Avril 2010 - MINES ParisTech

mines.paristech.fr

Avril 2010 - MINES ParisTech

Sommaire

2 - 3 Colloques

Soutenances

Distinctions

4 - 5 Intelligence économique

MS : remises de diplômes

6-7 Les chaires

Bioplastiques et CO 2

en séminaires

8 - 9 Relever les défis

Relations internationales

10-11 Publications

12-14 Revue de presse

15 Vie étudiante

16 En finale à Berkeley

ettre

L

140

avril 2010

carole.grosz@mines-paristech.fr

édito

L’

Benoît Legait, Directeur

implication de l’École dans le

projet de campus à Palaiseau remet-elle

en cause son modèle de recherche partenariale

Cette question, parfois posée,

repose sans doute sur le constat que nos

futurs partenaires de Palaiseau, et plus

généralement de Saclay, ont une implication

moindre en matière de recherche

contractuelle. Les ressources issues

des contrats de recherche représentent

environ 50 % de l’effort global de

recherche de MINES ParisTech. Ce taux

est deux fois supérieur à celui de l’ensemble

des autres écoles de ParisTech,

par exemple. Hormis des organismes

de recherche comme l’ONERA, la plupart

des 23 acteurs du « Plan Campus

du Plateau de Saclay » ont une activité

de recherche partenariale sensiblement

plus faible que la nôtre.

(suite en page 2 ••••••

simone.paita@mines-paristech.fr — http://www.mines-paristech.fr

L’avenir

du Fret en ville

Frelon, un groupe de réflexion et de propositions.

MINES ParisTech et ses partenaires s’engagent

pour

deux ans.

«Développer

une recherche

de niveau

international

sur la logistique

urbaine et bâtir

une activité

Signature de l’engagement Frelon.

de formation».

Tels sont les objectifs et les ambitions du groupe Frelon

(Fret et logistique en milieu urbain) constitué par MINES

ParisTech et ses partenaires, réunis le 30 mars au 60,

boulevard Saint-Michel pour sceller leur engagement

pour les deux années à venir.

Il s’agit d’apporter une réponse à la congestion des

grandes agglomérations, provoquée par les transports

de marchandises et livraisons en tous genres. Ce phénomène

risque de devenir préoccupant si des mesures

ne sont pas mises en œuvre dans les prochaines années.

Toutefois, les solutions sont loin d’être évidentes car les

contraintes des industriels et des fournisseurs liées à la

réduction des stocks et aux livraisons « juste à temps »

conduisent à multiplier les déplacements.

(suite en page 4 ••••••


(suite de l’édito ••••••

Le modèle affiché pour Saclay est le fameux

modèle ERI (enseignement-recherche-innovation)

de l’École. Cela se traduit, à Saclay,

par l’association « institutionnelle » du Pôle

Systematic Paris-Région au projet ; par la

présence actuelle ou future de plusieurs centres

de R&D de grandes entreprises (Thales,

Danone, EDF, Horiba, Air Liquide, etc.) ;

par des projets dits mutualisés, comme

une halle technologique pour développer,

à échelle industrielle, des procédés dans les

domaines de l’énergie, des matériaux, ou

de l’agroalimentaire ; par un incubateur ;

par un hôtel pour entreprises ; par une SATT

(société d’accélération de transfert technologique),

etc. Tous ces projets ont pour objectif

de tisser des liens entre les établissements

d’enseignement supérieur et de recherche,

d’une part, et le secteur économique d’autre

part, afin de créer des emplois et de l’activité

à forte valeur ajoutée.

Notre présence sur le plateau de Saclay

nous mettra tout naturellement au cœur

des projets de recherche partenariale. C’est

déjà le cas s’agissant des outils du Grand

emprunt, comme les IRT (« Instituts de

recherche technologique »), les Instituts/

laboratoires d’excellence, ou des KIC

(Knowledge and innovation communities ou

« Communautés de la connaissance et de

l’innovation ») de la Communauté européenne

: l’École est, à travers ParisTech,

partenaire des KIC Climat et Énergie

durable.

Notre façon de faire de la recherche ne restera

pas pour autant inchangée, du moins

je l’espère ! C’est une occasion extraordinaire

pour relever encore notre ambition

en terme d’originalité de nos projets, pour

faire des percées brillantes sur le plan

académique et pertinentes pour les entreprises,

comme nous l’avons fait en géostatistique,

ou morphologie mathématique,

dans le passé. Le programme du campus

d’excellence Saclay prévoit, par exemple,

de mettre en place des financements

importants pour recruter des scientifiques

étrangers de grande qualité.

Les relations intenses de l’École avec les

entreprises sont considérées comme exemplaires

par nos partenaires de Saclay, et

servent de références. Nous devons donc

défendre notre modèle, sans complexe et

sans inquiétude. B. L.

colloques

Les 20 et 21 avril 2010 : 3 rd

International Workshop: 3D

Imaging, Analysis, Modeling

and Simulation of Macroscopic Properties,

Colloque international organisé par le

Centre de morphologie mathématique

(Institut Carnot M.I.N.E.S) et l’ITWM

(Institut Fraunhofer, Kaiserslautern, RFA).

Lieu : MINES ParisTech - Fontainebleau.

Contact: dominique.jeulin@mines-paristech.fr

http://cmm.ensmp.fr/w3d/w3d.htm

Les 22 et 23 avril 2010 : Séminaire modélisation

des hydrosystèmes organisé par

le Centre de géosciences. Au programme :

MODCOU : 30 ans de modélisation distribuée

des hydrosystèmes pour la recherche

et la gestion opérationnelle (Avec la participation

de nombreux chercheurs de MINES

ParisTech) et La modélisation intégrée

des hydrosystèmes Sous la présidence de

Ghislain de Marsily, de l’Académie des

sciences.

Lieu : MINES ParisTech - Paris. Contact:

isabelle.olzenski@mines-paristech.fr

http://www.geosciences.mines-paristech.

fr/accueil/actualites

Du 13 au 15 juin : CTMP 2010

« 4 th International Conference on Tribology

in Manufacturing Processes ». Colloque

organisé par le Centre de mise en forme des

matériaux.

Lieu : Palais Acropolis à Nice.

http://www.ictmp2010.net/

Soutenances

de thèses

mécanique numérique

« Prédiction fiable de l’endommagement ductile

par la méthode des éléments finis mixte :

endommagement non local et adaptation de

maillage », par Rachid El Khaoulani El

Idrissi (20 janvier).

mécanique

« Modélisation micro-mécanique des microtubules

», par Melis Arslan (26 janvier).

« Simulation numérique de la fissuration

par fatigue dans les monocristaux de superalliages

pour aubes de turbines », par Ozgur

Aslan (29 mars).

Sciences et génie des matériaux

«Simulation du couplage champs de phases-mécanique

en utilisant la méthode de

champs de phases », par Kais Ammar

(20 janvier).

« Influence des conditions d’impact sur l’adhérence

de cuivre projeté dynamiquement

sur de l’aluminium », par Serge Guetta (2

février).

« Modélisation du comportement en plasticité

et à rupture des aciers ferritiques irradiés

», par Can Ngon Nguyen (4 février).

« Frottement des tôles d’acier doux galvanisées

pour emboutissage : Rôle des déformations

plastiques superficielles et des films

de surface », par Gilles-Rémi Payen (26

février).

« Vieillissement des systèmes Barrière

Thermique : Transformation de phases, oxydation

et effet du soufre sur l’adhérence »,

par Marion Chieux (11 mars).

« Électrodes en diamant B-NCD:

Optimisation du matériau pour la stabilisation

d’une réactivité élevée », par Émilie

Vanhove (29 mars).

http://hal-ensmp.archives-ouvertes.fr

Le portail des publications scientifiques

de MINES ParisTech

Ce portail, ouvert depuis mars 2010, vise

à rassembler l’ensemble des publications

scientifiques des chercheurs de tous les

centres de recherche de l’École. Chaque

centre possède sa collection thématique

représentative de son domaine d’excellence.

Cet outil vient en complément d’autres

sources plus spécifiques, comme arXiv

pour les domaines de la physique et des

mathématiques.

Les collections privilégient l’hétérogénéité

des sources en offrant en libre accès des

écrits présents ou non dans les outils

actuels d’évaluation de la recherche, tel

le Web of Science. Le portail s’enrichit

progressivement de publications diverses

antérieures à l’année en cours.

Contact : doriane.ibarra@mines-paristech.fr


« Propriétés thermomécaniques de cermets à

base de ferrite spinelle : influence de l’oxydation

», par Guillaume Huchet (2 avril).

génie des procédés

« Mise au point et analyse critique de méthodes

de calcul prédictif des grandeurs thermochimiques

des composés du soufre – Approches

empirique et ab initio », par Mohammed

Ellaite (9 février).

Informatique temps-réel

robotique et automatique

« Exploitation sémantique des modèles d’ingénierie:

Application à la modélisation des réservoirs

pétroliers », par Laura Silveira Mastella

(2 mars).

Mathématique et automatique

« Contrôle du remplissage des moteurs à combustion

interne équipés de distribution variable

», par Thomas Leroy (10 mars).

« Modélisation et commande des systèmes

d’air des moteurs suralimentés », par Philippe

Moulin (5 mai).

Hydrologie et

hydrogéologie quantitatives

« Spéciation des ions phosphate et uranyle à

l’interface corindon colloïdal/solution. Etude

expérimentale et analyses spectroscopiques insitu

», par Eric Halter (15 mars).

Sciences et génie

des activités à risque

« Modèles et méthodes d’évaluation et de gestion

des risques appliqués aux systèmes de transport

de marchandises dangereuses (TMD), reposant

sur les nouvelles technologies de l’information

et de la communication (NTIC) », par

Angela Tomasoni (21 avril).

Nominations

Distinctions


Le prix Jacques Gaussens 2009 de la

SFEN (Société française d’énergie nucléaire)

a été remis à Pierre Laghoutaris qui

a soutenu, en 2009 sous la direction de

Régine Molins, une thèse MINES ParisTech

sur ses travaux réalisés pour le CEA sur la

corrosion sous contrainte dans un milieu

représentatif du circuit primaire. Cet ancien

doctorant au Centre des matériaux est ainsi

doublement honoré par la communauté de

l’ingénierie nucléaire puisqu’il est également

titulaire du prix “Young nuclear engineer

2008” de la section française de American

Nuclear Society.


