Mise en page 1 - Albi

mairie.albi.fr

Mise en page 1 - Albi

ALBImag

Le magazine de la ville d'Albi

mai I 2012

#153

Cantepau

Un printemps

pour le quartier


#

Dossier

Cantepau

Un printemps pour le quartier

Ceinturé par la rocade à l'est, par l'avenue Albert Thomas

à l'ouest et le Tarn au sud, Cantepau est un quartier à

plusieurs facettes. Si son nom apparaît au XIII e siècle

(Cantepau, littéralement le chant du coq), il ne s'est développé

réellement qu'à partir du milieu du XX e siècle. Sa

vocation agricole s'est peu à peu estompée, bien que

toujours présente, notamment à travers le maraîchage, les

jardins familiaux et le domaine de Saint Viateur. Aujourd'hui,

malgré certains handicaps, ce quartier cosmopolite,

jeune et, hélas, parfois stigmatisé, relève au

quotidien le pari de la mixité sociale, culturelle et religieuse.

La zone urbaine sensible connaît un fort renouvellement

de populations ; les statistiques Insee

indiquent que seuls 50% des habitants vivent dans le

même logement depuis plus de cinq ans ; 90% sont locataires.

La Zone urbaine sensible compte près de deux

jeunes de moins de 20 ans pour une personne de plus de

60 ans. Les taux de ménages monoparentaux et de jeunes

sans diplôme sont deux fois plus importants qu'en

moyenne sur Albi. Cette réalité ne doit pas pour autant

faire oublier toutes les forces vives qui au travers des associations,

des écoles, des commerces et des équipements

publics participent à l'amélioration du cadre de

vie et au bien vivre ensemble.

La maison de quartier, lieu de vie au cœur du

quartier, achève actuellement sa restructuration.

Aménagement # Quartier cosmopolite créé sur la rive droite d'Albi dans les

années 70, Cantepau a une image différente de celle qu'on lui attribue souvent.

Les aménagements urbains et les projets individuels et collectifs qui y sont

réalisés témoignent d'un dynamisme réel et d'une envie d'aller de l'avant.

Un nouvel espace avec jeu d'eau

Avec un investissement total de 1,5 million d’ euros

engagés depuis 2008, la requalification de la plaine de

jeux, de détente et de loisirs se poursuit cette année avec

une dernière tranche de travaux. Il est prévu notamment

la création d'un jeu d'eau, l'achèvement de la mise en

lumière du site et le traitement de la liaison avec la dalle

du square Bonaparte. La proximité des écoles, de la maison

de quartier, de la halte-garderie et du centre social favorise

l'occupation des lieux aux beaux jours. Le terrain synthétique

couvert a donné lieu au développement d'activités

sportives ; la structure a même fait l'objet d'une

fresque réalisée par les jeunes dans le cadre d'un chantier

loisirs. De l'autre côté de la rocade, la base de loisirs

de Cantepau, espace naturel au bord du Tarn, offre de quoi

se détendre et pratiquer un sport. Le lieu sera encore

plus animé à l'avenir avec l'ouverture de la résidence

hôtelière au château (Cf. Albimag d’avril).

Lieu de vie et de rencontres

La maison de quartier, la plus importante d'Albi, a également

fait l'objet de gros travaux de restructuration. La

rénovation de la bibliothèque et de la ludothèque par la

C2A, la création de loges pour la salle de spectacles,

# 14 ALBI MAG - 153 - MAI 2012


Dossier #

#

l’aménagement d'une salle dédiée à la

jeunesse, ont permis de réorganiser le

bâtiment et de le moderniser. Lieu de

vie occupé toute la semaine, la maison

de quartier abrite les activités de près de

quarante associations auxquelles participent

plus de 1 500 personnes. Spectacles,

expositions, réunions sont organisés tout

au long de l'année. La salle de spectacles

est également bien utilisée puisque

plus de 7 000 spectateurs l'ont fréquentée

depuis le mois de septembre. Parmi

Libres comme l'air !

les spectacles, certains sont programmés

par la Scène nationale. Cette démarche

d'ouverture culturelle est menée avec le

centre social, l'AFEV, Regain et le CCAS

de la ville d'Albi. D'autres projets sont

actuellement à l'étude. C'est le cas de la

galerie commerciale (voir page 15).

