Sonatrach la Revue n°33 - Ministère de l'énergie et des mines

mem.algeria.org

Sonatrach la Revue n°33 - Ministère de l'énergie et des mines

Sonatrach

La Revue

Sonatrach la Revue n°33 Mai 2002 - Sonatrach la Revue n°33 Mai 2002 - Sonatrach la Revue n°33 Mai 2002 - Sonatrach la Revue n°33 Mai 2002

Le bassin de Berkine

tient ses promesses

S O M M A I R E

02 Focus Forum des compagnies pétrolières nationales - M lle Fatma-Zohra Benoughlis, nouvelle Directrice exécutive SPE - Présentation

technique du projet de gaz intégré de Gassi Touil - 2 e Conférence des cadres du Groupe Sonatrach - Installation de la nouvelle équipe de la

gestion du siège 10 Partenariat Acquisition de deux méthaniers - Réalisation de l’usine d’hélium de Skikda 12 Brainstorming Des idées

pour le développent international du Groupe 14 Portes ouvertes Sonatrach à Batna et à Jijel 15 Reportage Le bassin de Berkine tient ses

promesses 20 Séminaires Débat sur l’apport de l’énergie à l’agriculture - L’information, un enjeu stratégique 23 Bilan Exercice 2001 : de

bons résultats malgré un environnement défavorable 24 Magazine La Galerie Sonatrach : un espace pour développer l’artisanat national -

Festival international de musique de Tam - Nassim Sidi Saïd confiant 26 Sponsoring Meeting International Sonatrach 2002 - Sonatrach et

Schlumberger ouvrent au monde le lycée Saïd Hamdine.


2

focus

Sonatrach la Revue n°33

Complexe de dessalement d’eau de mer d’Arzew

M. Abdelaziz Bouteflika pose la première pierre

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé, le 19 mai 2002, à la pose

de la première pierre du Complexe industriel de dessalement d’eau de mer et de production

d’électricité d’Arzew.

S O U S une kheïma, acheminée

pour la circonstance de Hassi

R’mel, dressée et aménagée par

nos collègues de la Dire c t i o n

d e s re l a t i o n s p u b l i q u e s ,

M . Abdelaziz Bouteflika ainsi

que la délégation qui l’accompagnait

ont pu suivre avec intérêt

la présentation préparée par

M . Bouterfa, président-dire c-

teur général d’Algeria Energ y

Compagny (AEC).

De l’exposé, il ressort que la

mise en service de l’usine de

dessalement est prévue pour le

mois de juin 2004.Les capacités

installées sont d’enviro n

9 0 0 0 0 m 3 /j pour la partie dessalement

et 310 MW pour la

partie électricité.

Le démarrage de l’usine permettra

de restituer à l’EPEOR

les 20 000 m 3 /j livrés jusque là

a u C o m p l e x e i n d u s t r i e l .

M.Bouteflika a suivi avec intérêt la présentation de M. Bouterfa,

P-DG d’Algerian Energy Compagny

Une aubaine pour la population

de la ville d’Arzew qui

n’avait droit à l’eau qu’un jour

sur dix.

La société Kahraba Wa Ma

S PA, dénommée Kahrama, a

été créée pour concevoir, financ

e r, constru i re et entretenir le

c o m p l e x e .

Elle est constituée de Algerian

E n e rgy Company (AEC), une

j o i n t - v e n t u re entre Sonatrach et

Sonelgaz, qui détient 20 % des

parts, Sogex du sultanat

d’Oman, avec 10 % de participation

au capital, et Black and

Veatch Africa, actionnaire

m a j o r i t a i re détenant 70 % du

capital social de Kahrama.

Rappelons que le partenaire

Black and Veatch et le constru c-

t e u r japonais Itochu/IHI ont

été retenus conformément aux

nouvelles pro c é d u res de passation

de marchés appliquées au

secteur de l’énergie et des

m i n e s .

M . Bouterfa a indiqué dans sa

présentation que pour assure r

la sécurité de l’appro v i s i o n n e-

ment en eau des unités de la

zone industrielle d’Arzew,

Kahrama utilisera les technologies

les plus fiables et les plus

é p rouvées : le MSF m u l t i

s t a g e f l a s h ( E v a p o r a t i o n

«flash» à plusieurs étages). Le

dessalement d’eau de mer sera

Le PDG inaugure le quatrième train de production de HBNS

M . CHAKIB KHELIl, Président-dire c t e u r

général de Sonatrach, accompagné des responsables

de l’entreprise et du ministère de

l’Energie et des Mines, a procédé le 29 mai

2002 à l’inauguration du quatrième train de

production de la phase II de l’usine de Hassi

Berkine (HBNS). La cérémonie s’est déroulée

en présence des représentants des compagnies

associées à Sonatrach sur ce projet.

Le projet, son historique, ses capacités et

son coût ont fait l’objet d’une présentation

au PDG, à l’issue de laquelle M. Khelil a souligné

notamment la grande réussite pétrolière

entièrement réalisée en partenariat et

ce, depuis l’ouverture du domaine minier

national à l’investissement étranger en association

avec Sonatrach. Il n’a pas manqué de

féliciter tous ceux qui ont pris part à cette

belle aventure qui a commencé il y a de cela

plus de dix ans.

Les jeunes ingénieurs du gro u p e m e n t

Berkine ont eu l’occasion de re n c o n t rer le

P r é s i d e n t - d i recteur général qui a rappelé,

une fois de plus, la place qu’occupent les

re s s o u rces humaines dans le Gro u p e

Sonatrach et l’intérêt que porte la

D i rection générale à la formation et au

développement du potentiel des jeunes

spécialistes et à la gestion rigoureuse de

leur carr i è re .

Sonatrach la Revue est une publication mensuelle de l’entreprise Sonatrach éditée par la Direction Communication.

Conception, graphisme et réalisation : Régie Sud Méditerranée. Crédit photos : Sonatrach/RSM/APS.

Photogravure : Espace numérique - Impression : En Nakhla.

Les textes publiés ne représentent pas nécessairement les positions officielles de Sonatrach.

Toute reproduction d’articles ou de photos doit être soumise à une autorisation.

ISSN 1111 - 1070

Sonatrach : Djenane El Malik - Hydra - Alger - Algérie

Tél. : (213) (0) 21 54 62 50 / 54 63 02 Fax : (213) (0 ) 21 54 77 00 e-mail : sonatrach@sonatrach.dz


focus

Sonatrach la Revue n°33

3

assuré par trois unités d’une

capacité de 30 0 0 0 m 3 /j chacune,

trois turbines à gaz et tro i s

alternateurs d’une puissance

u n i t a i re d’environ 110 MW

pour la production d’électric

i t é .

L’usine se conformera aux

normes et standards internationaux

de qualité. Ainsi, l’eau

fournie à la zone industrielle

d’Arzew aura une qualité de

5ppm alors que celle destinée à

la consommation publique sera

potabilisée conformément aux

normes de l’Organisation mondiale

de la santé (OMS).

L’investissement total pour

m e t t re en œuvre un pro j e t

d’une telle enverg u re est de

3 9 3 millions de dollars US,

1 0 9 millions pour les unités de

dessalement et 284 pour la centrale

électrique et les chaud

i è res de récupération.

Le capital de 117,9 millions de

dollars US représentant 30 %

de l’investissement, sera financé

sur fonds pro p res des actionn

a i res comme suit :

- AEC : 20 %, soit 23,6 millions

de dollars US.

La mise en service de l’usine de dessalement est prévue

pour le mois de juin 2004

Techniques de dessalement de l’eau de mer

Les deux procédés couramment utilisés pour le dessalement de l’eau de mer

sont la distillation et l’osmose inverse.

La distillation consiste à évaporer l’eau de mer soit en utilisant la chaleur des

rayons solaires, soit en la chauffant dans une chaudière (principe adopté pour

l’usine d’Arzew).Seules les molécules d’eau s’échappent, laissant en dépôt les

sels dissous et toutes les autres substances contenues dans l’eau de mer. Il suffit

alors de condenser la vapeur ainsi obtenue pour obtenir une eau douce

consommable.

L’osmose inverse nécessite, quant à elle, de traiter au préalable l’eau de mer

en la filtrant et en la désinfectant afin de la débarrasser des éléments en suspension

et des micro-organismes qu’elle contient.Le procédé consiste ensuite

à appliquer à cette eau salée une pression suffisante (>50 bars) pour la faire

passer à travers une membrane semi perméable : seules les molécules d’eau

traversent la membrane fournissant ainsi une eau potable.

- B et V et Sogex : 80 %, soit

94,3 millions de dollars US.

Le solde, soit 275,1 millions de

dollars US représentant 70% de

l’investissement sera financé

par les agences de crédit sans

garantie des actionnaire s .

A la fin de la présentation, le

président de la République a

pris la parole pour rappeler que

l’Algérie est un pays semi aride

qui sera confronté dans la prochaine

décennie à une sérieuse

pénurie d’eau. Cette réalité justifie

selon le président le lancement

d’une campagne nationale

d’explication, de sensibilisation

et de vulgarisation sur

l’importance des re s s o u rc e s

hydriques. Comment les préserver

et rationaliser leur utilisation

Quelles sont les solutions

envisageables : dessalement

d’eau de mer, re n o u v e l l e-

ment des réseaux de distribution

et par la multiplication de

bassins et de retenues collin

a i re s .

M . Bouteflika s’est déclaré très

h e u reux de la collaboration de

Sonatrach, Sonelgaz et le secteur

de l’hydraulique pour la

re c h e rche d’une solution définitive

au problème de l’eau. I l a

terminé son intervention en

insistant sur «les problèmes du

pays qui ne peuvent être résolus

par un homme ou un gouverne -

ment, mais grâce aux efforts de

t o u s » .

A. Ghezal/CMN

Le projet en bref

Société du projet : Kahrama SPA

A c t i o n n a e i s: r Black and Veatch 80 %, Algerian

Energy Company 20 %.

Capital initial : 4 millions de dollars US.

Capital final : 112 millions de dollars US.

Objet du projet : Réalisation d’une usine de

dessalement d’eau de mer combinée à une

centrale électrique.

Localisation : Arzew

Capacité de production eau : 90 000 m 3 /j.

Electricité : 310 MW.

Capacité de stockage d’eau: 2 x 25 000 m 2 .

lai de réalisation: 24 à 27 mois.

Montant total de l’investissement : 393 milliards

de dollars US.

Message de M. Chakib Khelil

aux travailleurs de la zone

industrielle d’Arzew

La réalisation d’une usine de dessalement

d’eau de mer dans la zone

industrielle d’Arzew constitue à l’évidence

un événement majeur.

C’est la première fois en effet que

ce type d’installation d’une telle

envergure est réalisé dans notre pays.

Sonatrach, en association avec

Sonelgaz, est le précurseur pour ce

type d’installation à l’échelle industrielle.C’est

la contribution de notre

Groupe Sonatrach pour la résolution

graduelle du problème de l’eau qui se

pose avec de plus en plus d’acuité à

notre pays.

Ainsi, la capacité de cette nouvelle

usine est destinée non seulement à

satisfaire les besoins en eau des différents

complexes de la zone industrielle

d’Arzew, mais aussi à aider à satisfaire

une partie des besoins en eau en

faveur des populations de la région.

La haute présence du Président de

la République le 19 mai dernier dans

la zone industrielle d’Arz e w, pour

procéder à la pose de la première

p i e rre de cet important ouvrage,

témoigne du grand intérêt des plus

hautes autorités de notre pays pour la

résolution du problème crucial de

l’eau en Algérie.

Cette visite du Président de la

République a été un succès grâce à

votre mobilisation à tous les niveaux

pour l’organisation de ce grand événement.


4 focus

Sonatrach la Revue n°33

Forum des compagnies pétrolières nationales

Comment être plus compétitives sur la scène

énergétique internationale

A l’initiative de Sonatrach, le 1 er Forum des compagnies pétrolières nationales s’est tenu à Alger les 26 et 27 avril 2002.

Les travaux du Forum ont été ouverts officiellement par MM. Mourad Medelci, ministre des Finances et représentant du

gouvernement et Chakib Khelil, ministre de l’Energie et des Mines et Président-Directeur général de Sonatrach.

Echanger les expériences en tenant compte des défis qu’impose la mondialisation

aux compagnies nationales

L O R S de son interv e n t i o n ,

M . Medelci avait indiqué que la

solidarité entre les pro d u c t e u r s

devra s’exprimer davantage à travers

des partenariats, alliances

stratégiques, projets communs de

re c h e rche et de développement

e n t re compagnies nationales. Il a

également attiré l’attention de

l’assistance sur le rôle que

d e v ront jouer les compagnies

nationales dans les mutations

que connaît le marché pétro l i e r

i n t e rn a t i o n a l .

Dans son discours inaugural, M.

Khelil a rappelé que le tro i s i è m e

m i l l é n a i re sera celui de la communication

et des réseaux, du

savoir et qu’actuellement il n’y a

plus de positions d é f i n i t i v e m e n t

a c q u i s e s .

C’est pour cette raison qu’il faudra

se concerter continuellement

et re c h e rcher en permanence des

avantages concurre n t i e l s .

Dans un point de presse org a n i-

sé en marge de cette confére n c e ,

M . Chakib Khelil a précisé l’objectif

du forum qui vise à échanger

les expériences et les idées en

tenant compte des défis qu’impose

la mondialisation aux compagnies

nationales. «Ces compa -

gnies doivent œuvrer ensemble à

développer des actions, pre n d re

des mesures et initier des pro j e t s

qui vont les aider à être plus com -

pétitives sur la scène énerg é t i q u e

i n t e rnationale», a-t-il indiqué.

Les travaux du forum ont été

scindés en quatre panels thématiques,

ouverts et transpare n t s .

Chaque panel avait à analyser

une question part i c u l i è re pour

s’achever par des re c o m m a n d a-

tions qui aideraient les compa-


focus

Sonatrach la Revue n°33

5

gnies à devenir plus efficaces. Quand nous

parlons d’efficacité, l’exemple le plus révélateur

est le cas de la compagnie norv é g i e n n e

S t a t o i l . Une entreprise fondée en 1972 suite

à la découverte faite au large de la Norv è g e .

