25.12.2014 Views

la lettre - Filmer en Alsace

la lettre - Filmer en Alsace

la lettre - Filmer en Alsace

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

AUTOMNE-HIVER 2007<br />

<strong>la</strong> <strong>lettre</strong><br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Photo Christophe Urbain


éditorial<br />

Tournage de Nouveau départ de Pierre Toussaint. PHOTO DR<br />

Voici le deuxième numéro de l’année de La <strong>lettre</strong> <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>,<br />

nous <strong>en</strong> avions prévu trois, mais le volume des souti<strong>en</strong>s financiers ne<br />

nous le permettra pas cette année. La <strong>lettre</strong> de <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> estelle<br />

trop ambitieuse Faut-il <strong>en</strong> faire juste une vitrine, une devanture<br />

ou ce que nous souhaitons <strong>en</strong> faire, une publication avec l’ambition<br />

de montrer <strong>la</strong> diversité et les curiosités du “ magasin ” La <strong>lettre</strong> est<br />

lue et <strong>en</strong>viée dans d’autres régions, retournerons-nous à quelques<br />

pages d’une publication sommaire Pour les mêmes raisons notre site<br />

internet, après un premier essai de mise <strong>en</strong> orbite, est pour l’instant <strong>en</strong><br />

état de chantier susp<strong>en</strong>du.<br />

Notre énergie pour l’heure est mise à <strong>la</strong> préparation des journées<br />

professionnelles de fin novembre, auxquelles nous vous invitons <strong>en</strong><br />

espérant vous y retrouver nombreux. Ce r<strong>en</strong>dez-vous d’automne nous<br />

permettra comme chaque année de réfléchir <strong>en</strong>semble aux mutations et<br />

<strong>en</strong>jeux de notre secteur. Quelles ambitions régionales, interrégionales,<br />

internationales Comm<strong>en</strong>t se donner les moy<strong>en</strong>s non pas de <strong>la</strong> course<br />

mais de l’<strong>en</strong>durance et de <strong>la</strong> pér<strong>en</strong>nité Si l’on comm<strong>en</strong>ce par l’avantdernière<br />

page de La <strong>lettre</strong>, celle des films primés et sélectionnés, il est<br />

c<strong>la</strong>ir que <strong>la</strong> production et les films d’ici ne sont pas des objets fermés sur<br />

eux-mêmes et sans av<strong>en</strong>ir, alors quand on sait combi<strong>en</strong> il est difficile<br />

de faire aboutir projets et <strong>en</strong>vies de films, réjouissons-nous de voir<br />

autant de projets éclore ici, réjouissons-nous de voir un producteur<br />

alsaci<strong>en</strong> associé à <strong>la</strong> Palme d’or. Pr<strong>en</strong>ons le temps aussi d’accueillir<br />

et de souhaiter <strong>la</strong> bi<strong>en</strong>v<strong>en</strong>ue à Natacha Catherine au bureau d’accueil<br />

des tournages de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong> et à Marie-Thérèse Montalto à <strong>la</strong><br />

direction régionale de France 3 <strong>Alsace</strong>.<br />

L’équipe de <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Merci pour ce numéro à : Patrick B<strong>en</strong>quet, Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé, Daniel Coche, D<strong>en</strong>is<br />

Darroy, Brigitte Daudé, Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é, Jacques Dottor, Anne Fantinel, Mariette Feltin,<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch, Michaël Gaumnitz, Robert Grossmann, Francis Guthleb<strong>en</strong>, Anne Hahn,<br />

Georges Heck, Gaël Lachaux, Julia Laur<strong>en</strong>ceau, Jean-Luc Maetz, Luis Miranda, Isabelle<br />

Pantic Guillet, Michel P<strong>la</strong>zanet, Aurélie Réveil<strong>la</strong>ud, Jean-Jacques Schaettel, Josiane<br />

Schauner, Silvi Simon, Jean-Pierre Stucki, Philippe Thomine, Christine Tomas, Gérard<br />

Traband, Olivier Trusson, Franck Vialle.<br />

<strong>la</strong> <strong>lettre</strong><br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

association des professionnels<br />

de l’audiovisuel <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Le conseil d’administration<br />

réunit :<br />

- l’APAA,<br />

représ<strong>en</strong>tée par<br />

Josiane Schauner<br />

et Franck Vialle<br />

- <strong>la</strong> Safire,<br />

représ<strong>en</strong>tée par<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch<br />

et Luis Miranda<br />

- Vidéo Les Beaux Jours,<br />

représ<strong>en</strong>té par<br />

Georges Heck<br />

- l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>,<br />

représ<strong>en</strong>tée par<br />

Brigitte Daudé<br />

- iconoval,<br />

représ<strong>en</strong>té par<br />

Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé<br />

- Ina Grand-Est,<br />

représ<strong>en</strong>té par<br />

Isabelle Pantic Guillet<br />

- le master pro<br />

de l’université Marc Bloch,<br />

représ<strong>en</strong>té par<br />

Jean-François Moris.<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

est sout<strong>en</strong>u par :<br />

- le ministère<br />

de <strong>la</strong> Culture/DRAC <strong>Alsace</strong><br />

- <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong><br />

- le Départem<strong>en</strong>t<br />

du Bas-Rhin<br />

- le Départem<strong>en</strong>t<br />

du Haut-Rhin<br />

- <strong>la</strong> Ville de Strasbourg.<br />

Contact :<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

c/o La Maison de l’image<br />

31 rue Kag<strong>en</strong>eck<br />

67 000 Strasbourg<br />

téléphone 03 88 23 86 51<br />

<strong>Filmer</strong>-<strong>en</strong>-alsace@neuf.fr<br />

www.filmer<strong>en</strong>alsace.fr.nf<br />

Contact pour La <strong>lettre</strong> :<br />

<strong>la</strong>-<strong>lettre</strong>@<strong>la</strong>poste.net<br />

SOMMAIRE<br />

Éditorial ....................................1<br />

Politique nationale ...............2<br />

Communiqué Scam .............3<br />

Souti<strong>en</strong>s audiovisuel<br />

et cinéma <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> .............4<br />

Produire ....................................8<br />

Réaliser .................................. 12<br />

Tourner ................................... 13<br />

Chiffres .................................. 14<br />

Télévisions ............................. 18<br />

Régions .................................. 20<br />

Voisins .................................... 22<br />

Nouvelles technologies ... 23<br />

Europe .................................... 24<br />

Coup de projecteur ........... 25<br />

Histoire de films ................. 26<br />

Chroniques ........................... 28<br />

Retour de .............................. 32<br />

Hommage ............................. 35<br />

Brèves ..................................... 36<br />

Films<br />

<strong>en</strong> fabrication ..................9 à 25<br />

sortis de fabrique ......29 à 35<br />

primés, sélectionnés ...........37<br />

L’INVITÉ<br />

Michaël<br />

Gaumnitz<br />

<strong>en</strong> cahier c<strong>en</strong>tral<br />

Responsable<br />

de <strong>la</strong> publication :<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Coordination<br />

et secrétariat de rédaction :<br />

Marie Frering<br />

Graphisme :<br />

L’intranquille<br />

Impression :<br />

Gyss imprimeur, Obernai<br />

4 e trimestre 2007<br />

ISBN <strong>en</strong> cours<br />

1


politique nationale<br />

Le 19 mai 2007, Christophe Andréi (Addoc), Dami<strong>en</strong> Fritsch (Safire <strong>Alsace</strong>), Raphaëlle Rio (ATIS, Aquitaine) et Christine Tomas<br />

(AARSE, Sud-Est), représ<strong>en</strong>tant l’interrégional, r<strong>en</strong>contrai<strong>en</strong>t au C<strong>en</strong>tre national de <strong>la</strong> cinématographie Anne Cochard, directrice de<br />

<strong>la</strong> création, des territoires et des publics, Laur<strong>en</strong>t Cormier, directeur de l’audiovisuel, Michel P<strong>la</strong>zanet, chef du service de l’action<br />

territoriale, Céline Perrimond, chargée de mission au service de l’action territoriale, pour essayer de compr<strong>en</strong>dre les raisons de <strong>la</strong><br />

nouvelle politique du CNC qui demande à ce que les docum<strong>en</strong>taires unitaires de 26’ ne soi<strong>en</strong>t plus éligibles au dispositif 1 € du CNC<br />

pour 2 € de <strong>la</strong> collectivité, dans le cadre des conv<strong>en</strong>tions avec les régions.<br />

2<br />

Quelle politique pour les 26’ <br />

Laur<strong>en</strong>t Cormier : Ce<strong>la</strong> part d’un constat. Le système du 1 € pour 2 € a d’abord<br />

été mis <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce pour <strong>la</strong> catégorie “ cinéma ” puis pour l’audiovisuel.<br />

L’objectif était de relocaliser les dép<strong>en</strong>ses, d’éviter <strong>la</strong> fuite des tournages de<br />

fictions vers l’étranger. Les fonds régionaux sont une nouvelle piste pour<br />

faire rev<strong>en</strong>ir les prestations <strong>en</strong> France. Ce<strong>la</strong> a surtout permis de développer<br />

<strong>la</strong> production <strong>en</strong> région. Le système du 1 € pour 2 € fonctionne très bi<strong>en</strong>.<br />

Mais <strong>en</strong> régions, il y a des poches de production étanches. Des films<br />

sont faits avec l’aide de <strong>la</strong> Région, uniquem<strong>en</strong>t diffusés sur les ant<strong>en</strong>nes<br />

régionales de France 3. En ce s<strong>en</strong>s, <strong>la</strong> production de 26’ est facile d’accès.<br />

Nous aimerions faire bouger les choses d’une région à l’autre, inciter à aller<br />

vers autre chose que le 26’ c<strong>la</strong>ssique. Nous ne voulons pas de régionalorégional.<br />

Christophe Andréi : Ce problème du 26’ constitue-t-il, statistiquem<strong>en</strong>t, un<br />

problème important <br />

Michel P<strong>la</strong>zanet : 95 % des docum<strong>en</strong>taires produits dans ce cadre sont des 52’.<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch : Dans ce cas, qu’est-ce qui justifie <strong>la</strong> modification des critères <br />

Laur<strong>en</strong>t Cormier : On s<strong>en</strong>t des comportem<strong>en</strong>ts se mettre <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce.<br />

Christophe Andréi : À l’échelle nationale, les 26’ ont-ils accès au Cosip <br />

Laur<strong>en</strong>t Cormier : Au niveau national, il n’y a plus de souti<strong>en</strong> <strong>en</strong> dessous<br />

de 24’, pour qu’il n’y ait pas de confusion avec le reportage. Les 26’ sont<br />

toujours aidés. Il semble que l’écriture docum<strong>en</strong>taire soit moins évid<strong>en</strong>te<br />

<strong>en</strong> format 26 que 52’. Il ne faudrait pas que des structures régionales se<br />

cantonn<strong>en</strong>t au 26’.<br />

Anne Cochard : Le système du 1 € pour 2 € a eu comme conséqu<strong>en</strong>ce un effet<br />

de levier. Les régions ont par ailleurs leurs politiques autonomes. Notre<br />

question est l’équilibre <strong>en</strong>tre le local et le national. Quand on a comm<strong>en</strong>cé<br />

avec le cinéma, les g<strong>en</strong>s du cinéma sont allés <strong>en</strong> région. Des formations<br />

techniques ont été organisées par les régions. Mais avec un certain type<br />

de productions audiovisuelles, il n’y a plus de retombées économiques à<br />

l’échelle nationale.<br />

Sur le docum<strong>en</strong>taire, il peut y avoir des politiques très locales : des<br />

producteurs locaux qui travaill<strong>en</strong>t avec des ant<strong>en</strong>nes régionales. C’est<br />

légitime que ce tissu essaie de vivre. Mais il y a une question d’équilibre.<br />

En 2006, le bi<strong>la</strong>n montre des <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>ts financiers à hauteur de 6,7 M€<br />

pour le docum<strong>en</strong>taire et 6,2 M€ pour les fictions <strong>en</strong> région. Le basculem<strong>en</strong>t<br />

vers le docum<strong>en</strong>taire est net. La plupart sont des 52’.<br />

Nous essayons d’inciter à <strong>la</strong> production de tous les g<strong>en</strong>res audiovisuels<br />

et de mixer <strong>en</strong>tre le régional et le non régional. Le CNC incite les régions<br />

à un p<strong>la</strong>ncher minimum, pour mieux financer les films et structurer le<br />

tissu régional <strong>en</strong> regardant vers l’extérieur. L’intérêt de cette politique<br />

conv<strong>en</strong>tionnelle est de trouver <strong>la</strong> juste ligne d’équilibre <strong>en</strong>tre <strong>la</strong> volonté<br />

des professionnels régionaux de bénéficier des dispositifs et notre objectif<br />

d’<strong>en</strong>courager les producteurs régionaux à s’ouvrir vers l’extérieur.<br />

Christophe Andréi : Le fait est que c’est une part minime des productions qui<br />

vous pose problème (le 26’) et que pour nous cette part est très importante.<br />

Ce<strong>la</strong> permet souv<strong>en</strong>t aux auteurs et aux producteurs de subsister. Et le 26’<br />

est une première marche pour de jeunes auteurs. C’est dommage de les<br />

pénaliser. Le secteur est fragile, il faut être att<strong>en</strong>tif à ces changem<strong>en</strong>ts.<br />

Laur<strong>en</strong>t Cormier : Nos financem<strong>en</strong>ts n’ont pas diminué, ils ont changé. Ils<br />

vont vers plus de qualité. Le CNC a doublé le budget de l’aide à l’innovation<br />

docum<strong>en</strong>taire il y a deux ans. Le souti<strong>en</strong> à l’écriture et au développem<strong>en</strong>t<br />

permet un financem<strong>en</strong>t significatif, même sans diffuseur. Selon ces mêmes<br />

critères, on abandonnerait les 26’ sans ambition artistique.<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch : Il y a des commissions consultatives<br />

<strong>en</strong> région qui peuv<strong>en</strong>t agir là-dessus,<br />

plutôt que d’écarter le 26’ <strong>en</strong> général. Il faut faire<br />

travailler les commissions sur des critères de<br />

qualité. Mais les 26’ pour France 3, ce n’est pas<br />

un critère <strong>en</strong> soi. Ce<strong>la</strong> ti<strong>en</strong>t à un raisonnem<strong>en</strong>t<br />

global. Et ce sont forcém<strong>en</strong>t les petites structures,<br />

avec de jeunes auteurs qui <strong>en</strong> pâtiront.<br />

Aujourd’hui on travaille avec le câble. Il y a une<br />

économie parallèle du docum<strong>en</strong>taire pauvre.<br />

Vous pouvez faire confiance aux commissions,<br />

qui peuv<strong>en</strong>t évaluer <strong>la</strong> question au cas par cas.<br />

Il faut leur demander des retours qualitatifs<br />

et que les financem<strong>en</strong>ts ne soi<strong>en</strong>t pas réservés<br />

uniquem<strong>en</strong>t aux grosses sociétés.<br />

Michel P<strong>la</strong>zanet : La mesure n’est pas parfaite.<br />

C’est avant tout un signal donné. En 2006, 400<br />

docum<strong>en</strong>taires ont bénéficié du 1 € pour 2 €. Si<br />

on veut maint<strong>en</strong>ir ce système, il faut <strong>en</strong> limiter<br />

l’expansion. Sur le qualitatif, nous sommes plus<br />

que demandeurs. Les commissions peuv<strong>en</strong>t <strong>en</strong><br />

effet le garantir. Le travail est très différ<strong>en</strong>t d’une<br />

région à l’autre, tant au niveau de l’organisation<br />

des commissions que des bi<strong>la</strong>ns que l’on reçoit.<br />

Il y a des projets et des diffusions très divers. Les<br />

26’ sont majoritairem<strong>en</strong>t localo-locaux.<br />

Il y a 24 conv<strong>en</strong>tions différ<strong>en</strong>tes. Nous ne sommes<br />

pas fermés à <strong>la</strong> discussion, mais nous devons<br />

fixer des lignes communes pour donner<br />

une direction. Nous sommes très att<strong>en</strong>tifs à <strong>la</strong><br />

question de <strong>la</strong> composition des commissions et<br />

nous constatons globalem<strong>en</strong>t une amélioration<br />

du mode de fonctionnem<strong>en</strong>t de ces commissions.<br />

Il y a de plus <strong>en</strong> plus de projets déposés<br />

dans plusieurs régions simultaném<strong>en</strong>t. Nous<br />

avons m<strong>en</strong>é une politique incitative qui a très<br />

bi<strong>en</strong> fonctionné. Cep<strong>en</strong>dant, après une phase<br />

d’expansion très rapide, nous devons maint<strong>en</strong>ant<br />

maîtriser l’évolution de nos <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>ts<br />

financiers.<br />

Anne Cochard : Le levier a très bi<strong>en</strong> fonctionné :<br />

6 M€ <strong>en</strong> 2004, 13 M€ <strong>en</strong> 2006. À prés<strong>en</strong>t, le<br />

message à faire passer aux régions est de m<strong>en</strong>er<br />

des politiques complém<strong>en</strong>taires ; d’organiser des<br />

souti<strong>en</strong>s autonomes, de fonctionner dans le<br />

cadre des conv<strong>en</strong>tions, mais aussi <strong>en</strong> dehors.<br />

Christophe Andréi : Nous le demandons aussi à<br />

nos régions.<br />

Anne Cochard : Les régions peuv<strong>en</strong>t le faire. Certaines<br />

ont une politique un peu statique par<br />

rapport au 1 € pour 2 €. Il peut y avoir une<br />

complé m<strong>en</strong>tarité de <strong>la</strong> région et du Cosip pour<br />

le 26’, et quand les productions sont structurées,<br />

elles peuv<strong>en</strong>t bénéficier du 1 € pour 2 € avec<br />

des 52’.<br />

Raphaëlle Rio : Quel est le projet du CNC <strong>en</strong> matière<br />

de création


communiqué<br />

Encore trop d’auteurs-réalisateurs ne connaiss<strong>en</strong>t<br />

pas Les Étoiles de <strong>la</strong> Scam. Beaucoup ne sont pas<br />

<strong>en</strong>core informés de cette compétition. N’ayant pas<br />

compris les règles de l’inscription, nombre d’<strong>en</strong>tre<br />

eux pass<strong>en</strong>t à côté de cette récomp<strong>en</strong>se.<br />

Mode d’emploi…<br />

Anne Cochard : Il y a des aides à l’écriture, à l’innovation. Certains dossiers<br />

sont sout<strong>en</strong>us sur des critères artistiques exclusifs. Dans l’<strong>en</strong>semble, <strong>la</strong><br />

case court métrage est ce qui permet à des films de ce format, avec ou<br />

sans diffuseur, d’être sout<strong>en</strong>us. C’est <strong>la</strong> case création.<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch : En termes qualitatifs, quel est le projet du CNC par rapport<br />

au format Pour les 26’, ne devrait-on pas <strong>la</strong>isser les comités de lecture<br />

régionaux sélectionner les projets sur les critères de qualité <br />

Anne Cochard : Bi<strong>en</strong> qu’il y ait eu des progrès accomplis, des efforts<br />

doiv<strong>en</strong>t <strong>en</strong>core être faits dans <strong>la</strong> composition et <strong>la</strong> sélectivité des<br />

comités de lecture…<br />

Michel P<strong>la</strong>zanet : Nous avons demandé à ce que <strong>la</strong> composition des<br />

comités évolue vers plus d’indép<strong>en</strong>dance.<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch : Oui, les associations d’auteurs ne peuv<strong>en</strong>t plus être<br />

représ<strong>en</strong>tées… Mais il faut <strong>la</strong>isser jouer les critères de création dans les<br />

choix, c’est ça l’important.<br />

Anne Cochard : Sur <strong>la</strong> création : d’accord sur le li<strong>en</strong> <strong>en</strong>tre création<br />

docum<strong>en</strong>taire et création cinématographique <strong>en</strong> général, et il y a <strong>la</strong><br />

possibilité d’accéder aux fonds courts métrages avec des docum<strong>en</strong>taires<br />

courts, même sans diffuseur. Pour le docum<strong>en</strong>taire, il existe au CNC un<br />

dispositif d’aide à l’écriture et au développem<strong>en</strong>t. Les montants sont<br />

les suivants : 7 500 € pour les aides à l’écriture, <strong>en</strong>viron 15 000 € pour<br />

les aides au développem<strong>en</strong>t. En ce qui concerne l’aide à <strong>la</strong> production<br />

(contribution sélective), elle atteint <strong>en</strong>tre 40 000 et 50 000 € pour les<br />

courts métrages docum<strong>en</strong>taires.<br />

Christine Tomas : Mais quid de <strong>la</strong> règle du p<strong>la</strong>fonnem<strong>en</strong>t des aides<br />

publiques à 50 % du financem<strong>en</strong>t d’un film (critère europé<strong>en</strong>) Surtout<br />

si on n’a pas de diffuseur, comm<strong>en</strong>t fait-on <br />

Laur<strong>en</strong>t Cormier : On peut <strong>en</strong>visager de porter ce p<strong>la</strong>fond à 60 % dans<br />

certains cas : si le projet a bénéficié d’une aide à l’écriture, si son budget<br />

total est inférieur à 100 000 €/heure et, s’il n’a pas eu d’aide à l’écriture,<br />

selon le “ profil ” du producteur, sa ligne éditoriale, avec un projet qui,<br />

dans son écriture, aura du mal à trouver un diffuseur.<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch : Quels sont les chiffres, le nombre de films aidés pour le<br />

court métrage <br />

Anne Cochard : Il y a l’aide aux programmes d’<strong>en</strong>treprises avec plusieurs<br />

projets, soit <strong>en</strong>viron 40 aides par an, pour <strong>la</strong> contribution, <strong>en</strong>viron<br />

50 films aidés par an. Mais c’est vrai que c’est très sélectif…<br />

Michel P<strong>la</strong>zanet : Pour les fonds régionaux, on demande désormais des<br />

p<strong>la</strong>nchers minimums d’interv<strong>en</strong>tion : ce<strong>la</strong> a pour but d’augm<strong>en</strong>ter <strong>la</strong><br />

sélectivité et de ne pas faire de “ saupoudrage ” : En docum<strong>en</strong>taire, il est<br />

attribué <strong>en</strong> moy<strong>en</strong>ne <strong>en</strong>viron 20 000 € par film, c’est plutôt <strong>en</strong> hausse.<br />

Le p<strong>la</strong>ncher maint<strong>en</strong>ant est de 15 000 €. Ce<strong>la</strong> incite à une fourchette de<br />

15 000 à 25 000 €, ou plus, c’est aussi possible.<br />

Christine Tomas : Une dernière question, plutôt un souhait : il nous<br />

semblerait bi<strong>en</strong> que des auteurs et réalisateurs issus des régions soi<strong>en</strong>t<br />

prés<strong>en</strong>ts dans les commissions du CNC. Nous sout<strong>en</strong>ons, dans ce s<strong>en</strong>s,<br />

des candidatures à <strong>la</strong> Scam et ce serait logique au niveau du CNC.<br />

Anne Cochard : J’<strong>en</strong> pr<strong>en</strong>ds note. Dans les commissions, ou chez les<br />

lecteurs…<br />

Raphaëlle Rio : Les réalisateurs de région ne travaill<strong>en</strong>t pas qu’au p<strong>la</strong>n<br />

local. Nous non plus nous ne voulons pas être <strong>en</strong>fermés dans nos<br />

régions.<br />

Transcrit par Christine Tomas,<br />

mis <strong>en</strong> forme par Marie Frering,<br />

validé par les responsables du CNC<br />

Les Étoiles de <strong>la</strong> Scam<br />

Inscrivez vos œuvres<br />

Nous appelons les auteurs à se porter candidat à cette<br />

compétition dont le but est de les aider financièrem<strong>en</strong>t et<br />

de faire connaître leurs œuvres dans <strong>la</strong> presse, auprès des<br />

diffuseurs et des festivals. Nous appelons les producteurs,<br />

ainsi que les diffuseurs, à inciter leurs auteurs à déposer<br />

un dossier de candidature.<br />

Pour l’auteur ainsi que pour son producteur, l’attribution<br />

d’une Étoile représ<strong>en</strong>te un surplus de reconnaissance<br />

auprès des diffuseurs qui sont de plus <strong>en</strong> plus s<strong>en</strong>sibles au<br />

nombre d’Étoiles qu’ils obti<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t chaque année. Depuis<br />

trois ans, chaque année, <strong>la</strong> Scam distingue 30 œuvres<br />

dotées chacune d’une récomp<strong>en</strong>se de 4 000 €.<br />

En mai dernier, <strong>la</strong> remise des tr<strong>en</strong>te Étoiles 2007 a eu<br />

lieu au festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo<br />

au cours d’une nuit des Étoiles. La presse (quotidi<strong>en</strong>ne<br />

et spécialisée) s’est fait l’écho du palmarès et de <strong>la</strong><br />

manifestation où auteurs, professionnels et public se<br />

sont r<strong>en</strong>contrés.<br />

Les Étoiles de <strong>la</strong> Scam 2008<br />

Les inscriptions pour les Étoiles se font <strong>en</strong> continu toute<br />

l’année. Ce sont les auteurs qui doiv<strong>en</strong>t personnellem<strong>en</strong>t<br />

déposer leur dossier.<br />

L’inscription aux Étoiles 2008 est <strong>en</strong> cours pour les œuvres<br />

diffusées pour <strong>la</strong> première fois <strong>en</strong> 2007 (diffusées sur une<br />

chaîne hertzi<strong>en</strong>ne, câblée, sur un site internet sur lequel<br />

<strong>la</strong> Scam perçoit des droits d’auteur ; éditées <strong>en</strong> DVD par<br />

un éditeur avec lequel <strong>la</strong> Scam a passé des accords de<br />

droit d’auteur). Le dé<strong>la</strong>i d’inscription de deux mois après<br />

<strong>la</strong> première diffusion est une mesure qui vise à faciliter<br />

<strong>la</strong> gestion des dépôts de candidature et à permettre de<br />

suivre le fil des diffusions de l’année. Toutefois, pour<br />

permettre à l’<strong>en</strong>semble des auteurs souhaitant déposer<br />

un dossier de candidature après le dé<strong>la</strong>i des deux mois,<br />

les retards sont acceptés.<br />

Att<strong>en</strong>tion, <strong>la</strong> clôture des candidatures des Étoiles 2008<br />

est fixée au 28 février 2008.<br />

La déc<strong>la</strong>ration de l’œuvre à <strong>la</strong> Scam pour percevoir ses<br />

droits d’auteur est différ<strong>en</strong>te d’une candidature aux<br />

Étoiles. Il s’agit de deux bulletins différ<strong>en</strong>ts. Déc<strong>la</strong>rer<br />

son œuvre à <strong>la</strong> Scam n’équivaut pas à déposer une<br />

candidature aux Étoiles.<br />

Sur le fonctionnem<strong>en</strong>t des Étoiles, r<strong>en</strong>dez-vous sur le<br />

site de <strong>la</strong> Scam (www.scam.fr) : appel à candidature,<br />

règlem<strong>en</strong>t, présélection par <strong>la</strong> commission télévision<br />

de <strong>la</strong> Scam, composition du jury qui fait les choix<br />

définitifs, palmarès et composition des jurys des années<br />

précéd<strong>en</strong>tes.<br />

Patrick B<strong>en</strong>quet, présid<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> commission télévision,<br />

responsable des Étoiles de <strong>la</strong> Scam<br />

Contact Carine Bled, téléphone 01 56 69 64 01<br />

carine.bled@scam.fr<br />

3


souti<strong>en</strong>s audiovisuel et cinéma <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

De nouvelles conv<strong>en</strong>tions avec le CNC ont été signées cette année par les<br />

collectivités : nous avons fait parv<strong>en</strong>ir à Gérard Traband, vice-présid<strong>en</strong>t de <strong>la</strong><br />

commission développem<strong>en</strong>t culturel, sport et id<strong>en</strong>tité régionale et à Robert<br />

Grossmann, présid<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> Communauté urbaine de Strasbourg, quelques<br />

questions pour mieux cerner les changem<strong>en</strong>ts interv<strong>en</strong>us. Par commodité, nous<br />

restituons leurs réponses dans un seul texte.<br />

4<br />

Tournage de La saison des orphelins de David Tardé.<br />

PHOTO BUREAU D’ACCUEIL DES TOURNAGES<br />

questions à…<br />

Gérard Traband<br />

vice-présid<strong>en</strong>t du Conseil régional,<br />

présid<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> commission<br />

développem<strong>en</strong>t culturel,<br />

sport et id<strong>en</strong>tité régionale<br />

Robert Grossmann<br />

présid<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> Communauté<br />

urbaine de Strasbourg<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> : Une nouvelle conv<strong>en</strong>tion avec le CNC<br />

a été signée cette année et, depuis, les associations<br />

professionnelles ne sont plus représ<strong>en</strong>tées dans les<br />

commissions. Y a-t-il eu discussion sur ce sujet avec<br />

le CNC La Région <strong>Alsace</strong> et <strong>la</strong> CUS approuv<strong>en</strong>t-elles<br />

cette décision <br />

Gérard Traband : Bi<strong>en</strong> sûr, ce souhait réitéré du<br />

CNC a fait l’objet de longues discussions, que ce<br />

soit avec le CNC lui-même, avec l’<strong>en</strong>semble des<br />

protagonistes de <strong>la</strong> conv<strong>en</strong>tion, ou au sein du<br />

CCAC, où le sujet a été abordé.<br />

Il est apparu opportun, du point de vue<br />

déontologique, de revoir <strong>la</strong> composition du<br />

CCAC, qui prés<strong>en</strong>te aujourd’hui, à notre s<strong>en</strong>s,<br />

une représ<strong>en</strong>tation équilibrée des différ<strong>en</strong>ts<br />

métiers interv<strong>en</strong>ant <strong>en</strong> matière d’audiovisuel et<br />

de cinéma.<br />

De toutes façons, ce type de comité est appelé<br />

à être r<strong>en</strong>ouvelé régulièrem<strong>en</strong>t. J’<strong>en</strong> profite pour<br />

r<strong>en</strong>ouveler toute l’expression de ma gratitude<br />

aux membres précéd<strong>en</strong>ts du CCAC, qui ont fait un<br />

excell<strong>en</strong>t travail. Conv<strong>en</strong>ons aussi que le rôle des<br />

représ<strong>en</strong>tants des associations professionnelles,<br />

dans <strong>la</strong> configuration qui préva<strong>la</strong>it jusqu’<strong>en</strong><br />

2006, n’était pas des plus confortables, car ils étai<strong>en</strong>t fréquemm<strong>en</strong>t am<strong>en</strong>és<br />

à se prononcer sur des dossiers prés<strong>en</strong>tés par les adhér<strong>en</strong>ts de leur propre<br />

structure.<br />

Robert Grossmann : C’est une décision qui nous apparti<strong>en</strong>t. Certes, le<br />

CNC a souv<strong>en</strong>t exprimé, dans un passé réc<strong>en</strong>t, le souci légitime que les<br />

commissions consultatives régionales prés<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t bi<strong>en</strong> toutes les garanties de<br />

professionnalisme et de neutralité requises, mais au final, ce qui a prévalu,<br />

<strong>en</strong> ce qui nous concerne, c’est le souhait d’instaurer le r<strong>en</strong>ouvellem<strong>en</strong>t.<br />

Ce<strong>la</strong> dit, <strong>la</strong> précéd<strong>en</strong>te commission n’a certainem<strong>en</strong>t pas démérité, mais,<br />

s’agissant plus particulièrem<strong>en</strong>t des associations professionnelles, il nous<br />

a semblé que leur p<strong>la</strong>ce n’était plus dans une telle instance et que, de<br />

surcroît, nous leur r<strong>en</strong>dions une forme de service <strong>en</strong> <strong>en</strong> remode<strong>la</strong>nt <strong>la</strong><br />

composition : leur position était <strong>en</strong> effet fort inconfortable, du fait de <strong>la</strong><br />

proportion importante de dossiers émanant de leurs propres adhér<strong>en</strong>ts.<br />

FeA : Quels ont été les critères de composition des nouvelles commissions <br />

GT : La composition du CCAC a été revue, et <strong>la</strong> principale évolution a<br />

consisté à faire <strong>la</strong> part belle aux personnalités qualifiées, passées de quatre<br />

à dix. Cette évolution confortait <strong>en</strong> réalité celle qui avait déjà été approuvée<br />

par les élus régionaux à plusieurs reprises :<br />

- <strong>en</strong> 2002, avec l’introduction de deux personnalités qualifiées (un<br />

représ<strong>en</strong>tant du Grand-Est, et un représ<strong>en</strong>tant du monde universitaire) ;<br />

- puis <strong>en</strong> 2004, avec leur passage de deux à quatre, pour t<strong>en</strong>ir compte de<br />

<strong>la</strong> création d’une ligne de crédits spécifique destinée au cinéma.<br />

Le remp<strong>la</strong>cem<strong>en</strong>t de certains membres du CCAC, notamm<strong>en</strong>t pour ce<br />

qui concerne certains représ<strong>en</strong>tants de collectivités territoriales, par des<br />

personnalités qualifiées issues du secteur professionnel de l’audiovisuel et<br />

du cinéma nous a paru constituer le meilleur gage d’un exam<strong>en</strong> att<strong>en</strong>tif et<br />

objectif des projets. J’ajoute que sept de ces dix personnes sont actives dans<br />

des structures installées <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, et que certaines d’<strong>en</strong>tre elles sont par<br />

ailleurs membres d’associations professionnelles installées <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>.<br />

Par ailleurs, les élus de <strong>la</strong> commission développem<strong>en</strong>t culturel, sport,<br />

id<strong>en</strong>tité régionale du Conseil régional ont souhaité disposer d’un deuxième<br />

représ<strong>en</strong>tant au sein du CCAC.<br />

Je rappelle <strong>en</strong>fin que ces évolutions ont toujours été évoquées au sein du<br />

CCAC.<br />

RG : Nous avons privilégié l’ouverture et <strong>la</strong> diversification, ce qui signifie que<br />

nous avons souhaité faire appel à un plus grand nombre de professionnels<br />

extérieurs à <strong>la</strong> région. De même, nous avons fait <strong>en</strong> sorte qu’un év<strong>en</strong>tail<br />

plus <strong>la</strong>rge de s<strong>en</strong>sibilités et de compét<strong>en</strong>ces soit représ<strong>en</strong>té. S’agissant<br />

de <strong>la</strong> composante alsaci<strong>en</strong>ne de <strong>la</strong> commission, elle est constituée pour<br />

l’ess<strong>en</strong>tiel de personnalités indép<strong>en</strong>dantes et de représ<strong>en</strong>tants d’institutions<br />

audiovisuelles, notamm<strong>en</strong>t internationales, prés<strong>en</strong>tes à Strasbourg, mais<br />

aussi de professionnels installés <strong>en</strong> région parisi<strong>en</strong>ne et possédant de<br />

fortes attaches avec notre région.<br />

FeA : Comm<strong>en</strong>t <strong>la</strong> Région et <strong>la</strong> CUS peuv<strong>en</strong>t-elles s’assurer que les commissions<br />

continueront, dans leur nouvelle configuration, à accompagner les professionnels<br />

locaux, à t<strong>en</strong>ir compte des particu<strong>la</strong>rismes régionaux, quels sont les axes que <strong>la</strong> Région<br />

<strong>Alsace</strong> et <strong>la</strong> CUS souhait<strong>en</strong>t développer pour l’audiovisuel <br />

GT : Les avis du CCAC sont fondés avant tout sur <strong>la</strong> qualité artistique des<br />

projets, ainsi que sur les retombées économiques locales qu’ils génèr<strong>en</strong>t.<br />

J’aurais souhaité que vous précisiez le s<strong>en</strong>s de l’expression “ les<br />

particu<strong>la</strong>rismes régionaux ” que vous employez. Toutefois, je l’interprète<br />

<strong>en</strong> me disant que vous p<strong>en</strong>sez peut-être au fait que les sociétés régionales<br />

dépos<strong>en</strong>t principalem<strong>en</strong>t des projets docum<strong>en</strong>taires (ce g<strong>en</strong>re représ<strong>en</strong>te<br />

38 % des dossiers déposés <strong>en</strong> 2007). Notre accompagnem<strong>en</strong>t des<br />

professionnels locaux se manifeste égalem<strong>en</strong>t par d’autres actions, telle


notamm<strong>en</strong>t <strong>la</strong> mise <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce de formations<br />

spécifiques destinées aux intermitt<strong>en</strong>ts dans<br />

le secteur audiovisuel, dont nous avons pu<br />

constater qu’elles ne suscit<strong>en</strong>t malheureusem<strong>en</strong>t<br />

pas toujours beaucoup de candidatures (nous<br />

avons ainsi dû annuler <strong>en</strong> 2006, faute de<br />

candidats, <strong>la</strong> formation de régisseur général, qui<br />

avait été mise <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce par l’ACA), ou le souti<strong>en</strong><br />

régional apporté à de nombreux festivals et<br />

manifestations, dont d’ailleurs <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

et <strong>la</strong> prés<strong>en</strong>te Lettre, sans parler du travail<br />

effectué par l’ACA.<br />

RG : Qu’<strong>en</strong>t<strong>en</strong>dez-vous par “ particu<strong>la</strong>rismes<br />

régionaux ” S’il s’agit d’être assurés que <strong>la</strong><br />

commission reti<strong>en</strong>ne les bons projets traitant<br />

de sujets <strong>en</strong> rapport avec notre histoire et notre<br />

culture, dans toutes leurs spécificités, je n’ai<br />

aucune inquiétude. Je ne vois pas pourquoi<br />

celle-ci, dans sa nouvelle composition, écarterait<br />

des dossiers de qualité sous prétexte qu’ils<br />

émanerai<strong>en</strong>t de producteurs locaux et qu’ils<br />

aborderai<strong>en</strong>t des problématiques régionales.<br />

J’aimerais m’ét<strong>en</strong>dre sur <strong>la</strong> seconde partie de<br />

votre question qui porte sur les axes de notre<br />

politique <strong>en</strong> faveur de <strong>la</strong> production audiovisuelle.<br />

Nos objectifs, comme vous le savez,<br />

sont pluriels, puisqu’il s’agit à <strong>la</strong> fois de sout<strong>en</strong>ir<br />

<strong>la</strong> création <strong>en</strong> région, <strong>en</strong> accompagnant des<br />

<strong>en</strong>treprises de production dans une démarche de<br />

maturation, et de favoriser l’accueil de tournages,<br />

<strong>en</strong> escomptant de leur v<strong>en</strong>ue des retombées<br />

favorables sur le p<strong>la</strong>n de l’activité économique<br />

et de l’emploi. Nous p<strong>en</strong>sons que ces objectifs<br />

sont conciliables et que nous pouvons les poursuivre<br />

de concert. Après tout, on sait, et André<br />

Malraux nous l’a rappelé <strong>en</strong> son temps, que <strong>la</strong><br />

production d’images relève à <strong>la</strong> fois de l’art et<br />

de l’industrie.<br />

Cep<strong>en</strong>dant, s’agissant de notre souti<strong>en</strong> aux productions<br />

et aux <strong>en</strong>treprises alsaci<strong>en</strong>nes, j’insiste<br />

sur le fait que nous considérons nos interv<strong>en</strong>tions<br />

comme un moy<strong>en</strong> au service d’une politique,<br />

et non comme une fin <strong>en</strong> soi. C’est le s<strong>en</strong>s que<br />

nous souhaitons donner à notre part<strong>en</strong>ariat avec<br />

les professionnels. Il ne s’agit pas pour nous, <strong>en</strong><br />

particulier, de nous substituer à tel ou tel diffuseur<br />

défail<strong>la</strong>nt ou impécunieux, mais de donner<br />

à nos producteurs des atouts pour les aider à<br />

affronter le grand <strong>la</strong>rge, c’est-à-dire le marché<br />

national et europé<strong>en</strong>. Nous voulons qu’ils puiss<strong>en</strong>t<br />

se prévaloir de cet appui financier év<strong>en</strong>tuel<br />

auprès des milieux professionnels extérieurs à <strong>la</strong><br />

région. Nous savons qu’il n’est pas simple pour<br />

Tournage de La Résistance de Félix Olivier.<br />

PHOTO BUREAU D’ACCUEIL DES TOURNAGES<br />

des <strong>en</strong>treprises <strong>en</strong> région de s’imposer dans un paysage de <strong>la</strong> production,<br />

notamm<strong>en</strong>t docum<strong>en</strong>taire, à l’offre saturée, mais nous sommes persuadés<br />

que le pot<strong>en</strong>tiel offert par ce fonds, auquel peut s’ajouter, bi<strong>en</strong> sûr, celui<br />

de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong>, les aidera à se faire reconnaître et respecter par leurs<br />

interlocuteurs français et étrangers. Encore faut-il consacrer l’att<strong>en</strong>tion et<br />

l’énergie adéquates à une telle démarche et, à cet égard, je m’inquiète du<br />

trop faible recours de nos professionnels aux ressources et aux réseaux du<br />

programme europé<strong>en</strong> MEDIA qui est pourtant représ<strong>en</strong>té à Strasbourg par<br />

une ant<strong>en</strong>ne d’information, basée à <strong>la</strong> CUS.<br />

Le R<strong>en</strong>dez-Vous de <strong>la</strong> coproduction rhénane, organisé depuis deux ans<br />

par celle-ci à Strasbourg, est une occasion irremp<strong>la</strong>çable pour côtoyer des<br />

producteurs, des diffuseurs et des financeurs institutionnels <strong>en</strong> prov<strong>en</strong>ance<br />

d’Allemagne, de Suisse et du Luxembourg et ils doiv<strong>en</strong>t veiller à <strong>en</strong> profiter<br />

pleinem<strong>en</strong>t. On ne peut pas, <strong>en</strong> effet, se résoudre à produire principalem<strong>en</strong>t<br />

pour des chaînes locales ou régionales, dont on connaît malheureusem<strong>en</strong>t,<br />

<strong>en</strong> l’état actuel, les moy<strong>en</strong>s limités et <strong>la</strong> faible audi<strong>en</strong>ce. On aboutit à des<br />

programmes ess<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t financés par des aides publiques qui ne sont<br />

pas vraim<strong>en</strong>t désirés par leurs diffuseurs, puisque ceux-ci ne les pai<strong>en</strong>t<br />

pas vraim<strong>en</strong>t, et peut-être pas non plus par leurs producteurs. Ce n’est<br />

pas viable à terme. Certains producteurs alsaci<strong>en</strong>s se sont courageusem<strong>en</strong>t<br />

