ERUSALEM - Patriarcat latin de Jérusalem

fr.lpj.org

ERUSALEM - Patriarcat latin de Jérusalem

JERUSALEM

Bulletin Diocesain du Patriarcat Latin

F Message à Obama

F Nouvel archevêque à Tunis

F Habemus Papam !

F Le Grand Magistère visite les chantiers

du Patriarcat

1-3

ANNEE 79

Janvier – Février – Mars 2013


Bulletin Jérusalem – Janvier – Février – Mars 2013

Sommaire :

I- LA VOIX DU PATRIARCHE ............................................................................................................................ 3

Discours du Patriarche : ...................................................................................................................................... 3

‒ 24 janvier 2013 : Lettre de solidarité du Patriarche Fouad Twal pour la Syrie souffrante ......... 3

‒ 13 février 2013 : Pour le Patriarche, le Pape offre « un choc de vitalité » pour l’Eglise .............. 4

Homélies du Patriarche : ..................................................................................................................................... 6

‒ 1 er janvier 2013 : Homélie du Patriarche pour le 1er janvier 2013 ..................................................... 6

‒ 18 février 2013 : « Nous, chrétiens, formons une Eglise dont la Via Crucis

n’est pas encore achevée. » (Mgr Twal) ........................................................................................................ 9

‒ 28 mars 2013 : Homélie du Patriarche pour le Jeudi Saint 2013 .......................................................... 11

‒ 31 mars 2013 : Homélie du dimanche de Pâques au Saint-Sépulcre .................................................. 14

Interview du Patriarche : .................................................................................................................................... 17

‒ 24 janvier 2013 : Point de vue du Patriarche sur les élections en Israël et en Jordanie ............... 17

II‒ LA VOIX DES VICAIRES ............................................................................................................................... 19

‒ 15 janvier 2013 : Interview de Mgr Lahham sur la situation politique en Jordanie ...................... 19

‒ 19 janvier 2013 : Conférence de Mgr Lahham sur « le rôle des religions dans l’évolution

des sociétés arabes » ............................................................................................................................................ 20

‒ 2 février 2013 : Conférence de Mgr Shomali sur « le dialogue interreligieux et la paix

en Terre Sainte : défis actuels et prospectives d’avenir » ........................................................................ 24

III‒ AGENDA DU PATRIARCAT DE JANVIER A MARS 2013 ......................................................... 35

IV‒ COMMUNIQUES DE PRESSE ET DECLARATIONS .................................................................. 42

Le Patriarcat latin de Jérusalem ..................................................................................................................... 42

‒ 4 janvier 2013 : Communiqué : Protestation contre la profanation de la tombe du roi David ...... 42

‒ 11 février 2013 : Hommage de la Terre Sainte au Bien-Aimé pape Benoît XVI ........................... 42

‒ 13 mars 2013 : Habemus Papam ! ................................................................................................................... 43

‒ 19 mars 2013 : Frère Garret Edmunds, nouveau vicaire patriarcal à Chypre .................................. 43

L’Assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte ................................................................... 44

‒ 18 janvier 2013 : Félicitations de l’AOCTS au nouveau Patriarche copte catholique ................. 44

‒ 25 janvier 2013 : Félicitations de l’AOCTS au nouveau Patriarche arménien

pour Jérusalem ....................................................................................................................................................... 46

‒ 4 février 2013 : Les Ordinaires félicitent Mgr Sako, nouveau Patriarche chaldéen ...................... 47

‒ 14 février 2013 : Lettre des Ordinaires au pape Benoît XVI ................................................................. 49

‒ 21 février 2013 : Félicitations de l’AOCTS au nouvel Archevêque de Tunis ................................. 51

‒ 19 mars 2013 : Lettre au Président Obama de la part de la Commission Justice et Paix ............ 53


2

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Autres communiqués............................................................................................................................................. 55

‒ 7 janvier 2013 : Bénédiction Apostolique adressée à Mgr Sabbah ..................................................... 55

‒ 10 janvier 2013 : Coordination Terre Sainte 2013 : Communiqué final ............................................ 55

‒ 23 janvier 2013 : Le Père Raed Abusahlieh nommé Secrétaire général de Caritas-Jérusalem ....... 57

‒ 28 janvier 2013 : Une initiative inter-religieuse pour la paix au Moyen-Orient (Nili) ................... 58

‒ 28 janvier 2013 : Clôture de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens .................................... 61

‒ 30 janvier 2013 : Communiqué conjoint de la Commission

de travail permanente et bilatérale entre le Saint-Siège et Israël ........................................................... 63

‒ 15 février 2013 : Les Evêques Latins pour les Régions Arabes remercient le Pape ........................ 65

‒ 15 février 2013 : Audience finale concernant l’affaire de Crémisan et le mur de séparation ....... 67

‒ 21 février 2013 : Mgr Ilario Antoniazzi, nouvel archevêque à Tunis ................................................... 70

‒ 22 mars 2013 : Appel des Patriarches catholiques orientaux depuis Rome ....................................... 71

‒ 26 mars 2013 : Message de Pâques des chefs des Eglises de Jérusalem (2013) ............................... 73

V‒ ACTES DE LA CURIE ....................................................................................................................................... 75

‒ Décrets ..................................................................................................................................................................... 75

‒ 20 mars 2013 : Deux nouveaux diacres pour le diocèse ........................................................................... 75

‒ 25 mars 2013 : Admission au sacrement de l’ordre au Séminaire Redemptoris Mater .................. 76

VI‒ ACTIVITES DES COMMISSIONS .......................................................................................................... 77

Comité du logement ............................................................................................................................................... 77

VII‒ ORDRE EQUESTRE DES CHEVALIERS DU SAINT‒SEPULCRE .................................... 78

Nouvelles de l’Ordre ............................................................................................................................................. 78

‒ 16 janvier 2013 : Les époux Hahn en visite au Patriarcat ........................................................................ 78

‒ 11 mars 2013 : Vitalité de l’Ordre du Saint-Sépulcre en Terre Sainte ................................................ 79

‒ 15 mars 2013 : Le Grand Magistère visite les chantiers du Patriarcat ................................................ 80

Coquilles de Pèlerin ............................................................................................................................................... 82

VIII‒ ANNEXES .......................................................................................................................................................... 85

‒ 3 janvier 2013 : Une société allemande pour le soutien du Patriarcat latin ...................................... 85

‒ 7 janvier 2013 : Le Pape appelle Jérusalem à devenir « une ville de paix et non de division » ...... 86

‒ 8 janvier 2013 : Retour sur Gaza 6 semaines après la trêve ................................................................... 88

‒ 8 janvier 2013 : Accord Saint-Siège / Israël : optimisme prudent de la part du Nonce .............. 89

‒ 18 janvier 2013 : Interview avec le Père Frans Bouwen sur l’œcuménisme en Terre Sainte ........ 90

‒ 24 janvier 2013 : Un nouveau patriarche arménien pour Jérusalem ................................................... 92

‒ 31 janvier 2013 : Poursuite des négociations entre l’OLP et le Saint-Siège .................................... 93

‒ 7 février 2013 : Comment les livres scolaires peuvent alimenter le conflit israélo-palestinien ...... 94

‒ 22 février 2013 : Réactions du nouvel archevêque pour la Tunisie ..................................................... 95

‒ 4 mars 2013 : Accueil des réfugiés syriens : un prêtre du Patriarcat latin témoigne ..................... 96

‒ 14 mars 2013 : Biographie du pape François .............................................................................................. 98

‒ 19 mars 2013 : S.B. Twal parmi les 180 concélébrants

à la messe d’inauguration du Saint Père ..................................................................................................... 99


Janvier – Février – Mars 2013 3

DISCOURS DU PATRIARCHE

La Voix du Patriarche

24 janvier 2013 :

Lettre de solidarité du Patriarche Fouad Twal

pour la Syrie souffrante

A toutes les communautés religieuses, à tous les prêtres, à tous ceux qui

en Syrie, au péril de leur vie, rendent un service généreux envers les pauvres, les

souffrants, les blessés, ceux qui ont besoin d’aide, nous exprimons du fond du cœur

notre proximité spirituelle, notre solidarité dans la prière, et toute notre gratitude

pour l’infatigable témoignage de charité et de sollicitude fraternelle au milieu de la

désolation et de circonstances si difficiles.

Nous sommes conscients que la Syrie et ses habitants vivent en ce moment

tragique le drame de la Croix, drame qui peut trouver une lumière seulement dans la

Croix et la Passion de notre Seigneur. Notre voix s’élève en mémoire des défunts et

pour la défense des vivants, de ceux qui continuent à rester sur leur terre et à tant de ces

réfugiés qui ont tout perdu et ont dû quitter leur pays. Le drame des uns et des autres

est immense – un drame que j’ai pu ressentir aussi de près lors de ma récente visite

pastorale à Mafraq au nord de la Jordanie – et ne peut pas nous laisser indifférents.

Depuis longtemps, depuis trop longtemps, dure cette situation. Notre humiliation et

notre grande souffrance sont de nous sentir impuissants et incapables d’intervenir

pour mettre immédiatement fin à cette violence et aider davantage les victimes.

Notre appel à cesser toute violence, et à nous armer au contraire de miséricorde,

de pitié et de compassion envers nos chers frères syriens souffrants, se joint à celui

du Saint Père. Benoît XVI continue à demander, et nous avec lui, de prier pour la

paix afin que « dans les différents conflits hélas en acte, cessent les massacres des

civils sans défense, que soit mis fin à tout violence, et que l’on trouve le courage du

dialogue et de la négociation. »

Je lance un appel à ceux qui peuvent intervenir pour promouvoir un dialogue

qui soit enfin constructif. Parce qu’il existe sûrement une voie de sortie, si nous

avons le courage et la volonté de l’entreprendre par amour de la paix et non pour

d’autres intérêts.

Que la Très Sainte Vierge Marie intercède auprès de son Fils pour ces

intentions.

† Fouad Twal, Patriarche

Au nom de l’AOCTS


4

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

13 février 2013 :

Pour le Patriarche, le Pape offre « un choc de vitalité » pour l’Eglise

JERUSALEM - Lundi 11 février 2013, la stupéfaction régnait aussi à

Jérusalem, après l’annonce de la renonciation du pape Benoît XVI. A 85 ans, il

ne se sent plus la force d’assumer la charge pontificale. Une telle renonciation

ne s’était pas produite dans l’Eglise depuis le XV e siècle. Réactions de respect et

d’affection de la part du Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal.

1) Qu’avez-vous ressenti à l’annonce du départ du Pape

Comme tout le monde, j’ai été décontenancé par la nouvelle de la renonciation

du Pape, ce lundi 11 février, jour anniversaire de la première apparition de la Vierge

à Lourdes et Journée mondiale du malade.

Au début, j’ai eu un peu de peine et de tristesse de la part d’un ami qui aime

chaleureusement la Terre Sainte et son petit troupeau.

Derrière cette renonciation, je ressens aussi un choc d’admiration et de sagesse

: il faut voir dans cette décision un choc de vitalité que nous offre le Pape pour la vie

de l’Eglise engagée au cœur de l’Année de la Foi.

Hier, à Amman j’assistais à une conférence sur la dimension humaine de la

ville de Jérusalem. La rencontre était organisée sous la houlette du Prince Hassan.

Avant son intervention, Mahdi Abdul Hadi (fondateur de Passia – Palestinian

Academic Society for the Study of International Affairs –), l’orateur – musulman

– a salué le courage du Pape « ce grand homme qui choisit de s’effacer et de laisser

le poste le plus prestigieux humainement et spirituellement. » Le Dr Mahdi faisait

remarquer qu’avec un tel geste, le Pape ne faisait que conquérir les cœurs pour

l’aimer plus. « A l’heure où beaucoup de dirigeants et chefs d’Etat s’attachent à

leur pouvoir, a-t-il poursuivi, on pourrait souhaiter qu’ils aient eux aussi le même

courage, la même humilité pour leur bien propre comme pour le bien de leurs

pays. »

2) Que retenez-vous concrètement et précisément de son pontificat pour la

Terre Sainte

Je retiens bien sûr son pèlerinage ici en 2009. Cette visite de Benoît XVI sur

les Lieux Saints et parmi nous, nous a beaucoup touchés et nous avons pu palper

de très près son tendre amour pour l’Eglise-Mère. Il était déjà un grand pape dans

nos cœurs ; par ses gestes envers notre Eglise, il s’est montré un pape plus grand


Janvier – Février – Mars 2013 5

encore. Je dois bien l’avouer : le Pape a un cœur noble comme la Terre Sainte est

noble.

Benoît XVI a toujours été très conscient de la complexité de la situation

politique issue du conflit israélo-palestinien. Il mesurait également l’hypersensibilité

des deux peuples. Mais rappelons-nous bien que dans les 33 discours

donnés lors de son voyage en 2009, chacun (qu’il soit palestinien ou israélien) s’y

est retrouvé. Cependant, le Pape dépassait largement les camps partisans. Il est venu

d’abord en pèlerin, dans un esprit d’humilité et de prière, se recueillir sur les Lieux

Saints. Il est venu en tant que pasteur nous réconforter, nous fortifier et nous appeler

à nous convertir. Et bien sûr, Benoît XVI est aussi venu en artisan de paix. Il voulait

être aux côtés de tous, de la paix, de la justice.

3) Qu’attendez-vous de son successeur sur la question du conflit israélopalestinien

et dans la vie de l’Eglise-Mère

Loin de moi toute spéculation ou préoccupation à ce sujet. Tout est travail

de l’Esprit Saint. En attendant nous allons porter dans notre prière Benoît XVI

et porter nos cardinaux pendant le conclave avant que le nouveau pape ne soit

désigné.

L’Eglise gardera quoi qu’il arrive la même ligne prise par le Saint-Siège sur la vie

politique en Israël et Palestine. L’institution ne meurt pas. Le Saint-Siège continue

avec sa mission mondiale et humanitaire.

Notre Terre Sainte comme notre Moyen-Orient vivent une période historique

très mouvementée. Nous aurons besoin d’un pape qui nous soit proche. Notre force

viendra de notre collaboration notamment dans le dialogue interreligieux et le désir

d’une paix, juste et durable pour tous.

4) Quel est votre meilleur souvenir en sa compagnie

Le moment le plus beau de mon contact avec le Pape fut ces trois jours en

Jordanie passés en mai 2009 quand nous étions ensemble dans la papamobile. Ce

furent trois jours où les discussions allaient bon train, simples, pleines de détente

et d’amitié. Il n’y avait plus ni protocole, ni maîtres de cérémonies, ni journalistes,

ni public. Le Pape est devenu un vrai ami. Nous devisions ensemble en italien et

le Pape souriait quand Mgr Georg Gänswein – le secrétaire personnel du Pape –

s’adressait à lui en allemand lui rappelant que « le Patriarche parle et comprend

l’allemand. » (rires). ■

Propos recueillis par Christophe Lafontaine


6

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

HOMELIE DU PATRIARCHE

1er janvier 2013 :

Homélie du Patriarche pour le 1er janvier 2013

Vous trouverez ci-dessous l’homélie de la solennité de Sainte Marie Mère

de Dieu, du 1 er janvier 2013, prononcée par le Patriarche à la co-cathédrale du

Patriarcat latin.

Homélie du 1 er janvier 2013

Chers frères dans l’épiscopat,

Mesdames et messieurs,

Chers Pères, chères Sœurs, chers amis,

Merci d’être là pour inaugurer ensemble l’année 2013. Je vous salue tous en

présentant mes vœux de paix intérieure et de paix extérieure. Les vœux que nous

nous offrons mutuellement nous engagent ensemble pour que, dans les joies et les

difficultés, les succès et les échecs, nous vivions ensemble cette année nouvelle au

service de l’Eglise-Mère. Chacun avec ses dons, ses charismes, ses prières. Pour

tout cela, je vous redis mon estime et ma reconnaissance par avance, car nous vous

devons déjà beaucoup. Ce n’est pas sans oublier dans nos pensées ceux qui nous ont

quittés l’an dernier. Que la prière nous unisse sur Terre et au Ciel.

Pour l’Eglise catholique, vous le savez, le 1 er janvier est une journée

mondiale pour la paix. Cette journée est consacrée à la Vierge Marie, Mère de

Jésus, notre Mère. Elle saura mieux que quiconque intercéder pour ses fils et

filles qui vivent sur cette Terre Sainte et qui désirent la paix au Moyen-Orient. A

l’occasion du 1 er janvier 2013, le pape Benoît XVI a donné un message plein de

sagesse et d’interpellation, dont le thème est tiré des Béatitudes : « Heureux les

artisans de paix ». Le Pape invite tous les hommes et femmes de bonne volonté,

à travailler ensemble pour construire une société ayant un visage plus humain et

plus solidaire. Dans cette perspective, le Pape a consacré une grande partie de son

message aux « vrais » artisans de paix, c’est-à-dire « ceux qui aiment et défendent

la vie humaine en toutes ses dimensions ». Le Message annuel du Pape encourage

chacun de nous à se sentir responsable de la construction de la paix.

Ce que je veux retenir avec vous, c’est le petit vademecum concret que


Janvier – Février – Mars 2013 7

nous donne Benoît XVI, pour l’engagement des catholiques dans la vie sociale,

économique et politique, fondé sur le programme des Béatitudes. Le Pape propose

un instrument de réflexion pour dépasser « les conflits sanglants toujours en cours

», et « les foyers de tension et d’opposition causés par des inégalités croissantes

entre riches et pauvres, par la prévalence d’une mentalité égoïste et individualiste,

qui s’exprime également au travers d’un capitalisme financier sans régulation. »

Le Pape n’oublie pas de faire référence au terrorisme et à la criminalité

internationale, aux fondamentalismes et aux fanatismes, « qui défigurent la vraie

nature de la religion. » Notre Proche-Orient et notre Terre Sainte bien aimés, souffrent

de cette montée de l’intégrisme religieux, qui met en danger les perspectives de

dialogue et de coexistence entre les religions.

Pour le Pape, la réponse à ces défis de paix se trouve précisément dans les

Béatitudes évangéliques, grâces auxquelles il est possible d’édifier une société

« fondée sur la vérité, sur la liberté, sur l’amour et sur la justice ». Mais, ajoute-t-il,

la paix véritable est « don de Dieu et oeuvre de l’homme. » Benoît XVI, dans son

livre « Jésus de Nazareth », commente d’ailleurs le sermon sur la montagne. Au

sujet de la septième Béatitude : « Heureux les artisans de paix : ils seront appelés

fils de Dieu », il fait remarquer que « cette phrase fait apparaître une relation entre

la filiation divine et la royauté de la paix ». Il poursuit : « Jésus est le Fils, et il

l’est réellement. Faire œuvre de paix appartient par nature au fait d’être fils. Cette

septième Béatitude nous invite à être et à faire ce que fait le Fils, pour devenir nousmêmes

des fils de Dieu ». « Cela est valable, poursuit le Pape, tout d’abord à petite

échelle dans l’espace de la vie de chacun. Seul l’homme réconcilié avec Dieu peut

se réconcilier et être en harmonie avec lui-même, et seul l’homme réconcilié avec

Dieu et avec lui-même, peut faire uvre de paix autour de lui et la propager à travers

le monde entier ». « Paix sur la terre » (Lc 2, 14), telle est la volonté de Dieu et par

conséquent la mission confiée aux hommes.

Les Bergers sont les premiers à avoir cru la parole des anges : « Paix aux

hommes ». La paix entre les peuples ne peut naître et grandir que si elle existe

d’abord dans chaque homme, dans chaque famille, dans chaque communauté

religieuse, dans chaque peuple. Au-dede la Crèche de Bethléem, il nous faut

embrasser d’un seul regard la Terre Sainte. L’heureuse issue du vote à l’Onu

de la Palestine comme un Etat non membre, doit stimuler la paix sur toute la

terre du Christ. Avec vous, je suis pour que tous les moyens de parvenir à la

paix, passent par la justice, le dialogue, et jamais par la violence. Le chemin

est semé d’embûches, mais l’espérance nous guide et le chant des anges nous

rassure. Le pape Benoît XVI a reçu il y a quinze jours en audience le président

de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, appelant les différentes parties

présentes au Proche-Orient au « courage de la réconciliation et de la paix ».


8

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Commentant sa visite au Vatican, le Président Mahmoud Abbas me confiait sa

belle surprise de constater la joie du Saint Père pour le vote en faveur de l’Etat

de Palestine.

Comment ne pas désirer ardemment la paix en Syrie et la fin du blocus de

Gaza ! Prions sans cesse pour encourager les hommes de bonne volonté à aller

jusqu’au bout de leurs efforts, se refusant à la haine et en respectant les légitimes

différences religieuses, culturelles ou historiques.

Nous, chrétiens au Moyen-Orient, devons être des bâtisseurs de paix, des

acteurs de réconciliation. Nous avons ici notre place. Notre histoire nous enseigne le

rôle important et souvent primordial joué par les communautés chrétiennes, dans le

dialogue interreligieux et interculturel. Pour cela, il faut nous réjouir des initiatives

qui nous lient entre chrétiens et qui nous donnent plus de force. Nous avons décidé

de fêter Pâques cette année selon le calendrier julien. Les fidèles anglicans et

luthériens ont adhéré à cette initiative. Je fais le vœu qu’un jour les orthodoxes

fassent un pas courageux, pour fêter Noël selon notre calendrier grégorien.

Les Bergers de la Crèche ont été les premiers adorateurs et les premiers

messagers de la Bonne Nouvelle du Salut. L’Evangile nous dit « Après l’avoir vu,

ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. » Dieu les a

choisis les premiers comme témoins de la naissance de Jésus. Remplis de l’amour

de Dieu et de la paix de Dieu, ils sont retournés à leurs champs, glorifiant et louant

Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu.

Dans le sillage du Synode pour la Nouvelle Evangélisation, à nous d’être

aujourd’hui ces bergers en repartant du début, depuis la Crèche de Bethléem.

Puissions-nous être fidèles à l’Enfant de la Crèche comme ces bergers pendant

cette Année de la foi, que nous propose de vivre l’Eglise. Qu’en cette « Année de

la foi », nous puissions demander nous aussi :

« Seigneur, augmente en nous notre foi » !

Seigneur augmente en nous l’entente et la collaboration,

Seigneur augmente en nous l’unité et la communion. Amen.

Bonne année de paix !

† Fouad Twal, Patriarche

✯ ✯ ✯


Janvier – Février – Mars 2013 9

18 février 2013 :

« Nous, chrétiens, formons une Eglise dont la Via Crucis n’est pas

encore achevée. » (Mgr Twal)

JERUSALEM – Vendredi 15 février 2013, deux jours après l’entrée en

Carême, une tradition veut que le couronnement d’épines du Christ soit commémoré

dans la Basilique du couvent de l’Ecce Homo, confié aux Sœurs de Sion et à la

Communauté du Chemin Neuf. Le Patriarche, Mgr Fouad Twal, a présidé la messe

et a voulu dans son homélie rappeler qu’« ici, en Terre Sainte et dans le Proche-

Orient en général, nous sommes nous aussi étouffés par les épines de la guerre, des

violences, de l’extrémisme, de l’instabilité, de l’émigration, de l’injustice. Ici en

Terre Sainte, Jésus continue de souffrir lorsque les croyants sont divisés, lorsque

l’injustice règne, lorsque les migrants sont maltraités et les réfugiés toujours plus

nombreux. » Ci-dessous, vous pourrez lire l’homélie du Patriarche.

Le couronnement d’épines – 15 février 2013

Chères communautés des Sœurs de Sion et du Chemin Neuf,

Chers frères et Sœurs,

1) Nous voici réunis au début du Carême, deux jours après le mercredi des Cendres

comme il est de tradition à Jérusalem, dans la Basilique du couvent de l’Ecce

Homo. Nous commémorons le couronnement d’épines de Jésus-Christ. Nous

commençons cette période du Carême qui, en quarante jours, va nous conduire

à Pâques. Dans un élan d’amour que nous ne saisirons jamais parfaitement,

Jésus, le Fils de Dieu, a livré sa vie pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Aujourd’hui, nous pouvons partir de l’évangile pour contempler, méditer, rentrer

à l’intérieur du troisième mystère douloureux, avec le treizième mystère du

rosaire : le couronnement d’épines.

2) Jésus a été couronné d’épines, Jésus a été injurié, humilié, soumis à la dérision,

à la moquerie générale, aux rires et à toutes les formes possibles d’humiliation

publique et d’humiliation intime : voilà ce qui est stigmatisé dans ce troisième

mystère. Jésus a souffert dans son corps, dans son cœur. C’est à Gethsémani

d’ailleurs que le « trouble » pénètrera le plus son âme sainte.

Avec la couronne d’épines, avec ce qui la précède, et ce qui la suit, avec tout ce

qui arrache au Christ des larmes et des cris, Dieu le Père souffre avec son fils. Ce

sacrifice nous révèle l’amour du Père qui est prêt à donner jusqu’à la vie de son fils,


10

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

pour sauver la vie de chacun de nous, qui sommes ce que nous sommes. A travers

les souffrances de Jésus, il nous dit « Je vous aime ». L’amour de Jésus-Christ

est plus fort que la souffrance que lui inflige l’humanité. Cet amour lui confère

sa vraie Royauté. Ces épines entourent le front du Rédempteur d’une couronne

de gloire, parce que cette couronne, celle-là et nulle autre, Jésus l’a acceptée par

amour. Jésus a voulu la royauté de l’amour. Et elle n’est pas de ce monde.

3) En tant que chrétiens, nous sommes appelés à porter nous aussi notre couronne

d’épines, c’est-à-dire accepter de souffrir à cause du Christ et de communier

à ses souffrances (1 Pierre 1, 21). Jésus a dit que celui qui veut le suivre

doit porter sa croix (Luc 9, 23). Devenir disciple de Jésus, non seulement en

le suivant, mais en portant aussi dans sa chair « ce qui manque encore aux

souffrances du Christ » (Col 1, 24).

Ici, en Terre Sainte et dans le Proche-Orient en général, nous sommes nous

aussi étouffés par les épines de la guerre, des violences, de l’extrémisme, de

l’instabilité, de l’émigration, de l’injustice. Ici en Terre Sainte, Jésus continue de

souffrir lorsque les croyants sont divisés, lorsque l’injustice règne, lorsque les

migrants sont maltraités et les réfugiés toujours plus nombreux.

Nous portons une couronne de barbelés, une tunique de béton et de graffitis. Et

nous chrétiens, formons encore une Eglise du Calvaire dont la Via Crucis ne

s’est pas encore achevée.

Pour nous, essayer de vivre en disciples du Christ sur la Terre du Salut, c’est

accepter de prendre sur nous, tel Simon de Cyrène, une part de la croix de Jésus.

C’est accepter de prendre sur nous, descendants indignes de Véronique, une part

des crachats qui salissaient la face du Seigneur. En chacun de nous vivent encore

un Simon de Cyrène et une belle Véronique qui osent encore tendre la main au

prochain. Je suis fier de notre Eglise en Jordanie en constatant les miracles que

fait la Caritas-Jordanie, en faveur des centaines des milliers des réfugiés Syriens.

4) Il ne nous est pas permis de perdre pas la foi et l’espérance. Notre vocation est

entre le calvaire et l’espérance. Et « l’espérance ne déçoit jamais » (Romains

5, 5). Nous devons porter fièrement cette couronne qui est l’identité de notre

vocation, et qui nous associe à la passion du Christ. Elle implique la vocation

de la conversion personnelle des cœurs, pour que le vieil homme meure. Elle

implique de la souffrance qui purifie le cœur et les sentiments ; plus l’amour

s’élargit, plus il accepte la douleur comme compagne. Mais le regard sur le

crucifié donne la force, la patience, l’obéissance parfois jusqu’à l’humiliation, au

mépris de la dignité humaine, ou jusqu’à la mort. N’oublions pas que le Maître

est aussi passé par là et il a pardonné. Il a vaincu.


Janvier – Février – Mars 2013 11

5) Nous savons que seul Jésus, étant passé par les tribulations et la mort pour

ressusciter, peut apporter le salut et la paix à tous les habitants de cette région

du monde (cf. Ac 2, 23-24. 32-33). C’est lui seul, le Christ, le Fils de Dieu, que

nous proclamons ! Repentons-nous donc et convertissons-nous « afin que les

péchés soient effacés et qu’ainsi le Seigneur fasse venir le temps du répit » (Ac

3, 19-20a).

6) Nous portons cette couronne, dans l’espoir d’avoir un jour la joie de vivre dans

le Royaume des Cieux. La couronne d’épines se changera en couronne de gloire.

N’oublions pas que nous sommes co-héritiers avec Jésus et qu’il va partager sa

gloire avec nous par l’entremise du Saint-Esprit qui nous couronne de la grâce

de Dieu, une couronne glorieuse offerte par un Dieu bon et miséricordieux, une

couronne incorruptible qui durera éternellement (1Pi 5, 4 et Ja 1,12).

Dans ce carême, apprenons à nous unir en prière, en amour à la personne

du Christ et à tous les êtres humains qui souffrent ; apprenons à méditer les

signes de la Passion qu’il a subie pour nous. Marie qui a accompagné Jésus

dans ce couronnement de la passion nous indique que le chapelet est aussi une

couronne : une couronne de prières.

Chers Frères et Sœurs, que Marie nous guide et nous garde tout au long de ce

Carême, jusqu’au saint Jour de Pâques.

Amen.

✯ ✯ ✯

† Fouad Twal, Patriarche

28 Mars 2013 :

Homélie du Patriarche pour le Jeudi Saint 2013

Excellences, chers Pères, Frères et Sœurs, chers Pèlerins, chers fidèles :

Bonne fête.

En ce Jeudi Saint, nous voici réunis à Jérusalem, à quelques centaines de

mètres du Cénacle, avec le Christ et ses disciples, au moment choisi par Jésus pour

instituer les deux sacrements du sacerdoce et de l’Eucharistie.

« Le sacerdoce, c’est l’amour du cœur de Jésus », avait coutume de dire le

Saint Curé d’Ars. Nous pouvons ainsi remercier avec affection les prêtres qui nous


12

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

sont donnés, non seulement pour l’Eglise, mais aussi pour l’humanité entière. «

Un bon pasteur, un pasteur selon le cœur de Dieu, c’est là le plus grand trésor

que le bon Dieu puisse accorder à une paroisse, et un des plus précieux dons de la

miséricorde divine. »

Désormais, nous sommes à l’aube d’un nouveau pontificat avec le pape

François, le Père des pauvres, qui, à l’exemple du grand Maître, commence son

règne avec un beau geste d’humilité et de simplicité demandant aux fidèles de prier

pour lui. Nous savons combien la tâche est lourde : le Vatican, l’Eglise, les prêtres

sont la cible des medias à cause de divisions et de certains scandales et à cause

aussi souvent de mauvaises intentions. En ce Jeudi Saint, ayons à cœur dans notre

prière, de demander à Dieu de nous aider à purifier notre Eglise, nos cœurs et nos

intentions.