«Il y a cent ans, nous étions un pays pauvre et

grâce aux hydro c a r b u res nous sommes deve -

nus l’un des pays les plus riches du monde», a

a ff i rmé M. Olav Fjell, P-DG de Statoil.

Cette prospérité n’a été atteinte que grâce

à une démarche globale et réfléchie qui était

fondée sur les bases suivantes :

- multiplier les investissements;

- acquérir les technologies;

- se concentrer sur ce que la compagnie

pouvait faire par elle-même;

- étendre les activités vers l’intern a t i o n a l ;

- travailler en partenariat avec des compagnies

pétro l i è res internationales pour acquérir

et partager des expériences et, enfin,

opter pour un cadre législatif perm e t t a n t

une séparation franche entre l’Etat et le

conseil d’administration de Statoil.

« L’Etat voulait qu’on soit rentables, qu’on

g é n è re plus d’arg e n t . Alors aujourd’hui, nous

réalisons des profits comparables à ceux des

grandes compagnies internationales», a

conclu l’orateur.

M . Chakib Khelil a a estimé très utile cette

présentation pour nous en tant que compagnie

nationale se trouvant dans une étape de

transition et de réorganisation et qui s’eff o r-

ce d’adopter des processus et des mécanismes

afin que cette transition se fasse dans

les meilleures conditions.

Enfin, on ne manquera pas de relever que si

les débats furent si francs et si transpare n t s

c e rtainement parcequ’ils se proposaient de

t r a n s f o rmer les faiblesses d’aujourd’hui en

f o rce de demain.

La prochaine réunion se tiendra en Chine

en 2003 et sera organisée par la compagnie

S I N O P E C .

A. Ghezal/CMN

Thèmes des panels:

- Présentation générale par Petroleum Finance

Company (PFC)

- «L’avenir de l’industrie pétrolière, grands

équilibres, tendances lourdes et stratégies

d’acteurs»

- «La restructuration en cours de l’industrie

énergétique mondiale. Quel rôle les compagnies

pétrolières nationales doivent-elles jouer»

- «Compagnies pétrolières nationales: un acteur

mature. Réalités et perspectives dans le cadre de

la globalisation,»

Les compagnies suivantes ont participé à

cette rencontre :

- Sonatrach (Algérie), KPC (Koweït), Nioc

(Iran), NOC (Libye), YFPB (Bolivie), QPC

(Qatar), Petrobras (Brésil), Sonangol (Angola),

Sinopec (Chine), CNPC (Chine), Pertamina

(Indonésie), Statoil (Norvège), PEMEX

(Mexique), NNPC (Nigeria), PDVSA

(Venezuela).

Nomination

M lle Fatma-Zohra Benoughlis, nouvelle

Directrice exécutive SPE

M. CHAKIB KHELIL,

Président Dire c t e u r-

général de Sonatrach, a

procédé le 30 avril 2002 à

l’installation de M l l e

Fatma-Zohra Benoughlis

en qualité de Directrice

Exécutive chargée de la

D i rection coord i n a t i o n

groupe stratégie planification

économie (SPE).

A c e t t e o c c a s i o n ,

M. Chakib Khelil a félicité

M lle Benoughlis pour

son nouveau poste à

SPE, en soulignant qu’elle

avait «les qualités et

l’expérience requises ainsi que

les instruments pour faire face

aux défis auxquels notre

Groupe fait face».

B i o - e x p re s s

M l l e Benoughlis Fatma-Zohra,

50 ans, est diplômée en

sciences économiques de

l’Université d’Alger.

Elle est entrée à Sonatrach

en 1972. Elle y a fait toute sa

c a rr i è re dans les études, les

analyses et les synthèses écon

o m i q u e s . Elle a été successivement

chef de service, sousd

i recteur puis directeur dans

les fonctions planification,

o rganisation et systèmes du

G ro u p e .

C’est la pre m i è re femme à

occuper un poste de re s p o n s a-

bilité aussi élevé dans la hiér

a rchie du Groupe Sonatrach.

M lle Benoughlis Fatma-Zohra,

Directrice Exécutive SPE

«Je pense, a-t-il poursuivi,

qu’elle va remplir sa nouvelle

mission avec la compétence et

tout le sérieux qui s’imposent

dans cette fonction complexe.

SPEa, en effet, besoin de coor -

d o n n e r, de développer des

consensus, de tirer avantage

des expertises du Groupe, de

développer de nouveaux ins -

truments.»

Il a ensuite demandé à

tous de fournir toute la

coopération et l’aide voulues

à M lle Benoughlis avant

de la féliciter à nouveau en

lui souhaitant bonne réussite

dans ses nouvelles

tâches.

M lle Benoughlis remplace

à ce poste M. Mohamed

Hamel, qui rejoint l’OPEP

en qualité de responsable

des études énergétiques.

M. Chakib Khelil a félicité

à cette occasion M. Hamel

et lui a souhaité un bon

succès dans sa carrière ,

«convaincu qu’il fera un

excellent travail à l’OPEP, ce

qui permettra une continuité

de la participation de l’Algérie

au niveau du secrétariat géné -

ral de l’organisation».

«On le félicite aussi pour son

travail à SPE».

«Bien sûr, a poursuivi

M . Chakib Khelil, n o u s

allons perdre un membre

important de nos cadres diri -

geants qui nous a beaucoup

aidés, mais je crois qu’il va

gagner lui-même. Il aborde

une autre expérience avec la

mobilité et j’espère qu’il

reviendra enrichir le Groupe.»

Message de félicitations adressé

à M lle Fatma-Zohra Benoughlis

par l’Observatoire de l’emploi féminin

L’Observatoire de l’emploi féminin note avec satisfaction la nomination

d’une femme comme Directrice exécutive.

A cette occasion, nous vous félicitons et vous souhaitons beaucoup de

succès dans vos nouvelles fonctions.

Salutations.

La Présidente, F. Mostefaoui

BOURSE DE L’EMPLOI

Les appels à candidatures internes sont désormais accessibles

sur le site internet de Sonatrach

Afin de permettre une diffusion plus large, les appels à candidatures lancés par la Direction

des Ressources humaines sont désormais publiés également sur le site internet de Sonatrach

http://www.sonatrach-dz.com à partir du 5 juin 2002.

Tous les collègues intéressés pourront ainsi prendre connaissance sur notre site web des

postes à pourvoir et pour ceux qui le souhaitent faire acte de candidature directement par

courrier électronique.


6 focus

Sonatrach la Revue n°33

Présentation technique du projet de gaz intégré de Gassi Touil

Un projet de grande envergure

Une présentation technique sur le

projet intégré de production de gaz

à Gassi Touil a eu lieu le 27 mai 2002

à l’hôtel Mercure (Bab Ezzouar),

Alger. Cette rencontre a permis de

regrouper une trentaine de

groupes pétroliers et gaziers

internationaux: Exxon-

Mobil, Shell,

Chevron, Texaco,

TotalFinaElf, El Paso,

Statoil, Philips

Petroleum, Bp Cepsa,

Wintershall, Anadarko, Eni,

Gaz de France, Teikuko,

Burlington…

M. CHAKIB KHELIL, m i n i s t re de

l ’ E n e rgie et des Mines et Président-dire c-

teur général de Sonatrach, a présidé cette

re n c o n t re. Rappelant à l’adresse des compagnies

la stratégie de développement

actuelle menée en Algérie dans le secteur

de l’énergie et des mines, il les a invitées

par la même occasion à s’impliquer et à

a c c ro î t re leurs investissements. Situé à

1 0 0 0 km au sud-est d’Alger et à 150 km

au sud-est de Hassi Messaoud, le pro j e t

de Gassi Touil englobe six champs déjà en

Forum des pays exportateurs de gaz

Réunion des experts à Alger

p roduction : Nezla,

Gassi Touil, To u a l ,

H a s s i To u a reg, Brides,

G a s s i El Adem. Les

réserves en place de

gaz sont estimées

selon les spécialistes

de Sonatrach, à

plus de 255 mill

i a rds de mètre s

cubes. Ce pro j e t

dont le montant

d ’ i n v e s t i s s e-

ment est estimé

à près de

2 milliards de

dollars consiste en le

développement, la liquéfaction,

le transport et la

c o m m e rcialisation du gaz produit à Gassi

Touil. Il s’agit du premier projet du genre

(intégré) présenté en appel d’off res international

conjointement par le ministère

de l’Energie et des Mines et Sonatrach.

Selon M. Djamel Eddine Khène, Vi c e -

président Amont (AMT), ce projet devrait

p e r m e t t re de «pro d u i re environ 6 à 7 mill

i a rds de mètres cubes de gaz par an».

Dans le cadre de ce projet, une unité de

liquéfaction du gaz d’une capacité de traitement

de 4 millions de tonnes/an de

condensat, sera construite. Une société

mixte sera également créée avec le parten

a i re retenu à l’issue de l’appel d’off re s

en vue de la commercialisation des quantités

produites de gaz naturel et de

condensat.

La pre m i è re phase du lancement de l’appel

d’off res international du projet de

Gassi Touil a débuté par cette pre m i è re

présentation. Des données techniques et

des explications sur le projet et sur les diff

é rents champs concernés ont été exposées

à l’ensemble des compagnies présentes.

Un data room sera ouverte à partir du

1 0 juin et jusqu’au 10 juillet prochain. Les

sociétés intéressées auront une période de

t rois mois (jusqu’au 10 octobre) pour

demander des clarifications, visiter les

sites, évaluer le projet et enfin soumettre

leur off re technique. La seconde phase de

la pro c é d u re de l’appel d’off res consiste

en l’alignement des off res techniques des

s o u m i s s i o n n a i res et la rédaction du pro j e t

de contrat définitif. L’ o u v e r t u re des plis

des off res commerciales relatives à ce projet

aura lieu en mars 2003.

O. Kherchouche / CMN

Pour plus informations : www.sonatrach-dz.com

SUITE à la réunion ministérielle du Forum

des pays exportateurs de gaz tenue à Alger

du 1 er au 3 février 2002, l’Algérie a abrité la

réunion des experts de ces pays les 28 et

29 avril dernier à Alger.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des

activités du Forum des pays exportateurs de

gaz, prévoyant l’organisation de deux

réunions d’experts par an par le pays hôte

du forum.

Il s’agit pour les experts de mettre en

œuvre le programme des travaux établi à

Alger en février dernier et, notamment,

d’approfondir les axes de réflexion identifiés

à cette occasion.

Ce Forum est un espace de discussion et

d’échange de points de vue et d’expertise

entre les pays exportateurs de gaz sur tous

les aspects concernant l’industrie gazière.

M. Chakib Khelil, Ministre de l’Energie et des Mines à l’ouverture des travaux à sa droite M. A.

Hached Vice-président Commercialisation.


focus

Sonatrach la Revue n°33

7

2 e Conférence des cadres du Groupe Sonatrach

Le CDAS et le CPAS préparent la rencontre

des 13 et 14 juin 2002 à Hassi R'mel

Le 2 juin 2002, le Comité de

pilotage chargé de la mise en

œ u v re des pro j e t s

d'amélioration de Sonatrach

( C PAS) a présenté le rapport

d'étape n° 2 au comité

d i recteur (CDAS).

L ' É TAT d'avancement de la

réalisation des projets issus du

brainstorming tenu à Hassi

R'mel, il y a un an, a ainsi fait

l'objet d'un examen et a donné

lieu à de riches débats.

On rappelle que le plan d'actions

arrêté à Hassi R'mel a été

présenté aux cadres du gro u p e

pour enrichissement.

Il a fait ensuite l'objet d'un

écrémage qui a permis d'aboutir

à dix projets, dont cinq ont

été formalisés par une décision

du président-directeur général,

confiant par lettre de mission à

un chef de projet la re s p o n s a b i-

lité de diriger une Task Forc e

c h a rgée de réaliser les objectifs

fixés et de fournir, selon un

échéancier précis, les livrables

a t t e n d u s .

Les cinq premiers projets ont

trait aux re s s o u rces humaines :

• Formation

• Emploi et gestion des carr

i è re s

• Rémunérations et motivat

i o n s

• Relation de travail

Et à la communication interne,

conformément à la priorité

a c c o rdée par les personnels du

g roupe au cours de tous les

brainstormings qui se sont

tenus depuis celui de Hassi

R'mel, I'an dernier.

Le deuxième point examiné

par le CDAS avec le CPAS au

cours de cette réunion a concern

é l a p r é p a r a t i o n d e l a

2 e C o n f é rence des cadres qui se

tiendra à Hassi R'mel les 13 et

14 juin pro c h a i n s .

Cette re n c o n t re aura à faire le

bilan d'une année d'exécution

du plan d'actions pour l'amélioration

de Sonatrach. Elle donnera

lieu à la présentation des

schémas d'organisation interne

des activités opérationnelles et

des stru c t u res fonctionnelles

adoptés par le comité exécutif

et sera suivie d'une discussion

des processus de mise en place

des org a n i s a t i o n s .

Comité exécutif/CPAS

Examen des projets d’organisation interne

Le Comité exécutif s’est réuni sous la

présidence de M. Chakib Khelil les 1 er ,

2 et 3 mai 2002 avec le Comité de

pilotage des actions d’amélioration de

Sonatrach (CPAS).

C E T T Eréunion a été consacré à l’examen

des projets d’organisation préparés par

MM. les Vice-présidents, les Directeurs

Exécutifs et les Directeurs Centraux pour

leurs stru c t u res respectives en application

des recommandations du brainstorming des

cadres supérieurs du Groupe qui s’est

d é roulé les 14 et 15 juin 2001 à Hassi R’mel et

suite aux brainstormings spécifiques que

chaque stru c t u re a organisés par la suite.

A l’ouverture des travaux, M. Chakib

Khelil a notamment déclaré : «Nous sommes

là, à la fin de tout un processus qui a démarré il y

a près d’un an.Nous avions tenu des brainstor -

mings, nous avons mis en place un comité dire c -

teur et un comité de pilotage.Nous avons évalué

la mise en œuvre des plans d’actions.

Aujourd’hui, nous allons voir l’org a n i s a t i o n

dans le cadre de notre nouvelle vision stratégique,

en focalisant sur les activités de base, l’Amont,

l ’ Aval, TRC, COM et en leur fournissant les sup -

ports nécessaires afin qu’elles réalisent leurs

objectifs dans les meilleures conditions. Nous

avons des structures fonctionnelles qui apportent

leur pro p re vision dans leurs domaines re s p e c t i f s

et fournissent aux activités le support attendu.