<strong>la</strong>ncés dans le “ grand bain ”, mais il faut que les autres s’y mett<strong>en</strong>t, à<br />

l’image de leurs confrères d’autres grandes régions françaises. Nous avons<br />

certes regretté, <strong>en</strong> son temps, le changem<strong>en</strong>t de politique éditoriale de<br />

France 3 <strong>Alsace</strong>, qui fait désormais une moindre p<strong>la</strong>ce aux docum<strong>en</strong>taires<br />

dits de création dans sa grille de programmes. Nous l’avions d’ailleurs<br />

fait savoir, à l’époque, à <strong>la</strong> direction générale de France 3. Mais il faut<br />

malheureusem<strong>en</strong>t s’<strong>en</strong> accommoder pour l’instant et préparer l’av<strong>en</strong>ir.<br />

FeA : Concernant le dispositif du 1 € pour 2 €, qui a pour objectif d’inciter les régions<br />

à développer l’accueil de tournages de fiction <strong>en</strong> région, nous constatons une réelle<br />

augm<strong>en</strong>tation de leur nombre et nous <strong>en</strong> réjouissons, mais comm<strong>en</strong>t s’assurer de l’emploi<br />

réel de professionnels locaux, à des postes clés, auprès de sociétés de productions,<br />

actuellem<strong>en</strong>t ess<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t parisi<strong>en</strong>nes <br />

GT : Nous nous assurons des dép<strong>en</strong>ses effectuées <strong>en</strong> région, je vous rappelle<br />

qu’elles doiv<strong>en</strong>t se monter au minimum à 120 % de <strong>la</strong> subv<strong>en</strong>tion obt<strong>en</strong>ue,<br />

et demandons notamm<strong>en</strong>t <strong>la</strong> liste nominative des contrats de travail<br />

précisant les embauches réalisées <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>.<br />

Toutefois, <strong>la</strong> légis<strong>la</strong>tion ne permet pas d’imposer des professionnels<br />

à certains postes, ce<strong>la</strong> résulte naturellem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> qualification et de <strong>la</strong><br />

compét<strong>en</strong>ce du personnel, qui sont elles-mêmes le fruit de l’expéri<strong>en</strong>ce<br />

professionnelle et de <strong>la</strong> participation à des actions de formation.<br />

Pour ce qui concerne les sociétés de production, nous nous réjouissons<br />

d’une diversification déjà <strong>en</strong>tamée, avec l’instal<strong>la</strong>tion <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> de<br />

nouvelles structures qui développ<strong>en</strong>t des projets dans le domaine de <strong>la</strong><br />

fiction égalem<strong>en</strong>t, et particip<strong>en</strong>t ainsi à <strong>la</strong> qualification de l’<strong>en</strong>semble<br />

des acteurs.<br />

RG : Comme vous le savez, nous exigeons des producteurs dont nous<br />

accueillons les tournages des <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>ts précis à cet égard : ils doiv<strong>en</strong>t<br />

dép<strong>en</strong>ser sur p<strong>la</strong>ce un minimum de 120 % du souti<strong>en</strong> qu’ils reçoiv<strong>en</strong>t et<br />

le montant du financem<strong>en</strong>t que nous leur attribuons dép<strong>en</strong>d notamm<strong>en</strong>t<br />

de l’importance de leur recours aux moy<strong>en</strong>s artistiques et techniques<br />

accessibles localem<strong>en</strong>t. Nous exigeons d’eux des comptes finaux de<br />

production qui nous permett<strong>en</strong>t de vérifier le respect de ces <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>ts.<br />

Quant à l’accès des technici<strong>en</strong>s et des comédi<strong>en</strong>s locaux à des postes clés<br />

(ceux de “ chefs de poste ”), il ne peut être que le résultat de l’accumu<strong>la</strong>tion<br />

de l’expéri<strong>en</strong>ce professionnelle des intéressés et du r<strong>en</strong>forcem<strong>en</strong>t d’une<br />

politique de formation que nous souhaitons d’ailleurs plus active.<br />

FeA : Face à l’augm<strong>en</strong>tation du nombre de dossiers de fictions déposés, suite à <strong>la</strong> mise<br />

<strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce du 1 € pour 2 €, et comme ce<strong>la</strong> se pratique dans d’autres régions, que p<strong>en</strong>sezvous<br />

de <strong>la</strong> constitution de commissions spécifiques selon qu’il s’agisse de projet de<br />

fictions ou de docum<strong>en</strong>taires <br />

GT : Nous n’<strong>en</strong> voyons pas <strong>la</strong> nécessité à l’heure actuelle, <strong>la</strong> diversité des<br />

projets examinés par le CCAC constitue égalem<strong>en</strong>t une richesse.<br />

RG : En l’état, cette mesure ne me semble pas nécessaire : le nombre de<br />

dossiers de fiction n’est pas assez important pour justifier une telle<br />

distinction et les membres de <strong>la</strong> commission <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce dispos<strong>en</strong>t de toutes<br />

les compét<strong>en</strong>ces pour les évaluer, au même titre que les autres g<strong>en</strong>res<br />

de programmes.<br />

5


souti<strong>en</strong>s audiovisuel et cinéma <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> (suite)<br />

6<br />

FeA : Suite à <strong>la</strong> réforme du CNC, les docum<strong>en</strong>taires de<br />

26’ ne peuv<strong>en</strong>t plus bénéficier du dispositif du 1 €<br />

pour 2 €. Cep<strong>en</strong>dant le CNC continue à financer les 26’<br />

dans le cadre du Cosip et continue pleinem<strong>en</strong>t à leur<br />

reconnaître le caractère d’œuvre audiovisuelle et les<br />

diffuseurs, notamm<strong>en</strong>t <strong>en</strong> région, rest<strong>en</strong>t majoritairem<strong>en</strong>t<br />

demandeurs de 26’. Par ailleurs, les 26’ permett<strong>en</strong>t, à<br />

l’instar des courts métrages <strong>en</strong> fiction, de s’essayer à des<br />

nouvelles écritures, certaines plus créatives, et permett<strong>en</strong>t<br />

aussi à des jeunes de faire leurs premières armes. Compte<br />

t<strong>en</strong>u de ces élém<strong>en</strong>ts, <strong>la</strong> Région et <strong>la</strong> CUS souhait<strong>en</strong>t-elles<br />

continuer à <strong>en</strong>courager les pro fessionnels à développer et<br />

déposer des projets de 26’ <br />

GT : Je vous rappelle que l’exclusion des docum<strong>en</strong>taires<br />

d’une durée inférieure à 52’ (hormis<br />

les séries de 5 x 26’) est le fruit d’une décision du<br />

CNC, dont le comportem<strong>en</strong>t à cet égard peut <strong>en</strong><br />

effet apparaître comme contradictoire, puisqu’il<br />

continue à leur reconnaître le caractère d’œuvre<br />

audiovisuelle alors qu’il ne nous donne plus les<br />

moy<strong>en</strong>s de leur assurer un financem<strong>en</strong>t optimal.<br />

Les collectivités territoriales concernées ont<br />

longuem<strong>en</strong>t lutté contre cette décision, à <strong>la</strong> fois<br />

collectivem<strong>en</strong>t et dans chaque région, mais se <strong>la</strong><br />

sont vue imposer.<br />

RG : Dans son argum<strong>en</strong>tation, le CNC nous a<br />

fait valoir qu’il souhaitait réserver le bénéfice<br />

du 1 € pour 2 € à des programmes ayant le<br />

pot<strong>en</strong>tiel nécessaire pour circuler <strong>en</strong> dehors de<br />

leur région d’origine et possédant, de ce fait, une<br />

véritable valeur de catalogue. Ses responsables<br />

nous ont fait remarquer que les programmes de<br />

ce format s’appar<strong>en</strong>tai<strong>en</strong>t davantage, dans bi<strong>en</strong><br />

des cas, à de simples reportages, plutôt qu’à<br />

des docum<strong>en</strong>taires de création. C’est peut-être<br />

vrai, mais pourquoi, dans ces conditions, le CNC<br />

continue-t-il à leur donner accès à ses propres<br />

aides Aucune région n’a eu de véritable<br />

explication sur cette contradiction et aucune n’a<br />

pu faire changer de point de vue cette institution.<br />

Pour notre part, nous continuerons à pr<strong>en</strong>dre<br />

<strong>en</strong> considération ce type de programmes, <strong>la</strong><br />

commission consultative étant, <strong>en</strong>tre autres,<br />

<strong>en</strong> charge de <strong>la</strong> mission consistant à faire le<br />

tri <strong>en</strong>tre ceux qui mérit<strong>en</strong>t <strong>la</strong> qualification de<br />

docum<strong>en</strong>taires et les autres.<br />

FeA : Si <strong>la</strong> Région et <strong>la</strong> CUS continu<strong>en</strong>t à sout<strong>en</strong>ir les 26’,<br />

le montant des aides sera-t-il maint<strong>en</strong>u à <strong>la</strong> hauteur des<br />

apports, pratiqués avant <strong>la</strong> mise <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce du 1 € pour<br />

2 €. Si non, ne peut-on craindre à terme, une situation<br />

de sous-financem<strong>en</strong>t des 26’ <br />

GT : En conséqu<strong>en</strong>ce des élém<strong>en</strong>ts exposés<br />

précédemm<strong>en</strong>t, le montant des souti<strong>en</strong>s que<br />

nous avons attribué aux programmes concernés<br />

a naturellem<strong>en</strong>t été quelque peu réduit. Peut-être<br />

faut-il égalem<strong>en</strong>t que les producteurs répercut<strong>en</strong>t<br />

avec force leur crainte de sous-financem<strong>en</strong>t<br />

des 26’ au niveau national auprès du principal<br />

responsable, ainsi qu’auprès des diffuseurs.<br />

RG : La décision du CNC aura forcém<strong>en</strong>t des répercussions sur le montant<br />

de nos aides, c’est inévitable, puisque nous n’accédons plus à <strong>la</strong> recette<br />

correspondante <strong>en</strong> prov<strong>en</strong>ance de cette institution. J’invite cep<strong>en</strong>dant les<br />

professionnels, sur ce sujet comme sur d’autres, à pr<strong>en</strong>dre leur part de<br />

responsabilités. Vous avez évoqué le caractère novateur ou expérim<strong>en</strong>tal<br />

de certains de ces programmes : il me semble que leurs budgets pourrai<strong>en</strong>t<br />

s’inspirer de <strong>la</strong> même veine et faire l’objet de baisses assez s<strong>en</strong>sibles, pour<br />

t<strong>en</strong>ir compte des spécificités de leurs modes de production et de diffusion.<br />

D’une façon générale, d’ailleurs, les économies d’échelle induites par les<br />

réc<strong>en</strong>tes innovations technologiques (au niveau de <strong>la</strong> miniaturisation et de<br />

<strong>la</strong> numérisation des matériels de tournage et de montage, <strong>en</strong> particulier)<br />

ont été très faiblem<strong>en</strong>t répercutées dans les devis qui nous sont soumis.<br />

FeA : Si les aides aux 26’ devi<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t des exceptions, selon quelles règles Est-il <strong>en</strong>core<br />

pertin<strong>en</strong>t de proposer des dossiers pour des 26’ Sont-ils <strong>en</strong>core éligibles <br />

GT : Les dossiers de 26’ demeur<strong>en</strong>t éligibles, mais il va de soi qu’ils ne<br />

peuv<strong>en</strong>t plus être privilégiés, d’autant que nos critères réserv<strong>en</strong>t le souti<strong>en</strong><br />

aux docum<strong>en</strong>taires de création, pour lesquels, comme <strong>la</strong> Safire l’a souv<strong>en</strong>t<br />

rappelé, le format de 52’ semble plus adapté.<br />

RG : Voyez à ce sujet mes élém<strong>en</strong>ts de réponse ci-dessus.<br />

FeA : Quels sont les montants disponibles aux fonds de <strong>la</strong> Région et de <strong>la</strong> CUS par<br />

catégorie (long métrage, court métrage, docum<strong>en</strong>taire), comm<strong>en</strong>t sont décidées ces<br />

répartitions Est-ce que des reports <strong>en</strong> fin d’année sont possibles, d’une catégorie à<br />

une autre Si non, pourquoi Que se passe-t-il lorsqu’il y a un reliquat sur les budgets<br />

votés d’une année <br />

GT : Le montant total du fonds est de 1 176000 € <strong>en</strong> 2007. Il se décompose<br />

de <strong>la</strong> façon suivante.<br />

- Aide à <strong>la</strong> production du court métrage : <strong>en</strong>veloppe totale de 105 000 €,<br />

soit 35000 € <strong>en</strong> prov<strong>en</strong>ance du CNC + 70 000 € <strong>en</strong> prov<strong>en</strong>ance de <strong>la</strong><br />

Région.<br />

- Aide à <strong>la</strong> production d’œuvres cinématographiques de longue durée :<br />

<strong>en</strong>veloppe totale de 525 000 €, soit 175000 € <strong>en</strong> prov<strong>en</strong>ance du CNC<br />

+ 350000 € <strong>en</strong> prov<strong>en</strong>ance de <strong>la</strong> Région.<br />

- Aide à <strong>la</strong> production d’œuvres audiovisuelles (docum<strong>en</strong>taires, téléfilms<br />

et séries TV) : <strong>en</strong>veloppe totale de 525000 €, soit 175000 € <strong>en</strong><br />

prov<strong>en</strong>ance du CNC + 350000 € <strong>en</strong> prov<strong>en</strong>ance de <strong>la</strong> Région.<br />

Il faut ajouter à ces montants une <strong>en</strong>veloppe Région de 21 000 € dédiée<br />

aux pilotes.<br />

Ces répartitions sont effectuées <strong>en</strong> li<strong>en</strong> avec le CNC, <strong>en</strong> début d’année.<br />

Elles ne sont, et je le regrette, pas susceptibles d’être modifiées <strong>en</strong> cours<br />

d’année du fait de <strong>la</strong> distinction que le CNC opère <strong>en</strong>tre ses dispositifs de<br />

souti<strong>en</strong> aux programmes audiovisuels et cinématographiques, qui <strong>en</strong>traîne<br />

une abs<strong>en</strong>ce de fongibilité. Seul un transfert <strong>en</strong>tre <strong>la</strong> ligne de court et long<br />

métrage de cinéma est pot<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t <strong>en</strong>visageable selon les critères du<br />

CNC. Il reste toutefois soumis égalem<strong>en</strong>t aux disponibilités financières de<br />

<strong>la</strong> Région.<br />

Je saisis aussi cette occasion pour rappeler que le CNC abonde de 13 000 €<br />

l’<strong>en</strong>veloppe régionale destinée aux aides à l’écriture/développem<strong>en</strong>t,<br />

procédure confiée par <strong>la</strong> Région à l’ACA.<br />

Enfin, <strong>en</strong> vertu de <strong>la</strong> nom<strong>en</strong>c<strong>la</strong>ture comptable des Régions, les reliquats<br />

de crédits <strong>en</strong> fonctionnem<strong>en</strong>t ne sont pas reportés l’année suivante. Ils<br />

sont donc perdus et doiv<strong>en</strong>t faire l’objet d’une nouvelle inscription au BP<br />

suivant, lorsque c’est possible.<br />

RG : Je n’<strong>en</strong>trerai pas dans le détail de questions techniques auxquelles<br />

mes services peuv<strong>en</strong>t aisém<strong>en</strong>t vous répondre au quotidi<strong>en</strong>. Sachez<br />

simplem<strong>en</strong>t que les reports sont impossibles, à <strong>la</strong> CUS comme au CNC,<br />

du fait des contraintes bi<strong>en</strong> connues qui sont attachées au principe de


l’annuité budgétaire. Quant aux répartitions,<br />

elles sont faites <strong>en</strong> début d’exercice, <strong>en</strong> liaison<br />

avec le CNC, et elles ne sont pas modu<strong>la</strong>bles <strong>en</strong><br />

cours d’année, à notre grand regret, du fait de<br />

cette institution et pour des raisons qui ti<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t<br />

à <strong>la</strong> non-fongibilité, <strong>en</strong> son sein, <strong>en</strong>tre les aides<br />

aux productions cinématographiques et les souti<strong>en</strong>s<br />

aux programmes audiovisuels. Seul un<br />

basculem<strong>en</strong>t peut év<strong>en</strong>tuellem<strong>en</strong>t interv<strong>en</strong>ir <strong>en</strong><br />

cours d’année, sous certaines conditions et dans<br />

certaines limites, <strong>en</strong>tre les fonds respectivem<strong>en</strong>t<br />

dédiés aux courts métrages et aux longs métrages<br />

de cinéma.<br />

FeA : Pourriez-vous nous préciser les règles et les dé<strong>la</strong>is<br />

de versem<strong>en</strong>t des aides lorsqu’elles sont accordées par<br />

les fonds <br />

GT : 1/ Modalités de versem<strong>en</strong>t re<strong>la</strong>tives au<br />

souti<strong>en</strong> à <strong>la</strong> production audiovisuelle et aux<br />

courts métrages :<br />

- 30 %, après notification de <strong>la</strong> conv<strong>en</strong>tion<br />

ou signature de <strong>la</strong> <strong>lettre</strong> d’<strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t, et<br />

transmission d’une attestation de début de<br />

tournage <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> pour les sociétés non<br />

imp<strong>la</strong>ntées <strong>en</strong> région, ainsi que d’une demande<br />

de versem<strong>en</strong>t et d’un RIB ;<br />

- 30 % sur transmission d’une attestation de fin<br />

de tournage et d’une demande de versem<strong>en</strong>t ;<br />

- le solde de 40 % maximum, sur transmission<br />

d’une demande de versem<strong>en</strong>t, de quatre DVD<br />

ou VHS du film achevé, de <strong>la</strong> liste nominative<br />

de <strong>la</strong> totalité des contrats de travail concernés<br />

précisant les embauches réalisées <strong>en</strong><br />

<strong>Alsace</strong>, d’un bi<strong>la</strong>n financier et d’un p<strong>la</strong>n de<br />

financem<strong>en</strong>t définitifs de <strong>la</strong> production de<br />

l’œuvre détail<strong>la</strong>nt égalem<strong>en</strong>t les retombées<br />

économiques <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>.<br />

Les retombées économiques <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> doiv<strong>en</strong>t<br />

correspondre au minimum à 120 % du souti<strong>en</strong><br />

obt<strong>en</strong>u. En cas de non-respect de cet <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t,<br />

le montant du solde sera réajusté.<br />

2/ Modalités de versem<strong>en</strong>t re<strong>la</strong>tives au souti<strong>en</strong> à<br />

<strong>la</strong> recherche d’un diffuseur audiovisuel :<br />

- 50 % sur production d’une demande de<br />

versem<strong>en</strong>t, ainsi que d’une attestation de<br />

début de tournage et d’un RIB ;<br />

- le solde de 50 % maximum, sur transmission<br />

d’une demande de versem<strong>en</strong>t, de quatre DVD<br />

ou VHS du film achevé, d’un bi<strong>la</strong>n financier<br />

et d’un p<strong>la</strong>n de financem<strong>en</strong>t définitifs de <strong>la</strong><br />

production de l’œuvre détail<strong>la</strong>nt égalem<strong>en</strong>t<br />

les retombées économiques <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, et<br />

d’une liste des contacts diffuseurs <strong>en</strong>visagés.<br />

Tournage de R<strong>en</strong>dez-vous fatal<br />

de Pierre Alt et Géni Canzek<br />

Le producteur fera parv<strong>en</strong>ir à <strong>la</strong> Région un état régulier des contacts<br />

<strong>en</strong>gagés, et lui adressera un bi<strong>la</strong>n qualitatif écrit dans un dé<strong>la</strong>i maximal<br />

d’un an après <strong>la</strong> demande du solde.<br />

3/ Modalités de versem<strong>en</strong>t re<strong>la</strong>tives aux avances remboursables pour les<br />

longs métrages cinéma :<br />

- 70 % après notification de <strong>la</strong> conv<strong>en</strong>tion, transmission d’une attestation<br />

de début de tournage (<strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> pour les sociétés qui n’y sont pas<br />

imp<strong>la</strong>ntées), ainsi que d’une demande de versem<strong>en</strong>t.<br />

- 10 % à l’issue du mixage, après visionnage du film par <strong>la</strong> Région et<br />

transmission d’une attestation de fin de tournage, ainsi que d’une<br />

demande de versem<strong>en</strong>t.<br />

- 20 % maximum après l’avant-première <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, remise de quatre VHS<br />

ou DVD et d’un master Beta du film achevé, fourniture d’un état des<br />

dép<strong>en</strong>ses effectivem<strong>en</strong>t réalisées <strong>en</strong> région, certifié sincère par un expertcomptable<br />

ainsi que par le représ<strong>en</strong>tant légal de <strong>la</strong> société, des factures<br />

acquittées et de <strong>la</strong> liste nominative des contrats de travail concernés précisant<br />

les embauches réalisées <strong>en</strong> région et d’une demande de versem<strong>en</strong>t.<br />

RG : Les règles sont bi<strong>en</strong> connues et sont c<strong>la</strong>irem<strong>en</strong>t explicitées dans nos<br />

docum<strong>en</strong>ts de référ<strong>en</strong>ce. Les dé<strong>la</strong>is sont ceux qui préval<strong>en</strong>t habituellem<strong>en</strong>t<br />

dans notre collectivité pour ce type de souti<strong>en</strong>. Je vous r<strong>en</strong>voie à mes<br />

services à ce sujet.<br />

FeA : Est-ce que <strong>la</strong> Région et <strong>la</strong> CUS réalis<strong>en</strong>t un bi<strong>la</strong>n qualitatif des aides, et si oui, ce<br />

bi<strong>la</strong>n peut-il être communiqué au réseau des professionnels <br />

GT : Il est naturellem<strong>en</strong>t difficile d’établir un tel bi<strong>la</strong>n. Nous sommes<br />

att<strong>en</strong>tifs à <strong>la</strong> carrière des œuvres, à leur circuit de diffusion, aux sélections<br />

<strong>en</strong> festival, et sommes naturellem<strong>en</strong>t très heureux lorsqu’un film obti<strong>en</strong>t<br />

une distinction. En réalité, nous partageons tous les mêmes informations.<br />

RG : Qu’<strong>en</strong>t<strong>en</strong>dez-vous par bi<strong>la</strong>n qualitatif Att<strong>en</strong>dez-vous que nous jugions<br />

a posteriori de <strong>la</strong> qualité des œuvres réalisées Si oui, sur quels critères <br />

Nous ne pouvons évidemm<strong>en</strong>t que mesurer leur diffusion et apprécier<br />

év<strong>en</strong>tuellem<strong>en</strong>t l’accueil qu’elles ont reçu auprès des professionnels,<br />

des critiques et du public. Sinon, nous établissons, bi<strong>en</strong> sûr, des bi<strong>la</strong>ns<br />

quantitatifs annuels, par g<strong>en</strong>res de programmes, qui vous sont, à ma<br />

connaissance, régulièrem<strong>en</strong>t communiqués.<br />

FeA : Quels sont les termes des accords établis <strong>en</strong>tre <strong>la</strong> Région et les télévisions locales <br />

Quels sont les objectifs des aides accordées aux télévisions locales pour coproduire des<br />

œuvres audiovisuelles S’agit-il uniquem<strong>en</strong>t de docum<strong>en</strong>taires <br />

GT : télé<strong>Alsace</strong> et alsatic TV bénéfici<strong>en</strong>t d’un accord tri<strong>en</strong>nal, à compter de<br />

2007, pour un souti<strong>en</strong> annuel qui se monte respectivem<strong>en</strong>t à 75000 € et<br />

105000 €.<br />

Toutes deux dispos<strong>en</strong>t d’une <strong>en</strong>veloppe annuelle de 50000 € pour<br />

effectuer de <strong>la</strong> coproduction de docum<strong>en</strong>taires de format 26’ ou 52’ avec<br />

des producteurs indép<strong>en</strong>dants, à hauteur de 100 €/minute d’apport<br />

numéraire au minimum, <strong>en</strong> vue d’une première diffusion (télé<strong>Alsace</strong> peut<br />

affecter 5000 € sur des apports <strong>en</strong> industrie).<br />

L’objectif régional était bi<strong>en</strong> sûr de développer des télévisions de proximité<br />

tout <strong>en</strong> palliant à un certain dés<strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t de France 3 <strong>Alsace</strong>. L’objectif<br />

n’est <strong>en</strong> aucun cas d’<strong>en</strong>courager les professionnels régionaux à se cantonner<br />

à une diffusion régionale via un seul diffuseur, mais au contraire de<br />

contribuer à une meilleure diffusion des œuvres.<br />

FeA : Sur quelle ligne budgétaire est pris ce souti<strong>en</strong> aux télés locales Et le souti<strong>en</strong><br />

aux opérations type Global Media de France 3 <strong>Alsace</strong> Ces aides modifi<strong>en</strong>t-elles le<br />

fonctionnem<strong>en</strong>t d’attribution des aides aux productions Si oui, de quelle manière <br />

GT : Pour les docum<strong>en</strong>taires qui bénéfici<strong>en</strong>t déjà d’une aide régionale<br />

indirecte, via le souti<strong>en</strong> de <strong>la</strong> Région aux deux chaînes alsatic TV et<br />

télé<strong>Alsace</strong>, le montant des souti<strong>en</strong>s est naturellem<strong>en</strong>t moins élevé,<br />

s’agissant d’un double financem<strong>en</strong>t.<br />

FeA : Pour 2008, est-il prévu une augm<strong>en</strong>tation des fonds d’aide à l’audiovisuel <br />

GT : Compte t<strong>en</strong>u des contraintes qui pès<strong>en</strong>t sur le budget régional et du<br />

faible dynamisme des recettes de <strong>la</strong> Région, l’<strong>en</strong>veloppe consacrée à<br />

l’audiovisuel et au cinéma sera constante. Elle a toutefois augm<strong>en</strong>té de<br />

façon très conséqu<strong>en</strong>te depuis 2003.<br />

RG : J’ai <strong>en</strong> effet bon espoir de convaincre mes collègues élus d’augm<strong>en</strong>ter<br />

significativem<strong>en</strong>t nos moy<strong>en</strong>s pour l’année prochaine. Mais je ne peux pas<br />

m’avancer davantage, pour l’instant, à ce sujet.<br />

7


produire<br />

Ils ont comm<strong>en</strong>cé à travailler dans le secteur audiovisuel régional dans les années 90 (<strong>en</strong> 1993 pour Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é, <strong>en</strong> 1998 pour<br />

Franck Vialle). Avant de s’<strong>en</strong>gager dans <strong>la</strong> voie de <strong>la</strong> production proprem<strong>en</strong>t dite, ils ont œuvré tous deux auprès des collectivités<br />

territoriales, que ce soit au fonds de souti<strong>en</strong> de <strong>la</strong> CUS, à l’ant<strong>en</strong>ne MEDIA ou aux bureaux d’accueil des tournages.<br />

L’espace, le désir et le p<strong>la</strong>isir…<br />

C’était dans les années 90 : tout était à inv<strong>en</strong>ter, à mettre <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce, à structurer.<br />

Nous nous efforcions alors de considérer le paysage audiovisuel alsaci<strong>en</strong> de manière<br />

globale, dans <strong>la</strong> pleine consci<strong>en</strong>ce de ce qu’il fal<strong>la</strong>it initier, fortem<strong>en</strong>t incités par les<br />

élus – Catherine Trautmann et Robert Grossmann – dont le volontarisme politique était<br />

un véritable moteur. CUS, Région, ACA, APAA, Safire, France 3 <strong>Alsace</strong>, exploitants de<br />

salles et festivals… travail<strong>la</strong>i<strong>en</strong>t <strong>en</strong> bonne intellig<strong>en</strong>ce ; l’heure était à l’initiative et à <strong>la</strong><br />

complém<strong>en</strong>tarité, tout <strong>en</strong> t<strong>en</strong>ant compte des réalités et des limites du secteur. Ce n’était<br />

pas l’âge d’or, mais on partageait alors un désir de voir les choses avancer et un p<strong>la</strong>isir<br />

à les voir se concrétiser*.<br />

En un peu plus de dix ans, nous avons vu des sociétés de production démarrer,<br />

grandir, s’épanouir et d’autres disparaître. Nous avons aussi vu une certaine routine<br />

s’installer dans nos manières de travailler. L’<strong>Alsace</strong> – qui faisait figure d’exemple pour<br />

de nombreuses autres régions françaises ou europé<strong>en</strong>nes – s’instal<strong>la</strong>it progressivem<strong>en</strong>t<br />

dans un confort re<strong>la</strong>tif (mais confort quand même) de travail. Nous avions <strong>la</strong> garantie<br />

de voir un certain nombre de films se faire chaque année, de les financer correctem<strong>en</strong>t,<br />

de sortir de temps <strong>en</strong> temps de <strong>la</strong> Région, d’avoir quelquefois un article dans <strong>la</strong> presse<br />

nationale, une sélection dans un festival et parfois un prix, de produire un bi<strong>la</strong>n. Mais<br />

personne n’était alors <strong>en</strong> mesure de voir que cette routine fabriquait autant de grains<br />

de sables, qui al<strong>la</strong>i<strong>en</strong>t très vite gripper <strong>la</strong> machine. C’est à partir de 2006, après <strong>la</strong> mise<br />

<strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce du 1 € pour 2 € et avec <strong>la</strong> disparition de Jean-Marie Boehm, compagnon de<br />

route de longue date pour un certain nombre de réalisateurs et de producteurs, que<br />

nous avons comm<strong>en</strong>cé à pr<strong>en</strong>dre consci<strong>en</strong>ce que notre <strong>en</strong>vironnem<strong>en</strong>t avait changé.<br />

Nous avons fait face à <strong>la</strong> réori<strong>en</strong>tation éditoriale de France 3 <strong>Alsace</strong>, chaîne avec<br />

<strong>la</strong>quelle bon nombre d’<strong>en</strong>tre nous n’ont plus travaillé, tandis que deux chaînes<br />

régionales apparaissai<strong>en</strong>t sur le câble. Tout occupés que nous fûmes par ce travail de<br />

deuil, nous n’avons pas pris garde aux conséqu<strong>en</strong>ces du 1 € pour 2 € qui a conduit, de<br />

manière induite ou indirecte, les politiques régionales de souti<strong>en</strong> à <strong>la</strong> production à se<br />

recroqueviller sur des règles administratives et comptables. Il nous semble aujourd’hui<br />

important de réinv<strong>en</strong>ter un espace de dialogue avec nos part<strong>en</strong>aires institutionnels, afin<br />

que les responsables des fonds de souti<strong>en</strong> et les élus sach<strong>en</strong>t ce que nous faisons, qu’ils<br />

connaiss<strong>en</strong>t notre travail, qu’ils soi<strong>en</strong>t <strong>en</strong> mesure de le reconnaître, et puiss<strong>en</strong>t être fiers<br />

de cette région où – nous avons peut-être jusqu’à oublié de le dire ! – nous produisons<br />

des films de qualité, diffusés et reconnus au-delà du territoire régional.<br />

Films produits <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> et primés au niveau national et international<br />

(liste non exhaustive) de 2005 à 2007<br />

4 mois, 3 semaines et 2 jours de Cristian Mungiu (Unlimited), Palme d’or, Cannes 2007<br />

La Terre abandonnée de Vimukthi Jayasundara (Unlimited), Caméra d’or, Cannes 2006<br />

Massaker de Monika Borgmann, Lokman Slim et Hermann Theiss<strong>en</strong> (Unlimited), Prix<br />

Fipresci, Berlin 2005 Les <strong>en</strong>racinés de Dami<strong>en</strong> Fritsch (Dora productions), Grand Prix du<br />

festival de Brive 2006 Récit pour s’<strong>en</strong> sortir de Serge Steyer (Bix films), m<strong>en</strong>tion spéciale<br />

du jury Prix Farel, Neuchâtel 2006 Pétunia & naphtaline de Franck Vialle (Le Deuxième<br />

Souffle films & associés) Prix spécial du jury V<strong>en</strong>dôme 2007, Prix spécial du jury Pantin<br />

2007 Sacrés bouteilles de Fitouri Behliba (Filfil films), Prix ONU Fespaco, Ouagadougou<br />

2007, Prix spécial du jury, Carthage 2006 Et Dieu créa le foot de Albert Knechtel (Seppia),<br />

Prix Circom 2007 C<strong>la</strong>ra B. de Alexandru Solomon, Grand Prix du Dakino Film Festival,<br />

Bucarest 2006<br />

Il s’agit pour nous tous, les professionnels et les collectivités territoriales, d’<strong>en</strong>tamer une<br />

réflexion concertée quant à une vision globale du secteur que nous souhaitons déf<strong>en</strong>dre.<br />

Il s’agit de considérer d’où nous v<strong>en</strong>ons, où nous sommes, et <strong>la</strong> ou les direction(s) que<br />

nous souhaitons pr<strong>en</strong>dre. Ces réflexions sont ess<strong>en</strong>tielles si nous voulons construire<br />

<strong>en</strong>semble le secteur audiovisuel régional et rev<strong>en</strong>diquer une véritable déc<strong>en</strong>tralisation<br />

culturelle. Aussi, remettons au c<strong>en</strong>tre du débat quelques fondam<strong>en</strong>taux, ce à quoi ti<strong>en</strong>t<br />

notre métier : l’espace, le désir, le p<strong>la</strong>isir comme trois pôles sans lesquels nos métiers<br />

n’exist<strong>en</strong>t pas, trois pôles complém<strong>en</strong>taires tant ils dép<strong>en</strong>d<strong>en</strong>t l’un de l’autre…<br />

Espace<br />

Espaces de création<br />

Le débat sémantique n’a plus lieu depuis longtemps. Où<br />

réalise-t-on et produit-on des films En <strong>Alsace</strong> ou depuis<br />

l’<strong>Alsace</strong> Un film avec un sujet alsaci<strong>en</strong>, réalisé par un<br />

Alsaci<strong>en</strong>, tourné <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, avec une équipe alsaci<strong>en</strong>ne<br />

et pour le public alsaci<strong>en</strong> <br />

Nous sommes depuis longtemps sortis de ce protectionnisme<br />

régionaliste, aussi bi<strong>en</strong> dans les films produits que<br />

dans leur éligibilité aux fonds de souti<strong>en</strong>, où seuls deux<br />

critères territoriaux suffis<strong>en</strong>t. Ainsi une société alsaci<strong>en</strong>ne<br />

produisant un film ailleurs, réalisé par un “ étranger ” à<br />

l’<strong>Alsace</strong>, pourra théoriquem<strong>en</strong>t obt<strong>en</strong>ir un souti<strong>en</strong> des<br />

collectivités s’il justifie de 120 % de dép<strong>en</strong>ses locales.<br />

Ces critères, qui ont été conçus <strong>en</strong> faveur des producteurs<br />

régionaux qui pouvai<strong>en</strong>t justifier de 120 % de<br />

retombées économiques par les sa<strong>la</strong>ires production et<br />

frais généraux, sembl<strong>en</strong>t aujourd’hui produire l’effet<br />

inverse puisqu’on reproche parfois à ces films de n’avoir<br />

d’autres retombées économiques que ces sa<strong>la</strong>ires et<br />

frais généraux.<br />

Alors pourquoi s’être arrêté <strong>en</strong> route Doit-on conditionner<br />

une politique culturelle (y compris quand elle concerne<br />

une industrie culturelle) à des calculs de retombées<br />

économiques Si oui, posons-nous alors <strong>la</strong> question,<br />

dans le cadre de l’accueil tournage, de savoir s’il est<br />

juste que des subv<strong>en</strong>tions culturelles soi<strong>en</strong>t dép<strong>en</strong>sées<br />

ess<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t <strong>en</strong> frais d’hébergem<strong>en</strong>t et de bouche des<br />

équipes de tournage Si non, pourquoi ne pas franchir<br />

le pas comme dans d’autres régions (Haute-Normandie,<br />

PACA…) qui n’exig<strong>en</strong>t qu’un seul critère territorial comme<br />

condition d’éligibilité Cet unique critère a l’avantage<br />

d’ouvrir complètem<strong>en</strong>t le cadre régional, tant aux projets<br />

extérieurs qu’aux projets portés par des producteurs<br />

régionaux. Les commissions consultatives n’analys<strong>en</strong>t<br />

alors plus les projets qu’<strong>en</strong> fonction de leur intérêt culturel<br />

et de leur qualité créative.<br />

Mais au-delà de cette ouverture extrarégionale, de<br />

nombreux films continu<strong>en</strong>t à être produits, réalisés <strong>en</strong><br />

<strong>Alsace</strong>, pour un spectateur alsaci<strong>en</strong>. Doit-on pour autant<br />

mépriser ces films au motif qu’ils ne circuleront pas <strong>en</strong><br />

dehors des frontières régionales Doit-on dénigrer un<br />

projet car coproduit avec une chaîne régionale ou locale<br />

du câble Une politique culturelle régionale se définitelle<br />

<strong>en</strong> fonction du “ pot<strong>en</strong>tiel de circu<strong>la</strong>tion ” de l’œuvre<br />

sout<strong>en</strong>ue Ce<strong>la</strong> peut être un des critères, mais alors trouvons<br />

ici aussi un équilibre avec les autres fondam<strong>en</strong>taux :<br />

le souti<strong>en</strong> à <strong>la</strong> qualité et à <strong>la</strong> création. La Région <strong>Alsace</strong><br />

l’a compris <strong>en</strong> incitant financièrem<strong>en</strong>t les deux chaînes<br />

régionales du câble à développer des coproductions, <strong>en</strong><br />

al<strong>la</strong>nt jusqu’à verser une <strong>en</strong>veloppe financière aux deux<br />

chaînes afin que celles-ci apport<strong>en</strong>t le minimum de cash<br />

requis par le CNC pour l’éligibilité au Cosip automatique<br />

à ces projets. L’initiative est évidemm<strong>en</strong>t remarquable,<br />

mais pourquoi alors sanctionner dans un deuxième temps<br />

ces mêmes coproductions qui, quand elles sont <strong>en</strong>suite<br />

sout<strong>en</strong>ues par <strong>la</strong> Région, sont amputées du montant de<br />

8<br />

* Mise <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce des deux fonds de souti<strong>en</strong> (et augm<strong>en</strong>tation remarquable de leurs montants, sur fonds propres uniquem<strong>en</strong>t), des deux bureaux d’accueil des<br />

tournages, d’un EAVE interrégional, de nombreuses coopérations interrégionales et transfrontalières (ant<strong>en</strong>ne MEDIA, forums audiovisuels, part<strong>en</strong>ariats avec<br />

<strong>la</strong> MFG, le Filmbüro de Sarrebrück…), des revues SarLorLux audiovisuel et A4, du Forum du cinéma europé<strong>en</strong>, du PEVE, de l’initiative Ciné cool, d’accueil<br />

d’institutions et d’organismes audiovisuels (Arte, Observatoire europé<strong>en</strong> de l’audiovisuel, MAP TV, ant<strong>en</strong>ne Euro AIM), de stands communs au Sunny Side of<br />

the Doc, à Clermont-Ferrand, à Cannes…


l’apport numéraire qui a transité par <strong>la</strong> chaîne Ces films, étant faits initialem<strong>en</strong>t<br />

dans un cadre régional, sont difficilem<strong>en</strong>t finançables auprès de guichets extrarégionaux,<br />

Cosip mis à part.<br />

Et <strong>en</strong>fin, quid des projets difficiles et ambitieux produits avec des chaînes locales de<br />

“ comp<strong>la</strong>isance ” Le CNC, garant du souti<strong>en</strong> à l’industrie de programmes, continue<br />

de sout<strong>en</strong>ir ces projets sortant du cadre formaté des télévisions <strong>en</strong> raison de leur<br />

forte valeur ajoutée culturelle. Pour s’<strong>en</strong> convaincre, il suffit de regarder dans les<br />

grands festivals docum<strong>en</strong>taires (Marseille, Lussas, Traces de vies…) le nombre de<br />

films sélectionnés qui ont été coproduits notamm<strong>en</strong>t avec Images Plus ou Cityz<strong>en</strong><br />

TV… Pourquoi se poser alors <strong>la</strong> question de leur diffusion auprès d’un public alsaci<strong>en</strong><br />

alors qu’on se <strong>la</strong> pose à peine pour des courts-métrages de fiction <br />

Espaces de diffusion<br />

Avec le temps, force est de constater que les lieux de diffusion sur le territoire<br />

alsaci<strong>en</strong> se font de plus <strong>en</strong> plus rares ; organiser l’avant-première d’un film relevant<br />

presque du défi. En prolongeant notre réflexion, on ne pourra que regretter que cet<br />

état de fait exclût le secteur audiovisuel de <strong>la</strong> vie culturelle locale, tant et si bi<strong>en</strong><br />

que finalem<strong>en</strong>t, les part<strong>en</strong>aires et les publics les plus proches de nous ne sav<strong>en</strong>t pas<br />

ou plus que l’on produit des films <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, quel type de films on produit, et nous<br />

n’avons plus que trop peu l’occasion de partager le fruit de notre travail.<br />

Dans le même ordre d’idée, l’abs<strong>en</strong>ce d’un festival d’ampleur <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> – sans doute<br />

une des seules régions de France – acc<strong>en</strong>tue le manque de visibilité de <strong>la</strong> vitalité<br />

qualitative et quantitative du secteur audiovisuel régional. Aussi, si ce<strong>la</strong> représ<strong>en</strong>te<br />

un déficit d’énergie constructive sur notre territoire, notons égalem<strong>en</strong>t que ce<strong>la</strong><br />

marque un déficit de communication conséqu<strong>en</strong>t pour les collectivités territoriales.<br />

Parce qu’un festival, dans sa rigueur éditoriale – qui de manière générale s’inscrit<br />

<strong>en</strong> phase avec une politique culturelle globale – prolonge une trajectoire politique,<br />

<strong>en</strong> réaffirme les fondem<strong>en</strong>ts et lui offre un rayonnem<strong>en</strong>t au-delà du territoire dans<br />

lequel il s’inscrit.<br />

Le choix des trajectoires<br />

Toujours <strong>en</strong> terme d’espace, le conv<strong>en</strong>tionnem<strong>en</strong>t des régions avec le CNC a<br />