Autrefois, en Orient, le lavement des pieds était fréquent à cause de la

poussière des chemins. Lorsqu’une personne arrivait d’un voyage, on lui présentait

souvent une bassine d’eau pour se laver elle-même les pieds ou se les faire laver

par le dernier des serviteurs. La soirée du Jeudi Saint, Jésus et ses disciples arrivent

au lieu du repas, et c’est lui, le Maître, qui agit comme le dernier des serviteurs

envers ses disciples. Pierre, dans un premier temps, se cabre, mais Jésus donne un

sens particulier à cet « acte ». Ce n’est pas seulement un exemple d’humilité et de

dévouement, mais le symbole d’une purification spirituelle, sans laquelle Pierre ne

peut avoir part au salut (verset 8). Finalement Pierre comprend mieux ce geste et

demande même à être « entièrement lavé ». Chers amis, en chacun de nous, il y a un

peu de Saint Pierre, qui a plus confiance dans sa manière de faire et de penser que

dans le plan de Dieu… et qui est à la fois disposé à mourir pour le Seigneur comme

prêt à le nier par peur ou par honte.

Prions aussi pour notre Eglise, pour notre Terre Sainte et pour tout le Moyen-

Orient, que le Seigneur nous lave de toutes les poussières de divisions, d’infidélités,

d’injustice et de la soif du pouvoir.

« C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi,

comme j’ai fait pour vous » (verset 15). Jésus institue une pratique à renouveler

régulièrement. Il nous presse à rechercher une humilité profonde et concrète dans

nos vies surtout en cette Année de la Foi.

Cette foi que nous partageons a pour sommet l’Eucharistie. Le lavement

des pieds et l’institution de l’Eucharistie au Cénacle sont profondément liés. Dans

l’Eucharistie, Jésus se met à notre service d’une façon encore plus grande qu’en

nous lavant les pieds. Il nous nourrit de sa propre chair et de son propre sang. Il lave

nos âmes. Il nous console, il nous apporte sa force pour nos tâches quotidiennes et

pour le suivre comme ses disciples. Ici au Moyen-Orient, être disciple du Christ, est


Janvier – Février – Mars 2013 13

une vocation de la croix. Nos cœurs saignent de voir la Syrie s’enfoncer toujours

plus dans une violence qui n’a plus de nom que la folie des hommes. Notre Moyen-

Orient souffre cruellement en ses entrailles. Et je le dis, les politiques échoueront

toujours à installer la démocratie et la justice, tant que notre Terre Sainte subira le

conflit qui la déchire : la paix en Terre Sainte est la clef de la paix au Proche-Orient.

Au Moyen-Orient nous formons une Eglise du Calvaire qui a son espérance

dans la Résurrection et qui a sa force dans l’Eucharistie. Jésus nous donne la force de

continuer à vivre dans cette « vallée de larmes » (Ps 84, 6) : « Demeurez en moi comme

moi en vous. » Avec lui, et en communion avec tous les amis de Terre Sainte, nous

ne sommes pas seuls. Pasteur du Petit Troupeau de chrétiens qui vit en Terre Sainte,

qui souffre sur la Terre de la Promesse, qui ne peut adorer la présence réelle sur les

lieux même du Cénacle, je vous invite à vous souvenir de la première communauté

chrétienne de Jérusalem, qui était très modeste, mais qui a trouvé le courage, la force,

l’espérance seulement dans la présence du Christ. Nous pouvons nous aussi porter

toutes nos inquiétudes, nos peurs, nos souffrances dans l’Eucharistie.

Chers frères et sœurs de Terre Sainte, chers pèlerins de la paix, « L’image

de notre monde déchiré, qui a inauguré le nouveau millénaire avec le spectre

du terrorisme et la tragédie de la guerre, appelle plus que jamais les chrétiens à

vivre l’Eucharistie comme une grande école de paix (Mane Nobiscum Domine). »

Oui, l’aide réelle vient de la prière et la reconnaissance de notre Seigneur dans

l’Eucharistie.

Je fais un appel à vous, chrétiens de Terre Sainte et pèlerins, pour que dans

vos communautés et dans vos familles, vous puissiez devenir de vrais adorateurs,

qui fréquentent régulièrement l’Eucharistie, pour avoir la force de bâtir une société

juste, une paix durable. En témoigne déjà le merveilleux travail de charité que font

les communautés chrétiennes, paroisses et la Caritas en Jordanie pour aider les

réfugiés syriens en détresse.

Lors de la remise de l’exhortation apostolique « Ecclesia in Medio Oriente »

le pape Benoît XVI a dit à notre égard : « Soyez sans crainte, car le Seigneur est

vraiment avec vous jusqu’à la fin du monde ! Soyez sans crainte, car l’Eglise

universelle vous accompagne par sa proximité humaine et spirituelle ! » (Signature

de l’exhortation le 14 septembre 2012 à Beyrouth).

Je vous souhaite à tous d’aller joyeusement et humblement à la rencontre du

Seigneur dans la Sainte Eucharistie et de vous rappeler de ses paroles : « Et moi je

suis avec vous jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20).

Amen.

† Fouad Twal, Patriarche


14

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

31 mars 2013 :

Homélie du dimanche de Pâques au Saint-Sépulcre

Excellences,

Chers frères dans l’épiscopat et le sacerdoce

Chers amis,

Sainte fête de Pâques à tous ! Le Christ est vraiment ressuscité ! Alléluia !

Pâques illumine ! Le ressuscité nous enveloppe de sa lumière, il donne à nos cœurs

une joie immense et une grande espérance et il les remplit de son amour.

Aujourd’hui nous est relatée dans l’évangile la course haletante de Pierre et

Jean qui suivent Marie-Madeleine vers le tombeau où le corps de Jésus a été déposé.

Mais ils découvrent un tombeau vide avec le linceul. Pourtant, instantanément

Jean vit et crut que Jésus n’a pas été enlevé mais qu’il est ressuscité. La foi est

donc un don et elle est aussi personnelle. C’est pourquoi une relation intime avec

Dieu est nécessaire. Elle s’établit par la prière dans le secret des cœurs devant une

« présence absente », dont témoigne le tombeau vide. Le tombeau vide comme on

le voit aujourd’hui ici-même, est le chemin de la foi qui commence. Cette foi –

notre foi – s’appuie sur le témoignage des Apôtres. Il nous est demandé de croire

sans voir : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » (Jean 20, 29).

La résurrection est au centre de la foi chrétienne : « Si le Christ n’est pas

ressuscité, vaine est notre foi » (1Co 15,17). Malgré cela les catholiques, les

orthodoxes et les protestants célèbrent Pâques à des dates différentes. Nous savons

que la division ne vient pas de Dieu. C’est pourquoi, nous avons décidé dans notre

diocèse de Terre Sainte à l’exception de Jérusalem et de Bethléem, de caler la date

de Pâques des catholiques sur le calendrier julien pour que les familles de confession

mixte puissent fêter ce mystère ensemble. Comme c’est le cas en Jordanie, en Syrie

et en Egypte. Une célébration commune solennelle et joyeuse de la Résurrection du

Seigneur par tous les chrétiens à travers la Terre Sainte, peut devenir un témoignage

crédible et authentique de l’appel du Christ pour plus de communion, ainsi que de

notre réponse à cet appel.

Cette décision d’unifier la date Pâques n’est pas facile mais c’est un premier

pas vers l’unité complète, que nous devons porter dans notre prière. Dans cette Année

de la foi, qui se prête très bien à ce défi, il nous est aussi demander de redynamiser

notre foi et notre enthousiasme. L’évangélisation, à travers notre charité, amour du

prochain et simplicité, semble être une priorité pour notre nouveau pape François.

Notre pape argentin vient d’un continent qui compte 40 % des catholiques du

monde, mais où la position de l’Eglise est contestée par les groupes évangéliques


Janvier – Février – Mars 2013 15

et où les relations avec le monde politique sont un peu tendues. L’Esprit Saint qui

a déjoué tous les pronostics, vient de nous donner un pape dont l’action depuis des

années, se trouve dans la droite ligne des orientations du dernier synode qui portait

sur la « nouvelle évangélisation. »

Le Saint Père a demandé dans son tout premier discours aux fidèles

d’ « entreprendre un chemin de fraternité, d’amour » et d’« évangélisation ».

Dans l’évangile de Saint Jean, Jésus nous dit qu’il est la lumière ; qui

le suit « ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie » (Jn

8, 12). En tant que chrétiens, le Seigneur nous invite aussi à être une lumière

pour le monde ; à porter la lumière de l’espérance au milieu des violences, des

souffrances, des guerres, de l’injustice. Il nous invite ici à porter la lumière de la

foi au milieu de notre région du Proche-Orient, là où le christianisme est né, là

où l’Eglise-Mère de Jérusalem est née, là où naît tout chrétien. C’est pourquoi la

nouvelle évangélisation, pour être moderne et efficace, doit repartir de Jérusalem :

- repartir de la première communauté chrétienne assidue à la lecture de la Parole

de Dieu, à rompre le pain et à la solidarité.

- repartir de la première communauté, ancrée dans la personne du Christ, ayant

une cause, pour laquelle elle était disposée à affronter tout sacrifice jusqu’au

martyre. Ainsi, je renouvèle mon invitation à venir en Terre Sainte à tous les

pèlerins du monde entier et en premier lieu à notre pape François qui sera le

bienvenu.

Venez vous aussi comme Pierre et Jean voir le tombeau vide. Le pèlerinage

aux Lieux Saints et aux « pierres vivantes », est un excellent moyen pour raviver

notre foi et celle des pèlerins. Il permet de mieux connaître le cadre culturel,

historique et géographique, où sont nés les mystères auxquels nous croyons, et dont

le plus important est fêté aujourd’hui : la résurrection.

Le pèlerinage ici est une occasion de rencontre personnelle et incarnée avec

Jésus. En ce sens, les chrétiens de Terre Sainte sont la mémoire collective vivante

de l’histoire de Jésus. Mais en même temps ils ont besoin des autres fidèles, de

leurs prières et de leur solidarité ; la présence des pèlerins est de fait un véritable

témoignage de foi et de communion avec notre Eglise du Calvaire.

Notre Eglise vit dans un Moyen-Orient de souffrance. L’Année de la foi répond

donc ici à des enjeux spécifiques. D’abord, je pense à toutes les victimes et tous les

réfugiés syriens qui affluent dans les pays voisins et notamment en Jordanie, mais

aussi à tous les chrétiens de Terre Sainte qui sont tentés par l’émigration, je veux

redire à tous que la fête de la résurrection est un motif d’espérance pour un monde

affligé par de profondes tragédies souvent provoquées par la violence humaine. Les


16

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

croix de nos vies ne sont pas pour autant balayées à Pâques ; Dieu ne vient pas les

supprimer, mais il a ouvert un chemin d’espérance au milieu de la souffrance, et il

veut l’ouvrir chaque jour pour nous.

Vivre au Moyen-Orient en tant que chrétien, n’est pas un choix mais une

vocation. Il faut passer par la croix pour connaître la résurrection. « La croix nous

fait souvent peur, car elle semble être la négation de la vie. En réalité, c’est le

contraire ! Elle est le “oui” de Dieu à l’homme, l’expression extrême de son amour

et la source d’où jaillit la vie. Car du cœur de Jésus ouvert sur la croix, a jailli

cette vie divine, toujours disponible pour celui qui accepte de lever les yeux vers le

crucifié. » (Benoît XVI lors des JMJ de Madrid.)

Depuis le matin de Pâques, l’espérance chrétienne est sans limite. Toute nuit

noire peut être illuminée par le vainqueur du tombeau. Ce ne sont plus des terres

qu’il faut reconquérir, mais des cœurs. Des cœurs qu’il faut convertir et éduquer à la

paix. J’invite encore et encore la communauté internationale, au-dedes discours et

des visites, à prendre concrètement les décisions efficaces pour trouver une solution

équilibrée et juste pour la cause palestinienne qui est à l’origine de tous les troubles

du Moyen-Orient.

En novembre 2010, j’ai rencontré personnellement le Pape en Argentine

où nous avions pu évoquer la situation de la diaspora des chrétiens d’Orient en

Amérique latine. L’Argentine a accueilli de nombreux émigrés du Moyen-Orient.

Le pape François est ainsi sensibilisé à la question de l’émigration des fidèles de

Terre Sainte. Il fut d’ailleurs jusqu’ici ordinaire pour les fidèles de rite oriental

résidant dans son pays. Je suis convaincu que le Saint Père continuera avec force

et détermination le travail de Benoît XVI pour la paix en Terre Sainte, et un

rapprochement entre les peuples et les religions du monde. Ici en Terre Sainte, notre

communion avec le Saint Père est profonde et notre confiance absolue. Nous savons

d’expérience tout l’intérêt et les efforts pour la paix que porte le Saint-Siège à notre

Patriarcat et à la Terre Sainte.

Chers frères et sœurs, recevez mes meilleurs souhaits de Joyeuses Pâques ;

que ce soit l’occasion d’une belle résurrection de nous-mêmes, de nos Eglises et de

notre Terre Sainte. Qu’en ce matin de Pâques germe un printemps nouveau.

Que cette fête radieuse de la Résurrection du Christ vous apporte la bénédiction

du Seigneur !

Amen. ■

✯ ✯ ✯

† Fouad Twal, Patriarche


Janvier – Février – Mars 2013 17

INTERVIEW DU PATRIARCHE

24 janvier 2013 :

Point de vue du Patriarche sur les élections en Israël et en Jordanie

Benjamin Netanyahu, affaibli après les élections en Israël le 22 janvier, a

tendu la main au centriste Yaïr Lapid, en promettant d’accorder la priorité au social

mais il pourrait être obligé aussi de lâcher du lest sur la question palestinienne. Les

Jordaniens quant à eux ont voté mercredi 23 janvier pour choisir les membres d’un

Parlement aux pouvoirs élargis. Le nouveau Parlement choisira le premier ministre

et gérera les affaires courantes, des pouvoirs qui étaient auparavant réservés au

roi Abdallah II. La politique étrangère et les questions de sécurité restent sous le

contrôle du roi. Les premiers résultats sont attendus aujourd’hui. Interview avec le

Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal.

1) Que pensez-vous du résultat des législatives en Israël

Je veux d’abord souligner un principe. Nous respectons totalement la liberté

du peuple israélien de choisir les hommes politiques en qui il a confiance pour

diriger le pays. Nous espérons que l’alliance déjà annoncée entre le Likoud-

Beïtenou (droite) du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le nouveau

parti centriste Yesh Atid de Yaïr Lapid, soit franchement un pas en avant vers plus

d’entente, vers une solution de paix que tous attendent. Nous espérons qu’il s’agisse

là d’un vrai progrès.

2) Avez-vous un message à faire passer aux élus

Je souhaite des dirigeants qui sont élus avec leur programme, qu’ils prennent

en considération deux réalités qu’ils ne doivent ni éviter et encore moins omettre.

Je rappelle d’une part qu’il y a un Etat qui s’appelle Palestine et d’autre part qu’il

existe un peuple palestinien. Au début de cette nouvelle année, je redis nos souhaits

et nos prières pour plus de paix passant par plus de justice et de confiance mutuelles.

3) Les élections en Jordanie sont-elles un test pour le régime

Nous avons toujours dit que le régime jordanien avait entamé des réformes

avant et pendant le « Printemps arabe ». Il a su contenir les manifestations qui

auraient pu dégénérer et conduire au pire. Il est vrai que les Frères Musulmans ont


18

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

boycotté ces élections dans un but clair et net de faire tomber le régime. Malgré ce

boycott de l’opposition islamiste, plus de la moitié des électeurs jordaniens se sont

rendus hier aux urnes, conscients de leurs droits et devoirs. On estime pour ces

législatives un taux de participation de 56,5 % des 2,3 millions d’électeurs inscrits.

Il s’agit là de citoyens qui ont à cœur le bien pour leur pays.

Je forme l’espoir que les Frères Musulmans repensent leur politique et montent

dans le bon train en prenant leurs responsabilités. Je dois dire que nous admirons la

patience du Roi qui arrive à écouter et à faire face aux mécontentements.

4) Dans un contexte régional, social et économique troublé, comment la

Jordanie continue-t-elle à faire face à l’arrivée des réfugiés syriens

Des milliers de syriens arrivent dans le pays et il faut dire que la Jordanie

affronte des manques en matière d’électricité, d’eau et de carburant. De plus la vie

devient chère. Le pays accueille toujours plus de réfugiés qui du Nord commencent

à se déplacer vers le Sud du pays. Certains apportent leurs savoir-faire et constituent

une bonne main d’œuvre mais beaucoup d’autres sont blessés, fatigués et malades. Je

veux donner un mot de gratitude pour l’armée jordanienne qui a mis à la disposition

des réfugiés toutes ses infrastructures pour accueillir tous ces malheureux. La

situation en Syrie nous afflige et dans une lettre de solidarité que j’ai écrite ce

matin, j’appelle toutes les bonnes volontés parmi la communauté internationale à

nouer un vrai dialogue de paix. Certes, ma lettre ne fera pas de miracle mais je veux

exprimer aux syriens, aux communautés religieuses, aux prêtres et à tous ceux qui

œuvrent dans la charité et pour la paix, notre voisinage spirituel, notre soutien par

la prière. Nous ne sommes pas étrangers à leurs souffrances et nous sommes pleins

de vraie compassion. ■

Propos recueillis par Christophe Lafontaine

✯ ✯ ✯


Janvier – Février – Mars 2013 19

La Voix des Vicaires

15 janvier 2013 :

Interview de Mgr Lahham sur la situation politique en Jordanie

AMMAN - En octobre dernier, le roi Abadallah II a dissous le Parlement,

ouvrant ainsi la voie à des élections anticipées le 23 janvier 2013. La Jordanie

est secouée par des manifestations qui se multiplient pour réclamer des réformes

politiques et économiques. De plus, le pays doit faire face à l’afflux de réfugiés

syriens. Point de la situation avec Mgr Lahham, vicaire patriarcal pour la

Jordanie.

1) La situation humanitaire s’aggrave en Jordanie pour les réfugiés syriens en

proie aux intempéries. Comment agit le vicariat pour leur venir en aide

La situation des réfugiés en Jordanie est vraiment catastrophique. Mais il faut

aussi savoir que la Jordanie n’a pas de structures suffisantes et que la dernière tempête

de neige était hors de l’ordinaire. Pour l’Eglise, la Caritas envoie continuellement

des aides aux réfugiés. Elle s’occupe aussi des cas de maladie. Enfin, j’ai déclaré

à l’agence Fides que nous ouvrons le centre Notre-Dame de la paix à Amman, nos

Eglises et nos salles paroissiales pour accueillir tous ceux et celles qui sont dans le

besoin, chrétiens et musulmans.

2) Il y a eu beaucoup de manifestations dans votre pays. Le « printemps

arabe » est-il en train de gagner aussi la Jordanie Comment les chrétiens

réagissent-ils

Le vent du « printemps arabe » souffle aussi en Jordanie, mais assez

doucement. Les chrétiens jordaniens réagissent comme les musulmans jordaniens.

Nous sommes tous dans la même barque.

3) Le roi peut-il tenir face à la contestation politique et sociale Pensez-vous

que les Frères Musulmans peuvent s’imposer

Je pense que le roi est assez fort et surtout assez prudent et intelligent pour

tenir le coup. Les Frères Musulmans sont toujours là, même si ces derniers temps

ils font profil bas, surtout après les aventures des Frères Musulmans en Égypte et

en Syrie. Mais ils ne baissent pas les bras. Je ne pense pas toutefois qu’ils puissent

s’imposer.


20

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

4) A votre avis les élections parlementaires le 23 janvier prochain vont-elles

relancer les réformes

Oui. Du moins je l’espère. Attendons et voyons.

5) Encouragez-vous les chrétiens à voter Avez-vous des consignes de vote

pour vos chrétiens

Bien sûr, c’est un devoir. Moi-même je vais voter et le Patriarche a écrit une

lettre à tous les fidèles en Jordanie dans ce sens.

Propos recueillis par Christophe Lafontaine

✯ ✯ ✯

19 janvier 2013 :

Conférence de Mgr Lahham sur « le rôle des religions dans

l’évolution des sociétés arabes »

Le rôle et la place de la religion dans les sociétés en général et dans le

monde politique en particulier, est une question vieille comme le monde.

Depuis l’édit de Milan en 313, la relation entre ces deux « mondes », c’est-àdire

le politique et le religieux, a connu des variations infinies : soumission du

religieux au politique, soumission du politique au religieux, séparation nette et

presque négative (la loi de 1905), séparation plus souple (pays anglophones et

germanophones). Actuellement, du côté religieux chrétien, Vatican II parle d’

« indépendance mutuelle et de saine collaboration » (GS76) et du côté politique

européen on parle de « laïcité positive ». Le temps arrondit les pointes des

idéologies.

Mais ce cadre qui semble être assez équilibré ne s’applique pas au monde

arabe. D’abord, les sociétés ne sont pas les mêmes, mais surtout le rôle du religieux

dans le politique et le social n’est pas le même. La religion, ou plutôt le fait

religieux, a toujours eu, et il continue à avoir, un rôle dans l’évolution des sociétés

arabes. Je ne m’arrête pas au passé, parce que le thème qui nous intéresse a une

forte référence au présent, à ce qu’on appelle désormais « le printemps arabe », et

surtout aux nouveaux régimes politiques qui en ont pris le relais, régimes de couleur

musulmane ou régimes musulmans tout court avec des fractions salafistes.

Un premier point à noter est que les sociétés arabes, musulmanes ou chrétiennes,

sont des sociétés à forte matrice religieuse. Le référent religieux est naturel et il fait


Janvier – Février – Mars 2013 21

partie de la vie des individus comme des sociétés. Il faut bien tenir compte de cela si

on veut comprendre ce qui se passe actuellement dans le monde arabe.

D’un autre côté, on se souvient que le fait religieux, musulman en l’occurrence,

était totalement absent pendant les manifestations des jeunes et des moins jeunes

dans les mouvements récents en Tunisie, en Égypte, en Lybie, au Yémen, au Bahrein

et en Syrie. Ces mouvements étaient de couleur sociale, politique et humaine. C’est

aussi dû au fait que le fait religieux dans ces pays n’était pas sujet à contestation ; le

fait religieux arabe est tranquille, même si les degrés d’appartenance et de pratique

religieuse varient d’un pays à l’autre (l’islam tunisien n’est pas l’islam égyptien par

exemple).

Les mouvements du printemps arabe étaient spontanés, sans structure

politique préalable, sans idéologie, sans véritables leaders charismatiques, et avec

cela ils ont pu renverser des régimes politiques assez durs et qui duraient depuis 20,

30 ou 40 ans.

Les mouvements religieux islamiques (et la politique internationale, mais

c’est un autre sujet), ont pris le train en marche, ils sont arrivés au pouvoir avec

des élections libres et démocratiques, et ils ont commencé à avoir un rôle de

premier plan dans l’évolution des sociétés arabes. Nous en reparlerons. Je pense

qu’il ne faut pas s’étonner de cette montée de l’Islam et de l’islamisme ni de leur

« victoire » politique. Voici pourquoi :

D’abord, et on le répète jamais assez - surtout pour des occidentaux -, la

religion est un élément constitutif dans la vie des personnes et des sociétés arabes.

Dans les pays qui ont connu le « printemps arabe », les régimes politiques ne

permettaient l’existence d’aucun parti sérieux d’opposition. La Tunisie par exemple

avait quelques partis d’opposition, tout comme l’Égypte, mais c’était de la façade.

En revanche, les partis islamistes existaient bel et bien, sauf en Lybie (et c’est

pourquoi - entre parenthèses - ils n’ont pas gagné les élections même si les Lybiens

sont musulmans à 100 %). Ces partis étaient opprimés, persécutés, mis en prison,

mais ils étaient là, bien organisés et bien structurés. La persécution n’a fait que leur

donner plus de fermeté et plus de volonté pour résister et pour survivre.

Une fois les « opprimants » disparus, ils se sont trouvés tout seuls à occuper la

scène politique. Ils étaient organisés, bien structurés et ils avaient des programmes

sociaux et religieux assez bien définis, ce qui n’était pas le cas pour les programmes

économiques et politiques. De cela aussi nous parlerons plus tard. Certes, des

dizaines de nouveaux partis politiques ont vu le jour avant les élections (plus de

120 en Tunisie), mais c’étaient des nouveaux nés sans aucun programme et sans

aucune expérience politique ; et ils ont éparpillé des voix et permis indirectement


22

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

au parti Nahda (parti politique tunisien à référence religieuse) d’avoir une victoire

relativement facile.

Passés de l’opposition au gouvernement, les partis religieux se sont vus

obligés de parler économie et politique, sans toutefois renoncer au désir (volonté )

de changer la société et de la faire « évoluer » dans une direction islamisante. Certes,

ils ne le disent pas, ils s’en défendent même, mais les exemples sont nombreux :

tentative - avortée - d’introduire la Chari’a dans la nouvelle Constitution tunisienne,

ligne plus stricte dans l’observation de jeûne du Ramadan, voile islamique partiel et

intégral, discours politique dans les mosquées, ballons d’essai pour ré-introduire la

polygamie, faire des hôtels Halal et des hôtels Haram, changer la loi de l’adoption

en loi de garantie, introduire le voile intégral dans les universités…. Sans parler des

slogans comme : « l’Islam est la solution », « je veux être régi par la Loi de Dieu »

(Charia), « une bonne musulmane est une musulmane voilée », etc.

Cela dit, la présence des régimes musulmans ou islamistes au sommet du

pouvoir est juridiquement légitime et incontestable. C’est un fait absolument

nouveau. Et en cela il y a une leçon pour l’Occident et une autre pour les partis

musulmans eux-mêmes.

Pour l’Occident, le Moyen Orient, et les pays arabes en général, ne sont plus

les mêmes, et un retour en arrière est impensable. La rue arabe a explosé, et alors

que les peuples arabes avaient toujours peur de leurs dirigeants, actuellement ce sont

les dirigeants qui ont peur de leurs peuples. Ce changement est d’une importance

extrême, et je ne sais pas si l’Occident en mesure toute la portée. Il n’est plus

possible, ni permis de traiter avec des dirigeants arabes despotes, de fermer les

yeux sur la violation des droits de l’homme sous prétexte de protéger ses propres

frontières contre l’immigration illicite ou d’arrêter l’avancée des partis islamistes.

Les pays arabes sont des pays à grande majorité musulmane, et l’Occident doit

changer de ligne de conduite et traiter avec cette nouvelle réalité.

Pour les pays arabes qui choisissent d’être gouvernés par un Islam politique,

ils doivent savoir que l’Islam politique est modéré ou il n’a aucune chance de

réussir. Aucun pays, arabe ou non, ne peut plus vivre dans un « ghetto » religieux ou

politique. Je donne un seul exemple : l’Islam politique doit traiter avec des banques

à intérêt, ce qui n’est pas permis dans un Islam rigide, régi par la Chari’a.

Avec un Occident qui accepte les nouvelles règles du jeu politique, et avec un

Islam politique arabe ouvert et modéré, la vie devient possible.

Je repose la question : Est-ce que le religieux, tel qu’il se présente aujourd’hui

ou tel qu’il se présentera demain dans plusieurs pays arabes, peut changer les

sociétés arabes, et quel rôle a-t-il dans leur évolution Je me permets d’esquisser

une réponse.


Janvier – Février – Mars 2013 23

Tout d’abord, je sais que le temps des prophètes est révolu. Ce que je dis sont

des idées qui n’engagent que moi-même.

Le fait religieux peut réussir à changer ou à faire évoluer les sociétés arabes :

S’il adopte une position claire et tranchée face aux mouvements salafistes

qui ont fait leur apparition officielle dans les pays du « printemps arabe » en même

temps que les partis islamiques. Or, ce n’est pas le cas des partis au gouvernement

en Tunisie et en Égypte. On constate dans ces pays une certaine complicité entre le

pouvoir et les salafistes : un laisser-faire, des positions molles, des condamnations

gentilles. Dernièrement, les positions deviennent plus nettes, et j’espère que la

raison n’est pas seulement les prochaines élections de juin 2013 en Tunisie.

S’il (l’Islam politique) adopte une politique démocratique qui garantit les

droits de l’homme et les libertés qui en découlent, à commencer par la réciprocité

et la liberté de conscience, et pas seulement la liberté de culte. C’est un point qui

trouve encore beaucoup de résistance du côté musulman parce qu’il va contre

l’interprétation littérale du Coran. Là aussi, c’est un grand chapitre pour lequel on

doit, tôt ou tard, trouver une solution.

S’il accepte le jeu politique démocratique y compris l’atermoiement du

pouvoir. Le Hamas à Gaza, qui retarde les élections sine die par peur de perdre, est

un exemple qui donne à réfléchir.

S’il arrive à offrir au peuple un programme économique valide. Car, même si les

peuples arabes sont musulmans dans leurs gènes, leur premier besoin reste celui de

vivre (primum vivere deinde philosophare) et de travailler.

S’il réussit à offrir à l’Occident un programme politique sérieux et sortir - tout comme

l’Occident - du complexe historique Orient/Occident, Croisades/Colonialisme,

islamisation de l’Europe/évangélisation de l’Islam, etc. Une purification de la

mémoire est obligatoire des deux côtés pour arriver à des relations sereines entre

ces deux mondes.

Et si cela n’arrive pas Si cela n’arrive pas, les partis à tendance islamique

auront eu leur chance. Et puisque tout le monde parle de liberté et de démocratie -

ce qui est déjà énorme pour les pays arabes et pour les partis religieux eux-mêmes

- il faudra donner la même chance à d’autres partis. Le parti qui saura gouverner

les pays arabes et faire évoluer les sociétés arabes vers le mieux, sera le parti pour

lequel des centaines de jeunes ont sacrifié leur jeunesse et leur vie.

✯ ✯ ✯

† Maroun Lahham

Vicaire Patriarcal latin / Jordanie


24

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

2 février 2013 :

Conférence de Mgr Shomali sur « le dialogue interreligieux et la

paix en Terre Sainte : défis actuels et prospectives d’avenir »

Je tiens au début de mon exposé à remercier la Lieutenance de France de

l’Ordre du Saint-Sépulcre, la province de Toulouse et son président M. Urbain

Jalenques, et tous les membres de l’ordre pour l’organisation détaillée de ce

colloque, l’Institut catholique de Toulouse et son Recteur Mgr Pierre Debergé, tous

pour leur hospitalité exquise.

Merci à vous tous d’être venus de loin ou de près pour participer à ce colloque.

La Terre Sainte, c’est-à-dire Israël et les Territoires palestiniens, est un petit

espace, mais riche en histoire, car il est le berceau religieux du monde judéo-chrétien

et un haut lieu de l’Islam. Ce petit espace géographique comprend 12 millions

d’habitants dont 4,2 millions de Palestiniens et 7,8 millions d’Israéliens (dont 6,2

millions de juifs). Ce petit espace continue à gérer un conflit grave depuis près d’un

siècle. Un conflit qui explose tous les 10 ou 12 ans. Un conflit qui ne promet pas d’être

résolu dans un court délai bien que, depuis une dizaine d’années, on nous promet

une solution finale. Autant de promesses non maintenues qui nous causent beaucoup

de frustration et d’amertume. Nous savons aussi que les mêmes causes mènent aux

mêmes effets. La violence pourrait exploser à n’importe quel moment.

