRODUCTEUR Les Films de <strong>la</strong> riposte 25000 € 25000 €<br />

Mal de mères, 45’ • RÉALISATION Laetitia Ambert • PRODUCTEUR Audi<strong>en</strong>ce(s) 25000 € 0 €<br />

Le temps d'un discours, 20’ • RÉALISATION Christophe Gand • PRODUCTEUR Parfum de films 20000 € 0 €<br />

Le son d'une vie, 13’ • RÉALISATION Sandrine Rigaux • PRODUCTEUR Carlito 25000 € 0 €<br />

Le premier pas, 22’ • RÉALISATION Auréli<strong>en</strong> Lap<strong>la</strong>ce • PRODUCTEUR La Bise au chat productions 25000 € 0 €<br />

Programme familial, 15’ • RÉALISATION Flor<strong>en</strong>ce Valero • PRODUCTEUR Prométhée productions 25000 € 0 €<br />

Prochainem<strong>en</strong>t sur vos écrans, 20’ • RÉALISATION Fabrice Maruca • PRODUCTEUR Ristone productions 25000 € 0 €<br />

Nouvelle cuisine, 18’ • RÉALISATION Vinc<strong>en</strong>t Hazard • PRODUCTEUR Les Films d'Avalon 25000 € 25000 €<br />

Révolution, 10’ • RÉALISATION Nadia Jandeau • PRODUCTEUR S<strong>en</strong>sito films 25000 € 0 €<br />

Que puis-je te souhaiter avant le combat , 15’ • RÉALISATION Sofia Babluani • PRODUCTEUR Kometa films 25000 € 25000 €<br />

La mécanique du sil<strong>en</strong>ce, 30’ • RÉALISATION Brigitte Lemaine • PRODUCTEUR Scotto productions 10 000 € 0 €<br />

AIDES À LA PRODUCTION TÉLÉFILMS<br />

L'abécédaire de François-Rémy Jeansac, 10x1'30 • RÉALISATION Davis et Laur<strong>en</strong>t Nico<strong>la</strong>s • PRODUCTEUR Le Standart 35 574 € 30 000 €<br />

AIDES À LA PRODUCTION FILMS EXPÉRIMENTAUX (ASSOCIATIFS)<br />

Escamotage, 17’ • RÉALISATION Juli<strong>en</strong> Laville • PRODUCTEUR Le Collectif alteréaliste 5 000 € 3 500 €<br />

Mechanema, 10’ • RÉALISATION Alexandrine Tardy • PRODUCTEUR Décadrage 5 000 € 5 000 €<br />

Piangero, 7’ • RÉALISATION Christophe Gand • PRODUCTEUR Mes Premiers Pas dans le cinéma 5 000 € 0 €<br />

Ils vécur<strong>en</strong>t heureux, 26’ • RÉALISATION Patrick Baukassa • PRODUCTEUR Incama productions 5 000 € 0 €<br />

Outspilou, 17’ • RÉALISATION Dami<strong>en</strong> Montaron • PRODUCTEUR Le Collectif alteréaliste 5 000 € 5000 €<br />

Le vieil <strong>en</strong>fant, 75’ • RÉALISATION Jean-Pierre R<strong>en</strong>ault, Philippe Daudet • PRODUCTEUR CECAB 5 000 € 0 €<br />

Lo mejor de <strong>la</strong> vida, 16’ • RÉALISATION Céline Raquin • PRODUCTEUR Faut pas m'<strong>en</strong> BD 5 000 € 2000 €<br />

Les mannequins, 8’ • RÉALISATION Kasia Lipinska • PRODUCTEUR Collectif Breaking the Waves 5 000 € 0 €<br />

Liquid Sky, 40’ • RÉALISATION Frédéric Kahn et Thomas Bart • PRODUCTEUR L'Épatante Compagnie audiovisuelle 5 000 € 0 €<br />

L’élève, 25’ • RÉALISATION Jacques M<strong>en</strong>ecier • PRODUCTEUR Curkoo films 5 000 € 0 €<br />

Ô racines ! , 26’ • RÉALISATION Cécile Couraud • PRODUCTEUR L'Art’terre 5 000 € 3500 €<br />

Chants journaliers, 45’ • RÉALISATION Martine Chifflot • PRODUCTEUR Arcane 17 Des Arts à <strong>la</strong> grange» 5 000 € 0 €<br />

Les trois sœurs et <strong>la</strong> mort de Véronique Bett<strong>en</strong>court<br />

19


chiffres grand-est (suite)<br />

Les aides de <strong>la</strong> Région Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

2010<br />

Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

COURTS MÉTRAGES<br />

Les derniers jours d'Elsa, 35’ • RÉALISATION Armand Lameloise • PRODUCTEUR Les Films Velvet 30000 € 30000 €<br />

Les pisseuses, 20’ • RÉALISATION Géraldine Keiflin • PRODUCTEUR Bathysphère productions 35000 € 35000 €<br />

Point de fuite, 17’ • RÉALISATION B<strong>en</strong>jamin D’Aoust • PRODUCTEUR Les Films au long cours 35000 € 35000 €<br />

Junior, 25’ • RÉALISATION Julia Ducournau • PRODUCTEUR Kazak productions 35000 € 35000 €<br />

Assis, debout, couché, 25’ • RÉALISATION Edgard F. Crima • PRODUCTEUR Libris films 35000 € 35000 €<br />

Quoi l’éternité, 22’ • RÉALISATION Thibaut Gobry • PRODUCTEUR Quoi l’éternité 35000 € 35000 €<br />

Mort d’une ombre, 20’ • RÉALISATION Tom van Avermaert • PRODUCTEUR Perspectives films 35000 € 35000 €<br />

AIDES A LA PRODUCTION DOCUMENTAIRE<br />

Des hommes de crédit, 52’ • RÉALISATION Marie Ka • PRODUCTEUR Mosaïque films 35000 € 35000 €<br />

Sur <strong>la</strong> route, les routiers de <strong>la</strong> Nationale 4, 52’ • RÉALISATION Jean-Louis André • PRODUCTEUR Armoni productions 35000 € 35000 €<br />

demandé<br />

obt<strong>en</strong>u<br />

Fespaco 40 ans de Rémi Briand<br />

Les aides de <strong>la</strong> Région Franche-Comté<br />

2010<br />

COURTS MÉTRAGES<br />

Région Franche-Comté<br />

demandé obt<strong>en</strong>u<br />

Face, 20’ • RÉALISATION Christian Deram • PRODUCTEUR V<strong>en</strong>detta films 30000 € 30000 €<br />

L'Escroc, 18’ • RÉALISATION Gregg Smith • PRODUCTEUR Ecce films 30000 € 30000 €<br />

Ah ! Le printemps ! Ah !, 25’ • RÉALISATION Maïa Thiriet • PRODUCTEUR G<strong>la</strong>dys Gloover 30000 € 30000 €<br />

DOCUMENTAIRES<br />

Oser le dire, 52’ • RÉALISATION Marion Lary • PRODUCTEUR Nausicaa films 40000 € 25000 €<br />

R<strong>en</strong>ée, Maria, Berthe et les autres, 52’ • RÉALISATION Antoine Page • PRODUCTEUR La Maison du directeur 40000 € 20000 €<br />

Le secret de Kaïdi-Aïda, 52’ • RÉALISATION A<strong>la</strong>in Chreti<strong>en</strong> • PRODUCTEUR Faites un vœu 30000 € 15000 €<br />

Sochaux, cad<strong>en</strong>ces <strong>en</strong> chaînes, 52' • RÉALISATION Laur<strong>en</strong>ce Jourdan • PRODUCTEUR Ina 30 000 € 15 000 €<br />

Discriminations, 52' • RÉALISATION Hervé Budor • PRODUCTEUR Vie des hauts productions 20 000 € 15 000 €<br />

Polo, les mômes et <strong>la</strong> bulle, 52' • RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Périssé • PRODUCTEUR Faites un vœu 40 000 € 8 000 €<br />

LONGS MÉTRAGES<br />

Les hommes, 90’ • RÉALISATION Samuel Col<strong>la</strong>rdey • PRODUCTEUR Laz<strong>en</strong>nec 150000 € 140000 €<br />

DOCUMENTAIRES SANS DIFFUSEUR<br />

L'art sans fard, 30’ • RÉALISATION Jean-Baptiste B<strong>en</strong>oit • PRODUCTEUR Association idoine 20000 € 5000 €<br />

Yves Jamait <strong>en</strong> public, 90’ • RÉALISATION Dominique Debaralle • PRODUCTEUR Couleurs du monde 5 000 € 3000 €<br />

20<br />

Note : le fonds d'aide de <strong>la</strong> Région Franche-Comté a subi une forte baisse <strong>en</strong> 2010 par <strong>la</strong> suppression des aides à l'écriture et à <strong>la</strong> production de<br />

téléfilms et longs métrages de fiction, mais semble se restructurer pour 2011.


