Rapport d'activités 2010 - Montpellier Agglomération

montpellier.agglo.com

Rapport d'activités 2010 - Montpellier Agglomération

2010

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

Rapport

d’Activités

www.montpellier-agglo.com


Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

Rapport

d’Activités

www.montpellier-agglo.com

2010


Éditorial

Georges Frêche, un destin exceptionnel .......p. 4

Panorama de l’année 2010 .................p. 6

Institutionnel

> L’institution . ..........................p. 9

Les compétences dévolues

Le Conseil Communautaire

Les Commissions

> Les résultats financiers . ...............p. 26

Les équilibres du compte administratif

Les ressources communautaires

> Les ressources humaines ..............p. 21

Les effectifs

La formation

L’organigramme

Les services transversaux

Activités

> Aménagement

de l’espace communautaire ............p. 31

La planification territoriale

Les études urbaines

Le Système d’Information Géographique

L’habitat

L’aide à l’amélioration des conditions de vie

dans les quartiers

> Foncier et aménagement opérationnel ....p. 41

Les opérations urbaines majeures à vocation mixte

Les opérations à vocation économique

L’assistance aux communes

Le service foncier

Le service droit des sols

> Développement économique. ...........p. 53

Une promotion active du territoire conduisant

à une reconnaissance internationale

Le développement d’un réseau d’infrastructures

économiques performantes

L’innovation au service des entrepreneurs

L’action économique au service de l’emploi

et de l’insertion

> Transports et déplacements ............p. 63

Les transports en commun

La voirie et le jalonnement

> Environnement .......................p. 77

La collecte des déchets

Le traitement et la valorisation des déchets

L’Écolothèque

> L’eau ...............................p. 89

Le Schéma Directeur d’Assainissement

Le service d’eau potable

Le service d’eau brute

La lutte contre les inondations

> Sport .............................p. 103

La gestion et la construction d’équipements sportifs

Le soutien aux clubs, aux manifestations

et à l’animation

> Culture / Loisirs .....................p. 115

Une volonté politique de soutien à la création artistique

Les actions de sensibilisation en direction

des jeunes publics

Les établissements culturels de Montpellier

Agglomération

> Solidarité ..........................p. 139

La téléalarme

Les services funéraires

> Démocratie de proximité ..............p. 145

Les Maisons de l’Agglomération


Chaque décennie est un cap et celui de 2010 a été particulièrement douloureux pour

Montpellier Agglomération. Il n’est pas possible d’ouvrir ce rapport d’activité sans rendre

un hommage appuyé à celui qui présida pendant plus de 30 ans notre intercommunalité

et porta notre Communauté d’Agglomération sur les fonds baptismaux, il y a tout juste

10 ans. Georges Frêche a durablement marqué notre agglomération. Sous sa présidence,

par ses projets et par sa personnalité. Et bien au-delà de son décès, le 24 octobre 2010,

en forgeant cette dynamique de projet qui restera la méthode et la raison d’être de notre

coopération intercommunale.

2010 demeurera certainement pour notre collectivité comme un symbole de continuité

dans la tempête.

Tempête fiscale, avec la réforme sur la taxe professionnelle dont le dynamisme, nourri par notre action économique,

soutenait notre stratégie de projets. Tempête budgétaire, avec le gel annoncé de la dotation globale de fonctionnement

pour 3 ans. Tempête sociale et tempête pour l’emploi, alors que la crise s’enracine en France et en Europe. Pourtant,

malgré l’incertitude, Montpellier Agglomération est restée déterminée dans son action, avec un taux de réalisation

financier proche des 90 % pour l’exercice 2010.

Continuité culturelle, au moment où le festival Montpellier Danse fêtait ses 30 ans et le festival Radio France son quart

de siècle, avec l’inauguration d’une 13 ème médiathèque, à Clapiers, et le transfert de la médiathèque de Lavérune.

Continuité sportive, avec l’ouverture d’une 12 ème piscine d’agglomération, à Cournonterral. Continuité dans nos

responsabilités et dans notre approche de l’intercommunalité, avec l’acquisition d’une nouvelle compétence en matière

d’eau potable et la poursuite du schéma directeur d’assainissement. Continuité dans l’aménagement durable de notre

territoire, qu’il s’agisse des travaux des lignes 3 et 4 de tramway, de la gestion des déchets ou des projets

d’aménagement. Continuité dans la solidarité, alors que la loi SRU fêtait ses 10 ans, avec la poursuite du plan local

de l’habitat sur un rythme de 5 000 nouveaux logements par an, dont un quart de logements sociaux. Continuité

salariale, avec un soutien croissant vis-à-vis des agents et notamment la participation de l’employeur à leur couverture

santé. Continuité dans l’innovation, avec le lancement de la requalification de Cap Alpha en pépinière Green Tech et

la création d’un salon international du jeu vidéo : le Montpellier In Game. Continuité dans l’ouverture, avec le

renouvellement des accords signés avec Shanghai en 2004, le jumelage avec le district de Yangpu, en Chine, et la

signature d’accords économiques. Continuité dans l’affirmation, avec la reconnaissance de notre territoire comme

capitale internationale de l’agronomie et comme pôle à vocation mondiale dans le domaine de l’eau.

Cette continuité a des airs de renouvellement permanent et de dynamisme soutenu… et c’est encore là un des traits

de caractère de notre collectivité, pour qui, reprenant cette phrase de Lampedusa chère à Georges Frêche, « il faut

que tout change pour que rien ne change ».

Jean-Pierre Moure

Président de la Communauté d’Agglomération de Montpellier

Conseiller général du canton de Pignan

Maire de Cournonsec


Hommage

à Georges Frêche

GEORGES

FRÊCHE

UN DESTIN

EXCEPTIONNEL

Il avait cette force de caractère

et cette volonté qui forgent

les leaders et mobilisent

les énergies. C’est cet élan

que nous devons désormais

poursuivre sans lui.

Jean-Pierre Moure

Chaque année Georges Frêche célébrait avec émotion la disparition

de Jaurès assassiné le 31 juillet 1914. Un représentant du peuple

dont il se sentait très proche.

Lorsqu’il est élu

Maire de Montpellier

en 1977,

Georges Frêche devient

également Président du

District. Les intercommunalités

n’en sont qu’à leurs

prémisses et c’est Georges

Frêche qui placera celle

de Montpellier dans le

sens du vent, comprenant

rapidement l’intérêt d’une

telle coopération pour un

territoire en pleine expansion

démographique. Dès

lors la ville-centre s’ouvre

sur son bassin de vie et

son aménagement trace

de nouvelles voies,

comme autant de portes

vers une nouvelle destinée

: intercommunale.

Décidé à être l’artisan de

son dynamisme et à ne

pas en devenir la victime,

le District s’élargit et se

renforce pour devenir, en

juillet 2001, une Communauté

d’Agglomération.

L’évolution fait parfois

peur mais elle séduit surtout

par l’équilibre qu’elle

propose et par le choix

résolu de Georges Frêche

de bâtir cette coopération

sur le projet. Un projet qui

suive les besoins des

habitants et anticipe les

défis à venir mais également

respecte les équilibres

du territoire, préserve

son patrimoine et sa qualité

de vie. Cette dynamique

de projet, qu’a

très fortement incarnée

Georges Frêche, a hissé ce

territoire de la 23 e ville

à la 11 e intercommunalité

française et lui a surtout

donné une méthode,

une identité et un esprit

qui continuent de le

porter vers les prochaines

décennies.

GEORGES FRÊCHE,

DU DISTRICT À L'AGGLOMÉRATION

LES DATES

1985 : Lancement de la nouvelle

structure d’animation économique :

« Montpellier LR Technopole » et ses

quatre premiers pôles : Euromédecine,

Agropolis, Antenna et Héliopolis.

1986 : Inauguration du Zénith à

Montpellier

1987 : Inauguration de la pépinière d'entreprises

Cap Alpha à Clapiers

1989 : Inauguration du Corum

1994 : Ouverture du centre de tri

Déméter à Montpellier

1996 : Inauguration de la Piscine Olympique

d'Antigone

1999 : Pose de la première pierre de la

patinoire Vegapolis à Odysseum

2000 : Mise en service de la première

ligne de tramway et ouverture de la

Médiathèque Émile Zola dans le quartier

Antigone à Montpellier

4


Repères

1938

2010

9 juillet 1938 : naissance à Puylaurens, Tarn

1956 : baccalauréat à Toulouse

1961 : diplôme d’HEC Paris

1968 : doctorat de troisième cycle des lettres

(histoire) Paris Nanterre

1969 : doctorat de droit et agrégation de la

faculté de droit et des sciences économiques

(histoire du droit et du droit romain) Paris Nanterre.

Il est nommé comme professeur à la

faculté de Montpellier

1969 : adhésion à la SFIO à Montpellier

1973 : élu député sur Montpellier-Lunel avec

50,64 % des voix

1977 : élu maire de Montpellier avec 52 %

des voix et Président du District de Montpellier

1981 : élu député de la 1 ère circonscription de

l’Hérault avec 54,89 % des voix

1983 : réélu maire avec 52,49 % des voix et

Président du District de Montpellier

1986 : réélu député de Montpellier au scrutin

proportionnel de liste

1988 : réélu député de la 4 e circonscription de

Montpellier avec 58,42 % des voix

1989 réélu maire avec 50,12 % des voix et

Président du District de Montpellier

1995 : réélu maire avec 56,1% des voix et

Président du District de Montpellier

1997 : réélu député de la 2 e circonscription de

Montpellier avec 53,76 % des voix

2001 : réélu maire de Montpellier avec 56,34

% des voix et Président de la Communauté

d’Agglomération de Montpellier

2004 : élu Président de la Région Languedoc-

Roussillon avec 51,22 % des voix

2007 : départ en retraite de la faculté de droit

de Montpellier

Mars 2010 : réélu Président de la Région

Languedoc-Roussillon avec 54,19 % des voix

24 octobre 2010 : décès à Montpellier

2002 : Inauguration du Planétarium

Galilée à Odysseum

2004 : Première signature d’accords

économiques entre Shanghai et Montpellier

Agglomération et inauguration

de la pépinière d'entreprises Cap

Omega à Montpellier

2006 : Inauguration de la 2 e ligne de

tramway et de la station d'épuration

Maera à Lattes

2007 : Inauguration du musée Fabre

et du Stade Yves du Manoir à Montpellier

et de l'aquarium Mare Nostrum à

Odysseum

2009 : Inauguration du centre commercial

Odysseum, pose de la première

pierre du MIBI et coup d'envoi du chantier

de la 3 e ligne de tramway

2010 : Ouverture de l'Agora, Cité

internationale de la Danse et

inauguration de la Park&Suites Arena

Montpellier

Communauté

d’Agglomération

5

de Montpellier

01


Hommage

à Georges Frêche

Panorama

DE L'ANNÉE 2010

2010 aura marqué à jamais l'histoire de Montpellier Agglomération. Suite à la disparition brutale

de son Président Georges Frêche le 24 octobre, le Conseil d'Agglomération désigne le 2 décembre

son nouveau Président, Jean-Pierre Moure, pour assurer la continuité de la politique et des projets

impulsés et proposer de nouvelles initiatives. Retour en image sur les moments forts de 2010.

1

2

3

4

5

7

8

6

Et

Aussi

1 • Le chantier de la 3 e ligne de tramway se poursuit à un rythme soutenu./ 2 • Janvier 2010, lancement des travaux de requalification du Business Innovation

Center Cap Alpha. / 3 • Ouverture de la médiathèque Albert Camus à Clapiers./ 4 • Record d'affluence pour le 1 er Montpellier in game (MIG), nouvel

événement fédérateur du secteur des jeux vidéo./ 5 • Ouverture le 6 février de l'Hôtel de Cabrières-Sabatier d'Espeyran, nouveau département des Arts

décoratifs du musée Fabre./ 6 • Le 10 avril, « L'Équipe Mag » classe Montpellier première collectivité de France pour le sport grâce aux investissements de

Montpellier Agglomération./ 7 • Ouverture des portes de l'Agora, Cité internationale de la Danse./ 8 • Le musée Fabre présente la première rétrospective

jamais consacrée à Alexandre Cabanel./ 9 • Signature en octobre des accords de coopération économiques avec la Chine./ 10 • Inauguration de la

TRANSPORTS : Ligne 1 de tramway : nouvelle station « Mondial 98 ». Mise en place d'un service de desserte en soirée par

minibus des communes situées à l’ouest du territoire. Mise en service de la CléT@M, une clé USB destinée à recueillir les titres

transports achetés par Internet Prix du plus bel ouvrage de construction métallique, remis par le Syndicat de la Construction

Métallique de France pour le parking Circé de Montpellier Agglomération implanté à Odysseum. GESTION DE L'EAU : Transfert

de la compétence « eau potable » à Montpellier Agglomération. Mise en place du Pôle mondial de l’Eau. Achèvement du programme

d’aménagement contre les inondations de la basse vallée du Lez. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE : 1 er jumelage avec la Chine

6


9

13

11

15

10

12

14

1 er janvier : prise

de la compétence

« eau potable » par

la Communauté

d’Agglomération de

Montpellier

1 er janvier : l’ESBAMA est

transformé en Etablissement

Public de coopération culturelle

6 février : inauguration de

l’Hôtel de Cabrières-Sabatier

d’Espeyran rénové, nouveau

département des arts décoratifs

du musée Fabre

11 février : inauguration de la

médiathèque d’Agglomération

Albert Camus à Clapiers

22 juin : ouverture de l’Agora,

Cité internationale de la Danse

10 juillet : inauguration de

l’exposition Alexandre Cabanel,

« la tradition du beau » au musée

Fabre

Août 2010 : démarrage des

travaux de rénovation de l’opéra

Comédie dont la réouverture est

prévue à la fin du premier

trimestre 2012.

24 octobre : décès de Georges

Frêche, Président de Montpellier

Agglomération

2 décembre : élection de Jean

Pierre Moure à la présidence de

Montpellier Agglomération

6 décembre : Inauguration de

la piscine Poséidon, 12 e piscine

du réseau de Montpellier

Agglomération, à Cournonteral

Dates clefs

année

2010

17

16

Park&Suites Arena, grande salle multifonction de 14 000 places en septembre./11 • Élection le 2 décembre de Jean-Pierre Moure, nouveau Président de

la Communauté d'Agglomération de Montpellier./ 12 • Plein succès pour la 7 e Fête des Vignes de Montpellier Agglomération sur la place de la Comédie./

13 • Jean-Pierre Moure annonce le 9 décembre l'arrêt du projet de CSDU à Fabrègues./ 14 • In auguration en décembre de la 12 e piscine d'Agglomération,

Poséidon à Cournonterral./ 15 • Une première voie de circulation ouverte en juin avenue du Mas de Rochet, dénommée Georges Frêche./ 16 • De mars

à juin, 40 foyers témoins ont participé à l'opération « Familles Tritout » portée par Montpellier Agglomération, en partenariat avec l'ADEME et l'association

APIEU./ 17 • Inauguration en février de la station d'épuration intercommunale de Pignan-Saussan-Fabrègues./

pour Montpellier Agglomération. Redynamisation de Mercadis, le Marché d’intérêt national grâce, notamment, à Végétal expo.

SPORT : En mai, accueil du FISE, le Festival international des sports extremes Match France/Italie dans le cadre du tournoi des 6

nations féminin au stade Yves du Manoir Finale du Championnat de France de rugby à XIII élite 1 Demi-finale Perpignan/Toulouse

du Top 14 Test-match France/Argentine au stade de la Mosson-Mondial 98. TRADITIONS : Deux nouveaux événements : la Fête

du Taureau, à Baillargues, et la Fête de la Pierre, à Beaulieu Lancement d’une application gratuite Iphone intitulée « Guide des Vins

de Montpellier Agglomération ».

Communauté

d’Agglomération 7

de Montpellier

01


01

L’institution


L’institution

01

La communauté d’Agglomération de Montpellier :

31 communes unies dans l’intérêt général

La loi du 12 juillet 1999, relative à « la simplification et au renforcement de la coopération

intercommunale », a permis de clarifier le paysage intercommunal en réduisant le nombre de niveaux

de coopération. De ce fait, au plus tard le 1 er janvier 2002, les Districts et les Communautés de villes

devaient avoir disparu au profit des Communautés urbaines ou de communes et d’un nouvel établissement

public de coopération intercommunale créé par la Loi dite Chevènement : les Communautés

d’Agglomération.

Le District de Montpellier, composé alors de 15 communes, répondait aux contraintes juridiques

imposées pour la constitution d’une communauté d’agglomération : territoire de plus de 50 000

habitants, d’un seul tenant et sans enclave, autour d’une ou plusieurs communes centre de plus de

15 000 habitants.

Au 1 er août 2001, le District s’est donc transformé en Communauté d’Agglomération.

La Communauté d’Agglomération de Montpellier comprend actuellement les 31 communes

suivantes :

> BAILLARGUES

> BEAULIEU

> CASTELNAU-LE-LEZ

> CASTRIES

> CLAPIERS

> COURNONSEC

> COURNONTERRAL

> FABRÈGUES

> GRABELS

> JACOU

> JUVIGNAC

> LATTES

> LAVÉRUNE

> LE CRÈS

> MONTAUD

> MONTFERRIER-SUR-LEZ

> MONTPELLIER

> MURVIEL LES MONTPELLIER

> PÉROLS

> PIGNAN

> PRADES LE LEZ

> RESTINCLIÈRES

> SAINT-BRÈS

> SAINT-DRÉZÉRY

> SAINT GENIÈS DES MOURGUES

> SAINT GEORGES D'ORQUES

> SAUSSAN

> SAINT JEAN DE VÉDAS

> SUSSARGUES

> VENDARGUES

> VILLENEUVE-LÈS-MAGUELONE

Le Conseil Communautaire est composé de 90 membres. Toutes les communes

membres sont représentées, aucune ne pouvant avoir plus de la moitié

des sièges.

Le nombre de représentants par commune est déterminé proportionnellement

à la population de chaque commune. Il est de 1 pour les communes de

Baillargues, Beaulieu, Castries, Clapiers, Cournonsec, Cournonterral,

Grabels, Jacou, Lavérune, Montaud, Montferrier-sur-Lez, Murviel les

Montpellier, Prades le Lez, Restinclières, Saint-Brès, Saint Drézéry,

Saint Geniès des Mourgues, Saint Georges d’Orques, Saussan, Sussargues,

Vendargues ; de 2 pour Le Crès, Fabrègues, Juvignac, Pérols, Pignan,

Saint Jean de Védas, Villeneuve-lès-Maguelone ; de 5 pour Castelnau-le-

Lez et Lattes, et de 45 pour Montpellier.

10


Un vaste champ de compétences

pour un développement solidaire,

cohérent et maîtrisé du territoire

La Communauté d’Agglomération de Montpellier veille à développer le territoire de façon harmonieuse et

cohérente, afin de répondre efficacement aux besoins quotidiens de ses habitants.

Conformément à la loi (12 juillet 1999), Montpellier Agglomération est dotée de 4 compétences obligatoires :

• le développement économique,

• l’aménagement de l’espace communautaire et les transports en commun,

• l’équilibre social de l’habitat,

• la politique de la ville.

Chaque établissement intercommunal ayant à choisir au moins 3 compétences optionnelles, la Communauté

d’Agglomération a opté pour :

• la création, l’aménagement et l’entretien de la voirie communautaire et des parcs de stationnement,

• l’assainissement des eaux usées,

• la protection de l’environnement, la collecte, l’élimination et la valorisation des déchets ménagers,

• la construction et la gestion des équipements culturels et sportifs,

• la production et la distribution de l’eau potable.

Enfin, Montpellier Agglomération a décidé de prendre en charge les compétences supplémentaires suivantes :

• les services funéraires,

• le service de fourrière animale,

• la lutte contre les inondations,

• le développement et la gestion des réseaux d’acheminement de l’eau brute du Bas-Rhône et du Languedoc,

• le développement des réseaux « très haut débit » en relation avec les autres acteurs publics locaux.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

11

01


Un mode de fonctionnement démocratique

La Communauté d'Agglomération est une entité qui fonctionne selon un mode opératoire défini par la loi, et

s'inspirant de celui des communes pour les prises de décision.

Organe exécutif et assemblée délibérante

Le Conseil de Communauté est composé de 90 membres. Depuis l’arrêté préfectoral du 13 juillet 2000, tous sont

des conseillers municipaux désignés par leur commune pour la représenter au sein de cette structure intercommunale.

Suite au décès de Georges Frêche le 24 octobre 2010, Jean-Pierre Moure a été élu le 2 décembre 2010 comme

nouveau Président de la Communauté d'Agglomération, avec 86 voix sur 90 votants.

À l'occasion de cette élection, le bureau, qui constitue l'organe exécutif de la collectivité, a été renforcé de

4 nouveaux postes de conseillers spéciaux, qui assurent une mission de suivi particulier sur des dossiers importants :

l'économie de proximité, les filières biologiques, circuits courts et maraîchage ; les relations avec les pays de la

Méditerranée occidentale ; le patrimoine remarquable ; les zones humides et étangs littoraux ; l'archéologie, Site

archéologique Lattara - musée Henri Prades et la culture occitane.

Le bureau d'Agglomération est à présent constitué de 27 Vice-présidents et de 5 conseillers spéciaux.

Préparation des séances du Conseil

Les affaires soumises au Conseil de Communauté sont dans un premier temps examinées par les commissions

de travail. L'ensemble des points inscrits à l'ordre du jour est ensuite présenté aux membres du Bureau. Les affaires,

rapportées par les Vice-présidents, sont ensuite soumises au Conseil d'Agglomération et les délibérations sont

prises à la majorité des suffrages exprimés.

Les Commissions

Les commissions constituent des groupes de travail spécialisés.

Elles jouent un rôle déterminant dans l’élaboration des

projets et des actions de la

Communauté d’Agglomération.

Elles préparent les décisions

du Conseil de Communauté.

La fréquence de réunion des

commissions est fonction des

réunions du conseil.

Composition : A l’exception de la Commission Finances

constituée de l’ensemble des maires des 31 communes,

la composition des commissions est libre. Les conseillers,

qu’ils siègent au conseil communautaire ou uniquement

au conseil municipal, font acte de candidature en

fonction de leurs compétences ou de leurs centres

d’intérêt. Afin de permettre à toutes les communes

d’être représentées, chaque maire peut désigner son

adjoint concerné ou un conseiller municipal dans

chacune des commissions de la Communauté

d’Agglomération de Montpellier.

Le nombre des membres est variable d’une commission

à l’autre. La composition des commissions a été modifiée

le 26 janvier 2011 (délibération n°9999).

La présidence des commissions est assurée par un président délégué. Également Vice-présidents du Conseil

de Communauté, les présidents délégués sont élus par les membres des commissions. Le Président de la

Communauté d’Agglomération reste président de droit de l’ensemble des commissions.

12


Artisanat, Commerce, Marché d’Intérêt National

> Politique en faveur de l'artisanat et du commerce et

des zones d'activités destinées à l'accueil d'entreprises

artisanales et de services de proximité

> Création et gestion des villages d'entreprises et

des zones d’activités destinées à d’entreprises

artisanales et de services de proximité (Hannibal,

Parc 2000)

> Relation avec les chambres consulaires

> Suivi du Schéma Départemental d’Urbanisme

Commercial (SDUC)

> Suivi de la Commission Départementale d’Équipement

Commercial (CDEC)

> Suivi du marché d’intérêt national

Président délégué : Gabrielle DELONCLE

Président délégué suppléant : Alain ZYLBERMAN

Service de rattachement :

Direction du Développement Économique et de l’Emploi

Assainissement et Eau

> Développement et gestion des réseaux d’acheminement

de l’eau brute du « Bas Rhône et du Languedoc »

> Élaboration et mise en œuvre du schéma

d'assainissement collectif et non collectif

> Réalisation et gestion d'équipements de collecte

et de traitement des eaux usées

> Suivi des SAGE

> Représentation dans les commissions d'études et

de concertation

> Relations avec les prestataires et délégataires

> Élaboration et mise en œuvre du schéma d’eau potable

> Compétences exercées à l’échelle du bassin versant

de la zone humide de l’étang de l’Or :

• réflexion et concertation, études globales,

animations, suivi et évolution de la politique

de l’eau et des milieux aquatiques,

• participation aux réseaux nationaux et internationaux

gestionnaires des milieux aquatiques et ressources

naturelles, sensibilisation et information du public,

• gestion, fonctionnement et entretien des ouvrages

départementaux permettant de réguler les apports

d’eau douce et salée de l’étang de l’Or.

Président délégué : Louis POUGET

Président délégué suppléant : Josette CLAVERIE

Service de rattachement : Direction de l’Eau et de

l’Assainissement

Communication

> Communication institutionnelle de la Communauté d'Agglomération de Montpellier

> Relations avec les prestataires chargés de la conception, de la réalisation et de l'impression des documents

de communication

Président délégué : Alain BARRANDON

Service de rattachement : Direction de la Communication

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

13

01


Contentieux, Affaires Juridiques, Assurances, Archives et Moyens Internes

> Affaires Juridiques et Marchés Publics :

• Assurances (contrats, suivi des polices, mise en jeu

des garanties),

• Commission d'Accès aux Documents Administratifs,

contentieux, archives

> Ressources informatiques :

• Équipement, maintenance et formation informatique

des services, réalisation du schéma directeur,

dématérialisation des arrêtés et des procédures

> Moyens généraux et bâtiments :

• Marchés de fournitures courantes, maintenance,

gestion des fluides et de l'énergie des bâtiments

de la Communauté d'Agglomération de Montpellier

• Travaux d'aménagements, de rénovation, d'extension

ou de réalisation de bâtiment de la Communauté

d'Agglomération de Montpellier (hors bâtiments

culturels et sportifs)

• Parc automobile de la Communauté d'Agglomération

de Montpellier

• Gestion du Patrimoine immobilier de la Communauté

d'Agglomération de Montpellier (hors bâtiments

culturels et sportifs)

Président délégué : Pierre MAUREL

Président délégué suppléant : René REVOL

Service de rattachement : Direction des Affaires

Juridiques et des Marchés Publics

Copropriétés

• Gestion, acquisitions de bâtiments de la Communauté d'Agglomération de Montpellier en copropriété

• Participation aux syndics de copropriétés

Président délégué : Pierre DUDIEUZÈRE

Président délégué suppléant : Roger CAIZERGUES

Service de rattachement : Direction des Moyens Généraux et des Bâtiments

Culture, Enseignements Artistiques

> Politique culturelle

> Création et gestion d'équipements et services culturels

d'intérêt communautaire

> Enseignements musical, théâtral (Conservatoire

à Rayonnement Régional) et artistique

> Soutien aux institutions culturelles structurantes de

la Communauté d'Agglomération de Montpellier

> Festival international de Radio France et Montpellier

Languedoc-Roussillon, Festival international du Cinéma

Méditerranéen et Festival Montpellier Danse

> Aide à la diffusion théâtrale

Prades et site archéologique Lattara, Opéra Comédie,

Théâtre du Chai du Terral, Théâtre de Grammont,

Agora de la danse, Domaine Bonnier de la Mosson,

Planétarium, Aquarium Mare Nostrum

Président délégué :

Nicole BIGAS

Président délégué suppléant :

Thierry BREYSSE

Service de rattachement :

Direction de la Culture

> Soutien aux musiques contemporaines (salle victoire 2)

> Soutien aux initiatives, pratiques et manifestations

culturelles

> Relations avec les organismes et associations culturels :

Complexe du Mas de Grille, Médiathèque Centrale

Émile Zola, réseau des médiathèques, musée Fabre,

musée de l’Histoire de France en Algérie, musée Henri

14


Développement Durable, Énergies Nouvelles et Gestion des Temps

> Agenda 21

> Plan Climat Territorial et projets en matière de

Développement Durable

> Protection et mise en valeur des milieux naturels

sensibles

> Relations avec les acteurs compétents

> Énergies renouvelables

> Lutte contre les nuisances sonores et la pollution

de l'air

> Gestion des temps

> Soutien aux actions de maîtrise de l'énergie

Président délégué : Jean-Luc MEISSONNIER

Président délégué suppléant : Jean-Louis GÉLY

Service de rattachement : Direction de l’Urbanisme et

de l’Habitat

Écolothèque

> Gestion du centre de loisirs et du centre de ressources

environnement

> Définition des principales missions de l'Écolothèque

> Suivi du fonctionnement, de l'aménagement et de

l'équipement

> Relations avec l'Éducation Nationale

> Étude d’une nouvelle Écolothèque (création)

Président délégué : Claudine TROADEC-ROBERT

Président délégué suppléant : Jean-Marc LUSSERT

Service de rattachement : Direction de la Culture

Économie Agricole, Viticole, Traditions Populaires et Ruralité,

Relations avec la Chasse et la Pêche

> Promotion et préservation des activités agricoles et

viticoles : restructuration des caveaux, soutien aux

structures coopératives

> Relations avec la chambre d’agriculture

> Soutien aux actions de commercialisation ou de

développement de la qualité

> Soutien aux actions de préservation ou de

développement des activités arboricoles et maraîchères

> Représentation auprès des organismes en charge

des questions de chasse et de pêche traditionnelles

> Relations avec les associations ou organismes œuvrant

pour le maintien et le développement des traditions

populaires locales

> Promotion ou réalisation de manifestations en relation

avec l'objet de la commission

> Développement d'actions en faveur des territoires

ruraux

> Actions de promotion de la culture occitane sur

le territoire de la Communauté d'Agglomération

> Actions de promotion de la course camarguaise

> Actions en faveur de la promotion et du développement

de la balle au tambourin

> Fête de la Truffe

Président délégué : Yvon PELLET

Président délégué suppléant : Jean-François AUDRIN

et Pierre COMBETTES

Service de rattachement : Direction du Développement

Économique et de l’Emploi

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

15

01


Environnement

> Traitement et valorisation des déchets

ménagers (Déméter, déchets verts, composteurs)

> Actions en faveur de la valorisation et de la

réduction des déchets

> Mise en œuvre du plan départemental de

gestion des déchets ménagers

> Gestion et post-exploitation du Thôt

> Centre de Stockage des Déchets Ultimes

> Réalisation et exploitation de l’unité de

Méthanisation Amétyst

> Gestion des Points Propreté

> Gestion des régies de collecte

Président délégué : Christian VALETTE

Président délégué suppléant : Jackie GALABRUN-

BOULBES

Service de rattachement : Direction de la Prévention

et de la Gestion des Déchets

Finances

> Orientations budgétaires

> Élaboration et suivi des documents budgétaires

(BP, BS, CA)

> Fiscalité

> Emprunts, Gestion, Dettes

> Exécution comptable

> Attributions de subventions

> Garanties d'emprunt (hors logement social)

> Relations avec le SDIS

Président délégué : Thierry BREYSSE

Président délégué suppléant : Michel FRAYSSE

Service de rattachement : Direction des Finances

Innovation

> Projets innovants, dématérialisation et e-administration

> Nouvelles technologies au service des citoyens

> Réseaux très haut débit :

> Modernisation des outils de gestion

> Domotique et bâtiments intelligents

• Réseaux ouverts : Établissement et exploitation de nouveaux réseaux numériques très haut débit, non

redondants avec les réseaux existant, sur le territoire des communes dont le taux d’équipement en installations

haut débit de type FTTH et FTTB est inférieur à 30 %.

Établissement et exploitation de réseaux numériques très haut débit dans les zones d’activités communautaires

encore non desservies à la parcelle.

• Réseaux fermés : Établissement et exploitation à leurs usages exclusifs de groupes fermés d’utilisateurs (GFU)

reliant sur tout le territoire communautaire, des équipements publics intercommunaux et communaux.

Président délégué : Michel ASLANIAN

Service de rattachement : Direction du Développement Économique et de l’Emploi

16


Insertion par l’Économique

> Mission Locale d'Insertion, Permanence d'Accueil, d'Information et d'Orientation,

> Plan Local d'Insertion par l'Économique

> Subventions aux associations et aux entreprises œuvrant dans le domaine de l'insertion

Président délégué : Tatiana CAPUOZZI-BOUALAM

Président délégué suppléant : Christian BOUILLÉ

Service de rattachement : Direction du Développement Économique et de l’Emploi

Lutte contre les inondations

> Réalisation des études et des travaux de protection

contre les inondations dans la vallée du Lez et de la

Lironde

> Toute action nécessaire à l'exercice de la maîtrise

d'ouvrage de ces aménagements

> Études des phénomènes hydrauliques et des crues

sur le territoire de la Communauté d'Agglomération

visant à définir ou préciser les secteurs urbanisés

sujets à risque d'inondation et la nature des

aménagements à réaliser pour réduire ce risque

> Participation aux études nécessaires à l'élaboration

du schéma global de lutte contre les inondations

recommandée par le Sage Lez-Mosson-Étangs

palavasiens au programme d'actions de prévention

des inondations (PAPI) à l'échelle du bassin versant

Lez-Mosson-Étangs palavasiens

> Toute action nécessaire à la bonne réalisation des

études précitées

Président délégué : Cyril MEUNIER

Président délégué suppléant : Philippe SAUREL

Service de rattachement : Direction de l’Eau et de

l’Assainissement

Montpellier Méditerranée Technopole : Développement Économique et Emploi

> Développement Économique

> D é v e l o p p e m e n t d e s a c t i o n s é c o n o m i q u e s

internationales

> Animation et accompagnement du développement

économique local

> Création, Aménagement et gestion des parcs

d'activités, ZAC

> Prospection, accueil et implantation d'entreprises

nouvelles

> Actions en faveur de la création d'entreprises nouvelles

> Développement des nouvelles technologies

> Soutien à la recherche et au développement

> Participation aux pôles de compétitivité

> Relations avec le GIP Pôle Universitaire Européen et

enseignement supérieur

> Relations avec les acteurs relevant des pôles

d'excellence

> Représentation auprès de l'organisme concessionnaire

de l'aéroport

Président délégué : Gilbert PASTOR

Président délégué suppléant : Gabrielle DELONCLE

Service de rattachement : Direction du Développement

Économique et de l’Emploi

Personnel

> Ressources humaines : Carrière, Effectifs, Recrutements,

Formations, Gestion prévisionnelle des emplois et des

compétences, Rémunérations, Gestion du temps de travail

> Relations sociales et conditions de travail

Président délégué : Pierre BONNAL

Président délégué suppléant : Alain BARRANDON

Service de rattachement : Direction des Ressources

Humaines

> Élection et fonctionnement des CTP, CAP et CHS

> Frais de déplacements

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

17

01


Politique de la Ville, Logement, Habitat

> Programme Local de l'Habitat

> Aide à la réalisation de logements sociaux

> Relations avec les organismes en charge du logement

social

> Politique de la Ville

> Actions en faveur de la rénovation de logements

existants

> Garanties d’emprunts pour la réalisation de logements

sociaux

> Contrat de Ville, Grand projet de Ville et autres

politiques contractuelles avec l’État

> Participation aux dispositifs contractuels de

développement urbain

> Action en faveur de la mixité sociale

Président délégué : Hervé MARTIN

Présidents délégués suppléants : Louis POUGET

et Jean-Marc LUSSERT

Service de rattachement : Direction de l’Urbanisme et

de l’Habitat

Protection des Animaux, Fourrière Animale

> Conduite en fourrière des animaux errants après capture

> Service d'accueil des animaux errants en attente de cession gratuite à des organismes habilités à proposer

l'adoption

> Construction et gestion d'une fourrière et d'un refuge pour animaux

Président délégué : Danièle ANTOINE-SANTONJA

Présidents délégués suppléants : Jean-Pierre COULET et Jean-François AUDRIN

Service de rattachement : Direction de la Prévention et la Gestion des Déchets

Relations Internationales

> Politique internationale concernant les activités de la Communauté d'Agglomération de Montpellier

> Actions de représentation et de promotion des territoires de la Communauté d'Agglomération au niveau

international

> Relations avec la Communauté Européenne

> Participation à des programmes initiés par la Communauté Européenne

> Gestion des fonds structurels

Président délégué : Alain ZYLBERMAN

Président délégué suppléant : Frédéric ARAGON

Service de rattachement : Direction du Développement Économique et de l’Emploi

18


Santé, Handicap, Accessibilité et Gérontopole

> Promotion des politiques d'accessibilité

> Politique santé, prévention, handicap

> Téléalarme

> Plan de mise en accessibilité de voiries et espaces

publics

> Schéma directeur d’accessibilité des services de

transports publics

> Relations avec l'association « Groupement pour

l'Insertion des Personnes Handicapées Physiques du

Languedoc-Roussillon » (GIHP)

Président délégué : Pierrette MIENVILLE

Président délégué suppléant : Françoise BERGER

Service de rattachement : Direction des Transports et de

la Voirie

> Gestion de la Commission Intercommunale

d'accessibilité

Services Funéraires

> Gestion du Service Funéraire de la Communauté

d'Agglomération de Montpellier

> Aménagement, extension et équipement du Centre

Funéraire

Président délégué : Jean-Marcel CASTET

Président délégué suppléant : Marlène CASTRE

Service de rattachement :

Direction des Services Funéraires

Sports

> Politique sportive

> Construction, aménagement et gestion d'équipements sportifs

structurants

> Développement de la pratique de la natation et du patinage

> Soutien des clubs sportifs de haut niveau

> Soutien aux manifestations sportives de niveau national ou

international

> Soutien aux initiatives, pratiques et manifestations sportives

> Relations avec les associations et clubs sportifs

Président délégué : Jacques MARTIN

Président délégué suppléant : Brahim ABBOU

Service de rattachement : Direction des Sports

Tourisme

> Manifestations, salons, congrès à vocation touristique

> Relations avec les Offices de Tourisme

> Développement des activités de tourisme, loisirs > Tourisme d'affaires, foires, expositions, congrès (Enjoy,

Semfim)

Président délégué : Richard MAILHÉ

Président délégué suppléant : Fanny DOMBRE-COSTE

Service de rattachement : Direction du Développement Économique et de l’Emploi

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

19

01


Tramway, Transports, Déplacements

> Gestion, exploitation des 1 ère et 2 ème lignes de tramway

> Création, gestion et développement des réseaux

de tramway et de bus

> Relations avec les exploitants

> Politique des déplacements urbains

> Développement des modes de déplacement doux

(Vélomagg’…)

> Réalisation de la 3 ème ligne de tramway et extension

de la 1 ère ligne

> Études et Projet de réalisation de la 4 ème et de la

5 ème lignes de tramway

> Développement de l'intermodalité

Président délégué : Robert SUBRA

Président délégué suppléant : Christophe MORALÈS

Service de rattachement : Direction des Transports et

de la Voirie

Urbanisme, Politique Foncière

> Schéma de Cohérence Territoriale

> Plan de Déplacements Urbains

> Avis sur projets et schémas régionaux

> Avis sur des opérations d'urbanisme menées sur

le territoire de l'agglomération

> Avis sur les documents d'urbanisme des Communes

membres pour lesquels la Communauté

d'Agglomération de Montpellier est sollicitée

> Acquisitions et cessions foncières

> Création de réserves foncières - ZAD

> Exercice du droit de préemption

Président délégué : Christophe MORALES

Président délégué suppléant : Frédéric TSITSONIS

Service de rattachement : Direction de l’Urbanisme et

de l’Habitat

Voirie, Jalonnement

> Aménagements de voirie d'intérêt communautaire et en faveur des transports en commun

> Réalisation et maintenance du jalonnement directionnel dans les communes

Président délégué : Hélène QVISTGAARD

Président délégué suppléant : Jean-Luc MEISSONNIER

Service de rattachement : Direction des Transports et de la Voirie

Commission d’Appel d’Offres

La Commission d’Appel d’Offres est composée de cinq

membres, élus par le Conseil de Communauté.

Contrairement aux autres commissions dont l’avis est

consultatif, la Commission d’Appel d’Offres répond à des

dispositions légales.

Elle est obligatoirement réunie à certains stades de la

procédure de mise en place d’un marché, notamment

pour l’ouverture des plis et l’enregistrement des pièces

contenues dans ceux-ci, mais aussi pour la désignation

des candidats retenus.

Président : Jean-Pierre MOURE représenté par Alain

BARRANDON (arrêté n°2010-3121)

Membres titulaires : Pierre BONNAL, Christiane

FOURTEAU, Louis POUGET, Catherine LABROUSSE,

Michel PASSET

Membres suppléants : Pierrette MIENVILLE, Marlène

CASTRE, Tatiana CAPUOZZI-BOUALAM, Rosy

BUONO, Pierre COMBETTES

Service de rattachement : Direction des Affaires

Juridiques et des Marchés Publics

20


Les ressources humaines

Des effectifs en légère augmentation

Les effectifs de la Communauté d’Agglomération de Montpellier ont augmenté de 2,14 % au cours de l’année 2010,

pour atteindre un total de 1 383 agents.

Au total, on compte 1 164 titulaires et agents détachés stagiaires, et 219 agents non titulaires.

Évolution des effectifs de Montpellier Agglomération

1600

g p p

1400

1200

1000

929

1067

1219

1272

1303 1328

1354 1383

800

600

400

367 404

481

200

0

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010

Une parité hommes / femmes respectée

Au total la Communauté d’agglomération de Montpellier compte 705 femmes, soit 51 % de l’effectif,

et 678 hommes, soit 49 %. Les hommes s’avèrent légèrement majoritaires en catégorie A (51,8 %), et les femmes

sont majoritaires en catégories B et C, y représentant respectivement 52,6 % et 50,9 % des effectifs.