Dans ce petit espace, survit une petite communauté chrétienne qui a vécu son

âge d’or entre le IV e et le VII e siècle. Depuis lors, le pourcentage ne cessa de diminuer.

Elle est aujourd’hui réduite à 2 %. Mais avec un paradoxe. Alors que le pourcentage

baisse, le nombre augmente. Nous sommes maintenant 50 000 chrétiens en Palestine,

130 000 en Israël en plus des milliers de travailleurs étrangers chrétiens qui travaillent

en Israël. Je note immédiatement que la majorité des chrétiens autochtones sont de

langue arabe. Mais il existe aussi une toute petite communauté chrétienne de langue

hébraïque dont l’hébreu est la langue maternelle. Ceci, sans compter les russes immigrés

en Israël et dont un bon nombre est chrétien. En effet, bénéficiant de la loi du retour

pour tous ceux qui avaient un parent juif, ces Russes, chrétiens, sont arrivés en masse

dans les années 1990 après la Perestroïka et la chute de l’URSS. Leur nombre n’est

pas facile à préciser. On parle de 200 000, mais ils sont en danger de déchristianisation

à cause de l’éducation et du service militaire obligatoire qui les judaïse peu à peu.

La question principale à laquelle nous cherchons une réponse est comment

ces chrétiens surtout arabes se situent face à leurs défis quotidiens. J’ai relevé 5

défis principaux :


Janvier – Février – Mars 2013 25

1 er défi : la communion entre les différentes églises catholiques ; 2 e défi : le

dialogue œcuménique ; 3 e défi : le dialogue interreligieux ; 4 e défi : la paix ; 5 e défi :

l’émigration des chrétiens.

1 er défi : la communion entre les différentes Eglises catholiques

Les catholiques de Terre Sainte (je parle de la Palestine et d’Israël) sont surtout

les latins et les melkites (ou grecs catholiques) auxquels il faut ajouter un petit nombre

de maronites, syriens et arméniens. Ensemble, ils constituent la moitié des chrétiens

de Terre Sainte. Malgré la diversité de la discipline et de la langue liturgique, il y a

une réelle collaboration entre ces diverses églises catholiques. Je voudrais mentionner

les divers espaces de collaboration : d’abord l’assemblée des Ordinaires catholiques

de Terre Sainte : elle se réunit au moins deux fois par an pour un échange sur les

questions vitales. Ainsi cette assemblée a vécu le synode diocésain de l’an 2000 sur

un niveau inter rituel. Ensemble, les Ordinaires catholiques ont inauguré l’Année

de la foi. Les communiqués publiés en diverses occasions sont signés par tous les

ordinaires ensemble. Les diverses commissions qui se ramifient de l’Assemblée sont

aussi inter rituelles. Je mentionne : la commission œcuménique, les commissions de

pèlerinage, de justice et paix, des communications et media, du dialogue avec les juifs

et les musulmans, le bureau des écoles catholiques, du catéchisme et enfin la Caritas

diocésaine. C’est ensemble aussi que nous vivons certaines manifestations religieuses

comme la procession des Rameaux à Jérusalem et la procession mariale de Haïfa.

Mais il y a toujours à améliorer et il y a besoin d’une plus grande collaboration

au niveau paroissial et au niveau des écoles catholiques. Il y a aussi un réel besoin

d’unifier les tribunaux ecclésiastiques pour ne pas multiplier sans nécessité le

nombre des prêtres et des experts qui y travaillent.

2 e défi : le dialogue œcuménique

A cause de quelques incidents entre orthodoxes et arméniens à l’intérieur

du Saint-Sépulcre et de l’église de la Nativité, publiés malheureusement, et

inévitablement, sur You tube, on est tenté de généraliser et de dire que les chrétiens

ne font que se disputer tout le temps. La racine du problème vient du fait du statu quo

qui règle, depuis le temps des Turcs, les relations entre les diverses communautés.

A cause de ses lacunes, ce statu quo cause des escarmouches entre les diverses

communautés ; mais cela arrive beaucoup moins que par le passé, et il y a malgré

tout un meilleur souffle œcuménique. En fait, les hauts représentants de toutes

les Eglises se réunissent périodiquement dans le Patriarcat Grec Orthodoxe pour

échanger sur les défis communs. Ils discutent des questions pratiques, échangent des

informations, publient des communiqués, visitent ensemble les autorités politiques,

se visitent mutuellement à Pâques et à Noël.


26

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

J’ajoute au bilan positif, que nous continuons depuis des années à célébrer en

janvier la semaine de l’unité des chrétiens, chaque jour dans une église chrétienne

différente. L’afflux est bon. Nous continuons aussi à organiser des prières ensemble

quand il y a un évènement important comme la guerre en Syrie, la dernière guerre

de Gaza et le massacre des fidèles iraquiens dans une église syrienne catholique

de Bagdad. Je voudrais mentionner ici l’existence d’une association œcuménique,

appelée Sabeel, qui organise des évènements œcuméniques presque chaque mois.

C’est dans ce même esprit œcuménique que certains projets sont faits ensemble. Le

dernier projet de logements construits par le Patriarcat latin de Jérusalem réunit 80

familles chrétiennes de Jérusalem, appartenant à toutes les églises, ce qui contraste

avec le passé quand chaque église construisait des appartements exclusivement

pour ses propres ouailles.

C’est aussi dans ce même esprit que les Eglises catholiques de Terre Sainte

ont pris la décision unanime de célébrer Pâques selon le calendrier julien sans même

demander de réciprocité pour Noël. Cela permettra à de nombreuses familles mixtes

de célébrer Pâques ensemble et de consolider l’unité entre les chrétiens de la même

famille, du même village et du même pays. L’expérience avait débuté en Jordanie

avec grand succès il y a 40 ans et s’est répandue dans une partie de la Palestine. Cette

année, on a décidé de généraliser la décision pour inclure Israël. Une exception est

faite pour Jérusalem et Bethléem, à cause du statu quo et de l’afflux des pèlerins.

Nous ne sommes pas sûrs que cette solution soit la meilleure car elle nous sépare de

nos frères de l’Occident. Nous attendons toujours une solution globale au niveau de

l’Eglise catholique.

Mais tout n’est pas parfait à Jérusalem. Le statu quo, qui est un facteur de

stabilité à l’intérieur des Lieux Saints, est en même temps un handicap qui empêche

de réaliser des améliorations nécessaires. Je donne deux exemples. Durant l’année

sainte 2000, les autorités israéliennes, prévoyant l’afflux de millions de pèlerins au

Saint-Sépulcre, ont proposé d’ouvrir une seconde porte de sortie en cas d’incendie.

Les 5 communautés chrétiennes en étaient convaincues. Mais elles n’ont pas pu se

mettre d’accord, chacune voulant avoir la porte de son côté, avec un droit exclusif à

en posséder la clé. Finalement, cette seconde porte n’a jamais été ouverte. Un autre

détail. Quand Benoît XVI, et avant lui Jean-Paul II, est venu en Terre Sainte, il a tenu

à faire une visite fraternelle au patriarche Grec orthodoxe de Jérusalem. Mais quand

le Patriarche russe orthodoxe Cyril de Moscou a visité la Terre Sainte en novembre

dernier, il n’a pas rendu visite au Patriarche latin alors qu’il a trouvé le temps pour

rencontrer les chefs des gouvernements de la Jordanie, de la Palestine et d’Israël.

On voit que l’œcuménisme n’était pas une priorité pour lui. Sa première intention

était de restituer à la Russie son rôle traditionnel de protecteur de l’Orthodoxie et

d’encourager les pèlerinages russes vers la Terre Sainte.


Janvier – Février – Mars 2013 27

3 e défi : le dialogue interreligieux

Le dialogue interreligieux, malgré sa difficulté, reste une priorité. Le monde

doit choisir entre le dialogue ou les confrontations entre les cultures et les religions.

Pour rendre mon discours moins théorique, je voudrais vous raconter deux histoires

significatives dont j’ai été le témoin direct pour dire combien il est difficile de

dialoguer à Jérusalem.

En l’an 2000, un Centre d’études interculturelles baptisé « Konrad Adenauer

» a organisé à Jérusalem un débat sur le thème suivant : « Est-ce que le Mont

du Temple est un obstacle à la paix » Les invités étaient des intellectuels de

Jérusalem, majoritairement des Israéliens. Nous étions quatre conférenciers :

deux rabbins, un intellectuel musulman et moi-même. Vous pouvez deviner que

le thème était un défi et une provocation car, d’une part, le Mont du Temple est

vénéré par les juifs comme le lieu qui a abrité le fameux Temple de Jérusalem

et qui résume l’histoire du peuple juif. Ce temple avait été construit sur le Mont

Moria, là où Abraham avait voulu sacrifier son fils Isaac.

D’autre part, le Mont du Temple est également vénéré par les musulmans.

Ils y vénèrent depuis 13 siècles non seulement le sacrifice d’Abraham mais aussi

l’Ascension du Prophète Mahomet au Ciel. Enfin, pour les chrétiens c’est aussi

un lieu saint car Jésus y a enseigné et prié. Aujourd’hui même, nous célébrons la

présentation de Jésus au Temple. C’est un lieu saint pour nous puisque Jésus l’a

sanctifié en le fréquentant, par sa prédication et ses miracles.

Je reviens à mon histoire : Les deux rabbins ont commencé le débat en se

plaignant du fait que les juifs n’ont pas le droit d’accéder au Mont du Temple pour

prier. L’intellectuel musulman, lui, a nié catégoriquement et d’une façon choquante

que le Temple ait été bâti à Jérusalem voire existe. Après la thèse et l’antithèse,

l’atmosphère était très tendue. Vous pouvez deviner la position délicate de la partie

chrétienne que je représentais. Il fallait dire la vérité historique et théologique que

je professais mais sans toutefois blesser les sentiments religieux de l’auditoire. J’ai

pu alors affirmer trois points :

1) Premièrement, le Temple a existé à cet endroit. Les évangiles en sont le témoin

le plus fort, en plus des preuves historiques et archéologiques ;

2) Deuxièmement, dans la théologie chrétienne ce temple n’a plus de raison

d’être car Jésus est l’accomplissement du Temple. Il est devenu le nouveau

Temple dans lequel habite la divinité. Après Lui, il n’y a plus besoin d’adorer

Dieu dans une maison particulière, étant présent en toute communauté réunie

en son nom ;

3) Troisièmement, j’ai rappelé lors de cette même conférence qu’il fallait trouver


28

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

une solution pour la question disputée, car Jérusalem devrait réunir tous les

croyants et non les séparer. J’ai évoqué qu’un compromis serait possible dans

le cadre d’une solution globale au conflit israélo-palestinien. Grand fut mon

étonnement quand j’ai su que, neuf ans après, dans le même « Centre Konrad

Adenauer », a eu lieu une rencontre interreligieuse organisée par « The Interfaith

Encounter Association » autour du même thème. Selon cette association, les

religions du monde, au lieu d’être une cause de problèmes et de heurts, pourraient

et devraient aider à trouver une solution. Cette association a voulu appliquer ce

principe à la question du Mont du Temple. Sa vision était de le transformer d’un

lieu disputé en un lieu qui rassemble et unit. Ce lieu devrait devenir la montagne

sainte de Dieu et réaliser la prophétie d’Isaïe qui l’avait entrevu comme une

maison de prière pour tous les peuples (Is 56, 7).

La seconde expérience que je voudrais raconter a eu lieu la même année au

« Centre Notre Dame de Jérusalem ». Jean-Paul II a tenu pendant son pèlerinage

en Terre Sainte à ce que soit organisée une rencontre interreligieuse à Jérusalem

même, étant convaincu qu’un tel dialogue était le remède au choc des cultures, des

civilisations et des religions et pourrait accélérer la paix. La cérémonie a réuni les

grands chefs des religions d’Israël, y compris les druzes et les bahaïs. Le cérémonial

prévoyait que le Grand Rabin Ashkénaze Mair Lau et le Grand Magistrat Tayseem Al

Tamimi, planteraient avec le Pape un olivier dans le jardin du Centre Notre-Dame,

comme symbole de cette paix souhaitée en Terre Sainte. Mais pour des raisons que

vous pouvez deviner, seul le Pape a planté cet arbre. Ces deux chefs religieux ne se

sont pas salués et je passe sur les grandes difficultés rencontrées en vue de préparer

une pareille rencontre. Mais je peux dire que malgré l’échec apparent de la réunion,

il y a eu deux points positifs :

- le fait de réunir juifs, chrétiens et musulmans pour parler ensemble du rôle de la

religion dans la paix ;

- le discours historique de Jean-Paul II. Une grande sagesse émanait de ses paroles,

et il énonça sans ambiguïté le rôle de la religion dans les grands problèmes

de l’humanité : « La religion, a-t-il dit, est l’ennemie de l’exclusion et de la

discrimination, de la haine et de la rivalité, de la violence et du conflit. » Et le Pape

de définir la nature du dialogue religieux : « Ce dialogue n’est pas une tentative

d’imposer aux autres notre vision. Il exige que nous tous, fidèles à ce que nous

croyons, écoutions avec respect l’autre, cherchions à discerner ce qu’il y a de

bon et de saint dans son enseignement et que nous coopérions en vue de soutenir

tout ce qui promeut la paix et la compréhension réciproques. » Six mois après,

la deuxième Intifada éclatait, plus sanglante que la première, causant des milliers

de victimes et de blessés des deux parts. La cause n’était pas la visite du Pape

mais l’échec des pourparlers de camp David. Le dialogue interreligieux en cette


Janvier – Février – Mars 2013 29

Terre Sainte est à présent témoin de lumières et d’ombres. Parmi les évènements

troublants de l’année dernière, nous avons compté 20 actes de vandalisme, de

destruction et de graffitis blasphématoires surtout contre des sites chrétiens et

parfois contre des mosquées et des synagogues. Le côté positif à mentionner est

que les chefs des trois religions, en même temps que les politiciens palestiniens et

israéliens ont réagi ensemble et condamné ces actes, mettant le doigt sur la racine

du problème qui réside dans l’éducation au fanatisme, reçue par ces extrémistes

dans leurs écoles. Il y a d’autres points positifs à mentionner. Du côté palestinien,

Noël est considéré comme une fête nationale. L’arbre de Noël a été officiellement

allumé par les chrétiens et les musulmans dans de nombreuses villes, dont cinq

fois par le Premier ministre Salam Fayyad. Le président Abbas assiste chaque

année à la messe de Noël à Bethléem. Voire, il organise son programme annuel

pour ne pas manquer ce rendez-vous. Du côté israélien, le président Peres invite

chez lui les chefs des différentes églises afin de leur présenter ses vœux ; à cette

occasion il donne un discours apprécié où le dialogue interreligieux occupe une

place importante. Un évènement semblable est organisé par le maire de Jérusalem.

Mais est-ce qu’il y a actuellement un dialogue régulier et fructueux entre les

religions en Terre Sainte

Au niveau de la Terre Sainte existe ce que l’on appelle « le Conseil des

Institutions Religieuses de Terre Sainte ». Il réunit les hauts représentants des trois

religions : le ministre Palestinien du Wakf musulman, les deux grands rabbins

et les trois patriarches de Jérusalem. Il s’agit d’une réunion biannuelle avec un

secrétariat permanent. Les thèmes discutés sont intéressants. Les chefs religieux

ont réussi à faire une étude sur les manuels scolaires dans les écoles palestiniennes

et israéliennes pour voir en quoi ils contribuaient à la paix et à la convivialité et

comment ils représentent l’image de l’autre. L’étude n’a pas été complètement

publiée mais nous avons su que les résultats ne sont pas encourageants car ces

manuels contiennent des points négatifs et l’image de l’autre y est parfois défigurée.

Parlant toujours du dialogue interreligieux, mettons-nous d’accord sur les

divers niveaux de ce dialogue. On peut en nommer trois : le niveau théologique,

le niveau éthique et le niveau pragmatique, celui de la vie quotidienne. Ces trois

niveaux s’appliquent aux trois religions. Avec les musulmans, nous avons en

commun la langue, la culture et le fait d’avoir vécu et souffert ensemble. Malgré

cela, le dialogue théologique reste difficile. On ne peut pas dialoguer avec eux

autour de la Trinité, de la divinité du Christ et de son incarnation, par exemple.

Mais on peut approfondir ensemble les valeurs éthiques et religieuses communes

comme le jeûne, la prière, l’aumône, la justice, le pèlerinage et le respect de la vie…

Au niveau des relations humaines au quotidien, nous essayons dans nos écoles et

œuvres sociales d’éduquer les jeunes musulmans et chrétiens à vivre ensemble dans


30

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

le respect mutuel et la convivialité. Nous leur rappelons, par exemple, combien

il est important d’échanger les vœux à l’occasion des fêtes, à se visiter et à

s’entraider mutuellement. En effet, le dialogue ne devrait pas se limiter aux sphères

intellectuelles mais descendre pour couvrir toutes les couches de la société.

Un des objectifs auquel nous aspirons dans notre dialogue avec les musulmans

est de créer une nouvelle mentalité de sorte que la majorité musulmane accepte,

dans la pratique, la diversité religieuse et surtout la liberté de conscience, encore

non reconnue par l’Islam. Cet objectif devient de plus en plus difficile dans le

contexte actuel de l’islamisation progressive du Moyen-Orient. L’Islam politique

monte au pouvoir et laissera moins d’espace à la liberté religieuse. Tout cela se fait

au nom d’un printemps arabe qui s’est avéré comme un réveil islamique. Le plus

dramatique c’est que l’Occident croit encore dans ce printemps auquel ne croient

même pas une grande partie des arabes eux-mêmes. Je suis certain que les Syriens

auraient préféré la dictature d’Assad plutôt que la pagaille et la destruction actuelle.

Dans peu de temps, les Egyptiens auront préféré la dictature de Moubarak plutôt que

le chaos actuel. J’ose dire la même chose de Saddam dont la destitution a causé la

mort de 350 000 iraquiens et de 8 000 soldats américains en plus d’une guerre civile

qui a appauvri et déchiré le pays. Mais c’est un tabou d’en parler en Occident. Le

dialogue islamo-chrétien restera infructueux et de la pure façade si nous n’arrivons

pas à résoudre certains problèmes réels comme celui de la liberté de conscience

et la citoyenneté égale. Je voudrais mentionner aussi une question actuelle, celle

du Cénacle : cette question peut entraîner une levée de boucliers dans le monde

musulman. Voici une courte histoire de ce Lieu Saint chrétien : « En l’an 1333, les

rois de Naples avaient acheté le Cénacle du sultan d’Egypte, puis l’ont offert aux

franciscains qui ont construit leur premier couvent en Terre Sainte. En l’an 1523,

les troupes ottomanes ont expulsé les franciscains de leur propriété. Depuis lors, les

chrétiens ont eu du mal à la récupérer.

Avec la naissance de l’Etat d’Israël en 1948, des milliers d’Arabes ont été

forcés d’abandonner leurs maisons. Comme d’autres propriétés qui appartenaient à

des Palestiniens qui ont fui, le gouvernement israélien a saisi le Cénacle sur la base

de la loi sur les terrains appartenant à des « Absents », loi qui dit donner à l’état de

s’approprier un endroit qui n’a pas de propriétaire. Les musulmans disent que cet

endroit a été construit sur le tombeau de David et leur appartient. Il ne peut donc

jamais être donné aux chrétiens, car le wakf (fondation islamique) ne peut pas être

vendu, mais échangé. Il y a donc espoir, mais combien c’est difficile d’arriver à une

conclusion. Je me demande : si le dialogue religieux n’arrivera pas à résoudre une

question pareille, à quoi sert le dialogue

Avec les Juifs, le dialogue religieux devrait être plus facile à cause des points

communs que nous partageons : la Bible, les personnages bibliques, la prière des


Janvier – Février – Mars 2013 31

psaumes et les valeurs éthiques communes comme les vertus humaines, la dignité

de la personne et la valeur de la vie.

Il y a plus : Jésus lui-même était juif et nous ne pouvons pas comprendre

notre liturgie et nos fêtes chrétiennes sans référer aux fêtes et aux célébrations du

judaïsme contemporain du Christ. Il est vrai que le dialogue judéo-chrétien a fait

des avancées théologiques importantes depuis le document conciliaire « Nostra

Aetate » qui date de 50 ans. Ce dialogue interreligieux continue à Rome, à Paris,

et surtout aux Etats-Unis et en Israël où habitent le plus grand nombre de Juifs. Ce

dialogue a abouti à une reconnaissance réciproque entre le Saint-Siège et Israël, aux

échanges d’ambassadeurs, aux accords fondamentaux entre les deux pays et aux

accords fiscaux qui pourront être signés dans une brève échéance.

Je voudrais ajouter qu’au niveau de la vie quotidienne en Israël, les relations

entre chrétiens israéliens et Juifs sont très bonnes. Cependant, la situation politique

jette ses ombres sur les relations entre palestiniens chrétiens et Israéliens et empêche

un dialogue profond et fructueux.

Je voudrais ajouter que nous, chrétiens, sentons que nous avons beaucoup de

valeurs communes avec les juifs et les musulmans, ce qui nous autorise à jouer un

rôle de pont culturel entre ces deux religions majoritaires. En effet, les instances

de dialogue judéo-chrétien sont nombreuses. De même les instances de dialogue

islamo-chrétien. Mais il est plus rare de rencontrer un dialogue islamo-juif ou

judéo-musulman.

4 e défi : celui de la paix

Pourquoi ce conflit est-il tellement difficile à résoudre

1) Le conflit israélo-palestinien n’est pas un simple problème psychologique ou

politique, territorial ou militaire. Il est tout cela ensemble et un peu plus. Il est

de nature idéologique et possède un arrière-fond religieux. La religion est en

quelque sorte partie prenante du problème. Or, la cause d’un problème ne peut pas

devenir facilement un facteur de solution. L’arrière-fond religieux consiste dans

le fait que le sionisme se base sur le fait que Dieu a donné cette terre à Abraham

et à sa descendance à jamais. Les Israéliens se basent, dans la revendication de

cette terre, sur une promesse divine et un droit divin, alors que les Palestiniens se

basent sur un droit historique acquis sur 13 siècles de présence arabe islamique

dans le pays. Il existe donc un conflit entre un droit soi-disant divin et un droit

soi-disant historique.

2) A cause de ce conflit idéologique, les Israéliens n’acceptent pas d’appeler

occupation ce qu’ils ont conquis en 1967. Pour eux, il s’agit d’une libération ou

récupération de ce qui leur revenait. C’est pourquoi les négociations n’ont pas le


32

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

même sens chez les deux parties du conflit. A cause de ces prémices opposées,

il n’y aura jamais unanimité sur les problèmes en suspens comme le retour des

réfugiés palestiniens, le problème des colonies israéliennes construites dans les

Territoires palestiniens, la question de Jérusalem, capitale d’un Etat ou de deux

Etats, la question du Mont du Temple et surtout la question des frontières du

futur Etat palestinien. Sont aussi ambigus les termes de concessions généreuses

promises par les deux en vue de la paix. C’est l’absence d’une plateforme

commune qui a fait échouer les négociations.

Approfondissons quelques problèmes concrets.

La question de Jérusalem : elle fait suite à la question territoriale. Pour les

Palestiniens, Jérusalem fait partie intégrante des territoires occupés. Dans les

yeux des Israéliens, elle est la capitale éternelle, exclusive et indivisible d’Israël.

L’idée de faire de Jérusalem une capitale de deux Etats n’est pas acceptée par les

Israéliens. Au contraire il y a un plan pour judaïser la ville progressivement malgré

les résolutions des Nations unies.

En plus de la question de Jérusalem qui est la plus dure à résoudre, il y en a

d’autres dont voici un bref aperçu…

− La question du retour des réfugiés palestiniens.

Dans le même contexte on pourra parler des indemnisations dues aux juifs qui

vivaient dans des pays arabes.

− La question du mur de séparation construit dans les territoires palestiniens.

− La question des colonies et implantations israéliennes en Territoires palestiniens,

devenues internationalement illégales après la reconnaissance de la Palestine

par les Nations unies comme état non membre et dans les frontières d’avant juin

1967.

− La question des prisonniers palestiniens, au nombre de 12 000, vivant dans une

situation précaire, beaucoup d’entre eux étant malades, ou détenus administratifs.

Ces détenus restent en prison pour une période de 6 mois, renouvelable, avant

même de prouver l’accusation contre eux.

− Le blocus et l’isolement de la bande de Gaza.

− La haine et la méconnaissance de l’autre : pourquoi cette haine et cette

méconnaissance Les causes sont les nombreuses guerres qui ont causé des

milliers de morts et de blessés, la violence et les représailles entre les deux

peuples, la construction du mur et l’enfermement des Palestiniens dans un grand

ghetto, le grand nombre de prisonniers Palestiniens dans les prisons israéliennes,

la difficulté de circulation entre les cités palestiniennes, le manque d’emploi et de


Janvier – Février – Mars 2013 33

permis de construction à Jérusalem, les checkpoints, l’expropriation de terrains

et la destruction de maisons appartenant à des Palestiniens. Il faut ajouter aussi

les actions suicidaires commises par les Palestiniens dans les villes israéliennes,

qui ont fait beaucoup de mal aux israéliens mais aussi à l’image des palestiniens

eux-mêmes, et l’antisémitisme qui fait loi dans le monde arabe. A cause de tous

ces points, la haine et la méconnaissance de l’autre font loi en Terre Sainte. Si

vous demandez à un enfant palestinien ce qu’il sait de l’Holocauste, il pourra

le nier et montrer un grand désintéressement. Si vous demandez à un enfant

israélien ce que veut dire la parole « Nakba », il peut dire qu’il n’en sait rien.

Chacun a sa propre mémoire du passé et ne retient que ses propres souffrances,

étant peu disposé à s’ouvrir sur les souffrances des autres.

Mais par quelle porte va entrer la paix, étant donné le cercle vicieux de haine,

méconnaissance et incompréhension réciproques

La solution serait l’application des résolutions du conseil de sécurité 242

et 338, et la mise en place d’un état palestinien sur les frontières d’avant 1967

comme l’a reconnu la décision de l’Onu en novembre dernier. Seule la légitimité

internationale pourra être la plateforme sûre et solide pour de futures négociations.

Du même milieu israélien commence à poindre une lueur d’espoir car certains

penseurs israéliens comme Abraham bourg, ancien président de la Knesset, Uri

Avneri, journaliste et pacifiste israélien, Elie Elhanan, de l’Association Combattants

pour la paix, Eitan Brostein, de l’Association Zochrot, Amos Oz, romancier israélien,

commencent à penser diversement et à critiquer l’expansion des colonies et croient

dans la solution des deux états. Ils le font au nom des valeurs fondatrices de l’état

d’Israël : la démocratie, l’égalité, l’état de droit, la laïcité et la modernité. Selon eux,

l’omission de ces valeurs menace le fondement de la société israélienne.

5 e défi : l’émigration des chrétiens

Elle a commencé il y a plus d’un siècle pendant le Régime ottoman. Elle est

liée à l’insécurité, au fait d’être minoritaire et à la situation économique précaire.

Notre attitude comme Eglise est la suivante. Pour encourager les chrétiens à rester,

il ne suffit pas de leur promettre des logements ou des avantages matériels. Cela

ne les empêchera pas de partir. Il faut les convaincre que rester en Terre Sainte est

plus qu’une coïncidence et le contraire d’une disgrâce. C’est un privilège et une

vocation à laquelle le Seigneur les appelle.

Conclusion

Nous avons parlé rapidement des 5 défis auxquels les chrétiens de Terre Sainte

sont confrontés au quotidien. Ces défis sont liés entre eux. Relever un défi aide à


34

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

relever le suivant. Si les chrétiens consolident leur communion et leur collaboration

sur les plans ecclésial et œcuménique, s’ils s’ouvrent à la réalité interreligieuse et

évitent la mentalité du ghetto, s’ils croient, œuvrent et prient pour la paix, ils seront

alors moins tentés d’émigrer et de laisser les Lieux Saints comme un musée à ciel

ouvert.

Je voudrais affirmer l’importance du vrai dialogue interreligieux comme

chemin vers la paix car la religion elle-même fait partie du conflit et devrait faire

partie de sa solution. Les religions devraient au moins encourager la prière pour

la paix car la paix est un don divin. En effet, Dieu a demandé, dans le psaume

121, v. 6, de prier pour la paix de Jérusalem. Si Dieu lui-même demande cette

prière, c’est qu’il y a une paix pour Jérusalem. Si humainement parlant, cette paix

semble impossible, nous savons que rien n’est impossible à Dieu et que le Seigneur

maintient toujours ses promesses et peut toujours nous surprendre comme nous

avons été souvent surpris au cours de l’histoire humaine. Je me permets de citer

quelques exemples avec lesquels je terminerai cet exposé.