Le prix Jacques de Morgan-Vachon

France a été remis à Lydie Touret (Musée

de minéralogie) le 11 décembre 2009,

à l’occasion de la rentrée solennelle de

l’Académie des sciences, lettres et arts de

Marseille. Ce prix a été attribué pour le

colloque qui s’est tenu, le 5 avril 2008 à

MINES ParisTech en l’honneur du 150 e

anniversaire de la naissance de Jacques de

Morgan et pour l’ouvrage «Caucase, Égypte

et Perse : Jacques de Morgan (1857-1924)

pionnier de l’aventure archéologique», sous

la direction de F. Djindjian, C. Lorre et L.

Touret. Rappelons que Jacques de Morgan,

ingénieur de l’École des Mines de Paris, fut

l’un des plus grands archéologues français

de la deuxième moitié du XIX e siècle.


Jean-Luc Wybo (Centre de recherche

sur les risques et les crises) a été

nommé «guest professor» de l’université

chinoise de Tongji par son Vice-Président

le Pr. Dong Qi, en présence de Philippe

Caradec, directeur résident de ParisTech

à Shanghai.

Prix de

thèse

ECCOMAS

et

SMAI-GAMNI

Le Cemef à l’honneur.

Un beau doublé pour Elie

Hachem ! Il vient d’être récompensé

du prix ECCOMAS

(European Community on

Computational Methods in Applied

Sciences) de la meilleure thèse

européenne dans le domaine

des mathématiques appliquées

et de la mécanique numérique.

Félicitations à ce jeune chercheur

au Cemef - MINES

ParisTech doublement primé

pour ses travaux, réalisés sous

la direction de Thierry Coupez

et Elisabeth Massoni. C’est en

effet son récent prix de thèse

SMAI-GAMNI, qui lui a valu

de représenter la France au

concours ECCOMAS.

La SMAI est la Société de

mathématiques appliquées (analyse

numérique) française et le

GAMNI le Groupe pour l’avancement

des méthodes numériques

de l’ingénieur.

http://smai.emath.fr/spip.

phparticle165

La thèse d’Elie Hachem

« Méthode d’éléments finis stabilisée

pour la résolution de transferts

thermiques et d’écoulements

turbulents dans les fours industriels

», (soutenue le 9 septembre

2009) est en ligne sur

PASTEL, la bibliothèque virtuelle

des thèses ParisTech.

http://pastel.paristech.org/5656/


L’avenir du Fret en ville

(suite de la page 1 ••••••

Par ailleurs, les nuisances consécutives à ces

transports et, en particulier, la prise en compte

des aspects environnementaux, amènent à

rechercher de nouvelles solutions permettant

d’allier nécessité des distributions et

minimisation des nuisances sociales.

Pour réduire ces impacts négatifs, les collectivités

locales fournissent un cadre réglementaire

dans lequel les industriels évoluent.

Chaque acteur essaie de trouver sa propre

solution au problème. Dans la plupart des cas,

ces solutions mènent à une situation moins

optimale du point de vue social et économique.

Les solutions pour mieux transporter les

marchandises en ville ne sont pas immédiates

et, par ailleurs, chaque acteur vise des objectifs

parfois antagonistes. L’amélioration de la

logistique urbaine, d’un point de vue global,

n’est donc pas la recherche d’une solution

absolue, mais relève davantage de la recherche

de compromis entre toutes les parties

prenantes. La jeunesse du domaine impose

des réserves sur la mise en œuvre de certaines

solutions tant les retombées ne sont

pas ou peu estimées et, dans tous les cas, mal

connues. Il devient nécessaire de structurer

les recherches dans ce domaine, étape par

étape. Les futurs travaux de recherche ont

intérêt de formaliser l’intégration du transport

de marchandises dans le système de

transport global urbain, pour ensuite évoluer

vers les liens avec les infrastructures et, in fine,

avec l’aménagement urbain. Il est indispensable

de réunir au sein d’un même groupe de

réflexion les acteurs des flux, les groupes

industriels qui les génèrent, les collectivités

locales et les instances publiques impliqués

en logistique urbaine. L’intérêt d’une telle

démarche est de permettre d’intégrer des

composantes diverses : modélisation, économie,

aspects sociaux, réglementation. Elle

préfigure certainement de nombreux thèmes

ultérieurs de recherche. C’est ce que propose

le groupe Frelon en réunissant des industriels

tels Samada-Monoprix, Technolia, RATP, LR

Services et GT Location et accueillant les

instances institutionnelles telles que l’Ademe,

le Conseil régional Île-de-France le Certu et

les Ports de Paris.

Loïc Delaître et Hugues Molet

Le groupe Frelon est piloté par Hugues Molet.

Co-présidents du comité d’orientation : Loïc

Delaître et Thierry Allegre. Représentants de

l’école : Arnaud De La Fortelle, Loïc Delaître

et Frédéric Fontane. Représentants industriels :

Thierry Allegre, Joël Danard, Alexandre Roussel,

Claude Samson, Claude Zandona.

intelligence économique

Sensibiliser les futurs responsables

Pour la 7 e année consécutive, à

l’initiative de la Direction de la

recherche, un séminaire d’intelligence

économique a été proposé,

les 22 et 23 mars, aux doctorants

et à l’ensemble des élèves de

ParisTech.

L

’information stratégique, savoir-faire

à exploiter, mais aussi à protéger !

L’intitulé ainsi choisi pour cette 7 e édition(*)

marquait d’emblée la volonté

de répondre plus spécifiquement aux

défis positifs ou plus spécieux de la

mondialisation. En effet, les Français,

dans cette mondialisation, dominée

encore par les Anglo-Saxons, mais

également de plus en plus par leurs

« étudiants » Chinois, ne se sont

pas totalement démis de leur culture

rousseauiste. Ils sous-estiment leur

immense savoir-faire et surtout ils ne

protègent pas suffisamment encore

leurs acquis, laissant ainsi la porte

ouverte à la captation de leur connaissance.

C’est pour cette raison qu’une partie

significative de ces deux journées s’est

tournée vers la propriété intellectuelle

et les enjeux normatifs. Ces notions,

qui prennent une dimension particulière

depuis une vingtaine d’années,

La France, grâce à la politique publique

mise en œuvre depuis 2003, suite au

rapport du député Carayon, comble son

retard par rapport à ses principaux concurrents,

en mesurant l’importance de ces

savoirs-faire, matière première stratégique

du XXI e siècle. Cette information qu’il

faut collecter, traiter, valider et diffuser à

ceux qui ont besoin d’en connaître, afin

d’être les premiers en situation pour

acquérir cet avantage concurrentiel, indispensable

à l’innovation, et donc à la pérennité

des emplois.

La maîtrise et la sécurisation de

l’information stratégique sont un enjeu

pour permettre à la France de conserver

son rang dans le monde. Et qui sera mieux

placé que les étudiants de ParisTech pour

le faire dans quelques mois

D. M.

sont aujourd’hui au centre stratégique

des problématiques de l’entreprise,

mais aussi au niveau des territoires,

des nations et, on l’oublie trop souvent,

des continents. Que les nations

européennes en prennent conscience !

C’est l’essence même d’un tel séminaire

que d’ouvrir la voie à ces enjeux

qui complètent la formation scientifique

pointue, acquise à l’École.

Ces notions ont également pour but

de sensibiliser les futurs responsables

à leur environnement immédiat, voire

plus lointain. À dépister les menaces,

mais aussi à saisir les opportunités qui

les entourent quotidiennement.

Si les conférenciers ont réellement

interpellé l’assistance, c’est qu’ils ont

su faire découvrir aux étudiants un

monde protéiforme et mal connu.

Ces étudiants dont, aujourd’hui, les

cerveaux ne tendent que vers un seul

objectif : acquérir des savoirs, mais

demain Ce sont eux qui devront les

maîtriser et les protéger.

Dominique Musseau

organisateur et animateur du séminaire

(*) Les années précédentes, il s’intitulait :

« l’information stratégique, cœur des avancées

technologiques de l’entreprise »...

▲ Depuis le 1er janvier 2010,

AgroParisTech, Arts et Métiers

ParisTech et MINES ParisTech délivrent

le diplôme de doctorat sous le sceau

ParisTech.

La création de ce label permettra à

ces écoles de bénéficier pleinement de

la renommée de ParisTech au niveau

international, d’accroître leur visibilité

et celle de leurs docteurs et de marquer

leur adhésion à la politique doctorale qui

est menée au sein de l’Institut Doctoral

ParisTech.

Une nouvelle couverture de thèse sur

laquelle est portée la mention « Doctorat

ParisTech délivré par (suivi du nom de

l’école)» est à utiliser par les doctorants

qui soutiennent leur thèse à partir du 1 er

janvier 2010.


Les M.S. : diversité et unité

La remise du diplôme de Mastère

spécialisé de MINES ParisTech

constitue désormais un rituel très

apprécié.

Une très belle cérémonie a réuni, le 22

janvier dernier, la promo 2008-2009

des diplômés de 13 Mastères spécialisés de

MINES ParisTech (sur 18), confirmant le

bien fondé de cette formule de remise de

diplôme commune, inaugurée l’an dernier.

Les deux tiers des 150 mastériens avaient

répondu à l’appel avec enthousiasme... Les

autres - parmi lesquels des étudiants des

M.S. franco-chinois - étant, pour la plupart,

Une cérémonie haute en couleurs

Benoît Legait remet son diplôme

à une élève du M.S. MIST.

en poste à l’étranger.

Entourés de leur famille et amis (soit

près de 400 personnes dans le grand

amphi), nos diplômés arboraient de

magnifiques toges et des écharpes aux

couleurs de leur spécialité : rouge pour

l’énergie, vert pour l’environnement,

bleu pour l’informatique et la logistique

et orange pour les matériaux.

Conformément à la tradition, les nouveaux

diplômés ont

été accueillis dans la

famille des Mineurs

par de « Grands

anciens » venus témoigner

de leurs trajectoires

personnelles

et professionnelles...

Et les encourager à

porter fièrement les

valeurs de l’École

dans la suite de

leur carrière.

