Mise en page 1 - Saint-Nazaire

mairie.saintnazaire.fr

Mise en page 1 - Saint-Nazaire

M A G A Z I N E www.mairie-saintnazaire.fr Décembre 2008 N° 217


S O M M A I R E

2 ACTUALITÉS

Saint-Nazaire 2015

Un nouveau cap pour la Ville 2

• Développement

Le point sur le Pôle tertiaire gare 6

• Les échos du mois 8

12 VIE EN VILLE

• Habitat

Silène construit sur le site des Rochelle 12

• Habitat

Innova ou l’espace à moindre coût 13

• Social

La Maison-Relais pour les plus démunis 14

• Travaux

Campagne de ravalement obligatoire 15

Saint-Nazaire d’hier à aujourd’hui

Regards croisés, livre de Patrick Pauvert 16

• Les échos de la ville 18

• Expression des groupes

des oppositions 20

• Expression des groupes de la majorité 21

22 PARTENAIRES

• Économie

Portrait de l’entreprise Man Diesel 22

• STX France

Le MSC Fantasia sur le départ 24

25 LOISIRS

• Animations

Les festivités pour Noël 25

• Sport

Portrait d’une jeune pongiste 26

• Culture

Laurence Leconte, biographe 27

• L’agenda

Les activités culturelles 28

• Pratique

Les numéros utiles 31

Le maire, Joël Batteux, présente le futur

Saint-Nazaire 201

Lydie Mahé, maire-adjointe chargée des relations

aux habitants et Joël Batteux, le maire. Derrière,

la place François Blancho qui va faire l’objet d’une

concertation

Saint-Nazaire Magazine : Quel regard portezvous

sur l’évolution de Saint-Nazaire de ces

vingt dernières années

Joël Batteux : « Ces dernières années, sans

se renier, Saint-Nazaire s’est métamorphosée

autour de quelques grands projets. Tout en

s’ouvrant à des activités et des pratiques

nouvelles, elle a su défendre et préserver ses

fondements, industriels, sociaux, culturels.

Enfin, elle s’est affirmée comme la ville-centre

incontestée d’une agglomération indispensable

au rayonnement de la métropole

Nantes Saint-Nazaire Presqu’île Guérandaise,

de la Loire-Atlantique et des Pays-de-la-Loire.

Le suite de l’aménagement du front de mer

va débuter dès début 2009. Les travaux

iront de Sautron au boulevard Léon Blum.

Ce constat largement partagé est le fruit du

travail d’une équipe municipale audacieuse

et tenace et de partenaires publics, privés,

associatifs, passionnés de Saint-Nazaire.

C’est aussi le produit d’une méthode d’élaboration,

de programmation et de gestion des

projets et des dossiers qui a fait ses preuves. »

SNM : Vous appliquez donc la même méthode

de Projet Global dont vous êtes l’un des premiers

promoteurs

J.B : « Son application renouvelée, tout en

tenant compte du contexte économique et

financier national et international incertain est

une condition de la réussite de notre projet

de développement durable 2009-2015.

Au-delà des projets, grands travaux et équipements

déjà lancés à poursuivre et à achever,

des priorités fortes guident notre action :

offrir à chacun et notamment aux jeunes actifs

un logement selon leurs moyens et leurs

besoins, améliorer la qualité de nos services

publics municipaux, maîtriser la place de la

voiture dans la ville par une meilleure desserte

des zones d’emploi et de commerce en

transport collectif public comme en deux-roues,

accentuer la rénovation de notre patrimoine

scolaire et sportif, amplifier et mieux organiser

notre démarche municipale de concertation,

d’explication et de participation, créer de

nouveaux lieux publics de convivialité dans

les quartiers...

Notre ambition reste raisonnable : nous voulons

renforcer notre attractivité pour dégager

les moyens indispensables à la solidarité. Nous

voulons demeurer une ville humaniste, pro-

2 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


A C T U A L I T É S

Saint-Nazaire 2015

Projet de Développement Durable de la Ville

, un nouveau cap

gressiste et, pour tout dire, citoyenne, tolérante

et unie, une ville qui protège, intègre,

et émancipe les habitants qui y vivent. »

SNM: Les fondements de votre action restent

les mêmes

J.B : « Oui mais ce projet a été pensé à partir

de nouvelles bases parce que la ville a

changé et que le contexte général s’est profondément

modifié. La politique menée a

permis de changer d’échelle dans tous les

domaines. Et aussi parce que j’ai bien entendu

les reproches et les craintes de nos concitoyens

pendant la campagne électorale.

Le Projet « Saint-Nazaire 2015- Projet de

Développement Durable » ambitionne donc

de conduire simultanément et en cohérence

plusieurs évolutions - économiques, urbaines,

sociales et culturelles - tout en restant fidèle

à la dynamique historique de la ville. »

SNM : Un mot sur la méthode

J.B : « La nouvelle organisation politique mise

en place vise à croiser les logiques économiques,

urbaines, environnementales, sociales

et culturelles au service d’un projet unique,

cohérent, efficace et lisible. Il se décline aussi

bien à travers des investissements nouveaux

majeurs que par des programmes conséquents

de rénovation et d’amélioration du patrimoine

existant et la mobilisation de toutes les

politiques municipales. La gouvernance locale

avec les adjoints de quartier et les conseils

de quartiers constitue un élément intrinsèque

du projet qui veut placer les habitants au cœur

de notre démarche.

Dans un contexte de grandes incertitudes qui

pourrait suggérer l’attentisme, l’immobilisme,

voire le renoncement, la Ville de Saint-Nazaire

entend, tout en s’adaptant aux circonstances,

poursuivre son développement pour le bienêtre

de ses habitants, avec l’objectif de rester

une ville allant de l’avant, agréable à vivre

et profondément solidaire.

Ce nouveau cap privilégie trois axes transversaux

que l’on pourrait appeler la ville dynamique,

la ville à vivre et la ville pour tous. »

SNM: Est-il opportun de lancer ce projet de

Saint-Nazaire 2015 compte tenu de la crise

financière actuelle

Joël Batteux : « L’économie de la région nazairienne

va forcément subir les effets négatifs

Le maire et Éric Provost, maire

adjoint chargé de l’attractivité

et du rayonnement de la ville.

L’un des projets phares de ce

municipe est la réalisation du

nouveau théâtre sur le site de

l’ancienne gare. Ouverture

programmée en 2011.

de la crise économique et financière. Dans

cette période de troubles et de perte de

confiance, la Ville, accoutumée à relever des

défis, n’entend évidemment pas baisser les

bras ni céder à la morosité ambiante. D’autant

moins que nos finances sont solides et

notre endettement limité. Elle continuera à

prendre toutes les initiatives qui s’imposent

pour garantir son avenir, maintenir et améliorer

le bien-être de ses habitants.

Les incertitudes qui pèsent sur notre environnement,

et notamment notre accès aux

marchés financiers pour mobiliser l’emprunt

nécessaire au financement de nos investissements,

nous conduisent cependant à concevoir

un Projet de Développement Durable souple,

adaptable, dont le rythme de réalisation

dépendra de l’évolution des paramètres prudents

sur lesquels nous nous appuyons. » ■

Le maire et David Samzun,

maire-adjoint chargé de

l’urbanisme, sur le site de la

Briandais qui accueille le projet

immobilier Villarmonia,

actuellement en travaux.

Jacqueline Perrin, adjointe

du quartier de Saint-Marcsur-Mer

et Arlette Mousseau,

adjointe coordinatrice du

dispositif adjoints de

quartier, devant l’école

Chateaubriand jugée trop

vetuste. La nouvelle école

sera construite dans le

quartier du Courtil-Brécard

et ouvrira en 2010.

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 3


Transports, logement, espaces de convivia

Un plan d’actions

La Ville a fixé ses priorités pour les six ans à venir. Si de grands

projets sont déjà sur les rails, d’autres vont être initiés avec comme

axes forts, les transports, le logement et la proximité.

Conseil municipal

L’ensemble du Projet de Développement

Durable sera présenté, débattu et fera

l’objet d’un vote lors du prochain conseil

municipal programmé le vendredi 19

décembre.

De grands chantiers en cours

Aux quatre coins de la ville, de grands projets

sont déjà lancés. Ils prendront vie au cours

de ce municipe. C’est le cas notamment pour

le théâtre dans l’ancienne gare. La suite de

l’aménagement du front de mer débutera en

janvier. Le Petit Maroc, le pôle tertiaire gare,

Ville Ouest et la réalisation de nouvelles

écoles comme à Saint-Marc-sur-Mer ou à la

Chesnaie sont inscrits dans le programme.

Le logement pour tous

La Ville va poursuivre ses efforts pour inciter

les jeunes actifs à vivre dans Saint-Nazaire.

Ainsi, la Ville et la CARENE interviendront

désormais sur toutes les opérations immobilières

qui seront initiées sur des terrains

appartenant à la collectivité. Les chiffres

sont arrêtés : construire 650 logements neufs

par an dont 50% de logements maîtrisés (30%

de logements locatifs sociaux et 20% d’accession

sociale). La municipalité souhaite que

les ménages disposant de 2500 à 3000

euros de revenus mensuels puissent accéder

à la propriété.

Déplacements

Courant 2010, le réseau du transport urbain

va connaître de nombreuses modifications

en profondeur afin de coller davantage à la

réalité vécue par les usagers et aux besoins.

Nouveauté présentée au printemps prochain,

la création d’un TUR, un Transport Urbain

Rapide, qui reliera la gare TGV à Océanis en

moins de vingt minutes et desservira notamment

la place François Blancho, l’Hôpital et

la Cité scolaire. Les réflexions sur le tracé précis

sont en cours d’achèvement.

Le vélo devrait prendre ainsi une meilleure

place dans ce municipe avec la réalisation d’un

plan vélo qui couvrira toute la ville.

Pascale Clément, adjointe du

quartier centre-ville/port/Petit-

Maroc, et Emmanuelle Bizeul,

conseillère subdéléguée au

commerce. Les commerces de la

rue de la Paix ont gagné en

attractivité depuis l’ouverture du

Ruban Bleu. Dans le cadre du

nouveau projet municipal, cette

rue fera l’objet d’aménagements

pour améliorer la fréquentation

des piétons et des commerçants.

Le maire et Olivier Richard, maire adjoint chargé des

finances, devant les travaux du futur Pôle tertiaire de la

gare TGV. La construction d’un quatrième bâtiment vient

de débuter sur cette entrée de ville en plein essor.

4 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


A C T U A L I T É S

Saint-Nazaire 2015

lité au programme du Projet de Développement Durable

prioritaires

Proximité

Les conseils de quartier seront acteurs de

ce Plan de Développement Durable de la Ville.

Cela déjà été le cas avec la présentation aux

sept conseils, fin septembre, du Plan Local

d’Urbanisme. Des projets de la ville seront ainsi

régulièrement concertés avec leurs membres

comme le futur Plan vélo ou l’aménagement

de la place François Blancho.

Place de l’Hôtel de Ville

La municipalité souhaite que cette place

François Blancho soit réaménagée. Lieu

festif et citoyen ou point de desserte des

transports urbains Plusieurs orientations

sont évoquées. Rien n’est figé. Une vaste

concertation sera prochainement lancée pour

définir son futur rôle.

Patrimoine et Espaces

de convivialité

Les budgets consacrés à la remise à niveau

des équipements scolaires et sportifs vont

être majorés. De plus, la Ville a entendu les

remarques des habitants des quartiers qui se

plaignaient de manquer d’espaces de convivialité.

C’est pourquoi une enveloppe annuelle

d’un million d’euros sera destinée aux projets

de quartier dans le but de développer ces

espaces dont l’inventaire est en cours. On sait

déjà que la place Poincaré à Toutes-Aides et

la voie américaine à Penhoët pourraient être

aménagées. ■

Arlette Mousseau,

adjointe et

coordinatrice du

dispositif adjoints

de quartier, et

Alain Manara, adjoint

des quartiers nord,

sur la place Poincaré

qui fera partie

des futurs espaces

de convivialité

envisagés par la Ville.

Le maire et Pascal

Grange, maire adjoint

chargé de l’éducation,

devant l’école Bayet et

Escurat qui, dans le

cadre du projet Ville

Ouest, va disparaître

pour mieux renaître au

cœur de la Chesnaie.

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 5


Pôle tertiaire régional : les trois premiers

Un quatrième bâtiment su

Depuis quelques semaines, les travaux d’un nouvel immeuble sur

le futur pôle tertiaire régional de la gare ont débuté. Une opération

qui vient confirmer l’ambition pour la CARENE et la Ville de faire

de l’entrée principale de Saint-Nazaire un futur quartier de ville.

Alors que les trois premiers

immeubles du pôle tertiaire régional de

la gare TGV de Saint-Nazaire sont aujourd’hui

sortis de terre pour être totalement terminés

fin 2009, la deuxième phase de ce chantier

d’envergure est entrée en action le 17 novembre

dernier. Il s’agit de réaliser un quatrième

bâtiment, toujours le long du boulevard Willy

Brandt, mais cette fois derrière le siège de la

CARENE. Un nouvel immeuble qui abritera

6 500 m 2 de bureaux et un parking semienterré

de 175 places. Ainsi, fin 2010,

l’agglomération bénéficiera d’un nouveau

quartier d’affaires de plus de 13 000 m 2 , qui

contribuera à la diversification de l’économie

de l’agglomération.

