Février 12 - BECI

beci.be

Février 12 - BECI

Février 2012 • n° 02

Magazine de Beci

Brussels Enterprises Commerce & Industry

Immobilier :

Quel Bruxelles demain

Tram Experience

découvrez Bruxelles

avec un chef étoilé

2012,


citroen.be

LES PROFESSIONNELS

N’ONT PAS LE TEMPS D’ATTENDRE.

Les offres (1) et (2) sont sous conditions, valables en février 2012 et réservées aux professionnels.

Plus d’informations sur citroen.be ou dans votre point de vente citroën participant.

Citroën, la plus large gamme

d’utilitaires disponibles immédiatement.

Déjà un CITROËN NEMO Fourgon 1.4i BVM euro5 One à

7.360€ HTVA (1) prime de recyclage de 700€ HTVA déduite. (2)

Déjà un CITROËN JUMPER 30 L1H1 2.2 HDi 110 BVM6 euro5 à

15.520€ HTVA (1) prime de recyclage de 900€ HTVA déduite. (2)


edito

© Reporters

Jean-Claude Daoust,

président de BECI

Time for revolution in conflict resolution!

BECI est fière et honorée de vous présenter bMediation.

bMediation appelle à une révolution dans la gestion des conflits

en Belgique. Cet institut est le fruit d’une initiative de BECI,

du Vlaamse Organisatie voor Bemiddeling en Arbitrage (VOBA), de

l’ordre francophone et néerlandophone des avocats du barreau de

Bruxelles et de l’Institut des Juristes d’Entreprise.

1

Pourquoi la gestion des conflits en Belgique Trop peu d’entreprises

ont le réflexe de contacter un médiateur pour résoudre un conflit

avec un de leurs partenaires commerciaux et c’est une erreur grave

de gestion. Une analyse coûts-bénéfices préalable à l’initiation d’une

procédure en justice mènerait 90% des conflits à la médiation, a

souligné Theo De Beir, Président de bMediation lors du lancement

du projet (à lire aux pages 10 et suivantes).

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Une étude commanditée par la Commission Européenne évalue à

525 jours le temps nécessaire pour obtenir une décision de justice

en Belgique pour un conflit d’environ 200.000 alors que ce même

conflit est résolu en moins de 45 jours par la médiation. Cette même

étude mentionne que le coût de la résolution de ce conflit par la

médiation est de 2 à 3 fois moins cher que par les tribunaux.

De plus, une procédure judiciaire sonne en général le glas de la relation

commerciale, alors que la médiation permet souvent de la préserver.

Elle rend aux parties la maîtrise totale de leur conflit. De plus,

durant la médiation, les vrais intérêts apparaissent. Les conditions

sont donc réunies pour que les parties puissent chercher ensemble

une solution mutuellement satisfaisante.

Avec le lancement de bMediation, la révolution de la médiation est en

marche. Et c’est précisément là, la force de BECI : lancer de nouvelles

idées pour changer les mentalités.


sommaire FÉVRIER 12

BRUSSELS, ENTERPRISES,

COMMERCE & INDUSTRY

1 Edito

4 Enjeux :

Brusselicious 2012« Booster » l’attractivité de

Bruxelles grâce à la gastronomie !

10 Enjeux : bMediation,

Time for revolution in conflict resolution!

14 Enjeux : ICT Private Job Day de MIND

16 Enjeux : Les mesures sociales de Di Rupo

18 Enjeux : La Fondation I see :

« Mon chien, ma liberté »

20 Espace membres

57 Bloc-notes

60 Demandes d’admission

L’ENTREPRISE AU QUOTIDIEN

30 Assurances :

Maîtrisez-vous votre risque débiteur

Entreprendre est le mensuel de Beci

(Chambre de Commerce & Union

des Entreprises de Bruxelles)

Editeur responsable

Olivier Willocx ow@beci.be

Avenue Louise 500 • 1050 Bruxelles

t +32 2 648 50 02 • f +32 2 640 93 28

www.beci.be

Rédaction

Responsable : Roel Veyt rv@beci.be

Collaborateurs : Frédéric Wauters • Wouter

Devriese • Sophie Cousin • Hélène Legrand •

Yamina El Atlassi

Production & Abonnements

Design : Megalunatriumviraat

Graphisme – Impression : DB Print

Traduction : Wouter Devriese, Litteris & Data

Translations International

Photo de couverture : Reporters

Tous droits réservés – Reproductions interdites sans autorisation

écrite de l’éditeur

Abonnements

Prix : 80 pour 10 numéros

Infos : rv@beci.be • t +32 2 563 68 53

32 Cycle Douane et Accices

Nouveau code de douanes : moins de vol en

entrepôt

33 Starter du Mois : Freddy Hallon, ‘À la maison’

34 Boîte à outils : Obligation renouvelée de

déclarer les revenus mobiliers

35 Bizzbox

DOSSIER IMMOBILIER

37 Les voitures du futur dans les villes du futur

Surfaces de bureaux : le marché bruxellois se

rétablit lentement

40 Facility Management :

comment rendre vos bureaux plus « green »

PUBLICITÉ

Entreprendre/Dynamiek est lu chaque mois

par plus de 21.000 décideurs.

Tirage moyen par numéro : 13.130 ex.

Infos et réservations :

Geneviève N. Juste • T 02 537 60 31

F 02 534 86 22 • genevieve.n@skynet.be

Véronique Legein •T 02 763 18 19

F 02 772 54 22 • vl@beci.be

NOS PROCHAINS DOSSIERS

Mars 2012

• Le futur développement urbain

Avril 2012

• Banques, assurances et services financières

Partenaires structurels de Beci

42 Les grands projets urbains qui vont changer

Bruxelles

50 Gestion d’immeubles inoccupés : un espace

temporaire pour l’entreprise

54 Les aéroports belges :

pour quand une stratégie cohérente

10-32-2225

PRINTED

ON

TCF PAPER


© merak sa

la meilleure alternative

www.merak.eu


enjeux

BRUSSELICIOUS 2012

« Booster » l’attractivité de Bruxelles

grâce à la gastronomie !

Qu’on se le dise, 2012 sera l’année de la gastronomie à Bruxelles ! Derrière l’impressionnante liste de

manifestations, un objectif de long terme : renforcer et consolider l’attractivité de la capitale à l’étranger.

4

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Installés face au Parc de Bruxelles,

en plein coeur de la capitale, les 90

collaborateurs de Visit Brussels,

l’ancien Office du Tourisme, ne manqueront

pas d’ouvrage cette année.

En effet, 2012 a été désignée « année

gourmande ».

Sous le sigle « Brusselicious », elle verra

éclore une série de manifestations,

d’événements culturels ou ludiques

centrés sur la gastronomie.

« Brusselicious sera la troisième année

thématique organisée à Bruxelles,

puisque nous avions déjà eu une année

de la bande dessinée en 2009 et

une année de la mode et du design en

2006 », détaille Patrick Bontinck, CEO

de Visit Brussels.

« À chaque édition, notre objectif

est identique : renforcer la notoriété

de Bruxelles à l’étranger, et drainer

vers la capitale un flux toujours plus

important de touristes et d’hommes

d’affaires. »

Le tourisme et l’horeca, premier

employeur de la Région

En tant qu’organisme chargé de la promotion

du tourisme privé et d’affaires

dans la région Bruxelloise, rien de plus

normal.

Mais le thème retenu pour cette troisième

édition prend une résonnance

toute particulière. Il met en effet à

l’avant-plan le secteur Horeca.

« Ce secteur est un de moteurs économiques

de la Région : avec quelque

33.000 emplois directs et 15.000 emplois

indirects, c’est le premier pourvoyeur

d’emplois de la Région », précise

notre interlocuteur.

« Plus important encore : bon nombre

de ces emplois s’adressent à une

main-d’oeuvre moins qualifiée,

très présente à Bruxelles. Le secteur

Horeca a donc la capacité de créer les

2012, l’année de la gastronomie à Bruxelles.

emplois dont les Bruxellois ont besoin,

et l’objectif de la Région est de doubler

le chiffre actuel d’ici 2020.

Brusselicious s’inscrit dans cette dynamique,

et ses effets doivent donc durer

bien au-delà de 2012. »

Penser au long terme

Cet accent sur le long terme est un élément

déterminant de la philosophie

des manifestations de Brusselicious.

« Chaque événement doit contribuer

au rayonnement de Bruxelles, et à la

© Tony Le Duc


enjeux

« L’objectif de Brusselicious est clair : renforcer la notoriété de Bruxelles à

l’étranger, et drainer vers la capitale un flux toujours plus important de touristes

et d’hommes d’affaires. »

Patrick Bontinck, CEO de Visit Brussels

Brusselicious 2012 : une

année riche en événements

La liste complète des événements organisés cette

année est disponible sur le site de Brusselicious :

www.brusselicious.be

Tram Experience :

découvrez Bruxelles avec un chef étoilé

© Reporters

5

construction de son image de “ville qui bouge” à l’étranger.

Il doit servir d’amorce pour de futurs voyages », insiste notre

interlocuteur. « En clair, ce qui nous importe, ce n’est pas

seulement la fréquentation des différentes manifestations,

mais aussi et surtout le surcroît de rayonnement que ces

manifestations apporteront à la capitale. » Par ailleurs, Brusselicous

ne sera pas uniquement centré sur la gastronomie

du terroir. « Bruxelles est une ville multiculturelle, et cette

multiculturalité est un atout : le brassage des nationalités

est tel que la ville offre une diversité inégalable d’origines

et de styles culinaires. Bruxelles n’est peut-être pas la ville

la plus étoilée du monde, mais elle est celle qui offre le plus

de variété et le meilleur rapport qualité-prix ! »

Une vaste palette d’événements

Parmi les manifestations organisées tout au long de l’année,

chacun trouvera son bonheur. « Nous avons voulu exploiter

toutes les possibilités qu’offre la ville, et nous adresser

aussi bien aux touristes qu’aux Bruxellois », explique

Patrick Bontinck. « Naturellement, il y a aura des actions

dans les restaurants et les hôtels de la capitale. Mais nous

avons aussi prévu des pique-niques, des marchés, ou encore

un parcours thématique dans les différents musées de la

capitale. Nous nous associerons aussi à différents salons

et événements récurrents, comme le Week-end de la Bière.

Nous avons même réussi à attirer cette année un événement

particulièrement prestigieux : les Bocuse d’Or (voir encadré)

! » Bref, 2012 sera gastronomique ou ne sera pas !

Frédéric Wauters

Patrick Bontinck, CEO de Visit Brussels

Une des manifestations les plus originales de

Brusselicious sera sans conteste le « Tram Experience

». Dès le mois de février, un tram de la STIB,

équipé comme un véritable restaurant à la décoration

très design, partira chaque soir de la Place

Poelaert pour une excursion gourmande à travers

la ville. Derrière les fourneaux, plusieurs chefs

étoilés se succéderont tout au long de l’année et

serviront un menu gastronomique à 34 convives

confortablement installés. L’occasion de découvrir

à la fois l’architecture de la ville et sa richesse

gastronomique. « Notre billetterie n’a pas encore

ouvert ses portes, mais le succès est déjà au rendez-vous

», se réjouit Patrick Bontinck. « Nous

avons déjà reçu plus de mille demandes de préréservation,

et plus d’un tiers de ces demandes

vient de l’étranger ! »

Renseignements et réservations :

www.brusselicious.be

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE


enjeux

Les « Bocuse d’Or » à Bruxelles

Parmi les manifestations de marque qui feront halte

à Bruxelles cette année dans le cadre de Brusselicious,

Patrick Bontinck se réjouit de compter la finale du

concours européen des Bocuse d’Or. « Lors de cet événement

prestigieux, les chefs les plus réputés de vingt

pays s’affrontent pendant deux jours pour décrocher le

trophée. Les douze meilleurs finalistes seront en outre

qualifiés pour la finale mondiale qui se tiendra l’an prochain

à Lyon. Nous sommes particulièrement ravis

d’avoir convaincu les organisateurs de choisir Bruxelles

pour ce concours, qui aura lieu les 20 et 21 mars à Brussels

Expo dans le cadre du salon Horeca Life. »

Renseignements : www.bocusedor-europe.com

6

© Tony Le Duc

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

© Tony Le Duc

© Tony Le Duc

Frites et gaufre envahissent Bruxelles

Bruxellois, préparez-vous à être surpris.

Cette année, dans le cadre de « Brusselicious

XXL », 35 statues géantes représentant des

paquets de frites, des gaufres, des choux de

Bruxelles et des verres de bière seront décorées

par des artistes inventifs et disséminées à travers

la ville (plan gratuit disponible chez Visit

Brussels).

Exposées de fin mars à fin juin, elles seront ensuite

regroupées de juin à septembre dans un

lieu encore secret.

À ne pas manquer !

© Tony Le Duc


UNE BERLINE DE LUXE PAS COMME LES AUTRES.

PORTES OUVERTES TOUS LES DIMANCHES DE JANVIER

Lancia Thema. La qualité vue d’un autre angle. L’angle de la technologie avec l’écran Uconnect Touch de 8.4’, le plus

grand de sa catégorie, le système avancé Safety Tec et la caméra de recul. L’angle de l’élégance avec l’intérieur en cuir

nappa, le tableau de bord en cuir Poltrona Frau®, le volant en cuir bi-ton et le double toit ouvrant qui occupe 70 % de la

surface du toit. L’angle de la puissance avec le moteur diesel Multijet de 239 chevaux et le moteur essence V6 3.6 litres

de 286 chevaux équipé d’une boîte de vitesses à 8 rapports. Avec Lancia Thema, c’est un nouveau langage automobile

qui voit le jour. Le même langage que vous retrouvez sur toute la nouvelle gamme Lancia.

Lancia Thema. La qualité se revêt de beauté. 564 € * /mois.

lancia.be

7,1 - 9,7 L/100 KM. 185 - 227 G CO 2

/KM. Attention, emprunter de l’argent coûte de l’argent.

*Renting financier basé sur la Lancia Thema 3.0 V6 MultiJet 190 ch avec option d’achat 16 %, durée de 60 mois. Valable uniquement à des fins professionnelles. Sous réserve

d’acceptation de votre dossier par ES Finance SA, société de leasing, Chaussée de Gand 1440 – 1082 Bruxelles. Cet exemple est basé sur les conditions tarifaires valables au

01/01/2012, prix net du véhicule : 33 834 € HTVA, remise déduite. Ces conditions peuvent fluctuer en fonction du marché. Demandez plus d’informations à votre revendeur.


encontres au sommet

24th

topontmoetingen

DEAUVILLE 2012

22 > 25 MARCH

F O R U M

What are the

New Economics

7 questions qui dérangent

1. Face aux pays émergents, l’Europe est-elle condamnée au déclin économique

Comment réagir

2. Ni les économistes, ni les politiques ne s’accordent sur une stratégie face à la

crise. Austérité, relance… qui croire

3. Jusqu’où faut-il ‘’plumer’’ les riches fiscalement pour aider les plus pauvres

4. Confrontés à la crise, peut-on organiser une concertation sociale plus

responsable et plus humaine L’Allemagne montre-t-elle la voie

5. Peut-on encore faire confiance en nos banquiers Quelle banque

pour l’avenir

6. Est-il ‘’politiquement correct’’ de demander aux chômeurs une prestation en faveur

de la collectivité N’est-il pas temps de réformer les allocations de chômage

7. Les agences de notations : trouble-fêtes ou garde-fous

Informations :

Tél. : +32 2 413 03 83 – michel.malschaert@challenger.be

Registration : www.rencontresausommet.be


Les 24 èmes Rencontres au Sommet pour qui, pour quoi

Ce forum qui en sera à sa 24 ème édition, rassemble annuellement à Deauville près de 300 personnes, essentiellement des dirigeants

d’entreprise belges, autour d’un programme de conférences et de workshop sur des sujets d’actualité. De nombreuses entreprises

y invitent clients et relations. L’ambiance conviviale est particulièrement favorable au networking.

Bienvenue à l’hôtel Royal de Deauville !

Avec la participation de :

Didier Reynders, Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et des Affaires européennes –

Yves Leterme, Secrétaire Général adjoint de l’OCDE – Luc Coene, Gouverneur de la Banque Nationale de Belgique – Guy Vanhengel,

Ministre des finances et du budget de la région Bruxelles-Capitale – Karine Becker, Managing Partner Stanton Chase International –

Marc De Vos, Directeur General Itinera Institute – Thierry Afschrift, Avocat et professeur à l’ULB – Alexander De Croo, Président du

Open VLD – Carol Sirou, Présidente de Standard & Poor’s France – Thierry Geerts, Country Director GOOGLE – Professeur Reinhard

Bettzuege, ancien Ambassadeur d’Allemagne en Belgique – Jacques Rifflet, Professeur de Politique Internationale – Philippe Snel,

Président de la chambre de commerce du Benelux à Shangai – Christian Valenduc, Conseiller général SPF Finances – Christophe

Barbier, Directeur de la rédaction de l’Express – Amid Faljaoui, DirecteurTrends/Tendances – Johan Van Overtveldt, Rédacteur en chef

de Trends – Martine Maelschalck, Rédactrice en chef l’Echo

Invite d’honneur : Peter de Caluwe, Intendant et Directeur Général du Théatre Royal de la Monnaie

Cercle de Lorraine

Club van Lotharingen


enjeux

RÈGLEMENT ALTERNATIF DES CONFLITS

2012, l’année de la médiation

La table ronde annuelle de la médiation a été l’occasion de marquer une nouvelle étape dans

la vie de l’ancien « Brussels Business Mediation Center (BBMC) ». Rebaptisée « bMediation » et

renforcée par de nouveaux membres et un partenariat structurel, l’organisation ambitionne de

faire de la médiation la méthode la plus utilisée pour la résolution des litiges commerciaux.

10

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

© Reporters

Theo De Beir, président de bMediation.

Hébergée par D’Ieteren dans

le cadre prestigieux de sa

« D’Ieteren Gallery », cave aux

trésors remplie de voitures de collection,

l’édition 2012 de la table ronde

de la médiation s’annonçait animée.

Près de 250 invités avaient pris place

pour écouter le panel d’experts animé

par Christian Laporte, journaliste à La

Libre.

À côté de lui, Francine De Tandt, présidente

du Tribunal de Commerce

de Bruxelles, Me Jean-Pierre Buyle,

bâtonnier du Barreau francophone

de Bruxelles, Jean-Marie Conter,

président de l’Institut Professionnel

des Comptables et Fiscalistes Agréés

(IPCF), Pierre Schaubroeck, président

de l’Institut des Juristes d’Entreprises

(IJE) et Senior Legal Counsel du groupe

familial Bekaert, Olivier Willocx, administrateur

délégué de BECI et, bien

entendu, Théo De Beir, président de

bMediation.

Méconnue, mal aimée

Premier constat des invités : la médiation

est encore trop peu connue dans

notre pays. Une situation que déplore

Francine De Tandt, qui multiplie les initiatives

communes avec le Barreau de

Bruxelles afin de faire connaître la médiation

aux parties qui se présentent

devant elle au Tribunal de Commerce.

« Onbekend is onbemind », lancet-elle

d’emblée. « Parce qu’elle n’est

pas connue, la médiation n’est pas

appréciée à sa juste valeur. Et c’est

d’autant plus dommage que les parties

qui acceptent le principe d’une

médiation parviennent beaucoup

plus rapidement, et à moindre coût, à

une solution satisfaisante pour tous. »

Méconnue, la médiation Beaucoup la

confondent en effet avec l’arbitrage,

alors que le processus est entièrement

différent. « L’arbitrage débouche, tout

comme la procédure judiciaire, sur un

jugement », rappelle Théo De Beir, président

de bMediation.

« Les parties confient à un tiers le

pouvoir de trancher leur différend. Le

médiateur, lui, ne tranche rien : son

rôle est d’amener les parties à exprimer

leur point de vue et leur ressenti,

et à dialoguer. En cherchant ensemble

un accord mutuellement satisfaisant,


enjeux

« Aujourd’hui, les juges peuvent proposer la médiation.

Pourquoi ne pas leur donner le pouvoir de l’imposer

Le Canada a franchi ce pas. Les statistiques sont claires : si 80 % des

médiations librement choisies débouchent sur une solution, 65 % des

médiations imposées également ! »

Theo De Beir, président de bMediation

elles se réapproprient le mécanisme

de résolution du conflit. L’issue de la

médiation est un accord, et non un

jugement ! »

Le temps est venu

Tous les participants au débat sont en

tout cas convaincus que la médiation

doit être aujourd’hui mise à l’avantplan.