Répartition des agents sur emploi permanent par catégorie et par sexe

Répartition des agents sur emploi permanent par catégorie et par sexe

450

400

403

383

350

Nbre d'agents

300

250

200

150

133

169

143 152

100

50

0

Cat A Cat B Cat C

Femmes

Hommes

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

21

01


Répartition par catégories et par pôles

La Communauté d’Agglomération de Montpellier compte :

• 276 agents de catégories A

• 321 agents de catégorie B

• 786 agents de catégorie C.

Répartition des effectifs par catégories

20%

57% Catégorie A

23%

Catégorie B

Catégorie C

Répartition des effectifs par pôles

Pôles Fonctionnaires Non titulaires Total

DGS 8 5 13

Cabinet 43 21 64

Ressources et Moyens 117 18 135

Culture, Sports et Solidarité 681 128 809

Développement Territorial 67 33 100

Services Publics de l’Environnement

et des Transports

198 14 212

Détachés et mis à disposition 50 50

Total 1 164 219 1 383

Une administration en mouvement

Les évolutions de carrière en chiffres

• 52 agents ont été nommés stagiaires,

• 80 agents ont été titularisés,

• 421 agents ont bénéficié d’un

avancement d’échelon,

• 67 agents d’un avancement de grade,

• 13 agents ont bénéficié

d’une promotion interne,

• 70 agents ont obtenu une mobilité

interne,

• 40 personnes ont accédé à

un temps de travail partiel,

• 19 personnes ont obtenu un congé

parental d’éducation.

La Direction des Ressources Humaines

de la Communauté d'Agglomération de Montpellier

22


Le badgeage s’étend aux médiathèques,

permettant à chaque agent de gérer son temps

de travail.

Des avancées significatives

• L’Agglomération de Montpellier, qui s’est engagée dans une démarche de gestion

prévisionnelle des emplois et des compétences, a harmonisé et amélioré ses fiches

d’évaluation annuelle en les élaborant conjointement avec la fiche de poste. Plus

complètes quant à la nature des fonctions exercées et dans le descriptif des compétences

acquises ou restant à acquérir, elles permettent d’évaluer objectivement un agent sur

un poste défini. L’objectif de ces fiches d’évaluation, utilisées à titre expérimental pour

l’année 2010, est de rendre plus dynamique et utile l'évaluation, et également de se

préparer aux évolutions réglementaires à venir.

• À compter du 1 er janvier 2010, la participation de la Communauté d’Agglomération à la

complémentaire santé des agents a été revalorisée, passant de 15 à 20 %.

• La modernisation de la gestion automatisée du temps de travail s’est poursuivie avec

l’extension du périmètre fonctionnel de badgeage à l’ensemble des médiathèques. Par

ailleurs, la dématérialisation du pointage s’est poursuivie, avec la mise à disposition du

module agents badgeuse, qui permet à chacun d’effectuer ces opérations depuis son

ordinateur.

• Une prime spécifique pour contraintes horaires du dimanche a été instaurée pour les agents non titulaires travaillant

au sein du réseau des médiathèques.

• Une convention annuelle de moyens a été conclue entre l’Agglomération de Montpellier et le Comité d’Action Sociale,

Sportive et Culturelle.

• Dans le cadre du Plan de Déplacement des Entreprise (PDE) et de la démarche de développement durable initiée par

Montpellier Agglomération, il a été proposé aux agents de bénéficier du prêt d’un vélo pour effectuer les trajets

domicile-travail, en contrepartie de l’abandon de leur place de stationnement. Fin 2010, 150 vélos ont ainsi été

distribués.

• 7 Comités Techniques Paritaire, 2 Comités d’Hygiène et Sécurité et 9 visites du Comité d’Hygiène et Sécurité

permettant d’apprécier les conditions de travail des différents services ou structures dépendant de Montpellier

Agglomération ont été organisés en 2010.

• Le transfert de la médiathèque de Villeneuve-lès-Maguelone et de son personnel au sein des effectifs de

l’agglomération de Montpellier, qui est intervenu au 1 er janvier 2010, ainsi que la préparation de l’ouverture de l’hôtel

Sabatier d’Espeyran, département des arts décoratifs du musée Fabre et celle de la piscine Poséidon, à Cournonterral

ont été les autres temps forts de l’année en terme de gestion du personnel.

• Enfin, l’Ecole Supérieure de Beaux Arts a été accompagnée par Montpellier Agglomération, en vue de sa constitution

en Établissement Public de Coopération Culturelle, qui est intervenue au 1 er janvier 2011.

Visite des ateliers de l’Ecole des Beaux-Arts

par le Comité d’Hygiène et de sécurité

La médiathèque de Villeneuve-lès- Maguelone,

qui a rejoint le réseau le 1 er janvier 2011

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

23

01


L’organigramme (juillet 2011)

Jean-Pierre MOURE

Serge POITOU

Sabine BERGÜA

24


Des services transversaux

pour une administration bien gérée

L’ensemble des services concourent à faire de Montpellier Agglomération

une collectivité respectueuse des principes du développement durable

(économies, recours aux énergies renouvelables) et appliquant en

interne les valeurs qu’elle met en œuvre dans son action politique.

La maîtrise de l’énergie,

un souci constant

• Le développement des énergies renouvelables

Des piscines respectueuses du développement

durable grâce aux capteurs solaires dont elles

sont dotées.

Montpellier Agglomération a pour objectif de compenser la totalité de ses consommations d’énergie sur

ses équipements propres par la production d’énergies renouvelables, grâce à la mise en place de panneaux

photovoltaïques, de capteurs solaires thermiques ou la récupération du biogaz issu de la filière déchets.

Fin 2010, 6 installations photovoltaïques fonctionnaient : les médiathèques Françoise Giroud à Castries

et Albert Camus à Clapiers, le refuge animalier Noé de Villeneuve-lès-Maguelone, le stade Yves du Manoir,

la régie de collecte de Pignan et enfin l’Aréna dernière installation mise en service. L’installation de production

d’eau chaude sanitaire à partir de capteurs solaires s’est également poursuivie dans les piscines et les

équipements sportifs : on recense 13 sites équipés en 2010.

• La réduction des dépenses énergétiques propres à la collectivité

Par la modernisation des installations de chauffage et de climatisation, l’investissement dans des matériels

performants et intelligents qui permettent un très bon pilotage des installations pour éviter tout gaspillage,

et la mise en place d’éclairage économe, Montpellier Agglomération a décidé de réduire fortement ses

consommations d’énergie. Les travaux engagés sur les bâtiments ont permis de réduire de 14 % la facture

énergétique entre 2006 et 2010. Cela représente une économie de 5,8 millions de kWh, soit l’équivalent de

850 tonnes de CO 2 évitées sur une année.

• Vers des bâtiments à énergie positive

Montpellier Agglomération s’est engagée en 2010 dans la construction de son premier bâtiment à énergie

positive : le MIBI (Montpellier International Business Incubator). Cet hôtel d’entreprises de 3500 m²

dédié aux entreprises étrangères présente une performance énergétique double de celle exigée par la

règlementation thermique en vigueur. Cette performance est obtenue par un niveau d’isolation très élevé

de l’ensemble du bâtiment, un éclairage performant et modulé en fonction de l’apport de lumière naturelle,

des protections solaires pour limiter les besoins de climatisation et un système de chauffage et de

rafraîchissement à haut rendement. Les consommations d’énergie de cet équipement seront donc faibles

et intégralement compensées par l’électricité produite par les 750 m² de panneaux photovoltaïques

installés en façade et en toiture. Au final, le MIBI produira plus d’énergie qu’il n’en consomme, c’est ce qu’on

appelle un bâtiment à énergie positive.

Des bâtiments publics accessibles à tous

Montpellier Agglomération a lancé une opération d’audit de ses équipements, conformément à la loi sur l’égalité

des chances du 11 février 2005, afin de vérifier l’accessibilité de ces derniers aux personnes souffrant de handicaps.

27 équipements culturels, 18 à caractère sportif et 12 bâtiments administratifs ont été diagnostiqués par un bureau

d’études spécialisé. La synthèse de l’étude a conduit l’administration à proposer un programme pluriannuel de

travaux qui rendront l’Hôtel d’Agglomération, le Domaine de la Providence, les Maisons de l’Agglomération et

l’ensemble des équipements accessibles à tout type de handicaps.

Une politique d’achat mutualisée

Montpellier Agglomération a initié une démarche de mutualisation des procédures d’achats avec ses communes

membres : en 2010, plusieurs groupements de commandes ont ainsi été constitués, permettant à l’ensemble

des collectivités de réduire leurs budgets de mise en concurrence et de bénéficier de tarifs plus avantageux liés

à l’augmentation des volumes achetés.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

25

01


Les résultats financiers

Conformément à ses engagements, Montpellier Agglomération a poursuivi en 2010 sa politique d’investissement

et ses missions de développement du tissu économique, social et culturel local, et ce, malgré un contexte marqué

par des réformes institutionnelles importantes, en particulier la réforme de la taxe professionnelle, et une

conjoncture économique nationale qui demeure difficile.

Avec des dépenses d’équipement consolidées qui s’élèvent à près de 282 M€, la Communauté d’Agglomération

de Montpellier a poursuivi le développement dynamique et solidaire de son territoire : la Ligne 3 de Tramway

y tient une place essentielle afin de compléter, à l’horizon 2012, un réseau de transports résolument alternatif,

tourné vers l’écomobilité et le développement durable. Le développement de la nouvelle filière de gestion et

de traitement des déchets, la lutte contre les inondations, la réalisation du Schéma Directeur d’Assainissement,

la diffusion de la culture et de la pratique du sport ont également été des axes majeurs de l’intervention de Montpellier

Agglomération.

En parallèle, Montpellier Agglomération a, dans les domaines de l’urbanisme, de l’habitat et du développement

économique, et dans un souci de cohérence et de développement équilibré, poursuivi ses opérations en matière

de réalisation de logements, de soutien aux secteurs innovants porteurs, de valorisation du tissu économique local

et d’accompagnement sur-mesure des entreprises. Avec de telles réalisations, la Communauté d’Agglomération

de Montpellier a joué en 2010 un rôle déterminant de soutien à l’emploi et l’économie sur son territoire.

Les dépenses d’équipement du budget consolidé ont été réalisées à hauteur de 91 % et se décomposent ainsi :

• Budget Principal : 252,83 M€

• Budget Services Funéraires : 0,32 M€

• Budget Assainissement : 25,81 M€

• Budget Eau Potable : 2,64 M€

26


Résultats du Compte administratif 2010

Budget Principal Dépenses Recettes Résultat Brut 2009 Résultat reports Résultat net 2009

Fonctionnement 315 696 633,75 415 766 743,45 - 241 250,00

Investissement 605 427 535,02 514 619 939,14 22 651,09

Total 921 124 168,77 930 386 682,59 9 262 513,82 - 218 598,91 9 043 914,91

Service Funéraire Dépenses Recettes Résultat Brut 2009 Résultat reports Résultat net 2009

Fonctionnement 3 952 803,74 5 643 527,75 0,00

Investissement 419 610,85 1 251 671,13 - 111 765,43

Total 4 372 414,59 6 895 198,88 2 522 784,29 - 111 765,43 2 411 018,86

Assainissement Dépenses Recettes Résultat Brut 2009 Résultat reports Résultat net 2009

Fonctionnement 15 060 961,16 27 139 941,73 0,00

Investissement 49 320 362,42 39 059 355,00 2 077,34

Total 64 381 323,58 66 199 296,73 1 817 973,15 2 077,34 1 820 050,49

Assaini. non collectif Dépenses Recettes Résultat Brut 2009 Résultat reports Résultat net 2009

Fonctionnement 65 263,74 82 208,34 0,00

Investissement 8 300,00 9 436,00

Total 73 563,74 91 644,34 18 080,60 0,00 18 080,60

Eau Brute Dépenses Recettes Résultat Brut 2009 Résultat reports Résultat net 2009

Fonctionnement 23 422,14 23 424,96 0,00

Investissement 0,00 0,00 0,00

Total 23 422,14 23 424,96 2,82 0,00 2,82

Eau Potable Dépenses Recettes Résultat Brut 2009 Résultat reports Résultat net 2009

Fonctionnement 1 739 528,40 4 134 615,11 0,00

Investissement 3 774 299,47 2 936 315,08 637,97

Total 5 513 827,87 7 070 930,19 1 557 102,32 637,97 1 557 740,29

Total Budget Dépenses Recettes Résultat Brut 2009 Résultat reports Résultat net 2009

Fonctionnement 336 538 612,93 452 790 461,34 - 241 250,00

Investissement 658 950 107,76 557 876 716,35 - 87 037,00

Total 995 488 720,69 1 010 667 177,69 15 178 457,00 - 328 287,00 14 850 170,00

Une politique d’investissement ambitieuse

Répartion des dépenses réelles 2010

( Budget consolidé / investissement+fonctionnement

12,6 %

0,3 %

2,4 % 3,5 % 3,2 %

17 %

9,2 %

6,8 % 11,3 %

33,7 %

Enseignement et formation

Administration générale

Contingent incendie

Transport urbains et voirie

Environnement

Eau et assainissement

Développement économique -

Urbanisme - Logement

Emprunt et dette

Culture, Sports et solidarité

Impôts et taxes non affectées

Avec la construction des lignes 2 et 3 du

Tramway, du musée Fabre, de l’aquarium Mare

Nostrum, du Stade Yves du Manoir et de ses

équipements de proximité culturels et sportifs,

Montpellier Agglomération est la collectivité

qui a investi le plus sur la période 2004-2009

parmi les communautés d’agglomération de

plus de 200 000 habitants.

En 2010, les 3 principaux postes de dépenses

(investissement + fonctionnement) sont :

• Transports urbains et voirie : 227 M€

• Culture, sports et solidarité : 111 M€

• Environnement : 76 M€

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

27

01


Des ressources communautaires dynamiques

Comme le montre le graphique ci-dessous, la Communauté d’Agglomération dispose de ressources diversifiées qui garantissent

une évolution régulière des recettes.

Répartion des recettes réelles 2010

( Budget consolidé / investissement+fonctionnement)

1,1 %

23,6 %

12,0 %

1,4 %

19,4 %

10,6 %

13,3 %

10,1 %

8,4 %

Autres

Produits des services

Dotations et compensations de l’État

Versement transport

Taxe d’enlèvement des ordures ménagères

Compensation relais de la TP

Subventions d’équipements reçues

Fonds de compensation TVA

Emprunt

L’année 2010 constitue une année de

transition dans le cadre de la réforme de

la Taxe Professionnelle. Alors que les

entreprises sont d’ores et déjà imposées

au titre de la Cotisation Économique

Territoriale, les collectivités locales ne

percevront les nouvelles recettes de

substitution qu’à partir de 2011. C’est une

compensation-relais qui a été versée

en 2010, intermédiaire entre l’ancienne

Taxe Professionnelle et la nouvelle

Cotisation Foncière Économique, ce qui

a permis de conserver une certaine

dynamique des bases avec une évolution de 4,4 % entre 2009 et 2010. Au total, le produit net du ticket modérateur

s’est élevé à 128,9 M€.

L’effort réalisé en 2009 pour limiter la pression fiscale en réduisant le taux de Taxe d’Enlèvement des Ordures

Ménagères (TEOM) à 11,25 % a pu être maintenu. Au total le produit de la TEOM s’est élevé à 56 M€, soit une

évolution de plus de 4% liée au seul dynamisme des bases.

La croissance du Versement Transport témoigne d’une reprise de l’activité économique sur le territoire avec

une augmentation de près de 3 % du produit, celui-ci s’élevant à 67,3 M€.

La Dotation Globale de Fonctionnement, en revanche, a vu sa progression freinée par les évolutions législatives,

en particulier, le gel, en volume, de l’enveloppe des concours financiers de l’État aux Collectivités Locales.

Elle s’est élevée à 76,7 M€ en 2010, n’augmentant que de 0,5 % par rapport à 2009.

Des marges de manœuvre importantes

Ce dynamisme des recettes de fonctionnement, permet, compte tenu de l’évolution parallèle des charges de

fonctionnement, de renforcer les équilibres financiers.

À cet égard, il est à souligner que la Communauté d’Agglomération de Montpellier a su profiter du contexte

de baisse des taux directeurs et de différentes opportunités de marché pour réaliser d’importantes économies de

frais financiers. On peut constater une réduction des frais financiers de 6 % en 2010.

Les dépenses de personnel sont stabilisées à un niveau comparable à la moyenne nationale (moins de 18 % des

dépenses réelles de fonctionnement) et leur évolution reste contenue (+ 2,8 %).

Ainsi l’autofinancement augmente notablement :

• L’épargne brute atteint 104 M€ soit 26,6 % des recettes de fonctionnement, en évolution de 8 % par rapport

à 2009 . Les objectifs du budget primitif sont largement atteints : le niveau d’épargne est supérieur de près

de 20 % aux prévisions initiales et le taux d’épargne s’améliore de 2,5 points.

• L’épargne nette (épargne brute hors remboursement du capital de la dette) s’élève à 79 M€ soit une

augmentation de 10 % par rapport à l’année 2009.

Ce taux d’épargne particulièrement élevé permet à la Communauté d’Agglomération de Montpellier d’afficher

une excellente solvabilité. Rappelons que l’on considère que la situation financière est saine dès que le ratio atteint

20 %. Ce ratio témoigne de la capacité de Montpellier Agglomération à maîtriser sa gestion pour dégager un

autofinancement important tout en absorbant la montée en puissance des dépenses d’équipement.

28


Évolution du taux d’épargne de la Communauté d’Agglomération de Montpellier depuis 2004

40 %

35 %

30 %

25 %

30 %

27 %

27 %

25 % 25 %

26 %

24 %

20 %

15 %

10 %

5 %

0 %

CA 2004

CA 2005

CA 2006 CA 2007

CA 2008 CA 2009 CA 2010

À méthode de comptabilisation constante

Des projets d’envergure qui emportent l’adhésion

des autres collectivités

L’Agglomération de Montpellier bénéficie du soutien continu de ses partenaires institutionnels. Depuis 2004,

la Région Languedoc-Roussillon accompagne activement le développement des projets structurants conduits

par la Communauté d’Agglomération de Montpellier : lignes de tramway, lutte contre les inondations,

développement du réseau de médiathèques et de celui des piscines, développement économique. La Ville de

Montpellier, le Département de l’Hérault, l’État (avec une subvention de 82,6 M € accordée pour la Ligne 3) et

l’Europe restent également essentiels dans la mise en œuvre des projets de Montpellier Agglomération.

Il est à noter que le taux de subventionnement des opérations d’investissement atteint près de 22 % en 2010

et que, parallèlement, le taux de réalisation reste élevé puisque que les subventions prévues ont été effectivement

versées à près de 85 %.

Un endettement maîtrisé

En 2010, 109 M€ d’emprunts ont été mobilisés. Cette augmentation de la dette est directement liée au programme

d’investissement et notamment de la construction de la 3 ème ligne de tramway. L’endettement reste toutefois

modéré, compte tenu du volume des investissements financés par la Communauté d’Agglomération de Montpellier

et de sa capacité à en assurer le remboursement. La capacité de désendettement est limitée à 6,5 ans, ce qui reste

très inférieur au seuil d’alerte de 12 ans et au seuil critique évalué à 15 ans.

Par ailleurs, l’analyse des principaux éléments de la dette fait apparaître une situation saine et sécurisée. La structure

de l’encours de dette est équilibrée entre taux fixes (49 %) et taux variables (51 %), ce qui permet de bénéficier

de la baisse des taux monétaires tout en conservant une sécurisation suffisante.

Elle ne comporte qu’une faible part de produits structurés (la majorité d’entre eux étant d’ailleurs peu risquée et/ou

en phase de protection contre la hausse des taux) puisqu’elle est composée à près de 95% d’emprunts classiques

à taux fixes ou monétaires.

Le taux moyen global de la dette de la Communauté d’Agglomération de Montpellier s’élève à 2,91 % au

31 décembre 2010, ce qui reste très inférieur aux conditions actuelles du marché ; les taux fixes sur la durée

résiduelle de la dette sont quant à eux de l’ordre de 3,6 %.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

29

01


02

Aménagement

de l’espace

communautaire


Aménagement de

l’espace communautaire

02

Dans le domaine de l’aménagement de l’espace, la Communauté d’Agglomération de Montpellier

exerce des compétences en matière de prospective territoriale et de planification urbaine.

C’est à ce titre qu’elle établit et met en œuvre une planification stratégique à l’échelle intercommunale.

En complément, elle réalise des études urbaines ou de prospective territoriale dans les domaines

de l’aménagement, de l’organisation des mobilités et de l’environnement.

Montpellier Agglomération est également impliquée dans l’habitat, et elle finance la

construction de logements locatifs sociaux afin d’atteindre le quota de 25 % imposé

par la loi. Cette politique de mixité sociale est menée

sur l’ensemble de ses 31 communes, gage d’une

répartition équilibrée du développement urbain

entre la ville centre et sa périphérie.

La planification territoriale

Un Schéma de Cohérence Territoriale stratégique

Adopté à l’unanimité le 17 février 2006, le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de l’Agglomération de

Montpellier définit les orientations générales d’aménagement du territoire à l’horizon 2020. Ce document de

référence fixe le cap à suivre : un développement urbain maîtrisé, conciliant les atouts d’une croissance

démographique forte avec l’exigence de préserver le capital foncier et environnemental de l’agglomération

montpelliéraine.

Par ailleurs, et conformément aux objectifs de la loi Solidarité et Renouvellement Urbains, le SCOT harmonise autant

qu’il rend cohérents les documents de planification sectoriels (Plan de Déplacements Urbains, Programme Local

de l’Habitat, Schéma de Développement Commercial), comme les documents d’urbanisme local (Plans Locaux

d’Urbanisme, Zones d’Aménagement Concerté).

Afin de rendre plus aisée l’articulation entre les documents d’urbanisme d’échelles intercommunale et locale,

Montpellier Agglomération accompagne la réalisation d’études urbaines communales permettant de préciser,

mais aussi de décliner, les orientations du SCOT à moyen et long termes. Deux nouvelles études urbaines communales

ont ainsi été conduites durant l’année 2010.

32


L’extension des Plans Locaux d’urbanisme

Deux nouveaux Plans Locaux d’Urbanisme ont été approuvés,

dont l’un à Castries

La mise en œuvre du SCOT a conduit à l’approbation de deux

nouveaux Plans Locaux d’Urbanisme, à Castries et au Crès,

sous la maîtrise d’ouvrage des communes et en concertation

avec la Communauté d’Agglomération de Montpellier.

Trois nouvelles démarches d’élaboration

de PLU (Villeneuve-lès-Maguelone,

Vendargues et Saint Jean de Védas),

issues d’études de définition

urbaine, ont par ailleurs fait

l’objet d’un accompagnement

technique et d’un soutien

financier de Montpellier

Agglomération à hauteur de

11 000 €.

Le Plan de Déplacements Urbains

soumis à la concertation

L’élaboration du Plan de Déplacements Urbains

nécessite nombre de réunions et de concertations

Les orientations générales du SCOT impliquent d’approfondir et

d’affiner les documents de planification sectorielle. C’est de cette

manière que s’est engagée la démarche d’élaboration du Plan de

Déplacements Urbains 2010-2020, dont les études se sont poursuivies

en 2010, préalablement à la validation du projet, survenue en Conseil

d’Agglomération du 26 janvier 2011.

Conformément à la Loi d’Orientation sur les Transports Intérieurs

(LOTI), le but du Plan de Déplacement Urbain (PDU) est de définir les

principes d’organisation des transports de personnes et de

marchandises, comme la circulation et le stationnement dans le

périmètre des transports urbains couvrant les 31 communes de la

Communauté d’Agglomération de Montpellier.

Cette démarche a mobilisé l’ensemble des communes, des institutions partenaires et des acteurs professionnels,

dans le cadre d’ateliers et de groupes d’expertise. Les différents axes du projet, soumis à la concertation publique

(réunions, expositions dans les Maisons de l’Agglomération), ont permis d’établir le projet de PDU.

L’un des principaux objectifs du PDU est de porter la part des modes de transport alternatifs à l’automobile (marche,

vélo, transport public) à plus de 50 % des déplacements à l’horizon 2020. Ce qui implique la mise en œuvre

d’un plan d’action en trois actes :

• limiter la dépendance automobile via une planification territoriale articulant étroitement développement

urbain dense et proximité des réseaux de transport public. Cela peut être rendu possible par un aménagement

des espaces publics favorisant les déplacements de courtes distances, à pied ou à vélo,

• agir sur les comportements et les mœurs, en assurant la promotion de nouvelles pratiques

écomobiles (co-voiturage, autopartage, PDE…), tout en détournant l’usager de son

« réflexe automobile » par la mise en place d’une politique de stationnement adaptée,

• développer les alternatives à la voiture par la mise en place d’un puissant réseau de

transport à l’échelle métropolitaine, incluant 6 lignes de tramway à l’horizon 2020,

valorisant la montée en puissance d’un service TER cadencé et la réalisation de la nouvelle

ligne TGV.

L’approbation définitive du PDU est prévue, après enquête publique, au second semestre 2011.

Sur l’exercice 2010, Montpellier Agglomération a investi 174 000 € pour mener à bien les

différentes études.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

33

02


Le suivi des grands projets d’infrastructure

Dans le droit prolongement des réflexions stratégiques

du PDU, Montpellier Agglomération s’est largement

investie, en 2010, dans l’accompagnement et le suivi

des grands projets d’infrastructure de transport, car ce

sont eux qui déterminent l’organisation spatiale et

urbaine de notre territoire. C’est pourquoi différents

sujets ont été étudiés, parmi lesquels le déplacement

de l’A9, la restructuration de la gare Montpellier Saint-

Roch, la Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan (LNMP),

le contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier

(CNM), comme la gare nouvelle Montpellier Odysseum.

Partenaire financier du projet CNM, Montpellier

Agglomération a consacré 500 000 € aux acquisitions

foncières et aux études préalables en 2010. Elle a

également noué un partenariat spécifique avec Réseau

Ferré de France, afin de contribuer techniquement et

financièrement au programme des études de définition

de la gare nouvelle Montpellier Odysseum. Dans la

perspective d’une mise en service à l’horizon 2016, les

deux opérations CNM et gare nouvelle sont bien

entendu coordonnées.

L’Agenda 21,

véritable soutien du développement durable

Dans la droite lignée du SCOT, et en relation directe

avec le PDU, la Communauté d’Agglomération de

Montpellier a poursuivi, en 2010, sa démarche

« Agenda 21 ». Document à visée opérationnelle,

en lien étroit avec l’ensemble des compétences

communautaires, l’Agenda 21 prolonge et valorise

les actions déjà mises en oeuvre par l’Agglomération

en matière de transports, d’assainissement ou de

gestion des déchets.

Simultanément, son objectif est d’amplifier la

stratégie communautaire en matière de

développement durable grâce à l’élaboration de

quatre « éco-projets » prioritaires :

• un schéma directeur des énergies renouvelables,

• un « éco-référentiel » de l’aménagement urbain,

• un guide des agriparcs,

• une charte de l’achat public durable.

L’équipement de la médiathèque Albert Camus en panneaux

photovoltaïques s’inscrit parfaitement dans le schéma directeur

des énergies renouvelables de l’Agenda 21

Pour l’accompagner efficacement dans cette démarche, la Communauté

d’Agglomération a retenu une équipe de maîtrise d’œuvre pluridisciplinaire.

Cette démarche mobilise par ailleurs de nombreux acteurs institutionnels

et de la société civile, au travers du Conseil de développement. Elle doit

aboutir à l’adoption de l’Agenda 21 de la Communauté d’Agglomération de

Montpellier en 2011 ; adoption qui verra son volet énergie-climat approfondi

à l’occasion de l’établissement du Plan Climat Énergie Territorial (PCET).

En 2010, un budget de 39 000 € a été consacré à cette action.

34


Le Plan Climat Énergie Territorial :

un outil pour notre avenir

Lauréate d’un appel à projet initié par l’ADEME et la Région Languedoc-Roussillon, Montpellier Agglomération

a entamé, en 2010, une démarche d’élaboration de son Plan Climat Énergie Territorial (PCET). Institué par la loi

dite « Grenelle 2 », le PCET a pour vocation de doter l’Agglomération d’une stratégie globale portant :

• sur des objectifs et des mesures de réduction des consommations d’énergie et des émissions de gaz à effet

de serre,

• sur l’adaptation des politiques territoriales au changement climatique.

Le PCET aura également vocation à enrichir le SCOT de l’Agglomération de Montpellier en prenant en compte

les nouveaux objectifs du Grenelle de l’environnement.

Pour le mettre en œuvre, Montpellier Agglomération a fait le choix d’une démarche intégrée associant la Ville

de Montpellier et les communes membres volontaires (prioritairement celles impliquées dans l’opération EcoCité).

Le but étant de mutualiser les bilans et les études prospectives à l’échelle du territoire intercommunal et ainsi

de partager une stratégie mobilisant l’ensemble des institutions et acteurs locaux.

Une consultation d’équipes pluridisciplinaires a été lancée fin 2010, afin d’engager un programme d’études dès

le second trimestre 2011. L’objectif est d’adopter le Plan Climat de Montpellier Agglomération avant la fin 2012.

Les études urbaines

Participant directement à la mise en œuvre

opérationnelle du SCOT, une démarche d’études

urbaines a été initiée dès 2003, dans le cadre

d’un partenariat entre les communes et la

Communauté d’Agglomération. Ces études ont

pour but d’établir des plans de référence

définissant des projets d’aménagement

d’ensemble sur des sites d’extension urbaine

potentielle. Elles ont pour vocation d’alimenter les

orientations d’aménagement des Plans Locaux

d’Urbanisme et de susciter des démarches de

projets opérationnels.

A Castelnau-le-Lez, le projet d’aménagement du secteur Sablassou se fait

conjointement avec celui du futur pôle régional de gérontologie

La maîtrise d’ouvrage de ces études est assurée par les communes ou par la Communauté d’Agglomération,

en fonction des problématiques comme des échelles des territoires concernés.

En 2010, l’Agglomération a poursuivi deux études portant sur l’aménagement de sites stratégiques d’enjeu

communautaire :

• le projet d’aménagement du quartier de la future gare TGV Montpellier Odysseum, sur les communes de

Montpellier et Lattes,

• le projet d’aménagement du secteur Sablassou, à Castelnau-le-Lez, en lien avec la programmation du futur

pôle régional de gérontologie.

La réalisation de ces études urbaines, sous maîtrise d’ouvrage communautaire, a mobilisé un budget de 190 000 €

en 2010.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

35

02


Le système d’Information Géographique

La mise en œuvre du Système d’Information

Géographique (SIG) joue un rôle prédominant dans

l’élaboration des outils de planification stratégique du

territoire communautaire et de suivi des projets de

l’agglomération. Cet outil permet de rassembler

l’ensemble des informations utiles à la maîtrise de son

développement, tout en assurant la complémentarité et

la cohérence des documents de planification entre eux.

En 2010, des données de référence du SIG ont été

actualisées, tandis que de nouvelles ont été acquises

(cartes IGN du 1/250 000 au 1/2 500, cadastre,

images satellite, réseau routier, occupation du sol,

recensement INSEE…) et d’autres données thématiques

(opérations portant sur les parcs privé et social, cartes

géologiques, submersion marine…) sont venues enrichir

les bases de données déjà existantes.

La mise à jour systématique des Plans Locaux

d’Urbanisme des 31 communes a été poursuivie, au fur

et à mesure des différentes révisions.

Le site cartographique de consultation interactive

(visionneuse SIG) a été considérablement amélioré, tant

du point de vue de son contenu que de son ergonomie.

Ce site regroupe les thèmes ayant trait à l’urbanisme,

au foncier, à l’habitat, à l’assainissement, aux

déplacements, à l’activité économique, à la gestion des

déchets, à l’environnement ou encore au cadastre.

Afin de favoriser son déploiement, des sessions

de formation sur l’intranet ont régulièrement été

organisées auprès des agents de la Communauté

d’Agglomération.

Dans le cadre de la charte intercommunale du SIG,

cet outil est utilisé par les agents des 28 communes

adhérentes. Communes qui ont également pu bénéficier

de la livraison des nouvelles bases de données, de

formations et d’une assistance à l’utilisation du SIG.

L’utilisation croissante de l’outil SIG a contribué au

développement de la fonction d’assistance aux

différents services de Montpellier Agglomération :

urbanisme, habitat, transports, collecte des déchets,

assainissement et développement économique.

En 2010, un travail d’observation territoriale a été mis

en place, en prévision du prochain bilan d’étape du SCOT.

Une analyse, portant sur l’évolution de l’occupation

des sols, a été initiée sur la base de documents

photographiques datés de 1994, 2004 et 2008.

Une prestation de photo-interprétation et de

premières exploitations ont permis d’établir un atlas

intercommunal de l’occupation du sol.

Le montant alloué aux différentes actions du SIG

s’élève à 56 000 € pour l’exercice 2010.

36

En 15 ans, l’occupation des sols a bien évolué sur le territoire de Montpellier Agglomération


L’habitat

Une construction

de logement neuf

en pleine expansion

Le bilan 2010 fait apparaître une production

de 5 595 logements neufs autorisés ; soit une

augmentation de 36 % par rapport à l’année

précédente. Cette relance de la construction est

plus affirmée dans les 30 communes de

l’agglomération hors Montpellier, puisqu’elles

accueillent 53 % des logements autorisés,

plus particulièrement encore à Castelnau-le-Lez,

Grabels, Jacou et Le Crès.

Ce résultat est en parfaite conformité avec l’objectif

du Programme Local de l’Habitat (PLH), adopté

à l’unanimité le 16 mai 2007 par le Conseil

d’Agglomération pour la période 2007-2012. Le 5 595 logements neufs ont été construits en 2010, notamment à Jacou

PLH a pour mission d’amplifier la construction de

logements sur le territoire de l’agglomération afin de répondre aux besoins des différents segments de la population

(notamment les étudiants, les jeunes travailleurs, les personnes âgées, les personnes handicapées...) et à la

dynamique démographique croissante. Il propose également une répartition spatiale de la construction de

logements équilibrée sur l’ensemble du territoire, à partir d’une identification précise des projets et des potentialités

de chaque commune. La mise en œuvre du PLH se fait en partenariat étroit avec les communes, qui décline les

actions en faveur du logement dans leurs Plans Locaux d’Urbanisme.

Comme cela avait été constaté en 2009, la baisse des logements mis en chantier est de 9 % en 2010, ce phénomène

étant une conséquence directe de la crise économique. Toutefois, au cours des quatre premières années de mise en

œuvre du PLH 2007-2012, la production moyenne annuelle s’établit à 4 829 logements mis en chantier, soit un

résultat très proche de l’objectif fixé de 5 000 logements.

Logements mis en chantier dans la Communauté d’Agglomération de Montpellier

(source : DRE / Sitadel)

7 000

6 000

5 000

4 000

3 000

2 000

1 000

0

2 001 2 002 2 003 2 004 2 005 2 006 2 007 2 008 2 009 2 010

Montpellier Com. périphériques Total Montpellier Agglomération

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

37

02


Une production de logement social

adaptée à la demande

Dans le cadre de la délégation de compétence de l’État,

la Communauté d’Agglomération de Montpellier a

financé 908 logements locatifs sociaux en 2010,

auxquels il convient d’ajouter 15 logements financés

par l’ANRU, soit un total de 923 logements sociaux.

Un résultat en-deçà de l’objectif fixé par le PLH.

De 2007 à 2010, 4 114 logements locatifs sociaux et

familiaux ont été engagés dans l’agglomération. Soit

20 % de l’ensemble des logements autorisés au cours

de cette période, alors que l’objectif fixé était,

au minimum, de 25 %. C’est pourquoi, Montpellier

Agglomération réélabore son PLH en 2011, dans le

but de dégager de nouvelles capacités foncières,

notamment en réinvestissement urbain.

Pour la deuxième année consécutive, on constate le

rééquilibrage de la production sociale en faveur du

logement des plus modestes. Les logements mobilisant

un Prêt Locatif à Usage Social (PLUS) et un Prêt Locatif

Aidé d’Intégration (PLAI) représentent 83 % de l’offre

produite en 2010, pour un objectif prévisionnel

d’environ 80 %. Les logements familiaux financés au

moyen d’un Prêt Locatif Social (PLS) représentent 17 %

de l’offre produite, pour un objectif plafond de 20 %

défini par le PLH.

En 2010, Montpellier Agglomération a financé 908 logements

locatifs sociaux ; notamment cette résidence, à Cournonsec

Cette répartition, qui favorise le logement social, est en

adéquation avec le profil économique des demandeurs

dont les revenus sont particulièrement faibles. La

Communauté d’Agglomération a garanti les emprunts

des bailleurs sociaux pour la réalisation de 36

programmes, représentant 1 614 logements sociaux.

En outre, Montpellier Agglomération subventionne

- sur ses fonds propres - le surcoût foncier des opérations de

logement social, dans la limite d’un plafond de 80 € par

m² de surface hors œuvre nette. Cette aide a concerné

421 logements en 2010, pour un montant global de

1,9 M€.

La réhabilitation du parc privé,

pour un habitat durable et solidaire

Les aides de l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) attribuées en 2010 par la Communauté

d’Agglomération ont permis de réhabiliter 221 logements, répartis de la façon suivante :

• 81 logements locatifs privés, dont 46 logements à loyer maîtrisé,

• 140 logements occupés par des propriétaires modestes.

Ces subventions ont également permis d’assurer la rénovation

des parties communes de 6 immeubles (dont 3 de plus de 45 lots

d’habitation) regroupant 219 logements, dans le cadre d’opérations

spécifiques visant à requalifier les copropriétés dégradées.

L’opération « Rénover pour un habitat durable et solidaire », engagée

par Montpellier Agglomération en 2009, combinée au Plan de

Sauvegarde du Petit Bard, à Montpellier, ont principalement

déclenché des interventions sur le parc privé. On peut y ajouter

l’OPAH Nord Ecusson / Gambetta-Figuerolles et une nouvelle OPAH

portant sur la copropriété dégradée « Cévennes І », qui concerne,

au total, 444 logements.

221 logements ont été réhabilités en 2010, tant pour le locatif privé que

pour des logements occupés par des propriétaires aux revenus modestes

38


Pour ce qui est de l’opération « Rénover pour un habitat durable et solidaire », un partenariat a été mis en place

avec le groupe FDI. Par son statut de Société Anonyme Coopérative d’Intérêt Collectif pour l’Accession à la Propriété

(SACICAP), FDI propose l’avance des subventions publiques et finance le reste à charge des propriétaires

occupants.

Au final, la politique d’aide à la réhabilitation a, en 2010, représenté une enveloppe financière de près de 3,2 M€

sur délégation de l’ANAH ; l’Agglomération a, par ailleurs, engagé sur ses fonds propres un budget complémentaire

de 270 000 €.

L’aide à l’amélioration des conditions

de vie dans les quartiers

Au titre de sa compétence « Politique de la Ville », la Communauté d’Agglomération de Montpellier est partenaire

des dispositifs contractuels de développement social urbain et d’insertion par l’économique.

Le 27 novembre 2007, Montpellier Agglomération a signé une convention avec la Ville de Montpellier, afin

d’apporter son concours financier à la mise en œuvre du Projet de Rénovation Urbaine (PRU). Cette action contribue

au développement urbain des trois quartiers prioritaires : Centre, Mosson et Cévennes.

Les différentes opérations financées ont

aussi bien concerné la construction

de logements sociaux, l’acquisition

d’immeubles obsolètes en vue de leur

démolition, l’aménagement de l’espace

public, la requalification d’ilots d’habitat

ancien ou l’ingénierie et la conduite

des projets. Pour la mener à bien,

l’Agglomération a investi 1,4 M€ au titre

de l’exercice 2010.

En avril 2007, Montpellier Agglomération

a cosigné le Contrat Urbain de Cohésion

Sociale 2007-2009 pour la ville de

Montpellier. L’objectif est de réduire les

écarts de développement entre les quartiers

prioritaires et leur environnement.

Une action qui se traduit notamment par

un soutien aux associations, à l’issue d’un

appel à projets annuel.

Montpellier Agglomération a investi 1,4 M € en 2010 pour assurer la mise en œuvre

du Projet de Rénovation Urbaine

En 2010, l’Agglomération est intervenue sur 12 projets, relevant plus spécifiquement de ses compétences

« Équilibre social de l’habitat » et « Développement économique », pour un montant total de 60 200 €.

Chiffres

• La construction de 5 595 logements

neufs a été autorisée en 2010, un chiffre

en augmentation de 36 % par rapport à

l’année précédente.

clés

• 923 logements sociaux ont été construits dans

l’agglomération de Montpellier en 2010, et Montpellier

Agglomération a garanti les emprunts pour la

réalisation de 1 614 futurs logements sociaux.

• 221 logements du parc privé ont pu être réhabilités

grâce aux subventions versées par la Communauté

d’Agglomération de Montpellier.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

39

02


03

Foncier

et aménagement

opérationnel


Foncier et aménagement

opérationnel

03

La mission du service aménagement de Montpellier Agglomération consiste à conduire le

développement des opérations urbaines à différentes échelles, de l’îlot au grand quartier, depuis

la programmation, la conception des nouveaux espaces publics, le montage financier opérationnel

et les procédures foncière, environnementale et d’urbanisme requises. Il intervient pour les

opérations propres de l’agglomération de Montpellier, de même que pour accompagner les

communes dans leur politique urbaine et le montage de leurs propres opérations

d’aménagement public.

Une réorganisation de ce service a été menée en 2010 par la Communauté d’agglomération

de Montpellier, en phase avec l’évolution des enjeux d’aménagement de l’espace

communautaire et avec celle des ressources de la collectivité, notamment liée à la

transformation de la Taxe professionnelle en Contribution Economique Territoriale. La

politique de Montpellier Agglomération en matière d’aménagement opérationnel s’appuie

sur le développement à terme des sites stratégiques identifiés au SCOT de Montpellier,

et sur la volonté d’organiser le cadre de vie au sein de nouveaux quartiers mixant

différentes fonctions urbaines : habitat, services, activités.