Pour favoriser l'accessibilité au quartier,

la ville a développé une liaison cyclable

entre le quartier et celui de la Piscine via

le pont de la rocade. De quoi inscrire

Cantepau un peu plus en cœur deville.

Laurence Pujol, adjointe au maire déléguée à la démocratie participative

« La ville a investi fortement ces dernières années dans le quartier de Cantepau. La restructuration de la maison de quartier qui

accueille à la fois les activités proposées par la ville et les associations locales, répondait à une demande des usagers. Je pense,

par exemple, à la création de loges, à la salle dédiée à la jeunesse ou encore à la nouvelle ludothèque dont les horaires d'ouverture

ont pu être étendus. La maison de quartier joue ici un rôle social évident. Beaucoup de jeunes y viennent ; c'est encourageant pour

tous ceux qui la font vivre. La plaine de jeux et de loisirs a été également réaménagée pour les habitants du quartier et plus

largement de la rive droite, qui disposent d'un équipement sportif supplémentaire. C'est un lieu de détente intergénérationnel que

chacun est appelé à s'approprier. La dimension sociale de ces espaces de rencontre a été importante dans la réflexion menée en

concertation avec les habitants. »

Initiative # Des jeunes d'Albi, dont plusieurs de Cantepau, sont sur le point d'achever

un avion-école biplace. Décollage et baptême de l'appareil prévu le 24 juin à l'aérodrome.

Dans un des hangars de l'aéro-club d'Albi, protégés derrière de lourdes portes en tôle, quelques avions stationnent sagement. La plupart

ont déjà quelques milliers d'heures de vol au compteur. L'un d'eux, pourtant, prendra bientôt son envol pour la première fois. Construit

pendant cinq ans par une dizaine de jeunes, ce biplace représente un joli défi lancé en 2007 par l'association Constructeurs aéronefs

jeunes basée à la maison de quartier de Cantepau. Pour y parvenir, le groupe s'est mis à l'ouvrage, tous les mercredis et samedis ainsi

que pendant les vacances, dans un atelier de l'aérodrome. Encadrés par trois adultes et à l'aide de plans détaillés de l'avion (il s'agit d'un

JPM Loiret), les jeunes ont mis la main à l'ouvrage. « Certaines opérations étaient très délicates et ont nécessité beaucoup de précision

et de temps ! Sur un tel projet, nous n'avions pas droit à l'erreur », précise Alain Flament, bénévole à l'initiative du projet et président

de l'association. Malgré l'ampleur de la tâche, les jeunes se sont engagés avec plaisir et assiduité dans l'aventure. « J'aimais le bricolage,

mais Alain m'a en plus transmis le virus de l'aviation », raconte Rémi, 14 ans, qui compte devenir plus tard ingénieur dans l'aéronautique.

Même écho de Sofyan qui a découvert cette activité par la maison de quartier de Cantepau : « L'idée de fabriquer un avion m'a

beaucoup plu ; ce n'est pas banal ! Cela fait cinq ans maintenant que j'y participe. » Comme Guillaume, présent depuis le début du

Les jeunes autour de l'avion qu'ils ont construit, quelques semaines avant

le premier vol. Le moteur est celui d'une Coccinelle Volkswagen modifié !

chantier, il est impatient de le voir s'envoler. Le baptême de l'avion est

prévu le 24 juin. D'ici là, des vols d'essai sont programmés pour tester

l'engin qui devrait atteindre des pointes à 180 km/h. « Cette expérience

aura été enrichissante autant pour les jeunes que pour nous », indique

Alain Flament. « Notre passion a été la leur ; cela a été très motivant.

L’aventure a été longue, mais leur enthousiasme nous a encouragés à

persévérer ! » L'histoire est loin d'être finie, puisque le biplace sera utilisé

comme avion-école pour former les jeunes au pilotage. Objectif : leur

permettre d'obtenir leur brevet de pilote ULM. Pari gagné pour l'association

qui veut justement donner la chance à des jeunes de prendre leur

envol dans le ciel... et dans la vie.

ALBI MAG - 153 - MAI 2012

# 15


Des Albigeois bientôt au festival d'Avignon

Danse # Une dizaine de jeunes d'Albi prépare un spectacle de danse hip-hop sous forme

de ballet contemporain. Ils se produiront à Albi avant de monter sur scène à Avignon, la

finalité du projet.