Les aides de <strong>la</strong> Région Lorraine<br />

2010<br />

Région Lorraine<br />

demandé obt<strong>en</strong>u<br />

AIDE À L’ÉCRITURE<br />

Carnet de bord • RÉALISATION A<strong>la</strong>in Guillon 2 000 € 2000 €<br />

Derniers regards d'amour • RÉALISATION Maxime Perrotin 2 000 € 2000 €<br />

Sons of Wino • RÉALISATION Juli<strong>en</strong> Leroux 2 000 € 2000 €<br />

C'est un joli nom camarade • RÉALISATION Stéphane Manchematin 2 000 € 2000 €<br />

AIDES AU DÉVELOPPEMENT<br />

Cris, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION A<strong>la</strong>in Guillon • PRODUCTEUR Ère production 4 000 € 4000 €<br />

L'armée <strong>en</strong>tre deux mondes, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Pierre Hornberger • PRODUCTEUR Prodaction 5 000 € 5000 €<br />

La vie <strong>en</strong> boîte, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Pierre Hornberger • PRODUCTEUR Prodaction 5 000 € 5000 €<br />

Dom Loupv<strong>en</strong>t, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Bruno Coh<strong>en</strong> • PRODUCTEUR Nomades TV 5 000 € 5000 €<br />

Acier rouge, pieds d'or et billets verts, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION A<strong>la</strong>in Chréti<strong>en</strong> • PRODUCTEUR Nomades TV 5 000 € 5000 €<br />

Les Mémés, court-métrage, 26’ • RÉALISATION Eti<strong>en</strong>ne Jaxel Truer • PRODUCTEUR Le <strong>la</strong>boratoire d'écriture et d'image 5 000 € 5000 €<br />

AIDES À LA PRODUCTION DE DOCUMENTAIRES<br />

On bougeait les lèvres , 52’ • RÉALISATION Gabrielle Schaff • PRODUCTEUR Supermouche productions 24750 € 24750 €<br />

Sur <strong>la</strong> route , 52’ • RÉALISATION Jean-Louis André • PRODUCTEUR Armoni production 20000 € 20000 €<br />

Grandeur nature. La forêt secrète , 52’ • RÉALISATION Frédéric Fèbvre, Laur<strong>en</strong>t Joffrion, Augustin Viatte • PRODUCTEUR Gédéon programmes 15000 € 15000 €<br />

Ceux qui part<strong>en</strong>t, ce qui reste, 52’ • RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Maas • PRODUCTEUR Adalios le vil<strong>la</strong>ge 18000 € 18000 €<br />

Mon trésor , 52’ • RÉALISATION David Galley • PRODUCTEUR Prodaction 25000 € 25000 €<br />

Hansi <strong>en</strong>tre création et provocation, 52’ • RÉALISATION Christian Motzinger • PRODUCTEUR Ère production 22000 € 22000 €<br />

Le Maréchal et son fantôme, 52’ • RÉALISATION Régis Latouche • PRODUCTEUR Ère production 27000 € 27000 €<br />

Irak, <strong>la</strong> paix ou le chaos, 52’ • RÉALISATION Dominique H<strong>en</strong>nequin • PRODUCTEUR Nomades TV 21 000 € 21 000 €<br />

Buffalo Bill et <strong>la</strong> conquête de l'Europe, 52’ • RÉALISATION Vinc<strong>en</strong>t Froehly • PRODUCTEUR Ère production 50000 € 25000 €<br />

Le temps du brevet, 52’ • RÉALISATION Marc Grün • PRODUCTEUR Ère production 23000 € 15000 €<br />

P<strong>la</strong>nète Côte d'Azur, 52’ • RÉALISATION Arnaud Gobin • PRODUCTEUR Ère production 22000 € 15000 €<br />

Luthiers, de <strong>la</strong> main à <strong>la</strong> main, 90’ • RÉALISATION Baptiste Buob • PRODUCTEUR Pa<strong>la</strong>viré productions 18000 € 15000 €<br />

L'armée <strong>en</strong>tre deux mondes, 52’ • RÉALISATION Pierre Hornberger • PRODUCTEUR Prodaction 25000 € 20000 €<br />

L'adolesc<strong>en</strong>ce au bout des doigts, 52’ • RÉALISATION Isabelle Cadière • PRODUCTEUR Aber production 21 000 € 15250 €<br />

Citiz<strong>en</strong> J. 1/ Saulcy, 52’ • RÉALISATION D<strong>en</strong>is Robert • PRODUCTEUR Yami 2 productions 30082 € 25000 €<br />

Citiz<strong>en</strong> J. 2/ Faits divers, 52’ • RÉALISATION D<strong>en</strong>is Robert • PRODUCTEUR Yami 2 productions 28 770 € 25000 €<br />

AIDES A LA PRODUCTION DE COURTS MÉTRAGES<br />

Dessine-moi un mouton , 8’ • RÉALISATION Gabriel Lebel • PRODUCTEUR Daroo production 30000 € 30000 €<br />

Révolution est mon nom , 20’ • RÉALISATION Frédéric Bernard • PRODUCTEUR R!stone 30000 € 20000 €<br />

Histoire Belge, 24’ • RÉALISATION Myriam Donasis • PRODUCTEUR Eva productions 30000 € 20000 €<br />

Le pénit<strong>en</strong>t, 17’ • RÉALISATION Fabrice Lambot • PRODUCTEUR Metaluna productions 30000 € 30000 €<br />

AIDES A LA PRODUCTION DE LONGS MÉTRAGES<br />

La clinique de l'amour , 90’ • RÉALISATION Artus de P<strong>en</strong>guern • PRODUCTEUR 2425 films 200000 € 150000 €<br />

Noces de cristal, 110’ • RÉALISATION Tonie Marschall • PRODUCTEUR Soudaine compagnie 200000 € 75000 €<br />

Approved for Adoption, 90’ • RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Boileau Jung • PRODUCTEUR Mosaïque films 200000 € 75000 €<br />

Faux coupable, téléfilm, 90’ • RÉALISATION Didier Le Pêcheur • PRODUCTEUR Ego productions 100 000 € 50000 €<br />

OMD 2015 Histoire d'une utopie. Pêcheurs de sable de Rémi Briand<br />

21


forum alsace<br />

Le forum proposé par <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> a eu lieu le 9 novembre 2010 à <strong>la</strong> médiathèque André Malraux<br />

à Strasbourg. L'idée de ce forum était de faire émerger les problématiques qui concern<strong>en</strong>t le prés<strong>en</strong>t et<br />

l'av<strong>en</strong>ir de <strong>la</strong> profession. À partir de ce qui a été débattu durant le forum, un autre r<strong>en</strong>dez-vous de travail<br />

aura lieu <strong>en</strong> janvier pour déterminer les meilleures formes à mettre <strong>en</strong> œuvre par <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> pour<br />

faire avancer concrètem<strong>en</strong>t les chantiers.<br />

Amorcer des projets,<br />

proposer des outils<br />

L’idée de ce grand forum régional était de réunir<br />

le plus grand nombre possible d’acteurs du<br />

secteur audiovisuel, pour non seulem<strong>en</strong>t faire<br />

l’inv<strong>en</strong>taire de ses problématiques, mais aussi<br />

amorcer des projets et proposer des outils.<br />

Réalisateurs, producteurs, technici<strong>en</strong>s, représ<strong>en</strong>tants<br />

des collectivités et des structures de<br />

souti<strong>en</strong> à <strong>la</strong> création audiovisuelle, diffuseurs… :<br />

une soixantaine de professionnels (plus, au final,<br />

que d’inscrits) a ainsi participé, <strong>en</strong> intégralité<br />

ou <strong>en</strong> partie, à cinq heures d’échanges. Il y eut<br />

évidemm<strong>en</strong>t quelques abs<strong>en</strong>ts. Ceux de <strong>la</strong> Région<br />

<strong>Alsace</strong> fur<strong>en</strong>t les plus remarqués… La seule élue<br />

prés<strong>en</strong>te, Souad El-Maysour, vice-présid<strong>en</strong>te de<br />

<strong>la</strong> Communauté urbaine de Strasbourg <strong>en</strong> charge<br />

de <strong>la</strong> culture, ayant participé aux échanges de<br />

10 h à midi, <strong>la</strong> plus grande partie des débats<br />

s’est déroulée sans prés<strong>en</strong>ce d’élus ou de représ<strong>en</strong>tants<br />

décisionnaires des collectivités locales<br />

et territoriales.<br />

Quelle est <strong>la</strong> politique de <strong>la</strong> Ville de Strasbourg<br />

<strong>en</strong> matière d’audiovisuel, <strong>en</strong> dehors des aides<br />

projet par projet La première question de <strong>la</strong><br />

journée, soulevée à plusieurs reprises au cours<br />

de <strong>la</strong> journée, est ainsi restée sans réponse.<br />

On aura néanmoins appris que les aides à <strong>la</strong><br />

production de <strong>la</strong> Communauté urbaine seront<br />

désormais accordées par deux commissions<br />

séparées (docum<strong>en</strong>taire et fiction).<br />

Les échanges se sont conc<strong>en</strong>trés, durant presque<br />

trois heures, sur les questions de production,<br />

qui concern<strong>en</strong>t directem<strong>en</strong>t <strong>la</strong> majorité des<br />

participants. La mise <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce d’aides à l’écriture,<br />

proposées pour l’heure uniquem<strong>en</strong>t par<br />

l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>, semble une priorité.<br />

