Eaux et territoires » situé sur le Delta du fleuve Tana. Le Tana, le ...

ambafrance.ke.org

Eaux et territoires » situé sur le Delta du fleuve Tana. Le Tana, le ...

Le fleuve Tana Mangrove à Marais basse Paysage de marais près du village de Didawarede

Visite de l’Ambassade de France du projet « Eaux et territoires » situé sur le Delta du

fleuve Tana.

Le Tana, le plus grand fleuve du Kenya prend sa source au Mont Kenya, ainsi que dans les

montagnes des Aberdares. Suite à un long parcours de plus de 1 000 kms, il se jette dans

l’Océan Indien. Le fleuve Tana et son delta sont des zones de biodiversité exceptionnelles

(mangrove, nombreuses espèces animales et végétales). Ces zones sont aujourd’hui l’objet de

nombreux projets d’aménagement qui risquent de modifier profondément l’équilibre

environnemental du milieu, notamment :

1/ La création d’un sixième barrage hydro électrique. Les 5 barrages déjà construit sur la Tana

produisent ¾ des besoins électriques du Kenya et fournissent Nairobi en eau potable.

Cependant, ces barrages, en régulant le cours du fleuve, diminuent l’amplitude des pics de

crues.

2/ Des projets d’agriculture irrigués pour la production de bio carburants. Les compagnies

« Mat International » et « Mumias Sugar » envisagent de produire de la canne à sucre irriguée

dans la plaine inondable et dans le delta. Un projet d’horticulture à destination du marché du

Qatar existe également. Cependant, ces projets rencontrent une forte opposition des

communautés locales, des ONG et de la communauté scientifique en raison d’études

d’impacts environnementaux de très faible qualité ou inexistantes, d’une imprécision sur le

statut foncier et de doutes sur la disponibilité d’eau en quantité suffisante (pour mener à bien

des projets d’irrigation sur de grandes superficies sans menacer l’existence même de

l’écosystème de zone humide).

Crocodile du Nil Jabiru du Sénégal Martin Pêcheur Malachite

Au regard de ces projets d’aménagement, de nombreux instituts se mobilisent afin de mieux

comprendre leurs impact sur le fleuve et sur le delta. Ainsi, un projet intitulé « Eaux et

territoires – scénarios de gestion de l’eau et partage des ressources des basses vallées » a été

mis en place en janvier 2009 pour une période de 3 ans. Ce projet est mis en œuvre par l’IRD

(Institut de Recherche pour le Développement, UMR 208 et 144) en partenariat avec des

instituts de recherche kenyans (Kenya Wildlife Service, National Museums of Kenya),

tanzaniens (The Institute of Resource Assessment, le Water Resource Engineering Department,

The Rufiji District Council), anglais (Centre for Ecology and Hydrology) et français (UMR

6554 Littoral Environnement Télédéctection Géomatique, Institut Français de Recherche en

Afrique de Nairobi).


Jeune fille Pokomo

Zones humides Orma

Jeune fille Pokomo

Cette équipe de recherche multi partenarial et pluridisciplinaire s’intéresse aux effets que les

modifications des régimes hydrologiques des grands fleuves Est-Africains auront sur le

fonctionnement de leurs basses vallées (estuaires, deltas, plaines inondables). L’objectif du

projet est de contribuer à une meilleure connaissance des interactions entre rythmes

hydrologiques (hauteur et durée d’inondation), disponibilité des ressources renouvelables

(poissons, pâturages, forêts) et stratégies des usagers de ces basses vallées (pêche, élevage,

agriculture de décrue, exploitation forestière). Les recommandations qui en découleront seront

destinées aux décideurs kenyans.

Rencontre avec les autorités locales dans la

Madrassa du Village de Didawarede

(population Orma de langue Oromo) en

présence de Madame Elisabeth BARBIER,

Ambassadrice de France au Kenya et de

représentants de la Kenya Wildlife Service

(KWS)

Le site du delta de la Tana a fait l’objet d’une visite de l’Ambassade de France au Kenya les

17 et 18 avril 2009. Après la rencontre avec les autorités locales, la mission s’est rendue sur

un ancien périmètre irrigué rizicole financé par la coopération japonaise et mis en œuvre par

l’organisme para étatique kenyan TARDA (Tana and Athi River Development Authority). Il

s’agit d’un exemple type de zone dont la gestion a été un modèle de mauvaise gouvernance

(échec en termes de rendements agricoles et du point de vue des relations avec les

communautés locales, écartés de toute consultation). La perception des causes de l’échec de

ce projet d’irrigation (détruit depuis sous l’effet d’El Niño) est importante pour comprendre

l’hostilité des communautés envers les futurs projets d’agriculture irriguée.

Au cours de la mission, l’exceptionnelle biodiversité de la zone ainsi que son potentiel

écotouristique ont été relevés. Le delta du fleuve Tana pourrait être inscrit sur la liste des

zones humides d’importance internationale (selon les critères de la convention Ramsar).


Visite d’une plantation locale (agriculture irriguée) près du village d’OZI. Parmi les personnes présentes : Madame Elisabeth

BARBIER, Ambassadrice de France au Kenya, et Bernard CALAS, Directeur de l’Institut Français de Recherche en Afrique (IFRA)

More magazines by this user
Similar magazines