Dreamers. Le titre, comme l'histoire de cette pièce de théâtre

programmée par la Scène nationale en février 2011, n'aura pas

laissé insensibles des jeunes danseurs de Cantepau invités à

l'une des représentations. Le spectacle a suscité des échanges

et donné l'idée de créer une chorégraphie reprenant les thèmes

de la pièce en les réadaptant aux problématiques du quartier.

Initié par la ville d'Albi, en partenariat avec la Scène nationale

et l'Association des jeunes danseurs de rue (AJDR), un atelier

s'est monté avec des danseurs de quinze à vingt ans pour travailler

Répétition du spectacle à la maison de quartier.

sur ce ballet version hip-hop. Des journées de création ont eu

lieu pendant les vacances scolaires pour mettre en scène les

différents tableaux et répéter les danses. « L'histoire retrace

l'amour impossible entre une jeune maghrébine et un Africain

et reprend les thèmes de l'intolérance, du racisme et de la violence

», explique Djamel Koob, directeur artistique de l'AJDR.

À quelques semaines de la première présentation au public, le

pari est gagné. « Les jeunes engagés dans la démarche sont

motivés, passionnés par la danse et enthousiastes », reconnaît

Mickaël Linguagrossa, animateur à la maison de quartier de

Cantepau. « Ce travail collectif mené sur la durée a été une

réelle opportunité pour les jeunes de s'épanouir à travers le

hip-hop. Certains en ont d'ailleurs fait leur métier puisqu'ils

assurent aujourd'hui des cours de danse. Dans le quartier, ils

sont devenus des leaders positifs qui montrent l'exemple. » Le

spectacle d'une vingtaine de minutes sera présenté au Printemps

des cultures, à Urban festival, mais également lors de la

présentation de la programmation de la Scène nationale en juin,

de quoi s'entraîner pour leur participation au festival d'Avignon

du 10 au 14 juillet prochain. « Ces différentes représentations

permettront de valoriser le travail réalisé par les

jeunes et de montrer au public une autre image du quartier, mais

aussi du hip-hop », conclut Mickaël Linguagrossa.

Une étude sur la galerie commerciale

Commerce # La ville d'Albi, Tarn Habitat et la CCI ont conjointement lancé une

étude de restructuration de l'appareil commercial et de services du quartier en octobre

dernier. Pour que cette étude soit la plus fine et la plus complète possible, les partenaires

de l'étude ont réalisé une analyse globale prenant en compte le quartier dans sa dimension

commerciale, mais également urbaine. C'est la raison pour laquelle un travail pluridisciplinaire

est actuellement mené par l'agence d'architecture et d'urbanisme Urbane

avec le concours du cabinet d'études économiques AID Observatoire, qui a déjà réalisé

plusieurs études sur Albi, et du cabinet Horizon Conseil spécialisé en ingénierie des

transports et déplacements de personnes. Il s'agit dans un premier temps d'établir un

diagnostic de la situation et une analyse des attentes de chaque commerçant en matière

d'évolution urbaine et commerciale des squares Augereau et Bonaparte. Dans un second

temps, une stratégie d'évolution pour les commerces et services du quartier sera définie

aussi bien en terme d'évolution des locaux, qu'en matière d'offres et de prestations et

d'adaptation aux nouveaux modes de consommation. La tranche ferme de cette étude

qui mobilise fortement l'association des commerçants des squares Augereau et Bonaparte,

aux côtés de partenaires institutionnels et des cabinets d'étude, est actuellement en

cours d'achèvement.

La maison de quartier,

lieu de vie

La maison de quartier est animée

par une équipe d’agents de la

ville d'Albi. Ils assurent l'accueil,

l'animation et la technique (pour

la salle de spectacles).

# 16 ALBI MAG - 153 - MAI 2012


Dossier #

Histoire d'une ZUP

Urbanisme # Il y a

quarante ans, le quartier

de Cantepau, une des

195 ZUP de France, sortait

de terre. Il constitua la

plus grande opération

immobilière menée par

la ville avec le soutien

de l'État.

Dès les années cinquante, la ville engage

d'importantes opérations de construction

de logements. La plaine Saint-Martin -

300 logements -, est aménagée en 1954 ;

Veyrière - 350 logements -, en 1958,

Rayssac et Lapanouse, en 1965 avec

respectivement 500 et 400 logements.

