PLASTIQUES TRANSPARENTS : - Allize-Plasturgie

allize.plasturgie.org

PLASTIQUES TRANSPARENTS : - Allize-Plasturgie

LE MAGAZINE D'ALLIZÉ-PLASTURGIE

JUIN 2012 - n°88

PLASTIQUES

TRANSPARENTS :

des innovations remarquables !

p.10

p.20

REFORME DE LA FISCALITÉ

DES ENTREPRISES : UNE NOUVELLE

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

p.22 p.19

APTITUDE MÉDICALE AU POSTE,

RELATIONS DONNEURS

CE QUI CHANGERA LE 1 ER JUILLET

D’ORDRES/SOUS-TRAITANTS :

PROCHAIN

L’AVENIR DE LA MÉDIATION


1 A LA UNE

<

RENCONTRE ANNUELLE

Allizé-Plasturgie 2012

La Rencontre Annuelle d’Allizé-Plasturgie est une occasion

unique de prendre un temps de réflexion sur les

enjeux auxquels sont confrontées les entreprises, sur les

évolutions de plus en plus rapides d’un monde en pleine

mutation, sur les tendances qui se dessinent à moyen et

long termes.

Cette rencontre est aussi un lieu de convergence et de

convivialité pour plusieurs centaines d’industriels qui ont

ainsi l’opportunité de se rencontrer… et parfois d’initier,

à cette occasion, des relations d’affaires.

PROGRAMME

09 h 30 – 10 h 00 : Accueil des participants

10 h 00 – 12 h 45 : Rencontre Annuelle 2012 de la Plasturgie

et remise des Allizé-Awards, organisés en partenariat

avec l’ACDI

12 h 45 – 14 h 30 : Cocktail déjeunatoire

RENCONTRE ANNUELLE

ALLIZÉ-PLASTURGIE

JEUDI 5 JUILLET 2012 - de 9 h 00 à 14 h 00

Piloter… la performance

Skipper… l’innovation

• Piloter la performance

Virginie GUYOT - Pilote de chasse, Leader de la

Patrouille de France 2010, Commandant auprès de

l’Etat Major de l’Armée de l’Air.

Elle est, selon les circonstances,« Epervier » au Tchad, « Serpentaire » au Tadjikistan et en Afghanistan, « Athos 4 » puis

« Leader » au sein de la Patrouille de France.Sa trajectoire donne le tournis et suppose quelques aptitudes particulières

de concentration, de précision, de leadership, d’esprit d’équipe, de confiance mutuelle et… des nerfs d’acier !

• Skipper l’innovation

Yves Parlier - Navigateur de talent, vainqueur de prestigieuses courses, Ingénieur en matériaux Composites, Chef d’entreprise.

Solitaire du Figaro, Vendée Globe, Transat Anglaise, Route du Café, Route du Rhum, Transat Jacques Vabre, Route de

l’Or… le palmarès d’Yves Parlier fait rêver ! Il est aussi, un skipper visionnaire à l’origine d’innovations dans des domaines

aussi variés que l’architecture navale, l’utilisation de matériaux composites, les systèmes d’aide à la navigation.

A l’issue de chacune de ces interventions, une table ronde (entrepreneurs, responsables syndicaux) démontrera de nombreuses

convergences entre des mondes qui semblent, à priori … si éloignés !

• Comme le pilote ou le skipper, l’entrepreneur… se doit d’avoir son “plan de vol” ou “sa carte de navigation”, tout en

étant capable de gérer l’imprévu.

• Comme le pilote ou le skipper, l’entrepreneur… a des responsabilités vis-à-vis de son équipage.

• Comme le pilote ou le skipper, l’entrepreneur… est à la recherche permanente d’innovation.

Tables rondes animées par :

• Gilles COPIN (EMLYON Business School)

• Jérôme MARCILLOUX (ITECH LYON)

n°88 • Juin 2012 • Plastilien


SOMMAIRE

TECHNOLOGIE

38 Le rapport d’essai aiR (Application

Interactive de Reporting)

39 Les technologies variotherm

au service de l’optimisation thermique

10 24

A LA UNE

01 Rencontre Annuelle Allizé-Plasturgie

PROFESSION

05 Les nouveaux atouts du département

juridique d’Allizé-Plasturgie

06 Concours EuroPlastic

06 Forum Plasturgie et Composites

06 Tour de France de la Plasturgie

et des Composites

07 Congrès « durabilité des polymères »

CHRONIQUE

09 L’enthousiasme des grandes causes

DOSSIER DU MOIS

10 PLASTIQUES TRANSPARENTS :

des innovations remarquables !

DROIT DES AFFAIRES

17 Réforme des délais de paiement :

afin que rien ne passe pour immuable !

POINT DE VUE

19 Relations donneurs d'ordres/

sous-traitants : l’avenir de la médiation

FISCALITÉ

20 Réforme de la fiscalité des

entreprises : Une nouvelle loi de

finances rectificative attendue cet été

SOCIAL

22 Aptitude médicale au poste,

ce qui changera le 1er juillet prochain

MANAGEMENT

24 Emploi des personnes handicapées :

ou comment transformer

une obligation légale en opportunité

26 La VAE comme vecteur

de valorisation et de motivation

STRATÉGIE

33 La propriété intellectuelle, faire sans,

est-ce possible

ENVIRONNEMENT

36 Projet WFO-France :

une démonstration grandeur nature

de la collecte de macro-déchets

INNOVATION

43 Des sièges baquets en composites

ultralégers

44 Le plastique qui ne casse pas

45 Innovation dans le recyclage

des matières plastiques spéciales

LE SAVIEZ-VOUS

46 Les Plastiques dans les

starting-blocks

INTERNATIONAL

52 Les clés de la réussite

à l’international et les pièges à éviter

54 Plastipolis s’invite à Euromold

ÉCONOMIE

56 Conjoncture

58 Mercuriales

60

AGENDA

Plastilien est édité par : Cediplast Communication - Plastilien - 39, rue de la Cité - 69441 LYON cedex 03 -

Tél. : 04 72 68 28 28 - Fax : 04 72 36 00 80 • Directeur de la publication : Anne de Lansalut • Comité de

Rédaction : Dominique Appert / Amandine Authier / Frédéric Beau / Chantal Bedarride / Marie

Bessoud / Thierry-Guillaume Bardin / Thierry Charles / Christophe Contini / Benoît Dorsemaine /

Marion Druet / Elisabeth Garnier / Véronique Gay / Aurélia Le Roux / Guillaume Robert / Emmanuel

Rossi / Yves Schmitt / Ulrich Thomir / Audrey Viricel • Secrétariat de rédaction : Christine Poupon •

Graphisme, maquette et réalisation PAO : Cécilie Felt • Service publicité : Cediplast Communication •

Impression : Ferréol • Routage : Routage Rhône-Alpes • Diffusion de ce numéro : 1600 exemplaires -

Tous droits réservés. La reproduction partielle ou totale des articles/ illustrations/schémas/photos est

soumise à autorisation écrite préalable de l’éditeur • Crédits photographiques couverture : Arkema et

Eastman

ALLIZÉ-PLASTURGIE

• Répertoire des Annonceurs : A2P (p.30-31) / ACDI (p.29) / Albis (p.4) / Albro (p.14) / Alma Consulting

group (p.55) / AMP-Polymix (p.59) / Apicil (p.08) / Arburg (4 e couv.) / Béwé-plast (p.15) / BMS (p.07) /

Billion (2 e couv.) /Cime (p.41) / EDF (p.42) / Illig (p.16) / Lifocolor (p.28) / Lypsis (p.21) / Martiplast (p.37 et

p.57) / Piovan France (3 e couv.) / Reed expo (p.25) / Resin Express France (p.3) / Sofras-Conseil (p.18) /

Sumitomo Demag (p.32) / Wittmann (p.51).

Plastilien • Juin 2012 • n°88


France

Z.A. des Lavours - Martignat

01117 Oyonnax Cedex - France

Tél.: + 33 474 81 46 46

Fax + 33 474 81 46 47

Site : www.resinex.fr

Vous recherchez une solution économique

RESINEX est également

producteur de compounds 1 er choix et industriels

RESINEX France votre partenaire pour vous

accompagner dans le développement de vos

projets auprès des plus grands donneurs d’ordres

✔ Auprès des constructeurs

AUTOMOBILE

✔ Référencement officiel chez

les équipementiers

✔ Homologation au panel PP

& PA Recyclés PSA

✔ Homologation chez les

constructeurs européens :

VW, Audi, BMW, Opel...


Ravalene PE

Scolefin/Mafill PP

Sicostirolo PS

Sicoran SAN

Sicoflex ABS

Polyfast ASA

Mablex PC/ABS

Sicoklar PC

Sicoblend PA/ABS

Sicoter PPO/PBT

Ravamid PA

Enflex TPE-V

Ensoft TPE-S

www.resinex.com

Your trusted partner for Ravago Brands

KOLON PLASTICS

®

®

®

NatureWorks

Mitsubishi Plastics


5 PROFESSION

<

LES NOUVEAUS ATOUTS

DU DÉPARTEMENT JURIDIQUE

D’ALLIZÉ-PLASTURGIE

De gauche à droite : Olivier Salanon, Benoist De Montaigut, Julien Dottor, Thierry Charles, et au premier plan Chantal Bedarride & Valérie Clayton.

Nous avons le plaisir de vous informer de

la nouvelle organisation du service juridique

d’Allizé-Plasturgie en 2012. L’équipe

juridique est basée sur le site de Lyon tout

en assurant un service de proximité en

régions avec le recrutement de deux nouveaux

juristes dont un qui assurera désormais

la relation terrain avec les entreprises

en droit social (rencontre,

animation, réunions d’informations sur

l’actualité sociale, etc.).

La nouvelle équipe travaille en liaison

avec la Fédération de la Plasturgie, en

relais avec tous les organismes nationaux

comme la Commission Politique RH ou le

Comité des Relations Interindustrielles de

Sous-Traitance (Corist).

Outre le besoin de s’investir au cœur de la

réalité économique de nos adhérents,

notre équipe met toujours en avant le goût

du contact avec les opérationnels [Dirigeants,

DAF, DRH, RH, etc.], un service de

proximité, car la véritable connaissance

juridique, c’est connaître au travers des

causes.

La fonction étant de plus en plus tournée

vers la gestion du risque, notre défi est de

rendre une réponse pragmatique dans

des délais très courts.

Ainsi, vous pouvez désormais contacter

les membres du service juridique dans les

domaines notamment du droit social, du

droit des affaires et de la fiscalité au :

04 72 68 28 28.