<strong>en</strong>g<strong>en</strong>dré des situations bi<strong>en</strong> différ<strong>en</strong>tes selon les régions. Le 1 € pour 2 € a été<br />

mis <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce par le CNC dans une logique avant tout économique et incitative. Il<br />

s’agissait <strong>en</strong> premier lieu de ram<strong>en</strong>er <strong>en</strong> France les productions de téléfilms dép<strong>la</strong>cés<br />

à l’étranger et d’accompagner les collectivités territoriales dans le développem<strong>en</strong>t<br />

d’une politique d’accueil de tournages d’ampleur. L’objectif était égalem<strong>en</strong>t de<br />

mettre <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce, dans toutes les régions françaises, des dispositifs de souti<strong>en</strong> à <strong>la</strong><br />

production régionale, de manière égalem<strong>en</strong>t à pouvoir suppléer à une réduction du<br />

montant des souti<strong>en</strong>s nationaux. Cette initiative du CNC se révèle être un succès<br />

dans <strong>la</strong> mesure où les résultats sont aujourd’hui au-delà des objectifs initiaux. C’est<br />

dans cette logique économique et comptable que s’inscriv<strong>en</strong>t désormais les films<br />

docum<strong>en</strong>taires de création de plus de 26’ avec diffuseurs, les courts métrages et<br />

les longs métrages cinéma, qui peuv<strong>en</strong>t bénéficier de crédits régionaux abondés par<br />

le CNC, dans le respect de règles établies par le CNC.<br />

Mais – et ce<strong>la</strong> nous a été dit par les représ<strong>en</strong>tants du CNC eux-mêmes – si le CNC<br />

a <strong>en</strong>couragé les collectivités territoriales à <strong>en</strong>trer dans ce dispositif, il ne les a <strong>en</strong><br />

ri<strong>en</strong> obligées à conformer l’<strong>en</strong>semble de leurs souti<strong>en</strong>s financiers aux dispositions<br />

contractuelles de ces conv<strong>en</strong>tions. Au contraire, le CNC voyait là une opportunité<br />

pour les régions de développer, <strong>en</strong> parallèle à cette logique purem<strong>en</strong>t économique,<br />

leurs propres critères d’éligibilité et de souti<strong>en</strong> pour des projets qui n’<strong>en</strong>tr<strong>en</strong>t pas<br />

forcém<strong>en</strong>t dans les termes précis de ces dispositifs.<br />

Dans d’autres régions, comme <strong>en</strong> région PACA, les docum<strong>en</strong>taires de création ne<br />

sont pas astreints à un diffuseur pour faire valoir leur éligibilité au fonds de souti<strong>en</strong>,<br />

<strong>la</strong> Région ayant fait le choix politique de sout<strong>en</strong>ir des projets dans et hors du 1 €<br />

pour 2 €. Dans le même ordre d’idée, si le CNC exclut les docum<strong>en</strong>taires de 26’ du<br />

dispositif 1 € pour 2 € pour des raisons financières, ri<strong>en</strong> n’empêche les collectivités<br />

territoriales de les sout<strong>en</strong>ir au vu d’un marché local particulier, ou d’une volonté<br />

d’accompagner les producteurs dans une démarche qualitative. Il faut par ailleurs<br />

rappeler que le CNC n’exclut pas les docum<strong>en</strong>taires de 26’ de son compte de souti<strong>en</strong><br />

à l’industrie des programmes audiovisuels (Cosip).<br />

Dans notre cas particulier, nous, producteurs de l’APAA, affirmons notre attachem<strong>en</strong>t<br />

à ce format. Les 26’ produits par les membres de l’APAA au cours des trois dernières<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Sylt, à perte de vue<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Samuel Bester<br />

L’île de Sylt, <strong>en</strong> Allemagne du Nord, est <strong>en</strong> sursis. Chaque<br />

année, les tempêtes de <strong>la</strong> mer du Nord grignot<strong>en</strong>t<br />

un peu plus les morceaux d’un paysage austère mais<br />

précieux comme un joyau. Au drame de <strong>la</strong> disparition<br />

annoncée de l’île répond<strong>en</strong>t alors les gestes frénétiques<br />

et obsessionnels des hommes.<br />

Les Éditions du réel<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Carnets de Loire<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 2x43’ de Jean Will et Nico<strong>la</strong>s Gruau<br />

Dernier grand fleuve sauvage de France, le plus long<br />

aussi, <strong>la</strong> Loire marque <strong>la</strong> frontière symbolique <strong>en</strong>tre <strong>la</strong><br />

France du nord et celle du sud. Elle est le fil conducteur<br />

d’un road-movie à travers une diversité de paysages, à <strong>la</strong><br />

découverte de milieux naturels d’une grande richesse et<br />

de terroirs plein de saveurs. La Loire est aussi ce fleuve<br />

royal dont les méandres serp<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t au pied des châteaux<br />

les plus prestigieux qui nous ouvr<strong>en</strong>t quelques-unes des<br />

grandes pages de l’histoire de France.<br />

Coproduction Seppia, Beta prod, Zinnober film<br />

La Paloma<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 90’ de Sigrid Faltin<br />

Comm<strong>en</strong>t une petite chanson cubaine, née au XIX e siècle,<br />

est dev<strong>en</strong>ue une grande dame de <strong>la</strong> pop music au XX e siècle.<br />

Pour raconter l’histoire d’une des chansons les plus<br />

popu<strong>la</strong>ires, ce film propose un grand voyage à travers le<br />

monde et d’innombrables archives filmiques et sonores,<br />

sur les lieux passés et prés<strong>en</strong>ts de <strong>la</strong> Paloma : Espagne,<br />

Cuba, Mexique, Allemagne, Roumanie, Zanzibar…<br />

Coproduction Seppia, Whitepepper (Fribourg)<br />

9


produire (suite)<br />

10<br />

années témoign<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> qualité et de <strong>la</strong> richesse de ce format, mais aussi de <strong>la</strong> diversité<br />

des diffusions. Ce format a permis à de jeunes réalisateurs de faire leur premier film,<br />

ainsi qu’à des réalisateurs confirmés d’expérim<strong>en</strong>ter des formes de récits plus courts. La<br />

production de certains premiers films s’est par ailleurs inscrite dans le prolongem<strong>en</strong>t de<br />

dispositifs de formation initiés par <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong>, <strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec <strong>la</strong> Fémis.<br />

Films de 26’ produits <strong>en</strong>tre 2004 et 2007 (producteurs APAA)<br />

A<strong>la</strong>in Wil<strong>la</strong>ume. Portraits au bord du gouffre de Baudoin Ko<strong>en</strong>ig (coproduction France 3<br />

<strong>Alsace</strong>) Att<strong>en</strong>te de Gontran Froehly (coproduction Radio Brem<strong>en</strong>, Arte GEIE) Après<br />

<strong>la</strong> mine de Thomas Ermel (coproduction France 3 <strong>Alsace</strong>) Christophe Meyer. Avant le<br />

déluge de Philippe François et Serge Steyer (coproduction France 2, France 3 <strong>Alsace</strong>, TLVA)<br />

Drach<strong>en</strong>bronn BA 901 de Flor<strong>en</strong>ce Mary (coproduction France 3 <strong>Alsace</strong>) Émile Gallé de<br />

Marie Frering et Dami<strong>en</strong> Fritsch (coproduction France 3 <strong>Alsace</strong>, Arte) Jardins de passage<br />

de Pierre Toussaint (coproduction France 3 <strong>Alsace</strong>) Meis<strong>en</strong>thal, l’épreuve du verre de<br />

Xavier Truti et Jean-Paul Fargier (coproduction France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne)<br />

1945. La paix des voisins de Monique Seeman et Urs Kast<strong>en</strong>holz (coproduction France 3<br />

<strong>Alsace</strong>, SWR) Nouveau départ de Pierre Toussaint (coproduction France 2) Récit pour<br />

s’<strong>en</strong> sortir de Serge Steyer (coproduction France 2, France 3 <strong>Alsace</strong>) Le Seigneur du<br />

château d’Alexis Metzinger (coproduction France 3 <strong>Alsace</strong>, SWR, Arte GEIE) Va te faire<br />

rire de Zouhaïr Chebbale (coproduction France 3 <strong>Alsace</strong>) Tomi Ungerer, trait pour trait<br />

de Philippe Poirier (coproduction Ina, alsatic TV) Vivre et <strong>la</strong>isser vivre de Daniel Schlosser<br />

(coproduction France 3 <strong>Alsace</strong>) Voyage dans <strong>la</strong> cité de Solène Doerflinger (coproduction<br />

France 3 <strong>Alsace</strong>)<br />

Pour ce qui est du long métrage cinéma, certaines régions (Basse-Normandie, C<strong>en</strong>tre)<br />

ont développé une véritable politique éditoriale d’écriture et de développem<strong>en</strong>t pour<br />

des projets qui ne seront, au final, pas forcém<strong>en</strong>t tournés sur le territoire qui les a<br />

sout<strong>en</strong>us initialem<strong>en</strong>t. Leur démarche s’inscrit sur d’autres champs d’action du secteur<br />

audiovisuel et cinématographique, au niveau de l’éducation à l’image notamm<strong>en</strong>t.<br />

Ici <strong>en</strong>core, osons rev<strong>en</strong>diquer une politique culturelle volontaire et indép<strong>en</strong>dante, tout<br />

<strong>en</strong> sachant tirer profit des apports du CNC dans le cadre du 1 € pour 2 € pour les<br />

projets <strong>en</strong>trant dans ce dispositif.<br />

Désir<br />

Aléas du désir, partage du désir<br />

En <strong>Alsace</strong>, on peut s’étonner de <strong>la</strong> multiplication des dispositifs et initiatives mis <strong>en</strong><br />

p<strong>la</strong>ce, et avec eux les financem<strong>en</strong>ts affér<strong>en</strong>ts. Les défunts RISE, les bureaux d’accueil<br />

des tournages, l’ant<strong>en</strong>ne MEDIA de Strasbourg, iconoval, <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, le R<strong>en</strong>dez-<br />

Vous de <strong>la</strong> coproduction rhénane… Autant d’initiatives qui ouvr<strong>en</strong>t a priori des espaces<br />

d’échanges et de dialogue avec nos part<strong>en</strong>aires locaux mais qu’aucun de nous, aussi<br />

bi<strong>en</strong> professionnels que responsables institutionnels ou politiques, n’a su véritablem<strong>en</strong>t<br />

ouvrir. Il semblerait que nous soyons <strong>en</strong>trés dans une logique de “ guichet ” qui exclut<br />

tout échange verbal ou plus <strong>en</strong>core expérim<strong>en</strong>tal. Pourtant ces initiatives révèl<strong>en</strong>t une<br />

certaine volonté des collectivités territoriales d’établir des trajectoires et cadres de<br />

travail, d’accompagner les producteurs locaux dans leur travail.<br />

On ne pourra que regretter, une fois <strong>en</strong>core, le manque de concertation quant à ces<br />

initiatives qui se prés<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t, au final, comme autant de propositions auxquelles nous<br />

ne savons pas forcém<strong>en</strong>t quel écho donner, ou qui ne sav<strong>en</strong>t pas, elles-mêmes, quel<br />

écho donner à nos att<strong>en</strong>tes et à nos impératifs. Force sera de constater que certaines<br />

initiatives, investies dans des termes plus longs, ont su <strong>en</strong>trer <strong>en</strong> synergie avec les<br />

professionnels. À titre d’exemple, certains producteurs alsaci<strong>en</strong>s ont pu développer des<br />

projets d’<strong>en</strong>vergure grâce au programme MEDIA de l’Union europé<strong>en</strong>ne.<br />

Projets aidés par MEDIA de 2005 à 2007 (producteurs APAA)<br />

C<strong>la</strong>ra B. d’Alexandru Solomon et Corinne Ibram (Seppia, MEDIA jeunes tal<strong>en</strong>ts) Danube<br />

fleuve d’Europe d’Ulricke Bartels et Joël J<strong>en</strong>in (Seppia, MEDIA diffusion TV) Travailler<br />

pour 110 euros par mois de Nora Agapi et Stephane Luçon (Seppia, financem<strong>en</strong>t Leader<br />

+ de l’Union europé<strong>en</strong>ne) Marchand d’art, Ernst Beyeler de Philippe Piguet et Thomas<br />

Isler (Bix films, MEDIA développem<strong>en</strong>t) Bon-papa. Un homme sous l’Occupation de Leï<strong>la</strong><br />

Férault (Bix films, MEDIA développem<strong>en</strong>t) Ariana, journal d’Arménie de Raphaëlle Vierling<br />

et Gareguin Zakoyan (Le Deuxième Souffle films & associés, MEDIA développem<strong>en</strong>t) La<br />

paloma de Sigrid Faltin (Seppia, MEDIA diffusion TV)<br />

Certains producteurs bénéfici<strong>en</strong>t d’un souti<strong>en</strong> conséqu<strong>en</strong>t<br />

de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong> dans le cadre du bonus europé<strong>en</strong><br />

qu’elle a mis <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce au sein de son fonds de souti<strong>en</strong><br />

à <strong>la</strong> production. De même, à l’occasion des différ<strong>en</strong>tes<br />

initiatives de pitch (doc & pitch, R<strong>en</strong>dez-Vous de <strong>la</strong><br />

coproduction rhénane), certains ont pu trouver des<br />

débouchés plus <strong>la</strong>rges pour leurs projets.<br />

Mais… Sur l’<strong>en</strong>semble de nos catalogues, certaines<br />

productions docum<strong>en</strong>taires s’inscriv<strong>en</strong>t dans des<br />

perspectives internationales par leur sujet (avant toute<br />

chose), par leur ambition artistique et par leur ampleur<br />

financière. Si pour certains films, le cadre financier de<br />

développem<strong>en</strong>t peut être facilité par l’intérêt immédiat de<br />

certains part<strong>en</strong>aires, par le cal<strong>en</strong>drier de production dans<br />

lequel s’inscrit le film ou par <strong>la</strong> notoriété du réalisateur,<br />

il n’<strong>en</strong> va pas de même pour les films dont le sujet est<br />

moins évid<strong>en</strong>t, dont l’écriture est moins conv<strong>en</strong>tionnelle<br />

ou tout simplem<strong>en</strong>t lorsqu’il s’agit de premiers films.<br />

Dans ce cas-là, les collectivités territoriales, avec le<br />

CNC, sont souv<strong>en</strong>t les premiers financeurs du film. Les<br />

commissions régionales étudi<strong>en</strong>t alors des dossiers dont<br />

le développem<strong>en</strong>t financier peut ne pas être clos et<br />

“ pari<strong>en</strong>t ” sur <strong>la</strong> qualité éditoriale du projet et les acquis<br />

de réseau des producteurs quant aux perspectives de<br />

diffusion du film.<br />

Par ailleurs, à l’heure des grandes professions de foi<br />

élevées au niveau national quant à l’importance des<br />

travaux de proximités, à l’heure où <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong> a<br />

décidé d’investir dans les deux chaînes locales câblées<br />

récemm<strong>en</strong>t créées sur notre territoire, n’avons-nous pas<br />

là un défi à relever N’est-il pas ess<strong>en</strong>tiel pour chacun<br />

de nous (producteurs, collectivités, diffuseurs) de nous<br />

concerter pour construire un réseau qualitatif autour de<br />

ces nouvelles opportunités En effet, ces interlocuteurs<br />

de proximité ouvr<strong>en</strong>t <strong>la</strong> possibilité, pour nous, de faire<br />

émerger <strong>en</strong>core de nouveaux tal<strong>en</strong>ts créatifs <strong>en</strong> région.<br />

De même, ces diffuseurs nous offr<strong>en</strong>t égalem<strong>en</strong>t d’initier<br />

des projets qui pourront, à court terme, trouver d’autres<br />

ouvertures de diffusion. Ce fut le cas, rappelons-le, pour<br />

un certain nombre de films coproduits auparavant avec<br />

France 3 <strong>Alsace</strong> ou même Images Plus, films qui ont<br />

trouvé d’autres diffuseurs par <strong>la</strong> suite.<br />

Projets pitchés <strong>en</strong> 2006 et 2007<br />

(liste non exhaustive)<br />

Le seigneur du château d’Alexis Metzinger (coproduction<br />

Cérigo films, France 3 <strong>Alsace</strong>, SWR, Arte GEIE) Poussière<br />

d’école de Malek B<strong>en</strong>smaïl (coproduction Unlimited<br />

Cirta films, Ina, France 2) Mata Gaham Comm<strong>en</strong>t ça<br />

va, <strong>la</strong> santé de Nadège Buhler (coproduction Ana films,<br />

Images Plus, RFO, France Ô, TLSP) La pomme, du jardin<br />

d’Ed<strong>en</strong> aux OGM de Catherine Peix et Corinne Ibram<br />

(coproduction Seppia, Arte) Marchand d’art, Ernst<br />

Beyeler de Philippe Piguet et Thomas Isler (coproduction<br />

Bix films, Freihändler, Arte, France 3 <strong>Alsace</strong>, TSR, SF DRS)<br />

Mes yeux de dinosaure (du cinéma) de Luis Miranda<br />

(coproduction Le Deuxième Souffle films & associés,<br />

CinéCinéma, YLE Fin<strong>la</strong>nde) Sur les traces de <strong>la</strong> mémoire<br />

de Mathieu Rolin (production Faites un vœu) L’énergie<br />

de l’espoir de Jean-Marie Fawer (coproduction Ana<br />

Films, France Ô) Capitalisme à l’Est, <strong>la</strong> recette secrète<br />

d’Alexandru Solomon (production Seppia)


Si nous voulons relever le défi de ces nouvelles chaînes, avec elles, mais aussi avec<br />

les collectivités qui ont décidé de les sout<strong>en</strong>ir, il s’agit d’un investissem<strong>en</strong>t à moy<strong>en</strong><br />

terme, pour que <strong>la</strong> qualité prime sur <strong>la</strong> quantité. Notons que cet investissem<strong>en</strong>t<br />

n’est pas un surplus d’investissem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> part des collectivités, mais une simple<br />

continuité de leur souti<strong>en</strong>, dans les mêmes termes que celui qui existait avec<br />

France 3 <strong>Alsace</strong> auparavant.<br />

Notons d’ailleurs que <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong> a accordé un souti<strong>en</strong> de 147 000 € à France 3<br />

<strong>Alsace</strong> pour son opération Global Media, mais que cette subv<strong>en</strong>tion n’aura profité<br />

à aucun producteur local, aucun appel d’offres n’ayant été publié et <strong>la</strong> production<br />

exécutive du programme ayant été confiée à une société lyonnaise.<br />

Du quantitatif au qualitatif<br />

Dans le même ordre d’idée de désir qualitatif, nous compr<strong>en</strong>ons et souhaitons<br />

accompagner, dans <strong>la</strong> mesure de nos capacités, <strong>la</strong> priorité actuelle des collectivités<br />

territoriales <strong>en</strong> matière de politique d’accueil des tournages, cette politique est l’un<br />

des fondem<strong>en</strong>ts du 1 € pour 2 €. Dans ce contexte, <strong>en</strong> revanche, nous pourrions<br />

<strong>en</strong>visager des concertations quant à <strong>la</strong> réalité des retombées économiques des<br />

tournages accueillis, ainsi qu’à <strong>la</strong> qualité éditoriale du “ catalogue ” des films aidés,<br />

<strong>la</strong> dim<strong>en</strong>sion patrimoniale des projets aidés ayant été jusqu’ici déf<strong>en</strong>due comme un<br />

critère de souti<strong>en</strong> prioritaire dans <strong>la</strong> mesure où <strong>la</strong> CUS achète des programmes dans<br />

le cadre de son dispositif de souti<strong>en</strong> financier.<br />

Pour pr<strong>en</strong>dre le premier point, les retombées économiques, on regrettera <strong>la</strong> rareté<br />

des demandes <strong>en</strong>vers les producteurs régionaux év<strong>en</strong>tuellem<strong>en</strong>t concernés <strong>en</strong><br />

matière de production exécutive. Est-ce ici aussi aux producteurs régionaux de<br />

mieux se faire connaître auprès des bureaux d’accueil des tournages La réalité du<br />

terrain de l’accueil des tournages est que bi<strong>en</strong> souv<strong>en</strong>t – à quelques exceptions près<br />

– l’interv<strong>en</strong>tion des professionnels locaux se situe ess<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t sur les postes<br />

liés à l’assistanat de réalisation (deuxième assistant, stagiaire ou chef de file), à<br />

<strong>la</strong> régie et à <strong>la</strong> décoration, tandis que les chefs de postes font partie de l’équipe<br />

“ parisi<strong>en</strong>ne ”, pour des raisons à <strong>la</strong> fois artistiques (choix direct du réalisateur) et<br />

administratives (<strong>la</strong> dét<strong>en</strong>tion de cartes professionnelles demandées par le CNC pour<br />

l’agrém<strong>en</strong>t des films de long métrage cinéma).<br />

Si, <strong>en</strong> matière de fiction, les collectivités territoriales veul<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> fois <strong>en</strong>tret<strong>en</strong>ir les<br />

compét<strong>en</strong>ces locales sur les postes artistiques et <strong>en</strong> faire émerger de nouvelles, c’est<br />

égalem<strong>en</strong>t sur le court métrage qu’il leur faudra miser, les équipes formées sur les<br />

courts métrages de fiction impliquant de plus <strong>en</strong> plus souv<strong>en</strong>t des chefs de postes<br />

locaux. La structuration de <strong>la</strong> filière audiovisuelle alsaci<strong>en</strong>ne, si tant est qu’elle<br />

couvre à ce jour l’<strong>en</strong>semble des activités audiovisuelles et cinématographiques,<br />

passe par ces investissem<strong>en</strong>ts dont le résultat n’est pas forcém<strong>en</strong>t immédiat mais<br />

se joue à plus ou moins moy<strong>en</strong> terme.<br />

P<strong>la</strong>isir<br />

Nous, producteurs, ne savons que trop que cette région compte un certain nombre<br />

de tal<strong>en</strong>ts créatifs et compét<strong>en</strong>ts et notre p<strong>la</strong>isir de pouvoir les faire parfois émerger<br />

reste intact. Notre investissem<strong>en</strong>t à nous se situe dans <strong>la</strong> même temporalité. Nous<br />

devons risquer, expérim<strong>en</strong>ter, donner des chances, parfois nous tromper… Mais les<br />

paris de l’audiovisuel se situ<strong>en</strong>t à cet <strong>en</strong>droit.<br />

Nous sommes fiers de notre métier et nous nous attachons à faire valoir nos<br />

compét<strong>en</strong>ces. Par domiciliation, nous sommes producteurs alsaci<strong>en</strong>s, mais notre<br />

travail s’inscrit dans des ambitions et une volonté au-delà de cette domiciliation.<br />

Nous sommes producteurs.<br />

Les limites de notre domiciliation se situ<strong>en</strong>t dans notre besoin d’être accompagnés<br />

par des part<strong>en</strong>aires de proximité à l’écoute, unis par le même désir de construire, le<br />

même p<strong>la</strong>isir des avancées et des résultats, et <strong>la</strong> même fierté.<br />

Franck Vialle, présid<strong>en</strong>t de l’APAA<br />

et producteur pour Le Deuxième Souffle films & associés,<br />

Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é, vice-présid<strong>en</strong>t de l’APAA<br />

et producteur pour Bix films<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Sur les traces de <strong>la</strong> mémoire<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Mathieu Rolin<br />

Est-ce que compr<strong>en</strong>dre <strong>la</strong> mémoire permet de compr<strong>en</strong>dre<br />

l’homme Comm<strong>en</strong>t est-il possible d’appr<strong>en</strong>dre sans <strong>en</strong><br />

avoir consci<strong>en</strong>ce Comm<strong>en</strong>t l’appr<strong>en</strong>tissage modifie-t-il<br />

<strong>la</strong> structure même du cerveau Où vont nos souv<strong>en</strong>irs <br />

D’où les rappelons-nous Que se passe-t-il lorsqu’ils<br />

disparaiss<strong>en</strong>t dans l’oubli Comm<strong>en</strong>t peut-on un jour ne<br />

plus se reconnaître dans un miroir <br />

Faites un vœu<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

La pomme,<br />

du jardin d’Ed<strong>en</strong> aux OGM<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’/43’ de Corinne Ibram et Catherine Peix<br />

La pomme est le fruit le plus consommé dans le monde.<br />

Il <strong>en</strong> existe 6 000 variétés différ<strong>en</strong>tes. Mais toutes ont<br />

le même ancêtre : une pomme préhistorique, vieille de<br />

10 000 ans qui pousse <strong>en</strong>core aujourd’hui à l’état sauvage<br />

dans des forêts du Kazakzthan, véritable verger d’Ed<strong>en</strong>.<br />

Le film raconte l’histoire et les perspectives de cette<br />

découverte étonnante, au croisem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> recherche<br />

sci<strong>en</strong>tifique internationale.<br />

Coproduction Seppia, Läng<strong>en</strong>grad (Cologne),<br />

Arte, France 3 <strong>Alsace</strong>, MDR<br />

Nouveau départ<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 30’ de Pierre Toussaint<br />

Patrice, 50 ans, est togo<strong>la</strong>is. Lors d’un voyage <strong>en</strong> France,<br />

une grave ma<strong>la</strong>die cardiaque le contraint à y rester. Il a<br />

<strong>la</strong>issé au pays sa femme, ses quatre <strong>en</strong>fants, une bonne<br />

situation. D’emplois précaires <strong>en</strong> démarches administratives,<br />

il choisit de dépasser ce drame et de se battre, <strong>en</strong><br />

créant son <strong>en</strong>treprise d’importation de fruits exotiques<br />

bio. C’est le combat d’un homme qui garde courage<br />

et dignité.<br />

Coproduction Bix films, France 2<br />

11


éaliser<br />

Dami<strong>en</strong> Fritsch fait des films depuis longtemps. On pourrait même dire qu’il fait partie des g<strong>en</strong>s qui sont passés au rang des valeurs<br />

sûres du docum<strong>en</strong>taire de création contemporain (et ce à l’échelle nationale) — bi<strong>en</strong> qu’il s’<strong>en</strong> déf<strong>en</strong>de hardim<strong>en</strong>t. Les promesses du<br />

Bal des veuves ont été très vite confirmées, notamm<strong>en</strong>t avec Le monde du bout des doigts, un film qui aura marqué les esprits et<br />

dont le ret<strong>en</strong>tissem<strong>en</strong>t se sera fait <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre bi<strong>en</strong> au-delà du territoire alsaci<strong>en</strong>. Pour l’anecdote, le film fut diffusé <strong>en</strong> prime time sur<br />

France 2, le 11 septembre 2001, une coïncid<strong>en</strong>ce qui, comme on le voit dans L’att<strong>en</strong>te, n’aura pas manqué de le troubler. Portrait d’un<br />

auteur réalisateur qui croit dans <strong>la</strong> foi et <strong>la</strong> f<strong>la</strong>mme…<br />

12<br />

Tournage d’Émile Gallé, <strong>la</strong> nature dans l’art. PHOTO MF<br />

Filmographie<br />

sélective<br />

L’att<strong>en</strong>te<br />

(83’, 2007)<br />

Émile Gallé,<br />

<strong>la</strong> nature dans l’art<br />

(26’, 2006)<br />

Les <strong>en</strong>racinés<br />

(51’, 2005)<br />

Le calme de <strong>la</strong> rivière<br />

empoisonnée<br />

(52’, 2001)<br />

Le monde<br />

du bout des doigts<br />

(52’, 2000)<br />

Le bal des veuves<br />

(26’, 1996)<br />

La foi et <strong>la</strong> f<strong>la</strong>mme<br />

vont <strong>en</strong> bateau…<br />

Pr<strong>en</strong>ons l’histoire depuis le début… Tout comm<strong>en</strong>ce<br />

sur les bancs de <strong>la</strong> fac où, animé par le cinéma de Jean<br />

Rouch, Dami<strong>en</strong> prépare une maîtrise d’ethnologie. Nous<br />

sommes au milieu des années 80, l’époque de l’arrivée<br />

des supports vidéo grand public et des premières<br />

“ bidouilles ” <strong>en</strong> art vidéo, l’époque aussi du festival des<br />

Droits de l’Homme à Strasbourg, un festival qui é<strong>la</strong>rgit<br />

les frontières de manière extraordinaire pour l’auteur.<br />

« Je suis un <strong>en</strong>fant de <strong>la</strong> télévision. J’ai découvert les<br />

grands auteurs quand je suis arrivé à Strasbourg » se<br />

souvi<strong>en</strong>t-il. Puis, c’est <strong>la</strong> rupture avec <strong>la</strong> fac, parce que,<br />

bille <strong>en</strong> tête, il s’agissait de faire un premier film avant<br />

l’échéance des tr<strong>en</strong>te ans.<br />

L’appr<strong>en</strong>tissage du terrain, il le fera chez Via Storia, au son,<br />

p<strong>en</strong>dant quatre ans. Avec à l’époque, un tempéram<strong>en</strong>t<br />

tout feu tout f<strong>la</strong>mme, et <strong>la</strong> possibilité d’avoir accès<br />

aux moy<strong>en</strong>s techniques. Ce<strong>la</strong> se prolongera, dans les<br />

années 90, chez Arte. Grâce à son travail aux habil<strong>la</strong>ges<br />

de <strong>la</strong> chaîne, « ça a duré trois ans cette histoire », Dami<strong>en</strong><br />

bénéficie d’un certain confort financier qui lui permettait<br />

de réaliser des films complètem<strong>en</strong>t autoproduits. « Je<br />

ne tourne qu’<strong>en</strong> vidéo… je n’ai pas le rêve de <strong>la</strong> pellicule<br />

et des grands moy<strong>en</strong>s. Mais il y a toujours ce désir de<br />

cinéma, <strong>en</strong> perman<strong>en</strong>ce, <strong>en</strong> passant par les moy<strong>en</strong>s à ma<br />

portée, par les moy<strong>en</strong>s qui me sont donnés », rappelle-til.<br />

Depuis, il a <strong>en</strong>chaîné les films, à raison d’un ou deux<br />

projets par an, combinant au fond plusieurs manières<br />

de travailler, <strong>en</strong>tre les films correspondant à « des désirs<br />

très ancrés » (Le monde du bout des doigts, Les <strong>en</strong>racinés,<br />

L’att<strong>en</strong>te) et ceux « qui arriv<strong>en</strong>t <strong>en</strong>tre » (Mesdames<br />

rêv<strong>en</strong>t, Seconde peau…) et offr<strong>en</strong>t des prolongem<strong>en</strong>ts<br />

à des questionnem<strong>en</strong>ts non moins intimes. Il s’agit non<br />

pas d’une posture, mais bel et bi<strong>en</strong> d’une dynamique,<br />

« parce qu’il faut rester <strong>en</strong> mouvem<strong>en</strong>t, toujours… C’est le<br />

plus compliqué ». Ce mouvem<strong>en</strong>t se dirige toujours vers<br />

<strong>la</strong> f<strong>la</strong>mme du regard des g<strong>en</strong>s qu’il filme, une f<strong>la</strong>mme<br />

parfois sur le point de s’éteindre, ou faible <strong>en</strong>core, mais<br />

bel et bi<strong>en</strong> <strong>en</strong> vie.<br />

Mais voilà, ce<strong>la</strong> fait deux ans qu’il ne tourne plus. Depuis<br />

L’att<strong>en</strong>te.<br />

Pas une image.<br />

Après une première expéri<strong>en</strong>ce douloureuse <strong>en</strong> cours de<br />

production du Monde du bout des doigts où il se frotta au<br />

pouvoir de <strong>la</strong> télévision – contre lequel il a pu se battre<br />

épaulé par sa monteuse, il fit égalem<strong>en</strong>t l’expéri<strong>en</strong>ce<br />

de l’après succès… Pourtant reconnu par ses pairs,<br />

Dami<strong>en</strong> n’a pas <strong>en</strong>chaîné sur un parcours plus “ facile ”<br />

malgré le souti<strong>en</strong> sans faille de Jean-Marie Boehm qui<br />

l’accompagne. Et ce, jusqu’à L’att<strong>en</strong>te, un film précieux<br />

et si “ ancré ” auquel il consacrera, <strong>en</strong> temps cumulé, une<br />

année <strong>en</strong>tière de sa vie. Personne ne vou<strong>la</strong>it s’<strong>en</strong>gager.<br />

C’est Images Plus qui a permis au projet d’éclore<br />

réellem<strong>en</strong>t.<br />

« Aujourd’hui, je cherche à retrouver <strong>en</strong> moi le désir de<br />

faire du cinéma. Le désir partagé de faire du cinéma…<br />

J’ai l’impression qu’autour de moi, ce désir n’existe plus,<br />

ni auprès des politiques, ni auprès des diffuseurs. Je<br />

trouve cette abs<strong>en</strong>ce de désir hallucinante. La base du<br />

cinéma, c’est <strong>la</strong> f<strong>la</strong>mme. » « La fierté de ce que j’ai fait, ce<br />

n’est jamais précisém<strong>en</strong>t <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> qu’on me l’a r<strong>en</strong>voyé.<br />

C’est toujours hors du territoire qu’on m’a r<strong>en</strong>voyé “ mon<br />

exist<strong>en</strong>ce ” <strong>en</strong> tant que cinéaste. »<br />

« À l’époque de <strong>la</strong> peinture de cour, les autorités commandai<strong>en</strong>t<br />

des œuvres à tour de bras aux artistes. Et parmi<br />

les œuvres effectivem<strong>en</strong>t livrées, il y avait beaucoup de<br />

pièces non conv<strong>en</strong>tionnelles, ou même opposées au<br />

pouvoir. Mais les autorités croyai<strong>en</strong>t dans <strong>la</strong> création et<br />

sa diversité. Aujourd’hui, <strong>en</strong> quoi croit-on Pourtant je<br />

suis sûr que l’art et <strong>la</strong> croyance ont quelque chose à faire<br />

<strong>en</strong>semble. »<br />

Aujourd’hui, Dami<strong>en</strong> travaille activem<strong>en</strong>t à rassembler<br />

les énergies, et ce au-delà de cette colère que nous lui<br />

connaissons (il s’agit là égalem<strong>en</strong>t d’une f<strong>la</strong>mme, ne<br />

l’oublions pas !). Son <strong>en</strong>vie de construire, après le grand<br />

check-up de L’att<strong>en</strong>te (un film bi<strong>la</strong>n à voir), rassuronsnous,<br />

pr<strong>en</strong>d <strong>la</strong> voie d’un film actuellem<strong>en</strong>t <strong>en</strong> écriture.<br />

Franck Vialle<br />

L’att<strong>en</strong>te


tourner<br />

Une région, deux bureaux d’accueil des tournages, pour un accompagnem<strong>en</strong>t optimal des équipes de production désireuses de<br />

travailler <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>. Depuis 1997, date de création du bureau d’accueil des tournages de <strong>la</strong> CUS, suivi, un an plus tard, de celui de <strong>la</strong><br />

Région <strong>Alsace</strong>, situé à l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>, les producteurs et les réalisateurs à <strong>la</strong> recherche de sites et décors, mais aussi de<br />

technici<strong>en</strong>s, comédi<strong>en</strong>s, figurants et prestataires de service, dispos<strong>en</strong>t d’interlocuteurs privilégiés au sein même de <strong>la</strong> région.<br />

Les bureaux d’accueil des tournages<br />

Tournage de La Résistance, de Félix Olivier.<br />

PHOTO BUREAU D’ACCUEIL DES TOURNAGES<br />

Les deux bureaux, membres du réseau national<br />

Film France, ont <strong>en</strong>tamé depuis trois ans une<br />

étroite col<strong>la</strong>boration qui s’ét<strong>en</strong>d aux domaines<br />

suivants : constitution de fichiers de comédi<strong>en</strong>s,<br />

figurants, technici<strong>en</strong>s et prestataires de service ;<br />

pré-repérages de sites et de décors ; souti<strong>en</strong> logistique<br />

à <strong>la</strong> préparation des tournages : mise à<br />

disposition de fichiers professionnels, y compris<br />

ceux de l’ANPE culture et spectacles, accès à des<br />

salles pour les castings, apport d’informations<br />

pratiques re<strong>la</strong>tives à <strong>la</strong> région <strong>Alsace</strong> et à <strong>la</strong> CUS,<br />

mise <strong>en</strong> re<strong>la</strong>tion avec les prestataires, contacts<br />

avec les médias régionaux ; délivrance d’autorisations<br />

de tournage sur le domaine public pour<br />

<strong>la</strong> CUS et mise <strong>en</strong> re<strong>la</strong>tion avec les personnesressources<br />

; informations sur le souti<strong>en</strong> financier<br />

à <strong>la</strong> production cinématographique et audiovisuelle<br />

accessible auprès de <strong>la</strong> CUS et de <strong>la</strong><br />

Région ; suivi de <strong>la</strong> carrière des films accueillis<br />

et participation à l’organisation de projections<br />

<strong>en</strong> avant-première, <strong>en</strong> col<strong>la</strong>boration avec les<br />

producteurs, les distributeurs et les exploitants.<br />

Cette coordination dans l’accueil a notamm<strong>en</strong>t<br />

bénéficié, dans un passé très réc<strong>en</strong>t, aux productions<br />

suivantes :<br />

Des hommes, court métrage de Romain Cogitore,<br />

produit par Les Films à un dol<strong>la</strong>r, tourné du 26 août au<br />

1 er septembre dans <strong>la</strong> vallée d’Orbey La Résistance,<br />

docum<strong>en</strong>taire-fiction de Félix Olivier, produit par Les<br />

Films de <strong>la</strong> croisade, tourné <strong>en</strong>tre le 8 et le 23 juin<br />

<strong>en</strong>tre Strasbourg (Pa<strong>la</strong>is du Rhin, haras, hôtel de ville),<br />

S<strong>en</strong>theim et Molsheim, avant quinze jours de tournage<br />

<strong>en</strong> Moselle ; le film sera diffusé début décembre sur<br />

France 2 puis <strong>en</strong> janvier sur France 5. La Saison des<br />

orphelins, long métrage de David Tardé, produit par<br />

Butterfly productions, tourné <strong>en</strong>tre le 12 août et le<br />

20 septembre, au fort Rapp de Reichstett, et au château<br />

d’Osthoff<strong>en</strong> (<strong>en</strong>tre autres sites) ; sortie prévue <strong>en</strong> 2008.<br />

Le septième juré, téléfilm de Édouard Niermans,<br />

produit par Gétévé, tourné <strong>en</strong>tre le 18 septembre et le<br />

12 octobre à Strasbourg (tribunal de grande instance,<br />

pa<strong>la</strong>is du gouverneur, etc.) et à l’écluse de Lupstein,<br />

diffusion sur France 2 <strong>en</strong> 2008.<br />

Ces tournages ont permis l’embauche cumulée d’une quarantaine de<br />

technici<strong>en</strong>s professionnels, d’une cinquantaine de comédi<strong>en</strong>s et plus de<br />

sept c<strong>en</strong>ts figurants.<br />

C’est dans <strong>la</strong> perspective d’une meilleure valorisation des ressources<br />

locales, tant <strong>en</strong> matière de sites et de décors que de compét<strong>en</strong>ces artistiques<br />

et techniques, que paraît cet automne le Guide de repérages <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, qui<br />

sera coédité par <strong>la</strong> CUS et l’ACA. Cet ouvrage sera prés<strong>en</strong>té à nos part<strong>en</strong>aires<br />

parisi<strong>en</strong>s (presse spécialisée nationale, producteurs, régisseurs, directeurs<br />

de productions) le 13 novembre prochain à <strong>la</strong> Maison de l’<strong>Alsace</strong> à<br />

Paris. Il sera disponible pour tout professionnel souhaitant disposer des<br />

informations nécessaires à un tournage dans <strong>la</strong> région.<br />

La Maison de l’<strong>Alsace</strong>, à Paris, avait égalem<strong>en</strong>t accueilli, <strong>en</strong> novembre 2006<br />

et mars 2007, deux petits-déjeuners organisés à l’int<strong>en</strong>tion des producteurs<br />

de fiction télévisée et de longs métrages de cinéma qui ont eu a possibilité<br />

de r<strong>en</strong>contrer simultaném<strong>en</strong>t les responsables des deux fonds de souti<strong>en</strong> à<br />

<strong>la</strong> production accessibles <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, ainsi que les représ<strong>en</strong>tants des deux<br />

bureaux d’accueil des tournages.<br />

Il faut toutefois souligner que les services, gratuits, de ces bureaux sont<br />

accessibles à tous types de projets, courts métrages amateurs, reportages<br />

de chaînes étrangères, films publicitaires ou institutionnels qui sont<br />

égalem<strong>en</strong>t demandeurs d’un appui administratif et logistique. Afin de<br />

r<strong>en</strong>dre visible le résultat de leur travail, tout <strong>en</strong> offrant aux films concernés<br />

une visibilité <strong>en</strong> région, <strong>la</strong> CUS, <strong>la</strong> Région et l’ACA ont initié un r<strong>en</strong>dezvous<br />

autour du court métrage qui pr<strong>en</strong>d <strong>la</strong> forme de <strong>la</strong> projection d’une<br />

sélection de films récemm<strong>en</strong>t tournés <strong>en</strong> région avec l’appui financier des<br />

collectivités alsaci<strong>en</strong>nes. Les précéd<strong>en</strong>tes éditions (organisées à l’Odyssée<br />

– cinéma de <strong>la</strong> Ville de Strasbourg) avai<strong>en</strong>t r<strong>en</strong>contré un vif succès public.<br />

La prochaine sélection devrait être proposée au public <strong>en</strong> décembre 2007<br />

et sera constituée de films réc<strong>en</strong>ts dont certains vi<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t d’être prés<strong>en</strong>tés<br />

dans les grands festivals cinématographiques de l’été (Petite f<strong>la</strong>mme de<br />

Éric Morfaux et Visités de Clém<strong>en</strong>t Cogitore à Locarno ; Un bisou pour<br />

le monde de Cyril Paris à Montréal, Washington…). Par le biais de leur<br />

travail de conseil, d’appui administratif et logistique, de mise <strong>en</strong> re<strong>la</strong>tion<br />

et d’assistance, les bureaux d’accueil des tournages de <strong>la</strong> CUS et de <strong>la</strong><br />

Région <strong>Alsace</strong> contribu<strong>en</strong>t à faire de notre région une terre propice aux<br />

tournages, pour le plus grand bénéfice de l’activité économique et de<br />

l’emploi culturel.<br />

Anne Fantinel<br />

Bureau d’accueil des tournages de <strong>la</strong> CUS<br />

téléphone 03 88 43 61 82, comfilm@cus-strasbourg.net, www.strasbourg-film.com<br />

Gaël Lachaux<br />

Bureau d’accueil des tournages de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong><br />

téléphone 03 88 58 87 57, audio@culture-alsace.org, www.culture-alsace.org<br />

13


chiffres<br />

Tournage de Des hommes de Romain Cogitore.<br />

PHOTO BUREAU D’ACCUEIL DES TOURNAGES<br />

Les aides de <strong>la</strong> DRAC <strong>en</strong> 2006 et 2007<br />

Projets<br />

DRAC<br />

obt<strong>en</strong>u<br />

2006<br />

Valorisation de <strong>la</strong> production de courts métrages • BÉNÉFICIAIRE Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong> 3000 €<br />

Création et diffusion de cinéma expérim<strong>en</strong>tal <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> et ailleurs • BÉNÉFICIAIRE Burstscratch 4000 €<br />

Réalisation du film docum<strong>en</strong>taire de 52’ Anessoroma, mes amis de Christian von der Heyd<strong>en</strong> • BÉNÉFICIAIRE Cagifragilis 3000 €<br />

Réalisation d’un film avec des jeunes et des adultes Ma cité sans déchets, j’ai un rôle à jouer • BÉNÉFICIAIRE CSC de Ko<strong>en</strong>igshoff<strong>en</strong> 3000 €<br />

Réalisation d’un film docum<strong>en</strong>taire Le deuxième souffle de Anne-Noëlle Gaessler• BÉNÉFICIAIRE Anne-Noëlle Gaessler 4000 €<br />

Réalisation d’un film Le mandarin merveilleux de Gontran Froehly • BÉNÉFICIAIRE Le Deuxième Souffle films & associés 4000 €<br />

Film docum<strong>en</strong>taire de 46’ Liebe arbeit de Vanessa L<strong>en</strong>zi • BÉNÉFICIAIRE Vanessa L<strong>en</strong>zi 4500 €<br />

Réalisation du docum<strong>en</strong>taire Raconte-moi ta <strong>la</strong>ngue de Mariette Feltin • BÉNÉFICIAIRE Les Films du chemin 5000 €<br />

Diffusion du film tiré de <strong>la</strong> pièce Dialogue aux <strong>en</strong>fers <strong>en</strong>tre Machiavel et Montesquieu • BÉNÉFICIAIRE Les Tréteaux de Port-Royal 2000 €<br />

Tournage du film Reste avec nous de H<strong>en</strong>ri Guillemin • BÉNÉFICIAIRE Les Tréteaux de Port-Royal 1500 €<br />

Court métrage Surface s<strong>en</strong>sible de Hervé Freyburger • BÉNÉFICIAIRE Société Forge 2250 €<br />

Film White shoes de Marie Dumora • BÉNÉFICIAIRE Marie Dumora 3 500 €<br />

2007<br />

Valorisation de <strong>la</strong> production de courts métrages • BÉNÉFICIAIRE Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong> 3000 €<br />

Création et diffusion de cinéma expérim<strong>en</strong>tal <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> et ailleurs • BÉNÉFICIAIRE Burstscratch 5500 €<br />

Long métrage Dans <strong>la</strong> ville de Sylvia de José Luis Guérin • BÉNÉFICIAIRE Château rouge production 6500 €<br />

Long métrage L’att<strong>en</strong>te réalisé par Dami<strong>en</strong> Fritsch • BÉNÉFICIAIRE Dora films 5 000 €<br />

Réalisation du film 26’ Meis<strong>en</strong>thal, l’épreuve du verre réalisé par Jean-Paul Fargier • BÉNÉFICIAIRE Bix films 5 000 €<br />

Production vidéo sur des artistes et développem<strong>en</strong>t du réseau de l’association • BÉNÉFICIAIRE Écart production 5000 €<br />

Diffusion de <strong>la</strong> série docum<strong>en</strong>taire intitulée La petite histoire de Nadège Buhler et Sophie-Charlotte Gautier • BÉNÉFICIAIRE Les Éditions du réel 3000 €<br />

Réalisation d’un long métrage Ariana de Raphaelle Vierling et Gareguin Zakoyan • BÉNÉFICIAIRE Le Deuxième Souffle 3 000 €<br />

Les souti<strong>en</strong>s du programme MEDIA de l’Union europé<strong>en</strong>ne <strong>en</strong> 2007<br />

Projets<br />

MEDIA<br />

obt<strong>en</strong>u<br />

SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT<br />

Ariana, fiction • RÉALISATION Raphaëlle Vierling et Gareguin Zakoyan • PRODUCTION Le Deuxième Souffle films & associés 20000 €<br />

Yangzi, <strong>la</strong> révolution bleue, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Baudoin Ko<strong>en</strong>ig • PRODUCTION Seppia 20000 €<br />

SOUTIEN À LA DIFFUSION TV<br />

La Paloma, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Sigrid Faltin • PRODUCTION Seppia 130 000 €<br />

14<br />

FORMATION MEDIA<br />

Christian Monzinger (Ère production) sélectionné pour <strong>la</strong> formation EURODOC avec le projet Les Maîtres de l’anti-matière.<br />

Anne-Noëlle Gaessler sélectionnée pour <strong>la</strong> formation ARCHIDOC qui comm<strong>en</strong>ce début octobre.