Maître Buyle rappelle que la justice

vit actuellement une situation de

crise, particulièrement à Bruxelles.

« Les tribunaux sont engorgés », assène-t-il.

« Les justiciables demandent

trop à la justice, mais c’est souvent

faute d’information.

Ils n’ont que peu entendu parler des

mécanismes alternatifs de résolution

des conflits. » Le bâtonnier estime

cependant que la situation changera

à l’avenir. « Aujourd’hui, la sensibilisation

à la médiation se fait dès le stage

chez les avocats.

» Mais les avocats ne sont pas les seuls

à pouvoir exercer ce métier. Si la loi

de 2005 organise en effet la formation

et la certification des médiateurs, elle

n’impose en effet pas de détenir un

diplôme en droit.

« Il existe d’ailleurs plusieurs comptables

formés à la médiation », rappelle

le président de l’IPCF. « En tant

que premiers interlocuteurs des entrepreneurs,

et souvent les premiers au

courant des litiges, notamment en

matière de paiement, nous sommes

dans une position privilégiée pour les

orienter vers la médiation. »

Un outil puissant

Jean-Marie Conter avoue d’ailleurs

avoir un jour fait de la médiation sans

le savoir. « J’avais parmi mes clients

un couple qui avait fondé une société.

Un jour, ils m’ont annoncé qu’ils

avaient décidé de divorcer et qu’ils voulaient

liquider la société. Je les ai fait

bMediation :

plus qu’un changement de nom

Joëlle Evenepoel, Secrétaire Général de BECI, Laurence Bataille (IPAC) et Willem

Meuwissen (Meuwissen & C°).

Si le Brussels Business Mediation Center devient aujourd’hui bMediation,

c’est plus qu’un changement de nom. « D’abord parce que bMediation est

devenue une véritable plateforme qui dépasse les limites de Bruxelles »

explique Joëlle Evenepoel, Secrétaire Général de BECI. « En effet, VOBA (l’organisme

flamand de médiation, créé par le Orde van Vlaamse Balies et VOKA)

et l’IJE (l’Institut des Juristes d’Entreprise) sont des membres à part entière

de bMediation. Et nous tendons aujourd’hui la main vers la Wallonie. Notre

extension n’est toutefois par uniquement géographique. Nous souhaitons

associer les professions et organisations qui témoignent de leur intérêt pour

développer la médiation auprès de leurs membres. Ainsi nous entretenons

par exemple d’excellentes relations avec la profession comptable. »

Une campagne marketing

« Nous ne pouvons plus nous contenter de l’organisation des formations »,

poursuit Joëlle Evenepoel. « Nous devons aussi faire un effort de communication,

une véritable campagne de marketing pour promouvoir la médiation

car il faut avant tout changer les mentalités. C’est une des raisons pour

lesquelles nous voulons nous appuyer sur des partenariats stratégiques.

Le soutien d’entreprises en vue comme D’Ieteren en tant que partenaire

structurel, est important : cela permet aux entrepreneurs de voir que leurs

pairs mettent désormais la médiation à l’avant-plan. »

11

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE


enjeux

Les sept atouts de la médiation

Pour Pierre Schaubroeck, président de l’Institut des Juristes d’Entreprise, la médiation présente sept atouts majeurs

pour s’imposer :

elle est volontaire

elle mène à un accord, et non à un jugement

les parties sont impliquées directement dans le processus, et non par le truchement de leur avocat

la solution recherchée est commerciale et non juridique

la procédure est courte : les résultats sont rapides

son coût est étonnamment peu élevé

tout le monde participe à la prise de décision finale.

12

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

bMediation veut lancer une véritable campagne de marketing

pour promouvoir la médiation.

s’asseoir et j’ai lancé le dialogue. Il s’est

avéré que le partage des tâches entre

eux était trop compartimenté : l’un,

plus commercial, passait son temps

en clientèle, tandis que l’autre gérait

l’activité.

Très occupés tous les deux, ils n’avaient

plus le temps de se parler et leur entente

privée et professionnelle en

souffrait.

Pour finir, ils ont renoué le dialogue : ils

n’ont pas divorcé, la société existe toujours

et est toujours cliente chez moi.

Pour moi, c’est une démonstration de

l’intérêt de la médiation. »

Un constat partagé par Olivier Willocx,

administrateur délégué de BECI. « Une

procédure judiciaire ou un arbitrage

sonne en général le glas d’une relation

commerciale, alors que la médiation

permet souvent de la préserver ».

Théo De Beir apporte une nuance :

« la médiation ne débouche pas nécessairement

sur une réconciliation.

Mais elle permet au moins de trouver

une solution basée sur un accord

amiable. C’est aussi un processus plus

créatif: elle débouche souvent sur des

solutions auxquelles les parties n’auraient

jamais pensé devant un tribunal.

»

La médiation lève l’incertitude

Un autre bénéfice de la médiation

est qu’elle permet d’éviter l’incertitude.

« Un procès n’apporte que peu

de certitudes réelles », appuie Olivier

Willocx. « Nous connaissons tous

des situations où, persuadés par les

juristes et les avocats de la solidité du

dossier, nous avons choisi d’aller en

justice, avec comme seul résultat de

perdre l’affaire quelques années plus

tard... La médiation aurait sûrement

permis une issue plus favorable pour

La table ronde de la médiation était suivi par un walking dinner.

chacun. » Pierre Schaubroeck, président

de l’Institut des Juristes d’Entreprise,

abonde dans le même sens. « Les gestionnaires

n’aiment pas l’incertitude,

particulièrement en temps de crise »,

rappelle-t-il.

« Or, un procès introduit précisément

un élément d’incertitude qui peut persister

durant des années. La médiation

permet aux entreprises en litige de se

retrouver ensemble pour résoudre le

problème qui les oppose et éliminer

l’incertitude le plus rapidement possible.

C’est un atout formidable en

matière de gestion, et je pense que le

moment est propice pour mettre cet

atout en avant. »

Médiation vs procès

En matière de supériorité de la médiation, les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Une récente étude commanditée par la Commission européenne a évalué à

525 jours le temps nécessaire pour obtenir une décision de justice en Belgique

pour un conflit d’environ 200.000, alors que ce même conflit peut être

résolu en moins de 45 jours par la médiation. La même étude mentionne

que le coût de la médiation est en outre de 2 à 3 fois moins élevé que celui

d’un procès.


enjeux

La table ronde de mediation était

hébergée par D’Ieteren dans le cadre

prestigieux de sa « D’Ieteren Gallery », cave

aux trésors remplie de voitures de collection.

juristes, comptables, entrepreneurs -

n’est qu’une première étape.

D’autres initiatives devront également

prendre le relais. Pour Jean-Pierre

Buyle, la Belgique, et en particulier

Bruxelles, peut aujourd’hui jouer un

rôle de précurseur en la matière, et devenir,

qui sait, « la capitale européenne

ou mondiale du règlement alternatif

des conflits. »

« L’appétit vient en mangeant »

Mais de la conviction à l’utilisation

active, il y a hélas souvent un fossé.

« Le problème est que la perception

actuelle est que si quelqu’un propose

une médiation, c’est qu’il a peur de

perdre un procès », déplore Olivier

Willocx. « Difficile, dans ces circonstances,

de promouvoir la démarche. Je

pense qu’il faut adopter aujourd’hui

des stratégies plus proactives, comme

inclure une clause de médiation dans

ses conditions générales. » Théo De

Beir plaide pour sa part pour une évolution

législative. « Aujourd’hui, les

juges peuvent proposer la médiation.

Pourquoi ne pas leur donner le pouvoir

de l’imposer Le Canada a franchi ce

pas. Les statistiques sont claires : si

80 % des médiations librement choisies

débouchent sur une solution, 65 %

des médiations imposées également !

Clairement, l’appétit vient en mangeant

», constate-t-il avant d’enchaîner.

« Nous avons la chance d’avoir

une ministre de la justice qui n’est

pas juriste : une solution “out of the

box” risque moins de la rebuter. Nous

devons saisir cette occasion. »

Se tourner vers l’avenir

Pour imposer la médiation comme

premier outil de gestion des conflits, le

chemin reste encore long. Mais les participants

s’accordent tous sur un point

: c’est la multiplication d’initiatives

convergentes qui fera réussir cette (r)

évolution. Communiquer au sein des

professions concernées - avocats, juges,

Frédéric Wauters

Près de 250 invités avaient pris place pour écouter le panel d’experts de bMediation.

bMediation, créé en 1998 sous le nom de BBMC, est le fruit d’une initiative de BECI,

de l’Ordre français et de l’Ordre néerlandais des avocats du barreau de Bruxelles, de

la Vlaamse Organisatie voor Bemiddeling en Arbitrage (VOBA) et de l’Institut des

Juristes d’Entreprise (IJE).

La table ronde de la médiation a été organisée grâce au soutien de Brico, De Meuter,

le bureau d’architecture Lowette, Abatan 2020 et G4S et l’aimable accueil de D’Ieteren.

13

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE


Ressources Humaines

TÉLÉMARKETING ET GESTION DES DONNÉES

MIND, un tremplin vers une carrière

passionnante

Convaincre des jeunes professionnels de l’informatique d’entamer une carrière prometteuse

dans le monde du télémarketing et de la gestion de données Voilà l’objectif de MIND, une

joint-venture d’IPG Group et de Computer Profile Benelux, comme nous le révèlent Katleen

Antonissen (Computer Profile) et Jeroen Vermeire (IPG Group). « Nous voulons mieux encadrer nos

collaborateurs et leur offrir les plus belles perspectives d’évolution sur ce marché passionnant. »

14

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

MIND est l’acronyme de Master

IN Development. La première

phase du projet se concentre

sur 15 jeunes qui viennent de décrocher

un diplôme de secondaire supérieur, de

bachelier ou de maîtrise. « MIND leur offre

une opportunité unique de développer

leur leadership et leurs compétences dans

un environnement de Contact Center. Ils

bénéficieront pendant 18 mois d’une formation

pratique à diverses fonctions au

sein des deux entreprises : IPG Group et

Computer Profile. MIND leur permettra

de s’essayer à diverses fonctions dans le

monde du télémarketing et de la gestion

de données, en tant que collaborateurs

helpdesk, conseillers ou détenteurs d’une

fonction plutôt commerciale. Les jeunes

qui quittent l’école se voient attribuer un

contrat et une rémunération correcte, qui

sera adaptée au cours de leur période de

formation : ils seront au service de MIND.

Nous prenons à leur égard l’engagement

de principe de les recruter, au terme de

cette période de 18 mois ; ils auront ainsi

la faculté de débuter dans une première

fonction de management d’équipe ou

équivalente », annoncent Katleen Antonissen

(Managing Partner Computer Profile)

et Jeroen Vermeire (Vice President

Human Ressources IPG Group).

Surpêche

MIND a été mis en place en raison des

besoins importants sur le marché. « Pareille

formation n’est pas disponible dans

le système scolaire classique. Du coup, les

profils que nous recherchons sont rares

et les entreprises actives sur ce marché

pêchent toutes dans le même petit vivier.

Il y a une réelle pénurie de bons éléments

dans ce secteur. »

Épater le client

L’enseignement en Belgique serait-il

dès lors inadapté « Il est difficile de

répondre à cette question. Le soin porté

à la clientèle est tout à fait crucial dans

notre secteur. Cette affinité ne reçoit pas

toujours l’attention qu’elle mérite, dans

l’enseignement classique. Pourtant, ce

que l’on appelle le customer care constitue

souvent la vie même d’une entreprise

commerciale. Convaincre de nouveaux

clients, c’est bien, mais les garder, c’est

nettement plus difficile ! Le soin à la

clientèle est tout à fait vital et influence

dans une grande mesure la notoriété de

l’entreprise, sa politique de marque et la

perception qu’en a le marché. L’entreprise

ne peut pas s’offrir le luxe d’émettre des

signaux négatifs. Nous voulons absolument

épater le client. Lorsque celui-ci

raccroche le téléphone, il doit avoir le

sentiment d’avoir été aidé à la perfection,

au-delà de ses attentes. »

Leadership et assertivité

MIND soumettra de 60 à 80 candidats

à une sélection approfondie et engagera

les 15 jeunes les plus prometteurs,

dans un souci d’éviter tout échec lors du

parcours. Katleen Antonissen et Jeroen

Vermeire sont formels : « Les meilleurs

candidats sont ceux qui se passionnent

pour le customer care. Ce sont eux qui présentent

le plus de chances de réussite et

qui s’intégreront le mieux dans la culture

de l’entreprise. Le diplôme officialise une

formation de base générale, mais ce n’est

que par la suite que le vrai travail débute.

MIND forme les jeunes professionnels

aux techniques de leadership, à l’assertivité,

aux compétences en communication,

aux techniques de Call Center et de

MIND veut permettre aux jeunes de

voir plus loin que le diplôme qu’ils

viennent de décrocher.

ressources humaines, aux méthodes de

cross- et up-sell et aux systèmes d’évaluation.

MIND veut être un tremplin vers une

carrière passionnante et permettre aux

jeunes de voir plus loin que le diplôme

qu’ils viennent de décrocher. »

Roel Veyt

Plus d’informations sur : www.leadership-in-mind.be MIND est une joint-venture de :


l’Entreprise de l’Année 2011

Finaliste


Ressources Humaines

BECI HR LUNCH

Les mesures sociales de Di Rupo

Tous les trimestres, le BECI HR Lunch est l’occasion pour les praticiens des ressources humaines

de passer en revue l’actualité en matière de droit social. Avec un gros chapitre consacré aux

mesures prises ou prévues par le gouvernement Di Rupo, le menu de ce vendredi 27 janvier était

particulièrement chargé.

16

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Sans aucun doute, le BECI HR

Lunch est devenu une tradition

fermement établie au public

fidèle. L’assistance était particulièrement

nombreuse pour la première

édition de 2012.

Le thème central choisi par Olivier Rijckaert,

associé au bureau d’avocats Field

Fisher Waterhouse et juge suppléant

au Tribunal du travail de Namur, préoccupe

manifestement les professionnels.

À juste titre

Mauvaises nouvelles

Non seulement les nouvelles sont

mauvaises, mais de nombreuses incertitudes

subsistent encore aujourd’hui,

confirme l’expert.

« De nombreuses mesures sociales

contenues dans la déclaration gouvernementale

n’ont pas encore été traduites

en loi. Et même pour celles qui

le sont déjà, rien n’est encore vraiment

certain.

Il suffit de regarder les ajustements de

dernière minute opérés par le gouvernement

en ce qui concerne l’imposition de

l’avantage de toute nature que constitue

la voiture de société ! »

De manière générale, l’expert s’attend à

un travail législatif étalé dans le temps.

« La plupart des mesures envisagées en

droit social sont loin d’être indolores. Je

ne serais donc pas étonné que le gouvernement

ait décidé de “saucissonner”

le travail législatif pour ne pas risquer

de déclencher une opposition trop vive.

Les mesures viendront au comptegouttes,

tout au long de 2012 », note-t-il.

« Quoi qu’il en soit, il me semble important

de passer l’ensemble de la déclaration

gouvernementale en revue avant

de s’intéresser aux dispositions déjà

votées. Cela permettra à chacun de se

© Christian de Portzamparc

Olivier Rijckaert, associé au bureau d’avocats Field Fisher Waterhouse et juge

suppléant au Tribunal du travail de Namur.

faire une idée de ce qui nous attend au

cours des prochains mois. »

Délais de préavis : du provisoire

en attendant 2013

Avant de se pencher sur les mesures Di

Rupo, Olivier Rijckaert revient brièvement

sur les nouvelles dispositions en

matière de délai de préavis, entrées en

vigueur le 1er janvier de cette année. »

La Cour constitutionnelle a demandé au

gouvernement de revoir sa copie d’ici

juillet 2013, car la mouture actuelle de

la loi ne met pas fin, à son sens, à la discrimination

entre employés et ouvriers.

La nouvelle loi, qui ne concerne que

les nouveaux contrats, ne s’appliquera

donc que brièvement. L’essentiel à en

retenir est que les nouveaux contrats

d’employés seront soumis, après la

période d’essai, à un préavis de 3 mois,

ou 91 jours. En cas de démission, le préavis

sera de 45 jours, y compris pour les

employés « supérieurs », c’est-à-dire

ceux qui gagnent plus de 62 934 EUR

bruts par an. »

Plusieurs bouleversements importants

Olivier Rijckaert épingle plusieurs

mesures déjà prises ou planifiées par

le gouvernement :

Une législation nettement plus stricte

en matière de prépension conventionnelle,

rebaptisée « chômage avec complément

de l’entreprise » : relèvement

progressif des conditions d’âge et de

carrière, durcissement notable pour les

exceptions (métiers lourds, restructurations…),

et contrôle des « chômeurs


Ressources Humaines

avec complément » pour s’assurer qu’ils

recherchent activement un emploi.

L’obligation pour l’employeur de respecter

la « pyramide des âges » de l’entreprise

lors de licenciements collectifs

Une révision prévue – et très attendue -

de la loi de 1971 sur le travail, qui devrait

espère-t-on, déboucher sur un assouplissement

de la flexibilité du travail

(horaires, heures supplémentaires…)

Une intensification de la lutte contre la

fraude sociale. « Rien n’est encore voté,

mais je trouve préoccupante l’intention,

dans la lutte contre les faux indépendants,

de sortir de critères purement

juridiques pour évaluer l’existence d’un

lien de subordination et d’inclure des

critères économiques, comme, peut-être,

l’existence d’un honoraire fixe ou le

remboursement de frais. Nous verrons

ce que le gouvernement nous réserve »,

s’inquiète Maître Rijckaert.

La refonte en profondeur du régime du

crédit-temps, accompagné de conditions

plus strictes et dorénavant limité à un

an, sauf situations particulières.

La voiture de société dans le collimateur

Difficile de ne pas revenir sur la taxation

de l’avantage de toute nature que constitue

la mise à disposition d’un véhicule

de société. Avec toutefois un bémol :

« Pressentant des possibilités de fraude,

le gouvernement a précisé sa position

en ce qui concerne la détermination

de la “valeur catalogue” de la voiture,

dorénavant sujette à un coefficient de

dépréciation. Mais à ce jour, la loi-programme

2012 n’a encore été publiée. » Il

faudra donc attendre avant d’être définitivement

fixés sur le sujet.

Frédéric Wauters

Le BECI HR Lunch est devenu une tradition fermement établie au public fidèle.

PLUSIEURS ARRÊTS ÉDIFIANTS

Comme de coutume, Olivier Rijckaert a également analysé quelques

arrêts inédits et récents.

Licenciements « Facebook »

La jurisprudence en la matière commence à émerger. Selon Olivier Rijckaert,

certains jugements vont trop loin en considérant d’emblée comme publics

tous les propos tenus sur Facebook. « Les paramètres de confidentialité de

Facebook peuvent être difficiles à maîtriser, et il faut donc nuancer : il n’est

pas toujours certain que le travailleur ait entendu rendre tous ses propos

accessibles à tous. À l’heure actuelle, il faut donc chercher à savoir quelles

ont été les intentions de la personne incriminée : a-t-elle voulu rendre ses

critiques sur l’employeur publiques, et ces critiques dépassent-elles les limites

du droit à la liberté d’expression »

Port du voile et neutralité

L’avocat revient aussi sur un arrêt de décembre 2011 qui fera date en matière

de port du voile sur le lieu de travail. L’affaire concerne une employée d’une

société de gardiennage, licenciée pour avoir refusé d’ôter son voile. « La décision

a été prise sur base d’un règlement de travail bien rédigé, qui interdisait le

port de tout signe religieux, convictionnel ou politique », commente Olivier

Rijckaert. « Le tribunal a estimé que ce règlement n’est pas discriminant

puisqu’il vise toutes les manifestations extérieures, et non celles d’une religion

en particulier. C’est le premier arrêt en Belgique qui affirme clairement

qu’imposer la neutralité sur le lieu de travail est légitime. À suivre… »

17

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Prochain rendez-vous : vendredi 23 mars

Si vous souhaitez assister au prochain BECI HR Lunch, n’hésitez pas à contacter

le Training Team BECI (trainings@beci.be - 02-643 78 19) pour vous inscrire.


enjeux

LA FONDATION I SEE PROCURE DES CHIENS-GUIDES AUX AVEUGLES

‘Mon chien, ma liberté !’

Nous avons trop tendance à réduire les moins valides à leur handicap. « Totalement injustifié ! »,

s’insurge Frédéric Storme de la Fondation I see. « Un handicap n’est qu’une difficulté avec laquelle

il faut apprendre à vivre, mais qui ne peut jamais occulter la personne et son histoire, souvent

ponctuée de réussites ! »

18

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Frédéric Storme est malvoyant. Il

sait de quoi il parle. « Je veux, par

le biais de la Fondation I see, aider

des gens à surmonter leurs limites.

