IIED farmers text french.qxd - aGter

agter.asso.fr

IIED farmers text french.qxd - aGter

L’avenir de l’alimentation et des petits producteurs

beaucoup à dire puisque les produits chimiques et les produits génétiquement

modifiés sont inclus dans la notion de qualité). Cependant, cette imposition de

norme (par exemple respecter la chaîne du froid et avoir une vitrine réfrigérée pour

vendre sur les marchés) implique des investissements difficiles à réaliser quand on

a une petite production. »

L’éducation

Peter Ooi est un défenseur invétéré des droits humains fondamentaux en terme d’éducation

et croit que c’est la voie pour aider les petits producteurs. « Le droit fondamental pour les

petits producteurs est le droit à l’éducation pour construire son aptitude à satisfaire les

demandes du monde éphémère de la globalisation et, plus important encore, pour

développer la qualité de vie qui est nécessaire à chaque être humain. » Une éducation

informelle basée sur des apprentissages expérimentaux peut en particulier aider les

agriculteurs à réaliser leurs propres projets et ainsi, les faire contribuer au bien-être du pays

en les considérant comme des citoyens dignes de leurs modes de vie. La plupart des

participants considèrent que l’accès difficile à l’éducation empêche les petits producteurs

d’accéder à leur vision de l’avenir.

Ethan Van Drunen va plus loin en soulignant l’importance à accorder à celui qui est

« propriétaire » de ce qui est enseigné. Il explique que parce que les objectifs en matière

d’éducation sont largement définis par le gouvernement, les pratiques correspondantes

sont perçues par beaucoup de personnes d’un certain âge comme un anathème pour la

santé de la micro-économie villageoise et pour le maintien de la tradition. Relatant son

expérience comme enseignant en Inde (à Uttaranchal), il souligne que l’éducation des

agriculteurs n’est pas contrôlée localement par ceux qui pratiquent une petite agriculture

de subsistance caractéristique des villages de la région. Il en résulte un encouragement

des plus jeunes à quitter les villages pour les villes de la plaine, ce qui entraîne une

réduction de la main d’œuvre dans de nombreux villages. Les programmes d’éducation

évoqués précédemment ont également changé les modes de transmission des pratiques

d’une génération à l’autre.

Pour tous les participants d’Amérique latine, la sécheresse est un problème majeur et ils

ont conscience qu’elle est le résultat du changement climatique et de la déforestation. Le

manque de pluies et d’arbres a causé l’érosion et l’appauvrissement des sols et par suite

de faibles récoltes. Juan Herrera du Honduras reconnais que les paysans eux-mêmes

(grands, moyens et petits) ont à partager les reproches liés au manque d’eau et à la

déforestation en ne tenant pas leurs fermes correctement. Mais, en même temps, les

participants expriment le manque d’éducation, de conscience et de connaissance

relativement aux dommages environnementaux causés par des techniques agricoles

inappropriées. Le gouvernement, selon les participants, devrait porter la plus grande part

des reproches liés au manque d’éducation à l’environnement. Les gens expliquent que les

gouvernements dans tous les pays n’ont pas de politiques ou de stratégies pour aider les

petits producteurs à comprendre les effets que peuvent engendrer les mauvaises

pratiques. En outre, là où il y a des lois en place pour protéger l’environnement, elles sont

peu réalistes et non respectées.

21

More magazines by this user
Similar magazines