Les aides de l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong> <strong>en</strong> 2007<br />

Bi<strong>la</strong>n des aides accordées pour l’année 2007, avec <strong>la</strong> contribution du CNC sauf pour <strong>la</strong> ligne Apport <strong>en</strong> industrie.<br />

Prochaine date de dépôt des dossiers : 24 novembre 2007 pour une décision <strong>en</strong> janvier 2008.<br />

Projets<br />

ACA<br />

demandé<br />

obt<strong>en</strong>u<br />

AIDES À LA PREMIÈRE ŒUVRE (MONTANT FORFAITAIRE DE 7650 €)<br />

Bucarest aller-retour, court métrage docum<strong>en</strong>taire, 43’ • RÉALISATION Ramona Po<strong>en</strong>aru • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle films & associés 7650 € 7 650 €<br />

Rêve général, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Julia Laur<strong>en</strong>ceau • PRODUCTEUR Dora films 7650 € 7 650 €<br />

Malgré tout, fiction, 10’ • RÉALISATION Frédéric Aprile • PRODUCTEUR Cap films 7650 € NON RETENU<br />

L’<strong>en</strong>vers de l’<strong>en</strong>droit, fiction, 13’ • RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Treillet 7650 € AJOURNÉ<br />

Exilés volontaires, docum<strong>en</strong>taire, 52’ • RÉALISATION Laure Brasseul • PRODUCTEUR Les Films de <strong>la</strong> cigogne 7650 € NON RETENU<br />

Une fille formidable, fiction, 13’ • RÉALISATION Judith Spronck• PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle films & associés 7650 € 7 650 €<br />

AIDES À L’ÉCRITURE<br />

Les ciné-fils, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Christophe Hager 720 € 720 €<br />

Théâtre de guerre, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Amélie Deymier 1500 € NON RETENU<br />

Valérie et les pati<strong>en</strong>ts, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Sophie Desgeorge 1355 € NON RETENU<br />

Juste avant, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Laura Meyer 1500 € 1 500 €<br />

Mes cousins d’Amérique, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION C<strong>la</strong>udia Marschal 1500 € 1 500 €<br />

Sur <strong>la</strong> route, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Christian von der Heyd<strong>en</strong> 1500 € NON RETENU<br />

Roman-photo : au-delà du cliché, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Bernard Wimmer 1500 € 1 500 €<br />

La nouvelle ère du barbier, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Solène Doerflinger 1500 € NON RETENU<br />

Hchouma, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Zouhaïr Chebbale 1500 € 1 500 €<br />

Je r<strong>en</strong>tre à <strong>la</strong> maison, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Thibaut W<strong>en</strong>ger 1500 € NON RETENU<br />

Pacha-Tikray, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Abel Kavanagh 1500 € 1 500 €<br />

Le convoi, fiction • RÉALISATION Clém<strong>en</strong>t Cogitore • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle films & associés 1500 € 700 €<br />

L’Ouest sauvage, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Aline Fischer 1500 € 1 500 €<br />

Sans titre, fiction • RÉALISATION Dom<strong>en</strong>ico Autolitano 1500 € 733 €<br />

Quelle histoire !, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Sophie-Charlotte Gautier 1500 € 1 500 €<br />

AIDES À LA RÉÉCRITURE<br />

Un homme, long métrage de fiction • RÉALISATION Stéphanie de F<strong>en</strong>in • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle films & associés 4500 € NON RETENU<br />

La nuit du Leviathan, court métrage de fiction • RÉALISATION Jean-Yves Fischbach • PRODUCTEUR East Wise films 3000 € 1 500 €<br />

AIDES AU DÉVELOPPEMENT<br />

Vacances <strong>en</strong> dictature, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Stéphane Luçon • PRODUCTEUR Seppia 4500 € NON RETENU<br />

Yangzi, <strong>la</strong> révolution bleue, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Baudouin Ko<strong>en</strong>ig • PRODUCTEUR Seppia 4500 € 4 500 €<br />

La voix de <strong>la</strong> dissid<strong>en</strong>ce, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Thomas Ermel • PRODUCTEUR Real productions 4300 € NON RETENU<br />

Prelude to sleep, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Gilles Weinzaepfl<strong>en</strong> • PRODUCTEUR Les Films d’un jour 4000 € 4 000 €<br />

Smara, court métrage de fiction • RÉALISATION Thibaut W<strong>en</strong>ger • PRODUCTEUR Prés<strong>en</strong>ces 4500 € NON RETENU<br />

À nos morts, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Jean-Marie Fawer et Fitouri Belhiba • PRODUCTEUR Filfil films 4500 € 3 000 €<br />

Le bout du tunnel, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Regis Caël • PRODUCTEUR Dora productions 4000 € 3 000 €<br />

Citoy<strong>en</strong>ne musulmane, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Jill Burnett • PRODUCTEUR Balthazar films 4200 € AJOURNÉ<br />

Des mots pour le nouveau monde, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Luis Miranda et Pascale Malinowski • PRODUCTEUR Cresc<strong>en</strong>do films 4500 € 3 500 €<br />

Spatio-temporis, docum<strong>en</strong>taire fiction • RÉALISATION Stéphane Chevalie, Salem Slimani • PRODUCTEUR Vu du ciel 4500 € NON RETENU<br />

L’<strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Michèle Massé • PRODUCTEUR Ana films 4500 € NON RETENU<br />

Arirang. Le grand show communiste, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Stéphane Luçon • PRODUCTEUR Seppia 4500 € NON RETENU<br />

En avoir ou pas, de l’amour, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Julie Talon • PRODUCTEUR Seppia 4500 € 3 500 €<br />

L’héritage de l’art nouveau à Strasbourg et <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Mélissa Décaire Hertzog • PRODUCTEUR Faites un vœu 4500 € NON RETENU<br />

Sarejevo, lignes de fuite, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Dami<strong>en</strong> Fritsch • PRODUCTEUR Dora films 4500 € 4 000 €<br />

Les grands procès, docum<strong>en</strong>taire • RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Lutaud • PRODUCTEUR Seppia 4500 € 3 000 €<br />

Comme le brouil<strong>la</strong>rd monte de <strong>la</strong> terre, fiction • RÉALISATION Marie Frering • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle films & associés 4500 € 4 000 €<br />

APPORT EN INDUSTRIE<br />

Coline, les amis de mes amis, long métrage de fiction • RÉALISATION Éti<strong>en</strong>ne Constantinesco 735,50 € 735,50 €<br />

Bleu horizon, court métrage de fiction • RÉALISATION Philippe Meyer • PRODUCTEUR Appar<strong>en</strong>ces 180,48 € 180,48 €<br />

15


chiffres (suite)<br />

Les aides de <strong>la</strong> Communauté urbaine de Strasbourg<br />

et de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong> lors des première et deuxième sessions 2007<br />

Les deux commissions consultatives audiovisuel et cinéma de <strong>la</strong> Communauté urbaine de Strasbourg et de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong><br />

se sont réunies <strong>en</strong> janvier et <strong>en</strong> juin pour leurs première et deuxième sessions de l’année.<br />

Hors le dispositif Souti<strong>en</strong> à l’accès diffuseur (aide au pilote) propre à <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong>, les autres aides bénéfici<strong>en</strong>t du dispositif du 1 € pour 2 € du CNC.<br />

Prochaine date de dépôt des dossiers : 16 novembre 2007 pour une décision <strong>en</strong> mars 2008.<br />

Projets CUS Région <strong>Alsace</strong><br />

demandé obt<strong>en</strong>u demandé obt<strong>en</strong>u<br />

DOCUMENTAIRES<br />

Les compagnons du devoir, 52’ • RÉALISATION Bruno Agui<strong>la</strong> • PRODUCTEUR Novi productions 15 000 € 0 € 20 000 € 0 €<br />

L’alchimiste de <strong>la</strong> récup, 26’ • RÉALISATION Fitouri Belhiba • PRODUCTEUR Filfil films 12 000 € 6 000 € 12 000 € 10 000 €<br />

Mon circuit à moi, 52’ • RÉALISATION Hervé Breque et Philip Dupuis • PRODUCTEUR Tandem image production - - 6 600 € 0 €<br />

Enfants du Laos, 26’ • RÉALISATION Daniel Coche • PRODUCTEUR Dora films 13 715 € 0 € 13 000 € 5 000 €<br />

Meis<strong>en</strong>thal, l’épreuve du verre, 26’ • RÉALISATION Jean-Paul Fargier • PRODUCTEUR Bix films 9 000 € 6 000 € 9 000 € 0 €<br />

Hier aujourd’hui, 52’ • RÉALISATION Jean-Marie Fawer et Fitouri Belhiba • PRODUCTEUR Filfil films 18 000 € 0 € 18 000 € AJOURNEMENT<br />

L’énergie de l’espoir, 52’ • RÉALISATION Jean-Marie Fawer • PRODUCTEUR Ana films 15 000 € RETIRÉ - -<br />

Raconte-moi ta <strong>la</strong>ngue, 52’ • RÉALISATION Mariette Feltin • PRODUCTEUR Grand Large production 12 000 € 0 € 18 000 € 18 000 €<br />

Vi<strong>en</strong>i nel Mare, 52’ • RÉALISATION Serge Fretto • PRODUCTEUR Bix films 20 000 € AJOURNEMENT 24 000 € 15 000 €<br />

Kevan <strong>en</strong> son doux jardin, 26’ • RÉALISATION Vinc<strong>en</strong>t Froehly • PRODUCTEUR Ère production 10 550 € 8 000 € 10 000 € 10 000 €<br />

Mai 68 <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, 52’ • RÉALISATION Arnaud Gobin • PRODUCTEUR Ère production 18 990 € 12 000 € 18 000 € 15 000 €<br />

La maison des naissances, 52’ • RÉALISATION Éric Lemasson • PRODUCTEUR Les Films de l’Europe 20 000 € 0 € 20 000 € 15 000 €<br />

Pierre Mann, une passion africaine, 26’ • RÉALISATION Luis Miranda • PRODUCTEUR De Visu productions 11 000 € 8 000 € 11 000 € 11 000 €<br />

Mes yeux de dinosaure (du cinéma), 52’ • RÉALISATION Luis Miranda • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle films & associés 22 260 € 12 000 € 20 000 € 16 000 €<br />

Le livre des miracles, 52’ • RÉALISATION Jean Montagne • PRODUCTEUR SGM productions - - 14 100 € 0 €<br />

Les moines du sil<strong>en</strong>ce, 52’ • RÉALISATION Jean-Luc Nachbauer • PRODUCTEUR Les Films de l’Europe 20 000 € 18 000 € 20 000 € 20 000 €<br />

La pomme, du jardin d’Ed<strong>en</strong> aux OGM, 52’ • RÉALISATION Catherine Peix • PRODUCTEUR Seppia 21 000 € 15 000 € 28 000 € 15 000 €<br />

Tomi Ungerer, trait pour trait, 26’ • RÉALISATION Philippe Poirier • PRODUCTEUR Bix films 10 000 € 6 000 € 10 000 € 4 000 €<br />

Deuxième chance, 52’ • RÉALISATION Éric Sandrin • PRODUCTEUR Beka productions 15 825 € 0 € - -<br />

Enterrés volontaires sous les g<strong>la</strong>ces de l’Antarctique, 60’ • RÉALISATION Djamel Tahi • PRODUCTEUR Terra incognita - - 7 000 € 0 €<br />

Demain le NHC, 52’ • RÉALISATION Julie Talon • PRODUCTEUR Seppia 21 000 € 0 € 22 000 € 0 €<br />

Nouveau départ, 26’ • RÉALISATION Pierre Toussaint • PRODUCTEUR Bix films 7 000 € 4 000 € 9 000 € 6 000 €<br />

Eco crimes, 52’ • RÉALISATION Thomas Weyd<strong>en</strong>bach • PRODUCTEUR Seppia 15 000 € 12 000 € 15 000 € 15 000 €<br />

Les héros de papier ne meur<strong>en</strong>t jamais, 52’ • RÉALISATION Jean-Michel Dury • PRODUCTEUR Ère production 15 000 € 13 000 €<br />

18000 €<br />

<strong>en</strong> 2006<br />

18000 €<br />

<strong>en</strong> 2006<br />

COURTS MÉTRAGES<br />

Abymée, 10’ • RÉALISATION Lionel Abeillon • PRODUCTEUR Bigger than Life - - 16 000 € 0 €<br />

Rêvons-nous bi<strong>en</strong>, 10’ • RÉALISATION Jean-Philippe Agnese • PRODUCTEUR Bigger than Life - - 16 500 € 0 €<br />

Chambre 18, 13’ • RÉALISATION Pierre Alt • PRODUCTEUR Aurore productions - - 24 000 € 0 €<br />

Les histoires d’Alfred, 10’ • RÉALISATION François Aunay • PRODUCTEUR Carlito films - - 40 000 € 0 €<br />

Ma vocation, 20’ • RÉALISATION Elsa Barrère • PRODUCTEUR Nobody 15 000 € 0 € 15 000 € 0 €<br />

L’hôte, Khâk e Todjikiston, 38’ • RÉALISATION Anne-Céline Bossu • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle films & associés 7 500 € 7 500 € - -<br />

À droite de <strong>la</strong> lune, 14’ • RÉALISATION Camille Bovier Lapierre • PRODUCTEUR Mice (a cat) § M<strong>en</strong> - - 50 000 € 15 000 €<br />

Toutes les <strong>lettre</strong>s écrites jamais <strong>en</strong>voyées, 25’ • RÉALISATION Eric-John Bretmel • PRODUCTEUR MP productions - - 21 500 € 0,00 €<br />

Où se trouve le chef de <strong>la</strong> prison , 15’ • RÉALISATION Patric Chiha • PRODUCTEUR Aurora films - - 20 000 € 0,00 €<br />

Visités, 25’ • RÉALISATION Clém<strong>en</strong>t Cogitore • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle films & associés 15 000 € 15 000 € 15 000 € 15 000 €<br />

Des hommes, 15’ • RÉALISATION Romain Cogitore • PRODUCTEUR Les Films à un dol<strong>la</strong>r 18 000 € 11 000 € 27 500 € 10 000 €<br />

La tête dans les flocons, 26’ x 1’30 • RÉALISATION Bruno Collet • PRODUCTEUR Megafilms - - 20 000 € AJOURNEMENT<br />

Mélodie de <strong>la</strong> dernière pluie, 50’ • RÉALISATION Xavier Choud<strong>en</strong>s • PRODUCTEUR De films <strong>en</strong> aiguille 30 000 € 0,00 € 50 000 € 0 €<br />

Au comm<strong>en</strong>cem<strong>en</strong>t, 18’ • RÉALISATION Thibaut De<strong>la</strong><strong>la</strong>nde • PRODUCTEUR Blue Marlyn - - 37 000 € 0 €<br />

Tu seras un homme, 15’ • RÉALISATION Thibaut Dujols • PRODUCTEUR Carlito films 10 000 € 0 € 25 000 € 0 €<br />

Seule avec elle, 40’ • RÉALISATION Thibaut Foirest • PRODUCTEUR Carlito films 15 000 € 0 € 40 000 € 0 €<br />

La vie <strong>en</strong> bas, 16’ • RÉALISATION Raphaël Gianelli-Meriano • PRODUCTEUR Ze prod - - 15 000 € 15 000 €<br />

Speed dating, 13’ • RÉALISATION Simon Grass • PRODUCTEUR Les Films au long cours - - 45 000 € 0 €<br />

Les plus mauvaises nuits, 35’ • RÉALISATION Juli<strong>en</strong> Helmoine • PRODUCTEUR El<strong>en</strong>a films 30 000 € 0 € 24 000 € 0 €<br />

Concurr<strong>en</strong>ce loyale, 13’ • RÉALISATION Jean-Luc Herbulot • PRODUCTEUR Invasion films 7 500 € 0 € 7 500 € 0 €<br />

16<br />

Le Keus, 15’ • RÉALISATION Juli<strong>en</strong> Izard • PRODUCTEUR La Space productions - - 20 000 € 0 €


Projets CUS Région <strong>Alsace</strong><br />

demandé obt<strong>en</strong>u demandé obt<strong>en</strong>u<br />

Mon école, 10’ • RÉALISATION Lionel Laget • PRODUCTEUR Trireme film - - 50 000 € 0 €<br />

Crazy Glue, 7’ • RÉALISATION Hervé Lasgouttes • PRODUCTEUR Opus films 25 000 € 0 € 10 000 € 0 €<br />

Ce qu’il <strong>en</strong> reste, 20’ • RÉALISATION S. Louis • PRODUCTEUR Château rouge production - - 12500 € 12500 €<br />

Bébé, 35’ • RÉALISATION Clém<strong>en</strong>t Michel • PRODUCTEUR Sombrero productions - - 30 000 € 0 €<br />

Yu <strong>en</strong> France, 25’ • RÉALISATION Miranda Luis • PRODUCTEUR De Visu productions RETIRÉ - 20 000 € 15000 €<br />

Tradition d’av<strong>en</strong>ir, 15’ • RÉALISATION Christophe Monier • PRODUCTEUR Takami productions - - 12 000 € 0 €<br />

Les funambules, 15’ • RÉALISATION Victoria Musieldak • PRODUCTEUR Divine production 10 000 € 0 € 10 000 € 0 €<br />

Amnésie un samedi après-midi, 25’ • RÉALISATION Morgan Perez • PRODUCTEUR Helium films - - 24 000 € 0 €<br />

Paul et Pauline, 10’ • RÉALISATION Mathieu Salmon • PRODUCTEUR Carlito films - - 40 000 € 0 €<br />

Millefeuille, 17’ • RÉALISATION Christian Sonderegger • PRODUCTEUR Arturo Mio 10 000 € 15 000 € 27 000 € 10 000 €<br />

Le terrier, 20’ • RÉALISATION Emmanuel Tillou • PRODUCTEUR Studio Kremlin - - 40 000 € 15000 €<br />

TÉLÉFILMS<br />

Mariages et confid<strong>en</strong>ces, 90’ • RÉALISATION Stéphane Meunier • PRODUCTEUR Adv<strong>en</strong>ture Line productions 75 000 € AJOURNEMENT 75 000 € 0 €<br />

Le septième juré, 90’ • RÉALISATION Édouard Niemans • PRODUCTEUR Gétévé 100 000 € 70 000 € 75 000 € 75000 €<br />

LONG MÉTRAGE DOCUMENTAIRE<br />

Sabrina, 100’ • RÉALISATION Marie Dumora • PRODUCTEUR Quark productions 15 000 € 15 000 € 30 000 € 30000 €<br />

LONGS MÉTRAGES FICTION<br />

Vi<strong>la</strong>ine, 100’ • RÉALISATION Jean-Patrick B<strong>en</strong>es et Al<strong>la</strong>n Mauduit • PRODUCTEUR Karé productions 100 000 € 0 € 100 000 € 100000 €<br />

Ahasinwitai, 90’ • RÉALISATION Vimukthi Jayasundara • PRODUCTEUR Unlimited 80 000 € 30 000 € 90 000 € 30000 €<br />

Liaisons ordinaires, 100’ • RÉALISATION Jozszef Pacskovszky • PRODUCTEUR Forum film 100 000 € 50 000 € 100 000 € 100000 €<br />

Au voleur, 100’ • RÉALISATION Sarah Petit • PRODUCTEUR Les Films Hatari 85 473 € 0 € 100 000 € 100000 €<br />

Ville sauvage, 106’ • RÉALISATION Gérôme Rivière • PRODUCTEUR Offshore 100 000 € 30 000 € - -<br />

Ariana, journal d’Arménie, 100’ • RÉALISATION Raphaëlle Vierling et Gareguine Zakoyan • PRODUCTEUR Le Deuxième Souffle 65 000 € 0 € 70 000 € 0 €<br />

DOCU-FICTION<br />

La Résistance, 2 x 90’ • RÉALISATION Félix Olivier • PRODUCTEUR Les Films de <strong>la</strong> croisade 200 000 € 95 000 € 150 000 € 150000 €<br />

La Résistance, 4 x 52’ • RÉALISATION Christophe Nick • PRODUCTEUR Les Films de <strong>la</strong> croisade - - 60 000 € 0 €<br />

SOUTIEN A L’ACCÈS DIFFUSEUR (AIDE AU PILOTE)<br />

Le testam<strong>en</strong>t de sable, docum<strong>en</strong>taire, 6’ pour 52’ • RÉALISATION Cyril Couture et Salem Slimani • PRODUCTEUR Vu du ciel - - 1 575 € 0 €<br />

Les portes du monde, 10’ pour 52’ • RÉALISATION Marc Jonas • PRODUCTEUR Ana films - - 6000 € 5 000 €<br />

Le dernier m<strong>en</strong>songe étude de cas, le 11/09, docum<strong>en</strong>taire, 5’ pour 52’ • RÉALISATION Stéphane Luçon • PRODUCTEUR Seppia - - 5 000 € 0 €<br />

Les fondeurs de cloche, docum<strong>en</strong>taire, 6’ pour 52’ • RÉALISATION Jean-C<strong>la</strong>ude Poirson • PRODUCTEUR Human Doors films - - 7 000 € 0 €<br />

La lucarne de PQ, animation, 1’30 pour série de 20’ • RÉALISATION Mathieu Rollin • PRODUCTEUR Amopix - - 7 000 € 0 €<br />

Sur les traces de <strong>la</strong> mémoire, docum<strong>en</strong>taire, 10’ pour 52’ • RÉALISATION Mathieu Rollin • PRODUCTEUR Faites un vœu - - 7 000 € 5 000 €<br />

De l’<strong>Alsace</strong> au Maroc. L’<strong>en</strong>vol de l’outarde, docum<strong>en</strong>taire, 6’ pour 52’ • RÉALISATION Tom Walter • PRODUCTEUR Xio - - 6000 € 0 €<br />

Liste des membres<br />

du comité consultatif<br />

audiovisuel et cinéma<br />

de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong><br />

Présid<strong>en</strong>t : Gérard Traband,<br />

vice-présid<strong>en</strong>t du conseil<br />

régional, présid<strong>en</strong>t de <strong>la</strong><br />

commission développem<strong>en</strong>t<br />

culturel, sport<br />

et id<strong>en</strong>tité régionale<br />

Andrée Buchmann,<br />

conseillère régionale,<br />

membre de <strong>la</strong> commission<br />

perman<strong>en</strong>te et de <strong>la</strong><br />

commission développem<strong>en</strong>t<br />

culturel, sport<br />

et id<strong>en</strong>tité régionale<br />

Madeleine Avramoussis,<br />

chargée de programme<br />

auprès d’Arte<br />

Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé,<br />

directrice du développem<strong>en</strong>t<br />

audiovisuel et multimédia,<br />

iconoval<br />

D<strong>en</strong>is Darroy,<br />

conseiller interrégional<br />

pour le cinéma, l’audiovisuel<br />

et le multimédia,<br />

DRAC <strong>Alsace</strong> et Lorraine<br />

Jean-François Deveau,<br />

directeur des acquisitions<br />

de <strong>la</strong> société MK2<br />

Francis Gelin,<br />

directeur général de<br />

l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong><br />

(suppléante : Brigitte<br />

Daudé, responsable du<br />

Départem<strong>en</strong>t audiovisuel)<br />

Colette Gervais,<br />

consultante spécialisée<br />

auprès de <strong>la</strong> banque Fortis<br />

Chloé Hunzinger,<br />

auteur-réalisatrice<br />

A<strong>la</strong>in Kuntzmann,<br />

directeur de <strong>la</strong> culture<br />

de <strong>la</strong> CUS<br />

(suppléant : Olivier<br />

Trusson, responsable du<br />

Départem<strong>en</strong>t audiovisuel)<br />

Stéphane Libs,<br />

directeur des cinémas Star<br />

Gérard Mordil<strong>la</strong>t,<br />

auteur-réalisateur<br />

Jean-Luc Nachbauer,<br />

producteur<br />

Hubert Schilling,<br />

secrétaire général<br />

du Circom<br />

Jean-Pierre Stucki,<br />

producteur<br />

Jan Vandir<strong>en</strong>donck,<br />

secrétaire général<br />

d’Eurimages<br />

(suppléante : Noemi<br />

Ferrer-Schw<strong>en</strong>k,<br />

administratrice<br />

à Eurimages)<br />

Liste des membres<br />

du comité consultatif<br />

audiovisuel et cinéma<br />

de <strong>la</strong> Communauté<br />

urbaine de Strasbourg<br />

Présid<strong>en</strong>t :<br />

Robert Grossmann<br />

Annie Batail<strong>la</strong>rd,<br />

unité docum<strong>en</strong>taires, Arte<br />

Jacques Dercourt,<br />

producteur,<br />

Jade productions<br />

Michel Deutsch,<br />

auteur-réalisateur<br />

Didier Duverger,<br />

Natixis Coficine<br />

Anne Hahn,<br />

Région <strong>Alsace</strong><br />

A<strong>la</strong>in Jaillet,<br />

<strong>en</strong>seignant-chercheur, ULP<br />

Pierre Kubel,<br />

producteur,<br />

Loma Nasha production<br />

Daniel Lac<strong>la</strong>viere,<br />

producteur,<br />

ABER images<br />

Marie-Thérèse Montalto,<br />

responsable d’ant<strong>en</strong>ne<br />

France 3 Bourgogne<br />

Franche-Comté<br />

Roberto Ol<strong>la</strong>,<br />

Eurimages<br />

Isabelle Pantic-Guillet,<br />

Ina Grand-Est<br />

Fabi<strong>en</strong>ne Vonier,<br />

productrice,<br />

Pyramide productions<br />

Observateurs :<br />

Brigitte Daudé,<br />

responsable du<br />

Départem<strong>en</strong>t audiovisuel,<br />

Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong><br />

et D<strong>en</strong>is Darroy,<br />

conseiller interrégional<br />

pour le cinéma, l’audiovisuel<br />

et le multimédia,<br />

DRAC <strong>Alsace</strong> et Lorraine<br />

17


télévisions<br />

Dans notre édition d’ automne 2006 , <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> était allé r<strong>en</strong>contrer<br />

les responsables des télévisions régionales. Nous retrouvons pour ce numéro<br />

d’automne 2007 Francis Guthleb<strong>en</strong> (France 3 <strong>Alsace</strong>), Jean-Jacques Schaettel<br />

(alsatic TV) et Jacques Dottor (télé<strong>Alsace</strong>).<br />

18<br />

¡ Salsa ! Ensemble, le temps d’une chanson<br />

de Johnny Rabines et Stephan Ba<strong>la</strong>y, coproduit par alsatic TV<br />

Création<br />

audiovisuelle régionale<br />

alsatic TV souhaite<br />

valoriser les projets innovants<br />

Depuis un an, le paysage audiovisuel alsaci<strong>en</strong><br />

s’est <strong>en</strong>richi de deux nouvelles télévisions<br />

régionales de proximité. Ces nouvelles v<strong>en</strong>ues<br />

é<strong>la</strong>rgiss<strong>en</strong>t l’offre régionale de diffusion jusqu’alors<br />

limitée à France 3 <strong>Alsace</strong>. Il y a un an,<br />

dans ces mêmes colonnes de <strong>la</strong> Lettre de <strong>Filmer</strong><br />

<strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, alsatic TV annonçait vouloir réserver,<br />

pour sa part, une <strong>la</strong>rge p<strong>la</strong>ce aux créateurs et<br />

producteurs régionaux. La chaîne a t<strong>en</strong>u cet<br />

<strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t.<br />

En 2007, grâce au souti<strong>en</strong> de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong>,<br />

alsatic TV est <strong>en</strong>tré dans plusieurs coproductions<br />

qu’elle diffusera courant 2008. C’est le cas<br />

notamm<strong>en</strong>t pour Yougostar (52’). Ce premier film<br />

docum<strong>en</strong>taire d’Amélie Deymier, produit par<br />

Cerigo films, raconte <strong>la</strong> double vie de Esko, un<br />

jeune Français de 28 ans, commercial <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

qui devi<strong>en</strong>t Emmano, une star de <strong>la</strong> chanson pop<br />

à Sarajevo. ¡ Salsa ! (52’) est un docum<strong>en</strong>taire de<br />

Stéphan Ba<strong>la</strong>y et Johnny Rabines produit par Le<br />

Deuxième Souffle films & associés (et le deuxième<br />

film du réalisateur). À travers sept portraits <strong>en</strong><br />

mouvem<strong>en</strong>t <strong>en</strong>tre <strong>la</strong> France, l’Allemagne et <strong>la</strong><br />

Suisse, le docum<strong>en</strong>taire propose un voyage<br />

dans l’atmosphère festive et colorée des rythmes<br />

<strong>la</strong>tinos, leur histoire et leur succès <strong>en</strong> Europe.<br />

Plusieurs autres projets de coproduction sont<br />

<strong>en</strong> développem<strong>en</strong>t : un retour sur l’histoire des<br />

Max’s, groupe vocal haut-rhinois, par Christian<br />

Hugel (Odysseus films) ainsi que le développem<strong>en</strong>t<br />

d’une série de programmes courts de<br />

dessin animé de l’association Les Firminides.<br />

Coproduction et captation : alsatic TV a égalem<strong>en</strong>t choisi d’accompagner<br />

des événem<strong>en</strong>ts sur le double mode du docum<strong>en</strong>taire et de <strong>la</strong> captation. Je<br />

citerai à cet égard <strong>la</strong> coproduction de À nos morts (52’), le docum<strong>en</strong>taire<br />

de Jean-Marie Fawer et Fitouri Belhiba. À travers un portrait du travail<br />

des musici<strong>en</strong>s du groupe strasbourgeois Les Sons d’<strong>la</strong> rue, le film amorce<br />

un travail de mémoire dans lequel s’impliqu<strong>en</strong>t aussi les artistes qui se<br />

confront<strong>en</strong>t à l’Histoire dans un spectacle qu’ils mont<strong>en</strong>t <strong>en</strong> même temps.<br />

Docum<strong>en</strong>taire et spectacle, qui form<strong>en</strong>t un work in progress parallèle,<br />

feront l’objet l’un d’une coproduction, l’autre d’une captation et seront<br />

diffusés <strong>en</strong>semble lors d’une soirée spéciale sur alsatic TV.<br />

La chaîne s’est égalem<strong>en</strong>t <strong>en</strong>gagée dans <strong>la</strong> coproduction du docum<strong>en</strong>taire<br />

de Philippe Poirier (Bix films) consacré à l’œuvre graphique de Tomi<br />

Ungerer. Ce film, qui sera diffusé à l’occasion de l’ouverture du c<strong>en</strong>tre Tomi<br />

Ungerer à Strasbourg cet automne 2007, sera égalem<strong>en</strong>t visible dans le<br />

cadre de <strong>la</strong> visite du c<strong>en</strong>tre. Sa diffusion sur l’ant<strong>en</strong>ne d’alsatic TV s’inscrit<br />

dans le cadre de <strong>la</strong> programmation d’une soirée spéciale consacrée à Tomi<br />

Ungerer. Avec cette même volonté d’accroître <strong>la</strong> visibilité de <strong>la</strong> création<br />

audiovisuelle régionale, alsatic TV lui consacre depuis un an un magazine<br />

m<strong>en</strong>suel de 26’ Côté courts, côté docs. Cette émission r<strong>en</strong>d compte de<br />

l’actualité audiovisuelle sous diverses formes : diffusion de docum<strong>en</strong>taires<br />

ou courts métrages, reportages réalisés aux festivals de Cannes et de<br />

La Rochelle (grâce au souti<strong>en</strong> de l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>), prés<strong>en</strong>tation<br />

des tournages <strong>en</strong> cours, et part<strong>en</strong>ariats avec les festivals régionaux (Ose ce<br />

court, Tourné monté), etc.<br />

Après une première année d’exist<strong>en</strong>ce, alsatic TV a bi<strong>en</strong> l’int<strong>en</strong>tion de<br />

poursuivre dans cette voie et d’<strong>en</strong>courager les nouveaux tal<strong>en</strong>ts <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>.<br />

La chaîne souhaite mettre l’acc<strong>en</strong>t dans les mois à v<strong>en</strong>ir tout particulièrem<strong>en</strong>t<br />

sur les nouveaux programmes qui privilégi<strong>en</strong>t l’innovation dans <strong>la</strong><br />

forme et le format ainsi que les premier et deuxième films. Et démontrer<br />

ainsi que alsatic TV constitue régionalem<strong>en</strong>t un nouvel espace d’expression<br />

pour les jeunes créateurs.<br />

Jean-Jacques Schaettel<br />

www.alsatic.com<br />

P<strong>la</strong>teau télé<strong>Alsace</strong>


Francis Guthleb<strong>en</strong>. DR<br />

France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Site pilote et <strong>en</strong> prime-time<br />

Par sa stratégie Global Media, France 3<br />

<strong>Alsace</strong> a été ret<strong>en</strong>u comme site pilote<br />

national. « Là où France 3 <strong>Alsace</strong> était<br />

hier <strong>en</strong>core producteur d’images pour <strong>la</strong> télévision via le réseau<br />

hertzi<strong>en</strong>, France 3 <strong>Alsace</strong> <strong>en</strong>t<strong>en</strong>d dev<strong>en</strong>ir producteur de cont<strong>en</strong>us pour<br />

tous les supports recevant de l’image : <strong>la</strong> télévision hertzi<strong>en</strong>ne, le câble,<br />

le satellite, internet, ADSL, DVD, téléphonie mobile », résume Francis<br />

Guthleb<strong>en</strong>, responsable de l’ant<strong>en</strong>ne régionale et des programmes de<br />

France 3 <strong>Alsace</strong>.<br />

Dans un paysage audiovisuel marqué par le développem<strong>en</strong>t des<br />

nouveaux supports de diffusion de l’image, par <strong>la</strong> révolution des<br />

cont<strong>en</strong>us et par les att<strong>en</strong>tes nouvelles des téléspectateurs, France 3<br />

<strong>Alsace</strong> a multiplié les expérim<strong>en</strong>tations depuis juin 2006. La chaîne<br />

a franchi un pas de plus, ess<strong>en</strong>tiel, au cours de l’été. Un pas franchi<br />

avec succès.<br />

Pour <strong>la</strong> première fois dans l’histoire de <strong>la</strong> télévision régionale, une direction<br />

régionale, <strong>en</strong> l’occurr<strong>en</strong>ce celle de France 3 <strong>Alsace</strong>, a proposé<br />

un r<strong>en</strong>dez-vous hebdomadaire à ses téléspectateurs, tous les samedis<br />

d’été à 20 h 20. Des personnalités (Jacques Higelin, Albert de Monaco,<br />

Véronique G<strong>en</strong>est, Guy Roux, etc.) ont revisité l’<strong>Alsace</strong> de leur <strong>en</strong>fance<br />

ou de leurs vacances <strong>en</strong> compagnie de Huguette Dreikaus. Ce magazine,<br />

intitulé Entre nous on se dit tout, a réalisé de véritables records<br />

d’audi<strong>en</strong>ces face aux “ grands messes du 20 heures ” avec des pointes à<br />

plus 17 % d’audi<strong>en</strong>ce. Preuve a donc été faite que <strong>la</strong> télévision régionale<br />

pouvait, à travers des programmes adaptés à l’heure et au public,<br />

trouver une vraie audi<strong>en</strong>ce <strong>en</strong> prime time.<br />

Le deuxième volet de l’opération estivale concernait internet. Douze<br />

heures de programmes ont été mises <strong>en</strong> ligne. Des portraits, des recettes,<br />

des ba<strong>la</strong>des, des idées de sorties, des souv<strong>en</strong>irs de vacances ont été<br />

prés<strong>en</strong>tés à <strong>la</strong> fois par des séqu<strong>en</strong>ces <strong>en</strong> images et des fiches pratiques.<br />

L’élém<strong>en</strong>t-phare étant <strong>la</strong> possibilité de regarder 150 sites et communes<br />

alsaci<strong>en</strong>nes vues du ciel. Ce site internet a connu un véritable rush,<br />

avec jusqu’à 3 000 pages vues par jour.<br />

Francis Guthleb<strong>en</strong><br />

alsace.france3.fr<br />

télé<strong>Alsace</strong><br />

télé<strong>Alsace</strong> s’agrandit et s’installe à l’Espace europé<strong>en</strong> de l’<strong>en</strong>treprise.<br />

La chaîne régionale vi<strong>en</strong>t d’emménager 22 av<strong>en</strong>ue de l’Europe à<br />

Schiltigheim dans un bâtim<strong>en</strong>t f<strong>la</strong>mbant neuf où elle suit Via Storia,<br />

son prestataire part<strong>en</strong>aire. L’équipe de télé<strong>Alsace</strong> dispose désormais de<br />

290 m 2 de bureaux avec notamm<strong>en</strong>t un op<strong>en</strong> space pour <strong>la</strong> rédaction,<br />

un mini-p<strong>la</strong>teau d’<strong>en</strong>registrem<strong>en</strong>t pour son F<strong>la</strong>sh info express et cinq<br />

cabines de montage.<br />

L’<strong>Alsace</strong> <strong>en</strong> direct, l’émission quotidi<strong>en</strong>ne de 19 heures à 20 heures,<br />

continue d’être réalisée <strong>en</strong> extérieur deux fois par semaine grâce<br />