Elles ont à définir les politiques et les cadre s

r é g l e m e n t a i res et à s’assurer qu’ils sont appliqués

dans tout le gro u p e .

La décentralisation d’un certain nombre de

fonctions au niveau des activités doit s’accompa -

gner du contrôle de l’application des politiques et

p e r m e t t re aussi les échanges en termes de re s -

s o u rces humaines.

Nos re s s o u rces humaines doivent pouvoir cir -

culer à travers toute l’organisation, s’enrichir et

revenir à la centrale, aider à revoir les visions et

constituer l’expertise.

C’est sur la base de cette approche que la macro -

s t r u c t u re a été mise en place et c’est à partir de

que les projets d’organisation des activités et des

s t r u c t u res ont commencé à être étudiés.»

Les travaux se sont poursuivis par la présentation

des pro j e t s .

Chaque proposition d’organisation d’une

s t ru c t u re a donné lieu à des débats auxquels

a pris part le Président-directeur général.

A l’issue du troisième jour, un rapport de

synthèse a relevé tous les points sur lesquels

un consensus s’est établi tandis qu’étaient

soumis à l’appréciation de M.le PDG ceux

qui nécessitaient un arbitrage.

M . Chakib Khelil a clôturé les travaux par

une allocution dans laquelle il a notamment

déclaré : «Je veux re d i re que tout ce que nous

sommes en train de faire, c’est tendre vers

l’Excellence de la re s s o u rce humaine, l’expertise,

la réactivité et l’esprit de coopération de nos re s -

s o u rces humaines.

C’est cette nouvelle culture que nous voulons

m e t t re en place avec cette coopération qu’il faut

faciliter et encourager de notre part.Il faut pour

cela la volonté de tous.

Nous avons l’ambition d’augmenter la pro d u c -

tion, l’exportation, et nous faisons de gros efforts.

Je citerai, par exemple, les projets les plus récents

que nous sommes en train de concrétiser : l’usine

d’hélium de Skikda, la raffinerie d’Adrar, l’usine

de dessalement de l’eau de mer et de pro d u c t i o n

d’électricité d’Arzew, la centrale électrique de

2000 mégawatts.

Nous sommes en train de faire beaucoup de

c h o s e s .Il y a de nouveaux défis.Pour réussir, il

faut que notre organisation soit la plus transpa -

rente possible.

Nous allons maintenant, à la lumière des débats

et des consensus réalisés, formaliser l’org a n i s a -

tion et la présenter aux cadres à la mi-juin dans le

c a d re de l’évaluation d’une année d’exécution du

plan d’action issu du brainstorming de Hassi

R ’ m e l . »


8 focus

Sonatrach la Revue n°33

Rencontre PDG-cadres supérieurs

Installation de la nouvelle équipe de la gestion

du siège (DGS et DCS)

Le Président-Directeur général rencontre les cadres supérieurs retenus pour les directions Gestion

du siège et Comptabilité siège.

M. CHAKIB KHELIL, p r é s i-

d e n t - d i recteur général de

Sonatrach, a rencontré, le lundi

27 mai 2002, les cadres supérieurs

retenus par la Commission d'évaluation

des candidatures pour les

postes de directeur Gestion siège

et de chefs de département au

sein des directions Gestion siège

et de Comptabilité siège.

M. Benammar Sidi Mohamed a

été nommé directeur Gestion

siège.

Il occupait auparavant le poste

de chef de département Gestion à

l'unité centre de vie de la branche

Aval.

M. Sedrati Abdenacer, qui a été

retenu pour le poste de directeur

R e s s o u rces humaines et Moyens de la

Division forage, était également présent.

M. Ahmed Mecheraoui a été désigné, le

même jour, en qualité de Directeur général

de ALAGCO, une filiale de Enageo, une

entreprise du Groupe Sonatrach. ALAGCO

est implantée à Tripoli en Lybie.

Ont été nommés à la DGS et à la DCS les

collègues suivants :

Direction Gestion siège

• Département parc autos : Abbas

Abdelhamid

• Département archives : Bouharat

Soufiane

• Département patrimoine immobilier :

Osmane Fouzia

• Département services généraux :

Ghernoug Abdelkrim

• Département sécurité : Bechka Youcef

Direction Comptabilité siège

• Département contrôle de gestion : Si

Larbi Mohamed (Sonelgaz)

• Département centralisation : Moussi

Mourad

• Département trésorerie : Bedrane

Abdelatif

• Département stocks/immobilisations :

Kezadri Meziane (GCB)

M. Chakib Khelil en compagnie

de M. Sidi Mohamed Benammar…

Le président-directeur général a prononcé à cette occasion l'allocution suivante :

«Mesdames, Messieurs,

COMME chaque jour, nous avons eu une

riche journée de travail aujourd'hui. Ce

matin, nous avons adopté en conseil

d'administration les comptes sociaux de

Sonatrach, et maintenant, après une réunion

du comité exécutif, nous allons procéder à

l'installation des responsables dans deux

nouvelles directions de la DCG Activités

centrales.

Nous procéderons également au cours de

cette cérémonie à l'installation du nouveau

directeur des Ressources humaines et

Moyens de la Division forage de l'activité

Amont.

Nous poursuivons ainsi, après l'avoir fait au

niveau de la macrostructure du groupe, la

mise en place du management au niveau des

structures déclinées et je suis heureux

aujourd'hui d'installer officiellement M. Sidi

Mohamed Benamar en qualité de directeur

de la Direction gestion du siège ainsi que Ies

chefs de département de cette direction et

de ceux de la direction Comptabilité siège.

Il restera à pourvoir au poste de directeur de

la Comptabilité siège pour lequel l'appel à

candidatures interne a été décla

infructueux et nous devrons pour cela

probablement recourir au marché national

de l'emploi.

Je voudrais donc remercier tous ceux qui ont

concouru, qui ont eu le courage de postuler


focus

Sonatrach la Revue n°33

9

et la volonté d'occuper ces

postes. Et je voudrais

féliciter les nouveaux

responsables pour avoir été

choisis.

Cela, je pense, n'a pas été

facile. Nous avons, en effet,

été exigeants dans les

critères de sélection. On

peut nous reprocher peutêtre

d'avoir placé, comme

on dit, «la barre trop haut»,

mais au bout du compte, je

suis convaincu qu'on a eu

raison de le faire.

En effet, la gestion du siège

d'un groupe pétrolier de

l'envergure de Sonatrach

requiert désormais des

méthodes nouvelles, une

technicité plus élevée et doit s'inscrire dans

la démarche générale adoptée par le

groupe.

Cette démarche, je le rappelle, se conjugue

avec la transparence, une gestion

dynamique des moyens communs, la

réduction des coûts, la réactivité, le

reporting et un appui logistique, efficace et

pertinent, à l'activité de la Direction

générale du groupe.

La DCG Activités centrales a

fondamentalement été créée dans ce but,

comme une réponse aux besoins nés des

logiques nouvelles, celles de l'amélioration

du fonctionnement et des performances de

Sonatrach.

Les directions Comptabilité et Gestion du

siège en seront les principaux outils.

Et pour ces structures nouvelles, avec des

objectifs qualitativement nouveaux, nous

avions besoin de sang neuf.

Nous avons, en conséquence, choisi pour

tous ces postes nouveaux d'avoir de

nouveaux responsables.

et de MM. Ahmed Mechraoui et de Abdenacer Sedrati

Et c'est vous qui avez été retenus selon la

procédure transparente et équitable de la

Bourse de l'emploi.

Vous avez été considérés, sur la base des

critères rigoureux que nous avons instaurés,

comme les meilleurs aujourd'hui pour ces

postes.

Naturellement, il ne pouvait être retenu

qu'un seul candidat par poste. Toutefois, je

dois dire que les autres candidats répondant

aux critères n'ont pas démérité non plus.

Leurs candidatures ont enrichi le vivier des

cadres supérieurs du groupe.

Et ils auront de nouvelles opportunités pour

mettre leurs compétences au service de

Sonatrach.

La mise en place de l'organisation interne

qui vient d'être arrêtée pour chacune des

structures opérationnelles et fonctionnelles

ainsi que l'application du principe de la

mobilité pour les cadres supérieurs ouvrent à

tous, de ce point de vue, de grandes

possibilités aussi bien dans la société mère

que dans les filiales.

Je voudrais d'ailleurs vous faire

part de ma grande satisfaction

de voir parmi les nouveaux

responsables retenus des

cadres supérieurs venus de nos

filiales.

C'est de bon augure. C'est un

mouvement qui montre que la

transparence, I'équité et la

mobilité commencent à

imprégner les mentalités, les

comportements et les

pratiques au sein du groupe.

Cela dénote également

l'avancée des valeurs nouvelles

que nous souhaitons implanter

à Sonatrach et notamment

décloisonner entre les entités

qui forment le Groupe, afin de

pouvoir tirer profit du partage de nos

ressources et de nos compétences,

encourager les échanges entre le centre et

ses démembrements, pour enfin constituer

l'expertise dont nous avons besoin.

C'est pourquoi aussi je suis très heureux, en

l'occurrence, d'installer officiellement M.

Abdenacer Sedrati, qui vient de RHC, en

qualité de directeur des Ressources

humaines et Moyens à la Division forage.

Je voudrais tout simplement souligner à

nouveau toute l'importance que revêtent

pour nous les ressources humaines et tous

les efforts que le groupe doit déployer pour

les renforcer et les mettre au niveau des

défis qui nous attendent aussi bien dans

l'Amont que dans les autres activités.

Je félicite à nouveau les candidats retenus et

leur souhaite beaucoup de succès dans leurs

nouvelles fonctions.

Nous attendons beaucoup d'eux et je les

assure de mon appui et de celui de tous les

responsables.

Je vous remercie.»

Une cérémonie de remise de

diplômes de la troisième

promotion de Master

Petroleum Engineering de

l’université de l’Oklahoma

s’est déroulée au siège de la

Direction générale de

Sonatrach dans une ambiance

empreinte de convivialité et

de chaleur.

D A N S u n e a l l o c u t i o n ,

M me Fatima Bendahou, Directrice

des Ressources humaines, a

Master Petroleum Engineering

Sortie de la troisième promotion

remercié le P-DG de Sonatrach,

les responsables des instituts IAP

et INPED pour leur contribution

et rappelé que cette formation en

réservoir d’engineering est une

p re m i è re expérience dans le

cadre d’une collaboration entre

Sonatrach, et une université américaine.

Le programme d’études de

post-graduation est dispensé par

des professeurs américains et les

diplômes sont délivrés par l’univ

e r s i t é a m é r i c a i n e d e

l’Oklahoma. L’un des lauréats a

tenu à remercier, au nom de ses

c a m a r a d e s , l e P - D G d e

Sonatrach, le collectif des enseignants

pour tous les eff o r t s

consentis en vue de la réussite de

la formation des étudiants dans

une spécialité de pointe très

re c h e rchée dans le secteur des

hydrocarbures.

74 ingénieurs sont concernés

par cette formation, 25 ont déjà

obtenu leur diplôme.

D. Zaïdi/CMN

La liste des lauréats :

ALOUN Samir

Bengherbia Mourad

El Djabri Mâamar

Hachlaf Houari

Haddidi Boumediène

Hadj Arab Med Saïd

Guira Bendekim

Meddahi Fateh

Rahmouni Nourredine

Soufi Saïd

Zelghi Ferhat

Benfarhi Abdelouahab

(S/R)


10 partenariat

Sonatrach la Revue n°33

Renforcement de la flotte maritime de Sonatrach

Acquisition de deux méthaniers

DANS le cadre de la politique de développement

de sa flotte de navires de transport

de GNL, Sonatrach et sa filiale SNTM-

HYPROC ont procédé récemment à la

signature d’un accord de principe pour

l’acquisition d’un méthanier en partenariat

Deux méthaniers pour renforcer

la flotte de la SNTM-HYPROC

avec deux sociétés japonaises, en l’occurrence

ITOCHU Corporation et MITSUI

OSK Lines Ltd (MOL).

En vertu de cet accord, une société commune

dénommée Algeria Nippon Gas

Transport Corporation, dont le capital

social est détenu à parts égales par les

quatre actionnaires, sera créée et aura pour

mission d’acquérir en toute propriété un

méthanier de 145 000 m3 qu’elle affrétera à

Sonatrach pour une durée de vingt ans.

Ce méthanier sera construit par le chantier

japonais Kawasaki Heavy Industries

Ltd et devra être réceptionné vers la fin

2004.

La gestion de ce méthanier sera assurée

conjointement par SNTM-HYPROC et

MITSUI OSK Lines.

Sonatrach a également signé un deuxième

a c c o rd de principe avec l’armateur norvégien

BERGESEN pour l’acquisition en partenariat

d’un méthanier.

En effet, cet accord prévoit l’acquisition en

c o p ropriété et à parts égales d’un méthanier

d’une capacité de 138 000 m3 qui sera aff r é-

té à Sonatrach pour une durée de vingt ans

à partir de la date de sa livraison.

Ce navire sera construit par le chantier

sud-coréen Daewoo et, dès sa réception

prévue en juillet 2004, le navire sera géré

conjointement par SNTM-HYPROC e t

B E R G E S E N .

III e Congrès latino-américain et des Caraïbes sur l’électricité et le gaz

Sonatrach à Santa Cruz de la Sierra

CETTE année, les thèmes centraux de ce

congrès étaient liés aux questions

suivantes :

- Le développement et la valorisation

des réserves de gaz découvertes à ce jour

dans les pays d’Amérique latine et des

Caraïbes (financement, placement,

m a rc h é … ) .

- L’état du marché énergétique (gaz et

électricité) ses capacités d’absorption

actuelles et les perspectives de son

développement.

- De la place du gaz comme générateur

d’électricité par rapport aux autres sourc e s

génératrices (hydraulique notamment).

- Les processus et schémas d’intégration

é n e rgétique régionale (interconnexion des

réseaux électriques et gaziers).

- La Bolivie, organisatrice de ce

3 e congrès régional a saisi cette occasion

pour promouvoir son potentiel gazier.