Je vais commencer par des exemples qui remontent au passé pour arriver au

présent. En effet, qui pouvait prévoir la conversion de saint Paul et la christianisation

progressive de l’Empire romain Qui pouvait prévoir la conversion des peuples

barbares et leur entrée dans l’Eglise Dans les temps modernes, qui pouvait prévoir

qu’après deux guerres mondiales l’Europe deviendrait une communauté européenne

Qui pouvait prévoir que de Gaulle allait restituer l’Algérie aux Algériens Qui

pouvait prévoir la fin du communisme en Europe, et ce, dans la plupart des cas, sans

versement de sang Qui pouvait prévoir que Sadate allait visiter Jérusalem et que

Begin allait se retirer du Sinaï Qui pouvait prévoir que deux généraux de l’armée

israélienne, Rabin et Sharon, allaient devenir des héros de la paix Qui pouvait

prévoir que Khaled Mishal, chef du bureau politique de Hamas, allait reconnaitre

la solution des deux états C’est pourquoi rien ne nous empêche de rêver qu’il y

aura une réconciliation entre les Israéliens et les Arabes, et que la paix régnera à

Jérusalem. Et que cette cité trois fois sainte deviendra une ville sainte, ouverte aux

trois religions abrahamiques et une capitale politique pour les deux peuples de la

Terre Sainte. ■

† William Shomali

✯ ✯ ✯


Janvier – Février – Mars 2013 35

AGENDA DU PATRIARCAT

DE JANVIER A MARS 2013

JANVIER 2013

1. Messe Pontificale pour la Journée Mondiale de la Paix (Patriarche Fouad Twal

et Mgr Shomali)

1. Messe solennelle et visite du Maire de Haïfa à l’église St Joseph (Mgr Marcuzzo)

1. Messe à Sweifieh (Mgr Lahham)

2. Rencontre avec le Président de Madagascar (Patriarche Fouad Twal et Mgr

Shomali)

2. Messe à Anjara et prise de soutane d’un jeune syrien (Mgr Lahham)

3. Rencontre avec le comité catéchétique à Bétharram (Mgr Shomali)

3. Réunion avec le conseil paroissial de Jabal Hussein (Mgr Lahham)

4-7. Voyage en Jordanie (Patriarche Fouad Twal)

5. Visite des prêtres du Séminaire de Beit Jala (Mgr Marcuzzo)

5-7. Visite de la Commission de Coordination pour la Terre Sainte à l’Université de

Madaba (Mgr Lahham)

6. Te Deum et repas pour le jubilé d’argent de l’ordination épiscopale du patriarche

émérite Mgr Sabbah au vicariat de Nazareth (Mgr Marcuzzo)

7. Visites pour les vœux des orthodoxes (Mgr Marcuzzo)

8. Visite de la région de Crémisan (Mgr Shomali)

8. Réception et dîner à l’Hôtel Ambassador (Jérusalem) avec les représentants des

tour-opérateurs chrétiens (Mgr Shomali)

8. Réunion de la Commission liturgique de Jordanie (Mgr Lahham)

8. Coordination pour la Terre Sainte à Bethléem (Patriarche Fouad Twal, Mgr

Shomali et Mgr Marcuzzo)

9. Vœux de Noël à l’Eglise orthodoxe (Mgr Shomali)

10. Conférence de presse au Patriarcat latin (Coordination Terre Sainte)

11. Réunion du Comité de liturgie à Beit Hanina (Mgr Shomali)


36

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

11. Rencontre et repas de Noël de l’Association chrétienne (aide aux refugiés) à

Nazareth (Mgr Marcuzzo)

11. Concours National Biblique à Nazareth (Mgr Marcuzzo)

12. Messe avec le cardinal Angelo Bagnasco (Patriarche Fouad Twal)

12. Réception avec le Consul d’Italie à Bethléem (Patriarche Fouad Twal)

12. Messe chez les Bénédictines du Calvaire et rencontre sur le thème de l’Année de

la foi (Mgr Shomali)

12. Visite au carmel de Bethléem pour parler de l’Année de la foi (Mgr Shomali)

12. Réception d’adieu au consul d’Italie Gianpaolo Cantini à la Casa Nova de

Bethléem (Patriarche Fouad Twal et Mgr Shomali)

12. Rencontre avec « l’Union des religieuses » de Nazareth au vicariat (Mgr

Marcuzzo)

12. Rencontre avec la paroisse et les jeunes de Shefaamer au vicariat (Mgr Marcuzzo)

13. Visite au Patriarche émérite, S.B. Michel Sabbah (Patriarche Fouad Twal et Mgr

Shomali)

13. Pèlerinage au site du Baptême à Jéricho (Mgr Marcuzzo)

14. Rencontre avec le pasteur Richard Meryon au Garden Tomb - Jérusalem - (Mgr

Shomali)

15. Rencontre avec le cardinal Mc Carrick (Patriarche Fouad Twal)

15. Réunion préparatrice pour les activités pastorales des enfants de chœur en

Jordanie (Mgr Lahham)

16. Réunion pour l’Université Américaine de Madaba (Patriarche Twal et Mgr

Lahham)

16. Rencontre avec le nouveau directeur de la Maison d’Abraham (Mgr Shomali)

16. Rencontre avec Heidi Kuhn, Fondatrice / DG de l’association « Roots of

Peace » (Mgr Shomali)

17. Opening of the Cultural Palestinian Andalusian center in Beit Sahour (Mgr

Shomali)

17. Réunion de la Commission pour la pastorale de la famille (Mgr Lahham)

17-21. Voyage en Jordanie (Patriarche Fouad Twal)

18. Conférence à Tarshiha Israël sur « Pourquoi je crois » (Mgr Shomali)

18. Messe au site du Baptême avec plus de 4 000 personnes (Mgr Lahham)

18. Concours biblique à Nazareth (Mgr Marcuzzo)

18-20. Voyage à Paris pour une conférence sur « le rôle du religieux dans l’évolution

des sociétés arabes » (Mgr Lahham)

19. Messe de jubilé pour les couples de la paroisse de Jérusalem, Saint-Sauveur

(Mgr Shomali)


Janvier – Février – Mars 2013 37

19-20. Visite pastorale à Mafrak (Patriarche Fouad Twal)

20. Fête de Cana de Galilée et messe (Mgr Marcuzzo)

21. Vœux de Noël à l’Eglise Arménienne (Patriarche Fouad Twal)

21. Rencontre avec les directeurs diocésains des États-Unis (Mgr Shomali)

23. Rencontre avec la Caritas (Patriarche Fouad Twal)

23. Réunion avec la Société Saint Yves (Patriarche Fouad Twal)

23. Conférence à un groupe de prêtres et pasteurs « nordiques » à Nazareth (Mgr

Marcuzzo)

24. Meeting du comité présidentiel des affaires chrétiennes pour le Nouvel An

(Patriarche Fouad Twal)

24. Visite de Hanna Amireh (Représentant des affaires chrétiennes de la

Présidence palestinienne) et de la délégation présidentielle (Mgr Shomali)

24. Prière pour l’Unité des chrétiens au Cénacle, Mont Sion (Mgr Shomali)

25. Prière pour l’Unité au Centre Marie de Nazareth (Mgr Marcuzzo)

25. Messe pour l’Unité des chrétiens dans l’Eglise copte orthodoxe d’Amman

(Mgr Lahham)

25-26. Visite pastorale à Rafidia (Patriarche Fouad Twal)

26. Bénédiction du nouvel établissement de l’école des Sœurs Salvatoriennes

(Mgr Marcuzzo avec le cardinal Meisner)

26-27. Visites pour présenter les félicitations aux députés chrétiens élus en Jordanie

le 10 janvier (Mgr Lahham)

27. Messe au Mont des Béatitudes (Patriarche Fouad Twal et Mgr Marcuzzo)

29. Rencontre avec le rabbin David Rozen (Patriarche Fouad Twal)

29. Vœux au nouveau patriarche arménien (Patriarche Fouad Twal et Mgr

Shomali)

29. Rencontre avec la mère supérieure de la Sainte Famille de Nazareth

(Patriarche Fouad Twal)

29. Rencontre avec l’évêque Mounib Younan, président de la confédération

luthérienne mondiale (Patriarche Fouad Twal)

29. Rencontre avec le vice-président de l’association « Pour Jérusalem »

(Patriarche Fouad Twal)

29. Plénière des négociations Saint-Siège / Israël à Jérusalem (Mgr Marcuzzo)

29. Réunion de la Commission pour la pastorale de la famille en vue de la

rencontre des 1er-2 mars à Amman (Mgr Lahham)

30-6. Voyage en Tunisie (Mgr Lahham)

30. Rencontre avec le vice-premier ministre de Hongrie (Patriarche Fouad Twal)


38

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

31. Rencontre avec les carmélites Bethléem (Patriarche Fouad Twal)

31-1er. Rencontre avec le conseil d’administration de l’Université de Bethléem

(Patriarche Fouad Twal)

31-1er. Participation à l’« International Board of Regents » de l’Université de

Bethléem (Patriarche Fouad Twal et Mgr Marcuzzo)

FEVRIER 2013

1-3. Voyage à Toulouse pour une conférence sur le dialogue interreligieux (Mgr

Shomali)

1. Messe de Don Bosco chez les salésiens de Tunis (Mgr Lahham)

2. Journée de la vie consacrée en Galilée : messe en rite byzantin (Mgr Shaccour)

et vêpres à la Basilique de l’Annonciation à Nazareth (Mgr Marcuzzo)

2-3. Visite pastorale à Beit Sahour (Patriarche Fouad Twal)

3. Messe pour la fête des Béatitudes sur le Mont des Béatitudes (Mgr Marcuzzo)

3. Messe solennelle de St Jean Bosco chez les Salésiens à Nazareth (Mgr

Marcuzzo)

4. Rencontre avec le roi de Jordanie (Patriarche Fouad Twal)

4. Audience du Président tunisien (Mgr Lahham)

5. Ouverture officielle de la nouvelle législature à la Knesset de Jérusalem

(Mgr Marcuzzo)

7. Réunion à Amman des conseils presbytéraux de Jordanie et de Terre sainte

(Patriarche Fouad Twal, Mgr Shomali, Mgr Marcuzzo et Mgr Lahham)

8. Réunion de la commission de la famille en Jordanie (Mgr Lahham)

8-12. Journées Mondiales du Malade 2013 à Altötting, en Allemagne (Mgr

Marcuzzo)

9. Réunion avec le responsable de bureau de solidarité (Mgr Lahham)

9. Emission à la TV jordanienne sur la vie commune islamo-chrétienne en

Jordanie (Mgr Lahham)

9-10. Visite pastorale à Wahadneh (Patriarche Fouad Twal)

10. Messe pour la journée du malade à Beit Sahour (Mgr Shomali)

10. Messe pour la journée du malade à Mafraq (Mgr Lahham)

11. Sacrement des malades à Beit Jala (Mgr Shomali)

11. Visite à l’ambassadeur de Hongrie (Mgr Lahham)


Janvier – Février – Mars 2013 39

11. Programme à la radio jordanienne sur les relations islamo-chrétiennes en

Jordanie (Mgr Lahham)

11. Messe pour la journée du malade à la Visitation Home des Sœurs du Rosaire

(Mgr Lahham)

12. Audience au Tribunal à Tel Aviv au sujet de Crémisan (Mgr Shomali)

13. Réunion du bureau de solidarité avec les responsables des écoles catholiques

(Mgr Lahham)

13. Réunion du bureau de solidarité avec les donateurs pour les écoles (Mgr Lahham)

14. Messe de St Maroun à l’église maronite d’Amman (Mgr Lahham)

15. Messe pontificale à l’Ecce Homo à Jérusalem (Patriarche Fouad Twal)

15. Visite pastorale et lancement du conseil paroissial à Ader (Mgr Lahham)

17. Messe des malades à Nazareth à l’Hôpital Français (Mgr Marcuzzo)

18. Rencontre avec les Clarisses de Jérusalem (Patriarche Fouad Twal)

18. Réunion au centre de dialogue du Prince Hassan sur les programmes scolaires

jordaniens (Mgr Lahham)

18. Inauguration du presbytère restauré de Misdar (Mgr Lahham)

19. Visite du cardinal Sarah avec la Caritas (Mgr Lahham)

20. Conférence régionale de la Caritas en Jordanie (Patriarche Fouad Twal)

20-22. Réunion de Caritas Mona à Amman (Mgr Lahham)

21. Fête à Rameh à l’occasion de l’annonce de la nomination de Don Ilario

Antoniazzi comme archevêque de Tunis (Mgr Marcuzzo)

21-24. Voyage en Autriche pour visite et conférences (Mgr Shomali)

24. Messe de la Chaire de St Pierre (Patriarche Fouad Twal et Mgr Marcuzzo)

27. Visite du Pasteur Naim Atiq (Mgr Lahham)

28. Rencontre avec le directeur général du Ministère israélien du Tourisme et 3

managers (Mgr Shomali)

28-2. Réunion des comités de la famille chrétienne à Madaba (Mgr Lahham)

MARS 2013

1-2. Réunion du comité de la famille - Jordanie, Palestine et Israël - (Mgr Lahham)

2. Conférence : « Le geste du Pape dans le cadre de l’Année de la Foi » à Reneh

(Mgr Marcuzzo)

3. Conférence à Aboud pour les chefs scouts de toute la Palestine (Mgr Shomali)


40

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

4. Visite au Visiteur des Franciscains (Mgr Lahham)

5-6. Voyage à Bagdad pour l’installation du Patriarche chaldéen (Mgr Lahham)

5-13. Voyage en Italie (Patriarche Fouad Twal)

7. Messe pour le Pape (Mgr Lahham)

8. Confirmations et premières communions à Marka à Amman (Mgr Lahham)

8. Élections et installation du nouveau conseil paroissial de Hosson (Mgr

Lahham)

9. Conférence aux enseignants des écoles de Beit Jala et Beit Sahour sur le

thème de la foi (Mgr Shomali)

9. Graduation mass pour les Sœurs du Rosaire (Mgr Shomali)

10. Visite de Caritas Allemagne (Mgr Lahham)

10. Dîner chez le Prince Ghazi, avec tous les chefs religieux chrétiens (Mgr

Lahham)

12-13. AOCTS à Jérusalem (Patriarche Fouad Twal, Mgr Shomali et Mgr

Lahham)

12. Prière pour le nouveau Pape (Patriarche Fouad Twal et Mgr Shomali)

12. Participation à l’intronisation du nouveau patriarche copte catholique au

Caire (Mgr Marcuzzo)

15. Premières communions au collège des Sœurs du Rosaire (Mgr Lahham)

15. Messe solennelle de St Joseph pour l’école des Carmes à Haifa (Mgr

Marcuzzo)

16. Ordination épiscopale de Don Ilario Antoniazzi à la Basilique de

l’Annonciation (tous les eveques)

17. Première messe pontificale de Mgr Ilario Antoniazzi à Rameh

17. Messe patronale de St Joseph à Haifa (Mgr Marcuzzo)

17-18. Rencontre avec le Roi de Jordanie (Patriarche Fouad Twal)

18. Messe pour le pape François présidée par le Patriarche (Patriarche Fouad

Twal)

18. Réunion du conseil d’administration de l’AUM (Mgr Lahham)

19. Visite pastorale au Séminaire de Beit Jala et ordinations diaconales

(Patriarche Fouad Twal)

19. Premières communions à Madaba (Mgr Lahham)

19. Messe de St Joseph pour les Sœurs Carmélites de St Joseph à Issfyia (Mgr

Marcuzzo)

20. Messe à Bethléem pour les 25 ans de la Fondation des Soeurs du Hogar del

Niño (Patriarche Fouad Twal)


Janvier – Février – Mars 2013 41

20. Mercredi des Cendres : messe à Sweifieh (Mgr Lahham)

21-27. Formation permanente au clergé de Laghuat en Algérie (Mgr Lahham)

22. Conférence aux fiancés de tous les rites de Haifa à l’église melkite (Mgr

Marcuzzo)

23. Messe solennelle de l’Annonciation pour l’Emmanuel à Tibériade (Mgr

Marcuzzo)

23. Confirmation à Nazareth (Mgr Marcuzzo)

24. Entrée solennelle de l’Annonciation et vêpres à Nazareth (Patriarche émérite

Mgr Sabbah)

24-31. Semaine Sainte (Patriarche Fouad Twal et Mgr Antoniazzi)

25. Messe Pontificale de l’Annonciation (Patriarche Fouad Twal et Mgr

Marcuzzo)

25. Finale du Concours National Biblique à Nazareth (Patriarche Mgr Fouad

Twal)

28. Messe pour la fête de la Bse Marie-Alphonsine à la Visitation Home (Mgr

Lahham)

29. Réunion des enfants de messe de 12 ans et plus (140 jeunes) au centre ND

de la Paix à Amman (Mgr Lahham)

30. Fête patronale de St Joseph et ouverture de la kermesse paroissiale à

Shefaamer (Mgr Marcuzzo)

31. Confirmations à la Paroisse St Paul à Jubeiha à Amman (Mgr Lahham) ■

✯ ✯ ✯


42

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

COMMUNIQUES DE PRESSE

ET DECLARATIONS

Communiqués et déclarations du Patriarcat latin

4 janvier 2013 :

Protestation contre la profanation de la tombe du roi David

Communiqué – Pour la seconde fois en dix jours à Jérusalem, le lieu dit

« tombe du Roi David » qui se trouve sous le Cénacle sur le Mont Sion a été profané

dans la nuit du 2 au 3 janvier 2013. Le Patriarcat latin de Jérusalem proteste

énergiquement contre cet acte de vandalisme qui blesse tous les croyants, juifs,

chrétiens et musulmans.

Encore une fois, le Patriarcat latin de Jérusalem exprime son vif désir de voir

les coupables arrêtés.

✯ ✯ ✯

11 février 2013 :

Hommage de la Terre Sainte au Bien-Aimé pape Benoît XVI

Communiqué – Le Patriarche latin de Jérusalem, ses évêques auxiliaires

et l'ensemble des prêtres et des fidèles du diocèse de Terre Sainte apprenant la

nouvelle de la renonciation du Pape, saluent avec beaucoup de reconnaissance le

courage, la sagesse morale et l'humilité du Saint Père Benoît XVI, qui a servi avec

dévouement l'Eglise pendant presque 8 ans.

Tous se souviennent du voyage du Saint Père en Terre Sainte en 2009 et à

Chypre en 2010. Ce fut un événement d’une forte symbolique pour les chrétiens,

mais aussi pour les juifs et pour les musulmans.

C’est avec beaucoup de joie mais aussi d’espérance que les chrétiens de Terre

Sainte comme du Moyen-Orient ont reçu l’exhortation apostolique « Ecclesia in

Medio Oriente », point d’orgue du Synode du Moyen-Orient tenu à Rome en 2010

grâce à laquelle les chrétiens d’Orient ont apprécié les conseils et les instructions

afin d’être en cette région et dans le monde entier, communion et témoignage.


Janvier – Février – Mars 2013 43

Le diocèse du Patriarcat latin dans l’émotion, la prière et le recueillement

remercie du fond du cœur Benoît XVI pour son affection paternelle et son

engagement pour la Paix en Terre Sainte et souhaite au Saint Père que la Vierge

Marie l’accompagne dans cette décision et dans ce temps de repos.

13 mars 2013 :

Habemus Papam !

✯ ✯ ✯

Communiqué – Le Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, avec ses

vicaires, les prêtres, les communautés et les fidèles du diocèse du Patriarcat latin

félicitent de tout leur cœur le nouveau Pape, François.

En tant qu’Eglise-Mère de Jérusalem, nous nous réjouissons profondément

de l’élection du nouveau Pasteur de l’Eglise catholique, choisi par les cardinaux en

conclave, mais avant tout par l’Esprit Saint. Nous bénissons le Seigneur et laissons

jaillir de nos cœurs un fervent : Deo gratias !

Au nouveau Pape, nous exprimons nos félicitations « Alf Mabrouk » avec

notre totale et entière adhésion, et nous l’assurons également de notre affection et

de notre prière filiale.

Notre communion est profonde. Merci d’avance Très Saint Père, pour tout ce

que vous ferez pour l’Eglise, pour le monde et aussi pour la sollicitude pastorale que

vous aurez pour notre Patriarcat durant votre Pontificat. Nous espérons également

que vous continuerez à œuvrer en faveur de la paix et de la justice au Proche-Orient

et plus particulièrement en Terre Sainte. D’ores et déjà, nous vous assurons aussi

de travailler à vos côtés, comme nous l’avons fait avec vos prédécesseurs, pour

permettre des avancées concrètes dans le dialogue interreligieux dans notre région.

Très cher Saint Père, la Terre Sainte attend avec chaleur et impatience d’avoir

l’honneur et la joie de vous accueillir ici sur la Terre du Salut. Soyez le bienvenu :

« Ahlan wa sahlan » !

✯ ✯ ✯

19 mars 2013 :

Frère Garret Edmunds, nouveau vicaire patriarcal à Chypre

Communiqué – Le Patriarche latin de Jérusalem Sa Béatitude Mgr Fouad Twal

a annoncé début mars la nomination du frère Garret Edmunds, ofm, comme nouveau

vicaire patriarcal pour Chypre. Il prend la suite du frère Evenzio Herrera Diaz, ofm.


44

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Né le 16 octobre 1950 à Saint Francisco (Etats-Unis), frère Garret Edmunds

est entré dans la province franciscaine de Sainte Barbara en Californie en septembre

1977. Il a été ordonné prêtre le 11 septembre 1982 et est arrivé au service de la

Custodie de Terre Sainte en 1998. Il a été nommé vicaire patriarcal le 23 janvier

2013.

Le vicariat de Chypre est composé d’environ 7 000 à 8 000 chrétiens catholiques

de rite latin répartis comme tel : 1 700 chypriotes et entre 6 000 et 7 000 étrangers

dont la majorité sont des travailleurs migrants philippins, indiens, sri lankais ou

africains.

Le Patriarche latin de Jérusalem, ses évêques auxiliaires et l’ensemble des

prêtres et des fidèles du diocèse de Terre Sainte félicitent le nouveau vicaire frère

Garret Edmunds. Ils l’assurent de leurs prières et lui adressent ses meilleurs vœux

pour sa nouvelle mission au service des chrétiens de l’île de Chypre. ■

✯ ✯ ✯

Communiqués de l’Assemblée

des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte

18 janvier 2013 :

Félicitations de l’AOCTS au nouveau Patriarche copte catholique

L’Assemblée des Ordinaires catholiques de Terre Sainte adresse ses

félicitations au nouveau Patriarche copte catholique d’Egypte tout récemment élu,

Mgr Ibrahim Isaac SIDRAK.

Béatitude,

Les Ordinaires catholiques de Terre Sainte ont appris avec joie que le Saint

Synode Vous a élu Patriarche de l’Eglise copte catholique.

La presse internationale vous a qualifié de « jeune patriarche ». Nous sommes

sûrs que, grâce à cette « jeunesse », vous allez être un point de référence au sein

du Conseil des Patriarches catholiques d’Orient et du Conseil Œcuménique des

Eglises, et pour l’Eglise d’Egypte.

Nous vous souhaitons de tout cœur d’être un Pasteur selon le cœur du

Christ, par votre préparation intellectuelle, par votre proximité avec les prêtres, par

votre dynamisme pastoral et social attentif aux plus défavorisés, aux isolés et aux


Janvier – Février – Mars 2013 45

moralement pauvres. Les dix ans d’épiscopat à la tête de l’Eparchie de Minya vous

ont forgé pour être, aujourd’hui, Chef d’Eglise. Mabrouk.

Nous voulons être proches de Vous pour Vous soutenir dans les espoirs et

les défis qui Vous attendent : espoirs dans un dialogue œcuménique fructueux face

aux nouvelles perspectives de collaboration offerte par le nouveau Patriarche copte

orthodoxe ; défis nés de la progressive islamisation de l’Egypte. Notre prière Vous

accompagne.

Nous, les Ordinaires catholiques de Terre Sainte et les Représentants

Pontificaux, Vous redisons toute notre joie et nous Vous présentons nos félicitations

les plus fraternelles.

+ Fouad TWAL – Président, Patriarche latin de Jérusalem

+ Giorgio LINGUA, Nonce Apostolique en Jordanie

+ Giuseppe LAZZAROTTO, Délégué Apostolique à Jérusalem / Palestine,

Nonce Apostolique en Israël et Chypre

+ Michel SABBAH, Patriarche émérite de Jérusalem des Latins

+ Elias CHACOUR – Vice président, Archevêque Grec Melkite Catholique d’Akka

+ Yaser Al-AYYASH, Archevêque Grec Melkite Catholique d’Amman

+ Joseph SOUEIF, Archevêque Maronite de Chypre

+ Mussa El-HAGE, Archevêque Maronite de Haïfa et Terre Sainte

+ Boutros MOUALLEM, Archevêque émérite Grec Melkite Catolique d’Akka

+ Joseph Jules ZEREY, Vicaire Patriarcal Grec Melkite Catolique de Jérusalem

+ Gregoire Pierre MELKI, Exarque Syrien Catholique de Jérusalem

+ Maroun LAHHAM, Vicaire Patriarcal latin / Jordanie

+ Giacinto-Boulos MARCUZZO, Vicaire Patriarcal latin / Israël

+ William SHOMALI, Vicaire Patriarcal latin / Jérusalem et Palestine

+ Kamal-Hanna BATHISH, Evêque auxiliaire émérite

+ Selim SAYEGH, Evêque auxiliaire émérite

Mgr. Joseph TELEKIAN, Exarque Arménien Catholique / Jérusalem

P. Pierbattista PIZZABALLA, O.F.M., Custode de Terre Sainte

P. David NEUHAUS, S.J., Vicaire Patriarcal / Vicariat expression hébraïque

P. Evencio HERRERA DIAZ, O.F.M., Vicaire Patriarcal latin pour Chypre

P. Raymond MOUSSALLI, Vicaire Patriarcal Chaldéen pour la Jordanie

P. Pietro FELET, scj, Secrétaire général


46

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

25 janvier 2013 :

Félicitations de l’AOCTS au nouveau Patriarche arménien

pour Jérusalem

L'Assemblée des Ordinaires catholiques de Terre Sainte adresse ses félicitations

au nouveau Patriarche arménien pour Jérusalem, Mgr Nourhan Manoogian.

Message de félicitations

L’Assemblée des Ordinaires catholiques de Terre Sainte est très reconnaissante

au Dieu Tout-Puissant que ce jeudi 24 janvier 2013, les membres éminents du

Saint-Synode vous aient désigné, vous, archevêque Nourhan Manoogian, en tant

que quatre-vingt-dix-septième patriarche de l’Eglise arménienne en Terre Sainte.

Nous exprimons à Votre Béatitude nos vœux les plus sincères pour

l’accomplissement de votre nouvelle mission en tant que chef d’une Eglise

grande et ancienne de Jérusalem, pour votre engagement dans les efforts

œcuméniques, et pour la gestion des affaires de la communauté arménienne.

Les Arméniens sont une composante dynamique d’une société plus vaste et

plus diversifiée, visiblement présente ici en Terre Sainte, à Jérusalem et à Bethléem,

à Ramallah, à Amman et à Haïfa.

Votre expérience en tant que Secrétaire exécutif du comité inter-ecclésial de

Jérusalem et directeur général du Conseil des Eglises du Moyen-Orient vous rend

à même de vous impliquer totalement dans notre travail œcuménique et dans notre

souhait à être « un en Christ ».

Les Arméniens du monde entier regardent Jérusalem comme leur seconde

source la plus importante et enrichissante de régénération spirituelle et de

renforcement. Vos Patriarches ont toujours eu plus d’influence dans les affaires

religieuses universelles que le nombre relativement restreint de leurs membres

méritants.

Votre Béatitude, nous sommes pleins d’espoir car nous pouvons travailler

ensemble « main dans la main » pour le bien de nos fidèles et nous avons une

responsabilité commune de témoigner de l’amour de Dieu par notre amour fraternel.

+ Fouad TWAL – Président, Patriarche latin de Jérusalem

+ Giorgio LINGUA, Nonce Apostolique en Jordanie

+ Giuseppe LAZZAROTTO, Délégué Apostolique à Jérusalem / Palestine,

Nonce Apostolique en Israël et Chypre


Janvier – Février – Mars 2013 47

+ Michel SABBAH, Patriarche émérite de Jérusalem des Latins

+ Elias CHACOUR – Vice président, Archevêque Grec Melkite Catholique d’Akka

+ Yaser Al-AYYASH, Archevêque Grec Melkite Catholique d’Amman

+ Joseph SOUEIF, Archevêque Maronite de Chypre

+ Mussa El-HAGE, Archevêque Maronite de Haïfa et Terre Sainte

+ Boutros MOUALLEM, Archevêque émérite Grec Melkite Catolique d’Akka

+ Joseph Jules ZEREY, Vicaire Patriarcal Grec Melkite Catolique de Jérusalem

+ Gregoire Pierre MELKI, Exarque Syrien Catholique de Jérusalem

+ Maroun LAHHAM, Vicaire Patriarcal latin / Jordanie

+ Giacinto-Boulos MARCUZZO, Vicaire Patriarcal latin / Israël

+ William SHOMALI, Vicaire Patriarcal latin / Jérusalem et Palestine

+ Kamal-Hanna BATHISH, Evêque auxiliaire émérite

+ Selim SAYEGH, Evêque auxiliaire émérite

Mgr. Joseph TELEKIAN, Exarque Arménien Catholique / Jérusalem

P. Pierbattista PIZZABALLA, O.F.M., Custode de Terre Sainte

P. David NEUHAUS, S.J., Vicaire Patriarcal / Vicariat expression hébraïque

P. Evencio HERRERA DIAZ, O.F.M., Vicaire Patriarcal latin pour Chypre

P. Raymond MOUSSALLI, Vicaire Patriarcal Chaldéen pour la Jordanie

P. Pietro FELET, scj, Secrétaire général

✯ ✯ ✯

4 février 2013 :

Les Ordinaires félicitent Mgr Sako, nouveau Patriarche chaldéen

Nous publions ici les félicitations de l’Assemblée des Ordinaires catholiques

de Terre Sainte adressées à Mgr Louis Sako, nouveau Patriarche de l’Eglise

catholique chaldéenne.

Béatitude,

Les Éminents Membres de l’Assemblée des Ordinaires catholiques de Terre

Sainte, ainsi que leur président, S.B. le Patriarche Fouad Twal, et en communion

avec les Représentants Pontificaux en Jordanie et en Palestine, se réjouissent de

votre élection comme Patriarche de l’Eglise catholique chaldéenne.


48

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Ce ne fut pas une surprise pour qui vous connaît en personne ou par

l’intermédiaire des médias, et pour qui a apprécié vos interventions en tant

qu’Archevêque métropolite de Kirkouk Mgr Louis Sako, en faveur de la

réconciliation et de la paix dans une situation explosive et confuse.

Avant la réunion du Saint Synode, vous avez déclaré à Radio Vatican : « Nous

avons besoin d’un chef qui nous aide à voir l’avenir, et qui rapproche les gens entre

eux. » Ce souhait est devenu le programme de vie du nouveau patriarche chaldéen.

Béatitude,

La dimension prophétique de votre programme vous pousse à persévérer

jusqu’au bout sans crainte, à travailler en communion avec les évêques de votre

Eglise et avec les membres de l’Assemblée des évêques catholiques d’Irak, à avoir

une vision commune sur la situation actuelle et future.

La dimension ecclésiale que vous invoquiez vous portera à vous offrir pour

le bien de tous les chrétiens d’Irak et du Moyen-Orient. Les occasions de travailler

avec tous les hommes de bonne volonté, qu’ils soient chrétiens, sunnites, chiites ou

kurdes, ne manqueront pas.

Béatitude,

Nous, pasteurs de l’Eglise de Dieu qui est au Moyen-Orient, nous voulons

vous exprimer notre proximité qui se fait prière sur le Calvaire et sur la tombe de la

Résurrection. Et la promesse de continuer à offrir aux réfugiés irakiens qui sont au

milieu de nous, assistance spirituelle et chaleur humaine.

Allons toujours de l’avant, sans hésitations ni doutes. Mabrouk.