Stéphanie de Cacqueray

Les diplômés des M.S. de MINES ParisTech réunis pour

une même cérémonie.

Deux nouveaux MS à la rentrée 2010

le Mastère spécialisé Santé Environnement : enjeux pour le territoire et l’entreprise, co-accrédité

avec l’EHESP (École des hautes études en santé publique) s’intéresse aux interférences entre les

politiques industrielles, d’environnement, d’aménagement ou de développement durable et la

santé des populations. Ce MS est destiné à former des cadres et des experts de haut niveau concernés

par l’étude et la gestion des enjeux sanitaires en lien avec les politiques d’aménagement,

de développement et d’environnement.

Le Mastère spécialisé en Ingénierie des véhicules électriques (IVE) offre une formation

technologique unique en France, à la fois innovante et en prise directe avec les attentes

du secteur de l’automobile. Proposé conjointement par les écoles du PRES ParisTech, Arts

et Métiers, ENSTA Ponts et MINES ParisTech, ce mastère est organisé en partenariat avec

Renault et avec le soutien d’EDF transports électriques et de groupements professionnels

de l’automobile (Société des ingénieurs de l’automobile, l’Association régionale de l’industrie

automobile...).

En bref


14 janvier : LARA-3D, le véhicule

du Caor, arborant fièrement

les logos de MINES ParisTech, s’est

taillé un franc succès, avec plus de

200 personnes venues de toute la

France, (dont des hauts responsables

des financeurs, entreprises

et pôles de compétitivité) lors de

l’événement TerraNumerica -Visite

augmentée sur mobile du patrimoine

culturel dans la ville. Contact :

françois.goulette@mines-paristech.fr

▲27 et 28 janvier : Soutenances

des MIG (les métiers de l’ingénieur

généraliste) par les élèves de première

année. À noter, cette année,

en plus des représentants des

entreprises et de la presse, la présence

attentive de Peggy Bouchet,

marraine de la promo 09.

Contact : marc.lucas@minesparistech.fr


4 février 2010 : Conférence

de William J. Clancey, Chief

Scientist, Human-Centered

Computing (NASA Ames Research

Center) dans le cadre de la chaire

«Théorie et méthodes de la conception

innovante». Contact :jerome.

adnot@mines-paristech.fr


18 février 2010 : Décisions

politiques et économiques face aux

enjeux énergie-climat. Journée

organisée conjointement par

l’Université Total et la chaire de

Modélisation prospective au service

du développement durable

Contact : nadia.maizi@minesparistech.fr

http://www.modelisation-prospective.org/


16 mars - Remise des diplômes

à la promo 08-09 du Master

Stratégies énergétiques. Depuis

cette année, le diplôme de master

Stratégies énergétiques est

délivré par ParisTech.

Contact : philippe.riviere@minesparistech.fr


Les bioplastiques : avancées

scientifiques et perspectives

industrielles

Un an et demi après sa création

(cf. La Lettre n° 138), la chaire

Bioplastiques a trouvé sa vitesse de

croisière.

Un atelier pour l’inauguration de la chaire

Bioplastiques, le 12 février dernier,

à Sophia Antipolis, a permis aux chercheurs

du Cemef et à et leurs partenaires industriels

d’échanger de manière constructive. Les

uns présentant leurs travaux

sur les polymères naturels,

les autres expliquant leurs

attentes, avec leurs spécificités

métier, vis-à-vis de ces

nouveaux matériaux.

«Les innovations n’apparaissent

pas au hasard, elles sont

le fruit d’un long processus de

travail amont, fut-il rappelé.

La recherche s’inscrit dans la

durée ». Engagés dans une

démarche de progrès qui

vise à un plus grand respect

L

’axe de recherche privilégié par la chaire

concerne le développement de nouveaux

matériaux issus de la biomasse (cellulose, lignine,

fibres végétales) ou obtenus par voies biotechnologiques.

L’un des points clef concerne la durabilité

des matériaux dans le temps. Ils doivent aussi s’inscrire

dans une logique de développement durable.

Plusieurs verrous scientifiques et techniques doivent

être surmontés. Les modes d’extraction et

de préparation des bioplastiques influencent leur

mise en forme et les propriétés finales des matériaux.

Le matériau doit être stable et pérenne. Il

faut comprendre ces nouvelles structures pour

pouvoir les contrôler.

Trois exemples de développement ont illustré les

recherches réalisées au Cemef dans le domaine

des nouveaux matériaux issus de la biomasse et

de leur mise en forme : les avancées dans la dissolution

de la cellulose (P. Navard), la préparation

de l’aérocellulose, nouveau matériau cellulosique

ultra-poreux et léger (T. Budtova) et les spécificités

de la transformation des produits amylacés

(B. Vergnes).

www.chaire-bioplastiques.cemef.mines-paristechfr

Tatiana Budtova, titulaire de la Chaire et Patrick

Navard (en haut), directeur adjoint du Cemef.

de l’environnement, au

remplacement de polymères

issus du pétrole par les bioplastiques

et par l’utilisation

de matériaux recyclés,

les industriels ont choisi de

faire appel aux compétences

du Cemef en parfaite

connaissance de cause.

Car ce centre de recherche

de MINES ParisTech, à la

pointe dans ce domaine

émergent, possède une

bonne longueur d’avance.

En effet, les premiers travaux

de recherche datent

de 1978 et portaient déjà

sur la dissolution de la

cellulose et l’extrusion de

l’amidon. Les recherches

se sont accélérées depuis

2002 avec la création et le

pilotage du réseau européen

d’excellence EPNOE,

dédié aux polysaccharides.

Florence Morcamp


La campagne de Développement

de MINES ParisTech met

l’accent sur le mécénat des particuliers.

Pari réussi pour l’École qui s’est

engagée, depuis 2008, dans une

campagne de levée de fonds pour

financer son développement et son

indépendance, grâce au mécénat.

Après avoir très bien réussi à encourager

le mécénat industriel (12 chaires

de recherche et d’enseignement sur

des sujets clés pour nos sociétés,

des bourses industrielles...), nous

devons aujourd’hui réussir à

mobiliser les particuliers. Tout

don compte et contribue à faire

de MINES ParisTech une marque

forte d’excellence internationale.

Le mécénat accompagne MINES

ParisTech dans ses projets. Ainsi,

dans le contexte de mondialisation

du métier de chercheur, l’École renforce

l’internationalisation de sa formation

doctorale en proposant à ses

doctorants une aide à la mobilité

internationale. Cette aide, qui prend

en charge une partie des frais de

séjour, est financée grâce aux dons

des particuliers.

Une cérémonie de remerciement des

bienfaiteurs de MINES ParisTech se

déroulera au musée de minéralogie,

le lundi 10 mai, à l’occasion de

l’inauguration de l’exposition « Notre

Terre ce joyau » (voir en page 16).

Contact : solenne.couraye_du_parc@

mines-paristech.fr


Captage, transport et stockage du CO 2

Une réponse à l’enjeu du réchauffement climatique

Dans le cadre de la chaire Captage, transport et stockage du

CO 2 , les étudiants des mastères spécialisés IGE, EnvIM de

l’Isige et Alef du CEP, accueillis par la Ville du Havre, ont assisté

à un séminaire consacré à ces problématiques.

Augmentation de 70 % de la consommation mondiale d’énergie

entre les années 2000 et 2030. Telles sont les prévisions de l’Agence

internationale de l’environnement. L’utilisation des énergies fossiles

(pétrole, gaz et charbon) devrait continuer à jouer un rôle majeur.

Cette croissance phénoménale impose de concilier la consommation

accrue de ce type d’énergies avec la réduction des émissions de gaz à

effet de serre, liées aux activités humaines.

Face à la menace sérieuse de changement climatique, trois types de

solutions possibles : limiter notre consommation d’énergies fossiles,

développer les énergies dites « vertes » (hydraulique, éoliennes, solaire…)

et enfin, éviter tout rejet de CO 2 dans l’atmosphère, en captant

ce gaz dès sa source de production et en le stockant dans le sous-sol où

il ne pourra plus contribuer au réchauffement.

Cette dernière solution est très prometteuse. Les capacités de stockage

souterrain sont amplement suffisantes pour les milliards de tonnes

émises chaque année. Elle sera, par ailleurs, indispensable en attendant

l’utilisation massive des énergies renouvelables.

Cependant, cette technologie se heurte aujourd’hui à des coûts élevés

et à l’incertitude quant au comportement du CO 2 dans les structures

géologiques pendant des milliers d’années. Pour être mise en œuvre à

grande échelle, cette filière nécessite d’importants progrès scientifiques

et technologiques.

Xavier Moquet

▲ Captage du CO 2 : 3 techniques

Traitement des fumées « post combustion », en aval des installations de production.

Il s’agit soit d’améliorer les technologies existantes de lavages par solvant

employées pour le traitement du gaz naturel en particulier, soit de mettre au

point d’autres types de technologies : refroidissement et condensation, membranes

de séparation, adsorption.

Techniques d’oxycombustion. L’idée consiste à utiliser de l’oxygène et non plus de

l’air en tant que comburant principal de l’installation. Ceci permet d’élever considérablement

la concentration de CO 2 dans les fumées et d’améliorer ainsi

sensiblement l’efficacité des techniques appartenant à la première catégorie.

Techniques de « pré-combustion ». Elles prévoient le captage du carbone en amont des

installations avant toute combustion. On parle aussi de décarbonisation. Il s’agit de

transformer le combustible fossile en hydrogène, en isolant au passage le CO 2.

▲ Stockage du CO 2. Après la phase de captage, il faut pouvoir stocker le gaz

pendant des durées suffisamment longues pour couvrir au minimum la période

pendant laquelle le problème des émissions de gaz à effet de serre risque de

demeurer critique. Trois techniques existent actuellement : dans les gisements

d’hydrocarbures (gaz ou pétrole) ; dans les aquifères salins profonds et dans les

veines de charbon non exploitables. (source : www.developpement-durable.gouv.fr)

Antoine Rufenacht, maire du Havre : « MINES

ParisTech s’est rapidement imposée comme le candidat idéal.»