Sonatrach en tant que leader mondial

dans le gaz et particulièrement dans le

GNL a fait une présentation de son

expérience gazière, devant un panel

composé principalement du ministre

bolivien de l’Economie et des

représentants de ministères de l’Energ i e

du Brésil, du Chili et de l’Uru g u a y.

En marge de ce congrès, des réunions

ont été organisées entre la délégation de

Sonatrach et les représentants du

m i n i s t è re de l’Energie et des

H y d ro c a r b u res bolivien, ainsi qu’avec les

représentants des diff é rentes compagnies

p é t ro l i è res présentes à ce congrès.

M. Djemaï/ SIHC


partenariat

Sonatrach la Revue n°33

11

Réalisation de l’usine d’hélium de Skikda

Devenir le principal fournisseur pour l’Europe

La signature du contrat concernant la réalisation de la seconde usine d’hélium, après celle d’Arzew,

a eu lieu dimanche 26 mai 2002 au siège de la direction générale.

M. BACHIR ACHOUR,

Vice-président Aval et

M . Klaus Brandl, dire c t e u r

Product management, à

Linde (Ag.), ont procédé à

la signature du contrat

portant sur la constru c t i o n

de l’usine d’hélium de

Skikda. Lors de cette cérémonie

M.Achour a rappelé

les diff é rentes étapes à

s u i v re pour la réalisation

et la mise en pro d u c t i o n

de l’usine. Il a indiqué

qu’un programme de plusieurs

opérations est en

cours d’élaboration entre

Sonatrach et Linde.

Pour sa part, M. Klaus

Brandl a déclaré : «Je suis

convaincu que ce pro j e t

confortera les relations

e n t r e l ’ A l g é r i e ,

Benamar Berrouayel avec le

Vice-ministre bolivien de l’Energie

M. Benamar Berrouayel,

Directeur du Holding Sonatrach

International, a été reçu par le

vice-ministre bolivien de l’Energie

et des Hydrocarbures, Carlos

Salinas Estenssovo.

Cette rencontre avait pour objet

d’exposer l’expérience algérienne

en matière de production et de

commercialisation du GNL, d’une

L’usine aura une capacité de production de 600 millions scf par an

et sera implantée à Skikda

part, et de mieux connaître

les besoins du continent

américain pour une

éventuelle participation dans

cette région du monde,

d’autre part.

Interviewé par Energy Press,

M. Berrouayel a affirmé qu’«il

y a quarante ans, l’Algérie

était comme la Bolivie, un

potentiel et des réserves

souterraines énormes, mais

nous étions absents sur les

marchés internationaux.

Actuellement, nous sommes le

second exportateur mondial de

GNL, nous sommes présents en

Europe, en Asie et en Amérique

grâce à la construction de

gazoducs transcontinentaux et à

la signature de contrats avec des

pays européens, américains et

asiatiques».

l’Allemagne et l’Europe pour

les re n d re plus intenses et

durables. L’importance stratégique

de l’hélium pour les

f u t u res technologies est à présent

évidente.» L’usine aura

une capacité de pro d u c t i o n

de 600 millions scf (standard

cubic feet) par an et sera

implantée dans le complexe

de GL1K de Skikda. Les travaux

de l’unité devront

démarrer à la fin 2002.

L’entrée en production est

prévue pour l’année 2005.

Gaz léger, l’hélium est surtout

utilisé dans l’aéro s p a t i a-

le, la re c h e rche, la cryogénie,

la résonance magnétique, la

c h romatographie, l’imagerie

médicale, la météorologie

(ballons)… La production de

l’usine sera destinée essentiellement

à l’exportation et

en particulier au marché

e u ropéen où la consommation

d’hélium progressera

au cours des

p rochaines années. A ce

p ro p o s , M . B a c h i r

Achour a précisé : «Nous

mettons sur le marc h é

européen en 2005,

1 , 2m i l l i a rd scf.»

Pour rappel, les plis des

o ff res des sociétés soumissionnaires

ont été

ouverts en présence de

leurs représentants re s-

pectifs et de la pre s s e

nationale le 29 avril dern

i e r. Trois soumissionn

a i res avaient été acceptés

pour l’off re commerciale.

La soumission de

la société allemande

Linde avait été re t e n u e

face aux off res de l’américaine

«Air Product

(Apci)» et l’anglaise BOC.

M Chakib Khelil, ministre de

l ’ E n e rgie et des Mines et président-directeur

général de

Sonatrach, présent à cette cérémonie,

a indiqué que : «Ce projet

va permettra à l’Algérie de

devenir le fournisseur principal

d’hélium pour l’Europe. (…)

Nous voulons être un fournisseur

compétitif et nous voulons

réellement jouer notre rôle dans

l’association avec l’Union europ

é e n n e .»

Durant la conférence de pre s s e ,

M. Bachir Achour avait annoncé

que le coût de l’investissement

de cette usine est estimé à environ

80 millions de dollars ( 85 %

Linde et 15 % de Sonatrach). Par

ailleurs, une société mixte sera

créée pour commercialiser l’hélium

à l’étranger.

O. Kherchouche et

A. Ghezal/CMN


12 brainstorming

Sonatrach la Revue n°33

Des idées pour le développement

international du Groupe

Un brainstorming a été organisé au Centre de perfectionnement de

l’entreprise (CPE), Aïn El Bia (Arzew, Oran) du 22 au 23 mai 2002.

Vice-présidents, directeurs exécutifs, P-DG des filiales et de jeunes

cadres du Groupe étaient présents à ce brainstorming afin d’échanger

autour des stratégies et procédures permettant de mener à bien leur

mission et d’améliorer l’activité internationales du Groupe.

D I F F É R E N T E S s t ru c t u res de Sonatrach

(DG, ACT, SPE, TRC, AMT, LTH, COM,

FIN, JUR, RHC…) et des filiales (Naftal,

Naftec, Naftogaz, Enafor, ENP, Helios,

Cogiz…) ont été représentées à cette

importante re n c o n t re .

M. Chakib Khelil, ministre de l’Energ i e

et des Mines et Président-Dire c t e u r

général de Sonatrach,présent pendant

toute la durée de cette re n c o n t re, a indiqué

dans son discours d ’ o u v e r t u re :

«Nous sommes réunis aujourd’hui pour

g é n é rer et pro d u i re toutes les idées suscep -

tibles de re n f o rcer davantage notre action

internationale et d’assurer sa pérennité pour

s u r v i v re aux organisations et au temps.»

L’activité en international de Sonatrach

a été presentée par M. Berro u a y e l ,

D i recteur général de Sonatrach

International Holding Corporation

(SIHC). Lors de son exposé, il a souligné

le rôle qu’assume sa stru c t u re, notamment

dans la re c h e rche de nouvelles

opportunités pour accro î t re les réserves,

les richesses et les revenus du Gro u p e

mais aussi dans la valorisations de tous

les produits destinés à l’exportation.

Pour ce faire, Sonatrach détient des

filiales (SPC, Sonatrading, SPMC…) à

100 %, des sociétés à 50 % en partenariat

(TMPC, SAMCO…), des bureaux de liaison

comme support administratif et

technique et des participations minorit

a i res dans divers secteurs d’activité.

Suite à cette présentation, les participants

ont rejoint les salles de travail en

g roupe pour proposer les sujets et les

axes de travail qui seront discutés

durant ces deux journées. Les principaux

axes dégagés suite au vote de l’ensemble

des participants en plénière sont

les suivants :

- Connaître nos forces et nos faiblesses

pour faire face aux menaces et pour saisir

les opportunités qui découlent de la

mondialisation de l’économie.

- Définir les politiques pour sauvegarder

et fidéliser les re s s o u rces humaines

expérimentées et développer l’expertise.

- Opérer les modifications d’or d re

o rganisationnel et réglementaire pour

s’adapter à l’environnement international,

notamment dans le cadre de la mondialisation

et la dérégulation des marchés

de l’énerg i e .

- Arrêter les principaux axes stratégiques

pour sauvegarder et améliore r

nos revenus et parts de marc h é .

A c c ro î t re nos réserves en amont, dans

les diff é rents segments, zones géographiques

et avec quel type d’alliances.

- Adapter l’organisation des activités

internationales à la stratégie.


ainstorming

Sonatrach la Revue n°33

13

Les participants ont pu formuler, en toute

transparence, leurs idées et leurs

propositions pour le plan d’action du

brainstorming

En fin de matinée de la seconde journée,

les représentants de chaque groupe ont présenté

leur plan d’actions. De nombreuses

propositions et actions ont de ce fait été

retenues telles que promouvoir le partenariat

et l’échange, identifier les objectifs du

développement international, stimuler la

réactivité de l’entreprise, actualiser les procédures

et les manuels, constituer un groupe

de réflexion, intro d u i re les systèmes

d’information (NTCI, Intranet et Internet),

mettre en œuvre un plan de communication

pour l’activité en international, évaluer les

performances, fixer les priorités…

Lors de son discours de clôture, M.Chakib

Khelil a rappelé qu’«engager un processus

d’amélioration des relations internationales

est un défi que nous devons relever». A

propos du plan d’action présenté durant

cette cérémonie, il a précisé que c’est le

«résultat d’un effort collectif très fructueux

et très positif (…) Les résultats de vos travaux

doivent impérativement se traduire en

projets».

O . K h e r c h o u c h e / C M N

Stimuler la réactivité de l’entreprise

par l’actualisation des procédures

M me Kaouadji Souad

Ingénieur en

informatique/CPE

Recrutée en 1999, Mme Kaouadji Souad

est ingénieur en informatique diplômée de

l’université d’Es Sénia (Oran). Elle a suivi

plusieurs formations au CPE telles que la

formation de formateur et celle de

facilitateur. A propos du brainstorming

sur l’activité internationale du Groupe

auquel elle a pris part en qualité de

facilitatrice, M me Kaouadji nous a confié :

«J’ai eu à constater, du moins dans mon

groupe, que chacun écoutait l’autre

attentivement. Ce qui a permis un échange

fructueux entre les sous-groupes. Les

participants ont donc eu à discuter et à

formuler en toute transparence leurs idées

et leurs propositions pour le plan d’action

du brainstorming.»

Visite du CPE

En marge des travaux du brainstorming, M. Chekib Khelil a visité le Centre de

perfectionnement de l’entreprise (CPE) en compagnie de M. Achour, Vice-président Aval,

M. Berrouayel, Directeur général SIHC, et M. Sebbagh, Directeur du CPE. Le PDG de

Sonatrach a donc visité les salles de cours, le foyer et les chambres des stagiaires.

M. Chakib Khelil a de ce fait eu à constater les efforts déployés par le CPE pour améliorer en

permanence la qualité de la formation au sein de l’entreprise et doter le personnel de

Sonatrach de savoir-faire et de connaissances spécialisées et actualisées. Par la même

occasion, M. Khelil s’est entretenu avec les enseignants et les stagiaires qui n’ont d’ailleurs

pas manqué de souligner la nécessité de la formation pour l’évolution de leur carrière

professionnelles au sein de l’entreprise.


14 portes ouvertes

Sonatrach la Revue n°33

Sonatrach à Batna et à Jijel

Faire découvrir les activités

et les métiers du Groupe

A Batna comme à Jijel,

les secteurs de l’Energie

et de l’Education

nationale se sont de

nouveau retrouvés pour

partager le savoir et

leurs expériences

respectives.

POUR faire connaître ses

activités et ses métiers,

Sonatrach a ouvert ses

portes comme de t r a d i-

t i o n s pour accueillir re s-

p e c t i v e m e n t les Jijéliens

du 13 au 19 avril et les

Batnéens du 4 au 11 mai

2002.

Les expositions organisées

ont drainé dans les deux

villes un nombre considérable

de visiteurs qui ont pris

connaissance des métiers de

sonatrach grâce aux panneaux

exposés.

En plus des expositions, les

ingénieurs et cadres du Groupe

Sonatrach ont sillonné les deux

wilayas pour parler de leurs

métiers aux lycéens et étudiants.

Les questions posées à

nos cadres et ingénieurs était

très variées. Certaines avaient

trait aux techniques utilisées

pour protéger nos pipelines en

cas d’accident notamment

ILS étaient plus d’une trentaine à assurer des

conférences sur les métiers de Sonatrach au profit

des lycéens et étudiants des wilayas de Batna

et de Jijel.

Certains d’entre eux avaient commencé à donner

des conférences dès 1994, l’année du lancement

de la première opération portes ouvertes

sur Sonatrach. C’était à l’occasion du trentième

anniversaire de Sonatrach.

Soucieux de présenter un travail cohérent, les

conférenciers ont œuvré ensemble pour arrêter

Les conférences ont drainé un nombre considérable de participants

pour les gazoducs transcontinentaux,

d’autres concernaient

la valeur de nos produits sur

les marchés internationaux.

Beaucoup d’interrogations ont

été également formulés concernant

l’avenir de Sonatrach

dans le cadre de l’application

de la nouvelle loi sur les hydroc

a r b u res. Les Jijéliens et les

Batnéens ont eu droit aussi à

une connexion gratuite au

réseau Internet et ce dans des

espaces aménagés à cet effet.

De jeunes informaticiens de

l ’ E n t reprise assistaient les

internautes dans leur navigation

et leurs recherches.

L’opération Portes ouvertes

est aussi une occasion propice

pour la rencontre de nos ingénieurs

et cadres des différentes

structures de l’entreprise.

H. Harchaoui/CMN

Bilan des Portes ouvertes à Jijel et Batna

Jijel Batna

Nombre de conférences 43 72

Nombre de visiteurs à l’exposition 7275 16628

Nombre d’internautes 1316 3046

Nos ingénieurs transmettent leur savoir

un programme de conférences permettant de

couvrir le maximum de lycées et d’universités et

la présentation des activités de Sonatrach

pourrait être faite.

Les activités, l’amont (production et exploration),

l’aval (raffinage, liquéfaction), transport

(TRC), commercialisation étaient au rendez-vous

de ces conférences. Un grand bravo aux conférenciers

qui n’ont ménagé aucun effort pour

informer les lycéens, étant réellement convaincus

que la relève doit se préparer dès à présent.