+ Fouad TWAL – Président, Patriarche latin de Jérusalem

+ Giorgio LINGUA, Nonce Apostolique en Jordanie

+ Giuseppe LAZZAROTTO, Délégué Apostolique à Jérusalem / Palestine,

Nonce Apostolique en Israël et Chypre

+ Michel SABBAH, Patriarche émérite de Jérusalem des Latins

+ Elias CHACOUR – Vice président, Archevêque Grec Melkite Catholique d’Akka

+ Yaser Al-AYYASH, Archevêque Grec Melkite Catholique d’Amman

+ Joseph SOUEIF, Archevêque Maronite de Chypre

+ Mussa El-HAGE, Archevêque Maronite de Haïfa et Terre Sainte

+ Boutros MOUALLEM, Archevêque émérite Grec Melkite Catolique d’Akka

+ Joseph Jules ZEREY, Vicaire Patriarcal Grec Melkite Catolique de Jérusalem


Janvier – Février – Mars 2013 49

+ Gregoire Pierre MELKI, Exarque Syrien Catholique de Jérusalem

+ Maroun LAHHAM, Vicaire Patriarcal latin / Jordanie

+ Giacinto-Boulos MARCUZZO, Vicaire Patriarcal latin / Israël

+ William SHOMALI, Vicaire Patriarcal latin / Jérusalem et Palestine

+ Kamal-Hanna BATHISH, Evêque auxiliaire émérite

+ Selim SAYEGH, Evêque auxiliaire émérite

Mgr. Joseph TELEKIAN, Exarque Arménien Catholique / Jérusalem

P. Pierbattista PIZZABALLA, O.F.M., Custode de Terre Sainte

P. David NEUHAUS, S.J., Vicaire Patriarcal / Vicariat expression hébraïque

P. Evencio HERRERA DIAZ, O.F.M., Vicaire Patriarcal latin pour Chypre

P. Raymond MOUSSALLI, Vicaire Patriarcal Chaldéen pour la Jordanie

P. Pietro FELET, scj, Secrétaire général

✯ ✯ ✯

14 février 2013 :

Lettre des Ordinaires au pape Benoît XVI

Ci-dessous, la lettre écrite par les Ordinaires catholiques de Terre Sainte

témoignant de leur reconnaissance et de leur attachement au Saint Père.

Le 14 février 2013

Sa Sainteté le pape BENOÎT XVI

Città del Vaticano

Saint Père,

Les Ordinaires catholiques de Terre Sainte s’inclinent devant la décision

de renoncer au ministère d’Evêque de Rome, successeur de l’apôtre Saint

Pierre, que Vous avez prise en vous abandonnant à la volonté de Dieu et en

toute liberté. Nous vous assurons de notre prière et de notre soutien dans cette

démarche.

La nouvelle de votre renoncement a parcouru la Terre Sainte en un éclair,

suscitant d’abord incrédulité et étonnement, pour saluer ensuite un acte de courage

et de foi. A genoux comme Jésus à Gethsémani, nous redisons avec Lui : Père, non

pas ma volonté, mais la tienne.


50

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Saint Père,

Les Ordinaires catholiques de Terre Sainte veulent exprimer la reconnaissance

de tous les habitants d’Israël, de Palestine, de Jordanie et de Chypre, avec tous les

croyants qui y vivent, juifs, chrétiens, musulmans, druzes. Tous les chrétiens, qu’ils

soient catholiques, orthodoxes, anglicans ou protestants, et surtout les fidèles de nos

diocèses et éparchies vous portent dans leur cœur.

Nous vous sommes reconnaissants d’avoir visité à deux reprises - en mai 2009

et en juin 2010 - les pays qui dessinent géographiquement la Terre Sainte et d’y

avoir rencontré les croyants des religions monothéistes en les invitant instamment

à vivre dans l’amour les uns pour les autres, et en harmonie les uns avec les autres.

Vous nous avez tous invités à ne pas avoir peur de cheminer, dans la liberté et la

vérité, sur les sentiers âpres et de traverser la porte étroite qui conduit à une culture

de paix, qui se bâtit sur des gestes réels de pardon réciproque et de réconciliation

des cœurs.

Avec nos fidèles, nous vous sommes pleins de gratitude pour nous avoir

encouragés au Cénacle à être des chandelles allumées qui illuminent les Lieux

Saints chrétiens par la foi et la ferveur et pour nous avoir fortement invités à être

un pont de dialogue et de coopération constructive surtout quand nos pas butent

contre des murs et quand les horizons grands ouverts sont fermés par la hauteur de

ces mêmes murs.

Saint Père,

Il nous sera difficile d’oublier votre foi authentique, votre « sentire cum Ecclesia

», votre sens du devoir bien accompli dans la fidélité et le dévouement, votre exemple

d’honnêteté intellectuelle et votre grande simplicité et profonde humilité.

Nous, avec les Représentants Pontificaux, vous demandons de bien vouloir

continuer à prier pour la Terre Sainte et à bénir tous ses habitants. Et de notre part,

soyez sûr que nous bénirons toujours le Seigneur du don de vous avoir eu comme

Pasteur suprême de l’Eglise catholique.

+ Fouad TWAL – Président, Patriarche latin de Jérusalem

+ Giorgio LINGUA, Nonce Apostolique en Jordanie

+ Giuseppe LAZZAROTTO, Délégué Apostolique à Jérusalem / Palestine,

Nonce Apostolique en Israël et Chypre

+ Michel SABBAH, Patriarche émérite de Jérusalem des Latins

+ Elias CHACOUR – Vice président, Archevêque Grec Melkite Catholique d’Akka

+ Yaser Al-AYYASH, Archevêque Grec Melkite Catholique d’Amman


Janvier – Février – Mars 2013 51

+ Joseph SOUEIF, Archevêque Maronite de Chypre

+ Mussa El-HAGE, Archevêque Maronite de Haïfa et Terre Sainte

+ Boutros MOUALLEM, Archevêque émérite Grec Melkite Catolique d’Akka

+ Joseph Jules ZEREY, Vicaire Patriarcal Grec Melkite Catolique de Jérusalem

+ Gregoire Pierre MELKI, Exarque Syrien Catholique de Jérusalem

+ Maroun LAHHAM, Vicaire Patriarcal latin / Jordanie

+ Giacinto-Boulos MARCUZZO, Vicaire Patriarcal latin / Israël

+ William SHOMALI, Vicaire Patriarcal latin / Jérusalem et Palestine

+ Kamal-Hanna BATHISH, Evêque auxiliaire émérite

+ Selim SAYEGH, Evêque auxiliaire émérite

Mgr. Joseph TELEKIAN, Exarque Arménien Catholique / Jérusalem

P. Pierbattista PIZZABALLA, O.F.M., Custode de Terre Sainte

P. David NEUHAUS, S.J., Vicaire Patriarcal / Vicariat expression hébraïque

P. Evencio HERRERA DIAZ, O.F.M., Vicaire Patriarcal latin pour Chypre

P. Raymond MOUSSALLI, Vicaire Patriarcal Chaldéen pour la Jordanie

P. Pietro FELET, scj, Secrétaire général

✯ ✯ ✯

21 février 2013 :

Félicitations de l’AOCTS au nouvel Archevêque de Tunis

Les Ordinaires catholiques de Terre Sainte félicitent Mgr Ilario Antoniazzi,

du Patriarcat latin de Jérusalem, pour sa nomination ce 21 février 2013 comme

nouvel Archevêque de Tunis.

Félicitations

Sayyedna,

A peine le Saint-Siège a-t-il publié la nouvelle de votre nomination comme

Archevêque de Tunis, que les membres de l’Assemblée des Ordinaires de Terre

Sainte expriment leur gratitude au Saint Père pour ce choix et leur joie qu’un

membre du clergé du Patriarcat latin de Jérusalem soit retenu digne d’une telle

mission.

Nous comprenons votre état d’esprit. D’une part vous êtes troublé face à ce

nouvel appel du Seigneur et d’autre part vous sentez le besoin de le remercier pour

les merveilles opérées en vous. Nous vous invitons à penser aux noms significatifs


52

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

de deux de vos prédécesseurs du V e siècle sur la cathèdre de Cartage, les évêques

« Quodvultdeus » et « Deogratias »… et vous vous appelez « Ilario » (Joie).

Le vœu que nous vous faisons est celui de faire toujours la volonté de Dieu

avec joie et reconnaissance envers Celui qui est le Seigneur de l’histoire. Vous en

avez fait l’expérience pendant votre vie de prêtre au service de la communauté en

Jordanie, en Galilée et maintenant en Tunisie. Trois milieux différents les uns des

autres, mais trois milieux ouverts à goûter la Parole de Dieu que vous leur avez

offerte et que vous continuerez à transmettre dans votre nouveau champ d’apostolat.

Sayyedna Ilario,

Nous vous avons connu, apprécié, et avons savouré d’être ensemble pendant

les différentes rencontres de prêtres ou retraites spirituelles inter-rituelles. Le

jour de votre ordination épiscopale et en signe de communion, nous, les évêques,

imposerons nos mains sur votre tête et invoquerons l’Esprit Saint afin qu’il descende

sur vous pour faire de vous un pasteur selon le cœur de Dieu, zélé comme vos

prédécesseurs d’hier et d’aujourd’hui. Tous nos vœux et alf mabrouk.

Les Ordinaires catholiques de Terre Sainte.

+ Fouad TWAL – Président, Patriarche latin de Jérusalem

+ Giorgio LINGUA, Nonce Apostolique en Jordanie

+ Giuseppe LAZZAROTTO, Délégué Apostolique à Jérusalem / Palestine,

Nonce Apostolique en Israël et Chypre

+ Michel SABBAH, Patriarche émérite de Jérusalem des Latins

+ Elias CHACOUR – Vice président, Archevêque Grec Melkite Catholique d’Akka

+ Yaser Al-AYYASH, Archevêque Grec Melkite Catholique d’Amman

+ Joseph SOUEIF, Archevêque Maronite de Chypre

+ Mussa El-HAGE, Archevêque Maronite de Haïfa et Terre Sainte

+ Boutros MOUALLEM, Archevêque émérite Grec Melkite Catolique d’Akka

+ Joseph Jules ZEREY, Vicaire Patriarcal Grec Melkite Catolique de Jérusalem

+ Gregoire Pierre MELKI, Exarque Syrien Catholique de Jérusalem

+ Maroun LAHHAM, Vicaire Patriarcal latin / Jordanie

+ Giacinto-Boulos MARCUZZO, Vicaire Patriarcal latin / Israël

+ William SHOMALI, Vicaire Patriarcal latin / Jérusalem et Palestine

+ Kamal-Hanna BATHISH, Evêque auxiliaire émérite


Janvier – Février – Mars 2013 53

+ Selim SAYEGH, Evêque auxiliaire émérite

Mgr. Joseph TELEKIAN, Exarque Arménien Catholique / Jérusalem

P. Pierbattista PIZZABALLA, O.F.M., Custode de Terre Sainte

P. David NEUHAUS, S.J., Vicaire Patriarcal / Vicariat expression hébraïque

P. Evencio HERRERA DIAZ, O.F.M., Vicaire Patriarcal latin pour Chypre

P. Raymond MOUSSALLI, Vicaire Patriarcal Chaldéen pour la Jordanie

P. Pietro FELET, scj, Secrétaire général

✯ ✯ ✯

19 mars 2013 :

Lettre au Président Obama de la part

de la Commission Justice et Paix

JERUSALEM - Nous publions ci-dessous la lettre adressée au Président

américain Barak Obama par la ‘Commission Justice et Paix’ de l’Assemblée des

Ordinaires catholiques de Terre Sainte. Le président des Etats-Unis entamant

mercredi 20 mars 2013, sa première visite en Israël, dans les Territoires palestiniens

et en Jordanie.

The President of the United States

The White House

1600 Pennsylvania Avenue, N.W.

Washington, DC 20500

USA

14 mars 2013

Monsieur le Président,

Nous, les chefs des Eglises catholiques / chrétiennes de Jérusalem, accueillons

chaleureusement votre prochaine visite en Israël et en Palestine. A cette occasion,

nous tenons à attirer votre attention sur certains problèmes majeurs qui affectent

profondément la présence chrétienne dans cette région.

Cette année, le peuple palestinien vit depuis 46 ans sous l’occupation militaire

israélienne. Le sort des chrétiens palestiniens est le même que celui du peuple

palestinien dans son ensemble, et par conséquent, tout ce qui touche le peuple

palestinien affecte aussi les chrétiens.


54

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Dans les Territoires palestiniens occupés, parmi les nombreuses violations

du droit international commises par les autorités israéliennes, nous n’en citons

que quelques-unes : les colonies israéliennes illégales, un régime de permis qui

limite sévèrement l’accès aux Lieux Saints pour les musulmans et les chrétiens,

l’expropriation des terres palestiniennes privées pour l’expansion des colonies et

la construction du mur de séparation (comme dans le cas actuel de la vallée de

Crémisan), etc...

Les cas d’apatridie, les interminables procédures de regroupement familial

et le rejet de l’enregistrement des enfants comme les possibilités limitées

d’expansion en raison du peu de permis de construire accordés à Jérusalem-

Est, violent les droits humains fondamentaux des Palestiniens et les forcent au

déplacement, à la migration et à l’exil.

La majorité de la population chrétienne locale faisant partie de la population

arabe en Israël, sont en tant que tels soumis à une politique constante et cachée

de discrimination et sont traités comme des citoyens de seconde classe dans les

domaines de l’éducation, de l’emploi, de la propriété, des services municipaux, etc.

Comme la présence chrétienne palestinienne joue un rôle important dans cette

Terre Sainte - elle apporte une large contribution dans les domaines de l’éducation, de

la santé et des services sociaux - son absence aura des conséquences catastrophiques

en particulier avec la montée des fondamentalistes des deux côtés. Ainsi, tous les

efforts doivent être faits pour préserver la présence chrétienne en Terre Sainte,

et la faire prospérer à l’avenir pour que l’espoir ne soit pas perdu. Les politiques

oppressives et discriminatoires de la part du gouvernement israélien constituent une

violation de la protection d’une minorité religieuse qui est expressément soulignée

par le droit international.

Nous vous demandons instamment, en votre qualité de président des Etats-

Unis d’Amérique, d’exiger de l’Etat d’Israël de respecter le droit international et

d’arrêter toutes les politiques illégales visant la population palestinienne de Terre

Sainte, ce serait la meilleure façon de contribuer à préserver et protéger la présence

chrétienne en Terre Sainte.

Très respectueusement,

Yusef Daher

Secrétaire

Au nom de la commission Justice et Paix

✯ ✯ ✯


Janvier – Février – Mars 2013 55

Autres communiqués

7 janvier 2013 :

Bénédiction Apostolique adressée à Mgr Sabbah

C’était le 6 janvier 1988 à Rome, en la Basilique Saint Pierre. Mgr Sabbah,

actuellement Patriarche émérite de Terre Sainte, était alors créé évêque par

l’imposition des mains de Jean-Paul II. Vingt-cinq ans plus tard, le pape Benoît

XVI adresse à Mgr Sabbah sa Bénédiction Apostolique pour son jubilé d’ordination

épiscopale fêté ce dimanche 6 janvier 2013.

Le Patriarche Mgr Fouad Twal, les évêques auxiliaires, les prêtres et les

fidèles du diocèse s’associent aux vœux et félicitations du Saint Père.

A Sa Béatitude Michel Sabbah,

Patriarche émérite de Jérusalem des Latins

qui célèbre le jubilé d’argent de son ordination épiscopale,

nous exprimons nos vives félicitations

pour son grand zèle exercé avec sagesse

en faveur du bien spirituel des fidèles qui lui ont été confiés,

pour l’importante œuvre en faveur de la paix et de la réconciliation

dans la très chère Terre Sainte

et pour la compétente coopération effectuée auprès des divers Conseils du Saint-

Siège.

Nous lui souhaitons nos meilleurs vœux à travers Notre Bénédiction Apostolique

que nous accordons de tout cœur.

Benoît PP. XVI.

Du Vatican, le 17 décembre 2012

✯ ✯ ✯

10 janvier 2013 :

Coordination Terre Sainte 2013 : Communiqué final

Du 8 au 10 janvier 2013, la Coordination Terre Sainte composée d’évêques

européens et nord-américains s’est réunie comme chaque année en solidarité avec


56

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

l’Eglise-Mère pour visiter les communautés locales. Voici le communiqué final

concluant ce jour leurs séances de travaux.

Depuis que les évêques de la Coordination Terre Sainte se sont réunis en

janvier 2012, les habitants de cette région ont vécu des événements sombres et

dramatiques : le conflit à Gaza et dans le sud d’Israël, la guerre civile en Syrie,

ce qui a provoqué un très grand nombre de réfugiés arrivant en masse dans

d’autres pays, mettant une pression énorme sur leurs ressources et augmentant

une polarisation au sein d’Israël et de la Palestine. Ces développements ont

suscité une profonde inquiétude pour tous dans cette région, pour les Israéliens,

les Palestiniens, les juifs, les musulmans, et en particulier pour la population

chrétienne dont le nombre décroît.

Cette année, nous avons rencontré des communautés chrétiennes dans la

bande de Gaza, à Bethléem, à Beit Jala, à Madaba et à Zarqa. Dans la vallée de

Crémisan nous avons entendu parler des luttes juridiques pour protéger les terres et

les institutions religieuses locales, de l’empiètement de la Barrière de Sécurité (« le

mur »). Nous nous engageons à continuer à exhorter nos gouvernements respectifs à

agir pour empêcher cette injustice. Nous avons entendu des témoignages émouvants

de femmes religieuses impliquées dans la prise en charge de travailleurs migrants,

de personnes victimes de trafic et de prisonniers.

Notre foi a été enrichie par la force et le courage des personnes que nous avons

rencontrées : celles avec lesquelles nous avons partagé une célébration vibrante

de la messe à Zarqa en Jordanie, celles qui prennent soin des plus vulnérables -

comme les réfugiés en provenance de Syrie et d’Irak fuyant la terreur et la violence

-, celles qui luttent contre un visage d’oppression et d’insécurité à travers les pays

qui composent la Terre Sainte. Nous avons à cœur de promouvoir une paix juste

et faire appel à des communautés chrétiennes dans nos pays d’origine, ainsi qu’à

des personnes de bonne volonté partout pour soutenir les travaux entrepris dans

cette région pour construire un avenir meilleur. Deux organismes que nous avons

visités en sont de bons exemples : Catholic Relief Services dans la bande de Gaza

et Caritas refugee programm en Jordanie.

Nous sommes aussi appelés à reconnaître et à dire aux autres comment la foi

en Dieu apporte la lumière dans la vie des gens en Terre Sainte. L’une des façons

dont cela arrive est l’engagement de l’Eglise pour l’éducation, un investissement

tangible dans l’avenir. Cela n’est pas plus évident ailleurs que dans l’Université de

Bethléem, où nous avons été frappés par des histoires d’étudiants, et l’Université

américaine de Madaba en Jordanie. En 2009, le pape Benoît XVI a exhorté le

personnel et les étudiants de la région à être des bâtisseurs d’une société juste et

pacifique composée de peuples de diverses origines ethniques et religieuses.


Janvier – Février – Mars 2013 57

Avec les évêques locaux, nous encourageons un soutien pragmatique pour les

plus vulnérables, la formation des jeunes et tous les efforts possibles pour la promotion

de la paix. Nous encourageons les chrétiens à venir en pèlerinage en Terre Sainte, où

ils recevront le même accueil chaleureux que celui dont nous avions bénéficié. Nous

allons travailler dur pour convaincre nos gouvernements respectifs de reconnaître les

causes profondes de la souffrance sur cette terre et d’intensifier leurs efforts pour une

paix juste. Nous réitérons l’appel du pape Benoît XVI lancé récemment dans son

discours au corps diplomatique du Saint-Siège : « Suite à la reconnaissance de la

Palestine comme un Etat observateur non-membre de l’Organisation des Nations unies,

j’exprime à nouveau l’espoir que, avec le soutien de la communauté internationale,

les Israéliens et les Palestiniens s’engageront à une coexistence pacifique dans le

cadre de deux Etats souverains, où le respect de la justice et les aspirations légitimes

des deux peuples seront préservés et garantis. Jérusalem, deviens ce que signifie ton

nom ! Ville de paix, non de division ».

Dans les mots de l’un des psaumes que nous prions ensemble chaque jour :

« demandez la paix de Jérusalem. » (Psaume 122, verset 6).

Signataires du communiqué final :

Mgr Richard Smith – Edmonton, Canada

Mgr Joan-Enric Vives – Urgell et Andorre, Espagne

Mgr Gerald Kicanas – Tucson, États-Unis

Mgr Stephan Ackermann – Trèves, Allemagne

Mgr Michel Dubost – Evry, France

Mgr William Kenney – Représentant de la ComECE

Mgr Bürcher Peter – Reykjavik, Conférence des évêques nordiques

Mgr Declan Lang – Clifton, Angleterre et Pays de Galles.

✯ ✯ ✯

23 janvier 2013 :

Le Père Raed Abusahlieh nommé Secrétaire général

de Caritas-Jérusalem

Communiqué – Les membres du « Board of Directors » de Caritas-Jérusalem

se sont réunis mercredi 23 janvier 2013 au Patriarcat latin de Jérusalem pour élire

le nouveau Secrétaire général de Caritas-Jérusalem.

Etaient présents autour de son président, le Patriarche latin S.B. Fouad Twal,

Mgr Joseph Jules Zerey (Vicaire Patriarcal Grec Melkite Catholique de Jérusalem),


58

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Mgr Moussa El-Hage (Exarque Maronite de Jérusalem), Mgr Joseph Kelekian

(Exarque Arménien Catholique de Jérusalem), le P. Pierbattista Pizzaballa, Custode

de Terre Sainte, et madame Claudette Habesch, Secrétaire générale de la Caritas-

Jérusalem.

Après avoir passé en revue la situation de l’Eglise en Terre Sainte, les membres

présents ont voté pour le nouveau Secrétaire général de la Caritas-Jérusalem. Parmi

les sept candidats à ce poste, le Père Raed Abusahlieh, curé de Ramallah a été élu

à la majorité, succédant ainsi à madame Claudette Habesh. Il reste à nommer le

conseil exécutif.

Nos remerciements vont à Claudette Habesch pour ses 26 années de

dévouement, de générosité et pour son temps donné.

Nous adressons aussi nos meilleures félicitations au nouveau Secrétaire

général de la Caritas-Jérusalem, le Père Raed à qui nous formulons des vœux de

bon travail.

✯ ✯ ✯

28 janvier 2013 :

Une initiative inter-religieuse pour la paix au Moyen-Orient (Nili)

USA – D’émanation américaine, l’initiative inter-religieuse nationale pour la

paix au Moyen-Orient (Nili) à publié le communiqué suivant.

Un crépuscule est tombé sur la possibilité d’une solution à deux Etats au conflit

israélo-palestinien. En tant que chefs religieux juifs, chrétiens et musulmans attachés

à la paix, nous appelons immédiatement à la création d’un leadership soutenu par

les Etats-Unis avant que l’obscurité ne tombe sur l’espoir d’un règlement pacifique.

Nous avons récemment assisté à l’ombre du crépuscule. Nous pleurons pour

les vies perdues et brisées au cours des violences qui ont frappé le sud d’Israël et

Gaza. Ce que nous avons vu, récemment, et avant encore, va continuer de se produire

si le mouvement vers une solution viable à deux Etats continue de stagner. Le statu

quo est insoutenable et dangereux pour les Israéliens comme pour les Palestiniens.

Maintenant n’est pas le moment pour un autre cycle de récriminations. Il est grand

temps de briser le cycle de la violence et de prendre des initiatives audacieuses en

faveur de la paix.

L’impasse actuelle et l’héritage du passé n’ont pas fait aboutir les efforts de

paix. Ils compromettent notre sécurité et celle des autres, ils déstabilisent la région,

alimentent le terrorisme et l’extrémisme, permettent la poursuite de l’implantation


Janvier – Février – Mars 2013 59

des colonies israéliennes, et prolongent la désunion palestinienne. Ces réalités et

l’absence de négociations menacent de tuer la perspective d’un accord de paix à

deux Etats viables, la seule solution réaliste au conflit.

En tant que croyants, nous proclamons que nous ne devrions jamais sousestimer

ce qui est possible. L’Egypte et les Etats-Unis ont aidé à parvenir à un cessezle

feu à Gaza. Avec le soutien de la communauté internationale, les Israéliens et les

Palestiniens peuvent parvenir à une paix durable. Une nouvelle aube est possible.

En tant que membres de l’initiative du leadership national interreligieux pour

la paix au Moyen-Orient (Nili), nous adhérons au soutien négocié du président

Obama pour un accord de paix à deux Etats, qui prévoit un statut sûr et reconnu

d’Israël en paix aux côtés d’un Etat palestinien viable et indépendant.

Nous savons que les défis sont de taille, mais nous croyons qu’une nouvelle

initiative audacieuse pour un accord de paix israélo-palestinien devra être une

priorité immédiate de la nouvelle administration américaine en 2013. Nous

craignons en effet que la possibilité d’une solution pacifique ne soit rapidement

rejetée, et la stagnation actuelle encourage les belligérants des deux côtés. Notre

pays dispose d’un levier unique, et d’une véritable crédibilité dans la région. En

effet, aucun progrès vers la paix n’a encore eu lieu dans ce conflit sans le soutien

américain. Une fois de plus, nous devons mettre fermement en œuvre le leadership

américain pour aider à sortir de l’impasse actuelle et parvenir à un accord de paix à

deux Etats dès maintenant, et ce, avant qu’il ne soit trop tard.

Les dirigeants juifs, chrétiens et musulmans religieux du Nili se sont engagés

à mobiliser un large soutien public en faveur du leadership américain pour la paix.

Nous allons fortement mobiliser le soutien dans les églises, les synagogues et les

mosquées à travers le pays.

Le crépuscule nous menace, mais l’espoir d’une aube nouvelle demeure.

Faisons ensemble jaillir une lumière d’espoir et travaillons aux négociations menant

à un accord sur un statut final digne de ce nom.

Liste des Adhérents

Leaders chrétiens

• Mgr Richard E. Pates, D.D., Président, USCCB comité international justice et

paix

• Mgr Theodore McCarrick, Cardinal, Archevêque émérite de Washington

• Mgr Denis J. Madden, Evêque auxiliaire de Baltimore


60

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

• Mgr Vicken Aykasian, Directeur, affaires oecuméniques, Archevêque de l’église

arménienne orthodoxe d’Amérique

• Père Mark Arey, Directeur, bureau des affaires économiques, archidiocèse grec

orthodoxe d’Amérique

• Kathryn Mary Lohre, Président du conseil national des églises du Christ USA

• Mgr Mark S. Hanson, Evêque président, église évangélique luthérienne

d’Amérique

• Très Révérend Dr. Katharine Jefferts Schori, Evêque et Primat président de

l’Eglise épiscopale

• Reverend Gradye Parsons, Stated Clerk, église presbytérienne (USA)

• Reverend Geoffrey Black, Minister général & Président, Eglise unie du Christ

• Reverend Dr. Sharon Watkins, Ministre général, Président, églises chrétiennes

(Disciples du Christ)

• Evêque Mary Ann Swenson, Conseil des évêques, église méthodiste unie

• Richard Stearns, Président, World Vision US

• Reverend Leighton Ford, Président, Leighton Ford Ministries, membre du

bureau, World Vision US

• David Neff, Editeur Vice-President, Chrétienté aujourd’hui

• John Buchanan, Editeur, Le Siècle chrétien

Leaders juifs

• Rabbi David Saperstein, Directeur, centre d’action religieuse du judaïsme

réformé

• Rabbi Peter Knobel, Past President, conférence centrale des Rabbis Americains

• Rabbi Elliot Dorff, Ph. D. recteur et éminent professeur de philosophie,

Université juive américaine

• Rabbi Burt Visotzky

• Rabbi Amy Small, Past President, Reconstructionist association rabbinistique

• Rabbi Paul Menitoff, Executive Vice-Président émérite, Conférence central des

rabbins américains

Leaders musulmans

• Imam Mohammed Magid, Président, société islamique de l’Amérique du Nord

• Dr. Sayyid Muhammad Syeed, Directeur national, société islamique de

l’Amérique du Nord

• Naeem Baig, Directeur exécutif, cercle islamique d’Amérique du Nord

• Imam Feisal Abdul Rauf, Fondateur de la société ASMA et de Cordoba Initiative


Janvier – Février – Mars 2013 61

• Imam Yahya Hendi, Muslim Chaplain, Georgetown University

• Dawud Assad, Président émérite, Conseil des mosquées, USA

• Eide Alawan, Interfaith Office for Outreach, Centre islamique américain

• Iftekhar A. Hai, Directeur de fondation, United Muslims of America Interfaith

Alliance

Contact: Site Web : www.nili-mideastpeace.org

E-Mail : usicpme@aol.com

Tél : (425) 327-7545

(Texte original en anglais)

✯ ✯ ✯

28 janvier 2013 :

Clôture de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens

JERUSALEM – Dimanche 27 janvier 2013, la Semaine de prière pour

l’Unité des Chrétiens s’est achevée chez les melkites à Jérusalem dans l’église

de l’Annonciation. Mgr Jules-Joseph Zerey (vicaire patriarcal général de l’Eglise

grecque-catholique à Jérusalem) dans son homélie a rappelé que « la communion

entre nous a été rompue à cause de la faiblesse de notre foi, à cause de la faiblesse

de notre amour des uns envers les autres, et à cause de notre peu d’humilité. »

Et l’évêque d’affirmer avec conviction : « Nous sommes certains que la Vierge

Marie intercédera pour nous et nous accordera l’unité que nous implorons. »

Ci-dessous vous trouverez les textes pour la semaine, préparés et publiés par le

Conseil Pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et la Commission Foi

et Constitution du Conseil œcuménique des Eglises.

THÈME DE L’ANNÉE 2013

Que nous demande le Seigneur

(cf. Mi 6,6-8)

Les huit sous-thèmes de la semaine qui évoquent divers types de marches

permettent d’approfondir différentes manières pour le vrai disciple chrétien de

marcher sur la route de la justice où se trouve la vie (Prov 12,28a).

8 e jour : marcher en célébrant. Les textes bibliques de cette journée abordent la

célébration, non pas au sens où il faudrait se réjouir que tout se soit bien passé, mais


62

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

au sens de célébrer en signe d’espérance en Dieu et en sa justice. Pareillement, la

célébration de la Semaine de Prière pour l’unité des chrétiens manifeste notre espérance

que notre unité se réalisera lorsque Dieu le voudra et par les moyens qu’il voudra.

8 e Jour Marcher en célébrant

Lectures

Ha 3, 17-19 Se réjouir en un temps de détresse

Ps 100 La louange de Dieu sur la terre entière

Ph 4, 4-9 Réjouissez-vous dans le Seigneur en tout temps

Lc 1, 46-55 Le chant de Marie

Commentaire

Marcher humblement avec Dieu signifie marcher et célébrer. Quiconque se

rend en Inde est frappé par la détresse et les épreuves endurées par les Dalits mais

aussi par l’espérance et le sens de la célébration qu’ils portent en eux.

Les lectures bibliques de ce jour sont empreintes d’espérance et de réjouissance.