Pour les auteurs-réalisateurs, sa forme doit égalem<strong>en</strong>t<br />

évoluer : une bourse serait bi<strong>en</strong> plus<br />

adaptée à <strong>la</strong> réalité du travail que le remboursem<strong>en</strong>t<br />

de factures… L’accueil de tournage, et<br />

plus précisém<strong>en</strong>t <strong>la</strong> réalité de ses retombées économiques sur le territoire,<br />

a égalem<strong>en</strong>t fait l’objet d’une assez longue discussion, que l’on pourrait<br />

résumer <strong>en</strong> trois questions : comm<strong>en</strong>t les mesurer Comm<strong>en</strong>t les mettre<br />

<strong>en</strong> rapport avec les aides accordées Comm<strong>en</strong>t améliorer le partage de ces<br />

informations <strong>en</strong>tre Communauté urbaine de Strasbourg, Région et Ag<strong>en</strong>ce<br />

culturelle d’<strong>Alsace</strong>, les trois organismes référ<strong>en</strong>ts <strong>en</strong> <strong>la</strong> matière <br />

Autre problématique cruciale, celle de <strong>la</strong> diffusion des films. Il apparaît<br />

c<strong>la</strong>ir, au travers des différ<strong>en</strong>tes interv<strong>en</strong>tions, que <strong>la</strong> visibilité <strong>en</strong> région<br />

n’est pas suffisante… L’on regrette l’abs<strong>en</strong>ce d’un lieu dédié (qui existe<br />

pourtant), et mobiliser le public est difficile. Une communication unifiée<br />

autour de l’organisation d’événem<strong>en</strong>ts, notamm<strong>en</strong>t d’avant-premières,<br />

pourrait être une solution. Quant à <strong>la</strong> question de <strong>la</strong> diffusion TV, elle a<br />

fait l’objet d’une longue discussion avec les représ<strong>en</strong>tants de France 3,<br />

principal débouché de <strong>la</strong> production régionale. Le regroupem<strong>en</strong>t de<br />

l’ant<strong>en</strong>ne <strong>Alsace</strong> avec celle d'autres régions pour former une chaîne Est<br />

et <strong>la</strong> volonté de mutualiser les programmes, inquiète grandem<strong>en</strong>t les<br />

auteurs et producteurs, qui craign<strong>en</strong>t un rétrécissem<strong>en</strong>t des créneaux<br />

de diffusion. Craintes que les argum<strong>en</strong>ts apportés par chaîne n’ont pas<br />

vraim<strong>en</strong>t réussi à apaiser. Dans cette volonté d’améliorer <strong>la</strong> visibilité des<br />

films, les médiathèques et l’Ina travaill<strong>en</strong>t quant à eux à d’autres moy<strong>en</strong>s<br />

de diffuser et de valoriser les films, après leur vie <strong>en</strong> salle ou leur sortie<br />

DVD. Là <strong>en</strong>core, une réflexion commune est préconisée.<br />

Troisième pan ess<strong>en</strong>tiel, <strong>la</strong> question de <strong>la</strong> formation n’a pas réellem<strong>en</strong>t<br />

été abordée, si ce n’est par l’AFDAS, qui regrette que les professionnels<br />

de l’audiovisuel ne fass<strong>en</strong>t pas plus appel à elle, et par l’Ina, qui note<br />

le manque de retour sur ses propositions… sans vraim<strong>en</strong>t susciter de<br />

réactions dans l’assemblée.<br />

Tout au long de <strong>la</strong> journée, de nombreux participants ont déploré le manque<br />

de lieux ou de mom<strong>en</strong>ts de r<strong>en</strong>contres, de possibilités d’échanges sur leurs<br />

projets, notamm<strong>en</strong>t <strong>en</strong>tre auteurs et producteurs qui bi<strong>en</strong> souv<strong>en</strong>t ne se<br />

connaiss<strong>en</strong>t pas. De même, <strong>la</strong> nécessité d’une salle de montage partagée,<br />

pourquoi pas à <strong>la</strong> Maison de l’image, a été m<strong>en</strong>tionnée à plusieurs reprises,<br />

notamm<strong>en</strong>t pour les films auto-produits. Plusieurs interv<strong>en</strong>tions ont<br />

d’ailleurs fait apparaître <strong>la</strong> mutualisation des moy<strong>en</strong>s comme une réelle<br />

nécessité.<br />

Au final, il ressort de cette journée d’échanges <strong>la</strong> volonté (et <strong>la</strong> nécessité)<br />

de trouver une nouvelle dynamique, de réfléchir et de travailler <strong>en</strong>semble,<br />

de se fédérer et de s’organiser, de faire des propositions concrètes et<br />

communes aux décideurs. Et il semblerait qu’à l’issue de ce forum,<br />

plusieurs projets <strong>en</strong> ce s<strong>en</strong>s sont déjà <strong>en</strong> cours…<br />

Sylvia Dubost, médiateur du forum<br />

22<br />

PHOTO GEORGES HECK


grand-est<br />

La désormais traditionelle réunion professionnelle Grand-Est s'est t<strong>en</strong>ue à<br />

Belfort le 3 décembre 2010, au mom<strong>en</strong>t du festival EntreVues. À l'ordre du<br />

jour : le point sur les formations, les pistes de coopérations transfrontalière<br />

et l'état des chantiers <strong>en</strong> cours.<br />

Les r<strong>en</strong>contres de Belfort<br />

Formations<br />

L'Ag<strong>en</strong>ce culturelle d'<strong>Alsace</strong> prés<strong>en</strong>te son carnet 2011 de neuf<br />

formations : initiation à <strong>la</strong> prise de vue, initiation au montage, régie<br />

pour <strong>la</strong> fiction, écrire et réaliser un docum<strong>en</strong>taire, résid<strong>en</strong>ce d'écriture<br />

de fiction, écrire et réaliser un court métrage et trois formations plus<br />

particulièrem<strong>en</strong>t destinées aux télévisions locales (Enquêter pour un<br />

docum<strong>en</strong>taire, Écriture journalistique, Comm<strong>en</strong>taires et voix off).<br />

La formation CROSS Média (Bourgogne/Franche-Comté) de l'Aparr<br />

devrait démarrer <strong>en</strong> février 2011 (inscriptions). Elle s'adresse aux<br />

producteurs et professionnels du multimédia avec ou sans projets (soit<br />

20 à 24 participants) et propose un <strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t théorique et travail<br />

pratique par un cycle de trois sessions de quatre jours sur une période<br />

de neuf mois. Chaque session se déroulera dans une région différ<strong>en</strong>te du<br />

Grand-Est. La formation sera assurée par Ina Sup, avec des interv<strong>en</strong>ants<br />

spécialisés et reconnus : producteurs, scénariste, consultants, juristes,<br />

chargés de programme, diffuseur web… Le financem<strong>en</strong>t est <strong>en</strong> cours<br />

de bouc<strong>la</strong>ge. L'AFDAS s'est <strong>en</strong>gagée, <strong>la</strong> Bourgogne égalem<strong>en</strong>t et une<br />

conv<strong>en</strong>tion est <strong>en</strong> voie de signature avec Champagne-Ard<strong>en</strong>ne. La<br />

Franche-Comté doit se prononcer rapidem<strong>en</strong>t, l'<strong>Alsace</strong> ne s'<strong>en</strong>gagera<br />

pas et l'Association des Régions du Grand-Est étant dissoute, il y a très<br />

peu de chance que cette demande de financem<strong>en</strong>t aboutisse (le souci<br />

est le même pour le financem<strong>en</strong>t de notre Lettre Grand-Est…).<br />

L'Orcca insiste sur <strong>la</strong> nécessité d'adapter les formations aux besoins<br />

repérés. La Champagne-Ard<strong>en</strong>ne manque de professionnels dans<br />

les domaines de <strong>la</strong> régie et de l'assistanat de réalisation. En 2010,<br />

deux formations ont été mises <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce dans ces domaines : 40 % des<br />

stagiaires ont été embauchés sur les tournages durant le second<br />

semestre 2010.<br />

Coopération transfrontalière<br />

Nos voisins suisses sont intéressés par une coopération transfrontalière,<br />

<strong>en</strong> particulier pour <strong>la</strong> formation. En effet, il n'existe pas de formation<br />

professionnelle cinéma-audiovisuel <strong>en</strong> Suisse. Dans le cadre du<br />

festival du film Dellemont Hollywood qui <strong>en</strong> est à sa troisième édition,<br />

Armelle Cu<strong>en</strong>at (chargée de mission de <strong>la</strong> République et du Canton du<br />

Jura suisse) propose de réfléchir à une r<strong>en</strong>contre transfrontalière des<br />

professionnels du secteur.<br />

Autres points<br />

Il est toujours question d'ét<strong>en</strong>dre le portail internet Bourgogne Franche-<br />

Comté aux autres régions. Il n'y a pas de problèmes techniques mais<br />

une question de financem<strong>en</strong>t. Là <strong>en</strong>core, se pose le problème de <strong>la</strong><br />

subv<strong>en</strong>tion déposée auprès de l'Association des Régions…<br />

R<strong>en</strong>dez-vous est donné <strong>en</strong> mars 2011 pour les journées pros de<br />

Gérardmer, organisées par <strong>la</strong> Lorraine.<br />

Jean-Philippe Rameau, Irimm<br />

Un compte r<strong>en</strong>du détaillé peut être demandé<br />

auprès de l'Irimm : irimm@hotmail.fr<br />

Môle Seegmuller<br />

PHOTO JONATHAN STRUTZ<br />

films sortis de fabrique<br />

films sortis de fabrique<br />

La belle vie<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Ro<strong>la</strong>nd Muller (DVCam)<br />