Il faut transmettre un message positif,

c’est important. » D’où l’attention toute

particulière portée au look et à l’allure.

La tenue vestimentaire, l’attitude et

la présentation facilitent l’intégration

dans le groupe. Cela s’applique

à tout le monde, donc aussi aux malvoyants.

« La meilleure façon d’aider

les aveugles et les malvoyants », nous

dit Frédéric Storme, « c’est de leur restituer

leur mobilité et leur indépendance.

Voilà pourquoi nous dressons

des chiens-guides. Un tel chien représente

un gros investissement. La formation

dure deux ans et coûte 18.000

euros, dont une petite partie seulement

est subventionnée. Et puis, les

chiens ne peuvent guider leur maître

que durant sept ans ; après, ils sont trop

La Fondation I see a pour objectif d’offrir gratuitement des chiens dressés aux aveugles

et malvoyants.

“La meilleure façon d’aider les aveugles et les malvoyants,

c’est de leur restituer leur mobilité et leur

indépendance.”

Frédéric Storme, Fondation I See

âgés. » Les besoins sont importants : il

y a dans notre pays 150 personnes qui

doivent se débrouiller sans ce précieux

compagnon. Et les temps d’attente se

Pascal De Groote : « Les écrans tactiles ne sont pas vraiment

conçus pour les malvoyants. »

Pascal De Groote,

Web support manager chez BNP Paribas Fortis

situent entre un an et demi et deux ans.

La Fondation I See a pour objectif d’offrir

gratuitement tous les chiens dressés,

mais cela ne se fera pas sans aide.

À bon entendeur... rendez-vous sur

www.fondationisee.be !».

Wouter Devriese


enjeux

PASCAL DE GROOTE, WEB SUPPORT MANAGER BNP PARIBAS FORTIS

MES PASSE-TEMPS FAVORIS: LA LECTURE ET LE VÉLO !

Cet homme de 47 ans, père d’une fille, fait tous les jours la navette entre Zottegem et

Bruxelles, où il travaille comme web support manager pour BNP Paribas Fortis. Comme

la plupart des navetteurs, Pascal n’est jamais seul dans le train. Surtout qu’il est inséparable

de son compagnon Viva, son chien-guide.

S’il y a quelqu’un pour démontrer que sont très variées : j’encadre des projets

presque chaque handicap peut être surmonté,

c’est bien Pascal De Groote. À l’ins-

recherche, je m’occupe de la sécurisation

de marketing, j’optimise des moteurs de

tar de son frère, il a perdu la vue progressivement.

Au début, c’était encore faisable Il va de soi que je m’implique aussi dans

du Web et bien d’autres choses encore.

mais aujourd’hui il ne distingue plus que l’accessibilité de nos canaux bancaires

lumière et obscurité. Ses passe-temps favoris

sont la lecture et le vélo. « Quoi, en J’ai notamment contribué à doter nos gui-

aux personnes qui ont un handicap visuel.

tant que malvoyant », vous dites-vous chets électroniques de fonctionnalités

sans doute. « Pour le vélo, j’ai besoin de vocales. Les aveugles et les malvoyants

quelqu’un devant moi sur le tandem, pourront bientôt accéder aux guichets

mais pour la lecture, je me débrouille tout automatiques avec leur carte pour retirer

seul grâce aux livres sonores. Et puis, je de l’argent en toute autonomie, même à

m’investis dans la vie associative », ajoute l’étranger. » Cette adaptation était devenue

nécessaire : l’avènement des écrans

Pascal, enthousiaste. Sa fonction de web

support manager lui permet de collaborer

avec de nombreux collègues, souvent handicapés visuels. Il n’y a pas que les

tactiles constitue un obstacle pour les

dans d’autres départements. « Ça se passe clients qui ont besoin d’outils technologiques.

Pascal travaille tous les jours plutôt bien », estime Pascal. « Mes tâches

avec

VINCENT SNOECK, GAMAH

DES ACTES PLUTÔT QUE DES MOTS !

Vincent Snoeck est un interlocuteur embêtant pour certaines entreprises. Elles ont

affaire à ce militant pugnace dès qu’elles essaient de discriminer les personnes à

mobilité réduite. Une chose est sûre : Vincent ne s’est jamais laissé décourager par

sa cécité.

Vincent Snoeck découvre dans sa jeunesse

qu’il souffre d’une affection héréditaire

: son acuité visuelle se dégrade.

Cela ne l’empêche pas de faire des études

d’instituteur. Au début de sa carrière, il se

retrouve même devant sa classe. Finalement,

le verdict est sans appel : Vincent

Snoeck est aveugle et ne peut plus enseigner.

« J’ai eu beaucoup de chance », commente

cet éternel optimiste. « J’ai fait très

rapidement la connaissance d’un autre

aveugle qui m’a littéralement initié à la

vie sans la vue. Il insistait sur l’importance

fondamentale d’un chien-guide.

Il avait raison : grâce à mon chien, je suis

totalement indépendant et je me déplace

sans le moindre problème. Le chien est

aussi très utile sur le plan social. Les

gens comprennent tout de suite que je

suis aveugle et voilà un prétexte idéal

pour entamer la conversation. » Après

son bref passage dans l’enseignement,

Vincent Snoeck va travailler pour une

organisation qui œuvre pour les aveugles

et les malvoyants, jusqu’à ce qu’on lui demande

de devenir directeur de Gamah.

« Nous conseillons les services publics

et les particuliers. Nous contrôlons, lors

de la phase de conception de bâtiments,

s’il a été tenu suffisamment compte des

personnes à mobilité réduite. Nous formulons

aussi des propositions d’adaptation

des bâtiments ou des infrastructures

déjà en place. On sous-estime la portée

du problème : il ne s’agit pas seulement

des aveugles et des personnes en chaise

roulante ; les personnes âgées, les enfants

et les personnes qui les accompagnent

bénéficient aussi de ces adaptations

d’infrastructures. Ensemble, tous ces gens

un ordinateur spécial qui communique

par la voix ou via un écran Braille. « Je

dispose aussi d’un scanner avec lequel

je peux déchiffrer des lettres sans aide.

L’ordinateur utilise un logiciel OCR, puis

il prononce le contenu du document. Je

serais bien en peine de travailler de façon

aussi indépendante sans ces adaptations

technologiques. Mais ma toute première

aide, c’est mon chien-guide, qui me rend

vraiment indépendant. » Son opinion sur

sa carrière Positive et nuancée. « J’ai toujours

pu faire des choses intéressantes,

même s’il subsiste des difficultés. Il est

pénible pour moi d’assister à des réunions

où l’on utilise des PowerPoints. Pas très

utiles, en ce qui me concerne. Il ne m’est

pas possible non plus de lire des textes en

diagonale. Et puis, j’ai aussi l’impression

qu’il est plus ardu pour moi de changer

de fonction ou d’obtenir de l’avancement,

même dans une grande banque qui

adopte une attitude constructive à mon

égard. Les collègues ont parfois trop tendance

à supposer que certaines choses ne

sont pas à ma portée. »

représentent facilement de 30 à 40 % de

la population ! » Gamah est aussi une

organisation militante : « Nous n’hésitons

pas à recourir aux tribunaux. Nous avons

obtenu que le Conseil d’État fasse annuler

le permis de bâtir de Kinepolis Liège parce

que le maître d’ouvrage n’avait pas tenu

compte des personnes à mobilité réduite.

En outre, nous attaquons les TEC pour

discrimination ! Leurs bus sont équipés

d’une plate-forme ascensionnelle pour

les chaises roulantes, mais la direction

interdit aux chauffeurs d’aider ces passagers

à monter ou descendre du bus. C’est

de l’exclusion pure et simple et donc de

la discrimination », s’indigne Vincent

Snoeck. Quand on lui demande s’il a une

solution miracle, Vincent Snoeck n’hésite

pas : « Rendre toute l’infrastructure existante

accessible à tous et déclarer inutilisables

les bâtiments neufs qui ne sont

pas en ordre. » Plutôt radicale, comme

approche

« Quelques exemples suffiraient pour

faire respecter nos droits. Ces adaptations

sont vitales pour des milliers de

personnes ! »

“Nous n’hésitons pas à recourir aux tribunaux. Nous

attaquons les TEC pour discrimination !”

Vincent Snoeck, Gamah

19

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE


vous bougez !

Espace membres

Vous désirez faire connaître votre activité Annoncer un changement stratégique, un

déménagement de vos bureaux, des résultats financiers en progrès… Profitez de la visibilité qui

vous est offerte dans les pages d’Entreprendre, lu par 21.000 décideurs, en envoyant un communiqué

d’une quinzaine de lignes accompagné d’une photo, à rv@beci.be

Attention : les textes publicitaires ne sont pas publiés. La rédaction se réserve le droit d’écourter les textes trop longs.

20

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Partena & HDP veulent

former un nouveau groupe de services

Partena et HDP veulent fusionner. L’objectif est de former un

nouveau groupe de services, un des leaders du marché avec

environ 4000 collaborateurs et un chiffre d’affaires de quelque

250 millions d’euros. Le nouveau groupe disposerait d’une offre

très complémentaire sur les trois régions, tant pour les sociétés

que pour les indépendants et les entrepreneurs, ainsi que pour

les particuliers.

Ralph Corbey, CEO de HDP et Alexandre Cleven, Président du

comité exécutif des entreprises Partena.

Quatre activités, constituées sous la forme d’asbl, ont l’intention

de fusionner. Il s’agit des secrétariats sociaux, des caisses

d’allocations familiales, des caisses d’assurances sociales

pour indépendants et des guichets d’entreprises. Sur base du

chiffre d’affaires, la caisse d’allocations familiales fusionnée

sera leader du marché; le nouveau secrétariat social occupera

la deuxième place sur le marché; la future caisse d’assurances

sociales prendra quant à elle la troisième place et le guichet

d’entreprises, la quatrième. Il ne s’agit pas d’une vente ou d’une

autre transaction financière, mais bien d’une fusion sur base

volontaire. Les modalités pratiques des fusions seront étudiées

au cours des prochains mois. « Ensemble, nous serons plus forts

pour le futur. Nous ne manquons pas d’ambition », déclare

Alexandre Cleven, Président du comité exécutif des entreprises

Partena. « Nous nous sommes trouvés. Nous partageons en

effet les mêmes valeurs: respect, engagement et pluralisme.

Grâce à notre complémentarité régionale, nous deviendrons un

acteur majeur dans les trois régions de notre pays. Nous souhaitons

désormais conjuguer nos forces pour développer des

produits et services innovants pour l’ensemble de nos clients:

des sociétés aux indépendants et entrepreneurs, en passant

par les particuliers» poursuit Alexandre Cleven.

Partena

Rue des Chartreux 45 • 1000 Bruxelles

T +32 2 549 31 85

www.partena.be

Tauw Belgique SA rachète les

activités de consultance d’Eurofins

Becewa

Hervé Keirsse, Directeur Général de

Tauw Belgique.

Le bureau de conseil en

environnement Tauw Belgique

SA a racheté les activités

de consultance d’Eurofins

Becewa NV en date du

1er janvier 2012.

L’opération concerne l’ensemble

des activités de

conseil d’Eurofins Becewa

en matière de sols et d’environnement,

en ce compris

les actifs qui y sont liés et

notamment les clients, le

personnel et les contrats.

M. Hervé Keirsse, Directeur

Général de Tauw Belgique:

« Cette reprise s’inscrit parfaitement dans notre stratégie à

long terme. D’une part, elle nous permet de conforter notre

position parmi les meilleurs bureaux de conseil en environnement

et les meilleurs spécialistes de l’assainissement des

sols en Flandre et, d’autre part, elle répond à notre stratégie

de croissance qui prévoit une couverture totale du marché

belge. »

Depuis ce 1er janvier 2012, M. Hervé Van Achter a pris la direction

du Département Sols pour la Flandre. Soucieux d’offrir

un service encore plus performant à ses clients, anciens et

nouveaux, situés sur l’axe Anvers – Gand – Courtrai, Tauw a

ouvert une cellule Sols sur son site de Lokeren. Sa direction

opérationnelle a été confiée à M. Herwig De Wilde, Chef de

projet senior. Les activités de conseil – sols et environnement

– objet de la reprise, seront complètement intégrées à l’organisation

de Tauw à Lokeren.

Tauw Belgique

Remylaan 4c Bus 3

3018 Wijgmaal

T +32 16 35 28 10

www.tauw.be


UN MONDE DE PERSPECTIVES S’OUVRE À VOUS.

Conclure des affaires au bout du monde comme si c’était au coin de la rue, c’est

le rêve de tout entrepreneur. Avec Bruxelles Invest & Export, vous bénéfi ciez

de conseils personnalisés, de relais commerciaux sur tous les continents, de

l’organisation d’actions de prospection et d’aides financières pour faciliter vos projets

d’internationalisation. Découvrez une force d’action unique pour les entreprises

bruxelloises sur www.bruxellesinvestexport.be ou appelez le 02 800 40 00.


vous bougez !

document@work existe 20 ans !

22

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Olivier Querinjean, associé du cabinet d’avocats

CMS DeBacker.

Nicole Monnom, Trésorier de document@

work : « Cela fait 20 ans que notre ASBL, document@work,

existe ! Vingt ans durant lesquels,

nous, des spécialistes du secteur de la

gestion documentaire d’abord, puis, au grès

des évolutions du marché, des spécialistes de

la gestion de l’information et de l’ECM, avons

mis tout en œuvre pour remplir au mieux la

mission qui est la nôtre !

Nous travaillons depuis toutes ces années à

rassembler un groupe d’experts et des utilisateurs

en ECM, ainsi que des représentants du

monde académique, dans le but de partager

information et expertise, et de promouvoir

une meilleure compréhension des concepts

et technologies que recouvre le terme

« ECM », les meilleures pratiques, les méthodes,

outils et formations en la matière, et ce

en toute neutralité et sans parti-pris. Concrètement,

nous cherchons via l’organisation de

document@work organise un grand congrès annuel

Innovations@content management 2012, qui aura lieu

le 20 mars 2012.

CMS DeBacker

nomme Olivier Querinjean associé

Le cabinet d’avocats CMS DeBacker a annoncé

la nomination d’Olivier Querinjean

en tant qu’avocat-associé au sein de son

département fiscal.

Olivier Querinjean a rejoint le cabinet en

2001 et est spécialisé en droit fiscal international

et national (fusion et acquisition,

réorganisation des entreprises, prix

de transfert, financement structuré,…). Il

a également une grande expérience en

matière de conventions fiscales internationales

et d’expatriés. Il a un intérêt

particulier pour les transactions transfrontalières,

au cours desquelles il assiste

tant les entreprises que leurs dirigeants

et actionnaires. Il conseille également les

particuliers dans leur organisation fiscale

et patrimoniale. Dans ce cadre, il négocie

des accords avec les autorités fiscales et

conduit des procédures fiscales, tant administratives

que judiciaires.

Le département fiscal, dirigé par Didier

Gregoire, compte à présent 6 avocats, dont

séminaires, de formations, de notre grand

congrès annuel, à remplir au mieux notre mission.

Outre nos 20 ans d’existence, cette année

est l’année de tous les changements, car afin

de suivre au plus près les évolutions du secteur

nous avons décidé de nous rapprocher encore

plus de la prestigieuse et bien connue association

de référence en termes d’ECM au niveau

mondial : l’AIIM !

Et nous avons adopté une nouvelle formule

pour notre grand congrès annuel Innovations@content

management 2012, qui aura

lieu le 20 mars 2012. Il s’agit du seul évènement

de la gestion de l’information «end-to-end» en

Belgique et au Luxembourg. Venez-vite visiter

notre site pour des informations supplémentaires

www.document@work.be ! »

document@work

Chaussée Saint-Job 359

1180 Bruxelles

T +32 2 743 82 01

www.document@work.be

2 associés. L’équipe traite tous les aspects

du droit fiscal, tant ceux relatifs aux sociétés

que ceux touchant les particuliers, ainsi

que des litiges qui s’y rapportent.

Stanislas van Wassenhove, Managing

Partner, déclare : « Olivier est un avocat

brillant et réactif avec un sens affiné du

contact client et je tiens à l’en féliciter.

Travaillant sans relâche, il a su développer

une expertise pointue dans un domaine

très technique et est apprécié pour ses

solutions solides mais créatives. Sa nomination

illustre à nouveau que l’environnement

de support et d’encouragement

propre à CMS DeBacker offre à un avocat

une véritable perspective de devenir associé

».

CMS DeBacker

Chaussée de la Hulpe 178

1170 Bruxelles

T +32 2 743 69 00

www.cms-db.com


espace membres

Cabinet Crowell & Moring à Bruxelles déménagé!

Crowell & Moring a déménagé au 20ième, 21ième et 22ième

étage de la Tour Stevens au Sablon.

Le bureau bruxellois du cabinet d’avocats international

Crowell & Moring a déménagé depuis quelques

semaines au 20ième, 21ième et 22ième étage de la Tour

Stevens au Sablon. Au vu de la croissance continue du

cabinet, les bâtiments de la rue Royale étaient devenus

trop petits et peu pratique. Le nouveau bureau est

idéalement situé, à proximité des différents tribunaux

et jouit d’une vue unique à 360° sur Bruxelles. Les trois

étages ont été entièrement rénovés selon les nécessités

d’un cabinet d’avocats moderne. Lors de cette

rénovation, une attention particulière a été portée à

l’empreinte écologique. En plus de la maximalisation de

l’éclairage par la lumière naturelle, le système d’éclairage

est basé sur des led et des lampes économiques.

Cette technologie a été combinée avec des détecteurs

de mouvement afin que les locaux inutilisés ne soient

pas éclairés. Dans un souci de minimiser l’utilisation

des ascenseurs et de promouvoir la dynamique interne,

il a été investi dans l’installation d’escaliers internes.

De plus, les armoires intégrées servent de murs afin de

limiter l’utilisation de matériaux de construction difficilement

recyclables comme le placoplâtre, etc. Afin de

limiter la perte d’énergie due aux fenêtres ouvertes, le

contrôle de l’air se fait grâce à un système de ventilation

sophistiqué combiné à des plafonds froids, au lieu

de recourir à l’air conditionné particulièrement énergivore.

Le cabinet compte actuellement 26 avocats de

différentes nationalités, et l’élargissement continu fait

explicitement partie de sa stratégie.

Crowell & Moring

Rue Joseph Stevens 7• 1000 Bruxelles

T: +32 2 282 40 82

www.crowell.com

23

Mireille vous va bien !

Service de blanchisserie, certifié

ISO 9001 et avec attestation

RABC

268 sortes de vêtements de travail

avec ou sans service de stockage

Chaussures avec ou sans service

de recyclage

Gants de travail et autres articles

de protection

Hygiëne pour le garage, l’atelier et

le bureau

Tapis anti-salissures et autres

solutions pour la propreté

Brusselsesteenweg 177 - 1785 Merchtem

T 02/460 00 11 - F 02/460 58 85

P. Paquaylaan 186 - 3550 Heusden-Zolder

T 011/57 11 22 - F 011/57 11 39

sales@mireille.be www.mireille.be


vous bougez !

Onlysalesjob, le site de recrutement spécialisé dans la vente et

le marketing

24

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Serge Goffin, Manager de Onlysalesjob : « Avant ce jour, il

n’existait pas en Belgique de plateforme emploi spécialisé

dans la vente et le marketing! Onlysalesjob est la première

société de service qui met en relations les profils commerciaux

et marketing avec les sociétés qui recherchent ce type

de profils. Chez Onlysalesjob, les commerciaux trouvent

facilement et gratuitement des offres d’emplois qui correspondent

à leurs attentes en terme d’évolution de carrière. Les

recruteurs contractent des abonnements pour 12 mois qui

leur permettent de poster autant d’annonces qu’ils veulent

et même de procéder à une évaluation online des candidatures

reçues par rapport à leurs attentes. »

Une grille Magique des compétences pour trouver les

meilleurs profils et fonctions de vente

Gratuité totale pour les candidats et Garantie de résultat

pour les recruteurs de contacter à la fois les candidats

actifs et les candidats passifs.

Une plateforme internet de dernière génération qui

intègre tous les réseaux sociaux professionnels tels Linkedin,

Viadeo, Facebook, bénéficie d’un référencement

optimal sur Google et les metamoteurs et publie même

parfois ses annonces sur d’autres sites d’emploi.