à un car régie équipé de six caméras et de moy<strong>en</strong>s de transmission<br />

satellitaire. Le reste du temps, journalistes, animateurs et chroniqueurs<br />

investiss<strong>en</strong>t un p<strong>la</strong>teau de 265 m 2 au siège de <strong>la</strong> chaîne dans lequel un<br />

nouveau décor a été construit. Pour sa deuxième saison, le canevas<br />

de L’<strong>Alsace</strong> <strong>en</strong> direct s’est <strong>en</strong>richi de nouvelles rubriques toniques et<br />

décalées, dynamiques et humoristiques pour marquer plus <strong>en</strong>core sa<br />

vocation de divertissem<strong>en</strong>t talk-info.<br />

Parallèlem<strong>en</strong>t, <strong>la</strong> chaîne poursuit sa politique de retransmission de<br />

r<strong>en</strong>contres sportives <strong>en</strong> direct.<br />

L’équipe de télé<strong>Alsace</strong> était récemm<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> foire europé<strong>en</strong>ne (Strasbourg),<br />

au festival Décibulles (Val - de - Villé), à l’<strong>en</strong>treprise Lisbeth<br />

(Soultzmatt), aux ateliers SNCF-TGV (Bischheim), au Musée du chemin<br />

de fer (Mulhouse) et a reçu Gilbert Gress, Simone Morg<strong>en</strong>thaler,<br />

Marc Lévy, Cathy Bernecker, M. le Recteur de l’académie de Strasbourg<br />

et Jean-Marc Fur<strong>la</strong>n (<strong>en</strong>traîneur du Racing club de Strasbourg).<br />

Jacques Dottor<br />

www.telealsace.com<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Meis<strong>en</strong>thal, l’épreuve du verre<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Xavier Truti et Jean-Paul Fargier<br />

Un <strong>la</strong>boratoire international d’art verrier dont le nom<br />

résonne, porté par des objets précieux fabriqués dans<br />

cette manufacture. Artisans, technici<strong>en</strong>s, verriers et<br />

créateurs de r<strong>en</strong>om viv<strong>en</strong>t l’av<strong>en</strong>ture d’un lieu <strong>en</strong>gagé<br />

dans <strong>la</strong> modernité, qui ne fait pas l’économie de son<br />

patrimoine.<br />

Coproduction Bix films, Ére production,<br />

France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Vi<strong>en</strong>i nel mare<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Serge Fretto<br />

Mon père Vinc<strong>en</strong>t croyait pouvoir oublier <strong>la</strong> Sicile, sa terre<br />

natale. Mais quand Marianne, sa mère, se souvi<strong>en</strong>t avec<br />

son petit-fils de son île, sa remémoration va dev<strong>en</strong>ir celle<br />

de toute une famille. Les souv<strong>en</strong>irs vont se recomposer lors<br />

d’un voyage à Naro. Sur ces terres abandonnées par l’exil,<br />

le li<strong>en</strong> <strong>en</strong>tre les vivants et les morts va métamorphoser<br />

<strong>la</strong> vie de Vinc<strong>en</strong>t, <strong>en</strong>traîner <strong>la</strong> quête d’une id<strong>en</strong>tité et le<br />

rapprochem<strong>en</strong>t des générations.<br />

Coproduction Bix films,<br />

France 3 Corse, Images Plus<br />

Valérie et les pati<strong>en</strong>ts<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Sophie Desgeorge<br />

Valérie est médecin remp<strong>la</strong>çante dans un cabinet de<br />

<strong>la</strong> campagne alsaci<strong>en</strong>ne. 30 ans, débutante, son statut<br />

l’amène à pr<strong>en</strong>dre <strong>en</strong> charge une cli<strong>en</strong>tèle qu’elle ne<br />

connaît pas et <strong>en</strong> grande part âgée. Les r<strong>en</strong>contres de<br />

Valérie lors des visites à domicile dans <strong>la</strong> vallée de <strong>la</strong><br />

Bruche nous font pénétrer dans l’intimité des personnages.<br />

Entre modernité et tradition, chaque consultation se<br />

donne ici à voir, telle <strong>la</strong> saynète d’un petit théâtre.<br />

Coproduction Bix films, télé<strong>Alsace</strong><br />

19


égions<br />

La dynamique transrégionale est perceptible dans les différ<strong>en</strong>tes r<strong>en</strong>contres professionnelles. Pour créer et consolider les re<strong>la</strong>tions<br />

<strong>en</strong>tre les acteurs des différ<strong>en</strong>tes régions, <strong>la</strong> Confér<strong>en</strong>ce interprofessionnelle sur le cinéma et l’audiovisuel dans le Grand-Est, initiée<br />

par D<strong>en</strong>is Darroy, conseiller pour le cinéma, l’audiovisuel et le multimédia (DRAC <strong>Alsace</strong> et Lorraine), et organisée conjointem<strong>en</strong>t avec<br />

le Conseil régional de Lorraine, a réuni une grande partie des acteurs concernés des régions <strong>Alsace</strong>, Lorraine, Champagne-Ard<strong>en</strong>ne,<br />

Bourgogne et Franche-Comté ainsi qu’une représ<strong>en</strong>tation de l’association des Conseils régionaux du Grand-Est.<br />

20<br />

Vers une politique Grand-Est <br />

Force est de constater que dans l’<strong>en</strong>semble de ces régions, les professionnels<br />

ont les mêmes préoccupations. Dans le contexte actuel, il semble urg<strong>en</strong>t<br />

d’échanger, de poursuivre les réflexions m<strong>en</strong>ées sur le développem<strong>en</strong>t du<br />

secteur de l’audiovisuel et du cinéma, de faire des propositions et de créer<br />

des synergies <strong>en</strong>tre les professionnels du Grand-Est.<br />

Les vicissitudes de l’audiovisuel, stagnation des financem<strong>en</strong>ts, réduction<br />

des heures produites <strong>en</strong> région, lignes éditoriales formatées, conc<strong>en</strong>tration<br />

parisi<strong>en</strong>ne sont autant de raisons de <strong>la</strong> fragilisation du secteur <strong>en</strong> région.<br />

Le souti<strong>en</strong> à <strong>la</strong> production régionale est un pilier incontournable qu’il<br />

faut pér<strong>en</strong>niser. Il complète les financem<strong>en</strong>ts existants des chaînes de<br />

télévisions, du C<strong>en</strong>tre national de <strong>la</strong> cinématographie (CNC), de <strong>la</strong> Procirep<br />

et de l’Angoa. Il est à noter que <strong>la</strong> réglem<strong>en</strong>tation du CNC dans le cadre<br />

du dispositif du 1 € pour 2 € exclut de facto certaines productions ne<br />

remplissant pas les critères. Que faire alors des crédits non consommés de<br />

ces fonds Une réflexion est à m<strong>en</strong>er sur l’é<strong>la</strong>rgissem<strong>en</strong>t à ces productions<br />

actuellem<strong>en</strong>t non éligibles. Pour réfléchir à ces changem<strong>en</strong>ts, plusieurs<br />

mécanismes sont à <strong>en</strong>visager. L’é<strong>la</strong>rgissem<strong>en</strong>t des aides à <strong>la</strong> création au<br />

multimédia permettrait de pr<strong>en</strong>dre <strong>en</strong> compte l’évolution technologique et<br />

l’apparition de nouveaux supports de diffusion. ACME est l’aide régionale<br />

à <strong>la</strong> création multimédia expérim<strong>en</strong>tale abondée par <strong>la</strong> DRAC Ile-de-<br />

France, mise <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce par <strong>la</strong> Région Ile-de-France. Elle souti<strong>en</strong>t <strong>la</strong> création<br />

artistique et <strong>la</strong> diffusion des oeuvres par le biais d’Arcadi, établissem<strong>en</strong>t<br />

public de coopération culturelle (www.arcadi.fr). Nous pourrions aussi<br />

nous inspirer d’une aide au développem<strong>en</strong>t initiée par le CNC et destinée<br />

à favoriser le développem<strong>en</strong>t de projets créés pour plusieurs supports<br />

de diffusion compr<strong>en</strong>ant des écritures spécifiques de cont<strong>en</strong>us culturels<br />

(linéaires ou interactifs) pour <strong>la</strong> téléphonie mobile, internet, le jeu vidéo, le<br />

cinéma, <strong>la</strong> télévision. L’objectif visé est de stimuler, <strong>en</strong> amont de <strong>la</strong> phase de<br />

production, l’innovation, le r<strong>en</strong>ouvellem<strong>en</strong>t et <strong>la</strong> diversification des modes<br />

créatifs, et de contribuer à développer les passerelles <strong>en</strong>tre les nouveaux<br />

médias numériques, le cinéma et <strong>la</strong> télévision. L’aide concerne les auteurs<br />

ou les producteurs avec l’accord des auteurs. Autre dispositif innovant,<br />

<strong>la</strong> Maison de l’image de Basse-Normandie souti<strong>en</strong>t les associations de<br />

production audiovisuelle sans diffuseur TV mais ayant des accords de<br />

diffusion des cinémas ou des médiathèques.<br />

L’importance des télévisions locales de service public dans nos régions et<br />

leur développem<strong>en</strong>t est un atout auquel nous devons porter <strong>la</strong> plus grande<br />

att<strong>en</strong>tion.<br />

Articuler culture et économie : Toutes les réformes <strong>en</strong>visageables des<br />

dispositifs de souti<strong>en</strong> n’atteindront leur efficacité qu’<strong>en</strong> pr<strong>en</strong>ant <strong>en</strong> compte<br />

<strong>la</strong> nature économique des activités audiovisuelles et cinématographiques.<br />

Sans remettre <strong>en</strong> question l’aide au projet, il est important d’<strong>en</strong>visager<br />

<strong>en</strong> complém<strong>en</strong>t l’accès aux aides économiques pour les <strong>en</strong>treprises<br />

audiovisuelles. Ces évolutions sont des préa<strong>la</strong>bles indisp<strong>en</strong>sables au<br />

développem<strong>en</strong>t des <strong>en</strong>treprises et à leur capacité de s’adapter aux mutations<br />

<strong>en</strong> cours, dont <strong>la</strong> plus significative est <strong>la</strong> multiplication des supports de<br />

diffusion. L’exemple wallon est de ce point de vue intéressant, Wallimage<br />

pouvant interv<strong>en</strong>ir <strong>en</strong> coproduction dans les films mais aussi <strong>en</strong> capital<br />

dans <strong>la</strong> société (www.wallimage.be).<br />

Une aide au développem<strong>en</strong>t conséqu<strong>en</strong>te, tout ou partiellem<strong>en</strong>t remboursable,<br />

est un souti<strong>en</strong> important aux <strong>en</strong>treprises pour faire face aux<br />

coûts de développem<strong>en</strong>t et explorer de nouveaux marchés, diversifier<br />

leur activité et faciliter l’accès aux marchés internationaux (Sunny<br />

Side of the Doc, Idfa, Mipcom et Miptv…). Le rapprochem<strong>en</strong>t des fonds<br />

selon certains critères à déterminer pourrait permettre d’attirer dans les<br />

régions du Grand-Est des tournages français<br />

ou étrangers par l’augm<strong>en</strong>tation mécanique<br />

de l’aide due au cumul. Les fonds pourrai<strong>en</strong>t<br />

harmoniser leurs modes de fonctionnem<strong>en</strong>t et<br />

avoir une communication commune int<strong>en</strong>sifiée.<br />

Les financem<strong>en</strong>ts du cinéma ont évolué ces<br />

dernières années, l’interv<strong>en</strong>tion des chaînes<br />

(principal financeur) a t<strong>en</strong>dance à baisser <strong>en</strong><br />

valeur unitaire. Il est donc possible pour les<br />

collectivités d’être un financeur significatif,<br />

notamm<strong>en</strong>t <strong>en</strong> pr<strong>en</strong>ant <strong>en</strong> compte <strong>la</strong> question<br />

des crédits non consommés. On peut se demander<br />

si <strong>la</strong> seule manière réellem<strong>en</strong>t efficace pour<br />

contrôler l’impact économique de l’apport investi<br />

ne serait pas <strong>la</strong> coproduction (ce qui suppose des<br />

compét<strong>en</strong>ces pointues). En dehors de <strong>la</strong> région<br />

Rhône-Alpes avec Rhône-Alpes cinéma, <strong>la</strong> région<br />

Nord - Pas-de-Ca<strong>la</strong>is s’est <strong>la</strong>ncée dans <strong>la</strong> voie de<br />

<strong>la</strong> coproduction avec le CRRAV (www.crrav.com).<br />

Il faudrait <strong>en</strong> mesurer le véritable impact sur les<br />

retombées économiques <strong>en</strong> région.<br />

Le rapprochem<strong>en</strong>t des régions <strong>en</strong> s’appuyant<br />

sur l’Association des régions françaises du<br />

Grand - Est serait à <strong>en</strong>courager. L’importance de<br />

ce rapprochem<strong>en</strong>t transrégional permettrait égalem<strong>en</strong>t<br />

d’<strong>en</strong>visager de manière plus équilibrée<br />

des échanges transfrontaliers avec l’Allemagne<br />

et <strong>la</strong> Suisse.<br />

La troisième Confér<strong>en</strong>ce interprofessionnelle sur<br />

le cinéma et l’audiovisuel dans le Grand-Est s’est<br />

t<strong>en</strong>ue <strong>en</strong> mars 2007 à Gérardmer. Elle a permis<br />

de confronter des points de vue et des pratiques<br />

régionales différ<strong>en</strong>ts, de p<strong>en</strong>ser <strong>la</strong> mutualisation<br />

des moy<strong>en</strong>s sur des projets communs ou<br />

simi<strong>la</strong>ires, de donner <strong>la</strong> lisibilité des actions des<br />

régions du Grand-Est, d’<strong>en</strong>visager de coordonner<br />

les ressources existantes sur les territoires et de<br />

structurer un réseau professionnel à un niveau<br />

interrégional. Différ<strong>en</strong>ts points ont été abordés<br />

durant cette confér<strong>en</strong>ce dont l’objectif était de<br />

déterminer des pistes de réflexion commune,<br />

d’id<strong>en</strong>tifier de futurs part<strong>en</strong>aires, de se donner<br />

des perspectives de développem<strong>en</strong>t et de col<strong>la</strong>borations<br />

plus concrètes.<br />

Gestion et valorisation du patrimoine<br />

cinématographique audiovisuel et photographique<br />

Plusieurs opérateurs œuvr<strong>en</strong>t dans ce domaine,<br />

notamm<strong>en</strong>t : le Conservatoire régional de l’image<br />

(www.imagesdelorraine.org et www.imagesdevolcans.fr),<br />

l’Institut national de l’audiovisuel (www.ina.fr)<br />

avec sa délégation du Grand-Est, les archives<br />

départem<strong>en</strong>tales qui déti<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t des fonds considérables<br />

et sont des part<strong>en</strong>aires importants dans<br />

<strong>la</strong> gestion des fonds patrimoniaux.<br />

Pour gérer et valoriser les fonds, <strong>la</strong> numérisation<br />

est dev<strong>en</strong>ue incontournable. Elle seule<br />

permettra de traiter les questions d’inv<strong>en</strong>taire,


films <strong>en</strong> fabrication<br />

d’indexation de sauvegarde et de conservation. L’objectif est de fédérer<br />

toutes les initiatives <strong>en</strong> ce domaine afin que les différ<strong>en</strong>ts organismes<br />

travaill<strong>en</strong>t <strong>en</strong>semble et adopt<strong>en</strong>t des procédures communes pour<br />

favoriser une mutualisation opérationnelle.<br />

Télévisions locales : quels <strong>en</strong>jeux pour demain <br />

En France, le CSA comptabilise une c<strong>en</strong>taine de télévisions locales, qui<br />

couvr<strong>en</strong>t aujourd’hui une très grande partie du territoire national. C’est<br />

un secteur jeune, d’à peine une vingtaine d’années. En Lorraine, un GIE<br />

Lorraine télévisions regroupe cinq télévisions locales de service public :<br />

TV8 Moselle Est à Forbach et Freyming-Merlebach ; TV Mosaïk à Sarreguemines<br />

; TV Cristal à Bitche ; Images + à Épinal. Malgré des données<br />

positives, de nombreuses incertitudes pès<strong>en</strong>t sur ce secteur : les équilibres<br />

financiers rest<strong>en</strong>t très fragiles et il existe un manque de lisibilité<br />

sur <strong>la</strong> TNT. Il existe donc de réels <strong>en</strong>jeux dans le positionnem<strong>en</strong>t des<br />

télévisions locales dans le paysage audiovisuel lorrain et alsaci<strong>en</strong> (<strong>en</strong><br />

<strong>Alsace</strong>, 27 télévisions locales, 2 télévisions régionales privées – alsatic<br />

TV et télé<strong>Alsace</strong>, et France 3 <strong>Alsace</strong>, télévision publique régionale), à <strong>la</strong><br />

fois <strong>en</strong> termes de productions, de marchés et de diffusion.<br />

La production audiovisuelle et cinématographique <strong>en</strong> région<br />

Depuis <strong>la</strong> création du fonds de souti<strong>en</strong> <strong>en</strong> Lorraine, on note une<br />

réelle stimu<strong>la</strong>tion de <strong>la</strong> filière et un développem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> créativité. Il<br />

reste désormais à consolider l’activité, notamm<strong>en</strong>t par un travail sur<br />

<strong>la</strong> diffusion de ces films, <strong>en</strong>core trop faible aujourd’hui. Concernant<br />

les coproductions, constat est fait que le marché du docum<strong>en</strong>taire<br />

c<strong>la</strong>ssique se restreint de plus <strong>en</strong> plus. La nécessité des coproductions<br />

internationales est ess<strong>en</strong>tielle pour mettre <strong>en</strong> réseau connaissances,<br />

<strong>en</strong>vies et moy<strong>en</strong>s financiers et mettre <strong>en</strong> œuvre une synergie de moy<strong>en</strong>s<br />

et de motivations. Les dossiers sont particulièrem<strong>en</strong>t compliqués<br />

à monter d’où <strong>la</strong> nécessité pour les producteurs de se former à ces<br />

procédures. Le développem<strong>en</strong>t et les coproductions sont égalem<strong>en</strong>t<br />

favorisés ou r<strong>en</strong>dus possibles par les festivals, les marchés et dans<br />

ces démarches coûteuses, les producteurs souhait<strong>en</strong>t égalem<strong>en</strong>t un<br />

accompagnem<strong>en</strong>t. iconoval, pôle image <strong>Alsace</strong>, a initié <strong>en</strong> 2006 doc<br />

& pitch, un dispositif qui a lieu p<strong>en</strong>dant le Sunny Side of the Doc,<br />

marché international du docum<strong>en</strong>taire permettant aux producteurs de<br />

prés<strong>en</strong>ter leurs projets de film <strong>en</strong> développem<strong>en</strong>t auprès des chargés<br />

de programmes de chaînes europé<strong>en</strong>nes.<br />

Salles de cinéma, les <strong>en</strong>jeux du numérique<br />

La Fédération des cinémas français s’interroge sur <strong>la</strong> p<strong>la</strong>ce de l’exploitation<br />

cinématographique et sur les possibilités d’accompagnem<strong>en</strong>t<br />

des salles de cinéma afin qu’elles répond<strong>en</strong>t aux normes exigées. Si<br />

<strong>la</strong> question du numérique mérite d’être posée, elle ne constitue pas <strong>la</strong><br />

question primordiale pour le mom<strong>en</strong>t pour <strong>la</strong> Fédération, qui préfère<br />

rester prud<strong>en</strong>te à ce sujet et att<strong>en</strong>dre d’<strong>en</strong> savoir davantage.<br />

En conclusion, cette édition de <strong>la</strong> confér<strong>en</strong>ce interprofessionnelle dans<br />

sa dim<strong>en</strong>sion interrégionale Grand-Est a c<strong>la</strong>irem<strong>en</strong>t démontré l’intérêt<br />

d’une telle initiative et <strong>la</strong> nécessité de <strong>la</strong> poursuivre. Au travers des<br />

différ<strong>en</strong>tes interv<strong>en</strong>tions et échanges, se pose implicitem<strong>en</strong>t <strong>la</strong> question<br />

de disposer <strong>en</strong> région d’un outil d’observation et d’évaluation de toute<br />

<strong>la</strong> filière au service des professionnels.<br />

Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé (iconoval),<br />

D<strong>en</strong>is Darroy (DRAC <strong>Alsace</strong> et Lorraine)<br />

R<strong>en</strong>dez-vous pour <strong>la</strong> quatrième Confér<strong>en</strong>ce interprofessionnelle<br />

sur le cinéma et l’audiovisuel dans le Grand-Est les 26 et 27 mars 2008,<br />

avec un focus particulier sur les problématiques liées à <strong>la</strong> coproduction interrégionale.<br />

21films <strong>en</strong> fabrication<br />

L’infirmier et le guérisseur<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Nadège Buhler<br />

La médecine traditionnelle est le premier niveau de<br />

recours aux soins <strong>en</strong> Afrique. L’État nigéri<strong>en</strong> et l’OMS<br />

veul<strong>en</strong>t marquer l’importance de cette médecine, mais<br />

quel est leur souti<strong>en</strong> réel sur le terrain Casimir et<br />

Damouré, deux ag<strong>en</strong>ts de santé nigéri<strong>en</strong>s lutt<strong>en</strong>t pour<br />

<strong>la</strong> sauvegarde et l’exist<strong>en</strong>ce officielle de <strong>la</strong> médecine<br />

traditionnelle africaine. Mais derrière ce combat, c’est<br />

<strong>la</strong> reconnaissance de l’id<strong>en</strong>tité et de <strong>la</strong> culture africaine<br />

qu’ils veul<strong>en</strong>t déf<strong>en</strong>dre.<br />

Coproduction Ana films, Images Plus,<br />

avec <strong>la</strong> participation de RFO<br />

Rêve général<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Julia Laur<strong>en</strong>ceau<br />

Rêve général : une histoire qui débute lors du mouvem<strong>en</strong>t<br />

étudiant anti-CPE à l’université Marc Bloch de Strasbourg<br />

<strong>en</strong> 2006. Un an après, le film met <strong>en</strong> scène d’anci<strong>en</strong>s<br />

grévistes <strong>en</strong>gagés aujourd’hui, chacun à leur manière.<br />

Au travers des vies <strong>en</strong>trecroisées de Camille, Cyngy,<br />

Juli<strong>en</strong>…, le film sera <strong>la</strong> chronique d’une génération pr<strong>en</strong>ant<br />

<strong>la</strong> parole : rêves et angoisses, errances et doutes !<br />

Dora films<br />

Éco-crimes<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 3 x 52’<br />

de Thomas Weid<strong>en</strong>bach et Heinz Greuling<br />

Saviez-vous que les garde-côtes australi<strong>en</strong>s mèn<strong>en</strong>t une<br />

véritable guerre contre les pêcheurs privés Saviez-vous<br />

que le commerce des peaux et os de tigres rares est plus<br />

r<strong>en</strong>table que celui de l’héroïne Cette collection <strong>en</strong>quête<br />

sur le crime organisé qui bénéficie aujourd’hui<br />

d’un nouveau secteur d’activité, du même acabit que le<br />

trafic d’armes ou de drogue : les éco-crimes.<br />

Coproduction Seppia, Läng<strong>en</strong>grad Filmproduktion (Cologne)<br />

21


voisins<br />

La Franche-Comté est historiquem<strong>en</strong>t connue pour avoir été le berceau des<br />

films militants du groupe Medvedkine dans les années de luttes sociales.<br />

Comm<strong>en</strong>t se définit le paysage audiovisuel contemporain dans cette région<br />

et quels <strong>en</strong> sont les acteurs Jean-Pierre Stucki est producteur et partage<br />

aujourd’hui ses activités <strong>en</strong>tre <strong>la</strong> Franche-Comté et l’<strong>Alsace</strong>.<br />

Paysage audiovisuel <strong>en</strong> Franche-Comté<br />

Entre les pôles audiovisuels solides que sont l’<strong>Alsace</strong> et Rhône-Alpes,<br />

<strong>la</strong> Franche-Comté essaie de trouver une p<strong>la</strong>ce modeste mais originale.<br />

Elle dispose de plusieurs atouts incontestables : une politique régionale<br />

anci<strong>en</strong>ne et volontariste de souti<strong>en</strong> à <strong>la</strong> production et aux tournages, des<br />

formations techniques et artistiques de bon niveau, une palette de lieux<br />

de tournages urbains et ruraux variés et attractifs, un tissu de structures,<br />

de sociétés et de personnalités qui ont réussi à se faire une p<strong>la</strong>ce dans<br />

le paysage audiovisuel national et, <strong>en</strong>fin, une politique de coproduction<br />

dynamique de <strong>la</strong> station régionale de France 3 <strong>en</strong> matière de magazines<br />

et de docum<strong>en</strong>taires. Mais plusieurs handicaps comme sa petite taille<br />

et l’abs<strong>en</strong>ce de métropole (ville de plus de 300 000 habitants) sur son<br />

territoire ont empêché son secteur audiovisuel d’atteindre <strong>la</strong> taille critique<br />

de ses voisins.<br />

Les auteurs, réalisateurs ou producteurs issus de <strong>la</strong> région les plus connus<br />

ont ainsi presque toujours fait leur chemin <strong>en</strong> s’exi<strong>la</strong>nt hors de Franche-<br />

Comté. En tant que producteur, il est frappant de constater que je travaille<br />

souv<strong>en</strong>t avec des professionnels franc-comtois, aujourd’hui domiciliés à<br />

Strasbourg, Lyon ou Paris.<br />

Face aux turbul<strong>en</strong>ces actuelles de l’activité de production et aux difficultés<br />

des intermitt<strong>en</strong>ts, le souci des collectivités, de l’État et des organisations<br />

professionnelles est désormais de structurer et de développer activem<strong>en</strong>t<br />

<strong>la</strong> filière audiovisuelle franc-comtoise. Les choses boug<strong>en</strong>t dans ce s<strong>en</strong>s<br />

depuis un peu plus d’un an. Les producteurs de films se sont constitués<br />

<strong>en</strong> association et ont <strong>la</strong>ncé plusieurs chantiers collectifs. Une coordination<br />

Bourgogne - Franche-Comté du mois du film docum<strong>en</strong>taire a été créée et<br />

permet de donner une seconde vie aux films produits <strong>en</strong> région et une<br />

multitude de r<strong>en</strong>contres avec le public. Un grand nombre de professionnels<br />

(technici<strong>en</strong>s, comédi<strong>en</strong>s, producteurs, diffuseurs, etc.) se sont réunis une<br />

dizaine de fois depuis trois ans dans le cadre de <strong>la</strong> Commission régionale<br />

des professions du spectacle (Coreps). Toutes ces actions ne sont pas<br />

m<strong>en</strong>ées par <strong>la</strong> Franche-Comté seule, mais <strong>en</strong> concertation étroite avec nos<br />

collègues et part<strong>en</strong>aires de Bourgogne. En se constituant, l’Association des<br />

producteurs audiovisuels a délibérém<strong>en</strong>t choisi un territoire interrégional<br />

(Rhin-Rhône). Ce choix se justifie <strong>en</strong> effet par les questions de taille<br />

évoquées plus haut, par le fait que <strong>la</strong> station régionale de France 3 couvre<br />

simultaném<strong>en</strong>t <strong>la</strong> Bourgogne et <strong>la</strong> Franche-Comté, de même que les DRAC<br />

des deux régions partag<strong>en</strong>t un même conseiller audiovisuel.<br />

Les réunions de <strong>la</strong> Coreps ont débouché <strong>en</strong><br />

particulier sur <strong>la</strong> volonté de créer un portail<br />

internet audiovisuel qui s’est imposé comme<br />

un outil incontournable du r<strong>en</strong>forcem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong><br />

filière. Ce portail est <strong>en</strong> cours de préparation et<br />

devrait être mis <strong>en</strong> ligne d’ici le début de l’année<br />

2008. Il se veut un outil de d’échange pour que<br />

chacun des acteurs soit <strong>en</strong> perman<strong>en</strong>ce informé<br />

des actions des autres (sorties de films, besoins de<br />

comédi<strong>en</strong>s ou de technici<strong>en</strong>s, investissem<strong>en</strong>ts <strong>en</strong><br />

matériel, formation, appels d’offres…) pour créer<br />

des synergies, susciter des actions communes,<br />

r<strong>en</strong>dre visibles les réussites… Il permettra à tout<br />

professionnel à <strong>la</strong> recherche d’une information<br />

d’être sûr de pouvoir <strong>la</strong> trouver <strong>en</strong> un ou deux<br />

clics : telle quelle, ou grâce à un li<strong>en</strong> vers le<br />

site qui <strong>la</strong> conti<strong>en</strong>t. Il sera égalem<strong>en</strong>t un outil<br />

de promotion pour donner accès au public le<br />

plus <strong>la</strong>rge aux “ rouages ” de ce secteur d’activité<br />

régional. La coordination du portail a été confiée à<br />

l’Association des producteurs et sera un exemple<br />

de travail <strong>en</strong> commun, l’émanation de toute une<br />

filière professionnelle. Sans se substituer aux<br />

sites déjà existants des membres de cette filière<br />

mais plutôt <strong>en</strong> les démultipliant par les li<strong>en</strong>s<br />

qu’il crée <strong>en</strong>tre eux : il ne sera pas un site rival,<br />

mais au contraire un amplificateur de consultation.<br />

Afin de dev<strong>en</strong>ir une véritable caisse de<br />

résonance, il se doublera d’une <strong>lettre</strong> d’information<br />

électronique, nourrie automatiquem<strong>en</strong>t<br />

par ses infos nouvelles et <strong>en</strong>voyée périodiquem<strong>en</strong>t<br />

à toute personne intéressée. Son financem<strong>en</strong>t<br />

est assuré au démarrage par les services<br />

audiovisuel et cinéma des deux Régions et par<br />

les deux Directions régionales des affaires culturelles,<br />

ainsi que l’Ag<strong>en</strong>ce de développem<strong>en</strong>t et<br />

de d’urbanisme de Montbéliard.<br />

Par ailleurs, dans le cadre de son pôle de développem<strong>en</strong>t<br />

Numérica, l’Ag<strong>en</strong>ce a commandité<br />

plusieurs études et missions sur <strong>la</strong> filière audiovisuelle<br />

et à <strong>la</strong> suite d’un rapport rédigé par une<br />

ag<strong>en</strong>ce parisi<strong>en</strong>ne spécialisée, un projet de télévision<br />

locale est à l’étude pour l’aire urbaine<br />

Belfort-Montbéliard-Héricourt. Elle est prés<strong>en</strong>tée<br />

comme un “ bateau-pilote ” susceptible de tirer et<br />

d’animer l’<strong>en</strong>semble de <strong>la</strong> filière <strong>en</strong> dynamisant<br />

les activités de production, <strong>en</strong> fournissant des<br />

débouchés aux élèves <strong>en</strong> formation et <strong>en</strong> créant<br />

un pôle d’attraction pour l’accueil des projets.<br />

Jean-Pierre Stucki<br />

22<br />

Quand le chat n’est pas là…, de Dominique Garing, 2003<br />

Sites<br />

Mois du film docum<strong>en</strong>taire<br />

www.moisdudoc.com<br />

Numerica<br />

www.numerica-pm.net<br />

France 3 Bourgogne<br />

Franche-Comté<br />

bourgogne-franchecomte.france3.fr<br />

DRAC<br />

www.franche-comte.<br />

culture.gouv.fr<br />

Conseil régional<br />

Franche-Comté<br />

www.cr-franchecomte.fr<br />

Les éditions Montparnasse<br />

ont publié un coffret<br />

de deux DVD<br />

et un livret sur l’histoire<br />

du groupe Medvedkine :<br />

Les groupes Medvedkine<br />

(collection Le geste<br />

cinématographique)<br />

de 1967 à 1973, 334’,<br />

couleurs et n&b.<br />

www.editions<br />

montparnasse.fr


nouvelles technologies<br />

La télévision numérique terrestre (TNT) se déploie progressivem<strong>en</strong>t <strong>en</strong> France<br />

métropolitaine depuis le 31 mars 2005. À l’automne 2007, de nouveaux<br />

sites sont mis <strong>en</strong> service. À l’issue de cette nouvelle phase, <strong>la</strong> TNT couvrira<br />

<strong>en</strong>viron 85 % de <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion. La nouvelle loi sur <strong>la</strong> modernisation de <strong>la</strong><br />

diffusion audiovisuelle et <strong>la</strong> télévision du futur interv<strong>en</strong>ue le 7 mars 2007<br />

donne au CSA le pouvoir d’ét<strong>en</strong>dre <strong>la</strong> couverture de <strong>la</strong> TNT dans les zones<br />

où les fréqu<strong>en</strong>ces sont rares, ce qui est le cas <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>.<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

La télévision numérique terrestre<br />

Lors de son assemblée plénière du 5 septembre 2007, le CSA a délivré aux opérateurs<br />

de multiplex de <strong>la</strong> TNT les autorisations nécessaires pour <strong>la</strong> mise <strong>en</strong> service, fin<br />

octobre 2007, des émetteurs prévus dans le cadre de <strong>la</strong> phase 6 A du déploiem<strong>en</strong>t<br />

de <strong>la</strong> télévision numérique terrestre. Ces émetteurs desserv<strong>en</strong>t les zones de Forbach,<br />

Metz, Mulhouse, Nancy, Sarrebourg, Strasbourg et Verdun. Le Conseil a égalem<strong>en</strong>t<br />

autorisé plusieurs réaménagem<strong>en</strong>ts de fréqu<strong>en</strong>ces analogiques indisp<strong>en</strong>sables à <strong>la</strong><br />

mise <strong>en</strong> service de ces émetteurs ainsi qu’à <strong>la</strong> poursuite du déploiem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> TNT<br />

<strong>en</strong> Allemagne.<br />

Initialem<strong>en</strong>t, on s’<strong>en</strong> souvi<strong>en</strong>t, l’<strong>Alsace</strong> devait être privée de TNT. Pourtant <strong>la</strong> fin<br />

annoncée de l’ère hertzi<strong>en</strong>ne analogique qui doit <strong>la</strong>isser <strong>la</strong> p<strong>la</strong>ce à l’ère numérique<br />

terrestre a permis d’intégrer l’<strong>Alsace</strong> au projet du gouvernem<strong>en</strong>t français d’équipem<strong>en</strong>t<br />

du pays <strong>en</strong> technologie NT. « L’ess<strong>en</strong>tiel de l’<strong>Alsace</strong> recevra <strong>la</strong> TNT <strong>en</strong> 2007 »<br />

avait alors assuré François Loos, le ministre délégué de l’Industrie.<br />

Les ondes hertzi<strong>en</strong>nes utilisées pour <strong>la</strong> diffusion terrestre de télévision se propag<strong>en</strong>t<br />

à grande distance, garantissant ainsi des couvertures importantes. Ces mêmes<br />

signaux cré<strong>en</strong>t des problèmes d’interfér<strong>en</strong>ces aux frontières. Afin de garder au<br />

maximum une double diffusion analogique/numérique <strong>en</strong> France, les fréqu<strong>en</strong>ces<br />

doiv<strong>en</strong>t être partagées avec l’Allemagne et <strong>la</strong> Suisse. Pour permettre le <strong>la</strong>ncem<strong>en</strong>t<br />

de <strong>la</strong> télévision numérique, les autorités françaises ont signé des accords de coordination<br />

des fréqu<strong>en</strong>ces avec <strong>la</strong> Suisse le 14 décembre 2006 et avec l’Allemagne<br />

le 8 janvier 2007. Dans les régions frontalières avec <strong>la</strong> France, l’Allemagne compte<br />

effectuer sa transition vers le numérique <strong>en</strong>tre les mois de juillet et d’octobre 2007.<br />

Contrairem<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> France, l’Allemagne a opté pour un processus très bref de passage<br />

de l’analogique vers le numérique : <strong>en</strong> quelques semaines les sites analogiques<br />

seront éteints, simultaném<strong>en</strong>t au déploiem<strong>en</strong>t des sites numériques, <strong>la</strong> télévision<br />

hertzi<strong>en</strong>ne n’étant que peu regardée <strong>en</strong> Allemagne. Après le passage au numérique<br />

du côté allemand, prévu <strong>en</strong>tre juillet et octobre, il ne sera plus possible de recevoir<br />

les chaînes allemandes par diffusion hertzi<strong>en</strong>ne analogique. Le déploiem<strong>en</strong>t<br />

français parallèle au déploiem<strong>en</strong>t allemand permettra de recevoir les chaînes<br />

numériques françaises et allemandes grâce au même adaptateur numérique. Tout<br />

comme l’offre française, l’offre allemande est <strong>en</strong>richie de 11 chaînes. La diffusion<br />

des chaînes gratuites de <strong>la</strong> TNT sera effectuée <strong>en</strong> MPEG-2. Il faudra se rapprocher<br />

de son fournisseur pour acquérir ou louer un décodeur spécifique pour les chaînes<br />

payantes qui seront diffusées <strong>en</strong> MPEG-4.<br />

Suite à un réaménagem<strong>en</strong>t de fréqu<strong>en</strong>ces analogiques, il faudra parfois régler<br />

son téléviseur et rechercher des nouvelles fréqu<strong>en</strong>ces. L’allumage des émetteurs<br />

numériques de part et d’autre de <strong>la</strong> frontière peut être à l’origine de problèmes<br />

de réception. Dans les zones où les réaménagem<strong>en</strong>ts de fréqu<strong>en</strong>ces ne seront<br />

pas possibles, ou bi<strong>en</strong> lorsque les émetteurs numériques allemands ou suisses<br />

brouilleront <strong>la</strong> réception, il faudra éteindre certains émetteurs analogiques <strong>en</strong><br />

France. Certains foyers devront alors passer au tout numérique. Plusieurs semaines<br />

avant l’arrivée d’un brouil<strong>la</strong>ge, l’Ag<strong>en</strong>ce nationale des fréqu<strong>en</strong>ces (ANFR) mettra <strong>en</strong><br />

p<strong>la</strong>ce des opérations de communication et d’assistance dans les zones concernées.<br />

Un fonds d’accompagnem<strong>en</strong>t du numérique (FAN) est mis <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce par le<br />

gouvernem<strong>en</strong>t pour aider sous certaines conditions à l’achat d’un décodeur<br />

numérique ou d’une instal<strong>la</strong>tion satellitaire si <strong>la</strong> situation le requiert. À valider<br />

auprès de l’ANFR.<br />

Le 24 juillet dernier, le CSA a autorisé 18 chaînes locales déjà existantes <strong>en</strong> mode<br />

analogique à diffuser <strong>en</strong> mode numérique à partir de <strong>la</strong> mi-septembre 2007,<br />

simultaném<strong>en</strong>t à leur diffusion <strong>en</strong> mode analogique. Le Conseil a égalem<strong>en</strong>t ouvert<br />

une consultation publique préa<strong>la</strong>ble au <strong>la</strong>ncem<strong>en</strong>t d’appels aux candidatures pour<br />

de nouvelles télévisions locales diffusées <strong>en</strong> numérique. Date limite : le 28 septembre<br />

2007. D’ici à <strong>la</strong> fin de l’année, 25 chaînes de télévision locale seront diffusées sur<br />

<strong>la</strong> TNT.<br />

Sources<br />

Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé<br />

www.csa.fr<br />

www.e-alsace.net<br />

www.fre<strong>en</strong>ews.fr<br />

www.industrie.gouv.fr<br />

www.tdf.fr<br />

www.tnt-gratuite.fr<br />

Mes cousins d’Amérique<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de C<strong>la</strong>udia Marschal<br />

Connie Balmos, Margaret Meyer Simpson et Justin<br />

Jungman sont trois old timers (les anci<strong>en</strong>s) de<br />

Castroville, <strong>la</strong> petite <strong>Alsace</strong> située à 10 000 kilomètres<br />

de celle que je connais. Ils se définiss<strong>en</strong>t comme étant<br />

des Alsaci<strong>en</strong>s du Texas. À travers trois portraits, le film<br />

r<strong>en</strong>dra perceptible l’id<strong>en</strong>tité particulière qu’ont acquise<br />

ces desc<strong>en</strong>dants d’émigrants alsaci<strong>en</strong>s. Des images<br />

d’archives contribueront à raconter leur histoire, des<br />

images super 8 à révéler leur lieu de vie. Enregistrem<strong>en</strong>t<br />

de petits instants de vie dans un singulier vil<strong>la</strong>ge texan<br />

où l’on parle <strong>en</strong>core alsaci<strong>en</strong>.<br />

Le Miroir<br />

23films <strong>en</strong> fabrication<br />

Une fille formidable<br />

Court métrage de fiction de 13’ de Judith Spronck<br />

Cécile a une feuille de sa<strong>la</strong>de coincée <strong>en</strong>tre les d<strong>en</strong>ts…<br />

Cécile a les ongles des pieds sales… Cécile est <strong>en</strong>core<br />

bourrée… Cécile se pose des questions… Cécile vi<strong>en</strong>t de<br />

se faire quitter… Cécile est une fille formidable !<br />

Coproduction Le Deuxième Souffle films & associés,<br />

Le Fond du nombril (Belgique)<br />

Chambre 18<br />

Court métrage de 13’ de Pierre Alt et Géni Canzek<br />

Un couple se retrouve chaque semaine dans <strong>la</strong> chambre<br />

18 d’un petit hôtel. Ils ont quinze années de souv<strong>en</strong>irs<br />

<strong>en</strong> commun. Dans une ambiance familiale, autour du<br />

petit-déjeuner, une jeune mère affairée prépare <strong>en</strong> même<br />

temps le repas du soir et veille à ce que ses trois <strong>en</strong>fants<br />

ne soi<strong>en</strong>t pas <strong>en</strong> retard <strong>en</strong> c<strong>la</strong>sse. Son mari s’apprête à les<br />

conduire à l’école. À l’heure de <strong>la</strong> sortie des c<strong>la</strong>sses, deux<br />

<strong>en</strong>fants retrouv<strong>en</strong>t leur père pour le week-<strong>en</strong>d.<br />