Coproduction Ère production, France Télévisions<br />

pôle Nord-Est, Unité docum<strong>en</strong>taire nationale<br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong> et National <strong>en</strong> octobre 2010<br />

Coup de bordure à Bitterfeld<br />

Docu-fiction de 50’ de Yann Kerninon<br />

et Sébasti<strong>en</strong> Lecordier (Betacam)<br />

Coproduction Le Deuxième Souffle, Atopic<br />

Diffusion Vosges télévision<br />

Même l’av<strong>en</strong>ir dure longtemps<br />

Court métrage fiction de 25’ de Emmanuel Bonn (HD)<br />

Coproduction Le Deuxième Souffle, L’América<br />

Diffusion France 2 <strong>en</strong> janvier 2011<br />

Une jeunesse amoureuse<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 105’ de François Cail<strong>la</strong>t (Super 8 et DVCam)<br />

Coproduction Ère production, Atopic<br />

Albert Schweitzer<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de George Misch (HD)<br />

Coproduction Seppia, Mischief films, NFP<br />

Diffusion SWR, Arte, France 3 <strong>Alsace</strong>,<br />

Multicanal Spain, SF, YLE, ORF<br />

Mission paradis<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 90' d’Albert Knechtel et Jacques Maigne (HD)<br />

Coproduction Seppia, Arte, ORF, Mischief films<br />

Diffusion Arte, ORF<br />

Le temps du collège<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Marc Grün (DV)<br />

Coproduction Ère production, France Télévisions<br />

Diffusion France 3 Normandie <strong>en</strong> novembre 2010<br />

23


histoires de films<br />

R<strong>en</strong>contre avec le jeune réalisateur alsaci<strong>en</strong> Romain Cogitore, à l’occasion de <strong>la</strong> sortie <strong>en</strong> salles de son premier long métrage. Ce<br />

beau film raconte l’histoire d’un garçon bousculé par <strong>la</strong> guerre et qui pr<strong>en</strong>d le maquis un peu malgré lui, tout focalisé qu’il est sur <strong>la</strong><br />

première fois avec sa copine. Les maquisards qu’il r<strong>en</strong>contre sont autant de gamins déboussolés et sans repères politiques, essayant<br />

de composer <strong>en</strong>tre les soucis de leur âge et les privations, bi<strong>en</strong> loin des mythes héroïques de <strong>la</strong> Résistance. Romain Cogitore, né <strong>en</strong><br />

1985, a grandi dans le pays welche et <strong>la</strong> vallée de Munster, il a obt<strong>en</strong>u <strong>la</strong> m<strong>en</strong>tion spéciale du Prix junior du meilleur scénario 2009<br />

(douzième édition du prix Sopadin) pour le scénario de Nos Résistances.<br />

Tournage de Nos résistances de Romain Cogitore<br />

PHOTOS ACA/BUREAU D’ACCUEIL DES TOURNAGES ALSACE<br />

24<br />

Le désir d’emm<strong>en</strong>er les g<strong>en</strong>s chez moi<br />

Gl<strong>en</strong>n Handley : Le scénario initial était très écrit. Qu’est-ce qui vous a échappé lors du<br />

tournage <br />

Romain Cogitore : Tout, principalem<strong>en</strong>t les décors, où on a eu beaucoup de<br />

soucis qui parfois se sont révélés des joies au final. Mais c’est ce qui était<br />

différ<strong>en</strong>t par rapport à tous mes autres films pour lesquels on savait ce que<br />

l’on al<strong>la</strong>it tourner et où on al<strong>la</strong>it tourner. Là, comme il n’y avait pas de<br />

décor, il n’y avait pas de possibilité de vrai découpage. Donc ce qui m’a<br />

échappé c’est le <strong>la</strong>ngage du film avec les décors, et <strong>la</strong> nécessité d’<strong>en</strong> recréer<br />

un nouveau dans l’immédiateté. Pour le reste, ce sont plus des choses qui<br />

m’ont dépassé qu’échappé, souv<strong>en</strong>t pour le meilleur, parfois pour le pire,<br />

mais des choses normales (accessoires qui cass<strong>en</strong>t, météo…).<br />

G.H. : Quel a été le travail de préparation, <strong>en</strong> particulier pour le casting <br />

R.C. : Il n’y a pas grand-chose de g<strong>la</strong>mour ou qui sorte de l’ordinaire à dire<br />

sur le travail de casting. On a vu beaucoup de g<strong>en</strong>s et puis on a fait des<br />

essais d’alchimie. Je fonctionne beaucoup à l’essai, pour tout, pour les<br />

rôles comme pour les costumes ou pour trouver un groupe qui marche.<br />

Entre les Vosgi<strong>en</strong>s, les Alsaci<strong>en</strong>s et les Parisi<strong>en</strong>s, réunir tout ça, c’est peutêtre<br />

là que s’est jouée <strong>la</strong> mise à feu du film. Dans les jours qui ont précédé<br />

le tournage où chacun a appris à se connaître et où chacun cherchait ses<br />

repères. Les amateurs locaux n’avai<strong>en</strong>t pas du tout les mêmes repères<br />

que les professionnels et chacun se nourrissait et rebondissait les uns sur<br />

les autres. Si le choix de pr<strong>en</strong>dre pour les maquisards des g<strong>en</strong>s sur p<strong>la</strong>ce<br />

répond à une contrainte économique, il y a quand même autre chose qui se<br />

passe dans le rapport à <strong>la</strong> <strong>la</strong>ngue et à <strong>la</strong> nature quand on vi<strong>en</strong>t des Vosges.<br />

Certains ont été choisis pour ça : une voix, un acc<strong>en</strong>t…<br />

G.H. : Comme pour Des hommes, votre précéd<strong>en</strong>t court métrage, Nos Résistances a été<br />

tourné dans les Vosges alsaci<strong>en</strong>nes et lorraines. Pourquoi cet ancrage géographique <br />

R.C. : Ce n’est pas une question de toile de fond : il s’agit avant tout d’univers<br />

et de puissance imaginative. Mon lieu de vie, l’<strong>en</strong>droit où j’ai grandi,<br />

nourrit mon imaginaire. Du pays welche à <strong>la</strong> vallée de Munster, des collines<br />

du vignoble aux chaumes, des villes étudiantes<br />

jusqu’aux sommets désertés. La beauté de ces<br />

paysages, les cicatrices des guerres dans le relief<br />

de certains champs, les lég<strong>en</strong>des qui peupl<strong>en</strong>t<br />

les lieux-dits : les montagnes vosgi<strong>en</strong>nes sont<br />

mon univers, avec tout ce qu’il comporte comme<br />

charge émotionnelle, historique et lég<strong>en</strong>daire.<br />

C'est donc de là, naturellem<strong>en</strong>t, que part<strong>en</strong>t mes<br />

histoires. <strong>Filmer</strong> dans le massif vosgi<strong>en</strong>, c’est le<br />

désir d’emm<strong>en</strong>er les g<strong>en</strong>s chez moi.<br />

G.H. : Pour autant, il n'y a jamais de référ<strong>en</strong>ce précise à<br />

l'<strong>Alsace</strong>.<br />

R.C. : P<strong>en</strong>dant <strong>la</strong> Seconde Guerre mondiale, <strong>la</strong><br />

résistance s’est organisée <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>. Mais, <strong>en</strong><br />

tant que zone annexée, il était impossible pour<br />

un maquis d’y émerger. Le groupe de maquisards<br />

de Nos Résistances est un maquis qui n’est pas<br />

situé géographiquem<strong>en</strong>t. Ce sont des garçons des<br />

champs, de <strong>la</strong> montagne. Ils se batt<strong>en</strong>t pour une<br />

terre, et peut-être davantage : pour un paysage.<br />

G.H. : Que dire de <strong>la</strong> voix off du héros qui accompagne le<br />

spectateur au début et à <strong>la</strong> fin du film <br />

R.C. : La voix off du film était écrite, c’est un<br />

choix que j’assume très facilem<strong>en</strong>t et j’<strong>en</strong> suis<br />

très cont<strong>en</strong>t. Elle permettait d’ouvrir sur autre<br />

chose, de dépasser l’action finale <strong>en</strong> quelques<br />

secondes et de donner un souffle sur <strong>la</strong> fin<br />

du film. Celle du début a été am<strong>en</strong>ée dans les<br />

quelques projections de montages qu’on a faites<br />

à des personnes qui ne connaissai<strong>en</strong>t ri<strong>en</strong> au<br />

projet et ne compr<strong>en</strong>ai<strong>en</strong>t pas qui étai<strong>en</strong>t ces<br />

mecs dans <strong>la</strong> montagne ! Pas les personnes d’une


cinquantaine d’années qui sav<strong>en</strong>t ce que sont un maquis et le service<br />

du travail obligatoire (STO), mais des g<strong>en</strong>s de 20, voire 25-30 ans, qui<br />

se disai<strong>en</strong>t « Mais que font-ils là-haut Pourquoi y sont-ils Est-ce<br />

que ce sont des soldats ». La voix off permettait <strong>en</strong> quelques mots de<br />

rappeler le contexte historique et le pourquoi du maquis. Je compte<br />

mettre de plus <strong>en</strong> plus de voix off dans mes films. J’adore ça ! Tout le<br />

monde s’<strong>en</strong> méfie beaucoup, je p<strong>en</strong>se avec raison, et on s’<strong>en</strong> méfie dans<br />

les écoles de cinéma aussi. C’est quelque chose de très dur à manier et<br />

ça vi<strong>en</strong>t avec l’âge aussi, mais quand on voit à plus de soixante ans ce<br />

que Terr<strong>en</strong>ce Malick arrive à <strong>en</strong> faire, ce<strong>la</strong> donne bon espoir !<br />