A la barre, 2 entrepreneurs bruxellois : Serge Goffin et

Alexandre Dembour, tous deux issus du monde du recrutement

et passionnés de nouvelles technologies. La société

qui compte 9 collaborateurs a déjà trouvé des relais à

l’international.

Onlysalesjob

Ten Reuken 34

1170 Bruxelles

T +32 2 240 57 80

www.onlysalesjob.be

NautaDutilh nomme un Associate Partner à Bruxelles

Anne Tilleux, Associate Partner chez

NautaDutilh.

Anne Tilleux a été nommée Associate

Partner chez NautaDutilh à Bruxelles

avec effet au 1er janvier 2012. Elle est

spécialisée dans un large éventail de

travaux relatifs aux sociétés, y compris

les fusions et acquisitions et les questions

de gouvernance d’entreprise. Elle

assiste régulièrement des clients dans

les domaines des valeurs mobilières et

du droit financier.

Anne Tilleux publie fréquemment des

articles en droit financier et en droit

des sociétés et elle intervient en tant

qu’orateur à des séminaires couvrant ces

matières. Elle travaille chez NautaDutilh

depuis 2003.

NautaDutilh est un cabinet d’avocats

d’affaires indépendant leader au Benelux.

Il s’agit d’une des plus grands cabinets de

cette zone géographique avec plus de 400

avocats, notaires et conseillers fiscaux

établis à Amsterdam, Bruxelles, Londres,

Luxembourg, New York et Rotterdam.

NautaDutilh offre un large éventail de

services juridiques de la plus haute qualité

à une grande variété de clients. Le cabinet

maintient des relations non exclusives

avec de nombreux autres cabinets

d’avocats internationaux, partout dans le

monde.

NautaDutilh

Chaussée de la Hulpe 120

1000 Bruxelles

T +32 2 566 80 00

www.nautadutilh.com


espace membres

Record

d’embauches à

Belgacom en 2011

Belgacom a engagé un nombre record de candidats cette

année.

Elle se classe ainsi parmi les meilleurs recruteurs en Belgique.

Pas moins de 2 100 personnes, tant internes (1 200) qu’externes

(900) se sont vu proposer un nouvel emploi. L’entreprise

compte actuellement 15 617 collaborateurs.

Belgacom investit considérablement dans la formation et

offre de nombreuses possibilités en termes de développement

de carrière.

Elle aspire à l’efficacité en pratiquant la plus grande transparence

possible.

Ce n’est pas un hasard si l’approche “simple & friendly” constitue

l’un des principaux piliers de sa stratégie.

Une entreprise de cette envergure présente une multitude

de perspectives professionnelles dans différents domaines,

tous niveaux d’expérience confondus.

Les quatre principaux domaines de recrutement sont :

les points de vente de Belgacom répartis sur l’ensemble du

territoire belge, les call centers, les services ICT (Belgacom

reste le plus grand employeur de ressources ICT en Belgique)

et les équipes chargées de la construction et de la maintenance

du réseau.

Belgacom entend ainsi compenser les départs naturels et stimuler

la croissance dans les nouveaux domaines d’activités.

Elle s’est donc également fixé des objectifs ambitieux en

matière de recrutement pour 2012. 150 offres d’emplois sont

actuellement ouvertes à des candidatures externes.

Belgacom

Boulevard du Roi Albert II 27

1030 Bruxelles

T 32 2 202 91 40

www.belgacom.be

Inter Wine & Dine :

faire la promotion du patrimoine

oenologique et gastronomique

Fabrizio Bucella, Directeur de Inter Wine & Dine.

InterWine & Dine est spécialisée dans la diffusion et la

promotion du patrimoine oenologique et gastronomique.

Depuis cinq ans déjà, Inter Wine & Dine organise une véritable

Ecole d’oenologie. Le site http://interwd.be est l’espace

de rencontre virtuel entre les élèves, étudiants et les véritables

amateurs de vin et de culture oeno-gastronomique.

Inter Wine & Dine réalise également la promotion du patrimoine

viti-vinicole belge. En effet, on dénombre de plus en

plus de producteurs de vin en Belgique et souvent de très

grande qualité. Fabrizio Bucella, Directeur de Inter Wine &

Dine : « Le plus grand domaine de Wallonie Le domaine

du Chenoy de Philippe Grafé à Emines, près de Gembloux,

planté en cépages interspécifiques, plus adaptés à notre

climat. Les vins qui en sont issus ne dépareilleraient pas les

tables des plus grands. Sans compter la gentillesse de son

propriétaire. Saviez-vous que près de Binche se produit un

excellent vin mousseux en méthode traditionnelle régulièrement

primé lors de concours internationaux C’est la Cuvée

Seigneur Ruffus du Domaine des Agaises. Comment ne pas

citer également le Domaine de Mellemont et, en Flandre,

l’imposant Wijnkasteel Genoels-Elderen ou le domaine de

Wijngoed à Monteberg des sympathiques Jean-Pierre et

Edward Six On trouve même des vignes dans des endroits

plutôt insolites comme les jardins suspendus du Château de

Thuin ou l’Abbaye de Villers-la-Ville. »

Inter Wine & Dine

Avenue Emile de Beco 2 bte 1

1050 Bruxelles

Contact : iwd@interwd.be

25

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE


Publireportage

Brief About the 111th Session

of the Canton Fair

China Import and Export Fair, renowned as the “Canton Fair”, is an important channel of China’s

foreign trade and a key window of opening up, playing a key role in promoting the development

of China’s foreign trade and economic communication. It is reputed as “China’s No.1 Fair”.

26

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

The Canton Fair is hosted by

Ministry of Commerce of P. R.

China and People’s Government

of Guangdong Province and organized

by China Foreign Trade Centre in

Guangzhou, China in every spring and

autumn. Since its establishment in 1957,

the Canton Fair has enjoyed the longest

history, the largest scale, the biggest

buyer attendance, the broadest buyer

distribution, the most complete exhibit

variety, and the best business turnover

for 110 sessions. The 110th session of the

Canton Fair attracted 209,175 buyers

from 210 countries and regions, hitting

a historical new height and increasing

1% than the previous session. The business

turnover this session enjoys a 3%

increase to reach 37.9 billion dollars.

Chinese exhibitors of the Canton Fair

are credible and highly competitive.

About 20,000 domestic enterprises

participate in each session, which are

selected from hundreds of thousands

of Chinese enterprises and representing

the highest industry level.

The Canton Fair is a great trade event

which is comprehensive and specialized.

Depending on the advantage of Chinese

manufacturing industry and oriented

by international demand, the Canton

Fair collects over 150 thousand kind of

Chinese and overseas products. And in

The Canton Fair venue.

each session, the new products account

for over 40% of the total. Chinese government

makes great efforts on balancing

the import and export. Accordingly,

the Canton Fair started to set up International

Pavilion since the 101st session

in 2007 and invited overseas enterprises

to participate. The last 10 sessions have

welcome over 2,000 enterprises from

more than 50 countries and regions.

The Canton Fair has always attached

great importance to IPR protection,

and it is the earliest exhibition that

implements measures to protect IPR.

As early as the 85th session in 1999, it

set up a complaint reception center. So

now it has a complete and adaptable

IPR protection system.

The 111th session of the Canton Fair will accommodate about 58,700 standard stands, with over 20,000 domestic and

overseas enterprises.

The 111th Canton Fair at a glance:

Phase 1 April 15 – 19

Electronics & Household Electrical Appliances; Hardware & Tools; Machinery; Vehicles and Spare Parts; Building Materials;

Lighting Equipments; Chemical Products; International Pavilion

Phase 2 April 23 – 27

Consumer Goods; Gifts; Home Decorations

Phase 3 May 1 – 5

Textiles & Garments; Shoes; Office Supplies, Cases & Bags, Recreation Products; Medicines, Medical Devices, Health Products;

Food; International Pavilion

Canton Fair Call-Center

86-20-28-888-999 Outside the Chinese Mainland

4000-888-999 The Chinese Mainland

www.cantonfair.org.cn


vous bougez !

28

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Espace Sophrologie et Nutri-Challenge,

unissent leurs compétences face au Stress

en Entreprise

Car le stress en entreprise est lié à de multiples facteurs,

Pascal Christophe et Sylvie Dejardin ont mis en place un

programme qui a pour but de répondre directement à ces

nombreux désagréments : fatigue, manque d’attention,

surpoids, dépression, burn-out, baisse de productivité...

Une alimentation saine et variée, plus un travail conjoint

par la sophrologie permettent un retour à l’équilibre du

corps et de l’esprit. « Prenons conscience du frein que

représente le stress face à nos défis. Micro ou macro

stress, les conséquences sont les mêmes. Deux techniques

complémentaires, sophrologie & nutrition, sont mises à

votre disposition pour gérer cet adversaire de taille : un

programme 4 saisons qui correspond aux 4 périodes de

l’année. Baisse de moral et chute immunitaire en hiver

Demandez le programme inter-entreprises pour booster

vos collaborateurs en cette saison. Les entreprises fournissent

un cadre favorable aux employés pour les sensibiliser

aux différentes approches face aux émotions et au stress.

Le programme proposé répond aux besoins de l’entreprise

et permet la participation des employés à la cohésion au

sein de celle-ci. A la clé, des collaborateurs mieux dans

leur peau et plus concentrés, donc plus performants. »

Pour tout renseignement, contactez Pascal Christophe, sophrologue,

au 0473-59 16 98 (www.espace-sophrologie.be)

ou Sylvie Dejardin, nutritionniste, au 0477-70 80 37 (www.

nutri-challenge.be)

La Maison du Mieux-Être

Boulevard Saint-Michel 125 • 1040 Bruxelles

M+32 473 59 16 98

www.espace-sophrologie.com

Thalys propose une gamme

tarifaire repensée

Après une étude approfondie menée en 2011 auprès de

toutes les catégories de clientèles, Thalys a choisi de proposer

une offre qui se décompose en 3 catégories de produits

pour répondre aux grands types de demandes de

ses clients. Ainsi, qu’il soit Flex ou Semi-Flex, le Comfort

1 de Thalys propose tout son bouquet de services pour un

voyage à haute valeur ajoutée. Le billet Semi-Flex Comfort

2 comprend désormais l’accès au WiFi et le regroupement

privilégié. Avec No-Flex Thalys maintient son offre de

petits prix Comfort 2 pour tous ceux qui peuvent réserver

leurs billets à l’avance. Cette nouvelle grille tarifaire sera

effective pour des voyages à partir du 11 mars. L’objectif :

dans une gamme simple et lisible, offrir à chacun la proposition

qu’il attend. Plus d’infos sur la nouvelle grille tarifaire

de Thalys : www.thalys.com .

Thalys International

Place Stéphanie 20 • 1050 Bruxelles

T +32 2 648 06 00

www.thalys.com

5 designers belges s’exposent à la

D’Ieteren Gallery

Sélectionnés par Designed in Brussels, 5 designers belges

présenteront leurs créations les plus emblématiques et, en

avant-première, leurs nouveaux projets en cours à la D’Ieteren

Gallery avant de se confronter, quelques semaines

plus tard, aux professionnels du salon « El Mobile » de

Milan.

L’artiste Chevalier-Masson (design textile) présentera ses créations à

la D’Ieteren Gallery.

La D’Ieteren Gallery rassemble de nombreuses carrosseries

qui furent, chacune à leur époque, des chefs-d’œuvres

de design. En ouvrant ses portes à une autre forme de recherche

de nouvelles lignes et tendances, elle affiche clairement

son soutien à la création contemporaine dans tous

les domaines de la vie. Dans ce premier « Parcours Design »

à la D’Ieteren Gallery, les artistes Chevalier-Masson (design

textile), Maarten De Ceulaer (design produits et mobilier),

Nathalie Dewez (design luminaires), Jean-François D’Or /

Loudor Designstudio (design produits, mobilier et industriel)

et Dustdeluxe (design produits) présenteront une sélection

de leurs créations dans une mise en scène originale

installée parmi les véhicules de le D’Ieteren Gallery, transformant

cette exposition en un passionnant voyage, riche

en contrastes, alliant l’histoire de la plus ancienne société

automobile du pays à la découverte des designers belges

contemporains les plus prometteurs.

Informations pratiques :

Du mercredi 29 février 2012 au vendredi 9 mars 2012

D’Ieteren Gallery – 50 rue du Mail – 1050 Bruxelles

de 12h00 à 18h00 (en semaine) – de 14h à 18h (samedi et

dimanche)

Entrée gratuite

D’Ieteren

Rue du Mail 50

1050 Bruxelles

T +32 2 536 51 11

www.dieteren.be


espace membres

L’assureur-crédit Euler Hermes se consolide

et devient Euler Hermes Europe

L’assureur-crédit, Euler Hermes, renforce sa structure

d’entreprise en Europe et regroupe en tant qu’entité

juridique unique 14 compagnies d’assurance et filiales

distinctes. Le siège principal sera basé en Belgique et

comptera des succursales au Danemark, en Finlande, en

Hongrie, en Irlande, en Italie, en Norvège, aux Pays-Bas,

en Pologne, en République tchèque, en Roumanie, au

Royaume-Uni, en Slovaquie et en Suède.

Cette décision a été prise d’une part afin de répondre aux

nouvelles exigences légales de Solvency II en matière

de fonds propres, surveillance de gestion et discipline

du marché, et d’autre part, afin d’optimiser leur service

clients. En effet, ce regroupement consolidera leur stabilité

financière ce qui renforcera la couverture risque

garantie à leurs clients.

Leur nouvelle dénomination légale sera Euler Hermes Europe,

et leur logo quelque peu actualisé. Ces changements

n’auront pas d’impact sur les contrats d’assurance-crédit.

Toujours dans cet esprit d’évolution, Euler Hermes Europe

installera ses nouveaux bureaux, en mars 2012, à proximité

du Palais Royal dans l’immeuble « Arts 56 Building ».

Euler Hermes Europe

Rue Montoyer 15

1000 Bruxelles

T +32 2 289 36 11

www.eulerhermes.com

Géné-Electra, Best choice for Event Technologies

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Géné-Electra is the best choice for simultaneous translation

and audiovisual equipment renting such as videobeamers,

screens, sound reinforcement, lighting, wireless

voting systems, PA, music instruments and backline, office

equipment etc...

Géné-Electra has more than 40 years experience in cooperation

with the largest event organisers in Belgium and

in most west european countries for technical assistance.

‘Every event organiser carries a large responsibility. Our goal

is to be your technical partner in order to relieve you from all

technical aspects and leave you more time for other tasks.

Our main asset is to be able to cover all aspects of technical

needs and/or requested services. A very large choice of products

and services enables Géné-Electra to respond the most

specific and accurate demand for all kind of events such as

conferences, congresses, shows and spectacles. Just try us!’

Géné-Electra

Rue Steyls 100

1020 Bruxelles

T +32 2 425 25 06

www.gene-electra.be


Assurances

EXPORTATION ET ASSURANCES

Maîtrisez-vous votre risque débiteur

Lorsque vous faites des affaires avec un client étranger, il en va souvent ainsi : vous livrez des

marchandises, vous envoyez une facture et votre client transfère l’argent. Mais que se passe-t-il si

le paiement se fait attendre Voici déjà une checklist pratique pour les entrepreneurs qui désirent

maîtriser les risques débiteurs dans le cadre de l’exportation.

Votre banque veut pouvoir être certaine

que vous faites des affaires

prudemment, même au niveau

international. Par conséquent, la banque

voudra dans tous les cas savoir comment

vous gérer :

30

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

1. Conditions générales

Vos conditions générales sont les conditions

de livraison qui s’appliquent à tout

contrat que vous passez. De nombreuses

entreprises utilisent également leurs

conditions générales existantes pour les

transactions internationales. Mais la question

est de savoir si ces conditions sont bien

adaptées aux transactions d’exportation.

Avez-vous, par exemple, pensé à stipuler

quel droit s’applique au contrat Si ce n’est

pas le cas, les règles internationales déterminent

quel système juridique s’applique

et quel juge est compétent pour trancher les

litiges. Une question cruciale est de savoir

si vos conditions générales sont valables

dans le pays d’exportation.

2. Incoterms 2010

Lorsqu’un entrepreneur opère au niveau international,

il est important qu’il passe des

accords clairs avec le client ou fournisseur.

Les Incoterms constituent un outil pour

définir les accords avec les fournisseurs

étrangers. Ils utilisent des règles standard

dans les domaines suivants :

Quelles sont les obligations du vendeur

et de l’acheteur

Qui s’occupe des assurances, des autorisations,

des mandats et autres formalités

Qui prend en charge le transport et

jusqu’où

Quand les risques et les frais de la livraison

sont-ils transférés du vendeur à

l’acheteur (point critique)

Les Incoterms 2010 décrivent clairement

les droits et devoirs mutuels des parties et

ceux-ci sont expliqués de la même manière

dans le monde entier. Il existe treize « Incoterms

» ou conditions de livraison.

Les Incoterms 2010 vous aident à fixer des conditions de livraison correctes

avec vos clients étrangers.

Six s’appliquent spécifiquement à la navigation.

Les sept autres s’appliquent au

transport routier, ferroviaire et aérien.

Attention ! Certains points importants,

tels que le transfert juridique de propriété

des marchandises et les aspects liés à la

responsabilité, ne sont pas régis par les

Incoterms 2010. Conseil : Pour l’exportation,

il est recommandé de reprendre les

Incoterms 2010 applicables dans vos conditions

générales.

3. Moyen de paiement

Le moyen de paiement que vous choisissez

dépend en grande partie de la confiance

que vous avez en votre client. En outre, les

pratiques du secteur, dans le pays d’exportation

et la solvabilité de votre client jouent

également un rôle. Les moyens de paiement

les plus répandus pour les transactions

internationales sont :

Paiement anticipé : le paiement préalable

(d’une partie) de la somme contractuelle.

Paiement à crédit : vous facturez après

la livraison et le paiement s’effectue

ensuite.

Chèque bancaire : vous recevez un chèque

de la banque de votre client en son nom,

que vous pouvez encaisser auprès de

votre banque. Attention ! Un chèque

n’offre pas toujours de garantie !

Encaissement documentaire : la méthode

de l’échange égal. Vous recevez votre

argent une fois que vous avez présenté

les documents d’exportation à la banque

de votre client via votre banque. Les marchandises

ne sont fournies à votre client

qu’après paiement, par transfert de ces

documents. Attention ! Votre client peut

refuser d’aller chercher les documents.

Dans pareil cas, vous devez assumer les

frais supplémentaires de stockage et

éventuellement de rapatriement des

marchandises.

Crédit documentaire (également appelé

accréditif ou lettre de crédit) : la banque

de votre client garantit le paiement après

réception des documents d’exportation.

Vous n’êtes donc pas dépendant de la

bonne volonté de votre client de vouloir

payer. Attention ! Vous devez respecter

précisément ce qui est déterminé dans

la lettre de crédit.

4. Assurance du crédit à l’exportation

Vous vous assurez contre les risques de

non-paiement (partiel) de la part de votre

client. Vous pouvez vous couvrir aussi bien

contre le risque de fabrication que de crédit

:Le risque de fabrication concerne la

période allant de la signature du contrat à

la livraison. S’il s’avère qu’un contrat conclu

ne va pas jusqu’à la livraison, l’exportateur

a souvent déjà dû faire face à des frais, par

exemple pour le placement d’ordres d’achat

ou la préparation partielle de la commande.

Le risque de crédit concerne la période entre

la livraison et le paiement. Après réception

de vos marchandises, votre client peut se

trouver dans des difficultés financières, ne

plus vouloir payer ou bien le pays d’exportation

peut être confronté à des problèmes

financiers, ce qui empêcherait votre client

de vous transférer des devises.


RISQUE DE NON-PAIEMENT

Assurance-crédit :

« prêt-à-porter »

ou

« sur mesure »

L’assurance-crédit : un « prêt-à-porter » parfois très contraignant

Une faillite d’entreprise sur cinq survient à cause de la défaillance de paiement d’un ou plusieurs

clients. Aujourd’hui la plupart des responsables d’entreprise souhaitent véritablement protéger leur

bilan contre ce danger. Cependant, avec les formules d’assurance-crédit classiques ils sont soumis à

un certain nombre de contraintes : des tarifications standard, des limites de crédit imposées, une

ingérence dans leur relation-client lors de récupérations de créances. Un nombre croissant de

responsables sont donc à la recherche d’une solution qui les sécuriserait, sans toutefois leur

imposer de contrainte dans leur gestion habituelle du crédit.