Le gros œuvre de ce futur immeuble, qui sera

donc construit le long du boulevard Willy Brandt

(précisément sur l’actuel parking privé de la

CARENE et sur l’aire de stationnement située

juste à côté), devrait démarrer l’été 2009 pour

une fin de l’ensemble des travaux à la fin 2010.

Des lignes très épurées

6 500 m 2 de bureaux vont ainsi être réalisés

dans un bâtiment allongé, aux lignes très épurées,

d’après l’architecture définie par Jean-

Claude Pondevie. Il se présentera sous deux

hauteurs différentes (un R + 3 et un R + 4)

et sera terminé à l’angle ouest par une

« proue de navire », qui abritera la cage

d’escalier. Côté nord (gare), une matière

translucide (du Danpalon) viendra habiller le

parking, alors que l’ensemble de l’édifice sera

recouvert d’un bardage métallique en « alu

zinc », qui lui donnera une teinte gris argentée.

Côté sud (ville), un grand parvis d’une

surface quasi équivalente à l’actuelle place

Pierre Sémard va être réalisé. Il s’agira d’une

place « d’ambiance minérale », avec des

dalles de granit au sol, agrémentée de nombreuses

plantations et arbres : elle sera au

même niveau que la place Sémard et permettra,

par un escalier, d’accéder directement au

boulevard Willy Brandt.

Développement durable

La conception de ce quatrième immeuble

répond à des exigences de développement durable

à plusieurs niveaux. Le projet vise une certification

« Bâtiment Basse Consommation »,

ce qui implique un objectif ambitieux de consommation

maximale de 50 kWhep/m²/an (*) , pour

6 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


A C T U A L I T É S

Développement

Le pôle tertiaire gare d’envergure régionale est

le fruit de la politique de diversification économique

menée par la CARENE et la Ville de

Saint-Nazaire depuis plusieurs années.

Objectif : ne pas dépendre uniquement de la

bonne santé du secteur industriel et conforter

une économie tertiaire en plein dévelopimmeubles

livrés en 2009

les rails

le chauffage, le rafraîchissement, la ventilation,

l’eau chaude sanitaire, les auxiliaires de

chauffage et enfin l’éclairage.

Dans cette même logique d’économie d’énergie,

l’accent a été mis sur la qualité des isolations

et des menuiseries. Ainsi, les déperditions

thermiques du bâtiment seront inférieures

de 20 % par rapport aux normes

actuelles. Autres spécificités : les bureaux

seront tous équipés d’une régulation automatique

de la lumière artificielle et il n’y aura

pas de système de climatisation. Effectivement,

afin de maintenir les locaux frais en été,

la chaleur sera accumulée en journée dans

les structures béton de l’immeuble, pour être

ensuite évacuée la nuit vers l’extérieur via une

multitude de systèmes d’ouverture couplés

à chaque fenêtre de l’immeuble.

Enfin, les toitures les plus basses seront végétalisées

ce qui permettra à la fois de contribuer

à l’isolation thermique des bâtiments,d’offrir une

gestiondouceduruissellementdeseauxdepluie

et bien sûr d’apporter des vues agréables.

L’insertion en chantier

Partie intégrante du développement durable,

une démarche de « cohésion sociale et de

solidarité » a été également mise en place.

Pour la CARENE et ses partenaires, il s’agit à

travers ce projet de pôle tertiaire de soutenir

l’accès à l’emploi de personnes qui en sont

aujourd’hui éloignées. Ainsi, comme lors de

la réalisation du premier parking semi-enterré

(sous les trois premiers immeubles du pôle),

plusieurs personnes en insertion professionnelle

seront accueillies sur le chantier.

Un futur nouveau quartier de ville

pement. Avec ce nouvel ensemble immobilier,

les candidats à l’installation auront à leur disposition

un site stratégique, en entrée de ville

et au cœur d’un pôle d’échanges multimodal...

et surtout au pied de la gare TGV. Autrement

dit, ils seront situés à seulement 40 minutes

de Nantes et à 2h30 de Paris ! Une situation

tout à fait privilégiée qui explique l’installation

des locaux de la CARENE dès 2001.

Pour autant, la réflexion va au-delà de la

seule construction de ce pôle tertiaire. L’idée

est bien de faire émerger à proximité de la

gare TGV, un nouveau quartier de ville. Cette

ambition s’appuierait sur la création de près

de 50 000 m 2 de bureaux autour de la gare,

complétés par des dizaines de milliers de m 2

de logements, de services et de commerces...

Avec en parallèle, la réalisation d’un pôle

d’échanges multimodal de part et d’autre des

voies ferrées, qui anticiperait le passage du

futur Transport Urbain Rapide (TUR) et qui

viendrait en appui d’une gare SNCF modernisée

et restructurée.

Plusieurs scénarios sont à l’étude : il pourrait

s’agir de développements plus particulièrement

au nord des voies ferrées, côté Trignac

le long de la route de Nantes, avec la construction

d’une passerelle de part et d’autre des

voies de chemin de fer qui offrirait un accès

à la gare par le nord, sans avoir à rentrer dans

Saint-Nazaire. Autre option : davantage privilégier

les nouvelles implantations au sud des

voies ferrées, ce qui pourrait entraîner la prolongation

du boulevard Willy Brandt jusqu’au

boulevard Paul Leferme ■

(*) KWhep : kilowatt heure d’énergie primaire

Circulation

et stationnement

Afin d’anticiper les places de parking en moins

provoquées par le lancement de ce nouveau

chantier, la CARENE a ouvert en juillet dernier, le

nouveau parking dit « Sernam », juste à côté de

la gare et accessible depuis le Boulevard Willy

Brandt. Il comprend un total de 159 places, dont

3 pour les personnes à mobilité réduite.

Le chantier n’aura d’impact ni sur la circulation

(le boulevard Willy Brandt restera ouvert dans les

deux sens), ni sur l’accès à la gare par le boulevard

Willy Brandt ■

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 7


L A T R I B U

Plein de nouvelles émissions

Depuis la rentrée, la radio propose

de nouvelles émissions à écouter

dès la fin des cours :

« Euro Tribu » témoigne de la volonté

de la radio de s’ouvrir sur le monde et

propose un tour de l’actu européenne

de la semaine passée. Politique, culture, sport, développement durable,

éducation, musique ou encore gastronomie... parce que la curiosité est une

qualité, c’est l’occasion de découvrir ou d’en apprendre un peu plus sur nos

voisins. Lundi à 17 h.

« Métiers » les professions les plus convoitées par les jeunes sont présentées

dans l’émission. Histoire de la profession, études et formations, réalité,

salaires, débouchés et témoignages de professionnels composent l’émission.

Possibilité de proposer pour les auditeurs un métier à traiter. Mardi à 17 h.

« A D O S » Chaque semaine la radio collecte les préoccupations des adolescents,

qu’ils soient participants de l’atelier, collégiens ou auditeurs. Les questions

sont recueillies anonymement dans des « boîtes à questions » ou par

mail. Relations avec les parents, puberté, sexualité, comportements à risques,

mais aussi scolarité, orientation, loisirs... de la plus sérieuse à la plus inattendue,

chaque question est traitée en antenne. Des spécialistes de l’adolescence

viennent étayer les réponses. Jeudi à 17 h

« Services » L’émission fait le tour des lieux ressources pour les adolescents

à Saint Nazaire. Information Jeunesse, loisirs culturels, sports, animations, mais

aussi lieux d’écoute et d’aide, prévention... chaque semaine tout ce qui existe

pour les adolescents nazairiens est passé en revue. Vendredi à 17 h

Par ailleurs, La TRIBU invite les collégiens et les lycéens à participer à ses

programmes. Renseignements au 02-40-66-10-69 ■

P R E S S E

Où trouver

le Saint-Nazaire

Magazine

Le Saint-Nazaire Magazine

est distribué chaque mois dans

les 32 000 boîtes aux lettres

nazairiennes. Il peut arriver

qu’une boîte soit oubliée par les

distributeurs. Dans ce cas, si

vous souhaitez vous procurer

votre mensuel d’informations

municipales, sachez qu’il est

disponible dans toutes les maisons

de quartier de la ville, dans

les mairies annexes, à Agora

1901, à l’Hôtel de Ville, à l’Office

du tourisme ou encore à la Médiathèque


J O U R N A LI S M E

Des Belges sur les traces de Tintin

Fin novembre, deux étudiants belges en journalisme étaient récemment à

Saint-Nazaire sur les traces de Tintin. Chris Van den Borght et Laurent Henrard étaient

présents dans le cadre d’une opération baptisée « Belgodyssée » mise en place par

les chaînes publiques de TV, de radio et par des journaux. Le tout en collaboration

avec les Studios Hergé et la fondation Prince Philippe. L’objectif de cette opération est

de tourner des reportages dans les lieux en Europe liés aux aventures de Tintin. Le

port de Saint-Nazaire et le château de Cheverny sont les deux seuls lieux en France

retenus pour la réalisation de ces documentaires ■

8 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


A C T U A L I T É S

Les échos du mois

E X P O S I T I O N

C’est l’été au LiFE

LE LiFE accueille jusqu’au 11 janvier une exposition

de l’artiste Philippe Rahm intitulée « Plage

d’hiver ». L’alvéole 14 de la base sous-marine va se

muer en un environnement pour le moins inattendu

où le visiteur est convié à réinventer la plage. Alors,

vive les maillots et draps de bain, lunettes de soleil

et cocktails rafraîchissants : à l’heure du réchauffement

climatique, c’est de nouveau l’été au LiFE.

Le mercredi et vendredi de 15h à 19h ; le jeudi de

15h à 21h ; le samedi et dimanche de 11h à 19h.

Fermeture le 25 décembre et 1 er janvier.

Entrée libre ■

d e r n i è r e m i n u t e

La Société d’Horticulture et d’Art Floral de Saint-Nazaire

propose des cours spéciaux sur le thème : « Noël blanc ».

Le lundi 15 décembre à 14h et à 18h30 au 11 Impasse

Léonard de Vinci.

Renseignements et inscriptions au 02 40 61 10 83 02 ■

E M A P

Initiation à la

photo numérique

et argentique

L’École Municipale d’Arts Plastiques organise

pour les 13-18 ans des ateliers d’initiation

à la photographie numérique et argentique. Tous

les mercredis de 14 h à 15 h 30 à l’Ecole municipale

d’Arts Plastiques.

Du reportage au portrait, le cours se base sur

la prise de vues : diversité des points de vue,

cadrages, compositions par la mise en scène.

En studio ou décor naturel, les sujets explorent

tous les domaines de la photographie : artistique,

publicitaire, documentariste... La retouche numérique

vient compléter, sur certains sujets, la fabrication

de l’image photographique et jouer du

rapport avec les mots.

Renseignements et inscriptions au 02 40 00 42 60,

tous les mardis, mercredis, jeudis et vendredis

de 8 h 30 à 12 h 00 et de 13 h 30 à 17 h, les

mardis et mercredis jusqu’à 18 h ■

P R AT I Q U E

Sortie du guide hébergementrestauration

L’Office de Tourisme de Saint-Nazaire

vient de publier à 50 000 exemplaires

le guide hébergement-restauration sur

Saint-Nazaire ; il recense 115 adresses

et est bilingue français-anglais. Ce

guide est disponible à l’Office de tourisme

installé à la base sous-marine ;

il a été remis « en avant-première ».

C’est un document clair et agréable qui

contribue au rayonnement de la Ville

de Saint-Nazaire comme le guide touristique

qui recense les activités de

visites et le site www.saint-nazairetourisme.com


N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 9


E S C A L’ AT L A N T I C

Un dimanche à six euros

Le dimanche 14 décembre,

embarquez à Escal’Atlantic au tarif

exceptionnel de 6 euros, soit demitarif

par rapport à l’entrée l’été, et

4 euros tarif « enfants ». Escal’

Atlantic fait un geste particulièrement

envers les familles car la gratuité

sera accordée jusqu’à 6 ans,

et non 4 ans, et le tarif « enfants »

ne s’arrêtera pas à l’âge de 12 ans

mais va jusqu’à 18 ans.

C’est donc l’occasion idéale de

découvrir la thématique 2008, « Escal’ en Méditerranée » et, qui sait, peutêtre

gagner une croisière sur le Nil en participant au tirage au sort organisé

par Escal’Atlantic. Quant aux enfants, ce sont eux les héros de la visite

grâce aux livrets-jeux « Les Jeunes Aventuriers » remis gracieusement aux

enfants de 6-8 et 9-12 ans, lors des visites en famille. Parcourir

Escal’Atlantic dans la peau d’un commandant, d’une actrice de cinéma, d’une

décoratrice de paquebot ou d’un passager clandestin, avec des indices à

trouver et des énigmes à résoudre, c’est sans doute la plus belle façon de

visiter et d’apprendre tout en s’amusant !

A noter aussi : les visiteurs seront invités à laisser leurs impressions dans

un livre d’or spécial, mis à leur disposition. Vous avez aimé, un peu,

passionnément Dites-nous tout !