La voix off de <strong>la</strong> fin a été <strong>en</strong>registrée un dimanche dans <strong>la</strong> chambre<br />

d’une ferme vosgi<strong>en</strong>ne dans <strong>la</strong> forêt, avec des couvertures sur les murs<br />

p<strong>en</strong>dant que le reste de l’équipe jouait au paintball. C’est pour moi<br />

quelque chose de local, d’intime, livré au spectateur, fait à trois, alors<br />

que <strong>la</strong> voix off du début a été <strong>en</strong>registrée dans un studio de banlieue,<br />

dans un imm<strong>en</strong>se auditorium. Je s<strong>en</strong>s <strong>la</strong> différ<strong>en</strong>ce, je <strong>la</strong> trouve moins<br />

bi<strong>en</strong>. Jusque dans l’<strong>en</strong>registrem<strong>en</strong>t, ça a été fait “maison”, c’est une<br />

voix off fermière, AOC !<br />

G.H. : Quels sont vos projets <br />

R.C. : J’écris, j’<strong>en</strong> ai plusieurs <strong>en</strong> cours. La plupart de mes projets ont un<br />

ancrage dans l’<strong>Alsace</strong> et les Vosges. Hormis un projet africain, Afrique 47<br />

(aide au développem<strong>en</strong>t de l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d'<strong>Alsace</strong>), les deux<br />

autres projets sont 100 % massif vosgi<strong>en</strong>.<br />

G.H. : Le film avait un petit budget. Est-ce que vous <strong>en</strong> avez souffert d’un point de<br />

vue artistique <br />

R.C. : En postproduction, je ne l’ai vraim<strong>en</strong>t pas s<strong>en</strong>ti car on a eu des<br />

conditions qui aurai<strong>en</strong>t difficilem<strong>en</strong>t pu être meilleures. Par contre<br />

c’est <strong>en</strong> tournage que ce<strong>la</strong> s’est s<strong>en</strong>ti et ce<strong>la</strong> se ress<strong>en</strong>t quand on voit le<br />

film. Mais on a bi<strong>en</strong> rigolé, on se serait <strong>en</strong>nuyé sinon !<br />

G.H. : Votre film s’adresse plus particulièrem<strong>en</strong>t aux jeunes <br />

R.C. : On sait que nous n’avons pas les moy<strong>en</strong>s publicitaires pour les faire<br />

v<strong>en</strong>ir dans les salles, donc, de fait, le film s’adresse à des cinéphiles qui<br />

ont plutôt dans les 50 ans. Mais je n’ai pas écrit <strong>en</strong> p<strong>en</strong>sant à une cible<br />

particulière. Parler d’âge pour un film revi<strong>en</strong>t à poser une question <strong>en</strong><br />

terme de marketing. Si on excepte les films de g<strong>en</strong>re (te<strong>en</strong>age movies…)<br />

il y a un public et puis des g<strong>en</strong>s qui réagiss<strong>en</strong>t différemm<strong>en</strong>t.<br />

Propos recueillis par Gl<strong>en</strong>n Handley, Ag<strong>en</strong>ce culturelle d'<strong>Alsace</strong><br />

www.shel<strong>la</strong>c-altern.org<br />

Filmographie<br />

Romain Cogitore a réalisé six courts métrages, publié deux recueils<br />

de photographie et poésie. Nos résistances est son premier long métrage.<br />

2010, Nos résistances, 1 h 26, produit par Cinema defacto<br />

2007, Des Hommes, 20’, produit par Les Films à un dol<strong>la</strong>r/Cinema defacto<br />

2005, Concerto, 15’, produit par Alchimiste productions,<br />

<strong>la</strong>uréat de <strong>la</strong> Bourse de <strong>la</strong> vocation de <strong>la</strong> Fondation Marcel-Bleustein-B<strong>la</strong>nchet<br />

2004, Les routes, 5', docum<strong>en</strong>taire autoproduit<br />

2002, Draculine (On DVD), 14', TTC production,<br />

Prix spécial du jury au festival international de S<strong>en</strong>s<br />

2001, Nicotine, 10', autoproduit<br />

Premier prix du film de fiction au festival international de Cabestany<br />

2001, Nettoyeurs, 8', autoproduit.<br />

films sortis de fabrique<br />

Péniche Cancale<br />

Une av<strong>en</strong>ture culturelle<br />

et coopérative<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 30’ de Dami<strong>en</strong> Maheu (DV)<br />

R productions<br />

Fespaco 40 ans<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 30’ de Rémi Briand (DV)<br />

R productions<br />

OMD 2015<br />

Histoire d'une utopie<br />

Pêcheurs de sable<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 28’ de Rémi Briand<br />

et Jean-Baptiste Durand (DV)<br />

Coproduction R productions, Comité de jume<strong>la</strong>ge<br />

de <strong>la</strong> ville de Quétigny-Koulikoro<br />

Lire <strong>la</strong> rivière<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Pierre Hornberger<br />

Oxygène production<br />

Diffusion Seasons/Canal+<br />

<strong>en</strong> novembre 2010 puis multidiffusion<br />

Avant-première à La Broque le 9 novembre 2010<br />

La cigale et le dinosaure<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Jean-Luc Muller (HDCam)<br />

Coproduction Oxygène production,<br />

Lorraine télévisions, Vosges télévisions<br />

films sortis de fabrique<br />

L'épopée de <strong>la</strong> grande région<br />

Docum<strong>en</strong>taire 3 x 52’ de S. Bubel, D. Rotuno, R. Mösdorf (HDV)<br />

Coproduction Ère production, Tarantu<strong>la</strong> (Lux), Saarländischer<br />

Rundfunk (All), France 3 Lorraine, CNA (Lux)<br />

Vermisst – Portés disparus<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Monique Seemann et Laur<strong>en</strong>t Lutaud (HD)<br />

Coproduction Seppia, France Télévisions<br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong>, France 3 National<br />

La p<strong>en</strong>sée vi<strong>en</strong>t <strong>en</strong> marchant<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 49’ de Anja Unger<br />

et Jean-Baptiste Durand (DV)<br />

Coproduction Cresc<strong>en</strong>do films, Normandie TV,<br />

Regards.doc, Les Films Jack Fébus<br />

Diffusion <strong>en</strong> décembre 2009, Normandie TV<br />

25


histoires de films<br />

Film de télévision produit par Jacques Dercourt (Jade productions), sur un scénario de Jean Vautrin et Olivier Pouponeau, réalisé par<br />

Dominique Ladoge avec Bernard B<strong>la</strong>ncan, Agnès Soral, Anne Sophie Frank, Serge Riaboukine, Lip, un été tous <strong>en</strong>semble a été tourné<br />

durant l'été 2010 à Besançon et dans les <strong>en</strong>virons.<br />

Tulipe, 20 ans,<br />

ouvrière chez Lip<br />

26<br />

Été 1973. Besançon est sous le feu des pro jecteurs<br />

de l'actualité. Lip, fleuron de l'industrie horlogère<br />

française doit fermer ses portes. La politique<br />

a eu raison de <strong>la</strong> volonté de ceux qui vou<strong>la</strong>i<strong>en</strong>t<br />

sauver cette <strong>en</strong>treprise. Abandonnés de tous, les<br />

ouvriers de Lip vont continuer le combat. Après<br />

avoir dissimulé le stock des montres fabriquées,<br />

ils vont les v<strong>en</strong>dre afin de continuer à se verser<br />

des sa<strong>la</strong>ires. Une idée aussi ins<strong>en</strong>sée que géniale<br />

naît parmi les grévistes : se mettre au travail,<br />

tous <strong>en</strong>semble et sans patron ! « On fabrique,<br />

on v<strong>en</strong>d, on paye », à <strong>la</strong> barbe du pouvoir, des<br />

RG et des instances nationales des syndicats. Le<br />

15 août, de viol<strong>en</strong>ts affrontem<strong>en</strong>ts oppos<strong>en</strong>t les<br />