Vous trouverez ci-dessous le nom de vos interlocuteurs, ainsi que leurs coordonnées :

• Chantal BEDARRIDE : 04 72 68 28 09 (Droit social / RH) / c.bedarride@allize-plasturgie.com

• Thierry CHARLES : 04 72 68 28 08 (Directeur des Affaires Juridiques / Droit des affaires, politique de branche et droit social) /

t.charles@allize-plasturgie.com

• Valérie CLAYTON : 04 26 68 28 47 (Fiscalité / Droit des affaires) / v.clayton@allize-plasturgie.com

• Benoist DE MONTAIGUT : 04 26 68 28 99 (Droit social / RH) / b.demontaigut@allize-plasturgie.com

• Julien DOTTOR : 04 26 68 28 74 (Droit social / RH) / j.dottor@allize-plasturgie.com

• Olivier SALANON : 04 72 68 28 10 (Droit social, paie) / o.salanon@allize-plasturgie.com

n°88 • Juin 2012 • Plastilien


PROFESSION

6

CONCOURS EuroPlastic

Devenez les ambassadeurs de la Plasturgie

Pour cette année 2012, la Fédération de

la plasturgie organise le Concours Europlastic

2012, « Devenez les ambassadeurs

de la plasturgie » pour promouvoir

le BTS et encourager les jeunes à effectuer

le stage européen.

De 2008 à 2011, la Fédération de la plasturgie

a organisé le Concours Europlastic

« Pocket Movie ». A l’issu de ces 4

années, la Fédération a décidé de faire

évoluer cette opération et de lui donner

un nouveau souffle.

Les équipes participantes doivent désormais

réaliser un dossier anglais et français

comprenant une plaquette de présentation

du BTS (créativité, esprit de

synthèse et esprit d’équipe sont de

rigueur) ainsi que des mini-portraits de

chacun des membres de l’équipe (savoir

se présenter, savoir se mettre en valeur).

L’objectif étant qu’à l’issu du concours,

les étudiants et les apprentis puissent

réutiliser ces documents pour rechercher

un stage et présenter leur formation et

leurs compétences dans un contexte professionnel.

Pour participer à ce concours voici les

étapes à suivre :

1 - INSCRIPTION

jusqu’au 16 mai 2012 inclus

Les équipes doivent remplir une fiche

d’inscription et la renvoyer complétée et

signée avant le 16 mai inclus. A l’issue

des inscriptions, les participants recevront

un pack avec les logos et des

visuels pouvant être utilisés.

2 - CONCEPTION DU DOSSIER

jusqu’au 30 juin 2012 inclus

Les équipes inscrites doivent renvoyer

leur dossier complet avant le 30 juin

inclus

3 - EVALUATION DES DOSSIERS

jusqu’au 05 octobre 2012

Le jury évaluera les dossiers et déterminera

les finalistes.

4 - REMISE DES PRIX

entre le 15 octobre et le 20 décembre 2012

Un email sera envoyé aux établissements

participants pour annoncer la date et le

lieu de la remise des prix. Toutes les informations

relatives à ce concours sont

expliquées dans le règlement du concours

disponible sur demande auprès de :

Audrey Noble

a.noble@fed-plasturgie.fr

206

C’est le nombre de

jeunes partis en

stage en Europe depuis la création

du BTS Europlastic en 2008.

Cette année, 48 stagiaires ont déjà

tenté l’expérience d’une entreprise

européenne.

TOUR DE FRANCE

de la Plasturgie et des

Composites 2012

Pour la septième année consécutive, les

acteurs de la profession se mobilisent et

organisent un Tour de France de la Plasturgie

et des Composites.

L'atelier mobile "Destination Plasturgie"

viendra à votre rencontre du 13 juillet au

13 ,août 2011 dans 10 villes à travers la

France, avant de repartir en septembre

pour un tour dédié aux formations en

Plasturgie, en partenariat avec notre

réseau de CFA

Un nouvel évènement fédérant l’ensemble

de la filière plasturgie et composites

se tiendra les 30 et 31 mai 2013 au Centre

de Congrès Disneyland Paris.

Véritable plateforme de transferts des

connaissances, il a pour ambition de

fédérer les acteurs clés du secteur.

Nouvelle forme d’événement

Véritable campus de la profession, ce

forum représente une opportunité unique

de rencontres et d’échanges. La priorité

sera donnée à la diffusion des résultats

issus des recherches technologiques les

plus récentes. Des grands thèmes d’actualité

économique, juridique ou sociale

seront également débattus, et chacun

pourra construire son programme à la

carte en fonction de ses centres d’intérêt.

Le programme s’articulera autour de

conférences plénières, introduites par

des personnalités du monde politique,

économique et industriel, mais aussi des

ateliers, des temps forts de rencontres et

une exposition, le tout dans un cadre et

un environnement privilégiés.

Didactique et pragmatique, le Forum de la

Plasturgie et des Composites promet 2

journées denses, efficaces et productives

pour tout professionnel ou donneur

d’ordres de la Plasturgie.

La Fédération de la Plasturgie est partenaire

de l’événement et participe également

au comité de pilotage chargé de sa

préparation.

Retrouvez plus d’informations sur :

www.forum-plasturgie-composites.com

Plastilien • Juin 2012 • n°88


PROTÉGEZ L’AVENIR DE CEUX QUI

COMPTENT LE PLUS POUR VOTRE ENTREPRISE

Vos solutions collectives

à prix attractifs :

ALLIZÉ SANTÉ

ALLIZÉ PRÉVOYANCE

RÉSERVÉ AUX ADHÉRENTS

ALLIZÉ PLASTURGIE

ALLIZÉ SANTÉ

Une assurance santé :

Accessible.

Performante.

Économique.

Renfort salarié

possible.

APICIL GESTION, association régie par la loi du 1er juillet 1901et immatriculée sous le numéro SIREN n° 417 591 971, dont le siège social se situe 38 Rue François Peissel, 69300 Caluire et Cuire - www.uniteam.fr

Responsable partenariat :

Michel Viallon

06 84 26 56 26

michel.viallon@apicil.com


9> CHRONIQUE

L’ENTHOUSIASME

DES GRANDES CAUSES

Emmanuel ROSSI

Délégué Général d’Allizé-Plasturgie

Un législateur généreux prépare un

nouveau « train social ». Celui-ci

devrait être lancé à l’occasion de la

sessionextraordinaire du nouveau

Parlement en juillet. Il est fait de

mesures qui sont réputées ne rien

couter, ce qui est particulièrement

inquiétant, et son examen fait naitre

les plus grandes craintes. Il comporte,

entre autres chantiers, une

réforme de la Politique de l’emploi et

de la Formation professionnelle, la

lutte contre la précarité, l’encadrement

des « licenciements boursiers »,

une hausse du pouvoir d’achat :

salaires, heures supplémentaires

bonifiées avec un coup de poucedu

SMIC.

Une deuxième vague de réformes

suivra dès septembre dans le cadre

du projet de loi de développement

économique et social : constitutionnalisation

du dialogue social, participation

des salariés aux CA, augmentation

cotisations retraite

employeurs, augmentation cotisations

chômage si abus sur les emplois

précaires,...

Selon les inspirateurs de ces

réformes, l’essentiel des mesures

n’est pas de rendre efficace les

entreprises, mais de déployer des

mesures promises lors de la campagne

présidentielle.

Tout ceci témoigne chez nos élus,

comme chez ceux qui approuvent ces

réformes d’une inconscience étonnante

et d’une rigidité obstinée.

Il convient d’examiner rapidement les

raisons qui animent les militants de

ces réformes.

Laissons de côté ceux qui adoptent

passivement ce genre de projet, car

ne l’ayant pas lu, ils seraient incapables

de le critiquer.

Par contre, parmi ceux qui approuvent,

il y a ceux qui, malgré leurs

bonnes intentions liées bien souvent

à une ignorance des réalités économiques,

sont portés par l’enthousiasme

des grandes causes.

Il y a également ceux qui adoptent

toujours le principe de la lutte des

classes et qui sont persuadés que les

« Patrons » s’en mettent plein les

poches.

Il y a ceux qui s’abstiennent de tout

commentaire parce qu’ils ne savent

pas dire NON.

Car qui oserait de nos jours se déclarer

« antisocial »

En vérité, la compétitivité de l’entreprise

dépend plus de sa capacité à

mesurer les enjeux et les contraintes

de son marché, à saisir toute opportunité

pour se lancer dans l’innovation

et évaluer les menaces qui pèseraient

sur son développement, que de

s’accrocher au train des réformes

sociales collectives. L’exemple

désastreux des 35 heures appliquées

uniformément a pourtant démontré

les limites du « collectif » !

La performance de l’entreprise

nécessite surtout d’ouvrir le dialogue

directement entre salariés et entrepreneurs

avec l’esprit de négocier

dans chaque entreprise les fameux

accords de compétitivité à « l’Allemande

».

Nul n’est besoin d’harmoniser, car

tous les secteurs sont différents et

chacun doit s’accorder sur des

actions partagées en interne avec

une vision réaliste.

C’est ce qu’on appelle le dialogue

social… qu’il nous reste à promouvoir

tous ensemble dans la Branche.

n°88 • Juin 2012 • Plastilien


DOSSIER DU MOIS

10

Photo 1 : Altuglas® Plexiglas® résines acryliques – ARKEMA / Photo 2 : Tritan® copolyester - EASTMAN

PLASTIQUES TRANSPARENTS

DES INNOVATIONS REMARQUABLES !

DOMINIQUE APPERT, Allizé-Plasturgie / CHRISTELLE GALLET, Ardi // Une manifestation Innov’Day sur le

thème des Plastiques Transparents, organisée par le Centre de Formation de la Plasturgie (CFP)

et l’ARDI Rhône-Alpes,s’est déroulée le 29 mars 2012 à Lyon. Au cours de la journée, les

conférenciers ont présenté des innovations à propos de transparence de matériauxpolymères,

avec à l’appui des objets en démonstration illustrant des applications pour des marchés très

divers.Près de 100 personnes étaient présentes à cette manifestation.


DOSSIER DU MOIS

12

Application polyamide transparent – ARKEMA

Plaque acrylique Altuglas® Shieldup - ARKEMA

divers applications grâce à ces quatre

propriétés principales qui sont l’esthétique

(transparence et profondeur des couleurs),

la résistance naturelle aux UV, la

résistance à la rayure et les possibilités de

design et de réparation par polissage. Il

existe classiquement deux grands types

de PMMA : le PMMA standard qui possède

une haute rigidité mais une faible

résistance à l’impact, et le PMMA choc

qui présente une bonne résistance à l’impact

avec un module plus faible et une

opacification à haute température.

Une nouvelle gamme Altuglas Shieldup a

été développée par la Société Arkema.

Cette gamme présente une combinaison

de plusieurs propriétés : bonne résistance

au choc, bonne transparence à haute température

et bonne résistance chimique. La

résistance au choc n’est pas apportée par

l’ajout de particules mais par une technologie

de copolymérisation qui a la particularité

de générer dans le matériau une

structure de taille nanométrique.

La technologie de copolymérisation permet

d’obtenir une large variété de matériaux

jusqu’à un étonnant PMMA souple.

De plus, la nano-structuration explique la

conservation de la transparence à haute

température de cette gamme de matières.

