Gaspillages au long de la chaîne - Inra

colloque4.inra.fr

Gaspillages au long de la chaîne - Inra

Réflexion alimentation durable

INRA-CIRAD

DuALIne

(‏Enjeux (DUrabilité de l’ALImentation face à de Nouveaux

Pertes et gaspillage alimentaires

Pays du Nord

Annie Soyeux

mars 2011


définitions

Pertes : dégradation ou modification de la quantité, de la qualité ou de la

comestibilité d’un aliment qui le rend impropre à la consommation (humaine

et/ou animale) ; souvent liées à des phénomènes exogènes : accidents

climatiques, maladies, ravageurs, défauts dans les procédés...

Gaspillage alimentaire : utilisation d’une ressource alimentaire de manière

non rationnelle ou à mauvais escient, qui entraine sa déperdition sans satisfaire

aucun besoin.

Cette définition est en elle même un sujet de recherche: qu'est ce qu'un déchet

(directive UE), un coproduit, un sous-produit, un effluent, un reste (assiette,

servi, libre service, cuisiné et pas servi...), une épluchure, un parage...

De ces définitions découlent les écarts de quantification


Le Gaspillage est lié à la perte de valeur symbolique et financière du

produit alimentaire

et/ou

L'abondance est un signe de richesse personnelle et culturelle

La technologie ou la conception créent certains gaspillages:

- freinte liée à la transformation : limite des techniques possibles ou

mauvaises techniques de fabrication

- emballage déficient : ne protège pas suffisamment ou ne correspond pas

aux besoins ou laisse des restes non récupérables

- dégradation des qualités organoleptiques (rassissement rancissement,

refroidissement) des produits présentés à la vente (pain, steaks hachés,

(‏world sandwich, etc. we feed the

Les règles d'hygiène : peur du risque de toxi-infection et responsabilité

(Paquet Hygiène), on jette au lieu de donner

Les DLC/ DLUO : confusion, peur, refus de consommer


Chaîne alimentaire du gaspillage

1. Champ et récolte

Fruits et légumes : surproduction, déclassements et écarts de tri :

de 0 à 20% voire 30% de la récolte.

Céréales : non récolte des céréales couchées, échaudées... Les menues

pailles pourraient être valorisées en polyculture

2. Première transformation

En France Études RESEDA (1) 2005 et 2008 ; définition des coproduits,

sous-produits et déchets (valorisables en épandages, méthanisation et

compostage).

Près de 18M de tonnes soit 9,5 MT de MS sont valorisées. Reste 0,3 MT

de farines de viande qui sont brûlées

Les progrès se font dans les entreprises à l'occasion d'une revue de

contrat sur les déchets ou sur les effluents

(1) Gisements de coproduits sous produits et déchets des industries alimentaires réseau des organisations

professionnelles et interprofessionnelles pour la sécurité et la qualité des denrées animales et Ademe études

publiées en 2005 et décembre 2008


Chaîne alimentaire du gaspillage

3. Deuxième transformation IAA

Entre 2 et 10% des produits selon leur valeur marchande sont déclassés

pour des circuits parallèles (banques alimentaires ou alimentation

(‏animale

Par contre les déchets d'épluchage sont mieux valorisés que par la

restauration ou les ménages : alimentation animale ou méthanisation

4. La distribution annonce 3%

Où s'arrête le refus contractuel (les produits frais ne sont pas repris par

le producteur et laissés pour compte au transporteur ou jetés ou dirigés

vers des usines de recyclage ou dés-emballage ou donnés),

Où commencent les erreurs de mise en vente, les dégradations liées au

libre service, le vol

Le pain, les produits à la coupe, les pâtisseries, le rayon traiteur ont les

même problèmes que la RHF


Chaîne alimentaire du gaspillage

5. RHF et R. collective

La restauration collective annonce 8% de

pertes en cuisine maximum et entre 8

et 20 % en salle

WRAP (UK) et CRIOC (B) chaque

consommateur jette environ son poids

de produits alimentaires dont près de

80% sont encore consommables, USA

des quantités équivalentes voire

(‏USDA‏)‏ supérieures

Pas de chiffres précis sur la RHF en général

6. Ménages

- en France, 7kg de produits emballés

jetés par an et par personne, 20 kg

de produits alimentaires

mangeables Sur 72 kg de

putrescibles estimés au total

(enquête poubelles ADEME 2007-

(‏‎2008‎


Pays NORD

Pistes de recherche

1. gaspillage à définir : ce qui est évitable, peut être évité, inévitable :

déchet, sous-produit, co-produit : huile alimentaire sous-produit des tourteaux puis

tourteaux sous-produit des biocarburants.

2. Meilleure connaissance des pratiques en France nécessaire

- Gaspillage alimentaire et arbitrage des acteurs entre impacts

sanitaires et environnementaux (pollutions de l’air, des sols et de l’eau, GES),

économiques, sociaux globaux, par filière, et ceux des ménages

- Relations technologies, emballages et pertes de matière

alimentaire

(ACV du produit emballé entre l'emballage et les ressources utilisées pour

le produit alimentaire : terre, eau, intrants travail....) Quelle modélisation

des impacts croisés

3. Quels outils de décision mettre à la disposition des mangeurs et

des opérateurs

- Quelles activités économiques sont associées au gaspillage

- Transfert des stratégies de recyclage et de valorisations des Suds

(économie circulaire/écologie industrielle, closed-loop supply chains) au

bénéfice du Nord

More magazines by this user
Similar magazines