CRS, qui ont pris d'assaut l'usine occupée, aux<br />

sa<strong>la</strong>riés et aux sympathisants. Le 20 septembre,<br />

100000 personnes (l'équival<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion<br />

de <strong>la</strong> ville) v<strong>en</strong>ues de toute <strong>la</strong> France vont défiler<br />

dans les rues de <strong>la</strong> capitale bisontine. Le 11 mars<br />

1974, les grilles de l'usine libérée s'ouvr<strong>en</strong>t<br />

<strong>en</strong>fin, les premiers ouvriers ré<strong>en</strong>gagés <strong>en</strong>tr<strong>en</strong>t<br />

avec émotion dans leur usine pour repr<strong>en</strong>dre le<br />

travail sous <strong>la</strong> houlette d'un « jeune patron de<br />

progrès », C<strong>la</strong>ude Neuschwander.<br />

Cette épopée a donné lieu à de nombreux films<br />

docum<strong>en</strong>taires : Lip, l'imagination au pouvoir,<br />

long métrage docum<strong>en</strong>taire de Christian Rouaud,<br />

Fils de Lip de Thomas Faverjon, Lip du rêve<br />

à l'histoire d'Isabelle Brunarius et Bertrand<br />

Gauthier… mais jamais <strong>la</strong> fiction ne s'était emparée<br />

de ce sujet.<br />

Le producteur Jacques Dercourt portait ce projet<br />

depuis de nombreuses années. Après avoir<br />

obt<strong>en</strong>u l'<strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t de France Télévisions, il<br />

s'est <strong>la</strong>ncé dans une quête d'informations sur<br />

ce conflit. Il r<strong>en</strong>contra ainsi tous les principaux<br />

acteurs de cette épopée afin de s'imprégner de<br />

leur histoire.<br />

La fiction apparaît à travers l'histoire de Tulipe,<br />

20 ans, jeune ouvrière de Lip, qui découvre le<br />

monde du travail, <strong>la</strong> vie et l'amour avec comme<br />

toile de fond les événem<strong>en</strong>ts de 1973. L'insouciance<br />

de l'âge, le bonheur éphémère de cet été<br />

vont progressivem<strong>en</strong>t tourner au drame.<br />

Jean-Philippe Rameau : Aviez-vous connaissance de ces<br />

événem<strong>en</strong>ts quand on vous a proposé ce sujet <br />

Dominique Ladoge : J'avais quinze ans à l'époque,<br />

mais j'ai le souv<strong>en</strong>ir de mes par<strong>en</strong>ts qui<br />

regardai<strong>en</strong>t ça à <strong>la</strong> télévision. Pour les adolesc<strong>en</strong>ts<br />

de l'époque, <strong>la</strong> vie était belle, insouciante. Nous<br />

étions déconnectés de cette réalité.<br />

Tulipe (Anne-Sophie Franck) avec le réalisateur Dominique Ladoge<br />

PHOTO B. BARBEREAU/JADE PRODUCTIONS<br />

J-P.R. : Qu'est-ce qui a suscité votre intérêt dans ce projet, comm<strong>en</strong>t l'avez-vous abordé <br />

D.L. : Avant tout l'utopie politique, l'humanisme. Je ne vou<strong>la</strong>is pas faire<br />

un film militant mais un témoignage sur cette utopie humaine qui s'est<br />

développée à cette époque. Ce qui m'intéresse avant tout, ce sont les<br />

hommes, les ouvriers, je vou<strong>la</strong>is aborder le sujet du point de vue de<br />

l'ouvrier, pas de celui des politiques. Ce sont des hommes ordinaires avec<br />

leurs joies, leurs soucis. Mais <strong>la</strong> situation les amène à se battre parce qu'on<br />

ne vit pas d'amour et d'eau fraîche, ces hommes et ces femmes font preuve<br />

d'un véritable héroïsme.<br />

J-P.R. : Jusqu'à prés<strong>en</strong>t seul le docum<strong>en</strong>taire s'était emparé du sujet, là nous sommes<br />

dans une véritable fiction, quels peuv<strong>en</strong>t être les pièges de cette forme télévisuelle <br />

D.L. : Il fal<strong>la</strong>it à tout prix éviter le docu-fiction et compte t<strong>en</strong>u des fortes<br />

personnalités des acteurs principaux de ces événem<strong>en</strong>ts (ouvriers,<br />

syndicalistes, prêtre, patron…) éviter égalem<strong>en</strong>t le biopic. Pour moi c'est<br />

avant tout l'histoire de l'émancipation d'une jeune fille de vingt ans durant<br />

les années 70. Le conflit social est <strong>en</strong>visagé sous <strong>la</strong> loupe d'un certain<br />

nombre d'individus fictionnels au cœur de l'action sociale. Le conflit est<br />

avant tout un moy<strong>en</strong> d'émancipation, <strong>en</strong> particulier des femmes qui ont<br />

joué un rôle important à cette époque.<br />

J-P.R. : Outre les personnages fictionnels, <strong>la</strong> plupart des “acteurs” de ce conflit sont<br />

incarnés à l'écran par des comédi<strong>en</strong>s. Compte t<strong>en</strong>u de <strong>la</strong> personnalité de ces g<strong>en</strong>s, ce<strong>la</strong><br />

n'a-t-il pas été difficile de les convaincre de <strong>la</strong> pertin<strong>en</strong>ce du projet <br />

D.L. : Ce sont des g<strong>en</strong>s discrets, des “héros ordinaires”, l'inquiétude pouvait<br />

se cristalliser dans l'image que <strong>la</strong> caméra al<strong>la</strong>it donner de ces personnes et<br />

de ce conflit. Mais rapidem<strong>en</strong>t ils ont compris que l'on n'aborde pas leur<br />

intimité dans le téléfilm et que le conflit n'apparaît qu'<strong>en</strong> toile de fond.<br />

L'histoire est celle de Tulipe et le spectateur <strong>en</strong>trevoit les choses à travers<br />

le regard de Tulipe.<br />

J-P.R. : Vous êtes un réalisateur qui travaille ess<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t pour <strong>la</strong> télévision, le sujet<br />

de vos films a pourtant un ancrage social fort, assez éloigné de <strong>la</strong> production actuelle<br />

de <strong>la</strong> télévision française…<br />

D.L. : Tout d'abord, pour moi il n'y a pas de réelle différ<strong>en</strong>ce <strong>en</strong>tre cinéma<br />

et télévision dans mon travail de metteur <strong>en</strong> scène. L'ess<strong>en</strong>tiel c'est de<br />

croire au sujet que l'on traite. La télévision est un médium très puissant<br />

qui permet de trouver un public nombreux. Comme pour le cinéma,


Le vrai et le faux : Charles Piaget avec le comédi<strong>en</strong> Bernard B<strong>la</strong>ncan<br />

PHOTO JEAN-CHARLES SEXE/MAIRIE DE BESANÇON<br />

<strong>la</strong> responsabilité du réalisateur est très importante, on ne peut pas<br />

faire n'importe quoi, comme banaliser <strong>la</strong> viol<strong>en</strong>ce, ce qui est monnaie<br />

courante actuellem<strong>en</strong>t.<br />

Hormis quelques films de commande, j'ai réalisé des films dont<br />

le sujet me touchait, <strong>en</strong> li<strong>en</strong> avec les préoccupations de l'époque et<br />

avec l'actualité. Pour Les vauri<strong>en</strong>s, j'aborde le sujet des colonies de<br />

réhabilitation pour les jeunes. Il faut se rappeler que ces c<strong>en</strong>tres n'ont<br />

fermé qu'au début des années 70 et que le sujet redevi<strong>en</strong>t d'actualité <strong>en</strong><br />

ce mom<strong>en</strong>t. Pour La loi de mon pays que j'ai tourné avant Lip, j'aborde<br />

le sujet de l'id<strong>en</strong>tité nationale dans l'Agérie coloniale, ce sujet est<br />

égalem<strong>en</strong>t d'actualité aujourd'hui !<br />

J-P.R. : Le tournage s'est déroulé intégralem<strong>en</strong>t à Besançon et <strong>en</strong>virons, sur les lieux<br />

même des événem<strong>en</strong>ts, comm<strong>en</strong>t ce<strong>la</strong> s'est-il passé <br />

D.L. : Le producteur Jacques Dercourt a t<strong>en</strong>u à tourner ici, c'était<br />

important pour lui, même si tourner <strong>en</strong> Bulgarie a permis de faire des<br />

économies. Délocaliser un tournage ne simplifie pas le travail, il est<br />

plus confortable de tourner <strong>en</strong> France. Nous avons reçu un accueil<br />

formidable des institutions (le Conseil régional de Franche-Comté et <strong>la</strong><br />

Ville de Besançon ont apporté une aide financière au film, ainsi qu'une<br />

aide logistique importante des services techniques municipaux) et des<br />

habitants, même si certains paraissai<strong>en</strong>t hostiles au projet qui remue<br />

des souv<strong>en</strong>irs mitigés à Besançon. De plus, contrairem<strong>en</strong>t à Paris où<br />

je ne veux plus tourner, travailler <strong>en</strong> région est un vrai p<strong>la</strong>isir. Les<br />

échanges ont été très riches, <strong>en</strong> particulier avec l'importante figuration.<br />

Les g<strong>en</strong>s avai<strong>en</strong>t un véritable attrait pour ce tournage.<br />

J-P.R. : Le tournage s'est fait <strong>en</strong> pellicule, pourquoi <br />

D.L. : Ce n'est pas de l'intégrisme, je travaille égalem<strong>en</strong>t <strong>en</strong> numérique.<br />

Compte t<strong>en</strong>u du sujet et de son époque, il me semb<strong>la</strong>it logique de<br />

tourner avec un support proche de celui utilisé dans les années 70 par<br />

les cinéastes et qui est cohér<strong>en</strong>t avec les images d'archives utilisées. Ce<br />

choix a été fait avec mon chef opérateur Emmanuel Faudel.<br />

Propos recueillis par Jean-Philippe Rameau, Irimm<br />

films sortis de fabrique<br />

Au Théâtre qui rue<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Olivier Stephan (Betacam)<br />