Cette nouvelle gamme est actuellement

disponible sous forme de plaques. Des

développements sont en cours pour l’étendre

à des applications en injection,en prévision

d’ici 2013.

4.Les polyamides transparents, des produits

de haute performance versatiles : de

la flexibilité au bio-ressourcé

Dr Karine LOYEN, Responsable Développement

Europe Gamme Polyamides pour

les applications Consumer Goods,

ARKEMA, R&D Center CERDATO

La Société Arkema est un acteur mondial

de la chimie de spécialité dont l’activité se

répartit dans 3 domaines : les revêtements,

les spécialités industrielles (PMMA, fluorés,

…)et les produits de performance

(polymères techniques, …). Dans ce dernier

domaine, Arkema renforce son positionnement

de leader mondial dans les

polyamides hautes performances avec

l’acquisition de deux sociétés chinoises :

- Casda Biomaterials qui fabrique l’acide

sébacique, matière première pour la fabrication

des polyamides,

- Hipro Polymers qui produit des polyamides

: PA6.10, PA6.12, PA10.12, PA10.10.

L’amélioration de la transparence d’un

matériau est liée à la diminution de la diffusion

de la lumière, elle-même reliée à l’absence

de cristaux dans le matériau. Il

existe donc deux solutions pour augmenter

la transparence : supprimer la cristallinité

ou contrôler l’organisation des cristaux.

Le polymère Pebax Clear d’Arkema, est un

Polyéther Block Amide composé d’une

structure bi-phasique avec un polyamide

semi-cristallin et un polyéther amorphe de

très basse transition vitreuse (-60°C). Le

ratio PE/PA permet d’ajuster la flexibilité

du polymère.

Le Pebax Clear combine un ensemble de

propriétés : densité la plus faible parmi les

TPE, résistance en fatigue, retour élastique

(perte d’énergie minimisée), performances

mécaniques conservées à basse

température, grande résistance aux UV,

bonne transparence, facilité de mise en

œuvre. Il est notamment utilisé dans les

équipements de sport.

Le polymère Rilsan Clear G830 Rnew est

un polyamide transparent bio-sourcé à

plus de 50 %. Le polymère Rilsan Clear

G300 HI est un polyamide transparent

résistant à l’impact.

Ces matériaux possèdent une transparence

supérieure à 91 % combinée à des

propriétés de légèreté, de résistance chimique

et mécanique et de résistance au

vieillissement. Ces matériaux trouvent des

applications dans les équipements de

sécurité, le sport et loisir et l’électronique.

Plastilien • Juin 2012 • n°88


DOSSIER DU MOIS

14

engrais ni de pesticides et présentant un

grand rendement à l’hectare. A partir de

cette plante, la société Biomiscanthus

France développe un polymère naturel

nommé Biomiscanthus®.

Ce polymère est composé de fibres de

miscanthus, d’un liant cellulosique et d’un

plastifiant cellulosique. Il est donc 100%

biosourcé, compostable et biodégradable.

Pour Mr Marchal, le Biomiscanthus® est

le plus transparent des polymères biosourcés

lorsqu’il n’est pas additivé. C’est

ce qui a fait son intérêt à l’occasion de

l’Innov’Day du 29 mars.

cadences de production sont quasi similaires

à celles des polyoléfines. Les applications

visées sont, dans un premier

temps, les articles à usage unique ou

limité dans le temps.


RV 53d

La machine de thermoformage universelle

de 3 ème génération par le vide et par pression

d’air même pour les petites séries !

Les avantages de la RV 53d de 3 ème génération sont :

• Thermoformage par le vide et par pression d’air

• Surface de formage élargie à 365 x 500 mm 2

• Compatibilité avec tous les outillages existants de RV 53, RV 53b, RV 53c, RD 53

• Réalisation de pièces avec des contours très précis, grâce à la pression d’air

• Transformation de toutes les matières, y compris le PP jusqu’à 2 mm

• Régularité et précision des bords, grâce aux réglages XY du poste de découpe

• Changement rapide de série et calcul automatique des réglages de base

• Commande très conviviale avec pages informatives

• Programme d’optimisation des cadences pour thermoformage de 3 ème génération

• Cadence de production jusqu’à 45 coups/min en fonction des matières grâce

aux entraînements par servomoteurs

• Technologie d’outillage normalisé d’où un faible coût des outillages

ILLIG France

ZI petite montagne sud - 1, rue du Velay - Lisses CE 1824 - 91018 EVRY Cedex

Tél. : 01 60 86 23 53 - Fax : 01 60 86 92 48 - Mail : illigfrance@illigfrance.fr


17> DROIT DES AFFAIRES

RÉFORME DES DÉLAIS DE

PAIEMENT : AFIN QUE RIEN NE PASSE

POUR IMMUABLE !

« Je ne fais jamais d'exception. L'exception infirme la règle. » Arthur Conan Doyle

THIERRY CHARLES, Allizé-Plasturgie // Dans un précédent numéro du Plastilien (numéro de mai 2012),

nous avions déjà évoqué l’adoption laborieuse d’une nouvelle exception au délai légal des

délais de paiement (conformément à la Loi de Modernisation de l’Economie (LME) d’août

2008, les accords interprofessionnels dérogatoires ont tous expiré le 31 décembre 2011,

amenant ainsi les entreprises appartenant aux quelques 36 secteurs d’activité à entrer dans le

rang et à régler leurs fournisseurs selon le droit commun) 1 .

EEn effet, profitant de la

possibilité offerte par la

directive 2011/7/UE du 16

février 2011 concernant

la lutte contre le retard

de paiement dans les

transactions commerciales, de déroger

au délai de principe de 60 jours, sous

réserve que « cela ne constitue pas un

abus manifeste à l’égard du créancier »

(sic !), un projet d’amendement visant à

pérenniser ces accords, a été intégré au

projet de loi sur la protection des consommateurs,

puis dans la proposition de loi de

simplification du droit et à l'allégement

des démarches administratives 2 .

Ainsi seraient désormais seuls susceptibles

de maintenir un délai plus long, les secteurs

du jouet, du commerce des animaux de

compagnie - produits et accessoires pour

animaux de compagnie, des deux/trois roues

motorisées et quads, du jardin amateur, de

l'agrofourniture, de l'agroéquipement, des

articles de sport, des véhicules de loisirs, du

textile-habillement ainsi que des pneumatiques

limités aux seuls pneus neige.

Par ailleurs, les accords ne pourront avoir

une durée supérieure à 3 ans, devront

être conclus avant le premier jour du 7 ème

mois suivant la publication de la loi et être

reconnus comme satisfaisant aux conditions

prévues par décret pris après avis

de l’Autorité de la Concurrence.

Enfin, la fixation d’une durée de la procédure

d’acceptation ou de vérification permettant

de certifier la conformité des marchandises

ou des services conforme aux

bonnes pratiques et usages commerciaux

qui n’excèdera pas 30 jours à compter de

la date de réception des marchandises ou

de réalisation de la prestation des services,

à moins qu’il n’en soit expressément

stipulé autrement par contrat et

pourvu que cela ne constitue pas une

clause ou pratique abusive (application

immédiate).

Quant à la fixation de délais de paiement

pour le règlement des acomptes mensuels

et du solde des marchés de travaux privés

conclus entre professionnels soumis au

Code de Commerce dont la durée ne peut

dépasser le délai maximum prévu par la

LME, il est précisé qu’en cas de dépassement

du délai, l’entrepreneur pourra suspendre

l’exécution des travaux après mise

en demeure de son créancier restée

infructueuse à l’issue d’un délai de 15

jours (application immédiate).

En tout état de cause, tout professionnel

en situation de retard de paiement est de

plein droit débiteur, à l’égard du créancier

[pour les créances dont le délai de paiement

commence à courir après le 1 er janvier

2013], d’une indemnité forfaitaire pour

frais de recouvrement, dont le montant,

sans pouvoir être inférieur à 40 euros,

sera fixé par décret. 3

En définitive, ne rien lâcher, afin que rien

ne passe pour immuable. 4

1 : La LME avait laissé la possibilité à certains secteurs d’activité de conclure des accords interprofessionnels, dérogatoires au plafond

légal des délais de paiement de 60 jours ou 45 jours fin de mois.

2 : Ainsi, l’article 121 de la loi n° 2012-387 relative à la simplification du droit et à l'allégement des démarches administratives promulguée

le 22 mars 2012, prévoit la possibilité d’inclure dans des accords interprofessionnels des délais de paiement plus longs que les

délais légaux de l’article L 441-6 du Code de Commerce et ce, pour les secteurs déjà couverts par un accord dont la vente ou la prestation

présente un caractère saisonnier particulièrement marqué rendant difficile le respect du délai prévu et à condition que ces

accords fixent des délais inférieurs aux délais de paiement applicables au 31 décembre 2011 en application de l’accord qui avait été

conclu.

3 : Reste qu’en cas de frais de recouvrement supérieurs à cette indemnité forfaitaire, le créancier pourra toujours demander une indemnisation

complémentaire sur justification.

4 : Pour l'économiste Daniel Coué, la solution est aussi dans le Code civil et la définition de la « vente parfaite ». En effet, la vente est

parfaite quand deux entreprises se sont entendues sur le prix, le produit, le délai de livraison. « Il suffirait de changer l'article 1583 du

code civil et de préciser que la vente est parfaite quand la livraison est payée, comme c'est le cas en Allemagne et au Royaume-Uni ».

n°88 • Juin 2012 • Plastilien


19> POINT DE VUE

RELATIONS DONNEURS D’ORDRES/

SOUS-TRAITANTS : L’AVENIR DE LA

MÉDIATION

THIERRY CHARLES, Allizé-Plasturgie // La sous-traitance demeure une question cruciale

et les différentes mesures pour assainir les rapports de force depuis les Etats généraux

de l’industrie (EGI) de 2010 ont eu un impact assez limité. Pour preuve la Commission

d'examen des pratiques commerciales (CEPC) dénonce régulièrement dans ses avis la

persistance de nombreuses pratiques abusives.

En décembre 2010, le

médiateur des relations

interindustrielles et de la

sous-traitance, Jean-

Claude Volot concluait

qu'il n'était pas nécessaire

de légiférer contre les « 36 mauvaises

pratiques » [appels d'offres avec

des prix et des conditions irréalisables,

contrats commerciaux léonins, rapatriement

brutal d'activité sous-traitée, exploitation

de brevet et de savoir-faire sans

l'accord du sous-traitant, baisses de prix

imposées unilatéralement sur des programmes

pluriannuels, etc.], à condition

que les lois existantes soient appliquées.