TCRe vous offre une couverture confectionnée « à votre mesure »

Un concept unique

La police TCRe se caractérise par 3 paramètres :

a_ La somme assurée : c’est le risque cédé à l’assureur

b_ La franchise : c’est le risque conservé par l’assuré

c_ La prime : c’est la rémunération de la somme assurée

Head office

TRADE CREDIT Re

Insurance company sa/nv

Av. Roger Vandendriessche,18

BE-1150 Brussels

Tel: +32 2 774 42 40

Fax: +32 2 774 42 41

Email: welcome@tcre.com

www.pavy.be - 2009

Et c’est vous, l’assuré, qui déterminez vous-même deux des paramètres qui correspondent

à la « mesure » de votre compte-client. TCRe fixe le troisième.

www.tcre.com

B E R G A M O - B R U S S E L S - C O L O G N E - L U X E M B U R G - P A R I S - V A L E N C I A


international

CYCLE DOUANES ET ACCISES

Nouveau code des douanes.

Moins de vol en entrepôt

Depuis peu, un nouveau type d’acteur est né, un agent spécial dédié à la sécurité des marchandises,

qui garantit la sécurité et la sûreté de la chaîne logistique dont il fait partie. Il a pour nom

‘Opérateur Economique Agréé’ et est certifié par l’Administration des Douanes & Accises. Portrait.

32

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Depuis les attentats des Twin

Towers, les USA ont renforcé

les contrôles exercés sur les marchandises

et les personnes à destination

de leur territoire. De ce fait, une nouvelle

certification est née. Elle est délivrée par

l’Administration des Douanes & Accises

aux opérateurs économiques qui en font

la demande et prouvent que la chaîne

logistique dont ils font partie est entièrement

sécurisée. Concrètement, l’Opérateur

Economique Agréé (AEO) assure que

rien ne puisse être ajouté (armes à destruction

massive ou autres, personnes…),

enlevé, modifié ou échangé en cours

de transport ou lors du stockage.Cette

certification, ajoutant une compétence

supplémentaire à la douane, a eu pour

incidence de remanier et de moderniser

le code des douanes communautaire. Les

dispositions d’application sont en cours

d’établissement. Cette nouvelle certification

est reconnue par tous les Etats

membres mais également par d’autres

pays, comme le Japon.

Montrer patte blanche

Afin que l’entièreté de l’entreprise et du

personnel puissent œuvrer dans une

chaine logistique sécurisée, la douane

peut exiger la pose de caméras de surveillance

dans les locaux, les entrepôts

et l’amener à installer un dispositif de

badges à l’entrée et à la sortie, pour

contrôler la circulation des personnes

et des marchandises. « Avant, dans de

nombreux entrepôts, on entrait et on

sortait comme dans un moulin », argumente

Inès Sforzin, Inspecteur Principal

l’Opérateur Economique Agréé’ (AEO) assure que rien ne puisse être ajouté

ou enlevé en cours de transport ou lors du stockage.

Administration des Douanes et Accises,

SPF Finances. Et depuis

Bénéfices inattendus

On constate que les caméras agissent

directement sur le nombre de vols. « On

détournait de nombreux objets, surtout

ceux qui intéressaient tout le monde.

Depuis, le phénomène a pratiquement

disparu », relève Inès Sforzin qui ajoute :

« L’impact n’est pas que douanier. Cela réduit

la perte de marchandises et oblige à

plus de rigueur dans la gestion des stocks.

Des bénéfices qui n’étaient pas vraiment

escomptés ». Inès Sforzin reconnaît qu’au

départ les entreprises étaient réticentes,

avant de pouvoir, une fois les dispositifs

de surveillance installés, se réjouir des

effets indirects positifs.

« C’est une certification importante, une

responsabilité en plus aussi, mais qui

offre plus de facilité car elle va en outre

permettre à l’acteur agréé d’être moins

contrôlé », annonce la Responsable des

Douanes.

Echanges internationaux facilités

Etre reconnu ’Opérateur Economique

Agréé’ facilite par ailleurs les échanges

de marchandises dans le monde entier.

« C’est se positionner comme une société

fiable, sérieuse qui augure donc, sur le

plan des échanges internationaux, des

accords entre partenaires de confiance,

corrects » appuie Inès Sforzin qui précise

que la disposition, qui n’en est encore qu’à

ses débuts, est susceptible d’évoluer avec

le temps.

Sylvie Cousin

Cycle de séminaires Douanes et Accises chez BECI

Opérateur Economique Agréé (AEO), le jeudi 19 avril

Infos : Stéphanie Van Stichel T +32 2 563 68 56


oîte à outils

STARTER DU MOIS

‘À la maison’ pour un petit-déjeuner en paix

Octobre 2011. Les portes d’‘A la maison’ s’ouvrent pour se refermer aussitôt. Démarrage chaotique

ou stratégique En tout cas, l’effet ‘teasing’ est garanti. Les jours qui suivent, le volet n’affiche…

que le bulletin de santé du patron, déjà mis à l’arrêt pour cause de déchirure du ménisque droit !

Pas vraiment refroidis par ces débuts folkloriques, les clients curieux reviennent plus tard y lire le

journal du matin en dégustant un petit-déjeuner digne d’un brunch, séduits sans doute aussi par

le charme de l’endroit très « maison de Mère-Grand »… Entretien avec l’auteur d’un tout nouveau

projet encore en pleine ébullition.

BECI : Qu’est-ce qui vous a motivé à vous

lancer dans une telle entreprise

Freddy Hallon : « Après avoir vendu longtemps

de la boulangerie, servi des pâtes

ou préparé des cocktails, il était temps

pour moi d’exploiter mon expérience à

mon propre compte. De longues heures,

des levers aux aurores ne me font pas

peur. Pour autant que je puisse composer

avec les impératifs de ma vie familiale

et l’éducation de ma fille, adolescente

aujourd’hui. J’ai donc monté un espace

de petite restauration, y ai créé ma cuisine

et mis tout mon cœur. J’y sers dès 7h

du matin un petit déjeuner continental

: jus de fruits frais, viennoiseries, œufs,

choix de pains, salades de fruits faites

à la minute… Je suis en pleine phase

d’expérimentation. Je tâte les goûts de la

clientèle, un jour des céréales, du yaourt,

puis j’essaie la charcuterie, le saumon. Le

midi, j’ouvre mon bar à sandwichs et inscris

mes suggestions du jour au tableau

noir (potages, salades, pâtes, quiches…). »

BECI : Quelles difficultés avez-vous

rencontrées au démarrage de votre

projet

Freddy Hallon : « L’effort a été de longue

haleine. Le concept a grandi lors de mes

discussions avec ma femme et mon beaufrère,

impliqués dans l’entreprise. Je suis

passé par une étude financière et pour

trouver un local, il a fallu de la patience,

beaucoup me sont passés sous le nez. »

BECI : Avez-vous trouvé de l’aide en

suffisance, des conseils…

Freddy Hallon : « Grâce à BECI, j’ai obtenu

mon prêt Starter. Des gens charmants

mais il a fallu justifier plusieurs fois les

Freddy Hallon, le patron de « À la Maison ».

chiffres, se montrer volontaire, soucieux

d’avancer. Et tout n’était pas documenté.

Si j’avais su qu’avant de toucher le

moindre euro de financement, il fallait

épuiser son capital propre, j’aurais gardé

un peu d’argent de côté. J’ai pu négocier

chez mes fournisseurs, mais sans réserve,

c’est difficile d’acheter…Même pour un

petit ‘snack’. »

BECI : Nourrissez-vous de nouveaux

projets

Freddy Hallon : « Oui. Le quartier s’anime

à nouveau, des commerces s’installent. Le

monde attire le monde et certains sont

avides de trouver un endroit pour bruncher

en paix le dimanche midi. J’ouvrirai

certains dimanches. Et j’ai par ailleurs

le projet d’un rayon « épicerie fine », des

produits à emporter, dégustés ici : vin,

huile, confitures... »

BECI : Quels conseils partageriez-vous

avec vos confrères

Freddy Hallon : « On se fait vite des illusions,

il faut garder les pieds sur terre, procéder

pas à pas. Bien étudier son projet

chez soi avant d’arriver à du concret. On

ne rigole pas, surtout avec du personnel.

Se ménager des filets de sécurité, c’est

vital. »

À la Maison

Place Colignon • 1030 Bruxelles

Sylvie Cousin


oîte à outils

OBLIGATION RENOUVELÉE DE DÉCLARER

LES REVENUS MOBILIERS :

La discrétion fiscale vous

coûtera 800,80

Depuis 1984, la Belgique appliquait le système du ‘précompte

mobilier libératoire’, en vertu duquel les contribuables n’étaient

pas obligés de déclarer leurs revenus mobiliers, à condition de

retenir à la source le taux belge correct de précompte mobilier.

Guy Van De Velde

Partner Deloitte Accountancy

gvandevelde@deloitte.com

34

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

À

partir de cette année (revenus

2012), ce précompte mobilier libératoire

disparaît et le principe

d’obligation générale de déclaration des

revenus mobiliers est réintroduit. Cette

déclaration obligatoire est indispensable

pour percevoir un impôt supplémentaire

de 4 % sur les revenus mobiliers

supérieurs à 20.020 . Il y aura une seule

exception de principe : les intérêts et les

dividendes soumis au précompte mobilier

de 21 % et sur lesquels le supplément

d’impôt de 4 % est retenu à la source également

ne doivent pas être repris dans la

déclaration d’impôt.

Quels revenus faut-il déclarer

À cette seule exception près, tous les

revenus doivent être déclarés. Pas seulement

les intérêts et les dividendes, mais

également les royalties, les revenus d’une

location mobilière, les rentes viagères et

même les droits d’auteur. La non-déclaration

des revenus mobiliers imposés à

21 % constituera désormais l’exception :

soit le supplément d’impôt de 4 % n’est

pas retenu à la source et l’obligation de

déclaration est automatique;

soit le précompte a un effet libératoire

et il n’y a pas d’obligation de déclaration

puisque le supplément d’impôt de 4 % est

retenu à la source.

Si vous optez pour la ‘discrétion’ …

Les contribuables qui optent pour la

‘discrétion’concernant leurs revenus

mobiliers seront tenus de le faire savoir

au débiteur de ces revenus pour retenir

le supplément d’impôt de 4 % à la source.

Cela pourra se faire principalement pour

les intérêts et les dividendes versés en

passant par des institutions bancaires

et de crédit. Pour les revenus mobiliers

attribués par des entreprises, cette discrétion

est toute ‘relative’, puisque l’administration

fiscale peut toujours accéder à

la comptabilité de ces entreprises pour

retrouver le bénéficiaire.

Pour les revenus de 2012, cette retenue

‘discrète’ du supplément d’impôt de 4 %

à la source (ne) coûtera (que) 800,80

au contribuable qui, dans ce cas, ne fait

pas valoir l’exonération de la première

tranche de 20.020

Que faut-il faire

À la suite de cette obligation de déclaration

et à partir du 01/01/2012, tous les

contribuables doivent, dresser l’inventaire

de leurs revenus mobiliers, conserver

leurs décomptes d’intérêts, faire

la liste des dividendes reçus. De cette

manière, ils pourront, le moment venu,

compléter rapidement leur déclaration à

l’impôt des personnes physiques.

Marc Coppens, Tax & Legal Services

Dilemme

Soit vous agissez ‘en toute transparence’ et reprenez tous les revenus mobiliers dans votre déclaration personnelle, soit

vous optez pour la ‘discrétion fiscale’ et demandez de retenir à la source le supplément d’impôt de 4 % sur vos revenus

mobiliers. Cette discrétion fiscale vous coûtera 800,80 en 2012.


Un présentoir Bizzbox dans votre entreprise

Communiquer via le réseau Bizzbox

www.bizzbox.be

INFORMER. COMMUNIQUER.

Les entreprises ont enfin leur réseau.

l’actualité économique bruxelloise bizzbox news

Grâce à 200 points de diffusion disséminés dans 390 entreprises à Bruxelles, les présentoirs Bizzbox

diffusent l’information économique et institutionnelle des acteurs bruxellois. Créé en association

avec Beci, le réseau veut renforcer les relations entre institutions de la capitale et promouvoir l’activité

économique bruxelloise. La rubrique Bizzbox News entend renforcer cet objectif.

BIZZ

BOX

Vincent Gilleman, pour Bizzbox

FOCUS: Bruxelles Invest & Export démultiplie ses efforts en 2012

La journée « Entreprises » du 27 mars Perspectives d’exportations !

Ce n’est pas la première année que Bruxelles Invest &

Export organise la Journée « Entreprises », et pour cause :

elle est une excellente occasion donnée aux entreprises

qui réfléchissent à l’exportation sans avoir déjà fait le

pas, ou à celles qui y sont déjà très actives, de rencontrer

à Bruxelles, en rendez-vous individuels, les 34 attachés

économiques et commerciaux (AEC) de la Région de

Bruxelles-Capitale établis à l’étranger. Aborder un marché

cible, assurer le suivi d’une relation d’affaires, sensibiliser

les attachés aux préoccupations des entreprises dans

leur approche des marchés extérieurs… Ces rencontres en

l’espace de quelques heures, et au même endroit, sont une

opportunité à saisir !

Une nonantaine d’AEC !

Savez-vous que grâce aux accords interrégionaux pris

avec la Wallonie et la Flandre, les entreprises de la Région

de Bruxelles-Capitale disposent en tout d’un réseau d’une

nonantaine d’attachés répartis sur tous les continents

Un véritable réseau mondial !

Leur mission Répondre aux besoins des entreprises face

aux démarches d’exportation.

Quelques exemples :

Cibler des prospects, rechercher un partenaire local,

ou un distributeur ;

Faciliter l’accès auprès des autorités locales ;

Informer sur les aspects législatifs et la culture

d’affaires du pays ;

Aider à participer à un salon ;

Assister les entreprises lors de l’implantation d’une

filiale ou d’un bureau de représentation ;

… Jusqu’à organiser sur place, pour les entreprises

bruxelloises, des rendez-vous d’affaires !

Le 27 mars, en pratique

Les rendez-vous individuels, d’une durée d’environ 30 minutes, se dérouleront de 8h30 à 17h30 à la

FEBIAC (Bd de la Woluwe).

Infos et inscriptions : cdath@mrbc.irisnet.be ou 02 800 40 71. Ne tardez plus !

35

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Demandez votre Plan d’Actions 2012

Vous exportez ou vous envisagez de le faire, et vous ne disposez

pas encore du Plan d’actions 2012 Le planning complet

des actions et les coordonnées qu’on y retrouve en font un

outil incontournable. Ce plan est le résultat d’une mise en

concordance entre les demandes exprimées par les entreprises

(tables rondes, rencontres…), l’expérience sectorielle

des attachés, les demandes de l’étranger, et celle des parties

prenantes que sont BECI, VisitBrussels, l’ABE, Agoria, l’Awex,

Flanders Investment & Trade (FIT)… Et si ce Plan 2012 renforce

les actions à destination de l’Asie tout en gardant la priorité

sur les marchés européens, si plusieurs missions multisectorielles

s’y retrouvent (dont les missions princières), il confirme

l’approche sectorielle adoptée et confirmée par les résultats

jusqu’ici.

Demandez votre exemplaire du Plan d’action 2012, et faites le

circuler parmi vos collaborateurs et collègues : 02 800 40 00

Faites-vous remarquer aux Brussels

Mercurius Awards 2012

Après avoir rencontré les attachés économiques et commerciaux

(AEC), les entreprises bruxelloises exportatrices sont

invitées à la remise des premiers Brussels Mercurius Awards.

Ces Awards récompenseront les entreprises bruxelloises particulièrement

performantes sur les marchés étrangers, tout

en les mettant sous les feux des projecteurs. Ca se passera ce

27 mars, dès 18h, toujours à la FEBIAC. A nouveau, une belle

occasion de rencontrer d’autres entreprises actives sur les

marchés étrangers et de croiser ainsi les expériences.

Infos : www.bruxellesinvestexport.be

BIZZBOX Y EST PRESENT!

Un présentoir bizzbox dans votre entreprise

Communiquer via le réseau bizzbox

www.bizzbox.be

INFORMER.

COMMUNIQUER.

Les entreprises ont

enfin leur réseau.


SIRIUS, INTERNATIONAL INSURANCE CORPORATE, 4000 LIÈGE - PHOTOGRAPHIES: MARC DETIFFE - COPYWRITER: VINCENT LENS - GRAPHIC DESIGN: GLOBAL-DPM JOHANNA FISCHER

global

give space a new dimension

design, project & facility management

Le développement de votre entreprise passe par votre capacité d’adaptation au changement. Quelle méthode de

travail offre le plus de flexibilité Comment organiser vos équipes dans l’espace de façon durable Quels sont les

aménagements et technologies capables de doper votre rentabilité GLOBAL vous invite à repenser votre approche

organisationnelle en profondeur. Pour faire de vos bureaux un réel levier de croissance, aujourd’hui et demain.

WWW.GLOBAL-DPM.BE / STEVEN VALKENIERS +32 (0)475 83 06 23 / PHILIPPE JANSSENS +32 (0)474 97 55 07


Immobilier

Surfaces de bureaux :

le marché bruxellois se rétablit lentement 37

Facility Management :

comment rendre vos bureaux plus « green » 40

Les grands projets urbains

qui vont changer Bruxelles 42

Gestion d’immeubles inoccupés :

un espace temporaire pour l’entreprise 50

Les aéroports belges :

pour quand une stratégie cohérente 54

DOSSIER

LA CRISE FINANCIÈRE

Surfaces de bureaux :

le marché bruxellois se rétablit lentement

« Crise financière mondiale, crise de la zone euro, crise en Belgique… Le mot ‘crise’ est sans doute

celui qui caractérise le mieux l’année 2011. L’essoufflement considérable des marchés financiers et

la morosité économique actuelle pèsent lourdement sur le marché de l’immobilier et ses intervenants.

Malgré cela, le marché de l’immobilier de bureaux à Bruxelles se redresse lentement et les

perspectives pour 2012 sont positives », constate Erik Verbruggen, Head of Office Agency Belgique,

du bureau-conseil en immobilier Jones Lang LaSalle.

37

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Les prévisions d’Erik Verbruggen,

Head of Office Agency Belgique

chez Jones Lang LaSalle : « En

2012, l’évolution vers un équilibre entre

l’offre et la demande se situera surtout

dans le Central Business District (CBD),

à Bruxelles. Le CBD bruxellois regroupe

le Quartier Léopold, la zone de Bruxelles-

Nord, le centre et le Quartier Louise. En

dépit d’une demande probablement

modeste de bureaux en 2012, le niveau

de disponibilité dans le CBD diminuera

entre autres (1) en raison des faibles résultats

de la spéculation, (2) à cause de la

poursuite de la reconversion et (3) par la

rénovation générée par un vieillissement

accéléré des bâtiments sous la pression

des facteurs environnementaux. Les

propriétaires ont en effet la volonté de

mettre leurs bâtiments plus rapidement

en conformité avec les nouvelles normes

afin de préserver le potentiel locatif et la

valeur dans le futur. »

Jones Lang LaSalle a été mandatée comme agent pour la location de

30.000 m2 de bureaux de Dexia Banque Belgique. © Architects: Philippe

Samyn & Partners, M & J.M. Jaspers - J. Eyers & Partners


dossier

Immobilier

Bruxelles 2010 2011 Perspectives à 12 mois

Stock million m² 13,0 13,0

Take-up Total (m²)

469,000 300,000e

Vacancy Rate (%)

11.2% 11.1%

Vacancy CBD

7.3 6.8

Vacancy Outside CBD

18.2 18.8

Completions (m²)

281,000 111,000

Prime Rent (/m²/yr)

310 300

Top Quartile Rent (/m²/yr)

218 222

Weighted Average Rent (/m²/yr)

171 177

38

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

La demande à Bruxelles a été historiquement

basse en 2011, selon Erik Verbruggen

: « Le total pour 2011 est estimé

aux environs de 300.000 m², à comparer

avec la moyenne sur cinq ans qui se

situe à 510,000 m². Le recul a été particulièrement

sensible dans le secteur

des entreprises.

Les institutions européennes ont été les

seules à accroître la demande en 2011,

par la transaction du Capital (45.000

m²), qui était d’ailleurs la plus grosse

transaction de 2011. »

Le phénomène de reconversion des surfaces

de bureaux en hôtels, habitations

résidentielles, maisons de repos ou

écoles se poursuit : 130.000 m² en 2010

et 180.000 m² en 2011. La tendance à la

reconversion se poursuit cette année

dans la périphérie bruxelloise également.

Il y a en outre des opportunités dans

le CBD, mais elles résultent plutôt d’un

effort de planification et d’une volonté

politique de la Région de Bruxelles

Capitale. Erik Verbruggen : « Le marché

immobilier bruxellois est confronté

à deux problèmes : il y a d’une part la

pénurie résidentielle, générée par une

demande excessive sur un marché du

logement trop limité et donc trop cher.