Coproduction Des Jours meilleurs, Ek<strong>la</strong> production,<br />

France 3 <strong>Alsace</strong>, France 3 Bourgogne Franche-Comté,<br />

France 3 Lorraine-Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Diffusion France 3 Franche-Comté<br />

et France 3 <strong>Alsace</strong> <strong>en</strong> janvier 2011<br />

films sortis de fabrique<br />

Un dernier été dans le Caucase<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Andreas Voigt (HD)<br />

Coproduction Seppia, SWR Arte, Barbara Etz Filmproduktion<br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong>, Images plus<br />

Avant-première le 4 novembre 2010,<br />

UGC ciné-cité à Strasbourg<br />

Diffusion Arte <strong>en</strong> novembre 2010<br />

Boubandjida,<br />

au cœur de <strong>la</strong> brousse<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Nico<strong>la</strong>s Gruaud (HD)<br />

Coproduction Seppia, SWR, Mosaïk<br />

Diffusion Ushaïa TV<br />

Kapitalisme<br />

notre recette secrète<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52' de Alexandru Solomon, (HD)<br />

Coproduction Seppia, Hifilm (Bucarest), Arte,<br />

RTBF Unité de programmes docum<strong>en</strong>taires,<br />

Néon rouge production<br />

Diffusion HBO East Europe, Arte, RTBF, TVR<br />

Arte <strong>en</strong> décembre 2010<br />

Christophe et M. Colomb<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Dominique Garing,<br />

réalisé par Jean-Baptiste B<strong>en</strong>oît<br />

Vie des Hauts production<br />

Diffusion France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

Les bobines d’avant<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Jean-Louis Vuillermoz<br />

Vie des Hauts production<br />

La cité des femmes battantes<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de A<strong>la</strong>in Guillon (HDV)<br />

Coproduction Ère production, France Télévisions<br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong> <strong>en</strong> novembre 2010<br />

Avant-première le 25 novembre à Saint-Dizier<br />

27


ureau d'accueil alsace<br />

Tournage<br />

de La Cerisaie<br />

PHOTO UNLIMITED<br />

28<br />

La 7 e poule est l'histoire tragi-comique de Monsieur B, un homme aigri qui<br />

cherche désespérém<strong>en</strong>t à briller aux yeux des autres. Ce court métrage d’une<br />

tr<strong>en</strong>taine de minutes réalisé par <strong>la</strong> Suédoise Elisabet Gustafson est bi<strong>en</strong> plus<br />

que l’histoire de ce Monsieur B. C’est avant tout celle d’une coproduction<br />

franco-suédoise <strong>en</strong>tre <strong>la</strong> Voie <strong>la</strong>ctée production et EG films, l'av<strong>en</strong>ture d’un<br />

court métrage accueilli et réalisé <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> dont le scénario, une adaptation<br />

d’une nouvelle de l’écrivain ang<strong>la</strong>is Saki, <strong>la</strong>isse <strong>en</strong>trevoir les possibilités d’une<br />

belle production.<br />

Tournage de La 7 e poule<br />

PHOTO ACA/BUREAU D’ACCUEIL DES TOURNAGES ALSACE<br />

Un court métrage franco-suédois<br />

À l’origine, <strong>la</strong> nouvelle de Saki se dérou<strong>la</strong>it fin du XIX e siècle, mais <strong>la</strong><br />

réalisatrice suédoise l’a adaptée dans les années 50. Inspirée de l’univers de<br />

Jacques Tati, elle se joue des oppositions sociales, des décors et référ<strong>en</strong>ces<br />

contraires pour créer un univers visuel absurde r<strong>en</strong>forçant ainsi les propos<br />

de son film. Elisabet Gustafson avait déjà su recréer un univers particulier<br />

dans sa précéd<strong>en</strong>te réalisation. Sur ce projet, elle s’adjoint à nouveau les<br />

services de son chef-opérateur suédois Alex Lindén, qui a constitué un vrai<br />

atout pour elle dans le s<strong>en</strong>s où, étant proche de son univers, il a su adapter<br />

parfaitem<strong>en</strong>t <strong>la</strong> vision de <strong>la</strong> réalisatrice pour <strong>la</strong> r<strong>en</strong>dre réelle à l’image. Pour<br />

le reste de l’équipe, Elisabet a su faire confiance. Elle n’a <strong>en</strong>gagé que des<br />

technici<strong>en</strong>s et ouvriers locaux avec qui elle n’avait jamais travaillé. Et cette<br />

confiance a dû être totale, car <strong>la</strong> tâche des chefs de postes et notamm<strong>en</strong>t<br />

de l’équipe décoration était extrêmem<strong>en</strong>t importante pour r<strong>en</strong>dre possible<br />

et crédible cet univers propre à Elisabet et à <strong>la</strong> 7 e poule. Lorsque l’on voit<br />

le travail de création et, surtout, de qualité effectué par nos technici<strong>en</strong>s<br />

locaux, on ne peut que s’<strong>en</strong>orgueillir.<br />

La Voie <strong>la</strong>ctée et EG films ont joué complètem<strong>en</strong>t le jeu de <strong>la</strong> région. En plus<br />

des technici<strong>en</strong>s, ils se sont adjoint les services de prestataires locaux pour<br />

fournir le matériel technique. Ils ne se sont pas cantonnés au seul confort<br />

du chef-lieu de <strong>la</strong> région. Le tournage de ce court métrage a dép<strong>la</strong>cé son<br />

équipe au gré des besoins artistique et s’est donc ba<strong>la</strong>dé <strong>en</strong>tre Strasbourg<br />

et Mulhouse tout <strong>en</strong> passant par Munster. On notera notamm<strong>en</strong>t que les<br />

derniers jours de tournage se sont réalisés au sein de l’anci<strong>en</strong>ne usine DMC,<br />

fleuron de l’industrie textile des années 50, et qui s’inscrit parfaitem<strong>en</strong>t<br />

dans <strong>la</strong> lignée artistique du projet de <strong>la</strong> réalisatrice suédoise.<br />

Ce projet permet de confirmer que <strong>la</strong> région est dev<strong>en</strong>ue un vrai pôle<br />

d’attractivité et de compét<strong>en</strong>ces techniques dans le domaine audiovisuel.<br />

Mais aussi que l’<strong>Alsace</strong> dispose d’atouts artistiques non négligeables et<br />

parfaitem<strong>en</strong>t exploitables, comme a su le prouver cette production francosuédoise.<br />

Michel Woch, ACA Bureau d'accueil des tournages <strong>Alsace</strong><br />

Les films accueillis<br />

<strong>en</strong>tre juillet et décembre 2010<br />

Subaru<br />

La production exécutive Froggie prod a fait v<strong>en</strong>ir <strong>en</strong> région tout<br />

une équipe de technici<strong>en</strong>s japonais, complétée de quelques<br />

locaux, afin de réaliser le film corporate Subaru, mettant <strong>en</strong><br />

avant le nouveau modèle de <strong>la</strong> marque nippone. À quelques<br />

jours du sacre de Sébasti<strong>en</strong> Loeb, l’équipe s’est <strong>la</strong>ncée dans les<br />

Vosges sur les traces du pilote alsaci<strong>en</strong> sur <strong>la</strong> route des Crêtes,<br />

pour tourner <strong>en</strong> 4 jours tous les p<strong>la</strong>ns nécessaires au film.<br />

Détours<br />

Du 10 au 15 septembre a eu lieu le tournage du court métrage<br />

Détours, réalisé par Yannis Metzinger et produit par sa société<br />

Cerigo films. Vinc<strong>en</strong>t Dreyer et Stéphanie Heiser ti<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t les<br />

rôles principaux du film.<br />

Christophe appr<strong>en</strong>d par hasard que son amour de jeunesse<br />

sera de passage dans son vil<strong>la</strong>ge d'<strong>en</strong>fance. Il décide d'aller à<br />

sa r<strong>en</strong>contre ri<strong>en</strong> que pour <strong>la</strong> voir mais aussi qui sait, l'aborder,<br />

s’il <strong>en</strong> a le courage. Détours raconte l'histoire de cette journée<br />

un peu particulière…<br />

La Cerisaie<br />

Philippe Avril produit avec sa société Unlimited sa deuxième<br />

re-création du dramaturge Tchekov. Il s’attaque cette fois-ci<br />

à La Cerisaie, mis <strong>en</strong> scène par Julie Broch<strong>en</strong> pour le TNS. Une<br />

des trois salles du TNS a été ainsi réquisitionnée par Alexandre<br />

Gavras et son équipe pour mettre <strong>en</strong> image cette interprétation<br />

de Tchekhov p<strong>en</strong>dant 9 jours, courant novembre.<br />

Les fils du v<strong>en</strong>t<br />

Bruno Le Jean est v<strong>en</strong>u suivre <strong>en</strong> région quatre musici<strong>en</strong>s<br />

manouches, originaires de Strasbourg et ses al<strong>en</strong>tours. Les<br />

Films du Veyrier l’ont accompagné dans <strong>la</strong> réalisation de ce<br />

long métrage docum<strong>en</strong>taire.<br />

Ils s’appell<strong>en</strong>t Angelo Debarre, Mor<strong>en</strong>o, Ninine Garcia et<br />