L’année 2010 a été marquée par le développement de la démarche Ecocité « de

Montpellier à la Mer », l’appel à candidature de Montpellier Agglomération s’étant

conclu par la labellisation du projet, en 2009, parmi les 13 Ecocités de référence

nationale.

© Reichen & Robert Associés

Le projet EcoCité,

un modèle de ville durable

à l’Est de l’agglomération de Montpellier

42


Les opérations urbaines majeures

à vocation mixte

Le projet ÉcoCité, ville durable à échelle humaine

Montpellier Agglomération, les communes de Castelnaule-Lez,

Montpellier, Lattes et Pérols, ont été retenues dans

le cadre de la démarche ÉcoCité pour leur projet urbain

« De Montpellier à la mer » parmi 13 lauréats sélectionnés

en 2009 au niveau national dans le cadre du plan “Ville

durable”, initié par le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie,

du Développement durable et de la Mer, la Caisse des

Dépôts et Consignations et l’ADEME.

Ce projet urbain-phare porté par l’Agglomération de

Montpellier est ainsi reconnu comme une opération

emblématique d’un nouvel urbanisme durable, novateur

et ambitieux répondant aux attentes des citoyens et aux

nouvelles obligations liées aux économies d’énergie. Sur

environ 2 500 hectares, le territoire de l’Écocité intègre

des projets majeurs développés sur les 4 communes, dont

en particulier, le projet urbain de la Route de la Mer sur

les communes de Lattes et de Pérols, les nouveaux

quartiers de Port Marianne sur Montpellier, celui de la

future gare LGV sur Montpellier-Lattes et enfin le

quartier Sablassou et le Pôle Régional de

Gérontologie sur Castelnau-le-Lez.

L’arrivée de la ligne 3 de tramway, outre la requalification

de la voie en espace public urbain, a été un des

déclencheurs d’un processus de reconquête urbaine

permettant à la fois le renouvellement profond du tissu

existant, la recomposition et la modernisation des zones

commerciales, une première en France. L’introduction de

logements autour des stations de transport en commun

doit conduire à une véritable mixité fonctionnelle

et sociale, en modernisant et en complétant les

équipements du secteur, tout en intégrant et valorisant

les enjeux environnementaux.

Ainsi, la démarche ÉcoCité constitue un véritable

laboratoire urbain pour construire la nouvelle aire

métropolitaine qui, dans une posture ouverte à

l’innovation, s’inscrit pleinement dans la stratégie de

développement durable conduite par la Communauté

d’Agglomération de Montpellier depuis plusieurs années :

gestion hydraulique (alerte aux crues par SMS),

préservation de la biodiversité (création de corridors

écologiques), organisation des déplacements autour du

réseau de tramway (titre de transports intégré au

mobile), évolution des modes de consommation et de

distribution commerciale (requalifications urbaines des

zones commerciales de Lattes et Pérols menées en

concertation avec les enseignes partenaires), et

instauration d’une solidarité urbaine (Pôle Régional de

Gérontologie intégré dans un quartier mixte et

intergénérationnel).

Périmètre de réflexion de la démarche Ecocité

Sur 2 500 hectares, ÉcoCité dessine le nouveau cœur de

l’Agglomération à l’horizon 2020-2030 et fonde un

nouvel urbanisme durable : transports, commerces,

logements sociaux, espace de partage et de nature

véritablement intégré au tissu urbain…

L’action menée en 2010 et poursuivie au-delà, a consisté

à mobiliser le fonds « Ville de Demain – Investissements

d’Avenir » (1 Milliard d’euros) destiné aux 13 Ecocités, sur

des actions portées par la Communauté d’Agglomération

de Montpellier et ses communes partenaires : les villes de

Castelnau-le-Lez, Montpellier, Lattes et Pérols.

Des ateliers locaux sur les thèmes de l’eau, de la

biodiversité, du commerce et des mobilités ont été

organisés en 2010. Ils ont regroupé plus de 300

participants socioprofessionnels et publics. Sur ces

bases, un programme d’actions a été élaboré

conjointement entre la Communauté d’Agglomération

de Montpellier et les communes ainsi qu’avec l’équipe

nationale EcoCité. Ce programme, d’un coût total de

77 M€, porte sur deux types d’interventions :

• des actions transversales qui servent la stratégie

globale du territoire de la Communauté

d’Agglomération de Montpellier,

• des actions territoriales qui déclinent cette

stratégie à l’échelle d’îlots démonstrateurs.

Parmi les différents quartiers concernés par le projet

EcoCité, deux d’entre eux, celui de la Route de la Mer,

à Montpellier et celui de Sablassou, à Castelnau-le-Lez

ont connu des avancées stratégiques en 2010.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

43

03


La reconquête urbaine autour de la Route de la Mer – Avenue Georges Frêche

Cet axe structurant, entre ville et plages, constitue le cœur de la nouvelle métropole montpelliéraine, le support

d’un projet urbain ambitieux nécessitant une requalification de la voie en espace public urbain intégrant la nouvelle

ligne 3 de tramway. Ce grand projet d’aménagement permet également un profond renouvellement du tissu

existant, par une reconquête urbaine des zones commerciales, qui totalisent 220.000 m² de surface de vente et

700 M€ de chiffre d’affaire, soit 40 % du commerce de l’Agglomération. Menée en concertation avec les enseignes

commerciales, cette démarche, qui constitue une première en France, permet d’inventer le commerce de demain à

échelle humaine intégré dans une véritable mixité urbaine et sociale autour des stations de tramway, tout en

préservant les enjeux environnementaux et d’insertion urbaine.

La réalisation du projet urbain mené sur ce site d’action stratégique de plus de 300 hectares est programmée

sur les 20 à 30 ans à venir. Les vastes zones de stationnement seront réaménagées au profit d’une meilleure

intégration urbaine, et de la création d’espaces naturels adaptés aux contraintes hydrauliques et au développement

de la biodiversité.

En 2010, les études pré-opérationnelles ont été poursuivies visant, comme défini au SCOT, un renouvellement urbain

et une diversification des fonctions le long de cet axe et ce, dans une démarche résolument environnementale, au

regard des contraintes hydrauliques fortes, des exigences en matière de transports et déplacements, de densité et

d’intensité urbaine et au vu des enjeux énergétiques. Le schéma directeur de viabilité et le schéma hydraulique ont

notamment été établis et approfondis, ainsi que les études environnementales requises. Le programme

d’aménagement et de développement durable du secteur (PADD) a été confié au Cabinet Reichen & Robert &

associés.

L'Avenue Georges Frêche, axe structurant du projet EcoCité

Sablassou, la naissance d’un nouveau quartier à Castelnau-le-Lez

Ce site, répertorié comme stratégique dans le SCOT élaboré par Montpellier Agglomération, est pressenti pour

accueillir le futur Pôle Régional de Gérontologie. Ce projet d'envergure nationale, co-piloté avec l'Agence

Régionale de la Santé, est destiné à regrouper un ensemble d'équipements, services et activités dédiés aux

personnes âgées, de la prévention jusqu'à l'accompagnement en fin de vie. S’agissant d’un projet de l’État,

Montpellier Agglomération y intervient au titre de la réflexion sur l’aménagement du site, et de la mise en place

des transports adéquats.

Le Pôle Régional de Gérontologie envisagé sera intégré au cœur du quartier où se mixeront les logements, les

séniors, les équipements, le transport en commun et les espaces verts. Un nouveau site intergénérationnel verra

ainsi le jour. Ce quartier est donc pensé dans sa globalité, et il sera complété par le pôle d’échange multimodal

44


de Sablassou, qui facilitera les déplacements pour les usagers du site, les visiteurs et les riverains. Il s’agira d’un

lieu de connexion entre le train, le tramway et le réseau de bus. Le PDU de l’Agglomération prévoit également la

réalisation, à terme, d’une 6 ème ligne de tramway qui reliera le site au quartier d’Antigone.

Le quartier Eurêka/Sablassou s’inscrit dans le cadre de la démarche ÉcoCité, qui vise à faire du développement

stratégique de l’Agglomération la vitrine d’un urbanisme durable. Outre la qualité de sa desserte par les transports

publics, le projet d’écoquartier donnera une place majeure au paysage et au végétal. Des parcs, des espaces cultivés

et des coulées vertes seront ainsi préservés ou créés.

Ce nouveau secteur de développement est actuellement à l’état de programmation urbaine. Un mandat d'études

pré-opérationnelles a été confié à cet effet à la Société d’Aménagement de l’Agglomération de Montpellier en

2010. Un ensemble d'études techniques visant à préciser le projet urbain esquissé sur ce site ont ainsi été engagées,

en vue de la création d'une première ZAC en 2011.

Engagement des études dans la zone

La Mourade-Le Colombier à Baillargues

Du fait de son excellente desserte, notamment par une liaison TER cadencée à moyen terme, ce site de près de

100 hectares est également identifié comme stratégique dans le SCOT. Montpellier Agglomération envisage d’y mettre

en œuvre un projet majeur en termes d’habitat.

En 2010 un mandat d'études a été confié à la Société d’Aménagement de l’Agglomération de Montpellier (SAAM)

et les études pré-opérationnelles ont été engagées, en particulier un important volet hydraulique.

Aménagement du secteur Sud de la commune du Crès

Sur ce secteur de plus de 100 hectares, situé entre la RD 613 et la voie ferrée, la communauté d’Agglomération a

engagé, en concertation avec la commune du Crès, les études pré-opérationnelles (urbaine, hydraulique et

d’environnement) nécessaires à l’organisation d’une première opération d’aménagement sur une partie du site.

Un mandat d’étude a été confié par Montpellier Agglomération à la SAAM pour assurer la conduite des études.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

45

03


Les opérations à vocation économique

Dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de développement économique de Montpellier Agglomération,

le service aménagement a pour mission de produire du foncier aménagé permettant l’accueil des entreprises. Après

la définition de la programmation par la direction du développement économique, le service engage en

collaboration avec les communes et leurs services les procédures d’urbanisme, et met en place la concertation avec

le public et les acteurs locaux. Il désigne les équipes d’urbanistes, de paysagistes et les bureaux d’études techniques

chargés des études de conception des nouveaux parcs d’activités. A l’issue de ces études pré-opérationnelles,

Montpellier Agglomération confie la réalisation de l’opération à un aménageur avec lequel il suit, en coordination

très étroite, tout le déroulement de l’opération d’aménagement.

La Communauté d’Agglomération assure également la gestion et l’entretien des espaces publics des parcs

d’activités, une fois qu’ils ont été réalisés par l’aménageur.

La zone ludique et commerciale d’Odysseum

pourvue de nouveaux aménagements

Avec aujourd’hui 3 000 emplois sur le site, une superficie de 150 000 m 2 , dont 60 000 m 2 consacrés aux loisirs et

90 000 m 2 aux commerces, une zone de chalandise de plus de 700 000 habitants et plus de 10 millions de visites par

an, ce pôle ludique et commercial fait référence en Europe.

L’inauguration par le Président Georges Frêche de la place du XX ème siècle dite « place des Grands hommes » a eu

lieu le 18 septembre 2010. Conçue comme une rencontre de l’histoire avec la modernité du quartier Odysseum, cette

place accueille cinq statues en bronze représentant Jean Jaurès, Winston Churchill, Charles de Gaulle, Franklin

Roosevelt et Lénine. L’édification de cinq autres statues est prévue dans les années à venir.

En 2010, les travaux de l’extension de l’aquarium Mare Nostrum ont également été menés au sein du pôle ludique

d’Odysseum. Ce site touristique majeur, le deuxième de la région en termes de fréquentation, s’est agrandi de

1 800 m 2 , dont 800 m 2 destinés à l’accueil d’expositions modulables, qui permettront de présenter de nouvelles espèces

aquatiques au public. L’inauguration du site a eu lieu en février 2011.

Enfin, des aménagements routiers ont été effectués au sein de ce quartier en pleine expansion, et une bretelle de

sortie permettant de fluidifier la circulation a été mise en service entre le carrefour de Madrid et le Carrefour du Zénith.

La place du XX ème siècle dans le quartier Odysseum

46


La zone d’activité Parc 2000 dotée

d’une 2 ème extension

Les travaux d’aménagement de la ZAC Parc

2000 à Montpellier sont aujourd’hui terminés

et l’ensemble des parcelles a été commercialisé.

Face à la forte demande d’implantation

d’entreprises sur ce secteur, une première

extension a été créée en 2009. Sur cette

première extension, 10 hectares sont en cours

de commercialisation et les travaux

d’aménagement sont engagés.

Afin de répondre à la demande d’implantation

d’entreprises et de créer des emplois,

l’Agglomération de Montpellier envisage la

création d’une seconde extension, sur le lieu dit

« Truc de Leuze » situé entre, d’une part, les ZAC

Zone d’activité Parc 2000

Parc 2000 et Parc 2000 première extension

(à l’Ouest), et d’autre part, l’entreprise

pharmaceutique SANOFI-AVENTIS (à l’Est). Cette zone d’environ 5 hectares bénéficiera de la proximité de la future

3 ème ligne de tramway, et la création de la ZAC est prévue au 2 ème trimestre 2011.

Le montant prévisionnel des dépenses d’investissement s’élève à 4 200 000 € HT.

Extension du parc Charles Martel

à Villeneuve-lès-Maguelone

Le développement d’un secteur d’activités de 11 hectares sur la commune de Villeneuve-lès-Maguelone a été mené

par Montpellier Agglomération, afin d’y aménager 43 000 m 2 de locaux commerciaux destinée à accueillir des activités

artisanales ou des petites et moyennes industries. « Charles Martel Extension » complètera ainsi les zones d’activités

du Larzat et Charles Martel avec lesquelles une connexion viaire sera établie. Des équipements communs avec le

projet de secteur d’habitat « Pont de Villeneuve » qui se développe plus à l’Est seront réalisés (giratoire d’accès depuis

la RD612, bassin de rétention…).

Le montant des investissements nécessaires (à la charge de l’opération d’activités) est estimé à 6 750 000 € HT.

Extension du Parc Eurêka

à Castelnau-le-Lez

En 2010, les acquisitions foncières ainsi que l’engagement

de la commercialisation des terrains se sont poursuivies au

sein du parc Eurêka. Il s’agit d’engager une première tranche

de travaux de ce nouveau quartier d’affaires de 40 hectares,

dont 27 hectares cessibles, conçu par l’architecte-urbaniste

Rudy Ricciotti.

Extension du Parc Eurêka

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

47

03


Création du parc Descartes à Lavérune

A l’issue des études préalables et de la phase de concertation du public et des entreprises mise en œuvre avec la

commune, une zone d’activités de 6 hectares, dont 4,4 hectares cessibles, a été créée.

Elle permettra de construire 26 400 m² de locaux destinés à l’accueil d’activités artisanales, de petites industries,

de négoce, de petite logistique urbaine, et d’activités tertiaires et de services.

En 2010, la SAAM a été désignée comme aménageur de la zone.

Requalification de la zone d’activités du Salaison

à Vendargues

La zone du Salaison a été identifiée comme un site pilote pour la mise en œuvre d’une démarche de requalification

et de renouvellement urbain. On peut identifier trois niveaux d’interventions pour ce parc : la réorganisation de

l’espace et la mutualisation des fonctions, la densification pour optimiser l’usage foncier, l’intensification et

l’optimisation pour développer les emplois des structures existantes.

En 2010, la SAAM a été désignée comme mandataire du programme des travaux d’un montant prévisionnel de

8 950 000 € HT, dont une 1 ère tranche de 4 475 000 € HT. L’équipe de maîtrise d’œuvre a été désignée, et les

études d’avant projet ont débuté.

La zone d’intérêt économique Via Domitia à Castries

En continuité avec celle du Salaison, l’opération Via Domitia, zone d’intérêt économique de la Région Languedoc

Roussillon est développée en partenariat avec l’Agglomération de Montpellier et les communes de Castries et

Vendargues dans le cadre du syndicat mixte Via Domitia.

Le village d’entreprise Minerve y a été inauguré en 2010, et la commercialisation de 6,4 hectares représentant

29 000 m² de surface hors d’œuvre, correspondant à la quasi-totalité du parc sur la commune de Castries, a été

réalisée.

Suivi de la commercialisation des parcs d’activités

de Montpellier Agglomération

En 2010, 11 hectares représentant 58 000 m² de surface hors d’œuvre nette (SHON) ont été vendus et 7,2 hectares,

soit 37 000 m² de SHON, étaient sous compromis de vente sur l’ensemble des parcs d’activités gérés par Montpellier

Agglomération.

Les terrains vendus ont concerné les parcs d’activités suivants : Parc de l’Aéroport à Pérols, Charles Martel à

Villeneuve-lès-Maguelone, Garosud, Parc 2000 extension et Hippocrate à Montpellier, et enfin Via Domitia à

Castries.

48


L’assistance aux communes

Plus de 1 000 hectares, soit 35 % des secteurs de développement urbain du Schéma de Cohérence Territoriale

sont concernés par l’engagement d’études pré-opérationnelles portant sur la définition du projet urbain et du

processus d’aménagement. 800 hectares concernent des sites stratégiques pour l’Agglomération de Montpellier

et pourraient permettre la construction de l’équivalent de 37 000 logements à long terme,

37 secteurs pré-opérationnels ont ainsi été définis, dont 14 sous maîtrise d’ouvrage de l’Agglomération et 23 sous

maîtrise d’ouvrage communale.

Dans ce cadre, une mission d’assistance et de conseil aux communes a été renforcée en 2010, notamment pour les

communes et opérations suivantes :

• à Montaud, pour le schéma hydraulique préalable au développement des secteurs à urbaniser,

• à Saint Drézéry, pour le schéma directeur des équipements primaires,

• à Sussargues, pour les missions environnementales préparatoires aux opérations d’aménagement,

• à Clapiers, sur le secteur des Mouillères et à Murviel les Montpellier, sur le secteur la Rompude, également

pour la poursuite des études pré-opérationnelles,

• à Pérols, sur le secteur Saint-Vincent et la cave coopérative, pour le lancement de ces mêmes études.

Des missions de conseils ponctuels (approche technique, financière, urbaine et programmation) ont également été

conduites en 2010 auprès des communes de l’agglomération.

Le service foncier

Une politique basée sur l’anticipation

et les acquisitions amiables

L’Agglomération a poursuivi en 2010 le déploiement de

Zones d’Aménagement Différé (ZAD) sur deux des

secteurs cible identifiés comme stratégiques au SCOT,

pour lesquels les deux communes concernées ont décidé

de transférer leur action foncière à l’Agglomération de

Montpellier.

service des grands projets d’intérêt communautaire sur

les 1 139 hectares couverts par des ZAD, afin de conforter

notamment les politiques de production de logement

social. Que ce soit à l’amiable ou par voie de préemption,

ce sont 61 hectares qui ont été acquis au titre des

réserves foncières en 2010.

Il s’agit tout d’abord du secteur de Naussargues, zone de

projet potentiel concernant les communes de Juvignac,

Grabels et Saint Georges d’Orques. La ZAD communale de

Juvignac a été abrogée et remplacée par une nouvelle

ZAD de compétence communautaire sur 324 hectares,

créée par arrêté préfectoral du 4 février 2010.

Par ailleurs, la commune de Castelnau le Lez a demandé

au Préfet de désigner l’Agglomération de Montpellier

comme titulaire du droit de préemption dans la ZAD

Sablassou-Sablas, jusque là communale. Avec la création,

par arrêté préfectoral du 12 février 2010, d’une nouvelle

ZAD communautaire dénommée « Extension Clos de

l’Armet », ce sont désormais 105 hectares qui sont

couverts par trois ZAD de compétence communautaire

dans le secteur Euréka-Sablassou. Ces dernières sont

assorties d’une convention de partenariat avec l’EPF

Languedoc-Roussillon, au service du projet de nouveau

quartier centré sur le futur Pôle Régional de Gérontologie.

En partenariat avec les communes, Montpellier

Agglomération a constitué des réserves foncières au

Dans le cadre de ces ZAD et du DPU délégué, la

Communauté d’Agglomération a exercé neuf fois son

droit de préemption en 2010, sur les communes du Crès,

de Clapiers, de Juvignac, de Montpellier et de Vendargues.

Le service foncier est également intervenu pour mener à

bien les expropriations dans le cadre des DUP du Truc de

Leuze à Montpellier et de l’extension du parc Marcel

Dassault à Saint Jean de Védas.

Enfin, partout où cela est possible, le service foncier

négocie à l’amiable à l’intérieur des périmètres de ZAD ou

d’extension des zones d’activités économiques afin de

créer des références acceptables de prix du foncier nu à

aménager et de contribuer ainsi à la maîtrise foncière

publique de ces secteurs. Il négocie et porte les

acquisitions jusqu’au projet d’acte de vente, au titre des

compétences communautaires.

C’est dans ce cadre que l’Agglomération a mené à bien,

sur les communes de Lattes et Montpellier, des

acquisitions stratégiques dans le secteur de la future gare

TGV de Montpellier.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

49

03


L’acquisition et la préservation du Domaine de Viviers

Le Domaine de Viviers est le dernier des grands domaines du Montpelliérais situé dans le territoire communautaire. Le

mas et son parc se trouvent sur la commune de Jacou et l’essentiel du domaine est situé sur la commune de Clapiers.

Son caractère exceptionnel lui a valu d’être convoité par nombre de promoteurs, désireux de voir s’ouvrir à l’urbanisation

ces terres agricoles, situées dans un cadre boisé et classé au SCOT en secteur à haute valeur paysagère.

Seule la Communauté d’Agglomération était en mesure d’apporter aux héritiers de ce domaine de 200 hectares la

garantie de bonne fin de la vente de leur bien, et elle a souhaité y mettre en œuvre un projet d’intérêt général conforme

aux vœux des communes concernées. Cette acquisition, en liaison avec les bois communaux de Clapiers et le Domaine

de Lavalette, est destinée à constituer le socle du futur Agriparc de la Vallée du Lez.

Une étude de son potentiel agricole a été confiée à la SAFER et une étude de définition viendra compléter le diagnostic

en vue de l’implantation de divers équipements d’intérêt communautaire.

Le domaine de Viviers, socle du futur Agriparc de la vallée du Lez

© Montpellier Agglomération

L’observation foncière relayée par les communes

La Communauté d’Agglomération a passé des conventions avec la majorité des communes de son territoire pour leur

apporter son soutien et son expertise concernant le Système d’Information Géographique (SIG). Dans ce cadre, le service

foncier a développé des procédures d’observation du marché foncier grâce aux informations mutualisées au sein du

logiciel mis à disposition des communes.

La majorité des communes s’est engagée dans la saisie des Déclarations d’Intention d’Aliéner (DIA) reçues dans le

cadre de la mise en œuvre du Droit de Préemption Urbain (DPU). Elles contribuent ainsi à la transparence sur le marché

foncier communautaire et à la constitution d’un référentiel d’observation. En 2010, 1 900 DIA ont été intégrées à la

base de données communautaire sur le marché foncier.

50


Le service droit des sols

Le service Droit des sols s’est attaché à poursuivre et améliorer son action de conseil aux communes :

• en collaborant étroitement avec les services urbanisme pour la gestion, en amont, des projets devant faire l’objet

de demandes d’autorisation (Lotissements, ZAC, projets structurants),

• en accueillant les usagers, les professionnels sur la faisabilité des projets en relation avec les services urbanisme

des communes,

• en assistant les communes dans la gestion des recours gracieux et contentieux liés aux permis,

• en apportant son expertise dans la rédaction des règlements des documents d’urbanisme.

En 2010, le service a instruit les actes de 26 communes, Villeneuve-lès-Maguelone et Lavérune ayant rejoint le

dispositif au mois de janvier. Le service a traité 7 279 actes au cours de l’année, contre 5 382 actes en 2009, un chiffre

en augmentation de 35 %.

Avec un taux de 49 %, les demandes de certificats d’urbanisme constituent la part la plus importante des actes traités.

L’instruction des permis représente quant à elle 21 % de l’activité, un chiffre stable par rapport à l’année précédente.

Le nombre moyen d’actes déposés a augmenté tout le long de l’année, un phénomène qui devrait se pérenniser avec

la mise en œuvre des prochaines opérations d’aménagement comme la ZAC de Caunelles à Juvignac ou les programmes

d’habitat engagés à Grabels et Montferrier sur Lez.

© O'Sughrue

Vue aérienne de la commune de Lavérune

Chiffres

clés

• Le projet EcoCité, « De Montpellier à la mer », concerne 2 500 hectares et s’étend sur 4 communes,

Montpellier, Lattes, Pérols et Castelnau-le-Lez.

• 18,2 hectares ont été vendus ou on fait l'objet d'un compromis de vente en 2010, sur l’ensemble des parcs

d’activités gérés par Montpellier Agglomération.

• 61 hectares de terrains ont été acquis en 2010 à l’amiable ou par voie de préemption par Montpellier

Agglomération au titre des réserves foncières. Le total de ces réserves, au service des grands projets d’intérêt

communautaire, s’élève à 1 139 hectares.

• Le service Droit des Sols a instruit les actes d’urbanisme pour 2 communes supplémentaires : Villeneuve-lès-

Maguelone et Lavérune. 7 279 actes, au total, ont été traités pour le compte de 26 communes.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

51

03


04

Développement

économique


Développement

économique

04

Dans un contexte de crise économique internationale prolongée et de réforme des collectivités

territoriales, Montpellier Agglomération a choisi d’intensifier cette année son action économique, en

s’investissant fortement pour proposer un environnement favorable à la croissance, à l’implantation

d’entreprises sur son territoire et à l’emploi.

Grâce à sa politique économique ambitieuse, Montpellier Agglomération se donne les moyens de

rapprocher les emplois des zones d’habitat, de conforter ses pôles d’excellence dans le domaine des

hautes technologies et de valoriser l’accueil des entreprises artisanales, technologiques et de services.

Elle s’impose désormais comme une métropole européenne au rayonnement international, et développe

une politique foncière et immobilière active pour répondre aux besoins de l’ensemble des entreprises.

L’objectif de Montpellier Agglomération est de faire évoluer sa stratégie de positionnement

économique, d’accroitre son attractivité et son rayonnement international, d’assurer la croissance

des TPE et PME du territoire et de développer une stratégie en lien avec les leaders économiques

du territoire. Il s’agit de même, de conforter son positionnement d’excellence pour valoriser le

« vivier » de recherche et d’innovation exceptionnel de Montpellier Agglomération, créant ainsi

les conditions favorables pour lui permettre d’affronter la concurrence internationale.

La stratégie économique de Montpellier Agglomération se structure selon quatre lignes de

force :

• la promotion du territoire et de son économie,

• la création d’infrastructures économiques performantes,

• l’innovation au service des entrepreneurs,

• l'action économique au service

de l'emploi et de l'insertion.

Une promotion active du territoire

conduisant à une reconnaissance internationale

L’animation économique du territoire

La promotion du territoire et de ses entreprises est au cœur de la stratégie de développement économique de

l’Agglomération de Montpellier en 2010. Le budget global « Marketing et manifestations » représente 466 911 €.

Pour asseoir sa stratégie de développement économique et animer le territoire, la Direction du Développement

Économique et de l'Emploi de Montpellier Agglomération a développé une palette d’actions, de services et de

manifestations ciblés qui correspond aux différents besoins des chefs d'entreprises (développement, emploi,

international), aux exigences de la politique de filières et aux besoins de promotion et d'aménagement du territoire.

Son objectif : apporter une réponse globale « sur-mesure » aux entreprises.

Forte d'un potentiel scientifique exceptionnel et d’un tissu économique dynamique, Montpellier Agglomération

organise enfin régulièrement des actions d'animation et de promotion du tissu économique local au travers de

manifestations (Montpellier Prospectives, Montpellier Clubs d'Affaires…).

54


Les rencontres « Montpellier Prospectives », une mine d’informations pratiques pour les entreprises

En 2010, Montpellier Agglomération a participé à 12 salons professionnels nationaux et internationaux

comme le MIPIM (immobilier d’entreprises) à Cannes ou le Bio USA, à Chicago, dans le secteur de la santé. Cette

présence régulière dans des salons permet d’accroître le rayonnement du territoire, ainsi que la notoriété des entreprises

qui y sont installées et qui contribuent largement à son dynamisme. Evénements « Business-to-Business »,

ces manifestations offrent l’opportunité unique de présenter et de promouvoir les produits et services de

l'Agglomération de Montpellier auprès des chefs d’entreprises, des porteurs de projets et autres investisseurs

nationaux et internationaux.

Les services du développement économique ont par ailleurs organisé plusieurs missions d’affaires et notamment

deux Workshops à Bruxelles (le premier portant sur les énergies renouvelables et l’autre sur l’éco-construction) et

deux missions d’affaires (une à Shanghai, dans le cadre de l’Exposition Universelle, et une à Boston).

Pour permettre aux dirigeants et créateurs d'entreprise de gagner du temps dans leur démarche et de s’intégrer

au mieux dans les réseaux accélérateurs de développement, des manifestations et rencontres sont organisées. En

2010, 12 rencontres et événements économiques (Club d’affaires et Montpellier Prospectives) ont permis

d’accueillir 1 335 décideurs économiques, et de leur présenter des outils concrets utiles au développement de leur

entreprise.

Autre aspect de l’attention portée aux événements stratégiques par Montpellier Agglomération, le soutien des

congrès ayant lieu sur le territoire de l’agglomération de Montpellier (la Conférence Internationale Génomique et

médecine de nouvelles générations, le Congrès national des Conservatoires d'espaces naturels…) a représenté en

2010 une somme totale de 431 000 €.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

55

04


Le développement international,

clé de la compétitivité des entreprises

L’innovation constitue le principal moteur de la croissance

des économies développées. Dans un contexte de forte

concurrence pour la conquête de nouveaux marchés à

l’international, les actions menées par les collectivités

en faveur de leurs entreprises, notamment les PME,

pour les aider et les accompagner dans ce processus

d’internationalisation peuvent jouer un rôle majeur.

Depuis plusieurs années, Montpellier Agglomération

conduit une stratégie d’internationalisation reconnue

sur le plan économique. Elle a entrepris de renforcer son

positionnement international et de faciliter, au sein des

réseaux internationaux d’incubation et d’innovation,

l’implantation réciproque d’entreprises innovantes pour

« booster » leur développement à l’étranger et sur le

territoire communautaire. Son objectif Favoriser les

implantations croisées ou les partenariats technologiques

et commerciaux.

La reconnaissance internationale du BIC (Business

Innovation Centre) a déjà permis de signer des accords

de coopération avec des prestigieux incubateurs

américains, l’un situé sur la côte Ouest des États-Unis, à

Seattle, l’autre sur la côte Est, dans l’état de New York et

avec l’agence de développement « Innovation et

développement économique Sherbrooke » au Québec.

Ces accords ont renforcé le dispositif de coopération

économique mis en œuvre avec Milan pour l’Europe et

Shanghai pour l’Asie. Montpellier Agglomération et la

Chine entretiennent une relation privilégiée. En 1982,

Georges Frêche, alors maire de la Ville de Montpellier,

réalise le premier jumelage d’une ville européenne,

Montpellier, avec une ville Chinoise, Chendgu. Dès lors,

il développe de nombreux partenariats et échanges

avec l’une des plus importantes puissances mondiales,

la Chine, pour la création de projets de développement

économique, culturel ou environnemental.

La promotion des flux touristiques

Montpellier Agglomération soutient également les

flux touristiques et participe à ce titre activement au

développement de l’aéroport de Montpellier. Montpellier

Agglomération accroît son rayonnement international

en soutenant notamment le développement des liaisons

aériennes qui desservent l'Angleterre, l'Allemagne, les

Pays-Bas et le Maroc au départ de l’aéroport Montpellier

Méditerrannée. L’objectif de la collectivité est d’accroitre

de manière importante le nombre de destinations

proposées et de privilégier pour les destinations

internationales le raccordement à des capitales

européennes et à des « hubs » qui permettent ensuite une

mobilité long-courrier.

Le budget consacré à ces actions de promotion est de

360 933 €.

Le 16 avril 2004, le Centre Européen d’Entreprise et

d’Innovation de Montpellier Agglomération (CEEI) et le

Centre d’Innovation Technologique de la Ville de Shanghai

(STIC) signent pour la première fois, un accord de

collaboration économique d’une durée de 3 ans. Cet accord

a été renouvelé en 2010, et Montpellier Agglomération

a également signé un accord de jumelage avec le

district de Yangpu en octobre 2010. Avec cet accord

économique, Montpellier Agglomération poursuit sa

politique d’ouverture vers la Chine, indispensable dans

un contexte de mondialisation, élargit le spectre de

ses coopérations et intensifie ses échanges culturels,

sportifs, scientifiques et économiques.

La signature d’un accord de coopération avec EUPIC et

la zone de haute technologie de Chengdu a également

été effectuée en 2010.

En 2010, l’Agglomération a également renforcé ses

partenariats internationaux par la signature d’un accord

avec le CCIT (Centre de Commercialisation des Technologies

Innovantes) du New Jersey aux États-Unis. Montpellier

Agglomération s’appuie de même sur les maisons du

Languedoc-Roussillon à Bruxelles, Londres, Milan et

New York.

Temps fort de l’année 2010, le Business Innovation Centre

(BIC) de Montpellier Agglomération, élu 1 er incubateur

mondial en 2007 à Seattle, s’est vu renouvelé pour

l’attribution de son label « Soft Landings » pour la période

2010-2012.

L’année 2010 a également été celle du démarrage des

travaux du MIBI (Montpellier International Business

Incubator), une structure destinée à l’accueil d’entreprises

internationales dont la livraison est intervenue en juin

2011.

L’aéroport Montpellier Méditerranée, un atout certain pour le

développement économique

56


Organisation d’un salon international :

la 1 ère édition du MIG (Montpellier In Game),

salon international du jeu vidéo

En juin 2010, Montpellier Agglomération a

également organisé la 1 ère édition du salon

MIG (Montpellier In Game) consacré aux

jeux vidéos. Quelque 13 000 personnes ont

participé à la manifestation. Montpellier

Agglomération mène depuis plus de dix ans

une politique d’aide et de soutien actifs dans

le domaine des jeux vidéos, notamment par le

biais de son BIC. Un secteur porteur en passe

de devenir leader sur le marché français dans

les années à venir, avec plus de 60 entreprises

à fort potentiel créatif générant près de

1 000 emplois sur le seul territoire de

l’Agglomération, tant dans le domaine des

loisirs (Feerik, Actiplay, Big Fish Games…) et

de la création numérique (Aquafadas, Kawenga,

3DVF…), que des « serious games » (Primal Cry ou Didact Système et le projet MOJOS). Montpellier Agglomération, qui

soutient également l’association Pix’LR, créée en 2009 et spécialisée dans les jeux vidéos, se devait donc d’organiser un

salon international dans ce domaine. Avec le MIG, Montpellier Agglomération entend ainsi se positionner dans les

premiers rangs du secteur des jeux vidéo aux niveaux national et international. Il deviendra à n’en pas douter une étape

incontournable dans le circuit mondial des grands événements du secteur, aux côtés de TKG (Japon), E3 (États-Unis) ou

encore Games Connection (Allemagne).

Le développement d’un réseau

d’infrastructures économiques performantes

L’agglomération de Montpellier, territoire d’innovation

Depuis 1987, plus de 470 entreprises ont été accompagnées

dans le cadre du BIC (Business Innovation Center)

Cap Alpha - Cap Omega de Montpellier Agglomération.

Au total, 4 500 emplois ont été créés par les

entreprises du BIC et le taux de survie à 3 ans des

entreprises accompagnées est supérieur à 80 % (contre

65,5 % en moyenne nationale). Enfin, depuis 2009,

le BIC de Montpellier Agglomération a obtenu la

certification ISO 9001 pour l’accompagnement à la

création des entreprises innovantes (conseil, formation

et hébergement). Le budget du BIC s’équilibre avec

1 564 240 € de dépenses et 1 283 767 € de recettes

en 2010, soit un taux de couverture des dépenses par

les recettes s’élevant à 82 %.

Pour conforter cette politique axée sur l’excellence et l’innovation, Montpellier Agglomération soutient les

activités de recherche et structure le développement de projets industriels à travers 3 pôles de compétitivité de

son territoire : Eurobiomed (santé), Q@li-Mediterranée (agronomie) et Derbi (environnement et énergies

renouvelables) à hauteur de 65 000 €.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

57

04


Une palette d’infrastructures

répondant aux besoins des entreprises

En 2010, l’Agglomération de Montpellier a continué à développer ses infrastructures économiques, afin de créer

les conditions permettant à son territoire d’exprimer pleinement son potentiel économique.

Montpellier Agglomération compte 18 parcs d’activités, représentant 2 400 entreprises et 27 000 emplois.

L’Agglomération dispose également d’une gamme complète d’immobiliers d’entreprises. L’offre regroupe

2 pépinières (Cap Alpha et Cap Omega), 4 hôtels d’entreprises (Hôtels d’entreprises du Millénaire / Cap Delta,

Cap Gamma et Cap Sigma réunis dans le Biopôle), 2 ateliers relais (Montpellier et Prades-le-Lez) et 2 Villages

d’Entreprises Artisanales et de Services - VEAS - (Montpellier et Cournonsec) et les laboratoires relais du Millénaire.

Cap Sigma, dernier bâtiment réalisé au sein du Biopôle

Construite en 1987 à Clapiers, la

pépinière d’entreprises Cap Alpha du BIC

de Montpellier Agglomération héberge de

jeunes entreprises innovantes, spécialisées

dans les technologies de la santé et de

l’environnement. Montpellier Agglomération

a décidé de requalifier ce bâtiment afin de

répondre aux exigences qualitatives des

créateurs innovants et de tendre vers

l’exemplarité en matière d’environnement

durable.

L’objectif est de créer de nouveaux espaces

spécialisés et mutualisés à destination de

ces entreprises, notamment de nouveaux

laboratoires et des espaces de convivialité

(salle de restauration et atrium). Le concept

Esquisse de la rénovation de la pépinière Cap Alpha à Clapiers

de pépinière « green-tech » développé sur

ce projet de requalification, portant la

pépinière d’entreprises à la pointe du développement durable, permettra d’attirer de nouvelles entreprises dans le

secteur des technologies vertes et de l’environnement durable. Le coût des travaux est de 2 614 456 € TTC, financés

à 70 % par Montpellier Agglomération.

58


Finalisation des travaux du MIBI,

un lieu d’accueil international

En juillet 2008, la National Business Incubation Association (NBIA) a attribué le label « Soft Landings » au Business

Innovation Centre (BIC) de Montpellier Agglomération, déjà élu 1 er incubateur mondial en 2007. Ce label a été

reconduit en juin 2010, pour la période 2010-2012. Forte de cette reconnaissance internationale,

l’Agglomération a décidé d’édifier un bâtiment totalement dédié à l’accueil des entreprises

internationales : le MIBI (Montpellier International Business Incubator),

opérationnel en juin 2011.

Cette structure « de nouvelle génération », tant par la nature

des services qu’elle fournit que par sa conception

architecturale, est venue compléter le panel

d’infrastructures proposé par

Montpellier Agglomération .

Le Montpellier International Business Incubator, un espace innovant dédié aux entreprises internationales

Avec le MIBI (Montpellier International Business Incubator), véritable plateforme incontournable à l’international,

Montpellier Agglomération a souhaité se doter d’un outil et d’un concept unique en France, un espace innovant

dédié à l’accueil d’entreprises étrangères et/ou du territoire, toutes tournées vers l’export. Plus qu’un bâtiment,

le MIBI a vocation à devenir un « hub », véritable carrefour accueillant des entreprises étrangères, ainsi que des

entreprises françaises présentant un chiffre d’affaires à l’export supérieur à 50 % de leur chiffre d’affaires total.

Innovant dans sa réalisation comme dans son concept et les services qu’il propose, le MIBI, nouveau bâtiment à

énergie positive construit par Montpellier Agglomération, est destiné à accueillir des entreprises internationales

sur 3 500 m². D’un coût total de 9,625 M € HT financé à 90 % par Montpellier Agglomération (avec pour

co-financeurs l’État, la Région Languedoc-Roussillon et l’Europe), il a été édifié sur le parc Eurêka, tout près de la

pépinière Cap Omega du Business Innovation Centre (BIC) de Montpellier Agglomération. Les travaux se sont

poursuivis tout au long de l’année 2010 et au début 2011, pour une livraison du bâtiment effective le 21 juin 2011.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

59

04


L'innovation au service des entrepreneurs

La gamme de services proposée par Montpellier Agglomération aux entrepreneurs s’est renforcée en 2010.

Au-delà de l’accompagnement à la création d’entreprises innovantes, l’objectif est d’accompagner le développement

des entreprises et de l’emploi ainsi que l’internationalisation.

Pour favoriser la croissance, le recrutement et le positionnement international des entreprises de l’agglomération,

Montpellier Agglomération a fait le choix de compléter sa stratégie d’appui aux entreprises à travers la construction

d’offres de services spécifiques pour une offre de prestations complètes et sur-mesure aux entreprises.

Trois packs ont ainsi vu le jour en 2009 et se sont concrétisés en 2010 : le « Pack Croissance », le « Pack Emploi » et le

« Pack Soft landings ».

• Avec le « Pack Croissance », Montpellier Agglomération soutient le développement des PME de plus de

trois ans, et met à leur disposition des outils adaptés et efficaces pour accélérer leur croissance. Ce Pack est

un modèle d’accompagnement destiné à faire des entreprises à fort potentiel de croissance, des PME leader

sur leur marché.