Et puis d’autre part, le marché de l’immobilier

de bureau, qui souffre d’une

offre pléthorique, surtout en périphérie.

La situation se rétablit petit à petit. Les

propriétaires de ces bureaux sont très

heureux que les anciens bâtiments de

bureaux disparaissent du marché. »

La tendance se renforce encore par la

rénovation de bâtiments obsolètes sous

l’effet de la pression environnementale.

« Les certificats PEB obligatoires constituent

un excellent incitant. Les propriétaires

sont confrontés à de vieux

bureaux dont les performances énergétiques

sont mauvaises. Ils rénovent par

crainte de l’inoccupation. Et pour cause

: les grandes entreprises s’abstiennent

parce qu’elles connaissent la valeur

d’espaces de bureaux écoresponsables.

Quant aux petites entreprises, elles

reculent devant les frais énergétiques

élevés et les charges communes excessives

», précise Erik Verbruggen.

La diminution des loyers faciaux est un

signe du rétablissement progressif du

marché de l’immobilier de bureaux à

Bruxelles. Ils ont diminué sur une base

annuelle dans le Quartier Léopold (-3,2%

pour atteindre 300 EUR/m²/an) et dans

le Quartier Nord (-4,9% pour atteindre

195 EUR/m²/an). Ils sont restés stables

dans les autres quartiers. Erik Verbruggen

: « Le loyer facial est le prix mentionné

dans le contrat de location. Il

existe pourtant aussi le prix de location

économique : la morosité du marché de

l’immobilier de bureaux décide souvent

le propriétaire à proposer des remises

ou des incitants à la location.

Il offrira par exemple la location gratuite

du bureau pendant la première

année, pour convaincre le locataire de

signer un contrat pluriannuel.

Le rapprochement actuel entre le loyer

facial et le loyer économique est un

signe de rétablissement du marché

locatif : la concurrence exacerbée entre

les propriétaires de surfaces de bureaux

s’amenuise. »

Le marché belge de l’investissement

a repris vigueur en 2011

Le volume de l’investissement dans

l’immobilier à vocation commerciale

en Belgique durant l’année 2011 est

estimé entre 1,7 et 1,8 milliards EUR, ce

qui représente un gain de 20 à 30 % par

rapport à 2010 (1,4 milliards EUR). Cette

augmentation est considérable, mais

se situe encore nettement en deçà de

la moyenne de 3,0 milliards EUR. Les

prévisions pour 2012 sont, dans le meilleur

des cas, un maintien de ces taux

de croissance, vu les problèmes que

connaissent actuellement l’économie et

la zone euro.

Jean-Philip Vroninks, European Director

et Head of Capital Markets chez Jones

Lang LaSalle, ajoute ce commentaire :

« Nous terminons une période de transactions

d’investissements intenses, qui

a permis d’optimiser les rendements

des produits essentiels et de rejoindre

les niveaux d’avant la crise. Malheureusement,

ceci est à présent terminé en

raison du ralentissement de l’économie

et des incertitudes qui planent sur la

zone euro. »

Roel Veyt


SOUHAITEZ-VOUS FAIRE PARTIE DES PROPRIÉTAIRES PRIVILÉGIÉS

DE BRUGMANN SQUARE RESIDENCE ET VIVRE DANS UN PALAIS URBAIN

Séjour principal

Wellness

Façade Façade côté côté parc parc intérieur intérieur

Séjour / Salle à manger




pour tous renseignements :

TEL 32 (0)2 348 95 90 WWW.AD-VIVRE.COM WWW.BRUGMANNSQUARE.COM


dossier

Immobilier

FACILITY MANAGEMENT

Comment rendre vos bureaux plus « green »

Qu’il s’agisse de rénovations des bâtiments ou d’aménagement des locaux afin de rentabiliser

l’espace, il est difficile d’échapper aux questions budgétaires, mais également aux aspirations

d’économie d’énergie.

40

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Décider de la meilleure option

pour son entreprise est une étape

délicate pour le profane. De plus,

un poste n’est généralement pas pris en

compte dans le budget : le temps passé

à réfléchir à ces questions et à contacter

plusieurs sociétés de rénovation. Des

professionnels sont pourtant disponibles

afin d’épauler et prendre en charge les

travaux ou les projets de réaménagement.

A la clé : la certitude d’obtenir les

conseils les plus appropriés au meilleur

prix, et même de compter sur des économies

à long terme si l’on choisit d’utiliser

les matériaux et les techniques les plus

“verts”. Les idées sont parfois très simples.

Comme le souligne Steven Valkeniers de

Global “le soleil se lève tous les jours...”. Un

bureau bien situé bénéficie de la lumière

du jour. Pour des travaux de réaménagement,

on choisira des matériaux “cradle

to cradle” (matériaux réutilisés pour en

faire un nouveau produit) pour les tapis

par exemple, comme nous le conseille

Alain le Grelle de Global. En cas de remplacement

de la chaudière, Nicolas Thuin

de Acen Facility préconise celles qui sont

à micro-cogénération, permettant ainsi

de produire sa propre électricité.

Best practices

Les deux sociétés ont des exemples assez

frappant d’économies d’énergie auprès

de leurs clients respectifs.

Oser avoir une vision à moyen et long terme, c’est le premier pas pour une

entreprise plus verte au budget énergétique maîtrisé.

Umicore, après avoir suivi les conseils de

Global lors de la rénovation de son siège

bruxellois, a ainsi observé une diminution

de sa consommation d’eau et est

passée à la moitié de sa consommation

électrique après travaux.

Même constat pour La Côte d’Or, un hôtel

à Philippeville dont la rénovation a été

prise en charge par Acen.

De 100.000 kw/an, l’hôtel jouit à présent

d’une autonomie complète en matière

d’électricité. Pour arriver à ces résultats, il

faut être prêt à payer parfois dix à quinze

pourcent de plus que les rénovations non

vertes.

Oser avoir une vision à moyen et long

terme, être ouvert aux nouvelles techniques

et à certaines idées qui remettent

parfois en question des années de mauvaises

habitudes au quotidien, sont les

premiers pas pour une entreprise plus

verte au budget énergétique maîtrisé.

Yamina El Atlassi

© ImageSource/Reporters

La corbeille à papier

Une idée simple et bon marché permet déjà d’économiser de

l’argent tout en faisant du bien à l’environnement. Il s’agit

tout simplement de ne plus placer systématiquement des

corbeilles à papier à côté de chaque bureau, mais uniquement

à certains endroits de passage (cuisine, local à photocopieuses,

....). C’est le conseil que nous donne Steven Valkeniers (Global),

arguant que cette mesure permet une économie des

frais de nettoyage et de sacs poubelle ainsi qu’une gestion

responsable des déchets.... sans oublier l’exercice physique

généré par ce petit déplacement !

Global

Global, à la fois bureau d’étude, d’architecte et entreprise

générale, accompagne les entreprises dès les premiers pas de

la réflexion. Les clients de Global peuvent bénéficier des nombreuses

compétences grâce à une équipe d’experts au fait des

dernières actualités et innovations en matière de rénovation

et équipement.

www.global-dpm.be

Acen Facility

Acen Facility représente ses clients auprès des différents professionnels

de la construction et accompagne durant toutes les

étapes du projet depuis la réalisation du plan (l’équipe compte

une architecte et une architecte d’intérieur) à la réalisation

dans le respect des délais et des prix, en passant par les étapes

administratives (demandes de permis d’urbanisme).

www.acenfacility.com


Une solution photovoltaïque

sur mesure et sans contraintes

pour votre entreprise,

c’est l’engagement du Soleil Vert.

Qui adhère

GreenSun, ouvre les portes du photovoltaïque aux

cient

de l’offre la plus complète du marché : pré-analyse sur

site, offre détaillée avec options, engineering poussé, assurance

sur rendement, installation sur mesure des meilleures

marques de panneaux, placement rigoureux par un personnel

professionnel et attentif

et des garanties qui font la différence.

Depuis 4 ans, l’électricité a augmenté de 40 %, dans le même

temps les panneaux photovoltaïques ont diminué de 60% !

Désormais, la productivité de votre entreprise

ne peut plus se passer du photovoltaïque

www.greensun.be

TOUTE NOTRE ÉNERGIE POUR PRODUIRE LA VÔTRE

Découvrez la plus performante des solutions photovoltaïques: 0800 77 800(Gratuit)


dossier

Immobilier

IMMOBILIER

Les grands projets urbains qui vont changer Bruxelles

Gare du midi

Plus grande gare du réseau belge, la gare du Midi est également

le lieu de départ et d’arrivée des destinations internationales

(Paris, Londres, Cologne, Amsterdam,…). La Gare

du Midi et les quartiers qui l’entourent ont donc été définis

comme « une zone stratégique de première importance ».

Un important projet de réaménagement de la gare et de

ses alentours immédiats a été lancé avec pour objectif de :

Créer un environnement convivial et sécurisé

Créer du logement

Implanter des entreprises et des bureaux.

42

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

© Jean Nouvel

l’architecte de renommé internationale Jean Nouvel a

présenté les contours de son projet qui est de recouvrir les

voies d’un immeuble en V de 120 mètres de hauteur, « un

miroir dans lequel se reflèteront les trains et la ville ». Le

bâtiment comprendra des bureaux, un centre de congrès

et un restaurant panoramique. L’avant-projet devait être

livré fin 2011 avant l’introduction d’une demande de permis

de bâtir.

Le projet de la Gare du midi de l’architecte de

renommé internationale Jean Nouvel.)

Un groupe de travail (Région bruxelloise, SNCB Holding,

communes de Saint-Gilles et d’Anderlecht, Beliris, SA

Eurostation / Euro Immo Star) avait été mis sur pied pour

mener ce projet à son terme. Concrètement, les travaux

d’aménagement du quartier côté avenue Fonsny devraient

commencer début 2012. Autre dossier en état d’avancement

: le quartier Stalingrad avec la création d’une promenade

touristique pour les piétons et les cyclistes entre la

gare du Midi et le centre historique de Bruxelles. L’espace

public sera complètement réaménagé d’ici 2014, pour

en faire la « Rambla » de Bruxelles avec la construction

d’une place piétonne au début de l’avenue de Stalingrad.

Les trois ponts de la liaison Nord-Midi (rue Frédéric Basse,

rue Sallaert et rue de la Fontaine) seront rénovés. Le coût

total des travaux est estimé à plus de 2,3 millions d’euros.

En ce qui concerne la gare proprement dite, mi-2011,


dossier Immobilier

Atenor South City

Le South City Office & le South City Hotel.

A la sortie de la gare TGV de Bruxelles Midi, la société immobilière

Atenor a conçu un projet mixte baptisé South

City. Objectif : renforce la compétitivité de Bruxelles vis-àvis

des autres capitales du Vieux Continent.

C’est en octobre 2005 qu’Atenor a acquis l’îlot C situé le

long de l’avenue Fonsny, à l’angle de la future place Marcel

Broodthaers, avec la volonté d’ériger un ensemble

mixte de bureaux, commerces et hôtel de standing sur

une surface totale de 40.010 m². Depuis le projet s’est

concrétisé et est décliné en trois pôles.

South City Office Fonsny

Initiée en 2007 avec la signature d’un bail d’une durée

de 27 ans avec la SMALS, la campagne de location s’est

soldée, le 30 juin 2010, par la cession complète du projet

South City Office Fonsny à Integrale et OGEO fund. Cédé

au groupe Allianz à la fin de l’année 2010, l’immeuble

Broodthaers (2e partie du projet) est quant à lui déjà entièrement

loué.

South City Office Broodthaers

Propriété de South City Office Broodthaers, le second bâtiment

de bureaux «Broodthaers» a été entièrement loué à

la SMALS et à la SNCB Holding (prise en location pour le

compte d’Infrabel avant d’être cédé au groupe Allianz, le

20 décembre 2010.

South City Hotel

L’hôtel de 142 chambres – qui fait désormais l’objet d’un

contrat d’exploitation de 20 ans par le groupe Rezidor

sous l’enseigne Park Inn – a ouvert ses portes en mars

2011.

43

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Espace modulable

pour entreprises

13.900 m 2 à louer

à partir de 60 €/m 2 /an

Performances énergétiques

supérieures à celles du neuf

+32 2 422 51 51

commercial@sdrb.be


dossier

Immobilier

Just under the sky

44

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Just under the sky, c’est le projet de centre commercial que

le groupe Mestagh en partenariat avec le promoteur Equilis,

souhaite implanter sur le site des anciennes poêleries

Godin, le long du canal.

Rétroactes. Le groupe Mestagh et Equilis ont acquis un

terrain de quelques 5 hectares sur le site des anciennes

poêleries Godin situé Quai des Usines, le long du canal,

et à hauteur du Pont Van Praet.

Fin 2008 : introduction d’une demande de certificat

d’urbanisme pour la réalisation d’un centre commercial

de 50.000 m² et de 1.740 places de parking. L’ouverture

du centre est planifiée pour début 2015. Le projet suscite

la controverse. Ses opposants soulignent notamment la

conversion d’un site d’industrie urbaine en un pôle uniquement

destiné au commerce. Une étude d’incidence

finalisée en mai 2010 avait également pointé que si

l’accessibilité théorique du site est relativement bonne,

son accessibilité réelle est fortement amoindrie par les

encombrements routiers.

Aujourd’hui. Le gouvernement bruxellois a délivré un

certificat d’environnement et la Ville de Bruxelles a

récemment délivré un certificat d’urbanisme pour ce

projet.

Ces deux étapes permettant donc aux deux partenaires

d’introduire une demande de permis d’urbanisme et

d’environnement, mais elles ne préjugent en rien de

l’accueil qui y sera réservé.


dossier Immobilier

Delta

Cependant, des aménagements s’imposent pour

améliorer son accessibilité. D’où le projet Delta,

dont la mobilité est l’un des axes stratégiques

majeurs afin de faire de Delta un noeud intermodal

qui regroupe - parkings de dissuasion, métro,

navettes, RER.

La Région bruxelloise a donc lancé un Schéma

Directeur en 2007 pour déterminer les futurs

aménagements de la zone et en faire un espace

cohérent et intégré. L’idée est de créer sur l’espace

Delta du logement et des activités d’industrie

urbaines.

Le site Delta.

Le site Delta c’est l’entrée sud-est de Bruxelles. La région bruxelloise a

racheté ces terrains à la SNCB en 2005 pour 35 millions d’euros. Sa localisation

est stratégique puisque le site se situe à proximité du Ring,

du métro et de trois gares. Qui plus est, Delta est proche des campus

universitaires de l’ULB et de la VUB.

Delta doit également accueillir le nouveau pôle

hospitalier du Chirec. Jusqu’il y a peu, le projet

prévoyait également des logements, crèches et

école. Mais récemment, la Commission européenne

a marqué son intérêt pour le site pour

y installer 200.000 m² de bureaux. Le projet de

logements, crèches et écoles serait alors annulé.

Affaire à suivre.

45

Êtes-vous à la recherche

d’un espace de travail

de qualité tout en

bénéficiant de flexibilité

et de services

Cofinimmo est la première

société immobilière belge

cotée spécialisée en immobilier

de location. Ses principaux

secteurs d’activité sont l’immobilier

de bureaux, les maisons de repos

et les immeubles d’exploitation

Corporate.

Cofinimmo est une société indépendante,

qui assure elle-même la gestion de

son patrimoine immobilier et de son

portefeuille de clients-locataires.

Cofinimmo, un investisseur

immobilier attentif à ses clients.



@


dossier

Immobilier

IBGE, Tour et Taxis

© Michel Wiegandt/Caméléon

46

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Le futur bâtiment de l’IBGE.

Tour et Taxis est un ancien et vaste site industriel bruxellois,

situé le long du Canal et entre le centre historique de

Bruxelles et le plateau du Heysel. Il est actuellement en

cours de restauration. L’IBGE s’installera à Tour & Taxis fin

2012.

Le site s’étend sur 45 ha, dont un cinquième constitue une

réserve foncière régionale. Depuis les années 90 de nombreux

projets de reconversion ont été envisagés mais ont

été à chaque fois avortés.

En 2006, la Région bruxelloise a lancé un schéma directeur,

transcrit dans un Plan Particulier d’Affectation du

Sol (PPAS) qui devait respecter non seulement le site lui

même, mais également les quartiers périphériques.

Ce schéma comprenait une mixité des fonctions avec

minimum 40% de logements, maximum 40% des surfaces

destinées à des activités (bureaux ou activités productives)

et maximum 20% des surfaces destinées aux

équipements et commerces ainsi qu’une mixité sociale

avec minimum 20% de logements sociaux et minimum

de 30% de logements moyens.

Le schéma directeur proposait également un parc de

20 ha et la rénovation de la gare maritime.

Le site prendra forme par phases d’ici à 2020. La rénovation

de l’Entrepôt Royal et des Sheds a déjà été réalisée.

Ces deux bâtiments, ainsi que la plaine et ses événements

sous chapiteaux, accueillent désormais plus de 700.000

visiteurs par an.

D’ici fin 2012, Bruxelles Environnement (IBGE) devrait

quitter son site de Gulledelle (Woluwe-Saint-Lambert)

vers celui de Tour & Taxis, au cœur d’un espace vert. Le gigantesque

atrium de l’IBGE sera composé d’une structure

bombée noire, couverte de panneaux photovoltaïques

et de grandes baies vitrées ouvrant sur une cascade de

terrasses.

© MSA/Lion

Cette image constitue une illustration du potentiel urbanistique

défini par les principales orientations du schema directeur.

Le site de Tour & Taxis.


dossier Immobilier

Neo sur le plateau du Heysel

47

Le projet Neo.

Neo, c’est le nom de code du projet de réaménagement et

de revitalisation du Plateau du Heysel. Il vise notamment

à renforcer la position internationale de Bruxelles et à en

faire un pôle d’attraction touristique. Le projet est parti

de la constatation que malgré que le plateau du Heysel

soit un pôle touristique de premier plan pour la Belgique,

profitant notamment de la présence de l’Atomium, il reste

composé de constructions sans harmonie, de voiries à l’état

sauvage, de parkings à ciel ouvert, de terrains trop vagues.

Le plateau du Heysel, nouvelle formule et rebaptisé Neo,

devrait accueillir :

un centre de convention de 5.000 places,

un centre commercial de 100 000 m²,

un pôle récréatif et de loisir, situé à proximité de l’Atomium

qui reste la première attraction touristique à

Bruxelles avec 1 million de visiteurs par an,

un complexe hôtelier,

des infrastructures sportives ou un stade multifonctionnel

de 60 000 places,

une salle de spectacle de 15.000 places,

un complexe de logements,

des surfaces administratives.

Océade et Mini-Europe devraient être conservées.

Le projet Neo entre dans sa phase 2 puisque le bureau

d’urbanisme néerlandais KCAP (en association avec les

bureaux d’études Arup et Fakton) a été désigné, le 28 septembre

2010, à l’issue d’un concours international.

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE


dossier

Immobilier

Quartier européen

© Christian de Portzamparc

La présence des institutions européennes

au cœur de Bruxelles constitue certainement

un rôle moteur dans la vie économique

de la Région et contribuent à

notoriété internationale de la capitale

du pays. Mais ses détracteurs ont souvent

pointé l’inhumanité des lieux dès passé

18h. Il est vrai qu’avec 80 % d’immeubles

de bureaux, le quartier européen est souvent

considéré comme un ghetto urbain.

48

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Un des axes majeurs du redéploiement du quartier européen est la refonte de la rue de la Loi, sur

base d’un projet réalisé par l’architecte français Christian de Portzamparc.

Le Quartier Européen a donc été naturellement

désigné comme une Zone Stratégique

du PDI. L’objectif visé : organiser le

développement du quartier afin d’ancrer

le caractère européen de Bruxelles mais

en l’intégrant désormais dans un projet

urbain cohérent. C’est pourquoi la Région

de Bruxelles-Capitale a ouvert un dialogue

avec la commission européenne et

l’ensemble des institutions européennes.

Le 24 avril 2008, le gouvernement bruxellois

a approuvé un Schéma-Directeur

pour l’ensemble du quartier européen.

Un des axes majeurs du redéploiement

du quartier européen est la refonte de

la rue de la Loi, sur base d’un projet réalisé

par l’architecte français Christian de

Portzamparc, avec un premier objectif

incontournable : fédérer les nombreux

propriétaires présents le long de cette artère

avec des intérêts parfois divergents

autour d’un projet unique.