Or depuis juillet 2011, sur l’inspiration de

la Fédération de la Plasturgie une proposition

de loi de Modernisation de la soustraitance

[législation spécifique à la soustraitance

sur le modèle italien, i.e. une

loi-cadre fixant les grandes orientations,

tels que l'obligation d'établir un contrat

écrit, la présomption d'acceptation des

sous-traitants connue du donneur d'ordres,

le respect des droits de propriété

intellectuelle ou encore l'interdiction de

clauses répertoriées comme abusives,

etc.]a été jetée dans les « bras de Morphée

»au Parlement (chacun étant libre

d’imaginer les bras puissants dans lesquels

la PPL s’est « assoupie »).

De son côté, en novembre 2011 le Conseil

économique, social et environnemental

(CESE) est allé jusqu’à préconiser la

« cotraitance » oula « coresponsabilité

»,voire les groupements d'employeurs, à

promouvoir le développement d'un « dialogue

social dynamique », et même dans

certains cas la création desComités d’hygiène,

de sécurité et des conditions de travail

(CHSCT)sur site, pour gérer l'intervention

commune en entreprise… ! 1

Fidèle à sa devise « Primum nonnocere »

[d'abord, ne pas nuire], le Médiateur

national de la sous-traitance règle les différends

pour une solution amiable, sans

avoir recours au contentieux juridique : le

plus souvent la médiation est collective, la

procédure étant alors anonyme. 2 Quant au

taux de succès de la médiation, il serait

estimé à 85% selon les propres sources

du médiateur.

Whatelse

A l’issue du second tour des présidentielles,

Jean-Claude Volot échappera-t-il

au « mercato politique » Car au-delà de

l’institution, c’est bien la politique de la

« soft law » qui est en cause : les mauvaises

pratiques se poursuivent malgré la

création de la médiation inter-entreprises

et les améliorations permises [promises ]

par la Loi de modernisation de l’économie

de 2008 (LME), les délais de paiement

continuant notamment à se dégrader.

Preuve que le débat n’est pas clôt sur le

plan politique, interrogé le 2 mai sur RMC,

le nouveau Président de la République

[alors candidat] François Hollande annonçait

son intention de ramener à 1 mois le

délai de paiement que les grandes entreprises

devront garantir à leurs sous-traitants

: « (…) l'enjeu est primordial, notamment

pour les PME : un paiement dans les

délais réglementaires [2 mois actuellement]

amènerait les grandes entreprises à

transférer 11 milliards d'euros de trésorerie

aux entreprises de taille plus modeste

et apporterait une ressource supplémentaire

de 10 milliards d'euros aux PME [cf.

Observatoire des délais de paiement].

En définitive, ce sont les PME qui font la

trésorerie des grandes entreprises et

même celle des entreprises de distribution,

ce qui n'est pas acceptable, a estimé

François Hollande » 3

Dura lexsedlex !

1 : Dans cette perspective, ASTREES (Association travail

emploi europe société), travaille sur la dimension sociale

de la sous-traitance. Ses membres considèrent que la

médiation doit s'élargir au social, car les conditions de travail

se dégradent selon une enquête de la DARES.

2 : Dans le cas, d'une demande individuelle, le dossier est

traité au niveau régional et le nom du sous-traitant est

divulgué au donneur d'ordre. 25 médiateurs régionaux,

issus des DIRECCTE (Directions Régionales des Entreprises,

de la Concurrence, de la Consommation, du Travail

et de l'Emploi), suivent les dossiers.

3 : Lire http://www.lesechos.fr/economie-politique/election-presidentielle-2012/ps/0202041672603-francois-hollande-veut-que-les-pme-soient-payees-dans-un-delai-de-1-

mois-318743.php .

n°88 • Juin 2012 • Plastilien


FISCALITÉ

20

LA REFORME DE LA FISCALITÉ

DES ENTREPRISES

Une nouvelle loi de finances rectificative attendue cet été

VALÉRIE CLAYTON, Allizé-Plasturgie // Le 21 avril dernier, François HOLLANDE précisait que la première

réforme qu’il entreprendrait s’il était élu Président de la République est celle de la

fiscalité : « Ce sera la première réforme que je ferai voter au Parlement, celle qui mettra le

même régime d’imposition aux revenus du capital par rapport aux revenus du travail, celle qui

plafonnera les niches fiscales, celle qui rétablira l’impôt sur la fortune ».

François HOLLANDE a été élu Président

de la République le 6 mai dernier ; une

session extraordinaire du Parlement est

prévue du 3 juillet au 2 août prochain au

cours de laquelle sera discutée la

seconde loi de finances rectificative pour

2012 portant réforme de la fiscalité.

Concernant les entreprises, les principales

mesures qui devraient être discutées ont

trait à l’impôt sur les sociétés, les aides, la

procédure des LBO(« Leverage Buy-Out »),

la TVA, les heures supplémentaires.


SOCIAL

22

APTITUDE MÉDICALE AU POSTE,

CE QUI CHANGERA LE 1 ER JUILLET

PROCHAIN

OLIVIER SALANON, Allizé-Plasturgie // L’un des objectifs de la réforme de la médecine du travail est

de compenser la pénurie croissante de ses médecins. Au 1 er janvier 2010, ils n'étaient en effet

que 6.435 en équivalent temps plein pour 16 millions de salariés environ et près de 75 %

d’entre eux étaient âgés de plus de 50 ans.

© Fotolia.com

C’est donc dans ce

contexte qu’intervient le

changement des modalités

du suivi individuel de

l’état de santé du salarié.

Un décret du 30 janvier 2012 et relatif à

l'organisation de la médecine du travail

modifie notamment les règles pour les

visites d’embauche, de pré-reprise et de

reprise à compter du 1 er juillet 2012.

Lors de l’embauche, la nouvelle recrue

doit bénéficier d’un examen médical avant

l’embauche (impératif pour les salariés

soumis à une surveillance médicale renforcée)

et au plus tard avant la fin de la

période d’essai.

L’objet de cette visite d’embauche est

complété : elle aura également pour but

d'informer le salarié sur les risques des

expositions au poste de travail et le suivi

médical nécessaire ainsi que de le sensibiliser

sur les moyens de prévention à

mettre en œuvre.

L’exception à cette obligation est en peu

aménagée ; la visite n'est pas obligatoire si :

• le salarié est appelé à occuper un emploi

identique présentant les mêmes risques

d'exposition ;

Plastilien • Juin 2012 • n°88


MANAGEMENT

24

© Fotolia.com

EMPLOI DES PERSONNES

HANDICAPÉES

OU COMMENT TRANSFORMER UNE OBLIGATION LÉGALE EN OPPORTUNITÉ

AUDREY VIRICEL, Cédiplast // Les établissements employant au moins 20 personnes sont soumis à

une obligation légale d’emploi de personnes handicapées, à hauteur de 6 % de leur effectif.

Améliorer sa réponse à cette obligation légale, quelle que soit la taille de l’établissement, est

possible et permet au-delà de la réduction des coûts, d’apporter des améliorations en matière

de GRH et de RSE.

Le handicap au travail est le

plus souvent déjà une réalité

dans l’entreprise. En

effet, des personnes

concernées par des restrictions

d’aptitude durables sont déjà dans

une situation de handicap même si celle-ci

n’est pas toujours reconnue officiellement.

Dès lors, pour l’employeur, mieux prendre

en compte ces situations, et, au-delà,

s’ouvrir à l’emploi des personnes handicapées

permet une réduction des coûts et

une amélioration plus globale des pratiques

dans l’établissement.


Par exemple, en 2011, la contribution d’une entreprise pouvait

atteindre 82 710 € pour un effectif de 100 personnes, et 165 420 €

pour un effectif de 200 personnes.

Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

6 > 9 NOVEMBRE - Paris Nord Villepinte - France

L’établissement ou l’entreprise peuvent également répondre à

l’obligation légale en mettant en place un accord d’emploi de

personnes handicapées. L’accord établi sur la base d’un diagnostic

permet de définir un plan d’actions. Négocié avec les

partenaires sociaux et agréé par l’Unité Territoriale de la

DIRECCTE, celui-ci permet d’être exonéré du versement de la

contribution à condition d’allouer un budget (au moins équivalent

à la contribution) pour mettre en oeuvre le plan d’actions.


MANAGEMENT

26

LA VAE COMME VECTEUR

DE VALORISATION ET DE MOTIVATION

ALEXANDRE SIMONET, Cime / La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), depuis l’instauration

de la loi de modernisation sociale de 2002, connaît un succès certain et est en voie de devenir

une pratique complémentaire aux dispositifs antérieurs de formation des adultes.

© Fotolia.com

En effet la VAE sort des sentiers

de la formation traditionnelle

et répond enfin

positivement à la problématique

que beaucoup de

personnes se posent :

« Je travaille dans le même domaine depuis

10 ans mais je n'ai pas de diplôme. Pourtant,

j'ai acquis des savoir-faire reconnus,

des compétences dans mon métier. Je

pense que mon expérience a autant de

valeur qu'un diplôme. Ya- t-il un moyen de

faire reconnaître mon expérience "

Car la VAE est bien un moyen pour obtenir

un diplôme et faire reconnaître ses compétences.

Pour beaucoup d’employeurs la

VAE n’a d’intérêt que pour la personne

elle-même, motivée par une volonté de

reconnaissance de ses acquis.

Or la VAE a aussi un rôle d’intérêt général,

un outil de motivation et de valorisation du

salarié qui permet à tous d’entrer dans

une formule gagnant-gagnant.


Comme nous l’avons vu aussi auparavant,

la VAE est aussi élément de motivation

et donc de fidélisation du personnel ;

>Cette démarche permet aussi pour l’entreprise

de mieux connaître les compétences

internes. En effet dans son travail

de réflexivité, le collaborateur doit analyser

les activités qu’il effectue au quotidien.

Ce travail de fond obligatoire pour le collaborateur

peut aussi en même temps servir

LA VAE

Le dispositif permet l’optention de tout

ou partie d’une certification (diplôme,

titre à finalité professionnelle ou certificat

de qualification professionnelle)

sur la base d’une expérience professionnelle

salariée, non salariée et/ou

bénévole (syndicale, associative) et/ou

volontaire. Cette expérience, en lien

avec la certification visée, est validée

par un jury. Seules les certifications

enregistrées au Répertoire National

des Certifications professionnelles

(RNCP) sont accessibles par la VAE.

à l’entreprise pour identifier les compétences

du poste dans une volonté de gestion

des emplois et compétences.

Afin d’adapter l’organisation aux enjeux de

l’entreprise ou d’éviter de perdre des compétences

stratégiques, la VAE permet

d’établir une cartographie des compétences

clés pour l’entreprise et de repérer

les qualifications nécessaires à son bon

fonctionnement.

>La VAE peut ainsi être mobilisée comme

outil visant à faire acquérir un niveau de

qualification plus élevé aux salariés identifiés

dans le cadre d'un parcours de promotion

ou de professionnalisation.

>Face à des difficultés de recrutement

externe, l'entreprise peut reprendre le travail

effectué en VAE pour favoriser la mobilité

interne en faisant évoluer, par la VAE,

des profils repérés ;

>De même, pour des secteurs ou entreprises

dont l'activité est fragile, engager

en amont une démarche de validation pour

les salariés facilitera leur éventuel reclassement

et valorisera l’image

« humaniste » de l’entreprise.