Les horaires d’ouverture du dimanche d’Escal’Atlantic : de 10 h à 12 h 30

et de 14 h à 18 h ; dernière entrée une heure et demie avant la fermeture.

Tous renseignements au 0 810 888 44 (N° Azur, tarif local depuis un poste

fixe). Site : www.saint-nazaire-tourisme.com ■

S P O R T

Le Snos Gym en

Coupe de France

Le tirage au sort du 1/8 e de finale de la

Coupe de France a eu lieu. Pour la deuxième

fois consécutive, l’équipe masculine du SNOS

aura le plaisir d’accueillir ce 1/8 e de finale dans

le gymnase Paul Lièvre. Elle sera opposée à

deux équipes de l’est de la France - Illzach

(Région de l’Alsace) club de fédérale 1, et

Vandoeuvre (Région de la Lorraine) club qui a

terminé 3 e en division nationale 4, et Les Pont

de Cé (Maine-et-Loire) qui évoluait en division

nationale 4 l’an passé.

Les équipes seront composées de 5 gymnastes.

« L’an passé nous avons évolué en division

nationale 3 » explique Régis Gauthier,

vice-président du club, « aujourd’hui, c’est une

nouvelle saison et chacun a ses chances. Des

départs ou des arrivées nouvelles peuvent modifier

considérablement le niveau de l’équipe. Maintenant,

nous allons préparer au mieux cette compétition.

Tous nos gymnastes sont expatriés

pour des raisons d’études ou professionnelles.

Nous allons essayer de nous regrouper 2 fois

d’ici le 13 décembre, mais chacun devra se préparer

sérieusement dans son coin. » ■

LI T T É R AT U R E

Éric Milet sort un nouveau livre

Spécialiste du Sahara, du Sahel et du Maroc où il y est guide depuis plus de

vingt ans, Éric Milet vient de sortir un nouvel ouvrage intitulé « L’Orient rêvé » ;

l’ouvrage présente une centaine de scènes des débuts de la photographie

jusqu’aux années 1950, qui reflètent un Maroc ordinaire ou extraordinairement

sophistiqué. Ce catalogue de clichés met en abîme le rêve orientaliste et met peu

à peu en scène un mythe. Chaque photographie est accompagnée d’un texte thématique

qui replace le Maroc dans sa réalité historique ou contemporaine balayant

nombre de lieux communs véhiculés par l’image justement ■

10 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


A C T U A L I T É S

Les échos du mois

E X P O S I T I O N

La Palestine, 60 ans plus tard

Saïd Fortas est un amoureux du Proche-Orient. Depuis près de 20 ans, il sillonne

cette région du monde. Les 13 et 14 décembre, il présentera au fort de Villès une

exposition sur le thème « Palestine, 60 ans plus tard » ; une quarantaine de

photos consacrées à l’humain, au quotidien de ses habitants. Un témoignage

iconographique fort. Cette exposition sera ensuite présentée dans les maisons

de quartier nazairiennes.

Les 13 et 14 décembre de 14h à 18h au fort de Villès ■

MI S S I O N LO C A L E

Un guide

pour le logement

des jeunes

La Mission Locale en collaboration avec

le CIJ (Centre d’Information Jeunesse) et la

Résidence des jeunes s’est intéressée de plus

près sur les difficultés rencontrées par les

jeunes pour trouver un logement à Saint-

Nazaire. De cette réflexion, est né un guide

qui rassemble toutes les informations utiles

à connaître avant de se lancer dans la

recherche d’un logement. Cette publication

intègre les adresses des organismes publics

qui gèrent le parc immobilier locatif, les structures

de logements provisoires mais aussi

les contacts pour s’adresser aux loueurs de

meublés et autres studios privés.

À noter qu’en plus de ce guide, la Mission

Locale assure une permanence chaque mardi

de 13h30 à 18h30 pour les 16-25 ans, nonscolaires

et non-étudiants au 36 rue René

Guillouzo, pour aider les jeunes dans leurs

recherches.

Renseignements au 02 40 22 50 30 ■

S A LO N

2 000 personnes à la bourse des collectionneurs

La 9 e édition du salon-bourse aux objets de

collection et aux jouets anciens s’est déroulée début

novembre salle Jacques Brel. Organisée par l’association

Saint-Nazaire Presqu’île Collection, cette

manifestation a attiré près de 2 000 visiteurs. Une

soixantaine d’exposants, des professionnels aux

particuliers, ont présenté leurs collections. Cartes

postales, affiches, timbres, miniatures, jouets,

pièces de monnaie, figurines et matériels militaires,

disques étaient de la partie. Un salon destiné tant

aux curieux qu’aux collectionneurs à la recherche

de la pièce manquante ■

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 11


630 logements programmés zone des Rochelles

130 construits par Silène

Depuis trois ans, un nouveau quartier reliant Saint-Nazaire à Saint-Marc-sur-mer se construit sur la zone

des Rochelles, une ZAC (Zone d’Aménagement Concertée) aménagée par un opérateur privé, Francelot.

Silène participe à cet aménagement à travers de nombreux chantiers, achevés, en cours ou à l’étude.

Atalante

Libellia

A terme, ce sont 630 logements

sur 30 hectares qui seront construits, mêlant

pavillons et petits collectifs, dont environ

130 locatifs Silène. La première opération de

Silène, « Cap Vert », a été livrée au printemps

dernier. Il s’agit de 23 logements au cœur de

la ZAC, répartis en 3 îlots de semi-individuels

superposés, face à la prairie. La structure de

ces habitations est en béton-bois ; les logements

disposent de jardins et de grandes terrasses

en bois.

Dans la lignée de « Cap Vert », les opérations

12 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217

de Silène sont conçues comme de petits

ensembles résidentiels bien intégrés dans leur

environnement, de R0 à R+2, tous offrant des

espaces extérieurs privatifs à leurs habitants

(jardins et grandes terrasse, celliers et

garages).

Situés dans un cadre « champêtre », avec

une grande prairie centrale traversée d’une

coulée verte qui reliera à terme Océanis à la

Courance, les recherches de noms de nos résidences

se sont axées sur la nature et la proximité

de l’océan.

Cilaos

Un nouveau chantier vient de démarrer, « L’Atalante

» situé allée Georges Rolland. Il s’agit

de 15 logements formant une bande de maisons

de ville R0 et R+1, individuels superposés

composés de T2 à T4 et 2 maisons T5.

Les logements disposeront de grandes terrasses

et de jardins avec des arbres fruitiers.

Des chantiers à l’étude

Cilaos : allée Odette du Puigaudeau : 19 logements,

le long de la coulée verte au sud de la

ZAC, répartis en 3 ensembles de semi-individuels

en bande, R+1. Les logements disposent

de jardins ou terrasses.

Libellia : avenue Jacques Pâris de Bollardière :

37 logements, à l’entrée Est de la ZAC, de part

et d’autre de la voie principale, à proximité

des plages de la corniche (Trébézy). Il s’agit

d’ensembles de semi-collectifs, avec 2 typologies

de volumes : des petits plots R+1à toitterrasse,

et des maisons R+1 avec jardins et

terrasses.

Îlot 7-8 : allée Madeleine Reberioux : Une

opération d’envergure est envisagée avec

40 logements en semi-collectifs et petits

collectifs, proche de Gavy et de la polyclinique.

Le concours d’architectes sera prochainement

lancé ■


V I E E N V I L L E

Habitat

Des architectes

réputés

Silène peut s’enorgueillir de travailler avec les

architectes Lacaton & Vassal, lauréats en juillet

dernier du Grand Prix national d’Architecture 2008,

la plus haute distinction française remise tous les

deux ans, et qui récompense un architecte pour

l’ensemble de son œuvre. Silène mène donc plusieurs

projets avec eux : Aéris, Innova/Plaisance et

le 3 Ajoncs, mettant en application aussi bien dans

le neuf qu’en rénovation leurs principes d’une

architecture généreuse, offrant plus d’espace au

moindre coût ■

Nouveau programme de Silène

Innova : l’espace à moindre coût

Dans deux ans, le programme de Silène baptisé Innova verra le jour.

53 logements en semi-collectifs construits sur un mode novateur

afin de maximiser l’espace et la lumière tout en proposant

des loyers très attractifs.

Cette opération s’inscrit dans le projet

d’urbanisation d’un vaste îlot à l’arrière du boulevard

Laënnec entre la rue Le Déan, l’allée

des Églantines et le terrain de sport boulevard

Broodcoorens.

Ce sont les architectes parisiens Lacaton &

Vassal qui ont été retenus pour ce projet. Tout

comme sur les projets Aéris et 3 rue des Ajoncs,

le programme proposera des logements aux

surfaces très supérieures aux standards et à

des niveaux de loyers et de charges identiques

à ceux d’un logement traditionnel avec de nouveaux

espaces à vivre (jardins d’hiver) tout

en densifiant l’espace dans le respect du site.

Économies d’énergie

L’opération a été retenue par le PUCA (Plan

Urbanisme Construction Architecture) dans son

programme expérimental CQFD (Construction

Qualité Fiabilité Délais) qui encourage les

nouveaux modes constructifs permettant

d’offrir un habitat diversifié répondant à des

exigences de qualité environnementale et

urbaine, à coût et charges maîtrisés et à délais

de chantier réduits.

Ce programme comprendra trois ensembles

de bâtiments de deux étages desservis par

des allées piétonnes dans un cadre naturel

préservé.

Tous les logements seront traversant nord/sud ;

les pièces de jour seront prolongées côté sud

d’un jardin d’hiver de 15 à 27m 2 ouvrant sur

la jardin ou le balcon. Ce nouvel espace à vivre

permet d’offrir de généreuses surfaces. De

larges surfaces vitrées seront équipées de

rideaux thermiques isolants afin de tirer profit

au maximum de la lumière naturelle et de

la chaleur du soleil en toutes saisons.

Ce programme Innova comprenant 10 T2

(274 euros de loyer principal moyen),

34 T3 (375 euros) et 9 T4 (474 euros)

sera livré courant 2010 ■

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 13


V I E E N V I L L E

Social

Inauguration de la Maison-Relais

17 logements pour

les plus démunis

Destinée à des personnes en grande précarité, la Maison Relais,

développée par la Ville et Silène, a été inaugurée le 20 novembre

dernier. Une structure qui permet à des hommes et des femmes

de se reconstruire.

Auparavant ces logements étaient

destinés à accueillir les instituteurs de l’école

Jules Ferry. Depuis quelques semaines, les

deux bâtiments situés rue Honoré de

Mirabeau dans le quartier Plaisance ont été

transformés en studios et appartements pour

des femmes et des hommes qui, faute de

moyens financiers ou en rupture sociale, ne

peuvent pas se loger, se retrouvant souvent

au Centre d’Hébergement d’Urgence.

Ce nouvel équipement sera géré par l’association

Anef-Francisco Ferrer en partenariat

avec le Centre Communal d’Action Sociale de

Saint-Nazaire. L’association locataire de cette

Maison-Relais a comme objectifs l’accueil des

personnes sans domicile fixe et l’accompagnement

pour l’accès ou le maintien dans le

logement. « Retrouver sa dignité, cela passe

aussi par l’inscription de son nom sur une boîte

aux lettres » fait remarquer Philippe Jehanno,

directeur adjoint d’Anef-Francisco Ferrer.

L’équipement fonctionnera avec un agent

d’entretien, une infirmière à temps partiel et

une hôtesse de maison qui aura pour

mission d’animer le site.

Cette structure accueille depuis quelques

jours des femmes et des hommes sans durée

de fin de bail. Un confort qui leur permet de

Un des deux bâtiments de la Maison Relais.

voir venir et de préparer leur avenir dans de

bonnes conditions. « Cette Maison-Relais est

une sorte de pension de famille où la vie

privée est respectée mais où la convivialité

de la structure est essentielle » poursuit Philippe

Jehanno.

Lors de l’inauguration, Jeannine Hottelard,

chargée des affaires sociales à la Ville, a salué

la naissance de cette Maison-Relais tout en

pointant du doigt la baisse de la participation

de l’État qui s’était engagé sur 16 euros par

jour et qui au final ne dépassera pas les

13 euros ■

Silène a entrepris en décembre

2007 la restructuration des deux bâtiments

avec une rénovation complète

des équipements (électricité, sanitaires,

chauffage, peintures...). 17

logements ont été créés dans ces bâtiments

sur deux niveaux dont 14 studios

(26, 7 m 2 ) et 3 T1 bis (38, 5m 2 ). Au

rez-de-chaussée se trouvent les

bureaux de l’association Anef

Francisco Ferrer et les espaces à

usage collectif : une cuisine et une

grande salle à manger/ salon. À l’extérieur,

des jardins collectifs, un local

poubelles et des locaux de rangement.

Coût de l’opération : 1,4 million d’euros

financés par la Ville, le Conseil

Régional, le Conseil Général et l’État.

14 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


V I E E N V I L L E

Habitat

Nouvelle campagne de ravalement obligatoire

La Ville poursuit

son embellissement

Place Semard et rue de la Matte,

certains bâtiments seront l'objet

d'un ravalement obligatoire.

Lors du conseil municipal de novembre, la Ville a voté le lancement de la huitième campagne

de ravalement obligatoire des façades. Elle concerne deux secteurs de la ville. Des aides financées

par la CARENE sont possibles.