• Le « Pack Emploi » est destiné aux entreprises au cours de leur phase de développement, étape où elles

sont souvent confrontées à des difficultés dans le recrutement de nouveaux collaborateurs. Pour réussir cette

phase clé, assurant la pérennité de l’entreprise et la création de nouveaux emplois sur le territoire, Montpellier

Agglomération s’associe au Pôle Emploi et à l’ensemble des partenaires de l’emploi et de la formation afin

d’aider les entreprises dans leurs recherches de candidats.

• Le « Pack Soft Landing » est un nouveau service accessible sur www.europeanmarketaccess.com, et destiné

à faciliter l’implantation de toutes les entreprises étrangères qui souhaitent se développer sur le territoire.

Un réseau de prestataires réunis au sein d’un annuaire web permet ensuite à l’entreprise étrangère d’accéder

à un pool de compétences, à des tarifs négociés.

L'action économique au service

de l'emploi et de l'insertion

Menant une action décisive en matière d’emploi et d’insertion, Montpellier Agglomération a accentué ses

interventions en 2010, en y consacrant un budget de 804 000 €.

La Cyberbase,

un outil pérenne

au service de l’emploi

Depuis son ouverture en 2001, la Cyberbase met

gratuitement à la disposition des chercheurs d’emploi et

des porteurs de projet une salle de travail et des outils

informatiques pour les aider à trouver du travail ou à

créer leur propre entreprise.

En 2010, la Cyberbase a reçu environ 10 000 visites sur

l'année, dont 87 % de demandeurs d'emploi et 13 % de

créateurs d'entreprise.

La Cyberbase, un lieu dédié aux chercheurs d’emploi

60


Des résultats prometteurs pour la MLJAM

Deuxième financeur après l'État, Montpellier Agglomération soutient la Mission Locale des Jeunes de l'Agglomération

de Montpellier (MLJAM).

En 2010, la MLJAM a accueilli 4 027 nouveaux jeunes et possédait un « portefeuille actif » de 4 981 jeunes.

4 578 jeunes sont entrés en situation professionnelle, parmi lesquels 2 561 ont signé un contrat de travail

(+ 29 % par rapport à 2009) et 2 017 sont entrés en alternance ou en formation.

Les actions d'insertion autour des travaux

de la 3 ème ligne de tramway

Pour répondre aux besoins des entreprises et proposer

des emplois aux personnes en difficulté d’insertion, la

Communauté d’Agglomération de Montpellier a intégré

une clause sociale dans ses marchés. Cette clause a été

à l’origine, en 2010, de 82 431 heures de travail

proposées à ce public spécifique.

Une équipe Emploi-Tramway interinstitutionnelle

pilotée par Montpellier Agglomération a été créée en

2009 pour aider les entreprises à mettre en œuvre cette

clause sociale. En 2010, cette équipe chargée de recueillir

les offres d’emplois des entreprises, de sélectionner les

candidats et de les suivre après le recrutement a reçu

1500 demandeurs d’emploi.

Enfin, les chantiers-insertion soutenus par Montpellier

Agglomération et menés sur l’ensemble du territoire ont

permis à 115 personnes d’être en situation d’emploi en

insertion.

Succès confirmé

pour les Rencontres

pour l’Emploi

Les deux éditions des Rencontres pour l’Emploi en 2010,

l’une organisée à Vendargues au mois de mai, et l’autre

à Villeneuve-lès-Maguelone en novembre, ont permis

de proposer un total de 665 offres d’emploi aux

3 200 visiteurs qui s’y sont pressés.

Ces salons ont débouché sur 160 propositions

d’embauches immédiates, et sur 670 rendez-vous

ultérieurs proposés à des candidats à un poste.

Chantier-insertion sur le site de Grammont à Montpellier

Succès pour « Les rencontres pour l’Emploi » de Vendargues en mai 2010

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

61

04


Chiffres

clés

• La construction du MIBI a représenté un coût total d’opération de 9, 625 M€ HT, dont

8, 055 M€ financés par la communauté d’agglomération de Montpellier.

• Pour les travaux de la 3 ème ligne de tramway, environ 75 000 heures de travail ont été

proposées à des publics en insertion.

• Les deux éditions des « Rencontres pour l’emploi » organisées en 2010 ont permis de proposer 665 offres

d’emploi aux habitants de l’agglomération.

62


05

Transports

et déplacements


Transports

et déplacements

05

En 2010, Montpellier Agglomération a poursuivi ses actions en faveur des déplacements pour une

« mobilité durable » respectueuse de l’environnement.

Afin de soutenir l’activité économique, Montpellier Agglomération a accéléré la réalisation des travaux

de la ligne 3 du tramway Juvignac-Montpellier-Lattes-Pérols, anticipant ainsi sa mise en service dès

le printemps 2012.

De façon concomitante, la réalisation d’une quatrième ligne de tramway « La Circulade » a été lancée

en 2010 ; elle comprendra 10 points de liaison avec les 3 autres lignes, facilitant ainsi les

déplacements, en permettant une relation plus directe et rapide entre le centre ville, les autres

quartiers de Montpellier et les communes.

Au printemps 2012, ce réseau à 4 lignes en étoile qui se croiseront devant la Gare Saint Roch et

dont les lignes 1 et 2 desservent la place de la Comédie sera opérationnel. Face aux enjeux de

la croissance du trafic automobile et de ses incidences sur la qualité de l’air et de

l’environnement urbain, et en conformité avec les objectifs du projet de Plan de Déplacements

Urbains (PDU), ce réseau a été conçu pour offrir aux habitants de l’agglomération un véritable

maillage du territoire avec des trajets directs vers le centre et des facilités de correspondances

entre les lignes de tramways et de bus.

Avec près de 120 M€ attribués par l’Etat lors des deux appels à projets « transports urbains »

du Grenelle de l’Environnement, le réseau de tramway de l’agglomération de Montpellier

obtient les plus fortes subventions de tous les réseaux de France, prouvant ainsi toute sa

qualité et sa pertinence en répondant aux exigences environnementale, sociale et

économique du développement durable.

Enfin, les actions en faveur de l’écomobilité : Plans de Déplacements Entreprise (PDE),

développement des services de location de vélos « Vélomagg », de covoiturage et

« d’Autopartage », ont également amplifiées par l’Agglomération de Montpelier en

2010 pour offrir une palette d’alternatives à la voiture particulière.

Perspective de la future ligne 3 à proximité de la gare Saint Roch

© Architecture studio

64


Les transports en commun

Avec 62,2 millions de voyages en 2010, le réseau de transport de l’agglomération maintient un niveau de

fréquentation très satisfaisant. La ligne 1 demeure la ligne la plus fréquentée de France avec des pointes à plus de

130 000 voyageurs par jour, soit près de 30 millions de voyageurs annuels.

L’année 2010 a été tout particulièrement marquée par le développement du réseau tramway avec les travaux de

construction des lignes 3 et 4 (« La Circulade ») qui seront mises en service au printemps 2012.

2010 est aussi la 1 ère année d’exécution du nouveau contrat de Délégation de Service Public Transport Urbains

attribué au groupement TaM - Transdev Montpellier pour une durée de 8 ans, du 1 er janvier 2010 au 31 décembre

2017.

Le Réseau de Tramway

et les Pôles d’Echange Multimodaux

Les orientations du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) ont validé l’idée qu’un réseau de tramway avec ses

prolongements ultérieurs représente la colonne vertébrale du système de déplacements futur, susceptible de

modifier la répartition des modes de déplacements sur notre agglomération, dans une démarche plus générale de

maîtrise du développement urbain. Le résultat est la définition d’un réseau de plus de 110 km de tramways à horizon

2020.

Outre la construction des lignes de tramway 3 et 4 en 2010, les réflexions dans le cadre du PDU ont permis de

proposer la mise en place, à terme, d’un réseau armature maillé associant 6 lignes de tramway et un réseau TER

cadencé à partir duquel peuvent s’organiser les rabattements en transports publics. La modernisation de la gare

Saint Roch en véritable pôle d’échange multimodal et la création de la future Gare TGV Odysseum viennent

structurer ce réseau à l’échelle métropolitaine.

La ligne 1 dotée d’une nouvelle station, « Mondial 98 »

Lancée en juillet 2000, longue de 15,8 km et traçant une véritable ligne de vie à Montpellier intra-muros, entre

Mosson et Odysseum, la première ligne de tramway de Montpellier Agglomération est à présent jalonnée de

29 stations, avec la création de l’arrêt « Mondial 98 », situé entre « Port Marianne » et « Millénaire » et permettant

la desserte du nouveau quartier Parc Marianne. La station « Mondial 98 » a été inaugurée le 17 décembre 2010 par

Montpellier Agglomération, alors que le paysage urbain environnant était en plein développement avec 4 200

logements récemment aménagés, soit près de 9 000 personnes concernées. Ancrant un point d’arrêt indispensable

dans une zone urbaine en plein essor, cette nouvelle station, prévue lors du tracé initial, est primordiale pour la

valorisation du quartier et de ses habitants.

Cette mise en service poursuit le développement

d’un maillage optimal, au sein d’une couverture

géographique la plus large possible, contribuant

ainsi au développement durable du territoire.

Elle traduit une progression naturelle du centreville

de Montpellier vers le Sud-est et répond à

la formidable croissance démographique de

l’agglomération.

Les travaux de construction de la station

Mondial 98 ont été entrepris au cours de l’été

2010, pour un montant de 0,5 M€.

La station « Mondial 98 » inaugurée par Jean Pierre Moure, Président de Montpellier

Agglomération, en décembre 2010

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

65

05


La ligne 2 définitivement achevée

Depuis décembre 2006, la ligne 2 au design fleuri,

longue de 19,8 km, dessert cinq communes de

l'Agglomération : Saint Jean de Védas - Montpellier -

Castelnau-le-lez - Le Crès - Jacou. Cette ligne comprend

34 stations dont 4 en connexion avec la Ligne 1.

Quelques aménagements ont été réalisés en 2010, dont

une 1 ère phase d’aménagement définitif de l’avenue de

l’Europe à Castelnau-le-Lez, au droit de l’ancien garage

Peugeot.

L’année 2010 a également été de l’occasion de solder

les décomptes définitifs des marchés de travaux ainsi

que ceux des acquisitions foncières qui avaient été

nécessaires à la réalisation de la ligne 2.

La globalité des dépenses liées à la deuxième ligne s’est

élevée à 2,1 M€ en 2010.

La ligne 2 sur l’avenue de l’Europe à Castelnau-le-Lez

Les travaux d’infrastructures lancés sur la ligne 3 et la ligne 4, solaire

D’une longueur de 22,4 km, la ligne 3 desservira 4 communes, Juvignac, Montpellier, Lattes et Pérols, selon deux

principaux axes : le secteur Nord-ouest avec des zones d’emplois et d’habitat à forte densité, et le secteur Sud-est

avec sa forte activité marchande. Sa mise en service est prévue au printemps 2012.

C’est l’Arlésien Christian Lacroix qui a été choisi par Montpellier Agglomération pour imaginer l’esthétique de cette

troisième ligne. Ce dernier s’est inspiré de planches de naturalistes du XVIII e représentant des éléments marins et

des images de bijoux méridionaux, rappelant ainsi la proximité de ce territoire avec les rivages maritimes. Le dégradé

de couleurs choisi, allant du froid au chaud, évoque le trajet de la troisième ligne du tramway, reliant le Nord de

l’Agglomération au Sud. Les poissons répondent aux hirondelles de la ligne 1, et des étoiles de mer font écho aux

fleurs de la ligne 2. Coloré, original, ce nouveau tramway donne également l’impression d’être en tenue de fête,

paré « d’éléments encyclopédiques enluminés », rappelant la richesse de cette vieille cité universitaire qu’est

Montpellier. Le nez du tramway a été étudié pour donner au conducteur une meilleure vision et sa forme à peine

sinueuse se situe entre le masque de plongée et le casque intégral. Les montants, les plus fins possibles,

s’intègrent au verre finement pelliculé

d’un dégradé marine qui englobe

également les phares. Le plafond et les

parois des rames sont traités en

dégradé de bleu et vert d’eau, rappelant

le turquoise des piscines, tandis que les

sièges et les strapontins, très classiques,

font alterner des rayures bleu marine

et jaune souffre d’après un ancien

motif languedocien. Les barres de

maintien, quant à elles, adoptent

la thématique du corail, déclinant

poignées, « branches » et « arbres » aux

courbes orangées de part et d’autre

des portes, au dossier des sièges ou au

milieu des voitures.

Présentation de la première rame de la ligne 3 au sortir de l’atelier

66


Les travaux, commencés en 2009, ont connu une montée en charge importante en 2010. De janvier à octobre, le

déplacement et la rénovation des réseaux (eau, assainissement, électricité, lignes téléphoniques, gaz…) liés à la

mise en place de la ligne ont été effectués. Tout au long de l’année, la tranche de travaux concernant la réalisation

des infrastructures et des revêtements : voiries, plates-formes, trottoirs, voies de circulation, espaces verts et

éclairage public a été menée, cette dernière devant se terminer fin 2011.

Entre juin et décembre, les ouvriers ont entrepris la pose de la voie ferrée, sur une longueur de 10 km environ,

celle-ci devant se poursuivre tout au long de l’année 2011.

L’ensemble de ces travaux d’infrastructures a représenté une dépense totale de 152,7 M€.

Mise en place des rails de la ligne 3 devant le futur hôtel de Ville, à Port Marianne

Pour mémoire, le coût total de la ligne 3 est estimé à 530 M€, 369,4 M€ étant financés par Montpellier

Agglomération, 82,6 M€ par l’État, 50 M€ par la Région Languedoc-Roussillon et 28 M€ par le Département de

l’Hérault. La participation de l’État comprend une subvention de 30,55 M€ au titre du Plan espoir Banlieues,

attribuée dans le cadre de l’appel à projets « transports urbains » lancé par le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie,

du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire. Ce montant de subvention, la plus importante

accordée au niveau national, démontre la qualité du projet de troisième ligne de tramway. Un premier versement

de 20 M€ a été reçu en 2010.

C’est également en 2010 que la possibilité de faire circuler une Ligne 4 en réutilisant les infrastructures des 3 premières

lignes a été définitivement validée. Il s’agit d’une ligne circulaire partielle entre la place Albert 1 er et la place Saint

Denis, à Montpellier, qui sera mise en service avec la ligne 3, son bouclage complet étant prévu lors de la réalisation

de la ligne 5. Longue de 8,2 km, la ligne 4 comprendra 17 stations et 10 points de correspondance avec les 3 autres

lignes de tramway, assurant une relation directe entre le centre de l’Agglomération, les autres quartiers de

Montpellier et les communes. Elle permettra d’accéder au nouvel Hôtel de Ville, à la nouvelle gare Montpellier

Saint Roch et à d’autres équipements emblématiques de l’Agglomération : l’Agora de la Danse, le Corum, la

Médiathèque centrale d’Agglomération Émile Zola, la Piscine Olympique d’Antigone, ou encore la Médiathèque

d’Agglomération Garcia Lorca. Elle desservira les quartiers suivants : Albert 1 er , Saint Charles, Boutonnet, les Beaux-

Arts, Les Aubes, Antigone, Consuls de Mer, Aiguerelles, Saint Martin, Nouveau Saint Roch, Gambetta et Saint Denis.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

67

05


Christian Lacroix, également lauréat du concours organisé pour le design de cette quatrième ligne, a motivé sa

création par la réflexion suivante : « Il m’est apparu qu’il y avait eu l’air avec les oiseaux de la ligne 1, la terre avec

les fleurs de la 2, l’eau avec la thématique maritime voulue pour la ligne 3. Il m’a donc semblé que le feu, en tous

cas la lumière, pouvait être l’élément symbole de ces rames nouvelles ». Souhaitant conserver une parenté avec la

« robe » de la ligne 3 et son ornementation de gravures et de broderies, l’artiste a imaginé une rame de métal,

reflétant le soleil languedocien, astre symbole du feu et de la lumière et y a associé les gravures anciennes des

rinceaux XVII e , des motifs de jardins à la française, les Trois Grâces et le Château d’eau du Peyrou… sur fond de

lamé brodé rehaussé de rocailles et de bijoux.

La « robe » imaginée par Christian Lacroix pour la future ligne 4, la « Circulade »

En 2010, quelques travaux complémentaires à ceux de la ligne 3 ont été entrepris de façon concomitante sur la

« Circulade », notamment à l’occasion des opérations de raccordement des lignes réalisées pendant l’été.

L’avancement conjoint des travaux garantit la mise en service des lignes 3 et 4 au printemps 2012, soit avec 6 mois

d’avance sur le planning initial, et ce dans l’objectif de soutenir l’activité économique locale, dans le cadre du plan

de relance souhaité par le gouvernement et relayé activement par les collectivités locales.

A terme, on peut évaluer à 77 000 le nombre de passagers qui parcourront chaque jour la ligne 3 et à 14 000

ceux qui emprunteront la ligne 4.

Une future ligne 5 sur les rails

Le programme de réalisation de la ligne 5, qui emprunte

le trajet Lavérune - Montpellier - Montferrier - Clapiers

- Prades le Lez, a été adopté par le Conseil d’agglomération

du 3 juillet 2009.

Par la suite, un dossier a été déposé auprès du Ministère

de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports

et du Logement dans le cadre du 2 ème appel à projets

« Transports Urbains » pour un financement par l’Etat de

la ligne 5 et du bouclage de la Ligne 4 « la Circulade ».

Pour un montant total d’opération de 315 M€, l’État a

attribué le 9 février 2011 une subvention de 37 M€,

d’une part pour financer le bouclage de « la Circulade » à

hauteur de 5,66 M€ dans le cadre de la démarche Écocité,

et, d’autre part, pour la partie de la ligne 5 située entre

Lavérune et Clapiers à hauteur de 31,42 M€ ; les travaux

de cette ligne 5 devant être engagés avant fin 2013.

Suite à un appel d’offres, TaM a été désigné comme

mandataire pour l’étude et la réalisation de cette

nouvelle ligne, et le marché d’un montant de 13,2 M€

HT a été approuvé par le Conseil d’agglomération du

26 janvier 2011.

La consultation pour la désignation du maître d’œuvre

a été lancée début 2011.

Le pôle d’échange multimodal

Montpellier Saint Roch

Le développement de l’offre ferroviaire, en particulier

du TGV et du TER, la perspective de la mise en service

des lignes 3 et 4 du tramway et le projet de requalification

urbaine du quartier Saint Roch ont conduit la Région

Languedoc-Roussillon, la SNCF, la Communauté

d’Agglomération de Montpellier, le Département, la

Ville de Montpellier et l’État à engager de manière partenariale

la modernisation de la gare Saint Roch, faisant

de ce lieu situé au cœur de l’agglomération un véritable

pôle d’échanges accueillant les services d’intermodalité

entre les différents moyens de transport.

Montpellier Agglomération participera pour 6 M€ à la

réalisation de ce projet d’un montant global de 56,5 M€

HT, dont les études ont été finalisée par Gares et

Connexion en 2010, pour un démarrage des travaux en

2011.

La livraison d’une 1 ère phase est prévue en 2013 et le

pôle d’échange devrait être livré en 2014-2015.

68


L’exploitation des transports en commun

Sur le territoire de Montpellier Agglomération, les transports en commun sont organisés par deux collectivités.

D’une part avec par le Groupement Transport de l’Agglomération de Montpellier (TaM)-Transdev Montpellier

qui dessert avec 31 lignes les communes de l’agglomération, dans le cadre d’une convention de délégation conclue

pour une durée de 8 ans, du 1 er janvier 2010 au 31 décembre 2017. D’autre part, par le réseau du Syndicat mixte

Hérault Transport, qui gère les lignes pénétrantes départementales et les lignes scolaires spécifiques.

Avec les autorités organisatrices de transport que sont la Région Languedoc-Roussillon et le Syndicat mixte

Hérault Transport, Montpellier Agglomération a poursuivi son action pour garantir la mobilité de tous les citoyens

dans le souci constant d’améliorer la cohésion sociale et de renforcer les liens de la capitale régionale avec

l’ensemble des territoires du Département de l’Hérault et de la Région Languedoc-Roussillon.

En 2010, la contribution publique versée par Montpellier Agglomération au groupement TaM/Transdev dans

le cadre de la Délégation du Service Public des Transports en commun est de 45,82 M€ TTC, dont 10,79 M€ de

compensations tarifaires sociales et de subventions scolaires.

Les recettes du versement transport s’élèvent quant à elles à 67,3 M€ en 2010.

Des offres tarifaires attractives pour tous

Afin de poursuivre la politique soutenue en faveur

d’une mobilité durable pour tous et de maintenir

l’équilibre économique du dispositif, de nouveaux tarifs

ont été fixés à compter du 1 er août 2010, notamment

les forfaits parking tramway qui n’avaient pas été

actualisés depuis le 1 er mai 2005, les titres « 10 et

30 voyages », inchangés depuis le 1 er août 2008 ainsi

que les titres annuels pour tous, dont 50 % du coût est

pris en charge par les entreprises en ce qui concerne les

salariés.

En 2010, la Communauté d’Agglomération a contribué

à hauteur de 10,8 M€ au financement des tarifications

réduites à destination des personnes à faibles revenus

pour faciliter leurs déplacements : personnes âgées

(67 327 abonnements Cartes d’Or, soit + 2,2 %),

demandeurs d’emploi (128 725 abonnements mensuels,

soit + 0,3 %), handicapés (38 255 abonnements

mensuels, soit + 15,6 %) et scolaires (68 345 abonnements

mensuels, avec une baisse de 6 % due à l'attractivité de

l'abonnement « Jeunes de moins de 26 ans »).

Enfin, pour faciliter la distribution des titres de transport

et les démarches des usagers en leur évitant de se

déplacer aux points de vente, un système de clé USB

rechargeable par Internet, « CléT@M », a été mis

en service en février 2010.

Robert Subra, Vice-président de Montpellier Agglomération délégué aux

transports, présentant la CléT@M en février 2010

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

69

05


Une fréquentation du réseau TaM ralentie par les travaux

De manière globale, le nombre de passagers transportés sur l’ensemble du réseau TaM (bus et tramways) a plus

que doublé en 10 ans pour une offre de transport en augmentation de 30 % (en kilomètres parcourus).

Par contre, on note en 2010 une baisse de fréquentation de 8,1 % sur l’ensemble du réseau par rapport à 2009,

qui est consécutive à l’impact des travaux importants menés sur les lignes 3 et 4 du tramway durant cette période.

D’une part, les travaux de raccordement de la ligne 3 ont nécessité la coupure des lignes 1 et 2 durant la période

estivale et, d’autre part, les déviations des lignes de bus situées sur le parcours de la ligne 3, notamment la ligne

15 Pierre de Coubertin - Gare Saint Roch ont occasionné de nombreux désagréments auprès de la clientèle.

Une stabilisation est attendue en 2011, avant que la mise en service du nouveau réseau à 4 lignes de tramway au

printemps 2012 ne relance à nouveau l’activité.

Évolution de l'activité avec travaux

360

350

340

330

320

310

300

290

280

270

260

250

240

230

220

210

200

190

180

170

160

150

140

130

120

110

100

90

1998

Mai 1999

REb montée

par l’avant

126

105

99

99

125

115

155

141

132

Juin 2000

Tram Ligne 1

181

153

135

199

170

153

228

187

158

255

2002-2003

Allongement rames ligne 1

106 111 110 113 116

186

154

262

194

159

112 114

285

221

189

312

Déc. 2006

Tram Ligne 2

236

195

324

198

339 341

241 243

201

225

197

333

340

226

205

120 123 123

124 127 125 129

1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 BI 2010 E 2010 2011

Recettes hors compensations Voyageurs Kilomètres

P.K.O.

La fréquentation de la ligne 1, qui demeure la ligne la plus fréquentée de France avec des pointes à plus de

130 000 voyageurs par jour, a atteint 28,7 millions de voyageurs.

La fréquentation de la ligne 2 dépasse régulièrement le seuil de 60 000 voyageurs par jour (supérieur à son objectif

de fréquentation de 50 000 voyageurs) et a atteint 12,9 millions de voyageurs en 2010.

Évolution du nombre des voyageurs de 2000 à 2010

En millions

de voyageurs

2000* 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007** 2008 2009 2010

TOTAL 34,68 39,24 42,48 47,90 52,63 52,40 54,46 61,98 66,29 67,72 62,22

An/an-1 - 13,1 % 8,3 % 12,8 % 9,9 % -0,4 % 3,9 % 13,8 % 7,0 % 2,2 % -8,1 %

*07/2000 mise en service de la 1 ère ligne de tramway

**16/12/2006 mise en service de la 2 ème ligne

70


Une offre de transport renforcée

Tout au long de l’année 2010, les réaménagements de certaines lignes et les renforcements de fréquences ont

permis de mieux répondre aux attentes des usagers. L’offre a été stabilisée avec une augmentation de 0,7 % par

rapport à 2009 sur le réseau TaM, pour atteindre 11,26 millions de km, dont 3,30 millions de km pour le

tramway.

Outre l’incidence des travaux de construction des Lignes de tramway 3 et 4, l’activité transport du Groupement

TaM - Transdev Montpellier de l’année 2010, première année de la délégation de service public 2010-2017, a été

marquée par :

• la création de la ligne 38 Cournonsec-Montpellier reprenant en partie la ligne 109 Hérault Transport à compter

du 5 juillet 2010,

• le prolongement de la ligne 9 La Pompignane-Grammont pour assurer la desserte du secteur Euréka-Millénaire

à compter du 14 mars 2011,

• la modification de la desserte de la zone d’activités Garosud par La Ronde à compter du 30 août 2010,

• la modification du terminus de la ligne 30 au Crès à compter du 29 mars 2010,

• la réorganisation de l’itinéraire de la ligne 18 à Lattes-Maurin à compter du 1er septembre 2010.

• le changement sur la ligne 32 afin de desservir la Maison d’Arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone,

• la création d’un service de minibus du soir sur le secteur de Castries en 2010 et l’extension du service à Saint-

Brès (en janvier 2011),

• la pérennisation des services du Petit Train à Odysseum, un mode de transport de proximité mis en place en 2009.

Le service Amigo de plus en plus prisé

Mis en place par Montpellier Agglomération pour

répondre aux besoins de la population jeune de

l’agglomération de Montpellier, ce service assure la

desserte des discothèques chaque semaine du jeudi

au samedi, de minuit à 5 heures du matin, et il permet

aux noctambules de se déplacer en toute sécurité.

L’Amigo a transporté 63 621 voyageurs en 2010,

soit une augmentation de 46,6 % par rapport à

2009. Cette augmentation du trafic a conduit la

TaM à mettre en place un bus supplémentaire pour

répondre à l’attente de la clientèle jeune.

Le bus Amigo permet aux jeunes de sortir en toute sécurité

Les parkings tramway plébiscités

Les parkings d’échange, qui permettent aux

automobilistes de laisser leur véhicule et d’emprunter

le tramway pour continuer leur trajet, ce qui évite

pollution et engorgement de la circulation en centreville,

continuent de fédérer de nombreux adeptes.

Plus de 570 919 véhicules, en progression de

+ 1,4 % par rapport à 2009, ont stationné dans les

parkings tramway en 2010, soit 1 564 véhicules/

jour principalement sur les parkings Occitanie et

Odysseum, générant 1,7 millions de voyages sur les

deux lignes de tramway.

Le parking d’échange Occitanie

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

71

05


Poursuite de la modernisation de la flotte de bus

La poursuite par Montpellier Agglomération de son programme d’investissement en bus GNV (Gaz Naturel

Véhicule) s’est concrétisée par l’achat de 6 nouveaux véhicules de ce type en 2010, pour un montant de 1,9 M€.

Ces nouvelles acquisitions permettent à la société de transport de l’agglomération de disposer d’un parc de véhicules

non-polluants représentant 80 % de son effectif total.

Ces nouveaux bus sont également dotés d’équipements performants, notamment en ce qui concerne le confort et

la sécurité de la clientèle : palettes pour l’accès des fauteuils roulants, plancher bas, climatisation, vidéo-surveillance,

système d’information des usagers…

En complément de l’acquisition de ces nouveaux véhicules, Montpellier

Agglomération a engagé un programme de modernisation mécanique

et esthétique de 42 autres autobus. Cette opération, dotée d’un

budget propre de 3,5 M€, doit se poursuivre jusqu’en 2012.

En 2010, le programme de modernisation de la flotte de bus a

représenté un budget total de 3,4 M€. Cette somme a été financée

à hauteur de 1,5 M€ au titre des subventions versées à TaM pour

le maintien des équipements (principalement pour le remplacement

de moteurs, le programme de déploiement de Bornes d’Information

Voyageurs, le programme de rénovation des bus…).

Un transport public respectueux du développement durable avec les bus au GNV

Les services aux usagers

Le service de location de vélos Vélomagg’, l’autopartage avec Modulauto et le covoiturage proposent de multiples

possibilités de déplacement complémentaires à l’usage des transports en commun. C’est pourquoi Montpellier

Agglomération a développé ces différentes initiatives, dans le cadre de sa politique de développement durable.

Vélomagg’, des vélos pour tous

Le service Vélomagg’ de Montpellier Agglomération,

dont la gestion est confiée à la TaM, comprenait

2 000 vélos en 2010, dont 800 en location courte

durée répartis sur 50 Vélostations, 1 000 en location

longue durée pour une durée de 3 mois à un an et

destinés notamment aux étudiants, 50 vélos enfants

et 150 « Vélos plage » disponibles pour rejoindre la

mer à Villeneuve-lès-Maguelone, au terminus de la

ligne 32.

Fin 2010, Vélomagg comptait plus de 3 000 abonnés

qui ont effectué près de 133 000 locations courte Une station Vélomagg’ dans le centre historique de Montpellier

durée et tous les vélos longue durée ont été loués.

Le développement du service Vélomagg’ s’est poursuivi avec des formules à destination des familles et

l’expérimentation de la location de vélos à assistance électrique Vélomagg’ Electric. Le succès rencontré par

cette expérimentation doit permettre de définir le service pouvant être ultérieurement offert à la population sur

la base des remarques des clients testeurs.

72


Mobilisation des entreprises grâce aux PDE

La mise en œuvre de Plans de Déplacement Entreprises (PDE) est un moyen efficace de faire progresser la part du

transport public dans les trajets quotidiens ; ainsi, des aides particulièrement incitatives pour les salariés ont été

mises en place par les employeurs et Montpellier Agglomération.

6 nouvelles conventions PDE ont été signées en 2010, ce qui porte à 72 le nombre total de conventions établies

à ce jour. Sur un potentiel de 33 300 salariés, on compte ainsi 3 336 abonnés en 2010, ce qui représente une

augmentation notable de 20,5 % par rapport à 2009.

La réflexion partenariale menée sur la gestion du temps se poursuit par ailleurs avec l’ensemble des acteurs publics

et privés, notamment sur les parcs d’activités, et ce dans le but d’éviter l’engorgement massif des voies d’accès aux

heures de pointe.

Des transports accessibles aux Personnes à Mobilité Réduite

Montpellier Agglomération a adopté le 26 novembre

2009 son Schéma Directeur d'Accessibilité du réseau de

transports en commun.

Les actions de mises en accessibilité se sont poursuivies

en 2010, tant en matière d'équipement des matériels

roulants qu’en ce qui concerne l'aménagement des

points d'arrêt. Les études pour la mise en accessibilité

de la ligne 7 ont également été largement engagées,

en étroite collaboration avec le Comité de Liaison et de

Coordination des personnes handicapées et malades

chroniques.

Le programme de modernisation de 42 autobus engagé

par la TaM comprend également la mise aux normes

d’accessibilité des véhicules (information embarquée

visuelle et sonore, espace UFR, palette d’accès…).

Au 31 décembre 2010, tous les bus urbains étaient équipés

de palettes rétractables et 6 lignes (12, 15, 16, 8, 11

et la Ronde) étaient accessibles aux personnes

handicapées. Le réseau suburbain dispose également

de 5 bus équipés de palettes, susceptibles d’être utilisés

à la demande.

L’objectif de la nouvelle délégation de service public

établie par Montpellier Agglomération avec le groupement

TaM-Transdev Montpellier est d’obtenir un parc de bus

100 % accessibles en 2012 lors de la mise en service

de la ligne 3, en anticipation de 3 ans sur le délai fixé

par la Loi de février 2005.

Par ailleurs, la Communauté d’Agglomération de

Montpellier a poursuivi en 2010 son partenariat avec le

GIHP en le subventionnant à hauteur de 975 000 €,

assurant ainsi près de 73 500 voyages de personnes

handicapées pour leurs déplacements de loisirs et

professionnels. Cette coopération a en particulier permis

d’organiser des correspondances entre le service

GIHP et le tramway en offrant aux personnes handicapées

la gratuité de la correspondance.

Développement du service d’autopartage, « Modulauto »

Le service d’autopartage, développé en partenariat

avec la société « Modulauto » regroupe 17 stations

de location (16 à Montpellier et 1 à Castelnau-le-

Lez) pour 29 véhicules.

Ce service en plein essor a encore développé son

activité en 2010, et il compte 571 abonnés, un

chiffre en progression de 12 % par rapport à l’année

précédente.

Sur 571 abonnés, un tiers a souscrit un abonnement

combiné intermodal Modulauto-TaM, qui leur permet

d’emprunter successivement la voiture, le bus et le

tramway

Le service Modulauto, ou la voiture « à la carte »

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

73

05


Une coopération efficace avec les autres collectivités

La complémentarité avec les services de transport du Département

Le Syndicat Mixte Hérault Transport gère les lignes pénétrantes départementales qui desservent également les

communes de l’Agglomération. L’activité gérée par Hérault Transport sur le territoire de l’Agglomération représente

environ 2,5 millions de km pour 1,6 millions de voyages.

Le partenariat avec le Syndicat mixte Hérault Transport s’est poursuivi en 2010 et un nouveau tarif intermodal

a permis à près de 930 000 voyageurs des lignes départementales l’utilisation en libre circulation des deux

réseaux TaM et Hérault Transport avec un titre unique. Montpellier Agglomération a perçu 440 000 € de la part

du Syndicat mixte Hérault Transport au titre des compensations tarifaires générées par ce nouveau titre.

La participation de Montpellier Agglomération au Syndicat Mixte Hérault Transport s’élève en 2010 à 9 M€ en

dépenses et 7,35 M€ en recettes.

La compensation versée par l’État à Montpellier Agglomération pour les scolaires s’est élevée à 1,15 M€ en 2010,

un chiffre identique à celui de 2009.

« Kartatoo », une opération menée avec la Région Languedoc-Roussillon

Le titre de transport combiné « Kartatoo » mis en place avec la Région Languedoc-Roussillon permet d’utiliser

en libre circulation les deux réseaux de transports urbains à chaque extrémité, ainsi que le TER.

17 029 titres mensuels « Kartatoo Pro » (+ 25,3 %) et 10 577 titres « Kartatoo Etudes » (+ 9,7 %) ont été

utilisés en 2010, générant 650 000 voyages intermodaux TaM + TER.

Montpellier Agglomération a perçu en 2010 0,20 M€ de la part de la Région Languedoc-Roussillon au titre de la

compensation tarifaire de ces deux titres pour l'année 2010.

74


La voirie et le jalonnement

La voirie

Les deux axes majeurs d’intervention de la Communauté d’Agglomération de Montpellier concernent, d’une part,

les travaux d’aménagement réalisés en faveur des transports en commun et, d’autre part, ceux réalisés sur les voiries

d’intérêt communautaire.

La voirie pour les transports en commun

Le patrimoine géré par Montpellier Agglomération en terme de voirie comprend :

• 35 km de plateforme tramway des lignes 1 et 2,

• le système de priorité aux carrefours à feux pour les bus et le tramway,

• près de 5 kilomètres de couloirs de bus et 730 abris pour voyageurs sur les stations tramway et les arrêts bus.

En 2010, le budget dévolu aux opérations de gestion de ce patrimoine s’est élevé à 0,68 M€,

Afin d’optimiser la circulation des transports en commun sur toutes les communes de l’agglomération et d’accroître

le confort des usagers, les investissements effectués pour les aménagements de voirie et les équipements de

carrefours assurant la priorité du passage des autobus ont été portés à 0,73 M€.

Parmi ces opérations d’investissement, l’aménagement des arrêts bus accessibles aux Personnes à Mobilité Réduite

(PMR) a été poursuivi.

Par ailleurs, la redevance versée à l’Agglomération de Montpellier par le prestataire des abris pour voyageurs s’est

élevée à 0,57 M€ en 2010.

La voirie d’intérêt communautaire

Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de Montpellier Agglomération a mis en avant la nécessité de réaliser

un système de voirie de contournement de l’agglomération, dans l’objectif de fluidifier les déplacements à l’intérieur

du territoire.

L’avenue Georges Frêche à Castelnau-le-Lez

Afin d’améliorer les conditions de circulation dans le secteur

Est de l’Agglomération, Montpellier Agglomération a

poursuivi la réalisation de l’avenue Georges Frêche,

anciennement nommée avenue du Mas de Rochet et

rebaptisée à l’initiative de la commune de Castelnau-le-

Lez suite au décès du Président de la Communauté

d’Agglomération.

D’importants travaux de voirie ont été entrepris en 2010

pour permettre une mise en circulation complète de

l'avenue entre la place Charles de Gaulle à Castelnaule-Lez

et le giratoire Benjamin Franklin à Montpellier au

printemps 2011.

La nouvelle avenue Georges Frêche à Castelnau-le-Lez

Le montant total de la réalisation de l’avenue Georges Frêche est estimé à 18,3 M€.

En 2010, les études et les acquisitions foncières liées à ce projet ont également été poursuivies pour un montant

de 6,23 M€.

Le contournement Est de Montpellier

Cette opération indispensable au réseau de voirie de contournement de l’agglomération, initialement réalisée sous maîtrise

d’ouvrage de l’État a été transférée au Département de l’Hérault. La mise en service du 1 er tronçon reliant la RD613 à la

rue de la Vieille Poste a eu lieu le 19 décembre 2008.

Elle est financée à hauteur de 22,5 % par Montpellier Agglomération, dont le solde de participation s’est élevé à 315 000 €

en 2010, versés au Département de l’Hérault.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

75

05


Le Jalonnement Directionnel

Dans le domaine du jalonnement, Montpellier Agglomération a pour mission :

• de gérer et d’entretenir le patrimoine existant (soit environ 3700 panneaux dont un quart est lumineux,

implantés sur environ 1 400 carrefours), d’en assurer la maintenance en adaptant et complétant les panneaux

en fonction des nouvelles voies et des nouveaux équipements réalisés,

• d’étendre le plan de jalonnement à l’ensemble du territoire de la Communauté d’Agglomération de Montpellier.

En 2010, le budget alloué à l’ensemble de ces opérations a été de 0,29 M€ en fonctionnement et à 0,61 M€ en

investissement, dont 0,02 M€ de dépenses remboursées par les gestionnaires de voirie.

L’étude du plan de jalonnement dynamique de 13 parkings situés au centre de l’agglomération, destinée à optimiser

leur utilisation et en faciliter l’accès, a été finalisée en 2010 avec le lancement de l’appel d’offres ; la première phase

de réalisation étant quant à elle prévue en 2011.

Chiffres

clés

• 62,2 millions de voyageurs ont été transportés en 2010 sur le réseau de transports en commun

de Montpellier Agglomération.

• L’offre de transports en commun sur le réseau TaM atteint 11,26 millions de kilomètres, dont

3,3 millions de kilomètres pour le tramway.

• On estime à 77 000, le nombre de passagers qui parcourront chaque jour la future ligne 3 et à 14 000 ceux

qui emprunteront la ligne 4 ou « Circulade ».

• 2 000 vélos sont mis en location dans le cadre du programme Vélomagg’, dont 800 en location courte durée,

1 000 en location longue durée, 50 vélos enfants et 150 vélos plage.

• 79 conventions PDE (Plan de Déplacements Entreprise) ont été signées avec Montpellier Agglomération,

regroupant un total de 3 336 abonnés.

• 120 M€ ont été apportés par l’État pour le financement des lignes 3, 4 et de la future 5 ème ligne de tramway.

C’est la plus forte subvention de ce type attribuée par le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du

Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire.

76


06

Environnement


Environnement

06

La collecte, le traitement, la valorisation des déchets

et l’éducation à l’environnement avec l’Écolothèque

Soucieuse de la préservation de son environnement, Montpellier Agglomération a mis en place

depuis une vingtaine d’années une filière complète et exemplaire de traitement et de recyclage

des déchets produits sur son territoire.

L’activité de la Communauté d’Agglomération de Montpellier se décline dans les domaines

principaux que sont :

• l’incitation à la prévention des déchets, de façon à ce qu’il en soit moins produit à la source,

• la collecte des déchets résiduels et la collecte sélective des déchets recyclables (biodéchets,

papiers et emballages ménagers),

• la gestion des équipements de proximité (Points Propreté et colonnes d’apport volontaire),

• l’accompagnement des éco-citoyens, grâce au travail de terrain accompli par les Messagers

du tri, notamment, en 2010, en centre-ville ainsi que dans les logements à caractère social,

• la réalisation et l’exploitation des unités de valorisation et de traitement des déchets

(unité de méthanisation Amétyst et installation de stockage des déchets non dangereux

de Castries),

• l’exploitation du centre de tri Déméter des déchets recyclables secs,

• la gestion de la plate forme de compostage des déchets végétaux de Grammont,

• le développement des nouvelles filières de valorisation.

