IIED farmers text french.qxd - aGter

agter.asso.fr

IIED farmers text french.qxd - aGter

L’avenir de l’alimentation et des petits producteurs

la Banque mondiale et du FMI et qui est soutenue par les gouvernements occidentaux

(voir par exemple l’augmentation de la production de café au Vietnam) ;

• le retrait des soutiens gouvernementaux au secteur agricole, retrait lié aux politiques

d’ajustement structurel. Ce retrait rend par exemple les petits et moyens agriculteurs

incapables d’accéder aux services gouvernementaux et de crédit ;

• l’introduction de standards de production agro-alimentaire qui ne peuvent pas être

satisfaits par les petits agriculteurs, les pêcheurs et les pasteurs, ainsi que des règles

internationales sur la propriété intellectuelle qui limitent la capacité des agriculteurs et

des peuples indigènes à conserver et à échanger leurs semences.

Or, il existe des modes de développement alternatifs au néo-libéralisme et donc d’autres

choix politiques possibles pour l’alimentation, l’agriculture, l’environnement. Par

conséquent, la disparition et la dévalorisation des agriculteurs et des peuples indigènes ne

sont pas inévitables. L’idée selon laquelle ils constituent des groupes sociaux condamnés

à disparaître relève d’une certaine vision du futur et d’orientations politiques liées à des

modèles théoriques, qu’il est possible de critiquer et de rejeter.

Le savoir, les priorités et les aspirations des petits agriculteurs sont rarement inclus dans

les débats sur les politiques de l’avenir de l’alimentation, de l’agriculture et du

développement. Lorsque les gouvernements décident de tenir des consultations publiques

pour orienter leurs décisions, les experts des politiques concernées, comme les

représentants des entrepreneurs agricoles et les compagnies agro-alimentaires sont

habituellement au centre des débats, pas les petits agriculteurs ou autres citoyens. De la

même façon, quand des groupes d’experts et des académies organisent des discussions

pour fournir des informations nécessaires aux choix des décideurs, il est frappant que les

voix des paysans, pasteurs, pêcheurs et peuples indigènes soient largement absentes. Le

Forum électronique sur les « Nouvelles Directions pour l’Agriculture dans la Réduction de

la Pauvreté » 2 , organisé par le Département du gouvernement britannique pour le

Développement International (DFID) en 2004 et le forum électronique sur « Pastoralisme,

occupation et gestion des terres » organisé par l’Initiative sur le Bétail, l’Environnement et

le Développement (LEAD) 3 sont des exemples récents d’une tendance générale où les

professionnels et leur savoir jouent un rôle disproportionné dans le cadre à donner et dans

la légitimation des choix politiques arrêtés par les décideurs.

Comme modeste réponse à ce déficit démocratique, l'Institut international pour

l'environnement et le développement (IIED), Progressio (anciennement CIIR - l'Institut

catholique pour les relations internationales), 4 le Syndicat des petits agriculteurs familiaux

(Small and Family Farms Alliance), le Centre international des peuples indigènes pour les

politiques de recherche et d'éducation (Tebtebba) et la Plate-forme britannique sur

l'agriculture et l'alimentation (UK Food Group) organisent une conférence électronique sur

l'Avenir de l'alimentation et des petits producteurs. La conférence électronique a pour

2 Voir http://dfid-agriculture-consultation.nri.org/themes.htm

3 Voir www.virtualcentre.org/fr/ele/econf_02_faune/download.htm

4 Le 1er Janvier 2006, CIIR changea son nom pour Progressio, dans le but d’atteindre une nouvelle génération

de sympathisants et membres potentiels avec son message d’espérance et de justice.

2

More magazines by this user
Similar magazines