© Reporters/Photononstop

L’objectif : organiser le développement du quartier afin d’ancrer le caractère européen de Bruxelles mais en l’intégrant désormais dans un

projet urbain cohérent.


dossier Immobilier

La Cité administrative

La Cité administrative

La Cité administrative a été vendue par l’Etat belge en 2003

à un groupe privé et est aujourd’hui sous le coup d’un vaste

projet de rénovation tant fonctionnelle qu’architecturale.

Le site a été doté d’un Schéma Directeur et identifié comme

Zone Stratégique du PDI avec comme objectif d’y créer de

nouveaux logements, des commerces, des bureaux, des

équipements collectifs et d’y maintenir le jardin terrasse panoramique

dessiné par René Pechère. La Ville de Bruxelles

s’est attelée à réaliser un PPAS pour une zone qui est délimitée

par les rues Royale, Vésale, Vandermeulen, de Ligne,

de la Banque et le boulevard Pacheco. Soit un site de près de

16 hectares situés en plein cœur de Bruxelles. A l’occasion

du salon immobilier Mipim de Cannes en 2010, Breevast et

Immobel, les actuels propriétaires et promoteurs du projet,

ont livré les premiers détails de la reconversion du site. Un

projet qui se traduirait en 75 à 80.000 m² de bureaux, 50.000

m² de logements mais aussi 20.000 m² qui abriteront des

commerces et un hôtel de 120 à 140 chambres. Commerces,

bureaux et hôtels devraient être logés dans une tour aussi

haute que celle des Finances. Les trottoirs devraient être

élargis. Pour l’heure, un permis a déjà été octroyé pour la

surface de bureaux et 10.000m² de logements..

Hélène Legrand

49

Bruxelles Environnement aide les professionnels

à se former au bâtiment durable

VOUS ÊTES ARCHITECTE, INGÉNIEUR, MAITRE D’OUVRAGE, ENTREPRENEUR ET VOUS

ÊTES ACTIF EN RÉGION BRUXELLOISE

Pour vous, dès avril 2012, Bruxelles Environnement organise de multiples formations dans

le domaine du bâtiment durable.

Après l’appel à projet « bâtiments exemplaires » et la labellisation des bâtiments, la Région

offre ce soutien accru à votre secteur pour vous permettre d’apporter des réponses

concrètes pour la conception et la réalisation des bâtiments durables de demain, bâtiments

qui devront en outre répondre aux standards « passif » et « très basse énergie » dès 2015.

Nous proposons :

une formation générale qui permet d’avoir une vision concrète des 5 domaines du

bâtiment durable (énergie – matériaux – santé & confort – eau – territoire )

des formations spécialisées pour chacun de ces 5 domaines et pour des matières

importantes au sein de ces domaines (passif, acoustique, déchets de construction)

des modules complémentaires pour les missions de conseiller énergie et responsable

énergie.

Le programme détaillé et les formulaires d’inscription sont disponibles sur notre site.

INFO ENVIRONNEMENT : 02 775 75 75 - BRUXELLESENVIRONNEMENT.BE


dossier

Immobilier

GESTION D’IMMEUBLES INOCCUPÉS

Un espace temporaire pour l’entreprise

Votre immeuble est inoccupé... Et vous, préoccupé A moins que vous ne cherchiez un bâtiment

pour y installer votre entreprise temporairement FMT propose des solutions pour l’ensemble

du segment de l’immobilier inoccupé : surfaces de bureaux, ateliers, églises, châteaux, maisons

particulières, centres commerciaux etc. Nous avons interviewé Glenn Versieck, le directeur général

de cette entreprise fraîchement débarquée sur le marché belge : « Nous réduisons autant que

possible les risques d’inoccupation et optimisons le rendement. »

50

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Le gestionnaire immobilier néerlandais

FMT a étendu ses activités au

marché belge depuis quelque temps

déjà, à la demande d’entreprises de son

pays, d’ailleurs. « L’ouverture de la filiale

belge poursuit pourtant un autre objectif

: mieux répondre aux besoins des acteurs

de l’immobilier en Belgique », précise

le directeur général Glenn Versieck.

« FMT s’adresse aux entreprises privées,

aux investisseurs et aux compagnies

d’investissement qui sont confrontés à

l’inoccupation de biens immobiliers. Ces

clients potentiels cherchent des solutions

pour éviter la taxe d’inoccupation mais

doivent aussi faire face aux problèmes

des squatteurs, toxicomanes, voleurs de

cuivre et autres vandales. Nous supprimons

les risques inhérents à l’inoccupation

et optimisons le rendement. »

Un sentiment d’appartenance

FMT fonctionne en Belgique selon le

concept qui fait son succès aux Pays-Bas

depuis 30 ans déjà. Il s’agit d’assister les

propriétaires dans la gestion de leurs

immeubles inoccupés et dans le maintien

de la qualité de vie du quartier. Mieux

encore, FMT propose à des jeunes entrepreneurs,

des artistes et des habitants

d’occuper temporairement le bâtiment

à un coût minime, selon les modalités

d’un contrat d’occupation précaire.

Cette formule est bénéfique pour tous

les intervenants, selon Glenn Versieck :

« Le propriétaire qui donne à de jeunes

entreprises et à des artistes la possibilité

d’occuper un bâtiment à un coût très

modéré, améliore son image de marque.

C’est aussi tout bénéfice pour la réputation

du quartier. Par ailleurs, la sécurité

du bâtiment est garantie et bien souvent,

la rencontre de jeunes entrepreneurs

FMT propose des solutions pour l’ensemble du segment de l’immobilier inoccupé.

et d’artistes se révèle productive. Nous

contribuons vraiment à créer un sentiment

d’appartenance, qui plaît d’ailleurs

beaucoup aux propriétaires. »

De Slegte, à Bruxelles

FMT procède à un examen approfondi

des candidats occupants temporaires

– « Nous préférons parler de collaborateurs

et, en réalité, c’est ce qu’ils sont. »

Le concept ne s’adresse évidemment pas

à tout le monde. « La difficulté pour nous

réside dans l’impossibilité de prévoir

combien de temps le site sera actif. Une

estimation est possible lorsqu’on attend

un permis de bâtir. En revanche, dans le

cas de bâtiments dont le propriétaire est

à la recherche d’un locataire en bonne

et due forme, autant regarder dans une

boule de cristal. Le succès du concept est

habituellement à l’avantage du propriétaire.

À Bruxelles, nous avions la gestion

de l’ancien bâtiment de De Slegte, où un

créateur de bijoux, un artiste peintre et

un couleur de bronze avaient installé

leurs ateliers temporaires. L’agent immobilier

était enthousiaste. Et de fait, le

bâtiment, qui précédemment dégageait

une impression de saleté, d’humidité et

de froid, a pu être vendu en moins de

trois mois, tout simplement parce que

l’ambiance y avait totalement changé.

Cette publicité de bouche-à-oreille fonctionne

à merveille. »

Une opération blanche pour le

propriétaire

Relativement méconnu en Belgique, le

concept existe déjà depuis belle lurette

aux Pays-Bas et dans d’autres pays limitrophes.

« FMT gère un parc très hétérogène

de bâtiments inoccupés en Europe,

principalement aux Pays-Bas, en Belgique

et en Grande-Bretagne. Nous travaillons

avec d’innombrables occupants et une

cinquantaine de collaborateurs fixes.

Les tâches sont multiples. Il faut prévoir

les contrats entre le propriétaire et FMT,

entre FMT et les occupants, les assurances

(incendie)... Il s’agit d’épargner aux


IMMOBILIER

Le marché immobilier face aux

défis démographiques

La hausse des prix sur le marché immobilier

belge sera plutôt limitée dans les prochaines

années. À la suite du vieillissement de la population,

les appartements surtout sont davantage

prisés. Et d’ici 2020, ce vieillissement

engendrera un besoin de 20.000 à 30.000 lits

supplémentaires dans des maisons de repos et

maisons de soins. Par ailleurs, une bonne coordination

avec les soins à domicile et les résidences-services

est indispensable.

Les prix de l’immobilier ont affiché une légère baisse

au premier semestre 2011, pour un niveau d’activité

normal. Après une année 2010 encore caractérisée par

un phénomène de rattrapage (hausse des prix de 5,8 %)

à la suite de la crise et une période de taux d’intérêt très

bas, le marché immobilier belge a vu les prix baisser

de 0,7 % au premier semestre.

Pour l’ensemble de 2011, nous nous attendons à une

croissance réelle (corrigée pour l’inflation) des prix

nulle. Même en tablant sur un second semestre dynamique

(les premiers chiffres font état d’une hausse de

3% sur le 3ème trimestre), il est peu probable que la

hausse des prix sur le marché secondaire dépasse

de beaucoup l’inflation cette année. Pour la première

partie de l’année, le marché devrait connaître un plus

grand dynamisme, aidé par des taux toujours très bas

et des apports personnels en hausse grâce aux flux

d’investissements dans l’immobilier. À partir de la fin

de l’année 2012 cependant, les effets d’une hausse progressive

des taux longs devraient se faire sentir sur

le pouvoir d’achat des ménages. Cela impliquera une

croissance des prix à nouveau beaucoup plus faible que

par le passé sur l’ensemble du marché. Par ailleurs, un

des grands stimulants des dernières années, à savoir la

hausse permanente de l’apport personnel, devrait s’affaiblir

à terme, notamment du fait du vieillissement. 2012

devrait donc être meilleure pour les prix sur le marché

immobilier que 2011, et surtout que 2013…

Le vieillissement sur le marché immobilier

Les défis démographiques ont également un impact

sur le marché immobilier. L’augmentation du nombre

de ménages liée au vieillissement de la population qui

se poursuit n’aura un impact sur les prix du marché

secondaire que dans la mesure où l’offre de logements

serait incapable de s’adapter. Sur les quinze dernières

années, l’offre s’est adaptée aux mouvements démographiques,

limitant ainsi l’impact de la pression démographique

sur les prix. La capacité d’adaptation de

l’offre est donc centrale. Or les obstacles à une adaptation

optimale se multiplient. En effet, un accroissement

net de plus de 50.000 logements chaque année sera

nécessaire à l’avenir, mais cet accroissement pourrait

se heurter aujourd’hui à la pénurie de terrains à bâtir.

Par ailleurs, le vieillissement de la population est un

déterminant fondamental de l’activité sur les différents

marchés résidentiels. Concernant les appartements, le

nombre de transactions devrait bénéficier d’une tendance

de fond positive jusqu’en 2020.

Le vieillissement de la population a aussi un impact sur

le secteur immobilier réservé aux aînés. À cet égard, il

faut souligner que la mise en place rapide d’une réponse

aux futurs besoins en lits, dans les maisons de repos et

les maisons de soins, est aussi essentielle que la coordination

de celle-ci avec un soutien aux deux autres secteurs:

les soins à domicile et les résidences-services. En

effet, ceux-ci permettent de différer l’entrée en maisons

de repos et maisons de soins et donc de limiter le besoin

en lits. Des différentes simulations présentées dans

l’étude, il ressort que les critères officiels actuels ont le

double inconvénient de sous-estimer à la fois la pénurie

apparue ces dernières années et les besoins de long

terme. Les projections tablent sur un besoin de 20.000

à 30.000 lits pour l’ensemble du pays d’ici 2020, en fonction

du critère retenu. Quelle que soit l’option choisie,

elle nécessitera la levée d’un certain nombre d’obstacles

pour qui veut laisser le marché immobilier des aînés

disponible et accessible pour le plus grand nombre.


dossier

Immobilier

propriétaires un maximum de tracas et

de soucis. FMT fait office de tampon et

veille à une bonne gestion du bâtiment.

Le tout doit être une opération blanche

pour le propriétaire, tant sur le plan financier

qu’en termes d’efforts à consentir.

C’est notre manière d’obtenir des

clients satisfaits. Nous mettons actuellement

l’accent sur Anvers, Bruxelles et

Gand, mais la demande augmente aussi à

Liège et dans d’autres villes wallonnes. »

« La sécurité du bâtiment est garantie et bien

souvent, la rencontre de jeunes entrepreneurs et

d’artistes se révèle productive. Nous contribuons

vraiment à créer un sentiment d’appartenance, qui

plaît d’ailleurs beaucoup aux propriétaires. »

Glenn Versieck, directeur général de FMT

52

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Ce que coûte l’inoccupation

Glenn Versieck nous explique le business

model de l’entreprise : “FMT ne facture

pas de frais de gestion au propriétaire

du bâtiment, pour les services fournis.

En fait, FMT puise ses revenus exclusivement

dans les indemnités minimes

que versent les occupants. Nous ne

faisons donc aucune concurrence aux

agents immobiliers. Au contraire : ceuxci

incitent même le client à opter pour la

solution créative de FMT, histoire d’éviter

les conséquences néfastes de l’inoccupation.

Les bâtiments se dégradent très vite

quand ils sont inoccupés – et cela ne fait

jamais l’affaire du propriétaire. Il n’est

pourtant pas toujours facile d’évaluer le

coût de la dégradation due à l’inoccupation,

ni le prix de cette solution qui rend

le bâtiment attractif sur le marché immobilier.

Les propriétaires institutionnels et

les groupes d’investisseurs savent assez

précisément ce que coûte l’inoccupation.

Par contre, les propriétaires privés sont

parfois moins bien renseignés. »

Appel aux membres de BECI

FMT lance un appel aux jeunes entrepreneurs,

membres de BECI :« Nous sommes

toujours à la recherche de jeunes entreprises

intéressées par une solution créative

en termes d’hébergement. Mais nous

pouvons offrir également une solution

temporaire aux entreprises dont le bâtiment

habituel est en rénovation pendant

quelques mois. Enfin, nous sommes à la

disposition des propriétaires de biens

immobiliers confrontés au problème

de l’inoccupation. FMT peut aider votre

entreprise dans la recherche d’une solution

temporaire ! »

Plus d’infos sur : www.fmt-be.com

Roel Veyt

FMT puise ses revenus exclusivement dans les indemnités minimes que versent les

occupants.


www.beci.be

Mardi 28 février 2012

de 16 à 18h



BECI organise cette année un nouveau cycle de séminaires portant sur les marchés publics en général et

les marchés environnementaux en particulier, avec le soutien de Bruxelles Environnement et de la Ministre



aux entreprises.


15h45 Accueil

16h00 Le quai d’AA, un site dépollué exemplaire

Xavier Dehan, Centre de Connaissances, BECI

16h10 Les sols pollués à Bruxelles : vision politique et opportunités privées

Evelyne Huytebroeck, Ministre bruxelloise de l’environnement

16h35 Financements des projets privés, opportunités de marchés pour les projets publics

Saïd El Fadili, responsable de la cellule Sols, Bruxelles Environnement


17h00 Pratiques de la dépollution de sols : l’exemple de SITA

Jean-Philippe Guilmot, Sales Manager, SITA Remediation

17h15 Les opérations de la SNCB à Bruxelles

Thierry Jacquemain, Département Environnement, SNCB-holding

17h30 Dépollution des abattoirs d’Anderlecht

Joris Tiebout, administrateur délégué, ABATAN

17h45 Questions/Réponses et Networking drink

Inscriptions sur www.beci.be

AA Dock’s

Boulevard International 7

1070 Bruxelles

Parking disponible

Bus 78 direction Humanité, arrêt Boulevard International


dossier

Immobilier

DÉBAT

Les aéroports belges : pour quand une stratégie cohérente

Sur un territoire aussi étroit que la Belgique, est-il normal que les trois principaux aéroports se

livrent à une guéguerre commerciale Poser la question, ce n’est pas nécessairement y répondre,

tant le dossier est complexe.

54

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

© Eric Herchaft/Reporters

Peut-on concevoir une stratégie commune pour les aéroports belges

Si l’on excepte les deux aéroports flamands que sont

Ostende (37.555 mouvements en 2011, 232.682 passagers

de compagnies charters et 57.381 tonnes de fret) et

Anvers-Deurne (52.701 mouvements, principalement d’avions

d’affaires, 166.078 passagers, dont ceux de CityJet, ex-VLM), le

marché belge du trafic aérien se divise essentiellement en trois.

Brussels Airport arrive en tête et est régulé par les autorités

fédérales, tandis que Liège-Bierset et Charleroi-Gosselies (voir

encadrés) sont du ressort de la Région wallonne. Peut-on, dès

lors concevoir une stratégie commune pour ces trois aéroports,

bien qu’ils aient des statuts différents

Sujet sensible

Disons tout de suite que ce sujet est très sensible, surtout si

l’on aborde la question des subsides aux aéroports régionaux,

une situation que l’aéroport de Bruxelles considère comme de

la concurrence déloyale. Cette position est d’ailleurs partagée

par les compagnies qui desservent Brussels Airport et qui

considèrent que la Région wallonne subsidie indirectement

leurs concurrents directs.

Belgocontrol

Prenons le cas du trafic aérien. Celui-ci est, dans notre pays,

du ressort de la société autonome à participation publique

Belgocontrol. Selon l’accord de coopération conclu en 1989

lors de la régionalisation des aéroports wallons, Belgocontrol

doit assurer à ses frais la sécurité du trafic aérien que celui-ci

représentait à l’époque. Toutefois, le trafic lié à l’accroissement

des opérations est financé par la Région wallonne, ce qui a

représenté 6,6 millions d’euros en 2011. Cela signifie donc que

l’aéroport, toutes charges confondues, doit moins facturer à

ses compagnies clientes. D’autant plus que la Région prend

également en charge les investissements en infrastructures

ou en sécurité au sol, par exemple.Mais comme Belgocontrol

doit être autosuffisante, elle se rattrape en quelque

sorte sur les redevances d’atterrissage au seul aéroport de


dossier Immobilier

Bruxelles. Donc, non seulement les

aéroports wallons sont moins chers

pour leurs clientes, mais en plus, les

compagnies concurrentes à Bruxelles

« financent » le trafic aérien wallon géré

par Belgocontrol sur base des chiffres de

1989. On comprend que Brussels Airport

puisse parler de concurrence déloyale.

Et que, au passage, la Commission européenne

scrute de nouveau de près les

aides d’Etat (ou assimilés) aux aéroports

régionaux européens.

Le partage impossible

L’idée, partagée par certains, serait de

réaliser un « partage » des activités

aériennes sur un territoire aussi exigu

qu’est la Belgique et même de Bruxelles

+ Wallonie. Grosso modo, cela reviendrait

à préconiser que Charleroi prenne

en charge le low-cost, Liège le cargo et

Bruxelles… tout le reste. Est-ce possible

et qu’en pensent les acteurs concernés

Pour Jean-Jacques Cloquet, directeur

de l’aéroport de Charleroi, « il est clair

que la longueur de notre piste ne permet

pas du trafic intercontinental, contrairement

à Liège ou Bruxelles, ce qui réduit

Aéroport de Liège

déjà notre champ d’action. » Raison pour

laquelle Charleroi s’est spécialisé dans

le trafic point à point. Du reste, précise

Cloquet, « 40% de notre clientèle prend

l’avion pour la première fois », ce qui

montre que celle-ci est assez différente

de celle des autres aéroports et que le

low-cost s’y est développé. Jean-Jacques

Cloquet estime néanmoins qu’une complémentarité

avec Bruxelles pourrait se

réaliser en créant une liaison à grande

vitesse de type RER entre Charleroi et

Bruxelles.

Aéroport de Bruxelles

Luc Partoune, directeur de l’aéroport

de Liège, a conscience que le cargo s’est

fortement développé à Bierset, en particulier

avec TNT « notamment du fait

que nous n’avons pas de limitations

de vols durant la nuit, contrairement

à Bruxelles » (ce qui a occasionné le

départ de DHL pour Leipzig). Cela dit,

le transport charter s’y est également

développé, grâce à la situation de Bierset

dans une grande région qui inclut les

Pays-Bas, l’Allemagne et même le Grandduché

: « Notre zone de chalandise est

différente de celle de Bruxelles, ce qui

devrait du reste pousser les entreprises

de la Région bruxelloise à opérer au départ

de Liège. »

Chiffre d’affaires (2011) : 22,2 millions .

Nombre de passagers (2011) : 309.206 (+3,4%).

Cargo (2011) : 674.470 tonnes (+5,47%).

Mouvements (2011) : 54.403 (+12,14%).

Principaux clients (passagers et cargo) : Jetairfly, Thomas Cook

Airlines, Belle Air, TNT, Cargo Air Lines, El Al Cargo, Ethiopian,

Kalitta, Evergreen, Fedex, Saudia, etc.

Chiffre d’affaires (2010) : 359,3 millions .

Nombre de passagers (2011) : 18,7 millions (+9%).

Cargo (2011) : 470.000 tonnes traitées.