Coproduction Aurore productions,<br />

G. Fritz<strong>en</strong> Produktion (Allemagne)<br />

Zoo<strong>la</strong>nd<br />

Animation de 26x13’ du studio Tomorrow<br />

Quand les par<strong>en</strong>ts ne sont pas là ou lorsque les <strong>en</strong>fants<br />

dorm<strong>en</strong>t, les mignons animaux de <strong>la</strong> chambre à coucher<br />

pr<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t vie et nous emmèn<strong>en</strong>t dans d’incroyables<br />

av<strong>en</strong>tures interactives sur une magnifique île jungle.<br />

Megafilms.net<br />

Visionnage <strong>en</strong> ligne des teasers sur<br />

http://megafilms.org/archives.phpp=archives&vid=98<br />

23


europe<br />

L’Observatoire europé<strong>en</strong> de l’audiovisuel, créé <strong>en</strong> 1992, a son siège à <strong>la</strong> vil<strong>la</strong> Schutz<strong>en</strong>berger à Strasbourg et a pour mission de<br />

collecter, traiter et diffuser les informations re<strong>la</strong>tives au secteur de l’audiovisuel <strong>en</strong> Europe. Sous <strong>la</strong> direction de Wolfgang Closs, les<br />

équipes de l’Observatoire mett<strong>en</strong>t <strong>en</strong> œuvre études, analyses, publications, bases de données et particip<strong>en</strong>t à travers l’Europe à des<br />

confér<strong>en</strong>ces et ateliers. À l’occasion de <strong>la</strong> publication réc<strong>en</strong>te de deux études, l’une sur les t<strong>en</strong>dances de <strong>la</strong> télévision europé<strong>en</strong>ne et<br />

l’autre sur <strong>la</strong> VOD, r<strong>en</strong>contre avec André Lange, responsable du départem<strong>en</strong>t informations sur les marchés et les financem<strong>en</strong>ts.<br />

24<br />

L’Observatoire europé<strong>en</strong> de l’audiovisuel<br />

FeA : André Lange, on parle souv<strong>en</strong>t et beaucoup de <strong>la</strong> vidéo à <strong>la</strong> demande (VOD)<br />

mais les avis sont partagés sur ce qu’elle apporte, qu’<strong>en</strong> est-il <br />

André Lange : Il y a divers modèles économiques, <strong>la</strong> VOD payante (location<br />

ou achat) et <strong>la</strong> VOD gratuite qui est le plus souv<strong>en</strong>t utilisée pour des<br />

programmes de télévision proposés p<strong>en</strong>dant un temps limité après leur<br />

diffusion TV, ce que l’on appelle <strong>en</strong> terme technique <strong>la</strong> catch-up TV. Dans<br />

ses années de démarrage, le marché de <strong>la</strong> VOD se partage principalem<strong>en</strong>t<br />

<strong>en</strong>tre les dét<strong>en</strong>teurs de cont<strong>en</strong>us, notamm<strong>en</strong>t les diffuseurs de télévision,<br />

les agrégateurs de cont<strong>en</strong>us et les opérateurs de télécommunication (fournisseurs<br />

de services d’accès à internet, câblo-opérateurs…). Actuellem<strong>en</strong>t,<br />

pour l’analyse de ce marché, un des problèmes est que les opérateurs<br />

ne souhait<strong>en</strong>t pas communiquer leurs chiffres, et il n’y a pas <strong>en</strong>core de<br />

précision méthodologique, l’analyse de ce marché reste donc difficile.<br />

Du point de vue technique, les services de VOD peuv<strong>en</strong>t être distribués soit<br />

via internet, soit dans le cadre d’offres IPTV (distribution de services de<br />

télévision <strong>en</strong> mode DSL via les lignes téléphoniques), soit par des réseaux<br />

câblés. Des possibilités, plus limitées, exist<strong>en</strong>t égalem<strong>en</strong>t <strong>en</strong> diffusion<br />

satellite ou numérique terrestre, <strong>en</strong> stockant les programmes offerts sur les<br />

PVR des utilisateurs. Pour l’instant <strong>la</strong> majorité des services VOD exist<strong>en</strong>t<br />

via internet mais, d’après divers indices, il semble bi<strong>en</strong> que les services<br />

<strong>en</strong> IPTV sont plus efficaces car les consommateurs préfèr<strong>en</strong>t voir les films<br />

sur leur écran de télévision plutôt que sur leur ordinateur. Ceci malgré le<br />

fait que les services IPTV n’offr<strong>en</strong>t pas <strong>en</strong>core <strong>la</strong> même interactivité qu’internet.<br />

La VOD est donc dev<strong>en</strong>ue un des services “ naturel ” des opérateurs<br />

IPTV. On reste dans une phase d’expérim<strong>en</strong>tation, il n’y a pas de stratégie<br />

de mise à disposition de catalogues <strong>la</strong>rges. Même aux États-Unis, <strong>la</strong> plupart<br />

des “ majors ” jou<strong>en</strong>t avec les services existants sans contrats d’exclusivité.<br />

FeA : Quelle est <strong>la</strong> p<strong>la</strong>ce de <strong>la</strong> France dans ce marché <br />

AL : Si l’on reti<strong>en</strong>t le nombre de services par pays, <strong>la</strong> France est leader <strong>en</strong><br />

Europe, avec des catalogues comme ceux de CanalP<strong>la</strong>y, TF1 Video, Vodéo,<br />

UniversCiné, TF1, l’Ina. Hormis le modèle spécifique français où l’Ina est <strong>en</strong><br />

charge de <strong>la</strong> gestion des archives audiovisuelles, les diffuseurs europé<strong>en</strong>s<br />

dispos<strong>en</strong>t généralem<strong>en</strong>t de leurs catalogues d’archives. La BBC a <strong>la</strong>ncé son<br />

service de VOD avec son propre “ p<strong>la</strong>yer ”, ce qui lui permet de commercialiser<br />

ses archives sans être dép<strong>en</strong>dante d’un fournisseur d’IPTV.<br />

Une des questions est : y aura-t-il des services nationaux avec une marque<br />

commune Faut-il un marché europé<strong>en</strong> des droits Ce n’est pas <strong>la</strong> règle<br />

actuellem<strong>en</strong>t, par ailleurs un service paneuropé<strong>en</strong> aurait probablem<strong>en</strong>t un<br />

impact sur <strong>la</strong> chronologie des médias, or celle-ci est nécessaire pour <strong>la</strong><br />

protection des sorties <strong>en</strong> salle. Concernant <strong>la</strong> chronologie, on note une réduction<br />

de <strong>la</strong> durée des “ f<strong>en</strong>êtres ”, une t<strong>en</strong>dance qui vise à mettre <strong>la</strong> sortie<br />

VOD proche de <strong>la</strong> sortie DVD. Ce qu’on peut dire c’est que pour l’instant, <strong>la</strong><br />

VOD se positionne surtout <strong>en</strong> concurr<strong>en</strong>ce avec <strong>la</strong> location DVD.<br />

FeA : La VOD peut constituer une seconde chance<br />

pour les programmes europé<strong>en</strong>s et notamm<strong>en</strong>t les films d’auteurs <br />

AL : Effectivem<strong>en</strong>t, pour les films d’auteurs ou <strong>en</strong>core les docum<strong>en</strong>taires, <strong>la</strong><br />

situation est différ<strong>en</strong>te. L’avantage de <strong>la</strong> VOD est <strong>la</strong> possibilité d’exploiter<br />

ce que l’on appelle l’effet “ longue traîne ” (long tail) : <strong>la</strong> durée d’exposition<br />

des films étant plus longue, ce<strong>la</strong> permet de trouver un public plus <strong>la</strong>rge.<br />

Une étude intéressante a montré que sur <strong>la</strong> location DVD <strong>en</strong> ligne, pour les<br />

films indép<strong>en</strong>dants britanniques, l’effet “ longue traîne ” a joué, les parts de<br />

marché sont plus importantes que sur les autres types de distribution. C’est<br />

<strong>en</strong> ce s<strong>en</strong>s que l’on peut dire que <strong>la</strong> VOD peut être une seconde chance pour<br />

les programmes europé<strong>en</strong>s, et c’est l’hypothèse suivie par le programme<br />

MEDIA 2007 pour sout<strong>en</strong>ir des projets de services<br />

VOD spécialisés dans les films europé<strong>en</strong>s.<br />

Concernant les investissem<strong>en</strong>ts, à l’inverse des<br />

États-Unis où les grands studios ont joué un<br />

rôle majeur dans <strong>la</strong> mise <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce des principaux<br />

services, les groupes cinématographiques<br />

europé<strong>en</strong>s ne sont pas <strong>en</strong>core investisseurs dans<br />

ce secteur, à l’exception de MK2 et du groupe<br />

suédois Sw<strong>en</strong>skFilm Industri… En matière de<br />

projets europé<strong>en</strong>s intéressants, on peut citer<br />

Universciné <strong>en</strong> France, et deux projets espagnols<br />

nés à l’initiative de sociétés de gestion collective<br />

des droits d’auteurs. L’Institut norvégi<strong>en</strong> du<br />

film a égalem<strong>en</strong>t mis <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce un site proposant<br />

l’ess<strong>en</strong>tiel du patrimoine cinématographique<br />

national, mais égalem<strong>en</strong>t des films d’auteur<br />

d’autres pays europé<strong>en</strong>s.<br />

FeA : Concernant les t<strong>en</strong>dances de <strong>la</strong> télévision<br />

europé<strong>en</strong>ne, pouvez-vous nous dire quelques mots<br />

sur <strong>la</strong> programmation et l’origine des émissions<br />

diffusées, et quelle p<strong>la</strong>ce occupe le docum<strong>en</strong>taire <br />

AL : Nous v<strong>en</strong>ons de publier des chiffres sur <strong>la</strong><br />

diffusion de fiction par 125 chaînes de télévision<br />

europé<strong>en</strong>nes. Tous g<strong>en</strong>res confondus, pour<br />

l’<strong>en</strong>semble de ces chaînes, <strong>la</strong> part de <strong>la</strong> fiction<br />

non europé<strong>en</strong>ne reste de 70 %. On est donc loin<br />

de l’objectif des 50 % <strong>en</strong>visagé par <strong>la</strong> directive<br />

télévisions sans frontières (il est vrai avec une<br />

autre assiette de calcul, incluant d’autres programmes<br />

que <strong>la</strong> fiction). Si on regarde de plus<br />

près, les chaînes de service public rest<strong>en</strong>t celles<br />

qui diffus<strong>en</strong>t le plus de programmes europé<strong>en</strong>s,<br />

avec cette fois des niveaux proches ou au-delà<br />

des 50 %. Nous n’avons malheureusem<strong>en</strong>t pas<br />

de chiffres sur le marché du docum<strong>en</strong>taire. Il est<br />

difficile à observer du point de vue statistique :<br />

il y a des querelles de définition, mais aussi très<br />

peu d’études nationales. Une synthèse europé<strong>en</strong>ne<br />

est donc quasi impossible.<br />

FeA : Quels sont les prochains dossiers<br />

importants de l’Observatoire <br />

AL : Nous avons publié au printemps une étude<br />

sur les <strong>en</strong>treprises de distribution cinématographique.<br />

Par ailleurs, nous mettons <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce,<br />

pour le compte de <strong>la</strong> DG communication de <strong>la</strong><br />

Commission europé<strong>en</strong>ne, <strong>la</strong> base de données<br />

Mavise sur l’<strong>en</strong>semble des chaînes et <strong>en</strong>treprises<br />

de télévision dans l’Union europé<strong>en</strong>ne et qui<br />

inclura les données sur les TV locales et régionales.<br />

Enfin, il ne faut pas oublier les activités<br />

de notre départem<strong>en</strong>t d’information juridique,<br />

qui vi<strong>en</strong>t d’é<strong>la</strong>rgir ses activités vers l’analyse des<br />

systèmes d’incitation fiscale et qui est égalem<strong>en</strong>t<br />

très mobilisé sur les problèmes juridiques de <strong>la</strong><br />

diffusion de cont<strong>en</strong>us <strong>en</strong> ligne.<br />

Propos recueillis<br />

par Isabelle Pantic Guillet


PHOTOS DR<br />

coup de projecteur<br />

À côté du cinéma grand public diffusé <strong>en</strong> salles, il existe depuis toujours<br />

un cinéma “ é<strong>la</strong>rgi ” relevant plus des arts p<strong>la</strong>stiques. Ce cinéma, dit expé rim<strong>en</strong>tal<br />

, lié au processus et à l’ess<strong>en</strong>ce même du médium cinémato graphique,<br />

s’intéresse avant tout à repousser ses propres limites, et développe une<br />

multitude d’approches et de pratiques différ<strong>en</strong>tes. Depuis 1994, les<br />

membres de l’association Burstscratch travaill<strong>en</strong>t, par <strong>la</strong> diffusion et <strong>la</strong><br />

création, à <strong>la</strong> promotion de ce cinéma.<br />

Les expérim<strong>en</strong>tateurs de Burstscratch<br />

Burstscratch est un collectif à géométrie variable qui, à quatre, à<br />

trois, à deux ou individuellem<strong>en</strong>t, travaille <strong>la</strong> matière filmique. Silvi<br />

Simon, Laur<strong>en</strong>ce Barbier, Eric Ba<strong>la</strong>y et Laur<strong>en</strong>t Berger sont cinéastes,<br />

p<strong>la</strong>tici<strong>en</strong>s, illustrateurs, musici<strong>en</strong>s, pour certains tout à <strong>la</strong> fois et de<br />

cette richesse naît des av<strong>en</strong>tures <strong>en</strong> forme de films, d’instal<strong>la</strong>tions, de<br />

work in progress.<br />

À partir d’un premier <strong>la</strong>boratoire artisanal de développem<strong>en</strong>t Super8 et<br />

16 mm qui a vu le jour dans les salles de bain de différ<strong>en</strong>ts appartem<strong>en</strong>ts,<br />

puis dans différ<strong>en</strong>ts locaux de lieux collectifs et, depuis 2005, dans un<br />

nouvel atelier, ils expérim<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t et concoct<strong>en</strong>t leur cuisine chimique.<br />

Ils fabriqu<strong>en</strong>t leur matière <strong>en</strong> assurant toutes les étapes m<strong>en</strong>ant à <strong>la</strong><br />

naissance d’images sur pellicule (filmage, développem<strong>en</strong>t, copie contact<br />

et optique, interv<strong>en</strong>tions diverses sur le support). C’est égalem<strong>en</strong>t un<br />

lieu de tournage, montage, répétitions, constamm<strong>en</strong>t <strong>en</strong> amélioration,<br />

ouvert par ailleurs à des personnes extérieures qui désirerai<strong>en</strong>t s’initier<br />

à <strong>la</strong> technique du développem<strong>en</strong>t noir et b<strong>la</strong>nc ou qui aurai<strong>en</strong>t une<br />

recherche filmique expérim<strong>en</strong>tale à accomplir.<br />

Avec Le point aveugle, ils propos<strong>en</strong>t des séances de cinéma <strong>en</strong> direct,<br />

performance visuelle et sonore utilisant plusieurs projecteurs 16 mm.<br />

Les images originales sont manipulées et modifiées par différ<strong>en</strong>ts<br />

moy<strong>en</strong>s : variations de focales, superpositions, répétitions de séqu<strong>en</strong>ces,<br />

masquages partiels, ajouts de filtres colorés ou d’objets transpar<strong>en</strong>ts…<br />

Cinéma intuitif, avec ou sans rectangle b<strong>la</strong>nc, avec ou sans mise au<br />

point, sans pop-corn ni boissons gazeuses. Proposition d’images <strong>en</strong><br />

mouvem<strong>en</strong>t se courant les unes après les autres et projetées à l’aide<br />

d’instrum<strong>en</strong>ts ancestraux détrônés depuis quelque temps par <strong>la</strong> haute<br />

voltige numérique. Bandes de celluloïd gavées de photogrammes se<br />

bouscu<strong>la</strong>nt avec impati<strong>en</strong>ce devant une source de lumière dichroïque<br />

qui peut r<strong>en</strong>dre l’âme à n’importe quel mom<strong>en</strong>t. Vieille tradition<br />

immortelle du jeu de <strong>la</strong> lumière dansant avec l’obscurité pour dévorer<br />

des images chimiques tirées du sac dans un pique-nique visuel au<br />

milieu d’un champ nocturne. Une poignée de sons orphelins livrés à<br />

eux-mêmes dans cette cour des miracles aléatoires rôdant autour de ces<br />

photons excités pour y chercher une communion incertaine. Quelques<br />

mains aux ongles vernis ou rongés manipu<strong>la</strong>nt morceaux de carreaux,<br />

bris de g<strong>la</strong>ce, l<strong>en</strong>tilles épuisées et toutes sortes de verroteries devant un<br />

objectif cherchant inexorablem<strong>en</strong>t sa focale. La volonté de chatouiller<br />

un tant soit peu le parcours de ce flux lumineux cerné de bruits et<br />

fonçant droit dans le mur. Une excursion contemp<strong>la</strong>tive <strong>la</strong>issant au<br />

randonneur le soin de se perdre dans un <strong>la</strong>byrinthe lumineux et sonore<br />

afin d’y trouver son p<strong>la</strong>isir ou son sommeil.<br />

Contact<br />

ecrire@burstscratch.org<br />

R<strong>en</strong>dez-vous<br />

jeudi 6 décembre à 20 h 30<br />

au théâtre du Saucy à Metz,<br />

mardi 11 à 20 h 30<br />

et mercredi 12 décembre<br />

à 19 h 30 à La Fi<strong>la</strong>ture<br />

à Mulhouse et, peut-être,<br />

au festival du film<br />

de Rotterdam début 2008…<br />

films <strong>en</strong> fabrication<br />

Charles de Foucauld,<br />

chemin d’humanité<br />

Docu-fiction de 26’ de Daniel Ziegler et Bruno Liénard<br />

Dans <strong>la</strong> ZUP de Mulhouse, une petite femme sans signe<br />

distinctif quitte son domicile sur sa mobylette et s’éloigne<br />

vers son destin. Les Petites Sœurs de Mulhouse ont choisi<br />

de vivre le même <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t que Charles de Foucauld,<br />

sans gloire et sans reconnaissance, par un don total à Dieu<br />

dans le partage et le respect des autres. Leur <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t<br />

est une lutte sil<strong>en</strong>cieuse contre <strong>la</strong> souffrance humaine<br />

des oubliés du monde clinquant et bril<strong>la</strong>nt.<br />

Coproduction C<strong>la</strong>p production, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

¡ Salsa !<br />

Ensemble, le temps d’une chanson<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Johnny Rabines et Stephan Ba<strong>la</strong>y<br />

Au travers de huit portraits <strong>en</strong> mouvem<strong>en</strong>t <strong>en</strong>tre l’<strong>Alsace</strong>,<br />

l’Allemagne et <strong>la</strong> Suisse, nous découvrons comm<strong>en</strong>t <strong>la</strong><br />

salsa est dev<strong>en</strong>ue pour certains un tremplin pour l’évasion,<br />

un vecteur de socialisation, un métier.<br />

Coproduction Le Deuxième Souffle films & associés, alsatic TV<br />

25films <strong>en</strong> fabrication<br />

HOM (Heart Of Mine)<br />

Court métrage de fiction de 19’ de Franck Vialle<br />

Un architecte consci<strong>en</strong>cieux <strong>en</strong> proie à ses déboires<br />

affectifs, l’état des lieux d’une maison à v<strong>en</strong>ir, un groupe<br />

de pop moderne <strong>en</strong> pleine forêt, <strong>la</strong> mé<strong>la</strong>ncolie familiale<br />

autour de l’<strong>en</strong>fant bi<strong>en</strong>v<strong>en</strong>u. Et dans <strong>la</strong> proximité étrange<br />

de ces fragm<strong>en</strong>ts d’humanité, l’<strong>en</strong>vie <strong>en</strong>core fragile d’une<br />

construction commune.<br />

Le Deuxième Souffle films & associés<br />

Les <strong>en</strong>fants du Laos<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Daniel Coche<br />

À chaque saison, à l’hôpital de Strasbourg, une équipe<br />

pluridisciplinaire de douze personnes se prépare pour<br />

un grand voyage : organisée autour du professeur<br />

Eis<strong>en</strong>mann, l’équipe va rejoindre un hôpital au Laos.<br />

Objectif : opérer, à 15 000 kilomètres, des <strong>en</strong>fants<br />

atteints de malformations cardiaques. L’objectif est<br />

aussi, par <strong>la</strong> formation et le transfert de technologies,<br />

de r<strong>en</strong>dre <strong>la</strong> médecine <strong>la</strong>oti<strong>en</strong>ne autonome dans un<br />

proche av<strong>en</strong>ir. Un film pour dévoiler et interroger cette<br />

action humanitaire.<br />

Coproduction Dora films, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Blue Jacket, <strong>la</strong> tête dans les flocons<br />

Animation de 26 x 1’30<br />

de Bruno Collet et Jean-François Le Corre<br />

Après un tour d’<strong>en</strong>fance victorieux, Yellow Jacket et son<br />

fidèle supporter Craby décid<strong>en</strong>t de quitter l’atmosphère<br />

<strong>en</strong>soleillée du bord de mer pour <strong>en</strong>tamer une saison de<br />

sports d’hiver. Notre cycliste miniature quitte donc son<br />

vélo et son maillot jaune au 1/43 e pour une paire de ski<br />

et une combinaison bleue à <strong>la</strong> même échelle.<br />

Coproduction Vivem<strong>en</strong>t lundi !,<br />

Megafilms.net, Nadasdy films<br />

25


histoire de films<br />

Chaque film, chaque production de film est une histoire particulière, même si on y trouve des invariants que nous connaissons tous.<br />

En tout cas, il est un invariant qui est toujours particulier, c’est <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre. Le film de Leï<strong>la</strong> Férault est produit par Bix films et est<br />

aussi un exemple de travail interrégional avec <strong>la</strong> Bourgogne Franche-Comté.<br />

26<br />

PHOTO DR<br />

Je crois que vous devriez<br />

faire un film…<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> : Quelle est l’histoire de ce film<br />

et comm<strong>en</strong>t êtes-vous arrivée au cinéma <br />

Leï<strong>la</strong> Férault : Ce n’était pas quelque chose d’inscrit<br />

pour moi de v<strong>en</strong>ir à <strong>la</strong> réalisation. Je suis comédi<strong>en</strong>ne,<br />

v<strong>en</strong>ue au jeu par le cinéma plus que par<br />

le théâtre, mais je n’<strong>en</strong>visageais pas de faire des<br />

films. Après le décès de mon grand-père, je suis<br />

allée faire des recherches aux archives, je notais<br />

mes impressions sans but précis, j’ai r<strong>en</strong>contré<br />

un réalisateur, Mosco Boucault, il m’a aidé, et<br />

un soir <strong>en</strong> r<strong>en</strong>trant chez moi, j’ai trouvé un mail<br />

où il me disait : je crois que vous devriez faire un<br />

film. Et immédiatem<strong>en</strong>t j’ai p<strong>en</strong>sé oui, j’<strong>en</strong> ai été<br />

surprise moi-même, j’ai comm<strong>en</strong>cé à écrire des<br />

scènes, à écrire un film à partir de mes premières<br />

notes. Je n’avais jamais fait de film. Peut-être que<br />

ça pourrait rester un film unique mais j’ai eu un<br />

vrai p<strong>la</strong>isir à travailler cette forme, ça donne<br />

<strong>en</strong>vie de continuer. Je ne savais pas si j’<strong>en</strong> étais<br />

capable…<br />

FeA : Le film est une <strong>en</strong>quête<br />

dans votre histoire familiale et dans l’Histoire…<br />

Leï<strong>la</strong> F. : Lorsque mon grand-père paternel est<br />

décédé, le Bon-papa du film, j’ai voulu <strong>en</strong> savoir<br />

plus sur lui, et pourquoi ce grand-père avait été si<br />

abs<strong>en</strong>t de nos vies. Il me semb<strong>la</strong>it que dans cette<br />

histoire personnelle il y avait quelque chose qui<br />

ne concernait pas que moi, mais qu’il s’agit d’une génération, que d’autres<br />

g<strong>en</strong>s pourrai<strong>en</strong>t s’y retrouver et que ça réveil<strong>la</strong>it des questions. Faire le<br />

film de cette <strong>en</strong>quête, c’était faire acte de quelque chose, transformer de<br />

l’intime <strong>en</strong> autre chose, c’est un passage au prés<strong>en</strong>t, sur <strong>la</strong> résonance de<br />

ce qui nous construit au prés<strong>en</strong>t. Le film pose le cadre de l’<strong>en</strong>quête et <strong>en</strong><br />

donne <strong>la</strong> possibilité, c’est s’obliger aussi à aller jusqu’au bout, et sans ce<br />

film je ne serais peut-être pas allée au bout. Je n’imaginais pas parler à <strong>la</strong><br />

première personne, mais avec le film c’est dev<strong>en</strong>u possible.<br />

À travers ce qui se disait, ce que je découvrais, c’était possible de capter<br />

un <strong>en</strong>tre-deux, l’idée d’une transmission, d’une révé<strong>la</strong>tion. Ma peur,<br />

c’était d’être dans l’impudeur. Et puis je ne savais pas ce que j’al<strong>la</strong>is trouver,<br />

j’étais intriguée par ce que je ne savais pas. J’aurai pu découvrir pire, je<br />

supposais bi<strong>en</strong> que mon grand-père n’avait pas été un tortionnaire, mais<br />

quoi C’est cette histoire d’<strong>en</strong>tre-deux, celle qu’on n’ose pas demander<br />

à ses grands-par<strong>en</strong>ts. L’histoire tragique, l’histoire de <strong>la</strong> Shoah m’a été<br />

transmise par mes grands-par<strong>en</strong>ts maternels juifs, mais l’histoire du côté<br />

paternel était restée taboue. Cette histoire pose aussi profondém<strong>en</strong>t <strong>la</strong><br />

question du destin et du choix. Mon père, lui, s’est construit <strong>en</strong> s’éloignant<br />

de son propre père.<br />

FeA : Comm<strong>en</strong>t s’est faite <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre <strong>en</strong>tre Bix films et Leï<strong>la</strong> <br />

Josiane Schauner : J’ai eu connaissance du projet par Esther Hoff<strong>en</strong>berg<br />

(Lapsus à Paris). C’était un projet déjà développé. Je me souvi<strong>en</strong>s très bi<strong>en</strong><br />

du mom<strong>en</strong>t où j’ai lu le dossier ! C’était un dimanche matin d’hiver. J’ai<br />

comm<strong>en</strong>cé à lire le projet et je n’ai pu m’<strong>en</strong> détacher, j’étais happée par<br />

l’écriture, par l’histoire qui était racontée. Dans l’écriture il y avait déjà les<br />

dim<strong>en</strong>sions des différ<strong>en</strong>ts tissages, historiques et individuels, qui étai<strong>en</strong>t<br />

réfléchies comme un bâti et <strong>en</strong> même temps les passages étai<strong>en</strong>t tout à fait<br />

fluides. Lorsque je me posais des questions, j’avais <strong>la</strong> réponse à <strong>la</strong> page<br />

suivante ou un peu plus loin, j’ai s<strong>en</strong>ti là une grande maturité qui dépasse<br />

l’histoire personnelle que Leï<strong>la</strong> racontait. On voyait tout de suite qu’il ne<br />

s’agissait pas d’un film purem<strong>en</strong>t historique. Les vides, les creux, les fins<br />

de non-recevoir étai<strong>en</strong>t écrits, ceux qui existeront <strong>en</strong>suite dans l’<strong>en</strong>quête<br />

et qui feront le film, tout comme le temps de l’<strong>en</strong>quête. Tout ce qui a<br />

trait à <strong>la</strong> pudeur était écrit, ainsi que <strong>la</strong> question des tabous, des risques,<br />

l’importance du souti<strong>en</strong> de <strong>la</strong> famille. J’aimais ce mé<strong>la</strong>nge de pudeur et de<br />

volonté. La r<strong>en</strong>contre avec Leï<strong>la</strong> s’est faite <strong>en</strong> janvier 2006.<br />

Leï<strong>la</strong> F. : Dans l’écriture, dès le départ je vou<strong>la</strong>is que les choses se dévoil<strong>en</strong>t<br />

petit à petit, c’est le fruit d’une <strong>en</strong>quête intérieure aussi qui a eu besoin<br />

d’un temps de maturation.<br />

Il était fondam<strong>en</strong>tal de montrer ma gêne et mon ma<strong>la</strong>ise car je press<strong>en</strong>tais<br />

que lors du tournage, il y aurait des séqu<strong>en</strong>ces comme ça. Parce que je<br />

ne vou<strong>la</strong>is pas me dédouaner <strong>en</strong> disant que je suis du bon côté, c’est une<br />

<strong>en</strong>quête, pas un procès. Il y a une séqu<strong>en</strong>ce, une histoire qui est au cœur<br />

du film et où il y a ce réel ma<strong>la</strong>ise, c’est lorsque je parle avec <strong>la</strong> religieuse<br />

qui a connu mon grand-père. Elle me demande mais sans oser préciser<br />

sa question : « votre mère, elle est ». Moi je ne suis pas sûre de bi<strong>en</strong><br />

compr<strong>en</strong>dre, alors elle ajoute, « il n’avait pas bi<strong>en</strong> accepté », cette fois je


Bon-papa, un homme sous l’Occupation<br />

Avant-premières à <strong>la</strong> Fémis à Paris le 18 septembre 2007,<br />

<strong>en</strong> Franche-Comté et à Strasbourg <strong>en</strong> novembre.<br />

Diffusion France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

le 10 novembre 2007. Projections <strong>en</strong> Franche-Comté<br />

et <strong>en</strong> Bourgogne dans le cadre du mois<br />

du film docum<strong>en</strong>taire <strong>en</strong> novembre 2007.<br />

DVD <strong>en</strong> français et ang<strong>la</strong>is sous-titré.<br />

suis sûre d’avoir compris, et je réponds : « elle est d’origine juive », comme<br />

si je ne pouvais pas prononcer “ juive ”. C’est bi<strong>en</strong> sûr une dim<strong>en</strong>sion<br />

ess<strong>en</strong>tielle, mais pas prédéterminante.<br />

Josiane S. : On ress<strong>en</strong>t ta prés<strong>en</strong>ce avec les personnages, on n’est jamais dans<br />

l’interview mais dans une réelle adresse, une re<strong>la</strong>tion.<br />

Leï<strong>la</strong> F. : Je devais être physiquem<strong>en</strong>t dans le film, c’était une décision que<br />

j’y sois, dès le départ, surtout avec ma famille, <strong>la</strong> chair de <strong>la</strong> famille. Avec<br />

les autres je p<strong>en</strong>sais être plus loin, par contre lorsque j’étais seule, je n’étais<br />

pas sûre mais je press<strong>en</strong>tais qu’il faudrait aussi filmer des mom<strong>en</strong>ts de soli -<br />

tude. Avec le jeune homme qui a beaucoup aimé mon grand-père, je devais<br />

être avec lui, c’est au montage je me suis r<strong>en</strong>due compte que plus il y avait<br />

de subjectivité à travers mon propre regard et ma prés<strong>en</strong>ce physique, plus<br />

ça permettait au spectateur de percevoir aussi et de suivre l’histoire.<br />

FeA : Comm<strong>en</strong>t s’est montée <strong>la</strong> production du film <br />

Josiane S. : Esther avait fait un travail de développem<strong>en</strong>t sout<strong>en</strong>u par le<br />

programme MEDIA et le CNC, Leï<strong>la</strong> avait obt<strong>en</strong>u <strong>la</strong> bourse de <strong>la</strong> Scam<br />

Brouillon d’un rêve et fait une résid<strong>en</strong>ce d’écriture à Lussas. Esther avait<br />

proposé le projet auprès de deux ou trois chaînes nationales, mais sans<br />

résultat. C’était un premier film… ! Comme l’histoire se passe <strong>en</strong> région,<br />

Esther p<strong>en</strong>sait que nous aurions plus de chances et plus de contacts.<br />

Nous nous sommes <strong>en</strong>gagés dans ce projet tout d’abord pour <strong>la</strong> qualité<br />

de l’écriture, et avons contacté France 3 Bourgogne Franche-Comté qui a<br />

été intéressé autant par l’histoire que par <strong>la</strong> qualité de <strong>la</strong> démarche de <strong>la</strong><br />

réalisatrice.<br />

Concrètem<strong>en</strong>t le budget du film est d’un peu plus de 150000 €. Nous<br />

avons obt<strong>en</strong>u le souti<strong>en</strong> du Cosip automatique du CNC, <strong>la</strong> Procirep et<br />

l’Angoa, <strong>la</strong> Région Franche-Comté, <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong>, <strong>la</strong> Communauté<br />

urbaine de Strasbourg, ainsi que <strong>la</strong> participation de <strong>la</strong> Fondation pour <strong>la</strong><br />

mémoire de <strong>la</strong> Shoah et une aide de <strong>la</strong> Maison du film court/Sacem. Il a<br />

fallu aussi trouver un second diffuseur pour compléter l’apport <strong>en</strong> cash<br />

et <strong>en</strong> industrie de France 3 sachant que ni le tournage (<strong>la</strong> même équipe<br />

depuis les repérages), ni le montage (sur 9 semaines) ne se ferai<strong>en</strong>t sur <strong>la</strong><br />

base de l’apport de France 3. télé<strong>Alsace</strong> s’est <strong>en</strong>gagé sur le projet avec un<br />

apport <strong>en</strong> industrie. L’intérêt était aussi d’assurer une diffusion plus <strong>la</strong>rge<br />

grâce à son réseau national. Production et p<strong>la</strong>n de financem<strong>en</strong>t : sacré jeu<br />

de puzzle. Celui-ci est assez exemp<strong>la</strong>ire dans le cas d’un premier film, car<br />

il comporte une grande part des difficultés — et des réussites ! — que l’on<br />

peut r<strong>en</strong>contrer sur ce type de production.<br />

FeA : Le film fait 69’, comm<strong>en</strong>t avez-vous réussi à déf<strong>en</strong>dre ça <br />

Josiane S. : Le film était prévu au format c<strong>la</strong>ssique de 52’. Au cours du<br />

montage on s’est r<strong>en</strong>dus compte que l’histoire ne t<strong>en</strong>ait pas dans cette<br />

durée. En supprimant des séqu<strong>en</strong>ces, l’histoire dev<strong>en</strong>ait incohér<strong>en</strong>te,<br />

chaque scène apportait sa pierre à l’édifice et à l’avancée de l’<strong>en</strong>quête. Il a<br />

fallu déf<strong>en</strong>dre ce constat auprès de Marie-Thérèse Montalto, <strong>la</strong> responsable<br />

de l’Ant<strong>en</strong>ne de France 3 Bourgogne Franche-Comté.<br />

Leï<strong>la</strong> F. : Si j’avais dû faire un 52’, j’aurais fait deux versions.<br />

Josiane S. : Par expéri<strong>en</strong>ce, je savais que ce n’était<br />

pas une solution idéale. Il vaut mieux déf<strong>en</strong>dre le<br />

film par le film. Et nous avons été accompagnés et<br />

suivis dans cette démarche ! Le film de Leï<strong>la</strong> était<br />

prometteur, mais auparavant, il y avait un dossier<br />

fort et solide. Il s’agit d’avoir de vraies re<strong>la</strong>tions<br />

avec le diffuseur, d’organiser des r<strong>en</strong>contres et<br />

des visionnages <strong>en</strong>semble, d’instaurer un vrai<br />

dialogue avec des discussions sur les remarques<br />

ou suggestions du diffuseur, acceptées ou non,<br />

<strong>en</strong> tout cas discutées <strong>en</strong>semble. C’est ce qui est<br />

arrivé sur ce film, un coup de cœur, beaucoup<br />

d’émotions. Nous att<strong>en</strong>dons que le diffuseur soit<br />

un part<strong>en</strong>aire, et c’est souv<strong>en</strong>t lié à une question<br />

de personne, qu’il ne soit pas seulem<strong>en</strong>t celui<br />

qui signe un contrat et un PAD.<br />

Bi<strong>en</strong> sûr les deux chaînes <strong>en</strong> question n’ont pas<br />

de “ cases ” de 69’, mais <strong>la</strong> solution sera trouvée<br />

tout <strong>en</strong> gardant une réelle visibilité au film.<br />

Autre particu<strong>la</strong>rité à souligner : l’aide obt<strong>en</strong>ue<br />

de <strong>la</strong> Maison du film court/Sacem est réservée<br />

à des films de 59’ maximum. L’aide consiste <strong>en</strong><br />

une bourse pour le compositeur de <strong>la</strong> musique<br />

originale et un remboursem<strong>en</strong>t de frais à hauteur<br />

de 1 500 € TTC. Alors maint<strong>en</strong>ant, qu’est-ce<br />

qu’on fait avec un film plus long Nous n’allions<br />

pas faire une seconde version pour être dans<br />

les normes. J’ai argum<strong>en</strong>té, j’ai dit le film est<br />

là, est-ce que je dois vous r<strong>en</strong>dre l’aide J’étais<br />

heureuse d’appr<strong>en</strong>dre quelques jours plus tard<br />

que l’aide était confirmée pour le film tel qu’il<br />

existe. On travaille avec des contraintes, dans<br />

des situations paradoxales, et c’est parfois normal,<br />

mais c’est le film qui doit ou devrait être le<br />

fil directeur.<br />

Le travail maint<strong>en</strong>ant est d’aller vers les festivals<br />

<strong>en</strong> France et à l’étranger avec <strong>la</strong> version sous-titrée<br />

<strong>en</strong> ang<strong>la</strong>is, pour ouvrir une autre vie au film.<br />

C’est un film d’équipe, vraim<strong>en</strong>t. De l’écriture à<br />

<strong>la</strong> finalisation, <strong>en</strong> passant par toutes les étapes,<br />

avec chacun à sa p<strong>la</strong>ce et tous <strong>en</strong>semble, c’est<br />

aussi ce qui donne une vraie qualité au film,<br />

c’est aussi sa spécificité. Une belle réussite<br />

humaine pour un film qui vi<strong>en</strong>t de se finaliser<br />

après quatre années de travail.<br />

Propos recueillis<br />

par Marie Frering<br />

27


chroniques<br />

Dans le cadre du cycle Histoires(s) de télévision, au printemps, une bonne palette de docum<strong>en</strong>taires qui mett<strong>en</strong>t <strong>en</strong> images <strong>la</strong><br />

littérature, avec des portraits d’écrivains nous a été proposée par Vidéo Les Beaux Jours, <strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec l’Ina Grand-Est, l’action<br />

culturelle de l’université Marc Bloch, <strong>la</strong> Scam, l’Académie de Strasbourg, le CRDP, le Musée d’art moderne et contemporain de<br />

Strasbourg, <strong>la</strong> BMS, le TNS, Arte.<br />

28<br />

Autre époque, autres mœurs <br />

Parmi ce <strong>la</strong>rge choix, un film sur l’écrivain mexicain Octavio Paz, Paroles<br />

<strong>en</strong> forme de tourbillon (1989), et un film sur le poète et peintre H<strong>en</strong>ri<br />

Michaux (1995) <strong>en</strong> prés<strong>en</strong>ce de leur réalisateur A<strong>la</strong>in Jaubert (connu<br />

pour son émission Palettes). Films, il faudra le souligner sans relâche, qui<br />

témoign<strong>en</strong>t d’une époque bel et bi<strong>en</strong> révolue de <strong>la</strong> télévision de service<br />

public, d’un âge d’or où l’accès à <strong>la</strong> culture par le biais de <strong>la</strong> télévision ne<br />

semb<strong>la</strong>it pas <strong>en</strong>core devoir relever d’une gageure ins<strong>en</strong>sée, et l’idée d’un<br />

public capable de s’y intéresser ne pas être une proposition forcém<strong>en</strong>t<br />

incongrue.<br />

Octavio Paz, un des plus grands poètes de <strong>la</strong>ngue espagnole du XX e siècle,<br />

je ne le connaissais que de nom. Ce docum<strong>en</strong>taire m’a donné <strong>en</strong>vie de<br />

le lire, tant ses poèmes que ses essais, et d’<strong>en</strong> découvrir un peu plus sur<br />

sa réflexion et son <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t politiques, qui me paraiss<strong>en</strong>t toujours<br />

d’actualité.<br />

Mais rev<strong>en</strong>ons au film, et à ses conditions de production, inimaginables<br />

aujourd’hui. Le film a été réalisé dans le cadre de l’émission Océaniques,<br />

et au dire du réalisateur lui-même, fait à <strong>la</strong> va-vite, ce qui dans ce cas<br />

précis n’a ri<strong>en</strong> de péjoratif et témoigne au contraire d’une grande liberté<br />

de production qui s’explique par le contexte d’Océaniques, proposée dans<br />

les années 80 sur FR 3 aux heures tardives, chapeautée par Pierre-André<br />

Boutang, et qui était diffusée deux à trois fois par semaine. Son but était de<br />

remplir avec des produits culturels, toujours selon le dire du réalisateur.<br />

Un atelier de production à France 3 était <strong>en</strong>tièrem<strong>en</strong>t voué à ce programme.<br />

Intéressant, à l’heure où les unités de production régionales sont <strong>en</strong> train<br />

de s’éteindre, <strong>en</strong>traînant de facto l’extinction de <strong>la</strong> coproduction de films<br />

docum<strong>en</strong>taires sur cette chaîne !<br />

Octavio Paz étant de passage à Paris chez son éditeur Gallimard, le réalisateur<br />

propose de saisir l’opportunité de tourner un <strong>en</strong>treti<strong>en</strong> avec lui.<br />

Sitôt dit, sitôt fait ! Cette spontanéité, qui permet <strong>la</strong> réalisation d’une trace<br />

que l’on peut à juste titre considérer nécessaire au regard de l’œuvre et<br />

du personnage, n’est plus de mise aujourd’hui sur une chaîne de service<br />

public. Autre époque, autres mœurs Il s’avère que cet <strong>en</strong>treti<strong>en</strong> est le seul<br />

que Paz ait fait pour <strong>la</strong> télévision <strong>en</strong> <strong>la</strong>ngue française.<br />

Si <strong>la</strong> forme du film reste c<strong>la</strong>ssique, son cont<strong>en</strong>u permet de découvrir <strong>la</strong><br />

p<strong>en</strong>sée de Paz, et l’acuité de sa réflexion politique, qui récuse toute forme<br />

de totalitarisme, qu’il soit de droite… ou de gauche, position complexe et<br />

difficile dans le contexte maniché<strong>en</strong> de l’époque. Quant à <strong>la</strong> poésie et au<br />

rôle du poète, cet <strong>en</strong>treti<strong>en</strong> donné à 75 ans exprime une résistance toujours<br />

actuelle, qui nous touche aujourd’hui, nous qui souhaitons une parole<br />

et un monde plus libres. Pour Octavio Paz, « <strong>la</strong> poésie est au c<strong>en</strong>tre de<br />

