IIED farmers text french.qxd - aGter

agter.asso.fr

IIED farmers text french.qxd - aGter

L’avenir de l’alimentation et des petits producteurs

de vue d’un agriculteur de l’Union européenne, les petits agriculteurs préfèreraient ne

pas toucher d’aides mais bénéficier d’un prix de vente plus équilibré, insistant sur le

fait que même avec des aides, les petites exploitations familiales dans l’Union

européenne peuvent être en réelle difficulté.

Ce qui est nécessaire, c’est la reconnaissance des nombreux avantages de

l’agriculture sur le plan humain. La plupart des agriculteurs veulent produire de

manière honnête et être récompensés avec un prix juste mais les marchés sont

devenus si faussés qu’au Royaume Uni, « valeur » est synonyme de « bon

marché » pendant que les produits à valeur ajoutée peuvent être hasardeux

mais sont vendus comme s’ils convenaient. De nombreux consommateurs ont

perdu le sens de la culture alimentaire et de l’origine des produits ; le danger

est que le savoir et l’intégrité indigènes soient remplacés par des marchandises

standardisées facilement reconnaissables comme ayant une « origine naturelle »

[...] Les petits producteurs ont été trompés par le leurre d’un enrichissement

s’ils adoptaient des méthodes destinées à servir les intérêts des corporations

plutôt que ceux de la société. Alors que cultiver assez pour nourrir tout le monde

est un objectif digne, la stratégie qui sous-tend cet objectif via le regroupement

et le transport d’alimentation rend le processus inaccessible pour les pauvres ou

nécessite de l’aide augmentant leur dépendance. La plupart des régions ont la

capacité de produire de l’alimentation pour les locaux mais nous avons été

distraits par les demandes liées aux services de la dette qui assurent

l’augmentation de la production pour le marché à l’exportation, marché qui

apparaît lucratif.

Marcial Lopez, Nicaragua

Le forum français explique que le principal enjeu pour les producteurs est de s’affranchir

d’une agriculture industrielle, intégrée dans des filières agrochimiques et agroalimentaires.

Pour les agriculteurs occidentaux, cela passe par une transformation des pratiques. Le

témoignage de Denis Gaboriau du Groupe de recherche en agriculture durable et en

économie locale (GRADEL) montre qu’une telle remise en cause est possible. Des groupes

d’agriculteurs ont ainsi travaillé ensemble à développer des systèmes de production, qui

reposent sur une plus grande autonomie et sont en particulier plus économes vis-à-vis des

intrants agricoles. Leur production laitière basée sur un système à l’herbe assure un

meilleur revenu au producteur – moins endetté, moins dépendant des approvisionnements

extérieurs… Et ce, avec une surface par actif inférieure à la moyenne, ce qui garantit plus

d’emplois et une meilleure occupation du territoire.

Tous les pays européens n’ont pas perdu leurs petits agriculteurs note Catherine Darrot qui

montre qu’être « en retard » dans le processus général de modernisation peut au contraire

être un atout pour l’agriculture polonaise, leurs pratiques agricoles leur garantissant encore

une indépendance et des marges de manœuvre face aux aléas. La population agricole

augmente ainsi en Pologne car cette petite paysannerie est aujourd’hui capable d’accueillir

les laissés pour compte de la restructuration industrielle. Bien qu’ils soient malmenés par

les politiques de développement agricole, elle fait l’hypothèse que « l’avenir de ces petits

producteurs polonais en Europe dépend donc peut-être, entre autres, de leur capacité à

29

More magazines by this user
Similar magazines