Mouvements (2011) : 226.000 (+3,6%).

Principaux clients (passagers et cargo): Brussels Airlines, Lufthansa, British

Airways, United, American, Jetairfly, Thomas Cook, Korean, Singapore Airlines, Jet

Airways, Qatar, Ethiopian, EasyJet, Air Canada, Air France-KLM, Etihad, Thai Airways,

etc.

Enfin, Arnaud Feist, directeur de

l’aéroport de Bruxelles, rappelle que

Brussels Airport est un aéroport « intégré

». Les grandes compagnies internationales

transportent à Bruxelles à la fois

du fret et des passagers : « Pouvez-vous

Aéroport de Charleroi

imaginer les vols africains de Brussels

Airlines vers l’Afrique ou de Jet Airways

d’Est en Ouest sans leur offre cargo »

Quant au trafic low-cost, « il s’intègre

parfaitement dans nos objectifs de croissance

», explique Feist. Ce trafic, généré

par des compagnies comme EasyJet ou

Vueling, s’adresse à une clientèle adepte

du low-cost, mais qui emprunte les

transporteurs à bas prix qui optent pour

les aéroports « primaires », c’est-à-dire

les grandes plateformes internationales

et pas les aéroports régionaux. C’est du

reste la raison pour laquelle Air Arabia,

qui était à Charleroi, est venue s’installer

à Bruxelles.

Same level playing field

Comme on le voit, au-delà même de la

distinction – qui fait toujours débats –

entre les aéroports directement ou indirectement

subsidiés et un aéroport

à capitaux majoritairement privés

(canadiens et australiens), les marchés

sont somme toute assez dissemblables

et rien ne permet d’imaginer à moyen

terme une sorte de partage des activités

aériennes. Ce qui, au passage, autorise

une concurrence dont peut bénéficier la

clientèle. L’idéal serait évidemment que

cette concurrence puisse s’exercer sur

pied d’égalité, ce que les Anglo-saxons

résument dans la formule « same level

playing field ».

Patrick Anspach

Chiffre d’affaires (2010) : 81,4 millions .

Nombre de passagers (2011) : 5,9 millions (+14%).

Mouvements (2010) : 80.009.

16 nouvelles destinations en 2011. 6 nouvelles prévues en 2012.

Principaux clients :

55

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE













BLOC-NOTES

Formations

Personal Management & RH

• Gagnez 12 ans d’expérience professionnelle

en 1 an: Alter Ego –

Assistante de direction

10 réunions jusqu’au juin 2012 de

9h à 13h

• Résponsabilité Sociétale des Entreprises

3e Réseau apprenant Quadrant en

RSE : Les 17 janvier – 8 mars – 24 avril

12 juin et 28 août 2012.

Sessions de 3 heures avec petit déjeuner,

de 8h à 11h

BECI HR Lunch

Vendredi 23 mars 2012, de 11h à 13h

• Plus de 90 trucs pratiques pour

mieux gérer votre temps !

Mardi 6 mars 2012, de 9h à 17h

• Faire faire ou comment réussir la

délégation responsable

Mardi 27 mars 2012, de 9h à 17h

• Techniques de réunion

Mardi 17 avril 2012, de 9h à 12h30

Vente-Marketing

• MARKETING : CYCLE MARKETING

POUR DIRIGEANTS PME

Formation: modules de 4 x 4h –

14/01/2012, 04/02/2012,

03/03/2012 & 24/03/2012

21/04/2012, 12/05/2012,

02/06/2012 & 16/06/2012

Les samedis matins de 9h à 13h

• Mieux écouter pour mieux vendre

Les jeudis 15 et 22 mars, de 9h à

12h30

• Techniques de vente

Les vendredis 20 et 27 avril 2012, de

9h à 17h

SAVE THE DATE!

bMediation

• Communication Non Violente et

Médiation

Le vendredi 2 et samedi 3 mars 2012,

de 9h à 18h

Infos: Brigitte van der Mensbrugghe

02 643 78 30 – bvdm@beci.be

Séminaires

Législation sociale

• CYCLE ELECTIONS SOCIALES 2012

17/01/2012 & 27/03/2012

• Chômage temporaire :

mode d’emploi

Lundi 27 février 2012

• Rémunération et fiscalité (attractive)

des innovations et créations intellectuelles

des salaires

Mardi 6 mars 2012

• Indemnités forfaitaires de frais et

autres remboursements de frais :

le point sur les aspects fiscaux et

sociaux

Jeudi 26 avril 2012

• Missions et fonctionnement des

organes sociaux : Conseil d’entreprise

et Comité pour la prévention et la

protection au travail

Jeudi 31 mai 2012, de 14h à 17h30

Infos: Frédéric Simon

T +32 2 643 78 17 – fs@beci.be

Activités international

• Cycle DOUANES ET ACCICES

Jeudi 15 mars 2012 : Règles générales

interprétatives

Jeudi 19 avril 2012 : Opérateur Economique

Agréé (AEO)

• Formation sur l’utilisation des Incoterms

Jeudi 16 février 2012, de 9h30 à

12h30

• International Food Business Meetings

– TAVOLA

Lundi 12 mars 2012, de 10h30 à

17h30, à Courtrai

• You want to ‘green’ your production

process and innovation activities

with EU support

Jeudi 22 mars 2012, de 11h à 12h45

suivi par un networking lunch

Infos: Beci’s International Department

on 02/643.78.02. or international@beci.be

Events

16/02/2012 BECI AFTER WORK

28/02/2012 LES SOLS POLLUÉS

À BRUXELLES :

FINANCEMENTS DES

OPÉRATIONS PRIVÉES ET

MARCHES PUBLICS

29/02/2012 BECI SPEED BUSINESS

LUNCH

29/02/2012 BECI SOIRÉE INFO

15/03/2012 MIC THURSDAY

NETWORKING EVENT

21/03/2012 BECI ENTREPRENEURS

NIGHT

29/03/2012 BECI AFTER WORK

24/05/2012 BECI AFTER WORK

31/05/2012 BECI GOLF TROPHY

Le congrès sur la mobilité (anciennement

Work Tomorrow Move Today) – 3e édition

le mercredi 6 juin 2012 – de 9h à 12h30 suivi

d’un lunch – à l’auditorium KBC, avenue du Port 2 à Bruxelles

– Possibilité de visiter la Bourse de la mobilité du partenaire

Mobimix.

26/06/2012 BECI GARDEN PARTY

Infos: www.beci.be

events@beci.be


international

Go Green!

Seminar on European funding opportunities in the field

of environment

You want to “green” your production process and innovation activities with EU support

During this seminar, you will get further information regarding two EU environment-related programs:

LIFE+ and Eco-Innovation, whose next calls for proposals are anticipated in 2012.

These programs are particularly interesting for projects and entities relating to the areas below:

Waste & natural resources Environment and Health Greening businesses

Climate change Materials/process recycling Soil preservation

Noise, air, water Food and drink sectors Chemicals

Urban environment

improvement

Sustainable building

products

Innovation

58

A walk-through on these programs will be provided as well as a testimonial from a current project coordinator

in a LIFE+ project. Following the presentations, you will have the possibility to meet EU funding experts,

discuss and evaluate your project’s funding opportunities.

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

AGENDA

11.00-11.05 Introduction on Enterprise Europe Brussels’ services

11.05-11.25 What are the objectives of the European funding Instrument LIFE+

What is the future of the program into the next MFF

Speaker: tbc- Hervé Martin, Head of LIFE+ unit, European Commission

11.25-11.55 Presentation of LIFE+ call 2012 funding areas, eligibility and award criteria

Speaker:GIS

11.55-12.10 Experience sharing: Testimony on LIFE+ project management

Speaker: Verdesis on a climate change project

12.10-12.35 Presentation of the Eco-Innovation Program

Speaker: Enterprise Europe Brussels / Brussels Enterprise Agency

12.35-12.45 Questions/answers

Presentations in English

When

22 March 2012 – 11.00 to 12.45 followed by a networking lunch – Registration : 10.30 to

11.00

Where

BECI - Avenue Louise 500 – 1050 Brussels

Price

BECI Members: Free of charge – Non-members: 50 euros + VAT

More information

Jean-Philippe Mergen – Director Export - jpm@beci.be - T 02 201 01 77

Registration: http://www.beci.be/activites/formations_seminaires

Interested in EU funding for environmental projects

Plan ahead your 2012 agenda and get ready now! There are different sources of EU funding

for environment-related projects. Check out which opportunity fits your project and

when these opportunities will be open in 2012


international

January 2012: Intelligent Energy Europe call

2012 will start with intelligent energy project as the call has opened before the Christmas

break with proposals to be submitted by the 8th of May 2012.

With Intelligent Energy Europe, your project can benefit from 75% co-financing in the

following field: energy efficiency in industries and buildings, renewable energies,

energy efficient transport.

February/March 2012: LIFE+ call

For its 20th anniversary, the 2012 EU LIFE+ call for proposals is expected to be published

around February-March of 2012, making available over 250 million Euro. LIFE+ can

provide 50% co-financing (and up to 75% by way of exception) to projects under these 3

areas of action:

LIFE+ Nature & Biodiversity:best practice or demonstration projects that contribute

to the implementation of the Birds and Habitats Directives

LIFE+ Environment & Policy:innovative or pilot projects that contribute to the implementation

of European environmental policy

LIFE+ Information & Communication: communication and awareness raising campaigns

on environmental, nature protection or biodiversity conservation issues

Contrary to the Eco-innovation initiative, LIFE+ focus on public-oriented projects, that is

environmental solutions with a public dimension where market uptake is not vital.

April/May 2012: Eco-innovation call

The Eco-innovation Info Day might take place on the 3rd of May 2012 (date to be confirmed),

around the same time as the official publication of the call.

This initiative co-finances 50% of pilot and replication projects. That is projects creating

and enlarging the market for an eco-innovative product, service or technology. This

initiative is thus market-oriented and focuses on SMEs beneficiaries even so any legal

person can apply.

From one year to another, there are 5 key areas for projects:

Materials recycling and recycling processes;

Sustainable building products;

Food and drink sector;

Water efficiency, treatment and distribution;

Greening business.

This e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to

view it.

59

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

Mid July 2012: FP7 Environment call

Funding for collaborative EU research and development projects will be available via the

7th Framework Programme (FP7) under the Cooperation thematic Environment, including

climate change.

FP7 Environment call will be officially published by mid July 2012 but if you are interested

in a research project in that field, please contact your official Brussels NCP way

before the publication date to get insight on possible open topics.

The structure of the 2013 call will remain similar to the 2012 work programme with the

same 5 priorities:

Coping with climate change

Sustainable use and management of land and seas

Improving resource efficiency

Protecting citizens from environmental hazards

Mobilising environmental knowledge for policy, industry and society

You will also find similar key features like the two-stage-submission procedure, threshold

for budget allocation to SME.

Contact Point in Brussels for FP7 Environment: Camille Le Borgne - clb@abe.irisnet.be Entreprise Europe

BrusselsThis e-mail address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Events

Give your opinion on the planned electronic-only submission of Forms C

(financial statement)


DEMANDES D’ADMISSIONS À BECI

PAR PRESENTATION AU CONSEIL D’ADMINISTRATION

60

N° 02 - FÉVRIER 2012 - ENTREPRENDRE

AC Connection - Body & Mind Institut SPRL

Chaussée de Charleroi 164 - 1060 Bruxelles

Code Nace : 96022 - Soins de beauté del. :

Catherine Adade-Helledy

AIBrux (Atelier Informatique Bruxellois) ASBL

Rue de la Mutualité 21 - 1190 Bruxelles Code

Nace : 88999 - Autres formes d’action sociale

sans hébergement n.c.a. del. : Yvette Piret

Allen & Overy LLP Avenue de Tervueren 268A

- 1150 Bruxelles Code Nace : 69101 - Activités

des avocats del. : Pierre-Olivier Mahieu

Artmana SPRL Avenue de la Forêt de Soignes

201 - 1640 Rhode-Saint-Genèse Code Nace :

46423 - Commerce de gros de vêtements,

autres que vêtements de travail et sous-vêtements

46425 - Commerce de gros de chaussures

47512 - Commerce de détail de linge de

maison en magasin spécialisé del. : Marc Van

Der Haegen

Blake & Partners SPRL Blue Tower Avenue

Louise 326 - 1050 Bruxelles Code Nace :

78100 - Activités des agences de placement

de main-d’œuvre 78300 - Autre mise à disposition

de ressources humaines del. : Laurent

Sauté

Bral Ignace PPE Avenue Louise 475 - 1050

Bruxelles del.: Ignace Bral

C.E.B.S. SPRL Avenue Louise 500 - 1050

Bruxelles Code Nace : 70210 - Conseil en relations

publiques et en communication 70220

- Conseil pour les affaires et autres conseils

de gestion 73200 - Études de marché et sondages

d’opinion del. : Bernard Raveschot

Cesal ASBL Rue Oscar Kaisin 1 - 5150 Floreffe

Code Nace : 94110 Activités des organisations

patronales et économiques del. : Michel

Davister

Cyklop Belgium SA Avenue des Communautés

4 - 1140 Bruxelles Code Nace : 46699

- Commerce de gros d’autres machines et

équipements n.c.a. del. : Gaël Van Rijswijck

De Smet Engineers & Contractors SA Waterloo

Office Park Bâtiment O Drève Richelle 161

- 1410 Waterloo Code Nace : 71121 - Activités

d’ingénierie et de conseils techniques, sauf

activités des géomètres del. : Jean-Philippe

De Clercq

Derriks Law SPRL Avenue Louise 522 - 1050

Bruxelles Code Nace : 69101 - Activités des

avocats del. : Elisabeth Derriks

Euro Tasc Consulting SA rue Jan Blockx, 50

- 1030 Bruxelles Code Nace : 82990 - Autres

activités de soutien aux entreprises n.c.a.

96099 - Autres services personnels del. :

Benoît Conti

European Strategic Intelligence and Security

Center SPRL Boulevard Auguste Reyers

207-209 - 1030 Bruxelles Code Nace : 70220

- Conseil pour les affaires et autres conseils

de gestion 73200 - Études de marché et sondages

d’opinion del. : Claude Moniquet

Facejobb - Creatif.Com SPRL Avenue Louise

65 - 1000 Bruxelles Code Nace : 62030 -

Gestion d’installations informatiques 63110

- Traitement de données, hébergement et

activités connexes 82990 - Autres activités

de soutien aux entreprises n.c.a. del. : Mert

Feyz Balkan

Hellon Stephen PPE Rue du Portugal 23 -

1060 Bruxelles del. : Stephen Hellon

kgl5/kWINT SA Rue Ravenstein 2 - 1000

Bruxelles Code Nace : 5610101 - Restauration

de type traditionnel 56210 - Services des traiteurs

del. : Eddy Merckx

Leading & Coaching Academy SCRL Rue

Joseph Desmet 66 - 1332 Genval Code Nace :

70210 - Conseil en relations publiques et en

communication 70220 - Conseil pour les

affaires et autres conseils de gestion 85599

- Autres formes d’enseignement del. : Pierre-

Jean De Jonghe

Lipschutz Brigitte - BCoaching PPE Rue de

Praetere 33 - 1050 Bruxelles Code Nace :

70210 - Conseil en relations publiques et en

communication 7022001 - Conseils et assistance

aux entreprises et aux services publics

en matière de planification, d’organisation,

de recherche du rendement, de contrôle,

d’information du gestion, etc. 82990 del. :

Brigitte Lipschutz

Mentis SPRL Rue Dautzenberg 36-38 - 1050

Bruxelles Code Nace : 62010 - Programmation

informatique 62020 - Conseil informatique

63110 - Traitement de données, hébergement

et activités connexes del. : Mohamed

Ben Haddou

Nakad Sandrine PPE Avenue Louise 500 -

1050 Bruxelles Code Nace : 69101 -Activités

des avocats del. : Sandrine Nakad

Narroway LTD New Bond Street 72 - W1S 1RR

Mayfair - London - UK del. : Gregor Küpper

Neurolead SPRL Rue des Pères Blancs 4 -

1040 Bruxelles Code Nace : 70210 - Conseil

en relations publiques et en communication

70220 - Conseil pour les affaires et autres

conseils de gestion 73200 - Études de marché

et sondages d’opinion del. : Thierry Verdoodt

Nova Relocation BVBA Bosdellesstraat 158

bus 8 - 1933 Sterrebeek Code Nace : 68311 -

Intermédiation en achat, vente et location de

biens immobiliers pour compte de tiers 68312

- Estimation et évaluation de biens immobiliers

pour compte de tiers 68321 - Administration

de biens immobiliers résidentiels

pour compte de tiers del. : Walter Vermeeren

Opteam.be SPRL Rue Dubois-Thorn 105 -

1080 Bruxelles Code Nace : 68322 - Administration

de biens immobiliers non résidentiels

pour compte de tiers 41101 - Promotion

immobilière résidentielle - 70210 Connseil en

relations publiques et communication del. :

Pierre Roba

Pachacamac SPRL Avenue de la Héronnière

90 - 1170 Bruxelles Code Nace : 1813001

- Composition, par exemple de textes et

d’images, sur film, sur papier photographique

ou papier normal 58190 Autres activités

d’édition 5913004 - Gestion de droits cinématographiques

et audiovisuels d’oeuvres

réalisées par des tiers del. : Pierre Havrenne

Philco NV Santvoorbeeklaan 23B - 2100

Deurne Code Nace : 45113 - Commerce de

détail d’automobiles et d’autres véhicules

automobiles légers ( = 3,5 tonnes ) 45320 -

Commerce de détail d’équipements de véhicules

automobiles 45401 - Intermédiaires du

commerce et commerce de gros de motocycles,

y compris les p del. : Philippe Coen

Platinum Europe SA Boulevard du Souverain

100 - 1170 Bruxelles Code Nace : 46510 - Commerce

de gros d’ordinateurs, d’équipements

informatiques périphériques et de logiciels

62010 - Programmation informatique 6311001

- Traitement en continu ou non de données à

l’aide, soit du programme du client, soit d’un

programme propre à del. : Bernard André

Promotex International SA Rue de l’Escadron

31 - 1040 Bruxelles Code Nace : 46425

- Commerce de gros de chaussures 46496

- Commerce de gros d’articles de sport et de

camping, sauf cycles 47716 - Commerce de

détail de vêtements, de sous-vêtements et

d’accessoires pour dame, homme, enfant et

bébé en magasin spécialisé, assortime del. :

Etienne Allardin

Sitomeca NV Noordkustlaan 12 - 1702 Groot-

Bijgaarden Code Nace : 64200 -Activités des

sociétés holding 70220 - Conseil pour les

affaires et autres conseils de gestion del. :

Jean-Charles Wibo

The Ring Ring Company NV The Corpaorate

Village Leonardo Da Vincilaan 7 - 7verd. - 1935

Zaventem Code Nace : 61900 - Autres activités

de télécommunication 70220 - Conseil

pour les affaires et autres conseils de gestion

72200 - Recherche-développement en

sciences humaines et sociales del. : Walter

Mortelmans

Vadis Consulting SA Allée de la Recherche 65

- 1070 Bruxelles Code Nace : 62020 - Conseil

informatique 64200 - Activités des sociétés

holding del. : Claude Delcour

Venturis SA Avenue Pasteur 6 - 1300 Wavre

Code Nace : 62010 - Programmation informatique

82910 - Activités des agences de

recouvrement de factures et des sociétés d’information

financière sur la clientèle 82990

- Autres activités de soutien aux entreprises

n.c.a. del. : Colin Cobbaert

Woluwe Finances SPRL Avenue des Eperviers

1 - 1150 Bruxelles Code Nace : 64190 - Autres

intermédiations monétaires 6499901 - la

Caisse des Dépôts et Consignations 66191 -

Activités des agents et courtiers en services

bancaires del. : Luc Fierens


Via Digichambers

Sans quitter votre bureau,

toutes les démarches pour vos exportations

en quelques clics.

Efficace, rapide et facile.

Place à un nouveau service rapide, efficace et fiable :

vos certificats d’origine sont maintenant disponibles

online grâce à Beci et Digichambers.

Il suffit d’une signature électronique pour obtenir

(en format digital) tous vos documents d’exportation

légalisés sur votre ordinateur.

Contactez-nous au 02 648 78 03

ou surfez sur www.digichambers.be

Un gain de temps et d’argent !


Vous êtes à la recherche de personnel

Trouvez le candidat idéal grâce à Actiris !







02.505 79 15

employeurs@actiris.be

Actiris pour un recrutement sur mesure !

www.actiris.be

More magazines by this user
Similar magazines