HOMMAGE

Louati Saci

superviseur de quart à Skikda

Un parcours

élogieux

Nom : Laouati

Prénom : Saci

Date et lieu de naissance : 22/06/1951

à Ramdane Djamel, Skikda

Situation familiale : Marié (4 enfants)

Date de recrutement : 03/01/1972

Sa carrière à Sonatrach avait

débuté en 1972 comme

opérateur-chaudière à GNL/DP

Skikda. Il n’avait alors que

21 ans. Diplômé d’un CAP

technique, Louati était le plus

jeune des 400 employés du

complexe. Il a occupé les

postes d’opérateur GTC (1973-

1977), opérateur tableau

(1977-1979), chef opérateur

(1979-1984), contre-maître

principal (1984-1991) et enfin

superviseur de quart GNL de

1991 à ce jour. En matière de

formation, Louati a suivi un

programme longue durée

d’opérateur liquéfaction

organisée par la DRH du

complexe GL1 de Skikda ainsi

que d’autres formations

techniques tant en Algérie

qu’à l’étranger.

Dans le cadre de l’opération

Portes ouvertes sur Sonatrach,

M. Laouati a animé des

conférences dans les lycées,

technicums et universités des

wilayas de Guelma, Skikda et

Batna.

Après un long parcours à

Sonatrach, M. Saci Laouati

commencera sa vie de retraité

dans quelques jours.

S. Babaci/CMN


eportage

Sonatrach la Revue n°33

15

Le bassin de Berkine

L’Erg oriental qui s’étend sur plus de 400 km de long abrite le bassin de Berkine.

Situé au sud-est du pays, à la limite de la Tunisie et de la Libye, il constituait une

nature pratiquement vierge, difficile d’accès, avec des dunes impraticables où

seuls s’aventuraient les dromadaires et quelques habitants. Cette vaste étendue

ne pouvait être explorée, faute de moyens. Ce n’est qu’au début des années 80

qu’on s’est tourné vers le bassin de Berkine qu’on peut considérer aujourd’hui,

et à juste titre, comme un grenier à hydrocarbures qui n’a pas encore dit son

dernier mot.

La centrale électrique de

310 mégawatts a

démarrée en janvier 2002

tient ses

promesses

DANS les années 80, les moyens étant disponibles,

il a été décidé de «mettre le paquet»;

cette région allait connaître une véritable

m é t a m o r p h o s e . Des blocs ont été accord é s

aux sociétés étrangères dans le cadre de la loi

1986-14, amendée en 1991 et qui a été à l’origine

d’un véritable rush des compagnies

pétrolières opérant en Algérie. C’est dans ce

contexte qu’est née l’association Sonatrach-

Anadarko et le Groupement Berkine pour

l’exploitation des gisements de ce bassin.

Ce groupement (51 % Sonatrach, 49 %

Anadarko), constitué de cadres et de techniciens

provenant des deux compagnies est

chargé de la conduite de toutes les opérations

p é t ro l i è res de l’association Anadarko-

Sonatrach, à l’exception de celles du gisement

de Ourhoud (ORD).

Le Groupement de Berkine est notamment

chargé de l’exploitation du centre de production

de HBNS phase 1, de la réalisation du

projet d’extension de HBNS phase 2, du développement

de HBN (avec l’association

Sonatrach-Agip), du développement des

champs satellites du

bloc 404 et, enfin, du

développement des

gisements du bloc

208.

La phase 1 de HBNS

a démarré en mai

1998. Elle a été réalisée

au départ pour

une capacité design

de 60 000 b/j.

La capacité actuelle

de traitement est de

75 000 b/j.

Le centre principal

de production de

HBNS a été conçu d’une façon modulaire

pour une réalisation en plusieurs phases et

comporte quatre trains. Ce choix conceptuel

confère une grande flexibilité en matière de

planification du développement des diff é-


16 reportage

Sonatrach la Revue n°33


rents gisements et une plus grande facilité

en matière d’exploitation des unités, tout

en réalisant une économie substantielle en

matière d’investissements.

Visite du champ de Berkine

L’après-midi du 1 er mai, nous prenons le

départ vers Berkine par un petit avion taxi

monomoteur de sept places.

Une particularité : le pilote, un Sud-

Africain, ancien pilote de chasse, était le

pilote privé de Chuck Norris, l’acteur

vedette américain, spécialiste des arts martiaux

et héros de la série télévisée Texas

Rangers.

Nous atteignons Berkine au bout d’une

heure de vol.Quand on amorce la descente,

on voit de grands bassins; ils sont destinés

à la rétention des eaux usées.

R e n c o n t re avec M. Moulay To u h a m i ,

directeur du champ de Berkine, qui nous

fait le premier exposé.

Un programme de travail est arrêté

pour le lendemain. «Le champ de Berkine

c o u v re une superficie de 230 km 2 . Il com -

p rend quatre trains, dont le premier a été mis

en exploitation le 4 mai 1998 avec une pro -

duction de 75 000 b/j.

Le premier puits a été découvert en 1995 et on

le nomme HBNSNB. Le test de production

avait donné 16 000 b/j.On a commencé à expé -

dier sur le 20” RKF/OD1 le 20 mai 1998.

L’expédition à travers le pipe 30” OH3 a

Toutes les commodités pour le confort des

travailleurs

débuté le 1 er janvier 1999. Ce champ était ali -

menté en énergie par deux turbines à gaz d’une

puissance de 20 mégawatts chacune, et ce, jus -

qu’à la mise en service de la centrale électrique

d’une puissance de 310 mégawatts en janvier

2002. Cette centrale se situe à 27 km du centre

de production de Hassi Berkine.»

M. Moulay Touhami, Directeur du champ

de Berkine

Les installations sont gérées par le système DCS

Lutte anti-incendie : exercice de simulation


eportage

Sonatrach la Revue n°33

17

Les moyens du

Groupement

Les ressources humaines du Groupement

Issus de Sonatrach et d’Anadarko, les

effectifs se répartissent comme suit :

- Sonatrach : 361 agents.

- Anadarko : 196 agents.

Total : 557 agents.

Les infrastructures

Le Groupement a construit 2 bases de

vie, l’une à Berkine, l’autre à Hassi

Messaoud.

Une belle piste d’atterrissage

Mise en service en 1999, elle est destinée aux petits porteurs. Elle

permet de faire des rotations entre Berkine et Hassi Messaoud pour

a s s u re r, à partir de cette dern i è re, la relève sur diff é re n t e s

destinations au personnel en «récup».

Un projet conjoint entre Ourhoud et Berkine est à l’étude pour la

c o n s t ruction d’une autre piste destinée à recevoir les moyens

porteurs, ce qui permettra la relève directement à partir de Berkine.

Centre de production principal

de HBNS (CPF)

Les installations sont gérées par le système

DCS, ce qui permet le contrôle des opérations

des quatre trains de l’exploitation,

de la distribution jusqu’à l’exportation du

brut vers Haoud El Hamra (HEH-HMD).

Un tableau permet le contrôle de l’ensemble

du système dans les différentes

zones d’activité, de toutes les installations

et équipements de prévention de lutte

anti-incendie. Est ainsi signalée avec précision

toute anomalie pouvant intervenir

durant l’exploitation.

Lutte anti-incendie

On trouve, à l’entrée du CPF, deux volumineux

bacs de stockage d’eau d’une

contenance de 12 000 m 3 chacun destinés à

être utilisés dans la lutte anti-incendie. Ils

sont équipés d’une pomperie avec deux

pompes jockey pour maintenir la pression

du réseau à 12 bars plus deux pompes

d’un débit de 68 m 3 / h e u re qui sont

déclenchées automatiquement

en cas

d’incendie ou de

chute de pression.

Plusieurs sortes de

détection, d’extinction

et d’alarme se

trouvent au sein du

CPF.

(Exemple : extinction

par CO 2 et système

de déluge eau et

émulseur pour la

p rotection des bacs

de stockage de brut,

des canons fixes pour

la protection des

équipements et des

moyens mobiles et

roulants répartis sur

l’ensemble des équipements

des zones

du CPF).


La base de vie de Berkine

D’une superficie de 17 300 m 2 , elle a été

réalisée avec le constructeur Gepco

(société mixte Sonatrach-Bentini). Elle

comprend :

- 1 base de vie d’une capacité

d’hébergement de 200 personnes qui

s’ajoute à l’ancienne base de vie d’une

capacité de 300 personnes, soit une

capacité totale d’hébergement de 500

personnes.

- 1 bâtiment administratif avec 64

bureaux.

- 1 restaurant pour 500 personnes par

service.

- 1 base industrielle.

- 1 piscine couverte climatisée pour la

détente des travailleurs. Entre le foyer et

le restaurant existe une «mare aux

canards», le clou de l’endroit où les

travailleurs viennent s’attabler pour

siroter un café tout en admirant

l’évolution de ces gracieux volatiles avec

nostalgie. C’est pour eux un

dépaysement. Il faut dire qu’on fait tout

pour le travailleur afin de lui faire

oublier qu’il est dans le Sud. La télévision

numérique apporte aussi un grand

réconfort.

La base de vie de Hassi Messaoud

Elle est destinée à abriter le siège du

groupement. Elle comprend :

- Des bureaux d’un certain standing.

- 1 bloc administratif pour le siège du

groupement.

- 1 base de vie d’une capacité

d’hébergement de 300 personnes.

La base de vie comprend deux foyers,

une piscine semi-olympique climatisée,

un gymnase, une salle de squatch.

Pour ce qui est du bloc administratif, il

est réalisé en murs rideaux et les travaux

de façade sont d’un style particulier.

Cette base de vie est sur le point d’être

achevée.

Elle devra être opérationnelle en

juillet 2002.


18 reportage

Sonatrach la Revue n°33

Portrait

M. Bouri Lakhdar,

inspecteur

principal

prévention.

45 ans. A

Sonatrach depuis

le 25 avril 1979.

Formation INHS.

Protection civile à

Ouargla pour

perfectionnement

sur les moyens de

lutte et prévention.

«J’ai rejoint le Groupement Berkine en

février 1998. Mon activité se rapporte à la

supervision de tous les travaux,

organisation, procédures de prévention et

tout ce qui se rapporte à la sécurité sur le

champ HBNS (bloc 404).Je me félicite de

l’esprit de collaboration qui existe au sein

de l’équipe.»

M. Driouche

Mohamed-Améziane,

ingénieur, chef de

service exploitation.

38 ans.

«Je suis ingénieur

d’Etat en raffinage et

pétrochimie diplômé

de l’IAP Boumerdès,

promotion juin 1988.

J’ai rejoint le secteur des hydrocarbures en

1988 et j’ai exercé à Naftal, Naftec

(raffinerie d’Alger). J’ai rejoint Sonatrach

Hassi Messaoud en mai 1997 et le

Groupement Berkine en 1998. Je trouve

mon travail exaltant malgré les contraintes

de l’éloignement.»


Nous avons assisté à un

e x e rcice de simulation de

sauvetage et secours d’une

victime accidentée au

niveau du bac de stockage.

Cette action a été suivie

de la mise en action d’un

camion de lutte anti-incendie

avec canon.Le débit

d’eau projeté du canon

était d’une puissance

i m p ressionnante.

Visite au puits HBN20

Nous atteignons ce puits par l’intermédiaire

d’une belle route goudronnée.

M. Boughambouze Rabah, chef de chantier,

qui comptabilise vingt-neuf années

de service à Enafor, vient à notre renc

o n t re : «Cet appareil, qui appartient à

Enafor, a réalisé des performances en matière

de forage. Nous avons terminé en 22 jours le

forage d’un puits, alors que la moyenne est de

trente jours. Nous travaillons par équipes de

douze heures en 4 x 4.

Les conditions de travail sont bonnes et le

rythme élevé. Les outils que nous utilisons sont

très performants et nous arrivons à forer une

moyenne de neuf à dix puits par an dans le bas -

sin de Berkine. N o t re travail est un métier à

risque, mais nous l’aimons car nous avons été

élevés dans cette atmosphère de chantier qui

fait partie de notre existence.Tous les effectifs

sur le chantier sont issus d’Enafor.Pour ce

puits, nous avons atteint la profondeur de

2 782 m.»

Plus de 500 000 b/j à l’horizon 2005

Sonatrach :

des réalisations

re m a rq u a b l e s

Pour mener à bien le développement

du bassin de

Berkine, Sonatrach a entrepris

toute une série de réalisations

re m a rq u a b l e s

déterminantes pour le

développement de ce bassin

parmi lesquelles on

peut citer la centrale

électrique de Berkine qui

o ff re une autonomie en

é n e rgie pour tout le bassin.

Cette centrale entre dans le cadre du projet

Sonatrach d’électrification du bassin de

Berkine avec une puissance de 310 m é g a-

w a t t s . Ce projet comprend la centrale électrique,

un poste blindé central avec tro i s

postes secondaires 220/30 pour Ourh o u d ,

HBNS, Gassi To u i l . Ces trois postes sont

destinés également à alimenter d’autre s

installations hydro c a r b u res, à savoir

R h o u rde Nouss, MLN et BNR.Le pro j e t

c o m p rend également la réalisation d’un

b u reau central de conduite (BCC).C’est un

b u reau destiné à la télécommande des

postes et de la centrale. Tout ce pro j e t

d’électrification de Berkine est réalisé par

la division ENC (Engineering et constru c-

tion) de l’activité Amont. C’est le pre m i e r

p rojet de centrale électrique réalisé par

Sonatrach et interconnecté au réseau nation

a l .

Cette centrale a été mise en service le


Entretien avec

M. Bekkouche El Habib

Le Centre principal de production CPF

M . Bekkouche El Habib administrateur du

G roupement Berkine a bien voulu nous parler

des eff o rts déployés par Sonatrach pour

une bonne exploitation du bassin de

B e r k i n e .

«Sonatrach a entrepris la constru c t i o n ,

e n t re 1996 et 1997, d’une route goudro n n é e

e n robée qui part de Nezla (à 120 km de

Hassi Messaoud) pour arriver à Berkine. U n e

ligne téléphonique à fibre optique suit le

pipe jusqu’à Berkine. Sonatrach a constru i t

en même temps un oléoduc de 30” OH3 des -

tiné à véhiculer toute la production de

Berkine vers le centre de stockage dont les

travaux viennent de démarre r. Il est destiné

à collecter toutes les productions du bassin

de Berkine.

Pour ce qui est de la centrale électrique,


eportage

Sonatrach la Revue n°33

19

Groupement Berkine

Genèse d’un partenariat réussi

La direction du Groupement Berkine est assurée par deux administrateurs :

M. Dick Hart et M. Bekkouche El Habib. Tous deux ont bien voulu nous parler des

ambitions d’une association fructueuse à plus d’un titre.