Constatant la progression constante de

la population - Albi passe de 34 000 habitants

en 1946 à 46 500 en 1968 -, la ville

envisage de créer en 1966 une nouvelle

zone d'habitation sur les lieux-dits de

Cantepau et de la Barthe. Ces espaces

sont à l'époque occupés par des champs

que traversent quelques chemins vicinaux

reliant des fermes. La proximité

avec le centre-ville et les zones d'activité,

mais également les liaisons avec les

grands axes de desserte (av. Albert Thomas,

la future rocade...) font des lieux le

site idéal. Dans l'élan de reconstruction

de l'après-guerre, la ville profite de la

procédure de Zone à Urbaniser en Priorité

(ZUP) engagée par l'Etat qui permet

de bénéficier de fonds importants. Le

plan de masse établi par les urbanistes

Dubois, Avizou et Brunerie prévoit

2 000 à 2 500 logements. Un temps, il

est même envisagé le double avec une

zone résidentielle de l'autre côté du Tarn.

l'urbanisme fonctionnaliste qui définit

une nouvelle façon de penser la ville, où

la place est donnée aux espaces verts et

à des logements lumineux, fonctionnels

et modernes. La disposition du terrain

implique la construction d'une « dalle »,

très à la mode à ce moment-là, sur laquelle

les piétons sont rois. Cette forme d'urbanisme

s'exprime avec les squares Augereau

et Bonaparte reliés entre eux par

une passerelle. À la fin des Trente Glorieuses,

on est loin des grands ensembles

qui ont fleuri après guerre dans les

grandes villes, même si certains principes

se retrouvent à Albi. Les architectes ont

néanmoins préféré s'en démarquer en

optant pour un quartier à taille humaine

et en privilégiant une mixité de bâtiments

avec de petits immeubles collectifs (cinq

à huit étages), et des pavillons regroupés

en îlots dont certains en accession à la

propriété. Cela répondait à la demande de

la municipalité de l'époque qui souhaitait

une faible densité de population et le

maximum de logements individuels. La

présence de la brique « casse » l'effet

massif du béton, omniprésent, et fait

écho aux maisons traditionnelles d'Albi.

Espaces verts, lumière, air pur...

L'urbanisation du quartier débute à partir

des années 70. L'opération compte finalement

2 000 logements répartis sur près

de 50 hectares. La création de la ZUP

Cantepau, un quartier riche en espaces verts et à proximité de la base de loisirs.

est approuvée par arrêté par le ministère

de l'Equipement en mars 1967 et par le

conseil municipal un an plus tard. La

réalisation est confiée à l'office HLM.

Toujours dans l'esprit des ZUP, les urbanistes

privilégient un quartier en totale

autarcie avec tous les équipements publics

nécessaires (écoles, centres sociaux,

commerces, espaces sportifs, etc). La

construction des logements est donc associée

à la création d'équipements publics :

le mail conçu comme un espace dévolu

à la promenade, aux loisirs et à la détente,

des espaces verts autour des immeubles,

la maison de quartier, le centre social,

sans oublier la crèche (1980), la mairie

annexe (1982) et les deux écoles. Le pont

de Cantepau est achevé début des années

70 et ceinture par l'est le quartier. La base

de loisirs ne sera réalisée qu'à partir des

années 80 et offre un complexe de loisirs

de plein air. En 1996, une partie du quartier

est classée Zone urbaine sensible

(ZUS). Elle compte aujourd'hui environ

2 300 habitants. Le programme Cantepau

2000 permet d'engager un projet pluriannuel

de requalification du quartier. Les

derniers aménagements réalisés au niveau

de la plaine de jeux et de loisirs et de la

maison de quartier, mais également au

niveau des grands axes de circulation

(déplacements doux, sécurisation...) ont

permis de poursuivre la réhabilitation

progressive du quartier.

Un quartier à taille humaine

Comme dans de nombreuses ZUP de

l'époque, les urbanistes séparent la circulation

des piétons de celle des automobiles

: c'est un des principes de

ALBI MAG - 153 - MAI 2012

# 17


ALBImag

Le magazine de la ville d'Albi

mai I 2012

#153

www.atmosphair-montgolfieres.fr

05 63 54 25 90

More magazines by this user
Similar magazines