La ville du Havre est partenaire de la chaire Captage,

transport et stockage du CO 2 . Quelles sont les raisons qui

ont motivé votre implication

Au Havre, l’industrie représente une part importante de notre

tissu économique, elle compte pour 22 % des emplois. Les lois

environnementales qui régissent ces activités évoluent rapidement.

Il semble donc naturel qu’une collectivité comme la Ville

du Havre puisse appuyer ses industriels dans la recherche de

nouvelles solutions qui permettront la pérennisation de leur

activité sur notre territoire.

Dans le cadre de cette démarche prospective, nous avons

ainsi identifié, fin 2007, le captage, transport et stockage du

CO 2 (CTS) comme l’une des technologies nécessaires pour

conforter notre excellence industrielle.

Avec l’appui du Ministère de la recherche nous avons mené un

travail d’identification d’un corps universitaire à même de porter

une chaire industrielle. MINES ParisTech s’est rapidement

imposée comme le candidat idéal.

Suite à une définition précise de ses champs exploratoires et

objectifs, la Chaire a été officiellement lancée le 30 juin 2009

lors de la signature d’une convention impliquant la Ville du

Havre mais aussi la Codah (Communauté de l’agglomération

havraise).

Comment se traduit votre engagement

La Ville du Havre et Le Havre Développement, son comité

d’expansion économique, sont force de propositions quant

aux sujets à explorer. Nous organisons également des manifestations

sur différents sujets liés au CTS... à l’image de ce

séminaire des 19, 20 et 21 janvier dernier.

Dans la même optique que la Chaire, Le Havre Développement

a lancé différentes opérations dont une initiative de gestion

mutualisée des émissions de CO 2 au travers d’une étude de

préfaisabilité et d’acceptabilité sociale.

Le Havre Développement est également actif au sein du projet

de recherche européen Cocate, qui se propose d’étudier

les possibilités de transport du CO 2 à partir des sources

d’émission - la zone industrielle du Havre servira d’origine

- jusqu’aux zones de stockage.

La protection de l’environnement est aujourd’hui l’un des

enjeux majeurs des politiques publiques. Quels sont les

principaux projets mis en place par la Ville du Havre

Il existe en effet un parallèle puisque la Ville du Havre est

notamment engagée dans un Agenda 21 qui vise à établir

un plan d’action destiné à limiter notre empreinte sur l’environnement.

Ce souci de respect de l’environnement se

retrouve également dans chacun des grands projets développés

sur notre territoire : réalisation d’un tramway,

construction du 1 er stade HQE à énergie

positive de France, développement de l’énergie

photovoltaïque, etc.

Propos recueillis par X. M.

Plus d’informations sur le site :

http://www.isige.mines-paristech.fr


Relever les défis

Les étudiants de MINES ParisTech ont le goût de l’épreuve

et de la compétition. Voici un florilège de leurs derniers

succès.


Les «Trophées Grandes écoles-La

Tribune » ont été décernés mercredi

7 avril. JuMP, la junior entreprise de MINES ParisTech, a emporté

haut la main (2 300 votes sur 14 307) le Prix des internautes d’un

montant de 1500 euros. Mais il ne s’agit pas que d’une simple

question de clics ! Étonnés et heureux d’avoir réussi à mobiliser

autant de supporters, Alexandre Charpentier, responsable du

pôle suivi, et Raphaël Sprauel, président de JuMP, présentent

Le prix des internautes, un chèque de 1500 €, dans les mains

d’Alexandre et un trophée, fièrement exhibé par Raphaël

le dossier qui a su emporter l’adhésion du jury : pas moins de

25 pages pour mettre en valeur le travail de toute une équipe. Il

a été conçu autour de l’événement phare de cette année 2010,

les 30 ans de JuMP. Pour l’occasion, cette association étudiante

organise un cocktail networking qui rassemblera, le jeudi 20

mai dans les locaux de MINES Paristech, entrepreneurs et jeunes

patrons de start-up et les éleves de l’option Innovation entrepreneuriat

Objectif : rapprocher le monde des Junior-Entreprises et

celui de l’entrepreneuriat. Depuis le début de l’année civile, la

petite entreprise qui compte une vingtaine d’adhérents (1/5 de

la promo 09 !), tous élèves de 1 ère année, a réalisé 23 000 € de

Mécatronique plébiscité

MINES ParisTech a signé un partenariat avec les

rectorats de Paris, Créteil et Versailles, le 12 janvier

2010.

En 2003, l’École expérimentait une méthode de

pédagogie inductive originale faisant coopérer lycéens

et élèves ingénieurs dans une logique de développement

industriels. L’objectif était double : enseigner le

travail collaboratif en projet et créer des opportunités

d’ouverture pour les jeunes en formation de

BTS ainsi que de leur donner éventuellement envie

de poursuivre des études. 7 ans plus tard, MINES

ParisTech signe un accord-cadre avec les rectorats de

Paris, Versailles et Créteil qui formalise ce projet.

crédit photo : La Tribune

chiffre d’affaires. Les bénéficiaires sont les élèves des 3 promotions

ayant réalisé des études pour les clients démarchés par la Jump.

Parmi ses prestations, beaucoup d’études à vocation informatique,

comme des créations de bases de données ou d’applications

pour les téléphones mobiles. Au nombre de ses clients, des grands

noms comme Areva, Air Liquide ou Samsung ou, plus inattendu,

Yves Rocher Russie, dont la représentante russe viendra les voir

sous peu. « Mercredi soir, je ne me demandais plus pourquoi l’on

s’investissait autant dans cette aventure, s’enthousiasme Raphaël, je

savais !» En plus de ce trophée qui couronne le dynamisme d’une

équipe, JuMP « a gagné » un article complet dans La Tribune du

15 avril et un passage sur la radio BFM le 19 avril à 17h.

(JuMP.Mines-Paris.com)


La Croisée des Talents 2010.

Félicitations à Guirec Le Lous, élève

ingénieur de 3 e année (3A), promu

«Jeune Talent de l’Année 2010» ! Et

bravo également à Jules Marcilhacy

(1A) qui se classe à la 9 e place.

La Croisée des Talents est une compétition étudiante organisée

par l’association Star’EC de l’Edhec Business School, visant à

évaluer les compétences managériales d’étudiants issus d’écoles

de commerce, écoles d’ingénieurs, et d’universités. Le 20

mars, 450 candidats venus de toute la France à l’Espace Pierre

Cardin à Paris, ont défendu les couleurs de leurs écoles ou

de leurs universités. Une première épreuve de Négociation en

partenariat a permis de sélectionner les 160 meilleurs négociateurs.

La seconde épreuve, Prise de décision, simule une

réunion de travail durant laquelle les étudiants sont invités

à «faire preuve de charisme et de conviction afin de faire passer

leurs idées sans les imposer ».

Vient ensuite l’épreuve reine, la Prise de parole en public, au

cours de laquelle Guirec Le Lous s’est distingué « grâce à ses

qualités d’éloquence, sa répartie et son humour ». Il est reparti au

volant de son prix, une 107 Peugeot, d’un rouge victorieux !

(http://www.lacroiseedestalents.com)


La tradition du Semi aux Mines est-elle lancée Le 7 mars,

malgré le vent et des températures glaciales, plus de 22 000 coureurs

ont pris le départ de la 18 e édition, du marathon de Paris.

Parmi eux, une quarantaine de sportifs de MINES ParisTech. Ils

sont une dizaine à être en dessous de 1h30, ce qui est vraiment

bien ! Au classement par équipe, ils figurent à la 4 e place (sur 69!)

derrière l’X, l’ENSAM et l’université de Leeds. «Belle performance,

souligne Thibault Chavanat (élève ingénieur de 2 e année). Qui

ajoute : Nous avions tous sur le dos le maillot des Mines offert par la

DE (Direction des études). Je pense que la tradition du Semi aux

Mines va se poursuivre dans les années qui viennent».


Du 25 au 29 avril, l’équipe Vitamines - Mines ParisTech (Rémi

De Guisa, Caroline Huet , Joan Porro Martorell et Eric Dorveaux)

participera à la 12 e édition du Raid Total Centrale Paris au Pays

Cathare. Plus d’infos sur le site : http://www.raidecp.net


Relations internationales à

MINES ParisTech

Mutualisation et élargissement

Forte de nombreuses collaborations internationales, tant sur le plan de la recherche que de

la formation, l’école compte maintenant plus d’une centaine d’accords institutionnels avec

des universités de premier plan, situées sur les 5 continents.

Ces accords s’ajoutent ou complètent des accords signés par ParisTech, ou par le GEM, dans le

cadre de leurs actions respectives à l’international.

Ainsi, parmi les derniers accord signés ou en cours de finalisation, nous pouvons mentionner

entre autre les Universités polytechniques de Varsovie et Jagiellon de Cracovie en Pologne,

l’Université de technologie et d’économie de Budapest en Hongrie, l’Université de Tokyo

(première de notre «classement des Mines»), Chalmers en Suède, l’Institut polytechnique de

Kiev en Ukraine, le Technion en Israël, l’Université Saint-Joseph du Liban, l’Université de

New-South-Wales à Sydney en Australie, la Pontificia Universidad Catolica del Peru, à Lima

ou l’Université d’Ottawa, au Canada.

Ces accords ont

permis d’étendre

notre champ de

recrutement pour

l’accueil des étudiants

étrangers,

puisque nous

avons reçu pour la

première fois, dans

le cycle ingénieurs

civils, des élèves

admis sur titre ou

visiteurs venus de

La porte historique de l’Université de Tokyo (Todai Akamon), symbole japonais

de l’excellence universitaire.

Pologne, Hongrie,

Japon, Pérou... et

qu’à l’inverse, des élèves-ingénieurs peuvent maintenant aller faire un semestre vers de nouvelles

destinations dans ces mêmes pays (Pérou, Pologne, Israël...), en plus des destinations

devenues maintenant «classiques» (Hong Kong, Singapour, Tokyo, Los Angeles, Brisbane...).