POUR QUI

• Toute personne, quels que soient son

âge, sa nationalité, son statut et son

niveau de formation, ayant au moins

trois ans d’expérience salariée, non

salariée ou bénévole

• Code du travail Art.L.6411-1 et s.,

Art.R.6412-1 et s.

• Code de l’éducation, art. L.214-12,

L.214-13, L.335-5 et s.R.335-5 et s.361-2

• Code de l’éducation, art. L331-1, L.613-

3 et S. et L.641-2

• Code de l’éducation, art.L613-6

n°88 • Juin 2012 • Plastilien


MANAGEMENT

28

> Enfin la VAE est aussi source

d’optimisation de la formation : La

VAE peut permettre de réduire les

coûts et le temps d'absence de

l'entreprise en réduisant les parcours

de formation.

L’actualité de la VAE est aujourd’hui

celle de la professionnalisation. Du

point de vue de l’entreprise, la VAE

doit être vue comme une ressource

nouvelle pour la gestion prévisionnelle

des emplois et des compétences.

Pour le salarié ,elle est au cœur de

sa gestion de carrière et permet

une sécurisation des parcours professionnels.

Finalement la mise en œuvre d’une

démarche VAE est un moyen de produire

des bénéfices partagés pour l’entreprise

et ses salariés.

Contact

Alexandre SIMONET

CIME - Consultant RH

a.simonet@cime-france.com

06.23.68.78.34

CIME développeur de compétences -

depuis 2009, 60 accompagnements VAE et

80% de taux de réussite

La VAE améliore simultanément : la

relation entreprise-salarié et la

performance de l’entreprise, tout

en aidant chacun à piloter son projet

professionnel.

Tél. : 00 33 4 74 77 26 97 - Fax : 00 33 4 74 77 46 12 - www.lifocolor.fr

Où que vous soyez nous avons la solution pour vos idées

LIFOCOLOR

01100 Bellignat

LIFOCOLOR FARBEN

Lichtenfels, Allemagne

- Appareils Électriques

- Articles de Jardin

- Articles Ménagers

- Automobile

- Bâtiment & Construction

- Électrique / Électronique

- Emballage

- Film

- Jouet

- Mobilier

LIFOCOLOR FARBPLAST

Bydgoszcz, Pologne

LIFOCOLOR s.r.o

Brno, République Tchèque

Plastilien • Juin 2012 • n°88


Le Froid Industriel est au cœur de

la performance de votre process :

Ne le traitez pas comme un

périphérique secondaire.

Le Froid Industriel

Depuis 1990

A2P INDUSTRIE

est le partenaire

froid référent des

plasturgistes les

plus exigeants.

Consultez-nous

pour une étude

complète et gratuite.


Evolutif

Une vaste gamme de refroidisseurs, d’une puissance allant de 6 à 800 kW.

Une prestation complète, clef en main.

Des solutions évolutives et sécurisées, basées sur des unités autonomes et modulaires.

Des solutions sur mesure, dédiées à des besoins spécifiques.

Des configurations uniques en free-cooling optimisant les économies d’énergie.

Un engagement inconditionnel sur les consommations énergétiques.

Le chiffrage détaillé du « Coût Total de Possession » sur 15 années.

Des produits très fiables, couverts par une garantie 3 ans toutes pièces.

Un service d’assistance technique réactif par des techniciens hautement qualifiés.

Une maintenance préventive régulière.

Un vaste stock de pièces détachées.

Tous les agréments et adhésions obligatoires + des certificats professionnels volontaires.

A2P INDUSTRIE • 35, rue Alfred Brinon • 69100 Villeurbanne

Tél. : 04 37 43 20 00 • Fax : 04 37 43 20 01 • e-mail : info@a2p.eu

www.a2p.eu

SAS au Capital de 450 000 €


El-Exis SP – la machine de course

„Vitesse et efficacité vous apportent un incomparable

avantage concurrentiel“

Armin Distler, Key account Manager Packaging, Sumitomo (SHI) Demag

3 des 100.000 bouchons produits par heure, Temps de cycle 2,5 s.

Offrez-vous dès maintenant la productivité et la haute performance avec l’El-Exis SP

www.sumitomo-shi-demag.eu


33> STRATÉGIE

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

FAIRE SANS, EST-CE POSSIBLE

JEAN-CHRISTIAN PHILIPPE ET

SAMUEL LE CACHEUX, Capistel //

Cette question est posée, de

manière récurrente, en ces

termes ou en termes proches

("La Propriété Industrielle,

ça coûte cher pour pas grandchose",

"La Propriété Industrielle,

un luxe pour les

grandes entreprises,…).

Soulignons, pour commencer,

que toute entreprise, quelle

que soit sa taille, TPE ou multinationale,

doit allouer efficacement

et rationaliser ses

dépenses, y compris d'investissements

et d'innovation, logique d'efficacité

déclinée par des plans d'optimisation.

Ce qui est vrai pour une TPE l'est aussi

pour Airbus, fait matérialisé par le Plan

Power 8 lancé par EADS.

Reste que si cette question est encore

soulevée, c'est que les entreprises, les

PME notamment, connaissent mal les

tenants et aboutissants, les enjeux attachés

à la Propriété Intellectuelle. Cet état

de fait se traduit, en chiffres, par le poids

relatif des TPE et PME : 70% des

demandes de brevets émanent des

groupes et entités de plus de 2 000 salariés,

20% des TPE et PME.

© Fotolia.com

Cet article a pour objectif de participer à

la démonstration de l'intérêt stratégique

et pratique de la Propriété Industrielle.


STRATÉGIE

34

Egalement, parce que la Propriété Intellectuelle

est un enjeu à tous les stades de

développement et de maturité de l'entreprise,

pour des entreprises de toutes

tailles, y compris et surtout pour les

"jeunes pousses". Rappelons, en effet que :

la Propriété Industrielle est un droit d'interdiction,

et qu'elle est donc un instrument

pour empêcher qu'un tiers ne s'approprie

abusivement la solution mise en

œuvre (cas d'une création technique) ou

la création esthétique (cas, par exemple,

d'un nouveau modèle de phare de voiture

ou d'ustensile de cuisine, nouveau et original);

les financeurs et investisseurs (privés

ou publics public, comme Oséo) conditionnement

généralement leur intervention

à l'existence de titres de propriété

industrielle;

le co-développement de produits (qui ne

se limite pas aux accords collaboratifs ou

de co-développement mais couvre aussi

les contrats d'études et de sous-traitance,

notamment) pose automatiquement la

question de l'exploitation des résultats

générés. Ici aussi, soulignons que cet

enjeu ne concerne pas les seules innovations

techniques, mais qu'il est tout aussi

critique pour les autres créations (ex:

nouveau design d'une orthèse).

Enfin, parce que la Propriété Industrielle

n'est pas un sujet qui ne concerne que les

équipes de créateurs, de chercheurs ou

de développeurs de solutions : la Propriété

Intellectuelle est l'affaire d'autres

fonctions-clés de l'entreprise.

Par exemple, la question des créations et

inventions de salariés (mais aussi des stagiaires

et thésards) est à gérer également

par le service Ressources Humaines, la

propriété des développements logiciels

est à intégrer par l'acheteur dans la négociation

avec la SSII qui développe une

application spécifique pour l'entreprise,

dès la rédaction du cahier des charges,…

SEB, de son côté, dépose, en règle générale,

cumulativement marque(s), dessin(s)

ou modèle(s) et brevet(s) pour chaque

innovation, alors que la stratégie de

Duqueine Group repose essentiellement

sur le brevet (ex : procédé Matriçage de

faisceaux Pré-imprimés "MFP" breveté).

Ensuite, parce que la Propriété Intellectuelle

existe quel que soit le degré "perçu"

d'innovation: elle n'est pas l'attribut exclusif

des "hautes technologies", comme les

nanotechnologies ou le séquençage du

génome. Les exemples sont nombreux.

Illustrons-le simplement avec le dispositif

"Spitlock"®, ingénieux système de fixation

d'outils à la ceinture de l'entreprise,

conçu et développé par la société SPIT.

Les exemples sont nombreux, il est inutile

de les multiplier.

Pour pousser le constat et la réflexion

plus en-avant, précisons que "toute entreprise

fait de la Propriété Intellectuelle

sans le savoir": la création de produits,

matériels ou immatériels (logiciel, jeu de

couleurs,…), technique ou non, fait naître

des droits de propriété intellectuelle. En

tout premier lieu, notons que la dénomination

sociale d’une entreprise, son

enseigne et sa documentation commerciale

posent des questions relatives au

droit de la Propriété Intellectuelle.


ENVIRONNEMENT

36

PROJET WFO-FRANCE

UNE DÉMONSTRATION

GRANDEUR NATURE DE LA

COLLECTE DE MACRO-DÉCHETS

Dans le cadre du « Projet

WFO-France

Macro-déchets »,

visant la récupération

et la valorisation des

macro-déchets plastiques

flottants en mer, le Comité National

des Pêches Maritimes (CNPMEM) et la

Fédération de Plasturgie, en partenariat

avec la Fondation WFO (Waste Free

Ocean) et les sociétés Thomsea et Paprec

Recyclage, organisaient le 15 mai prochain

une journée de démonstration de la

collecte des macro-déchets plastiques en

mer, à bord de navires de pêche professionnelle,

et de leur prise en charge à

terre.

Cette opération se déroulait à Saint Mandrier

(83), notamment en présence de

Patricia Ricard, Présidente de l’Institut

Océanographique Paul Ricard.

AU PROGRAMME DE LA JOURNÉE

• 10h30 : Allocution des partenaires : WFO

(Fondation Waste Free Ocean), Fédération

de Plasturgie & CNPMEM, Thomsea

• 11h30 : Démonstration de la collecte en

mer, à bord d’un navire Un partenariat original

sur la base d’un partenariat original

entre le CNPMEM et la Fédération de

Plasturgie, des navires de pêche professionnelle

vont collecter, sur 3 sites français,

des macro-déchets plastiques flottants

en mer, selon un protocole précis et

au moyen d’engins expérimentaux (chaluts

développés par la société Thomsea).

Ces macro-déchets seront triés puis pris

en charge par la société Paprec, qui les

analysera (composition, origine…), pour

en étudier les possibilités de valorisation.

Il s’agit d’un projet-pilote d’une durée de 3

ans (2012-2014), qui s’intègre à un programme

européen piloté par la fondation

WFO ayant pour vocation d’être développé

à plus grande échelle sur toutes les

zones de concentration des macrodéchets

flottants.

Parmi les 3 sites retenus, figure celui du

Var. Ce sont 2 navires venant des ports la

Seyne sur Mer et de Saint Mandrier qui

ont effectué la démonstration, encadrés

par Thomsea le temps de leur formation.

