Patrick SICHÈRE - sofmmoo

sofmmoo.com

Patrick SICHÈRE - sofmmoo

MECANISMES de la

FIBROMYALGIE

Où en est-on en 2011

P. SICHERE/CEDR/SOFMMOO


CONFLIT D’INTERETS


LES FAITS


Syndrome

rhumatismal =

état douloureux,

musculaire

évoluant de façon

chronique associé

à une fatigue, un

dérouillage

matinale, des

troubles du

sommeil.






AUTRES

DOULEURS…

Céphalées,

migraines,

céphalées de

tension 50%

Troubles digestifs

fonctionnels 30%

Etc…

= comorbidité


LES CARACTERISTIQUES


Début du 20 ème

siècle

Critères Yunus (1985)

Critère ACR (1990)


Critère de l’APS

(2005)

Critères ACR (2010)

Fréquence : 2,2%

pop. (HAS 2010)

Femmes : sup. à 90%


IDIOPATHIC PAIN DISORDERS

« symptômes douloureux

idiopathiques »

SADAM

SYNDROME FIBROMYALGIQUE

SYNDROME DU COLON IRRITABLE

CEPHALEES CHRONIQUES

CYSTITES INTERSTITIELLES

DOULEURS PELVIENNES CHRONIQUES

ACOUPHENES CHRONIQUES

SYNDROME POST COUP DE FOUET

CERVICAL

VULVODYNIE (Diatchenko I et al. Pain

2006) ou dysfunctionnal pain


INTERACTION SYSTEME

NERVEUX ET IMMUNITAIRE

CELLULES GLIALES = 70% des

cellules du Système Nerveux Central

Régulation de l’activité des neurones

Interviennent dans la communication

neuronale et sa modulation

L’activité des cellules gliales amplifie

la douleur (Calvino, 2009)

Relation entre système immunitaire

et le cerveau (Kabat-Zinn, 2004)


MEMOIRE DE LA DOULEUR

« le système nerveux nociceptif peut

être modifié par l’expérience vécue

d’agressions ou de lésions

nociceptives stimulant la réactivité

des systèmes impliqués de façon

durable et peut-être définitive»

(Alibeu, Douleurs, 2009)


FIBROMYALGIE :CONCEPT DE

DYSFONCTIONNEMENT DU SNC






Allodynie thermo-algique

(Desmeules

2003, Baglund 2002)

Douleur ressentie comme plus intense,

s’accroît plus vite (Staub, 2003)

Douleur dure plus longtemps (Staub,

2003)

Activité cérébrale (des centres) plus

importante (Cook, 2004)

Diminution des contrôles inhibiteurs

descendants (Julien, 2005- Goffaux, 2009)


AUTRES FAITS

- Peau : modification des structures

nerveuses (nocicepteurs : NMDA)

- Anomalies musculaires (hypoxie,

diminution de la microcirculation capillaire,

taux élevés d’IL 8)

-Théorie neurochimique : activation des

récepteurs NMDA, diminution de la

sérotonine sérique et plaquettaire,

augmentation de la substance P, oxyde

citrique et ses précurseurs etc.

-génétique (mutation du gène MEFV)


TROUBLES DU SOMMEIL


60 à 80% mauvais

sommeil


Insomnie

d’endormissement


Trouble de

maintien du

sommeil


Réveil précoce

= « sommeil non

réparateur »


ANALYSE DU SOMMEIL





Augmentation de la

veille intrasommeil

Réduction des stades

3 et 4

Réduction des fuseaux

du sommeil

(Carlander, 2009)

Moldofsky : induction

de douleurs

chroniques en

perturbant le sommeil


POURQUOI LES FEMMES



Déficit du système

d’adaptation

motrice des parties

du corps endolories

Faible capacité à

recruter les

mécanismes

inhibiteurs

(SFETD, 2006)




Sommation

temporelle de la

douleur et

hyperexcitabilité

douloureuse

Risque de

chronicité plus

importante

Seuil de la douleur

plus bas et

tolérance moindre


PARCE QUE : FACTEURS

NEURO-HORMONAUX

Dysfonctionnent de

l’axe hypothalamo-

hypophysaire/

Stress : cortisone

Oestrogènes :

activation de circuits

neuronaux, favorisent

la mémorisation de la

douleur donc le risque

de chronicité



Favorisent

l’inflammation

immunomodulateurs


Rôle de l’aromatase

qui jouerait un rôle

antinociceptif


Source d’oestrogènes

dans les voies

nociceptives centrales

(+neurostéroïdes)


Freinage des CIDN

= oestrogènes : rôle anti

et pronociceptif

progestérone

(SFETD, 2006),

(Paul-Savoie, 2009)


SOMA OU PSYCHE

Anxiété: 48%

Dépression : 30%

(DSM4) 50% acdts


Stratégie d’adaptation

# (coping)


Rupture adaptative

(Brocq, 2007)

Fracture existentielle :

50% % (Mejjad, 2002)


Algosociologie (Giniès)


Ergomanie

Somatisation ( 3

définitions !)


ANALYSE PSYCHOLOGIQUE


CONFLIT INTRA-

PSYCHIQUE ENTRE UN

DESIR ET UN INTERDIT

(Lenglet, SFETD, 2009)


ALEXITHYMIE : difficulté à

identifier ses émotions, à

les décrire, tendance à se

focaliser sur les

événements extérieurs

implique une moindre

tolérance à la douleur

(Huber, 2009)


« DANS LA TÊTE » Oui, mais

Au repos :


REDUCTION DES FLUX

SANGUINS DU THALAMUS

ET NOYAU CAUDAL

Activation lors de

la stimulation

musculo-

tendineuse du

cortex somato-

sensoriel

(Giesecke et al. Arthritis

Rheumat. 2003)


CONCLUSION (1)






PLURIFACTORIEL

PLUSIEURS

TRAITEMENTS

MULTIDISCIPLINAR

ITE

ADAPTATION

PARTENARIAT


CONCLUSION (2)


Expérience

sensorielle et

émotionnelle

désagréable liée à

une lésion

existante ou

potentielle ou

décrite comme

telle. (IASP, 1986)


« PORTES-TOI TOI BIEN ! »

More magazines by this user
Similar magazines