L’action mutualisée, notamment avec ParisTech et ses écoles membres, permet de faciliter les

échanges lors d’opérations à grande échelle, telles que le recrutement d’admis sur titre en Chine,

au Brésil ou en Russie, ou lors de la constitution de consortiums de grande taille dans le cadre

notamment des programmes FITEC menés par le Ministère des Affaires étrangères dans

Semaine Athens

La session de mars 2010 du programme Athens a permis une fois de plus

aux élèves de MINES ParisTech d’aller découvrir une autre pédagogie (et une

autre culture) pendant une semaine, que ce soit dans une école ParisTech ou

une université partenaire en Europe. Ainsi, une soixantaine d’élèves-ingénieurs

de 2 e année ont pu suivre un cours à Budapest (Hongrie), Delft (Pays-Bas),

Istanbul (Turquie), Leuven (Belgique), Lisbonne (Portugal), Madrid (Espagne),

Milan (Italie), Prague (Rép. Tchèque), Trondheim (Norvège), Varsovie (Pologne)

ou Vienne (Autriche), tandis qu’une quinzaine d’entre eux découvrait les

méthodes d’enseignement des autres écoles ParisTech.

Lors de cette semaine, l’école a accueilli environ 150 étudiants extérieurs

dans les 7 cours qu’elle proposait, en plus de la quarantaine d’élèves de

l’école restant pour suivre un cours «à la maison». Outre la centaine d’élèves

d’écoles ParisTech, ce sont donc une cinquantaine d’étudiants européens qui

sont venus étudier une semaine à MINES ParisTech, notamment dans l’un

des cours Athens entièrement en anglais. À noter que le nouveau venu dans

ParisTech, l’Institut d’Optique Graduate School, a envoyé 18 élèves dans nos

cours : belle implication pour une première participation ! P. B.

divers pays d’Amérique

Latine (Brésil,

Argentine, Chili et

maintenant Mexique).

La mutualisation au

sein de ParisTech

facilite également la

prospection vers des

pays intermédiaires

tels que la Turquie, la

Corée ou le Vietnam,

qui ont récemment

été visités par une

délégation ParisTech

comprenant des représentants

des Mines.

Pierre Baladi

En bref


ISUPFERE ouvre en apprentissage.

L’Institut supérieur des fluides,

énergies, réseaux et environnement

(ISUPFERE) propose à des techniciens

supérieurs de niveau Bac+2

ayant une expérience professionnelle

de devenir en deux ans, en

alternance, ingénieur spécialisé en

fluides et énergie. Une demande

d’ouverture de la filière en apprentissage,

soutenue par les industriels,

a été acceptée en juillet 2009. MINES

ParisTech délivrera le diplôme au

titre de la formation continue, le

CNAM délivrera le diplôme au titre

de la formation en apprentissage.

Une première session expérimentale

a démarré en septembre 2009. On

recrute actuellement la deuxieme

promotion d’apprentis. Contact :

jerome.adnot@mines-paristech.fr


26 mai, au 60, bd St-Michel :

La démocratisation scolaire: heur

ou malheur Le niveau a-t-il baissé

À qui a profité la démocratisation

scolaire La démocratisation étaitelle

inéluctable

Venez vous saisir de ces questions à

l’occasion d’un débat, organisé par

des élèves dans le cadre de leur Acte

d’entreprendre.

Invités : Alain Finkielkraut, philosophe,

professeur à Polytechnique,

Marie Duru-Bellat, sociologue, professeur

à Sciences Po Paris, Tristan

Poullaouec, sociologue, professeur

à l’Université de Nantes. Contact :

ae-debat.democratisation@minesparistech.fr


10

Parutions

Aux Presses des Mines

Petite sociologie de la signalétique - Les coulisses des panneaux du

métro, par Jérôme Denis (Telecom ParisTech) et David Pontille

(CNRS).

Dans les villes, sur les routes, au supermarché : les panneaux indicateurs

sont partout. Si leur présence semble évidente, leur forme,

leur contenu, leur emplacement ne vont pourtant pas de soi. Ils

sont le résultat d’un travail complexe qui produit des espaces

hybrides, où signes et architectures sont entrelacés.

Ce livre explore les coulisses d’une signalétique aujourd’hui mondialement

reconnue : celle du métro parisien. De l’organisation

des services, jusqu’à l’activité des ouvriers qui installent et réparent les panneaux,

en passant par les discours des concepteurs, il évoque les multiples facettes d’un

dispositif ambitieux qui vise à transformer aussi bien les espaces du métro que

le comportement de ses usagers. Complétant leur enquête d’un détour par le

métro new-yorkais, les auteurs montrent que la signalétique parisienne instaure

une véritable politique de l’attention, où chacun peut s’attacher à la multitude

des objets graphiques qui sont mis à sa disposition.

Économie et développement urbain durable, par Bruno

Duplessis.

Le réseau « Économie et développement urbain durable » a pour

ambition de contribuer au développement de la recherche économique

dans le domaine du développement urbain durable, en

prenant en compte les préoccupations des acteurs socio-économiques

(élus, entreprises, associations).

Ce réseau rassemble sept équipes de recherche : le Centre international

de recherche sur l’environnement et le développement

(CIRED), le Laboratoire d’économie de la production et de l’intégration

internationale (LEPII), le Laboratoire d’économie des

transports (LET), le Laboratoire ville, mobilité, transports (LVMT), l’École des

Mines ParisTech, le Département économie et sciences humaines du Centre

scientifique et technique du bâtiment et la Mission climat de la Caisse des

Dépôts.

L’ouvrage présente un état des lieux des travaux exposés et partagés lors de la

première réunion annuelle du réseau en 2009. Ces travaux sont dédiés aux

modèles économiques appliqués à la ville ainsi qu’au financement et au coût de

l’investissement durable.

Les ateliers sur la contradiction, Coordination Bernard Guy.

Les ateliers sur la contradiction se sont déroulés à Saint-Étienne du 19

au 21 mars 2009, sur le site de l’École nationale supérieure des mines

et du Musée d’art moderne de Saint-Étienne métropole.

On trouvera ici les articles écrits par les auteurs à la suite des ateliers,

regroupés en quatre thèmes : philosophie et histoire des sciences, logique,

épistémologie, physique ; théâtre, littérature, art, design, création

; politique, action, développement durable, sciences humaines et

sociales ; religions, croyances, sociétés.

Avec un texte inédit d’Edgar Morin, intitulé Logique et contradiction.

Depuis le début de l’année,

les ouvrages publiés par les

Presses des Mines sont référencés

auprès de Google

livres.

Actuellement, 115 ouvrages peuvent

être consultés sur le site.

Les premiers contacts avec Google

datent du mois d’avril 2007. Une

présentation du programme a eu

lieu en septembre 2007 et Les

Presses ont conclu un accord de

principe. Tous les ouvrages - même

les anciens pour lesquels il n’existait

pas encore de fichiers pdf

exploitables - ont été indexés. Il

a également été nécessaire de

retravailler les couvertures pour

les mettre aux «normes Google»,

extraire les tables des matières...

Tout cela, sans l’autorisation préalable

à obtenir des auteurs pour

rendre public une partie de leur

ouvrage.

Sur le site Google livres, en recherchant

un ouvrage, vous trouverez

donc la couverture. Avec un clic

vous obtenez la table des matières,

et vous pouvez également consulter

des extraits du livre (limité à

20 % au maximum).

Un renvoi sur le site des Presses ou

d’Amazon ou encore celui d’autres

« libraires » en ligne permet d’acheter

le livre. Et ça marche ! Nous

avons des consultations avec clic

achat. Un rapport hebdomadaire

envoyé par Google permet aux

Presses des Mines de connaître

le nombre d’ouvrages consultés,

le nombre de pages regardées, les

consultations avec « clic achat » et

le hit parade des livres les plus en

vue.

Ce référencement augmente la

visibilité des Presses et des ouvrages

qui méritent des lecteurs plus

nombreux encore...

Contact : silvia.dekorsy@mines-paristech.fr (www.mines-paristech.fr/Presses/)


11

Publications

La réception - Les essentiels d’Hermès - CNRS Éditions - Coordinatrice

de l’ouvrage, Cécile Méadel (CSI).

Au cœur de toute communication, réside le mystère de sa réception

: qui reçoit quoi et comment Qui influence qui Avec

quels résultats Difficile de répondre à ces questions toujours

sujettes à débat. La lecture de textes classiques proposée ici,

enrichie de travaux plus récents, met de l’ordre dans ce dédale

en montrant que toute approche sur la réception doit situer

son objet dans une triple dimension : l’individu ou le collectif,

l’influence du média ou celle du consommateur, le rôle du texte

ou celui du dispositif. Message bien reçu

Auteurs : Jérôme Bourdon, Daniel Dayan, John Dewey, Elihu

Katz, Sonia Livingstone, Peter Lunt, Cécile Méadel, Dominique

Pasquier, Dominique Wolton.

L’économie immatérielle. Industries et marchés d’expériences par Olivier

Bomsel (Cerna) Gallimard, coll. NRF Essais.

Extrait de la présentation de cet ouvrage dans Les Echos du 18 février,

sous la plume de Gérard Moatti : « Nous sommes plongés dans l’économie

immatérielle, mais nous avons du mal à la comprendre et à la réguler,

parce que nous sommes imprégnés des modes de pensée de l’économie

matérielle : tel est le point de départ de cet ouvrage très riche, mais d’une

lecture ardue. La mutation qu’il décrit n’a pas commencé avec l’avènement

du numérique : toutes les innovations qui ont créé des réseaux

entre les hommes - la langue, l’écriture, la monnaie, le droit - ont produit

des avantages collectifs (des « externalités positives »). (...) L’auteur distingue trois types de

biens. Ceux pour lesquels le consommateur cherche à se renseigner, avant l’achat, sur leur

rapport qualité-prix : ce sont les « biens de recherche » (par exemple, l’électroménager).

Ceux pour lesquels cette recherche paraît difficile, ou trop coûteuse en temps, et qu’il est

plus commode d’acheter pour les tester : ce sont les « biens d’expérience » (produits d’entretien,

produits alimentaires courants, etc.). Enfin, les « biens signifiants » sont ceux qu’on

achète pour leur sens ou leur valeur symbolique (biens culturels, mode…). Chacune de

ces trois catégories -aux frontières mouvantes - a son propre modèle de distribution et de

promotion : dans l’univers des « biens de recherche », l’important étant la proximité et la

confiance, ce sont les enseignes que l’on met en avant (Darty, la FNAC, Ikea…) ; dans celui

des « biens d’expérience », où la fidélisation du consommateur est un enjeu prioritaire, on

insiste sur les marques de produit ; enfin, la promotion des « biens signifiants » s’appuie

souvent sur le label des entreprises, qu’il s’agisse d’édition, de parfums ou de mode ».

http://www.dailymotion.com/

MINES_ParisTech

Retrouvez les vidéos de MINES ParisTech sur

Dailymotion.