Pour plus di’nformations :

Marc Madec,

Responsable Département HSE

Fédération de la Plasturgie

m.madec@fed-plasturgie.fr

ou consultez le site :

www.wastefreeoceans.eu

LA PLASTURGIE

Créateurs du futur

Plastilien • Juin 2012 • n°88


TECHNOLOGIE

38

RAPPORT D’ESSAI aiR

(Application Interactive de Reporting) :

un outil de capitalisation de l’information au service de la profession pour améliorer

la productivité

La plateforme PLATINNO (PLATeformeINNovation Outillage), programme porté par le

CETIM et le PEP avec le soutien du pôle de compétitivité Plastipolis et des moulistes, a pour

vocation de permettre aux entreprises de la profession d’accéder et de participer à l’innovation.

Le transfert technologique,

le montage de projets

R&D, la veille sont autant

de facteurs permettant

aux adhérents de PLA-

TINNO de bénéficier de

l’innovation et d’augmenter leur compétitivité

grâce à l’amélioration des outils de production,

un renforcement de la productivité

et un élargissement des compétences.

Avec plus de 1000 essais annuels réalisés

sur sa plateforme, le PEP dispose d’un

observatoire privilégié des pratiques

concernant la mise au point des outillages

: dans la majorité des cas, la productivité

n’est associée qu’à la phase de production.Il

s’avère pourtant que des gains de

productivité sont réalisables lors des

phases de mises au point des outillages.

Ces gains de productivité peuvent être réalisés

par la généralisation de la capitalisation

des informations collectées lors des campagnes

d’essais. Le besoin pour les clients

du PEP de disposer d’un outil spécifique

répondant à ses problématiques est à l’origine

du rapport d’essai « made in PEP ».

Acteur majeur dans la mise au point des

outillages, le PEP a donc décidé de créer

cet outil, aiR, permettant une traçabilité

complète d’un essai, grâce notamment à

l’acquisition et la sauvegarde de l’ensemble

des informations relatives à l’essai en cours.

l’interactivité de l’application avec l’environnement

de la cellule de travail. Le

technicien d’essai dispose désormais

d’un outil ergonomique pour consigner

ses analyses et ainsi apporter une nouvelle

valeur ajoutée à son activité.

La connexion de l’application avec la

presse à injecter, pour la sauvegarde et la

traçabilité des fiches de réglage, ainsi que

l’intégration de documents multimédias

(photos, vidéos, fichiers informatiques,

images de caméra thermique…) sont

autant d’éléments qui permettent de compléter

ces observations.

• Le traitement : à la fin de l’essai, le rapport

est généré automatiquement. L’ensemble

des documents tels que les équipements

utilisés et leurs fiches techniques,

les fiches de réglages, les fiches matières,

photos et rapport d’activités sont autant

d’informations qui sont traitées, structurées

et catégorisées dans le rapport afin

de les rendre pertinentes et exploitables.

• La diffusion : le rapport complet est transmis

directement au commanditaire de l’essai.

Son format web permet une diffusion

rapide par mail, clé USB, voire, à terme, via

un portail dédié avec code d’accès confidentiel.

Le format universel du rapport permet

une diffusion et une exploitation par

tout système informatique standard.

• L’interactivité : les tests ont permis de

valider :

- Les communications avec la presse et le

système d’information et la liaison sans fil

permettant le transfert

- L’intégration de contenus multimédia en

temps réels dans le rapport

• Le matériel : initialement implanté et

dédié à une presse, les équipements ont

évolué vers des versions mobiles, plus

adaptées aux besoins du PEP et permettant

ainsi de se dédouaner des contingences

imposées par un poste fixe.

Une stratégie de déploiement a donc été

adoptée en fonction de l’expérience

acquise lors de la phase de validation. En

parallèle de cette phase de test, et ce depuis

les premiers développements, les équipes

techniques du PEP ont été impliquées afin

de répondre au mieux à leurs besoins pour

la collecte d’information. Cette stratégie

permet non seulement aux techniciens de

s’approprier la solution mais aussi de l’interfacer

sur toutes cellules de la plateforme du

PEP dont les protocoles de communication

machines auront été ouverts. Développé et

élaboré par les équipes du PEP, le bénéficiaire

final de cette innovation est bel et bien

le client de la plateforme d’essais, qui dispose

ainsi d’un nouvel outil permettant un

gain de productivité grâce à la capitalisation

d’informations.

Le rôle de cette application est de collecter,

traiter et diffuser l’information.

• La collecte : réalisée tout au long de

l’essai, elle résulte à la fois de la saisie

des observations du pilote de l’essai et de

Depuis fin 2011, l’application est intégrée

sur une cellule pilote (presse Billion 750T

bi-matière) pour valider à la fois l’interactivité

de la solution et la partie « matériel ».

Ces développements font entrer la plateforme

du PEP dans «l’aiR » des essais à

haute valeur ajoutée.

Plastilien • Juin 2012 • n°88


TECHNOLOGIE

40

version traditionnelle. La particularité de

la version Fusion Laser est qu’elle possède

deux circuits distincts, qui peuvent

contenir un fluide caloporteur froid et un

fluide caloporteur chaud sans se mélanger.

Les deux circuits peuvent aussi être

utilisés en parallèle avec un seul fluide

dont on peut faire varier la température au

cours du cycle d’injection.

Figure 2 : Version conventionnelle d’une broche

compactage et de refroidissement des

cycles

• La thermique dite variotherm, c'est-àdire

gérée par un pilotage dynamique de

la température au cours de chaque

cycle.Le challenge est alors d’amener la

surface du moule à une température élevée,

généralement autour de la température

de ramolissement durant le remplissage

et de diminuer la température moule

en dessous de la température de solidification

durant le compactage/refroidissement

avec aussi peu d’impact que possible

sur le temps de cycle.


iels qu’elle impose, nécessite des compétences et connaissances

approfondies, spécifiques et transverses (procédé

injection, conception outillage, thermique, statistiques industrielles,

collecte te traitements de données, traitement du

signal...).

Toutes ces contingences imposent donc de travailler en amont

par simulations des différentes approches afin d’orienter les

choix et les positions.

Le PEP fait de cet axe un axe fort d’investigation et travaille sur

les aspects de simulation et de conception liés à la thermique

outillage depuis de nombreuses années.

A ce titre, des développements ont permis de déposer un brevet

sur la conception automatique d’un système de régulation

d’outillage optimisé : MCool®.

CIME

Se développer ensemble...

DEPUIS 20 ANS CIME VOUS ACCOMPAGNE

DANS LA GESTION DE CARRIÈRE ET LE DÉVE-

LOPPEMENT DE VOTRE PERFORMANCE EN

S’APPUYANT SUR LES RESSOURCES HUMAINES

1992 . 2012

ANS

PLATINNO

La plateforme est porté par le CETIM et le PEP

Membres moulistes de la plateforme : COGEMOULE, DMM,

DPH, FURLI, Georges PERNOUD, GROSFILLEY JP, GUELPA,

MBP, SCRM, SECO, SICMO, SVO, TECHNIMOLD.

Partenaires académiques : INSA Lyon – ENISE

Pôles de compétitivité associés : PLASTIPOLIS – VIAMECA

Support associatif : AFIM

La plate forme PLATINNO dispose d’un site Internet dédié :

www.platinno.fr

Partenaires financeurs : Région Rhône-Alpes / Fonds FEDER

/ Dréal

BILAN DE COMPÉTENCES

COACHING-VAE

MOBILITÉ INTERNE

ÉVALUATION

POINT CARRIÈRE

CONDITIONS DE CHANGEMENT

ÉGALITÉ HOMME-FEMME

MANAGEMENT - GPEC

DYNAMIQUE D’ÉQUIPE

PROJET DE CHANGEMENT

AGILITÉ - PÉNIBILITÉ - RPS


SIÈGE

Lyon : 39 Rue de la Cité, 69441 Lyon Cedex 03

Tél. : 04 26 68 28 20 - Email : contact@cime-france.com

ANTENNES

Oyonnax, Roanne, Givors, Villefontaine, Bourg-en-Bresse, Dijon, Besançon,

Marseille, Nancy, Clermont-Ferrand et Paris.


43> INNOVATION

DES SIÈGES BAQUETS

EN COMPOSITES ULTRALÉGERS

BASF aide Opel à concevoir des sièges baquets produits à partir d’un matériau composite intégrant

une armature intégrant des fibres de verre continues imprégnée de matière plastique, puis

laminée par pultrusion. Résultat : un siège allégé de 45 % par rapport à la génération

précédente.

Le coupé compact Opel

Astra OPC, présenté au

salon de Genève début

mars 2012, est équipé de

sièges baquets en thermoplastique

laminé renforcé

par fibres de verre continues (feuille

organique thermoformée).

Il s'agit du premier siège baquet automobile

au monde basé sur cette technologie

à être fabriqué pour un véhicule de série.

Les matières plastiques utilisées sont des

spécialités polyamides de la gamme Ultramidde

BASF. Ce siège baquet est ainsi

45 % plus léger que son prédécesseur.

Ce siège baquet est réalisé en matériau

composite constitué d’une armature

imprégnée de matière plastique, puis

laminée par pultrusion. De telles armatures

sont utilisées pour renforcer les

pièces en plastique qui doivent être à la

fois ultra légères et présenter des propriétés

de résistance exceptionnelles.

BASF a mis au point deux grades Ultramid

pour le siège baquet de l'Opel Astra OPC :

un grade non renforcé faisant office d'armature

dans laquelle est intégré le tissu

en fibre de verre ; un second grade renforcé

à l’aide de fibres de verre courtes et

utilisé comme matériau de surmoulage

pour réaliser les nervures et arêtes présentes

dans la pièce.

Cette opération fait appel à un procédé classique

de moulage par injection. Grâce à la

résistance élevée du laminé, les épaisseurs

de parois peuvent être considérablement

amincies pour procurer un allègement

important du poids des sièges baquets.

Un poids réduit de 45 %


INNOVATION

44

LE PLASTIQUE QUI NE CASSE PAS

BASF, Voestalpine Plastics Solutions et Bekaert forment une alliance industrielle pour produire

des pièces plastiques moulées par injection et renforcées de câbles d’acier. Une nouvelle

approche pour des pièces de structure devant résister et conserver leur intégrité lors d’impact.

Les premières applications sur des caisses de véhicules sont en cours de développement.

Depuis 2010, Bekaert,

Voestalpine Plastics

Solutions et BASF

mènent des

recherches sur les

pièces moulées par

injection renforcées par des treillis de

‘‘steelcord’’ (câbles d’acier). L’objectif

étant de produire des pièces dont l’intégrité

structurelle est maintenue en cas de

collision, contrairement aux pièces en

laminés thermoplastiques renforcés de

fibres longues (tôles organiques) et aux

structures en carbone ou en fibre de verre

et résine.