<strong>la</strong> c<strong>la</strong>ndestinité », <strong>la</strong> poésie moderne, « <strong>la</strong> voix des solitaires lue par les<br />

solitaires ». Octavio Paz ne voit pas de société possible sans poète, car <strong>la</strong><br />

parole est <strong>la</strong> poésie, et <strong>la</strong> poésie, elle ne se lit pas, elle s’écoute.<br />

Michaux, lui, je p<strong>en</strong>sais le connaître un peu à travers ses textes et son œuvre<br />

picturale. Le film m’a permis d’ancrer le personnage dans <strong>la</strong> radicalité de<br />

son cheminem<strong>en</strong>t vital et créatif. L’écriture du film, travaillée <strong>en</strong> amont,<br />

appréh<strong>en</strong>de le personnage Michaux, le “ poète sans visage ”, l’homme<br />

qui ne se <strong>la</strong>issait jamais filmer, dans le respect de cette position de nonvisibilité.<br />

Le réalisateur a bâti le film autour de l’image impossible et refait<br />

le parcours de sa vie sous forme d’<strong>en</strong>quête. Là aussi, l’éloge de <strong>la</strong> liberté et<br />

de <strong>la</strong> création met du baume au cœur, conforte un besoin humain légitime,<br />

à ne surtout pas étouffer. Michaux, le poète de <strong>la</strong> colère perman<strong>en</strong>te,<br />

nous donne à <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre son « charabia dont il tire des merveilles », loin<br />

du brouhaha médiatique. Pour ce qui est des conditions de production, le<br />

film s’inscrit dans <strong>la</strong> collection Un siècle d’écrivains, imm<strong>en</strong>se opération<br />

que FR 3 avait <strong>la</strong>ncé pour re<strong>la</strong>ncer <strong>la</strong> production<br />

et se donner une image culturelle. 260 portraits<br />

d’écrivains ont ainsi pu être réalisés <strong>en</strong> cinq ans.<br />

Dernier sursaut avant <strong>la</strong> mort programmée <br />

Cette manifestation autour de <strong>la</strong> littérature et<br />

de <strong>la</strong> télévision se déroule dans le cadre d’une<br />

mission que l’Institut national de l’audiovisuel<br />

développe depuis 1975, pour préserver les<br />

trésors de <strong>la</strong> télévision publique française.<br />

Depuis trois ans, avec Vidéo Les Beaux Jours, ces<br />

fameux “ trésors ” sont montrés <strong>en</strong> li<strong>en</strong> avec une<br />

thématique. Ce travail de mémoire a le mérite<br />

de nous rappeler qu’une télévision culturelle a<br />

été possible, et qu’elle répond à un besoin bi<strong>en</strong><br />

réel de public. Mais pr<strong>en</strong>ons-nous à rêver, non<br />

pas d’un retour du même, mais d’une télévision<br />

où le docum<strong>en</strong>taire aurait de nouveau sa p<strong>la</strong>ce.<br />

Pour repr<strong>en</strong>dre les mots de Paz, pour qui il<br />

n’y a pas de société possible sans poète, une<br />

société sans docum<strong>en</strong>taire me semble elle aussi<br />

difficile. Comme disait un réalisateur chili<strong>en</strong> qui<br />

a beaucoup travaillé sur <strong>la</strong> mémoire bafouée de<br />

son pays, une société sans docum<strong>en</strong>taire c’est<br />

comme une famille sans photo. Le docum<strong>en</strong>taire<br />

est un cinéma qui construit du li<strong>en</strong>, de <strong>la</strong><br />

mémoire, de <strong>la</strong> réflexion sur le monde.<br />

Même si <strong>la</strong> télévision a bi<strong>en</strong> changé, nous avons<br />

toujours soif de docum<strong>en</strong>taires qui fass<strong>en</strong>t appel<br />

à notre intellig<strong>en</strong>ce, à notre besoin de poésie.<br />

Nous ne souhaitons pas nous distraire du<br />

monde à tout prix, mais au contraire continuer à<br />

le questionner. Et le docum<strong>en</strong>taire a <strong>la</strong> capacité<br />

de le faire, et même d’aller plus loin, de nous<br />

permettre de nous interroger sur nous-mêmes,<br />

loin de l’inanité des reality shows.<br />

Autre époque, autres mœurs <br />

Mariette Feltin<br />

Paroles <strong>en</strong> forme de tourbillon de A<strong>la</strong>in Jaubert


Daniel Deshays est ingénieur du son, responsable de l’<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>t du son<br />

à l’École nationale des arts et techniques du théâtre de Lyon et à l’École<br />

nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il aime définir sa passion pour<br />

<strong>la</strong> réalisation <strong>en</strong> ces termes : « L’écriture sonore est conçue par celui qui<br />

traque le son, qui le traite et qui le joue, dans le temps de <strong>la</strong> traque, du<br />

traitem<strong>en</strong>t et du jeu ; seul celui qui le produit peut l’inv<strong>en</strong>ter et le mettre<br />

<strong>en</strong> scène. »<br />

L’heure bleue avec Daniel Deshays<br />

Vous vous souv<strong>en</strong>ez du film d’Éric Rohmer, Reinette et Mirabelle Deux jeunes filles<br />

se r<strong>en</strong>contr<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> campagne, et <strong>la</strong> citadine va, dans le film, prolonger son séjour<br />

car elle veut voir/<strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre l’heure bleue. À l’aurore, lorsque les animaux de nuit se<br />

tais<strong>en</strong>t et avant que les oiseaux diurnes ne comm<strong>en</strong>c<strong>en</strong>t à chanter, se produit un<br />

court temps de sil<strong>en</strong>ce <strong>en</strong>tre les sons de <strong>la</strong> nuit et les sons du jour. Le paysage est<br />

bleuté et c’est le passage “ à vide ” sonore <strong>en</strong>tre <strong>la</strong> nuit et le jour. La séance de l’invité<br />

avec Daniel Deshays, avec ce que nous y avons vécu, m’a fait p<strong>en</strong>ser à cette scène.<br />

Car c’est ce “ voir/<strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre ” que Daniel Deshays interroge au cinéma <strong>en</strong> arp<strong>en</strong>tant<br />

les territoires du sonore.<br />

« Écouter c’est se souv<strong>en</strong>ir, mais c’est autant pouvoir supposer un dev<strong>en</strong>ir à ce son<br />

et accepter sa v<strong>en</strong>ue. Prévoir ce que <strong>la</strong> suite sera, par ce que j’<strong>en</strong> sais déjà, à travers<br />

le souv<strong>en</strong>ir de mes expéri<strong>en</strong>ces passées – l’abondante fréqu<strong>en</strong>tation de l’écoute<br />

musicale ou sonore aide à prévoir. Écoute de l’expéri<strong>en</strong>ce passée sous l’écart qui<br />

m’<strong>en</strong> sépare, malgré l’urg<strong>en</strong>ce et <strong>la</strong> t<strong>en</strong>sion qu’impose l’écoute que je suis <strong>en</strong> train<br />

de poursuivre presque malgré moi. T<strong>en</strong>sion afin de rester prés<strong>en</strong>t à l’événem<strong>en</strong>t<br />

dans lequel elle nous conduit et nous oblige. « Si je ne ti<strong>en</strong>s pas <strong>la</strong> continuité je vais<br />

perdre le fil ». Car dans un sonore qui disparaît au fur et à mesure qu’il s’annonce, pas<br />

de retour possible. L’oreille n’a pas, comme l’œil lisant, <strong>la</strong> liberté d’opérer un retour<br />

sur <strong>la</strong> page. Écoute, ici dans <strong>la</strong> volonté t<strong>en</strong>due de suivre tout ce qui va paraître. »<br />

Débutant par une analyse de <strong>la</strong> perception que nous avons du son, une perception<br />

mémorielle et guidée par les surgissem<strong>en</strong>ts et les accid<strong>en</strong>ts sonores qui nous<br />

happ<strong>en</strong>t et kidnapp<strong>en</strong>t, Daniel Deshays nous <strong>en</strong>traîne à nous interroger sur les<br />

rapports du son et de l’image au cinéma, de <strong>la</strong> construction des sons au cinéma.<br />

Le son, par<strong>en</strong>t pauvre de l’image Bi<strong>en</strong> sûr, ça a souv<strong>en</strong>t été dit mais peu travaillé<br />

sur le pourquoi et le comm<strong>en</strong>t. À partir d’exemples où justem<strong>en</strong>t le son au cinéma<br />

est p<strong>en</strong>sé dans un ajustem<strong>en</strong>t particulier, où le son est “ écrit ” ou “ inscrit ”, Daniel<br />

Deshays creuse <strong>la</strong> problématique. Comm<strong>en</strong>t le son et l’image peuv<strong>en</strong>t-ils s’assembler<br />

sans se fondre Chez Jacques Tati, dans Les vacances de Monsieur Hulot, le jeu se<br />

construit <strong>en</strong>tre extérieur et intérieur des p<strong>la</strong>ns, le son de l’extérieur s’invitant dans<br />

les p<strong>la</strong>ns intérieurs par exemple. Chez Sergueï Loznitsa, dans Paysage, on assiste<br />

au déca<strong>la</strong>ge comme si le travelling sonore ne col<strong>la</strong>it pas au travelling visuel. Chez<br />

Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, dans Une visite au Louvre, le corps de <strong>la</strong> voix<br />

est à ce point habité qu’on le ress<strong>en</strong>t physiquem<strong>en</strong>t. Chez Ingmar Bergmann, le<br />

sil<strong>en</strong>ce, justem<strong>en</strong>t dans Le sil<strong>en</strong>ce, est habité par un continuum qui change presque<br />

imperceptiblem<strong>en</strong>t. Et de nous avoir mis ainsi le doigt à l’oreille, nous sommes dans<br />

une écoute écarquillée, à l’affût du c<strong>la</strong>ndestin. Nous appr<strong>en</strong>ons un “ voir/<strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre ”<br />

qui joue dans les creusem<strong>en</strong>ts, le son apparaît comme un paysage peint avec ses<br />

perspectives, couleurs, ombres, détails et représ<strong>en</strong>tation.<br />

Avec ces exemples d’une mise <strong>en</strong> charge, d’une sorte d’électrisation de l’image par le<br />

son, guidés par Daniel Deshays, un champ d’exploration s’ouvre, car l’analyse de ce<br />

“ voir/<strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre ” amène à interroger aussi le c<strong>la</strong>ndestin de nos propres perceptions,<br />

ce qui glisse dans l’inconsci<strong>en</strong>t du spectateur, les émotions provoquées par le son<br />

au cinéma, que nous ne ret<strong>en</strong>ons pas ou difficilem<strong>en</strong>t, mais qui inscriv<strong>en</strong>t <strong>en</strong> nous<br />

certaines images plus durablem<strong>en</strong>t que par notre mémoire visuelle. Chantier ouvert.<br />

Un ingénieur du son qui dit : le problème n’est pas <strong>la</strong> technique. Restons à l’affût de<br />

ce que Daniel Deshays peut nous appr<strong>en</strong>dre.<br />

Marie Frering<br />

Bibliographie<br />

Pour une écriture du sonore, éditions Klincksieck, 2006<br />

L’image sonore, confér<strong>en</strong>ce de l’Université de tous les savoirs, Paris 2004,<br />

à écouter ou télécharger sur www.canal-u.com<br />

Théâtre : espace sonore, espace visuel, éditions PUL, Lyon, 2003<br />

De l’écriture sonore, éditions <strong>en</strong>tre/vues, Marseille, 1999<br />

“ Les territoires du sonore, séminaire de Lussas, 2006 ”,<br />

Le son docum<strong>en</strong>té, in La revue docum<strong>en</strong>taire n° 21 (www.difpop.com)<br />

films sortis de fabrique<br />

Bon-papa,<br />

un homme sous l’Occupation<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 69’ de Leï<strong>la</strong> Férault<br />

Coproduction Bix films, Lapsus,<br />

France 3 Bourgogne Franche-Comté, télé<strong>Alsace</strong><br />

Avant-premières à <strong>la</strong> Fémis à Paris le 18 septembre,<br />

<strong>en</strong> Franche-Comté et à Strasbourg <strong>en</strong> novembre 2007.<br />

Diffusion France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

le 10 novembre.<br />

Projections <strong>en</strong> Franche-Comté et <strong>en</strong> Bourgogne<br />

dans le cadre du mois du film docum<strong>en</strong>taire<br />

<strong>en</strong> novembre.<br />

DVD <strong>en</strong> français et ang<strong>la</strong>is sous-titré.<br />

Comm<strong>en</strong>t nous sommes<br />

tous dev<strong>en</strong>us américains<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 56’ de Sergio Ghizzardi<br />

et Joachim Fritz-Vannahme<br />

Coproduction Seppia,<br />

Néon rouge productions (Bruxelles), Arte, RTBF<br />

Avant-première à l’Ena le 22 mai 2007.<br />

Diffusion Arte le 5 juin 2007, RTBF le 12 juin 2007.<br />

L’hôte<br />

Khâk e Todjikiston<br />

Zabon<br />

Court métrage expérim<strong>en</strong>tal de 28’ de Anne-Céline Bossu<br />

Coproduction Le Deuxième Souffle films & associés,<br />

Le Studio Or<strong>la</strong>ndo<br />

Diffusion carte b<strong>la</strong>nche au Deuxième Souffle,<br />

festival Images <strong>en</strong> région, V<strong>en</strong>dôme 2007.<br />

films sortis de fabrique<br />

29


chroniques (suite)<br />

Chaque année de nouveaux jeunes arriv<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> réalisation, formés par différ<strong>en</strong>tes écoles ou sur le terrain et confrontés très vite à<br />

<strong>la</strong> question du travail. Quel travail Quelle part de création Comm<strong>en</strong>t se situer dans ce qui paraît parfois comme une jungle ou des<br />

chasses gardées Julia Laur<strong>en</strong>ceau est issue du master pro et est <strong>en</strong> train de “ fabriquer ” son premier film.<br />

métier “ à-côté ”. Si Anyway aura un s<strong>en</strong>s ou nous donnera au contraire<br />

une impression de grande vacuité. Je travaille avec Daniel Coche sur mon<br />

premier “ vrai film ”, Rêve général, qui parle d’histoires d’<strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>ts au<br />

travers de personnes que j’ai r<strong>en</strong>contrées lors du mouvem<strong>en</strong>t anti-CPE. J’ai<br />

peur de “ rater ”, et si je rate, de ne pas faire un autre film.<br />

30<br />

Rêve général de Julia Laur<strong>en</strong>ceau<br />

Réalisatrice aujourd’hui.<br />

Histoires(s) d’aspiration<br />

Aujourd’hui<br />

Je ne sais pas si je suis réalisatrice. Je fais des<br />

petits boulots variés à temps variables (“ dame<br />

cantine ”, prof particulière, magasinière, etc.).<br />

Juridiquem<strong>en</strong>t, je suis à <strong>la</strong> fois demandeuse<br />

d’emploi et <strong>en</strong> CDI à Art<strong>en</strong>réel, une coopérative<br />

dans <strong>la</strong>quelle je suis <strong>en</strong>trée avec deux amis<br />

“ réalisateurs ”, Aleks et Didier, et qui nous aide à<br />

développer notre propre activité : faire des films<br />

de commande, de <strong>la</strong> numérisation, des ateliers<br />

audiovisuels. On a décidé de s’appeler Anyway.<br />

On a mis du temps à trouver ce nom qui nous<br />

apparaît aujourd’hui comme une évid<strong>en</strong>ce. On le<br />

répète beaucoup quand un projet tombe à l’eau.<br />

C’est notre b<strong>la</strong>gue. On “ réalise ” des 3’ pour une<br />

chaîne de télévision. Au début, on s’est dit que<br />

c’était de l’expéri<strong>en</strong>ce. Au début, c’était il y a<br />

bi<strong>en</strong>tôt un an. Aujourd’hui, je me demande quel<br />

s<strong>en</strong>s tout ce<strong>la</strong> a. Tout ce<strong>la</strong> c’est : filmer, monter<br />

et mixer dans un temps record. R<strong>en</strong>trer dans des<br />

automatismes. Être r<strong>en</strong>table.<br />

J’ai 27 ans. Je comm<strong>en</strong>ce à peine à compr<strong>en</strong>dre ce<br />

que j’ai pu <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre ou lire sur le docum<strong>en</strong>taire.<br />

Sur le tournage (je croyais que beaucoup de<br />

choses apparaissai<strong>en</strong>t d’elle-même si on savait<br />

être là). La construction (je p<strong>en</strong>sais que tout<br />

se déterminait au montage). Les différ<strong>en</strong>tes<br />

phases que l’on r<strong>en</strong>contre (plus j’ai l’impression<br />

de ress<strong>en</strong>tir ce que je veux montrer, plus ça<br />

m’angoisse de ne pas parv<strong>en</strong>ir à le filmer).<br />

Je me dis que l’on ne peut être réalisateur à<br />

plein-temps, même si ce<strong>la</strong> pr<strong>en</strong>d tout notre<br />

temps : financièrem<strong>en</strong>t c’est une litote. Alors<br />

je me demande ce que je vais trouver comme<br />

Il y a deux ans<br />

J’avais fini mon DEA de re<strong>la</strong>tions internationales depuis un an. J’avais<br />

travaillé dans une association écologiste p<strong>en</strong>dant 6 mois, H-50. Une période<br />

int<strong>en</strong>se où l’on était cinq à être persuadés que l’on pouvait interv<strong>en</strong>ir sur<br />

le monde. J’<strong>en</strong> suis partie car “ au nom de ”, on travail<strong>la</strong>it tous au b<strong>la</strong>ck et<br />

ceux qui n’étai<strong>en</strong>t pas <strong>en</strong>tièrem<strong>en</strong>t convaincus se faisai<strong>en</strong>t virer du jour au<br />

l<strong>en</strong>demain. Je faisais alors de <strong>la</strong> photo et je me culpabilisais d’utiliser des<br />

produits toxiques pour le développem<strong>en</strong>t et le tirage. On avait aussi monté<br />

une association de cinéma avec des copains, où je comm<strong>en</strong>çais à filmer<br />

des petites choses, avec une caméra empruntée. Sans trop y croire, sans les<br />

m<strong>en</strong>er jusqu’au bout.<br />

Après avoir démissionné d’H-50, j’ai cherché un boulot <strong>en</strong> ONG sans y<br />

parv<strong>en</strong>ir. Une amie qui bossait au ministère de <strong>la</strong> Déf<strong>en</strong>se me proposa<br />

de r<strong>en</strong>contrer son supérieur, “ Mon général ”, pour discuter, voir s’il<br />

était possible de travailler <strong>en</strong> sci<strong>en</strong>ces politiques sans avoir à passer les<br />

concours administratifs où il y a une p<strong>la</strong>ce pour mille candidats.<br />

“ Mon général ” finit par me dire qu’il n’y avait pas d’av<strong>en</strong>ir <strong>en</strong> re<strong>la</strong>tions<br />

internationales pour des g<strong>en</strong>s comme moi qui ne savai<strong>en</strong>t pas parler quatre<br />

<strong>la</strong>ngues, dont le chinois, et n’avai<strong>en</strong>t pas quatre ans de stage derrière eux.<br />

Sur mon CV, je t<strong>en</strong>ais à une partie “ photo-cinéma ” où je décrivais les<br />

ateliers de vidéo numérique que j’avais faits, <strong>en</strong>tre autres, à <strong>la</strong> Mairie de<br />

Paris. “ Mon général ” finit par me demander :<br />

- Vous avez l’air d’aimer le cinéma, Mademoiselle <br />

- Oui…<br />

- Pourquoi vous n’<strong>en</strong> faites pas Par les temps qui cour<strong>en</strong>t, autant que vous<br />

fassiez ce que vous aimez… Vous connaissez <strong>la</strong> Dicod <br />

- Non…<br />

- C’est l’organe de communication de l’armée, on vous <strong>en</strong>voie filmer sur<br />

des théâtres d’opération à l’étranger. Ça vous intéresserait Vous n’avez<br />

pas trop le profil, mais ça vous ferait une première expéri<strong>en</strong>ce…<br />

Je dis oui car ça me semb<strong>la</strong>it un moy<strong>en</strong> de t<strong>en</strong>ir une caméra. Je fus<br />

rassurée le soir même <strong>en</strong> lisant sur internet que Chabrol avait comm<strong>en</strong>cé<br />

à <strong>la</strong> Dicod. Heureusem<strong>en</strong>t ou malheureusem<strong>en</strong>t, je ne fus pas prise, mais<br />

ce<strong>la</strong> me donna l’impulsion d’aller chercher des formations <strong>en</strong> cinéma.<br />

Je vins au cinéma docum<strong>en</strong>taire par hasard. J’avais l’impression que ça<br />

avait un li<strong>en</strong> avec les sci<strong>en</strong>ces politiques. J’atterris à Strasbourg <strong>en</strong> master<br />

de réalisation, impati<strong>en</strong>te de faire <strong>en</strong>fin ce autour duquel je tournais<br />

depuis plusieurs années.<br />

Il y a cinq ans<br />

Je comm<strong>en</strong>çais mon DEA à <strong>la</strong> Sorbonne. C’était le grand mom<strong>en</strong>t où il<br />

fal<strong>la</strong>it se déterminer sur un objet de recherche pour une thèse future. J’étais<br />

perdue, je m’étais inscrite <strong>en</strong> RI <strong>en</strong> partie pour aller travailler à l’étranger.<br />

Durant les cinq années précéd<strong>en</strong>tes, je travail<strong>la</strong>is deux mois l’été pour<br />

pouvoir partir un mois, sac au dos, loin de chez moi… Je suis allée au<br />

Maghreb et au Machreck. À chaque fois je rev<strong>en</strong>ais fascinée, interloquée ; je<br />

lisais ou cherchais à voir au cinéma tout ce qui pouvait avoir une re<strong>la</strong>tion<br />

avec le pays dont je rev<strong>en</strong>ais. Puis je suis allée <strong>en</strong> Inde où je me r<strong>en</strong>dis<br />

compte d’un de mes grands leurres : croire que l’on pouvait vivre ailleurs.<br />

L’Inde me fit compr<strong>en</strong>dre que l’on serait toujours vu dans le tiers-monde


comme des Occid<strong>en</strong>taux néocolonialistes, que l’on ne pouvait ri<strong>en</strong><br />

faire contre cette viol<strong>en</strong>ce que l’on am<strong>en</strong>ait avec nous. M’<strong>en</strong> r<strong>en</strong>dre<br />

compte fut complexe. Ce<strong>la</strong> remettait <strong>en</strong> cause mes projets de vie. J’avais<br />

toujours mes rêves de cinéma et je me disais <strong>en</strong> voyant le film de Louis<br />

Malle à Calcutta que filmer était peut-être <strong>la</strong> seule façon de rétablir des<br />

équilibres. Mais <strong>la</strong> caméra me tétanisait, j’avais l’impression que si je<br />

me r<strong>en</strong>dais compte que je n’étais pas capable de faire des images, je ne<br />

m’<strong>en</strong> remettrais jamais. J’avais des idées très romantiques sur le tal<strong>en</strong>t,<br />

celui qui l’a, celui qui ne l’a pas.<br />

Il y a dix ans<br />

Je sortais d’un bac L. Je ne vou<strong>la</strong>is pas aller <strong>en</strong> prépa car je le voyais<br />

comme un <strong>en</strong>fermem<strong>en</strong>t. Je me suis inscrite <strong>en</strong> droit car à <strong>la</strong> maison<br />

s’inscrire <strong>en</strong> fac de <strong>lettre</strong>s ou de cinéma, ce n’était pas concevable, ça<br />

m<strong>en</strong>ait au chômage. P<strong>en</strong>dant mes deux premières années, j’ai beaucoup<br />

séché avec ma meilleure amie qui faisait du théâtre. On jouait aux<br />

personnages de <strong>la</strong> Nouvelle Vague <strong>en</strong> cherchant des immeubles aux<br />

portes ouvertes qui nous permettrai<strong>en</strong>t de monter sur les toits de Paris.<br />

En lic<strong>en</strong>ce, j’ai craqué dès le premier cours de l’année. Un cours de<br />

droit des affaires durant lequel on nous dit qu’il fal<strong>la</strong>it lire Le Monde<br />

économique tous les jours. À l’époque, je ne lisais pas un journal. Les<br />

marti<strong>en</strong>s aurai<strong>en</strong>t pu débarquer que je ne l’aurais pas su. J’ai arrêté les<br />

cours et décidé de faire du cinéma. La réaction familiale fut nette : on<br />

me dit que je sautais d’un hélicoptère sans parachute. Je réussis <strong>en</strong><br />

lisant les petites annonces à faire un stage dans une boîte qui produisait<br />

une émission sur La Cinquième. Je n’y faisais ri<strong>en</strong> hormis le café. Les<br />

journalistes ne faisai<strong>en</strong>t ri<strong>en</strong> hormis récupérer des infos sur internet. Je<br />

démissionnais.<br />

Je travail<strong>la</strong>i <strong>en</strong>suite au festival de Créteil (le FIFF). Je n’y fis pas des<br />

choses passionnantes, mais je découvris tout un pan du cinéma que<br />

je ne soupçonnais pas. Je me souvi<strong>en</strong>s <strong>en</strong> particulier d’un film qui se<br />

dérou<strong>la</strong>it tout du long dans le transsibéri<strong>en</strong>. Une voix lisait sur ces<br />

images le journal d’une personne qui fut un déporté politique <strong>en</strong><br />

Sibérie sous Staline. À <strong>la</strong> fin du festival, je ne réussis pas à continuer<br />

à travailler dans le cinéma. Je n’y connaissais strictem<strong>en</strong>t personne. Je<br />

repris ma lic<strong>en</strong>ce de droit.<br />

Il y a douze ans<br />

On m’offrit à Noël un livre que j’al<strong>la</strong>is lire onze ans après. C’était un<br />

numéro de CinémAction intitulé “ Le cinéma direct ”. Il y avait des<br />

articles sur Depardon, Akerman, Cavalier, Kramer, Van der Keuk<strong>en</strong>,<br />

Wiseman ; un <strong>en</strong>treti<strong>en</strong> avec Jean-Louis Comolli. Que des personnes<br />

dont je n’avais jamais <strong>en</strong>t<strong>en</strong>du parler.<br />

À l’époque, je ne regardais que les images.<br />

Onze ans plus tard, à ma r<strong>en</strong>trée <strong>en</strong> master de réalisation docum<strong>en</strong>taire,<br />

on nous dit que l’on suivrait un séminaire avec Jean-Louis Comolli. Le<br />

nom me dit vaguem<strong>en</strong>t quelque chose…<br />

Julia Laur<strong>en</strong>ceau<br />

Site des anyways :<br />

www.lesfilmsanyway.com<br />

films sortis de fabrique<br />

Parmi les visages pâles<br />

Court métrage expérim<strong>en</strong>tal de 16’ de Thomas Lanquetin<br />

Coproduction Le Deuxième Souffle films & associés,<br />

Le Studio Or<strong>la</strong>ndo<br />

Diffusion carte b<strong>la</strong>nche au Deuxième Souffle,<br />

festival Images <strong>en</strong> région, V<strong>en</strong>dôme 2007.<br />

C’est fini<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Guy Wach et J<strong>en</strong>nyfer Bec<br />

Coproduction Faites un vœu, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong> le 3 novembre 2006,<br />

France 3 Bourgogne Franche-Comté le 4 novembre.<br />

films sortis de fabrique<br />

Marchand d’art, Ernst Beyeler<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 66 ’ et 52’<br />

de Philippe Piguet et Thomas Isler<br />

Coproduction Bix films, freihänler filmproduktion, France 3<br />

<strong>Alsace</strong>, TSR, SRR SSR idée suisse, Schweizer Fernseh<strong>en</strong>, Arte<br />

Avant-première à <strong>la</strong> fondation Beyeler<br />

le 2 octobre 2007.<br />

Diffusion TSR le 12 octobre 2007,<br />

France 3 <strong>Alsace</strong> le 13 octobre,<br />

Schweizer Fernseh<strong>en</strong> le 14 octobre,<br />

Arte le 15 octobre (case Grand Format).<br />

31


etour de…<br />

32<br />

PHOTO DR<br />

Pitching au musée<br />

Le R<strong>en</strong>dez-Vous de <strong>la</strong> coproduction rhénane<br />

Rheinisches Koproduktionstreff<strong>en</strong><br />

Les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel de <strong>la</strong> grande région, de Luxembourg<br />

à G<strong>en</strong>ève, <strong>en</strong> passant par Paris, se sont retrouvés le 20 juin dernier au Musée d’art<br />

moderne et contemporain de Strasbourg pour le désormais traditionnel R<strong>en</strong>dez-Vous de<br />

<strong>la</strong> coproduction rhénane.<br />

Après une introduction d’Olivier Trusson de l’ant<strong>en</strong>ne MEDIA de Strasbourg et celle<br />

de Roberto Ol<strong>la</strong> sur Eurimages, l’après-midi fut consacrée à une session de pitching :<br />

dix projets, longs-métrages de fiction et docum<strong>en</strong>taires, sélectionnés parmi 37 projets<br />

rassemblés dans un catalogue. Le modérateur, Paul Pauwels, animait <strong>la</strong> session, incitait à<br />

réagir sur l’opportunité d’une coproduction transfrontalière, et proposait aux diffuseurs<br />

et aux financeurs institutionnels prés<strong>en</strong>ts de s’exprimer sur l’intérêt des projets.<br />

On aurait apprécié un panel plus significatif et pertin<strong>en</strong>t de décideurs, notamm<strong>en</strong>t<br />

de diffuseurs, pour plus d’échos sur les projets prés<strong>en</strong>tés. Les réactions exprimées (ou<br />

non) donnai<strong>en</strong>t, malgré <strong>la</strong> diversité des sujets et de leurs origines géographiques, un<br />

s<strong>en</strong>tim<strong>en</strong>t quelque peu linéaire des lignes éditoriales des chaînes quant aux thèmes,<br />

formats et cases. Pas vraim<strong>en</strong>t stimu<strong>la</strong>nt pour <strong>la</strong> création et <strong>la</strong> nouveauté.<br />

Les 10 projets pitchés<br />

Les <strong>en</strong>fants du Rhin, Jade Production (F) Quel K<strong>la</strong>dderadatsch-Gr<strong>en</strong>ze in d<strong>en</strong> Herz<strong>en</strong>,<br />

Swingin’pictures (D) Onkel Tommy, Maximage (CH) Donnant, donnant, PS productions<br />

(CH) Sous l’eau les pieds sur terre, Seppia (F) Gipfel des G<strong>en</strong>üsse, Eikon Südwest (D)<br />

L’<strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t, Ana Films (F) La Fabrik, Hector Films (F) Wunderbare Wäscherei,<br />

Ulmedia (D) Un tueur parmi nous, Samsa (L)<br />

C’est <strong>en</strong>suite sur <strong>la</strong> terrasse avec vue de l’Art café du<br />

musée que ça se passera : drink, petits fours, discussions<br />

multilingues et r<strong>en</strong>contres individuelles, que l’on se<br />

connaisse déjà ou se r<strong>en</strong>contre pour <strong>la</strong> première fois,<br />

c’est le mom<strong>en</strong>t d’échanger, de se découvrir, d’<strong>en</strong>tamer<br />

ou de poursuivre une re<strong>la</strong>tion. Le l<strong>en</strong>demain, Pierre, jeune<br />

stagiaire que j’avais incité à v<strong>en</strong>ir <strong>en</strong> observateur me disait<br />

avec justesse « Je reti<strong>en</strong>s que le monde de l’audiovisuel<br />

est basé sur le re<strong>la</strong>tionnel… ». Espérons que les quelques<br />

projets prés<strong>en</strong>tés auront trouvé leur re<strong>la</strong>tionnel !<br />

Josiane Schauner<br />

Envirofilm 2007<br />

à Banska Bystrica<br />

Banska Bystrica, ville de 80 000 habitants <strong>en</strong> Slovaquie<br />

c<strong>en</strong>trale, organisait <strong>en</strong> mai dernier son treizième festival<br />

de cinéma dédié à l’<strong>en</strong>vironnem<strong>en</strong>t. Un festival popu<strong>la</strong>ire<br />

qui, <strong>en</strong> cinq jours, rassemble des milliers de spectateurs,<br />

notamm<strong>en</strong>t beaucoup de jeunes motivés aussi par de<br />

nombreuses animations parallèles, des concours de<br />

dessins et des expositions. Envirofilm est un festival qui<br />

prés<strong>en</strong>te tout à <strong>la</strong> fois des films dédiés à <strong>la</strong> nature, des<br />

films animaliers c<strong>la</strong>ssiques ou des films d’investigation<br />

dans <strong>la</strong> lignée du Cauchemar de Darwin.<br />

Je participais à cette manifestation <strong>en</strong> tant que membre<br />

du jury international et j’eus, par ailleurs, l’honneur<br />

de prés<strong>en</strong>ter, hors compétition, mon film So<strong>la</strong>nge<br />

Fernex, une vie pour <strong>la</strong> vie. Une quarantaine de films<br />

concourrai<strong>en</strong>t pour le Grand Prix attribué à Une affaire<br />

de tueur du danois Tom Heinemann : ce film est un<br />

voyage <strong>en</strong> Inde qui découvre comm<strong>en</strong>t des pesticides<br />

danois, dispersés <strong>en</strong> masse dans les champs de coton,<br />

provoqu<strong>en</strong>t une surmortalité de cancers. Le voyage ne<br />

s’<strong>en</strong> ti<strong>en</strong>t pas là, et de Sanganer à Panipat, <strong>la</strong> caméra<br />

de Lotte <strong>la</strong> Cour arp<strong>en</strong>te des tissages et d’assez sordides<br />

ateliers de teintures où des ouvriers confectionn<strong>en</strong>t<br />

dans des conditions infernales de spl<strong>en</strong>dides serviettes<br />

de bain et autres tissus d’ameublem<strong>en</strong>t ! Toutes ces<br />

marchandises sont rev<strong>en</strong>dues au Danemark et dans des<br />

magasins franchisés d’Europe, ce g<strong>en</strong>re de boutiques<br />

toujours soucieuses de valoriser l’exotisme de leurs<br />

éta<strong>la</strong>ges, mais « qui ne savai<strong>en</strong>t pas » ! Compr<strong>en</strong>ez bi<strong>en</strong> :<br />

« Le monde n’a jamais été aussi petit et le marché aussi<br />

grand ! ». Le film a eu bi<strong>en</strong> évidemm<strong>en</strong>t quelques soucis<br />

et procès, mais il devrait avoir une carrière internationale<br />

(www.akillerbargain.com). Et puis, coup de cœur du<br />

jury, notamm<strong>en</strong>t, pour un film portugais P<strong>la</strong>ge Monte<br />

Gordo de Sofia Trincao et Oscar Clem<strong>en</strong>te partis à <strong>la</strong><br />

r<strong>en</strong>contre des derniers pêcheurs de l’Algarve, chassés<br />

par <strong>la</strong> prolifération du béton le long de <strong>la</strong> côte. Coup de<br />

cœur <strong>en</strong>core, pour un film allemand Tchernobyl, le voleur<br />

invisible de Christoph Boekel qui, retourné sur les traces<br />

improbables d’un premier film réalisé dans cette Ukraine<br />

meurtrie par <strong>la</strong> tragédie de 1986, retrouve et interroge de<br />

manière très personnelle les amis des témoins décédés.<br />

J’ai eu p<strong>la</strong>isir là-bas à retrouver le cœur de <strong>la</strong> Mitteleuropa<br />

dont Strasbourg a toujours été une porte. J’y ai retrouvé<br />

des amis cinéastes qui ont gagné une liberté politique<br />

certaine depuis <strong>la</strong> chute du mur quand <strong>en</strong> même temps<br />

ils perdai<strong>en</strong>t aisance, voire confort même, au niveau de


<strong>la</strong> production cinématographique. « Quand le mur tombait, il y avait <strong>en</strong>core 700<br />

écrans <strong>en</strong> Slovaquie, ils <strong>en</strong> rest<strong>en</strong>t 240 aujourd’hui » me dit-on à l’ant<strong>en</strong>ne MEDIA<br />

de Bratis<strong>la</strong>va ; « Et il se produit cinq, six longs métrages, les bonnes années ! »<br />

Autant dire que <strong>la</strong> situation n’est pas facile pour les cinéastes. Malgré tout, un<br />

courant docum<strong>en</strong>tariste se développe, souv<strong>en</strong>t intéressé par les marges tziganes<br />

à l’est du pays ou les problèmes sociaux qui malheureusem<strong>en</strong>t se développ<strong>en</strong>t. Les<br />

docum<strong>en</strong>taristes slovaques sont aussi très impliqués par <strong>la</strong> nature et <strong>la</strong> découverte<br />

du monde : <strong>en</strong> témoigne <strong>la</strong> carrière tal<strong>en</strong>tueuse de Pavel Barabas, qui accompagné<br />

par Steve Lichtag dans un numéro de duettistes bi<strong>en</strong> rôdé, a reçu à Banska Bystrica<br />

un accueil phénoménal pour son dernier film tourné au V<strong>en</strong>ezue<strong>la</strong>.<br />

Daniel Coche<br />

www.sazp.sk/slovak/struktura/ustredie/ENVIROFILM<br />

La route des festivals de l’été<br />

La Rochelle, Marseille, Locarno, Lussas… <strong>la</strong> route des festivals d’été suit des<br />

itinéraires assez touristiques, ma foi, quitte à produire sur ce p<strong>la</strong>n de <strong>la</strong> frustration,<br />

car un festival c’est surtout passer d’une salle obscure à l’autre, avec juste le temps<br />

d’un repas rapide tout <strong>en</strong> échangeant avec des collègues…<br />

C’est ainsi que p<strong>en</strong>dant que quelques producteurs pr<strong>en</strong>ai<strong>en</strong>t le chemin de<br />

La Rochelle, moins pour le festival lui-même – toujours riche et passionnant – que<br />

pour investir le marché, le Sunny Side of the Doc, ainsi nommé depuis sa création<br />

à Marseille il y a une bonne douzaine d’années, je me suis r<strong>en</strong>du début juillet au<br />

festival international du docum<strong>en</strong>taire de Marseille. Son directeur, Jean-Pierre<br />

Rehm, y explore un cinéma des limites. Seul un petit nombre de ces films seront<br />

diffusés par une chaîne de télévision (ou à <strong>la</strong> rigueur dans <strong>la</strong> case de <strong>la</strong> Lucarne sur<br />

Arte, c’est-à-dire après minuit), et même dans un circuit commercial de cinéma.<br />

Reste que ce sont pour autant des œuvres magnifiques, qui sont à découvrir et<br />

que seuls des réseaux culturels font circuler. C’est dire l’importance de ce festival<br />

car il permet à des œuvres difficiles, fragiles, parfois autoproduites, d’être vues,<br />

comme l’a été De son appartem<strong>en</strong>t, le film de Jean-C<strong>la</strong>ude Rousseau, Grand Prix<br />

cette année. Du théâtre de <strong>la</strong> Criée au cinéma Les Variétés, de <strong>la</strong> bibliothèque de<br />

l’Alcazar au CRDP, <strong>en</strong> passant par <strong>la</strong> Canebière où se trouvait le c<strong>en</strong>tre du festival<br />

avec l’accueil et une vidéothèque offrant de nombreux postes de visionnem<strong>en</strong>t,<br />

arp<strong>en</strong>ter Marseille dev<strong>en</strong>ait comme une métaphore du cinéma du réel qui approche<br />

le monde avec acuité et s<strong>en</strong>sibilité, <strong>en</strong> cherchant des images et des mots pour le<br />

dire, même ma<strong>la</strong>droitem<strong>en</strong>t.<br />

Avec Locarno, du 1 er au 11 août, on passe à un festival d’une tout autre dim<strong>en</strong>sion,<br />

par le nombre de films (dans les trois c<strong>en</strong>t !) et par <strong>la</strong> fréqu<strong>en</strong>tation (quelques<br />

dizaines de milliers de spectateurs). Et aussi par l’anci<strong>en</strong>neté : il fêtait cette année<br />

son soixantième anniversaire. Jouant dans <strong>la</strong> cour des grands (Berlin, Cannes,<br />

V<strong>en</strong>ise), il souffre de passer après les deux premiers et peu avant le troisième, qui<br />

se réserv<strong>en</strong>t <strong>la</strong> plupart des films importants. N’empêche que ce festival a l’énorme<br />

avantage d’être facile d’accès, et qu’il est de ce fait suivi par une foule d’amateurs<br />

d’un cinéma de qualité. Cette année, anniversaire oblige, pas de rétrospective autour<br />

d’un thème ou d’un cinéaste, mais un retour sur l’histoire même du festival, comme<br />

le premier film d’A<strong>la</strong>in Tanner, Charles mort ou vif, Léopard d’or <strong>en</strong> 1969.<br />

Beaucoup de premières œuvres, ce qui signifie qu’il joue un précieux rôle de découvreur,<br />

beaucoup de films hors norme, ce qui témoigne d’une réflexion ouverte sur<br />

le cinéma. Ce qui est d’ailleurs le moins que l’on att<strong>en</strong>de aujourd’hui d’un festival.<br />

À côté de ce<strong>la</strong>, rappelons le rituel toujours aussi impressionnant de <strong>la</strong> Piazza Grande :<br />

chaque soir p<strong>en</strong>dant les dix jours que dure le festival, 6 000 à 8 000 personnes s’y<br />

retrouv<strong>en</strong>t pour voir <strong>en</strong>semble un, voire deux films sur un écran géant, avec des<br />

films “ grand public ”, comme Hairspray ou P<strong>la</strong>net Terror, ou bi<strong>en</strong> le dernier film de<br />

Hou Hsiao-Hsi<strong>en</strong> (Le voyage du ballon rouge, hommage délicat au court métrage de<br />

1956 d’Albert Lamorisse).<br />

Alors pour ne citer qu’un film de <strong>la</strong> compétition, signalons celui de Philippe Ramos,<br />

Capitaine Achab, unanimem<strong>en</strong>t app<strong>la</strong>udi… Et dans les courts métrages, celui<br />

d’Éric Morfaux, que l’on connaît ici d’abord comme chargé de programme à Arte<br />