MINES ParisTech propose ses vidéos en

«Official content» chez cet hébergeur français

pour mieux faire connaître les atouts et les

enjeux de ses formations et de sa recherche.

Contact : jean-marc.goachet@mines-paristech.fr

En bref


15 et 16 décembre 2009 : séminaire

de l’Institut

Carnot

M . I . N . E . S

à Marne-la-

Vallée.

Après 4 années

d’activité, le

temps était au

bilan et aux

échanges prospectifs

en vue

de la relabelisation.

Les ateliers ont traité de la communication,

des programmes transversaux

(SensoMines, NanoMines, Gem’Air,

MinesProcédés et missions CO2 et

H2), des alliances AICarnot (Méca

Mat et Pro, TIC-MNT, construction

durable, transport terrestre) et des

actions de professionnalisation (qualité,

formation au management, PI,

satisfaction client).

Cette rencontre réunissant la majorité

des acteurs du Carnot aura été l’occasion

de saluer le travail et l’implication

de Patrick Garnier, adjoint au

directeur de la recherche, à l’occasion

de son départ à la retraite.

Contact : michel.bellet@mines-paristech.fr


Le 20 janvier 2010, un séminaire-débat,

«La censure du Conseil constitutionnel

de la taxe carbone : bien-fondé

et solutions» s’est déroulé à MINES

ParisTech. Avec les interventions de

Guy Carcassonne (Université Paris

X-Nanterre), Matthieu Glachant,

(Cerna) et Olivier Godard (École

polytechnique). Contact : francois.

leveque@mines-paristech.fr


26-27 mars : De la gouvernance à

la dynamique du « commun » de l’Internet

: questions autour du « droit d’entrée

». Colloque final du programme

de recherche «Vox Internet II», copiloté

par Cécile Méadel (CSI). Avec,

pour conclure les travaux, une allocution

de Mireille Delmas-Marty,

professeure au Collège de France.


12

Revue

de presse

Pour La Science (avril 2010) Évaluer la

recherche : y a-t-il une bonne recette Un

volumineux article de Daniel Fixari et

Frédérique Pallez (Centre de gestion

scientifique-CGS).

La Recherche (mars) Déchets nucléaires :

le stockage doit-il être réversible Pierre

Berest (laboratoire de mécanique des

solides-LMS) pense que « la sureté du site

doit primer sur sa réversibilité ». Yannick

Barthe (Centre de sociologie de l’innovation-CSI)

soutient que « La réversibilité,

c’est la possibilité de réviser ses choix ».

Instantanés Techniques (25/03/10)

Matériaux innovants et nanotechnologies.

En matière de nanocomposites, les verrous

ne sont pas que technologiques. Une

interview de Jean-François Hochepied

(Centre énergétique et procédés-CEP)

Humanité dimanche (23/03/10) On

peut enfin marcher au plafond. En s’inspirant

de l’observation des insectes, un

scientifique américain vient de mettre au

point une «colle» inusable. Eric Felder et

Evelyne Darque-Ceretti (Centre de mise

en forme des matériaux-cemef) en expliquent

le fonctionnement et précisent les

compétences du Cemef en la matière.

Le Monde économie (17/03/10)

Ce que la Chine apprend au Sud, par

Armand Hatchuel (CGS) : «En décembre,

le français Areva a perdu le marché

de centrales nucléaires d’Abou Dhabi au

bénéfice de Kepco, un groupe coréen inconnu.

L’événement est significatif du succès de

la stratégie de mondialisation des entreprises

des pays émergents, et en particulier des

firmes chinoises ». Autres chroniques du

professeur dans les éditons du 23 février :

Les acheteurs, pilotes à risques des échanges

industriels. et du 12 janvier : Dialoguer et

critiquer : un travail nécessaire.

www.studyrama.com (25/02/10)

L’EHESP lance son premier master spécialisé

en santé et environnement. Jasha

Oosterbaan (Institut supérieur d’ingénierie

et de gestion de l’environne-

ment-ISIGE) est l’un des pilotes de cette

formation.

Corporate.airfrance.com (26/02/10)

Mission d’expertise extrême. Erik Hollnagel

(Centre de recherche sur les risques et les

crises-crc) est l’un des 8 experts de l’Independant

Safety Review Team constituée par

Air France pour éclaircir les circonstances

de l’accident du vol Rio-Paris.

Enjeux Les Echos (février) « L’économie du

gratuit a introduit une nouvelle norme de

concurrence fondée sur d’autres mécanismes

de monétisation que la traditionnelle vente

du produit ou du service » observe Olivier

Bomsel (CERNA). Le mensuel fait, par

ailleurs, mention de l’ouvrage Commerce

des promesses de Pierre-Noël Giraud

(CERNA).

L’Usine Nouvelle (18/02/10) «…Nos industriels

ont pris du retard. Les dépenses privées

de R&D ne pèsent que 1,3 % du PIB contre

1,8 % en Allemagne ou aux Etats-Unis »,

indique Gilles le Blanc (CERNA).

www.lesechos.fr (12/02/10) Dans le cadre

de l’appel à projets 2009, Chimie et Procédés

pour le développement durable, l’ANR a

sélectionné le projet Memobiol. Ce projet

vise à développer de nouvelles technologies

de modélisation permettant de restituer

le comportement physico-chimique des

molécules issues de la biomasse lignocelllulosique,.

Il rassemble, outre l’IFP, six partenaires

industriels et académiques dont le

Centre énergétique et procédés.

Information reprise le même jour sur

www.actualites-news-environnement.com,

le 15/02/10 sur www.euro-petrole.com et

dans l’hebdomadaire Chimie Pharma, le

26/02/10 sur www.secteurpublic.fr.

Juris associations (15/02/10). L’association,

un modèle pour l’entreprise. Michel Callon

(CSI) remarque que « c’est l’entreprise qui

est une forme spéciale d’association et non le

contraire ».

Le Figaro (11/02/10) Cinq scientifiques

proposent de réformer le GIEC. Yves

Lenoir (Centre automatique et systèmes-

CAS) indique : « On reviendrait aux bonnes

pratiques du débat scientifique qui est, par

nature, ouvert et chaotique ».

La Dépêche (11/2/10) Pierre Monsan,

responsable de l’option Biotechnologie

à MINES ParisTech, s’est vu confier par la

direction de l’INRA la mission de créer à

Toulouse un centre d’excellence en biotechnologies

blanches dans le cadre du

grand emprunt national.

AFP (1/02/10) Industrie : l’Etat multiplie

les injonctions, la restructuration continue.

Gilles Le Blanc (CERNA) souligne : « Les

outils de conviction économique ne sont

plus suffisants, donc l’Etat va de plus en plus

recourir à la prise de parole médiatique et à

l’exposition à l’opinion publique ».

L’Express (4/02/10) Export : quand la

France vend mal. Gilles Le Blanc (CERNA)

est cité.

Le Journal de l’Ecole de Paris (janvier)

Identités multiculturelles, par le professeur

Claude Riveline. Dans le même numéro,

interview-débat avec la participation

de Thierry Weil (CERNA) sur le thème :

« Innovation ouverte : où en sont les entreprises

françaises ».

AFP (29/1/2010) Le concept d’avatar, double

de soi-même dans l’univers virtuel, au

coeur du succès mondial de James Cameron,

fait partie du quotidien de nombreux internautes

et passionne les chercheurs. Philippe

Fuchs (Centre de robotique-caor) est

cité. Cet article est repris sur le site tv5.org,

par les quotidiens suisses Le Matin et La

Tribune de Genève, actu.orange.fr, technaute.cyberpresse.ca,

www1.nordnet.fr, www.

avmaroc.com, www.lamontagne.fr, www.le

berry.fr, www.lejdc.fr, www.lepopulaire.fr et

www.rtlinfo.be.

www.qualiteonline.com (28/1/2010) La

pratique du Lean Six Sigma et du Lean

Office dans les services et les processus transactionnels.

Annonce d’une journée d’échanges,

le 1 er avril 2010, à l’aéroport de Lyon

Saint Exupéry. Avec une conférence d’Eric

Ballot (CGS) sur la Theory of Constraints.

INFOS 21 (28/1/2010) Dans le cadre du

projet «Outils pour les pédagogies actives»

de l’Université virtuelle environnement et

développement durable (UVED), le partenariat

ISIGE et ADAGE Environnement a permis

la mise au point d’une formation multimédia

sur le thème du quartier durable.

Libération (25/01/2010) Et à la fin c’est

l’Allemagne qui gagne. Gilles Le Blanc

(CERNA) constate : «En France, nous n’avons


pas cette vision partagée par l’opinion, les

entreprises, le politique, que l’industrie est

importante. Nous avons les discours récurrents

mais sans forcément les mesures derrière».

Le Monde (22/1/2010) Les bulles spéculatives

menacent à nouveau. Pierre-Noël

Giraud (CERNA) est cité.

Les Echos (21/01/2010) Le consortium

ParisTech (...) vient de lancer deux chaires

financées par Areva, en «Ingénierie nucléaire»

et «Matériaux du nucléaire». «Nous

travaillons sur les réacteurs à eau légère de 2 e

et 3 e générations, explique Esteban Busso

(Centre des matériaux). Nous avons déjà

lancé trois projets de thèse et nous formons des

étudiants par le biais de travaux d’options.

Nous contribuons ainsi au maintien du leadership

français dans le secteur».

France culture (20/01/2010) Histoire

de la philanthropie. Cécile Méadel (CSI)

était l’invitée de l’émission d’Emmanuel

Laurentin, La fabrique de l’histoire.

actu-environnement.com (20/01/2010)

L’agriculture de demain se devra d’être innovante.

Compte rendu du colloque annuel

de l’association interprofessionnelle Forum

de l’agriculture raisonnée respectueuse de

l’environnement (FARRE). Frank Aggeri

(CGS) est cité.