Enfin, et de façon complémentaire, l’Ecolothèque de Montpellier Agglomération mène

des actions pédagogiques auprès des enfants scolarisés dans le primaire, précurseurs

du « geste de tri » auprès de leurs parents, qu’elle accueille en période scolaire avec

leurs enseignants, ou à l’année au sein de son centre de loisirs « vert ».

Visite scolaire au centre de tri Déméter

78


La collecte des déchets

Deux principaux axes de travail ont été développés en 2010 pour améliorer la collecte des déchets au sein de

l’agglomération de Montpellier. D’une part, les efforts ont porté sur l’amélioration des collectes sélectives

des déchets recyclables et, d’autre part, des « actions de prévention » ont été mises en œuvre, ces dernières

consistant à inciter les habitants à produire moins de déchets à la source, grâce notamment à une modification de

leurs habitudes de consommation.

Une étude menée sur les déchets collectés

L’année 2010 s’inscrit dans la continuité de l’année 2009, avec une production de déchets qui suit l’évolution démographique

de l’agglomération. Les collectes en porte à porte et en apport volontaire ont représenté un peu moins de 170 000 tonnes,

soit 392 kg par habitant et par an (stable par rapport à 2009). C’est ce ratio qui servira de référence à l’évaluation du

Programme Local de Prévention des Déchets, avec pour objectif de le faire baisser à 364 kg par habitant et par an en 2015.

Les apports en déchèterie sont stables par rapport à 2009, à environ 74 500 tonnes, soit 172 kg par habitant et par an,

avec un taux de valorisation et de réemploi de 70 %. L’objectif sera de stabiliser ce chiffre au cours des prochaines années

et d’augmenter parallèlement la part de réemploi et de valorisation des déchets déposés par les usagers.

Type de déchets

Quantités collectées en 2010

(en tonnes)

Collecte des déchets résiduels en porte à porte 124 902

Collectes sélectives en porte à porte

(emballages, papiers-journaux, biodéchets, papier de bureaux, verre bars et restaurants )

Collectes sélectives par apport volontaire

(colonnes verre ; papiers-journaux, textiles)

28 042

9 752

Collectes d’encombrants en porte à porte 7 233

Collecte en Points Propreté 74 511

Sur un plan financier, les collectes sélectives ont généré

un peu plus de 2 M€ de recettes, malgré des prix de

reprise des matériaux recyclés conjoncturellement faibles

compte tenu du contexte économique.

Par ailleurs, la redevance spéciale pour la valorisation et

le traitement des déchets non ménagers et assimilés a

permis de recouvrer 2,91 M€. Outre qu’il s’agit d’une

obligation réglementaire, l’institution de cette redevance

spéciale permet de responsabiliser les professionnels en

les incitant à la réduction des volumes à la source

et à l’organisation du tri et elle contribue à la protection

de l’environnement.

Les bacs individuels de tri des déchets ménagers

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

79

06


Le Programme Local de Prévention des Déchets :

5 ans pour réduire les déchets

En totale cohérence avec les attentes des Lois Grenelle 1 et 2, Montpellier Agglomération a entrepris une démarche

visant à réduire ces quantités à la source.

Le 28 septembre 2010, le Conseil d’Agglomération a ainsi autorisé la signature d’un accord cadre avec l’ADEME,

d’une durée de 5 ans, pour la mise en œuvre sur le territoire de Montpellier Agglomération d’un Programme Local

de Prévention des Déchets (PLPD) en application des mesures prescrites par les lois dîtes « Grenelle » pour la réduction

des déchets de tous les habitants.

La 1 ère année de ce plan de prévention doit permettre :

• de mettre en place les structures de suivi et de pilotage du projet,

• d’établir un diagnostic de l’existant ainsi que les potentialités d’actions,

• de définir les objectifs, les actions à engager et les indicateurs de suivi,

• de réaliser les premières actions de sensibilisation et de communication.

1 800 foyers supplémentaires trient en centre-ville

Jusqu’à présent, seuls les habitants d’une partie de

centre-ville de Montpellier, l’Écusson, triaient leurs

emballages grâce à des sacs jaunes, distribués

gratuitement et collectés une fois par semaine.

L’extension de cette collecte sélective à l’ensemble

des faubourgs du centre-ville de Montpellier a été

décidée en 2010, les résultats obtenus dans l’Ecusson

se révélant probants.

Montpellier Agglomération a ainsi lancé, début

janvier 2010, une campagne de communication et de

distribution de sacs jaunes, en porte-à-porte, par les

Messagers du tri. Cette campagne, qui a duré 3 mois,

a permis de faire participer 18 000 foyers

supplémentaires au geste de tri. Des commercesrelais

se sont portés volontaires pour assurer, dans

la continuité des premières distributions à domicile,

la mise à disposition régulière des sacs jaunes. Cette

opération a également été l’occasion de finaliser

l’harmonisation des couleurs des conteneurs dans

l’ensemble du quartier Centre de Montpellier.

Démarchage d’un Messager du tri dans les rues du centre-ville

Un 20 ème Point Propreté à Montferrier-sur-Lez /

Prades le Lez

Les Points Propreté sont des déchèteries mises à disposition des habitants de l’agglomération de Montpellier afin

qu’ils puissent se débarrasser de leurs objets encombrants, de leurs végétaux, de leurs piles ou batteries de voitures

ou de leurs déchets toxiques. En 2010, des armoires sécurisées ont également été mises en place pour collecter les

déchets d’équipements électriques ou électroniques (DEEE), qui, suivant leur état, sont réparés par l’association

Emmaüs afin de profiter à des personnes défavorisées, ou recyclés.

Ces installations, dont l’accès est réservé aux porteurs de la carte Pass’Agglo, constituent un service de proximité

très apprécié des usagers, et elles permettent de valoriser 70 % des déchets déposés.

En mai 2010, la Communauté d'Agglomération a mis à disposition des usagers un 20 ème Point Propreté à

Montferrier-sur-Lez / Prades le Lez, achevant ainsi la couverture de son territoire avec une densité d’équipements

particulièrement importante par rapport aux autres grandes agglomérations françaises.

80


­ Une opération pilote menée sur des volontaires,

les « familles Tritout »

Entre avril et septembre 2010, 38 familles volontaires

réparties sur le territoire communautaire, les « familles

Tritout », ont participé à une campagne de pesée

systématique des déchets produits à la maison, de

manière à apprécier les marges de progrès possibles en

matière de réduction et de tri des déchets ménagers.

Cette opération a servi de modèle dans le cadre de

la mise en œuvre du programme local de prévention

des déchets, et elle a permis de dégager des axes

d’intervention prioritaires.

Cette opération-pilote a permis de mettre en évidence

le fait que l’application de gestes simples peut avoir des

conséquences importantes sur notre environnement.

On a constaté en effet dans les « familles Tritout » :

• la réduction de 25 % des quantités de déchets

résiduels (poubelle grise), grâce à un meilleur tri,

au compostage systématique des biodéchets et

à une vigilance accrue pour éviter le gaspillage,

• une diminution parallèle de 20 % des quantités

de déchets triés (journaux, verre et autres

emballages), principalement liée à la modification

des habitudes d’achats (achats de produits

« en vrac », par ex.).

Globalement, les nouveaux gestes adoptés permettent

non seulement de réduire les quantités de déchets

produites, mais aussi d’améliorer les performances en

matière de tri sélectif.

Pesée hebdomadaire des emballages collectés en sac jaune par

un membre d’une famille Tritout

­ Une communication renforcée pour plus d’efficacité

Le déploiement et le renforcement des équipements de collecte sélective

en porte à porte et en points d’apport volontaire s’accompagnent d’opérations

de communication visant à sensibiliser au geste de tri la population

desservie.

L’appui des messagers du tri s’avère très important, dans la mesure où ces

derniers ont pris une part active et prépondérante dans l’ensemble des

opérations de sensibilisation en porte à porte liées au développement des

collectes sélectives et au respect des règles de tri.

Par ailleurs, afin de réduire à la « source » les déchets, Montpellier Agglomération

a poursuivi son opération d’incitation au compostage individuel :

1 152 composteurs ont ainsi été distribués aux usagers intéressés en 2010.

Ces nouvelles dotations portent à plus de 15 000 le nombre de composteurs

distribués depuis le début de l’opération, ce qui correspond à un gisement

de déchets fermentescibles traités à domicile évalué à 1 300 tonnes/an.

Distribution de composteur en Maison de

l’Agglomération

Enfin, le numéro d’appel gratuit 0 800 88 11 77, qui permet aux usagers

d’obtenir des informations sur le fonctionnement du tri et des collectes, a

poursuivi sa progression. En 2010, ce standard a traité près de 31 000 appels.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

81

06


­ Une sensibilisation au tri

engagée avec ACM

Montpellier Agglomération et ACM, l’office public de l’habitat de la

Communauté d’Agglomération de Montpellier, œuvrent ensemble

pour l’amélioration de la qualité du tri dans les résidences à

caractère social. Le partenariat entre les deux organismes s’est

encore développé en 2010, par le biais d’une convention signée au

mois de septembre.

Un Messager du tri, formé et financé par Montpellier Agglomération

(avec le soutien d’Eco-emballages) a été affecté à cette mission. Il

est notamment chargé de la formation des personnels d’ACM, de

poursuivre les actions d’information des locataires, de réaliser un

état des lieux des équipements de tri mis à disposition des résidents,

et enfin de faire des propositions concrètes d’aménagement des

locaux permettant d’améliorer le tri des emballages.

Des locaux pour les bacs de tri réaménagés à la résidence

Lemasson à Montpellier

Le traitement et la valorisation des déchets

Avec la mise en service le 1 er juillet 2008 de l’unité de

méthanisation Amétyst, puis, en septembre 2008, de la

nouvelle installation de stockage des déchets ménagers

non dangereux, la Communauté d'Agglomération s’est

donnée les moyens de traiter par des installations locales

et de façon écologique, en favorisant une valorisation

optimale des déchets, l’ensemble des déchets ménagers

et assimilés produits sur son territoire. Et ce

conformément au principe de proximité énoncé dans la

loi et le Plan départemental d’élimination des déchets

ménagers et assimilés.

­ La mise en service

industrielle de l’unité de

méthanisation Amétyst

L’unité Amétyst ayant été achevée fin avril 2008, la

première benne à ordures ménagères y a été accueillie

en juillet 2008 et, depuis le 8 décembre de la même

année, l’unité accueille et traite l’ensemble des déchets

résiduels (poubelle grise) et des biodéchets (poubelle

orange) collectés sur son territoire.

Détail d’un « digesteurs » d’Amétyst, où s’effectue l’étape de fermentation

des déchets préalable à la production de méthane

Les digesteurs permettant le processus de méthanisation ont été mis en service progressivement. Au printemps

2009, les premières tonnes de composts ont été commercialisées et la production d’électricité à partir du biogaz a

atteint un régime stabilisé à hauteur de 300 000 kwh/semaine, ce qui représente une recette commerciale

d’environ 130 000 € par mois.

82


Toutefois, pendant cette phase de mise en service industrielle, malgré les améliorations et adaptations

des équipements mises en œuvre par le constructeur Vinci Environnement, un certain nombre de malfaçons et

dysfonctionnements, concernant notamment la maîtrise des émissions olfactives et le bilan matière de production

de composts, ont perduré, conduisant la Communauté d’Agglomération à repousser la réception de l’unité.

Un accord transactionnel a été conclu en juillet 2010 pour la réalisation d’un nouveau programme d’amélioration

d’un montant de 6 297 721,30 € HT répartis entre le constructeur pour 2 937 700 € et la Communauté

d'Agglomération pour 3 360 021,30 €.

Le 13 septembre 2010, un incendie s’est déclaré dans l’atelier de déshydratation des digestats (matières issues

des digesteurs). Il a été rapidement maîtrisé par les services d’incendie et de secours et n’a occasionné aucune

atteinte à l’environnement, ni à la sécurité. Depuis, une procédure d’expertise judiciaire est en cours pour définir

les modalités de reconstruction du bâtiment et des équipements sinistrés en vue d’une remise en service complète

à l’automne 2011.

Malgré ces aléas, Montpellier Agglomération a accueilli au sein de l’unité Amétyst de nombreuses délégations

d’élus et techniciens qui ont pu constater la qualité des équipements de l’unité, ainsi que l’engagement de

la collectivité en ce qui concerne la valorisation des déchets et la préservation de son environnement.

L’unité Amétyst a accueilli en 2010 113 000 tonnes de déchets et généré environ 9 400 mégawatts/h

d’électricité à partir du biogaz produit. Depuis le sinistre du 13 septembre 2010, elle continue à recevoir et traiter

les biodéchets collectés sélectivement dans l’ensemble des communes, ainsi que 60 % des déchets

résiduels (poubelle grise), le solde étant acheminé provisoirement

vers des installations de traitement extérieures.

Amétyst, l’unité de méthanisation construite par la Communauté d’Agglomération de Montpellier

­ Le centre de stockage de Castries,

un équipement complémentaire d’Amétyst

En 2010, la Communauté d'Agglomération a engagé la

réalisation de la troisième et dernière tranche de

travaux du premier casier de l’Installation de stockage

des déchets ménagers et assililés de Castries, confiée

au groupement d’entreprises Buesa/BFM/Guintoli/

EHTP/EuroviaMéditerranée/NGE Génie Civil pour un

montant de 1 890 220,30 €HT.

Comme le prévoit le contrat d’exploitation de

l’installation, la société SMTVD, désignée par la

Communauté d'Agglomération après appel d’offres,

a mené à terme les démarches engagées en 2009, et

l’exploitation du site a reçu les certifications ISO

14001 et OHSAS 18001 au mois d’avril 2010.

Enfin, un dispositif de drainage et de destruction

par torchère du biogaz produit par les déchets stockés

a été mis en service en juillet 2010, de manière à réduire

les rejets dans l’atmosphère de ce gaz à effet de serre,

qui peut également être à l’origine de gênes olfactives.

Ce dispositif sera complété par la réalisation et la mise

en réseau de nouveaux drains au fur et à mesure

du remplissage du casier de stockage.

L’Installation de stockage de Castries a accueilli en

2010 75 052 tonnes de déchets, constituées des

encombrants déposés les 20 Points Propreté du

territoire, ainsi que d’une partie des refus de tri et des

stabilisats en provenance de l’unité Amétyst.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

83

06


­ Bons résultats au centre de tri Demeter

en matière de récupération des emballages

L’ensemble de la collecte des déchets recyclables secs en porte à porte est dirigé vers le centre de tri Demeter, où

les emballages sont triés par matériaux, puis valorisés dans des filières spécifiques.

L’activité du centre de tri progresse régulièrement depuis sa mise en service : 12 278 tonnes y ont été acheminées

en 2003, 14 675 tonnes en 2004, 16 168 tonnes en 2005 et 17 485 en 2006, 18 911 tonnes en 2007,

19 945 tonnes en 2008, 20 728 tonnes en 2009 et 21 416 tonnes en 2010.

Ces résultats en croissance constante montre que le tri des emballages ménagers (papiers cartons, plastiques, boîtes

de conserve…) est progressivement devenu une habitude pour les ménages de l’agglomération de Montpellier.

Récupération des bouteilles plastique du centre de tri Déméter

Le poids total des produits effectivement valorisés s’élève à 15 768 tonnes, réparties comme suit :

Papiers Cartons ELA (*1) PET

foncé (*2)

PET

clair (*2) PEHD (*3) Acier Aluminium

11 688 2 822 12 108 453 274 411 2

(*1)

ELA : emballages liquides alimentaires (briques alimentaires)

(*2)

PET : plastique polyéthylène

(*3)

PEHD : polyéthylène haute densité

La plus forte marge de progression par rapport à l’année 2009 en matière de valorisation des différents matériaux

concerne les briques alimentaires (+114,4 %), suivis de l’acier (+19,2 %), des cartons (+14,8 %), des plastiques PET

et PEHD (+7,5 %) et des papiers (4,6 %).

Différents aménagements ont été apportés à l’usine Demeter en 2010 afin d’améliorer les conditions de travail des

salariés. Ainsi, des brumisateurs permettant de diminuer la température et la dispersion de poussières ont été

installés dans la salle de tri manuel.

84


­ Une unité de compostage dédiée aux déchets verts

Le traitement des déchets verts des particuliers collectés en Points Propreté est assuré en premier lieu par la

plate-forme de compostage de Grammont, exploitée en régie. 11 608 tonnes de végétaux y ont été acheminés

et transformés sur place en compost en 2010, ce dernier étant ensuite revendu aux professionnels ou aux

particuliers pour des aménagements paysagers.

Par ailleurs, 7 446 tonnes de

déchets verts ont été également été

traitées sur le site de la société

ACTISOL, à Pignan. Cette société,

t i t u l a i r e d ' u n m a r c h é a v e c

l'Agglomération de Montpellier,

constitue le pendant de la plate-forme

de Grammont et elle reçoit l’ensemble

des végétaux des Points Propreté

situés dans la zone Ouest de

l’Agglomération.

Le recours à un deuxième site de

traitement permet de réaliser des

économies importantes de transport

et d’être ainsi en accord avec la notion

de développement durable.

Activité soutenue à la plate–forme de compostage de Grammont

­ L’unité de valorisation énergétique Ocréal,

complémentaire des autres modes de traitement

28 520 tonnes de déchets (déchets des zones industrielles et refus légers à haut pouvoir calorifique de l’unité

Amétyst et du centre de tri Demeter) ont été incinérées au sein de l’unité de valorisation énergétique située à

Lunel-Viel, dont 22 479 tonnes dans le cadre du marché conclu avec la société Ocréal et 6 041 tonnes

conformément aux obligations relatives à la délégation de service public, transférés du syndicat mixte « Entre Pic

et Etang ».

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

85

06


L’ Écolothèque de Montpellier Agglomération

Proposer aux enfants une éducation à l’environnement riche, ludique et diversifiée, c’est l’objectif essentiel que

poursuit l’Écolothèque de Montpellier Agglomération.

Situé à Saint Jean de Védas, l’établissement accueille chaque année plus de 20 000 personnes venues bénéficier

de programmes adaptés et régulièrement renouvelés, afin de découvrir les merveilles de la nature et de comprendre

les grands enjeux environnementaux de notre planète.

Naturalistes en herbe à la mare pédagogique de l’Écolothèque

­ Une action renforcée en faveur des écoles

Des apprentis bergers au cœur

de l’agglomération

Initiation à la récolte du miel

Plus de 8 000 élèves ont fréquenté

l’Écolothèque en 2010, soit 330 classes

d’écoles maternelles et primaires de

Montpellier Agglomération. Parmi elles, 108

classes sont venues travailler sur des projets

pédagogiques approfondis, accompagnées par

les animateurs de l’Écolothèque.

Enfin, 222 classes ont opté pour les visites de

sensibilisation, permettant d’utiliser le site en

quasi autonomie. Un important travail réalisé

par l’équipe éducative de l’Écolothèque a

permis de mettre à disposition sur le site

Internet 20 nouveaux outils de découverte

destinés à favoriser l’intérêt pédagogique de

ces visites.

On note une augmentation de fréquentation de

près de 1 000 élèves par rapport à l’année

précédente. Deux raisons expliquent cette

progression :

• l’augmentation des venues en tramway

ou grâce à des bus affrétés par les

communes,

• l’intérêt suscité par les visites en

autonomie, grâce au développement du

site Internet et de ses ressources.

Par ailleurs, 215 enseignants ont été

accueillis pour des sessions de formation à des

thématiques environnementales ou pour la

préparation de la venue de leur classe au sein

de la structure.

70 prêts de mallettes pédagogiques ont

été effectués, permettant à de nombreux

enseignants de mettre en œuvre leur propre

projet d’éducation à l’environnement dans leur

école, avec les moyens mis à disposition par le

Centre de Ressources de l’Écolothèque.

Le programme « Petits Jardins Saugrenus » a

formé et accompagné une dizaine d’écoles dans

leurs projets de jardins pédagogiques. Cette

initiative repose sur un solide partenariat

associatif, notamment avec l’Office Central de

la Coopération à l’École de l’Hérault.

Autre innovation 2010, la mise en place d’un

rucher dans le parc de l’Écolothèque a permis à

cinq classes d’assister à l’ouverture d’une ruche

avec un apiculteur.

86


Succès confirmé pour l’Accueil de Loisirs

Toujours impliquée dans une « démarche qualité », l’équipe

pédagogique de l’Accueil de Loisirs a pour préoccupation d’allier

plaisir de la découverte, intérêt scientifique, respect des besoins

des enfants et coopération entre les personnes.

750 familles se sont inscrites à l’Écolothèque en 2010, et plus de

1 000 enfants ont fréquenté l’Accueil de Loisirs.

Le contenu des programmes s’appuie sur les activités de la ferme

pédagogiques et les ressources du site, mais aussi sur les grands thèmes

internationaux. Cette année, la biodiversité était à l’honneur.

Les problématiques environnementales ne sont pas négligées :

ainsi, les enfants de l’Écolothèque sont initiés au tri de leurs déchets et

on leur apprend à utiliser l’eau avec parcimonie.

Ateliers du goût avec dégustation de fruits et de plantes aromatiques

Plusieurs actions de formation interne initiées tout au long de l’année ont par ailleurs permis de développer

les compétences et les qualités éducatives des intervenants de l’Accueil de Loisirs.

Dans un souci de cohérence avec les notions environnementales dispensées aux enfants, la nourriture servie lors

des repas est intégralement issue de l’agriculture biologique le mercredi, et partiellement les autres jours.

L’accueil des établissements extérieurs :

l’Écolothèque pour tous !

20 établissements extérieurs, principalement

des crèches et des centres spécialisés dans

l’accueil de personnes handicapées fréquentent

régulièrement l’Écolothèque. Ces différents

publics peuvent ainsi prendre soin ou observer

les animaux de la ferme, jardiner, et utiliser la

médiathèque spécialisée dans les ressources

documentaires sur l’environnement.

Les outils pédagogiques développés par

l’équipe éducative pour les publics scolaires

peuvent également profiter aux établissements

extérieurs.

Prendre soin des petits animaux : une école de la vie

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

87

06


Un site Internet qui continue à progresser

Véritable lien permanent avec les habitants de

Montpellier Agglomération, le site Internet présente

régulièrement de nouvelles rubriques permettant aux

parents, enseignants et professionnels de l’éducation

à l’environnement de découvrir les actions de

l’Écolothèque, pour y participer… ou s’en inspirer !

Le site Internet de l’Écolothèque s’est développé et

il est mis à profit pour améliorer la circulation de

l’information avec les parents : créations de pages

propres aux familles, envoi des documents par courrier

électronique (dossiers, factures). Les deux-tiers des

familles privilégient à présent le site pour leurs relations

administratives avec l’Écolothèque.

Le programme Écoagglo,

une action innovante

au service des communes

Initié en 2009 par Montpellier Agglomération, ce

programme vise à favoriser l’éducation à l’environnement

dans toutes les structures d’accueil de l’enfance des

communes de l’agglomération. Plusieurs communes se sont

ainsi manifestées pour mettre en œuvre des projets tels que

les jardins pédagogiques, la gestion des énergies, des

déchets ou la découverte des milieux naturels.

Expertise et accompagnement pédagogiques, ressources

documentaires, mallettes et outils d’expérimentation ont

ainsi été proposés aux équipes d’animation souhaitant

développer des actions d’éducation à l’environnement.

En 2010, les communes de Fabrègues et Castries ont pu

bénéficier de ces prestations, qui devraient se développer

au cours des années à venir.

Les joies de l’enfance… ou l’art de construire les cabanes

• Les collectes en porte à porte et

en apport volontaire ont représenté en

2010 392 kg par habitant et par an

(stable par rapport à 2009).

• Les apports en Point Propreté totalisent 172 kg

par habitant et par an, avec un taux de

valorisation et de réemploi de 70 %.

• 1 152 composteurs ont été distribués aux

usagers intéressés en 2010.

• L’unité Amétyst a accueilli en 2010 113 000

tonnes de déchets et généré environ 9 400

mégawatts heure d’électricité à partir du

biogaz produit.

Chiffres

clés

• Le centre de tri Déméter a permis de recycler

21 416 tonnes d’emballages en 2010.

• Le numéro d’appel gratuit 0 800 88 11 77, a traité

près de 31 000 appels durant l’année.

• Plus de 8 000 élèves ont fréquenté l’Écolothèque

en 2010, soit 330 classes d’écoles maternelles

et primaires de Montpellier Agglomération, et

plus de 1 000 enfants ont fréquenté l’Accueil

de Loisirs de l’établissement.

88


07

L’eau


L’eau

07

L’eau est une ressource vitale essentielle… pour ne pas dire indispensable. Sa qualité, sa rareté,

comme son mode de distribution font désormais partie des enjeux géopolitiques planétaires.

Montpellier Agglomération l’a compris depuis bien longtemps. Au-delà de la prise de conscience,

elle a voulu agir en développant une stratégie ambitieuse et globale, portant sur la quasi-totalité

du cycle de l’eau.

Depuis l’approvisionnement des habitants du territoire en eau potable comme en eau brute, jusqu’au

traitement des eaux usées avant restitution au milieu naturel, en passant par la lutte contre les

inondations, Montpellier Agglomération veille sur l’ensemble du processus. Une vision globale qui

permet d’assurer une politique cohérente et transversale et d’investir pour le bien-être de chacun,

aujourd’hui comme demain.

L’ASSAINISSEMENT

Attentive à la protection du milieu naturel exceptionnel de son territoire, de ses rivières, fleuve et étangs, qui

sont des écosystèmes fragiles, Montpellier Agglomération a mis en place un Schéma Directeur

d’Assainissement d’envergure, voté à l’unanimité en 2004. Concrètement, ce schéma représente

un budget global de 385 M€ investis sur 10 ans. Un engagement sans précédent au niveau

national.

Le Schéma Directeur d’Assainissement

La station d’épuration Maera, un équipement pilote

pour la préservation des milieux naturels

Achevée en octobre 2009, la station Maera est un équipement-phare de la Communauté d’Agglomération de Montpellier,

qui permet de rejeter des eaux épurées à 95% à 11 km des côtes, une performance qui se situe bien au delà des normes européennes.

Les process innovants mis en œuvre au sein de cet équipement de pointe lui ont permis d’obtenir en 2008 une

triple certification, ISO 9001, ISO 14001 et ILO-OSH 2001, ce qui a constitué une première mondiale.

Au vu des excellents rendements de la station d’épuration Maera, l’Agence de l’Eau a versé à la Communauté

d’Agglomération, en 2010, une prime de 3,24 M€.

En effet, le suivi analytique du rejet de la station dans le milieu naturel, pour un montant annuel de 286 860 €,

a confirmé, d’une part, l’absence d’impact sur le milieu marin et, d’autre part, l’amélioration de la qualité du Lez depuis

la suppression de tous les rejets dans le fleuve.

Afin de garantir le débit réglementaire minimal du Lez (650 litres/seconde), le soutien d’étiage

par l’eau du canal du Bas-Rhône a nécessité, essentiellement aux mois de juillet, août et

septembre 2010, l’apport de 5 652 500 m 3 , pour un montant de 1,81 M€.

Le suivi analytique du rejet de la station Maera dans le milieu naturel a confirmé l’absence d’impact sur le milieu marin

90


Une démarche novatrice pour récupérer le biogaz produit

Dans le cadre de sa politique en faveur du développement durable et des énergies renouvelables, et pour faire

suite au Grenelle de l’Environnement, la Communauté d’Agglomération de Montpellier a souhaité engager sur

la station d’épuration Maera (qui, en 2008, a reçu la certification environnementale ISO 14001) une démarche

globale d’économie d’énergie et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La station d’épuration Maera est équipée d’un système de digestion de boues qui produit du biogaz. Actuellement,

ce biogaz est collecté et brûlé dans des chaudières pour les besoins de réchauffage des boues à digérer ; l’excédent

de biogaz est, lui, brûlé en torchère. La valorisation du biogaz par un groupe de cogénération permettra, en premier

lieu, de récupérer la chaleur nécessaire au chauffage des digesteurs ; il servira ensuite à produire de l’électricité,

revendue à EDF comme « énergie verte ».

Ce projet a fait l’objet d’une enquête publique aux mois de septembre et octobre 2010. Il a reçu l’avis favorable du

Commissaire enquêteur le 29 octobre 2009. Au terme de la procédure administrative, le Préfet de la Région

Languedoc-Roussillon a signé l’arrêté d’autorisation au titre des Installations Classées pour la Protection de

l’Environnement le 19 mars 2010. La consultation des entreprises a donc pu être lancée en 2010 ; les travaux auront

lieu en 2011 et s’élèveront à 2,51 M€.

Mise en place de l’auto-surveillance des réseaux du système Maera

La mise en œuvre de la surveillance des systèmes

d'assainissement demandée par la Directive

européenne du 21 mai 1991 sur le traitement

des eaux résiduaires urbaines (dite « Directive ERU »),

s'inscrit dans une démarche globale d'amélioration

de la qualité environnementale, avec l’objectif

d’atteindre un bon état général des cours d'eau. Que

cela concerne les ouvrages de traitement ou ceux de

collecte.

Pour ce qui est des ouvrages de traitement, la totalité

des équipements communautaires répond désormais

aux exigences réglementaires. Il faut donc à présent

mener les actions nécessaires sur les réseaux de collecte.

Les mesures d’auto-surveillance requises sur les réseaux

ont été détaillées dans l’arrêté du 22 juin 2007. Les

spécificités de chacune sont fonction de la sensibilité des

milieux récepteurs comme de la taille des bassins de

collecte. Concernant la station d’épuration Maera,

l’échéance de mise en œuvre a été fixée au

31 décembre 2010.

C’est pourquoi, en concertation avec l’Agence de l’Eau

Rhône Méditerranée et Corse et les services de l’État,

la Communauté d’Agglomération de Montpellier a

engagé, en 2010, les travaux de mise en conformité.

Ils ont été confiés au groupement d’entreprises

OTV/EPUR, sous maîtrise d’oeuvre Azur et Alizé

Environnement, pour un montant global d’opération

de 600 000 € HT.

La totalité des équipements communautaires répond aux exigences réglementaires

des systèmes d'assainissement

Achevés en janvier 2011, ces travaux ont permis

d’équiper le bassin versant de la station d’épuration

Maera de 35 points de mesure caractéristiques des

ouvrages d’assainissement.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

91

07


Les travaux sur l’Intercepteur Est, un équipement complémentaire de la station Maera

Montpellier Agglomération a commencé en 2009 la construction de l’intercepteur Est, dont la fonction essentielle

est de rationaliser le système de collecte qui alimente la station d’épuration Maera. Il s’agit d’un tuyau long de

12 km permettant d’acheminer directement les effluents collectés au sein des communes situées à l’Est du territoire

de l’agglomération. La réalisation de cet équipement est prévue en 5 tranches, dont les 4 ème et 5 ème , qui seront

commencées simultanément en 2011, s’achèveront en 2013.

Le poste de refoulement de Castelnau-le-Lez, qui constitue la 2 ème tranche de l’Intercepteur Est, a été mis en

service en avril 2010. D’une capacité de 1 725 m³/heure et réalisé par le groupement SOGEA Sud / CSM Bessac /

SOLETANCHE BACHY sous maîtrise d’œuvre EGIS Eau, ce poste permettra, à terme, de récupérer les effluents des

communes du nord de Montpellier ; effluents qui, à l’heure actuelle, transitent par le réseau unitaire du centre-ville

de Montpellier.

Le poste de refoulement de Castelnau-le-Lez permet de récupérer les effluents des communes nord de Montpellier

Dans le même temps, des travaux concernant la 3 ème tranche de l’intercepteur, débutée en 2009 et concernant

la section située entre le rond-point Agropolis à Montferrier-sur-Lez et la zone des Closades à Clapiers, se sont

poursuivis.

En complément des travaux routiers menés sur la RD65 par le Département de l’Hérault, une partie amont de

l’Intercepteur Est a été posée entre le rond point d’Agropolis et le magasin Botanic, sous la nouvelle piste cyclable.

Ce réseau, posé par anticipation, ne sera mis en service qu’une fois tout le linéaire de l’intercepteur Est - long de

12 kilomètres - mis en œuvre.

Enfin, une étude complémentaire concernant la 5 ème tranche de travaux - celle qui concerne l’avenue de la

Pompignane et la période 2011-2012 - a été commandée fin 2010, afin de déterminer la faisabilité de travaux par

« microtunnelage » sur la section de canalisations située le long de la voie. Il s’agira, ensuite, de comparer cette

solution à celle retenue initialement, c’est à dire la pose des canalisations une fois les tranchées creusées, et de voir

laquelle est la plus adaptée.

Le budget consacré à ces différents travaux sur l’Intercepteur Est en 2010 s’élève à près de 1 M€ HT.

A la fin de l’année 2010, on peut évaluer à 47 % le taux de réalisation de cet équipement stratégique du Schéma

Directeur d’Assainissement.

92


Le raccordement à Maera de 6 communes situées au Nord-Est de l’agglomération

Les travaux de construction d’un nouveau collecteur de transport destiné aux effluents de 5 communes du Nord-

Est de l’agglomération (d’une part Jacou, Le Crés, Vendargues, et d’autre part Assas et Teyran, situées hors périmètre)

ont débuté en octobre 2007. Après les difficultés survenues lors de la construction des postes de refoulement du

Salaison et de Vendargues (en phase terrassement pour l’un, et en phase réception pour l’autre), leur mise en service

a débuté en mars 2010 pour les communes de Jacou, Le Crès et Vendargues, mais aussi d’Assas et de Teyran, deux

communes extérieures reliées conformément à la convention établie avec le SIEU du Salaison en date du 29 février

2008.

La mise en service du poste de refoulement de Vendargues a débuté en mars 2010

Le raccordement des effluents d'une 6 ème commune, celle de de Saint-Aunès a eu lieu en décembre 2010, après les

travaux réalisés par le syndicat intercommunal du Salaison. L’ancienne station, obsolète, a été mise hors service et

l’Etang de l’Or est désormais mieux protégé.

Montpellier Agglomération a investi 720 000 € HT pour réaliser ces différents raccordements.

Le raccordement à Maera de la commune de Pérols

Les études de maîtrise d’œuvre concernant le raccordement de la commune de Pérols à Maera ont été achevées

en 2008. Toutefois et à ce jour, aucun accord n’a été conclu avec le SIVOM de l’Etang de l’Or - devenu Communauté

de Communes du Pays de l’Or (CCPO) – pour ce qui est du raccordement, vers Maera, des effluents de la commune

de Mauguio (Carnon, aéroport et Figuières), également traités, à ce jour, sur la station d’épuration de la commune

de Pérols.

La CCPO développe ses propres projets pour tout ce qui a trait aux eaux usées collectées sur son territoire.

Ainsi, elle a mené, en 2010, une enquête publique en vue de l’obtention d’un arrêté d’autorisation au titre

du Code de l’Environnement pour une station d’épuration située sur Carnon. Un accord avec cette collectivité

sur un raccordement vers Maera répondrait pourtant à une logique d’optimisation des coûts. Elle permettrait

également de supprimer tout rejet vers le bassin versant de l’Étang de l’Or.

Le tracé retenu pour le raccordement emprunte la route départementale 21 (avenue de la Mer) sur les communes

de Pérols, Lattes et Montpellier. Malgré l’absence d’accord financier avec la CCPO, Montpellier Agglomération a

décidé de réaliser les travaux correspondants avant la construction de la 3 ème ligne de tramway. Leur faisabilité, à

postériori, serait effectivement compromise par la proximité des deux ouvrages et très pénalisante pour la

circulation automobile. Amorcés fin 2009, les travaux ont pris fin en avril 2010.

La Communauté d’Agglomération de Montpellier a consacré 2,27 M€ HT à cette opération.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

93

07


Les autres stations d’épuration

de l’Agglomération de Montpellier

La mise en œuvre complète du Schéma Directeur d’Assainissement de la Communauté d’Agglomération de

Montpellier nécessite la réalisation de 12 nouvelles stations venant remplacer les 27 ouvrages initiaux, devenus

insuffisants ou obsolètes. En 2010, trois nouvelles stations d’épuration intercommunales ont été mises en service :

celle de Pignan - Saussan - Fabrègues, celle de Baillargues - Saint-Brès et celle de Beaulieu - Restinclières ; enfin,

une station utilisant un procédé écologique novateur a été réalisée à Cournonsec.

La station d’épuration intercommunale Pignan - Saussan - Fabrègues

En janvier 2010, les communes de Pignan, Saussan

et Fabrègues ont été raccordées à la nouvelle

station intercommunale construite par le groupement

DHV BV/Sources SA/Demathieu & Bard/Coste

Architecture pour un montant total de 9,9 M€ HT.

Cet ouvrage performant, d’une capacité de 30 000

Équivalents-Habitants - la plus importante station

d’épuration hors Maera sur le territoire communautaire

- est réalisé sur le site de l’ancienne station de Fabrègues.

Suite à cette mise en service, les installations de Pignan,

Saussan et Fabrègues ont été démantelées en mai 2010

et les terrains remis en état.

Les communes de Pignan, Saussan et Fabrègues sont désormais

raccordées à la nouvelle station d’épuration intercommunale

Une seconde phase de travaux a été menée sur ce site durant l’année 2010, afin de réaliser une unité de compostage

des boues produites par la station. Ce compostage est effectué selon un procédé breveté de la société Amendor.

Il est effectif depuis le début de l’année 2011 et produit un compost normalisé NFU 44 095 à partir des broyats de

déchets verts issus de la plate-forme de Pignan.

En 2010, le budget consacré à ce programme s’élevait à près de 3,6 M€ HT.

La station d’épuration intercommunale Baillargues - Saint-Brès

La station d’épuration Baillargues-Saint Brès :

un outil indispensable pour assurer la protection de l’étang de l’Or

Suite à l’obtention du permis de construire, les travaux

de la future station de Baillargues - Saint-Brès, confiés à la

société Degremont pour un montant de 8,2 M€ HT, ont

débuté en septembre 2009.

En 2010, ils se sont concrétisés par la construction

d’un ouvrage de Haute Qualité Environnementale (HQE),

de capacité 20 000 Équivalents-Habitants, extensible

à 30 000. Mis en service au début de l’année 2011,

cet ouvrage permettra d’atteindre un haut niveau

d’épuration ; donc de protéger l’étang de l’Or.

Dans le même temps, le marché de travaux concernant la réalisation du réseau de transfert des effluents

de Saint-Brès sur Baillargues a été attribué au groupement d’entreprises BEC/Faurie pour un montant

de 1,06 M€ HT.

Des travaux qui ont débuté sur Baillargues en novembre 2010 et qui ont permis le raccordement de cette commune

à la nouvelle station d’épuration dès janvier 2011. Les travaux se poursuivent depuis, pour assurer le raccordement

de Saint-Brès.

L’Agglomération de Montpellier a consacré près de 5,8 M€ HT à la réalisation de ces travaux durant l’année 2010.

94


La station d’épuration intercommunale Beaulieu - Restinclières

Suite à l’obtention du permis de construire, les travaux de la future station de Beaulieu - Restinclières, confiés à la

société SCAM TP pour un montant de 1,7 M€ HT, se sont déroulés de juillet 2009 à 2010.

Ils ont permis à « La Roselière » - nouvelle station intercommunale - d’être mise en service en juillet 2010, et de

rendre opérationnel le réseau des effluents de Saint-Brès sur Restinclières.

L’ancienne station de Restinclières a ainsi pu être démolie, les bassins du lagunage de Beaulieu curés (septembre

2010), et les terrains restitués aux communes respectives.

Les travaux de la station d’épuration intercommunale Beaulieu - Restinclières se sont déroulés entre 2009 et 2010

Une station d’épuration novatrice pour un quartier de Cournonsec

Les « lits plantés de roseaux » : un nouveau système

d’assainissement mis en service à Cournonsec

La commune de Cournonsec est raccordée à la station de

Cournonterral, qui a fait l’objet de travaux de modernisation

et d’agrandissement en 2005.

Toutefois, trois quartiers éloignés du centre, la ZAE Cresse

Saint Martin, le Mas Plagnol et le Mas Bonnel ne pouvant être

reliés à cet équipement distant, une solution originale et

écologique a été trouvée pour la réalisation d’une petite

station permettant de traiter les effluents de 400 équivalents

/habitants.

Un bassin permettant leur traitements par lits plantés de

roseaux a été creusé et aménagé au niveau du Mas Plagnol,

Les travaux ont été menés avec succès par les entreprises

SCAM TP et Epur Nature pour un montant total de 0,6 M€ HT.

Ce nouveau système d’assainissement, mis en service en juillet 2010, permet un traitement optimal des effluents

de la zone grâce à une installation très efficace et parfaitement intégrée à l’environnement.

Quant aux anciennes installations de traitement des effluents des Mas Plagnol et Mas Bonnel, désormais obsolètes,

elles ont été mises hors services puis démolies.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

95

07


Les travaux liés à l’assainissement

dans les communes

Dans le cadre de sa politique globale d’assainissement, Montpellier Agglomération réalise un ensemble de travaux

dans les communes de son territoire. Pour l’exercice 2010, le montant des travaux effectués s’élève à 5,1 M€ TTC.

Concrètement, les travaux menés ont été de différente nature.

Travaux d’accompagnement de voirie

Les différents secteurs concernés ont été l’avenue du

Mas de Rochet à Castelnau-le-Lez, la rue du Stade à

Lavérune, l’avenue du Maréchal Leclerc et la rue de la

République à Montpellier, la rue des Hameaux et la rue

Lino Ventura à Baillargues, la rue du Salaison à

Vendargues, la rue des deux Croix à Montferrier-sur-

Lez et la rue de la Cadoule à Castries.

Une extension du réseau d’eaux usées a également été

menée rue des Genévriers, à Saint Jean de Védas.