Strasbourg, qui avec Petite f<strong>la</strong>mme, signe une très fine et inspirée histoire d’<strong>en</strong>fant<br />

incompris de son père.<br />

films sortis de fabrique<br />

Les nomades du cercle po<strong>la</strong>ire<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ d’Andreas Voigt<br />

Coproduction Seppia,<br />

Barbara Etz Filmproduktion (Berlin), SWR, France 5<br />

Diffusion France 5, SWR.<br />

Distribution internationale ZED.<br />

Prés<strong>en</strong>tation <strong>en</strong> octobre 2007<br />

pour l’ouverture du Musée Tomi Ungerer.<br />

Diffusion alsatic TV les 27 et 28 octobre,<br />

projection au MAMCS le 8 décembre.<br />

DVD <strong>en</strong> français et <strong>en</strong> allemand.<br />

Bourtzwiller,<br />

chronique d’une disparition<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Zouhaïr Chebbale<br />

Coproduction Bix films, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Avant-première à Bourtzwiller <strong>en</strong> novembre.<br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong> le 1 er décembre 2007.<br />

33films sortis de fabrique<br />

Trait pour trait<br />

Tomi Ungerer<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 27’<br />

de Philippe Poirier<br />

Coproduction<br />

Bix Films, Ina, alsatic TV,<br />

avec <strong>la</strong> participation<br />

du Musée Tomi Ungerer,<br />

C<strong>en</strong>tre international<br />

de l’illustration.<br />

33


etour de… (suite)<br />

Locarno. PHOTO GEORGES HECK<br />

34<br />

Le miracle de Lussas<br />

Lussas et ses États généraux du film docum<strong>en</strong>taire, à <strong>la</strong><br />

fin août, c’est aussi le mom<strong>en</strong>t où <strong>la</strong> nouvelle “ saison ”<br />

re-démarre et ce préa<strong>la</strong>ble est revigorant, roboratif –<br />

comm<strong>en</strong>t dire les mots sont un peu courts parfois pour<br />

r<strong>en</strong>dre compte de sa richesse. Sorte d’université d’été du<br />

cinéma docum<strong>en</strong>taire, Lussas a su se r<strong>en</strong>ouveler face à<br />

l’inévitable usure que peut subir une telle manifestation<br />

à nulle autre pareil. Et dans ce petit vil<strong>la</strong>ge de l’Ardèche,<br />

dev<strong>en</strong>u, le temps d’une semaine, le c<strong>en</strong>tre du monde<br />

du docum<strong>en</strong>taire, professionnels, étudiants, amateurs,<br />

se retrouv<strong>en</strong>t pour regarder et discuter de ce que veut<br />

dire faire ce cinéma, <strong>en</strong> confrontant films d’aujourd’hui<br />

et d’hier, d’ici et d’ailleurs. Et comme chaque année, les<br />

salles sont prises d’assaut, quatre à cinq propositions<br />

sont faites aux nombreux participants, matin, aprèsmidi<br />

et soir. Alors d’où vi<strong>en</strong>t cette impression diffuse<br />

d’une crise Des échanges à l’heure de l’apéritif où l’on<br />

refait le monde, <strong>en</strong> évoquant les questions récurr<strong>en</strong>tes<br />

de <strong>la</strong> production comme de <strong>la</strong> diffusion des films Ou<br />

plus simplem<strong>en</strong>t de l’abs<strong>en</strong>ce de certains acteurs de <strong>la</strong><br />

chaîne de <strong>la</strong> création cinématographique et télévisuelle <br />

Ainsi, ces toutes dernières années, les diffuseurs se sont<br />

faits plus rares, comme si <strong>la</strong> recherche, <strong>la</strong> découverte des<br />

œuvres n’était plus d’actualité, comme si <strong>la</strong> télévision,<br />

premier diffuseur – et de loin – du docum<strong>en</strong>taire n’était<br />

plus très concernée par elles. Deux films v<strong>en</strong>us d’<strong>Alsace</strong><br />

y ont été sélectionnés, exemp<strong>la</strong>ires de démarches<br />

exigeantes qui suffirai<strong>en</strong>t à démontrer à eux seuls<br />

l’importance de ce cinéma dans un paysage qui souffre<br />

d’un recul inquiétant. Où sont nos amoureuses de Robin<br />

Hunzinger a été diffusé au printemps par France 3. Basé<br />

sur des docum<strong>en</strong>ts d’archives (épisto<strong>la</strong>ires et photo -<br />

graphiques pour l’ess<strong>en</strong>tiel), il raconte l’histoire émouvante<br />

de deux femmes que <strong>la</strong> vie avait rapprochées<br />

et que l’Histoire a séparées irrémédiablem<strong>en</strong>t. Leur<br />

parcours aborde de front <strong>la</strong> question de l’<strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t<br />

personnel face au système nazi et fait de leur singu<strong>la</strong>rité<br />

un élém<strong>en</strong>t d’une grande force qui éc<strong>la</strong>ire ces questions<br />

qui ont touché de manière aiguë une région comme <strong>la</strong><br />

nôtre. Le traitem<strong>en</strong>t cinématographique est d’une grande<br />

rigueur et déplie cette histoire avec un art du montage<br />

qui témoigne d’une belle maturité du réalisateur.<br />

Sur un tout autre p<strong>la</strong>n, <strong>la</strong> question du vécu du père<br />

face à <strong>la</strong> grossesse de sa compagne est l’objet du film<br />

de Dami<strong>en</strong> Fritsch, L’att<strong>en</strong>te. Partant de ce qu’avoir un<br />

<strong>en</strong>fant touchait à ce qui le constitue personnellem<strong>en</strong>t, à<br />

ses origines, à son propre père, il a fait de <strong>la</strong> démarche<br />

docum<strong>en</strong>taire une voie possible pour le compr<strong>en</strong>dre<br />

– ou du moins t<strong>en</strong>ter de le faire –, <strong>en</strong> surmontant <strong>la</strong><br />

part d’angoisse et les attitudes qui peuv<strong>en</strong>t <strong>en</strong> résulter.<br />

Un des moy<strong>en</strong>s choisi est celui d’aller à <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre<br />

d’autres jeunes pères pour s’aider à <strong>en</strong> saisir quelque<br />

chose, et ce faisant nous révéler un pan <strong>la</strong>rgem<strong>en</strong>t<br />

ignoré, masqué, négligé, de <strong>la</strong> paternité. La forme du film<br />

combine subtilem<strong>en</strong>t celles du journal, de l’<strong>en</strong>quête, de<br />

l’autoportrait.<br />

Il n’est pas non plus indiffér<strong>en</strong>t que, pour l’un comme<br />

l’autre de ces films, ce qui est raconté est inscrit dans un<br />

rapport très personnel avec leur auteur.<br />

À côté de ces films qui figurai<strong>en</strong>t dans <strong>la</strong> sélection<br />

Incertains regards, d’autres cycles étai<strong>en</strong>t proposés, sur<br />

<strong>la</strong> question du montage, celle du son, une incursion dans le docum<strong>en</strong>taire fin<strong>la</strong>ndais,<br />

portugais ou <strong>en</strong>core africain. Les nouveaux films de Nico<strong>la</strong>s Philibert, Retour <strong>en</strong><br />

Normandie, de Carm<strong>en</strong> Castillo, Rue Santa Fé, de Nico<strong>la</strong>s Klotz, La question humaine, qui<br />

sont tous trois sur les écrans cinématographiques cet automne, constituai<strong>en</strong>t certains<br />

des mom<strong>en</strong>ts forts d’une semaine exceptionnelle. Car ce sont ces échanges avec les<br />

nombreux réalisateurs v<strong>en</strong>us prés<strong>en</strong>ter leur film, parfois tout juste achevé, qui font de<br />

Lussas un lieu de télévision et de cinéma idéals, comme si l’espace de quelques jours<br />

l’utopie de Rossellini n’était pas restée à l’état d’ébauche. Mirage <br />

Georges Heck<br />

www.festival-<strong>la</strong>rochelle.org<br />

www.fidmarseille.org<br />

http://pardo.ch/index.jsp<br />

www.lussasdoc.com<br />

doc & pitch, La Rochelle deuxième<br />

En 2007, <strong>la</strong> dix-huitième édition du Sunny Side of the Doc, marché international du film<br />

docum<strong>en</strong>taire, a attiré 1 902 participants dont 310 Commissionning Editors (chargés de<br />

programmes) et acheteurs internationaux.<br />

iconoval y organise pour <strong>la</strong> deuxième fois son doc & pitch, r<strong>en</strong>contre annuelle pour<br />

les producteurs de films docum<strong>en</strong>taires et les Commissionning Editors, animée comme<br />

l’année dernière par Le<strong>en</strong>a Pasan<strong>en</strong>, directrice d’EDN. Les producteurs avai<strong>en</strong>t quinze<br />

minutes pour prés<strong>en</strong>ter leur société et leur projet <strong>en</strong> ang<strong>la</strong>is incluant un temps<br />

d’échange avec les chargés de programmes. doc & pitch est organisé <strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec<br />

l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>, l’APAA, Arte, Circom Regional, EDN (European Docum<strong>en</strong>tary<br />

Network, programme sout<strong>en</strong>u par MEDIA), Eurimages et <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong>.<br />

Le comité de lecture, composé de Suzanne Biermann (Arte), Hubert Schilling (Circom<br />

Regional), Oliver Schwehm (Arte), Le<strong>en</strong>a Pasan<strong>en</strong> (EDN), Jan Vandier<strong>en</strong>donck (Eurimages)<br />

et Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé (iconoval), avait sélectionné quatre projets <strong>en</strong> développem<strong>en</strong>t<br />

très prometteurs : Sur les traces de <strong>la</strong> mémoire produit par Jean-Pierre Stucki (Faites un<br />

Vœu) sera réalisé par Mathieu Rolin ; Ricardo Aronovitch, mes yeux de dinosaure produit<br />

par Franck Vialle (Le Deuxième Souffle films & associés), sera réalisé par Luis Miranda ;<br />

L’énergie de l’espoir produit par Pierre Dimitri B<strong>la</strong>ndin (Ana Films), sera réalisé par Jean-<br />

Marie Fawer ; <strong>en</strong>fin, Capitalisme à l’Est, <strong>la</strong> recette secrète coproduit par Cédric Bonin<br />

(Seppia), sera réalisé par Alexandru Solomon.<br />

Les Commissioning Editors prés<strong>en</strong>ts le 27 juin étai<strong>en</strong>t : Suzanne Biermann (Arte France),<br />

Roberto B<strong>la</strong>tt (Multicanal, Espagne), Franz Grabner (ORF, Autriche), Marijke Huijbregts<br />

(AVRO, Pays-Bas), Outi Saarikoski (YLE, Fin<strong>la</strong>nde) et Tore Tomter (NRK, Norvège). Le travail<br />

de mise <strong>en</strong> re<strong>la</strong>tion tout au long du marché qui a duré du 26 au 29 juin 2007 a permis<br />

aux producteurs de nouer des contacts directs avec les responsables des programmes.<br />

En 2006, cinq projets avai<strong>en</strong>t été prés<strong>en</strong>tés à doc & pitch : L’infirmier et le guérisseur, 52’<br />

réalisé par Nadège Buhler et produit par Pierre-Dimitri B<strong>la</strong>ndin (Ana films), Marchand<br />

d’art, Ernst Beyeler, 52’ réalisé par Thomas Isler et produit par Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é (Dora<br />

productions), Les Inong Bale, veuves et guérilleros, 52’ réalisé par Marie-Sophie Co<strong>la</strong>s et<br />

produit par Christian Monzinger (Ère production), La pomme, du jardin d’Ed<strong>en</strong> aux OGM<br />

52’ réalisé par Catherine Peix et produit par Cédric Bonin et Pascaline Geoffroy (Seppia),<br />

Poussières d’école, 52’ et 90’ réalisés par Malek B<strong>en</strong>smaïl et produit par Philippe Avril<br />

(Unlimited).<br />

Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé<br />

www.sunnysideofthedoc.com<br />

Petite plongée <strong>en</strong> apnée, à Doc’Ouest<br />

J’aurais préféré évoquer les films et les débats, <strong>en</strong> particulier celui du samedi matin<br />

où les réalisatrices comme le public ont parlé de manière passionnante des rapports<br />

complexes de l’auteur-réalisateur avec ses personnages. Mais j’ai promis un compter<strong>en</strong>du<br />

sur l’atelier autour des productions de France 3 dans trois régions.<br />

Alors, allons-y. Sont prés<strong>en</strong>ts, pour cet atelier, trois responsables d’ant<strong>en</strong>ne, v<strong>en</strong>us<br />

de trois régions différ<strong>en</strong>tes, Michel Chiche pour France 3 Normandie, Jean-Michel Le<br />

Gu<strong>en</strong>nec pour France 3 Ouest, Olivier Montels pour France 3 Méditerranée. Réunion


animée par Richard Turco, directeur du Pôle image de Haute-Normandie. C’est un<br />

atelier très “ vertical ”, <strong>la</strong> salle est remarquablem<strong>en</strong>t passive.<br />

On parle d’emblée des fonds d’aide régionaux. Les trois responsables sont d’accord<br />

sur un fait : « On ne peut pas, nous diffuseurs, être partie pr<strong>en</strong>ante de ces comités. »<br />

Je suis surpris. Dans d’autres régions, les responsables d’ant<strong>en</strong>ne sièg<strong>en</strong>t à <strong>la</strong><br />

commission du fonds de souti<strong>en</strong>, y jou<strong>en</strong>t un rôle important et trouv<strong>en</strong>t ça très<br />

normal. Mais personne ne relève.<br />

Sujet suivant : les séries et les coproductions interrégionales. Les responsables d’ant<strong>en</strong>ne<br />

déf<strong>en</strong>d<strong>en</strong>t longuem<strong>en</strong>t ces deux t<strong>en</strong>dances qui s’affirm<strong>en</strong>t aujourd’hui. Pour<br />

eux, c’est le meilleur moy<strong>en</strong> de parv<strong>en</strong>ir à des projets plus ambitieux, dotés de<br />

moy<strong>en</strong>s importants. Curieusem<strong>en</strong>t, il n’y a pratiquem<strong>en</strong>t pas de débat sur ce sujet.<br />

Une remarque discrète sur le fait que les séries sont parfois initiées depuis Paris.<br />

Ma propre remarque : ces deux t<strong>en</strong>dances vont malgré tout dans le s<strong>en</strong>s de <strong>la</strong><br />

diminution de <strong>la</strong> production <strong>en</strong> région. La réponse ne varie pas : c’est <strong>la</strong> seule<br />

solution pour trouver des financem<strong>en</strong>ts plus conséqu<strong>en</strong>ts. La discussion ne va guère<br />

plus loin. Un représ<strong>en</strong>tant du CNC est pourtant dans <strong>la</strong> salle. Il indique sobrem<strong>en</strong>t<br />

que le CNC réfléchit au souti<strong>en</strong> concernant les films diffusés sur des nouveaux<br />

supports : internet, etc. Mais lui aussi veut stimuler les séries et les coproductions<br />

interrégionales… <strong>en</strong> se montrant plus restrictif sur les 26’ unitaires. Au passage,<br />

les louanges appuyées de deux réalisateurs prés<strong>en</strong>ts, adressées aux France 3<br />

régions « dernier espace de liberté de création ». Très bi<strong>en</strong>, mais toujours pas de<br />

vraie discussion, ni de point de vue plus <strong>la</strong>rge. L’atmosphère, <strong>en</strong> vérité, est un peu<br />

étouffante, très “ contrôlée ”. Tout tourne autour de cette case de 52’, du samedi<br />

après-midi, une case dev<strong>en</strong>ue visiblem<strong>en</strong>t trop étroite mais que personne ne semble<br />

vouloir remettre <strong>en</strong> question, par peur de n’avoir plus ri<strong>en</strong> du tout. La conclusion<br />

de l’animateur, Richard Turco, semble v<strong>en</strong>ir d’une autre p<strong>la</strong>nète : il <strong>en</strong> appelle à un<br />

“ Gr<strong>en</strong>elle de l’audiovisuel ”. On <strong>en</strong> était loin.<br />

Heureusem<strong>en</strong>t, plus tard, je respire à nouveau librem<strong>en</strong>t, <strong>en</strong> échangeant avec les<br />

collègues bretons. Pour être concis, j’<strong>en</strong> citerai deux seulem<strong>en</strong>t : Le premier est<br />

Philippe Baron qui a réalisé Paroles d’intermitt<strong>en</strong>ts <strong>en</strong> 2003 et <strong>la</strong>nce aujourd’hui<br />

l’idée d’un film de témoignages sur le c<strong>en</strong>tralisme audiovisuel. Un film qui<br />

permettrait peut-être de débloquer les débats comme celui auquel j’ai assisté.<br />

Le second est Serge Steyer qui a prés<strong>en</strong>té à Doc’Ouest le docum<strong>en</strong>t VédaF (pour<br />

Véritable déc<strong>en</strong>tralisation de l’audiovisuel <strong>en</strong> France).<br />

Serge souhaite <strong>la</strong> création d’un réseau interrégional de professionnels (individus et<br />

structures) qui se s<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t concernés par l’idée d’une véritable déc<strong>en</strong>tralisation de<br />

l’audiovisuel <strong>en</strong> France. Si ce réseau rassemble assez de monde, alors il sera possible<br />

de confier à un juriste <strong>la</strong> mission de rédiger des propositions de textes légis<strong>la</strong>tifs<br />

al<strong>la</strong>nt dans le s<strong>en</strong>s des propositions cont<strong>en</strong>ues dans le docum<strong>en</strong>t VédaF.<br />

Au fait, <strong>la</strong> ministre de <strong>la</strong> Culture ne vi<strong>en</strong>t-elle pas d’annoncer pour 2008 <strong>la</strong> discussion<br />

d’une loi fixant un nouveau cadre réglem<strong>en</strong>taire pour l’audiovisuel <br />

Alors, il y a urg<strong>en</strong>ce à mettre tout ça <strong>en</strong> route !<br />

Philippe Thomine, Safire Lorraine, Interrégional<br />

Doc’Ouest et le VédaF : www.films<strong>en</strong>bretagne.com<br />

hommage<br />

Il s’est éteint et avec lui s’éteint une espèce de cinéaste dont l’œuvre se confond avec <strong>la</strong> vie<br />

de son auteur. De ses périples à travers les terres les plus australes aux plus sept<strong>en</strong>trionales<br />

à son observation minutieuse de <strong>la</strong> faune et de <strong>la</strong> flore du Ried, Jean-C<strong>la</strong>ude Ki<strong>en</strong>tzi<br />

r<strong>en</strong>dait in<strong>la</strong>ssablem<strong>en</strong>t hommage à <strong>la</strong> nature. Il s’émouvait et nous émouvait de l’inexorable<br />

dégradation de notre cadre de vie. Les g<strong>en</strong>s de son espèce ne sont pas légion. Leur vision est<br />

atypique et leurs partis pris les isol<strong>en</strong>t. Pour Jean-C<strong>la</strong>ude, c’était fatalem<strong>en</strong>t. Chaque jour un<br />

peu plus. L’économie de son cinéma reposait ess<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t sur des subsides puisés dans<br />

ses propres fonds, limités. Il se déso<strong>la</strong>it du manque de générosité de ses contemporains<br />

à l’égard de <strong>la</strong> nature. Il aurait aimé être sout<strong>en</strong>u dans son combat désintéressé mais<br />

tellem<strong>en</strong>t passionné. Ses ciné-confér<strong>en</strong>ces, cinéma nomade, n’ont manifestem<strong>en</strong>t pas fait<br />

le poids face à l’imp<strong>la</strong>cable logique financière et bancaire. Jean-C<strong>la</strong>ude Ki<strong>en</strong>tzi est mort,<br />

épuisé, le 29 mai 2007. Jean-Luc Maetz<br />

films sortis de fabrique<br />

Des nuages pour seul toit<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Yves Schmitt<br />

Coproduction Balthazar films, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong><br />

le 17 novembre 2007<br />

Bi<strong>en</strong>v<strong>en</strong>ue à Bataville<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 90’ de François Cail<strong>la</strong>t<br />

Coproduction Unlimited, INA, les films Hatari<br />

Projection spéciale,<br />

États généraux du film docum<strong>en</strong>taire,<br />

Lussas 2007.<br />

Des l<strong>en</strong>demains incertains<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Jean-François Moris<br />

Coproduction Les Médias associés,<br />

France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

Diffusion France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

<strong>en</strong> mars 2007.<br />

films sortis de fabrique<br />

35


èves<br />

Les deux vies d’Eva<br />

de Esther Hoff<strong>en</strong>berg<br />

R<strong>en</strong>contres internationales<br />

du cinéma d’animation<br />

de Wissembourg (RICA)<br />

La septième édition des RICA a lieu du 12 au<br />

20 novembre, avec un cont<strong>en</strong>u qui s’attache à donner<br />

un aperçu du meilleur de <strong>la</strong> production mondiale <strong>en</strong><br />

cinéma d’animation des deux dernières années tout<br />

<strong>en</strong> r<strong>en</strong>dant hommage à de grands noms, souv<strong>en</strong>t <strong>en</strong><br />

leur prés<strong>en</strong>ce. Une quarantaine de programmes sont<br />

<strong>en</strong> compétition pour cinq prix : le Grand Prix des<br />

r<strong>en</strong>contres, le Prix spécial du jury, le Prix du public, le<br />

Prix du jury des jeunes, le Prix de <strong>la</strong> c<strong>la</strong>sse L cinéma et<br />

audiovisuel.<br />

Du 12 au 20 novembre à Wissembourg<br />

www.rica-wissembourg.org<br />

Festival Entrevues à Belfort<br />

Fondé <strong>en</strong> 1986 par Janine Bazin, ce r<strong>en</strong>dez-vous cinéphile<br />

du Grand-Est, <strong>en</strong> migrant vers le cinéma des<br />

Quais, a préservé sa convivialité originelle, <strong>en</strong> étant un<br />

lieu de r<strong>en</strong>contre : chaque début de soirée, est proposé<br />

un mom<strong>en</strong>t de débat avec les réalisateurs des films<br />

de <strong>la</strong> compétition projetés dans <strong>la</strong> journée ; à ce<strong>la</strong><br />

s’ajout<strong>en</strong>t les colloques, les leçons de cinéma, le r<strong>en</strong>dezvous<br />

Conversation avec…, réflexion sur l’état du monde<br />

et celui du cinéma, et des journées professionnelles<br />

autour de deux axes : pour une exploitation différ<strong>en</strong>te<br />

des œuvres différ<strong>en</strong>tes et sur <strong>la</strong> possible coopération<br />

d’un espace Grand-Est. En parallèle aux compétitions<br />

officielles de cette vingt-deuxième édition, l’intégrale<br />

Joao Cesar Monteiro, un <strong>en</strong>semble de films autour de<br />

<strong>la</strong> lutte armée (de Viva Zapata de Kazan à Ecce Bombo<br />

de Nanni Moretti, <strong>en</strong> passant par Antonio das Mortes<br />

de G<strong>la</strong>uber Rocha), une rétrospective Pascal Thomas et<br />

une programmation spéciale autour d’Hiroshima mon<br />

amour d’A<strong>la</strong>in Resnais.<br />

Du 24 novembre au 2 décembre 2007<br />

www.festival-<strong>en</strong>trevues.com<br />

Vidéo Les Beaux Jours<br />

Au programme fin 2007, plusieurs cycles <strong>en</strong> li<strong>en</strong> avec<br />

différ<strong>en</strong>tes manifestations, comme Savoir(s) <strong>en</strong> commun<br />

sur le thème du travail où l’on retrouvera les films de Chloé<br />

Hunzinger, de Pierre Toussaint, Strasbourg- Méditerranée<br />

à <strong>la</strong> Maison de l’image et dans les c<strong>en</strong>tres socioculturels de<br />

l’Elsau et de Cron<strong>en</strong>bourg avec, <strong>en</strong>tre autres, C’est mieux làbas,<br />

le film de Zouhair Chebbale, à <strong>la</strong> BMS-Neudorf dans un<br />

cycle sur <strong>la</strong> ville, avec son nouveau film sur Bourtzwiller, le<br />

quartier qu’il n’a cessé d’explorer dans sa vie au quotidi<strong>en</strong> et<br />

son évolution. Des œuvres majeures de l’histoire du cinéma :<br />

L’âme sœur, le chef-d’œuvre de Fredi M. Murer (1985) dans<br />

le cadre Les folies au cinéma au MAMCS, La vraie vie (dans les<br />

bureaux) de Jean-Louis Comolli (1993) et Domestic Viol<strong>en</strong>ce<br />

du grand docum<strong>en</strong>tariste américain Fred Wiseman (2001), à<br />

<strong>la</strong> Maison de l’image. Et <strong>la</strong>st but not least, un séminaire, le<br />

samedi 15 décembre, qui réunira deux passionnants p<strong>en</strong>seurs<br />

du cinéma, Jean-Louis Comolli et C<strong>la</strong>udio Pazi<strong>en</strong>za, à propos<br />

du cinéma de ce dernier, dans un dialogue inédit.<br />

www.videolesbeauxjours.org<br />

Séance de l’invité de <strong>la</strong> Safire<br />

Prochaine séance de l’invité : François Cail<strong>la</strong>t<br />

le samedi 8 décembre à l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>,<br />

avec Bi<strong>en</strong>v<strong>en</strong>ue à Bataville et l’Affaire Valérie.<br />

Inscriptions 03 88 31 78 03<br />

Blog http://safire.hautetfort.com/<br />

Bix films : édition DVD<br />

Voyages <strong>en</strong> pays lointains. Joël Jouanneau met <strong>en</strong> scène Jean-<br />

Luc Lagarce, docum<strong>en</strong>taire de 52’, réalisé par Isabelle Marina<br />

<strong>en</strong> 2002 et coproduit avec Les Films <strong>en</strong> hiver et Images Plus, a<br />

été ret<strong>en</strong>u par le CNDP pour une édition nationale de 3 000 DVD<br />

qui accompagnera le dossier Bacca<strong>la</strong>u réat théâtre consacré<br />

à Jean-Luc Lagarce et éc<strong>la</strong>irer <strong>la</strong> pratique théâtrale.<br />

Nouvelle adresse de Bix films<br />

17 rue de Rosheim 67 000 Strasbourg www.bixfilms.fr<br />

Un nouveau bureau pour l’APAA<br />

Présid<strong>en</strong>t : Franck Vialle, Le Deuxième Souffle films & associés.<br />

Vice-présid<strong>en</strong>ts : Marie-Michèle Catte<strong>la</strong>in, Unlimited,<br />

Josiane Schauner et Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é, Bix films.<br />

Trésorier : Cédric Bonin, Seppia.<br />

Secrétaire : Yannis Metzinger, Cerigo films.<br />

Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é et Marie Michèle Catte<strong>la</strong>in sont chargés des re<strong>la</strong>tions<br />

avec <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong> et <strong>la</strong> CUS ; Franck Vialle et Josiane<br />

Schauner des re<strong>la</strong>tions avec <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> ; Cédric Bonin et<br />

Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é des re<strong>la</strong>tions avec iconoval ; Yannis Metzinger et<br />

Franck Vialle des re<strong>la</strong>tions avec l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>.<br />

Tour d’Europe<br />

du doc<br />

Proposé par Addoc, un Tour d’Europe<br />

du doc réunit les associations de<br />

docum<strong>en</strong>taristes europé<strong>en</strong>nes pour<br />

interroger <strong>la</strong> création docum<strong>en</strong>taire<br />

europé<strong>en</strong>ne et son économie. La<br />

manifestation mêle tables rondes,<br />

projections de docum<strong>en</strong>taires europé<strong>en</strong>s<br />

et r<strong>en</strong>contres avec les cinéastes.<br />

Dans un contexte artistique et économique<br />

de plus <strong>en</strong> plus difficile, les<br />

cinéastes docum<strong>en</strong>taristes d’Addoc<br />

ont ress<strong>en</strong>ti le besoin de développer de<br />

nouvelles synergies avec leurs homologues<br />

europé<strong>en</strong>s, pour déf<strong>en</strong>dre<br />

<strong>en</strong>semble <strong>la</strong> création docum<strong>en</strong>taire et<br />

<strong>la</strong> promouvoir auprès du public.<br />

Du 4 au 8 décembre 2007 à Paris<br />

www.tourdeurope.net<br />

et www.addoc.net<br />

Circom Regional<br />

Circom Regional, fondée <strong>en</strong> 1983,<br />

fédère 380 télévisions régionales<br />

publiques à travers 38 pays d’Europe<br />

et a son siège à Strasbourg, où elle<br />

organise du 10 au 15 décembre 2007<br />

le huitième séminaire europé<strong>en</strong> de<br />

formation sur le managem<strong>en</strong>t des<br />

rédac tions TV. Chaque année, elle<br />

récomp<strong>en</strong>se les meilleurs programmes<br />

régionaux europé<strong>en</strong>s dans les<br />

catégories suivantes : docum<strong>en</strong>taires,<br />

magazine, sport, fiction, montage,<br />

vidéojournalisme, site internet, reportage.<br />

Et dieu créa le foot a été ainsi<br />

primé <strong>en</strong> 2007.<br />

Présid<strong>en</strong>te : Anita Bhal<strong>la</strong>,<br />

BBC, Birmingham.<br />

Secrétaire général : Peter Sauer,<br />

Bayerische Rundfunk Nürnberg.<br />

Catherine Bomeil a été nommée<br />

secré taire générale adjointe<br />

<strong>en</strong> remp<strong>la</strong>cem<strong>en</strong>t de Hubert Schilling.<br />

Membre du comité de lecture<br />

de doc & pitch depuis 2006.<br />

www.circom-regional.org<br />

36<br />

FilmFacts Südwest<br />

FilmFacts Südwest de <strong>la</strong> MFG Filmförderung Bade-Wurtemberg publie des informations actuelles, des<br />

nouvelles du domaine cinématographique et des médias de l’Allemagne du Sud-Ouest. Le magazine<br />

s’adresse aux producteurs, aux éditeurs, aux auteurs, aux institutions qui s’intéress<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> politique<br />

culturelle, aux c<strong>en</strong>tres de formations ainsi qu’aux médias. FilmFacts Südwest paraît trois fois par an avec<br />

un tirage de 2 100 exemp<strong>la</strong>ires. La prochaine édition qui paraîtra fin novembre mettra l’acc<strong>en</strong>t sur le<br />

développem<strong>en</strong>t dans le Bade-Wurtemberg, les vœux, les estimations et les pronostics pour l’av<strong>en</strong>ir qui<br />

préoccup<strong>en</strong>t toute <strong>la</strong> branche cinématographique.<br />

Pour recevoir FilmFacts Südwest par <strong>la</strong> poste, inscription par mél filmfoerderung@mfg.de<br />

Le numéro 2 de Panoramique<br />

La revue lorraine des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel est parue. Il comporte un dossier sur le<br />

docum<strong>en</strong>taire <strong>en</strong> Lorraine avec les contributions des réalisateurs de <strong>la</strong> Safire Lorraine, de Christian Monzinger,<br />

producteur, de François Wouts de l’association Contrasts, d’Anne Toussaint de l’association Les<br />

Yeux de l’ouïe et de Dominique R<strong>en</strong>auld d’Images Plus. D’autres informations et articles r<strong>en</strong>d<strong>en</strong>t compte<br />

de <strong>la</strong> vie des professionnels <strong>en</strong> Lorraine.<br />

Disponible auprès du CRI, 9 rue du Maréchal Ney 54 000 Nancy<br />

téléphone 03 83 32 74 73 contact@cri-lorraine.org<br />

Novembre est aussi le Mois du film docum<strong>en</strong>taire dans<br />

toute <strong>la</strong> France : de nombreuses structures culturelles, et<br />

au premier chef cinémas et médiathèques publiques, se<br />

mobilis<strong>en</strong>t pour faire découvrir <strong>la</strong> richesse de ce cinéma,<br />

<strong>en</strong> organisant de nombreuses projections et r<strong>en</strong>contres.<br />

Organisée au p<strong>la</strong>n national par l’association Images<br />

<strong>en</strong> bibliothèques, l’opération est re<strong>la</strong>yée <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

par Vidéo Les Beaux Jours qui édite un programme<br />

regroupant toutes les initiatives, <strong>en</strong> apportant aussi<br />

conseils et propositions aux lieux demandeurs. Des<br />

cycles, des hommages, des événem<strong>en</strong>ts jalonn<strong>en</strong>t ainsi<br />

l’espace régional : le travail est ainsi le thème abordé<br />

par <strong>la</strong> Médiathèque sud à Illkirch, <strong>la</strong> ville par celle de<br />

Neudorf, le Liban à Bisheim et à Sainte-Croix-aux-<br />

Mines, <strong>la</strong> musique au cinéma Bel-Air de Mulhouse,<br />

filmer l’art au Musée d’art moderne et contemporain et<br />

<strong>la</strong> participation à Strasbourg-Méditerranée…<br />

www.moisdudoc.com


films primés, films sélectionnés<br />

4 mois, 3 semaines et 2 jours<br />

Long métrage fiction de 105’ de Cristian Mungiu<br />

Palme d’or, compétition officielle, Cannes 2007<br />

Prix du jury Fipresci<br />

Prix de l’Éducation nationale 2007<br />

Coproduction Unlimited (producteur associé),<br />

Mobra films, Saga film (Roumanie)<br />

L’att<strong>en</strong>te<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 83’ de Dami<strong>en</strong> Fritsch<br />

Sélections :<br />

- 31 e Ciné vidéo psy de Lorquin, juin 2007<br />

- États généraux du film docum<strong>en</strong>taire,<br />

Lussas, août 2007<br />

Coproduction Dora productions, Images Plus<br />

Distribution Dora films<br />

L’homme de l’air<br />

Der Luftm<strong>en</strong>sch<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Mariette Feltin<br />

Sélections :<br />

- Festival Kino im Fluss/Cinéfleuve,<br />

Saarbrück<strong>en</strong>, juillet 2007<br />

- Festival internacional de Cine Judio<br />

<strong>en</strong> <strong>la</strong> Arg<strong>en</strong>tina, FICJA, novembre 2007<br />

- Semaine du docum<strong>en</strong>taire europé<strong>en</strong> de<br />

création, cinéma Odyssée, novembre 2007<br />

Coproduction Balthazar films, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Où sont nos amoureuses<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 53’ de Robin et C<strong>la</strong>udie Hunzinger<br />

Sélections :<br />

- Télémaques 2007-2008<br />

- États généraux du film docum<strong>en</strong>taire,<br />

Lussas, août 2007<br />

- Corsica doc, Ajaccio 2007<br />

- Medimed, Sitges, Espagne 2007<br />

Coproduction Real productions, France 3,<br />

P<strong>la</strong>nète, Ère production<br />

Pétunia & Naphtaline<br />

Court métrage fiction de 45’ de Franck Vialle<br />

Sélection R<strong>en</strong>dez-Vous franco-allemand<br />

du court métrage, 2007<br />

Prix spécial du jury du festival<br />

Images <strong>en</strong> région, V<strong>en</strong>dôme, 2006<br />

Prix spécial du jury du festival<br />

Côté court, Pantin, 2007<br />

Le Deuxième Souffle films & associés<br />

R<strong>en</strong>dez-vous fatal<br />

Court métrage fiction de 6’ de Pierre Alt et Géni Canzek<br />

Sélections :<br />

- Max Ophuls Preis Filmfestival<br />

Saarbrück<strong>en</strong> (Allemagne), janvier 2007<br />

- 3 e festival Faites des courts,<br />

Brie-Comte-Robert, avril 2007<br />

- 22 e Alpinale Filmfestival,<br />

N<strong>en</strong>zing (Autriche), août 2007<br />

Coproduction Aurore productions,<br />

Starlight productions, At<strong>la</strong>ntis,<br />

G. Fritz<strong>en</strong> Produktion (Allemagne)<br />

So<strong>la</strong>nge Fernex,<br />

une vie pour <strong>la</strong> vie<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Daniel Coche<br />

Sélections :<br />

- Envirofilm 2007, 13 e festival international<br />

de film <strong>en</strong>vironnem<strong>en</strong>tal Banska Bystrica,<br />

mai 2007 (Slovaquie)<br />

- Matsalu International Nature<br />

Film Festival (Estonie)<br />

Coproduction Dora films, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Trouble peine<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 32’, collectif de <strong>la</strong> Maison c<strong>en</strong>trale<br />

d’Ensisheim et Sophie-Charlotte Gautier<br />

Sélection festival des droits humains,<br />

Dijon, décembre 2007<br />

Grand prix programme court<br />

du festival international du film<br />

des Droits de l’Homme, Paris, mars 2007<br />

Coproduction Éditions du réel,<br />

Maison c<strong>en</strong>trale d’Ensisheim<br />

Une girafe sous <strong>la</strong> pluie<br />

Animation de 12’10 de Pascale Hecquet<br />

Sélections :<br />

- Festival des films du monde,<br />

Montréal, Canada, août 2007<br />

- Festival du film francophone de Namur,<br />

Belgique, septembre 2007<br />

- Festival des jeunes auteurs,<br />

Saint-Jean-de-Luz, octobre 2007<br />

Coproduction Les Médias associés,<br />

Ambiances… asbl (Belgique)<br />

Visités<br />

Court métrage fiction de 19’ de Clém<strong>en</strong>t Cogitore<br />

Sélection officielle P<strong>la</strong>y Forward, Locarno 2007<br />

Coproduction Le Deuxième Souffle<br />

films & associés, Le Fresnoy<br />

Vivre seul<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Chloé Hunzinger<br />

Sélections :<br />

- Festival international des femmes,<br />

Créteil, mars 2007<br />

- Festival Cinéfleuve Kino im Fluss,<br />

Saarbrück<strong>en</strong>, juillet 2007<br />

Coproduction Ère production,<br />

France 3 <strong>Alsace</strong>, France 3 national<br />

films primés, sélectionnés<br />

De haut <strong>en</strong> bas :<br />

Vivre seul,<br />

Pétunia & Naphtaline,<br />

4 mois, 3 semaines et 2 jours,<br />

Une girafe sous <strong>la</strong> pluie,<br />

L’att<strong>en</strong>te,<br />

Trouble peine.<br />

37


<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

28 nov<br />

01 déc<br />

2007<br />

Les journées professionnelles<br />

R<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>ts<br />

téléphone 03 88 23 86 51<br />

<strong>Filmer</strong>-<strong>en</strong>-alsace@neuf.fr<br />

www.filmer<strong>en</strong>alsace.fr.nf<br />

Des hommes dans le brouil<strong>la</strong>rd<br />

PHOTO SEI ITO<br />

MERCREDI 28 NOVEMBRE<br />

JEUDI 29 NOVEMBRE VENDREDI 30 NOVEMBRE SAMEDI 1 ER DÉCEMBRE<br />

|<br />

19 h 30<br />

À L’UNIVERSITÉ MARC BLOCH<br />

Jeunes Tal<strong>en</strong>ts<br />

Projection<br />

d’une sélection<br />

de films d’étudiants<br />

de l’université Marc Bloch<br />

(master pro Réalisation<br />

docum<strong>en</strong>taire et DUCAV),<br />

de l’École supérieure<br />

des arts décoratifs<br />

de Strasbourg,<br />

de l’IUT de Mulhouse<br />

(départem<strong>en</strong>t<br />

service et réseaux<br />

de communication)<br />

et du Quai, l’école<br />

supérieure d’art<br />

de Mulhouse.<br />

Invité : IECA,<br />

Institut europé<strong>en</strong><br />

de cinéma et d’audiovisuel,<br />

Nancy.<br />

Deux prix Jeunes Tal<strong>en</strong>ts<br />

seront décernés.<br />

|<br />

10 h<br />

À LA MAISON DE L’IMAGE<br />

Pitch dating<br />

Tables rondes <strong>en</strong>tre producteurs et réalisateurs,<br />

avec prés<strong>en</strong>tation mutuelle des projets,<br />

des lignes éditoriales…<br />

14 h 30<br />

AU MUSÉE D’ART MODERNE<br />

ET CONTEMPORAIN DE STRASBOURG<br />

Débat professionnel<br />

Être réalisateur ou producteur <strong>en</strong> région<br />

– <strong>en</strong>jeux et perspectives.<br />

Échange interprofessionnel et interrégional<br />

sur les évolutions de notre paysage audiovisuel.<br />

18 h 30<br />

AU THÉÂTRE NATIONAL DE STRASBOURG<br />

LES RENCONTRES DE STRASBOURG<br />

La démocratie au défi de l’audimat<br />

Débat public organisé par Les Saisons d’<strong>Alsace</strong>,<br />

<strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec les DNA, France Culture,<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, <strong>la</strong> Fnac, le TNS,<br />

Arte, le Club de <strong>la</strong> presse.<br />

Avec <strong>la</strong> participation de philosophes,<br />

réalisateurs, journalistes et responsables<br />

de chaînes de radio et de télévision.<br />

La soirée comportera trois séqu<strong>en</strong>ces de débats,<br />

de 18 h 30 à 22 h 30.<br />

|<br />

10 h<br />

AU MUSÉE D’ART MODERNE<br />

Atelier<br />

LE SCÉNARIO DANS<br />

LE DOCUMENTAIRE,<br />

DE L’ÉCRITURE<br />

À LA PRODUCTION<br />

Prés<strong>en</strong>tation de <strong>la</strong> g<strong>en</strong>èse<br />

du film par son auteur.<br />

Invitée : Esther Hoff<strong>en</strong>berg,<br />

pour le film Les deux vies d’Eva.<br />

14 h 30<br />

Atelier<br />

LES NOUVEAUX MODES<br />

DE DIFFUSION<br />

VOD, Doc net,<br />

réseaux câblés…<br />

18 h<br />

Projection<br />

Les deux vies d’Eva<br />

de Esther Hoff<strong>en</strong>berg.<br />

2004 | 85’<br />

LES FILMS DU POISSON,<br />

LAPSUS, ARTE FRANCE<br />

|<br />

10 h<br />

AU MUSÉE D’ART MODERNE<br />

Atelier<br />

LES DROITS<br />

D’AUTEURS<br />

Avec un représ<strong>en</strong>tant<br />

de <strong>la</strong> Scam.<br />

14 h 30<br />

Projection<br />

Films régionaux<br />

inédits, fictions<br />

et docum<strong>en</strong>taires.<br />

17 h 30<br />

Remise des prix<br />

Jeunes Tal<strong>en</strong>ts<br />

Projection<br />

des films primés.<br />

Cocktail de clôture.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!