Les cinq premières campagnes de

ravalement menées par la ville se sont succédées

depuis 1992 par phases de deux ans.

Comprenant des prestations de suivi, de

réalisation, d’études, de coloration et d’attribution

d’aides financières, ce programme a

concerné les rues principales du centre-ville.

La création en 2001 de la CARENE qui exerce

de plein droit la compétence en matière de

politique de l’habitat a modifié l’organisation

de ces campagnes. C’est désormais la CARENE

qui finance les actions de ravalement. Les deux

dernières campagnes ont été retenues comme

actions d’accompagnement dans le cadre de

l’OPAH (Opération d’Amélioration de l’Habitat)

mises en œuvre à l’échelle de la CARENE.

Aujourd’hui, une huitième campagne est lancée

qui propose de poursuivre la démarche

dans les secteurs suivants : en continuité des

précédentes campagnes vers Ville-Port : le secteur

compris entre la rue du Bois Savary et

l’avenue du Général De Gaulle (rues du Bois

Savary, Salengro, du 28 février et Henri Gautier).

Et à proximité de la gare (rue de la Matte, Place

Sémard, et Avenue de la République).

Cette nouvelle campagne sera inscrite dans

l’OPAH mise en place par la CARENE qui

apporte dans ce cadre un soutien en terme

d’ingénierie (prestation d’architecte-conseil

et aide au montage des dossiers) ainsi que

des aides financières aux propriétaires.

Les aides sont accordées aussi bien aux

propriétaires occupants qu’aux propriétaires

bailleurs sous réserve de respecter le conseil

en coloration de ravalement. Ces aides représentent

20% du montant HT des travaux et

son plafonnées à 500 euros par logement

pour les travaux de ravalement « peinture »

(1 000 euros pour les propriétaires occupants

à revenus modestes) et à 800 euros pour les

travaux d’enduit ou de restauration des façades.

Pour plus de renseignements, contacter

l’OPAH au 02 51 76 10 00 ■

Les maisons situées rue de la Paix,

près du ruban Bleu, ont fait l'objet d'un

ravalement il y a quelques années.

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 15


A gauche la route de Brancieux est devenue l’avenue de Saint-Nazaire

et à droite la route du Fort est aujourd’hui la rue du Fort de l’Eve.

Saint-Nazaire d’hie

Patrick Pauvert et Robert Richou viennent de publier

« Regards croisés », un ouvrage qui met en lumière, à travers

200 photos, le Saint-Nazaire d’hier et celui d’aujourd’hui.

Saint-Nazaire, ville détruite à

plus de 80 % au cours de la Seconde

Guerre mondiale, a perdu la quasi-totalité

de son patrimoine, ainsi que son cœur de

cité. Seules quelques maisons sont restées

partiellement voire totalement

intactes, comme en témoignent les photographies

de cet ouvrage.

Alors qu’il reste peu de traces du passé,

un des enjeux des urbanistes est de donner

une âme à Saint-Nazaire, tenter de

conserver la chaleur d’autrefois tout en

tenant compte des évolutions architecturales,

économiques et sociales.

La mise en perspective des cartes postales

de la Belle Époque et des photographies

actuelles, prises sous le même angle

que les cartes, permet de mieux appréhender

la métamorphose opérée en un siècle.

L’auteur, Patrick Pauvert, est passionné par

l’histoire de cette ville. En plus de trente ans,

il a réuni une fabuleuse collection de docu-

ments anciens sur la cité nazairienne. Professionnel

de la construction et passionné de

photographie, Robert Richou est très à l’écoute

de l’évolution de sa ville adoptive. Tous deux

ont signé avec « Regards croisés » un ouvrage

idéal pour les fêtes et destiné à tous les amou-

Venant de Nantes, c’est par cette rue de Trignac que l’on

arrivait à Saint-Nazaire avant guerre. Aujourd’hui, un panneau

rappelant le passage de Tintin a remplacé un café.

16 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


V I E E N V I L L E

Autrefois, la rue Amiral Courbet et la place Marceau ;

aujourd’hui, la place de l’Amérique Latine et le Ruban Bleu.

r à aujourd’hui

reux et curieux de cette ville; 130 pages où

les photos d’antan se superposent à celles

d’aujourd’hui. Un plaisir pour les yeux.

Chacun y retrouvera son quartier ou sa rue

comme autrefois. Le plongeon dans le temps

est saisissant. Indispensable dans sa

bibliothèque...

« Regards croisés de Patrick Pauvert

et Robert Richou aux Éditions Alan Sutton.

22 euros. Disponible dans toutes

les librairies nazairiennes ■

En 1897 le boulevard de

mer et le casino à droite.

La même vue aujourd’hui

avec les deux auteurs de

Regards croisés : Patrick

Pauvert et Robert Richou.

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 17


É D U C AT I O N

Action d’accompagnement

à la scolarité

En 2002, la ville de Saint-Nazaire, l’Education Nationale, et les associations

(Maison de quartiers, L’attache d’encre, L’encre y est, CLCV) signaient une charte

précisant les principes de l’accompagnement à la scolarité et les relations entre les

différents partenaires. Dès lors, une première formation pour les bénévoles fut mise

en place en 2003.

Aujourd’hui, près de 150 bénévoles participent aux actions d’accompagnement à la

scolarité à Saint-Nazaire. Dans le cadre du Contrat Educatif Local, la Ville de Saint-

Nazaire propose chaque année un programme de formation conçu en concertation

avec les différentes associations œuvrant dans ce domaine et avec la participation

de représentants de l’Education Nationale et de l’association départementale PEP 44.

Les 24 novembre et 2 décembre se déroulait le premier module proposé cette année,

destiné aux nouveaux bénévoles ■

M A R I N E

Visites gratuites

d’un bâtiment-école

Après une première escale du 5 au 8

décembre des bâtiments-école « Jaguar »,

« Léopard » et « Panthère » de la Marine nationale,

la « ménagerie » revient à Saint-Nazaire une

seconde fois ce mois-ci. En effet, dans le cadre

d’une corvette d’instruction au profit des élèvesofficiers

de première année de l’Ecole navale, le bâtiment-école

« Lynx » et les bâtiments d’instruction

à la navigation « Glycine » et « Eglantine » de la

Marine nationale feront escale au quai du Commerce

du vendredi 12 au lundi 15 décembre. Le groupe sera

sous la responsabilité du lieutenant de vaisseau

Loïc Boyer, commandant le bâtiment-école

« Lynx ». Ce bâtiment sera ouvert aux visites le

samedi 13 et le dimanche 14 décembre de 14h à

17h. Ces visites guidées seront gratuites ■

E S PA C E P U B LI C

Une aire de jeux pour les 1 à 3 ans

Après avoir terminé une remise en état des aires de jeux du Parc Paysager, le service de

l’espace public s’est rendu compte que l’aire des petits (3 à 8 ans) était utilisée également par des

enfants en bas âge qui arrivaient en poussette avec leurs parents ou des assistantes maternelles.

Une aire de jeux plus adaptée aux enfants de 1 à 3 ans, sur un espace vert situé au centre géographique

de la commune, se vérifiait. Les travaux ont duré un mois et demi. Les jeux installés représentent

une gamme ludique complète adaptée aux tout-petits, avec des couleurs attrayantes. Le sol

amortissant leur permet également de jouer en chaussettes pour des sensations différentes.

Le montant total des travaux sur l’aire de jeux s’élève à 32 000 euros TTC ; elle constitue la première aire

de jeux destinée à cette tranche d’âge sur le domaine public de Saint-Nazaire (hors haltes-garderies) ■

B I B LIOBUS

Deux nouvelles dessertes

Depuis la mi-novembre, le bibliobus dessert

deux nouveaux quartiers : sur la Galicheraie, il est

présent un jeudi sur deux de 16h30 à 18h, Place Félix

Eboué (en face du gymnase de l’école Jules Ferry).

Calendrier des dessertes : 11 décembre, 8 janvier,

22 janvier, 5 février, 19 février, 5 mars, 19 mars,

2 avril, 16 avril, 30 avril, 14 mai, 28 mai, 11 juin,

25 juin et 9 juillet. Sur le quartier de l’Immaculée, le

bibliobus est présent un mardi sur deux de 16h30 à

18h, rue Philibert Delorme (à côté de l’Eglise, à

hauteur du numéro 6 de la rue).

Calendrier des dessertes : 16 décembre, 30 décembre,

13 janvier, 27 janvier, 10 février, 24 février,

10 mars, 24 mars, 7 avril, 21 avril, 5 mai, 19 mai,

2 juin, 16 juin et 30 juin.

L’inscription annuelle est gratuite pour les enfants

ainsi que les personnes sans emploi. Elle est de

7,5 euros pour les adultes. Le bibliobus propose près

de 2 000 documents : romans, documentaires, BD,

revues, CD... Ces documents sont empruntables pour

une période d’un mois.

Renseignements au 02 44 73 45 60 ■

18 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


V I E E N V I L L E

Les échos de la ville

É D U C AT I O N

Cinq clubs Coup

de pouce CLE

à Saint-Nazaire

Les Clubs « Coup de pouce CLE »

sont des groupes de 5 élèves « fragiles » en

lecture, du Cours Préparatoire (C.P.), qui se

réunissent quatre soirs par semaine avec un

animateur, pour des activités de lecture et

d’écriture. Trois clubs « Coup de pouce CLE »

ont été mis en œuvre l’an passé à Saint-

Nazaire. Après le succès de cette première

expérience, cinq ateliers s’ouvrent cette année

scolaire, à Jules Ferry, Herriot, Gambetta et

Renan.

La signature de l’adhésion à ces clubs s’est

effectuée le 13 novembre dernier à l’Hôtel de

Ville en présence des enfants, parents et

enseignants ■

A N I M AT I O N

Une fête foraine

pendant les fêtes

Une fête foraine se déroulera avenue

Léo Lagrange du samedi 13 décembre 2008

au dimanche 4 janvier. Attractions et stands

seront ouverts jusqu’à 22 h du lundi au jeudi,

et jusqu’à minuit les vendredis, samedis,

dimanches et jours fériés.

Au programme : manèges à sensations, jeux

d’adresse, stands de tir, karting....

Pour les plus jeunes : chenillette, structure

gonflable, parcours attractifs, manèges

enfants, trampoline, bateaux.... Et bien sûr

boutiques de jeux et stands de confiserie ■

Permanences des adjoints

de quartier et des élus de proximité

Adjoints de quartier

• Arlette Mousseau

Adjointe quartiers ouest et coordinatrice du dispositif adjoints de quartier

Le mardi de 10h à 12h à l’Espace civique Jacques Dubé. Le vendredi de 10h à12h à la

Maison de quartier de la Bouletterie.

• Gaëlle Benizé-Thual

Adjointe Méan-Penhoët-Herbins

Le samedi de 9h30 à 11h30 à la mairie annexe de Méan-Penhoët. Et du lundi au

vendredi sur rendez-vous pris en mairie.

• Catherine Tesseyre

Adjointe Immaculée

Du mardi au vendredi de 10h à 12h à la mairie annexe de l’Immaculée. Du mardi au

vendredi de 14h à 17 sur rendez-vous.

• Françoise Lestien

Adjointe front de mer-Gavy Océanis

Tous les jeudis de 15h à 17h sur rendez-vous à l’Hôtel de Ville.

• Alain Manara

Adjoint quartiers nord

Lundi et mercredi à partir de 16h à 18h sur rendez-vous à la l’Hôtel de Ville.

• Pascale Clément

Adjointe Centre-ville-Ville Port-Petit-Maroc

Tous les mercredis de 17h à 18h30 à Agora 1901.

• Jacqueline Perrin

Adjointe Saint-Marc-sur-Mer

Le mercredi de 14h à 16h30. Le samedi matin (sur rendez-vous) et le reste de la semaine

après 18h (sur rendez-vous). À la mairie annexe de Saint-Marc-sur-Mer.

Élus de proximité

• Régine Le Bail

Élue de proximité Kerlédé-Trébale

Le 13 décembre de 10h à 12h à l’antenne municipale de la Trébale.

Le 16 décembre à partir de 18h15 à la Maison de quartier de Kerlédé.

• Martine Picard

Élue de proximité Petit Caporal-Berthauderie-Robespierre

Le jeudi de 16h à 18h à la salle du Petit Caporal.

• Jean-Marc Allain

Élu de proximité Prézégat

Le troisième mercredi de chaque mois de 17h à 19h, espace Georges Brassens.

• Véronique Gauthier

Élue de proximité Avalix

Le vendredi de 15h à 17h30 à la maison de quartier d’Avalix.

Accueil mairie : 02 40 00 40 00 - Secrétariat de l’Hôtel de Ville : 02 40 00 41 30

Mairie annexe de l’Immaculée : 02 40 66 48 23

Mairie annexe de Saint-Marc sur mer : 02 40 91 90 84

Mairie annexe de Méan Penhoët : 02 40 22 51 41

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 19


Oppositions

M O D E M ( S a i n t- Na za i r e A u t r e m e n t )

J. Batteux/ N. Sarkozy : et si la méthode était la même

Oserions-nous les comparer Une chose est sûre,

pour ce qui est de l’idéologie, les différences sont

évidentes.