Le trio d'entreprises a conclu une alliance

pour mettre en œuvre et faire évoluer

cette nouvelle technologie d’injection

baptisée EASI avec plusieurs partenaires

dans l'industrie automobile. L'abréviation

EASI est un acronyme formé à partir des

mots Energie, Absorption, Sécurité et

Intégrité.

Dans le cadre de ce projet, Bekaert

apporte son savoir-faire dans la fabrication

des treillis métalliques ‘‘steelcord’’,

tandis que Voestalpine Plastics Solutions

est responsable de tout ce qui touche à la

technologie de transformation et à la

fabrication des pièces. Quant à lui, BASF

perfectionne d'une part ses polyamides

spéciaux de la gamme Ultramid renforcés

en fibres courtes ou longues et optimisées

pour les collisions, en vue de leur combinaison

avec les pièces de renfort en

‘‘steelcord’’. D'autre part, la société améliore

l'expertise prévisionnelle et remanie

son logiciel de simulation Ultrasimen y

intégrant les méthodes de représentation

et les modèles de matériaux pour les nouveaux

composites.

Un polyamide renforcé par un treillis métallique


LE SAVIEZ-VOUS

46

LES PLASTIQUES

DANS LES STARTING-BLOCKS

Athlètes, gymnastes, sportifs de haut niveau… Ils sont déjà au plus haut de leur forme pour

l’événement qui, tous les quatre ans, est la vitrine de leur discipline : les Jeux olympiques !

À Londres, en août prochain, ils devront exceller. Pour cela, ils peuvent compter sur des matériels

et des matériaux toujours plus performants.

© Fotolia.com


LE SAVIEZ-VOUS

48

© Fotolia.com

quelle orientation donner aux fibres. Ce

faisant, il modifie les propriétés du produit

final, de très rigide à très souple. Il existe

ainsi plusieurs combinaisons ou « recettes »

possibles selon le but recherché. Citons le

vélo de route Ascend conçu par la firme

Delta 7 Sports et composé de fibres de carbone/kevlar

tressées comme un panier

d’osier. Ces fibres ainsi traitées sont dix fois

plus rigides et résistantes que l’acier tout en

restant considérablement plus légères que

ce dernier.

Ce qui prévaut ensuite dans un vélo, c’est

l’ergonomie : il s’agit de trouver dans

quelle position le cycliste aura le meilleur

rendement énergétique. Les techniques

de moulage des composites sont tellement

maîtrisées qu’il est aisé pour les

constructeurs de donner la forme idéale

aux pièces fabriquées.


LE SAVIEZ-VOUS

50

© Fotolia.com

polyuréthane, de caoutchouc butyle, de

polyester, de silicone, etc., ces semelles

résistent aux chocs et assurent une répartition

optimale de la pression du pied en

tenant compte des effets de torsion.


INTERNATIONAL

52

LES CLÉS DE LA RÉUSSITE

A L'INTERNATIONAL ET LES

PIÈGES A ÉVITER

AUDREY VIRICEL, Réseau-Experts / Face à une conjoncture sans cesse plus difficile et à une

concurrence accrue sur leurs propres marchés, les entreprises sont amenées à se tourner vers de

nouveaux pays toujours plus lointains, afin d’accroître leur compétitivité ou leurs parts de marché.

Cette stratégie peut se traduire par le biais d’une véritable volonté d’expansion ou par le

biais d’opportunités.

Mais se lancer à l’international,

à l’import

comme à l’export,

implique en

amont une

démarche bien

structurée :

• Bien cibler les produits destinés à l’export ;

• Identifier les pays avec le potentiel le

plus intéressant ;

• Sélectionner les fournisseurs éventuels ;

• Analyser la situation de l’entreprise

(analyse financière, outil de production,

compétences internes, …)

• Définir la stratégie d’internationalisation

de l’entreprise, etc.

Les étapes peuvent paraître longues et

risquées, avant de commencer à faire des

propositions commerciales ou avant de

travailler avec un fournisseur étranger.

En premier lieu, il est impératif de veiller à

la rédaction de son offre ou à la réception

d’une proposition. En effet, dans chacun

des cas, l’entreprise doit protéger ses intérêts,

préserver l’attractivité commerciale

de son offre tout en limitant ses risques.

Le vendeur devra avoir repris précisément

la désignation de la marchandise. Si le

produit est très spécifique, un cahier des

charges, une fiche de spécifications peuvent

être utiles voire exigés, de façon à

éviter tout malentendu ou différend entre

partenaires commerciaux. Ne pas hésiter

non plus à mentionner la référence produit

de son client pour s’assurer que vendeur

et acheteur parlent bien du même

produit. Cet élément peut paraître anodin

mais il peut éviter dans certains cas un

retour de marchandises pour non-conformité

de la commande !

Le choix d’un incoterm adapté à la situation

et aux parties au contrat est primordial

car les incidences et les enjeux ne

sont pas neutres. Supposons ainsi que

lors de la signature d’un contrat, votre

fournisseur chinois vous propose un incoterm

CPT Fos sur Mer ICC 2010 pour une

expédition de 4 palettes d’une valeur de

2000 € chacune. Qu’advient-il en cas de

perte ou de vol d’une palette Vous

devrez bien sûr prendre les mesures qui

s’imposent pour préserver votre recours

vis-à-vis du transporteur mais ce n’est

pas tout. Savez-vous que vous serez tenu

de payer l’intégralité de la facture de

votre fournisseur (8000 €) même si vous

n’avez reçu que 3 palettes au lieu de 4

© Fotolia.com

Certes, vous allez pouvoir faire jouer les

relations commerciales établies avec

votre partenaire, mais cet exemple vous

démontre ainsi la nécessité d’être vigilant,

de veiller à la cohérence des opérations

logistiques et douanières relatives à ces

transactions commerciales et de bien

maîtriser les incoterms.

Attention également à mettre en place

des conditions de règlement appropriées.

L’entreprise doit ainsi tenir compte de plusieurs

paramètres : évaluation du risque

client mais aussi du risque pays. Tout

exportateur dispose alors de diverses

techniques afin de sécuriser ses paiements,

sans oublier les possibilités de

couvrir ces risques par le biais d’assurances

spécifiques.

La sélection de la monnaie de facturation

peut représenter un risque supplémentaire

pour le vendeur et /ou l’acheteur,

Plastilien • Juin 2012 • n°88


INTERNATIONAL

54

PLASTIPOLIS S’INVITE À

EUROMOLD

du 27 au 30 novembre 2012 à Francfort - Allemagne

Hall 8 – Stand K 134

EUROMOLD présente les produits, services,

technologies, innovations et tendances

des marchés du futur.

Avec près de 60 000 visiteurs de 97 pays et

1 400 exposants, ce salon établit le

contact entre les personnes concernées

par tous les domaines du développement

de produit.

E

EUROMOLD est le salon mondial

du moulage, outillage, Design et

développement de produit. Il se

déroule tous les ans à Francfort en Allemagne.

De par son concept « du design à

la série en passant par le prototype »,

Le Pôle de Compétitivité Plasturgie PLAS-

TIPOLIS sera présent à nouveau en 2012

sur cet événement incontournable sur

un stand de 100m² et accueillera un collectif

de 10 entreprises françaises (spécialisées

dans le moule, l’outillage, le prototypage….)

qui auront l’occasion de

présenter leur savoir-faire et dernières

innovations.

Notre offre inclut :

En amont du salon :

• Création et diffusion d’un dossier de presse sur les exposants français du pavillon collectif

• Invitation de journalistes

• Invitation d’acheteurs allemand sur le pavillon collectif

• Inscription au site internet et catalogue officiel

Pendant le salon :

• Un stand ouvert de 100 m² aménagé et décoré comprenant : moquette, logo de l’entreprise, éclairage, tables, chaises,

meubles de rangement, vitrines d’exposition, présentoirs à documentation, espace convivial pour accueillir vos clients,

une réserve collective, nettoyage quotidien,

• L’interprétariat pendant toute la durée du salon

• L’hébergement

• Le déplacement en avion

Dépêchez-vous, il ne reste que quelques places !

Date limite d’inscription 1 er aout 2012

Votre contact Plastipolis : Mme Caroline PIN - Tél 04.74.12.19.23 caroline.pin@plastipolis.fr

Plastilien • Juin 2012 • n°88


ÉCONOMIE

56

FAIBLESSE DE LA DEMANDE

ET HAUSSE DES PRIX MATIÈRES

EN EUROPE

SYLVIE DOMENECH, Fédération de la Plasturgie // Pour le troisième mois consécutif, l’activité

de la plasturgie se révèle morose avec des niveaux de production inférieurs à ceux de mars

2011.

Selon l’enquête de conjoncture

de la Banque de France,

ce manque de dynamisme

concerne plus particulièrement

les secteurs des

pièces techniques et de la

construction avec un taux moyen d’utilisation

des capacités de production respectivement

de 73 % et 75 % en mars 2012.

L’Observatoire économique de la Plasturgie

indique pour sa part que la moitié du

panel des industriels intervenant sur le

marché de la pièce technique pour l’automobile

a constaté une baisse de l’activité

en mars 2012 par rapport à février 2012.

Dans le secteur du bâtiment et des travaux

publics, c’est un tiers des entreprises

qui a déclaré une baisse de leur

activité à un mois d’intervalle.

Au niveau européen, les dernières données

publiées par Eurostat pour la production

en volume place le marché français

dans la moyenne européenne.

En revanche, l’évolution de l’indice de

production français est inférieure à celle

estimée pour l’industrie de la plasturgie

allemande (respectivement -3 % et +0.3 %

en mars 2012 / mars 2011 en données corrigées

des jours ouvrables).

Cette faiblesse de la demande s’est toutefois

accompagnée d’une hausse des prix

des matières plastiques en Europe. Au

mois d’avril, la tendance haussière s’est

poursuivie pour le polyéthylène, le polypropylène

le PVC et le polycarbonate.

`

Après des hausses estimées respectivement

à +13 % et +17 % entre mars et

décembre, le PET et le polystyrène sont

en baisse en avril.

Les prix de l’ABS du PA se sont stabilisés.