Le Mas de Rochet, à Castelnau le Lez,

a bénéficié de différents travaux de voirie

Travaux d’amélioration des réseaux d’eaux usées

Suite à des études de diagnostic et de zonage, plusieurs

ouvrages ont été accomplis en 2010, et notamment

l’extension du réseau d’eaux usées chemin Valat de la

Fosse à Juvignac, la réhabilitation du réseau d’eaux

usées rue du Mas de Magret à Saint-Jean de Védas, la

desserte du clos de Fesquet à Clapiers, la restructuration

du réseau d’eaux usées impasse des Carriers à Castries,

la réhabilitation par chemisage chemin du Lez à

Castelnau-le-Lez, le renouvellement du réseau d’eaux

usées avenue Marcel Pagnol à Pérols, la desserte du

Hameau de Montlaur à Montaud, le renouvellement du

réseau d’eaux usées rue du Camp du Four et rue des

Mûriers à Saint-Drézéry et l’extension du réseau d’eaux

usées du Mas du Diable à Castelnau-le-Lez (qui sera

terminé en 2011).

Différentes opérations liées à l’exploitation des réseaux

ont également été menées à bien, tels le renforcement

du collecteur ruisseau de la Mayre à Jacou, le

renouvellement du réseau d’eaux usées rue du Jeu du

Mail des Abbés à Montpellier, ainsi que les travaux

connexes à la Ligne 3 du tramway.

Au total, plus de 100 interventions ont été effectuées

sur l’ensemble des communes de l’agglomération de

Montpellier ; elles concernent aussi bien le renouvellement

de branchements que les mises à la cote de tampons ou

des réparations de casses.

Le Service Public d’Assainissement Non Collectif

Le Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC), créé au 1 er janvier 2006, assure le diagnostic et le contrôle des

installations d’assainissement non collectif sur le territoire de la Communauté d’Agglomération. Ces installations individuelles

se trouvent dans les habitations isolées ne pouvant être raccordées au réseau public d’assainissement ; on en dénombre

actuellement 4 500. Pour fonctionner, le SPANC est doté d’un budget spécifique.

Le service assure les missions suivantes :

• la vérification de la conception, de l’implantation et de la bonne exécution des ouvrages de tout dispositif autonome

neuf ou réhabilité,

• le diagnostic de l’ensemble du parc d’installations existantes et le contrôle périodique de leur bon fonctionnement,

• le conseil auprès des particuliers pour une bonne exploitation de leur installation et la résolution des éventuels

dysfonctionnements qui peuvent survenir.

Durant l’exercice 2010, le SPANC a effectué 440 contrôles d’installations.

96


L’EAU POTABLE

Depuis le 1 er janvier 2010, la Communauté d’Agglomération

de Montpellier exerce la compétence « eau potable » de plein droit,

en lieu et place des communes membres, et en application de l’arrêté

préfectoral n°200-1-1532 du 23 juin 2009. Cette prise de

compétence - qui vient compléter celles déjà exercées : assainissement

des eaux usées, lutte contre les inondations, développement des

réseaux d’eau brute – traduit la volonté de Montpellier Agglomération

d’être l’acteur majeur de la définition comme de la mise en œuvre

d’une politique globale de l’eau à l’échelle de son territoire.

Une étude permettant à la Communauté d’Agglomération de se doter

d’un Schéma Directeur de l’Eau Potable a été lancée en 2010, afin

qu’une politique générale de gestion de la ressource puisse être définie.

Enfin, en cette première année d’exercice de cette nouvelle compétence,

une réflexion a été lancée pour aboutir à la mise en place d’un tarif

unique de l’eau potable.

Montpellier Agglomération exerce la compétence

« eau potable » depuis le 1 er janvier 2010

Le service d’eau potable

de Montpellier Agglomération

Une nouvelle compétence

Cette prise de compétence par Montpellier Agglomération devrait permettre de répondre efficacement aux principaux enjeux

relatifs à l’eau, plus particulièrement en ce qui concerne l’équilibre et l’optimisation de sa gestion. Il deviendra alors

possible d’opérer conformément aux objectifs fixés par la Directive Cadre Européenne imposant le retour au bon état écologique

des masses d’eau, mais également en accord avec la Loi sur l’eau et les milieux aquatiques, qui établit des garanties

sur l’équilibre nécessaire entre les usages de l’eau et la solidarité amont-aval.

Compte-tenu de l’existence de syndicats exerçant précédemment cette compétence sur une partie du territoire

communautaire, Montpellier Agglomération est intervenu, en 2010, selon le principe de représentation-substitution sur

22 des 31 communes.

Le transfert, des communes à la Communauté d’Agglomération, de la compétence « eau potable » implique le transfert

des biens, équipements et services nécessaires à l’exercice de celle-ci. Concernant le personnel, 5 agents (dont 4 de la Ville

de Montpellier) ont rejoint les services de la Direction de l’eau et de l’assainissement.

S’agissant des biens, le patrimoine transféré comprend essentiellement :

• l’usine Avias (source du Lez) et la station de traitement Arago, • 976 km de réseaux de distribution,

• 92 000 m 3 de capacité de stockage, répartis dans 27 réservoirs, • 50 000 branchements.

Louis Pouget, Président délégué de la commission « Eau et assainissement », lors de sa visite à l’usine de captage des eaux de la source du Lez

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

97

07


Les volumes annuels facturés sont d’environ 21 millions de m 3 .

Au niveau de la gestion, les modalités définies antérieurement par les communes ont été conservées. Dans leur grande

majorité, elles ont recours à des délégations de services publics (Grabels, Lattes, Juvignac, Montpellier, Prades le Lez,

Villeneuve-lès-Maguelone), exceptions faites des communes de Montferrier-sur-Lez, Saint-Brès et Sussargues.

Pour ces dernières, le service public de l’eau potable, en 2010, reposait d’une part sur des conventions conclues par la

Communauté d’Agglomération avec les communes (afin de garantir la continuité du service en l’absence de moyens

transférés) et, d’autre part, sur des contrats de prestations de service.

Afin d’uniformiser le mode de gestion des services publics de l’eau et de l’assainissement, Montpellier Agglomération

s’est prononcée sur le principe d’une délégation de service de l’eau potable de type « affermage ». Celle-ci prendra effet

le 1 er juin 2011 pour les communes de Montferrier-sur-Lez, Saint-Brès et Sussargues.

Vers une tarification unique

Durant cette première année d’exercice de cette nouvelle

compétence, le conseil de communauté a fixé, sur les neufs

communes gérées en propre au 1 er janvier 2010, les tarifs du

service public d’eau potable à l’identique de ceux appliqués

en 2009.

Il a donc fallu appliquer une grille tarifaire de la redevance

eau potable différente selon les communes, pour la part

fermière éventuelle comme pour la part communautaire

qui la compose. Les prix, pour une consommation type

de 120 m 3 par an, s’échelonnent ainsi de 0,58 à 1,536 €/m 3

hors taxes et redevances, avec une moyenne pondérée

à 1,11 €/m 3 .

C’est pourquoi une réflexion a été initiée fin 2010, au

terme de laquelle il a été proposé de mettre en place

un tarif unique de l’eau potable en 2011. Cela afin

de garantir un bon niveau de service et une meilleure

transparence à l’égard des usagers, en application du

principe d’égalité devant le service public comme dans un

souci de solidarité communautaire.

Le Schéma Directeur de l’Eau Potable,

un outil de planification nécessaire

C’est en constatant les disparités, à l’échelle du territoire communautaire, sur :

• l’organisation institutionnelle (quatre syndicats subsistent aux côtés de la Communauté d’Agglomération

de Montpellier),

• la gestion des services publics d’eau potable (trois délégataires différents et dix contrats aux tarifs, échéances

et obligations hétérogènes),

• les ressources, au nombre de trois, gérées par des entités différentes et sans interconnections entre elles,

qu’a été mise en évidence la nécessité d’une politique globale de l’eau, à définir à l’échelle du territoire communautaire.

Les objectifs fixés étant la préservation de la ressource et des milieux, la solidarité entre territoires et usagers, ainsi que

la sécurisation de l’alimentation en eau, en quantité comme en qualité.

A l’image de celui élaboré pour l’assainissement, il a été décidé de se doter d’un Schéma Directeur de l’Eau Potable. Cet outil

de planification permettra d’adopter une véritable stratégie quant à la réalisation des travaux d’investissement nécessaires,

mais également de déterminer une politique administrative tarifaire adaptée au contexte institutionnel, aux contrats

d’exploitation en cours et aux processus de mise en œuvre.

Le marché d’étude a été attribué au groupement Egis Eau/Calia Conseils/SCP Vinsonneau, pour un montant de

257 350 € HT et une durée de 18 mois.

98


Les travaux réalisés dans les communes

Véritable année de transition, 2010 est l’année où les travaux initiés par les communes ont été achevés, notamment dans

le cadre de schémas directeurs d’eau potable communaux. Les principales opérations menées ont été les suivantes :

Sur la production d’eau et l’extension des réseaux

Des travaux ont été effectués sur la station de pompage de

Prades le Lez à hauteur de 29 718 €, dans le cadre d’un mandat

total de 77 740 €.

Dans le cadre du renforcement de l’alimentation en eau de

la commune de Saint-Brès, un forage d’exploitation a été

réalisé pour un montant de 11 044 € (pour un marché de

246 628 €).

Sur l’exploitation des réseaux

Des travaux de raccordement lié à l’urbanisation du quartier

ont eu lieu à Montpellier, place Jean Baumel, rue de la Vieille

Poste, tandis qu’une desserte liée au PAE Marquerose a été

créée pour un coût total de 131 008 €.

A Villeneuve-lès-Maguelone, rue du Chapitre, le réseau d’eau potable a été refait à hauteur de 39 070 €.

Suite aux conclusions du Schéma Directeur d’Eau Potable de la commune de Lattes, le réseau d’eau potable a été réhabilité

dans diverses rues pour un coût total de 927 209 €.

A Grabels, Montpellier Agglomération a investi 34 275 € pour assurer le maillage du réseau d’eau potable, rue de la Plaine

et Mas d’Armand.

A Grabels, des travaux ont été réalisés pour rendre le réseau d’eau potable parfaitement opérationnel

Des travaux d’accompagnement de voirie ont également été menés sur 3 communes :

• Rue des Deux Croix, à Montferrier-sur-Lez (pour un coût de 39 966 €),

• Avenue du Maréchal Leclerc, à Montpellier (à hauteur de 95 505 €),

• Rue de l’église, rue de l’Aspic, à Sussargues.

Enfin, des travaux connexes à la Ligne 3 du tramway ont été effectués pour un montant de 1 075 494 €.

Le montant de l’ensemble des travaux liés au réseau d’eau potable réalisés en 2010 s’élève à 2,66 M€ TTC.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

99

07


L’EAU BRUTE

Par arrêté préfectoral n°2008-1-3230, en date du 11 décembre

2008, la Communauté d’Agglomération de Montpellier a acquis

la compétence « Développement et gestion des réseaux

d’acheminement de l’eau brute du Bas Rhône et du Languedoc ».

L’extension du réseau d’eau brute répond au besoin de

préservation des ressources et des milieux naturels. L’eau brute

présente en effet de nombreux usages potentiels : irrigation

des terres agricoles, arrosage des jardins et espaces verts, eau

industrielle, défense incendie, soutien des débits d'étiage

des cours d'eau…

Montpellier Agglomération pourrait ainsi proposer une véritable

culture de l'économie de l'eau en fournissant des solutions

tant aux particuliers qu'aux industriels et aux agriculteurs.

L’usage de l’eau brute est multiple : irrigation des terres agricoles,

arrosage des jardins, lutte contre les incendies…

Le service d’eau brute

L’exploitation, par contrat de prestations de service, des réseaux d’eau brute situés sur les communes de Baillargues et

du Crès, a été confiée à BRL Exploitation.

L’exploitation des ouvrages, confiée à BRLE, concerne des réseaux d’eau

brute situés sur quatre sites distincts se trouvant tous en milieu urbain.

Ces réseaux ont tous pour vocation de préserver les ressources en eau

potable locale, tout en permettant l’arrosage d’espaces verts publics

ou privés.

Les différents aménagements exploités sont :

• le réseau situé sur le « quartier des Mazes », au Crès (5 contrats),

• la « ZAC Maumarin », au Crès (34 contrats),

• la « Résidence du Colombier », à Baillargues (13 contrats).

Des aménagements d’eau brute sont exploités

sur la « ZAC Maumarin » de la commune du Crès

En 2010, les recettes perçues dans le cadre des ventes d’eau

brute aux abonnés, se sont élevées à 14 350 € HT.

Afin d’organiser au mieux les modalités de développement

de ce service, une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage

a été confiée à BRL en 2010. Parmi les premières mesures,

il a été décidé d’adopter un tarif homogène sur le territoire

où la Communauté d’Agglomération exerce la compétence,

soit actuellement 28 communes. L’eau brute est, en effet,

un Service Public Industriel et Commercial (SPIC)

uniquement financé par les recettes perçues auprès des

usagers.

L’état des lieux initial du service a révélé l’existence de tarifs

applicables sur la Commune du Crès, mais également

l’absence de tarifs sur les autres communes où la

compétence est exercée par la Communauté d’Agglomération.

Par ailleurs, BRL Exploitation, principal opérateur local en

matière d’eau brute, propose une tarification encore

différente pour les usagers directement raccordés à son

réseau, lequel dessert les parties Sud et Est de l’agglomération.

Afin d’assurer la cohérence et l’égalité de traitement entre

les usagers du service public communautaire de l’eau brute,

mais également vis-à-vis des autres utilisateurs d’eau brute

sur le territoire, il a été convenu d’aligner le niveau et la

structure tarifaires communautaires sur ceux appliqués par

BRLE.

Tarification Eau brute à Usages Divers (EUD)

Abonnement annuel : 58,87 € HT par m³/h souscrit

M³ consommé : 0,5103 € HT

Tarification « petits consommateurs »

(limité à un abonnement maximum de 2 m³/h)

Abonnement annuel pour 2 m³/h : 58,87 € HT.

M³ consommé : 0,5103 € HT de 0 à 70 m³ ; 1,3273 € HT

par m³ au delà de 70 m 3

100


LA LUTTE CONTRE LES INONDATIONS

Le territoire de Montpellier Agglomération a pour caractéristique d’enregistrer de grosses disparités en matière de

pluviométrie. Ce qui impose d’être particulièrement vigilant lorsque l’on souhaite lutter efficacement contre les inondations.

Le chantier de protection des habitants et des activités situés en zone inondable entrepris par Montpellier Agglomération

s’avère être l’un des plus importants de France depuis 15 ans. L’objectif est clair : assurer sécurité et qualité de vie à plusieurs

centaines de personnes vivant en zones potentiellement inondables.

La protection contre les inondations

de la basse-vallée du Lez

La poursuite des aménagements du chenal

de la Lironde

Les travaux de construction des ouvrages de franchissement des RD21 et 21E, permettant la traversée de la Lironde,

recalibrée, ont débuté fin 2009. Ils se sont poursuivis en 2010. Ces travaux, qui intègrent également l’ouvrage de

franchissement de la future ligne 3 de tramway, s’achèveront début 2011.

Les travaux de construction des ouvrages de franchissement des RD 21 et 21 E ont débuté fin 2009 ; ils permettront la traversée de la Lironde

Les travaux d’aménagements paysagers du chenal de la Lironde ont été engagés en 2010 et se termineront début 2011,

pour un montant global de 242 000 € TTC.

Les fouilles archéologiques prévues dans le cadre de ces travaux (2 ème et 3 ème tranches) ont été réalisées durant l’été 2010

sur le chenal de la Lironde.

C’est durant l’été 2010

que les fouilles archéologiques ont

eu lieu sur le chenal de la Lironde

Suite à l’état initial

réalisé en 2009, la

première campagne

de suivi des milieux

remarquables du site

naturel protégé du

Méjean, au niveau du

chenal de la Lironde,

a été effectuée durant

l’année 2010. Ce suivi

est programmé sur une

durée de 3 ans.

Les digues du Lez, la digue de Gramenet et le merlon du

chenal de la Lironde ont été classés, par arrêté préfectoral,

comme ouvrage de danger, en application du décret

2007-1735 du 11 décembre 2007 relatif à la sécurité des

ouvrages hydrauliques. La Communauté d’Agglomération,

maître d’ouvrage des travaux de lutte contre les inondations

et gestionnaire des ouvrages, est donc responsable de leur

entretien et de leur surveillance. Les services se sont donc

organisés pour assurer la gestion des ouvrages hydrauliques

réalisés ces dernières années.

Par convention, la Communauté d’Agglomération a confié

à la commune de Lattes l’entretien courant des ouvrages

hydrauliques traversant les digues, ainsi que la fauche

pluriannuelle de la végétation sur ces mêmes ouvrages.

De la même façon, et selon des prescriptions techniques

et environnementales imposées, un exploitant agricole

coupera régulièrement la végétation du chenal de la Lironde.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

101

07


Le confortement des digues du Lez

Les travaux de confortement des digues du Lez ont débuté en mars 2009 et

doivent durer 20 mois. Ils concernent un linéaire de 13,5 km composé des deux rives

du Lez situées entre l’autoroute A9 et la confluence avec la Mosson. Le montant

des travaux s’élève à 12,4 M€ TTC.

Au total, les travaux de confortement

des 13,5 kilomètres de digues du Lez

auront duré 20 mois

Depuis l’automne 2009, la digue rive gauche du Lez est confortée au droit de Lattes

centre. De fait, la majeure partie de la population lattoise se trouve aujourd’hui en zone

sécurisée. Un an plus tard, à l’automne 2010, c’est la digue côté rive droite qui a été

confortée entre l’autoroute A9 et le lotissement des Saladelles. Au total, ce sont

12 kilomètres de digue qui sont confortés à ce jour.

Suite à l’annulation de la Déclaration d’Utilité Publique (DUP) du Lez, les derniers

travaux sur les digues, situées au niveau des camping (1,5 km), ont été reportés.

En septembre 2010, un nouveau dossier d’enquête a été déposé en Préfecture, afin

d’obtenir une nouvelle DUP. En parallèle, les négociations foncières à l’amiable se sont

poursuivies avec les riverains.

Les études hydrauliques

Les dossiers réglementaires concernant la protection du Port de Carême ont été déposés en septembre 2010 auprès

des services de l’État. Les enquêtes publiques, indispensables pour obtenir les autorisations d’effectuer des travaux,

sont programmées en 2011 ; les travaux suivront dans un second temps.

L’étude hydraulique du bassin versant de la Mosson a débuté au printemps 2010 et doit durer 12 mois. Elle servira à définir

le programme pluriannuel d’aménagement à réaliser, à l’échelle du bassin versant, pour assurer la protection des secteurs

densément habités contre les inondations. Son coût est de 250 000 €.

En complément de cette étude, les services ont engagé une réflexion sur l’extension de la compétence « lutte contre

les inondations » à la vallée de la Mosson.

Chiffres

clés

• Reconnaissant la qualité de la station

d’épuration Maera, l’Agence de l’Eau a

versé à la Communauté d’Agglomération

une prime de 3,24 M€ en 2010.

• Le budget consacré en 2010 à l’intercepteur Est,

spécialisé dans la collecte des eaux usées, s’élève

à 1 M€, ce qui amène à un taux de réalisation de

l’ensemble de l’opération de 47 %.

• La station d’épuration intercommunale de Pignan -

Saussan - Fabrègues, en fonctionnement depuis janvier

2010, représente un investissement de 9,9 M€ pour

Montpellier Agglomération. En 2010, le budget

consacré à ce programme était de 3,6 M€.

• La réalisation de la station d’épuration de

Baillargues - Saint-Brès a couté 8,2 M€.

• Une station d’épuration par lits plantés de roseaux a été

créée à Cournonsec pour un montant total de 0,6 M€.

Montpellier Agglomération exerce la compétence

« eau potable » depuis le 1 er janvier 2010.

• Le patrimoine concernant « l’eau potable » et

désormais transféré à l’Agglomération de

Montpellier, comprend l’usine de pompage de la

source du Lez et la station de clarification F. Arago

(capacité 2 000 l/s), 92 000 m 3 de capacité de

stockage, répartis dans 27 réservoirs, 976 km de

réseaux de distribution, 50 000 branchements.

• En 2010, les recettes perçues, dans le cadre des

ventes d’eau brute aux abonnés, se sont élevées

à 14 350 € HT.

• Les travaux de confortement des digues du Lez

concernent un linéaire de 13,5 km. Ils ont

débuté en mars 2009 et doivent durer 20 mois.

Le montant des travaux s’élève à 12,4 M€.

102


08

Sport


Sport

08

Incontestablement, « l’année sportive 2010 » a été marquée par l’inauguration de deux équipements

majeurs de Montpellier Agglomération.

D’abord, celle de l’Arena - deuxième plus grande salle de France après l’illustre « Palais Omnisport

de Paris-Bercy » - qui, en configuration « sport », peut accueillir jusqu’à 9 000 spectateurs.

Celle de Poséidon ensuite. Située à Cournonterral, elle est la 12 ème piscine communautaire réalisée

par Montpellier Agglomération et offre un équipement sportif des plus modernes.

Depuis, l’Arena a accueilli le 1 er tournoi de tennis « Open Sud de France » (3 ème événement

tennistique en France, après Roland-Garros et les Master de Paris-Bercy), ainsi que plusieurs

matchs de handball disputés à guichets fermés. La piscine Poséidon, elle, reçoit tous

les particuliers, scolaires et associations qui le désirent. Cela concerne autant l’apprentissage

de la natation que sa pratique régulière ou tout autre loisir aquatique.

Au final, ces deux installations mettent en exergue les deux compétences majeures

de notre agglomération de Montpellier : le soutien à l’élite sportive d’une part,

l’éducation physique de l’autre, au travers, dans le cas précis, de l’apprentissage

de la natation pour les scolaires.

Concrètement, le « spectacle sportif » proposé par nos grands clubs d’élite

(football, rugby, handball, volley-ball, basket-ball, water-polo ou hockey sur glace)

a attiré plus de 600 000 spectateurs sur les stades ou dans les salles en 2010, tandis

que, dans le même temps, 150 000 participations à des séances de

natation ont été enregistrées, soit la quasi-totalité des jeunes

enfants scolarisés dans l’agglomération de

Montpellier.

Deuxième plus grande salle de France, l'Arena est un équipement majeur de l'agglomération de Montpellier.

104


La gestion et la construction

d’équipements sportifs

Pour que chacun, amateur ou professionnel, puisse pratiquer son sport favori à proximité de son lieu de vie,

Montpellier Agglomération a développé un maillage d’équipements sportifs performants sur l’ensemble du

territoire. Les équipements sportifs et de loisirs disponibles dans l’agglomération concernent tout l’éventail des

sports individuels ou collectifs pour les jeunes, les adultes et les seniors. Montpellier Agglomération assure la

construction et la maintenance de ces équipements sportifs comme leur réfection, le cas échéant.

Se fondre dans son environnement sans se dissimuler : tel est le crédo de la piscine Poséidon

La piscine Poséidon

Implantée sur une parcelle de 12 000 m 2 , la piscine Poséidon est le premier équipement réalisé au sein de la future

zone d’équipements sportifs et de loisirs de Cournonterral et la 12 ème piscine du réseau de Montpellier Agglomération.

Montpellier Agglomération a sélectionné le cabinet d’architecture Philippe Houot, basé à Paris, et associé à Didier

Landemaine, architecte montpelliérain, pour la réalisation de cette piscine qui a ouvert ses portes le 6 décembre

2010.

Un bâtiment intégré dans son environnement

Cette nouvelle piscine a été conçue pour s’intégrer de

manière harmonieuse dans le grand paysage de la

plaine agricole qui l’entoure… sans pour autant y être

dissimulée, puisqu’il existe une réelle volonté de signaler

clairement la présence d’équipements de sport et de

loisirs.

L’architecture du bâtiment combine rigueur et fluidité,

articulant jeu de formes structurées avec des éléments

courbes et ludiques.

La lumière habille l’eau et la met en scène, le hall des

bassins, pourvu de panneaux thermo-acoustiques aux

tons camaïeux d’ocres jaune et rouge, favorise une

atmosphère apaisante et chaleureuse, tandis que les

transparences mettent en étroite relation espaces

intérieurs et extérieurs.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

105

08


Des espaces organisés et fonctionnels

Les objectifs clairement définis avant la conception de cet équipement sont la convivialité, la fonctionnalité et la

sécurité.

Les espaces d’accueil offrent des vues et transparences jusqu’au solarium et aux espaces extérieurs, tandis que la

disposition des bassins favorise la sécurité des utilisateurs de chacun des secteurs. Enfin, les locaux de

l’administration et du personnel sont regroupés dans un "pôle de gestion" favorisant la cohésion et le dialogue

dans l’équipe d’animation.

La piscine Poséidon de Montpellier Agglomération comprend :

• un bassin sportif de 25 x 15 m, soit 375 m 2 ,

directement accessible depuis la sortie du

pédiluve,

• un bassin d’apprentissage, ludique grâce à ses

banquettes bouillonnantes, idéal pour des

moments de détente et de convivialité,

• une pataugeoire, située dans la partie sud et donc

éloignée des lieux de passages, afin d’assurer une

protection maximale pour les enfants,

• un espace « Agora », à la sortie du pédiluve, qui

canalise les accès aux différents bassins, comme

l’accès direct vers l’extérieur ; il favorise ainsi les

regroupements pédagogiques et familiaux,

• des gradins d’une capacité de 100 places,

permettant aux visiteurs et accompagnateurs une

vue sur les bassins et les différentes activités en

cours,

• un espace patio-solarium, intime et bien protégé,

ouvert sur des espaces extérieurs comprenant des

plages et une aire de jeux aquatiques,

• des vestiaires séparés hommes/femmes et

4 vestiaires collectifs pour les scolaires,

• un parking de 120 places.

Conformément aux normes en vigueur dans les

établissements publics, l’ensemble du complexe est

accessible aux personnes à mobilité réduite.

Des horaires adaptés à tous les publics

Afin de répondre au mieux aux besoins des habitants de son territoire et ainsi ouvrir ses bassins au plus grand

nombre de nageurs, Montpellier Agglomération adapte les horaires d’ouverture des piscines de son réseau.

Les créneaux horaires d’ouverture de la piscine Poséidon sont répartis entre les différents publics d’usagers de la

manière suivante : 40 % dédiés au grand public, 35 % aux associations et 25 % pour les scolaires.

106

Des plus jeunes aux seniors, tous les publics sont les bienvenus


Un équipement à vocation écologique

Dans le cadre de la réflexion sur l’économie d’énergie

menée par Montpellier Agglomération, la toiture de la

piscine Poséidon a été équipée de 100 m 2 de panneaux

solaires thermiques pour la production d’eau chaude

sanitaire. Cette installation permettra de réduire de

12 tonnes les émissions de CO 2 et de produire 60 000 Kw

de gaz.

Chaque année, la consommation d’énergie des

équipements de Montpellier Agglomération représente

un coût moyen de 2,5 M€. Montpellier Agglomération

a souhaité maîtriser cette consommation grâce à

l’installation de capteurs solaires thermiques ou

photovoltaïques sur la majorité de ses équipements.

L’objectif, à terme, est d’économiser plus de 20 %

d’énergie.

Les matériaux du bâtiment ont été sélectionnés pour

leur qualité et leur relation avec l’environnement - c’est

le cas de la pierre sèche - mais également pour leur

aspect contemporain, tels que le béton, l’acier,

l’aluminium ou encore le verre.

Montpellier Agglomération mène une politique

ambitieuse en matière de développement durable et

d’économie d’énergie, c’est pourquoi, en 2010, elle a

investi 3 800 000 € afin de disposer d’un équipement

exemplaire en la matière.

La piscine Poséidon en chiffres

• Coût total de l’opération : 7,4 M€

• Financement :

Montpellier Agglomération : 4,905 M€

Région Languedoc-Roussillon : 1,6 M€

Département de l’Hérault : 585 000 €

Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité : 310 000 €

La piscine Les Néréides

Implantée à Lattes sur une parcelle de 8 150 m 2 , anciennement affectée au terrain de sports du collège Georges

Brassens et cédée par la commune à Montpellier Agglomération, les Néréides comprendront 2 400 m 2 de surface

dont 2 000 m 2 pour des espaces ouverts au public et les locaux administratifs.

Le lancement de l’appel d’offres a été effectué en octobre 2010 et les travaux ont débuté en juillet 2011, pour une

ouverture au public prévue au 1 er trimestre 2013.

© Cabinet d’architecture Chabanne & partenaires

La future piscine Les Néréides à Lattes (esquisse)

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

107

08


Un équipement structurant

Le cabinet d’architectes Chabanne et Partenaires,

maître d’œuvre du projet, a choisi un traitement

architectural sans artifice pour le bâtiment en lui-même :

une forme simple, sobre et élégante, composée d’une

toiture fine avec de très larges débordements. Abrités

sous cette grande aile, les volumes intérieurs seront

composés de deux ensembles juxtaposés :

• en façade principale, côté espace public, la grande

halle des bassins avec un effet de transparence

assurée par de grands ensembles vitrés,

• sur l’intérieur de l’îlot, un volume plus fermé qui

desservira la halle des bassins et abritera les

vestiaires, les locaux administratifs et les locaux

techniques.

La piscine Les Néréides comprendra :

• un bassin sportif de 25 x 15 m, soit 375 m 2 ,

• un bassin d’apprentissage et ludique de 185 m 2

avec des jets massant,

• une pataugeoire, conçue pour la convivialité et la

sécurité des enfants,

• des gradins spectateurs de 80 places,

• des vestiaires séparés hommes/femmes, avec des

cabines et des vestiaires collectifs,

• une plage intérieure avec un emplacement pour

les transats,

• une plage-terrasse extérieure.

L’ensemble du complexe sera accessible aux personnes

à mobilité réduite.

Le réseau des piscines de Montpellier Agglomération

Montpellier Agglomération bénéficie d’un réseau de 12 piscines qui a enregistré en 2010 plus d’un million d’entrées.

Ce succès vient saluer la politique sportive mise en œuvre par Montpellier Agglomération et l’encourage à

poursuivre sur cette voie. L’apprentissage de la natation en milieu scolaire est l’une des priorités de Montpellier

Agglomération. En développant son réseau et en adaptant les horaires de ses piscines, Montpellier Agglomération

offre à tous des équipements de haut niveau pour pratiquer la natation et profiter des loisirs aquatiques.

Une fréquentation importante

960 000 entrées ont été enregistrées dans l’ensemble des 12 piscines de l’Agglomération pour 800 heures

d’ouverture par semaine.

Entrées

Public

Autres entrées

payantes (animations

adultes-enfants,

carte été jeunes…)

Enseignement

secondaire privé

et public

Ecoles primaires

publiques et

privées (gratuit)

Clubs et

associations

TOTAL 521 189 16 117 27 531 120 000 272 840

POA 303 132 13 417 10 402 4 900 13 438

Hors POA 218 057 2 700 17 129 154 100 259 402

Typologie des publics en 2010

(hors piscine olympique d’Antigone)

Typologie des publics en 2010

(avec la piscine olympique d’Antigone)

1,84 %

2,9 %

1,84 %

27,56 %

23,16 %

12,20 %

2,9 %

12,05 %

29 %

Enseignement secondaire privé et public

Écoles primaires publiques et privées

Public

Associations

55 %

Enseignement sec

Écoles primaires p

Public

Associations

56 %

23,16 %

12,20 %

12,05 %

29 %

Enseignement secondaire privé et public

Écoles primaires publiques et privées

Public

55 %

Associations

Enseignement secondaire privé et public

Écoles primaires publiques et privées

Public

Associations

108


L’apprentissage de la natation dans le cadre scolaire

Notre climat méditerranéen et notre situation en bord de mer constituent une incitation certaine à la baignade.

Ainsi, la Communauté d’Agglomération de Montpellier a inscrit depuis 2003 l’apprentissage de la natation dans

le cadre scolaire dans ses priorités d’action en matière de sport et d’éducation.

L’objectif de la collectivité, c’est que tous les élèves scolarisés dans les écoles primaires de l’agglomération puissent

bénéficier, au cours de leur scolarité, de séances gratuites d’apprentissage conduites en collaboration avec les

enseignants de l’Education Nationale. 160 000 élèves de l’agglomération ont ainsi pu apprendre à nager grâce

aux cours gratuits mis en place par Montpellier Agglomération.

Apprendre aux enfants à nager, donc à être autonomes : l'une des priorités de Montpellier Agglomération

147 500 cours de natation ont été dispensés à des scolaires en 2010 : 120 000 entrées concernent les enfants

des écoles primaires (82 %) et 27 500 des élèves du secondaire (18 %).

En 2010, le programme a concerné les 31 communes de l’agglomération, 11 circonscriptions de l’Education Nationale

et 370 écoles. Il a représenté une occupation de 152 heures par semaine des bassins, soit près de

4 700 heures sur l’année, soit un cinquième de l’occupation totale des bassins.

715 classes et 20 000 élèves ont été accueillis en 2010, dont 50 % issus du cycle 2 (grandes sections maternelles,

CP et CE1) et 30 % du cycle 3 (CE2, CM1 et CM2). 1 845 trajets ont été assurés gratuitement par les bus scolaires

de Montpellier Agglomération pour transporter les élèves aux différentes piscines.

Les excellents résultats du MAHB expliquent l’engouement des

supporters

Le Palais des Sports

René Bougnol

Suite aux excellents résultats du « Montpellier

Agglomération Handball » et à l’engouement qu’ils ont

suscité, ce qui a entraîné une hausse du nombre de

spectateurs réguliers, il est devenu nécessaire de

modifier et d’améliorer les lieux de réception dont

dispose le club au Palais des Sports René Bougnol,

lorsqu’il ne dispute pas ses rencontres à l’Arena.

C’est pourquoi il a été décidé de construire une salle de

réception pouvant accueillir 800 personnes.

Le coût de cette réalisation s’élève à 830 000 €.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

109

08


Esthétique et fonctionnel : le stade de rugby Yves du Manoir séduit de

plus en plus

Le stade Yves du Manoir

Inauguré en 2007, le Stade Yves du Manoir voit

quasiment tous ses gradins occupés à chacun des

matchs du Montpellier Rugby Club. Afin d’améliorer sa

fonctionnalité, quelques aménagements ont été réalisés

en 2010 : un monte-charge permettant de faciliter

l’accès aux espaces réceptifs et d’améliorer la logistique

a été installé, et le parking destiné à la presse sportive

a été restructuré.

Le montant de ces travaux s’élève à 480 000 €.

Le Stade de La Mosson

« Mondial 98 »

Une fois l’accession du Montpellier Hérault Sport Club

en ligue 1 acquise, le Stade de la Mosson avait besoin

d’une rénovation lui permettant de répondre aux

exigences de la FFF et de l’UEFA.

Les aménagements suivants ont notamment été

réalisés :

• la réfection de la sono et de la plate forme audiovisuelle permettant la retransmission télévisée des matchs,

pour un coût de 600 000 €,

• la mise en conformité des installations aux normes de sécurité de l’UEFA, pour un coût de 200 000 €,

• l’amélioration du réseau de vidéosurveillance, la climatisation des vestiaires ainsi que les études pour la

rénovation de l’éclairage du terrain, pour un montant de 200 000 €.

Au total, Montpellier Agglomération a investi 1 000 000 € dans l’ensemble de ces travaux.

Le complexe sportif Jules Rimet

Le standing de la Ligue 1 imposait quelques rénovations du stade de

la Mosson

En complément du terrain

synthétique, de la tribune et des

vestiaires construits en 2008, un

deuxième terrain en gazon

synthétique équipé de vestiaires,

éclairé et clôturé a été réalisé en

2010. Il permettra de développer

la vie associative liée au football

à Sussargues comme dans les

communes voisines.

Le coût total de ces installations

est de 700 000 €

© O’ Sughrue

Inauguration du deuxième terrain en gazon synthétique du stade Jules Rimet à Sussargues

110


La patinoire Vegapolis,

haut-lieu d’apprentissage du patinage sportif

L’école de la glace

Située à Odysseum, la patinoire Vegapolis

est un lieu de sport et de détente apprécié

de tous.

Comme pour la natation, l’Agglomération

de Montpellier met en oeuvre une politique

pédagogique et sportive qui permet aux

élèves des écoles primaires de s’initier au

patinage durant le temps scolaire.

Montpellier Agglomération propose cette

activité sportive aux établissements

scolaires des différentes communes faisant

partie de l’agglomération, et elle la prend

totalement en charge financièrement.

En 2010, ce sont ainsi plus de 50 000

enfants qui ont participé, sous forme de

modules et dans le cadre du temps scolaire,

à l’enseignement pédagogique du patinage.

En 2010, 50 000 enfants ont fait classe sur la glace

Un lieu plébiscité par tous

Près de 300 000 patineurs sont venus découvrir - ou redécouvrir- les joies de la glisse via les deux pistes de

Vegapolis qui sont à la fois des lieux d’entraînement, de pédagogie et d’animations. Un nombre de visiteurs qui fait

d’elle la patinoire la plus fréquentée de France.

Enfin, il faut noter que les installations sont ouvertes 365 jours par an, soit un total de 6 472 heures ouvrables,

tandis que la moyenne nationale des patinoires françaises se situe à 3 750 heures.

Séances publiques Scolaires Clubs

Manifestations

diverses

Fréquentation

totale

146 135 50 521 63 137 45 701 306 232

Fréquentation par catégorie année 2009

17 %

21 %

15 %

47 %

Public

Scolaires

Clubs

Manifestations

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

111

08


Le soutien aux clubs, aux manifestations

et à l’animation

L’aide aux disciplines et aux événements sportifs

En soutenant les clubs sportifs de haut niveau, Montpellier

Agglomération valorise et dynamise ce secteur d’activité, qui

est également un gage de cohésion sociale au niveau du

territoire de l’agglomération.

Afin de contribuer au rayonnement et à la cohésion sociale de

son territoire, Montpellier Agglomération subventionne

22 clubs sportifs et associations qui ont atteint le niveau

de l'élite nationale : Montpellier Hérault Sport Club (Football),

Montpellier Lattes Agglomération Basket, Montpellier

Handball, Montpellier Volley Université Club, Montpellier

L’équipe du MHSC a effectué un brillant retour en Ligue 1 Hérault Rugby Club, Montpellier Castelnau Baseball, MUC

Canöe Kayak, Montpellier GRS, Montpellier Echecs, Club Sportif

Bouliste de Montpellier, Montpellier Water Polo, Montpellier Agglo Natation U.C, Montpellier Agglomération Patinage,

Montpellier Agglomération Hockey Club, Montpellier Triathlon, Archers Lattois, Ecole de karaté de Pérols, Montpellier

ASPTT Tennis, Montpellier Rollers, Montpellier XIII, Aqualove Sauvetage, Montpellier Tae Kwon Do.

L’ensemble de ces subventions représente un montant total de 11 748 000 €.

Par ailleurs, classée en avril 2010 comme l’une des agglomérations les plus sportives de France par le Journal

« L’Équipe », Montpellier Agglomération apporte également une aide indirecte aux clubs et aux manifestations

sportives.

Elle met ainsi à la disposition des clubs, notamment lors des rencontres organisées dans le cadre de leurs

championnats respectifs, des équipements sportifs d'envergure comme le stade de Rugby Yves du Manoir, le stade

de La Mosson "Mondial 98", le Palais des sports René Bougnol, le complexe sportifs Jules Rimet et la Piscine

Olympique d'Antigone. Des rencontres exceptionnelles se déroulent dans ces différents lieux (matchs

internationaux de football, de rugby, de handball, de volley, 1/2 finale du championnat de France de Rugby) ;

rencontres pour lesquelles Montpellier Agglomération apporte également son soutien logistique.

Dans la mêlée, les joueurs du MHR peuvent compter sur la poussée de Montpellier Agglomération

112


Open Sud de France - Park & Suites Arena - Octobre 2010

Montpellier Agglomération participe aussi à des

opérations promotionnelles dans le cadre de

manifestations sportives d'audience nationale ou

internationale et subventionne enfin une dizaine de

manifestations spécifiques, telles que le FISE

(Festival International des Sports Extrêmes), le tournoi

international de tennis (Open Sud de France), le

critérium des Cévennes, le Grand prix de tambourin... le

financement de ces différents événements sportifs

représente un montant total de 511 500 €.

Montpellier Agglomération a définitivement fait siens les

mots de Pierre de Coubertin « le sport va chercher la peur

pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté

pour la vaincre » ! Son soutien global aux clubs et

manifestations sportives s'élève à 12 259 500 € en

2010.

Chiffres

clés

• Les 11 piscines d’agglomération ont

totalisé 960 000 entrées en 2010, dont

147 500 concernaient les cours de

natation scolaire.

• La patinoire Vegapolis a accueilli 300 000

patineurs en 2010 ; 50 000 entrées concernaient

des séances gratuites de patinage scolaire.

• Le spectacle sportif organisé par les clubs d’élite de

Montpellier Agglomération a rassemblé plus de

600 000 spectateurs en 2010.

• L’Agglomération de Montpellier a consacré

11 748 000 € au soutien de 22 clubs sportifs

et associations en 2010.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

113

08


09

Culture / Loisirs


Culture

/ Loisirs

09

Soutenir la diffusion culturelle, aider la création et les actions pédagogiques, réaliser de nouveaux

équipements, assurer des formations artistiques… la politique culturelle de Montpellier Agglomération

est particulièrement diversifiée et elle se traduit par un effort budgétaire important, à la hauteur de

son rang de grande capitale régionale et de Métropole européenne.