A première vue donc tout les oppose. A première

vue seulement. Car à y regarder de plus près, les

deux hommes se retrouvent sur certains points dans

leur méthode de gestion.

Nous votons en ce mois de décembre le Plan Global

de Développement (PGD), qui sera le fil directeur de

la politique qui sera menée durant le mandat.

Et c’est ce moment qu’a choisi notre Maire pour

nous avouer à grand renfort médiatique qu’il voulait

mettre en place, ô miracle, « une nouvelle gouvernance

», basée sur une vision nouvelle de la

vie démocratique de notre ville.

Ce changement radical de cap n’est pas sans nous

rappeler le « J’ai changé! » de la campagne présidentielle

de N. Sarkozy, lui aussi à grand renfort

médiatique.

Nous savons par expérience que les paroles n’engagent

que ceux qui les écoutent!

Mais la surprise vient davantage du contenu du PGD

car nous avons eu la joie de découvrir que la majorité

avait parfaitement lu notre projet, et que les

priorités qui étaient les nôtres devenaient les leurs

aujourd’hui. Lorsque nous dénoncions l’état de

nos écoles, l’incohérence de nos transports, le

cubisme des constructions, l’abandon de notre centre-ville,

ils criaient à l’affabulation. Ces mêmes sujets

deviennent aujourd’hui leurs priorités. Cela n’est a

priori pas dérangeant si les projets sont mis en place

comme prévu initialement. Mais l’expérience prouve

que cela est rarement le cas.

Pour preuve, lorsque F. Bayrou proposait le RSA, la

réduction de la dette, les bonnes idées récupérées

une à une par N. Sarkozy ont été transformées en

projets explosifs : le RSA a finalement été financé

de manière injuste et la dette a explosé avec un

déficit de 51,4 milliards d’euros en 2008. Sans parler

de la TVA sociale, devenue inéquitable, en n’en

gardant que le nom !

Et que dire de l’idée de former un gouvernement

de sensibilités différentes, critiquée puis transformée

en « ouverture ». Là où Bayrou disait

« venez avec vos idées, vos valeurs, et éclairez le

débat par vos différences », le Président le transformait

en « laissez vos bagages à l’entrée, vous

êtes là pour l’image ».

Nous pouvons donc légitimement avoir des réserves

quand nous voyons que le futur Plan Local d’Urbanisme

prévoit par exemple de conserver une cohérence

de quartier. C’est ce que nous appelions

l’identité de quartier, qui était contestée par ceux

qui annoncent aujourd’hui cette idée, et qui construisent

les mêmes bâtiments à Ville-Port qu’à l’Immaculée

ou Méan-Penhoët. Quant au patrimoine, les

futurs « cahiers de prescriptions architecturales »

ne changeront rien au sort de notre Banque de France,

bientôt transformée. Elle, n’y aura pas eu droit !

De même, là où nous proposions des « comités de

quartier » (qui étaient jugés inutiles à l’époque),

véritables relais de la population auprès des élus,

on met finalement en place des « conseils de quartier

» en expliquant à leurs membres qu’ils ne sont

pas là pour faire remonter les doléances.

Les électeurs de la majorité apprécieront donc de

savoir qu’en votant pour elle, ils votaient pour le

projet d’une autre équipe revu au rabais.

Mais, après tout, ils avaient déjà découvert qu’en

votant Royal en 2007, ils élisaient ainsi directement

Sarkozy. Ah, les joies de la politique!

La morale de cette histoire, c’est qu’un projet n’est

jamais aussi bien que lorsqu’il est mis en place par

ceux qui l’ont porté, l’ont fait naître, et qui demain

seront les seuls à pouvoir le faire grandir !

De très bonnes fêtes à tous!

Secrétariat : 02.40.00.42.10

www.modem-saint-nazaire.fr

Vos élus :

Kévin IZORCE, M. DARDILLAC, C. HERVY,

N. ROUXEL, P. LE TALLEC, J. EMONIDES, J-C DIAT

D I V E R S G A U C H E ( La b e l Ga u c h e )

Pour un comité local pour l’emploi revitalisé

Nous nous sommes présentés avec pour

programme, la volonté de travailler au sein

de la municipalité pour l’amélioration de

la vie des habitants.

Nous souhaitons particulièrement que les

paroles des uns et des autres soient mieux

entendues, à travers des réunions

publiques, des ateliers de réflexion, pour

une meilleure vie sociale, un mieux vivre

ensemble.

La crise qui s’amplifie s’annonce difficile

pour tous mais plus spécialement pour

les plus faibles revenus, ceux et celles

qui connaissent le chômage, ceux qui craignent

la perte de leur emploi.

Le gouvernement Sarkozy qui vole au

secours des banquiers et de leurs acolytes,

se soucie peu des travailleurs et

de leurs familles. Les mesures d’emplois

aidés qui ont été décidées ne sont que

chimères. Sarkozy et ses porte-parole vantent

la formation des demandeurs d’emploi,

mais à Saint-Nazaire l’AFPA, comme

d’autres intervenants, est menacée. La

fusion de l’Anpe avec l’Assedic, sous couvert

de simplification de gestion, a pour

but de pousser les chômeurs à accepter,

par des pressions sur les indemnités et

les règles d’attribution, les emplois les

plus précaires.

Certes, le gouvernement a pris une participation

dans le capital de STX, pour garder

une partie de la technologie de la

construction navale à des fins civiles et

militaires. Quel sera son poids dans les

négociations salariales Aura-t-il le souci

de l’avenir La construction de paquebots

en ces temps de crise va connaître une

baisse de charges, le gouvernement profitera-t-il

de sa présence pour pousser à

la diversification Les connaissances

technologiques des travailleurs des Chantiers

sont une ressource possible pour

les besoins de demain en énergie de la

mer, et en transports nouveaux.

Face à la crise, nous souhaitons que soit

redynamisé et réinventé le comité local

pour l’emploi. Nous redisons aujourd’hui

notre désir de voir les forces de gauche

se rassembler pour initier de nouvelles

formes de résistances et de propositions

pour les citoyens.

Les élu(e)s Label Gauche

Permanence lundi 17h en mairie

www.labelgauche.org

U M P ( S N A l te r n a n c e )

Durant la crise, la ville continue,

solidaire !

Au delà des aspects spectaculaires de l’effondrement des spéculations

financières, les cycles de l’économie réelle nous amènent

une profonde crise économique dont nous ignorons, ce jour, l’ampleur

et la durée.

Tous les acteurs économiques du monde entier réduisent

brutalement commandes et consommations aggravant ainsi la

situation.

Le président N. Sarkozy et le gouvernement agissent pour réduire

l’impact sur notre quotidien de cette évolution.

Dans la mesure de ses moyens, notre ville doit concentrer ses efforts

sur celles de ses compétences de nature à permettre à nos concitoyens

de franchir cette période difficile ; plus généralement maintenir

l’emploi qui dépend de ses commandes de travaux publics et

de bâtiments, sans compter l’indispensable solidarité envers les

plus faibles.

Notre commune et la Communauté d’agglomération doivent investir

dans nos services publics locaux (traitements des eaux usées,

TUR, etc.) mais aussi construire des logements de qualité.

PLU et PGD vont dans ce sens.

Par contre les dépenses d’entretien et d’embellissement de la base

des sous-marins doivent dans les meilleurs délais être arrêtées.

D’autres dépenses, intéressantes dans les temps faciles, devront

certainement être aussi repoussées.

Notre ville, faiblement endettée, doit financer le maintien de ses

investissements par un endettement raisonnable et non par l’augmentation

de l’impôt qui aggraverait la situation de nos concitoyens.

C. Bertin, M. Durandet-Cascino, J.L. Garnier

Notre site : HYPERLINK «http://pagesperso-orange.fr/

SNAlternance» http://pagesperso-orange.fr/SNAlternance

20 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


E X P R E S S I O N

Majorité

PA R T I S O C I A LI S T E

L’exigence démocratique

La décentralisation est un acquis historique de la

gauche. Le bilan est aujourd’hui clairement positif

: 70 % des investissements publics sont réalisés

par les collectivités locales. Pourtant, la droite

n’a cessé d’en dévoyer l’esprit en se déchargeant

sur les collectivités des missions qu’elle ne veut

plus assumer, en les appauvrissant ou en réduisant

leur autonomie. Notamment en ne leur donnant

pas les recettes budgétaires équivalentes aux

charges transférées.

Dans la situation de crise que nous traversons

actuellement, la capacité d’investissement des

collectivités est un moteur incontournable de

l’économie de nos territoires. Plus qu’hier, nos concitoyens

attendent de nous des politiques novatrices

alliant développement équilibré, équité territoriale

et justice sociale. C’est avec ces exigences présentes

à l’esprit que les élus socialistes ont

travaillé à l’élaboration du Projet Global de Développement

qui trace les grandes lignes de l’action

municipale jusqu’aux alentours de 2015.

La décentralisation voulue par la gauche répond

également à une aspiration démocratique : rapprocher

le pouvoir du citoyen. La volonté qu’expriment

les habitants de participer à l’exercice de

la démocratie locale est croissante. Les conseils

de quartier ont été conçus comme un outil

L E S V E R T S

L’environnement ne doit pas devenir une question

secondaire

supplémentaire pour répondre à cette attente.

D’autres étapes, d’autres initiatives seront nécessaires

au fur et à mesure que nous tirerons le bilan

de ces conseils. Notre objectif doit être que chacun

se sente concerné par l’intérêt général afin

de partager un projet commun de vivre ensemble.

C’est pour répondre à cet enjeu essentiel que

le Plan Local d’Urbanisme (PLU) a été présen

aux conseils de quartier.

La démocratie participative est un outil politique

global à l’échelle de la ville. Il nécessite qu’on lui

laisse le temps de faire ses preuves avant d’être

évalué, d’admettre que les demandes qui s’expriment

sont parfois contradictoires et d’accepter que

tous les projets n’ont pas vocation à être débattus

par les conseils de quartier. Le faire croire serait

démagogique. L’exiger serait du populisme.

Pour nous, socialistes, l’exigence démocratique doit

être au cœur des politiques publiques. C’est une

condition de l’efficacité de l’action politique et de

la reconnaissance des citoyens.

Christophe COTTA

Porte-parole des élus socialistes

cottac@mairie-saintnazaire.fr

http://www.sn2008-2014.com/

Dans cette période de crise financière, certains

considèrent que la question environnementale serait

une préoccupation secondaire, la priorité étant ailleurs,

ou que la décroissance serait la réponse. Pour

les Verts il ne peut y avoir de sortie de crise sans

volonté d’un développement durable ou soutenable

qui mette au même niveau les logiques et les enjeux

économiques, (progrès technique, modes de production

et de consommation, investissement, profit...),

sociaux (bien-être, redistribution, réduction des

inégalités, participation à la vie sociale, santé...) et

environnementaux (biodiversité, climat, eau, pollution

de l’air et des sols...).

La mission de l’écologie politique est entre autres de

proposer un usage de la Nature « assurant les besoins

d’abord des plus démunis et des générations futures ».

C’est toute l’idée de la « croissance verte ». La

norme de consommation devra être non seulement

économe en énergie et en gaz à effet de serre, mais

aussi plus équitable. On ne peut pas se contenter de

la « décroissance » de l’activité. Il faut bien

comprendre qu’une décroissance de la crise écologique

suppose une croissance massive de l’activité

humaine tout en étant innovante.

L’écologie et la conversion « verte » de notre économie

représentent un des principaux gisements d’emplois

pour l’avenir. L’isolation des logements pourrait

créer 100 000 emplois pérennes, l’agriculture bio

80 000 emplois très rapidement. Lorsque Renault

annonce la suppression de 6 000 emplois, il faut dire,

sans faire de fausses promesses aux salariés, qu’une

conversion de l’industrie automobile est indispensable

pour conserver des emplois. Les constructeurs

français ont laissé passer l’opportunité des véhicules

hybrides, ils ont peu investi dans les véhicules électriques

et ils ont laissé partir chez le constructeur

indien Tata une invention française prometteuse

comme la voiture à air comprimé.

Les suites données au Grenelle de l’environnement

laissent sur leur faim les ONG associées. Il est temps

de sortir de la communication pour aller vers des

actions significatives, notamment au niveau européen.

Pour trouver des financements à la hauteur des enjeux

on pourrait abolir la loi TEPA de l’été 2007 et consacrer

les 15 milliards d’euros par an à la recherche, à

l’innovation, au financement du Grenelle. Et n’oublions

pas que les solutions proposées pour la lutte contre

les désastres de l’effet de serre sont bien moins

coûteuses que les dégâts engendrés.

Contact : mousseaua@mairie-saintnazaire.fr

PA R T I C O M M U N I S T E

A trop vouloir en faire...

Les salaires, les retraites, encore moins les

minima sociaux ne peuvent nous permettre de

vivre décemment. Dans son dernier rapport,

l’Observatoire des Inégalités précise ainsi

qu’en France « 3,4 millions de travailleurs -

soit 15 % des actifs ... peuvent être considérés

comme pauvres. » Ils vivent d’emplois précaires,

de temps partiels subis (80 % des travailleurs

à temps partiel sont des femmes),

alternent emploi, chômage et minima sociaux.