En mai, une demande moyenne et l’orientation

à la baisse de l’éthylène, du propylène,

du styrène et du paraxylène (respec-

Plastilien • Juin 2012 • n°88


ÉCONOMIE

58

Mercuriales prix matières

Source : Fédération de la Plasturgie selon ICISLOR

LA PLASTURGIE

Créateurs du futur

Évolution des cours du PEHD

(indice base 100 décembre 2003)

Évolution des cours du PEBD

(indice base 100 décembre 2003)

230

220

210

200

190

180

170

189

187

209

211

206

211 203

208

196 205

203

189 190

189 189

193

189 190 189

185

206

189

184

180

185

178

175

227

221

222

218

204

220

200

180

160

140

206 206

206

203

196 198 202

202

192

204

199

199

195

187

191

190

176 176 174

170

185

167

174

175

172

165

170 160 167

163

159

160

janv.- févr.- mars- avr.-

11 11 11 11

mai-

11

juin-

11

juil.-

11

août- sept.- oct.-

11 11 11

nov.- déc.- janv.- févr.- mars- avr.-

11 11 12 12 12 12

ja

nv.-

11

fé ma avr.- maivr.-

rs-11 11 11

11

juin-

11

juil.- août-

11 11

se

pt.-

11

oct.- nov.- déc.- ja

11 11 11 nv.-

12

fé ma avr.-

vr.- rs-12 12

12

PEHD Inj

PEHD-S

PEBD

PEBDL

240

230

220

210

200

190

180

170

160

Évolution des cours du Polypropylène

(indice base 100 décembre 2003)

198

188

203

194

213

203

215

205

215

205

204

195

190

188

184 181

175

182 169

180

177

173

167 162

176

169

193

185

209

199

215

204

220

212

210

201

200

190

180

Évolution des cours du Polystyrène

(indice base 100 décembre 2003)

215

204

205

194

183

195

190

181

178

177

192

207

207

204

150

140

170

fé ma avr.-

vr.- rs-12 12

12

janv.- févr.- ma avr.- mai- juin- juil.- août- se

11 11 rs-11 11 11 11 11 11 pt.-

11

PP homopolymère

oct.- nov.- déc.- janv.- févr.- ma avr.-

11 11 11 12 12 rs-12 12

PP copolymère

160

ja

nv.-

11

fé ma avr.- maivr.-

rs-11 11 11

11

juin-

11

juil.- août- se

11 11 pt.-

11

oct.- nov.- déc.- ja

11 11 11 nv.-

12

Évolution des cours du PVC

(indice base 100 décembre 2003)

Évolution des cours de l’ABS

(indice trimestriel base 100 4ème trimestre 2005)

185

180

175

179

170

166

167

170

165

160

163

164

167 167

162 162

162

161

171

165

160

155

153

157 157

163 163

159

163

157

153

160

155

150

145

155

158

159

151

149

151

150 148

145

151

147

144

140

140

135

janv.- févr.- mars- avr.-

11 11 11 11

mai-

11

juin-

11

juil.-

11

août- sept.- oct.-

11 11 11

nov.- déc.- janv.- févr.- mars- avr.-

11 11 12 12 12 12

ja

nv.-

11

fé ma avr.- mai- juinvr.-

rs-11 11 11 11

11

juil.- août- se

11 11 pt.-

11

oct.- nov.- déc.- ja

11 11 11 nv.-

12

fé ma avr.-

vr.- rs-12 12

12

Évolution des cours du PA 6

(indice base 100 janvier 2004)

Évolution des cours du PA 6.6

(indice base 100 janvier 2004)

150

145

140

135

130

125

120

115

110

142

142

138

140 140

132 137

125 131

125

143

141

141

140

141 141

140 140

131 131

131 131

123

114

127

123

117

114

139

127

137

126

190

170

150

130

165

126

174 174

133 133

174

133

178

136

182

140

182

140

182

140

182

140

174

133

174

133

163

163

168

178

126

179

127

105

100

110

janv-

11

févr- mars- avr-11 mai-11 juin-11 juil-11 août- sept- oct-11 nov-

11 11

11 11

11

déc-

11

janv-

12

févr- mars- avr-12

12 12

janv-

11

févr- mars- avr-11 mai-11 juin-11 juil-11

11 11

août-

11

sept- oct-11 nov-

11

11

114

déc-

11

114

janv-

12

118

févr- mars- avr-12

12 12

PA 6 chargé 30% fibres de verre

PA 6 non chargé

PA 66 30 %

PA 66 non chargé

Plastilien • Juin 2012 • n°88


AGENDA

60

L’innovation en plasturgie

La plasturgie aujourd’hui

Les procédés et les matériaux polymères savent adapter les produits à la demande : des produits performants, intelligents, capables de

réagir à leur environnement, précis, économiques… Et pour mieux répondre encore aux attentes et aux nouvelles réglementations, les

procédés et matériaux polymères progressent : nouvelles fonctionnalités de produits, nouvelles performances, recyclabilité, respect de

l’environnement, ... Les polymères biosourcés se développent, les nanotechnologies sont très prometteuses et des besoins nouveaux

dans des spécialités comme la microfluidique, l’électronique, l’habitat basse consommation, le médical, le véhicule électrique font évoluer

les matériaux polymères et leurs procédés.

InnoV Days

En 2012, le CFP et le PEP proposent des rendez-vous incontournables à tous ceux qui souhaitent bénéficier des dernières connaissances

liées à la filière plasturgie. Ces évènements, ou journées techniques, sont axés sur L’INNOVATION EN PLASTURGIE et ont pour mission

de favoriser le transfert de connaissances et les échanges entre Centres Techniques, Fournisseurs, Utilisateurs de matériaux polymères.

AGENDA InnoV’Days

• LES PLASTIQUES TRES TECHNIQUES

19 JUIN 2012 - DIJON

• LE RECYCLAGE DES MATERIAUX

POLYMERES

3 JUILLET 2012 - OYONNAX

• LES OUTILLAGES AVANCES EN PLASTURGIE

4 OCTOBRE 2012 - OYONNAX

• LES NANOMATERIAUX EN PLASTURGIE

22 NOVEMBRE 2012 - DIJON

• LA PLASTRONIQUE :

Interconnexions électriques et report

de composants sur plastique (MID)

6 DECEMBRE 2012 - OYONNAX

• LES PLASTIQUES SOUPLES

27 SEPTEMBRE 2012 - LYON

Renseignements

• Dominique Appert - Tél. 06 74 14 16 01 - d.appert@cfp-france.com

• Fabienne Perrier (pour les Innov'Days à Oyonnax) - Tél. 04 74 81 92 79 - info@poleplasturgie.com

COLLOQUES & CONGRÈS 2012

RENCONTRE ANNUELLE

DE LA PLASTURGIE

5 juillet 2012

Lyon

ARMO 2012

Congrès mondial

du rotomoulage

30 septembre au 2 octobre 2012

Lyon

PLANNING DES ACTIONS INTERNATIONALES 2012 DE PLASTIPOLIS

Formation Primoplastexport 2012

de Mars à Novembre 2012

Salon NPE 2012

1 er au 5 Avril 2012

Salon Chinaplas 2012

18 au 21 Avril 2012

Salon JEC Composites Americas

7 au 9 Novembre 2012

Salon Euromold 2012

Novembre 2012

Pour en savoir plus :

• Caroline PIN, responsable

du Département Actions Filières

PLASTIPOLIS

Pôle de Compétitivité Plasturgie

Maison des Entreprises - BP 10029

Bellignat

01115 OYONNAX Cedex

Tél: +33 (0)4 74 12 19 23

Fax: +33 (0)4 74 12 19 24

Port : + 33 (0) 6 33 70 06 74

caroline.pin@plastipolis.fr

celine.blanc@plastipolis.fr

www.plastipolis.fr

Plastilien • Juin 2012 • n°88


AGENDA

60

L’innovation en plasturgie

La plasturgie aujourd’hui

Les procédés et les matériaux polymères savent adapter les produits à la demande : des produits performants, intelligents, capables de

réagir à leur environnement, précis, économiques… Et pour mieux répondre encore aux attentes et aux nouvelles réglementations, les

procédés et matériaux polymères progressent : nouvelles fonctionnalités de produits, nouvelles performances, recyclabilité, respect de

l’environnement, ... Les polymères biosourcés se développent, les nanotechnologies sont très prometteuses et des besoins nouveaux

dans des spécialités comme la microfluidique, l’électronique, l’habitat basse consommation, le médical, le véhicule électrique font évoluer

les matériaux polymères et leurs procédés.

InnoV Days

En 2012, le CFP et le PEP proposent des rendez-vous incontournables à tous ceux qui souhaitent bénéficier des dernières connaissances

liées à la filière plasturgie. Ces évènements, ou journées techniques, sont axés sur L’INNOVATION EN PLASTURGIE et ont pour mission

de favoriser le transfert de connaissances et les échanges entre Centres Techniques, Fournisseurs, Utilisateurs de matériaux polymères.

AGENDA InnoV’Days

• LES PLASTIQUES TRES TECHNIQUES

19 JUIN 2012 - DIJON

• LE RECYCLAGE DES MATERIAUX

POLYMERES

3 JUILLET 2012 - OYONNAX

• LES OUTILLAGES AVANCES EN PLASTURGIE

4 OCTOBRE 2012 - OYONNAX

• LES NANOMATERIAUX EN PLASTURGIE

22 NOVEMBRE 2012 - DIJON

• LA PLASTRONIQUE :

Interconnexions électriques et report

de composants sur plastique (MID)

6 DECEMBRE 2012 - OYONNAX

• LES PLASTIQUES SOUPLES

27 SEPTEMBRE 2012 - LYON

Renseignements

• Dominique Appert - Tél. 06 74 14 16 01 - d.appert@cfp-france.com

• Fabienne Perrier (pour les Innov'Days à Oyonnax) - Tél. 04 74 81 92 79 - info@poleplasturgie.com

COLLOQUES & CONGRÈS 2012

RENCONTRE ANNUELLE

DE LA PLASTURGIE

5 juillet 2012

Lyon

ARMO 2012

Congrès mondial

du rotomoulage

30 septembre au 2 octobre 2012

Lyon

PLANNING DES ACTIONS INTERNATIONALES 2012 DE PLASTIPOLIS

Formation Primoplastexport 2012

de Mars à Novembre 2012

Salon NPE 2012

1 er au 5 Avril 2012

Salon Chinaplas 2012

18 au 21 Avril 2012

Salon JEC Composites Americas

7 au 9 Novembre 2012

Salon Euromold 2012

Novembre 2012

Pour en savoir plus :

• Caroline PIN, responsable

du Département Actions Filières

PLASTIPOLIS

Pôle de Compétitivité Plasturgie

Maison des Entreprises - BP 10029

Bellignat

01115 OYONNAX Cedex

Tél: +33 (0)4 74 12 19 23

Fax: +33 (0)4 74 12 19 24

Port : + 33 (0) 6 33 70 06 74

caroline.pin@plastipolis.fr

celine.blanc@plastipolis.fr

www.plastipolis.fr

Plastilien • Juin 2012 • n°88


Le chemin parcouru, ça compte ! Actuellement, les systèmes de robots

ARBURG parcourent 36 millions de kilomètres par an pour nos clients. Et nous sommes les spécialistes

des installations clés en main complexes dans le domaine de l’injection de

plastique : nous faisons le chemin ensemble et vous

accompagnons tout au long de l’installation de

votre solution clé en main. C’est aussi cela que nous



ARBURG S.A.S.

Z.I. Fosse à la Barbière

1 Rue Louis Saillant

93605 Aulnay-sous-Bois Cedex

Tél.: +33 (0) 1 48 65 15 07

Fax: +33 (0) 1 48 65 13 54

e-mail: france@arburg.com

www.arburg.fr

More magazines by this user
Similar magazines