Le Pli (20/01/2010) Taxe carbone ou l’art

de délocaliser sa pollution. Les explications

de François Lévêque (CERNA).

Le Figaro (19/01/2010) Les patients en

quête d’informations sur la Toile. Interview

de Cécile Méadel, suite à une enquête,

menée en collaboration avec Madeleine

Akrich (CSI), sur les échanges entre patients

sur Internet.

Orientations magazine supplément (janvier

2010) Ayez l’esprit réseau. Isabelle

Liotta (Direction des études) témoigne.

Vie universitaire (janvier 2010) Chercheurs

d’argent. On cite la fondation de MINES

ParisTech qui existe depuis 1946. À la

rentrée 2009, 16 millions d’euros sur 25

ont été récoltés sur la campagne de levée

de fonds de 2008-2012. Le mécénat quant

à lui rapporte un peu plus de 3 M€ par

an, il permet de développer une recherche

d’excellence sur des thématiques grand

public et d’intérêt général.

Enjeux Les Echos (janvier 2010) Spécial

2020-2010. Matières premières pas de pénurie

en vue… sauf pour le pétrole. Pierre-

Noël Giraud explique : « La notion de

réserves disponibles est plus économique que

physique : il s’agit de la quantité d’une

matière que l’on peut extraire en dessous d’un

prix donné ».

w w w. a c t u - e n v i r o n n e m e n t . c o m

(10/01/2010) Mastère spécialisé

Management QSE et DD : stratégie, analyse

des risques et management. Interview de

Jasha Oosterbaan (ISIGE).

« MINES ParisTech

une école à la une »

Le Journal des grandes écoles n° 53 (février,

mars, avril 2010) consacre 6 pages à MINES

ParisTech. À lire : une interview de Benoît

Legait, « MINES ParisTech ne connaît pas la

crise » ; un entretien avec Thierry Trouvé,

président de l’Association des anciens

élèves qui détaille trois grands champs

d’action de cette association ; et une

incursion dans le secteur de l’énergie par

l’intermédiaire de trois grands anciens :

Bernard Dupraz, directeur délégué EDF,

Yves-Louis Darricarrière, directeur général

exploration et production de Total et

Didier Holleaux, direction explorationproduction

de GDF Suez.

France Soir (11/1/2010) Quand la solidarité

entraîne des lycéens à la préparation des

grandes écoles. Cent cordées de la réussite

mises en place depuis novembre 2008.

MINES ParisTech est cité.

Le Pli (20/01/2010) Taxe carbone ou l’art

de délocaliser sa pollution. Les explications

de François Lévêque (CERNA).

L’Usine nouvelle (17/12/2009) Pour bien

innover surveillez les tendances. La théorie

CK pour l’innovation de rupture mise en

oeuvre par Armand Hatchuel et Benoît

Weil (CGS) est présentée.

Le Monde économie (15/12/2009) Kirk

Hamilton calcule «l’autre» richesse des

nations - Le taux d’épargne véritable . Le

CERNA est cité pour une recherche sur le

Mozambique utilisant cette approche.

La Lettre de l’Etudiant (14/12/2009).

Classement 2010 des écoles d’ingénieurs.

MINES ParisTech arrive en 3 e position des

13

19 établissements qui forment l’élite des

écoles d’ingénieurs françaises.

La Tribune (5/01/2010) L’économie du

carbone incomprise du Palais Royal. Point de

vue signé Matthieu Glachant et François

Lévêque (CERNA).

Syndicalisme Hebdo (3/12/2009) Nous

connaissons très mal notre tissu industriel.

Interview de Gilles Le Blanc (CERNA).

Amina (janvier 2010) Des jeunes talents

d’Outre-Mer primés par le CASODOM.

Elodie Trouillefou, 24 ans, guadeloupéenne,

passionnée de nouvelles technologies,

vient d’être recrutée comme chef de projet

dans un bureau d’ingénierie spécialisé

dans le photovoltaïque après un mastère

spécialisé en Optimisation des systèmes

énergétiques (OSE) à MINES ParisTech.

Le Monde (13/12/2009) P.N. Giraud est

l’un des contributeurs du numéro 6 de la

revue Regards croisés sur l’économie, consacrée

à la question «Les économistes peuventils

sauver la planète »

w w w. f o n d a t i o n - g r o u p a m a . c o m

(11/12/2009) Se mobiliser pour la santé

avec les associations. Un article de Vololona

Rabeharisoa (CSI).

Le nouvel économiste supplément

(10/12/2009) explique que «l es formidables

bonus ne sont pas seuls à susciter l’attrait

des jeunes vers les métiers financiers, outre

un aspect jubilaire pour l’intellect ils sont

aussi ludiques ». Une réflexion sur l’éthique

a donc été introduite au sein des grandes

écoles. Nicolas Cheimanoff, directeur des

études, évoque les «sharks» peu nombreux

qui, faisant le choix de l’option Finances

quantitatives, percevront, et de loin, les

rémunérations les plus élevées. Cet article

cite par ailleurs P.N. Giraud qui avait alerté

dès 2001 sur les dangers des subprimes.

Direct Nice Plus (4/12/2009) Le solaire

va gagner les stations du Mercantour.

Philippe Blanc (CEP) promet : «Les collectivités,

entreprises et particuliers pourront

grâce à notre projet d’atlas solaire connaître

leur degré d’ensoleillement en tout point de

la région PACA, avec une précision à 250

mètres près».

www.cite-sciences.fr (4/12/2009)

Réchauffement climatique : les enjeux du


14

En bref


9 et 10 avril : Innovating The

Future. La 10 e conférence annuelle

«Science & Technology in Society»

(ST Global Consortium), organisée

en partenariat avec le Centre de

sociologie de l’innovation s’est tenue à

Washington DC, États-Unis.

Contact : fabian.munisea@ minesparsitech.fr


du 13 au 15 avril à la Porte de

Versailles - Paris : JEC Show Paris.

En partenariat avec le Fraunhofer-

Institut für Lasertechnik (ILT), l’institut

Carnot M.I.N.E.S sera présent

au salon mondial des composites.

Les chercheurs de Fraunhofer et

de l’IC M.I.N.E.S vont montrer

comment fabriquer et assembler

des composites thermoplastiques

en fibre longues, au moyen de la

lumière laser - sans avoir à manipuler

des mâts ou des résines... Cette

participation commune est le fruit

de la Coopération Laser Franco-

Allemande (CLFA).

Contact : Wolfgang Knapp : knapp@

ensmp.fr


5 at 6 mai : Rendez-vous Carnot

2010 à l’espace Double Mixte de

Lyon. Rencontres entre partenaires

économiques confrontés à une

problématique de R&D et laboratoires

de recherche susceptibles de

proposer une réponse aux besoins

exprimés. Pour en savoir plus :

http://www.rdv-carnot.com/

Samedi 27 mars 2010, s’est

déroulée la 2 e édition du

Photocross, réalisée en partenariat

avec le Journal des grandes écoles,

par Baptiste Couly, dans le cadre de

son Acte d’entreprendre. Dix équipes

composées d’étudiants de MINES

ParisTech, de l’ENSTA ParisTech, de

SupOptique et de l’ENS ont réalisé

des photos sur thèmes suivants : Les

invasions barbare, ça marche, Sous le

pont Big-Bang, En terrasse, Métal, À bout

de souffle, En touriste, Un café, l’addition,

On sait tous que...

Reportages photos à découvrir sur le

site : http://photocross.mines-paris.eu

Revue

de presse (Suite)

captage de CO 2 . Suite aux premiers essais

français de captage de dioxyde de carbone

par Total à Lacq, «une enquête menée par

le BRGM et MINES ParisTech est en cours

pour tenter de comprendre les causes d’un

problème sur une sonde de fonds de puits

qui a retardé l’opération».

Afrique Asie (décembre 2009) À l’heure

de l’énergie solaire. Chakib Bouallou (cep)

est interrogé sur un projet de production

d’énergie solaire ambitieux, Dersertic, lancé

par le Maroc.

Après-demain (novembre 2009) De l’enfant

sans horizon à l’élève qui réussit. Le lycée

Doisneau à Corbeil-Essonnes bénéficie

d’un partenariat avec des grandes écoles,

dont MINES ParisTech, qui permet aux

élèves d’être suivis par des élèves ingénieurs.

«Donner de l’ambition c’est bien».

RPF (décembre 2009) 17 pistes pour faire

des économies. Denis Clodic (cep) indique

que «les moteurs à aimants permanents de 1

à 2 kW ont un rendement de 92 %».

Campagnes et environnement (décembre

2009) L’innovation fait partie de la culture

de l’agriculteur. Franck Aggeri (cgs), intervenant

au colloque annuel de l’association

Farre, indique : «Il faut penser à des stratégies

plus transversales de support à l’innovation :

création de plates-formes d’échanges, observatoires

des pratiques, mutualisation des moyens

d’essais, etc.»

Le Journal des grandes écoles (novembre

2009) MINES ParisTech, Ecole des mines

de Nancy formations d’excellence. Benoît

Legait souligne : «Notre taux d’encadrement

exceptionnel confine au tutorat car on compte

256 enseignants chercheurs pour 450 élèves

dans le cycle ingénieur sur les trois promotions,

ce qui correspond à environ 1,7 étudiants par

enseignant chercheur».

Gérer et comprendre (décembre 2009) Du

développement au développement rentable :

chronique de la marginalisation d’une démarche

de développement durable dans une grande

entreprise, par Aurélien Acquier (cgs).

La Tribune (22/11/09) L’automobile s’affranchit

du conducteur. À l’occasion du colloque

anniversaire des vingt ans du Centre

de robotique de MINES ParisTech, Claude

Laurgeau, le fondateur de ce laboratoire,

a suggéré : « Pour avoir moins d’accidents,

supprimons le principal facteur de risque : le

conducteur ». Cet anniversaire a été évoqué

le 24/11/09 par le site Fr.cars.yahoo.com qui

décrit l’historique du projet Lara (La route

automatisée) et par L’Usine nouvelle du

26/11/09 qui interviewe à cette occasion

Arnaud de la Fortelle, directeur du caor.