Ils sont frappés de plein fouet par le prix de

l’utilisation du portable, par l’augmentation du

prix de l’essence, (les pauvres téléphonent et

se déplacent eux aussi !), par celui des denrées

alimentaires de base, par l’explosion des

prix immobiliers, eux qui sont fréquemment obligés

de vivre dans du locatif privé souvent insalubre.

Face au coût de la vie, ils économisent

d’abord sur la nourriture et la santé.

Après avoir créé le bouclier fiscal pour les riches

(15 milliards de recettes en moins, tous les

ans, pour répondre aux besoins), l’Etat se désengage

chaque jour un peu plus, sabre dans

les services publics, montre du doigt les

collectivités qu’il juge trop dépensières.

De qui se moque-t’on La dette publique des

collectivités locales représente moins de 10 %

de celle de l’Etat. Elle est stable depuis 10 ans.

Durant la même période, la dette de l’Etat a

augmenté de 90 % pour atteindre un total de

1 150 milliards d’euros.

Nos dépenses, nous les revendiquons ! Nous

devons les poursuivre car elles sont utiles aux

habitants ! Une récente étude de l’INSEE

montrait que, plus que les transferts en argent,

ce sont les services publics et leur proximité

qui permettaient de réduire significativement

les inégalités en France. Les communes, les

départements, les intercommunalités, les

régions, c’est 73 % des investissements publics

du pays.

Ce que veulent Sarkozy et Fillon, c’est créer

un écran de fumée et détourner le mécontentement

populaire en nous obligeant à augmenter

l’impôt local. Ils oublient un peu trop

vite que nos communes restent des lieux de

résistance et d’intervention citoyennes qui peuvent

les faire reculer voire les faire chuter. Les

échecs cuisants qu’ils ont subis au moment

de la constitution européenne ou quand ils ont

voulu nous imposer le contrat première

embauche (CPE) sont là pour le rappeler. A trop

vouloir en faire...

Christian SAULNIER

Président du Groupe Communiste

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 21


Man Diesel spécialise le site de Saint-Nazaire dans les gros mote

Une commande de 750 mill

Cette commande historique pour

Man (ex-S.M.T. Pielstick), s’explique

par le savoir-faire de l’entreprise,

sa situation géographique, et ses

installations portuaires.

Man Diesel a annoncé début octobre

la signature d’une commande record de 750

millions d’euros pour Électricité de France. Elle

porte sur la construction de trois centrales

électriques diesel dans les départements

d’Outre-mer : la Réunion, la Guadeloupe, la

Martinique, ainsi que d’une autre en Guyane

Française et de deux en Corse. « C’est une

commande historique, exceptionnelle, parce

que c’est la plus grosse commande qui ait

jamais été prise par l’importance de son

chiffre d’affaires, non seulement en France,

sur le site de Saint-Nazaire, mais pour Man

Diesel dans sa totalité. Ces 750 millions

d’euros, c’est la valeur liée à la fourniture de

ces centrales, mais aussi à l’assurance, en

complément, du service après-vente pendant

de longues années, donc des

promesses d’activités supplémentaires

», explique

Christian Garreau, directeur

des ressources humaines

et de la communication de

Man Diesel France.

Les six centrales électriques

clés en main

doivent être mises en

service entre 2010 et

2012. Au total, la commande porte sur 54

moteurs diesel de type 18 V48/60B avec une

puissance totale de 1 025 MW, soit la consommation

d’un million de foyers. Ces générateurs

seront assemblés à Saint-Nazaire. La production

de ces moteurs doit passer de 25 en

2008 à plus de 50 par an à l’horizon 2010.

15,9 MD d’investissement

Ce type de moteur, « on le connaît bien,

puisqu’on le fabrique à Saint-Nazaire depuis

le début des années 90, sur des volumes beaucoup

plus petits, de 7 à 8 moteurs par an »,

rappelle le DRH. En dehors du savoir-faire des

équipes nazairiennes ayant conduit le groupe

à choisir le site ligérien pour la fabrication de

ces moteurs, il y a sa localisation géographique,

avec l’ouverture immédiate sur la mer, et ses

installations portuaires. Par le passé la plupart

de ces gros moteurs étaient réalisés à

Augsbourg, en Bavière. Ce qui posait de

grosses difficultés d’acheminement sur les

ports de Brême et Hambourg, pour leur livraison

par mer. Il y a aussi, depuis toujours, des

moyens lourds de manutention dans les ateliers

nazairiens.

Le challenge est donc de réaliser une montée

en production spectaculaire, en très peu de

temps. Cela nécessite des moyens d’investissements

significatifs. Seulement pour l’année

2008, ce sont 15,9 millions d’euros qui

ont été investis. Ils sont dédiés essentiellement

à la production avec une extension du

bâtiment d’assemblage et d’essais. Il sera opérationnel

en mars 2009, avec à l’intérieur une

nouvelle ligne d’assemblage moderne où les

moteurs seront déplacés sur des coussins d’air.

À Saint-Nazaire, l’effectif actuel est de 551

employés, dont 140 se consacrant au service

après-vente. Aussi, « On a besoin de mettre

en place un plan de recrutement », indique

Christian Garreau. 130 embauches en CDI sont

programmées pour les années 2008, 2009

et 2010. Elles concernent, bien évidemment,

le secteur production, mais aussi, le secteur

après-vente.

22 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


P A R T E N A I R E S

Économie

urs

ions d’euros

Comme pour d’autres entreprises du bassin

d’emploi nazairien, Man a des difficultés de

recrutement. C’est pourquoi, l’industriel y fait

face en se faisant mieux connaître, avec, par

exemple, des interventions dans les écoles

pour montrer les possibilités de carrière chez

Man, ou en ouvrant ses portes, comme ce fut

le cas le 22 novembre dernier, en partenariat

avec l’écomusée.

Une école de formation

Toujours pour contrecarrer ses problèmes

de recrutement, Man va créer une école de

formation diesel, la « Prime serv Academy ».

Cette école, dans un bâtiment neuf, sera

inaugurée au mois de mars prochain.

« Elle sera destinée prioritairement à nos

clients du monde entier, et pour nos besoins

de formation interne. Nous avons également,

depuis deux ans, une école de langue dans

l’enceinte même du site, pour notre personnel.

Tant pour les cadres que les ouvriers. »,

ajoute le DRH.

Curieusement, les navires de croisière

construits à quelques encablures ne sont pas

équipés de moteurs de chez Man. « Nous le

regrettons. Cela fut le cas par le passé. Mais

il faut savoir que le choix est fait par l’armateur,

et non par le chantier. Notre plus grand

souhait est que les moteurs Man équipent ces

navires. Les relations commerciales existent

», précise Christian Garreau.

Désormais intégré à Man, le site nazairien est

devenu une référence au sein du groupe, avec

7 700 emplois

dans le monde

Man Diesel est le leader mondial pour la fourniture de

moteurs diesel de grand alésage pour les applications

marines et terrestres. La société conçoit des moteurs 2

temps et 4 temps, des groupes électrogènes, des turbocompresseurs,

des hélices à pales orientables, ainsi que

des ensembles complets de propulsion fabriqués tant

par Man Diesel que par ses licenciés. Man Diesel emploie

plus de 7 700 personnes principalement en Allemagne,

Danemark, France, République Tchèque, Inde et Chine.

Man Diesel est une société du groupe Man AG, une des 30

plus grandes entreprises allemandes.

une dynamique très forte. Cette commande

d’EDF le confirme, et lui donne encore un peu

plus d’assise. ■

À propos de Man Diesel France

Man Diesel SAS (anciennement S.E.M.T. Pielstick) est la filiale française de Man

Diesel SE occupant deux sites à Villepinte (95) et Saint-Nazaire. Les implantations

françaises de Man Diesel sont les émanations des activités de conception et de

fabrication de moteurs diesel démarrées en France en 1946. Les moteurs Man

Diesel V48/60B, avec un alésage (diamètre du piston moteur) de 480 millimètres

fournissent une puissance allant jusqu’à 18 900 KW dans sa version 18 cylindres

pour une masse de 375 tonnes. Les principales applications sont la propulsion des

navires ou la génération électrique dans les centrales. La production du site de Saint-

Nazaire s’est élevée en 2007 à 14 moteurs V48/60B.

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 23


P A R T E N A I R E S

Économie

Le plus grand paquebot de MSC Croisières

Le MSC Fantasia sur le départ

Le dernier né des paquebots des chantiers STX France,

le MSC Fantasia, prend la mer dans quelques jours. Le navire

le plus imposant depuis la construction du Queen Mary 2 fin 2003.

MSC Fantasia est le plus grand navire

de luxe jamais construit pour un armateur

européen. Cet immense navire affiche des mensurations

impressionnantes : 333 mètres de

long, 38 de large pour 133 500 tonneaux de

jauge brute.

Le MSC Fantasia dispose de 1 235 cabines pour

l’équipage et 1 637 cabines pour les croisiéristes,

dont 1 135 seront dotées d’un balcon.

On notera d’ailleurs que les cabines standard

seront particulièrement spacieuses, avec une

surface au sol de 20 m².

Impressionnant, le bateau compte 26 ascenseurs

desservant 17 ponts et 27 000 m² d’espaces

publics, dont 6 000 m² de restaurants.

Alors que le Spa s’étalera sur 1 500 m², l’une

des quatre piscines sera couverte et les passagers

auront à leur disposition 12 bains à

remous. Nouveauté chez MSC Croisières, la

présence d’un simulateur de Formule 1 et d’un

cinéma en quatre dimensions. Le théâtre du

bord sera le plus imposant jamais réalisé sur

un paquebot sorti des chantiers nazairiens

avec une capacité de 1 700 places.

Un univers qui offre le maximum de bien-être

et d’activités pour tous. Le nouveau navire amiral

de la flotte MSC Croisières est un chefd’œuvre

de style italien : un combiné parfait

entre technologie de pointe, élégance et

services exclusifs.

MSC Fantasia va prendre la mer avec à son

bord, et c’est une première en partance de

Saint-Nazaire, 3 000 passagers qui vont

participer à ce voyage inaugural qui va les

conduire jusqu’à Naples où aura lieu le

baptême du navire en présence de l’actrice

italienne Sophia Loren, marraine de MSC

Croisières.

Visite virtuelle

du paquebot

Le MSC Fantasia se visite sur le net.

MSC lui consacre un site. Une visite

guidée virtuelle en trois dimensions

effectuée par cinq personnages : le

Commandant, le chef, la responsable

des animations, le majordome de

l’espace MSC Yacht club et la responsable

du centre de bien-être. En surfant

de clic en clic, vous découvrirez

toutes les parties du navire, toutes

les données techniques du MSC

Fantasia.

Site : www.mscfantasia.com

Le plan de charge de STX France prévoit la

livraison de deux navires en 2009 (MSC Splendida

et MSC Magnifica) et deux autres en 2011

et 2012 (MSC Meraviglia et MSC Favolosa) ■

24 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


Fééries de Noël jusqu’au 24 décembre

Une guirlande d’animations

Jusqu’au réveillon de Noël, la Ville et l’association des commerçants

du centre-ville organisent une multitude d’animations.

Demandez le programme...

Savaty Orkestar

L O I S I R S

Événement

Funeral Wedding

Mercredi 10 décembre

Morwenna de 15h à 18h : la jeune chanteuse

de rue tourne la manivelle de son rogue de

barbarie. Avec passion et sans fard, elle déroule

ses cartons perforés, de son timbre chaud,

enjôleur et pimpant.

Au Paquebot, Esplanade des Droits

de l’Homme et rue de la Paix.

Funeral Wedding à 15h, 16h et 17h : légèrement

fantomatiques, Léontine et Charles

traversent les époques à vélo à la recherche d’un

passé oublié. A découvrir, un monde de l’insolite

et de l’absurde.

Paquebot, esplanade des Droits de l’Homme

et rue de la Paix

Samedi 13 décembre

Savaty Orkestar à 15h30, 16h30 et 17h30 :

des chansons à danser, à boire et à pleurer du

pays de Redon à la manière des fanfares

tziganes de Macédoine.

Paquebot, esplanade des Droits de l’Homme

et rue de la Paix

Funeral Wedding à 15h, 16h et 17h : théâtre

déambulatoire (voir ci-dessus)

Paquebot, esplanade des Droits de l’Homme

et rue de la Paix

Mercredi 17 décembre

Fanfare Ventilator à 15h30, 16h30 et 17h30 :

ce trio d’aviateurs ventile des airs populaires entre

le rock’n roll des années 50 et la variété des

70’s.

Paquebot, esplanade des Droits de l’Homme

et rue de la Paix.

La Mékanibulle

La Mékanibulle de 15h à 19h : fantaisie

surréaliste avec bulles et artifices autour d’une

machine fantastique, horloge-vélocipède, qui

selon son humeur, fume et pétarade, carillonne

ou bien projette toutes sortes de bulles.

Paquebot et esplanade des Droits

de l’Homme

Jeudi 18 décembre

Rando roller de Noël à 19h30 : une invitation

à venir rouler pour une boucle de 10 km à

travers la ville. Rendez-vous et inscriptions :

Esplanade des Antilles. Ravitaillement et boissons

chaudes à mi-parcours. Annulation en cas

de pluie.