Le prophète Habaquq se réjouit dans le Seigneur en une période de sécheresse et de

mauvaise récolte. Dieu marchera avec son peuple et l’accompagnera dans les difficultés

: avoir une telle assurance, c’est déjà célébrer dans l’espérance. La Bienheureuse

Vierge Marie se rend chez sa cousine Elisabeth pour célébrer sa grossesse. Son

Magnificat est un chant d’espérance qu’elle élève vers le Seigneur avant même la

naissance de son enfant. Et de sa prison, Paul exhorte la communauté chrétienne

de Philippes à magnifier le Seigneur : « Réjouissez-vous dans le Seigneur en tout

temps ». Dans la Bible, célébrer Dieu et espérer en sa fidélité sont étroitement liés.

De la même manière, les célébrations qui caractérisent la culture dalite

témoignent d’un Évangile de foi et d’espérance qui s’est forgé à travers le combat

des Dalits pour le respect de leur dignité et leur survie. Cette semaine, en priant pour

l’unité des chrétiens, nous pensons en particulier à la célébration de la vie que nous

rencontrons en Inde, et plus spécialement aux Dalits qui restent fidèles à leur identité

chrétienne malgré les difficultés qu’ils endurent pour pouvoir vivre tout simplement.

De même, célébrons-nous dans l’espérance l’unité qui doit encore se faire parmi nous,

malgré les difficultés dont nous avons conscience. Cette célébration est enracinée

dans l’espérance que la prière du Christ : « Que tous soient un » s’accomplira quand

Dieu le voudra et par les moyens qu’il voudra. Elle est enracinée dans la gratitude,

car seul Dieu peut nous donner cette unité, et dans la reconnaissance de l’unité que

nous vivons déjà en amis de Jésus et qui s’exprime dans un même baptême. Elle

est enracinée dans la conviction que Dieu appelle chacun de nous à rechercher cette

unité, qu’il ne négligera aucun de nos efforts et que nous pouvons mettre en lui toute

notre confiance comme Paul nous y invite : « En toute occasion, par la prière et la


Janvier – Février – Mars 2013 63

supplication accompagnées d’action de grâces, faites connaître vos demandes à Dieu ».

Marcher vers l’unité chrétienne exige que nous marchions humblement avec Dieu

dans la célébration, la prière et l’espérance.

Prière

Dieu de grâce, fais que ton Esprit Saint remplisse nos communautés de joie

et du désir de te célébrer pour que nous puissions chérir l’unité que déjà nous

partageons et poursuivre avec ferveur notre recherche de l’unité visible. Nous nous

réjouissons de la foi et de l’espérance des peuples qui refusent de laisser bafouer

leur dignité et nous voyons en eux ta grâce merveilleuse et ta promesse de liberté.

Enseigne-nous à partager leur joie et à prendre pour exemple leur courage et leur

fidélité. Ranime notre espérance et soutiens-nous dans notre résolution afin qu’au

nom du Christ nous marchions unis dans l’amour, élevant d’une seule voix notre

louange et chantant ensemble une même prière d’adoration. Toi qui es le Dieu de la

vie, conduis-nous à la justice et à la paix. Amen.

Pistes de réflexion

− Dans la société où vous vivez, quelles difficultés rencontrez-vous dans votre

recherche de la justice Quels motifs de vous réjouir avez-vous cependant

rencontrés en chemin

− Dans votre milieu de vie, quelles difficultés entravent la route vers l’unité

Quels motifs de vous réjouir avez-vous cependant rencontrés en chemin

✯ ✯ ✯

30 janvier 2013 :

Communiqué conjoint de la Commission de travail permanente et

bilatérale entre le Saint-Siège et Israël

Mardi 29 janvier 2013, la Commission de travail permanente et bilatérale

entre le Saint-Siège et l’Etat d’Israël s’est à nouveau réunie pour poursuivre les

négociations concernant les questions économiques et fiscales de l’Eglise catholique

en Terre Sainte. Nous publions ci-après le Communiqué conjoint de la Commission.

Communiqué conjoint

La Commission de travail permanente et bilatérale entre le Saint-Siège

et l’Etat d’Israël s’est réunie le 29 janvier 2013, à Jérusalem, en plénière, pour

poursuivre les négociations conformément à l’article 10, paragraphe 2, de l’Accord

Fondamental.


64

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

La réunion a été présidée par M. Daniel AYALON, MK, ministre adjoint des

Affaires étrangères et par Mgr Ettore BALESTRERO, sous-secrétaire du Saint-

Siège pour les relations avec les États.

La délégation du Saint-Siège a remercié le ministre adjoint des Affaires

étrangères M. Ayalon pour sa contribution aux négociations et lui a souhaité un

plein succès dans ses nouvelles fonctions.

Les négociations se sont déroulées dans une atmosphère constructive et

réfléchie. La Commission a pris note que des progrès significatifs ont été réalisés et

espère une conclusion rapide de l’Accord.

Les parties se sont entendues sur les prochaines étapes à venir et sur la date de

la prochaine réunion plénière qui aura lieu en juin 2013 au Vatican.

Délégation du Saint-Siège :

Mgr Ettore BALESTRERO, Sous-Secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec

les États

S.E. Arch. Antonio FRANCO, Nonce apostolique, Co-président de la Commission

de travail permanente et bilatérale entre le Saint-Siège et l’Etat d’Israël

S.E. Arch. Giuseppe LAZZAROTTO, Nonce apostolique en Israël

S.E. Mgr Giacinto-Boulos MARCUZZO, Vicaire patriarcal pour Israël

Mgr. Maurizio MALVESTITI, Sous-Secrétaire de la Congrégation pour les Eglises

Orientales

Mgr. Alberto MARTÍN ORTEGA, membre de la Secrétairerie d’Etat

Mgr. Waldemar Stanislaw SOMMERTAG, Conseiller de la Nonciature Apostolique

M. Henry AMOROSO, Conseiller juridique principal

M. Samir ABU-NASSAR, C.P.A., Conseiller financier

Archimandrite Maher ABBOUD, Vicaire Général grecque-melkite de l’Archéparchie

d’Akko

Fr. Elias DAW, Président du Tribunal de l’Eglise grec-melkite en Israël

Fr. Pietro FELET SCJ, Secrétaire général de l’AOCTS

Fr. Ibrahim FALTAS O.F.M., Custodie de Terre Sainte

S. Naomi ZIMMERMANN F.S.E., Secrétaire

Délégation de l’Etat d’Israël :

M. Daniel AYALON, Ministre-adjoint des Affaires étrangères

M. Zion EVRONY, Ambassadeur de l’Etat d’Israël au Saint-Siège

M. Ehud KEINAN, Directeur général adjoint, Division des affaires juridiques

(AMF), Co-président de la Commission de travail permanente et bilatérale


Janvier – Février – Mars 2013 65

M. Shmuel BEN SHMUEL, Responsable des Affaires interreligieuses et du Monde

juif (AMF)

M. Bahij MANSOUR, Directeur du Département des affaires interreligieuses

(AMF)

M. Moshe GOLAN, premier Sous-Procureur d’Etat en charge du droit civil,

Ministère de la Justice

M. Itai APTRE, Département des accords internationaux, Ministère de la Justice

Mme Karin DOSERETZ, Département du droit international général, Division des

affaires juridiques (AMF)

M. Gershon KEDAR, Conseiller politique du Ministre-adjoint des Affaires

étrangères

Mme Michal PASOVSKY, Département des accords internationaux, Ministère de

la Justice

✯ ✯ ✯

15 février 2013 :

Les Evêques Latins pour les Régions Arabes remercient le Pape

Nous publions ici la lettre adressée au Pape jeudi 14 février par les Evêques

Latins pour les Régions Arabes. Ils remercient Benoît XVI pour l’intérêt qu’il a

porté à leurs pays et pour ses « appels incessants à la paix ».

Ce 14 février 2013,

Sainteté,

Les Evêques Latins des Régions Arabes ont appris avec grande surprise et

étonnement votre décision de renoncer au ministère d’Evêque de Rome, successeur

de l’apôtre Saint Pierre. Avec humilité et simplicité vous avez remis votre ministère

pétrinien en raison de votre profond amour pour l’Eglise. Vous nous avez donné

l’exemple de l’humble serviteur qui sait remettre la vigne tant aimée à un vigneron

plus vigoureux.

Sainteté,

Les Eglises, dont nous sommes les pasteurs, sont enchâssées dans la grande

mosaïque de la présence chrétienne au Moyen-Orient. Par la grâce de Dieu et la

confiance du Siège Apostolique nous sommes, aujourd’hui, chargés des fidèles

de rite latin, nés ou réfugiés ou immigrants dans notre région qui couvre 23 pays

différents. La richesse de nos diocèses et vicariats apostoliques se trouve dans le

nombre croissant de chrétiens, leur ferveur et engagement dans la construction de


66

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

communautés vivantes dans les régions arabes. Pour nous, vivre ‘la communion et

le témoignage’ est une nécessité.

Sainteté,

Nous, Evêques Latins des Régions Arabes, vous redisons ainsi toute notre

reconnaissance pour l’Exhortation post-synodale Ecclesia in Medio Oriente, fruit de

l’Assemblée spéciale du Synode des Evêques pour le Moyen-Orient, en 2010. Elle

est une feuille de route qui rappelle à chacun de nous, Evêques, prêtres et fidèles,

votre désir : Cherchez à vivre respectueusement unis et en communion fraternelle

les uns avec les autres dans l’amour et l’estime réciproque pour témoigner de

manière crédible de votre foi… (EMO, 36).

Sainteté,

Nous vous remercions du fond du cœur pour l’intérêt que vous avez porté à nos

pays et pour les appels incessants à la paix dans notre région éprouvée, à cesser les

combats entre frères et à trouver les solutions pour une réconciliation juste et durable.

Nous comptons toujours sur vos prières pour nous laisser conduire par l’Esprit de

Dieu afin de consolider davantage entre nous la communion et l’unité. Nous vous

promettons, de notre côté, notre proximité fidèle par la prière et l’amour en vous

souhaitant paix et sérénité dans votre retraite.

+ Fouad TWAL, Patriarche latin de Jérusalem, Président

+ Paul DAHDAH, Vicaire Apostolique de Beyrouth des Latins, Vice-président

+ Jean SLEIMAN, Archevêque de Baghdad des Latins

+ Giorgio BERTIN, Evêque de Djibouti, Administrateur Apostolique de Mogadisho

+ Paul HINDER, Vicaire Apostolique de l’Arabie du Sud

+ Camillo BALLIN, Vicaire Apostolique de l’Arabie du Nord

+ Adel ZAKI, Vicaire Apostolique d’Alexandrie des Latins

+ Maroun LAHHAM, Vicaire Patriarcal latin pour la Jordanie

+ Giacinto Boulos MARCUZZO, Vicaire Patriarcal latin pour Israël

+ William SHOMALI, Vicaire Patriarcal latin pour Jérusalem et Palestine

P. David NEUHAUS, S.J., Vicaire Patriarcal pour

les Catholiques d’expression hébraïque

P. Pietro FELET, S.C.J., Secrétaire général

✯ ✯ ✯


Janvier – Février – Mars 2013 67

15 février 2013 :

Audience finale concernant l’affaire de Crémisan et le mur de

séparation

Nous publions ici un résumé dressé par la Société Saint Yves, organisation

catholique des droits de l’homme basée à Jérusalem, de l’Audience finale concernant

l’affaire de Crémisan et le mur de séparation, recours d’appel spécial de Tel-Aviv,

le 12 février 2013.

Mardi 12 février 2013, l’audience finale pour le cas de la vallée de Crémisan

contre le mur de séparation s’est tenue devant le Comité spécial d’appel dans le

tribunal de première instance de Tel-Aviv. L’avocat Manal Hazzan-Abou Sinni de

la Société Saint Yves, intervenant au nom du couvent des Sœurs salésiennes, et

l’avocat Ghiath Nasser au nom des propriétaires fonciers ont donné leurs plaidoiries

lors d’une séance qui a duré sept heures. Cette dernière audience a eu lieu après une

série d’audiences qui ont débuté en 2006, lorsque les plans de construction du mur

ont été présentés et les ordonnances de saisie militaires pour les terres de la vallée

de Crémisan ont été prises.

La salle d’audience était bondée en raison de l’importance critique de la

situation. L’évêque auxiliaire et vicaire général du Patriarcat latin de Jérusalem, Mgr

William Shomali, le prêtre de la paroisse de Beit Jala, le Père Ibrahim Shomali, et le

maire de Beit Jala, le Dr Nael Salman, étaient présents. Plusieurs des propriétaires

fonciers de Beit Jala étaient présents eux aussi, accompagnés par l’architecte de la

municipalité de Beit Jala.

Par ailleurs, des représentants de l’ambassade de France et d’Allemagne,

un représentant du ministère allemand des Affaires étrangères et plusieurs

organisations, dont l’UNRWA, CICDSE, Kairos Palestine et l’Applied Research

Institute-Jerusalem (ARIJ) ainsi qu’un certain nombre de journalistes étaient

présents dans l’assemblée. La salle d’audience étant très petite, un certain nombre

de propriétaires fonciers et d’observateurs n’avaient pas pu rentrer à l’intérieur.

Maître Ghiath Nasser, qui est en charge de l’affaire depuis sept ans, a engagé

la procédure. Il a affirmé que le véritable motif derrière la construction du mur

dans son itinéraire suggéré est de saisir autant de terre palestinienne que possible

et de relier les deux colonies de Gilo et Har Gilo. Il a rappelé au comité que la

Cour suprême avait confirmé les verdicts précédents selon lesquels la construction

du mur devait servir à des fins de sécurité et ne pouvait pas être utilisée comme

une stratégie pour s’emparer des terres et l’expansion des colonies. Pour souligner

cet argument, il a cité en particulier le verdict de la Cour suprême sur le mur à


68

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Beit Surik. Maître Nasser a souligné que le Comité spécial d’appel doit prendre en

considération ce verdict, d’autant plus que le ministère de la Défense n’a pas mené

d’enquêtes suffisantes à Crémisan et ne tenait pas compte des dommages que le

mur allait apporter à la vallée et à ses habitants. Par conséquent, le ministère devrait

modifier l’itinéraire dans la région et construire plus loin, là où les dommages à la

structure de la vie de la société palestinienne seraient moindres.

La cour a ensuite procédé à l’audition des plaidoiries finales de l’avocate

Manal Hazzan-Abu Sinni au nom des religieuses. Maître Hazzan a fondé ses

arguments sur le droit humanitaire international et les droits de l’Homme. Elle a

souligné que les religieuses salésiennes étaient dans une position très délicate. Par

conséquent, les religieuses, représentées par la Société Saint Yves, avaient décidé de

joindre les procédures judiciaires pour brosser un tableau complet de leur situation

et contribuer à ce que justice leur soit rendue.

Maître Hazzan-Abu Sinni a expliqué que le genre de vie dans la vallée de

Crémisan était unique. La construction du mur allait endommager cette qualité de

vie en limitant la liberté de religion pour la communauté chrétienne, en portant

atteinte au droit à l’éducation et en entravant le développement économique de la

minorité chrétienne dans Crémisan. La construction du mur isolera les gens de leurs

terres et menacera l’existence du couvent des Sœurs salésiennes et de leur école.

Maître Hazzan continua son propos en décrivant comment le couvent, créé il y a

60 ans, et l’école Don Bosco servent la communauté locale, de manière tout à fait

unique et contribuent à éduquer une jeunesse qui valorise l’amour et le respect. Elle

a souligné que la construction du mur autour du couvent l’empêchera de poursuivre

sa mission, ce qui détériorera la situation dans la communauté chrétienne de Beit

Jala.

Maître Hazzan a souligné que les lois du droit international protègent la

structure des minorités religieuses, ici en particulier la Convention pour les droits

économiques et sociaux et la Convention relative aux droits de l’enfant. Depuis

qu’Israël a signé ces conventions, il est tenu de respecter ces droits. Par conséquent,

il doit s’abstenir de la construction du mur dans son tracé actuel et trouver une

alternative qui permettra de protéger ces droits fondamentaux.

Maître Hazzan a souligné que la construction du mur autour de l’école en

ayant une porte à côté, mettrait les enfants en danger au cas où des confrontations

et des heurts se produiraient avec l’armée. Ce sera également conduire à la

fermeture progressive de cette institution d’enseignement qui offre gratuitement

l’enseignement primaire.

Enfin, maîtres Nasser et Hazzan-Abu Sinni ont fait référence au rapport du

Professeur Judi Green, un expert en environnement qui a remis un avis d’expert,


Janvier – Février – Mars 2013 69

en soulignant l’importance de la zone à la fois historiquement et sur un plan

environnemental. M. Green a également expliqué l’importance agricole de la vallée

et a déclaré que la construction du mur de l’autre côté de la vallée, qui est stérile,

aurait beaucoup moins de dommages.

Le procureur de l’État a répondu au nom du ministère de la Défense affirmant

que le mur ne créerait pas une frontière permanente, puisque l’intention israélienne

de la paroi était uniquement motivée par des questions de sécurité. Il a affirmé que

l’intention n’était pas de s’emparer de terres palestiniennes, et a en outre déclaré

que la situation du statu quo dans la vallée serait conservée en proposant plusieurs

solutions. Ces solutions comprennent la construction d’un portail agricole qui

garantira l’accès des agriculteurs à leurs terres, l’indemnisation des propriétaires

fonciers pour leurs pertes et la relocalisation des arbres affectés selon les désirs de

leurs propriétaires pour réduire les dommages.

Le procureur a tenté à plusieurs reprises de sous-estimer l’importance de

l’Eglise et des représentants des ambassades dans la salle d’audience. Il a même

affirmé que si le Vatican était en cause, il ne l’était qu’en tant que parti. Maître

Hazzan-Abu Sinni a répondu en rappelant que le Vatican était bien un Etat souverain.

Le procureur de l’Etat a essayé de relativiser l’importance du couvent salésien

en doutant que tous les membres de la communauté locale s’en servaient d’un lieu

de prière. Il a également déclaré que les propriétaires fonciers avaient d’ores et déjà

agi illégalement en accédant à ce qu’ils prétendaient être leurs terres. Ces terres sont

situées à l’intérieur de l’Etat d’Israël, et les gens doivent déjà disposer de permis

pour y accéder. Or, il a déclaré que les gens n’étaient pas disposés à accepter le fait

d’avoir besoin de permis pour accéder à ce qu’ils considéraient comme leur terre.

Le procureur a enfin évoqué la construction du mur autour du couvent et de

l’école salésienne en disant : « Le chemin de l’école est ouvert, et toutes les écoles

sont entourées de clôtures, pourquoi toute cette agitation autour du mur ! »

Il a ajouté que plusieurs attentats et fusillades étaient survenus dans la région

au cours des années 1980 et durant la deuxième Intifada. Le dernier incident datait

de 2008.

La session s’est terminée sans décision du tribunal. Elle sera prise après que

le comité aura examiné les documents des sept dernières années.

✯ ✯ ✯

Source : Société Saint Yves


70

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

21 février 2013 :

Mgr Ilario Antoniazzi, nouvel archevêque à Tunis

S.S. le Pape Benoît XVI a nommé Mgr Ilario Antoniazzi, archevêque pour la

Tunisie. Le Patriarche latin Mgr Fouad Twal, ses évêques auxiliaires et les prêtres

du Patriarcat latin de Jérusalem formulent leurs vœux et leurs prières.

Mgr Ilario Antoniazzi succède à Mgr Maroun Lahham, qui a été nommé

évêque auxiliaire et vicaire patriarcal pour la Jordanie, le 19 janvier 2012. Mgr

Ilario Antoniazzi était jusqu’à présent curé de Rameh et directeur général des écoles

du Patriarcat latin en Israël. Ci-dessous son Curriculum Vitae :

Biographie de Mgr Ilario Antoniazzi :

23.04.1948 Né à Rai di S. Palo di Piave (Treviso – Italie)

24.12.1962 Entre au petit Séminaire à Beit-Jala

24.06.1972 Ordonné prêtre à Jérusalem, à la Concathédrale, par S.B. le

patriarche J.J. Beltritti

23.08.1972 Vicaire à Zarqa Sud (Jordanie)

03.09.1975 Curé de Fuheis (Jordanie) avec D. Maroun Lahham

14.02.1976 Vicaire à Marka – Amman (Jordanie)

25.08.1980 Curé de Smakieh (Jordanie)

06.10.1992 Études à Rome en théologie spirituelle

27.08.1995 Curé de Rameh (Israël)

13.08.2005 Curé de Reineh (Israël)

15.09.2007 Curé de Rameh (Israël)

24.10.2011 Nommé directeur général des écoles du Patriarcat Latin en Israël

Il parle parfaitement arabe, italien (langue maternelle), français et anglais.

✯ ✯ ✯


Janvier – Février – Mars 2013 71

22 mars 2013 :

Appel des Patriarches catholiques orientaux depuis Rome

ROME - A l’initiative de Sa Béatitude Grégoire III, patriarche melkite

d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem, les patriarches

catholiques orientaux présents à Rome à l’occasion de la messe inaugurale du

pape François se sont réunis la veille, le 18 mars, à Sainte Marie in Cosmedin.

Nous publions ici l’Appel qu’ils lancent à l’issue de leur assemblée.

Basilique de Santa Maria in Cosmedin

Résidence du patriarche melkite grec -catholique

Rome, le 18 Mars 2013

Appel

A l’occasion de la cérémonie d’inauguration du pontificat de Sa Sainteté

le nouveau pape François, à Rome, leurs Béatitudes les Patriarches catholiques

orientaux :

Nersès Bédros XIX : Catholicos Patriarche de Cilicie des Arméniens Catholiques

Gregorios III : Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de

Jérusalem pour l’Eglise grecque-melkite catholique

Mar Ignatius Joseph III Younan : Patriarche d’Antioche pour l’Eglise catholique

syriaque

Cardinal Béchara Boutros Raï : Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient pour

l’Eglise maronite

Louis Raphaël I er Sako : Patriarche de l’Eglise catholique chaldéenne

Ibrahim Ishaq : Patriarche pour l’Eglise catholique copte

Mgr Fouad Twal : Patriarche de Jérusalem pour l’Eglise catholique romaine, excusé

pour son absence,

se sont réunis dans la Basilique de Santa Maria in Cosmedin.

Ils ont présenté, en leur nom et au nom des saints synodes de leurs Eglises,

leurs félicitations à Sa Sainteté le pape François, à l’occasion de son élection et de

l’inauguration de son pontificat en tant que successeur de Pierre, évêque de l’Eglise

de Rome, prônant la charité. Ils ont offert leurs prières pour Sa Sainteté afin qu’elle

soit en mesure de relever les défis auxquels l’Eglise est confrontée dans le monde et

au Moyen-Orient en particulier, où la vie des chrétiens est en danger et leur avenir

menacé. Ces chrétiens ont besoin de la solidarité de Sa Sainteté, de son aide et de


72

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

sa prière. Ils ont également affirmé leur communion ecclésiale avec Sa Sainteté,

afin que l’Eglise puisse respirer avec ses deux poumons, l’Orient et l’Occident.

Ils ont salué le Saint Père pour son choix du prénom François, pour être un pape

pour les pauvres, pour la paix et la fraternité universelle, et lui ont souhaité que son

ministère pontifical soit exemplaire dans son service, lui permettant de répondre

aux souhaits du Seigneur, ce qui lui tient à cœur.

Puis ils ont discuté des situations alarmantes de leur pays ; ils ont à cœur les

préoccupations et les souffrances de leurs fils et de leurs filles ainsi que de leurs

concitoyens ; ils ont aussi prié pour la paix dans le monde, renouvelant leur appel

au dialogue et à la réconciliation comme le seul moyen de sortir des crises actuelles.

Ils ont insisté sur le rejet de la violence et du meurtre et ont ardemment exhorté à la

recherche de résolution pour les conflits en passant par des négociations sérieuses,

pacifiques et justes pour déboucher sur des solutions durables. Ils ont condamné

tous les actes de kidnapping, de torture, de meurtre ainsi que les graffitis sur les

Lieux Saints ou les agressions contre des personnalités connues.

Ils ont également exprimé leur solidarité avec les réfugiés et les personnes

déplacées dans la région (notamment en Syrie) où leur nombre croît dramatiquement.

Ils travaillent et continueront à œuvrer avec les organisations sociales et

humanitaires pour les aider à remédier à cette situation tragique. Ils ont reconnu les

justes aspirations de la population de leurs pays aux réformes politiques, sociales

et économiques, qui sont des éléments de base ouvrant la voie à la démocratie et au

renforcement de la liberté universelle et des droits civils.

Au nom de la citoyenneté commune dont jouissent les musulmans et les

chrétiens, les patriarches ont appelé tous les habitants du monde arabe à améliorer

leurs conditions de vie en enrichissant leurs sociétés avec des valeurs spirituelles

et humaines, et en préservant le dialogue des religions et des civilisations qui a été

présent tout au long de l’histoire, afin de construire un avenir meilleur, dans lequel

les jeunes puissent réaliser leurs aspirations et leurs espoirs.

A l’approche de la glorieuse Pâques, les Patriarches adressent à tous les

fidèles le message suivant : « Vous avez une résurrection à vivre ! » Et s’adressant

au monde arabe : « Vous avez aussi une résurrection à vivre. » Ils espèrent que

la paix de la Résurrection du Seigneur Dieu et Sauveur Jésus-Christ comblera

le monde arabe et tous les citoyens, chrétiens et musulmans, de sorte que nous

puissions dire, « comme nous avons marché ensemble sur le chemin de la croix

et de la souffrance, nous marcherons ensemble sur les routes de la joyeuse

résurrection. »

✯ ✯ ✯


Janvier – Février – Mars 2013 73

26 mars 2013 :

Message de Pâques des chefs des Eglises de Jérusalem (2013)

JERUSALEM - Dans leur message de Pâques, les chefs des Eglises chrétiennes

de Jérusalem invitent les fidèles du monde entier à venir en pèlerinage en Terre

Sainte et lancent un appel œcuménique à visiter ces Eglises et à « marcher avec les

pierres vivantes de cette Terre » sur les traces du Christ ressuscité.

« Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit

où il reposait. » (Matthieu 28,6)

Nous, les patriarches et chefs des Eglises de Jérusalem, bénissons nos fidèles

de cette région et le peuple de Dieu partout dans le monde au nom du Seigneur

ressuscité et Sauveur, Jésus-Christ.

Chaque année, l’Eglise nous invite à célébrer la mort et la résurrection de

Jésus-Christ à travers les divines liturgies et les cérémonies pascales. L’Eglise en

Terre Sainte offre ce qu’aucune autre Eglise dans le monde ne peut offrir : pèleriner

dans le pays où tout est arrivé. Grâce aux prières nombreuses, jeûnes, et voyages

saints, cette terre que nous appelons sainte est devenue un cinquième évangile.

En effet, nos vœux de Pâques viennent du cœur de la ville de l’espérance, de la

Résurrection et du tombeau vide.

Comme chefs des Eglises de Jérusalem, nous lançons un appel œcuménique

à tous les chrétiens du monde entier à venir visiter nos églises et à marcher avec les

pierres vivantes de cette Terre sur les traces du Christ ressuscité. Et pour ceux qui

ne sont pas en mesure de faire leur pèlerinage en Terre Sainte, nous les appelons

à garder dans leurs prières les peuples de cette Terre, en particulier la présence

chrétienne qui ne cesse de diminuer face à des défis existentiels dans tout le Moyen-

Orient.

Le Feu Sacré du Samedi Saint et la vigile pascale nous rappellent, ainsi qu’au

monde entier, que la « lumière du Seigneur ressuscité » illumine le monde entier,

même dans les endroits les plus sombres de la terre. Le monde d’aujourd’hui est

plein de fausses idoles qui séparent les gens de la lumière du Christ et de la vérité

de son Évangile. La présence chrétienne ici, dans la ville mère de notre foi, continue

à être un phare de lumière du Christ ressuscité, dont les premiers disciples furent

témoins devant le sépulcre vide à Jérusalem.

En tant que témoin continu de la résurrection, l’Eglise en Terre Sainte

demande instamment à tous les hommes de foi et de bonne volonté dans le monde,

en particulier ceux qui ont charge d’autorité, de lutter pour la justice et la paix entre


74

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

les nations. En particulier, priez avec nous pour la situation en Syrie, au Liban,

en Palestine et Israël, en Egypte, en Irak et partout où se trouvent des troubles

politiques.

Priez pour toutes les victimes de la violence et de l’oppression, pour les

prisonniers, pour ceux qui vivent dans l’insécurité, et ceux qui sont évacués et

réfugiés, surtout ici dans notre pays.

Que la lumière du Seigneur ressuscité brille sur le monde entier et dans notre

région, et puissions-nous tous être ressuscités avec le Christ dans la vie victorieuse.

Alléluia, Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité. Alléluia !

+ Patriarche Théophile III, Patriarcat grec-orthodoxe

+ Patriarche Fouad Twal, Patriarche latin

+ Patriarche Norhan Manougian, Patriarcat Arménien orthodoxe apostolique

+ Père Pierbattista Pizzaballa, ofm, Custode de Terre Sainte

+ Mgr Anba Abraham, Patriarcat orthodoxe copte, Jérusalem

+ Archevêque Swerios Malki Mourad, Patriarcat orthodoxe syrien

+ Aba Fissiha Tsion, locum tenens du Patriarcat orthodoxe éthiopien

+ Mgr Joseph-Jules Zerey, Vicaire Patriarcal Grec Melkite Catholique de Jérusalem

+ Mgr Moussa El-Hage, Exarchat Maronite patriarcal

+ Mgr Suheil Dawani, Eglise épiscopale de Jérusalem et du Moyen-Orient

+ Mgr Munib Younan, Eglise évangélique luthérienne de Jordanie et de Terre Sainte

+ Mgr Pierre Melki, Exarque Syrien Catholique de Jérusalem

+ Mgr Joseph Antoine Kelekian, Exarque Arménien Catholique ■

✯ ✯ ✯


Janvier – Février – Mars 2013 75

ACTES DE LA CURIE

Décrets

20 mars 2013 :

Deux nouveaux diacres pour le diocèse

BEIT JALA – Le nouvel archevêque pour Tunis, Mgr Ilario Antoniazzi

a ordonné deux nouveaux diacres en vue de la prêtrise pour le diocèse de Terre

Sainte, le 19 mars 2013, jour de la Saint Joseph.

Respectivement originaires de Palestine (Beit Sahour) et de Jordanie (Fuheis),

Issa Shomali et Sleiman Shoubash ont été ordonnés diacres pour le Patriarcat latin

de Jérusalem. Mgr Ilario Antoniazzi a lu l’homélie - faisant référence au chapitre

6 des Actes des Apôtres - au nom du Patriarche Mgr Fouad Twal, présent à Rome

pour l’inauguration de la messe du pape François.

Par la prière de consécration et par le rite de l’imposition des mains auquel a

procédé Mgr Antoniazzi, les ordinands ont été configurés au Christ qui s’est fait le

« diacre », c’est-à-dire le serviteur de tous. Il est alors consacré pour les ministères

de la Parole de Dieu, de l’Eucharistie et de la Charité. Pour cette raison, les deux

diacres ont reçu la mission de proclamer l’évangile et de prêcher, de célébrer les

baptêmes, de bénir les mariages, de présider à la prière des funérailles, de distribuer

le Corps du Christ et de le porter aux malades.