Dick Hart

«1989 : Anadarko signe

avec Sonatrach le pre m i e r

contrat d’exploration.

- 1991 : dans le cadre d’un

a c c o rd de re c h e rche, un

p remier puits est foré, il ne

donne pas de résultats.

- 1993 : découverte du

p remier puits

c o m m e rc i a l e m e n t

e x p l o i t a b l e .

E n t re 1993 et 1998, les

opérations de forage se

poursuivent, d’autre s

découvertes sont faites.

Le 4 mai 1998, naissance

du Groupement Berkine

(association Sonatrach,

destinée à alimenter l’en -

semble des champs du

bassin de Berkine, il faut

rappeler que cette cen -

trale est reliée à celle de

Hassi Messaoud et

connectée au réseau

national par une ligne de

220 000 volts avec une

deuxième ligne télépho -

nique en fibre optique.

Berkine, jadis isolée

dans le Grand Erg oriental, a maintenant deux

voies d’accès, l’une par l’ancienne route d’El

B o rma, construite en 1975, et la bretelle de

route réalisée dans le cadre du développe -

ment du champ de Rhourde El Khrouf (en

association avec la société espagnole Cepsa, et

51 %- Anadarko, 49 %).

Il coïncide avec l’entrée en

p roduction du premier train

avec une capacité initiale de

6 00 0 0 b/j portée ensuite à

75 000 b/j.En parallèle, avec

l’entrée en production du

p remier train, l e

g roupement entame la

deuxième phase du pro j e t

avec la construction de tro i s

a u t res trains, chacun d’une

capacité de 75 000 b/j.

Le deuxième train a démarré

en août 2001, le troisième le

2 5d é c e m b re 2001, le

quatrième train en avril 2002

(en avance de cinq mois sur

les délais contractuels).

La capacité des quatre trains

est de 300 000 b/j dans le

bloc 404 (dans ce bloc, il

existe sept champs de bru t )

dans le 208, cinq champs.

En ce qui concerne le

développement de Berkine,

tous les efforts ont été

concentrés sur le bloc 404 où

les objectifs ont été atteints et

l a rgement dépassés compte

tenu des délais de

r é a l i s a t i o n .Pour le bloc 208,

l’étude de faisabilité a été

faite et proposée à

S o n a t r a c h .On peut dire que

le Groupement Berkine est

un modèle de partenariat et

de coopération et nous nous

en félicitons.

Il existe une harmonie

dans le groupe à tous les

niveaux, il y règne une

a t m o s p h è re de

p ro f e s s i o n n a l i s m e .

En utilisant les dernière s

techniques de

communication IT, le gro u p e

gagne en homogénéité, ce

qui se traduit par des

performances à tous les

n i v e a u x .

Anadarko est leader dans

le domaine du partenariat

avec Sonatrach avec laquelle

il collabore depuis plus de

douze ans.Anadarko est

f i è re d’avoir des re l a t i o n s

avec le Groupe Sonatrach

Le bassin de Berkine : un développement

harmonieux et intègre

la récente route de

Sonatrach qui prend nais -

sance à Nezla sur le tro n -

çon Hassi Messaoud-In

Aménas, à environ 100

km de Hassi Messaoud sur

une longueur de 180 km.

Toujours dans le cadre du

développement du bas -

sin, il existe le projet d’un

a é ro p o rt pour les gro s

p o rteurs. Le partenariat a

p e rmis, d’une part, l’apport de capitaux néces -

s a i res à l’investissement d’exploration et de

développement et, d’autre part, d’une techno -

logie pétro l i è re avancée part i c u l i è rement dans

l’exploration et les études de réserv o i r.

A. Sehibi/CMN

Présentation des

champs du bassin

de Berkine

Pour souligner l’importance

stratégique que représente le bassin

de Berkine, il faut retenir que sa

capacité de production actuelle

évaluée à 300 000 b/j passera à plus de

500 000 b/j en 2005.

- Hassi Berkine-Sud et ses champs

satellites.

- Le champ de Bir Rabâa-Nord.

- Le champ de Hassi Berkine.

- Le champ d’Ourhoud.

- Les champs du bloc 208.

C e n t re principal de production de HBNS

Hassi Berkine-Sud (HBNS) phase 1

Démarrage de production : 4 mai

1998.

Capacité design initiale : 60 000 b/j.

Capacité actuelle : 75 000 b/j.

Hassi Berkine (HBN)

Démarrage de production : décembre

2001.

Capacité de production : 75 000 b/j.

Hassi Berkine-Sud phase 2

Démarrage de production août 2001.

Capacité de production : 75 000 b/j.

Gisements satellites du bloc 404

(HBKNE, RBK, QBN, HBNSE)

Démarrage de production : avril 2002.

Capacité de production : 75 000 b/j.

Gisements du bloc 208

Les champs du bloc 208 de

l’association avec Anadarko

connaîtront à moyen terme un

développement prometteur étant

donné les réserves estimées en place.

Il s’agit de champs pétroliers et d’un

champ gazier.

Ourhoud (ORD)

C’est un grand gisement de pétrole, le

deuxième après celui de Hassi

Messaoud. Il s’étend sur une grande

étendue. Il mesure environ

30 km x 10 km et chevauche sur trois

blocs différents.Participent avec

Sonatrach-Anadarko (associée à

Maersk et Lasmo), Cepsa et Burlington

(associée à Talisman).

Le développement du gisement est

bien avancé et les installations de

production sont en cours de

construction. Elles auront une capacité

de production de 230 000 b/j. Cette

production est prévue pour

janvier 2003.


20 séminaire

Sonatrach la Revue n°33


La performance de BRC : 6 mois

d'avance sur les délais

Lors de l'inauguration des installations de

Hassi Berkine, par M. Chakib Khelil Ministre

de l'Energie et des Mines et Président

Directeur Général de Sonatrach, M. Ould

Keddour, PDG de Brown & Root Condor joint

venture de Sonatrach et Halliburton et ses

équipes n'étaient pas les moins fiers.

Tout le monde en effet a eu à apprécier la

compétence de cette entreprise à laquelle le

Groupement Sonatrach – Anadarko a confié

l'engineering, le procurent et la construction

(EPC) des installations de traitement.

Des dizaines d'ingénieurs, de spécialistes et

de managers algériens ont ainsi donné toute

la mesure de leurs compétences en livrant

l'usine avec 6 mois d'avance sur les délais.

Bravo donc à BRC

1 3 janvier 2002. Il est prévu une

extension de la puissance de cette

centrale d’une capacité d e 3 1 0

à 4 2 0 mégawatts, ce qui lui permettra

d’alimenter de futures autres installat

i o n s .

A quelques kilomètres de la c e n t r a-

l e électrique, Sonatrach entre p rend la

c o n s t ruction d’une base de vie destinée

à abriter le personnel exploitant

de la centrale et du centre de stockage

en constru c t i o n . D’une capacité d’héb

e rgement de 232 places, celle ci est

en cours de finition.

L’ i m p o r t a n c e d e cette région, sur le

plan économique, n’a pas échappé

aux re s p o n s a b l e s . Berkine a,

d’ailleurs, reçu la visite, en mars 2001,

du président de la République à la

tête d’une importante délégation où

l’accent a été mis sur la nécessité du

développement harmonieux de cette

r é g i o n .

On parle de plus en plus de confére r

à Berkine le statut d’une ville pro p rement

dite et ce, eu égard aux nomb

reux atouts qu’elle possède.

Mais si l’on dit que l’eau est sourc e

de vie, le pétrole est lui source de

développement, de peuplement et de

p ro s p é r i t é .

Berkine est aujourd’hui épanouie

dans l’Erg . Elle est devenue un site

industriel actif et pro s p è re, rayonnant

sur la région et faisant reculer le

d é s e r t . Cela n’a été rendu possible

que par le talent conjugué de pétroliers

et de gaziers venus de diff é re n t s

horizons pour féconder la nature

morte et révéler ses richesses

e n f o u i e s .

A. Sehibi /CMN

Eau, énergie et enviro n n e m e n t

Débat sur l’apport de l’énergie

à l’agriculture

Un séminaire «Eau, énergie et environnement dans le secteur de l’agriculture» a été

organisé par l’entreprise d’engineering industriel et de conseil Total Efficiency

Consulting (TEC) le 24 avril 2002 à l’hôtel El Djazaïr d’Alger en présence de M. Chakib

Khelil, ministre de l’Energie et des Mines et Président-Directeur général de Sonatrach,

et de M. Abdou, ministre de la Communication et de la Culture.

LORS de son allocution,

M . Chakib Khelil, a indiqué

que «la distribution publique

du gaz et l’électrification rurale

constituent un des volets impor -

tants du programme de re l a n c e

é c o n o m i q u e ». Par ailleurs, il a

ajouté que «le développement

des énergies renouvelables re s t e

m a rginal malgré leurs énormes

gisements et possibilités, pour

p re n d re en charge les besoins

é n e rgétiques spécifiques des vil -

lages et localités éloignées des

Hauts-Plateaux et du Sud. Les

possibilités de leur utilisation

dans l’agricultures sont tout

aussi importantes notamment

en matière de pompage des eaux

et d’irrigation.»

Pour le premier thème intitulé

«Enjeux et perspectives»,

M. Lahouati, dire c-

teur au ministère de

l ’ A g r i c u l t u re, a présenté le

plan national pour le développement

de l’agriculture .

A partir de ce plan, apparaissent

l’état réel de l’agriculture

en Algérie et les priorités à

a d o p t e r.

L e s e c o n d t h è m e

«Expériences et technologies»

a re g roupé plusieurs

communications d’experts et

spécialistes algériens et

étrangers. Plusieurs techniques

expérimentées ont

donc fait l’objet d’exposés

telles que l’hydro - r é g u l a t i o n ,

ou l’électrolyseur de CIO 2

appelé Securox, une nouvelle

méthode de traitement des

eaux au service de l’agro a l i-

D’énormes gisements disponibles pour le développement des

énergies renouvelables

m e n t a i re ou encore l’impact

du réseau électrique sur la

distribution de l’eau. Cette

d e r n i è re communication

était présentée par MM.

Benelhadj et Ghanès, deux

spécialistes de Sonelgaz.

Les travaux de cette re n-

c o n t re ont permis de présenter

une vision stratégique

pour le développement

durable de l’agriculture .

Les communicants des secteurs

de l’énergie, de l’agric

u l t u re et des re s s o u rces en

eau ont tous mis en relief la

nécessité d’une gestion intégrée

des re s s o u rces et la

nécessité de promouvoir des

technologies plus eff i c i e n t e s .

Les dirigeants et cadres de

Sonatrach présents à cette

manifestation ont suivi les

travaux avec beaucoup d’int

ê re t .

O. Kherchouche/CMN


séminaire

Sonatrach la Revue n°33

21

Journées d’étude sur les assurances

Vers l’adoption d’une nouvelle stratégie

L’hôtel El Aurassi a abrité les 28, 29 et 30 avril 2002 les journées d’étude sur les assurances

organisées par le Centre de Perfectionnement de l’Entreprise en collaboration avec la Direction

coordination groupe finances Sonatrach.

CES journées, qui

ont enregistré 250

participants enviro n ,

ont vu la participation

d’un grand

n o m b re de compagnies

aussi bien

publiques que privées,

spécialisées

dans le domaine de

l’assurance et de la

r é a s s u r a n c e . La re n-

c o n t re porte sur des

thèmes variés allant

de l’historique des

assurances en

Algérie, aux risques

liés à l’entreprise, à

l’assurance des personnes

et à l’assurance

de l’industrie des

h y d ro c a r b u re s .

L’objectif des journées

est de mettre en

présence l’ensemble des intervenants

du marché des assurances et de la réassurance

afin de mieux informer les

c a d res du Groupe Sonatrach sur l’évolution

du marché des assurances et les

p roduits mis à la disposition du secteur

des hydro c a r b u res pour la couverture

des risques.

Le Groupe Sonatrach(filiales comprises)

a été représenté à ces journées

par environ 150 personnes.

Dans le cadre de la politique de transp

a rence adoptée par l’entreprise en

m a t i è re d’attribution de mar c h é ,

Sonatrach a élaboré, en 2001, un cahier

des charges qu’elle a soumis aux assureurs

en vue de couvrir son patrimoine

estimé à 24 milliards de dollars. C e t t e

nouvelle pro c é d u re a eu des eff e t s

bénéfiques, puisqu’elle a permis à

Sonatrach de faire des économies subs

t a n t i e l l e s .

M . Mostefaoui, Directeur Exécutif

Finances du Groupe Sonatrach, a

Informer les cadres du Groupe Sonatrach sur l’évolution du marché des assurances et les produits mis à la

disposition du secteur des hydrocarbures

ouvert les travaux en indiquant que

«ces journées s’inscrivent dans une phase

de diagnostic préalable à la définition d’une

nouvelle stratégie en matière d’assurance

que Sonatrach compte mettre en place.»

Il devait ensuite souligner les importants

investissements consentis tant

dans le domaine de la prévention que

de la maintenance pour maintenir, dans

un meilleur état, l’outil de pro d u c t i o n ,

et dire à ce sujet que le risque de

Sonatrach est bien géré et «nous esti -

mons que les assureurs, pour les besoins de

réassurance, doivent s’y référe r ».

Le deuxième jour a été marqué par

l’intervention de M. Chakib Khelil,

m i n i s t re de l’Energie et des Mines, et

P r é s i d e n t - D i recteur général de

Sonatrach qui a vivement encouragé la

re n c o n t re entre assureurs et assurés et

expliqué la nouvelle pro c é d u re des

appels d’off res à sonatrach

Toutes les communications présentées

à ces journées ont été suivies d’int

é ressants débats qui ont permis de

mieux appréhender la fonction assurance

sous ses multiples facettes.

Ces journées d’étude sur les assurances

ont constitué un cadre de

concertation idéal pour l’avancée de la

réflexion sur la fonction assurance au

sein du Groupe Sonatrach. Tous les

aspects liés à cette fonction ont été

identifiés à la lumière de confro n t a t i o n

d’idées et d’échanges d’expériences

avec les organismes d’assurances tant

publics que privés.