Consciente que la culture est un vecteur extraordinaire de valorisation et de promotion du territoire,

la Communauté d’Agglomération de Montpellier a initié une politique de développement de grands

festivals : Montpellier Danse, festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon, festival

du Cinéma Méditerranéen…, qu’elle soutient financièrement, et dont la renommée exceptionnelle

permet de porter haut et loin les couleurs de Montpellier Agglomération au niveau international.

Pour faire profiter à chaque habitant de l’agglomération de cette dynamique, Montpellier

Agglomération organise de manifestations diversifiées dans les communes de l’agglomération,

qui permettent d’y proposer gratuitement des actions culturelles de grande qualité

(conférences, danse, musique, cinéma… ).

Axe prioritaire de développement territorial pour l’Agglomération de Montpellier, la

compétence culture s’exerce ainsi par le biais de la réalisation d’équipements culturels

majeurs, complétés par la constitution d’outils de proximité, comme le réseau de

médiathèques, qui facilitent l’accès des usagers à un service public culturel de qualité.

Une volonté politique de soutien à la création

artistique sous toutes ses formes

116

La Communauté d’Agglomération de Montpellier soutient

très activement la diffusion et la création artistiques de haut

niveau, tant par l’octroi de subventions aux structures

culturelles développant un projet d’intérêt communautaire

que par la mise à disposition de lieux tels que Le Corum,

l’opéra Comédie, le Zénith Sud, l’Agora de la Danse où est

proposée une vaste palette d’événements culturels.

Trois festivals de rayonnement international sont ainsi

subventionnés par Montpellier Agglomération dans les

domaines de la danse, de la musique et du cinéma : le festival

Montpellier Danse, pour lequel la Communauté d’Agglomération

de Montpellier est le partenaire majoritaire, à hauteur de

1 370 000 €, le festival de Radio France et Montpellier

Languedoc-Roussillon (350 000 €) et le festival du Cinéma

Méditerranéen (400 000 €).

Montpellier Agglomération soutient également financièrement

les structures ou associations culturelles qui développent

une programmation de grande qualité à l’année. Le financement

le plus important concerne EUTERP, Orchestre et Opéra

national de Montpellier Languedoc-Roussillon, avec un

montant de 10 150 000 €. La Communauté d’Agglomération

apporte également son concours financier au Théâtre des

13 vents (750 750 €), à l’association Standart (Victoire 2)

avec 200 000 €, à l’Opéra Junior (80 000 €), au théâtre

Jacques Cœur de Lattes (50 000 €), au théâtre de la Rampe

(50 000 €)… ce qui permet aux habitants de l’agglomération

de Montpellier de bénéficier d’une offre de spectacles

particulièrement variée.

Les aides accordées à la création artistique en 2010 s’élèvent

à 14 247 950 €, la mise à disposition des bâtiments

accueillant ces structures et leur maintenance représentant

un montant de 433 000 €.

Par ailleurs, une enveloppe de 68 500 € affectée au Fonds

d’Aide à la Diffusion Théâtrale a permis en 2010 l’achat de

23 représentations supplémentaires auprès de 11 diffuseurs

du territoire, contribuant ainsi à donner à voir le travail de

jeunes compagnies souvent issues de l’Ecole Nationale

Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier, qui est

accueillie dans un bâtiment communautaire et soutenue par

Montpellier Agglomération. Ces représentations constituent

également un tremplin vers une diffusion nationale ou une

programmation au festival d’Avignon.

L’engagement de Montpellier Agglomération en matière de

création et de diffusion artistique témoigne d’une volonté

affirmée de générer des forces créatives, de constituer

un réseau de professionnels d’envergure nationale voire

internationale et de permettre au public de s’initier à toutes

les formes d’art.


La culture à la portée de tous grâce

à l’organisation de manifestations gratuites

Au delà du soutien financier et matériel qu’elle accorde aux grandes manifestations et structures culturelles,

Montpellier Agglomération a le souci constant de proposer aux habitants de son territoire des spectacles de qualité

au plus près de leurs lieux de vie, car le franchissement des portes d’un lieu parfois intimidant ne doit pas être un

obstacle à la découverte de la musique ou de la danse. Montpellier Agglomération a ainsi décidé d’irriguer

culturellement l’ensemble des communes qui la constitue en y proposant gratuitement des spectacles « décentralisés

» issus de la programmation des grands festivals ; c’est le cas pour le festival Montpellier Danse et pour celui de Radio

France et Montpellier Languedoc-Roussillon. Elle a également créé une manifestation de cinéma de plein air,

« L’Agglo fait son cinéma », dont le programme est élaboré en collaboration avec le festival du Cinéma Méditerranéen.

« Entre chien et loup »

avec le festival de Montpellier Danse

En 2010, Montpellier Danse a proposé un projet mené en

collaboration avec la ville de Ouagadougou (Burkina Faso) dans

8 communes de l’agglomération : Saint Georges d’Orques,

Vendargues, Restinclières, Cournonsec, Prades le Lez, Saint-

Drézéry, Clapiers et Montpellier.

Le spectacle présenté,« Entre chien et loup », est le fruit d’une

collaboration de 6 mois entre 6 danseurs du centre de formation

d’Epsedanse à Montpellier et 6 danseurs du centre chorégraphique

La Termitière à Ouagadougou.

Représentation du festival Montpellier Danse - Entre chien et

loup - à Vendargues

Succès des concerts du festival de Radio France

et Montpellier Languedoc-Roussillon

donnés dans les communes

Spectacle décentralisé du festival de Radio France à Saint-Drézéry

En 2010, Le festival Radio France et Montpellier

Languedoc-Roussillon fêtait ses 25 années d’existence et

il a proposé 27 concerts gratuits de musiques du monde

ou de musique classique dans 30 communes de

l’agglomération, dans les lieux les plus divers : parc de

château, anciennes carrières, prairies… Rendez-vous

incontournables pour un public de mélomanes et de

néophytes, ces concerts décentralisés de Montpellier

Agglomération ont réuni 22 000 personnes.

« L’Agglo fait son cinéma » , une manifestation plébiscitée

Une représentation durant « l’Agglo fait son cinéma » à Baillargues

Forte du succès sans cesse grandissant de cette

manifestation de cinéma en plein air depuis sa création

en 2005 , Montpellier Agglomération a décidé de

l’étendre en 2010 à 28 communes du territoire de

l’agglomération. Ainsi, du 2 au 31 août, ce sont 9 000

personnes qui ont pu assister sur écrans géants gonflables

à une programmation assurée par le festival du Film

Méditerranéen sur le thème porteur de la comédie.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

117

09


Les actions de sensibilisation

en direction des jeunes publics

Montpellier Agglomération mène un ensemble d’actions, qui sont autant d’occasions de provoquer une rencontre entre le

jeune public et les différentes formes de l’art.

• Les concerts éducatifs joués par l’Orchestre National de Montpellier ont permis à 2 247 enfants scolarisés dans

les écoles primaires de l’agglomération d’assister à une représentation du « Carnaval des animaux » de Camille de

Saint-Saëns, accompagnée par un comédien de la Compagnie Art en Ciel pour l’aspect narratif.

Pour la troisième année consécutive, le chœur d’enfants d’Opéra Junior a contribué à la découverte de l’art lyrique

par les élèves de l’agglomération, et 1 293 enfants ont pu assister à trois représentations de « Golden Vanity » de

Benjamin Britten.

• Grâce aux séances pédagogiques organisées dans le cadre du Festival du cinéma méditerranéen,

7 077 élèves issus de toutes les communes de l’agglomération de Montpellier ont pu découvrir l’art

cinématographique du bassin méditerranéen.

Ouverture du 32 e Festival du Cinemed dans l’opéra Berlioz, au Corum

• Le festival « Saperlipopette voilà enfantillages » soutenu par Montpellier Agglomération a également

proposé une large palette de spectacles jeune public à Montpellier et dans les différentes communes de

l’agglomération.

118

• Par ailleurs, des ateliers

pédagogiques sont proposés

par le musée Fabre, le site

archéologique Lattara - musée

Henri Prades, le planétarium

Galilée et l’aquarium Mare

Nostrum les mercredis, les

week-ends et durant les

vacances scolaires, afin de

donner une approche pratique

et sensible du contenu culturel

e t s c i e n t i f i q u e d e c e s

établissements. De plus, chacun

d’eux propose des visites

scolaires et des formations pour

les enseignants dans le cadre de

partenariats annuels élaborés

conjointement avec l’Education

Nationale.

Atelier pédagogique au site Lattara-musée Henri Prades de Montpellier Agglomération


LES ÉTABLISSEMENTS CULTURELS DE MONTPELLIER AGGLOMÉRATION

Les médiathèques du réseau

Les médiathèques jouent un rôle social essentiel sur le territoire de Montpellier Agglomération, car elles contribuent à

la formation et à l’information des citoyens et favorisent les rencontres. Ces établissements permettent à tous de trouver

des collections diversifiées dans des espaces accueillants, à la pointe des nouvelles technologies. En 2010, l’offre culturelle

a été renouvelée, ouverte à tous et placée sous les couleurs des partenariats.

Un réseau complété par deux nouveaux établissements

Constitué de 13 bâtiments (11 médiathèques et 2 bibliothèques)

proposant plus d’1 million de documents et 287 postes

informatiques, le réseau des médiathèques a enregistré

982 793 entrées en 2010. Afin de répondre

aux besoins de proximité des habitants de

l'agglomération et d'offrir sur l’ensemble du

territoire un accès égal à la culture, à

l'information et à la connaissance,

Montpellier Agglomération a décidé

d’étoffer son réseau grâce à la

construction de la médiathèque

Albert Camus à Clapiers et à

l’intégration de la médiathèque

Jean de Lafontaine, située à

Lavérune.

La médiathèque d’Agglomération Albert Camus à Clapiers

La médiathèque Albert Camus, a été inaugurée

à Clapiers le 11 février 2010. Elle met à la disposition

des habitants de Clapiers et des communes

environnantes l'ensemble des supports d’information

actuels (livres, journaux magazines, CD, DVD, accès

Internet...), sur plus de 1 200 m 2 .

La médiathèque Jean de La Fontaine de

Lavérune, a quant à elle été intégrée au réseau le 1 er

janvier 2010. Cet équipement a pu ainsi bénéficier de

la dynamique des médiathèques d’Agglomération et

proposer à ses publics de nouveaux services : horaires

élargis, animations régulières, accès à tout le réseau…

La médiathèque d’Agglomération Jean de la Fontaine à Lavérune

Enfin, La médiathèque Jean Giono sera ouverte à Pérols début 2012. Vaste bâtiment lumineux de 1 300 m² réparti

sur trois étages, elle disposera d’un forum d’actualité de 45 m², d’un espace jeunesse de 160 m², d’un espace adultes de

260 m² ainsi que d’un secteur audio-vidéo de 140 m² comportant une salle de projection de 44 places. Cet aménagement

disposera également d’un espace d’animation et d’exposition de 100 m².

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

119

09


Une offre culturelle renouvelée

et des services adaptés aux différents publics

Afin d’inciter le public, et plus particulièrement les enfants et les adolescents, à goûter les joies de la lecture, les

médiathèques de Montpellier Agglomération mettent en place des opérations originales s’appuyant sur la pratique

sportive ou sur le jeu, qui agissent comme des médiateurs. Elles proposent également des services adaptés aux

scolaires et à la petite enfance, et, grâce à l’ouverture du dimanche de certains établissements, veillent à s’adapter

aux nouveaux usages des lecteurs.

« Sport et Littérature », une passerelle entre deux disciplines

En partenariat avec le CROS LR (Comité Régional Olympique et Sportif Languedoc-Roussillon) et à l’initiative du

CNOSF (Comité National Olympique et Sportif Français), le réseau des médiathèques de Montpellier Agglomération

a mis en place une opération expérimentale, « Retrouve ton sport dans ta médiathèque », dont l'objectif est de

susciter le goût de la lecture chez les jeunes sportifs grâce à la découverte d'auteurs qui ont parlé de leur sport ou,

de façon plus générale, de moments de sport. Cette initiative originale a été lancée avec le club de handball, le

MAHB, et elle se poursuivra en 2011 avec les jeunes du MHRC (rugby), du MUC (natation), du BMLA (basket) et du

MWP (water-polo).

« L’Agglomération de Montpellier en jeu »

Les médiathèques et les bibliothèques

des communes de l'agglomération de

Montpellier se sont associées pour

proposer des jeux à l’ensemble de leurs

publics. L'objectif de cette manifestation

est de favoriser la pratique du jeu,

créateur de lien social entre les

générations, et complémentaire de

l’offre « classique » des médiathèques.

Cette opération a été l’occasion de partager l’expérience, le

matériel et les moyens des médiathèques du réseau de

l’Agglomération avec les bibliothèques et médiathèques de

18 communes qui ont… joué le jeu !

Le jeu, une activité plébiscitée dans les médiathèques

Les activités en direction des scolaires et de la

petite enfance (accueil des assistantes maternelles,

déplacement en crèches, accueil des bébés et de leurs parents)

se sont concrétisées par 1 309 séances concernant 31 800

enfants (maternelles et élémentaires), et 643 concernant

14 300 enfants et parents ou assistantes maternelles.

Atelier de slam à la médiathèque William Shakespeare

L’ouverture du dimanche des médiathèques centrales

Émile Zola et Federico Fellini initiée en 2009 a pérennisé

son succès et permis de toucher de nouveaux publics,

heureux de profiter des lieux de façon plus détendue. En

2010, 47 700 entrées dominicales ont été enregistrées,

ainsi que 542 nouveaux inscrits et plus de 71 700 prêts, ce

qui constitue un véritable succès. Plus de 3 100 personnes

ont par ailleurs assisté aux animations proposées ce jour là,

qui est devenu un des plus gros jours de la semaine en

matière de fréquentation horaire.

120


Enfin, pour s’adapter à l’évolution des techniques d’information et de communication, la réinformatisation de

l’ensemble du réseau a été menée en 2010. Ce projet ambitieux a nécessité plusieurs mois de travail et

l’installation de 6 nouveaux serveurs. Les agents et le public bénéficient à présent d’une nouvelle interface pour le

prêt, le catalogue… Le Portail des médiathèques offre à tous les usagers une « médiathèque virtuelle » proposant

des coups de cœur, des bibliographies, des services en ligne… Dans cette dynamique numérique, deux bornes

interactives ont été installées à la médiathèque centrale Émile Zola pour permettre aux abonnés d'écouter et de

télécharger de la musique sous licence ouverte. Enfin, en ce qui concerne la bibliothèque numérique patrimoniale,

qui donne accès aux documents numérisés de la base régionale et des collections remarquables, on note une forte

augmentation de sa fréquentation avec plus de 81 400 visites en 2010 (contre 74 900 en 2009).

Une attention particulière portée au public handicapé

et aux personnes hospitalisées

Dans tous les établissements du réseau, le personnel est

à la disposition des publics spécifiques, qu’il s’agisse

de personnes affectées de divers handicaps ou des

personnes malades, pour les aider dans l'accès et le

choix des documents. Une plaquette spécifique a été

réalisée par Montpellier Agglomération pour mettre en

évidence ces services.

A la médiathèque centrale Émile Zola, l'intégration des

personnes à déficiences visuelles a été pensée à

l'intérieur comme à l'extérieur, et un lieu, l'espace

Homère, leur est entièrement dédié. Tout au long de

l'année de nombreuses animations à destination des

personnes à déficiences visuelles et auditives sont

organisées, en particulier dans les médiathèques

Françoise Giroud, Émile Zola et Federico Fellini : séances

de lecture, projections publiques à destination des

malvoyants et non voyants. Pour les personnes sourdes

ou malentendantes, des ateliers d'apprentissage de la

langue des signes, des prêts de DVD ou de CD-roms avec

sous-titrages et des rencontres silencieuses sont

proposés.

Enfin, la médiathèque centrale d'agglomération

Federico Fellini accueille dans ses salles de projection

les personnes en hôpital de jour. Encadrés par le

personnel soignant ou par des animateurs, les malades

participent au choix des documents et débattent à

l'issue du film.

L’enrichissement

du patrimoine

L’action de numérisation des fonds

patrimoniaux se poursuit afin de les rendre

accessibles en ligne à partir du site du

réseau des médiathèques. En 2010, la

centaine de manuscrits médiévaux de

l’abbaye de Géllone (Saint-Guilhem-ledésert)

et de Saint-Sauveur d’Aniane que

possède la médiathèque Émile Zola depuis

les confiscations révolutionnaires, ainsi

que des mémoires de l’Académie Royale

des Sciences de Montpellier et des images

religieuses catalanes ont ainsi été

numérisées, ce qui représente un total de Hommage à l’écrivain FJ Temple à la médiathèque Émile Zola

24 150 pages.

Enfin, pour manifester l’attachement qu’il porte à sa ville natale, le poète Frédéric Jacques Temple a fait don de livres,

documents et objets de ses collections personnelles à la médiathèque centrale d’Agglomération Émile Zola. Commencée en

2009, cette donation représente déjà 3 500 documents. Livres dédicacés (Miller), correspondances (Aldington, Durrell,

Miller…), photographies (Aldington, Durrell…), manuscrits et tapuscrit de « L'Enclos », constituent un fonds littéraire à part

entière. La médiathèque centrale d'Agglomération Émile Zola organise du 18 octobre 2011 au 15 janvier 2012 une grande

exposition « Frédéric Jacques Temple, poète… », en hommage à l'écrivain.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

121

09


Le Conservatoire à Rayonnement Régional

de Montpellier Agglomération

Le Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier

Agglomération, établissement public d’enseignement

artistique, maintient en 2010 sa capacité d’accueil et

d’action au plus haut point, tant en matière d’effectif qu’en

matière d’activités publiques organisées. Le Conservatoire a

ainsi renouvelé les rencontres avec un public toujours plus

nombreux et il a organisé des représentations de musique

et de danse dans de nombreuses communes de l’agglomération.

La formation de haut niveau dispensée aux élèves se traduit

par un taux de réussite de 72% au Certificats d’Etudes

Musicales et Chorégraphiques (cursus amateur) et de 77%

au Diplôme d’Etudes Musicales et Chorégraphiques (cursus

pré-professionnel).

Classe de musique des élèves du Conservatoire

L’effectif global du Conservatoire est de 1 408 élèves en

musique et danse pour l’année 2010/2011. Entre ces

disciplines, les élèves se répartissent en 6 cycles d’étude (de

l’éveil au perfectionnement) et de la manière suivante :

1 155 en Musique soit 82 % et 253 en danse soit 18 %.

Evolution des effectifs

durant les 3 dernières années

Comparatif sur 3 ans

1410

1405

1400

1395

1390

1385

1380

1375

1370

1365

1360

1408

1390

1378

2008 / 09 2009 / 10 2010 / 11

Un enseignement personnalisé

Département Musique - Rentrée 2010 Département Danse - Rentrée 2010

4 % 2 %

26 %

11 %

Répartition par cycle

22 % Eveil et Initiation

Cycle I

Cycle II

Cycle III

Cycle spécialisé

Perfectionnement

23 %

29 %

6 %

6 %

23 %

13 %

Répartition par cycle

Eveil

Initiation

Cycle I

Cycle II

Cycle III

Cycle spécialisé

35 %

122


Un encadrement d’excellence

pour les élèves

Pour dispenser l’enseignement de 41 disciplines, l’équipe pédagogique est

composée de 86 enseignants permanents, répartis en dix départements :

accompagnement, claviers et instruments polyphoniques (accompagnement au

piano, clavecin, orgue, piano, guitare, harpe), cordes (violon, alto, violoncelle,

contrebasse), Vents et percussions (basson, clarinette, clarinette basse, cor, flûte

traversière, hautbois, percussions, saxophone, trompette, trombone, trombone

basse, tuba), danse (danse classique et danse contemporaine), érudition (culture

musicale, analyse, histoire des langages musicaux, composition et informatique

musicale, écriture), formation musicale, musique de chambre, voix (chant et chant

choral) et jazz.

Des représentations publiques organisées

en de nombreux lieux

Le Conservatoire poursuit sa politique de rayonnement sur

le territoire de l’agglomération et des concerts sont organisés

dans un grand nombre de communes, ce qui permet

d’amener la musique au plus près des lieux de vie des

habitants. Ainsi, les professeurs et élèves du conservatoire

se sont produits à Lavérune, Prades le Lez, Jacou, Montferriersur-Lez,

et dans de nouvelles communes comme Saint-Drézéry,

Saint Geniès des Mourgues ou Murviel les Montpellier.

Chaque manifestation représente une occasion pour ces

communes de proposer une activité culturelle de grande

qualité, que ce soit dans les musées, les médiathèques, les

salles polyvalentes ou encore les carrières ou les églises.

Type de manifestations organisées en 2010

31 %

15 %

1 % 3 %

3 %

Ou comment accéder à la pratique instrumentale

dès le plus jeune âge ...

47 %

Auditions

Conférences

Classes de maître

Concerts

Spectacle de danse

Autres

Plus de 19 000 spectateurs sont venus assister aux 206 manifestations organisées par le Conservatoire :

98 auditions, 63 concerts, 31 classes de maîtres et 14 autres manifestations comme des conférences ou des spectacles de

danse.

Un nouveau Département Jazz au conservatoire

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’établissement

du Conservatoire, l’enseignement du Jazz est passé, à la

rentrée 2010, du stade de l’initiation à la mise en place d’un

cursus complet. Organisée en Département regroupant à la

fois les enseignements théoriques, la pratique collective et

les spécificités instrumentales, cette nouvelle discipline

donnera lieu, en fin de cursus, à la délivrance de diplômes

identiques à ceux déjà attribués dans les autres parcours

musicaux (CEM et DEM).

Lors du dernier Festival de Radio France et Montpellier

Languedoc-Roussillon, deux lauréats du Conservatoire de

Montpellier Agglomération ont été à l’affiche.

David-Huy N’Guyen Phung, un jeune musicien qui a obtenu

son DEM au Conservatoire en 2009 et poursuit actuellement

ses études au Conservatoire de

Paris, a donné un récital de piano

au Corum le 23 juillet 2010, dans

le cadre de la manifestation « Jeunes

solistes ».

Marianne Crebassa, qui a obtenu

son DEM de chant en 2009 puis a

intégré l’atelier lyrique de l’Opéra

National de Paris, a chanté le

rôle d’Isabella Linton dans « Les

Hauts de Hurlevent », opéra en

version concert dirigé par Alain

Altinoglu, le 14 juillet 2010 à

l’Opéra Berlioz.

Formation de jazz au conservatoire

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

123

09


L’École Supérieure des Beaux-Arts

de Montpellier Agglomération

L’année 2010 a été une année de transition car, dans le cadre de la réforme des écoles d’art, l’ ESBAMA a dû être transformée

en Etablissement Public de Coopération Culturelle (EPCC) au 1 er janvier 2011, ce qui constituait la condition préalable à ce

que le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP) puisse avoir l’équivalence du grade de Master en 2012,

dans le cadre du processus d’harmonisation européenne de l’enseignement supérieur. L’évaluation du DNSEP par l’Agence

d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES) s’en est suivie, et elle a permis de valider cette

équivalence.

Par ailleurs, l’étude d’un rapprochement pédagogique de l’ESBAMA et de l’Ecole Supérieure d’Art de Nîmes (ESBAN) a été

réalisée, puis formalisée par la production d’un livret d’étudiant commun.

En 2010, 194 étudiants étaient

inscrits dans le cursus d’enseignement

supérieur, l’enseignement étant dispensé

par 20 enseignants permanents et

10 intervenants en studios de création.

Les taux de réussite aux diplômes

sont restés excellents, puisqu’ils

sont respectivement de 100 % au

Diplôme National D’Art Plastique

(Bac+3) et de 100 % au Diplôme

National Supérieur d’Expression

Plastique (Bac+5).

Cours d’arts plastiques à l’Ecole des Beaux-Arts de Montpellier Agglomération

124


Une politique d’exposition diversifiée

6 expositions ont été réalisées en 2010, dans différents lieux :

Au sein de l’Ecole des Beaux-Arts elle-même :

• Alain Bublex, « Au mépris du danger », du 29 janvier au 19 février 2010.

Cette exposition s’est focalisée sur un élément caractéristique du lieu d'exposition : la vitrine. Alain Bublex a

pris le parti de décloisonner radicalement la manière dont l'art peut être proposé aux publics en choisissant

de créer un double espace « galerie/espace public ». Cette exposition a été le moyen de construire une

extension de l'espace de l’école d'art en créant un contact direct avec les passants au travers du lieu de

monstration.

• Exposition « Clin d’œil » de 13 étudiants de fin de cycle dans leurs ateliers, du 25 au 29 janvier 2010, afin de

montrer une partie de leur travail, sous forme d’un bilan artistique et pédagogique donnant un aperçu de la

jeune création en arts plastiques.

• Exposition dans le cadre de la manifestation « Casanova for ever », en partenariat avec le FRAC L.R, du 25

juin au 24 septembre 2010. L’exposition présentée à l’ESBAMA a constitué l’un des huit lieux du département

pour déployer le propos de cette manifestation de grande ampleur, organisée à l’échelle de la région

Languedoc-Roussillon.

• Accueil du festival « Sonorités », du 5 au 15 octobre 2010, qui alliait des installations à des performances

menées dans le cadre d'un questionnement du texte au son, en jouant sur les rythmes propres à chacun des

objets conviés.

En divers autres lieux :

• « HIC la forme des idées », du 19 novembre 2010 au 16 janvier 2011, à la villa Arson à Nice, qui a exposé le

résultat de la recherche menée deux ans durant par un collectif appelé La Forme des Idées, sur le thème « Des

localisations ». Ce collectif a rassemblé des étudiants, anciens étudiants, et professeurs de la Villa Arson, de

l'École nationale des beaux-arts de Lyon et de l'École supérieure des Beaux-Arts de Montpellier (2 enseignants

et 5 étudiants), ainsi que des personnalités extérieures associées au projet.

• « Alerte météo », du 7 novembre 2010 au 30 janvier 2011, au musée Régional d’Art Contemporain de Sérignan,

durant laquelle des œuvres de 4 jeunes diplômés de l’ESBAMA (DNSEP 2010) ont été exposées aux côtés de

celles d’étudiants diplômés des écoles d’art de la région.

Un programme pédagogique varié

Au delà des cours, de nombreuses conférences et workshops sont organisés par l’école.

Les artistes suivants sont intervenus dans le cadre de workshops :

• Jeanne Susplugas, sur les modules d’architecture

(du 12 au 14 janvier),

• Agnès Geoffray, sur la photographie (25 et 26

janvier),

• Emmanuelle Castellan, sur la peinture (5 et 12

mars et 2 avril),

• Jean René Lorand, sur les fondamentaux de la

prise de vue (du 10 au 12 mars),

• Marie Alberto Jeanjacques, sur les installations

pluridisciplinaires (du 22 au 25 mai),

• Abdelkader Benchamma, sur le dessin et la

peinture (du 6 au 8 avril),

• Chourouk Hriech et Ymane Fakhir, sur le dessin (du

4 au 7 mai),

• Vincent Olinet et Guillaume Poulain, sur le thème :

« Comment réalise-t-on une œuvre d'art »

(10 mai),

• Bruno Samper, sur le thème « Autour du jeu vidéo »

(salon MIG, au Corum, le 20 juin).

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

125

09


Un cycle de conférences a également été organisé et a réuni de nombreux intervenants :

• Alain Bublex : Autour de son œuvre et des concepts de « contre-espace », de « double fonctionnalité » et de

« prototype », le 28 janvier.

• Glassbox : Discussion autour de l'exposition « Ce qui suit dévoile des moments clés de l'intrigue », le 30 avril.

• Emmanuel Fadat : Actualité de l'art, le 12 février, le 19 mars et le 2 avril.

• Juan Luis Gastaldi : Traitement mathématique de l'espace, le 4 mars.

Les étudiants de l’ESBAMA ont également participé au 1 er salon du jeu vidéo, le Montpellier in Game (MIG) au

Corum, du 19 au 20 juin 2010, afin de présenter leur travail de création vidéo, ainsi qu’à la soirée « Flare #14 »,

organisée le13 décembre 2010 au cinéma Diagonal de Montpellier.

Atelier d’art vidéo à l’Ecole des Beaux-Arts

Des étudiants lauréats de différents concours

Alzbeta Siruckova, étudiant de 5 ème année, a été primé au concours lancé par la Mission Grand Cœur de la Ville de

Montpellier et a vu son œuvre exposée à la station de tramway du Corum.

Une sculpture de Mehdi Melhaoui, également en 5 ème année, a été sélectionnée dans un concours organisé par la

Maïf.

Enfin, le prix du Festival International de New York (publicité, radio, cinéma) a été attribué à Renaud Seveau dans

la catégorie : « œuvres sonores radiophoniques ».

126


Le musée Fabre

Avec deux expositions majeures organisées en 2010, l’une consacrée à Jean Raoux et l’autre à Alexandre Cabanel, de

nombreuses interventions d’art contemporain dans les salles modernes, et la réouverture de l’Hôtel de Cabrières-Sabatier

d’Espeyran, l’année 2010 a été particulièrement riche au musée Fabre.

Les expositions-événements organisées par le musée

Jean Raoux (1677-1734), virtuose et sensuel

28 novembre - 11 avril 2010

Virtuose, sensuel, élégant, Raoux fut une figure importante de l’évolution du goût au

18 e siècle. Le musée Fabre a permis de découvrir ce peintre montpelliérain, très estimé en

son temps, contemporain d’Antoine Watteau, et qui fut un des acteurs du renouvellement

de la peinture française sous la Régence.

Un parcours Raoux organisé parallélement dans les collections permanentes, mettait à

l’honneur les riches collections de peinture française au XVIII e siècle du musée.

40 710 visiteurs se sont pressés au musée Fabre pour découvrir cette exposition.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

127

09


Alexandre Cabanel (1823-1889) - La tradition du Beau

10 juillet 2010 - 2 janvier 2011

L’exposition Alexandre Cabanel - La tradition du Beau, a été l’aboutissement de plusieurs

années de recherches au musée Fabre, qui conserve le plus grand fonds de l’artiste, avec

36 de ses peintures et 120 de ses dessins. L’exposition était la première rétrospective

jamais consacrée au peintre montpelliérain Alexandre Cabanel (1823-1889), l’un des

peintres les plus influents de son temps. Le parcours muséographique était axé autour de

plus de 250 œuvres, provenant des grandes collections publiques internationales, mais

aussi de collections privées permettant de redécouvrir des œuvres inédites.

Cette exposition a été saluée comme

un événement scientifique

majeur, couronné par le Label

d’Intérêt national 2010 décerné par le

Ministère de la Culture et de la

Communication. Le catalogue,

première monographie consacrée à

l’artiste, avec des contributions d’un

collège scientifique international,

édité chez Somogy, est épuisé.

Après avoir été prolongée au musée

Fabre du 5 décembre 2010 au 2 janvier

2011, l’exposition a été présentée au

Wallraf-Richartz-Museum de Cologne

(Allemagne) du 4 février au 15 mai

2011.

L’exposition-événement Cabanel, un grand succès public

62 079 visiteurs ont été recensés

lors de l’étape montpelliéraine.

Les expositions au fil des collections permanentes

Parallèlement aux grandes expositions qu’il présente, le musée Fabre développe depuis plusieurs années des projets visant

à mettre à l’honneur les collections du musée Fabre et à présenter au public les dernières recherches scientifiques.

Ces expositions, présentées au sein des collections permanentes, sont accessibles librement avec le billet d’entrée du musée.

Jean-Antoine Houdon (1741 - 1828)

La sculpture sensible

16 mars - 27 juin 2010 (prolongation 12 septembre)

Salles Houdon

Sollicité par le Liebieghaus de Francfort, le musée Fabre a accueilli cette exposition conçue

et réalisée avec le soutien du musée du Louvre. Le parcours s’articulait autour de deux

chefs-d’œuvre des collections du musée, L’Hiver dit La Frileuse et l’Eté de Jean-Antoine

Houdon, l’un des plus grands sculpteurs européens de la fin du XVIII e siècle. Près d’une

cinquantaine d’œuvres, peintures, gravures et sculptures, ont entouré ces deux marbres

pour en éclairer l’iconographie.

L’exposition a réuni 46 363 visiteurs.

128


Une riche saison d’art contemporain

Depuis 2009, le musée Fabre anime une saison d’art contemporain, en proposant dans le parcours des salles modernes

des accrochages d’une quarantaine d’œuvres d’artistes ayant noué des liens particuliers avec le musée ou la région.

Stéphane Bordarier,

du 16 janvier au 28 mars 2010

Le travail pictural de Stéphane Bordarier, par ses recherches sur la

qualité de couleur et de surface, lui confère une position singulière sur

la scène artistique française. Après l’avoir montré au sein de

l’exposition inaugurale La couleur toujours recommencée, Hommage

à Jean Fournier, marchand d’art, le musée Fabre a montré son travail

le plus récent. Le peintre poursuit la réalisation de polyptyques en se

donnant la contrainte de n’utiliser que trois tons : bleu outremer clair,

rouge et violet de mars. Etrange étirement de la couleur, franchissant

dans l’horizontalité les limites du tableau… À cette présentation se

mêlent quelques peintures plus anciennes et dessins sur toiles.

Œuvres récentes de Stéphane Bordarier au musée Fabre

Pierre Soulages

Vitraux pour Conques,

du 13 février au 2 mai 2010

En écho à la rétrospective organisée au

Centre Pompidou, le musée Fabre a célébré

les 90 ans de Pierre Soulages, figure

emblématique de l’abstraction française, dont

le musée possède le plus beau fonds mondial

grâce à la généreuse donation de vingt toiles,

augmentée du dépôt de douze œuvres,

effectuée en 2005 par l’artiste. En marge de

cet accrochage permanent, la cour Germaine

Richier a accueilli une sélection de cartons pour les vitraux de l’église abbatiale

de Conques, récemment légués à la communauté d’agglomération du Grand

Rodez. L’accrochage mettait en lumière, par une sélection de dessins et de

photographies, les recherches approfondies de l’artiste pour ce projet.

L’Hôtel de

Cabrières-Sabatier

d’Espeyran rénové

Pierre Soulages, le plus grand peintre vivant

L’année 2010 a été marquée par la réouverture de

l’Hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran, 3 ans

tout juste après l’inauguration du musée Fabre

agrandi et restructuré. Nouveau département des

arts décoratifs du musée Fabre, cet hôtel particulier,

légué au musée par Renée de Cabrières-Sabatier

d’Espeyran, a été intégralement restauré et intégré L’hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran, département des arts décoratifs du musée Fabre

dans l’univers architectural du musée. Six années

de restauration des collections et deux années de travaux de réhabilitation ont été nécessaires pour redonner à cette

demeure particulière son faste et son éclat. Grâce aux grands décors conservés et restaurés, le visiteur peut à présent

découvrir les objets d’art et le mobilier remarquable dans leur contexte. C’est à un véritable voyage au cœur des sociétés

bourgeoises et aristocratiques des XVIII e et XIX e siècles que ce lieu magique convie ses visiteurs. Plus de 30 000 personnes

se sont pressées en 2010 pour (re)découvrir ces nouveaux espaces.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

129

09


Une volonté permanente

de toucher de nouveaux publics

Des cycles de visites pour voir ou revoir les œuvres

connues ou méconnues du fonds permanent du musée ont

été organisés, en écho aux expositions temporaires :

« Grands thèmes de la peinture », « Arrêt sur une œuvre »,

« Réservé au abonnés » « Toute une histoire »…Pour les

expositions temporaires, deux à trois visites sont proposées

quotidiennement, tous les jours d’ouverture au public.

En matière de public familial, des visites famille : « Le

musée Fabre, un jeu d’enfant », ont été organisées les

mercredis après-midi et des séances « Amusée-vous en

famille… », ont été programmées les dimanches autour des

expositions temporaires ou des collections permanentes.

Environ 100 participants, tous âges confondus, ont été

recensés à chacune de ces journées, qui associent visites,

jeux et ateliers.

Durant l’année 2010, la fréquentation du public scolaire

a été importante. Près de 30 000 visiteurs scolaires

ont été accueillis dans les collections permanentes et plus

de 12 800 visiteurs scolaires ont découvert les expositions

temporaires organisées par le musée Fabre. En outre, des

animations pédagogiques, organisées en partenariat avec

l’Education Nationale, ont permis de recevoir 1 050

enseignants afin de leur faire découvrir les ressources du

musée.

Parmi les projets en faveur des publics en situation de

handicap, le partenariat fructueux avec le CESDA, l’école

Sigmund Freud et le Collège Gérard Philippe s’est concrétisé

par la réalisation d’un documentaire vidéo, par et pour les

enfants sourds, baptisé « Une journée au musée Fabre ».

La plaquette « Le musée Fabre sans exception, guide pour

les visiteurs en situation de handicap », support de

communication détaillant l’ensemble de l’offre muséale pour

tous les handicaps a également été éditée en 2010.

Enfin, le partenariat avec le Service Pénitentiaire d’Insertion

et de Probation de l’Hérault permettant à des groupes de

détenus du centre pénitentiaire de Villeneuve-lès-

Maguelone de venir régulièrement au musée s’est poursuivi.

Dans le cadre du réseau FRAME et du rapprochement avec

un projet similaire mené par le Clark Institut de

Williamstown (Etats-Unis), un financement exceptionnel a

été attribué par la Fondation Annenberg pour permettre au

musée de finaliser une restitution vidéo. D’autres projets se

poursuivent avec des partenaires tels que les APF, l’Institut

de Promotion Sociale, IPEICC, le Secours Populaire Français,

Alisé 34 et le CHU de Montpellier.

Une série d’animations menées en partenariat

130

Avec l’École du Louvre

Un cycle thématique établi en lien avec l’exposition Raoux

et l’ouverture de l’hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran,

Petite histoire des arts décoratifs au XVIII e siècle, a réuni

240 participants à chacune des 5 séances.

Un cours général d'histoire de l'art en préparation à la

rétrospective Cabanel (été 2010) et portant sur L’art des XIX e

et XX e siècles a accueilli 400 personnes, lors de 13 séances.

Avec les universités de Montpellier, le musée des

moulages, le site archéologique Lattara-musée

Henri Prades

Les trois conférences Art’chéo, les mercredis de l’antiquité :

Plaisirs des sens, ivresse des art organisées d’octobre à

décembre ont réuni 120 participants chacune.

Avec l’Orchestre National de Montpellier-LR et le

Théâtre des treize vents-CDN

Trois concerts mouvement ont été organisés : le 4 mai

(L’amour…) ; le 11 juin (Pierre Soulages) et le 7 décembre

(Jean Raoux).

Avec l’Orchestre National de Montpellier

Deux concerts en lien avec les expositions temporaires

Alfons Mucha (juillet, festival de Radio France) et Jean

Raoux (novembre : Hervé Niquet et le Concert spirituel) ont

été proposés au public.

Avec le Conservatoire à Rayonnement Régional

de Montpellier Agglomération

Un concert a été donné par les élèves du Conservatoire au

château des Evêques de Lavérune, en lien avec l’exposition

Jean Raoux, le 13 décembre.

Avec l’Office du Tourisme de Montpellier

Des visites thématiques en lien avec l’exposition Jean Raoux

ont été organisées dans la ville, avec deux parcours inédits :

« Demeures aux champs » et « Jean Raoux et Montpellier ».

De nombreux Tour operator et Eductour ont également été

accueillis, dans la perspective d’attirer au musée des groupes

étrangers.

Avec l’Association des Amis du musée Fabre

Chaque premier dimanche du mois, l’association organise

des visites commentées, dans le cadre de la gratuité d’accès

aux collections permanentes. Enfin, pour La nuit des musées,

le samedi 16 mai, une programmation a été construite en

partenariat, avec musique, visites guidées, parcours pour les

enfants…


Une politique active d’enrichissement

des collections

34 œuvres sont venues compléter les collections du

musée Fabre en 2010, dont 10 acquisitions représentant

près de 360 000 € de dépense. Les grandes expositions,

notamment, ont permis l’entrée de plusieurs œuvres

majeures auparavant inaccessibles au public montpelliérain.

A l’occasion de l’exposition Jean Raoux, l’association des

Amis du musée Fabre a offert au musée un tableau inédit

de Raoux, Diane au bain, acheté pour l’occasion sur le

marché de l’art. Le musée du Louvre, quant à lui, a confié

au musée (pour une durée de deux ans) le superbe

Portrait de Philippe de Vendôme, auparavant en dépôt à

l’Ambassade de France à Bruxelles.

A l’occasion de l’exposition Alexandre Cabanel, le musée

national des châteaux de Versailles et de Trianon a confié

en dépôt au musée Fabre l’imposante toile réalisée pour la

chapelle de Vincennes, La Glorification de Saint Louis,

restaurée pour l’occasion.

De nombreuses publications

En 2010, cinq publications ont été réalisées, dont quatre en lien avec les expositions temporaires organisées durant l’année :

• Alexandre Cabanel - La tradition du Beau, Ed. Somogy

• Stéphane Bordarier, Ed. Actes Sud

• Pierre Soulages - Vitraux pour Conques, Ed. Actes Sud

• Jean-Antoine Houdon - La sculpture sensible, Ed. Somogy

• Hôtel de Cabrières Sabatier d’Espeyran - Guide des collections, Ed. Somogy

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

131

09


Le site archéologique Lattara

Musée Henri Prades

Le musée archéologique a enregistré 21 740 entrées en 2010 contre 16 788

entrées en 2009, soit une fréquentation en progression de 22 %.

Cette évolution constante de la fréquentation depuis le transfert de l’établissement

à Montpellier Agglomération montre la pertinence de la politique de synergie

menée avec les autres structures culturelles communautaires, et l’influence positive

du programme dynamique d’animation mis en place depuis lors.