Les dossiers de la recherche (novembre

2009) La formule qui permet de naviguer

sur les canaux. Jean-Michel Coron, Brigitte

d’Andréa-Novel (caor) et Georges Bastin

explicitent et actualisent une méthode

d’analyse et de conception du contrôle des

voies navigables basée sur les équations de

Saint-Venant et les invariants de Riemann.

Dechet.com (17/11/09) Captage et stockage

du CO 2 : Metstor explore ! Depuis 2006, ce

projet mobilise 9 acteurs publics et privés

dont MINES ParisTech. Metstor cherche

à proposer une information plus large et

objective sur les différents aspects du captage

et stockage : la technique et les enjeux

bien sûr, mais également les ressources, les

risques et implications sociétales.

ONISEP hors série (novembre 2009)

Apprendre à résoudre des problèmes. Cet article

cite Dominique Linhardt (CSI) responsable

du cours Description de controverses. Ce

module permet aux étudiants d’apprendre

à analyser des situations qui obligent, pour

prendre une décision, à tenir compte des

contraintes techniques, mais aussi du risque

technologique, de l’incertitude scientifique,

des conflits de valeurs morales, etc.

Le Monde de l’éducation (11/11/09) Dossier

Grandes écoles : s’adapter ou chuter. Le temps

est au regroupement sous une même bannière.

Pour MINES ParisTech sur un modèle

confédéral au sein du PRES ParisTech.

Usine Nouvelle (novembre 2009) Les écoles

championnes dans chaque catégorie. MINES

ParisTech est au 8 e rang pour la rapidité du

placement de ses étudiants, au 5 e pour le

volume du budget, au 2 e pour le montant

des salaires et au 1 er rang pour la signature

des plus gros contrats de recherche.

La revue de presse est en ligne sur le serveur

www.mines-paristech.fr.


15

Instantanés de la vie étudiante

Menu « saveurs et aventures »

Julien, élève des Mines (à droite) et son coéquipier,

Jérôùe, au Maroc lors du Raid

4L trophy 2010.

L’un revient d’un raid à travers le

Maroc, les autres s’apprêtent à

passer leurs vacances de Pâques,

qui au Burkina Faso, qui au Bénin,

à concrétiser un Acte d’entreprendre

humanitaire. D’autres encore

s’attachent à rapprocher l’Europe

et la Turquie... Le dernier nous

invite à cultiver notre palais. Tous

nous font partager leurs passions.


4L Trophy 2010. « Il s’agit de parcourir

l’Espagne et un bon bout du Maroc

en 4L afin de donner à une association

humanitaire au minimum 50 kg de fournitures

scolaires. Nous avons donné, en plus,

deux fauteuils roulants remis à neuf pour

l’occasion.

Étant en première année, toute la partie

gestion de projet était totalement nouvelle.

Rechercher des sponsors, savoir se vendre,

rappeler pour obtenir un rendez-vous, établir

un budget, tenir une comptabilité sont

autant de savoirs-faire qui nous seront néccessaire

dans notre vie professionnelle. Cela

restera pour nous une aventure inoubliable

dans une région du monde extraordinaire

par sa beauté et le caractère accueillant de

ses habitants ».

▲Les implications économiques et

industrielles d’une potentielle entrée de

la Turquie dans l’Union européenne. La

conférence-débat organisée par trois élèves

Ingénieurs civils de 2 e année, s’est tenue le

30 mars, au 60, boulevard Saint-Michel.

Avec pour invités : Jean-Christophe Filori

(DG Élargissement de la CE) et François

Bernard (Agence gouvernementale «Invest

in Turkey»).


CERes (Coopération pour l’exploitation

des ressources) est un projet de solidarité

internationale mené par neuf élèves

de MINES

ParisTech,

au Burkina

Faso. «Nos

a m b i -

tions sont

d’aider au

développement

de

l’agriculture en saison sèche dans le village

de Tamassogo, au Burkina Faso. Pour cela,

nous allons mettre en place, en collaboration

avec les villageois, une coopérative agricole

en charge d’une zone maraîchère de

8 hectares ».

http://ceres-asso.org/index.htmlr


Heliotopia : «Nous organisons une

collecte de fournitures scolaires pour les

enfants Burkinabés de Tengrela. Nous

nous rendons à Tengrela fin avril afin de

mettre en place notre projet de construction

d’école, nous allons donc nous rendre

dans les

écoles existantes

et

nous aimerions

bien

a p p o r t e r

aux enfants

du matériel scolaire.

http://heliotopia.mines-paris.eu/

▲ Zanbinou :

« Nous partons

au Bénin au

mois d’avril afin

d’achever notre

première mission

en distribuant

des moustiquaires et en effectuant notre

campagne d’information sur le paludisme.

Ce sera l’occasion de ramener

dans nos bagages quelques objets issus de

l’artisanat local. Si vous désirez décorer,

aménager, embellir votre foyer avec des

couleurs et des formes venues d’ailleurs, et

en même temps contribuer à notre projet,

vous pouvez nous commander des articles

. http://zanbinou.mines-paris.eu/

▲ http://www.gastronomics.free.fr/

Julien Oet, en année de césure,

a intégré, début janvier, l’école

Ferrandi à Paris où il prépare un CAP

de Cuisine (épreuves en juin 2010).

Il nous invite à suivre sa formation

sur son blog, et à partager ses

réflexions culinaires, ses découvertes

gastronomiques et ses recettes…

Il a fait sien l’adage de Brillat-

Savarin : « La découverte d’un mets nouveau

fait plus pour le bonheur du genre

humain que la découverte d’une étoile ».


16

«Nest for All» en finale à Berkeley

Un succès pour l’option Innovation et entrepreneuriat

Un projet, porté par MINES

ParisTech, brillamment sélectionné

pour la finale de la Global Social

Venture Competition (GSVC) ! Le

projet Nest for All est dirigé par

Khadidiatou Nakoulima, ingénieur

MINES ParisTech (promo 2006) qui a

suivi les enseignements de l’option

Innovation et entrepreneuriat.

La finale de la plus prestigieuse compétition

d’entrepreneuriat réservée

à des projets alliant viabilité économique

et impact social positif (la CSGV) se

déroulera à la Haas School of Business de

l’Université de Berkeley (Californie) les 22

et 23 avril prochains.

Plus de 500 projets venant d’institutions

d’enseignement supérieur de plus de 40

pays ont participé aux différentes

phases de sélection nationales

et régionales à travers le

monde. 11 projets seulement,

dont Nest for All, restent en

compétition pour la finale.

Le projet a été initié en 2008

par des anciens élèves de MINES

ParisTech, de l’École polytechnique

et de Harvard Business

School ainsi que par des médecins

au Sénégal.

Depuis l’été 2009, Khadidiatou

Nakoulima le dirige et le transforme

en véritable entreprise. Elle met ainsi

à profit les compétences acquises dans le

cadre de l’option Innovation et entrepreneuriat,

proposée depuis deux ans aux élèves

ingénieurs.

Le projet a passé le cap d’une première

compétition de Business Plans à vocation

sociale ou environnementale, portés par

des étudiants et jeunes diplômés. Cela lui

a permis de concourir à la finale régionale

Europe, Afrique, Moyen-Orient de la CSGV,

organisée par la London Business School, le 5

mars dernier à Londres. Brillamment sélectionné,

Nest for All participera à la finale

mondiale en avril aux États-Unis.

Philippe Mustar

Pour en savoir plus sur cette compétition

: http://www.gsvc.org/about_gsvc/

Issue de la 1 ère promotion de l’option Innovation

et entrepreuriat, réunie autour de Philippe Mustar,

Khadidiatou Nakoulima dirige le projet Nest for All.

Nest for All : la santé de la mère et de l’enfant en Afrique

Nest for All proposera des soins de qualité aux populations à bas revenus d’Afrique de

l’Ouest, en utilisant un réseau d’établissements de santé de proximité. Contrairement au

secteur privé, Nest for All adoptera un modèle simple, abordable et qui atteindra à la fois

les standards de l’OMS et la rentabilité. Ce projet vise à remédier aux principaux obstacles

que les patients rencontrent avec le système de santé public des

pays d’Afrique de l’Ouest : longs temps de transport et d’attente,

manque d’infrastructures pour la maternité et mauvaises conditions

d’hygiène et d’accueil. Par ailleurs, l’entreprise, en mettant en place

un réseau étendu, permettra aux personnels de santé des pays

d’Afrique de l’Ouest de poursuivre une carrière gratifiante.

Votre avis nous intéresse. Merci de bien vouloir consacrer cinq minutes

à l’enquête de lectorat de La Lettre.

En ligne à l’adresse suivante, jusqu’au 31 mai 2010 :

http://www.mines-paristech.fr/Enquetes/Consult/form.phpide=32

e

L ttre


4 mai - 27 août 2010. Notre

terre, ce joyau - Exposition de prestige

au Musée de Minéralogie.

Un exceptionnel ensemble de minéraux,

bruts ou mis en valeur par

l’art du lapidaire, est exposé pour

la première fois à Paris. Les trophées

et sculptures de Jean-Pierre

Alibert (découvreur du graphite et

des jades de Sibérie) côtoient des

gemmes taillées et des sculptures

sur minéraux précieux présentés

par la firme Henn qui depuis cinq

générations maintient la tradition

de l’art lapidaire d’Idar-Oberstein

(Allemagne). Les acquisitions

récentes du collectionneur italien,

Adalberto Giazotto, montrent les

chefs-d’œuvre actuels de la « minéralogie

artistique », limite ultime de

l’art brut. Des ambres du Musée de

la Terre à Varsovie sont également à

découvrir.

Nocturnes les mercredis jusqu’à 20h ;

ouverture spéciale Nuit des Musées,

samedi 15 mai, de 19h à minuit.

http://www.ensmp.fr/Fr/Services/

Musee/musee.html

magazine d’information de

MINES ParisTech

60, boulevard Saint-Michel

75272 - Paris Cedex 06

tél. : 01 40 51 90 00

Benoît Legait,

directeur de publication

Simone Païta, rédaction

Benoît Tandonnet, maquette

J-M Goachet,J. Duong,

T. Vaerman, photos

ISSN : 1284-3709

More magazines by this user
Similar magazines