Les orientations et principes généraux,

adoptés par le Groupe Sonatrach,

à savoir la transparence, la compétition

et la productivité ont permis d’apporter

un plus en matière de gestion des

risques comme elles contribuent à définir

et à arrêter une stratégie qui tienne

compte des changements induits par

l ’ e n v i ronnement économique qui inciote

à la concurence et à la compétitivité.

D . Z a ï d i / C M N


22 séminaire

Sonatrach la Revue n°33

Inforum 2002

L’information, un enjeu stratégique

Des journées d’étude Inforum 2002

intitulées «Le système d’information à

l’entreprise : quelle évolution » se

sont tenues, les 26 et 27 mai 2002, à

l’hôtel El Aurassi.

ORGANISEES par le Centre de perfectionnement

de l’entreprise (CPE), ces deux

journées d’étude ont pour objet d’approfondir

la réflexion sur les techniques de

conception et de mise en œuvre des systèmes

d’information de l’entreprise.

Cette re n c o n t re, dont le sujet est d’une

actualité certaine a re g roupé 183 particip

a n t s . Toute la population informatique

du Groupe Sonatrach y était re p r é s e n t é e

et en premier lieu les chefs de projet, re s-

ponsables et ingénieurs informaticiens

ainsi que des cadres assurant des fonctions

re s s o u rces humaines, finances et

o rganisation parce que eux-mêmes org a-

niquement concernés par le système

d ’ i n f o r m a t i o n .

Participaient également des cherc h e u r s

u n i v e r s i t a i res, des spécialistes de l’intérieur

du pays et de l’étranger (France et

A l l e m a g n e ) .

Treize communications ont été présentées

au cours desquelles ont été passés en

revue les systèmes d’information existants

et leurs perspectives de développem

e n t . Elles ont été suivies à chaque fois

d’un intéressant débat.

Les thèmes abordés :

- Conception et mise en place des systèmes

d’information.

Les deux journées ont permis d’évaluer les systèmes d’information existants et leurs

perspectives de développement

- Les systèmes de gestion des bases de

d o n n é e s .

- Solutions Intranet et Extranet.

-Les nouvelles technologies dans les systèmes

d’information.

- Sécurité des systèmes d’information

M . Sebbagh Abdelhamid, Directeur du

CPE, a ouvert les travaux en rappelant que

lors des brainstormings couvrant la plupart

des domaines d’activité du groupe, les nouvelles

technologies de l’information et de la

communication (NTIC) ont, à chaque fois,

été mentionnées dans les plans d’actions

pour améliorer les performances de

Sonatrach. «Le système d’information est deve -

nu une partie intégrante de l’entreprise, il

irrigue toutes ses structures et infiltre son envi -

ronnement, il se construit et évolue au fil du

temps en fonction de l’apparition des nouvelles

t e c h n o l o g i e s . »

L a c l ô t u r e d e s t r a v a u x s ’ e s t

d é ro u l é es o u s la présidence d ’ h o n n e u r d e

M . A . Ouabdesselam, premier directeur de

l’Ecole Nationale Polytechnique, qui a à son

actif plus de 30 années d’enseignement

s u p é r i e u r.Cette prestigieuse Ecole a formé

des dizaines de cadres de haut niveau,

toutes disciplines confondues, aujourd’hui à

des postes de re s p o n s a b i l i t é .

M . Ouabdesselam a re m e rcié Sonatrach et

les responsables pour la bonne org a n i s a t i o n

de ces deux journées qui, par le choix des

sujets, la qualité des intervenants et la

richesse des débats, ont été un réel succès.

Ces deux journées ont été édifiantes à plus

d’un titre . Elles ont permis de cofirmer l’importance

des nouvelles technologies pour

l ’ e n t re p r i s e . La globalisation, l’interc o n-

nexion des systèmes, la banalisation de

l’Internet ont fait que l’information est devenue

un enjeu considérable dans l’activité

économique d’aujourd ’ h u i .

L’ e n v i ronnement fortement concurre n t i e l

dans lequel évolue l’Entreprise moderne

suscite de continuelles et rapides adaptations

et le Groupe Sonatrach doit être à

l’écoute de ces changements. Rendez-vous

est pris pour Inforum 2003.

A. Sehibi/CMN

LE SYSTEME d ’ i n f o rm a t i o n ,

mis en place à LTH (Activité

Aval), répond, dans un pre m i e r

temps, au besoin de gestion au

sein des stru c t u res de base pour

la prise en charge des diff é-

rentes activités. Celles-ci ont

été re g roupées en cinq bases de

données qui portent sur :

- la gestion de la maintenanc

e ;

Le système d’information à LTH

- le suivi de la production et

de la sécurtié industrielle;

- la gestion des re s s o u rc e s

h u m a i n e s ;

- la gestion des finances;

- la gestion logistique (transp

o rt, hébergement, re s t a u r a-

tion, etc.).

Les bases de données sont

exploitées à travers des réseaux

locaux interconnectant toutes

les unités LTH, d’Arzew à

S k i k d a . Dans une deuxième

phase, ces bases de données ont

été consolidées au niveau du

siège LTH, notamment les

tablaux de bord : exploitatin,

finances, re s s o u rces humaines.

Les perspectives de développement

portent sur la mise en

place d’une banque de données

pour les besoins d’Infocentre .

Un réseau Intranet perm e t

d’utiliser deux fonctions de

communication : la messagerie

é l e c t ronique et le site web

Intranet qui off re divers serv

i c e s .

Le réseau Intranet est caractérisé

par :

- 2 400 postes de travail

- 50 serveurs dont 38 de bases

de données.


ilan

Sonatrach la Revue n°33

23

Exercice 2001

De bons résultats malgré un environnement défavorable

M. Chakib Khelil, Président Directeur général de Sonatrach, a, lors d’une rencontre avec le Club de

la presse du secteur de l’énergie, Energy Press Club, tenue au cours du mois d’avril dernier,

présenté l’essentiel des résultats réalisés par Sonatrach au cours de l’année 2001.

D A N S un environnement international

m a rqué par un ralentissement de la cro i s-

sance économique des pays consommateurs,

la baisse des prix du pétrole, les

conséquences des évènements survenus

aux Etats-Unis le 11 septembre et la discipline

que s’est imposée l’OPEP sur le marché,

Sonatrach a enregistré de bons résultats

au cours de l’exercice 2001 :

- Tous produits confondus, la pro d u c t i o n

totale s’est élevée à 202,2 millions de

tonnes équivalent pétrole (TEP), soit un

niveau équivalent à celui atteint l’année

précédente avec une augmentation de 5 %

pour les GPL et de 1 % pour le gaz nature

l .

Dans ce total, la part de production réalisée

en association avec les partenaire s

étrangers s’est élevée à 24,9 millions de

T E P, en augmentation de 4 % par rapport

à l’année 2000.

- 43 millions de m 3 de GNL ont été produits

en 2001, soit une diminution de 5 %

par rapport à l’année écoulée due essentiellement

aux conditions météoro l o-

giques (consignation des ports) et aux

conséquences du 11 septembre .

- Commercialisation, tous pro d u i t s

confondus, de 139,8 millions de TEP, en

baisse de 3 % par rapport à l’année 2000.

Livraison au marché national 22,1 millions

de TEP, répondant ainsi à une demande

qui a augmenté de 4 %, et nous avons livré

au marché international 117,7 millions de

T E P, en baisse de 4 % par rapport à l’année

2 0 0 0 .

- Sur la base d’un prix moyen du baril

de pétrole brut de 24,82 dollars (il était de

28,50 en 2000), les recettes d’exportation se

sont élevées à 18,52 milliards de dollars,

en baisse de 12 % par rapport à l’année

p r é c é d e n t e .

Le chiff re d’aff a i res global de Sonatrach,

incluant la production vendue sur le marché

national et international ainsi que les

p restations fournies, a été de l’ord re de

1 548,9 milliards de dinars, en baisse de

9 % par rapport à celui de 2000.

Le montant de la fiscalité pétro l i è re s’est

élevé à 989,8 milliards de dinars et le

résultat net de l’entreprise est estimé à

177,1 milliards de dinars.

. Les investissements ont été de l’ord re

de 262 milliards de dinars en 2001, soit

3 , 4 m i l l i a rds de dollars. Ils sont en nette

augmentation par rapport à ceux réalisés

au cours de l’année 2000 (180 milliards de

dinars) et concernent essentiellement le

développement des gisements découverts

en association.

Exploration

- Près de 93 000 mètres et 37 puits ont été forés et 33 puits ont été terminés.

- Près de 6 500 km de sismique 2D et 699 km 2 de sismique 3D ont été réalisés.

- 6 découvertes ont été faites.

Production

Production primaire

202,2 millions de TEP

dont en association

24,9 millions de TEP

Pérole brut + condensat

59 millions de TEP

GPL

8,8 millions de TEP

Gaz naturel 140 milliards de m 3

Transport par canalisations

Tous produits confondus, 142 millions de TEP ont été transportés vers le nord du pays.

Aval

- Production de GNL 43 millions de m 3

- Production de Naphta 316 000 tonnes

- Production d’éthane 190 000 tonnes

- Séparation des GPL 8,8 millions de tonnes

dont propane

4,7 millions de tonnes

et butane

4,1 millions de tonnes

Commercialisation

- Production vendue 139,9 millions de TEP

Exportation

117,7 millions de TEP

dont part partenaires

5,2 millions de TEP

Marché national

22,2 millions de TEP

- Chiffre d’affaires à l’exportation 18,52 milliards de dollars US

dont part partenaires

1,01 milliard de dollars US

- Chiffre d’affaires marché national 74,2 milliards de DA

Indicateurs financiers

- Chiffre d’affaires 1 548,9 milliards de DA

- Fiscalité pétrolière 989,8 milliards de DA

- Bénéfice net 177,1 milliards de DA

- Investissements 262 milliards de DA

- Capacité d’autofinancement 317 milliards de DA

Les Ressources humaines

- Effectif total 49 438 agents

dont

11 294 ingénieurs et cadres universitaires

- Recrutement 1 048 agents permanents

dont

536 ingénieurs et cadres universitaires

- Formation 24 751 actions de formation réalisée

(en hausse de 24 % par rapport à l’année 2000)


24 magazine

Sonatrach la Revue n°33

La Galerie Sonatrach : un espace pour développer l’artisanat national

Naftec infos,

la revue des

raffineurs

NAFTEC INFOS

est née, une

revue de

28 pages

quadrichromie.

D’une agréable

facture, la revue

se veut une

fenêtre ouverte

sur l’évolution

des activités de

l’entreprise et un

support

d’information

supplémentaire à

la disposition des

travailleurs et

des différents acteurs constituant son

environnement. Dans son éditorial

M. Salah Charouana, P-DG de Naftec

précise que cette initiative est motivée

par le fait que le succès d’une

entreprise dépend aussi de la qualité

et de la dimension réservées à son

espace communication. La revue se

veut un outil de mobilisation des

travailleurs face aux défis à venir.

M. Charouana rappelle à juste raison

que le raffinage de pétrole étant une

composante non négligeable au sein

du groupe Sonatrach et un vecteur de

croissance de l’économie nationale,

Naftec concentre ses efforts pour

garder une place importante dans un

marché qui se veut concurrentiel et

redoutable. Bievenue et longue vie à

Naftec info.

Sonatrach veut mettre en relief la richesse du patrimoine

culturel de l’Algérie et encourager les artisans

LA GALERIE d’art du siège de

la Direction générale de

Sonatrach a abrité, durant le

mois de mai, deux expositions

sur l’artisanat national.

La pre m i è re s’est tenue du 4 a u

8 mai et a re g roupé une huitaine

d ’ a r t i s a n s re p r é s e n t a n t l e s

v i l l e s de Tamanrasset, de Ti z i

Ouzou, de Ti a ret, de Laghouat et

d ’ A d r a r.Les visiteurs ont eu le

plaisir d’apprécier les tableaux

de sable, les bijoux berbères et les

p roduits de maro q u i n e r i e .

Les céramistes, les couturiers et

les peintres sur soie ont eu à prés

e n t e r, du 18 au 22 mai, des pro d u i t s

reflétant le patrimoine artisanal des

q u a t re coins de l’Algérie. Cette galerie

permet de développe l’artisanat

national et off re aux artistes un espace

d’expression et de valorisation de

leurs produits et, pour les nombre u x

visiteurs, un lieu de détente et de

b e a u t é .

«Par cette exposition des arts tradition -

nels, sonatrach voudrait mettre en re l i e f

la richessse du patrimoine culturel de

l’Algérie et en même temps encourager

les artisans qui sont les gardiens de notre

c u l t u re et de nos traditions», a décla

M . Khelil.

A. Ghezal/CMN

Jardin d’enfants OSL : célébration de la Journée

internationale de l’enfant

LE 1 ER JUIN de chaque année, le monde qu’ils ont eu droit eux aussi à leur couronne

entier célèbre la Journée internationale de

l’enfant.

C’est un anniversaire important puisque

cette date reflète l’effort d’un mouvement

mondial en faveur des enfants qui s’est soldé

en 1959 par l’adoption des Nations unies de la

Déclaration des droits de l’enfant et par l’établissement

de roi.

Tout le monde dansait, chantait, tapait des

mains, et, bien sûr, à cette ambiance de fête

s’ajoutaient les youyous des mamans.

L’ampleur des efforts fournis par Sonatrach

est un investissement engagé au service de la

petite enfance qui reflète la détermination collective

en 1989 de la

Convention relative aux droits

de l’enfant.

Une date aussi importante ne

pouvait passer sans être marquée

par notre entreprise. Les

j a rdins d’enfants du centre

Benali Chérif ne l’ont pas

oubliée.

Des salles décorées, des

gâteaux traditionnels préparés

soigneusement par les dire c-

trices et les éducatrices, ou par

les «tatas» comme les appellent

a ffectueusement les enfants.

Un orchestre, composé du personnel

de la Direction des

Une date pour marquer le droit des enfants au bien-être

œ u v res sociales, a égayé l’atmosphère où

régnaient la joie et le bonheur des enfants

vêtus de tenues traditionnelles pour la plupart.

Le maquillage embellissait davantage

les petites filles.

Des doigts de fée les ont transformées en

petites princesses. Les petits garçons ne pouvaient

envier ces petites demoiselles puis-

à permettre aux enfants de réaliser

leur potentiel afin de mener une vie productive

enrichissante.