La redynamisation du musée archéologique Lattara, initiée lors de son transfert à

Montpellier Agglomération, s’est résolument engagée en 2010 avec le recrutement

d’un nouveau conservateur, nommé à la direction de l’établissement.

Une année particulièrement riche en expositions

« Le Vin, Nectar Des Dieux, Génie Des Hommes », du 5 décembre 2009 au 27 juin 2010

De la Grèce à l’Etrurie, en passant par le monde romain et la Gaule jusqu’à Lattara, les différents modes de consommation

du « nectar des dieux » ainsi que les diverses pratiques et rituels associés ont été révélés au public grâce à un ensemble

d’objets exceptionnels issus de collections françaises et internationales. Cette exposition consacrée à l’histoire du vin dans

l’Antiquité a remporté un vif succès avec 12 082 entrées (visites de l’exposition, conférences et animations spécifiques).

« Vera d’or - Emmanuelle Etienne », du 9 juillet au 3 octobre 2010

médiéval, elle évoque le parcours d’une marche méditée à

travers l’espace et le temps, en un mouvement dialectique

de l’intérieur et de l’extérieur, du révélé et du caché.

Véra d’or, petite maison de verre, structurellement

inspirée des sarcophages antiques, a été construite sur la

base du nombre d’or. Les faces extérieures des parois,

recouvertes d’un film sans tain, reflètent l’espace et les

collections du musée alors qu’à l’intérieur apparaît le dessin

gravé d’une architecture classique, renvoi onirique aux

palais vénitiens.

L’exposition Vera d’or, d’Emmanuelle Etienne

Cette exposition a été menée en partenariat avec le Fonds

Régional d’Art Contemporain Languedoc-Roussillon, et s’est

illustrée par la création et l’installation de trois nouvelles

œuvres de l’artiste.

Installé sur le sol du jardin, devant le parvis du musée, un

labyrinthe en spirale, renvoyait à une certaine idée du

voyage, comme une quête existentielle. Sculpture

maçonnée, faisant écho au labyrinthe crétois, romain ou

Enfin les cornues, série de 6 pièces en verre soufflé

et gravé, sortes de « gonades » fantasmagoriques ornées

d’arborescences, mais aussi évocation des innombrables

expériences d’un Casanova amateur de surprises, venaient

en contrepoint analogique de la collection exceptionnelle

des verreries antiques de Lattara.

Une brochure de 24 pages a été éditée à l’occasion de cette

exposition.

Démonstration devant l’exposition « les objets racontent Lattara »

« Les objets racontent Lattara »,

d’octobre 2010 à avril 2011

L’exposition s’articulait autour d’une maquette de la ville

antique de Lattes et de diverses reconstitutions de mobilier

archéologique : nasse en osier, métier à tisser, tissus, mobilier

et vaisselle en poterie… Autre temps fort, la reconstitution

d’une habitation protohistorique en terre crue, réalisée

directement dans une des salles d’exposition. Le catalogue

de l’exposition a été édité à 2 000 exemplaires.

132


Actions de formation

et de sensibilisation des publics

L’équipe du service éducatif a animé les quatre ateliers

spécifiquement dédiés à l’exposition « Le Vin Nectar des

Dieux Génie des Hommes » tout en continuant à assurer

l’activité des neuf ateliers déjà existants autour de la

collection permanente.

En période de vacances, le service éducatif a accueilli les

enfants des centres aérés -ou à titre individuel- dans les

ateliers en lien avec l’exposition temporaire sur le vin.

Cependant, compte tenu du succès de ces animations, toutes

les demandes d’inscription n’ont pu être prises en compte.

En avril et mai, l’équipe pédagogique a mis en œuvre

l e c h a n t i e r d e re s t i t u t i o n d ’ u n h a b i t a t

protohistorique en terre crue, avec le concours

de plusieurs groupes d’élèves du Lycée professionnel

Léonard de Vinci (classes de maçonnerie et menuiserie).

Autre initiative originale, un nouveau stage de formation

a été organisé en juin, dans le cadre d’une convention

annuelle renouvelable signée entre Montpellier

Agglomération, l’École d’architecture de Montpellier et le

CNRS. Ainsi, durant une semaine, étudiants, archéologues

et spécialistes de l’architecture en terre ont expérimenté

diverses techniques de construction antique. Enfin, afin de

répondre à la sollicitation du Rectorat pour une participation

des musées à l'enseignement de l'histoire des arts en liaison

avec les enseignants de l'Education Nationale, le musée

archéologique Lattara a accueilli en avril trente cinq

étudiants de l’I.U.F.M, pour une matinée de formation.

Un musée vivant

grâce à son programme d’animations

La programmation événementielle du musée s’est densifiée

avec l’organisation de manifestations transversales,

largement fréquentées par un public très diversifié. En 2010,

on a dénombré :

• une reconstitution archéologique autour de la

fabrication et la consommation du vin, avec une

démonstration de foulage du raisin et une dégustation de

vins à l’antique dans un thermopolium, par Pax Augusta,

groupe gallo-romain de Lugdunum et Michel Bouvier,

historien du vin (400 personnes),

• un banquet-dégustation de vins et de plats inspirés

de recettes antiques dans le cadre de la Nuit des musées

(250 personnes),

• une création inédite de danse contemporaine

dans les salles du musée, en dialogue avec l’exposition, en

partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement

Régional de Montpellier Agglomération (100 personnes),

• un concert de jazz organisé en partenariat avec le

Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier

Agglomération (100 personnes),

• la 1 ere édition de la « Fête de l’Antiquité à

Lattara », avec 36 reconstituants des groupes « Pax

Augusta » et « Gaulois d’Esses » figurant, sur le site

archéologique, divers guerriers et artisans des quatre

grandes civilisations antiques de Lattara : Gaulois, Grecs,

Romains et, pour la première fois en France, des Étrusques

(1 334 personnes).

Initiation des jeunes enfants aux fouilles archéologiques

Nouvelles acquisitions du musée

Le musée possède dans ses collections vingt cinq monnaies en or du VI ème siècle après J.-C. provenant de Roujan (34).

Acheté en 1994 avec l’aide du FRAM, ce trésor était incomplet puisque trois monnaies, vendues préalablement à

un collectionneur étaient manquantes. Deux de ces trois monnaies, mises en vente le 14 juin 2010, ont pu être acquises

aux enchères par le musée à hauteur de 10 200 €.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

133

09


Le planétarium Galilée

Pour sa neuvième année de fonctionnement depuis son ouverture, en janvier 2001, le planétarium Galilée a conforté son

rôle d’élément moteur de la culture scientifique dans l’agglomération de Montpellier par la mise en œuvre d’activités variées

au profit du plus large public.

Une intense activité pédagogique

2010 a vu le planétarium Galilée conforter le niveau de

fréquentation par les groupes scolaires atteint en 2009 :

8 476 scolaires ont assisté durant l’année à une

séance pédagogique dans la salle du planétarium,

portant la fréquentation générale depuis son ouverture

en janvier 2001 à plus de 65 000 scolaires. Si la

grande majorité des scolaires (70 % des effectifs) sont

des enfants scolarisés dans les écoles primaires, des

séances pédagogiques sont aussi organisées pour des

collégiens (1 300 participants), des lycéens (1 200

participants), des étudiants et même des enseignants.

La part des scolaires des établissements situés sur le

territoire de la Communauté d’Agglomération de

Montpellier progresse à 53 %, soit une progression

de 6 % par rapport à 2009. Ce résultat conforte

le rôle pédagogique du planétarium comme outil

d’apprentissage des matières scientifiques (sciences et

vie de la Terre, physique). Ce niveau d’activités est

significatif de l’augmentation de l’intérêt porté à

l’activité pédagogique de cet établissement de

culture scientifique, malgré un contexte général de

complexification des déplacements scolaires et de

difficultés de financement de celles-ci.

Les activités proposées sont de divers ordres. Il faut

citer en premier les séances pédagogiques, qui sont

conçues en fonction des programmes de l'Éducation

Nationale. Elles peuvent néanmoins être personnalisées

selon les souhaits des enseignants afin de pouvoir

s’adapter à la pratique pédagogique de l’enseignant et

au niveau de sa classe.

Le planétarium Galilée s’est également attaché à

pérenniser une forme d’action entreprise avec succès en

2009 auprès des enseignants eux-mêmes en organisant

de nombreuses séances de formation :

• pour des professeurs stagiaires de collèges et

lycées actuellement en formation à l’IUFM,

• pour les enseignants de cycle 3 (CE2 au CM2), en

partenariat avec le chargé de mission sciences de

l’Inspection Académique de l’Hérault,

• pour les professeurs des écoles stagiaires en

formation à l’IUFM,

• pour le CRDP, Centre Régional de Documentation

Pédagogique.

134


Une convention a ainsi été conclue pour une durée de

cinq ans avec l’Inspection académique de l’Hérault

dans le but de mener des actions d’animation auprès

des établissements scolaires, de développer des outils

pédagogiques et de collaborer dans le cadre de la

formation continue des personnels de l’éducation

nationale. Dans ce cadre, deux séances spéciales ont

permis de faire découvrir les activités pédagogiques du

planétarium à 126 enseignants du primaire. Un

deuxième axe d’actions est mis en œuvre pour les

enseignants du secondaire au travers d’une convention

avec le Rectorat, qui se traduit par la mise en place d’un

service éducatif comprenant un enseignant détaché au

planétarium afin de mener des actions d’animation

auprès des établissements scolaires concernés.

Séances de planétarium pour les scolaires de l’agglomération de

Montpellier

Le planétarium rend hommage à Galilée

Le planétarium Galilée ne pouvait pas laisser s’écouler l’année 2010 sans donner un relief particulier au quatre

centième anniversaire des observations de Galilée avec sa lunette astronomique. Cette commémoration a pris

forme sous un projet global appelé « Galilée au Planétarium » rassemblant plusieurs événements successifs de

janvier à juin et permettant de retracer l’importance de Galilée comme astronome, physicien, mais aussi comme

auteur et philosophe. Les conférences données par six personnalités du monde des sciences à Montpellier, la plupart

appartenant au Groupe de Recherche en Astronomie et Astrophysique du Languedoc ont été un temps fort de

cette manifestation. Ensuite, l’adaptation théâtrale du texte de Galilée « Dialogue sur les deux grands systèmes du

monde » par la compagnie Le Groupe El a permis de montrer une dimension méconnues de Galilée, celle d’écrivain.

Un premier programme événementiel « hors les murs »

sur le territoire communautaire

La « Nuit des étoiles » à Cournonsec

Pour la neuvième année consécutive, le planétarium Galilée a organisé les 6,7et 8 août 2010 la « Nuit des étoiles »,

manifestation gratuite permettant de découvrir le ciel, tant dans le planétarium avec des séances spéciales

familiales et accessibles à tous (sur le thème « génération Hubble »), qu’à l’extérieur avec des instruments

d’observation. Une configuration nouvelle a été adoptée en 2010, avec l’organisation d’une soirée d’observation

sur un site champêtre situé aux abords de la commune de Cournonsec, et mené en partenariat avec cette dernière.

Avec plus de 1 300 personnes aux séances spéciales de planétarium et plus de 1 600 aux séances d’observation,

cette manifestation fut une réussite.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

135

09


Des spectacles pour satisfaire tous les publics

La recherche de nouveaux spectacles ludiques, hauts en couleurs, et dont le contenu

est adapté aux différentes catégories de publics, a permis de proposer trois

nouveaux spectacles en 2010.

« Galaktos », tout d’abord, est un dessin animé tous publics programmé pour les

vacances d’hiver qui entraîne le spectateur sur le vaisseau de l’espace d’Eugène

Milkman dans sa tournée de la Voie Lactée. Rassemblant près de 10 000

spectateurs, il a connu un grand succès.

Bien différent est le spectacle « Alma, la quête de nos origines

cosmiques », documentaire relatif à l’installation de plus grand site

d’observation du monde au Chili qui s’adressait à un public plus

averti.

« Kaluoka’ hina, le récif enchanté », était quant à lui un

spectacle destiné au jeune public pour les vacances de fin d ‘année,

et l’occasion de comprendre la fragilité des écosystèmes à travers un

dessin animé vivant et techniquement très réussi.

Alma, la quête de nos origines cosmiques

Kaluoka’ hina, le récif enchanté

Cette volonté permanente de proposer des activités pour tous les publics constitue le fil conducteur de la

programmation du planétarium. Par ailleurs, le planétarium Galilée est à ce jour le seul planétarium français à

proposer un spectacle complet de planétarium en langue des signes pour le public malentendant, montrant

ainsi son attachement à la vulgarisation la plus large de ses activités.

Des opérations tarifaires promotionnelles, telle celle pratiquée du 20 au 28 mars dans le cadre du

« Printemps des planétariums » (une place achetée, une place offerte) sont également menées et permettent de

faciliter encore l’accès à la culture scientifique pour tous.

Un lieu ouvert sur l’extérieur

D’autres activités sont menées, qui participent à la valorisation du planétarium Galilée, comme la diffusion dans

d’autres planétariums des programmes audiovisuels dont Montpellier Agglomération a été le financeur et le

producteur. Ainsi, les droits d’exploitation du film « La petite planète » ont été cédés et ce spectacle est à présent

diffusé dans plusieurs établissements français.

Enfin, le planétarium lui-même peut-être est loué à toute structure qui le désire pour servir de lieu de réunions ou

de rencontres (« incentives »), et cette activité a connu en 2010 un fort développement. Les recettes provenant de

ces locations participent au financement des activités de service public menées par l’établissement.

136


Les grands travaux initiés par Montpellier

Agglomération en matière d’équipements culturels

La rénovation de la cage de scène de l’Opéra Comédie

Travaux de rénovation de la cage de scène de l’opéra Comédie

Le chantier engagé en août

2 010 a p o u r o b j e t l a

restauration, la modernisation

et la sécurisation des lieux

pour un montant total de

14 M€. La reconfiguration de

l’espace scénique constitue

le point central de la

transformation, en permettant

de dégager le plus grand

plateau possible afin de

faciliter l’accès des décors et

d’améliorer les conditions de

travail des musiciens. 1,9 M€

ont permis de débuter les

premiers travaux de ce

vaste chantier en 2010.

La réouverture du bâtiment au

public est prévue pour la fin du

premier trimestre 2012.

L’ouverture de l’Agora, Cité internationale de la danse

Ce projet d’envergure consistait à réaménager

l’aile sud du bâtiment du cloître des Ursulines,

siège de Montpellier Danse et du Centre

Chorégraphique national, afin de constituer un

lieu doté de toutes les fonctionnalités et

totalement dédié à l’art chorégraphique.

L’inauguration de l’ancien couvent des

Ursulines rénové et agrandi a eu lieu en juin

2010, pour le lancement du festival. Avec

ce nouvel équipement, au cœur d’un

bâtiment classé à l’inventaire des Monuments

Historiques, Montpellier Agglomération

entend donner une place de choix à la danse

et à la création artistique. Une enveloppe de

6,5 M€ aura été nécessaire en 2010 pour

clôturer les travaux.

Le nouvel espace scénique au sein de l’Agora, Cité internationale de la danse

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

137

09


L’extension de l’aquarium Mare Nostrum

Autre événement majeur de l’année

2010, le 2 ème site touristique le plus

fréquenté de la Région Languedoc-

Roussillon s’est agrandi de 1 800 m²,

dont 800 m² accessibles au public. Pour

un coût total de 9,5 M€ (dont 6 M€

en 2010), Mare Nostrum est une

nouvelle fois à la pointe de l’innovation,

avec notamment un concept d’exposition

modulable. Inauguré en 2007, l’aquarium

Mare Nostrum compte déjà plus de

1,2 millions de visiteurs venus

s’émerveiller devant plus de 300 espèces

et 30 000 animaux marins.

L’extension de l’aquarium Mare Nostrum

a été inaugurée en février 2011.

Le musée de l’histoire de France en Algérie

Le musée de l’histoire de France en Algérie éveillera par

l’intermédiaire de l’art ses visiteurs sur une période

historique et un contexte sociétal qui éclaire un pan

d’identité de notre territoire. Il s’est agi en 2010 de

continuer la constitution des collections dont

l’inventaire répertorie aujourd’hui près de 1 000

pièces (tableaux, dessins, affiches, photographies,

manuscrits, journaux, costumes, objets ethnographiques,

jouets, images filmiques…) Tous ces objets permettent

une présentation de l’histoire de France en Algérie sur

l’ensemble de la période et dans toutes ses acceptions,

la diversité des fonds constitué touchant à toutes les

disciplines artistiques et culturelles.

Ces collections patrimoniales sont assorties d’un fonds

bibliographique riche de 3 000 ouvrages qui dotera

à terme le musée d’un centre de documentation, destiné

aussi bien aux chercheurs, aux étudiants, aux scolaires

qu’au grand public.

Par ailleurs, cette année a été consacrée à la poursuite

des travaux de terrassement et de démolition ainsi qu’à

la construction de la salle située au sous-sol destinée à

accueillir le fonds patrimonial. Ces travaux ont

représenté un montant de 4,7 M€.

Chiffres

Les subventions allouées aux différentes

structures culturelles se sont élevées à

14 216 350 € en 2010.

• Le réseau des médiathèques comptait 56 821

abonnés en 2010, et 1 955 381 documents y ont

été prêtés.

• « L’Agglo fait son cinéma » a permis à 9 000

spectateurs de profiter des séances gratuites dans

les communes de l’agglomération.

clés

• Le musée Fabre a accueilli 252 496 personnes en

2010, dont 93 047 visiteurs aux expositions

temporaires organisées.

• Le Planétarium Galilée a accueilli 8 476 scolaires

en 2010.

• Le site archéologique Lattara-musée Henri Prades a

enregistré 21 740 entrées en 2010.

• La Communauté d’Agglomération de Montpellier a

investi 6 526 097 € en 2010 pour achever l’Agora,

Cité internationale de la danse.

138


10

Solidarité


Solidarité

10

La téléalarme

Mis en place en 1980, le service

de téléalarme est un service

d’assistance d’urgence qui

permet aux personnes qui y sont

abonnées d’entrer directement

en contact avec une centrale

d’écoute située au centre

de secours des Pompiers de

Montpellier, par simple pression sur un pendentif, 24h/24 et tous les

jours de l’année. Les pompiers se mettent immédiatement en contact avec l’usager dès

qu’un signal est émis, et ils peuvent intervenir très rapidement en cas de besoin.

Avec ce dispositif, Montpellier Agglomération se montre solidaire des personnes âgées,

handicapées ou à mobilité réduite, en leur permettant de rester à leur domicile dans des

conditions de sécurité optimales.

Le service de téléalarme traduit bien la politique de solidarité mise en œuvre par la

Communauté d’Agglomération de Montpellier, car, en 2010, près d’un tiers des abonnés

le sont gratuitement.

Un service solidaire plébiscité

1 403 habitants de la Communauté d’Agglomération étaient abonnés au service de

téléalarme en 2010. 31 % des abonnés relèvent de la catégorie 1 (il en existe six, selon les

niveaux de revenus des utilisateurs), c’est à dire qu’ils bénéficient de la totale gratuité

du service.

Un agrément pour la fourniture de services à la personne a été accordé au service de

téléalarme par l’État en 2010, pour une durée de 5 ans.

140


En 2010, 248 nouvelles installations ont été réalisées,

ce qui représente une légère baisse par rapport à l’année

précédente, imputable très probablement au prolongement

de la crise économique, qui touche les personnes à revenus

moyens et peut parfois les dissuader de recourir à ce service.

Parallèlement 302 résiliations ont été comptabilisées durant

l’année, un chiffre stable par rapport à l’année précédente.

Le chiffre d'affaires réalisé en 2010 s’élève à 287 254 €, et

est donc légèrement inférieur à l’année précédente (- 5,6 %).

Pour mémoire, la téléalarme est un des services de la

Communauté d’Agglomération dont les produits couvrent

les charges directes de fonctionnement et d'investissement.

Pourcentage des abonnés par catégorie tarifaire

Cat 5 : 38 €

9 %

Cat 4 : 31 €

20 %

Cat 6 : 50 €

15 %

Cat 3 : 12 €

12 %

Cat 1 : gratuit

31 %

Cat 2 : 6 €

13 %

Forte hausse en matière d’intervention des pompiers

Le pendentif porté autour du cou par l’utilisateur déclenche

le système à distance sur simple pression d'un doigt. L'appel

des pompiers est automatique. Pour chaque abonné, les

pompiers disposent d’une liste de personnes à contacter en

priorité (voisins, proches, famille) qui, pour la plupart, sont

les premiers à intervenir. Dans un tiers des cas, les pompiers

sont amenés à intervenir eux-mêmes pour porter secours à

la personne en situation d’urgence. Une convention de

partenariat a été signée à cet effet en 2010 avec le Service

Départemental d’Incendie et de Secours de l’Hérault.

Les abonnés au service de téléalarme de Montpellier

Agglomération ont passé 5 664 appels en 2010.

La moyenne mensuelle des appels se situe ainsi à 472,

ce qui correspond à un abonné sur trois environ procédant

à un appel. Le nombre total d’interventions des pompiers,

928 en 2010, augmente quant à lui de 36 % par rapport

à 2009.

On peut considérer que, tous les ans, près de 400 personnes

ont la vie sauve grâce à cette prestation proposée par

Montpellier Agglomération.

Un nouveau boîtier,

compatible avec toutes les installations téléphoniques

Depuis la fin 2010, le service de téléalarme de Montpellier Agglomération dispose d’un nouveau boîtier. Grâce à celui-ci,

les personnes équipées d’une « box », permettant de recevoir numériquement la télévision, le téléphone et Internet,

peuvent désormais bénéficier de la téléalarme.

Grâce à l’intégration d’un modem GSM et d’une carte SIM, telles que celles que l’on peut trouver dans les téléphones portables,

le nouveau boîtier est autonome et fonctionne avec une ligne de ce type dégroupée, donc sans abonnement à France

Télécom. Les usagers de la téléalarme possédant une ligne dégroupée chez eux peuvent ainsi faire l’économie

d’un abonnement téléphonique, et gagnent en sécurité avec un dispositif qui n’est plus dépendant d’éventuelles

coupures de ligne.

Chiffres

clés

La téléalarme

• 1 403 personnes sont abonnées à la téléalarme.

• Les abonnés ont passé 5 664 appels en 2010.

• Les pompiers sont intervenus à 928 reprises

au domicile des personnes équipées (+ 36 %).

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

141

10


Les services funéraires

Après les travaux très importants de rénovation du complexe funéraire menés les années

précédentes, l’année 2010 a été une année de consolidation pour les services funéraires

de Montpellier Agglomération. Des opérations d’embellissement et d’amélioration du confort

des usagers ont cependant été menées, notamment au sein de la salle de cérémonie.

La certification N.F Services Funéraires obtenue et délivrée en 2007 par AFNOR Certifications

a été renouvelée pour l’année 2010, l’audit de consolidation triennal n’ayant consigné aucun

écart de non-conformité en matière de suivi de qualité du service.

De façon plus générale, la Fédération Nationale des Services Funéraire à laquelle adhérait

la Communauté d’Agglomération de Montpellier a été dissoute en janvier 2010. Face

aux enjeux majeurs existant en matière funéraire, il est apparu essentiel aux dirigeants

des deux fédérations funéraires publiques (Fédération Nationale des Services Funéraires

Publics et Union des Professionnels du Pôle Funéraire Publics) de s’unir au sein d’une seule et

même structure fédérale, afin de constituer un pôle funéraire public puissant, rassemblé et

actif. Cette nouvelle fédération publique dénommée Union du Pôle Funéraire

Public rassemble 450 communes et constitue désormais l’interlocuteur unique et

représentatif de l’ensemble des services funéraires publics, quelle que soit leur

forme juridique, auprès des pouvoirs publics.

Les services du complexe funéraire

de Grammont

Une démarche d’accompagnement personnalisé

Les services funéraires de Montpellier Agglomération apportent aux familles un

accompagnement personnalisé et complet. Les prestations vont de l'organisation complète de la

cérémonie, à l'accompagnement pendant et après les obsèques, en passant par la prise en charge des démarches

administratives. Un guide des différentes formalités après décès est également remis à la famille.

Les différents équipements du complexe funéraire (chambre funéraire, salons de recueillement, salle de cérémonie

et crématorium) sont mis à disposition des personnes en deuil. Les services funéraires assurent le transport de corps

avant et après la mise en bière, en France et à l’étranger, 24 heures sur 24 et 365 jours par an. Ils proposent

également des soins de thanatopraxie (embaumement), la crémation et la dispersion personnalisée des cendres.

Des articles et des urnes funéraires, ainsi que des compositions florales sont également proposés. L'inhumation

peut être réalisée dans les 31 communes de l’agglomération.

Le complexe funéraire de Grammont

142


Les équipements du complexe funéraire

Le complexe funéraire du

Domaine de Grammont

comprend une salle omniculte

(avec boucle acoustique) d’une

capacité de 250 personnes, un

crématorium, dix salons de

présentation et de recueillement,

un salon d’honneur, un salon de

reconnaissance, un laboratoire

d’hygiène mortuaire, un salon de

remise des urnes, cinq bureaux

de réception des familles, une

salle d’exposition, deux espaces

de convivialité et deux salles de

toilettes cultuelles.

Un service public à l’écoute des besoins des familles

Une salle de cérémonie rénovée pour favoriser le recueillement

La salle de cérémonie nouvellement réaménagée

Détail d’un vitrail

Les travaux structurels et de confort menés en 2010 au sein

de la salle de cérémonie s’inscrivent pleinement dans

l’approche qualitative et évolutive que les services

funéraires de Montpellier Agglomération développent à

l’égard des usagers.

Afin d’optimiser le confort d’accueil des familles au sein du

complexe funéraire de Grammont, la rénovation intégrale

de la salle de cérémonie a été réalisée en 2010, l’ensemble

des travaux représentant un montant total de 200 000 €.

Le traitement acoustique des murs a été réalisé de façon à

ce que des conditions de sonorisation optimales soient

réunies pour l’ensemble des personnes présentes dans la

salle. Par ailleurs, un nouveau revêtement de sol dans des

tons chaleureux est venu parachever l’aménagement de

cette salle, et le dispositif général d’éclairage a également

été totalement repensé de façon à recréer une atmosphère

intimiste.

Quatre vitraux contemporains d’une surface totale de

12 m², réalisés par une artiste locale, sont également venus

orner la salle afin de personnaliser les lieux et d’y apporter

solennité et chatoiement des couleurs. Enfin, un piano

de concert d’un montant de 8 000 € a été acquis pour

permettre aux familles de rendre un hommage musical

personnalisé aux défunts.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

143

10


L’activité des services funéraires

Les données chiffrées de l’année

Les services funéraires ont traité 3 326 dossiers en 2010,

pour un coût moyen par dossier de 1320 €, soit une

évolution de 1,86 % par rapport à l’année précédente.

Le chiffre d’affaire de centre funéraire de Grammont

s’élève à 4 337 659 € en 2010, soit un chiffre d’affaire

mensuel moyen de 364 994 €.

Le budget des services funéraires de Montpellier

Agglomération, sous réserve de dernières corrections,

s’élève à 3 872 483,58 € en charges et 4 337 659,46 €

en produits de fonctionnement.

La section d’investissement montre 419 610,85 € de

dépenses et présente des recettes à hauteur de

387 641,17 €.

La crémation, une pratique majoritaire

Sur 3 326 dossiers d’obsèques traités en 2010,

1 966 (soit 60 % de l’effectif total) concernent des

cérémonies de crémation. Ce dernier chiffre est

cependant en baisse de 5,34 % par rapport à 2009.

Cette différence avec l’année précédente est due

notamment à la reprise d’activité des crématoriums

extérieurs à l’agglomération, qui étaient arrêtés en

2009 pour cause de maintenance ou de sinistre.

En 2010, la part d’activité des services funéraires

de Grammont sur la zone de compétence de

l’agglomération de Montpellier s’établit à 48,14 %,

cette valeur étant conjoncturellement conforme.

La prévoyance funéraire,

une démarche qui prend de l’ampleur

A la fin de l’année 2010, on comptait 1 346 assurés

au service de prévoyance, qui permet aux personnes

d’organiser à leur convenance leurs obsèques, et de

soulager ainsi leurs proches des soucis matériels

inhérents.

131 nouveaux contrats ont été souscrits auprès des

services funéraires de Montpellier Agglomération en

2010.

L’évolution du portefeuille de prévoyance est de l’ordre

de + 3,8 %, la valeur moyenne de souscription s’élevant

à 2 898 €.

Chiffres

clés

Les services funéraires

• 3 326 dossiers ont été traités en 2010 par les services funéraires,

dont 1 966 crémations.

• 131 contrats obsèques ont été souscrits en 2009.

• Le chiffre d’affaires des services funéraires totalise 4 337 659 € en 2009.

144


11

Démocratie

de proximité


11

Démocratie

de proximité

Les Maisons de l’Agglomération

Forte de son réseau de 11 Maisons de l’Agglomération, réparties de façon équilibrée sur son territoire,

Montpellier Agglomération poursuit son rapprochement avec les citoyens, afin de mieux leur faire

connaître la diversité de son champ d’action. Lieux de proximité ouverts 6 jours sur 7, ces véritables

antennes de la Communauté d’Agglomération de Montpellier facilitent la vie quotidienne des

habitants, qui y trouvent services pratiques et informations variées.

Au delà de leur mission institutionnelle, les maisons de l’Agglomération constituent aussi des lieux

d’animation ouverts à tous, où l’on peut voir des expositions, écouter des concerts, participer à

des conférences ou déguster des produits du terroir…

En 2010, les habitants ont fréquenté assidument les Maisons de l’Agglomération, d’une part

pour s’y procurer la carte Pass’Agglo qui permet d’accéder à des tarifs préférentiels dans de

nombreux équipements publics et privés et, d’autre part, pour y acheter des tickets de

transports TaM, s’y procurer un composteur individuel de déchets verts ou des sacs facilitant

le tri des différents déchets, se renseigner sur les agendas des spectacles, les adresses et

horaires des Points Propreté, des piscines, des médiathèques…

Exposition de peinture (œuvres de Michèle Gibert) à la Maison de l’Agglomération Centre

La carte Pass’Agglo, sésame indispensable

Lancé en mars 2005, le Pass’Agglo est une carte gratuite qui permet aux habitants de

l’agglomération de Montpellier de bénéficier de tarifs réduits sur les entrées dans les équipements

culturels et sportifs de Montpellier Agglomération, mais également dans certains établissements

du secteur privé avec lesquels des démarches de partenariat sont régulièrement menées. En 2010,

un nouvel établissement, Le petit Paradis de Vendargues, qui comprend un mini-golf, un parc animalier et un jardin

potager accessibles au public jeune… et moins jeune, est venu s’ajouter à la liste des sites dans lesquels les

détenteurs de la carte Pass’Agglo ont accès à des tarifs préférentiels.

Le Pass’Agglo facilite également la vie quotidienne, en permettant l’accès aux 20 Points Propreté répartis sur le

territoire, mais aussi en offrant aux personnes en recherche d’emploi ou à celles qui désirent créer une entreprise

la possibilité de bénéficier des services de la Cyberbase de Montpellier Agglomération.

146


En 2010, 16 832 nouvelles cartes Pass’Agglo ont été établies, que ce soit au sein des Maisons de

l’Agglomération elles-mêmes ou lors de manifestations extérieures, ce qui porte à 214 000 le nombre de

détenteurs total de ce précieux sésame, et constitue un succès sans précédent au niveau national !

L’Actu du Pass’Agglo, une publication mensuelle lancée en octobre 2008 pour informer les détenteurs de cartes

des nouveaux partenariats mis en place et des manifestations pour lesquelles ils bénéficient de tarifs attractifs, a

été diffusé à 17 000 exemplaires sous sa version papier en 2010. Par ailleurs, un grand nombre d’usagers ont

choisi de s’abonner à la newsletter de l’Actu du Pass’Agglo. Internet prend ainsi progressivement le relais des

documents imprimés, ce qui va dans le sens du développement durable.

Les Maisons de l’Agglomération

à la rencontre des habitants du territoire

Les Maisons de l’Agglomération sont présentes lors de nombreuses manifestations extérieures, afin d’informer les

habitants de l’agglomération sur leurs activités et services, mais également de leur proposer d’établir sur place leur

carte Pass’Agglo, s’ils n’en sont pas déjà dotés.

Deux nouvelles manifestations, la

fête des associations de Vendargues

et l’Open de Tennis Sud de France, qui

s’est déroulé pour la première fois à

l’Arena au mois d’octobre, sont venues

s’ajouter aux sept évènements auxquels

se sont associées les Maisons de

l’Agglomération en 2009. Pour mémoire,

il s’agissait de : la Comédie du Livre, le

Tournoi International de Tennis Féminin,

la Foire aux associations de Pignan,

l’Antigone des Associations, l’Accueil des

nouveaux Montpelliérains, la Foire

Internationale et la Foire aux associations

de Pérols.

Le stand de l’Agglomération à La Comédie du Livre, une opportunité pour réaliser sa carte

Pass’Agglo

La participation aux fêtes des associations organisées dans les communes rencontre un vif succès, car elle permet

de rentrer en contact avec des personnes parfois nouvelles sur le territoire, et qui ne connaissent pas nécessairement

l’existence des Maisons de l’Agglomération. Ce type de collaborations est donc amené à se développer encore dans

les années à venir.

Des lieux de proximité facilitant la vie pratique

Gros succès pour la vente de titres de transports TaM

La vente de cartes d’abonnement TaM et

celle de tickets de tram, de bus ou de

V é l o M a g g ’ c o n s t i t u e u n s e r v i c e

particulièrement apprécié par les

habitants des communes extérieures à

Montpellier, qui évitent ainsi de se

déplacer vers la ville centre. Depuis leur

mise en place en 2008, ces ventes ont fait

l’objet d’une augmentation constante, et

elles ont encore progressé de 8 % en

2010. Le montant de la recette associée à

cette commercialisation de titres TaM

s’élève à 1 311 079 €.

La vente de titres de transport TaM,

une activité importante des Maisons de l’Agglomération

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

147

11


Des services diversifiés en matière d’environnement

Les Maisons de l’Agglomération, équipements de proximité, jouent un rôle essentiel de relais auprès des habitants

en matière d’éducation à l’environnement. Ils peuvent en effet y trouver des réponses aux questions qu’ils se posent

sur le tri des déchets, mais aussi s’y procurer gratuitement différentes sortes de sacs (jaunes, orange, noirs et

biodégradables) qui rendent ce geste citoyen plus facile.

468 000 sacs ont ainsi été distribués en 2010, c’est à dire près du double de l’année précédente, ce qui tend à

prouver que l’environnement préoccupe un nombre croissant de citoyens, et qu’ils sont prêts à faire des efforts au

quotidien.

Cette année, 1 288 composteurs ont également été distribués aux particuliers, un chiffre stable malgré la mise

en place de l’unité Amétyst, le compostage des déchets verts à domicile restant une très bonne solution

d’élimination d’une partie des ordures ménagères à la source, génératrice d’économies pour la collectivité et pour

les citoyens.

Enfin, la gestion des appels téléphoniques liés à la collecte des encombrants a connu une progression importante,

avec 14 390 rendez-vous pris en 2010 avec les habitants des communes (hors Montpellier) qui souhaitent se

débarrasser d’un objet encombrant. Leur adresse est notée par un agent de l’Agglomération et une date de collecte

leur est précisée, ce qui évite les dépôts intempestifs sur les trottoirs… et contribue à rendre les rues des communes

plus agréables !

Le sport, un pôle d’attraction important

L’offre sportive constitue également un des points forts des

Maisons de l’Agglomération.

En 2009, 3 513 places pour des matchs de football ont été

vendues au prix de 4€ sur présentation de la carte Pass’Agglo,

un chiffre en progression de 13,75% par rapport à 2009,

les bons résultats du Montpellier Hérault Sport Club et son

passage en Ligue 1 expliquant cet engouement du public.

768 invitations gratuites pour certaines rencontres

sportives (hand, rugby, volley, tennis…) ont également été

distribuées aux détenteurs de la carte Pass’Agglo, soit une

progression de 6,7% par rapport à 2009. Parmi les nouvelles

offres de spectacles sportifs, on peut citer le match de rugby

France-Argentine (300 places proposées) et la possibilité

d’assister à un match de tennis de l’Open Sud de France à

l’Arena en octobre (200 places offertes).

L’offre de places gratuites pour des manifestations sportives

rencontre un vrai succès

Un programme éclectique d’animations gratuites

Contes en occitan pour les enfants à la Maison de l’Agglomération des Beaux-arts

Progressivement, les Maisons de l’Agglomération

sont devenues des lieux d’animation, et des

manifestations gratuites et variées y sont

programmées régulièrement, au rythme d’une

animation par Maison de l’Agglomération et

par trimestre.

Avec des lectures, des dégustations de produits

du terroir (vin, miel, produits locaux…),

des expositions de peinture, de sculpture ou

de photos… on peut dire que l’offre y est

particulièrement éclectique. En tout,

36 animations ont ainsi été organisées sur

l’ensemble du réseau en 2010, chacune étant

fréquentée par 85 personnes en moyenne.

148


Dans le but de diversifier encore ce programme, trois nouveaux cycles d’animation ont été lancés en 2010.

Il s’agit d’une part d’un cycle lié à la culture occitane, avec l’organisation d’un rendez-vous mensuel permettant

aux habitants de l’agglomération de renouer avec leurs racines, et aux nouveaux arrivants de s’imprégner de

l’histoire locale. Les manifestations organisées sur ce thème ont concerné l’ensemble des publics : les enfants avec

des lectures de contes, les adultes avec des conférences et des spectacles, et enfin le grand public avec des danses

et musiques folkloriques. Cinq Maisons de l’Agglomération ont été associées à ce cycle, qui a rassemblé près de 200

personnes.

Un cycle lié au sport et s’appuyant sur des

rencontres avec les sportifs de haut niveau des

clubs d’élite soutenus par Montpellier

Agglomération a également été lancé.

Différentes équipes évoluant dans les

championnats nationaux ont été accueillies dans

les Maisons de l’Agglomération pour des

rencontres-dédicaces avec leur public. Entre

octobre et décembre, cinq équipes ont ainsi été à

l’honneur à la Maison de l’Agglomération Centre,

et dans celles de Castelnau-le-Lez, de Pignan, de

Lattes et de Castries. Il s’agit du Montpellier

Volley-ball, du MHSC (football), du BLMA (équipe

féminine de basket), du MHR (rugby) et de

l’équipe de tambourin de Cournonsec. Ces

différentes rencontres ont permis à 350

personnes d’approcher de plus près leurs héros.

Les joueurs du MHSC dédicacent leur photo d’équipe

en Maison de l’Agglomération Centre

Conférence sur l’exposition Cabanel donnée par

Sylvain Amic, Conservateur du musée Fabre,

à la Maison de l’Agglomération Centre

Enfin, un cycle de rencontres culturelles a été créé avec le musée

Fabre, dans le but de promouvoir ce haut-lieu des Beaux-arts,

notamment auprès des publics réticents à pousser spontanément la

porte d’un musée, et qui bénéficient ainsi d’une médiation bienvenue.

Ces rencontres ont été initiées à l’occasion de l’organisation de

l’exposition d’été consacrée à Alexandre Cabanel, et elles ont pris la

forme de cinq conférences tenues par un Conservateur ou un guide du

musée, et portant sur l’analyse de l’œuvre du peintre dans le contexte

de l’Académisme du XIX e siècle, ses rapports avec les artistes majeurs

de son époque, la description des grandes sections de l’exposition…

Chaque rencontre s’est conclue par un échange avec le public, et les

personnes intéressées ont pu s’inscrire à des visites guidées, proposées

au tarif Pass’Agglo. Ce cycle s’est déroulé dans les établissements de

Montpellier Centre, de Pignan, de Prades le Lez, de Castries et de Villeneuve-lès-Maguelone, entre le 7 et le 22 juillet

2010. Il a rassemblé 110 personnes, parmi lesquelles 40 ont prolongé leur découverte par une visite du musée.

Ce cycle de conférences dédiées aux Beaux-arts sera renouvelé chaque année, lors des grandes expositions estivales

du musée Fabre.

Chiffres

clés

• 16 832 nouvelles cartes Pass’Agglo

ont été établies en 2010, ce qui porte à

214 000 le nombre d’habitants de

l’agglomération de Montpellier qui en

sont dotés.

• Avec une augmentation de 8%, le montant de la

recette associée aux ventes de titres de transport

TaM s’élève à 1 311 079 €.

• 468 000 sacs (jaunes, orange, noirs et

biodégradables) et 1 288 composteurs ont été

distribués en 2010.

• 3 513 places à 4 € pour des matchs de foot ont été

vendues en 2010, et 738 invitations gratuites

pour des rencontres sportives ont été données.

• 36 animations ayant réuni un total de 3060

personnes ont été organisées dans le réseau en 2010.

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

149

11


2010

Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

Rapport

d’Activités

www.montpellier-agglo.com

Direction de la Communication - Montpellier Agglomération - septembre 2011

Crédit photos : Montpellier Agglomération

Conception et réalisation : SensInédit 04 67 54 07 07

Impression : Imprimerie Maraval

Ce document a été imprimé sur papier PEFC, blanchi sans chlore issu de forêts gérées durablement - CBA / 10-01203


Communauté

d’Agglomération

de Montpellier

Rapport

d’Activités

www.montpellier-agglo.com

2010

Montpellier Agglomération - 50 place Zeus - CS 39556 - 34 961 Montpellier Cedex 2

Station Tramway : Léon Blum - www.montpellier-agglo.com

More magazines by this user
Similar magazines