C’est entourés de leurs familles, de leurs amis, de chrétiens locaux et de

nombreux prêtres que les deux séminaristes se sont livrés dans la plus grande

humilité au geste de la prosternation, position humble de celui qui se remet entre

les mains de Dieu.

Beit Jala, un vivier de vocations

Pour la rentrée 2012, le Séminaire de Beit Jala a accueilli 8 jeunes hommes

en propédeutique ramenant le nombre de séminaristes à 35 pour le grand séminaire.

Les bâtiments de Beit Jala abritent aussi les locaux du petit séminaire dans lesquels

vivent et étudient 43 élèves.

Depuis sa fondation en 1852, le séminaire du Patriarcat latin de Jérusalem

a été une pépinière fertile pour le diocèse : environ 250 prêtres et une douzaine


76

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

nommés évêques, parmi lesquels trois patriarches (Mgr Giacomo Beltritti, Mgr

Michel Sabbah, Mgr Fouad Twal). Actuellement, deux jeunes prêtres en moyenne

y sont ordonnés chaque année.

Christophe Lafontaine

✯ ✯ ✯

25 mars 2013 :

Admission au sacrement de l’ordre au Séminaire Redemptoris

Mater

GALILEE – Jeudi 21 mars, Mgr Ilario Antoniazzi nouvel archevêque de

Tunis, a présidé une messe dans l’église du Centre International Domus Galilaeae

au cours de laquelle trois séminaristes du Séminaire Redemptoris Mater de Galilée

ont été admis au sacrement de l’ordre pour le Patriarcat latin de Jérusalem : Sliman

Hifawi, originaire de Jaffa de Tel Aviv, Juan Manuel Silva Lopez, originaire de

Colombie, et Marek Kurzydłowski de Pologne.

Durant son homélie, Mgr Antoniazzi s’est dit très heureux de pouvoir

recueillir les premiers fruits de son ordination épiscopale, qui a eu lieu quelques

jours plus tôt seulement. Le nouvel archevêque a invité les trois candidats à répondre

généreusement « Me voici » à l’appel que le Seigneur leur avait envoyé, imitant

ainsi la foi d’Abraham et de la Vierge Marie. Citant saint Bernard, Mgr Antoniazzi

a expliqué que, comme à Nazareth pour la Vierge Marie, aujourd’hui l’ange et avec

lui l’Eglise, attendent la réponse de ceux qui sont appelés. Il a également rappelé que

la vocation au sacerdoce n’est pas un évènement exclusif et intime, mais un appel

qui concerne toute l’Eglise, impliquant d’abord les familles et les communautés

dans lesquelles est né ce désir de suivre le Christ.

A la fin de la célébration, le recteur du séminaire d. Francesco Giosuè

Voltaggio a remercié l’archevêque Mgr Antoniazzi, l’assurant de la proximité

du séminaire pour son importante mission de Pasteur au service de l’Eglise en

Tunisie. Il a également exprimé sa profonde gratitude aux frères des communautés

néocatéchuménales de Terre Sainte pour leur présence (ils venaient de Jaffa de

Tel Aviv, Shefa’amer, Eilaboun, Tarshiha et Me’elia), et pour leur soutien aux

séminaristes pour lesquels il est essentiel de continuer à parcourir le chemin de la

foi au sein d’une communauté qui les accompagne et les encourage. ■

Le Séminaire Redemptoris Mater de Galilée

✯ ✯ ✯


Janvier – Février – Mars 2013 77

Comité du logement

26 février 2013 :

Beit Safafa : réception des appartements neufs et remise des clefs

JERUSALEM – Le nouveau complexe résidentiel de Beit Safafa (petit

quartier de Jérusalem-Sud) est au stade des finitions. Les premiers appartements

sont disponibles. Neuf des futures familles occupantes s’en sont vues remettre les

clefs, le 22 février dernier, au Patriarcat latin de Jérusalem. Ce projet immobilier

vise à enraciner les chrétiens à Jérusalem.

La remise des clefs de premiers logements du nouveau complexe immobilier

s’est déroulée le 22 février dans une ambiance festive et légère au Patriarcat latin

témoignant de la joie des futurs résidents. Ils étaient 9 cette fois-ci. Tous étaient

fiers et heureux. Jusqu’à fin mars, les autres familles recevront leurs clefs au fur

et à mesure des dernières retouches. Une inauguration officielle est prévue pour le

printemps en présence du Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal.

Construire pour ne pas émigrer

ACTIVITES DES COMMISSIONS

Au final, 80 appartements seront livrés aux occupants qui sont pour la

plupart de confession chrétienne ou musulmane (2 familles). « Pour créer plus

de convivialité » aux dires de Mgr Shomali, vicaire patriarcal pour Jérusalem qui

a été à l’initiative de ce projet. Sa vision était d’aider les chrétiens de Jérusalem -

notamment les jeunes couples - à acquérir un logement stable afin de les motiver

à rester en Terre Sainte, d’enrayer l’émigration provoquée par la difficile situation

socio-politique et de leur garantir une qualité de vie meilleure et plus digne. Voilà

pourquoi le Patriarcat a décidé d’investir dans la pierre pour répondre au besoin

urgent du manque de logement « pour la communauté palestinienne en général et

la communauté chrétienne en particulier » tient à souligner Mgr Shomali.

Et dire que ce projet a été le fruit de la Providence n’est pas un euphémisme.

Il faut en effet bien avouer que ce projet d’envergure est passé par un véritable

parcours du combattant. Mgr Shomali témoigne : « Quand nous avons eu ce rêve

de construire pour les jeunes foyers ces appartements, nous n’avions pas le terrain.

Quand nous avons acheté les terrains, nous n’avions pas le permis de construire.

Une fois que nous l’avons obtenu, il manquait l’argent. Il a donc fallu emprunter à

une banque locale et nous avons bénéficié de l’aide du gouvernement italien ainsi


78

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

que de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre. Une plaque honorera d’ailleurs nos

bienfaiteurs pour les remercier. »

Il a fallu un peu moins de 10 années pour que ce projet sorte de terre. Les

appartements ont une superficie de 100 m² avec véranda, et disposent chacun d’un

garage et d’une pièce à débarras. La résidence se trouve à 1 km de Tantur et jouit

d’un très beau panorama niché à mi-chemin entre Patt et Gilo, à la périphérie de

Bethléem. ■

Christophe Lafontaine

ORDRE EQUESTRE

DU SAINT SEPULCRE DE JERUSALEM

Nouvelles de l’Ordre

16 janvier 2013 :

Les époux Hahn en visite au Patriarcat

JERUSALEM – Le célèbre auteur américain Scott Hahn (Rome Sweet Home)

a rendu visite au Patriarche latin de Jérusalem. Son épouse Kimberly a reçu la

coquille du pèlerin des mains de Mgr Fouad Twal. Scott et Kimberly Hahn sont

tous les deux membres de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre et ont effectué un

pèlerinage du 4 au 14 janvier 2013 en Terre Sainte avec l’agence américaine 206

tours.

« C’est un grand honneur d’appartenir à l’Ordre du Saint-Sépulcre, et de

soutenir nos frères et sœurs en Christ qui vivent en Terre Sainte, au milieu des

souffrances et bon nombre de conflits », a déclaré Scott Hahn après que son épouse

a reçu la coquille du pèlerin par le Patriarche latin de Jérusalem. Scott et Kimberly

sont tous les deux membres de l’Ordre et ont effectué pendant 10 jours un pèlerinage

en Terre Sainte organisé par Milanka Lachman, présidente de l’agence américaine

206 tours, elle aussi membre de l’Ordre du Saint-Sépulcre.

Le groupe comptait 175 pèlerins dont 8 prêtres. Deux prêtres portant le titre de

« Monseigneur » se sont également vus remettre la coquille du pèlerin par Mgr

Shomali, vicaire patriarcal pour Jérusalem : Mgr Philip Halfacre de l’Illinois

(Lieutenance du Centre-Nord – USA) et Mgr James Swiader de New York

(Lieutenance de l’Est).


Janvier – Février – Mars 2013 79

La réputation du Dr. Scott Hahn n’est plus à faire. Il était ministre presbytérien

ordonné, avait dix ans d’expérience dans les congrégations protestantes et il était

professeur au Séminaire de théologie de Chesapeake lorsqu’il franchit le pas

d’entrer dans l’Eglise catholique. Scott Hahn est aujourd’hui un professeur et un

orateur très réputé aux Etats-Unis. Il a donné de nombreuses conférences sur le plan

national et international sur des sujets très variés se rattachant à la Sainte Ecriture

et à la foi catholique. Scott Hahn est aussi un auteur et théologien catholique. Il

a publié une quarantaine de livres notamment « Rome Sweet Home » et « The

Lamb’s Supper: The Mass as Heaven on Earth ». Il est actuellement professeur de

théologie à l’université franciscaine de Steubenville aux États-Unis.

Christophe Lafontaine

✯ ✯ ✯

11 mars 2013 :

Vitalité de l’Ordre du Saint-Sépulcre en Terre Sainte

Il est des associations dont la vitalité ne tarit pas, même au bout de centaines

de décennies d’existence. L’Ordre équestre du Saint-Sépulcre fait partie de celleslà

depuis 165 ans, avec plus de 28 000 membres répartis entre 59 lieutenances

dans le monde entier. Le dynamisme avec lequel il soutient la Terre Sainte est sans

faille et les fruits pour le Patriarcat, quotidiens. Tour d’horizon de l’année 2012 et

perspectives pour 2013.

En 2012, le Patriarcat latin de Jérusalem a accueilli en ses bâtiments environ

3 500 chevaliers. Mgr Fouad Twal et Mgr Shomali, évêque de Jérusalem, ont remis

sur ces douze derniers mois pas moins de 714 coquilles. Un chiffre qui, même

s’il ne rejoint pas l’année phare de 2010 (855 coquilles) reste très significatif. Et

pour la première fois en 2012, des coquilles ont même été remises en dehors de

la Terre Sainte comme en Italie à Andria en juillet dernier. A noter que parmi ces

coquilles, plus d’un tiers ont été remises à des chevaliers originaires des Etats-Unis

qui restent de loin les plus nombreux. Suivent ensuite les Italiens, les Allemands

puis les Anglais, les Français. Notons aussi la visite de la lieutenance du Portugal au

cours de laquelle 24 pèlerins ont été investis Chevaliers ou Dames par Mgr Shomali

à la Basilique du Saint-Sépulcre, et à la co-cathédrale du Patriarcat.

Visites d’amitié, de prière et de soutien

L’une des visites qui aura marqué l’année 2012 a certainement été celle du

cardinal O’Brien, nouveau Grand Maître de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de

Jérusalem qui a pris la suite du cardinal Foley l’année précédente. Le 26 novembre,


80

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Mgr Fouad Twal lui a remis la coquille du pèlerin dans le grand salon du Patriarcat

latin. Quelques mois plus tôt, le 30 janvier 2012, le Patriarche avait remis la coquille

à une autre sommité, Mgr Timothy M. Dolan, archevêque de New-York et alors

futur cardinal, en visite en Terre Sainte. Derrière toutes ces coquilles, on le sait, ce

sont des pèlerins amoureux de la Terre Sainte. Des hommes et des femmes de toutes

nationalités, liés par leur prière à la Terre de Jésus, engagés à visiter régulièrement

leur Eglise Mère et à aider financièrement les chrétiens qui y vivent. Grâce aux dons

de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre, rappelons qu’en 2012, la Terre Sainte a eu

la joie de pouvoir construire et inaugurer sa première église à Aqaba en Jordanie,

l’église Stella Maris.

Enthousiasme pour 2013

Cette année 2013 s’annonce aussi remplie de vitalité. Par leur fidélité à visiter

les communautés chrétiennes de Terre Sainte, leurs prières et leurs aides financières,

les chevaliers savent rendre au quotidien encore plus vivantes les pierres de Terre

Sainte. Fin février, 80 habitations ont été livrées pour les chrétiens de Jérusalem et

des environs à Beit Safafa, grâce à la générosité de l’Ordre. De nombreux groupes

de chevaliers sont déjà inscrits dans l’agenda patriarcal pour les mois à venir. Et

en septembre, la lieutenance d’Allemagne a rendez-vous au Patriarcat latin de

Jérusalem avec pas moins de 600 chevaliers.

✯ ✯ ✯

15 mars 2013 :

Le Grand Magistère visite les chantiers du Patriarcat

Amélie de La Hougue

Du 7 au 11 mars 2013, la Commission pour la Terre Sainte du Grand

Magistère de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre s’est rendue en Terre Sainte pour

visiter les différents projets du Patriarcat latin qu’elle soutient, accompagnée

par le Père Humam Khzouz, administrateur Général du Patriarcat.

De la nouvelle église à Aqaba au couvent des sœurs de Sweifieh en passant

par l’Université de Madaba, la Commission de la Terre Sainte constituée de

trois membres (Dr Christa von Siemens, Pr Thomas Mc Kiernam et Dr Michael

Whelam) a visité durant quatre jours une dizaine de projets soutenus par le Grand

Magistère de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre. Dr von Siemens, la Présidente de

la Commission, s’est dite « très impressionnée par le standard des travaux et de

leurs finitions. »


Janvier – Février – Mars 2013 81

Du choix d’un projet à sa finition

« Régulièrement, explique le Dr von Siemens, nous venons en Terre Sainte

pour apprécier la nécessité des projets proposés par le Patriarcat latin ». Une fois

les projets étudiés, les dossiers détaillés sont ensuite présentés au Grand Magistère

qui, après analyse, prend la décision de soutenir tel ou tel projet selon la priorité

du Patriarcat. S’ensuivent alors des comptes-rendus précis et visites régulières de

suivi des travaux, pilotés par le Père Humam Khzouz, administrateur Général du

Patriarcat latin. Puis, deux fois par an, les membres de la Commission du Grand

Magistère se rendent eux-mêmes sur place pour visiter les projets financés par

l’Ordre ; chantiers à venir, en cours ou terminés.

Cette semaine, les visiteurs se sont concentrés sur la Jordanie. Parmi les projets

terminés récemment, la commission ne cache pas avoir été « émerveillée par la beauté

très pure » de la nouvelle église Stella Maris à Aqaba inaugurée le 14 décembre

dernier. Beaucoup d’émotion a été ressentie aussi lors de la messe paroissiale du

dimanche 10 mars qui a suivi, en voyant les familles, jeunes couples et enfants rentrer

dans l’église. Le Dr von Siemens s’est dite touchée par cette visite qui est l’occasion

de « sentir le christianisme vivant qui existe ici. » La veille, le groupe avait visité un

autre projet achevé il y a quelques mois, le tout nouveau vicariat d’Amman, au côté

de Mgr Lahham, vicaire patriarcal de Jordanie. La Commission a également visité

plusieurs presbytères et couvents nouvellement restaurés par le soutien des Chevaliers

et Dames du Saint-Sépulcre comme celui de Rusayfeh, de Misdar, d’Hashimi, ou

encore le couvent des Sœurs du Rosaire de Sweifieh.

Parmi les projets en cours, l’un des plus marquants aura sans doute été celui

de la visite de l’Université Américaine de Madaba que la commission connaît bien

pour le suivre depuis plusieurs années. Mais pour la première fois, ce lundi 11

mars, le groupe a pu voir le site en activité, avec les étudiants. La présidente de la

Commission n’a pas caché avoir été marquée par l’« approche très facile » qui se

dégage des relations entre ces plus de 850 étudiants de différentes nationalités et

religions. Plus au nord, le groupe a aussi visité le site de Wahadreh (construction

d’un nouveau presbytère) qui vient de commencer, et devrait se clôturer d’ici la fin

de l’été. Non loin de là, la Commission s’est ensuite rendue à Fuheis pour voir cette

fois-ci un site qui fera l’objet d’un futur projet de 2013. D’ici quelques mois, les

travaux commenceront en vue d’une restauration complète du presbytère.

Reconnaissance

Au final, une dizaine de sites aura été visitée en quelques jours ; image d’une

Eglise de Terre Sainte dont les pierres survivent et s’embellissent au cours des

mois grâce au soutien continuel du Grand Magistère. Le Dr von Siemens, touchée

une nouvelle fois par les rencontres de ces derniers jours avec les chrétiens de


82

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Terre Sainte, concluait son séjour par ces mots « nous, non-orientaux, devons

être très reconnaissants vis-à-vis des chrétiens locaux pour leur présence sur

cette Terre ». Une reconnaissance que le Père Humam Khzouz, qui a conduit les

membres de la Commission à travers les différents chantiers, exprime au nom

du Patriarcat pour le Grand Magistère « sans qui ces restaurations ne seraient

pas envisageables », souhaitant également un bon rétablissement au Dr Michael

Whelam qui a dû s’absenter pour raison de santé. ■

Coquilles de Pèlerins

✯ ✯ ✯

La Coquille de Pèlerin a été décernée à :

Amélie de La Hougue

Allemagne

• 20 mars 2013

S.Exc. Manfred Melzer

R.P. Helmut Daniels

Hanns Ferdinand Mueller

Angleterre et Pays de Galles

• 1 er mars 2013

R.P. Timothy Madeley

Finbarr O’Donovan

Peter G. Callaghan

Arnold Hillier

John Michael Hogan

Dorothy Hillier

Autriche

• 21 février 2013

Maria Blash

Wolfgang Meingast

Helmut Mittendorfer

Christoph Schiemer

R.P. Ernst Josef Wageneder

Klaus Dieter Winkler

Canada

• 18 février 2013

R.P. John Hibbard

Annie Christina Heng

Espagne

- Est

• 26 mars 2013

Emilio Barcia y Garcia Villamil

Etats-Unis

- Est

• 3 janvier 2013

George W. Pitula, Jr.

• 11 janvier 2013

R.P. James P. Swiader

• 21 janvier 2013

R.P. Joel M. Warden

• 6 février 2013

S. Exc. Frank J. Caggiano

R.P. John A. Mc Guirl

R.P. Gerard J. Sauer


Janvier – Février – Mars 2013 83

• 19 février 2013

Clair Milton Raubenstine

• 5 mars 2013

Carmela Panuccio

Maria Messina

• 11 mars 2013

R.P. Joseph G. Celano

Bernard J. Mc Elroy, Jr.

Jane D. Mc Elroy

• 13 mars 2013

R.P. John J. Bevins

• 1er avril 2013

Patricia Cooney

- Ouest

• 25 février 2013

R.P. Kieran Kleczewski

- Nord

• 11 janvier 2013

R.P. Fidel Agustin Gomez

• 28 janvier 2013

Anton Kaska

• 19 février 2013

Timothy Hayden Trout

Lynn Michelle Trout

• 28 février 2013

Barbara Dries

David Dries

John Lane

Mary Frances Lane

• 26 mars 2013

John Souto, III

Madeleine Souto

John Souto, Jr.

- Sud-Est

• 8 février 2013

Frank J. Campbell

Thomas J. Feldman

Lawrence P. Flood

Michael A. Grower

R.P. Michael D. Mc Graw

R.P. Gerald P. Ragan

Stefen L. Richards

Henry J. Pfleger, Jr

Deidre M. Campbell

GeorgAnn Feldman

Mary Ann Flood

Beverly A. Mc Millan

Jeanie L. Pfleger

Sara J. Weisenberger

- Sud-Ouest

• 28 février 2013

Roger Moreau

Marie Marcelle Moreau

• 11 mars 2013

Joanna Boothe

William Boothe

Dolores Cathy Cordova

Kris Lajeskie

Joseph Alex Valdez

Rosemary Valdez

Barbara Brooke

Paul Brooke

Scott Daniel

Catherina Daniel

- Nord-Centre

• 3 janvier 2013

R.P. Krith Romke

• 9 janvier 2013

Kimberly Hahn

• 11 janvier 2013

R.P Philip D. Halfacre

• 12 février 2013

Cecillia J. Lakin

Sanford L. Lakin


84

- Centre-Atlantique

• 19 février 2013

Antoin Mardini

Dena Mardini

• 21 février 2013

S. Exc. Paul S. Loverde

John R. Ballard

Curtis H. Stiles

Allen W. Thrasher

• 26 février 2013

David Wulff

Linda Wulff

R.P. John O’Conner

France

• 3 janvier 2013

R.P. Nicolas Vander Maelen

15 mars 2013

R.P. Bruno Bonnet

Jacques Bizard

Jacques Boncompain

Claude Dubois

Claude Seve

Xavier Vamparys

• 22 mars 2013

Philippe Bonnichon

Olivier Coste

Olivier Sallé

Michel Viot

Italie

- Centrale

• 10 mars 2013

R.P. Andrea De Matteis

Bellentani Rodolfo

Reggiani Pier Luigi

Grasselli Luigi

Degola Gianandrea

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

- Les Appenins

• 18 mars 2013

Eduardo Menichelli

Antonio Mastri

Carlo Spazzi

Marcello Mataloni

Christine Ennabi

• 26 mars 2013

S. Exc. Giovanni Scanavino

R.P. Umberto Pineschi

Cristina Montanari Belli

Milko Vitali

Marco Meucci

Francesco Scorcelletti

Marisa Gigli Furzi

Francesco Spada

Giuseppe Michele Marrani

Massimo Cardini

Mariano Recanati

Ave Bartolini Recanati

Lucio Paradisi

- Méridionale tyrrhénienne

• 4 janvier 2013

Carlo de Luca

Pietro d’Onghia

Giuseppe Locorotondo

Giuseppe Stama

- Septentrionale

• 2 janvier 2013

Marzia Marchetto

Pays Bas

• 20 mars 2013

S. Exc. A.L.M. Hurkmans ■


Janvier – Février – Mars 2013 85

3 janvier 2013 :

Une société allemande pour le soutien du Patriarcat latin

Annexes

Dimanche 9 décembre 2012, une association d’utilité publique pour le soutien

du Patriarcat de Jérusalem a été créée à Munich en Allemagne. Dix membres

fondateurs de 5 différents pays, dont 2 prêtres du Patriarcat latin, ont signé les

statuts de la « Société pour le soutien du Patriarcat latin de Jérusalem ».

Cette composition multinationale reflète bien la vie religieuse en Terre Sainte

avec toutes ses congrégations, tous ses volontaires, pèlerins et amis du monde entier.

L’association a pour but le soutien matériel et moral des institutions chrétiennes

du Patriarcat latin, la promotion de la compréhension entre les peuples et l’assistance

aux guides cléricaux des pèlerinages. Elle peut recourir à la longue expérience du

Père Shawki Baterian comme chancelier et administrateur du Patriarcat latin et du

Père Bernt Besch, un prêtre du Patriarcat latin et membre de la commission de

pèlerinage de la Conférence des Evêques de la Terre Sainte.

Comme prévu lors de l’assemblée constitutive, Mme Barbara Frua, responsable

du domaine presse et media allemand du Patriarcat latin à titre honorifique, présidera

le comité de direction de la nouvelle organisation avec comme assistant M. Richard

Siebler, responsable de la pastorale des paroisses à Holzkirchen en Haute-Bavière.

Le comité compte aussi une trésorière et un responsable des medias. Sa Béatitude

Mgr Fouad Twal la présidera en tant que président honoraire.

« Pendant ses voyages les paroisses lui posent souvent la question «

comment peut-on aider la Terre Sainte », à laquelle le Patriarche répond « par

la prière, des pèlerinages et à travers des projets ». Notre association veut suivre

ces propos du Patriarche en évoquant la vie et la réalité de nos chrétiens en Terre

Sainte, en éveillant un intérêt pour ces chrétiens et en rappelant aux paroisses

l’Eglise-Mère », explique la directrice-générale Barbara Frua.

Vous trouverez le site de l’association sur www.gesellschaft-lpj.org, qui est

encore en construction.

La rédaction

✯ ✯ ✯


86

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

7 janvier 2013 :

Le Pape appelle Jérusalem à devenir

« une ville de paix et non de division »

CITE DU VATICAN (VIS) - Benoît XVI a reçu lundi 7 janvier 2013 pour le

traditionnel échange des vœux le corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège

(représenté auprès de 179 états, plus l’ONU et ses agences, l’Union Européenne,

l’Ordre de Malte, l’OLP, 8 organisations internationales et 5 régionales). Après

le salut exprimé au nom de toutes les délégations par le Doyen des ambassadeurs

M. Alejandro Valladares Lanza (Honduras), et par le Vice-Doyen M. Jean-Claude

Michel (Monaco), le Saint Père a prononcé le discours dont voici de larges extraits

qui concernent le Moyen-Orient et la liberté religieuse.

« C’est avant tout aux autorités civiles et politiques qu’incombe la grave

responsabilité d’œuvrer pour la paix. Elles sont les premières à être appelées à

résoudre les nombreux conflits qui continuent d’ensanglanter l’humanité, à

commencer par cette région privilégiée dans le dessein de Dieu qu’est le Moyen-

Orient. Je pense d’abord à la Syrie, déchirée par des massacres incessants et théâtre

d’effroyables souffrances pour la population civile. Je renouvelle mon appel afin

que les armes soient déposées et que prévale le plus tôt possible un dialogue

constructif pour mettre fin à un conflit qui ne connaîtra pas de vainqueurs, mais

seulement des vaincus, s’il perdure, ne laissant derrière lui qu’un champ de ruines.

Permettez-moi de vous demander de continuer à sensibiliser vos gouvernements,

afin que soient fournies de façon urgente les aides indispensables pour affronter la

grave situation humanitaire. Je regarde ensuite avec une vive attention vers la

Terre Sainte. Suite à la reconnaissance de la Palestine comme état Observateur

non Membre des Nations unies, je renouvelle le souhait que, avec le soutien de

la communauté internationale, israéliens et palestiniens s’engagent pour une

cohabitation pacifique dans le cadre de deux états souverains, où le respect

de la justice et des aspirations légitimes des deux peuples sera préservé et

garanti. Jérusalem, deviens ce que ton nom signifie. Cité de la paix et non

de la division, prophétie du Royaume de Dieu et non message d’instabilité et

d’opposition ! ».

« Tournant ensuite ma pensée vers la chère population irakienne, je souhaite

qu’elle parcoure le chemin de la réconciliation, pour arriver à la stabilité désirée.

Au Liban, où j’ai rencontré ses diverses réalités constitutives, que la pluralité des

traditions religieuses soit cultivée par tous comme une vraie richesse pour le pays,


Janvier – Février – Mars 2013 87

comme aussi pour toute la région, et que les chrétiens offrent un témoignage efficace

pour la construction d’un avenir de paix avec tous les hommes de bonne volonté. En

Afrique du Nord aussi, la collaboration de toutes les composantes de la société est

prioritaire et, à chacune d’elles doit être garantie la pleine citoyenneté, la liberté de

professer publiquement sa religion et la possibilité de contribuer au bien commun.

J’assure tous les égyptiens de ma proximité et de ma prière, en cette période où se

mettent en place de nouvelles institutions ».

« En poursuivant notre entretien d’aujourd’hui, je voudrais ajouter que la

paix sociale est aussi mise en péril par certaines atteintes à la liberté religieuse. ll

s’agit parfois de marginalisation de la religion dans la vie sociale. Dans d’autres

cas, d’intolérance ou même de violence envers des personnes, des symboles

identitaires et des institutions religieuses. Il arrive aussi que des croyants et

particulièrement des chrétiens soient empêchés de contribuer au bien commun

par leurs institutions éducatives et d’assistance. Pour sauvegarder effectivement

l’exercice de la liberté religieuse, il est ensuite essentiel de respecter le droit à

l’objection de conscience. Cette frontière de la liberté touche à des principes de

grande importance, de caractère éthique et religieux, enracinés dans la dignité

même de la personne humaine. Ils sont comme les murs porteurs de toute société

qui se veut vraiment libre et démocratique. Par conséquent, interdire l’objection de

conscience individuelle et institutionnelle, au nom de la liberté et du pluralisme,

ouvrirait paradoxalement au contraire les portes à l’intolérance et au nivellement

forcé. En outre, dans un monde aux limites toujours plus ouvertes, construire la

paix par le dialogue n’est pas un choix, mais une nécessité. Dans cette perspective,

la déclaration conjointe entre le Président de la Conférence épiscopale polonaise et

le Patriarche de Moscou, signée au mois d’août dernier, est un signe fort donné par

les croyants pour favoriser les relations entre le Peuple russe et le Peuple polonais.

Je désire également mentionner l’accord de paix conclu récemment aux Philippines

et souligner le rôle du dialogue entre les religions pour une cohabitation pacifique

dans la région de Mindanao. »

Evoquant pour conclure l’encyclique Pacem in Terris de Jean XXIII, le Saint

Père a rappelé que la paix reste un mot vide de sens si elle n’est pas vivifiée et intégrée

par la charité. « Celle-ci est au cœur de l’action diplomatique du Saint-Siège et, avant

tout, de la sollicitude du Successeur de Pierre et de toute l’Eglise catholique. La

charité ne se substitue pas à la justice niée, mais d’autre part, la justice ne supplée

pas la charité refusée. L’Eglise pratique quotidiennement la charité dans ses œuvres

d’assistance, dont les hôpitaux et les dispensaires, et ses œuvres éducatives, dont les

orphelinats, les écoles, les collèges, les universités, ainsi qu’à travers l’assistance

fournie aux populations en difficulté, particulièrement durant et après les conflits. Au

nom de la charité, l’Eglise veut aussi être proche de tous ceux qui souffrent à cause


88

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

des catastrophes naturelles. Je pense aux victimes des inondations dans le sud-est de

l’Asie et de l’ouragan qui s’est abattu sur la côte orientale des Etats-Unis d’Amérique.

Je pense aussi à ceux qui ont subi le fort tremblement de terre, qui a dévasté certaines

régions de l’Italie septentrionale. Comme vous le savez, j’ai voulu me rendre sur

ces lieux, où j’ai pu constater l’ardent désir avec lequel on veut reconstruire ce qui

a été démoli. Je souhaite que, en ce moment de son histoire, cet esprit de ténacité et

d’engagement partagé anime toute la bien-aimée nation italienne. En concluant notre

rencontre, je voudrais rappeler qu’au terme du Concile Vatican II, Paul VI adressa

quelques messages qui sont toujours d’actualité, dont l’un était destiné à tous les

gouvernants. Il les exhorta en ces termes : « C’est à vous qu’il revient d’être sur terre

les promoteurs de l’ordre et de la paix entre les hommes. Mais, ne l’oubliez pas, c’est

Dieu qui est le grand artisan de l’ordre et de la paix sur la terre »

8 janvier 2013 :

✯ ✯ ✯

Retour sur Gaza 6 semaines après la trêve

GAZA – Aux lendemains de la Solennité de l’Epiphanie à Bethléem, nos yeux

se tournent vers Gaza, lieu de repos de la Sainte Famille en fuite vers l’Egypte.

C’est sur cette parcelle de Terre Sainte que Mgr Shomali, vicaire épiscopal de

Jérusalem, s’est rendu le 24 décembre pour célébrer Noël un mois après la trêve

signée le 21 novembre, mettant fin à huit jours de guerre.