Tchavalo Schmitt. Ils sont guitaristes, ils sont manouches. Ils<br />

jou<strong>en</strong>t et perpétu<strong>en</strong>t <strong>la</strong> musique de Django Reinhardt. Avec<br />

comme objectif final de réunir sur scène ces quatre héritiers<br />

de Django pour un concert privé, on suit chaque personnage,<br />

<strong>en</strong> parallèle, dans sa vie quotidi<strong>en</strong>ne et professionnelle.<br />

L’héritier<br />

Jean-Marie Straub est v<strong>en</strong>u tourner <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, sur 21 jours<br />

courant septembre, son dernier docum<strong>en</strong>taire, intitulé L’héritier<br />

et produit par Les Fées production.<br />

En 2010, Jean-Marie Straub retourne dans l’Est pour réaliser le<br />

deuxième volet du dyptique Barrès. Il s’agit d’un texte tiré du<br />

livre Au service de l’Allemagne, écrit par Barrès <strong>en</strong> 1903 sur le<br />

mont Saint-Odile. Joseph Rottner, l’acteur principal originaire<br />

de Colmar, suivra les traces du jeune médecin de campagne<br />

<strong>en</strong> prom<strong>en</strong>ade au Mont Saint-Odile, à travers les chemins qu’a<br />

connus Barrès jusqu’à <strong>la</strong> maison forestière de Ratsamhaus<strong>en</strong><br />

et autour du célèbre mur paï<strong>en</strong>, unique dans <strong>la</strong> région.<br />

Au paradis des hommes<br />

Cédric Malzieu a réalisé son dixième film cet été, intitulé Au<br />

paradis des hommes. Somnambule production s’est chargé<br />

de <strong>la</strong> production de ce long métrage. Malgré le peu de<br />

budget, Cédric Malzieux s’est adjoint <strong>la</strong> col<strong>la</strong>boration d’une<br />

équipe technique et de comédi<strong>en</strong>s professionnels. On notera<br />

notamm<strong>en</strong>t <strong>la</strong> prés<strong>en</strong>ce de Juli<strong>en</strong> Courbey au casting, qui<br />

incarne le personnage principal.


films primés, films sélectionnés<br />

films primés/sélectionné<br />

Prix vidéo 2010<br />

des écoles d’art du Grand-Est<br />

organisé par <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> et Vidéo Les Beaux Jours<br />

Le jeudi 2 décembre 2010 a été prés<strong>en</strong>tée à l'École supérieure<br />

des arts décoratifs de Strasbourg une sélection de<br />

vidéos d'étudiants des différ<strong>en</strong>tes écoles d'art.<br />

Deux prix de 1 000 euros chacun, dotés par l'asso ciation<br />

Agami, ont été décernés, ainsi que neuf m<strong>en</strong>tions.<br />

Jury<br />

Robert Cah<strong>en</strong><br />

présid<strong>en</strong>t du jury,<br />

artiste vidéo<br />

Clém<strong>en</strong>t Cogitore<br />

et Nelly Massera<br />

réalisateurs et anci<strong>en</strong>s<br />

étudiants de l'ESAD<br />

Alexis Metzinger<br />

réalisateur, représ<strong>en</strong>tant<br />

de <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>,<br />

Frédéric<br />

Maufras-Samson<br />

responsable<br />

de <strong>la</strong> programmation<br />

de l'auditorium des Musées<br />

de <strong>la</strong> Ville de Strasbourg<br />

Georges Heck<br />

responsable du départem<strong>en</strong>t<br />

audiovisuel et cinéma<br />

de <strong>la</strong> Ville de Strasbourg<br />

Ils sont parfaits Vil<strong>la</strong>ges urbains<br />

Prix<br />

Ils sont parfaits<br />

Laura Fernandez<br />

(ESAD Strasbourg)<br />

Vil<strong>la</strong>ges urbains<br />

Zh<strong>en</strong>qian Huang<br />

(ESAM Metz)<br />

M<strong>en</strong>tions<br />

Perfect P<strong>en</strong> Pal<br />

Cécile Sigonney<br />

(ERBA Besançon)<br />

Carnet de V<strong>en</strong>ise<br />

Gabriel Badin<br />

(ESA, École<br />

de l’image, Épinal)<br />

Mix 404<br />

Neelix et Qu<strong>en</strong>tin<br />

Crumbach<br />

(ESAM Metz)<br />

Disappearance<br />

Léa Triboulet<br />

(ESAD Strasbourg)<br />

Banane<br />

Sophie Chatellier<br />

et Johanna Himmelsbach<br />

(ENSA Nancy)<br />

Seoma<br />

Vinc<strong>en</strong>t Masson<br />

(ESAD Strasbourg)<br />

Duel 3<br />

Franck Hoursiangou<br />

(ENSA Dijon)<br />

Baking the Drama<br />

Paul Guilbert<br />

(ESAD Strasbourg)<br />

B<strong>la</strong>ckboard<br />

Kevin S<strong>en</strong>ant<br />

(ESAD Strasbourg)<br />

Christophe et<br />

M. Colomb<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Dominique Garing<br />

réalisé par Jean-Baptiste B<strong>en</strong>oît<br />

Vie des hauts production<br />

Sélectionné au festival de BD d’Angoulême<br />

C<strong>la</strong>ude Monet à Giverny,<br />

<strong>la</strong> maison d'Alice<br />

Docum<strong>en</strong>taire de Philippe Piguet,<br />

avec <strong>la</strong> participation de Jean Breschand (HD)<br />

Coproduction Bix films, Réunion<br />

des Musées nationaux, France Télévisions<br />

Compétition officielle<br />

au 29 e Festival international<br />

du film sur l'art (FIFA) de Montréal<br />

La chèvre stérile<br />

Long métrage de fiction de 90'<br />

de Murali Nair (35 mm)<br />

Coproduction Unlimited,<br />

Les Films de l’Étranger, Maya film (Inde)<br />

Sélectionné aux festivals<br />

de Pusan (Corée du Sud),<br />

Abou Dhabi (Émirats arabes unis),<br />

Mumbai (Inde), Göteborg (Suède),<br />

Rotterdam (Pays-Bas)<br />

La p<strong>en</strong>sée vi<strong>en</strong>t<br />

<strong>en</strong> marchant<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 49’ de Anja Unger<br />

et Jean Baptiste-Durand (DV)<br />

Coproduction Cresc<strong>en</strong>do films, Normandie TV,<br />

Regards.doc et les Films Jack Fébus<br />

Sélectionné au Nonfiktional<br />

Festival de Munich septembre 2010<br />

Le chant des particules<br />

Court métrage de 15’<br />

de B<strong>en</strong>oît Bourreau (4K anamorphique)<br />

Coproduction Unlimited,<br />

Les Films de l’Étranger, Arcadi<br />

Sélection officielle au festival international<br />

du court métrage de Clermont-Ferrand,<br />

compétition LABO<br />

Le fossé<br />

Long métrage de fiction de 109’<br />

de Wang Bing (DCP, 35 mm)<br />

Coproduction Unlimited, Les Films de l’Étranger,<br />

Wil Productions (Hong Kong),<br />

Entre chi<strong>en</strong> et loup (Belgique)<br />

Sélection officielle <strong>en</strong> compétition<br />

au dernier festival international<br />

du film de V<strong>en</strong>ise (Film surprise)<br />

Sélectionné aux festivals Pusan (Corée du Sud),<br />

Abou Dhabi (Émirats arabes unis),<br />

Tokyo (Japon), Nantes, 3 contin<strong>en</strong>ts (France),<br />

Rotterdam (Pays-Bas)<br />

Le piano<br />

Court métrage fiction de 20’<br />

de Levon Minasian (HD)<br />

Coproduction Cerigo Films, BOA Films, France 2<br />

Sélectionné au 33 e festival international<br />

du court métrage de Clermont-Ferrand<br />

Péniche Cancale<br />

Une av<strong>en</strong>ture culturelle<br />

et coopérative<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 30’ de Dami<strong>en</strong> Maheu (DV)<br />

R Productions<br />

Grand Prix Macif du film économie<br />

sociale et solidaire 2010<br />

De haut <strong>en</strong> bas :<br />

Christophe et M. Colomb<br />

La chèvre stérile<br />

La p<strong>en</strong>sée vi<strong>en</strong>t <strong>en</strong> marchant<br />

Le chant des particules<br />

Le fossé<br />

Le piano<br />

Péniche Cancale<br />

29


Formations <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Bénéficiez de <strong>la</strong> qualité Ina<br />

> Vous voulez vous former <strong>en</strong> restant dans l’Est.<br />

> Ina SUP vous propose des formations à Strasbourg qui vous feront<br />

bénéficier de <strong>la</strong> qualité et de l’efficacité qui ont fait sa réputation.<br />

> Le droit et l’image photographique du 07/04/2011 au 08/04/2011<br />

<strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong><br />

> Panorama du média global pour tous le 19/05/2011<br />

<strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong><br />

> Le journalisme radio et web du 19/09/2011 au 23/09/2011<br />

<strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec le Club de <strong>la</strong> Presse Strasbourg-Europe<br />

> Financem<strong>en</strong>t : p<strong>en</strong>sez au droit individuel à <strong>la</strong> formation (DIF) !<br />

Contact : 01 49 83 24 24<br />

formationprofessionnelle@ina-sup.com<br />

www.ina-sup.com

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!