Samedi 20 décembre

Les Tubas de Noël à 14h : une cinquantaine de

tubistes de Saint-Nazaire, Cholet, Nantes, Saint-

Julien de Concelles ... préparent en musique

l’arrivée du Père Noël.

Place de l’Amérique latine et Paquebot

L’Arrivée du Père Noël à 15h : bonhomme jovial

aux exubérances à rebonds, multi-centenaire des

forêts enneigées, le Père Noël est au rendezvous

avec ses deux plus fidèles lutins !

Place de l’Amérique latine, Ruban Bleu,

rue de la Paix et Paquebot

La place de l’Amérique latine en fête de 15h à

18h : une invitation à découvrir le nouvel aménagement

de cet espace, trait d’union entre le

port et le centre-ville. Manège gratuit. Une

boisson chaude offerte.

Et tout au long du mois...

La calèche du Père Noël : embarquement avenue

Albert de Mun (aux Fontaines République

côté Place des Martyrs) de 14h à 18h les samedis

6, 13, 20, 27 décembre et mercredis 10, 17,

24, 31 décembre.

Chalets gourmands : crêpes, chichis, vin chaud

et autres gourmandises. Esplanade des Droits

de l’Homme. Ouverts jusqu’au 3 janvier du lundi

au samedi 10h à 19h

Manège « Au paradis des enfants » : Place de

l’Amérique latine – (payant). Du 3 décembre

2008 au 7 janvier. Tous les jours de 10h à 12h

et de 15h à 20h ■

Au Ruban Bleu

Samedi 13 décembre

Step EZ de 10h à 18h : les musiciens frappent

le pavé avec cuivres et percussions pour des

sonorités toutes en couleurs.

Samedi 20 décembre

Song Freedom de 10h à 18h : Song Freedom,

c’est une quinzaine de choristes et un pianiste,

tous passionnés par la puissance du chant

Gospel.

Le Père Noël et son elfe les 10, 13, 17, 20

et 24 décembre dans l’après-midi : Le Père

Noël rencontre petits et grands avec son elfe,

dans le nouvel espace commercial ouvert sur le

port. Rendez-vous les mercredi et samedi qui précèdent

Noël.

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 25


L O I S I R S

Sport

Aurélie Pierre, jeune pongiste à l’Union Méan Penhoët

Dans le top départemental

Saint-Nazaire compte cinq clubs de tennis de table. Ce sont près

de 400 licenciés qui pratiquent cette discipline. Coup de projecteur

sur l’un d’eux, la section tennis de table de l’Union Méan-Penhoët

et sa jeune championne, Aurélie Pierre.

Un vendredi soir dans une salle de l’école

Ernest Renan, lieu d’entraînement de la section

tennis de table de l’Union Méan-Penhoët

créée en 1982. Autour de l’une des sept

tables, Aurélie Pierre enchaîne les coups

droits, les revers, les effets et les smashs avec

une déconcertante facilité. Le tennis de table

c’est son truc, sa passion. Cela ne fait que deux

ans que cette collégienne, en 5 e , pratique la

compétition. Les résultats ne se sont pas faits

attendre. Lors de la saison 2006/2007, elle

fut la meilleure progression française de sa

catégorie, ce qui lui valut un article dans la

revue nationale France tennis de Table.

Aujourd’hui, Aurélie est sortie vainqueur du

Top 8 départemental jeunes qui a eu lieu récemment

à La Chapelle sur Erdre. Même résultat

lors du premier tour du critérium individuel

de Loire-Atlantique. Du haut de ses 12 ans,

Aurélie Pierre symbolise la bonne santé de la

section tennis de table de l’Union Méan-Penhoët

qui compte cette année 80 licenciés

entraînés par Denis Lebotmel, diplômé d’État.

« Nous sommes le seul club à Saint-Nazaire

à présenter deux équipes au niveau régional »

se félicite Éric Pierre, directeur de la section.

« Au niveau des jeunes, Aurélie est la locomotive

du club. » Il faut dire que la jeune pon-

giste fait tout pour élever son niveau : « je

m’entraîne une dizaine d’heures par semaine »

explique-t-elle tout sourire.

La section tennis de table de l’UMP présente

cette saison douze équipes en championnat :

5 chez les jeunes, six chez les seniors et une

en vétérans.

Chaque été, le club organise tous les vendredis

au gymnase de Saint-Marc-sur-mer des tournois

ouverts aux licenciés et aux non-licenciés.

« C’est une façon d’animer les vacances

estivales et d’être au plus près des touristes

» poursuit Éric Pierre. Inscrits également

au calendrier, des tournois familiaux par

équipe de deux, histoire d’entretenir la bonne

ambiance au sein du club qui ne souhaite pas

jouer uniquement la carte de la compétition ;

Le tennis de table s’y pratique aussi en

loisirs avec des créneaux horaires réservés

à cet effet ■

Pour plus de renseignements, contactez le

02 40 90 40 39 ou le 06 17 52 91 12 ; ou

sur www.umpping.com

26 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


L O I S I R S

Culture

Laurence Leconte, biographe basée à Saint-Nazaire

L’écriture par monts

et par mots

Écrire pour les autres, tendre l’oreille, prêter sa plume,

mettre à disposition son talent d’écrivain, voilà

le quotidien de Laurence Leconte, biographe

depuis 2005. Rencontre.

Ne dites pas à Laurence Leconte

qu’elle est une écrivaine publique. Ce n’est pas

qu’elle n’aime pas ce terme, c’est juste qu’elle

ne se définit pas ainsi : « je préfère qu’on dise

biographe » précise-t-elle, « un écrivain public

a davantage vocation à remplir des papiers,

faire du courrier pour d’autres personnes.»

Laurence, elle, s’applique à écrire une histoire,

une vraie, celle d’une personne qui sent le

besoin de se raconter à travers un ouvrage

mais qui ne se sent pas capable d’écrire ou

qui n’a pas l’aisance de la plume.

La vie de Laurence Leconte mériterait sûrement

plusieurs chapitres : économiste de

formation, elle a travaillé 12 ans dans l’industrie

automobile puis dans une agence de communication

avant de partir au Portugal

s’occuper d’un magazine art de vivre destiné

aux francophones. « En 1999, j’ai eu envie

de goûter à la liberté, de créer ma propre

affaire. » Ce fut le cas avec le développement

d’un réseau de vente de produits à base

d’épices ou de cadeaux d’affaires.

De l’individu aux entreprises

Depuis trois ans seulement, Laurence prête sa

plume, va à la rencontre de celles et ceux qui

souhaitent laisser une trace manuscrite de leur

vie ou d’un événement. « J’ai commencé du

côté de Piriac avec ce vieux monsieur qui avait

perdu sa femme dans un accident de voiture

et qui ne s’en était jamais remis. Il avait envie

de témoigner » se souvient-elle. Munie d’un

magnétophone numérique, de papier et d’un

stylo, Laurence part en quête de ces hommes

et de ces femmes, de ces parcelles de mémoire

qui au fil des rendez-vous s’assemblent et forment

le puzzle d’une vie. Laurence les écoute,

parle peu, prend des notes. Puis vient le

moment de l’écriture où la romance et l’imaginaire

ne sont pas les bienvenus : « Je me

contente de restituer la vérité ; je ne transforme

pas, je dis les choses telles que l’on me les a

relatées. Le scénario ce sont eux ». Des vies

simples à raconter ou des destins hors du commun

comme cette femme de La Baule qui avait

chassé le grand fauve en Afrique.

Au final, une centaine d’exemplaires sont

imprimés ; ils sont bien souvent destinés à

la famille ou aux amis. « J’aime beaucoup cet

exercice » reconnaît-elle ; « j’ai le sentiment

de faire plaisir à quelqu’un qui par mon intermédiaire

s’est confié et s’est délivré d’un

poids. »

Cette Nazairienne ne se contente pas d’ouvrages

sur des individus ; récemment, les responsables

d’un site hôtelier dans le Morbihan

lui ont demandé d’écrire l’histoire de ce

domaine. « J’aimerais bien toucher des

PME qui ont sûrement des tas de choses à

raconter. » Un peu comme cet homme de la

Presqu’île qui avait fait l’école d’agronomie et

lui a commandé des biographies sur la vie

d’ingénieurs qu’il a connus.

Laurence Leconte sillonne le département et

« jette l’encre » là où l’on voudra bien lui

raconter de belles histoires toutes simples à

écrire. Les récits d’une vie ■

Pour plus de renseignements, contacter

Laurence Leconte au 06 63 15 60 07.

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 27


M U S I Q U E

Elephant et Affolter

10 décembre / 20h30 - Cafétéria du R.U. d’Heinlex

Soirée pop / rock. Les martins-pêcheurs proposent, avec le

soutien de la CARENE, aux étudiants de l’agglomération des

concerts sur les campus, un mercredi par mois avec un plateau

de deux groupes.

Renseignements : http://les.martins.pecheurs.free.fr ■

The Healthy Boy

19 décembre / 22h - VIP

Avec des compositions

empruntées à l’obscurité et à

la pesanteur, The Healthy Boy

vient hanter avec beauté

et désenchantement nos vieux

démons du folk. (1)

Sélection régionale

des découvertes du

Printemps de Bourges

T H É Â T R E

Circus klezmer

de Barcelone

2 et 3 décembre

Quai des Arts

Ce cirque contemporain

implanté à Barcelone est

constitué d’artistes qui

reprennent une culture juive

disparue de son aire de

rayonnement ancestrale :

l’Europe de l’Est. (2)

Combat de nègre

et de chiens

11 décembre / 20h30

Théâtre Icare

Répétition publique.

De Bernard Koltès. Mise en

scène Christophe Rouxel. (2)

Dierdre

3 décembre / 21h - VIP

Fusion électro pop. (1)

Microfilm

Ichabod Crane

12 décembre / 21h - VIP

Mezza en scène Rock indé.

En mettant les images

au service de la musique,

Microfilm multiplie les angles

de vue sur son post-rock

cinématographique. Les

Ichabod Crane glanent un

public amoureux de leur rock

indé nerveux et de leurs

prestations scéniques

incendiaires. (1)

The Troopers

13 décembre / 21h - VIP

Mezza en scène Groove. Formé

par des amis d’enfance, The

Troopers est un combo jouant

des compositions naviguant

dans un melting-pot de styles

divers et variés : rock, funk,

blues, soul, reggae... (1)

Matthieu Donarier Trio

16 décembre / 20h30

Théâtre Jean Bart

Aventure de longue date, ce trio,

créé en 1998, s’attache à jouer

un répertoire hétéroclite

où se côtoient compositions

originales et reprises

improbables. (2)

Vibrations

16 décembre / 20h30

Galerie des Franciscains

Quatuor pour la fin du temps

proposé à l’occasion de la

célébration du centième

anniversaire d’Olivier Messiaen.

Renseignements : Conservatoire

à rayonnement départemental

musique et danse

au 02 44 73 43 40.

20 décembre - VIP

La FNAC, le Réseau Printemps

et son antenne régionale

Trempolino s’associent

pour promouvoir de nouveaux

talents musicaux dans le cadre

des Découvertes du Printemps

de Bourges. (1)

T H É Â T R E

La Répétition :

une Odyssée

18 décembre / 20h30 - Théâtre Jean Bart

Théâtre de Cuisine à partir de 9 ans. Mise en scène : Christian

Carrignon.

Une troupe de

théâtre monte

l’Odyssée : Un

voyage qui dure

10 ans... Exceptionnellement,

le théâtre

Athénor ouvre

une séance de

répétition à un

public de

curieux. (3)

28 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


L O I S I R S

L’agenda

D A N S E

Trajectoires(s)

Trajectoires(s) rassemble des

propositions chorégraphiques

au format volontairement

réduit, qu’il s’agisse de

leur durée et/ou du nombre

d’interprète(s) qu’elles

réunissent :

Accumulated Layout

et Wasla

5 décembre /

20h30

Théâtre

Jean Bart

Chorégraphie

d’Hiroaki

Umeda. Et

Wasla (solo),

chorégraphie

de Héla

Fattoumi et Eric Lamoureux. (2)

H3

9 et 10 décembre / 20h30

Théâtre Jean Bart

Mise en scène et chorégraphie

Bruno Beltro. Mettre en

mouvement le vocabulaire

hip-hop, danse statique par

excellence, briser ses codes

et déconstruire ses figures,

telle est la grammaire

chorégraphique

de Bruno Beltro. (2)

Heroine et Fang Li, /

Christian Rizzo

12 décembre / 20h30

Théâtre Jean Bart

Chorégraphie Arco Renz et Su

Wen-Chi. Heroine est un solo

qui cerne la perception

et l’apparition, l’immobilité

et le mouvement.

Fang Lin est originaire de

Taïwan et travaille depuis

plusieurs années en France. (2)

E X P O S I T I O N

Sylvie Errard

et Lucie Gamache

Jusqu’au 7 décembre

Fort de Villès

Gravures sur miroir et

mécaniques animées.

Les vendredis de 14h à 17h

et les samedis et dimanches

de 10h à 18h. (4)

Autour du jouet

et du jeu

Du 3 au 23 décembre

Ecole municipale d’arts

plastiques

Les élèves, petits et grands,

des ateliers de l’école d’arts

plastiques présentent

leurs travaux et recherches

en dessin, sculpture,

céramique, peinture,

installation... des jouets petits,

très petits et des jouets

grands, encore plus grands.