Ils étaient des centaines de chrétiens ce lundi 24 décembre 2012 à venir fêter

Noël dans la paroisse de la Sainte Famille à Gaza. Parmi eux, des catholiques fidèles

de la paroisse, mais aussi de nombreux orthodoxes. La messe a été présidée par

Mgr Shomali, vicaire épiscopal à Jérusalem, accompagné du Père Faysal Hijāzīn,

responsable des Ecoles catholiques en Palestine, ainsi que par le curé le Père Jorge

Hernandez et son vicaire le Père Gabriele. Après la célébration, la paroisse a offert

aux près de 600 chrétiens présents un traditionnel spectacle mettant en scène

l’Annonciation et la Nativité, suivi d’un repas festif.

L’attente du Salut dans l’Espérance

Cette année, Noël a été fêté à peine plus d’un mois après la trêve signée

le 21 novembre mettant fin à l’Opération Pilier de Défense. Pour beaucoup de

paroissiens, ce cessez-le-feu est un vrai miracle marial. La Nativité et l’Annonce

de la Bonne Nouvelle semblent avoir été vécues cette année avec une profondeur

toute particulière. C’est en tous les cas l’impression qu’en a ressortie Mgr Shomali

de retour de Gaza le 25 décembre. « En célébrant la messe de Noël dans la paroisse


Janvier – Février – Mars 2013 89

de la Sainte Famille, j’ai senti combien les chrétiens gazaouis désirent vraiment

le Salut ». Une Espérance forte. Et une joie profonde aussi. « L’atmosphère était

très heureuse », témoignent les Sœurs du Verbe Incarné, très impliquées dans toute

l’organisation de la journée. Et pourtant, l’on sait bien que tous ont encore dans le

cœur et la tête le traumatisme de ces 8 jours de bombardements. Particulièrement

les enfants avec qui le Père Faysal Hijāzīn, responsable des Ecoles catholiques

en Palestine a pu discuter. Les écoles du Patriarcat latin accueillent à Gaza 1 500

élèves, chrétiens et musulmans.

530 permis accordés par Israël

Chaque année, l’Etat d’Israël accorde aux chrétiens habitant dans les

territoires palestiniens, des permis pour se rendre aux Lieux Saints pendant les fêtes

religieuses. Pour ce Noël 2012, ce sont 530 permis qui ont été donnés aux gazaouis

(sur les 1 550 chrétiens). Parmi ceux qui ont obtenu ce permis, un certain nombre

a néanmoins voulu rester à Gaza pour vivre la messe de Noël dans la paroisse

de la Sainte Famille, et ne partir qu’ensuite, pour visiter les Lieux Saints. Un

beau témoignage d’attachement à la paroisse qui se veut être une famille pour ses

fidèles, et un hommage à son curé le Père Jorge Hernandez, son vicaire et les trois

communautés religieuses sur place ; les Sœurs du Rosaire, les Missionnaires de la

Charité et les Sœurs du Verbe Incarnée.

Amélie de La Hougue

✯ ✯ ✯

8 janvier 2013 :

Accord Saint-Siège / Israël :

optimisme prudent de la part du Nonce

BETHLEEM – Dans une interview à l’agence SIR, le nonce en Israël, Mgr

Giuseppe Lazzarotto a affiché au sujet de la possibilité d’un accord fiscal entre

le Saint-Siège et Israël un optimisme prudent. L’accord en question - en cours de

négociation - concerne les questions économiques et financières des Institutions de

l’Eglise en Terre Sainte.

A la question de savoir si l’année 2013 serait une bonne année pour conclure

cet accord entre le Saint-Siège et Israël, le nonce apostolique en Israël a répondu :

« Nous y travaillons. Nous l’espérons. Nous ne pouvons pas donner de date, et il ne

serait pas correct de le faire, parce que la négociation est en cours. Je dirais qu’il


90

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

y a une possibilité, certains éléments restent à définir, mais la possibilité d’y arriver

d’ici un an n’est pas exclue. »

L’interview a été donnée à Bethléem le 8 janvier au matin, lors d’une séance

d’information avec les évêques de la Coordination Terre Sainte. La rencontre est

organisée par la Coordination des Conférences épiscopales en faveur de l’Eglise

de Terre Sainte et par l’Assemblée des évêques catholiques de Terre Sainte. Au

cours de cet échange, le nonce a également rappelé la position du Saint-Siège sur la

résolution du conflit israëlo-palestinien : une solution à deux Etats.

✯ ✯ ✯

Christophe Lafontaine

18 janvier 2013 :

Interview avec le Père Frans Bouwen sur l’œcuménisme en Terre

Sainte

JERUSALEM - A la veille de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens,

le Père Frans Bouwen (Père Blanc) spécialiste des Eglises Orientales et du dialogue

avec les Eglises chrétiennes d’Orient nous partage sa vision sur l’œcuménisme en

Terre Sainte.

1) Pouvez-vous nous dresser un état des lieux de la question œcuménisme en

Terre Sainte

L’œcuménisme est une réalité vivante, qui connaît ses hauts et ses bas comme

toute personne ou toute organisation vivante. Il est donc très difficile d’en faire un

« état de lieu » ou un « bilan ». Nous devons être reconnaissants en constatant

que les relations entre les Eglises de Jérusalem sont actuellement marquées par la

fraternité et la spontanéité. Cela est vrai tant au niveau des évêques et patriarches

qu’au niveau des fidèles. Plusieurs initiatives prises récemment en commun par

des prêtres ou pasteurs et des laïcs prouvent que l’œcuménisme prend bien racine

à la base. Cela est très important au milieu des nombreux changements qui sont en

cours dans la région du Moyen-Orient. Nos chrétiens sont bien conscients que ce

n’est qu’ensemble qu’ils pourront efficacement œuvrer pour leur avenir dans cette

région et il est très encourageant de voir que, dans cet effort, ils sont fortement

soutenus par de nombreux prêtres et évêques. Reste que beaucoup d’entre nous

continuent à souhaiter et à espérer une plus grande collaboration œcuménique dans

le domaine pastoral, tout en étant conscients des sérieux obstacles qui se dressent

encore sur ce chemin.


Janvier – Février – Mars 2013 91

2) Les décisions du Synode pour le Moyen-Orient (octobre 2010) concernant le

dialogue oecuménique commencent-elles à être appliquées

Début décembre dernier une grande réunion des patriarches et évêques

catholiques du Moyen-Orient s’est tenue à Beyrouth justement pour étudier et

promouvoir la mise en pratique des grandes orientations du Synode spécial pour

le Moyen-Orient, à la lumière de l’exhortation post-synodale Ecclesia in Medio

Oriente, que le pape Benoît XVI a remise aux Eglises de cette région lors de

sa visite au Liban en septembre dernier. Ici, à Jérusalem, nous avons eu peu de

nouvelles concernant les décisions concrètes qui ont été prises. D’ailleurs, en plus

des décisions au niveau de l’ensemble du Moyen-Orient, il faudra aussi prévoir

une application locale dans chaque pays, en raison des différences parfois grandes

entre les situations. En attendant, tous, évêques, prêtres religieux et religieuses,

et laïcs, sont invités à approfondir l’oecuménique spirituel que le Pape souligne

fortement dans cette exhortation. Il serait très profitable que tous méditent le

paragraphe 12 : « Sur la base des indications du Directoire œcuménique, les fidèles

catholiques peuvent promouvoir l’œcuménisme spirituel dans les paroisses, les

monastères et les couvents, dans les instituts scolaires et universitaires, et dans les

séminaires. Les pasteurs auront soin d’habituer les fidèles à être des témoins de la

communion dans tous les domaines de leur vie. Cette communion n’est certes pas

une confusion. Le témoignage authentique demande la reconnaissance et le respect

de l’autre, une disposition au dialogue en vérité, la patience comme une dimension

de l’amour, la simplicité et l’humilité de celui qui se reconnaît pécheur devant

Dieu et le prochain, la capacité de pardon, de réconciliation et de purification de

la mémoire, à un niveau personnel et communautaire. »

3) Les chrétiens de Terre Sainte s’apprêtent à fêter Pâques le même jour en se

calant sur le calendrier julien. Est-ce un premier pas qui en appelle d’autres

tout aussi concrets

Depuis de longues années, les chrétiens de Terre Sainte demandent avec

insistance une unification des dates de Pâques. Ce sont surtout les familles

mixtes, catholiques et orthodoxes en particulier, qui ressentent concrètement les

conséquences pratiques de la différence entre les dates occidentales et orientales

qui peut parfois atteindre jusqu’à cinq semaines, comme c’est le cas cette année.

Ne pas être capables de célébrer Pâques ensemble est aussi un contre-témoignage

aux yeux de la majorité non chrétienne. Les paroisses catholiques, anglicanes et

luthériennes de la région de Ramallah célèbrent d’ailleurs déjà de fait Pâques à la

date orientale depuis une quinzaine d’années. On doit donc se réjouir de voir que la

hiérarchie catholique a décidé de répondre favorablement aux attentes des fidèles


92

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

et de coordonner les initiatives. Il est trop tôt pour évaluer l’impact œcuménique

de cette décision, d’autant plus que la hiérarchie grecque orthodoxe se montre très

réticente sur ce point. Nous prions et espérons que l’expérience de cette année

se passe le mieux possible, de sorte qu’une meilleure coordination œcuménique

devienne possible dans un avenir prochain.

Propos recueillis par Christophe Lafontaine

✯ ✯ ✯

24 janvier 2013 :

Un nouveau patriarche arménien pour Jérusalem

JERUSALEM - (AFP) L’archevêque Nourhan Manougian, 65 ans, a été élu

97 e patriarche arménien apostolique (orthodoxe) de Jérusalem, un des cinq custodes

des Lieux Saints, a appris l’AFP le 24 janvier 2013 auprès de la communauté

arménienne dans la Ville Sainte.

Sa Béatitude Nourhan 1er Manougian, qui était grand sacristain de la

fraternité monastique arménienne de Jérusalem, de facto le numéro deux chargé

du protocole, succède à Torkom II Manougian, décédé le 12 octobre 2012 à l’âge

de 93 ans.

Il dirigera les communautés arméniennes orthodoxes d’Israël, des Territoires

palestiniens et de Jordanie.

A l’issue de deux sessions de vote, les 23 et 24 janvier, Nourhan Manougian

a été élu par 17 voix contre 15 au « locum tenens » (suppléant), l’archevêque

Aris Shirvanian, qui remplaçait temporairement le patriarche décédé. Deux des

34 membres de la fraternité monastique se sont abstenus, a précisé une source

arménienne.

Le nouveau patriarche arménien de Jérusalem est né à Alep (Syrie) en 1948.

Ordonné prêtre à Jérusalem en 1971, il a fait des études à Genève avant d’exercer

son ministère aux Etats-Unis, à New York et au Texas.

Il est revenu en 1999 à Jérusalem où il été élu grand sacristain de la fraternité

monastique arménienne.

Le nouvel élu doit être approuvé par Israël et le roi de Jordanie.

L’Eglise arménienne orthodoxe se partage la garde des Lieux Saints avec

l’Eglise grecque orthodoxe et l’Eglise latine (catholique romaine), les plus

importantes, ainsi que les Eglises syriaque et copte.


Janvier – Février – Mars 2013 93

Le nombre des Arméniens vivant à Jérusalem est évalué aujourd’hui à 2 000.

Selon des estimations, ils étaient 16 000 en 1948, au moment de la création de l’Etat

d’Israël. Présente en Terre sainte depuis le V e siècle, cette communauté cultivée,

industrieuse et commerçante vit dans l’un des quatre quartiers de la Vieille Ville de

Jérusalem.

PFA : secruoS

✯ ✯ ✯

31 janvier 2013 :

Poursuite des négociations entre l’OLP et le Saint-Siège

RAMALLAH - Le Saint-Siège et l’Organisation de Libération de la Palestine

(OLP) poursuivent leurs négociations en vue d’un accord sur les droits de l’Eglise

catholique dans les Territoires palestiniens. Des représentants du Saint-Siège et de

l’OLP se sont réunis à Ramallah le 30 janvier 2013, indique un communiqué conjoint.

Cette rencontre intervient 4 jours après la réunion plénière de la commission entre

le Saint-Siège et Israël le 26 janvier à Jérusalem.

Les négociations ont repris en 2010

La délégation palestinienne était emmenée par Riad Al-Maliki, ministre des

affaires étrangères de l’Etat de la Palestine et celle du Saint-Siège par Mgr Ettore

Balestrero, sous-secrétaire pour les relations avec les Etats. Au cours de la rencontre,

les deux parties ont exprimé leur souhait d’accélérer et de conclure l’accord sur les

régimes fiscaux et les propriétés de l’Eglise catholique dans le pays.

Les deux parties ont repris des négociations en 2010, soit 10 ans après la

signature d’un Accord fondamental faisant écho à celui signé en 1993 entre le Saint-

Siège et Israël. A l’occasion de cette rencontre, qui a eu lieu dans les locaux de la

présidence palestinienne à Ramallah, l’Autorité palestinienne a remis sa réponse à

la proposition d’accord présentée par le Saint-Siège lors d’un précédent entretien.

Les délégations ont décidé de mettre en place des « équipes techniques » pour

étudier la proposition en vue de la session plénière qui doit prochainement se tenir

au Vatican.

Le traité de 1993 garantit les droits de l’Eglise catholique en territoire

palestinien

Les échanges se sont déroulés dans une « atmosphère cordiale » avec

la participation, côté Saint-Siège du délégué apostolique à Jérusalem et en

Palestine, Mgr Antonio Franco, du sous-secrétaire de la Congrégation pour les


94

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

Eglises orientales, et du conseiller de la Délégation apostolique à Jérusalem. Le

gouvernement de Mahmoud Abbas était quant à lui représenté par Ziad Al-Bandak,

conseiller du président pour les relations avec les chrétiens, mais aussi d’un membre

du Comité central du Fatah, et d’un membre du Conseil législatif palestinien.

Ces longues négociations furent rendues difficiles à cause de l’instabilité

politique de la région. Le Saint-Siège et l’Autorité palestinienne avaient en effet

conclu un accord en 2000, faisant pendant à celui signé en 1993 entre le Saint-

Siège et Israël. Ce traité international conclu avec l’Autorité palestinienne garantit

les droits de l’Eglise catholique en territoire palestinien. Ceux-ci sont fondés,

d’une part, sur le respect de la liberté religieuse et de conscience et, d’autre part,

sur l’égalité entre tous les citoyens du futur Etat palestinien, indépendamment de

leur religion. Le Saint-Siège et l’OLP avaient repris leurs discussions concernant

l’Accord fondamental de 2000 sur les droits de l’Eglise catholique en territoire

palestinien le 7 décembre 2010 à Ramallah, après des relations jamais véritablement

interrompues mais rendues difficiles par le contexte d’instabilité politique dans les

Territoires palestiniens au cours des dernières années.

Source : Radio Vatican

✯ ✯ ✯

7 février 2013 :

Comment les livres scolaires peuvent alimenter le conflit israélopalestinien

Une étude initiée en 2009 mais non signée par le Conseil des institutions

religieuses de Terre Sainte (représentant les juifs, les chrétiens et les musulmans)

a été rendue publique lundi 4 février 2012. Financée par le département d’Etat

américain, elle indique à la fois que les livres palestiniens et les livres israéliens ne

montrent qu’un seul côté de l’histoire, avec des évènements sélectionnés. Mais les

ouvrages ne comporteraient pas en revanche de diabolisation mutuelle.

Pendant trois ans, trois experts ont enquêté, scruté et analysé les livres de

classe des deux peuples, israélien et palestinien : les professeurs Sami Adwan, de

l’université de Bethléem, Daniel Bar-Tal, de l’université de Tel-Aviv, et Bruce

Wexler, de l’université américaine de Yale. Au total, pas moins de 640 manuels

(492 israéliens, 148 palestiniens) et plus de 3 000 textes en arabe et en hébreu ont

été passés en revue pour permettre aux chercheurs une lecture croisée des contenus

enseignés dans les écoles israéliennes et palestiniennes, publiques et privées,

laïques et religieuses pour voir de quelle manière leurs partis pris alimentent

les perceptions mutuelles du conflit. Au final, l’étude intitulée « Victimes de


Janvier – Février – Mars 2013 95

nos propres récits » (voir ci-dessous) montre que les manuels scolaires des

deux parties confortent l’image d’un monde assez manichéen. Sans pour autant

diaboliser les uns ou les autres.

Histoire et Géographie

Les chercheurs constatent de fait que les livres d’Histoire ne donnent qu’un seul

point de vue : « les livres israéliens comme palestiniens présentent un récit national

unilatéral. Les évènements historiques y sont présentés de manière sélective pour

renforcer chacun de ces récits nationaux », affirment les auteurs de l’étude. D’autre

part, « tous les faits enseignés aux élèves sont véridiques, mais ils ne présentent que

l’aspect négatif de l’autre peuple, et pratiquement rien de positif. » Le rapport montre

que la présentation négative de l’autre communauté et l’absence d’information à

son propos, la présentation positive de sa propre communauté, sont plus prononcées

dans les livres de classe des écoles ultra-orthodoxes et palestiniennes, que dans les

écoles d’Etat israéliennes.

Les livres de géographie offrent une conclusion intéressante. Les chercheurs

ont étudié 83 cartes utilisées dans les écoles palestiniennes et environ 200 cartes

étudiées en Israël. Seulement 4 % des cartes dans les manuels palestiniens font

figurer un Etat appelé « Israël » et la ligne correspondant à une frontière. Et dans le

camp d’en face, seuls 13 % des livres scolaires israéliens mentionnent les Territoires

palestiniens et leur ligne de démarcation. « Le manque et l’absence d’informations

sur l’autre servent à rendre illégitime sa présence », souligne l’étude.

En définitive, si l’Autorité Palestinienne profite de cette étude pour annoncer

une amélioration de son système d’éducation, Israël, de son côté, accuse l’étude

d’être non professionnelle et partiale. En tout état de cause, pour les auteurs : « Il

y a beaucoup à faire en général dans le système éducatif, et en particulier avec les

manuels scolaires, si les parties en conflit décident de se lancer sur le chemin de la

paix. »

✯ ✯ ✯

22 février 2013 :

Réactions du nouvel archevêque pour la Tunisie

Christophe Lafontaine

JERUSALEM – Benoît XVI a nommé jeudi 21 février Mgr Ilario Antoniazzi,

64 ans, nouvel archevêque à Tunis (Tunisie). Cette nomination intervient dans les

derniers jours du Pontificat de Benoît XVI. L’ordination épiscopale aura lieu le 16

mars dans la basilique de l’Annonciation à Nazareth. Son entrée officielle à Tunis

est prévue le 7 avril 2013. Mgr Antoniazzi nous confie ses impressions.


96

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

1) Comment avez-vous réagi à la nouvelle de votre nomination

C’était une surprise. Je me suis dit : vraiment le Bon Dieu a de l’imagination

pour avoir pensé à moi. Son imagination ne manquera pas de me donner la force et

les grâces qui me seront nécessaires pour mon apostolat.

2) Quel message en guise de souvenir voulez-vous laisser à vos paroissiens de

Rameh avant votre départ

Avant tout un remerciement pour tout ce que j’ai reçu de leur part. Je me

suis toujours senti chez moi parmi mes frères et sœurs de Rameh. Après, dans cette

Année de la foi, je souhaite de tout cœur qu’ils se soumettent toujours plus à la loi

de l’Evangile et oublient la mentalité du monde car seulement en Dieu leur cœur

trouvera la paix.

3) Quelles seront vos priorités pastorales en tant qu’archevêque à Tunis

Je dois reconnaître que je ne connais pas bien la situation spirituelle dans mon

diocèse. J’ai déjà programmé une rencontre avec mes prêtres pour que je puisse

mieux mesurer la réalité spirituelle et pastorale. Ensemble, avec mes prêtres, on

pourra envisager le futur de cette Eglise.

4) La Tunisie est encore politiquement instable. Que savez-vous de la situation

des chrétiens là-bas Qu’attendent-ils de vous dans cette période de troubles

C’est vrai, la situation politique est bien instable. Mais la Tunisie est connue

pour son ouverture d’esprit et la capacité de se renouveler. A ne pas oublier que le

printemps arabe est né là-bas. De plus toute crise peut être occasion de maturité,

espérons un vrai printemps où tous vivent dans la liberté et l’amour. L’Eglise avec

ses chrétiens a beaucoup à donner. J’espère que le Bon Dieu pourra se servir de moi

pour fortifier mes frères dans la foi et être ainsi artisan de paix.

Propos recueillis par Christophe Lafontaine

✯ ✯ ✯

4 mars 2013 :

Accueil des réfugiés syriens : un prêtre du Patriarcat latin témoigne

AMMAN - Face à l’aggravation de la situation en Syrie, le Patriarcat latin a

ouvert ces derniers mois en Jordanie différents lieux pour accueillir les nombreux

réfugiés syriens, dont le Centre Notre-Dame de la Paix à Amman. Nous publions ici


Janvier – Février – Mars 2013 97

le témoignage du Père Imad Twal, directeur du centre et prêtre du Patriarcat latin

de Jérusalem.

(OASIS 04.03.2013) - Si les réfugiés parlent la langue de Jésus

Avez-vous lu dans les journaux les informations à propos de l’exode important

des familles syriennes qui fuient leurs maisons, leurs villages, leurs villes ou qui

en ont été chassées Elles sont à la recherche de pays qui les accueillent comme

des hôtes et leur donnent une maison. Certains parlent l’araméen et entendre «

Barokmur Abuna » (Bénissez-nous mon Père) dans la langue de notre Seigneur me

fait comprendre combien leur message d’amour et d’espérance est proche de nous.

C’est ce que nous essayons de vivre dans notre centre Our Lady of Peace (OLOPC).

Depuis novembre 2012, l’OLOPC a commencé à accueillir nos frères et sœurs

en Christ provenant des villes syriennes de Hassaké, Lattaquié, Alep et Damas.

Des chrétiens et des musulmans, à la recherche d’un toit sous lequel s’abriter.

Habituellement, ils ont besoin d’un lieu d’accueil pour quelques semaines, avant de

parvenir à se déplacer, et les hôtels sont trop chers pour eux. En Jordanie, l’hiver est

particulièrement difficile, avec ce froid et parfois même la neige. Jusqu’à présent

nous avons accueilli plus de 35 familles, chacune constituée de personnes ayant les

mêmes problèmes liés à la nécessité de devoir quitter rapidement leur maison. Il ne

s’agit pas seulement de besoins matériels et financiers, mais aussi sentimentaux et

spirituels. Elles ont besoin qu’on leur montre l’amour de Dieu dans sa plénitude.

« Donne quelque chose, même si c’est petit, à celui qui en a besoin »

L’OLOPC est un pont qui, avec des moyens humains, fait arriver la grâce de

Dieu aux nécessiteux. L’OLOPC fut fondé afin d’être une maison pour les personnes

handicapées, chacune ayant ses capacités, ses talents et ses dons. L’OLOPC est une

école où les personnes sont éduquées à la vie et à la communion. C’est une église

de fraternité et d’amour entre les communautés et les religions. L’OLOPC est une

maison ouverte à tous, et c’est pour cela que nous accueillons ces invités syriens.

Le bienheureux Jean-Paul II disait « N’ayez pas peur ! Ouvrez grand les

portes au Christ. » Voilà le message destiné à ces familles syriennes, à tous les

autres réfugiés syriens et à nous-mêmes : « Ouvrez votre cœur à l’amour de Dieu.

Vous trouverez en lui un mystère d’amour. Aimez Dieu, servez Dieu, tout est là

(Sainte Claire d’Assise). »

L’OLOPC remercie tous ses amis et leur exprime toute sa gratitude, eux qui

ont permis par leur aide que le centre reste ouvert pour notre mission humanitaire

originelle en faveur des frères et sœurs handicapés et maintenant de nos nouveaux

amis syriens. « Donne quelque chose, même si c’est petit, à celui qui en a besoin.

Parce que ce n’est pas petit pour celui qui n’a rien. Rien n’est petit pour Dieu, si


98

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

nous avons donné ce que nous pouvons (St Grégoire de Nazianze). »

Nous devons essayer de montrer, dans nos témoignages et dans la communion,

que nous formons une seule Eglise catholique et apostolique.

14 mars 2013 :

Biographie du pape François

✯ ✯ ✯

Source : OASIS

CITE DU VATICAN, 13 mars 2013 (VIS). A 19h06, une épaisse fumée blanche

s’est échappée de la cheminée de la Chapelle Sixtine, indiquant que les cardinaux

avaient procédé à l’élection du nouveau Pape. Au cinquième scrutin le cardinal Jorge

Mario Bergoglio, de l’ordre des prêtres et du titre de St Robert Bellarmin, a été élu

Souverain Pontifie, 266 e Successeur de Pierre, prenant le nom de François. A 20h12,

le cardinal Protodiacre Jean-Louis Tauran l’a annoncé au monde depuis la loggia

centrale de la Basilique vaticane, appelé également le balcon des bénédictions.

Né à Buenos Aires (Argentine) le 17 décembre 1936, Jorge Mario Bergoglio

s’est d’abord diplômé en chimie avant de choisir la prêtrise et d’entrer dans la

Compagnie de Jésus en 1958. Il a poursuivi ses études au Chili avant de rentrer en

Argentine et d’obtenir la licence en philosophie près le Collège St Joseph de San

Miguel. En 1964-1965, il a été professeur de littérature et de psychologie près le

Collège de l’Immaculée à Santa Fe, puis en 1966 au Collège St.Sauveur de Buenos

Aires. De 1967 à 1970, il a poursuivi le cursus universitaire et obtenu le doctorat.

Le 13 décembre 1969 il a été ordonné prêtre puis a gagné l’Espagne pour suivre

la troisième probation à Alcalá de Hernares et prononcer ses vœux perpétuels le

22 avril 1973. Il fut ensuite maître des novices à Villa Barilari (San Miguel 1972-

1973), professeur près la Faculté de théologie, consulteur de la Province et recteur

du grand séminaire des jésuites. Le 31 juillet 1973, il est élu provincial d’Argentine,

charge qu’il a exercée pendant six ans. Entre 1980 et 1986, il a été recteur du grand

séminaire des jésuites et des Facultés de philosophie et théologie de la même

maison, et curé de la paroisse St Joseph, dans le même diocèse. En mars 1986, il est

allé en Allemagne pour terminer sa thèse de doctorat. Après la direction du collège

du Sauveur, il a été affecté à l’église de la Compagnie à Cordoba comme directeur

spirituel et confesseur.

Le 20 mai 1992, Jean-Paul II l’a nommé Auxiliaire de l’Archevêque de

Buenos Aires. Le 27 juin de la même année, en la cathédrale de Buenos Aires, il a

reçu l’ordination épiscopale des mains du cardinal Antonio Quarracino, du Nonce


Janvier – Février – Mars 2013 99

apostolique Mgr Ubaldo Calabresi et de l’évêque de Mercedes-Lujan, Mgr Emilio

Ognenovich. Le 3 juin 1997, il fut nommé Coadjuteur de Buenos Aires puis le 28

février 1998, Archevêque de Buenos Aires à la mort du Cardinal Quarracino. Il est

auteur des livres « Meditaciones para religiosos » (1982), «Reflexiones sobre la

vida apostólica» (1986) et « Reflexiones de esperanza » (1992). Il était également

jusqu’ici ordinaire pour les fidèles de rite oriental résidant en Argentine démunis

d’un ordinaire de leur rite, Grand Chancelier de l’Université catholique d’Argentine.

Il a été Rapporteur général adjoint à la 10 e Assemblée générale ordinaire du Synode

des Evêques (octobre 2001), et de novembre 2005 à novembre 2011, Président de la

Conférence épiscopale argentine. Il a été créé cardinal de l’ordre des prêtres par Jean-

Paul II lors du consistoire du 21 février 2001, avec le titre de St Robert Bellarmin.

Il était aussi membre de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des

sacrements, de la Congrégation pour le clergé, de la Congrégation pour les instituts

de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, du Conseil pontifical pour la

Famille et de la Commission pontificale pour l’Amérique latine.

✯ ✯ ✯

19 mars 2013 :

S.B. Twal parmi les 180 concélébrants

à la messe d’inauguration du Saint Père

ROME - Des milliers de personnes ont afflué place Saint-Pierre pour assister

ce mardi 19 mars à la messe d’installation du pape François, six jours après son

élection. Le Patriarche latin de Jérusalem Mgr Fouad Twal était de ceux qui ont

tenu à faire le déplacement pour saluer le nouveau Pontife.

Juste après avoir célébré la veille en la Basilique du Saint-Sépulcre une

messe d’action de grâce pour l’élection du nouveau pape François, le Patriarche

Mgr Fouad Twal s’est envolé en direction de Rome pour participer à la messe

inaugurale du Saint Père. Place Saint-Pierre, ce matin 19 mars, en la fête de Saint

Joseph, les cardinaux, patriarches et archevêques étaient 180 à concélébrer avec

le pape François. Dans son homélie, le souverain Pontife tout récemment élu, à

appelé chacun à être des gardiens à l’image de saint Joseph protecteur de la sainte

famille. Une vocation « qui concerne tout le monde. » Il s’agit là d’apprendre

à « garder la création tout entière (…) garder les gens, avoir soin de tous, de

chaque personne avec amour, de celles qui sont le plus fragiles et qui sont souvent

dans la périphérie de notre cœur. » Et le Pape de scander à plusieurs reprises,

marqués par les applaudissements des 200 000 fidèles : « Nous ne devons pas


100

Jérusalem Bulletin diocésain du Patriarcat latin

avoir peur de la bonté, de la tendresse ! » Enfin, le Saint Père a conclu par des

mots d’espérance qui semblaient directement être adressés à l’Eglise du Moyen-

Orient : « Aujourd’hui encore devant tant de traits de ciel gris, nous avons besoin

de voir la lumière de l’espérance et de donner nous-mêmes l’espérance. »

Les Patriarches catholiques orientaux réunis à Rome

La veille de la messe inaugurale du pape François, les patriarches

catholiques orientaux - ou leurs représentants - présents à Rome pour l’occasion

s’étaient réunis à l’initiative de Sa Béatitude Grégoire III, patriarche melkite

d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem. La réunion s’est

tenue en l’église melkite Sainte Marie in Cosmédin à 16h. Les chefs religieux

se sont essentiellement concentrés sur l’étude et l’analyse du rôle des Eglises

face aux graves crises que traverse actuellement la région du Proche et Moyen-

Orient, évoquant la nécessité d’un sommet arabe islamo-chrétien. Les patriarches

ont souligné l’urgence de trouver une solution pacifique à la guerre syrienne et

au conflit israélo-palestinien, source de tant d’autres crises. Une manière aussi

d’alerter la communauté internationale sur le sujet sensible de la protection de la

présence chrétienne dans la région. ■

Amélie de La Hougue

✯ ✯ ✯

More magazines by this user
Similar magazines