Si ces enfants ont un début de vie positif, ils

seront demain des personnes qui contribueront

à l’édifice de notre société et nous serons

tous fiers de notre héritage.

H. Harchaoui/CMN


magazine

Sonatrach la Revue n°33

25

Sponsorisé par Sonatrach

Le Festival international de musique de Tam

a été un franc succès

T R O I S nuits durant du 15 au

17 avril, la ville de Tamanrasset a vécu

au rythme miraculeusement harmonieux

et limpide d’une sono high tech.

De Djamel Allam à Hocine Lasnami,

de Baly ou Fadila, la pro g r a m m a t i o n

tient en gro s s e s p romesses d’interpeller

la population de Tam dans ce

qu’elle a en commun : la diversité de

Le show de Mami rassasiera une foule déchaînée presque

deux heures durant.

ses origines. Le festival sera à son

apogée, le deuxième jour, la star est

unique pour cet événement. C’est

pour Cheb Mami que les gens se

s o n t d ’ a b o rd déplacés : président

du festival, il en est sa tête d’aff i c h e ,

pleinement impliqué pour sa réussite

et pour sa future r é é d i t i o n

annuelle.

Le show de Mami rassasiera une

foule déchaînée presque deux

h e u res durant.

Pour garantir son succès, le festival a

bénéficié d’une exceptionnelle mobilisation

de moyens logistiques. La

ville était saturée d’invités. Tro i s

charters spéciaux ont été affrétés sans

compter les vols supplémentaire s .

Les participants au Festival étaient

logés dans les campings, dans les

hôtels et au besoin chez l’habitant.

Le premier festival international de

musique organisé par Backstage

P ro d u c t i o n e t s p o n s o r i s é p a r

Sonatrach a tenu toutes ses prom

e s s e s .

Nassim Sidi Saïd

confiant

Nassim affiche la ferme volonté de tout faire pour

être au top niveau

Nassim Sidi Saïd, sponsorisé

notamment par Sonatrch, a couru sa

troisième course de la saison les

17, 18 et 19 mai sur le circuit Pergusa

en Sicile (Italie). Le 18 mai, pour les

premières séances d’essais

qualificatives, Sidi Saïd a terminé

troisième.

C O N C E R N A N T la course pro p re m e n t

dite, Nassim a mis le paquet pour s’assurer

une troisième place, malheure u s e m e n t

à trois tours du drapeau à damiers, la suspension

avant-gauche de la Dallara du

pilote algérien casse brutalement, mettant

ainsi fin à ses chances de podium.

Ayant parc o u ru plus de 75 % de la course,

Nassim Sidi Saïd sera classé à la neuvième

place, s’offrant au passage le tro i-

sième meilleur temps en course.

A l’ssue de la course Nassim Sidi Saïd

ne cache pas son amertume, tout en aff i-

chant sa volonté d’aller de l’avant : « J e

reste une fois de plus sur ma faim. Le weekend

a été très perturbé et à aucun moment je

n’ai pu laissé s’exprimer mon pilotage. Ce cir -

cuit atypique malmène tellement la méca -

nique qu’à chaque instant je craignais sa

d é f a i l l a n c e . Les monoplaces modernes ne sont

pas faits pour évoluer dans de telles condi -

t i o n s . Je continuerai à tout faire pour être au

top niveau et à un moment donné je récolterai

les fruits de tous nos efforts. Tous mes re m e r -

ciements à mon équipe qui a fait un superbe

t r a v a i l . Eux aussi méritent mieux. Ça vien -

d r a . »


26 sponsoring

Sonatrach la Revue n°33

Meeting International Sonatrach 2002

La ville des Roses accueillera les champions

Le meeting International Sonatrach

2002 se tiendra à Blida le 20 juin

prochain. Pour cette année, le choix

s’est porté sur la ville de Blida pour

accueillir cette compétition agréée

d’ores et déjà par la Fédération

internationale d’athlétisme.

S E L O N M . Bouras, un des

o rganisateurs de cette manifestation

s p o rtive, «le choix du nouveau stade

de Blida a été motivé par l’excellent

état de la piste flambant neuve, ce

qui se fait de mieux à travers le

m o n d e . Nous avons également tenu

compte de l’éclairage et des

n o m b reuses autres commodités

o ff e rtes par le stade olympique de la

ville des Roses».

Cette manifestation tant attendue

v e rra la participation, selon les

o rganisateurs, d’une dizaine de

médaillés olympiques et champions du

monde en titre. Des athlètes français,

saoudiens, qataris, cubains, kenyans,

éthiopiens et marocains ont confirm é

leur participation à cette compétition.

Au re g i s t re des champions étrangers

attendus, il convient de citer le

Sonatrach et Schlumberger ouvrent au monde

le lycée Saïd Hamdine

A l’occasion du 16 avril, Journée du

savoir, des responsables de Sonatrach

et de Schlumberger ont inauguré une

salle équipée en micro-ordinateurs mis

à la disposition des élèves du lycée

Saïd Hamdine, Hydra.

LA CERÉMONIE d’inauguration a eu

lieu en présence de M. Feghouli, Dire c t e u r

Général Adjoint Ressources humaines et

Communication, de M. Mutoni, dire c t e u r

général de Schlumberger en Algérie.

M. Feghouli a précisé en premier lieu

lors de son intervention : «Cette opération

menée dans le lycée de Saïd Hamdine va per -

m e t t re d’ouvrir la voix vers les nouvelles tech -

nologies aux lycéens.» Il a ajouté : « D e p u i s

plus d’une année, nous avons ouvert plusieurs

espaces Internet pas seulement à Alger mais

aussi au niveau national. Ainsi, nous menons

une action continue pour une meilleure contri -

bution dans le secteur de l’éducation.»

Pour sa part, M. Mutoni a indiqué :

«Cette initiative est très importante pour

nous. Il s’agit de trouver de nouvelles idées

pour aider à préparer la formation des jeunes

dans le cadre du programme SEED

( S c h l u m b e rger Excellence in Educational

Development). Pour les besoins de cette opéra -

tion, 4 à 5 employés volontaires de

S c h l u m b e rger vont se relayer pour encadre r,

former et soutenir les élèves du lycée Saïd

Hamdine en espérant trouver beaucoup de

s a t i s f a c t i o n .»

Le lycée Saïd Hamdine compte près de

870 élèves et 50 enseignants. A l’occasion

champion cubain de longueur,

Ivan Pedro s o .

Le programme de cette

manifestation sportive compre n d

24 épre u v e s .

Le spectacle qu’offrira le

meeting International dont

Sonatrach est le sponsor majeur

sera couvert par tous les médias.

Tous les moyens nécessaires à la

réalisation d’une re n c o n t re de

haut niveau sont

p ro g ressivement mis en place

pour réunir les meilleurs athlètes

qui vont contribuer à relever le

niveau du Meeting Sonatrach.

Une chose est certaine, les

p re m i è res invitations ont été

a d ressées aux meilleurs athlètes

algériens, sponsorisés par

Sonatrach parmi lesquels on peut

citer notamment Baya Rahouli,

Djabir Saïd Guern i ,

A b d e rrahmane Hammad et

Mohamed Khaldi.Nature l l e m e n t

les courses de demi-fond fero n t

la plus grande partie du

spectacle où des confro n t a t i o n s

de niveau international sont

a t t e n d u e s .

Synthèse A. Ghezal/CMN

de cette inauguration, une présentation de

la page d’accueil du lycée sur le web a eu

lieu. Le site web du lycée sera alimenté

par les élèves eux-mêmes (textes, images,

etc.). A partir de la page d’accueil, des

liens ont été établis pour permettre aux

élèves d’accéder à de nombreux sites éducatifs

et aux réseaux des lycées du monde.

Auparavant des sessions de formation

des enseignants du lycée Saïd Hamdine

ont été organisées par Sonatrach. Des

cours portant initiation en informatique

( Windows, Wi n w o rd, Excel) ont été dispensés

depuis décembre 2001 pour les

enseignants et les administrateurs de

l’école à raison d’une heure et demie par

s e m a i n e .

O. Kherchouche/CMN


sponsoring

Sonatrach la Revue n°33

27

De M. le Ministre de

l’Aménagement du territoire et

de l’Environnement

L’effort de Sonatrach apprécié

Suite aux différentes actions de sponsoring, de nombreux méssages ont été adressés à M. Chakib Khelil, Ministre de l’Energie

et des Mines et Président-Directeur général de Sonatrach. Nous en publions quelques uns.

Du Commissaire

général du Salon

Grand Sud 2002

Du doyen de la Faculté

des sciences

économiques de

l’Université d’Oran

Du Président Directeur-général

de la Compagnie pétrolière

norvegiènne STATOIL

J’ai l’honneur et le plaisir de vous informer

que l’opération de manœuvres contre la

pollution marine (Opération blanche), mise

en place par le ministère de l’Aménagement

du territoire et de l’Environnement au niveau

du port de Skikda, et cela les 5 et 6 mai

derniers s’est soldée par une réussite totale.

Suivant le scénario de mise en place et de

réalisation, avec la collaboration et la

précieuse aide des forces navales et de tous

les secteurs concernés, il a été procédé aux

exercices programmés et au contrôle de

toutes les étapes d’intervention dans le cas

de pollution aux hydrocarbures de la mer.

Vous n’êtes pas sans savoir que les

institutions internationales concernées et les

pays riverains du bassin méditerranéen ont

suivi de près et assisté en direct à travers

l’internet au déroulement de l’opération.

En cela, les inspecteurs de l’environnement

des wilayas côtières ont bénéficé de cette

opération en procédant en même temps à

des manœuvres contre la pollution marine en

utilisant leurs propres moyens.

Monsieur le Ministre, nous vous renouvelons

tous nos remerciements pour votr e

inestimable collaboration et aide pour la

réussite de cette opération, la première du

genre en Algérie, et on vous renouvelle

également notre engagement à faire plus

dans ce sens pour développer et améliorer la

lutte contre la pollution marine qui menace

le très précieux écosystème marin.

Veuillez accepter, Monsieur le Ministre,

l’expression de notre considération.

M. Cherif Rahmani

J’ai l’honneur de vous

adresser mes plus sincères

remerciements pour la

contribution que Sonatrach

a apportée à l’organisation

de ce Salon.

Je n’hésiterais pas à vous

informer très rapidement du

choix des date et lieu

d’organisation de Grand Sud

2003.

Veuillez croire, Monsieur le

Directeur, à l’expression de

ma parfaite considération.

Saad Lounès

Du Chef de service

Pédiatrie, Beni

Messous

Au nom des malades, du

service de Pédiatrie «B» et en

mon nom personnel, nous

tenons à vous remercier très

sincèrement pour l’achat des

médicaments.

Ces médicaments, qui ne sont

pas vendus en Algérie, sont

en train d’être distribués

progressivement à nos

malades.

Veuillez croire, Monsieur le

Ministre, à l’expression de

notre haute considération.

P r A.Bensenouci

Au nom du comité

scientifique du colloque

international sur

«L’entreprise à l’heure de

la GRH : pratiques réelles

et approches théoriques»

qui s’est tenu à Oran les

11, 12 et 13 mai, nous

tenons à vous remercier

pour la contribution de

l’entreprise Sonatrach au

succès de cette

manifestation.

Ce colloque, qui s’est

déroulé en présence de

conférenciers issus pour la

plupart des universités

algériennes et

d’universitaires français,

tunisiens et anglophones,

a vu la participation de

140 cadres d’entreprises et

d’une centaine

d’universitaires,

enseignants et doctorants.

En vous réitérant nos

remerciements, nous vous

prions de croire, Monsieur

le Ministre, à notre sincère

dévouement.

Le doyen

P r A. Lellou

Your Excellency.

Thank you for a most inspiring conference

in Algier. I found both the formal sessions

and the informal discussions very useful and

appreciated very much you generous

hospitality throughout my stay.

I trust we shall be able to find areas for

cooperation between Sonatrach and Statoil

and look forward to receiving you in

Norway and showing you our platforms in

full size.

Yours sincerely,

for Statoil ASA

Olav Fjell

President and CEO

Solidarité avec les

familles sinistrées de Bab

El Oued

Lors de la publication du numéro

spécial solidarité de Sonatrach, la

revue, nous avons involontairement

omis d’insérer notre partenaire

Repsol YPF parmi la liste des

compagnies étrangères ayant

contribué par des dons suite aux

intempéries du 10 novembre 2001.

Nous confirmons que Repsol YPF

avait fait un don de 30 000 dollars

à l’attention des victimes de cette

catastrophe.

I n s t i t u t a l g é r i e n d u p é t r o l e - B o u m e r d è s

Programme de séminaires formation-industrie

Juin 2002

Date

Thèmes

Du 16 au 19/06/2002 Absorption-stripping

Du 16 au 17/06/2002 Théorie et pratique de la microscopie électronique à balayage

Du 16 au 19/06/2002 Traitement des eaux résiduaires dans l’industrie du pétrole

Du 16 au 19/06/2002 Variateurs électroniques de vitesse

Du 16 au 17/06/2002 Traitement du signal pour les géosciences

Du 22 au 26/06/2002 Modélisation et simulation d’une unité de traitement de brut. Application sur logiciel «Hysys»

Du 22 au 26/06/2002 La comptabilité de l’amont pétrolier

Du 22 au 26/06/2002 L’art de la négociation

Du 22 au 24/06/2002 Le film synthétique : calcul et application sur station GeoQuest

Du 22 au 26/06/2002 Stockage des produits pétroliers et calcul des pertes par évaporation

Du 22 au 26/06/2002 Réaction injection molding des polyuréthanes

Du 22 au 26/06/2002 Les aéro-réfrigérants

Du 24 au 26/06/2002 Etude du rôle des polyaromatiques dans la précipitation des asphaltènes par RMN C13

Du 24 au 26/06/2002 Capteurs en instrumentation industrielle

Du 24 au 26/06/2002 Pompes centrifuges

Du 24 au 25/06/2002 Les réseaux d’incendie : études techniques et dimensionnement II

Contact : IAP / Formation-industrie. Tél./Fax : 024 81 94 18


Sonatrach la Revue n°33

29


30

Sonatrach la Revue n°33


Sonatrach la Revue n°33

31

More magazines by this user
Similar magazines