Renseignement: 02 40 00 42 60.

http://www.mairiesaintnazaire.fr/emap/

Modern©ité

Du 13 décembre au 22 février

Grand Café

Cette exposition sera consacrée

cette fois aux rapports

qu’entretient la modernité

avec la notion de «ruine»

dans l’espace urbain.

Parmi les artistes, il y aura :

Guillaume Leblon, Didier Marcel,

Raphaël Zarka, Martin Boyce,

Cyprien Gaillard...

Renseignements : 02 44 73 44 00.

Palestine,

60 ans plus tard...

13 et 14 décembre /14h–18h

Fort de Villès

Saïd Fortas sillonne la région

du Proche Orient depuis plus

de 18 ans. Régulièrement,

il propose des témoignages de

ses voyages, de ses rencontres

en photographies. (4)

E X P O S I T I O N

Plage d’hiver

Jusqu’au 11 janvier - LiFE

Un glissement temporel entre l’été et l’hiver...La plage d’hiver se donne

comme une nouvelle forme décalée d’espace public intérieur aux

atmosphères lumineuses, olfactives, thermiques, gustatives, quelque

part entre la piscine et le restaurant exotique. Mercredi, vendredi :

15h/19h, jeudi : 15h /21h, samedi, dimanche : 11h /19h. Fermeture

le 25 décembre et le 1 er janvier.

Renseignements : 02 28 54 99 45 ■

C O N F É R E N C E

La Turquie : intégration

ou partenariat

2 décembre / 14h30

Cinéville

Organisée par l’Université

Inter Ages et animée par

Mme Germain-Robin

et M. Beyer de Ryke.

Les arts décoratifs

des paquebots

3 décembre / 14h30 et 20h30

Agora 1901

Organisée par l’Ecomusée

de Saint-Nazaire et animée

par Daniel Sicard, directeur

de l’Ecomusée.

Renseignements :

02 51 10 03 03.

Le mystère La Pérouse

9 décembre

Cinéville / 14h30

Organisée par l’Université Inter

Ages et animée

par Mme Machicot.

L’eau du robinet

à Saint Nazaire

11 décembre / 14h30

Agora 1901

Organisée par l’Université Inter

Ages et animée par M. Dubot.

Australie, l’aventure

du continent rouge

13 (17h) et 14 (10h15)

décembre - Cinéville

Organisée par Connaissance

du monde et animée

par M. Charbonneau.

Huit ans autour

du monde

16 décembre / 14h30

Cinéville

Organisée par l’Université

Inter Ages et animée

par M. Robineau.

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 29


L O I S I R S

MÉMO

L’agenda

D I V E R S

Dons du sang

2 décembre et 5 janvier / de

16h à 19h30 - 293, bd Laënnec

Organisés par l’association

des donneurs de sang de Saint-

Nazaire et l’EFS (Etablissement

Français du Sang).

Control

4 décembre / 20h - minuit - VIP

Film d’Anton Corbijn

(Drame, 2007,1h59).

Les « After-Proj » :

Carte blanche à DJ Butterhands

qui invite DJ Bozee. (1)

La Grange aux Fringues

6 décembre / de 9h à 13h

48 rue Pitre Grenapin

Dépôt vente de vêtements

d’occasion avec une vente flash

de vêtements de réveillon

et de sport d’hiver.

Renseignements au 02 40 70 35 00

ou 02 40 70 35 22

Meunier tu dors

6 décembre / 10h à la Médiathèque

Etienne Caux et à 16h

à la bibliothèque Anne Frank

Par le conteur Thierry Bénéteau.

Là-haut sur la colline, il y a un

moulin. Le vent souffle fort et ses

ailes vont bon train. Pour les enfants

de 1 à 3 ans (durée : 30 min)

Renseignements : 02 44 73 45 60

ou 02 40 53 05 77.

Cric ! Crac ! Contes

et comptines en vrac

6 décembre / 11h

Médiathèque Etienne Caux

Par le conteur Thierry Bénéteau.

Un spectacle de contes, musiques

et chansons pour les petits

de 3 à 6 ans (durée : 30 min).

Renseignements : 02 44 73 45 60.

(1) Renseignements au VIP : 02 51 10 00 00

du mardi au samedi de 15h à 19h30 et

www.les-escales.com.

(2) Renseignements et réservations au

Fanal : 02 40 22 91 36 du mardi au samedi

de 14h à 19h.

(3) Renseignements au théâtre Athénor :

02 51 10 05 05. www.athenor.com

(4) Renseignements à la Maison de quartier

de Kerlédé : 02 40 53 50 00

Show de Noël

6 et 7 décembre / 16h

Soucoupe

Spectacle organisé par le Centre

de Culture Populaire avec danse,

performance, illusion, musique,

sport pour petits et grands.

Renseignements : 02 40 53 50 04.

Poids plume

9 décembre / 20h30

Bibliothèque Anne Frank

Avec la conteuse Gigi Bigot et la

musicienne Michèle Buirette. Tout

public dès 8 ans (durée : 1h).

Renseignements : 02 40 53 05 77.

Redondaines

10 décembre / 14h à la

Bibliothèque Anne Frank

et à 16h30 à la Médiathèque

Etienne Caux

Avec la conteuse Gigi Bigot.

A partir de 5 ans (durée : 1h)

Renseignements : 02 44 73 45

60 ou 02 40 53 05 77.

Saisons

10 décembre / 15h30

Maison de quartier de Kerlédé

Spectacle de Noël poétique pour

les petits qui se raconte sans

mot ou presque, se comprend

avec les yeux, les oreilles et

même parfois le nez, la bouche

ou encore...les mains ! (4)

Dig

11 décembre / 20h - minuit - VIP

Film d’Ondi Timoner

(documentaire, 2005, 1h47) :

L’histoire exemplaire

de deux groupes de la scène

indépendante américaine

vue de l’intérieur.

Les « After-proj » : Carte

blanche à DJ Butterhands

qui invite DJ Esteban Smith

(Open Rock). (1)

Samedi, ça me dit de lire

13 décembre / 15h30 - Médiathèque Etienne Caux

« Drôle de libraire » d’après Le libraire, un roman de Régis De Sà

Moreira. Lecture théâtralisée à 2 voix avec les comédiens Maryse

Pauleau et Dominique Huet du Bibliothéâtre.

Renseignements : 02 44 73 45 60 ■

Espace Culture

Multimédia

6 et 13 décembre / de 9h30

à 12h30 et de 14h à 17h

Ecole municipale

d’arts plastiques

Stages « Pratiques de la

retouche photo» Initiation

au logiciel Adobe Photoshop.

Renseignements: 02 40 00 42 60.

Les family days #3

12 et 13 décembre

Théatre Athénor

Un salon du livre jeunesse initié

par l’association « L’écrit

parle » et en partenariat avec

l’Education Nationale.Vendredi

12 de 18h30 à 22h : Débats

entre éditeurs sur littérature et

oralité avec la participation de

Joël Jouanneau. Samedi 13 à

partir de 14h : Ateliers, lectures

et performances pour tous.Un

moment de lecture, de théatre

et d’échange. (3)

Cinéma de Noël

Du 3 au 19 décembre - Fanal

1,2,3... Léon ! Courts métrages

d’animation de Tali, Catherine

Bufat et Jean-Luc Gréco, Christa

Moesker, Pierre-Luc Granjon

et Pascal Le Nôtre (2007,

France, 45‘). Dès 3 ans. (2)

Tenacious D In :

The pick of destiny

18 décembre / 20h - minuit - VIP

Film de Liam Lynch (comédie,

2005, 1h33) : Pas de chance

pour le jeune Jack Black (JB).

Il est passionné de rock’n’roll

dans une famille ultra religieuse

qui considère cette musique

comme l’œuvre du diable.

Les « After-Proj » : Carte

blanche à DJ Butterhands

(Open Rock). (1)

Distribuer son disque :

quelle(s) réalité(s)

19 décembre / 20h30 - VIP

Si faire son disque devient

aujourd’hui accessible à la

plupart des groupes, la question

de la distribution se pose

souvent une fois l’objet en main.

Professionnel, groupe,

disquaire, label, distributeur

seront présents pour débattre

et répondre aux questions. (1)

Ateliers de pratiques

artistiques,

Arts plastiques

ou Arts Appliqués

On peut encore s’inscrire...

l’Ecole municipale d’Arts

plastiques propose des ateliers

de pratiques : Pour les 13/ 20

ans, les mercredis après-midi :

Céramique - Initiation Photo –

Stylisme et design -

Expressions graphiques et

picturales. Pour les adolescents

et adultes, céramique, le jeudi

après-midi - Recherche et

création (ou apprendre à créer)

le jeudi soir – Recherche et

création en multimédia,

le mardi soir.

Renseignements : 02 40 00 42 60

30 Décembre 2008 Saint-Nazaire magazine N° 217


À voir et à lire

« Gares et tortillards

des Pays de la Loire »

de Évelyne et Jean-Pierre Rigouard

aux Éditions Cheminements

Les premiers rails arrivèrent dans le département

du Maine-et-Loire en 1848 à Varennes-sur-Loire.

On ne le savait pas à l’époque mais ces rails

seront les premiers de la région des Pays de la

Loire. Au 19ème siècle, dans toutes les gares,

haltes ou stations, les cheminots et les voyageurs

animaient ces lieux par leur présence.

Comme dans de nombreuses régions françaises, le

développement des automobiles et des autocars pour les voyageurs, et des

camions pour les marchandises, va concurrencer sévèrement les petites lignes

départementales provoquant leur disparition inéluctable. Après la Seconde Guerre

mondiale, les tortillards vont disparaître entraînant la fermeture de centaines de

gares qui seront démolies ou vendues à des particuliers ■

« Affiches des compagnies

maritimes »

de Gabriele Cadringher et Anne Weallans

aux Éditions Citadelles & Mazenod

L’idée de ce livre est de raconter l’histoire des compagnies

maritimes et de leurs paquebots à travers les

affiches publicitaires. Sont évoquées les histoires

artistiques, culturelles, humaines et industrielle de

tout un siècle d’aventures maritimes et sociales. Des

premières reproductions de bateaux de la fin du XIX e

siècle en passant par l’époque de l’Art Nouveau, puis de

l’Art Déco, plus de 200 affiches sont reproduites dans cet ouvrage. Des affiches

destinées à faire rêver le public d’alors nous font encore rêver aujourd’hui ■

« Les blessures fossiles »

de Marie-Hélène Prouteau

Depuis qu’un petit coquillage de mort s’est accroché à son

sein, Yselle se découvre fragile et menacée d’étranges

fêlures : elle se laisse emporter par des absences, des

rêves, est de plus en plus tourmentée par la peur panique

de la couleur rouge. Dans la solitude de séances des

rayons, un flot de souvenirs et d’émois du passé l’assaille.

Dans la chambre noire de ses souvenirs, revient aussi de

façon lancinante l’image d’un drame entr’aperçu par la

petite Yselle, la disparition de sa mère. Un secret de famille

dont il lui faudra explorer les blessures fossiles enfouies

dans les cœurs et tapies dans le corps. Pour renaître à la vie ■

P R A T I Q U E

Les N os utiles

Urgences

■ Pompiers 18 ou 02 40 17 04 44

■ SAMU 15

■ Commissariat central 02 51 76 17 00

■ Gendarmerie 02 40 70 55 00

■ Service d’eau 0810 44 40 40

■ EDF Dépannage

0 810 333 044 (n° azur)

■ GDF Dépannage

0 810 433 444 (n° azur)

■ Stran 0 810 184 186

■ Hôpital 02 40 90 60 00

■ Sos médecins 0 826 46 44 44

■ Pharmacie de garde : se présenter au commissariat,

59 avenue du Général de Gaulle.

■ Caisses d’Allocations Familiales 08 20 25 44 10

■ CPAM 08 20 90 41 88

■ Croix Bleue 02 40 66 01 40

■ Alcooliques Anonymes 02 40 00 90 20

■ Croix d’Or 02 40 74 22 51

Numéros verts

■ Sevrage Tabac CPAM 0 800 44 00 33

■ Tabac Info Service 0 825 309 310

■ Sida info 0 800 84 08 00

Services municipaux

■ Hôtel de Ville 02 40 00 40 00

■ CCAS 02 40 17 19 99

■ www.mairie-saintnazaire.fr

Les marées du mois

Saint-Nazaire magazine N° 217 • Décembre 2008

Place François-Blancho 44600 Saint-Nazaire

Tél. 02 40 00 40 00 • Fax 02 40 00 40 10

Éditeur : Mairie de Saint-Nazaire • Directeur de publication : Joël Batteux

Rédacteur en chef : Charles Nicol, direction Information-communication • Rédacteur : Bernard Glotin

Photographies : Dominique Macel et Martin Launay (Ville de Saint-Nazaire)

Ont collaboré à ce numéro : Sandrine Belliot-Le Cocq, Christine Bersihand et Michel Faucompré

Maquette, mise en page : Le Square Deshoulières • Imprimerie : Roto Aisne Société Nouvelle

Distribution : Adrexo • Tiré à 40 000 exemplaires

N° 217 Saint-Nazaire magazine Décembre 2008 31

More magazines by this user
Similar magazines